Page 1

Le journal professionnel de Hotel & Gastro Union depuis 1886 No 10

Lausanne, le 17 avril 2019

Festival culinaire

CXXXIV e année

Formation

Beau-Rivage mise sur les cheffes

La ssc s’est invitée dans les cuisines de Walter el Nagar à Genève

Neuchâtel innove avec le cursus AFP

Page 2

Page 9

Page 3

Edition romande

www.hotellerie-gastronomie.ch

Gastronomie

Une cuisine lumineuse Dominique Crenn, la cheffe d’origine bretonne au parcours atypique, vient de décrocher sa troisième étoile au guide Michelin. Une première en Amérique du Nord. Page 7

Les cinq finalistes de la Nuit du Boutefas 2019 sont connus Page 4

Les problèmes liés au tourisme de masse pourraient être résolus par les mesures prônées par Greta Thunberg, mais cela obligerait la branche à se remettre fondamentalement en question. 

L

K E YS TO N E

À QUAND L’EFFET GRETA?

es coûts des transports ont une nouvelle fois progressé en Suisse. Selon les chiffres relatifs à l’année 2015 qui viennent d’être communiqués par l’Office fédéral de la statistique, la facture s’est élevée à environ 90 milliards de francs, ce qui représente une augmentation de 4% en cinq ans. La plus forte progression a concerné les transports aériens et fer-

roviaires, en hausse respective de 14 et 12%. De leur côté, les coûts liés aux transports routiers motorisés ont crû de 2% seulement, un chiffre à mettre toutefois en relation avec le fait que, sur les 11,8 milliards de francs de dommages causés à l’environnement et à la santé, la route se taille la part du lion avec 9,5 milliards. Quid des coûts climatiques? En chiffres abso-

AZA 6002 LUZERN

lus, ils ont été environ deux fois plus élevés pour les transports routiers (1,6 milliard) que pour les transports aériens (0,8 milliard), mais, en termes relatifs, les dommages pour le climat s’élèvent à 13% pour l’aviation contre 3% pour la route. Face au phénomène, l’opinion publique est-elle susceptible d’évoluer en faveur d’une restriction du trafic? La question est po-

Adligenswilerstr. 29/27, 6006 Lucerne

voyage, évoquant même un recul de 7 à 10% par rapport à la période correspondante de 2018. Et du côté de Suisse Tourisme? Aucune information n’est encore disponible concernant les réservations, mais l’ensemble de la branche va suivre de près l’évolution global des habitudes de voyage, susceptible d’instaurer à terme un nouveau paradigme.  (R M A /P CL)

Paraît le mercredi

Quelque 3000 apprentis sont abonnés à notre journal.

LA PLATEFORME DE L’EMPLOI POUR L’HÔTELLERIE-RESTAURATION

VOUS CHERCHEZ UN NOUVEAU JOB? Vous le trouverez gratuitement sur www.gastrojob.ch

sée à la suite des scrutins qui ont eu récemment lieu dans les cantons de Lucerne, Bâle-Campagne et Zurich, à l’issue desquels les Verts ont réalisé d’excellentes performances. Autre indice: les principaux voyagistes du pays relèvent le comportement attentiste des Suisses au niveau des réservations pour l’été prochain, Walter Kunz, directeur de la Fédération suisse du

Delimpex AG 8808 Pfäffikon 055 415 56 56

TOI AUSSI?

www.hotellerie-gastronomie.ch/Abo


2

Ac t ue l

HG H No 10

Lausanne, le 17 avril 2019

R E V U E D E PR E S S E

Le Temps

Faciliter la vente en vrac et limiter le plastique La 47e édition du Salon international des inventions s’est tenu la semaine dernière à Genève. Le quotidien romand s’y est baladé et en présente quelques-uns des produits présentés par leurs concepteurs. A commencer par le Compartimenteur, qui permet de transporter facilement quatre types de boissons différents, grâce à ses quatre bouchons. Face au gaspillage alimentaire, son inventeur, Bernard Ghnassia, veut démocratiser ses bouteilles de 1 l pour faciliter la vente en vrac et économiser des tonnes de plastique, explique Le Temps.

CO N COU R S

Emulsionneur «hot & cold» de Kisag Combien d’étoile(s) la cheffe Dominique Crenn a-t-il au Guide Michelin avec son Atelier Crenn? A) 1 étoile B) 2 étoiles C) 3 étoiles

Le prix d’une valeur de 139 francs est sponsorisé par Kisag S.A., Bellach. www.kisag.ch Envoyez votre réponse d’ici au 29. 4. 2019 à: Rédaction Hotellerie Gastronomie Zeitung, Case postale 3027, 6002 Lucerne, ou par e-mail wettbewerb-hgz@hotellerie-gastronomie.ch Le gagnant du n° 8/19 est Othmar Ammann, Thoune.

E n (sa)voir plus avec

A N N O N C E

HG

+

24 Heures

Une cinquantaine de caveaux à la FeVi

L’événement organisé depuis 2013 à Beau-Rivage fait figure de mini-festival à Genève.

Dominique Gauthier féminise la septième édition de ses rencontres de chefs, de Silvia Manser à Irma Dutsch. Des œufs surprise aux asperges et à la mousse de noix ou un ceviche de St-Jacques rehaussé d’ananas, d’avocat et de yuzu? Ou plutôt un crudo d’omble chevalier, poivre rose et coriandre, suivi de cabri fumé, poireau, caillé de chèvre? Ces plats et quelques autres étaient préparés sur des pianos mobiles installés pour l’occasion dans les salons du Beau-Rivage, à Genève, par deux formidables cheffes qu’on ne croise que rarement dans nos régions. Silvia Manser, cheffe du Truube à Gais (AR), étoilée Michelin, et Margaux Stepczynski, Genevoise passée par la brigade de Gordon Ramsay avant d’ouvrir sa propre enseigne londonienne, Goat in the Garden. Ces deux cheffes de haut vol – entourées d’Irma Dutsch, première cuisinière suisse à décrocher un macaron au Michelin au Fletschhorn, à Saas Fee, et Jumnong Norradee, cheffe thaïe du Patara à Genève (14/20 au Gault & Millau) – étaient les invitées de Dominique Gauthier pour la septième édition de la rencontre des chefs, au Beau-Rivage, à Genève. Heureuse rencontre, exclusivement féminine pour la première fois, et couronnée d’un joli succès Réunir des collègues de manière conviviale

Téléchargez l’application HG+

DR

Genève: un formidable quatuor féminin à Beau-Rivage

L’idée de ces rencontres est née avec la grande vogue du live cooking, autrement dit de la cuisine en direct, voici une dizaine d’années, explique Dominique Gauthier. «Et pour attirer les jeunes générations, qui n’ont pas toujours la possibilité de fréquenter les tables étoilées, nous avons proposé ce système de réservations via Internet. La première année, nous avons eu la chance

La cheffe de cuisine alémanique Silvia Manser aimerait voir les mentalités évoluer dans les brigades.

de réunir Benoît Violier, Philippe Chevrier, Edgard Bovier et Philippe Audonnet.» Les billets s’étaient envolés en 48 heures. Là-dessus, les organisateurs ont ajouté de la musique, agrandi l’espace, imaginé le concept du passeport: «C’est aussi l’envie de réunir une bonne équipe, des collègues et copains de manière conviviale, loin de toute compétition», souligne le chef étoilé de Beau-Rivage Genève n’organisant aucun congrès gastronomique, la rencontre annuelle de Beau-Rivage fait figure de mini-festival. Pour ce qui est du choix des thèmes, les organisateurs sont restés jusqu’ici centrés sur la Suisse et ses régions – de la Riviera à la Suisse alémanique –, «dont les cuisiniers n’ont rien à envier à leurs collègues d’autres pays, même s’ils restent souvent méconnus», selon Dominique Gauthier.

Beau succès à venir pour les caveaux de la Fête des Vignerons (FeVi), explique le quotidien. Alors que le délai d’inscription vient de s’achever, 70 demandes ont été adressées à la Ville et à la police du commerce. Toutefois, seules 50 autorisations seront délivrées aux tenanciers de bars, des sociétés, des troupes de la FeVi et autres propriétaires de caveaux privés.

Journal de Morges

Divinum fait le plein de visiteurs à Morges Après les 18 000 entrées de l’an dernier, le Salon des vins Divinum a réuni début avril 20 000 visiteurs à Morges. «[...] La motivation des exposants et la qualité de leurs produits, ainsi que la météo qui a joué en notre faveur, représentent les principales raisons de la hausse de fréquentation», souligne le directeur de la manifestation, Richard Chassot.

Nécessité de changer les mentalités

Davantage d’informations: www.beau-rivage.ch

Le nouvel émulsionneur professionnel en acier inoxydable et compatible avec le lave-vaisselle est facile à nettoyer et convient à la préparation de mets chauds et froids. Les desserts, sauces et autres créations sont réalisés simplement et rapidement avec des ingrédients frais et des arômes naturels. Une fois préparés, ils peuvent rester au réfrigérateur pendant plusieurs jours, frais et prêts à être servis. En plus de l’émulsionneur professionnel «hot & cold» d’une capacité de 1 litre, dix capsules de recharge sont incluses. Davantage d’informations sont disponibles en ligne: www.kisag.ch

Le chef franco-genevois tenait toutefois à réunir des femmes depuis longtemps, pour leur donner la visibilité qu’elles méritent. «Le métier change peu à peu et devient plus ouvert. J’ai quatre femmes sur vingt dans ma brigade: ce n’est pas beaucoup, mais les choses évoluent peu à peu. Il y a de plus en plus de cheffes et de sous-cheffes étoilées.» Pour Silvia Manser, patronne et cheffe du restaurant Truube depuis 18 ans, la parité reste néanmoins un objectif assez éloigné, surtout si l’on entend avoir une famille. Avec trois enfants de 18, 16 et 11 ans, Silvia raconte avoir eu la chance de pouvoir compter sur les grands-parents, qui habitent à côté pour concilier ses différents choix, «mais les femmes culpabilisent trop souvent quand elles confient leurs enfants». C’est plus difficile de réussir pour une femme, indéniablement, constate aussi la cheffe étoilée depuis 2015, pour qui «il faut changer les mentalités: c’est d’autant plus indispensable qu’on ne trouve pas de personnel qualifié et motivé». V ÉRO N I Q U E ZB I N D EN

92 LE C H I F F R E

Cest le nombre de jours qu’il reste avant l’ouverture de la Fête des Vignerons, dont les 20 représentations s’échelonneront entre le 18 juillet et le 11 août. A ce jour, deux tiers des billets ont déjà été vendus. A noter qu’à partir du 20 mai prochain, l’arène construite sur le place du marché de Vevey accueillera les répétitions.


Lausanne, le 17 avril 2019

3

Ac t ue l

HG H No 10

sentielle de la vie professionnelle et personnelle», souligne Jean-Joseph Arm. C’est ainsi que ses collègues enseignant les branches professionnelles et lui ont choisi d’articuler le savoir théorique et pratique autour de grandes thématiques évocatrices, à l’instar de «mon changement de vie» qui évoque à la fois les concepts de sécurité et d’hygiène et l’entrée dans le monde du travail. Une manière de capter tout de suite l’attention et de créer un fil conducteur pendant quatre semestres.

 DR

TCS Camping: exercice record

Une approche disruptive Dans le cadre du dernier bloc de cours qui s’achève ces jours, centré sur les régimes et les fruits, Urs Chalupny et Sylvain Paratte ont demandé à leurs élèves d’élaborer, d’abord en groupe, puis individuellement, un concept de lunch box qu’ils ont présenté le 9 avril.

Davantage d’informations: www.camping-insider.ch

Grâce à des conditions météorologiques favorables, TCS Camping a réalisé l’an dernier un exercice record, aussi bien en termes de nuitées (en hausse de 13% pour un total de 594 000) que de chiffre d’affaires (augmentation de 10% à 23,9 millions de francs). Les autres raisons qui, avec la météo, expliquent cette excellente performance sont la poursuite des investissements dans les équipements estampillés glamping (plus confortables) et l’attrait des jeunes familles qui se laissent toujours plus volontiers séduire par les joies du camping. A noter aussi le lancement réussi en 2018 de la plateforme dédiée à la communauté des campeurs (voir lien ci-contre). Quant aux perspectives pour 2019, elles sont encourageantes.  (H G H)

En guise de travail final, les jeunes de la filière AFP ont dû concevoir une lunch box en respectant des critères stricts.

Neuchâtel repense le cursus d’employé en cuisine AFP

Le comité directeur des Remontées mécaniques suisses (RMS) propose le conseiller aux Etats Hans Wicki (PLR/NW) à sa présidence, a annoncé l’organisation. L’élection aura lieu le 24 octobre à Thoune lors de l’assemblée générale des RMS. Le président actuel, le conseiller national Dominique de Buman (PDC/FR), se retire en octobre après neuf ans à ce poste. Hans Wicki, âgé de 55 ans, est président du conseil d’administration des remontées mécaniques d’Engelberg-Trübsee-Titlis AG. Les RMS regroupent quelque 360 des 500 entreprises du secteur de toute la Suisse.  ( AT S)

Davantage d’informations: www.cpln.ch

RMS: succession à la présidence

Alors qu’une première volée achève sa formation selon le nouveau concept, le Centre professionnel du Littoral neuchâtelois (CPLN) tire un premier bilan. Positif. Ils s’appellent Emilie, João, Gaëtan, Fabio, Adryan ou encore Antonio, ils sont au nombre de dixhuit et sont sur le point de décrocher leur attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) d’employé ou d’employée en cuisine. A priori, rien ne les distingue des autres jeunes qui suivent partout en Suisse ce cursus de deux

ans qui leur ouvrira les portes de l’hôtellerie-restauration, voire les encouragera à enchaîner avec un CFC. Mais ces professionnels neuchâtelois en devenir participent à une aventure unique dans le cadre du CPLN, où ils suivent un jour par semaine une formation théorique qui s’inscrit en complément de leur formation pratique en entreprise, et dont la formule a été entièrement repensée. Faire de la théorie un objet concret Avec le soutien d’Yves Pelletier, directeur adjoint, et celui de Michel Bernasconi, responsable de l’enseignement de la culture générale, le CPLN a en effet regroupé tout au long des deux années de cours l’en-

DR

seignement de la culture générale et celui des branches professionnelles. Concrètement, cela signifie que les professeurs de ces deux domaines – Jean-Joseph Arm pour la culture générale, et Urs Chalupny et Sylvain Paratte (membres de la Société suisse des cuisiniers) pour la technologie culinaire – ont élaboré un programme d’enseignement commun, dispensé en binôme alors qu’auparavant les cours avaient lieu séparément. L’idée à l’origine de ce projet pilote est d’imaginer les outils pédagogiques permettant l’assimilation de connaissances souvent perçues comme déconnectées de la réalité. «Dans le cadre du programme de culture générale, il est prévu que nous parlions, entre autres, des assurances sociales. Quand on sort de l’école obligatoire et qu’on travaille quatre jours par semaine dans un établissement de l’hôtellerie-restauration, on peine souvent à comprendre l’intérêt de la matière. Grâce au système que nous avons mis en place, les connaissances sont présentées non pas comme un savoir théorique à ingurgiter, mais comme une composante es-

Un système qui permet de gagner rapidement en autonomie. Une expérience qui a suscité l’enthousiasme des jeunes, selon les commentaires recueillis sur place à l’issue de l’opération. Tous relèvent le défi qu’ont représenté la contrainte du budget (5 francs par boîte) et la difficulté d’attirer l’attention des autres apprentis du CPLN – grâce à qui ils se sont initiés au marketing. Au-delà de ce projet spécifique, Sylvain Paratte souligne la nature disruptive du nouveau cursus: «Il a permis aux enseignants de collaborer plus étroitement, et, détail important, sans support de cours préétabli. Ce sont en effet les jeunes qui l’ont constitué eux-mêmes, ce qui a pu en déstabiliser certains au début, mais qui leur a permis de gagner rapidement en autonomie. Au final, cette nouvelle approche a porté ses fruits, tout en respectant scrupuleusement le plan de formation.»  PAT R I CK CL AU D E T

A N N O N C E

Fraîcheur et qualité

... pour vos clients.

www.aligro.ch

Schlieren | Matran | Sion | Chavannes-Renens | Genève

www.ccaligro.ch

Gossau | Frauenfeld | Rapperswil | Sargans | Bern | Brüttisellen | Pratteln | Luzern | Spreitenbach Ins_HGZ_270x113_KW08.indd 2

10.04.19 13:57


4

Ac t ue l

HG H No 10

LVMH rachète Belmond

Saison d’hiver: les opérateurs optimistes L’économie du tourisme envisage avec un optimisme modéré la saison d’hiver qui s’achève. Selon un sondage réalisé par Suisse Tourisme, une hausse moyenne des nuitées de 0,7% au regard de l’hiver précédent est attendue. Les anticipations se révèlent toutefois fluctuantes. De manière générale, les régions et destinations touristiques, le représentant des remontées mécaniques, les prestataires de l’hôtellerie et de la parahôtellerie ou encore de la gastronomie évoquent de très bonnes conditions météorologiques et l’excellent enneigement, indique Suisse Tourisme. Les organismes et sociétés sondés dans l’enquête non représentative font aussi part de bons taux de fréquentation durant les jours fériés. En revanche, les fêtes de Pâques tardives ont joué en défaveur des régions de montagne, plusieurs d’entre elles signalant aussi des reculs dans le domaine des séminaires professionnels et des voyages de groupe de touristes chinois.  ( AT S)

Le boutefas est un produit de charcuterie emblématique du terroir vaudois.

DR

Nuit du Boutefas: les finalistes sont connus

Barry Callebaut: essor tous azimuts Barry Callebaut a amélioré sa performance financière au premier semestre de son exercice décalé 2018-19, dont le chiffre d’affaires s’est inscrit à 3,67 milliards de francs, en hausse de 3,5%. Les ventes ont notamment été portées par un accroissement des volumes de 2,4% à 1,05 million de tonnes, indique le groupe basé à Zurich et né de la fusion en 1996 des sociétés belge Callebaut et française Cacao Barry. Le résultat d’exploitation a progressé de 8,9% à 301,4 millions de francs, et le bénéfice net de 15,1% à 199,1 millions. ( AT S)

Davantage d’informations: www.slowfood.ch

 S W I S S- I M AG E.CH

Le numéro un mondial du luxe LVMH vient de finaliser l’acquisition du groupe d’hôtellerie de luxe Belmond dans une transaction qui valorise l’entreprise à 3,2 milliards de dollars (à peine plus en francs). Présent dans 24 pays, Belmond a affiché un chiffre d’affaires de 572 millions de dollars sur la période de 12 mois achevée fin septembre 2018, pour moitié réalisé en Europe. Il compte environ 8000 salariés. La chaîne fondée en 1976 à Venise détient ou exploite 33 hôtels (3100 chambres); elle exploite aussi deux croisières fluviales et sept trains haut de gamme, dont le mythique Venice Simplon-Orient-Express. ( AT S)

Les cinq bouchers finalistes en lice pour le titre de Mister Boutefas 2019 ont été dévoilés à la suite d’une présélection au cours de laquelle le jury a dégusté pas moins de 20 boutefas.

région se joindront aux bouchers finalistes dans le cadre d’un mini-marché ouvert au public dès 18h. Cette nouveauté s’inscrit parfaitement dans l’état d’esprit de l’événement créé par Slow Food Vaud en 2015, qui vise à sensibiliser le public à l’origine de la nourriture et à son goût, et dont la présence dans 160 pays en fait un ardent défenseur des cultures et traditions alimentaires locales.

Rendez-vous incontournable des amateurs de spécialités vaudoises, Trois critères d’évaluation la cinquième édition de la Nuit du Boutefas qui se tiendra le 4 mai En prévision de l’événement, le prochain sera plus que jamais pla- jury de dégustation de la Nuit du cée sous le signe du terroir à Mon- Boutefas s’est retrouvé le 9 avril theron (VD). Pour la première fois, dernier à l’Auberge du Chalet des des producteurs et vignerons de la Enfants. Personnalités, journa-

Lausanne, le 17 avril 2019

listes, producteurs ou simples consommateurs, les neuf jurés ont évalué 20 boutefas en concours, à savoir un produit de charcuterie cru fumé, conditionné exclusivement dans un boyau naturel de porc et qui se cuit avant d’être consommé en tranches froides ou chaudes. La dégustation s’est déroulée dans une ambiance à la fois sérieuse et conviviale, les jurés ayant noté trois critères sur une échelle de 1 à 5: l’aspect, la texture et le goût. Arrivés en tête au total des points, les cinq bouchers vaudois présélectionnés sont les suivants (dans le désordre): Boucherie à la Ferme Martin Georges et fils, à Puidoux; Boucherie Ogiz SA, à Yverdon-les-Bains; Boucherie Wyler, à Lucens; Boucherie-Charcuterie de la Venoge Sàrl, à Cossonay; Boucherie-Charcuterie Stuby SA, à Vevey. Mister Boutefas élu par le public Le public retrouvera ces cinq finalistes samedi 4 mai à Montheron. Dès 18 h, un mini-marché réunira les bouchers, des vignerons et des producteurs de la région. Dès 19 h, un menu de saison concocté par la brigade de l’Auberge du Chalet des Enfants sera servi aux convives, comprenant plusieurs produits Presidi Slow Food (Vacherin fribourgeois AOP au lait cru, Pain de seigle du Valais AOP, glace et biscuits à la farina bóna, etc.). Le public dégustera et notera les cinq boutefas en concours. Les résultats du vote seront dévoilés à l’issue de la soirée, qui couronnera Mister Boutefas 2019. Le tarif de la soirée est de 43 francs pour les membres de Slow Food, et de 53 francs pour les autres.  (H G H)

A N N O N C E

OFFRES

2019

D’EMPLOI

DE

L’ADMINISTRATION

CANTONALE

Enseignante ou enseignant de branches professionnelles en hôtellerie et services de restauration à 40% DÉPARTEMENT DE L’ÉDUCATION ET DE LA FAMILLE

Service des formations postobligatoires et de l’orientation Centre professionnel du Littoral neuchâtelois Au bénéfice d’un brevet fédéral de chef-fe de cuisine et idéalement d’un diplôme ou d’un certificat d’enseignement pédagogique en formation professionnelle, vous maîtrisez les nouvelles technologies (enseignement sur tablettes). Vous assurez l’enseignement théorique aux apprentis-es cuisiniers-ères de l’École des arts et métiers du CPLN. Vous possédez également une bonne connaissance du milieu professionnel régional et un intérêt marqué pour la formation. DÉLAI DE POSTULATION : 28 avril 2019 Postulation en ligne et détails sur www.ne.ch/OffresEmploi Afin de renforcer la présence des femmes parmi les fonctions supérieures de l’administration cantonale, les candidatures féminines sont vivement encouragées. S E R V I C E D E S R E S S O U R C E S H U M A I N E S D E L ’ É TAT, R u e d u C h a s s e l a s 1 , 2 0 3 4 P e s e u x

ncours : le Thème du co

swissculinar yc

up.ch

Bettina Jenzer, Gagnante SCC 2018

en t s l a t s e t e r t n Mo en cuisine!

S’INSCRIRE MAINTENAN T

Feu

Member of

43128-IN_SCC_2019_125x184.indd 1

10.01.19 12:53

LA PLATEFORME DE L’EMPLOI POUR L’HÔTELLERIE-RESTAURATION

RECRUTEZ DES SPÉCIALISTES ET DES CADRES Annonces à des conditions avantageuses sur www.gastrojob.ch


Lausanne, le 17 avril 2019

5

Ac t ue l

HG H No 10

La révolution du vin écologique passe par le Divico du moins à la vigne! Reste, comme le dit avec modestie l’obtenteur du Divico et du Divona, le chercheur d’Agroscope Jean-Laurent Spring, que «seule la qualité du produit nous importe». Divico et Divona ont le même père et la même mère: croisés naturellement à la vigne, ils sont issus du gamaret et du bronner. Un cépage rouge, déjà issu du gamay et du reichensteiner, «On était 12 autour de 10 vins, il y croisé avec un cépage blanc qui a a trois ans. Aujourd’hui, on est 60 des gènes (résistants) jusque dans à déguster 50 vins», s’est enthou- la Vitis Amurensis, soit, comme le siasmé Johannes Rösti, nouveau dit joliment le Vaudois Blaise Duchef de la viticulture du canton de boux, «la mise au pluriel du genre Neuchâtel et, comme son alter ego Vitis Vinifera». vaudois Olivier Viret, transfuge A Bramois, son Octo 2017, au d’Agroscope, tous deux présents nez puissant, fruité, agréable, à la Fête du Divico qui s’est tenue était un des meilleurs, avec le jeunissime Taïta 2018, du Domaine début avril à Bramois (VS). du Paradou (VS), propriété de La qualité du vin, enjeu majeur Jean-Laurent Spring, très goûteux, le frais et fruité Le LandePour Oliver Viret, «la machine est ron 2017 de Chantal Ritter-Coen route, la tendance est donnée, il chand (NE), l’essai en microvinin’y a plus de doute, on va vers une fication 2018 de Marie-Bernard viticulture plus écologique». Avec Gillioz Praz (VS), les deux Vaudois, non seulement un effet d’image de la Confrérie des Vignerons positif bien dans l’air (réchauffé) 2017 et du Domaine de Marcelin, du temps, mais aussi une facilita- et en plus puissants et plus boisés, tion du travail du vigneron. Car, L’Audacieux 2017 du Domaine de ces «cépages résistants» c’est Chambleau (NE) et le Dreistand «zéro traitement»: voilà qui éva- 2017 de Wädenswil (ZH). La Cave cue la question du bio ou pas bio, de Genève, dans sa gamme Trésor,

La recette du meilleur vin pas encore connue

Davantage d’informations: https://bit.ly/2UXzsUG

Planter des cépages résistants et éviter tout traitement phytosanitaire: une utopie? Avec le Divico et le Divona, la Suisse a une longueur d’avance.

a décidé de pousser le bouchon un peu plus loin, en le vinifiant sans SO2 (comme le Valaisan Didier Joris, absent de Bramois, qui le résume «0 intrant, vigne et cave: super bio»). Quant au Divona, blanc, le riche millésime 2018 lui a donné l’occasion d’exprimer un caractère de pamplemousse étonnant, comme le Bastian 2018 de l’Etat de Genève, bien maîtrisé dans son élevage en 2017.

Comme le dit Johannes Rösti, «pour un nouveau cépage, il faut que la mayonnaise prenne». Il a fallu dix ans pour que le gamaret sorte de l’anonymat (et dans certains terrains secs, il dépérit aujourd’hui…). Autorisé depuis 2013, le Divico est déjà cultivé sur 40 ha, dont 13 à Genève et 10 sur Vaud. Le Divona n’est encouragé que depuis 2018 et reste confidentiel. Sur l’un comme sur l’autre, seule l’expérience permettra de connaître la maturité idéale du raisin, la né- Autorisé depuis 2013, le Divico est déjà cultivé sur 40 ha en Suisse. DR cessité de la surmaturation (que certains ont privilégiée, comme sur tout cépage méconnu), puis de l’extraction en cave, plus ou moins Agroscope a choisi de s’allier avec tares, et à raison de 100 millions de longue, de l’élevage sous bois, en l’INRA de Colmar (F), avec pour «barbues» vendus chaque année, grands fûts ou en barriques… Au- but de mettre sur le marché trois à dont 50% à l’export, mise à fond tant de possibilités à explorer par cinq variétés résistantes d’ici 2024. sur ce que les Allemands nomment tâtonnements, les microvinifica- L’obtenteur indépendant jurassien les PIWI. Elle collabore depuis tions des obtenteurs de Changins Valentin Blattner poursuit son tra- 2006 avec l’Université d’Udine, et ne donnant, par définition, pas vail de pionnier, en marge de l’offi- vise à augmenter la résistance de toutes les réponses. On attend les cialité, notamment en France où cépages réputés, comme le sauvicuvées en barriques 2018 des Vau- les domaines de La Colombette, gnon blanc, et ses variétés résisdois Christian Dugon et Noémie dans l’Hérault, et Ducourt, à Bor- tantes Népis, Kretos, Rytos, etc. Graff, jusqu’ici prometteurs dans deaux, sont en pointe, et dans le «On étudie aussi des variétés rénord de l’Europe, Allemagne, Bel- sistantes dont la typicité rappelle leurs vins rouges… Et puis, le champ des «nou- gique, Hollande, Suède... La coo- le chasselas, le pinot et le merlot», veaux cépages» est immense et pérative italienne CRV, en Véné- a expliqué à Bramois Christophe avive l’intérêt des chercheurs. tie, sur plusieurs centaines d’hec- Carlen, d’Agroscope.  P I ER R E T H O M A S

A N N O N C E

DE SUISSE

E I R T A P A L E D R . U C O A M M A ’ O L T S E ’ L R A P E S PAS POUR LA SUISSE

De nombreuses exploitations agricoles familiales produisent avec fierté de la viande suisse d’excellente qualité et contribuent largement à la préservation de notre paysage unique.

En quoi la viande de Suisse est plus durable: la-difference-est-la.ch

76% des Suissesses et des Suisses ont une grande confiance dans la viande suisse. Une raison de plus de miser sur elle.


6

L ibre-se r v ice

HG H No 10

Lausanne, le 17 avril 2019

Lavazza collabore avec Gufram

 DR

Magnum célèbre son 30 e anniversaire Sous la bannière #neverstopplaying, Magnum célèbre son 30 e anniversaire avec le Magnum le plus ludique de tous les temps: le nouveau White Chocolate & Cookies – une glace onctueuse, mêlée à une sauce au cacao au goût de biscuits, enrobée de chocolat blanc et de morceaux de biscuits –, auquel s’ajoute le nouveau Magnum Double Cherry, qui séduit par sa combinaison de glace onctueuse et de sauce à la cerise, dissimulée sous une couche de glaçage au cacao et de chocolat Magnum croquant. (H G H)

Le parc automobile de Saviva comporte au total 170 véhicules utilitaires.

Saviva investit en Suisse romande Saviva a ouvert à Genève le premier de ses trois centres romands de distribution et de logistique. Ecublens et Martigny suivront en mai. 

 DR

Percer, briser et savourer Les gobelets forment toujours une des grandes tendances du marché des glaces, raison pour laquelle Magnum lance d’emblée trois nouveaux parfums à savourer à la cuillère: Magnum White Chocolate and Cookies, Magnum Double Salted Caramel et Magnum Double Dark Chocolate & Raspberry. Percer, briser et savourer – telle est la devise de cette nouveauté dont on atteint la glace en perçant d’abord l’épaisse croûte au chocolat Magnum, ainsi que le manteau chocolaté qui en enrobe les bords. (H G H)

DR

Le nouveau centre genevois réunit sous un seul et même toit les collaborateurs des marques traditionnelles Scana et Lüchinger + Schmid / Orofrais, qui peuvent désormais profiter des compétences des spécialistes de Mérat et Tipesca. Les clients bénéficient dorénavant d’un assortiment plus large, d’un

processus de commande simplifié et d’une amélioration des prestations logistiques. Les trois sites offrent à Saviva des conditions idéales pour le renforcement de ses activités dans la région importante qu’est la Suisse romande. «Grâce à notre solide équipe, nous pouvons y offrir les meilleurs services via nos processus efficaces», explique André Hüsler, directeur de Saviva. A noter que Eric Vonlanthen reprend la direction des ventes en Suisse romande, et que Charles Buffle est responsable du site de Genève et Francis Fouchault de ceux d’Ecublens et de Martigny. (H G H)

Un gril dans l’air du temps Avec ses fonctions hightech, le gril Weber Pulse assure un goût inimitable. Efficients sur le plan énergétique, toujours prêts à l’emploi et parfaitement assortis au style de vie moderne, les nouveaux modèles de la maison Weber – qui se déclinent en deux séries, Pulse 1000 et Pulse 2000, et comprennent quatre modèles avec pieds ou chariot à rou-

lettes – sont idéaux pour tous ceux qui veulent s’adonner aux joies du barbecue rapidement et sans effort. Le contrôle numérique de la chaleur veille à un réglage précis de la température. Avec l’app intuitive iGrill, il est possible de surveiller aussi bien la température à cœur des aliments que la température de cuisson du gril. Le design compact du gril lui permet de trouver une place, même dans les plus petits espaces, et d’être ainsi prêt en toutes occasions.  (H G H)

Deséa, le tout dernier fleuron de la technologie Lavazza, arbore un design haut de gamme original signé Gufram, qui met en valeur les lignes élégantes de la machine à café et rehausse l’expérience conçue à l’intention d’une nouvelle génération d’amateurs de café et de café au lait. La marque, réputée pour son approche décalée, a réinterprété la nouvelle machine à café A Modo Mio à usage domestique sous un angle futuriste. Disponible pendant un temps limité sur le site Lavazza. (H G H)

 DR

Reka-Card acceptée chez Selecta Les titulaires d’une Reka-Card peuvent se réjouir: ils peuvent désormais aussi payer en argent Reka auprès de plus de 3000 distributeurs publics Selecta répartis dans toute la Suisse. Pour mémoire, la Reka-Card est proposée comme prestation salariale accessoire par plus de 4100 entreprises suisses. Grâce à cette carte, les employés peuvent profiter de loisirs, vacances et consommations à meilleur prix. (H G H)

 DR

Go In: vraiment trop mignon! Que ce soit dans une auberge bavaroise traditionnelle ou les établissements alpins modernes, la chaise Heidy fait bonne figure avec son cœur situé au bon endroit, en l’occurrence dans le dossier de l’assise. Le modèle en bois de chêne massif avec sa forme particulière semble ordinaire, mais il possède le petit plus qui fait la différence et reprend le mélange très apprécié entre tradition et modernité. Heidy est disponible en deux versions: en chêne naturel verni transparent ou tabac. Les pieds légèrement évasés assurent une base solide et soulignent le style typique du mobilier d’auberge; l’assise large et arrondie sur le devant invite à la détente. Les coussins, en feutre par exemple, rendent l’assise encore plus confortable et sont décoratifs. (H G H)

 DR

Molino: rencontre au sommet C’est à la Pizzeria Ristorante Molino Seilerhause, au cœur de Zermatt (VS), non loin de l’emblématique Cervin, que Christa Rigozzi, ambassadrice de Pizzeria Ristorante Molino, a reçu les deux heureux gagnants d’un concours exclusif pour une rencontre conviviale et un apéritif dans la belle ambiance du festival de musique Zermatt Unplugged. (H G H)

A N N O N C E

Le meilleur pour la fin.

Pour la cuisine moderne. Depuis 1886. www.gastro.hero.ch

2019_03_ins_hgz_april19_topping_270x119_d.indd 2

02.04.2019 08:49:27


Lausanne, le 17 avril 2019

7

Focus

HG H No 10

UNE CUISINE D’AUTEUR LUMINEUSE DANS LA BAIE DE SAN FRANCISCO Dominique Crenn, la cheffe d’origine bretonne au parcours atypique vient de décrocher sa troisième étoile au guide Michelin. Une première en Amérique du Nord.

A

sine bio et locavore. Par exemple? Des ormeaux grillés, escortés d’algues braisées, d’orties sauvages; des bouchées associant caviar osciètre, crème de riz fermenté, crêpe croustillante de sarrasin; du crabe, des pickles d’algues et beurre de pomme... Des plats qui sont aussi d’une grande beauté visuelle. La signature de Dominique Crenn? «Une élégance, une sensibilité hors normes, portées par une technique impeccable», relève la critique. Depuis 2010 et l’ouverture de son Atelier, l’ascension est fulgurante: première étoile en 2011, la deuxième deux ans plus tard, et James Beard Award la même année que la consécration suprême du Michelin. Parfois qualifiée de cérébrale à ses débuts, sa cuisine s’est affirmée comme «respectueuse du produit, portée par une belle sensibilité pour un résultat bouleversant», dixit Guy Savoy.

en croire la dernière édition américaine du Michelin – mais aussi le récent congrès Madrid Fusion dont elle était l’invitée –, la Californie s’affirme comme l’une des régions les plus gourmandes de la planète, avec huit établissements trois étoiles, contre cinq à New York. Parmi celles-ci, quatre reviennent à Dominique Crenn. Le guide rouge salue le mélange de «grâce, de talent artistique, de savoir-faire et de goût» de la cheffe d’origine bretonne, désormais première cheffe triple étoilée d’Amérique du Nord. Atelier Crenn, sa table gastronomique et ultracréative décroche son troisième macaron, alors que le Bar Crenn, plus accessible, qui revisite le répertoire français en lui associant des vins bios et biodynamiques, fait son entrée dans les mêmes pages.

Auparavant, cette longue dame brune, quinqua aux allures d’éternelle ado, regard pétillant sous des couvre-chefs originaux, avait été élue Meilleure cheffe par le classement des World’s 50 Best Restaurants en 2016. Un titre qu’elle avait hésité à accepter avant de décider de s’en servir pour promouvoir la parité. Militante, Miss Crenn monte volontiers au créneau, qu’il s’agisse de sexisme ou d’immigration: elle disait aussi souhaiter que ce prix n’ait plus de raison d’être et disparaisse à court terme. Elle est également la seule à siéger au sein du conseil d’administration du prestigieux Basque Culinary Center, voué à la création et à l’innovation,

L’un des plats présentés en 2017 par Dominique Crenn à ChefAlps à Zurich.

au côté de Ferran Adrià, Massimo Bottura et Alex Atala, notamment. Mais pour en revenir à l’Atelier Crenn, un repas y débute immanquablement par l’évoca-

Militante, Dominique Crenn monte volontiers au créneau quand il s’agit de dénoncer le sexisme qui règne dans la gastronomie.

tion apéritive de ses origines bretonnes: une sphère blanche croustillante de beurre de cacao

renfermant cidre et crème de cassis, qui explose en bouche. En plus du kir breton, le dîneur reçoit un poème d’une douzaine de lignes, construit comme un récit. Chaque énoncé correspond à un plat: une succession de bouchées de taille variable, à la fois délicates et sophistiquées, déconcertantes parfois, étonnantes toujours. Des plats nommés «naissance» ou «balade en forêt», «graines et semences» ou «rucher», se référant à son vécu, ses émotions mais aussi au présent et à la Californie, où elle compte parmi les pionniers de la philosophie Farm to Table, une des chantres de la cui-

I M AG E S CH EF A LP S

Davantage d’informations: www.ateliercrenn.com

Promouvoir la parité dans l’univers de la gastronomie

Une autodidacte qui se rêvait photographe Pour comprendre la philosophie de Dominique Crenn, il faut replonger dans son enfance telle qu’elle la racontait sur la scène du Forum Parabere, celle de Chef– Alps à Zurich ou dans le portrait que lui a consacré Netflix dans Chef’s Table. Parfaite autodidacte, la jeune Dominique se rêvait photographe avant d’être recalée à l’examen d’entrée de l’Ecole lyonnaise de photo. Petite déjà, ses parents l’emmenaient dans des restaurants étoilés. Son père, politicien et artiste à ses heures, et sa mère, excellente cuisinière et hôtesse, ont toujours encouragé sa veine créative: «Va au bout de tes rêves, ne t’interdis rien.»

Elle a suivi à la lettre l’injonction paternelle pour quitter son Finistère natal et voguer jusque sur les rives du Pacifique, où elle s’installe dans les années 1990; elle fait alors un passage marquant chez Jeremiah Tower, star entre les chefs californiens. Débarquant en cuisine au culot, sans aucun bagage professionnel, elle se fait engager sur sa passion de braise, son enthousiasme, sa folie douce. «Je n’avais aucune expérience, juste envie de me lancer, il m’a fait confiance, m’a confié des responsabilités. C’est aussi ce que j’essaie de faire avec mon équipe.»

«Une belle sensibilité pour un résultat bouleversant.» GU Y S AVOY AU SUJ E T D E L A CU I SI N E D E D O M I N I Q U E CR EN N

Là-dessus, reprise par son goût du voyage, Dominique Crenn s’installe en Indonésie, où elle sera, déjà, la première femme à la tête d’une brigade 100% féminine, avant de revenir en Californie, à Los Angeles, puis à Frisco, où elle retrouve un peu de sa Bretagne natale, l’océan et les falaises, un formidable sentiment de liberté en plus. Son restaurant est aussi «sa maison», où elle entend recevoir ses hôtes comme chez elle, éveiller en eux des émotions, des réminiscences personnelles. Un restaurant, dit-elle en substance, c’est d’abord une manière de se connecter aux autres. V ERO N I Q U E ZB I N D EN

A N N O N C E

HUG Filigrano Ready Tartelettes 8.3 cm Nouve

au

www.hug-foodservice.ch ·

43950-IN_Ready Tartelettes_HGZ_270x119mm_FR.indd 1

www.facebook.com/hugfoodservice · Telefon +41 41 499 76 30

01.04.19 10:39


8

Ecla irage

HG H No 10

Les alternatives gourmandes en termes de protéines

Ce n’est pas la première fois que Pascal Aubert, chef de cuisine diplômé, boulanger-pâtissier breveté et formateur, participe à l’une des émissions de la Radio Télévision Suisse (RTS). Membre de Hotel & Gastro Union, dont il est vice-président de la région Romandie, le Jurassien qui occupe le poste de chef de service Hôtellerie et Restauration à la Clinique Le Noirmont (JU) a déjà eu l’occasion de tester les biscuits et autres pâtes à biscuits de Noël, et d’imaginer des recettes destinées à lutter préventivement contre les maladies cardiovasculaires. «Cette fois, on m’a sollicité pour concevoir des recettes permettant d’offrir des alternatives à la viande en termes de protéines», explique celui qui a également une formation de cuisinier en diététique.

RECETTE Pour deux personnes

Ingrédients 200 g Dés de saumon

10 g Huile d’olive

10 g Thym

50 g Quinoa

10 g Huile d’olive

30 g Brunoise de légumes blanchie

Pour l’occasion, il a choisi de privilégier trois pistes, à savoir: un plat à base de poisson (fondant de saumon, quinoa aux fruits secs, air de lait safrané), un plat ovo-lactovégétarien (risotto d’orge perlé aux lentilles Beluga, œufs bio, émulsion d’herbes et croustilles à l’huile d’olive) et un plat végétalien (riz indonésien aux pousses de soja et fruits oléagineux). Tous trois ont été réalisés face à la caméra de la RTS, dans les cuisines

20 g Figues séchées en dés

150 g Eau du robinet Fondant de saumon, quinoa aux fruits secs,air de lait safrané: l’un des trois plats RT S (ici en cours de dressage) que Pascal Aubert a imaginés pour la RTS.

Davantage d’informations: https://bit.ly/2XhUo6r

Membre du comité de Hotel & Gastro Union Romandie, Pascal Aubert a imaginé trois recettes sans viande pour l’émission «A bon entendeur» diffusée sur la Radio Télévisions Suisse.

Lausanne, le 17 avril 2019

Pascal Aubert est chef de cuisine diplômé, boulanger-pâtissier breveté, formateur et membre de Hotel & Gastro Union.

de la Clinique Le Noirmont, Pascal Aubert – qui arborait la veste de cuisine portant le logo de Hotel & Gastro Union – se chargeant de détailler chacune des étapes de ses recettes. D’habiles combinaisons Pour le plat à base de poisson dont nous reproduisons ci-contre la recette, également disponible sur

le site de la RTS qui offre par ailleurs la possibilité de voir l’émission en streaming, Pascal Aubert commence par donner quelques indications sur la cuisson du saumon. «Elle se fait sous vide avec de l’huile de l’olive et du thym, mais sans sel, et à une température de 42° C pour ne pas faire éclater les protéines et conserver le jus et les saveurs du saumon», explique-t-il en substance. L’apport en protéines est par ailleurs renforcé par la combinaison d’ingrédients tels que le quinoa, les fruits secs et la brunoise de légumes constituée de carotte, carotte jaune et céleri, tandis que la touche finale est apportée par la sauce légère que représente l’air de lait safrané. Dans le cadre de ses deux autres créations, le chef de cuisine diplômé explique ensuite l’intérêt d’équilibrer l’apport de protéines en combinant par exemple

l’orge perlé, les lentilles Beluga et l’œuf dans son plat ovo-lactovégétarien. Ou alors d’élaborer un plat végétalien sur la base d’ingrédients comme le riz parfumé, les noix de cajou et graines de tournesol et les champignons chinois, sans oublier une julienne de légumes pour apporter une touche croquante et colorée. Ne pas renoncer à la viande Le reste de l’émission propose de nombreux reportages et interviews. On y apprend que la problématique n’est pas tant le fait de manger de la viande, mais de manger trop de viande, un phénomène qui inquiète les scientifiques eu égard à l’appétit de plus en plus vorace pour les produits carnés, dont la consommation est passée de 284 à 329 millions de tonnes entre 2010 et 2019.  PAT R I CK CL AU D E T

20 g Abricots secs en dés

10 g Céleri pomme en rondelles

5 g Pousses de chizo

200 g Lait entier

10 g Lécithine de soja

15 g Bouillons de légumes

5 g Fleur de sel

2 g Safran Iran en poudre

Cuire le saumon sous vide avec l’huile d’olive et le thym à 42° C. Faire suer les oignons avec l’huile d’olive, ajouter le quinoa, rincer à l’eau, mouiller avec 150 g d’eau et assaisonner avec un peu de bouillon de légumes en poudre. Une fois le quinoa cuit, ajouter la brunoise et les fruits secs en dés. Rectifier l’assaisonnement et dresser à l’aide d’un emporte-pièce, décorer avec les rondelles de céleri pomme et le chizo. Mixer le lait avec la ­lécithine et le safran. Puis dresser le quinoa au centre de l’assiette et les dés de saumon autour. Assaisonner le saumon avec la fleur de sel et dresser dessus l’air de lait safrané.

A N N O N C E

ODU

IT I C

I • HIER

T • PR R E I

100% Saveur 100% Naturel 100% Swiss Made

Découvrez notre grand choix de pâtes farcies surgelées.

pastinella.ch

P RO D UZ


Lausanne, le 17 avril 2019

La ssc dans la cuisine de Walter el Nagar C’est à un événement intimiste que les membres des sociétés professionnelles de Hotel & Gastro Union, et plus particulièrement ceux de la Société suisse des cuisiniers (ssc), ont été conviés le 8 avril dernier à Genève. Une douzaine d’entre eux se sont en effet retrouvés au restaurant Le Cinquième Jour que le chef d’origine italienne Walter el Nagar a inauguré l’automne dernier dans le quartier des Eaux-Vives. Une occasion unique de découvrir les coulisses de cet établissement doté d’un comptoir en U japonisant et prévu pour 12 convives uniquement. Sa particularité? Accueillir une clientèle de tous horizons, midi et soir, de mardi à vendredi, et réserver le cinquième jour, soit le samedi, aux plus démunis, qui ont la possibilité de goûter gratuitement la cuisine imaginative de ce chef atypique. Inspirée de l’initiative de Massimo Bottura qui a ouvert plusieurs «réfectoires» à travers le monde, l’opération est coordonnée avec sept organisations caritatives genevoises qui se chargent d’inviter les convives du samedi. Reste que Le Cinquième Jour est aussi une chef’s table,

9

H ote l & G as tro U nion

HG H No 10

2

pour reprendre le terme anglophone désignant ces microrestaurants dont la table est dans la cuisine, et où la brigade s’occupe elle-même de servir les mets qu’elle prépare face aux clients. Déjà largement implanté en Asie et aux Etats-Unis, ainsi qu’à Paris et en Angleterre, ce concept est encore largement méconnu à Genève, raison pour laquelle Walter el Nagar, installé à Genève depuis qu’il a lancé le concept du Fiske Bar à l’Hôtel de la Paix, a choisi la Cité de Calvin pour ouvrir son restaurant. Parmi les participants à l’événement mis sur pied par la ssc figuraient de nombreux cuisiniers, tous particulièrement intéressés par les techniques de Walter el Nagar qui se plaît à éviter tout gaspillage et qui par conséquent trouve sans cesse des moyens de transformer les produits, à l’instar de ce jus de chou rouge transformé en gauffrette, ou ce jus de topinambour auquel il a ajouté une mère de vinaigre pour créer une saveur unique. A noter que Walter el Nagar sera l’un des intervenants de la Journée professionnelle organisée le 9 septembre à Montreux par la ssc. (P C L)

4

3

Davantage d’informations: www.hotelgastrounion.ch/ssc

1

5

1 Walter el Nagar en pleine discussion

avec les membres de Hotel & Gastro Union conviés au Cinquième Jour. 2 Au centre, de g.à dr., Roman Helfer, secrétaire général de la spr, Angelo Boschetto, directeur du Centre de formation professionnelle Services & Hôtellerie-Restauration (CFP SHR), et Peter Schoeni, membre du comité de la spham. 3 Pascal Hutin et Evelyne Gaillard, membre du comité de Hotel & Gastro Union Romandie. 4 Hervé Girard et Jean-Paul Ducom installés au comptoir en U. 5 Le CFP SHR en force: de g. à dr., Lionel Jan, Stéphane Jan et Christophe Monney. P H OTOS D R

A N N O N C E

Table Top – Top Table Description Seul fabricant en Suisse, et leader en Europe, Vetropack SA est le premier fournisseur d‘emballages en verre pour l‘industrie nationale alimentaire et des boissons. Contenu Découvrez tout sur l’un des matériaux durables les plus anciens, dont le secteur de la restauration ne peut se passer : le verre ! Suivez en exclusivité le cycle de vie d’une bouteille en verre, de son recyclage à sa fabrication, lors de la visite guidée de l’usine Vetropack SA et de son musée sur l’histoire du verre. Apéritif et réseautage entre professionnels/elles clôtureront cette sortie.

Date lundi 13 mai 2019 de 15h30 à 17h30 env. Lieu Vetropack SA Rue de la Verrerie 2a, 1162 St-Prex Coûts Membres CHF 20.00 Non-membres CHF 50.00 Remarque importante: Port de chaussures fermées obligatoire. Informations et inscription Aux coordonnées ci-dessous. Le nombre de places étant limité, inscrivez-vous sans tarder !

Société professionnelle de la restauration · Avenue des Acacias 16 · 1006 Lausanne Tél. 021 616 27 07 · info.vd@hotelgastrounion.ch · www.hotelgastrounion.ch/spr

43772-IN_Roadtour_Table-Top_bvr_fr_270x119.indd 1

15.04.19 11:41

Profile for Hotellerie_Gastronomie_Verlag

HG-Hebdo 10/2019  

No. 10 – 17. avril 2019, Hôtellerie Gastronomie Hebdo, le journal spécialisé le plus lu de la branche de l'hôtellerie-restauraton suisse.

HG-Hebdo 10/2019  

No. 10 – 17. avril 2019, Hôtellerie Gastronomie Hebdo, le journal spécialisé le plus lu de la branche de l'hôtellerie-restauraton suisse.

Advertisement