Page 1

March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 1

Columbia AU SERVICE DE UN. AU SERVICE DE TOUS.

Célébrer 125 ans de foi en action 1882-2007

MARS 2007


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 2

C\ d`OW `{Q]\T]`b

u c\ [][S\b RWT·QWZS

ˆ}˜iÊ …iÛ>ˆiÀÊ-Õ«Àk“i] œÀõÕiʓœ˜Ê“>ÀˆÊiÃÌÊ`iÛi˜ÕÊ …iÛ>ˆiÀ]ʜ˜Ê˜œÕÃÊ>Ê «ÀjÃi˜ÌjʘœÌÀiÊ>}i˜ÌÊ`½>ÃÃÕÀ>˜Vi]Ê,œLiÀÌÊi“>ˆÀi°Ê œÕÃÊ>ۜ˜ÃÊ̜ÕÌÊ`iÊÃՈÌiÊVœ“«ÀˆÃʵÕiÊ«œÕÀʏՈÊܘÊÀžiÊ `½>}i˜ÌÊjÌ>ˆÌÊLi>ÕVœÕ«Ê«ÕÃÊ՘ʁʓˆ˜ˆÃÌmÀiʂʵÕiÊViÕˆÊ `½Õ˜Êȓ«iÊÛi˜`iÕÀÊ`iÊ«Àœ`ՈÌÃÊ`½>ÃÃÕÀ>˜Vi°ÊÊViÊ “œ“i˜Ì‡D]ʍiʘ½>Û>ˆÃÊ>ÕV՘iʈ`jiÊDʵÕiÊ«œˆ˜ÌÊܘʈ`jiÊ `iʁ“ˆ˜ˆÃÌmÀi‚Ê“iÊÃiÀ>ˆÌÊ«ÀjVˆiÕÃi° ÕÊVœÕÀÃÊ`iʘœÃÊÀi˜Vœ˜ÌÀiÃ]ʘœÕÃʘ½j̈œ˜ÃÊ«>ÃÊ`iÃÊ Vˆi˜ÌÃÊv>VˆiÃÊDÊ«iÀÃÕ>`iÀ°Ê,œLiÀÌʘ½>ʍ>“>ˆÃÊjÌjÊ«ÀkÌÊDÊ Ã½>ۜÕiÀÊÛ>ˆ˜VÕÊiÌʈÊ>ÊLi>ÕVœÕ«ÊÌÀ>Û>ˆjÊ«œÕÀʘœÕÃÊ “œ˜ÌÀiÀʵÕiʘœÕÃÊ>ۈœ˜ÃÊ՘ÊÛjÀˆÌ>LiÊLi܈˜°ÊÊ>Ê«ÕÊ ˜œÕÃÊv>ˆÀiÊVœ“«Ài˜`Àiʏ>ÊÛ>iÕÀÊ`½Õ˜iÊ«ÀœÌiV̈œ˜Ê vœÕÀ˜ˆiÊ«>ÀÊ՘iÊ>ÃÃÕÀ>˜ViÊۈi° ½>Õ̜“˜iÊ`iÀ˜ˆiÀʓœ˜Ê“>ÀˆÊiÃÌʓœÀÌÊÃÕLˆÌi“i˜Ì°Ê*œÕÀÊ ÌœÕÌʏiʓœ˜`iÊܘÊ`jVmÃÊ>ÊjÌjÊ՘ÊV…œV°Ê ½Õ˜Ê«œˆ˜ÌÊ`iÊ ÛÕiÊÃÌÀˆVÌi“i˜Ìʓj`ˆV>]ÊVi>ʘ½>ÕÀ>ˆÌʍ>“>ˆÃÊ`×ÊÃiÊ «>ÃÃiÀÊ>ˆ˜ÃˆÊ“>ˆÃʍiÊÃÕ««œÃiʵÕiÊ«œÕÀÊ ˆiÕÊViʵսˆÊ `iÛ>ˆÌÊÀj>ˆÃiÀÊÃÕÀÊÌiÀÀiÊ>Û>ˆÌÊ`jDÊjÌjÊv>ˆÌ°Ê,œLiÀÌÊjÌ>ˆÌÊ ˆ““j`ˆ>Ìi“i˜ÌʏDÊ«œÕÀʓœˆ°ÊÊ>Ê>ÃÈÃÌjÊDʏ>ÊÛiˆjiÊiÌÊDÊ ½i˜ÌiÀÀi“i˜Ì°Ê œ““iʓœˆ]ʈÊ>Ê«iÕÀjÊ«œÕÀʓœ˜Ê“>Àˆ° iÊVÀœˆÃʵÕiÊ`>˜ÃÊ՘ʓœ˜`iʜÙÊ̜ÕÌʏiʓœ˜`iʘiÊ «i˜Ãiʵս>ÕÊLˆ>˜]ʍ½>ˆÊVœ“«ÀˆÃʏ>ÊÛjÀˆÌ>Liʘ>ÌÕÀiÊ `iÃÊ …iÛ>ˆiÀðʏÃÊjÌ>ˆi˜ÌʏDÊ«œÕÀʓœˆÊµÕ>˜`Ê ½>Û>ˆÃÊÛÀ>ˆ“i˜ÌÊLi܈˜Ê`½iÕÝ° p >ˆÀiÊ …>“«œˆœ˜I

I i>Êýˆ˜Ã«ˆÀiÊ`½Õ˜iÊÛÀ>ˆiʏiÌÌÀi°Ê"˜Ê>ÊV…>˜}jʏiÃʘœ“ÃÊ«œÕÀÊ«ÀjÃiÀÛiÀʏ½>˜œ˜Þ“>Ì°

Gfli kiflm\i c\ efd [\ cËX^\ek [\j :_\mXc`\ij [\ :fcfdY c\ gclj gi…j [\ Z_\q mflj# Zc`hl\q jli ½ Kiflm\i le X^\ek ¾ Xl j`k\ @ek\ie\k [\ cËFi[i\# nnn%BF=:%fi^ fl Y`\e k„c„g_fe\q Xl ($/''$*+,$,-*)%

½ÃÃÕÀ>˜ViÊ`iÃÊ …iÛ>ˆiÀÃÊ`iÊ œœ“L °°Ê iÃÌÊ\ʳ³Ê­-Õ«jÀˆiÕÀ®Ê -Ì>˜`>À`ÊEÊ*œœÀ½Ã\ÊÊ­ ÝÌÀk“i“i˜ÌÊvœÀÌ®ÊÊ

iÀ̈wV>̈œ˜Ê-


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 3

Columbia MARS 2007

VOLUME 87

29 mars 1882 29 mars 2007

NUMÉRO 3

Au commencement de la 125e année de l’Ordre, une série spéciale d’articles sur l’histoire des Chevaliers de Colomb

LE SERVITEUR DE DIEU, L’ABBÉ MICHAEL J. McGIVNEY Architecte, bâtisseur, visionnaire, fondateur, mais avant tout curé de paroisse

N O U V E L L E S D E S C H E VA L I E R S

H YM N E D ’O U V E RT U R E 2 Lettre à une fiancée PAR TIM S. HICKEY

PLUS Les intentions de prière du Saint-Père

CONSTRUIRE UN MONDE MEILLEURE 3 Charité, unité, fraternité et solidarité guident l’Ordre depuis 125 ans et continueront à le faire pour longtemps. PAR CARL A. ANDERSON, CHEVALIER SUPRÊME

4 Les Chevaliers existent depuis 125 ans grâce à l’abbé McGivney, qui les a fait reposer sur de solides fondations: la foi et la fraternité. PAR MGR WILLIAM E. LORI, L’AUMÔNIER SUPRÊME

REPOUSSER LES LIMITES Tout au long de leur histoire, les Chevaliers de Colomb ont été une force irrésistible pour le bien de l’Église comme celui de la société. PAR KEVIN COYNE. . . . . . . . . . . . . . . . 7 À L’ŒUVRE TOUS AZIMUTS D’un organisme de «citoyens de seconde zone», les Chevaliers de Colomb, se sont transformés, tout au long de leurs 125 ans, en un Ordre dont l’influence se fait sentir partout dans l’Église et dans la societé. PAR MGR DONALD WUERL . . . . . . . 9 MESSAGE INTEMPOREL DE NOTRE FONDATEUR Nous devons sauvegarder précieusement la vision de l’abbé McGivney et la transmettre aux nouvelles générations d’hommes Catholiques. PAR GABRIEL B. O’DONNELL, DOMINICAIN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 EN MONTRE Rien ne raconte mieux l’histoire des Chevaliers de Colomb que certains des objets uniques exposés au musée de l’Ordre. . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 125 FAITS QUI ONT L’HISTOIRE DE L’ORDRE Au commencement de la 125e année de l’ordre, un coup d’œil sur 125 événements importants de l’histoire des Chevaliers de Colomb de 1882 jusqu’en 2007. . . . . . . 22 EN RÉSUMÉ À quoi pensent les Chevaliers de Colomb d’aujourd’hui? Un sondage des dirigeants des Chevaliers de Colomb révèle des choses intéressantes.. . . . . . 30

5

Le Chevalier suprême, animateur d’une table ronde de l’ONU sur le dialogue interreligieux • L’Ordre accuse d’importants gains en Pologne • Relique du bienheureux portoricain remis aux Chevaliers

LA CHEVALERIE AU FIL DES ANNÉES 26 Des rapports des unités des Chevaliers de Colomb depuis la fin du 19e Siècle jusqu’à aujourd’hui montre que la charité est, et le sera toujours, l’une des pierres angulaires de l’Ordre.

L’ORDRE EN IMAGES 32 Photos à travers l’Ordre


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 4

HYMNE D’OUVERTURE

Lettre à une fiancée on seulement Otto Vetter a laissé sa marque dans l’histoire des Chevaliers de Colomb, il en a vécu un important chapitre. Lors de sa mort, en avril 1990, à l’âge de 95 ans, il est le Chevalier le plus âgé en Ohio. Entré dans l’Ordre en 1914, comme membre du conseil de Portsmouth (Ohio) 741, il deviendra, avec le temps, Chevalier TIM S. HICKEY du Quatrième Degré. Soldat de 24 ans, en 1918, M. Vetter se trouve en service à Montpont, en France, entre Lyon et Dijon, dans une église qu’on a transformée en hôpital. C’est de cet endroit que, la veille de Noël, M. Vetter, à la lumière de bougies, il rédige une lettre à Agnès, sa fiancée. Son papier à lettres porte le libellé du «Service outre-mer des Chevaliers de Colomb» ainsi que l’emblème de l’Ordre, petits indices peut-être qui rapprochent davantage l’auteur de sa famille et des ses frères Chevaliers dans l’Ohio Sud. Au cours de la Première Guerre mondiale, l’Ordre entreprend des activités de secours à l’endroit des troupes états-uniennes. Tout en voyant aux besoins particuliers des soldats catholiques, l’Ordre offre également des centres de loisirs où, par principe, «Tous sont bienvenus et tout est gratuit». En tous lieux sont cantonnées les troupes états-uniennes, entre 1917 et 1920, «Casey» n’est pas loin. (Personnalisation familière de l’Ordre prononcée «kèci», tout comme KC, le raccourci de Chevaliers de Colomb en anglais.) Par douzaines, on monte des huttes de loisirs où des secrétaires Chevaliers servaient de bénévoles. Dans les environs vivent des aumôniers volontaires célébrant l’Eucharistie et entendant les confessions. Dans une autre salle, des soldats de toutes les croyances, et même les agnostiques, jouent aux cartes, lisent des revues, chantent en chœur, organisent des combats de boxe et écrivent à leurs proches.

N

Dans sa lettre écrite durant les Fêtes, M. Vetter décrit le contenu d’un bas de Noël que lui a remis la Croix-Rouge: bonbons, noix, mouchoirs et cigarettes. Il se rappelle aussi les Noëls passés en Ohio. «Il y a une messe de minuit à Montpont, écrit-il, et je croyais sérieusement à y aller… avec quelques-uns des gars, mais maintenant j’ai décidé d’aller à la messe de 9 heures demain matin. «Je n’ai jamais manqué la messe de 5 heures le matin de Noël depuis que j’ai 7 ans. Heureux souvenirs, en effet, de tous ces matins de Noël, depuis le temps où je servais alors la messe, jusqu’au dernier Noël passé à la maison.» Otto Vetter reviendra à Portsmouth pour fêter Noël en 1919. Il épousera Agnès et ils élèveront sept enfants. Il jouira d’une carrière couronnée de succès à la National Cash Register Co. et demeurera impliqué avec les Chevaliers. D’ailleurs, sur une photo de 1988, on l’aperçoit qui aide à brûler l’hypothèque de la salle de son conseil. J’ai appris tous ces détails de George Vetter, un des fils d’Otto et d’Agnès, qui, lui aussi, est membre du conseil 741. En décembre dernier, le frère Vetter m’a envoyé une copie de la lettre de son père écrite en 1918. Il avait été amené à faire ce geste, dit-il, parce que, une semaine plus tôt, il avait envoyé la lettre d’Otto à sa propre fille, Teresa, qui est infirmière militaire en poste à Bagdad. «Elle aussi, écrit Vetter, fils, a passé la veille de Noël 2006 en terre étrangère, dans un hôpital militaire, tout comme son grand-père, la veille de Noël, en 1918.» Si jamais, en ce début d’année anniversaire, vous devez vous rappeler que l’Ordre est aussi utile aujourd’hui qu’il y a 50, 100 ou 125 ans, j’espère que vous vous souviendrez d’une lettre qui, il y a bientôt 90 ans, a été écrite sur du papier à lettres des Chevaliers de Colomb, portant un message qui ne vieillira jamais. ■

LES INTENTIONS DE PRIERE DU SAINT PÈRE — MARS En témoignage de notre solidarité avec le pape Benoît XVI, nous reproduisons ses intentions mensuelles de prières. INTENTION GENERALE Pour que la Parole de Dieu soit toujours mieux écoutée, contemplée, aimée et vécue. MISSIONNAIRE Pour que la formation des caté-chistes, des animateurs et des laïcs engagés au service de l’Evangile constitue une préoccupation constante des jeunes Eglises. 2

POPE: CNS PHOTO/TONY GENTILE, REUTERS COVER: PAINTING BY ANTONELLA CAPPUCCIO © KNIGHTS OF COLUMBUS

Chevaliers de Colomb Maison d’édition

Officiers Suprêmes Carl A. Anderson Chevalier Suprême

le Révérendissme William E. Lori, S.T.D. Aumônier Suprême

Dennis A. Savoie Député Chevalier Suprême

Robert J. Lane Secrétaire Suprême

John “Jack” W. O’Reilly Jr. Trésorier Suprême

Paul R. Devin Avocat Suprême

Rédaction Tim S. Hickey, Éditeur 203-752-4303 tim.hickey@kofc.org Patrick Scalisi, Rédacteur associé 203-752-4485 patrick.scalisi@kofc.org Arthur F. Hinckley Jr. Directeur artistique

L’abbé Michael J. McGivney (1852-90), Apôtre de la jeunesse, protecteur de la vie familiale et fondateur des Chevaliers de Colomb, intercédez pour nous.

Communiquons COURRIER ORDINAIRE: Columbia, 1 Columbus Plaza, New Haven, CT 06510-3326

TÉLÉPHONE: 203-752-4398 TÉLÉCOPIEUR: 203-752-4109 COURRIEL: columbia@kofc.org SERVICE À LA CLIENTÈLE: 1-800-380-9995 LE SITE INTERNET: www.kofc.org VOUS DÉMÉNAGEZ Prévenez votre conseil. Envoyez votre nouvelle adresse et votre étiquette d’envoi à: Knights of Columbus, Dept. of Membership Records, PO Box 1670, New Haven, CT 06507-0901, ou columbia@kofc.org

En page couverture: Cette journée du Fondateur, le 29 mars, nous commençons la célébration du 125e anniversaire de l’Ordre et nous célébrons la vision du Serviteur de Dieu l’abbé Michael J. McGivney


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 5

CONSTRUIRE UN MONDE MEILLEURE PAR CARL A. ANDERSON, CHEVALIER SUPRÊME

De raisons de célébrer Charité, unité, fraternité et solidarité guident l’Ordre depuis 125 ans et continueront à le faire pour longtemps CE MOIS-CI, NOUS CÉLÉBRONS le 125e anniversaire de fondation de notre Ordre bien-aimé. L’occasion nous est donnée de réfléchir aux grands réalisations de notre passé, tout en témoignant de la reconnaissance aux innombrables frères Chevaliers qui ont consacré temps et talent à nous amener là où nous en sommes aujourd’hui. Par-dessus tout, nous sommes reconnaissants envers notre fondateur, le Serviteur de Dieu abbé Michael J. McGivney, qui, par sa vision et sa détermination, a tout rendu possible. Le moment est également bien choisi de se pencher sur la direction que prendra l’Ordre dans les années à venir. Alors que nous célébrons notre fondation par un jeune et énergique curé, nous devons maintenir le cap ainsi que nos efforts dans la création de nouveaux Conseils de paroisse. Plus que jamais, l’objectif de voir chaque paroisse liée à un Conseil est réalisable; parallèlement, chaque paroisse devrait voir dans un Conseil de Chevaliers de Colomb l’un des exemples les plus vivants et les plus dynamiques de ce qu’est le soutien à la vie paroissiale. Le pape Benoît XVI a souligné la nécessité de renouveler nos paroisses, et nos Conseils de paroisse sont on ne peut mieux placés pour assumer un rôle de leader à ce chapitre. Cela signifie également que nous devons encourager une plus grande solidarité envers nos prêtres. Des milliers d’entre eux sont déjà d’enthousiastes frères Chevaliers. Mais des milliers d’autres, du même coup, seraient

prêts à devenir membres. Tous au Canada, ainsi que plus d’un sièdevraient être accueillis en nos cle d’activité tant aux Philippines rangs, et chacun d’entre eux qu’au Mexique. Dans les années à devrait voir dans son Conseil local venir, nous allons poursuivre notre des Chevaliers de Colomb un action en vue d’une plus grande solide partenaire, à même de raffercoopération entre les catholiques mir et de consolider l’ensemble de du Canada, du Mexique et des la communauté paroissiale. États-Unis. Aucun autre proGrâce à nos succès gramme fraternel d’assuraux Philippines et en Nous devons ance au monde n’est par Pologne, et grâce égaleailleurs aussi solide maintenir le cap ment au phénomène financièrement que celui de la mondialisation, ainsi que nos des Chevaliers de nous pouvons espérer Colomb. Seule une connaître une formidaefforts dans la poignée de compagnies ble croissance en Asie commerciales peuvent se création de et en Europe. vanter d’une aussi Charité, unité et nouveaux reluisante réussite. Avec confrérie fraternelle — Conseils de plus de 61 milliards $ l’abbé McGivney d’assurance en vigueur, savait qu’il détenait là paroisse. nous offrons la meilleure les clés permettant de sécurité financière qui promouvoir un mode soit à des milliers de familles de vie authentiquement catholique catholiques. Au cours des années à chez les hommes catholiques et venir, nous allons nous employer à leurs familles, rapprochés les uns fournir cette protection à des mildes autres et soudés par la vie liers d’autres familles. sacramentelle de leur paroisse. Le Dans sa première encyclique, fondateur nous a laissé un formidaDeus Caritas Est, le pape Benoît ble héritage. À nous maintenant de XVI appelle l’Église universelle à partager cet inestimable cadeau s’engager plus à fond sur la voie de avec — oserais-je dire — des la charité. Or là aussi, notre organmillions de nouvelles personnes. isation mettra à profit son engageIl ne fait aucun doute, cela dit, ment ferme et irrévocable à l’éque nous allons devoir relever gard du premier principe de d’importants défis, comme nous l’Ordre. Comme des millions de avons su le faire dans le passé. démunis ont pu le découvrir, les Mais si nous demeurons fidèles à lettres «C de C» signifient non l’esprit et au coeur de l’Église, en seulement Chevaliers de Colomb, solidarité avec nos évêques et nos mais également «Chevaliers de la prêtres, j’ai pleinement confiance Charité». que lors de notre prochain imporLe 125e anniversaire de la fontant anniversaire, nos futurs frères dation de l’Ordre à New Haven ne Chevaliers auront encore plus de nous fait pas oublier que nous raisons de célébrer. célébrons également le 110e Vivat Jesus! anniversaire de son implantation columbia /mars 2007 3


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 6

De solides fondations Les Chevaliers existent depuis 125 ans grâce à l’abbé McGivney, qui les a fait reposer sur de solides fondations: a foi et la fraternité PAR MGR WILLIAM E. LORI, L’AUMÔNIER SUPRÊME ans sa Première Épître aux Corinthiens, saint Paul parle de bâtir l’Église. «[Mais] que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit. Quant au fondement, nul ne peut en poser un autre que celui qui est en place : Jésus-Christ. Que l’on bâtisse sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin ou de la paille, l’œuvre de chacun sera mise en évidence. Le jour du jugement la fera connaître [...]» (1 Co 3.10-13). En cette année anniversaire, nous célébrons le fait que le Serviteur de Dieu abbé Michael J. McGivney a installé les Chevaliers sur le solide fondement qu’est Jésus-Christ. Bien sûr, on ne pense pas d’ordinaire à l’abbé McGivney comme un homme qui a laissé des monuments «de brique et de mortier». À la fin de sa trop brève existence, il n’avait pas érigé d’imposants quartiers généraux; en fait, il n’a même jamais présidé à la construction d’une église ou d’une chapelle. Cela dit, il aura laissé en lieu et place quelque chose peutêtre encore plus précieux et plus durable. Considérant la formidable croissance et l’incroyable succès financier des Chevaliers au cours des 125 dernières années, on pourrait être tentés de conclure que l’Ordre est aussi solide qu’il l’est aujourd’hui parce que l’abbé McGivney était un homme d’affaires dans l’âme. Aucun doute, c’est certain, qu’il était astucieux et dynamique. En 1881, il a réuni ensemble quelques dizaines d’hommes dans le sous-sol de St. Mary’s afin d’envisager la mise sur pied d’une société fraternelle qui verserait des prestations d’assurance aux

D

4

familles de ses membres. Ce faisant, l’abbé témoignait de son aptitude naturelle à diriger. Sans faire preuve de cynisme ou d’égoïsme, il a rapidement maîtrisé l’une des plus difficiles facettes de l’exercice du leadership — l’art de composer avec autrui de manière charitable, juste et efficace. Homme d’espoir et de courage, il savait comment surmonter l’opposition tant à l’extérieur de l’Église qu’au sein de celle-ci. L’abbé McGivney savait aussi quand il fallait faire preuve d’assurance et quand reculer, quand agir et quand attendre. Il a aussi bien étudié ses dossiers, comme on dit. Dans leur brillante biographie, Parish Priest (Curé de paroisse), Douglas Brinkley et Julie M. Fenster racontent que l’abbé McGivney devint rapidement le spécialiste par excellence, à New Haven, pour les questions concernant les sociétés fraternelles et l’industrie des assurances. Ses biographes expliquent que la formule d’assurance-vie qu’il a mise au point a fait ses preuves. Et avec plus de 60 milliards $ d’assurance des Chevaliers de Colomb présentement en vigueur, nous pourrions aisément conclure qu’il s’agit là de son héritage le plus durable. Un héritage merveilleusement solide, oui, mais pas le plus durable, oserais-je nuancer. Le pape Jean-Paul II a déjà dit que «la vision de l’abbé McGivney demeurait plus pertinente que jamais, dans le contexte de l’Église et de la société actuelles.» C’est dire que la source de sa vision n’a pas été sa capacité de leadership, son sens des affaires ou son dynamisme. Cette source, c’était plutôt sa sainteté — sa profonde relation d’amour avec Jésus-Christ. C’est un curé de paroisse vraiment saint qui aimait tant le Seigneur, qu’il a consacré chaque heure de veille à la prière et

à aider ses paroissiens à grandir, eux aussi, à l’image du Christ. Tel un bon époux et un bon père, il a aimé ses paroissiens et les a réunis dans une véritable famille de foi. Tel un bon pasteur, il connaissait bien ces gens vers qui il avait été envoyé. Il connaissait leurs joies et leurs peines, leurs espoirs et leurs rêves, leurs doutes et leurs dilemmes. Fort de cette connaissance et de ses expériences, il a vite réalisé le besoin de fonder une association fraternelle bienveillante solidement enracinée dans le Christ et dans l’Église. Sans aucun doute, l’abbé McGivney était en avance sur de son temps. Longtemps avant que le concile Vatican II ne mette l’accent sur l’engagement des laïcs au profit de l’évangélisation et du renouveau de la vie de l’Église, l’abbé McGivney permit à ses bien-aimés Chevaliers et à leurs familles de participer de tout cœur à l’édification du Corps du Christ. Longtemps avant les assauts contemporains contre la famille et les enfants à naître, l’abbé McGivney a soutenu la vie familiale et protéger les plus vulnérables. Et longtemps avant l’attention accordée aujourd’hui à la spiritualité des hommes, l’abbé McGivney a donné l’occasion à des époux et des pères de mieux connaître et mieux aimer leur Seigneur ainsi que leur foi. Il leur a donné les outils pour remplir leur rôle au sein de la famille, du milieu de travail et de la société en général. Alors que nous entamons cette année charnière, nous avons plusieurs raisons d’être reconnaissants. Puissions-nous donc célébrer notre 125e anniversaire en multipliant nos prières pour la béatification puis la canonisation du Serviteur de Dieu abbé Michael J. McGivney, architecte et bâtisseur de notre Ordre! ■ w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 7

NOUVELLES

DES

CHEVALIERS

tant avec conviction sur Conseil d’orientation du la profonde reconnaisCongrès mondial juif et sance, selon laquelle Dieu directeur du Comité est amour et que soutient international juif pour le le christianisme». dialogue interreligieux. «Si l’être humain est Mgr Celestino Migliore, créé à l’image de Dieu qui représentant du Vatican est amour, a conclu le aux Nations unies, hôte de la rencontre accueillait Chevalier suprême, se près de 200 personnes à la peut-il que tous les humains se rassemblent bibliothèque Dag pour construire ce que Hammarskjöld, au siège Jean-Paul II appelait soude l’ONU, à New York. vent une “civilisation de Citant le discours du l’amour”?» pape Jean-Paul II prononLa première réplique cé en octobre 1995, est venue du professeur devant l’assemblée Le Chevalier suprême, Carl A. Anderson, a animé une table ronde Nasr qui affirma que la générale, M. Anderson interreligieuse au siège des Nations unies à New York, le 17 janvier question «est cruciale nota que le pape s’était dernier. Y ont participé Seyyid Hossein Nasr, de l’université George Washington, le cardinal italien Angelo Scola, de Venise, et le rabbin présenté à l’ONU, du fait pour l’existence huIsrael Singer, du Congrès mondial juif. maine». Plutôt que de que l’organisme convoiter la supériorité représente un «centre Le Chevalier suprême, animateur politique, insista M. Nasr, moral» où toutes les les cultures et les nations nations et toutes les culd’une table ronde de l’ONU sur le tures devraient se rassem- devraient «devraient dialogue interreligieux rivaliser de bonté entre bler pour promouvoir elles». Parmi les participants, «les valeurs universelles a civilisation De son côté, le rabbin de paix, de solidarité, de on comptait le cardinal d’amour», dont Singer loua l’œuvre innojustice et de liberté». s’est fait le champi- Angelo Scola, patriarche vatrice accomplie par le Le pape Benoît XVI, de Venise; le professeur on le pape Jean-Paul II, Concile Vatican II, en insista M. Anderson, a Seyyid Hossein Nasr, est-elle possible? C’est la faisant progresser les relaenrichi cet enseignement question, qui ne laisse per- autrefois de l’université tions entre juifs et chréde Jean-Paul II, «en insisde Téhéran, en Iran et sonne indifférent, que le maintenant professeur Chevalier suprême, Carl d’études islamiques à CHEVALIERS À LA MARCHE POUR LA VIE A. Anderson, l’université George proposait à des autorités Washington, de musulmanes, juives et catholiques en la matière, Washington; et le rabbin Israel Singer, président du lors d’une table ronde qui s’est déroulée aux Nations unies, le 17 janvier dernier. L’exercice se déroula pour marquer la publication aux États-Unis d’Oasis, périodique international visant à appuyer Des Chevaliers universitaires de partout aux Etats-Unis se comples petites communautés taient parmi les milliers de Chevaliers et leurs familles qui se sont chrétiennes vivant dans joints au Chevalier suprême, Carl A. Anderson, lors de la Marche des pays à grande majorité pour la vie, de Washington, le 22 janvier. Le Conseil suprême avait musulmane. La Chevalier distribué des milliers d’affiches « Defend Life » (À la défense de la suprême est membre du vie) aux marcheurs et, avant le coup d’envoi, le Chevalier suprême comité consultatif de la a mené le serment d’allégeance. Aussi, le 21 janvier, le Chevalier Mgr Celestino Migliore, nonce revue depuis sa fondation apostolique près les Nations suprême Anderson s’était adressé à 600 élèves du secondaire et universitaires, à la conférence Cardinal O’Connor pour la vie, tenue unies, prenant la parole durant en 2004 et y a contribué à l’université Georgetown. la table ronde. quelques articles.

«L

MIGLIORE: CNS PHOTO/TODD PLITT

columbia /mars 2007 5


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

tiens. C’est le modèle, inauguré il y a quarante ans qui devrait donc être poursuivi de nos jours dans le dialogue religieux entre chrétiens, juifs et musulmans. L’engagement qu’a pris le pape Jean-Paul II sur cette question «a changé radicalement l’histoire». Quant au cardinal Scola, il avança que ce qui se présente aujourd’hui, c’est une «pente hybride» sur laquelle glissent les civilisations et les cultures. Il incita les gens à l’esprit religieux «à construire une société» en ayant recours à leur témoignage comme croyants. Tout homme, toute femme, dit-il, doit devenir «engagé personnellement» et ne pas «juger d’avance» ce qui peut advenir grâce au dialogue et aux rencontres avec d’autres dont les croyances ou la culture peuvent être différentes des leurs.

L’Ordre accuse d’importants gains en Pologne ’expansion de l’Ordre en Pologne se poursuit alors que de nouveaux conseils sont accrédités et des degrés instaurés. En janvier, les Chevaliers suivants se sont rendus en Pologne pour y observer la prochaine phase de l’instauration de l’Ordre: le Maître suprême Joseph P. Shultz, l’adjoint au secrétaire suprême, Ronald J. Tracz, Wojciech Dadak, conseiller aux affaires polonaises au Département des services fraternels du Conseil suprême et l’abbé Dariusz J. Zielonka, vice-chancelier du diocèse de

L

6

8:56 AM

Page 8

RELIQUE DU BIENHEUREUX PORTORICAIN REMIS AUX CHEVALIERS

L’Aumônier suprême, Mgr William E. Lori tient un reliquaire contenant une relique du bienheureux Carlos «Charlie» Rodriguez, un Chevalier portoricain. Des Chevaliers de Colomb membres du «Cercle pour la canonisation du bienheureux Charlie» ont présenté le reliquaire au Conseil suprême lors d’une rencontre du bureau de direction de l’Ordre, à San Juan, les 27 et 28 jan-

Bridgeport, au Connecticut, et secrétaire de l’Aumônier suprême, Mgr William E. Lori. Une équipe de degré du conseil St. Maximiliam Kolbe 9612, de Mississauga, en Ontario, et du conseil Cardinal Wyszynski 9296, de Toronto était également du voyage. On compte quelque 350 Chevaliers polonais répartis en six conseils et quatre tables rondes qui, avant le 30 juin 2007, doivent devenir des conseils. Aussi, se donneront des conseils, sept nouvelles paroisses, dont les prêtres sont à recruter de nouveaux membres «Nous découvrons, note M. Tracz, que de plus en plus de prêtres connaissent de mieux en mieux l’Ordre. Nous avons le bonheur d’avoir plusieurs prêtres de Pologne qui ont visité les États-Unis et le Canada et ont été témoins des Chevaliers de Colomb en

vier dernier. Dans l’ordre habituel, en compagnie de Mgr Lori, et du Chevalier suprême, Carl A. Anderson et sa femme, on remarque l’Ancien Directeur suprême, Enrique Rivera Santana et sa femme; Luis Malpica, membre du conseil San Jose 5928, et sa femme; Ismael Sánchez, du conseil 5928, et sa femme; et l’ancien député d’état, Manuel Rivera Santiago, et sa femme.

action, ce qui a déjà influencé considérablement l’implantation de l’Ordre dans leur pays.» De son côté, M. Dadak note que, «au début, nous avions des conseils diocésains, tandis que maintenant nous nous acheminons vers des conseils de paroisse, assurant une convergence plus locale.» Il s’arrête aussi aux compétences manifestées par les nouveaux grands Chevaliers qui ont été, jusqu’ici, des plus louables, et que les conseils se sont engagés dans divers types d’œuvres charitables. À cet effet, le conseil Radom 14004 et le conseil Starachowice 14023 ont récemment obtenu la reconnaissance d’une revue catholique nationale pour leur collaboration avec Caritas, l’agence catholique d’aide internationale. Les Chevaliers polonais progressent rapide-

L’abbé Wieslaw Lenartowicz, aumônier du conseil Radom 14004, le grand Chevalier Leszek Waksmundzki du conseil Starachowice 14023 et le grand Chevalier Krysztof Orzechowski, du conseil 14004 avec celle qui a reçu le du fauteuil roulant offert par leurs conseils.

ment aussi sur le plan de la fraternité. Les six conseils ont tenu une rencontre nationale, en octobre d’abord, et de nouveau en janvier et ont mis sur pied leur propre équipe de Premier Degré. ■ w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 9

UNE HISTOIRE DES C H E VA L I E R S D E C O L O M B

REPOUSSER LES LIMITES

Tout au long de leur histoire, les Chevaliers de Colomb ont été une force irrésistible pour le bien de l’Église comme celui de la société. Découvrez comment une poignée d’hommes immigrants catholiques, menés par un prêtre visionnaire, ont pu saisir l’esprit de leur époque et fonder une organisation à l’attrait indémodable, tant ses objectifs demeureront louables pour l’éternité PA R K E V I N COY N E

À

chaque croisement, chaque hameau, chaque bourg agricole qu’il traversait dans son parcours vers le sud du Nebraska, le joyeux train de campagne faisait l’objet de regards curieux, avides d’apercevoir celui qui briguait la présidence des États-Unis. Ils attendaient, bien installés dans leur Ford modèle T, tandis que le convoi les dépassait avant de disparaître au milieu du prochain champ de maïs. Plus loin, agglutinés sur les plates-formes des gares, d’autres espéraient que le train s’arrête assez longtemps pour que Al Smith en descende en retirant son fameux chapeau melon brun. À Fairbury par exemple, 800 supporters s’agitaient au son d’un orchestre jouant «The Sidewalks of New York», un endroit que peu d’entre eux n’avaient jamais même visité. Un banquier local accueillit le gouverneur venu de l’Est du pays, prédisant un «raz-de-marée» de votes lors de l’élection à venir, dans six semaines. Au Kansas, pourtant d’allégeance traditionnellement républicaine, le candidat démocrate fut accueilli par de plus grosses foules encore, tandis que le train poursuivait sa route vers le sud en cet après-midi baigné de soleil : plus de 1 000 personnes à Belleville et Clay Center, puis 4 000 à Manhattan. À la brunante, le convoi atteignit Topeka, où résidait le

candidat à la vice-présidence du clan opposé. Les gens s’accrochaient aux wagons pour voir le gouverneur Smith aller et venir le long de la plate-forme dans la lumière déclinante, saluant à coups de chapeau et serrant le plus de mains possible. Des jours comme ceux-là, la victoire semblait réellement possible. Les électeurs d’une nation majoritairement protestante allaient peut-être tourner le dos à la peur et aux préjugés pour nommer un catholique à leur tête. Le train quitta Topeka et roula toute la nuit, en route pour Oklahoma où Al Smith devait livrer un important discours. L’objectif : montrer aux agriculteurs de l’Amérique profonde qu’un homme issu des rues encombrées du Lower East Side de Manhattan, à New York, pouvait lui aussi les comprendre et les aider. Quelques heures avant l’aube, alors que le train venait de franchir la frontière inter-États et que Al Smith dormait, des passagers aperçurent par les fenêtres,

Le Chevalier Al Smith, candidat démocrate à la présidence, 1928. Kevin Coyne est l’auteur de nombreux articles de magazines et de livres, y compris «Domers : A Year at Notre Dame», paru chez Penguin Books en 1996, et «Marching Home : To War and Back with the Men of One American Town», paru chez Viking Penguin, en 2003. Professeur de journalisme à l’université Columbia, Kevin Coyne travaille présentement à une histoire des Chevaliers de Colomb qui sera publiée au courant de 2007.

columbia /mars 2007 7


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 10

au loin, une lumière qui brillait — un croix enflammée au milieu d’un champ : l’accueil empoisonné offert par un groupe particulièrement actif dans l’Oklahoma, le Ku Klux Klan.

L’abbé Michael J. McGivney avait 29 ans quand il a fondé les Chevaliers de Colomb dans le sous-sol de l’église St. Mary’s, à New Haven.

Chevaliers au congrès national en 1901 dans le Nord de l’État de New York. On y voit Mgr. Patrick J. McGivney, le frère du fondateur, assis au premier rang au centre. Il a été l’Aumônier Suprême de 1901 jusqu’en 1928.

8

DEUXIÈME PARTIE :FIER D’ÊTRE AMÉRICAIN SANS CRAINTE DE SE DIRE CATHOLIQUE Le soir même, plus de 10 000 personnes emplissaient le Colisée d’Oklahoma City. Ils ont entendu un fougueux Al Smith dévoiler un pan jusqu’alors peu connu de ses convictions : à savoir qu’il ne se présentait pas seulement contre Herbert Hoover, mais aussi contre une «campagne larvée» tissée de «sectarisme, de haine, d’intolérance et de division antiaméricaine». «Quand je le peux, je dénonce publiquement ces attaques traîtresses qui menacent les fondements mêmes de la liberté aux États-Unis», a dit par exemple Al Smith au sujet du KKK, qui l’avait attaqué non seulement lui, mais aussi toute l’Église catholique ainsi qu’une organisation à laquelle il se disait fier d’appartenir : les Chevaliers de Colomb (Conseil 163 Dr. John C. Coyle). «Rien ne saurait nier davantage toute notre histoire, disait Al Smith. Rien ne saurait nier davantage les enseignements de NotreSeigneur lui-même. Le monde n’aura jamais été autant bafoué que par cette utilisation de la

PARTISAN DE LA PREMIÈRE HEURE Une statue en l’honneur du cardinal James Gibbons, l’un des premiers ecclésiastiques américains à avoir cautionné l’Ordre, a été consacrée à Washington, D.C., le 14 août 1932, jour du 42e anniversaire de la mort de l’abbé McGivney. Le cardinal Gibbons avait ordonné prêtre l’abbé McGivney en 1877.

croix ardente, cette croix sur laquelle le Christ est mort, pour en faire un symbole qui instille au cœur des hommes la haine de leurs frères, alors que le Christ a prêché l’amour du prochain jusqu’à donner sa vie pour l’humanité.» Il parlait sans consulter ses notes, s’emportant et s’indignant pour bien faire sentir à quel point la situa-

w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 11

Plus de 12 000 Chevaliers et membres de leurs familles ont participé à la messe de l’année du Jubilé, parrainée par l’Ordre au Sanctuaire national de Washington, D.C., le 1er avril 2000.

À L’ŒUVRE TOUS AZIMUTS D’un organisme de «citoyens de seconde zone», les Chevaliers de Colomb, se sont transformés, tout au long de leurs 125 ans, en un Ordre dont l’influence se fait sentir partout dans l’Église et dans la société. Par Mgr DONALD WUERL, ARCHEVÊQUE DE WASHINGTON

a moindre observation du paysage religieux, culturel, éducatif et social nous amène à constater l’immense changement qui s’est produit dans la vie des catholiques. Les Chevaliers de Colomb ont joué un rôle considérable dans cette transformation. Au moment de la commémoration du 125e anniversaire de la fondation des Chevaliers de Colomb, j’aimerais, du point de vue de l’archidiocèse de Washington où j’ai le privilège d’être le

L

pasteur de ce troupeau profondément croyant et vivant, mettre en relief quelques exemples qui illustrent la place éminente qu’occupe notre Ordre dans la mise en valeur de la vie catholique chez nous et, par prolongement, dans le monde en général. DÉVOTION MARIALE Située dans le nord-est de la ville de Washington, la basilique nationale de l’Immaculée-Conception se dresse comme un

témoignage de la foi des catholiques états-uniens. Cette magnifique église, dont construction a commencé en 1920, avait été

conçue comme maison de prière dédiée à Marie, sous son titre d’Immaculée Conception, patronne des États-Unis.

columbia /mars 2007 9


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 12

tion le préoccupait. «Permettez-moi de parler bien franchement : je ne veux voir aucun catholique vivant dans les États-Unis d’Amérique voter pour moi le 6 novembre parce que je suis catholique», commença-t-il par dire sous un tonnerre d’applaudissements. «Mais du même souffle, je ne peux m’empêcher de dire que toute personne qui vote contre moi simplement à cause de ma religion n’est pas un Américain véritable, pur et authentique.» Le Colisée vibra à nouveau sous les vivats. L’effet se fit rapidement sentir en dehors de la ville, encouragé par

SERVICE DE PRIÈRE DU VATICAN Le pape Benoît XV a célébré une messe dans les jardins du Vatican au profit d’une délégation de Chevaliers venus visiter l’Europe, en 1920. Les Chevaliers ont été honorés en France ainsi qu’en Italie pour l’assistance fournie par l’Ordre aux combattants de la Première Guerre mondiale.

LES «KC» AU BÂTON Durant la Première Guerre mondiale, les Chevaliers de Colomb ont acquis une réputation à l’échelle internationale grâce au soutien qu’ils apportaient aux soldats. «Tous sont bienvenus, tout est gratuit», tel était le slogan mis de l’avant par l’Ordre pour ses centres récréatifs, où les troupes alliées et notamment américaines pouvaient s’approvisionner d’articles allant de la papeterie aux cigarettes. Par ailleurs, les Chevaliers organisaient des messes, des tournois de baseball, des combats de boxe et autres divertissements au bénéfice des troupes.

De nos jours, la basilique traduit concrètement la présence des Chevaliers de Colomb, tant du point de vue pastoral que spirituel. Le magnifique clocher — la Tour des Chevaliers, mesurant plus de cent mètres — fut complété en 1959. Ce don des Chevaliers de Colomb proclame la dévotion indéfectible que l’Ordre voue à la Mère de Dieu et notre Mère, tout en servant de témoignage discret de l’Ordre dans la capitale des ÉtatsUnis. Les Chevaliers sont aussi présents à l’intérieur de la basilique. En effet, ils y servent de placiers, notamment durant les liturgies dominicales et plus solennelles, célébrées dans l’église supérieure. Grâce à la générosité de l’Ordre, le réseau de télévision

10

«Eternal Word» est en mesure de partager les liturgies de la basilique avec le public des États-Unis et bien au-delà. Et justement, en août dernier, on installa les échafauds dans la nef de la basilique en vue des travaux qui seront entrepris dans le dôme en vue de représenter les événements entourant l’incarnation. Image de la générosité de l’Ordre, le dôme portera le nom de Dôme de l’incarnation des Chevaliers de Colomb. Tout près du sanctuaire se trouve la Catholic University of America (CUA) — institution nationale et université de l’épiscopat. Fondée en 1887, elle a comme fonction aujourd’hui encore, tout comme à ses origines, de répondre aux intentions de l’Église

d’offrir d’excellentes occasions de s’instruire dans la grande tradition de la foi catholique. On y trouve également la présence des Chevaliers de Colomb, notamment à la faculté de droit Columbus, qui remonte à un programme offert par les Chevaliers aux anciens combattants revenus de la Première Guerre mondiale. L’institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille découle également d’une initiative de l’Ordre et sert à mettre en évidence, élaborer et transmettre le point de vue catholique du projet de Dieu sur la vie humaine. Le complexe nordaméricain de cette institution mondiale de hautes études aménagera sous peu dans un édifice du campus

de la CUA qui, une fois rénové, portera le nom du fondateur des Chevaliers de Colomb, l’abbé Michael J. McGivney. Ce déplacement manifeste l’engagement des Chevaliers à ajouter la sagesse et les valeurs de notre foi dans les débats importants du continent, notamment en ce qui concerne l’anthropologie chrétienne, c'est-à-dire, l’identité de la personne, du mariage et de la famille dans l’ordre de la grâce. Un peu plus haut sur Harewood Road, qui longe et le sanctuaire national et le campus, on retrouve le «Pope John Paul II Cultural Center» (le Centre culturel Jean-Paul II). Encore une fois, on reconnaît la main généreuse des Chevaliers de Colomb. Construit il y a

w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

plusieurs années, le centre a comme objectif de former, à la base, une «cellule de réflexion» à qui il revient d’engager la culture moderne dans un dialogue avec la sagesse de la tradition catholique, notamment en ce que celle-ci a été si clairement expliquée par feu le pape Jean-Paul II, pendant un quart de siècle. Les Chevaliers favorisent toujours cette ouverture intellectuelle sur le monde contemporain. UNE PLACE BIEN MÉRITÉE SUR LA SCÈNE MONDIALE Il serait tentant d’énoncer d’autres occasions et initiatives qui manifestent à quel point, au cours des 125 années de leur existence, les Chevaliers de Colomb en collaboration avec l’Église des États-Unis, se sont taillé une place au pays, du fait que l’un

8:56 AM

Page 13

et l’autre ont entrepris de façonner l’âme de notre nation, en intervenant en tout ce qui concerne l’esprit, l’âme et le cœur humains. Le 17 janvier 2004, à l’occasion du 25e anniversaire de l’élection du pape Jean-Paul II, il y eut un concert au Vatican, à la salle Paul VI bondéé de monde. Ce concert de réconciliation, appelé «Célébration de foi», était possible grâce à la générosité des Chevaliers de Colomb, et marqua pour moi l’évolution extraordinaire qu’ont connue les Chevaliers de Colomb, au cours de leurs 125 ans d’existence. Ce qui, au début, a été le rêve de l’abbé Michael J. McGivney pour venir en aide aux ouvriers catholiques de sa paroisse et leurs familles, a grandi et s’est développé en une fraternité mondiale. Celle-ci a obtenu une

local et notre assemblée, tout comme moi je me sens associé au conseil Duquesne 264 et à l’assemblée Fort Pitt, nous Le Chevalier suprême Carl A. Anderson accueille devrions tous le pape Jean-Paul II sous l’oeil de Mgr Donald prendre conWuerl, évêque à l’époque, lors d’une réception à science de l’occasion du concert papal de la réconciliation tout ce que qui s’est déroulé au Vatican, en janvier 2004. les Chevaliers signifient et font au service place bien méritée sur la de l’Église partout aux Étatsscène internationale, en se Unis et dans chaque pays où préoccupant des questions ils sont une présence active. primordiales de l’heure, tout Vraiment, c’est pour cela en demeurant centrés sur la qu’il y a lieu de célébrer, de vision de leur fondateur et remercier le Seigneur pour les fidèles au Saint-Père, ainsi grâces reçues et, dans l’avenir, qu’aux évêques et aux prêtres pour les grâces promises à unis à lui. notre Ordre — les Chevaliers Tandis que, en tant que de Colomb. ■ Chevalier, chacun de nous s’identifie à notre conseil

c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 11


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 14

LE COLOMBIANISME À LA UNE

novembre, 1893

12

octobre, 1921

mars, 1932

août, 1952

janvier, 1961

décembre, 1968

janvier, 2002

avril, 2006

les catholiques américains fatigués de voir leur patriotisme remis en cause. «Quelle que soit l’issue du vote, la campagne d’Al Smith a beaucoup fait pour le catholicisme, exposant une fois pour toutes le fameux fantôme à la lumière, pour que les gens puissent bien réaliser ce qu’il en est et mettre en cause leur anti-catholicisme», a écrit Luke Hart qui, à titre d’avocat suprême de l’Ordre, a dû mener ses propres luttes durant la longue guerre contre les préjugés anti-catholiques. Luke Hart était cependant moins certain des chances d’Al Smith à l’élection comme telle, pour laquelle les Chevaliers étaient demeurés officiellement neutres. «Autant je rêverais de le voir accéder à la présidence, autant je dois admettre que ses chances sont bien minces», a-t-il écrit. Or il avait raison. Al Smith gagna son pari dans les grandes villes, avec leur importante proportion d’immigrants catholiques, mais il n’a obtenu que 40 pour cent du vote total, perdant même dans son propre État de New York. Les États-Unis de 1928, à l’évidence, n’étaient pas encore mûrs pour accueillir un président catholique. TROISIÈME PARTIE : LES ORIGINES DES CHEVALIERS DE COLOMB Durant la Guerre de sécession, beaucoup de protestants américains de souche se posaient la même question au sujet de la vague d’immigration catholique, très majoritairement irlandaise, qui se faisait sentir aux États-Unis : à quel point ces arrivants de fraîche date étaient-ils de purs, vrais et authentiques Américains? Certains hommes de New Haven croyaient avoir répondu une fois pour toutes à cette question en ralliant l’armée de l’Union et en y servant aux côtés de milliers d’autres immigrants irlandais. Ils auront d’ailleurs fraternisé à ce point durant la guerre pour leur nouveau pays qu’ils ont continué à se fréquenter, une fois de retour à la maison. Leurs rencontres régulières donnèrent naissance à un groupement fraternel qui a pris le nom de Chevaliers rouges, à cause de la couverture rouge qu’ils avaient l’habitude de transporter dans leurs sacs à dos. Et lorsqu’un jeune vicaire de l’église St. Mary’s eut l’idée de fonder une organisation fraternelle catholique, il emprunta plusieurs idées, ainsi que plusieurs de ses premiers dirigeants, à ce groupement local de patriotes catholiques. L’abbé Michael J. McGivney était lui-même fils d’immigrants. Comme beaucoup d’autres Américains de première et de deuxième génération, il se préoccupait du rôle que jouait la foi apportée de l’Europe par sa famille dans un nouveau monde qui considérait celle-ci avec suspicion, voire dédain. L’Église, assurément, fournissait la nourriture spirituelle, mais quel autre avantage pratique pouvait-elle offrir? Comment pouvait-elle empêcher les hommes de délaisser leur foi pour s’adonner aux rituels des sociétés secrètes, si populaires à l’époque? Comment aider les familles laissées-pourcompte, comme la sienne l’a été, lorsque les pères mouraient trop jeunes, accablés par des travaux difficiles et des soucis typiques de ceux qui se trouvent au bas de l’échelle économique? Comment aider les catholiques à devenir de meilleurs catholiques tout en devenant, du même coup, de meilleurs Américains? w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 15

APPLAUDISSEMENTS PAPAUX Le pape Jean-Paul II accueille les officiers et directeurs de l’Ordre lors d’une audience privée accordée aux Chevaliers, en octobre 1993. Pie XII, 1950

QUATRIÈME PARTIE : LES REVENDICATIONS Comment vivre en tant que catholique en sol américain — tel était le thème qui a inspiré et animé l’organisation fondée par l’abbé McGivney dans le sous-sol de l’église St. Mary’s, il y a 125 ans. Un thème qui s’est reflété dans le nom choisi par les 75 hommes rassemblés pour leur première rencontre officielle, une soirée enneigée de février à New Haven. En choisissant de s’appeler «Chevaliers de Colomb», ils liaient de manière indélébile leur église et leur pays, établissant ainsi leurs revendications à la face du Nouveau Monde. En faisant référence au nom de l’explorateur italien, ils soulignaient une réalité à la fois simple, claire et inattaquable — à savoir que cette nation majoritairement protestante pouvait exercer une discrimination à l’encontre des immigrants catholiques et mettre en doute leur loyauté, elle pouvait également calomnier l’Église ainsi que le pape et donc elle pouvait, somme toute, faire ce que bon lui semble pour rejeter les catholiques et leur rendre la vie impossible; sauf qu’en même temps, cette nation devait reconnaître qu’elle célébrait un catholique comme découvreur. Or les descendants catholiques de Christophe Colomb, selon l’un des membres fondateurs, «avaient droit à tous les droits et privilèges rattachés au fait que le pays avait été découvert par l’un des nôtres.» Dès 1885, l’Ordre avait versé sa première prestation de décès et accumulé assez de membres pour qu’un millier de Chevaliers défilent dans le centre-ville de New Haven, derrière un voiture à bord de laquelle se trouvait l’abbé McGivney. «Ce défilé rend hommage à la race irlandaise», avait dit à l’époque le gouverneur du Connecticut en voyant passer les marcheurs. Le

Jean XXIII, 1961

Paul VI, 1973

Jean-Paul I, 1978

Benoît XVI, 2005

Hartford Telegram avait de son côté écrit : «Certains habitants de Nouvelle-Angleterre étroits d’esprit s’imaginent que les Irlandais sont désœuvrés, malpropres et souvent violents», disait l’éditorial avant de poursuivre en précisant qu’avec ce défilé, «ces immigrants irlandais de deuxième génération prouvent qu’ils sont intensément et instinctivement Américains, et la preuve c’est qu’ils occupent désormais des postes importants dans le commerce, l’économie en général et plusieurs professions.» Dès le milieu des années 1890, les Chevaliers avaient essaimé à l’extérieur du Connecticut; ils durent à nouveau retrousser leurs manches pour combattre le mouvement nativiste qui avait pris de l’ampleur par suite d’une dépression économique qui a duré quatre ans. «Animés d’un réel patriotisme», a écrit alors Thomas Cummings, éditeur de The Columbiad et organisateur en chef de l’Ordre, «ils s’astreignent au respect envers l’humanité en général et au respect de la liberté individuelle, particulièrement cette liberté qui est l’essence c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 13


March 07 Columbia (F) all

Les restes mortels de l’abbé McGivney ont été inhumés en l’église St. Mary’s, le 29 mars 1982. Des membres de la famille McGivney ainsi que des membres du conseil d’administration de l’Ordre avaient porté le cercueil.

2/15/07

8:56 AM

Page 16

même de toute liberté et qui a été pour la première fois implantée sur ce continent par les catholiques romains, c’est-à-dire : la liberté d’adorer Dieu selon sa propre conscience.» Lorsque les États-Unis entrèrent en guerre contre l’Espagne, en 1898, l’Église catholique s’y opposa; mais les Chevaliers, soucieux faire leur devoir patriotique, se déclarèrent en faveur. «Au moment de la déclaration de guerre, chacun a mis de côté son opinion personnelle, rapportait un député d’État. Si bien que les catholiques, pénétrés de la doctrine de notre sainte Église et toujours prêts à tout sacrifier pour le bien de la foi et de leur pays, se sont enrôlés par milliers avant de combattre et, si nécessaire, de mourir en se portant à la défense de notre nation.»

UNE CAUSE À APPUYER Le 24 avril 2002, le pape JeanPaul II a accordé au Chevalier suprême Carl A. Anderson une audience privée au cours de laquelle la question de la cause pour la canonisation du Serviteur de Dieu abbé Michael J. McGivney a été abordée. Carl Anderson a remis au pape une sculpture représentant l’abbé McGivney.

Le calice commémoratif de l’abbé McGivney a été commandé par l’Ordre en 1990, pour marquer le 100e anniversaire de la mort du fondateur. Il sert exclusivement lors des messes parrainées par le Conseil suprême.

14

QUATRIÈME PARTIE : ASSEZ PUISSANTS POUR PRENDRE POSITION Au départ, certains évêques plus traditionalistes nourrissaient des doutes à l’égard de l’Ordre, estimant que celui-ci penchait trop du côté des États-Unis et pas assez de celui de Rome. Mais avec dès 1905 des Conseils dans chaque État (ainsi que dans la plupart des provinces canadiennes, au Mexique et aux Philippines), cette opposition cléricale avait pratiquement disparu. Les Chevaliers faisaient partie intégrante des grands débats progressistes de l’époque, exigeant des réformes

gouvernementales en accord avec la doctrine sociale de l’Église catholique d’alors. En juin 1912, 20 000 Chevaliers se rendirent à Washington afin de souligner leur plus grand triomphe public à ce jour — la consécration d’un puissant symbole prouvant à quel point eux, et leur religion, avaient progressé : le «Columbus Memorial», près du Capitole. Assistait à la cérémonie le gratin de la nation : le président américain William Howard Taft, les juges de la Cour suprême, les membres du Congrès. Le défilé de Chevaliers, avait déclaré le Chevalier suprême James A. Flaherty, représentait «la fleur et la chevalerie de l’humanité catholique», un spectacle «qui transportait et réjouissait le cœur de tout chrétien». Mais pas le coeur de leurs ennemis, on s’en doute, puisque ces derniers se firent de plus en plus nombreux dans les années précédant la Première Guerre mondiale, alors que la grande vague d’immigration provoqua une montée de l’anticatholicisme. Les Chevaliers répliquèrent avec des tournées de conférences, des poursuites en diffamation et même une Commission sur la discrimination raciale. Dans une affaire, le juge demanda l’avis d’un groupe de francsmaçons, qui après enquête se dit d’avis que les w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 17

qui n’étaient pas, et ne seraient jamais, de vrais Américains.» L’Ordre exhorta le gouvernement américain à adopter la ligne dure à l’égard du régime mexicain, qui brutalisait les catholiques. Il combattit également avec succès toutes les avancées du mouvement pour l’éducation obligatoire, une série de mesures soumises au vote, des projets de lois et des affaires judiciaires visant à obliger tous les enfants à fréquenter l’école publique non confessionnelle — ce que James Flaherty a qualifié de «mouvement national pour l’abolition de l’école paroissiale». Son plus célèbre membre de l’époque a été Babe Ruth, qui a joint le Conseil 271 Pere Marquette, dans le sud de Boston, tandis qu’il jouait toujours pour les Red Sox. Un après-midi d’été de 1920, avant que ne commence le match opposant les Yankees (A ce moment Ruth jouait pour l’équipe de New York) aux Tigers de Détroit, un groupe de Chevaliers se rassemblèrent autour du marbre du stade Polo Grounds pour lui remettre une montre de poche incrustée d’un emblème en or des C de C. Il frappa plus tard à la cinquième manche son 25e coup de circuit loin au champ droit, en route pour les 54 qu’il allait faire cette saison-là. Et puis le candidat présidentiel Al Smith a perdu aux élections, et les Chevaliers ont compris combien il leur restait de chemin à parcourir... LIEU DE PÈLERINAGE Le Serviteur de Dieu Abbé Michael J. McGivney est inhumé dans la nef de l’église St. Mary’s, lieu de naissance des Chevaliers de Colomb.

Chevaliers «professaient un patriotisme à la fois élevé et noble, ils inspiraient l’amour de la patrie et ils inculquaient également le respect de la loi et de l’ordre.» Lorsque les États-Unis entrèrent en guerre en 1917, l’Ordre s’aligna à ses côtés, avec la même ferveur patriotique qu’avaient démontrée les Chevaliers rouges de New Haven. À la fin de la guerre, l’emblème des C de C cousu sur les uniformes kaki des secrétaires du réseau de centres récréatifs, de clubs et de foyers d’accueil mis sur pied par l’Ordre avait valu à ces derniers le surnom de «Casey». «Tous sont bienvenus, tout est gratuit», telle était la devise de temps de guerre des Chevaliers. L’effort fut à ce point couronné de succès qu’au retour des hostilités, plus de 400 000 nouveaux membres avaient gonflé les rangs des Conseils, dès 1923. «Dieu nous a tellement bien guidés dans notre action qu’aujourd’hui, nous sommes plus puissants que jamais et surtout reconnus à travers le monde comme une force au service du bien», écrivait le Chevalier suprême Flaherty. L’Ordre publia ensuite l’oeuvre de W.E.B. Du Bois, d’origine ghanéenne et intellectuel de race noire très en vue, dans le cadre de son initiative sur les Contributions raciales, destinée à contrer «la théorie selon laquelle le gros de la nation était constitué de ‘traits-d’union’ (Irish-American, Italian-American, etc.) ALL PHOTOS: SUPREME COUNCIL PHOTO ARCHIVES EXCEPT POPES: © L’OSSERVATORE ROMANO

SIXIÈME PARTIE : DE NOUVEAUX HORIZONS En 1960, les Démocrates élisent un autre catholique pour les représenter à l’élection présidentielle : John F. Kennedy, membre du Conseil 62 Bunker Hill et Chevalier du Quatrième Degré. Luke E. Hart était à l’époque Chevalier suprême d’une organisation qui avait tant vu son importance et son influence s’affirmer, que le magazine «Life» commémora le 75e anniversaire de l’Ordre, en 1957, en lui consacrant un reportage annoncé sur sa couverture. Luke Hart estimait que l’élection de Kennedy «allait faire plus pour éliminer le sectarisme dans ce pays que ce qui avait jamais été accompli auparavant.» Si l’anticatholicisme revêtait alors un autre visage que celui montré durant la campagne d’Al Smith, John F. Kennedy dut faire face lui aussi à son propre épisode «Oklahoma City». Il se trouvait à Houston, en train de prononcer un discours devant un parterre de ministres protestants. «Je ne suis pas le candidat catholique à la présidence, avait-il dit. Je suis le candidat du Parti démocratique à la présidence qui se trouve à être aussi catholique. Je ne parle pas au nom de mon Église, non plus que celle-ci s’exprime à travers moi.» Il s’est insurgé lui aussi, comme d’Al Smith, contre la discrimination religieuse, mettant en relief sa croyance en des États-Unis «officiellement ni catholiques, ni protestants ou encore juifs [...] où la liberté religieuse est à ce point indivisible qu’un geste à l’encontre d’une Église est en fait un geste à l’encontre de toutes les Églises.» La différence, c’est que Kennedy remporta la présidence et lorsque Luke Hart se rendit pour la première fois à la Maison-Blanche, le président l’accueillit d’un cordial «Bonjour, chef» — ce qui montrait à quel point les Chevaliers avaient réussi à redéfinir les frontières de ce que signifiait être à la fois un catholique et un Américain vrai, pur et authentique. ■ c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 15


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 18

LE SERVITEUR DE DIEU, L’ABBÉ MICHAEL J. McGIVNEY

MESSAGE INTEMPOREL DE NOTRE FONDATEUR

Nous devons sauvegarder précieusement la vision de l’abbé McGivney et la transmettre aux nouvelles générations d’hommes Catholiques PA R G A B R I E L B. O ’ D O N N E L L , DOMINICAIN

Une photo non datée de Michael J. McGivney, probablement à l’époque de son séminaire ou peu après son ordination de 1877.

D

epuis que, il y a 125, l’abbé Michael J. McGivney a fondé les Chevaliers de Colomb, le monde a changé radicalement, certaines choses pour le mieux, d’autres pour le pire. ❡ L’abbé McGivney ferait-il les choses autrement, s’il fondait les Chevaliers de Colomb en 2007? Reconnaîtrait-il les Chevaliers actuels comme les siens? Serait-il satisfait des changements que l’Ordre a effectués et des orientations nouvelles qu’il a prises au cours des années? Voilà autant de questions que nous devrions examiner, alors que, au cours de cette année anniversaire, nous entreprenons de réfléchir sur notre avenir. DES VÉRITÉS ÉTERNELLES Dans son message lors de la Journée mondiale pour la paix, le premier janvier, le pape Benoît XVI a demandé à ce que pour l’année 2007 soit une année de paix. Nous devons travailler chaque jour pour que s’établisse la paix dans notre monde. «La paix, remarqua-t-il, se promeut dans le respect de la personne», parce que c’est dans la personne que se trouve le cœur de la paix. Il ne peut y avoir de paix entre les nations, avant que la paix soit établie dans nos cœurs, dans nos familles, dans nos quartiers et dans nos villes. La paix adviendra dans le monde, si chacun et chacune d’entre nous témoigne de la valeur et de la dignité de chaque personne et de chaque vie humaine. À la lumière de l’enseignement du pape, nous sommes

16

w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 19

assurés que quels que soient les changements que l’abbé McGivney pourrait faire de nos jours, on reconnaîtrait volontiers la société fraternelle qu’il prônerait. Pourquoi? Parce que, avant tout, une telle société serait établie sur le principe selon lequel à chaque personne sont dévolus une dignité et des droits qui la distinguent du reste de la création. La vision de l’abbé McGivney, qui comprenait la protection et la promotion des familles chrétiennes, était fondée sur la vérité intemporelle selon laquelle la promotion du respect de la personne conduit à tout ce qui convient de mieux à la famille et la société. Les rencontres qu’a eues l’abbé McGivney avec des anticatholiques farouches et des ouvriers dont les familles étaient dans le besoin l’émouvaient profondément. Il percevait ces injustices comme des affronts à la signification de la personne intégrale. La vision que l’abbé McGivney soutenait pour les Chevaliers était fondée sur une dignité inhérente qui arriverait à sa pleine floraison, grâce à leurs vocations d’époux, de pères, et de soutiens et de protecteurs de famille. DES GENS AUX «MAINS À LA PÂTE» L’abbé McGivney était un homme de paix. Il était à l’aise avec tous les gens, parce qu’il se considérait comme une personne de même valeur et de même rang que chaque personne qu’il rencontrait. Il n’a jamais passé pour arrogant, soit parce qu’il avait fait des études ou qu’il était prêtre. Il était un homme parmi les hommes, un être humain comme tout le monde. L’abbé McGivney voulait que ses Chevaliers de Colomb soient reconnus pour ce qu’ils sont plutôt par ce qu’ils font. Autant de nos jours qu’à l’époque, les Chevaliers appelés à être membres d’une fraternité qui reconnaît et respecte la dignité de chacun, réalité que Quelques effets personnels de l’abbé McGivney, manifestent ses cérémonidont des chapelets, des als et ses traditions. crucifix et une illustration Qu’ils soient en habits du Sacré-Cœur, envers de cérémonie, lorsque l’oclequel il nourrissait une casion l’exige, ou vêtus dévotion particulière. des insignes du Quatrième Degré, ils font preuve de dignité, quel que soit leur rôle. Le recours aux titres fraternels et aux gestes rituels reconnaît l’importance de la personne à qui on s’adresse. Tous nos usages expriment la reconnaissance de la dignité et des droits de chaque personne.

La statue de l’abbé McGivney a été élevée dans sa ville natale de Waterbury, au Connecticut, dans le cadre des célébrations entourant le 75e anniversaire de l’Ordre.

c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 17


March 07 Columbia (F) all

Une ferme appartenant à un McGivney, à Waterbury.

2/15/07

8:56 AM

Page 20

Le programme d’assurance de l’Ordre n’est rien de plus qu’une reconnaissance du fait que chaque personne mérite qu’on s’en occupe, tant durant cette vie qu’après la mort. Le corps doit être traité avec révérence et respect, même lorsqu’il repose dans la terre, lors du dernier adieu pour l’éternité. L’abbé McGivney estimait que chaque nouveau membre traiterait le programme d’assurance de l’Ordre comme un élément constituant de sa vision de la Chevalerie. Les Chevaliers de Colomb sont reconnus comme des gens aux «mains à la pâte». Quand des membres collaborent dans une pour le bien des autres, ils reconnaissent implicitement la valeur de leurs frères. Les Chevaliers ont besoin les une des autres, lorsqu’il s’agit de rafraîchir les murs de la salle paroissiale ou de préparer un déjeuner communion. Plusieurs «mains à la pâte» rendent possibles des programmes pour donner à manger aux sans-abri ou procurent des fauteuils roulants aux personnes handicapées. Dans chacun des cas, la beauté et la dignité de nos frères se manifestent, alors que nous partageons la responsabilité de chacune des activités de notre conseil. Aux yeux de l’abbé McGivney, fêtes, danses, banquets et autres rencontres des premiers Chevaliers manifestaient de fait: «Vous êtes importants. Vous méritez tout ce qu’il y a de mieux.» Il passait plusieurs heures à planifier les activités des Chevaliers et leurs familles. HOMMES DE PRIÈRE ET D’ACTION D’où l’abbé McGivney tenait-il une telle sagesse? Comment a-t-il pu anticiper que l’Église insisterait sur le rôle des laïques lors de Vatican II, près de cent ans après sa mort? Comment en arriva-t-il à concrétiser l’enseignement que, un siècle plus tard, Jean-Paul II et Benoît XVI véhiculeraient dans un langage théologique et spirituel? La seule réponse à cette question semble être que l’esprit de prévoyance de l’abbé McGivney était un don de Dieu. Sous l’inspiration de l’Esprit Saint, il fonda un organisme d’hommes catholiques que l’Esprit

18

LA SAINTETÉ EN VEDETTE La Galerie de l’abbé McGivney, au musée des Chevaliers de Colomb, contient notamment des vitrines où on peut voir les vêtements avec lesquels le fondateur avait été enterré ainsi que quelques objets provenant de sa tombe originale, dont un chapelet. Lorsque l’abbé McGivney a été ré-inhumé, en 1982, il a été habillé de nouveaux vêtements.

protégerait et guiderait jusque dans le 21e siècle et au-delà. D’une part, c’est sa relation avec Jésus Christ qui constituait la sagesse et la prévoyance de l’abbé McGivney. C’est l’humanité sacrée du Christ, découverte surtout grâce à sa dévotion au Sacré-Cœur, que l’abbé McGivney en vint à découvrir le caractère sacré de la vie humaine et la dignité de la personne. Enfin, c’est mystère de l’Incarnation qui lui révéla la nature de la personne — l’être humain cheminant vers le Seigneur. La prière est un grand maître. Quand, dans la prière quotidienne, on passe du temps avec le Seigneur, on découvre beaucoup de choses par rapport à soi, au Seigneur et aux attentes que Dieu se fixe pour nous. Plusieurs d’entre nous passent leur temps en prière à parler de leurs fautes et de leurs défauts. Chez les personnes qui suivent déjà la voie de la vertu et évitent le péché, la prière conduit à un niveau plus profond de communion avec le Seigneur. Elles deviennent plus ouvertes à son désir de communiquer avec elles et de les enseigner. Grâce à sa vie de prière, l’abbé McGivney en apprit beaucoup sur la personne. C’est parce qu’il était un homme de Dieu et un homme de prière que l’abbé McGivney était conscient des besoins de son entourage et il réagissait en soulageant les fardeaux des autres. Il leur rappelait leur dignité en voyant à leurs besoins matériels et spirituels. Mais il dépassait leurs seuls «besoins». En effet, il était convaincu que la détente et les divertissements permettaient aux personnes accablées par le travail et la souffrance de «respirer un peu». C’est son sens profond de la beauté de la personne qui le poussa à fonder les Chevaliers de Colomb. Unis dans leur humanité et unis dans leur foi catholique, ses Chevaliers se concerteraient pour affirmer leur dignité et w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 21

Sculpté dans le mur de calcaire qui forme la toile de fond de la Galerie McGivney, on peut lire un verset du Livre de la Sagesse qui avait été reproduit également sur la carte mortuaire originale de l’abbé McGivney : «Parvenu à la perfection en peu de temps, il a atteint la plénitude d’une longue vie. Son âme a plu au Seigneur et c’est pourquoi elle s’est hâtée de sortir d’un milieu pervers.»

Le père O’Donnell en mars 2000 avec la documentation pour la cause de canonisation de l’abbé McGivney, avant que celle-ci ne soit expédiée au Vatican. Apparaissent également sur la photo les Chevalier suprême et Aumônier suprême de l’époque, Virgil C. Dechant et l’évêque Thomas V. Daily.

leur valeur communes comme personnes, pour se porter vers les plus démunis. Dans cette perspective, la mission actuelle des Chevaliers devient considérable. L’urgent appel à la nouvelle évangélisation semble avoir été fait expressément pour les Chevaliers de Colomb. Notre Ordre occupe une place de choix, bien situé pour servir l’Église dans les recoins du monde séculier et y répandre l’Évangile et la vision de l’abbé McGivney. Ce qu’entreprit l’abbé McGivney en 1882 s’est adapté au monde et à l’Église tout au cours des 125 dernières années. Son message est intemporel, puisqu’il s’agit de la dignité de la personne et le caractère sacré de la famille chrétienne. Notre saint fondateur a fait confiance aux premiers Chevaliers, les traitant comme ses compagnons et ses amis. Il leur confia l’héritage qu’il leur revenait de transmettre aux générations futures. Il a fait

confiance à la bonté de ses Chevaliers et aux conseils de l’Esprit Saint. L’abbé McGivney reconnaîtrait-il ses Chevaliers après 125 ans? Sans aucun doute! Car aujourd’hui, autant qu’en 1882, toutes nos activités cherchent à soutenir la dignité de la personne et le caractère sacré de la famille. Il nous importe d’offrir à des catholiques, jeunes et moins jeunes, d’offrir la richesse spirituelle qu’est la nôtre en tant que fils de l’abbé McGivney. L’abbé McGivney vécut dans une période de changement et de transition. Il n’a pas craint l’innovation. Il entreprit volontiers de nouveaux modes de communication et de transport et il croyait énormément à l’application des méthodes modernes dans les paroisses. Les changements survenus au cours des nombreuses décennies de la vie de l’Ordre ne lui poseraient pas de problème, pourvu que sa vision soit conservée et perpétuée. La famille et la protection de la vie humaine à tous ses stades, l’accent de collaboration renouvelé avec les pasteurs, la consécration de l’Ordre à Marie, mère du Christ, sont tous des centres d’intérêt que l’abbé McGivney adopterait sans hésitation. L’expansion de l’assurance des Chevaliers de Colomb et notre dévotion récupérée envers l’adoration du Saint Sacrement sont de simples ramifications qu’a connues la vision de l’abbé McGivney, de 1882 à 2007. L’abbé McGivney insisterait pour que nous nous prêtions à l’appel du vicaire du Christ sur terre de reculer les frontières de la nouvelle évangélisation. De sa place dans l’éternité, il nous guidera au cours des 125 prochaines années. ■ Le père Gabriel B. O’Donnell, dominicain, est postulateur de la cause de béatification du serviteur de Dieu, l’abbé McGivney.

c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 19


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 22

PRÉSERVER NOTRE FIER HÉRITAGE

F A

D

G B

E

C 20

H w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 23

I

J

M

K

L

N

O

EN MONTRE

L

P

es centaines d’articles que recèle le musée des Chevaliers de Colomb retrace l’histoire de l’Ordre. Parmi les objets conservés et exposés, notons : A. Un buste miniature de Christophe Colomb distribué en 1992, lors du 500e anniversaire de sa venue B. Plaque commémorative du Congrès eucharistique international de 1924, à Amsterdam C. Carte d’entreé à la messe papale célébrée en 1995 à l’hippodrome Aqueduct D. Le premier chapelet béni et distribué aux nouveaux Chevaliers du Premier Degré, en 1968 E. Dépliants imprimés et distribués par l’Ordre dans les années 1920 pour informer la population sur la persécution de l’Église au Mexique F. Une statue montrant des colombes transportant des branches d’olivier qui symbolisent la paix; un cadeau des Chevaliers de Colomb au pape Jean-Paul II G. Une montre en or remise au Chevalier suprême James T. Mullen par l’abbé Michael J. McGivney en 1885 H. Une coupe en argent remise à Edward A. Sheehan en 1918; ce dernier a présidé le comité de financement de l’Ordre pour la Première Guerre mondiale et aidé à ramasser 82 000 $ I. Réplique en bronze de la façade de la basilique Saint-Pierre, présentée aux Chevaliers par le pape Jean-Paul II en reconnaissance du travail de restauration de la basilique financé par l’Ordre J. Des cigarettes, l’un des nombreux articles distribués aux soldats par les Chevaliers, durant la Première Guerre mondiale K. Une médaille commandée par le pape Pie XI afin de commémorer le premier terrain de jeux des Chevaliers de Colomb à Rome, en 1924 L. Plaque commémorant le centenaire de l’Ordre, en 1882 M. Une médaille et son ruban, remise à tous ceux qui travaillaient dans les centres récréatifs des C de C, durant la Première Guerre mondiale N. Ostensoir tiré des ruines de la cathédrale de Verdun, en France, et montée sur bois; remis aux Chevaliers par l’évêque de Verdun à l’occasion du pèlerinage effectué en 1920 par l’Ordre, à travers l’Europe O. Le marteau utilisé par l’abbé Michael J. McGivney pour présider la première réunion des Chevaliers de Colomb P. Le casque du Chevalier et chef-adjoint Donald Burns, du Service des incendies de New York, mort le 11 septembre 2001 au World Trade Center; confié aux Chevaliers en témoignage de gratitude pour la mise sur pied du Fonds de l’Ordre pour les Héros c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 21


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:56 AM

Page 24

LE PARCOURS DES C H E VA L I E R S D E C O L O M B

S

aviez-vous: Que les Chevaliers de Colomb se sont fait d’abord remarquer par le Vatican dès 1895, 13 ans seulement après leur fondation? Qu’au retour de la Première Guerre mondiale, 20 000 militaires ont pris part au programme de formation professionnelle parrainé par les Chevaliers? Ou encore que l’Ordre a publié et distribué quelque 5 millions de circulaires exposant la persécution de l’Église au Mexique, au début du 20e siècle? Ou que les Chevaliers se sont engagés dans des projets pour la promotion de l’harmonie interraciale au cours des années 1960 et 1970? Les membres de l’Ordre depuis de nombreuses années, ou encore qui sont friands d’histoire ecclésiale ou mondiale pourraient le savoir. ❡ Au commencement de la 125e année des Chevaliers, nous évoquons 125 événements importants, depuis 1882 jusqu’aujourd’hui. Qu’ils mettent en lumière un don financier, la mobilisation des Chevaliers autour d’un projet particulier ou une nouvelle initiative, ces événements font le portrait d’un ordre d’hommes catholiques laïcs toujours prêts à servir l’Église et le pays. Les membres de l’Ordre depuis de nombreuses années, ou encore qui sont friands d’histoire ecclésiale ou mondiale pourraient le savoir.

125

faits qui ont l’histoire de l’Ordre

1880

1. 6 février 1882: les Chevaliers de Colomb voient le jour, adoptant «Colomb» comme patron.

2. Aux principes fondateurs «d’Unité» et de «Charité», s’ajoutent la «Fraternité» en 1885, et le «Patriotisme» 1900. 3. Le nom de l’abbé Michael J. McGivney se trouve parmi les premiers membres assurés, d’après un dossier remontant à la fondation. 4. 29 mars 1882: incorporation de l’Ordre et aussitôt, dans une lettre à ses collègues prêtres, l’abbé McGivney lance sa première campagne de

22

recrutement diocésaine.

5. 12 avril 1885: Un défilé de fête et un barbecue de fruits de mer s’organisent à New Haven qui, dit-on, n’attire pas moins 12 000 Chevaliers et sympathisants. 6. James T. Mullen, 17 ans, premier Chevalier suprême, combat dans la Guerre de Sécession, en tant que membre des Connecticut Volunteers.

8. L’Ordre s’est d’abord réuni dans un petit local au premier d’un édifice de trois étages, près de l’Hôtel de Ville de New Haven. 9. 1889: le bureau de direction (Conseil suprême) remet 1000$ à l’abbé McGivney «en reconnaissance» de ses services dans la fondation et la promotion des Chevaliers.

12. Novembre 1893: première parution de «The Columbiad», prédécesseur de Columbia. Son rédacteur, Thomas A. Cummings, est également le premier directeur national des cérémonials de l’Ordre.

13. Dès 1895, une résolution à l’effet d’admettre les femmes dans l’Ordre est envisagée, qui ne se rend pas devant l’assem10. Le Chevalier suprême John J. Phelan (1886-1897) fut le blée annuelle du Conseil premier dirigeant à pressentir la national, ni aucune autre depuis. Les dames auxiliatrices destinée nationale de l’Ordre. existent pourtant depuis la fin des années 1890. 11. Défilé de Columbus Day 1892: 6000 Chevaliers évolu14. Défilé de Columbus Day aient devant près de 40 000 1892: 6000 Chevaliers évoluspectateurs.

1890

7. Au cours de ses quatre ans comme Chevalier suprême (1882-1886), M. Mullen préside en personne à la création de 22 des 38 premiers conseils.

w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

aient devant près de 40 000 spectateurs. 15. 1895: première reconnaissance du Vatican. Dans une lettre Mgr Francesco Satolli, délégué apostolique aux États-Unis écrit une lettre vantant les «mérites de ce splendide organisme catholique» à qui il accorde sa bénédiction apostolique. 16. 1897-1898: James E. Hayes, entré dans l’Ordre au Massachusetts en 1892, devient deuxième Chevalier suprême. Durant son mandat comme député de district et d’état, a présidé à la création de plus de 75 conseils. 17. 1898-1899: John J, Cone, succède à M. Hayes. Il n’a été Chevalier que trois ans avant d’être élu Chevalier suprême. 18. Durant le mandat de M. Cone, les Chevaliers achetaient des bons de la défense nationale en appui à la Guerre hispano-américaine. Sous sa direction, les militaires ont continué d’être assurés.

8:56 AM

Page 25

22. février 1900: Les premières exemplifications au Quatrième degré ont lieu à New York, accueillant 1100 Chevaliers. Le 8 mai suivant, à Boston, 759 autres Chevaliers font leur degré.

23. 13 avril 1904: Plus de 10 000 Chevaliers et leurs familles participent à des cérémonies tenues à la Catholic University of America, de Washington, au cours desquelles un don de 55 633,79$ est offert à l’établissement pour la fondation d’une chaire d’histoire des États-Unis. Entre 1909 et 1913, les Chevaliers recueilleront 500 000$ en vue d’assurer un fonds à l’université. 24. 1909: On rapporte que 5000 Chevaliers sont à la rencontre de James A. Flaherty, à Philadelphie, à son arrivée à l’assemblée annuelle qui l’élira Chevalier suprême.

1910

19. 25 novembre 1897: Le premier conseil canadien — le conseil Montreal284 — reçoit sa charte. En 1905, l’Ordre est établi dans chacun des États américains, cinq provinces canadiennes, au Mexique, aux Philippines et s’apprête à faire son entrée à Porto Rico et à Cuba. 20. En 1898, écrivant dans Columbiad une année avant d’être élu Chevalier suprême, Edward L. Hearn déclare qu’un Chevalier devrait vivre selon les vertus de loyauté, de charité, de courtoisie et de modestie, et «dans l’abnégation et le respect des sentiments d’autrui».

19o0

21. Durant le mandat de M. Hearn, le programme d’assurance de l’Ordre est modernisé, grâce aux tables de mortalité et autres instruments tirés des assureurs commerciaux.

25. 1912: grâce à l’appui des Chevaliers, la Fontaine Columbus Memorial est inaugurée à Washington. Quelque 20 000 Chevaliers y participent. 26. Selon un journaliste du «Washington Star», la présence d’un grand nombre de Chevaliers «marque de nouveau l’important rôle que joue l’Ordre des Chevaliers de Colomb dans la société étatsunienne». 27. Composante d’une conspiration pour étendre le pouvoir du Saint-Siège, des dizaines de milliers d’exemplaires d’un «serment inventé» circulent dans le but de noircir les Chevaliers. En 1914, les Chevaliers jettent la base d’une série de conférences de programmes éducatifs pour combattre l’hostilité contre les catholiques.

28. Entre août 1914, lors de la mise en œuvre de la Commission sur les préjugés religieux de l’Ordre, et janvier 1917, lors de sa dissolution, le nombre de publications anticatholiques passe de 60 à moins de 5.

33. On institue également une école par correspondance pour aider les anciens combattants, où s’inscrivent 25 000 participants parmi lesquels plus de 400 bourses d’études sont décernées.

29. 1916: la Garde nationale est envoyée à la frontière entre le Mexique et les États-Unis afin d’empêcher le général mexicain Francisco «Pancho» Villa de razzier les villes du Nouveau-Mexique, de l’Arizona et du Texas, les conseils de Chevaliers de ces États répondent spontanément aux besoins religieux et sociaux des troupes

34. Entre 1917 et 1923, près de 400 000 hommes deviennent Chevaliers, à la suite du dévouement manifesté par l’Ordre durant la guerre

1920

30. Quand les États-Unis entrent en guerre en 1917, le Chevalier suprême Flaherty écrit au président Woodrow Wilson lui annonçant que l’Ordre pense d’établir des centres de «confort récréatif et spirituel», et que, ajoute-t-il, ces services seront offerts «sans distinction de foi». 31. À l’été de 1917, le comité des activités de guerre de l’ordre est bien opérationnel. Les Chevaliers établissent des centres de service, dits «tentes des Chevaliers», dans des périodes d’entraînement et derrière les zones de combat. Près de 30 millions $ sont recueillis par des Chevaliers et autres campagnes de souscription pour financer ces tentes.

32. La Première Guerre mondiale terminée, les Chevaliers organisent des programmes éducatifs, professionnels et d’emploi pour les anciens combattants. En 1920, plus de 50 000 élèves sont inscrits dans cent programmes éducatifs situés aux États-Unis et au Canada.

35. En août 1920, 235 Chevaliers prennent le bateau à New York pour la France. Ils sont accueillis à Paris par les autorités civiles et ecclésiastiques qui remercient l’Ordre pour son rôle durant la Première Guerre mondiale. À Metz, on dévoile une grande statue équestre du patriote français, Lafayette, financée par les Chevaliers. 36. La délégation de l’Ordre est reçue en audience privée par Benoît XV, le 28 août. Le Chevalier suprême déclare au pape que l’idéal des Chevalier est «tout centré sur le bien-être de l’Église». Il ajoute que les Chevaliers «se réclament de sa famille» et lui voue «l’amour et l’appui de l’Ordre, ainsi que toute l’énergie de notre virilité catholique». 37. En réponse à une demande du pape Benoît, les Chevaliers ouvrent l’Oratoire Saint-Pierre, le premier des centres récréatifs fondés par les Chevaliers pour les jeunes de Rome, établis entre 1924 et 1927.

38. L’œuvre antidiffamation de l’Ordre se poursuit après la Première Guerre mondiale. En effet, la commission historique publie la «Knights of Columbus Racial Contributions Series» en 1924, soit la publication de trois monographies traitant des con-

c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 23


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

tributions positives à la société états-unienne des noirs, des Juifs et des Allemands. 39. L’œuvre des Chevaliers auprès des jeunes de Rome suscite l’intérêt de plusieurs. Ainsi prend racine le programme des Écuyers colombiens. Barnabas McDonald, des Frères des écoles chrétiennes, renommé pour son travail auprès des orphelins et des jeunes délinquants, se concerte avec les Chevaliers et les Écuyers sont créés. 40. 1924: l’université de Notre-Dame (South Bend, Indiana) inaugure un programme de deuxième cycle de deux en «Boy Guidance» (counselling pour garçons), afin de former des Chevaliers et autres à œuvrer auprès des jeunes gens. 41. Août 1925: L’établissement du premier cercle des Écuyers colombiens a lieu, lors de la réunion du Conseil suprême, à Duluth, au Minnesota. 42. Septembre 1926: M. Flaherty, Chevalier suprême, et le Député Chevalier suprême, Martin H. Carmody et autres administrateurs rencontrent le président des États-Unis, Calvin Coolidge concernant la persécution de l’Église catholique au Mexique. 43. Les Chevaliers lancent une campagne d’information de 1 million $, afin d’influencer l’opinion états-unienne quant au besoin d’une position ferme contre les assauts du gouvernement mexicain contre l’Église. 44. L’Ordre publie et distribue plus de 5 millions d’exemplaires de diverses circulaires publiant des rapports de témoins oculaires de la persécution du Mexique.

1930

45. 1934 - 35: Les Chevaliers soumettent un projet de résolution au sénat états-unien, demandant une enquête sur la persécution. Il est rejeté.

24

8:57 AM

Page 26

46. 8 juillet 1935: Le Chevalier suprême M. Carmody et autres administrateurs des Chevaliers rencontrent le président Franklin D. Roosevelt concernant la situation au Mexique. En juin 1937, la tension entre le gouvernement mexicain et l’Église s’était atténuée. 47. 24 - 30 juin 1932: Semaine commémorative du 50e anniversaire de la fondation des Chevaliers. Parmi les faits saillants, le dévoilement, à Washington, d’une statue du cardinal James Gibbons, un des premiers sympathisants des Chevaliers, qui avait ordonné l’abbé McGivney.

des émissions parrainées par les Chevaliers qui affichaient des titres tels que Sauvegardes des États-Unis et Les fondements de notre idéal étatsunien. Un autre titre de 1948: L’avenir des États-Unis.

52. 13 septembre 1939: Moins de deux semaines après la déclaration de la guerre, les Chevaliers canadiens organisent un programme d’assistance sociale pour les militaires, semblable au programme des tentes organisé pendant la Première Guerre mondiale.

1950

1940

48. Durant la Semaine commémorative, plus de 400 conseils présentent une pièce en un acte sur la fondation des Chevaliers. 49. Janvier 1936: Inauguration du «Programme de progrès en cinq points», qui a pour objectif de fournir aux conseils le cadre de leurs activités.

53. De décembre 1939 à avril 1940, les Chevaliers canadiens recueillent près de 250 000$ pour secourir les troupes.

51. Répondant à une demande du pape Pie XII de prières pour la paix, les Chevaliers de Colomb parrainent un programme international de prières pour la paix, le Jour du souvenir, 1939, et une émission de radio de prières pour la paix, le 19 mai 1940.

59. 17 décembre 1953: Pour 2, 5 millions $, les Chevaliers de Colomb acquièrent le terrain sur lequel est construit le Yankee Stadium. À la nouvelle de cet achat par les Chevaliers, conseils et membres envoient des télégrammes de félicitations à New Haven.

54. 1945: John E. Swift est élu Chevalier suprême. Parmi ses premières initiatives, il autorise le financement de publicités pleine-page dans douze grands journaux étatsuniens et cinq canadiens, mettant en garde contre les dangers du communisme. 55. L’Ordre inaugure un fonds d’un million $ pour la scolarité d’enfants de membres morts durant la Deuxième Guerre mondiale, initiative qui deviendra le fonds de bourses d’études actuelles dans les établissements universitaires des États-Unis et du Canada.

50. 1936: Le cardinal Eugenio Pacelli visite le secrétariat central des Chevaliers de Colomb à New Haven. Il deviendra le pape Pie XII.

58. 1953: Luke E. Hart devient Chevalier suprême, le premier à déménager à New Haven pour remplir sont mandat, indice de la croissance des Chevaliers comme entreprise.

56. Décembre 1946: Les Chevaliers inaugurent leur Croisade pour la conservation et la promotion de l’idéal étatsunien. Des circulaires éducatives sur le communisme et les dangers du laïcisme sont publiées et distribuées, tandis que les conseils organisent des groupes d’échange sur le contenu des circulaires. En août 1948, il existe plus de 1300 de ces groupes. Comme «apôtres laïques» dans ces activités, les Chevaliers recrutent universitaires et séminaristes. 57. 1947: des centaines de stations de radio diffusaient

60. Un programme publicitaire catholique inauguré par les Chevaliers du Missouri durant les années 1940, est adopté par l’Ordre sur le plan national, durant le mandat de M. Hart. Les publicités incitaient le lecteur à en apprendre davantage sur l’enseignement catholique et s’adressant le Bureau de l’information religieuse, devenu depuis le Service d’information catholique. 61. Avril 1951: les Chevaliers votent pour la conservation sur microfilm de documents irremplaçables de la Bibliothèque du Vatican, certains remontant avant l’ère chrétienne et qui seront déposés à la bibliothèque de l’université de St. Louis, au Missouri. En 1956, au moment de l’ouverture de la filmothèque vaticane des

w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

Chevaliers de Colomb, à l’université de St. Louis, 9,5 millions de pages manuscrites ont été microfilmés et rendus disponibles aux chercheurs. 62. 1951 à 1954: L’Ordre mène la campagne pour ajouter l’expression «under God» (soumis à Dieu) dans le Serment d’allégeance. Le 14 juin 1954, Journée nationale du drapeau, le président Dwight D. Eisenhower signe la loi ordonnant l’insertion. 63. 20 novembre 1959: Jean XXIII visite un terrain de jeux de Rome financé par les Chevaliers.

64. 20 novembre 1959: Inauguration du sanctuaire national de l’ImmaculéeConception, à laquelle se démarque une garde d’honneur de plus de 1000 Chevaliers du Quatrième Degré. Les Chevaliers ont contribué 1 million $, à la construction du clocher de plus de cent mètres, au moyen d’une imposition de 1,25$ par personne, pendant cinq ans.

1960

65. 1963: Les Chevaliers financent l’installation d’un carillon de 56 cloches au sanctuaire national de Washington. 66. 11 octobre 1961: Le Chevalier suprême Luke E. Hart rend visite au président John F. Kennedy à la Maison-Blanche. M. Kennedy, Chevalier du Quatrième Degré, aurait accueilli M. Hart en disant: «Salut, chef». 67. Printemps 1963: M. Hart participe à une rencontre des responsables religieux à la Maison-Blanche sur des questions de droits civiques.

8:57 AM

Page 27

68. 1964: John W. McDevitt devient Chevalier suprême. Il se donne comme priorité de modifier la politique d’admission de l’Ordre en réplique à des accusations de discrimination. 69. Avril 1965: En collaboration, les Chevaliers et l’archidiocèse de Hartford parrainent une conférence sur les droits humains, à l’université Yale, de New Haven. Plus de 2000 personnes participent à ce colloque sur la justice interraciale. 70. Aux assemblées générales de 1965 et 1966, M. McDevitt aborde les moyens que prendraient les Chevaliers pour correspondre au Concile Vatican II qui convoque au renouvellement et à la réforme au sein de l’Église et de ses organismes. Les Chevaliers, affirme-t-il, se «démarqueraient par des marques de respect, d’hommage et de réaction pertinente», ainsi qu’en manifestant «un dynamisme disposé à s’adapter, explorer et agir».

d’un nouvel émetteur à ondes courtes offert par les Chevaliers. 75. L’édifice actuel du Conseil suprême s’achève en 1969. Ces quatre tours de 97 m évoquent la charité, l’unité, la fraternité et le patriotisme, les quatre piliers de l’idéal des Chevaliers. 76. 1969: Les Chevaliers contribuent 75 000$ au groupe de travail sur les problèmes urbains de la Conférence des évêques catholiques des ÉtatsUnis, qui étudie de la pauvreté et la discrimination.

1970

71. M. McDevitt préconise que, à la lumière de Vatican II, soit amélioré le rôle de la femme et de la famille au sein de l’Ordre, ainsi que la réforme des cérémonials. 72. 1967: En collaboration avec le John LaFarge Institute, de New York, les Chevaliers organisent des programmes pour la promotion de la justice sociale et d’approche œcuménique. Le père John LaFarge, jésuite, a été un des dirigeants du mouvement interracial catholique.

77. 1971: Les Chevaliers atteignent un sommet de 2 milliards $ d’assurance en vigueur. 78. 1975: L’Ordre accepte de financer les transmissions par liaison montante des importantes télédiffusions mondiales en provenance du Vatican. Cette émission, toujours en vigueur, touche aujourd’hui des milliards de téléspectateurs, lors de l’Eucharistie de minuit dans la basilique Saint-Pierre.

83. 1979: L’Ordre organise sa première heure sainte mariale. Des images de Notre Dame de Guadalupe circulent dans les conseils de l’Ordre. 84. 1979: En collaboration avec les évêques des États-Unis, les Chevaliers garantissent un emprunt du tournage d’un film lors de la première visite pastorale de Jean-Paul II aux ÉtatsUnis. 85. 7 octobre 1979: JeanPaul II reçoit les administrateurs et autres représentants de l’Ordre à la délégation apostolique des États-Unis, à Washington.

1980

79. 1977: Le Chevalier suprême Virgil C. Dechant inaugure son mandat par une visite au sanctuaire national de l’Immaculée-Conception, où il confia sa responsabilité à la Sainte Vierge Marie. 80. Lors de sa première audience privée suivant son élection, Jean-Paul I reçoit le Chevalier suprême Virgil Dechant et autres représentants des Chevaliers.

73. Les Chevaliers collaborent au financement de CARA (Center for Applied Research in the Apostolate), qui depuis sa création en 1964, a fait des recherches sociologiques sur l’Église. 74. 30 juin 1966: Le Chevalier suprême, John McDevitt visite le Centre de diffusion du Vatican, à l’occasion de la bénédiction par Paul VI

82. Lors de sa première audience privée suivant son élection, Jean-Paul I reçoit le Chevalier suprême Virgil Dechant et autres représentants des Chevaliers.

81. 1978: Chaque nouveau Chevalier du Premier degré reçoit un chapelet bénit par l’Aumônier suprême, pratique qui se poursuit encore aujourd’hui.

86. Les Chevaliers créent le fonds Father Michael J. McGivney de 1 million $ pour de nouvelles initiatives en éducation catholique, administré par la «National Catholic Educational Association» et dont les revenus servent encore aujourd’hui à financer des programmes pour la promotion des écoles catholiques.

87. 1981: Les Chevaliers créent le Fonds Vicarius Christi dont les revenus serviront aux charités personnelles du pape, et dont le premier chèque fut remis au cardinal Agostino Casaroli, secrétaire d’État du Vatican, lors de l’assemblée annuelle de 1982. 88. 1981 – 1984: L’église St. Mary, de New Haven, lieu de fondation de l’Ordre est rénovée par les Chevaliers. Elle est couronnée par un clocher de 54,5 m.

c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 25


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

89. 8 décembre 1981: Les restes mortels de l’abbé Michael J. McGivney sont exhumés du terrain familial du cimetière de Waterbury, au Connecticut, et la Journée du fondateur, 19 mars 1982, ils sont inhumés de nouveau en l’église St. Mary, de New Haven. 90. 1982: À compter de cette année, les Chevaliers établissent plusieurs fonds pour le financement d’études de prêtres et de séminaristes aux collèges pontificaux de Rome. Le capital de ces fonds a été augmenté au cours des années afin d’aider séminaristes et prêtres des États-Unis, du Canada, du Mexique et des Philippines. 91. 1981: À la demande de Jean-Paul II, l’Ordre assure l’impression des actes d’un colloque vatican sur les «Racines chrétiennes communes des pays d’Europe».

95. 1988: l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille inaugure son site nord-américain à Washington, grâce au financement des Chevaliers. Carl A. Anderson en sera le premier vice-président.

97. 1990: Les Chevaliers financent un atelier semestriel à l’intention des évêques des Amériques sur des questions de morale médicale.

1990

93. L’Ordre consent à garantir un prêt pour assurer la restauration de la façade de la basilique Saint-Pierre, sa première rénovation en 350 ans. D’autres innovations et réparations suivront, entre autres celles des chapelles des grottes souterraines.

26

Page 28

96. 1989: Le Fonds du bicentenaire de l’épiscopat des ÉtatsUnis est établi. Les bénéfices servent toujours à soutenir l’Univesrité catholique.

92. 1984: En reconnaissance de leur bénévolat, le président Ronald Reagan confère aux Chevaliers le prix présidentiel de l’action bénévole, dans cérémonie tenue à la MaisonBlanche.

94. 1988: Mère Teresa de Calcutta visite le secrétariat du Conseil suprême. Après l’impression des constitutions des Missionnaires de la charité, l’Ordre imprime encore aujourd’hui diverses fiches et prières de la communauté.

8:57 AM

98. 1992: Les Chevaliers fêtent le cinquième centenaire de l’évangélisation des Amériques. Des répliques de la Croix du Nouveau Monde présentée à Jean-Paul II lors de sa visite pastorale à SaintDomingue, en 1984, sont distribuées par les Chevaliers et utilisées dans les diocèses de l’Ordre au cours de soirées de prière soulignant le thème de l’évangélisation.

officiellement ouverte par l’archidiocèse de Hartford, avec le soutien des Chevaliers de Colomb et, pour promouvoir cette cause, les Amis de l’abbé McGivney sont créés. 102. En préparation du Grand Jubilé de l’année 2000, les Chevaliers se portent garants de la restauration de l’atrium Maderno de la basilique Saint-Pierre, de la Porte de l’Année sainte, par lesquels passeront des millions de pèlerins durant l’Année du Jubilé.

Colomb, morts martyrs durant la persécution de l’Église au début du 20e siècle. Depuis, deux autres prêtres Chevaliers ont été béatifiés. 105. Septembre 2000: Carl A. Anderson est nommé Chevalier suprême. Lors d’une cérémonie déroulée à la basilique Notre-Dame-deGuadalupe, à Mexico, il confie son administration à la Vierge Marie.

2000

99. 1992: Lors de la 110e Assemblée générale annuelle tenue à New York, Mère Teresa reçoit la première remise du prix «Gaudium et Spes», reconnaissant ses contributions à l’Église et au monde.

103. 1er avril 2000: Plus de 12 000 Chevaliers et des membres de leurs familles participent à l’Eucharistie de l’Année du Jubilé, à l’occasion du pèlerinage des Chevaliers de Colomb au Sanctuaire national. L’événement est également l’occasion de réciter le chapelet avec Jean-Paul II, par transmission satellite depuis Rome.

106. 9 mars 2001: Le musée des Chevaliers de Colomb ouvre ses portes à New Haven.

100. 1995: En collaboration avec le diocèse de Brooklyn, les Chevaliers de Colomb parrainent l’Eucharistie présidée par Jean-Paul II à Aqueduct. 101. Décembre 1997: La cause de canonisation de l’abbé Michael J. McGivney est

104. Mai 200o: Jean-Paul II canonise six prêtres mexicains membres des Chevaliers de

107. 12 septembre 2001: Après les attentats terroristes du 11 septembre, les Chevaliers créent le «Heroes Fund» de 1 million $. Une compensation de 3000$ est présentée aux familles de tous les membres d’organisme de police, de prévention des incendies et d’urgence médicale qui ont perdu la vie durant les efforts de secours et de récupération au World Trade Center et au

w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

Pentagone; 45 Chevaliers ont été tués le 11 septembre.

8:57 AM

Page 29

l’Ordre lors de l’Eucharistie et un programme patriotique tenus au sanctuaire national. Durant une cérémonie pour la paix, les cierges des participants sont allumés à partir d’une lampe à l’huile utilisée lors d’une rencontre de prière pour la paix convoquée par Jean-Paul II le 24 janvier, à Assises.

liers de personnes participent à une célébration eucharistique en plein air au Parc Grant à Chicago le 4 août 2005.

108. Novembre 2001: Les Chevaliers de Colomb reçoivent un hommage de la Path to Peace Foundation (Fondation du Chemin vers la Paix) qui leur confère le prix Champion of Peace (Prix de la Paix), lors d’une cérémonie qui a lieu à New York. Le prix est présenté par Mgr Renato R. Martino, nonce apostolique du Saint-Siège près les Nations unies.

117. Octobre 2004: Le bureau de direction de l’Ordre fait un pèlerinage en Pologne dans le cadre des célébrations du 25e anniversaire de l’élection de Jean-Paul II.

109. 10 février 2002: Parrainée par les Chevaliers de Colomb, la première Eucharistie, dite «Blue Mass», est célébrée à l’église St. Mary. 110. 25 mars 2002: La première Journée de l’enfant à naître des Chevaliers de Colomb est organisée en la fête de l’Annonciation. 111. 2002: L’Ordre établit le fonds de 2 millions $, intitulé Pacem in Terris, pour la promotion des initiatives de paix et de scolarisation en Terre Sainte et pour le secours de la communauté chrétienne qui y vit.

115. Mars 2003: 100 000 exemplaires d’un livre de prières, format de poche, publié par l’Ordre et l’archidiocèse des corps militaires des États-Unis sont envoyés aux troupes en Irak et en Afghanistan, ainsi que 10 000 chapelets.

114. Septembre 2002: Le premier anniversaire des assauts terroristes du 11 septembre 2001, est souligné par

118. En 2005, les Chevaliers établissent un partenariat avec la «Wheelchair Foundation» (Fondation du fauteuil roulant) qui envoie 2 000 fauteuils roulants aux victimes de mines et aux personnes handicapées en Afghanistan et ailleurs. 119. 2005: La Villa Maria Guadalupe, centre de retraites pour le respect de la vie créé par l’Ordre et administré par les Sisters of Life, est inauguré, à Stamford, au Connecticut. 120. En 2005, l’Ordre célèbre le 100 anniversaire de sa présence au Mexique et aux Philippines ; le Chevalier Suprême, M. Carl A. Anderson, voyage au Mexique et aux

112. 22 et 23 juin 2002: Le premier congrès eucharistique des Chevaliers de Colomb a lieu à la basilique du sanctuaire national de l’ImmaculéeConception, de Washington. 113. Juillet 2002: Les Chevaliers offrent 1 million $ à la Journée mondiale de la Jeunesse de Toronto.

soutien des rapports entre musulmans, juifs et chrétiens. Sont présents au «Concert de la réconciliation», entre autres, l’ancien rabbin-chef de Rome et un imam de la mosquée de Rome.

116. 17 janvier 2004: Les Chevaliers financent un concert tenu au Vatican à l’occasion du 25e anniversaire de l’élection du pape Jean-Paul II, ainsi que son

122. Pour encourager la dévotion aux saints mexicains des Chevaliers de Colomb l’Ordre parraine un pèlerinage de leurs reliques dans des communautés à travers le Mexique et les États-Unis. 123. 2006: En une première expansion internationale en cent ans, l’Ordre inaugure ses premiers conseils en Pologne. 124. 2006: À la suite de l’ouragan Katrina qui a ravagé la région du golfe du Mexique, les Chevaliers recueillent et distribuent près de 10 millions $ pour aider à reconstruire des écoles et des églises catholiques.

125. Le 5 décembre, le premier ministre canadien Stephen Harper a accueilli le Chevalier suprême Carl A. Anderson et le député Chevalier suprême Dennis A. Savoie à son bureau d’Ottawa. Philippines (voir par-dessus) pour participer aux célébrations. C’était la première fois que les hauts dirigeants de l’Ordre rencontraient ainsi le chef du 121. Après le troisième Congrès Eucharistique, des mil- gouvernement canadien. ■

c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 27


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:57 AM

Page 30

LA CHEVALERIE AU FIL DES ANNÉES Depuis 1892, la revue «Columbia» et «Le Columbiad», la revue qui l’a précédée publie des rapports des unités C de C sur leurs programmes d’œuvres de bienfaisance et leur action communautaire. Voici un tour d’horizon des Chevaliers à l’œuvre au fil des années.

Avant 1920

Le conseil Lexington (Massachusetts) 94, organise une soirée sociale dansante au Lyceum Hall. Un grand nombre d’amis des organisateurs venu de l’extérieur y participait. (Juin – juillet 1895) Le conseil Columbus 126, de Brooklyn inaugure une série de conférences et de débats le 24 mars, dont la première porte sur la «Fraternité pratique» et est suivie d’une discussion sur la violence à Cuba. (Mars 1896)

1920

Les Chevaliers de l’État de New York, en collaboration avec le Conseil suprême, établit une colonie de vacances pour garçons à Monroe. Au cours de l’été, plus de 1000 participants jouissent des installations de loisirs et rencontrent l’aumônier de la colonie pour leurs besoins spirituels. (Juillet 1925) John R. Sears et Richard O’Hara — les deux anciens combattants de la Guerre de Sécession — deviennent membres du conseil Lt. John J. Galvin, de Greenfield, Massachusetts, le 17 janvier 1928. M. Sears, 83 ans, était du 11e corps d’infanterie du Vermont, tandis que M. O’Hara, 82 ans, était du 52e régiment du Massachusetts. Quand on demande à savoir pourquoi aucun d’eux n’est jamais devenu Chevalier, ils répondent: «Parce que personne ne nous l’a jamais demandé». (Mars 1928)

28

1930

Daniel J. McLean, membre du conseil 90, de Holyoke (Massachusetts) est lauréat de la médaille Walter Scott, pour bravoure lors d’un incendie. La médaille a été décernée au Chef pompier adjoint McLean pour sa conduite le 16 décembre 1931, alors qu’il transporta une vieille dame d’un appartement balayé par les flammes. (Janvier 1933) L’assemblée Bishop Henri, de Milwaukee, met sur pied un fonds de bourses d’études pour les séminaristes du St. Francis Seminary. Le fonds, d’une somme de 5000 $, sert à aider les séminaristes à la prêtrise incapables de payer leur scolarité. [NDLR: L’assemblée Bishop Henri poursuit toujours son appui au St. Francis Seminary encore aujourd’hui, grâce au programme RSVP.] (Février 1935)

A

B

1940

Le conseil Lt. Willibald Bianchi, du conseil St. Patrick 1076, de New Ulm, Minnesota, reçoit la Médaille d’honneur du Congrès, pour ses gestes héroïques comme membre des forces du général MacArthur aux Philippines. (Avril 1942) Le conseil Trinity 445, de Beacon, État de New York, envoie plus de 7000 colis aux femmes et aux hommes de leur région qui servent dans la Deuxième Guerre mondiale, dont certains contiennent 1000 cadeaux de

C

D A: Des membres du conseil de Nashville (Tennessee) 544, astiquent l’extérieur de l’église St. Rose of Lima. (Avril 1973) B: Les membres du conseil Immaculate Conception 3320, de Fort Erie, Ontario, amusent les enfants, lors d’un déjeuner communion. (Janvier 1966) C: Le conseil San Antonio (Texas) 786, parraine une soirée musicale pour les anciens combattants de la Première Guerre mondiale, à l’hôpital d’anciens combattants. (Avril 1943) D: Le conseil Father Timothy Werner 2860, de Cut Bank, Montana, offre au shérif T. Connelly, de Toole County, une bible à l’usage des détenus. (Février 1955)

w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:57 AM

Page 31

Noël. Le conseil avait placé des barils un peu partout dans la ville dans lesquels on pouvait déposer divers objets. (Février 1944)

A

B

1950

Le député d’état du Massachusetts, Daniel J. Fitzgerald, présente un chèque de 2000$ à Mgr John J. Wright, de Worcester, afin de venir en aide aux victimes d’une tornade. La somme servira également à la reconstruction du Collège de l’Assomption, endommagé par la tempête. (Août 1953). Frank M. Gersz, membre du conseil municipal de New Haven et ancien grand Chevalier du conseil San Salvador 1, réussit à faire passer une loi modifiant le nom de Union Avenue à Columbus Plaza, où se trouve le nouvel édifice du Conseil suprême, l’un des plus importants de New Haven. (Mai 1954)

1960 C

D A: Le grand Chevalier Maurice Sanchez, d’Albuquerque, Nouveau-Mexique 641, remet à Mgr Edwin V. Byrne, archevêque de Santa Fe une Studebaker neuve. (Septembre 1949) B: Des membres du conseil Santa Quiteria 8751, de Calcoocan City, Luzon, se chargent d’un camion publicitaire pour inciter les gens à voter dans la présidentielle de 1986. (Juillet 1986) C: Le conseil Nuestra Señora del Rosario de Fatima 9411, de Mexico Northwest, participe à la construction d’une école dans la Baja californienne. (Mars 1992) D: L’abbé Joseph V. Kerr, aumônier du conseil San Salvador 299, de Perth Amboy, New Jersey, bénit le parc de camions d’incendie de la municipalité. (Décembre 1961)

Le conseil d’état de Porto Rico entreprend la construction d’une nouvelle chapelle et d’un nouveau séminaire à Ponce. (Mai 1962) Le député d’état de l’Arkansas, Bernard I. Foulke a mis sur pied un comité pour aider la mission mexicaine de l’abbé John Manchino, prêtre du diocèse de Little Rock, qui œuvre à Morelia et a l’intention d’établir une église permanente et un dispensaire à Cauplin. (Janvier 1968)

1970

Le conseil de North Scranton (Pennsylvanie) 6056 offre des jouets et des vêtements à la marine étatsunienne pour distribution aux orphelins du Viet Nam. (Mai 1971)

Le conseil Mgr. Andrew K. Gwynn 1668, de Greenville, Caroline du Sud, remet un atomiseur ultrasonique à la Cystic Fibrosis Clinic, à l’hôpital général de Greenville. Cet appareil très sophistiqué facilite la respiration des patients atteints de fibrose kystique. (Juin 1972)

1980

Les Chevaliers de l’Ontario offrent 100 000$ à la bibliothèque du St. Peter’s Seminary. Les fonds serviront à l’ajout d’une aile de 372 m2 qui logera les bureaux de la bibliothèque et servira de nouvelle section des volumes et des périodiques. (Février 1985) Le conseil de Norwood (Masschusetts) 252, fait don de 600$ pour la reconstruction d’un temple juif local détruit par un incendie. (Août 1988)

1990

Afin d’éviter des accidents aux piétons et aux automobilistes, le conseil de Munkayan (Luzon) fait installer des panneaux de circulation automobile dans des secteurs congestionnés de la ville. (Novembre 1993) L’assemblée Archbishop Michael J. Curley, de College Park (Maryland) produit des émissions de télévision sur l’avortement, le contrôle des naissances et la persécution des catholiques et des chrétiens, pour diffusion à des stations du Maryland, de la Virginie et de Washington. Les émissions d’une demi-heure ont été produites dans une station de câblo-distribution locale et contiennent des entrevues avec des personnalités bien connues de la région. (Mai 1996)

c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 29


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:57 AM

Page 32

SONDAGE DU 125e ANNIVERSAIRE

EN RÉSUMÉ

Les Chevaliers de Colomb respectent la vision que nourrissait pour eux l’abbé McGivney. D’accord

91% Pas d’accord

9% Au cours de ma vie comme catholique, les Chevaliers de Colomb ont été... Extrêmement utiles; ils m’ont aidé à approfondir ma foi et à devenir un catholique plus engagé.

66% Plutôt utiles; ils ont enrichi ma vie en tant que catholique.

34% Plutôt défavorables; ils n’ont eu que peu d’influence sur ma vie en tant que catholique.

0% Extrêmement défavorables; je regrette de m’être joint à eux.

0%

30

Les Grands Chevaliers dont les Conseils ont remporté un prix «Double Étoile» en 2005-2006 ont répondu au sondage d’opinion ci-dessous. Nous publions ici le compte rendu de leurs réponses.

Les Chevaliers de Colomb devraient être davantage connus pour...

Former les responsables à l’échelle des Conseils et des districts

Notre appui à l’Église (pape, évêques, prêtres, écoles, etc.)

Accroître l’implantation de l’Ordre à l’échelle internationale

18% Notre appui aux programmes bénéficiant aux personnes souffrant d’un handicap intellectuel (Jeux olympiques spéciaux, l’organisation ARC, etc.)

12% Notre appui aux vocations sacerdotales (bourses d’études, RSVP, etc.)

10% Notre programme d’assurances et autres avantages fraternels

0% Tout ce qui précède

60% Quel est le plus important défi que doivent relever les Chevaliers de Colomb, aujourd’hui?

14%

8% Si vous pouviez rencontrer un Chevalier qui a fait l’histoire, ce serait... L’abbé McGivney

76%

Au cours des cinq dernières années, quelle réalisation des Chevaliers vous a rendu le plus fier? Notre fonds de 1 million $ pour les héros, en réponse aux attentats du 11 septembre

31% Notre action par suite des ouragans Katrina et Rita

21%

10%

L’ouverture de la cause pour la canonisation de l’abbé McGivney

John F. Kennedy

15%

12%

Notre première expansion internationale en plus de 100 ans avec l’ouverture de nouveaux Conseils en Pologne

Babe Ruth

Autre

2% De quoi êtes-vous le plus fier, comme Chevalier? Notre appui envers l’Église

21% Notre programme d’assurance-vie

13% Je détiens une police d’assurance des C de C Oui

76% Non

24%

19%

Attirer plus de membres et des membres plus jeunes

34%

J’ai recruté un nouveau membre dans la dernière année Oui

Mon Conseil local

87%

78%

26%

Non

Notre œuvre caritative et notre bénévolat

13% w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:57 AM

Page 33

CADEAUX ET ARTICLES DE PROMOTION • MARS 2007 Control No.

State Code

A D M I N I ST R AT I O N

Promotional and Gift Department 78 Meadow Street New Haven CT 06519-1759 Libeller chèques ou mandats à: CONSEIL SUPRÊME DES C DE C US $ — Comptant seulement États-Unis et Canada seulement

A

B PG-540

PG-774, 775, 776, 777

D Qnt.

Write: The English Company Inc. PO Box 1492, 2986 Navajo Street Yorktown Heights, NY 10598 www.kofcsupplies.com — FREE CATALOG

RUE

Call Toll Free 888-548-3890 Write: Lynch and Kelly Inc. 23 Devereux Street, PO Box 342 Utica, NY 13503 32-PAGE CATALOG AVAILABLE

TÉLÉPHONE

PG-656

Call Toll Free 800-444-5632

FOR COUNCIL EQUIPMENT, ROBES Capes, Chapeaux, Fourth Degree Items

CODE POSTAL

PG-679

FOR FULL LINE OF K OF C SUPPLIES Capes, Chapeaux, Swords, Flags, Plaques

NOM

VILLE/PROVINCE

C

K OF C SUPPLIES Available from the Following Designated Official Suppliers

No-article

Prix pièce

TOTAL

FOR FOURTH DEGREE TUXEDOS APPROVED K OF C DRESS CODE—$199

Why Rent? Call Toll Free 800-289-2889

Write: Chilbert & Co. 1001 4th Avenue Coraopolis, PA 15108-1603 www.chilbert.com — FREE CATALOG

OFFICIAL MARCH 1, 2007 F

E PG-443

TRANSPORT ET MANUTENTION

PG-444

A. BLOUSON KAKI WINDWARD Mélange microfibre-polyester légère; hydrofuge. Commander selon la taille: PG-774 (M), PG-775 (G), PG-776 (XG), PG-777 (XXG). . . . . . . . . . . . . . 40 $

$7

CANADA, AJOUTER TPS 6% NB, T-N, N-É, AJOUTER 14% TPS, TVO

Chq./mandat-no et montant

B. CALCULATRICE Alimentée par pile, clavier en relief et enveloppe rigide, emblème CdeC sérigraphique PG-540 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 $ C. SAC RANGE-TOUT Toile polyester, hydrofuge, dim. 40 cm x 29 cm x 12,7 cm. PG-679 . . . 30 $ D. CRUCIFIX EN NOYER Crucifix 30 cm, corpus 12,7 cm; emblème CdeC à la base. Corpus comme celui de la crosse de Benoît XVI. PG-656 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22,50 $ E. CHAPELET « DE LUXE » - MESSIEURS Noir 48,2 cm, grains ronds de bois tourné, boîtecadeau. PG-443 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 $ F. CHAPELET « DE LUXE » - DAMES Grains de cristal, taille diamants 55,8 cm PG-444 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 $

Carte de crédit - fax seul. - 1-800-266-6340 NE PAS POSTER COMMANDE M.C. ❑ VISA ❑

Expiration: mois

Signature

RENSEIGNEMENTS CARTE CRÉDIT

NOM RUE VILLE

PROVINCE

CODE POSTAL TÉLÉPHONE - JOUR NO (

Joignez les Amis de l’abbé McGivney

)

(ÉCRIRE EN LETTRES D’IMPRIMERIE, S.V.P.)

Si vous et votre famille n’êtes pas membres de les Amis de l’abbé McGivney complétez le bulletin-résponse et postez le à:

NOM

The Father McGivney Guild Knights of Columbus 1 Columbus Plaza New Haven, CT 06510-3326

VILLE

www.fathermcgivney.org.

année

To owners of Knights of Columbus insurance policies and persons responsible for payment of premiums on such policies: Notice is hereby given that in accordance with the provisions of Section 84 of the Laws of the Order, payment of insurance premiums due on a monthly basis to the Knights of Columbus by check made payable to Knights of Columbus and mailed to same at PO Box 1492, NEW HAVEN, CT 06506-1492, before the expiration of the grace period set forth in the policy. In Canada: Knights of Columbus, CASE POSTALE 935, Station d’Armes, Montréal, PQ H2Y 3J4 ALL MANUSCRIPTS, PHOTOS, ARTWORK, EDITORIAL MATTER, AND ADVERTISING INQUIRIES SHOULD BE MAILED TO: COLUMBIA, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901. REJECTED MATERIAL WILL BE RETURNED IF ACCOMPANIED BY A SELF-ADDRESSED ENVELOPE AND RETURN POSTAGE. PURCHASED MATERIAL WILL NOT BE RETURNED. COLUMBIA (ISSN 0010-1869) IS PUBLISHED MONTHLY BY THE KNIGHTS OF COLUMBUS, 1 COLUMBUS PLAZA, NEW HAVEN, CT 06510-3326. PHONE: 203-752-4000. INTERNET: http://www.kofc.org. PRODUCED IN USA. COPYRIGHT © 2007 BY KNIGHTS OF COLUMBUS. ALL RIGHTS RESERVED. REPRODUCTION IN WHOLE OR IN PART WITHOUT PERMISSION IS PROHIBITED. PERIODICALS POSTAGE PAID AT NEW HAVEN, CT AND ADDITIONAL MAILING OFFICES. POSTMASTER: SEND ADDRESS CHANGES TO COLUMBIA, MEMBERSHIP DEPARTMENT, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 06507-0901. CANADIAN POSTMASTER—THIRD-CLASS POSTAGE IS PAID AT WINNIPEG, MB, PERMIT NO. 01000926 99. IN CANADA, SEND RETURN COPIES TO KNIGHTS OF COLUMBUS, 505 IROQUOIS SHORE ROAD, #11, OAKVILLE, ON L6H 2R3. CANADIAN TAX REGISTRATION NO. R104098900. CANADA POST PUBLICATION AGREEMENT NUMBER 1473549. PHILIPPINES—FOR PHILIPPINES SECOND-CLASS MAIL AT THE MANILA CENTRAL POST OFFICE. SEND RETURN COPIES TO KCFAPI, FRATERNAL SERVICES DEPARTMENT, PO BOX 1511, MANILA. SUBSCRIPTION RATES—IN THE UNITED STATES: 1 YEAR, $6; 2 YEARS, $11; 3 YEARS, $15. FOR OTHER COUNTRIES ADD $2 PER YEAR. EXCEPT FOR CANADIAN SUBSCRIPTIONS, PAYMENT MUST BE MADE IN U.S. CURRENCY. SEND ORDERS AND CHECKS TO: ACCOUNTING DEPARTMENT, PO BOX 1670, NEW HAVEN, CT 065070901. OPINIONS BY WRITERS ARE THEIR OWN AND DO NOT NECESSARILY REPRESENT THE VIEWS OF THE KNIGHTS OF COLUMBUS.

ADDRESSE PROVINCE/PAYS

CODE POSTAL

Les membres de les Amis de l’abbé McGivney reçoivent un bulletin à tous les deux mois sur les détails de la cause, une carte de prière spéciale, et tout autre matériel à mesure qu’il se développe. Les membres peuvent également y déposer leurs intentions de prières et Messes au directeur de les Amis de l’abbé McGivney. Etre membre des C. de C. ne vous rend pas automatiquement un membre des les Amis.

3/07

c o l u m b i a / m a r s 2 0 0 7 31


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:57 AM

Page 34

L’Ordre En Images

A D G B E H

F C A

Grâce à des dons de 5000$ chacun accordés par le conseil d’état du Connecticut, des étudiants de la Western Connecticut State University, de Danbury, (que l’on aperçoit sur le toit d’une nouvelle maison qu’ils ont aidé à construire) et de la Sacred Heart University, de Farifield, se sont rendus à divers moments durant le semestre du printemps sur la côte du Golfe du Mexique au Mississippi, pour porter secours au gens dans l’après Katrina.

B

La paroisse St. Martin of Porres, d’Alton, Texas, a parrainé, dans le défilé du Vendredi saint, un char allégorique pour le respect de la vie représentant le Chemin de la Croix. Derrière le char on voit défiler des paroissiens et des membres du conseil St. Martin of Porres, 11840, du cercle St. Michael 4560, et de l’assemblée Bishop Garriga, de Mission.

C

Le conseil Pope John XXIII 1696, de Whiting, Indiana, a prêté une armure à la bibliothèque publique locale, durant la session de lecture estivale pour enfants, intitulée: «Once Upon a Time» (Il était une fois).

32

D

Des membres du conseil Sacred Heart 12537, de Southport, Caroline du Nord, ont agi comme bénévoles aux Olympiques spéciaux de Brunswick County, tenus à la South Brunswick High School. Le conseil a aussi remis 2000$, produits de sa campagne annuelle au profit des gens atteints de déficiences intellectuelles, et cela à la coordonnatrice des Olympiques spéciaux, Anita Dwyer.

E

Des membres du conseil Mantua (Ohio) 3766, photographiés avec des membres de la Children of Uganda Tour of Light, lors de leur spectacle à Cleveland. Le conseil avait promis de fournir à la troupe 300$ en nourriture, fournissant à tous les membres, trois lunches et deux soupers.

F

Le conseil San Narciso 8584, de Cebu City, Visayas, se sont portés bénévoles lors d’une activité communautaire de plantation d’arbres contre l’érosion, au site du bassin hydrologique de Metro Cebu. Trente-six Chevaliers et des membres de leurs familles y ont participé.

G

Rena Gonzales, élève du Bishop Noll Institute, accepte un don d’un automobiliste durant une collecte de fonds organisée par le

I conseil Msgr. James F. Connelly 1700. de East Chicago. Plusieurs élèves de l’institut ont aidé le conseil durant sa collecte de fonds annuelle au projet de gens atteints de déficiences intellectuelles.

H

L’assemblée Msgr. Joseph M. Denning, de Marion, Ohio, fournit une garde d’honneur lors de la cérémonie pour un arbre planté en l’honneur de Sister Dorothy Stang, assassinée par les hommes armés en février 2005, alors qu’elle oeuvrait parmi les pauvres de la région amazonienne du Brésil. La cérémonie eut lieu à la maison provinciale des Sœurs de Notre-Dame-de-Namur, à Cincinnati. Y participaient également des membres du conseil Marysville 5534.

I

Des membres de l’assemblée Francis Cardinal Spellman, de Lecanto, Floride, remettent un chèque de 5000$ à Lou Whittaker, directeur de l’école Pope John Paul II pour aide aux frais de scolarité des élèves. Cette somme a été recueillie au bal de charité de l’assemblée.

w w w. ko f c .o r g


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:57 AM

Page 35

de

®

CHEVALIERS

DE COLOMB

Au service de Un. Au service de tous.

Des membres du conseil St. Hubert 11357, de Langley, État de Washington, devant leur étalage de pommes de terre lors d’une activité de mise en sac à la paroisse St. Mary, de Anacortes. Les Chevaliers et leurs familles ont ramassé et mis en sac cinq tonnes de pommes de terre qui furent distribuées aux banques alimentaires et cuisines de dépannage de la région.

Construire un monde meilleur un conseil à la fois. Chaque jour, les Chevaliers de partout dans le monde ont la possibilité de faire une différence. Que se soit à travers le service à la communauté, la collecte de fonds ou la prière. Nous célébrons chaque et tout Chevalier pour sa force, sa compassion, et son dévouement à vouloir construire une monde meilleur.

Envoyez-nous les photos de votre conseil pour la rubrique “Chevaliers à l’œuvre”. Les photos peuvent être envoyées par courriel à columbia@kofc.org oubien à Columbia, 1 Columbus Plaza, New Haven, CT 06510-3326.


March 07 Columbia (F) all

2/15/07

8:57 AM

Page 36

GARDER LA FOI VIVANTE. Ceux et celles qui se discernent une vocation à la vie consacrée comptent sur les prières des autres. Veuillez faire

de

©

tout ce que vous pouvez pour promouvoir l’appel que des hommes et des femmes reçoivent du Seigneur à vivre une vie consacrée à son service.

« C’est la liberté avec laquelle je peux servir les pauvres du Seigneur dans la vie religieuse, qui fait ma plus grande joie. » J’AI ÉTÉ ÉLEVÉ DANS UNE FAMILLE CATHOLIQUE FERVENTE, EN COMPAGNIE DE DIX FRÈRES ET SŒURS. Je me souviens,

enfant, d’une vie familiale intime et joyeuse. Notre foi imprégnait le grand nombre de nos années de formation. Mes années au primaire se sont passées avec les Sœurs de l’Immaculée Conception qui souvent nous parlaient des Œuvres de miséricorde corporelles. Les religieuses témoignaient de l’Évangile, et leur exemple ne faisait que renforcer en moi les valeurs de mes parents. Durant la vingtaine, je me suis engagé dans le conseil de pastorale de ma paroisse et la Société Saint-Vincent-de-Paul. À 27 ans, je suis entré chez les Chevaliers de Colomb. Ce qui m’attira chez les Chevaliers, c’est l’héritage de l’abbé McGivney—son insistance sur l’engagement spirituel et le service des démunis.

J’ai été grand Chevalier de mon conseil et fait partie de la garde d'honneur de l’assemblée Fr. Tomko, de Bridgeport, en Pennsylvanie. Mon cheminement avec les Chevaliers m’a amené à faire du bénévolat à l’hospice St. John, à Philadelphie et c’est là que j’ai fait connaissance des Brothers of the Good Shepherd (Frères du Bon Pasteur) qui formaient le personnel de l’hospice. Quelques années plus tard, je suis entré dans leur communauté à Alberquerque, au NouveauMexique où j’ai fait profession religieuse en octobre 2003. C’est la liberté avec laquelle je peux servir les pauvres du Seigneur dans la vie religieuse, qui fait ma plus grande joie. Actuellement, je suis directeur des vocations de ma commnauté. J’encouragerais fermement quiconque se sent appelé à la vie religieuse de courir le risque de s’y engager. Il n’y a rien à perdre et tout à gagner.

Brother Charles T. Schreiner Little Brothers of the Good Shepherd Albuquerque, New Mexico

WWW.KOFC.ORG WWW.KOFC.ORG PM40063106

Columbia mars 2007  

Columbia - mars 2007 - CHEVALIERS DE COLOMB — ÉDITION FRANÇAISE

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you