Issuu on Google+

RAPPORT ANNUEL 2014


RAPPORT ANNUEL 2014

2 - Rapport annuel 2014


SOMMAIRE Préface La Fondation Son organisation Ses projets de développement Ses 4 axes d’intervention Les activités de la FFL en Afrique en 2014 Finances La sensibilisation Les publications La FFL en ligne Votre générosité

4 6 7 8 9 10 12 44 49 50 51

Rapport annuel 2014 - 3


PRÉFACE Dans sa volonté de créer des perspectives pour les plus démunis, la Fondation Follereau Luxembourg a, au cours de l’année 2014, renforcé sa lutte contre l’exclusion avec l’engagement et la rigueur qui lui sont chères. L’exclusion liée à la lèpre, d’une part, combat historique de la Fondation. Il y a 20 ans encore, on comptait plus d’un million de nouveaux cas dépistés chaque année. Aujourd’hui, malgré la croissance démographique, ce nombre est passé à 200 000. Cette première victoire nous encourage à poursuivre nos activités au travers des projets d’aide aux victimes des maladies tropicales négligées que nous soutenons à Madagascar, en Guinée, au Bénin, ainsi qu’au Togo. L’exclusion aux soins de santé, d’autre part. Plus de la moitié du budget global de la FFL a été investie dans des projets visant l’amélioration de la santé publique communautaire. La Fondation est présente pour offrir l’accès à la santé dans 9 pays d’Afrique. Grâce à ses partenaires locaux, elle dispose désormais d’un vaste réseau de maternités, de centres de santé et d’unités de soins ambulantes. L’année 2014 a également été marquée par la volonté d’accroître ses actions de lutte contre l’excision au Burkina Faso et au Mali. Cette pratique dévastatrice ravage les jeunes filles, les marque à jamais et a des conséquences médicales et psychologiques dramatiques. L’exclusion au travail, ensuite. Grâce à ses nombreux centres d’accueil et de formation, la FFL permet d’offrir un avenir à de nombreux jeunes démunis ou exclus de la société. L’exclusion liée aux droits de l’Enfant, enfin. Dans des pays où les enfants de moins de 15 ans représentent la moitié de la population, leur garantir une enfance et un avenir est primordial. Au travers du programme « Let kids be kids », la Fondation vient en aide aux enfants en détresse en accueillant les enfants exploités dans les mines d’or au Burkina Faso, tente de les soustraire des circuits de traite des enfants au Bénin, et de leur rendre une vie digne. 4 - Rapport annuel 2014


Au total, 350 000 personnes retrouvent le sourire grâce aux activités de la Fondation Follereau Luxembourg, grâce à la générosité de nos donateurs et au cofinancement de projets par l’Etat. Ces résultats encourageants nous confortent dans notre volonté de poursuivre la lutte contre toutes les formes d’exclusion, d’apporter de l’espoir et de la justice, de changer des vies. Jean Hilger Président

2014 fut une année intense : d’abord, la maladie Ebola qui a paralysé la région forestière de la Guinée et qui a ravagé des centaines de personnes, ensuite, les affrontements inter religieux entre Chrétiens et Musulmans en République centrafricaine, qui ont fait perdre des vies inutilement, enfin les actes terroristes au Mali de groupes militants pour un Etat Islamique qui brisent les rêves de milliers de jeunes de mener une vie meilleure. Un bilan bien triste qui justifie la question pertinente : Pourquoi nous soutenir? Parce qu’il existe également des rayons d’espoir et de progrès dans nos pays d’intervention : pour 2014, 10.000 consultations ont eu lieu dans nos structures médicales, des milliers de jeunes filles ont échappé à l’excision, des miliers de personnes, principalement des enfants, ont échappé à une infection de l’Ulcère de Buruli et à la lèpre grâce à nos actions de diagnostic précoce, et une centaine d’enfants abandonnés ont pu retrouver une enfance digne de ce nom grâce à l’encadrement et à la formation dont ils ont bénéficié dans nos centres sociaux. Au-delà de ce bilan positif, nos interventions constituent un signe fort de solidarité et d’humanité pour les communautés qui en bénéficient. Chaque bénéficiaire est reconnaissant de l’aide apportée – leurs sourires et leurs mercis en témoignent. Un grand merci à nos donateurs qui nous soutiennent par leurs gestes de générosité. Christophe Wantz Directeur Rapport annuel 2014 - 5


LA FONDATION La Fondation Follereau Luxembourg (FFL), fondée le 7 décembre 1966 à l’initiative de l’humaniste français Raoul Follereau (1903-1977), est une ONG, reconnue depuis 1984 comme « Etablissement d’Utilité Publique ». Pendant ses voyages en Afrique, Raoul Follereau découvrit sur place les conditions de vie précaires de nombreuses personnes et, touché par la misère et les difficultés des malades de la lèpre, décida de mettre en place un réseau d´association solidaires luttant contre la lèpre. Sa devise altruiste « Personne n’a le droit d’être heureux tout seul » constitue encore aujourd’hui le leitmotiv des actions de la FFL et donne depuis bientôt 50 ans des perspectives aux bénéficiaires de ses projets. Conformément à la pensée de Raoul Follereau, elle travaille dans une indépendance d’esprit absolue par rapport à toutes opinions politiques, religieuses et sociales. 6 - Rapport annuel 2014


SON ORGANISATION La Fondation est dûment supervisée par son Conseil d’Administration, composé de 16 personnes : M. Jean Hilger (Président), M. Menn Bodson, Mme Brigitte Bontemps, Mme Monique Hermes, M. Jos Hilger, M. Georges Keipes, Mlle Anne Majerus, M. Julio Nerin, Mme Marie-Thérèse Ney, M. Boubacar Niang, M. Jean Octave, M. Jean-Luc Pauly, M. René Reuter, M. Emile Rossler, Dr. Jean Smit, M. Jean Weisgerber. Le fonctionnement de la Fondation est assuré par 9 collaborateurs dans les domaines de la gestion de projet, la finance, la comptabilité, les relations publiques et de la sensibilisation.

Rapport annuel 2014 - 7


Depuis 1966, la FFL s’engage dans la lutte contre la lèpre et toute autre forme d’exclusion. Elle oeuvre en faveur des populations défavorisées des pays en développement.

NOS PROJETS Les activités de la FFL se développent autour de quatre axes : 1. Amélioration de la santé publique communautaire (construction et équipement d’établissements médicaux, réalisation d’infrastructures hydriques et d’assainissement, promotion féminine, lutte contre la pratique de l’excision) 2. Renforcement de la formation professionnelle (construction et équipement de centres de formation) 3. Aide à l’enfance en détresse (lutte contre le trafic d’enfants, prise en charge des enfants de la rue, …) 4. Appui aux programmes nationaux de lutte contre les maladies tropicales négligées (lèpre, ulcère de Buruli,) Au cours de ses 49 ans d’expérience en coopération, la Fondation est devenue l’une des ONG les plus renommées du pays. Au Luxembourg même, elle travaille en étroite collaboration avec la Direction de la Coopération au Développement et reçoit un soutien régulier et très généreux du public luxembourgeois. 8 - Rapport annuel 2014


Amélioration de la santé publique communautaire

Formation professionnelle

Aide à l’enfance en détresse

Lutte contre les maladies tropicales négligées

Rapport annuel 2014 - 9


BÉNIN Nombre de projets : 10 Budget investi: 872 196€ 30% du budget global

MALI

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE Nombre de projets : 2 Budget investi: 205 000€ 3% du budget global

Nombre de projets : 11 Budget investi: 1 034 784€ 35% du budget global

BURKINA FASO Nombre de projets : 6 Budget investi: 391 805€ 13% du budget global

GUINÉE Nombre de projets : 1 Budget investi: 50 000€ 2% du budget global

CÔTE D’IVOIRE Nombre de projets : 2 Budget investi: 145 425€ 5% du budget global

TOGO Nombre de projets : 1 Budget investi: 111 972€ 4% du budget global

CONGO (République démocratique) Nombre de projets : 1 Budget investi: 40 000€ 1% du budget global 10 - Rapport annuel 2014

MADAGASCAR Nombre de projets : 1 Budget investi: 78 898€ 3% du budget global


LES ACTIVITÉS DE LA FFL 9 pays

Dans le cadre d’un processus de concentration géographique, la FFL focalise dorénavant ses interventions liées aux projets de développement sur l’Afrique de l’Ouest principalement. La FFL soutient des projets dans les Républiques du Mali et du Bénin depuis de longues années, ainsi qu’au Burkina Faso depuis peu. En 2014, 78% des fonds ont été versés dans ces 3 pays.

d’intervention

35 projets

3 millions d’euros

4 axes

Répartition des fonds versés en 2014 PAR AXE

Chart Title

Répartition des fonds versé en 2014: 2.259.244,27 Répartition des fonds € versés en 2014

Axe 1

Axe 2

Axe 4

Axe 3

PAR PAYS Mali 35%

Madagascar 3% Guinée 2% Côte d'Ivoire 5% Burkina Faso 13%

14%

RDC 1%

R. Centrafricaine 3% Togo 4%

7% 12% 67%

Bénin 30%

Rapport annuel 2014 - 11


FINANCES RECETTES

4 469 210.48 €

Dons

1 525 105.39 €

12 - Rapport annuel 2014

Dons privés Dons de la part des communes

1 469 385.39€ 55 720.00 €

Cofinancements par le Ministère des Affaires Etrangères

2 499 118.57 €

Participation aux frais administratifs du Ministère des Affaires Etrangères

306 485.53 €

Recettes Diverses

138 500.99 €

DÉPENSES

4 469 210.48 €

Frais de projets de développement

3 370 272.04 €

Dépenses liées aux projets Frais de suivi des projets

3 348 789.44 € 21 482.60 €

Frais de relations publiques

197 769.10 €

Frais administratifs

450 423.21 €

MISE EN RESERVE POUR FUTURS PROJETS

450 746.13 €


Gestion financière responsable des dons Nous veillons à l’affectation responsable et transparente des fonds, tous nos partenaires sont tenus de remettre un rapport d’activités et financier, et les dépenses doivent être justifiées par des factures détaillées. Tous les projets sont soumis à l’approbation et au vote du Conseil d’administration. Le budget annuel de la FFL est contrôlé par la société d’audit « Grant Thornton Lux Audit S.A. », dont voici l’avis sur les comptes annuels de 2014 : «A notre avis, les comptes annuels donnent une image fidèle du patrimoine et de la situation financière de LA FONDATION LUXEMBOURGEOISE RAOUL FOLLEREAU au 31 décembre 2014, ainsi que des résultats pour l’exercice clos à cette date, conformément aux obligations légales et réglementaires relatives à l’établissement et la présentation des comptes annuels en vigueur au Luxembourg. »

RECETTES Participation du MAE aux frais administratifs 7%

Recettes diverses 3%

Dons 34%

DÉPENSES Frais administratifs Relations 11% publiques 5%

Cofinancement du MAE 56%

Projets 84%

Rapport annuel 2014 - 13


AXE 1: AMÉLIORATION DE LA SANTÉ PUBLIQUE COMMUNAUTAIRE 19 projets 5 partenaires locaux 67% du budget global

300 000 bénéficiaires directs!

14 - Rapport annuel 2014


MALI Promotion de la santé maternelle et infantile dans le cercle de Kati Au vu du seuil de pauvreté prévalent au Mali, la barrière financière compte parmi les principaux freins à la couverture sanitaire universelle et les indicateurs relatifs à la santé maternelle et néo-natale comptent parmi les plus faibles de la planète. L’appui aux activités génératrices de revenus constitue donc un pilier central pour garantir l’accès aux services de santé. Dans ce contexte, la FFL, en partenariat avec l’ONG locale COFESFA, veille à rendre disponibles les services de base en vue de l’élargissement de la couverture sanitaire. En 2014, une maternité rurale a été construite dans le village de Kaka et permet l’accès aux soins à une population totale de 3410 habitants. Trois forages ont été réalisés (dont un pour la maternité de Kaka) et sont opérationnels. Les villages cibles ne disposant jusqu’alors d’aucune source d’eau potable, les forages ont été accueillis avec joie et soulagement par la population, fortement touchée par les maladies hydriques. Pour assurer la fréquentation des centres de santé, la FFL a également mis en place un programme de sensibilisation et d’information des populations sur leur droit à la santé. Au total 35.753 personnes ont été atteintes, et 32 agents ont été formés pour sensibiliser leurs communautés sur les thématiques de santé. BUDGET INVESTI : 218 946.19€

Rapport annuel 2014 - 15


Promotion de la santé féminine Malgré la place centrale accordée à la maternité dans la société malienne, la santé de la jeune fille et de la femme en tant que telle a tendance à être délaissée. Des structures de dialogue ou des programmes destinés spécifiquement à la femme, en dehors de son statut de mère ou de future mère, font cruellement défaut. Dans un pays où 97 000 personnes sont porteuses du VIH/Sida, la contraception et les maladies sexuellement transmissibles représentent un enjeu crucial. Dans ce contexte, la FFL, en partenariat avec l’ONG locale COFESFA, a mis en place en 2014 un centre d’écoute, ayant pour vocation d’informer les jeunes filles et femmes maliennes, mais également les hommes qui le souhaitent, sur cette problématique, mais également sur les risques encourus par des grossesses précoces, trop rapprochées ou fréquentes. Deux agents ont été recrutés (un assistant social et une infirmière obstétricienne) en début d’année pour assurer le fonctionnement du centre et la fréquentation de ce dernier a été en augmentation constante tout au long de l’année. Au total, 76 séances de causeries éducatives ont été réalisées et ont touché 588 personnes, dont 446 femmes et 142 hommes. Pour favoriser la fréquentation du centre, une vaste campagne de sensibilisation a également été mise en place. BUDGET INVESTI : 23 971.71€ 16 - Rapport annuel 2014


Programme de Santé Communautaire de Base Kati Depuis 2011, la FFL favorise, en partenariat avec l’ONG locale COFESFA, la promotion de la santé communautaire dans le cercle de Kati, à travers le Programme de Santé Communautaire de Base Kati (PROSCBK) au sein de 25 communautés villageoise. En juillet 2014, suite à l’évaluation du projet, un budget supplémentaire spécifique visant à assurer le suivi à moyen terme du programme PROSCBK et sa pérennité à long terme, a été voté. L’enjeu de ce nouveau projet 2014-2015 est donc entièrement centré sur le suivi de la qualité des services et infrastructures mis en place. BUDGET INVESTI : 17 688.23€

i

Le Mali a été touché par la maladie de la fièvre à virus EBOLA, compte tenu de sa proximité avec certains pays voisins touchés également. En réaction, la FFL a décidé d’accorder à son partenaire COFESFA un appui en produits désinfectant à hauteur de 218 litres, destinés aux agents de santé de ses zones d’intervention.

Rapport annuel 2014 - 17


Création d’un support e-learning pour femmes enceintes Les services de santé spécifiquement dédiés à la santé maternelle et néo-natale sont particulièrement rares au Mali: Et pour cause, 55% des femmes accouchent sans personnel soignant qualifié à leurs côtés. Dans le cadre d’un partenariat innovant entre la Clinique Bohler au Luxembourg, la FFL et son partenaire malien COFESFA, ce projet vise à remédier à cette situation en informant les femmes maliennes sur l’importance des consultations pré-natales, ainsi qu’en les incitant à venir dans les centres de santé. Sur base de la plateforme d’e-learning déjà disponible à la Clinique Bohler, des supports d’information relatifs à la santé reproductive, à la grossesse, et à la période néo-natale ont été créés et adaptés pour le personnel de santé et les femmes maliennes. En 2014, 50 agents de santé ont été formés. Chacun d’entre eux a reçu les supports nécessaires à la transmission des informations vers leurs patients. Une étude d’impact interne est réalisée depuis début 2014 pour mesurer l’influence du projet sur les connaissances des femmes enceintes et de leurs familles. BUDGET INVESTI : 45 444.40 €

18 - Rapport annuel 2014


#Againstexcision

Projet de sensibilisation aux conséquences des mutilations génitales féminines Depuis 2011, la FFL travaille en collaboration avec l’ONG locale COFESFA dans un projet d’information et de sensibilisation sur les conséquences des mutilations génitales féminines (MGF). La première phase de trois ans (2011-2013) ayant prouvé l’efficacité de cette méthode et la pertinence de son utilisation, une nouvelle programmation a été élaborée jusqu’en 2015. Etant donné le caractère tabou de la pratique de l’excision, et considérant par ailleurs son ancrage ancestral dans les sociétés qui la pratiquent, le changement de mentalités, puis de comportement ne peut s’opérer que sur du moyen à long terme. Le projet s’appuiera à nouveau sur un large programme de communication, tout en mettant l’accent sur l’incitation à l’adhésion collective à l’abandon de la pratique. Au cours de l’année 2014, 50 nouveaux communicateurs traditionnels ont été formés, 22 écoles ont reçu des kits de matériel pédagogique sur la thématique des MGF, et 88 élèves issus de ces écoles ont été plus spécifiquement formés pour sensibiliser leur entourage. 17 « ex-exciseuses » ont reçus une formation et 7 nouvelles exciseuses ont été identifiées. Chacune d’entre-elles a bénéficié d’un fonds de démarrage pour une nouvelle activité. Les activités de sensibilisation ont quant à elles permis de toucher près de 26 000 personnes dans les 3 communes ciblées. BUDGET INVESTI : 64 969.20€ Rapport annuel 2014 - 19


Programme de promotion durable de la santé familiale et communautaire En 2014, ce programme (reprenant 3 projets) a permis de construire la maternité rurale de Farabougou, les centres de santé communautaire de Moromoro et Sémana. Les deux dernières structures ont également bénéficiées d’un forage chacun. S’y ajoute des travaux de rénovation de la maternité rurale de Diago. Ces quatre infrastructures sanitaires plus les centres médicaux de Karaya et Kabalabougou ont bénéficié d’équipements médico–hospitaliers de qualité, de dotation en médicaments, de panneaux solaires, etc. A ces structures s’ajoutent le suivi des structures de 2013 et de 2012, c’est-à-dire les centres médicaux de Diamou, Sangarébougou, Tadiana, Faraba, Sémana, N’Tékédo, Dioumara, Diarabougou, Garasso et Penesso. Ces infrastructures ont permis à environ 200 000 femmes et enfants de bénéficier d’un paquet minimum d’activités de soins et à près de 60 000 femmes et enfants de bénéficier d’un plateau technique avec imagerie médicale portable et analyses médicales de base par l’installation de mini-laboratoire. Au-delà de la construction des infrastructures, un autre volet important du projet consistait à mettre en œuvre les programmes de vaccination, les séances de sensibilisation notamment sur la santé maternelle et infantile et sur l’hygiène. BUDGET INVESTI : 55 388.36 € 20 - Rapport annuel 2014


BURKINA FASO Programme de promotion durable de la santé familiale communautaire Ce “double-projet” est le fruit d’une réflexion et d’une prise de conscience des populations de l’importance de la santé et du manque d’accès aux centres de santé. Sur le plan institutionnel, le projet s’exécute conformément au plan national de développement sanitaire 2011-2020 du Ministère de la santé, dans une volonté de répondre efficacement aux problèmes de santé publique qui entravent le développement du pays. Dans ce contexte, la FFL, accompagnée par son partenaire local AAB-FFL, a programmé ce projet de construction et d’équipement de deux centres de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) sur 2 ans (20142015) : un à Madou, l’autre à Badiembé. Le premier a pu être quasiment finalisé durant l’année 2014, ce qui a permis de lancer en parallèle la construction du deuxième. BUDGET INVESTI : 227 386.31€

Mutilations génitales féminines Phase de prospection en vue d’un projet de plaidoyer pour l’amélioration de l’application de la loi interdisant l’excision, ainsi que pour la prise en charge de la souffrance psychologique des victimes. Mise en place prévue pour 2015. BUDGET INVESTI : 19 201.05 €

Rapport annuel 2014 - 21


BÉNIN Programme d’appui à la promotion de la santé maternelle et infantile dans la zone sanitaire Allada-Zè-Toffo Nombreuses sont les interventions d’aide au développement de la FFL dans cette zone sanitaire pour le secteur de la santé. Dans le cadre de la lutte contre les maladies hydriques, la FFL a décidé de renforcer ses interventions dans ce secteur en créant deux projets d’appui à la promotion de la santé maternelle et infantile au Bénin. Cette zone est minée par une pauvreté et une précarité qui affectent principalement les enfants et les femmes, avec un impact direct sur leur santé. Le manque de services médicaux adéquats et accessibles a pour conséquence un taux de mortalité infantile extrêmement haut dans ces régions: 7 enfants sur 100 meurent avant leur premier anniversaire, alors que 11 enfants sur 100 ne verront pas leurs 5 ans. Dans ce contexte, la maternité rurale d’Ahozonnoudé a été construite, et a connu sa première naissance le 4 août 2014, jour de l’inauguration ! Un accord d’entente a également été conclu avec le Ministère des Affaires étrangères et européennes sur le développement et la phase pilote du projet SATMED. Le dispositif des sources énergétiques sera donc renforcé afin de pouvoir accueillir l’antenne et le matériel informatique pour SATMED, permettant la télémédecine et créant ainsi une valeur ajoutée à long terme pour la maternité. BUDGET INVESTI : 258 428.93 € 22 - Rapport annuel 2014


Le centre nutritionnel à Toffo Au Bénin 30% de la mortalité des enfants de moins de 5 ans est due à la malnutrition chronique. Les enfants qui survivent présentent de sérieuses séquelles physiques et cognitives dues à une croissance ralentie. En 2014, le centre nutritionnel de Toffo a pu accueillir et normaliser le ratio poids-taille de 778 enfants malnutris, dont 309 souffrant de malnutrition aiguë sévère, et former 767 mères et/ou tutrices au suivi alimentaire des enfants à leur charge. La construction d’une clôture autour du bâtiment et la réalisation du château d’eau avec forage a dû être repoussée à 2015 à cause de difficultés techniques. Le centre est géré sur place par une congrégation de Sœurs qui, par leur présence de longue date dans la région de Toffo, bénéficient de la confiance de la population locale et contribuent ainsi largement au succès de ce projet. BUDGET INVESTI : 65 000.04€

“L’important, ce n’est pas ce qu’on est, mais ce qu’on offre. Le bonheur qu’on a, c’est le bien qu’on fait.” Raoul Follereau

Rapport annuel 2014 - 23


Prise en charge nutritionnelle du couple mère-enfant vivant avec le VIH dans la zone sanitaire Allada-Zè-Toffo La progression du VIH/SIDA est étroitement liée à la nutrition des personnes infectées et affectées par le VIH, et des couples mères et enfants en particulier. L’infection au VIH entraînant une déficience immunitaire et une baisse de l’absorption des nutriments, elle constitue un terrain favorable à la malnutrition. Or, le sida constituant encore un tabou majeur dans la société béninoise, les mères PV/VIH sont généralement soit veuves, soit abandonnées par leurs maris et / ou leurs familles. Dans ce contexte, elles peuvent difficilement subvenir à leurs besoins et ceux de leurs enfants. Pour pallier à cette situation, un appui nutritionnel est apporté aux cas pour lesquels le besoin a été identifié par les médecins du centre de santé d’Allada, dans les locaux du centre intégré de promotion sociale et d’accueil pour enfants handicapés (CIPSA-EH). En 2014, 124 personnes souffrant de malnutrition combinée à la pathologie VIH-SIDA ont pu être soutenues: 62 couples mères-enfants vivant avec le VIH ont bénéficié de soutien nutritionnel, soit 15 de plus que l’objectif initial. BUDGET INVESTI : 23 000 € 24 - Rapport annuel 2014


i

L’ulcère de Buruli est une maladie peu connue. Malgré des avancées encourageantes, un manque de connaissances persiste sur la prévalence de la maladie, les modes de transmission, les moyens de prévention et de traitement efficaces. Les conséquences sanitaires, physiques, psychologiques et économiques sur les populations touchées sont importantes et souvent dramatiques.

Programme de prévention primaire de l’UB et des maladies hydriques dans la commune de Zè La lutte contre la maladie est un volet important de la lutte contre la pauvreté en vue du développement économique d’un pays. Le projet de prévention primaire dans la commune de Zè a connu une première phase expérimentale de deux ans (2008-2010). Elle a été suivie d’une évaluation qui a permis d’ajuster la nouvelle programmation. Les actions menées par la FFL dans ce contexte, sont donc des activités de dépistage, de prévention et de traitement de la maladie dans ces zones endémiques. La totalité des infrastructures ayant bénéficié de financement est réalisée et mise en service. En 2014, deux enquêtes épidémologiques ont été réalisées. Le CDTUB s’occupe également du volet communication pour un changement de comportement, avec l’appui des enseignants dans les écoles. Les agents d’hygiène et d’assainissement y sont également associés. Dans ce contexte, de nouveaux outils de communication/sensibilisation ont été adoptés. Au total, 72 séances de sensibilisation ont été données, 10 émissions et 494 spots ont été diffusés en radio et 450 visites d’éducation sur l’hygiène ont été réalisées. Des séances de plaidoyers sont également organisées chez les leaders d’opinion, religieux et enseignants. BUDGET INVESTI : 55 000 .19 € Rapport annuel 2014 - 25


RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Appui à la mise en place d’une polyclinique à Mbuji Mayi La polyclinique SUMEDCO a été mise en place en réponse à la situation dramatique que connaît la population de la ville de Mbujimayi et de ses environs, due à la crise traversée par la RDC. La FFL est intervenue en soutenant financièrement l’a.s.b.l. SUMEDCO dans la construction de cette clinique. Ce projet a comme objectif principal d’apporter des soins de santé de qualité, abordables et accessibles au plus grand nombre. Les activités de la polyclinique ont connu une augmentation sensible au courant de l’année et une grande partie a dépassé les prévisions de l’année. Les consultations par rapport à l’année 2013, ont augmenté de 1711 cas, soit 131,9 %. Les journées d’hospitalisation ont quant à elles connu une augmentation de 152 %. Ces chiffres encourageants montrent la confiance que la population accorde aux soins que les agents de la polyclinique donnent. BUDGET INVESTI : 40 000€ 26 - Rapport annuel 2014


RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE Appui au projet « promotion de la santé de la population de Lobaye » En 2010, la Fondation FAIRMED a lancé un projet, soutenu financièrement par la FFL, dans la Lobaye (Sud-Ouest de la RCA) en vue d’améliorer l’accès aux soins des populations les plus démunies, en concertation avec la population locale. En raison des conflits internes que connaît la RCA, la planification de la 2e phase du projet n’a pas pu se concrétiser et FAIRMED a décidé de prolonger la 1e phase. Les répercussions de cette situation sécuritaire incertaine se font ressentir à différents niveaux, notamment au niveau de la santé. L’approvisionnement du pays en médicaments constitue par ailleurs un obstacle majeur à la santé. Cependant, malgré ce contexte difficile en 2014, ce projet a permis à 492 femmes, dont 226 femmes pygmées Aka, de donner naissance dans des formations sanitaires. 1908 enfants et 506 femmes enceintes ont également pu bénéficier du programme de vaccination. Enfin, grâce à une vaste campagne de dépistage, 102 nouveaux cas de lèpre ont été dépistés, 131 cas traités, 287 cas de pian ont été identifiés et traités et 10 cas suspects de l’Ulcère de Buruli ont été identifiés. BUDGET INVESTI : 140 000€

En 2014, la FFL a également apporté un soutien financier supplémentaire à FAIRMED, à hauteur de 65 000€, dans le cadre d’une aide humanitaire d’urgence afin d’offrir une assistance sur le plan sanitaire aux populations victimes de l’insécurité.

i

Rapport annuel 2014 - 27


AXE 2: FORMATION PROFESSIONELLE 7 projets 4 partenaires locaux 12% du budget global

20 000 bénéficiaires directs!

28 - Rapport annuel 2014


CÔTE D’IVOIRE La Maison de l’Enfance à Bouaké Dans la société ivoirienne, la pauvreté accentuée par le conflit: des enfants se retrouvent dans la rue et la criminalité augmente. La Maison de l’Enfance à Bouaké (MEB) contribue à la lutte contre la pauvreté et la criminalité juvénile en accueillant les enfants des rues ou défavorisés. En 2014, 42 enfants ont pu être encadrés et suivis au centre. La MEB offre une éducation scolaire et professionnelle à ces jeunes et un quotidien réglé pour leur rendre les repères sociaux perdus. Les comités de quartiers créés pour sensibiliser les communautés ivoiriennes à des sujets divers relatifs à l’éducation et la santé des enfants ont organisé avec succès 7 séances de sensibilisation au cours de l’année. Les activités socio-culturelles ont davantage été développées en 2014, en l’occurrence la MEB a organisé une journée de festivités sous le thème « que c’est beau de chanter la vie ». Ces activités ont pour but de faciliter la socialisation des enfants accueillis au centre. BUDGET INVESTI : 65 425 €

Rapport annuel 2014 - 29


BÉNIN Centre de formation pour jeunes à Zè Depuis 2009, la FFL soutient les 100 000 habitants de la commune de Zè. La construction et l’équipement du centre de formation professionnelle entamée en 2013 a été achevée en début 2014. L’éducation des jeunes est considérée comme priorité nationale en vue du développement économique du Bénin et de la réduction de la pauvreté. Le centre de formation équipé a la capacité d’accueillir 45 jeunes entre 14 et 21 ans. L’ouverture du centre est prévue pour la rentrée scolaire 2015-2016. BUDGET INVESTI : 110 500.44 €

Mind the Gap – Réduire la fracture numérique La FFL tente, au travers de ses deux projets « Mind the Gap », de réduire l’écart numérique qui oppose, aujourd’hui encore, les populations du Nord et du Sud. Ce fossé numérique prive toute une partie de la population de la possibilité de contribuer à l’information, à la connaissance et aux réseaux, ainsi que de bénéficier des capacités majeures de développement offertes par les TIC. Or les enjeux ne sont pas négligeables : L’accès à l’information permet une ouverture sur le monde. En dépendent le développement et le renforcement même du modèle démocratique du pays. Être privé d’accès à internet, c’est être exclus d’un système à long terme, c’est manquer le départ dans un monde en évolution permanente. Dans le cadre de sa lutte contre toutes les formes d’exclusion, la FFL s’engage à fournir des ordinateurs récoltés auprès de sociétés luxembourgeoises. En 2014, 31 écoles ont été équipées d’une dizaine d’ordinateurs chacune, ce qui a permis à plus de 15 500 élèves d’avoir accès à une formation au Bénin, ainsi qu’au Mali. BUDGET INVESTI : 25 125.23 € 30 - Rapport annuel 2014


MALI Projet de renforcement des capacités d’établissements de formation professionnelle dans la région de Ségou Pour l’année 2014, 355 jeunes âgés de 13 à 25 ans ont poursuivi leur formation dans les centres de formation professionnelle pour l’employabilité des jeunes en situation vulnérable de la région de Ségou. Ces centres ont pour but de relancer et de renforcer l’économie dans la région en donnant la possibilité aux jeunes de suivre une formation professionnelle et de les encourager à terminer l’école pour pouvoir eux-même subvenir aux besoins de leur famille. La majorité des jeunes ont suivi une formation agricole et/ou pastorale. Une nouvelle formation en agro-écologie a été lancée en 2014 dont la première promotion (20 apprentis) sortira en 2015. BUDGET INVESTI : 56 686.81 €

Rapport annuel 2014 - 31


BURKINA FASO Jeunes Jardiniers de Dédougou Le centre d’accueil pour jeunes défavorisés « Jeunes Jardiniers de Dédougou » (JJD) vient en aide à des jeunes entre 13 et 17 ans et sans diplôme de fin d’études en leur offrant des cours d’alphabétisation et une formation professionnelle en jardinage, en maraîchage ou aux métiers manuels, tels que la mécanique ou menuiserie. Les apprentissages d’une durée de 2 à 3 ans sont dispensés par un personnel qualifié. Une fois diplômé, chaque jeune reçoit un kit de démarrage d’une valeur de 50.000 FCFA (soit 76 EUR) pour son installation. En 2014, 24 jeunes ont intégré le centre. Les enfants sont répartis dans les classes correspondant à leur âge et à leur niveau scolaire et suivent des cours et des ateliers professionnels. Des séances socio-éducatives ont été organisées par les moniteurs du centre sur différents sujets, tels que l’estime de soi, la communication interpersonnelle ou encore la préparation psychologique des jeunes aux examens de fin d’études. L’alimentation en énergie solaire des locaux et la construction de latrines et de douches sont prévue pour 2015. Il est également prévu de recruter un travailleur social pour faciliter l’accompagnement des plus jeunes enfants. BUDGET INVESTI : 59 100.81 € 32 - Rapport annuel 2014


Réhabilitation, équipements et appui aux activités du Centre de Formation à Tougouri Grâce au centre d’accueil construit par la FFL à Tougouri, les enfants soustraits des mines ont désormais la possibilité de réintégrer l’école et de suivre une formation professionnelle. Ainsi en 2014, les 61 enfants du centre d’accueil ont suivi soit des cours d’alphabétisation, soit un des différents ateliers de formation. Après l’acquisition du matériel complémentaire pour les différents ateliers de formation et avec le recrutement de nouveaux formateurs motivés, les activités ont pu démarrer en bonne et due forme pour les formations suivantes : mécanique, couture, teinture, tissage, menuiserie ou encore soudure. BUDGET INVESTI : 30 019.78 €

Rapport annuel 2014 - 33


AXE 3: AIDE À L’ENFANCE EN DÉTRESSE 4 projets 3 partenaires locaux 7% du budget global

3 000 bénéficiaires directs!

34 - Rapport annuel 2014


BÉNIN Lutte contre la traite des enfants au Nord du Bénin La FFL soutient depuis 2006 le projet de lutte contre la traite des enfants au Nord du Bénin, géré par la Représentation formelle de la FFL au Bénin et les ONG locales PIED et APEM. Les activités de 2014 consistaient au renforcement des Comités de lutte contre la traite des enfants (CLTE), des actions de sensibilisation, du suivi et de l’encadrement des enfants victimes de la traite. La sensibilisation se fait par le biais de patrouilles de surveillance et des séances de sensibilisation publiques pour les villageois. En 2014, 408 enfants à risque et victimes de la traite ont profité d’un appui psycho-social et ont reçu un kit scolaire afin de pouvoir faciliter leur scolarisation. Les CLTE mis en place ont permis d’accentuer la dénonciation des cas de déscolarisation, de mariage forcé et d’autres violences que les enfants au Nord du Bénin peuvent subir. Ce système de surveillance réduit considérablement le nombre d’enfants victimes de la traite dans cette région qui partage une frontière avec le Nigeria et le Togo. Le renforcement du sens de responsabilité de la communauté villageoise contribue également largement à cette amélioration. BUDGET INVESTI : 45 730.62 €

Rapport annuel 2014 - 35


#Letkidsbekids

Prise en charge de l’espace socio-éducatif du CIPSA-EH à Allada Le Centre intégré de promotion sociale et d’accueil pour enfants handicapés est soutenu par la FFL et la Coopération luxembourgeoise depuis 2012. Le centre a été conçu pour venir en aide aux enfants souffrant de handicap physique ou mental, mais accueille de manière plus générale les enfants victimes de la violation de leurs droits. L’ouverture en octobre 2014 d’un espace socio-éducatif a permis de compléter l’offre vis-à-vis des 55 enfants âgés de moins de 5 ans au CIPSA et de leur donner accès à un rythme scolaire standard comme tout autre établissement dans le pays. En 2014, cet espace a permis également aux 20 enfants patients au CDTUB de suivre des cours scolaires lors de leur traitement et de leur séjour prolongé à l’hôpital. Parallèlement à leur scolarisation, les enfants suivent des séances de physiothérapie et de rééducation en fonction des besoins. Le CIPSA offre également aux parents les plus pauvres la possibilité d’offrir à leurs enfants au moins un repas complet par journée pour lutter contre la malnutrition infantile. BUDGET INVESTI : 35 000 € 36 - Rapport annuel 2014


BURKINA FASO Construction, équipement et aide sociale pour le Centre d’accueil et d’hébergement à Tougouri Pour lutter contre le travail des enfants et pour leur assurer un avenir, la FFL et son partenaire local l’AAB-FFL se sont engagés à aider les enfants des mines aurifères de Tougouri, en assurant leur accueil et en leur garantissant un cadre quotidien stable dans un endroit où ils sont nourris, encadrés et à l’abri des dangers. Les travaux de construction et l’équipement du centre d’accueil et d’hébergement ont été achevés en janvier, avant l’arrivée des premiers enfants au printemps 2014. Au début de l’année, les espaces suivants ont été aménagés: La cuisine et le réfectoire, les dortoirs pour les enfants, les douches et espaces de toilettes, la clôture autour du site. En cours d’année, des robinets supplémentaires ont également été installés à côté des latrines. En 2014, 61 enfants ont fréquenté le centre d’accueil. BUDGET INVESTI : 56 096.81 €

MALI Aide sociale au programme d’aide en faveur des enfants de la rue de Ségou Le centre d’accueil et le foyer ont pour but la prise en charge et la réintégration sociale des enfants des rues dans la ville de Ségou au Mali. Depuis 2012, ce projet est soutenu par la FFL et l’ONG partenaire locale AP-FFL. Les enfants des rues sont souvent contraints de mendier pour assurer leur survie au quotidien. Le centre d’accueil de Ségou vise à remédier à cette situation en offrant un environnement structuré, une alimentation régulière et une éducation aux enfants qui acceptent de le fréquenter. En 2014, 149 enfants ont été accueillis au centre, 120 ont pu rejoindre leurs familles. BUDGET INVESTI : 55 388.36 € Rapport annuel 2014 - 37


AXE 4: LUTTE CONTRE LES MALADIES TROPICALES NÉGLIGÉES 5 projets 5 partenaires locaux 14% du budget global

7 000 bénéficiaires directs!

38 - Rapport annuel 2014


MADAGASCAR Programme d’amélioration durable de la situation socio-sanitaire des personnes atteintes de maladies chroniques et invalidantes à Amorony’ Mania Malgré les progrès considérables réalisés dans la lutte contre la lèpre et le recul de la maladie à l’échelle mondiale, elle sévit toujours sur l’île qui reste le pays le plus touché par la lèpre en Afrique. Ce projet d’aide aux personnes atteintes de la lèpre est soutenu par la FFL et la Coopération luxembourgeoise depuis quatorze ans. La participation des communautés à la résolution de la problématique socio-sanitaire dans leurs localités respectives a toujours constitué le fondement des activités de l’ONG Akanin’ny Marary (AM), partenaire de la FFL à Madagascar. Le projet comporte 3 volets d’action : la sensibilisation des communautés et le renforcement des structures communautaires, le dépistage et les soins des malades et handicapés de la lèpre, ainsi que le suivi et la formation professionnelle en vue de la réinsertion socio-économique des malades et handicapés de la lèpre. Au cours de l’année 2014, plus de 700 enfants ont pu bénéficier d’un appui, et près de 2000 formations ont été données. BUDGET INVESTI : 78 898 € Rapport annuel 2014 - 39


TOGO Projet de renforcement des capacités de lutte contre la lèpre et l’UB Bien que le Togo s’efforce de mettre en place des réformes structurelles, 58% de la population vit toujours sous le seuil de pauvreté. Le manque d’équipement sanitaire et le manque d’hygiène sont la cause de nombreuses maladies infectieuses et parasitaires. La FFL intervient dans la lutte contre les maladies tropicales négligées et est présente au Togo depuis plusieurs décennies, particulièrement dans le cadre de la lutte contre l’ulcère de Buruli. Alors qu’une intervention chirurgicale était souvent nécessaire auparavant, il existe aujourd’hui des médicaments efficaces pour guérir la maladie. Forte de son expérience, la FFL a permis le traitement à 100% de tous les malades dépistés au cours de l’année 2014. Au total, 184 nouveaux malades ont été dépistés et pris en charge, 809 personnes ont quant à elles profité d’un appui au niveau social et médical. BUDGET INVESTI : 101 971.57 € 40 - Rapport annuel 2014


GUINÉE Rénovation et prise en charge des activités du CDTUB de N’Zérékoré Fin 2003, le gouvernement guinéen, sur recommandation de l’OMS, a adressé une requête à la FFL pour appuyer le programme dans la prise en charge des malades de l’ulcère de Buruli. Suite à cette demande, un projet de construction d’un Centre de Dépistage et de Traitement des malades de l’Ulcère de Buruli (CDTUB)a été lancé, et la construction a débuté en août 2005. Le Centre a accueilli ses premiers patients en 2007. Dans cette région forestière, les incapacités dues à la maladie sont fréquentes et graves. Les germes de l’ulcère de Buruli sont transmis de l’environnement à l’homme, mais le mode de transmission exact n’est pas connu. Les efforts doivent donc être concentrés sur la détection précoce des cas et sur la sensibilisation des communautés pour une meilleure hygiène corporelle. En 2014, 158 consultations ont eu lieu, ce qui représente une baisse de 15% par rapport à l’année 2013. La présence de la fièvre hémorragique Ebola explique en grande partie la diminution des activités pour cette période. Des résultats encourageants sont cependant à noter : actuellement, le taux de guérison sans séquelle est de 98%. BUDGET INVESTI : 50 000 €

Rapport annuel 2014 - 41


CÔTE D’IVOIRE Réduire la diarrhée et les maladies tropicales négligées autour du barrage de Taboo Ce projet, dont la 2e phase est également menée en collaboration avec l’ONG suisse FAIRMED, comporte 4 objectifs principaux : le renforcement du système sanitaire, le renforcement de l’organisation communautaire des populations, des mesures d’assainissement et d’hygiène, ainsi que la réduction du retard de croissance des enfants. L’instabilité politique, économique et sociale en Côte d’Ivoire ces dernières années a aggravé le manque de planification des ressources, dont celles consacrées à la santé. BUDGET INVESTI : 80 000€

42 - Rapport annuel 2014


BÉNIN Centre de traitement ulcère de Buruli (CDTUB) Les activités prévues par le CDTUB d’Allada pour l’année 2014 s’inscrivent dans cadre de la poursuite de l’exécution du plan stratégique 2011-2015. En 2014, le Centre de Traitement et de Dépistage de l’ulcère de Buruli (CDTUB) situé à Allada, dans le sud du Bénin, a compté plus de 482 d’admissions en consultation et 660 patients ont été soignés. Au total 299 interventions chirurgicales ont été réalisés dans la salle d’opération du centre. Dans le cadre de la prise en charge de l’UB en décentralisée, les agents de santé et des animateurs dans les villages ont dépisté 29 nouveaux cas d’UB qui ont été soignés dans les centres décentralisés. La stratégie de dépistage précoce au niveau communautaire permettant de plus en plus d’avoir des cas à des stades peu extensifs et ses actions ont permis de réduire le taux d’occupation des lits de 127% à 80% au cours des cinq dernières années. La kinésithérapie constitue une étape très importante pour que les malades de l’UB puissent retrouver toute leur mobilité. Ainsi 309 patients ont bénéficiés au total de 2.473 séances de kinésithérapie. Dédié à la vocation humanitaire, le centre « Le Luxembourg » a pris en charge 98 patients en situation difficile en leur offrant une distribution de denrées alimentaires gratuite. L’appui financier de la FFL constitue la moitié du budget de fonctionnement du centre. BUDGET INVESTI : 268 000.36 € Rapport annuel 2014 - 43


AGAINST EXCLUSION

LA SENSIBILISATION Bien que la lèpre soit toujours au centre des activités de la FFL, sa vision globale s’est élargie sur le plan thématique, et spécialisée d’un point de vue géographique sur l’Afrique de l’Ouest. Ainsi, la Fondation lutte toujours contre l’exclusion des personnes atteintes de lèpre et s’engage pour garantir leur guérison ainsi qu’une réinsertion sociale par la suite. Mais sous la devise « against exclusion », la FFL s’engage également contre toutes les formes d’exclusion dont peuvent être victimes les personnes en situation de précarité. Cette devise guide l‘ensemble des événements de sensibilisation et de collecte de fonds réalisés tout au long de l’année.

Art against Exclusion En automne 2014, la seconde édition d’Art against Exclusion a eu lieu au Restaurant Acacia à Esch-sur-Alzette. Les dîners de bienfaisance et l’exposition-vente d’oeuvres d’art d’artistes résidents au Luxembourg ont permis de récolter respectivement 1200€ et 2190€. Ces fonds ont été versés au Centre intégré pour la promotion sociale et l’accueil des enfants handicapés (CIPSA) à Allada au Bénin. 44 - Rapport annuel 2014


Le 4 février a eu lieu Expression against Excision aux Carré Rotondes/Exit07. L’engagement aussi bien contre les mutilations génitales féminines que pour cet événement artistique a largement contribué au succès de cette soirée musicale. La FFL s’est réjouie des nombreux visiteurs qui ont cherché l’échange sur le thème des mutilations génitales féminines.

Cette deuxième édition du concert de sensibilisation Rock against Exclusion, organisé le 11 mai à la Rockhal, a été soutenue par les voix d’Isaac Roosevelt et d’Ivy Quainoo. Ces deux artistes, dont l’engagement est incontesté, ont su animer une soirée rythmée au funk et au pop! En prélude à ces deux artistes, deux groupes luxembourgeois talentueux ont pris le micro pour chauffer la salle: My Own Ghost et Five Cent Cones. Rapport annuel 2014 - 45


Exposition de photos “[A]ugen[b]licke” L’exposition itinérante composée des photos réalisées par Thierry Winn sur les différents projets de la FFL en Afrique a été dévoilée au public dans la Clinique Bohler au Kirchberg, puis à l’Église Sacré-Coeur à Esch-sur-Alzette. Les panneaux sont également utilisés lors de cours d’éducation au développement dans les écoles.

Charity Dinner Alexis Heck Le Lycée technique hôtelier Alexis Heck de Diekirch a organisé le 16 janvier un dîner de bienfaisance exclusif pour la Fondation Follereau Luxembourg. Deux classes terminales du lycée ont préparé un menu quatre services pour montrer leur savoir-faire dans la réalisation des entrées, plats principaux et pâtisseries. Les bénéfices de la soirée ont été versés au projet „Les jeunes jardiniers de Dédougou“ au Burkina Faso. 70 personnes étaient présentes lors du dîner de bienfaisance. Le bénéfice s’est chiffré à 4550€, qui équivalent à 59 kits de démarrage pour jeunes artisans et jardiniers diplômés. 46 - Rapport annuel 2014


Discover the Undiscovered La Journée Mondiale des Peuples Indigènes a lieu chaque année le 9 août. Cette année, la Fondation Follereau Luxembourg a invité le public luxembourgeois le 11 septembre à la projection du documentaire “Opéra Baaka” suivie par une conférence-débat pour sensibiliser sur la situation socio-politique des pygmées Aka en République centrafricaine, exposée par M. Jean-Pierre Ntozo, et des pygmées Baaka au Cameroun par Mme Hélène Aye Mondo. La salle à Neimënster était bien remplie et environ 100 personnes ont assisté à cette soirée.

The Fight for Freedom Le 24 janvier 2014, la FFL a eu le plaisir d’accueillir Mende Nazer, écrivaine soudanaise et auteur du livre “slave” dans les locaux de l’École Privée Fieldgen. En présence de 120 élèves du lycée, Mende Nazer a lu des extraits de son autobiographie et partagé avec émotion son expérience d’ancienne esclave. Rapport annuel 2014 - 47


Journée Mondiale des Lépreux Lors de la 61e Journée Mondiale des Lépreux qui a lieu fin janvier, la FFL a saisi l’occasion de lancer un appel aux dons et de sensibiliser le public luxembourgeois sur le destin des personnes atteintes de la lèpre en Afrique de l’Ouest et à Madagascar. Grâce à la contribution généreuse des donateurs et aux quêtes, la collecte a permis de soutenir les actions de la Fondation.

ÉphéMère - Naître femme, devenir mère au Mali Le 26 novembre 2014, la FFL a eu le grand plaisir d’inviter à la projection du film “ÉphéMère”, un documentaire réalisé par Violaine Alves, responsable de projets FFL, et Thierry Winn, journaliste et réalisateur. Le film porte sur la perception de la femme dans la société malienne et se constitue de témoignages aussi bien de femmes que d’hommes. La projection du documentaire a eu lieu au Cinéma Utopia à LuxembourgLimpertsberg. Il y a eu 120 personnes présentes à cette soirée. 48 - Rapport annuel 2014


PUBLICATIONS 6 MassMailings 3 Bulletins

En 2014, la FFL était également présente sur ces événements: Amis de l’Orgue – Conférence et expo à Esch-sur-Alzette le 3 décembre Cinéma du Sud - Projection du film “Girl Rising” le 6 novembre Marché de Noël à Esch-sur-Alzette: Du 1er au 7 décembre Semaine Raoul Follereau (Fieldgen): Du 20 au 24 janvier Rapport annuel 2014 - 49


LA FFL EN LIGNE Le site internet de la Fondation a fait peau neuve en novembre 2014, après de longs mois de travail et de réflexion. Le nouveau design, réalisé par GR-Ink et programmé par Lightbulb, offre une navigation intuitive. Grâce à une structure simplifiée et améliorée, l’utilisateur peut, en un clin d’oeil, trouver les informations sur nos projets, sur la Fondation, ainsi que sur les possibilités de dons. Le visiteur a également la possibilité de s’inscrire à notre Newsletter afin d’être informé régulièrement sur nos activités et événements. Parallèllement à cette refonte du site internet, la FFL a également développé sa présence et sa visibilité sur les réseaux sociaux. De quoi rester “à la page” dans un monde en perpétuelle évolution.

www.ffl.lu 50 - Rapport annuel 2014


VOTRE GÉNÉROSITÉ La Fondation Follereau Luxembourg tient à remercier chaleureusement tous ces donateurs, dont voici quelques généreux gestes: CREOS

Fraen& Mammen

Feelen Maerzeg

Lycée Fieldgen

Les Amis de l’Orgue

AFILIATYS

Lycée Echternach

Golf du Luxembourg Rapport annuel 2014 - 51


Ce sont les gestes individuels, des millions de fois répétés, qui mettront enfin l’humanité en marche. Raoul Follereau

151, Avenue du Dix Septembre L-2551 Luxembourg T. (352) 44 66 06 -1 info@ffl.lu

www.ffl.lu

CCPL IBAN LU15 1111 0000 7878 0000


Rapport annuel 2014 de la Fondation Follereau Luxembourg