__MAIN_TEXT__

Page 1

LA DIRECTION D'ESSITY TRAITERAIT-ELLE SES SALARIÉS COMME DES CHIENS ?

LA COMMUNE A 150 ANS

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE AMÉRIQUE VIE DE L’ARACQUELLE LE RÉVEIL POUR DEMAIN ?

Janvier - Février 2021 - N° 868 - 5 e

NE LAISSONS PAS FAIRE :

mobilisons-nous mobilisons -nous

« LES MILLIARDAIRES FRANÇAIS ONT GAGNÉ PRÈS DE

175 milliards d’euros entre mars et décembre 2020,

soit l’équivalent de 2 fois le budget de l’hôpital public français » (Oxfam 25/01/2021)

Ensemble, défendons les valeurs de la République


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

1931

le « Réveil » a 90 ans

2021

Le rôle du « Réveil » aujourd’hui Dans la situation politique, économique, écologique, sociale que connaît notre pays et la planète aujourd’hui, notre journal « Le Réveil » joue non seulement un rôle primordial mais occupe aussi, sous de multiples aspects, une place exceptionnelle. En adhérant ou en soutenant l’ARAC, nos membres et amis lui ont fait confiance et en les accueillant, notre association elle-même de son côté leur a fait confiance à son tour. Cette confiance mutuelle se matérialise par la réception régulière de notre journal qui constitue la source permanente d’informations, d’échanges et de suggestions pour chaque lecteur ou lectrice, pour les comités locaux et départementaux de l’ARAC. « Le Réveil est donc l’outil d’expression de l’ARAC à tous niveaux. C’est la colonne vertébrale de l’ARAC, il s’agit donc d’un rôle primordial. Qu’il s’agisse des adhérents et amis de l’ARAC ou de l’Association ellemême à tous ses niveaux, « le Réveil » leur assure les informations et les liens qui fondent leurs aptitudes dans les actions qu’ils mènent aux plans local, départemental, national et international pour la défense de la République, de la souveraineté nationale, de la paix. Dans chacune de ses publications « le Réveil » procède selon les circonstances, au décorticage des déclarations de membres du gouvernement, de personnalités nationales ou internationales, des médias et montre les intentions et les décisions cachées. 2 -

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

Aujourd’hui, dans la situation imposée par la présence du Coronavirus, l’ARAC et ses militants bénévoles assurent fidèlement la publication du « Réveil » comme ce fut les cas précédemment dans les situations difficiles qu’a connu notre pays auparavant en restant à son combat républicain de défense de « la liberté, l’égalité et la fraternité ». « Le Réveil » prend une place exceptionnelle pour la défense des millions de Français en situation de ressources insuffisantes pour vivre, il dénonce le silence gouvernemental face aux moyens limités de l’hôpital public alors que la pandémie exige qu’ils soient développés, il dénonce l’inaction du gouvernement devant les licenciements et les baisses de rémunérations. Il dénonce l’usage multiplié des processus informatiques en remplacement des personnels supprimés dans les services publics qu’une grande partie de la population n’arrive pas à maîtriser ce qui provoque la révolte des usagers et particulièrement les retraités, mais n’émeut pas pour autant le gouvernement. Au total, « le Réveil » fait la constatation de la faveur du gouvernement à l’égard de l’oligarchie du ministère des finances et de la technocratie de Bruxelles dont les objectifs connus sont clairs : « réduire d’urgence la dette ! Alléger la dépense publique, et surtout la dépense sociale ! Supprimer les trentecinq heures et assouplir le droit du travail ! Casser la santé ! Multiplier les privatisations, y compris dans

les services publics  ! Réformer la SNCF ! Dénoncer drastiquement les prestations de chômage et retirer aux partenaires sociaux la gestion du régime ! Revoir de fond en comble la formation professionnelle ! Assurer la destruction complète du livret A et privatiser cette épargne populaire au profit des banques. Pousser à la hausse de la CSG pour ponctionner le pouvoir d’achat des retraités ! », etc. En fait la liste est longue quant à la dénonciation de la casse sociale, des inégalités maintenues, de la mise en cause des valeurs républicaines et de la souveraineté nationale ou « le Réveil » occupe courageusement sur ces terrains une place exceptionnelle. Il faut aussi souligner le rôle d’éclaireur du « Réveil » face aux comportements complémentaires du gouvernement et des médias qui s’efforcent d’occulter leurs intentions et particulièrement pour le gouvernement certaines décisions par une mise en évidence de nombreuses questions secondaire, cachant à l’ensemble de la population des actions qu’ils savent désapprouvées par la majorité des citoyennes et citoyens. Enfin « le Réveil » ne s’en tient pas seulement aux méfaits des pouvoirs et des médias, il met en évidence toute initiative particulière ou largement collective en matière d’économie sociale et solidaire qui contribue au bien commun, ou l’humain prime sur le profit et favorise la paix qu’elle qu’en soit le niveau local, départemental ou international. Paul Markidès


ÉDITO LE RÉVEIL

Ne laissons pas faire, mobilisons nous

SOMMAIRE Actualités Le « Réveil » a 90 ans���������������������������������������������������������������������������������������������������� 2 Retraite : le Medef propose d’allonger la durée de cotisation pour réduire les déficits de la France ����������������������������������������������������������������������������������������������� 4 La direction traiterait-elle ses salariés comme des chiens ? ����������������������������������������� 4 Réforme du logement��������������������������������������������������������������������������������������������������� 5 Transplantation cardiaque à l’Hôpital Henri-Mondor de Créteil : le Département du Val-de-Marne inquiet interpelle le ministre�������������������������������������������������������������� 5 Michelin réduit encore ses effectifs en France�������������������������������������������������������������� 6 Sanofi veut supprimer 400 postes en recherche et développement��������������������������� 7 Marché de l’énergie la dérégulation, une solution durable pour nous arnaquer��������� 7

International Des faits et vérités sur la Covid 19 �������������������������������������������������������������������������������� 8 Israël : Tous sauf les palestiniens �������������������������������������������������������������������������������� 10 Cuba : Revanchards ��������������������������������������������������������������������������������������������������� 11 Présidentielle américaine : Quelle Amérique pour demain ?��������������������������������11-12 2021 : le Moyen-Orient, une situation très préoccupante����������������������������������������� 21

Droit André Fillère : un militant de l’ARAC pour la solidarité internationale ����������������������� 23 Projet de loi de finances 2021 : Vide de contenu significatif… ��������������������������������� 24 Carte d’invalidité et conditions tarifaires des transports ������������������������������������������� 25

Vie de l’ARAC Nos peines ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 25 Vie de l'ARAC������������������������������������������������������������������������������������������������������ 26 à 30

Magazine Nostalgérie (l’interminable histoire de l’OAS) / « Dans l’ombre du brasier »�������������� 31 L’action contre les firmes de l’agent orange continue����������������������������������������������� 31 Le salutaire retour des nations ���������������������������������������������������������������������������������� 32

P. 13.. D O S S I E R

LA COMMUNE A 150 ANS www.le-reveil-des-combattants.fr LE RÉVEIL DES COMBATTANTS Fondé en 1931 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier. Mensuel de l’Association républicaine des combattants pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix. Commission paritaire n° 0723-A06545 ISSN N° 0751-6215 • Édité par les Éditions du Réveil des Combattants • SARL au capital de 45 734,41  € - Siret : 572 052 991 000 39 2, place du Méridien - 94807 Villejuif cedex Tél. 01 42 11 11 11 reveil-des-combattants@wanadoo.fr

• Tirage : 60 000 exemplaires • Directeur-gérant : Raphaël Vahé • Directeur : Patrick Staat • Rédactrice en chef adjointe : Brigitte Canévêt • Comité de Rédaction : Hervé Corzani, JeanPierre Delahaye, Laurence Gorain • Régie Publicitaire : HSP - Tél. 01 55 69 31 00 contact@hsp-publicité.fr • Administratrice : Annick Chevalier • Conception graphique - Impression : RIVET PRESSE EDITION - 24, rue Claude-Henri-Gorceix, 87022 Limoges cedex 9

E

n cette nouvelle année, nos vœux vont à chacun d’entre vous, à vos familles, vos proches. Ils s’adressent également à ceux touchés par la crise sanitaire, sous toutes ses formes : la maladie, le chômage, l’exclusion, la pauvreté… Le gouvernement profite de la situation pour s’attaquer aux valeurs et conquis que nos anciens, nos prédécesseurs ont construit par leurs luttes et leurs actions, pour faire la république sociale qui est la nôtre. Comment ne pas être en colère quand le gouvernement incapable de prendre les mesures face au Covid19 et à ses conséquences, utilise la pandémie : - pour s’attaquer aux retraites, aux droits du travail, aux hôpitaux et à la santé publique, à la sécurité sociale, la SNCF, EDF, à l’Education… - pour accepter les délocalisations, le chômage - pour justifier la misère qui s’installe tout en laissant les grands patrons se verser des dividendes et voir leurs fortunes exploser. « Les milliardaires français ont bénéficié d’une reprise exceptionnelle puisqu’ils ont gagné près de 175 milliards d’euros entre mars et décembre 2020, dépassant ainsi leur niveau de richesse d’avant la crise. C’est l’équivalent de deux fois le budget de l’hôpital public français » (OXFAM-25/01/21). L’affaiblissement de notre pays, de son économie, est intimement lié à la casse industrielle, aux privatisations et aux délocalisations qui depuis 4 décennies est le fruit des politiques des présidents de la République Française, de la Commission Européenne, au nom de la mondialisation. La colère gronde, ne pas entendre les gilets jaunes (novembre 2019), les manifestants d’hier et d’aujourd’hui, s’opposant à la politique mise en œuvre par le gouvernement depuis 2017, utiliser les répressions et les restrictions de libertés individuelles et collectives, c’est faire le jeu de la régression sociale, le jeu du recul républicain et des valeurs de la France, le jeu de la finance. Notre avenir passe donc par la défense des avancées sociales issues du CNR, par une politique qui garantit la sécurité de la France, une politique mettant en avant les valeurs républicaines, la liberté, la fraternité, la laïcité, l’antifascisme. Pour construire cet avenir, celui des générations futures, pour un monde de fraternité et de solidarité, il faut continuer à tirer les leçons de l’Histoire, pour éviter la montée du fascisme, pour éviter que de nouveaux conflits mondiaux n’embrasent la planète. Nous devons réfléchir, nous rassembler et ensemble, agir pour construire ce monde nouveau dont la France et le monde ont tant besoin. Patrick STAAT LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

-3


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Retraite : le Medef propose d’allonger la durée de cotisation pour réduire les déficits de la France Le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux a proposé le 6 janvier d’allonger la durée de cotisation pour la retraite, dans l’optique de résorber les déficits français. « Pourquoi pas, avant la fin du quinquennat, faire par exemple ce qu’avait fait Marisol Touraine, c’est-à-dire augmenter les trimestres de cotisation ?

Ça peut être un débat qu’on peut avoir avant 2022 », a expliqué Geoffroy Roux de Bézieux sur franceinfo. En 2014, la réforme Touraine prévoyait l’augmentation de la durée de cotisation requise d’un trimestre tous les trois ans pour les générations nées de 1956 à 1973, pour prétendre à une retraite à taux plein. « La retraite peut être une manière

Président Medef Geoffroy Roux Bézieux.

de rembourser une partie des déficits », a-t-il estimé. Source : Boursorama – extraits – 06/01/21

La direction traiterait-elle ses salariés comme des chiens ? Entreprise Essity.

« La direction traiterait-elle ses salariés comme des chiens ? » C’est la question provocatrice que pose la CFDT d’Essity, un groupe suédois fabriquant des produits d’hygiène (papier toilette, essuie-tout…), face à un système de contrôle électronique des déplacements de salariés que la direction entend mettre en place dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Il s’agit de boîtiers portés par les sala-

riés, soit à la taille soit accroché à un cordon autour du cou, et qui déclenchent un signal dès que la distanciation physique n’est pas respectée, explique le syndicat. Celui-ci dresse un parallèle avec le système d’envoi d’impulsions au collier d’un chien pour le dissuader d’aboyer. La CFDT juge ce dispositif « particulièrement intrusif et infantilisant ». Pour l’entreprise, qui compte près 2.800 salariés en France répartis sur huit sites, ce dispositif vise à « renforcer la sécurité des collaborateurs », en limitant « le plus possible tout risque de transmission du virus ».

Essity a choisi un modèle de la société belge de technologie Phi Data – des boîtiers individuels numérotés portés par les salariés. Ce dispositif « serait sans système de géolocalisation et non relié à des informations personnelles » des salariés, assure la direction. Dès qu’un boîtier se trouve à moins d’une certaine distance d’un autre, il vibre ou émet un son pouvant atteindre 83 décibels, ou bien sa LED clignote. Cet événement, sa durée et son heure sont enregistrés. Source : Le Monde – extraits – F. Aizicovici – 13/01/21

Grandpuits : un barrage filtrant devant la raffinerie Total pour sauver 700 emplois Le groupe pétrolier français a annoncé en septembre dernier que le raffinage à Grandpuits cesserait “fin 2023”. La raffinerie de grandpuits La raffinerie doit être transformée groupe total. pour produire notamment des biocarburants. La direction affirme que 250 postes sur les 400 que compte aujourd’hui la plateforme de Grandpuits et le dépôt associé de Gargenville, dans les Yvelines, seront maintenus. 4 -

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

Mais les salariés de Grandpuits, associés à ceux de Gargenville, n’y croient pas. D’après les calculs de la CGT, 700 emplois seraient sur la sellette. « Nous sommes 450 à travailler à Grandpuits et Gargenville, dont à peu près 50 intérimaires ou CDD que la direction ne comptabilise pas. Et il y a entre 700 et 1 000 sous-traitants, selon les périodes. Au total, on va avoir 200 postes supprimés chez Total et 500 chez les sous-traitants », assure le syndicat. Ce dernier redoute par ailleurs des « mutations forcés ». « Il y a un sous-traitant à qui on a trouvé un poste dans le 93. C’est à deux heures de chez lui. Et on lui a dit “c’est à

prendre ou à laisser” », déplore Adrien Cornet. Les grévistes de la raffinerie Total ont bloqué l’entrée de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) pour protester contre le plan de restructuration du groupe, après deux semaines de grève reconductible. « Aujourd’hui, ce sont quasiment 100 % des salariés en poste, c’est-à-dire ceux qui gèrent la production, qui sont en grève. Une partie des salariés des services support, comme la comptabilité, est en débrayage d’une heure ou deux par jour », précise Adrien Cornet, délégué CGT de Grandpuits.


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

Réforme des aides au logement : 700 millions d’euros d’économie sur le dos des allocataires À partir de janvier, les aides au logement (APL, ALS, ALF) sont réévaluées chaque trimestre en tenant compte des revenus des douze derniers mois. Cette réforme, qui concerne 6,6 millions de foyers, permettra au gouvernement de réaliser une économie de plus de 700 millions d’euros sur le dos des allocataires de la branche famille. Après avoir été plusieurs fois reportée, la réforme du mode de calcul des aides au logement a finalement été mise en œuvre en janvier 2021. Cette réforme prévoit de prendre en compte les ressources des allocataires sur les 12 derniers mois au lieu de l’année N-2 pour le calcul de leurs aides au logement avec une actualisation trimestrielle. Ainsi, les aides au logement de janvier, février et mars 2021 seront calculées sur les revenus de décembre 2019 à novembre 2020, et celles d'avril, mai et juin 2021 sur les revenus de mars 2020 à février 2021.

Avec cette réforme, le gouvernement espérait réaliser une économie de 1,2 milliards d’euros. Il a dû revoir sa copie en septembre, au vu des conséquences économiques de la crise sanitaire, tablant désormais sur une économie de 700 millions d’euros. Preuve que cette réforme n’a pas pour objectif d’améliorer les droits des allocataires, mais bien de réaliser des économies sur leur dos. De fait, cette réforme se rajoute aux 400 millions d’euros d’économies faites avec la baisse de 5 € des APL décidée en 2017, aux 90 millions d’euros du quasi-gel des indexations en 2019 et en 2020 et à l’instauration de la baisse de la réduction du Loyer de solidarité dès 2018. Si une partie des bénéficiaires actuels vont voir leurs prestations augmentées en raison de leurs baisses de revenus consécutives aux pertes d’emploi ou périodes de chômage partiel, le choix gouvernemental de non revalorisation fait

sortir mathématiquement de nombreux bénéficiaires du fichier allocataire, en leur faisant perdre leur droit à l’allocation logement. Pour tous les ménages et les salariés précaires, le système de la déclaration trimestrielle déclenchera une variabilité constante des droits ouverts, les plaçant ainsi dans une instabilité financière pour construire leurs budgets familiaux. Cette réforme va aggraver la situation de nombreux foyers, dans un contexte où la crise actuelle risque de mettre entre 2,5 et 2,8 millions de ménages en difficulté pour payer leur loyer, selon une étude de l'Institut de recherches économiques et sociales (Ires). Source : CGT (extraits) – 11/01/2021

Transplantation cardiaque à l’Hôpital Henri-Mondor de Créteil : le Département du Val-de-Marne inquiet interpelle le ministre Le Département a été alerté, par la coordination de vigilance du GHU Henri-MONDOR / Albert CHENNEVIER, de la fin envisagée de la transplantation cardiaque à Créteil. Des documents provenant de l’AP-HP confirment qu’un tel projet existe. Alors que la crise sanitaire préoccupe tous les esprits, qu’un tel projet puisse être conduit sans concertation est inconcevable. Par ailleurs, ce projet ne contribue en rien à l’amélioration du service public de proximité pour les Val-de-Marnaises, Val-de-Marnais et pour le Sud-Est francilien. C’est ce constat qui avait déjà mis en échec, en 2011, le projet de fermeture

du service de chirurgie cardiaque grâce à la mobilisation exceptionnelle des professionnelles et professionnels, des habitantes et habitants, du Département, des élues et élus. Alors que les élues et élus découvrent ce jour, par voie de presse, les justifications de l’AP-HP, je soutiens la démarche de la coordination de vigilance qui demande audience auprès de l’Agence Régionale de Santé. Le Val-de-Marne, département riche de près de 1,4 million d'habitantes et habitants, mérite le développement des effectifs et des spécialités de ses hôpitaux et non le contraire. Le site de Mondor, desservi bientôt par deux

Hôpital Henri Mondor.

lignes de métro dans la ville préfecture, dispose en effet d’atouts exceptionnels à l’image de son personnel et du nouveau bâtiment REINE. Pour toutes ces raisons, le Département exprime sa plus vive inquiétude et interpelle dès à présent le Ministre de la Santé. Christian Favier Président du Conseil départemental LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

-5


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Covid-19 en Seine-Saint-Denis.

Une fresque géante pour sauver l'hôpital de Montreuil Une femme en blouse blanche, le poing levé et la bouche ouverte comme si un cri s’en échappait. C’est une fresque colossale, s’étendant sur 20 mètres de haut et 8 mètres de large, qui a été inaugurée, samedi 9 janvier 2021 à Montreuil (Seine-Saint-Denis) Située en plein centre-ville, la fresque est là pour « rendre hommage » au personnel soignant mobilisé pendant la crise du coronavirus, mais aussi demander le sauvetage de l’hôpital public. « Les soignantes et soignants ont été mis à rude épreuve en cette année 2020, et continuent de lutter contre la pandémie », explique la municipalité de Montreuil. Un message que partage Régis Léger, plus connu sous le nom de Dugudus, l’artiste qui a signé l’œuvre politique. « Je partage les visions politiques et sociales de la mairie de Montreuil. Il fallait un message fort pour faire

comprendre les revendications de la Ville », explique-t-il. Le message est incarné par une infirmière en blouse blanche, qui tient dans sa main une revendication claire : « Sauvons l’hôpital public ». À gauche de la soignante, se trouve une succession de revendications : “Des salaires dignes”, “du bon matériel”, “des médecins et des infirmièr·e·s en nombre suffisant”, “des investissements de qualité”, “à Montreuil, l’annulation de la dette de l’hôpital !” « Il fallait une figure représentative. Les infirmières, ce sont toutes ces petites mains de l’hôpital. Elles aimeraient être les héroïnes, telles qu’on les a présentées pendant le premier confinement, mais on ne leur en a pas donné les moyens », présente le street-artiste de 33 ans. Pour la municipalité, la fresque « s’inscrit dans une mobilisation lan-

cée en septembre 2020 pour défendre l’hôpital de Montreuil ». Il accueille, chaque année, aux urgences, 75 000 personnes et plus de 4 000 personnes dans le service de maternité. « Il ne s’agit pas de demander plus que les autres territoires. Nous demandons simplement la justice et l’égalité », justifie Patrice Bessac, le Maire. Source : ACTU93 – Dorine Goth – 09/01/21

Michelin réduit encore ses effectifs en France Drôles de vœux de début d’année 2021. Michelin a annoncé le 6 janvier le lancement d’un plan de restructuration de ses quinze sites français l’amenant à supprimer « jusqu’à 2 300 postes » dans l’Hexagone d’ici trois ans, sur les 21 000 que compte Michelin en France. Les suppressions de postes toucheront aussi bien les activités tertiaires (1 100 emplois supprimés), des activités essentiellement à Clermont-Ferrand

6 -

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

(Puy-de-Dôme) mais aussi à Paris pour le célèbre Guide rouge. Les activités industrielles seront aussi affectées à hauteur de 1 200 emplois. Du côté des salariés, c’est le choc et l’incompréhension alors que le groupe soumis à la concurrence des pneus à prix cassés a déjà supprimé près de 1 500 postes depuis 2017 dans le cadre de sa réorganisation, notamment à son siège historique de Clermont-Ferrand. Il a également fermé les sites de La Roche-sur-Yon (Vendée) et Bamberg en Allemagne. « On est plus qu’en colère et complètement surpris, déclare Jérôme Lorton, délégué syndical central SUD pour le groupe Michelin. Il s’agit de l’un des plus grands plans sociaux qu’ait lancé l’entreprise alors que les usines tournent à plein régime que le groupe fait 1,7 milliard d’euros de bénéfice.

Et le tout sans préavis. Nous sommes choqués, sonnés. Où est le dialogue social de qualité à la “Michelin” tant vanté par les dirigeants ? On nous sort la concurrence asiatique pour justifier l’injustifiable. Mais ce sont les mêmes arguments que pour Bridgestone. Nous allons en appeler au gouvernement. Il faut quand même rappeler que l’entreprise a touché 12 millions d’euros d’aides publiques en 2020 au titre de l’activité partielle. » Les 15 sites industriels dans l’Hexagone se sont progressivement spécialisés dans les pneumatiques haut de gamme, agricoles, industriels, ou de compétition. « Il n’y a plus un pneu poids lourd fabriqué en France et les pneus voitures c’est seulement le haut de gamme, » précise M. Lorton. Source : LE MONDE – extraits – E.Béziat 6 06/01/21


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

Sanofi veut supprimer 400 postes en recherche et développement Sanofi a annoncé aux syndicats que 400 postes dévolus à la recherche pharmaceutique allaient bientôt disparaître. La suppression de postes destinés à la recherche chez les géants français de l'industrie pharmaceutique vient semer le trouble en pleine période de fabrication des vaccins contre la Covid-19. Alors que ses laboratoires sont sous le feu des projecteurs en raison de l’épidémie de coronavirus, la recherche et

développement du secteur pharmaceutique s’apprête à en payer le prix. « 400 postes vont y être supprimés en France », lâche en colère Thierry Bodin de la CGT. « C’est en tout cas notre directeur général lui-même qui nous l’a confirmé ces derniers jours. Et clairement, ce n’est pas acceptable ». De plus de 6 000 en 2007, les effectifs de cette branche ont fondu de quasi la moitié, selon les syndicats. « Si ces 400

suppressions de postes se confirment, on passera effectivement sous la barre des 3 000 » calcule Thierry Bodin, chiffres à l’appui. Pour la CGT, « Sanofi ne cesse de perdre des compétences. Regardez ce qu’il se passe sur le vaccin, là aussi ! Ces pertes, on les paie cash ». Source: France Inter – extraits – M. Debs – 18/01/21

Marché de l’énergie

la dérégulation, une solution durable pour nous arnaquer Dans un courrier… Engie nous prévient que les tarifs réglementés pour la vente du gaz naturel seront supprimés en juillet 2023 et nous invite à signer un nouveau contrat. Engie envoie à ses abonnés un courrier… il s’agit d’en finir avec une forme de planification qui a fait ses preuves en France afin d’introduire de la concurrence entre des entreprises vendeuses de gaz… Cette introduction de la concurrence pour la distribution d’une énergie qui bénéficiait jusque-là de « tarifs réglementés » nous rappelle la mise en place des cars Macron, dont une filiale de la

SNCF est en situation de faillite, quatre ans plus tard. Avec la fin des tarifs réglementés, Engie redoute de voir les offres alléchantes faites par ses concurrents lui enlever des clients. Du coup, l’entreprise a édité un livret de 36 pages expédié à chaque abonné… On devine facilement que la multiplication des fournisseurs de gaz et d’électricité va se traduire par une lutte entre firmes pour conquérir des parts de marché les unes au détriment des autres. Pour faire baisser le prix de revient de l’énergie, il est possible que les impor-

tations de gaz de schiste se développent en Europe… Comme on le pressent aussi avec l’ouverture au privé de l’exploitation des lignes voyageurs de la SNCF et des barrages électriques d’EDF (voir Réveil du mois de novembre) pour obéir à une directive européenne, la multiplication en France des entreprises vendeuses de gaz sera un non-sens économique et écologique. Gérard Le Puill (glepuill@humanite.fr) Extraits Humanité Dimanche du 26 novembre au 2 décembre 2020

Une “Force d’appui rapide” composée de CRS

va être créée pour faire face aux troubles les plus graves Une "Force d'appui rapide" composée de CRS va être créée pour faire face aux troubles les plus graves, a appris FranceInfo de source policière, Cette sorte de super-CRS sera déployée en cas de troubles graves avec la crainte d'escalade de la violence. Une première unité composée de 200 policiers, issus essentiellement de la compagnie CRS 8 basée à Bièvres, dans l'Essonne, va être mise en place d'ici l'été. Elle sera divisée en deux groupes, qui se relaieront de semaine en semaine, afin que la "Force d'appui rapide" soit mobilisable

7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Cette force sera mobilisable dans toute la France, avec un départ dans les 15 minutes après l'alerte. Le projet est de former, dans un deuxième temps, six autres unités afin de les répartir dans les sept zones de défense en France métropolitaine. Ces unités seront équipées de matériel neuf, notamment des véhicules six places plus rapide et des véhicules 4x4 pour franchir les barricades. Les CRS recevront des équipements anti-feu et anti-acide, avec l'idée d'en faire un laboratoire pour (déployer) le nouveau matériel en test.

Ce projet laisse sceptique Alain Vastel, secrétaire national CRS syndicat SGP Police FO. Il pose la question de l'intérêt de cette "Force d'appui rapide" alors que c'est déjà "le cœur de métier de l'organisation des CRS que de répondre au côté nécessaire et immédiat d'intervenir. Ce projet, on y voit quelque part une volonté de démantèlement des CRS dans leur organisation actuelle", dit-il à FranceInfo. Alain Vastel dénonce une absence de concertation. Source : FranceInfo – extraits - 08/01/21 LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

-7


Des faits et vérités sur la Covid 19 Campagne de vaccination : l’histoire d’un naufrage Des ratés logistiques ont empêché de distribuer suffisamment tôt le vaccin Pfizer. Selon notre enquête, comme pour les masques, le ministère de la Santé n’a pas été assez réactif, ne prévoyant la mise en place que de 38 des 113 congélateurs susceptibles de stocker les doses fin décembre. Le 16 décembre, le « Monsieur Vaccin », Alain Fischer, à la tête de la « task force » annonçait devant le Sénat la « livraison d’au moins 1 million de doses fin décembre début janvier ». Mais à cause des contraintes opérationnelles, les doses de vaccins livrées par Pfizer sont restées bloquées dans les centres nationaux, la France a pris, au moins 3 semaines de retard par rapport à des pays comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni, Londres ayant autorisé le vaccin dès le 2 décembre. Pour justifier ce retard, le pouvoir a dans un premier temps invoqué la défiance d’une partie de la population à l’égard d’un vaccin testé en vitesse pour contrer la pandémie mondiale. « Des centaines de milliers de doses dorment actuellement dans des congélateurs ! », a aussi dénoncé Aurélien Rouquet, professeur de logistique, dans une tribune publiée dans « Le Monde », en considérant que « le plus rageant, c’est que les savoirs logistiques nécessaires sont disponibles, et que les acteurs qui les détiennent sont prêts à se mettre au service du gouvernement ! ». Source : Médiapart – 06/01/21 - extraits

sez de « On n'a pas as doses »

, le directeur Nicolas Revel Jean Castex, de Cabinet de les doses du a annoncé que id 19 sont vaccin anti-Cov ibles pour encore trop fa vaccination envisager une pulation. massive de la po

La fabrication du vaccin s’avère être une vraie galère 1) Risques de pénurie de matières premières Selon un rapport publié en novembre 2020 par le Government Accountability Office (GAO) américain, une grande partie de ce qui est nécessaire pour produire ces vaccins est en pénurie. Le personnel des usines de fabrication a décrit les difficultés rencontrées pour obtenir des réactifs et certains produits chimiques, ainsi que des flacons en verre, des seringues, une pénurie d’installations de « remplissage et de finition » où les doses de vaccins sont chargées dans des conteneurs stériles et une pénurie de travailleurs possédant les compétences spécialisées nécessaires. Ces pénuries de ressources pourraient entraîner des retards de production. 2) Facteurs limitant la production L’impact de ces pénuries a été évident en novembre, lors que Pfizer et BioNTech ont réduit de moitié le nombre de doses qu’ils estimaient pouvoir produire en 2020, passant de 100 millions à 50 millions. 3) « Manque » en Europe La difficulté d’approvisionnement en doses de vaccin commence à se faire sentir, notamment en Europe. Source : UPMagazine – 05/01/21

7/01/21 urce : GALA –

So

Combien coûte un vaccin ? L’industrie pharmaceutique évoque un environnement dynamique et compétitif pour fixer les prix mais déclare offrir des rabais pour cause de pandémie. Médecins Sans Frontières dénonce l’opacité de cette politique Les géants pharmaceutiques ne dévoilent pas les prix de leurs vaccins au nom de la confidentialité. Il a fallu une gaffe d’Eva de Bleeker, ministre belge d’Etat au Budget, pour en avoir une idée. Contrat négocié collectivement par la Commission européenne, la Belgique avait commandé à fin décembre 33 millions de doses pour 279 millions d’euros. A cette date, à l’exception de celui de Pfizer, aucun autre n’avait encore La France « devra ajusobtenu l’homologation. ter le rythme des vaccinations » Dans le détail, le gouvernement belge a payé 1,78 euro pour le vaccin d’AstraZeneca/ contre le coronavirus en raison de la Université d’Oxford, 8,50 euros pour Johnson&Johnson, 7,56 euros pour Sanofi/GSK, « forte baisse » attendue des livraisons du 12 euros pour Pfizer, 10 euros pour CureVac et, enfin, 18 euros pour la dose de Moderna. vaccin Pfize/BioNTech dans les semaines Embarrassées par la révélation, les entreprises n’ont pas caché leur agacement et la Comà venir, a annoncé une source au sein de mission a dû rappeler la ministre belge à l’ordre au nom de l’obligation de discrétion des l’exécutif. contrats. Source : Le Temps – 11/01/2021

8 -

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

Source : AFP 15/01/21


Retards de livraison du vaccin Pfizer en Europe pour « 3 à 4 semaines » Les livraisons aux pays de l’Union Européenne des quantités prévues de vaccins Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 vont connaître des retards dans les trois ou quatre prochaines semaines, a indiqué le ministère allemand de la Santé. Le ministère allemand dit « prendre note avec regret de cette communication inattendue et à très court terme » de la Commission Européenne et de Pfizer. Dans une lettre commune, les ministres du Danemark, de l’Estonie, de la Finlande, Pfizer confirme de la Lituanie, de la Lettonie et de la Suède dénoncent une situation « inaccepque ses livraisons de table » portant préjudice à la « crédibilité du processus de vaccination ». vaccins vont L’Allemagne dit encore « attendre de la Commission Européenne qu’elle ralentir, sauf aux Etats-Unis crée la clarté et la sécurité pour les livraisons futures et les dates de livraison aussi rapidement que possible dans les négociations avec Le laboratoire américain Pfizer a confirmé que ses livraiPfizer. sons de vaccins anti-Covid en dehors des Etats-Unis alSource : AFP – 15/01/21 laient ralentir fin janvier-début février, le temps de modifier le processus de fabrication. Ce contretemps dans l’usine de Puurs n’affectera pas les s seringues re le Covid-19 : de Etats-Unis, où les vaccins développés par Pfizer en Vaccination cont e du vaccin » rapport à la form collaboration avec BioNTech sont fabriqués sur le « inadaptées par Nice livrées au CHU de ce site de Kalamazoo dans le Michigan (Nord). Pfeizer/BioNTech nté Publique Fran es fournies par Sa gu rin ef se ch s p, Le m llo Source : AFP – 15/01/21 , indique Rémy Co er os sp sont « trop courtes » di de de l’hôpital. Faute s se se du pôle pharmacie ili ut ice es, le CHU de N des bonnes aiguill propres stocks. e-Info – 05-01-21

Le cabinet McKinsey toucherait 2 millions d’euros par mois pour conseiller le gouvernement sur la vaccination

Franc

Ce cabinet de conseil américain mandaté par le gouvernement pour l’accompagner dans sa stratégie vaccinale s’est occupé du cadrage logistique et de la coordination opérationnelle. Une information confirmée par le « Canard Enchaîné ». Un expert auprès du ministère de la Santé a expliqué au « Point » que « McKinsey est là, car le ministère n’a furieusement pas anticipé la logique des vaccins… » Lourdeurs administratives Le principal problème à régler serait la coordination entre tous les acteurs décisionnaires. « Pour avancer, il faut que la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), la Direction générale de la santé, la Direction générale de la cohésion sociale, la Dotation globale de fonctionnement (DGF), le responsable de la vaccination, le responsable de la logistique de la vaccination, le secrétariat général, le directeur de cabinet et enfin le ministre soient d’accord », rapporte « le Point ». Ces lourdeurs administratives sont d’ailleurs dénoncées par les médias étrangers. « Die Welt » en Allemagne évoque un « désastre vaccinal français », » Bloomberg » aux Etats-Unis déplore que « la France échoue à faire ce qui devrait être sa spécialité » et le quotidien britannique « The Daily Telegraph » parle d’un « scandale d’Etat ». Source : L’Obs – 08/01/21

Que la population soit méfiante à l’égard d’un vaccin totalement nouveau c’est normal, mais que le gouvernement soit incapable de comprendre l’impatience des Français à être protégés et sécurisés contre la menace du Covid-19 est désormais un vrai scandale. La France réécrit avec les vaccins le scénario qu’elle avait déjà joué avec les masques et les tests. En février et mars 2020, alors que les populations mondiales s’équipent en masques et multiplient les gestes barrières, les dirigeants français nous expliquent que les masques ne servent à rien. Source : Atlantico Business – 04/01/21

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

-9


LE RÉVEIL INTERNATIONAL

Israël

Tous sauf les palestiniens Pas de vaccin contre la Covid-19 pour les prisonniers palestiniens Le ministre de la Sécurité publique israélien, Amir Ohana, a demandé à l’administration pénitentiaire du pays de ne pas vacciner les prisonniers palestiniens. Une décision en contradiction avec les propos du ministère de la Santé, qui avait déclaré vouloir donner la priorité aux prisonniers dans l’accès au vaccin, souligne le quotidien Ha’Aretz. En Israël, la vaccination a commencé le 19 décembre. Après avoir vacciné en priorité les personnes à risque et le personnel soignant, le pays se concentre désormais sur les individus occupant des fonctions exposées (enseignants, travailleurs sociaux, soldats), ainsi que sur le personnel pénitentiaire et tous les prisonniers. Mais attention, la vaccination n’est pas la même pour tous et surtout pour les palestiniens qui en

sont exclus ! En effet, le samedi 26 décembre, le ministre israélien de la Sécurité publique, Amir Ohana, a demandé à l’administration pénitentiaire du pays d’attendre avant d’administrer le vaccin aux prisonniers palestiniens, comme le précise le journal israélien de centre gauche Ha’Aretz. Le quotidien souligne qu’on ne sait pas précisément “en vertu de quelle autorité Ohana peut ordonner aux services pénitentiaires de vacciner certains détenus et pas d’autres”. En revenant sur la décision du ministère de la Santé publique de donner un accès prioritaire au vaccin à tous les prisonniers, Amir Ohana s’est attiré les foudres de certaines ONG comme Adalah, une organisation de défense des droits de l’homme spécialisée dans la représentation de la minorité arabe

Amir Ohana.

en Israël. D’autant plus que le pays est au premier rang mondial en matière de vaccination : près de 300 000 personnes, sur ses 9 millions d’habitants, sont déjà vaccinées. Selon les chiffres du Club des prisonniers palestiniens – association défendant leurs droits –, environ 5 000 palestiniens, hommes et femmes, sont enfermés dans les geôles israéliennes. Et parmi eux, 140 auraient déjà contracté la Covid-19 depuis le début de la pandémie, d’après les chiffres rapportés par l’agence de presse palestinienne Wafa.

Frénésie meurtrière C’est la course à l’exécution aux ÉtatsUnis. Avant de passer, bien malgré lui, le flambeau à Joe Biden, partisan affiché de l’abolition de la peine de mort, Trump, le milliardaire-mégalo, a décidé d’accélérer les exécutions de condamnés qui croupissent dans les couloirs de la mort. Isaac Arnsdorfn journaliste pour le média américain indépendant ProPublica, prix Pulitzer 2019, a pu étudier les dessous des dernières exécutions en se procurant des documents d’archives de la justice américaine. Il révèle que le procureur général des États Unis, William P. Barr ou encore le Bureau fédéral des prisons se sont, ces derniers mois, « affranchis des barrières légales et éthiques » liées à cette pratique, pour permettre le plus d’exécutions possible avant la fin du mandat de Trump. En juillet dernier, l’administration 10 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

Trump a en effet mis fin à un moratoire vieux de 17 ans, qui avait enterré cette pratique. Si la plupart des décisions de peine capitale sont prises au niveau des États, des exécutions peuvent être décidées au niveau fédéral, pour un certain nombre de crimes (meurtre au premier degré, génocide, crimes de guerre, etc.), y compris dans des États ayant aboli la peine de mort. Depuis juillet dernier, 10 exécutions fédérales ont eu lieu dans des prisons américaines. « Avant la fin de 2020, le gouvernement fédéral a conduit plus d’exécutions en cinq mois que n’importe quelle présidence aux XXe et XXIe siècles », note également le rapport. Trois autres exécutions étaient prévues avant l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier. Parmi les révélations de ProPublica, il y a les conditions d’embauche des

Trump fait le vide dans les couloirs de la mort au USA.

“bourreaux”. Les exécutions ont été confiées à deux entrepreneurs privés, plutôt qu’à des employés du gouvernement, dévoile le média. Leurs noms et professions sont restés secrets et n’apparaissent pas dans les documents consultés par le média. Ils ont même été payés en liquide. « Si nous ne les payions pas en espèces », a déclaré un avocat du Bureau fédéral des prisons dans une déposition, « ils n’accepteraient probablement pas de le faire. » JPD


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

Cuba

Revanchards

L’administration de Donald Trump a tenté de rendre plus compliqué un éventuel rapprochement entre le futur gouvernement américain de Joe Biden et Cuba en inscrivant à nouveau l’île sur la liste noire des « Etats soutenant le terrorisme ». « Le département d’Etat a de nouveau inscrit Cuba comme Etat soutenant le terrorisme pour avoir apporté son soutien de manière répétée à des actes de terrorisme international en donnant refuge à des terroristes », a annoncé le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, à neuf jours de la fin de mandat de l’exécutif républicain et de l’entrée en fonction du président élu démocrate. « Avec cette mesure, nous allons à nouveau tenir le gouvernement de Cuba pour responsable et envoyer un message clair : le régime Castro doit mettre fin à son soutien au terrorisme international et à la subversion de la justice américaine », a-t-il ajouté dans un communiqué, en accusant les anciens dirigeants cubains Fidel et Raul Castro. Cuba rejoint sur cette liste noire l’Iran, la Corée du Nord et la Syrie. Le Soudan vient d’en être retiré par Donald Trump.

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a aussitôt dénoncé « l’opportunisme politique » de l’administration Trump, « reconnu par tous ceux qui se soucient avec honnêteté du fléau du terrorisme et de ses victimes ». La Havane avait quitté la liste en 2015, lors du rapprochement spectaculaire opéré par Obama, dont Joe Biden était le vice-président. La même année, les deux pays ennemis avaient rétabli leurs relations diplomatiques pour tenter de tourner la page de la Guerre froide. Lors d’une visite historique en 2016 à Cuba, Barack Obama était même devenu le premier président américain en exercice à fouler le sol cubain depuis la révolution castriste de 1959. Mais durant les quatre années de son unique mandat, Donald Trump, s’adressant volontiers à l’importante communauté d’exilés cubains de Floride, un élec-

torat-clé dans un Etat clé, n’a cessé de revenir sur la politique d’ouverture (pas toujours suivie d’effets concrets) de son prédécesseur et de durcir, plutôt que de lever, le sévère embargo imposé à l’île des Caraïbes depuis 1962. L’inscription sur la liste noire devrait encore davantage entraver les investissements étrangers à Cuba. Elle apparaît aussi comme une tentative de dernière minute de rendre plus difficile toute volonté du futur président Biden de renouer avec La Havane. Le démocrate avait affirmé durant sa campagne qu’il procéderait rapidement à « l’élimination des restrictions de Trump sur les transferts d’argent et les voyages » qui nuisent aux Cubains et séparent les familles. Le maçon est désormais au pied du mur ! JPD

Présidentielle américaine

Quelle Amérique pour demain ? C’est dans une Amérique bunkérisée et profondément divisée que le 20 janvier, Joe Biben, 46e président des Etats-Unis, élu démocratiquement, a prêté serment. Une investiture sous haute tension après les évènements du 6 janvier où l’on a vu des partisans de Trump, encagoulés et armés, arborant fièrement des insignes nazis, rangés derrière les bannières ségrégationnistes, donner l’assaut au Capitole, monument des institutions démocratiques US, à Washington. Tout ce que l’on déteste de l’Amérique ! Celle du génocide des indiens, de l’esclavage, de la ségrégation raciale et du K K Klan. L’Amérique des coups tordus contre les peuples et la démocratie, de la loi du plus fort, de la misère et de l’obscurantisme à l’image du forcené qui l’a gouvernée durant 4 ans… On est en droit, d’ailleurs, de s’étonner que, dans une nation où sévit le Patriot-Act, mis en place par Bush junior après le 11 septembre 2001 et consolidé par Obama, où les citoyens sont sous sur

veillance constante et où les agences de sécurité pullulent, de telles actions soient possibles. De fait, le Pentagone, accusé d’avoir tardé à mener une contre-offensive le 6 janvier à Washington, a autorisé le déploiement d’un contingent de 15 000 soldats dans la capitale pour la cérémonie de prestation de serment. Quelque 6 200 militaires de la Garde nationale y étaient déjà présents pour atteindre les 10 000 le jour J. Environ 5 000 soldats supplémentaires les ont épaulés le 20 janvier. Cette présence armée a été doublée d’une extension de la période de sécurité spéciale liée à l’investiture réclamée par la maire de Washington, Muriel Bowser. Celle-ci a demandé que l’état d’urgence soit déclaré dans la capitale afin d’obtenir des fonds supplémentaires pour la sécurité. Elle a, par ail-

D. Trump - J. Biden.

leurs, exhorté les Américains à ne pas se rendre à Washington pour la cérémonie de prestation de serment – dont l’accès était de toute façon limité pour cause de Covid – et à y participer en ligne ou à la télévision. Twitter a décidé de « suspendre de façon permanente » 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump. Une mesure pour les empêcher d’utiliser le réseau social à des fins de violences. LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 11


LE RÉVEIL INTERNATIONAL américains la lutte contre la pandémie de la Covid 19. C’est probablement sur sa capacité à prendre des mesures efficaces que Biden sera jugé et emportera l’adhésion des citoyens dans la première période de son mandat. La réduction des inégalités, les problèmes raciaux et le chômage seront des tâches auxquelles il faudra également s’atteler rapidement sous peine d’explosion et ce, dans les 2 camps ! Il est net que l’abandon de certaines catégories de la population a largement contribué à la division de l’Amérique et à une dichotomie entre les élites blanches et riches ou aisées des villes et le citoyen moyen de l’Amérique profonde Sur le plan économique, Biden devra mettre un terme à la lutte de pouvoir opposant, au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les Etats-Unis à la plupart des autres Etats membres. Il aura aussi la possibilité de supprimer les droits de douane imposés par l’administration Trump sur les importations d’acier et d’aluminium, qui

ont agacé les partenaires commerciaux. Enfin, il est question de la tenue d’une réunion d’urgence du G20 en début d’année prochaine, pour en faire, comme l’ont suggéré certains anciens responsables économiques, le cadre d’un sommet non officiel avec le président chinois Xi Jinping. L’objectif étant bien évidemment le maintien du leadersheap américain sur l’économie mondiale ! Biden a montré son intention de rompre avec l’orientation de Trump, qui s’était détourné de certains accords internationaux, en nommant John Kerry au poste de représentant spécial pour le climat. L’ancien secrétaire d’Etat devrait se focaliser sur les politiques à l’échelle mondiale. Mais en matière de politique internationale l’on n’en sait pas beaucoup plus si ce n’est la vague intention d’un retour au multilatéralisme inspiré d’Obama… La seule chose dont on soit sûr c’est que l’ambassade américaine en Israël restera à Jérusalem… Parole de Biden ! On attend mieux pour la paix JP Delahaye

BON DE COMMANDE

C’est dans ces conditions extrêmes que la nouvelle administration va devoir, rapidement, mettre J Biden et K Harris. en œuvre les maigres propositions du candidat démocrate, aujourd’hui 46e président de la première puissance mondiale, d’autant que, fort de ses 75 millions de voix, Trump, le forcené, n’a pas l’intention de rester l’arme au pied même si plusieurs élus du vieux Parti républicain, échaudés voir effrayés par ce qui restera dans l’histoire des USA une tentative de coup d’état, semble l’avoir momentanément abandonné… Dans une telle situation, on attendait du discours d’investiture du nouveau président l’affirmation de principes forts de liberté, d’égalité, de respect des droits humains et la protection de la planète, rassembleur de la nation… Au premier chef des préoccupations des

Je désire recevoir le calendrier 2021 sur le 150e anniversaire de la Commune de Paris, au prix de 8 euros l’exemplaire et 1 euro de frais de port. Je commande …….. calendrier(s) à 9 euros (frais de port compris). Je joins un chèque de …….. euros. À envoyer à : M-Mme : ………………………..……………………………………………………………………………………… Adresse : ……………………………………………………………………………………….……………………………………… Code Postal : …………………………… Ville : ………………………………….…………………………………………………… Tél. : ……………………………………………………………… Mail : …..…………………………………………………………

12 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021


LE CAHIER MÉMOIRE N° 868 JANVIER - FÉVRIER 2021

LA COMMUNE A 150 ANS Introduction La Commune de Paris a bien suscité des témoignages, bien des commentaires, bien des livres. Elle constitue un évènement bien particulier dans l’histoire de notre pays. Elle ne dura que 73 jours (18 mars au 29 mai 1871) et pourtant ses conséquences furent considérables avec la fin du Second Empire, l’avènement de la démocratie française et les débuts difficiles des institutions de la IIIe République. La Commune de Paris ce fut une épreuve

douloureuse pour la France où l’on se battait entre Français et Versaillais à Paris sous le regard des Allemands qui voyaient les vaincus s’entre-déchirer. Ce fut un calvaire affreux pour Paris assiégé, affamé. Mais la Commune de Paris incarne aussi cette flambée d’idéalisme, les espérances et l’espoir du monde ouvrier avec la tentative d’organisation d’un gouvernement du peuple, en inventant une nouvelle forme de démocratie qui rejetait la politique professionnelle. La Commune,

véritable mythe, eut un grand retentissement dans le monde parmi le mouvement ouvrier international.

Prisonniers francais au siège de Metz.

La guerre Franco-allemande et la défaite des armées impériales Le chancelier BISMARCK était désireux d’achever l’unité allemande, une éventuelle guerre contre la France lui permettrait de réaliser ce projet. Du côté français, le parti de la guerre pensait qu’une victoire sur l’Allemagne consoliderait l’Empire. Ces calculs de part et d’autre vont déboucher sur la guerre franco-allemande (juillet 1870-janvier 1871). Si l’Allemagne était prête, la France ne l’était pas. En 1 mois, les armées impériales furent bousculées, battues. Cette défaite va précipiter la chute de l’Empire.

NAPOLEON III capitule pour éviter un massacre et la reddition de Sedan (2 septembre 71) livre aux Allemands, l’Empereur et 100 000 hommes. Paris est en effervescence, les Républicains demandent la déchéance de l’Empereur. Le Corps législatif veut diriger la défense, il siège dans la nuit du 3 au 4 septembre mais ne décide rien de concret. Le dimanche 4 septembre, au début de la séance, le Palais Bourbon est envahi par la foule, avec une certaine complicité de la troupe, l’hémicycle est occupé. L’après-midi, à

Édité par le Réveil des combattants - 2 place du Méridien - 94807 Villejuif - Tél. 01 42 11 11 11

l’Hôtel de Ville, Léon GAMBETTA annonce la déchéance de l’Empereur puis proclame la naissance de la IIIe République. Un gouvernement de défense nationale se met en place, il est composé de 12 membres. Ce gouvernement provisoire va se heurter à de nombreuses difficultés. Assiégé depuis septembre, bombardé depuis le début janvier, Paris est sous la double menace de la famine et de la Révolution, les conditions de vie de la population sont effroyables. Fallait-il


LE RÉVEIL DOSSIER redresser la situation militaire. Les soldats sont mal équipés, mal commandés (la trahison de BAZAINE hostile au gouvernement de défense nationale).

Le 18 janvier 1871, l'empire allemand est proclamé à Versailles à la galerie des glaces par le chancelier prussien Otto von Bismark. (Appellé aussi 2e Reich).

continuer la guerre ou bien engager des pourparlers de paix avec l’ennemi ? Nommé ministre de la guerre, le républicain Léon GAMBETTA quitte Paris en ballon pour s’installer à Tours, d’où il lève de nouvelles armées (60 000 hommes). Il fut l’âme de la résistance en province mais il ne parvient pas à

La ville de Metz est mal défendue, les Allemands exigent la reddition pure et simple de la ville, ce fut l’échec de la tentative faite par GAMBETTA pour débloquer Paris, épuisé par 4 mois de siège capitule ; en janvier 1871, le gouvernement doit demander l’armistice. Mais le chancelier BISMARCK n’accepte de négocier la paix qu’avec un gouvernement issu d’une Assemblée élue. Les élections à l’Assemblée nationale du 8 février 71 voient la victoire des Monarchistes face à une minorité de Républicains, dont L. GAMBETTA partisan de la guerre à outrance. Réunie à Bordeaux, l’Assemblée nationale nomme A. THIERS chef du pouvoir exécutif de la République française, elle se prononce pour la paix immédiate. La rencontre A. THIERS,

J. FAVRE avec le chancelier allemand à Versailles aboutit le 26 février 71 à la signature des préliminaires de paix. La France perd le nord de la Lorraine avec Metz et toute l’Alsace ; sauf Belfort. Elle doit verser 5 milliards de francs avec une occupation allemande d’une partie du territoire jusqu’au paiement complet de la somme. Les préliminaires de paix furent transformés en paix définitive par le traité de Francfort (10 mai 71). Pendant ce temps, A. THIERS, très habile, s’engage à ne pas prendre position sur le régime du pays. A peine installé au pouvoir, THIERS doit mener les préliminaires de paix avec l’Allemagne. Deux tâches s’imposaient au gouvernement et à l’Assemblée : réorganiser le pays et libérer le territoire, mais au même moment, une terrible guerre civile éclate, la Commune, elle fit passer pendant 3 mois (mars-mai 71) tous les autres problèmes au second plan.

Les origines de la Commune Cette crise d’une extrême gravité eut plusieurs origines. Paris encerclé, affamé, dans la capitale l’existence de groupes révolutionnaires très actifs, les maladresses voire les provocations de l’Assemblée à l’égard des Parisiens, enfin l’entrée des troupes prussiennes dans Paris ce qui alimente un sentiment de trahison ajouté à l’humiliation de la défaite. La population de Paris, surtout celle des quartiers ouvriers du centre et de l’est se trouve dans un état profond de délabrement moral et physique dû à la pénurie de vivres. La misère des plus pauvres favorise l’exaspération populaire qui se manifeste par des émeutes de la faim. En novembre 1870, Louise MICHEL est arrêtée à la tête d’une manifestation de femmes réclamant « du pain ou la mort ». Comme le travail n’avait pas repris, la plupart des ouvriers et des petits commerçants n’avaient pour vivre que leur solde de 14 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

gardes nationaux c’est-à-dire 1,5 Fr par jour. A la suite des grands travaux d’HAUSSMANN, les classes populaires vont s’installer à la périphérie de la capitale, le Paris de l’Est, s’oppose au Paris bourgeois à l’Ouest. Ouvriers mais aussi classes moyennes (artisans, petits commerçants connaissent de grandes difficultés face à l’essor du capitalisme). Durant les dernières années de l’Empire, dans Paris existaient un certain nombre de groupes révolutionnaires les Jacobins, les Blanquistes, les Socialistes internationalistes, ils prônaient de profondes réformes sociales. L’influence de ces groupes s’était renforcée durant le siège et après l’armistice. Une Fédération républicaine de la Garde nationale s’était constituée pour veiller aux intérêts des gardes nationaux (les révolutionnaires étaient les plus nombreux dans son Comité cen-

Le peuple désigne ses élus parmi les siens.

tral). Le mouvement ouvrier « saigné à blanc » en juin 1848 va connaître une embellie dans les luttes sociales favorisées par une opposition politique à l’Empire. Les membres de la majorité royaliste de l’Assemblée, la plupart des notables ruraux se méfient de la capitale


DOSSIER LE RÉVEIL « symbole des révolutions ». Ils multiplient les maladresses, les brimades, les provocations à l’égard des Parisiens. Ils votèrent d’abord la suppression de la solde du garde national puis ils décrètent que la solde sera versée à ceux qui fournissent un certificat d’indigence. Puis le 10 mars, ils décident que le paiement des dettes, des loyers, suspendu durant le siège reprendra : porte ouverte à de nombreuses faillites. Ce même 10 mars, ultime provocation, l’Assemblée décide d’établir son siège à Versailles, « ville des Rois ». Les Parisiens interprètent ce geste comme une insulte. Toutes ces mesures im-

populaires vont expliquer pourquoi une partie de la bourgeoisie ulcérée contre Versailles, sans rallier toutefois la Commune, ne fera rien pour s’y opposer. En vertu de la Convention d’armistice, la garde nationale avait conservé ses armes, elle disposait également de 210 canons qu’elle avait transportés à Montmartre et Belleville car les Allemands devaient être cantonnés aux Champs-Elysées. Les Parisiens n’avaient aucune confiance en la personne de THIERS qui manifestait un mépris total de la « vile multitude ». Il incarnait la trahison, la capitulation,

Femme dirigeant une mitrailleuse.

la monarchie et un certain conservatisme social. Entre THIERS et Paris aucun accord n’était à prévoir. Dans ce contexte agité, le moindre incident peut générer le pire. Cela va se produire avec l’affaire des canons qui va mettre le feu aux poudres.

Le 18 mars l’affaire des canons : l’affrontement A 2 reprises, le gouvernement va tenter de récupérer les canons gardés par les Fédérés, le 8 mars à la Butte Montmartre et au Luxembourg et le 16 mars à la place des Vosges, ces tentatives échouent grâce à l’attitude ferme des gardiens. Mais l’étincelle qui va tout enflammer est créée deux jours plus tard, le 18 mars lorsque l’opération de récupération des canons est lancée à grande échelle vers Montmartre et Belleville. Le 18 mars au matin, un régiment investit Montmartre pour tenter de récupérer les canons entreposés, faute d’attelage d’artillerie suffisant, ils ne peuvent être enlevés. Cette manœuvre avortée va déclencher le drame, une foule hostile entoure les soldats, les invitant à fraterniser avec le peuple. Les soldats encouragés par des femmes n’obéissent pas aux sommations du général LECONTE de faire feu pour se dégager de la foule, après quelques hésitations, la troupe mis la crosse en l’air arrêtant leurs officiers et le général LECONTE, ce dernier est emprisonné. Il reçoit du renfort du général THOMAS mais la foule excitée déborde les gardiens et les deux géné

raux sont fusillés. L’insurrection alors se propage dans tout le centre et l’est de Paris : THIERS est tenu au courant de la situation, contre l’avis de ses ministres, il décide de quitter la ville pour Versailles, conscient qu’il ne possède pas de forces suffisantes pour résister. Son plan, c’est laisser le champ libre aux insurgés, pour revenir leur faire une guerre en règle. Les membres du gouvernement, les chefs de l’armée, les hauts fonctionnaires abandonnent la ville à l’émeute. Désormais deux forces politiques s’affrontent ; le gouvernement légal à Versailles et le Comité central de la Garde nationale. Ce dernier, le 26 mars fit procéder à l’élection d’un conseil communal qui comprend une majorité de révolutionnaires, ce conseil prit le nom de Commune de Paris. Le 28 mars, la Commune de Paris est installée par le Comité central à l’Hôtel de Ville dans la liesse populaire. La majorité des membres de la Commune était partisane d’une révolution politique et sociale avec un programme social assez vague, d’autres pensaient à des réformes profondes ou à une révo-

lution. En fait la Commune n’a pas eu le temps de procéder à une transformation du régime politique et social. Elle se trouve dès le début engagée dans une lutte sans merci contre Versailles et dut consacrer tous ses efforts au combat. L’affrontement devient inévitable entre Paris défenseur de la République et les Versaillais aux sentiments antidémocratiques et antipopulaires. Pendant ce temps, les Allemands assistent goguenards à cette incroyable guerre civile. Il serait fastidieux de relater en détail tous les événements écoulés depuis la proclamation de la Commune (28 mars 71) jusqu’à l’épisode de la dernière résistance des Communards au Père Lachaise (28 mai 71) qui marque la fin de la Commune.

Canons de Paris transportés à Montmartre. LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 15


LE RÉVEIL DOSSIER

Une lutte acharnée, la semaine sanglante, la fin de la Commune Malgré une résistance courageuse, dans les rangs des Fédérés une certaine désaffection chaque jour se fait sentir, face aux bombardements incessants des Versaillais (comme à la porte Maillot). Les Fédérés dressent des barricades, le 9 mai, le fort d’Issy tombe aux mains des Versaillais des prisonniers fédérés sont fusillés, ce qui attise le ressentiment de la population parisienne contre ces crimes. Le 10 mai c’est le traité de Francfort, THIERS avec l’appui des Prussiens a maintenant les coudées franches pour mater l’insurrection à Paris : Les différents clans dans la Commune se déchirent, on constate un manque total d’organisation, les troupes sont démoralisées, le 17 mai l’explosion de la poudrière de l’avenue Rapp est un coup dur (œuvre d’espions versaillais, malveillance ou absence de surveillance). La fin de la Commune

est proche. Le 21 mai, un habitant du 16e, Jules DUCATEL a remarqué que près de la porte de Saint-Cloud cet endroit n’est pas défendu par des troupes communales, il en avertit les unités de l’armée, situées à 400 mètres. Un officier décide alors de faire pénétrer ses troupes dans Paris, l’armée versaillaise progresse vers les quartiers centraux. Ce 21 mai marque la 1re journée de la semaine sanglante (21-28 mars). Le combat est inégal, 40 000 gardes nationaux face à 100  000 hommes bien entraînés, bien encadrés (à la demande de THIERS, BISMARCK avait accéléré le rapatriement des prisonniers). Durant cette semaine, l’horreur de la guerre civile va atteindre son paroxysme, l’armée refoule peu à peu les forces de la Commune vers l’Est. La lutte fut menée de part et d’autre d’une façon atroce, les Fédérés fusillèrent les otages saisis par eux, les

Attaque, mai 1871, des troupes versaillaises contre les communards à l'hôtel de ville.

Versaillais multiplièrent les exécutions sommaires. L’atmosphère était rendue plus dramatique encore par les incendies que les Fédérés allumèrent un peu partout (Tuileries, Palais Royal, Conseil d’Etat). Les derniers combats se déroulent à Belleville, dans les rues avoisinantes et au cimetière du Père Lachaise. Après une héroïque résistance, les Fédérés sont regroupés, alignés et fusillés devant le mur du cimetière. Le 28 mai, la dernière barricade tombe rue Ramponneau, le lendemain la reddition du fort de Vincennes marque la fin du carnage.

Une terrible répression

La semaine sanglante.

La répression va être impitoyable, la Commune est vaincue. Il ne reste plus à ses défenseurs encore en vie d’essayer de fuir. Mais en passant dans la zone contrôlée par les Prussiens, ils sont souvent reconnus, arrêtés et remis aux Versaillais. Les chefs de la Commune en fuite se réfugient où ils peuvent : Angleterre, Belgique, Suisse. Le total des fusillés est impressionnant, certains fauchés à la mitrailleuse, 16 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

le chiffre de plus de 17 000 fusillés est probable. A Versailles, les Communards arrêtés sont jugés, on procéda à plus de 40 000 arrestations, on prononça près de 14  000 condamnations (93 peines capitales dont 23 exécutées). La répression s’opère en deux temps, d’abord les cours martiales où des officiers aidés par des commissaires de police procèdent à des interrogatoires sommaires, on ne sait pas où entasser ces prisonniers car les lieux de concentration de Paris sont insuffisants, des pontons sont installés pour les parquer. Dans un 2e temps les poursuites se déroulent dans un climat de dénonciation, de délation, longues colonnes de prisonniers qui défilent sous les insultes, malmenés, soumis à de mauvais

traitements qui causèrent de nombreux décès. Pour les condamnés, c’est la prison, les travaux forcés ou la déportation en Nouvelle Calédonie (près de 4 000). Pendant la traversée maritime, déportés enfermés dans des cages en fer, tels des animaux sauvages. Beaucoup moururent durant leur incarcération (faim, maladies, sévices). Cette terrible répression va décapiter pour longtemps le mouvement ouvrier. Pour MAC-MAHON et THIERS, les fossoyeurs de la Commune, le socialisme était enterré avec les derniers fédérés du Père Lachaise et à la grande joie « des gens de bien ». Pour THIERS « le canon versaillais a résolu à tout jamais la question sociale ».


DOSSIER LE RÉVEIL

L’œuvre et l’esprit de la Commune Compte-tenu de sa courte durée, malgré de nombreuses difficultés de tous ordres (pénurie alimentaire, famine, divergences idéologiques qui empêchent un plan d’ensemble et surtout dès le début, lutte ouverte contre les Versaillais), l’œuvre de la Commune n’est pas négligeable même si elle n’a pas réussi à transformer la société.

L’enseignement et la religion La séparation de l’Eglise et de l’Etat est le programme de base de la Commune avec pour corollaire la suppression du budget des cultes. Il était aussi prévu que les biens dits de main-morte appartenant aux congrégations religieuses seraient déclarés propriété nationale, ce décret ne connut qu’une application éphémère. L’enseignement fut l’œuvre de E. VAILLANT docteur en médecine, et là aussi il n’y eut guère de temps pour des réformes profondes, il fallait conserver ce qui existait de l’instruction publique. Puisque les écoles religieuses étaient fermées, il fallait appliquer les principes de laïcité : une école obligatoire, laïque et gratuite. Une initiative originale fut le développement de l’enseignement professionnel (même pour les jeunes filles) mais là

aussi le manque de temps et d’argent se faisait sentir. Au plan culturel, VAILLANT va encourager la création d’une fédération des artistes présidée par le célèbre peintre G. COURBET.

L’œuvre administrative et sociale Les services publics et administratifs, après la désertion de la majeure partie du personnel ont dû être réorganisés comme l’administration des Postes. Les services municipaux malgré l’absence des hauts fonctionnaires sont rétablis et maintenus en service. Pour les domaines et l’imprimerie après une remise en ordre, les activités habituelles ont repris. La commission du Travail, organe officiel de la politique sociale, a pour mission de se pencher sur « les moyens d’égaliser le travail et le salaire ». Certains décrets importants sont pris comme l’abolition du travail de nuit dans les boulangeries. Un autre décret concerne l’exploitation des ateliers abandonnés par les patrons, il est proposé de remettre ces ateliers aux travailleurs avec une gestion sous forme de sociétés coopératives. Autre décret qui demandait aux fournisseurs de l’Etat d’indiquer dans leur cahier des charges, les salaires donnés aux ouvriers. En ce qui concerne les loyers, le décret du 30 mars décide de la remise des loyers pour la période d’octobre 70 à avril 71. D’autre part on réquisitionne les logements vacants pour loger les gardes nationaux et ceux qui ont subi un bombardement. Un gros effort de solidarité est entrepris à l’égard des familles des citoyens morts au combat : 600 francs, pension annuelle pour les veuves des gardes nationaux tués et 365 francs aux enfants jusqu’à l’âge de 18 ans. Les orphelins étaient accueillis à l’Orphelinat de la

Garde nationale, de nombreux centres d’accueil furent créés. Dans le 20e arrondissement, la municipalité assurait les repas des élèves et les habillait.

La justice Le délégué à la justice PROTOT connut bien des complications avec la défection de toute la magistrature : notaires, juges de paix, greffiers avaient cessé toute activité. Il fallait les remplacer. Un tribunal de commerce fut rétabli. Il fut proposé d’instituer le mariage libre par consentement mutuel, que les enfants légitimés soient reconnus de droit. Par ailleurs, les officiers publics devaient dresser gratuitement tous les actes de leur compétence (donations, contrats de mariage, testaments, adoptions, etc).

Les finances Sur ce plan, il faut remarquer une certaine frilosité face à la finance. JOURDE est le délégué aux finances. La Commune fut quelque peu déférente avec la Banque de France. JOURDE mu par un complexe de probité, a géré les finances comme un bon comptable pour éviter toute gabegie. Si la Commune n’a pas pris certaines décisions à caractère social, c’est à

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 17


LE RÉVEIL DOSSIER

Le rôle des femmes

cause des dépenses qu’elles auraient occasionnées. Comme il a été mentionné auparavant, la guerre civile, le temps qui coule trop vite n’ont pas permis à la Commune de réaliser son programme de réformes profondes au niveau social, riche de ses intentions mais assez pauvre dans la réalisation. Pourtant avec peu de moyens et d’hommes compétents, la Commune a esquissé une tentative de gouvernement du peuple, par le peuple. Gustave Courbet président de la Fédération des artistes de Paris.

Que vive à jamais l’esprit de la Commune ! Malgré les bombardements et de multiples difficultés, Paris vit. Pendant cette courte période (72 jours) Paris a connu un printemps qu’elle n’avait jamais connu. Car la Commune, c’est le temps des cerises, la fête populaire, le peuple en marche dans les rues, les boulevards illuminés, les cafés bruyants, des discussions à longueur de nuit dans les nombreux clubs, la lecture des journaux, une atmosphère de kermesse

18 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

et de délivrance, un Paris responsable, calme, paisible et cela malgré l’ennemi aux portes et les bombes versaillaises au-dessus de sa tête. Les clubs et organisations populaires avaient pour mission d’éduquer le peuple qui pouvait donner son avis. La victoire de la Commune a favorisé l’éclosion de la presse révolutionnaire qui soutient la cause communaliste, quelques titres : « le cri du peuple » (J. VALLES)  ; «  la révolution sociale » (de MAROTEAU) ; « le Père Duchesne » (VERSMERSCH) ; « la Sociale » (Mme A. LEO), etc. En littérature  : certains écrivains et poètes ravis de manifester leur espoir ou leur sympathie ont été inspirés par la Commune : J.-B. CLEMENT, G. POTTIER, L. MICHEL, A. RIMBAUD, C. KELLER, BRISSAC, etc. Les théâtres sont très fréquentés (8 ouverts au début avril) plus les théâtres de quartier. On y jouait des vaudevilles, des comédies, on y récitait des poèmes. Des foules joyeuses viennent assister à des concerts populaires dans la salle du Trône aux Tuileries (le bénéfice de ces représentations allait aux veuves et aux orphelins).

Durant ces quelques mois, les femmes sont présentes dans de nombreux secteurs. Dans les clubs, elles prennent la parole et assistent aux réunions publiques. Elles s’impliquent dans l’éducation nouvelle en vue de la préparation d’un projet de réforme de l’enseignement technique féminin. Une commission entièrement féminine se penche sur la surveillance des écoles de filles. Une autre préoccupation, la question du travail féminin où les femmes sont largement exploitées, un projet de création d’une chambre syndicale féminine est contrarié par l’invasion versaillaise. Mais les femmes ont participé activement à la lutte contre les Versaillais : cantinières, ambulancières, infirmières sur les barricades et prennent part aux combats avec courage et détermination. Sur une barricade, place Blanche, une centaine de femmes font le coup de feu pendant 4 heures, puis épuisées elles se replient derrière une autre barricade place Pigalle puis au boulevard Magenta, toutes ces femmes ont péri ce jour-là. Parmi toutes ces femmes, le nom de L. MICHEL est emblématique. Elle participe au combat dans le cimetière de Montmartre. Ces femmes furent calomniées, représentées comme des furies avides de sang. La légende des « pétroleuses »


DOSSIER LE RÉVEIL

La Commune en province A la fin de mars 71, des mouvements révolutionnaires éclatent dans plusieurs villes de province notamment à Lyon, Saint-Etienne, le Creusot, Toulouse, Limoges. Mais ces troubles ont été réprimés assez rapidement car la Commune de Paris isolée à peu aider ces insurrections. Par ailleurs, la province dans son ensemble n’était pas très favorable à la Commune et dans certaines régions (l’Ouest de la France) hostile à la République. L’occupation allemande d’une grande partie du pays ne facilitait pas l’extension du mouvement. Il y eut une dernière tentative désespérée de propagande des dirigeants de la Commune pour amener la province à se révolter (proclamation du 15 mai). Ces affiches n’eurent aucun effet. Le 15 mai, la partie était bien perdue pour la Commune.

Deux figures marquantes, acteurs de la Commune… Sans oublier tous les autres Louise MICHEL Parmi toutes les femmes qui participèrent activement à la Commune, il y en a une qui l’a si bien incarnée, c’est Louise MICHEL. Institutrice en Haute-Marne, en 1856 elle s’installe à Paris où elle fréquente les milieux socialisants. Femme d’une grande curiosité intellectuelle, elle écrit des poèmes révolutionnaires. Durant l’épisode de la Commune, comme de nombreuses femmes, elle fait preuve d’un grand courage sur les barricades, en particulier lors de la semaine sanglante ; son autorité au Comité de Vigilance de Montmartre faisait l’unanimité. « L’éternelle rebelle » s’est aussi investie sans réserve dans le combat féministe (la société démocratique de moralisation), la lutte pour l’émancipation des femmes a été un grand combat au sein du mouvement communaliste à une époque où la misogynie était de mise. Lors de son procès, avec détermination, elle tient tête aux juges ce qui lui valut l’hommage de V. HUGO « Plus grande qu’un homme ». Déportée comme beaucoup en Nouvelle Calédonie, elle enseigne le français aux Canaques tout en se familiarisant avec leur langue. Après ces années de bagne et après l’armistice de 1880, à son retour d’exil, elle n’a rien perdu de sa combativité et de son engagement, elle va mener une activité de conférencière et d’écrivain : « La Commune, histoire et souvenirs ». Elle va décéder en 1905. Au début des années 2000, il a été publié enfin la correspondance inédite de la révolutionnaire. « Je vous écris de ma nuit : correspondance générale 1850-1904 ». Voilà l’itinéraire de celle qu’on avait surnommé « la vierge rouge ».

Louis ROSSEL 26 mars 1871 - Commune du Creusot.

Singulier destin de cet officier brillant, polytechnicien. Pendant la guerre de

© Belin Education/Humensis,2019 Histoire, Pr… © Leemage/coll

fleurit alors. Elles sont accusées de raviver les incendies des seaux de pétrole à la main. Les enfants également se joignent aux combattants sur les barricades. De nombreux témoignages mentionnent leur courage, à la fin de l’insurrection 650 enfants sont arrêtés dont 237 ont moins de 16 ans. 87 seront jugés et des enfants seront exécutés lors de la semaine sanglante.

1870, capitaine du génie, il déplore la façon dont aurait été conduit le siège de Metz par le maréchal BAZAINE. ROSSEL fomente un complot et propose à d’autres officiers d’arrêter BAZAINE et le remplacer par un général pour tenter de vaincre l’ennemi avec ce nouveau chef. ROSSEL arrêté est mis aux arrêts. Au moment de la capitulation, un jeune officier le laisse échapper, ROSSEL rejoint Tours pour se mettre au service de GAMBETTA. Il est nommé chef du génie à Nevers. Mais lorsque la paix est conclue avec l’Allemagne et qu’éclatent à Paris les événements du 18 mars, ROSSEL va choisir son camp, dès le 19 mars il rejoint Paris pour se mettre au service de la Commune. Ardent patriote, le 5 avril il est nommé chef d’état-major général pour lutter contre le désordre et l’indiscipline, il crée une cour martiale qui peut prononcer des condamnations à mort, ROSSEL ne prend pas la mesure des différents courants disparates qui dirigent la Commune. Grand stratège, et organisateur, il accepte les fonctions de délégué à la guerre le 30 avril en remplacement de CLUSERET arrêté. ROSSEL fut un délégué éphémère puisqu’il occupa ce poste du 1er mai au 9 mai. Dès sa prise de position, ROSSEL se heurte à de grandes difficultés, le fort d’ISSY est menacé par les troupes versaillaises, ROSSEL préconise d’organiser 12 000 hommes pour débloquer le fort, seulement la moitié se rassemble, le LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 19


LE RÉVEIL DOSSIER fort d’Issy sera abandonné. Ecœuré par cette indiscipline, cette carence de cohésion, l’absence d’une autorité centrale, ROUSSEL démissionne, demande une cellule dans un premier temps puis prend la fuite avec son ami GIRARDIN. Arrêté quelques jours plus tard il sera fusillé le 28 novembre 71 au camp de Satory à Versailles.

su profiter au bon moment, des moyens favorables qu’elle possédait pour mener des actions efficaces.

CONCLUSION

L’Assemblée communaliste était tiraillée par divers courants de pensée et le gouvernement s’est montré quelque peu hésitant et prudent. Certes le temps manquait ! Ce drame se termine par une grande bataille de rues qui se déroule dans la plus grande confusion.

Quel bilan, quelles réflexions nous suggèrent ces 72 jours d’existence de la Commune de Paris ? La Commune a péché par un manque d’organisation, une certaine improvisation, on ne discerne aucun plan directeur, aucune stratégie d’ensemble. La Commune n’a pas

Mais la Commune a incarné la volonté du peuple de Paris qui désirait farouchement la République, continuer la guerre contre la Prusse face à la capitulation de THIERS et instaurer l’autonomie municipale. Ce fut la première amorce d’un gouvernement prolétarien.

DOCUMENTS ANNEXES Chants de la Commune – La Communarde (JB CLEMENT) – La semaine sanglante (JB CLEMENT – P DUPONT) – Le temps des cerises (JB CLEMENT – A RENARD) – Elle n’est pas morte (E POTTIER – V PARIZOT) – Le tombeau des fusillés (J JOUY – F DORIA) – Le drapeau rouge (P BROUSSE) – Quand viendra-t-elle ? (E POTTIER) – L’insurgé (E POTTIER) – Le chant des transportés (J ALLEMANE) – L’Internationale (E POTTIER – P DEGEYTER) Sans oublier : La Commune chantée par Jean FERRAT en 1971 pour le 100e anniversaire. « LA COMMUNE » (G. COULONGES – J. FERRAT)

20 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

Motivés par cet idéal égalitaire et démocratique, les Fédérés n’ont pas hésité à se sacrifier sur les barricades. La répression aura porté un coup très dur au mouvement ouvrier français, mais la Commune aura eu un retentissement universel immense, elle aura exalté le mouvement socialiste international. Le monde du travail adoptera ce chant, symbole de l’émancipation des classes laborieuses, chant composé par Eugène POTTIER en 1871 communard traqué : « l’Internationale ».

Le temps des cerises : L’auteur JB CLEMENT, poète et chansonnier, militant socialiste, membre de la Commune. Fondateur du syndicalisme ardennais. Exilé à Londres (1871-1880). Il dédie cette chanson à une jeune ambulancière fédérée dont le courage le 28 mai 71 l’avait particulièrement frappé. Très dévouée à soigner les blessés sur la barricade de la rue Saint Maur, elle refuse de quitter la barricade. A-t-elle été fusillée avec tant d’autres par les Versaillais ? Cette chanson très populaire est chantée devant le mur des Fédérés au Père Lachaise.

Pierre PRUNETA Professeur certifié d’Histoire-Géographie à la retraite

Clément Jean Baptiste.

Le chant des transportés : L’auteur J. ALLEMANE ouvrier typographe, un des fondateurs du socialisme français, membre de la Commune, condamné aux travaux forcés à perpétuité, déporté en Nouvelle Calédonie, condamné à 5 ans de double chaine pour tentative d’évasion en 1876, amnistié par la loi d’amnistie de 1880. Ce texte est un témoignage douloureux qui exalte l’amour de la patrie, la déportation qui interdit aux prisonniers de revoir leur famille, mais la dernière strophe se termine par une note d’espoir. L’Internationale : E. POTTIER, poète et chansonnier, militant syndicaliste, un des fondateurs de la Ie Internationale, membre de la Commune, exilé pour échapper à la répression (1871-1880). E. POTTIER écrit le poème en juin 71 alors qu’il tentait d’échapper aux Versaillais. Le texte reste inconnu jusqu’à sa mort en 1887. C’est en 88 que G. PELORY, futur maire de Lille demande à P DEGEYTER un ouvrier membre de la Ligue des Travailleurs de mettre en musique ces vers. Cet hymne est interprété pour la 1ère fois à l’occasion de la fête organisée par la Chambre des marchands de journaux. En juillet 96, il est joué à Lille lors du 14e Congrès du Parti ouvrier français de J. GUESDE. C’est au début du 20e siècle que l’Internationale deviendra l’hymne du mouvement socialiste français et de tous les révolutionnaires du monde entier.


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

2021 : le Moyen-Orient, une situation très préoccupante Alors que la nouvelle administration américaine se met en place, les dynamiques en cours au Moyen-Orient ne semblent pas se modifier. Il est vrai que la situation géopolitique de cette région du monde continue à être marquée par les antagonismes entre l’Iran et l’Arabie saoudite, chacun des deux pays ne cachant pas sa volonté d’être leader régional. Deux pays, deux options. L’un est perse, l’autre arabe. L’un est chiite, l’autre sunnite. L’un est considéré comme un Etat voyou par les Etats-Unis, l’autre est adoubé par Washington. L’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche devrait amener quelques changements mais il n’est pas certain que la problématique change. On prête au nouveau président l’intention de réintégrer l’accord sur le nucléaire iranien (que Trump avait quitté en 2018) mais à certains conditions. On parle notamment d’une renégociation pour y inclure les missiles balistiques et la politique de l’Iran dans la région. Ce qui rejoint les demandes de l’Union européenne (et particulièrement celles de la France) avec un double objectif : préserver les intérêts saoudiens et empêcher l’installation de milices pro-iraniennes en Syrie pour protéger Israël notamment. Pour Téhéran, l’enjeu est de taille. La réintégration des Etats-Unis dans l’accord signifierait la levée des sanctions économiques qui touchent très durement le pays. Mais, dans le même temps, la république islamique a besoin de maintenir ce corridor via la Syrie, qui lui assure une ouverture sur la Méditerranée. Dans un contexte d’endiguement, voire de guerre quasiment déclarée de la part des Etats-Unis de Trump et d’Israël de Netanyahou, l’Iran a besoin d’alliés régionaux, qu’il trouve dans le pouvoir syrien actuel (d’où la nécessité de le défendre)

et dans le Hezbollah libanais qui avait mis en déroute l’armée israélienne en 2006. Les discussions qui pourraient s’ouvrir dans les prochains mois détermineront pour une part l’avenir de la région. Alors que tout est fait pour évacuer la revendication des Palestiniens de création d’un Etat, l’avenir du MoyenOrient dépend aussi de ce qui se passe en Syrie. L’embryon de révolution qui avait vu le jour au printemps 2011 a été tué dans l’œuf, tant par le pouvoir syrien que par le jeu des puissances régionales et internationales qui, via des groupes armés islamistes, ont tenté de changer le régime en place. L’échec est patent mais a ouvert un espace pour les tueurs djihadistes de l’organisation dite de l’Etat islamique (Daech), en Syrie comme en Irak. Ces cellules terroristes ne sont pas totalement éradiquées mais maintiennent la flamme du confessionnalisme, utilisés par les pouvoirs en place. Alors même que la jeunesse d’Irak, comme celle du Liban, demande la fin de ce confessionnalisme anti-thèse de la démocratie, de l’émancipation nationale et qui permet toutes les ingérences extérieures. Rarement pour le bonheur des populations.

pions. Alors qu’il avait favorisé l’arrivée de djihadistes du monde entier en Syrie, Erdogan a changé (en partie) son fusil d’épaule pour s’entendre avec Moscou, n’hésitant pas à acquérir des missiles russes S-400, au grand dam de Washington. Pour la Turquie, qui a envahi une partie du territoire syrien avec l’aide de supplétifs dont d’anciens membres de Daech, c’est l’occasion pour en finir avec les revendications kurdes. La répression est terrible en Turquie, les combats se poursuivent contre les Unités combattantes kurdes syriennes (YPG) et le quartier général du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans les montagnes du nord de l’Irak est maintenant attaqué. Plus que jamais la guerre résonne dans un Moyen-Orient qui, depuis plus d’un siècle maintenant cherche en vain la paix, victime de la richesse de son sous-sol en pétrole et en gaz et de sa situation géographique, hier sur la route de la soie, aujourd’hui voisin de la Chine, ennemie déclarée des EtatsUnis. Pierre Barbancey

C’est dans ce contexte que la Turquie joue sa propre carte et tente de se positionner, non pas comme le leader régional, mais comme le représentant des sunnites en s’appuyant notamment sur les Frères musulmans, la confrérie disposant de branches dans les différents pays. Ce qui place Ankara en conflit avec l’Arabie saoudite (anti Frères musulmans et pro-salafistes) mais lui permet d’entretenir les meilleures relations avec l’Iran. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan joue également de l’appartenance de son pays à l’Otan et de bases aériennes de l’Organisation atlantiste sur son sol, pour avancer ses

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 21


LE RÉVEIL MÉMOIRE

En ce début d’année, l’ARAC tient à rendre hommage à ces femmes et ces hommes, morts pour la France dans le cadre des opérations extérieures de notre pays. 12 novembre 2020 : Colonel Sébastien Botta dans le Sinaï Egypte 28 décembre 2020, Mali du 1er régiment de Chasseurs à Thierville-sur-Meuse Maréchal des logis Tanerii Mauri – Brigadier Dorian Issakhanian – Brigadier Quentin Pouchet 2 janvier 2021, Mali du 2e régiment de hussards à Haguenau Brigadier-chef Loïc Risser – Sergent-chef Yvonne Huynh

Obsèques de Francis Hellio décédé le 21 novembre 2020 à l'âge de 100 ans. "Samedi 18 janvier 2020, nous fêtions les 100 ans de Francis salle du conseil municipal, avec la remise de la médaille d'or de l'office républicaine des mérites civiques par le président nationale de l'ARAC Raphaël Vahé. Aujourd'hui, notre ami Francis nous a quitté c'est un vide pour nous, Francis était une présence, une personnalité sur lesquelles on pouvait compter, on pouvait s'appuyer. Homme de cœur, de réconfort, d'espoir, combattant des causes justes, son passé témoignait de ses engagements. Un sacré personnage notre Francis, père tranquille à un mo-

ment et révolté à un autre, il ne supportait pas l'injustice. Un homme simple tu n'as jamais cherché à tirer profit de tout ce qu'il accomplissait pour les autres. Francis tu es parti, mais tu resteras toujours présent au cœur de tous. Merci au nom de l'ARAC, à tous ceux qui manifestent leur affection, leur sympathie dans la douleur qui a touché sa famille et tous ses amis que nous sommes." Cet extrait du discours prononcé en présence de sa famille, de Monsieur Stéphane Blanchet maire de Sevran, de Madame Clémentine Autain députée,

C' E ST LA 12 E VOITURE GAGNÉE AVEC LE TIRAGE DE LA TOMBOLA DE NOËL DU RÉVEIL Après les départements de l’Essonne, du Nord, des Bouches du Rhône, de la Haute-Garonne, de la Gironde, de la SeineSt-Denis, du Lot, et du Puy de Dôme à deux reprises, du Finistère, du Val de Marne. C’est un ami de la Haute-Vienne qui a gagné la voiture. Félicitations à Roger Brunet. Merci encore à vous tous, qui par votre engagement et cette tombola, permettent à notre journal de continuer à vivre et à jouer son rôle pour la paix, l’antifascisme, la défense des droits et des valeurs républicaines.

22 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

de Monsieur François Asensi maire de Tremblay-en-France, de Raphaël Vahé président national de l'ARAC, et de tous les présidents des Associations d'anciens combattants de la ville de Sevran. Claude Niles Président de l'ARAC de Sevran

SOUSCRIPTION La volonté de préserver l’ARAC, son journal, s’est exprimée tout au long de l’année 2020 au travers de la souscription. Merci aux comités, sections, adhérents, amis, lecteurs du journal pour nous aider à poursuivre nos actions, et à permettre au Réveil créé par P. Vaillant-Couturier en janvier 1931 de poursuivre son rôle d’explications et d’animateur du débat d’idées dans notre pays. Chacun le fait en fonction de ses moyens, mais ce qui est décisif c’est cette volonté commune de travail, d’engagement sur les valeurs mis en place par les créateurs de l’ARAC, la défense des valeurs républicains, la paix, l’amitié, la solidarité, l’antifascisme. Ces idéaux sont notre force et renforcent, dans le contexte actuel la place et le rôle de notre association et de notre journal. La rédaction (02) COMITE DEPARTEMENTAL DE L'AISNE : 100 ; (03) CRETIER ANDRE : 30 ; (06) M.  VASSOUT DANIEL : 40 ; (07) BOITELET GINETTE : 50 ; (44) MOYON LUC : 20 ; (45) GALICIER MARCEL : 50 ; (63) SALESSE MONIQUE : 10 ; (64) BASCOUS JACQUES : 40 ; (69) M. PILLON ROBERT : 500 ; (73) M. ROGER RENE : 20 ; (75) Mme  MIQUEL DELPHINE : 100 ; (75) M.  ERMOGENI GERARD : 200 ; (83) COMITE DEPARTEMENTAL DU VAR : 170 ; (84) GOUTORBE JACQUES : 300 ; (91) COMITE DEPARTEMENTAL DE L’ESSONNE : 500 ; (93) ; COMITE DEPARTEMENTAL DE SEINE ST DENIS : 2 000.


VOS DROITS LE RÉVEIL

André Fillère : un militant de l’ARAC pour la solidarité internationale André a vécu une vie de militant, reconnue, en se consacrant entièrement aux Anciens Combattants et aux Victimes de Guerre par la défense du droit imprescriptible, républicain, à réparation, mais il l’a vécue aussi par une action précieuse, moins connue, de solidarité internationale. C’est tout naturellement, grâce à l’ARAC qu’il s’est ingénié à transmettre en permanence, notre mémoire antifasciste, anti colonialiste, aux jeunes générations qu’il aimait rencontrer, le plus souvent possible. Son message était simple, clair, au-delà de la présentation des faits, vrais, précisés, vérifiés historiquement, la guerre est une horreur, un crime contre les hommes, et que seul un monde préservé, fait de fraternité, de bonheur, de paix pourra survivre. Il a réalisé avec une ardeur remarquable (André était un passionné d’aviation) en coopération avec Chan-

tal Degraeve et des élus de la Municipalité de Tremblay en France, une superbe et inédite exposition de l’ARAC : « L’aventure du Normandie Niémen » (toujours disponible !), ce symbole vivant, du combat commun des peuples de France et d’’Urss contre le nazisme, toujours inscrit dans les cœurs et la raison. Il a aussi œuvré à sa façon, auprès de notre regretté Georges Doussin, le Président de l’ARAC de l’époque, de notre cher Ami, de George Mizo des Vétérans (américains) for Peace, et des dirigeants de l’Association des Anciens Combattants Vietnamiens, pour la fondation Comité français du Village de l’Amitié au Vietnam : « Van Canh », où l’on soigne, encore et encore les victimes de l’écocide par l’agent orange, sur trois générations. Une plaquette retraçant l’histoire de du comité français est en préparation au comité ARAC de l’Essonne.

Raphaël Vahé Extraits

C’est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès de M. André Fillère. Nous avons appris à le connaître à travers ses écrits ; un défenseur ardent et infatigable des droits des anciens combattants mais aussi, et avant tout, un humaniste qui a été, toute sa vie, au service des autres. Nous l’en remercions.

raisonnement. Sa disparition constitue une grande perte pour sa famille, l’ARAC, l’UFAC et tout le monde combattant.

Adjudant (er) Raymond HOUNZA et son épouse Pascale HOUNZA-LARIVE

Pour le monde combattant la disparition d’André laissera un grand vide, il nous manquera énormément par sa personnalité d’homme pacifique ainsi que par sa compétence et ses Guy LE SAUX connaissances.

Son décès nous affecte particulièrement. L’ARAC est en deuil. ARAC CHECY (45430)

Robert CREANGE Vice-Président de l’UFACVG



Président départemental FNACA Essonne

C’est avec consternation que j’ai pris connaissance du décès d’André. Je partage votre émotion et vous exprime mes sincères condoléances. Yves DOURY

L’Association ARAC pleure un vrai ami et camarade aux côtés de tous les adhérent(e)s du comité Eure et Loire. André Jean-Pierre VIDAL est un vrai battant de la paix.





Secrétaire Général de l’UFACVG

Un homme remarquable, dévoué un maximum. Monique RANTY (45)

C’est avec beaucoup de peine que j’ai appris le décès d’André. Nous nous connaissions depuis de longues années et j’ai toujours apprécié sa connaissance des droits des ACVG, son obstination pour défendre leurs intérêts et la rigueur de son

Enfin, il était très honoré d’avoir contribué, pour l’ARAC, au rapprochement de l’Association des Anciens Combattants de Cuba, si longtemps ignorée- auprès de la Fédération Mondiale des Anciens Combattants (FMAC). fut de celles et ceux qui lancèrent l’association ARAC/CUBA / Solidarité. « Vive l’Avenir dans la Fraternité, la Solidarité et la Paix »nous crie André. L’ARAC poursuit ton combat !

Secrétaire Général ARAC 28

Il a profondément œuvré au sein de notre ARAC et de sa MUTUELLE. Il a été et restera l’HONNEUR de notre ASSOCIATION. Jean-Pierre DAVID et Huguette CHABAN 

ARAC Noisy le Grand (93)

Je le connaissais par l’UFAC depuis 30 ans et je l’appréciais Paule SUDRE – Paris (75) beaucoup.

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 23


LE RÉVEIL VOS DROITS

André Fillère que je côtoyais au sein de la commission nationale de la carte du combattant depuis des décennies. J’appréciais particulièrement sa grande humanité, sa gentillesse et sa persévérance à l’égard des autres. Son sourire me manquera Line ANDRES – ONACVG beaucoup.

Je mesure la déchirure que son départ représente pour notre association. Il apportait ses connaissances des problèmes du monde combattant avec une hauteur de vue reconnue de tous.

J’ai eu beaucoup de tristesse d’apprendre son décès. J’appréciais beaucoup son militantisme et je lisais avec plaisir ses Colette RENARD épouse GAILLARD écrits.

Dans ces circonstances particulièrement douloureuses, je tenais à vous présenter mes sincères condoléances et à vous assurer, ainsi qu’aux membres de votre association, de ma profonde sympathie. Je veux saluer l’engagement de M. Fillère dans votre association pendant de très nombreuses années, et notamment son attachement aux valeurs républicaines qu’il nous faut plus que jamais défendre.



Chanceaux S/Choisille (37)

De l’ANCAC, nos sentiments de profonde amitié à l’occasion du décès d’André Fillère. Nous ressentons vivement la perte d’un militant de grande qualité.

André CHASSAIGNE Député Puy de Dôme (63)

Amélie de MONTCHALIN Ministre de la transformation et de la fonction publiques

Robert BAPTIER – ANCAC

Dernier hommage par la pensée pour tout ce qu’il a fait pour l’ARAC et son engagement militant. L’ARAC perd un militant de valeur. Michel NOWAK 

ARAC St Quentin (02)

Nous perdons un grand militant. Un camarade qui toute sa vie a été aux côté des plus humbles, grand défenseur des droits anciens combattants. Je garderai un très souvenir d’André. Robert MOULLIERE Président d’honneur de l’ANCAC

Je tiens à vous exprimer ma solidarité, comme je l’ai fait auprès de ses proches suite au décès de notre cher André Fillère.

Projet de loi de finances 2021 Vide de contenu significatif… Courant octobre, la commission de la Défense auditionne les représentants des associations dans le but de préparer le projet de Loi de Finances, cette audition s’est faite, en 2020, en visioconférence ainsi que celle prévue au Sénat. En 2005 le nouveau mode de calcul du point PMIVG a été défini après examen du Groupe des 12. Un arrêté du 28 août 2020 (JORF au 01.09.2020) fixe la valeur du point de façon rétroactive au 01.01.2020 à l’indice 14,68 € ; l’écart se creuse de nouveau. Depuis janvier 2005 où l’indice des prix à la consommation était de 86,90 €, son augmentation au 1er janvier 2020 a été de 20,29 €. Durant la même période, celle de l’évolution du point d’indice PMIVG a été de 13,89 €. C’est une perte du pouvoir d’achat de 6,40 % qui touche particulièrement les grands invalides ou grands mutilés dont la PMI constitue l’essentiel des revenus. Les pensionnés n’ont pas à subir le retard, d’autant plus que l’indice PMI de 10 à 80 % se trouve en deçà de l’indice de 24 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

la Retraite du Combattant ; La loi de Finances 2017 a bouleversé cet équilibre en portant la Retraite du Combattant à l’indice 52 le 01.09.2017 ; à partir de cette date, la PMI de 10 % servant de référence est devenue inférieure à la Retraite du Combattant ; une anomalie et une injustice. Il est urgent de mettre en place la commission Tripartite (concertation entre Gouvernement, Parlement et représentants du Monde combattant) qui sera chargée de l’étude de ce dossier. Mme DARRIEUSSECQ s’est exprimée favorablement pour la tenue de cette concertation dont la première réunion eut lieu en décembre 2020. Nous prenons acte de l’amendement voté permettant aux veuves d’anciens combattants âgées de 74 ans de bénéficier d’une demi-part fiscale si leur époux avait, avant son décès, bénéficié de la Retraite du Combattant. Par contre, nous regrettons que les veuves d’anciens combattants dont l’époux, en possession de la Carte du Combattant, décédé avant l’âge de 65 ans et n’avait

pas bénéficié de la Retraite du Combattant, soient exclues du bénéfice de la demi-part fiscale. Nous considérons qu’elles sont frappées d’une double peine (avoir perdu leur mari trop tôt et ne pouvant donc pas bénéficier de cet avantage fiscal). Enfin, pour la génération de la guerre d’Algérie, nous insistons sur la nécessité d’obtenir la Campagne double (pour les fonctionnaires et assimilés) dans les mêmes conditions que leurs aînés de 1914/1918 & 1939/1945. Le temps joue contre le Monde Combattant et toute mesure différée conduit à priver définitivement certains d’entre-eux des réparations auxquelles leur sacrifice devrait donner naturellement accès. En réalité, ce PLF 2021 est vide de contenu significatif. Nous souhaitons un sursaut du Parlement par le dépôt d’amendements favorables aux Anciens Combattants et Victimes de Guerre. André COGNARD Vice-Président national de l’UFAC


VOS DROITS LE RÉVEIL

Carte d’invalidité et conditions tarifaires des transports De fausses informations circulent auprès des ressortissants de l’ONACVG faisant croire à la gratuité des transports en Ile de France pour tous les titulaires de la carte du combattant ou de la carte de veuve, générant de l’incompréhension (voire des tensions) aux guichets des gares franciliennes lorsque certaines personnes, se croyant dans leur droit, viennent réclamer leur coupon de gratuité qui leur sont donc refusés. Seuls les pensionnés au titre du Code des Pensions Militaires d’Invalidité

et des Victimes de Guerre (CPMIVG) pour lesquels il a été reconnu une invalidité temporaire ou définitive d’au moins 25 %, peuvent prétendre à la délivrance d’une carte d’invalidité. Pour obtenir cette carte, les demandeurs doivent s’adresser au service départemental de l’ONACVG du département où ils possèdent leur résidence habituelle. Ils doivent présenter un justificatif de pension ou d’une aggravation de l’invalidité reconnue. Dans le cas d’un renouvellement et à condi-

tion que la pension soit concédée à titre définitif, la remise de la carte périmée suffit pour obtenir la délivrance d’une nouvelle carte. En application des articles L.251-1 à L.251-4 du CPMIGV, elle permet de bénéficier de réductions de tarifs pour les voyages effectués sur les lignes SNCF. La carte d’invalidité est strictement personnelle et ne peut, sous peine de retrait, être utilisée par un tiers. Extraits - UFAC Informations – Janvier 2021

NOS PEINES JANVIER 2021 n 02 – AISNE Montescourt : André RENARD, AC ATM St Quentin : Robert ULRICH, AC ATM. Soissons : Eugène BOUTILLIER, 88 ans. André DOUTTE, AC ATM. Mme Françoise FESSLER, 72ans. Marc LEQUEUX, 83 ans. n 03 – ALLIER Commentry : Alexandre COURTINE, AC ATM. n 06 – ALPES MARITIMES Cannes : Alex SALIS, AC ATM. n 07 - ARDECHE Le Pouzin : Marceau BERNARD. n 13 – BOUCHES DU RHONE Arles : Michel BIAGETTI. Ange DI MENICO, AC ATM. Berre l’Etang : Pierre ALDROVANDI, AC ATM. St Marcel : Paul BARTOLI, AC 39-45. Antoine GOMEZ, AC 39-45. Charles ROUBIN, AC ATM. St Barnabé : André FARRUGIA, AC ATM. René GUIOT. René PAPIN, AC ATM. Claude PEREZ, AC ATM. Jean SEMELINO, AC ATM. Jean TRAMONI, AC Indochine. Vellutini-St Just : Robert BONSIGNORE, AC ATM. Mme Alice DUPONT, veuve. Jacques FILISETTI, AC ATM. n 16 - CHARENTE La Rochefoucauld : Raymond GARCES, 94 ans, AC Indochine et ATM, Président d’honneur, ancien président de la section et de la commission de Contrôle de la Cha-

rente, membre du Ministère des Anciens Combattants auprès de Georges Pompidou.

n 63 – PUY DE DOME A.P.I : Roger MACCHABEE, AC ATM

n 19 - CORREZE St Jal : Mme Angèle SOULIER, 91 ans, veuve.

n 71 – SAONE ET LOIRE Sanvignes les Mines : René GORECKI, AC ATM.

n 26 - DROME Grignan : Mme Marguerite DURAND

n 72 – SARTHE Allones : Marcel CORDELET, 84 ans, AC ATM.

n 28 –EURE ET LOIR Chartres : Daniel PICHON. n 29 - FINISTERE Brest : Yves-Antoine TREMINTIN, AC ATM.

n 73 – SAVOIE Albertville : Zavaine EUKUZIAN, 88 ans, ancien responsable de la section.

n 30 – GARD Cévennes : Jean-Claude BERTRAND, AC ATM

n 76 – SEINE MARITIME Le Havre : Max GRUEL, 98 ans, Résistant, engagé dans les Forces Navales Françaises Libres.

n 35 – ILLE ET VILAINE Rennes : Henri LE BOMIN, AC ATM.

n 82 – TARN ET GARONNE Montauban : Jean RICATTE, AC 39-45

n 44 – LOIRE ATLANTIQUE Raspail : Lucien BAUDUIN, AC ATM, président de la section. Rezé : Allaoua AGOUNE, 91 ans. Régis ANTOINE. André BRANGEON, AC ATM. Francis GAUTIER, 82 ans, AC ATM. n 47 – LOT ET GARONNE

n 84 – VAUCLUSE Lagnes : Hubert VICARI Montfavet : Gabriel BASTAROLI, AC 39-45. Robion : Mme Jacqueline LOISEAU, veuve. Valréas : Alain LIOTIER.

Villefranche Queyran : Albert DUPONT, AC ATM n 57 – MOSELLE Ottante-Villerupt : Jean-Marie VERSY, 86 ans, AC ATM.

DI-

n 59 – NORD Solre le Chateau : Jean-Claude WAXIN, 81 ans, AC ATM, Président de la section.

n 91 - ESSONNE Les Ulis : Karl DESCAMPS, AC ATM n 92 – HAUTS DE SEINE5 Malakoff : Robert TRANIER n 94 – VAL DE MARNE Choisy le Roi : René QUESNEL, AC ATM. Villejuif : Laurent BOUZE, AC ATM, ancien portedrapeau de la section.

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 25


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Rencontre avec l’ambassadeur de Cuba en France Le 8 janvier, l'ambassadeur de Cuba en France Elio Rodriguez Perdomo a

L'ambassadeur M. Elio Rodriguez Perdomo.

rencontré des dirigeants d'associations de solidarité, des représentants syndicaux, des forces politiques et autres amis de Cuba en France. Les participants ont réaffirmé leur solidarité avec Cuba et confirmé leur engagement contre le blocus économique, commercial et financier imposé par les USA contre Cuba. Ils continueront à participer aux diverses actions, partout

en France, pour faire connaitre le combat du peuple cubain pour défendre son indépendance et sa souveraineté. L’ARAC avec son collectif « ARAC Cuba Solidarité » participeront à la manifestation du 24 janvier, au Champ de Mars à Paris, pour exiger de Joe Biden la levée immédiate et sans conditions du blocus contre Cuba.

2021 – Pour une année visionnaire et responsable Depuis sa création, notre association va d’événement en événement, de congrès en congrès et a toujours fait preuve de sens de responsabilité. Ce qui nous donne, à ce jour, un héritage, une expérience, une connaissance, du refus, face à la situation politique, démagogique, économique, sociale, « de l’inacceptable ». Face au danger du macronisme, populiste, opportunisme, royaliste, au pouvoir de l’argent, ouvrant la voie au possible retour du fascisme, l’ARAC n’a qu’un mot d’ordre, réagir, agir. Sachant que cet engagement nécessite obligatoirement la prise de conscience et la mobilisation des adhérents (es), il faut adapter nos moyens d’action, au confinement et aux lois de prudence imposées. Profitons de notre expérience En effet, le temps compte en ce début d’année. Nous voici des objectifs incontournables, à savoir, remettre sans

Jacques Goutorbe

26 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

tarder la carte 2021 à tous nos adhérent(e)s de 2020. Tous les moyens sont bons, individuellement, par courrier, par téléphone lors des réunions de section (selon le nombre de personnes et horaires autorisés). Deuxième objectif, le renforcement, vital à tous les niveaux d’adhérent(e)s, de militant(e)s, des cadres. Etre visionnaire, c’est imaginer pour concrétiser. Alors pensons tous ensemble au résultat nécessaire et encourageant que donnerait l’effort d’un bon placement de nos cartes 2021, d’un renforcement en adhésions dans chaque section, d’un placement appréciable d’abonnement à notre indispensable Réveil des Combattants, de sa diffusion, de son audience et du lien de la communication entre tous ses abonnés. Plus que jamais, outil médiatique de combat et d’information. Tout cela nous oblige constamment à nous préoccuper des rentrées financières, notamment par la remontée dès que possible du règlement des cartes, de l’adhérent(e), la section, le département à la trésorerie nationale. Sans oublier, le dévouement, le bénévolat, les multiples dons, souscriptions, les actions financières qui font partie intégrante de la vitalité de nos possibilités, de nos actes, de notre existence, tant dans l’ARAC qu’à l’extérieur, d’où soyons clairs, notre présence dans le respect et l’unité, reste impérative pour la sauvegarde de la Liberté, l’égalité, la fraternité, dans un monde de Paix.

Nous sommes tous responsables de notre ARAC, de son avenir et de son prochain congrès national. C’est pourquoi ce rappel de nos objectifs pour le bon fonctionnement de l’association, reste indispensable tout en respectant le militantisme responsable de chacun. Fraternellement, le secrétariat et la Commission nationale d’organisation, finances, communication, vous souhaite à tous, vœux de combat de fraternité, de résistance, de succès. Jacques GOUTORBE Pour la Commission d’organisation Membre du Bureau National

ARAC Lot et Garonne (47) Jean BIREPINTE, Secrétaire Général de l’ARAC du Lot et Garonne – nous informe que suite à la réunion du Bureau de la Section de Fourques/ Garonne, il a été décidé que l’Assemblée Générale de la section aura lieu le 6 février 2021. A l’ordre du jour : la remise des cartes 2021, le renouvellement du Bureau, la situation et l’activité de la section, les initiatives, etc…


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Pourquoi l’ARAC ne participe pas à la cérémonie officielle du 5 décembre La cérémonie officielle du 5 décembre supposée rendre hommage aux combattants d’Algérie, Tunisie et Maroc, a été décidée par le président Jacques Chirac parce que cette date était libre sur son agenda, comme il l’a lui-même confirmé. Hors cette décision n’a aucune signification mémorielle, elle ne concerne d’aucune manière les combats d’Algérie, de Tunisie et du Maroc puisque ceux-ci ont pris fin le 19 mars 1962, célébrée chaque année à la date anniversaire de cet événement pour une cérémonie officielle adoptée par décision du Sénat et de l’Assemblée Nationale. Il est en effet justifié de célébrer

chaque année le 19 mars la fin de la guerre d’Algérie, Tunisie et Maroc à cette date car elle respecte ainsi le sens de l’histoire. Elle signifie la prise en considération concrète par les anciens combattants de cette guerre où ils ont été contraints d’y participer au temps de leur jeunesse, (ils avaient 20 ans) et leurs familles. Le 19 mars, c’est aussi le moyen de rappeler ce moment de l’Histoire coloniale de la France aux générations nouvelles aujourd’hui. C’est pourquoi l’ARAC ne participe pas à cette cérémonie du 5 décembre elle la considère sans signification. L’ARAC entend sur ce plan, continuer son combat contre cette cérémonie

Paul Markide,s vice-président de l'ARAC.

contestable ainsi que la loi du 23 février 2005 qui entend la justifier et justifier aussi la politique colonialiste de la France. Loi dont l’ARAC demande toujours l’abrogation et la réécriture. Paul MARKIDES Vice-Président national de l’ARAC en charge de la mémoire historique 16/12/2020

ARAC Charente (16)

En Dordogne,

Jean-Pierre COLAS – Président départemental de l’ARAC 16 – nous informe que les cartes 2021 a été remise aux camarades, de nombreux règlements ont été faits. La première cérémonie de l’ARAC 16 s’est tenue le 15 janvier 2021, aux monuments aux morts des 10 fusillés de la Braconne en 1944. Lors de cette cérémonie (30 participants maximum compte-tenu de la situation sanitaire) des gerbes ont été déposées par les autorités et les associations en présence de leur porte-drapeau.

dès que nous avons reçu les cartes 2021 du National et compte tenu de la situation sanitaire, nous avons pris la décision d’envoyer la carte à tous nos adhérents ! Accompagnée d’une petite lettre leur expliquant notre démarche, une enveloppe timbrée à l’adresse du siège était jointe à cet envoi. Là où les sections fonctionnent les cartes ont été adressées au trésorier. A ce jour une trentaine de talons nous sont revenus ! Bien entendu, nous relancerons dans quelque temps mais il nous semble nécessaire d’être présent auprès de nos adhérents régulièrement. C’est pourquoi nous avons envoyé les bulletins de liaison aux camarades ayant une adresse mail. La déclaration de Patrick vient de leur être transmise avec des retours de remerciements !

Loire Atlantique (44) Nous continuons nos actions pour que l’ARAC soit présente à tous les niveaux malgré les restrictions de liberté imposées par la pandémie, l’impossibilité de se réunir. Nous construisons des dossiers à destination du Conseil Régional, du Conseil Départemental, du responsable aux Anciens Combattants de la mairie de Nantes pour actualiser, informer sur les possibilités que nous avons pour faire vivre la mémoire et préparer la sortie de cette situation. Les sections remettent les cartes au cours de rencontres individuelles ou par dépôt dans les boîtes aux lettres, par courrier.  A suivre.

Jean C Salomon, Pt ARAC 44, au centre.

ARAC Gironde (33) L’ARAC de la Gironde participait à la manifestation, le samedi 28 novembre 2020, à Bordeaux. La présence nombreuses des camarades de l’ARAC, avec leur drapeau, a permis une distribution de notre journal « Le réveil des combattants » avec un tract, des discussions intéressantes avec les manifestants. Une adhésion à l’ARAC a été réalisée LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 27


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Gard (30)

Monseigneur TESSIER s’est éteint à Lyon le 1er décembre. Issu d’une famille installée en Algérie depuis 1849, il avait conservé des amitiés à Nîmes, notamment chez les Sœurs Clarisses avec lesquelles il était resté lié depuis leur départ de Bab El Oued (Alger) en 1995. Ordonné prêtre en 1955 à Alger, il sera successivement évêque d’Oran, évêque-coadjuteur d’Alger avant de succéder à Monseigneur DUVAL archevêque d’Alger. Avec le cardinal DUVAL, Mgr  CLAVERIE, Mgr SCOTTO, le docteur Pierre CHAULET et Claudine son épouse, il fut de ces catholiques qui refusèrent d’être des auxiliaires de la colonisation et apportèrent leur appui à la revendication de l’indépendance de l’Algérie.

« En Algérie, l’Eglise n’a pas choisi d’être étrangère, mais algérienne. » A l’indépendance, en 1962, le prêtre Henri Teissier, alors vicaire du quartier populaire de Belcourt, à Alger, avait fait sienne cette déclaration du cardinal Léon-Etienne Duval dit Mohamed Duval, celui qui dénonçait la torture, défendait l’autodétermination et fustigeait le putsch des généraux. Profondément attaché à l’Algérie, dont il avait obtenu la nationalité, malgré les menaces qui pesaient sur lui, il a joué un rôle essentiel auprès de la communauté chrétienne jusqu’à la béatification des 19 victimes religieuses, dont les moines de Tibhirine en 2008. Lors d’un voyage en 2007, il avait

reçu des membres de l’Association France-El Djazair. Depuis, Bernard Deschamps, président-fondateur de l’association, dont il avait préfacé « L’Eglise et les Chrétiens dans l’Algérie indépendante », continuait à échanger par e-mail ou téléphone avec Monseigneur Tessier. L’Association France-El Jazair et le Comité du Gard de l’Arac, partagent la tristesse de sa famille. Comité du Gard

Nord (59)

Gueugnon (71)

Jean Claude Waxin, figure très connue de Solre-le-Château, fut comme tous les jeunes gens de son âge arraché à la vie active pour effectuer un service national qui l'entraîna dans les rouages hostiles de la France "la Guerre d'Algérie". En revenant sur le sol de la Patrie, il s'intégra au sein d'une entreprise à Paris où il termina cadre, très apprécié dans le secteur de Sambre-Avesnois, aux Etablissements Lisses à Louvroil. Toute cette vie ouvrière a engagé Jean Claude sur le chemin du combat qui n'avait plus rien de militaire mais plutôt à l'opposé. Le combat pour la PAIX, la LIBERTE, l'EGALITE. Pour réussir son idéal, Jean Claude vint grossir les rangs de

Le 11 novembre s'est fait à Gueugnon dans un cadre restreint, le maire, l'adjointe déléguée aux anciens combattants, un conseiller municipal, l'ULAC représentant notre comité AC. L'ARAC avec la présidente et le porte-drapeau, le souvenir français, la gendarmerie. Nous avons fait le cimetière au carré militaire, la place des forges, et le monument aux morts pour la France place de Gaulle. Une cérémonie a été faite à la mairie pour remercier une directrice d'un groupe scolaire (Isabelle Jean), pour tout le travail de mémoire effectué avec ses élèves à chaque commémoration. Jean Morin Président de l'UFAC locale lui a remis un cadeau pour sa fidélité, de formation citoyenne à nos jeunes élèves de l'école Publique.

l'ARAC. S'unissant à cet élan républicain, il devint un membre fédérateur du mouvement et fut élu Président de la section de Solre-le-Château durant des décennies, il s'activa à transmettre les bienfaits du Conseil de la Résistance et de mettre en avant la Mutuelle de l'ARAC, pour qui il était notre devoir de la mettre en valeur contre le monde de l'austérité. L’ARAC, perd un camarade sincère, franc et généreux, un modèle à suivre.

Angoulême (16) C’est avec tristesse que nous venons d’apprendre le décès de notre Président d’Honneur Raymond Garces à 94 ans, ancien Combattant d’Indochine, d’Afrique du Nord et au Ministère des Anciens Combattants auprès du Président Georges PONPIDOU. Un homme très précieux pour notre 28 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

ARAC où il fut Président de la section de La Rochefoucauld, Président de la commission de contrôle du comité Charente. Nous présentons à son épouse et sa famille nos plus sincères condoléances attristées. Le Président Jean-Pierre COLAS


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Romainville (93) 11 novembre 2020

Le 11 novembre 2020, Romainville en grande partie confinée, la nouvelle municipalité a décidé de ne pas solliciter la population à la cérémonie patriotique traditionnelle. Par contre, deux élus furent chargés d’aller déposer la gerbe du conseil municipal et les gerbes des associations du mouvement combattant devant chaque lieu de mémoire historique de la commune. Une exception, la vice-présidente de l’ARAC de Romainville, Mauricette DAMAGNEZ, qui réside face à la stèle d’Henri Barbusse a tenu à déposer elle-même la gerbe de la section locale de l’ARAC et le nouveau maire de la ville, François DECHY a tenu à l’accompagner.

Val de Marne (94

Chevilly-Larue solidarité internationale Le président de l’association amitié Chevilly-Larue Yen Bay Viêt-Nam de Chevilly-Larue Gérard Daviot a remis début novembre à la municipalité un lot de masques réalisé au Viêt-Nam dans le cadre de la lutte au COVID-19 en vue d’une distribution à la population. La cérémonie s’est tenue en présence de madame la maire Madame Stéphanie Daumin, de maires- adjoints, également la présence de Jacques Verrier président de l’ARAC du Val de Marne montrant l’attachement de notre association à la solidarité internationale avec le peuple Vietnamiens.

VELLERON (94) Le président, Fernand PAGNON avec les membres de son bureau à savoir Marcel ARRUE, André CLARETON, Eugène CHARMASSON, Francis FRISSON ainsi que la porte-drapeau de l'ARAC Eliane BERARD se sont rendus au monument aux morts de la ville le 11 Novembre 2020 sur invitation de Monsieur le Maire et de son conseil municipal. Une gerbe au nom de l'ARAC a été déposée.

Les membres de notre association ainsi que la porte drapeau de la ville de Velleron.

Soissons (02) Mauricette DAMAGNEZ et le nouveau maire de Romainville, François DECHY déposant la gerbe du comté local de l’ARAC de Romainville.

Gard (30)

“L’affirmation de la Paix est le plus grand des combats”

Jean Jaurès

Nous avons appris avec tristesse le décès de M. Jean-Claude Bertrand, maire de Rousson de 1989 à 2014. C’est lui qui a fait, non sans mal, ériger le seul monument pacifiste du Gard, dans sa commune de Rousson. Il nous avait chaleureusement accueilli lors de nos rassemblements pacifistes autour du 11 novembre, et nous avait même offert le verre de l’amitié, la première année. Nous adressons à son épouse, ses enfants et sa famille nous sincères condoléances Collectif pour la réhabilitation de fusillés pour l’exemple durant la première

guerre mondiale - Le Mouvement de la Paix, L’ARAC comité départemental, Ligue pour les droits de l’homme - l’Union pacifiste, la Libre pensée, l’association des 4 ACG, les unions locales de la CGT et de FO

L'ARAC du soissonnais a fait parvenir un courrier à tous ses adhérents. Etant donné que le Président Jean Noël GREBERT et les membres du bureau ne pouvaient pas faire leur Assemblée Générale au début de l'année 2021, vu le contexte actuellement. Celle-ci se fera seulement dans le courant de cette même année. 18 cartes 2021, sur 64, sont rentrées et 1'adhésion a été faite. Le Président a présenté ses vœux pour la nouvelle année aux Présidents de section ainsi qu'aux certains adhérents. Les permanences reprennent le 2e samedi de chaque mois. Décès de monsieur DOUTTE André d'Hirson, le 8 décembre 2020. La trésorière et le Président sont allés déposer une plaque de l'A.R.A.C. Amicalement

Jean-Claude Bertrand lors de l’inauguration du monument pour la paix novembre 2013.

La Trésorière Mme LE ROY Roseline LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 29


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

La paix dans le monde, une actualité ! Lors des 1er états généraux pour la paix du 21 avril 2018, les organisateurs et les participants avaient édité une pétition qui garde toute sa forces dans le contexte international d’aujourd’hui. Après l’interdiction des armes biologiques en 1972, l’interdiction des armes chimiques en 1993, il est temps de faire entrer en vigueur avec plus d’exigences encore que les précédentes interdictions, le traité d’interdiction des armes nucléaires. L’ARAC invite ses sections, ses comités, ses ami(e)s à être et actifs à toutes invitations, débats, manifestations. Faisons monter l’exigence d’un monde de paix. Nous vous invitons à reproduire la pétition ci-jointe et à la faire signer massivement. Devant les enjeux du monde d’aujourd’hui, on peut dire que l’avenir de la planète est en jeu. Aujourd’hui 76 % des français partagent notre engagement.

Bollène (84)

Cérémonie 11 novembre 2020

Vaucluse (84) Réponse de M. le Préfet suite à la déclaration de l’ARAC du Vaucluse du 3 octobre 2020 (publiée dans le numéro de Novembre 2020 du Réveil des Combattants) ter contre toutes les formes de haine et Monsieur le Président Par correspondance en date du 13 oc- de discrimination. Sensible à cet appel, tobre, vous m’avez remis la déclaration je vous en remercie vivement. Soyez de votre association faisant part de vos assuré de ma mobilisation et de celle préoccupations suite à la profanation du des services de l’Etat pour poursuivre, aux côtés des collectivités, du système mémorial du maquis Ventoux à Sault. Je tiens à vous confirmer qu’une en- éducatif et du secteur associatif ce traquête est en cours afin que ce geste in- vail de prévention. tolérable, qui a porté atteinte à ce grand Je vous prie de croire, Monsieur le prélieu de transmission de la mémoire, ne sident, à l’assurance de ma considérareste pas impuni. tion distinguée. Dans votre lettre, vous appelez à s’unir Bertrand GAUME, et à se renforcer dans l’action pour lutPréfet du Vaucluse

Côte d’Or (21)

11 novembre 2020 en Côte d’Or Thierry Rouxel pour l'ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants et Ami-e-s de la Résistance), Jeannine Tisserandot, conseillère départementale canton MarsannayChenôve ( en son nom, celui de Pierre Poillot, maire de Vianges et conseiller départemental du canton de LiernaisArnay-le-Duc et de Christine Renaudin-Jacques, conseillère municipale 30 - LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021

de Talant, conseillère départementale du canton de Talant-Sombernon), Bernard Porrini pour l'ARAC départementale (Association Républicaine des Anciens Combattants et victimes de guerre, pour la Paix) et Paul Gueth pour le Cercle Martinet de la Libre Pensée-Dijon, avaient préparé des interventions pour les rassemblements pacifistes, pour la réhabilitation des

fusillés pour l'exemple de la guerre de 14-18, à Vianges le 7 novembre et Dijon-République le 8, rassemblements qui ont dû être annulés.. Comme chaque année, le 11 novembre, marque solennellement, notre volonté de marquer et notre détermination en vue de la réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la guerre de 1914 à 1918


MAGAZINE LE RÉVEIL

Nostalgérie (l’interminable histoire de l’OAS) Alain Ruscio Pour des centaines de milliers d’Européens qui ont naguère vécu en Algérie, l’idéalisation du passé s’est transformée en une «  nostalgérie », beau mot chargé de mélancolie. Mais le drame commence lorsqu’on constate qu’une seule famille politique française, celle des anciens de l’Organisation armée secrète (OAS) et de leurs héritiers. Il a malhonnêtement et durablement instrumentalisée Non contents d’avoir mené toute une communauté à l’impasse puis à l’exil, les « ultras » de l’Algérie française ont tenté, depuis, d’accaparer sa mémoire. Et ils y sont en partie parvenus.

Ces hommes ont fait le choix, à partir de février 1961, d’enclencher en toute connaissance de cause une incroyable spirale de violence terroriste, en Algérie comme en France. Alain Ruscio propose dans ce livre un récit synthétique des racines et de l’histoire de ce tragique épisode ainsi que de ses séquelles contemporaines. Mobilisant un impressionnant corpus documentaire – dont beaucoup de Mémoire d’anciens de l’OAS – l’auteur retrace la dérive de ces officiers à l’idéal patriotique dévoyé, militants fascisants et petits malfrats transformés en assassins, qui ont eu l’incroyable prétention de « bloquer l’histoire », comme l’avait écrit Pierre Nora dès 1961. Enfin, Alain Ruscio explique comment et pourquoi la mémoire brûlante de ces années de folie meurtrière travaille toujours, de façon souterraine, la société française. Ce livre est une précieuse réponse à l’un des derniers négationnismes que véhicule encore une certaine histoire coloniale « à la française ».

L’action contre les firmes de l’agent orange continue Rassemblement pour Tran To Nga le samedi 30 janvier 2021, de 14 h 30 à 17 h, place du Trocadéro, Paris 16e. Les plaidoiries du procès que Tran To Nga a intenté aux firmes chimiques américaines, dont Monsanto, qui ont fourni l’Agent Orange-dioxine aux gouvernements des Etats-Unis d’Amérique pendant la guerre du Vietnam auront lieu le lundi 25 janvier 2021. C’est un moment très important du combat de Tran To Nga pour que justice lui soit enfin rendue et, à travers elle, à toutes les victimes de l’Agent Orange-dioxine. Les initiatives de solidarité organisées par le Comité de soutien à Tran To Hga se multiplient. Une campagne de soutien a été un succès, de nombreux élus (maires…), personnalités, citoyens ayant apporté leur signature. Elle continue. Une conférence de presse a eu lieu le jeudi 21 janvier 2021 à 14 h 30 au siège de l’UGVF (Union Générale des Vietnamiens de France). Un rassemblement a lieu le samedi 30 janvier 2021, de 14 h 30 à 17 h, place du Trocadéro. Il est important que tous les amis de Tran To Nga s’y retrouvent. Informez largement autour de vous de cette initiative.

Un livre à lire pendant le ou les confinements

« Dans l’ombre du brasier » par Hervé LE CORRE Editions Rivages/Noir Hervé Le Corre est une grande plume du roman noir français contemporain. Dans ce roman l’auteur situe l’action à Paris dans les dix derniers jours de la Commune. Dans les rues bombardées, où se dressent les barricades «  le crime rode ». Des jeunes femmes « s’évaporent ». L’une d’entre elles, qui combat avec son amoureux sur les barricades, disparaît. Un policier, promu au rang de commissaire de police par la Commune, enquête sur ces crimes. Il faut absolument arrêter ce criminel, alors que la Commune est en pleine agonie. La persévérance et le courage de ce jeune policier communard, bravant les obus, les incendies, les exécutions sommaires, le poussent à partir à la recherche de ce tueur, mais ce policier doit faire face à deux difficultés : les assauts des Versaillais et la facilité pour l’homme recherché de se dissimuler dans tout ce désordre. En conclusion : Excellent « thriller » pendant une époque historique parfaitement décrite.

Le comité de soutien à Tran To Nga

LE RÉVEIL - N° 868 - JANVIER - FÉVRIER 2021 - 31


Le salutaire retour des nations Pour le philosophe, non seulement la nation est à distinguer du nationalisme, mais elle peut encore constituer le socle d’un projet politique progressiste écologique et social. Par Henri PENA-RUIZ La souveraineté, un pôle de résistance

Henri Pena-Ruiz maître de conférence à l'institut d'études politiques de Paris.

Révolutionnaire et progressiste au moment de la bataille de Valmy (20 septembre 1792), la nation a subi une véritable malédiction idéologique après les deux guerres mondiales du XXe  siècle. Quelles représentations s'affrontaient ainsi ? Dans le premier cas, la nation manifestait l'émergence de la souveraineté populaire comme refondation égalitaire et libertaire de la puissance publique. D'où sa valorisation progressiste. Dans le second cas, elle attestait une dérive dite nationaliste, où l'affirmation d'un soi collectif se serait faite à travers le rejet de l'autre. D'où sa disqualification aveugle. Pourtant, lors du processus de décolonisation, les mouvements de libération nationale, comme leur nom l'indique, ont redonné sens et vertu à la nation. Restitués à leur souveraineté, les pays décolonisés ont goûté cette liberté qui valait autodétermination et se sont affirmés comme nations indépendantes, affranchies de toute tutelle.

Mais voilà que la mondialisation capitaliste fait apparaître un cosmopolitisme néolibéral qui s'acharne à détruire les nations souveraines dès lors qu'elles maintiennent des régulations économiques et sociales dans leurs périmètres respectifs. La nation reprend alors des couleurs, non comme entresoi porteur d'exclusion mais comme lieu et vecteur de souveraineté populaire, capable de résister à la destruction des droits sociaux. Comme on le sait, l'internationale des capitaux n'a d'égard que pour la hausse des actions en Bourse. Elle externalise tout ce qui concerne le souci de l'humain, la solidarité sociale et le respect de la nature. N'en déplaise à ceux qui s'en tiennent à une disqualification obscurantiste de la nation, il devient alors révolutionnaire de réaffirmer les souverainetés nationales, pôles de résistance à la déshumanisation financière de l'économie. La souveraineté populaire promeut alors la dimension sociale de l'économie, allant jusqu'à la prise de mesures protectionnistes, pour mettre en échec le nivellement par le bas du coût du travail. Faut-il pour autant renoncer à tout horizon internationaliste et cosmopolitique  ? Évidemment non. Déjà, au XVIIIe siècle, un philosophe de langue allemande, Kant, a plaidé pour la conciliation possible entre un nationalisme ouvert et un internationalisme cosmopolite conçu comme construction de rapports de droit et non de force entre les nations. Il a même invité à une hospitalité universelle dont le sens humanitaire ne contredit nullement la souveraineté nationale. De son côté, Fichte, auteur, en 1807, du célèbre Discours à la nation allemande, dans lequel il appelait à la résistance à Napoléon, n'a pas re-

noncé pour autant à l'universalisme, ni aux principes émancipateurs de la Révolution française. Plus tard, Marx luimême, dans les statuts rédigés en 1864 pour l'Association internationale des travailleurs, invitera les prolétaires à s'organiser d'abord sur des bases nationales puis à définir des convergences internationales dans la conquête des droits sociaux, à rebours d'un capitalisme en voie de mondialisation.

De nouvelles formes de lutte à inventer C'est pourquoi le « retour des nations » n'est pas nécessairement celui des nationalismes d'exclusion, mais il est aussi celui d'entités propres à réguler le capitalisme des multinationales. Un tel retour est souhaitable dès lors qu'il va dans ce sens. La réhabilitation des souverainetés populaires est essentielle pour réguler le capitalisme mondialisé en Tempérant sa soif de profit. Par exemple, il s'agit de le forcer d'un même mouvement à se plier à une authentique transition écologique, mais aussi à une refondation sociale afin de mettre un terme au développement vertigineux des inégalités entre les revenus du travail et ceux du capital. Pour cela, de nouvelles formes de luttes internationales sont sans doute à inventer, mais il faut rompre avec la disqualification de la souveraineté populaire dont la souveraineté nationale reste une manifestation majeure. Dernier ouvrage paru  : Karl Marx, penseur de l'écologie, Seuil, 2018. Marianne – 23 au 26 novembre 2020

Profile for Le réveil des combattants

Le réveils des combattants - Janvier 2021  

Advertisement