Page 1

Magazine

Famille Comment choisir le

bon chien pour votre famille?

Comportement fĂŠlin

Les sept manières de faire sourire votre chat

Test Quelle personnalitĂŠ de chat avez-vous?


FRANCHISES DISPONIBLES UNE FRANCHISE PAS COMME LES AUTRES ANIMO ETC offre un concept de franchise unique au Québec qui se spécialise dans la vente de nourriture et d’accessoires pour animaux de toutes sortes en offrant à sa clientèle toutes les marques reconnues sous un même toit. De plus, nos franchisés ajoutent dans leurs magasins une dimension unique et profitable: le toilettage.

1-855-902-6460

franchise@animoetc.com • www.animoetc.com/franchise


Magazine

RÉDACTION Éditeur-fondateur 9317 5396 Québec inc. 175, rue Louis-Hébert, suite C Mascouche (Qc) J7K 3C1 Publicité Guillaume Racine 450 474-4240, poste 260 guillaume@groupeatrium.com Publié par Animo etc Révision Denis Dionne PRODUCTION Impression Imprimerie Lanctôt Distribution kiosque Messageries Dynamiques

Parution: décembre 2016 Retourner toute correspondance ne pouvant être livrée au Canada à: Magazine Animo etc 175, rue Louis-Hébert Mascouche (Qc) J7K 0R5 © Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction sous quelque forme que ce soit, réservés. Les articles ne peuvent être reproduits, en partie ou en totalité, qu'après autorisation écrite de l'éditeur, et avec la mention du Magazine Animo etc.

SORTIE DU PROCHAIN NUMÉRO: JUIN 2017

4

L’agressivité chez le chien

Pour prévenir l’agressivité chez le chien, il est essentiel d’en connaître le fonctionnement

8 10

Entrevue

12

Chat de race

14 16 19 20 22

Comportement félin

24 26

Alimentation

32 34 36 38 40 42 44 46

Comportement humain

Entrevue avec une franchisée d'Animo etc

Chien de race

Le Shar-Peï est une race de chien très ancienne qui aurait vu le jour dans les régions côtières de la Chine du Sud Le Bengal résulte du croisement entre un chat domestique et le Chat léopard Les sept manières de faire sourire votre chat

Toilettage

Comment laver votre chien correctement

Vétérinaire Joyeux Noël fiston!

Soins

Comment soigner les petites blessures temporairement

Comportement

Le grondement n’est pas nécessairement une mauvaise chose! L'alimentation crue, un élément clé pour la santé!

Rongeur

L’Octodon! Beaucoup plus petit que le Chinchilla, il est très curieux et très affectueux. Les choses que les humains font qui énervent leurs chiens!

Jeux

Éviter les malentendus avec son chat : jeux et caresses

Voyage

Voyager avec son chien

Test

Quelle personnalité de chat avez-vous?

Famille

Comment choisir le bon chien pour votre famille.

Produits

Un petit cadeau de Noël pour votre compagnon favori!

Odorat

Le maître des odeurs

Concours Facebook

Le grand gagnant du concours photo


4

DOSSIER SPÉCIAL

L’agressivité chez le chien Par Stephan Mairesse

L’agressivité chez le chien n’est que très rarement imprévisible. Pour la prévenir, il est essentiel d’en connaître le fonctionnement. Qu’est-ce que l’agressivité chez le chien?

Qui est agressé par un chien, et pourquoi?

Il faut toujours avoir à l’esprit que l’agressivité fait partie du mode de communication chez le chien. Tous les chiens peuvent mordre un jour ou l’autre. Un qui n’a jamais mordu pourrait le faire un jour et un autre qui a déjà mordu pourrait ne jamais mordre de nouveau, comme il pourrait recommencer.

Une large partie des agressions est dirigée vers la famille et l’entourage proche, il s’agit des agressions liées au statut hiérarchique que l’on a accordé au chien ou à la place à laquelle celui-ci veut accéder. Un chien se servira de l’agressivité pour contrôler ce qui lui donne du pouvoir, et le pouvoir reste sa quête principale, d’autant plus qu’il n’a plus besoin de se soucier de ses repas, ce qui à l’état sauvage lui prenait pas mal d’énergie, et il devait en conserver pour chasser. Un chien va donc mordre pour défendre son statut ou pour en prendre un nouveau.

La raison pour laquelle certains chiens se montrent très agressifs, alors que d’autres ne semblent absolument pas pouvoir l’être, s’explique, notamment, par ce que l’on appelle le seuil de tolérance. Il s’agit de ce que le chien peut supporter, dans l’absolu, mais aussi du point de vue de la remise en question de son rang hiérarchique. Par exemple, un chien qui a peu de tempérament passera à l’agressivité après avoir été bousculé 50 fois, alors qu’un chien à fort tempérament se servira de l’agressivité à la première bousculade. L’agressivité n’est pas antinomique avec la sociabilité. Des chiens très sociables peuvent se montrer très agressifs. La sociabilité se définit comme la capacité à pouvoir communiquer, et puisque l’agressivité fait partie intégrante de la communication chez cette espèce, un chien agressif n’est pas un chien asocial. L’agressivité n’est pas une fin en soi, mais un moyen. Un moyen de conserver ou d’acquérir un statut social. À ce titre, l’agressivité a une fonction sociale, celle de maintenir une cohésion au sein de la meute. Elle sert à se défendre en cas de peur ou lorsqu’un chien est blessé ou qu’il se sent diminué. Elle est utilisée pour attraper une proie, ce que l’on appelle l’instinct de prédation. Cet instinct est présent chez tous les chiens, mais plus ou moins fortement. L’agressivité sert également à défendre son territoire. L’agressivité sert donc à régler un conflit hiérarchique, à se défendre, à défendre son territoire et à maîtriser ou tuer une proie.

Après leurs premières chaleurs, les femelles entrent de façon soudaine dans une hiérarchie d’adulte. Elles se mettront donc à défendre le statut hiérarchique qu’elles pensent avoir acquis ou à agresser pour accéder à un nouveau statut. Il y a un niveau maximum d’agressivité chez les femelles après les premières chaleurs. Chez les mâles, les tentatives d’affirmation sont beaucoup plus progressives. Elles arrivent à plusieurs moments qui correspondent à des montées de testostérone. Et à la maturité sociale entre un an et deux ans, le chien défendra avec plus d’acharnement le statut qu’il aura acquis. Ce statut est défini par les places qu’il occupe sur le territoire, par l’endroit et l’ordre qu’il occupe pour manger, par l’initiative qu’il prend ou non des contacts physiques et par la sexualité. Chez vous, les visiteurs qui entrent ou les passants peuvent être victimes de l’agressivité de votre chien, parce que celui-ci défend son territoire. Les personnes que votre animal croisera en promenade, surtout les joggeurs, les cyclistes du fait de leurs rapides déplacements, ont tendance à réveiller l’instinct de prédation chez le chien. Le vôtre pourrait leur courir après et même les mordre pour attraper ce qu’il considère comme une proie.

Les enfants sont souvent les victimes des morsures de chien à deux périodes sensibles. La première, lorsque l’enfant se déplace seul, et la deuxième à la puberté. Une étude menée par le Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes démontre bien ceci. Tous âges confondus, les morsures dirigées vers les enfants de moins d’un an représentent 6,5 % des morsures, et ce pourcentage grimpe à 22,1  % pour la tranche des 2-4 ans. Pour les 10-14 ans, ce pourcentage est à peu près similaire, puisqu’il est de 23,6 %, mais chute à 5,3 % pour les 15-19 ans. Les enfants qui acquièrent la motricité explorent l’univers qu’ils ont pu observer pendant de longs mois, et le chien en fait partie. Ils saisissent les objets et voudront saisir le chien et même monter sur lui dans un élan de découverte. Le chien pourrait alors être agressif pour repousser un contact désagréable ou pour soumettre un enfant. L’animal à fort tempérament n’acceptera pas toujours, pour des raisons hiérarchiques, un contact initié par un chiot ou que le chiot mette une partie de son corps au-dessus de l’une des siennes (ce qui est perçu comme de la domination) et se servira de l’agressivité pour imposer des limites. L’attitude d’un chien est la même que ce soit un chiot ou un enfant. Les bagarres sont fréquentes chez l’espèce canine. Deux chiens cherchant la domination se bagarreront jusqu’à ce que l’un des deux se soumette, ce qui peut parfois mener assez loin. Par contre, dès qu’un chien se soumet, la bagarre doit s’arrêter aussitôt. Un dominant agressera un subordonné pour le rappeler à l’ordre. Un dominé agressera un dominant pour lui prendre sa place. La puberté chez le chien est un âge critique au point de vue de l’agressivité. C’est un âge où le chiot devenu adulte devra se positionner vis-à-vis de ses congénères, et l’agressivité en est le principal moyen.


DOSSIER SPÉCIAL

L’agressivité chez le chien en tant que pathologie Ce chapitre se veut purement informatif et ne sera pas approfondi, puisque des chiens qui agressent de façon pathologique ont des réactions souvent imprévisibles et difficilement contrôlables. Mais rassurez-vous, je n’ai rencontré que très peu de chiens de ce genre, mis à part les chiens peureux. L’agressivité prend des proportions démesurées et imprévisibles lorsque le chiot a été mal socialisé, sociabilisé et mal imprégné. Lorsque les chiens se trouvent en groupe, il y a un effet de meute qui n’arrête pas l’agression d’un individu même soumis. Lorsqu’un chien a été mal imprégné, c’està-dire que son cadre de vie à l’élevage l’a privé de sollicitations et de stimulations, il présentera des comportements de peur dans de multiples situations. On appelle ça le syndrome de privation sensorielle. Le chien peureux a une forte tendance à mordre pour se défendre. Il se sentira agressé dans de multiples situations. Bien que cette attitude soit naturelle, la morsure n’appartient plus à un rituel, car l’animal ne contrôle plus la pression exercée par sa mâchoire. Autrement dit, il n’y a plus de morsures inhibées, seulement des morsures qui souvent peuvent entraîner des lésions très graves. Lorsque les chiens sont en groupe, il y a un effet de meute qui n’arrête pas l’agression d’un individu même soumis. Ce qui est pathologique, ce n’est pas l’agression de groupe, mais que ce type d’agression bafoue une règle d’or chez le chien : la soumission arrête l’agression. ►

Stephan Mairesse

5


6

DOSSIER SPÉCIAL

Lorsqu’un chien n’a pas appris les codes canins, parce qu’il a été privé de contact avec ses congénères dès le plus jeune âge, sa propension à être agressif augmente très largement. Cependant, des études ont montré que pour un chien privé de contact avec son espèce qui se développerait dans un groupe sociable, mais d’une autre espèce, ce chien pourrait plus tard se socialiser avec ses congénères. J’ai rencontré un seul chien qui n’était pas sociable. Il s’agissait d’un mâle qui agressait des femelles sans aucune raison et qui n’arrêtait pas de les mordre lorsqu’elles se soumettaient. Ce chien voulait également agresser des humains sans aucune raison. Il y a des chiens qui agressent à cause de dysfonctionnement biologique, ce qui rend les morsures parfaitement imprévisibles. S’il n’y a pas de remède thérapeutique, l’euthanasie semble inévitable.

Comment prévenir l’agressivité Dominer son chien Pour maîtriser et canaliser son chien, il est primordial de le dominer. Le laisser vous dominer lui donnerait la lourde responsabilité de la survie du groupe. Il se trouverait responsable de gérer tout ce qui est vital chez vous et l’un des moyens qu’il possède pour le faire, et dont il se servira, s’avère l’agressivité. Dominer son chien le décharge de la gestion du groupe. Cela fait donc chuter considérablement les risques d’agression, qui deviennent alors presque nuls pour la famille, sauf si le chien dominé tente de s’affirmer. En règle générale, les tentatives de prise de pouvoir d’un chien dominé, si elles sont prises correctement, ne posent pas de problèmes. Ceux-ci se manifestent plutôt quand on veut s’affirmer face à un chien qui domine à l’âge adulte. Cela devient très difficile si l’animal a beaucoup de tempérament, et presque impossible s’il vous menace et qu’il a plus de force physique que vous. Une de mes clientes cherchait à replacer son chien, un golden retriever de deux ans dans le droit chemin. Elle a été mise au courant trop tard des règles hiérarchiques à lui imposer, car il avait déjà conscience de sa supériorité physique. Ce chien l’avait déjà mordue deux fois lorsqu’elle tentait de l’empêcher de faire quelque chose. Avec un animal de ce type-là, lorsqu’il se sert de l’agressivité pour essayer de vous soumettre, il faudrait, à ce moment précis, le dominer physiquement en le plaquant au sol, sans quoi il aura toujours le dessus sur vous et vous ne le maîtriserez jamais correctement. Si la famille entière domine le chien, les risques de morsures deviennent extrêmement limités pour les membres qui la constituent.

Par contre, cela ne retire en rien son instinct de garde, de prédation, ses réactions agressives en cas de peur et sa volonté de vouloir s’affirmer en dehors du cercle familial, bien que pour une partie des chiens, cette tendance à vouloir dominer peut diminuer si chacun ne se considère pas comme le dominant à la maison. Mais pour maîtriser son chien dans ses agressions dirigées vers l’extérieur, une excellente obéissance est primordiale. Cette obéissance ne peut s’acquérir sans une domination de son chien. Si celui-ci vous domine, il est parfaitement incohérent pour lui de devoir obéir. S’il a un fort tempérament, il ne vous restera que la brutalité pour vous faire obéir, et vous n’obtiendrez jamais le même degré d’obéissance que si vous dominez votre chien. Alors, comment peut-on dominer son chien? Dominer son chien ne veut pas dire être plus fort que lui. D’ailleurs, dans les meutes de chiens sauvages, il arrive qu’un tout petit chien domine des molosses. Cela tient plus de la force de caractère, de l’intelligence et de votre capacité à être plus têtu que lui. Pour dominer un chien, il faut contrôler ce qui est vital pour lui. Il faut donc lui montrer que vous gérez la nourriture, le territoire, les contacts, la sexualité, les déplacements et dans une certaine mesure, le jeu. Dominer son chien ne passe pas nécessairement par la force physique, cependant, dans certaines situations, cette force physique sert à signifier et à confirmer notre statut de dominant. Si vous cédez lors d’un duel physique qui s’engage, cela encouragera votre chien à utiliser l’agressivité lors d’un conflit ultérieur. Le faire obéir Faire obéir votre chien sera nécessaire pour prévenir l’agressivité tournée vers les personnes extérieures. Vous n’enlèverez jamais l’instinct de prédation d’un chien. Par contre, vous pouvez l’empêcher de partir après une proie ou le rappeler s’il court déjà après. Pour l’empêcher de défendre le territoire, représenté par la maison, vous lui imposerez de rester à un endroit précis, par exemple sur son panier. Cela le déchargera d’avoir à décider qui peut entrer ou sortir de chez vous. Si un chien a un très fort tempérament, il doit rester à sa place quand des inconnus vont et viennent dans différents endroits de la maison. L’obéissance vous servira également à rappeler votre chien lors des interactions tendues avec ses congénères. Elle vous aidera également à le canaliser lorsqu’il a peur. Lorsque vous chahutez physiquement avec d’autres personnes, il faut éloigner votre chien, car il pourrait défendre ou attaquer une d’entre elles. Il est également important

d’éloigner un chien qui se met au milieu d’un groupe, de personnes ou de chiens, car cette position centrale lui donnera le pouvoir de gérer les interactions entre individus. Il n’est pas évident de faire obéir son chien dans toutes ces situations. Pour obtenir ce niveau d’obéissance, celui-ci doit vous être soumis, et cela passe par les règles de vie à la maison. Il vous faudra également l’aide d’un professionnel compétent. Maîtriser les interactions d’un chien avec l’entourage D’une manière générale, il ne faut jamais initier un contact physique avec un chien sans l’avoir appelé et ne jamais aller voir un chien couché, car vous allez forcément l’approcher en étant plus haut que lui. Ce qui peut être perçu comme une posture de domination, d’autant plus que vous allez caresser les parties hautes du chien. Lorsque vous caressez un chien, il faudra toujours le faire sous la gueule ou sur les flancs. Encore une fois, poser la main sur la tête, sur l’encolure ou sur le dos est un signe de domination. Ce qui diminue sensiblement les risques de morsures, même s’ils demeurent bien réels, quand vous caressez les parties hautes d’un chien, c’est qu’il associe souvent le contact aux caresses, et celles-ci lui sont agréables. Il y a des dangers avec les chiens à fort tempérament. Ne laissez jamais quelqu’un initier un contact de façon brutale avec votre compagnon. Encore une fois, il est préférable que les gens appellent un chien lorsqu’ils souhaitent le caresser. Un chien n’est pas une peluche et ne doit pas être contraint à un contact qu’il ne souhaite pas. Après avoir été appelé, s’il en a envie, il viendra au contact, et dans le cas contraire, cela évitera qu’il se serve de l’agressivité pour refuser. Même si une large majorité de chiens acceptent sans difficulté les interactions humaines spontanées, n’oublions pas les centaines de milliers de morsures annuelles au Québec. Il vaut mieux donc être trop prudent que pas assez. Il ne faut jamais que votre chien reste sans surveillance s’il se trouve avec une personne qui ne le connaît pas. Et s’il se trouve parmi votre entourage, il est bon, même si vous pensez avoir le plus doux des chiens, de rappeler certaines règles élémentaires. Il ne faut pas retirer un os ou un jouet de sa gueule, ne pas le déranger lorsqu’il se repose, toujours avoir un contact physique avec lui après l’avoir appelé, ne pas aller voir un chien blessé ou affaibli, ne pas l’enjamber ni le saisir. Ne pas laisser un chien venir se mêler d’un jeu qui mime des poursuites et des bagarres.


DOSSIER SPÉCIAL

Une règle très importante à respecter est qu’il ne faut jamais qu’un chien peureux soit acculé. S’il n’a pas la possibilité de fuir, il agressera pour se sortir de cette situation, et lorsqu’un chien peureux mord, il ne contrôle plus la pression exercée par sa mâchoire. Il ne faut jamais laisser un chien seul avec des enfants. N’oublions pas que selon cette étude canadienne, dans 71,2 % des cas de morsures de chiens dirigées vers un enfant, le chien agresseur est connu de celui-ci et vit dans son environnement proche. Face à un chien que vous croisez et que vous ne connaissez pas, pour éviter tout risque de morsure, il est préférable d’adopter une attitude la plus neutre possible. Avant de percevoir s’il est plutôt dans une attitude «  amicale  », l’ignorer est la meilleure solution. Toutes ces règles tomberaient sous le sens si nous percevions le chien en tant que loup. Alors, n’oubliez jamais que le chien est un loup domestique. L’importance des conditions d’élevage L’éleveur est presque entièrement responsable de la sociabilité des chiens et de leur équilibre, les futurs maîtres ne vont que contribuer à poursuivre le travail fait à l’élevage. Certains manquements au sein de l’élevage pourront être, ou seront irrécupérables.

Deux points très importants à respecter par l’élevage Le premier est qu’il ne faut jamais que les chiots soient séparés de leur mère avant le départ chez leurs nouveaux maîtres. Si pour diverses raisons, la mère ne peut s’occuper des chiots, ceux-ci doivent impérativement être au contact d’adultes. En effet, c’est la mère qui va leur enseigner la morsure inhibée. Vers l’âge de 5-6 semaines, les dents des chiots font irruption et au cours du jeu, ils auront tendance à se faire mal entre eux, mais aussi pendant la tétée. La douleur ressentie par la mère et les cris provoqués par les chiots mordus trop fort par un membre de la fratrie vont provoquer une réaction de la mère, qui va gronder sur le chiot qui est train de mordre et le mordre s’il ne se soumet pas. Lorsque la morsure est douloureuse, le chiot mordu va également mordre à son tour, mais plus fort. Ces interactions vont apprendre aux chiots à maîtriser la pression de leur mâchoire, mais aussi que la soumission arrête l’agression. Sans cet apprentissage, les simples pincements du chien seraient de graves morsures. Malheureusement, beaucoup d’éleveurs séparent les chiots de leur mère. Soit par ignorance soit pour ne pas abîmer les mamelles des mères amenées à participer à des concours de beauté.

Le second point très important est ce que l’on appelle la période d’imprégnation. Cette période s’étale de l’âge de 3 semaines à 3 mois. Elle servira de cadre de référence pour toute la vie du chien. Au cours de celle-ci, les chiots doivent être très stimulés, indépendamment pour chaque sens, et beaucoup surpris. Plus ils le seront au cours de cette période, moins ils le seront à l’âge adulte. On considère qu’un chiot élevé à la campagne jusqu’à 5 mois dans un cadre pauvre en stimulation ne pourra s’adapter à la vie citadine et aux changements. Cette période d’imprégnation est primordiale parce qu’elle conditionne l’équilibre du chien et son degré de peur dans l’absolu. Nous savons qu’un chien peureux est souvent amené à mordre pour se défendre, en ne modérant plus la pression de sa mâchoire. Plus un chien est peureux, plus il a des chances de mordre, et le type de morsure est alors dramatique. Il s’avère donc essentiel de bien choisir l’élevage. ■

Si cet article vous a intéressé, nous vous invitons à assister aux conférences de Monsieur Stephan Mairesse, Cynologue, qui auront lieu à Montréal, les 10 et 11 décembre 2016 de 14 h à 17 h. Monsieur Stephan Mairesse est le créateur du Centre international de formation d’éducateur canin. Il a rédigé des manuels d’enseignement pour l’éducation canine, le comportement canin et la préparation au certificat de capacité pour le Centre européen de formation, filiale du Groupe Atlas. HORAIRE DES CONFÉRENCES Samedi 10 décembre 2016 Conférence sur le thème « Chien qui es-tu? » Cette conférence traitera des bases essentielles d’éthologie et de comportement nécessaire pour cohabiter harmonieusement avec son animal. Les principaux problèmes de comportements seront également abordés, dont l’agressivité. Dimanche 11 décembre 2016 Formation sur le thème « Apprendre à faire obéir son chien » Les participants seront invités à venir accompagnés de leur chien et les règles fondamentales de l’obéissance leur seront enseignées dans un parc de la ville. Stephan Mairesse

7


8

Entrevue

Entrevue avec Sandra Paquette d’Animo etc Mascouche Parlez-nous un peu de votre parcours de vie et de ce qui vous a amenée ici. Je travaille dans le domaine du service à la clientèle depuis l’âge de 14 ans. Très jeune, on me confiait des tâches, car déjà j’aimais m’impliquer. Au collège, j’étudiais dans une technique dans laquelle je n’étais pas certaine qu’il s’agissait du bon choix pour moi. Au moment où je me remettais en question, ma gérante (et bonne amie) de l’époque a été recrutée pour gérer un gros département chez Loblaws. Elle m’a demandé si je voulais être son assistante, et c’est à partir de ce moment que j’ai eu la piqure de la gestion. Je suis passée d’assistante à gérante. J’ai fait de la formation, j’ai ouvert plusieurs magasins au Québec. Bref, j’étais dans mon élément.

Pourquoi avoir décidé d’acheter une franchise Animo etc? Je me suis beaucoup impliquée dans différentes sphères de la gestion au cours de ces dernières années. J’ai toujours caressé le rêve d’avoir ma propre entreprise un jour. Je ne savais pas dans quel type de commerce je me dirigerais, mais je savais que je deviendrais entrepreneure. Et puis, un jour, j’ai eu mon tout premier chien : Shooter, un golden retriever. Il a changé ma vie! Je n’aurais jamais cru que je tomberais autant en amour avec le monde animalier. Donc, lorsque j’ai pris connaissance du concept Animo etc au salon de la franchise, j’ai su! C’était ce genre de commerce que je voulais administrer, et c’est ce que j’ai fait.

Selon vous, quels sont les plus grands avantages d’être franchisé? Être franchisé signifie pour moi être entourée d’une équipe solide qui a une réelle expertise dans le domaine. La connaissance du milieu,

les formations, le soutien au démarrage, les ententes avec les fournisseurs, le support informatique, etc., tout ça facilite grandement notre travail, surtout au début, car ce n’est vraiment pas facile tous les jours. Le réseau nous permet de profiter de l’expérience des autres franchisés. Ce genre d’échange favorise notre réussite à tous. La logistique (livraison et approvisionnement), les produits à prix compétitifs, la centrale d’achat, etc., ce sont des avantages auxquels nous n’aurions pas accès en étant seuls. Dans les faits, être franchisé nous apporte beaucoup plus à court et à long terme.

Quels produits sont les plus populaires dans votre magasin?

Comment parvenez-vous à augmenter l’achalandage en boutique? Se faire connaitre et amener des clients à venir nous rencontrer est probablement la partie la plus ardue pour un nouveau commerce. Les consommateurs sont des gens d’habitudes et leur faire changer celles-ci peut être assez difficile. Les réseaux sociaux et l’internet sont des outils utiles; nous avons également la carte Avantages qui nous démarque de la concurrence. La carte est remise gratuitement à tous nos clients, et ceux-ci peuvent avoir accès à divers avantages tout en accumulant des points pouvant être utilisés sur un prochain achat; nous effectuons des promotions exclusives et

Ma succursale étant située à Mascouche, je dirais que la nourriture pour les chiens de grande race est l’un des produits les plus populaires, probablement parce que les gens de la région ont des maisons avec de grandes cours. Ils se procurent donc bien souvent des chiens plus gros. Nourrissant mes trois chiens avec de la nourriture de qualité, il est important pour moi d’avoir une gamme de produits qui va dans le même sens que mes propres convictions. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous encourageons majoritairement les produits du Québec.

Offrez-vous le service de toilettage pour tous genres d’animaux de compagnie? Tout à fait. Bien entendu, nous toilettons la plupart du temps des chiens et des chats, mais nous coupons aussi les griffes de divers animaux tels que lapins, cochon d’Inde, etc. Nous avons même un écureuil comme client! Le toilettage est un service très prisé des clients. Nous prenons grand soin d’offrir un service professionnel, attentionné et personnalisé pour chacun de nos clients à poils ou à fourrure.

Shooter


Entrevue

faisons des concours internes pour inciter le bouche-à-oreille. Bien souvent, nous avons aussi la chance d’être recommandés par nos clients à leur entourage, car ils apprécient sincèrement nos produits, nos coûts et nos services.

Quel genre de relation avez-vous entre franchisés? Étant parmi les premières boutiques à avoir ouvert ses portes, j’ai eu la chance de rencontrer et de discuter avec presque chacun des nouveaux franchisés, au fur et à mesure que ceux-ci rejoignaient le regroupement. Comme je me trouve tout près du siège social, les franchisés potentiels viennent souvent visiter ma boutique pour avoir plus d’informations ou pour voir à quoi ressemble un magasin Animo etc. Puis, par le biais des réunions, nous nous rassemblons pour discuter de divers sujets avec le franchiseur et nous sentons que nous formons une famille. Je sens vraiment que je participe à l’expansion de la bannière Animo etc, et c’est très agréable de savoir que l’on contribue au succès d’une entreprise. Un jour, nous nous rappellerons tous nos débuts et nous en rirons.

Est-ce que vous vous sentez restreint en tant que franchisé? Honnêtement, non. Nous avons quand même une latitude relativement importante. Bien entendu, il faut tout de même prendre le temps de valider nos actions avec le franchiseur, mais cela semble logique étant donné qu’il est important de garder un certain standard afin de pouvoir offrir à la clientèle des produits et services qu'elle pourra retrouver dans chacune des boutiques Animo etc. Toutefois, le franchiseur est très ouvert d’esprit et refuse rarement une action ou un nouveau service que nous souhaiterions offrir. Nous pouvons nous baser sur les besoins de la clientèle de nos régions respectives et, si nous respectons les standards et processus, nous obtenons facilement l’approbation et la coopération du franchiseur.

Que diriez-vous à une personne souhaitant devenir entrepreneur? Je lui dirais qu’il faut tout d’abord qu’elle se connaisse bien afin de cibler adéquatement le type d’entreprise dans laquelle elle voudra et pourra se lancer. Est-ce qu’elle travaille mieux seule? Est-ce qu’elle veut gérer des ressources humaines? Est-elle capable de répondre à un client insatisfait? Est-elle bonne vendeuse? etc.

Un travail choisi en fonction de nos talents naturels, notre potentiel, qu’il soit manuel, intellectuel, relationnel ou artistique, rendra ce dernier beaucoup plus enrichissant personnellement. Il faut aussi être passionné par ce que l’on fait, ou ce que l'on choisit de faire. Comme le dit le proverbe : L’homme passionné par son travail n’a pas le sentiment de travailler. Ensuite, il faut avoir confiance en soi et avoir confiance aux choix que l’on fait. Il faut de la détermination et des reins solides. Il faut être prêt à faire des concessions et savoir gérer son stress. Les débuts peuvent être très exigeants, et ce, autant physiquement que mentalement. Connaitre ses forces et ses faiblesses dès le départ est très important, et bien s’entourer aussi est primordial. Cela nous aide avec nos faiblesses et fait ressortir nos forces à leur plein potentiel. Toutefois, peu importe les hauts et les bas, on retire beaucoup de fierté dans le travail accompli. Être entrepreneur peut être difficile par moments, mais c’est également salvateur, revigorant et bon pour l’estime de soi. C’est libérateur en fait. Tout le positif que l’on retire de notre propre entreprise aidera beaucoup à faire passer au second plan la fatigue que le travail pourrait générer. Mon entreprise, c’est ma joie, ma fierté et je n’y changerais rien! ■

Sandra Paquette, propriétaire Animo etc Mascouche 3077, boul. Mascouche, Mascouche (Qc) J7K 3B7 Téléphone : 450-417-3171 mascouche@animoetc.com

9


10

Chien de race

Le Shar-Peï Le Shar-Peï est une race de chien très ancienne qui aurait vu le jour dans les régions côtières de la Chine du Sud. Il serait originaire de la province du Guangdong dont la capitale est Canton. Il se trouve particulièrement répandu dans la ville de Dah Let, dans cette même province.

Cette race de chien a un besoin modéré d'exercice. Il n'aime pas la pluie au point de préférer faire ses besoins très rapidement au lieu de rester à flâner et d’explorer l’endroit où il se trouve. Par contre, il apprécie les promenades, quand elles se font avec ceux qu'il aime.

Cette race aurait plus de 2000 ans. En effet, des statuettes anciennes de l’époque des Han (environ 200 avant J.-C. à 200 après J.-C.) représentant ce chien ont été retrouvées dans des fouilles . Shar-Peï signifie en chinois « peau de sable », ce qui correspond tout à fait à la texture de son pelage dur et sec.

Le Shar-Peï est un chien qui se laisse dépérir si son maître l’abandonne ou le délaisse. Très sensible aux réprimandes, il peut bouder pendant un bon moment avant de retrouver sa joie.

Le Shar-Peï est un chien de taille moyenne, de 44 à 51 cm au garrot. Il a une silhouette courte mais compacte. Sa tête au chanfrein charnu est plissée avec des yeux enfoncés et de petites oreilles portées haut et appliquées contre le crâne. Son corps, également plissé, plonge légèrement vers l’avant. Ses couleurs sont le noir, le brun, le feu, le beige et le crème.

Son espérance de vie se situe en général entre 11 et 13 ans. ■

Il est extrêmement doux et sociable avec les gens, particulièrement avec les enfants. Ce qui nous fait rapidement oublier qu’il s’avère un excellent gardien. Il possède toutefois une intelligence moyenne. Il défend son entourage avec ardeur, qu’il s'agisse de la maison, de la voiture ou de son maître. Très sociable avec les autres races de chien ainsi qu’avec les chats, il aime la compagnie et n’est pas solitaire. Il a un sens de la propriété très développé.

Très réservé envers les étrangers, il se laisse rarement caresser lors d’une première rencontre.

Source : Wikipédia


Chien de race

11


12

Chat de race

Le Bengal Le Bengal est une race de chat originaire des États-Unis. Il résulte du croisement entre un chat domestique et le Chat léopard (Prionailurus bengalensis), un petit félin sauvage que l'on trouve en Asie et plus particulièrement dans la province du Bengale. Le premier croisement entre un chat domestique (le Shorthair) et un félin sauvage fut réalisé en 1963 par une généticienne américaine nommée Jean S. Mill. De ce croisement sont issus les hybrides « F1 » (1re  génération) puis «  F2  » (2e génération) de chats mi-sauvages. Les chats de race Bengal dits «  domestiques  » appartiennent aux 4e et 5e générations au minimum. C'est à partir de la 4e génération que ceux-ci peuvent participer à des concours ou à des expositions et être vendus à des particuliers. Depuis ce temps, un travail de sélection a contribué à garder l'apparence sauvage du Chat léopard du Bengale tout en préservant le caractère du chat domestique. Madame Mill fut aidée par l’Université de Californie à Davis qui lui a fourni huit femelles issues d’un même croisement. Il y eut également des croisements avec le Mau égyptien, le Burmese et le Siamois dans le but de fixer certaines caractéristiques physiques et de ne pas tomber dans une trop forte consanguinité. Il fallut attendre jusqu’en 1985 pour que Jean S. Mill puisse présenter un de ses chats en exposition. Le succès fut immédiat et la TICA reconnut rapidement la race en tant que « nouvelle race » en 1986.

Les principales caractéristiques physiques du Bengal sont les suivantes : -- corps très athlétique et long; -- ossature robuste et du type plutôt médioligne; -- musculature forte et visible; -- pattes de longueur moyenne, et comme pour le reste du corps, musclées et robustes; -- pieds grands et ronds avec des doigts proéminents; -- queue de longueur moyenne, assez épaisse à la base, s’affinant très peu vers l’extrémité arrondie; -- tête en forme de triangle, plus longue que large, aux côtés arrondis; -- nez long et large; -- pommettes hautes et bien saillantes; -- museau fort avec des patons plus développés que la moyenne; -- yeux espacés, grands, ovales ou ronds; de couleur verte, or, bleue ou aigue-marine; -- oreilles plutôt petites et courtes, avec une base large et un bout arrondi; -- poil court, doux et soyeux au toucher.

Le pelage s’avère le point le plus important chez le Bengal, puisqu’il constitue son trait caractéristique avec ses motifs tachetés ou marbrés. On dit généralement du Bengal qu'il est vif, intelligent, curieux mais aussi, très affectueux, surtout avec les autres animaux et les enfants. Il a comme particularité d’adorer l'eau, contrairement aux autres chats. Il aime particulièrement se percher en hauteur. Il est sportif et bavard. Ces traits de caractère restent toutefois parfaitement individuels, en fonction de l'histoire de chaque chat. ■ Source: Wikipédia


Chat de race

13


14

Comportement félin

Les sept manières de faire sourire votre chat Suivez ces étapes pour faire de votre chat un animal heureux et en santé!

1. Laissez votre chat paître Plantez de l’herbe à chat afin que celui-ci puisse grignoter à l’intérieur. L’herbe à chat n’est pas seulement un aide digestif, c’est aussi une friandise – la plupart des chats adorent tout simplement le goût. Pour les non-initiés, il s’agit d’une herbe céréale riche en fibres, habituellement de l’orge, de l’avoine, du blé ou une combinaison de ceux-ci, qui peut être facilement cultivée à l’intérieur dans des pots. Vous pouvez très souvent trouver de l’herbe à chat ou des graines d’herbe à chat dans les boutiques animalières ou les centres botaniques.

2. Procurez-vous le nombre approprié de litières – une par chat Les chats préfèrent largement ne pas partager leur litière. En procurant une litière par chat (et en les nettoyant régulièrement), vous réduisez les chances de mésaventures. L’élimination de manière inappropriée s’avère l’une des principales raisons pour lesquelles les chats sont remis à des refuges. Prévenez ce genre de frustration en donnant à votre chat un endroit bien à lui où aller faire ses besoins.

3. Brossez votre chat tous les jours Cette action accomplit plusieurs choses : ça développe le lien, relâche les poils, aidant ainsi à prévenir les boules de poils, et vous permet de remarquer les changements qui pourraient se produire à certains endroits sur le corps de votre chat et ainsi de vous alerter en cas de besoin. Si, au départ, votre chat n’est pas très porté sur le brossage, offrez-lui quelques gâteries pour faciliter le tout et faites en sorte d’associer le brossage à quelque chose de bien. En prime : brosser réduira considérablement le nombre de poils que votre chat répand dans la maison.

4. Prenez du temps pour jouer avec votre chat Prendre le temps de faire quelques jeux avec votre chat vous rapprochera et solidifiera votre lien tout en gardant votre compagnon mentalement et physiquement actif. Plusieurs personnes pensent à tort que leur chat n’aime pas jouer, mais il se peut très bien que ce soit simplement parce qu’elles ne savent pas s’y prendre. Essayez différents types de jeux, et si vous avez deux chats, séparez-les et jouez avec eux chacun leur tour, car parfois les chats n’aiment pas jouer lorsqu’un autre chat se trouve présent.

5. Installez un perchoir près d’une fenêtre Offrez à votre chat un endroit où il peut se prélasser sous les rayons du soleil et regarder à l’extérieur afin de pouvoir voir les oiseaux et les écureuils. Cela les garde alertes mentalement. La plupart des perchoirs pour fenêtre sont abordables et s’installent facilement.

6. Faites lui porter une puce électronique Tous les chats, qu’ils soient d’intérieur ou d’extérieur, devraient posséder une puce électronique. Si votre chat se sauve et se perd, cela augmentera grandement les chances de le retrouver. Une étude portant sur plus de 7 700 animaux errants et les refuges a démontré que les chats sans puce électronique furent réunis avec leurs maîtres dans seulement 1.8 % des cas, alors que les animaux avec puce le furent dans 38.5 % des cas.

7. Nettoyez la litière quotidiennement Aimeriez-vous utiliser une salle de bain sale? Alors, tout est dit! ■


Comportement fĂŠlin

15


16

Toilettage

Comment laver votre chien correctement Ce ne sont pas tous les chiens qui aiment l’eau, et même ceux qui aiment l’eau peuvent détester se faire laver et savonner. Même si on trouve cela difficile de résister à ses petits yeux de chien battu, il est primordial de laver son chien assez régulièrement. Laver un chien n’est pas si compliqué au fond! En le lavant et en le brossant régulièrement, on s’assure de le garder en santé et libre de tous parasites, mais si on le lave trop souvent, on peut risquer de lui transmettre des maladies ou de lui faire développer des irritations de peau. Il importe donc de trouver une juste balance entre les deux et d’établir de bonnes habitudes de nettoyage. Pour la plupart des chiens, un bain par deux, voire trois mois est bien plus que suffisant. Il n’y a généralement pas de raison de laver son chien plus souvent que cela à moins qu’il sente vraiment mauvais ou qu’il soit très sale. Laver son chien trop souvent affectera l’huile naturelle de sa fourrure et de sa peau – elle sèchera et la peau deviendra irritée. Si vous le lavez trop souvent, il pourrait développer de l’irritation et se mettre à se gratter plus qu’à l’habitude.

Bien que laver son chien le moins souvent possible soit la meilleure manière d’agir, certaines races demandent plus de bains et un toilettage plus assidu que d’autres. Par exemple, le Poodle ou le Bichon frisé. Les chiens qui vont à l’extérieur ou en expédition avec leur maître, comme le Labrador, n’ont bien souvent besoin que d’un nettoyage rapide pour retirer la boue ou autre saleté qu’ils ont accumulée une fois leurs aventures terminées. Il n’est toutefois pas nécessaire de laver votre explorateur chaque fois qu’il se salit. Brossez-le tout simplement! Ça le gardera propre entre les bains, débarrassé du plus gros des saletés, et ça épargnera sa fourrure. Le brossage, en plus d’être bon pour la fourrure et la peau de votre chien, lui fera également profiter d’un petit massage et d’une bonne dose de grattage bien méritée.

Votre chien, selon sa grosseur, peut être lavé dans la baignoire, la douche, le lavabo de cuisine ou à l’extérieur, s’il ne fait pas trop froid. Vous aurez besoin d’une ou deux serviettes, de shampoing pour chien, de gâteries, de boules de coton et d’une brosse. Avant de commencer, brossez bien votre toutou. Ce brossage servira à enlever les nœuds, à retirer les saletés, les débris ainsi que toute effusion de fourrure superflue. Ensuite, placez des boules de coton dans ses oreilles avant de le mouiller afin d’éviter que de l’eau entre dans celles-ci. Ne poussez toutefois pas les boules de coton trop loin.


Toilettage

Pour réduire l’anxiété de votre chien durant le lavage, placez une serviette dans le fond du bain ou du lavabo afin de diminuer les éclaboussures d’eau, d’amoindrir le son et aussi, pour prévenir les risques de glissement. Assurez-vous que votre eau ne sera ni trop chaude ni trop froide. Les chiens sont aussi sensibles que les humains à l’eau trop chaude ou trop froide, qui peut soit les brûler ou leur donner des frissons et s’avérer dangereuse pour leur santé. Une fois que la température de l’eau semble adéquate, mouillez votre chien du cou jusqu’à la queue. Imbibez bien sa fourrure — cela peut prendre un certain temps pour les chiens à poil long. Si vous utilisez un arrosoir ou une pomme de douche amovible, veillez à ce que la pression ne soit pas trop forte afin d’éviter de l’effrayer. Il n’est pas recommandé de laver la tête de votre chien, car ce dernier pourrait se retrouver avec de l’eau ou du savon dans les oreilles ou les yeux. Si vous utilisez un sceau ou un pichet, évitez de lui verser de l’eau sur la tête.

Vous pouvez toutefois, pour lui laver le visage, utiliser une éponge, pas trop imbibée d’eau ou de savon, et procéder doucement au nettoyage pour lui retirer toutes les saletés. Une fois votre chien bien mouillé, appliquez une bonne quantité de shampoing (selon l’épaisseur de sa fourrure), puis massez doucement le shampoing à l’aide de vos mains. Frottez bien les pattes, l’estomac, la queue, les fesses et les aisselles. Laissez le shampoing agir aussi longtemps que nécessaire selon les instructions inscrites sur la bouteille. Vous pouvez ensuite rincer votre compagnon profondément, et ce, jusqu’à ce que l’eau devienne claire et que plus aucune trace de savon ne s’écoule. Il importe de bien rincer les résidus de shampoing afin d’éviter les irritations. Bien entendu, plus son poil est long, plus le rinçage le sera! Séchez ensuite votre chien le plus possible, et ce, à l’aide d’une serviette en microfibre hautement absorbante ou d’une serviette ordi-

naire. Préparez-vous à vous faire arroser, car il est dans la nature du chien de se secouer afin de se sécher. Afin d’accélérer l’opération, vous pouvez utiliser un séchoir, avec la certitude que la chaleur programmée de ce dernier se trouve au plus bas afin d’éviter de le brûler. Prenez note qu’il ne faut jamais pointer l’appareil sur le visage du chien. Un bon brossage s’impose pour compléter le tout! Cela préviendra les nœuds si votre animal a le poil long et retirera les poils morts le cas échéant. Et enfin, le moment que votre chien attend impatiemment, la récompense! Une fois le lavage et le séchage complétés, félicitez-le et donnez-lui une de ses gâteries préférées afin qu'il fasse une association positive avec l’heure du bain. Un moment dont vous pourrez profiter encore plus efficacement par la suite. Bien entendu, vous pouvez également lui donner une gâterie durant le lavage s’il vous semble nerveux. Bon lavage! ■

OSEZ LE STYLE POUR VOTRE CHIEN Accessoires mode • Création québécoise • Produits haut de gamme

514 923-WOUF (9683)

WWW.PILOUF.COM

Inscrivez-vous à notre infolettre

17


Dr Patrick Lambert I Dre Mélissa Carrier

« Pour des soins vétérinaires plus humains » EXAMEN I RADIOGRAPHIE I LABORATOIRE I CHIRURGIE I HOSPITALISATION cliniqueveterinairelaennec.ca 2050, boul. René-Laennec (Laval) H7M 4J8 | T: 450 903-0339


Vétérinaire

Joyeux Noël fiston! Le temps des fêtes approche à grands pas! Le sapin est installé et décoré, la dinde est réservée et le magasinage va bon train, car c’est aussi, bien entendu, le temps des cadeaux pour nos êtres chers… Et si on achetait un petit chiot pour notre garçon? Ou encore un chat pour notre mère plus âgée? Saviez-vous que la période des fêtes représente une période importante d’adoption dans les refuges et les animaleries et que malheureusement, plusieurs animaux leur seront retournés dans les semaines suivantes? Il s’agit effectivement très souvent d’une « fausse  » bonne idée d’offrir un animal en cadeau! Loin de moi l’idée de vous décourager d’adopter un animal de compagnie. J’ai moi-même deux chats à la maison qui occupent une place importante dans notre vie familiale, et la maison nous semblerait bien vide sans la présence d’un animal dans notre environnement. Comme le dit le dicton anglais : « A place without an animal is a house, a place with an animal is a home » (un lieu où il n’y a pas d’animal se nomme une maison; un lieu où l’on retrouve un animal se nomme un foyer). Par contre, il doit s’agir d’une décision mûrement réfléchie, car plusieurs facteurs sont à prendre en considération avant d’adopter un animal de compagnie. Il y a aussi quelques mythes à déboulonner pour avoir une idée plus juste de ce que ce geste représente. Tout d’abord, un animal ne constitue pas un cadeau, et ce n’est pas un meuble quelconque que l’on peut facilement retourner au magasin. Depuis décembre 2015, au Québec, l’animal a (enfin!) le statut d’être vivant et sensible et non plus celui de meuble. Une évidence, direz-vous, mais qui a pris plusieurs années avant de faire son chemin et de permettre aux lois de changer. La possession d’un animal implique une grande responsabilité. Il compte sur nous pour satisfaire ses besoins physiques et psychologiques de base et il faut en être conscient avant d’en ramener un à la maison. Il faut aussi se rappeler que l’adoption d’un animal s’avère un projet à long terme, pour la vie, en fait. Un chien ou un chat vit en moyenne entre 10 et 20 ans, il faut en tenir compte avant de prendre la décision de l’introduire dans la famille. Commençons par clarifier certains mythes : -- Acheter un animal pour les enfants n’est pas toujours une bonne idée. Bien entendu, rien ne semble plus attendrissant qu’un enfant qui joue avec son compagnon à quatre pattes, mais il importe qu’il y ait un intérêt de sa part à la base. Comme les adultes, certains enfants sont

naturellement attirés par les animaux, alors que d’autres s’y montrent plutôt indifférents. D’espérer que ce soit l’enfant qui s’occupe de nourrir, promener, nettoyer les litières… bref s’occuper de tous les soins de base de l’animal adopté relève aussi bien souvent de la fiction, comme plusieurs parents l’apprendront rapidement. -- Une autre idée « douteuse  »  : s’acheter un chien (actif de préférence!) pour se remettre en forme et se forcer à marcher ou courir! Un peu comme si on achetait une bicyclette stationnaire, où souvent l’effet dure un mois et les mauvaises habitudes reviennent au galop (enfin, c’est ce qu’on m’a rapporté...). Il est primordial que l’animal cadre bien avec nos habitudes de vie, et non d’essayer d’adapter notre rythme à l’arrivée d’un nouvel animal. -- Une autre mauvaise idée est d’offrir en cadeau « surprise » un animal de compagnie à un parent plus âgé pour le « désennuyer ». Je vous conseille fortement de valider l’intérêt de la personne avant, car un animal représente une grande responsabilité et celui-ci peut être une source de stress importante, particulièrement s’il est non désiré. Voici donc quelques conseils pour bien réussir votre adoption, et vous assurer que l’ajout d’un animal s’harmonise bien à votre vie familiale : -- Souvent, l’adoption d’un animal constitue un coup de cœur; « Il était trop mignon dans son petit enclos! » L’adoption se fait donc uniquement sur des critères physiques sans tenir compte du caractère. Il s’agit souvent de la pire erreur, car un animal mal adapté à son milieu s’avère la plupart du temps un animal anxieux et malheureux. Certaines races de chiens et de chats sont très actives et ont besoin d’énormément de stimulation, alors que d’autres s’adaptent à des endroits plus restreints et ont un mode de vie plus sédentaire. Votre vétérinaire ou votre éleveur saura vous conseiller sur le choix d’un animal convenant à votre style de vie. -- Il est important entre autres de tenir compte des frais nécessaires à l’adoption d’un animal. Il y a bien sûr les frais à l’achat auprès d’un éleveur qui peuvent aller jusqu’à plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de dollars selon la race et sa rareté, et selon les soins qui ont été effectués par l’éleveur avant l’achat (pose de micropuce, certifications de conformité, radiographies des hanches et des coudes pour certaines races, etc.). Il faut aussi prendre en considération certains frais vétérinaires de base, particulièrement la première année, comme

les rappels de vaccins, la vermifugation, la stérilisation et la prévention des parasites externes. L’adoption d’animaux âgés ou malades peut également engendrer des frais conséquents selon leurs besoins pour certains soins particuliers. Selon le choix de l’animal et son mode de vie, on peut facilement compter entre 400 $ et 1500 $ de soins vétérinaires la première année pour un jeune animal en santé. Il existe aussi des assurances pour les animaux qui peuvent être très intéressantes pour les gens qui veulent s’éviter de mauvaises surprises. -- Il faut de plus choisir l’endroit d’adoption avec soin. Un chat ou un chien acheté auprès d’un éleveur qui connaît bien la race nous assure en général certains critères physiques et psychologiques connus et relativement stables de la race, même si certains individus peuvent présenter des exceptions. Souvent, une partie des soins de base a été effectuée et certaines garanties sont offertes à l’achat. Si la race convient à notre mode de vie, ceci peut constituer un excellent choix. Pour les gens ayant des budgets plus restreints, la SPCA ou les refuges peuvent aussi représenter un bon choix. On effectue une bonne action en donnant une deuxième chance à un animal, et le montant demandé pour l’adoption se trouve très raisonnable. Fréquemment, les animaux y seront croisés, donc issus d’un mélange de plusieurs races, et bien souvent de provenance inconnue. Leur caractère peut être un peu plus une boîte à surprise, ne connaissant pas les antécédents, mais ils s’avèrent souvent plus résistants aux maladies génétiques et congénitales que leurs cousins dits « de race ». Je vous conseillerais de vous montrer très prudent en ce qui concerne les annonces sur internet, car on y trouve un peu de tout et n’importe quoi, y compris des usines à chiots. Je vous souhaite donc la meilleure des adoptions possible, car il s’agit d’un geste qui procure souvent un immense bonheur! Je vous souhaite aussi de joyeuses fêtes avec vos proches. Pour reprendre les mots de Jacques Brel  : «  Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns / Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier / Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences / Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants... » ainsi que des ronronnements de chat ou des aboiements de chien. » Joyeux Noël! Dr Patrick Lambert m.v ■

19


20

Soins

Comment soigner les petites blessures temporairement Si vous possédez un ou plusieurs petits animaux de compagnie tels que cochon d’Inde, octodon, rat, furet ou autre, il se peut que celui-ci ou ceux-ci se blessent par eux-mêmes ou en se battant entre congénères. Si ce genre de situation devait arriver dans un moment inopportun qui vous empêche de vous rendre chez votre vétérinaire, il y a quelques interventions que vous pourriez faire vous-même selon la gravité de la blessure, afin de soigner temporairement votre petit animal. Tout d’abord, veillez à soigner les plaies le plus vite possible. Pour ce faire, vous devez avant tout réunir le matériel nécessaire sur la table où vous opérerez. Pour désinfecter une plaie -- de l’eau froide dans une petite cuvette et du savon de Marseille; -- des ciseaux ou un rasoir pour dégager la zone blessée (une tondeuse risque de l’effrayer si elle est trop bruyante); -- des compresses; -- du sérum physiologique; -- de la Bétadine. Déroulement de l'intervention -- Sortez le « blessé » de la cage. Rincez abondamment la plaie à l’eau froide pour enlever les saletés (sable, poils, etc.); -- Coupez ou rasez les poils autour de la plaie; -- Lavez-la délicatement au savon; -- Rincez-la à l’aide d’une compresse imbibée de sérum physiologique; -- Appliquez de la Bétadine puis, une pommade ou une poudre antibiotique; -- Renouvelez l’opération matin et soir. Si l’animal se lèche, il va entraver le processus de cicatrisation rapide. Pour l’en empêcher, vous pouvez appliquer du poivre aux alentours de la plaie. Pour utiliser une compresse Dans leur boîte, les compresses se présentent pliées. Les déplier est une erreur courante. La manière correcte d’utiliser une compresse consiste à la laisser pliée, qu’il s’agisse de faire un pansement ou de nettoyer une plaie. Pour nettoyer une plaie, imbibez la compresse de sérum physiologique et effectuez des mouvements allant du centre de la plaie vers la périphérie, afin d’évacuer les impuretés (les mouvements inverses ne réussiraient qu’à souiller davantage la plaie, en y ramenant toutes les impuretés des poils).

Pour poser une attelle C’est, en cas de fracture, la seule solution. Pour fabriquer l’attelle, il vous faut : -- un bâtonnet de sucette glacée ou une languette de bois (dans les trousses de décoration pour enfant); -- du coton; -- de la bande; -- de l’Elastoplast. Déroulement de l'opération -- Retaillez le bâtonnet en fonction de la longueur du membre et enveloppez-le de coton pour éviter qu’il ne blesse l’animal. -- Immobilisez l’animal et mettez doucement le membre fracturé en position physiologique (un membre postérieur doit être légèrement plié) : cela permet à l’animal de remarcher, même si l’articulation est coincée. -- Posez le bâtonnet matelassé contre la face interne du membre (maintenu en position physiologique) et fixez-le avec de la bande puis de l’Elastoplast. Laissez l’attelle en place au moins trois semaines et vérifiez régulièrement sa position.

Ayez toujours à disposition une petite trousse médicale Cette trousse vous permettra de réagir sans retard aux divers problèmes et affections qui peuvent toucher votre animal. Gardez-la à proximité de la cage ou au moins de la pièce, hors de portée des enfants… et des animaux. Certains produits ou instruments (comme le sérum physiologique, le coupe-ongles, etc.) existent certainement déjà dans votre trousse de toilette ou dans la pharmacie familiale. Néanmoins, ne cédez pas à l’envie de les utiliser indifféremment pour vous et pour votre compagnon à quatre pattes. Ayez-les en double : votre petit animal chéri doit avoir sa trousse personnelle. La famille du maître doit avoir la sienne. Ainsi, l’hygiène sera respectée et la gestion des différentes pharmacies en sera facilitée. À ce propos, n’oubliez pas de vérifier périodiquement la date de péremption des substances périssables et renouvelez celles-ci en conséquence.


Soins

Vous devez disposer de : -- bande -- sparadrap  -- Elastoplast® -- attelle  -- compresses  -- Bétadine (solution dermique)  -- pommade antibiotique -- solution antimycosique  -- poudre antiparasitaire  -- antibiotique (à déterminer avec votre vétérinaire)  -- huile de paraffine 

------------

pansement intestinal coupe-dents  coupe-ongles jus de fruits  vermifuge  produit antipuces  collyre (attention : ouvert, il ne se conserve que quinze jours)  sérum physiologique  produit pour inhalations  vaseline  bombe assainissante d’air

Bien entendu, il vous faut vérifier par la suite si votre animal se porte bien et si la guérison se fait adéquatement. Mais surtout, vous devez prendre rendez-vous chez votre vétérinaire afin de vous assurer que la blessure n'est pas trop grave. Ces conseils peuvent vous donner un peu de temps jusqu'à la consultation et peuvent aussi vous être utiles si vous avez à soigner une blessure rapidement, mais votre vétérinaire sera toujours le mieux placé pour s’assurer de la guérison complète de votre animal. ■

21


22

Comportement

Le grondement n’est pas nécessairement une mauvaise chose! Le grondement existe afin d’éviter une agression et non pas pour la causer. Toutefois, de nombreux propriétaires ne comprennent pas cet aspect et corrigent leur chien automatiquement. Imaginez-vous cela : vous êtes en ligne au magasin. L’homme derrière vous se tient très près et vous devenez inconfortable. Il s’avance au point de pratiquement vous toucher. Il y a une femme devant vous et les allées sont serrées. Vous n’avez pas d’espace pour bouger. Que feriez-vous? La plupart des gens se tourneraient et diraient « Excusez-moi! » ou quelque chose de similaire. Maintenant, imaginez-vous que votre capacité à parler s’est envolée. Vous pourriez tenter de faire un regard sévère à l’homme en question, mais si le message ne passait pas, vous pourriez éventuellement être forcé de recourir à des mesures physiques, par exemple, en mettant votre bras pour l’arrêter ou même en le repoussant.

table, mais là encore, le grondement consiste en une forme de communication non agressive. Un chien qui gronde après un autre chien ou une personne lance une forme d’avertissement. Si le chien avait voulu attaquer, il l’aurait fait! Le grondement est fait pour éviter l’agression, non pas pour la causer. Cependant, plusieurs propriétaires ne le comprennent pas et corrigent leur chien à la minute où ce dernier émet le grondement. Le chien comprend alors que celui-ci mène à la punition, et donc, finira par le refouler, ce qui bien souvent peut entrainer une morsure sans aucun avertissement préalable.

L’habileté à communiquer son inconfort est très importante autant pour l’homme que pour le chien. Le grondement est un avertissement tout à fait acceptable de la part d’un chien et se traduit grossièrement par « Hé! je n’aime pas ça! » ou « N’approche pas » ou « STP, arrête ce que tu fais ». Tout comme dans le scénario du magasin, en vous retirant l’habileté de gentiment demander au contrevenant de cesser, vous pourriez éventuellement être dans l’obligation de prendre des mesures physiques, ce qui pourrait envenimer la situation des deux côtés.

Le grondement a son propre spectre d’intensité. Si le son émis semble s’approfondir, le niveau d’excitation du chien devient plus intense. Le langage du corps qui accompagne le grondement offre également des informations. Un chien qui se tient immobile lorsqu’il gronde (en opposition à si ce dernier s’éloigne sous l’effet de la peur) conserve son énergie et délimite son territoire; cela peut être une situation volatile, considérant le fait que de reculer alors qu’il gronde est typique du comportement du chien qui a peur ou qui vit un conflit tout en tentant de faire fuir la grande et méchante chose qui le perturbe ou le dérange.

Les humains sont contraints à comprendre que les grondements représentent une menace, il est donc raisonnable et même avantageux de devenir inquiet lorsque nous en entendons un. Mais un grondement de la part d’un chien s’avère en fait une bonne chose. Ne vous méprenez pas; je ne suis pas en train de dire qu’un chien qui gronde envers son maître agit de façon accep-

Si vous avez droit à un grondement, peu importe que le chien vous appartienne ou non, la meilleure attitude à adopter est de désamorcer la situation. Après tout, le niveau d’excitation du chien se trouve déjà assez élevé. Vous ne voulez pas vous mettre à crier ou pire encore, devoir utiliser la force, car cela pourrait conduire vers une morsure. À la place, regardez en bas puis

sur le côté. En faisant cela, vous informez l’animal que vous n’êtes pas une menace (communication), et ce, tout en gardant l’animal dans votre champ de vision périphérique. Puis, reculez doucement. Essayez de ne pas tourner le dos à l’animal si cela est possible, car certains chiens sont plus enclins à attaquer par derrière. Si le chien en question est le vôtre, gérer la situation qui a causé le grondement lorsque qu’il sera calmé. Par exemple, s’il a grondé quand vous lui avez touché la patte, vous devriez mettre en œuvre un programme de modification du comportement conçu autour d’une désensibilisation progressive du toucher des pattes. Employez toujours l’assistance d’un entraîneur professionnel si nécessaire. Souvenez-vous, un grondement est une manière de communiquer. Si l’on prend un moment pour déterminer pourquoi un chien gronde au lieu d’automatiquement lui démontrer qu’il se comporte de manière inappropriée, notre réaction sera plus adaptée. ■


Comportement

23


24

Alimentation

L'alimentation crue, un élément clé pour la santé! Par Mario Ethier, pour Chef Canin

L’alimentation crue est une alternative naturelle et saine à l’alimentation conventionnelle de votre animal. La philosophie derrière l’alimentation crue pour les animaux de compagnie est qu'ils ont adopté ce régime pendant des milliers d'années. Par définition, une alimentation crue, pour nos chiens et chats, comprend de la protéine animale, du gras, des vitamines et des minéraux. Les chiens et les chats ont des systèmes digestifs courts, ce qui signifie qu'ils sont destinés à digérer les aliments rapidement. Les aliments cuits prennent beaucoup plus de temps à digérer par rapport aux aliments crus, et ces derniers contiennent des vitamines et des enzymes dans leur état naturel, rendant les nutriments disponibles et plus facilement absorbés par nos animaux de compagnie. De plus, les chiens et les chats ne possèdent pas d’enzymes digestives dans la salive (ex. : amylase) comme chez les humains pour digérer les grains, alors ceci complique encore plus le processus de digestion quand ils mangent de la nourriture sèche à base de céréale. Les chiens et chats ont besoin de protéines animales comme de la viande et non de protéines végétales comme le maïs, afin de couvrir leurs besoins en acides aminés. Ils peuvent parfaitement vivre sans végétaux (hydrates de carbone). Ils n'ont pas la capacité de briser la cellulose issue des végétaux. Ces derniers sont donc très mal digérés, voire pas du tout, et font travailler le pancréas d’une façon maximale en tout temps. Un régime alimentaire cru comprendra des aliments comme la viande provenant des muscles, des os, de la graisse, des abats, des quantités limitées de matières végétales pour le chien et tout autre aliment qui imite ce que ses ancêtres sauvages mangeaient. Pour le chat, aucune matière végétale, car il est carnivore à 100 %. Les chiens et chats doivent manger de 2 à 3 % de leur poids en temps normal. Les femelles enceintes et gestantes, ainsi que les chiots âgés


Alimentation

de plus de 4 semaines doivent prendre des portions de 4 à 10 %. C’est le maître qui s’avère le mieux placé pour évaluer la quantité à donner.

Avantages de l’alimentation crue

Y a-t-il un risque de mal équilibrer les repas de mon chien? Bien au contraire. Il s’agit en fait d’un concept inventé et promu par les distributeurs d'aliments industriels. Chez Chef Canin, toutes nos recettes sont complètes et hautement nutritives avec preuves année après année. Donc, inutile de vous alarmer.

Chez Chef Canin, nous ne cherchons pas à retourner nos chiens ou nos chats à l'état sauvage. Il est impossible de nourrir un animal domestique avec une alimentation identique à celle de son ancêtre sauvage, mais nous tentons de recréer cette alimentation. Ce que nous voulons pour eux est une alimentation et un environnement qui maximiseront leur santé. ■

Avantages Une alimentation crue favorise un système immunitaire dynamisé, ce qui non seulement augmente la résistance aux maladies et parasites, mais offre également les avantages suivants : -- Digestion améliorée -- Dents plus propres -- Élimine la mauvaise haleine -- Oreilles plus propres et absentes d’infections -- Une peau saine -- Absence d’allergies ou problèmes de peau -- Pelage brillant et soyeux -- Élimine les mauvaises odeurs corporelles -- Favorise la vitalité et le bien-être -- En somme, une meilleure santé globale

Quelques mythes à élucider Voici quelques questions qui nous sont posées au fil des ans. La viande crue va-t-elle donner le « goût du sang » à mon animal? Non, c'est un mythe. Votre chien ne va pas se mettre à tuer tout ce qui bouge. Faut-il être préoccupé par les bactéries, telles que E. coli, dans les aliments crus? Selon certains vétérinaires holistiques, les chiens et les chats sont rarement infectés par des bactéries telles que E. coli et la salmonelle après avoir consommé des aliments crus, comme la viande et les œufs. L’explication est que les chiens et les chats, étant des carnivores naturels, ont un estomac beaucoup plus acide que les humains, capable de détruire les bactéries nocives entrant par le système digestif. Par contre, il faut quand même éviter l’alimentation libre chez les animaux nourris avec des aliments crus. Par précaution, pour votre animal et vous, ne laissez pas la nourriture plus de deux heures dans le bol de votre animal.  N’oubliez pas de bien laver les bols et les ustensiles après chaque repas. Mon chien va attraper des vers. Est-ce vrai? FAUX : les vers ne s’attrapent pas dans la viande. Les vers peuvent être transmis, soit par les selles contaminées d’un autre animal, soit par le lait maternel ou même dans l’herbe.

Mario Ethier, Chef Canin

25


26

Rongeur

L' Octodon Notations de l'Octodon Calme: Bien pour enfants: Joueur: Nécessite disponibilité: Câlin: Entente avec chats: Fragile: Entente avec chiens: Longévité: Entente avec rongeurs: Aime vivre à plusieurs: Budget:

Comportement Beaucoup plus petit que le chinchilla, il est très curieux et très affectueux. Il adore jouer dans sa cage et se livre à de folles poursuites avec ses congénères. L’octodon est par nature propre, sans odeur, docile et facile à apprivoiser — à part certains éléments agressifs. Il se laisse manipuler assez facilement et les morsures sont rares si on sait ne pas l’effrayer. L’octodon  est un animal diurne (il vit le jour), mais dont le pic d’activité se situe au crépuscule. Il n’hiberne pas et montre la même vivacité d’un bout à l’autre de l’année. Dans la nature, il pousse de petits cris qui ressemblent à un gazouillement d’oiseau. Le cri strident est réservé à l’alerte en cas de danger, lorsqu’il vit en groupe.

L’habitat de l’octodon L’habitat préféré de ce rongeur se situe au-dessous de 1  200  mètres. Son milieu naturel consiste en des steppes arides au sol pierreux, plantées de quelques arbustes parmi une  végétation rare. Le climat dominant y est chaud et sec l’été, froid et humide l’hiver (de type méditerranéen). Cependant, la constitution de l’octodon ne lui permet pas de résister aux températures trop élevées.

Le mode de vie de l’octodon L’octodon est un animal fouisseur. Il vit dans des terriers qu’il creuse jusqu’à parfois deux mètres de profondeur. Ces domaines souterrains sont constitués  de nombreuses galeries reliant diverses chambres. À chaque chambre est dévolue une fonction particulière : l’une sert de lieu de repos, l’autre de cachette, une troisième fait office de resserre à provisions, une quatrième abritera les mises bas, etc. Du fait de leur profondeur, les galeries conservent une  température agréable et relativement stable. L’octodon, qui supporte difficilement les fortes amplitudes thermiques, s’y réfugie pour se garantir des fortes chaleurs de la journée ou du froid de la nuit (rappelons au passage qu’il n’a pas l’habitude d’hiberner).

Défenses et réflexes de l’octodon Le premier est la conformation de son appareil auditif.  L’octodon possède une chambre de résonance tympanique volumineuse et des pavillons auriculaires très développés. Cela lui permet de percevoir un son à plus de 50 mètres. Il peut alors facilement détecter l’approche d’un prédateur et a (en principe) tout le temps de se mettre à l’abri. Le second atout est très particulier, puisqu’il consiste à  s’autotomiser — c’est-à-dire à se défaire — comme les lézards, de sa queue. La peau de cette dernière se sectionne par réflexe, donnant à son propriétaire la possibilité d’échapper à la prise de l’agresseur. Cette  automutilation  n’entraîne aucune douleur ni hémorragie. Les vertèbres dénudées se nécrosent, puis tombent. Le moignon restant cicatrise normalement tout seul. L’octodon ne se contente cependant pas de ces deux avantages pour se protéger des assauts inopinés : il use aussi d’un autre moyen de défense, la prudence.

Acheter un octodon Il faut bien voir que l’achat d’un animal a valeur d’engagement : sa vie est entre vos mains. Aussi, si votre motivation n’est pas suffisante et que vous deviez rapidement, une fois la magie de la nouveauté retombée, vous lasser de soigner tous les jours votre compagnon, de nettoyer sa cage et de lui accorder l’attention qu’il réclame, mieux vaut vous abstenir. Accueillir un animal chez soi doit être synonyme de volonté de le rendre heureux,  de s’en occuper de manière responsable. Avec les enfants? À partir de 10 ans, un enfant commence à se montrer apte à reconnaître les besoins d’un animal. On peut donc envisager de lui confier personnellement la « garde » du petit compagnon. Attention cependant : la spécificité de vie d’un NAC (nouvel animal de compagnie), et d’un octodon en particulier, rend la tâche encore plus pointue. L’expérience s’avère très profitable pour l’enfant : elle l’aide à développer son sens de la responsabilité  et à avoir davantage confiance en lui, autrement dit, à construire sa personnalité. De plus, il est reconnu que le fait pour un enfant de s’occuper d’un animal favorise son ouverture aux autres et ses capacités à s’exprimer. L’octodon est aussi un animal passionnant  pour un adolescent qui s’intéresse à la biologie. La complexité de son mode de vie et la vivacité de ses réactions en font un  sujet d’observation très attrayant. Les avantages de l’octodon L’octodon, une fois installé dans une cage adaptée, demande  assez peu d’entretien. Il ne dégage  aucune odeur  (contrairement au hamster, par exemple). Il est très actif et montre une grande vivacité, c’est ce qui le rend fascinant à regarder. Il est de  petite taille  (heureusement, car on conseille d’élever au moins deux octodons ensemble; un sujet unique a tendance à se morfondre et risque de dépérir). On peut l’habituer à se comporter d’une certaine façon.  La communication n’est pas forcément aisée, mais si le maître consacre assez de temps à l’observer, il peut  comprendre son animal. En outre, ce petit rongeur possède une durée de vie supérieure à celle des hamsters ou des cobayes, ce qui n’est pas négligeable lorsqu’on y est très attaché. ►


Rongeur

27


28

Rongeur

Bien choisir son octodon -- Examinez en premier lieu les yeux : vous ne devez déceler aucun écoulement; les yeux doivent être bien ouverts. -- Le nez ne doit pas être sale; cela pourrait être signe de coryza (ce que nous baptisons couramment « rhume »). -- L’arrière-train ne doit être ni souillé ni humide; cela pourrait laisser penser que l’animal présente une diarrhée. -- Le ventre doit être souple lorsque vous le palpez entre vos doigts. -- La peau ne doit présenter ni perte de poils ni croûtes d’aucune sorte. -- Vérifiez aussi l’état des pattes et des griffes (n’oubliez pas le caractère fouisseur de l’animal). Cet examen général, outre qu’il vous permet de vous faire une parfaite opinion de l’état sanitaire de l’animal, montrera au vendeur que vous êtes attentif à tout signe anormal. Lorsque votre octodon est choisi, demandez-lui de vous laisser le prendre vous-même. Vous pourrez ainsi tester le caractère de l’animal élu. S’il est d’un naturel docile, il doit venir vers votre main et se laisser prendre. Si ce n’est pas le cas, choisissez un autre sujet. Les magasins doivent présenter à la vente plusieurs animaux pour permettre un choix.

La cage de l’octodon Le volume de la cage est fonction non seulement de la taille de l’animal, mais aussi de son mode de vie.  L’octodon est un petit rongeur, certes, mais  il aime sauter et grimper. Sa cage devra donc être haute  et munie d’un grillage aux  mailles assez fines  pour ne pas qu’il s’échappe. Par ailleurs, étant à l’origine un animal grégaire, il apprécie peu la solitude; il est donc conseillé de lui donner au moins un compagnon; prévoyez dès le départ les dimensions de la cage en conséquence! Pour indication, un petit groupe de trois ou quatre octodons peut être élevé dans une grande cage de 156 × 116 × 100 cm. Les barreaux devront être entièrement métalliques, car le plastique ne résiste pas aux dents du dègue! Aménagement de la cage L’octodon est un  animal très actif  qui a  besoin de beaucoup d’exercice; il est donc conseillé de munir la cage de branches noueuses et de plateaux qui lui permettront de grimper, de sauter et d’escalader. Enfin, un fond épais de sable et de craie répondra à son besoin de creuser et usera en même temps ses griffes acérées. Rappelons au passage que le sable est aussi indispensable pour sa toilette et l’entretien de son pelage.

Attention : n’oubliez pas que l’octodon est un rongeur. Tous les végétaux — plantes et branches d’arbre — que vous mettez dans sa cage sont susceptibles d’être « goûtés ». Donc, assurez-vous, au préalable, qu’ils ne sont pas toxiques pour lui. Où placer la cage? La cage sera placée dans un  endroit calme,  pas trop sec, aéré, sans courants d’air et à l’abri de la lumière directe du soleil (en d’autres termes, ne la placez ni près d’un radiateur ni derrière une vitre). Il doit être facile d’y accéder, car il faudra la nettoyer et changer la litière une fois par semaine.

Le terrarium, une cage spéciale Tous les rongeurs,  et particulièrement  l’octodon, aiment creuser; le terrarium est donc une bonne solution. Il présente, en outre, l’avantage de  couper tout courant d’air. Contrôlez toutefois soigneusement la température qui règne à l’intérieur; elle peut grimper bien plus vite que celle de la pièce. Vous couvrirez le fond du terrarium d’un  mélange de terre argileuse et de sable  (sur une épaisseur de 8 à 10 cm pour que votre octodon puisse creuser suffisamment), que vous parsèmerez de graviers et de cailloux. Des branches d’arbre qu’il pourra escalader à sa guise et des plantes feuillues compléteront la reconstitution de l’habitat naturel. Fabriquer soi-même un terrarium Veillez à bien choisir le contenant.  Un aquarium ne convient pas : les parois doivent être bien plus hautes. Les grands terrariums pour reptiles ont souvent eux aussi des parois trop basses. Le mieux est encore que vous  fabriquiez vous-même un habitat sur mesure,  en verre ou en Plexiglas. Veillez à ne pas utiliser de matières trop fragiles pour les joints. Le dessus doit être tendu d’un fin grillage afin d’empêcher toute sortie intempestive (n’oubliez pas que l’octodon peut faire de grands bonds). Prenez la précaution de  bien fixer les branches, de sorte qu’elles ne risquent pas de tomber sur les animaux même s’ils creusent à leur pied (chose qu’ils s’empresseront de faire en général). La solution du terrarium est à adopter lorsque l’on élève de nombreux octodons. Son principal inconvénient est  d’occuper beaucoup de place; en contrepartie, il s’avère beaucoup plus facile de reconstituer le mode de vie naturel des animaux, et ceux-ci ne s’en portent que mieux!

Vivre avec un octodon Premiers jours Le passage d’une animalerie à un foyer inconnu n’est pas toujours évident pour un animal. Vous pouvez, pour faciliter cette transition, demander à l’animalerie à quelles heures étaient donnés les repas et était nettoyée la cage, et adopter le même rythme — au moins dans un premier temps. Cette attention vous permettra de ne pas bouleverser certaines des habitudes de l’animal, qui s’adaptera plus aisément chez vous. Dans le même ordre d’idées, afin de ne pas lui causer de désordres intestinaux, renseignez-vous sur le type d’alimentation auquel il est accoutumé et donnez-lui la même chose chez vous les jours suivant l’achat. Pour emmener votre nouveau compagnon à la maison, vous pouvez acheter une petite cage de transport  (ce conteneur vous servira très souvent par la suite, en recevant le petit rongeur chaque fois que vous nettoierez sa cage). Période d'acclimatation chez vous De retour de l’animalerie, installez votre octodon dans la cage préparée et  laissez-le deux à trois jours sans le toucher  (en lui donnant de quoi boire et en garnissant discrètement sa mangeoire tout de même), afin qu’il ait le temps de prendre ses repères. Chez vous, il va entendre des bruits nouveaux, auxquels il s’habituera peu à peu, en calant son rythme sur les entrées et sorties des personnes de la maison. Cette période d’  «  acclimatation  » écoulée,  essayez d’ouvrir la cage (choisissez un moment où il est bien éveillé) et de lui  présenter vous-même des aliments. Caressez-le, mais ne le prenez pas à pleines mains.  Comment tenir l’octodon -- Avant d’attraper un animal dans sa cage, il faut le prévenir. Vous devez donc lui parler, le caresser, le laisser renifler vos doigts avant de le saisir. Si l’octodon ne se laisse pas faire, n’insistez pas et recommencez l’opération le lendemain. -- Cela ne sert à rien d’essayer de l’acculer dans un coin de la cage. Certes, avec cette méthode vous arriverez à le saisir, mais ce sera chaque jour plus difficile, votre animal aura de moins en moins confiance en vous et il pourrait bien vous mordre — est-ce comme cela que l’on traite un ami? -- Vous ne devez jamais attraper l’octodon par le bout de la queue.  Souvenez-vous que cette prise déclenche un  réflexe d’automutilation : vous allez vous retrouver avec l’extrémité de la queue dans les doigts, pendant que son propriétaire filera se cacher. -- Ne laissez pas les enfants  « tester » ce phénomène : contrairement à celle des lézards, la queue de l’octodon ne repousse pas.  Pour éviter sa rupture, on peut la saisir par la base.


Rongeur

Bien entretenir son octodon Conditions essentielles pour un octodon sain et heureux -- Installer une grande cage dans une zone peu ensoleillée. -- Choisir une pièce calme. -- Surveiller la stabilité de la température et de l’humidité ambiantes. -- Prévoir une couche de terre sablonneuse  pour qu’il puisse creuser. -- Respecter le rythme de l’animal  et de ses périodes de repos. -- Élever plusieurs octodons si possible. (Si vous hésitez pour des questions de «  prolifération », sachez que vous pouvez faire stériliser vos animaux par un vétérinaire.) -- Assurer une  surveillance les premiers temps jusqu’à ce que les groupes se forment.

Soins de l’octodon Signes de bonne santé -- L’animal est très actif, il saute et bouge sans cesse. -- Son poil est brillant. -- Il a l’œil vif. -- Il vient quand on s’approche. -- Il mange et boit bien. -- Ses dents sont de couleur safran. -- Ses crottes sont sèches.

Comportement normal Le marquage du territoire Ce comportement se manifeste avec autant de force en captivité qu’en liberté. Grâce à la sécrétion de la glande ventrale, l’octodon marque les lieux qu’il considère comme siens. Pour cela, il frotte son ventre par terre ou sur des objets de sa cage — ou de son environnement s’il a l’occasion de sortir. Le mâle marque beaucoup plus son territoire que la femelle, sa glande est d’ailleurs plus volumineuse, mais la femelle qui vient de mettre bas procède à un marquage plus intensif les jours suivant l’événement. La peur face à un danger entraîne la sécrétion de la glande ventrale chez les deux sexes. Le marquage se fait aussi de façon classique par l’urine et les fèces.

Les modes de communication -- En cas de bruit ou de mouvement soudains, annonciateurs de danger potentiel, l’octodon se dresse sur ses pattes postérieures. -- Deux octodons qui se rencontrent se reniflent entièrement pour savoir à qui ils ont affaire  (n’oublions pas que l’odeur de marquage urinaire renforce encore l’identification de l’appartenance à un groupe donné).

-- Selon le résultat de l’examen, les deux animaux vont s’entendre ou se battre. Dans ce dernier cas, chacun se tient sur la défensive, la queue relevée. Les mouvements de celle-ci informent du degré d’excitation par la fréquence et l’amplitude des battements. -- La toilette mutuelle est fréquente entre adultes, mâles et femelles. Elle est précédée de postures d’incitation à la toilette et peut durer de dix à quinze minutes. Elle renforce les liens au sein du groupe. ►

29


30

Rongeur

Jouer avec son octodon Que faire pour rendre votre octodon heureux? Les maîtres proposent souvent des jeux à leurs rongeurs, par analogie avec les chats ou les chiens. Mais les octodons jouent assez peu dans la nature, excepté entre eux durant leur jeune âge. Le jeu n’est pour ces animaux qu’un moyen de se connaître. La principale activité de l’octodon dans la nature consiste à creuser un terrier développé en de nombreuses galeries, de s’y balader et de chercher de la nourriture à l’extérieur. Le mieux est donc de proposer à votre animal un espace de terre (si possible à l’intérieur de sa cage) afin qu’il puisse creuser. Des brindilles et du coton mis à sa disposition lui permettront de tapisser les galeries. L’espace de terre ne fait pas double emploi avec le bac à sable; il lui faut les deux! Les bains de sable sont pour lui un moment privilégié. Dans la gamme des accessoires, les roues ne l’inspirent pas beaucoup, d’autant que la conformation de ses pattes de derrière n’est pas adaptée à ce type de jeu. En revanche, toutes les maisons en hauteur, les planchettes, les branches d’arbre sur lesquelles sauter sont les bienvenues. Rappelons enfin que les octodons aiment vivre à plusieurs; c’est souvent dans ces conditions qu’ils sont le plus heureux… si l’entente qui règne dans le groupe se trouve bonne.

Alimentation de l’octodon Règles de l’alimentation L’alimentation dite « de base » désigne les aliments que l’on donne tous les jours. Elle est complétée par des vitamines, des minéraux, des friandises… donnés de façon plus espacée mais régulière. Ne croyez pas que votre octodon sera plus heureux si vous le gavez, ou plus fort; en le suralimentant, vous ne réussirez qu’à l’intoxiquer rapidement : il est effectivement très sensible à l’excès de nourriture. Un surcroît de graisse ne le fera pas grossir — l’octodon est assez peu sujet à l’obésité —, mais cela peut entraîner le mauvais fonctionnement d’organes, comme le foie. Souvenez-vous que, dans la nature, il consomme par jour : 10 ml d’eau pour 100 g de poids, 10 à 12 g de nourriture pour 100 g de poids. Pour un sujet de 200 g, cela correspond à 20 ml d’eau et à 24 g de nourriture; un petit ramequin à moitié rempli suffit.  Videz le ramequin tous les jours pour éliminer les écorces des graines et changez également l’eau tous les jours. Il est préférable de lui donner à manger, si vous le

pouvez, en milieu de journée. Cela correspond à son rythme naturel. Ne lui donnez de friandises qu’une fois par semaine et, même si l’animal en raffole, n’en faites pas le repas complet. Gardez toujours à l’esprit que de nombreux décès prématurés des octodons sont dus à une alimentation mal adaptée. Vous devrez donner la même nourriture que celle donnée par le commerce où vous aurez acheté votre animal. Si vous souhaitez changer de marque (ou d’aliments), faites-le progressivement, en intégrant d’abord une toute petite quantité de la nouvelle marque dans la ration journalière, puis en augmentant peu à peu sa proportion (observez dans le même temps si elle est bien tolérée) jusqu’à former la totalité de la ration Aliments Choisissez, pour les repas de tous les jours, des mélanges spécifiques destinés aux octodons; ils sont complets, équilibrés, économiques et adaptés à leur métabolisme. Vous trouverez dans le commerce un mélange tout prêt de graines et de fruits qui conviendra parfaitement. Il comprend plus exactement des céréales, des légumes, des fruits, des graines et des fruits secs. Vous pouvez le compléter périodiquement par un apport de verdure. Les graines compactes qui contiennent de nombreux éléments nutritifs sont plus austères à l’œil (eh oui ! ce sont toutes les mêmes) mais préférables pour la santé d’un animal capricieux. Le foin Le foin forme la base de son régime. Donnezlui-en à volonté (une petite poignée tous les matins suffit) pour éviter les fermentations intestinales et la constipation, qui est souvent fatale aux rongeurs. En le  mastiquant longuement, votre octodon pourra, de surcroît, user ses dents naturellement, notamment ses molaires. Achetez si possible du  foin destiné aux rongeurs et conservez-le au sec. Inspectezle avant de le proposer à votre animal : si vous observez des taches noires dessus, jetez-le et vérifiez le reste de votre provision. Ces taches indiquent un début de moisissure, probablement dû à de mauvaises conditions de stockage (humidité et mauvaise aération). Attention : n’ayez surtout pas la « bonne » idée de faire sécher l’herbe de votre pelouse pour la donner à votre octodon; elle peut l’intoxiquer.

L'eau La quantité d’eau que boit l’octodon varie en fonction de la teneur en protéines de ses aliments. Bien entendu, l’eau consommée ne se résume pas à l’eau de boisson. Si ses aliments sont riches en eau, l’octodon aura moins besoin de boire, puisque ses besoins seront déjà en partie comblés. Dans la nature, il trouve suffisamment d’eau dans les végétaux qu’il ingère et boit donc peu. En captivité, ses besoins augmentent du fait de la nourriture nettement plus sèche qu’il reçoit, laquelle consiste le plus souvent exclusivement en graines. Il faut donc mettre de l’eau à sa disposition. Le plus simple est de lui installer un biberon, auquel il ira boire selon son envie.

Les aliments nocifs et les extras Les légumes et fruits frais trop chargés en eau peuvent entraîner des désordres intestinaux. Évitez donc d’en donner. De nombreux maîtres pensent faire plaisir à leur octodon en lui offrant de la salade. Ils ignorent que sa flore digestive est très fragile; ce changement brutal de nourriture entraîne des diarrhées. Si cela ne se produit qu’une fois par semaine, il n’y aura aucune conséquence. La salade doit cependant être donnée en très petite quantité. Certains légumes pauvres en eau n’entraînent pas ce désagrément : choux, carottes, poireaux, persil. Quant aux fruits, le plus apprécié et le moins dangereux est la pomme. Mais ne donnez pas une pomme entière… un demi-quartier de temps en temps suffira. ■


UTILISEZ VOTRE CARTE AVANTAGES VASCO CHEZ ANIMO ETC Accumulez vos points et découvrez tous les privilèges que vous pouvez obtenir avec notre carte. WWW.CARTEAVANTAGES.COM


32

Comportement humain

LES HUIT CHOSES QUE LES HUMAINS FONT QUI ÉNERVENT LEURS CHIENS! 1

2

TROP OU PAS ASSEZ D’EXERCICE

TROP DE BRUIT

Une marche ou deux et une petite partie de lance-rapporte par jour s’avère habituellement tout ce que requiert la plupart des chiens comme exercice. Mais parfois, nos vies deviennent trop occupées, et nous passons alors outre ces petits moments. Sans eux, votre chien s’ennuie, devient destructeur, découragé et gras. La solution est simple : engagez-vous à faire une activité raisonnable chaque jour avec votre chien. Le problème opposé peut aussi se produire! Les gens en forme qui vont courir plusieurs kilomètres chaque jour le font souvent en compagnie de leur chien. Mais les courses prolongées peuvent, pour certains chiens, devenir énervantes et même dangereuses, selon leur âge, leur race et leur tempérament. Par exemple, un Bulldog anglais ne devrait pas courir huit kilomètres par jour, jamais. Pas plus que ne le devrait les chiens de race lourde comme le Mastiff ou les petits chiens comme le Chihuahua.

Les chiens ont une ouïe deux fois supérieure à celle de l’humain. Ceci leur permet d’entendre les sons beaucoup plus forts que nous, ce qui peut être la raison pour laquelle votre chien va se coucher dans un endroit tranquille lorsque certains appareils de divertissement fonctionnent. Même une foule turbulente, bruyante regardant un événement sportif à la télévision peut créer de l’anxiété chez certains chiens. Respectez l’ouïe de votre animal et gardez les radios, télévisions et autres bruits à un volume raisonnable. Si vous faites un party avec de la musique forte, déplacez votre compagnon aussi loin que possible de ce bruit.

Les chiens plus âgés que huit ans devraient obtenir la permission du vétérinaire avant d’aller courir plus de deux ou trois kilomètres. Si vous souhaitez que votre chien coure avec vous, assurez-vous que sa race l’en rend capable de le faire. Les lévriers, la plupart des chiens sportifs ou d’élevage (excluant les épagneuls à courte stature et les gros retreivers) ainsi que la plupart des races à longues pattes et cadre musculaire souple font souvent de très heureux partenaires de course. Mais même pour ces chiens, courir plus de huit kilomètres peut être dangereux à long terme. Les coussinets usés et des problèmes de structure peuvent mener à une intervention médicale ou à une vie raccourcie. Trouver une bonne balance d’exercice pour votre chien est la clé du succès : souvenez-vous, c’est pour lui, pas pour vous. En général, si votre chien a de la difficulté à vous suivre, ça signifie que vous l’avez poussé trop loin.

3

4

SOCIALISATION FORCÉE

L’EAU SALE

Si votre chien aime être introduit à de nouvelles personnes et animaux, alors surtout, laissez-le apprécier cette interaction. Toutefois, s’il est réservé et anxieux, le forcer à socialiser peut être dérangeant voir même dangereux. Permettez à votre chien de décider quand il souhaitera venir rencontrer la nouvelle personne. Lorsque cela arrive, demandez à celle-ci de laisser tomber une gâterie sur le sol et de dire « Bon chien!  ». Lorsque vous introduisez votre chien « pas si sociable que ça » à un nouvel ami canin, au lieu de les mettre un en face de l’autre, prenez plutôt le temps d’aller faire une petite promenade autour du bloc. Ceci créera un sentiment d’équipe entre eux et les désensibilisera tranquillement aux rencontres. Après quelques pâtés de maisons, si vous pensez que votre chien est suffisamment confortable pour faire les présentations officielles, alors allez-y. Ne le forcez simplement jamais : à la place, laissez ses attitudes guider vos actions.

En plus de collectionner la poussière, les morceaux de nourriture, les cheveux et autres épaves, l’eau de votre chien peut également devenir contaminée avec des bactéries et autres agents contagieux, spécialement si d’autres chiens boivent à même le bol. Les bols à l’extérieur peuvent être très vulnérables à la contamination ou à une personne qui oublierait de bien les remplir régulièrement d’eau fraiche. L’eau fétide ou un bol sec demeure un bon moyen d’énerver votre chien assoiffé. Chaque jour, nettoyez puis remplissez son bol d’eau avec de l’eau fraiche. Si un nouveau chien vient vous visiter, offrez-lui un bol bien à lui afin de prévenir les risques d’infection. Selon une étude, un bol d’eau communautaire peut devenir infecté par des agents infectieux incluant la gardia, la parvovirose, la leptospirose et autres dangereux contaminants. Restez donc loin des bols d’eau public!

5 TROP DE BAINS Personne ne veut d’un chien qui sent le chien dans sa maison. Mais les chiens n’ont jamais été conçus pour être lavés aussi souvent que les humains. Si leur peau et leur fourrure sont privées de leurs huiles naturelles trop souvent, elles deviendront toutes deux sèches et malsaines. La peau sèche peut mener à un grattage chronique, des points chauds et une dermatite générale. La plupart des chiens n’aiment pas se faire laver, parce que cela requiert que leur corps soit imbibé et manipulé alors qu’ils sont vulnérables. La plupart détestent avoir les pieds et les jambes manipulés ainsi que les yeux plein de savon – normal, direz-vous! De plus, plusieurs personnes n’utilisent pas suffisamment d’eau tiède lorsqu'elles lavent leur chien. Si le vôtre sent ou qu’il est clairement sale, alors lavez-le. Mais ne prévoyez pas une douche hebdomadaire juste parce que vous pensez que c’est la chose à faire. Le lavage vous permet de retirer la saleté, les poils morts et la peau. Lorsque vous lavez votre chien, brossez-le avant toute chose. Ensuite, utilisez de l’eau tiède – ni chaude, ni froide – et un shampoing doux pour peau sensible pour chien. Il nettoie doucement, apaise la peau et la fourrure sèche et peut sentir très bon.


Comportement humain

6

7

DEMANDES INCOMPRÉHENSIBLES

MALMENER

C’est assez, les monologues! Les chiens comprennent très bien certaines associations de mots liés aux actions, aux comportements et aux choses, mais ne comprennent pas la grammaire, la syntaxe et les significations abstraites. Il n’en reste pas moins que nous leur parlons souvent avec trop de mots, pensant qu’ils saisissent nos propos. C’est, bien entendu, tout à fait correct – à moins que vous ne tentiez de communiquer à votre chien ce que vous souhaitez qu’il fasse. Mis à part apprécier le ton de votre voix, il ne comprend souvent pas où vous voulez en venir et ce que vous dites. Il se trouve, et de loin, bien meilleur pour lire votre langage corporel ou pour capter certains mots clés. Si vous souhaitez qu’il comprenne quelque chose, ne parlez pas pendant cinq minutes et ne vous perdez pas dans des explications qu’il ne saisit pas de toute manière. Soyez précis avec vos mots et votre ton et utilisez toujours une posture (pensez « signaux de mains  » tels que, une main dans les airs pour lui demander de se coucher, ou votre main qui lui fait signe de venir vous voir ou partir en courant pour lui demander de vous suivre). Ceci vous permettra d’interagir plus efficacement sans confondre votre chien en le laissant perdu par rapport à ce que vous souhaitez obtenir de lui. Nos chiens aiment nous plaire; notre travail est de leur donner les outils pour y arriver.

Les enfants sont rapides, imprévisibles et impulsifs, et peuvent souvent déranger ou énerver un chien, spécialement un qui n’est pas habitué à leur nature imprévisible et exubérante. Les enfants peuvent le chasser, lui tirer les oreilles ou la queue, essayer de le monter comme un cheval (un gros NON!) ou même prendre ses jouets. L’une ou l’autre de ces actions peut résulter en une morsure au visage ou aux mains. Avant qu’un enfant vienne chez vous, parlez aux parents et expliquez leur le protocole à suivre pour les enfants. Lorsqu’ils arrivent, laissez votre chien les accueillir et demandez-leur de donner au chien une gâterie ou deux. Ensuite, gardez simplement une atmosphère calme. Si les enfants souhaitent jouer trop durement avec ou autour du chien et que cela semble déranger celui-ci, mettez-le simplement dans une autre pièce où les jeunes ne pourront aller.

8 INTERRUPTIONS À L’HEURE DU REPAS Vous devriez, bien entendu, toujours être en mesure de pouvoir retirer le bol à votre chien lorsque nécessaire, et ce, sans aucune résistance de sa part. Donc, apprenez-lui que de prendre son bol résultera toujours en une bonne conséquence. Avec le bol vide pour commencer, prenez-le et placez une gâterie à l’intérieur puis, reposez-le. Répétez cela souvent. Ensuite, sans avertissement, faites la même chose lorsque votre chien mange. Mais, une fois ce comportement appris, minimisez cette manutention et laissez votre chien manger. Si quelqu’un touchait régulièrement votre plat durant votre repas, cela vous irriterait. La même règle s’applique à votre chien, pour qui le meilleur moment de la journée est justement celui-ci. Laissez-le manger en paix et avisez les membres de votre famille d’en faire autant.

33


34

Jeux

Éviter les malentendus avec son chat : jeux et caresses Nous aimons et nous admirons nos chats pour leurs habiletés à garder le côté sauvage de leurs ancêtres. En même temps, nos actions et interactions quotidiennes entrent souvent en contradiction avec ce trait de caractère qui leur est propre. Deux types communs de surstimulations : les jeux et les caresses démontrent comment une meilleure compréhension de ces comportements naturels du chat peut nous aider à interagir plus paisiblement.

Caresser de la mauvaise manière Vous êtes confortablement installé dans votre lit, en pleine lecture, caressant nonchalamment votre minet d’une main tout en tenant votre livre dans l’autre. Tout à coup, vous sentez de petites dents acérées vous percer la main. Levant les yeux, vous voyez votre chat assis tranquillement de l’autre côté de la chambre. Qu’est-il arrivé? Observez bien le comportement de votre chat avec les autres chats pour obtenir la réponse à cette question. Les caresses entre chats sont généralement de courte durée – durée que vous avez probablement outrepassée sans vous en apercevoir! Votre chat vous a très certainement fourni plusieurs petits avertissements avant de vous mordre : pupilles dilatées, raidissement, secouement de la queue, ou même tête qui se retourne rapidement alors que votre main arrive près d’un endroit « interdit ». Il serait donc bien, afin d’éviter d’en arriver à trop caresser votre compagnon félin, de porter un peu plus attention à ses comportements et de répondre aux signaux d’arrêt qu’il vous transmet. Si votre chat a un seuil de caresses relativement bas (plus commun chez les mâles non stérilisés), vous pouvez l’augmenter tranquillement en jumelant caresses et repas ou gâteries. S’il peut accepter deux ou trois caresses calmement, complétez celles-ci, puis offrez une gâterie et caressez-le à nouveau avant de terminer la session (augmentez doucement le nombre de caresses après chaque gâterie). Si votre chat a beaucoup de difficulté à accepter les caresses, faites-le une ou deux fois en lui donnant son bol de nourriture.

Les jeux « agressifs » Vous marchez dans le couloir tout doucement lorsque soudainement, votre chat vous agrippe l’orteil et le mord. Qu’est-il arrivé? Il y a de fortes chances pour que votre chat pratique tout simplement les habiletés qu’il pratiquerait normalement pour survivre à l’état sauvage telles que : chasser, traquer, écraser, griffer et mordre. Il peut donner un coup sec avec sa queue, faire tourner ses oreilles de l’arrière vers l’avant ou rester immobile dans une position accroupie avant de bondir et d’entourer ses pattes avant autour de votre main ou de votre pied, et ce, tout en le mordant – la position du corps ressemblant à celle d’un chat qui se prépare à bondir sur sa proie. Ces attaques «  espiègles  » arrivent habituellement lorsque vous ne vous y attendez pas, que ce soit quand vous tournez un coin de la maison, bougez sous les couvertures ou descendez les escaliers, et peuvent souvent être différenciées des attaques agressives par un saut de côté ou un rebond, un dos arqué, une gueule à moitié ouverte ou le silence (l’absence de grognement, de crachat ou de sifflage). Malgré les intentions de jeu de votre chat, il peut en résulter des grafignes, morsures inhibées (qui ne transpercent pas la peau) ou de sérieuses blessures (les grafignes et les morsures peuvent s’infecter). Les chats les plus enclins à jouer au jeu de l’agression sont ceux de moins de deux ans, souvent seuls félins de la maison et qui passent plus de huit à dix heures seuls dans une journée.

Trucs et astuces pour garder votre temps de jeu intéressant, tout en épargnant vos doigts et vos orteils Encouragez les jeux appropriés -- Canalisez l’énergie de votre chat en jeu positif en pratiquant des sports félins agréables, et ce, de deux à trois fois par jour pour une durée de trois à dix minutes par session. -- Incluez des jeux interactifs quotidiens avec vos chats en utilisant des cannes à pêche pour chat, des baguettes avec des plumes, des souris avec de l’herbe à chat et des insectes sur un fil (gardez-les à portée de main lorsque votre chat n’est pas supervisé). -- Construisez une enceinte centrale de divertissement en plein air avec des perchoirs, des boites et des étagères pour rediriger l’énergie de votre chat. -- Si vous pouvez vous permettre les frais additionnels et que vous en avez le temps, considérez la possibilité d’adopter un jeune compagnon félin pour votre chat seul à la maison afin qu’il puisse avoir quelqu’un avec qui dépenser son énergie (assurez-vous que le petit nouveau ait le même degré d’énergie). -- Évitez de jouer agressivement avec votre chat ou de l’encourager à mordre votre main ou votre pied durant un jeu (assurezvous aussi que tous les membres de la famille se conforment à cette règle).


Jeux

Jeux de distraction et de détournement d’attaques - - Si vous pouvez prédire le moment des attaques de votre chat, lancez un jouet en avant de vous pour attirer l’attention de ce dernier ailleurs que sur vos pieds. -- Si vos tentatives de distraction ou de détournement ne fonctionnent pas, retirez toute l’attention en entrant dans une autre pièce, puis fermez la porte suffisamment longtemps pour qu’il se calme. - - Évitez de frapper, bousculer, tapoter ou donner des chiquenaudes pour jouer plus agressivement avec votre chat (ou de le bloquer avec votre pied ou de partir en courant). Ces tactiques ont plus de chances de l’effrayer, d’intensifier le jeu ou de le faire passer du jeu à l’agression. - - Assurez-vous de bien nettoyer toutes les morsures ou grafignes et d’appliquer un onguent antibiotique sur celles-ci. Si vous avez reçu une mauvaise morsure, vous devriez consulter un médecin sans attendre. ■

35


36

Voyage

Ota dis alis everferest Voyager quiatio entur aut au. avec son chien Vous considérez votre animal de compagnie comme un membre la famille ? Vous avez bien raison. Vos vacances arrivent à grands pas et vous n’aimez pas l’idée d’envoyer Toutou ou Minou à la garderie ? Vous n’avez peut-être pas à le faire ! Avec quelques préparations adéquates, il est pos-sible d’emmener son compagnon avec soi, et ce, sans problème. Voici quelques astuces qui vous aideront à éviter les situations ennuyeuses lorsque vous décidez de voyager avec votre animal de compagnie.

SAVIEZ-VOUS QUE : Plusieurs membres Hôtellerie Champêtre acceptent les animaux de compagnie. Vous pourrez être accompagné de votre animal dans les établisse-ments suivants  : Auberge des Gallant, Auberge du Lac Taureau, Le Moulin Wake ield Hôtel et Spa, Auberge & Spa West Brome, Domaine Château-Bromont, Château Mont-Sainte-Anne, Le Grand Lodge Mont-Tremblant et Le Village Windigo. Certaines conditions s’appliquent. Veuillez contacter l’hôtel directement pour en savoir plus.


Voyage

LES DÉPLACEMENTS Votre animal de compagnie compte beaucoup pour vous. Vous devez donc vous assurer de sa sécurité lorsque vous le trans-portez dans un véhicule. Sa vie, et même la vôtre, pourraient être mises en danger lors d’une collision. Plusieurs moyens de sécurité existent en fonction de la grosseur de votre animal. L’un des moyens les plus sécuritaires est d’attacher votre animal à l’aide d’un harnais. Vous pouvez également utiliser un transpor-teur (cage de transport) mais, n’oubliez pas de fixer le transporteur pour que celui-ci ne soit pas propulsé lors d’un impact. Pour un maximum de confort pour votre animal, prévoyez quelques arrêts afin de lui faire prendre l’air.

L’HÉBERGEMENT Certains hôtels acceptent votre animal de compagnie et pro-posent des petites attentions telles que : espace gazonné, cage, lit, biscuits et même des plats confectionnés exclusivement pour votre animal. Certains endroits peuvent également offrir une halte-garderie pour votre toutou. Parfait pour vous libérer l’esprit lors d’un rendez-vous.

LA NOURRITURE Selon l’endroit où vous serez, il se peut que vous ne puissiez pas trouver la même nourriture que celle que vous offrez habituel-lement à votre animal. Il est donc fortement suggéré de penser à emporter avec vous une ration suffisante pour la durée com-plète de votre séjour (et même un peu plus au cas où). Votre animal est déjà en dehors de sa zone de confort donc, de lui donner une nourriture inconnue pourrait lui occasionner plus de stress que nécessaire, ce qu’il est préférable d’éviter pour son bien-être et pour le vôtre.

Pour plus d’informations sur nos produits et services ou pour connaître les adresses de nos différents magasins Animo etc, nous vous invitons à visiter notre site web au www.animoetc.com

37


38

Test

Quelle personnalité de chat avez-vous? Remplissez ce questionnaire pour le découvrir! Entourez vos réponses pour chaque question de ce questionnaire afin de découvrir quel genre de personnalité « chat » vous possédez et quel type de chat pourrait le mieux vous correspondre.

1. C’est samedi après-midi, où pouvons- 4. On vous présente à quelqu’un de nous vous trouver?

nouveau. Vous :

a. Dans un brunch avec votre meilleur ami (essentiellement avec

a.

Parlez sans cesse et faites des plans pour qu’il ou elle rencontre vos autres amis ;

b. En train de lire le magazine Animo etc au soleil dans votre chaise

b.

Dites poliment bonjour et quittez le plus rapidement possible ;

c.

Lui demandez quelles sont ses émissions de télévisions favorites de sorte que vous aurez de quoi discuter ;

d.

Lui présentez votre meilleur ami ; n’est-il pas génial ! ;

e.

L'invitez à faire de la randonnée avec vous ce week-end.

tout votre monde) ; favorite ;

c. Sur le sofa, avec des amuse-gueules, à regarder n’importe quoi à la télévision ;

d. Dans les bras de votre amoureux. Il vous comprend si bien! ; e. Dans les magasins à la recherche d’aubaines.

2. Vous êtes dans une soirée cocktail. Vous :

5. C’est l’heure du souper. Vous : a.

Mangez à peine parce que vous avez une bonne histoire à raconter à tout le monde ;

b.

Savourez un repas tranquille à la maison avec un bon livre ;

c.

Commandez. Qui a l’énergie de cuisiner quelque chose ? ;

d.

Savourez une soirée romantique dans votre resto préféré avec votre amoureux ;

e.

Essayez une nouvelle cuisine exotique.

a. Sautez de groupe en groupe pour vous introduire, en faisant le comique ;

b. Essayez de trouver le chat de la maison et passez votre aprèsmidi à être son ami ;

c. Vous arrivez à destination, vous vous installez confortablement

sur le sofa et vous comptez les minutes jusqu’au moment approprié pour vous éclipser ;

d. Tournez en rond autour de l’hôte ; e. Fouillez dans le cabinet médical et regardez tous les livres sur les étagères.

3. Votre forme préférée d’exercice est? a. Zumba avancé avec votre gang ; b. Yoga ; c. Exercice… ; d. Est-ce que le pédalo avec ma copine est un sport? ; e. Faire de l’escalade.


Test

LE VERDICT Principalement des A

Principalement des D

Vous avez la personnalité d’un chat super social! Vous êtes la vie du party!

Vous avez la personnalité d’un chat collant!

Tout comme votre compagnon félin idéal, vous êtes sans réserve, amical et êtes considéré comme le ciment de votre groupe. Vous aimez rencontrer de nouvelles personnes et vous faire de nouveaux amis rapidement. Votre homologue félin idéal est confiant, a de l’entregent et aime se faire de nouveaux amis.

Pour vous, l’amour, c’est ce qu’il y a de plus important. Vous avez certainement une âme sœur et vous êtes inséparables! Idéalement, vous souhaitez passer tout votre temps avec l’objet de votre affection… peu importe que ce soit pour vous laver les cheveux, vous regarder profondément dans les yeux ou partager un seul plat à l’heure du souper. Votre « match » félin idéal est le même : un chat hyper câlin qui n’a d'yeux que pour vous !

Principalement des B

Principalement des E

Vous avez la personnalité d’un chat réservé! Plus introverti, vous appréciez les coins tranquilles et confortables où vous pourrez profiter des activités en solitaire. Vous êtes plutôt comme un chat timide : vous préférez les petits groupes ou un temps en solitaire, et ce, jusqu’à ce que vous vous sentiez à l’aise. Les gens qui prendront le temps de vous connaître seront récompensés par votre merveilleuse personnalité.

Principalement des C

Vous avez la personnalité d’un chat casanier! Une journée relaxante est une journée idéale! Beaucoup de grignotines et de télévision, confortablement installé dans votre coin du sofa. Votre félin parfait aimerait dormir au soleil et se réveiller seulement à l’heure du repas ou pour faire un bref examen de ce qui se passe devant la maison.

Vous avez la personnalité d’un chat aventureux! Si vous n’êtes pas déjà en vacances, vous planifiez déjà les prochaines. Vous aimez essayer de nouvelles choses et vous êtes toujours prêt à partir. De plus, il n’y a pas d’aventure trop grande ou trop petite pour vous. Votre homologue serait un chat qui aime chasser, jouer et aller se promener.

39


40

Famille

Comment choisir le bon chien pour votre famille Ce n’est pas un secret, posséder un chien coûte de l’argent. Tout d’abord, il y a le coût de son achat, de 100 $ à 500 $, selon l’âge de l’animal. Mais adopter un chiot d’un éleveur peut parfois coûter plusieurs milliers de dollars. Ensuite, il y a les autres sommes qu’il faudra dépenser pour s’assurer d’élever un chien en santé. Selon la SPCA, il en coûterait de 50  $ à 70  $ par mois pour offrir à votre chien les soins de base que requiert sa routine quotidienne dépendamment de sa grosseur. Si vous êtes sans emploi ou plus âgé, ou si vous avez un revenu limité, vous pourriez trouver difficile d’avoir à faire face à ces coûts.

plusieurs races ou mélanges de races, chacun offrant un différent mélange de personnalités et de traits. Prenez le temps de discuter avec les autres membres de votre famille et déterminez ensemble les qualités que vous recherchez chez un chien et celles que vous préfèreriez éviter.

Un chiot requiert une castration ou une stérilisation même si certains refuges incluent leur coût dans les frais d’adoption. Les chiens adultes requièrent habituellement une prévention mensuelle des puces et des tiques ainsi qu’un vaccin. Il y a ensuite la nourriture, le lit, les bols pour l’eau et la nourriture, le collier et la liasse, les jouets, le toilettage, les licences, les gâteries et l’embarquement ou les frais de gardiennage lorsque vous voyagez.

Comment décider des qualités souhaitées pour votre chien

Lorsqu’un chien est malade, les frais de vétérinaire peuvent monter rapidement. Alors que certaines races se montrent plus enclines à des problèmes de santé spécifiques, n’importe quel chien peut avoir besoin de soins d’urgence à la suite d’une maladie ou d’une blessure. Peu importe vos intentions concernant votre chien, lorsque vous l’amenez pour la première fois à la maison, il deviendra rapidement un compagnon aimé. Et, s’il tombe malade, il y a de fortes chances pour que vous fassiez tout ce que vous pouvez pour le ramener en santé – même vous endetter.

Avez-vous une famille active avec de jeunes enfants, des personnes handicapées ou âgées et frêles? Si oui, vous voudrez un chien doux. Dans une famille active, évitez ceux de races toy; ils pourraient être piétinés par les plus jeunes et sont portés à japper et à mordre. Les gros chiens ou les chiens turbulents, quant à eux, risquent de renverser accidentellement un enfant ou un adulte instable sur ses pieds.

Choisir le bon chien Si vous avez décidé de devenir l’heureux propriétaire d’un chien : FÉLICITATIONS! Vous entrerez bientôt dans une relation unique et enrichissante. Les gens possédant un chien semblent plus heureux, plus indépendants et se sentent plus en sécurité que ceux vivant sans animal. Il importe de bien choisir le type de chien le mieux adapté à votre style de vie. Le meilleur ami de l’homme vient en

Si vous n’avez jamais eu de chien auparavant, ce ne sera peut être pas évident de savoir quel type convient à votre style de vie. Posez-vous les questions suivantes :

Combien de pertes de poils êtes-vous prêt à tolérer et combien de toilettage êtes-vous prêt à payer? La plupart des chiens perdent leurs poils dans une certaine mesure, spécialement les chiens qui ont un double manteau comme les Chows et les Akitas, ce qui peut s’avérer salissant et provoquer des allergies chez certaines personnes. Des chiens tels que les Poodles de pure race ou les Poodles mélangés (comme les Labradoodles) nécessitent, quant à eux, beaucoup de toilettage professionnel. Vous devrez donc penser au temps et à la dépense additionnelle que cela entrainera de posséder une telle race.

À quel point serez-vous actif avec le chien? Il s’agit d’une des questions les plus importantes que vous devrez vous poser avant d’acheter un chien. Si vous n’êtes pas terriblement actif, ne choisissez pas un chien qui requiert beaucoup d’exercice tel qu’un Golden Retriever ou un Husky. D’un autre côté, si vous souhaitez avoir un chien avec lequel courir, choisissez un animal qui puisse tolérer beaucoup d’exercice de ce genre comme un Pointer ou un Border Collie. Inévitablement, un chien qui fera suffisamment d’exercice se comportera beaucoup mieux dans la maison et sera moins enclin à l’anxiété et à ses conséquences potentiellement destructrices. Qui prendra soin du chien? Même si les enfants supplient souvent pour avoir un chien et qu’ils réassurent les parents en leur promettant de s’en occuper, la responsabilité retombe généralement toujours entre les mains des adultes (et même si l’enfant prend vraiment soin du chien, vous devez tout de même superviser). En résumé : si vous ou les membres de votre famille n’êtes pas prêts à nourrir ou promener un chien, vous ne devriez pas en avoir un. Pendant combien de temps votre chien serait-il seul durant le jour? Non seulement les chiens ont besoin d’aller faire leurs besoins à l’extérieur environ tous les huit heures (ou plus souvent que cela s’il s’agit de chiots ou de chiens plus âgés et malades), mais ils peuvent également souffrir de solitude et d’anxiété s’ils sont isolés. Il vous faudra peut-être embaucher un promeneur de chien ou amener ce dernier à la garderie. Avez-vous d’autres animaux dans la maison et est-ce qu’ils s’entendront bien avec votre nouvel animal? Certains chiens et chats ne tolèrent pas un nouvel animal dans la maison, assurez-vous donc des prédispositions de votre animal actuel avant de vous engager auprès d’un nouveau venu.


Famille

Vivez-vous dans la bonne grandeur et sorte de maison pour le chien que vous souhaitez vous procurer? Les gros chiens comme les Labradors et les Border Collies ne vont pas nécessairement bien dans un petit appartement et ont besoin de beaucoup d’espace pour courir et jouer, spécialement lorsqu’ils sont jeunes. Mais la grosseur ne s’avère pas toujours un bon indicateur du niveau d’énergie ou de l’adaptabilité à une petite maison. Plusieurs gros chiens se trouvent mieux adaptés pour la vie en appartement que les petits chiens énergiques comme le Jack Russell Terrier, par exemple. Voulez-vous un chiot ou un chien adulte? Partir de zéro avec un chiot peut procurer une joie immense, mais peut aussi demander beaucoup de travail. Vous devez donc être certain d’avoir suffisamment de temps pour socialiser, entrainer et domestiquer votre chiot. Si vous ne pensez pas avoir la possibilité et le temps nécessaire pour faire cela, alors un chien domestiqué adulte est probablement un meilleur choix pour vous.

Si vous vous rendez compte que vous n’avez ni les moyens, ni le temps ou l’énergie de vous occuper d’un chien à temps plein, vous pouvez quand même retirer des bénéfices à côtoyer un ou plusieurs chiens. Même de courtes périodes passées avec un chien peuvent être bénéfiques à la fois pour vous et pour l’animal. Vous pourriez demander à un voisin de promener son chien ou encore, devenir bénévole dans un refuge pour animaux. La plupart des refuges sont heureux d’accueillir les bénévoles pour se faire aider dans l’accompagnement de leurs animaux sans logis ou lors d’événements d’adoption. Vous ne ferez pas seulement que vous aider vous, vous aiderez également l’animal à sociabiliser et à faire de l’exercice, le rendant plus apte à l’adoption. Certains refuges offrent des programmes de « location d’animaux ». Les chiens disponibles pour l’adoption peuvent être loués pour des marches ou pour une journée. Vous pouvez

même accueillir un chien chez vous temporairement jusqu’à ce qu’il trouve sa nouvelle maison ou que vous décidiez qu’il s’agit du bon chien pour vous. Une variété de différents organismes offrent des thérapies spécialisées faites avec des chiens ou des chats. Ils visitent les hôpitaux pour enfants, les installations de vie assistée, les maisons pour personnes âgées, les soins palliatifs, les abris et les écoles. Lors de ces visites, les gens sont invités à câliner et flatter les animaux, ce qui améliore leur humeur et réduit leur stress et leur anxiété. ■

41


42

Produits pour chat

Noël arrive à grands pas et vous aimeriez offrir à votre compagnon favori un petit cadeau digne de lui? Voici quelques idées de cadeaux à offrir à votre chat pour Noël! 1

2

3

4 6 5

Articles disponibles chez

1. Aikiou Stimulo Bol interactif 23,99$

4. Kong Oiseaux Buzzies 7,99$

2. Kong Baguette serpent 10,99$

5. Kong Laser metal 4,99$

3. Cumfy-O's Lit ultra doux 17,99$

6. Kong Hubba souris 6,99$


Produits pour chien

Voici quelques idées de cadeaux à offrir à votre chien pour Noël! 1

4

3

2

5

6

7

8

10 9

Articles disponibles chez

1. Toni’s Buddy Bonhomme de neige avec criard. 27x22cm 10,99$

6. Burgham Maison confortable pour chien 16’’ 46,99$

2. Toni’s Buddy Foulard et chapeau du temps des Fêtes. 15x13cm 7,99$

7. Bullsters Fémur de T-Rex 16’’ 19,99$

3. Toni’s Buddy Jouet bas de Noël. Renne. 36x15cm 10,79$

8. Bas de Noël pour chien Rempli de surprise 7,99$

4. Toni’s Buddy Chapeau pour chien. Elfe du temps des Fêtes. 30x21cm 5,49$

9. Flossy Braidys Corde 4 nœuds 34’’ 33,99$

5. Trumps Gâteries pour chien. Vrai goût de foie. 100g 2,99$

10. Toni’s Buddy Jouet en canevas avec corde. Hibou 10.5’’avec criard. 11,99$

43


44

Odorat

Le maître des odeurs Même si les chiots sont essentiellement aveugles à la naissance, leur sens de l’odorat se trouve entièrement développé et actif. Il s’agit du sens le plus important chez le chien et celui que nous, humains, négligeons le plus. Alors que nous nous concentrons sur ce à quoi les choses ressemblent, l’attention de notre chien est centrée sur un assortiment de senteurs qui flottent dans l’air : ce que les voisins ont mangé pour le souper; quel raton laveur est venu marcher dans la cour la nuit passée; si le Retreiver de la maison d’à côté vient juste d’avoir un bain... L’être humain a 6 millions de récepteurs olfactifs; les chiens en ont 300 millions. En plus, la partie du cerveau qui analyse les odeurs est 40 fois plus importante chez le chien que chez l’humain. Ceci lui permet de retrouver un marcheur perdu, trouver des truffes enfouies ou même, localiser un cadavre sous l’eau. Il va donc de soi que nous devrions exploiter cette puissance étonnante chez notre propre chien. Quoique dépendant de leur nez pour survivre, la plupart des chiens domestiques d’aujourd’hui sont un peu hors de pratique. La bonne nouvelle, c’est qu’avec un peu de planification et de patience, vous pouvez ajouter des jeux d’odeurs amusants à leur répertoire de comportements et les aider à utiliser ce pouvoir de senteur inexploité.

Que les jeux commencent! Trouve la nourriture Cela ne requiert de votre part que de placer de petites gâteries un peu partout dans la maison, alors que votre chien est à l’extérieur de la pièce où vous procédez, en espérant, après l’avoir appelé, qu’il les localisera à l’odeur. Une fois qu’il aura trouvé la première (souvent par accident), il comprendra vite qu’il peut en trouver d’autres avec son nez. Commencez par placer une ou deux gâteries à la vue. Il les mangera avec plaisir et en cherchera d’autres. Répétez ce processus mais cette fois, placez les gâteries hors de vue, dans des endroits un peu moins évidents (dans un coin, sous le sofa ou la table à café ou même un peu sous son coussin). Puis, laissez-le simplement les trouver par lui-même. Vous remarquerez rapidement qu’il les cherche à l’odeur plutôt qu’au regard. Vous pourrez même tenter l’expérience à l’extérieur et rendre les choses de plus en plus difficiles.

Quelle main? Commencez par vous procurer de petites gâteries que vous pouvez cacher dans vos mains. Tenez-en une dans une main, paume vers le haut, et ne serrez pas trop. Ensuite, avec votre chien en avant de vous, montrez-lui ce poing et laissez-le renifler. Alors qu’il renifle, dites « Trouve! ». Une fois qu’il aura reniflé, ouvrez votre main et offrez-lui la gâterie en lui disant «  Bon chien!  ». Répétez cela quelques fois. Ensuite, ajoutez l’autre main. Ne lui montrez pas dans quelle main vous cachez la gâterie. Montrez-lui les deux mains paumes vers le haut. Lorsqu’il reniflera la main qui tient la gâterie, répétez-lui « Bon chien! ». Changez de main une fois de temps en temps. Essayez de vraiment remarquer le moment où le nez de votre chien semble en « alerte » avant d’ouvrir votre main. Lorsque qu’il semblera réussir, vous pourrez mettre vos paumes vers le bas ou même, ajouter les paumes d’un ami au lot pour le plaisir. Ceci apprendra à votre chien à localiser la gâterie par l’odeur seulement. Cache-cache En voici un qui vous utilise comme gâterie. Alors que votre chien est distrait quelque part dans la maison, cachez-vous dans une garderobe, sous le lit ou dans un endroit où il ne s’attend pas à vous voir habituellement. Puis appelez-le et attendez sans ne plus rien dire. Il commencera inévitablement à vous chercher. Une fois qu’il vous aura trouvé, félicitez et récompensez-le! Ensuite, essayez cela à l’extérieur, idéalement seuls vous et lui. Demandez à un ami de retenir le chien puis, allez vous cacher. Votre ami devrait attendre 30 secondes, puis lui lancer « Où est (votre nom)? » et le laisser aller. En quelques minutes, il devrait vous avoir repéré. Il vous faudra alors le récompenser et le féliciter. Augmentez la distance et il vous trouvera peu importe où vous serez.

Jeu de coquille Prenez quatre contenants robustes, de la grosseur d’une tasse à café que votre chien ne peut ni casser ni facilement renverser. Évitez la vitre et le papier, car l’un peut briser facilement et l’autre est trop fragile. Avec votre chien en face de vous, prenez une gâterie et cachez-la sous un des quatre contenants. Puis, déplacez le contenant. Dites-lui ensuite « Trouve! ». Lorsqu’il renifle, levez ce dernier, et alors qu’il mange la gâterie, diteslui « Bon chien! ». Ajoutez ensuite un second contenant. Répétez. Même s’il fait tomber le contenant, ce n’est pas grave. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que les quatre contenants soient de la partie. À ce point, vous saurez qu’il utilise son nez et qu’il ne choisit pas seulement au hasard. Où est le repas? Alors que les chiens sauvages doivent pister et capturer leur nourriture au quotidien, nos chiens, eux, savent qu’ils trouveront leur repas au même endroit tous les jours. Mais qu’arriverait-il si, lorsque vous appelez le vôtre pour le repas, son bol n’était plus au même endroit? C’est simple, il commencerait immédiatement à le chercher. Essayez de placer le bol dans la pièce d’à côté pour commencer. Il reniflera avec excitation et captera l’odeur riche du bol en quelques secondes. Le jour suivant, cachez le bol quelque part dans la maison et appelez-le pour le repas. Ça lui prendra un peu plus de temps, mais il finira par le trouver. Une fois qu’il aura compris le principe, déplacez le bol une ou deux fois par semaine et laissez-le chercher!


Odorat

Pistes odorantes La nourriture n’est pas la seule odeur qui intéresse les chiens. Les odeurs uniques comme les huiles essentielles (lavande, anis et valériane fonctionnent bien) peuvent motiver les chiens et les exciteront dans leur instinct de chasse. Pour commencer, prenez l’un de ses jouets favoris (une balle, si efficace) et mettez quelques gouttes d’huile essentielle dessus. Ensuite, jouez un peu avec lui et l’objet dehors (lance et rapporte) en faisant suivre d’une récompense. Le lendemain, en l’absence du chien, cachez le même jouet, puis placez de petits morceaux de papier enduit d’huile sur le plancher, le menant à 20 pieds de l’endroit où vous aurez caché le jouet. Puis, laissez le chien dans la pièce où débute la piste et lancez-lui « Trouve! ».

La plupart des chiens sentiront les morceaux de papier et éventuellement associeront cette odeur à la balle. Vous pouvez lui montrer le premier papier et le lui faire sentir. Lorsqu’il trouve la balle, récompensez-le! Réduisez graduellement le nombre de petits papiers jusqu’à ce qu’il réussisse par lui-même. Une fois le tout maîtrisé dans la maison, essayez-le à l’extérieur. Ensuite, changez l’odeur et le jouet et recommencez. Vous pouvez utiliser l’odeur de votre choix! Allez-y avec les préférences de votre chien (gras de poulet, fromage à la crème, beurre d’arachide, etc.). ■

45


46

Concours Facebook

Mushi : le grand gagnant du concours Facebook Le concours photo Hommage aux croisés s'est déroulé sur la page Facebook d'Animo etc en juillet dernier. La grande gagnante du concours, Karine Tremblay (Laval), a mérité une carte cadeau de 100$ à dépenser dans le magasin Animo etc de son choix.

Photo gagnante. Chien: Mushi. Gagnante: Karine Tremblay (Laval)

PROCHAIN CONCOURS:

Mon compagnon et l'hiver (mars 2017)

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

facebook.com/animoetc • www.animoetc.com


Le grand débat de la diète sans grain Choisir une nourriture pour chien peut apporter son lot de questions. Par exemple, est-ce qu’une diète sans grain est appropriée pour mon chien? Vous entendrez souvent que les grains ne faisaient pas partie du régime ancestral du chien. Mais, depuis qu’ils ont évolué du loup, les chiens ont développé une aptitude à digérer très facilement les grains. Pourtant, les grains ne sont pas pour eux une nécessité, mais bien une simple option.

5 RAISONS de choisir une diète sans grain Elle favorise un pelage brillant et une perte de poils moindre.

Alors, les grains, bon ou mauvais? Eh bien, il n’y a pas qu’une seule réponse possible. Tout comme nous, les chiens ont des besoins nutritifs différents selon les individus, alors il n’existe pas de nourriture parfaite convenant à tous. Les grains servent souvent à augmenter l’apport calorique d’une nourriture. Une grande quantité de grains de qualité médiocre crée une nourriture hautement calorique, mais faible en nutriments. Les grains sont un ingrédient correct, lorsqu’utilisés pour ce qu’ils sont : des glucides. Ils ne sont par contre tout simplement pas appropriés comme source de protéines. Si votre chien à l’estomac fragile ou si les avantages d’une diète sans grain vous attirent, il y a énormément de raisons de dire au revoir aux grains.

Elle garde votre chien plus rassasié, plus longtemps. Elle contribue à une haleine plus fraîche. Elle est plus facile à digérer.

Sans grain ne veut pas dire sans calorie, et c’est très bien ainsi

Choisir ou non la diète sans grain Pour terminer, une bonne nourriture a toujours de la viande comme premier ingrédient et une bonne source de glucides de qualité par la suite, que ce soit des pois et des patates douces ou des grains entiers. Vous saurez que vous avez fait le bon choix en surveillant ces quatre marqueurs chez votre chien :

Les chiens qui mangent sans grain ont habituellement des selles plus dures et moins fréquentes et moins de flatulences.

Santé générale Délectation Niveau d’énergie Selles

Présenté par la nourriture pour chiens North Paw Sans Grain. Une formule riche en nutriments et en protéines. northpawgrainfree.ca

On confond souvent sans grain et sans calorie, mais ce n’est pas du tout la même chose. Les chiens devraient manger principalement de la viande et des légumes; plus 10 % de glucides qu’ils peuvent obtenir en consommant des fruits et des légumes comme les patates douces ou les pois verts.


C’EST PAYANT D’ÊTRE FIDÈLE PROGRAMME DE FIDÉLITÉ: Profitez des avantages fidélité de la plupart des grandes marques de nourriture pour chiens et chats directement en magasin. Plus de codebarres à découper ou de factures à conserver! Achetez 12 sacs de nourriture et recevez le 13e gratuitement. C’est simple, efficace et surtout, automatique.

Magazine Animo V02 - Décembre 2016  
Magazine Animo V02 - Décembre 2016  
Advertisement