Issuu on Google+

Lettre d’information numéro 10, décembre 2009

Editorial Bien chargée, la fin d’année Le mois de décembre sera le mois sans doute le plus chargé de l’année pour l’AmapMontrouge, mais il sera sans doute aussi celui qui donnera le plus de fruits (vous noterez le jeu de mots). Rencontre avec Cédric Beaurain le 26 novembre ; travail sur le contrat maraîcher; Gazette le 7 décembre; Assemblée Générale et échanges avec Laurent Barrois le 15, rentrée des pommes et démarrage des légumes le 5 janvier. Pour ma part, je pense que le plus important est de dynamiser encore davantage le Bureau, en associant toujours plus d’amapiens à ce qu’est et ce que devient l’AmapMontrouge. Nos réunions sont toujours de grands moments de convivialité et de travail; plus nombreux nous serons, plus efficaces nous deviendrons. Les efforts mieux répartis seront en 2010 l’objectif à atteindre, car l’accélération de nos activités, avec l’arrivée des légumes dès janvier, va demander à chacun d’entre nous plus de disponibilité et de motivation. Enfin, je profite de ces quelques lignes pour vous souhaiter, au nom de chacun des membres du Bureau, de passer de bonnes fêtes de fin d’année, en famille, entre amis. Recevez chacun tous nos meilleurs voeux pour 2010.

Et aussi : Laurent Barrois répond à nos questions avant l’AG. Page 5

B I E N V E N U E! Cédric Beaurain a rencontré les Amapiens le 26 novembre dernier

Hélène

Sommaire 1-Edito 2-Partenariats : réunion avec le maraîcher 5-Vie de l’association : assemblée générale, question du mois, concours de logos, distributions 8-À suivre: Copenhague sur internet 9-Actu verte: la fin de la F1 à Flins 10-Échanges: recettes de Noël 12- Lu dans la presse 13- Infos réseau 14- Agenda Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009

­1


Partenariats Maraîcher Rencontre avec Cédric Des chiffres, l’expérience de Clamart, la réunion du 26 novembre

Le nombre d’hectares que compte l’exploitation de Cédric. Entre 25 et 30 hectares sont réellement cultivés, dont une partie en plein champ à Vernouillet, l’autre, soit 10 hectares, sous serres à Orgerus.

40

Quelle est ta position vis à vis du bio? CÉDRIC : « Je cultive selon le mode conventionnel, mais pas intensif. Ce qui signifie que je ne traite que lorsqu’une parcelle est attaquée. En conventionnel, je n’ai pas le droit de vendre un produit abimé, ce qui est possible pour le bio. J’ai commencé à m’adapter l’année dernière, par exemple je ne mets plus de poudre antigermes sur les pommes de terre une fois arrachées. Aujourd’hui, je ne peux pas me permettre de passer au bio, car je serais obligé de faire certifier la totalité de l’exploitation. Je risquerais alors de perdre ma clientèle des marchés car mes produits seraient plus chers. »

Quel est l’intérêt de l’Amap par rapport au maraîcher présent au marché de Montrouge si les légumes ne sont pas bio? HÉLÈNE : « Un circuit direct, avec la possibilité de discuter avec le producteur, ce qui ne peut pas se faire dans un marché bondé. D’autre part, avec l’Amap, il n’y a pas d’emplacement à payer à un prestataire privé. »

2

­ Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009

Le nombre d’employés permanents sur l’exploitation. Ce chiffre peut monter à 15 ou 16 en saison.

9


Partenariats Beaurain : une soirée fertile et, surtout, des réponses de notre maraîcher : dernier fut riche et conviviale. Pourquoi faire une différence entre les paniers d’été et les paniers d’hiver? Le principe adopté à Clamart et proposé à Montrouge est de constituer des paniers à 12 € l’hiver (de novembre à avril environ) et 20 € l’été (mai-octobre), ce qui donne une moyenne de 16 € pour l’année. CÉDRIC : « Si je faisais des paniers à 16 € tout l’année, vous auriez beaucoup des mêmes légumes l’hiver et peu de variété l’été, puisqu’un panier arrive vite à 20 € l’été. » J ÉRÔME P OUTET : « Ce système permet aussi de faire payer le prix juste aux intermittents. »

Le temps maximum que mettent les Clamapiens pour constituer leur panier chaque semaine. Il faudra sans doute prévoir un peu plus pour les premières livraisons à Montrouge, le temps de se roder !

10

Le nombre d’articles cultivés par Cédric. Chaque article peut être décliné en 7 ou 8 variétés, comme les salades, les tomates ou les courges.

50

IL A DIT « Certaines variétés, comme les vieux légumes, reviennent à la mode. Mais mes parents et moi en avons toujours fait. À une époque, je passais un peu pour un fou. » Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009

­3


Partenariats IL A DIT « Je suis la 7e génération d’agriculteurs de ma famille. Nous n’avons jamais changé notre façon de travailler. La lutte intégrée, vous savez, nous en faisons depuis près de 20 ans. » Quid des demi-paniers? JÉRÔME POUTET (CLAMAP) : « À Clamart, nous avons trois types de systèmes : certains amapiens divisent tous les produits en deux chaque semaine. D’autres s’arrangent au cas par cas, en se partageant les produits comptés à la pièce. D’autres encore préfèrent prendre un panier complet une fois sur deux. Dans tous les cas, nous leur avons demandé de constituer des binômes. » Cédric ajoute qu’il sera possible de passer des contrats de demi paniers.

En euros, le coût du désherbage des navets, effectué l’année dernière à la main. Avec un traitement, 7 euros auraient suffi.

60

L’histoire des blettes à trous Un jour de l’année dernière, Cédric s’aperçoit que des limaces ont commencé à grignoter ses feuilles de blettes. Alors, traitement ou cohabitation? Aussitôt, il téléphone au président de Clamap, pour lui demander ce qu’il doit faire. Des Clamapiens se déplacent pour constater les « dégâts » et demandent à Cédric de ne pas appliquer de traitement. Résultat, les gourmandes ont englouti plus de 25 % de la production. Et sachant que des blettes trouées sont invendables au marché, les Clamapiens ont eu des blettes dans leurs paniers pendant... 6 semaines! Ces derniers apprécient qu’une autre Amap viennent partager les légumes cette année...

Photos Erik Zolotoukhine 4

­ Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009


Vie de l’association Assemblée générale « Les Amap nous aident à remonter la pente » Pour Laurent Barrois, qui sera présent le 15 décembre, l’échange avec les Amapiens est essentiel. petits soucis financiers. Les Amap leurs en avoir plus dans les paniers nous aident à remonter la pente, et cette année! d’ici un an ou deux, je pense qu’on Finalement, qu’est-ce qui te décepourra envisager des investissements. vrait mardi prochain? Lesquels? Pas grand chose en fait, sauf si on De l’achat de matériel, pourquoi me dit « on arrête ». Je suis large pas lié au bio, comme une machine à d’esprit, toutes les questions sont bonnes à poser et si un truc ne va pas, désherber par exemple. on peut trouver une solution. Les Amap semblent jouer un grand rôle... (1) Les cinq Amap livrées par C’est plus qu’un marché, parce les Barrois représentent 10% que je suis davantage présent sur du chiffre d’affaires d’exploitation. l’exploitation. On gagne donc plus d’argent, et le travail est mieux fait. Plus de bio En ce moment, on fait de belles réÀ noter, tous les fongicides utiliQuelle(s) question(s) aimerais-tu coltes de pommes. J’ai peur que les cours baissent bientôt. Je vais sûresés par Laurent Barrois seront bio que l’on te pose? ment souffrir sur les marchés mais cette année. Il pourra vous en dire Je suis prêt à répondre à tout. En avec les Amap, je sais ce que je vais davantage mardi... fait, je ne sais pas forcément ce qui pouvoir faire partir. Vous allez d’ailest important pour les Amapiens. Moi, je connais mes produits, ma façon de travailler par coeur et finaAU PROGRAMME DE L’AG lement, la plus simple des questions Outre la rencontre avec Laurent, plusieurs sujets seront à l’ordre est toujours intéressante. Je ne pense du jour : pas forcément à donner les explican Bilan 2009 (soumis à approbation des adhérents) tions spontanément. Finances Quel message souhaites-tu faire Nombre d’adhérents passer aux Amapiens? Vie de l’association J’aimerais dire que je suis content Partenariats qu’on soit ensemble, content que l’on Local pour les distributions me fasse confiance. Et puis que nous n Élection du bureau sommes en bonne voie au niveau des Nouveaux postes à pourvoir (gestion des intermittents, distributions : le chiffre d’affaires des vice-président, co-responsable des distributions avec Danièle...) Amap (1) permet de payer Mathieu, et il en reste un peu. On arrive dans une n Perspectives/partenariats 2010 phase où le chiffre d’affaires devient n Questions/réponses honorable, même si on a encore des En quoi ta présence à l’AG est-elle importante pour toi? J’aime le contact avec la clientèle en général. C’est important pour moi de ne pas se cacher derrière un vendeur ou un revendeur. Je suis face au client, fier de ce que je vends. Et puis j’aime bien parler de mes produits, donner des explications.

Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009

­5


Vie de l’association Jeu La question du mois

Carnet rose Webmaster junior est arrivé! Tandis que nous bavardions légumes avec Cédric, un nouvel amapien a montré le bout de son nez, jeudi 26 novembre, chez Lionel Grenier et Julie Rouzaud. Il s’appelle Simon et se porte comme un charme. L’AmapMontrouge souhaite la bienvenue à Simon et adresse ses sincères félicitations à ses parents.

Qu'est-ce donc que cette mignonne petite bestiole? Réponse dans le prochain numéro!

Réponse à la question de la gazette n° 9: Les cloches blanches posées sur les salades sont utilisées pour que le coeur de la salade ne prenne pas le soleil et reste donc bien blanc. Il s’agit juste d’un « artifice esthétique », les consommateurs appréciant davantage un beau coeur de salade croquant et blanc.

Concours

Les logos motivent Quelques logos ont déjà été proposés. Rappel du réglement. Si possible un format numérique n AMAPMontrouge présent ou un acronyme n l’adresse du site (www.amapmontrouge.org) est optionnelle n Pas de restriction de taille, mais que tout texte reste lisible dans un format classique de logo n Pas de restriction sur les couleurs n Tous les membres des familles AMAPiennes sont invités à participer n Plusieurs logos peuvent être soumis par une même personne n Envoyez vos logos à info@amapmontrouge.org avant le 14 décembre n On trouvera tous les logos soumis sur le site de l’Amap : www.amapmontrouge.org/index.php?q=node/175 n Le logo sera incrusté sur le site web de l’AMAP ainsi que dans toutes les gazettes à venir. n L’auteur du logo choisi recevra un cadeau Amap qui reste à déterminer. n

6

­ Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009

AmapMontrouge www.amapmontrouge.org Présidente : Hélène Cillières info@amapmontrouge.org Secrétaire : Gaëlle Brien secretariat@amapmontrouge.org Trésorier : Daniel Cordova tresorier@amapmontrouge.org Livraisons : Danièle Ducheveu distributions@amapmontrouge.org Partenariats: Simon Burkovic et Véronique Habrias partenariats@amapmontrouge.org Gazette : Béatrice Avignon gazette@amapmontrouge.org Site internet : Lionel Grenier webmaster@amapmontrouge.org

Les liens Les liens proposés dans les articles de cette gazette sont disponibles dans le forum du site. Les adresses des formulaires de commande de jus de fruits et de bières restent inchangées : www.amapmontrouge.org/?q=node/49 www.amapmontrouge.org/?q=node/134


Vie de l’association

PHOTOS GARE EXPÉRIMENTALE ET AMAPMONTROUGE

Distributions La Gare, c’est fini !

Lundi 30 novembre. Sous la pluie fine du début d’après-midi, les artistes résidents de la Gare Expérimentale sortent sacs et outils, empilent cartons et meubles dans les voitures et les camionnettes. Contraints de déménager, le bail précaire qu’ils avaient obtenu prenant fin ce jour-là. Les soutiens et les recours n’y auront rien fait. Les

Amapiens présents avaient encore la veille un espoir, celui de voir la demande des résidents de passer l’hiver sur place aboutir. L’AFTRP, l’établissement public gestionnaire des lieux, ne semblait pas s’y opposer. Le Maire de Montrouge, si. Même si les travaux d’implantation du Samu social de Paris ne

doivent pas débuter avant six mois. L’Amap tient à remercier les artistes de la Gare Expérimentale pour leur accueil généreux et chaleureux. D’ailleurs, sans la Gare, où et dans quelles conditions auraient eu lieu les distributions depuis un an ? Béatrice

Le marché, en dernier lieu

LAURENT DUZAIC

Lundi 30 novembre, nous n’avions plus de lieu de livraison. Deux jours plus tard, c’est finalement au marché Victor-Hugo que les fruits ont été distribués. Une solution satisfaisante proposée dans l’urgence par la Mairie. Seul problème : nous n’avons pas les clés. À suivre...

Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009

­7


À suivre Climat Copenhague comme si vous y étiez Une centaine de chefs d’États se réunissent à Copenhague jusqu’au 18 décembre pour la Conférence sur le climat. Une sélection de quelques liens pour suivre les débats de chez vous.

Les officiels

Les journaux

Les militants

http://fr.cop15.dk Le site créé par le pays hôte. Les actaulités du jour, de jolies photos d’animaux polaires et, bien entendu, de la pub pour le Danemark qui se pose en champion de la politique en faveur du climat. à noter, un lexique, bien caché en haut à droite de la page d’accueil, qui peut être utile pour comprendre de quoi on parle.

Deux adresses pour aller plus loin que le simple récit des faits : www.courrierinternational.com/ dossier/2009/10/20/la-conference de-copenhague

www.copenhague-2009.com Onze ONG françaises ont lancé un ultimatum climatique à travers ce site-pétition, pour que « la France se montre à la hauteur du défi climatique », exigences chiffrées à l’appui. www.coolplanet2009.fr Le gentil site des gentils amis du climat, qui relaient en Europe la campagne de l’ONU « Scellons l’accord » (Seal the deal).

www.conference-copenhague.gouv.fr

www.greenpeace.fr/copenhague

L’intérêt, avec Courrier International, c’est qu’on a, en français, des articles de journaux du monde entier. Indispensable pour confronter les points de vue. http://sciences.blogs.liberation.fr et, surtout http://environnement. blogs.liberation.fr/noualhat Deux blogs de journalistes du journal Libération, consacrés à l’actualité scientifique et environnementale.

Un peu sur le même modèle que le précédent, côté français. Sans les pingouins, mais avec des animations fort sympathiques (Pourquoi la Terre chauffe ? Comment agir pour le climat ?...) et un abécédaire des sujets compliqués négociés à Co- http://www.terra-economica.info LE site qui compte en Francepenhague. quand il s’agit d’écologie. Attention, certains articles sont payants.

8

­ Gazette de l’AmapMontrouge n°7­ septembre 2009

Difficile de passer à côté de l’organisation écologiste et de ses actions coup de poing. Greenpeace sera bien sûr présent à Copenhague donnera des nouvelles quotidiennement. A voir également : la rubrique leader ou loser, qui évalue les dirigeants de la planète en fonction de leur action en faveur du climat. Béatrice


Actu verte Ile de France Point de F1 à Flins Une circuit de Formule 1 à la place de terres cultivées en bio. C’est le projet auquel nous avons échappé dans les Yvelines. En 2007, 175 hectares de terres agricoles sont attribués à trois jeunes agriculteurs, au terme d’un appel d’offres rigoureux des autorités locales auquel 60 candidats ont répondu. Leur projet est de produire des légumes « bio ». Les terrains se trouvent au dessus du 2e captage d’eau d’Ilede-France, qui alimente près de 400 000 Franciliens. Mais la majorité du Conseil général des Yvelines, soutenue par le Premier ministre, ne l’entend pas ainsi : en novembre de l’an dernier, elle vote, après changement de la destination des terrains par la sous-préfète (devinez qui lui en a donné l’ordre...) un projet de construction d’un circuit de Formule 1 devant se substituer à celui de maraîchage biologique, pour un coût (initial, c’est-à-dire inexorablement voué à augmenter) de 112 millions d’euros.

Cette décision provoque quasi instantanément une levée de boucliers de la part d’une multitude d’associations. Un collectif « Flins sans F1 » est fondé par des citoyens et des associations locales, qui organise de nombreuses actions et reçoit le soutien de plusieurs groupes politiques et syndicaux de tous bords, jusque dans les rangs du gouvernement. Voyant cette mobilisation, le Conseil général déclare sans rire que le projet est « environnementalement exemplaire », ce qui fait redoubler ses opposants d’activité. De contre expertise en pétition, en passant par la distribution de légumes produits sur le terrain convoité par les fanatiques du vroum-vroum, la mobilisation ne fait que croître. A l’approche des élections régionales de mars prochain, Valérie Pé-

cresse, jusque-là restée discrète, déclare qu’elle ne soutiendrait pas un projet contraire aux orientations du « Grenelle de l’environnement ». La secrétaire d’État à l’Environnement, Chantal Jouanno, laisse entendre qu’elle n’est pas favorable non plus au projet. Comprenant que le soutien du gouvernement, malgré l’addiction automobile de son chef, ne lui était plus acquis, le Conseil général a renoncé officiellement à ce projet le 2 décembre dernier, ce qui va permettre aux trois jeunes agriculteurs déjà installés d’envisager plus sereinement leur avenir... et peut-être de voir se développer sur ces terres une activité de maraîchage dont l’Ile-de-France manque cruellement, les Amap en savent quelque chose ! Moralité : comme partout ailleurs, seule la lutte paye ! Pour en savoir plus : consultez le site www.flinssanscircuitf1.org Daniel

En bref Les Amap sur France Inter Le 3 décembre dernier, l’émission Service public (1), animée par Isabelle Giordano, a consacré une heure aux Amap (« Pourquoi est-ce que ça marche de plus en plus... »). Invités : Jérôme Dehondt, président du Réseau Amap Ile de France, et Pierre Déchamp, détaillant au Havre et repré-

sentant du syndicat des vendeurs de été plus instructives sur le rôle des fruits et légumes au détail. Amap dans le foncier. Lionel Comme souvent dans cette émission, (1) À télécharger jusqu’au 13 décembre : le sujet est traité de manière rapide et http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/ préconçue. En revanche, les 7 minutes servicepublic/archives.php d’intervention de François Lerique, (2) À télécharger pendant 30 jours : co-gérant de Terres fertiles, dans Carhttp://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/ carnetsdecampagne/index.php?id=84898 nets de campagne (2) vendredi 4, ont Gazette de l’AmapMontrouge n°8­ octobre 2009

­9


Échanges Traditions Noël en Provence Blé de la Sainte-Barbe Le 4 décembre, jour de la Sainte Barbe, les familles font germer du blé dans une coupelle. Le but était et reste de montrer que les semences de l’année sont bonnes. Si les tiges poussent droites et vertes, l’année sera prospère. La coupelle est ensuite placée dans la crèche.

Les 13 desserts Le repas du réveillon de Noël est appelé « gros souper » : composé de 7 plats maigres en souvenir des 7 douleurs de Marie, il est suivi des 13 desserts, représentant la Cène avec les 12 apôtres et Jésus. Les 13 desserts sont dégustés au retour de la messe ; ils comprennent : Les 4 mendiants Figues sèches (Franciscains), amandes (Carmélites), raisins secs (Dominicains) et noix (Augustins) Les dattes

Les nougats Le noir et le blanc La fougasse à l’huile d’olive Ou pompe (sorte de brioche) La pâte de coing Ou fruits confits dans la région d’Apt ou de Carpentras

Les oreillettes Petite gaufre légère et fine (appelées merveilles dans le Sud-ouest) Les fruits frais Mandarines, oranges, poires, raisins, melons d’hiver conservés pour cette occasion. Hélène

Nougat provençal INGRÉDIENTS 1 kilo de miel 1 kilo d’amandes entières avec la peau (non émondées) Feuilles de pâte à hostie PRÉPARATION Mettre dans le fond d’un plat rectangulaire supportant la chaleur, une feuille de pâte à hostie (se trouve dans le commerce). Mettre le miel à fondre et à chauffer dans une cocotte, à feu moyen. Mettre les amandes d’un coup et augmenter le feu. Tourner. Quand les amandes commencent à pétiller et que le miel prend la couleur d'un caramel (l’important est de ne pas laisser trop cuire!), retirer du feu et verser le tout dans le plat sur la pâte à hostie. Cela doit faire une couche homogène (environ 2 cm). Recouvrir d’une autre feuille à hostie. Laisser refroidir jusqu’au lendemain et déguster. 10

­ Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009


Échanges Recettes Gourmandises ANCHOÏADE

PRALINES

INGRÉDIENTS 250 g de filets d’Anchois égouttés (à l’huile) 1 pointe d’ail 1 tube de crème/beurre d’anchois pain de mie ¼ litre d’huile d’olive

INGRÉDIENTS 2 verres de sucre, 1 verre d’eau 2 verres d’amandes non émondées 1 sachet de sucre vanillé

PREPARATION

Dans un mixeur, mettre les anchois, l’ail, la crème d’anchois en tube, une tranche de pain de mie humidifiée. Mixer. Verser en mixant tout doucement (comme pour une mayonnaise) ¼ litre d'huile d'olive. Ajouter en mixant un filet de jus de citrons. Le tout doit prendre comme une mayonnaise. Si cela ne prend pas, ajouter du pain de mie trempé dans l'eau (comme plus haut). L'anchoïade doit avoir la texture d'une mayonnaise, mais beaucoup plus ferme. À déguster avec des petits légumes coupés en bâtons : carotte, cèleri, endive, chou-fleur, oignon en tige (cébettes)... Source : la grand-mère d’Hélène

PRÉPARATION Dans une cocotte à fond épais, mettre l’eau, puis le sucre, les amandes, le tout sur feu vif. Tourner avec une cuillère en bois, sans s’arrêter, pendant au moins dix minutes. Lorsque le liquide ressemble à du sable, baisser le feu et continuer à tourner jusqu’à ce que les amandes soient bien enrobées de sucre. Les verser sur une plaque, sur une couche, et laisser refroidir le temps que le sucre caramélise. Servir.

POMMES AU FOUR INGRÉDIENTS Pommes, raisins secs, rhum, sucre PRÉPARATION Faire macérer des raisins secs ¼ d’heure dans un peu d’eau chaude et de rhum. Laver les pommes sans les éplucher et vider leur cœur. Le remplir avec un peu de sucre, quelques raisins, une noisette de beurre. Placer les pommes dans un plat allant au four avec un demi-verre d’eau. Mettre au four thermostat 7 (220 degrés) jusqu’à ce que les pommes soient bien dorées. Hélène Déguster froid ou tiède.

Une recette, une opinion, une lecture à faire partager ?

Écrivez à gazette@amapmontrouge.org Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009

­ 11


Lu dans la presse « L’Humanité » Sarkozy invente agricole de l’Élysée Christophe Malvezin, le maraîcher alsacien a déclaré à Reuters : « On souhaite nous aider à créer des structures d’intérim à l’étranger pour faire venir des salariés. Ce n’est pas ce que veut la profession. On l’a toujours dénoncé (…), on ne peut pas tolérer qu’on fasse venir des travailL’information qui suit ne devait leurs étrangers dans nos entreprises pas sortir. D’ailleurs, l’Agence alors qu’on se bat pour le dévelopFrance-Presse ne s’y était pas en- pement de l’emploi local. » core intéressée, hier (le 5 novemSollicité par Gilbert Reilhac pour bre), en milieu d’après-midi. La veille, pourtant, Reuters indiquait Reuters, Christophe Malvezin a exdès 16 h 16 depuis Strasbourg que le pliqué dans la soirée de jeudi (5 noconseiller agricole de l’Élysée avait vembre) que sa proposition était Á deux reprises en quelques jours, l’Élysée a fortement suggéré aux producteurs de légumes de recourir à des contrats précaires de type Bolkestein pour embaucher à vil prix des travailleurs d’Europe centrale dans les serres et dans les champs.

« On souhaite nous aider à créer des structures d’intérim à l’étranger pour faire venir des salariés. Ce n’est pas ce que veut la profession. On ne peut pas tolérer qu’on fasse venir des travailleurs étrangers dans nos entreprises alors qu’on se bat pour le développement de l’emploi local. » Denis Digel, maraîcher et syndicaliste alsacien suggéré aux producteurs français de légumes « de faire venir des intérimaires polonais aux conditions du pays d’origine » pour travailler dans les champs de légumes et dans les serres de l’Hexagone… L’information a été donnée à notre confrère Gilbert Reilhac par Denis Digel, producteur alsacien de légumes et administrateur de Légumes de France, un syndicat spécialisé de la FNSEA. Récemment, Denis Digel accompagnait à l’Élysée Angélique Delahaye, présidente de Légumes de France. Évoquant les propos du conseiller 12

« d’analyser ce qui se passe dans les autres pays », conformément au souhait exprimé par le président de la République dans son discours de Poligny. Ce dernier avait en effet donné une feuille de route en ce sens à Bruno Le Maire, son ministre de l’Agriculture. Selon Reuters, la proposition a également été formulée par le conseiller de l’Élysée devant un responsable agricole du Vaucluse le 4 novembre. On peut donc dire aujourd’hui que l’Élysée fait le forcing pour que le syndicalisme agricole majoritaire collabore afin de mettre en place un système de précarisation massive et de sous-

­ Gazette de l’AmapMontrouge n°7­ septembre 2009

rémunération des salariés de l’agriculture. Cette offensive est aujourd’hui en vigueur dans des pays qui ont transposé en droit intérieur la directive Bolkestein, amendée et finalement votée par une majorité de parlementaires européens, dont ceux de la droite française. Et les dégâts qu’elle occasionne vont bien au-delà de la baisse des coûts du travail saisonnier dans les serres, les champs de légumes et les vergers. En Allemagne, les porcheries industrielles, les abattoirs et leurs ateliers de découpe fonctionnent désormais avec de plus en plus de main-d’œuvre polonaise, roumaine ou bulgare. L’absence de salaire minimum dans les régions autonomes de notre voisin d’outreRhin facilite cet appel à la maind’œuvre étrangère cantonnée dans les contrats précaires renouvelables pour les tâches les plus difficiles et les plus faiblement rémunérées. Selon une étude rendue publique le 17 février 2009 en France par l’Institut du porc, dès 2008, plus des deux tiers des salariés de l’industrie de la viande porcine en Allemagne étaient des travailleurs des pays d’Europe centrale fournis par des prestataires de services. Cette étude indiquait que le coût de cette maind’œuvre était de 7 euros de l’heure pour les industriels allemands de la découpe contre 15 euros avec des nationaux et 20 euros en France. L’étude ajoutait à ce propos : « On estime que cette situation s’est traduite par un avantage de coût de la main-d’œu-


Lu dans la presse les travailleurs low-cost vre d’au moins 5 centimes par kilo traité en abattage-découpe. Les abattages allemands sont en forte croissance ces dernières années (…). Ce système gagne plusieurs pays européens comme l’Irlande ou le Royaume-Uni. On estime que l’Espagne bénéficie d’un avantage du même ordre. Le Danemark, l’Al-

lemagne, l’Espagne ont aussi plus de facilité pour employer de la main-d’œuvre étrangère dans les élevages ». Faute de pouvoir délocaliser certaines productions agricoles aussi facilement que des activités industrielles et de services, l’Europe délocalise les travailleurs pour réduire encore la part

des salaires dans la valeur ajoutée. La voilà, la signification de la proposition faite par Nicolas Sarkozy dans son discours de Poligny le 27 octobre. Gérard le Puill Article paru dans « L’Humanité » du 6 novembre 2009.

Réseau Ile de France « Sous les pavés la Terre » Au sommaire du dernier numéro Le numéro spécial Automne de « Sous les Pavés la • Mise en place d’un parcours de formation pour les Terre » est disponible sur le site du réseau Amap Ile- responsables de groupes réunis en Amap - état des réde-France (http://www.amap-idf.org/index.php) flexions.

Au sommaire Actions du pilier installation Fonctionnement général du réseau • Le Champ des possibles, couveuse d’activités agri• Fonctionnement associatif et organigramme du Ré- coles et rurales. seau AMAP Ile-de-France. • GAB, Amap-IdF, Terre de Liens : ensemble pour • Point sur la situation financière du Réseau. l’agriculture bio en Ile-de- France. • Fonction employeur – la responsabilité du Bureau. • L’environnement partenarial du réseau Amap-IdF. Compte-rendu de la réunion en plénière • Miramap, le mouvement inter-régional des Amap. du 8 novembre Fête des Amap 2010 : pour les personnes volontaires, Actions du pilier animation souhaitant participer à l'organisation de la Fête des • Les InterAmap : en Ile-de-France, le maillon man- Amap 2010, une réunion a lieu : quant de l’évolution des amapiens ? • Les outils du réseau existants et à venir - circulation le lundi 14 décembre de l’information et outils pédagogiques. à partir de 19h • Garantir l’éthique de la charte des Amap - états de la dans les locaux du réseau du 26, rue Beaubourg question dans les réseaux régionaux. (2e à gauche) Gazette de l’AmapMontrouge n°8­ octobre 2009

­ 13


Agenda 15 décembre Assemblée générale Vous avez peut-être déjà reçu ou vous allez bientôt recevoir la convocation à notre assemblée générale 2009. Nous évoquerons le bilan de cette année, élirons le bureau et discuterons de l’année à venir. Si vous ne pouvez pas venir, n’oubliez pas de donner une procuration. Laurent Barrois, notre producteur de pommes, sera d’autre part présent à cette réunion et répondra à toutes vos questions. Mardi 15 décembre à la Maison des associations, salle 10A, à partir de 19h30.

16 décembre Dernière livraison de l’année Les derniers paniers gourmands de l’année seront livrés mercredi 16 décembre. Pour le moment, pas de changement pour le lieu de livraison, qui reste au marché Victor Hugo, dans la rue du même nom, entre 18h30 et 19h45. Dans tous les cas, merci de surveiller vos mails...

22 décembre L’autre conférence sur le climat L’association 4D, dont fait partie Véronique, responsable des partenariats de l’AmapMontrouge, propose une conférence suivie d’un débat pour dresser un bilan et prolonger les discussions la Conférence de Copenhague. Intitulée «Changements climatiques : les enjeux de la négociation, les perspectives d’actions collectives», cette conférence sera animée par Pierre Radanne, expert en politiques énergétiques et président de 4D. A l’issue de cette conférence, 4D et ses partenaires, le Réseau Action Climat France (RAC-F), Coordination Sud, le Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID) invitent négociateurs et représentants d’ONG à débattre, à faire part de leur analyse. Mardi 22 décembre à 17h30 à la salle des Fêtes de la Mairie du Xe arrondissement, 72 rue du Faubourg Saint-Martin. Métro Gare de l’Est, sortie Faubourg Saint-Martin. Entrée libre et gratuite, sous réserve de confirmer sa présence par mail à info@association4d.org.

25 décembre et 1er janvier Joyeuses fêtes ! Lhebdodustmaurice.com

Pour respecter les traditions, l’AmapMontrouge a, pour cette fin d’année, installé son sapin de Noël là et sa boule de gui

Joyeuses fêtes à tous et à l’année prochaine!

14

­ Gazette de l’AmapMontrouge n° 10­ décembre 2009

acodero.blogspot.com

ici


Gazette numéro 10