Page 1

BELGI QUE - BELGI E P. P. 6940 DURBUY 1 1 1 /280

Bureau de dépôt : 6940 - Durbuy 1 - P 501 232

magazine patients et soignants la Maison Médicale de

Le des des de

Barvaux

magazine

Trimestriel n° 58 - juillet-août-sept 201 0

Edit. resp.: JC Lesire, vieux chemin de Wéris, 1 2 - 6940 Barvaux

Distribué exclusivement aux patients inscrits, aux soignants et aux associations partenaires de la Maison Médicale de Barvaux

L'été est là ... CL, soignante

... et bien là ! La chaleur est présente sur tout le pays. Comment profiter de cette période de vacances sans soucis. Comment faire du soleil un ami ? Bien sûr, le soleil nous apporte lumière, chaleur et vitalité. Mais attention,nous devons adapter nos comportements.

Pe n d a n t to u t l ' é té Des collations goûteuses à la Maison médicale

Rappelez-vous, le système qui protège notre peau n'est pas développé chez les nouveaux-nés.Ceux-ci sont donc plus sensibles aux brûlures. Il est nécessaire de protéger toute la famille mais les enfants en bas âge et jusqu'à l'âge de 12 ans doivent être plus particulièrement protégés.

Voici donc, quelques conseils :

◼ évitez d'exposer les bébés de moins d'un an au soleil , ◼ faites jouer les enfants à l'ombre entre 11 et 16 heures , ◼ couvrez leur la tête et faites leur porter un T-SHIRT sec et des lunettes de soleil qui protègent des UV (indice CE et non pas des jouets! ) , ◼ appliquez leur régulièrement une bonne couche de crème solaire "waterproof" avec un indice de protection minimum 30 , ◼ attention à la réverbération : le sable, l'eau, la neige sont comme des miroirs qui réflètent les rayons du soleil et augmentent leur intensité , ◼ toutes les personnes n'ont pas la même sensibilité au soleil ; les personnes à peau et cheveux clairs risquent plus de développer des coups de soleil.

Pourquoi toutes ces précautions ?

Le soleil est nécessaire à la vie mais l'abus d'expositions dans l'enfance peut entrainer de graves conséquences à l'âge adulte comme l'apparition de mélanome (cancer de la peau très agressif) ou le développement de cataractes (problème de vue). Dernier rappel primordial en période de forte chaleur : de l'eau, de l'eau et encore de l'eau. L'eau naturelle apaise la soif et reste la meilleure boisson. Les personnes les plus fragiles sont les enfants et les personnes âgées. Osez la solidarité ! Pensez à rendre visite à votre voisin âgé, vos parents ou grands-parents. Invitez-les à boire de l'eau. Cette mesure très simple permet d'éviter bien des catastrophes et sauve des vies ! Pensez-y.

Pour vous encourager à une alimentation saine et savoureuse, notre équipe vous propose de redécouvrir les fruits et légumes de saison tous les jeudis matin dès 10 heures pendant les mois d'été. Quelques fruits frais à grignoter ou quelques légumes simplement savoureux vous sont proposés en salle d’attente. Alors, bonne mise en bouche sucrée, juteuse ou croquante.


2-

Bien manger

Les collations DL, patiente

à l'école

Dans quelques semaines, nos petits bouts retournent à l'école. Savez-vous qu'un moment important dans la vie d'une classe c'est le temps de la collation ? Voici le témoignange de Madame J, institutrice maternelle de 30 ans.

les collations sont des biscuits, des “fruits,En desgénéral, gâteaux, des compotes,… et le traditionnel

trouvait une pomme jour après jour… Certaines institutrices demandent aux parents de donner un aliment précis : des céréales le lundi, un fruit le mardi,… Ainsi, elles sont certaines que les collations sont variées et «  équilibrées  ». Beaucoup d’enseignants réalisent des projets sur l’alimentation saine afin de responsabiliser les enfants… et leurs parents. Ça porte souvent ses fruits, surtout en 3ème maternelle, peut-être parce que les enfants influencent leurs parents en leur racontant ce qu’ils ont fait à l’école. Cette année, à plusieurs reprises, nous avons mélangé toutes les collations pour que les petits les trient et apprennent ainsi à reconnaître les bonnes des moins bonnes (nous ne parlons jamais de mauvaise collation). La collation idéale  ? Difficile à dire. Il est important de varier que ce soit pour éveiller les enfants au sens du goût, pour veiller à un certain équilibre alimentaire ou tout simplement pour leur permettre de prendre du plaisir à manger et à être ensemble. Mais, ce sont les parents qui sont acteurs de ce qu’il y a dans la mallette de leur enfant, cela reste leur choix. Voilà, je vous ai fait part de mon expérience sur le terrain. Je souhaite qu’elle puisse vous aider à aborder la prochaine rentrée scolaire afin de  «  garnir  » la mallette de vos petits. Ps  : Une auxiliaire d’éducation a remarqué que certains enfants qui restent à la garderie de 16h00 n’ont plus rien à manger. Ils n’ont plus rien consommé depuis midi et sont souvent affamés à cette heure-là.

berlingot de jus d’orange qui a le plus la cote pour les boissons. Je remarque qu’au fil du temps, on trouve de moins en moins de barres chocolatées et de boissons en canettes, trop sucrées, ou de chips, trop gras. La plupart des institutrices les désapprouve, mais il est difficile de convaincre tous les parents. D’habitude, la collation se prend entre 10h00 et 10h30. Nous essayons de rendre les enfants autonomes. Ils prennent une assiette et leur mallette avant de s’asseoir à une table. Ils sortent eux-mêmes leur encas et leur boisson (les plus petits sont aidés). Ils peuvent boire de l’eau du robinet si leur boisson ne leur suffit pas. C’est là que nous constatons parfois que certaines collations sont mal conditionnées, surtout les fruits qui arrivent parfois en «marmelade». Certains enfants aiment échanger. Ils aiment goûter ce qu’ils n’ont pas chez eux (je l’ai fait aussi quand j’étais petite  !). Durant cette pause, les petits parlent beaucoup. C’est pour eux un moment privilégié de communication, de discussion libre et variée entre eux et avec moi. Tous les sujets sont abordés (comme dans un repas entre adultes). C’est un vrai temps de socialisation très agréable qu’ils attendent avec impatience. Certaines inspectrices préconisent la collation en «  atelier  » c’est- à - dire qu’une table dans la classe y est consacrée et que les enfants mangent et boivent quand ils le souhaitent. Personnellement, je n’aime pas cette méthode car elle entraîne des difficultés d’organisation quand certains petits ne sont pas autonomes et surtout parce que j’estime que quand on mange, c’est ensemble, comme en famille. Je remarque que beaucoup d’enfants ont souvent la même chose. L’année dernière, une petite fille pleurait chaque fois qu’elle ouvrait sa mallette. Elle y


Bien manger

Les collations

à l'école

Clélia, 9 ans : « Dans mon école, on nous demande d’avoir tous les mêmes collations de 10h. On reçoit dans le journal de classe, un petit papier qui nous rappelle les collations de la semaine. Maman l’affiche sur le frigo pour qu’on puisse préparer nous-mêmes nos collations.

Le lundi c’est un produit laitier au choix : un yaourt à boire ou manger, un bout de fromage… Le mardi un biscuit sec, le mercredi un fruit ou légume  : pomme, fraise, carotte ou poire. On dit le lundi à notre prof ce qu’on mangera le mercredi et c’est l’école qui achète cette collation là pour nous. Le jeudi c’est au choix. Moi, j’aime bien alors prendre du chocolat ou des bonbons. Parfois, maman veut bien que je prenne un peu des 2  ! Je peux échanger alors avec mes copines  ! Le vendredi, c’est du pain, des céréales ou une cracotte. Je trouve que c’est chouette d’avoir les mêmes collations parce que ça ne créé pas de jalousie, c’est amusant qu’on ait les mêmes choses. Je n’ai pas toujours faim alors je ne mange pas, mais si j’ai faim je mange. Je mange en jouant ou en marchant, mais si j’ai une sucette, je m’assois. On peut boire avant ou après la récréation mais pas pendant. Voilà. Pourquoi c’est pas comme ça dans les autres écoles  ?  »

-3

Igor et Philine, en 6è primaire :

- Qu'est-ce qu'une collation ? - C'est quelque chose pour manger à l'école . - Qu'est-ce qu'un bon dix-heures ? - Quelque chose qu'on aime bien. - Que choisirais-tu ? - Des bonbons, des galettes de riz, mais c'est maman qui choisit. - Que choisit maman ? - Tous les biscuits divers possible, avec ou sans chocolat, avec des raisins, des galettes de riz et comme boissons, de l'eau ou de la grenadine. De temps en temps il y a une surprise : des bonbons. Jamais de fruit parce qu'ils s'abîment. Mais nous mangeons des fruits à 4 heures quand on rentre à la maison. - Que dit madame ? - Madame ne s'en mêle pas. Mais on ne peut pas prendre de chips. Pas parce que c'est mauvais pour la santé mais parce que cela fait des crasses par terre. - Est-ce qu'il y a un règlement sur les collations à l'école ? - Ne pas jeter les papiers par terre.

On parle trop souvent de "bons" et de "mauvais" aliments. Tout le monde devrait-il manger standardisé pour bien faire ? Pas du tout. Au contraire ! Le plus important, c'est de varier. Ne pas manger tous les jours gras ou sucré. Ne pas manger tous les jours une seule sorte d'aliments (rien que de la viande ou rien que des légumes, par exemple). Ne pas manger non plus en trop grande quantité. MC, soignante Alors, on ne risque pas de carence ni d'excès.

Non, ce n'est pas notre boîte aux lettres ! Avez-vous remarqué en descendant de la gare de Barvaux ? Oui, sur le mur de côté de la Maison médicale, une nouvelle boîte orangée avec un nom étrange : MANIX. Eh bien, c'est une nouveauté préventive de la Maison médicale : il s'agit d'un distributeur de préservatifs. Pour 2 euros, on peut avoir accès à un préservatif classique, le Manix Super. Pour 2,5 euros, il y a aussi un préservatif de plus grande taille, le Manix King Size. Du lubrifiant est également disponible pour 2 euros. En ces temps de vacances, tout cela est bien utile pour éviter les infections sexuellement transmissibles et les grossesses non désirées. Il est à la disposition de tous.


4-

Hygiène

Faut­il toujours tout désinfecter ? JCL, patient

Ajax, Vim, Zep, Harpic, Lacroix, Cif, Carrefour, Mr Propre, Bref, Delhaize, Cillit Bang, ... Ces marques de produits d'entretien, nous les connaissons bien. Nous connaissons aussi leurs publicités qui nous font croire que nettoyer ne suffit pas et qu'il faut, en plus, désinfecter toute la maison et même le trottoir ! Ces fabricants - et bien d'autres - nous proposent leurs produits « 2 en 1  » : nettoyant ET désinfectant. Ces produits nettoient et désinfectent grâce à l'adjonction d'eau de Javel ou d’autres désinfectants. Les producteurs ont ainsi relancé la «javelmania». Ces marques jouent sur la peur des microbes qui, chez certains d'entre nous, est devenue une véritable obsession. Nous traquons poussières, bactéries et virus à renfort d'eau de Javel, cette «eau» si populaire aux propriétés désinfectantes ! Cette manie de la désinfection est absurde et polluante.

Une manie absurde.

Il est impensable d’aseptiser la maison de fond en comble. C'est un combat contre les bactéries perdu d'avance. En effet, il suffit de faire quelques pas dans la pièce nettoyée, d’ouvrir la fenêtre, pour la contaminer à nouveau. Il n'est même pas nécessaire de pénétrer dans la pièce pour la contaminer ! L'eau de Javel serait la condition indispensable pour nettoyer en profondeur les nids à germes dangereux. Faux ! Rares sont les habitations où règnent des germes dangereux. Au contraire, il s'y développe le plus souvent des équilibres microbiens qui nous protègent des infections. En utilisant souvent des produits contenant de l'eau de Javel, nous détruisons ces équilibres. Et c'est alors que peuvent apparaître des germes plus agressifs et dangereux. Cette aspiration à un monde sans microbes est juste un créneau publicitaire et commercial qui exploite notre peur de la maladie pour vendre des produits inutiles et même nocifs !

Une manie polluante.

Chasser à tout prix les microbes n'est pas seulement inutile, c'est aussi mauvais pour l'environnement et

dangereux pour la santé : - l'eau de Javel peut perturber le fonctionnement de la fosse septique, - elle contient du chlore qui pollue gravement l'environnement. Lorsqu'elle se retrouve dans la nature après usage, elle tue la microfaune des rivières dont le rôle est d'épurer naturellement l'eau de ces rivières, - si elle est mélangée avec des produits d'entretien acides (comme les détartrants, par ex.), il peut y avoir une formation de gaz dangereux pour les yeux et les poumons. Le recours à l'eau de Javel, en fait, ne se justifie que dans des cas très spécifiques, par exemple lorsqu'un médecin a décelé une maladie contagieuse qui doit être éradiquée. Il est possible d'entretenir sa maison sans eau de Javel. Le vinaigre blanc est un excellent détartrant : il coûte trois fois rien, il ne pollue pas et il est efficace. Le bicarbonate de soude ôte les mauvaises odeurs. Il récure les éviers tout en étant moins agressif que les crèmes à récurer. Il y a une foule d'alternatives aux produits agressifs et polluants du commerce. Voilà un bon sujet d'article pour un prochain Forum Santé Magazine !


5-

Bouger

Nos balades santé Vous le savez maintenant, cela fait 4 ans que nous organisons des balades santé chaque dernier dimanche des mois de septembre à juin (sauf en décembre). Nous pensons qu’il est plus facile de faire de l’exercice physique avec d’autres que seul. Et notre souhait est de vous soutenir dans votre choix de vouloir retrouver ou garder la forme. Être tous ensemble, prendre à nouveau l’habitude  de  bouger,  avoir une activité physique régulière et simple, voilà nos priorités  ! Pour y arriver, nous sommes à présent une équipe de volontaires organisateurs. En effet, plusieurs patients de la maison médicale participent activement à toute la préparation des balades. Nous voulons que ces balades vous permettent de vous promener tranquillement, au gré des chemins de la commune, sans vous mettre en difficulté. A tout moment, vous pourrez faire appel à l’un d’entre nous pour vous aider. Je vous présente l’équipe? Voilà Nelly : dynamique et enthousiaste à l’idée de marcher, Nelly est accueillante et disponible pour chacun. Vous la reconnaitrez facilement, elle sourit dès que votre regard croise le sien  ! Pacou: active, engagée et réfléchie, Pacou n’a pas son pareil pour être vigilante au bon déroulement des activités. Famennoise d’adoption et de

SC, animatrice

cœur, elle a beaucoup d’idées à partager pour vous concocter des balades dépaysantes. Pacou a surtout envie de balades où on ne court pas ! Bernard : discret, efficace, fiable et tenace, Bernard est notre photographe «  de cœur  ». C’est à lui que nous devons ces nombreuses photos souvenirs des balades. Victor  : aventurier, bien équipé (le GPS et la boussole pour ne pas se perdre, c’est lui qui les détient  !!!) et marcheur régulier, Victor propose aussi de nouvelles balades. Il veille, avec Bernard, à ce qu'elles soient accessibles  : «  pas trop longues, pas trop difficiles et surtout pas trop vite Sophie  !  » D’accord messieurs, je prends note  ! Jean  et Chantal sont nos accompagnateurs discrets et fiables de l’équipe de la maison médicale. Toujours présents au rendez-vous, nous pouvons à tout moment nous tourner vers eux pour obtenir un soutien. Et puis il y a moi, Sophie . J’ai beaucoup de plaisir à vous rencontrer au fil des mois et à partager ces moments de promenades en votre compagnie. Alors voilà, après s’être reposés pendant l’été, nous serons là tous les 8 en septembre pour vous proposer un nouveau programme de 9 balades sur la commune de Durbuy et ses abords. Bel été à chacun et à très vite  !

Quand, comment ? Le dernier dimanche de chaque mois sauf juillet, août et décembre. En janvier, une balade plus longue ou plus difficile. Il faut s'inscrire. Dernière inscription le jeudi qui précède le jour de la balade. Ne jamais s'inscrire le week-end, le téléphone étant prévu pour les gardes ou les urgences. Pour 1 €, vous avez le transport, de l'eau, une collation, la balade et notre bonne humeur !

À Durbuy, les aînés bougent et se remuent les méninges

Voici le programme pour les prochains mois de la Coordination des Aînés de la Ville de Durbuy. N'hésitez pas à participer à ses activités. Vous pouvez obtenir tous les renseignements au 086 21 98 74.

Forum des Aînés

Mardi 15 septembre à 14h – Le vol par effraction, par la Police Communal de Durbuy.

Atelier d’Art Floral

Les prochains ateliers auront lieu le lundi 6 octobre, le lundi 9 novembre et le lundi 21 décembre à 14h.

Atelier mémoire

Quatre ateliers autour du thème de la mémoire auront lieu le vendredi 9, le 16, le 23 et le 30 octobre de 10h à 12h.

Modules Informatique

Envie d’apprendre comment fonctionne un ordinateur, ou simplement envie de rafraîchir ses connaissances en informatique, venez nous rejoindre. Vous avez le choix entre quatre thèmes : • Initiation à l’informatique • Traitement de texte • Initiation à internet  : web et messagerie • Traitement de l’image  : photos et schéma Les ateliers se dérouleront du 20 au 23 octobre et du 27 au 30 octobre.

Atelier G.S.M

Trois ateliers, de 9h30 à 12h, pour apprendre à utiliser votre G.S.M, aux dates suivantes : le 17 et le 24 novembre et le 1 décembre.

Thé dansant

Envie de fêter l’année qui s’achève autours d’un cocktail dînatoire et d’un après-midi dansant avec Jacques Gathy. Cela se déroulera le mardi 29 décembre dès 12h30.


6-

Bien manger

Légumes et fruits de saison ND, patiente

- Euh … ben oui, j’en achète presque toutes les semaines.

M

Là-dessus, Lucy confisque les chicons adorés de son papa, les recouche dans leur cageot et explique à sa mère pourquoi il vaut mieux les éviter pour le moment.

ais, que fais-tu ?

- Et bien je prends des chicons pour le souper de ce soir. Lucy et sa mère sont dans une grande surface. Chacune fait ses emplettes pour nourrir sa petite famille. - M’enfin m’man !! Ce n’est pas la saison … - Ah bon ? Et alors, qu’est-ce que ça change ? Ils sont délicieux tout de même. Et puis ton père en raffole. - C’est l’été, tu as la chance d’avoir devant toi un grand de choix de légumes et de fruits de saison … et tu achètes des chicons ?

- Manger des fruits et légumes, c’est bien, mais les manger à leur saison, c’est beaucoup mieux. Ils sont plus goûteux. On favorise ainsi notre qualité alimentaire et on vit en meilleure santé. De plus, on encourage l’économie locale, on soutient nos agriculteurs et on permet de créer des emplois. On préserve nos terres nourricières et on sauvegarde la vie sur terre. Le coût des transports (avions, cargos, camions…) qui polluent notre planète est réduit. - Je dois admettre que tu as raison. Mais qui me certifie que j’achète « nos » légumes parmi ceux que je vois dans les rayons de ce supermarché ? - Bonne question ! Parfois c’est inscrit sur les étiquettes ou sur les cageots, mais pas toujours. C’est donc une excellente raison d’aller faire ton marché, comme celui de la Petite Batte à Bomal. Certains prix sont inférieurs à ceux des ma-

gasins. Quelques fois tu côtoies les producteurs locaux et tu peux te renseigner sur leur marchandise. Certains peuvent même te procurer des paniers, bios ou non, dans lesquels tu trouves cinq légumes différents chaque semaine. C’est amusant, car c’est chaque fois une surprise. En plus cela t’oblige à trouver des recettes adéquates pour chaque légume. Il existe aussi des fermes qui vendent leurs produits comme, entre autres, les œufs, le lait, les pommes de terre. Mais le nec plus ultra c’est de créer ton potager. Quel plaisir de semer, voir pousser, soigner, récolter, cuisiner et déguster ta propre production. C’est sa-vou-reux ! Toi qui habites en appartement, tu peux cultiver quelques légumes en pots sur ta terrasse et tes appuis de fenêtre. - OK. Ce soir, je vais nous concocter un bon repas. Gratin de tomates, aubergines et champignons suivi d’un sorbet de fruits rouges : fraises, groseilles, et framboises. C’est bon là ? J’ai 10/10 ? Et puisque tu parles de recette, es-tu capable de m’en donner une qui rassemble au moins 4 légumes de saison ? - Chiche !

I m p ri m é s u r p a p i e r re c yc l é

Paillasson de légumes pour 4 personnes 2 carottes 2 courgettes 2 navets 2 échalotes 2 gousses d’ail ½ botte de ciboulette 40 g de beurre 1 jaune d’œuf sel et poivre

◼ Laver, râper et blanchir les courgettes pendant 2 mn dans l’eau bouillante ◼ Les égoutter dans une passoire ◼ Laver, peler et râper les carottes et les navets ◼ Mélanger tous les légumes, ajouter la ciboulette ciselée, l’ail, les échalotes hachées et le jaune d’œuf ◼ Saler et poivrer ◼ Faire chauffer le beurre dans une poêle et déposer les légumes en tas ◼ Les aplatir et les faire cuire 4 mn de chaque côté sur feu moyen. Et voilà ! Pari tenu. Bon appétit !

Forum Santé Magazine 58  

3ème trimestre 2010

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you