Page 1


Directeur de la publication Jacques de la Chaise jacques@lebonbon.fr Rédactrice en chef Caroline Pereira caroline@lebonbon.fr Direction artistique Tom & Léo tometleo@lebonbon.fr Rédaction Sihem Fekih, Victoria Gairin, Cassandre Manet, Laurence Moisdon, Camille Plaisance, Camille Raynaud de Lage, Aurélia Saïd, Alexis de Vanssay, Bernard Vassor, Valérie Vecchioni Photographes Luc Braquet, Juliette Butler, Kharon.com, Adeline Monnier, Matthew Oliver, Véronique Pêcheux, Gérard Uféras, Thibaut Voisin, Marine Giraudo Secrétaire de rédaction Eva van Ruymbeke Illustrateurs Guillaume Ponsin, Mathieu Vinciguerra Maquette Anne-Claire Gambet Styliste Claire Cosnefroy Remerciements Hubert Jamault, Valérie de Donna. Publicité Vincent Pereira vincent@lebonbon.fr Petites annonces annonce@lebonbon.fr Imprimeur Imprimerie RAS © Le Bonbon et les auteurs, tous droits de reproduction réservés. Le Bonbon n’est pas responsable des textes, photos et illustrations publiées, qui engagent la seule responsabilité de leurs auteurs. Le magazine décline toute responsabilité quant aux manuscrits et photos qui lui sont envoyés. Rejoignez Le Bonbon recrut@lebonbon.fr Contactez-nous hello@lebonbon.fr Le Bonbon 30, place St Georges, 75009 Paris SIRET 510 580 301 00016 ISSN : en cours Dépot légal : à parution

ÉDITO “bon” jour

C’est toujours émouvant la création d’une revue, la création tout court d’ailleurs… Incertain, passionnant, palpitant, une aventure à part entière. Alors voilà, j’ai le plaisir de vous annoncer, au nom de toute l’équipe, la naissance du Bonbon 17, concentré pour le premier numéro sur une diffusion au coeur du quartier des Batignolles, sur l’avenue des Ternes et aux environs proches, puis, qui s’étendra les mois suivant sur tout l’arrondissement. Le Bonbon a pour mission de créer un lien, une proximité entre vous et les commerçants du 17e qui animent et donnent de la vie à votre petit ‘village’. Au travers d’un vrai contenu journalistique dans lequel vous découvrirez toutes les facettes de votre cher quartier, Le Bonbon entend favoriser les échanges, en proposant un système de bons de réduction prédécoupés : les Bonbons. En les remettant à vos commerçants préférés, vous bénéficierez ainsi de remises incitatives : une jolie robe de créateur pour cet été ? Allez à la boutique Donna de notre part, avec votre petit bonbon, vous aurez 15 % de remise ; 30 euros en moins sur vos lunettes de soleil chez l’opticien Vue d’Ailleurs ; un apéro offert au Zinc avant un bon dîner entre amis ; 20 euros le massage d’une heure chez TheraCh’i, pourquoi s’en priver ? Tout pour que votre été soit des plus agréables. Ces petits Bonbons, ludiques et amusants, sont tout autant une réponse à la crise du pouvoir d’achat qu’un moyen pour nos commerçants de continuer à apporter un supplément d’âme à notre environnement. Une façon de mettre en avant, très simplement, l’échange, l’ouverture, les rencontres… Le Bonbon sera disponible chez tous vos commerçants et nous le distribuerons également le jour du marché pour venir à votre rencontre. Le Bonbon est votre magazine. C’est pourquoi nous comptons également sur vous pour nous écrire et nous proposer toute contribution susceptible de le faire évoluer : hello@lebonbon.fr

Bonnes vacances à vous tous et rendez-vous à la rentrée !

Jacques de la Chaise

Été 2009 /

17

—3


leS bonbonS mode d’emploi comment profiter Des Bonbons

1 choisissez

2

Repérez les Bonbons pré-découpés au milieu du magazine.

Détachez ces Bonbons qui vous feront bénéficier d’offres et d’avantages.

descriptif d’un Enseigne

Le nom du commerçant

Détachez

3

profitez

Présentez vos Bonbons au moment de payer et vous bénéficierez immédiatement de l’avantage annoncé !

Bonbon BASTIEN DE ALMEIDA

Avantage

Définition du type d’offre Cours de couture :

1ère heure offerte Description

Le type de commerce

Coordonnées

Adresse et téléphone 4—

17

Vêtements vintage Livres & vidéos Cours de couture 46, rue La Condamine – Tél. 01 42 93 54 70 www.bastiendealmeida.com


sommaire été 2009

Page 8. fromagerie

dubois

Page 38. rodolphe

gautier

Page 5. Le Bon Timing Page 6. La Bonne Étoile Page 8. Le Bon Commerçant Page 12. Les Bons Plans Page 14. La Bonne Élue Page 17. Le Bon Fil

Page 12. les

Page 42.

bons plans

jean-pierre mome

Page 18. Le Bon Art Page 20. Les Bons Shops Page 23. les Bonbons Page 37. Le Bon en Arrière Page 38. Le Bon Homme Page 42. Le Conte est Bon

Page 14.

brigitte kuster

Page 44. le

bon look

Page 44. Le Bon Look Page 46. Le Bon Écolo Page 48. Les Bons Artisan Page 50. Les Bons P’tits Diables Page 52. Les Bons Agenda Page 54. Les Bonnes Annonces Été 2009 /

17

—5


le Bon Timing les évènements à ne pas manquer Concert

Fille de Judy Garland et de Vincente Minnelli,

© DR

l’actrice et chanteuse américaine, née en 1946, a débuté sa carrière dans des comédies musicales où son talent est vite reconnu, remportant ainsi plusieurs récompenses, notamment pour Cabaret. Elle enregistrera ses premières chansons et immortalisera New York, New York. En France, on notera sa collaboration avec Charles Aznavour qu’elle considère comme son mentor. Le 27 juin au Palais des Congrès 2, place Porte Maillot.

comédie musicale

Jeux de Mots Laids pour Gens Bêtes Cette comédie musicale loufoque nous plonge dans l’univers poétique d’un artisan du verbe : Boby Lapointe. La Comédie Framboise conjugue amour, humour

© L’européen

et poésie pour donner vie aux chansons du faiseur de bons mots. Sur scène, quatorze comédiens, tous musiciens et danseurs nous offrent, à un rythme effréné, une performance à la hauteur des textes de Lapointe. Mise en scène Léonie Pingeot et Gwladys Saligné A l’Européen du 16 au 27 juin 2009 5, rue Biot

THEÂTRE

La Maladie de la famille M Radim Afrim, metteur en scène des plus doués de la nouvelle génération roumaine, choisit le texte de

© Ateliersberthier

Fausto Paravidino, situé dans « un temps à cheval entre l’automne et l’hiver » et dans une agglomération où le fracas du transit automobile assiège en permanence la vie intime de chacun. Un portrait collectif et tragique d’une famille ordinaire, telle qu’elle est vue à travers les yeux de son médecin. Du 11 au 21 juin aux Ateliers Berthier 8, bd Berthier - www.theatre-odeon.fr

Theâtre © Les Tontons flingueurs - DR

Liza Minnelli, la star du music-hall

L’OURSIN DE FRANCIS BLANCHE C’est une vraie situation de théâtre. Xavier Jaillard joue sa pièce, qu’il a émaillée des meilleurs gags de Francis Blanche, de ses textes les plus fous et aussi les plus beaux. Les jeunes pourront ainsi découvrir un auteur incontournable. Inédite, drôle et touchante : une pièce à ne rater sous aucun prétexte. A partir du 15 mai au Petit Hebertot 78bis, boulevard des Batignolles Tél. 01 55 63 96 06 contact@petithebertot.fr Été 2009 /

17

—7


lA BonNE ÉTOILE texte Victoria Gairin / photo matthew oliver

Max Boublil

Acteur, humoriste, éternel gamin, et vrai bobo du 17e

I

l est de ceux à qui on ne peut pas en vouloir d’arriver en retard. Un simple clin d’œil, une bonne blague, et l’on se dit qu’une fois n’est pas coutume. Max Boublil nous a donné rendez-vous dans sa loge à la Comédie de Paris. Rencontre avec un play-boy anticonformiste à l’humour décapant.

bles dans ma rue, je les connais tous et surtout, la fourrière est à 200 m ! »

Le quart d’heure de retard est excusé illico.

ré qui remet ses cheveux en place toutes les cinq minutes pour rendre à sa mèche son effet négligemment décoiffé est en fait un véritable amoureux des bonnes choses. Du moins sait-il apprécier les bonnes tables du quartier. « J’ai la chance d’avoir

Son scooter est en panne ; il a dû traverser tout le 17e en vélib’…. Le 17e, il le connaît comme sa poche. Bien loin le temps des pubs, des squats chez les copains et de l’anonymat. Depuis le buzz remporté sur internet en 2007 par son clip Ce soir… tu vas prendre, Max Boublil a élu domicile aux Epinettes et ne compte pas déménager de sitôt.

«À la base, j’ai choisi ce quartier car c’était pas cher. Mais je ne regrette pas une seule seconde. J’habite à la limite de la porte Pouchet et je ne bougerai pour rien au monde. Les commerçants sont adora8—

17

Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est cette ambiance très « fin du monde, qui fait de ce quartier populaire un endroit branché ». Il s’empresse d’ajouter :

« Mais faut pas croire, il n’y a pas que des bobos, il y a encore des gens simples, des artisans, des petits troquets, des vieilles enseignes. Moi, je me sens bien dans ce Paris un peu vieillot. Parfois, on se croirait dans les années 1960 ». Ce grand délu-

deux bons restos dans ma rue. Alors pourquoi faire la cuisine ? Soit je vais juste en bas de chez moi, chez Cédric, le Père Pouchet, qui fait des blagues pourries mais qui est vraiment très sympa. Soit je dîne Chez Irène et Bernard, c’est jeune et la déco est complètement décalée : j’adore ! Aux murs, il y a un papier peint trop à l’ancienne avec des scènes


de chasse à courre. Et si je me souviens bien, ils ont aussi une tête de cerf accrochée au mur. » Ça, la tête

de cerf, Max, il kiff.

humour est communicatif. Plié de rire, il nous raconte que même sa boulangère est venue voir son spectacle, que ça l’a ému de l’apercevoir dans la salle, qu’elle a gagné le prix de la meilleure baguette, qu’elle est très gentille, qu’il est gêné maintenant quand il lui achète son pain, qu’il repense à tous ses sketches et à ce qu’elle a dû en penser, la pauvre… Un truc dont il a horreur ? Traverser la Seine. « Je t’assure, quand je vais dans le 15e, limite

paquet entier de Pim’s chocolat-orange. Un vrai gosse… Il a le regard espiègle, une vanne sur le bout de la langue, le voilà prêt à monter sur scène. Et cette fois, il ne sera pas en retard.

Son

son livre de chevet Ubik, de Philip K. Dick

Ce qu’il ecoute en ce moment La VIe symphonie de Beethoven

je prépare un pique-nique tellement je me sens pas à Paris. » Dès qu’il « sera riche », comme il dit, c’est aux Batignolles qu’il aimerait habiter. « Tout près de la famille, qui vit à Wagram. Et en même temps la vie de quartier n’a rien à voir. »

Sa découverte dans le quartier

D’un

Ah qu’elles sont jolies les filles de mon pays… Enrico Macias

bond, il se lève et traverse sa loge.

Parler restos lui a mis l’eau à la bouche. Il remue dans tous les sens pour se défouler, avale un

Restaurant Aubergine 46, rue des Dames

Sa citation préférée :

Été 2009 /

17

—9


e i r e g a m Fro ois b u D

10 —

17


le Bon commerçant texte Camille raynaud de Lage / photos kharon.com

la petite reine des fromages

L

’art de nos bons vieux fromages n’a aucun secret pour Martine Dubois, qui a su imposer en douceur son savoirfaire, avec une touche féminine mais une poigne déterminée, grâce à son amour du « produit ». Une longue histoire qui impose une petite visite rue de Tocqueville. Ouvrez grands vos oreilles et vos narines ! Pour qui aurait tort de l’ignorer, la rue de Tocqueville est un des plus charmants « petits villages » de Paris. Le soleil y caresse gentiment les pavés, bordés de petits commerces gourmands et bien achalandés. Déambulez lentement jusqu’au numéro 80. Là, nichée entre une boucherie et une cave à vin, vous trouverez une petite fromagerie à la devanture discrète, d’un gris souris distingué. La vitrine s’offre à vous, lumineuse et colorée. Entrez sans hésiter. Et d’autant plus rapidement, bien sûr, si vous aimez le fromage, le vrai.

Alain Dubois, avec lequel elle avait racheté la fromagerie de ses parents. « En 1999, lorsque j’ai récupéré la boutique, tout le monde pensait que j’allais me planter », raconte-t-elle. Aujourd’hui, la situation leur donne bien tort. La qualité de ses fromages est unanimement reconnue. Elle possède même une deuxième fromagerie, gérée par son fils, Sébastien, 30 ans, à St Germain-en-Laye, « sublime » aux dires d’une cliente de la rue de Tocqueville, assidue des fromages Dubois. La force de Martine Dubois réside sans doute dans son caractère, tenace et « grande gueule » pétrie d’humour. Il semble difficile de résister à son charme et sa verve abondante. Avec chacun de ses clients, elle blague, prend des nouvelles, feint des minauderies, sourit, ravie, dans sa « vraie petite boutique de marchande », qu’elle a entièrement faite rénovée en novembre dernier. Pendant ce temps, les clients se succèdent, jeunes, vieux, hommes, femmes. Les employés s’empressent. « Un chèvre ? Très bien madame, comment les aimez-vous ? On vous laisse goûter celui-ci ? »

Martine Dubois adore ce quartier, cette rue où elle est Car ici, le fromage est prince et seigneur, et par née, qu’elle ne quitterait pour rien au monde : extension, vous aussi, qui allez l’honorer ! Le contexte «  C’est mon village », apparaît presque saisissant pour un lance-t-elle avec ferveur. novice. Les effluves ambiantes, toutes notre boulot, ce Les contrastes du quartier alléchantes qu’elles soient, ne sont n’est pas de vendre l’amusent : « On peut à la fois pas des plus délicates, comme vous des fromages aller s’encanailler aux Batignolpouvez l’imaginer. Pourtant, tout les et aller se promener au parc n’est que finesse, harmonie et cordia- fabriqués dans de Monceau ! » lité ! Ici on vous bichonne, sous l’œil gros tuyaux ! Contraste visible dans sa pétillant et attentif de la reine de ces clientèle, très variée. Beaucoup de « familles », beaulieux, qui trône derrière sa caisse. Petite femme coup d’« argent » aussi. Sa nouvelle manne : les jeunes coquette, Martine Dubois jouit de sa réussite en femme cadres dynamiques, pour qui elle ouvre maintenant libre et décomplexée, avec une fierté sensible, cachée jusqu’à 20 heures, afin qu’ils puissent passer acheter derrière des airs fanfarons et un caractère affirmé. leur plateau de fromages en rentrant du bureau. Elle est fière de s’être imposée toute seule dans un uniQuand on commence à parler « produits », ses yeux vers masculin, après s’être séparée de son ex-mari,

Été 2009 /

17

— 11


fromagerie dubois brillants s’illuminent davantage. Sur les étagères en bois qui se font face de part et d’autre du magasin, ils sont là, nombreux et colorés, sagement alignés et joliment taillés, comme autant d’invitations à la dégustation et à la bonne chair. «J’ai toujours été subjuguée par tout ce qu’on arrive à faire avec trois bestioles différentes !», s’exclame la petite femme. Chèvre, vache, brebis. Pâtes pressées, pâtes cuites, croûte fleurie, croûte lavée, Munster, Livarot, etc. Tout y est, jusqu’aux étrangers incontournables : des Italiens au Gran Manchego espagnol, ou au Stilton anglais, traditionnellement dégusté dans les pubs avec du porto : « Géant ! », commente la gourmande. Des producteurs lui octroient régulièrement des exclusivités, comme ce « monastère orthodoxe dans l’Hérault, qui fabrique des petits chèvres délicieux ». Tous les produits sont soigneusement choisis, dans les respects de la tradition. « Parce que notre boulot, ce n’est pas de vendre du fromage fabriqué dans des gros tuyaux ! », souligne-t-elle. Et puis bien sûr, il y a

les fameuses « spécialités maisons », qu’elle concocte avec bonheur. Ses dernier-nés : les tuiles de mimolettes au pavot, à déguster à l’apéro, ou avec une salade, sont d’une grande finesse. Et pour les amoureux des nouveautés, impensable de passer à côté du coulommiers aux noix, du brie fermier mendiant aux raisins et aux pistaches, du chèvre crémeux aux olives ou au basilic, ou encore du fondant aux figues. Quant aux malheureux qui n’aiment pas le fromage – « croient ne pas aimer ! », rectifie la fromagère en haussant les épaules –, elle suggère « un fromage fantaisie, pas trop fort, tendre, et un peu sucré ». Au total, quelques deux cent vingt petites merveilles s’exposent. C’est sans compter les réserves : sous le magasin se trouvent trois petites caves, où dorment sagement crottins et autre gâteries. Et Martine Dubois, sur quelles bestioles jette-t-elle son dévolu ? Ah, c’est encore toute une histoire : « À chaque fois que je goûte un fromage, je me dis que je ne mangerais plus que ça , puis le lendemain ce n’est plus lui, j’en essaye un autre, que j’adore aussi, et ainsi de suite… » C’est tant mieux, puisque « goûter »

tient une place prépondérante dans le métier. Elle conclut, comblée : « Je me dis que vraiment, je n’aurais jamais pu faire autre chose. » Qui en douterait ? Fromagerie Dubois - 80, rue Tocqueville Tél. 01 42 27 11 38

12 —

17

Son livre de chevet La Ritournelle de la faim, de J-M Le Clézio

Ses adresses

L’Ecureuil / pâtissier-traiteur 96, rue de Lévis Sébastien Dubois / artisan affineur 16, rue de Poissy, 78 100 St Germain-en-Laye, Tél. 01 34 51 00 66


Été 2009 /

17

— 13


les Bons plans on a testé pour vous

Au programme : des grands classiques funk, rock, jazz, hip-hop, chinés et expédiés directement des États-Unis. C’est en remontant la rue des Dames que j’ai découvert Groove Store. La funk qui s’échappait de la boutique de vinyles a stoppé net ma promenade. J’ai découvert une collection impressionnante de 33 tours et de 45 tours à partir d’un euro. Tous les styles sont représentés. Ce sont environ 5 000 pièces qui attendent, dans les bacs, de tourner sous le diamant de votre tourne-disque.

par Aurélia Saïd

Le disquaire s’est installé dans la rue depuis trois ans sous l’égide d’Alexis, maître ès du vinyle depuis plus de quinze ans, il a fait ses armes aux puces. En direct de Chicago, où il vit tout au long de l’année désormais, il chine à droite à gauche des pièces plutôt mainstream de chaque style et expédie ses trouvailles une fois par mois. Le shop souhaite rester accessible à une large clientèle et propose des grands classiques du style Otis Redding, The Rolling Stones, Curtis May-

field, etc. Mais que les plus exigeants se rassurent, certaines pièces rares se cachent dans les bacs comme Nina Simone, Shaft in Africa ou David Bowie. Les maîtres du temple, ce sont Elie et Fred qui accueillent avec un large sourire, les curieux comme les habitués. Il y a toujours une bonne ambiance. Fred, Elie et les clients échangent leurs avis sur telle ou telle pièce allant chacun de leur anecdote sur l’artiste ou le morceau en écoute. 29, rue des Dames Tél. 01 44 90 09 46 contact@grooveonline.net

© Véronique Pêcheux

Groove store Et je remets le son !

Quand on passe devant le square des Batignolles, on pense trouver un arbre, un chemin, une pelouse et basta. Quelle erreur… Et agréable surprise ! Arrivé par la place Sainte-Marie-desBatignolles, on découvre un jardin immense, d’une superficie de plus de 16  000 m2. Un cours d’eau qui file sous nos pieds, un kiosque à musique. Des bancs sont alignés devant le sacre du printemps : un arbre majestueux, qui trône au milieu d’un îlot sur le lac miniature, berce de ses pétales rose pâle, les canards et les oies aux plumages chatoyants. Il faut savoir que le square des Batignolles est le plus grand espace vert du17e arrondissement, créé par Alphand, sous le second Empire et à la demande de Napoléon III. Dans ce jardin a l’an14 —

17

glaise on peut admirer une flore riche et exotique : des féviers d’Amérique, des saules tortueux, des noisetiers de Byzance, des frênes à feuilles d’Aucuba, des plaqueminiers du Japon, des citronniers trifoliés, et un séquoia géant. Les passants les plus curieux pourront profiter des connaissances des jardiniers, passionnés et toujours prêts à partager l’histoire du square des Batignolles et de ses « habitants ». Plusieurs distractions sont aussi proposées : un manège, des balançoires, un bac à sable, des tables de pingpong, des promenades à cheval et même une serre pour les amoureux de la botanique. À noter, le square est accessible aux personnes handicapés moteurs grâce à des chemins qui sillonnent le terrain vallonné.

© Véronique Pêcheux

Le square des Batignolles par Sihem Fekih


les bons plans

Boutique BDA Le palais du vintage chic Communiqué

Non, ce n’est pas une « énième » boutique de fripes, mais bel et bien un dressing vintage de rêve… Son propriétaire, Bastien de Almeida, tour à tour inspiré par les clinquantes icônes glamour d’Hollywood et l’excentricité des soirées eighties, ou, par la culture underground et le cabaret, fait ses trouvailles aux Etats-Unis, eldorado vintage, qui selon lui : « offre une évasion vestimentaire plus généreuse et délirante, plus authentique et créative ». Lorsqu’il chine, Bastien pense aux copines, qu’il imagine déjà divines dans des robes sculpturales. Il craque volontiers pour des imprimés époustouflants, et ne jure que par la qualité, les finitions et le tombé d’un vêtement. En vrai dandy des temps modernes, Bastien de Almeida sait trouver les pièces qui mettront sans conteste votre tour de taille en valeur. Conçue pour être un lieu de passage et d’échanges, la boutique BDA renforce son parti pris, en collaborant avec Sylvain Maury pour son incroyable corner de livres rares et de DVD sur l’univers de la mode et du music hall. Pour les plus téméraires, Bastien à même prévu des cours de couture, patronage, moulage et modélisme…

Cours de couture Du lundi au samedi par sessions de 2 H 30 10 H 30 - 13 H 00 | 14 H 00 - 16 H 30 16 H 30 - 19 H 00 | 19 H 00 - 21 H 30 Forfait à la carte soit 2 h 30 à 20 €/heure Forfait 2 mois soit 20 h à 19 €/heure Forfait 6 mois soit 60 h 15 €/heure Forfait 12 mois soit 120 h 12 €/heure

Boutique BDA Batignolles ouvert du mardi au samedi de 11 H à 20H 46, rue la Condamine Tél. 01 42 93 54 70 Mob. 06 29 64 02 51 contact : bastiendealmeida@gmail.com www.bastiendealmeida.com

Été 2009 /

17

— 15


lA Bonne ÉLUE texte jacques de la chaise & caroline pereira / photo gérard uféras

BrigitteKuster L’Interview

Madame le maire nous reçoit dans son bureau aux Batignolles. Elle nous parle des grands chantiers, de l’incroyable mixité du 17e et de son envie d’être sur le terrain, au plus près des habitants. Que pensez-vous du Bonbon et de son concept novateur ? Je trouve que c’est une très bonne idée. L’interactivité du magazine et la mise en lumière des commerces de proximité sont des démarches intéressantes pour le lecteur. Il peut s’y retrouver par l’aspect informatif avec des zooms sur son quartier, et par l’aspect pratique des petits Bonbons de réductions, qui l’encouragera à s’en servir. Décrivez-nous la population ? Nous sommes 163 000 habitants. La population est rajeunissante, ce sont des trentenaires avec des enfants en bas âge. Le 17e est l’arrondissement le plus varié, le plus complexe d’un point de vue sociologique. De la porte Maillot à la porte de Saint-Ouen, nous avons un éventail qui va, du Paris économique, au Paris aisé à Monceau, jusqu’au Paris plus populaire, en passant par le Paris «bobo» des Batignolles. Avez-vous pour mission de créer l’union ? Non, ce n’est pas à nous de faire cela. Chacun s’épanouit comme il l’entend. Mais le 17e est un exemple de mixité sociale dans le bon sens du terme. Ce qui m’inquiète plus, c’est la politique d’attribution des logements en périphérie, 16 —

17

parce que là, la mixité sociale n’existe plus, et nous sommes en train de créer un déséquilibre à un certain endroit. Cela est dangereux. Quels sont vos grands projets ? Nous mettons en place de gros chantiers. Nous allons créer un quartier entier, entre porte d’Asnières et porte de Clichy, là où il devait se construire le village Olympique. C’est colossal ! Sur 50 hectares, va naître le 81e quartier de Paris. À l’heure actuelle il y a déjà un parc qui fera 10 hectares au final. Et autour, vont s’implanter des logements et des commerces. De l’autre côté des maréchaux jusqu’au périphérique, avec l’État et la Ville de Paris, nous souhaitons l’arrivée du tribunal de grande instance et d’une cité judiciaire. La police judiciaire située au 36 quai des Orfèvres, va déménager ici. Un pôle très important donc. Je suis ravie, et trouve ce projet formidable. C’est également un « éco chantier », car nous allons créer une collecte des déchets par pneumatiques. Ce sera souterrain, il n’y aura plus de ramassage par camions à bennes. Une technique révolutionnaire pour Paris. Le prolongement de la ligne 14, évoqué lors du Stiff, est en cours également. Elle passera donc par le 17e avec un arrêt à Cardinet. Et bien d’autres projets encore… Vous avez vu le 17e évoluer ? J’y habite depuis trente ans. Les quartiers changent. Surtout la partie Batignolles qui a explosé. On le voit le jour de la Fête de la musique, c’est très jeune, dynamique. Les Epinettes aussi se transforment, avec les nombreux ateliers d’artistes.


17 du Bonbon. Brigitte Kuster, maire du 17e et Jacques deÉtéla2009 Chaise, président / — 17


Au niveau culturel ? Il y a un manque de lieux culturels. Le premier musée du 17e va ouvrir en septembre. Nous sommes en déficit de salles de cinéma également, car elles ont été démolies au fur et à mesure. Le conservatoire est un bijou mais il est trop petit. Nous allons en créer un autre bd Berthier. Quels sont les lieux qui vous touchent le plus dans le 17e ? L’avenue de Saint-Ouen est l’endroit où je me sens le plus à l’aise. Avant d’être maire, j’étais élue de Paris et je me suis consacrée au quartier Batignolles-Epinettes. J’ai eu là-bas, un accueil formidable de la part des commerçants. Je me sens chez moi, c’est la famille. L’avenue de SaintOuen est l’une des plus sympathiques de l’arrondissement, la plus cosmopolite dans le bon sens du terme. Mais c’est également là qu’il y a encore beaucoup à faire. J’aime aussi la cité Lemercier avec ses voies privées. La cité des Fleurs aux Epinettes… À l’inverse, certains endroits sont laids. La porte Maillot, par exemple, est pour moi une aberration. C’est un nœud de circulation qui enlève toute notion de quartier. Cette place est à mon avis prioritaire dans les aménagements à concevoir.

18 —

17

Depuis que vous êtes maire, quel est le moment qui vous a le plus émue ? Lors de ma première cérémonie du monument aux morts de l’Arc de Triomphe, j’ai pensé à mon père qui était ancien combattant. Le moment où j’ai ranimé la flamme en tant que maire d’arrondissement, et que j’ai écrit sur le Livre d’or, je trouvais que ça avait du sens. Je portais témoignage au nom d’un arrondissement. Il y a beaucoup d’émotion aussi lorsqu’on rencontre des gens en grande détresse. Si vous prenez le temps d’écouter, de comprendre, puis d’accompagner et de diriger la personne vers le bon interlocuteur, déjà vous désamorcez sa souffrance. Quand j’étais conseiller de Paris, j’ai reçu des personnes en grande difficulté, dont une femme qui est sortie de mon bureau en me disant : « Madame, vous m’avez rendu ma dignité. » Cette phrase est restée gravée en moi. Je me suis dit que pour cela ça valait le coup. Votre avenir politique ? J’ai une ambition : les élections régionales en 2010. Valérie Pecresse a été désignée tête de liste à l’UMP pour la région IDF. Je vais me donner à fond dans cette campagne. Mais en politique, vous ne pouvez jamais savoir ce qui va se passer. Vous m’auriez dit il y a six ans que j’allais être maire du 17e, je ne vous aurais pas cru !


le Bon fil le fil d’info avec l’aimable collaboration de la mairie du 17 e Laphotocabine.com

Stationnement sur les places

Depuis le 1er avril, les internautes ont la possibilité de retrouver les sensations offertes par les vieux photomatons argentiques. Une ambiance de centre commercial gentiment désuet, quatre flashes et quatre poses, pour obtenir un tirage vieilli comme dans les vraies cabines des années 80. Gratuit et sans instrumentalisation publicitaire, l’objectif de la Photocabine est simplement de se faire plaisir en ressuscitant ces cabines pleines de charme et aujourd’hui disparues. Remplacées par les tirages numériques sur lesquels il est interdit de sourire. Le site a été conçu et réalisé par le studio de production multimédia Ledjam, basé dans le 17e avec la collaboration du graphiste Concalves.

de livraisons la nuit

Rando 17 : parcours famille

Zone expérimentale dans trois quartiers (dont les Batignolles) jusqu’au 30 septembre. Renseignements sur le site de la mairie du 17e.

Atelier des Epinettes : un moment festif et familial

Samedi 13 et dimanche 14 juin de 13 h à 19 h. Vous y rencontrerez les artistes de l’atelier présentant leurs plus belles réalisations de l’année. Exposition, vente, animations, démonstrations, et moment de surprises jalonneront le week-end. Valérie Heurtaut, fondatrice et animatrice de l’atelier des épinettes 32, rue Lantiez Tél. 01 44 85 09 21

Wagram – Ecole 1, rue Laugier - Le 17 juin, CCQ Champerret Berthier – Ecole 112, boulevard Berthier - Le 23 juin, CCQ Legendre Lévis – Ecole 101, rue de Saussure - Le 24 juin, CCQ Pereire – Malesherbes – Ecole 20, rue Jouffroy d’Abbans - Le 29 juin à 19 h : conseil d’arrondissement - Le 30 juin, CCQ Epinettes-Bessières – Ecole 92, boulevard Bessières Exposition européenne sur le sport du 1er au 7 juin, à l’accueil de la mairie.

La Fête de la musique le 21 juin dans tous le 17e. Renseignez-vous sur le site de la mairie www.mairie17.paris.fr

Conférences spectacles autour de Françoise Sagan

et adultes

La gazette des dames

13 juin : deux randonnées de 3 et 7 kms à travers le 17e. Départ 14 h 30 – RDV 13 h 30 – goûter offert à tous les participants et remise de lots aux enfants.

Le haut de la rue des Dames est devenu un quartier à très haute créativité. Conscients que les meilleurs savoir-faire ne survivent pas sans support pour le faire savoir, les artisans, commerçants et jeunes créateurs du quartier se dévoilent au gré des parutions de leur gazette, publication gratuite diffusée via les adhérents de l’association éponyme et le marché bio des Batignolles le 1er samedi de chaque trimestre. Renseignements : gazette.hdd@gmail.com

dans le cadre de Paris en toutes lettres, du 4 au 8 juin , mairie du 17e.

Réunions publiques mairie du 17e - Le 2 juin à 19 h : conseil d’arrondissement - Le 10 juin, conseil consultatif des quartiers Batignolles et Cardinet Ecole 105, rue Lemercier - Le 11 juin, CCQ La Fourche - Guy Môcquet – Ecole 19, rue du Capitaine Lagache - Le 15 juin, CCQ Ternes – Maillot – Ecole 221, boulevard Pereire - Le 16 juin, CCQ Courcelles –

Le 7 juin au cinéma des Cinéastes Tous les premiers dimanches du mois à 18 h, des concerts de chanson, world ou jazz dans l’ambiance chaleureuse du Bistrot des Cinéastes. Cinéma des Cinéastes, 7, avenue de Clichy. Entrée libre.

«Cultures, Senteurs, Saveurs» : atelier/dégustation de thé Le 14 juin de 17 h à 19 h, un atelier pour découvrir cette ancestrale boisson. Voici les principaux thèmes : - de jardin en jardin : les très grandes origines de thé (Inde, Chine, Japon…) - de la feuille à la tasse : les divers types de cueillettes, la transformation, les grades et la préparation du thé, les ustensiles. - l’art de la dégustation (voir, sentir, goûter) : les 5 couleurs de thé (blanc, vert, bleu-vert, noir , sombre Pu’erh de 10 ans d’âge !) accompagnée de douceurs et délices au thé. A la maison des thés En Apar’Thé : 90, rue Legendre. Réservez au 01 42 63 77 13 / 30 euros de participation.

Lectures publiques Stands de livres, du 4 au 7 juin : événement « Bibliothèque Hors-Les-Murs », mairie du 17e.

Master Class de piano récital. Elèves du conservatoire Claude Debussy le 8 juin à 19h à la mairie.

La séance musicale

Été 2009 /

17

— 19


le Bon art texte aurelia saïd / photo Nicolas Borel

Fenêtre sur le monde ANTIQUITÉS et CONTEMPORAIN : LE MÉLANGE DES GENRES

A

venue Wagram, à l’emplacement du théâtre de l’Empire, l’hôtel Renaissance Arc de Triomphe détone parmi les constructions haussmanniennes. Le grand architecte Christian de Portzamparc a pu, grâce à sa notoriété, imposer une architecture moderne. Une façade contemporaine en plein cœur de l’avenue de Wagram?

Impossible me direz-vous. C’est pourtant le gage de confiance qui a été fait à Christian de Portzamparc pour la construction de l’hôtel Renaissance Arc de Triomphe. Avant même que le choix d’un hôtel soit retenu, l’architecte français était assuré de s’occuper du projet. «Si vous faites de la qualité, on vous laisse faire plus», justifie l’architecte. Entre les pierres des immeubles haussmanniens de l’avenue de Wagram, à deux pas de la place de l’Étoile, l’hôtel de verre se dresse et se distingue, non seulement, par la matière mais aussi par les courbes. L’originalité de l’établissement ce sont les bow-windows qui surplombent l’avenue. Avec ses cent 20 —

17

dix-huit chambres, dont vingt suites, l’établissement, classé quatre étoiles, est né des cendres de l’ancien théâtre de l’Empire pour quelques 80 millions d’euros de budget. Le design de la façade lui a été inspiré par celle de l’hôtel Céramic, situé en face, et contemporain

de l’époque de Dali. Ce jeu de relief, dessiné par les ondulations des fenêtres, permet d’ouvrir le panorama de la place des Ternes à l’Arc de Triomphe depuis les chambres. Un effet qui offre aux occupants une impression de suspension dans les airs et une complète sérénité. Son travail d’architecte urbaniste, Christian de Portzamparc le conçoit comme une recherche pour améliorer la qualité de vie. L’esthétique devient également une éthique, une réflexion qui le pousse à dire «que les deux ont été trop souvent opposées l’une à l’autre». Le thème du bow-window a également suscité une recherche sur la matière. D’aussi larges ouvertures sur

la rue devaient respecter l’intimité des chambres. C’est pourquoi un travail sur la transparence et l’opalescence a été réalisé. Ce travail sur le verre, initié avec la tour LVMH à New York, permet de trouver un principe de texture avec sablage qui donne la possibilité de voir sans être vu. Un défi qu’il fallait réussir à concrétiser. «Dans le bâtiment, tout ce qui est matériel et physique devient la difficulté. Je


Renaissance Paris Arc de Triomphe Hôtel, 39-41, avenue de Wagram, Tél. 01 55 37 55 37

vous laisse imaginer la logistique pour apporter ces monoblocs de verres», précise Christian de Portzamparc.

Le complexe hôtel Renaissance Arc de Triomphe et la salle Wagram sont le symbole de sa volonté de mêler des lieux à la fois intérieurs et extérieurs. La ville

Outre le fait de réaliser un bâtiment remarquable le long de l’avenue de Wagram, il s’agissait pour l’archi-

représente le fondement de son œuvre qui se développe sur trois thèmes : les bâtiments singuliers, les quartiers et les tours, avec leurs dimensions verticales et sculpturales. C’est dans cette optique que celui qui a conçu la Cité de la Musique à Rio, l’hôpital de la Croix-Rousse à Lyon, ou encore, qui a pour plan un projet urbain de 600 m2 à New York, est en lice pour celui du Grand Paris.

tecte de dégager une vue, depuis la rue, sur l’îlot où est lovée la célèbre salle Wagram. Afin de laisser apparaître le hall, ses fresques et ses colonnes et le grand escalier style 1900, Christian de Portzamparc a conçu une façade en verre. Dans un souci de respiration, il a également imaginé un jardin aménagé au cœur de l’îlot et un pan de mur végétal le long du chemin d’accès reliant la rue à la salle.

plus d’infos

: www.chdeportzamparc.com Été 2009 /

17

— 21


les Bons shops les nouvelles boutiques du quartier

TheraCh’i par caroline pereira

Un bon plan antistress et anticrise : le bien-être n’est plus un luxe. Le concept TheraCh’i est né en Suisse en 2004, sur l’idée de Boekdok Serano, une praticienne sud-coréenne. Le principe : mettre à disposition de tous, les bienfaits de la relaxation et du bienêtre avec des soins allants de 10 à 25 euros. À Paris, cela fait un peu plus d’un an que TheraCh’i a ouvert son centre dans le 17e, rue des Dames. Vous entrez dans un espace relaxant, lumineux et cosy. L’équipe est à vos petits soins pour que vous ressortiez purifié et/ou relaxé. Plusieurs méthodes vous sont proposées :

tonification

Idéale pour celles et ceux qui désirent renforcer leur tonicité musculaire, leurs os, ou améliorer leur circulation du sang. Une plateforme travaille à 70 % la silhouette et à 30 % la tonification et le raffermissement. Idéal avant l’été. antistress

relaxation

La réflexologie améliore la circulation sanguine et rééquilibre l’énergie vitale. On exerce une forte pression sur les points réflexes situés sous la plante des pieds, correspondant chacun à un organe ou une fonction corporelle.

Sur le principe du shiatsu, un lit de massage, constitué de pierres de jades chaudes, vous masse tout le corps, et vous offre une relaxation profonde. Au bout de quelques séances, on ressent des bienfaits physiques et énergétiques tels que l’amélioration de la circulation et du sommeil, ou l’élimination des tensions.

Et pour la Fête des mères, le 7 juin, vous pouvez offrir un chèque-cadeau d’une valeur de 15 euros pour un massage de 40 minutes. À plus petits prix, des huiles essentielles (de 9 à 20 euros), ou encore un tapis pour soulager les cervicales (35 euros).

détox

Le TheraCh’i Cleaner est un bain de pieds chaud et ionisant qui élimine les toxines de la journée en 30 minutes. C’est incroyable ! Vous trempez vos pieds dans de l’eau claire et au bout de 20 minutes, celle-ci devient brunâtre, ce sont vos toxines. Vous êtes comme lavé de l’intérieur. 22 —

17

TheraCh’i les sens du bien-être 52, rue des Dames, Tél. 01 45 22 43 50 Pour consulter les tarifs : www.therachi.net


© Thibault Voisin

les bons shops

Substance par laurence moisdon

En Apar’Thé par caroline pereira

Quand Marie-Jéromine n’est pas dans son showroom, c’est sûrement qu’elle est en train d’arpenter la région parisienne à la recherche de meubles industriels ou de métiers, pour pouvoir ensuite les retaper, les polir, les poncer, bref leur donner une nouvelle vie.

Brigitte et Sylvie ont su mélanger leurs deux passions : le thé et la peinture. Il y a moins d’un an, elles ouvrent ce havre de paix, pour le plus grand plaisir des amateurs de thé du quartier.

Substance, c’est l’aventure dans laquelle Marie-Jérômine s’est lancée. Après avoir travaillé pendant douze ans dans l’événementiel, elle a un sens aigu du marketing et de l’esthétisme, c’est pour cela que dans sa boutique, vous retrouverez un code couleur bien étudié, où les murs sont assortis aux meubles et même à Marie-Jérômine qui aura toujours une touche de couleur grise sur elle. Ainsi, dans la boutique règne une harmonie entre le métal et le bois dans une ambiance de brocante haut de gamme pour un mobilier qui vient tout droit des années 40, jusqu’aux seventies. Toutes les pièces sont authentiques, exclusivement d’origine. Le plus : tous les appareils électriques ou mécaniques sont remis aux normes et en état de marche. Poste de radio : 190 euros, meuble administratif à fiches : 590 euros, composteur : 30 euros, interrupteur en porcelaine : 20 euros 15, rue des Moines Tél. 01 70 52 53 55 www.substance5.com Du mardi au vendredi de 13 h 30 à 19 h 30, samedi de 10 h 30 à 19 h 30 et le dimanche de 10 h 30 à 14 h 30

Si vous entrez dans cette charmante « boutique-salon », vous avez le choix entre : repartir avec votre sélection de thé parmi une centaine de références, ou prendre le temps de siroter une tasse, apprécier les tableaux, tout en dégustant des douceurs choisies avec délicatesse par Sylvie. Les thés sont classés par thème : floraux, épicés, empyreumatiques ou animaux. Ces derniers vous rappelleront l’odeur de l’étable ou le souvenir d’une ballade à la campagne. Parmi les thés d’origine (de 4 à 23 euros les 100 g), vous trouverez des classiques : le Darjeeling ou le thé d’Assam, le Sencha du Japon, le Oolong de Formoz. Laissez-vous guider par les noms évocateurs des thés parfumés : Rouge Baiser, Le Petit Bois de Saint-Amand... Si vous débutez dans cet univers délicat, Sylvie se fera un plaisir de vous conseiller sur les différentes saveurs, mais aussi sur les accessoires : les théières en fonte proposées à partir de 55 euros, les petites boîtes (autour de 8 euros), ou encore les bols à thé (de 7 à 9 euros). Idées cadeaux pour la Fête des mères : un coffret-découverte (19 euros), ou un service à thé (25 euros). RDV le 14 juin pour un atelier dégustation de 2 heures. 90, rue Legendre Tél. 01 42 63 77 13

Été 2009 /

17

— 23


© Marine Giraudo 24 —

17


C4v

Côté cépage

1

-15%

bouteille

de ChardonnaySauvignon offerte pour tout achat à partir de 40 euros

sur mode,

accessoires & parapharmacie

Parapharmacie vétérinaire Nutrition Diététique Mode et accessoires 5, rue d’Armaillé (axe av. Carnot) – Tél. 01 44 09 17 00 www.c4v.fr

Nicole Lhoste, Caviste conseil 96, rue Legendre – Tél. 01 40 27 99 77 cotecepage@orange.fr

Donna

En aparthé

-15%

sur un article de votre choix*

Prêt-à-porter – créateurs 65, rue Legendre – Tél. 01 46 27 89 11

Dégustation d’une fleur de Thé offerte pour tout achat

Maison de Thé – Galerie d’art 90, rue Legendre – Tél. 01 42 63 77 13


Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1 juin au 31 aôut 2009

er juin au 31 aôut 2009 Offre non non cumulable cumulable valable sur présentation présentation de de ce ce coupon coupon du du 1 1er Offre valable sur juin au 31 aôut 2009 *sauf Minnetonka, Sanita et ceintures

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée er

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée


firmaman

groove store

groove store

-15%

sur une sélection d’articles*

-15% sur tout Achat

Concept store, femmes enceintes et nouveaux nés 200, boulevard Pereire – Tél. 01 44 09 71 32 www.firmaman.com

Disquaire 29, rue des Dames – Tél. 01 44 90 09 46 contact@grooveonline.net

guinot

Le goût des autres

-15%

sur soins corps et sur nos produits

Institut de beauté - Soins visage et corps 37, rue des Batignolles – Tél. 01 42 93 02 65 essencedefemmes@orange.fr

-10% sur un article de votre choix

Décoration par l’objet 82, rue Legendre – Tél. 01 58 60 00 41


Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

er Offre Offre non non cumulable cumulable valable valable sur sur présentation présentation de de ce ce coupon coupon du du 1 1er juin juin au au 31 31 aôut aôut 2009 2009 *valable sur les prix hors soldes

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1 juin au 31 aôut 2009

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée er

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée


léo & les crocos

le présent d’hier

-15% -20%

-15%

sur les bijoux et

sur article de votre choix

sur déco & brocante

Vêtements, peluches et accessoires enfants 6, rue des Moines – Tél. 01 42 28 18 10

Bijoux créateurs, décoration de charme et brocante 61, rue des Batignolles – Tél. 01 42 28 03 90 www.presenthier.com

OPTI K EYES

le zinc

-15%

sur les solaires

Opticien – Créateurs 63, avenue des Ternes – Tél. 01 45 74 73 43 email : optikeyes@gmail.com

Apéritif et café offerts pour votre dîner

Bistro - Resto 32, rue des Moines – Tél. 01 46 27 11 63


Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1 juin au 31 aôut 2009

er Offre non non cumulable cumulable valable valable sur sur présentation présentation de de ce ce coupon coupon du du 1 juin au au 31 31 aôut aôut 2009 2009 Offre 1er juin

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée er

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée


morenita

noche de abril

Offre de bienvenue

-10%

-15%

sur toute la boutque

sur un article de votre choix

Mobilier, luminaires et objets de décoration 70, place du Docteur Félix Lobligeois Tél. 01 46 27 66 70

Boutique de créateurs Bijoux, accessoires, vêtements, déco Hommes, femmes et enfants 26, rue des Dames – Tél. 01 43 87 49 97

Les trois Cailloux

Sassi home

1

PORTE-SAC

OFFERT pour tout achat de 50€ et plus* Concept-store enfant Vêtements, cadeaux, accessoires 8, rue des Moines – Tél. 01 58 59 00 60 www.les3cailloux.fr

une pochette

offerte

pour l’achat d’un sac à main

Bazar chic Objets design, bijoux de créateurs, accessoires et prêt-à-porter féminin 21, rue des Dames – Tél. 01 42 93 99 01


Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1 juin au 31 aôut 2009

er juin au 31 aôut 2009 Offre non non cumulable cumulable valable sur présentation présentation de de ce ce coupon coupon du du 1 1er Offre valable sur juin au 31 aôut 2009 * Dans la limite des stocks disponibles

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée er

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée


studio 27

Substance

Brushing offert pour tout balayage

-10% sur l’ensemble de la boutique

Salon de coiffure – Esthétique 73, place du Docteur Félix Lobligeois Tél. 01 58 60 19 22

Mobilier industriel et meubles “de métiers”, objets de décoration... 15, rue des Moines – Tél. 06 60 44 42 19 www.substance5.com

therach’i

VUE D’AILLEURS OPTICIENS

20€ au lieu de 25€ l’heure de relaxation totale sur lit de shiatsu

Centre de Bien Être “low cost” Relaxer, Tonifier, Purifier, Préserver, Oxygéner 52, rue des Dames – Tél. 01 77 32 15 16 www.therachi.net

-30%

sur l’achat de vos lunettes de soleil

Optique et lunettes de soleil 19, rue des Moines – Tél. 01 42 29 60 90


Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1 juin au 31 aôut 2009

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée er

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée


LE MARCHE FRANPRIX

BASTIEN DE ALMEIDA

Cours de couture :

Livraison à domicile gratuite

1ère heure offerte

à partir de 75€ d’achat

Votre nouveau Franprix vous accueille du mardi au dimanche jusqu’à 21h00 92, rue de Lévis - Tél. 01 44 01 05 77

Vêtements vintage Livres & vidéos Cours de couture 46, rue La Condamine – Tél. 01 42 93 54 70 www.bastiendealmeida.com

conversons

LA PISCINE

-15% sur tous types de protections auditives

Un professionnel de l’audition vous propose des solutions sur mesure : anti-bruit, musique, eau, sommeil, ainsi que des accessoires d’écoute : casque TV, téléphone amplifié, etc. 19, rue des Moines - Tél : 01 48 74 34 66

-25% sur toute la boutique

Stock de marques, vêtements, chaussures 104, rue de Courcelles - Tél. 01 47 63 85 17


Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Pour profiter de ce bon, il vous suffit de prononcer le mot magique

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1 juin au 31 aôut 2009

Offre non cumulable valable sur présentation de ce coupon du 1er juin au 31 aôut 2009

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée er

le Bonbon au moment de payer et vous bénéficierez de l’offre annoncée


© Adeline Monnier Été 2009 /

17

— 37


les bonnes questions Vous êtes ?

Un homme Une femme Quel âge avez-vous ? . . . . . . . Quelle est votre catégorie socio-professionnelle ? ....................................................... ....................................................... Chez quel commerçant avez vous trouvé Le Bonbon ? ....................................................... .......................................................

A propos des Bonbons de réductions Utilisez-vous les Bonbons ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Si oui, combien par mois ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quels Bonbons avez-vous utilisé ? ....................................................... Quel type de Bonbons de réductions aimeriez-vous trouver dans le magazine ? (ex. pressing, fromager, etc.) ....................................................... ....................................................... Vos coordonnées (pas obligatoire)

Travaillez-vous dans le 17e ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Téléphone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Quelles rubriques du magazine vous intéresse ? ....................................................... .......................................................

Complétez, découpez et renvoyez ce questionnaire à l’adresse suivante : Le Bonbon 17e - 30, place St Georges - 75009 Paris

Etes-vous résident du 17e ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

a“bon”nement le bonbon est gratuit, mais vous pouvez aussi le recevoir chez vous ou au bureau Pour 45€ par an, recevez Le Bonbon directement chez vous chaque mois. Complétez, découpez et renvoyez ce formulaire accompagné de votre règlement par chèque à l’adresse suivante :

Le Bonbon 17 e - Service abonnement 30, place St Georges 75009 Paris

Pour tout abonnement, recevez en cadeau la parution gratuite de 3 petites annonces d’une valeur de 90€ 38 —

17

Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


bon EN ARRIÈRE texte BERNARD VASSOR / photo archive personnelle

Au Moyen Âge, une voie se trouvait à mi-chemin de l’égout et du sommet du plateau de la Croix du Mont-Moyen, marquant jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le carrefour conduisant aux pentes de la butte Montmartre. Elle partait de Monceaux jusqu’à l’abbaye bénédictine des Dames de Montmartre. Elle suivait le tracé suivant, avant la construction du cimetière du Nord : de la plaine Monceaux, le parcours de l’actuelle rue Ganneron, puis la rue Joseph de Maistre, pour aboutir rue des Abbesses. C’est la raison pour laquelle, le chemin fut nommé rue des Dames, donné aux abbesses de Montmartre. Du XVIIe siècle jusqu’au début du Premier Empire, ce chemin était bordé de vignes. Le chemin, était situé sur le territoire des Batignolles, nom auquel les historiens évoquent une origine différente. Certains prétendent qu’au nord de Paris, à “Bactillon”, était la résidence d’un roi mérovingien au VIIe siècle, d’autres préfèrent l’origine latine Batifollium pour moulins à vents, d’autres encore

penchent pour bastidiole, dérivé de bastides. Au début du XIXe, sous la restauration, des spéculateurs fondèrent les Batignolles, le chemin des Dames, désert autrefois commença à être bordé de maison, et devint la rue des Dames. L e s financiers fondateurs furent CharlesFrançois Lemercier, la société Rivoire et Navare et Louis Puteaux. En 1830, à la demande des habitants la commune a été baptisée Batignolles-Monceau. La rue, rattachée à Paris, fut classée dans la voirie parisienne le 23 mai 1863. Au numéro 53, existe toujours le bâtiment de la Compagnie d’éclairage électrique, créée en 1889. Paul Verlaine, qui vécut de 1851 jusqu’en 1870 rue Lécluse, entrée par la rue Nollet n° 2, évoque longuement dans Les Confessions, la rue des Dames : “La rue des Dames, aux Batignolles, peut servir de type à ces mornes enfilades de bâtisses à suer les revenus […] relativement passante et très commerçante, elle représente assez de la vie normale.” Milieu du XIXe siècle, magasin Au Diable amoureux au 5, 7, rue des Dames.

Été 2009 /

17

— 39


le Bon’homme texte Caroline Pereira / Photo Véronique Pêcheux

Rodolphe Gautier

L

e directeur de l’Européen ne cesse de poursuivre sa mission, en programmant des artistes, encore peu connus, mais à l’avenir prometteur. Rencontre avec un homme passionné et exigeant.

Rodolphe Gautier n’est pas un enfant de la balle. Il a appris son métier petit à petit. Arrivé dans le 17e à l’âge de 11 ans, il fait toutes ses études secondaires au lycée Carnot, où il rencontre ses futurs associés. Il connaît le 17e comme personne. Ses parents ont vécu dans tous les quartiers : de la place des Ternes à la rue Lemercier. Après son bac, il étudie la gestion et l’audiovisuel. Son premier travail consistait à réaliser des films institutionnels pour les courses de bateaux. Il est alors loin de se douter que sa vie sera consacrée aux artistes et au spectacle. Comment êtes-vous arrivé à la tête de l’Européen ? En 1991, avec quatre potes de lycée, nous décidons de racheter l’Européen et d’ouvrir de nouveau ce lieu pour en faire une salle de concert. On trouvait qu’il manquait des salles intermédiaires à Paris, pouvant accueillir des artistes en développement et une jauge d’environ 350 places. Du jour au lendemain, me voilà exploitant de salle. Je découvre alors la production musicale, ainsi que l’exploitation d’un lieu public, contrainte à des normes de sécurité draconiennes. Avec le temps, l’expérience, j’ai pris confiance, je suis devenu un professionnel et je peux 40 —

17

me permettre aujourd’hui de donner des conseils. Alors qu’au début, j’étais très impressionné par les producteurs, leur assurance, et les artistes que j’admirais. Aujourd’hui, c’est vous qui impressionnez alors ? Oui, c’est possible (sourire)… Quel est le fonctionnement de la salle ? Je la loue aux producteurs de spectacle. Mais parfois, lorsque j’ai un coup de cœur, je coréalise les spectacles (Aline Barnes ; Le Maxi Monster Music Show, un cabaret inspiré des Freaks, qui sera rejoué à la rentrée). Nous cohabitons avec l’École supérieure des arts et techniques (ESAT). C’est le fondateur de l’école qui nous a permis d’exploiter la salle de spectacle. Le public des concerts peut admirer les œuvres des étudiants exposées dans le hall. Vous recevez des aides de la mairie de Paris ? Non ou rarement. C’est une salle privée, au même titre que la Cigale, le New-Morning, l’Olympia ou encore le Bataclan. À l’inverse des Trois Baudets (dans le 18e), qui est une salle entièrement subventionnée par la mairie de Paris, ce qui facilite l’exploitation du lieu. Mais nous n’avons pas à nous plaindre, l’Européen fonctionne très bien. À quoi est dû le succès de votre salle ? D’abord, elle est très belle avec ses velours rouges, ses gradins faisant penser à un cirque. Puis, nous avons une volonté de programmer les artistes sur la durée. On garde les spectacles pendant une semaine, voire plusieurs mois.


“Je déteste la bêtise, je veux des spectacles qui ont du sens.”

Été 2009 /

17

— 41


rodolphe gautier Qu’avez-vous apporté à ce lieu ? Je l’ai en quelque sorte ressuscité car il est resté fermé pendant des années. C’était un squat dans les années 1980. J’ai essayé de pérenniser l’exploitation. Les loges Qui est passé ici ? ont été refaites. J’ai apporté aussi un style, une patte. En musique, ils sont tous passés par là, avant de devenir Les spectacles qui s’installent ici ont tous un discours. Je incontournables. Tous, sauf Cali (sourire). Oliva Ruiz, déteste la bêtise, je veux des spectacles qui ont du sens. M, Pauline Croze, etc. Ils n’étaient pas encore connus. Pour moi, Jean-Jacques Vanier est un très bon exemple L’Européen est un peu le marchede spectacle intelligent. J’aime la pied avant d’accéder au succès. simplicité et l’efficacité. les artistes qui Nous programmons des humorisjouent ici ne sortent tes aussi, comme Jean-Jacques Et qu’est-ce que l’Européen pas de leur salon. Vanier ou Julie Ferrier. Des specvous a apporté ? l’européen, ça se tacles musicaux : Le Jazz fait son Au début, beaucoup de doute. cirque, avec la Cie les NouveauLongtemps, je pensais ne pas prépare. nés et trois musiciens de jazz. En être fait pour ça. Je trouvais juin, nous reprogrammons un spectacle autour de Boby difficile de manager une équipe, d’être patron. J’ai failli Lapointe (dans le Bon Timing ndlr). En juillet, aura lieu un arrêter. Mais je me suis accroché, et je pense que j’ai eu festival de comédies-musicales, Les Musicales. raison. Aujourd’hui, j’ai énormément de satisfaction à faire Les artistes qui viennent ici sont déjà accompagnés ce métier. C’est huilé à tous les niveaux, aussi bien côté (maison de disque, tourneur, etc.). Ils ne sortent pas de technique, qu’administratif. Au point que je recherche une leur salon, ils ont déjà fait des salles intermédiaires. Un seconde salle dans le 17e ! concert à l’Européen, ça se prépare. Le bouche-à-oreille a le temps de se faire. Nous sommes bien situés, tout près de la place de Clichy. Et dernier point, nous soignons l’accueil du public et des artistes.

Votre public ? C’est le public des artistes. Nous n’avons pas de système d’abonnement car nous ne connaissons pas notre programmation de la saison à l’avance. Évidemment, il y a des habitués, qui nous font confiance. Les habitants du 17e ne sont pas les spectateurs principaux. L’Européen est très médiatisé, c’est une chance. Le public parisien se déplace facilement pour venir ici.

L’Européen , 5 rue Biot Tél. 01 43 87 97 13, www.leuropeen.info

Livre préféré L’œuvre d’Albert Cohen ; surtout Les Valeureux

Parlez-nous du quartier. À-t-il changé depuis 20 ans ? La rue Biot était au départ assez mal fréquentée. Beaucoup de commerce d’héroïne, des hôtels de passes et les travestis du bois de Boulogne. Depuis une quinzaine d’années, son visage a changé. Elle est désormais très passante. La transformation s’est faite sur la durée. Il y a eu des travaux de voierie également qui ont permis, de rendre la rue plus spacieuse et agréable. Le quartier des Batignolles est de plus en plus vivant, agréable, grâce aux restos, aux marchés, il y a une belle vie de quartier.

42 —

17

Disque du moment Benoît Dorémus, Jeunesse se passe

Bonnes adresses Le Wepler, sur la place de Clichy Au Petit Potager, rue des Dames (le soir uniquement) Librairie de Paris, place de Clichy, “Ils sont de très bons conseils”.


la bonne séance texte miliani benzersa

Etreintes brisées Pedro Almodóvar

VENGEANCE Johnnie To

En salle actuellement / Durée : 2H09 Comédie Dramatique

En salle actuellement / Durée : 1H48 THRILLER

« C’est une déclaration personnelle, ma déclaration d’amour au cinéma » a proclamé Pedro après la présentation de son film au Festival de Cannes. Son nouveau film nous conte l’histoire d’un amour brisé entre un réalisateur et une actrice débutante Lena, amante d’un homme mûr richissime devenu ultrapossessif. Le style visuel de Pedro Almodóvar est reconnaissable au premier regard ; et c’est pour cette raison que ses aficionados affichent toujours le même enthousiasme en retrouvant son cinéma. Cette nouvelle histoire n’est qu’un prétexte pour organiser des mises en abyme et rendre hommage au cinéma. L’idée n’est pas neuve, surtout chez Almodóvar qui ne se cache jamais lorsqu’il fait des allusions, des références, ou des autocitations. Ses films s’offrent désormais comme des sommes. Une fois qu’on les a découverts, on a immédiatement envie de les revoir pour déceler tout ce que l’on n’a pas pu saisir au premier coup d’œil. Etreintes brisées est peut-être l’un de ses derniers films les plus accrocheurs où, comme dans La Mauvaise Education, la création devient un produit stimulant et engendre un labyrinthe d’intuitions. Un clin d’œil à Femmes au bord de la crise de nerfs, judicieusement placé vers la fin, rappelle à la dernière minute que s’il est aujourd’hui rongé par le spleen, l’ancien enfant terrible de la Movida n’a pas oublié non plus qu’il savait faire dans les années 80 des comédies provocatrices, hystériques et échevelées. C’est l’une des raisons pour laquelle son cinéma a été plébiscité à Cannes et ailleurs.

Grand fan de Jean-Pierre Melville, le maître du polar hongkongais destinait ce nouveau film à son idole de jeunesse Alain Delon. Suite à son refus les producteurs français de Vengeance se sont tournés vers notre rocker national Johnny Hallyday qui désire poursuivre avec constance sa carrière d’acteur après sa tournée d’adieux de chanteur. Sur une histoire classique de vengeance, To séduit par le traitement virtuose de l’action déployée dans trois séquences de gunfights inventives qui témoignent une nouvelle fois d’un sens de l’espace inégalé. Après la dizaine d’excellents polars qui nous sont arrivés en France sur la quarantaine de films tournés en 20 ans, To arrive encore à surprendre dans la chorégraphie des fusillades par un travail renouvelé et inspiré sur les figures de style du polar, de la caractérisation des gangsters au duel final. De plus la perte progressive de mémoire du héros a des incidences narratives comme visuelles intéressantes. Comme souvent chez To, les fusillades sont entrecoupées de moments burlesques où les personnages révèlent leur passé, leur intériorité autour de bons plats par exemples. Regard bleu laser, Johnny Hallyday joue la retenue et laisse passer peu d’émotions, statisme contrebalancée par la composition plus nuancée de ses partenaires chinois (les fidèles Anthony Wong, Simon Yam…). S’il n’égale pas la qualité d’œuvres antérieures comme les récents Election et Exilés, Vengeance se présente comme une bonne introduction au travail de Johnnie To, l’un des meilleurs artisans du polar made in H-K. Été 2009 /

17

— 43


le conte est bon texte camille plaisance / photo kharon.com

Jean-Pierre Mome la parole au coin de la rue

Loin du chahut des grandes artères, la rue de la Terrasse est un petit coin préservé. Le genre d’endroit comme on aimerait en trouver davantage dans la capitale. Elle forme avec la rue de Lévis un véritable petit village où les terrasses de cafés en retrait de l’agitation parisienne sont prises d’assaut, été comme hiver.

juste à côté, chez un primeur, Lévis Terrasse, idéalement situé à l’angle de la rue de la Terrasse et de la rue de Lévis. Là, je rencontre Jean-Pierre, patron du lieu qui très naturellement, après une poignée de main franche, commence à me raconter son histoire tout en rangeant ses cagettes. Je commence alors à me rendre compte que cet homme est tout simplement une institution dans le quartier.

A

La clientèle… Cela fait presque une trentaine d’années maintenant que Jean-Pierre décharge, range et arrange ses fruits et légumes pour une clientèle d’habitués sans négliger pour autant celle de passage. Il me précise qu’avant, il était primeur à Levallois et souligne avec beaucoup de fierté tout en gardant une pointe d’humilité comment ses clients l’ont suivi lorsqu’il a pris son commerce dans le 17e

ttirée par le calme de la terrasse située sous le soleil exactement, pas à côté, pas n’importe où, je m’installe à une table du Village Café. Je regarde, scrute, discute avec les serveurs et les clients qui, au fil des mots, se révèleront être des habitués. Ils me parlent de leur quartier et me fiant à leurs anecdotes, je finis par atterrir 44 —

17


arrondissement : une belle preuve de fidélité qui vient sûrement du fait que Jean-Pierre reste très attaché au contact avec les gens. Il essaie de discuter, échanger et ainsi, changer notre rapport à la consommation : “On n’est pas au Monoprix, ici. Pas bonjour, le caddie, la carte bleue… Ah non !”. Un peu comme une devise, il ajoute : “On cherche un peu la parole comme on dit”. Le quartier… Et à Jean-Pierre de préciser : “C’est plus comme avant. Tout a changé.” Et se remémore, un brin nostalgique, le temps des anciennes Halles : ″C’est comme le Centre Pompidou : on n’avait pas tout ça nous !” Quant à son quartier, il me fait remarquer qu’il s’est modernisé: “Par exemple, le Village Café à côté a été entièrement refait et est devenu un café branché avec une cuisine gastronomique pour attirer une clientèle plus chic. En comparaison, la Taverne de Villiers qui ne s’est pas modernisée a perdu en fréquentation.”

Parlez-moi un peu de vous… Il m’avoue, un peu timidement : “Vous savez, j’ai chanté le générique de Thierry La Fronde !” Je le regarde, étonnée, le questionne mais je n’en saurai pas plus. L’humilité des artistes certainement ! Puis il ajoute : “J’ai même eu un article dans Marie-Claire !” Il me raconte qu’il y avait eu un défilé de mode au sein de la rue de Lévis et qu’on lui a demandé son avis sur la tenue des mannequins. Un souvenir dont il est très fier. Des anecdotes, Jean-Pierre en a plein les cagettes mais je me rends compte qu’il est temps pour moi de le laisser retourner à ses clients. Je quitte alors cette petite bulle d’air en sachant pertinemment que je reviendrai saluer JeanPierre, les clients de passage et les habitués.

Été 2009 /

17

— 45


le bon look Anne, Marion & Baltus photos juliette butler

Anne et Marion

Baltus

58, rue des Dames Tél. 01 42 93 33 19 www.anneetmarion.com Ouvert le lundi de 14h à 19h30, du mardi au samedi de 10h30 à 19h30.

Col «Hermine» 40 euros

46 —

17


Anne

Marion

Col amovible «Nuage», création Anne et Marion 40 euros Robe manches papillons création Anne et Marion 90 euros Broche noeud 8 euros Noeud pendentif 35 euros, Collier 30 euros

Col claudine «Colombe», création Anne et Marion 45 euros Robe Ange 60 euros Fleurs organza 20 euros l’unité

Été 2009 /

17

— 47


le Bon écolo texte cassandre manet / photos luc braquet

Marché bio des Batignolles “Regardez-moi ça si c’est pas beau ! Goutez ! Vous allez comprendre !” Au loin, le soleil du printemps dresse des lignes d’une douce lumière. En s’approchant : l’odeur des fruits et légumes frais, le bruit des cagettes et les rires communicatifs, incitent à se faufiler ça et là dans les allées. Un régal de couleurs et de saveurs au grand air. Une balade parfaite pour un samedi matin, imbibant merveilleusement les sens.

L

e marché bio des Batignolles est le lieu de toutes les bonnes surprises pour le bon vivant et le bon écolo. «Il existe deux marchés biologiques à Paris : celui de Raspail crée en 1989, et celui des Batignolles un peu plus récent (1996)», explique fièrement un producteur et commerçant solidaire du marché bio. Les vendeurs et les clients sont habitués à discuter de la qualité et de l’origine des produits, de la politique environnementale actuelle et à venir. Car tous défendent sans prétention l’agriculture biologique, l’idée de réapprendre aux consommateurs les saisons, à un prix intéressant, ainsi que l’évidence d’un devoir de respect de l’environnement en matière de production. On ne peut que s’émouvoir dans ces allées, car on en

48 —

17

repart chargé de bons produits et de bonnes idées. Vous êtes en recherche de délicieuses recettes ? Pourquoi ne pas demander aux marchands qui se feront un plaisir de vous dresser une table riche en goût, en fraîcheur et en histoire. Un privilège des récoltes de nos campagnes à l’étalage : la finesse et le goût subtil des fromages, les tartes aux lentilles, au potimarron, aux carottes et aux algues, les galettes de maïs ou au blé concassés, les odeurs et les couleurs des tulipes du jardin, la charcuterie, l’épicerie fine, les légumes de saison, les confitures maisons, l’huile d’olive extra-vierge, le vin bio, etc. Il suffit de voir la beauté des produits et de simplement sentir et goûter pour comprendre. Le label AB ou certifié bio en impose. Oui, ce marché propose le meilleur, dans une ambiance conviviale, voir familiale, puisque bon nombre d’habitués s’y retrouve chaque samedi. Le marché est en somme le lieu populaire et vivant par excellence. Le plus ici : cet air de campagne lucide, soucieux de nos origines et de notre évolution, qui fait chaud au cœur et qui émerveille nos consciences et nos sens. Marché bio Bd des Batignolles Tous les samedis de 9 h à 14 h


Espace Info Energie 17e arr.

Livraison 100% Ecolo

Ouvert au grand public et travaillant également avec les collectivités locales et les PME, cette structure vous informe et vous conseille sur les thématiques du développement durable, des énergies renouvelables et de la maitrise de l’énergie au quotidien.

Lungta est un service innovant en matière de coursier. Défenseurs de la nature et du développement durable, Il est le premier service de courses destiné aux particuliers en Île-de-France et la première société de livraison possédant sa propre flotte de scooters électriques. 100% écologique !

Du lundi au vendredi de 9h à 17h 54, rue de la Condamine

www.lungta-course.com 24, rue des Dames, Tél. 01 44 70 90 70

Été 2009 /

17

— 49


Jacques Froissard coffreur de souvenirs

50 —

17


le bon artisan texte sihem fekih / photo véronique pêcheux

J

acques Froissard est une institution sur la place de l’Eglise des Batignolles. Installé depuis vingt-huit ans, cet encadreur de renom travaille avec amour l’art de la mise en scène de la photo et autres objets de valeur. Jacques Froissard est entré à l’école de la BonneGraine. Pendant deux ans, il y apprend le métier d’encadreur-doreur, puis devient apprenti, avant d’ouvrir son premier atelier à Viroflet, près de Versailles. Inspiré par son livre d’enfance Le Goéland de Jonathan Livingston, il se lance dans l’aventure en tant qu’indépendant. «J’avais envie de faire ce qui me plaisait, être mon propre patron, libre. Mais on ne l’est jamais vraiment», dit-il en riant. Depuis plus de trente ans, Maître Froissard marie cadre, Marie-Louise et verre, pour le respect de la conservation des souvenirs de ses clients. Arrivé sur la place de l’Eglise des Batignolles, l’encadreur passe d’un atelier de 200 m2 à 30 m2. «Ça m’a fait drôle d’ailleurs, explique-t-il, il a fallu que j’aménage mon appartement pour me réserver un espace de travail. Mais lorsque le local du rez-de-chaussée de mon immeuble s’est libéré, je me suis installé.» Depuis le quartier a bien changé. Autrefois occupé par des personnes âgées, il est prisé depuis dix ans par des jeunes couples. Mais les résidents changent régulièrement. Les appartements deviennent vite trop petits lorsque les familles s’agrandissent. «Tous les medias décrivaient les Batignolles comme le nouveau quartier bobo, ce qui nous faisait bien rire, nous les autochtones», raconte Jacques Froissard. Fier de son quartier, il aime se rendre au Café Lapon, tenu par Christian

Dreyfus, un ami. Près de la table, des photos de Malik Sidibé et de Marc Riboud ornent les murs de l’atelier. «On travaille avec de nombreux photographes», mais pas seulement. Les maisons Hermès, Louis Vuitton, Lacroix et les Chevaliers de la Conservation font confiance à Jacques Froissard et ses employés depuis une vingtaine d’années pour leur minutie et leur discrétion. «Un jour, un homme est arrivé avec une mallette menottée au poignet, accompagné de trois gardes du corps. Il venait m’apporter des desseins de Van Gogh», explique t-il. Sans prétention, il explique sa passion : «Ce qui m’intéresse, c’est le montage, on apprend toujours. On ne traite pas une pastelle comme une peinture à l’huile.» La technique s’est améliorée depuis les années 60, les verres contiennent un filtre antiUV, pour éviter que la photo craque. «Mon but aujourd’hui est de faire en sorte de conserver au mieux la photo, je veux que l’on puisse ouvrir le cadre dans cinquante ans et que l’on découvre la photo ou l’objet, intacte.» Jaques Froissard reste un personnage humble. Si l’on qualifie d’œuvre d’art ses cadres en tôle réalisés entièrement par ses propres soins, il répond alors «Œuvre ? C’est un bien grand mot, je ne suis pas un artiste. Je me contente d’adapter des techniques et des matériaux aux envies des clients. Je continue simplement de m’amuser.»

Jacques Froissard Encadreur 75, place du Docteur Felix Lobligeois Tél. 01 42 29 49 60, atelierfroissard@free.fr

Été 2009 /

17

— 51


les bons petits diables textes Valérie Vecchionni lesyeuxenmirettes.fr

Au petit théâtre de Sophie

S

ophie Bergart a recréé le monde merveilleux de son enfance. “Comme à la maison”, elle nous accueille, dans son concept store : boutique, salon de thé, petit théâtre, etc. Le tout dédié aux enfants “sur un petit air d’autrefois”. En sous sol, on découvre une salle extrêmement chaleureuse : peintures ardoise aux murs, tapis persans, coussins au sol et jolies guirlandes lumineuses. Les spectacles, différents chaque semaine, sont inspirés de contes traditionnels (ce jour-là, Le Petits Poucet) ou de contes du monde (Les 1001 nuits en juin, les Contes indiens en juillet, etc.) Pour rentrer dans le monde merveilleux des contes, chaque enfant propose un mot, l’ensemble constituant la formule magique : “abracadabri abracadabra plifplafplouf dragon.” Les jeunes spectateurs sont ensuite invités à jouer certains rôles. Puis, ils encouragent vivement le petit Poucet à se sauver : “Aller Poucet, aller Poucet, aller… ” Ainsi associés au déroulement de l’histoire, les enfants sont captivés et on les sent frémir pour de vrai lorsque l’ogre déclare : “Hum, ça sent la chaire fraîche.” Après le spectacle et avant le goûter, libérés du monde des contes grâce à la formule magique du début, les enfants s’emparent des craies et dessinent les personnages du conte sur les murs… Le rêve! 52 —

17

Le Monde merveilleux de Sophie, 61, avenue Niel 33, rue Pierre Demours Tél. 01 47 66 03 46 Du mardi au samedi de 10h30 à 19h Spectacles tous les mercredis et samedis à 17h De 3 à 10 ans / 8 euros par personne

paroles d’enfants Les ogres, les sorcières, les loups... ça vous fait peur ?

“Ben oui, le loup, il est méchant, il mange le petit chaperon rouge” (Samantha, 3 ans et demi). “Et en plus, ils sont pas beaux” (Rose, 4 ans). “Mais non, tout ça, c’est des histoires à dormir debout, ça n’existe pas les sorcières” (Line, 5 ans). “Ouais, c’est que pour faire semblant tout ça” (Emile, 5 ans).


les bons petits diables

Les Trois Cailloux

E

n 2005, Guillemette Magnan, habitante du quartier des Batignolles, ouvre la boutique dédiée aux enfants de 0 à 14 ans, qui lui a manqué lorsqu’elle s’y promenait avec sa poussette.

Au rayon objets, déco et autres jouets, on a le choix : la matriochka Barnabé aime le café, les stickers Mimi’ Lou, les têtes d’Anne-Claire Petit, les mugs Dumbo, les bouchons de bain PA Design, les voitures Automoblox…

Guillemette fait confiance à ses coups de cœur pour proposer “du joli, de l’original, des choses que mes clientes ne trouvent pas forcément ailleurs”. Au rayon vêtements, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses : Antik Batik, Les P’tits cailloux, Mie, Nana kiki, Ketiketa, Gaëlle Barré, Rose et Théo, Le Souk Adessi, Arsène et les pipelettes, Lulu et brindilles, etc. Et, depuis mars, la tunique Robinson, que Guillemette a créée ellemême en espérant, pour l’automne prochain, une première collection Les 3 cailloux.

Le clou du spectacle, la cabine d’essayage : une vraie cabane en bois. Comme le dit un client, Les trois cailloux est “une bien jolie boutique qui a du cœur” et dans laquelle il fait bon se laisser aller à quelques dépenses.

Ici, on trouve aussi tout un tas d’accessoires pour les petites filles et leur maman : petits sacs Global affairs, jolis bijoux de jade Kanikan, lacets et rubans Polkadot, etc.

Les trois cailloux 8, rue des Moines Tél. 01 58 59 00 60 Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 13h30 et de 14h30 à 19h30 et le dimanche de 10h30 à 13h30

Été 2009 /

17

— 53


le Bon agenda AGENDA du 17 e

------------------------------------------------------------------Dimanche 7 juin à 17h00 David Sire en roue libre à l’Européen, chanson Mardi 9 juin à 20h00 Pierre Guimard à l’Européen, chanson Mercredi 10 juin 2009 à 20h00 Monsieur Roux à l’Européen, chanson Jeudi 11 juin 2009 à 20h00 Weepers Circus, chanson rock français Le 12 juin à 19h Concert public des élèves du conservatoire Claude Debussy Les 12 et 13 juin 2009 à 20h00 Viva, Quai n°5 à l’Européen Du 16 au 27 juin à 20h30 Jeux de mots pour gens bêtes, comédie musicale d’après les textes et chansons de Boby Lapointe à l’Européen Le 19 juin à 18h30 et 21h Concert de jazz Big Gang, élèves du conservatoire de la Jonquière 21 juin Fête de la musique : concerts chanson française, jazz et blues

EXPOSITIONS

------------------------------------------------------------------Du 1er au 7 juin Exposition 27 légendes du sport unies sous une même bannière étoilée à la mairie. Du 10 au 19 juin Exposition Jazz et blues par les ateliers beaux-arts du 17e, à la mairie. Du 24 juin au 18 juillet Exposition photo de Philippe Muraro C’est quoi ce cirque ? Les Romanes, une saison dans le 17e à la mairie.

SPECTACLES

------------------------------------------------------------------Jusqu’au 1er juillet Cochon d’Inde, comédie de Sébastien Thiery, Patrick Chesnais…au théâtre Hébertot.

© DR

MUSIQUE

Jusqu’au 30 juin Des Pavés sur scène mise en scène de Sophie Martin et Charlotte Bartocci au théâre du Mery, place de Clichy. Tout le mois de juin L’Oursin de Francis Blanche, une comédie de et avec Xavier Jaillard, au Petit Hébertot. Jusqu’au 6 juin Faust en lituanien surtitré, d’après Johann Wolfgang von Goethe - mise en scène Eimuntas Nekrosius aux Ateliers Berthier, bd Berthier. Jusqu’au 21 juin La Maladie de la famille M. en roumain surtitré, de Fausto Paravidino - mise en scène Radu Afrim aux Ateliers Berthier, bd Berthier. Du 19 au 21 juin : Laurent Gerra, One-man show au Palais des Congrès, porte Maillot. Samedi 27 juin : Liza Minnelli au Palais des Congrès, porte Maillot.

Retrouvez tous les bons plans sur :

leBonbon.fr

54 —

17


le casse bonbon texte alexis de vanssay

13

Ligne

La fin de la galère n’est pas pour demain Le Syndicat des transports d’Île-de-France (Stif ) a adopté le projet de prolongement de la ligne 14 jusqu’à la mairie de Saint-Ouen. Ce projet devrait permettre le désengorgement de la 13, la ligne de “l’enfer”. Philippe Limousin, président de l’association de quartier Déclic 17e-18e, nous fait part de sa satisfaction très mitigée à cette annonce. Le désengorgement de la ligne 13 du métro est un combat que mènent des habitants du quartier depuis cinq ans. Philippe Limousin en fait partie. Il nous reçoit dans son appartement situé près de la Fourche. Lorsqu’il évoque sa lutte pour l’amélioration de la ligne 13, son discours est modéré, son regard humain sur une histoire, qui n’est pas simple. En effet, après bien des rustines posées, une vraie solution est enfin adoptée pour la ligne 13. Seulement, les travaux prendront fin dans huit ans. D’ici là, les conditions de transport pour les usagers, déjà pénibles, risquent de s’aggraver.

Pour attendre, il nous faudrait “une noria de bus”, nous confie-t-il. Mais il faudra donner à ces derniers les moyens de circuler. “Sur l’axe de la ligne13, ce sera difficile.” De manière générale, il n’y a pas de quoi sauter de joie à l’annonce de l’adoption du projet. Le combat a été long et difficile pour les associations de quartiers et d’usagers. “Tout cela aurait pu et aurait dû être fait depuis longtemps”, poursuit Philippe. Il comprend mal que ce soit si long. Un drame est vite arrivé. Un passager poussé sur la voie depuis un quai surpeuplé, par exemple. Le Stif a prévu des portes vitrées dans les stations les plus chargées mais ces protections arriveront en 2011. Pour l’instant l’exaspération reste sourde chez les usagers, 600 000 par jour, comprimés aux heures de pointe. Pour Philippe : “On ne s’entretue pas dans ces rames, pourtant c’est inhumain.” Le choix de la 14, enfin prononcé, semble laisser chez le président de Déclic comme une satisfaction amère. Été 2009 /

17

— 55


Alexandra Essid palmaire, masRéflexologie plantaire & facial, massage sage du dos, massage elier) pour bébé & enfant (at 87 Tel : 06 09 12 41 alexandra.essid@neuf.fr

Vends vitrine fermant à clé. Prix à débattre. 06 84 11 78 02 Soprano lyrique diplômée du conservatoire de paris. Donne cours de technique vocale, gestion du souffle, pose de la voix. 06 08 49 62 57

Delphine donne cours de yoga dynamique (Vinyasa) à dom icile. Cours progressifs et personn alisés. 30 euros/heure. 0617816491 delphinedenisd@gmail.com

Jeune femme sérieuse de 38 ans cherche garde pour les nuits. malades) (personnes agées et/ou nce ére réf et Expérience sur demande. 06 15 21 44 31

Garde partagée Cherche famille pour garde partagée dans le quartier des batignolles du lun aun ven 8h30 à 18h30 (à discuter). Valérie 06 13 71 43 35

Depuis 20 ans, l’entrepris e « Ecume de vies » propos e d’écrire l’histoire de votre vie (particuliers et organism es). Elle oriente aussi les sco laires et accompagne les reconv ersions professionnelles. Vous pouvez nous joindre au 09 53 96 51 98 ou au 06 89 93 21 26. contact@ecumedevies.co m

, Recherche studio chambre ou colocation chez l’habitant. Sylvain : 06 69 68 26 46 coluchebzh@hotmail.fr

Su pe r nounou dynam ique sér ieuse et ponctue lle. 06 67 96 26 68

56 —

17


Etudiante propose soutien scolaire ou cours d’espagnol, français, lettres et philosophie jusqu’au niveau bac. 06 75 51 51 01

Le Club de Musique l’école de musique pop pour les 3-10 ans inscription en juin au 06 14 03 89 67 www.leclubdemusique.com

Rénovation d’appartement Tout corps d’état peinture enduit parquet carrelage… Gilles 06 70 49 59 19

Rénovation Tous travaux de peinture, papier pe int, carrelage, plomberie , dépannage, électrici té. Devis gratuit, prix modérés. 06 10 47 47 61

Les Amis de Pylos recherchent des vélos pour un atelier. 01 53 16 12 29 01 53 16 12 42

lebonbon.fr

Etudiante en art dramatiqu e cherche baby-sittin g, disponib le tous les jours à par tir de 16h 30. Expérimen tée présentatio , bonne n. Contac tez-moi : Géraldine au 06 37 09 33

Vous aussi passez votre annonce ! annonce@lebonbon.fr 15 euros les 60 caractères (± 3 lignes)

recrute ! •chef de pub •commerciaux •graphistes

maquettistes confirmés

Entretien du corps Remise en forme Cours à domicile. Renforcement musculaire Assouplissements pour développer votre musculature profonde et votre souplesse. Maud professeur Diplômé d’Etat 06 64 94 63 36

Merci d’adresser vos candidatures par mail : recrut@lebonbon.fr Quartier des Batig nolles, Artiste peintre - for mation classique donne cours en petits groupes - dif férentes techniques. Enfan ts à partir de 10ans, Ados, Adultes tel 01 46 27 58 95 .

Été 2009 /

17

— 57


les bonnes adresses BASTIEN DE ALMEIDA

LE MARCHE FRANPRIX

C4v

le z i n c

c o nv e r s o n s

Le g oût d e s autr e s

Côté cépag e

m o r e n ita

D o n na

n o c h e d e ab r i l

46 rue la Condamine ☞ 01 42 93 54 70 5 rue d’Armaillé (axe av. Carnot) ☞ 01 42 28 18 10 19 rue des Moines ☞ 01 48 74 34 66

92 rue de Lévis ☞ 01 44 01 05 77

32 rue des Moines ☞ 01 46 27 11 63 82 rue Legendre ☞ 01 58 60 00 41

96 rue Legendre ☞ 01 40 27 99 77

70 place du Docteur Félix Lobligeois ☞ 01 46 27 66 70

65 rue Legendre ☞ 01 46 27 89 11

26 rue des Dames ☞ 01 43 87 49 97

E n aparthé

OPTI K EYES

90 rue Legendre ☞ 01 42 63 77 13

63 avenue des Ternes ☞ 01 45 74 73 43

fi r maman

Le s tr o i s Cai llo ux

g r o o v e sto r e

Sass i h o m e

gu i n ot

stu d i o 27

LA PISCINE

Sub stan c e

léo & le s c r o c o s

th e rac h’i

le p rés e nt d’h i e r

vuS d’ai lle u r s o pti c i e n

200 boulevard Pereire ☞ 01 44 09 71 32 29 rue des Dames ☞ 01 44 90 09 46 37 rue des Batignolles ☞ 01 42 93 02 65 104 rue de Courcelles ☞ 01 47 63 85 17 6 rue des Moines ☞ 01 42 28 18 10

21 rue des Dames ☞ 01 42 93 99 01 73 place du Docteur Félix Lobligeois ☞ 01 58 60 19 22 15 rue des Moines ☞ 06 60 44 42 19 52 rue des Dames ☞ 01 77 32 15 16

61 rue des Batignolles ☞ 01 42 28 03 90 58 —

8 rue des Moines ☞ 01 58 59 00 60

19 rue des Moines ☞ 01 42 29 60 90

17

Le Bonbon est imprimé sur du papier issu de forêt gérées durablement, sur un site labellisé imprim-vert avec des encres végétales.


a 250 m de l’etoile ou de la fnac des ternes Ouverture d’un 2e centre c4v nutrition et parapharmacie à Paris 17e

nouveau pour les chiens et chats de l’ouest parisien Nutrition et Diététique Mode et Accessoires

Dermocosmétologie Parapharmacie Vétérinaire

C4V Etoile - 5 rue d’Armaillé - Paris 17 - Tél. 01 44 09 17 00 angle av. Carnot / Acacias - Parking avenue Carnot C4V Vavin - 59 rue N.D. des Champs - Paris 6 - Tél. 01 43 25 06 00 Ouverture non stop du lundi au vendredi de 10h à 19h30 et le samedi de 10h à 19h

Paris 17eme - le bonbon été 2009  

Découvrez le magazine Le Bonbon Paris 17eme arrondissement de l'été 2009.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you