Page 1


SOMMAIRE SUMMARY

Nouvelle saison 2017-2018 New season 2017-2018 · · · · · · · · · · · · · · · · 5 Ballet de l’Opéra de Paris Pite/Pérez/Shechter · · · · · · · · · · · · · · · · · 7 Bayerische Staatsoper La Favorite · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · 8 La Comédie-Française Britannicus · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · 10 Les Fourberies de Scapin · · · · · · · · · · · · · · 11 Le Petit-maître corrigé · · · · · · · · · · · · · · · · 12 De Nationale Opera Benvenuto Cellini · · · · · · · · · · · · · · · · · 13 Dutch National Opera La Dame de pique / Pique Dame Directrice artistique / Artistic Director Martine Lapointe Infographiste / Computer Artist Catherine Ducharme Coordinatrice / Coordinator Annie Frenette Réviseures / Revisers Marie Chabot (français / French) Scriptech Traduction (anglais / English) Textes et photos / Text and photos François Roussillon et associés Royal Shakespeare Company La Comédie-Française Pathé Live The Royal Opera House The Royal Ballet Dutch National Opera De Nationale Opera Bayerische Staatsoper Wiener Staatsoper Nicolas Jobin

ELC · SERVICES PROMOTIONNELS DE CINÉMA promocinemaelc.com

· · · · · · · · · · · 14

Gran Teatre del Liceu Roméo et Juliette / Romeo and Juliette · · · · · · · · · 15 Opéra National de Paris La Bohème · · · · · · Boris Godounov · · · · Don Carlos · · · · · · Don Pasquale · · · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

· · · ·

17 18 19 20

Royal Shakespeare Company Antoine et Cléopâtre / Anthony & Cleopatra · · · · · · · 21 Jules César / Julius Cesar · · · · · · · · · · · · · · 22 The Royal Ballets Les Aventures d’Alice au pays des merveilles / Alice’s Adventure in Wonderland · · · · · · Centenaire de Bernstein / Bernstein Centenary Manon · · · · · · · · · · · · · · · · Le Lac des cygnes / Swan Lake · · · · · · Casse-Noisette / The Nutcracker · · · · ·

· · · · ·

· · · · ·

· · · · ·

· · · · ·

· · · · ·

· · · · ·

23 24 25 26 29

The Royal Opera La Bohème · · · · · · · · · · · Carmen · · · · · · · · · · · · La Flûte enchantée / The Magic Flute · Macbeth · · · · · · · · · · · · Rigoletto · · · · · · · · · · · · Tosca · · · · · · · · · · · · ·

· · · · · ·

· · · · · ·

· · · · · ·

· · · · · ·

· · · · · ·

· · · · · ·

30 31 32 33 34 35

· · · · · ·

· · · · · ·

· · · · · ·

Wiener Staatsoper Le Corsaire · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · 36 Cinémas participants Participating Theaters · · · · · · · · · · · · · · · · 38 Horaires et billets disponibles dans les cinémas participants Schedule and tickets in participating theaters

3


L

es spectateurs insatiables qui se réjouissaient déjà du foisonnement des grandes institutions internationales se tournant vers le cinéma pour diffuser jusqu’à eux leur programmation seront comblés d’apprendre que, cette année encore, de nouvelles scènes incontournables leur seront accessibles par la magie de l’écran! En effet, les grandes maisons allemandes et néerlandaise que sont le Bayerische Staatsoper, le Wiener Staatsoper et le National Opera s’ajoutent à l’offre plurielle. Conséquemment, c’est maintenant près d’une trentaine de représentations de partout qui se partageront les projecteurs! Parmi les opéras au programme, notons l’audace de Stefan Herheim de mettre en scène Tchaïkovski dans son propre opéra. La Dame de pique du Dutch National Opera exposera ainsi en parallèle, le dimanche 22 avril, les tourments du compositeur et ceux de son personnage principal dans un poignant récit croisé. Autrement, mélomanes comme cinéphiles ne manqueront pas de se donner rendezvous le jeudi 12 avril, pour l’extraordinaire mise en scène du fertile, mais trop peu joué Benvenuto Cellini de Berlioz par Terry Gilliam (Monty Python, Brazil, 12 Monkeys). Une production délirante, divertissante à l’excès, pour laquelle on manquera de qualificatifs! Côté ballet, le lundi 23 octobre, les néophytes de tous âges trouveront de quoi se régaler avec Les aventures d’Alice au pays des merveilles décalé et fort coloré de Christopher Wheeldon au Royal Ballet. Pareillement, les balletomanes trouveront, eux, chausson à leur pied avec le programme triple Shechter / Pérez / Pite que présente le Ballet de l’Opéra national de Paris le jeudi 24 mai. Trois visions, trois langages qui modèlent les pratiques actuelles en danse. Théâtralement, quoique campé dans l’Antiquité, le doublé Jules César / Antoine et Cléopâtre de la Royal Shakespeare Company trouvera néanmoins écho dans l’actualité géopolitique actuelle. Transposés dans le décor de nos institutions contemporaines, les mots du Britannicus de Racine à la ComédieFrançaise ne manqueront pas de nous faire grincer des dents pour cette même raison.

T

he insatiable spectators who were already jubilant over the multitude of major international institutions turning to the cinema to broadcast their programs will be over the moon to learn that, once again this year, new iconic stages will be brought to them through the magic of the silver screen! Indeed, the great German and Dutch opera houses — the Bayerische Staatsoper, the Wiener Staatsoper and the Nationale Opera — will be joining the ranks of the plural offer. Consequently, there are now nearly 30 performances from all over the world to share the spotlight! Among the operas on the program, note Stefan Herheim’s bold move in staging a scene by Tchaïkovsky in his own opera. Pique Dame of the Dutch Nationale Opera will thus present in parallel, on Sunday April 22, the torments of the composer and those of his main character in a gripping overlapping of stories. Otherwise, music lovers and film buffs alike will be sure to mark their calendar on Thursday April 12 for the extraordinary interpretation of Berlioz’s fertile yet all-too-rarely played Benvenuto Cellini by Terry Gilliam (Monty Python, Brazil, 12 Monkeys). A hilarious uber-entertaining production for which there just aren’t enough adjectives! On the ballet side, on Monday October 23, novices of every age will be delighted by Christopher Wheeldon’s quirky and highly-colourful Alice’s Adventures in Wonderland at The Royal Ballet. Likewise, ballet aficionados will all find the right fit in the triple program of Schechter / Pérez / Pite presented by the Ballet de l’Opéra National de Paris on Thursday May 24. Three visions, three languages that model the current practices in dance. At the theater, although set in Antiquity, the Julius Caesar / Antony and Cleopatra “double feature” of the Royal Shakespeare Company will nonetheless mirror the current geo-political context. Transposed to the backdrop of our contemporary institutions, the words of Racine’s Britannicus at the Comédie-Française is sure to have us grinding our teeth for that same reason. Bonne saison! Enjoy the season! N.J. •

5


LE CORSAIRE • Manuel Legris


BALLET BALLET

THE SEASONS’ CANON Musique / Music Max Richter (Recomposed : Antonio Vivaldi The Four Seasons) Chorégraphie / Choreography Crystal Pite Décors / Set designs Jay Gower Taylor Costumes / Costumes Nancy Briant Éclairages / Lighting design Tom Visser THE ART OF NOT LOOKING BACK Musique / Music John Zorn, Johann Sebastian Bach, Nitin Sawhney Chorégraphie / Choreography Hofesh Shechter Costumes / Costumes Becs Andrews Éclairages / Lighting design Lee Curran

Trois chorégraphes, dont la Canadienne Crystal Pite, s’évertuent à bousculer les conventions le temps d’une présentation unique d’œuvres certes protéiformes, mais liées par leur intensité. Three choreographers, including Canadian Crystal Pite, doing their utmost to defy conventions for a unique presentation of works that are protean, clearly, yet bound together by their intensity.

PITE / PÉREZ / SHECHTER PITE / PÉREZ / SHECHTER

Trois chorégraphes contemporains sont réunis pour ce programme et entraînent les danseurs de l’Opéra dans une nouvelle forme de modernité où les corps vibrent avec intensité. La Canadienne Crystal Pite revient avec The Seasons’ Canon, création éblouissante qui avait enthousiasmé le public du Palais Garnier la saison dernière. L’Espagnol Iván Pérez investit pour la première fois la scène de l’Opéra avec une création pour dix hommes. Pour clore cette soirée, l’Israélien Hofesh Shechter, régulièrement salué pour ses danses telluriques aux états de transe, offre une nouvelle version de sa pièce The Art of Not Looking Back. Three contemporary choreographers lead the dancers of the Paris Opera towards a new form of modernity where bodies are transfigured with vital intensity. Canadian-born Crystal Pite is back with The Seasons’ Canon, a stunning work that drew audiences to the Palais Garnier last season. Spanish choreographer Iván Pérez makes his debut on the Paris Opera stage with a creation for ten male dancers. To conclude the evening, the Israeli Hofesh Shechter, a choreographer regularly acclaimed for his elemental, trance-like dances, offers a new version of his piece The Art of Not Looking Back.

CRÉATION Chorégraphie / Choreography Iván Pérez Durée / Duration 2 h 45 environ / approx. Première diffusion : 24 mai 2018 First broadcast: May 24, 2018

7


OPÉRA OPERA

• Donizetti Réalisatrice / Director Amélie Niermeyer Direction musicale / Conductor Karel Mark Chichon Distribution / Cast Elīna Garanča Matthew Polenzani Mariusz Kwiecień

Durée / Duration 2 h 37 environ / approx. Première diffusion : 8 novembre 2017 First broadcast: November 8, 2017

Épurée, cette nouvelle production d’Amélie Niermeyer laisse toute la place à la fine psychologie des personnages imaginés par l’un des précurseurs du roman noir, François de Baculard d’Arnaud. This new, streamlined production by Amélie Niermeyer showcases the exquisite psychology of the characters invented by one of the precursors of Roman Noir, François de Baculard d’Arnaud.

LA FAVORITE LA FAVORITE

La Favorite de Donizetti à la Bayerische Staatsoper présente une distribution de chanteurs bel canto remarquable : la vedette mezzosoprano Elīna Garanča dans le rôle de la séductrice Léonor de Guzmán, Matthew Polenzani dans le rôle de son amant désespéré Fernand, et Mariusz Kwiecień dans le rôle du roi Alphonse. De nombreux mythes entourent la figure historique de Léonor de Guzmán, maîtresse du roi Alphonse XI de Castille, qui s’est laissé entraîner dans un jeu de puissance politique entrelacé d’intrigues. Léonor, dont l’amour pour le roi se révèle être une mascarade, se jette sur le jeune Fernand, qui a délaissé la vie de moine à SaintJacques-de-Compostelle pour elle. Cependant, il ne sait rien de son statut de maîtresse. Le couple deviendra donc victime d’une épreuve de force entre l’Église et l’État, ce qui aura pour conséquence qu’on leur refusera même l’espoir d’un futur ensemble après la mort. Donizetti’s La Favorite at the Bayerische Staatsoper presents a cast of outstanding bel canto singers: star mezzo-soprano Elīna Garanča as the seductive Léonor de Guzman, Matthew Polenzani as her desperate lover Fernand, and Mariusz Kwiecień as King Alphonse. Numerous myths surround the historical figure of Léonore de Guzman, mistress of King Alfons XI of Castile, who becomes embroiled within an intrigue-laced political power play. Léonore, whose love for the King is revealed to be a farce, flings herself upon the young Fernand, who, for her sake, has eschewed the life of a monk in Santiago de Compostela. Yet, he is unaware of her status as a mistress, thus allowing the pair to become victims of a conspiratorial trial of strength between church and state, which in the end denies the couple even the hope of a joint future after death.

8


THÉÂTRE THEATER

Les tourments, les immoralités et les manipulations politiques toujours actuelles de cette mordante tragédie résonnent brutalement dans sa scénographie rappelant les espaces clos de nos parlements. The still-current torments, immoralities and political manipulations of this scathing tragedy resonate brutally by its scenography evoking the private spaces or our parliaments.

• Racine

BRITANNICUS

Texte / Text Jean Racine Mise en scène / Stage director Stéphane Braunschweig Distribution / Cast

Avec la Troupe et les comédiens de l’Académie de la Comédie-Française With the actors of the troop of the Académie de la Comédie-Française

Durée / Duration 2 h environ / approx. Première diffusion : 5 juillet 2018 First broadcast: July 5, 2018

BRITANNICUS

SYNOPSIS Véritable tissu d’intrigues entre professionnels de la politique où se mélangent histoires intimes, amoureuses et familiales, cette tragédie est le récit d’une prise de pouvoir et la métamorphose d’un homme, Néron, en tyran… PRÉSENTATION Avec cette pièce de Racine, maître de la tragédie classique, Stéphane Braunschweig revisite le passé à l’aune du présent : regard affûté qui renouvelle la lecture des textes pour nous les faire réentendre, respect absolu des mots et de l’auteur, vision de l’espace où se déploie le verbe. SYNOPSIS A web of intrigue between political figures where personal stories, love interests and family relationships intertwine, this tragedy is the tale of how Nero took power and then turned into a tyrant… PRESENTATION With the play by Racine, master of classical tragedy, Stéphane Braunschweig revisits the past against the backdrop of the present: a honed eye reviews the reading of the texts so that we may hear them anew, absolute respect of the words and the author, vision of the environment where the word is deployed.

10


THÉÂTRE THEATER

Révélé au public québécois l’été dernier lors du passage de Lucrèce Borgia à Montréal, Benjamin Lavernhe retrouve Denis Podalydès et campe le rôle-titre de l’indémodable comédie de Molière. Introduced to the Québec public last summer when Lucrèce Borgia was presented in Montréal, Benjamin Laverhne works once again with Denis Podalydès and locks in the lead role of the timeless comedy by Molière.

• Molière

LES FOURBERIES DE SCAPIN

Texte / Text Molière Mise en scène / Stage director Denis Podalydès Distribution / Cast

Avec la Troupe et les comédiens de l’Académie de la Comédie-Française With the actors of the troop of the Académie de la Comédie-Française

Durée / Duration 2 h environ / approx. Première diffusion : 26 octobre 2017 First broadcast: October 26, 2017

LES FOURBERIES DE SCAPIN

SYNOPSIS Octave et Léandre voient leurs amours contrariées face à deux pères autoritaires qui rentrent de voyage avec la ferme intention de les marier à des inconnues. Ils remettent leur destin entre les mains du rusé Scapin pour les aider… PRÉSENTATION Coups de bâton, avalanche de stratagèmes et autres fourberies rythment cette pièce de Molière qui a fini par s’imposer comme une œuvre incontournable du dramaturge. SYNOPSIS Octave and Léandre see their love thwarted by two authoritative fathers who return from a trip abroad with the resolute intention of marrying them off to strangers. They put their fate into the hands of the scheming Scapin to help them… PRESENTATION Physical comedy, and an avalanche of schemes and other ploys set the pace of this play by Molière that ultimately became one of the French playwright’s iconic works.

11


THÉÂTRE THEATER

• Marivaux Texte / Text Marivaux Mise en scène / Stage director Clément Hervieu-Léger Distribution / Cast

Avec la Troupe et les comédiens de l’Académie de la Comédie-Française With the actors of the troop of the Académie de la Comédie-Française

Durée / Duration 2 h 10 environ / approx. Première diffusion : 8 mars 2018 First broadcast: March 8, 2018

L’an dernier, cette pièce méconnue de Marivaux retrouvait la Comédie-Française pour la première fois depuis l’échec de 1734. Deux cent quatre-vingt-trois ans plus tard, cette reprise réclamée remporte enfin un succès! Last year, this little-known play by Marivaux returned to the Comédie-Française for the first time since its disappointing reception in 1734. Two hundred and eighty-three years later, this return by demand is finally a great success!

LE PETIT-MAÎTRE CORRIGÉ LE PETIT-MAÎTRE CORRIGÉ

SYNOPSIS L’histoire est celle d’un jeune Parisien à qui ses parents ont trouvé un bon parti, fille de comte, en province. Mais à son arrivée chez eux, le beau garçon – dont les codes parisiens sont à mille lieues des règles de bienséance en vigueur dans cette famille – refuse d’ouvrir son cœur à la charmante personne qui lui est destinée. Piquée, cette dernière décide de le corriger de son arrogance… PRÉSENTATION « La notion de petit-maître peut nous sembler bien étrangère, mais ne connaissons-nous pas, nous aussi, de jeunes élégants et élégantes, aux manières affectées ou prétentieuses, pour qui la mode est le seul guide? Si on le caricaturait un peu, c’est ce que l’on appellerait aujourd’hui un fashion addict. » À travers cette pièce de Marivaux dont la langue est toujours « aussi fine, juste et pleine d’humour », Clément Hervieu-Léger met ici le XVIIIe siècle en résonance avec notre époque… SYNOPSIS The story is that of a young Parisian man whose parents have found for him a suitable match, the daughter of a count, in the country. But when he arrives to visit, the dandy – whose Parisian ways are miles from the rules of etiquette adopted by this family – refuses to open his heart to the charming young woman who has been chosen as his wife. Miffed, the latter decides to teach him a lesson for his arrogance… PRESENTATION ‘‘The notion of little master may be quite unfamiliar to us, but don’t we all know some stylish young men or women who pretentiously put on airs and for whom fashion is the only code? If we were to caricature them a bit, this is what we would call today a ‘fashion addict’.’’ With Marivaux’s play whose language is still ‘‘as clever, on point and full of humour,’’ Clément Hervieu-Léger puts the 18th century in resonance with our own times…

12


OPÉRA OPERA

• Berlioz Livret / Libretto Léon de Wailly et Auguste Barbier Musique / Music Hector Berlioz Mise en scène / Stage director Terry Gilliam Direction musicale / Conductor Sir Mark Elder Décors / Set designs Terry Gilliam, Aaron Marsden Costumes / Costumes Katrina Lindsay Éclairages / Lighting design Paule Constable Chef des Chœurs / Chorus master Ching-Lien Wu Distribution / Cast

John Osborn (Benvenuto Cellini) Maurizio Muraro (Giacomo Balducci) Laurent Naouri (Fieramosca) Orlin Anastassov (Le pape Clément VII) Nicky Spence (Francesco)

Durée / Duration 3 h environ / approx.

Le réalisateur et ex-Monty Python Terry Gilliam a su tirer de l’ouvrage hors norme de Berlioz une enfilade de tableaux spectaculaires, un moment jubilatoire qui ne ressemble à rien d’autre. Film director and former-Monty Python Terry Gilliam artfully developed, from the outstanding work of Hector Berlioz, a string of spectacular tableaux, an exhilarating experience unlike any other.

BENVENUTO CELLINI BIENVENUTO CELLINI

Orfèvre et sculpteur florentin, Benvenuto Cellini a vite joui d’une renommée dépassant les frontières de l’Italie. Son tempérament flamboyant, la conscience exacerbée qu’il a de son talent, la liberté d’esprit dont il fait preuve au plus près des puissants sont autant de traits qui inspirent Berlioz, lecteur de ses Mémoires. Jamais loin des intrigues, des cabales et des rixes, Cellini doit fondre une grande sculpture de Persée commandée par le souverain pontife. Il est aimé de Teresa, mais celle-ci est promise à Fieramosca, un artiste académique qui n’a pas eu la faveur de recevoir la commande papale. L’univers exubérant déployé par Terry Gilliam entraîne les protagonistes dans un monde tout à la fois délirant, jubilatoire, claustrophobique et mégalomane : l’embrasement d’une folie communicative. The Florentine sculptor and silversmith Benvenuto Cellini rapidly attained a degree of renown that went beyond the confines of Italy. His flamboyant temperament, his acute awareness of his own talent and the freedom of spirit he flaunted before those in power are all characteristics that inspired Berlioz when he read his memoirs. Invariably embroiled in conspiracies, intrigues and quarrels, Cellini is commissioned by the Pope to cast a large sculpture of Perseus. He is loved by Teresa, but she is promised to Fieramosca, an academic artist who has not been favoured with a papal commission. Terry Gilliam’s exuberant production draws the protagonists into a delirious and joyful yet claustrophobic and megalomaniac world: a flaring up of contagious madness.

Première diffusion : 12 avril 2018 First broadcast: April 12, 2018

13


OPÉRA OPERA

• Tchaïkovski Mise en scène / Stage director Stefan Herheim Direction musicale / Conductor Mariss Jansons Distribution / Cast

Misha Didyk (Hermann) Alexey Markov (Le comte Tomsky / Plutus) Vladimir Stoyanov (Le prince Eletski) Andrei Popov (Chekalinsky) Andrii Goniukov (Surin)

Durée / Duration 3 h 25 environ / approx. Première diffusion : 6 avril 2018 First broadcast: April 6, 2018

Une proposition audacieuse et bouleversante qui fait de l’argument de l’opéra l’écho du drame personnel d’un Tchaïkovski homosexuel, jonglant avec ses désirs, la honte et la peur. A bold and troubling proposal that transforms the argument of the opera into the echo of Tchaïkovsky’s personal drama as a homosexual, tormented by the shame and fear of his inclinations.

LA DAME DE PIQUE PIQUE DAME

Voici peut-être le plus bel opéra romantique russe! Tirée de Pouchkine, cette histoire d’un homme torturé par la passion du jeu, jusqu’à y sacrifier son amour et sa vie, mêle fantastique et réalisme avec une maestria dramaturgique exceptionnelle. Mais l’intérêt du spectacle que je vous propose, filmé à Amsterdam, est qu’il met en abyme cette dramaturgie en y introduisant Tchaïkovski lui-même! À la fois creusement de l’inconscient douloureux du compositeur et déploiement théâtral grandiose, ce spectacle étonnant ne vous lâche pas une seconde tant il est intensément joué, chanté et dirigé (par l’immense, et rare à l’opéra, Mariss Jansons). La direction d’acteurs est d’une précision inouïe, la direction musicale est d’un lyrisme incroyable, comme la déclinaison lyrique de la Symphonie pathétique du même Tchaïkovski. La distribution, entièrement russe, est tout aussi transcendante, avec entre autres la comtesse de Larissa Diadkova, simplement légendaire. This may be the most beautiful Russian romantic opera! Inspired by Pushkin, this story of a man so tormented by a passion for gambling that he sacrifices his love and his life brings together fantasy and reality with exceptional dramatic mastery. But the main interest of the performance that I present to you, filmed in Amsterdam, is that it places this very dramaturgy in ‘‘mise en abyme’’ by inserting Tchaïkovsky himself into it! At the same time a painful exploration into the psyche of the composer and a spectacular theatrical deployment, this amazing work holds you in its grip every second so intensely is it played, sung and directed (by the great, and rare in the opera, Mariss Jansons). The directing of the actors is extraordinarily on point, the musical direction is incredibly lyrical, as is the lyrical variation of Tchaïkovsky’s Symphonie pathétique. The entirely Russian cast is just as transcendental with, among others, the Countess played by Larissa Diadkova, simply legendary.

14


OPÉRA OPERA

• Gounod Livret / Libretto Jules Barbier, Michel Carré d’après / after Shakespeare Musique / Music Charles Gounod Mise en scène / Stage director Stephen Lawless Direction musicale / Conductor Josep Pons Chorégraphie / Choreography Nicola Bowie Décors et costumes / Set and costume designs Ashley Martin Davis Éclairages / Lighting design Mimi Jordan Sherin Chef des chœurs / Chorus master Conxita Garcia Orchestre symphonique et Chœurs du Gran Teatre deI Liceu Symphony orchestra and chorus of the Liceu Opera Barcelona

C’est au cœur de la guerre civile américaine et non plus dans Vérone du quattrocento italien que les jeunes prodiges Pirgu Garifullina recréeront le destin tragique des célèbres amants. The American Civil War, and not Italian Quattrocento Verona, the setting that the young prodigies Pirgu and Garifullina chose recreate the tragic fate of the famous lovers.

la et is to

ROMÉO ET JULIETTE ROMEO AND JULIET

L’histoire d’amour la plus célèbre de la littérature a été adaptée dans une version fidèle à la tragédie originale de Shakespeare grâce au talent de Charles Gounod, un des plus grands représentants du drame lyrique français. Roméo et Juliette est de retour sur les planches du Gran Teatre del Liceu après 32 ans d’absence. Cette coproduction avec l’Opéra de Santa Fe, dirigée par Josep Pons, met en vedette Saimir Pirgu et Aida Garifullina dans les rôles-titres. La mise en scène de Stephen Lawless inscrit l’action dans le contexte de la guerre civile aux États-Unis (1861-1865). Les amoureux évoluent dans un mausolée, telle une préfiguration qui conditionnera fatalement leur destin dès les prémices de leur histoire d’amour. The most famous love story in literature has been turned into the most faithful likeness to the original tragedy by Shakespeare thanks to the talent of Charles Gounod, one of the great representatives of French lyric drama. Romeo and Juliette returns to the stage of the Gran Teatre del Liceu after a 32-year absence. This co-production with the Santa Fe Opera is conducted by Josep Pons, and co-stars Saimir Pirgu and Aida Garifullina. Stephen Lawless’s staging locates the original action in the context of the American Civil War (1861-1865). The lovers live in a mausoleum, as a prefiguration that will fatally condition their destiny from the very start of their infatuation.

Distribution / Cast

Aida Garifullina (Juliette) Tara Erraught (Stéphano) Saimir Pirgu (Roméo) David Alegret (Tybalt)

Durée / Duration 3 h environ / approx. Première diffusion : 27 février 2018 First broadcast: February 27, 2018

15


LE PETIT-MAÎTRE CORRIGÉ • Marivaux

16


OPÉRA OPERA

• Puccini Dramaturgie / Dramaturgy Yvonne Gebauer Musique / Music Giacomo Puccini Mise en scène / Stage director Claus Guth Direction musicale / Conductor Gustavo Dudamel Chorégraphie / Choreography Teresa Rotemberg Décors / Set designs Étienne Pluss Costumes / Costumes Eva Dessecker Éclairages / Lighting design Fabrice Kebour Chœur / Chorus Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris Orchestra and choruses of the Opéra National de Paris Distribution / Cast

Après avoir séduit par le minimalisme réfléchi de son Rigoletto, en 2016, Claus Guth revient à Paris en formulant cette fois le pari étonnant de propulser le classique de Puccini dans le futur. After having charmed audiences with the thought-through minimalism of his Rigoletto in 2016, Claus Guth returns to Paris to perform the astonishing feat of propelling Puccini’s classic into the future.

LA BOHÈME LA BOHÈME

Est-ce parce que Murger avait lui-même connu cette existence au cours de sa jeunesse? Nul autre que lui ne sut décrire avec plus de justesse, dans ses Scènes de la vie de bohème, ces artistes fauchés, crève-la-faim, prêts à brûler un manuscrit contre un peu de feu mais qui rêvaient d’une autre vie à l’âge de la bourgeoisie matérialiste triomphante. En s’emparant de ces scènes, Puccini nous livre, à travers la relation du poète Rodolfo et de la fragile Mimi, une histoire d’amour bouleversante et quelques-unes de ses plus belles pages d’opéra. La mise en scène de cette nouvelle production est confiée à Claus Guth qui situe le drame dans un futur sans espoir où l’amour et l’art deviennent la dernière transcendance. Was it because Murger had himself experienced this lifestyle in his youth? No other has ever been able to describe more vividly, in his Scènes de la vie de bohème, these penniless, starving artists prepared to burn a manuscript for a bit of fire, dreaming of another life in the era of triumphant materialistic bourgeoisie. Taking up these scenes, Puccini presents, through the relationship between the poet Rodolfo and the fragile Mimi, a troubling story of love and a few of his most beautiful pages of opera. The stage direction of this new production is entrusted to Claus Guth, who sets the drama in a future without hope where love and art become the ultimate transcendence.

Sonya Yoncheva (Mimi) Aida Garifullina (Musetta) Atalla Ayan (Rodolfo) Artur Ruciński (Marcello) Alessio Arduini (Schaunard)

Durée / Duration 2 h 35 environ / approx. Première diffusion : 12 décembre 2017 First broadcast: December 12, 2017

17


OPÉRA OPERA

• Moussorgski Dramaturgie / Dramaturgy Jan Vandenhouwe Musique / Music Modeste Moussorgski Mise en scèce / Stage director Ivo Van Hove Direction musicale / Conductor Vladimir Jurowski Décors / Set designs Jan Versweyveld Costumes / Costumes An D’Huys Éclairages / Lighting design Jan Versweyveld Chef des chœurs / Chorus master José Luis Basso Chœur / Chorus Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris Paris Opera Orchestra and Chorus Distribution / Cast

Ildar Abdrazakov (Boris Godounov) Evdokia Malevskaya (Fiodor) Ruzan Mantashyan (Xenia) Alexandra Durseneva (La nourrice) Maxim Paster (Le prince Chouiski)

Durée / Duration 2 h 10 environ / approx.

18

Première diffusion : 7 juin 2018 First broadcast: June 7, 2018

Après la reprise de ses Tragédies romaines au Barbican, Ivo Van Hove fait ses débuts parisiens en abordant le plus shakespearien des opéras russes d’après Pouchkine. On peut s’attendre à tout! His Tragédies romaines recently presented at the Barbican, Ivo Van Hove makes his Paris debut by tackling the most Shakespearian of the Russian operas by Putchkin. You can expect to be amazed!

BORIS GODOUNOV BORIS GODUNOV

Lorsqu’en 1824 Pouchkine entreprit avec Boris Godounov l’élaboration de son premier drame historique, il ne savait que trop à quel colosse il s’attaquait. C’est armé d’une lecture de Shakespeare qu’il se mesura au règne fulgurant du tsar de toutes les Russies (1598-1605). De fait, il y a du Macbeth dans cette fable politique, où Boris voit ressurgir, sous la forme d’un imposteur, le spectre de l’enfant qu’il avait fait assassiner pour conquérir le trône. S’emparant de ce poème épique, Moussorgski compose une réflexion sur la solitude du pouvoir, un drame populaire dont le véritable protagoniste est le peuple russe, avec son lot de souffrances éternelles. Déjà, Pouchkine s’interrogeait : « Qu’est-ce qu’une âme? Une mélodie, peut-être… » Ivo Van Hove, habitué des grandes fresques politiques, signe sa première mise en scène pour l’Opéra de Paris. In 1824, when Pushkin turned to Boris Godunov for his first historical drama, he knew only too well what a colossus he was tackling. It was armed with his reading of Shakespeare that he matched his skills to the dazzling reign of the Tzar of Russia (1598-1605). Indeed, there are elements of Macbeth in this political fable, in which the ghost of the child that Boris has had killed in order to seize the throne appears as an impostor. Adapting this epic poem, Mussorgsky composed a meditation on the solitude of power, a populist drama in which the real protagonist is the Russian people with its burden of eternal suffering. Pushkin had already wondered, “What is a soul? A melody, perhaps…” Ivo Van Hove is no stranger to grand political frescos having already staged Tragédies Romaines and Kings of War based on plays by Shakespeare. This is his first production for the Paris Opera.


OPÉRA OPERA

Subversif, exigeant et sans demi-mesure, Warlikowski s’attaque à l’anticléricalisme de Verdi et aux enjeux politiques du livret de Méry et du Locle dans sa rare version historique de 1867. Subversive, demanding and with no half measures, Warlikowsky tackles Verdi’s anticlericalism and the political issues in the libretto of Méry and Du Locle in its rare historic version of 1867.

• Verdi

DON CARLOS

Musique / Music Giuseppe Verdi Direction musicale / Conductor Philippe Jordan Mise en scène / Stage director Krzysztof Warlikowski Chorégraphie / Choreography Claude Bardouil Décors / Set designs Malgorzata Szczesniak Éclairages / Lighting design Felice Ross Chœurs / Chorus Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris Orchestra and choruses of the Opéra National de Paris Distribution / Cast

Jonas Kaufmann (Don Carlos) Ludovic Tézier (Rodrigue) Dmitry Belosselskiy (Le Grand Inquisiteur) Sonya Yoncheva (Élisabeth De Valois) Elīna Garanča (La princesse Eboli) Ève-Maud Hubeaux (Thibault)

Durée / Duration 4 h 50 environ / approx.

DON CARLOS

S’il est un opéra qui se joue des frontières à tous les niveaux, dramatiques et dramaturgiques, c’est bien le Don Carlos de Verdi, œuvre d’un Italien créée en français, où le climat de guerre avec l’Espagne et la mélancolie des êtres conduisent à porter le regard vers les Flandres. Les thèmes politiques, religieux, historiques, psychanalytiques s’imbriquent les uns aux autres, resserrant toujours plus étroitement peurs et tabous entre les protagonistes. Krzysztof Warlikowski dépouille cette tragédie hantée par les fantômes, et fait advenir l’intime au cœur d’une fresque imaginaire – dont la vérité s’avère plus vraie que celle des historiens. Avec Philippe Jordan, il fait découvrir au public la toute première version de ce grand opéra en cinq actes : celle que Verdi avait lui-même amendée pour la création de l’œuvre en 1867. En écho à cette version historique, l’Opéra de Paris programmera en 2019 Don Carlos. If there is one opera that transcends borders at every level, dramatic and dramaturgical, it is indeed Verdi’s Don Carlos, the work of an Italian written in French, where the climate of war with Spain and the air of melancholy turn the attention toward Flanders. The various themes – politics, religion, history, psychoanalysis – interlock together, ever tightening the fears and taboos between the protagonists. Krzysztof Warlikowsky reveals this tragedy haunted by ghosts, and presents the intimate in this imaginary tableau – whose truth turns out to be more real than that of the historians. With Philippe Jordan, he offers the audience the very first version of this five-act grand opera, the version Verdi had himself amended for the creation of the work in 1867. In 2019, to echo this historic version, the Opéra de Paris produced Don Carlos.

Première diffusion : 19 octobre 2017 First broadcast: October 19, 2017

19


OPÉRA OPERA

• Donizetti Livret / Libretto Giovanni Ruffini et Gaetano Donizetti Musique / Music Gaetano Donizetti Mise en scène / Stage director Damiano Michieletto Direction musicale / Conductor Evelino Pidò Décors / Set designs Paolo Fantin Costumes / Costumes Agostino Cavalca Éclairages / Lighting design Alessandro Carletti Chef des chœurs / Chorus master Alessandro Di Stefano Chœur / Chorus Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris Orchestra and choruses of the Opéra National de Paris Distribution / Cast

Michele Pertusi (Don Pasquale) Florian Sempey (Dottor Malatesta) Lawrence Brownlee (Ernesto) Nadine Sierra (Norina) Frédéric Guieu (Un notario)

Durée / Duration 2 h 35 environ / approx. Première diffusion : 19 juin 2018 First broadcast: June 19, 2018

20

Fort du succès de son électrisant Barbier de Séville, c’est à Damiano Michieletto que l’on confie l’entrée très attendue de l’ingénieuse comédie de Donizetti au répertoire de l’Opéra de Paris. With the success of his electrifying Barbier de Séville, Damiano Michieletto is entrusted the much-awaited addition of Donizetti’s clever comedy to the repertoire of the Opéra de Paris.

DON PASQUALE DON PASQUALE

« Bien idiot est celui qui se marie en grand âge. » Ainsi se termine Don Pasquale : sur un sage dicton qui ne manque pas d’ironie et qui résume les déboires de son héros, riche célibataire désireux de se marier et trompé par son neveu Ernesto et sa jeune promise Norina. Créé à Paris en 1843, à la charnière de plusieurs époques, Don Pasquale, œuvre composite et variée, est l’apothéose du genre buffa. Donnée pour la première fois à l’Opéra national de Paris, elle est confiée au metteur en scène italien Damiano Michieletto qui fraie la voie de la sincérité et de la profondeur dramatiques au cœur d’une œuvre en apparence légère. ‘‘Foolish indeed is he who marries in old age.’’ Thus ends Don Pasquale: with a wise dictum not lacking in irony that sums up the disappointments of its hero, a rich bachelor keen to marry who is deceived by his nephew Ernesto and his young bride-to-be Norina. First performed in Paris in 1843, at the turning point of several eras, Don Pasquale, a composite and varied work, is the apotheosis of opera buffa. Performed for the first time at the Opéra National de Paris, the production has been entrusted to the Italian director, Damiano Michieletto, who transports us directly to the sincerity and dramatic splendour at the heart of an apparently light-hearted work.


THÉÂTRE THEATER

• Shakespeare Texte / Text Kate Godfrey Musique / Music Laura Mvula Mise en scène / Stage director Iqbal Khan Direction musicale / Conductor Bruce O’Neil Éclairages / Lighting design Tim Mitchell Chorégraphie / Choreography Villmore James (mouvement) Kev Mccurdy (combats) Distribution / Cast

Josette Simon (Cléopâtre) Antony Byrne (Marc Antoine) Ben Allen (Octave César)

Durée / Duration 3 h environ / approx. Première diffusion : 24 mai 2018 First broadcast: May 24, 2018

Reprenant là où se termine le Jules César d’Angus Jackson, Iqbal Khan propose sa lecture affinée, sobre, mais redoutable, cédant le pas aux grandes performances d’acteur de Simon et Byrne. Picking up where Angus Jackson’s Julius Caesar leaves off, Iqbal Khan offers his refined, sober, yet formidable rendering, giving way to the great acting performances

ANTOINE ET CLÉOPÂTRE ANTONY & CLEOPATRA

À la suite de l’assassinat de Jules César, Marc Antoine, Octave César et Lépide forment un triumvirat et se partagent le règne du monde connu. Antoine, cependant, est captivé par Cléopâtre, reine d’Égypte, et néglige ses fonctions pour passer du temps avec elle à Alexandrie. Ce scandale a créé une querelle entre Antoine et Octave. Ils ont alors vent que Rome est défiée par Pompée. Antoine est forcé d’y retourner et il accepte de solidifier son alliance avec Octave en épousant sa sœur, Octavie. Parvenue en Égypte, la nouvelle de cette union met Cléopâtre en colère. À l’aube de la guerre, Antoine et Octave parviennent à faire la paix avec Pompée. Peu de temps après, Octave attaque tout de même Pompée et écarte Lépide du triumvirat. Antoine envoie Octavie pour qu’elle négocie avec son frère, tandis qu’il retourne secrètement à Alexandrie. La nouvelle se propage à Rome comme quoi Antoine et Cléopâtre se sont couronnés roi et reine à Alexandrie. Octave déclare la guerre à l’Égypte. Following Julius Caesar’s assassination, Mark Antony, Octavius Caesar and Lepidus form a triumvirate as joint rulers of the known world. Antony, however, is captivated by Cleopatra, Queen of Egypt, and neglects his duties to spend time with her in Alexandria. This scandal creates a rift between Antony and Octavius. News comes that control of Rome is being challenged by Pompey. Antony is forced to return, and agrees to cement his alliance with Octavius by marrying his sister, Octavia. Back in Egypt, the news of Antony’s marriage angers Cleopatra. On the brink of war, Antony and Octavius make peace with Pompey. Shortly afterwards, Octavius attacks Pompey anyway, and dismisses Lepidus from the triumvirate. Antony sends Octavia to negotiate with her brother while he returns secretly to Alexandria. News arrives in Rome that Antony and Cleopatra have crowned themselves king and queen in Alexandria. Octavius declares war on Egypt.

21


THÉÂTRE THEATER

• Shakespeare Texte / Text Jo-Anne Dixon et Dyl Goch Mise en scène / Stage director Phyllida Lloyd Distribution / Cast

Jade Anouka (Mark Antony) Sheila Atim (Lucius) Jackie Clune (Julius Caesar) Shiloh Coke (Cinna The Poet) Karen Dunbar (Casca)

Durée / Duration 2 h 50 environ / approx. Première diffusion : 26 avril 2018 First broadcast: April 26, 2018

En optant pour une reconstitution plutôt qu’une énième adaptation contemporaine, Jackson fait émerger les parallèles politiques des turbulences d’un empire décadent d’autant plus violemment. Opting for a reconstitution rather than an umpteenth contemporary adaptation, Jackson even more dramatically showcases the political parallels of the turbulences of a decadent empire.

JULES CÉSAR JULIUS CAESAR

La Trilogie de Shakespeare a débuté comme projet de scène féministe pour aborder le manque de représentation des femmes dans le théâtre, avant de devenir une mission plus vaste qui vise à donner une voix à toutes celles qui se sentent exclues par notre société. Après cinq ans de collaboration avec des actrices, des détenues et des membres de la troupe Clean Break Theatre, laquelle travaille avec des ex-détenues et qui utilise le théâtre comme outil de réhabilitation, j’ai voulu immortaliser un aspect de la nature parfois explosive de ce travail, en particulier la présence électrique d’Harriet Walter sur scène. La mission était de représenter celles qui sentaient qu’elles n’avaient pas leur place dans notre société, et la version sur écran tente de démontrer leur fureur et leur passion. Nous avons amené le spectateur là où il ne pourrait jamais aller en étant au théâtre, même si cela se déroulait en direct. The Shakespeare Trilogy began as a feminist project for the stage to address the lack of representation of women in theatre, and escalated over time into a wider mission to give voice to all those feeling excluded from our culture. After a five-year collaboration with actors, prisoners and members of the Clean Break Theatre company (who work with female ex-offenders using theatre as a tool for rehabilitation) I wanted to record something of the at times explosive nature of the work and in particular Harriet Walter’s electric screen presence. The mission was to represent those who felt they had no stake in our culture, and the screen version tries to capture their fury and passion. We took the viewers where they could never go to whilst sitting in the theatre, even as it was unfolding live.

22


BALLET BALLET

• Wheeldon Musique / Music Joby Talbot Chorégraphie / Choreography Christopher Wheeldon d’après / after

une adaptation des Aventures d’Alice au pays des merveilles par Christopher Wheeldon pour le Royal Ballet. Christopher Wheeldon’s Alice’s Adventures in Wonderland for The Royal Ballet

Distribution / Cast Laura Morera (Reine de cœur)

Durée / Duration 2 h 50 environ / approx. Première diffusion : 23 octobre 2017 First broadcast: October 23, 2017

Avec ce flamboyant ballet chorégraphié sur une musique de Joby Talbot, Christopher Wheeldon propose une relecture éclatée du roman déjà fort coloré de Lewis Carroll. Pour toute la famille. With this flamboyant ballet to music by Joby Talbot, Christopher Wheeldon offers a new fantastical rendering of the already highlycolorful novel by Lewis Caroll. For the whole family.

LES AVENTURES D’ALICE AU PAYS DES MERVEILLES

ALICE’S ADVENTURES IN WONDERLAND

Au cours d’une fête champêtre par un après-midi ensoleillé, Alice est étonnée de voir l’ami de ses parents, Lewis Carroll, se transformer en lapin blanc. Lorsqu’elle le suit dans son terrier, les événements deviennent de plus en plus insolites. Dans son périple au pays des merveilles, Alice rencontre des créatures plus bizarres les unes que les autres. Elle tombe subitement amoureuse du charmant Valet de cœur, qui est en fuite pour avoir volé des tartelettes. La confusion amène la confusion. Puis Alice se réveille en sursaut. N’était-ce qu’un songe? L’adaptation des Aventures d’Alice au pays des merveilles par Christopher Wheeldon a jailli sur scène en 2011 dans une explosion de couleurs, de magie de scène et de chorégraphie sophistiquée. La musique de Joby Talbot réunit un monde sonore contemporain à des mélodies faisant allusion aux trames de ballet du XIXe siècle. At a garden party on a sunny afternoon, Alice is surprised to see her parents’ friend Lewis Carroll transform into a white rabbit. When she follows him down a rabbit hole, events become curiouser and curiouser… As Alice journeys through Wonderland, she encounters countless strange creatures. She’s swept off her feet by the charming Knave of Hearts, who’s on the run for stealing the tarts. Confusion piles upon confusion. Then Alice wakes with a start. Was it all a daydream? Christopher Wheeldon’s Alice’s Adventures in Wonderland burst onto the stage in 2011 in an explosion of colour, stage magic and inventive, sophisticated choreography. Joby Talbot’s score combines contemporary soundworlds with sweeping melodies that refer to ballet scores of the 19th century.

23


BALLET BALLET

• Bernstein Musique / Music Leonard Bernstein Chorégraphie / Choreography Wayne Mcgregor, Liam Scarlett, Christopher Wheeldon Durée / Duration 3 h environ / approx. Première diffusion : 27 mars 2018 First broadcast: March 27, 2018

Trois nouveaux ballets commandés à trois chorégraphes parmi les plus influents de l’instant sur trois œuvres mémorables de Bernstein : un devoir de mémoire, un rendez-vous avec l’exception. Three new ballets commissioned from three of the most influential choreographers of our time for three memorable works by Bernstein: a duty to remember, an appointment with the exceptional.

CENTENAIRE DE BERNSTEIN BERNSTEIN CENTENARY

Leonard Bernstein a été l’un des premiers compositeurs classiques en Amérique à atteindre un succès populaire et critique. Il était hétéroclite dans ses sources de créativité, puisant son inspiration du jazz et du modernisme, de la musique traditionnelle juive et des comédies musicales de Broadway. Plusieurs de ses partitions musicales se prêtent remarquablement bien à la danse. On l’associait particulièrement à Jerome Robbins; on compte Fancy Free et West Side Story parmi leurs œuvres conjointes. Pour célébrer le centenaire de la naissance de Bernstein, le Royal Ballet a réuni trois de ses chorégraphes associés pour célébrer la portée dynamique et l’esprit dansant de la musique du compositeur. Leonard Bernstein was one of the first classical composers in America to achieve both popular and critical acclaim. He was eclectic in his sources – drawing on jazz and modernism, the traditions of Jewish music and the Broadway musical – and many of Bernstein’s scores are remarkably well suited to dance. He was particularly associated with Jerome Robbins, their credits together including Fancy Free and West Side Story. To celebrate the centenary year of the composer’s birth, The Royal Ballet has united all three of its associate choreographers to celebrate the dynamic range and danceability of Bernstein’s music.

24


BALLET BALLET

• MacMillan Réalisation / Producer François Roussillon Mise en scène / Stage director David McVicar Direction musicale / Conductor Victor Pablo Pérez Chœurs / Chorus Orchestre symphonique et Chœur du Gran Teatre del Liceu Symphony orchestra and chorus of the Gran Teatre del Liceu Distribution / Cast

Rolando Villazón (Chevalier Des Grieux) Samuel Ramey (Le comte Des Grieux) Natalie Dessay (Manon) Manuel Lanza (Lescaut) Francisco Vas (Guillot de Morfontaine)

Durée / Duration 3 h 27 environ / approx. Première diffusion : 3 mai 2018 First broadcast: May 3, 2018

La quête viscérale de MacMillan pour transcender sa discipline l’a transfigurée. Commémorant le 25e anniversaire de son décès, le Royal Ballet reprend Manon, ballet phare de son répertoire. MacMillan’s visceral quest to transcend his discipline transfigured him. Commemorating the 25th anniversary of his death, The Royal Ballet presents Manon, the greatest ballet of his repertory.

MANON MANON

C’est une œuvre qu’on a souvent qualifiée de « lacrymogène » tant elle a fait pleurer des générations de spectateurs. Il est vrai que ces pages délicates et discrètement sensuelles font frissonner les papilles sentimentales : Massenet est le peintre idéal de la passion amoureuse, celui qui a su le mieux pénétrer les méandres de l’âme féminine. De la fraîcheur de l’air d’entrée de Manon, Je suis encore tout étourdie, à la blessure sincère d’Adieu, notre petite table en passant par la virtuosité vocale du Cours-la-Reine, le dramatisme de l’air de Des Grieux, Ah fuyez, douce image ou la rouerie du duo de Saint-Sulpice, N’est-ce plus ma main, c’est une carte du Tendre qui fait tourner les têtes dans ce manège cruel dont la fin serre le cœur. La mise en scène raffinée et miroitante de David McVicar, l’interprétation passionnée de Natalie Dessay, Manon toute en fragilité émouvante, et de Rolando Villazón, Des Grieux sombre et ardent, ont fait un événement de cette production devenue un classique, qui demeure d’une beauté visuelle et musicale à couper le souffle. This piece has often been qualified as a “tear jerker” as it has made generations of spectators weep. These delicate and discretely sensual pages indeed pluck at the heartstrings: Massenet expertly depicts passionate love, he who has best understood the many intricacies of the feminine heart. From the freshness of Manon’s introductory song, Je suis encore toute étourdie, to the heartfelt sorrow of Adieu, notre petite table, not to mention the vocal virtuosity of the Cours-la-Reine, the drama of the Grieux’s piece, Ah fuyez, douce image, the cunning of the Saint-Sulpice duo, N’est-ce plus ma main, this is a map of tenderness that makes heads spin in this cruel carousel with a heartbreaking ending. The fine and flawless stage direction of David McVicar, the passionate renderings of Natalie Dessay, Manon in all her troubling fragility, and Rolando Villazón, the sombre and ardent Des Grieux, make this now-classic production into an event that is visually and musically breathtaking.

25


BALLET BALLET

• Tchaïkovski Musique / Music Piotr Ilitch Tchaïkovski Chorégraphie / Choreography Marius Petipa, Lev Ivanov Chorégraphie supplémentaire / Additional choreography Liam Scarlett, Frederick Ashton Durée / Duration 3 h environ / approx. Première diffusion : 12 juin 2018 First broadcast: June 12, 2018

Le classique des classiques fait cure de jeunesse alors que le prodige Liam Scarlett, encensé en mai dernier après ses Symphonic Dances, ajoute au matériel chorégraphique d’Ivanov et Petipa. The classic of the Classics has a makeover when the prodigy Liam Scarlett, lauded in May after his Symphonic Dances, adds to the choreographic material of Ivanov and Petipa.

LE LAC DES CYGNES SWAN LAKE

Le prince Siegfried tombe sur un groupe de cygnes par hasard tandis qu’il est parti chasser. Lorsque l’un des cygnes se transforme en une femme ravissante, Odette, il est enchanté. Elle est cependant victime d’un sort qui la tient captive, et elle ne peut retrouver sa forme humaine que la nuit venue. Le Lac des cygnes était le tout premier arrangement musical pour ballet de Tchaïkovski. Étant donné son statut sans conteste de ballet classique le plus apprécié et admiré aujourd’hui, il est probablement surprenant d’apprendre que la première du Lac des cygnes a été très mal reçue. C’est grâce à la production de 1895 signée Marius Petipa et Lev Ivanov que Le Lac des cygnes s’est joint à la conscience du ballet, mais qu’il s’est également immiscé dans la culture populaire. Ce succès a été garanti par la sublime courbe symphonique de Tchaïkovski, mais aussi par les contrastes chorégraphiques remarquables entre les scènes du palais royal de Petipa et les scènes lyriques près du lac d’Ivanov. Prince Siegfried chances upon a flock of swans while out hunting. When one of the swans turns into a beautiful woman, Odette, he is enraptured. But she is under a spell that holds her captive, allowing her to regain her human form only at night. Swan Lake was Tchaïkovsky’s first ballet score. Given its status today as arguably the best loved and most admired of all classical ballets, it is perhaps surprising that at its premiere in 1877 Swan Lake was poorly received. It is thanks to the 1895 production by Marius Petipa and Lev Ivanov that Swan Lake has become part of not only ballet consciousness but also wider popular culture. That success is secured not only by the sublime, symphonic sweep of Tchaïkovsky’s score, but also by the striking choreographic contrasts between Petipa’s royal palace scenes and the lyric lakeside scenes created by Ivanov.

26


JULES CÉSAR / JULIUS CESAR • Shakespeare


BALLET BALLET

• Tchaïkovski Musique / Music Piotr Ilitch Tchaïkovski Chorégraphie / Choreography Peter Wright d’après / after Lev Ivanov Durée / Duration 2 h 15 environ / approx. Première diffusion : 5 décembre 2017 First broadcast: December 5, 2017

Depuis plus de 30 ans, cette production signée Peter Wright s’impose sans conteste comme l’une des plus emblématiques versions du ballet de Tchaïkovski, sans lequel Noël ne serait pas Noël. For more than 30 years, this production by Peter Wright is without a doubt one of the most emblematic versions of Tchaikovsky’s ballet, without which Christmas would simply not be Christmas.

CASSE-NOISETTE THE NUTCRACKER

La jeune Clara s’immisce en bas des escaliers la veille de Noël pour jouer avec son cadeau préféré : une poupée casse-noisette. Toutefois, le mystérieux magicien Drosselmeyer s’apprête à l’emporter dans une aventure magique. Après avoir vaincu le Roi des souris, le Casse-noisette et Clara voyagent à travers le Pays des neiges vers le Pays des sucreries, où la fée Dragée les régale d’un assortiment merveilleux de danses. De retour chez elle, Clara croit qu’elle ne faisait que rêver, mais ne reconnaît-elle pas le neveu de Drosselmeyer? La production presque définitive de Peter Wright pour le Royal Ballet se positionne parmi les versions les plus tenaces et féériques de Casse-Noisette. Grâce à sa mise en scène dans un contexte de la période des Fêtes, où l’on trouve des flocons dansant et une magie de scène enchanteresse, le ballet de 1892 de Lev Ivanov est devenu le spectacle parfait de Noël, dans lequel on peut écouter la musique somptueuse aux sonorités cristallines de Tchaïkovski qui est devenue la trame musicale de ballet la plus reconnue. The young Clara creeps downstairs on Christmas Eve to play with her favourite present – a Nutcracker doll. But the mysterious magician Drosselmeyer is waiting to sweep her off on a magical adventure. After defeating the Mouse King, the Nutcracker and Clara travel through the Land of Snow to the Kingdom of Sweets, where the Sugar Plum Fairy treats them to a wonderful display of dances. Back home, Clara thinks she must have been dreaming – but doesn’t she recognize Drosselmeyer’s nephew? Peter Wright’s nigh-on definitive production for The Royal Ballet ranks as one of the most enduring and enchanting versions of The Nutcracker. With its festive period setting, dancing snowflakes and enchanting stage magic, Lev Ivanov’s 1892 ballet has become the perfect Christmas entertainment, with Tchaïkovsky’s sumptuous, sugar-spun music the most recognizable of all ballet scores.

29


OPÉRA OPERA

• Puccini Musique / Music Giacomo Puccini Mise en scène / Stage director Richard Jones Direction musicale / Conductor Antonio Pappano Distribution / Cast

Nicole Car (Mimì) Michael Fabiano (Rodolfo) Mariusz Kwiecień (Marcello) Nadine Sierra (Musetta)

Durée / Duration 2 h 35 environ / approx. Première diffusion : 3 octobre 2017 First broadcast: October 3, 2017

30

Cent vingt ans après la première à Covent Garden, cette toute nouvelle réalisation de l’œuvre par Richard Jones rassemble une jeune distribution gorgée de promesses, à commencer par Nicole Car. One hundred and twenty years after the premiere at Covent Garden, this new production of this work by Richard Jones brings together a young cast full of promise, starting with Nicole Car.

LA BOHÈME LA BOHÈME

Lorsque Rodolfo, un poète sans le sou, rencontre Mimì, une couturière, ils tombent immédiatement amoureux. Leur bonheur est cependant menacé lorsque Rodolfo apprend que Mimì est gravement malade. Le metteur en scène acclamé Richard Jones (Boris Godounov, Il trittico) dirige une nouvelle production théâtrale de La Bohème de Puccini. Irrésistible dans son mélange amusant et passionné de comédie et de tragédie, l’opéra met l’accent sur la vie d’un groupe de jeunes artistes qui vivent de peine et de misère en marge de Paris, capitale du XIXe siècle. Jones emmène sa perception caractéristiquement vive à ce classique très aimé, visualisé dans un décor spectaculaire et stylisé, inspiré des années 1850 par Stewart Laing. La représentation romantique d’un Paris bohème par Puccini, avec sa musique mémorable et son histoire d’amour tirée de la vie de tous les jours, a captivé les spectateurs à travers le monde, ce qui a fait de La Bohème l’un des opéras les plus appréciés. When Rodolfo, a penniless poet, meets Mimì, a seamstress, they fall instantly in love. But their happiness is threatened when Rodolfo learns that Mimì is gravely ill. Acclaimed director Richard Jones (Boris Godunov, Il trittico) directs a new production of Puccini’s La Bohème. Irresistible in its witty, passionate blend of comedy and tragedy, the opera focusses on the lives of a group of young artists as they eke out an existence on the bohemian fringes of Paris, the capital of the 19th century. Jones brings his characteristically acute insight to this much-loved classic, visualized in Stewart Laing’s spectacular, stylized 1850s setting. Puccini’s romantic depiction of bohemian Paris, with memorable music and a love story drawn from everyday life, has captivated audiences around the world, making La Bohème one of the best-loved of all operas.


OPÉRA OPERA

• Bizet Musique / Music Georges Bizet Mise en scène / Stage director Barrie Kosky Direction musicale / Conductor Jakub Hrůša Distribution / Cast

Anna Goryachova (Carmen) Francesco Meli (Don José) Anett Fritsch (Micaëla) Kostas Smoriginas (Escamillo)

Durée / Duration 3 h 20 environ / approx. Première diffusion : 6 mars 2018 First broadcast: March 6, 2018

Partitions rarement entendues, architecture dramatique entièrement remaniée : Kosky étonne en présentant l’un des opéras les plus populaires du monde comme vous ne l’aviez encore jamais vu. Scores rarely heard, entirely redesigned dramatic architecture: Kosky astonishes by presenting one of the most popular operas in the world as it has never been seen before.

CARMEN CARMEN

Carmen est l’œuvre la plus connue du compositeur français Georges Bizet, et est l’un des opéras les plus célèbres dans l’entièreté du genre artistique; des pièces telles que « L’amour est un oiseau rebelle » ou « Les toréadors » ont imprégné la conscience populaire comme rien d’autre auparavant. La combinaison effrénée de passion, de sensualité et de violence de cet opéra s’est initialement révélée trop intense pour la scène, ce qui a causé un échec crucial lors de sa première, en 1875. Le metteur en scène australien Barrie Kosky est parmi les plus recherchés dans le monde de l’opéra; sa première réalisation pour le Royal Opera, Le Nez de Chostakovitch, a été accueillie avec stupéfaction. Pour Carmen, il a élaboré une version qui s’éloigne de son côté traditionnel en incorporant de la musique de partition composée par Bizet, mais rarement entendue, et en donnant une voix nouvelle au personnage central inlassablement fascinant de cet opéra. Carmen is the best-known work by French composer; Georges Bizet, and one of the most famous operas in the entire art form numbers such as the Habanera and the Toreador Song have permeated the popular consciousness as little else has. The opera’s heady combination of passion, sensuality and violence initially proved too much for the stage, and it was a critical failure on its 1875 premiere. This ever-popular opera is given a fresh point of view in Barrie Kosky’s highly physical production, originally created for Frankfurt Opera. The Australian director is one of the world’s most sought-after opera directors, whose Royal Opera debut with Shostakovich’s The Nose in 2016 was greeted with delight. For Carmen he has devised a far-from-traditional version, incorporating music written by Bizet for the score but not usually heard, and giving a new voice to the opera’s endlessly fascinating central character.

31


OPÉRA OPERA

• Mozart Livret / Libretto Lorenzo Da Ponte Musique / Music Wolfgang Amadeus Mozart Mise en scène / Stage director David McVicar Direction musicale / Conductor Julia Jones Distribution / Cast

Mauro Peter (Tamino) Siobhan Stagg (Pamina) Roderick Williams (Papageno)

Durée / Duration 3 h 10 environ / approx. Première diffusion : 20 septembre 2017 First broadcast: September 20, 2017

32

Quinze ans et sixième vie pour ce conte visuel de David McVicar dans une scénographie fabuleuse signée John Macfarlane. Amusant et enchanteur, idéal pour initier jeunes et moins jeunes à l’opéra. Fifteen years and a sixth life for this visual tale by David McVicar in a fabulous cinematography signed John MacFarlane. Fun and enchanting, ideal for introducing the young and not-so-young to opera.

LA FLÛTE ENCHANTÉE THE MAGIC FLUTE

David McVicar a redonné vie de façon envoûtante à l’illustre opéra de Mozart, La Flûte enchantée. Le prince Tamino promet à la Reine de la nuit qu’il ira à la rescousse de sa fille, Pamina, qui est entre les mains de l’enchanteur Sarastro. Il entame sa quête accompagné de l’oiseleur Papageno, mais les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. La réalisation classique de David McVicar adopte autant l’aspect sérieux que l’aspect comique de l’œuvre de Mozart. L’auditoire est transporté dans un monde fantastique d’animaux qui dansent, de machines volantes et de ciels étoilés éblouissants. En plus d’être une comédie, La Flûte enchantée exprime également les croyances spirituelles profondes de Mozart : la préoccupation de l’édification ainsi que la recherche de la sagesse et de la vertu sont au cœur de ce conte enchanteur. La Flûte enchantée connut un succès instantané auprès du public, et le présumé rival de Mozart, Salieri, l’a décrite comme étant un « operone » – un grand opéra. Mozart’s glorious opera The Magic Flute is brought enchantingly to life in David McVicar’s production with beautiful sets by John Macfarlane. Prince Tamino promises the Queen of the Night that he will rescue her daughter Pamina from the enchanter Sarastro. He begins his quest, accompanied by the bird-catcher Papageno – but all is not as it seems. David McVicar’s classic production embraces both the seriousness and comedy of Mozart’s work. The audience is transported to a fantastical world of dancing animals, flying machines and dazzlingly starry skies. The setting provides a wonderful backdrop for Mozart’s kaleidoscopic score, from the Queen of the Night’s coloratura fireworks to Tamino and Pamina’s lyrical love duets and Papageno’s hearty, folksong-like arias. As well as being a comedy The Magic Flute is an expression of Mozart’s profound spiritual beliefs: focus on enlightenment concerns along with the search for wisdom and virtue are at the heart of this enchanting tale. The Magic Flute was an instant success with audiences, and Mozart’s supposed rival Salieri described it as an ‘operone’ – a great opera.


OPÉRA OPERA

Après avoir ravi la critique en 2011 par sa direction excitante et sa lecture quasi expérimentale de la partition de Verdi, Pappano reprend la baguette flanqué d’une distribution impeccable. After receiving rave reviews in 2011 for his exciting direction and his almost experimental rendering of Verdi’s score, Pappano once again takes up the baton with an impeccable cast.

• Verdi

MACBETH

Mise en scène / Stage director Christof Loy Direction musicale / Conductor Antonio Pappano Distribution / Cast

Ludovic Tézier (Macbeth) Vitalij Kowaljow (Banquo) Martina Serafin (Lady Macbeth) Saimir Pirgu (Macduff) Albert Casals (Malcolm)

Durée / Duration 2 h 50 environ / approx. Première diffusion : 4 avril 2018 First broadcast: April 4, 2018

MACBETH

Toute sa vie, Verdi a été obsédé par Shakespeare. Mais sa première rencontre lyrique avec le dramaturge anglais, c’est dans l’éclat sanglant de Macbeth qu’il la fera. Et, cinq ans seulement après Nabucco, il franchit un échelon majeur dans sa maîtrise du drame lyrique. Désir, violence, solitude, mort, éclairs qui éclaboussent la nuit, secousses des bois, spasmes des cordes : tout se mêle et emporte l’âme de Macbeth vers les gouffres. Car il ne fait que suivre celle qui le tient, le pousse, le gouverne, son épouse, Lady Macbeth. Ce frisson terrible se traduit en traits fulgurants, du duo angoissé de Macbeth et de son épouse après le meurtre de Duncan à l’apparition du spectre de Banquo, jusqu’à la grande scène hallucinatoire dans laquelle Lady Macbeth, en proie à ses démons, plonge dans un monde obscur qui n’a plus rien d’humain. His whole life, Verdi was obsessed with Shakespeare. But his first lyrical encounter with the English playwright was set on the bloody stage of Macbeth. And, only five years after Nabucco, he made a major step forward in his mastery of lyrical drama. Desire, violence, solitude, death, lightning tearing the night asunder, the shaking of timbers, the twisting of ropes: everything intermingles and plunges the soul of Macbeth into the abyss. For he only follows the one who supports, drives, governs him – his wife, Lady Macbeth. This terrifying thriller translates into searing moments, from the anguish of Macbeth and his wife after Duncan’s murder to the apparition of Banquo’s ghost and the great hallucination scene in which Lady Macbeth, falling prey to her demons, plunges into an obscure surrealistic world.

33


OPÉRA OPERA

Portée par Dimitri Platanias, cette autre mise en scène acclamée de McVicar se révèle une lecture des plus noires et cruelles de cette œuvre que Verdi lui-même considérait comme son chef-d’œuvre. Powered by Dimitri Platanias, this other acclaimed production by McVicar is proving to be one of the darkest, most cruel renderings of this work, which Verdi himself considered as his masterpiece.

• Verdi

RIGOLETTO

Réalisateur / Producer David McVicar Musique / Music Giuseppe Verdi Direction musicale / Conductor Alexander Joel Distribution / Cast

Dimitri Platanias (Rigoletto) Lucy Crowe (Gilda) Michael Fabiano (duc de Mantoue)

Durée / Duration 2 h 45 environ / approx. Première diffusion : 16 janvier 2018 First broadcast: January 16, 2018

34

RIGOLETTO

Rigoletto, fou du roi pour le duc libertin de Mantoue, est maudit par le père de l’une des victimes du duc pour son rire irrévérencieux. Lorsque le duc séduit Gilda, la fille de Rigoletto, il semble que le mauvais sort prend effet. La réalisation de David McVicar met en lumière la cruauté au sein de la cour de Mantoue. Les courtisanes richement vêtues prennent part à des orgies et à des réjouissances au son de la musique enivrante et fougueuse de Verdi. Les nombreux faits saillants musicaux de l’opéra comprennent la bouillonnante « La donna è mobile », dans laquelle le duc se vante de sa négligence des femmes; les duos exquis et résonnants de Gilda avec Rigoletto et le duc; ainsi que le magnifique quatuor de l’acte III qui tisse merveilleusement les voix entre elles tandis que l’histoire tire rapidement à sa fin. Giuseppe Verdi a écrit en 1855 que Rigoletto était son meilleur opéra. Rigoletto, court jester to the libertine Duke of Mantua, is cursed by the father of one of the Duke’s victims for his irreverent laughter. When the Duke seduces Rigoletto’s daughter Gilda, it seems the curse is taking effect. David McVicar’s production highlights the cruelty at the heart of the court of Mantua. Richly dressed courtiers engage in orgies and revelries to Verdi’s heady, spirited dances. The opera’s many musical highlights include: the ebullient “La donna è mobile”, in which the Duke boasts of his disregard for women; Gilda’s exquisite, plangent duets with Rigoletto and the Duke; and the gorgeous Act III quartet that beautifully weaves the voices together as the story quickens to its shattering conclusion. Giuseppe Verdi wrote in 1855 that Rigoletto was his “best opera”.


OPÉRA OPERA

• Puccini Musique / Music Giacomo Puccini Mise en scène / Stage director Jonathan Kent Direction musicale / Conductor Dan Ettinger Distribution / Cast

Adrianne Pieczonka (Floria Tosca) Joseph Calleja (Mario Cavaradossi) Gerald Finley (Baron Scarpia)

Durée / Duration 3 h environ / approx. Première diffusion : 7 février 2018 First broadcast: February 7, 2018

Imprégnée d’évocations toutes hitchcockiennes, cette brillante production mise en scène par Jonathan Kent se démarque depuis sa création par sa direction d’acteurs subtile et tout en retenue. Drenched in Hitchcockian references, this brilliant production directed by Jonathan Kent distinguished itself right from its creation by the subtle and reserved acting direction.

TOSCA TOSCA

Tosca est l’une des plus grandes soirées d’opéra qui évoque un monde d’instabilité et de menace politiques dès ses premiers accords d’ouverture. La réalisation de Jonathan Kent pour le Royal Opera saisit la dangereuse turbulence politique de Rome dans les années 1800. Le chef de police Scarpia, l’un des méchants les plus malveillants dans l’histoire de l’opéra, poursuit et torture sans relâche les ennemis de l’État. Sa musique sombre et démoniaque s’oppose aux vastes mélodies des amoureux idéalistes, Tosca et Cavaradossi, qui expriment leur passion dans de sublimes arias tels que « Vissi d’arte » et « E lucevan le stelle ». L’œuvre dramatique de Giacomo Puccini a connu un franc succès auprès du public lors de sa première en 1900, et elle reste l’un des opéras les plus interprétés; il n’y a qu’à voir son intrigue captivante et sa musique prestigieuse pour comprendre pourquoi. Tosca is one of the great evenings of opera, and from its strident opening chords conjures up a world of political instability and menace. Jonathan Kent’s production for The Royal Opera captures the dangerous political turbulence of Rome in 1800. The Chief of Police, Scarpia – one of the most malevolent villains in opera – ruthlessly pursues and tortures enemies of the state. His dark, demonic music contrasts with the expansive melodies of the idealistic lovers, Tosca and Cavaradossi, who express their passion in sublime arias, including “Vissi d’arte” and “E lucevan le stelle”. Giacomo Puccini’s dramatic work was a hit with audiences on its 1900 premiere and it remains one of the most performed of all operas – with its gripping plot and glorious music, it’s easy to see why.

35


BALLET BALLET

• Manuel Legris Musique / Music Adolphe Adam Direction musicale / Conductor Valery Ovsianikov Chorégraphie / Choreography Manuel Legris Durée / Duration 2 h 20 environ / approx. Première diffusion : 11 janvier 2018 First broadcast: January 11, 2018

Ce ballet fastueux qui a tout pour séduire les amateurs de Pirates des Caraïbes s’avère aussi l’occasion rare d’apprécier le célèbre pas de deux du corsaire dans son environnement originel. This spectacular ballet offering everything that avid fans of Pirates of the Caribbean could ever hope for is also a rare opportunity to admire the famous Pas-de-deux du Corsaire in its original environment.

LE CORSAIRE LE CORSAIRE

Depuis sa création en 1856 à l’Opéra de Paris (chorégraphie de Joseph Mazilier et musique d’Adolphe Adam), Le Corsaire est considéré comme l’un des ballets les plus spectaculaires du XIXe siècle. Il atteint une grande notoriété avec les versions de Jules Perrot (1858), Marius Petipa (1863) puis, au début des années soixante, Rudolf Noureev et Margot Fonteyn rendront légendaire son fameux pas de deux. Inspiré par le poème épique de Lord Byron, qui narre les aventures amoureuses dans l’ancienne ville turque d’Andrinople d’un pirate grec et de la belle pupille d’un marchand d’esclaves convoitée par un pacha, Le Corsaire multiplie les tableaux spectaculaires et féeriques. L’ancien danseur étoile de l’Opéra de Paris, aujourd’hui directeur du ballet de l’Opéra de Vienne, Manuel Legris transmet ici l’héritage de l’École de danse française en signant cette nouvelle adaptation. Since its creation in 1856 at the Opéra de Paris (choreography by Joseph Mazilier and music by Adolphe Adam), Le Corsaire is deemed one of the most spectacular ballets of the 19th century. It reached great celebrity with the versions of Jules Perrot (1858) and Marius Petipa (1863). Then at the beginning of the 60s, Rudolf Nureyev and Margot Fonteyn made its iconic pas de deux legendary. Inspired by Lord Byron’s epic poem that narrates the love story in the ancient Turkish city of Edirne of a Greek pirate and a slave trader’s beautiful ward who is coveted by a pasha, Le Corsaire abounds with spectacular and magical tableaux. Former star dancer of the Opéra de Paris and now director of the Vienna State Ballet, Manuel Legris transmits the legacy of the École de danse française by signing this new adaptation.

36


CINÉMAS PARTICIPANTS PARTICIPATING MOVIE THEATERS

CINÉMA BEAUBIEN 2396, rue Beaubien Est, Montréal T : 514 721-6060 cinemabeaubien.com

LA MAISON DU CINÉMA 63, rue King Ouest, Sherbrooke T : 819 566-8782 lamaisonducinema.com

CINÉMA DU PARC 3575, av. du Parc, Montréal T : 514 281-1900 cinemaduparc.com

CINÉMA LE CLAP 2360, ch. Sainte-Foy, Québec T : 418 653-2470 clap.ca

CINÉMA AYLMER CINÉMA COMPLEXE ALMA 400, boul. Wilfrid-Lavigne, Gatineau 900, boul. des Cascades Ouest, Alma T : 613 248-2526 T : 418 662-3456 cinemaaylmer.com cinemacomplexealma.com

CINÉMA 7 50, rue Dufferin, Salaberry-de-Valleyfield T: 450 371-1003 cinema7valleyfield.ca

CINÉMA FIGARO 39, boul. Saint-Benoit O, Amqui T: 418 629-3336 cinemafigaro.ca

CINEMA LIDO 44, route du Président-Kennedy, Lévis T: 418 837-0234 cine-detente.ca

MÉGA-PLEX MARCHÉ CENTRAL 901, boul. Crémazie, Montréal T : 514 385-5566, poste 12

CINÉMA DES CHUTES 1480, route des Rivières, Saint-Nicolas T: 418 831-5071 cine-detente.ca

CINÉMA PRINCESSE 345, rue Lafontaine, Rivière-du-Loup T: 418 862-3291 cibm107.com/cinema

CINÉMA MAGOG 12, rue Principale Est, Magog T: 819 868-1092 cinemamagog.com

CINÉ-CENTRE - BAIE-COMEAU 600, boul. Laflèche, Baie-Comeau T: 418 589-2463

MÉGA-PLEX TERREBONNE 1071, ch. du Coteau, Terrebonne T : 450 471-6644 MÉGA-PLEX DEUX-MONTAGNES 2701, boul. des Promenades, Deux-Montagnes T : 450 472-5566 MÉGA-PLEX TASCHEREAU 3514, boul. Taschereau, Longueuil T : 450 923-5566 MÉGA-PLEX PONT-VIAU 1055, boul. des Laurentides, Laval T : 450 967-4455 cinemaguzzo.com

38

CINÉ-CENTRE - SEPT-ÎLES 680, rue Laure, Sept-Îles T: 418 962-2463 cine-centre.com


Programme Ciné-Spectacle 2017-2018