Page 1

U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

JUIN 2018

HAUTE PRÉCISION

Analyse

AU CŒUR DE L’INDUSTRIE HORLOGÈRE SUISSE


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

02

EDITORIAL SWISSMEM CONTENU...

Nous sommes sur la bonne voie vers un avenir numérique Industrie 4.0 n’est pas d’actualité seulement depuis que tout le monde en parle. L’initiative nationale «Industrie 2025» vise à soutenir les activités des entreprises sur la voie de l’avenir numérique.

U

ne enquête réalisée par Swissmem en 2016 a montré que l’intégration des solutions numériques dans les entreprises industrielles est largement répandue. Elles sont principalement présentes dans la production. Il s’agit de répondre à des questions comme: comment augmenter l’efficacité, dans quels domaines des solutions automatisées peuvent être utilisées et si à l’aide d’une autre machine il est possible d’automatiser des processus de création de valeur? Optimiser l’interface avec les fournisseurs ou dans les processus industriels sur la base d’un échange des données en fait également partie. Dans ce domaine, les entreprises maîtrisent parfaitement les processus.

Il n’est pas seulement question de l’implémentation de technologies Il ne fait aucun doute que l’utilisation des technologies disponibles est essentielle pour garantir l’avenir numérique d’une entreprise et en augmenter le rendement. Celle-ci n’a

cependant qu’une portée limitée. Il est essentiel de réfléchir à la manière de pouvoir augmenter le bénéfice pour les clients en créant des offres complémentaires. Le développement de modèles commerciaux qui rendent le client plus compétitif et qui augmentent le propre attrait du fournisseur est beaucoup plus exigeant qu’une vision purement technologique. Des nouvelles approches capables d’intervenir dans la culture d’entreprise et qui, le cas échéant, exigent des changements au niveau de l’organisation.

Accélérer le changement numérique de manière coordonnée et durable Il y a deux ans, les quatre associations de branche (Swissmem, SwissT.net, asut et Electrosuisse) ont lancé l’initiative nationale «Industrie 2025» avec pour objectif de soutenir les entreprises dans ce sujet très complexe. Dans le but de mettre en place un pôle de savoir dédié, elle occupe plusieurs groupes de travail: les thèmes s’étendent de la Cyber

Security, au Big Data, à la gestion des données, aux normes et aux standards, en passant par des modèles commerciaux numériques. Une attention particulière est accordée à une rampe de lancement pour les PME: grâce au développement du «Quick Starter 2025», les utilisateurs pourront prochainement se servir d’une boîte à outils qui simplifie les premiers pas dans le monde numérique. Afin de pouvoir bénéficier d’un savoir-faire le plus complet possible, l’initiative mise sur des partenaires venant de différents secteurs comme par exemple l’informatique et le conseil stratégique. De plus, les entreprises ont la possibilité de se mettre en réseau et d’échanger leurs expériences au moyen de manifestations et de voyages d’étude.

04 Horlogerie artisanale 08 Interview: Industrialis 12

Canton du Jura

14

Formations

18

Industrie

Horlogère

FOCUS HAUTE PRÉCISION. CHEF DE PROJET: Thibaut Mochel COUNTRY MANAGER: Pascal Buck TEXTE: Thomas Pfefferlé IMAGE DE COUVERTURE: iStock LAYOUT: Anja Cavelti IMPRESSION: Swissprinters

SMART MEDIA AGENCY Gerbergasse 5, 8001 Zurich, Suisse Tél +41 44 258 86 00 pascal.buck@smartmediaagency.ch

www.industrie2025.ch

TEXTE PHILIPPE CORDONIER, SWISSMEM

Bonne lecture! Thibaut Mochel

Senior Chef de Projet

ANNONCE

www.unine.ch

13 Expert Panel

Innovation : le Master 4.0 Au carrefour des sciences humaines, de l’économie, du droit et des sciences


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

TORNOS BRANDREPORT

03

Tornos fonde l’incubateur i-moutier Le célèbre fabricant de machines-outils lance i-moutier, un incubateur dédié à l’innovation, en partenariat avec six entreprises et instances majeures de la région. Le centre de compétences vise en outre à soutenir divers projets de collaboration entre les entreprises actives dans le domaine de la microtechnique. Présentation.

F

igurant parmi les leaders dans le secteur de la fabrication de machines-outils, Tornos s’implique activement dans l’optique de booster l’innovation. Il y a peu, Tornos a franchi un cap supplémentaire en matière d’innovation en lançant i-moutier. L’incubateur, situé dans la commune du Jura bernois, se veut un centre de compétences permettant de favoriser et soutenir les collaborations entre les différents acteurs de la microtechnique.

Fondé avec M. Hauser, CEO de Tornos SA et Président de i-moutier, W. Fust, Entrepreneur, E. Schnyder, Directeur Général de Sylvac SA, A. Maître, Directeur de Louis Bélet SA, O. Haegeli, Directeur Général Adjoint de WilleminMacodel SA, P. Grize, Directeur du domaine Ingénierie de la HEArc, et P. Linder, Diecteur de la Chambre d’Economie Publique du Jura bernois (CEP), le lieu doit aussi permettre d’accompagner le démarrage et le développement des jeunes pousses du secteur qui nécessitent des endroits propices au développement de leurs affaires. Souvent en manque d’infrastructures techniques, les start-up qui se lancent ont ainsi la possibilité d’évoluer au sein d’un environnement stimulant et de bénéficier d’un climat favorable à leur croissance. Outre les infrastructures mises à disposition, i-moutier propose aussi des services et conseils pour accompagner le démarrage des jeunes entreprises. En dopant ainsi l’émergence de projets innovants, l’incubateur veut par ailleurs permettre de favoriser le transfert technologique entre les acteurs privés, les écoles et centres de formation ainsi que les institutions.

la haute précision ou aux nouvelles technologies digitales, notamment celles qui s’inscrivent dans l’industrie 4.0. En s’impliquant ainsi en faveur de l’innovation, Tornos et les partenaires de i-moutier dotent la région jurassienne d’une nouvelle infrastructure lui permettant de conserver son rôle de pionnier dans l’industrie microtechnique.

En mettant en relation les diverses parties impliquées dans la recherche, l’innovation et leur application concrète, i-moutier entend bien renforcer le tissu industriel local. Booster l’industrie régionale En mettant en relation les diverses parties impliquées dans la recherche, l’innovation et leur application concrète, i-moutier entend bien renforcer le tissu industriel local. Dans ce cadre, l’incubateur doit permettre de faciliter les coopérations et échanges entre les différents acteurs tels que les entreprises, les hautes écoles et écoles polytechniques ou encore les campus dédiés à l’innovation. Objectif: promouvoir et développer les savoir-faire de l’arc jurassien tout en fédérant les porteurs de projets novateurs qui y sont établis. Si i-moutier doit permettre de doper le tissu industriel local, l’incubateur et centre de compétences a aussi pour objectif d’attirer les talents ainsi que les nouvelles aptitudes dans la région jurassienne. Une manière de diversifier l’offre en y intégrant progressivement de nouveaux modèles d’affaires et des applications industrielles inédites. Ce qui, à terme, devrait permettre à

la région de s’étendre et s’imposer sur de nouveaux marchés. Au final, toutes les initiatives et démarches lancées et favorisées par le nouveau centre de compétence s’inscrivent dans une même direction, celle de pérenniser les activités industrielles, dont les savoir-faire et compétences en matière de microtechnique constituent un précieux héritage économique, commercial et social qu’il s’agit d’entretenir et développer intelligemment.

Un incubateur pour tous Ouvert aux différentes entreprises, i-moutier s’adresse à l’ensemble du bassin microtechnique. Pour lancer des prototypes, bénéficier des apports d’un centre de formation ou encore rencontrer des entrepreneurs et investisseurs, le centre de compétences représente un lieu clé. Au carrefour des différents acteurs de l’innovation, l’incubateur accueille tous les projets liés aux domaines de

i-moutier: mode d’emploi Pour mettre l’innovation en orbite, i-moutier s’applique à sélectionner les projets avec le soutien de son comité technique avant de les valider par son association. Durant ces phases, l’incubateur définit ainsi les partenaires potentiels ainsi que les conditions pour encadrer au mieux les projets qu’il accueille. En option, des services d’accompagnement et de coaching peuvent aussi être fournis,

Au carrefour des différents acteurs de l’innovation, l’incubateur accueille tous les projets liés aux domaines de la haute précision.

notamment dans l’optique de trouver des financements, d’accéder à des aides pour la commercialisation ou encore d’intégrer un réseau de vente et de fournisseurs. Plus d’informations sur www.i-moutier.ch TEXTE THOMAS PFEFFERLÉ


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

04

HORLOGERIE

Horlogerie, l’artisanat persiste Alors que l’industrie 4.0 et l’impression 3D ne cessent de progresser, le fait main continue de séduire les grandes marques horlogères. Etablie à La Neuveville (Jura bernois), l’entreprise familiale Auchlin s’est spécialisée dans le polissage de pièces de mouvement. Un créneau de niche au sein duquel la PME se distingue par son savoir-faire et sa grande agilité.

L

’horlogerie est soumise à de multiples évolutions technologiques. L’artisanat persiste tout de même en occupant des segments très spécifiques. Un travail d’orfèvre toujours recherché, notamment dans le moyen et haut de gamme, pour la valeur ajoutée qu’il confère au produit. En pérennisant les savoir-faire et la tradition de la place helvétique, les artisans démontrent que le fait main demeure essentiel dans le secteur horloger.

Fondée en 1945, l’entreprise familiale Auchlin pérennise un savoir-faire artisanal en privilégiant

une collaboration étroite avec ses clients et partenaires. Son secteur d’activité: le polissage de pièces de mouvement. Un créneau de niche, qui consiste à peaufiner les surfaces et pièces travaillées au préalable par les entreprises de décolletage et d’étampage. Et la tâche s’avère des plus minutieuses puisque le degré de précision va jusqu’à quelques microns, soit quelques millièmes de millimètre. Une précision extrême, requise pour permettre aux multiples pièces impliquées dans un mouvement horloger de fonctionner et interagir correctement.

«Si nous persistons aujourd’hui, alors que l’industrie horlogère est marquée par des évolutions technologiques importantes, c’est notamment parce que notre structure nous permet de faire preuve d’une grande agilité, détaille Catherine Frioud Auchlin, codirectrice de l’entreprise familiale. Cette flexibilité nous permet de répondre précisément aux demandes de nos clients, qui travaillent très souvent à flux tendu. Et en maintenant une forte proximité avec eux, il nous arrive fréquemment de leur proposer notre expertise et nos conseils en amont de la production.» Afin d’être capable d’intervenir

rapidement sur des pièces et des matériaux très différents, pour des petites séries comme pour des grands volumes, l’entreprise dispose en outre d’un large parc de machines et d’outillages, constitué depuis plus de 70 ans. Au sein de son équipe, Auchlin veille par ailleurs à former continuellement ses collaborateurs dans l’optique de répondre aux souhaits et exigences de ses clients suisses et internationaux. La preuve que le savoir-faire artisanal constitue toujours une valeur recherchée par les grandes marques horlogères. TEXTE THOMAS PFEFFERLÉ

BRANDREPORT INITIUM

Assemblez votre montre suisse

I

nitium propose une immersion totale dans le monde fascinant de l’horlogerie mécanique. Créée en 2014 au Noirmont, sa vocation est de vous faire découvrir les secrets du savoir-faire horloger: un savoir-faire ancestral, devenu au fil du temps l’apanage de toute une région, de tout un pays. Grâce aux enseignements pratiques et théoriques d’un maîtrehorloger, vous découvrez les rouages d’un mouvement mécanique. L’équipe d’Initium vous accueille chaleureusement afin de partager sa passion horlogère dans chacun de ses trois ateliers: au Noirmont sur la terre des premiers paysans-horlogers suisses; à Genève, capitale mondiale de la haute horlogerie, ou encore à Gebertingen, tout proche de Zürich. Un séjour Initium, c’est s’initier à l’horlogerie mécanique, s’essayer à la gravure et à l’anglage main, créer

et assembler une montre, sa propre montre, que l’on emporte ensuite en souvenir à l’issue du cours. Ces activités sont proposées au travers de différentes formules de cours. A vous de choisir celle qui vous correspondra le mieux ! L’art horloger est un secret bien gardé… Et pourtant, lors d’un

séjour chez Initium, vous percerez certains de ses mystères et découvrirez comment fonctionne un mouvement mécanique: splendeur miniature de génie et ambassadeur exceptionnel du savoir-faire helvétique à travers le monde. En effet, tous les cours débutent par une introduction théorique, suivie par un enseignement pratique dispensé par

un maître-horloger formé au sein de manufactures de la région. Avec les formules Gamma et Delta, vous créez et assemblez votre montre personnalisée, telle que vous la désirez en choisissant parmi un vaste éventail de composants haut de gamme. Vous donnez ainsi à votre garde-temps swiss made l’apparence exacte que vous souhaitez. Quoi de plus beau que de repartir avec au poignet le souvenir tangible de cette journée découverte ? Visitez le site internet www.initium.ch pour plus de détails concernant les formules de cours, horaires et bons cadeaux à disposition.

TEXTE INITIUM


Impression 3D Stand Surfaces HQ Résines Pro Scanner Céramique 3D CERAM Envisiontec VIDA CDLM 10 x plus rapide Gemvision Matrix 3D Counter Sketch Vente, formation et support

Q67

Voir www.altair-consulting.com !

Nouvelle adresse : Altair Consulting, 1228 Plan-les-Ouates 109 chemin du Pont du Centenaire

Robotic Automation Solutions

Prêt pour l’usine intelligente? Intégration et développement de systèmes de robotique industrielle clé en main.

VISITEZ-NOUS

STAND J07

JAG Jakob SA Technique de procédés | 2900 Porrentruy T +41 (0)32 374 34 34 | jagpt@jag.ch | www.jag.ch

Engineers. Developers. Experts.


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

06

BRANDREPORT STILA SA

Une maison pour le temps Basée à la Chaux-de-fonds, depuis 1933, Stila est spécialisée dans la fabrique de boîtes de montres haut de gamme. Reconnue pour son savoir-faire ancestral, son authenticité, sa discrétion et son professionnalisme, cette entreprise a su se développer au fil du temps en conservant ses valeurs fondamentales pour devenir aujourd’hui une référence dans ce milieu. Portrait d’une entreprise dynamique qui a su concilier technologie et savoir-faire artisanal avec un niveau d’exigence élevé.

Stila à travers le temps Située à La Chaux-de-Fonds, connue comme le berceau du domaine horloger, Stila est une entreprise familiale reprise dans les années 1980 par Frédy Vallon et ensuite par son fils Pierre-Alain. Aujourd’hui, Julien Vallon qui a repris la direction générale en 2014, après avoir travaillé au sein de la société pendant près de 20 ans, représente la troisième génération. Au fil des années, Stila a su se développer pour se spécialiser très vite sur les petites séries et les petits volumes en axant sa stratégie sur son savoir-faire ancestral allié à son amour du travail exécuté dans les règles de l’art. Le nom «Stila» est né de la volonté de ses fondateurs de réunir Style et Art dans leur identité sociale. Technicité et savoir-faire Chez Stila tout tourne autour du temps. Fabriquant de boîtes de montres haut de gamme, chaque pièce réalisée dans ses ateliers allie technicité et savoir-faire ancestral pour offrir une

qualité exceptionnelle. Véritable expert dans son domaine, Stila est capable de réaliser les pièces les plus compliquées et travaille notamment avec de très grands noms de la haute horlogerie. Dans cette recherche de la perfection, l’entreprise a su s’ouvrir à l’avenir en conjuguant technologie moderne et méthodes de travail artisanales. Ainsi, son équipe d’artisans et de techniciens accorde ses compétences avec précision et soucis du détail dans une parfaite harmonie. Technique d’achevage, usinage, perçage, soudage ou encore polissage sont autant d’opérations maîtrisées et consolidées au fil du temps par Stila.

La signature Stila Toutes les pièces fabriquées par Stila ont généralement la spécificité d’avoir des cornes qui sont soudées à la carrure et ne se composent pas d’un bloc unique. Un caractère unique qui nécessite une grande maîtrise dans la technique d’achevage. Chez Stila, pas de production à la chaîne, chaque pièce ou série est réalisée sur-mesure selon des dimensions de l’ordre du

micron. Certaines pièces nécessitent d’être retouchées à la main avec des gestes précis et un savoir-faire professionnel qui s’est bonifié au fil des années. Le style, l’art, la tradition, la classe, la créativité sont autant de valeurs fondamentales partagées par tous les acteurs de l’entreprise, passionnés et amoureux du travail bien fait qui font de Stila, une référence dans son domaine.

Pour Stila, l’objectif principal est de renforcer toutes ses valeurs fondamentales pour les générations qui suivent.

TEXTE STILA SA

Une entreprise qui s’ouvre à l’avenir Pour Stila, l’objectif principal est de renforcer toutes ses valeurs fondamentales pour les générations qui suivent. La transmission de plusieurs dizaines d’années de tradition et de compétences est l’un de ses défis actuels qui s’inscrira aussi dans leur futur proche. Novatrice, fière de ses origines et de son savoir-faire, cette société qui a su comprendre les codes des manufactures horlogères envisage l’avenir avec pour ambition: se perfectionner encore davantage tout en conversant son identité avec discrétion et humilité.

LES DIFFÉRENTES ACTIVITÉS CHEZ STILA. • Bureau technique, Prototypage • Usinage, Diamantage, Tournage, Fraisage, Perçage, Posages • Polissage, Sablage, Satinage, Perlage • Assemblage, Montage • Visitage, Contrôles qualité (étanchéité, surfaces) • Achevage, Gravage, Soudage • Fonderie

ANNONCE

Avec vous, nous mettons le temps à l’abri du temps ! STILA SA | Rue Alexis-Marie Piaget 40 | 2300 La Chaux-de-Fonds | Suisse | +41 32 968 61 22 | info@stila.swiss | stila.swiss

Ann_Bilan_185x70_v1.indd 1

01.06.17 14:11


Auchlin SA : l’alchimiste du polissage depuis plus de 70 ans. Vous valorisez vos produits par l’excellence de notre savoir-faire!

Polissage sectoriel

Polissage global

www.auchlin.ch

Bleuissage

Polissage

PUBLIREPORTAGE

Fidèle au salon EPHJ depuis sa création, la société dévoile sa plus récente innovation L’entreprise chaux-de-fonnière Positive Coating leader dans les revêtements de surface pour la haute horlogerie a le plaisir de présenter une nouveauté brevetée lors du prochain salon EPHJ 2018 à Genève (Palexpo). Il s’agit des traitements ALD NanoDeCo bicolores sans pose d’épargne. NOUVEAUTÉ EPHJ 2018 Lors du prochain salon EPHJ qui se tiendra du 12 au 15 juin prochain à Genève-Palexpo (stand J58), Positive Coating dévoilera comme à son habitude sa nouveauté de l’année. En effet, le vaste choix de couleurs vives offert par la technologie ALD est désormais disponible avec la possibilité supplémentaire d’y intégrer des gravures de couleur or ou rhodium

présentant un contraste parfait sans la nécessité d’avoir recours à une opération de pose d’épargne. Ce sont ainsi des composants horlogers de haute qualité (masses oscillantes, ponts, platines) qui peuvent bénéficier de cette nouveauté. C’est le caractère isolant des couches ALD NanoDeCo® déposées sur un composant métallique qui permet, après une gravure mécanique ou laser, de découvrir une surface conductrice du substrat. Celle-ci peut alors être traitée par voie galvanique de manière à ce que le dépôt ne se fasse qu’à l’intérieur des gravures.

HISTOIRE DE LA SOCIÉTÉ Fondée en 2004, Positive Coating SA se distingue par le développement de solutions innovantes dans le domaine des traitements de surfaces basés sur les technologies PVD (Physical Vapor Deposition) et ALD (Atomic Layer Deposition), des traitements physiques et chimiques de pointe.

Sa capacité de production industrielle, soutenue par un département engineering orienté vers la recherche, lui permet d’offrir son savoir-faire à une large clientèle issue principalement du secteur horloger, mais aussi d’autres marchés tels que la maroquinerie, la bijouterie, les instruments d’écriture et le médical.

La réalisation de revêtements de type décoratifs sur métaux et céramiques, pour des articles de luxe à forte valeur ajoutée, constitue l’activité principale de la société. La plupart des opérations sont réalisées en salle blanche, la technologie déployée nécessitant une parfaite maîtrise des procédés à l’échelle du nanomètre, le millionième de millimètre...

Depuis plusieurs années, Postive Coating investit dans l’innovation afin d’offrir à sa clientèle une qualité et une variété de services irréprochables. Ainsi, de nouveaux traitements, de nouvelles technologies et de nouveaux savoir-faire sont continuellement développés. Familiale, la société compte aujourd’hui 30 collaborateurs qualifiés sur son site

de production et une infrastructure de dernier cri. Soucieuse d’un service professionnel, elle place la proximité, la réactivité, la flexibilité et la qualité au cœur même de son activité. Finalement, elle jouit d’une réputation de partenaire fiable et dynamique. Elle est reconnue par les plus grandes marques horlogères et par des sociétés leaders dans le domaine du luxe. Positive Coating SA Rue des Champs 12 CH-2300 La Chaux-de-Fonds www.positivecoating.ch


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

08

INTERVIEW INDUSTRIALIS

INDUSTRIALIS

L’industrie suisse au cœur Nous aurons bientôt cessé d’attendre: le 11 décembre 2018, le nouveau salon Industrialis ouvrira ses portes sur le site de Bernexpo. L’offre y est plus novatrice que jamais. Les directeurs du salon, Sasa Tanasic et Daniel Fritz, nous en donnent un aperçu. Après ce mois de décembre, le salon Industrialis se tiendra tous les ans en novembre à compter de 2020. A qui s’adresse-t-il? Sasa Tanasic: Industrialis est un salon de production et d’approvisionnement à la pointe de la technologie du secteur suisse de l’industrie MEM. Se concentrant sur la «swissness», il intègre toutefois aussi une dimension internationale. Industrialis s’adresse donc directement aux acheteurs de produits techniques, aux concepteurs et aux décideurs nationaux et étrangers. Le mois de novembre s’est imposé ces dernières années dans le calendrier des salons nationaux et internationaux impliquant l’industrie suisse. Comme il s’agit d’un évènement inaugural, Industrialis s’adressera cette année à tous les pionniers qui, exposants ou visiteurs, sont prêts à partager notre vision et à cheminer avec nous. Quels sont les avantages d’Industrialis pour les exposants potentiels?

très haut niveau d’expertise et d’un large réseau de contacts.

Les deux directeurs d’Industrialis: Sasa Tanasic & Daniel Fritz

Daniel Fritz: Industrialis est un salon industriel dont les parties forment un ensemble harmonieux. Il est conçu pour fournir aux visiteurs un aperçu de l’ensemble de la chaîne de production et de vente au détail. Répondant aux exigences logistiques et situé en Suisse, Berne en est l’emplacement idéal. En plus de l’allemand et de l’anglais, notre site internet est disponible en français et en italien, l’inclusion de

la Suisse romande et du Tessin nous tenant très à cœur: une raison de plus de réunir le pays dans le cœur helvétique, à Berne. A ce concept cohérent s’ajoute la grande réputation de ce site de production suisse, et les coûts pour nos exposants y sont plus raisonnables qu’ils ne l’auraient été, par exemple, à Bâle. Grâce à de nombreuses années d’expérience, l’équipe d’Industrialis dispose d’un

A quoi ressemblera le programme-cadre du salon? Sasa Tanasic: Avec leur savoir-faire et leur esprit innovateur, nos exposants en constituent naturellement l’épine dorsale. Cette force complète une gamme d’offres très diversifiée à travers diverses expositions spéciales, parcs thématiques et forums spécialisés sur des sujets clés tels qu’«Industrie 4.0», «Fabrication additive» et «Transformation digitale». Industrialis est magistralement soutenu par des associations professionnelles, des écoles supérieures et des éditeurs spécialisés. Aux visiteurs seront proposées des visites guidées avec la participation d’exposants sélectionnés; pour les réunions B2B, des zones de réunions seront mises à disposition. Pour couronner le tout, un prix sera remis aux exposants les plus innovateurs. TEXTE SMA


BA 1008 XT Polyvalente, productive et ultra compacte La gamme des fraiseuses à la barre multibroches BA 1008 a été crée pour l’usinage de pièces de haute précision avec une excellente productivité. Dans sa version XT, elle embarque une solution de changement d’outils. Un atout de taille qui permet de produire des pièces de plus en plus compliquées dans des temps records ! Jusqu’à 23 outils ! tornos.com

Votre outil de production, performant et rentable We keep you turning

BA 1008 XT


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

010

BRANDREPORT PROMOTION ÉCONOMIQUE DU CANTON DE BERNE

Berne la traditionnelle booste son innovation Malgré les apparences, la capitale helvétique s’implique activement dans le domaine des technologies de haute précision. Pour doper l’innovation, la Promotion économique soutient de nombreuses initiatives et veille à mettre en place des infrastructures et conditions-cadres optimales.

Entre son Palais fédéral, sa cathédrale ou encore sa fameuse fosse aux ours, Berne véhicule forcément un fort aspect traditionnel, touristique, voire même administratif et bureaucratique. Mais derrière cette image de carte postale, la capitale helvétique s’implique également de manière active et réfléchie pour doper son innovation. Car face à la rude compétition économique et à sa dimension internationale toujours plus pressante, le succès de l’industrie suisse réside en grande partie dans sa capacité à innover mieux et davantage que ses voisins européens.

Canton engagé et impliqué Étant le premier canton industriel du pays, prenant ainsi continuellement le pouls de l’économie helvétique et du marché international dans lequel elle s’insère, la Promotion économique du canton de Berne a su apporter des réponses et solutions concrètes et adaptées pour les entreprises. Si une attention particulière est notamment portée à l’instauration de conditionscadres intéressantes et profitables aux acteurs économiques, il est également question de synergies et réseaux entre les milieux académiques et industriels. Une bonne capacité à innover réside en effet aussi et surtout dans une forte complicité et complémentarité entre la recherche et son application concrète au sein des entreprises innovantes. Un savant mélange qui doit permettre de favoriser et soutenir une politique de transfert technologique entre recherche, développement et application à l’interface des Hautes Ecoles et acteurs industriels. Hub high tech A Berne, cette complémentarité s’illustre notamment à travers les projets phares de partenariat public – privé, à l’exemple du sitem-insel

- le nouveau centre de médecine translationnelle et d’entrepreneuriat - ou le Switzerland Innovation Park de Bienne. Ces centres mettent ainsi en réseau entreprises, chercheurs et spécialistes pour créer un écosystème innovant et attrayant. Objectif à Bienne: donner accès aux industries de haute précision et de microtechnique à un réseau ainsi qu’à une plateforme permettant de mener à bien toutes les étapes qui s’inscrivent entre une idée ou un projet et sa concrétisation commerciale. Véritable site d’essais et de tests, le Switzerland Innovation Park de Bienne permet ainsi de fabriquer des prototypes et de lancer la fabrication de petites séries avant d’amorcer les phases de production industrielle. Actif dans le secteur horloger ou encore médical, il constitue un centre clé dans les domaines et secteurs high tech. Le Switzerland Innovation Park de Bienne a par ailleurs donné naissance au Swiss Smart Factory, le premier et seul institut opérationnel spécialisé dans les différents domaines de l’industrie 4.0, ainsi qu’à un nouveau FabLab.

climat propice savamment développé et maintenu par les acteurs politiques et la Promotion économique. La Haute Ecole Arc à Saint-Imier s’est par exemple distinguée en mettant au point la micro5, une fraiseuse 5 axes pas plus grande qu’une machine à café. Une prouesse technique impressionnante qui donne naissance à une nouvelle manière d’usiner des pièces de précision destinées au secteur horloger ou encore aux medtechs. A terme, cette technologie des plus sophistiquées pourrait également être utilisée en étant insérée au sein d’un réseau de machines connectées. Très représentatif de l’industrie 4.0 et de ses diverses possibilités technologiques, le dispositif pourrait ainsi permettre de remplacer des parcs de machines imposants et gourmands en énergie. Plusieurs entreprises industrialisent déjà le concept micro5, à l’exemple de Kummer Frères SA à Tramelan, ou encore Factory 5 qui a lancé une plateforme de sous-traitance basée sur l’industrie 4.0. La prochaine étape visée est celle d’une micro usine connectée, agile et autonome.

Innovation, les pépites bernoises Au sein du canton bernois, les entreprises innovantes sont nombreuses à s’illustrer. De belles performances qui témoignent du

Autre pépite, la start-up Touchless Automation, qui a récemment mis au point une technologie des plus innovantes: une machine capable de manipuler des composants sans les toucher. Grâce un système de lévitation

fonctionnant notamment avec des ultrasons, le dispositif rend possible la manipulation de pièces nécessitant un soin particulier. La technologie permet ainsi de ne pas abîmer ni contaminer des composants médicaux spécifiques ou encore des pièces horlogères. Enfin, le dynamisme du canton bernois en matière d’innovation se reflète aussi dans une récente alliance industrielle de haut vol. Les entreprises Tornos et Sylvac, respectivement spécialisées dans les machinesoutils et les systèmes de mesure, ont collaboré pour la première fois afin de développer une machine inédite capable de mesurer et corriger à la fois les pièces et composants de précision utilisés dans le secteur horloger ou le domaine des medtechs. Autant d’exemples et successstories industriels qui démontrent la forte capacité d’innovation qu’a su développer le canton de Berne durant ces dernières années. Si les touristes sont nombreux à affluer dans la capitale pour son charme et son aspect authentique, les entreprises qui s’y installent bénéficient d’un dynamisme économique prononcé qui leur permet de bénéficier d’un véritable tremplin en matière d’innovation. TEXTE THOMAS PFEFFERLÉ


Compétences du pionnier de la commande numérique en Suisse Construction mécanique Industrie médicale Micromécanique et horlogerie Outilleurs et moulistes

SUVEMA AG CH-4562 Biberist | T 032 674 41 11 | www.suvema.ch System certification ISO 9001/ISO 14001

SALON E U A A ÈV SUVEM MT À GEN EP 2018, stand B95 / J H P E au 15 juin du 12


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

012

CANTON DU JURA

EPHJ: les entreprises jurassiennes à l’honneur Durant le salon international de la haute précision, le canton du Jura est amplement représenté puisque près de 80 entreprises du canton se rendent à la grand-messe des métiers de la microtechnique. Pour épauler les PME, la Promotion économique jurassienne organise des stands communs durant la manifestation.

I

mpossible de passer à côté des entreprises jurassienne durant le salon EPHJ. Les PME du canton sont en effet près de 80 à investir les locaux de Palexpo pour l’occasion, soit environ 10% de tous les exposants. Si les acteurs industriels du Jura sont aussi présents, c’est évidemment en raison du tissu économique du canton, majoritairement orienté vers le secteur de l’horlogerie et de la microtechnique. Pour la Promotion économique, cet événement constitue donc une manifestation stratégique dans l’optique de montrer les savoirfaire et l’évolution des techniques de ses pépites. Autre objectif: mettre en avant la diversification dans le secteur médical qui concerne les PME jurassiennes depuis quelques années déjà. Une compétence supplémentaire intéressante à développer pour les structures spécialisées dans le domaine de l’horlogerie et la microtechnique.

Stands communs Dans l’optique d’épauler les petites structures, qui représentent la majeure partie du tissu économique cantonale, la Promotion économique du Jura organise deux stands communs. Le principe: proposer des surfaces d’exposition communes

aux entreprises afin de bénéficier d’une précieuse aide logistique et organisationnelle ainsi que d’un soutien financier important. Dans le cadre de cette démarche, la Promotion économique prend en effet à sa charge 50% des frais de location de ces stands.

Les PME qui rejoignent ces surfaces d’exposition - 43 pour cette édition 2018 - bénéficient en outre d’une excellente visibilité et de la possibilité de réseauter activement entre elles. Des emplacements stratégiques au sein du salon qui permettent ainsi de développer et tisser d’importantes synergies. Et cette année, les stands communs de la Promotion économique du Jura font peau neuve avec un nouveau graphisme blanc et rouge, les couleurs emblématiques du canton.

Réception jurassienne A noter également: durant la journée du mercredi, le ministre de l’économie jurassienne Jacques Gerber vient rendre visite aux PME lors d’une réception à laquelle elles sont conviées. Lors de cette visite officielle, les exposants et visiteurs assistent également à l’allocution de Claude Membrez, directeur général de Palexpo, et Jurassien d’origine. TEXTE THOMAS PFEFFERLÉ


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

EXPERT PANEL

013

Expert Panel: quel avenir pour l’industrie MEM? PHILIPPE CORDONIER. Ing. méc. EPFL, Responsable romand Swissmem

ALEXANDRE CATTON. Chef de projet EPHJ-EPMT-SMT Palexpo SA

ANTONIO RUBINO. Secrétaire général GIM-CH

L’industrie horlogère bénéficie enfin d’un retour progressif vers la croissance. Quelles sont les perspectives d’avenir de l’industrie MEM? La situation de l’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) n’a plus été aussi bonne depuis longtemps avec une augmentation en 2017 des chiffres d’affaires de +9,4 % par rapport à 2016. Seule la rentabilité est encore insatisfaisante pour de nombreuses entreprises MEM. Pour le futur, les entreprises MEM ont besoin d’une phase de croissance plus longue avec des marges nettement meilleures pour compenser les pertes parfois considérables sur les marges et la substance des dernières années.

Si l’industrie profite actuellement d’une lancée positive, la prudence reste de mise. Les soustraitants le savent bien pour avoir traversé un certain nombre de périodes difficiles. Les quatre dernières années ont vu des petites entreprises se regrouper, gagner ainsi une masse critique et compiler leurs savoir-faire, permettant une meilleure répartition du risque. C’est peut-être là l’une des pistes quant à l’avenir de l’industrie. Une forme de sous-traitance intégrée/verticalisée. Cette perspective aurait d’autant plus de sens à l’heure où tout un chacun parle d’industrie 4.0

La situation a été redressée durant l’année passée, avec l’entrée de commandes supplémentaires. Le réajustement des prix s’est fait au détriment des marges. Ceci a affecté la capacité d’investissement des entreprises. Nous sommes prudemment optimistes pour 2018 et 2019, pour autant que le contexte politico-économique mondial ne connaisse pas d’importants changements ou qu’une subite hausse rapide des taux d’intérêts se produise.

Le Salon EPHJ-EPMT-SMT s’articule autour de synergies entre les mondes horlogers, medtech et microtechnologie. Que peuvent nous offrir dans le futur la progression des synergies entre ces savoir-faire très similaires?

Dans un contexte global, la numérisation a des conséquences sur pratiquement tous les domaines de la société et de l’économie. En rapport avec cette tendance de fond, de nouveaux thèmes prennent plus d’importance comme par exemple la sécurité des données, la protection des données, la cybercriminalité, comment diriger une entreprise dans l’ère numérique, la formation de base et continue, les médias sociaux, la sharing economy etc. Un grand nombre des sujets mentionnés concernent l’ensemble de la place industrielle suisse.

Les secteurs s’enrichissent en effet technologiquement les uns les autres, l’appellation de «haute-précision» faisant la passerelle. Outre les aspects d’usinage, de développement de matériaux ou de traitement de surface, la recherche dans le domaine de la micromécanique trouvant des applications dans un cadre chirurgical ou dans un mouvement horloger pourrait être un axe de recherche «commun».

Des opportunités d’innovation supplémentaire et des produits innovants à haute valeur ajoutée! Trouver des collaborations entre secteurs et chercher des synergies est essentiel pour la survie de tout un secteur de nos métiers.

L’industrie MEM va faire face à une pénurie de main d’oeuvre. Selon vous, que faut-il entreprendre pour pallier ce problème?

Des études montrent qu’il manque déjà des spécialistes dans plusieurs secteurs professionnels. Cette pénurie devrait encore s’accentuer du fait qu’au cours des années à venir, le nombre de spécialistes qui partiront à la retraite sera plus grand que celui des jeunes qui assureront la relève. Swissmem a mis en place diverses mesures pour utiliser de manière optimale le potentiel de la main-d’œuvre suisse : promotion ciblée de la relève, amélioration de la conciliation de la profession et de la famille, promotion des femmes et des collaborateurs les plus âgés et plateforme online www.find-your-future.ch.

Communiquer, faire découvrir ces métiers passionnants et offrant de belles perspectives. L’industrie MEM est importante dans le paysage économique Suisse. Ses domaines d’application sont vastes. Le Salon EPHJ-EPMT-SMT organise chaque année des tables rondes dont une est destinée aux «juniors»; il propose aux écoles professionnelles d’exposer gratuitement et invite leurs étudiants à rencontrer les entreprises du secteur.

La pénurie de main d’œuvre qualifiée est récurrente. On ne peut que conseiller de tenter d’augmenter le nombre de collaborateurs formés. Même si le marché de l’emploi est souple, il est appelé à se tendre, du fait de la pénurie de spécialistes formés, qu’ils soient de niveau CFC ou technicien ou ingénieur (HES ou EPF). L’on a vu que, structurellement, les CFC en 4 ans sont en baisse : il convient d’infléchir cette courbe descendante. On ne peut que conseiller la branche à continuer son œuvre en faveur de la promotion des métiers.


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

014

FORMATIONS

Comment revaloriser les métiers techniques? L’industrie de la haute précision et des métiers techniques souffre d’une mauvaise image auprès des jeunes. A tel point que les prédictions quant au futur des ces branches ont de quoi inquiéter. Selon un sondage de l’association Swissmem, il pourrait manquer jusqu’à 17’000 professionnels qualifiés par an pour maintenir le secteur à niveau durant ces prochaines années. TEXTE THOMAS PFEFFERLÉ

L

’industrie des métiers techniques et de la haute précision se porte bien. Les chiffres du premier trimestre sont en effet excellents et l’ensemble des acteurs affichent de bonnes performances. Les exportations sont à la hausse et les fabricants de machines bénéficient également de cet élan positif. En revanche, lorsque l’on s’intéresse à l’avenir de ces métiers techniques, on peut s’inquiéter. Les prédictions réalisées par les experts ont en effet de quoi alarmer.

Durant ces prochaines années, il pourrait manquer jusqu’à 17’000 professionnels qualifiés par an, et cela rien que pour maintenir l’industrie à niveau.

Durant ces prochaines années, il pourrait manquer jusqu’à 17’000 professionnels qualifiés par an, et cela rien que pour maintenir l’industrie à niveau. Si le futur s’annonce aussi complexe, c’est notamment en raison de la mauvaise image que véhiculent les métiers techniques, auprès des jeunes en particulier.

et aujourd’hui le secteur se digitalise et se complexifie de manière très intéressante. Après l’apprentissage, qui constitue déjà une belle porte d’entrée dans le monde professionnel, il est tout à fait possible de poursuivre ses formations, par exemple pour devenir ingénieur et intégrer une haute école ou une université.»

étudiants avec la technique. Entre les cantons de Neuchâtel, Vaud, Berne et du Jura, une vingtaine d’écoles a également été équipée d’imprimantes 3D. Avec le soutien des entreprises de leur région, les écoles et leurs enseignants bénéficient ainsi de formations pour maîtriser cet outil et initier les jeunes à son utilisation.

«L’image de l’industrie reste en effet le principal problème pour revaloriser les professions techniques et de la haute précision, souligne Pierre-Yves Kohler, directeur du salon SIAMS, qui réunit tous les deux ans les acteurs industriels de la microtechnique. Les ateliers professionnels sont encore vus comme des lieux vieux et sales et, avant cela, l’apprentissage est aussi vu comme une voie de garage. Pourtant ces branches techniques ont connu une très belle évolution

Agir auprès des jeunes Pour inverser cette tendance et revaloriser ces professions auprès des jeunes, d’importants efforts sont entrepris, notamment au sein des écoles. Via le programme #bepog, les acteurs romands de l’industrie technique s’impliquent activement pour montrer aux jeunes les avantages et possibilités liés à leurs filières. Au sein des écoles, des ateliers sont par exemple organisés en dehors des heures de cours pour familiariser les

Des ateliers au sein de fablabs sont aussi organisés avec des classes dans l’optique de leur montrer les différentes possibilités et débouchés qu’offrent les branches techniques. En parallèle, les acteurs du domaine accueillent les enseignants ainsi que les experts de l’orientation professionnelle dans les entreprises pour leur faire découvrir les aspects modernes, actuels et attractifs de leurs métiers ainsi que les différentes perspectives d’avenir qu’ils offrent.


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

ALFASET BRANDREPORT

015

Acteur industriel engagé Dans le vaste secteur de la production industrielle, on ne pense pas forcément aux dimensions sociales au sein desquelles certains acteurs peuvent évoluer. Répartie sur 4 sites, la fondation neuchâteloise alfaset s’engage justement sur cette voie en employant près de 450 collaborateurs en situation de handicap. Une belle initiative qui permet de favoriser l’intégration de personnes handicapées dans le tissu industriel tout en répondant efficacement aux demandes des entreprises. Présentation.

L

es chiffres clés d’alfaset sont impressionnants: 4 sites de production, 23 ateliers, 13 métiers et 607 employés, dont 443 en situation de handicap. La fondation privée reconnue d’utilité publique, établie à Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et Couvet, permet ainsi de faire rejoindre demandes industrielles et engagement social. Un bel exemple d’intégration qui offre également aux entreprises de la région de précieuses compétences et infrastructures pour externaliser certaines de leurs opérations. Les 4 sites de production d’alfaset regroupent de nombreuses compétences et des domaines d’activité des plus variés. On y trouve par exemple un atelier de mécanique, un atelier de câblage, une menuiserie/caisserie, un centre spécialisé dans l’archivage numérique, une blanchisserie industrielle ou encore des centres de conditionnement et montage multiservice. Autant d’infrastructures et savoir-faire qui permettent à la fondation de répondre de manière efficace et professionnelle aux différents acteurs industriels de la région. Avec 95% de sa clientèle basée en Suisse, alfaset s’inscrit ainsi dans une démarche qui permet de renforcer et rapprocher le tissu économique et social local. Parmi les derniers travaux et mandats emblématiques effectués par les collaborateurs d’alfaset, on peut notamment mentionner les nouvelles caissettes à journaux disposées dans toutes les gares CFF du pays. Au sein de son atelier de serrurerie, la fondation dispose d’ailleurs de l’ensemble des machines et compétences nécessaires à la fabrication de ce genre d’éléments, soit la découpe laser, les travaux de serrurerie ainsi que le thermopoudrage. Une palette de prestations complète

qu’il est rare de pouvoir trouver au sein d’un même site.

Ingéniosité sociale et industrielle Autre force d’alfaset, l’ingéniosité développée et mise en place par le personnel d’encadrement. Car pour certaines tâches, le handicap d’un employé peut parfois impliquer de devoir élaborer une méthodologie de travail différente. Ainsi, en ayant une approche qui sort des schémas de production industrielle classiques, la fondation permet aux autres entreprises de bénéficier d’un nouvel input et de trouver des solutions innovantes et inédites. Un bel avantage qui, en intégrant les professionnels en situation de handicap dans le marché du travail, offre un regard nouveau sur certaines problématiques industrielles. Pour les entreprises de la région, les importants locaux ainsi que les nombreux métiers dont dispose alfaset constituent par ailleurs de précieux atouts. Car en fonction des différents volumes de marchandises à stocker ou encore des divers lots de pièces à traiter, les acteurs industriels peuvent compter sur un partenaire aussi

souple que compétent. Des qualités professionnelles, logistiques et spatiales souvent difficiles à réunir au sein d’une seule entreprise et de ses locaux.

Centre de conditionnement multiservice Proche des fabricants horlogers notamment, alfaset s’est munie durant ces dernières années d’un centre de conditionnement permettant de répondre aux diverses demandes des entreprises. Emballage de pièces destinées au service après-vente, montage de certains composants ou encore conditionnement sous blister, skin packaging, sachet ou carton peuvent ainsi être effectués au sein du centre.

Avec 95% de sa clientèle basée en Suisse, alfaset s’inscrit ainsi dans une démarche qui permet de renforcer et rapprocher le tissu économique et social local.

A noter également, sur ses sites de Neuchâtel et de La Chaux-deFonds, la fondation dispose aussi de foyers permettant d’accueillir les collaborateurs qui nécessitent un encadrement spécifique.

SMART FACTS.

TEXTE THOMAS PFEFFERLÉ

Durant le salon EPHJ, alfaset est également présente. Sur son stand E117, les visiteurs ainsi que le grand public peuvent découvrir la fondation qui présentera ses activités et son engagement. Un partenaire industriel et social qui, pour les fabricants horlogers, les acteurs industriels actifs dans la microtechnique ou encore les différents professionnels des domaines de la haute précision, peut s’avérer particulièrement intéressant à découvrir. www.alfaset.ch


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

016

BRANDREPORT BOS-SOFTWARE

Officine Panerai atteint ses objectifs dans la gestion du flux d’information en atelier avec ScreeN Dans sa manufacture à Neuchâtel, l’entreprise a repensé son organisation pour accéder à de nouvelles opportunités d’amélioration. Pari réussi.

L

es montres haut de gamme produites chez Officine Panerai sont aussi élégantes que performantes techniquement. Cette véritable culture trouve ses racines dans l’histoire même de la marque.

L’entreprise créée par Giovanni Panerai en 1860 à Florence démarre avec une boutique d’horlogerie suisse: un magasin doublé d’un atelier qui accueille également la première école d’horlogerie de la ville. 50 ans plus tard, Officine Panerai entame un virage dans son développement avec une commande de la Marine Nationale pour la réalisation de cadrans de visée luminescents: c’est la première innovation brevetée. Au cours du siècle qui s’en suit les premières montres Panerai voient le jour. Leur technicité n’a de cesse de s’améliorer pour les besoins grandissants de la Marine italienne qui souhaite s’outiller pour la plongée. Dans un premier temps réservés à son commanditaire, ces équipements seront étendus au public bien plus tard. Pensées et reconnues pour leur robustesse à toute épreuve, les montres sont également sublimées par le design italien depuis toutes ces années. Aujourd’hui, c’est dans le boîtier de grande dimension en forme de coussin, le pont protègecouronne et la technicité subtile du mouvement que réside donc l’âme des montres Panerai...

des montres Panerai nous pousse à réfléchir différemment, à voir plus loin que ce qui est apparent, à mettre en place des leviers d’amélioration ailleurs que simplement dans la technique pure où la production est déjà fortement optimisée». Lorsque l’équipe a décidé de prendre du recul sur son organisation en lançant une réflexion Lean/Six sigma, l’idée était de reprendre le contrôle et la maîtrise des valeurs financières d’encours dans les ateliers, ainsi que des taux de service pour les marchés. «À ce moment-là, nous nous sommes rendus compte que nous étions très performants par métier, mais pas suffisamment sur l’ensemble.» Une fois les axes de défaillance repérés, les modèles ont été repensés, une nouvelle organisation devait voir le jour.

Séduit par les possibilités de ScreeN En cours d’analyse, l’équipe a vu fonctionner ScreeN dans une autre entreprise et a été séduite par ses possibilités. Depuis son installation dans les ateliers, ce logiciel est devenu un élément clé, adapté aux

Guy Hennard, Directeur qualité et industrialisation chez Officine Panerai relève le défi de la marque qui décide d’innover sans limite

besoins de la production industrielle de la manufacture. «ScreeN ouvre le champ des possibles» note le Directeur qualité. «Ce qui semblait compliqué à mettre en place est devenu réalité.» La manufacture utilise la gestion de l’information dans le but notamment d’être plus performante sur ses stocks. Les besoins en composants sont anticipés. «Nous avons les bonnes pièces sur les bons établis, au bon moment et les ruptures d’approvisionnement sont rendus visibles au grand jour.» note encore Guy Hennard. Mais l’entreprise choisit d’aller encore plus loin dans son processus qualité.

Nous avons réussi à pérenniser le fameux «Bon du premier coup» avec Screen L’indicateur Lean «Bon du premier coup» (sans recours à une retouche) en industrie est un principe difficile à réaliser en terme d’indicateur régulier. Cela est néanmoins en place sur l’ensemble des flux et produits aujourd’hui chez Officine Panerai, par le module de ScreeN qui permet d’assurer une traçabilité complète des produits et de leurs composants.

BOS-SOFTWARE. Depuis 2008, BOS-Software développe ScreeN qui connecte les opérateurs à leurs outils de production. BOS-S met en œuvre la Manufacture 4.0 où les opérations manuelles sont gérées visuellement, optimisées, monitorées. Forte de ses succès dans les manufactures horlogères, BOS-S met en place les mêmes méthodes dans l’industrie. L’équipe de spécialistes de BOS-S intégre ScreeN au fonctionnement de chaque entreprise. www.bos-software.com

Fort de ces constats, Guy Hénnard soulève que «sans effort supplémentaire au quotidien, nous atteignons un niveau d’information de qualité impossible à obtenir sous forme classique. Cela nous entraîne dans une autre dimension avec un nouveau potentiel.» Officine Panerai continue ainsi à se réinventer. «Nous avons pu réaliser ce que nous avions imaginé lors de nos réflexions en intégrant les utilisateurs à l’équipe de projet. Cette application est le reflet d’une intelligence collective, je tiens à remercier l’engagement personnel de chacun.» relève Guy Hennard. «C’est non seulement satisfaisant mais surtout légitime pour la marque, en quête permanente d’excellence» TEXTE & PHOTOS SOPHIE MÉNARD

L’excellence aussi dans les processus Guy Hennard, Directeur qualité et industrialisation chez Officine Panerai est chargé de déployer cette culture de l’innovation jusque dans les processus. «Le niveau d’excellence

EPSILUS STRATÉGIE ET COMMUNICATION

Officine Panerai atteint ses objectifs dans la gestion du flux


EMBOUTISSAGE PRESSE ÉLECTRIQUE AVEC TECHNOLOGIE SERVO DRIVE Presse Presse classique classique

Presse Presse classique classique

AC AC Servo Servo Direct Direct Drive Drive

Presse Presse SDE SDE

Formages Formages sans sans fissure fissure

Presse Presse SDE SDE

Qualité Qualité et et précision précision

Faibles Faibles côuts côuts d’exploitation d’exploitation Multifonctionnalité Multifonctionnalité Facilité Facilité d’utilisation d’utilisation Précision Précision

Growing Growing Together Together with with Our Our Customers Customers

Growing Together with Our Customers

AMADA AMADA SA SA

AMADA SA AMADA AMADA Swiss Swiss GmbH GmbH Dättlikonerstrasse Dättlikonerstrasse 5 5 AMADA Swiss GmbH CH CH 8422 8422 Pfungen Pfungen Dättlikonerstrasse 5 Contact: Contact: R.Gutknecht R.Gutknecht CH 8422 Pfungen Tél : +41 79 526 34 96 Tél : +41 79 526 34 96 Contact: R.Gutknecht www.amada.ch www.amada.ch Tél : +41 79 526 34 96 www.amada.ch


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

018

INDUSTRIE HORLOGÈRE

Marché horloger 2018: un départ prometteur Les acteurs de l’industrie horlogère peuvent avoir le sourire. L’année commence en effet très bien et, après le salon mondial de l’horlogerie Baselworld, les indicateurs sont au vert. Analyse des tendances encourageantes du marché horloger. TEXTE THOMAS PFEFFERLÉ

Q

uelque peu chamboulé durant ces dernières années, notamment en raison de l’arrivée des montres connectées et des prédictions parfois alarmistes qui les accompagnaient, le marché horloger semble s’être consolidé à nouveau. Et l’année démarre même très bien pour l’industrie. Après le salon mondial de l’horlogerie Baselworld, qui s’est tenu au mois de mars, on peut en effet constater que les performances attendues s’annoncent prometteuses. Permettant de prendre le pouls de l’économie horlogère et du secteur des métiers de la haute précision, la manifestation a permis de rassurer et motiver les différents acteurs du domaine. Les chiffres du premier trimestre 2018 sont bons. Et les experts sont nombreux à prédire une suite des plus positives pour le reste de l’année.

Une bonne santé économique qui rassure, surtout en considérant le fait que l’industrie helvétique de la haute précision, exportatrice dans de larges proportions, doit pouvoir rivaliser avec la concurrence pour pérenniser son activité. Les chiffres traduisent même des augmentations encourageantes entre janvier et février 2018 concernant les exportations. Exemple concret avec les montres-bracelets: environ deux millions de pièces suisses ont été exportées en février, soit une augmentation de 3,8% par rapport à janvier. Et par rapport à 2017, ces bonnes performances représentent une augmentation de 13,8%.

Les métaux précieux ont la cote L’année 2018 est aussi marquée par une tendance importante en

matière de préférence, à savoir celle des métaux précieux. Les gammes de luxe se portent donc très bien, avec des exportations de montres conçues à partir de ces matériaux qui se démarquent de manière significative. A nouveau, on observe une belle augmentation de ces ventes entre janvier et février cette année avec +12,6%, soit 538,5 millions de francs. L’acier séduit également puisqu’on relève une croissance de 9,6% par rapport à ce type de produits, ce qui représente quelque 650,4 millions de francs. En même temps, on peut aussi constater que l’ensemble des gammes de prix se portent bien. Un bon indicateur, qui démontre que tous les acteurs de l’industrie horlogère bénéficient de cet élan économique.

Toutes les gammes de prix ont en effet enregistré une augmentation des ventes, de manière plus ou moins prononcée. Concrètement, on peut notamment mentionner le fait que les ventes de montres de 200 francs ou moins ont augmenté de 7,8%.

L’îlot suisse performe Si l’on peut constater un ralentissement de l’économie à l’échelle mondiale, on voit donc que l’industrie helvétique bénéficie d’un bel élan. Berceau de l’horlogerie, la Suisse reste donc le pays des montres et du savoir-faire propre à la haute précision. L’image de la montre suisse continue de séduire et, après plus d’une année de doutes et de performances à la baisse, les acteurs de l’horlogerie peuvent se réjouir et se féliciter.


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

LENZE-BACHOFEN SA BRANDREPORT

019

Une entreprise qui investit en Suisse romande Dans son agence de Crissier près de Lausanne, l’entreprise Lenze-Bachofen SA a décidé d’investir en ressources humaines, afin de renforcer le service 100% local apporté à ses clients en Suisse romande, qui sont actifs dans le domaine industriel (fabricants de machines; utilisateurs finaux; intégrateurs, bureaux d’ingénieurs, etc.).

L

a société Lenze-Bachofen SA, dont le siège social est situé à Uster (ZH), est une entreprise qui s’est toujours adaptée aux besoins et exigences du marché en Suisse. Que ce soit dans le domaine des services aux clients (conseils techniques; engineering; programmations; vente et service après-vente...) ou celui des produits proposés, son point d’honneur a toujours été de proposer un service qui soit le plus irréprochable possible, en terme de qualité et de rapidité. Pour ce faire, elle a su prendre les décisions stratégiques qui s’imposaient, comme le virage technologique qui permet de proposer aujourd’hui des solutions complètes en automation, incluant tout le matériel électrique, électronique et mécanique nécessaire. Ceci, grâce également à des partenaires locaux qui s’occupent, dans certains cas, de l’intégration des solutions complètes d’automation de Lenze-Bachofen SA, chez les clients. Elle a toujours mesuré l’importance du marché en Suisse romande et y a toujours eu une filiale, que ce soit à Cheseaux/ Romanel dans le lointain passé ou à Crissier, depuis de nombreuses années et encore aujourd’hui. Au vu de l’évolution des marchés internationaux, nos clients en Suisse vivent des changements importants dans leurs stratégies d’entreprise. Cela a bien évidement touché également le marché romand et a pour conséquences que les services qui doivent être apportés à nos clients évoluent et changent très rapidement. C’est pour cette raison que la société Lenze-Bachofen SA a décidé de renforcer son équipe en Suisse

romande et a créé deux nouveaux postes au sein de son team, à Crissier:

Un poste d’ingénieur en automation Il peut accompagner nos clients dans les phases de développement, les conseiller sur les questions techniques, il peut également effectuer la programmation de nos automates/Drives et, si nécessaire, il se déplacera chez le client pour l’aide à la mise en service, mise en route de la machine avec notre matériel. Ce service technique permet à nos clients de bénéficier d’un support 100 % local, à distance ou sur place chez eux. Un poste de conseiller au service externe Dédié à 100 % aux clients utilisateurs finaux. La nouvelle équipe renforcée est donc constituée aujourd’hui des collaborateurs suivants:

Reynald Mermod: Head of Western Switzerland / Chef des ventes. Alessandro Bicca: Conseiller au service externe pour les clients fabricants de machines (OEMs). Johann Walz: Conseiller au service externe pour les clients utilisateurs finaux. Davor Volic: Ingénieur en automation/ application/technique d’entraînements. Pieter de Vogel: Conseiller au service interne/ administration. Avec cette nouvelle équipe renforcée, nous sommes persuadés d’être à même de mieux conseiller et suivre tous nos clients en Suisse romande et au Tessin,

Avec cette nouvelle équipe renforcée, nous sommes persuadés d’être à même de mieux conseiller et suivre tous nos clients avec un grand professionnalisme et une haute qualité de service.

avec un grand professionnalisme et une haute qualité de service, sur place à Crissier, proche de nos clients. Faites confiance à cette nouvelle équipe renforcée qui est présente près de chez vous et n’hésitez pas à faire appel à eux pour tous types de services et conseils. C’est avec grand plaisir qu’ils vous accompagneront dans vos développements ou vos recherches diverses et vous conseilleront en fonction de vos besoins.

TEXTE REYNALD MERMOD HEAD OF WESTERN SWITZERLAND LENZE-BACHOFEN SA

CONTACT. Lenze-Bachofen SA Rte de Prilly 25 1023 Crissier Tél.: E-mail :

021/637 21 90 sales.ch@lenze.com

www.lenze.com


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

020

BRANDREPORT BILLIGHT

Billight, la plus brillante des entreprises horlogères Établie dans la commune genevoise de Satigny, la PME Billight allie technologie contemporaine et respect du savoir-faire traditionnel dans le secteur de l’horlogerie. Unique en Suisse et dans le monde, sa précieuse technique permet notamment de produire des éléments luminescents tels que les aiguilles ou encore les tours d’heures des cadrans. Un savoir-faire dont l’entreprise est la seule à détenir le secret.

Q

u’il s’agisse des grandes marques mais aussi des gammes plus accessibles, la brillance est au coeur de nombreux produits de l’industrie horlogère. La brillance, ou plutôt la luminescence, permet en effet de conférer une touche élégante et distinguée à une montre. En s’illuminant dans la nuit, les aiguilles ou les chiffres d’un cadran reflètent ainsi un savoir-faire et une technique particulièrement complexes. Spécialisée dans ce créneau de niche, la PME genevoise Billight maîtrise cette technique à la perfection. Souvent copié mais jamais égalé, le procédé qu’elle a su développer lui permet d’occuper une place des plus stratégiques et centrales au sein du secteur horloger. Car la qualité et la luminescence des pièces qu’elle produit ne faiblissent pas avec le temps et ne subissent pas non plus les chocs thermiques, comme cela peut être le cas avec d’autres fabricants moins spécialisés. En Suisse, aux Etats-Unis, en Chine ou encore en Allemagne, ses clients n’hésitent d’ailleurs pas à faire appel à ses services pour illuminer leurs produits. Au fil des années, les produits développés par Billight n’ont cessé de

gagner en maîtrise, professionnalisme et précision. Reconnue pour son expertise sur la scène internationale, l’entreprise spécialisée dans la technologie 3D mêle habilement fabrication industrielle et procédés humains et artisanaux. Développée au sein même de l’entreprise, la technologie 3D de Billight lui permet de concevoir et produire des pièces, aiguilles et chiffres de toutes les formes géométriques. Uniquement suisses, les matériaux avec lesquels travaille l’entreprise comprennent notamment le Swiss Super-Luminova, de la laque ainsi que différentes résines. Applicables

sur des aiguilles, des cadrans ou encore des gravures, ils permettent de leur conférer cette luminescence tant recherchée. Billight produit aussi des capsules et moulages qui répondent aux normes ISO 17514. Principal atout de ces matériaux et techniques: une réflexion du flux lumineux de 95%. Outre les montres, la PME décline par ailleurs sa techniques aux lunettes et aux gravures que l’on peut y effectuer.

Brillante réputation Reconnue par les plus grandes marques, l’expertise de Billight lui a notamment permis de tisser des

collaborations et partenariats avec des grands noms de l’horlogerie tels que Zenith, Blancpain, le Groupe Richemont, TAG Heuer ou encore Chopard. Fondée en 1993, l’entreprise accorde en outre une grande importance à l’innovation, notamment dans l’optique de pouvoir suivre les demandes et attentes toujours plus spécifiques de sa clientèle. Pour y répondre, son bureau technique s’implique activement dans le développement de logiciels et d’outils de production technologiques permettant de réaliser du sur-mesure avec un très haut degré de précision. Si Billight séduit notamment les grandes marques, l’entreprise collabore en outre avec des designers et cadraniers. Plus d’informations: www.billight.ch

TEXTE THOMAS PFEFFERLÉ


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

CHRONODE BRANDREPORT

021

Un partenaire unique pour concevoir et fabriquer sa montre Établie au Locle, dans le canton horloger de Neuchâtel, l’entreprise Chronode est parvenue à se forger rapidement une solide réputation au sein du secteur horloger. Fondée en 2005, la PME qui emploie une trentaine de collaborateurs peut assurer toutes les étapes qui interviennent entre la conception et la commercialisation d’une montre.

D

e nombreuses étapes et de multiples métiers sont impliqués dans la commercialisation d’une montre. Pour les marques, cette complexité implique souvent de devoir établir des partenariats avec des interlocuteurs différents. Ce qui ne s’avère pas toujours des plus simples. Consciente de cette problématique, l’entreprise Chronode propose justement une palette de services complète. Capable de développer et concevoir des modèles 3D et la mise en plan des complications et des mouvements, la PME propose aussi de se charger de l’assemblage, de la fabrication, de la livraison ainsi que du service après-vente. Un

avantage certain pour les marques, qui bénéficient ainsi d’un interlocuteur unique pour des tâches normalement segmentées entre de nombreux acteurs de l’industrie horlogère. Mais Chronode va encore plus loin. Au travers d’une collaboration avec plusieurs designers, elle propose de nouveaux concepts qui apportent un avantage de différenciation aux marques. L’entreprise est également à même de fournir un produit abouti et prêt à être commercialisé. La PME peut ainsi assumer la responsabilité complète du développement et de la fabrication d’une montre, et cela pour des séries pouvant aller jusqu’à

plusieurs centaines de pièces. Un accompagnement complet, qui offre en outre la possibilité de concevoir et produire des montres sur-mesure en tenant compte des souhaits et attentes des clients.

Partenaire commercial Veillant à établir et entretenir une grande proximité avec sa clientèle - essentiellement active en Suisse l’entreprise propose aussi de prendre part aux étapes liées à la promotion et la vente du produit. Une alliance bien pensée et appréciée, qui permet ainsi à Chronode d’évoluer en tant que partenaire intégré au sein du modèle d’affaires de ses clients et de leur apporter son expertise et ses conseils de manière continue et sur le long terme. www.chronode-sa.ch TEXTE THOMAS PFEFFERLÉ

Montre Cyrus Tourbillon Vertical présentée à Baselworld 2018

Publireportage

Université de Neuchâtel

Le Master en économie appliquée Vous avez un bachelor d’une université ou un diplôme d’une HES, et vous voulez acquérir des connaissances concrètes qui vous faciliteront l’entrée dans le monde du travail? Alors le nouveau «Master en économie appliquée» de l’Université de Neuchâtel est pour vous! Le Prof. Bruno Lanz, responsable de ce cursus, vous en donne les spécificités. TEXTE: JEAN-LOUIS EMMENEGGER

En quoi consiste ce Master? Nous formons des économistes spécialisés en analyse quantitative qui acquièrent des connaissances concrètes qu’ils peuvent directement appliquer dans les milieux économiques et institutionnels. Quelles spécialisations proposez-vous? Nous en avons trois: finances publiques et régulation; politique énergétique et environnementale; politique commerciale et migratoire. Chaque étudiant approfondit ses connaissances dans le domaine qui l’intéresse. A qui s’adresse ce Master? Aux étudiants intéressés par l’analyse des données chiffrées qui veulent être capables d’en tirer des solutions concrètes. Il n’est pas besoin d’être économiste: des études en relations internationales, sciences politiques ou sociologie ou dans une autre faculté ou dans une HES sont une très bonne base.

Interested in using the toolbox of economists to solve real-world problems? Come and study our

Master in Applied Economics • A flexible program with three optional specializations: • Public finance and regulation • Energy and environmental policy • Trade and migration policy. • All courses in English; interactive teaching in small classes. • Open to non-economists; applications reviewed year-round.

Combien de mois dure cette formation? Entre 18 mois et deux ans. Les cours sont donnés en anglais à des petits groupes d’une quinzaine de personnes. Et les perspectives d’emploi? Nos étudiants acquièrent des connaissances qu’ils peuvent directement mettre en pratique. Les perspectives d’emploi sont donc très bonnes notamment dans les organisations internationales, ONG, sociétés commerciales privées, institutions financières (banques) et assurances. Infos: www.unine.ch/mscapec Contact pour infos et recevoir les présentations (slides): Prof. Bruno Lanz, bruno.lanz@unine.ch

More information on our website:

www.unine.ch/mscapec/home.html


U N S U P P L É M E N T T H É M AT I Q U E D E S M A R T M E D I A

PRODUCTEC SA BRANDREPORT

023

Optimiser la chaîne numérique dans vos ateliers Fêtant son trentième anniversaire cette année et forte d’une vingtaine de collaborateurs, Productec peut se prévaloir de plus de 1 000 clients et s’appuie sur trois sites en Suisse romande, Suisse alémanique et France.

F

ocalisée à l’origine sur la CFAO (moyens de production, stratégies d’usinage et de programmation), Productec se positionne aujourd’hui en complément sur l’optimisation de la chaîne numérique dans les ateliers afin de les rendre compatibles avec l’industrie 4.0. Pour ce faire, l’entreprise propose à ses clients une riche offre de logiciels et de services. Il s’agit, dans les réseaux d’ateliers, de connecter des machines et des processus hétérogènes à un réseau informatique et de transférer et gérer les données sous les deux aspects DNC et MES. C’est tout l’intérêt de ProCONNECT: cette suite de logiciels permet non seulement les transferts des programmes d’usinage vers les machinesoutils, d’en gérer le versionnage, mais aussi de prendre en compte les différents acteurs de l’atelier en leur mettant à disposition les bonnes informations au

bon moment. En vue d’en assurer son développement fonctionnel, cette suite intégrera aussi des fonctionnalités de planification de maintenance préventive, une plateforme de maintenance prédictive, ainsi que de traçabilité des données et processus d’atelier. Par exemple, Productec génère des rapports spécifiques d’aide au réglage des machines pour une mise en train optimisée: dans un contexte où les séries sont de plus en plus courtes et les pièces de plus en plus complexes, il est crucial de minimiser ces périodes non productives. La société travaille aussi en partenariat avec de grands acteurs de la mesure, afin d’automatiser les flux de programmes et de données dans l’atelier, permettant ainsi de relier de manière univoque un point de mesure avec son correcteur propre en machine. Productec

offre ainsi toute une palette de modules métier participant à l’augmentation de la productivité des ateliers. Enfin, Productec offre des services d’accompagnement, de conseil, de formation et de programmation de pièce(s) aux entreprises désireuses d’optimiser l’utilisation de leur appareil

de production. Ses clients peuvent ainsi suivre des cours de perfectionnement garantissant une utilisation optimale des produits proposés. Une triple expertise qui devrait aider l’entreprise à se développer en Suisse alémanique et en France. TEXTE PRODUCTEC SA

ANNONCE

Le Cercle des Horlogers est spécialisée dans la réalisation sur mesure de mouvements à grande complication ainsi que dans la production de mouvements personnalisés, tel que répétition heure quart minute, tourbillon multi axe, double tourbillon, mouvement de base, etc. Elle offre ses services de la naissance d’un projet à la livraison de la série complète sous forme de mouvements ou de montres terminées. La passion ainsi que le savoir-faire horloger des deux fondateurs, Alain Schiesser et Nicolas Herren, permettent la conception de projets ambitieux. Pour allier soin minutieux et extrême rigueur, à chaque réalisation.

Chemin du Bugnon 12 2208 Les Hauts-Geneveys 032.968.24.28 - info@chsa.ch www.chsa.ch


Profile for Smart Media

Focus Haute Précision  

PME Magazine

Focus Haute Précision  

PME Magazine

Advertisement