EQUIN NORMAND 136

Page 1

CAEN - Ducs de Normandie

Gaby GELORMINI et Hohneck

Meeting de Printemps de l’AEC – Saint-Lô

Championnats de France – Fontainebleau

Courses à Graignes, Valognes, Villedieu les Poêles

Maimarkt Turnier -CSIO3* MannHEIM
BIMESTRIEL GRATUIT n°136 2023 Luxury International Equestrian Magazine

contenu

FONTAINEBLEAU

Championnats de France de Jumping SAINT-LÔ

Meeting

de Printemps de l’AEC

Les Ducs de Normandie

GRAIGNES Courses du 1er Mai

VALOGNES- VILLEDIEU Courses en Normandie

MANNHEIM

Maimarkt Turnier – CSIO3*

Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

est un magazine édité par la Société EDAS

Chemin du Poirier - 14220 Hamars

SARL EDAS - RCS de Caen 497 704 460 N° de gestion 2007 B 343 Capital de 5 000 €

Directeur de la publication

Rédacteur en chef : Michel GALLET mgallet.edas@gmail.com

Auteur - Photographe : Jean, Eugène BOUGIE Mobile 06 27 22 96 25 j.bougie@wanadoo.fr

Charlotte MEURY - BOUGIE

Réalisation graphique : Agence EDAS 14000 CAEN Mobile 06 2012 03 60

ISSN > 221-E

Dépôt légal à parution Ne pas jeter sur la voie publique.

Equin Normand est une marque déposée auprès de l’INPI sous le N° national N° 4362095

Toute reproduction, même partielle, des textes, photos et illustrations est interdite. La revue Equin Normand n’est pas responsable des textes, dessins, photos, cartes de situation et illustrations, qui lui sont envoyés sous la seule responsabilité de leur auteur

CAEN

L’IFCE est toujours à vos côtés

Les chevaux : certains les côtoient au quotidien, travaillent avec eux, travaillent pour eux. D’autres les font rentrer dans leur famille, par amour, par passion. Mais tous, l’IFCE les accompagne, dans leurs démarches, dans leurs projets, dans leur évolution...

Un film de marque pour mettre en valeur nos missions

Depuis sa création en 2010, l’IFCE porte une attention particulière à l’accompagnement de tous les acteurs de la filière équine, du passionné des chevaux jusqu’aux professionnels de la filière. Nos actions restent parfois invisibles pour un grand nombre d’entre eux.

Afin d’accroître notre visibilité et notre notoriété, nous avons réalisé un film de marque. Véritable court métrage, il est destiné à mettre en valeur nos différentes missions à travers une illustration majeure :

• Connaissances, recherche et développement, grâce à « équipédia » qui vous donne accès à des informations techniques relatives à l’ensemble du monde du cheval.

• Formation, sur nos sites et en territoire, nous proposons un large choix de formations diplômantes et qualifiantes pour vous aider à construire votre projet professionnel.

• De valorisation du patrimoine équestre, en tant qu’héritier d’un patrimoine unique Haras nationaux et Cadre noir, l’IFCE le cultive et le transmet.

• Accompagnement de filière, en développant en permanence de nouveaux référentiels, produits et services qui répondent aux besoins croissants de la filière, par exemple « équi-ressources », dédié à l’orientation et l’accès à l’emploi.

• D’identification et traçabilité, à travers les démarches permettant de tendre vers une exhaustivité du système d’information relatif aux équidés (SIRE), fichier central référençant les données relatives aux équidés présents sur le territoire français.

• De soutien au sport de haut niveau, à travers nos relations avec la Fédération française d’équitation et la Société hippique française pour faciliter la détection et l’accompagnement des athlètes, chevaux comme cavaliers.

A chaque étape de votre parcours, l’IFCE à vos côtés

Actuellement nous nous adressons majoritairement à des connaisseurs de la filière. Notre souhait est de sensibiliser un public plus large sur notre rôle fondamental. Nous sommes au service des professionnels du monde équin, mais surtout de toute personne en lien avec les chevaux, à tous les moments de leur vie.

De l’identification du poulain jusqu’à la performance sportive, en passant par la recherche et les connaissances, l’accompagnement des acteurs de la filière, la formation professionnelle, et enfin la transmission de notre patrimoine équestre, l’IFCE est toujours à vos côtés.

Au-delà du film de marque, un projet de cohésion

Pour la réalisation de ce film, les agents de l’IFCE ont été mobilisés. En effet, afin de rester dans des valeurs humaines et conviviales, le casting a été réalisé en interne pour créer une cohésion. Ce film retrace l’histoire d’une famille qui décide d’accueillir des équidés : une jument réformée de centre équestre avec un potentiel de reproduction, un âne pour lui tenir compagnie puis le poulain né chez un éleveur. Au fil du temps l’avenir professionnel du fils de la famille se précise. Puis c’est la destinée du poulain que l’on suit, jusqu’à la première consécration du couple cavalier-cheval.

Au quotidien, des agents de l’IFCE sont à leurs côtés.

Découvrir le film de marque de l’IFCE : https://youtu.be/o0sKxd0fwkw

6 EQUIN NORMAND n°136 2023

Championnat de France « ELITE »

Inouï ! Les tablettes de la FFE et de la FEI le révèlent. Depuis le début de sa carrière voilà 8 ans jour pour jour, c'était le 23 avril 2015 au Haras du Pin, BROADWAY de MORMOULIN n'avait jamais remporté d'épreuve, même minime, avant cette finale du Championnat de France le 23 avril 2023 associé à Edward Levy. Entre temps, ce sont 11 cavaliers qui l'ont sellé .

Amandine Marion, Alban Notteau, Quentin Marion, Duarte Romao, Régis Bouguennec, Pénélope Leprévost, Aymeric de Ponnat, Faustine Laferrerie, Edward Levy, Jérôme Guery, Thibaut Philippaerts. Duarte Romao et Edward Levy l’ayant monté par ailleurs sur deux périodes. A l’issue de sa formidable victoire, le cavalier normand déclarait ne pas monter un cheval «classique». Il sait manifestement de quoi il parle.

Si, statistiquement, Broadway n’avait encore jamais eu l’honneur de la première place du podium, il revendique malgré tout de grandes performances essentiellement avec son cavalier Champion de France et plus particulièrement la 2ème place du Grand Prix Classic 3* de Deauville en 2021 et récemment la 2ème place du GP CSI2* de Royan.

Broadway de Mormoulin, rappelons-le, étalon âgé de 11 ans est un fils de Kannan est né chez Ludovic Taugourdeau (Haras de Mormoulin) à Chaudon (28) et Catherine Gonzenbach à Bréchamps (28). Il est la propriété de Stéphane Saunier, Haras de Soie au Menil de Briouze dans l'Orne.

Riviera de Toscane (For Pleasure), sa mère, ISO 143 sous la selle de Ludovic Taugourdeau. Sa 2ème mère Fanny du Murier (Laudanum) ISO 140 a produit Rahotep de Toscane (Quidam de Revel), ISO 172, médaillé d’or aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro avec Philippe Rozier, Jadis de Toscane (Quidam de Revel), ISO 168, très grand gagnant international sous la selle de Philippe Rozier. Karla de Toscane (Quidam de Revel), ISO 154, Championne de France des 7 ans avec Nicolas Delmotte.

Cette souche maternelle est également à l’origine de Dollar du Murier (Jalisco B) ISO 184, Champion du Monde avec l’équipe de France et Vice-Champion du Monde en individuel avec Eric Navet lors des JEM de Jerez de la Frontera en 2002, Darius du Murier (Quito de Baussy) ISO 171, avec Eric Navet, Pegase du Murier (Adelfos), ISO 176 sous la selle de Roger-Yves Bost.

Etalon approuvé, Broadway a 22 produits enregistrés.

Un Chef de Piste : Alain LHOPITAL

Désigné par la Fédération Française d’Equitation pour construire les pistes des Championnats Elite et pro1, Alain Lhopital accédait, bien que bardé d’une expérience reconnue, à un niveau qu’il découvrait.

Mission accomplie ! Accomplie sur toute la ligne. Tous : dirigeants, sélectionneurs, cavaliers, propriétaires ne tarirent pas d’éloge à propos de la qualité de ses parcours.

Champenois de naissance, Alain est arrivé dans le Cotentin voilà près d’un quart de siècle. Cavalier pro2, professionnel du cheval de sport, il se passionne alors pour la fonction de chef de piste : « Très vite Jean-Paul Lepetit m’a adopté. Nous nous sommes très bien entendus. Aujourd’hui, ce que je fais, ce que je suis, c’est à lui que je le dois ». De la reconnaissance certes mais aussi de l’affection de la part d’un garçon dont la sensibilité est aussi subtile et délicate qu’une d’une barre de 10 sur des fiches plates de 18mm.

« Aujourd’hui, ce que je fais, ce que je suis, je le dois à Jean-Paul Lepetit »

Pour ce championnat de France 2023, Alain avait beaucoup échangé en amont et travaillait avec Xavier Fourquet. Il était assisté de l’attachant

Vincent Mollard : « Pour la chasse je souhaitais ne pas avoir trop de sans faute. Je ne voulais pas en faire une course plate. Il y en eut 7. Le double très coloré après le vélo posa, comme je l’avais imaginé pas mal de soucis aux cavaliers. L’effet d’optique avec les couleurs joua parfaitement son rôle ».

Il poursuit : « Pour la finale, le temps était assez large pour ne pas mettre trop de pression. En revanche pour la seconde manche, il était vraiment serré, juste à point je pense pour se combiner aux difficultés techniques et en particulier le double vertical sur bidet avant l’oxer final ».

Depuis ce GP de Sainte-Mère-Eglise voilà 20 ans avec JP Lepetit, jusqu’à ce Championnat de France, un parcours sans faute pour Alain Lhopital. Et de belles perspectives à l’horizon.

8 EQUIN NORMAND n°136 2023

Fontainebleau Edward LEVY

BROADWAY de MORMOULIN

EQUIN NORMAND n°136 2023 9

« ELITE » rime avec « NORMANDIE »

La moitié du top 10 :

Outre le parcours assez atypique de Broadway de Mormoulin, couronné sous la selle d’Edward Levy, la performance de Charlotte Spaas-Levallois demeurera dans les annales de cette édition 2023. Fille de Sylvie Levallois, sœur d’Eric et Richard, la jeune franco-belge, son papa est marchand de chevaux en pays flamand, se fait d’une grande discrétion cultivée sciemment sur les terrains de concours.

A 25 ans, avec sa maman, au sein de la société SL, à Biéville dans le Calvados, elle conduit une écurie constituée d’une quinzaine de chevaux : concours et jeunes chevaux et pratique l’élevage qui, elle enfonce le clou, est sa raison de vivre : « Mon bonheur c’est de faire naître des chevaux, les construite et les vendre ».

Associée à Dream de Beaufour, une jument de 10 ans née chez sa maman, par Diamant de Semilly et une mère par Toulon, elle terminait 30ème de la chasse. Remontée dans le top 10 à l’issue de la première manche grâce à un flamboyant sans faute, elle laissait hélas passer la médaille d’argent pour 1 point de temps – 24 centièmes- dépassé dans la finale. Une performance qui ne devrait pas rester sans lendemain d’autant que Dream est épaulée par Jonas du Petit Vivier, un hongre de 14 ans par Non Stop.

Attachée au pavillon français pour sa carrière sportive, Charlotte passe de longues périodes, en hiver, Outre Quiévrain pour travailler sa cavalerie.

10 EQUIN NORMAND n°136 2023
1- Edward LEVY, 4- Charlotte SPAAS-LEVALLOIS 6- Julien EPAILLARD, 7- Reynald ANGOT, 9- Kevin STAUT

SiCharlotte Spaas- Levallois peut un peu s’en vouloir d’avoir écopé d’un point de temps dépassé, Reynald Angot qui surfe sur le succès depuis le début de la saison, maudira certainement cette incartade sur le dernier obstacle de la finale avec Untouchable Gips HDC. Une médaille de bronze était à sa portée.

Julien Epaillard était lui aussi éligible à un podium avec Chana de Valeme sans cette faute. Kevin Staut malgré une chasse moins réussie avec Beau de Laubry Z, réussit une belle première manche. Hélas la seconde est aussi entachée d’une faute.

Au-delà des mésaventures des uns et des autres, il n’en reste pas moins que la Normandie peut s’enorgueillir d’avoir la moitié des siens dans le top 10 du Championnat de France Elite et deux années de suite le lauréat.

EQUIN NORMAND n°136 2023 11

Camille BRANCHARD et BOOGY D’ARGOUGES

Installé enseignant et cavalier de jeunes chevaux aux écuries du Manoir à Présilly en Haute Savoie, Camille Branchard, 12ème de la chasse a pu mettre en oeuvre les qualités foncières de son cheval normand. Camille est le seul avec Sacha Thinard à n'avoir touché aucune barre.

Acquis au cours de l'été des 5 ans par Christine Parenthoux, Boogy avait été formé par le Haras d'Argouges (Jean-Luc Dufour) à Cosqueville dans la Manche, où il est né. C'est un hongre de 12 ans par Mozart des Hayettes et Toscane du Hequet par Opium de Talma. Toscane, rappelons - le, est une fille d'Etoupe II issue de la souche de Son Altesse via Libellule L.

CSI JEUNES CHEVAUX

Les

Normands biens présents

Dans la finale des 7 ans Nicolas Layec termine 3ème avec Georgio Louvo Z et Mickael Hugues est 4ème avec Gucci du Hamel (Photo). Dylan Levallois est 6ème avec Good Pleasure Semilly.

• Gucci du Hamel est un fils de Lauterbach et Rardente du Hamel par Papillon Rouge né chez LouisClément Robin à Hauteville sur Mer (50) - Souche

Pierre Lepelley

Belle moisson normande dans la finale des 8 ans remportée par Victor Bettendorf et Foxy de la Roque devant Julien Anquetin et Fun d’Elle. Le Suisse Pius Schwizer 8ème avec Farenheit de Beaufour devance son compatriote Abthony Bourquard associé à Fontainebleau Manciais. Alors que Reynald Angot cumule les 11 et 12èmes places avec FloralieDk HDC et Feline de Hus HDC

EQUIN NORMAND n°136 2023 13 Championnat Pro 2

CSI4* - John Whitaker - Bosty Pour l’histoire

La dernière visite de John Whitaker remontait à Juin 2013. Il se classait 2ème du Grand Prix avec Maximilian, 5 secondes derrière Julien Epaillard et Quarat de la Loge.

Cette année, sans crier gare, il a de nouveau fait étalage de sa grande classe en remportant une 150 avec le SF Unick de Francport.

Quant à Bosty, lui aussi sans crier gare, il renoue, 4 ans après avec une victoire de Grand Prix, là, avec le colosse gris Cassius Clay.

14 EQUIN NORMAND n°136 2023

The Charlotte Fry

16 EQUIN NORMAND n°136 2023

show

EQUIN NORMAND n°136 2023 17

Félicitations à Ramatou OUEDRAOGO

Vice-Championne de France

jeunes cavaliers

Ecurie du Grand national

Cheval : Excalibur de la Tour Vidal* GFE

18 EQUIN NORMAND n°136 2023

3193

Les records battus

Avec précisément 3193 engagés sur deux périodes de concours, l’une de 4, l’autre de 3 jours, l’Association des Ecuries de Concours de Normandie peut s’enorgueillir sinon de détenir la plaque de N°1 français d’organisateur de concours national cheval pro et amateur en France du moins d’en être parmi le top 5.

L’AEC présente cette particularité unique de n’être animée que par des professionnels. Cette année, l’association présidée par Charles-Hubert Blin s’est étoffée d’une dizaine de jeunes dont Jean-Marc Le Guennec, Léo Thomazo, cavaliers de jeunes chevaux

MEETING DE PRINTEMPS
SAINT-LÔ

Marc DILASSER et Cédric HUREL Au livre d’or

Marc Dilasser et Abricot Ennemmelle

Ces deux là derniers à partir au barrage, c’est avec quasi-certitude, se voir voler la victoire pour les trois qui se préparaient à monter sur le podium. Un podium qui, une fois n’est pas coutume, eut été féminin.

En effet, c’est après une confrontation entamée par Faustine Laferrerie et la poupée grise Acaticla LS, poursuivie par la besogneuse Axelle Lagoubie et Chacco Belle et clôturée par la plutôt réservée, enfin de façade, Pauline Guignery et Cheri lady que Marco entra. Elles occupaient dans cet ordre inverse le commaandement. Avec Abricot il disposait d’une cartouche de dimension supérieure. Il le montra.

Abricot, rappelons-le, sans détailler ses performances supérieures jusqu’à 155, est un hongre de 13 ans dont la grand-mère maternelle n’est autre que Sultane Kerellec (Le Prince de Thurin) ISO 175.

24 EQUIN NORMAND n°136 2023 Les Grands Prix SAINT-LÔ-AGGLO - Laboratoires Audevard

Cédric Hurel et Fantasio Floreval Z

Cédric Hurel était venu à Saint-Lô pour seulement, participer au Grand prix dans la perspective du Championnat de France, une semaine plus tard à Fontainebleau.

Sur la feuille de match, il s’agissait du couple le plus aguerri, même si Julien Epaillard faisait figure d’épouvantail après avoir remporté 4 épreuves, dont 2, associé à Hoover. Monté jusqu’en 2022 par Aymeric de Ponnat, le fils de Clinton, castré, évoluait à Saint-Lô sur la hauteur de 130 cm, ridiculement basse pour un cheval qui avait frôlé en 2022 le titre de Champion de France.

Avec un chef de piste inédit à Saint-Lô, sur 50, ils se retrouvèrent 9 au barrage. Les 4 premiers furent fautifs. C’est Pauline Guignery, 2ème la semaine passée avec Cheri Lady qui déclencha la série des sans faute avec Claudio Fizz et ce avec le meilleur temps. Julien et sa seule monture qualifiée avaient écopé de 8 points. Pour le plus grand plaisir de Jean-Paul Lepetit, Hugo Breul sembla parfaitement aux boutons avec Dalton au Heup. Ils terminent 4ème. La performance remarquable de la journée, fut à mettre au crédit de Félix Jarry associé à Firmament du Salbey. Auteur d’un superbe parcours initial réalisé avec les encouragements de son papa, Félix rééditait sa prestation au barrage pour terminer 2ème

* Firmament est un mâle, âgé de 8 ans, fils de Contendro et Vas- y Donc Longane né chez les Bonafons à Saint Vigor le Grand dans le Calvados. Formé par Jérôme Bonafons et Laure Schillewaert, il est chez les Jarry depuis le printemps 2022.

EQUIN NORMAND n°136 2023 25
Pauline Guignery et Claudio Fizz, Cédric Hurel et Fantasio Floreval Z, Félix Jarry et Firmament du Salbey.
26 Alexis Gautier Partenaires de Vincent vous accueille ZA de la Chevalerie- 110 Rue Louis Armand – 50000 SAINT-LÔ Tel : 0233051409 – Email : saint-lo@padd.fr www.padd.fr Mardi au Vendredi 10h-12h30/14h-19h Samedi 10h-19h

Grands Prix des 7 ans - Groupe France Elevage

GLORIA DES BESNARDS

Deuxième derrière Cristaline, Gloria montée par FX Boudant est née chez ses parents de la lignée de la mythique Magali, via Présidentielle.

GALAXY ROSE

Deuxième derrière Genesis Semilly, Galaxy, montée par Sébastien Tence es une petite jument, pleine d’énergie, fille de Contendro et d’une mère par Obéron du Moulin. Elle est issue d’une souche relativement modeste

GENESIS SEMILLY

Ce mâle, non approuvé, fils de Diamant de Semilly, remarquablement monté par Dylan Levallois, remporte la première finale. Il vient de la souche du Grippois des Audouard près de Valognes. Souche qui émigrée à d’Helby a engendré en particulier Circé d’Helby.

CRISTALINE DEBRIAND Z

Montée avec audace par son propriétaire, le très courtois, Charles-Hubert Chiché, s’impose dans la seconde finale. Fille de Cristallo et d’une mère par Winningmood vd Arenberg, elle sort du moule prestigieux d’Almé.

EQUIN NORMAND n°136 2023 27

Axelle LAGOUBIE au général

Le département de la Manche, partenaire titre de la filière équine, assurait le partenariat des deux épreuves principales avec le Grand Prix.

Axelle Lagoubie en mode guerrière

Son compagnon Romain Bourdoncle en convalescence d’une intervention chirurgicale mécanique, Axelle avec l’aide d’un chauffeur pour assurer les transports, avait, seule en charge la monte et le grooming de 12 chevaux lors du premier week-end

Cette charge de travail ne l’empêcha pas de cumuler les premières places dont le Prix du département de la Manche avec Chistera Mail, succès auquel s’ajoutait la 3ème place avec Cassalfino.. Elle terminait par ailleurs 3ème du GP 145 avec Chacco Belle.

Julien EPAILLARD signe son passage

Absent le premier week-end, le N°2 mondial, outre 3 autres épreuves, survola le Prix du département de la Manche /Eurogen avec Black Swan Special. Il infligea 5 secondes d’écart à son copain Reynald Angot

28 EQUIN NORMAND n°136 2023 Le Département de la MANCHE

Prix des Ducs de Normandie

Forza Gaby !

Forza Gaby !

Arrivé en France en 2010, c'est sur la piste de la Prairie qu'en 2013, le jeune Turinois passait professionnel. En 2017, il y remportait le Prix des Ducs de Normandie associé à Amiral Sacha. Le 13 mai, pour la deuxième fois seulement au sulky de Honheck, le quasi normand, habitant de Beuvron en Auge, devant des tribunes rarement vues aussi bondées malgré le temps frisquet, a donné au Prix des Ducs de Normandie une dimension cinématographique.

C'est en effet, au-delà du sport lui-même, comme dans une épopée du cinéma transalpin, que Gabriele Gelormini a livré tout son art. Avec un partenaire sur une forme ascendante, il a donné aux 200 derniers mètres de cette édition 2023, un final qui aurait convenu à Franco Zeffirelli pour tourner un nouveau " Champion".

Car, même si Etonnant, double vainqueur de l'épreuve et ultra favori pour ce qu'on imaginait le scénario d'une troisième victoire, n'a pas démérité ; c'est en acculant dans les coins le cheval drivé par Anthony Barrier que "Gaby" a scellé son succès.

Un succès fêté, comme on a l'habitude, par le volubile et dissert propriétaire entraineur du fils de Royal Dream, Philippe Allaire qui n'aurait pas dépareillé dans le rôle tenu par Venantino Venantini dans les Tontons Flingueurs. Tout cela animé par l'un des journalistes vedette d'Equidia dont l'enthousiasme n'a rien à envier à Roberto Benigni.

EQUIN NORMAND n°136 2023 31
CAEN

HOHNECK au sommet

32 EQUIN NORMAND n°136 2023

Baptisé du nom prédestiné d’un sommet des Vosges par son naisseur Jean- Pierre Guay à Vaas dans la Sarthe, le vainqueur des Ducs de Normandie 2023 est doté d’un pedigree prestigieux.

Son père Royal Dream (Love You), élevé et drivé par Jean-Philippe Dubois avait remporté le Prix d’Amérique en 2013 ainsi que les Prix de France en 2012 et 2013. Quant à sa mère Caranca, c’est une fille de Ready Cash, double vainqueur en particulier du Prix d’Amérique en 2011 et 2012.

Lauréat de 19 victoires sous les mènes respectives de Yoann Lebourgeois, Frank Nivard et plus particulièrement François Lagadeuc, Honheck n’avait pas franchi le poteau en vainqueur depuis le Prix Louis Jariel le 20 août 2022. Deuxième du Critérium des 5 ans, il terminait malgré tout début 2023, 5ème du Prix d’Amérique. Si le succès d’Honheck ravissait Gaby Gelormini et Philippe Allaire, il donnaut d’autant plus de crédit au travail de son groom Adrien Ernault dont les services sont en ce moment attachés au Haras de Bouttemont.

• Derrière Hohneck, Hokkaido Jiel drivé par D. Thomain privait Etonnant de la 2ème place alors que Gently de Muze, l’affixe De Brabander bien connu en CSO, devançait Elie de Beaufour portant la casaque d’Eric Levallois tout autant renommé dans cette discipline

EQUIN NORMAND n°136 2023 33

Prix du Calvados

Camille Levesque et Filwell en famille

Hongre de 8 ans, Filwell a été élevé, est entrainé par Pierre Levesque et est monté par sa fille Camille. Originaire de la Manche comme on le sait, Camille est installée dans le Calvados. Outre d’être labellisée normande, cette victoire est bien marquée du sceau du Calvados dont le Prix s’agissant d’une course européenne couronne des chevaux auréolés d’un certain renom.

Et, ironie de l’histoire, en 2022, après avoir remporté le Prix du Calvados (GrII) à Vincennes, François Lagadeuc, Calvadosien lui aussi de Grancamp -Maisy, s’imposait à Caen voilà un an avec Fantaisie née chez Jean Levesque, le grandpère de Camille.

Là, c’est avec une certaine autorité que Camille envolée dans le dernier tier du peloton est venue dès l’entrée du dernier virage prendre le commandement pour, sans répit, creuser l’écart avec ses adversaires et l’emporter avec plusieurs longueurs d’avance.

La lauréate et son père étaient récompensés par Mme Clara Dewaele-Canuel, Conseillère départementale du Calvados.

36 EQUIN NORMAND n°136 2023
CAEN – Ducs de Normandie

(GrII) -Etrier 4 ans Q2

C’est en véritable patron que Jean Balthazar a vaincu. Installé en tête dès le lâcher de grille, le paretenaire de Yoann Lebourgeois n’a fait que remettre du gaz dans la phase finale. Jasper des Charmes 2ème a fait l’objet d’une enquête eu égard à ses allures dans la lutte. Devenu très sage, le protégé de P. Castel venait de terminer 2ème de la 1ère qualif des 4 ans à Vincennes. Il s’affirme comme l’un des favoris du Critérium. Il appartient à Mme

Course Européenne disputée en mémoire du grand professionnel disparu jeune, elle a été l’occasion d’une démonstration de pilotage de la part de Gaby Gelormini associé à Hidalgo des Nouées. Il devance le très appliqué et régulier Falco des Rochers avec Axel Lenoir.

38 EQUIN NORMAND n°136 2023
Prix Georges Dreux Prix Henri Ballière

Prix Caen Basquet Calvados

Prix Guillaume Le Conquérant (GR III)

Groupe III réservé aux chevaux de 4 ans, il n’avait qu’un super favori : Just a Gigolo. Après avoir montré qu’il était le plus riche, qui plus est avec Frank Nivard au sulky, le pensionnaire de Philippe Allaire a dû laisser filer le vainqueur Deus Jack. Drivé par le très inspiré B. Rochard, le cheval italien devance Jack Tonic et Théo Duvaldestin qui privent Just a Gigolo de la 2ème place.

Prix Pierre Gamare (GrII)

C’est au terme d’une course rocambolesque puisque des 8 partant, seuls 3 ne seront pas distancés que Mathieu Mottier l’emporte en selle sur Kyt Kat, le plus argenté du lot

EQUIN NORMAND n°136 2023 39

Animations d’été sur les Hippodromes

Hippodromes Bas-Normands

Animations Musicale

- 11 Juin – Rânes

- 18 Juin – Avranches

- 2 Juillet – Moulins la Marche

- 30 Juillet – Granville

- 6 Août – Sainte Marie du Mont

- 12 Août - Argentan

HIPPOKID’S

- 9 Juillet – Genêts et Rânes

- 14 Juillet – Agon Coutainville et Bagnoles de l’Orne

- 15 Juillet - Carentan

- 16 Juillet – Avranches

- 22 Juillet – Clairefontaine

- 24 Juillet – Bréhal

- 30 Juillet – Domfront

- 6 Août - Sainte Marie du Mont

Baptême de Sulky

- 14 Juin – Argentan

- 25 Juin – Moulins la Marche

- 3 Juillet – Vire Normandie

- 9 Juillet – Rânes

- 22 Juillet – Clairefontaine

- 23 Juillet – Bagnoles de l’Orne

- 27 Juillet – Graignes

- 30 Juillet - Domfront

- 31 Juillet – Bréhal

- 1er Août – Avranches

- 6 Août – Sainte-Marie du Mont

- 7 Août - Granville

Spectacle Equestre

- 11 Juin – Villedieu les Poêles

- 9 Juillet – Genêts

- 15 Juillet – Carentan

- 20 Juillet – Cherbourg

- 23 Juillet – Agon Coutainville

- 30 Juillet - Domfront

- 6 Août - Bréhal

RACE and CARE

- 18 Juin – Cherbourg

- 19 Juillet – Clairefontaine

- 30 Juillet – Carentan

- 7 Août - Granville

Le 1er mai aux couleurs d’AGRIAL et GROUPAMA

Kaiser.......à suivre !

Prix GROUPAMA -Groupe A

Baptisé Kaiser (Empereur) par l’Ecurie des Charmes qui l’a fait naître, le vainqueur a pour père Doberman et pour mère The Panthere. Comment ne pas réussir avec de tels noms. Inédit, Kaiser était drivé, qui plus est, par Frank Nivard.

Il s’imposait facilement Kelle Ile Lila elle aussi bien lotie, puisque ses géniteurs se nomment Achim du Cap Vert et Belle Ile Royale. Antoine Lhereté était au sulky.

44 EQUIN NORMAND n°136 2023 GRAIGNES
Photos : Madélina Grandin

Prix AGRIAL

Fantastique course montée qui a mis aux prises dans un final mémorable Isabella Dimjy avec en selle Guillaume Martin et Il Trotte Jarl avec aux rênes l’indestructible Yoann Lebourgeois. Victorieuse à Vincennes début mars et seconde début avril, la représentante de la casaque Marmion, avec pour mère la bien nommée Petite Rafale résistait avec panache au fils de Pacha du Pont qui s’était imposé à Nantes début janvier. Le pensionnaire de L. Groussard était confié pour la 1ère fois à Yoann Lebourgeois.

Prix GROUPAMA – Groupe B

Pour cette course dédoublée, de nouveau des poulains de 3 ans. Kiss-Me-Bourbon avait déjà fait ses débuts à Laval et Lyon. Là, la fille d’Orlando Vici, entrainée par Sébastien Guarato, n’a fait aucun détail en s’imposant avec facilité drivée par Romain Hue.

EQUIN NORMAND n°136 2023 45

Vainqueur de l’Anjou-Loire Challenge

Grand cross du Lion d’Angers

Né chez Fabrice Simon à Sées dans l’Orne, il est entrainé par

L'Anjou-Loire Challenge (L) 2023 a été marqué par un événement rare. En effet, après 2.500m de course (sur 7.300m), Johnny Charron, qui remportait trois jours plus tard le Grand Steeple, en selle sur Butterfly du Mou (Daramsar), alors en tête, a arrêté son partenaire, imité par tous ses collègues. La raison ? Une lice n'avait pas été retirée pour permettre le passage des chevaux dans le virage vers le parc de l'Isle-Briand. Le peloton reparti, Butterfly du Mou éjectait son jockey.

Jean-Stéphane Lebrun qui montait Shawinigan, prenait alors le large. Agé de 27 ans, JS Lebrun a débuté sa carrière dans le trot chez JC Hallais. Il a couru 7 courses dont une au sulky. Sa meilleure place, 3ème eut lieu le 17/10/2011 à Cabourg avec Santoriana. Après une année chez JP Gallorini, il passait au service de Philippe Chemin.

Patrice Quinton, après deux succès avec Nuit Rochelaise, remporte son 3ème Anjou-Loire et par- dessus le marché le classement de la Crystal Cup.

Shawinigan, du nom d’une ville du Québec, est un hongre de 6 ans, né chez Fabrice Simon à Sées dans l’Orne. C’est un fils de Kapgarde, étalon de renom au catalogue du Haras de la Hétraie à Cerisy la Forêt dans la Manche.

EQUIN NORMAND n°136 2023 49
HAWINIGAN
Patrice QUINTON à Dragey-Ronthon dans la Manche
S

RAIGNES

L’Hippodrome provincial de renommée vous accueille

Pour 30 réunions annuelles dont 11 « Premium ».

L’anneau manchois se targue d’être le dauphin immédiat de Vincennes.

Son appellation de « Petit Vincennes normand » n’est donc pas usurpée

- Jeudi 15 Juin – 19H00

5 Réunions

- Jeudi 22 Juin – 19H00

- Jeudi 29 Juin – 19H00

- Jeudi 27 Juillet – 19H00

- Jeudi 3 Août – 19H00

Entrée 3 Euros

Samedi 12 Août – 19 H00 et Feu d’Artifice

Entrée 5 Euros

Suivez-nous sur les réseaux sociaux : www.hippodromedegraignes.fr --

Le Restaurant panoramique sera ouvert Tel : 06 88 18 49 94

52 EQUIN NORMAND n°136 2023
G

VALOGNES

La 1ère fois c’était en 1945

L’Hippodrome de Claire Fontaine, peut être aujourd’hui qualifié du mot tendance « d’éphémère ». C’est ainsi depuis 77 ans. En effet, le jeudi de l’Ascension, autour d’une immense prairie entourée de buissons d’épine en fleurs et de pommiers qui le sont tout autant, une piste d’à peine 1000 mètres voit des trotteurs s’affronter, au cours de 8 ou 9 courses. Si des chevaux arrivent des départements voisins, pour la plupart, ils sont élevés, entrainés et drivés ou montés par des « gens d’ici ». On est en famille.

L’Histoire

On pensa que la 1ère réunion eut lieu en 1946. C’est, à la faveur de la découverte, lors d’un déménagement, du 1er programme que l’on sait aujourd’hui, qu’elle se déroula le 26 août 1945 sur l’hippodrome alors appelé « Le Gibet ». Les courses se déroulaient selon des conditions bien différentes de celles d’aujourd’hui. Les chevaux attelés et montés couraient ensemble et étaient autorisés à disputer plusieurs courses le même jour. A cette époque la future société des courses de Valognes, créée en 1946, organisait 3 réunions annuelles : l’Ascension, le 15 août et fin août. Comme ce le cas pour Graignes, les courses étaient souvent organisées au profit des anciens prisonniers de guerre.

Grand Prix de la ville de Valognes

Doté de 18.500€, il s’agissait de la course majeure de la journée. Get Lucky de Carel, appartenant à l’Ecurie des Tilleuls de Patrick Terry qui l’entraine à Sainte Marie du Mont, était drivé par le Carentanais David Thomain. En s’imposant facilement, il devançait Galaxie du Home, drivée par Gauthier Baudouin, entrainée par JM Guillotte des Oubeaux dans le Calvados.

Antonin ANDRE

20 ans, passé professionnel à l’automne 2022 a de qui tenir. Il est le fils de JP André, vainqueur du Prix d’Amérique en 1985 avec Lutin d’Isigny. Après un déjeuner en famille, le jeune driver remportait la 5ème course avec Instar Joke. Ce hongre de 5 ans a été élevé, est entrainé et appartient toujours à Mme J. Strang (à droite), Finlandaise par ailleurs employée dans une grande organisation internationale.

• Antonin, formé à l’école de Graignes fut meilleur apprenti en 2021

54 EQUIN NORMAND n°136 2023

ROSARIO BARON

Vainqueur du Grand Steeple de Paris 2023

Est entrainé par Madame Daniela Mele à GAVRAY sur SIENNE dans la Manche

Élevé par Jean-Yves Baron au Gast à Livre la Touche dans la Mayenne, Rosario Baron, hongre de 6 ans, est un fils de Zambezi Sun aujourd’hui étalon en Irlande. A l’époque

où il saillissait en France, Zambezi Sun était inscrit au catalogue du Haras de la Hétraie à Cerisy la Forêt dans la Manche.

Rosario Baron était monté par Johnny Charron, jockey de 42 ans, Angevin d’origine, lauréat en 2022 avec Sel Jem né chez Mme Florence Lormand au Merlerault dans l’Orne.

58 EQUIN NORMAND n°136 2023

Un concoUrs à part

60 EQUIN NORMAND n°136 2023 En Europe

C'estdepuis 1964 que s'intègre, dans le cadre de la grande foire commerciale de la province du Baden Wurtemberg, le concours hippique. Outre ce rendez-vous annuel qui a la particularité de se dérouler à cheval sur le week-end avec le Grand Prix le mardi, le Reitstadion a accueilli deux Championnats d'Europe (1997 et 2007), un Championnat du Monde de voltige en 2000 et plusieurs Championnats d'Allemagne avant qu'il ne soit définitivement organisé à Warendorf.

Sous l'impulsion de Peter Hofmann, un capitaine d'industrie à la tête du Groupe international Berrang, Président de l'organisation depuis 1981, la manifestation s'est élargie à la discipline du Para Equestre avec un CPEDI qui occupe les trois premiers jours. Par ailleurs, mu par un enthousiasme communicatif et une volonté oecuménique, il a inscrit au programme des épreuves réservées aux cavaliers amateurs qui s'ajoutent à celles des moins de 25 ans et des jeunes chevaux, tant en dressage qu'en saut d'obstacles.

L'attribution en 2022, d'une étape des CSIO3* mis sur pied par la Fédération Equestre Européenne, comble cet homme profondément européen et particulièrement francophile. Les conditions météo fantasques n'ont en rien entamé la réussite de cette édition 2023 dont l'attribution des CSIO3* est confirmée pour encore au moins deux années.

Mannheim, un coeur artistique et industriel où l'on mesure toute la puissance du cheval

D'abord à l'âge de 15 ans puis à plusieurs autres reprises ainsi qu'à Schwetzingen, Mozart séjourna à Mannheim alors centre musical européen de renom. Il y fréquenta l'écrivain, philosophe Schiller qui y a son monument.

C'est à Mannheim que l'ère industrielle, en particulier celle d'aujourd'hui appelée de la mobilité, se développa. En 1817, le baron Karl von Drais relia Mannheim à Schwetzingen avec une machine à deux roues : la Draisienne, soit le futur vélo. Carl Benz, inventeur de la première automobile à moteur à explosion a son musée à Ladenburg aux portes du Maimarkt.

C'est à Mannheim qu'inrich Lanz construisit, dans les années 1920, le premier tracteur. Racheté par John Deere en 1956, l'usine de Mannheim a produit en mars 2023 son 2 millionième tracteur.

EQUIN NORMAND n°136 2023 61

Les Pays Bas viennent à bout de l’Espagne

L’histoire des Pays Bas espagnols fut marquée par la fameuse guerre de Quatre Vingts Ans qui dura de 1568 à 1648 entre les deux pays. Celle de Mannheim dura à peine plus d’une minute, mais, comme au 17ème siècle au bénéfice des Bataves.

Après une première manche qui avait vu Néerlandais, Suisses et Espagnols avec un score nul parfait, la seconde, les Suisses en déconfiture, laissa pour conclure le dernier parcours les Orange et les Sang et Or face à face. Les premiers avec de nouveau trois parcours sans faute étaient vissés à la performance du dernier cavalier ibère. Theresa Blasquel-Abascal pénalisées de 8 points, il fallait absolument que Sergio Alvarez Moya soit sans faute comme lors du premier round. Auquel cas les deux pays se départageraient sur un barrage avec un seul cavalier chacun.

Il montait Charisma HS, une jument holsteiner de 9 ans par Uriko. Rappelons qu’Uriko est un Kwpn, fils d’Untouchable, lequel a pour père Hors La Loi III, fils de Papillon Rouge né au Haras de la Gisloterie à Ste Marguerite d’Elle (14). Hors la Loi III fut longtemps monté par l’Autrichien Hugo Simon dont les installations se situent à 20 km de Mannheim.

C’est chez lui que Charisma HS est né. Il fut par ailleurs Champion allemand des 5 ans monté par Richard Vogel.

Ces précisions apportées, portons-nous sur le parcours de Moya qui après une première faute, en commettait une deuxième pour ajouter deux points de dépassement de temps.

Une contre- performance qui non seulement ôtait tout espoir de victoire aux Espagnols, mais, compte tenu du réveil germanique les reléguaient à la 3ème place. On notera que face à des nations émergentes telles la Hongrie, la Slovaquie, les Suédois avec Von Eckerman et Peder Fredrickson brandis comme super favoris, terminent 9ème sur 10 équipes éngagées.

• L’Equipe néerlandaise emmenée par Vincent Voorn était composée de Frank Schuutert/Hawaii qui monta un seul parcours pour le plaisir, Loewie Joppen/Havel van de Wolfsakker Z, Kevin Jochems/Flying Jackie et Willem Greve/ Highway M TN

62 EQUIN NORMAND n°136 2023 CSIO3* COUPE DES NATIONS

L’Equipe de France 4ème

Emmenée par Edouard Couperie, l’équipe tricolore était composée de Philippe Leoni/ Miss Marie van’t Winnehof, Guillaume Batillat/Come On di Gisors, Jeanne Sadran/ Kosmo Van Hof Ter Boone et Reynald Angot /Chrome d’Ivraie.

Alors qu’il n’avait pas participé à une Coupe des Nations depuis ses années junior, Guillaume Batillat réalisa un superbe double sans faute. Philippe Leoni, en combattant, boucla un second parcours sans faute après avoir écopé de 2 points de pénalité lors de la 1ère manche. Jeanne Sadran, sans démériter accusa 1 faute à chaque sortie et Reynald Angot s’en sortait avec sagesse : une faute et 2 points.

Les chevaux français

Dans l’équipe espagnole, outre Enjoy de la Mure (Vigo Cécé) monté par Edouardo Alvarez Aznar, nous, Normands, eûment le bonheur de voir évoluer le dynamique Aldo du Manoir (Iowa) (Photo) né chez Marc Rubé à Montaigu les Bois dans la Manche.

Chez les Allemands, Patrick Sthülmeier montait Drako de Maugre (Kannan). L’Autrichien Max Kühner était associé à EIC Coriolis des Isles (Zandor). Le Suédois N°1 mondial Henrik von Eckermann faisait ses gammes avec Dzara Dorchival (Qlassic Boimargot).

S’il fallait conserver un souvenir de cette Coupe des Nations européenne, ce fut le concert de compliments envers la chef de piste Christa Jung et, hélas, le changement radical de température entre les deux manches. Après un orage d’ampleur, on passa du parasol au parapluie en un clin d’œil.

Le Dressage

Qu’il soit pratiqué par les valides ou les moins valides, le dressage revêt un caractère particulier à Mannheim. Par le biais de d’une radio locale d’importance, une action caritative est menée par l’organisation auprès des partenaires majeurs. Elle permet de récolter une somme, de 10.000€. Outre des actions menées essentiellement au profit de petite enfance et de l’adolescence handicapée, l’équipe de Peter Hofmann avait permis à une cavalière para- dressage de Singapour de venir concourir au Maimarkt. Elle y a d’ailleurs remporté une épreuve. La France termine 3ème de la Coupe des Nations. Notre pays était représenté par Anne Frederique Royon, Johanna Zilberstein, Adib El Sarakby, et Louise Studer (photo)

Si l’on parle de dressage de haut niveau, il suffit de dire qu’Isabel Werth, la recordwoman des médailles dans la discipline y brille tous les ans. Victorieuse devant Dorothée Schneider, elle fut fêtée en conséquence. On ne pouvait manquer davantage la prestation de Lisa Müller, l’épouse du meneur du Bayern de Munich Thomas Müller

Mannheim c’est aussi le signe de la fidélité qui conduit à la reconnaissance. Ainsi, sur les commentaires du fidèle, homme de télévision Carsten Sostmeier, Peter Hofmann, récompensait l’attaché de presse Hartmut Binder, alias « Bimbo » qui officiait pour la 40ème fois à Mannheim. Bimbo qui accueille aussi Equin normand depuis 20 ans d’abord à Donaueschingen puis Stuttgart.

64 EQUIN NORMAND n°136 2023
EQUIN NORMAND 65

Le Grand Prix MVV Energie

« die BADENIA »

Une Orange...pressée !

Sanne Thijssen et Con Quidam RB

Pourle Grand Prix on changeait de braquet. Christa Jung, l'une des rares femmes cheffe de piste à exercer à ce niveau et relativement méconnue des cavaliers français en particulier puisque qu'elle produit l'excellence de son art essentiellement à Mannheim et Stuttgart, fait toujours l'unanimité. Et là davantage encore eu égard à d'une part, la différence technique entre la Coupe des Nations à 145 et le Grand Prix à 160 et d'autre part, on l'a dit, l'écart important de niveau des cavaliers. Bref ! des 57 engagés, elle avait pour défi d'en extraire une petite dizaine pour le barrage. Objectif atteint : 8.

Avant les hostilités, Reynald Angot dont l’expérience à ce niveau fait référence résumait simplement les choses : « la rivière et le double avec deux foulées courtes, ça va être compliqué » Il avait raison. Ceux qui ne pêchèrent pas là, le payèrent dans l’oxer qui suivait où en bout de ligne sur le triple. Trois des 4 Français s’en sortirent très honorablement avec 4 points alors que le malheureux Reynald dut composer, sans démériter, avec la défaillance de Chrome d’Ivraie sur les deux oxers aux Tournesols qui, souvenons-nous, avaient valu, en 2007, lors du Championnat d’Europe, trois refus à Marcus Ehning et Küchengirl.

66 EQUIN NORMAND n°136 2023

Une fois de plus, Von Eckermann était favori. Associé au SF de 10 ans Dzara Dorchival, le N°1 mondial marqua son territoire en imaginant s'emparer du chèque de 21500€. Les trois qui formèrent le reste du Top 5 n'avaient pas d'autre objectif que de réaliser, qui sait, ce qui sera peut-être la performance de leur carrière. Stefan Engbers et et son Baju NRW (Balou du Rouet) confirmait sa Coupe des Nations, le lokalmatador (c'est ainsi que les Allemands nomment les sportifs locaux) Marcel Marschall et son Coolio enchantait le public du Baden-Würtemberg. Ulrich Hensel tellement heureux d'avoir bouclé son parcours initial sans faute, en avait ôté son casque pour saluer la foule, prend la 5ème place avec Europa H, un hongre de 14 ans par Escudo 1 né chez ses parents. Agé de 26 ans, Hensel revendique par ailleurs, la profession de boucher- charcutier au sein d'une entreprise familiale de la région de Francfort, qui pratique cette activité pour l'essentiel en circuit fermé, de l'élevage à l'étal. Pour comprendre la domination de la jeune néerlandaise de 24 ans, en selle sur son étalon holsteiner de 17 ans Con Quidam RB (Quinar) né chez Broecking ZG à Borken là où précisément est installé Marcus Ehning, il ne suffit pas de consulter le site de la FEI et de lister les succès du couple. Il fallait être sur place et vivre cet instant magique que fut son saut de l’obstacle constitué d’un empilement de dés, ajouté, semble-t-il, à dessein, puis l’oxer des tournesols. La cavalière joua, certainement avec un risque calculé en enlevant une fantastique foulée. Jeu gagnant ! Une seconde d’écart avec Von Eckermann et aux dires de la cavalière, au vu de ses performances récentes, l’espoir d’intégrer l’équipe «Orange» à Paris en 2024.

Classement :

1- Sanne Thissen/ Con Quidam RB-41.65

2- Enrik von Eckermann/ Dzara Dorchival – 42.68

3- Stefan Engbers/ Baju NRW- 44.55

4- Marcel Marschall/ Coolio- 45.15

5- Ulrich Hensel/Europa H- 45.75

Nos plus vifs remerciements à Madame Sybille Dornseiff, journaliste sportive au quotidien Mannheimer Morgen, pour son aide dans le cadre de l’interview de l’organisateur.

Ulrich Hensel – cavalier et boucher charcutier Enrik von Eckermann – N°1 mondial Sanne Thijssen

Courses au Sault Chevreuil

Présidée par Daniel Bidet, une famille particulièrement investie dans le cheval qu’il soit de sport ou de course, la société des courses de Villedieu déjà très active sous la présidence de Michel Laisney, a franchi, ces deux dernières années, une marche supplémentaire pour satisfaire les professionnels autant que les turfistes.

Outre la réfection complète de la piste et de celle dédiée à la voiture suiveuse, c’est aujourd’hui, à chaque réunion, que le spectateur constate l’avancement de la construction du bâtiment qui en 2024 accueillera le restaurant. L’espace « jeux » situé sous les tribunes sera transféré dans ce qui est le restaurant actuel.

Un « BAZIRE » pour ouvrir

Tout ce que le monde du cheval compte de « Bazire » est originaire du pays sourdin. Il fallait bien que pour lancer cette 4ème des 8 réunions annuelles, un « Bazire » s’imposât. Et le plus célèbre d’entre-eux. En effet, c’est sous la mène de Tristant Ouvrie que Jimogo de Guez l’emportait de haute lutte aux dépens de Jonquille Pelo et J. Ch Audran

Le Grand Prix - Prix de la Haye Pesnel- pour JW Hallais

Si les gens de la Haye Pesnel, y compris cette brochette de ceux du sport avec Guy Hallais de dos, totalisant à eux 4, plus de 320 ans, furent bien accueillis c’est que La Haye Pesnel organisa une réunion avant qu’elle ne soit transférée à Villedieu. La photo le montre, c’est vraiment en solitaire, après le distancement de Gradin du Stade et Enzo Lelièvre que Jean- William Hallais l’emportait, associé à Ghana. Hallais : un nom qui, aussi, est synonyme d’excellence.

68 EQUIN NORMAND n°136 2023 VILLEDIEU LES POÊLES

Chevreuil

Jean-Pierre COSNUAU : Un acheteur heureux

« A RECLAMER » signifie que tous les chevaux de la course sont à vendre. Ainsi, la 6ème course rassemblait 9 chevaux de 5, 6 et 7 ans n’ayant pas gagné 93.000€. Un seul, avec un capital de plus de 48.000€ rendait 25 mètres.

Pour acquérir à 5 ans, le candidat devait proposer un prix supérieur, même d’1 euro, à 11.000, un 6 ans, 9000 € et un 7 ans 7000.

C’est très facilement qu’Harmonist, un hongre de 6 ans drivé par Cédric Terry s’imposait. C’est à ce moment que Jean-Pierre Cosnuau, ancien jockey d’obstacle, cavalier de concours complet international, garde émérite des Haras nationaux par ailleurs chef de piste et aujourd’hui driver amateur, jetait son dévolu sir le vainqueur, fils de Bold Eagle faut-il le préciser : « Je propose 10.200, j’espère que ça va aller » lachait-il, un peu stressé avant la levée de la « boîte à réclamer » dans laquelle, sous le contrôle du Président et de Madame la Juge à l’arrivée, les soumission avaient été introduites. Après le délai réglementaire, ladite boîte était ouverte et on appelait pour Harmonist « Monsieur Jean-Pierre Cosnuau ». Emu et heureux, l’Ornais qui a disputé 13 courses, rêve d’ouvrir son palmarès avec son nouveau destrier. A suivre !!

Course « A RECLAMER
72 EQUIN NORMAND n°136 2023 www.equin-normand.com Retrouvez toutes les actualités sur notre site :
Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.