Issuu on Google+

12 2008 01_Cover_final.indd 1

20/11/08 15:39:49


1RDV.indd 1

17/11/08 17:00:06


Abonnement Recevez Rendez-Vous gratuitement chez vous en envoyant vos coordonnées par mail à rendez-vous@vdl.lu ou par téléphone: 47 96 41 14.

Photo: Julien Becker

Fin d’année en lumières! An end of year dressed in lights! Parallèlement au festival Arbres et Lumières, dont quatre œuvres vont rester en place jusqu’au 3 janvier, la Ville de Luxembourg redouble d’efforts en termes d’illuminations, car elle s’est parée entretemps des mille et une lumières de Noël, composées de plus en plus de LED, engagement écologique oblige! Dans cette ambiance festive particulière, les traditionnels marchés de Noël, Place d’Armes, Place de Paris et parvis de la Gare, tiennent également une place toute particulière. Dans ce cadre, la Ville vous invite à venir découvrir le village de Noël finlandais installé Place Guillaume jusqu’au 14 décembre. Vous pourrez y déguster du glögi, un vin chaud de baies finlandaises, du saumon fumé sur place et acquérir des objets artisanaux et de design finlandais. A découvrir notamment dans cette dernière édition de l’année, un grand sujet sur l’industrie cinématographique. Depuis que l’Etat soutient activement la production audiovisuelle, les tournages de films en Ville se multiplient et les passants ne s’étonnent plus de croiser Al Pacino sur la Corniche ou d’apercevoir dans un restaurant Carole Bouquet déjeunant à une table voisine. Boyd van Hoeij s’est penché sur cette industrie qui a un impact non négligeable sur l’économie de la Ville et du pays. Rendez-Vous livre une sélection des soirées et autres fêtes qui vous feront franchir le cap de l’année 2009 dans la liesse. Un troisième sujet phare de ce numéro de l’année est consacré à cette vénérable institution culturelle qu’est le Musée national d’histoire et d’art, qui, à côté de sa collection permanente, présente de nombreuses et intéressantes expositions temporaires. A quelques jours de Wan Rattathammanoon, la fête nationale thaïlandaise (10 décembre), la communauté thaïe, très présente dans la vie économique et culturelle de la Ville est mise à l’honneur au travers des pages International Community. Du côté de la rubrique Etat de Service, Leo Agnes, préposé, nous présente le Service parking. Le photographe Olivier Minaire signe le portfolio dédié aux œuvres d’art dans l’espace public, dans lequel il a su capter leur beauté ou leur charme particulier, de jour comme de nuit. Sans oublier vos rubriques habituelles, les points forts d’une activité culturelle très chargée, la rubrique Sports ouverte à la préparation au ski offerte par le Service Sports pour Tous, les nouveautés shopping et les actualités pratiques regroupées dans les pages City News. Il me reste à vous remercier de votre intérêt pour notre city magazine et à vous souhaiter d’excellentes et joyeuses fêtes de fin d’année!

Coinciding with the Trees and Lights festival, from which four works will continue to be displayed until 3rd January, the City of Luxembourg has intensified its efforts in terms of illuminations by dressing up in a thousand and one Christmas lights, more and more of which are LEDs in honour of its ecological commitment! Also playing a very special role in creating this special festive atmosphere are the traditional Christmas markets at Place d’Armes, Place de Paris and out the front of the train station. As part of this, the City invites you to discover the Finnish Christmas village that is set up in Place Guillaume until 14th December. Here you will be able to enjoy some glögi, a mulled wine with Finnish berries, and smoked salmon or purchase Finnish designed handcrafted objects. In this last edition of Rendez-Vous for the year, you’ll discover a large article on the film industry. Since the State began actively supporting audiovisual productions, the film sets in the City have multiplied and passers-by are no longer surprised to walk past Al Pacino along the Corniche or to spot Carole Bouquet in a restaurant having lunch at a table next to them. Boyd van Hoeij looks into this industry which has a considerable impact on both the City’s and the country’s economy. Rendez-Vous offers a selection of evenings and other festivities where you will be able to celebrate the arrival of 2009. A third feature article in this edition is dedicated to the Musée national d’histoire et d’art which presents numerous temporary exhibitions alongside its permanent collection. As we are just a few days away from Wan Rattathammanoon, Thailand’s national holiday (10th December), the Thai community, which participates greatly in the economic and cultural life of the City, is honoured in the International Community pages. In the Etat de service section, the official Leo Agnes presents the Parking Service. The photographer Olivier Minaire also offers a portfolio dedicated to artworks exhibited in public spaces in which he expertly captures their beauty, both by day and by night. And let’s not forget your usual sections that highlight the key events in our very busy cultural calendar, the Sports section with Sports for All preparing everyone for the ski slopes, the new products to shop for and the latest practical advice in the City News pages. It is now time for me to thank you for your interest in our city magazine and to wish you a fantastic and happy end of year!

Paul Helminger Bourgmestre de la Ville de Luxembourg

Paul Helminger Mayor of the City of Luxembourg

3 02_p3_Edito.indd 3

21/11/08 15:05:49


1RDV.indd 2

4/11/08 9:16:40


1RDV.indd 3

4/11/08 9:17:22


Sommaire City Agenda The pocket size day-to-day agenda

Rubriques Find the monthly features in Rubriques

8 City News

Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses... Practical information, shopping news, new addresses and places to discover...

6 Agenda

Concerts, théâtre, danse, visites thématiques, Classement jour par jour.

32 Expositions Musées, galeries, institutions... toutes les expositions du mois.

48 Listing, cartes, adresses utiles Pour retrouver toutes les adresses des différents lieux en ville.

Highlights The highlights of events, exhibitions and the movie programme

62 International Community: Thailand 162 nationalités live in Luxembourg… including 300 Thai. 162 nationalities cohabitent à Luxembourg dont 300 Thaïlandais.

68 Tout Schuss!

Le programme Sports pour Tous propose des cours de préparation au ski. Full Speed ahead! Sports pour Tous (Sports for All) programme propose skiing preparation courses.

126 Etat de service

Rencontre avec Leo Agnes du Service des Parkings. Encounter with Leo Agnes, from the Service des Parkings.

128 Adresses utiles

Musées, institutions, théâtres, discothèques... Guide pratique.

74 Spectacle & Loisirs Concerts, danse, théâtre, opéras...

102 Expositions

130 Prochainement

Chaque mois, un aperçu des événements et manifestations à venir.

Musées, galeries, institutions...

116 Cinéma

L’actualité à la Cinémathèque. Les sorties dans les salles de cinéma de la capitale.

6 03_p6_7_Sommaire.indd 6

20/11/08 15:48:53


Sommaire

Photo: Andrés Lejona

Magazine Photo: Fabrizio Maltese

The Magazine includes portraits, interviews, stories and a portfolio

Splendide espace d’histoire Découverte du Musée national d’histoire et d’art.

A look into the film industry which has a considerable impact on both the city’s and the country’s economy.

Aktioun! Regard sur l’industrie du film qui a un impact non négligeable sur l’économie de la Ville et du pays.

Photo: Julien Becker

20 Aktioun!

Meeting with the National Museum of History and Art.

Photo: Olivier Minaire / Wide

40 Glorious space of history

30 Party total

Wer Silvester noch nichts vor hat, braucht sich zu ärgern. Es gibt genug zut un am 31.12 um das neue Jahr gebürend.

50 L’art à l’œuvre

Dans les rues, dans les parcs, sur les places, l’art a investi l’espace public. Le photographe Olivier Minaire / Wide a posé son appareil, de jour comme de nuit, devant certaines de ces œuvres.

Art at work In the streets, in parks, in squares, art has invaded public spaces. The photographer Olivier Minaire / Wide has used his camera day and night to photograph some of these works.

Party total Anyone who has not yet planned their New Year’s Eve need not to worry. There are enough opportunities on 31.12 to welcome in the New Year.

7 03_p6_7_Sommaire.indd 7

20/11/08 15:49:13


City News

Regards sur la ville Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses et endroits à découvrir... Les temps forts de l’actualité citadine sont recensés au fil de ces pages, véritables fenêtres ouvertes sur la capitale en mouvement. Practical information, shopping news, new addresses and places to discover... The major topics of the city news can be found on the following pages, displaying the capital in motion. Textes: Corinne Briault. Photo ci-contre: Julien Becker

Marita Bright, chargée de la coordination, de l’organisation du marché. Marita Bright, in charge of the coordination and organisation of the market.

8 04_p8_19_city_News.indd 8

20.11.2008 18:03:48 Uhr


City News

Noel | CHRISTMAS

Bienvenue en Finlande! Welcome to Finland Depuis quelques jours, les passants ont pu voir fleurir Place Guillaume II des petits chalets en bois amassés autour d’une immense tente lapone. Pour la première fois, Luxembourg accueille un marché traditionnel de Noël finlandais, dans le plus pur esprit Kalevala. «Le Kalevala est la pierre angulaire de l’identité nationale des Finlandais, une épopée mythique qui a inspiré de nombreux artistes avec des personnages fantastiques tels que des bardes, des magiciens, des lutins..., explique Marita Bright, chargée de la coordination du village finlandais. La particularité du Kalevala, c’est qu’il prône également un sentiment fort, ancré chez tous les Finlandais, d’authenticité, de respect de la nature, de l’environnement, des êtres humains qui vivent dans cette nature». Tous les produits proposés sur le marché sont issus de la production nordique artisanale. «Tous les artisans présents sont venus spécialement de Finlande avec leurs produits naturels, en bois, en pierres, en fourrures, en feutre. On trouve du linge de maison, de la décoration, des miels, des confitures, des liqueurs et des vins, mais tout est fabriqué selon des traditions séculaires finlandaises. Dans le kota (tente lapone ndlr), décoré avec des fourrures de rennes, les gastronomes pourront se réchauffer autour d’un grand feu ouvert et se relaxer en dégustant du saumon de Finlande fumé sur place devant le feu, du Glögi, du vin chaud de baies, avec ou sans alcool, des crêpes avec des confitures de baies sauvages typiques et de la viande d’élan». Le programme ne serait pas complet si on ne trouvait pas sur ce marché nordique, la Mère Noël, connue en Finlande sous le nom de Joulumuori, qui émerveillera les plus jeunes avec ses histoires (en différentes langues), des lutins et autres personnages finlandais célèbres tels que les petits chanteurs de l’Etoile qui eux, assureront la partie musicale. Hyvää Joulua! (Joyeux Noël!) Marché de Noël Finlandais, Place Guillaume II, Luxembourg. Jusqu’au 14 décembre. Tous les jours, de 10h30 à 20h.

For several days now, passers-by have been able to see small wooden chalets gathered around an enormous Lapland tent being built on Place Guillaume II. For the first time, Luxembourg welcomes a traditional Finnish Christmas market, in the purest Kalevala spirit. ‘The Kalevala is the cornerstone of the Finnish national identity, a mythical epic that has inspired many artists, with fantastic characters such as bards, wizards and elves..., explains Marita Bright, in charge of the coordination of the Finnish village. The particularity of the Kalevala is that it also promotes a strong sense, shared by all Finns, of authenticity, respect for nature, the environment and human beings living in this nature.’ All the products available in the market are made by Nordic craftsmen. ‘All the craftsmen present have come especially from Finland with their natural products, in wood, stone, fur and felt. There is linen, decorations, honey, jam, liqueurs and wine but all are manufactured according to ancient Finnish traditions. In the kota (Lapland tent, editor’s note), decorated with reindeer pelts, gourmets can warm themselves by the large open fire and relax by tasting Finnish salmon smoked on the fire, some Glögi, mulled berry wine, with or without alcohol, pancakes with traditional wild berry jam or moose meat’. The programme would not be complete if this Nordic market didn’t have a ‘Mother Christmas’, known in Finland as Joulumuori, who marvels the younger ones with her stories (in different languages), elves and other famous Finnish characters such as the little singers of the Star who provide the music. Hyvää Joulua! (Merry Christmas!) Finnish Christmas market, Place Guillaume II, Luxembourg. Until 14th December. Everyday, 10:30am -8pm.

9 04_p8_19_city_News.indd 9

21/11/08 14:36:32


Photo: Wolford

City News

La première boutique monomarque Wolford a ouvert à Luxembourg. The first Wolford boutique has opened in Luxembourg. Wolford

Dessous chics Chic lingerie Présente depuis quelques semaines à Luxembourg, la marque de luxe autrichienne Wolford a ouvert sa première boutique proposant l’ensemble de ses produits tels que des bas, de lingerie, des vêtements luxueux particulièrement élégants, des accessoires et, en saison, une collection de maillots de bain qui ne manque pas de style. Les quelque 65 m2 de boutique accueillent la clientèle Wolford dans une ambiance très lumineuse où le blanc, couleur dominante de la boutique, se marie à merveille avec le verre, les sols clairs et l’atmosphère lumineuse particulièrement agréable, créant ainsi un environnement d’achat des plus attrayants. Wolford Boutique 12, rue Philippe II, Luxembourg T: 26 86 47 90

Established in Luxembourg for a few weeks, the luxury Austrian brand Wolford has opened its first boutique offering its full range of products: stockings, lingerie, particularly elegant luxury clothing, accessories and, in season, a stylish collection of swimwear. The boutique of some 65 m2 welcomes Wolford clients in a very light atmosphere where the dominant white mixes perfectly with the glass, the light flooring and the particularly pleasant luminous ambiance, creating a most attractive shopping environment. Wolford Boutique 12, rue Philippe II, Luxembourg T: 26 86 47 90

10 04_p8_19_city_News.indd 10

20.11.2008 18:03:53 Uhr


Il y a toujours une bonne raison de voyager en France. Amsterdam London Ebbsfleet

Rotterdam

Ashford Calais

Brussels Lille

Brest

St-Malo

Quimper Angers Tours

Nantes

Nîmes Montpellier

Lourdes

Perpignan Madrid

Spain

Barcelona

München

Basel Zürich

Lausanne Genève

Switzerland Milano

Valence Toulouse

Stuttgart

Bern

Lyon

Burgos

Saarbrücken

Dijon

Mâcon

Hendaye

Elipsos

Strasbourg Mulhouse

France

Angoulême

Eurostar

Frankfurt

Luxembourg

Limoges Bordeaux

Artésia

Nancy

Orléans

Poitiers

La Rochelle

Thalys

Germany

Metz

Le Mans

TGV Lyria

TGV Est Européen

Köln

Belgium Reims

Paris Rennes

Antwerpen

TGV

Torino Avignon Aix-en-provence Nice Marseille Cannes Toulon

St-Raphaël

Figueres

Venezia Bologna Firenze

Italy Roma

Luxembourg – Paris en 2h05 Lorraine TGV – Strasbourg en 1h10

Metz – Lyon en 4h46

Lorraine TGV – Nantes en 4h00

Lorraine TGV – Marne-la-Vallée en 1h10

Lorraine TGV – Bordeaux en 5h13

L’Europe à grande vitesse Pour toute information et vente de billets de train, contactez les Chemins de fer luxembourgeois (CFL) - tél (+352) 2489-2489 ou votre agence de voyages agréee.

REB_01_0022_ann_LUX.indd 1

21/11/08 15:45:19


En bref… In brief… Lady Shop déménage de la Grand-Rue pour s’installer au numéro 1 de la rue Philippe II. Cette dernière accueille également deux nouveaux locataires, Kenzo et Paul Smith, qui ont install�� deux boutiques, dédiées aux vêtements (hommes et femmes) et accessoires. Dans un même élan, le K-Lounge quitte le Kirchberg pour rejoindre la rue de Hollerich (au numéro 2), mais garde ses concepts de soirées, notamment Erotiko le vendredi dès 23h, Western showgirls le deuxième mercredi du mois dès 22h… Se voulant ultra tendance également le Ciro’s Crooner Bar & Food venant d’ouvrir à Howald (21, rue des Bruyères) accueille ses convives dans une ambiance des plus trendy. Unikat Sàrl (10, rue des Gaulois, Luxembourg) a soufflé ses dix bougies en novembre dernier. Spécialisée dans les aménagements intérieurs, les cuisines, le design de meubles contemporains, la société s’est taillé une réputation de qualité qui a su traverser les océans, puisqu’elle s’est même illustrée à Dubaï! Lady Shop moved from the Grand-Rue to settle at number 1 Rue Philippe II. This street also welcomes two new tenants, Kenzo and Paul Smith, who opened two shops dedicated to clothes (men and women) and accessories. At the same time, K-Lounge has left Kirchberg to move to Rue de Hollerich (number 2), but keeps its concept parties, including Erotiko on Fridays from 11pm, Western showgirls on the second Wednesday of the month from 10pm... Aiming at hyper-trendiness is Ciro’s Crooner Bar & Food just opened in Howald (21, Rue des Bruyères) that welcomes guests in the hippest atmosphere. Unikat Sàrl (10, Rue des Gaulois, Luxembourg) celebrated its 10th birthday last November. Specializing in interior design, kitchens and contemporary furniture design, the company has earned a great reputation for quality abroad, as it is even successful in Dubai!

Photo: Marlboro Classics

En v i l l e | I N T O W N

Illustration: Maxime Pintadu (INgrid)

City News

Hotcity permet d’accéder à Internet dans la ville. Hotcity allows to access the Internet within the city.

Le store présente des modèles dans le pur esprit de la marque. The store presents designs in the pure spirit of the brand.

H o t cit y

MARLBORO CLASSICS STORE

Couverture étendue

Esprit nature

Extended coverage

Natural Spirit

Infrastructure Wifi permettant d’accéder à Internet, grâce à un réseau de points disséminés dans la ville, Hotcity a étendu sa couverture à de nouveaux quartiers et est disponible désormais au ­Kirchberg, Limpertsberg, Grund et LuxExpo. Depuis mi-novembre, le service Internet mobile en ville est payant. Avec de nombreuses fonctionnalités disponibles, les détenteurs d’un ordinateur portable enregistrés sur Hotcity peuvent trouver aisément un commerce, un café, un restaurant, un distributeur de billets… le tout en un clic. www.hotcity.lu

Après quatre années d’absence des ruelles commerçantes de la capitale, un store Marlboro Classics a rouvert en plein centre de la ville. Synonymes d’authenticité, de qualité des matières avec des cuirs solides, des lainages, des soies et des cashmeres nobles, les collections intemporelles proposent des modèles adaptés aux styles de vie à la campagne et à la ville, le tout imaginé par les stylistes de Valentino Fashion Group. Ainsi, sur quelque 110 m2, le store monomarque luxembourgeois offre sur deux étages, l’un dédié aux femmes, l’autre aux hommes, des modèles denim, ville et plus roots, des pièces numérotées ainsi que des chaussures et des accessoires dans la plus pure tradition Marlboro Classics. Marlboro Classics Store 25, rue des Capucins, Luxembourg. T: 26 73 89 97

The WiFi infrastructure providing Internet access thanks to a network of hot spots around the city, Hotcity has extended its coverage to new areas and is now available in Kirchberg, Limpertsberg, Grund and LuxExpo. From mid-November, the mobile Internet services in town will be chargeable. With numerous functions available, owners of a laptop registered with Hotcity can easily find a shop, a café, a restaurant, a cash point… all in one click. www.hotcity.lu

After a four year absence from the shopping streets of the capital, a Marlboro Classics store has reopened in the middle of town. Synonymous with authenticity, quality of materials, with hard wearing leather, wool, silk and high quality cashmere, the timeless collections offer items for all lifestyles, whether town or country, all created by the designers of the Valentino Fashion Group. In 110 m2, the new Luxembourg store has two floors, one dedicated to women, the other to men, with denim, urban and more country items, limited editions, as well as shoes and accessories in the purest tradition of Marlboro Classics. Marlboro Classics Store 25, rue des Capucins, Luxembourg. T: 26 73 89 97

12 04_p8_19_city_News.indd 12

20.11.2008 18:03:59 Uhr


cropmark.lu

7 A ru e d e b i tb ourg I Z i HAmm I L- 1273 Lux emb ourg I teL + 352 27 04 30-1 I FA x + 352 27 04 30 30 r eedANdSi moN.com I i NFo@r eedANdSi moN.com


City News

S e nsi

So Sushi! So Sushi!

Photo: Etienne Delorme

Lancé en octobre, le sushi-bar Sensi offre désormais différentes possibilités à tous ceux qui ont de petites et grandes envies japonisantes. Première possibilité: makis, sushis sont à déguster au bar, et c’est aux convives de remplir eux-mêmes la commande à l’aide d’un petit carnet disposé sur les tables. Deuxième possibilité: la com­mande à emporter, pour un déjeuner au bureau ou le soir entre amis (moyennant une heure de délai pour la préparation). Tous les sushis et makis sont préparés par le chef in situ et le shop bénéficie d’une carte adaptée à toutes les faims, avec des menus déjà composés ou à composer soi-même. Sensi 2-4 avenue du X Septembre, Luxembourg. T: 26 44 15 13, www.sensi.lu Sur place: mar- sam 17-23h30. A emporter: ma-ve 11-15h, 17-23h30, sam: 17-23h30.

Lush fête sa première année à en ville. Lush celebrates its first year in town. L u sh

Super Noël

Photo: Etienne Delorme

Super Christmas

Launched in October, the Sensi sushi bar now offers various possibilities to all those with large or small Japanese appetites. First possibility: maki or sushi to eat at the bar, the guests fill their own order in a small book provided on the tables. Second possibility: takeaway, for lunch at the office or an evening with friends (allow an hour preparation time). All the sushi and maki are prepared on the spot by the chef and the shop has a menu suitable for all appetites, with set or ‘as you please’ menus. Sensi 2-4 avenue du X Septembre, Luxembourg. T: 26 44 15 13, www.sensi.lu Restaurant: Tues- Sat 5pm-11:30pm. Take away: Tues-Fri 11am-3pm, 5pm11:30pm, Sat: 5pm-11:30pm.

La boutique de savons et cosmétiques frais et faits mains, célèbre en ce mois de décembre sa première année à Luxembourg. Cet anniversaire correspondant avec les fêtes de fin d’année, Lush propose une nouvelle collection pour Noël. La SuperNaturelle est composée de produits (gels douche, parfums, savons, soins, shampoings…) aux couleurs, aux formes inspirées des fêtes de la nativité dans des coffretscadeaux de toutes les formes et à portée de toutes les bourses, comme Doudouche, une tranche de gelée de douche Happy Hour  pour une douche à la bière, la cannelle et au clou de girofle, une émotibombe Too Drunk… à la menthe poivrée, au calendula, au fenouil et à l’orange douce qui ressuscitera les crânes douloureux, Ah Gla Gla! un nouveau pain moussant avec de la vanille réconfortante, de l’orange et du bois de santal, le tout plongé dans de la noix de coco séchée avec, en décoration, des morceaux de réglisse pour former les yeux et le nez. Bien entendu, les emballages sont écolos, les formules sans agents conservateurs, jamais testées sur les animaux et fabriquées avec des ingrédients frais. Lush, 60, Grand-Rue, Luxembourg

The hand-made fresh soap and cosmetics boutique celebrates its first year in Luxembourg in December. As this anniversary corresponds with the festive season, Lush offers a new collection for Christmas. The SuperNaturelle line comprises of products (shower gels, perfumes, soaps, beauty care, shampoos…) whose colours and shapes are inspired by the celebration of the nativity and sold in gift boxes of all forms at a price affordable to all, such as Doudouche, a slice of Happy Hour  shower jelly for a beer, cinnamon or clove shower, a Too Drunk émotibombe… with peppermint, calendula, fennel and sweet orange which will ease even the worst hangover, Ah Gla Gla!, a new bubble bath cookie with comforting vanilla, orange and sandalwood, all this mixed with dried coconut, decorated with liquorice to form the eyes and nose. The packaging is of course ecological, the products without conservation agents, never tested on animals and made with fresh ingredients. Lush, 60, Grand-Rue, Luxembourg

14 04_p8_19_city_News.indd 14

20.11.2008 18:04:07 Uhr


1RDV.indd 1

4/11/08 9:23:35


City News PKN

Echanges branchés

Photo: PKN Bogota

Trendy exchange

Une session de Pecha Kucha Night à Bogota. A Pecha Kucha Night session in Bogota.

Pecha Kucha Night™ (PKN). Créé initialement à Tokyo, ce concept s’est propagé depuis sur tous les continents, et est devenu un véritable réseau international de créateurs indépendants, une plate-forme d’échanges et de rencontres interdisciplinaires. Alors PKN, kesako? Entre la jam-session, le speed dating ou l’impro, le concept des PKN épargne la fatalité de se voir submerger par les discours-fleuves des participants auxquels on donne un micro. Ici, chaque participant, des créateurs impliqués dans le monde du design, du graphisme, de l’architecture, de la musique, de l’art… a carte blanche, au détail près qu’il est autorisé à diffuser 20 diapositives et qu’il a 20 secondes pour chacune, avant que le prochain participant ne lui vole la vedette. Portes ouvertes à tous sur la création contemporaine, les PKN débarquent à Luxembourg au mois de décembre, et il est encore temps de s’inscrire. Pecha Kucha Night, le 4 décembre, Mudam Luxembourg. After party, CarréRotondes, Luxembourg Hollerich à partir de 23h. Infos: www.pecha-kucha.org/cities/luxembourg

Pecha Kucha Night™ (PKN). Created initially in Tokyo, this concept has now spread to everycontinent, and has become a real international network for independent designers, an exchange platform and an interdisciplinary meeting place. So what does PKN mean? Something in between jam-sessions, speed dating and improvisation, the concept of PKN is to prevent one person from hogging the mike and boring the audience with an endless speech. Here, each participant – , all creators involved in the world of design, graphic design, architecture, music, art ... – has carte blanche, but is only authorized to show 20 slides with 20 seconds of comment for each, before the next participant steals the spotlight. An open door to all those in contemporary design, the PKN begins in Luxembourg in December, and there is still time to register. Pecha Kucha Night, 4th December, Mudam Luxembourg. After party, CarréRotondes, Luxembourg Hollerich from 11pm. Information: www.pecha-kucha.org/cities/luxembourg

A i d sb e r o d u n g

Gala de charité Le 1er juin 1988, le service Aidsberodung de la Croix-Rouge ouvrait ses portes avec comme objectif principal d’offrir un soutien psychosocial aux personnes vivant avec le HIV/Sida ainsi qu’à leur famille. Cette offre s’est rapidement élargie à diverses actions de prévention et en 1992, l’asbl Stop AIDS Now a été créée. Exclusivement composée de bénévoles, l’asbl s’est alors engagée à soutenir les actions de prévention de l’Aidsberodung en la soutenant, l’accompagnant dans l’organisation d’événements tels que les journées du 1er décembre. Depuis toutes ces années, l’Aidsberodung et Stop Aids Now luttent contre le HIV/ Sida. Cette année, à l’occasion des 20 ans de l’Aidsberodung, Stop Aids Now a décidé de sensibiliser la population en initiant des actions exceptionnelles, parmi lesquelles une exposition Art On Condoms (en janvier 2009) avec des œuvres d’artistes nationaux et amateurs et le 1er décembre 2008, journée internationale de lutte contre le Sida, un gala de charité sous la forme d’un dînerspectacle au Casino 2000 à Mondorf. Le spectacle sera assuré gracieusement par des artistes luxembourgeois: David ­Goldrake, Thorunn, Sascha Ley, André Mergenthaler, Gast Waltzing et David Laborier. Le bénéfice récolté servira à financer des projets de prévention initiés par l’Aidsberodung de la Croix-Rouge. Le 1er décembre, 19h. Casino 2000, Mondorf-lesBains. Infos: T: 23 6 11 213

On the 1st of June 1988, the Aidsberodung service of the Red Cross opened its doors with the main objective of offering psychosocial support to people living with HIV/Aids and their families. This service rapidly grew and diversified to preventative action and in 1992, the Stop AIDS Now association was created. Exclusively staffed by volunteers, the association now supports the preventative action of Aidsberodung by helping it to organise events such as the 1st December International Aids Day and the 25 ans déjà exhibition. Throughout the years, Aidsberodung and Stop Aids Now have fought against HIV/Aids. This year, for the 20th anniversary of Aidsberodung, Stop Aids Now has decided to sensitise the population by organising some exceptional events, among which are an exhibition, Art On Condoms (in January 2009) with works by national and amateur artists and, on the 1st December 2008, the International Day for the struggle against Aids, a charity gala dinner and show at the Casino2000 in Mondorf. The show will include Luxembourg artists. David ­Goldrake, Thorunn, Sascha Ley, André Mergenthaler, Gast Waltzing and David Laborier giving their time for the charity. The profits will help finance prevention projects organised by the Aidsberodung service of the Red Cross. 1st December, 7pm. Casino 2000, Mondorf-lesBains. Information: T: 23 6 11 213

Photo: Aidsberodung – Croix Rouge

Charity gala

Les projets Art On Condoms seront exposés en janvier prochain. The project Art On Condoms will be exhibited next January.

16 04_p8_19_city_News.indd 16

20.11.2008 18:04:13 Uhr


Photo: Julien Becker

Rumeur | Rumour

Faire le point… Straight to the point…

Photo: Etienne Delorme

Un an et demi après sa fermeture, il semblerait que l’équipe de l’Elevator reprenne du service, rue de Hollerich. Fini l’épisode Youz bar, après quelques travaux, The Point, nouveau bar mené par Tim et Henrick, devrait prendre la relève dès ce mois-ci. Dans un premier temps, l’endroit ne va être ouvert qu’à l’occasion d’événements spéciaux, des concerts, des fêtes. Nostalgiques de l’Elevator, tenez-vous prêts à faire le point… The Point 48, rue de Hollerich, Luxembourg

A year and half after its closure, it seems that the team from the Elevator has resumed work in Rue de Hollerich. The Youz bar is dead, long live the Point bar, which, after some work, will be run by Tim and Henrick and taken over this month. At first, the place will be open only for special events, concerts and festivals. Nostalgic for the Elevator? Get straight to The Point! The Point 48, rue de Hollerich, Luxembourg.

Photo: Luc Deflorenne

City News

Le réseau vel’oh! donnera accès en 2009 à 40 stations au total. The vel’oh! network will give access to a total of 40 stations in 2009.

Mille douceurs pour les amateurs de chocolat. A thousand sweets for the chocolate addict.

V e l’ o h !

B o u ti q u e | sh o p

Réseau agrandi

Plaisir chocolat

Enlarged network

Chocolate pleasure

Depuis son lancement, vel’oh!, système de vélos en libre-service connaît un succès considérable, si bien que le réseau se déploiera encore dans les mois à venir pour donner accès en 2009 à 40 stations au total. Quatre stations seront en place d’ici la fin de l’année 2008 et 11 autres stations seront mises en service en 2009. Plateau du Saint-Esprit, rue des Ardennes, Square Edouard André ou encore Boulevard Pierre Dupong: cette extension du réseau offre de nouvelles possibilités d’itinéraires à vel’oh! Le maillage des stations, plus resserré et étendu, permettra aussi aux usagers de trouver des vélos ou des places disponibles rapidement. Pour que les usagers puissent repérer les nouvelles stations prévues jusqu’en 2009, vel’oh! a mis un nouveau plan téléchargeable à disposition (www.veloh.lu).

Le concept (comme ses créateurs) vient des Pays-Bas. La première boutique Chocolate Company du Luxembourg s’est installée près du Palais grand-ducal et propose mille et une douceurs pour les amateurs de chocolat, avec des mélanges parfois surprenants (fraises – chili, wasabi – banane). Spécialité de la maison la hotchocspoon, à tremper ou non dans du lait chaud. Un bonheur chocolaté qui se décline dans une quarantaine de parfums différents. Chocolate Company Bonn propose également un service salon de thé, avec des pâtisseries, des soupes, des glaces, à déguster sur place ou à emporter. Pour les grosses envies des accros au chocolat, la boutique est ouverte tous les soirs jusqu’à 20h, même le dimanche. Chocolate Company Bonn. 20, rue du Marchéaux-Herbes, Luxembourg

Since its launch, vel’oh!, the free bicycle service, has been a great success, so much so that the network will be extended in the coming months, giving access in 2009 to 40 stations in total. Four stations will be in place by the end of 2008 and 11 other stations will come into service in 2009. Plateau du Saint-Esprit, Rue des Ardennes, Square Edouard André and even Boulevard Pierre Dupong: this network extension offers new itineraries for vel’oh! The extended and more compact network will allow users to find available bicycles and places quicker. In order to identify the new stations planned for vel’oh! in 2009, a new map can be downloaded on www.veloh.lu.

The concept (and its creators) come from the Netherlands. The first Chocolate Company boutique in Luxembourg was opened near the Grand Ducal Palace and offers a thousand and one sweets for chocolate lovers, with some surprising mixtures (strawberries - chilli, wasabi banana). Speciality of the house, the hotchocspoon to be dipped (or not) in hot milk. A chocolate happiness that comes in about forty different flavours. The Bonn Chocolate Company also offers a tearoom, with pastries, soups, ice cream, to taste on the spot or take away. For those who like to overdose on chocolate, the shop is open every night until 8pm, even on Sundays. Chocolate Company Bonn. 20, rue du Marchéaux-Herbes, Luxembourg

18 04_p8_19_city_News.indd 18

20.11.2008 18:04:23 Uhr


City News

M o d e | Fashi o n

Petites envies… Photo: Etienne Delorme

Petite pleasures… Depuis quelques semaines, la boutique Les petites…, marque française de prêt-à-porter femme, moyen/haut de gamme tendance, s’est installée en ville. Maille, tricot, laine, cashmere, coton… autant de symboles de volupté et de matières nobles qui ponctuent des collections très stylées. Les vêtements de la maison (avec quelques accessoires) n’ont qu’un seul but avoué, mettre le luxe à la portée de toutes. Les petites… 22, avenue de la Porte-Neuve, Luxembourg

L’échange se fait sur le principe du donner – recevoir. The exchange works on the principle of giving and receiving. Dia l o g u e

Bourse aux talents Inspirée du Système d’échange local déjà utilisé dans de nombreux endroits, la Bourse aux talents, initiée dans le cadre de l’année européenne du dialogue interculturel par le ministère de la Culture, de l’Enseignement Supérieur et de la recherche et la conférence générale de la jeunesse luxembourgeoise et le service RBS asbl, a pour objectif de faciliter et de promouvoir le dialogue entre les cultures et les générations. Constituée comme un réseau auquel pourront adhérer une personne, un groupe ou une organisation, elle permet d’échanger avec les autres membres son savoir-faire, ses services, ses compétences. Chaque personne intéressée pourra échanger des heures de repassage contre des cours de mathématiques, l’échange se faisant sur le principe du donner et recevoir, sans avoir recours à la monnaie traditionnelle. Le but étant d’inclure dans le réseau des étudiants, des personnes âgées, des personnes de divers horizons culturels, des personnes menacées de discrimination afin de contribuer au décloisonnement des différentes communautés ou générations. Le projet sera lancé lors d’une fête grand public sous un chapiteau en présence de nombreuses personnalités avec une grande vente aux enchères où chacun sera invité à mettre à disposition une offre spécifique suivant une charte de loyauté. L’accent lors de cette vente sera mis sur la création de binômes composés de personnes d’âges, d’origines et de milieux culturels différents. Le programme prévoit également une table ronde thématique, des animations et une exposition. Bourse aux talents, le 13 décembre, 14-19h, Place Guillaume II, Luxembourg. Infos: Barbara Zeches, Ministère de la Culture, T: 247 86 619, Sandra Britz, CGJL, T: 40 60 90 330

Inspired by a local exchange system already used in a number of places, the Bourse aux talents was initiated in the European year of Intercultural Dialogue by the Minister of Culture, Higher education and research and the general Conference for youth in Luxembourg and Service RBS asbl, with the objective of facilitating and promoting the dialogue between cultures and generations. Formed as a network of which a person, a group or an organisation can be a member, it allows members to exchange their expertise, services and competences. Everyone interested can exchange ironing services for a course in mathematics, the exchange works on the principle of giving and receiving without having to resort to traditional currency. The goal is to include in the network students, elderly people, people from diverse cultural backgrounds and people threatened by discrimination, to help break down barriers between different communities or generations. The project will be launched during a grand public celebration in a large marquee in the presence of numerous personalities with an auction where everyone will be able to offer a specific service through the charter of loyalty. During this auction, the emphasis will be on the creation of pairs composed of people of different ages, origins and cultural backgrounds. The programme will also include a thematic round table discussion, events and an exhibition. Bourse aux talents, 13th December, 2pm-7pm, Place Guillaume II, Luxembourg. Information: Barbara Zeches, Ministry of Culture, T: 247 86 619, Sandra Britz, CGJL, T: 40 60 90 330

Photo: Luc Deflorenne

Talent market

In recent weeks, the boutique Les petites..., a French brand of ready-to-wear high-end trendy women’s wear has moved to town. Knitwear, knitting, wool, cashmere, cotton... all symbols of sensual and high quality materials that punctuate very stylish collections. The brand clothes (with accessories) have only one goal, to put luxury within reach of everyone. Les petites… 22, avenue de la Porte-Neuve, Luxembourg

19 04_p8_19_city_News.indd 19

20.11.2008 18:04:29 Uhr


Tournages

Aktioun! Text: Boyd van Hoeij. Photos: Fabrizio Maltese (except page 22)

A

deserted bridge leads to an imposing cityscape in the background, with turreted buildings left and right of the main avenue, beyond the bridge. Two tanks seem to block access to the avenue, but it is clear that the city has been deserted one or two years earlier. Beyond the tanks, a bus is parked sideways on the road, abandoned. Shrubbery and grasses have sprung up left and right, including on the tanks, and dead leaves litter the street. A jeep with twin siblings aboard roars into view. If this sounds like the perfect setting for a post-apocalyptic film, then you are not far off. What is perhaps more surprising is that the scene, from the upcoming film Dust, was shot right in the heart of Luxembourg City, on Pont Adolphe and the Avenue de la Liberté. It is but one of the films that is partly shot on location in the Luxembourg capital each year.

On the first Sunday morning of November, Luxembourg director Max Jacoby and his cast and crew descended on the bridge that connects the Gare neighbourhood with the centre, with the entire bridge and a large part of the avenue completely blocked from traffic for a good part of the day. (The next time you are forced to take a different route because of a roadblock, just remember that a whole different world might be just around the corner.) Production designer Christina Schaffer brought in the tanks from a Luxembourg collector at four in the morning. She spent the rest of her morning making the otherwise busy street look abandoned by covering the road, bridge and tanks with grasses and greenery. “He probably had this exact location in mind for this scene  French version pages 26-28

20 05_p20_29_tournage_films.indd 20

20/11/08 18:08:34


A jeep with twin siblings aboard roars into view. Une jeep, avec Ă  son bord des jumeaux, arrive en trombe.

05_p20_29_tournage_films.indd 21

20/11/08 18:08:37


Shooting of Nuits d’Arabie (Samsa Film) at the train station. Tournage de Nuits d’Arabie (Samsa Film) à la gare ferroviaire.

 from the writing stage,” says Schaffer about Jacoby, who declined to be interviewed for this article. “The city is not supposed to be a recognisable geographical location in Dust, and the time is not exactly defined either, so we have hidden some obvious markers of time and place. Many road signs were removed and others were replaced with generic English-language indications such as “hospital” and “station,” since the characters in the film speak English.” The challenge but also the quality of the film relies on this uncertainty. Explains ­Schaffer: “The story could take place in our world or in a parallel world. And because the film’s timeframe is undefined, it will age less than other films. The biggest challenge for me was turning a city that is used and lived in every day by many people into a completely abandoned place, and that on a small budget.” A veil of secrecy hangs over the exact story of Dust, though it is known that the story centres on two twins, Elodie and Elias, who have been living by themselves since most of the human race disappeared. Their lives are thrown into disarray when Gabriel, a boy who is slightly older than the siblings, arrives. On that Sunday morning, cast and crew film the shot of Elodie and Elias driving into the abandoned city. It is one of the last shots in the film and is also filmed on one of the last days of the shoot; day 27 out of 29. “Luxembourg is a perfect location for this story,” says British thespian Olly Alexander, who plays Elias. “It is a very peaceful and quiet town and an amalgamation of cities and cultures. It makes perfect sense for this film, which has no defined location or time.” Without knowing it, the 18-year-old actor has defined exactly what attracts filmmakers to the Grand Duchy and its capital in particular.

Besides the co-production opportunities and tax rebates available, it offers many different locations that, with a little work, can be transformed into anything from a courthouse in 1980s Switzerland to the present-day airport of Auckland, New Zealand. (The former, from the Swiss-Luxembourg drama Der Fürsorger, can be found in the old Palais de Justice, the latter, from the Dutch-Luxembourg romantic epic Bride Flight, in the d’Coque sports complex.) Isabelle Linck, who works for Luxembourg City Council, is the person who signs the authorisations for the film shoots in the city. Says

“ Luxembourg offers many different locations that, with a little work, can be transformed into anything.”

Linck: “There are quite a few requests to shoot in the city each year, with the old city centre and the neighbourhood around the station being the two most popular areas. Often the shoot will only take one or two days, but we’ve also given authorisations valid for several months. It depends on the nature of the project.” One of the main objectives of Ms Linck’s job is to make sure that the filmmakers are aware of the constraints and are in contact with the right authorities regarding roadblocks, if needed, and the police and emergency services, who always require the possibility to pass – in case of emergencies. “Besides these formalities, there is very little that stands in the way of getting an authorisation for an outdoor shoot,” 

22 05_p20_29_tournage_films.indd 22

21/11/08 11:54:13


1RDV.indd 1

12/11/08 11:28:55


Tournage de Flawless (co-production Delux), rue Notre-Dame. Shooting of Flawless (Delux co-production), rue Notre-Dame.

 explains Linck. “For many indoor locations or locations such as cemeteries or parks, however, it is necessary to talk to the owners of these locations to see what is possible.” “Getting an authorisation to shoot somewhere in the city is quite easy,” concurs Patrick ­Blocman, who has years of experience as a unit and location manager on film shoots in Luxembourg, and who also works as a location scout. “It can sometimes be complicated, though, to work out the exact details.”

“ The old city centre and the neighbourhood around the station being the two most popular areas.”

The shoot of the scene on the Pont Adolphe and the Avenue de la Liberté for Dust – on which Blocman works as a “regisseur général” – was the biggest location shoot he has organised so far. “Normally, in Luxembourg, film crews are small and location shoots rarely involve blocking an important artery in town. On this film, the normal crew consisted of about 35 people, but for the Pont Adolphe sequence, we had about 65 people on location. Over 20 were needed to man the road blocks, while more technical crew than usual was in place for the complicated camera movements that the script called for, including a travelling sequence and some crane shots. The preparations for this single day of shooting started way back in August. All of the people who live in the neighbourhood had to be informed, and many different departments of local and national government were involved. Bus traffic between the train station and the Hamilius bus station had to be diverted.” The shoot on Avenue de la Liberté reminds

Blocman of another big shoot a couple of years back. “It wasn’t a masterpiece of cinematic art,” says Blocman, “but the film Tempo with Melanie Griffith was partially shot in Luxembourg City, which doubled as Paris. The area around the Avenue de la Liberté is often used as a substitute for the French capital. For Tempo, we shot a nighttime scene that even involved a car chase. One of the strengths of the City is that it combines the architecture of the neighbouring countries, which makes it a perfect location for films from those countries that are co-produced by local partners here. The Grund area in particular often finds its way into a film shot in Luxembourg, and the former Palais de Justice, the law court, is also a popular destination. It is possible to shoot costume dramas in that nook of the city, as well as classy modern films, such as the recent police drama Diamant 13 with Gérard Depardieu.” Fiction features are perhaps the first type of films that come to mind, but they are certainly not the only type of projects shot in Luxembourg City. Says Isabelle Linck: “Some Luxembourg production companies shoot mainly fiction features, but others make films about tourist attractions such as the casemates, which was recently featured in Cities of the Underworld [a US TV series made for the History Channel], or documentaries – for example on the crisis in the financial world.” A documentary by Andy Bausch on popular Luxembourg actor Thierry van Werveke was also recently shot in the capital. It goes without saying that in these documentary projects, the city stars as itself, something that Patrick Blocman would like to see more often in fiction films, too. “The recent Paul Kieffer film Arabian Nights and some of the films by Pol Cruchten are exceptions that confirm the rule. Generally, it is quite rare to see Luxembourg as itself on the big screen,” says Blocman. “Luxembourg films rarely profit from all that Luxembourg City has to offer as a film location.”

24 05_p20_29_tournage_films.indd 24

20/11/08 18:08:40


le green_energy Passez à 100% d’énergie verte avec LEO. Le temps est à la décision. Face au réchauffement climatique, on n’a plus le choix sauf celui de s’orienter vers une énergie électrique verte respectueuse de l’environnement. C’est maintenant qu’il faut penser à l’avenir. Avec LEO, vous avez le choix. Celui de souscrire à green_energy, une énergie verte provenant de sources d’énergie renouvelables et non polluantes: le vent, la biomasse, le soleil et l’eau. Avec votre énergie et la nôtre, en choisissant green_energy, vous soutenez et accélérez le développement de ces énergies propres. À travers vos gestes au quotidien, faites-en un pour la planète. Avec nous.

Luxembourg City Energy Provider, au service des clients de la Ville de Luxembourg www.leoenergy.lu • T. 26 39 48 48

LEO_AD_Green_Energie_230x300_def.indd

1

11/18/08

6:11:34 PM


The scene from the upcoming film Dust was shot on Pont Adolphe and the Avenue de la Liberté. La scène extraite du film Dust a été tournée sur le Pont Adolphe et l’Avenue de la Liberté.

Aktioun! L

a caméra traverse un pont désert puis s’attarde sur une vue impressionnante de la ville en arrière-plan, avec des bâtiments surmontés de tourelles à gauche et à droite de l’avenue principale, au-delà du pont. Deux chars semblent bloquer l’accès à l’avenue, mais il est clair que la ville a été désertée un ou deux ans plus tôt. Derrière les chars, un bus est arrêté en travers de la route, abandonné. Arbustes et herbes folles ont poussé ici et là, y compris sur les chars, et la rue est jonchée de feuilles mortes. Une jeep, avec à son bord des jumeaux, arrive en trombe dans le champ. Cela vous semble être le décor idéal d’un film post-apocalyptique? Vous n’êtes pas loin. Le plus surprenant est peut-être que la scène, extraite du film Dust qui sortira prochainement, a été tournée en plein cœur de la ville de Luxembourg, sur le pont Adolphe et l’avenue de la Liberté. Mais ce n’est que de l’un des nombreux films tournés chaque année dans la capitale. En ce matin du premier dimanche de novembre, le réalisateur luxembourgeois Max Jacoby, ses interprètes et son équipe se trouvent sur le pont qui relie le quartier de la gare au centre-ville, la circulation ayant été bloquée une

bonne partie de la journée sur l’ensemble du pont et une grande partie de l’avenue. (La prochaine fois que vous serez obligé d’emprunter un itinéraire différent en raison d’un barrage routier, rappelez-vous qu’un univers entièrement différent se trouve peutêtre juste au coin de la rue). C’est à 4 heures du matin que Christina Schaffer, chef décoratrice, a pu mettre en place les chars, prêtés par un collectionneur luxembourgeois. Elle a passé le reste de la matinée à donner un aspect abandonné à une rue normalement très animée en couvrant la chaussée, le pont et les chars d’herbes et de verdure.

« Cela vous semble être le décor idéal d’un film post-apocalyptique?»

«Il avait probablement déjà ce lieu en tête au stade de l’écriture», explique Christina Schaffer à propos de Max Jacoby, qui n’a pas souhaité être interviewé pour cet article. «Dans

26 05_p20_29_tournage_films.indd 26

20/11/08 18:08:48


‘There are quite a few requests to shoot in the city each year.’ «Nous recevons d’assez nombreuses demandes pour tourner dans notre ville chaque année».

Dust, la ville n’est pas censée être un lieu géographique reconnaissable et l’époque n’est pas définie exactement non plus, nous avons donc dissimulé certains indices évidents de l’époque et du lieu. De nombreux panneaux de signalisation ont été retirés et d’autres ont été remplacés par des indications en anglais plus génériques comme hospital (hôpital) ou station (gare) car les personnages du film parlent anglais». Le défi, mais aussi la qualité du film, reposent sur cette incertitude. Christina Schaffer explique: «L’histoire pourrait se passer dans notre monde ou dans un monde parallèle. Et parce que l’époque où se situe le film est indéfinie, il vieillira moins que les autres films. Le plus grand défi pour moi était de transformer une ville où vivent et travaillent de nombreuses personnes chaque jour en un endroit complètement abandonné, le tout avec un petit budget». Un certain mystère plane sur le scénario exact de Dust, même si l’on sait que l’histoire est centrée sur des jumeaux, Elodie et Elias, qui vivent seuls depuis que l’humanité s’est éteinte. Leur vie est bouleversée lorsqu’apparaît Gabriel, un garçon légèrement plus âgé qu’eux. Ce dimanche matin, interprètes et équipe technique filment la scène où Elodie et Elias traversent la ville abandonnée en voiture. C’est l’une des dernières scènes du film et elle est également filmée lors des derniers jours de tournage, jour 27 sur 29. «Le Luxembourg est le lieu idéal pour cette histoire», explique le comédien britannique Olly Alexander, qui joue le rôle d’Elias. «C’est une ville très calme et paisible qui est une sorte d’amalgame de villes et de cultures différentes. Cela correspond parfaitement au film, où le lieu et l’époque restent indéterminés». Le jeune acteur de 18 ans a, sans le savoir, défini précisément ce qui attire les cinéastes au Grand-Duché et dans sa capitale en particulier. Outre les offres de coproduction et les réductions d’impôt possibles, il offre de nombreux lieux de tournage différents qui, avec un peu de travail, peuvent être transformés en tout ce que l’on peut souhaiter: du palais de justice suisse des années 80 à l’actuel aéroport d’Auckland en Nouvelle-Zélande. (Le premier, décor du drame suisso-luxembourgeois Der Fürsorger, se situait dans l’ancien Palais de Justice, et le second, tiré de la fresque

romantique néerlando-luxembourgeoise Bride Flight, dans le complexe sportif d’Coque). Isabelle Linck, qui travaille pour le conseil municipal de la Ville de Luxembourg, est chargée de signer les autorisations pour les tournages réalisés en ville. Elle précise: «Nous recevons d’assez nombreuses demandes pour tourner dans notre ville chaque année, la vieille ville et le quartier de la gare étant les deux quartiers les plus demandés. Le tournage ne prend souvent qu’un ou deux jours, mais nous avons également donné des autorisations de tournage pour plusieurs mois. Cela dépend de la nature du projet».

« Le défi, mais aussi la qualité du film, repose sur cette incertitude».

L’un des principaux objectifs de Madame Linck est de veiller à ce que les réalisateurs soient bien conscients des contraintes et mis en contact avec les autorités compétentes si un barrage routier est nécessaire par exemple, notamment la police et les services d’urgence qui exigent toujours de pouvoir passer en cas d’urgence. «A part ces formalités, peu de choses peuvent vous empêcher d’obtenir une autorisation pour un tournage en plein air», explique-t-elle. «De nombreux lieux en intérieur ou des endroits tels que les cimetières ou les parcs requièrent cependant de s’adresser aux propriétaires des lieux pour déterminer ce qu’il est possible de faire». «Obtenir une autorisation de tournage en ville est très facile», reconnaît Patrick Blocman, qui a des années d’expérience en tant que directeur de production et régisseur général sur des tournages au Luxembourg et qui est aussi chargé du repérage. «Mais il est parfois compliqué d’en comprendre précisément les détails». Le tournage de la scène de Dust, située sur le pont Adolphe et l’avenue de la Liberté – pour laquelle Patrick Blocman occupe la fonction de «régisseur général» – est le tournage le plus  27

05_p20_29_tournage_films.indd 27

20/11/08 18:08:52


Tournage de Der Fürsorger, co-produit par Paul Thilges Distributions, à l’ancien Palais de Justice. Shooting of Der Fürsorger, co-produced by Paul Thilges Distributions, at the former Palais de Justice.

 important réalisé au Luxembourg à ce jour. «Au Luxembourg, les équipes de tournage sont généralement de petite taille et le tournage nécessite rarement le blocage d’une importante artère de la ville. Sur ce film, l´équipe habituelle est d’environ 35 personnes, mais pour la séquence du Pont Adoplhe, nous sommes passés à 65 environ. Plus de 20 personnes ont été nécessaires pour contrôler les barrages routiers, tandis qu’une équipe plus technique que d’habitude a été mise en place pour les mouvements de caméra complexes requis par le script, notamment une séquence de travelling et certains plans depuis une grue. Les préparatifs de cette seule journée de tournage ont débuté en août. Toutes les personnes vivant dans le quartier ont été informées et de nombreuses autorités locales et nationales ont été impliquées. La circulation des bus entre la gare et la station Hamilius a dû être détournée». Le tournage sur l’avenue de la Liberté rappelle à Patrick Blocman un autre grand tournage réalisé il y a quelques années. «Ce n’était pas un chef-d’œuvre du 7e art, mais le film Tempo avec Mélanie Griffith a été en partie tourné dans la ville de Luxembourg, supposée être Paris. La zone autour de l’avenue de la Liberté est souvent utilisée comme substitut de la capitale française. Pour Tempo, nous avons tourné une scène nocturne qui comportait même une poursuite en voiture. L’un des points forts de la ville est de combiner l’architecture des pays limitrophes, ce qui en fait un endroit idéal pour les films censés se situer dans des pays voisins et coproduits par des partenaires luxembourgeois. Le quartier du Grund en particulier trouve souvent sa place dans les films tournés au Luxembourg, et l’ancien Palais de justice, le tribunal, est également un lieu très demandé. Dans ce coin de la ville, on peut réaliser des

films en costumes tout comme des films modernes élégants, comme Diamant 13, un film policier avec Gérard Depardieu que nous avons tourné récemment». On pense donc surtout aux fictions, mais ce ne sont pas les seuls projets tournés dans la Ville de Luxembourg. Isabelle Linck: «Certaines sociétés de production luxembourgeoises tournent essentiellement des fictions, mais d’autres réalisent des films sur les sites touristiques locaux comme les casemates,

« On peut réaliser des films en costumes tout comme des films modernes».

que l’on a vues récemment dans Cities of the Underworld [une série télévisée américaine pour History Channel] ou des documentaires par exemple sur la crise que connaît actuellement le monde de la finance». Un documentaire d’Andy Bausch sur le célèbre acteur luxembourgeois Thierry van Werveke a également été tourné récemment dans la capitale. Il va sans dire que, dans ces projets documentaires, la ville joue elle-même le rôle principal, ce que Patrick Blocman aimerait voir également plus souvent dans les films de fiction. «Arabian Nights, le récent film de Paul Kieffer et certains films de Pol Cruchten sont des exceptions qui confirment la règle. En général, il est assez rare de voir le Luxembourg jouer son propre rôle sur grand écran», explique-t-il. «Les films luxembourgeois profitent rarement de tout ce que la Ville de Luxembourg a à offrir en tant que lieu de tournage cinématographique».

28 05_p20_29_tournage_films.indd 28

20/11/08 18:08:59


1RDV.indd 1

19/11/08 11:05:07


06_p30_39_org_nouvel_an.indd 30

20/11/08 16:26:16


Parties

Party total Wer Silvester noch nichts vor hat, braucht sich weder zu ärgern, noch zu beunruhigen. Es gibt genug zu tun am 31.12.2008, um das neue Jahr gebührend und mit Stil zu feiern. New Year’s Eve in the City. Anyone who has not yet planned their New Year’s Eve need not worry. There are enough opportunities on 31.12.2008 to welcome in the New Year with style. Texts: Vibeke Walter. Photos: Julien Becker. Illustration: Thomas Aubinet / INgrid

31 06_p30_39_org_nouvel_an.indd 31

21/11/08 11:58:08


32 06_p30_39_org_nouvel_an.indd 32

20/11/08 16:26:37


Kai Kraemer, Mesa Verde.

Tanzen bis zum Morgen

Dancing until dawn

Unsere Silvesterparty im Mesa Verde hat bereits Tradition: Lucien Elsen und ich veranstalten sie seit der Eröffnung des Restaurants vor 18 Jahren. Anfangs fand sie in kleinerem Rahmen statt, inzwischen hat sie sich mit viel Erfolg fest etabliert. Am Silvesterabend können die Gäste zwischen einem vegetarischem und einem Fisch-Menü wählen. Ab Mitternacht ist Party mit verschiedenen DJ´s, darunter Shanu, Chook, Marino und Maxwell George, angesagt. Diese Umbauphase von Restaurantbetrieb zu Disco war früher immer der stressigste Moment. Jetzt geht es aber ganz schnell über die Bühne, weil unser Team wirklich gut eingespielt ist. Gegen 1 Uhr morgens wird das Mesa Verde auch für Publikum geöffnet, das nicht zum Essen, sondern zum Tanzen kommen möchte. Um unser exotisches und farbenfrohes Interieur, für das das Mesa Verde bekannt ist, zu unterstreichen, setzen wir an diesem Abend auf spezielle Lichteffekte, Bilder und zusätzliche Dekoration. Im ersten Stock kreieren wir mit Teppichen und Matratzen eine gedämpfte Chill out-Atmosphäre zum Entspannen, die meistens aber erst gegen Morgen wirklich dazu in Anspruch genommen wird, weil vorher überall – vom Erdgeschoß bis ins obere Stockwerk – getanzt wird. Mesa Verde (11, rue du St Esprit, Tel. 46 41 26) Für das Abendmenü ab 19 Uhr muss man sich anmelden; Karten für die Party sollte man sich am besten ebenfalls schon vorab im Restaurant besorgen.

Our New Year’s Eve party is something of a tradition. Lucien Elsen and I have been hosting a party that night since the restaurant first opened 18 years ago. At first it was a small and intimate affair, but now it is an established event and very popular. On New Year’s Eve, diners can choose between a vegetarian or fish menu. At midnight the party gets started with a host of DJs including Shanu, Chook, Marino and Maxwell George. Converting the restaurant into a dance venue was always the most stressful moment, but now we have an experienced team that manages to complete the job efficiently. At 1 a.m. the Mesa Verde is opened up to those guests who have come to dance rather than eat. We install additional lighting effects, pictures and decorations to enhance the venue’s celebrated colorful interior. We also create a soulful Chill Out atmosphere on the first floor with carpets and mattresses to allow guests to relax. But most party goers only head up there in the early morning hours, because before that they are so into dancing everywhere – from the ground floor to the upper floors. Mesa Verde (11, rue du St. Esprit, tel: 46 41 26). Reservation required for the evening menu at 7 p.m. It is also recommended to purchase tickets for the party in advance from the restaurant.

33 06_p30_39_org_nouvel_an.indd 33

20/11/08 16:26:43


Fred Baus und Manu da Costa, d:qliq.

Gangsterfeeling im Exit07

Gangster feeling in Exit07

Auf unserer Party unter dem Motto Exit08 with Style im Exit07 in Hollerich (CarréRotondes) wird es einen Dresscode geben, der sich an Gangsterfilmen verschiedener Jahrzehnte orientiert, also von den 20er Jahren bis hin zu Gangstarappern. Wir wollen vor allem aber die Atmosphäre moderner Klassiker wie Donnie Brasco, Scarface, Godfather oder Goodfellas aufleben lassen. Dazu werden wir den ganzen Abend über Filme projizieren und planen, Roulette – und Pokertische aufzustellen. Hier kann dann in einem Casino-Lounge Ambiente gezockt werden; der finanzielle Einsatz wird allerdings sicherheitshalber aus Schokoladengeld bestehen. Außerdem werden wir an diesem Abend natürlich spezielle Drinks kreieren, wie z.B. einen Gangstercocktail auf Champagnerbasis. Zur musikalischen Untermalung haben wir das belgische DJ-Trio Elektrotrash engagiert, die schon einige Male bei uns im d:qliq gespielt haben und dort immer sehr gut ankamen. Sie machen eine ungewöhnliche Mischung aus elektronischer Musik und Rock, die sie an diesem Abend auf ein tanzbares Gangsterfeeling abstimmen werden. Während der Silvesterparty bleibt das d:qliq geschlossen. Wenn man sich von der Gangsterparty wieder erholt hat, kann man das neue Jahr hier am 2. und 3. Januar 2009 direkt weiter feiern: Am Freitag unter dem Motto 70er und 80er Jahre; am Samstag mit Musik von den 90ern bis 2000. Das Exit07 ist ab 21 Uhr geöffnet (CarréRotondes, 1, rue de l´Alciérie). Tickets an der Abendkasse; Infos unter www.dqliq.com

Our party in Exit07 in the CarréRotondes in Hollerich is titled Exit08 with Style. We have imposed a dress code inspired by gangster style from various decades, anything from the classic films of the 20s to Gangsta rap. We are particularly eager to create the atmosphere of the modern classics such as Donnie Brasco, Scarface, Godfather or Goodfellas. We will be projecting films all evening and the venue will also be home to a Casino Lounge, including Roulette and Poker tables – although for security reasons players will only use chocolate money to place their bets. Naturally, special drinks, including a champagne-based Gangster Cocktail, will also be served. Music will be provided by Belgian DJ trio Electrotrash, who have already played at d:qliq several times to great acclaim. Their unique style mixes electronic music with rock and should provide a really great gangster dance vibe. D:qliq itself will remain closed during the New Year’s Eve party, but when people have recovered from the gangster party they can continue to celebrate the new year on 2 and 3 January. Friday will be dedicated to the 70s and 80s, while the music on Saturday will be from the 90s and 00s. Exit07 opens at 9 p.m. (CarréRotondes, 1 rue de l’Alciérie). Tickets available on the door. More info at www.dqliq.com.

34 06_p30_39_org_nouvel_an.indd 34

20/11/08 16:26:53


1RDV.indd 1

21/11/08 14:57:26


Jean-Claude Colbach und Steve Darné, Ikki.

Countdown in Clausen

Countdown in Clausen

Alle Bars und Restaurants der Rives de Clausen, die für die Weihnachts- und Silvesterzeit besonders beleuchtet und dekoriert werden, bieten zum Jahreswechsel ein besonderes Programm an. Der Shuttle-Service, der alle 10 Minuten vom Glacis hinunter nach Clausen fährt, wird an diesem Abend verstärkt. Immerhin wurden z.B. für die Halloween-Parties am 31.Oktober rund 1200 Fahrgäste transportiert und Silvester dürften es noch mehr werden. Im Ikki wird ab 20 Uhr im Restaurant ein opulentes, mehrgängies Menü serviert, das französische Küche, z.B. turbot label rouge und veau du Périgord mit asiatischen Einflüssen kombiniert wie foie gras en duo façon sushi et traditionnel oder langouste puce sauté aux petits légumes Hashimoto style. Die Bar im Erdgeschoss wird ab 18 Uhr geöffnet sein und die überdachte Terrasse ebenfalls eigens dekoriert und zum Feiern zur Verfügung stehen. Den großen Countdown um kurz vor Mitternacht werden wir auf besondere Weise zelebrieren und danach können die Gäste im gesamten Ikki tanzen: Keiner wird gebremst! Unser Resident DJ Oliver wird dabei von einem zweiten DJ unterstützt. Im Restaurant soll vor allem Musik aus den 80ern gespielt werden, unten in der Bar eine Mischung von gestern bis heute. Es geht uns darum, im ganzen Ikki ein Ambiente zu schaffen, in dem die Gäste den Jahreswechsel gebührend feiern und genießen können. Reservierungen im Ikki (rue Emile Mousel) unter Tel. 49 69 40. Es können nicht nur Tische im Restaurant, sondern auch für die Bar reserviert werden! Weitere Infos: www.ikki.lu

The entire panoply of bars and restaurants in the Rives de Clausen will be offering a special programme on New Year’s Eve. Special lighting and decoration will enhance the atmosphere of the area over the festive season. The shuttle bus service that serves the Rives de Clausen from the Glacis every ten minutes will also be improved for New Year’s Eve. After all, some 1,200 people used the service for Halloween on 31 October, and more can be expected to celebrate on 31 December. Ikki will be serving an opulent menu in its restaurant that evening, with French cuisine – turbot label rouge and veau du Périgord – combined with Asian influence – foie gras en duo façon sushi et traditionnel or langouste puce sauté aux petits légumes Hashimoto style. The ground floor bar will open at 6 p.m. and the covered terrace will also be decorated and ready to host the celebrations. We will mark the countdown shortly before midnight with something very special, and after that guests can dance anywhere they want in Ikki – there will be no stopping anyone! Resident DJ Oliver will be supported by a second DJ. The restaurant will be home to music from the 80s while the music in the bar will be a mix of the recent and contemporary. Our goal is to create an atmosphere in Ikki that will allow guests to enjoy a party and celebrate the New Year in an appropriate manner. Reservations for Ikki (rue Emile Mousel) can be made on Tel. 49 69 40. Not only can tables in the restaurant be reserved, but also those in the bar. More info: www.ikki.lu

36 06_p30_39_org_nouvel_an.indd 36

21/11/08 13:38:22


1RDV.indd 1

17/11/08 11:08:11


Jean-Serge Kuhn, Cross Cultural Club Party.

New Y(ear) Fest in der Abtei Neumünster

New Y(ear) Fest in the Abbey Neumünster

Wir freuen uns sehr darüber, dass uns die Verantwortlichen der Abtei Neumünster erlaubt haben, diesen magischen Ort erstmals für eine Veranstaltung am Silvesterabend zu nutzen. Was die Gestaltung der Party angeht, haben wir uns an den Festivals inspiriert, bei deren Organisation ich bereits beteiligt war, wie z.B. den Nancy Jazz Pulsations oder Eurockéennes de Belfort. Zum einen wollen wir verschiedene Bands und Musikrichtungen (Eternal Tango, Versus You, Hal Flavin, Abstract Sound Project) sowie DJ´s (Tony Dibac, DJ Faust, Fantome Fesse, Jarco Weiss, Keta, Brav in the Mix, Cool Chris, The One DJ…) präsentieren, zum anderen soll sich unser Publikum vor allen Dingen aber auch wohlfühlen. Es wird daher zahlreiche Bars und Stände mit Fingerfood geben, um langes Schlangestehen möglichst zu vermeiden. Die Party spielt sich im gesamten Erdgeschoss der Abtei Neumünster ab: die Hauptbühne ist in der Agora untergebracht, in den drei Gewölbekellern und der Brasserie, an diesem Abend umgetauft in Backstage, Heaven, L.Club und V.I.P., gibt es Elektro. Unser Ziel ist es, gleichermaßen Partygänger und Musikfans anzusprechen und ihnen in der Silvesternacht ein unvergessliches optisches und akustisches Erlebnis zu bieten. Das New (Y)ear Fest beginnt um 21 Uhr. Tickets u.a. bei LuxembourgTicket (Tel. 47 08 951, www.luxembourg-ticket.lu) oder Cross Cultural Club Party (contact@cccp.lu; www.cccp.lu) Ab Longwy, Thionville, Metz, Nancy und Esch/Alzette stehen Shuttle-Busse zur Verfügung (Infos: www.cccp.lu).

We are thrilled that the management of the Abbey Neumünster have allowed us to use their magical venue for an event on New Year’s Eve. The event itself is inspired by the festivals that I have already helped organise such as the Nancy Jazz Pulsations or the Eurockéennes de Belfort. On the one hand we want to present a range of music bands and styles (Eternal Tango, Versus You, Hal Flavin, Abstract Sound Project) and DJs (Tony Dibac, DJ Faust, Fantome Fesse, Jarco Weiss, Keta, Brav in the Mix, Cool Chris, The One DJ…), but we also want to create an atmosphere in which guests will feel comfortable. We will erect numerous bars and stands serving finger food and hope to avoid long queues. The party will take over the entire ground floor of the Abbey Neumünster, with the main stage in the Agora while the two cellars and the brasserie will be rechristened Backstage, Heaven, L. Club and V.I.P. They will play host to electro. Our aim is to attract party goers and music fans in equal measure and to provide them with a night to remember, both visually and acoustically. The New (Y)ear Fest begins at 9 p.m. Tickets available at Luxembourg-Ticket (Tel. 47 08 951, www.luxembourg-ticket.lu) or Cross Cultural Club Party (contact@cccp.lu; www.cccp.lu) Shuttle buses will be available from Longwy, Thionville, Metz, Nancy and Esch/ Alzette (Info: www.cccp.lu).

38 06_p30_39_org_nouvel_an.indd 38

21/11/08 13:39:27


OFFRE SPÉCIALE ABONNEMENTS À PARTIR DE

65 

DECHMANNCOMMUNICATION

Emmanuel Krivine en résidence à la Philharmonie

GOÛTEZ À LA MUSIQUE CLASSIQUE! Profitez de l’abonnement découverte de l’OPL à la Philharmonie à Luxembourg. Abonnements auprès de luxembourgticket T (+352) 47 08 95-1 I F (+352) 47 08 95-95 ticketlu@pt.lu Orchestre Philharmonique du Luxembourg T (352) 22 99 01 I F (352) 22 99 98 www.opl.lu I info@opl.lu

Abonnement découverte

3 concerts de l’OPL à la Philharmonie

29.01.2009

Haydn PIERRE CAO, DIRECTION Cornelia Samuelis, soprano I Markus Schäfer, ténor I Klaus Mertens, baryton Chœur Arsys Bourgogne

05.02.2009

Mozart, Reimann, Tchaikovsky deutsche radiophilharmonie CHRISTOPH POPPEN, DIRECTION Claudia Barainsky, soprano

05.03.2009

Debussy, Fauré, Strauss EMMANUEL KRIVINE, DIRECTION Soile Isokoski, soprano

OPL_ann_230x300_FLYDOSCOPE.indd 1

11/13/08 11:26:03 AM


Michel Polfer, directeur du MNHA.

07_p40_49_MNHA.indd 40

20.11.2008 18:12:20 Uhr


Musée national d’histoire et d’art

Glorious space of history Text: Mike Gordon. Photos: Andrés Lejona.

N

estled amidst the narrow streets and historic buildings of the oldest part of Luxembourg’s upper town centre, the imposing modernist slab of stone and glass that houses the National Museum of History and Art contains a vast collection of archaeological and historical artefacts, ranging from ancient tools made of bone to works of fine art. RendezVous recently caught up with museum director Michel Polfer. The MNHA (from Musée national d’histoire et d’art) was described as a glorious space by the New York Times in a travel article about Luxembourg last year. It bursts with exhibits on both the 500,000 year sweep of human habitation in the Luxembourg vicinity, and a collection of art produced or collected by Luxembourgers. “This museum has multiple missions because it has, first of all, to conserve, study and display the national heritage, whether it be archaeological,

historical or artistic,” says director Polfer. “Next, it oversees all the archaeological findings in the country. And lastly, it has to assemble a historical and artistic collection, representing both the national and international realms, and then present it to the public;” says Polfer, who explains that the museum also functions a research institute. Prior to becoming director in 2006, Polfer, who is also a University of Luxembourg professor, worked as an historian and archaeologist. “I knew the museum and my predecessors very well through my research here ever since I was in high school,” he laughs. The collection housed at the MNHA dates back to 1845, with the founding of a private association to conserve the historical monuments of the Grand Duchy – with no place to display it. Many years   French version pages 46-48

41 07_p40_49_MNHA.indd 41

20.11.2008 18:12:23 Uhr


The museum appeals to many different tastes. Le musée a de quoi satisfaire tous les goûts.

 of effort finally paid off when the predecessor of the current museum opened in 1939, in the same location. In 1970, the state bought a row of 17th to 18th century houses along Wiltheim Street, which runs next to the museum, to integrate them into the museum. “They are an object in and of themselves,” says Polfer of the houses “It’s the last chance for the public to see Luxembourg’s historic houses in their original state.” The museum was opened in its current form in 2002. It occupies space on 10 different levels, including three reaching out under the plaza that sits in front of the museum’s entry level. The levels are numbered from -5 to +5, going upwards and forwards in time. On the lowest level (-5), under the plaza, an exhibit on Luxembourg’s prehistory displays tools of stone and bone and ceramics representing 500,000 years of human presence in Luxembourg. Up one level (-4) is the MNHA’s Bronze (1800 -750 BC) and Iron Age (750-250 BC) collection. The next floor up, (-3) contains exhibits from the GalloRoman period, when Luxembourg was part of the Roman empire, from 100 BC to 500 AD. A highlight is the sumptuous Muses mosaic, with its image of Kalliope, the Greek Muse of epic poetry. Level -2 has more Roman mosaics. Another floor, higher up, (-1) has more on the Gallo-Roman Period, as well as the museum’s Middle Ages collection. The ground (0) floor contains the entrance, shop and a cafeteria. The first floor (level +1) exhibits the military history of the city. The second floor (+2) displays medieval archaeology, along with medals and military history. Upstairs, across the central staircase (+3) is the Ancient and Modern Art collection, including the jewel in the crown, Rosso’s 16th century Bacchus, Venus and Amor. The next level up (+4) focusses on Contempo-

rary Art, featuring a Picasso painting and some of the output of the anti-abstract French-led artistic movement Nouvelle Figuration. At the top floor (+5) is found a collection of Luxembourgish paintings and sculpture from 1839 to the 1960s. “It’s an encyclopaedic museum, if you like. It’s not a mono-thematic museum, like the MUDAM – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean – or other museums,” says Polfer.

“ It’s not a mono-thematic museum. It’s an encyclopaedic museum, if you like.”

The MNHA’s focus, and raison d’être is to focus on Luxembourg’s archaeology and history. “Luxembourg in the large sense, not the current borders, but the historical ones,” says Polfer, who notes that the fine art collection is more widely focussed. “It deals, on the one hand, with the development of art in this country, and also on the international scale.” The museum had, in 2007, one of its best years in terms of visitors, with over 60,000 admissions, up some 27% from the previous year. Polfer credits this in part to the attention drawn to Luxembourg during the 2007 European Capital of Culture. Polfer says the museum appeals to many different tastes. “There are visitors who head straight for the archaeology sections. ­Others visit the whole museum, starting at the bottom and working their way up to the top level, who spend hours inside the building, looking at everything that catches their eye. Others prefer the fine arts.” While the museum, for 

42 07_p40_49_MNHA.indd 42

20.11.2008 18:12:26 Uhr


1RDV.indd 1

24/10/08 16:36:19


More about…

En savoir plus…

The MNHA (Musée national d’histoire et d’art) is open Tuesday to Sunday from 10am to 4:45pm, with extended hours on Thursday – until 8pm. It normally costs 5 euros for admission to the collections and expositions, with reduced rates for groups of 10 people or families (8 euros). Students and those under 18 get free admission. Free entry from 5-8pm on Thursdays. Private guided visits are 50 euros. Pre-recorded audio guide headsets are available for free. There are also regular (free with admission) guided tours on Saturdays at 3pm in French, Thursdays at 6pm in Luxembourgish and German, and on Sundays at 3pm in Luxembourgish, as well as a lunch time 30 minute-French language tour on Tuesdays at 12:30pm. The museum’s web-site: www.mnha.public.lu.Phone: 47 93 30 1.

Le MNHA (Musée national d’histoire et d’art) est ouvert du mardi au dimanche de 10h à 16h45, et jusqu’à 20h le jeudi. Le tarif normal du billet d’entrée donnant accès aux collections et aux expositions est de 5 euros, un tarif réduit étant prévu pour les groupes de 10 personnes ou les familles (8 euros). Entrée gratuite pour les étudiants et les moins de 18 ans. Entrée gratuite de 17h à 20h le jeudi. Une visite guidée privée est possible au tarif de 50 euros. Des casques avec visite guidée audio préenregistrée sont disponibles gratuitement. Des visites guidées classiques (comprises dans le billet d’entrée) sont également proposées le samedi à 15h en français, le jeudi à 18h en luxembourgeois et en allemand, et le dimanche à 15h en luxembourgeois, ainsi qu’une visite de 30 minutes en français le mardi à 12h30. Site web du musée:www.mnha.public.lu. Téléphone: 47 93 30 1.

The MNHA has mounted two big shows about treasure found after being lost in the region’s rivers. Le MNHA a organisé deux grandes expositions sur le trésor perdu puis retrouvé dans les rivières de la région.

  many years, saw few visitors from outside the country, that has changed recently, Polfer explains. This is linked, in his view, to the ambitious exhibitions the MNHA has mounted, including, notably the Sigismundus, Rex et Imperator of 2006, dedicated to Sigismund of Luxembourg (1387-1437), and two big shows

“People come... expressly to see the temporary exhibitions.”

about treasure found after being lost in the region’s rivers, including last year’s Barbarenschatz, and this year’s Moselgold, which runs to Jan. 18, 2009,. “That’s something you absolutely have to see” Polfer says. “Whether you’re interested in the history or simply in the beauty of these objects. More and more people come here from outside Luxembourg,... , expressly to see the temporary exhibitions. For Moselgold we have had, since it opened, a whole series of groups that have made a special trip to see this exhibition.” With these exhibitions, Polfer explains, the museum undertakes an enormous

amount of co-ordination and logistical work. Upcoming temporary exhibitions including 17th century art from the private collections of Italian banks, starting next February, and, later next year, a retrospective on Foni Tissen, a renowned Luxembourgish artist. Sometimes, as with the Sigismundus exhibition, Polfer says, the museum is “very ambitious”. “It has to be said the museum isn’t a very big institution. We’ve got one person taking care of logistics, where in bigger museums you might have at least 5 or 6 people doing that. So, [with Sigismundus] it all went well, but we were at the limit of our capacity”, Polfer says. “But that’s part of the advantage of a museum that isn’t so big. We have a personal relationship with each of our employees and in situations of high pressure, they’re motivated to work hard.” Throughout the museum’s history, there’s been a continual hunt for more space. That’s also one of Polfer’s highest priorities for the future, since he regularly has to displace permanent exhibits on the 4th and 5th floors for temporary exhibits. He points to the dead-end hallway in the museum, which could lead into the nowempty former Luxembourg district law courts, with three floors the museum could use for an exhibit on Luxembourgish art. “It’s up to the national government,” he says modestly, but “it would be very interesting for the museum.”

44 07_p40_49_MNHA.indd 44

20.11.2008 18:12:28 Uhr


’AIR L N E ER Y O V N E ’ ION S T C E T O R SANS P IDANGEREUX OUS EGEZ-V C’EST S > PROT

sida_000000_an_RDV_230/300.indd 1

11/20/08 6:58:30 PM


On the lowest level is an exhibit of Luxembourg’s prehistory. Au niveau -5 se trouve une exposition sur la préhistoire à Luxembourg.

Splendide espace d’histoire N

iché parmi les rues étroites et les bâti- ments historiques de la partie la plus ancienne de Ville-Haute, l’imposant édifice moderniste composé de dalles de pierre et de verre qui abrite le Musée national d’histoire et d’art recèle une vaste collection d’objets archéologiques et historiques allant des outils anciens en os aux œuvres d’art. Rendez-Vous a récemment rencontré Michel Polfer, son directeur. Un article du New York Times sur le Luxem­ bourg publié l’année dernière qualifiait le MNHA (Musée national d’histoire et d’art) de «splendide espace». Ce musée regorge d’ob­ jets issus à la fois des 500 000 ans de présence humaine autour de Luxembourg et d’une collection artistique produite ou rassemblée par des Luxembourgeois. «Ce musée a plusieurs missions: il doit tout d’abord conserver, étudier et présenter le patrimoine national, qu’il soit archéologique, historique ou artistique», explique son directeur, Michel Polfer. «Nous supervisons également toutes les découvertes archéologiques faites dans le pays. Et enfin, le musée a également pour mission de rassembler une collection historique et artistique à la fois nationale et internationale, puis de la présenter au public», déclare Michel Pol­

fer, qui explique que le musée est également un institut de recherche. Avant d’en devenir le directeur en 2006, Michel Polfer, qui est également professeur à l’Université du Luxem­ bourg, a travaillé comme historien et archéo­ logue. «Je connaissais très bien le musée et mes prédécesseurs grâce aux recherches que j’ai menées ici, et cela depuis le lycée», explique-t-il en riant. La collection du MNHA remonte à

« Ce musée a plusieurs missions: il doit tout d’abord conserver, étudier et présenter le patrimoine national».

1845, avec la création d’une association privée dédiée à la conservation des monuments his­ toriques du Grand-Duché – mais ne disposant d’aucun lieu pour l’exposer. De nombreuses années d’efforts ont abouti à l’ouverture en 1939 du prédécesseur du musée actuel, au même emplacement.

46 07_p40_49_MNHA.indd 46

21/11/08 13:40:55


Une vue de l’intérieur du musée. A view inside the museum.

En 1970, l’État achète une rangée entière de maisons du XVIIe au XVIIIe siècles le long de la rue Wiltheim qui longe le musée, afin de les intégrer à ce dernier. «Ces maisons ellesmêmes sont des pièces de musée», explique Michel Polfer «C’est la seule occasion pour le public de voir d’anciennes maisons luxembourgeoises dans leur état d’origine». Le musée ouvre sous sa forme actuelle en 2002. Il s’articule en dix niveaux différents, dont trois situés sous la place qui s’étend devant l’entrée du musée. Les niveaux sont numérotés de -5 à +5, selon que l’on se dirige vers le passé ou vers le présent. Le niveau le plus bas (-5), situé sous la place, est dédié à la préhistoire du Luxembourg et présente des outils en pierre et en os et des céramiques représentant 500 000 ans de présence humaine dans le pays. Un étage plus haut (-4), se trouve la collection d’objets de l’âge du bronze (1800-750 avant JC.) et de l’âge du fer (750-250 avant JC) du MNHA. L’étage supérieur (-3) abrite des objets de la période gallo-romaine, quand le Luxembourg faisait partie de l’empire romain, de 100 avant JC à 500 après JC. A ne pas manquer: la somptueuse mosaïque aux Muses représentant notamment Calliope, la muse grecque de la poésie épique. Le niveau -2 est lui aussi consacré aux mosaïques romaines. L’étage supérieur (-1) expose d’autres objets de la période gallo-romaine, ainsi que la collection dédiée au Moyen-âge. Le rez-dechaussée (0) abrite le hall d’entrée, une boutique et une cafétéria. Le premier étage (niveau +1) présente l’histoire militaire de la ville. Le deuxième étage (+2) est dédié à l’archéologie médiévale, ainsi qu’aux médailles et à l’histoire militaire. A l’étage supérieur, de part et d’autre de l’escalier central (+3) est exposée la collection d’œuvres d’art ­anciennes et modernes, notamment le joyau de la couronne, une peinture du XVIe siècle réalisée par Rosso, intitulée Bacchus, Vénus et l’Amour. Le niveau suivant (+4), consacré à l’art contem-

porain, expose notamment une peinture de Picasso et certaines œuvres issues de la Nouvelle Figuration, mouvement anti-abstraction français. À l’étage supérieur (+5) se trouve une collection de peintures et d’œuvres sculptées luxembourgeoises allant de 1839 aux années 60. «C’est un musée encyclopédique, en quelque sorte. Il ne s’agit pas d’un musée monothématique, comme le MUDAM – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean – ou d’autres musées», précise Michel Polfer.

« Ces maisons elles-mêmes sont des pièces de musée».

L’objectif et la raison d’être du MNHA est de mettre l’accent sur l’archéologie et l’histoire du Luxembourg.  «Le Luxembourg au sens large, non pas selon ses frontières actuelles, mais selon ses frontières historiques», explique Michel Polfer, qui précise que la collection du musée dédiée aux Beaux-Arts est moins ciblée. «Elle s’intéresse au développement de l’art dans ce pays mais aussi à l’échelle internationale». L’année 2007 fut l’une des meilleures années du musée en termes de visiteurs, avec plus de 60 000 entrées, soit une augmentation de 27% par rapport à l’année précédente. Michel Polfer attribue notamment ce succès à l’attention attirée sur le Luxembourg par son statut de Capitale européenne de la culture 2007. Il explique également que le musée a de quoi satisfaire tous les goûts. «Certains visiteurs se dirigent directement vers les sections dédiées à l’archéologie. D’autres visitent l’ensemble du musée, commençant par les étages inférieurs et remontant jusqu’aux étages supérieurs, passant des heures à  47

07_p40_49_MNHA.indd 47

20.11.2008 18:12:36 Uhr


Not to be missed: the sumptuous Muses mosaic. A ne pas manquer: la somptueuse mosaïque aux Muses.

l’intérieur du bâtiment, regardant tout ce qui attire leur regard. D’autres préfèrent les BeauxArts. Pendant de nombreuses années, le musée n’a reçu que peu de visiteurs étrangers mais un changement s’est amorcé récemment», explique Michel Polfer. Ce phénomène est lié selon lui aux expositions ambitieuses organisées par le MNHA, notamment l’exposition Sigismundus, Rex et Imperator de 2006, consacrée à Sigismond de Luxembourg (1387-1437), et deux grandes expositions consacrées au trésor perdu puis retrouvé dans les rivières de la région, notamment l’exposition Barbarenschatz de l’année dernière, et celle de cette année, Moselgold, qui se tiendra jusqu’au 18 janvier 2009. «C’est quelque chose qu’il faut voir absolument», déclare Michel Polfer. «Que vous soyez intéressé par l’histoire ou tout simplement par la beauté de ces objets. De plus en plus de gens extérieurs au Luxembourg viennent ici… uniquement pour visiter les expositions temporaires. Depuis l’ouverture de l’exposition Moselgold, nous avons eu toute une série de groupes venus spécialement pour voir cette exposition. Ces expositions nécessitent un énorme travail de coordination et de logistique de la part du musée», explique Michel Polfer. La prochaine exposition temporaire portera sur l’art du XVIIe siècle, avec des œuvres provenant des collections privées de banques italiennes et ouvrira ses portes en février prochain; suivie, l’année prochaine, d’une rétrospective consacrée à Foni Tissen, un célèbre artiste luxembourgeois. Le musée se veut donc «très ambitieux», comme avec l’exposition Sigismundus, explique Michel Polfer. «Il faut dire que ce musée n’est pas très grand. Nous disposons d’une seule personne

pour la logistique alors que les musées de plus grande importance ont parfois 5 ou 6 personnes chargées de cette tâche. [Avec Sigismundus] tout s’est bien passé, mais nous étions à la limite de nos capacités», explique-t-il. «Mais il y a aussi des avantages à ne pas être un trop grand musée. Nous connaissons personnellement chacun de nos employés et dans les moments de forte pression, ils sont motivés et prêts à travailler dur».

« Il ne s’agit pas d’un musée monothématique. C’est un musée encyclopédique, en quelque sorte».

Tout au long de son histoire, le musée a continuellement été en quête d’espace supplémentaire. C’est aussi l’une des principales priorités de Michel Polfer pour l’avenir, car il doit régulièrement déplacer les expositions permanentes situées au 4e et 5e étage pour laisser la place aux expositions temporaires. Il nous désigne l’atrium du musée: se terminant actuellement en impasse, il pourrait faire le lien avec les anciens tribunaux de district luxembourgeois, maintenant abandonnés, et dont les trois étages pourraient être utilisés par le musée pour exposer des œuvres d’art provenant du Luxembourg. «Il appartient au gouvernement de décider», précise-t-il modestement, mais «ce serait très intéressant pour le   musée». 

48 07_p40_49_MNHA.indd 48

20.11.2008 18:12:39 Uhr


22.11.2008 - 04.01.2009

l ë o N e d s t r ce n o c & s é h c r a m , s e d a r a p , Festivités

www.winterlights.lu WINTERLIGHTS_RENDEZVOUS_230x300.indd 1

11/12/08 8:54:42 AM


Dans les rues, dans les parcs, sur les places, l’art a investi l’espace public. A portée de tous, il prend des formes extrêmement variées, pouvant recou­ rir, selon l’artiste, à une dimension symbolique, politique ou purement poétique. Le photographe Olivier Minaire / Wide a posé son appareil, de jour comme de nuit, devant certaines de ces œuvres et propose de porter un autre regard sur des pièces deve­ nues familières. Une (re)décou­ verte de l’art dans l’espace public autant qu’un véritable travail de précision techni­ que en termes de cadrage ou de lumière.

L’art à l’œuvre Art at work In the streets, in parks, in squares, art has invaded public spaces. Accessible to all, it can take extremely varied forms that can, depending on the artist, have a symbolic, political or purely poetic dimension. The photographer Olivier Minaire / Wide has used his camera day and night to photograph some of these works and offers a different point of view on art works that have become familiar. A (re)discovery of art in public spaces as much as a genuine work of tech­ nical accuracy in terms of framing and light.

50 08_p50_61_portfolio.indd 50

20.11.2008 18:12:06 Uhr


Daniel Buren. D’un cercle à l’autre: Le paysage emprunté. Travail in situ, 2001/2005.

51 08_p50_61_portfolio.indd 51

20.11.2008 18:12:12 Uhr


David Dubois, Chêne à vélo. Arbre, acier, 2006, Mudam.

52 08_p50_61_portfolio.indd 52

20.11.2008 18:12:20 Uhr


Jean-Bernard Métais, L’Onde. Agrégat blanc et gazon, 2007, Fort Lambert.

53 08_p50_61_portfolio.indd 53

20.11.2008 18:12:33 Uhr


Henry Moore, Mother and child. Bronze, 1983/2001, Place des Martyrs.

54 08_p50_61_portfolio.indd 54

20.11.2008 18:12:41 Uhr


Richard Serra, Exchange. Acier, 1996, rond-point ĂŠchangeur Kirchberg.

55 08_p50_61_portfolio.indd 55

20.11.2008 18:12:55 Uhr


Spike, graffiti, route d’Arlon.

56 08_p50_61_portfolio.indd 56

20.11.2008 18:13:05 Uhr


Frank Stella, Sarreguemines. 1993, Hypo-Vereinsbank, Kirchberg.

57 08_p50_61_portfolio.indd 57

20.11.2008 18:13:15 Uhr


Bert Theis, Pavillon Safe and sorry. 2005/2007, Place de l’Europe, Kirchberg.

58 08_p50_61_portfolio.indd 58

20.11.2008 18:13:21 Uhr


Su-Mei Tse, Jean Lou Majerus. Bird cage. 2007, av. JFK, Kirchberg.

59 08_p50_61_portfolio.indd 59

20.11.2008 18:13:28 Uhr


Bernar Venet, Installation 2(x5) Arcs. 2003, siège Arcelor-Mittal, Avenue de la LibertÊ.

60 08_p50_61_portfolio.indd 60

20.11.2008 18:13:34 Uhr


Lucien Wercollier, L’éternel féminin. Marbre, 1960/1974, Parc Tony Neuman.

61 08_p50_61_portfolio.indd 61

20.11.2008 18:13:45 Uhr


Lek Zimmer, Managing Director of three local Thai restaurants. Directrice générale de trois restaurants thaïlandais au Luxembourg.

09_p62_67_inter_community.indd 62

Legende bold A. Legende A xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx. Legende B xxxxx xxxxx

20.11.2008 18:17:06 Uhr


International Community 162 nationalities live in Luxembourg, including 300 Thai 162 nationalités vivent à Luxembourg, dont 300 Thaïlandais

Thai Smiles Texts: Deborah Fulton Anderson. Photos: Andrés Lejona

L

uxembourg’s Thai women have retained the characteristic charms of their home country: polite to a fault, hospitable by nature and when it comes to friends and strangers alike - a smiling poise no matter what. “We think of ourselves as discreet, polite and yes – we smile. It is mai pa rai as we say, which roughly translates to Never mind- It’s Ok!, so we are more happy-go-lucky than other Asians, I think.” While gracious and smiling, Lek Zimmer is also a proven dynamo in the competitive Luxembourg restaurant business. She is the managing director of three Thai restaurants, including the well known Celadon (Centre-Ville) and Thailand (Belair), where Zimmer offers her customers haute cuisine in an elegant setting. A third, Asie Gourmande in the Galerie d’Auchan, is more informal. All are under her careful supervision. She confesses to working 14-hour days. “I am constantly researching new dishes, new means of presentation. After 22 years in this business, I am now inspired to introduce more exotic and inventive cuisine!” Sometimes this includes a fusion of Chinese and Thai, and other times she uses local ingredients to create an unusual combination. “It’s all about revitalizing the old and creating something new.” Her inspiration is international. “In Hong Kong I tasted the most wonderful dish - the presentation, right down to the colour, was so impressive!” A native of Bangkok, it was there that Zimmer started in the culinary trade, working in the catering department of the 5-star Dust Thani hotel. “It was like running five restaurants at once.” Meeting her Belgian husband eventually 

Thailand Party Local Sounds from out there FOR MORE INFORMATION Royal Thai Embassy to Belgium, Luxembourg and the European Communities HE, Mr. Pisan Manawapat, Ambassador 2, Square du Val de la Cambre, 1050 Brussels, Belgium T +32 2 640 68 10 , F+32 2 648 30 66 ABOUT THAILAND Population: 65.493.296 (July 2008 est.) Location: Southeast Asia bordering Burma, Cambodia, Laos and Malaysia Capital: Bangkok Government: Constitutional monarchy National Day: 05 December (1927) Birthday of the King Chief of State: King Phumiphon Adunyadet Head of government: Prime Minister Somchai Wongsawat

Come celebrate each month’s featured country in RendezVous! Sample the culture and cuisine, and dance to the rhythms of the national beat. The party starts at Exit 07 at the CarréRotondes and you are invited – all ages and nationalities welcome. Read it here, dance it there. Every month, a different country. Come celebrate Iceland in January! CarréRotondes, Bar Exit07 Thursday, 27/11, 9 pm. Feature country: Thailand 1, rue de l’Aciérie, Luxembourg T 26 62 20 07, W www.rotondes.lu Info: Steph Meyers, E steph.meyers@rotondes.lu

63 09_p62_67_inter_community.indd 63

21/11/08 13:43:08


Kanokwan Kunanopparat, IT specialist, Buddhist and mother of two. Informaticienne, bouddhiste et mère de deux enfants.

Asian Spirit

Esprit d’Asie

“What I love about Bangkok is that everything is mixed up – every turn is full of surprises. One street is Chinese, across the way it is Indian... you don’t know what is coming next!” Kanokwan Kunanopparat was working as an IT specialist in her home city of Bangkok when she met her Italian husband. After initially moving to Torino, her first taste of European culture, they have settled in Luxembourg with their two young daughters. “One day I cook Thai, the next day, Italian!” Kanokwan seems to have taken all the changes in her life in stride. “A lot has changed. But what is inside – that has not changed.” She misses the simple daily rituals of her life in Bangkok, like offering food to the local Buddhist monks and receiving blessings in return. Kanokwan hopes her children will absorb both Asian and European influences. “Here they can learn the practical, the organized way of thinking. But I also want them to have the Asian spirit. As parents, we must show them by example to have good manners – this says more than anything.”

«Ce que j’aime à Bangkok, c’est que tout est mélangé - chaque coin de rue est plein de surprises. Une rue peut être chinoise, la rue transversale, indienne... Vous ne savez jamais à quoi vous attendre!». Kanokwan Kunanopparat a travaillé comme informaticienne dans sa ville natale de Bangkok où elle a rencontré son mari italien. Après un premier passage à Turin, sa première expérience de la culture européenne, le couple s’est installé à Luxembourg avec ses deux petites filles. «Un jour, je cuisine thaïlandais, le lendemain, italien!». Kanokwan semble avoir bien accueilli tous les changements intervenus par la suite dans sa vie. «Beaucoup de choses ont changé. Mais ce qui est à l’intérieur – ça, ça n’a pas changé». Elle regrette les rituels quotidiens simples de sa vie à Bangkok, comme le fait d’offrir de la nourriture aux moines bouddhistes locaux et recevoir leur bénédiction en retour. Kanokwan espère que ses enfants assimileront à la fois les influences asiatiques et européennes. «Ici, ils peuvent acquérir un mode de pensée pratique et organisé. Mais je veux qu’ils aient également un état d’esprit asiatique. En tant que parents, nous devons par exemple leur apprendre à avoir de bonnes manières – la politesse, cela fait tout».

  led her to Luxembourg some 25 years ago. She returns to Bangkok regularly to visit family, attend trade fairs and buy specialty items for her restaurants. From porcelain plates to tea trays, Zimmer gives meticulous attention to every detail. She holds up a new lotus-design dinner plate: “I go directly to the factories in Bangkok to see for myself that the quality is perfect, and also to get new ideas.” Lek Zimmer explains that the essence of Thai cuisine is combining the herbs and spices used in Chinese, Indian, and Asian dishes and adapting it to Thai tastes. “We get bored very easily!” she says, smiling. Thai cuisine is one example of the many cultural influences in the country’s 800-year history. China, Malaysia and Britain may have shaped its development, but the Kingdom of Thailand has always retained its independence. It is the only country in Southeast Asia never to have been colonized. The country’s name changed from Siam to Thailand in 1939, after transitioning from an absolute to a constitutional monarchy. The present King is descended from a long dynasty - the Chakri - and is greatly revered, with celebrations this month of his birthday that include mass displays of yellow (from clothing to the national flower, golden shower) in abundance. The Grand Duke has made several state visits to Thailand and the two countries have held diplomatic ties for almost 50 years. Luxembourg has offered financial support to reforestation projects in the country, and continues to expand its economic ties. BeLuThai, for example, the Belgian-Luxembourg-Thai Chamber of Commerce, was created in 1993 to garner business opportunities. Lek Zimmer confirms that she has received a lot of entrepreneurial support in Luxembourg. “At first it was difficult. I was a bit naïve and it took at least five years for our first restaurant, Thailand, to be truly established.” She smiles. “By the time we opened Celadon in 1991, I was no longer naïve.” Zimmer has expanded her restaurant’s services to include catering, Thai cooking classes and even corporate team-building workshops, Thai style. She is also proud of the annual Thai culinary festival – Ramayana – that she herself introduced five years ago. “I want to put something of the Thai culture into Luxembourg. Ramayana combines the masked drama of an epic story, well-loved in my country, with elements of music and dance – as well as wonderful cuisine!” Celadon, 1 rue du Nord, Centre-Ville, T 47 49 34 Thailand, 72 Ave Gaston Diderich, Belair, T 44 27 66

64 09_p62_67_inter_community.indd 64

20.11.2008 18:17:11 Uhr


Sourires thaï L

es Thaïlandaises du Luxembourg ont conservé le charme caractéristique de leur pays d’origine: polies à l’excès, accueil­ lantes par nature, elles conservent en toutes circonstances – en présence d’amis comme d’étrangers – le même sang-froid en souriant. «Nous nous considérons comme discrets, polis et, c’est vrai – nous sourions. C’est mai pa rai, comme on dit, ce qui se traduit plus ou moins par C’est bon, pas de problème! Nous sommes plus insouciants que les autres Asiatiques, je pense». Bien que gracieuse et souriante, Lek Zimmer joue pourtant un rôle de leader dans le secteur concurrentiel de la restauration luxembourgeoise. Elle dirige trois restaurants thaïlandais, dont le célèbre Celadon (Centre-ville) et le Thailand (Belair), où elle propose à ses clients une cuisine haut de gamme dans un cadre élégant. Son troisième restaurant, Asie Gourmande, situé dans la galerie marchande d’Auchan, est plus décontracté. Tous ces établissements font l’objet de sa surveillance attentive. Elle admet travailler quatorze heures par jour. «Je suis constamment à la recherche de nouveaux plats, de nouvelles présentations. Après 22 ans dans ce secteur, j’ai maintenant envie de proposer une cuisine plus exotique et plus inventive!». Elle associe parfois cuisine chinoise et thaïlandaise ou utilise des ingrédients locaux pour créer des associations originales. «Il s’agit avant tout de redonner une nouvelle vie aux anciennes recettes et de créer quelque chose de nouveau». Son inspiration est internationale. «C’est à Hong Kong que j’ai pu goûter aux plats les plus délicieux, la présentation, jusque dans le choix des couleurs, était vraiment remarquable!». C’est à Bangkok, sa ville d’origine, que Lek Zimmer a débuté sa carrière dans le domaine de la gastronomie en travaillant au service restauration de l’hôtel 5 étoiles Dust Thani. «C’était comme diriger cinq restaurants à la fois». La rencontre avec son mari belge la conduit finalement à s’installer à Luxembourg, il y a 25 ans. Elle retourne à Bangkok régulièrement pour rendre visite à sa famille, assister à des salons professionnels et acheter des spécialités pour ses restaurants. Des assiettes en porcelaine aux plateaux à thé, elle apporte une attention méticuleuse au moindre détail. Elle montre une assiette au motif de lotus: «Je me rends directement  

Ponipa Chiya, Sawasdee Café.

New Beginnings

Un nouveau départ

Ponipa Chiya comes from Chiang Mai, the “Rose of the North” in the mountainous province of Thailand. It is famous for its orchids, nature parks and an annual festival of lights where thousands of lanterns are set adrift in the canals of the city. “I talk to my daughter about Thailand, the culture and traditions. I left sixteen years ago and I still miss my family there.” Ponipa is one of the friendly staff of the popular Thai café Sawasdee in Bonnevoie. If she misses the fertile valleys of Chiang Mai, where up until a few years ago elephants were still used for logging – she is pragmatic about her choice to immigrate to Luxembourg. “The benefits are so much better – especially for education. A child born here is an automatic linguist!” She speaks Thai to her daughter and is proud of her Thai heritage (Sawasdee is filled with pictures of the popular, long-reigning King of Thailand). The Thai festival of lights signifies new beginnings. Ponipa seems to have found hers in Luxembourg. Sawasdee Café 20, rue du Verger, Bonnevoie T 26 12 39 08

Ponipa Chiya vient de Chiang Mai, la «Rose du Nord», située dans la province montagneuse de la Thaïlande. La région est célèbre pour ses orchidées, ses parcs naturels et sa fête des lumières annuelle où les habitants laissent flotter des milliers de lanternes sur les canaux de la ville. «Je parle de la Thaïlande, de sa culture et de ses traditions à ma fille. J’ai quitté ce pays il y a seize ans et ma famille restée là-bas me manque toujours». Ponipa fait partie du personnel très accueillant du populaire café thaï Sawasdee de Bonnevoie. Bien que les vallées fertiles de Chiang Mai lui manquent, vallées où il y a quelques années seulement les éléphants étaient encore utilisés pour l’exploitation forestière - elle reste pragmatique quant à son choix d’immigrer au Luxembourg. «Les avantages sociaux sont beaucoup plus intéressants - en particulier en matière d’éducation. Un enfant né ici est forcément un bon linguiste!». Elle parle thaï à sa fille et est fière de son patrimoine thaïlandais (le Sawasdee est rempli de photos du très populaire roi de Thaïlande, au règne exceptionnellement long). La fête thaïlandaise des lumières symbolise un nouveau départ. Ponipa semble avoir décidé de prendre le sien à Luxembourg. .

65 09_p62_67_inter_community.indd 65

20.11.2008 18:17:13 Uhr


Thanaporn Suwanarit, Jewellery designer and Co-manager of Thai Stand, International Charity Bazaar. Créatrice de bijoux et co-responsable du stand thaïlandais à l’International Charity Bazaar.

Thai Stand Smiles When Thanaporn (Keng) Suwanarit first arrived in Luxembourg, she was amazed to hear someone speaking Thai in a local café. “I introduced myself to this nice woman, and to this day we still remember each other’s birthdays!” Trained as a physiotherapist in Thailand and a natural beauty consultant in Sydney (where she met her Italian husband), Keng now focuses her energies on designing jewellery. “I always dreamed of doing this.” Keng also keeps her connection to her home city of Bangkok, where she returns to purchase a wide array of items for the Thai stand at Luxembourg’s annual International Charity Bazaar. “The open market in Bangkok is the biggest in Thailand and you can find specialty products from all parts of the country.” Silk scarves, tea trays, Thai cuisine and Keng’s own uniquely crafted jewellery are all popular at the Bazaar. Visitors to the Thai stand are always met with a smile. “It is a politeness,” Keng confirms.

Sourires au stand thaïlandais Quand Thanaporn (Keng) Suwanarit est arrivée pour la première fois au Luxembourg, elle a été étonnée d’entendre quelqu’un parler thaï­ landais dans un café local. «Je me suis présentée à cette femme très sympathique, et encore aujourd’hui, nous continuons de nous souhaiter mutuellement nos anniversaries!». Ayant suivi une formation de kinésithérapeute en Thaïlande et travaillé comme consultante dans le domaine de la beauté à Sydney (où elle a rencontré son mari italien), Keng consacre désormais son énergie à la création de bijoux. «J’ai toujours rêvé de faire ça». Keng conserve également un lien avec sa ville natale de Bangkok, où elle retourne pour acheter une grande variété d’articles pour le stand thaïlandais de l’International Charity Bazaar annuel du Luxembourg. «Le marché de plein air de Bangkok est le plus important de Thaïlande et on y trouve des produits artisanaux provenant de toutes les régions du pays». Les écharpes en soie, les plateaux à thé, les produits gastronomiques thaïlandais mais aussi les bijoux artisanaux créés par Keng sont des articles très populaires du Bazaar. Les visiteurs du stand thaïlandais sont toujours accueillis par un sourire. «C’est simplement de la politesse», confirme Keng.

  dans les usines de Bangkok pour contrôler par moi-même que la qualité est vraiment parfaite, et aussi pour trouver de nouvelles idées». Lek Zimmer explique que l’essence de la cuisine thaï est de combiner les fines herbes et les épices utilisées dans la gastronomie chinoise, indienne et asiatique pour l’adapter aux goûts thaïlandais. «Nous nous lassons très facilement!» dit-elle en souriant. La cuisine thaïlandaise est un exemple des nombreuses influences culturelles subies par ce pays au cours de ses 800 ans d’histoire. La Chine, la Malaisie et la Grande-Bretagne ont certes façonné son développement, mais le Royaume de Thaïlande a toujours conservé son indépendance. C’est le seul pays d’Asie du Sud-est à n’avoir jamais été colonisé. En 1939, le pays, alors appelé Siam, prend le nom de Thaïlande en passant d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle. Le roi actuel est l’héritier d’une longue dynastie – les Chakri – et est très respecté, les célébrations organisées ce mois-ci pour son anniversaire étant marquées par une profusion de jaune (des vêtements à la fleur nationale, l’orchidée jaune). Le Grand-Duc a fait plusieurs visites d’Etat en Thaïlande et les deux pays entretiennent des relations diplomatiques depuis près de 50 ans. Le Luxembourg soutient financièrement les projets de reboisement du pays et continue de développer ses liens économiques entre les deux pays. BeLuThai, la Chambre de Commerce belge, luxembourgeoise et thaïlandaise, par exemple, a été créée en 1993 pour développer les opportunités commerciales entre ces pays. Lek Zimmer confirme avoir reçu beaucoup de soutien de la part du Luxembourg lors du lancement de son entreprise. «C’était difficile au début. J’étais un peu naïve et il a fallu au moins cinq ans pour que notre premier restaurant, Thailand, se mette véritablement en place». Elle sourit. «Mais quand nous avons ouvert le Celadon en 1991, j’avais perdu ma naïveté». Lek Zimmer a élargi son activité de restauration pour y inclure des services de traiteur, des cours de cuisine thaï et même des ateliers de renforcement de l’esprit d’équipe à destination des entreprises, à la manière thaïlandaise. Elle est également fière du festival annuel de cuisine thaï – Ramayana – qu’elle a lancé il y a cinq ans. «Je tiens à apporter un peu de la culture thaïlandaise au Luxembourg. Ramayana combine le drame masqué épique, que nous aimons beaucoup dans mon pays, avec de la musique et de la danse ­–­et aussi une merveilleuse gastronomie!»

66 09_p62_67_inter_community.indd 66

20.11.2008 18:17:14 Uhr


croix-rouge luxembourgeoise

Luttons ensemble contre les crises de la vie

Soutenez l’action de la Croix-Rouge

CR_012_INS_RV_NOV08.indd 1 hori RDV .indd 1

Faites un don : > CCPL LU52 1111 0000 1111 0000

www.croix-rouge.lu

21/11/08 14:01:55 21/11/08 14:17:04


Il est temps de se prĂŠparer Ă  dĂŠvaler les pistes de ski avec un moniteur du Service des Sports. It is time to get ready to ski down the pistes with a monitor of Service des Sports.

10_p68_71_sports.indd 68

21/11/08 13:33:53


Sport

Tout schuss! Texte: Anne Fourney. Photos:Julien Becker

L

a saison d’hiver se profile nettement à l’horizon, il est plus que temps de se préparer physiquement à dévaler les pistes enneigées. Une nécessité pour tous, sportifs accomplis et occasionnels, permettant en outre d’éviter les blessures. Le point sur la préparation au ski avec Romain Engels, de Sports pour Tous et ancien moniteur de ski. Pourquoi se préparer au ski? Pour éviter de se faire mal. Beaucoup de gens sous-estiment ce point capital qu’est la préparation physique. Il faut bien réaliser qu’en général, on skie toute la journée, ce qui représente tout de même au moins cinq heures d’intense sollicitation physique quotidienne! Chaque hiver, de nombreux vacanciers se blessent plus ou moins gravement en raison d’un défaut de préparation physique. Statistiquement, le troisième jour est toujours le plus dangereux. Le premier jour on pratique un ski prudent; le second jour on sent la fatigue et le jour suivant c’est l’excès de confiance mêlé à une grosse fatigue. En quoi consiste cette préparation? Le matériel doit être contrôlé et entretenu chaque année. Pour la condition physique, la préparation doit commencer trois mois avant les vacances. Il faut travailler le souffle. Avec l’altitude, on s’essouffle plus vite. On développe

sa force musculaire, la souplesse, l’équilibre et les réflexes. Le travail des jambes et de la ceinture abdominale est naturellement très important, surtout pour le snowboard et le ski de descente. Pour le ski de fond, c’est surtout l’endurance qui prime. Quels types d’exercices comporte la préparation permettant d’aborder les sports d’hiver en toute sécurité? Pour le ski de fond, un jogging régulier et un peu de gymnastique pour la souplesse seront suffisants. Pour le snowboard et le ski de descente, des exercices très spécifiques existent. Le jogging est toujours une bonne chose pour le souffle. Lors des cours proposés par Sports pour Tous, on reproduit les mouvements que l’on fait à ski, indoor et en musique. Certains enseignants travaillent avec des agrès, d’autres non. Des séances spécifiques de stretching sont aussi au programme. Le bon rythme: deux à trois entraînements par semaine. Et une fois sur les pistes? Ne pas négliger l’échauffement chaque matin! Et quelques étirements en fin de journée seront toujours les bienvenus. Pour l’alimentation, on peut privilégier les hydrates de carbones et les sucres lents; comme les pâtes, qui sont toujours recommandés en cas d’efforts prolongés.

Ski/fitness Les cours: Ils sont dispensés tous les soirs en différents endroits de la ville, d’octobre à mars. Le reste de l’année, il est possible de suivre l’entraînement fitness, bonne continuité de cette préparation spécifique aux sports d’hiver. Lundi: 18h30 et 20h Hall omnisports de Hamm, rue de Hamm, 20h15: stade Josy Barthel, route d’Arlon, 20h: Hall sportif de Merl, 62, boulevard M. Cahen. Mardi: 20h, Hall omnisports de Kiem, 40, boulevard Pierre Frieden. Vendredi: 20h15, Hall omnisports de Kiem, 40 boulevard Pierre Frieden. Tarifs: Pour les habitants de la ville de Luxembourg: 30 euros par cours et par saison, 110 euros le passe-partout (accès à tous les cours pendant une saison selon certains critères: se renseigner). Pour les habitants des autres communes: 60 euros par cours et par saison, 220 euros le passe-partout. Infos: Service des Sports de la Ville, T 47 96 25 83

69 10_p68_71_sports.indd 69

20/11/08 18:13:18


Full speed ahead! T

he winter season is rapidly looming on the horizon; it is high time to physically prepare for the snowy slopes. A necessity for all, whether an experienced or an occasional skier, to avoid any injury. Update yourself on skiing preparation with Romain Engels, from Sports pour Tous (Sports For All) and a former ski instructor. Why prepare for skiing? To avoid being hurt. Many people underestimate the crucial point of physical preparation. In general, you ski all day, which is at least five hours of daily intense physical exercise! Each winter, many holidaymakers are more or less seriously injured due to a lack of physical preparation. Statistically, the third day is always the most dangerous. The first day, you ski carefully, the second day you suffer from fatigue and the following day, over-confidence mixed with a high tiredness can cause an injury.

Une mise en condition physique générale. A general physical preparation.

La préparation, un atout

Preparation, an asset

La préparation offerte par Sports pour Tous est une mise en condition physique générale et une préparation spécifique à la pratique des disciplines de sports d’hiver, notamment le ski alpin, le ski de fond, le patinage, le curling… Elle permet une amélioration de la capacité cardio-pulmonaire par des exercices réguliers en endurance aérobie. Une bonne préparation réduit les risques de blessures par la pratique des exercices d’étirements et d’assouplis­sem­ents, surtout au niveau des ligaments et des articulations exposées, notamment celles du genou. Ce renforcement musculaire vise à développer le quadriceps et les muscles ischio-jambiers.

The preparation offered by Sports pour Tous is a general fitness and specific preparation programme for practicing winter sports, including alpine skiing, cross-country skiing, skating, curling... It better develops the cardio-pulmonary capacity by regular exercise in aerobic endurance. Good preparation reduces the risk of injury by doing stretching and warming up exercises, especially for ligaments and exposed joints, including the knees. This muscular strengthening aims at developing the quadriceps and hamstrings.

What does this preparation consist of? The equipment must be checked and maintained each year. For fitness, the preparation must begin three months before your holiday. You have to train for breathing at altitude, where you become short of breath more easily. You must develop muscular strength, suppleness, balance and reflexes. Work on the legs and the abdomen is naturally very important, especially for snowboarding and downhill skiing. For cross-country skiing, it is mainly endurance that is premium. What types of exercises are included in the preparation for practicing winter sports safely? For cross-country skiing, regular jogging and some gymnastics for suppleness will be sufficient. For snowboarding and downhill skiing, there are very specific exercises. Jogging is always a good thing for breathing. During the courses offered by Sports pour Tous, we reproduce the movements, indoors and with music, that one does while skiing. Some teachers work with gym apparatus, others do not. Specific stretching sessions are also in the programme. The good rhythm: two to three training sessions per week. And once on the piste? Make sure you warm up every morning! Some stretching at the end of the day will always be advisable. Regarding food, focus on carbohydrates and slow sugars, like pasta, which are always recommended in the case of prolonged exercise.

70 10_p68_71_sports.indd 70

20/11/08 18:13:27


De 9h à 23h, appelez le bus où vous voulez à Luxembourg-ville.

97BB78KI

- entre 9h et 23h (lu-sa) à partir du 1er novembre - numéro à appeler : 4796-4797 - appel du bus 45 minutes avant votre départ souhaité - 5 € / trajet pour la 1ière personne, 2,5 € à partir de la 2e personne - réduction pour les détenteurs de la City-Kaart

www.vdl.lu

000000_VDL_an_callabus_230x300_22h.indd 1

17/10/08 16:07:56


1RDV.indd 1

20/11/08 12:45:01


Highlights Spectacles Concerts, danse, théâtre, opéras...

Cinéma

Photo: Fabrizio Maltese

L’actualité à la Cinémathèque. Les sorties dans les salles de cinéma de la capitale.

74 Interview: Andy Bausch 76 Winter Lights 98 Traffo_Chrëschtdeeg

116 Marxism Reloaded 122 Caos calmo 124 Interview: Antonello Grimaldi

Expositions Photo: Donovan Wyrsch, Aarau (CH)

Musées, galeries, institutions...

102 Glaubenssache – Question de foi

City Agenda Pocket Guide

Retrouvez tous les rendez-vous culturels également dans le City Agenda

Préventes POUR LES SPECTACLES DANS LES LIEUX SUIVANTS Conservatoire de la Ville de Luxembourg, Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg, Théâtre des Capucins, Théâtre National du Luxembourg, Luxembourg City Tourist Office, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Solistes Européens Luxembourg, CCRN − Abbaye de Neumünster LUXEMBOURG TICKET T 47 08 95 1, Lu-ve 10-18h30, www.luxembourg-ticket.lu CONCERTS DEN ATELIER www.atelier.lu AUTRES www.e-ticket.lu 73

11_1_p_72_73_highlights_sommaire.indd 73

20.11.2008 16:10:42 Uhr


Highlights Spectacles

Spectacles

Thierry van Werveke.

74 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 74

20.11.2008 18:16:21 Uhr


Spectacles Highlights

Interview

Trompe-la-mort Propos recueillis par Alexis Juncosa. Photo: Fabrizio Maltese

R

éalisé dans l’urgence, suite à la condam nation par le corps médical de son acteur fétiche, le docu-fiction d’Andy Bausch sur celui qui est également son ami, Thierry van Werveke, est devenu, plus qu’une rétrospective particulièrement riche, l’histoire d’un sursis. Un projet forcément riche en émotions. Vous avez, depuis les années 80, réalisé une quinzaine de projets avec Thierry van ­Werveke. Décider de réaliser, en apprenant sa maladie, un documentaire sur sa carrière, fut une décision facile à prendre? Pas du tout. J’ai tout d’abord été pris de panique à l’idée de cette échéance. On venait de lui apprendre que sans greffe du foie, il ne lui resterait que quelques mois à vivre. J’y ai longuement réfléchi, puis je me suis dit qu’il n’y aurait, finalement, personne le connaissant aussi bien que moi pour le faire, personne aussi, peut-être, capable de le faire s’exprimer assez librement. J’ai alors du prendre mon courage à deux mains pour lui soumettre l’idée. Il a ri et a instantanément compris mon intention, et le fait qu’elle soit conditionnée par l’urgence de sa situation. Vous avez, ensemble, accompli un long chemin ensemble. Vous avez signé des courts et des longs-métrages, des films en direction de la télévision… Parler de lui, cela signifiait donc également parlez de vous… C’est Françoise, ma femme, qui m’a fait remarquer, au terme du premier pré-montage, que seulement quelques-uns de mes films étaient évoqués, que ce n’était donc pas fidèle à la carrière de Thierry. C’est un obstacle qu’il fallut contourner, et ce ne fut pas chose facile car je n’aime pas parler démesurément de moi. Mais effectivement, nous avons un peu grandi ensemble, nous nous sommes respectivement nourris, on ne pouvait occulter cette partie de son cheminement. Voilà pourquoi, pour la première fois,

je me suis retrouvé interviewé par Paul Thiltges dans l’un de mes films. Ce fut forcément un moment très spécial. Beaucoup de choses se sont passées durant ce tournage. D’abord condamné, Thierry a finalement bénéficié, en Allemagne, d’une greffe, on le retrouve aujourd’hui sur les planches… Ces rebondissements sont visibles à l’écran? Forcément. Lors des premières interviews, il était au plus mal. Il était avachi sur son canapé, le visage marqué par la maladie, il souffrait. Puis il y eut cette opération, qui n’aurait pas été possible sans l’immense travail entrepris par sa femme, Danielle, qui est allée chercher une solution à l’étranger, alors qu’on lui avait affirmé qu’elle serait trop dangereuse et qu’il fallait se résoudre à une issue fatale. Il a été sauvé, vraiment ‘5 minutes avant midi’. Ce n’est que des semaines après son opération que l’on a su que tout se passait bien, notamment que le corps ne générait pas de rejet. C’est quelque chose qui se ressent à l’image, on le voit reprendre vie au fil des interviews. Ces entretiens furent longs, très intenses, mais beaucoup de choses très fascinantes en ressortent. Thierry a déjà connu plusieurs vies, au travers d’un parcours incroyablement atypique. Comment avez-vous réussi à organiser les différents chapitres de son existence? Le premier s’appelle Thierry la terreur et parle de son enfance tumultueuse à Genève. Puis il y eut Les années rebelles; ce n’est pas un secret, il était alors ce que l’on appelle un vrai marginal, avec tout ce que cela implique en matière de consommation de stupéfiants, d’alcool… Avant que l’on arrive à cette gueule faite pour le grand écran. Je reviens ensuite sur sa carrière rock, sur son impressionnant parcours dans le cinéma, tant au Lux­embourg qu’en Allemagne, en Belgique ou en Autriche… Il y a tant de choses à dire avant d’évoquer ce qu’il est aujourd’hui, cet acteur capable d’enchaîner, malgré tout, les projets théâtraux.

Ce fut aussi une aventure aussi côté production… On a fait les deux tiers du film sans le moindre budget. On savait que l’on toucherait des financements, mais on n’avait aucune idée de la date de leur arrivée. Nous avons, de fait, opté pour des tournages véritablement low cost. Mais cela colle bien avec l’ensemble de ce que nous avons collecté. Thierry a fait 85 films, nous avons utilisé des extraits de 45 films. Certains sont de super qualité, en 35 mm, d’autres sont des extractions de cassettes VHS, de bobines 8mm… C’est un choc côté qualité d’image, mais cela a son charme. Thierry vient de fêter ses 50 ans, est-ce finalement un cadeau que vous lui faites? J’aime bien, dans mes documentaires, m’attaquer à la complexité des personnages que je traite, à leur ambivalence. Je suis intéressé par les pionniers, dont Thierry fait incontestablement partie. Il fut le premier vrai punk du pays, le premier acteur de cinéma officiel – , à l´exception de quelques rares acteurs ayant fait carrière dans les années 40 et 50 – … Mais je n’ai trouvé personne pour dire du mal de lui, pour se prêter à une contre-argumentation. ça en dit long sur ce personnage vraiment hors du commun.

Documentaire

o Sortie le 28/11/08 i Utopolis, Luxembourg. Starlight, Dudelange q Inthierryview, a film by Andy Bausch, a PTD production, 2008, 105mn. With Thierry van Werveke, Buket Alakus, Andy Bausch, Claude Bertemes, Moritz Bleibtreu, Frank Feitler, Ender Frings, Jupp Guddenburg, Michael Haneke, Josée Hansen, Simone Hilbert, Frank Hoffmann, Paul Hoffmann, Mechthild Holter, Danielle Igniti, Roger „biba“ Jost, Jean-Claude Kiefer, Fernand Kloster, Dan Kries, Sascha Ley, Marc Limpach, André Mergenthaler, Josiane Peiffer, Georges „pipo“ Petro, Til Schweiger, Danielle van Werveke….

75 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 75

20.11.2008 18:16:22 Uhr


Highlights Spectacles F e s ti va l

Winter Lights

Les Winter Lights vont ponctuer la période des fêtes de fin d’année.

Regroupant l’ensemble des animations et des événements se déroulant pendant la période hivernale, le festival Winter Lights offre une promenade aventureuse et savoureuse à travers la ville de Luxembourg. La Capitale se pare de mille feux et de milliers de couleurs scintillantes pour Noël. Sur tout le territoire de la ville, les Winter Lights vont ponctuer la période des fêtes de fin d’année. Comme il est de tradition, les chalets bigarrés et décorés par les artisans s’installent sur les places publiques. La Place d’Armes et la Place de Paris vont prêter leur cadre aux traditionnels marchés de Noël et, cette année, un marché typique finlandais investit le Knuedler proposant de découvrir les traditions, la gastronomie et l’artisanat de la Finlande. La traditionnelle crèche prendra place au coin de la Places d’Armes et de la rue du Curé et les dons permettront de venir en aide à la Fleegestatioun fir wëll Déeieren, le centre de soin pour la faune sauvage. Les plus petits ont un programme qui leur est tout particulièrement dédié. D’abord le dimanche 30 novembre avec le cortège de Saint Nicolas qui s’offre un défilé à travers la ville et

accueillera les enfants également sur le marché finlandais, mais également avec un programme spécial mis en place par le Capel. Les Winterkids, animations et jeux pour enfants (scolaires et familles), abrités sous un chapiteau érigé sur Place Guillaume II, seront ouverts gratuitement à tous les enfants, y compris les samedis et dimanches. Des ouvertures dominicales pour ceux qui souhaitent faire leurs derniers achats de fêtes sont également programmées (le 30/11, 14/12 et 21/12). Les musées, les théâtres et autres institutions culturelles consacrent également une bonne partie de leurs créations à la période des Winter Lights. A voir ainsi, toute une série de concerts gratuits Place d’Armes, des pièces, des opéras ou des ballets et une programmation plus destinée au jeune public, qui se succèdent à un rythme impressionnant pour le bonheur de tous. Fête

o Jusqu’au 4/01/09 i Luxembourg ville w Programme détaillé: www.winterlights.lu

Place d’Armes

Concerts publics o 28/11 u 17h: Jimmy Wagner & Friend. u 18h: Chorale Grennesch Spatzen. u 19h: Jimmy Wagner & Friends.

u 14h: Roland Rech & his romantic panflute. u 16h: Ensemble Mida. u 18h: Ensemble Brillante.

o 29/11 u 11h:Trio Classico. u 16h: Harmonie des Jeunes Remich. u 18h: Quintette de cuivres Vittorioso.

o 07/12 u 14h: International School of Luxembourg.

o 30/11 u 14h: Saxitude. u 16h: Chorale ATSO d’Aumetz. u 18h: Roland Rech & his romantic panflute. o 03/12 u 16h: St George’s International School. u 18h: Ensemble Alles Blech. o 04/12 u 16h: Duo Joy and Tears. u 18h: Fanfare Municipale Neudorf-Weimershof. o 05/12 u 18h: Jimmy Wagner & Friends. o 06/12 u 11h: Trio Classico.

o 10/12 u 18h: Chorale Princesse M.-Astrid Mondercange. o 11/12 u 16h: TRAMSMUSEK. u 18h: Chorale Prélude d’Habbaye. o 12/12 u 18h: Chorale Ste-Cécile Roodt/Syr. o 13/12 u 11h: Fanfare Niederdonven. 14h:Trio Classico. u 16h: EnsembleCJ Acoustics. u 18h: Ensemble Brillante. o 14/12 u 14h: Communautés Portugaises du Luxembourg. u 16h: Chorale Ste Odile

Sélange. u 18h: Roland Rech & his romantic panflute. o 15/12 u 17h: Five Star Brass USAF. u 18h: Harmonikasfrënn Letzebuerg. o 17/12 u 14h: Ardenner Chrëschtmatinée. u 16h:Roland Rech & his romantic panflute. 18h: Ensemble Belarus. o 18/12 u 16h: Weihnachten für Kids mit Thomas Rothkranz. o 19/12 u 16h: Chorale Princesse M.-Astrid Mondercange. u 18h: Ensemble Music Factory. o 20/12 u 11h: Ensemble Mida. u 14h: Ensemble Brillante. u 16h: Chorale Sang & Klang Pfaffenthal. u 18h: The Christmas Tree Singers.

o 21/12 u 14h: Roland Rech & his romantic panflute. u 17h: Harmonie St Pierre d’Ethe. u 18h: Musikverein Saarburg. o 22/12 u 18h: Fanfare Grand-Ducale Clausen. o 23/12 u 16h: Fanfare Royale Grand-Ducale. u 18h: Ensemble Alles Blech. o 24/12 u 14h: Olivio Pagliarini Jazz Trio.

76 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 76

20.11.2008 18:16:30 Uhr


Spectacles Highlights

Di Xiao. Patricia Petitbon. H a r n o n c o u rt / P e ti b o n

Concentus Musicus Wien

Ri s i n g s ta r

Di Xiao

Nul besoin de décor ni de mise en scène pour la soprano française Patricia Petibon qui n’a pas son pareil pour exprimer les traits de caractères et humeurs contrastés des héroïnes d’opéra et autres grands airs de concerts de Haydn ou de Mozart. Au prestigieux Concentus Musicus Wien sous la direction de Nikolaus Harnoncourt, avec la Symphonie Hob I:59 Le Feu de Haydn initialement conçue comme interlude d’entracte à la pièce de théâtre intitulée Feuersbrunst (embrase­ment) et la grande Symphonie Hob I:92 Oxford inaugurant en 1791 la première saison londonienne du compositeur. Le Concentus Musicus Wien donne ensuite la réplique à Patricia Petibon endossant avec humour et raffinement les rôles de Flaminia dans l’opera buffa Il Mondo della Luna de Haydn, sur un livret de Carlo Goldoni, joué au carnaval de Venise en 1750, ou de la ô combien mozartienne Zaïde du Singspiel du même nom, l’esclave chrétienne amoureuse de Gomatz n’ayant aucun scrupule à susciter la colère du sultan.

La seconde jeune grande interprète sélectionnée pour faire partie du prestigieux cycle Rising stars 2008/09 (désignés par les salles de l’ECHO – European Concert Hall Organisation) est la pianiste Di Xiao. Née en Chine en 1980 et formée à Guangzhou, Odessa, Pekin et enfin Birmingham, elle a remporté en 2006 son Prix de piano au Conservatoire ainsi que le célèbre Symphony Hall Prize, séduisant la presse et le public par son enthousiasme. Limpide et d’apparence modeste, la Sonate en fa majeur KV 332 n’en contient pas moins un brillant allegro assai à la virtuosité étincelante. Di Xiao l’enchaîne à quelques poétiques préludes de Chopin et au monument qu’est la Quatrième Ballade (1842) avant d’attaquer le chef-d’œuvre incontesté du piano ravélien: les Miroirs (1904/1905) aux multiples reflets harmoniques. Les Préludes que Messiaen a composés dans l’Aube en 1928/1929 seraient en réalité, selon le compositeur, des études de couleurs: sa très simple Colombe (Prélude N°1) au mode décrit comme «orangé, veine de violet» est ponctuée d’un magique effet de carillon.

Musique classique

Musique classique

o 09/12 u 20h i Philharmonie, Luxembourg w www.philharmonie.lu

o 15/12 u 20h i Philharmonie, Luxembourgt w www.philharmonie.lu

77 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 77

20.11.2008 18:16:33 Uhr


Photo: Richard Conde

Photo: Polydor Universal

Highlights Spectacles

Ott o L e c h n e r

Still Noël est par définition une douce nuit même si les tubes standardisés des Saint-Nicolas, Père Noël, rennes, traineaux & Cie et la fièvre acheteuse la font tomber dans l’oubli. Pour défendre les chants de Noël traditionnels, l’accordéoniste viennois Otto Lechner (qui était déjà venu à la Philharmonie avec Accordion Tribe) et les Bethlehem Allstars seront sur scène. Ces véritables amoureux des anciens chants de Noël ont revêtu leurs thèmes de nouveaux arrangements instrumentaux, teintés de folk, jazz, blues, swing, polka et sonorités orientales. Leur «règlement de compte avec les clochettes tintinnabulantes, la neige bruineuse et les sapins verts» (Wiener Kurier) est tellement affectueux et musicalement chaleureux, que même les adversaires les plus aguerris de l’effervescence de Noël reviennent sur leur position. Suite à ce désormais légendaire programme de Noël, nous est donnée l’occasion, en dégustant un punch de Noël, de s’échapper du tumulte de l’Avent lors d’une inimitable douce nuit.

Kenny Werner.

The Velvet Underground.

Funky

Raft s i d e

Kenny Werner Quintet

Pale Exploding Imitation

Un fringuant quintette de jazz débarque le week-end avant Noël à la Philharmonie: Kenny Werner est depuis longtemps bien plus qu’un musicians’ musician, même si il est l’un des pianistes favoris de ses nombreux collègues de jazz. Quincy Jones par exemple, le voit ainsi que son œuvre comme une pure perfection: «360 degrees of soul and science in one human being. My kind of musician». Le line-up du quintette laisse deviner l’étonnante maniabilité et la qualité à laquelle Quincy Jones fait ici allusion: Randy Brecker à la trompette; le percussionniste Antonio Sanchez (entre autres, partenaire de Pat Metheny et de Chick Corea); le saxophoniste David Sanchez (longtemps sur scène avec Dizzie Gillespie et Dee Dee Bridgewater) et le bassiste Scott Colley (qui a, entre autres, joué aux côtés de John Scofield et de Herbie Hancock). Une large palette stylistique que l’excellente Lawn Chair Society de Kenny Werner dévoile ici, cool et relax (logique pour une société de chaises de jardin), mais aussi: funky, intelligent et d’une ouverture d’esprit inspirante.

En 1967 paraissait le vinyle The Velvet Underground & Nico, plus connu en tant qu’album à la banane. Le premier album de Lou Reed, John Cale, Sterling Morrison et Maureen Tucker, produit et conçu par Andy Warhol, est aujourd’hui considéré comme un classique de l’histoire du rock. De la première édition limitée a surgi la légende que chaque acquéreur du disque aurait, en un temps plus ou moins long, crée son propre groupe. Filip Markiewicz a fondé Raftside près de trente ans plus tard, mais le premier album du groupe de rock choc luxembourgeois montre déjà par son titre (Antistar, 2003) une certaine affinité avec Warhol. Avec Bruce Geduldig (créateur des effets visuels du groupe culte Tuxedomoon), Filip Markiewicz invite à un grand hommage au Velvet Underground. La symbiose stylistique entre pop, rock, punk, musique avant-gardiste et Art sera réalisée par un line-up véritablement transcendant. L’extravagance selon Lou Reed, John Cale, Warhol & Cie n’est pas exclue. Musique rock

Musique jazz

o 20/12 u 21h i Philharmonie, Luxembourg w www.philharmonie.lu

Photo: Lucas Beck

o 20/12 u 20h i Philharmonie, Luxembourg w www.philharmonie.lu

Otto Lechner et les Bethleem AllStars. Musique traditionnelle

o 18/12 u 20h i Philharmonie, Luxembourg w www.philharmonie.lu

78 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 78

20.11.2008 18:16:37 Uhr


Spectacles Highlights

Solistes

Une fois n‘est pas coutume, les Solistes Européens, Luxembourg cèdent la place à un orchestre invité, baroque, qui plus est, pour une œuvre d’une extrême popularité. Le très célèbre Messie de Georg Friedrich Haendel sera interprété par l’orchestre baroque Elbipolis, aux côtés de Carolina Ullrich, soprano, Wiebke Lehmkuhl, alto, Benjamin Bruns, ténor, Michael Nagy, basse, et la chorale du Festival du Schleswig-Holstein Festival, le tout placé sous la direction de Rolf Beck. Le tout jeune ensemble Elbipolis est constitué de musiciens originaires de Brême, Hambourg et Berlin. Il se caractérise par un fort contraste entre la haute qualité technique de ses interprétations et l’apparence non conventionnelle de ses membres. Bien implanté en Allemagne, l’orchestre a récemment produit son second CD. Fondée en 2002, le chœur du festival du Schleswig-Holstein a rapidement acquis une réputation internationale grâce au travail de son chef et fondateur Rolf Beck, également directeur du Schleswig-Holstein Musik Festival. Ce chœur, composé d’étudiants en chant issus de plusieurs pays d’Europe, est dirigé par différents chefs pendant le festival et se produit à la fois pendant le festival et à l’étranger en dehors du festival.

Photo: Jakub Hejni

Rencontres SEL A-II

Eduard Bayer. Vi o l o n

EMA SCHENGEN II

L’orchestre baroque Elbipolis. Musique classique

o 15/12 u 20h i Philharmonie, Luxembourg t 47 08 95-1 w www.luxembourgticket.lu q Abonnement Renc SEL-A + vente libre. Concert accessible aux détenteurs de la Carte Crescendo

Pour la première fois, l’EMA Schengen organise un récital. Et c‘est le compositeur belge Eugène Ysaÿe qui sera à l’honneur. Le jeune violoniste Eduard Bayer interprétera les six sonates pour violon op.27 d’Eugène Ysaÿe. Eduard Bayer est diplômé du Conservatoire de Prague (classe de M. Kudelásek). Ses multiples rencontres avec Régis Pasquier lors des Rencontres Musicales de Noyer ont joué un rôle prédominant pour le développement de sa carrière. En 2005, il entra dans sa classe au CNSM de Paris. Il a pris part aux concours suivants: Concours International de Violon de Kocián (2e prix en 2002 et prix du meilleur concurrent tchèque), Concours de Violon Josef Musika, Concours Hironaka Heisuke (1er prix en 2001), concours des conservatoires. Eduard Bayer s’est produit en soliste

dans de nombreux pays, dont le Japon et les USA. C’est en tant que membre d’un quatuor à cordes qu’il a représenté le Conservatoire de Prague lors du Festival International de Musique pour Etudiants à Kyoto. Il est régulièrement invité à suivre les cours organisés à Semmering (Autriche). Il a enregistré récemment les sonates pour violon d’Eugène Ysaye dans le cadre des CD jeunes solistes de la Fondation Meyer. Musique classique

o 08/12 u 20h i Philharmonie, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu q Abonnement EMA + vente libre. Concert accessible aux détenteurs de la Carte Crescendo

79 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 79

20.11.2008 18:16:41 Uhr


Highlights Spectacles

S o i r é e c o n c e rta n t e

Etudiants de la division supérieure Ce concert permet aux meilleurs étudiants du Conservatoire de se produire avec orchestre dans l’interprétation du concerto de leur choix. Le programme se compose de belles pages du classicisme et du romantisme allant de Mozart à Tchaïkovsky et Sarasate. Les lauréats, tous détenteurs d’un 1er Prix du Conservatoire, sont accompagnés par l’orchestre de chambre de Metz et l’orchestre des professeurs du Conservatoire, sous la direction de Fernand Jung, directeur du Conservatoire.

Fester

Chorale

Kids go Christmas

Concert de Noël

Den Dezember ass de Mount vun den Erwaardungen an de Fester. Grouss a Kleng récken déi Zäit méi no zesummen a waarden op de Kleeschen, d‘Chrëschtkëndche mat all sengen Iwwerraschungen an d‘Vakanz am Schnéi. Och am Conservatoire ass dat esou. Scho fir d’drëtt freeë sech dëst Joer erëm kleng Perkussionnisten an Harfistinnen aus de Klasse vum Liane Coljon-Hames a Charlotte Kerger, fir Iech eng wonnerschéin Concerts-Matinée mat Chrëschtmusek a vill Ambiance ze spillen. Si bréngen all hir Spillsaache mat, fir ënnert de Beemchen ze leeën,an Iech op déi kommend Deeg anzestëmmen.

A l’occasion du concert de Noël, la Chorale des Enfants, la Chorale des Jeunes du Conservatoire et un groupe de jeunes percussionnistes s’associent à l’Orchestre Préparatoire du Conservatoire pour présenter un programme varié. L’Orchestre Symphonique des élèves interviendra lors de la deuxième partie du concert. L’orchestre préparatoire se compose d’une soixantaine d’enfants et d’adolescents jouant d’un instrument à cordes. A la fin de chaque année scolaire, les élèves les plus avancés quittent l’orchestre et en septembre le travail recommence avec la nouvelle équipe et une redistribution des rôles. Le travail d’orchestre s’avère très stimulant pour les jeunes. En effet il développe aussi bien les compétences musicales que le comportement social dans un groupe. Les enfants apprécient bien ce double effet bénéfique et ils sont très assidus dans leur préparation. Sylvie Serra-Jacobs dirige les chorales, le groupe de percussionnistes est préparée par Charlotte Kerger. L’Orchestre Préparatoire est placé sous la direction de Guy Goethals. L’orchestre symphonique a été créé au cours des années 60 par le directeur Josy Hamer. Il est composé des meilleurs élèves-instrumentistes des classes supérieures. L’orchestre est actuellement dirigé par Philippe Koch et compte quarante membres. L’objectif de cet ensemble est d’initier les jeunes à la pratique du jeu d’ensemble et à faire découvrir les chefs-d’œuvre de la littérature musicale.

Chrëschtmusek

o 14/12/08 u 11 Uhr i Conservatoire, Luxembourg. Freier Eintritt.

Musique de Noël

o 19/12 u 20h i Conservatoire, Luxembourg. Entrée gratuite. t 47 08 95 1

Musique classique

o 10/12 u 20h i Conservatoire, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourg.lu

80 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 80

21/11/08 12:04:14


Spectacles Highlights

Weihnachtshistorie

Sur la route des orgues IV

Vincent Bernhardt. Concert de Midi

Nosbaum – de Fontenay – Bernhardt Mettre en harmonie pause de midi et culture, voilà le défi que relève le Luxembourg City Tourist Office avec les Concerts de Midi. Ce très original cycle a pour but de proposer, à l’heure de table, un programme de qualité à un public très large, qui, pour des raisons diverses, ne prennent pas le chemin des grands concerts du soir. Pour bon nombre d‘artistes musiciens, il s‘agit d’un podium intéressant, et pour les amateurs de musique courts de temps, c‘est une alternative agréable au restaurant qui permet de découvrir des nouveaux horizons musicaux le temps d’une pause midi. Ce concert associe deux grandes figures du XVIIIe siècle, Bach et Händel, à Domenico Scarlatti, compositeur napolitain de la même époque. Les fleurons de la musique baroque vocale seront interprétés par deux voix, la soprano Véronique Nosbaum et le contre-ténor Eric de Fontenay, accompagnés au clavecin par Vincent Bernhardt. Ce florilège commence par une première partie exclusivement consacrée à Händel et à ses cantates italiennes qui rassemblent les duos profanes pour soprano alto et qui figurent parmi les plus belles œuvres de musique de chambre vocale

du XVIIIe siècle. La deuxième partie est consacrée à la musique religieuse de Johann Sebastian Bach, avec les plus beaux duos issus des cantates du maître de Leipzig, et au magnifique Salve Regina de Scarlatti, caractéristique de l’écriture italienne baroque. Le répertoire de Véronique Nosbaum s’oriente surtout vers la musique baroque, comprenant Schütz, Monteverdi, Purcell, Rameau, Bach, Händel. Elle se produit régulièrement en tant que soliste avec divers ensembles et musiciens en Belgique, en France et au Luxembourg. Ayant des connaissances approfondies du répertoire baroque, Eric de Fontenay interprète aussi la musique médiévale et s’applique à la restitution du chant grégorien. Il a chanté et enregistré avec maints ensembles réputés. Vincent Bernhardt a été claveciniste de l’Orchestre Baroque de l’Union Européenne avec lequel il s’est produit plus de quarante fois, parcourant une quinzaine de pays.

Das Programm Die Weihnachtshistorie ist eine Mischung aus Vokal- und Instrumentalmusik mit Werken von Johann Sebastian Bach, Benjamin Britten, Jacobus Gallus, Hans Leo Hassler, Francis Poulenc, Michael Praetorius, Gottfried Reiche, Samuel Scheidt, Heinrich Schütz, Georg Philipp Telemann und Johann Vierdanck.
 4stimmige und 6stimmige Chorsätze, sowohl aus dem Frühbarock sowie auch aus dem 20. Jahrhundert, werden abwechselnd aus dem Altarraum und von der Empore vorgetragen, teils von der Orgel, teils von einem Posaunenchor, bestehend aus einem Zink sowie Alt-, Tenor- und Bassposaune, begleitet. In dieser sehr abwechslungsreichen Aufführung kommen die Protagonisten der Weihnachtsgeschichte – Engel, Hirten, Priester, Schrift­ge­lehrte und Herodes – sehr klangunterschiedlich zu Wort. Mit Ensemble Vocal du Luxembourg (Fränz Theis, direction), Ensemble vocal Eurocantica (Rosch Mirkes, direction), Bassano Ensemble Berlin (Posaunenchor), Juan Ullibarri, cornet à bouquin Keal Cooper, Clemens Erdmann, Ercole Nisini, sacqueboute, Thierry Ferre, Grandes Orgues et Frédéric Mayeur, orgue positif. Klassiker musik

o 14/12 u 17h i Eglise St. Michel, Luxembourg. Im Rahmen des Winterlights t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

Musique baroque

o 05/12 u 12h30 i Eglise Protestante, Luxembourg. q Concert gratuit. Organisé par le Luxembourg City Tourist Office. t 22 28 09 w www.lcto.lu.

81 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 81

21/11/08 12:06:22


Highlights Spectacles

La B o c a

Guy Schadeck – Pascal Schumacher En novembre 2007 le guitariste Sergio Tordini rencontre le vibraphoniste Pascal Schumacher et lui propose une collaboration avec son ensemble La Boca. «Il va sans dire que j’étais tout feu tout flamme lorsque mon ami Maurizio Spiridigliozzi me contacta fin 2007 en vue de réaliser ensemble avec La Boca un concert en mémoire à nos idoles respectives», explique Guy Schadeck. «Et ceci avec une idée bien précise: faire (re)vivre au public luxembourgeois des moments inoubliables qu’avaient inaugurés les deux maîtres incontestés de ces arts à savoir Gary Burton et Astor Piazolla lors d’un concert enregistré en 1986 au Festival de Montreux», Pascal Schumacher. Gerry Mulligan et Astor Piazzolla s’étaient connus en 1954 à Paris où Piazzolla étudia à l’époque avec Nadia Boulanger et Mulligan jouait avec son fameux Quartette sans piano. Grâce à leur échange d’idées respectives, il aura fallu vingt ans pour qu’ils se réunissent à Milan en 1974 pour une séance d’enregistrement unique dont le produit fut l’extraordinaire 33 tours Summit. «A noter, pour la petite histoire, que mon ami Gérard Dugelay de Metz, biographe de Gerry Mulligan en Europe, m’a permis d’entrer en contact avec la veuve de celui-ci, la comtesse Franca Rota Borghini Baldovinetti qui nous a mis grâcieusement à disposition les partitions de Aire de Buenos Aires». Guy Schadeck.

Musique jazz

o 04/12 u 20h i Conservatoire, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu q Carte «Crescendo» acceptée

Rumours, coverband rock-pop. 7 5 e a n n i v e r s ai r e d u LC T O

Orchestre d’harmonie militaire & Rumours Ce concert grandiose marque la fin des festivités du 75e anniversaire du Luxembourg City Tourist Office. Il rassemble, sur une scène, les membres de la Musique Militaire GrandDucale et, dans un deuxième temps, le coverband rock-pop Rumours. Le concert rend également hommage à cette grande phalange musicale que représente la Musique Militaire Grand-Ducale avec au programme une panoplie d’œuvres musicales qui démontrent à la merveille l’excellente qualité de ce grand ensemble. Tout au long de son histoire, la Musique Militaire Grand-Ducale a prêté son précieux concours à de nombreuses manifestations organisées par le Luxembourg City Tourist Office, comme par exemple, la relève de la garde devant le Palais Grand-Ducal, les concerts publics sur le kiosque de la Place d’Armes, les Concerts de midi ou encore les concerts organisés dans le cadre du festival Printemps Musical. La première partie du concert est consacrée aux œuvres de Gioacchino Rossini, Marco Pütz, Johann Strauß, Naohio Iwai. La Musique Militaire Grand-Ducale fait ainsi revivre tous ces moments musicaux qu’elle a vécus ensemble avec le LCTO, des airs

grands publics parisiens qui reflètent le charme de la Place d’Armes aux moments plus sobres de la relève de la garde en passant par les grands moments de la musique classique interprétés à l’occasion des nombreux concerts de bienfaisance. La deuxième partie est réservée à la musique rock qui, depuis quelques années déjà, a conquis la Musique Militaire Grand-Ducale. Ensemble avec les membres les plus rocky-jazzy de la Musique Militaire, le cover-band rock-pop Rumours interprètera les grands succès rock de Bryan Adams, James Taylor, Toto, Christopher Cross, Robbie Williams, Huey Lewis & The News, etc. La puissance des cuivres et la virtuosité des guitares électriques se rejoignent harmonieusement pour un partage musical plein de passion et d’enthousiasme. Musique classique et rock – pop

o 03/12 u 20h i Conservatoire, Luxembourg. 1e partie: Best of Musique Militaire Grand-Ducale. 2e partie: Rumours (Rock-pop cover band) et Membres de la Musique Militaire Grand-Ducale w www.luxembourgticket.lu

82 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 82

20.11.2008 18:17:05 Uhr


Spectacles Highlights

Voices International. V o i c e s I n t e r n ati o n a l

Ea r St u d i o # 4

Christmas All Around

Zeit

Voices International, a 50-member choral group based in Luxem­bourg, will perform its Christmas 2008 repertoire in four churches around the Grand Duchy. Founded in 1997, this choral group thrives on diversity - a diversity that ranges from the styles and languages of the music they sing to the 20 different nationalities represented amongst its members. As is the tradition, the group will present its Christmas selections in some very lovely churches in Luxembourg Ville and its surrounding villages. Voices International is directed and conducted by Mr. Jean Schumacher, who will be enjoying his fifth performance season with the group. As always, this season’s repertoire covers a wide range of musical styles (rock, classical, jazz, spiritual, madrigal) and languages. Although English is the predominant language in the repertoire, you can also look forward to at least one selection in French, German, Spanish, Luxembourgish, Latin, and Ethiopian. There is no charge for admission to any of these concerts, but donations will be gratefully accepted. The group donates the proceeds of its concerts to children’s charities around the world. Last season they contributed to the local group Ile Aux Clowns (clowning for sick children in Luxembourgish hospitals), to The Smile Train (cleft palate surgery for underprivileged children), and to Arche de Noé (helping Burundian street children).

Ear studio ist ein gemeinsames Projekt von Lucilin und Elisabeth Flunger, eine Reihe von Konzerten mit wechselnden Themenschwerpunkten. Dieses ear studio Konzert lenkt die Aufmersamkeit auf den Faktor Zeit, die wie der Klang ein grundlegendes Element der Musik ist. Zeit ist trotz ihrer genauen Messbarkeit keine absolute Größe. Der Luxemburger Künstler Steve Kaspar verbindet in seiner Klang- und Videoperformance mehrere gleichzeitige Zeitabläufe miteinander. Elektronisch generierte Klänge und rein akustisches Material wie Umweltgeräusche und Stimmen kombiniert er zu einem suggestiven Fluss, den er durch Zeitdehnungen und Raffungen in Bewegung hält. Begleitet wird er vom Trompeter Udo Moll, dem Kontrabassisten Sebastian Gramss und Matthias Muche an der Posaune. Sound & Video Performance

o 16/12 u 20 Uhr i Abbaye de Neumunster, Luxembourg. Organisiert von United Instrumens of Lucilin in Zusammenarbeit mit dem CCRN. Eintritt frei.

Christmas music

o 06/12 u 19.45pm i Eglise de Bonnevoie, Luxembourg o 14/12 u 18.30pm i Eglise St. Jean, Luxembourg t 621 24 04 21 w www.voicesinternational.lu, chairman@voicesinternational.lu

83 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 83

20.11.2008 18:17:10 Uhr


Photo: Mario del Curto

Highlights Spectacles

Le personnage de Zimmermann oscille entre parodie et poésie.

Z imm e r ma n n & d e P e r r o t

Gaff Aff Wenn der Musiker, Komponist und Bühnenbildner Dimitri de Perrot und der Zirkusartist, Choreograph und Bühnendesigner Martin Zimmermann aufeinander treffen, entsteht ein poetisches und zeitgenössisches Lebenskarussell, eine Inszenierung zwischen Musik, Zirkus, bildender Kunst und Choreographie. Aus dem Restmüll einer Gesellschaft, einer Hülle des Lifestyles, aus einem übrig gebliebenen, simplen Verpackungskarton, bauen der Choreograph und der Musiker zunächst ein fragiles Gebilde, bis sie schließlich ihre eigene Schaubude gründen. Der Karton ist leicht, handlich, isolierend. Er hat aber die Unbeständigkeit eines Provisoriums. Diese Fragilität gleicht jener der menschlichen Existenz. Man liebt ihre ernsthafte, hingebungsvolle Verspieltheit, jene Mischung aus Präzision, Poesie und Übermut. (Neue Zürcher Zeitung).

D’un rebut de la société, d’un emballage du lifestyle, d’une simple boîte en carton laissée en reste, le chorégraphe Zimmermann et le musicien de Perrot créent en un tour de main, l’espace d’une scène, leur chez-soi. Avec la fragilité du provisoire, leur carton léger, souple, maniable et isolant, prend les apparences de l’existence humaine. Une scène, une piste de danse, semblable à un immense tourne-disque, emporte les deux protagonistes dans le tourbillon des événements. A tant vouloir coller à la vie moderne, le personnage de Zimmermann vient à osciller, telle l’aiguille sur la platine, entre mélancolie et frustration, humour et parodie poétique. Le tout, soutenu par la musique de Dimitri de Perrot, qui fait résonner le monde environnant et le monde secret, jusqu’à devenir elle-même protagoniste, véritable figure musicale qui réagit, dérange et console avec tendresse.

Danse

o 03, 04/12 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg w www.theater-vdl.lu

84 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 84

20.11.2008 18:17:13 Uhr


Photo: Chris Herzfeld

Spectacles Highlights

G

Australian Dance Theatre After their tremendous success and sell out season at the 2008 Adelaide Bank Festival of Arts, Australian Dance Theatre are set to delight the Grand Théâtre audience for the very first time with their ingenious and inventive re-envisioning of a great classic. Their new work G dislocates and transcends the romantic narrative of the ballet Giselle to create a richly textual critique on a venerated classic. Artistic Director and choreographer Garry Stewart has converted the dancers from characters into visceral explorations of hysteria, sex, death, loss and metamorphosis with his trademark full tilt choreography and visionary design. L’Australian Dance Theatre, l’une des plus prestigieuses compagnies de danse contemporaine en Australie et de par le monde, vient cette saison pour la première fois à Luxembourg avec son interprétation toute personnelle et contemporaine d’un grand classique de la danse. Depuis sa création en 1965, l’Australian Dance Theatre s’est continuellement réinventé et a été

à l’origine de productions plus spectaculaires les unes que les autres. Sous la direction artistique de Garry Stewart depuis 1999, la compagnie a pris une trajectoire artistique hors des sentiers battus, qui lui a valu de nombreuses récompenses nationales et internationales et des tournées partout à travers le globe. Après Birdbrain, une déconstruction très dynamique du Lac des Cygnes, Stewart s’attaque à Giselle pour en tirer une puissante chorégraphie entièrement retravaillée et intitulée G. Associant les prouesses techniques de la danse classique à une chorégraphie fougueuse et captivante, il met en interaction le corps en état de prostration mélancolique avec des exploits franchement athlétiques et un classicisme déconstruit au rythme soutenu. Danse

o 12, 13/12/08 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg w www.theater-vdl.lu

85 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 85

20.11.2008 18:17:16 Uhr


Highlights Spectacles

A n n a Cat e r i n a A n t o n a c c i

Anna Caterina Antonacci.

Altre Stelle

Photo: Pascal Victor

Après le succès fulgurant de la première mondiale de Era la Notte en 2006, Juliette Deschamps et Anna Caterina Antonacci réitèrent l’expérience et nous reviennent avec une soirée dédiée aux premières héroïnes romantiques: fascinantes et fondamentales, nobles et tragiques. Avec nombre de grands succès à son actif, dont notamment les rôles d’Elisabetta dans Maria Stuarda, Elektra dans Idomeneo au Nederlandse Opera, Médée à Toulouse et Paris et Rachel dans La Juive à l’Opéra Bastille, la grande diva italienne Anna Caterina Antonacci nous emmène sur les traces de Phèdre, Armide et Didon. Trois femmes, trois mythes. Fascination, la leur, la nôtre, pour un monde merveilleux revisité, nouvelle ère dans l’écriture d’épopées sentimentales emplies de dieux et de démons courroucés par les faiblesses humaines. Dans la musique, une révolution, qui marque la naissance historique d’une nouvelle figure: celle de la Diva. On aime, malgré soi, on tremble, malgré son courage. L’ennemi devient l’amour, il sera combattu. Avec toute l’emphase d’une douleur révoltée. Juliette Deschamps. Œuvres instrumentales de Rameau, Gluck et Berlioz. Opéra

o 07, 09/12 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg. w www,theater-vdl.lu

H e n r ik I b s e n

Le Canard sauvage Après ses pièces traditionnelles, Henrik Ibsen n’écrira plus que des drames contemporains, mettant en exergue les tares de la société bourgeoise et l’affrontement entre l’individu et la majorité compacte: L’union des jeunes, Une maison de poupée, Le Canard sauvage, Hedda Gabler… Ces pièces, aux personnages denses, expriment, grâce à une profondeur psychologique et symbolique, la position ambiguë de l’auteur: s’il critique la morale traditionnelle et défend l’idée que tout homme détient une passion, la clef du tragique ibsénien réside dans le doute, lié à la condition humaine, qui reste infranchissable. Fracturer les portes de l’intime, éclairer l’énigmatique et libérer ce qui est prisonnier des instants révolus. Ibsen, Créateur à l’heure d’une nouvelle Genèse, instille alors, loin de tout système, une sorte d’invention de soi, que

reprendra plus tard, à sa manière, un Ingmar Bergman. Ibsen a cherché à dépasser la modernité classique au nom d’une plus grande modernité, portant ses pas vers l’être qui agit plutôt que vers le monde sur lequel il agit. Il n’est jamais dans la doléance: naître neufs dans un monde plus vieux que nous, voilà autre chose que du désenchantement. «Se réaliser soi-même dans sa vie est, à mon sens, le but le plus élevé que puisse atteindre l’homme», écrit-il deux ans avant Le Canard sauvage. «Si Henrik Ibsen était du chocolat, il serait noir, amer et doux». Yves Beaunesne. Theâtre

o 17, 18, 19/12 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg w www.theater-vdl.lu

86 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 86

20.11.2008 18:17:19 Uhr


Photo: Fraicher Matthey / Paradoxe

Spectacles Highlights

Du rock, du théâtre et l’Europe. T o m St o ppa r d

Rock’n’Roll Du Rock, du théâtre et l’Europe. La pièce commence avec l‘écrasement du printemps 1968 et se referme sur le concert des Rolling Stones dans le stade de Trahov en 1990. Pour cette première création en langue française, Rock’N’Roll est présentée à Luxembourg avant Paris. Quinze personnages et un orchestre de rock nous embarquent dans 20 ans d’histoire, une odyssée au rythme enlevé, hissée vers une émotion secouée par la musique comme expression rageuse et contestataire. L’histoire dans l’Histoire est servie par des acteurs magnifiquement imprégnés. Un professeur d’université marxiste perd progressivement ses illusions au fur et à mesure qu’il échange avec l’un de ses étudiants, tchèque et fan de rock. Rupture de la relation interindividuelle de deux hommes et marche

de l’histoire et des idéologies. L’élève quitte Cambridge et rentre à Prague, il a rendez-vous avec son destin et avec celui de ces hommes qui ont tracé l’histoire, Alexandre Dubcek, Husak, Vaclav Havel... La pièce a été créée au Royal Court de Londres le 3 juin 2006 dans une mise en scène de Trevor Nunn. Elle a obtenu le London Evening Standard Theatre Award et le Critic’s Circle Theatre Award (meilleure pièce). Elle a été reprise à Broadway au Bernard B Jacobs Theatre en novembre 2007. Théâtre

o 8, 9, 10, 15, 16/12/08 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg w www.theater-vdl.lu q Création en langue française. Co-production Théâtre National de Nice – Les Théâtres de la Ville de Luxembourg

87 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 87

20.11.2008 18:17:25 Uhr


Highlights Spectacles

H A P P Y H OUR T H É Â T RE

Les Happy Hour Théâtre, tradition désormais installée dans le petit Bar-Foyer du Théâtre des Capucins, prennent pour la saison automne-hiver la couleur des cabarets de poètes associés aux musiciens de tous horizons... Du théâtre et des comédiens pour un grand tour de bonne humeur... Après Fernand Fox, un autre troubadour des tours de chant, bien connu de la scène luxembourgeoise, fera escale sur la scène de l’Happy Hour Théâtre. Charles Suberville au service de la poésie, de l’émotion et des grands auteurs comme Michel Breuzard, Edmond Dune, Henri Tachan, Boris Vian ou encore Caussimon, nous réchauffera de son envoûtante voix en attendant l’hiver... Accompagnement au piano: Thierry Wendremaire.

Photo: Christophe Olinger

Charles Suberville

Marc Olinger dans le Nombril. Jean Anouilh

Le Nombril «Mourir, ce n’est rien. Commence donc par vivre. C’est moins drôle et c’est plus long», disait Jean Anouilh qui a livré une abondante œuvre dramatique, sur plus d’un demi-siècle dont une quarantaine de pièces de théâtre. Nombreuses de ses pièces introduisent cette dimension du théâtre dans le théâtre, appelée métathéâtre mais aussi le recours aux mythes et légendes de la tragédie et des recoins de l’Histoire. Le voyageur sans bagages lui offre immédiatement l’adhésion du public; Eurydice (1942) et Antigone (1944) le consacrent pour toujours. Jean Anouilh se définissait souvent comme un boulevardier. Loin de considérer ses pièces comme des chefs-d’œuvre intemporels, il a voulu stigmatiser son époque, ses mœurs, ses obsessions, ses folies. Le Nombril est sa dernière pièce, montée en 1981, elle fut interprétée

par l’inoubliable Bernard Blier dans le rôle de Léon de Saint Pé. Léon, auteur dramatique, profondément reconnu comme égoïste par sa famille et ses amis qui en veulent à son argent, nous entraîne dans l’écriture de sa prochaine pièce. Ses enfants, son épouse dont il est séparé et un ami d’enfance sans oublier son médecin gravitent autour de sa vie d’homme de plume, misanthrope et en pleine crise de goutte… Quelle belle constellation de personnages, livrant le reflet renvoyé par le miroir d’Anouilh à lui-même de ce monde du Théâtre... Théâtre

o 02, 05, 06, 17, 18/12/08 u 20h i Theatre des Capucins, Luxembourg w www.theater-vdl.lu

Charles Suberville. Theatre-cabaret

o 3, 10 /12/08 u 18h i Theatre des Capucins, Luxembourg w www.theater-vdl.lu, happyhour@vdl.lu t 47 96 40 53 ou 55

88 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 88

20.11.2008 18:17:28 Uhr


Photo: Christophe Olinger

Spectacles Highlights

Heinrich Mann

Professor Unrat Claude Mangen (Inszenierung) und Jeanny Kratochwil (Bühnenbild) sind ein Gespann das in den letzten Jahren mehrere Aufführungen von großer Qualität auf die Bühne gebracht haben. Man denke an Die Dreigroschenoper letzte Spielzeit im Grand Théâtre aber auch Kiischtebléien von Pol Greisch im Kapuzinertheater im Jahre 2003. Heinrich Manns Roman Professor Unrat – Das Ende eines Tyrannen (1904) wurde weltberühmt durch Josef von Sternbergs Film Der blaue Engel mit Emil Jannings und Marlene Dietrich. Professor Unrat ist eine extreme Liebesgeschichte und Unrat ein Don Quijote, der von einer unmöglichen Liebe beherrscht wird. Professor Raat, ein tyrannischer Gymnasialleh-

rer, behandelt seine Schüler aufs Schlimmste. Sein Lebensziel scheint darin zu bestehen, Schüler die ihn angesichts seines Namens Unrat nennen, zu fassen. Auf der nächtlichen Jagd nach diesen Schülern lernt er die Sängerin Rosa Fröhlich kennen und verliebt sich in sie. Als er Rosa gegen alle Konventionen heiratet, wird er aus dem Schuldienst entlassen. Dieser Rauswurf entfesselt seinen aufgestauten Hass auf die bürgerliche Gesellschaft, der er den Krieg erklärt. Theater

o 3., 4., 9. & 10./12/08 u 20 Uhr i Theatre des Capucins, Luxembourg w www.theater-vdl.lu

89 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 89

20.11.2008 18:17:32 Uhr


Highlights Spectacles

D e L ë t z e b u e r g e r T h e at e r

D’Iwwer­­ raaschung

S e r g e B a ss o d e M a r c h

Les dimanches de farine Fils d’ouvriers immigrés italiens, dans une petite ville de province française coincée par les jeux sociaux et les préjugés, l’auteur nous emmène, de souvenir en souvenir, d’anecdote en anecdote, dans cette réalité de pauvreté, de travail, de partage, de modestie et de fierté qui a balisé son enfance. Ici dans ce texte pas de larmoiements, ni de regrets, juste des mots qui sonnent au plus profond de la langue pour exprimer ces années passées qui forgent l’homme aujourd’hui. Ecrit en parallèle d’un livre à paraître aux Editions PHI, qui regroupe des courts textes en prose sur ce même thème, ce texte est l’occasion d’une double écriture: pour le livre de poésie et pour le théâtre. Similitudes et différences! Tout homme porte en soi la forme entière de l’humaine condition disait Montaigne. C’est ce banal, extraordinaire chemin du vécu que l’auteur nous propose d’emprunter par la magie du théâtre.

E lëschtegt Stéck nom franséischen Original La surprise vum Pierre Sauvil, an d’lëtzebuergescht iwwerdroën vum Marc Weidert. Zwee total verschidden Männer begéinen sech, wéi den Zoufall et esou wëll, an dësem Stéck: Deen een as en décken Direkter, onausstéilech an onéierlech, deen aneren as en ärmlechen, kléngen, géint sai Wëllen, Pensionnéierten, sensibel an integer. Wann et der Logik nogaange wier, hätten dës zwee Personnagen sech nie am Liewen begéint. Mee wéi sou dacks sin et d’Emstänn déi machen, datt sie zwee sech 24 Stonne laang mateneen souzesoen mussen een mat deem aneren „erëmploën“, natierlech zur Freed vum Zuschauer, bei deem keen A dréche bleiwen...

Théâtre

Photo: INgrid

o 10, 12, 13/12/08, u 20h, o 14/12/08, u 18h30 i Au Théâtre du Centaure, Luxembourg t 22 28 28

Theater

o 8., 11., 12., 13., 15. & 16. /12/08, u 20 Auer, o 7. & 14./12/08, u 17 Auer i Theatre des Capucins, Luxembourg w www.theater-vdl.lu

90 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 90

21/11/08 12:12:41


Spectacles Highlights

P o l G r e i s c h / F r a n k H o ff m a n n

Belle-île Zu Equemauville, op enger verdrësslecher Plage an der Normandie, waart d’Nicolette, dat dee granzege Jim am Weenchen ze versuergen huet, op e gewëssenen Aimé… Hatt schreift a liest dem Jim vir… a waart. Hei zu Equemauville si mer am groën Alldag vun enger Vakanz, déi all Chance huet derlaanscht ze gon… Um Point de vue joggt den Hack Amand: en ambitionéierte Staats-beamten mat engem klengen Eck ewech… si kommen an d’Gespréich a schwäermen vun der Belle-île… ‘t gëtt Mënschen a Saachen, déi ee gär huet…, gär fir scho bal geckeg ze ginn. ‘t bleift ee vläicht ower léiwer eng Grëtz ewech, op Distanz, well ee fäert, déi (ideal?) Léift kéint verblatzen, wann een hir ze no kënnt… Vu wat kënnt dat? Ass een zevill sensibel, aus Erfahrung enttäuscht, oder stellt een sech eppes vir, wat et guer net gëtt. Net ka ginn? Gëtt et iwwerhaapt eng Belle-île? Oder ass dës Insel hei just eng Metapher, eng Projektioun, e Wonschdenken fir d’Onzoulänglechkeet am Liewe besser ze meeschteren? D’Verletz­ ungen, déi fuerchtbar bludden? Zwee Stécker vum Pol Greisch: Belle-île a Fënsterdall: allkéiers eng Situatioun, déi sech gläicht (d’Waarden) a sech ower ganz anescht ëntwéckelt… Eemol ass et d’Verlaangeren no enger Léift, déi et net gëtt, déi aner Kéier ass et d’Verlaangeren nom Doud… aus enger grousser Enttäuschung eraus…Bis dohinner leeft en därege Wee: mol verspillt a witzeg, mol schro a spannend... Belleîle ass 2004 entstan, mee gouf nach ni opgeféiert. An enger Mise en espace vum Frank Hoffmann gëtt en éischte Versuch gemach, dem Stéck op de Läif ze réckelen. Dëse Versuch gëtt encadréiert vun aanere Prosatexter vum Pol Greisch, déi zum groussen Deel aus séngem neien, nach net publizéierte Band D’Sonnesäit staamen. En einfachen Owend, en déiwen Owend. Theater

o 12. 13.,17./12/08, u 20 Auer i Théâtre National du Luxembourg, Luxembourg w www.tnl.lu

91 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 91

21/11/08 12:13:06


Highlights Spectacles

Alina Reyes

Poupée, anale nationale Catastrophe théâtrale, musicale et sulfureuse. Un texte cocasse, violent et dégoûtant: Poupée, la femme du chef du parti d’extrême droite le tronc épie les réunions par le trou de la serrure. Tout en se grattant lanus qui la démange, elle s’instruit du programme de ce qu’elle appellera plus tard l’etron national quand c’est elle qui commandera. Un cabaret rock contre la pensée fasciste. Tiré du roman pamphlétaire et polémique d’Alina Reyes, Poupée, anale nationale est ici adapté dans une forme théâtrale et musicale à l’esthétique directe et mordante destinée à mettre les pieds dans le plat: nos désirs très contemporains de sociétés plastiques et propres, hyper hygiénisées, cachent des idées effroyables des plus dangereuses pour la démocratie. Theater

o 3./12/08, u 20h i Théâtre du Centaure, Luxembourg t 22 28 28 w www.theatreducentaure.lu; production: L’Escabelle, Cie théâtrale

92 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 92

21/11/08 14:48:03


Spectacles Highlights

Sarah Kane

Gier Gier, das letzte Stück, das 1998, noch zu Lebzeiten der jungen Dramatikerin Sarah Kane uraufgeführt wurde - ist ein Vierpersonenstück, ein Quartett. Aber die Figuren tragen keine Namen, sondern sind lediglich mit Buchstaben A, B, C und M bezeichnet: ihr Zusammenhalt sind die Worte, die sie zueinander, an einander vorbei oder auch nur für sich sprechen. Gier ist eine dramatische Komposition, ein lyrisches Geflecht aus Worten, eine poetische Fuge, die den Zustand der Sehnsucht umspielt. Die Sehnsucht nach Liebe vermag das Leben nicht einzulösen, hält es aber permanent in Ambivalenzen präsent: Leiden und Konflikte, Liebeswerben, Misstrauen und Ablehnung, Vergeblichkeit und Gier… Gier zeigt die Desintegration der Seele unter dem Druck von Liebe, Verlust, und Verlangen. Textfragmente und Emotionsfetzen enthüllen eine ewige Litanei von Vergewaltigung, Untreue, Einsamkeit, Ablehnung, und Kinderlosigkeit. Die Kommunikationslosigkeit verstärkt die Isolation und wenn letztendlich die Verantwortungs- und Schuldfrage aufkommt, passiert dies in einer äußerst narzisstischen Form der eigenen Verabscheuung. Alle vier Stimmen artikulieren ihre jeweiligen starken Begierden nach Lösung und Rettung - dabei bleibt offen, ob diese durch Liebe oder durch den Tod erfolgen können. Sarah Kane (1971-1999) gilt als eine der radikalsten Vertreterinnen der modernen britischen Dramatik. In ihren fünf Stücken, die zwischen 1995 und 1999 entstanden sind, komprimiert Kane ihr Theater auf ein Theater der Psyche, auf Dialoge des Bewusstseins. Gier markierte dabei einen Bruch in Kanes Arbeit. Das Stück bewegt sich weg von der rohen Gewalt der drei ersten Arbeiten zu einem freieren, manchmal lyrischem Schreibstil. Aber die Liebe bleibt stets die alles zu retten vermögende Hoffnung, im auseinander berstenden Mikrokosmos der Charaktere. Anne Simon versucht das Stück aus der typischen Desillusion und Kommunikationslosigkeit der Neunziger in die vorgegaukelte Idylle und Kommunikation unserer Dekade zu versetzen. Theater

Photo: INgrid

o 3. 5. 9. 12. 13. 17./12/08, u 20 Uhr i Kasemattentheater, Luxembourg t 29 12 81

93 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 93

21/11/08 12:15:50


Highlights Spectacles

Dia n a A n d r i n g a – F l o r a G o m e s

Les deux visages de la guerre Diana Andringa, journaliste portugaise, et Flora Gomes, le plus connu des cinéastes  de Guinée-Bissau, ont dirigé ce documentaire à quatre mains et deux voix sur la guerre. Dans ce documentaire, il est question de la guerre qui opposa, de 1963 à 1974, l’armée portugaise au parti d’Amílcar Cabral. Guerre coloniale ou lutte pour la libération, ce conflit s’inscrit différemment dans la mémoire des deux pays. Le documentaire se présente sous la forme d’un dialogue à partir des témoignages des anciens combattants et d’images d’archives, une mémoire partagée, quoique sous différentes perspectives, par tous les protagonistes. Divers

o 12/12/08 u 19h i Abbaye de Neumunster, Luxembourg w www.ccrn.lu q Organisé par Les Amis du 25 avril en collaboration avec le CCRN. Entrée libre.

94 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 94

20.11.2008 18:17:48 Uhr


Spectacles Highlights

P l at o ’ s D i a l o g u e s

Apology of Socrates The Apology of Socrates is a delightful and quite humorous dramatization of the famous philosopher’s defense (apologia) while on trial for his life in Athens, ancient Greece, following the end of the Peloponnesian War. In the Apology, reported to us, as it were, by Socrates’student Plato, the wise man of Athens firmly defends himself – rather than apologizing in the contemporary sense, against politically motivated accusations of not believing in the gods of the state, and of corrupting the Athenian youth. Based on Socrates’beliefs, goodness depends mainly on the quality of our understanding of what to care about and how to behave in our lives. The main principles of the Socratic discourse have had a significant influence on philosophy, politics, sociology and ethics in the Western World. The Apology of Socrates features a theatrical solo performance by the Emmy Award winner Yannis Simonides and is directed by Broadway and television veteran Loukas Skipitaris. Oscar and Tony Award winner Theoni Vahliotis Aldredge is the costume designer, and percussive support is provided by Caryn Heilman, a Paul Taylor veteran dancer-musician. The English and Greek translations are by Yannis Simonides and Loukas Skipitaris. The Apology premiered in New York in 2003 and has since been performed to great acclaim at the United Nations, the Athens Agora, the NBC Today Show, and in theatres, festivals, schools, universities and libraries across the world. Theater

o 13 /12 u 8pm, greek version, o 14/12, u 8pm, english version i Abbaye de Neumünster, Luxembourg q Organized by Communauté hellénique du Luxembourg in collaboration with CCRN

95 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 95

21/11/08 12:18:01


Highlights Spectacles

d é c o u v e rt e

Ni vu ni connu La Compagnie du Grand Boube revisite le concept à succès lancé lors de l’année culturelle 2007. Signée Carole Lorang (metteur en scène), Lisi Teisen et Rolf Giesler (architectes), la nouvelle exploration spatiale de Ni vu Ni connu est pleine de surprises. Sur le même principe, le projet est conçu comme un jeu de cache-cache espiègle, éphémère par essence, invitant le public à capter au vol des instants de création fugitifs. Rien n’y est figé: ni le lieu de représentation loin des scènes classiques, ni le genre de spectacle. Le projet prend à chaque fois une forme d’expression nouvelle adaptée et répondant au lieu. Mode d’emploi: les sens en alerte, le public attend les instructions de dernière minute dévoilant l’endroit accueillant le projet. Le principe: inciter le spectateur à partir à l’aventure, à se laisser surprendre. Ce qui lui est proposé sur place reste un mystère avant qu’il n’arrive. Theâtre

Photo: INgrid

o 14/12 i Lieu inconnu w www.nivu-niconnu.lu

96 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 96

21/11/08 13:52:23


Photo: INgrid

Spectacles Highlights

G e b r ü d e r n G r imm

Das Tapfere Schneiderlein 7 auf einen Streich – wer kennt sie nicht, die Geschichte vom tapferen Schneiderlein der eines schönen Tages, durch ein Schwarm Fliegen, beim Essen eines Marmeladenbrotes, gestört wird. Genervt von dem Rumgesurre, schlägt er inmitten der Fliegen und tötet mit einem Schlag sieben Stück. Aus Stolz näht er sich prompt den Satz: Siebene auf einen Streich auf seinen Gürtel und zieht hinaus in die weite Welt um jedermann von seiner Geschichte zu erzählen. Das alte Märchen der Gebrüder Grimm haben Helga Utz und Wolfgang Mitterer, einer der wesentlichsten österreichischen Komponisten der Gegenwart, zu einer faszinierenden Kinderoper inspiriert. Neben fünf Sängerinnen und Sängern setzt Wolfgang Mitterer einen Kontrabass und ein Keyboard mit Samples ein - Computermusik, damit man ein Schwein grunzen lassen kann, damit man die Waldgeräusche und die Tiergeräusche deut-

lich darstellen kann. Cool, lässig, mit Witz und Schwung zaubert er ein akustisches Bühnen-bild, einen Raum aus Fliegensummen, Wildschweingrunzen, Riesengeschnarch und Hochzeitsglocken. Für die Kinder entsteht ein musikalischer Hochgenuß, gleichzeitig werden sie in die traumhafte Märchenwelt der Gebrüder Grimm entführt. Jacqueline Posing-Van Dyck bringt in ihrer sensiblen und fantasievollen Handschrift diese ungewöhnliche Oper auf die Bühne und führt damit im Duett mit ihrem Bühnenbildner Christian Klein die erfolgreiche Reihe von Kinderopern am TNL dynamisch weiter. Junges Publikum

o 6. /12/08, u 17 Uhr, o 7., 14., 21./12/08, u 16 Uhr, o 13., 20./12/08, u 17 Uhr i Théâtre National du Luxembourg, Luxembourg w www.tnl.lu

97 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 97

20.11.2008 18:18:00 Uhr


Photo: Bernard Fuchs

Highlights Spectacles

T R A F F O _ C H RËSC H T DEEG

Farb(t)räume In den Weihnachtsferien präsentieren Traffo_ CarréRotondes und das Grand Théâtre die erste Ausgabe der Traffo_Chrëschtdeeg, mit jeweils zwei Produktionen in beiden Häusern. Von Tanz über Jonglieren, Zirkus, Musiktheater und Performance, können Groß und Klein an den Festttagen in die Theaterwelt eintauchen. Wie schmeckt das Rot? Ist das Gelb zickig? Kann man Grün hören? Die Farben sind seit Jahrtausenden unterwegs, um die Welt bunt zu gestalten. Nur wenigen ist es vergönnt, sie zu Hause zu besuchen. Die Traffo-Besucher entdecken auf einem sinnlichen Parcours durch sieben Räume die unterschiedlichen Charaktere der Farben. Es sind witzige und verschrobene

Persönlichkeiten, die da etwas von ihren Träumen, Gerüchen, Tönen und Sehnsüchten preisgeben. Die Gruppe Chamäleon besteht aus Szenografen, Puppenspielerinnen, einem Musiker und Theaterpädagoginnen, die sich an der Dramaturgie der Sinne des kolumbianischen Theatermagiers Enrique Vargas orientieren. Junges Publikum

o 25., 27./12/08, u 17 Uhr, o 26.,29/12/08 u 15 Uhr, u 18 Uhr, o 28/12/08, u 11Uhr, u 15 Uhr, u 18 Uhr i CarréRotondes, Luxembourg t 26 62 20 07, w www.rotondes.lu, t 47 96 39 00, w www.theatres-vdl.lu q In deutscher Sprache – wenige Sprachkenntnisse erforderlich, 6 – 12 Jahre, Erwachsene

98 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 98

20.11.2008 18:18:01 Uhr


Photo: Antoinette Chaudron

Spectacles Highlights

T r aff o _ Ch r ë s c ht d e e g

L’histoire de Babar T r aff o _ Ch r ë s c ht d e e g

Double Tour In den Weihnachtsf erien präsentieren Traffo_CarréRotondes und das Grand Théâtre die erste Ausgabe der Traffo_ Chrëschtdeeg, mit jeweils zwei Produktionen in beiden Häusern. Von Tanz über Jonglieren, Zirkus, Musiktheater und Performance, können Gross und Klein an den Festttagen in die Theaterwelt eintauchen. Er jongliert, sie tanzt... oder ist es umgekehrt? Ein zärtliches, feinsinniges und virtuoses Spiel zweier Komplizen, die uns vom Leben und von der Liebe erzählen, mit der wunderlichen Leichtigkeit eines Jonglierballes, eines Akrobatensprungs oder eines Tanzschrittes. Ein Duo, aber zu dritt! Eine Frau, ein Mann und… eine Tür, die auf eine surrealistische und verwirrende Art und Weise einmal Schutz im Alltag bietet, es dann erlaubt, anderswohin zu entfliehen, zurück in die Kindheit oder aber in imaginäre Räume und Welten... Un duo, mais à trois! Une Femme, un Homme et…une Porte. Au départ de cette partition à trois, la vie d’un couple au quotidien, faite de situations familières, de gestes précis, ponctués de rebonds discrets, de mouvements souples et habiles. La porte, tantôt alliée, tantôt ennemie, banale ou déconcertante, plantée au milieu du vide, réunit ou sépare, cache ou découvre, claque ou frémit… On s’y accroche, on y pleure, on s’en détache, on s’y réconcilie… Jeune Public

o 26/12/08, u 17h, 27/12/08 u 20h i CarréRotondes, Luxembourg t 26 62 20 07 w www.rotondes.lu t 47 96 39 00 w www.theatres-vdl.lu q Ohne Sprache/sans paroles, 8+ Jahre/ans

En pleine période festive, Traffo_CarréRotondes et le Grand Théâtre vous présenteront la première édition de Traffo_ Chrëschtdeeg avec quatre spectacles à découvrir en famille, deux dans chaque institution. De la danse au jonglage, en passant par le théâtre musical et un parcours théâtral déambulatoire, petits et grands sont invités à la découverte de nouveaux mondes imaginaires. Voici l’histoire de Babar, petit éléphant devenu roi du royaume des éléphants: après la mort de sa maman, tuée par un vilain chasseur, Babar arrive à Paris, où il se lie d’amitié avec la Vieille Dame. Auprès d’elle, il apprend les mathématiques, la conduite de voiture et se fait beaucoup de copains. Mais, très vite, ses amis du royaume des éléphants se mettent à sa recherche. Souffrant lui-même un peu du mal du pays, il se laisse assez vite convaincre et quitte la grande ville en compagnie de son cousin et de sa cousine pour aller rejoindre les siens. Peu de temps après son retour, le roi meurt et le royaume en émoi désigne Babar comme successeur au trône. Couronné roi, il se marie avec sa cousine Céleste et fonde Célesteville. Suite à la découverte du livre fondateur de Babar, entièrement écrit à la main avec des images délicieuses et une mise en page parfaite, et de la merveilleuse musique de Francis Poulenc qui accompagnait le texte original, Marianne Pousseur et Enrico Bagnoli ont décidé de redonner vie sur scène au petit éléphant à travers un spectacle où images et lumières forment un tout cohérent et apportent au texte et à la musique de Poulenc une note originale de poésie et de modernité. Jeune Public

o 20, 21/12/08 u 15h i Grand Théâtre, Luxembourg t 26 62 20 07, w www.rotondes.lu t 47 96 39 00, w www.theatres-vdl.lu q En français, 4-7 ans

99 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 99

20.11.2008 18:18:03 Uhr


Photo: JM Coubart

Highlights Spectacles

Traffo_Chrëschtdeeg

Marie-Louise En pleine période festive, Traffo_CarréRotondes et le Grand Théâtre vous présenteront la première édition de Traffo_Chrëschtdeeg avec quatre spectacles à découvrir en famille, deux dans chaque institution. De la danse au jonglage, en passant par le théâtre musical et un parcours théâtral déambulatoire, petits et grands sont invités à la découverte de nouveaux mondes imaginaires. Der Vorname Marie-Louise bezeichnet im Französischen den Raum zwischen einem Bild und seinem Rahmen... Berührt von dem, was die Malerei uns über uns selbst erzählt, lädt uns die Choreographin Florence Caillon zu einem malerischen Spaziergang ein: Gemälde erscheinen auf einer großen Leinwand und werden

auf der Bühne leibhaftig. Körper in Schwerelosigkeit, in Bewegung, in Wartestellung... gewundene, schwebende Körper... Après Jardins d’Eden, provisoirement, présenté pour l’ouverture du festival Traffo à la Rotonde 2 en décembre 2006, L’Éolienne nous revient avec leur dernière création. Du nom de l’espace entre l’image et le cadre d’un tableau, Marie-Louise est une balade sensorielle et émotionnelle autour de la peinture. De Jérôme Bosch à Edward Hopper, en passant par Miró et Egon Schiele, Marie-Louise s’attache à capter différents univers picturaux pour en extraire des thèmes, des couleurs, des émotions, et en explorer les résonances dans notre monde contemporain.

Jeune public

o 28/12/08, u 17h, o 29/12/08, u 19h  i Grand Théâtre, Luxembourg t 26 62 20 07 w www.rotondes.lu t 47 96 39 00 w www.theatres-vdl.lu q Ohne Sprache/sans paroles. 8+ Jahre/ans

100 11_2_p_74_101_Highlights_spectacles.indd 100

21/11/08 13:54:25


:

TRAFFO CHRESCHTDEEG Infos www.rotondes.lu traffo@rotondes.lu +352 2662 2007

tickets 5/10 euros +352 47 08 95 1 www.luxembourgticket.lu

Carrérotondes : FarB(t)rÄUMe

Chamäleon, Zürich (CH) / Performance 6-12 ans et adultes

doUBLe toUr

Cie Baladeu’x, Bruxelles (B) / danse et jonglerie pour tous à partir de 8 ans

Grand tHéâtre : L’HIstoIre de BaBar

enrico Bagnoli et Marianne Pousseur / théâtre musical 4-7 ans

MarIe-LoUIse

L’éolienne, rouen (F) / Cirque chorégraphié pour tous à partir de 8 ans Coproduction: traFFo_Carrérotondes Grand théâtre de Luxembourg Carrérotondes 1 rue de l’aciérie L-1112 Luxembourg-Hollerich Grand théâtre de Luxembourg 1 rond-point schuman L-2525 Luxembourg

20-29 I 12 I 08


Highlights Expositions

Expositions

Le parcours de l’exposition rÊserve de nombreuses surprises au visiteur.

102 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 102

20.11.2008 17:17:55 Uhr


Photo: MHVL

Expositions Highlights

Bonbonnière verte. F a i ences V i lle r o y & B o ch

Histoire d’une passion

GLAUBENSSACHE

Une exposition pour croyants et non-croyants Texte: Corinne Briault. Photo: Donovan Wyrsch, Aarau (CH).

S

ujet universel s’il en est, chacun dans sa vie a été confronté au moins une fois à sa croyance ou à son incroyance. La nouvelle exposition Glaubenssache (Question de foi) montre pourquoi et comment nous croyons et pourquoi nous nous disputons sur notre foi. Elle offre également un voyage à travers le paysage religieux actuel du Luxembourg. Élaborée par le Stapferhaus Lenzburg, l’exposition est née du contexte des multiples religions en Suisse. La version luxembourgeoise retrace les différentes façons de croire ainsi que l’adaptation des différentes croyances dans un monde où les religions établies semblent attirer de moins en moins d’adeptes. Elle offre également des comparaisons intéressantes entre les pays et intègre les traditions luxembourgeoises avec le culte de la Vierge Marie. Le parcours de l’exposition réserve de nombreuses surprises au visiteur qui, dès son arrivée, doit choisir entre la porte d’entrée pour les croyants ou celle pour

les non-croyants. Il s’agit d’un premier pas qu’il accomplit dans l’analyse de ses propres croyances, d’un encouragement à élargir ses connaissances et sa tolérance par rapport à d’autres convictions. Ne souhaitant pas favoriser la propagation d’une croyance particulière, le but est de familiariser le public avec les différences culturelles existant entre les différentes religions en montrant que l’acceptation des différences est un enrichissement pour toute culture particulière. L’intérêt et la complexité du sujet ont conduit à l’élaboration d’ateliers spécifiques à destination du jeune public et à un programme de conférences données entres autres par un représentant de chaque culte présent au Grand-Duché.

Un espace dans l’exposition permanente du musée est réservé à des présentations tempo­ raires qui mettent l’accent sur les collections. Jusqu’à la fin de l’année, les faïences décorati­ ves de la production Villeroy & Boch Sept­ fontaines, des années 1920 aux années 1960 sont présentées. L’ensemble des faïences, de la collection du couple Simon-Schmit, appartient à la série numérotée des objets de fantaisie qui ont été fabriqués par Villeroy & Boch depuis la Première Guerre mondiale jusque dans les années 1960. Parmi ceux-ci, on trouve différentes catégories: des assiettes décoratives, des cache-pots et des bonbonnières, ainsi qu’une grande variété de vases, de figurines et de sculptures artistiques. Une petite partie des pièces appartient au style Art Nouveau tardif, le plus grand nombre est cependant représentatif de l’Art Déco ainsi que du style décoratif des années 1950. Le Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg a pu acquérir la collection des époux Simon-­ Schmit en 1995 et la présente pour la première fois dans son intégralité. | C.B. Exposition

o Jusqu’au 31/12 i Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg, Luxembourg t 47 96 45 00 w www.mhvl.lu

Exposition

o 28/11 – 7/06/09 i Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg t 47 96 45 00 w www.mhvl.lu

103 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 103

20.11.2008 17:17:56 Uhr


Highlights Expositions

Photo: Rémi Villaggi

Laure Tixier, Plaid Houses, 2008 (détail).

L au r e T i x i e r

Plaid Houses Les questions de l’habitat, de l’architecture et de l’urbanisme traversent la pratique de Laure Tixier. À travers ses dessins et vidéos, l’artiste s’intéresse notamment aux utopies qui ont accompagné le développement des sociétés humaines, les revisitant avec humour. Créé pour le Mudam, le projet Plaid Houses a pour origine une série de dessins pensée par l’artiste comme un répertoire d’habitats provenant de différents contextes culturels, géographiques et historiques, depuis la hutte jusqu’à l’architecture futuriste en passant par la yourte mongole et les avant-gardes modernistes. S’inspirant des «premières fictions architecturales» construites par les enfants avec des couvertures, Laure Tixier a réalisé une dizaine d’archi-

tectures fabriquées en feutre. Présenté dans le grand hall du musée, le projet Plaid Houses est accompagné d’une exposition rassemblant plusieurs projets antérieurs de l’artiste, tels que les séries de dessins Siphonophores et Dolci Carceri, ou la vidéo Toontown Année Zéro appartenant à la collection Mudam. Plaid Houses inaugure le projet Habiter, une série de commandes pour le grand hall du musée présentées tout au long de l’année 2009. Exposition

o 18/12/08 – 02/03/09 i Mudam, Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

104 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 104

20.11.2008 17:18:05 Uhr


Expositions Highlights

RRRI P P ! !

Photo: Michelle Moore © ATOPOS collection, Athens.

Paper Fashion

Michael Cepress. Collars for the Modern Gentleman, 2006. Commissioned by ATOPOS and created using the Yellow Pages paper dress.

Après le Musée Benaki d’Athènes, avant le Musée de la Mode d’Anvers et le Musée du Design de Londres, Mudam présente RRRIPP!! Paper Fashion. Cette exposition conçue par ATOPOS, est le résultat d’années de recher­ ches sur le vêtement en papier, un phéno­ mène très en vogue aux Etats-Unis vers la fin des années 60, mais somme toute méconnu du grand public. Partant de l’analyse d’un contexte historique, l’exposition aborde de manière originale l’usage de matériaux à base de cellulose pour la conception d’étoffes, tissées ou non-tissées, comme le papier ou assimilés. Présentant les différentes utilisations actuelles du papier dans la mode, elle comprend également des objets d’art et de publicité ainsi que des défilés de mode filmés dans lesquels on découvre les récentes créations de couturiers parmi les plus novateurs, tels qu’Hiroaki Ohya, Hussein Chalayan ou Issey Miyake. Pensée au sein d’un dispositif évolutif, l’exposition propose un nouvel angle d’approche, s’interrogeant sur l’histoire et le devenir du matériau papier. Pour l’exposition, une Robe Mudam en Tyvek créée

par Jean-Paul Lespagnard est éditée à 100 exemplaires et vendue à Mudam Boutique (dès le 10/10). Artistes: The Atopos paper dress collection, Sandra Backlund, Walter Van Beirendonck, Karim Bonnet/Takashi Murakami, Bless, Hugo Boss/James Rosenquist, Sarah Caplan, Jean-Charles de Castelbajac, Michael Cepress, Hussein Chalayan,AnnDemeulemeester,YiorgosEleftheriades/ Kristina P., Maurizio Galante, John Galliano, Harry Gordon, Matthew Holloway, Travis Hutchison, Zoe Keramea, Yannis Kyriakides, Bas Kosters, Tao Kurihara pour Comme des Garçons, Helmut Lang, Suzanne Lee, Jean-Paul Lespagnard, Martin Margiela, Irini Miga, Issey Miyake, Jum Nakao, Hiroaki Ohya, Angelo Plessas, Dirk Van Saene, Deepak, Raja Shrestha, Raf Simons, Reiko Sudo/ Nuno, Marcus Tomlinson/Gareth Pugh, Kosuke, Tsumura, UEG, A.F. Vandevorst, Junya Watanabe, Robert Wilson, Vassilis Zidianakis. Exposition

o Jusqu’au 02/02/09 i Mudam, Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

ELO

Inner Exile, Outer limits Grand-Duché – l’exiguïté de son territoire et son ouverture sur le monde – conduit à considérer sa scène artistique comme un condensé des singularités et des jeux d’influences qui animent le champ artistique d’aujourd’hui: entre exil intérieur et limites extérieures. Artistes: Götz Arndt, Jean-Marie Biwer, Gast Bouschet & Nadine Hilbert, Simone Decker, Stina Fisch, Christian Frantzen, Tina Gillen, Tom Hermes, Paul Kirps, Yvan Klein, Filip Markiewicz, Isabelle Marmann, Bertrand Ney, Moritz Ney, Antoine Prum, Dany Prum, Roland Quetsch, Pasha Rafiy, Saskia Raux & Marc Scozzai, Danielle Scheuer, Eric Schockmel, Jean-Louis Schuller, The Plug, Jeanine Unsen, Roger Wagner, Trixi Weis, Vera Weisgerber, Wennig & Daubach. Photo: © Tina Gillen

L’exposition ELO (maintenant en luxem­ bourgeois) propose un instantané de la créa­ tion contemporaine au Luxembourg. Elle présente des œuvres dont la majeure partie a été produite spécialement pour l’exposition par des artistes réunis par le curateur indé­ pendant Christian Mosar. Soulignant qu’il n’y a pas d’art luxembourgeois, tout en montrant des œuvres aux démarches et questionnements variés, ELO entend faire le point sur l’important développement des arts plastiques au Luxembourg au cours de cette dernière décennie. Cette évolution a été favorisée, d’une part, par la mise en place d’une politique culturelle dynamique ainsi que la création de nouvelles institutions dédiées à l’art contemporain, et, d’autre part, grâce au nombre croissant d’artistes vivant au Luxembourg. C’est durant cette décennie que se sont en effet révélés de nouveaux talents alors que, parallèlement, des artistes confirmés ont reconsidéré et réactualisé leurs démarches. Le contexte particulier du

Exposition

o Jusqu’au 02/02/09 i Mudam, Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

Tina Gillen, Jockey, 2004. Huile sur toile, 96 x 75,5 cm.

105 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 105

20.11.2008 17:18:10 Uhr


Photo: Collection Mudam Luxembourg et courtesy galerie Anne Barrault, Paris

Highlights Expositions

Jochen Gerner, Home, 2008, (détail) 12 séries de 28 dessins. Acrylique sur imprimés (Catalogue Ikea US 2008) 22,3 x 18,7 cm (chaque dessin). Production Mudam Luxembourg.

Ena Swansea, Demands. E tats - U n i s

J o chen G e r ne r

Home

Ena Swansea

Illustrateur, auteur de bandes dessinées, dessinateur de presse, notamment remarqué pour ses ouvrages tels que TNT en Amérique et Contre la bande dessinée, Jochen Gerner aborde le vaste champ de l’illustration comme un terrain d’explora­ tion des rapports entre l’écrit et le visuel. Comme d’autres projets précédents, la série de dessins créée pour Mudam, intitulée Home, utilise un procédé d’écriture en négatif, basé sur la relecture d’images et de textes existants par des jeux de recouvrements, de caches, de glissements de sens, mettant en relief les richesses inexploitées mais aussi les zones d’ombre des objets qu’il investit. Pour la série Home, Gerner a travaillé sur l’ensemble des planches du catalogue 2008 d’Ikea, avec comme principe de départ l’idée de vider les espaces du catalogue: toutes les photographies mettant en scène les articles sont recouvertes d’aplats d’encre de différentes nuances de gris pour ne laisser visible que la structure des espaces de prise de vue, tandis que les articles illustrés de manière isolée sont recouverts de formes noires, comme rangés dans des housses. En parallèle à la série Home, l’exposition rassemble également plusieurs séries de Gerner, telles Branchages, une série de dessins téléphoniques, qui jouent, en contraste à Home, sur l’idée de remplissage de l’espace de la page, ou les deux œuvres Terre et Mer, des interventions sur des cartes scolaires anciennes.

Dans ses tableaux new-yorkais, Ena Swansea donne une image sombre de la Big Apple et porte un regard critique et distancié sur ses contemporains. Aux représentations de la vie nocturne des clubs new-yorkais dans lesquelles elle s’intéresse aux mélanges des identités sexuelles, Swansea juxtapose des points de vue inhabituels sur New York, tels que ces vues sur les parades dans les avenues de la métropole, donnant des traits enfantins et menaçants au gigantisme de Manhattan. La préparation très élaborée et inédite des toiles, caractérisée par de nombreuses couches de graphite, donne aux œuvres une atmosphère pluvieuse et minérale, absorbant la lumière ou, selon l’angle de vue, la reflétant avec une brillance glacée. Les formes modelées à larges coups de pinceaux prennent un caractère translucide. Pourtant, cette couche de fond lisse et métallique, qui donne aux couleurs un aspect instable, représente davantage qu’un simple effet optique: elle prête aux œuvres d’Ena Swansea une densité métaphorique supplémentaire. Le choix de ses sujets, prenant souvent comme point de départ des instantanés photographiques, rappelle, par leur cadrage particulier, certains tableaux d’Edgar Degas ou d’Edouard Manet, dont le regard critique sur la modernité de la fin du XIXe siècle semble faire écho au regard attentif et distancé d’Ena Swansea sur ses contemporains du début du nouveau millénaire.

Exposition

Exposition

o 18/12/08 – 02/03/09 i Mudam, Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

o Jusqu’au 02/02/09 i Mudam, Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

106 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 106

20.11.2008 17:18:16 Uhr


Expositions Highlights S o ft M an i pulat i o n

Who is afraid of the new now?

Suns, 2006. Anne Marie Jugnet + Alain Clairet, 6 watercolors on polypropylène. A nne M a r i e J ugnet + A la i n C la i r et

Décrire le reste Une première grande exposition monogra­ phique à caractère rétrospectif et prospectif de ce couple d’artistes inclassable. Avec leurs peintures d’écrans de télévision, leurs sculp­ tures de nuages, leurs néons littéraires et poé­ tiques, leurs installations lumineuses et leurs éditions imprimées, ils créent un univers sin­ gulier empreint de beauté zen. Anne Marie Jugnet et Alain Clairet ne cessent de questionner l’image et de l’explorer par des procédés mettant en jeu différents médias. Sous forme de séries, ils peignent ainsi des neiges d’écrans de télévision, sculptent des nuages, photographient des ciels, reproduisent en peinture des cartographies de déserts ou d’océans, réalisent des néons littéraires et poétiques... Des phénomènes réels, souvent difficilement saisissables, sont le point de départ de leur travail. Leur regard s’attarde sur les marges de l’image, sur la périphérie, là où l’information est rare, voire absente. Il s’ensuit, en général, une réflexion sur les conditions de l’émergence de l’image. Faisant l’objet de traitements techniques variés (photographie, informatique, etc.), les

sujets, en l’occurrence le vide, la disparition, la dématérialisation, deviennent palpables, prennent forme. L’exposition est l’occasion de découvrir les œuvres du début jusqu’aux créations les plus récentes. La lumière prend forme dans une multitude de néons, dont le dernier en date, Décrire le reste, a donné le titre à la rétrospective dans laquelle la perception est sans cesse mise à l’épreuve. Ainsi, dans la série des Sunsets, les artistes tentent de capter, jour après jour, la lumière de couchers de soleil dans des bandes d’aquarelles juxtaposées, tels des ciels liquéfiés. Les peintures récentes de soucoupes volantes et d’extraterrestres inspirés de documentaires télévisés prolongent encore cette démarche conceptuelle, empreinte d’une beauté zen et non dénuée d’humour.

Photo: Courtesy the artist and Paula Cooper Gallery, New-York

Photo: André Morin, Courtesy Galerie Serge Le Borgne, Paris.

L’exposition part du constat d’un phé­ nomène socioculturel que nous som­ mes actuellement nombreux à vivre et s’étend à l’échelle globale. Ce phénomène consiste à provoquer et à entretenir la peur, à normaliser la détention et la restriction, à banaliser la surveillance et à pratiquer la désinformation intentionnelle, le tout sous le prétexte de la garantie de la sécurité, du pouvoir d’achat et de la transparence des réglementations. La manipulation douce est à l’ordre du jour. Les artistes invité(e)s portent un regard inquisiteur sur ces réalités sociales. Ils proposent des moyens de leur faire face en les dénonçant, voire en les défiant. Ainsi, le doute s’immisce dans le système, la peur est parée par de fines manœuvres ludiques, la manipulation contrée par la manipulation et une bonne dose de liberté artistique. Artistes: Alexandra Croitoru, Köken Ergun, Sagi Groner, Per Hasselberg, Saskia Holmkvist, Carlos Motta, An-My Lê, Ferhat Özgür, Jenny Perlin, Lisi Raskin, Bert Theis, Måns Wrange, Carey Young,... (liste non-exhaustive). Un catalogue de l’exposition paraîtra dans le courant du mois de février 2009.

Carey Young, Everything You’ve Heard is Wrong, 1999, Single channel video; colour, sound. 6 mins 35 secs, looped. Exposition

o 20/12/08 – 01/03/09 i Casino Luxembourg Forum d’art contemporain, Luxembourg t 22 50 45 w www.casino-luxembourg.lu

Exposition

o Jusqu’au 7/12 i Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain, Luxembourg, t 22 50 45 w www.casino-luxembourg.lu

107 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 107

20.11.2008 17:18:23 Uhr


Highlights Expositions

P r o ject R o o m

Janek Simon L’artiste polonais Janek Simon réalise des installations interactives, des maquet­ tes et des objets électroniques à partir d’informations glanées sur Internet et dans les livres. Le but de l’artiste polonais est de rassembler un maximum de données pour ensuite les utiliser ou les détourner à ses propres fins. Ces informations sont à la portée de tout le monde, à chacun de les utiliser comme bon lui semble. L’artiste crée ainsi ses propres programmes informatiques, des animations et même une montre digitale, avec pour seul guide son insatiable curiosité. En 2004, Janek Simon participait au projet Re:Location Academy /Shake Society. Au terme de cette résidence de sept semaines à Luxembourg, l’artiste présentait au Casino Luxembourg sa propre rétrospective sous forme de maquette. Contrairement à cette rétrospective miniature, son nouveau projet prend la forme d’une installation intelligente qui manipule notre perception et contrôle en quelque sorte l’exposition en en faisant une présentation aléatoire.

Exposition

o 20/12/08 – 25/01/09 i Casino Luxembourg Forum d’art contemporain, Luxembourg t 22 50 45 w www.casino-luxembourg.lu

Médaillon de l’empereur Gratien, 375 ap. J.-C., Machtum, diam.2,7cm. L’ o r de la M o selle

Le trésor romain de Machtum, cadeau impérial En avril 1958, des travaux de dragage dans la Moselle menèrent à la découverte de nom­ breuses monnaies en or. La nouvelle se répan­ dit rapidement et déclencha une véritable ruée vers l’or: pas une seule pièce ne prit place dans les collections du Musée. Ce trésor unique, qui sombra en 375 ap. J.-C. dans la Moselle, a été reconstitué à l’occasion du cinquantenaire de sa découverte. Il se composait de plus de 100 monnaies romaines en or, dont nombre de médaillons très rares d’une taille exceptionnelle. On avait découvert à Machtum l’un des plus grands trésors de l’Antiquité tardive. Le trésor de Machtum fut attribué lors d’une cérémonie exceptionnelle de la cour impériale à Trèves, la largitio. L’empereur en personne remit des cadeaux en métal précieux à de hauts dignitaires civils et militaires de l’empire romain. Ces dons impériaux, les donativa, avaient une haute valeur matérielle et symbolique. Il s’agissait de pièces et médaillons en or et en argent, de plats en argent, de lingots d’or et d’argent ainsi que de bijoux en or. Les dignitaires gardaient ces distinctions officielles durant des décennies. Seule une douzaine de trésors comparables sont connus dans l’ensemble de l’empire romain. Grâce au concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France et du Kunsthisto­risches Museum de Vienne, ainsi que de nombreux autres musées, ces trésors ont pu être réunis dans le cadre de cette exposition. Parmi les 250 prêts, l’argenterie provenant de Munich et Augst côtoie le médaillon en or d’Arras, le plus spectaculaire de l’Antiquité tardive, ou le plus lourd médaillon romain pesant 472 g, et provenant du trésor de Szilágysomlyó. | C.B.

F o ss i les

Coquilles coquines Coquillages, escargots, céphalopodes...… La nou­ velle exposition temporaire présente l’histoire naturelle et culturelle d’un groupe d’animaux qui a depuis toujours fasciné l’homme: les mollusques. Grâce aux variations infinies de formes et de couleurs, les coquilles des mollusques, qu’il s’agisse de celles d’escargots, des coquillages ou des seiches, constituent l’objet naturel le plus collectionné, estimé et échangé au cours de l’histoire de l’homme. A l’occasion de cette exposition, hormis la partie dédiée à la biologie et l’écologie des mollusques, une large place sera laissée à l’évolution des mollusques au cours des temps et à l’intrigante relation entre les mollusques (ou plutôt leur coquille) et l’homme. Coquilles coquines permet également d’avoir un aperçu des riches collections du natur musée qui regroupent un grand nombre de fossiles, parmi lesquels de vrais trésors scientifiques comme le plus ancien fossile de pieuvre vieux de 90 millions d’années, présentés pour la première fois au public. Comme d’autres pièces venant du Liban, ce fossile se caractérise par la conservation de sa musculation qui a permis aux chercheurs d’observer son anatomie en détail. L’exposition montre ainsi les dernières découvertes scientifiques dans ce domaine et offre une plongée captivante dans le monde des mollusques. | C.B. Exposition

o Jusqu’au 30/08/09 i Musée national d’histoire naturelle – natur musée, Luxembourg, t 46 22 33 1 w www.mnhn.lu

Exposition

o Jusqu’au 18/01/09 i Musée national d’Histoire et d’Art, Luxembourg t 47 93 301 wwww.mnha.etat.lu

108 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 108

20.11.2008 17:18:31 Uhr


Expositions Highlights

G r avu r es

L’estampe contemporaine Créée en 2004, mediArt a choisi de pérenniser la création artistique et intellectuelle du Luxembourg et des régions voisines et a pour ce faire réa­ lisé plusieurs beaux projets parmi les­ quels des éditions limitées de gravures originales d’artistes de la région. Ainsi, chaque année, mediArt présente une série d’estampes limitées accompagnées de poèmes sous le titre Quatre artistes - vier Künstler, quatre pays - vier Länder. L’édition 2008 réunit Marc Frising (L), Thill-Neu (D), Paul Dumont (B) et Arthur Luis Piza (F). Poèmes de Jean Portante. Une très belle série d’œuvres des artistes des précédentes éditions fera également partie de l’exposition. Parmi ces artistes, Isabelle Lutz (LU), Gabriele Eickhoff (DE), Roger Bertemes (LU), Jo Enzweiler (DE), Armand Strainchamps (LU), Maurice Pasternak (BE), Seiji Kimoto (DE), Annette Weiwers-Probst (LU), Ann Vinck (BE). Une sélection très limitée d’œuvres du travailleur de la ferraille Jeannot Bewing sera également présentée.

L u x emb o u r g

The City Of Short Distances L’exposition présente un ensemble de photo­ graphies sur la ville de Luxembourg des pho­ tographes du Club Photo des Institutions Européennes à Luxembourg (CIEL). Le Grand-Duché de Luxembourg, situé géographiquement au cœur de l’Europe, a des frontières communes avec l’Allemagne, la Belgique et la France. Une population européenne de multiples nationalités y vit ensemble, pays et ville forment de cette façon un centre multinational et multiculturel. Le thème de l’exposition City of short distance permet de multiples interprétations. D’une part, il se réfère à la situation géographique, économique et culturelle et à la situation de l’infrastructure. D’autre part, il se réfère au franchissement des frontières dans des domaines politique, psychologique, artistique, émotionnel, et surtout aux échanges et à la réalisation commune d’idées. Les exposants venant de différents états membres ont capté des instants qui révèlent au spectateur les différents aspects de la photographie: l’instant fugitif qui reste imprimé sur le cliché, la photo comme acte

artistique qui documente, témoigne, commente jusqu’à toucher le spectateur. De photo en photo, de série en série, la vision change. Les œuvres présentent, entre autres, la densité d’une ville en perspective panoramique, la juxtaposition d’espace habitation et nature, juxtaposition d’aujourd’hui et du passé, le système véloh! introduit avec succès cette année, des impressions captées au nouveau Terminal A de l’aéroport, des témoignages d’une économie globale, des images des nomades d’aujourd’hui et des foules de consommateurs dans des centres commerciaux et beaucoup plus… De multiples interprétations tel un livre ouvert présentant les diverses visions d’une ville et de ses courtes distances. | C.B. Exposition

Œuvre de Isabelle Lutz. Exposition

o 13/12/08 – 04/01/09 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg. Organisé par mediArt en collaboration avec le CCRN

o 03/12 – 08/12 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg. Entrée libre. w www.ciel.lu q Organisé par CIEL – Club Photo des Institutions Européennes à Luxembourg

109 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 109

20.11.2008 17:18:36 Uhr


Photo: Herbie Yamaguchi

Highlights Expositions

Wash i dans les A lpes jap o na i ses

Tung-Wen Margue – Herbie Yamaguchi Une exposition unique en son genre que le peintre luxembourgeois Tung-Wen Margue qualifie lui-même de dialogue entre un artiste luxembourgeois et un artiste japonais. Tung-Wen Margue, premier artiste luxembourgeois en résidence au Japon, réalise des œuvres surprenantes au printemps 2007 alors que le photographe Herbie Yamaguchi pointe son objectif pour capter les émotions les plus diverses du peintre au travail, lors de rencontres avec la population locale et dans la découverte de l’environnement. L’artiste qualifie d’expérience inoubliable le fait d’avoir pu travailler son propre papier à partir du kozo, un arbuste de la famille du mûrier, que lui fournissait l’atelier de fabrication artisanale de papier washi Uchiyama. En créant des œuvres en papier, il souhaite inciter d’autres artistes à utiliser le papier comme medium de création. L’exposition des œuvres a été organisée à Kijimadaira, village intimement lié au Luxembourg depuis les jeux olympiques d’hiver de Nagano

en 1998. Les œuvres réalisées au Japon ont ensuite été présentées dans la galerie de l’Ambassade du Luxembourg au Japon. Herbie Yamaguchi est l’auteur d’une série de photos sur le Luxembourg et les Luxembourgeois, Timeless in Luxembourg présentée à Tokyo dans le contexte de la visite d’Etat de LL.AA.RR. le Grand-Duc et la Grande-Duchesse au Japon en avril 1999. Il était donc un candidat idéal pour documenter l’an dernier le travail du peintre luxembourgeois Tung-Wen Margue à Kijimadaira. Un véritable dialogue s’est instauré entre les deux artistes dont témoignent quelque mille photos. Un florilège permettra de saisir les émotions vécues par Tung-Wen Margue.

Exposition

o 14/12/08 – 28/01/09 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg. Organisé par le CCRN en collaboration avec Promotion Culture Japon-Luxembourg 95

110 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 110

20.11.2008 17:18:42 Uhr


eXPoSition / aUSStellUnG / eXHibition 28/11/2008 – 07/ 06/2009

MUSÉE d’HISTOIRE

Collaboration

de la VILLE de LUXEMBOURG 14, rue du Saint-Esprit L-2090 Luxembourg TEL (+352) 47 96 45 00

Partenariat

musee@vdl.lu

Archevêché du Luxembourg

w w w. m h v l . l u Anzeige 230x300mm.indd 1

13.11.2008 15:09:22 Uhr


Highlights Expositions

M o n i ca H e r nande z

Ethereal Reality Monica Hernandez offre une vision colorée et engagée de la société qui l’entoure au travers d’un univers fait de papiers recyclés et de rêves. Ses créations sont autant de petits mondes à (re)découvrir. D’origine colombienne et espagnole, Monica Hernandez a vécu toute son enfance en Colombie, elle a ensuite étudié aux Beaux-Arts de Madrid et a déménagé à New York pour étudier le cinéma et la réalisation. Son travail a été montré dans différentes galeries, en Espagne, au Canada et aux Etats-Unis, à New York et au Centre Sud d’art de Floride, qui l’a accueilli récemment en résidence. Le travail de Monica Hernandez a également été choisi par l’artiste Cornelia Parker pour faire partie des 10 000 artistes sélectionnés par la fameuse Galerie Saatchi de Londres lors de son premier show en 2006. Depuis, Monica Hernandez a entamé de nombreuses collaborations artistiques avec des artistes internationaux. L’univers de papier de la jeune artiste est très urbain et caricatural, tout en montrant les travers de la société de consommation avec une touche de poésie et de féminité. Il est le reflet de ses voyages et de ses rencontres. Ethereal reality offre une série de dessins, d’installations et de vidéos qui décrivent «une même réalité selon différents points de vue. Ils s’entrelacent dans une toile de rêve et de pensées qui donnent naissance à un nouvel univers». | C.B.

Exposition

o Jusqu’au 20/12/08 i Galerie Nordine Zidoun 101, rue Adolphe Fischer, Luxembourg w www.galeriezidoun.com

M a r la Ruthe r f o r d

Submit Les photographies de Marla Rutherford mon­ trent un univers surréaliste dans lequel se ren­ contrent des gens issus de mondes différents. Ses portraits fictionnels excentriques très proches de la performance engendrent des situations incongrues. Le fantasme intervient de façon récurrente dans des scènes quotidiennes. L’originalité de son travail réside dans la juxtaposition d’images d’en­fants ou de vieillards avec des portraits de sadomasochistes et de fétichistes. En les faisant poser dans des environnements ordinaires, la photographe marie étrangeté et banalité, permettant ainsi aux spectateurs de se familiariser avec les gens dont les pratiques sont perçues

comme déviantes. Dans ses photographies aux couleurs vives, Rutherford utilise un langage proche de celui de la publicité pour séduire le spectateur. Les portraits de personnes représentant la contre-culture américaine sont traités en lumière naturelle comme des sujets ordinaires, tels un bébé souriant ou une vieille dame assise dans son salon. | Nathalie Herschdorfer. Exposition

o Jusqu’au 10/01/09 i Galerie Clairefontaine, Espace 1. 7, place Clairefontaine, Luxembourg

112 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 112

20.11.2008 17:18:52 Uhr


Expositions Highlights

G r o upe

Baelen, Grunewald, Vosters

Photo: Courtesy Nosbaum & Reding

Une nouvelle exposition de groupe de trois jeunes artistes belges dont les tra­ vaux sont liés par leur côté graphique. Si les travaux de Steven Baelen (né en 1981), Manor Grunewald (né en 1985) et Vadim Vosters (né en 1979) sont liés par leur côté graphique, les pratiques de ces artistes diffèrent. Steven Baelen est connu pour ses dessins au crayon, qui couvrent entièrement les espaces qu’il investit, ainsi que pour ses peintures, aux taches de couleur abstraites. Manor Grunewald dessine sur de petites feuilles. Il y combine dessin au feutre et collage. Ces petits travaux sont rassemblés à la galerie en une grande peinture murale. Vadim Vosters quant à lui utilise des projections afin de compléter ses propres peintures. Dans une pièce sombre se superposent ainsi différentes impressions, qui rappellent les premiers travaux de James Ensor.

S chlachtplan B

Joachim Van der Vlugt Schlachtplan B, zugegeben ein ziemlich marti­ alischer Titel, jedoch kommt er dem Thema der Ausstellung sehr nahe. Konflikte und die Bewältigung dieser haben seit jeher einen grossen Einfluss auf unser aller Leben gehabt. Man könnte sogar sagen, unsere ganze Ge­schichte besteht nur aus Konflikten. Der vermeintlich freie Mensch unserer Zeit und Gesellschaft kämpft in Wahrheit fort­während gegen Barrieren an oder versucht, diese zu errichten. Von diesem Kampf zwischen Zwängen und Verlangen, Selbstschutz und Einsamkeit handelt diese Ausstellung. Exposition

o Jusqu’au 10/01/09 iGalerie Clairefontaine, Espace 1, 7, place Clairefontaine, Luxembourg. w www.galerie-clairefontaine.lu

Mette Winckelmann, Abstract Composition Strawberry Liquor for the Wife, 2008. M ette W i nc k elmann

Digging with Spoons Une première exposition personnelle de l’ar­ tiste danoise Mette Winckelmann au Luxem­ bourg. Mette Winckelmann (née en 1971 au Danemark) prolonge le champ de la peinture abstraite à travers ses collages de textile. En contrepoint aux positions abstraites traditionnellement masculines que l’on trouve dans l’histoire de l’art, l’artiste a trouvé une variation propre pour se rapprocher d’un univers non figuratif. Elle transfère ses compositions qu’elle conçoit d’abord en acrylique sur de la toile - à des œuvres sur et en étoffe à plusieurs couches. Leur fabrication artisanale spontanée leur confère une surprenante légèreté. Son intervention dans l’espace côté corniche de la galerie est à la fois subtile et calculée: elle corrige les travers des murs historiques, retrace les proportions de l’espace, et combine ses travaux abstraits avec deux vases placés au milieu de la salle, qu’elle a spécialement fait produire pour cette exposition. Exposition

o Jusqu’au 03/01/09 i Nosbaum & Reding – Art contemporain. 4, rue Wiltheim, Luxembourg t 26 19 05 55 w www.nosbaumreding.lu

Photo: Courtesy Nosbaum & Reding

Diese Ausstellung handelt von Selbstschutz und Einsamkeit.

Manor Grunewald, Science, 2008, collage, autocollant, feutre, 11,7 x 16,7 cm. Exposition

o Jusqu’au 03/01/09 i NNosbaum & Reding – Art contemporain 4, rue Wiltheim, Luxembourg t 26 19 05 55 w www.nosbaumreding.lu

113 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 113

20.11.2008 17:18:58 Uhr


Highlights Expositions

A r ch i tectu r e

Parallèle

Photo: Nicolas Fussler

De l’habitat au lotissement, des zones commerciales aux centres-villes, cette exposition croise le regard de trois photographes sur Thionville, Luxem-­ bourg, Saarbruck, Belval ou le bassin de Longwy. Crée en partenariat avec la Maison de l’Architecture de Lorraine, la Chambre des Architectes de Sarre, le projet vise à présenter de manière poétique et didactique, ces entités urbaines nouvelles et d’en révéler la richesse et la diversité. L’exposition est produite par Fondation de l’Architecture et de l’ingénierie, la Maison de l’Architecture de Lorraine et la Chambre des Architectes de la Sarre. Directeur Artistique: Kenneth Rabin Photographes: N. Fussler, P. Volpez – C. Weber. Auteurs: Nadège Agard, Paul ­Landauer. Traduction: Fabrice Dumont.

Vue de l’IT Park Saarbrücken. Exposition

o Jusqu’au 17/01/09 i Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, Luxembourg t 42 75 55 w www.fondarch.lu

G r o upe

Time Square Un temps (multiple) un lieu (multiple) se croisant à un moment donné. Time square cible des œuvres s’inscrivant dans une lecture sur un temps et un lieu défini et à chaque fois différent. Les œuvres présentes dans Time Square privilégient des réflexions sur la forme, le temps, le virtuel, l’invisible présent, ouvrant les registres de nos contextes contemporains. Déstabilisateurs, bénéficiant de cette perte des valeurs classiques pour les remettre sur orbite. Les photos-performances des légendaires Anna & ­Bernhard Blume, dont la dernière exposition au Hamburger Bahnhof à Berlin a remis ces artistes de nouveau au devant de la scène, leur nouvelle série Abstrakte Kunst en découd avec les minimalismes sacrés. Images appelées aussi: dé-construction. Images de la vie. Les formes minimales tant prisées se sont avec le temps usées et deviennent de la décoration. Ainsi, les principes esthétiques du Bauhaus et de Stijl se sont banalisés aussi bien dans la production artistique que dans le design et l’architecture. L’artiste islandaise Gudny Gudmundsdottir a repris la phrase de Coco Chanel: «la mode est démodée dès qu’elle apparaît sur scène». Elle fait un travail sur le temps, les coupures, des dessins construits comme un kaléidoscope. Les nouveaux travaux de Ellen Kooi confrontent ses personnages avec la mise en scène d’un réel

ambiguë. Filip Markiewicz nous surprend par un dessin en hommage à une personne emblématique, présente à un moment donné, dans un lieu donné. La vidéo d’Yves Netzhammer Furniture of Proportions 2008 nous rappelle sa présence avec Christine Streuli, Ugo Rodindone et Urs Fischer dans le pavillon Suisse à la Biennale de Venise 2007, une suite d’objets et de personnages manipulés par notre histoire à une vitesse vertigineuse. Edmond Oliveira poursuit froidement sa recherche de la vie très réelle d’un monde virtuel. Roland Quetsch présentera des dessins nouveaux en phase avec Time Square. Chez Tatiana Trouvé le monde se déploie dans des interstices, des intervalles et des transmutations. Su-Mei Tsé quant à elle s’intéresse aux arrêts sur un moment et la multiplicité des résultats ainsi possibles. Y entrent en compte les arrêts sur l’histoire, le son, la respiration. Comme les échos qui paraissent parfois onduler en avant et en arrière, Ces anticipations psychologiques sont la preuve d’une cogitation minutieuse et d’une réflexion bien pesée.

Exposition

o 18/12/08 – 21/02/09 i Beaumontpublic. 21A, avenue G. Diderich, Luxembourg w www.beaumontpublic.com

114 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 114

20.11.2008 17:19:02 Uhr


Une nouvelle agence de voyages tout près de chez vous Demy Schandeler, fidèle à sa philosophie “voyager à l’aise”, vous accueille au Limpertsberg (1, rue Ermesinde) dans des locaux spacieux et modernes. De l’excursion journalière jusqu’au tour du monde… vos voyages sur mesure et selon vos besoins: – – – –

Autocar, avion, bateau Voyages individuels ou en groupe Réservation d’hôtels Réservation de billets d’avion et de train

Dans une ambiance raffinée, une équipe expérimentée vous conseille et vous aide à préparer vos plus beaux séjours. ue P a s te

Ave n

e

ier

esi

nd

.S P

rm

eN

ue P a s te

en

de

la F aïe

eH

ue

ri V

Ru

Ave n

ur

II

eE

Ru

Votre agence est ouverte: Lu-Ve de 09.00 à 18.00 Sa de 10.00 à 12.00

ur

n ce

Ru

Ave n

re t

Venez découvrir ce nouveau lieu du voyage!

-

Nos partenaires

.....

1, rue Ermesinde I Luxembourg I Tél. +352 22 11 88 22, rue de Kehlen I Keispelt I Tél. +352 30 01 46-60 Shopping Center Topaze I Mersch I Tél. +352 32 56 33 www.demyschandeler.lu

verti RDV.indd 1

21/11/08 9:55:53


CinĂŠma

RĂŠtrospective Marx Brothers Marx Brothers retrospective

116 11_4_p_116_119_Highlights_cinematheque.indd 116

20.11.2008 17:02:52 Uhr


Cinéma Highlights

Rétrospective Marx Brothers

Marxism Reloaded (1) W

ell, art is art, isn’t it? Still, on the other hand, water is water! And east is east and west is west and if you take cranberries and stew them like applesauce they taste much more like prunes than rhubarb does. Now, uh... now you tell me what you know. (Groucho Marx) Les Marx Brothers font partie de ces personnages immortels qui peuplent notre mémoire. Tout le monde connaît Groucho, l’apôtre du langage torrentiel et de l’absurdité érigée en règle d’or; Harpo, le bulldozer angélique et glouton, qui ne s’exprime que par grimaces et sifflements; et Chico, ce mélange détonnant d’ignorance satisfaite et de ruse… Immigrés juifs de la seconde génération, les Marx ont dû de bonne heure faire preuve de leur talent, à travers d’interminables tournées qui finirent par les mener

sur les planches de Broadway avant d’en faire des monstres sacrés d’Hollywood. Iconoclastes d’anthologie, parasites de génie, les Marx sont tout à la fois agressifs et innocents, humains et inhumains, voraces et immatures, subversifs et désarmants. Derniers géants du cinéma burlesque, ils nous font suivre une cure de jouvence, leur fraîcheur ne s’étant jamais altérée. Les aimer, c’est participer à un rituel, c’est être illuminé par leur univers, tout à la fois poétique et moderne. (Yves Alion) Cinema

o 01/12- 18/12 q Programme détaillé: brochure mensuelle de la Cinémathèque (abo gratuit: t 47 96 26 44) ou w www.cinematheque.lu

117 11_4_p_116_119_Highlights_cinematheque.indd 117

20.11.2008 17:02:52 Uhr


Highlights Cinéma Pa u l N e w m a n

Rebel & Gentleman (2) Jouer paraissait plus facile que mettre en scène. En fait, la mise en scène semblait une telle contrainte que je ne me sentais pas enclin à faire l’effort nécessaire jusqu’au jour où j’ai été littéralement poussé dedans. (Paul Newman, 1973). Newman-réalisateur ou l’osmose Newman-Woodward… «Contrairement à Clint Eastwood, Newman est resté réalisateur occasionnel (laissant s’écouler douze ans entre son troisième et son quatrième film), et a subordonné sa carrière de cinéaste à sa carrière d’acteur. On peut le regretter, car ses deux premiers films ont non seulement révélé un vrai talent de metteur en scène, mais un type de sensibilité peu ordinaire dans le cinéma américain. Ce talent, cette sensibilité, il les a mis au service de ceux de sa femme, l’actrice Joanne Woodward, qui joue dans tous ses films et est le personnage central de trois d’entre eux. L’osmose créatrice entre ces époux-partenaires est remarquable; ­Woodward, à n’en pas douter, a joué un rôle déterminant dans le choix des sujets que son mari a dirigés». Bertrand Tavernier, J.-P. Coursodon, 50 ans de cinéma américain, Ed. Nathan. Cinéma

o 01/12 – 16/12 i Cinémathèque, Luxembourg w wwww.cinematheque.lu

Soirée film-discussion

Jérusalem, ville ouverte En collaboration avec le Comité pour une Paix Juste au Proche-Orient , dans le cadre du 60e Anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, sous le patronage de la Commission Consultative des Droits de l’Homme du Grand-Duché de Luxembourg, la Cinémathèque propose une soirée-discussion, en présence de Mohammed Alatar. Jérusalem est une ville sainte pour les trois grandes religions monothéistes: juive, chrétienne et musulmane. Occupée onze fois et détruite à cinq reprises, Jérusalem est depuis près de 1500 ans l’objet de graves conflits pour sa possession. Mohammed Alatar, réalisateur palestinien et militant des Droits de l’Homme de longue date, est né dans un camp de réfugiés en Jordanie et réside actuellement aux Etats-Unis. Son premier film The Iron Wall/ Le Mur de Fer (2006), recommandé par l’ex-Président Jimmy Carter dans son livre Palestine: Peace not Apartheid, a été particulièrement remarqué à l’étranger

comme au Luxembourg. Son nouveau film documentaire East Side Story nous informe sur une question-clé du conflit israélo-palestinien: l’histoire récente de la ville de Jérusalem, son statut, le grignotage territorial et démographique de Jérusalem-Est et les enjeux du conflit«Il s’est agi pour nous de présenter au monde la problématique de la Ville de Jérusalem, car sans Jérusalem il n’y a pas de paix». «Pour les deux côtés, Jérusalem c’est tout d’abord la vieille ville et les lieux saints. Où réside alors le problème? Pourquoi ne pourrions-nous pas tous aller à nos lieux saints, musulmans, juifs et chrétiens?» (Mohammed Alatar). La projection sera suivie d’un débat en présence de Mohammed Alatar. Cinéma

o 08/12 u 20h30 i Cinémathèque, Luxembourg w wwww.cinematheque.lu

118 11_4_p_116_119_Highlights_cinematheque.indd 118

20.11.2008 17:02:58 Uhr


Cinéma Highlights

s o i r é e - d é b at

Bloody cartoons Dans le cadre du cycle de cinéma Why Democracy?, en collaboration avec Frères des Hommes et Steps International, et avec le soutien du Ministère des affaires Etrangères et de l’Immigration, la Direction de la Coopération au Développement, la Cinémathèque propose une soirée-débat illustrée par le documentaire Bloody Cartoons. Le projet Why Democraty? a été initié par l’asbl sud-africaine Steps International, qui travaille dans la production de films et documentaires des projections de documentaires tournés dans une vingtaine de pays sur ce que signifie la démocratie, ses défis et ses vertus. Des dizaines de chaînes de télévisions dans le monde, dont Arte, se sont associées au projet. Les films abordent chacun à leur manière les notions de liberté, de citoyenneté, de démocratie et viennent secouer nos idées reçues, souvent perçues comme des réalités absolues. Quand douze caricatures du prophète Mahomet sont publiées en septembre 2005 dans un journal indépendant danois, la controverse s’empare du pays et se propage bientôt au monde entier. Jugés racistes, les dessins provoquent de violentes protestations au sein de certaines communautés musulmanes. Plusieurs pays du Proche-Orient boycottent les exportations du Danemark et les ambassades du pays, mais aussi celles de Suède et de Norvège, sont attaquées. Comment une telle escalade a-t-elle pu avoir lieu? Le respect de l’islam doit-il elle conduire à l’autocensure? Réalisé par Karsten Kjaer, un journaliste connu au Danemark, le documentaire Bloody Cartoons percutant vous emmène au cœur de la polémique sur l’affaire des dessins de Mahomet du Danemark jusqu’en Iran (où il a interviewé des manifestants) en passant par le procès de Charlie Hebdo et des scènes comiques. Comme celle où Youssef al-Qaradhawi, le prédicateur d’Al-Jazira responsable des principales consignes contre ces dessins semble les découvrir pour la première fois... après coup. Karsten Kjaer est journaliste, réalisateur et producteur. Il a travaillé comme correspondant étranger pour les medias avant de rejoindre la télévision. Il a produit plus de 200 programmes pour les télévisions européennes et danoises. La projection sera suivie d’une discussion autour du principe de la liberté d’expression, en présence, entre autres, du caricaturiste Guy W. Stoos. (Neie Feierkrop, Woxx). Cinéma

R é t r o s p e c t i v e B e rt r a n d Tav e r n i e r

La Passion Cinéma (1) En collaboration avec l’Ambassade de France, Bertrand ­Tavernier sera l’invité (le 7 janvier) de la Cinémathèque, qui lui consacre également une rétrospective. Insolents, lyriques, enracinés dans leur époque, les films de Bertrand Tavernier ne peuvent laisser indifférents. Ils témoignent de sa passion pour l’Histoire, de son engagement pour les justes causes et surtout de sa grande connaissance du cinéma. A 67 ans, il est l’un des plus grands cinéastes français en activité. Cinéaste inclassable pour qui chaque nouveau film est un défi. A l’image de ses maîtres hollywoodiens, Tavernier refuse d’enfermer son art dans une thématique et une esthétique définitives. Ayant repoussé les chemins de la facilité, il doit à chaque fois refaire ses preuves, convaincre les producteurs, se battre comme s’il s’agissait de son premier film. Cinéaste de l’après Nouvelle Vague, il retient de celle-ci les méthodes de tournage. Il filme sur le vif, favorisant les longs plans séquences, suivant au plus près les comédiens. Bannissant l’aspect reconstitution, même lorsqu’il s’agit de films historiques, il préfère les décors naturels aux studios. De la génération des années 30 et 40, il retient son goût pour les acteurs, les dialogues, les scénarios. Son approche du cinéma doit beaucoup à Jean Renoir, Jacques Becker, François Truffaut et Claude Sautet. L’influence du cinéma américain, notamment son amour du western, le pousse à filmer large, utilisant avec bonheur le format scope. Sa passion pour la série B lui donne une efficacité rare. Cinéma

o 2/12 - 18/12 i Cinémathèque, Luxembourg w wwww.cinematheque.lu

o 17/12 u 20h30 i Cinémathèque, Luxembourg w wwww.cinematheque.lu

119 11_4_p_116_119_Highlights_cinematheque.indd 119

20.11.2008 17:03:02 Uhr


Week-ends à la Cinémathèque Cinéma Paradiso les dimanches à 15h00 Cf. pages spéciales

Comedy Classics Vendredi 18h30 Ex Libris Vendredi 20h30

Sense and Sensibility Samedi 20h The Last Picture Show Samedi 22h Cine XXL Dimanche 17h

Panthéon Dimanche 20h30

05/12

Theo gegen den Rest der Welt

60e anniversaire de Marius Müller Westernhagen. Deutschland 1980 | vall | 104’ | c | De: Peter F. Bringmann |  Avec: Marius Müller-Westernhagen, G. Gagliardi, C. Demarmels «Als Rock-Sänger hatte sich Marius Müller Western­hagen damals einen Namen gemacht als Schauspieler war es auch schon seine sechste Produktion und mit Abstand die erfolgreichste». (Moviemaster)

05/12

The Apartment

12 /12

USA 1960 | vostf | 123’ | De: Billy Wilder | Avec: Jack Lemmon, Shirley MacLaine, Fred MacMurray The Apartment évoque avec une férocité jubilante le monde des bureaux, avec ses intrigues, ses pièges et ses tentations. Moraliste et romantique inavoué, Wilder mêle avec une extrême virtuosité satire, comédie urbaine et mélodrame, et dresse le portrait définitif du bureaucrate moderne.

12 /12

A Farewell to Arms

Une femme à sa fenêtre

USA 1932 | vo | 78’ | c | De: Frank Borzage | Avec: Helen Hayes, Gary Cooper, Adolphe Menjou  | D’après le roman d’Ernest Hemingway «Adaptation charnelle et lyrique de l’œuvre de Hemingway. Formidables images de la guerre, inspirées de Metropolis et du Cabinet du docteur Caligari. Les censeurs ont gommé la sensualité trop explicite des scènes d’amour et ont rajouté un plan où deux mains échangent des anneaux». (Télérama)

85e anniversaire de Jorge Semprún. France 1976 | vo | 110’ | c |  De: Pierre Garnier-Deferre | Avec: Romy Schneider, Philippe Noiret, Victor Lanoux | D’après le roman de Jorge Semprún «Le soleil écrase les paysages grecs, le monde est prêt à basculer. La narration est belle et élégante, alors que la passion couve. Un film romanesque à souhait où évolue une actrice superbe, lumineuse et d’une étonnante présence sensuelle: Romy Schneider». (Tulard, Guide des Films)

06/12

13/12

The Shipping News

The Winter Guest

USA 2001 | vostf | 111’ | c | De: Lasse Hallström |  Avec: Kevin Spacey, Julianne Moore, Judi Dench   «L’histoire d’un homme qui se découvre en découvrant ses racines. Un film rugueux comme peut l’être le temps à Terre Neuve. Une photo splendide: un peu de fantastique, beaucoup de mère Nature, une grosse dose de psychanalyse, les longues jambes dénudées de Cate Blanchett et le sourire tendre de Julianne Moore». (Allociné)

USA 1997 | vostf | 108’ | c | De: Alan Rickman |  Avec: Emma Thompson, Phyllida Law, Gary Hollywood «Dans cette magnifique représentation de la relation entre mères et filles, Phyllida Law et Emma Thompson (mère et fille dans la vie) sont magistrales. Et que dire de la qualité de la photographie! Rickman, aussi bon devant que derrière la caméra, révèle ici toute l’ampleur de sa sensibilité». (Allociné)

Deep Throat

06/12

In memoriam Gerard Damiano. USA 1972 | vostf | 72’ | c |  De: Gerard Damiano | Avec: Linda Lovelace, Harry Reems, Dolly Sharp Un immense succès et une date dans l’histoire du film pornographique, celui-ci fut le premier exploité officiellement aux Etats-Unis. Influencé dans le fond, comme dans la forme, d’Andy Warhol. Interdit aux moins de 18 ans.

Jurassic Park

07/12

In memoriam Michael Crichton. USA 1993 | vostf + all | 127’ | c |  De: Steven Spielberg | Avec: Sam Neill, Laura Dern, Jeff Goldblum «Etre le roi du box-office n’empêche pas Spielberg d’être aussi un bon cinéaste. Il le prouve une fois de plus ici, avec ce film d’épouvante. Même si à la fin la morale est sauve, le film fait la part belle à l’humour macabre. Un conte préhistorique et moderne». (Télérama)

L’Atalante

07/12

France 1934| vostang | 89’ | De: Jean Vigo | Avec: Michel Simon, Jean Dasté, Dita Parlo Chef-d’œuvre poétique du cinéma français. Vigo mourut avant le montage du film qui fut affublé pour des raisons commerciales d’un autre titre: Le chaland qui passe. Le film ne fut reconstitué que bien plus tard, avec ce style unique, constamment déchiré, faisant surgir d’une manière surréaliste la vérité des êtres.

13/12

Whatever Happened to Baby Jane

25e anniversaire de la mort de Robert Aldrich. USA 1962 |  vostf | 132’ | c | De: Robert Aldrich | Avec: Bette Davis, Joan Crawford, Victor Buono. «Aldrich montre que l’usine à rêves hollywoodienne est surtout une fabrique de cauchemars et commence par enfermer le spectateur dans un huis clos étouffant entre deux monstres, deux stars vieillissantes». (Télérama)

14/12

Fanny et Alexandre

Fanny och Alexander Suède 1982  | vostf | 188’ | c |  De: Ingmar Bergman | Avec: Borje Anlestedt, Erland Josephson, Harriet Andersson Un film somptueux (séquence de la fête de Noël!) où se retrouvent les obsessions de Bergman: le paradis des joies familiales opposé à l’enfer du puritanisme religieux. Eblouissant!

14/12

Voyage au début du monde

100e anniversaire de Manuel de Oliveira. Viagem ao princípio do mundo Portugal-France 1997| vofr | 95’ | c | De: Manoel de Oliveira | Avec: Marcello Mastroianni, Jean-Yves Gautier, Leonor Silveira «Un journal intime déguisé, serein et ironique, décliné sous le signe du jeu et d’un hommage affectueux à Mastroianni (son dernier rôle)». (Télérama)

120 11_4_p_120_121_Highlights_weekend.indd 120

20.11.2008 17:09:37 Uhr


La Bûche

19/12

France 1999 | vo | 106’ | c | De : Danièle Thompson |  Avec: Sabine Azéma, Emmanuelle Béart, Charlotte Gainsbourg «Pour son premier essai derrière la caméra, Danièle Thompson signe une comédie familiale à fleur de peau et à fleur de cœur sur un sujet délicat: la difficulté d’aimer et de se comprendre». (Le Figaro)

Comedy Classics Vendredi 18h30

White Fang

19/12

USA 1991| vostf+all | 109’ | c | De: Randall Kleiser |  Avec: Klaus Maria Brandauer, Ethan Hawke, Seymour Cassel |  D’après le roman de Jack London Cette adaptation de l’œuvre de Jack London est une réussite! Une ode à la nature et contre la violence, un film intelligent et passionnant! Paysages magnifiques de l’Alaska, musique grandiose du grand Basil Poledouris et une interprétation de qualité avec en tête le jeune Ethan Hawke.

Sophie

20/12

70e anniversaire de Liv Ullman. Sofie Danemark 1992 |  vostang | 151’ | c | De: Liv Ullman | Avec: Karen-Lise Mynster, Erland Josephson, Ghita Norby   «Pour sa première mise en scène, Liv Ullman, l’une des comédiennes fétiches de Bergman, s’attaque à un sujet brûlant: l’intransigeance des religions. Hymne à la tolérance autant que peinture minutieuse d’un univers fermé sur lui-même, ce film a la grâce des tableaux du 19e». (Télérama)

20/12

The Curse of the Crimson Altar

GB 1968 | vostf | 87’ | c | De: Vernon Sewell | D’après Edgar Allen Poe. Avec: Boris Karloff, Christopher Lee, Mark Eden, Barbara Steele | «Sewell choisit d’interpréter l’inconcevable car inhumaine dimension dépeinte par l’écrivain en termes psychédéliques. A priori très éloignés, les univers comptent de multiples affinités que ce film exploite judicieusement». (Cécile Migeon)

21/12

White Christmas

USA 1938| vo | 69’ | c | Edwin L. Marin | Avec: Reginald Owen, Gene Lockhart, Kathleen Lockhart | D’après Charles Dickens Considérée comme une des meilleures adaptations du classique de Dickens, ce film rend chaleureusement l’atmosphère d’une vieille carte postale de Noël. Reginald Owens, qui a repris le rôle de Lionel Barrymore, banni dans une chaise roulante pour cause d’accident, est remarquable.

Persona

21/12

70e anniversaire de Liv Ullman. Suède 1966| vostf | 81’ |  De: Ingmar Bergman | Avec: Liv Ullman, Bibi Andersson, M. Krook «Viscéral, impulsif, ce film est plein d’allusions à la thérapie jungienne. A commencer par le titre Persona, et le prénom de la garde-malade, Alma. Pour le psychanalyste Carl Jung, la souffrance humaine vient du conflit entre la persona (le masque social) et l’alma (le subconscient)….» (Télérama)

Ex Libris Vendredi 20h30

Sense and Sensibility Samedi 20h The Last Picture Show Samedi 22h Cine XXL Dimanche 17h

Panthéon Dimanche 20h30

121 11_4_p_120_121_Highlights_weekend.indd 121

20.11.2008 17:09:39 Uhr


Highlights Cinéma

Coming this month Luxembourg-based international film critic Boyd van Hoeij reviews this month’s coup de coeur (French; recommendation, crush, favourite) as well as an alternative and gives an overview of the other new releases. A lt e r n at i v e

Caos calmo

Co u p d e co e u r

Transsiberian Sinking ocean liners and heaving pirate schooners are great locations for movies, but when was the last time a movie involved a train? Director Brad Anderson (The Machinist) has the answer: this month, when Transsiberian comes out. Americans Roy (Woody Harrelson) and Jessie (Emily Mortimer) are travelling on the titular Beijing-Moscow line. For company: an ogling Spaniard (Eduardo Noriega), an eye-linered grunge chick (Kate Mara) and various louts, swindlers and probably drug dealers, as a cantankerous Russian narcotics officer, Grinko (Ben Kingsley) is also on board – and on duty. After quickly sketching his characters, Anderson ratchets up the tension, though he subtly subverts the benefit of setting a crime story aboard a train – namely, that no one can leave – when Roy goes missing and Jessie gets off in the middle of nowhere. Shades of Murder on the Orient Express and Hitchcock are unavoidable, but Transsiberian never smells of mothballs, and Mortimer especially gives a full-bodied performance in a well-written role that feels like a big middle finger to the scream-queen turns most girls are reduced to in white-knuckle rides. The way in which American Jessie and Russian Grinko, both characters-with-a-past, reflect their countries’ checkered makeup is an added bonus. At Utopolis. (Brad Anderson, Spain/Germany/UK/Lithuania, 2008)

Nanni Moretti’s La stanza del figlio (The Son’s Room) was a graceful study of a family in mourning. Antonello Grimaldi’s new film Caos calmo (Quiet Chaos), which also stars Moretti, might seem similar, but it is not so much about family dynamics as it about coming to terms with death in atheist times. Grimaldi cinematically opens up Sandro Veronesi’s claustrophobic bestseller but retains the tight focus on his protagonist. Pietro (Moretti) takes his young daughter (Blu Yoshimi) to school after the sudden passing of his wife, and decides to wait for her on the square opposite the school. Repeat each day until film ends, with business associates (including Roman Polanski) and family members (Valeria Golino, an excellent Alessandro Gassman) dropping by at his bench. Moretti has a quiet intensity that works well for the role, and a torrid sex scene with Isabella Ferrari illustrates Pietro’s final release, warts and all. Emphatic music and a listing tic are the keys to Pietro’s inner life. At Utopia (Antonello Grimaldi, Italy, 2008)

Quiet Chaos.

122 11_4_p_122_125_Highlights_cinefil.indd 122

20/11/08 17:19:02


Cinéma Highlights

L’enfant roi

Quoi de mieux que de profiter des vacances de Noël pour aller en famille au cinéma? Pour les plus jeunes, il y a le film d’animation Madagascar: Escape 2 Africa, qui prolonge les aventures d’un groupe d’animaux bigarré en Afrique. Réalisé par les Américains Eric Darnell et Tom McGrath. De la même provenance: le nouveau film avec Adam Sandler, Bedtime Stories. Cette comédie pour toute la famille pose Sandler dans le rôle d’un homme simple qui raconte des belles histoires avant de mettre au lit ses nièces et neveux… Des histoires qui se transforment en réalité pendant la nuit! D’une facture plus locale: Les Enfants de Timpelbach, du réalisateur français Nicolas Bary. Ce film pour enfants avec Gérard Depardieu et Carole Bouquet est l’adaptation d’un livre très populaire de Henry Winterfeld. Il a été tourné, pour partie, au Grand-Duché l’an passé. C’est de l’Allemagne que nous vient le film Stella und der Stern des Orients, signé de la réalisatrice Erna Schmidt. La vie de la petite Stella (Laura Berschuck) est bouleversée le jour où elle trouve une porte donnant accès au passé, où elle rencontre la version jeune fille de son arrière-grand-mère.

Les cadeaux pour les plus grands

Fous rires

Plusieurs cadeaux «ciné» à glisser dans les bas de laine des adultes en décembre: des documentaires, des drames de famille et des films d’action. Deux documentaires sortiront avant la fin de l’année: Life through a Lens: Annie Leibovitz (U), un portrait de la célèbre photographe américaine de Vanity Fair realisé par sa sœur et Young @ Heart (U), un film de Stephen Walker sur le chœur américain «Young at Heart», composé de retraités qui reprennent des classiques rock et pop. Hérité de la compétition officielle de Cannes: le drame argentin de Pablo Trapero Leonora (U), sur une femme emprisonnée et son fils qui, du dehors, a besoin d’elle. Egalement coincé par la justice, mais de l’autre côte: Colin Farrell et Edward Norton. Dans le drame américain Pride and Glory, ils sont des policiers issus de la même famille – Farrell est l’époux de la sœur de Norton – mais qui n’ont pas du tout les mêmes objectifs au travail. Un plein d’action également garanti dans Largo Winch, le nouveau film du réalisateur français Jêrome Salle (Anthony Zimmer). L’adaptation de la B.D. belge très populaire voit Tomer Sisley dans la peau de Largo, l’héritier d’un énorme empire financier. Ce film à gros budget se partage entre l’anglais et le français et associe également au casting Kristin Scott Thomas, Anne Consigny, Gilbert Melki ainsi que, dans un cameo, l’acteur serbe Miki Manojlovic en tant que père de Largo.

Il sera également possible de tirer un trait sur 2008 à chaudes larmes, grâce à plusieurs comédies particulièrement déjantées. Louise-Michel (U), du duo Gustave de Kervern/Benoît Delépine, les réalisateurs de Aaltra et Avida, restera probablement comme le film le plus décalé de l’année. Avec en tête d’affiche deux des meilleurs comédiens belges, Yolande Moreau et Bouli Lanners, Louise-Michel raconte l’histoire d’un groupe d’ouvriers en Picardie qui décident d’engager un tueur pour se venger sur leur patron après avoir été mis à la porte. De l’autre côté du Rhin nous arrive la comédie 1 Ritter Auf der Suche nach der hinreißenden Herzelinde, réalisée par l’acteur Til Schweiger, avec l’aide de Torsten Künstler et du directeur de la photo Christof Wahl. Dans le Moyen-Age, un chevalier (Schweiger) doit libérer une princesse, avec l’aide d’un bataillon de stars allemandes… et de notre héro grand-ducal Thierry Van Werveke. Outre atlantique, deux autres films sans prétention tenteront la comparaison: la comédie puérile (mais non-destinée aux enfants) Sex Drive, où un jeune homme en a marre d’être puceau, et The House Bunny, dans lequel une bimbo blonde et défraîchie, une ancienne playmate Playboy (Anna Farris, en pleine forme) utilise ses connaissances pour sauver un groupe d’étudiants universitaires menacé d’expulsion. Last but not least, le nouveau film des frères Coen, Burn After Reading (U) appartient également au registre de la comédie, même si le film adopte, de temps en temps, des allures de film d’espionnage ou même de thriller particulièrement noir. Les frères, récemment oscarisés pour le drame No Country for Old Men, réunissent pour leur retour à la comédie noire un casting très hollywoodien, avec non-seulement George Clooney, mais également Brad Pitt, Tilda Swinton, Frances McDormand et John Malkovich – tout ça pour le prix d’un seul billet de cinéma!

Life through a Lens: Annie Leibovitz (U).

Louise-Michel. Young @ Heart (U).

Les Enfants de Timpelbach.

Largo Winch.

Tous ces films sont programmés à l'UTOPOLIS, sauf mention (U), Utopia.

123 11_4_p_122_125_Highlights_cinefil.indd 123

20/11/08 17:19:13


Photo: Fabrizio Maltese

Highlights Cinéma

Antonello Grimaldi.

Interview

Caos calmo director Antonello Grimaldi Though Caos calmo (Quiet Chaos) – just like Nanni Moretti’s La stanza del figlio (The Son’s Room) – stars Nanni Moretti and has mourning as one of its central themes, this adaptation of Sandro Veronesi’s bestseller was directed not by Moretti himself but by Antonello Grimaldi. At the Berlin Film Festival, Grimaldi spoke about his film, his star and the importance of music. The book largely takes places in a single setting. How did you try to make it as cinematic as possible? Adapting and simplifying the novel helped me very much. It was still a challenge to set the film in a single square, with a man sitting on a bench. But at least it is much more cinematic than the parked car of the book. It would have been hard to shoot 14 scenes in an immobile car. It is difficult to stay with the protagonist in the same place and avoid the feeling of a lack of movement. I took this suggestion from Veronesi’s novel: Pietro stays outside the school not just to watch over for his daughter, but above all to watch over the story of his life. I don’t think it’s necessary to abandon Pietro; every scene revolves around him, in a figurative and in a literal sense. The

whole story is narrated from his point of view. Technically, I used camera movements that allowed me to describe his emotions, respecting his reluctance to demonstrate his sorrow and his attempt to keep it at bay. Were you not afraid of casting Moretti, seen that he won the Palme d’Or for his film La stanza del figlio, which has similar themes? While his presence was potentially overpowering, I was not afraid that the film would become too “Moretti-ised.” Rather, the whole process went in the opposite direction, with Nanni becoming Pietro Palladini [his character in Caos Calmo] more and more. In any case, though both films deal with mourning, I don’t think Pietro is very close to the character Moretti plays in La stanza del figlio. If anything, Pietro has more in common with Michele Apicella [a character Moretti played in several films in the 1970s and ‘80s, including Sogni d’oro and Palombella rossa]. Your use of music is very unusual for an Italian film… The real difference between US and Italian cinema is the music. In US films the songs create empathy with the story. Music accom-

panies us every day and each song in linked to emotions and memories, yet in Italy we often have to limit the budget for music rights and we have to use new emotions, generated by an original soundtrack. In Veronesi’s novel, several Radiohead songs were a fundamental part of the narrative, but this aspect couldn’t be transferred to the film. Nevertheless I wanted to pay homage to them and the book, so I used their Pyramid Song for one of our sequences. The choice of the other two pieces, Cigarettes and Chocolate Milk by Rufus Wainwright and Your Ex-lover Is Dead by the Stars, depended only on my personal taste: I gave importance to the melodic aspect and to the atmospheres they created, rather than the texts that had no relation to the story. The original score, by Paolo Buonvino, is like a discreet accompaniment that didn’t invade the scenes but supported them. The rarefied, suspended atmosphere of the film was particularly difficult to express in music, which is why I chose a musician who was young but already an expert in soundtracks.

q Caos calmo will be released in Luxembourg this month.

124 11_4_p_122_125_Highlights_cinefil.indd 124

20/11/08 17:19:20


04.12.2008 - 11.12.2008

s, t n e r a p t e fants n e r u o p 0 s r 3 e h i l 8 1 e t Ă  a 0 t e 0 e 9h ions t d I a I m e i n m a u , a x l Jeu Guil e c a l P u a e pit sous le cha

www.winterlights.lu AFF_WINTERKIDS_230x300.indd 1

19/11/08 16:39:39


Etat de service

Une place en ville Texte: Alexis Juncosa. Photos: Julien Becker.

S

ouvent jugé sur l’autel de son activité la plus visible, le contrôle du stationnement, le Service des Parkings tient à souligner, au-delà de l’aspect répressif, le caractère primordial et utilitaire de cette fonction. Comme l’explique son plus passionné ambassadeur, Leo Agnes, le Préposé d’un imposant département. «Nous devrions, en fait, nous appeler Service du Stationnement, ce qui limiterait l’amalgame entretenu par notre titre actuel» lance Leo Agnes, avant de brosser un rapide tour d’horizon du service dont il a la charge. «Notre activité principale, c’est le contrôle du stationnement en ville. Nous disposons, à cette fin, de 88 agents municipaux, actifs sur l’ensemble du territoire. Tous ont été recrutés sous le régime d’une carrière spécifique, tous sont assermentés. Mais notre service dispose également de pas moins de 22 ouvriers, dont la grande majorité est affectée au ‘post-scolaire’, donc à la surveillance des croisements et passages piétons fréquentés par les écoliers». Tournée dans les quartiers, recensement des panneaux défectueux ou endommagés, contrôle des chantiers en ville… les attributions de cette dernière catégorie évoluent régulièrement au gré des besoins rencontrés par la municipalité, le rôle de terrain occupé par ces collaborateurs étant notamment primordial en matière de remontée de l’information. «Mais nous avons également sept agents de surveillance entièrement affectés aux différents parcs municipaux, ainsi que trois agents municipaux détachés auprès de la police» poursuit Leo Agnes. Une collaboration ville-police qui s’inscrit, au passage, dans une longue tradition. Leo Agnes: «Lorsque vous recevez un avertissement taxé, il est clairement estampillé Police GrandDucale. Cette association remonte aux origines mêmes de la nécessité de contrôler le stationnement» explique-t-il. Un principe qui ne fut pas remis en question lorsqu’en 1997, la Ville de Luxembourg choisit, au terme d’un vote du Collège échevinal, de monter de toutes pièces ce service. «C’est avant tout un travail de contact avec la population que nous réalisons. Notre action permet notamment d’assurer un maximum de rotation dans les places de parkings disponibles en ville. C’est une nécessité, autant

pour les commerçants que pour vous-mêmes. Si les emplacements restent occupées par les mêmes personnes à longueur de journée, vous ne pourriez simplement jamais vous garer en ville… Nous ne sommes, de toute façon, pas là pour faire du tout répressif. A titre d’exemple, nous avons réalisé de petits dépliants informatifs que nous glissons sur les pare-brises des véhicules stationnés partiellement sur les trottoirs. Ils représentent un danger pour la circulation piétonne, ne serait-ce que pour les poussettes qui sont parfois conduites à contourner l’obstacle en passant par la route. Nous informons de fait les conducteurs de ces véhicules qu’ils doivent respecter les règles en vigueur, sous peine, à terme, de recevoir effectivement un avertissement taxé». Entré au Service de la Circulation en 1987, Leo Agnes connait parfaitement ce département avec lequel il entretient une nécessaire collaboration, depuis plus de 10 ans: «Notre action ne doit pas seulement être concertée, elle doit profiter d’une parfaite coordination. Prenons l’exemple de la récente modification des règles de stationnement, consécutive à l’ouverture du site des Rives de Clausen. Le Service de la Circulation a établi une réglementation qui fut votée par le Conseil Communal, puis approuvée par le ministère des Transports et celui de l’Intérieur, et c’est à nous d’en assurer le bon déroulement. Il en va de même pour le City Night Bus. Nous empruntons son itinéraire avant son passage, afin d’être assuré qu’aucun véhicule ne pourrait entraver son passage». Si les usages, «dans un pays qui a l’habitude d’entrer avec sa voiture dans le magasin» sont parfois dures à défaire, l’exemple du stationnement au Limpertsberg pendant la Schueberfouer montre qu’il est possible d’influer sur les pratiques. Leo Agnes: «Nous sommes en première ligne lorsqu’il s’agit de sensibiliser ou d’informer les habitants et les usagers de la ville. C’est parfois un exercice difficile, mais nous avons appris à réagir, à identifier les points chaud, à opérer en amont des problèmes. Nous disposons d’une expérience qui nous a permis de faire beaucoup de chemin, mais il reste beaucoup à faire pour que chacun ait conscience de la nécessité de se soustraire à des règles établies en direction du bien commun».

Chiffres clés Le Service des parkings c’est: - 28.000 emplacements réglementés à contrôler - 43 postes écoliers à surveiller (postes fixes et navettes) - 32 agents féminins sur une totalité de 88 agents municipaux - 16 vélos de service - 8 scooters

126 12_p126_127_etat_service.indd 126

20/11/08 17:21:28


Etat de service

Un caractère primordial et utilitaire. A vital and practical service.

Parking in the City I ts most visible activity, parking inspecting,

often being judged, the Service des Parkings would like to highlight that beyond this repressive aspect, it is also a vital and practical service. As its most passionate ambassador, Leo Agnes, the Official of an impressive department explains. “We should in fact be called Service du Stationnement, which would limit the confusion created by our current title,” suggests Leo Agnes before giving a brief run-down on the service he is in charge of. “Our main activity is parking inspecting in the City. We have 88 municipal officers dedicated to this, located throughout the territory. All have been recruited under a specific career regime and all are sworn officers. However our service also has no less than 22 general workers, the large majority of whom are assigned to ‘after-school’ positions, i.e. the monitoring of pedestrian crossings and paths used by school children.” Circulating around the neighbourhoods, identifying faulty or damaged signs, checking work-sites in the City… The assignments of this latter category regularly evolve with the changing needs of the municipality and the on-field role these collaborators play is vital for gathering information. “But we also have seven surveillance officers solely assigned to the various municipal parks, along with three municipal officers on secondment to the police,” continues Leo Agnes.

A City-police collaboration that, along the way, has become part of a long tradition. Leo Agnes: “When you receive a fine, it is clearly stamped ‘Police Grand-Ducale’. This association dates back to the very origin of the need to inspect parking,” he explains. This principle was not put into question in 1997 when the City of Luxembourg chose to start this service from scratch following a Collège échevinal vote. “Above all we perform a public liaison job. Our action for instance guarantees the optimal rotation of the available parking spaces in the City. It is a necessity, as much for the shop owners as for the rest of the population. If the spaces remain occupied by the same people all day long, you would simply never be able to park in the city… In any case; the main purpose of our job is not to act repressively. For example, we created small leaflets that we slip under the windscreen wipers of vehicles parked partially on the footpath. They represent a danger to pedestrian circulation, be it only for the people pushing prams that are sometimes forced to go onto the road to go around the obstacle. We inform the drivers of these vehicles that they must respect the rules and that if they do not, they will in term run the risk of receiving a fine.” Having begun his employment at the Service de la Circulation in 1987, Leo Agnes knows this department perfectly and

«Nous ne sommes pas là pour faire du tout répressif». “The main purpose of our job is not to act repressively.”

has cultivated an essential collaboration with it for over 10 years: “Our actions should, ideally, not only be devised but also perfectly coordinated. Let’s take the example of the recent change in parking regulations following the opening of the Rives de Clausen site. The Service de la Circulation established a regulation that was voted by the Conseil Communal, then approved by the ministère des Transports and the ministère de l’Intérieur, and it was then up to us to ensure its smooth implementation. The same goes for the City Night Bus. We make sure no vehicle obstructs the path of the City Night Bus before it begins its route.” If people’s habits “in a country where the people are accustomed to driving to a store with their cars” are sometimes difficult to change, the example of the parking at Limpertsberg during the Schueberfouer proves that it is possible to have an influence on these habits. Leo Agnes: “We are on the frontline when it comes to sensitising or informing the inhabitants of the City and those who pass through it. It is sometimes a difficult task, but we have learnt to respond, to identify the hot spots and to take action before problems are formed. Our experience has enabled us to go a long way, but there is still a lot to do to ensure everyone is conscious of the necessity to abide by the rules created for the common good.” 127

12_p126_127_etat_service.indd 127

20/11/08 17:21:42


Adresses utiles Musées, bars, discothèques, galeries d’art, théâtres, salles de spectacles, services de l’Administration de la Ville de Luxembourg. Une sélection d’adresses pour aller danser, assister à un spectacle ou assurer un suivi administratif. Musees

LUXEMBOURG CITY TOURIST OFFICE 30, place Guillaume II (Centre), T 22 28 09, F 46 70 70 touristinfo@lcto.lu, www.lcto.lu Bureau d’accueil touristique et billetterie Luxembourg Ticket: lu-sa 9h-19h, di 10h-18h. Communication et marketing: Promotion culturelle et touristique de Luxembourg-ville et de son image de marque. Service Guidages Luxembourg Convention Bureau: Consultance tourisme d’affaires / encadrement pour organisateurs professionnels de conférences, séminaires et workshops. Organisation de tours guidés et de programmes-cadres. Incoming, élaboration de forfaits touristiques.

Organisation de concerts: (600 par an), festivals et évé­nements culturels: Festival de musique Printemps Musical, Festival de musique New Orleans Meets Luxembourg, Campagne d’été Summer in the City, Fête de la Musique / Concert Knuedler goes classic, Festival de rock en plein air Rock um Knuedler, Blues’n Jazz Rallye, Festival des arts de rue Streeta(rt)nimation, Spectacle eau, sons et lumières laser Meluxina, Festival de musique Live at Vauban,Campagne d’hiver Winter Lights, Cycle des Concerts de Midi, Cycle des concerts publics à la place d’Armes.

CASINO LUXEMBOURG – FORUM D’ART CONTEMPORAIN 41, rue Notre-Dame (Centre) T 22 50 45, F 22 95 95 www.casino-luxembourg.lu info@casino-luxembourg.lu lu-ve 11-19h, ma fermé, je 11-20h, sa-di 11-18h

MUSéE D’ART MODERNE GRAND-DUC JEAN – MUDAM 3, Park Dräi Eechelen (Kirchberg) T 45 37 85 1, F 45 37 85 400 www.mudam.lu, info@mudam.lu lu-di 11-18h, ma fermé, me 11-20h

Theatres

)

MUSéE NATIONAL D’HISTOIRE ET D’ART Marché-aux-Poissons (Vieille ville) T 47 93 30 1, F 47 93 30 27 1 musee@mnha.etat.lu ma-di 10-17h, je 10-20h

MUSéE NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE – NATUR MUSEE 25, rue Münster (Grund) T 46 22 33 1, F 47 51 52 www.mnhn.lu musee-info@mnhn.lu ma-di 10-18h

lieux de Spectacles

CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE ABBAYE DE NEUMüNSTER 28, rue Münster (Grund) T 26 20 52 1, F 26 20 19 80 www.ccrn.lu, contact@ccrn.lu

CONSERVATOIRE DE MUSIQUE de la ville DE LUXEMBOURG 33, rue Charles Martel (Merl) T 47 96 55 55 (Standard) T 47 96 54 32 (Réservations) F 44 96 86 www.vdl.lu, cml@vdl.lu

DEN ATELIER 54, rue de Hollerich (Hollerich) T 49 54 66 1

MUSéE D’HISTOIRE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 14, rue du Saint-Esprit (Vieille ville) T 47 96 45 00, F 47 17 07 www.musee-hist.lu musee@musee-hist.lu ma-di 10-18h, je 10-20h

VILLA VAUBAN GALERIE D’ART DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 18, avenue Emile Reuter (Centre) www.vdl.lu Fermée pour rénovation

GRAND THéâTRE 1, Rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 57 77 www.theater-vdl.lu grandtheatre@vdl.lu

KASEMATTEN-THEATER / SAAL TUN DEUTSCH 14, rue du Puits (Bonnevoie) T 29 12 81 (Réservations) www.kasemattentheater.lu

THéâTRE DES CAPUCINS 9, place du Théâtre (Centre) T 47 96 40 54 (Standard) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 50 65 www.theater-vdl.lu capucins@vdl.lu

THéâTRE NATIONAL DU LUXEMBOURG 194, route de Longwy (Merl) T 26 44 12 70, F 26 44 13 70 www.tnl.lu

THéâTRE DU CENTAURE 4, Grand’Rue (Centre) T 22 28 28 (Réservations) F 26 27 06 33 www.theatrecentaure.lu

THéâTRE OUVERT LUXEMBOURG – TOL 143, route de Thionville (Bonnevoie) T 49 31 66 www.tol.lu

cinémas

Billetterie

PHILHARMONIE 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 26 32 26 32, F 26 32 26 33 www.philharmonie.lu

SANG A KLANG Rue Vauban/rue des Trois Glands (Pfaffenthal), www.bluesclub.lu

LUXEMBOURG TICKET 1, rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) Réservation et vente par téléphone: T 47 08 95 1 F 47 08 95 95 www.luxembourgticket.lu lu-ve 10-18h30 Points de vente en ville: Grand Théâtre (Limpertsberg) Luxembourg City Tourist Office (Place Guillaume II) Conservatoire de Musique (Merl) Centre culturel de Rencontre – Abbaye de Neumünster (Grund)

Pour faire apparaître votre établissement dans ce listing ou faire connaître son actualité, envoyez un mail avec vos coordonnées complètes à l’adresse suivante: news@rendez-vous.lu

CINéMATHèQUE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 17, place du Théâtre (Centre) T 47 96 26 44 (Standard) T 29 12 59 (Info programme) F 40 75 19 www.cinematheque.lu cinematheque@vdl.lu

CINé UTOPIA 16, avenue de la Faïencerie (Limpertsberg) T 22 46 11, www.utopolis.lu

UTOPOLIS KIRCHBERG 45, avenue J. F. Kennedy (Kirchberg) T 42 95 95 (Standard) www.utopolis.lu

128 13_p128_129_adresses utiles.indd 128

20.11.2008 11:39:21 Uhr


Piscines

BONNEVOIE 30 rue Sigismond (Bonnevoie) T 47 96 34 71 lu, ve, sa 8-20h30 ma, je 7-20h30, di 8-12h

Photos: Raymond Faber, Villa Vauban, Date: 12. 11. 1994, Réf. 1994/151 nég.17, © Copyright Photothè­que, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger | Olivier Minaire | © Patrick Fabre & Sean Hudson | Carlo Hommel, Cinéma Utopolis, Date: 27. 05. 1999, Réf. 1999/133 nég. 12, © Copyright Photothèque, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger, © Patrick Fabre & Sean Hudson | Olivier Minaire | RGBretouche | Philippe Hurlin | Jean Huot | G. G. Kirchner | barth&design

CENTRE BADANSTALT 12, rue des Bains (Centre) T 47 96 25 50 ma-ve 8-21h30, sa 8-20h, di 8-12h

CENTRE AQUATIQUE D’COQUE 2, rue Léon Hengen (Kirchberg) T 43 60 601 lu 12-22h, ma-ve 8-22h, sa 8-18h30, di 9-13h30

Organisateurs d’evenements

FONDATION DE L’ARCHITECTURE ET DE L’INGENIERIE 1, rue de l’Aciérie (Hollerich) T 42 75 55, F 42 75 56 www.fondarch.lu lu-je 9-12h30, 14-17h (bureau) lu-ve 10-12h, 14-18h, sa 11-15h (bibliothèque)

ERwuessebildung 5, avenue Marie-Thérèse (Centre) T 44 74 33 40 ma-ve 13-18h

UNITED INSTRUMENTS OF LUCILIN 10, rue de Cessange (Leudelange) T 621 35 53 55, www.lucilin.lu

Sports pour Tous Le programme Sports pour tous mis en place par le Ser­­­­vice des sports de la Ville de Luxembourg propose une large gamme d’activités sportives à tous ceux et celles qui sont soucieux de leur bien-être physique. Aînés, adultes à partir de 16 ans peuvent participer à plus de 140 cours dans les différents quartiers de la ville. Inscription tout au long de l’année. Rens.: Service des sports de la Ville de Luxembourg, 5, rue de l’Abattoir, L-1111 Luxembourg. T 47 96 24 63, 47 96 44 24 Hotline: 691 98 24 63

D:QLIQ Music bar 17 rue du Saint Esprit (Centre) T 26 73 62 info@dqliq.com www.dqliq.com

ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DU LUXEMBOURg 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 22 99 01 1, T 47 08 95 1 (Rés.) F 22 99 98, www.opl.lu

SOLISTES EUROPéENS LUXEMBOURG T 46 27 65, F 22 98 14 www.sel.lu

Appels D’urgence

Carrérotondes A.S.B.L . 1, rue de l’Aciérie (Hollerich) T 26 62 2007 www.rotondes.lu

PERTE/VOL DE CARTES DE CRéDIT (24h/24) American Express, Bancomat, Eurocard MasterCard, Visa: 49 10 10, Diners Club: 22 76 36 PERTE DE TéLéPHONES MOBILES (24h/24) Luxgsm: 80 02 43 21 Vox: 80 06 16 06 Tango: 80 07 77 77 URGENCES Urgences médicales, pom­piers: 112 (24h/24) Pompiers – ambulance: 44 22 44 Police grand-ducale: 113 (24h/24)

Cote pratique

BIERGER-CENTER Centre Hamilius 51, boulevard Royal L-2449 Luxembourg T 47 96 22 00, F 26 27 09 99 Bierger-center@vdl.lu lu–ve: 8–17h Registre de la population (inscriptions et radiations), certificats, inscriptions sur listes électorales, titres d’identité, passeports, recensements, cartes d’impôt, légalisations de signatures, copies conformes, recherches d’adresses, vignettes de stationnement résidentiel, déclarations de chiens, paiement des factures communales, etc. Naturalisations: T 47 96 26 40 / 41 86 Info-Conseils / assistant social T 47 96 27 51

CAPEL – CENTRE D’ANIMATION PEDAGO­G IQUE ET DE LOISIRS 4-10, rue de l’Ecole (Mühlenbach) T 47 96 24 42, www.vdl.lu

éTat civil - Hotel de Ville 42, place Guillaume ll L-2090 Luxembourg T 47 96 – 26 30, F 47 36 53 lu–ve 8–17h, sa 9h30–11h30 Naissances, mariages, décès, légalisation de signatures, copies conformes LEO (Luxembourg Energy Office) Pour toutes vos démarches en matière de fourniture énergétique: 9, bd F.D. Roosevelt L-2450 Luxembourg T 26 39 48 48, F 26 20 24 24 www.leoenergy.lu info@leoenergy.lu

IMPOSITIONS communales 9, bd F.D. Roosevelt T 47 96 26 84, F 22 91 36 lu–ve 8–11h30, 13h30-16h30 Taxes communales RECETTE COMMUNALE Bâtiment administratif Rocade 3, rue du Laboratoire L-1911 Luxembourg T 47 96 20 20, F 22 03 36 lu-ve 8h30-11h45, 13h30 -16h30 Recette communale (Encaissement des factures)

CENTRE D’INFORMATION EUROPéEN –Maison de l’Europe 7, rue du Marché-aux-Herbes (Vieille ville) T 43 01 37 833 comm-rep-lux-info@ec.europa.eu lu 13-17h, ma-ve 9-18h, sa 11-16h Information, documentation, assistance personnalisée, conférences, débats, expositions, groupes de visite

Informations Touristiques

OFFICE SOCIAL 24, côte d’Eich L-1450 Luxembourg T 47 96 23 57, F 46 92 01 lu-ve 8-11h30, 13h30-16h30 Aide aux démunis, nuits blanches et taxe sur les amusements publics CITé BIBLIOTHèQUE MUNICIPALE 3 rue Genistre ma-ve 10-19h, sa 10-18h T 47 96 27 32

Archives nationales de Luxembourg Plateau du Saint-Esprit (Centre) T 24 78 66 60, F 47 46 92 archives.nationales@an.etat.lu www.anlux.lu lu-ve 9-11h45 / 13-17h45 sa 9-11h45 Centre de conférence 1, rue du Fort Thüngen (Kirchberg) T 43 02 57 753

Office National du Tourisme Bureaux d’accueil de l’Office National du Tourisme à Luxembourg-Ville (Gare centrale) T 42 82 82-20, F 42 82 82-30 Tlj 9h15-2h30, 13h45-18h Du 1er juin au 30 septembre: Tlj 8h30-18h30, di 9-12h30, 14-18h Fermé le 1er janvier, le 1er novembre et le 25 décembre. info@ visitluxembourg.lu www.visitluxembourg.lu www.agendalux.lu

Transports Autobus de la ville www.autobus.lu Taxis Taxis Colux: 48 22 33 Benelux Taxis: 80 02 51 51 City Taxis: 48 00 58 Aéroport Infos arrivées/départs/retards: www.luxairport.lu

129 13_p128_129_adresses utiles.indd 129

20.11.2008 11:39:29 Uhr


EN COUVERTURE Photographie Julien Becker

Prochainement

est édité par Mike Koedinger Editions pour le compte de la Ville de Luxembourg. COMITE DE REDACTION Corinne Briault, Alexis Juncosa, Mike Koedinger, Geraldine Knudson, Christiane Sietzen

Sur cette page, retrouvez à chaque parution, notre sélection de manifestations (fêtes, foires, concerts, festivals...) qui vont ponctuer l’actualité dans les prochains mois.

REDACTION Courrier BP 728, L-2017 Luxembourg Téléphone 29 66 18-1 E-mail info@rendez-vous.lu Corinne Briault, corinne.briault@rendez-vous.lu Alexis Juncosa, alexis.juncosa@rendez-vous.lu SECRETARIAT DE REDACTION Nathalie Lemaire SUIVI DE PRODUCTION Rudy Lafontaine

LES 16, 18 ET 20 JANVIER LA DAME DE PIQUE

JEUDI 19 FÉVRIER BENABAR

DIMANCHE 1 MARS BUERGSONNDEG

Avant dernier des dix opéras composés par Piotr Tchaïkovski. Le metteur Andrejs Zagars en scène a revisité ce chef-d’oeuvre pour le transposer dans le Saint-Pétersbourg d’aujourd’hui avec ses nouveaux riches, ses requins de la finance et ses laissés-pour-compte. Grand Théâtre, Luxembourg

Avec ses textes délicieusement piquants, entre larmes et éclats de rires, Bénabar et ses petits portraits au vitriol, maltraite le quotidien avec cynisme, humour et tendresse. Son univers faussement désabusé séduit le public depuis que la chanson française lui a ouvert ses portes, il y a bientôt dix ans. Kulturfabrik, Esch-sur-Alzette (Photo: Christophe Rihet)

Héritée de l’époque celtique, cette tradition veut que la tombée de la nuit des croix en bois soient brûlées dans la vallée de la Pétrusse afin de chasser symboliquement les mauvais esprits de l’hiver. Ville de Luxembourg (Photothèque de la Ville de Luxembourg)

DIFFUSION Rudy Dropsy (-28) diffusion@mikekoedinger.com PHOTOGRAPHIE Julien Becker, Etienne Delorme, Luc Deflorenne, Andrés Lejona, Fabrizio Maltese ILLUSTRATION Thomas Aubinet pour INgrid (www.INgrid.eu) COLLABORATIONS Deborah Fulton Anderson, Mike Gordon, Vibeke Walter, Anne Fourney LAYOUT Directeur artistique: Guido Kröger Coordination: Stéphanie Poras Mise en page: Thomas Aubinet, Monique Bernard, Nathalie Petit, Claire Ramos pour INgrid (www.INgrid.eu)

MANIFESTATIONS 2009 – LA SÉLECTION DU LCTO JUSQU’AU 27 MARS CONCERTS DE MIDI Le cycle des concerts de midi gratuits à Luxembourg-ville a pour objet d’offrir à tout le monde la chance d’assister à des concerts d’environ une heure, le temps d’une pause de midi. Une alternative au menu du jour, une occasion de s’évader, de faire le vide, de découvrir… Tous les concerts débutent à 12h30. DÉBUT MARS – FIN MAI PRINTEMPS MUSICAL – FESTIVAL DE LUXEMBOURG Festival unique en son genre proposant des concerts de grande qualité oscillant entre jazz et musique world. LUNDI 13 AVRIL EMAISCHEN Traditionnelle fête des disciples d’Emmaüs. Marché populaire dans les ruelles de la vieille ville où l’on vend des objets en céramique et des oiseaux siffleurs en terre cuite appelés Péckvillercher. SAMEDI 2 MAI NUIT DES CATHÉDRALES Les cathédrales de la Grande Région ouvrent leurs portes pendant une nuit et proposent un programme culturel et spirituel.

DU 2 MAI AU 17 MAI OCTAVE NOTRE –DAME Pèlerinage annuel en l’honneur de Notre-Dame de Luxembourg (depuis 1666) avec un marché sur la Place Guillaume II pendant 15 jours. La fête religieuse la plus importante du pays. SAMEDI 16 MAI INVITATION AUX MUSÉES A l’occasion de la Journée internationale des musées, les musées de l’association Statermuséëen ouvrent leurs portes pour découvrir expositions temporaires et permanentes, le tout gratuitement. SAMEDI 23 MAI ING EUROPE MARATHON Nouvelle édition des épreuves de marathon ou semi marathon dans les rues et ruelles de la Capitale. Nombreuses animations tout le long du parcours. DU 29 MAI AU 01 JUIN NEW ORLEANS MEETS LUXEMBOURG Parades musicales colorées, concerts de jazz, rhythm’n blues, gospel, Mississipi, marching bands et découvertes culinaires. Un festival d’envergure internationale, gratuit, grand public et en plein air. DIMANCHE 21JUIN SUMMER IN THE CITY Fête de la Musique et lancement de la campagne des festivités d’été organisée en ville avec des concerts publics, des festivals de rue, des expositions…

LUNDI 22 JUIN VEILLE DE LA FÊTE NATIONALE Retraite aux flambeaux, feux d’artifice, concerts open-air. MARDI 23 JUIN FÊTE NATIONALE Manifestations officielles. Te Deum, parade militaire, tir d’honneur des 101 coups de canon. DIMANCHE 05 JUILLET ROCK UM KNUEDLER Une quinzaine de groupes se partagent les scènes en plein air. Les concerts sont tous gratuits. SAMEDI 11 JUILLET COURSE DES GARÇONS DE CAFÉ ET DE SERVEUSES A l’instar d’autres grandes villes, la course rassemble tous les professionnels du secteur. SAMEDI 18 JUILLET BLUES’N JAZZ RALLYE Chaque été, ce fameux jazz et blues marathon entraîne les amateurs de musique et de bonne ambiance dans les cafés et les ruelles des quartiers du Grund et de Clausen à la découverte d’artistes internationaux et nationaux. JUILLET –AOÛT OPEN-AIR FILM FESTIVAL Dans la cour des Capucins. Une programmation pour se faire une toile sous les étoiles.

VENDREDI 31 JUILLET KANNER IN THE CITY Festival pour enfants avec de multiples activités, d’ateliers et de jeux pour enfants. SAMEDI 8 AOÛT STREETA(RT)NIMATION Une trentaine de compagnies animent les rues du centre ville: acrobates, voltigeurs, musiciens, acteurs de théâtre de rues… DU 21 AOÛT AU 9 SEPTEMBRE SCHUEBERFOUER Grande fête foraine sur l’immense champ des Glacis. Fondée en 1340 par Jean L’Aveugle, Comte de Luxembourg, elle perpétue la tradition des grandes kermesses folkloriques. SAMEDI 10 OCTOBRE NUIT DES MUSÉES Dans le cadre de la nocturne annuelle, les collections permanentes et temporaires sont accessibles au public. Programme pluridisciplinaire tout au long de la nuit. DU 12 NOVEMBRE AU 15 NOVEMBRE SCIENCE FESTIVAL Animations, visites permettent de découvrir le monde des sciences et les chercheurs.

PUBLICITE TEMPO S. A. Téléphone: 27 17 27 27 E-mail: info@tempo.lu Web: www.tempo.lu paraît onze fois par an. TIRAGE 35.000 exemplaires IMPRESSION Imprimerie Centrale Imprimé sur papier cyclus PROCHAINE PARUTION le 31 décembre 2008 ORGANISATEURS / PRODUCTEURS Pour apparaître dans les pages du magazine Rendez-vous et son supplément City Agenda, vos événements doivent, désormais, nous être transmis via www.plurio.net, le portail culturel de la Grande Région. Plurio.net réunit, depuis 2004, les partenaires du secteur de la culture de la Grande Région. Il offre à votre événement une visibilité sur la Grande Région et vous permet de collecter des informations précieuses. Inscrivez-vous sur www.plurio.net Deadlines pour l’envoi de vos événements via Plurio.net:

Edition janvier 2009: avant le jeudi 4 décembre Edition février 2009: avant le jeudi 5 janvier Edition mars 2009: avant le jeudi 5 février Tous les événements seront, dans la limite de l’espace disponible et de leur pertinence, publiés dans le calendrier Au jour le jour de City Agenda (avec une priorité accordée aux événements organisés dans ou aux alentours de la Ville de Luxembourg). La rédaction se réserve le droit de réaliser une sélection d’événements qui seront présentés dans les pages Highlights, une priorité étant accordée aux institutions culturelles de la Ville de Luxembourg (dans la limite d’un quota défini). Aucun événement livré incomplet (photos et textes au format) ne sera pris en compte. Afin de promouvoir au mieux votre événement, nous vous conseillons d’insérer, en complément, une publicité. Renseignements: www.tempo.lu/rendezvous Luxembourg fait partie, avec Metz, Sarrebruck et Trèves, du réseau transfrontalier QuattroPole. www.quattropole.org © Ville de Luxembourg / Editions Mike Koedinger S. A. Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans autorisation écrite au préalable de l’éditeur.

130

14_p130_prochainement_ours.indd 130

20/11/08 17:32:34


rolex.com

GoeresPFEST-M116619LB-0001 F 2301 1

oyster perpetual submariner date e足足n or gris 18 ct

21-10-2008 15:46:30


Laptop

EodeemeUPSBCHua7w0ei1E220

+M

+ Sticker offert

0

€*

Personnalisez votre PC. Découvrez l’ultra portable le plus simple à utiliser !

EeePC701 OS Linux, 3 ports USB, WIFI Ecran 7“ Stockage 4 Go (mémoire extensible via carte mémoire ou clé USB) Logement SD Webcam, micro et speaker intégrés * Prix uniquement valable avec un abonnement à 25/mois pendant 24 mois avec le forfait data Ultra inclus: Voir conditions détaillées en magasin. Sous réserve d’erreurs typographiques.

Helpline gratuite 24h/24 et 7j/7: GSM 4321 - Tél. fixe 8002 4321 - www.luxgsm.lu LUXEMBOURG-GARE I BELLE ETOILE I CITY CONCORDE I DUDELANGE I ESCH-SUR-ALZETTE I ETTELBRUCK I JUNGLINSTER I KIRCHBERG I REDANGE I TROISVIERGES

LuxGSM_504505_EeePC-Coovz_RV.indd 1

11/14/08 2:14:04 PM


Rendez-vous 12-2008