Issuu on Google+

SPECTATEURS Le guide complet pour ne rien rater de l’étape du Tour de France à Boulogne-sur-Mer 5 pages spéciales

Mercredi 27 juin 2012

N˚ 26 ❚ 1,50 €

RENCONTRE

TÉL. : 03.21.87.88.87

www.lasemainedansleboulonnais.fr

Pour Bernard Hinault, le Tour peut se perdre à Boulogne page 29

TourdeFrance: Boulogneala«côte»

ÉVÉNEMENT. Après avoir accueilli les championnats de France de cyclisme en 2005 et 2011, Boulogne-sur-Mer est ville d’arrivée de la 3e étape du Tour de France qui s’élancera d’Orchies mardi. C’est le tracé escarpé des rues de la ville qui a séduit les organisateurs de la Grande Boucle, soucieux de proposer une étape qui laissera des traces durant la première semaine de course, et ainsi casser l’hégémonie pages 27 à 31 des sprinters. Pour Boulogne-sur-Mer, c’est l’assurance d’une communication diffusée dans le monde entier


28 LES SPORTS

LA SEMAINE DANSLE BOULONNAIS Mercredi 27 juin 2012

Le 99e Tour de France du 30 juin au 22 juillet 20 étapes + prologue / 3 497 km / 3 pays (Belgique, France, Suisse) / 25 cols

7

La Planche des Belles Filles 1 035 m Col du Mont de Fourche 633 m Col de Grosse Pierre 956 m

BELGIQUE Mardi 3 juillet

Boulognesur-Mer

Tournai

3

Visé

Lundi 2 juillet

Liège

Liège

2

Samedi 30 juin. Prologue de 6,4 km dans les rues de la ville

Orchies 1

Abbeville

Dimanche 1er juillet

Rouen

Tomblaine > La Planche des Belles Filles 199 km

Seraing

Saint-Quentin

Mercredi 4 juillet 4 5

Côte de Saignelégier 979

Jeudi 5 juillet

Paris

Paris

Arrivée sur l’avenue des Champs-Élysées

Épernay

Chartres

Côte de Maison-Rouge 784 m

6

20 Dimanche 22 juillet

Rambouillet Samedi 7 juillet 7

Bonneval

La Planche des Belles Filles Belfort Besançon

Porrentruy

Arc-etSenans

SUISSE

Mâcon Bellegardesur-Valserine

Mardi 10 juillet R

Vendredi 13 juillet

Saint-Jeande-Maurienne

Annonay-Davézieux

11 Col de la Madeleine 2 000 m

13

Samedi 14 juillet

Blagnac Foix

Col de la Croix de Fer 2 067 m

Col du Mollard 1 638 m

Le Cap-d’Agde

Limoux

Mercredi 18 juillet 16

Mâcon > Bellegarde-sur-Valserine 194,5 km La Toussuire 1 705 m

Saint-PaulTrois-Châteaux

Samatan

Col de Richemond 1 051 m

La Toussuire

Vendredi 20 juillet 18

Pau

10

11 Jeudi 12 juillet

12

Mardi 17 juillet R

Belfort > Porrentruy 157,5 km

Côte de Corlier 762 m

Albertville

Lundi 16 juillet 15

Côte de Bondeval 499 m

Col du Grand Colombier 1 501 m

Mercredi 11 juillet 10

Brive-la-Gaillarde

Côte de Saulcy 928 m

8 Dimanche 8 juillet

Lundi 9 juillet 9

FRANCE

Côte de la Caquerelle 834 m

Côte du Passage de la Douleur 806 m

Tomblaine

Samedi 21 juillet 19

Col de la Croix 789 m

8

Metz

Vendredi 6 juillet

17 14 Dimanche 15 juillet

Peyragudes

Jeudi 19 juillet

Albertville > La Toussuire – Les Sybelles 148 km

Bagnèresde-Luchon

17

Col de Menté 1 349 m

Côte de Burs 592 m

Col des Ares 797 m

Peyragudes 1 605 m Port de Balès 1 755 m

16 1 709 m

Ville de départ

3

Transfert

R

Journée de repos

P

Prologue

4

Contre-la-montre Plaine Parcours accidenté

5

Montagne

1

2

6,4 km

Liège Liège dim. 1er juillet

198 km

Liège Seraing lundi 2 juillet Visé Tournai

Col d’Aspin 1 489 m

Pau > Bagnères-de-Luchon 197 km

Ville d’arrivée

samedi 30 juin

14

Mur de Péguère 1 375 m Port de Lers 1 517 m

Col du Portel 601 m

Bagnères de Luchon > Peyragudes 143,5 km

P

Col de Peyresourde 1 569 m

Col du Tourmalet 2 115 m Col d’Aubisque

207,5 km

6

7

8

mardi 3 juillet

197 km

Orchies Boulogne-sur-Mer mer. 4 juillet

214,5 km

Abbeville Rouen jeudi. 5 juillet

196,5 km

Rouen Saint-Quentin ven. 6 juillet

207,5 km

Épernay Metz samedi 7 juillet

199 km

Tomblaine La Planche des Belles Filles dim. 8 juillet Belfort Porrentruy

157,5 km

Limoux > Foix 191 km

9

10

11

12

13

14

lundi 9 juillet

41,5 km

194,5 km

Mâcon Bellegarde-sur-Valserine jeudi 12 juillet

148 km

Albertville La Toussuire – Les Sybelles ven. 13 juillet

226 km

Saint-Jean-de-Maurienne Annonay Davézieux sam. 14 juillet

217 km

Saint-Paul-Trois-Châteaux Le Cap-d’Agde dim. 15 juillet Limoux Foix

Col du Granier 1 134 m Col du Grand Cucheron 1 188 m

Côte d’Ardoix 366 m

St-Jean-de-Maurienne > Annonay Davézieux 226 km

Arc-et-Senans Besançon mer. 11 juillet

12

191 km

15

16

17

18

19

20

lundi 16 juillet

158,5 km

Samatan Pau mer. 18 juillet

197 km

Pau Bagnères-de-Luchon jeudi 19 juillet

143,5 km

Bagnères de Luchon Peyragudes ven. 20 juillet

222,5 km

Blagnac Brive-la-Gaillarde sam. 21 juillet

53,5 km

Bonneval Chartres dim. 22 juillet Rambouillet Paris

120 km


LES SPORTS 29

LA SEMAINE DANS LE BOULONNAIS Mercredi 27 juin 2012

L'INTERVIEW I Bernard Hinault, quintuple vainqueur du Tour de France

«Pour certains, le Tour

peut se jouer à Boulogne» En repérage dans le Boulonnais il y a quelques mois pour le compte de l’organisation du Tour de France, la légende Bernard Hinault a évoqué cette troisième étape qui s’annonce palpitante. L’homme, toujours aussi passionné et passionnant, a son idée sur le déroulement de la course. Que pensez-vous de cette étapeOrchies-Boulogne ?

C’est une étape qui s’annonce apriorimouvementée,notammentlefinaldes20dernierskilomètres.Maintenant,voussavez, le tracé est comme un menu. Les coureurs choisissent ce qu’ils veulent sur la carte. Il est toujours difficile de prédire une course. Dans mon esprit, les champions vont être obligés de se mêler à la bagarre. Faute de quoi, certains risqueraient d’y laisser quelques plumes. Regardez Contador lors du der-

Le "Blaireau" a toujours un regard aiguisé sur la course. nier Tour de France : il a perdu une minute trente lors de la première semaine de course et il ne s’en est jamais remis. Potentiellement, le TourdeFrancepeutsejouerà Boulogne, notamment lors des 20 derniers kilomètres, en tout cas pour certains coureurs !

Quelle aurait été la tactique de Bernard Hinault sur cette étape ? D’abord, j’utiliserai l’ensemble du parcours et non pas les derniers kilomètres. Dès la plaine, j’essaierai d’isoler un ou deux leaders, pour porter l’estocade dans les monts du

Boulonnais. Et puis, j’aurais souhaité qu’il y ait du vent sur cette étape. C’est un élément perturbateur très important. À mon époque, on savait se servir du vent en faisant des “bordures”. Aujourd’hui, les jeunes générations ont tendanceàn’appréhenderlevent que comme une contrainte. Cela me rappelle quand les Colombienssont arrivéssur la Grande Boucle. Ils allaient tout casser en montagne. Sauf qu’en plaine, ils ne suivaient pas le rythme. Ils se prenaient 10 minutes dans la vue et étaient cramés pour le reste de la compétition. Avez-vous déjà roulé sur les routesdu Boulonnais ? Au moins une fois, lors des 4 Jours de Dunkerque. Mais c’était il y a 25 ans. Je sais qu’existaitlecriteriumdeBoulogne (qui existe toujours, Ndlr). Des grands noms de l’époque y ont participé mais pasmoi. Nousétionstrès sollicités. » PROPOSRECUEILLISPAR StéphaneDANGER

CIRCULATION

Automobilistes, préparez votre trajet

MAIRIE

« Notre notoriété est reconnue » I L’adjoint au maire de Boulogne-sur-Mer chargé des Sports Jean-Claude Etienne, explique comment la ville a obtenu une arrivée du Tour de France… alors qu’elle ne s’y attendait pas. « Nous souhaitions depuis longtemps faire revenir le Tour de France, après 2001, explique l’élu boulonnais. Il y a deux ans, nous avions fait savoir que nous briguions une arrivée pour 2012. Mais l’organisation du Tour nous avait dit que ce ne serait sans doute pas le cas. C’est là que la Fédération française de cyclisme est venue vers nous pour les championnats de France 2011. Après les inondations de l’année précédente dans le Var, la Fédé devait trouver une autre ville pour les championnats de France. Nous avons répondu “banco” et ces championnats ont été un franc succès. A notre grande surprise, nous avons vu arriver Jean-François Pescheux, directeur technique du Tour de France. Il avait entendu parler de l’arrivée en côte à Boulogne-sur-Mer et voulait voir si la ville pouvait accueillir une arrivée. » La victoire de Sylvain Chavanel sur la ligne du boulevard Eurvin convainc le Monsieur parcours du Tour. « Il cherchait une étape qui laisse des traces sur la première semaine de course », explique Jean-Claude Etienne. Une nouvelle fois, Boulogne saisit la balle au bond. « Beaucoup de villes veulent obtenir une arrivée

Pour Jean-Claude Etienne, « Boulogne a acquis un savoir-faire. »

du Tour et ne l’obtiennent pas ; nous, c’est le Tour qui est venu vers nous », se réjouit l’élu boulonnais. Objectif : des retombées économiques Déjà cheville ouvrière lors de l’arrivée de la Grande Boucle sur le quai Gambetta en 2001, Jean-Claude Etienne a constaté l’évolution de l’épreuve reine de la petite reine. « C’est énorme, notamment du point de vue de la mondialisation de l’information. Nous avons dû adapter la zone technique pour accueillir toutes les chaînes de télé… » Pour Boulogne, le coup de pub est assuré, assure l’adjoint aux sports. « Beaucoup de supporters belges, hollandais, luxembourgeois et anglais vont profiter de l’étape boulonnaise pour venir sur le Tour. Il y a aura des retombées économiques, c’est d’ailleurs pour cela pour que nous faisons tant d’efforts. »

Entrée de la vieille-ville Feu en alternance de 8h30 à 22h

HORAIRES INTERDICTION stationnement et circulation

Point de passage Jusqu’à 10h

M.T.


LES SPORTS 27

LA SEMAINE DANS LE BOULONNAIS Mercredi 27 juin 2012

CYCLISME

Fort de ses paysages vallonés, le Boulonnais est en train de se tailler une solide réputation de terre de cyclisme.

© Photo archive Valentin PERARD

Boulogne, plus qu’à son Tour Après avoir accueilli les championnats de France cycliste en 2005 et 2011, Boulogne-surMer est ville d’arrivée de la 3e étape du Tour de France, qui s’élancera d’Orchies mardi.

née surtout à casser la traditionnelle hégémonie des sprinters lors des étapes de plaines du début de course. L’ascension finale vers Mûr-de-Bretagne l’an der-

nier, qui avait fait exploser le peloton, a donné des idées aux organisateurs du Tour, qui souhaitaient un profil similaire pour l’édition 2012. Au moment de poser le

crayon sur la carte de France pour dessiner le prochain parcours du Tour, JeanFrançois Pescheux, directeur de course adjoint, s’est souvenu de l’arrivée victo-

J

acques Brel chantait un plat pays qui n’est pas le nôtre. C’est même le profil escarpé du Boulonnais qui a attiré les organisateurs du Tour de France, soucieux de tracer une ligne d’arrivée en côte lors de la première semaine de course. 197 kilomètres après avoir quitté Orchies, dans le Nord, les coureurs avaleront les Monts du Boulonnais et le vainqueur lèvera les bras devant les remparts, boulevard Eurvin. Comme pour les championnats de France, la PorteGayole et la côte du boulevard Eurvin seront le juge de paix de cette troisième étape de la Grande Boucle. Une rampe vers le podium desti-

Thomas Voeckler, héros tricolore du dernier Tour de France, connaît parfaitement le tracé du final de l’étape, identique à celui des championnats de France.

rieuse de Sylvain Chavanel, qui a endossé le maillot tricolore de champion de France à Boulogne, en juin 2011. « Un parfum de Paris-Roubaix » Boulogne n’a pas réfléchi bien longtemps pour faire acte de candidature à l’accueil le Tour… Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, attend beaucoup de cette étape Orchies-Boulogne-sur-Mer à laquelle il prédit « un parfum de ParisRoubaix », en ce qui concerne la première partie d’étape, et « un feu d’artifice » pour l’arrivée, point d’orgue d’un parcours qui compte 5 côtes affichant des dénivelés aux alentours de 10 %.

Si les championnats de France 2005 et 2011 avaient été des succès unanimement salués de point de vue de l’organisation, l’agglomération boulonnaise attend plus encore de l’arrivée du Tour de France. Avec la Coupe du Monde de football et les Jeux olympiques, la Grande Boucle fait partie des épreuves les plus médiatisées. Les images du Boulonnais seront retransmises dans une centaine de pays. Une formidable vitrine pour la Côte d’Opale, surtout auprès des spectateurs du Bénélux, férus de vélo et cible privilégiée des professionnels locaux du tourisme. Histoire de joindre l’utile à l’agréable. Mickaël TASSART

Après les succès sportifs et populaires des championnats de France 2005 et 2011, Boulogne a reçu un appel du pied des organisateurs du Tour de France


30 LES SPORTS

LA SEMAINE DANSLE BOULONNAIS Mercredi 27 juin 2012

PARCOURS

Les Français comme à la maison

Malgré des craintes consécutives à une inflammation, Thomas Voeckler, qui a fait rêver la France du vélo l’été dernier, sera bien au départ du Tour. Lui comme Chavanel et les autres tricolores du peloton connaissent parfaitement le final de l’étape.

L

es images du petit bonhomme jaune, suant sang et eau, bouche ouverte de douleur dans l’ascension des cols alpins pour conserver une tunique qui ne tenait qu’à une poignée de secondes, ont tenu en haleine les supporters tricolores en va-

cances l’été dernier. Combien ont repoussé le départ pour la plage afin de ne pas rater l’arrivée du Tour ? Coureur de panache, fin limier des courses en ligne, Thomas Voeckler est le digne héritier des grands noms du vélo français. Entretenir la flamme du cyclisme tricolore Sauf que la concurrence et l’évolution du cyclisme (parfois douteuse) l’empêcheront peut-être d’arriver un jour en jaune sur les ChampsÉlysées. Même encore : Voeckler entretient la flamme des coureurs au grand cœur et bénéficie, à ce titre, du soutien indéfectible des amoureux de la Grande

Boucle. Après huit jours de repos forcé à cause d’une inflammation ilio-tibiale (connue sous le nom de syndrome de l’essuie-glace), le privant des championnats de France à Saint-Amand-lesEaux le week-end dernier, Voeckler a été déclaré bon pour le service. Son équipe Europcar l’a confirmé lundi. Le quatrième du dernier classement général du Tour tiendra son rang aux côtés de

Pierre Rolland, meilleur jeune de la dernière édition et auteur d’une sensationnelle montée de l’Alpe d’Huez. L’équipe de JeanRené Bernaudeau porte une grande partie des espoirs tricolores sur le Tour qui s’élance samedi de Belgique. Avec Europcar, les équipes françaises (Cofidis, FDJBigmat, Saur-Sojasun, AG2R La Mondiale) ne veu-

lent pas rester dans l’ombre des favoris sur leurs routes. Tout comme Sylvain Chavanel (Omega Pharma – Quick Step), dernier vainqueur en date sur la ligne d’arrivée du boulevard Eurvin, lors des championnats de France 2011. De là à rêver d’une explication francofrançaise dans la montée de la Porte Gayole… Mickaël TASSART

LES CÔTES Km 132.0 - Côte de L'Éperche 0.7km de montée à6.9 % Catégorie4 Km 163.5 - Côte de Mont Violette 1.0km de montée à9.2 % Catégorie3 Km 181.0 - Côte de Herquelingue 1.7km de montée à5.8 % Catégorie4 Km 185.0 - Côte de Quéhen - 1.4 km de montée à 5.9 % - Catégorie 4 Km 190.5 - Côte du Mont Lambert 1.3km de montée à8.4 % Catégorie3 Km 197.0 - Boulogne-sur-Mer 0.7km de montée à7.4 % Catégorie4

Les craintes sur l’état de forme de Voeckler semblent dissipées

DEFILÉ

La caravane, c’est déjà le Tour

Vainqueur sur la ligne d’arrivée du boulevard Eurvin aux championnats de France de 2011, Sylvain Chavanel connaît parfaitement le final boulonnais.

3

e Étape

412 km courus sur 3 497 km

3 juillet

Orchies > Boulogne-sur-Mer 10 km

I Si les passionnés de vélo ne rateraient pour rien au monde le passage de la Grande Boucle dans leur région, d'autres spectateurs sont animés d'intention moins... sportives. Selon ASO, l'organisateur du Tour, 39 % des spectateurs massés sur le bord de la route viennent assister au passage de la caravane publicitaire. Instaurée en 1930, la caravane joue en quelque sorte le rôle de chauffeur de salle (de route, en l'occurrence).

16 millions de cadeaux distribués en 3 semaines Plus d'une heure avant le passage des coureurs, la caravane s'étire durant 45 minutes et permet aux marques (qui déboursent entre 200

000 et 500 000 euros) de promouvoir leurs produits, notamment en distribuant des gadgets publicitaires. Pour exemple : Vittel emploie 53 "caravaniers" sur le Tour pour distibuer 50 000 kits supporters et 1 million de bouteilles d'eau. Le Tour estime que 16 millions de cadeaux seront distribués jusqu'à l'arrivée sur les Champs-Elysées. 160 véhicules, aux couleurs de 33 marques, feront le bonheur des spectateurs, en attendant les coureurs. En moyenne, la caravane devance les premiers coureurs d'environ 1h30. Elle atteindra la ligne d'arrivée du boulevard Eurvin vers 15h50, alors que le vainqueur est attendu peu après 17 heures.

EN CHIFFRES

20

La caravane publicitaire du Tour s’étire sur 20 kilomètres.

160

Elle est composée de 160 véhicules qui vont parcourir l’intégralité des étapes du Tour.

BOULOGNE-SUR-MER

Côte du Mont Lambert Côte de Quéhen Côte de L’Éperche Aire-sur-la-Lys Estaires Herlies Thérouanne ORCHIES Annœullin Senlecques Wahagnies Côte de Mont Violette Côte de Herquelingue

33

Côte du Mont Lambert 150 m 3 Côte de Quéhen 109 m 4 Côte de Herquelingue 115 m 4

C’est le nombre de marques commerciales représentées dans la caravane.

1h30

En moyenne, la caravane précède les premiers coureurs d’une heure et demie. Elle passera donc la ligne d’arrivée peu avant 16 heures.

Boulognesur-Mer 63 m 4 A

Côte de Mont Violette 173 m 3 Côte de L'Éperche 193 m 4 Senlecques 181 m S

Orchies D 21 m

0 km NORD

PAS-DE-CALAIS NORD

119 132

Source : ASO

L’organisation du Tour estime que 39 % des spectateurs viennent uniquement pour assister au passage - coloré - de la caravane. © ASO

163,5 181 197

PAS-DE-CALAIS


LES SPORTS 31

LA SEMAINE DANS LE BOULONNAIS Mercredi 27 juin 2012

CYCLOTOURISME

CYCLISME

Samedi 30 juin

Samedi 30 juin

Critérium des Remparts

Faites l’étape du Tour dans la peau d’un pro Quatre clubs ont uni leurs efforts pour faire découvrir aux cyclotouristes une étape du Tour de France, Orchies-Boulogne.

L

e jour “J” approche pour les 800 coureurs déjà inscrits, mais aussi pour les 105 bénévoles du Cyclo Club d’Orchies, du Cyclo Aire-sur-laLys et U.S. Samer, et du Cyclo Club Saint-Martin-Boulogne Léo-Lagrange. Samedi 30 juin prochain, les plus téméraires s’élanceront d’Orchies dès 7 heures pour un périple de 200 km, d’autres d’Aire-sur-la-Lys (8 heures, 110 km) ou de Samer (9 heures, 40 km) avec, à l’arrivée les monts du Boulonnais avec le Haut-Pichot, le mont d’Herquelingue et le Mont-Lambert, en tout un dénivelé total de 1 270 m. L’arrivée, gérée par le club local de Saint-Martin, s’effectuera au stade de la Libération avant le critérium des Remparts. La commune de Boulogne a mis à la dispo-

sition de l’organisation le stade, ses installations, la salle Mazurier, la restauration, un parking gardé pour les vélos, sans oublier l’aide précieuse de la CAB et d’un supermarché saint-martinois pour les ravitaillements. Les autres communes des différents départs ont aussi prêté leur concours à cette manifestation. Le CC Saint-Martin a aussi en charge le contrôle

CYCLISME

Tour de France

Les participants devront effectuer 50 tours d’un circuit très sélectif autour des remparts de la haute ville. I Le

Lors d’une sortie du club saint-martinois avec un club venu de Charleroi.

de Bléquin où le ravitaillement se fera à l’école. Le maire, M. Denquin, se réjouit déjà de l’animation qui va régner dans son village. A quelques jours de ce grand rendez-vous cyclotouriste, il n’est plus possible de s’inscrire en téléchargeant un bulletin individuel. Les inscriptions se feront sur place à Orchies, à Airesur-la-Lys ou à Samer. L’organisation attend

près de 1 200 cyclotouristes qui vont passer une journée mémorable en attendant mardi le passage des pros à plus grande vitesse sur la même distance. Et, si ce périple, entre la plaine des Flandres, les collines de l’Artois et les monts du Boulonnais, connaît un engouement auprès des cyclotouristes, pourquoi ne pas le pérenniser ? ChristianELETUFE

Critérium des Remparts se déroulera le samedi 30 juin à 19h45. Ce sera peut-être le jour le plus long en matière de cyclisme ; il y aura d'abord l'étape cyclo Orchies-Boulogne où plus de mille concurrents sont attendus (voir cicontre). Ils arriveront au stade de la Libération juste avant le départ du critérium des Remparts, organisé par le Sporting club boulonnais (SCB), présidé par Daniel Bomble : départ et arrivée même endroit, devant le stade. Les inscriptions de certains clubs commencent à arriver.

Ce critérium toujours dans le cœur des Boulonnais a vu de grands champions y participer et gagner tels Rik Van Looy, Anquetil, Stablinski, Raymond Poulidor, Merckx, Ocana. Les coureurs amateurs devront effectuer 50 tours du circuit. Cette course épuisante est une épreuve phare du Comité régional, mais cependant en concurrence avec la classique Paris-Chauny le lendemain. L'accès du circuit est gratuit. Toutefois, il y aura des restrictions de circulation et de stationnement.

Une étape boulonnaise marquée par le prix des larmes en 1911 Boulogne-sur-mer, terre de cyclisme où, à une époque, les cyclistes en vue venaient s’affronter au critérium des Remparts. Avec aussi à son actif plusieurs championnats, les histoires sont nombreuses. Parmi celles-ci, la chute de Lucien Petit-Breton, un des favoris du Tour de France en 1911, évoquée par Christophe Hadoux.

à Plessé, en Loire inférieure, il vit en Argentine jusqu’à l’âge de 20 ans, à Buenos Aires, où ses parents ont émigré en 1888. Il s’illustre déjà dans les épreuves cyclistes sous le pseudonyme de Breton. Il débarque à Paris en 1902. Louis Breton prend alors le nom de Louis PetitBreton. En 1905, il devient recordman de l’heure sur piste avec une distance de 41.110 km. Et, après avoir pris respectivement la 5e, puis la 4e place en 1905 et 1906 sur le Tour, il remporte l’épreuve en 1907 et 1908, devenant le premier double vainqueur.

I

l existe donc une histoire commune entre la ville et le cyclisme. Pourtant, l’élément fondateur de cette histoire se trouve ailleurs que dans les grands rendez-vous sportifs évoqués. Il remonte à bien plus loin, en 1911, lors du tout premier passage du Tour à Boulogne. Il porte un nom, celui de Lucien Petit-Breton, champion cycliste et premier double vainqueur du Tour de France.

Louis Petit-Breton a marqué l’histoire du Tour de France.

Un événement marqué du prix des larmes.

Lucien Petit-Breton, de son vrai nom, Lucien Mazan, régna au plus haut niveau de 1902 à 1914. A l’ins-

tar de Maurice Garin, premier vainqueur, François Faber, ou Octave Lapize, il donna ses lettres de noblesse à la “Grande Boucle”. Né le 18 octobre 1882

Chute quai Gambetta

A 29 ans, en 1911, il figure parmi les grands favoris. Nous sommes le 2 juillet. Les 89 coureurs s’élancent de Paris pour rejoindre Dunkerque, via Boulogne, lieu de contrôle et de ravitaillement, boule-

vard Sainte-Beuve, face au café Dourdin, au n˚74. Les trois premiers coureurs se présentent au contrôle à 13h23. A 13h34, toujours pas de Petit-Breton. Trousselier arrive à 13h46 et annonce que deux coureurs ont chuté sur le port, dont PetitBreton qui semble grièvement touché. La presse relate cet accident : « Blaise allait dépasser le kiosque du Syndicat d’initiative lorsqu’un marin, qui voulait traverser pour aller au débit de tabac et qui passait derrière le petit édicule, n’aperçut point le coureur, roulant dans le caniveau et le heurta… Malheureusement, Petit-Breton suivait Blaise de près : sa bécane heurta celui de son camarade. Précipité violemment sur le sol, sa figure vint heurter la pédale de la machine. Le pauvre garçon, qui avait subi une vio-

lente commotion et avait la figure tout ensanglantée, fut d’abord transporté au kiosque du Syndicat d’initiative où les premiers soins lui furent donnés, puis en auto à l’hôpital Saint-Louis. » Et, lors de la Première guerre mondiale, Lucien Petit-Breton est chauffeur, et assure les liaisons postales. Il est victime d’un stupide accident le 20 décembre 1917, causé par une charrette conduite par un paysan en état d’ébriété. Il est mort sur le coup. « 101 ans sont passés, pourquoi la ville ne se souviendrait-elle pas de Lucien Petit-Breton, en immortalisant dans le marbre, et à l’endroit de sa chute, l’abandon du champion », finit Chistophe Hadoux. Il pratique lui-même le cyclotourisme et la randonnée depuis des lustres.


Les 22 équipes au départ 20 étapes + prologue / 3 497 km / 3 pays (Belgique, France, Suisse) / 25 cols

Le peloton du Tour de France est composé de 22 équipes de 9 coureurs, soit 198 coureurs. Chaque équipe possède un leader dont le numéro de dossard se termine par le chiffre 1. Il y a cinq équipes françaises : AG2R La mondiale, Cofidis, Europcar, FDJ-Bigmat, et Saur-Sojasun. En tout, 31 nationalités sont représentées, du plus jeune coureur Thibault Pinot (22 ans) au plus vieux Jens Voigt (40 ans).

41 42 43 44 45 46 47 48 49

101 102 103 104 105 106 107 108 109

161 162 163 164 165 166 167 168 169

1 2 3 4 5 6 7 8 9

BMC

Radioshack - Nissan

Europcar

Euskatel - Euskadi

Directeur sportif : John Lelangue

Directeur sportif : Alain Gallopin

Directeur sportif : Dominique Arnould

Directeur sportif : Gorka Gerrikogoitia

Cadel Evans (AUS) Markus Burghardt (ALL) Steven Cummings (GBR) Philippe Gilbert (BEL) George Hincapie (USA) Amaël Moinard (FRA) Manuel Quinziato (ITA) Michael Schär (SUI) Tejay Van Garderen (USA)

11 12 13 14 15 16 17 18 19

Fränk Schleck (LUX) Fabian Cancellara (SUI) Tony Gallopin (FRA) Chris Horner (USA) Andreas Klöden (ALL) Maxime Monfort (BEL) Yaroslav Popovych (UKR) Jens Voigt (ALL) Haimar Zubeldia (ESP)

21 22 23 24 25 26 27 28 29

Thomas Voeckler (FRA) Yukiya Arashiro (JPN) Giovanni Bernaudeau (FRA) Cyril Gautier (FRA) Yohann Gène (FRA) Vincent Jérôme (FRA) Christophe Kern (FRA) Davide Malacarne (ITA) Pierre Rolland (FRA)

31 32 33 34 35 36 37 38 39

Samuel Sánchez (ESP) Mikel Astarloza (ESP) Jorge Azanza (ESP) Gorka Izagirre (ESP) Egoi Martínez (ESP) Rubén Pérez (ESP) Amets Txurruka (ESP) Pablo Urtasun (ESP) Gorka Verdugo (ESP)

Lampre - ISD

Liquigas - Cannondale

Garmin - Barracuda

Ag2r La Mondiale

Cofidis

Saur - Sojasun

Directeur sportif : Maurizio Piovani

Directeur sportif : Stefano Zanatta

Directeur sportif : Jonathan Vaughters

Directeur sportif : Vincent Lavenu

Directeur sportif : Didier Rous

Directeur sportif : Lylian Lebreton

Michele Scarponi (ITA) Grega Bole (SLO) Danilo Hondo (ALL) Yuri Krivtsov (FRA) Matthew Lloyd (AUS) Marco Marzano (ITA) Alessandro Petacchi (ITA) Simone Stortoni (ITA) Davide Viganò (ITA)

51 52 53 54 55 56 57 58 59

Vincenzo Nibali (ITA) Ivan Basso (ITA) Federico Canuti (ITA) Kristjan Koren (SLO) Dominik Nerz (ALL) Daniel Oss (ITA) Peter Sagan (SVK) Sylwester Szmyd (POL) Alessandro Vanotti (ITA)

61 62 63 64 65 66 67 68 69

Ryder Hesjedal (CAN) Tom Danielson (USA) Tyler Farrar (USA) Robert Hunter (AFS) Daniel Martin (IRL) David Millar (GBR) Johan Vansummeren (BEL) Christian Vande Velde (USA) David Zabriskie (USA)

71 72 73 74 75 76 77 78 79

Jean Ch. Péraud (FRA) Maxime Bouet (FRA) Mickaël Chérel (FRA) Hubert Dupont (FRA) Sébastien Hinault (FRA) Blel Kadri (FRA) Sébastien Minard (FRA) Christophe Riblon (FRA) Nicolas Roche (IRL)

81 82 83 84 85 86 87 88 89

Rein Taaramäe (EST) Rémy Di Gregorio (FRA) Samuel Dumoulin (FRA) Nicolas Edet (FRA) Julien Fouchard (FRA) Jan Ghyselinck (BEL) Luis Ángel Maté (ESP) David Moncoutié (FRA) Romain Zingle (BEL)

91 92 93 94 95 96 97 98 99

Jérôme Coppel (FRA) Anthony Delaplace (FRA) Jimmy Engoulvent (FRA) Brice Feillu (FRA) Fabrice Jeandesboz (FRA) Cyril Lemoine (FRA) Guillaume Levarlet (FRA) Jean-Marc Marino (FRA) Julien Simon (FRA)

Sky

Lotto Belisol

Vacansoleil - DCM

Katusha Team

FDJ - Big Mat

Rabobank

Directeur sportif : Sean Yates

Directeur sportif : Herman Frison

Directeur sportif : Hilaire Van der Schueren

Directeur sportif : Valerio Piva

Directeur sportif : Thierry Bricaud

Directeur sportif : Erik Breukink

Bradley Wiggins (GBR) Edvald Boasson Hagen (NOR) Mark Cavendish (GBR) Bernhard Eisel (AUT) Chris Froome (GBR) Christian Knees (ALL) Richie Porte (AUS) Michael Rogers (AUS) Kanstantsin Sivtsov (BLR)

111 112 113 114 115 116 117 118 119

Jurgen Van den Broeck (BEL) Lars Bak (DAN) Francis De Greef (BEL) André Greipel (ALL) Adam Hansen (AUS) Greg Henderson (NZL) Jürgen Roelandts (BEL) Marcel Sieberg (ALL) Jelle Vanendert (BEL)

121 122 123 124 125 126 127 128 129

Lieuwe Westra (HOL) Kris Boeckmans (BEL) Johnny Hoogerland (HOL) Gustav Larsson (SUE) Marco Marcato (ITA) Wout Poels (HOL) Rob Ruijgh (HOL) Rafael Valls (ESP) Kenny van Hummel (HOL)

131 132 133 134 135 136 137 138 139

Denis Menchov (RUS) Giampaolo Caruso (ITA) Óscar Freire (ESP) Vladimir Gusev (RUS) Joan Horrach (ESP) Aliaksandr Kuchynski (BLR) Luca Paolini (ITA) Yury Trofimov (RUS) Eduard Vorganov (RUS)

141 142 143 144 145 146 147 148 149

Sandy Casar (FRA) Pierrick Fédrigo (FRA) Yauheni Hutarovich (BLR) Matthieu Ladagnous (FRA) Cédric Pineau (FRA) Thibaut Pinot (FRA) Anthony Roux (FRA) Jérémy Roy (FRA) Arthur Vichot (FRA)

151 152 153 154 155 156 157 158 159

Robert Gesink (HOL) Steven Kruijswijk (HOL) Bauke Mollema (HOL) Mark Renshaw (AUS) Luis León Sánchez (ESP) Bram Tankink (HOL) Laurens ten Dam (HOL) Maarten Tjallingii (HOL) Maarten Wynants (BEL)

Movistar

Saxo Bank

Astana

Omega Pharma - Quickstep

Greenedge

Argos - Shimano

Directeur sportif : Yvon Ledanois

Directeur sportif : Dan Frost

Directeur sportif : Giuseppe Martinelli

Directeur sportif : Davide Bramati

Directeur sportif : Matthew White

Directeur sportif : Christian Guiberteau

Alejandro Valverde (ESP) Juan José Cobo (ESP) Rui Costa (POR) Imanol Erviti (ESP) José Iván Gutiérrez (ESP) Vladimir Karpets (RUS) Vasil Kiryienka (BLR) Rubén Plaza (ESP) José Joaquín Rojas (ESP)

171 172 173 174 175 176 177 178 179

Jonathan Cantwell (AUS) Juan José Haedo (ARG) Karsten Kroon (HOL) Anders Lund (DAN) Michael Mørkøv (DAN) Nick Nuyens (BEL) Sérgio Paulinho (POR) Chris Sørensen (DAN) Nicki Sørensen (DAN)

181 182 183 184 185 186 187 188 189

Janez Brajkovic (SLO) Borut Božic (SLO) Dimitri Fofonov (KAZ) Andriy Grivko (UKR) Maxim Iglinskiy (KAZ) Andrey Kashechkin (KAZ) Fredrik Kessiakoff (SUE) Robert Kišerlovski (CRO) Alexandre Vinokourov (KAZ)

191 192 193 194 195 196 197 198 199

Levi Leipheimer (USA) Sylvain Chavanel (FRA) Kevin De Weert (BEL) Dries Devenyns (BEL) Bert Grabsch (ALL) Tony Martin (ALL) Jérôme Pineau (FRA) Martin Velits (SVK) Peter Velits (SVK)

201 202 203 204 205 206 207 208 209

Simon Gerrans (AUS) Michael Albasini (SUI) Baden Cooke (AUS) Matthew Goss (AUS) Daryl Impey (AFS) Brett Lancaster (AUS) Sebastian Langeveld (HOL) Stuart O'Grady (AUS) Pieter Weening (HOL)

211 212 213 214 215 216 217 218 219

Marcel Kittel (ALL) Roy Curvers (HOL) Koen de Kort (HOL) Johannes Fröhlinger (ALL) Patrick Gretsch (ALL) Yann Huguet (FRA) Matthieu Sprick (FRA) Albert Timmer (HOL) Tom Veelers (HOL)



Le Tour de France à Boulogne-sur-Mer