Page 1

FRANCE

HORS DU COMMUN

DAVE GROHL

De Nirvana à Obama, un destin en rock

BEST OF PHOTOS F1, MOTO, FOOTBALL Les images folles de la rétro 2014

19

MONTRES DANS L’ART DU TEMPS RED BULL RALLY DOS VENTOS Des kitesurfeurs aux prises avec le désert brésilien

BREAK DANCE Les rois du BC ONE à

CLUBBING

En guest des Zombie Kids jusqu’à l’aube barcelonaise

l’assaut de Paris

MAGAZINE SPONSORISÉ DÉCEMBRE 2014

PLUS DE

CONTENUS INTERACTIFS SUR

REDBULLETIN.COM


www.kiska.com

FREERIDE E-XC

ELECTROCHOC!

WOO

Photos: R.Schedl, H. Mitterbauer

Avant-gardiste wanted ! Le futur de l’enduro est là : KTM FREERIDE E-XC 100% ELECTRIQUE. Design abouti et technologie maîtrisée, combinée avec la qualité et l’expérience historique de KTM en tout-terrain. Découvrez un plaisir pur, électrique. Homologuée, la KTM FREERIDE E-XC est silencieuse, puissante, maniable car très légère, et incroyablement facile ! Etes vous prêt à explorer une nouvelle voie ?

KTM rappelle à tous les pilotes de moto qu’ils doivent porter des vêtements de protection appropriés, ne mettre en service leur véhicule électrique qu’après avoir reçu les instructions de sécurité relatives aux équipements haute-tension de la part d’un distributeur KTM agréé, et conduire dans le respect du code de la route. Le véhicule montré peut être légèrement différent de la production de série et peut être équipé d’accessoires en option.

0 CARBURANT, 0 POLLUTION, 0 BRUIT.

FREERIDE E-SM

FREERIDE E-SX

UNE GAMME COMPLÈTE VENEZ L‘ESSAYER - LISTE SUR KTM.COM


LE MONDE DE RED BULL

60

À VOS KITES, PRÊTS, SURFEZ !

NIKA KRAMER/RED BULL CONTENT POOL, RETOUCHE: HELLOHIKIMORI (COVER), MARCELO MARAGNI/RED BULL CONTENT POOL, DAVID CLERIHEW

Seize kilomètres entre dunes de sable et lagunes, voici le programme du Red Bull Rally Dos Ventos.

DÉTERMINÉS Le breakdance est plus qu’un phénomène de rue associable aux seuls amateurs de hiphop. La spécialité d’athlètes aux environnements hétéroclites, son rayonnement est universel. Le 29 novembre, Paris reçoit le Red Bull BC One World Final, et 16 danseurs singuliers qui font autorité sur leurs continents. À l’issue de 15 duels éliminatoires en un contre un sera désigné le meilleur breaker au monde. Parmi les trois Français engagés (aux c ­ ôtés de Tonio), ­Lilou et Mounir disent leur détermination à batailler dur. Certains dansent, d’autres font bouger, comme Dave Grohl, ­calibre du rock US, et un guest international au verbe cash. Jackpot mental et visuel dans le Bullevard et la Galerie du mois, « pimpés » en rétro 2014. Bonne lecture ! Votre rédaction THE RED BULLETIN

« Ce que j’ai atteint est à la portée de tout le monde » DAVE GROHL, PAGE 22

7


DÉCEMBRE 2014

D’UN COUP D’AILES BULLEVARD 12  LE MEILLEUR DE 2014  Chaque mois, l’équipe du Bullevard ose tout. Ses choix de l’année vont faire sensation.

50

REPORTAGES 22 Dave Grohl

L’autre boss du rock US a parlé.

COMBAT ROYAL

30 Best of photos

Mounir va-t-il remporter son second titre mondial au Red Bull BC One à Paris?

Nos 100 pages ne suffisent jamais : encore plus de photos dans le rétro.

46 Colin Jackson

Avec ou sans haies, la course est le dada de l’ex-champion olympique.

48 Johnnyrandom

Celui qui a instrumentalisé le vélo.

50 Red Bull BC One

58

72

ACID ARAB

EN MODE BRANCHÉ

Hervé et Guido sont possédés par les sons venus d’ailleurs. Et le club prend chaud à coup d’électro orientalisée.

30

BEST OF PHOTOS 2014

Vous pensiez avoir tout vu dans nos pages Galerie de l’année ? On balance des inédits, du genre renversants. 8



Le prodige du VTT Danny MacAskill pourrait bientôt faire sensation à moto. Il vous dit tout sur sa KTM électrique.

78

LES PYROMANES

Les Zombie Kids sont les DJ’s les plus punk d’Espagne. À Barcelone, ils ont ­retourné le fameux Razzmatazz.

58 Acid Arab

Du piment sur les dancefloors.

60 Red Bull Rally dos Ventos

Du kitesurf dans le désert ! Et on peut même se perdre entre deux lagunes.

ACTION ! 72 73 74 75 76 78 84 85 86 88 90 98

MATOS  Danny MacAskill... à moto CONSEILS DE PRO  Orlando plonge VOYAGES  Séjour sanglant à New York MA VILLE  Toronto en mode alternatif JEUX VIDÉO Call of Duty, et de onze ! NIGHTLIFE  Les Zombie Kids régalent CLUB  Bon sound system à Massilia MUSIQUE L’Eden selon Sven Love CINÉ  Wes et Benedict en tournage AGENDA  Nos incontournables SPÉCIAL MONTRES On les veut toutes INSTANT MAGIQUE  Nouveau western

THE RED BULLETIN

DEAN TREML/RED BULL CONTENT POOL , FLAVIEN PRIOREAU, BLACK&RAD, REUTERS , YUKY LUTZ

L’élite mondiale du break va batailler dur à Paris : il n’en restera qu’un.


Collection aviation

Professional Direction* GRAVITY MASTER GA-1000

Une montre qui délivre non seulement l’heure exacte, mais aussi la direction précise. En appuyant sur le bouton positionné à 9 heures, la montre se met immédiatement en Mode Boussole Numérique. La lecture de la direction se fait en continu pendant 20 secondes, durant lesquelles l’aiguille des secondes pointe vers le nord. Il est facile de prendre le contrôle.

RÉSISTANCE ABSOLUE Boutique G-SHOCK

5 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie - Paris 4 e

Revendeurs Trouvez le revendeur près de chez vous en flashant ce code

g-shock.fr * Cap compas pour professionnels


CONTRIBUTEURS NOS ÉQUIPIERS DE DÉCEMBRE « Dave Grohl est le gars le plus terreà-terre que je connaisse » Marcel Andrews à propos du leader des Foo Fighters. Lire l’interview p. 22, Kurt Cobain était un féministe

MARCEL ANDERS

YUKY LUTZ

JOÃO PEROCCO

Trois interviews par semaine, dans des hôtels 5 étoiles. Une routine pour le journaliste Marcel Anders. En vingt ans, il a croisé les plus prestigieux musiciens, comme Pink Floyd, U2 ou Keith Richards. Pour le Red Bulletin, il a rencontré Dave Grohl (entretien p. 22) au Berkeley, à Londres. « Les Foo Fighters ont loué tout un étage. Des bodyguards costauds et des managers stressés piétinaient devant la suite. Grohl, lui, c’était tout le contraire : décontracté, tant dans son style et que dans son attitude. »

« Impossible de louper les photos de cette soirée », confie le photographe espagnol Yuky Lutz à propos de sa mission au club Razzmatazz à Barcelone. Pour nos pages Nightlife, il a suivi le fameux duo de DJ’s Espagnols, The Zombie Kids, en backstage et sur scène, face à 2 000 fans. Lutz, qui collabore avec GQ, El País et Vogue Espagne, a su capter l’énergie des artistes autant que celles des jolies filles (la preuve en p. 78). Normal pour cet habitué historique du fameux Razz : « J’y ai passé des nuits mémorables. »

La beauté peut faire illusion : Lençóis Maranhenses, le désert le plus humide de la planète est un endroit particulièrement hostile malgré sa splendeur. « Les kitesurfeurs que j’ai interrogés étaient tous éblouis par le paysage, et terrifiés à l’idée d’une compétition dans ce milieu », explique João Perocco. Le journaliste comprend la ténacité des organisateurs face à ce projet qu’ils auront mis cinq ans à concrétiser. « La satisfaction des participants à la fin de la course était incomparable.» Un vent nouveau, p. 60

AUTOUR DU MONDE

The Red Bulletin est publié s­ imultanément dans onze pays. Ici, la couverture américaine.

BACKSTAGE

Le shooting du mois avec David Clerihew En feuilletant le portfolio de David Clerihew, on découvre les portraits de héros sportifs : Messi, Neymar, Rooney, Bolt. Lorsqu’il photographie des rock stars, l’Écossais apprécie avant tout leur flegme : « Grohl est arrivé, il a souri, on a ­commencé. » Clerihew ignorait que le boss des Foo Fighters menait une vie sportive en secret. Il s’adonne au ball-trap.

10



Il a rythmé la génération grunge. Mister Grohl, en toute simplicité.

THE RED BULLETIN


LE 1er RASAGE ANTI-IMPERFECTIONS DE MENNEN

* UNE EFFICACITÉ D’AVANCE POUR NOUS LES HOMMES

OBJECTIFS : 100% GLISSE-ZÉRO SPOT** !

« LES BONS SPOTS, JE LES SURFE. LES AUTRES, QUELS AUTRES ? » LASCAD - SNC au capital de 20 160 € - siège social : 7 rue Touzet - 93588 SAINT OUEN cedex - RCS Bobigny n° 319 472 775.

PAUL SERIN CHAMPION DE FRANCE DE KITESURF

* dues au rasage ** bouton de rasage

BACTIFRESH

GEL DE RASAGE ANTI-IMPERFECTIONS

*

ZINC PURIFIANT - ANTI-BOUTONS DE RASAGE

mennenpournousleshommes.fr


B U L L E VA R D

BEST OF 2014 CETTE ANNÉE :

JE NE L’OUBLIER AI JAMAIS 

6 000 km

Victoria

Halifax

MIEUX VAUT NE PAS S’EN SOUVENIR

Le r­ obot est muni d’un pied rétractable pour attendre le long des routes. hitchbot.me

N O T R E S TA R D E L’A N N É E

JOIE ET ­ROBOTIQUE Le robot auto-stoppeur HitchBot a traversé le Canada d’est en ouest. Six mille kilomètres, seul en trois semaines, pour étudier les interactions homme-machine. De la taille d’un enfant et au sourire digital en cristaux ­liquides, un robot a traversé le Canada. Parti de la province de Nouvelle-Écosse, HitchBot a rejoint l’extrême ouest du ­Canada, au bon vouloir des automobilistes. Alimenté à l’énergie solaire, il va permettre à ses créateurs – des chercheurs de l’université Ryerson de Toronto – d’analyser les données collectées au long de son périple pour étudier l’interaction entre les humains et la technologie.

12



« Vous voulez qu’on discute ? » HitchBot, un ­ assager bien p élevé qui sait ­aussi se taire.

Ni volé ni détruit. Le globe-trotter, muni d’un GPS, d’une connexion 3G et alimenté à l’énergie solaire, n’a pas fait de mauvaises rencontres.

THE RED BULLETIN


BEST OF 2014

Les grands gagnants Comment ne pas ­écarquiller les yeux à la vue de ces curieux gadgets ?

OPEN SPACE ARTS SOCIETY, NORBERT GUTHIER(2), ONTARIO, REUTERS, CORBIS(5), WWW.OMONE.COM, PRESS@USB.ORG, JAMES K LOWE, PICTUREDESK.COM, GEPA PICTURES/RED BULL CONTENT POOL

Ses apparitions aguicheuses ont valu à Miley Cyrus de vives critiques. Et musicalement parlant, qu’en pensez-vous ?

En lévitation L’Om/One, une enceinte Bluetooth, fonctionne en suspension au-dessus de sa base.

E tiplie les U N T E y, mul n mal.

La fin de tous les maux Le nouveau standard USB 3.1 a des fiches identiques des deux ­côtés. Enfin  !

U e by Disne e si c’est e O T L I E se m a d l e , m ê m

F Oex-starlett,eolins parle d’el

e , y rus a march C y e Ç l Mi ions. o c at v o r p

Attention à la mousse Star de la Coupe du monde, la bombe de mousse pour coups francs débarque en L1.

BEST OF 2014

JANVIER

FÉVRIER

MARS

AVRIL

THE RED BULLETIN

JUIN

Eurovision Conchita Wurst, un travesti autrichien, conquiert l’Europe.

CE QUE L’ON RETIENT Ces figures, ces objets ont illustré 2014. Aperçu mois par mois.

MAI

Lorde Royals gagne le Grammy de la ­meilleure chanson de l’année.

Wes Anderson Le cinéaste le plus décalé des USA vous convie au Grand ­Budapest Hotel.

HIMYM Ted révèle comment il a rencontré la mère de ses enfants. Neuf saisons que ça dure.

Juno Cette protéine aide l’ovule à reconnaître le spermatozoïde. Fécondation lancée !

Nico Rosberg L’Allemand ­remporte le nouveau GP d’Autriche en Mercedes.

13


BEST OF 2014

HUMOUR JAUNE

HAPPY BIRTH-D’OH !

JUILLET

Chaque fois que j’apprends quelque chose de nouveau, ÇA DÉGAGE DE VIEUX TRUCS DE MON CERVEAU.

MARGE, ON A DÉJÀ UN LIVRE.

Il faut être deux pour mentir. Un pour mentir et l’autre pour écouter.

Quel est l’intérêt de sortir, nous ­allons finir par ­revenir à la maison ?

[aux aliens] Ne me mangez pas ! J’ai une femme et des enfants. ­Mangez-les eux  !

À l’alcool, LA CAUSE ET LA ­S OLUTION de tous nos problèmes.

J’AIMERAIS QUE DIEU SOIT ­ENCORE EN VIE POUR VOIR ÇA ! BEST OF 2014

ESSAYER, C’EST LA PREMIÈRE ÉTAPE VERS L’ÉCHEC !

Trois phrases qui ­t’aideront tout au long de ta vie : 1. Couvre-moi ! 2. Ho, bonne idée patron ! 3. C’ÉTAIT DÉJÀ COMME ÇA QUAND JE SUIS ARRIVÉ !

AOÛT

SEPTEMBRE

OCTOBRE

NOVEMBRE

Apple Watch La montre qui sait écouter, compter et anec­ dotiquement ­afficher l’heure. Monty Python Après plus de 30 ans d’absence, la légendaire troupe d’humoristes britanniques remonte sur scène pour une série de 10 spectacles d’adieu. Les billets partent en 43 secondes.

14



Maryam Mirzakhani La 1re femme à rece­ voir la médaille Fields (équivalent du prix Nobel de maths).

DÉCEMBRE Orion La NASA planifie er le 1 test de son nouveau vaisseau spatial.

Constantine La BD Hellblazer et son héros John Constantine sont adaptés en série.

Foo Fighters Ils sortent Sonic Highways, leur h ­ uitième album. THE RED BULLETIN

PICTUREDESK.COM(2), CORBIS(2), APPLE, WARNER BROS., SONY MUSIC, NASA

Le 17 décembre, les Simpson fêteront leurs 25 ans. Nous avons rassemblé les meilleures répliques d’Homer parmi les 500 épisodes.


BEST OF 2014

E N AVA N T- P R E M I È R E , V O T R E H O R O S C O P E 2 0 1 5

L’ORACLE DU TAUREAU ROUGE En fonction de votre sport fétiche, nous vous révélons ce qui vous attend.

S K AT E

KART

WIND SURF

SURF

APNÉE

PA R AC H U T E

X- F I G H T E R S

PA R KO U R

VTT Marche à suivre : reportez-vous à votre sport de prédilection, ou choisissez une icône au hasard dans la roue de la fortune. Lisez ensuite le texte correspondant. Les prévisions sont aussi précises que votre doigté.

A I R R AC E

KITE SURF

• FEU • EAU • AIR

• TERRE

• KART •

• PA R AC H U T E •

• FORMULE 1 •

• A I R R AC E •

• X- F I G H T E R S •

• WIND SURF •

Vous êtes l’un des chanceux de l’année. Vous réussissez tout ce que vous entreprenez. Un conseil : surtout, ne freinez pas !

Une rencontre risque de semer le chaos dans votre vie, mais aussi de vous ­offrir de nouvelles p ­ erspectives.

Vous démarrez en beauté et poursuivez à fond la caisse. Toutefois, sachez que celui qui mène n’a pas besoin d’être ­encore plus rapide.

2015 sera une grande envolée ! Moult possibilités s’offrent à vous. Mais prenez garde à ne pas trop manger. Faites-nous confiance !

La vie est un vaste carrefour. Où aller ? Quelle décision prendre ? Peu importe, l’important est de r­ ester mobile.

Au long de cette nouvelle année, vous vous laissez porter et c’est très bien. Si vous restez patient et ne faites rien, les choses se régleront d’elles-mêmes.

• KITE SURF •

• VTT •

Vous retrouvez une vieille connaissance qui pourrait donner une nouvelle orientation à votre vie. Le voulez-vous vraiment ?

Votre passion fait la joie de votre entourage. ­Notamment d’une ­personne. Le temps est peut-être venu pour un tandem ?

• SURF • TOM MACKINGER

FORMULE 1

En début d’année, vous recevrez un message que vous ­attendiez depuis longtemps. Saisissez ­l’occasion  ! THE RED BULLETIN

• PA R KO U R • Vous êtes toujours en vadrouille et poursuivez vos objectifs. C’est parfait ! Mais gardez du temps pour vous, sinon vous finirez par vous casser la figure.

• APNÉE • Toutes les portes vous seront ouvertes en 2015, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer. Notamment en amour. Prudence, rien n’est gratuit en amour.

• S K AT E • Optez pour la cool attitude ! En restant maître de vos émotions, vous inspirerez la confiance et l’assurance.

15


BEST OF 2014

Sous son casque, Coleman joue avec des appareils audi­ tifs. Il lit les con­ signes tactiques sur les lèvres du quarterback.

DERRICK COLEMAN L’Américain, fullback des Seattle Seahawks, est le 1er joueur sourd à rempor­ ter le Super Bowl.

SCHOOLBOY Q Le rappeur US de 27 ans sort Oxymoron, ­l’album gangsta-rap le plus chaud de l’année.

01é4veillé 2 S I O N tés ont

T personnalleiur talent. A L V É s , c e s é pa r

R Éou musiciéeent ont brill

FKA TWIGS De la pop mutante et lascive par une ­Anglaise de 26 ans.

s it t if s Spor tre c­ urio o n

SAM SMITH Une voix puissante qui porte le mélancolique In the Lonely Hour, son 1er album.

NÉE

LE FLIRT SELON FRANK En 2015, le chanteur

aurait fêté ses cent ans. Que retenir de Frank Sinatra ?

Je fais mon petit bonhomme de chemin, mais je n’aime pas le faire seul, petite !

16



Je gâche ­toujours l’instant avec ces mots stupides : je t’aime !

Mes nuits sont peuplées d’étrangers que je ne peux pas oublier.

LADY GAGA Son ArtPop manque de tout, à commencer par l’originalité et les mélodies.

THE RED BULLETIN

GETTY IMAGES(2), UNIVERSAL MUSIC(2), INEZ VINOODH

E L’A N FLOP D


Amène l‘univers des courses chez toi

Red Bull Marks and the Infiniti Red Bull Racing logos are licensed by Red Bull GmbH/Austria.

Produced under license of Ferrari Brand S.p.A. The name FERRARI, the PRANCING HORSE device, all associated logos and distinctive designs are property of Ferrari S.p.A. The body designs of the Ferrari cars are protected as Ferrari S.p.A. property under design, trademark and trade dress regulations.

A– cArrer Al mondi r e d A e l du mAine o d e l dAns Acing slot r

un must pour les amateurs de sport automobile : le kit carrera digitAl 132 race duel avec sa longueur de parcours de 6,9 mètres, ses véhicules de Formule 1 fidèles aux originaux infiniti red Bull racing rB9 et Ferrari F138 et la possibilité de dépassement offerte par la technologie numérique. Contact France: Jean-Philippe Frys · Tel.: 03 20 38 48 93 · Email: carrera-toys@orange.fr

carrera-toys.com


BEST OF 2014

COMMENT AVOIR TOUJOURS RAISON  oui*   non*    ne se prononce pas* Les réponses sont déjà données. Vous ne pouvez que poser les bonnes questions.

LEONARDO DI CAPRIO ! Qui a raté l’Oscar, une fois encore ?

10ts

poin

Qui veut sauver le monde et séduire des tops ?

5 ts

poin

Qui meurt souvent dans ses films ?

*Cocher la case correspondante !

Q U I Z À L’ E N V E R S

KAINRATH Le bilan de l’année par notre artiste et ce qui nous attend pour les prochains mois. 2014

0s

point

UNE SMARTWATCH Quelle a été l’invention la plus inutile de l’année ?

0s

point

Qu’est-ce qui est plus ­précis qu’une montre ?

Parlez à votre main ! Qui vous comprendra ?

5s

point

10s

point

2015

ALLEMAGNE ! Qui a gagné la Coupe du monde de football ?

10ts

poin

Qui n’aurait jamais dû devenir champion du monde de football ?

5ints

po

Angela Merkel ?

0s

point

EXACT ! 10 ints

po

Il doit sa notoriété à son chapeau ?

5ints

po

Ni l’un ni l’autre ?

0s

point

IRRÉFUTABLE

BREAKING BAD LA série télé de l’année ?

10s

point

Quelle série a reçu plein d’Emmys ?

5s

point

Quelle série est vraiment mauvaise ?

0s

point

« Si l’année comptait moins de jours, nous pourrions célébrer le Nouvel An plus souvent. »

0–15 points … super! Continuez comme ça et à vous la gloire. … très attentif. Vous vivez selon vos propres règles. … totalement lassé ! Vous préférez créer votre univers Minecraft

18



20–30 points … super ! Continuez comme ça et à vous la gloire. … très attentif. Vous vivez selon vos propres règles. … totalement lassé ! Vous préférez créer votre univers Minecraft.

GETTY IMAGES(2), SONY(3)

SOLUTION : VOUS ÊTES… (cocher la case correspondante.)

DIETMAR KAINRATH

Son hit a fait danser la planète ?

35–50 points … super ! Continuez comme ça et à vous la gloire. … très attentif. Vous vivez selon vos propres règles. … totalement lassé ! Vous préférez créer votre univers Minecraft. THE RED BULLETIN


PERFORMANCE ENHANCED DOWN


BEST OF 2014

NOUVEAUTÉS COMICS

UN PEU D’IMAGINATION Jusqu’ici, la tendance s’accommodait du « politiquement correct ». Une star de BD bénéficie d’un statut VIP, peu importe le degré de son animalité. Mais les auteurs ne sont-ils pas les vrais héros ?

HIPSTERINE Fini le costume en latex moulant jaune et noir pour Wolverine. Ces couleurs néon rappellent tellement 2010. Le hipster moderne porte une chemise à carreaux et un jean stretch en coton de bambou ­organique. Il renonce ­aussi à être violent et ­utilise ses griffes pour coiffer sa barbe.

Captain America « Le Faucon », aka Sam Wilson, apparu dans Captain America n°117 est le 1er superhéros afro-américain de BD.

Tonnerre de Dieu

CORBIS(2), WALT DISNEY

HERI IRAWAN

« Ni Thorette, ni Mademoiselle Thor, ni Thorita. Elle est Thor. » C’est son créateur, Jason ­Aaron, qui parle.

Rocket, raton laveur Ce chasseur de primes jusqu’au-boutiste n’est pas un animal de zoo ­facile à caresser.

20



THE RED BULLETIN


BEST OF 2014

L’A N N É E E N M U S I Q U E

2014 / 2015

LES MÉLODIES DU BONHEUR

Ce qui nous a déplu ? Et ce qui va nous mettre en joie ?

GIVE ME

PEACE

HAPPY

HAPPY

AVR.

MARS

HAPPY

JUIN

GOOD LOVER

THE

NO MONEY, NO FAMILY Iggy Azalea – Work Voilà déjà la raison pour laquelle nous ne pouvons pas toujours être happy. Un clip style reportage de reality rap.

Pharrell Williams – Happy Le monde a applaudi, s’est filmé et a posté sa vidéo sur YouTube. Chapeau !

ON-

LY

TIME WE

REAL- LY

TALK

GOOD LOVER Lily Allen – L8 CMMR Oui, il existe ! Mais les filles, vous ne l’aurez pas. Il est pris, chante Lily.

WAL- KING ALONG

2

TÉ ME 014 A É

RD***E

 parce que, Neymar Jr. … blessé, le Brésil n’a pas ­gagné la Coupe du monde.  parce que Darren … ­Aronofsky a tourné Noé. Euh... non, parce que ­Pompéi est sorti au ciné.  parce que les selfies … ne cessent de se propager.  parce qu’une pénurie … de noisettes a menacé la production de Nutella.  parce que le hoverboard … de Retour vers le futur 2 n’existe toujours pas.

La Roux – Paradise Is You L’alter ego considéré comme responsable de tout, de son bonheur et de son malheur.

Tiësto – Wasted Mais à quoi bon prendre (perdre ?) le temps de se parler ? Le titre de la chanson est éloquent.

YOU A- LIVE

AOÛT

ON A SANDY BEACH

MOON

Kid Cudi – Satellite Flight er Hommage au 1 vol sur la Lune et ­démonstration d’une envie mondialisée de se fixer des objectifs d’envergure.

Bruce Springsteen – High Hopes Déjà enregistrée en 1995 pour l’EP Blood ­Brother, la chanson prédit ce qui aurait été ­vraiment important pour la nouvelle année.

MAI

LOVE,

TAKE FLIGHT TO THE

JUILL.

GIVE ME

FÉV.

JAN.

2014 en quelques vers. Placées les unes à la suite des autres, les paroles donnent des chansons, et un nouveau sens à la vie.

HUNT YOU DOWN EAT

IT SEEMS LIKE FORE-

OCT.

SEX, SEX, SEX

NOV. KOBAL COLLECTION, GETTY IMAGES(2), CARTER NEWS, CORBIS(2)

STANDING ON

THE

EDGE OF

VER

ER A 2015 S

OK GO – The Writings On The Wall Et quand il n’y en a plus… Cette fois, ça semble interminable. Mais ce n’est qu’une illusion.

Lenny Kravitz – Sex Encore plus de sexe. Et d’ego ! Lenny chante les choses telles qu’elles sont : « I just want you to feel me. »

A

RE-

LUVO-

TION

DÉC.

SEPT.

Maroon 5 - Animals Ne vous affolez pas, inutile d’appeler la police. Il est question de sexe. Normal, c’est l’été, il fait chaud.

LAST CHRIST-

MAS

Wham! – Last Christmas Le dernier, le prochain… Avouez-le, vous connaissez les paroles par cœur !

Nickelback – Edge of a Revolution À quoi bon regarder les infos si Nickelback chante l’actualité du monde ? « We want change ! »

COOL

 parce que Pilsen, ville … de la bière, sera capitale européenne de la culture. Santé ! … parce que Winds of ­Winter, le sixième tome de la saga Le Trône de fer, sera enfin publié.  parce que The Hateful … Eight, le nouveau western de Tarantino, sortira au cinéma.

20 BEFORE 15 : CALENDRIER MUSICAL er

Du 1 au 20 décembre, une chanson piochée parmi nos succès de l’année pourra être téléchargée gratuitement. Qui sont-ils ? Pour le ­savoir, ouvrez chaque jour une nouvelle ­fenêtre  : redbull. com/20before15

THE RED BULLETIN

?

?

?

Il danse sur YouTube. C’est épidémique et joyeux.

Ce DJ est le pote et le producteur de Kanye West.

Ce duo mexicain mixe ­cumbia et rythmes électro.

21


Cobain était « Kurt

un

féministe » Avec ses 45 ans au com pteur, et deux décennies de carrière internationa le, DAVE GROH L n’a tou jou rs pas l ’i ntention de s’en dorm i r su r ses ­l a u r i e r s . «   C ’ e s t s û r , c e r t a i n s d o i v e n t s e d i r e q u e j e n e f a i s p a s l e s c h o s e s s e l o n l e s rè g l e s , m a i s j e m ’e n fo u s .   » ENTR ETI EN AVEC L’ H O M M E QUI COMPREND LE ROCK MIEUX QUE QUICONQUE SUR CETTE PLANÈTE. ENTR ETI EN   : MARC EL AN D ERS   22



PH OTOS   : DAVI D C LER I H EW


Dave Grohl, l’ex-­ batteur de Nirvana, est de r­ etour avec son groupe Foo Fighters et un huitième album, Sonic Highways, associé à des docus TV dont il a dirigé réalisation et interviews.


c

est dans les années 90, derrière la batterie du groupe Nirvana, que la carrière de Dave Grohl a commencé... et elle n’est pas près de se terminer : que ce soit en tant que leader des Foo Fighters (huit albums vendus à plus de onze millions d’exemplaires et plusieurs fois récompensés, des tournées mondiales légendaires) ou lorsqu’il collabore avec ­David Bowie, Paul McCartney, Nine Inch Nails ou Queens of the Stone Age. Son premier long-métrage, le film documentaire Sound City, est sorti juste l’an dernier, et voilà qu’il nous offre à présent ­Sonic Highways, un de ses projets les plus ambitieux : Sonic Highways, c’est à la fois un album de neuf titres et un documentaire TV en huit épisodes, dans lequel Dave Grohl, tout en nous montrant les Foo ­Fighters au travail, se glisse dans la peau du journaliste pour nous livrer ­d’incroyables interviews avec notamment Dolly Parton, Joe Walsh, Chuck D, Willie Nelson, Rick Rubin ou Barack Obama. Pour The Red Bulletin, Dave Grohl a accepté de reprendre cette fois-ci le rôle de l’interviewé.

the red bulletin : Mister Grohl, lors de la séquence où vous interviewez Barack Obama, on ne voit aucun ­bodyguard dans le champ de la c­ améra. Étaient-ils cachés derrière ? dave grohl : Non. Une fois que tu es rentré dans la Maison Blanche, on te fiche plutôt la paix. De toute façon, les gars ne te laissent pas entrer avant d’avoir bien vérifié que t’es OK. (Ricanements.) L’ambiance est même sympa à l’intérieur, et Obama avait pas mal de trucs passionnants à raconter sur notre pays et sa musique. Certes, j’étais venu pour parler avec lui de l’histoire de la musique aux ÉtatsUnis, mais aussi de l’Amérique comme le pays qui te permet de réaliser de grandes choses. Car en dépit de tout ce qui ne 24



« ME VOILÀ AVEC M ON NOM DANS LE ROCK’N’ROLL HALL O F FAM E, À DISCUTER AVEC LE ­P R É S I D E N T D ES ÉTATSUNIS »


Foo Fighters : Nate Mendel (basse), Chris Shiflett (guitare), Dave Grohl, Taylor Hawkins (batterie), Pat Smear (guitare).


La technologie

vous

rendra peut-être

riche, mais jamais heureux

26



tourne pas rond ici, ce pays te donne la ­liberté de devenir quelqu’un comme ­Buddy Guy. Cette icône de la musique blues et rock s’est bâti une carrière légendaire à ­partir de rien : sans formation, ni argent, ni instrument. Le parcours de Buddy Guy ressemble au vôtre, non ? Pour moi, personne n’arrive à sa cheville. Je viens de Springfield, en Virginie, j’ai quitté l’école sans diplôme, n’avais pas une thune pour étudier à l’université. Au lieu de ça, je me tapais plein de petits boulots épuisants et en parallèle, j’avais mon groupe de punk. Et me voilà maintenant, avec mon nom dans le Rock’n’Roll Hall of Fame, à discuter musique avec le Président des États-Unis d’Amérique. Pourtant, ça ne fait pas de moi un génie : ça veut juste dire, fondamentalement, que ce que j’ai atteint est à la portée de tout le monde. Et vous allez nous dire comment faire... La règle d’or : ne fais jamais les choses en fonction de ce que les autres attendent de toi. Fais-les comme toi tu les sens. Concrètement, est-ce possible ? Évidemment. Un exemple : je ne connais absolument rien à la réalisation de films, mais je me lance. Je fais les choses comme je les sens. Comme lorsque je joue de la

batterie ou que j’écris mes chansons. Alors c’est sûr, certains doivent se dire que je ne fais pas les choses selon les règles, mais je m’en fous: il n’y a que comme ça qu’on ­arrive à faire de grandes choses. Avez-vous donné le même conseil à ­Barack Obama, à savoir de se contreficher de l’opinion des autres ? Je crois qu’il a le boulot le plus merdique du monde. Quand je l’ai interviewé, il ­devait, annoncer lors d’une conférence de presse l’envoi de soldats supplémentaires en Irak, et en même temps décerner une médaille d’honneur à un soldat qui avait perdu un membre en sauvant un de ses camarades. Sans parler de l’économie du pays, des conflits internationaux... Et pourtant il est au rendez-vous, pour ­parler avec moi de Stevie Wonder. À vous entendre, la présidence des États-Unis n’est pas un poste qui vous tente ? Ah ah ! J’ai trop fait de conneries dans ma vie pour pouvoir exercer une quelconque fonction publique. Et puis qui voterait pour moi ? Détrompez-vous ! Les lunettes vous donnent un air tellement sérieux... Ça prouve juste que je deviens vieux... un vieux con, sourdingue et miro ! Pas de Dave Grohl à la Maison Blanche, donc, mais en revanche, vous avez depuis cette année votre nom dans le Rock’n’Roll Hall of Fame. En tant que batteur de Nirvana. Pourquoi avoir choisi exclusivement des interprètes féminins lors de la cérémonie ­d’intronisation  ? Parce que Kurt Cobain était un féministe. Alors qu’on réfléchissait ensemble à qui pourrait interpréter les chansons du groupe, quelqu’un a soudain pensé à Joan Jett, la First Lady du Rock’n’Roll, et ça nous est apparu comme une évidence, car on est tous fans d’elle. Il y a aussi le jeune prodige néo-­ zélandais, Lorde, une chanteuse de 18 ans... C’est moi qui ai voulu faire chanter Lorde. Sa chanson Royals est comme une petite révolution au milieu de toute cette ­guimauve pop inaudible. On ne peut pas dire que vous faites dans la diplomatie à propos de la pop ! … pas de la pop en général : mais il faut bien dire que la pop qu’on entend actuellement aux États-Unis est d’une superficialité et d’une platitude affligeantes, sans aucune substance. Quand tu peux devenir n° 1 des charts avec une chanson qui parle uniquement de ta paire de fesses, c’est qu’il y a un gros problème (Dave Grohl fait allusion à Anaconda, de Nicki Minaj,

THE RED BULLETIN


MAKERS OF THE ORIGINAL SWISS ARMY KNIFE I WWW.VICTORINOX.COM


ndlr). Quand j’ai entendu Royals au ­milieu de tout ce fumier, je me suis dit : ouf ! Enfin quelqu’un qui ne cherche pas à faire comme tout le monde ! C’est ça l’esthétique « Nirvana ». C’était le même esprit qu’on avait aux débuts du groupe. C’est celui aussi des Foo Fighters : un des derniers vrais groupes de rock qui mouillent sa chemise sur scène, dans un monde de plus en plus numérisé. C’est vrai, hélas. À force de rester bloqué devant son ordi, on perd cette énergie, cette rage qui nous pousse à nous déchaîner, à tout donner sur scène... On se raccroche à la sacro-sainte technologie, censée nous apporter bonheur et richesse. Mais je vais vous confier un truc : elle vous rendra peut-être riche, mais elle ne vous rendra jamais heureux. Disons que l’argent peut quand même contribuer au bonheur... non ? Faut pas confondre. Ce qui rend heureux, c’est quand il y a communication, interaction entre des individus, c’est quand on a ce sentiment d’offrir aux gens quelque chose de particulier. Et en musique, ça ne peut pas se faire par des machines, mais avec une guitare, une basse et une batterie. Les jeunes d’aujourd’hui savent-ils ­encore faire de la « vraie » musique ? Je ne vais pas parler comme un vieux con. Disons que ça n’a jamais fait de mal à ­personne de pratiquer un peu son instrument, et de développer son sens du rythme et de la mélodie. Que pensez-vous de la EDM ? De la quoi ? Electronic Dance Music. Skrillex, ­Deadmau5, etc. Ah, vous parlez de cette merde. Ce n’est pas mon truc, et puis d’ailleurs ça n’a rien de nouveau : des groupes comme Suicide ou Atari Teenage Riot font ça depuis des décennies, en beaucoup mieux. Et vos filles, qu’écoutent-elles ? Sur ce point, j’ai de la chance. Le pire qu’elles m’aient fait subir, c’est le dernier album de Katy Perry. Mais j’arrive aussi à les intéresser à plein de choses géniales. J’ai acheté à mes deux plus grandes filles, Harper et Violet, une platine, avec le ­coffret complet des Beatles. Maintenant elles écoutent Sgt. Pepper’s, Rubber Soul et ­Revolver en boucle. Mon conseil à tous les parents : acheter à vos enfants un vieux tourne-disque, quelques vinyles bien sélectionnés, et vous serez récompensés (rires). Dave Grohl et les réseaux sociaux ? Je n’y connais rien. Je ne sais ni tweeter, ni chatter, ni que sais-je encore. Je ne suis pas sur Facebook, je ne poste pas mes 28



photos sur Instagram, tout simplement parce que ça ne m’intéresse pas. Si je veux parler à quelqu’un, je l’appelle, ou j’écris un mail, c’est tout ce que je sais faire. Tous ces trucs, c’est plutôt pour ma mère, qui, à 75 ans, est à fond là-dedans, parce que sinon elle n’aurait personne à qui parler. Peut-être que quand j’aurai son âge, je me déciderai alors à créer ma page web : « Dave Grohl, rock star à la retraite. » Le bling bling, ce n’est pas votre truc ? Ma seule vraie folie, c’est mon studio, le 606 à Los Angeles, dans lequel j’ai déjà investi des sommes indécentes. Et encore, c’est uniquement parce que je voulais en faire une copie d’Atlantis, le célèbre studio du groupe Abba. Mais si vous tenez absolument à le savoir : je viens de vendre ma résidence secondaire à Oxnard. À perte. Tout est dit sur mon talent de businessman. C’est triste à dire, mais j’ai un côté petit-bourgeois assez chiant. Courtney Love veut tourner un film sur l’histoire de Nirvana : avec dans le rôle du batteur... … Robert Rodriguez. Mais ça m’étonnerait que ça marche, ah ah ah !

« L’ ED M   ? C ETTE MERDE, CE N’EST PAS MON TRUC, ÇA N ’A R I EN DE NOUVEAU. S U I C I D E ET ATAR I TEENAGE RIOT FONT ÇA DEPUIS DES DÉCENNIES, EN BEAUCOUP MIEUX»

Sonic Highways, sortie mondiale le 10 novembre. foofighters.com

THE RED BULLETIN


DESIGN - JAMESMARSH.COM

THE HACKER LIVE / BARNT + MATIAS AGUAYO / THYLACINE / RONE - CRÉATION LIVE / LA MVERTE / WIFE / PRÉSIDENT BONGO / SHAMIR / TEN WALLS / NINOS DU BRASIL / JEANNE ADDED / ANDRE BRATTEN / (...)


CES IMAGES ONT MARQUÉ 2014 BEST OF 2014

ET RAFRAÎCHI NOS TÊTES, RAVIES OU PAS, COMME DES SEAUX D’EAU ­GLACÉE. 30




CLIVE MASON/GETTY IMAGES

FLUIDE GLACIAL

Le ALS Ice Bucket Challenge promu méthode d’échauffement en F1. Le 28 août, Daniel ­Ricciardo l’expérimente à Spa. Et ça marche. Trois jours plus tard, il remporte le Grand Prix de Belgique.


À SAUTE-MOTOS On pourrait traduire (ou pas) la Red Bull Hare Scramble par « faire le lit de la rivière à moto ». er

JEAN-CHRISTOPHE DUPASQUIER/RED BULL CONTENT POOL

Le 1 juin, une colonne de pilotes d’enduro creuse un peu plus les abords boueux d’Erzberg (Autriche).

32




BEST OF 2014


man de buts en Coupe du monde. Seize réalisations en quatre éditions et 23 matches. Après le sacre mondial au Brésil, le 9 de la Lazio fait ses adieux à la Mannschaft.

34



EDDIE KEOGH/REUTERS

SALTO FINAL L’attaquant allemand Miroslav Klose, 36 ans, devient le nouveau record-


FIGURES LIBRES

ROMINA AMATO/RED BULL CONTENT POOL

Lors de la 5e étape des Red Bull Cliff Diving World Series (aux Açores en juillet), les 14 meilleurs plongeurs de l’extrême sautent du haut d’un promontoire de 27 mètres. Leurs fans, tout autant cascadeurs, sont au rendez-vous.

BEST OF 2014


PERDU DE VUE

Les hockeyeurs américains se couchent pour protéger leurs buts, les Tchèques cherchent le palet. Les États-Unis remportent ce quart de finale olympique (5 : 2), mais à Sotchi l’or sera pour le Canada.

36




AP PHOTO/MATT SLOCUM

BEST OF 2014


C’EST SHOW  ! Le Brésilien Felipe Massa embrase le circuit d’Hockenheim, l’Italien Christof Innerhofer éprouve une joie renversante, le duo allemand

GETTY IMAGES, STEFANO RELLANDINI/REUTERS

Nelli Zhiganshina-Alexander Gazsi olé olé sur la glace de Sotchi, et Peter Clay Carroll, coach des Seattle Seahawks, arrosé après le gain du Super Bowl.

38


DAVID GRAY/REUTERS, EDUARDO MUNOZ/REUTERS

BEST OF 2014


DÉSERT-SURPRISE

MARCELO MARAGNI/RED BULL CONTENT POOL

Les treize étapes du Dakar 2014, entre l’Argentine et le Chili, sont minées de difficultés. L’Espagnol Carlos Sainz, vainqueur en 2010 et ici aux prises avec le désert d’Atacama, abandonne à la 10e étape.

40




BEST OF 2014


CHAMPS FRONTIÈRES En début d’année, les télescopes spatiaux ultra-performants Hubble et Spitzer livrent des clichés surprenants. L’équipe internationale de chercheurs en charge du programme Frontiers Fields découvre ainsi Abell 2744Y1, l’une des galaxies les plus éloignées de la Voie lactée. Et aussi l’une des plus jeunes (seulement 650 millions d’années). Elle est située à environ 13 milliards d’années-lumière de la Terre.

42




NASA

BEST OF 2014


44



BALAZS GARDI/RED BULL CONTENT POOL

AILÉS RETOURS

La Red Bull Air Race, organisée de 2003 à 2010, fait son retour dans les airs. Voltigeant entre des obstacles flottants, douze pilotes se disputent le titre mondial à 370 km/h. Première des huit étapes de la saison : Abu Dhabi.


ANDREAS SOLARO/AFP/GETTY IMAGES

BEST OF 2014

ATTENTION, PRODIGE  ! Première saison, premier titre, et pas des moindres. En 2013, Marc Márquez est sacré champion du monde en MotoGP. L’Espagnol de 21 ans continue de foncer. Il remporte les dix premières courses de cette nouvelle saison.


COLIN JACKSON

« L’entraînement, c’est un plaisir »

Pendant onze ans, il est resté l’homme le plus rapide du monde en 110 mètres haies. ­Aujourd’hui, il est la preuve vivante que le sport rend plus heureux. Rencontre avec le directeur international du Wings for Life World Run.

the red bulletin : Entrevoit-on un r­ ecord du monde arriver ? Colin jackson : Oui. À mesure qu’on s’en approche, on sait que nos performances se sont améliorées. Dès le moment où j’ai franchi la barre des 13 secondes, ce n’était plus qu’une question de temps. Combien exactement ? Aux JO de 1992 à Barcelone, je me savais parfaitement en mesure d’établir un ­record du monde. Mais ça n’a pas marché. Il m’aura fallu attendre jusqu’aux championnats du monde de 1993 à Stuttgart : 12 secondes 91. Comment vous sentiez-vous au matin de ce jour-là ? J’étais stressé. Après tout, je n’avais encore jamais remporté de titre important. Je partageais ma chambre avec Linford Christie. La veille, il avait décroché la médaille d’or et le record du monde lui avait échappé d’un petit centième de seconde. Et là, c’était mon tour. Deux athlètes de classe mondiale dans une chambre double, ça parle de quoi ? De tout sauf de sport. Ça parle plutôt ­voitures, maisons et femmes. Et dans les années 90, on jouait encore aux cartes. Comment vous êtes vous mis au 110 mètres haies ? Je courais vite, je sautais haut et loin, j’avais une bonne vision de l’espace et je bougeais beaucoup. À la base, je voulais faire du décathlon, mais il me manquait de la masse pour ça. Vos records en entraînement ? 100 mètres : 10 s 29. 60 mètres : 6 s 49. Saut en hauteur : 2 m 03. Saut en ­longueur : 7 m 96. Dans certains pays, ce serait des records nationaux ! Quelle discipline vous impressionne le plus ? Le saut en hauteur. Le record du monde 46



est de 2 mètres 45, c’est la hauteur d’une cage de foot ! Avez-vous conservé votre poids ? Je pèse 10 kilos de plus qu’à l’époque où j’étais en activité. Non pas parce que je suis devenu gros, mais parce que les ­sportifs de haut niveau sont sous-alimentés. Gros moteur, châssis léger. Aucune réserve. Pourquoi les sprinters ont-ils le haut du corps si développé ? Parce que ce sont les bras qui entraînent les jambes. Quand le haut du corps est

« Les sportifs de haut niveau sont sous-alimentés, gros moteur, ­ châssis léger » e­ xplosif, les jambes suivent d’ellesmêmes. Les sprinters ont toujours leurs mains dans leur champ de vision. Faites-y attention la prochaine fois que vous ­regarderez une course à la télé ! Quels sports pratiquez-vous ? La course à pied. La course de haies, ­seulement sous la menace d’une arme. Beaucoup de VTT, du tennis, du foot, du ski, du snowboard. J’ai tout le temps envie d’essayer de nouveaux trucs. Je suis toujours en mouvement. Que vous inspirent les « fainéants du sport », les pros du zapping ? Faire de l’exercice est la seule chose dont les bénéfices ne profitent qu’à soi. Toute personne, aussi occupée soit-elle, trouvera toujours une heure dans la journée pour prendre soin d’elle-même. Ceux qui

n’y arrivent pas sont vraiment à plaindre. Que pensez-vous des appareils de suivi pour se motiver ? Mon père a 83 ans, il porte un bracelet de ce genre et il râle quand il n’atteint pas son objectif quotidien. Tout ce qui peut ­aider à se motiver est une bonne chose. Personnellement, je n’en ai pas besoin. Un cardiofréquencemètre ? Non. L’entraînement, pour moi, ce n’est plus une obligation, c’est un plaisir. Sur quelle distance courez-vous aujourd’hui ? Quand j’étais en activité, je détestais courir sur de longues distances. Aujourd’hui, je cours 10 km sans aucun problème. Sur quelle distance pourriez-vous courir pour le Wings for Life World Run ? Je déciderai ça de manière scientifique : combien de temps arriverai-je à courir, combien de temps à un rythme moyen, combien de temps faudra-t-il que je coure à mon allure maximum pour atteindre 15 km ? Pour un sprinter, c’est déjà ­pratiquement un marathon ! Vous siégez en tant que directeur international des sports au Race Control. En quoi consiste votre mission ? Je veux que les participants soient conscients de pouvoir faire encore mieux l’année suivante. Le record de 78,58 km va-t-il être battu ? Le vainqueur de 2014, ­Lemawork Ketema, est certain qu’il peut arriver à courir 100 km si tout se passe bien. Le 3 mai 2015, 35 parcours dans 33 pays donneront en s­ imultané le départ de la 2e édition du Wings for Life World Run, course unique en son genre. Qui ira le plus loin avant d’être rattrapé par les v­ oitures-balais ? Inscriptions sur le site officiel : wingsforlifeworldrun.com THE RED BULLETIN

DANIEL GRUND/RED BULL CONTENT POOL

Texte : Werner Jessner


Naissance 18 février 1967 à Cardiff, au Pays de Galles Taille/poids de forme 1,82 m/75 kg Palmarès Double champion du monde du 110 mètres haie, quatre fois champion ­d’Europe, ­médaille d’argent aux JO de Séoul en 1988, record du monde (12,91 secondes, établi en 1993, égalisé par le Chinois Liu Xiang en 2004 puis battu par le même a­ thlète en 2006).


JOHNNYRANDOM

« Chaque vélo a sa propre musique »

Johnnyrandom, un compositeur new-yorkais, s’est fait un nom dans la musique grâce à son vélo. Son prochain objectif ? Faire chanter des ustensiles de cuisine. Texte : A.R. Sánchez  Photo : Rick Rodney

En écoutant Bespoken pour la ­première fois, on a l’impression de ­découvrir un morceau de musique tout à fait normal. On se dit aussi que ce morceau est très bon. Ce n’est pas dans sa mélodie ou ses rythmes que Bespoken tient sa particularité, mais bien dans son instrumentation. Car les différents sons ont tous été produits avec un seul et même instrument de musique, un vélo. Oui, vous avez bien lu, un vélo. Le New Yorkais Johnnyrandom, installé en Californie, transforme les rayons d’une roue en guitare, et les pneus en percussions.

Chaque vélo possède sa propre empreinte acoustique. Par exemple, certains éléments mécaniques des vélos de route peuvent, de par leur délicatesse, remplacer à merveille les instruments de percussions. De même, le frottement d’un ­médiator sur le profil sculpté d’un pneu, à vitesse constante, rappelle le son d’un effet de distorsion sur une guitare basse. On peut jouer d’un E-Bow sur un ­dérailleur, et puis il y aussi les freins à disque qui produisent un son d’une ­incroyable texture, comparable à celui d’un gong chinois. Sans compter qu’on peut le faire durer plus de 60 secondes !

the red bulletin : Comment vous est venue l’idée de transformer un vélo en instrument de musique ? johnnyrandom : J’ai eu l’idée à quatre ans, quand j’ai reçu mon premier vélo, un Huffy. Tout de suite, j’ai commencé à jouer avec les rayons, à chercher des moyens d’en sortir des sons. Pas vraiment le comportement habituel d’un enfant de 4 ans qui reçoit son ­premier vélo… J’étais un peu un solitaire. Et surtout, j’adorais écouter. Je peux même dire que c’est par les sons que j’ai découvert le monde. Bon, c’est vrai, ça ne fait pas de moi un aventurier (il se marre). Au contraire… Mais ce temps passé tout seul a été une chance, j’ai pu laisser libre cours à ma ­curiosité. Et puis nous n’avions pas la ­télévision, ce qui me permettait de me consacrer à la lecture ou à mes expérimentations sur la musique, que ce soit à partir d’instruments ou d’autres objets que je cherchais à détourner. Comment arrivez-vous à définir la ­partition que jouera chaque élément du vélo dans votre musique ?

« Quand ils sont bien accordés, les rayons d’une roue de vélo produisent un son magnifique »

48



Parmi toutes vos expérimentations ­sonores, quelle a été votre plus belle découverte ? Le son le plus beau, et qui est en même temps le plus difficile à obtenir, est celui que produisent les rayons d’une roue de vélo. Pour chaque note obtenue, j’ai dû accorder à chaque fois tous les rayons de la roue très précisément sur la même fréquence. Quand ils sont bien accordés, les rayons d’une roue de vélo produisent un son magnifique. À condition qu’ils soient alignés, et non croisés. La première fois que j’ai essayé, il m’a fallu une heure entière pour faire sortir une seule note, et une semaine pour une octave complète. Avez-vous pensé à donner un concert ? Avec des musiciens, non, ce ne serait pas

possible. Il en faudrait trop sur scène pour pouvoir travailler l’extrême précision, indispensable à ce genre de musique. Si je prenais 20 bicyclettes accompagnées de robots hyper performants et commandés par des logiciels créés à cet effet, alors oui, je pourrais produire Bespoken en live. Mais ça coûterait beaucoup trop cher. Bespoken est-elle votre première œuvre musicale avec des vélos ? J’avais déjà créé en 2006 un court arrangement sur vélos de la Danse de la Fée Dragée de Tchaïkovski. C’était une ­commande d’un fabricant, Specialized, une chouette petite carte électronique pour Noël ! Cette question va peut-être vous sembler idiote mais est-ce que ça vous ­arrive d’utiliser votre vélo de manière plus conventionnelle ? Bien sûr que je roule à vélo, c’est même ça qui m’aide à me ressourcer. J’adore faire du VTT dans les Red Woods, autour de la baie de San Francisco où je vis. Mon vélo préféré est un Stumpjumper FSR, de la marque Specialized. On l’entend d’ailleurs dans Bespoken, il a fourni quelques sons magnifiques. Votre chanson favorite sur le vélo ? En ce moment, Bicycle de St. Vincent. Je m’intéresse à toute l’histoire du vélo dans la musique, de Samuel Goss, qui a inventé le vélo musical en 1899, à Queen, en ­passant par Zappa et Kraftwerk. Vous créez également de la musique avec des ustensiles de cuisine... Dans ma prochaine création, qui s’intitule Clarify, je déconstruis une cuisine, mais d’une façon très inattendue. J’ai même découvert qu’un broyeur à déchets pouvait aussi produire de belles sonorités. Bespoken est disponible sur iTunes et Bandcamp. johnnyrandom.bandcamp.com THE RED BULLETIN


Âge, lieu de naissance 40 ans, New York Formation Études au California ­Institute of Arts. A étudié la musique de film et de télévision au Berklee College of Music de Boston. Nom d’artiste « J’avais des soucis avec un synthétiseur. Je me suis mis à appuyer sur des touches, au hasard (random, en anglais) et il a remarché. Mon nom est là pour me rappeler que la meilleure méthode est parfois la plus inattendue. » Musique Bespoken, Bespoken ­(Inverted MTB Remix), ­Clarify et de nombreux autres ­morceaux pour des spots télévisés.


BREAK Le Red Bull BC One World Final réunira l’élite mondiale du breakdance le 29 novembre à Paris. Français les plus titrés, Lilou et Mounir joueront gros. Prêts pour le grand duel ? Texte : Pierre-Henri Camy

50



G


OOD

MARCELO MARAGNI/RED BULL CONTENT POOL, NIKA KRAMER/RED BULL CONTENT POOL

ING


es fans de Mad Max adorent cette scène où une foule cyberpunk scande : « Deux hommes entrent, un homme sort ! » alors que Mel Gibson et un colosse belliqueux s’affrontent dans le Dôme du Tonnerre. Une finale mondiale du Red Bull BC One pourrait ressembler à cela. Violence en moins. Que du positif ici. La « cage » est une piste ronde de 8 mètres d’envergure, les combattants s’y faisant face des B-Boys, ou « Break Boys ». Composante de la culture hip-hop née aux USA dans les années 70, le breakdance a explosé pour devenir un phénomène mondial, en mutation permanente. Créé en 2004, le Red Bull BC One est ­dédié aux « battles » de breakdance en un contre un. La compétition intègre des étapes nationales, continentales, et mène chaque année 16 stars du break à une ­finale mondiale qui les voit se défier ­devant cinq juges. Chaque tour implique son lot d’éliminés, jusqu’à la finale dans la finale, où le meilleur breaker international de l’année est désigné. Le Lyonnais Lilou, deux titres en World Final à son ­actif (2005 à Berlin, 2009 à New York), et le Beauvaisien Mounir, couronné à Rio en 2012 et deuxième mondial en Corée du Sud en 2013, ont disposé d’une carte blanche pour participer à la World Final du Red Bull BC One à Paris le 29 novembre. Ces deux rois de la discipline, qui se sont affrontés à un battle de la grande finale, l’an dernier à Séoul, expliquent au Red Bulletin pourquoi ils seront présents au cœur du fameux « cypher », prêts à défendre leurs trônes. 52



«  Dans une bouche de ­m étro, une salle, ou lors d’un évènement ­retransmis en live à la télé  : tu as un danseur devant toi, alors fais ton taf  » L I LO U

NIKA KRAMER/RED BULL CONTENT POOL, MARCOS FERRO

L

the red bulletin : Lilou, Mounir, vous êtes les breakers français les plus titrés de l’histoire, des références mondiales. Que représente pour vous une World Final du Red Bull BC One? Mounir : C’est LE rendez-vous, l’équivalent du Super Bowl, d’une finale de Coupe du Monde du break ! Sur les 16 compétiteurs engagés, la plupart sont de sérieux prétendants au titre. Lilou : C’est une préparation différente, chaque passage doit être ton meilleur. Point final. Qu’est-ce qu’un battle ? Lilou : Un échange entre deux personnes, ou deux équipes. Dans n’importe quelles conditions. Que ce soit dans une bouche de métro, une salle, ou lors d’un événement retransmis en live à la télé : tu as un danseur devant toi, alors fais ton taf. Mounir, en quoi Lilou est-il un danseur différent des autres ? Mounir : Lilou a besoin de cette adrénaline, de cette folie pour exprimer réellement son potentiel et être à son niveau. S’il est trop cool ou trop concentré, il ne va pas forcément être le plus performant. Sur les scènes internationales, lors des

THE RED BULLETIN


Lilou, l’ambassadeur de la folie lyonnaise du crew Pokemon. Propriétaire de deux titres mondiaux, il marquerait l’histoire du break en réalisant un triplé à Paris.

LILOU


BATTL « J’ai 30 ans, mais je me trouve aussi fort, voire plus fort qu’un mec qui a la vingtaine. J’ai plus de mental qu’un jeune danseur pour affronter des compétitions et représenter à l’international » LILO U 54




TEDDY MORELLEC/RED BULL CONTENT POOL

E


S’adapter aux conditions du battle, c’est votre truc, non ? Lilou : Un danseur doit être un 4×4, mais là, on était pénalisés. Mounir : On s’est adaptés, mais on n’était pas à notre niveau. Lilou : On n’a pas pu exprimer totalement notre niveau de fou. Lilou et Mounir en finale, possible ? Lilou : On a les bonnes armes pour. Il serait bon d’avoir une finale, en France, avec ceux qui « représentent le mieux » le niveau français à l’international. Il y aura aussi le Coréen Hong 10, qui a deux titres, tout comme moi. Une finale contre lui, ce serait bien. Trois titres, ce serait mieux ! Mounir : C’est en France, nous sommes deux Français issus de deux groupes mythiques de danseurs, les Vagabonds et les Pokemon. Ce serait un beau symbole. Interview intégrale de Lilou et Mounir sur redbulletin.com. Suivez le Red Bull BC One World Final de Paris en direct sur redbullbcone.com

NIKA KRAMER/RED BULL CONTENT POOL, LITTLE SHAO/RED BULL CONTENT POOL

événements clefs, il est toujours au rendez-vous. Lilou s’entraîne beaucoup, il se manque rarement. Lilou, qui est Mounir ? Lilou : Mounir est le « premier de la classe » (rires). Il ne se rate jamais. Tous ses enchaînements sont fluides. Il travaille ses mouvements, il fait du sport, du footing, son programme est organisé en sessions. Mounir est dur, convaincant. Vous avez tous les deux une trentaine d’années, à votre âge, on est un vétéran du break ? Mounir : On est plus près de la fin que du début (rires) ! Lilou : La façon dont nous avons évolué dans notre danse n’a rien à voir avec celle des nouvelles générations. Comment nous nous sommes entraînés, avons participé à nos premiers battles, l’apprentissage... J’ai 30 ans mais je me trouve aussi fort, voire plus fort qu’un mec qui a la vingtaine. J’ai plus de mental qu’un jeune danseur pour affronter des compétitions et représenter à l’international. Qui composera le jury devant lequel vous devrez tout donner ? Lilou : Certains sont des pionniers, d’autres sont issus de la nouvelle génération ; certains sont dans le « power move » acrobatique, d’autres sont des puristes ­fidèles aux fondamentaux de l’école new-yorkaise. Le juge français, Yaman, vient de la compétition, mais il évolue ­désormais plus dans le spectacle et l’artistique, sa ­vision de la danse a donc pu changer. Cinq juges de générations différentes, avec cinq visions différentes vont déterminer qui sera le meilleur danseur. Pourquoi accepter l’invitation des organisateurs, et venir combattre au BC One World Final, où se faire éliminer au premier tour est une réalité, et ainsi mettre en danger votre statut de légendes ? Mounir : Mon premier BC One était à ­Paris en 2008, Lilou était juge, c’est un symbole pour moi. Je ne reviendrai pas l’an prochain. Dans deux ans ? Qui sait. C’est donc peut-être mon dernier BC One. J’ai aussi le sentiment de n’avoir rien fait l’année dernière, car nous avons eu beaucoup de difficultés avec le sol lors de la World Final à Séoul, qui nous a beaucoup handicapés. Je n’ai pas pu me défendre. J’ai ­envie de revenir à armes égales. Lilou : J’ai participé à mon premier BC One il y a dix ans, en 2005. Il est sûr que l’an prochain je ne reviendrai pas, et dans deux ou trois ans, je ne sais pas où je serai. Il faut marquer le coup, bien finir. Je bloque aussi sur ma demi-finale à Séoul, contre Mounir, qui l’a remportée. Je n’ai pas montré le Lilou que l’on connaît, à cause de blessures et d’un sol glissant.

MOUNI 56



THE RED BULLETIN


«  L ilou et ­Mounir en finale  ? Nous sommes issus de groupes de danseurs mythiques, ­Vagabonds et Pokemon. Ce serait un beau symbole » MO UNIR

R

Mounir, solide et constant, a été élu meilleur danseur de la planète à Rio en 2012. Ultra déterminé, sa participation au BC One à Paris pourrait être la dernière.


ACID ARAB

« Le côté mental, la transe »

Fous de techno et de sons orientaux, des DJ’s français ont invité leurs deux amours sur le dancefloor. Sous la bannière internationaliste et bienveillante d’Acid Arab.

Rares sont les conseillers d’orientation aussi passionnants. Acid Arab sont Guido Minisky (DJ, producteur, organisateur de soirées, journaliste musical), Hervé Carvalho (DJ et faiseur de son lui aussi), Pierrot Casanova et Nicolas Borne (le duo de producteur Sex Schön). Le concept ? Les DJ sets de Guido et Hervé, associant techno et acid house à des sons maghrébins et moyen-orientaux. Puis des prods, compilées sur le LP Collections. Acid Arab, c’est désormais un « live », préparé dans un studio de St-Ouen, où nous rencontrons les émissaires scéniques du projet, possédés par les sons venus d’ailleurs. the red bulletin : Hervé, Guido, ­comment est né Acid Arab ? Hervé Carvalho : J’ai toujours été impliqué dans la scène house, acid, techno. J’ai rencontré Guido à La Flèche d’Or, il est devenu directeur artistique d’un club nommé Moon, et on a commencé à y ­assurer des DJ sets. Guido Minisky : Il y a deux ans, j’ai été atteint d’une « mono maniaquerie » autour des musiques du monde. Comme quand tu découvres un artiste et que tu te mets à tout vouloir, tout acheter. J’ai d’abord flashé sur des rééditions de morceaux ­discos turcs incroyables, puis on a été invités à jouer dans un festival en Tunisie. Du coup, on a fouillé dans nos disques house et techno pour trouver des morceaux à samples orientaux, pour créer un set qui soit à la fois nous, et à la fois eux. Ce fut l’acte de naissance d’Acid Arab. En quoi les sons orientaux sont-ils ­associables à la techno ? HC : Ils matchent à mort avec un dancefloor où d’habitude on joue de la disco ou de la house. Il y a une intensité 58



i­ ncroyable, une envie de pousser le ­danseur à la transe, des sonorités hyper stridentes et puissantes comme celles de l’acid house. Tu as cette puissance rythmique, et ce pouvoir émotionnel présent dans certains morceaux vocaux de house. Guido, tu évoquais la disco turque, on est donc au-delà du « traditionnel »... GM : Dans tous ces pays, comme dans le reste du monde, quand le rock’n’roll est arrivé ça les a influencés, tout comme la disco, la musique électronique ou le rap. Il est intéressant d’entendre ce que

« Un truc compact, un live de techno avec une sonorité orientale » c­ ertains artistes ont fait en associant une musique occidentale avec leurs propres racines. C’est ce qu’on essaie de faire, dans l’autre sens. HC : En Tunisie, pour les jeunes, la ­musique traditionnelle est plutôt une ­musique de parents, vocale, hyper intéressante mais inutilisable sur un dancefloor. Au Maroc, c’est une musique un peu déviante, qui vient souvent flirter avec le rock. Je parle du gnawa, traditionnel et un peu subversif. Vous étiez au Maroc récemment, une bonne expérience ? HC : Pour y jouer au festival L’Boulevard, et dans un club, le B-Rock. Ça s’est passé « crème » (rires). Avant nous, au club, il y avait un groupe de gnawa, des mecs de 60 balais : tout le monde était à fond,

comme sur de la techno. Impressionnant. Les sons qui trouvent leurs origines plus au Sud du Maghreb, en Afrique noire, vous passionnent-ils aussi ? GM : On évite un peu la musique ­africaine. On a compris que c’était une musique grandiose, cela fait un petit moment déjà qu’il lui a été redonné ses lettres de ­noblesse. Depuis que Fela a été réédité, de manière somptueuse, et avec des milliards de compilations dans tous les sens. C’est au tour de l’orientale d’être ­appréciée à sa juste valeur ? GM : Depuis trois ou quatre ans, il y a eu plein de signes avant-coureurs. Les disques orientaux sont devenus très chers, les prix des vinyles de musique nord-africaine et moyen-orientale ont prix un zéro de plus. Et plein de petits labels sortent des trucs. Tu as je ne sais combien de compilations de pop iranienne. Tout ça nous a vachement influencés au début, et j’ai l’impression que l’on fait un peu partie de cette histoire. C’est incroyablement gratifiant. Votre premier « live » aura lieu à la Gaîté Lyrique, à Paris, quelle sera sa saveur ? HC : Nous voulons proposer quelque chose de simple, électronique. On jouera sur scène avec Kenzi Bourras, qui est ­notamment le clavier de Rachid Taha. On ne voulait pas transformer le truc en big band fusion. On n’aura pas de percus en live. On veut garder ce truc compact, un live de techno avec une sonorité orientale. La musique orientale est souvent vue comme quelque chose de beau, de « décoratif ». Acid Arab ne l’utilise pas de cette façon-là. Ce qui nous intéresse, c’est le truc qui te fait partir en couilles... GM : Le côté mental, la transe. Certainement pas le côté « lounge ». Soundcloud.com/acid-arab THE RED BULLETIN

DALLE APRF

Texte : Pierre-Henri Camy


Identité Acid Arab : Guido Minisky et Hervé Carvalho, DJ’s aventureux, Paris et ailleurs. Concept « Mélanger nos musiques, notamment la house et la techno, à des sonorités, des feelings et des façons de faire orientaux. » Acid... au rap Les rappeurs égyptiens, Sadat & Alaa Fifty Cent. Les Cairois ont collaboré avec Acid Arab sur un morceau. « Ils ont la vingtaine et font partie d’une scène émergente, l’électro-chaabi, qui est en train de se faire connaître mondialement, bien qu’elle soit née au Caire, dans les ghettos. »


KITESURF, UN VENT NOUVEAU

LES MEILLEURS KITESURFEURS SE SONT AFFRONTÉS AU BRÉSIL DANS LE PARC PROTÉGÉ DES LENÇÓIS MARANHENSES. CETTE COMPÉTITION, LE RED BULL RALLY DOS VENTOS ENTRE DUNES DE SABLE ET LAGONS, ÉTAIT UNE PREMIÈRE MONDIALE. TEXTE : JOÃO PEROCCO PHOTOS : MARCELO MARAGNI, FABIO PIVA, THIAGO DIZ ET VICTOR ELEUTÉRIO




61


Bruno Lobo, kitesurfeur de São Luís, est arrivé en 5e position. Il était l’un des concurrents qui connaissaient le mieux la région des Lençóis.


« LE DÉSERT FAIT PEUR. NOTRE SURVIE EST EN JEU » SUSI MAI 

63


Le Red Bull Rally dos ­Ventos a donné naissance à un événement unique dans le monde du kitesurf. « Lençóis est l’endroit le plus surréaliste que j’aie ­jamais vu », s’est exclamé le Belge Christophe Tack.

AU MILIEU DES DUNES, LES VENTS DE PLUS DE 20 NŒUDS SUIVENT DES CHEMINS

­IMPRÉVISIBLES, RENDANT LES KITESURFS PRESQUE ­INCONTRÔLABLES


L’Allemande Susi Mai est l’une des meilleures kitesurfeuses au monde.

THE RED BULLETIN

65


« J’AI CHOISI DE CONTOURNER LA DUNE PAR LA DROITE PLUTÔT QUE DE PASSER PAR-DESSUS. J’AI EU DE LA CHANCE : J’AI TROUVÉ L’EAU » LE BRÉSILIEN ALEXANDRO NETO

Le champion, c’est lui. Alexandre « Netinho » Neto a surmonté tous les obstacles avec agilité et rapidité.

66




Le Nordeste brésilien est au kitesurf ce que Hawaï est au surf. Le parc protégé des Lençóis Maranhenses est devenu un nouveau lieu de rendez-vous pour découvrir les vents de la région.


S ituée à 75 km et deux heures et demie de toute route goudronnée, Santo Amaro do Maranhão, au nord-est du Brésil, est une ville particulière. Comptant à peine 13 000 habitants qui ne la quittent jamais, la localité s’étend face à un désert de centaines de dunes et de lagunes colorées. Elle a eu son heure de gloire en 2005, lorsqu’elle a accueilli le tournage du film brésilien La Maison de sable. Près de dix ans se sont écoulés et Santo Amaro se ­retrouve à nouveau au cœur de l’actualité, du sport cette fois-ci. Quelques-uns des meilleurs kitesurfeurs mondiaux, de sept nationalités différentes, se sont donné rendez-vous dans le parc national des ­Lençois Maranhenses pour participer à un rallye inédit. Même les plus expérimentés, comme Bruna Kajiya (Brésil), Susi Mai (Allemagne) et Christophe Tack (Belgique) n’avaient jamais rien vu de la sorte. « C’est un endroit surréaliste, a avoué Tack. On ne se croirait pas sur Terre. Sur la Lune peut-être, avec de l’eau. » Le défi consistait à traverser 16 km de dunes et de lagunes sous un soleil de plomb, par une chaleur de 40 °C, à dompter des vents forts et imprévisibles. ­Eduardo Fernandes, le créateur du parcours, connaît parfaitement la région, une ­lagune porte d’ailleurs son nom. Il sait mieux que personne combien cet environnement peut se révéler hostile : « Une ­minuscule dune peut te mener aussi bien 68



à une lagune asséchée et aride qu’à un lac de plus d’un kilomètre de long. » Susi Mai, engagée sur le circuit mondial PKRA et multi-vainqueur du prestigieux King of Air : « Je n’ai pas l’habitude de faire du kitesurf dans le désert, raconte la trentenaire allemande. Le désert fait peur. Notre survie est en jeu. Ce n’est pas comme faire du kitesurf dans une station balnéaire ­bordée d’une belle plage, où l’on peut aller prendre un verre à la fin de la compétition. Le désert, ce n’est pas une plaisanterie. » Niché entre étendues de sable et ­lagunes turquoise, le parcours du Red Bull Rally Dos Ventos laisse voir des paysages magnifiques. Et périlleux pour le kitesurfeur, en raison de dunes hautes de 45 m, de sables mouvants omniprésents et de lagunes qui doublent de taille pendant la saison des pluies. Il est 10 heures et les vents soufflent à près de 20 nœuds quand 45 cerfs-volants se lèvent dans le ciel. La compétition prend son envol. Les participants, habitués au bleu des eaux pour faire vivre leur kitesurf, souffrent dans les grandes étendues de sable. Ils sont nombreux à peiner. « Je me suis perdue, lâche après coup la Brésilienne Bruna Kajiya soulagée. Je me suis rendu compte que j’étais complètement seule dans cette immensité de sable. J’ai eu très peur. Je me suis dit que j’allais mourir. Je regardais autour de moi et je voyais des carcasses d’animaux morts. J’étais encore plus ­effrayée. Mais j’ai continué à marcher et j’ai fini par apercevoir un drapeau devant moi. Là, j’ai repris espoir. » Les choix effectués par les concurrents lors de la traversée des dunes – passer par le sommet de la dune, la contourner ? – ont donné du piquant à l’épreuve. Il fallait faire preuve de stratégie et aussi avoir la chance de son côté. Tel le vainqueur, le Brésilien Alexandre Neto : « Dans l’ultime partie, Carlos Mario me devançait mais quand nous sommes arrivés à la toute dernière dune, j’ai choisi de prendre par la droite. Lui a tiré tout droit en passant par le sommet. J’ai eu de la chance car j’ai trouvé l’eau en contournant la dune. J’ai pris de la vitesse et gagné l’épreuve. » Neto, 4e au classement mondial PKRA, a bouclé les 16 km en 37 minutes et 30 secondes. Sans descendre de sa planche. Il a réussi à rider sur le sable. Alors que d’autres, perdus dans les dunes ou les ­lagons, déroutés par les vents soufflants, ont eu besoin de plusieurs heures.

THE RED BULLETIN


João Carvalho a eu du mal à maîtriser son kitesurf dans les étendues de sable. THE RED BULLETIN

69


ABONNEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! OFFRE SPÉCIALE 12 numéros pour 12 € seulement Passez votre commande ici : www.getredbulletin.com


Un business qui tourne : des montres à la pointe de la mode et de la technologie. L’ART DU TEMPS, page 90

Quoi de neuf en décembre ?

ACTION   ! M AT O S   /   C O N S E I L S   D E   P R O   /   V O YA G E S   /   M A   V I L L E   /   J E U X   V I D É O   /   C L U B   /   M U S I Q U E

Écolo

DANNY MACASKILL, BOSS EN VTT, PRÉSENTE SA MOTO ÉLECTRIQUE.

MARCO CAMPELLI

MATOS, page 72

THE RED BULLETIN

71


ACTION !

MATOS

TROIS FAVORIS POUR GARDER L’ÉQUILIBRE, ­DANNY RECOMMANDE… Frein arrière Là où est situé ­l’embrayage sur les motos ­essence.

Batterie Pèse 28 kg et se remplace en un rien de temps.

LE CASQUE AUDIO SENNHEISER

Pas de pot Silencieuse, écolo et adieu les brûlures.

Un vieux modèle en fin de production mais qui reste incassable. Un compagnon de longue date. sennheiser.com

Moteur Puissance maxi de 22 ch. OK en tout-terrain.

LE ROULEAU RUMBLE Cet instrument de torture masse les tissus musculaires à merveille. Découvert en rééducation, il est très ­efficace après une journée de vélo.

Chargeur Se branche à ­une prise. 2 heures d’autonomie.

rumbleroller.com

Moto, vélo, dodo   K TM FREERIDE E  DANNY MACASKILL, DONT LA VIDÉO EN ÉCOSSE A CARTONNÉ SUR LE WEB, PRÉSENTE SA MOTO ÉLECTRIQUE. Danny MacAskill, 28 ans et star du VTT trial, utilise une moto ­électrique pour s’entraîner.

72



« La KTM Freeride E a facilité mon passage du vélo à la moto. Pas de vitesse, pas d’embrayage, pas de pot brûlant, et un guidon avec ­seulement deux leviers de frein, comme sur un vélo. Après quelques jours de pratique, j’escaladais déjà les murs ! Les tricks que je fais les yeux fermés en vélo, le ­fakie

(marche arrière) par exemple, ­exigent une parfaite coordination avec la KTM. J’utilise la KTM ­Freeride E pour préparer des sentiers où je vais ensuite m’entraîner à VTT. Existe-t-il une vidéo de moi sur cette moto ? L’idée me trotte dans la tête, mais j’ai besoin de m’exercer encore. » ktm.com

LES FIVE TEN FREERIDER Des chaussures au grip incomparable en toutes circonstances, même sous la pluie écossaise. Et elles portent mon nom ! fiveten.com

THE RED BULLETIN


ACTION !

CONSEILS DE PRO Personne ne vole avec autant ­d’élégance qu’Orlando Duque, ­l’esthète des airs.

Orlando Duque, 40 ans, Colombien, 10 fois champion du monde de plongeon de haut vol.

Un corps d’acrobate

DEAN TREML/RED BULL CONTENT POOL, CAMILO ROZO/RED BULL CONTENT POOL, THERA-BAND®

HERI IRAWAN

 PLONGEON DE HAUT VOL  ORLANDO DUQUE, LÉGENDE DU RED BULL CLIFF DIVING, DÉVOILE SES SECRETS DE PRÉPARATION PHYSIQUE. « Les muscles des jambes sont essentiels dans mon sport, aussi bien pour le saut que pour l’entrée dans l’eau. J’atterris les pieds en premier. Nous nous élançons depuis un promontoire à 27 mètres de hauteur et à une vitesse de 85 km/h, dès le saut nous serrons les jambes de toutes nos forces, explique Orlando Duque. Chaque jour, je fais des exercices spécifiques, notamment des flexions de genoux sur une jambe. » L’entraînement physique du Colombien est « un mix classique entre entraînement cardiaque et mental, musculation et saut ». Pour travailler sa résistance et son endurance, il varie les plaisirs : course, vélo, ­natation, aviron, stand up paddle. D’autant que Duque, en vivant à Hawaï, profite de conditions d’entraînement et d’une météo idéales.­ r­ edbullcliffdiving.com

É L A ST I Q U E

SE PROTÉG ER EN S’ ENTRAÎ NANT « Aucun plongeur n’a envie de se déchirer la jambe au moment de la réception dans l’eau à 85 km/h. Le renforcement des jambes est capital.  »

1

2

PARTENAIRE D’ENTRAÎNEMENT FLEXIBLE « Je voyage beaucoup, je n’ai donc pas la ­possibilité d’emmener de lourds appareils d’entraînement avec moi. Ma solution de ­rechange ? Les élastiques Thera-Band, mes ­fidèles ­compagnons, légers et peu encombrants. Peu chers, ils permettent de se muscler ou de s’échauffer. Mes exercices fétiches : flexions du biceps et presse épaules.

THE RED BULLETIN

Se placer sur une surface molle (force la stabilité des ­genoux), passer la cheville droite dans un ­élastique.

Lever la jambe droite lentement et régulièrement sur le côté, puis la baisser. ­Changer de jambe après 3 séries de 12 à 15 mouvements.

73


ACTION !

VOYAGES Entrez dans le réel avec cet effrayant shoot ’em up créé dans une usine ­désaffectée de New York.

EN PLEINE N ATU R E AUX ALENTOURS DE NEW YORK

DELTAPLANE À deux heures de route, Ellenville, aux pieds de Shawangunk ­Mountains. Là, le Mountain Wings Flight Park vous propose des folles sorties en ­deltaplane. mtnwings.com

Comme en vrai

  WAR GAMES  JOUER AFFALÉ DANS UN SOFA NE VOUS SUFFIT PLUS ? DEBOUT SOLDAT, C’EST L’HEURE ­D ’AFFRONTER DES ZOMBIES PRESQUE RÉELS  !

74



PÊCHE Le train vous emmènera à Montauk pour une sortie de pêche au requin en Atlantique nord. Montez à bord d’un voilier, jetez votre ligne et attendez que ça morde. movin-oncharters.com

Équipez-vous et filez descendre toutes sortes de morts-vivants.

L’INFO EN PLUS UN BUZZ, LITTÉRALEMENT Les participants à ces scénarios d’entraînement à la guerre portent un système « shockbelt » qui envoie une décharge électrique lorsque le joueur est touché. « Notre assurance nous a donné son accord pour un usage récréatif, certifie le fondateur Peter Fermoselle. Ça change tout à la jouabilité. »

ziplinenewyork.com

THE RED BULLETIN

NICK AMIES

TYROLIENNE Quittez la Grosse Pomme pour les Appalaches et expérimentez la plus longue et la plus haute la ­tyrolienne d’Amérique du Nord.

GETTY IMAGES(2)

Faire la guerre bien calé dans son canapé, manette en mains, survivre à des affrontements virtuels et ­enchaîner les cartons dans l’apocalypse zombie, c’est facile. Mais serez-vous aussi doués hors de votre zone de confort, sur un théâtre d’opérations bien réel ? Indoor Extreme Sports (IES) vous offre la possibilité d’épauler la réplique d’un M4 à laser ou de ­porter à la ceinture un faux Glock, pour partir au combat dans un espace aménagé au cœur du Queens, à New York. Vous n’êtes pas censés mourir. IES a repris d’authentiques programmes d’entraînement de l’armée américaine et d’agences de sécurité, et les a combinés à la meilleure des plateformes de shoot ’em up à marquage laser. « Notre plateforme militaire M4 pousse le réalisme aussi loin qu’elle peut, précise le boss Peter Fermoselle. On a des années-lumière d’avance sur les méthodes dont se sert l’armée pour entraîner ses ­unités. » Deux jeux de combat sont proposés dans les 11 000 m² de l’ancienne fabrique de fromages où IES a dessiné plusieurs champs de bataille. « Tous vos sens sont stimulés Une session de 90 minutes coûte à l’extrême, s’exclame Adam entre 20 et 40 $ Green, un joueur. L’adrénaline par joueur, selon monte en flèche et vous pousse le scénario choisi et le jour de la se- à vous surpasser. J’ai vraiment eu maine. indoorex- la trouille. Les zombies arrivaient tremesports.com de partout. »


ACTION !

MA VILLE

TORONTO

   C O

LL

ST EGE

SUEURS FROIDES

W

ET POUSSÉES D’ADRÉNALINE PRÈS DE TORONTO

1    B A

TORONTO, CANADA

W

ST

ADI

T S S

RST

NDA

   S P

THU

   D U

NA AVE

2

À L’ASSAUT DES GLACES

4

VE N A

ST

GTO

RIN

SIN

FFE

   O S

   D U

3

   Q U

EEN

ST

W

5    K I

NG

W ST

Il y a l’embarras du choix, notamment autour du lac Nipigon, pour se mesurer à des parois glacées, certaines hautes de près de 100 m. Le prix inclut l’équipement. ontariooutdoor.com

5 MAJ EU R LES PASSAGES OBLIGÉS

CORBIS, RW PHOTOGRAPHIC INC, DALE TIDY/RED BULL CONTENT POOL, GETTY IMAGES(3)

DJ Jr Flo (à droite), ­local de ­Toronto, est l’ambassadeur d’une cité copieuse.

Au nom de la diversité TORONTO  JR FLO, DJ DU TRIO ÉLECTRO KEYS N KRATES, VANTE LES QUALITÉS DE SA VILLE. « Diversité est le mot juste pour définir notre ville », déclare Jr Flo, du trio Keys N Krates, un groupe ­électro from Toronto qui commence à faire parler de lui tous azimuts. « À Toronto, il y a des quartiers grecs, indiens, italiens ou chinois. Des personnes de toutes origines vivent les uns avec les autres de manière harmonieuse. Si bien que chacun vous expliquera spontanément que Toronto est la ville la plus sûre, la plus ­tolérante, et tout simplement la plus agréable au monde. Cette diversité touche aussi la scène musicale. Des concerts jazz, hip-hop, funk, techno, house, folk, électro ou indé, au total plus de soixante, sont programmés chaque soir. » Découvrez ci-contre, les bons plans de Flo lors de votre prochain voyage en Ontario. keysnkrates.com

THE RED BULLETIN

­ ouillonnant et un coin sympa b pour partager un verre de vin entre amis. Les écureuils blancs, peu farouches, vivent en toute liberté dans ce parc magnifique.

EN MODE FOND DE NEIGE

1 KENSINGTON MARKET, Kensington Ave. Délabré mais populaire, un quartier où se côtoient spots indiens, tex mex, cafés rastas et hippies où l’on fume de stupéfiantes cigarettes. Le dimanche, priorité aux piétons, la fête envahit la rue.

2 PIZZERIA LIBRETTO, 221 Ossington Ave. On trouve un peu partout de bonnes pizzerias mais le chef Rocco est le meilleur. Je vous ­recommande sa pizza « cannibale », aux oignons caramélisés. 3 TRINITY BELLWOODS PARK, 155 Crawford St. Un havre de paix et de verdure au cœur d’un centre-ville

4 COSMOS WEST RECORDS, 652 Queen St. Dans cette boutique aux prix ­exorbitants, un 33-tours coûte le double de sa valeur initiale. Pourquoi est-ce que je la recommande ? Aucun disquaire n’est aussi déjanté et ne propose ­autant de raretés.

5 THE HOXTON, 69 Bathurst St. Les groupes et artistes qui jouent au Hoxton sont souvent sur le point de percer, vous écoutez donc de futures stars. Ne ratez pas les afters, les invités-surprises sont, eux, déjà des stars.

Pour 250 dollars canadiens (environ 180 euros) vous empruntez les ­sentiers enneigés des forêts de ­l’Ontario à près de 100 km/h au guidon d’une motoneige. backcountrytours.ca

UNE VIRÉE QUI A DU CHIEN Sur un traîneau tiré par un attelage de six chiens, vous glisserez au milieu de forêts en bord de piste. Habillez-vous bien ! trythat.ca

75


ACTION !

JEUX VIDÉO

TEAM P L AY TROIS JEUX INDÉ ET MULTIJOUEURS

FOUL PLAY Les aventures du Baron Dashforth et de son apprenti Scampwick face à de vilains démons. Un jeu de baston ? Une pièce ­théâtrale interactive pour PC, Xbox 360 et PS4.

Retour vers le futur   C ALL OF DUTY    LE GÉANT DU JEU DE TIR SUBJECTIF ET SA ONZIÈME ÉDITION VOUS ENVOIENT DROIT DANS LE FUTUR.

Le nouveau Call of Duty : sur PC, Xbox et PlayStation.

En l’an 2054, le monde vit dans un climat de peur permanent, à la merci d’une mystérieuse organisation terroriste qui bombarde les centrales nucléaires. Face à l’impuissance des gouvernements, des sociétés militaires privées partent en guerre contre ces terroristes, en utilisant les technologies dernier cri. C’est au beau milieu de ces combats que les joueurs de Call of Duty: ­Advanced Warfare débarquent. Pour les uns, Call of Duty est LE jeu de tir subjectif par excellence, pour les autres un des meilleurs jeux ­vidéo grand public. La série ne laisse personne indiffé-

Des terroristes face à une armée privée : c’est l’avenir vu par Call of Duty.

rent. Pour preuve, les plus de 100 millions de copies vendues. L’histoire de ce succès commence en 2003, avec le premier volet, dont l’action se passe pendant la Seconde guerre mondiale. Depuis, un nouvel épisode sort chaque année. Si les intrigues changent, se déroulant tantôt dans un passé proche, pendant la guerre froide, tantôt dans le présent, tous les Call of Duty ont un point commun : le joueur évolue dans un univers guerrier plus vrai que nature grâce à des détails hyper réalistes, en simulant par exemple les tremblements que provoquent les explosions, ou le recul des armes à feu lors des tirs. Call of Duty: Advanced Warfare reste fidèle à cette volonté de crédibilité, avec en bonus un arsenal d’armes futuristes, comme des drones de combat, des grenades intelligentes qui détectent leurs cibles à distance, ou un exosquelette décuplant la puissance physique.

BATTLEBLOCK THEATER On joue à deux pour affronter toute une série de pièges mortels. Un jeu d’adresse qui titille les zygomatiques, pour PC et Xbox 360.

CALL OF DUTY EN CHIFFRES

100

5

25

32,2

Soit la population ­totale du Bénélux, de la Suisse et de la France.

C’est cinq fois plus que l’ensemble des véhicules immatriculés dans le monde.

Soit 2,85 millions ­d’années  : c’est plus que la durée de ­l’évolution humaine.

Vertigineux ! Retranscrit en entier, ça donne : 32 200 000 000 000 000

millions d’exemplaires vendus

76



milliards de véhicules détruits

milliards d’heures de jeu

billiards de coups de feu tirés

Panique au Mexique ! Deux catcheurs doivent castagner pour ­aller sauver la fille du président. De la belle action, jouissive et drôle, pour PC, PlayStation et Xbox.

THE RED BULLETIN

VALVE, ESL

GUACAMELEE


N I G H T L I F E

House punks : Cumhur Jay (à gauche) et Edgar Candel Kerri, backstage dans le club barcelonais ­Razzmatazz. Leur DJ set commence dans 5 minutes.

LES

PYROM 78




Les Es pa gno l s d e Zo m bi e K i ds fo nt da nser l a j eunesse c l ubbeuse du mon d e depui s 2 0 0 9. E ntre l â c hers de pa i l l ettes et fêta r des sex y, The Red Bulletin a véc u l eur DJ set él ect ro -punk da ns une bo îte ba rcel o na i se. TEXTE : ANDREAS ROTTENSCHLAGER PHOTOS : YUKY LUTZ

ANES


N I G H T L I F E

L

e clip vidéo de Face, premier tube des Zombie Kids au printemps 2011, commence par une intro au synthé, puis la ­caméra s’arrête sur le chanteur. Un drôle d’oiseau aux dents d’argent, la boule à zéro, torse nu recouvert d’un cuir avec de grandes plumes noires sur les épaules. Au début, on se dit : « Bof ». Le type commence à chanter à la 16e seconde. À peine trois secondes plus tard, on sait que c’est un tube qu’il va offrir au tandem hispano-turc, né par hasard dans une friperie vintage de Madrid. Les Zombie Kids, Edgar Candel Kerri à la basse et Cumhur Jay au synthétiseur, mitonnent des beats implacables à la sauce électro-punkdrum’n’bass. Autour d’eux, ça danse : des filles, regard haut et tenues colorées, et des mecs tatoués. Dans ce clip tourné dans le salon de Cumhur, le duo affiche ses goûts et son style. « Le chanteur s’appelle Aqeel, il était totalement inconnu, dit Edgar. On aimait ses tenues, alors on a décidé de le mettre au micro. » Avec Face, les Zombie Kids sont devenues des stars. Un tube qui a rapporté un contrat avec Universal, plus de 3,2 millions de clics sur Youtube, une campagne de pub avec la plus grande brasserie du Mexique et un prix aux MTV Europe Music Awards. Les clubs qui veulent aujourd’hui programmer les deux compères en ont pour leurs frais : hôtels 5 étoiles, menus végétariens… Edgar : « On a suivi le vieux précepte punk : do it yourself.» 80



I L S O N T L E SA N G S H OW

Un soir d’août à Barcelone. Il fait chaud. Edgar Candel Kerri et Cumhur Jay chillent sur un canapé dans le loft d’Edgar, tout en murs blancs, plafonds hauts et écrans géants. Les Zombie Kids sont fatigués. Il faut dire qu’ils ont passé les trois dernières années sur les routes : d’Abu Dhabi au Guatemala, entre festivals, concerts et tournages vidéo. Rien que sur les 30 derniers jours, ils ont assuré pas moins de 26 concerts. On les sent un peu nerveux. Ce soir, ils jouent au Razzmatazz, un club à la mode. « On joue à domicile », plaisante Edgar en montrant sa télé écran plat qui retransmet un match amical de foot. Edgar, sourcils en pointe et short de surf, a passé une partie de sa jeunesse sur les routes d’Europe dans de vieux bus ­déglingués lorsqu’il était guitariste dans


Pl anté d e r r i è re ses p l ati nes, jamb es é car té es, Ed g ar est co mme u n ­h é ros d e ­weste rn  : p rêt à d é g a i n e r

Ce fan australien (ci-dessus, bras levé) a parcouru 17 000 km pour voir les Zombies Kids à Barcelone. Ailleurs dans la foule, l’ambiance est coquine.

Edgar partage sa bouteille de champagne avec les fans. En bas : les Zombies Kids font leur show. Edgar et Jay portent le club à ébullition.


un groupe de hardcore. À 35 ans, il est couvert de tatouages, dont un sur son poing droit, où l’on lit les quatre lettres P-U-N-K. Jay, 34 ans, longue barbe noire et casquette de baseball vissée de travers sur la tête, a étudié l’économie à Londres mais a frôlé de peu la misère, à force de dépenser tout son argent en disques. Dans le groupe, c’est lui le faiseur de sons. Comme Edgar, il arbore des tatouages aux bras et aux jambes, mais les cache toujours sous les manches de ses chemises. Surtout lorsqu’il s’agit d’aller ­négocier les contrats. « Un look discret, ça aide. » Edgar et Jay sont connus pour leurs shows excessifs. Ils aspergent le public de champagne, habillent leurs chanteurs de tenues extravagantes. À Madrid, ils ont balancé 6 000 billets de 1 dollar dans la foule : « Les gens ont cru que c’était des faux billets et ont continué à danser », raconte Jay. Leur carrière est à contre-courant de toute catégorisation musicale. « On fait de la musique pour la génération Spotify. Les ados écoutent de tout : de la house, du rock, du rap. Et nous, en tant que DJ’s, on mixe des styles, on en dépoussière d’autres. Comme des zombies qu’on ferait renaître d’outre-tombe. » Sur leurs albums, le léger côtoie le lourd : on y trouve aussi bien des hymnes à la fête (Spanish Sauce Mafia) que des morceaux de rap 82



À 4 heures du matin, la foule danse ­toujours (en bas à droite). Certains sont montés donner de la sueur sur scène (à gauche). La sono fait gonfler les beats électro à 13 000 watts.


N I G H T L I F E

Il n’y a pas de dress code au Razzmatazz, mais les filles en mini-shorts sont sûres de ne pas se tromper.

plus tranchants (Broke). Les chanteurs de leurs vidéos ? Tantôt des hipsters en ­legging rose, tantôt des rappeurs à dreadlocks et pitbulls.

GRAND TREMPLIN

Fi re , ave c Aq e e l au chant , p a r l e d e pa ssi o n  : 2  0 0 0 p e rso n n es h u rle nt l e refra i n « Got me b u r n i n g in sid e li ke fi re  »

Une heure du matin. Edgar et Jay sont dans le taxi qui les emmène à Poblenou, le vieux quartier industriel de Barcelone, où se trouve le club Razzmatazz. Bâtiments en briques, graffitis tous azimuts. Installé dans l’entrepôt d’une ancienne ­filature, le club a ouvert en 1986. En backstage, ça sent comme dans une cave à soirées underground. Des murs carrelés, un vieux canapé rouge usé jusqu’à la corde, des canettes de bière dans un congélateur cabossé. Quel est l’enjeu de la soirée pour les ex-vendeurs de fripes qui se sont lancés en 2009 dans la musique ? « Barcelone est le tremplin idéal pour une carrière internationale », explique Jay. Justement, le duo habite la capitale catalane dont les festivals Sónar et Primavera, créateurs des nouveaux courants de la musique électro, attirent chaque printemps la crème des DJ’s internationaux. Au Razzmatazz, la programmation est d’excellente qualité. Cumhur Jay : « Dans la même semaine, on peut voir jouer A-Track, Fatboy Slim et Diplo. » La règle d’or pour les DJ’s de passage ? « Captiver la foule entre 3 et 4 heures du mat’. C’est là, au cœur de la nuit, que tout se joue. Tu as exactement 60 minutes. »

200 C O N C E RT S E N 2014

À deux heures et demie du mat’, Jay plante une clé de 32 GO dans ses platines : 929 morceaux, assez de munitions pour un set de deux heures trente. En bas de la scène, les techniciens s’affairent : canons à confettis, appareils fumigènes et deux bouteilles de Moët et Chandon font leur entrée. Les lumières s’éteignent. Le premier morceau fait trembler les baffles : une cover de DJ Assault, moulinée par 13 000 watts. Titre de la chanson : Suck my motherfucking dick. Deux mille danseurs se pressent devant les platines, la plupart ont moins de 30 ans. Edgar et Jay enchaînent avec un remix de Billie Jean. La voix de Michael Jackson est saccadée de beats, puis le morceau, une fois haché, est porté à un rythme deux fois supérieur à l’original. Les Zombie Kids chauffent la salle. Arrive l’heure de vérité. Ça commence par un brutal changement de rythme. À trois heures pile, Edgar et Jay font monter le nombre de BPM de 100 à 128 – en mode teuf. Devant eux, une mer de bras levés, mains tendues, smartphones jaillissant de la masse. Edgar est planté derrière ses platines, jambes écartées, comme un héros de western. Prêt à dégainer. 3 heures 30 du matin, une autre chanson d’Aqeel, l’homme à plumes, retentit, Fire. Les 2 000 clubbeurs reprennent en chœur le refrain, Got me burning inside like fire. Les Zombie Kids ont mis le feu au Razzmatazz. Une pluie de paillettes dorées s’abat sur la foule, ­aspergée de champagne par les bons soins d’Edgar. Le public et le tandem de DJ’s sont en osmose. Le fan le plus fervent de toute la salle n’a pas un regard pour les jeunes filles qui se trémoussent sur scène. Pallis Lyons, 30 ans et tignasse bouclée, a parcouru 17 000 km depuis Sydney pour voir jouer les Zombie Kids. Jay lui a donné un pass backstage. Il se tient tout près des tables et fixe l’instant avec son portable. « Ils voulaient jouer en Australie, hurle-t-il, mais ça n’a pas marché. Je me suis dit : fuck it, c’est moi qui viens. » Deuxième averse pailletée. La soirée va durer jusqu’à cinq heures. À 5 h 15, on retrouve backstage Edgar et Jay. Le match est terminé, c’est une victoire à domicile. Jay : « Il n’y a qu’en jouant le plus possible que tu peux arriver à te faire une place parmi les grands de ce métier. » Edgar avoue ne pas savoir parfois dans quelle ville il se réveille le lendemain d’un concert. Et ça le fait rire. Cette année, l’agenda des Zombie Kids affiche pas moins de 200 concerts. Dans 8 heures, ils s’envolent pour Madrid. thezombiekids.es



83


ACTION !

CLUB

Les habitués de la Dame Noir sont du genre à rester en contact.

DANSE GLOBALE TENDANCES ­MUSICALES EN CLUB EN 2014

GQOM Une house issue de Durban. La musique tribale est sombre, hypnotique et parcourue d’électro-beats syncopés. Son must : Jumping Back Slash.

Noir c’est noir   M ARSEILLE  TROP DE MONDE À LA DAME NOIR, VOTRE « DISCOBAR » FAVORI  ? NO STRESS, SES PATRONS ONT CRÉÉ UN CLUB À SON IMAGE POUR PROLONGER LA NUIT.

LA DAME NOIR 30 place Notre Dame du Mont (discobar) 24 Quai de Rive Neuve (club), Marseille ladamenoir.fr

84



MARSEILLE AVEC MATTHIEU GAMET, PDG DE LA MARQUE DE VÊTEMENTS KULTE

LE BON RIDE Une mini Austin Cooper « British Club » de 95. Parfaite pour les rues étroites de notre ville. L’ADRESSE D’INITIÉS Le Sunlight, petit bar dans l’anse de Malmousque. Jazz, rhums arrangés et souvenirs marins. L’EXCEPTION CULTURELLE Le MaMo, un lieu de création artistique en plein ciel au sommet de la Cité Radieuse. LE MARSEILLE YEAH ! Date With Elvis, un son rock qui ébranle notre culte voué à l’électro.

JERSEY CLUB DJ Sliink et son crew du New Jersey produisent une musique hyperactive pour envahir le dancefloor, à base de sonnettes, de R&B et de basses. Diablement contagieux.

THE RED BULLETIN

LA KONFISERIE(4)

« Darker it gets, clearer we see », dit-on à la Dame Noir (sans E), où, plus il fait sombre, mieux on s’amuse. À l’origine un « discobar »/cantine japonaise, et un label lancés en 2009, cette référence de l’entertainement s’est dédoublée il y a deux ans avec l’ouverture d’un club, compact. « L’important était de faire du club une extension du comptoir du bar, avec un dancefloor », explique Yann, l’un des ­fondateurs de la Dame Noir. Les DJ’s Pachanga Boys, Ewan Pearson, Michael Mayer ou The Revenge passent volontiers de l’un à l’autre, et construisent un pont entre les deux lieux. « Nous sommes très attachés au tempo du disco Noir assez lent qui caractérise à la fois la programmation de nos lieux mais aussi celle de notre label. » Une nouvelle résidence, Darkness Has Never Been So Bright, sera inaugurée le 29 novembre, au club, avec Pete Herbert, DJ Steff et Relatif Yann.

BATIDA À Lisbonne, le DJ Marfox (pour ne citer que lui) mixe de la musique des ex-colonies portugaises avec des hartbeats. Résultat : une house qui vous fait suer, même assis.


ACTION !

MUSIQUE

À FO N D LA TEC H Eden est le nouveau film de Mia Hansen-Løve, coécrit avec son frère Sven, incarné par le personnage central du film : Paul, un DJ qui lance, au début des années 90, avec son compère Stan (Greg Gauthier), les soirées Cheers. Ils installent la fameuse French Touch en compagnie d’autres artistes dont certains rencontreront un succès planétaire. « Ce film évoque une période de façon intime, à travers un destin démystifié », explique Sven. Nous projetant dans les premières raves, un clubbing sincère et intense, Eden offre une superbe BO, aux hymnes house et garage, dont le choix des titres a nécessité « un an de réflexion, et beaucoup de listes ». Voici cinq heureux élus, essentiels à Sven Love. Eden, en salles le 19 nov., BO

Le DJ Sven Love a contribué à l’avènement de la house et du ­garage en France.

« Le chant des machines » PLAYLIST  LA FRENCH TOUCH SE VOIT ENFIN CONSACRER UN FILM, AU PLUS PRÈS DE SON RÉEL. AU CŒUR DU SUJET, SVEN LOVE RACONTE 5 TITRES DE SA BO.

1 Sueño Latino

2 M.K.

3 Juliet Roberts

« Je découvre ce morceau à 20 ans, et un mouvement musical sans concession, hédoniste. Tout, depuis sa pochette fleurie et colorée, sa durée alors inhabituelle (11 min), jusqu’à ses contrastes – robotiques, planants, psychédéliques – contribue à en faire l’incarnation du style musical qui célèbre le chant des machines : la techno des débuts. »

« Début des nineties, autre découverte essentielle. Un artiste, un remixeur hors norme, M.K., aka Marc Kinchen, avec sa “patte” bien à lui : voix découpées et reconstruites, lignes de basse simples et efficaces, riffs d’orgue ou de piano bien accrocheurs, rythme swing. Ce titre est un secret caché sur la face B d’un morceau à succès, Burning. »

« 1992. Greg Gauthier et moi n’avons qu’une aspiration : faire la fête. Au Cirque d’hiver, se déroule une soirée inédite. Musique 100 % garage, public gay, atmosphère joyeuse, décor insolite. Nous entrons dans la salle. La foule se soulève aux premières notes de Caught In The Middle. Tout le monde chante. Cette musique ne me quittera plus. »

4 C.Dock presents

5 Daft Punk

« New York. 1996. Kiss FM. L’émission de Tony ­Humphries. L’émerveillement dès la première écoute. Rentré à Paris, je joue le disque en radio et soirées, jusqu’à ce qu’il devienne rayé et inaudible. Une voix lead haut perchée, des cœurs hystériques sur un rythme brut, un piano euphorisant, une mélodie inouïe : la quintessence du garage. »

« Un choix de Mia, que j’ai approuvé sans réserve. Pour la scène de fin au Silencio, il nous fallait un morceau des Daft Punk plus surprenant, un titre rare, voire méconnu, apparaissant comme égaré sur un album décrié par certains pour son orientation “mainstream”. Cette merveille de mélancolie disco colle parfaitement avec l’atmosphère du film. »

Sueño Latino (Derrick May’s Mix)

Happy Song (4007 Original Mix)

PHILIPPE LEVY

disponible sur Hamburger Records

THE RED BULLETIN

The MKappella

Veridis Quo

MUSIQUE ET ­ÉLECTRONIQUE FONT BON ­MÉNAGE. LA PREUVE PAR 3

POLYFAUNA Cette appli-jeu vous entraîne dans des paysages oniriques, aux formes géométriques et psychédéliques, a l’affût de points l­ umineux rouges. En fond sonore, des chansons inédites de Radiohead.

Caught In The Middle

ISLANDER Le barde soul ­n­orvégien donne à ses auditeurs la possibilité de devenir producteurs. L’appli permet de modifier le mixage et l’arrangement des chansons de Bernhoft dans un studio virtuel.

S U R LA R O UTE LE GADGET DU MOIS

SONY NWZ-A17 En 1979, Sony ébranle la planète avec le Walkman. On s’attend à un phénomène au moins aussi décisif avec le NWZ-A17 : ce lecteur audio poids plume haute résolution possède 64 GB de mémoire, et 50 heures d’écoute. On est bien au-delà des capacités d’un smartphone. ­sony.com

BIOPHILIA Cette appli créée pour accompagner le nouvel album de Björk explique de façon ludique les rapports entre la science, la nature, et la musique. En Islande, elle sert déjà d’outil pédagogique aux instits.

85


SILENCE… ON TOURNE ! Q&A AVEC WE S BE NTLEY

WES, HE CAN Révélé par American Beauty, Wes ­Bentley a longtemps disparu des écrans. Le temps de se débarrasser d’une sévère addiction à l’héroïne. ­L’acteur américain de 36 ans est à l’affiche d’Interstellar, le dernier opus de ­Christopher Nolan, un film d’anticipation dont seul le titre échappe au secret. Texte : Geoff Berkshire

Bien que le tournage d’Interstellar soit terminé, vous n’êtes pas autorisé à en parler. Que saviez-vous du projet au commencement ? À peu près rien. ­Christopher m’a convoqué pour me faire lire une sorte de descriptif pas très détaillé sur les scènes à jouer, mais ça ne me donnait aucune idée sur ce que serait vraiment le film. Donc en somme, j’ai lu le script, enfermé dans un bureau dont seul Christopher avait la clef ! Comment s’y prend-il pour diriger ses acteurs ? Je n’ai pas vu le moindre écran vert. Toutes les scènes sont tournées dans des décors réels, soit exactement ce que ­verront les spectateurs. Ça, c’est unique. Vous avez eu l’opportunité de travailler avec Nolan plus tôt dans votre carrière, mais vous avez renoncé. Pourquoi ? C’était pour Batman B ­ egins. Je suis un grand fan de ­Batman, et aussi de Christopher Nolan bien sûr mais, à ce moment-là, ça n’allait pas très fort, je n’étais pas heureux. Les drogues ne m’ont pas aidé, certes, mais mon mal de vivre était la somme de plusieurs insatisfactions. J’étais jeune et idéaliste, et ignorant aussi.

« J’ai lu le script dans un bureau fermé à clef » Je pensais que c’était le genre de film que je ne devais surtout pas faire. J’ai même refusé de rencontrer Christopher. Avec le recul, je me dis que j’étais stupide. Matthew McConaughey, avec qui vous partagez l’affiche, est-il le mec super cool que tout le monde décrit ? C’est l’une des personnes les plus sincères que j’aie rencontrées. Il est entier, il s’at-

tire la sympathie des gens très facilement. Il est à l’aise dans l’univers dans lequel il évolue, il s’est trouvé. Êtes-vous toujours fan de football ? Dans le foot, j’aime la fluidité des gestes, la résistance, l’endurance. J’apprends toujours quelque chose en regardant un match, peu importe le niveau. Interstellar, sortie le 5 novembre.

BIO EXPRESS : BENEDICT CUMBERBATCH L’acteur anglais est à l’affiche du biopic Imitation Game qui raconte le destin tragique d’Alan Turing, un génie, à la fois mathématicien et déchiffreur de codes secrets pendant la Seconde guerre mondiale.

Benedict Cumberbatch

86



Il naît à ­Hammersmith, en Angleterre, sous le nom de Benedict Timothy Carlton Cumberbatch.

2000

Le jeune acteur fait des ­débuts prometteurs à la télévision ­anglaise dans le drame policier Heartbeat.

2005

Victime d’un ­enlèvement sous la menace d’un flingue en Afrique du Sud, il évoque son « chemin pour la liberté ».

2012

Olivier Award du meilleur acteur pour son double rôle au théâtre du Dr. Frankenstein et de son monstre.

2013

Sherlock, la série (2010), lui ouvre les portes du ciné US : Star Trek, Into Darkness, 12 Years a Slave et  The Hobbit.

2014

À l’affiche d’Imitation Game et des Pingouins de M ­ adagascar, film d’animation (il prête la voix à l’un des personnages). THE RED BULLETIN

GETTY IMAGES(2)

1976


E IN L A E ÉN R INE D LIN A AL NA É RÉ DR AD N A À S DES PHOTO TOS À

OTOS À FLE HO PH DEESS P SOU LE D LE FFFLE R E UFF P U SO O LE SO C R LE E P U U O C R E P CO U

X U IE N É X G UX IN IEU NIE ÉN GÉ IN G AN IN C E E GE D NG N O HA E CH LE M DE CHANGE ND ON MO LE M LE X U À E C X Â UX R EU G À EE CEE À ÂC RÂ G R G

E M Ê R T E X E ME ÊM RÊ TR XT EX E S NS ENTURE SAN SA VENTUREE SA A V AV UIÈRRES NS T N E A T N ONTIÈRES FR RO FFRONTIÈRES

TONN . O T T N E M O M ENT.

M O M EN

MUN HORS DU COM

© Romina Amato

N U M M N O UN C MU U MM D OM S C R U O D H S R O O C H U D S R O H

Magazine gratuit distribué avec le quotidien chaque ­deuxième mercredi du mois. Dans la limite des stocks disponibles.

PRO CH A IN N U M ERO LE AV EC 10 DÉCE M BR E AL VOTR E JOU RN


ACTION !

ÉVÉNEMENTS Jusqu’où montera Kilian Jornet ? Il est le héros de Déjame Vivir, présenté à Montagne en Scène.

Jusqu’au 03.12, Oyonnax

La montagne en ville Le festival Montagne en Scène s’est ouvert le 10 novembre à Paris et a entamé son tour de France à la rencontre du public. Il s’achèvera le 3 décembre à Oyonnax. Cette 3e édition s’annonce très imaginative pour les 15 000 spectateurs attendus. Ski, alpinisme, ski running et snow­ ission Steeps, board, les films sélectionnés (Déjame Vivir, M Beyond Good and Evil, Valhalla...) suivent des passionnés de glisse et de sommets. Des images spectaculaires et ­déjantées, des « acteurs » hors norme et un travail que les auteurs viendront présenter à chaque étape, c’est tout le programme de ce festival unique. Une expo photo itinérante des paysages et des moments filmés accompagne chaque rendez-vous en salle. montagne-en-scene.com 88



07.12, Paris

Tous en Seine Le Nautic SUP Paris Crossing, la coursetraversée de Paris sur la Seine en stand up paddle, est déjà une référence. Organisée en ouverture du salon nautique de Paris (6-14 décembre) l’épreuve accueille 400 participants pour un départ matinal (8 heures) au niveau de la Bibliothèque Nationale de France à l’est de la capitale. À la force des bras, le parcours de 11 ou 13,5 km, en passant sous les ponts ­parisiens, mène jusqu’à l’arrivée au quai de Javel. salonnautiqueparis.com

THE RED BULLETIN


EN BREF

Jusqu’au 15.03, Paris

Dalí fait le mur

NOTRE SÉLECTION, EN BONNE C ­ OMPAGNIE

Depuis ce début d’automne, 22 artistes du street art ont installé leurs créations dans ­l’espace Dalí, sur la butte Montmartre. À chacun son mode d’expression pour relever le défi de côtoyer l’univers surréaliste des œuvres de l’artiste catalan exposées ici. Akiza, Codex ­Urbanus, Kool Koor ou Valeria Attinelli, et bien d’autres encore affirment leur démarche artistique en s’autorisant toutes sources ­d’inspiration. Un grand hommage au Maître.

23 NOVEMBRE

ÉTONNANT

daliparis.com

29.11, Paris

Finalement, Paris Six ans après s’y être déroulée, la finale mondiale du Red Bull BC One 2014 retrouve Paris le 29 novembre avec l’élite des BBoys sortis des six finales continentales. On connaît désormais les qualifiés de ce round ultime qui passionne les fans depuis l’ouverture de la billetterie. Parmi eux se cache encore le successeur de Hong 10, sacré il y a un an devant ses fans, à Séoul, en Corée du Sud. Il y a deux ans, à Rio, Mounir offrait le titre à la France. Il se présente à nouveau cette année dans le « cypher », comme son frère de danse, Lilou. redbullbcone.com

chateauversailles.fr

6

DÉCEMBRE

GIVRANT

03-07.12, Rennes

Le Trophée ­Andros lance sa 25e saison sur le ­circuit de Val ­Thorens. La compétition sur glace accueille voitures et motos au ­départ à chacune des 6 étapes qui précéderont la ­finale à Saint-Dié le 7 février.

En transes

SÉBASTIEN MONTAZ-ROSSET, DOBREMEL/DOMINÉ /AFP/NAUTIC 2013, GALERIES BARTOUX, MIHAI STETCU/RED BULL CONTENT POOL, NICOLAS JOUBARD

Les chefs-d’œuvre des maîtres du mobilier du XVIIIe, source d’inspiration du design moderne, ­s’exposent à ­Versailles jusqu’au 22 fév. Pièces exceptionnelles du Paul Getty Museum, des Arts Déco, du Louvre.

Nirvana, Daft Punk, Björk… ont fait leurs débuts aux Rencontres Trans Musicales de Rennes. L’historique festival essaime désormais sa prog de jeunes groupes dans toute la Bretagne grâce à la Tournée des Trans’ (Brest, Morlaix, Caen) en avant-première de leurs prestations à Rennes. Cette 36e édition accueille une scène Red Bull Music Academy avec des artistes internationaux comme La Mverte (France), Wife (Irlande), Chancha Via Circuito (Argentine) et la pop-électro des américano-­ colombiens Salt Cathedral. lestrans.com

tropheeandros.com

13

DÉCEMBRE

21-24.11, Strasbourg

13-14.12, Courchevel

21-23.11, Villeneuve d’Ascq

06.12, Grand’Rivière

L’art fait recette

Dans la pente

Sets et match

Pour costauds

La Foire Européenne d’art contemporain de Strasbourg est la 2e manifestation du genre la plus importante en France après la FIAC de Paris. La 18e édition de ST-ART veut garder son rang et devrait à nouveau attirer les visiteurs en Alsace et une centaine de galeristes dont près de la moitié venue de l’étranger. st-art.fr

Après l’ouverture US pour lancer la saison 2015 en novembre, la Coupe du monde ramène les skieurs en Europe. Première étape à Courchevel pour les femmes. Deux courses pour un week-end entre les piquets : un géant et un slalom. À la même date, les hommes dévalent un programme identique à Val d’Isère. courchevel.com

L’équipe de France de tennis accueille la Suisse de Roger Federer pour une finale de Coupe Davis inédite. En effet, les rencontres, du 21 au 23 novembre, se dérouleront sur un court en terre battue spécialement installé dans le grand stade couvert de Lille devant 27 000 spectateurs. Un record à la taille de ­l’événement. fft.fr

Loin de l’hiver en Métropole, la Transmartinique donne chaud à ses participants. Cet ultra trail de 133 km, avec un dénivelé positif de 5 250 m, traverse l’île du Nord au Sud. Départ de Grand’­Rivière à 3 heures du matin pour rejoindre Sainte-Anne en soirée. Le parcours ? Course à travers plantations et c­ hemins. transmartinique.com

THE RED BULLETIN

BONDISSANT Le Trophée des ­nations fait le plein à SaintÉtienne ce weekend pour l’épreuve indoor de BMX. Le rendez-vous est toujours une étape importante dans le calendrier avec au programme la course open-pro et le super-cross. st-etienne-bmx.com

89


Ces montres-bracelets convoitent nos poignets. Elles sont toutes branchées et/ou cool et/ou fonctionnelles et/ou sportives. Difficile de faire son choix dans cette copieuse sélection !

L’ART DU TEMPS 90


FUTUR L’avènement des cyber montres. Ces quatre modèles proposent une interface unique entre le smartphone et le poignet. Quelle heure est-il ? Il est demain.

Suunto AMBIT3 suunto.com L’accompagnateur ­ultime en extérieur, pour enregistrer, ­évaluer et/ou comparer ses performances avec celles des autres. ­Équipée d’un GPS et d’un cardiofréquencemètre, Ambit3 communique avec l’iPhone via l’appli Movescount.



Samsung GEAR2 samsung.com L’interface de communication entre les ­téléphones/tablettes Samsung et le poignet. Un appareil photo intégré permet de prendre des clichés. À la maison, elle sert de télécommande pour le ­téléviseur Samsung.

Apple WATCH apple.com La nouvelle interface de communication numérique entre l’iPhone et le poignet qui affiche également l’heure. ­ « Jamais hors ligne ! », telle est la devise. ­Données, fitness, santé ou météo : voici l’avenir selon Apple. Bien plus qu’une simple montre !

Garmin FORERUNNER 610 garmin.com Une montre d’extérieur solide avec un écran tactile pour saisir la ­distance, la vitesse, la position GPS, la fréquence cardiaque et la dépense calorique en course à pied ou à vélo. En mode entraînement Virtual Partner et ­Virtual Racer, elle est l’adversaire numérique qui vous défie et vous incite à vous dépasser.

91


FORCE Ces cinq musts donnent essentiellement l’heure. Dotés d’une fonction ­supplémentaire, ils se prêtent à toutes les ­aventures, sur terre ou mer, voire en dessous.

Longines THE ­LONGINES HERITAGE 1973 longines.de La marque horlogère implantée à Saint-Imier (Suisse) possède un riche passé. Les chronographes ont toujours été son domaine. ­L’Heritage 1973 s’inspire d’un modèle en forme de coussin, équipé à l’époque du calibre à remontage manuel Longines « 30CH ».

Tudor HERITAGE BLACKBAY tudorwatch.com Montre de plongée ou montre culte ? Les deux ! L’année dernière, Tudor lançait la version avec la lunette bordeaux et tout le monde voulait l’avoir. Le modèle 2014 avec sa lunette bleue est encore plus séduisant et un must-have sur et sous l’eau. Simply cool !

Bell & Ross B-ROCKET bellross.com Un chronographe en l’honneur d’une moto particulière fabriquée par le spécialiste ­anglais du tuning de Harley Davidson, Shaw. Pour Bell & Ross, le début d’une nouvelle ère de modèles de montres après l’aéronautique. Cool et exceptionnel !

TAG Heuer CARRERA CALIBRE 7 TWIN-TIME tagheuer.com La troisième aiguille coiffée d’une flèche rouge indique au globe-trotter un fuseau horaire réglable indépendamment de l’heure « normale » sur la ­lunette 24 heures. Pour garder une vue d’ensemble pendant ses voyages.

92

Seiko ASTRON seikowatches.com Cette Seiko sait toujours où se trouve son porteur grâce au récepteur GPS. Nul besoin de régler l’heure en cas de changement de fuseau horaire : l’Astron le fait automatiquement. ­Malin : sous le cadran, des cellules solaires ­rechargent la batterie.


FIDÉLITÉ Enviables et nobles, des montres premium issues de maisons ­horlogères les plus ­ restigieuses. Des p ­accessoires de mode et de précision ultimes.

Rolex GMT-MASTER II rolex.com L’ancêtre de toutes les montres GMT/UTC ­actuelles. L’aiguille ­coiffée d’une flèche fait partie du 2e fuseau ­horaire réglable indépendamment de l’heure principale. Précieuse, noble et emblématique.

Panerei LUMINOR 1950 3 DAYS GMT panerei.com Possède un fuseau ­horaire réglable de ­manière indépendante. La célèbre marque ­italienne – pour homme et femme – est produite en Suisse.

Breitling CHRONOMAT 44 AIRBORNE breitling.com Il y a 30 ans, Breitling a créé le Chronomat qui devait servir à la ­patrouille acrobatique Frecce Tricolori. Il est depuis une référence des montres pour ­pilotes. Le modèle anniversaire (41/44 mm) s’inspire de l’original.



Omega SEAMASTER 300 MASTER omegawatches.com Renaissance de la légendaire Seamaster 300 des années 1950. Les modèles actuels ­reflètent l’état de la technique au sein de la maison Omega. De par la finition, la marque ­exhibe tout le savoir qu’elle a à offrir.

Hublot BIG BANG ­FERRARI TITANIUM CARBON hublot.com Hublot est le grand maître de la niche ­exclusive – d’où le ­partenariat avec la ­Scuderia Ferrari. Le ­mélange carbone/­ titane et le rouge délicat du cadran rappellent la technique des bolides de Formule 1.

93


FUN Des créations conçues pour matcher avec vos tenues les plus sobres, ou les plus affirmées. Une maîtrise du temps casual autant que stylée.

Victorinox INOX victorinoxwatches.com Créée dans le but d’être particulièrement résistante. Exercice réussi : la partie bulbeuse sur la montre est un parechoc amovible qui ­protège l’Inox dans les situations extrêmes. Indiscutablement la montre préférée de tous les pompiers !

Swatch COLOR KILT swatch.com Collection automne/­ hiver 2014. Comme ­toujours colorée, flashy, décalée et de qualité : le secret de la marque culte suisse pour gagner le cœur de ses clients depuis des années.

Casio G-SHOCK GRAVITY MASTER casio.com Conçue avec les pilotes de la Royal Air Force jusque dans les moindres détails pour une utilisation entre ciel et terre. Matériaux de grande qualité travaillés à la perfection, designs analogiques uniques et technologie innovante.

94

Ice-Watch BMW MOTORSPORT ice-watch.com Créée en liaison avec le championnat DTM, la collection de la marque Ice-Watch place cette saison sous le signe du sport ­automobile et du sport motorisé, avec BMW en partenaire ­engagé et hautement motivé.

Fossil SPROCKET fossil.de Tout tourne autour de la mécanique apparente : la Sprocket montre ses rouages ­colorés. Le cadran ­ouvert dévoile des pièces du mouvement à quartz et rappelle au porteur de ralentir ­parfois le rythme et de s’amuser.


COURONS POUR FAIRE AVANCER LA RECHERCHE

LA SEULE COURSE OÙ LA LIGNE D’ARRIVÉE VOUS RATTRAPE Red Bull France SASU, RCS Paris 502 914 658

LE MÊME JOUR À LA MÊME HEURE PARTOUT DANS LE MONDE

3 MAI 2015 ROUEN - 13H00

100% DES FRAIS D’INSCRIPTION SERONT REVERSÉS À LA RECHERCHE SUR LES LÉSIONS DE LA MOELLE ÉPINIÈRE

WINGSFORLIFEWORLDRUN.COM

INSCRIVEZVOUS !


Directeur d’édition Robert Sperl Rédacteur en chef Alexander Macheck Contributeur indépendant Boro Petric Directeur créatif Erik Turek Directeurs artistiques Kasimir Reimann (DC adjoint), Miles English Rédacteur en chef photos Fritz Schuster Responsable de la production Marion Wildmann Managing Editor Daniel Kudernatsch Rédaction Stefan Wagner (Chef de service), Werner Jessner (Chef de service adjoint), Lisa Blazek, Ulrich Corazza, Arek Piatek, Andreas Rottenschlager Contributeurs indépendants : Muhamed Beganovic, Georg Eckelsberger, Sophie Haslinger, Holger Potye, Clemens ­Stachel, Manon Steiner, Raffael Fritz, Marianne Minar, Martina Powell, Mara Simperler, Lukas Wagner, Florian Wörgötter

Web Kurt Vierthaler (Senior Web Editor), Andrew Swann Maquette Martina de Carvalho-Hutter, Silvia Druml, Kevin Goll, Carita Najewitz, Esther Straganz Booking photos Susie Forman (Directrice création photos) , Rudi Übelhör (Directeur adjoint), Marion Batty, Eva Kerschbaum

Illustrateur Dietmar Kainrath Directeur d’édition Franz Renkin Ventes internationales Patrick Stepanian Emplacements publicitaires Sabrina Schneider

Marketing & management par pays Stefan Ebner (Directeur), Manuel Otto, Elisabeth Salcher, Lukas Scharmbacher, Sara Varming Maquette marketing Peter Knehtl (Dir.), Julia Schweikhardt, Karoline Anna Eisl Fabrication Michael Bergmeister Production Wolfgang Stecher (Directeur), Walter O. Sádaba, Matthias Zimmermann (Appli) Lithographie Clemens Ragotzky (Directeur), Karsten Lehmann, Josef Mühlbacher Abonnements et distribution Klaus Pleninger (Distribution), Peter Schiffer (Abo) Directeur de la publication Wolfgang Winter Siège de la rédaction Heinrich-Collin-Straße 1, A-1140 Wien Telefon +43 (0)1 90221-28800 Fax +43 (0)1 90221-28809 Web www.redbulletin.com

Direction générale Red Bull Media House GmbH Oberst-Lepperdinger-Straße 11–15, A-5071 Wals bei Salzburg, FN 297115i, Landesgericht Salzburg, ATU63611700 Directeurs généraux Christopher Reindl, Andreas Gall

96



THE RED BULLETIN France, ISSN 2225-4722 Country Editor Pierre-Henri Camy Country Coordinator Christine Vitel Traductions et relecture Susanne & Frédéric Fortas, ­ Frédéric Pelatan, ­Ioris Queyroi, Claire Schieffer, Gwendolyn de Vries Country Channel Manager Charlotte Le Henanff Responsable de la publicité Cathy Martin, +33 (0)7 61 87 31 15 cathy.martin@fr.redbulletin.com Abonnements Prix : 12 €, 12 numéros/an, getredbulletin.com Siège de la rédaction 12 rue du Mail, 75002 Paris, +33 (0)1 40 13 57 00 Impression Prinovis Ltd. & Co. KG, 90471 Nuremberg Les journalistes de la SAS L’Équipe n’ont pas pris part à la réalisation de The Red Bulletin. La SAS L’Équipe n’est pas ­responsable des textes, photos, illustrations et dessins qui engagent la seule responsabilité des auteurs.

THE RED BULLETIN Afrique du Sud, ISSN 2079-4282 Country Editor Angus Powers Équipe éditoriale Nancy James (Chef de service), Joe Curran (Chef de service adjoint) Country Project & Sales Management Andrew Gillett, +27 (0) 83 412 8008, andrew.gillett@za.redbull.com Abonnements getredbulletin.com, subs@za.redbull.com Siège de la rédaction South Wing, Granger Bay Court, Beach Road, V&A Waterfront, Le Cap 8001, +27 (0)21 431 2100

THE RED BULLETIN Allemagne, ISSN 2079-4258 Country Editor Andreas Rottenschlager Relecture Hans Fleißner Country Channel Management Christian Baur, Nina Kraus Responsables de la publicité Martin Olesch, martin.olesch@de.redbulletin.com, Evelyn Kroiss, evelyn.kroiss@de.redbulletin.com Abonnements Prix : 25,90 €, 12 numéros/an, getredbulletin.com, abo@de.redbulletin.com

THE RED BULLETIN Autriche, ISSN 1995-8838 Country Editor Ulrich Corazza Relecture Hans Fleißner Country Channel Management Lukas Scharmbacher Responsables de la publicité Alfred Vrej Minassian (Directeur), Thomas Hutterer, Romana Müller, anzeigen@at.redbulletin.com Abonnements Prix : 25,90 €, 12 numéros/an, getredbulletin.com, abo@redbulletin.at Contact redaktion@at.redbulletin.com

THE RED BULLETIN Brésil, ISSN2308-5940 Country Editor Fernando Gueiros Relecture Judith Mutici, Manrico Patta Neto Responsable de la publicité Marcio Sales, +11 (0)3894-0207, contato@hands.com.br

THE RED BULLETIN Irlande, 2308-5851 Country Editor Paul Wilson Équipe éditoriale Florian Obkircher, Ruth Morgan Secrétariat de rédaction Nancy James (Chef de service), Joe Curran (Chef de service adjoint) Responsable de la publicité Deirdre Hughes, +353 (1) 631 6100, redbulletin@richmondmarketing.com

THE RED BULLETIN Nouvelle-Zélande, ISSN 2079-4274 Country Editor Robert Tighe Équipe éditoriale Nancy James (Chef de service), Joe Curran (Chef de service adjoint) Country Project & Ventes Brad Morgan Responsable de la publicité Brad Morgan, brad.morgan@nz.redbull.com Abonnements 45 NZD, 12 numéros, getredbulletin.com, subs@nz.redbulletin.com Siège de la rédaction 27 Mackelvie Street, Grey Lynn, Auckland 1021 +64 (0)9 551 6180

THE RED BULLETIN Mexique, ISSN 2308-5924 Country Editor Alejandro García Williams Équipe éditoriale Pablo Nicolás Caldarola (Rédacteur adjoint), Gerardo Álvarez del Castillo, José Armando Aguilar Relecture Alma Rosa Guerrero, Inma Sánchez Trejo Country Project & Ventes Rodrigo Xoconostle Waye Responsable de la publicité +52 (0)55 5357 7024 redbulletin@mx.redbull.com Abonnements 270 MXP, 12 numéros, getredbulletin.com

THE RED BULLETIN Royaume-Uni, 2308-5894 Country Editor Paul Wilson Équipe éditoriale Florian Obkircher, Ruth Morgan Secrétariat de rédaction Nancy James (Chef de service), Joe Curran (Chef de service adjoint) Country Project & Ventes Sam Warriner Responsable de la publicité Georgia Howie, +44 (0)203 117 2000, georgia.howie@uk.redbulletin.com Siège de la rédaction 155-171 Tooley Street, Londres SE1 2JP, +44 (0)20 3117 2100

THE RED BULLETIN Suisse alémanique, ISSN 2308-5886 Country Editor Arek Piatek Relecture Hans Fleißner Country Channel Management Antonio Gasser, Melissa Burkart Responsable de la publicité Mediabox AG, Zürich; +44 (0)205 50 20 contact@mediabox.ch Abonnements Service des lecteurs, Lucerne ; Hotline : +41 (0)329 22 00 Prix : 19 CHF, 12 numéros/an, getredbulletin.com, abo@ch.redbulletin.com

THE RED BULLETIN USA, ISSN 2308-586X Country Editor Andreas Tzortzis Éditrice adjointe Ann Donahue Relecture David Caplan Directeur de publication & des ventes Nicholas Pavach Country Project Management Melissa Thompson Responsables de la publicité Dave Szych, dave.szych@us.redbull.com (Los Angeles) Jay Fitzgerald, jay.fitzgerald@us.redbull.com (New York) Rick Bald, rick.bald@us.redbull.com (Chicago) Siège de la rédaction 1740 Stewart St., Santa Monica, CA 90404 Service clientèle +1 (0)888 714 7317, customerservice@redbulletinservice.com

THE RED BULLETIN


INSTANT MAGIQUE

Des drops de 23 mètres, des sauts aux limites du réalisme : le Red Bull Rampage réunit les plus gros talents mondiaux du VTT freeride et donne des sueurs froides. L’édition 2014 a vu le Barcelonais Andreu Lacondeguy, son vainqueur, dévaler des crêtes de grès au dénivelé frôlant la perpendiculaire. Sa recette ? Passer un max de temps en l’air, et des nerfs d’acier. redbull.com

« J’ai tout simplement pris la trajectoire la plus abrupte » L’Espagnol Andreu Lacondeguy (réalisant ici un backflip à l’entraînement) justifie sa victoire au Red Bull Rampage avec pragmatisme.

THE RED BULLETIN NUMÉRO 37 PARAÎTRA LE 10 DÉCEMBRE 2014 98



THE RED BULLETIN

CHRISTIAN PONDELLA/RED BULL CONTENT POOL

Virgin (Utah), États-Unis, 28 septembre 2014


/redbulletin

Expérience visuelle Hors du commun

Ellinor Olovsdotter has the flu. The rising star known as Elliphant often gets sick when she visits LA, she explains, raspy-voiced and half naked, completely unself-conscious about her

THE CAPTAIN OF ADVENTURE ALL-ROUND ACTION HERO WILL GADD IS A LIVING LEGEND IN THE TRUEST SENSE.

„MEINE EINZIGE ANGST IST DIE ANGST SELBST“

„MEINE EINZIGE ANGST IST DIE ANGST SELBST“

body. The globe-trotting former model from the wrong side of the tracks is part of a Nordic

SIMPLY THE BEST

new wave of fierce dance-pop divas, alongside fellow Swedes Icona Pop, Robyn, Lykke

Prolongez l’aventure

redbulletin.com


Profile for Red Bull Media House

The Red Bulletin Decembre 2014 - FR  

The Red Bulletin Decembre 2014 - FR  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded