Bien plus qu'une maison - 2022

Page 1

BIEN PLUS QU’UNE MAISON LE MAGAZINE DE DUBOUX IMMOBILIER

Lausanne · Riviera · La Côte · Genève

002 Été 2022

4-6

8-10

12-15

17-25

26-42

INTERVIEW

INTERVIEW

INTERVIEW

CONSEILS

VENTE

SÉVERIN LÜTHI

MATHIEU JATON

FRANCK GIOVANNINI

NOUS RÉPONDONS À VOS QUESTIONS

NOTRE SÉLECTION DE BIENS À VENDRE


PROCHAINEMENT NOUVELLE PROMOTION À RENENS

57

APPARTEMENTS À LOUER ainsi que 3 surfaces commerciales au cœur de Renens

- De 2 à 5 pièces - Loggia ou balcon pour chaque appartement - Espaces généreux et lumineux

Rue du Petit-Chêne 26 CH – 1003 Lausanne TÉLÉPHONE : +41 (0) 21 321 50 70 EMAIL : lausanne@regieduboux.ch


É D I TO L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

Le mot de Robin Crisinel CEO

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Sommaire 4

Interview de Séverin Lüthi

8

Interview de Mathieu Jaton

12

Interview de Franck Giovannini

17

Nous répondons à vos questions

26

Notre sélection de biens à vendre

44

Services de l’agence

45

Courtage

46

Gérance

47

Administration PPE

48

Rénovation

49

Développement de projets immobiliers

50

Nos succursales

Impressum

Éditeur : Duboux Immobilier Rue du Petit-Chêne 26, 1003 Lausanne Conception : GDNO Sàrl Rédaction : Odile Habel Graphisme : alafolie.ch Crédits photographiques : FFJM Anne-Laure Lechat / FFJM Lionel Flusin Impression : Stämpfli SA Tirage : 43'000 exemplaires Diffusion : Canton de Vaud Les informations sur les offres immobilières contenues dans ce magazine sont non contractuelles et peuvent être sujettes à modification.

Robin Crisinel

70 ans déjà ! Notre régie fête cette année son septantième anniversaire. Un événement que nous sommes heureux de partager avec vous, propriétaires, copropriétaires, locataires, partenaires et, bien sûr, collaborateurs qui nous accompagnez au quotidien dans cette grande aventure que représente une entreprise. Fondée en 1952 par Georges Duboux et son fils Jacques, notre régie, toujours en mains familiales, a grandi en conservant les valeurs humaines, d’authenticité et de respect qui l’ont toujours animées. Après un frein brutal au début de la crise du Covid, celle-ci a suscité un intérêt sans pareil pour l’acquisition d’un bien immobilier ainsi que l’émergence d’un nouvel art de vivre plus simple, plus intimiste et plus respectueux de l’environnement dont on ne peut que se réjouir. En 2021, nous avons lancé notre magazine « Bien plus qu’une maison » dont nous sommes fiers de vous faire découvrir le deuxième numéro. Dans un monde en plein questionnement, il nous a semblé important de retrouver la notion de temps et de plaisir. Celui de lire un magazine tranquillement installé chez soi ! Une bulle de déconnexion indispensable. Bon été et bonne lecture à vous ! 3


INTERVIEW BIEN PLUS QU'UNE MAISON

4


INTERVIEW L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

SÉVERIN LÜTHI

« DANS LE SPORT, LE TRAVAIL PAIE TOUJOURS »

Coach depuis plus de dix ans de Roger Federer, capitaine de l’équipe suisse de Coupe Davis qu’il a menée à la victoire en 2014, entraîneur de l'année en 2017. Des succès qui n’entament en rien la modestie de Severin Lüthi qui croit avant tout à la passion et au travail.

On connaît tous le Severin Lüthi coach de Roger Federer et capitaine de l’équipe de Suisse de Coupe Davis, mais qui est Severin Lüthi en dehors du tennis ? C’est toujours difficile de parler de soi. Je pense que je suis à la base quelqu’un de gentil, qui aime passer du temps avec des copains et qui aime bien le sport en général, pas seulement le tennis. J’ai du plaisir à aller voir des matchs de hockey ou d’autres sports. Du reste, je devrais faire davantage de sport. Je fonctionne par phase, parfois je fais beaucoup, parfois je ne fais rien, ce qui ne m’empêche pas d’aimer le sport, surtout les sports d’équipe. Comment avez-vous découvert le tennis ? Mon père était hockeyeur amateur et il a commencé le tennis vers l’âge de 30 ou 35 ans. Je l’accompagnais et comme j’ai un tempérament de compétiteur, je voulais toujours gagner. C’est comme cela que tout a commencé. Chaque hiver, je joue un peu au hockey avec des copains. Je fais deux ou trois matchs par année. Je me dis que j’aurais pu être hockeyeur.

D’où êtes-vous originaire ? À l’origine, je suis de Berne, d’un petit village situé à proximité de la ville. Mais j’habite à Thoune depuis plusieurs années. J’ai fait mon apprentissage de commerce après ma carrière de tennisman à Thoune, mon ex-copine et maintenant ma femme sont aussi originaires de Thoune. Vous avez fait de votre passion votre métier. Quelle est la clé pour y parvenir ? Je sais pas s’il y a une clé. En fait, j’ai surtout suivi mon instinct. J’avais souvent l’impression que je ne savais pas du tout ce que je voulais faire. Je n’appartiens pas à cette catégorie de personnes qui disent : « C’est ça que je veux faire » et qui le font. Je me rends compte que la plupart du temps je savais surtout ce que je ne voulais pas faire. J’ai toujours été fasciné par le sport et par le travail d’équipe, ce qui est parfois un peu difficile dans le tennis qui reste un sport individuel. Les interclubs en Suisse et la Coupe Davis m’ont toujours plu, mais je ne me suis jamais dit : « Un jour, je serai capitaine ou entraîneur de l’équipe suisse de Coupe Davis. » Je

n’avais pas cela en tête. Tout a commencé quand j’ai été sparring-partner pour Martina Hingis. J’étais encore un bon joueur suisse, mais je n’étais plus sur le tour lorsque Martina Hingis m’a demandé d’être son sparring-partner. Je pense qu’elle me l’a proposé car sur le tour on a toujours dit que j’aimais le travail d’équipe. Ensuite, c’est Rodg qui m’a demandé de faire du sparring et je me suis tout de suite arrangé pour le faire. J’ai toujours fait les choses que j’avais envie de faire et je les ai faites avec beaucoup de passion. Je me souviens que Rodg m’a dit un jour qu’avec Pierre Paganini ils riaient parce qu’à chaque fois qu’ils m’appelaient pour savoir si je pouvais jouer, j’étais d’accord. Mais c’est normal. Pour moi, jouer est un privilège et je n’ai jamais l’impression de travailler.

Tout a commencé quand j’ai été sparring-partner pour Martina Hingis. Avec le recul des années, je me rends compte que je n’ai jamais rien fait en ayant un plan, en pensant à ce que je pourrais en retirer. C’est un aspect très important. Aujourd’hui, je vois des jeunes qui veulent tout de suite savoir ce qu’ils vont obtenir s’ils investissent dans quelque chose. D’un côté je comprends, c’est peut-être comme ça, qu’on fait du business. Mais je me dis aussi qu’il faut donner avant de recevoir quelque chose. 5


INTERVIEW BIEN PLUS QU'UNE MAISON

Entraînez-vous actuellement de jeunes espoirs du tennis suisse ? Je fais la Coupe Davis, alors naturellement je regarde aussi les jeunes, mais je n’ai pas de mandat pour m’occuper d’un groupe. J’essaie de donner des conseils à ces jeunes ou aux entraîneurs s’ils ont des questions. Mais il faut qu’ils me les demandent. C’est bien de connaître ces jeunes qui seront peut-être la relève, c’est bien de savoir comment ils fonctionnent. Mais il faut être prudent, ce sont des jeunes de 14 ans qui peuvent mal interpréter les choses et se dire qu’ils sont déjà presque dans l’équipe suisse. Je préfère observer et donner mon avis aux entraîneurs de l'équipe ou à leur entraîneur privé. Pour un jeune, avoir trop d’avis n’est pas forcément bien car il retient ce qui l’arrange. Vous avez coaché de grands joueurs comme Roger Federer et Stan Wawrinka. Selon vous, quel conseil peut-on donner à des jeunes entre 15 et 18 ans ? La première chose est de suivre sa pas-

Severin Lüthi avec l'équipe suisse. 6

sion. Il faut énormément de travail et si on n’aime pas vraiment ce qu’on fait, c’est frustrant et trop dur. La passion donne l’énergie nécessaire. Après, peut-être que cette passion n’est pas le tennis, cela

balle, il prend du plaisir à ce jeu. On dirait un gamin de dix ans qui joue au tennis. Il ne travaille pas. Mais il est évident que le fait de travailler dur est toujours payant dans le sport.

La première chose est de suivre sa passion. Il faut énormément de travail et si on n’aime pas vraiment ce qu’on fait, c’est frustrant et trop dur. La passion donne l’énergie nécessaire.

Vous avez entraîné Stan Wawrinka. Vous a-t-il fait découvrir le canton de Vaud et l’arc lémanique ? J’ai vu Stan partout dans le monde, mais finalement assez peu chez lui. Mais je connais sa région qui est très belle avec ses lacs. Je me suis aussi entraîné à Ecublens et, comme rien n’est très loin en Suisse, j’ai des souvenirs de tournois dans la région quand j’étais jeune.

peut être un autre sport ou carrément autre chose. Je sais que trouver sa passion est dur mais ce n’est que là qu’on est le plus fort. Ensuite il faut prendre plaisir à ce que l’on fait. Rodg, par exemple, s’amuse avec la

Vous avez beaucoup voyagé. Quels sont vos pays préférés ? Malheureusement on connaît surtout une ville, pas tout le pays. Mais je dirais l’Australie avec Melbourne et les Etats-Unis avec New York qui me fascine. J’aime beaucoup l’Australie. Les gens sont super-sympas et comme nous y allions toujours en janvier, il y avait le soleil !



INTERVIEW BIEN PLUS QU'UNE MAISON

8


INTERVIEW L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

MATHIEU JATON « NOTHING IS IMPOSSIBLE ! »

À la tête du Montreux Jazz Festival (MJF) depuis 2013, Mathieu Jaton est un fin analyste du business de la musique et des festivals ainsi qu’un visionnaire bouillonnant d’idées qui réinvente en permanence le Festival tout en conservant son identité. Comment avez-vous débuté au sein du Festival ? J’ai des souvenirs de Claude Nobs, le fondateur du Festival, par mes parents. Mon père était scout à Vevey et Claude à Montreux. J’entendais donc souvent parler de lui et du festival à la maison. À 16 ans, jeune musicien, j’avais très envie de rencontrer Claude Nobs que je voyais davantage, à l’époque, comme le patron de Warner plutôt que du Festival. J’ai eu la chance grâce à mes parents de passer une heure dans son bureau, il m’a donné des conseils, c’était super-sympa. Et puis, deux ans plus tard, j’ai commencé à faire des extras au Montreux Palace dans le cadre de mes études à l’École hôtelière de Lausanne. Un soir, à 5 heures du matin, j’avais 18 ans et je faisais un extra pour le Bal du Printemps. Quelqu’un me tape sur l’épaule et c’était Claude. On discute et il me demande de venir l’aider le lendemain à son chalet car il recevait le patron des Monty Python. J’y suis allé et, à trois heures du matin, je discutais avec Claude quand il s’est mis à me parler du Festival. En partant, il m’avait proposé de venir l’aider au chalet lorsqu’il recevait des artistes. Je l’ai fait pendant six ans avec des copains de l’école. Quand j’ai commencé à chercher du travail, j’ai lui ai fait des allusions au festival, mais sans vraiment y croire car, à l’époque, la structure était encore petite. Quelques mois plus tard, il m’a contacté en me proposant de remplacer son responsable du sponsoring et marketing qui

partait. J’ai été un peu interloqué, mais Claude m’a convaincu. Une année plus tard, Claude a 65 ans, il est retraité de Warner et il décide de créer le poste de secrétaire général. Je suis le dernier arrivé dans la maison mais, à la surprise générale, il me nomme à ce poste. Claude m’explique qu’il doit penser au futur et que nous devons le construire ensemble. Nous l’avons fait pendant quinze ans. Quels sont les meilleurs souvenirs que vous gardez de Claude ? Il y en a tellement, c’est difficile. Mais je vais donner un souvenir et un apprentissage. Ce souvenir résume vraiment bien Claude. On était à Atlanta pour un festival et on devait rentrer le samedi. Je suis dans la chambre de Claude, il est au téléphone et il me dit : « Au fait, on ne rentre pas demain. » Jusque-là c’était assez classique de sa part. Il me dit : « On

Si on veut vivre une expérience unique et espérer que quelque chose se passe, il faut venir à Montreux.

va dans un petit bled, faut que tu loues une voiture et on va voir les gars. » Je comprends plus ou moins que l’on va chez Bertis, le manager du groupe REM.

On roule deux heures, on arrive dans une petite bourgade au fin fond de la Géorgie et chez le fameux Berties où il y a un barbecue. Après un moment, Claude me dit : « C’est super, les gars vont arriver. » Un des musiciens de REM arrive et ensuite Michael Stipe avec son petit chien… Tout était très simple, naturel. Au cours de la soirée, Michael Stipe s’assoit à côté de moi et on a parlé pendant deux heures non pas de musique, mais de philosophie. Quelques mois plus tard, REM joue à Zurich et Claude étant en voyage, il me demande d’aller voir. J’arrive en backstage, Michael sort de sa loge et il vient vers moi. On avait parlé à Atlanta et des mois plus tard il s’en souvenait. Ce sont ces moments humains qui me touchent le plus, ce qui m’amène à la question de l’apprentissage. On me demande souvent ce que j’ai appris de Claude et la réponse est l’hospitalité et l’authenticité. On pouvait rencontrer un chef d’État et le lendemain le boulanger qui apportait le pain au festival, et l’intensité de la relation était la même. C’est ce qui m’a toujours fasciné chez Claude. Il était d’une générosité authentique. Et, bien sûr, la qualité principale qu’il a léguée à toute l’équipe d’aujourd’hui, c’est cette capacité de penser : « nothing is impossible ». C’est vraiment l’ADN du Festival et on a pu le voir pendant la pandémie. On a annulé en 2020 et on a fait un festival digital, en 2021, on a construit une scène sur le lac… C’était important pour nous d’apporter de la culture, de divertir les gens pendant les pires moments. Si Claude avait été en vie pendant cette crise, il aurait voulu faire mille trucs tout le temps, ce qui aurait été super-compliqué ! Dans le monde actuel où il y a toujours mille raisons de ne pas faire, Claude Nobs nous a surtout appris qu’il y avait mille raisons de faire. 9


INTERVIEW BIEN PLUS QU'UNE MAISON

cours duquel Matthew Bellamy n’a fait que des chansons peu connues du grand public. La veille, il m’avait demandé s’il pouvait vraiment faire ce qu’il voulait. Le public a été étonné, mais le concert est devenu mythique. Si on veut vivre une expérience unique et espérer que quelque chose se passe, il faut venir à Montreux.

L'ambiance unique du Festival Montreux Jazz.

Le festival a évolué dans cette vision d’authenticité et de relations fortes… Oui et c’est peut-être quelque chose qui a été sous-estimé par tout le monde, y compris nous, au décès de Claude. La réaction normale était de penser que l’avenir du festival était compromis avec la disparition de son porte-drapeau. Mais Claude était extrêmement généreux et son esprit fédérateur s’est poursuivi même après sa disparition. Je pense par exemple à Quincy Jones avec qui Claude était vraiment lié. Il aurait pu arrêter de venir à Montreux, mais le lendemain de la mort de Claude, il m’a appelé pour m’assurer de son soutien.

grammation de l’été. Avec la pandémie, les délais se sont un peu rallongés. On a déjà booké des artistes pour 2023, mais c’est encore rare.

Quelle touche personnelle avez-vous apportée au festival ? Pour moi, il ne s’agit pas de regarder le Festival avec nostalgie, mais d’utiliser cet ADN du passé, surtout aujourd’hui dans le monde dans lequel nous vivons, et les valeurs d’humanité, d’authenticité et de proximité qui sont encore plus importantes aujourd’hui et de les utiliser avec les codes du passé. C’est certain que je ne vais pas agir comme Claude, je ne vais pas demain aller taper sur l’épaule de Santana et danser avec lui en backstage. Ce n’est pas moi. Je suis d’une autre génération et j’ai d’autres codes. Je suis aussi plus proche d’artistes comme Woodkid, Ibrahim Maalouf et Sam Smith, ce qui ne m’empêche pas de respecter et d’avoir de l’admiration pour les anciens.

En dehors de l’aspect financier, il y a aussi l’histoire et la notoriété du Festival qui comptent et surtout la liberté offerte aux artistes. Ailleurs, un artiste est dans un slot alors qu’à Montreux, il est libre. On essaie vraiment de pousser la liberté artistique à son paroxysme.

Comment se fait la programmation ? C’est un travail annuel qui se faisait dans un temps très court, environ six mois. Il s’agit d’un business très risqué car on peut arriver en juin et ne pas avoir la pro-

Les artistes sont-ils pleinement conscients de la liberté qu’offre Montreux ? Oui, c’est même ce qui a fait la légende de Montreux. Par exemple, le concert de David Bowie en 2002, ou celui de Muse au

10

En automne, des agents nous contactent pour nous informer des dates potentielles de tournée d’un artiste en Europe. Globalement, on ne peut plus booker un artiste sauf s’il est en tournée. Ensuite, on fait une offre financière pour une date sans connaître, bien sûr, les montants proposés par les autres festivals. Une fois que l’agent a récupéré toutes les offres, il établit un calendrier et il nous informe ensuite si on fait ou non partie de la tournée.

Le Festival a aussi 32 dates, ce qui est plus compliqué à remplir. Il faut également tenir compte des changements de dernière minute. Même s’il a confirmé sa présence, un artiste annulera s’il a une opportunité plus intéressante pour sa carrière. On est dans un métier qui sort des schémas de l’économie classique. Parfois c’est même difficile à comprendre pour le public qui s’étonne que l’on n’ait pas tel ou tel artiste.

De très grands artistes aujourd’hui décédés sont passés à Montreux. Si vous pouviez organiser un concert avec l’un d’eux, qui choisiriez-vous ? Prince et Bowie. 2016 a été l’année la plus tragique dans l’histoire de la musique. On a perdu deux immenses artistes, mais pas uniquement en matière de talent musical. Ils ont influencé des générations. Ils transgressaient les limites en permanence. Actuellement, tout est tellement marketé que laisser la place à des personnalités de ce style devient très difficile, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas. Le business exige de produire toujours plus, d’être sur les réseaux sociaux… Prince ou Bowie pouvaient rester cinq ou sept ans sans sortir d’album. Aujourd’hui, d’un côté, les artistes ne sont plus dépendants des maisons de disque car ils peuvent émerger grâce aux réseaux sociaux, ce qui est génial, et d’un autre côté, il y a une perte de repères. On le voit aussi avec le public, il a accès à 10 millions d’artistes. Mais il ne sait plus qui écouter. Est-ce que ce sont des algorithmes qui vont nous dire ce que l’on va écouter demain ? Nous sommes dans une période charnière. Comment les festivals ont-ils évolué ces dernières années ? Quand j’ai commencé avec Claude, un festival était surtout la promotion d’un album. On venait dans un festival pour présenter son disque. Le métier des festivals est en train de changer ainsi que la manière de concevoir l’expérience client. Avant l’important était le nom de l’artiste et le lieu. Cela a déjà commencé à changer avec des festivals comme Glastonbury et Coachella, qui s’est construit sur le lifestyle, où la programmation est presque secondaire. A cela s’ajoute désormais l’expérience. Elle est annuelle et digitalisée. Pour la génération TikTok, elle va aller au-delà du concert lui-même. Cela étant je crois à la complémentarité entre le live et les nouvelles technologies.


Vous voulez devenir propriétaire. Nous vous aidons à réaliser votre rêve. Bénéficiez de l’avantage d’avoir un seul partenaire pour votre financement et vos assurances. Nos solutions d’hypothèque s’adaptent à vos besoins et vous permettent de réaliser des économies fiscales. Parlez-en avec votre conseiller de la Vaudoise. Ensemble, nous trouverons la solution idéale.

Ensemble, tout devient possible. Agence générale de la Riviera 1800 Vevey, T 021 925 33 00

Agence générale Ouest Lausannois/Gros-de-Vaud 1020 Renens, T 021 637 67 70

Agence générale de Lausanne 1003 Lausanne, T 021 310 02 02

Agence générale de Genève 1204 Genève, T 022 317 72 72

Agence générale de Morges 1110 Morges, T 021 804 74 00 www.vaudoise.ch

Heureux. Ensemble.


INTERVIEW BIEN PLUS QU'UNE MAISON

12


INTERVIEW L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

FRANCK GIOVANNINI

« JE FAIS UN MÉTIER DE PASSION ! » Aux commandes depuis 2016 du restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier, le chef triplement étoilé Franck Giovannini imagine une cuisine très personnelle s’inscrivant dans la modernité tout en respectant la tradition du célèbre restaurant créé par Frédy Girardet. Rencontre avec un passionné.

Le temps passe et vous êtes toujours au sommet, quel est votre secret ? Je ne sais pas s’il y a un secret, mais je crois qu’avant tout il y a la passion pour ce que l’on fait. On exerce des métiers qui ne sont pas toujours simples où l’on fait deux services par jour, où l’on n’a pas le droit d’être mauvais, de ne pas avoir envie ou de dire : on finira demain ! Il y a deux performances par jour, deux matchs par jour comme disait Monsieur Rochat. Mais c’est la passion de plein de choses et avant tout celle de faire plaisir aux gens. Le métier n’est pas simple, mais en contrepartie j’ai 110 clients chaque jour qui sont heureux de venir au restaurant et de passer un bon moment. J’ai aussi des collaborateurs épanouis et des jeunes passionnés qui ont envie d’apprendre. C’est vraiment génial de former cette jeunesse. Je trouve passionnante cette transformation des produits frais que la nature nous offre. Ils arrivent chaque matin au restaurant et on a le résultat deux fois par jour, à midi et le soir. Ma seule hantise est qu’un jour cette

passion disparaisse, car si on n’a plus la flamme, après c’est vraiment dur. Mais pour le moment tout va bien ! Avec les années, on acquiert aussi beaucoup de rigueur. Chaque jour, on réalise près de 1000 assiettes avec une dizaine de plats différents pour 110 clients. Si une assiette n’est pas au niveau, cela se remarque. Chaque produit que l’on cuit, chaque assiette que l’on dresse, chaque chose doit être la plus parfaite possible. C’est un état d’esprit. Combien êtes-vous en cuisine ? Nous sommes 25 en cuisine et 60 en tout dans la maison. Avec l’ouverture de la boulangerie, située en face du restaurant, nous sommes maintenant 80. Nous avions depuis 18 ans, depuis l’époque de Philippe Rochat, notre laboratoire dans les locaux de l’entreprise Kudelski. Nous faisions le pain pour le restaurant et pour une vingtaine de clients professionnels de la région. Les clients nous demandaient souvent où ils pouvaient acheter nos pains, alors quand une boulangerie proche de notre restaurant s’est libé-

rée, nous l’avons reprise et nous avons ouvert en décembre dernier. C’est génial parce que je n’aurais jamais fait une boulangerie à l’autre bout de Lausanne. Maintenant les clients n’ont plus qu’à traverser la rue pour acheter le pain. Vous êtes originaire de Tramelan, dans le canton de Berne, comment est née votre passion pour la cuisine ? J’ai grandi à Tramelan jusqu’à l’âge de 13 ans, mes parents ont déménagé ensuite dans le canton de Vaud. J’ai toujours été attiré par les métiers de bouche, mais au début c’était plutôt la boulangerie qui m’intéressait. Je suis fan du pain, je suis incapable de manger sans pain ! J’ai fait des stages dans des boulangeries, mais j’ai vite réalisé que tous les jours à la même heure on faisait la même chose, alors j’ai essayé la cuisine. Je viens d’une famille où tout le monde travaille dans le bâtiment, je fais un

Parfois les gens trouvent dommage de « casser » le plat, tellement il est beau

autre métier. Mon père aurait voulu être cuisinier, mais mon grand-père ne lui a pas laissé le choix. Pour lui, mon père devait reprendre l’entreprise familiale, c’est-à-dire dans l’esprit de mon grand-père, avoir un vrai travail, et cuisiner à la maison pour le plaisir. Mon père ne m’a jamais dit : « Tu feras du plâtre ». Il m’a laissé faire ce que je voulais faire et il m’a aussi un peu dirigé dans cette voie comme c’était aussi un peu son rêve quand il était jeune. Quand on fait des petits stages à droite à gauche dans des restaurants, c’est tou13


INTERVIEW BIEN PLUS QU'UNE MAISON

jours cool, mais c’est en travaillant vraiment dans ce secteur qu’on réalise la difficulté de ce travail. J’ai eu la chance que ce soit vraiment mon truc. C’est cette même passion qui vous a amené au restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier ? J’ai toujours travaillé chez des chefs qui étaient des anciens de Crissier, d’abord, en Suisse, à Apples, dans le canton de Vaud, aux côtés du chef Claude Joseph, et ensuite à New York avec Gray Kunz. C’est lui qui m’a suggéré d’essayer chez Girardet car il m’a dit qu’il ne serait pas là pendant encore 20 ans. Je suis dans la maison depuis 27 ans. Vous avez eu la chance de côtoyer de grands cuisiniers comme Frédy Girardet, Philippe Rochat et Benoît Violier. De quelle manière ont-ils influencé votre style culinaire ? En 1996, nous étions les quatre dans la cuisine pendant un an sans savoir, bien sûr, qu’un jour chacun de nous allait à son tour diriger la maison. Le style, la philosophie est restée celle de Girardet, dans le choix des produits et les goûts simples, mais il y a eu une énorme évolution. En ce qui me concerne, par exemple, j’ai apporté le végétal, la minutie, le détail, les textures, la présentation, la légèreté… Tout évolue,

mais on peut dire au client que l’on fait toujours du Girardet à notre manière. Il y a aussi la personnalité du chef qui compte. Chacun avait la sienne. J’ai travaillé deux ans avec Girardet et je n’ai pas eu la même relation avec lui qu’avec Philippe Rochat qui était comme mon deuxième papa car on a passé 18 ans ensemble dans cette maison. Quant à Benoît, il était comme mon frère, nous avons travaillé ensemble pendant 20 ans. Les trois étaient différents dans leur manière de voir, mais il y avait toujours cette ligne directrice créée par Girardet. La première force de cette maison est la qualité des produits. Après, le produit doit être reconnaissable dans l’assiette. Girardet disait toujours : « Pas plus de trois saveurs, sinon on commence à se perdre. » Pour celles et ceux qui ne sont encore jamais venus déjeuner ou dîner chez vous, comment leur présentez-vous votre restaurant et les différents mets ? Si on prend l’exemple d’un menu, le plus important est d’avoir les meilleurs produits de la saison et des goûts simples, mais derrière il y a un travail phénoménal ainsi que - et ça c’est mon truc ! - une minutie extrême pour la présentation. Parfois les gens trouvent dommage de « casser » le plat, tellement il est beau et, pour moi, c’est

une belle évolution d’en être arrivé là. Je suis aussi assez fier de l’état d’esprit qui règne maintenant dans la maison. Les gens sont à l’aise. Avant on travaillait en cuisine dans un calme impressionnant et l’ambiance du restaurant était plus froide, un peu guindée. Aujourd’hui, c’est toujours professionnel, mais très décontracté. On se sent vraiment comme à la maison. C’est une remarque que les clients me font souvent quand je fais mon tour en salle. Vous avez travaillé avec trois grands chefs. Comment était-ce ? Frédy Girardet était la rigueur même, il ne laissait rien passer. En plus, il avait un caractère tel qu’il ne fallait pas être trop sensible, ça gueulait dans la cuisine. Au début, je me demandais si j’allais pouvoir tenir, mais je m’y suis fait. Girardet c’était aussi une autre époque. Les gens venaient manger ce que Girardet voulait leur faire manger. Je me souviens de clients qui trouvaient le foie gras trop salé, Girardet l’a goûté, il a dit que non et il a refusé de préparer autre chose. Les clients ont dû partir. Avec Philippe Rochat, l’équipe a senti qu’il nous faisait confiance. On a commencé à être nommé sous-chef, à participer à l’élaboration des menus. Rochat pouvait être dur, il parlait très fort, mais il était adorable. Il avait un cœur énorme et il avait le côté paternel même s’il criait. Avec Benoît, nous étions vraiment très proches. Quand il a su qu’il allait reprendre la maison, c’était évident pour moi de continuer avec lui car nous avions cette complicité. Quelle est la place du végétal dans votre cuisine ? Les légumes sont beaucoup plus présents et nous accordons aussi davantage d’importance à leur origine géographique. Nous avons choisi de privilégier la proximité pour tous les produits frais qui viennent de Suisse, de France et d’Italie. J’ajoute toujours une touche de légumes aux plats et, l’été, les légumes sont même notre produit principal, ce qui aurait été inconcevable à l’époque de Rochat. J’utilise beaucoup les légumes crus dans les plats pour le goût, bien sûr, mais aussi pour les textures.

Le restaurant de l'Hôtel de Ville de Crissier. 14

Comment travaillez-vous à l’élaboration de vos menus ? Je ne m’impose pas de plages horaires fixes, je travaille tous les jours un peu. J’ai besoin de deux mois ou deux mois et


INTERVIEW L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

demi pour chaque saison. Si je ne suis pas en avance, je travaille un peu le weekend chez moi, mais je suis meilleur quand je suis au restaurant. Je crée le menu d’abord par écrit et ensuite je travaille en cuisine. Je regarde toujours ce qui a déjà été fait. Je suis obnubilé par les répétitions, je ne fais pas deux fois la même assiette, je n’utilise pas deux fois le même produit… Cela va même jusqu’aux mots ! Pas deux fois le même !

Ecrin fondant de morilles et asperges valaisannes crème légère déglacée à l'Or Jaune de Satigny.

Billes de fois gras de canard poudrées au balsamique des glaciers, pointes blanches de Saillon soigneusement acidulées.

15



N O U S R É P O N D O N S À VOS Q U E ST I O N S L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

Nous répondons à vos questions

Pour de nombreuses personnes, le domaine de l’immobilier reste complexe, fait d’un vocabulaire particulier et de lois difficiles à assimiler. Vous trouverez donc ici les réponses aux interrogations soulevées par nos clients. Nous espérons ainsi faciliter votre compréhension sur des sujets liés à l’achat et la vente d’un bien immobilier.

17


N O U S R É P O N D O N S À VOS Q U E ST I O N S BIEN PLUS QU'UNE MAISON

I Acheter, rénover et revendre une vieille maison peut être toujours considéré comme un bon investissement ? Et pourquoi ?

Plus lourde est la rénovation du bien, plus élevé sera le potentiel d’amélioration et donc de croissance de sa valeur à court terme, à la condition d’un achat judicieux. La rénovation est souvent le moyen le plus sûr de rentabiliser un investissement immobilier et de pouvoir jouir de prestations haut de gamme et sur mesure à moindres frais. Acheter un bien sans travaux constitue un coût qui va généralement se situer en fourchette haute du prix au mètre carré sur un secteur donné. Son potentiel d’amélioration va s’avérer faible, puisqu’il bénéficie de prestations de qualité se répercutant déjà dans son prix. Par conséquent, le potentiel de croissance de sa valeur à court terme,

18

le sera aussi puisqu’il ne dépendra que de la conjoncture du marché immobilier. Dans le cas d’une rénovation, c’est différent. Si la rénovation du bien devient importante, sa valeur à court terme sera en forte croissance, à condition d’un prix d’achat raisonnable. En effet, si vous admettez que le marché est rationnel, celui-ci l’intégrera dans le prix du bien selon des facteurs d’esthétique, de prestations, de coûts, de risques et de temps. Par conséquent, en plus de pouvoir potentiellement tirer profit d’une conjoncture favorable, vous pourrez rentabiliser cette rénovation, à condition qu’elle soit une réussite dans l’optimisation de ces facteurs.


N O U S R É P O N D O N S À VOS Q U E ST I O N S L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

II Quels sont les frais et taxes supportés par le vendeur lors de la vente d’un bien immobilier ?

Prenons l’exemple de Madame et Monsieur Favre qui souhaite vendre leur appartement situé sur la commune d’Ecublens (VD).

Quand une personne vend son bien immobilier, cette vente peut engendrer le prélèvement de certains frais. Lorsque la vente est réalisée sur un bien immobilier vaudois appartenant à la fortune privée du vendeur (l’aliénateur), le gain sera soumis à l’impôt cantonal sur les gains immobilier dès qu’il excède CHF 5'000.–. Le taux d’imposition est dégressif en fonction des années de possession du bien, les années de propre occupation comptant double. Le barème est publié à l’article 72 de la loi vaudoise sur les impôts directs cantonaux. Sous certaines conditions, le gain réalisé sur la vente du propre domicile pourra bénéficier d’un différé d’imposition (total ou partiel) s’il est réinvesti dans un nouvel immeuble servant également au domicile principal. Il est à noter que le canton de Vaud applique la méthode dualiste, ce qui signifie qu’en cas de vente d’un immeuble situé dans le canton de Vaud mais qui appartient à la fortune commerciale de l’aliénateur, le gain sera soumis à l’impôt sur le revenu au titre de l’activité lucrative indépendante (comprenant l’impôt cantonal et communal sur le revenu, l’impôt fédéral direct ainsi que l’AVS). Les gains réalisés par des personnes morales sont soumis à l’impôt sur le bénéfice, sous réserve de certaines exceptions.

Monsieur et Madame Favre ont fait l’acquisition de leur bien immobilier le 1er juin 2014 pour un montant de CHF 650’000.–. Les frais d’achat (droit de mutation, notaire, etc.) se sont montés à CHF 32’000.– et ils ont toujours habité les lieux (ils ne l’ont jamais mis en location) et n’ont jamais effectué de travaux. À la suite du travail effectué par le courtier en immeubles qu’ils ont mandaté et dont la commission de courtage se monte à 3% du prix de vente pour la vente de leur bien, Monsieur et Madame Favre ont trouvé un acquéreur pour un montant de CHF 1’000’000.–. La vente s’est donc réalisée chez un notaire par la signature d’un acte de vente authentique. Le transfert immobilier s’est effectué le 1er novembre 2021. Prix de vente net (après déduction de la commission de courtage) : CHF 970'000.– (CHF 1'000'000.– - CHF 30'000.–) Prix d’acquisition de 2014 (incluant les frais d’achats) : CHF 682'000.– (CHF 650'000.– + CHF 32’0000.–) Gain immobilier imposable : CHF 288'000.– Durée d’occupation : 7 ans (seules les années pleines sont prises en considération) Taux d’imposition : 12% si propre occupation ou 16% si l’immeuble a été loué à des tiers. Impôt dû : CHF 34'560.– si propre occupation ou CHF 46'080.– si l’immeuble a été loué à des tiers

19


RETROUVEZ UN CORPS DE RÊVE AVANT L’ÉTÉ EmeraldTM, une technologie laser sans précédent pour une silhouette aux courbes amincies. Vous avez toujours rêvé de retrouver votre corps de jeunesse et de perdre quelques centimètres sans régime ni fitness ? Pour la première fois en Europe francophone, le Centre Expert du Laser de la Clinic Lémanic, vous propose ce traitement révolutionnaire. En seulement quelques semaines, votre ancienne garde-robe ne sera plus qu’un lointain souvenir. Centre d’excellence helvétique dans la médecine esthétique et les traitements non invasifs, la Clinic Lémanic œuvre depuis bientôt 25 ans pour le bien-être, la santé et la beauté de ses patients. Notre savoir-faire est la garantie de votre quête de perfection.

Clinic Lémanic

|

Avenue de la Gare 2

|

Lausanne

|

T. +41 21 321 20 82

|

info@cliniclemanic.ch


N O U S R É P O N D O N S À VOS Q U E ST I O N S L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

III Qui doit financer les frais d’entretien et d’installation d’un ascenseur dans une copropriété ?

Le Code civil suisse prévoit que les charges et frais communs, dont font partie les dépenses résultant de travaux effectués sur les parties communes, sont répartis entre tous les copropriétaires au prorata de leur part de copropriété. Ainsi, les frais d’installation et d’entretien de l’ascenseur devront être, en général, répartis entre tous les copropriétaires au prorata de leur part de copropriété. Dès lors, un copropriétaire ne pourrait pas refuser de participer au financement de l’ascenseur au seul motif qu’il n’aurait pas été favorable à la décision concernant son installation ou son entretien. Cependant, la loi prévoit, dans le cadre de travaux utiles, que « lorsque des modifications entraîneraient pour un copropriétaire des dépenses qui ne sauraient lui être imposées, notamment parce qu’elles sont disproportionnées à la valeur de sa part, elles ne peuvent être exécutées sans

son consentement que si les autres copropriétaires se chargent de prendre à leurs frais la quote-part du copropriétaire concerné. » En ce sens, les copropriétaires des appartements ou arcades du rez-de-chaussée pourraient s’opposer à l’installation de l’ascenseur au motif que les dépenses pour ces travaux seraient disproportionnées par rapport à la valeur de leur part et à leur utilité. Les autres copropriétaires ne pourraient alors valablement procéder aux travaux qu’en prenant à leur charge le coût de ces travaux. En résumé, même si l’ascenseur ne serait pas utile à certains copropriétaires et s’ils ne s’y opposent pas formellement, ceux-ci pourront être contraints à participer aux frais d’installation et aux frais d’entretien. Il convient de garder à l’esprit qu’une telle installation apportera certainement une plus-value aux différents lots de la copropriété.

21


LA BEAUTÉ RÉSIDE DANS LE SOIN DU DÉTAIL

Nous sommes spécialisés depuis de nombreuses années dans la rénovation ainsi que dans la pose de papiers peints classiques et personnalisés. Dynamiques et polyvalents, nous travaillons aussi bien pour des particuliers que pour des régies et des bureaux d’architectes. Notre expérience nous permet de nous adapter avec efficacité aux projets qui nous sont confiés. Nous avons la passion de notre métier et en tant que passionnés nous avons à cœur de soigner notre travail dans les moindres détails. Cette même passion anime également notre envie de satisfaire les exigences et les besoins de chacun de nos clients. Offrir un service de qualité et des conseils professionnels, voilà notre objectif.

Rue de Verdeaux 4

1020 Renens

Téléphone: 021 635 05 51 Mobile: 079 239 13 57 dealmeidasarl@bluewin.ch www.dealmeida-decoration.ch


N O U S R É P O N D O N S À VOS Q U E ST I O N S L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

IV L’acquisition d’un logement sur plans : le bon plan ? L’acquisition d’un bien immobilier représente souvent l’achat d’une vie. Autant dire que personne n’a envie de se louper ! Et pourtant, les pièges sont nombreux au moment où il faut passer à l’acte, particulièrement lorsque le bien est acheté sur plans et qu’il n’est dès lors pas possible de le visiter avant de signer. Quelques précautions peuvent toutefois grandement aider à ce que le rêve ne tourne pas au cauchemar. Petit tour d’horizon. Souvent, l’achat d’un logement sur plans se fait dans le cadre d’une promotion comportant plusieurs appartements, par exemple dans une PPE en cours de constitution, ou d’un lotissement de villas. Le promoteur s’est chargé de l’achat du terrain, du permis de construire et a négocié les contrats pour la réalisation du projet dans son ensemble. Avantages : plusieurs étapes parfois difficiles à gérer pour un particulier (enquête publique, négociation avec les entreprises) sont derrières. Le prix final est connu (addition de la quote-part terrain, coût de construction, part promoteur). Il ne reste plus qu’à trouver un financement pour pouvoir signer la vente, et attendre la livraison. Pas si simple en pratique. Si la vente sur plans permet une maîtrise des coûts, elle induit également la tentation pour le promoteur de chercher les économies au moment de la réalisation, au détriment des attentes des acquéreurs ou de la qualité. Deux documents sont à analyser : les plans et le descriptif, qui contiennent des indications précieuses quant aux caractéristiques et qualités promises (type de chauffage, équipement électroménager). Tout ce qui n’y figure pas ne sera pas dû (par exemple la borne de recharge pour véhicule électrique). Un ordre de priorité doit être clairement indiqué dans le contrat. Le plus souvent, le contrat de vente va prévoir un budget, avec la possibilité pour l’acquéreur de choisir des matériaux ou des installations de plus haut standing. Ces plus-values sont à estimer dès le départ du projet, au risque sinon d’avoir de mauvaises surprises en fin de parcours. Une autre source de tension possible : la date de livraison. Des imprévus arrivent toujours en cours de chantier, de la pandémie et la pénurie à la faillite d’un artisan. Ces aléas ont des répercussions sur la livraison, et un plan B est utile

pour ne pas se retrouver dos au mur. Parfois, des pénalités de retard sont convenues, mais cela ne résout pas le problème concrètement. Lors de la réception, qui fait partir le délai de garantie (5 ans), la construction présentera certainement des défauts à corriger (à consigner sur un pv), qui s’ajouteront au stress du déménagement. En cas de défauts plus importants, l’ouvrage pourra à certaines conditions être refusé, mais alors s’engagera un bras de fer avec le promoteur. Il faut donc bien analyser lors de la signature la clause relative aux garanties. Sont-elles à charge du promoteur-vendeur ? Ou celui-ci a-t-il cédé ses droits contre les entreprises, à charge de l’acquéreur de rechercher le responsable ? Si cette dernière solution évite une triangulation avec le promoteur, elle met l’acquéreur dans la difficile position de rechercher le responsable et d’assumer le risque de défaillance de l’entreprise concernée. Attention également aux paiements, et au risque d’hypothèque légale si les sous-traitants ne sont pas payés, quand bien même l’acquéreur a versé tous les acomptes. Il n’y a pas de formule magique, sauf à dire qu’il faut éviter les clauses difficiles à interpréter ou rédigées au détriment du futur propriétaire. Une règle est constante : il est primordial de bien se renseigner en amont et choisir un projet dont le promoteur a bonne réputation. Avant signature, prévoir une relecture par un homme de loi. Lors de la réception, se faire accompagner d’une personne compétente pour déceler des défauts pas toujours visibles pour le néophyte. Ces réflexes permettront de garantir un achat sur plans en toute confiance. Article rédigé par Me Marc-Etienne Favre Spécialiste FSA droit de la construction et de l'immobilier

LEXIMMO AVOCATS Rue de Bourg 20 CP 6711 CH 1002 Lausanne T +41 (0)21 613 08 08 F +41 (0)21 613 08 09 E : me.favre@leximmo.ch www.leximmo.ch

23


Votre fournisseur de mazout de chauffage écologique et carburants partout en Suisse Romande

AVIA DISTRIBUTION SA Chemin de Maillefer 36 1052 Le Mont-sur-Lausanne

Tél. 021 644 20 60

avia-lsdetail@adsa.ch

www.adsa.ch


N O U S R É P O N D O N S À VOS Q U E ST I O N S L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

V Lex Weber :un coup d’œil dans le rétroviseur

La législation relative aux résidences secondaires fête ses 10 ans. L’occasion de faire un bref retour en arrière. Le 11 mars 2012, l’initiative populaire « Pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires » lancée par la Fondation Helvetia Nostra était en effet acceptée à une courte majorité (50.6% et 13 cantons et demi) par le peuple suisse et les cantons. Le texte adopté en votation populaire (art. 75b (nouveau) de la Constitution fédérale) limite les résidences secondaires à 20% au maximum du parc des logements de chaque commune. Au moment de l’adoption de la disposition constitutionnelle, les craintes étaient grandes dans les milieux de la construction et de l’immobilier et les experts prévoyaient la perte de milliers d’emplois dans l’Arc alpin. Dix ans plus tard, le bilan est beaucoup moins alarmiste. Le domaine de la construction n’a pas connu de licenciements massifs et le chômage n’a pas augmenté de manière significative. Il n’en reste pas moins que l’initiative a très largement atteint son but et peut être mieux : s’il est évidemment impossible d’envisager de construire une résidence secondaire dans une commune frappée par la limite de 20%, il devient de plus en plus difficile, compte tenu de la jurisprudence du Tribunal fédéral, d’y construire des résidences principales. La crainte est en effet grande que des constructeurs ne demandent des permis de construire une résidence principale pour ensuite utiliser une disposition de la loi qui permet de les utiliser comme résidence secondaire si elle n’a pas trouvé preneur pour sa première affectation. Il faut donc « montrer patte blanche » et démontrer que le futur propriétaire ou locataire est connu et que la demande en résidences principales existe dans la commune concernée.

Les autres possibilités de nouvelles constructions autorisées par la loi d’application (hébergement touristique, investissement dans l’hôtellerie) pour offrir des « lits chauds » n’ont été que peu utilisées. En revanche, malgré la « Lex Weber », les résidences secondaires autorisées avant le 11 mars 2012 peuvent continuer à exister et être revendues comme telles ; leur mode d’habitation reste libre, ce qui permet à toute résidence existante – principale ou secondaire – avant le 11 mars 2012, d’être changée d’affectation : de tels logements peuvent, dans les limites des surfaces utiles principales préexistantes, être rénovés, transformés et reconstruits. L’agrandissement des logements créés selon l’ancien droit ne peut cependant excéder 30 % des surfaces utiles principales qui existaient le 11 mars 2012. Malgré les scenarii « imaginatifs » qui avaient été avancés au lendemain de la votation populaire pour contourner la loi force est donc de constater aujourd’hui que la volonté des initiant est très largement respectée. On s’étonne que certaines pistes (comme l’hébergement touristique dit qualifié, un établissement de type hôtelier « light » avec réception et installations communautaires par exemple) n’aient pas été plus suivies. La pratique s’orientera peut-être dans cette direction dans les prochaines années. Article rédigé par Me Eric Ramel Spécialiste FSA droit de la construction et de l'immobilier

LEXIMMO AVOCATS Rue de Bourg 20 CP 6711 CH 1002 Lausanne T +41 (0)21 613 08 08 F +41 (0)21 613 08 09 E : me.favre@leximmo.ch www.leximmo.ch

25


À VENDRE BIEN PLUS QU'UNE MAISON

Notre sélection de biens à vendre Que vous soyez à la recherche d’une villa familiale, d’un appartement en ville ou d’un bien immobilier de prestige, nous vous aidons à passer du rêve à la réalité. Prenez plaisir à feuilleter nos annonces immobilières, vous y trouverez, peut-être, le bien qui correspond à tous vos critères de recherche.

26


À VENDRE L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

COPPET VILLA INDIVIDUELLE AVEC PISCINE

Cette belle propriété de 10 pièces avec piscine est située à Coppet dans un quartier résidentiel et sans nuisance. Proche de Genève, des transports, des commerces et des écoles, elle offre une situation idéale.

Réf.: 417013 Nadia Reyes +41 21 321 90 40

CHF 4’490’000.–

27


À VENDRE BIEN PLUS QU'UNE MAISON

GSTAAD LUXUEUX APPARTEMENT EN DUPLEX

Idéalement situé à proximité immédiate des commerces, des restaurants et de toutes les infrastructures proposées par le village, ce luxueux appartement offre 430 m2 habitables de grand luxe et de pur confort.

Réf. 541954 Nadia Reyes +41 21 321 90 40

CHF 10’000’000.–

28


Montreux Tennis Club

du 5 au 11 septembre 2022 Venez découvrir les championnes de demain Avec les joueuses du circuit WTA

E T I U T A R G E É R T N E

Présenté par

Annonce_SPORT SPIRIT_210x148_2022_OK.indd 1

18.04.22 18:01

PLÂTRERIE PEINTURE MENUISERIE

Annonce_KRASNAQI_210x148_2022.indd 7

28.04.22 20:37


Entreprise de nettoyage et de conciergerie Entretiens extérieurs - Génie Civil - Rénovations

Rue de la Savonnerie 3B - 1020 Renens VD Téléphone: 079 710 02 20 mobilnetsarlcrissier@outlook.com Annonce_MOBILNET_175x123_prod.indd 1

10.06.21 20:34

Rénovation, électricité, installations de panneaux photovoltaïques, chargeurs pour voitures électriques.

RENOV-ELEC Sàrl — Chemin de l’Usine 13 — 1040 Echallens — +41 76 225 98 93 — info@renov-elec.ch Annonce_RENOV ELEC_210x148_2022_OK.indd 3

03.05.22 20:10


À VENDRE L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

AVA NT - P R E M I È R E

ORBE FUTURE PROMOTION DE 8 VILLAS

Situé dans un quartier calme et verdoyant dans le village d’Orbe, ce nouveau projet est composé de 8 villas (individuelles et mitoyennes). De construction soignée, ces logements seront livrés début 2024.

Xavier Raigoso +41 21 321 90 40

Prix à venir

31



À VENDRE L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

AVA NT - P R E M I È R E

SERGEY NOUVELLE PROMOTION D’APPARTEMENTS NEUFS

Situé à seulement 5 minutes d’Orbe, dans le village de Sergey, ce nouveau projet est composé de 11 appartements neufs à vendre. De construction soignée, ces logements de 2 à 5.5 pièces seront livrés dans le courant de l’été 2024.

Service des ventes +41 21 321 90 40

Prix à venir

33


À VENDRE BIEN PLUS QU'UNE MAISON

LAUSANNE APPARTEMENT DE 2.5 PIÈCES AVEC TERRASSE ET JARDIN

Situé à la limite de la commune d'Epalinges, appartement de 2,5 pièces de 63 m2 + disponible avec fenêtre et chauffé de 18 m2. L’appartement est agrémenté d’un jardin d’environ 100 m2, d’une terrasse de 15 m2 et d’un balcon de 11 m2. 1 cave et une place de parc intérieure à CHF 35'000.– en sus du prix de vente.

Réf. 779531 Carlo Festa +41 21 321 90 40

CHF 635'000.–

34


À VENDRE L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

SAINTGEORGE MAISON DE STYLE CHALET

Cette magnifique maison de 6 pièces est située dans un environnement calme et verdoyant, offrant une magnifique vue sur le lac et les montagnes. Grâce à son orientation plein Sud, cette propriété vous permet de profiter d’un ensoleillement tout au long de la journée. Réf. 749841 Nadia Reyes +41 21 321 90 40

CHF 1’580’000.–

l A

r f

ubor A d e t

À votre service depuis 60 ans

Relevés et entretien des compteurs d'eau et de chaleur Répartition des frais de chauffage et d'eau chaude

SA

Décomptes individuels DIFC DIFEE Concepts, études et conseils Votre partenaire

1958.789 8 Alfred Aubort SA, ch. de la Chocolatière 2, case postale 28, 1030 Bussigny/Lausanne T: 0 2 1 7 0 6 0 3 1 0 www.aubort.ch contact@aubort.ch

35


De grands projets? Vers le sommet? Nous augmentons le succès de votre communication.

staempfli.com

RZ01-Inserat-Duboux-immobilier-210x148mm-FR.indd 1

13.04.22 09:32


À VENDRE L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

MONTREUX MAGNIFIQUES APPARTEMENTS RÉNOVÉS

Au cœur du centre-ville de Montreux, ce nouveau projet de 10 3 appartements se situe proche de la gare et des rives du lac. Chaque lot dispose d'une cave et d'un galetas. Livraison été 2022.

Réf. 666363 / 666361 / 666362 Service des ventes +41 21 321 90 40

Dès CHF 810'000.–

37


À VENDRE BIEN PLUS QU'UNE MAISON

VEVEY 4 APPARTEMENTS DANS UNE MAISON DE MAÎTRE

Ces magnifiques appartements de 2.5 et 3.5 pièces se situent dans une maison de Maître datant du XVIIIe siècle, érigée sur une magnifique parcelle. Dans les hauts de Vevey, ces logements offrent un cadre de vie calme en toute quiétude. Réf. 771077, 771079, 679031, 771078 Service des ventes +41 21 321 90 40

Sur demande

MONTHEY CHARMANT APPARTEMENT

Situé dans un quartier calme, proche de toutes les commodités, ce charmant appartement de 3.5 pièces profite d'un balcon avec vue dégagée et exposé plein sud. Une place de parking extérieure est en sus du prix de vente (CHF 10'000.–). Réf. 627835 Lauranne Kannengieser +41 21 321 90 40

CHF 440'000.–

SAINTSULPICE APPARTEMENT EN DUPLEX AVEC VUE SUR LE LAC

Situé proche du centre du village ainsi que de l’EPFL et de l’UNIL, ce magnifique et lumineux appartement de 5,5 pièces en duplex bénéfice de deux entrées indépendantes. Une place de parking intérieure et une place de parking extérieure complètent ce bien en sus du prix de vente. Réf. 748345 Xavier Raigoso +41 21 321 90 40

CHF 1’870’000.–

38


À VENDRE L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

VERSOIX ATTIQUE DE 4.5 PIÈCES

Situé au dernier étage, face au lac et les Alpes, cet appartement d'un peu plus de 100 m2 jouit d'une agréable situation. Les écoles et les commerces sont à proximité immédiate, tout comme les transports publics, les axes autoroutiers ainsi que le bord du lac. Réf. 752093 Nadia Reyes +41 21 321 90 40

CHF 1’390’000.–

Jardinage, paysagisme et aménagements extérieurs De Jesus Le Sapin Vert Sàrl – Jardinier, Paysagiste Avenue Longemalle 26 1020 Renens dejesusc.paysag@bluewin.ch

Annonce_DE JESUS_210x148_2022_OK.indd 1

Tél. 079/460 91 36 & 021/624 10 39

18.04.22 17:57

39


À VENDRE BIEN PLUS QU'UNE MAISON

OLLON LUMINEUSE VILLA INDIVIDUELLE

Cette charmante maison villageoise de 3.5 pièces, située au cœur du village d'Ollon, saura vous séduire par sa luminosité et sa vue imprenable sur les Alpes valaisannes alentours. Vous pourrez profiter du soleil avec ses nombreuses terrasses extérieures. Réf. 757914 Lauranne Kannengieser +41 21 321 90 40

CHF 580’000.–

TROISTORRENTS VILLA INDIVIDUELLE

À seulement 5 km du centre-ville de Monthey, ce magnifique chalet familial de 5 pièces se situe sur une parcelle de 940 m2. Datant de 1850, il saura vous séduire par son authenticité et son emplacement idéal. Réf. 763282 Lauranne Kannengieser +41 21 321 90 40

Sur demande

MOLONDIN MAISON DE 3 APPARTEMENTS

Cette jolie maison de 3 appartements est située à Molondin, à 15 min d'Yverdon à 20 min de Payerne et 35 min de Lausanne. La situation est idéale, dans un cadre calme et verdoyant. Réf. 748907 Nadia Reyes +41 21 321 90 40

CHF 1’290’000.–

40


À VENDRE L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

LOCATION DE MACHINES, TERRASSEMENT, FOUILLES ET AMÉNAGEMENT DE JARDIN

Chemin des Trois Ponts 1 1024 Ecublens Mobile: 079 206 90 66 Fax: 021 624 17 02 info@scrimaantonio.ch www.scrimaantonio.ch

Annonce_SCRIMA_210x148_2022_OK_PROD.indd 1

26.04.22 18:57

À Lausanne différent depuis 1894

STORES – toiles, empilables, à lamelles VOLETS – à rouleau, à jalousies STORES – à lamelle verticales, intérieurs

BERTUSI GROUPE

J.-P. Bertusi Stores SA - Rue de Lausanne 77d - Case Postale 228 - 1020 Renens - 021 635 09 35 - info@bertusi.ch - www.bertusi.ch Annonce_BERTUSI_210x148_2022_OK.indd 2

03.05.22 20:26

41


À VENDRE BIEN PLUS QU'UNE MAISON

MONTREUX SUPERBE LOCAL COMMERCIAL

Au cœur du centre-ville de Montreux, proche de toutes les commodités, de la gare et des rives du lac, ce local commercial de 180m2 avec un sous-sol de 50m2 et une terrasse de 65m2 bénéficie d'un emplacement idéal. Une place de parc extérieure est disponible en sus du prix de vente. Réf. 674895 Service des ventes +41 21 321 90 40

CHF 1’160’000.–

Votre partenaire en revêtement de sol

Parquet, moquette, lino, pvc et bien plus encore !

VENEZ VISITER NOTRE SHOWROOM Rue du Lac 16A à Renens

Pastore SA Chemin du Belvédère 8 1026 Echandens Téléphone: 021 636 48 25 info@pastore-sa.ch www.pastore-sa.ch Annonce_PASTORE_210x148_2022_OK.indd 1

42

18.04.22 18:00


Installateur chauffages Installateur sanitaires Installateur de pompe à chaleur Duotech Sàrl − Rte d’Allaman 30D − CH-1163 Etoy info@duotech.ch − Téléphone: 0840 807 807

Pose panneau solaire photovoltaïque Entretiens de brûleur à mazout Régulation Entreprise Wolfensberger Systèmes Thermotechniques Sàrl − Rue Saint-Laurent 11C − CH-1176 St-Livres dwolfensberger@infomail.ch − Téléphone: 079 321 43 35

Fournisseur de chaudière Pompe à chaleur

CTC AG − Furtbachstrasse 16/18 − CH-8107 Buchs ZH info@ctcag.ch − Téléphone: +41 43 411 62 00


S E R V I C E S D E L ’ AG E N C E BIEN PLUS QU'UNE MAISON

Bien plus qu’une régie Actifs depuis plus d’un demi-siècle sur le marché immobilier romand, nous sommes au bénéfice d’une excellente réputation et d’un capital confiance reconnu. L’implantation de nos agences tout au long de l’Arc lémanique nous permet de bénéficier d’une réelle connaissance du marché local et de vous offrir un service de proximité et des services immobiliers de premier ordre. DATES CLÉS 1952 Création de la société par Georges et Jacques Duboux, père et fils 1982 Pierre Duboux, petit-fils du fondateur et actuel responsable des ventes et associé, rejoint la direction de la régie 2001 Robin Crisinel, actuel CEO et associé, rejoint la régie 2005 Ouverture de la succursale Riviera 2011 Bernard Von Gunten, actuel directeur des agences de la Côte/ Genève et associé, rejoint la régie lors de l’ouverture de ces succursales

CHIFFRES CLÉS

4 SITES

Siège Lausanne

Vevey

Rolle

Versoix

+500 LOTS

Plus de 500 lots de copropriétés en gestion

85 MIO

85 millions d’états locatifs sous gestion

44


S E R V I C E S D E L ’ AG E N C E L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

Courtage Vendre ou acquérir un bien immobilier est une étape importante dans la vie. Pour vous permettre de réaliser le projet de vos rêves, Duboux Immobilier vous accompagne à chaque étape en vous conseillant les meilleures alternatives.

Conscients que chaque projet immobilier est unique, notre approche l’est aussi. Nous mettons un point d’honneur à personnaliser notre accompagnement en prenant le temps de connaître vos besoins, vos envies et vos attentes. Petit appartement ou bien de luxe, nous traitons chaque mandat avec diligence et professionnalisme. En nous confiant votre projet, notre courtier sera votre seul et unique interlocuteur. Il veillera à maintenir avec vous une relation de confiance, qui constitue la base nécessaire pour vous assurer un suivi de qualité. Il vous guidera durant toutes les étapes, de l’estimation à la vente. Il respectera vos intérêts, en vous apportant de précieux conseils sur le plan financier, légal et notarial. Chacune de ces prestations est naturellement incluse dans notre offre sans coût supplémentaire. Nous accordons également une grande importance au maintien d’une relation transparente et réactive. Le département Courtage réunit des professionnels qui se retrouvent régulièrement pour échanger et faire avancer leurs mandats respectifs. Cet esprit de collaboration permet une communication active, des échanges spontanés et l’émergence de solutions. Le département Rénovation apporte son soutien à notre équipe de courtiers afin de valoriser, si nécessaire, votre bien et lui offrir le meilleur rayonnement possible sur le marché. Ainsi, nous optimisons votre projet et atteignons vos objectifs dans les meilleurs délais.

L’immobilier est un marché en constante évolution. Les régulations deviennent de plus en plus structurées et complexes. Il est donc nécessaire que nos collaborateurs puissent non seulement vous accompagner vers une évaluation du juste prix, mais également vous conseiller sur les diverses questions juridiques et fiscales qui viendront se poser lors de la vente ou de l’achat de votre bien. Ainsi, en plus de leur formation initiale, tous nos courtiers bénéficient d’un enseignement continu. En alliant leurs compétences professionnelles et leurs qualités humaines, nous pouvons vous proposer des prestations de haut niveau et garantir le succès de votre projet. Grâce à nos différentes agences situées à Lausanne, Vevey, Rolle et Versoix, ainsi qu’à notre présence sur les principaux réseaux sociaux, nous disposons d’une grande visibilité sur tout l’Arc lémanique.

professionnelles, des outils tels que des visualisations 3D, du Homestaging numérique, des visites virtuelles ou encore la réalisation de nouveaux plans. Grâce à cela, le futur acquéreur peut se projeter davantage et nous augmentons ainsi les chances de déclencher une visite. Duboux Immobilier s’est dotée des compétences d’un professionnel, responsable des diverses actions marketing. Ainsi, nos offres et services peuvent être présentés sur les réseaux sociaux et dans une Newsletter mensuelle que nous envoyons à toute notre base de données clients recherchant activement un bien immobilier à acheter. N’hésitez pas à contacter notre département Courtage pour la réalisation de votre rêve.

À travers nos 4 agences, nous avons développé un large réseau d’acheteurs, de vendeurs et de partenaires qui nous permettent de satisfaire un grand nombre de demandes. Notre affiliation à Swissréseau réunissant 16 agences immobilières, augmente fortement notre capacité de satisfaire nos clients, par le biais de collaborations entre agences, sans impacter votre facture finale. Afin de valoriser les biens immobiliers qui nous sont confiés et avant de les publier sur les différents supports en ligne ou dans la presse spécialisée, nous utilisons, en plus de nos photographies 45


S E R V I C E S D E L ’ AG E N C E BIEN PLUS QU'UNE MAISON

Gérance Département historique de Duboux Immobilier, le département Gérance est au cœur des activités de l’entreprise familiale. Duboux Immobilier offre une prestation de qualité constante et répond aux besoins de l’ensemble de sa clientèle, en traitant chaque mandat de manière prioritaire et personnalisée.

tion comptable et juridique extrêmement fiable et juste. Le décompte de gérance peut être fourni de manière trimestrielle, semestrielle ou annuelle. Votre situation peut en tout temps être consultée sur notre plateforme en ligne et vous pouvez ainsi obtenir des informations en lien avec votre bien immobilier à n'importe quel moment et dans le monde entier. De la réception des dossiers de locataires potentiels à l’état des lieux d’entrée, nous favorisons le contact humain et instaurons une excellente communication avec les futurs locataires. Nous œuvrons efficacement en amont pour proposer un appartement fonctionnel et confortable dès la remise des clés, afin que les locataires puissent se sentir chez eux dès les premiers instants. En outre, notre service contentieux est à l’écoute des locataires et des propriétaires et leur apporte des solutions en tout temps. Grâce à ce précieux soutien,

Chif fres clés + de 9'000 objets en gérance ~ 500 lots PPE Chaque propriétaire est suivi par un seul team, constitué d’un gérant d’immeubles qualifié et de collaborateurs certifiés. Nous assurons ainsi une grande réactivité et une communication efficace. En traitant avec un minimum d’interlocuteurs, notre client reçoit un accompagnement sur mesure. Toujours dans l’esprit de cultiver des relations de confiance et de proximité avec nos clients, chaque gérant s’occupe aussi bien des éléments techniques, administratifs et juridiques. Il propose des solutions adaptées, quel que soit le domaine touché. Que vous soyez un client privé ou institutionnel, ou qu’il s’agisse d’une location commerciale, notre équipe est à même de vous apporter les meilleures réponses. 46

Grâce à l’analyse de l’état locatif ainsi qu’à une excellente connaissance du marché immobilier régional, nous vous apportons des conseils aguerris en vue de l’optimisation et de la valorisation de votre bien. Les synergies avec le département Rénovation permettent également d’établir une analyse précise de l’état général du bâtiment, des appartements et des possibilités de travaux. À tout moment vous pouvez, en tant que propriétaire, demander le support de ce département qui interviendra rapidement et vous conseillera pour optimiser et pérenniser la valeur locative de votre bien immobilier. Notre département Finance assure à l’ensemble de nos propriétaires une ges-

les contestations sont quasi inexistantes et la prospérité dans les relations entre locataires et propriétaires est préservée. Tous les collaborateurs du département Gérance sont au bénéfice d’une formation dans l’immobilier. Il est primordial pour nous d’offrir l’opportunité à nos employés d’effectuer des formations continues dans l’immobilier, d’accéder à des brevets fédéraux, de suivre des séminaires sur le droit du bail et de maintenir ainsi constamment à jour leurs connaissances professionnelles. Proximité, proactivité et réactivité sont les maîtres-mots du département Gérance.


S E R V I C E S D E L ’ AG E N C E L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

Administration PPE L’administration d’immeubles constitués en PPE exige du savoir-faire, de la rigueur et de la précision, mais également une dose certaine de patience et de sensibilité ! En effet, des hommes et des femmes venus d’horizons divers sont réunis dans une seule et même entité. Leurs attentes et leurs comportements diffèrent. Notre mission est de les écouter, les réunir et les guider afin de leur permettre de prendre ensemble les bonnes décisions, tout en maintenant une bonne harmonie au sein de la copropriété.

Notre département PPE est administré par une équipe dynamique et polyvalente. Possédant d’excellentes compétences techniques et juridiques, elle favorise un contact direct et privilégié avec le client. Les maîtres-mots sont : proximité et réactivité. Notre expérience des projets de copropriétés ainsi que notre capacité d’écoute nous permettent de vous offrir une gestion de qualité, tout en participant à la pérennité des relations de confiance avec les copropriétaires. En

plus de la prise en charge des détails techniques, administratifs, financiers et juridiques, nous vous conseillons afin de trouver des solutions optimales aux éventuels problèmes rencontrés, notamment concernant les rénovations énergétiques et mises en conformité au niveau de la sécurité. Une bonne gestion de PPE passe également par une parfaite tenue de la comptabilité. Grâce à une collaboration étroite avec le département Finance, nous vous garantissons une totale maî-

trise et transparence de la gestion de votre patrimoine. Les synergies établies entre les départements de notre régie permettent une avancée rapide et efficace des projets : • Le service Rénovation évalue et planifie les travaux à effectuer dans les parties communes. • Le service Courtage se tient à disposition des copropriétaires qui souhaitent vendre ou acheter. • Le service Gérance permet aux copropriétaires de mettre leur bien en location. La mise en valeur, la gestion technique, administrative et comptable seront assurées par notre équipe. Duboux Immobilier gère un portefeuille de copropriétés le long de l’Arc lémanique, sur Genève, dans le Gros-de-Vaud, le Nord vaudois et la Broye vaudoise. Nous avons su attirer votre attention ? Notre responsable PPE se tient à votre entière disposition.

Nous sommes à même de vous garantir un accompagnement personnalisé et un service de premier ordre en tout temps 47


S E R V I C E S D E L ’ AG E N C E BIEN PLUS QU'UNE MAISON

Rénovation Dès notre création, nous avons développé de multiples compétences qui nous permettent d’intervenir en matière de rénovation au sein de nos différents départements (Courtage / Gérance / PPE). L’excellente synergie et la proximité qui existent entre nos services assurent une grande réactivité dans les projets de travaux.

Le département Rénovation a une vision globale et transversale de l’activité immobilière, ce qui lui permet d’établir des propositions innovantes aux clients. Duboux Immobilier, à travers son département Rénovation, propose notamment : • Une expertise immobilière incluant une analyse des biens et une proposition de plan financier • L’élaboration de planifications de travaux • Des propositions d’amélioration au niveau énergétique • Des rénovations partielles et complètes d’appartements et de surfaces commerciales • La direction et supervision des travaux 48

Dans les projets liés au département Courtage, il apporte des conseils essentiels permettant la valorisation des biens et l’optimisation commerciale en prévision d’une vente.

Lors de l’élaboration et de la construction de nouveaux projets, le département Rénovation effectue une analyse sur le terrain, puis assure la mise en adjudication et

Dans le département Gérance, il offre aux propriétaires un précieux soutien concernant les questions de rénovation d’appartements et de maintenance des immeubles. Ainsi, nous veillons à limiter la vacance et à optimiser les travaux dans les appartements et surfaces commerciales.

Notre connaissance des différentes entreprises permet de proposer un travail de qualité à un prix concurrentiel

Les rénovations sont également un sujet important pour nos copropriétaires, afin de garantir la mise aux normes de sécurité des installations existantes, assurer un maintien correct de l’immeuble, pérenniser le patrimoine des copropriétaires et également rénover leur lot isolé, si celui-ci est en gérance chez nous.

la planification. Il s’occupe également des demandes d’autorisation et son activité va de l’organisation du chantier au suivi administratif et financier du projet.

Comme précédemment indiqué, la mise aux normes est aussi du ressort du département qui peut compter sur de solides connaissances légales (LPPPL, LDTR, LATC, normes SIA, CO2 2050). Certains propriétaires institutionnels et privés font également appel à notre régie pour des rénovations énergétiques dans l’application des nouvelles normes CO2 2050 (normes fédérales et cantonales) - modifications des systèmes de production de chaleur, installation de panneaux photovoltaïques, amélioration de l’enveloppe énergétique du bâtiment et d’autres travaux divers.

Le département Rénovation est à disposition de notre clientèle privée et institutionnelle, afin d’offrir le plus large éventail de conseils et de choix. Notre mission est d’établir une relation de confiance avec nos clients, afin de répondre au mieux à leurs besoins et de les mettre en lien avec des partenaires externes régionaux fiables. Grâce à notre large réseau de partenaires, nous offrons des conseils avisés aux clients. Notre connaissance des différentes entreprises actives dans le domaine permet de proposer un travail de qualité à un prix concurrentiel. N’hésitez pas à contacter notre responsable Rénovation pour toute question ou demande en lien avec votre projet.


S E R V I C E S D E L ’ AG E N C E L E M AG A Z I N E D E D U B O U X I M M O B I L I E R

Développement de projets immobiliers Notre département « Développement immobilier » s’adresse à nos partenaires privés et institutionnels. Il a comme mission de rechercher des terrains disponibles pour la construction de villas, de logements PPE ou de logements locatifs, ainsi que d’identifier des biens immobiliers nécessitant des rénovations ou une mise en valeur.

torités concernées et, en parallèle, nous mettons en route les actions nécessaires au bon déroulement de la commercialisation. Dès le permis de construire en mains, nous déclenchons l’ouverture du chantier, qui sera géré directement par une entreprise générale ou un cabinet d’architecture, sélectionné par nos soins et validé par notre client. Après l’attribution du projet, notre département Rénovation veille naturellement et tout au long des travaux au respect des délais et des coûts de construction. Il est primordial pour nous de pouvoir remettre le bien dans les temps impartis et selon le plan financier établi initialement.

Notre activité se situe sur l’ensemble de l’Arc lémanique, et nous mettons un point d’honneur, dans chacune de nos démarches, à respecter l’environnement et, si possible, à l’embellir. Nous nous efforçons ainsi à faire en sorte que nos projets participent au rayonnement du paysage régional. Dans un premier temps, chaque projet est évalué par rapport au marché. Nous élaborons une analyse précise pour savoir s’il répond aux conditions actuelles

et nous évaluons les risques éventuels en cas d’évolution positive ou de rétraction du marché. Nous engageons ensuite une étude de faisabilité par un cabinet d’architecture régional et nous entamons une démarche de prospection auprès de différents instituts de financement ou directement auprès de courtiers en hypothèques.

Le développement immobilier requiert de solides connaissances des différentes procédures administratives ainsi que le juste choix des partenaires pour l’ensemble des corps de métier engagés. Nous avons à cœur de réaliser chaque projet en entretenant des relations transparentes et de confiance avec toutes les parties prenantes. Nous veillons à être disponibles et nous accompagnons les propriétaires jusqu’à la remise des clés afin que chaque projet soit synonyme de plaisir et de succès ! N’hésitez pas à prendre contact avec notre direction pour toute demande en lien avec le développement de projets immobiliers.

Lorsque le projet et le financement sont validés, nous articulons une demande de permis de construire auprès des au49


N OS AG E N C E S BIEN PLUS QU'UNE MAISON

Nos succursales

Lausanne

La Côte

Riviera

Rue du Petit-Chêne 26 Case postale 5879 CH – 1003 Lausanne T. Gérance +41 (0) 21 321 50 70 lausanne@regieduboux.ch T. Courtage +41 (0) 21 321 90 40 courtage@regieduboux.ch

Route de la Vallée 7 CH – 1180 Rolle T. +41 (0) 21 321 90 70 lacote@regieduboux.ch

Avenue de la Gare 17-19 CH – 1800 Vevey T. +41 (0) 21 961 98 30 riviera@regieduboux.ch

Route Suisse 15 Rue des Dissidents 4 CH – 1290 Versoix T. +41 (0) 22 775 01 50 geneve@regieduboux.ch

Horaires d’ouverture lu-ve 8:00-12:00 / 13:30-16:30

Horaires d’ouverture lu-ve Sur rendez-vous uniquement

Horaires d’ouverture lu-ve 8:00-12:00 / 13:30-16:30

Horaires d’ouverture lu-ve 8:00-12:00 / 13:30-16:30

50

Siège

Dès le 15 juillet 2022

Genève


La seule garantie de loyer flexible avec ou sans dépôt bancaire

www.firstcaution.ch


Financement immobilier

Relevez le plafond de votre hypothèque lors de son renouvellement en toute simplicité. Prenez un rendez-vous de 15 minutes en visio pour en savoir plus sur plus-renouvellement.ch