Le réveil des combattants - Décembre 2022

Page 1

VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 1 PRÉCARITÉ ALIMENTAIRE, LES ASSOCIATIONS CARITATIVES SONNENT L’ALARME LES SOURIRES DU 19 MARS 1962 LA PAIX, UN HORIZON PLUS AUSSI LOINTAIN EN UKRAINE Décembre 2022 - Janvier 2023 N° 887 - 5e
est dans la main des esclaves, et on voit bien que le vieux monde sera changé par l’alliance que bâtiront un jour entre eux, ceux dont le nombre et la misère sont infinis. Le Feu : Journal d’une escouade carnets de guerre – 1916 – Henri Barbusse Ensemble, défendons les valeurs de la République
L’avenir

SOMMAIRE

Actualités

Salut de l’ARAC au congrès du Mouvement de la Paix à Tours du 18 au 20 novembre 2022

Assurance chômage : le gouvernement s’en prend encore aux plus fragiles

LE COMBAT D’AUJOURD’HUI

Dans un contexte international difficile avec un risque de guerre mondiale, alors que la raison voudrait que l’on engage un arrêt des hostilités en Ukraine et que l’on œuvre pour la paix, les forces économiques du monde dit « libre » nourrissent les tensions.

5 Précarité alimentaire, les associations caritatives sonnent l’alarme

Des transports publics de qualité pour tou�tes� les Francilien�nes :

6 Ursula von der Leyen, la femme qui se prend pour l’Europe

Hommage

Jean-Pierre DELAHAYE, Hommage

International

A Liverpool, les dockers font plier les patrons

Au Mali, un général appelle tous les Touaregs à lutter contre le groupe Etat islamique au grand Sahara

L’inflation, la hausse des prix heurtent de plein fouet le niveau de vie des populations déjà lourdement touchées dans leur vie quotidienne. Tandis que les profits des grands groupes s’envolent. En France, en Angleterre, aux Etats-Unis, en Allemagne… les grèves se multiplient pour une augmentation des salaires et des pensions, contre la vie chère et une meilleure répartition des richesses.

9

10 L’usage potentiel d’armes nucléaires évoqué lors d’une rencontre entre les chefs des services d’enseignement américains et russes à Ankara

10 La paix, un horizon plus aussi lointain en Ukraine

11 Selon Pékin, le projet américain de déployer des B-52 en Australie ne ferait qu’aggraver les tensions

Débats

Pour un pôle de l’énergie 100 % public

Vie de l’ARAC

nationale spéciale congrès 2023

www.le-reveil-des-combattants.fr

LE RÉVEIL DES COMBATTANTS

Fondé en 1931 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier.

Mensuel de l’Association républicaine des combattants pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix.

Commission paritaire n° 0723-A06545 ISSN N° 0751-6215 • Édité par les Éditions du Réveil des Combattants • SARL au capital de 45 734,41 € - Siret : 572 052 991 000 39 2, place du Méridien - 94807 Villejuif cedex Tél. 01 42 11 11 11 reveil-des-combattants@wanadoo.fr

• Tirage : 60 000 exemplaires

• Directeur-gérant : Raphaël Vahé

• Directeur : Patrick Staat

• Rédactrice en chef adjointe : Brigitte Canévêt

• Comité de Rédaction : Hervé Corzani, JeanPierre Delahaye, Laurence Gorain

• Régie Publicitaire : ARAC (Laurence) Tél. 01 42 11 11 27

• Administratrice : Annick Chevalier

• Conception graphique - Impression : RIVET PRESSE EDITION - 24, rue Claude-Henri-Gorceix, 87022 Limoges cedex 9

Le président Macron et son gouvernement cèdent à la pression de la Commission Européenne et de sa présidente Von der Leyen pour s’attaquer à ce qui faisait la richesse sociale de la France. Cette république sociale que tous les pays nous envient : éducation, santé, retraite, assurance chômage, …

Après la vente de pans entiers de notre industrie depuis des décennies, après l’abandon de notre souveraineté politique, économique au profit de l’Allemagne, de l’Europe, le gouvernement accélère la casse sociale de notre pays.

Ainsi la casse de la Sécurité sociale, des retraites, etc. doit, pour la commission européenne, être engagée avant la fin de l’année. D’où l’accélération du gouvernement, de Mme Borne et l’utilisation inacceptable du 49.3.

“Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches, qui la mène, et nous sommes en train de la gagner” (W.Buffet - 2006)

Il est temps de se rassembler, de construire un rapport de force pour dire non à ces choix.

Si l’on veut construire un avenir où chacun aura sa place, les moyens de vivre, de se loger, d’étudier, de se soigner, de prendre sa retraite, il nous faut aujourd’hui, défendre les acquis du Conseil National de la Résistance et en conquérir d’autres.

Il nous faut résister, batailler, faire Connaître les luttes d’hier pour mieux nous engager et construire notre avenir.

Le risque, sinon, est un recul de société, un recul social. 1789, 1845, 1871, 1936, 1944, 1968, des dates qui ont marqué notre histoire, la conception de la République, de la Nation française et bâtis les fondements de la société d’aujourd’hui.

Toutes ces dates ont été le fruit d’actions, de combats, d’engagements, de luttes pour faire avancer notre pays. Au regard de l’actualité, c’est de cela dont il s’agit aujourd’hui.

L’ARAC prendra, comme elle l’a toujours fait, toute sa place dans ce combat pour la paix dans le monde et les avancées sociales dont dépend notre avenir.

ÉDITO LE RÉVEIL
RÉVEIL
JANVIER 2023 - 3
LE
- N° 887 - DÉCEMBRE 2022 -
�������������������������������������������������������������������������������������� 2
��������������������������������������������������������������������������������������������
4
������������
�������������
���������������������� 7
�������������������������������������������������������������
8
��������������������������������������������
����������������������������������������������������������������
������������������������������������
�������������������������������������������������������������
�����
11
�������������������������������������������������
21
����������������������������������������
������������������������������������������������������������������������������������
P.
Souscription
23 Vie de l’Arac
22 à 31
13 . DOSSIER Les sourires du 19 mars 1962
Ce numéro contient un carnet de bons de soutien et une enveloppe T

Assurance chômage : le gouvernement s’en prend encore aux plus fragiles

formant une nouvelle fois l’assurance chômage. Malgré l’opposition de tous les syndicats contre cette réforme injuste et inefficace, prétendue clé de voûte pour atteindre le plein-emploi à 5 % en 2027.

Elle s’appliquera à partir de février 2023. Sauf pour les intermittents du spectacle, les dockers, les contrats de professionnalisation professionnelle.

Et les Outre-mer, par peur d’un embrasement social. Aucune exception en revanche pour les seniors et les apprentis, ceux qui retrouvent le moins facilement un emploi.

cations chômage sera réduite de 25 %. Autre mesure adoptée : « l’abandon de poste » est assimilé à une démission et ne donne pas le droit aux indemnités chômage, contrairement à une rupture conventionnelle. Rappelons-le, l’abandon de poste est parfois le dernier recours d’un salarié pour qui la situation au sein de l’entreprise est intenable et que la rupture conventionnelle lui est refusée, ou que le harcèlement est difficile à prouver. Les risques psycho-sociaux vont s’aggraver.

Selon le gouvernement, le plein-emploi passe par la réforme de l’assurance chômage. Son projet de loi Marché du travail a été adopté le 18 novembre au Parlement. Parmi les mesures dangereuses pour les demandeurs d’emploi, la modulation des indemnités en fonction de la conjoncture économique. Le texte impose d’autres règles inadmissibles.

Le gouvernement a réussi à faire adopter par le Parlement son projet de loi ré-

Le premier article de la loi autorise le gouvernement à modifier par décret les règles d’indemnisation, selon la situation du marché du travail. Les règles seront « plus strictes quand trop d’emplois sont non pourvus, plus généreuses quand le chômage est élevé ». Concrètement, au-delà des six premiers mois d’indemnisation, si le taux de chômage passe au « vert », c’est-àdire sous la barre de 9 % (dans la période de récession actuelle, il oscille entre 7,2 et 7,3 %), la durée des allo-

Dernière pépite de la réforme : si un demandeur d’emploi refuse à deux reprises en un an un CDI après un CDD ou un contrat d’intérim sur le même poste, il sera privé d’indemnité.

Un travailleur en contrat précaire qui espère trouver un CDI ailleurs, avec de meilleures conditions de travail, sera obligé de rester sous peine de perdre tout droit au chômage. C’était déjà compliqué de comprendre les règles de l’assurance chômage, la nouvelle réforme les rend encore plus obscures.

Les injustices et les inégalités nourrissent la colère CAC40 : le véritable bilan annuel

L’édition 2022 de « CAC40 : le véritable bilan annuel » publiée le 14 novembre, compile et analyse les données publiquement disponibles sur le comportement des grands entreprises françaises en matière financière, fiscale, écologique, sociale et politique. Elle contient aussi une enquête inédite sur la composition des conseils d’administration du CAC40. Cette analyse permet de prendre la mesure des liens étroits entre les grandes entreprises françaises, qui explique leur forte soli-

darité ainsi que leur alignement sur les mêmes pratiques en matière de dividendes, de rémunérations patronales, de fiscalité ou de climat.

Au final, l’édition 2022 interroge les liens de plus en plus ambivalents ou conflictuels entre « le CAC40 » et « la France ».

Les principaux chiffres à retenir

• Le CAC40 a battu des records de profits en 2021 (157 milliards €) et au premier semestre 2022 (72,8 milliards),

4 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 LE RÉVEIL ACTUALITÉS

berne provoquent une véritable fuite des machinistes et une crise des vocations. La mise en concurrence des nouveaux bassins OPTILE provoquent également des difficultés majeures en grande couronne à l’image des récents incidents en Seine-et-Marne, Essonne, Yvelines, Val d’Oise…

Il y a urgence à sursoir cette privatisation – financée par l’endettement – pour retrouver le niveau de service qui faisait la notoriété mondiale de la région.

Alors que cette réalité pénalise les usagers, les salariés des transports, les collectivités et l’activité économique, Valérie Pécresse a annoncé l’augmentation prochaine des tarifs.

Malgré l’inflation et la crise sociale, une hausse massive du passe Navigo pouvant atteindre 20 euros par mois est redoutée, dès janvier 2023.

Les usagers des transports franciliens verraient ainsi sanctionnés leur porte-monnaie et leur usage vertueux des transports collectifs.

Face à cette situation inacceptable, une campagne régionale d’information baptisée « Stop galère » a été lancée le 20 octobre 2022. En quelques jours, plus de 10 000 usagers se sont rassemblés autour de mots d’ordre d’intérêt général : gel les tarifs, mobilisation de nouveaux financements, rétablissement de 100 % de l’offre de transport, arrêt la privatisation…

Certes, les difficultés d’Ile-de-France Mobilités sont réelles et les causes multiples. Toutefois, l’urgence sociale et climatique exige des solutions ambitieuses, historiques, à l’image des plans d’urgence et des mesures tarifaires mises en œuvre en Allemagne notamment.

Alors que des financements alternatifs

existent pour investir tout en épargnant les ménages, ils n’ont pas trouvé –pour l’instant – l’oreille attentive que la gravité de la situation exige.

Pourtant les usagers expriment leur fatigue voire une colère légitime. Il est de la responsabilité des décideurs publics et du Gouvernement d’entendre et d’agir, enfin.

C’est dans cet état d’esprit que 24 Maires et 1 Président de territoire* rejoignent ce jour la démarche « Stop Galère » pour peser sur l’amélioration et l’avenir des transports franciliens. Elles et ils sollicitent, aux côtés des Conseillères et Conseillers régionaux à l’initiative de la mobilisation, un rendez-vous auprès de la Première Ministre pour faire entendre la voix des usagers et des élu. es francilien.nes.

* Arcueil, Bagneux, Bobigny, Bonneuil-surMarne, Boissy-Saint-Léger, Champs-sur-Marne, Chevilly-Larue, Colombes, Fleury-Mérogis, Fontenay-sous-Bois, Fosses, Gennevilliers, Gentilly, Grand Orly Seine Bièvre, Grigny, Ivry-sur-Seine, Le Kremlin-Bicêtre, Limay, Malakoff, Mitry-Mory, Montreuil, Noisy-le-Sec, Orly, Pierrelaye, Villejuif

Précarité alimentaire, les associations caritatives sonnent l’alarme

Restos du cœur, épiceries sociales ou soupes populaires : à l’heure où s’ouvre la 38e campagne de l’association fondée par Coluche, le monde caritatif fait figure de dernier rempart pour “les plus pauvres des pauvres” qui subissent de plein fouet l’inflation et la précarité alimentaire.

Les associations font toutes le même constat. A mesure que les prix augmentent, le nombre des bénéficiaires de l’aide alimentaire gonfle et la pauvreté se creuse.

Depuis avril, le nombre de bénéficiaires des “Restos” - qui ont lancé mardi leur 38e campagne nationale -, a ainsi bondi de 12 % et leurs difficultés se sont accrues, puisque 60 % (au lieu de 50 % un an plus tôt) vivent dans l’“extrême pauvreté”, c’est-à-dire avec moins de la moitié du seuil de pauvreté (551 euros par mois).

Dans les Banques alimentaires, la hausse constatée de la fréquentation est de 9 % au premier semestre, “soit à peu près autant en six mois qu’auparavant en deux années de Covid”, observe avec amertume la directrice du réseau Laurence Champier.

Au total, 3,2 à 3,5 millions de personnes en France ont recours à une aide alimentaire apportée par des associations - que ce soit via des distributions de colis, de repas chauds ou des épiceries solidaires - détaille une étude de l’Insee parue mardi.

Ces bénéficiaires comptent parmi “les plus pauvres des pauvres” et sont souvent contraints de se priver pour mieux nourrir leurs enfants : leur niveau de

6 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 LE RÉVEIL ACTUALITÉS
RER gare du Nord Paris.

vie moyen n’atteint que 637 euros par mois, soit nettement moins que les 877 euros perçus en moyenne par l’ensemble des ménages vivant sous le seuil de pauvreté, précise l’institut d’études statistiques.

Près d’un tiers (32 %) des bénéficiaires « déclarent se coucher souvent ou parfois en ayant faim » et les deux tiers de ceux qui ont des enfants déclarent que, dans leur famille, les adultes doivent “souvent ou parfois” réduire leur part au profit des enfants.

Pour répondre aux besoins croissants des plus précaires - qui parfois, n’ont même plus de quoi se payer l’essence pour aller chercher leur colis alimen-

taire - les associations doivent ellesmêmes composer avec des coûts en hausse, ce qui fait redouter un “effet ciseaux”.

Pour autant, les Restos du Cœur n’envisagent pas de réduire l’aide apportée à leurs 1,1 million de bénéficiaires et en appellent donc plus que jamais aux dons des Français qui contribuent aux trois quarts des besoins de l’association.

Or, « nous avons beaucoup de donateurs modestes », souligne M. Douret qui se demande « jusqu’à quand ils pourront continuer à donner » dans ce contexte difficile.

Une inquiétude partagée par Laurence

Champier, des Banques alimentaires, qui lancent le week-end prochain leur grande “collecte nationale” auprès du grand public : en faisant don d’un paquet de pâtes ou d’un bocal de haricots à la sortie de leur supermarché, les particuliers peuvent contribuer à 10 % des besoins annuels du réseau associatif, explique-t-elle.

“Chaque geste compte”, résume Mme Champier. « La générosité, c’est un outil de cohésion sociale, on va en avoir besoin face à cette crise qui s’annonce. Il faut qu’on continue à être soudés, malgré les difficultés budgétaires que nous connaissons tous ».

Source : AFP – extraits – 23/11/22

Ursula von der Leyen, la femme qui se prend pour l’Europe

La présidente de la Commission européenne a pris du galon à l’occasion du Covid-19, puis de la guerre en Ukraine. Mais avec quelle légitimité ? En 2019, Emmanuel Macron et Angela Merkel s’accordaient sur le nom d’Ursula von der Leyen pour présider la Commission européenne. L’ancienne ministre allemande de la Défense a donc pris la tête de l’institution chargée, en principe, de proposer et d’appliquer les politiques européennes. En principe, parce qu’Ursula von der Leyen prend aussi très à cœur son image internationale : on l’a vue récemment à la COP 27 en Égypte, au G20 de Bali, à un forum géopolitique à Bahreïn…

Ces rencontres au sommet contribuent à sa notoriété… même quand elles déraillent. C’est ce qu’a montré le « sofagate », cet incident qui a eu lieu en avril 2021, quand le Belge Charles Michel, président du Conseil européen (qui représente les États membres) et Ursula von der Leyen ont été reçus à Ankara par le président turc Erdogan. Ce dernier a installé Charles Michel dans un fauteuil… et les deux hommes

ont laissé Von der Leyen s’asseoir sur un divan à l’écart.

Selon la coutume protocolaire de l’UE, Ursula von der Leyen a un rang inférieur à Charles Michel. Mais le malaise provoqué par ces images l’a conduite à dénoncer une attitude sexiste… et à pousser ses pions. Car au-delà de cet épisode, qui a pris des proportions considérables dans la “bulle” bruxelloise, la présidente de la Commission a habilement surfé sur la succession de crises récentes pour prendre du galon.

Le Covid-19, d’abord, puisque la Commission européenne a coordonné la commande massive de vaccins.

C’est à cette occasion qu’Ursula von der Leyen a eu un mystérieux échange de textos avec le PDG de Pfizer, des messages jamais rendus publics en dépit de nombreuses injonctions. La Commission a aussi la charge du plan de relance européen post-Covid, soit plus de 700 milliards d’euros. Et depuis l’invasion russe l’hiver dernier, Ursula von der Leyen a épousé vigoureusement la cause ukrainienne : elle a été très proactive sur les sanctions contre la Russie et les livraisons

d’armes à l’Ukraine, et a même jugé que Poutine devrait comparaître devant la Cour pénale internationale… La Commission européenne est donc devenue plus puissante que jamais, mais attention, il ne s’agit pas d’un coup d’État. Ce sont les États membres, à commencer par la France et l’Allemagne, qui l’ont voulu ainsi. Le tournant majeur a été cette conférence de presse d’Emmanuel Macron et Angela Merkel, au printemps 2020 : pour la première fois, la Commission était autorisée à emprunter de l’argent sur les marchés pour financer la relance post-Covid, un tournant historique dans la construction européenne. Une progression à peine voilée vers le fédéralisme, qui n’a pas fait l’objet d’un débat démocratique. C’est tout le problème.

Source : Marianne – L. Hausalter – 24/11/22

LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 7 ACTUALITÉS LE RÉVEIL
Ursula von der Leyen.

Jean-Pierre DELAHAYE, Hommage

Militant de la Jeunesse Communiste à Alfortville puis à Choisy-le-Roi, il accède à des responsabilités départementales dans les années 70 à la Jeunesse Communiste. Puis, membre du Parti Communiste, il devient tout naturellement secrétaire de section.

Il intégrera le journal « L’Humanité » auprès de son directeur Roland Leroy, puis à la rubrique Internationale comme journaliste et correspondant permanent au Vietnam.

donner à chacun les informations pour comprendre les enjeux nationaux et internationaux).

Le Réveil des Combattants et l’ARAC remercient Jean-Pierre pour sa participation précieuse pendant plusieurs années.

Toute notre affection et notre amitié à sa famille, Brigitte son épouse, ses enfants Patrick, Emilie, Nicolas et Léa, et à ses petits-enfants, dans cette période douloureuse qu’elle traverse.

Le Comité de édation du Réveil autour de Jean-

Notre ami, notre camarade Jean-Pierre Delahaye vient de nous quitter. Il a assuré sa contribution, son engagement à notre journal « Le Réveil des Combattants » jusqu’au bout. Dans le numéro du mois de novembre 2022, nous avions ses analyses, sa réflexion sur la situation internationale. A chaque numéro, l’apport de Jean-Pierre à notre réflexion était important. Jean-Pierre vivait à 100 à l’heure. Il militait pour un monde meilleur, un monde de paix.

Quelques années après son retour en France, il rejoint Christian Favier –président du Conseil Départemental 94 – pour se charger des relations presse.

En 2016, il participe à la « Chaine des anciennes et anciens de l’Humanité » pour défendre le journal qui connait des difficultés financières.

Retraité, il reste un journaliste et un militant engagé, il intègre le Comité de Rédaction du « Réveil des Combattants » pour les pages internationales (journal créé en 1931 par Paul Vaillant-Couturier, Henri Barbusse… pour

Gérard Memmi : Les bons moments partagés avec cet ami fidèle sont nombreux et défilent dans ma tête depuis l’annonce de cette triste nouvelle. J’ai un moment mémorable au CG94 avec Jean-Pierre et une franche rigolade avec Evo Morales.

José Fort, Claude Marchand, Bruno Peuchamiel, Daniel Roussel : Oui nous sommes tristes, très tristes, Jean-Pierre est parti avant même que nous puissions reprendre le projet commun de livre sur les coulisses de nos reportages à travers l’Europe et le Monde, projet que nous avions longuement évoqué lors de la dernière réunion conviviale du « club des cinq », à deux pas de chez lui juste avant le confinement. Restent donc les souvenirs, du boulot bien sûr à la vie inter, mais ceux des crises de rires et des coups de gueules que nous avons partagés. Serge Cao : Je suis bien attristé. Ce que je retiens de Jean-

Avec ses amis, avec ceux qui ont croisé sa route, ceux qui ont travaillé avec lui, nous pouvons dire qu’au-delà du caractère de chacun, le temps passé avec Jean-Pierre était riche, enthousiaste, souvent festif et que nous sommes fiers de l’avoir côtoyé.

Le Comité de Rédaction du Réveil Le Directeur gérant, Raphaël Vahé Le Directeur, Patrick Staat La Rédactrice en Chef, Brigitte Canévêt-Contant L’Administratrice : Annick Chevalier Et toute la direction de l’ARAC

Pierre à travers les années de la JC et aussi du Vietnam, c’est sa grande gentillesse.

Laurence Cohen : Quelle triste nouvelle. Jean-Pierre et le journal de la FD à notre retour de New-York en 2000/2001.

Patrick Appel-Muller : Les années de la JC, l’Humanité, la fédération du Val de Marne, le service de presse du département. Et l’amitié, les bringues, les coups de gueule. J’ai le cœur gros. J’embrasse Brigitte et les enfants.

Christian Favier : Il restera longtemps dans nos cœurs. J’avais beaucoup d’estime et d’amitié pour lui. Nous avons partagé tant de bons moments au département mais aussi à la JC, il y a très longtemps. Ce soir je partage ta peine.

Michel Coronas : Une très grande tristesse qui nous envahit. J’ai une très grande affection pour Jean-Pierre avec qui j’ai partagé beaucoup d’émotions, de rigolades, de coups de colère… Un ami bien sûr, un camarade au sens le plus vrai du terme.

Et beaucoup d’autres encore, dont Gilles Saint-Gal, JeanPierre Moineau, Françoise Davisse, Liliane Jean, Alain Bachellier, Pascal Savoldelli, Didier Guillaume…

8 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 LE RÉVEIL HOMMAGE
Pierre Delahaye. Evo MORALES, Jean-Pierre DELAHAYE, Michel CORRONAS, Gérard MEMMI.

A Liverpool, les dockers font plier les patrons

Royaume-Uni. En grève depuis le 19 septembre, les ouvriers du grand port au nord-ouest de l’Angleterre ont décroché des augmentations de salaires de 14 à 18 %, au lieu des 5 % proposés.

Lorsque, au mois de septembre, le syndicat britannique Unite The Union a annoncé qu’il consultait les salariés des ports de Liverpool pour organiser une grève, peu y croyaient. Certes, la colère était bien présente sur les docks, avec une inflation à plus de 12 % et une augmentation attendue du gaz. Mais la peur d’un lock-out trottait dans les esprits. Finalement, Liverpool la fière, celle qui avait tenu tête à Margaret Thatcher malgré le sang et les larmes, s’est mobilisée. Toute une ville autour de ses ouvriers. Une grève comme on n’en avait pas vu depuis 1995, commencée le 19 septembre. Cinq solides semaines en cet automne 2022, une victoire à la clé. Il n’y a aura pas de trophée, comme pour le foot, qu’on pourra exhiber dans les pubs. Mais des souvenirs intenses et fiers.

Il y a sept semaines, lorsqu’ils ont appris le refus de leur employeur, Mersey Docks and Harbour Company (MDHC), qui appartient au deuxième plus grand opérateur portuaire du Royaume-Uni, Peel Ports Group, d’accepter leur demande d’augmentation de salaire, leur sans n’a fait qu’un tour. Ils ont arrêté le travail et mis en place des piquets avec une stratégie bien pensée, appelée « grève plus ». Ils ont été absents pendant deux semaines en septembre, sont retournés au travail pendant une semaine, à l’arrêt pour une autre semaine, puis ont repris le travail. Ils étaient en grève deux semaines de plus et ont travaillé à nouveau la semaine dernière. Ils ont finalement obtenu des augmentations de salaires comprises entre 14 et 18 % et

Dockers de Liverpool en lutte.

plus, selon les catégories, après qu’un accord a été conclu par Unite, le syndicat des dockers, alors que les patrons de Peel Ports n’offraient, au départ que 5 %. Jeudi sur les quais, environ 600 travailleurs ont été voté massivement en faveur (98 %) de l’accord, qui a été négocié plus tôt cette semaine.

Mersey Docks and Harbour Company, propriétaire du site de Liverpool, a réalisé des bénéfices de 30 millions de livres sterling (34 millions d’euros) en 2021 après que les travailleurs ont poursuivi l’activité pendant la pandémie. Sa société mère, Peel Group est basée dans le paradis fiscal de l’Ile de Man et appartient au magnat John Whitaker, qui vaut plus de 1,4 milliards de livres sterling (1,6 milliards d’euros). Les docks de Felixstowe, autre site important, ont réalisé un bénéfice de 61 millions de livres sterling en 2020, au plus fort de la pandémie. Le conglomérat international CK Hutchison Ltd, qui les détient a donné 99 millions de livres sterling (112 millions d’euros) aux actionnaires.

Un exemple pour les travailleurs du monde entier

« C’est une victoire très importante pour les membres d’Unite sur les quais de Liverpool. La détermination de nos membres sur la ligne de piquetage et la stratégie de « grève plus » de Unite ont forcé l’entreprise à faire preuve de bon sens et à faire ce qui s’impose », a salué Shaon Graham, secrétaire général de Unite the Union, avant de mettre en garde les patrons : « Ne vous y trompez pas, Unite continuera à se battre pour les emplois, les salaires et les conditions de travail et à défendre les travailleurs sans relâche. » Steven Saunderson, représentant de Unite, a expliqué : « Les fêtes de fin d’année approchant, les gens avaient commencé à s’inquiéter. Mais maintenant, nous récupérons déjà nos salaires, soit environ 1 500 livres sterling garanties avant Noël. Tous les garçons et les filles le méritent. Cet endroit était à l’arrêt complet. Rien ne bougeait. C’est tout à l’honneur de tous nos adhérents. C’est leur pression qui a créé

LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 9 INTERNATIONAL LE RÉVEIL

La paix, un horizon plus aussi lointain en Ukraine

Royaume-Uni. En grève depuis le 19 septembre, les ouvriers du grand port au nord-ouest de l’Angleterre ont décroché des augmentations de salaires de 14 à 18 %, au lieu des 5 % proposés.

Lorsque, au mois de septembre, le syndicat britannique Unite The Union a annoncé qu’il consultait les salariés des ports de Liverpool pour organiser une grève, peu y croyaient. Certes, la colère était bien présente sur les docks, avec une inflation à plus de 12 % et une augmentation attendue du gaz. Mais la peur d’un lock-out trottait dans les esprits. Finalement, Liverpool la fière, celle qui avait tenu tête à Margaret Thatcher malgré le sang et les larmes, s’est mobilisée. Toute une ville autour de ses ouvriers. Une grève comme on n’en avait pas vu depuis 1995, commencée le 19 septembre. Cinq solides semaines en cet automne 2022, une victoire à la clé. Il n’y a aura pas de trophée, comme pour le foot, qu’on pourra exhiber dans les pubs. Mais des souvenirs intenses et fiers.

Il y a sept semaines, lorsqu’ils ont appris le refus de leur employeur, Mersey Docks and Harbour Company (MDHC), qui appartient au deuxième plus grand opérateur portuaire du Royaume-Uni, Peel Ports Group, d’accepter leur demande d’augmentation de salaire, leur sans n’a fait qu’un tour. Ils ont arrêté le travail et mis en place des piquets avec une stratégie bien pensée, appelée « grève plus ». Ils ont été absents pendant deux semaines en septembre, sont retournés au travail pendant une semaine, à l’arrêt pour une autre semaine, puis ont repris le travail. Ils étaient en grève deux semaines de plus et ont travaillé

à nouveau la semaine dernière. Ils ont finalement obtenu des augmentations de salaires comprises entre 14 et 18 % et plus, selon les catégories, après qu’un accord a été conclu par Unite, le syndicat des dockers, alors que les patrons de Peel Ports n’offraient, au départ que 5 %. Jeudi sur les quais, environ 600 travailleurs ont été voté massivement en faveur (98 %) de l’accord, qui a été négocié plus tôt cette semaine.

Mersey Docks and Harbour Company, propriétaire du site de Liverpool, a réalisé des bénéfices de 30 millions de livres sterling (34 millions d’euros) en 2021 après que les travailleurs ont poursuivi l’activité pendant la pandémie. Sa société mère, Peel Group est basée dans le paradis fiscal de l’Ile de Man et appartient au magnat John Whitaker, qui vaut plus de 1,4 milliards de livres sterling (1,6 milliards d’euros). Les docks de Felixstowe, autre site important, ont réalisé un bénéfice de 61 millions de livres sterling en 2020, au plus fort de la pandémie. Le conglomérat international CK Hutchison Ltd, qui les détient a donné 99 millions de livres sterling (112 millions d’euros) aux actionnaires.

Un exemple pour les travailleurs du monde entier

« C’est une victoire très importante pour les membres d’Unite sur les quais de Liverpool. La détermination de nos membres sur la ligne de piquetage et la stratégie de « grève plus » de Unite ont forcé l’entreprise à faire preuve de bon sens et à faire ce qui s’impose », a salué Shaon Graham, secrétaire général de Unite the Union, avant de mettre en garde les

lviv grande ville de l’Ouest de l’Ukraine.

patrons : « Ne vous y trompez pas, Unite continuera à se battre pour les emplois, les salaires et les conditions de travail et à défendre les travailleurs sans relâche. » Steven Saunderson, représentant de Unite, a expliqué : « Les fêtes de fin d’année approchant, les gens avaient commencé à s’inquiéter. Mais maintenant, nous récupérons déjà nos salaires, soit environ 1 500 livres sterling garanties avant Noël. Tous les garçons et les filles le méritent. Cet endroit était à l’arrêt complet. Rien ne bougeait. C’est tout à l’honneur de tous nos adhérents. C’est leur pression qui a créé l’accord que nous avons obtenu. » Le délégué syndical se félicite du fait que les grévistes « ont retourné l’opinion publique et ont reçu un soutien international. « Les gens ont réalisé que nous ne sommes pas avides, mais des gens normaux de la classe ouvrière qui en ont marre d’être traités comme de la merde. »

La fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) et le Conseil international des dockers (IDC) ont salué la victoire des ouvriers de Liverpool. « Le courage et l’engagement des dockers à se lever et à se battre contre un employeur qui semblait se soucier davantage de ses actionnaires que de ses travailleurs

INTERNATIONAL LE RÉVEIL LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 11

– pendant la pire crise du coût de la vie de l’histoire récente – inspireront les travailleurs du monde entier à se battre pour la justice salariale et un niveau de vie décent », a insisté Paddy Crumlin, président de l’ITF et docker lui-même. Dans un contexte

de lutte exacerbée, ce succès à Liverpool va sans doute décupler les forces des autres catégories professionnelles au Royaume-Uni. « Nous allons sortir dans les prochains mois et soutenir les autres, les grévistes de Jacob’s (une usine de biscuits de Li-

verpool où 750 employés ont cessé le travail – NDLR), les infirmiers et les cheminots de RMT », prévient Steven Saunderson.

Selon Pékin, le projet américain de déployer des B-52 en Australie ne ferait qu’aggraver les tensions…

La Chine a lancé lundi 31 octobre un avertissement sévère selon lequel les projets de Washington de déployer six de ses bombardiers B-52 à capacité nucléaire dans une base militaire australienne pourraient déclencher une course aux armements et aggraver les tensions dans la région. Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, s’exprimant lors d’un briefing régulier lundi 31 octobre à Pékin, a appelé les Etats-Unis et l’Australie à abandonner ce qu’on appelait une « mentalité dépassée de la Guerre froide à somme nulle

et un état d’esprit géopolitique étroit ». « Une telle décision des Etats-Unis et de l’Australie exacerbe les tensions régionales, porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité régionales et pourrait déclencher une course aux armements dans la région » a souligné Zhao. Selon des sources, des installations dédiées aux bombardiers à longue portée seront mise en place dans la base aérienne située à environ 300 kilomètres au sud de Darwin, la capitale du territoire du Nord australien. Cette information a été annoncée pour la

première fois par le programme Four Corners de l’Australian Broadcasting Corp, citant des documents américains. Les plans des Etats-Unis sont considérés par Pékin comme une menace en plein tension croissante entre les deux pays au sujet de Taïwan. Plus tôt cette année, dans un geste provocateur, les Etats-Unis ont déployé quatre B-52 sur leur base Andersen Air Force à Guam, le territoire insulaire américain dans le Pacifique occidental.

(Press TV, le 01-11-2022)

LE RÉVEIL INTERNATIONAL 12 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023
Ukraine.

du 19 mars 1962 » avec Madame le Maire, le Conseiller général, des élus et personnalités pour lever les couleurs (avec tambours et clairons) et déposer des fleurs.

Puis nous allons tous au monument aux morts où nous attendent les camarades des autres organisations, notamment ceux de l’UNC, UNCAFN, FNCPG-CATM. Ainsi unis, nous participons à l’hommage aux 30 000 soldats tués en Algérie et après cette cérémonie solennelle, nous allons fleurir avec les familles les trombes des neuf camarades bagnoletais morts en Afrique du Nord. Ensuite, Mme le Maire et le Conseil Municipal offrent une réception (…).

Le dimanche suivant, les adhérents de la FNACA, de l’ARAC, de nombreux amis d’autres associations et leurs familles se retrouvent pour apprécier dans l’amitié un « couscous de la paix tourné vers l’avenir ».

En 1982, pour le 20e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, l’ARAC décide de lancer une série d’initiatives publiques rassemblant Anciens combattants et Victimes de guerre, familles, ami(e)s et population pour générer un mouvement le plus large possible, à la fois pour la satisfaction des droits à réparation que pour imposer la date du 19 mars (1962) comme commémoration officielle de la fin de la Guerre d’Algérie.

Le coup d’envoi est donné à Paris, dans la grande salle des fêtes de la mairie du 10e Arrondissement où André Fillère (secrétaire général) appelle – au nom de la direction nationale de l’ARAC – à intensifier la campagne pour le 19 mars et à magnifier les commémorations en les élargissant à tous les Républicains, à tous ceux qui – épris de paix et d’amitié entre les peuples – ont agi hier pour la paix en Algérie et continuent aujourd’hui – avec ceux qui n’ont pas connu cette guerre – à lutter pour un monde sans arme et solidaire.

Une série de fêtes – nommées « Fêtes d’hiver des anciens combattants d’Algérie-Tunisie et Maroc, et des familles » - vont alors se mettre en place et perdureront pendant près de 15 ans.

La première eut lieu à Paris, boulevard Blanqui, le 26 novembre 1977. Elle fut animée par Claude Vinci – chanteur et écrivain, membre de l’ARAC, jeune mêlé à la Résistance anti-nazie dont les chansons et les livres conserveront les traces des blessures et des drames qu’occasionnent les guerres. Suite à son tour de chant fut projeté le film de René Vautier « Avoir 20 ans dans les Aurès », suivi d’un buffet campagnard et d’une soirée dansante animée par Corinne Rousselet, la « Petite Princesse de l’accordéon »

Ces fêtes d’hiver, avec leur style propre – un chanteur tel Francis Lemarque en après-midi, la choucroute garnie, puis le bal en soirée – s’avéreront des moyens extraordinaires qui formeront des milliers de militants et de responsables Anciens Combattants en Afrique du Nord, assureront une cohésion fraternelle et souvent familiale entre les Anciens Combattants des diverses générations du feu (14-18, 3945, Indochine, Algérie) et ancreront à jamais la revendication de la commémoration officielle du 19 mars 1962 comme fondamentale pour tous.

Pour le trentième anniversaire de la fin de la guerre, en 1982, le Président national, Georges Doussin, note : « Aujourd’hui, 30 ans après, nous avons encore à gagner dans notre pays l’égalité des droits pour les combattants en Algérie » et il appelle à faire de cette commémoration une nouvelle étape dans la prise de conscience collective que « le temps des guerres doit être définitivement révolu » et que « sous peine de voir notre planète détruite et impropre à toute vie humaine, il nous faut construire une ère nouvelle où la violence, la haine et les armes seront

bannies à jamais des relations entre les peuples ».

Le 19 mars 1995 sera marqué de façon originale et exceptionnelle par l’ARAC.

En effet, pendant que – dans toute la France – l’Association se rassemble pour participer avec la FNACA, l’ANCAC et toutes les Associations d’Anciens Combattants associées aux commémorations locales et départementales, toute la direction nationale de l’ARAC se déplace à Marseille où elle organise – avec le concours efficace de l’ARAC des Bouches du Rhône – un symposium international consacré au problème des psychotraumatismes de guerre.

Deux jours durant, scientifiques et Anciens Combattants français, américains, anglais, italiens, hollandais, allemands, norvégiens, etc., échangent et débattent de cette question, des soins à prodiguer, des moyens de le faire, du droit à réparation, de la réinsertion sociale des victimes de psychotraumatismes, etc.

Une grande première internationale, ignorée volontairement du gouvernement français de l’époque, et qui trouvera son prolongement à travers le colloque de l’Union Française des Associations de Combattants (UFAC) puis celui de la Fédération Mondiale des Anciens Combattants (FMAC) à Cracovie.

Une manière spécifique pour l’ARAC, de lier la guerre, ses effets et les soins à prodiguer, autant d’éléments à ne pas séparer du souvenir, de la mémoire et du 19 mars.

DOSSIER LE RÉVEIL LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 15

Pour le 19 mars 1989, le journal manifeste son approbation « de la décision prise par le gouvernement d’utiliser enfin officiellement le terme de « guerre d’Algérie » (votes unanimes du 10 juin 1999 à l’Assemblée nationale et du 5 octobre au Sénat). C’est là un acte de lucidité et d’honnêteté intellectuelle qui met fin à trop d’années passées dans la négation de l’évidence, négation insultante pour toutes les victimes et leurs familles, et justifiant toutes les injustices dont elles sont encore victimes aujourd’hui par le non-respect de leur droit à réparation ».

Le 40e anniversaire de la fin de la guerre est marqué par la tenue d’un colloque international organisé par l’ARAC à l’Hôtel de Ville de Paris, les 4 et 5 mars 2002.

Colloque d’autant plus novateur que, consacré aux combattants pacifistes dans la guerre d’Algérie, il réunit des acteurs du conflit et des historiens, des philosophes et des écrivains des deux rives de la Méditerranée, des Algériens et des Français.

Concluant les travaux de ce colloque, Georges Doussin soulignait l’importance du 19 mars, déclarant que pour l’ARAC, « il est évident qu’au-

cune autre date que celle du 19 mars ne peut être la date officielle de commémoration de la fin de la Guerre d’Algérie ».

Il recherchait dans l’attitude négative de certains députés « l’expression du refus du jugement de l’Histoire et des hommes sur le caractère colonialiste de la Guerre d’Algérie, sur ses causes, ses pratiques, ses séquelles et ses conséquences, l’expression de leur volonté d’empêcher la mémoire nationale, la conscience nationale de se cristalliser autour de cette date, l’expression de leur volonté de taire l’action menée pendant la Guerre d’Algérie par des Françaises et des Français de plus en plus nombreux de 1954 à 1962, dans toutes les couches de la population pour la paix en Algérie ».

Utilisant cette question de la date comme « pomme de discorde » entre les associations d’anciens combattants, les gouvernements successifs refusent le 19 mars, où s’y prennent de telle sorte dans leur démarche (voir le gouvernement socialiste de Lionel Jospin faisant voter en fin de législature une loi officialisant l’Assemblée Nationale le 19 mars, puis considérant que la majorité relative obtenue était « insuffisante » (Sic) l’abandonnait !) que satisfaction n’est pas donnée à l’histoire.

Alors que le Mouvement Anciens Combattants s’accommoder plus ou moins d’un « compromis » qui voit commémorer le 16 octobre (1977, date de l’inhumation du corps d’un soldat inconnu de la Guerre d’Algérie au cimetière de Notre-Dame-de-Lorette) et le 19 mars comme date de la fin de la Guerre d’Algérie, le gouvernement met sur pied une commission « équilibrée » dans laquelle l’ARAC et la FNACA sont confrontées à une majorité d’Association d’Anciens Combattants pour la plupart non représentatives mais dotées du droit de vote.

La FNACA et l’ARAC y défendront

l’authenticité de la seule date commémorative ayant un rapport direct avec la Guerre d’Algérie, celle du 19 mars 1962, celle de la proclamation officielle sur le terrain du Cessez-le-feu par les Etats-majors de l’Armée française et de l’Armée de Libération Nationale algérienne.

Le gouvernement et ses « alliés » imposèrent pourtant – par le nombre des associations invitées arbitrairement et non par leur réelle représentativité – la date du 5 décembre 2002 qui vit le Président de la République inaugurer le Mémorial National d’AFN Quai Branly à Paris… Un jour où son emploi du temps le lui permettait !

Et toujours avec le même souci de division, le gouvernement profitait de l’absence du Président national de l’ARAC – malade et hospitalisé en examen – pour ne pas lire la déclaration qu’il avait pourtant adressée en temps voulu, affirmant la position sans équivoque de l’ARAC pour le 19 mars.

Et « le Réveil des Combattants » de rappeler cette réalité : le 18 mars 1962, le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la République algérienne ont signé à Evian des accords mettant fin à la Guerre d’Algérie, accord dont l’Article 1 prévoit la proclamation officielle sur le terrain, en Algérie, d’un Cessez-le-feu le 19 mars 1962 à midi. Et il reprend l’idée lancée au colloque international de faire du 19 mars une journée de mémoire et du souvenir franco-algérienne.

Le 19 mars 1962 est aujourd’hui une date inscrite sur les plaques de nombreuses rues et places de France, inaugurées par des conseils municipaux à la demande de l’ARAC ou de la FNACA. Ce sont les murs de nos villes qui témoignent de la fin de cette guerre.

Tout cela explique pourquoi l’ARAC considère qu’il ne peut y avoir d’autre date commémorative de la fin de la guerre que celle du 19 mars.

LE RÉVEIL DOSSIER 16 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023
Charonne 8 février 1962.

L’ARAC – dès le début de la Guerre d’Algérie – dénonça l’emploi de la torture et son institutionnalisation à travers la bataille d’Alger. Avec son journal, elle se joindra à toutes les campagnes contre cette gangrène, notamment lors de la parution du livre « La question » écrit par Henri Alleg (directeur du journal interdit « Alger Républicain ») arrêté et torturé par les parachutistes en printemps 1957.

Ce livre – écrit clandestinement en prison – décrit les tortures endurées, la dernière rencontre avec le mathématicien Maurice Audin (assassiné après avoir été torturé et dont le corps n’a

Contre la torture

jamais été retrouvé). Mis en vente par les Editions de Minuit de Jérôme Lindon le 12 février 1958, il est saisi par le gouvernement.

Immédiatement, « le Réveil » - dans son édition d’avril 1958 – réagit et proteste, consacrant une demi-page sous le titre :

« Ils ne craignent rien tant que la vérité, cette vérité qui leur fait peur… L’ouvrage de Henri Alleg « LA QUESTION »

Saisi par ordre du gouvernement. »

Tout au long de la Guerre d’Algérie, l’ARAC mènera cette campagne, et la poursuit encore aujourd’hui au côté de la veuve du général Paris de Bollardière (qui démissionna plutôt que cautionner la torture) et des signataires de « L’Appel des douze » réclamant la reconnaissance du crime d’Etat que constitue la torture durant la Guerre d’Algérie.

En 1960, alors que des pourparlers sont engagés à Melun, Casimir Lucibello, secrétaire de l’ARAC, écrit « que le succès des négociations dépend avant tout de l’action » des Français eux-mêmes, face aux complots réitérés des ultras d’Alger et de leurs complices en France.

Vérification en est faite avec le putsch du « quarteron de généraux en retraite ».

Dans son numéro de mai 1961, le Réveil des Combattants exige « le châtiment exemplaire des coupables (et) la paix en Algérie ». Il appelle à « soutenir les soldats du contingent qui refuseront de se ranger aux côtés de la rébellion ». Un soutien lucide et clairvoyance qui s’exprime également envers les officiers et sous-officiers républicains de carrière ayant refusé de s’associer aux généraux factieux félons.

En mai, une délégation conduite par le président national, Félix Brun, se rendra à Evian, porteuse d’une ré-

solution de l’ARAC remise à chaque délégation, française et algérienne, demandant la réalisation rapide d’un accord pour l’application du droit à l’autodétermination, de prendre des mesures pour qu’aussitôt intervienne le cessez-le-feu, pour jeter les bases des liens d’amitié.

Le 8 février 1962, c’est la tuerie du métro Charonne et l’ARAC rend hommage aux victimes de la répression policière et proteste contre l’indulgence dont bénéficient les assassins et plastiqueurs de l’OAS2

Enfin, le cessez-le-feu intervient et est salué « avec d’autant plus de joie qu’elle (l’ARAC) n’a cessé de s’élever contre cette guerre cruelle et ruineuse, qu’elle n’a cessé de proclamer que le drame algérien ne serait pas résolu par la force des armes mais par la négociation avec ceux contre qui on se bat sur la base du droit des peuples à disposer d’euxmêmes ». Le texte s’achève par cette déclaration :

« L’ARAC approuvant sans réserve les accords d’Evian appelle à répondre OUI au référendum du 8 avril prochain » et s’engage à défendre les droits et aspirations des anciens combattants et victimes de guerre.

LE RÉVEIL DOSSIER 18 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023
Parmi les victimes, Edouard Lemarchand, ancien résistant, membre de la 9e section de l’ARAC de Paris.

Défendre les droits

39-45 et de la résistance. Alors, l’Algérie, faut pas rêver…

Même pendant les années de guerre, la défense des droits des anciens combattants aura été une constante de l’action de l’ARAC. Dès le début de la Guerre d’Algérie, l’ARAC ouvre les portes de ses permanences locales aux familles de rappelés et d’appelés. Elle s’emploie à leur faire obtenir de l’aide sociale en cas de besoin et – hélas, quand survient le drame du fils tué ou blessé – à épauler les familles dans les démarches. Dès 1956, l’ARAC organise à Paris – notamment dans le 13e arrondissement – des réunions destinées aux rappelés avant leur départ, ou après leur retour pour les aider à revendiquer des droits à réparations identiques à ceux de leurs aînés des conflits précédents.

A plus forte raison la paix revenue, il faut pallier aux séquelles du conflit : blessures (1 109 182 selon le service historique des armées), mutilations, chocs psychologiques, traumatismes psychiques de guerre alors que des dizaines de milliers de traumatisés ont été laissés sans soins, et que l’égalité du droit à réparation est officiellement contestée.

Il faudra alors des décennies de luttes et d’initiatives les plus diverses pour faire évoluer au service des Anciens Combattants en Afrique du Nord une législation et un code des Pensions Militaires d’Invalidité puisant ses racines dans la guerre de 1418, et se refusant encore à prendre en compte tous les droits des AC de

Le service juridique et le secrétariat national de l’ARAC, sa Mutuelle AC, les permanences départementales et locales s’investiront dans cet effort, non seulement au service des droits à réparation de ceux qui les consultent, mais également à la formation juridique et mutualiste de nombreux Anciens Combattants en Algérie qui apportent leur expérience au Mouvement.

Les batailles seront rudes et longues pour faire évoluer des gouvernements qui – refusant de reconnaître la réalité de la guerre en Algérie –niaient tout droit à l’attribution de la carte du combattant, à des pensions militaires au titre « guerre », etc.

Après avoir été contraint à céder en accordant un Titre de Reconnaissance de la Nation, (dont les pouvoirs publics espéraient bien que se contenteraient les anciens d’Algérie), l’ampleur du Mouvement posant avec fermeté le principe de la carte du Combattant, les manœuvres se développent… avec l’accord plus ou moins tacite de certaines Associations pour qui l’Algérie ne pouvait être reconnue comme guerre.

Il fallut donc combattre la notion d’une Carte du Combattant spécifique pour l’Algérie, et imposer en février 1975, l’attribution de LA carte du combattant, la même pour toutes les générations, MAIS sous certains critères très restrictifs.

Et il faudra plus de 30 ans encore pour aboutir à la législation actuelle tenant compte du caractère spécifique de la Guerre d’Algérie pour l’attribution de la carte du combattant (120 jours de présence entre les dates officielles retenues comme début et fin du conflit).

Il faudra également 37 années de lutte pour imposer au gouvernement et au Parlement le vote unanime d’une loi reconnaissant officiellement le caractère de guerre en Algérie et celui des combats au Maroc et en Tunisie. C’était en 1989.

Et toujours cette nécessité d’agir, sans relâche, opiniâtrement contre les refus permanents officiels, jusqu’à arracher tour à tour un Fonds de Solidarité et une Allocation de Préparation à la retraite pour les Anciens Combattants en Afrique du Nord chômeurs en fin de droits, la prise en compte d’un délai retardé pour les maladies endémiques et à évolution lente, le droit (toujours en suspens quand sont écrites ces lignes) au bénéfice de la campagne double (égalité des droits devant la loi en matière de retraite professionnelle pour les Anciens Combattants d’Afrique du Nord devenus fonctionnaires, travailleurs de l’Etat ou assimilés, la reconnaissance (partielle) des psychotraumatismes de guerre, la remise à niveau (décristallisation) des pensions et retraites des combattants des ex-pays coloniaux et de leurs ayants droit, le relèvement de la retraite du combattant et de la rente mutualiste Ancien Combattants, l’allocation de solidarité pour les veuves

DOSSIER LE RÉVEIL LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 19
La cgt pour la paix en Algérie.

d’Anciens Combattants les plus démunies, etc.

Revendications dont certaines demeurent en suspens (campagne double, psychotraumatismes, etc.), inachevées (décristallisation, retraite du combattant, rente mutualiste) ou à peine évoquées (veuves, ascendants, orphelins, etc.). En bref, encore bien des pages à écrire auxquelles l’ARAC s’emploie dans l’intérêt des Anciens comme des nouveaux, les Combattants des Opérations extérieures (OPEX) et ceux des Missions humanitaires.

En menant ce combat contre la Guerre d’Algérie, l’Association Républicaine des Anciens Combattants se veut fidèle à sa tradition, fidèle à ses créateurs. Son idée est née dans la boue des tranchées de 14-18, par la rencontre de quatre hommes écœurés par les massacres inutiles des grandes batailles comme la Somme, Verdun, le Chemin des dames, etc.

Ils s’appelaient Henri Barbusse, écrivain, auteur du « Feu, journal d’une escouade », prix Goncourt 1916,

Paul Vaillant-Couturier, journaliste, Georges Bruyère, ouvrier, Raymond Lefebvre, écrivain.

En octobre 1918, Paul Vaillant-Couturier explique leurs raisons de rassembler les rescapés de la tuerie : « Oublier la boue ? Oublier la pluie ? Oublier la misère, les poux et les rats ? Comment oublier tout cela lorsque dans nos poumons atteints, dans nos membres ankylosés, dans nos estomacs délabrés, des brûlures nous rappellent sans cesse la vision d’un coin de terre dont nous avons connu tous les grains de sable, tous les brins d’herbe, toutes les ronces de fer, tous les vers ? Oublier ce que nous sommes devenus ? Notre jeunesse galvaudée, nos mains couvertes de sang, nos couteaux de tranchée, le coup de fouet de la grenade au phosphore et ses gerbes sifflantes de feu dans des abris d’où jaillissaient des prisonniers en flammes ».

Dès sa naissance l’ARAC en 1917, en pleine guerre de 1914-1918, lance un cri : guerre à la guerre ! En 1926, le journal de l’ARAC s’appelle « l’antiguerrier », Jacques Duclos, vice-président de l’ARAC y écrit :

« Que partout les sections de l’ARAC soient à la pointe du combat, les deux aventures coloniales sont impopulaires, il faut que ce courant soit assez fort pour que les négociations qui sont engagées ne satisfassent point l’opinion publique et qu’on oblige le gouvernement à traiter rapidement la paix au Maroc et en Syrie ».

Mais la situation internationale évolue dangereusement.

Pacifistes, les militants de l’ARAC seront parmi les premiers combattants contre l’hitlérisme. Mais dès la guerre finie, ils reprendront leur combat contre une nouvelle guerre coloniale, celle de l’Indochine. Comme l’explique Albert Duchesne, secrétaire national de l’ARAC dans le Réveil de mars-avril 1948 :

« Le peuple de notre pays a accepté avec une sublime abnégation les cruels sacrifices imposés par la dernière guerre parce qu’il la savait juste et nécessaire.

Il s’agissait alors de chasser l’ennemi de notre sol, de défendre nos libertés les plus élémentaires, de sauver la civilisation contre la barbarie hitlérienne.

LE RÉVEIL DOSSIER 20 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023
COMMENT OUBLIER ?
Demandait Paul Vaillant-Couturier Maurice et Josette Audin.

Le Ferré (35)

Comme chaque 11 novembre, un hommage unitaire a été rendu dans ce village aux Fusillés pour l’exemple. Jean Le Duff Vice-président ARAC 35 a rappelé l’exigence de leur réhabilitation pleine et entière, un combat mené par l’ARAC dès 1917. Après 2 propositions de Loi sur cette cause par le groupe communiste, Gauche démocratique, un troisième texte adopté principalement par les députés de Gauche à l’Assemblée Nationale est toujours en attente d’être présenté au Sénat. Des manœuvres menées dans plusieurs groupes parlementaires pour déformer de son véritable sens cette réhabilitation tant attendue ont été soulignées.

Somain (59) 11 novembre

Le Maire, M. Quenesson et la Municipalité avaient choisi de demander la lecture - appréciée par tous - du communiqué de l’Arac par Patrick Brignoli, responsable de l’ARAC 59.

Relancer la section arac de la commune en redonnant pleinement du sens sur notre attachement aux commémorations comme le 11 novembre, le 8 mai etc.

L’ARAC est force de propositions à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance de Barbusse. La section de Douchy les mines prépare un spectacle théâtral (amateur) sur ce 150e pour novembre 2023.

St-Raphaël (83)

Comme chaque année, il y avait beaucoup de monde à la cérémonie de st Raphaël. Monsieur le Maire a joué un peu les historiens par sa longue intervention, citant entre autres GIONO, ce bon écrivain, qui hélas ne se comportera toujours pas dignement passant d’un pacifiste brillant à un tournant dangereux : Il sera admiré des nazis, admiré pour son soutien au régime de Vichy, allant jusqu’à déclarer que les Résistants étaient des voyous et des assassins, il sera même anti-juif. GIONO, cela ne méritait pas une citation ce jour. Dans le compte rendu officiel de la Ville, Giono ne sera pas cité… tant mieux !

L’ARAC était présente à la cérémonie, elle aurait préféré que l’on cite Henri BARBUSSE.

11 novembre

Le 11 novembre 2022 l’ARAC s’est rendue à l’invitation de M. Emmanuel Macron à L’Arc de Triomphe pour fêter le 104e anniversaire de l’armistice mettant fin à la guerre mondiale. Liliane Rehby Secrétaire Nationale chargée de la Mémoire a représenté l’association. Emmanuel Macron a présidé la cérémonie du 11 novembre à 11 heures à l’Arc de Triomphe, après le dépôt des différentes gerbes par les associations du monde combattant, effectuées en début de matinée

A la fin de la cérémonie il est venu saluer le public des tribunes dont celle du G12 où la Secrétaire Nationale était présente. Cela lui a permis d’évoquer avec lui les projets de l’association en 2023, notamment les grands moments consacrés à commémorer les 150 ans de la naissance d’Henri Barbusse. Elle a rappelé que depuis mars 2022, le Figaro a publié une sélection des meilleurs prix Goncourt. « Le Feu » d’Henri Barbusse est sorti en novembre. Le Président a suggéré que l’ARAC lui écrive.

Tremblay en France (93) 11 novembre émouvant

Cérémonie à l’initiative de la municipalité, sur la Place du Colonel Rol-Tanguy (d’où sont partis en se regroupant les Taxis de la Marne), en présence de nombreux élus dont notamment Virginie de Carvalho, 1re adjointe au maire, Thierry Godin, adjoint au maire, délégué au Patrimoine et à la mémoire et de représentants des associations locales. Les élèves de l’école élémentaire Eugénie Cotton, leurs enseignants, des parents ont tenu à s’associer. Raphaël Vahé, Président National a déposé la gerbe de l’ARAC, accompagné de deux élèves, au Monument en l’honneur des Poilus.

Velleron (84) 11 novembre 2022

Première cérémonie officielle pour le conseil municipal des enfants, accompagné par de nombreux écoliers qui ont lu les lettres de poilus.

L’ARAC ainsi que notre porte-drapeau étaient présents pour perpétuer le devoir de mémoire et pour défendre la paix.

LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC 22 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023
© Amélie Laurin

SOUSCRIPTION NATIONALE spéciale CONGRES

2023

Merci à tous ceux, qui malgré les difficultés croissantes que chacun rencontre, permettent à l’ARAC avec la souscription, de continuer son activité et son action pour la mémoire, l’amitié, la solidarité, l’antifascisme et la paix. Ce combat est moderne au regard de l’actualité, nous voyons combien nos créateurs en 1917 avaient raison de vouloir mener le combat pour la mémoire, le débat d’idées et défendre les valeurs républicaines. Alors encore merci à tous ceux qui participent ou participeront à notre souscription spéciale congrès qui va avoir lieu en mars 2023 à Malakoff.

(01) MORTIER Raymond : 20 ; (02) MOISENIER André : 30, Section Gauchy : 100 ; (03) SCIBERRAS Michel : 10 ; (04) FASSINO Pierre : 40 ; (06) BARUCCHI Jean-Paul : 15 ; (07) DURANTON Michel : 30, GARNIER Claude : 10, LARGUIER Lucien : 100, SEYRAYET Marcelle : 20, CAUQUOT Guy : 60, BOITELET Ginette : 50 ; (08) DAMMEREY J.-C. : 12, JEUNESSE Daniel : 10 ; (11) DESGUERRE Roland : 20, PERRIN Jean-Jacques : 100 ; (13) PRUDENTI Vincent : 20, TOURRENC Pierre : 10, VERNETTE Yves : 20, PAOLI Antoinette : 200 ; (16) GAUTHIER Jean-Louis : 50 ; (17) VIGOUROUX Bernard : 35 ; (20) CASSETARI Laure : 100 ; (21) YANELLI Marcel : 50 ; (22) KERHERVE André : 20 ; (26) BAUME Guy : 10, JULLIAN Claude : 30 ; (28) HARDY Jean : 30 ; (30) BILLEREY Michel : 10, FAVIER Gérard : 50 ; (31) DENIS Jean-Louis 120 et 240, FABRE Michel : 50, DEBETTE Colette : 50 ; (33) GOMEZ Jean-Claude : 100, AGOSTINI Francette : 20 ; (34) IMBERT Noellie : 500 ; (35) DOREAU Henri : 30 ; (38) BAILLETTE Daniel : 100 ; (42) BURELIER Robert : 20, ARAC 42 : 50 ; (45) HELIE Jean-Claude : 50 ; (54) LECLERC Pierre : 15, MIMANT Philippe : 200 ; (58) CHARAUDIE Roger : 15, CHEHERE Serge : 20, FABRE Fernand : 50 ; (59) : MITTENAERE Johnny : 50 ; (60) FAUVEL Bernard : 30 ; (63) PILLON Robert : 400 et 200, ROZOT Claude : 30, JACQUESON Bernard : 50 ; (64) DARRIEUMERLOU : 20 ; (69) RAYMOND François : 50, DUCARRE Marcelle : 30 ; (71) GAUMET Jean : 120 ; (73) PAVY Marcelle : 50, CLAIREAU-JUPIN Gérard : 280 ; (74) ALLEYSSON Jean : 50 ; (75) LAFORGUE Maurice : 300, BEAUDEAU Emilien : 80, BECHTEL Marie : 15, LE BIHAN Jeannette : 50 ; (77) MANAUT Roger : 50, WERNER André : 30 ; (81) COUTOULY Claude : 20, ENTRAYGUES Serge : 50, FITOUSSI Jean : 20, JULIEN Sylvain : 10 ; (83) BUONO René : 12, GUELFUCCI Marius : 40 ; (84) : MONDRAGON Ramond : 10 ; (91) BARBIER André : 50, BARY Raymond : 50, LAUNAY Bernard : 10, MONNEREAU Michel : 200, PINEAU Pierre : 30, ARAC GRIGNY : 50 ; (92) : DUMOUTIER Jean-Claude : 100, LE YAOUANC Yves : 300, CANACOS Georges : 200, FARDEAU François : 100, SALEM Jacques : 60 ; (93) VINCENTI Jean-Louis : 100 ; (94) BONNET Alain : 600, DAVIOT Gérard : 20, RICQ Jean-Pierre : 15, COMMARET Jocelyne : 50 ; (95) TAMBUTTE Georges : 20, GUILLY Lucien : 40, HOFFMANN Jean-Pierre : 50, TAMBUTTE Georges : 40.

Vaujours (93)

Le 12 novembre dernier à Vaujours, M. Dominique Bailly, maire a inauguré la statue en granit : Jean Moulin sur la place « Cour Saint-Etienne ».

L’ARAC était représentée par Raphaël Vahé, président pour l’inauguration de la statue en hommage à jean Moulin, haut fonctionnaire, héros de la Résistance française, délégué par le général de Gaulle. Une exposition intéressante sur Jean Moulin préparée par la DPMA est présentée à la Maison du Temps libre.

VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL LE RÉVEIL
N° 887
DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 23
-
-
Côtes-d’Or (21) Cérémonies des fusillés pour l’exemple Vianges (21)
Seyssinet Pariset (38) Assemblée générale de l’ARAC

Déclaration de l’ARAC du 11/11/2022 -

Il y aura 104 ans, le 11 novembre 2022 que la guerre de 1914-1918 cessait par la signature d’un armistice entre les puissances coloniales, guerre qu’elles avaient elles-mêmes déclenchées.

Cette guerre a coûté à la France : - 1 400 000 morts - 740 000 invalides - 3 000 000 de blessés

Des centaines de milliers de veuves et d’orphelins

Tout au long de ces combats les soldats des deux camps montreront leurs désespoirs, leurs refus de cette guerre. Dès le lendemain de la guerre, l’ARAC qui venait d’être créée, avec d’autres associations, exigeait la réhabilitation collective de tous ces fusillés pour l’exemple. L’objectif, permettre de les honorer sur les monuments aux morts de cette guerre 1914-1918. Plusieurs premiers ministres et même un Président de la République ont reconnu le

Chenôve (21)

Nous avons vu le documentaire “la Rafle du Vel d’Hiv, la honte et les larmes”, hier soir. Nous avons échangé après. Cela s’est bien passé, la mairie de Che-

Loire-Atlantique (44)

11 novembre 2022, comme chaque année le collectif de Loire Atlantique pour la réhabilitation des 12 Fusillés pour l’exemple du département dépose une gerbe devant les tables Mémorielles.

C’est il y a 100 ans que fut Inauguré le 11 novembre 1922 et édifié à l’Initiative de l’ARAC fondée notamment par Henri Barbusse et des proches dont Paul Vaillant-Couturier, anciens combattants de la Première Guerre mondiale. Le monument était initialement dédié à la mémoire des poilus fusillés pour l’exemple durant la

Extraits

courage et l’honorabilité de ces soldats injustement condamnés. Mais rien n’a été fait dans le sens d’une reconnaissance à leur égard par le gouvernement de la France jusqu’ici.

Fondée le 2 novembre 1917, l’ARAC créée par Henri Barbusse, Paul Vaillant-Couturier, Raymond Lefebvre et Georges Bruyère a exprimé son opposition à la guerre, la défense des valeurs républicaines, sa volonté de mener un combat conséquent contre le fascisme pour instaurer une paix durable, une vie sociale plus juste, une vie démocratique pour le pays tout entier.

Commémorer le 11 novembre 1918, c’est d’abord agir pour la paix, agir pour faire cesser les conflits, agir pour que chaque homme, chaque femme, chaque enfant, chaque famille dispose des moyens de vivre dans une paix durable.

nôve était quelque peu absente, malgré mes mails, mais nous étions tout de même 21.

M. PORRINI était présent et il a participé aux échanges.

Quelques adhérents ont eu le Covid. Ils m’avaient transmis leurs regrets de ne pouvoir être présents.

Bonneuil 94

Grande Guerre. A la mention « Aux victimes innocentes des conseils de guerre 1914-1918 » fut ajoutée après la Seconde Guerre mondiale un hommage aux victimes « de la Milice et de la Gestapo ». C’est l’un des rares monuments pacifistes français explicitement dédiés.

Chevilly-Larue (94)

Anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 et de la fin de la Première Guerre mondiale. Dépôt des gerbes par M. Jacques Verrier, président de l’ARAC

Drancy (93)

11 novembre dépôt de gerbe de l’ARAC

Drancy

Lecture du message par Nathan collégien de P. SEMARD et jeune porte-drapeau de l’ARAC. Lettre de Poilus à sa mère par RAYAN élève de cm2.

LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC 24 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023
L’ARAC présente avec son porte-drapeau, Pascal MARY

Ruelle-sur-Touvre-l’Isle-d’Espagnac (16)

Le début de la cérémonie du 11 novembre 2022 a commencé à l’établissement de NAVAL GROUP avec le Maire Jean-Luc VALANTIN le Directeur de l’Etablissement NAVAL GROUP de Jean-Pierre COLAS Président de l’UNION LOCALE et de

l’ARAC et deux Porte-drapeaux suite à des restrictions de sécurité. Le dépôt de gerbe par le Directeur ensuite par Monsieur le Maire avec un adjoint.

Défilé avec les porte-drapeaux au monument aux morts devant la Mairie.

Ottange (57) 11 novembre

Chilly-Mazarin (91)

Les Ulis (91)

Le 11 novembre 2022, après avoir assisté à la cérémonie à Orsay et y avoir déposé une gerbe, accompagné du porte-drapeau de l’ARAC, j’ai présidé la cérémonie aux Ulis, durant laquelle nous avons rendu hommage à Gérard Brunet en présence de sa compagne. Le soir, accompagné du porte-drapeau et 2 jeunes du Conseil municipal des jeunes des Ulis, nous avons

assisté à la cérémonie départementale à Evry, en présence des autorités départementales.

Vedène (84)

Créteil (94)

VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 25
Jacques Verrier, Secrétaire National de l’ARAC et Président de l’UDAC. Cérémonie émouvante du 11 novembre. Interventions de la Maire, Mme Rafika REZGUI et de Lucien DUVERGER-CHATELLET pour l’A.R.A.C. Dépôt de gerbe par l’ARAC, René Berbezier président ainsi qu’Albert Brulas secrétaire accompagnés par deux enfants du conseil municipal. Gérard Brunet.

Bezons (95)

Repas républicain par la section ARAC de Bezons. Une centaine de convives se retrouvaient après la cérémonie du 11 novembre dans la salle Elsa Triolet-Aragon, récemment inaugurée.

Evry (91) Hommage au groupe Manouchian à Evry le 13-11-22

Le groupe Manouchian arrêté le 16 novembre 1943 à la gare d’Evry petit bourg.

La

Rochelle (17)

Cérémonie hommages

fusillés de La Rochelle

Lors du repas, les convives ont pu apprécier l’exposition sur la vie des poilus dans les tranchées.

Jacques BESSIERE, président Arac 17 pendant son allocution.

Malakoff (92)

A l’initiative de la section ARAC de Malakoff, avec le soutien et le partenariat de L’ACCA et du Mouvement de la Paix, le rassemblement organisé le 12 novembre 2022 à la maison de la vie associative à Malakoff a réuni 80 personnes. Le film de Stanley Kubrick Les sentiers de la gloire et une introduction de André Salem, universitaire et dirigeant de L’ACCA ont animé une discussion sur le refus de la propagande de guerre. Une exposition prêtée au mouvement de la paix par des universités belges, intitulée Refuser la

Mérignac (33)

propagande de guerre a remarquablement illustré le thème présenté. Une exposition exceptionnelle qui pourrait circuler très largement.

Un pot amical a permis de poursuivre les discussions, à renouveler lors de prochaines initiatives.

Vias (34)

Lundi 31 octobre 2022, remise du drapeau de l’ARAC offert par le département de l’Hérault à Monsieur Jean GAILLARD, Président.

Débat public à Mérignac (33) : “Ensemble, construisons la Paix”

En lien avec la L.P., la LDH, et l’Union pacifiste une quarantaine de participant(e)s ont débattu avec l’Arac du droit à la Paix de chacun des citoyens et de peuples.

Avec l’exposition Arac - 133 ans de colonialisme en Algérie - ce 12 novembre fut l’occasion de débattre avec le public des causes des guerres et du contenu de la Paix : - les responsabilités et l’appétit du Capital financier, les impérialismes, la démocratie en Europe et la France, la

souveraineté des peuples, la satisfaction des besoins sociaux et républicains, l’indépendance des nations. Avec l’OTAN et la guerre en Ukraine, les avis n’ont pas manqué pour exiger la Paix.

L’expo “ALGERIE”, tout comme les calendriers 2022 et 23, de même que le Réveil ont suscité beaucoup d’intérêt et de vente.

L’activité et les initiatives se poursuivront avec énergie.

LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC 28 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023
Remise du drapeau offert par le Département à Jean Gaillard.

Clayes-sous-Bois (78)

Villejuif (94)

Le 12 novembre, l’ARAC a participé à la cérémonie au mur des Fédérés de Satory afin de rendre hommage aux communards fusillés.

Lorient-Lanester (56)

Dans le grand Parcs-Expos Lorient Agglomération, au cours de deux journées et d’une soirée, les 22 et 23 octobre la traditionnelle Fête de l’Huma Bretagne a rassemblé plusieurs milliers de personnes autour des spectacles musicaux, des débats, des stands de culture ou de restaurations locales.

Parmi les stands des nombreuses associations invitées, un large espace ouvert avait été réservé à l’ARAC. En effet, nos comités départementaux de Bretagne y présentaient les 14 panneaux de l’exposition « Algérie 18301962. De la colonisation à l’indépendance ». Une fois de plus, on pouvait remarquer l’intérêt et pour beaucoup

au mur des Fédérés de Satory le 12 novembre 2022.

« Paul Vaillant-Couturier : fondateur de l’ARAC, Député Maire de Villejuif, Rédacteur en chef du Journal l’Humanité », tel était l’intitulé de l’exposition débat organisée le 18 novembre à la Médiathèque Elsa Triolet de Villejuif.

Patrick STAAT – Secrétaire Général de l’ARAC – Pierre GARZON – Maire de Villejuif – et Jean-Michel LETERRIER – biographe de Paul-Vaillant-Couturier – après avoir présenté les multiples engagements de PVC, ont répondu aux nombreuses questions de la salle.

Fête Huma Bretagne.

la découverte d’une histoire commune et des causes profondes, les aspects souvent cachés de la Guerre d’Algérie.

Une centaine de Cahiers mémoire du Réveil reprenant les thèmes de cette exposition ont été emportés par les visiteurs. Quatre jeunes ont adhéré à l’ARAC et dix personnes ont souhaité être recontactées pour des rencontres et initiatives diverses dans nos quatre départements bretons.

Les 80 personnes présentes sont reparties avec la plaquette de l’exposition.

La sortie du livre de Jean-Michel Leterrier sur Paul Vaillant-Couturier et la Paix est prévue au début de l’année 2023.

Pendant l’intervention de l’Arac, invitée es- qualité, pour aborder et débattre avec les congressistes Cgt-33 “retraités-es” de la Paix, des guerres et des leurs causes, avec la position de l’Arac.

Vif succès, très apprécié.

Méréville (91)

12-11- 22

Hommage aux fusillés pour l’exemple à Méréville avec la libre pensée, association pour la paix et l’ARAC.

VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 29
“Quand le diable se fait moine”
Gironde (33)
Congrès de USR CGT-33 : 20 octobre 2022
Cérémonie Jean-Michel Leterrier, auteur et biographe de P. Vaillant-Couturier, Patrick Staat, secrétaire général de l’ARAC et Pierre Garzon, maire de Villejuif. Rencontre P.-V. Couturier 18 novembre 2022 Villejuif.

L’exposition de l’ARAC 2022 « Algérie 1830-1962 – De la colonisation à l’indépendance » a été présentée par nos comités départementaux sur tout notre territoire. Parfois dans des halls de Mairie, parfois dans des médiathèques, dans des écoles, et même sur les marchés. Cette exposition a connu un grand succès et a permis de nombreux débats.

L’ARAC n’a jamais cessé de dénoncer les causes des guerres, leurs conséquences. Pour cela, elle lie l’Histoire et le travail de mémoire pour que chacun puisse se faire son opinion.

L’ARAC contribue à la réflexion, au débat et au rassemblement de tous ceux qui ont les valeurs de la République, la Paix, l’émancipation humaine au cœur.

C’est avec stupeur que nous avons appris qu’un Sous-Préfet aurait demandé au Maire la fermeture de l’exposition au public entre deux dates d’un temps fort consacré à la guerre d’Algérie.

L’ARAC exprime sa plus grande inquiétude fasse à cette décision qu’elle considère comme une censure.

Lors d’une rencontre de notre association avec le Ministère des Armées, cette exposition a été présentée sans qu’aucune remarque ne nous soit faite. Rappelons que les textes de cette exposition ont été rédigés par un historien reconnu. Il est donc inadmissible qu’un sous-préfet puisse s’arroger le droit de fermer cette exposition et nous regrettons que le Maire ait cédé à cette pression. Nous espérons que cette décision ne soit pas un choix politique personnel.

Les adhérents de notre association ont laissé leur vie dans les manifestations contre le fascisme, l’OAS, à la fin des années cinquante et le début des années soixante pour défendre la démocratie et le pluralisme des idées.

Nous n’acceptons pas cette censure et nous nous réservons le droit de porter l’affaire auprès de la Présidence de la République.

Lodève (34)

L’ARAC Lodévois & Larzac conjointement avec MÉMOIRES MÉDITERRANÉE ont souhaité marquer le 60e anniversaire des accords d’Évian et de la fin de la guerre d’Algérie par une double exposition et deux événements.

Un succès indéniable pour les deux soirées d’ouverture et de fermeture, chacune ponctuée par une lecture théâtralisée : le 14 octobre, AFFRONTER LES

OMBRES, une pièce de Sarah Fourage (Ed. L’Espace d’un instant), magistralement interprétée par deux étudiants du Cours Florent de Montpellier encadrés par l’auteur et l’éditeur, le 26 octobre, SILENCE D’UNE VIE - SILENCES D’UN CONFLIT, une lecture des textes du poète Hamadi, par trois voix soulignées d’intermèdes musicaux composés à l’occasion et interprétés par la violoniste Aïcha Belkouri.

Malheureusement, entre ces deux moments forts, la Mairie de Lodève, pourtant cofinanceur de cet événement, nous a fait part de ses préoccupations quant au contenu des panneaux de l’exposition ARAC, au prétexte que "l’État Français y était mentionné sans que ce dernier ne

l’ait validé" et que la municipalité recevait une pression à ce sujet, du sous-préfet présent à l’inauguration !

Il semblait pourtant qu’au moins en France, la censure était d’une autre époque !

L’exposition a donc été fermée au public entre les deux dates d’ouverture et de fermeture.

Néanmoins, les succès rencontrés auprès d’un public aussi diversifié que curieux et enthousiaste lors des deux événements cités ont adouci notre amertume et nous ont confortés dans l’idée que cette aventure valait la peine d’être vécue.

TOMBOLA DE NOËL

Pensez, chère lectrice et lecteur à nous renvoyer les talons de la tombola de Noël du Réveil. Toujours une voiture à gagner.

Au-delà du gain de la voiture, vous contribuez à faire vivre notre Réveil des Combattants en participant à la tombola.

Notre mensuel créé en 1931 par Paul Vaillant-Couturier et Henri Barbusse pour permettre au plus grand nombre d’avoir des informations et de se construire une opinion.

C’est une question essentielle aujourd’hui, avec les enjeux et les risques nationaux et internationaux que notre journal continue à se développer et à assumer ses responsabilités.

Alors n’hésitez pas à utiliser l’enveloppe T mise à votre disposition pour nous renvoyer vos chèques et talons.

LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC 30 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023

Soissons (02) - Bleu, blanc, rouge

Bleu, blanc, rouge sont nos trois couleurs nationales, et ils sont les trois couleurs de la liberté (14 juillet 1789), qui symbolisent le drapeau de la France adopté pour la première fois le 15 février 1794.

Bleu, comme le Bleuet des champs, le Bleuet de France qui est le symbole de la mémoire et de la solidarité né en 1918, pour venir en aide aux soldats durant le Grande Guerre, aujourd’hui envers les anciens combattants, les victimes de guerre, les veuves et les orphelins.

Bleu, couleur du ciel sans nuage, l’infini, l’azur et la mer, et le bleu permet une continuité dans l’alternance du jour et de la nuit.

Le bleu est une couleur indissociable dans notre pays d’une symbolique politique, ayant été d’abord l’emblème de la France royale avant de devenir celui de la République, représentant l’idéal républicain.

Blanc, comme la blanche colombe de la paix et son rameau d’olivier.

Ce blanc, cette lumière du jour qui tous les matins vient réveiller la Terre à la Vie.

Le blanc, cette impression de forte luminosité, clair, sans tache, pureté, virginité, innocence, propreté, simplicité, sagesse et paix.

Rouge, couleur présente dès l’origine de l’humanité, où l’on trouve ses pigments

Noisy-le-Sec (93)

Notre camarade et amie Christiane COCQUART, animatrice dévouée et efficace de la section de l’ARAC de Noisy-le-Sec s’est vue remettre des mains de Jean-Pierre DAVID, membre du Bureau Départemental de l’ARAC 93 et de l’Association des Amis de l’ORMCM, la médaille de bronze de l’Office Républicaine des Mérites Civils et Militaire (ORMCM), le samedi 12 novembre dernier.

RECTIFICATION

Allonnes (72)

dans les décors dès le paléolithique.

Rouge comme le feu, qui brûle, éclaire, brille, réchauffe, protège.

Rouge, comme le sang humain versé dans les folies meurtrières des guerres et comme les coquelicots du champ d’honneur face à toutes ces horreurs.

Bleu, blanc, rouge, couleur de notre drapeau sans interruption depuis 1830, étant un étendard de fierté du drapeau de la France, appelé “drapeau tricolore’’ ou simplement “drapeau français’’, mentionné dans l’article 2 de la Constitution française de 1958.

Les couleurs bleu, blanc, rouge symbolisent la révolte du peuple pour les libertés et l’égalité avec l’abolition des privilèges.

La République française a progressivement promu le bleu pour la représenter alors que le blanc correspondait à la monarchie et le rouge aux forces de la gauche radicale.

L’association du bleu, du blanc et du rouge est devenue l’emblème des forces de progrès, porteur d’idées d’émancipation de la démocratie et des droits de l’homme.

C’est pourquoi, l’ARAC continuera de défendre les valeurs de la République et le drapeau.

Allonnes. Gisèle Guyon, porte-drapeau de l’Arac, a reçu la médaille de la reconnaissance, le 11 novembre dans le salon de l’Hôtel de Ville par Gaston Lethielleux, ancien président de l’ARAC.

Gaston Lethielleux : « Notre association a été reconnue pour son devoir de mémoire que nous avons effectué depuis plusieurs années sous l’égide de notre président Roger Leroy, mais aussi notre combat pour la paix. C’est notre porte-drapeau Gisèle qui est le récipiendaire du jour, en effet depuis 2004, elle est notre infatigable porte-drapeau. À sa demande elle a remplacé Patrice, son époux décédé. Ce qu’elle a fait depuis 18 ans, elle représente notre section avec honneur, fidélité et assiduité quel que soit le temps pour la mémoire et la paix ».

Gisèle se souvient de sa première cérémonie « c’était en 2004 à la gare du Mans pour honorer les cheminots disparus suivis le week-end d’après à la cérémonie de Châteaubriant en mémoire de Guy Moquet et ses camarades. C’était très émouvant, j’avais les frissons ». Sa prochaine cérémonie comme porte-drapeau est prévue le jeudi 17 novembre au Mans en mémoire de Marcel Paul, ancien ministre.

Loiret (45)

Toutes nos félicitations à Christiane pour cette reconnaissance amplement méritée.

Remise de médaille par le maire de Chalette/Loing Monsieur Franck Demaumont à notre porte-drapeau, ancien combattant de la guerre d’Algérie, le président de la région Monsieur François Bonneau était également présent à cette amicale et touchante manifestation qui a mis à l’honneur notre camarade.

Dans le numéro du réveil de novembre une erreur s’est glissé concernant l’hommage à Georges Séguy celui-ci a été secrétaire général de la CGT DE 1967 à 1982.

VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 - 31

Tremblay, et la nature,

d’amour

32 - LE RÉVEIL - N° 887 - DÉCEMBRE 2022 - JANVIER 2023 Ville de Tremblay-en-France
bois préservés au cœur
la ville 70 ha 20 ha de jardins solidaires et familiaux 21 km de pistes cyclables 500 ha de terres agricoles
Les berges du canal de l’Ourcq, lieu de promenade privilégié Ville de Seine-Saint-Denis la plus verte 5 000 logements raccordés à la géothermie 8 600 tonnes de CO2 économisées chaque année
de
de
protégées de l’urbanisation
tremblay-en-france.fr
une preuve
Ville engagée pour les générations futures Au cœur du parc de la ville, l’artiste Tadashi Kawamata a conçu l’œuvre « Bain de forêt », composée de 20 cabanes et trois nids d’oiseau
Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.