__MAIN_TEXT__

Page 1

2020

n °1 2 0

BIM E ST RI EL GR ATUIT

Édition Internationale

MEETING D’Automne - SAINT-LÔ

JUMP AEC SAINT-LÔ

Sélection Etalons SF – SAINT-LÔ Courses à GRAIGNES

MONDIAL DU LION - LE LION D’ANGERS

WILLO – Une Ecurie Active


2 EQUIN NORMAND n°120 2020


EQUIN NORMAND n°120 2020

3


MEETING D’AUTOMNE

JUMP AEC


MONDIAL DU LION

Portrait Harmony Thiennette

Willo Ecurie Active

Courses à Graignes

S

Sommaire

St Lô - Grand National 6 St Lô - Meeting d’Automne 10 Willo Horse 28 Flipper d’Elle - Aix La Chapelle 34 Mondial du Lion 40 Portrait - Marie Bazire 45 Reportage - PORSCHE 48 St Lô - Etalons 2 ans 56 St Lô - Championnat 3 ans 59 Graignes 62 St Lô - AEC

Sélection des Etalons SF

70

Championnat des 3 ans

Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

est un magazine édité par la Société EDAS Chemin du Poirier - 14220 Hamars SARL EDAS - RCS de Caen 497 704 460 N° de gestion 2007 B 343 Capital de 5 000 € Directeur de la publication Rédacteur en chef : Michel GALLET mgallet.edas@gmail.com Auteur - Photographe : Jean, Eugène BOUGIE Mobile 06 27 22 96 25 j.bougie@wanadoo.fr Charlotte MEURY - BOUGIE

Réalisation graphique : Agence EDAS 14000 CAEN Mobile 06 2012 03 60

ISSN > 221-E Dépôt légal à parution. Ne pas jeter sur la voie publique.

Equin Normand est une marque déposée auprès de l’INPI sous le N° national N° 4362095 Toute reproduction, même partielle, des textes, photos et illustrations est interdite. La revue Equin Normand n’est pas responsable des textes, dessins, photos, cartes de situation et illustrations, qui lui sont envoyés sous la seule responsabilité de leur auteur.


SAINT-LÔ GRAND NATIONAL Grand Prix du Conseil départemental de la Manche

Olivier ROBERT

Un nouveau « mot » dans le palm

E

nfin ! Voilà plus de 15 ans que le Picard de naissance installé dans le Bordelais arpente les pistes saint-loises tant pour le concours international d’automne que pour le Normandie Horse Show. A l’exception de quelques victoires intermédiaires, il n’avait encore jamais inscrit son nom au palmarès d’une épreuve majeure. Et pourtant. En 2004, on se souvient encore de sa 3ème place dans le CSI3* avec le bondissant Inca de l’Oasis où il avait combattu avec brio le vainqueur, comme lui haut d’1.58m, le mythique Flipper d’Elle associé à Laurent Goffinet. En 2008, Olivier participait au CSI3* d’octobre avec le très spectaculaire le Galant sans enregistrer de résultat. En 2015, il se classait 3ème du Grand Prix international du NHS avec Quenelle du Py. En 2018, également 3ème du même Grand Prix avec Vangog du Mas Garnier le vainqueur de ce Grand national 2020. Ce succès acquis dans des conditions sanitaires qui s’inscriront dans l’histoire restera aussi comme la manifestation du courage et de la persévérance pour celui que l’on nomme affectueusement par association et c’est vrai aussi : Le P’tit Robert !

6 EQUIN NORMAND n°120 2020


marès saint-lois

EQUIN NORMAND n°120 2020

7


GRAND PRIX DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA MANCHE Olivier Robert en stratège A un mois d’intervalle, fin août et fin septembre, Vangog du Mas Garnier avait remporté deux épreuves à 1.50m lors des CSI5* de Saint-Tropez. A Saint-Lô, en y regardant de près, Olivier Robert ne l’avait engagé que dans une petite épreuve à 125 cm la veille du Grand Prix. Si ce n’est pas de la stratégie, c’est à n’y rien comprendre. Dès le premier tour, nombre d’observateurs avaient donné le fils de Cornet Obolensky pour vainqueur. CLASSEMENT 1- Olivier Robert/Vangog du Mas Garnier 37.14 2- Alexandra Francart/Betty du Prieuré 39.11 3- Alexander Zettermann/Conrad 45.31 4- Julien Anquetin/Blood Diamond du Pont 4 et 35.73 5- Thomas Lambert/Univers de Chti 4 et 36.56 Les Ecuries 1- Ecurie Spring Cheval – Olivier Robert 2- Ecurie EJA – Julien Anquetin 3- Ecurie GEM Equitation – Thomas Lambert

8 EQUIN NORMAND n°120 2020

Une fois de plus, Jean-Paul Lepetit faisait comme dans toutes les épreuves de l’étape, preuve d’une belle approche du plateau. Sur une petite cinquantaine de partants il réussissait à extraire 10 barragistes, ce qui dans l’esprit du Grand national participe de l’excellence. Auteur d’un superbe parcours sans faute, le futur vainqueur était inquiet : « J’ai un peu freiné dans mes 6 foulées. Il va m’en manquer un peu ». Finalement non. Alexandra Francart sera 2ème avec Betty du Prieuré et le Franco/Suédois Zetterman 3ème avec Conrad et ce dans un temps de 8 secondes supérieur à celui d’Olivier Robert. • Vangog du Mas Garnier est un étalon de 11 ans par Cornet Obolensky et une mère par Quidam de Revel issue de la célèbre souche d’Ifrane. Le plus rapide Julien Anquetin avec Blood Diamond du Pont né chez Mathieu Leconnétable à Martinvast est 4ème avec une barre au sol.


PRIX DE LA VILLE DE SAINT-LÔ Jérôme Hurel et Farouk de Hus Z Disputée en matinée du vendredi, cette épreuve à barrage sur la hauteur de 145 fut fatale à tous les cavaliers ...sauf 13. Jérôme Hurel en l’emportant avec Farouk de Hus Z et en prenant la 3ème place avec Byron du Telman donnait l’impression que cette étape pourrait être la sienne. Hélas ! Il n’en sera rien, pas plus que pour Delphine Perez 2ème avec Untouchable Gips et Edward Levy 3ème avec Broadway de Mormoulin. PRIX DE SAINT-LÔ AGGLO Thomas Rousseau et Udson de Jauzif Seconde épreuve dans le programme du GN, nous étions là dans une course à 145 car pour l’emporter il fallait courir et courir encore. Seulement 38 au départ et une mainmise totale du duo Rousseau/Levy sur le top5 puisqu’ils occupent 4 places. Thomas s’impose avec Udson de Jauzif et est 5ème avec Baboun des Flagues. Edward cumule les 3 et 4èmes places avec respectivement Confidence d’Ass et Uno de Cerisy. Le Suédois Zetterman qui entamait l’épreuve est 2ème aux rênes de Triton Astak. PRIX DE LA REGION NORMANDIE Denis Morel et Ciel de Sirius Il s’agissait de ce que l’on nomme communément le Petit Grand Prix. Une épreuve à 140 qui précède le GP final. Ils étaient une centaine. On en retrouve 13 à table pour la victoire. Seuls 3 réussiront le double sans faute. Félicie Bertrand est 3ème avec Dakar, Jonathan Chabrol 2ème avec Citing du Brèche et c’est l’attachant Denis Morel qui s’impose en selle sur Ciel de Sirius (L’Arc de Triomphe). De nombreux couples furent plus rapides et en particulier Corentin Derouet associé à Coupenotte Belmanière. Il est 4ème avec 4 points au compteur. Benjamin Bailly et Vangog du Mas Garnier : Un lien fusionnel Le jeune professionnel installé aujourd’hui à Subligny dans le Sud- Manche est étroitement lié à l’histoire de Vangog. Il est d’abord indispensable de préciser que le cheval est né chez Frédérique et Dominique Maes domiciliés à Chailly en Bière près de Fontainebleau. Pour les férus de peinture qui feront le rapprochement, c’est à Chailly qu’est inhumé le peintre normand JF Millet. Les Maes avaient choisi de conduire leur élevage au Mesnil Garnier près de Villedieu. C’est là qu’est né Vangog. Venu poser ses valises dans la région, Benjamin est engagé par le Mas Garnier pour valoriser l’élevage. Vangog âgé de 4 ans y est rapatrié. Benjamin le monte à 5 et 6 ans pour conclure à la 2ème place de la petite finale bellifontaine. A 7 ans, après avoir été essayé par quelques cavaliers dont Eugénie Angot avec qui il remporte une épreuve à Royan, il arrive chez Olivier Robert. Vendu à un groupe de personnes, il fait depuis la carrière que l’on connait. Pour Benjamin Bailly, Président de la Tournée des Crampons, Vangog est le cheval de sa vie tant il loue sa sensibilité son mental, son courage et son attachement à l’homme. EQUIN NORMAND n°120 2020

9


SAINT-LÔ- Meeting d’Automne - CSI4* Grand Prix du Conseil départemental de la Manche

Julien EPAILLARD Première !

10 EQUIN NORMAND n°120 2020


C

hampion d’Europe jeunes cavaliers, vainqueur d’épreuves de Coupe du Monde comme du Global Champions Tour ainsi que d’innombrables épreuves nationales et internationales, Julien Epaillard n’avait, à 43 ans, encore jamais remporté d’épreuve majeure à Saint-Lô. C’est chose faite ! Alors que toute l'élite mondiale avait été convoquée, c'est un " gars du coin" qui gagne. Il montre, une fois de plus, que la Normandie fait naître les meilleurs chevaux et les cavaliers qui vont avec. Car, sur l’ensemble du concours, y compris le CSI2*, les Normands ont dicté leur loi.

EQUIN NORMAND n°120 2020

11


Il a fallu attendre 24 ans !

QUEELETTA

Julien est né le 24 juillet 1977. Ses parents Philippe et Laurence, outre une écurie de concours sous le nom du Haras de Siva, dirigeaient l’Etrier cherbourgeois, un centre équestre d’importance.

Jument de 12 ans, originaire du stud-book allemand du Oldenburg. Elle est née chez Claus Cornelius, assureur et agent immobilier à Schwanevede au Nord de Brême sur la rive droite de la Weser. C’est une fille de l’étalon holsteiner Quality (Quinar x Quidam de Revel) né chez Sosath à Lemwerder, un village distant de seulement quelques kilomètres de Schwanevede mais de l’autre côté du fleuve.

Avant de rappeler les meilleurs moments saint-lois du Manchois, il est indispensable de se souvenir que sa carrière changea totalement de trajectoire lorsque, sur l’intervention d’Alain Hinard, Guy Bideault, alors Directeur du Haras de Saint- Lô lui confia Si Tu Viens, Thurin puis Arpège Pierreville, cela en concertation avec Jean-Paul Lepetit et Jacques Moulin leurs cavaliers de l’époque. On n’oubliera jamais la grande performance de Julien Epaillard qui reste unique dans les annales. En 1995, il remporte les 6 épreuves du CSI junior d’Auvers : 3 avec Si Tu Viens, 3 avec Arpège Pierreville. Les premiers faits de guerre saint-lois de «Juju» remontent au NHS 1996. Champion d’Europe jeunes cavaliers en titre, il remportait le prix de la ville de Saint-Lô avec Si tu Viens et prenait la 3ème place du Derby avec le même étalon des Haras nationaux. L’année suivante, toujours avec Si tu Viens, il remportait le derby. En 2003, il était 4ème du GP du NHS avec Grain de Voltaire. En 2007, 4ème du GP du NHS avec Kanthaka de Petra. En ce qui concerne le CSI3*, Julien se classe 2ème en 2004 avec Hyades Belmanière et 2ème en 2007 avec Labrador de Breka.

12 EQUIN NORMAND n°120 2020

Queeletta apparut en France à l’automne 2015 sous la selle de Cédric Angot. Elle passe immédiatement chez Alexandre de Rothschild qui la conserve avec entre temps, de nouveau un aller-retour chez Cédric Angot puis Timothée Anciaume, jusqu’en juin 2019 tout cela au niveau 145. Julien la débute à Deauville et enchaine les classements supérieurs à 150 et 160 dès les semaines suivantes. Début 2020, après une 2ème place dans le GP 5* de Bâle, il remporte le GP5* de Bordeaux, ce qui faisait de Queeletta le cheval le plus capé du concours de Saint-Lô. Son succès est donc logique. Classement du Grand Prix du Conseil départemental de la Manche 1- Julien Epaillard (FRA)/ Queeletta 0 et 39.13 2- Juliette Faligot (FRA) Arqana de Riverland 0 et 40.22 3- Nina Mallevaey (FRA)/Virtuose Champeix 0 et 40.94 4- HenrikvonEckermann (SWE)/King Edward 0 et 41.97 5- LaurentGoffinet(FRA)/ AtomedesEtisses 4 et 40.91


Juliette Faligot allume la mèche. Julien Epaillard déclenche l’explosion. On savait la cavalière de Bailleul dans les Hauts de France particulièrement compétitive avec sa jument de 10 ans Arqana de Riverland (Cornet Obolensky x Diamant de Semilly) mais pas encore à ce niveau. Les observateurs présents avaient déjà pronostiqué une belle performance. S'ils avaient jugé son parcours de la veille moins pétillant, ils qualifiaient le premier tour d'exception. Partie 2ème, elle provoquait le chrono tout autant que ses 5 autres adversaires. Nina Mallevaey, 20 ans, ne se laissa pas impressionner aux rênes de Virtuose Champeix, un mâle 11 ans fils de Rubins des Bruyères ancienne monture de Julien Epaillard qui par ailleurs coache la jeune cavalière depuis 2 ans membre de l'Ecurie Chev'el avec Jeanne Sadran la fille du propriétaire. La Lilloise s'installait donc à la 2ème place. Henrik von Eckermann qui montait là King Edward, le cheval de sa compagne Janika Sprunger, enceinte, passa un peu trop de temps en l'air. Il prenait un strapontin derrière les deux Françaises. Laurent Goffinet fut fautif avec Atome des Etisses. C'est, avant qu'Alexandra Francart elle aussi victime d'une faute ne clôture la fête, que Julien Epaillard enflamma le Hall du Pôle. En selle sur Queeletta, une jument oldenburg de 12 ans, également propriété de la Sté Chev'el avec laquelle il terminait 10ème du CSI3* de Saint-Lô en 2019, le Normand qui, un instant après avoir négocié à merveille sur une bonne foulée l'oxer et le virage de l'obstacle Manche, hésita à prendre l'option à droite après le double pour se diriger vers le vertical final. Qu'importe, le chrono afficha 1 seconde et 9 centièmes de moins que sa dauphine Juliette Faligot.

EQUIN NORMAND n°120 2020

13


Prix AGRIAL

Edward LEVY et REBECA LS

A

près le succès de Benjamin Devulder et Vert de Gris en ouverture, voilà que la 3ème épreuve, du concours, qualificative pour le Grand Prix entra aussi dans le cercle normand avec Edward Levy associé à Rebecca LS. Une victoire qui ne constitue en rien une surprise sachant que ce couple s'est souvent mis en évidence dans de telles situations et face à une concurrence comparable. Avant Edward qui passait en 12ème position parmi les 17 barragistes sur 63 partants, 3 couples s'étaient déchirés : Le Yankee Lucas Porter et C Hunter, le Suisse Balsiger et AK'S Courage et le Belge Bruynseels avec Kopernic van Orti. L'Helvète était en tête. Le Normand lui mettait une seconde et 9 centièmes dans la vue avant de se voir contester sa prestation par le Belge Dominique Hendricks et Vintadge de la Roque, cheval normand s'il en est. On espérait un final grandiose avec le trio restant. Mais Steve Guerdat en selle sur Maddox un cheval suédois de 9 ans ne bouscula pas outre mesure le chrono mais assez pour terminer 4ème. Pénélope Leprévost et Laurent Goffinet qui manifestement visaient le Grand Prix l'imitèrent. Bref ! Une épreuve plaisante dont on retiendra que l’ancien N°1 mondial et vainqueur du Rolex Grand Slam Scott Brash se fit, comme d’autres, piéger sur le premier obstacle. On retiendra aussi que la 4ème place du Suisse Guerdat N°1 mondial du moment restera sa meilleure performance du week-end. • Maddox le cheval de S. Guerdat est né chez Liselotte Tillberg à Vitaby dans le sud de la Suède tout près d’où Peder Fredricson a ses écuries. C’est un fils de Cohiba par Chacco Blue. Au début de sa carrière, il fut monté par la Suédoise Stéphanie Holmen. Classement 1- Edward Levy (FRA)/Rebeca LS 34.27 2- Dominik Hendricks (BEL) /Vintadge de la Roque 34.55 3- Brian Balsinger (SUI)/Ak’s Courage 35.36 4- Steve Guerdat (SUI)/Albfuerenhen’s Maddox 35.80 5- Lucas Porter (USA)/C Hunter 36.39

14 EQUIN NORMAND n°120 2020


EQUIN NORMAND n°120 2020

15


Prix CHEVAL NORMANDIE

Scott BRASH et Hello Shelby en démonstration

P

our cette première épreuve qualificative au Grand Prix, on aurait aimé que la victoire revint à un cheval normand. Hélas non ! On se console cependant avec le succès de Scott Brash ex N°1 mondial vainqueur de la grosse cagnotte du Rolex Grand Slam qui montait Hello Shelby. Pendant l'épreuve précédente, il s'était montré en compagnie d'Hello Vincent, ex Coquin de Coquerie (Consul de la Vie Z) et ce devant ses naisseurs Annick et Raphael Dulin venus là avec une partie des membres de la SHR de la Haye Pesnel. Dans cette épreuve c'est Marc Dilasser, ancien double vainqueur du Grand indoor qui mettait le feu aux poudres avec Vital Chance de la Roque (Diamant de Semilly) en abaissant de 2 secondes le temps du leader du moment l'Irlandais Denis Lynch. Mais c'était sans compter sur la démonstration de Scott Brash qui dans l'enchaînement 3-4 fit entendre un Wahou !!! parmi le public. Une seconde et 20 centièmes plus rapide que Marc Dilasser, il s'imposait. La 3ème place revenait au Bavarois Philip Weishaupt de l'écurie Beerbaum en selle sur Coby 8 (Contago). L'Américain Luca Porter et Be Once Z (Baloubet du Rouet), élève de Jeroen Dubbeldam, prenait la 4ème place devant Denis Lynch. Classement 1- Scott Brash (GRB)/Hello Shelby 56.16 2- Marc Dilasser (FRA)/Vital Chance de la Roque 57.36 3- Philipp Weishaupt (GER)/Coby 8 57.40 4- Lucas Porter (USA)/Be Once Z 57.48 5- Denis Lynch (IRL)/Gc Chopin’s Buchi

16 EQUIN NORMAND n°120 2020


EQUIN NORMAND n°120 2020

17


PRIX GROUPAMA

Pénélope Leprévost et Une Etoile Landaise première

N

ouveau partenaire s'il en est eu égard à son implication majeure dans le monde agricole, Groupama permettait à ses représentants d'avoir le privilège de récompenser Pénélope Leprévost. La Championne olympique montait Une Etoile Landaise, une jument de 12 ans par Balougran et Socrate de Chivré née chez Luc Roger à La Lande d'Airou dans la Manche. Etoile Landaise débutée par Antoine Courpied a été successivement montée par Nicolas Paillot, Romain Basmaison, Julien Gonin, Michel Robert, Dominique Robert son épouse pour une compétition, Eden Leprévost- Blin Lebreton et dans le cadre du CSI4* sa maman Pénélope de brillante manière. La Normande devance Simon Delestre et Quopilot Batilly Z (Qlassic Boimargot) et Julien Anquetin avec Gravity of Greenhill.

18 EQUIN NORMAND n°120 2020

Classement 1-Pénélope Leprévost (FRA)/ Une Etoile Landaise 54.96 2- Simon Delestre (FRA)/ Qopilot Batilly Z 55.08 3-Julien Anquetin (FRA)/ Gravity of Greenhill 55.19


Prix Le Trokeur Le Suédois Alexander Zettermann et Miss Svea La journée allait être Scandinave enfin presque. Alexander Zettermann, installé à Chantilly change volontiers de licence. Il montait là, Miss Svea, une jument suédoise de 9 ans. Il devance, le Français Alexandre Fontanelle d’1 centième. Le combatif Thomas Lambert est 3ème avec la rapide Gazelle du Pachis. Classement 1- Alexander Zettermann(SWE)/ Miss Svea 57.34 2- Alexandre Fontanelle(FRA)/Hamlet Cooper 57.35 3- Thomas Lambert (FRA)/Gazelle du Pachis 58.01

PRIX DU CREDIT AGRICOLE NORMANDIE Henrik von Eckermann, Suédois aussi, et Glamour Girl

Quarante-huit partants pour cette épreuve en prélude au Grand Prix qui compta finalement 17 barragistes. La lutte se limita au duel qui opposait le Belge Hendricks avec Bacardi les Hauts et le vainqueur. Henrik von Eckermann associé à une jument de 9 ans fille de Zirocco blue ex Qamikaze des Forêts fut le plus rapide de tous. On nota la 3ème place de la Normande Axelle Lagoubie et Bemol des Champs. Classement 1- Enrik von Eckermann (SWE)/Glamour Girl 35.51 2- Dominique Hendrickx (Bel)/Bacardi les Hauts 36.12 3- Axelle Lagoubie (FRA)/Bemol des Champs 37.00


Juliette FALIGOT Meilleure cavalière du CSI4*

Henrik von Eckermann Meilleur cavalier du CSI4*

Les collectivités : Conseil Régional, Conseil départemental, Saint-Lô Agglo et ville de Saint-Lô avaient associé SLCO et le Pôle Hippique pour, ensemble, offrir des cadeaux au meilleur cheval du CSI4*, celui de Julien Epaillard. Le faire pour un cavalier normand ne pouvait être meilleure conclusion à une manifestation qui aura été, on le regrette bien sûr la dernière de grande ampleur sur le territoire national. BRAVO ! Cette cérémonie de remise des prix permi aussi de saluer le travail d’exception des deux chefs de piste Jean Paul Lepetit et Alain Lhopital. Parfois contestés dans les milieux « tendance », ils ont mis en évidence le savoir-faire de la filière équine normande dans la globalité de sa dimension. EQUIN NORMAND n°120 2020

21


Benjamin DEVULDER « mon premier CSI4* » H

abitué des podiums en Pro1 Elite et tout spécialement dans le circuit du Grand national, le cavalier saint-lois qui avait plusieurs fois évolué dans le CSI3* avait la chance, en compagnie d’Axelle Lagoubie et Hubert Pignolet de faire partie du trio local engagé dans ce premier CSI4* organisé au Pôle Hippique de Saint-Lô par l’association SLCO. Parrainé par Saint-Lô Agglo et Equin normand dont lui et ses deux chevaux Vert de Gris et Baccara du Talus arborèrent les couleurs pendant la totalité du concours, Benjamin sans le faire paraître le moins du monde, sous un air jovial de nature, mesurait la chance d’avoir été choisi par SLCO tout autant que l’enjeu qui en découlait. Victorieux de l’épreuve d’ouverture, qualifié pour le Grand Prix qu’il termina avec les honneurs, Benjamin Devulder ne pouvait pas échapper à l’interrogatoire de circonstance pour nous faire revivre cette épopée. Dans quel esprit as-tu abordé cette première dans ta carrière ? « J’avais sauté ordinaire le Grand national la semaine précédente. Vert de Gris n’était pas dans son meilleur jour et pour Baccara, les 4 points sur le dernier sont pour moi. Pour le CSI, mon objectif était de me qualifier pour le Grand Prix. J’ai abordé le week-end tranquille, pas sereinement totalement. Je savais que ça allait être une belle expérience. Je devais monter avec ma tête. »

Tu remportes la première épreuve. C’était une surprise ? « Je savais que dans ce genre d’épreuve, les grands ne jouent pas totalement mais quand même. Vert de Gris était calme à la détente, j’ai entamé mon parcours normalement. Je n’ai pas cherché à aller très très vite malgré tout. Je souhaitais bien figurer. Tout s’est bien déroulé. Jusqu’à la fin ça a été chaud. Parmi les derniers, Olivier Robert a bien tenté. Il fait 4 points sur le dernier en étant moins vite. »

La première qualif du Grand Prix « Je l’ai abordée confiant avec Baccara. Le parcours assez coulant n’était pas impressionnant. Je partais en 9. J’ai fait une faute sur le vertical dans l’entrée de la dernière ligne. Je me suis un peu précipité. Je n’avais pas la bonne distance. J’ai remis une foulée. Je termine 38ème mais je me console en me disant que sans faute j’avais le 5ème chrono. »

La deuxième qualif du Grand Prix « Oh la-la ! A la reconnaissance j’ai vu qu’on rentrait dans le vif du sujet. Une épreuve à barrage type Grand Prix. Un parcours plus technique que le GP du Grand national. J’étais un peu tendu. Je ne voulais pas mettre le cheval dans le rouge. Je fais 4 points sur l’oxer le long du pare-botte. Après le vertical, j’ai fait un mauvais virage. J’ai relancé. Le cheval s’est ouvert. Moi ! J’ai monté ordinaire. Baccara a prouvé qu’il avait la qualité pour le faire. Je termine 26ème. En sortant de piste alors qu’il ne restait que deux cavaliers, je savais que j’étais qualifié pour le Grand Prix. Mon objectif était atteint. »

22 EQUIN NORMAND n°120 2020

Remise des prix avec B. Lacroix et JC Heurtaux Tension palpable avant de rentrer en piste pour le Grand Prix


Le Grand Prix Avant le feu d’artifice final, Benjamin participait à une épreuve intermédiaire avec Vert de Gris. Qualifié pour le barrage, il essuie un refus qui le pénalise pour la remise des prix. L’image qui précède son entrée en piste montre sa concentration extrême avec le désir qui ne l’est pas moins de bien faire : « Je passais en 9. Je n’avais donc pas pu voir d’autres cavaliers en piste. J’avais reconnu avec précision. Bien compté mes distances et discuté avec personne. Bien sûr que j’avais un peu de pression. Mais après les qualifs, surtout la 2ème je savais que Baccara qui n’a que 9 ans était capable de bien faire. A moi donc de me poser, de faire ce que je sais faire avec lui et de toute façon éviter la catastrophe. »

Il poursuit : « Je fais deux fautes qu’aujourd’hui je ne referais sans doute pas. Sur l’oxer N°2 je suis arrivé sans assez de galop pour ne pas prendre trop de trajectoire et aborder le vertical 3 qui arrivait avec une distance courte. A le refaire je sais que Baccara saute bien les verticaux j’y serais allé plus franchement. Pour la 2ème faute, c’est un peu pareil. Entre la palanque et l’oxer j’avais compté 5 foulées courtes. Je me suis écarté sur la droite, j’ai donc rallongé et fais faute sur le 2ème plan de l’oxer. Les cavaliers qui sont passés au début se sont fait prendre. Bref ! Deux fautes évitables, des fautes de concours, de sportif quoi. » Le bilan ? : « Largement positif. Avec Baccara, j’ai encore une belle marge de progression. Vert est présent sur les 145, voire 150 et avec Eskimo et Doris Platière j’ai un piquet intéressant pour les saisons à venir. » EQUIN NORMAND n°120 2020

23


GRAND PRIX DE LA REGION NORMANDIE CSI2*

Geffroy de Coligny le survole avec Raimondo

H

uit barragistes ! Une fois de plus et comme depuis le début du concours le duo Lepetit- Lhopital dominait parfaitement son sujet. Mathis Burnouf entamait les débats avec un score assez lourd de 12 points. Le métier rentre pour ce jeune manchois prometteur. La maîtrise se fit sentir immédiatement avec le démonstratif Geoffroy de Coligny associé au bouillant Raimondo du Plessis. Depuis longtemps habitué des flots gagnants, le Normand en quittant la piste laissa un sacré défi à Patrice Delaveau et Fleurbelle N, une jument hollandaise de 10 ans fille d'Heartbreaker. Il manqua 52 centièmes au Vice-Champion du Monde de Caen pour faire jeu égal et 1 de moins pour s'imposer face à son compatriote. On imagina un moment que Denis Morel vainqueur du Petit Grand Prix le semaine précédente et bondissant au premier tour allait mettre tout le monde d'accord avec son dynamique Ciel de Sirius. Hélas le fils de L'Arc de Triomphe en décida autrement en concédant 4 points comme Olivier Martin remarqué avec Aryane de l'Iserand (Diamant de Semilly) chère à Jean Moretto.

24 EQUIN NORMAND n°120 2020

Raimondo du Plessis Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n'est pas né chez André Chenu. Il a vu le jour chez Marine Volkaert à Saint Germain la Campagne dans l'Eure. Il est issu de Calin du Plessis (Quidam de Revel) un étalon maison, longtemps monté par Christian Hermon et Bacci du Plessis (Mister Sartilly) aussi née au Manoir du Plessis. Du circuit court ! Actuellement, Geoffroy de Coligny monte Calin du Plessis, son homonyme, 22 ans plus jeune, un hongre de 8 ans donc fils de Magic d'Elle.


du Plessis

Classement 1- Geoffroy de Coligny (FRA) Raimondo du Plessis 0 et 34.04 2- PatriceDelaveau (FRA)/Fleurbelle N 0 et 34.56 3- LaurentThirion (BEL)/Berline du Maillet Z 0 et 36.07 4- Emilie Stampfli (SUI)/Vincent X 0 et 40.60 5- Denis Morel (FRA)/ Ciel de Sirius 4 et 37.43

EQUIN NORMAND n°120 2020

25


Les Ventes 2020 Un nouveau directeur, une équipe davantage orientée vers le digital, toujours Alain Hinard dans le ring pour faire sauter les chevaux, l’édition 2020 des ventes NASH, qui fêtait ses 25 ans, s’est inscrite dans la tradition. Malgré le contexte quelque peu anxiogène, une situation où la satisfaction confine à l’optimisme pour le commerce, déjà bien orienté, du cheval de sport en Normandie.

La session du jeudi soir ne restera pas dans les annales. A voir la tête des actionnaires le lendemain matin, on imaginait le pire. Effectivement, ils avouèrent avoir vécu une soirée « horribilis ». Traumatisme qu’Alain Hinard se chargea naturellement et avec raison de relativiser. En effet, avec Hopla de Saint Simeon (Nervoso) dès le N° 106 on atteignit la somme rondelette de 22.000€, la même que pour le 122 Hold Up du Lirot (Malito de Rêve) exporté en Suisse. Le prix moyen de la soirée se révéla être de 13608€. Intéressant et à suivre, le N°101 Habit Rouge d’Ox (Canturo) rejoindra les écuries du Champion olympique de concours complet Astier Nicolas. Le lendemain on frôla l’euphorie tant les enchères s’envolèrent. Le N°1 mondial Steve Guerdat aidant sans aucun doute de par sa notoriété à faire valoir ses acquisitions tout autant que le firent d’autres cavaliers du CSI4*. Ainsi, Hindy Mouche, (Carpe Diem J&F Champlanc) fit sauter la banque pour 47.000€ : le top price de l’édition 2020. Suivirent Horzain de Blondel (Candy de Nantuel) et Hindi de Lasca (Dumbo des Biches) 42.000€ chacun avant Hello de Vesquerie (Carpe Diem JF Champblanc) à 38.000€. Le bilan exceptionnel de la soirée s’établissait à u n chiffre d’affaires de 552.000€, dont 400.000€ reviennent aux éleveurs du département de la Manche, pour un prix moyen de 21250€. 93% des chevaux avaient changé de main. Pour la troisième session de ce millésime qui se tint après le Grand Prix, l’on nota une nouvelle belle vente pour l’élevage de Vesquerie avec Hiroise de Vesquerie, cédée pour 27.000€. Le chiffre d’affaires atteignit 243.000€ avec 83% des chevaux vendus pour un prix moyen de 12947€. Le bilan général est dans ces conditions largement positif avec un chiffre d’affaires de plus d’1 million d’euros pour un prix moyen de 16308€ et 81% des chevaux vendus en précisant qu’en 2020 comparé à 2019, on comptait 15 chevaux de moins au catalogue.

La Foire aux Foals

Initiée par l’Association des éleveurs, la foire aux foals rassemblait une cinquantaine de sujets. A l’instar des chevaux d’âge, le commerce s’est avéré très actif. Une vingtaine de poulains changea de main. Un cru qui restera en mémoire.

26 EQUIN NORMAND n°120 2020


CHACCO BELLA

C

’est au paddock de détente que la belle jument baie a fini ses jours à la suite d’un accident rare autant qu’imprévisible. Le cavalier suisse Elian Baumann était venu à Saint-Lô avec une délégation emmenée par le N°1 mondial Steve Guerdat. La jument avait participé à l’épreuve d’ouverture dont elle se classait 14ème. Enregistrée au studbook Oldenburg, c’était une fille de Chacco- Blue et d’une mère par Balou du Rouet. Une génétique d’exception née chez le très connu Paul Schockemöhle. Agée de 13 ans, elle avait eu un produit Chaccamila (Contendros 2) référencé international avec le Tchèque Filip Dolezal. Elian Bauman, âgé de 32 ans, ancien cavalier de Pius Schwizer est installé avec sa compagne Natalie Donski à Gipf Oberfrik en Argovie, un canton du nord- ouest de la Suisse. C’est Natalie Donski qui avait débuté avec Chacco Bella en 2019. EQUIN NORMAND n°120 2020

27


A Montrabot- Aux confins de la Manche et du Calvados

WILLO HORSE

A découvrir : l’Equitation western et une Ecurie Active

Ironie de l’histoire, c’est dans ce village de la Manche qu’Hephrem Houël initiateur des courses au trot pendant la seconde moitié du 19ème siècle y a vu le jour. Aujourd’hui, au 21ème, dans le même esprit novateur, c’est dans le cadre de la découverte d’une Ecurie Active que nous avons été reçus par Willo.

E

n quittant la route 213 pour le petit chemin de pierre qui mène droit à la Crevonnière, on sait pour en avoir entendu parler que notre imagination va pouvoir s’égarer très vite dans les paysages du Wyoming et du Montana. D’une maison dont seul le toit apparait tant elle est blottie dans un creux au bout du chemin, Willo, sortie l’allure assurée, nous conduit en remontant le sentier pentu vers l’objet de sa passion après celle de l’équitation western. La dame vit western c’est bien vrai mais elle vit aussi avec un sens de la pédagogie affiné « L’Ecurie active ». Une citoyenne du monde Néerlandaise, née en Allemagne voilà une trentaine d’années, Willo, de son nom officiel Willemijn Quanjer, ne parle pas sa langue maternelle. Elle a étudié le Français dans nos lycées à l’étranger

28 EQUIN NORMAND n°120 2020

Attirée par l’équitation, elle suit une formation en sport- études à Conches dans l’Eure et termine des études supérieures orientées vers la forêt : « Je suis partie ensuite au Québec où j’ai passé 3 ans dans une écurie de reining. J’ai été engagée par Lise Roy une sommité dans le domaine équestre. Ancienne championne du monde de la spécialité, elle était réputée ne jamais engager de stagiaire. Je n’ai jamais appris autant qu’avec elle. J’y ai aussi acquis les brevets canadiens en équitation western. » Rentrée en Europe, nous sommes en 2010, Willo ne trouve hélas pas où travailler dans sa discipline de prédilection.


Après avoir passé avec succès le concours de la fonction publique, la jeune femme travaille de 2011 à 2016 à la DRAAF De BasseNormandie à Caen : « Je travaillais dans le domaine de la filière équine. J’étais malgré tout dans un domaine qui me convenait. Mon mari agriculteur à Cormolain avait arrêté la production laitière en 2013. Il réorientait son activité. Moi, j’avais assisté à une présentation d’Ecurie active dans les Landes. Je nourrissais petit à petit mon projet. Je devais me l’approprier avant de me lancer. C’est un projet long à mûrir » nous confie-t-elle avec une humilité qui confine à la sagesse.

L’Ecurie active : Un projet long à mûrir C’est avant tout une affaire de professionnel. Forte de ses acquis et dans un environnement où, avec son mari, elle conduit une exploitation de 140 hectares dont 100 sont consacrés aux grandes cultures et le reste en pâtures dédiées à l’élevage de vaches allaitantes de race limousine, Willo se lance au début de l’année 2016 dans ce projet de construction d’une Ecurie active qui combine à la fois la pension, la retraite mais aussi l’enseignement tout cela dans un but essentiel, le bien être du cheval. Une certification « Bio » devrait bientôt couronner cette entreprise. Titulaire d’un BPJEPS Western Willo se dote d’une cavalerie adhoc constituée de chevaux de race Quarter Horse « J’enseigne également le poney aux petits. Je profite d’accords avec le centre de loisir de Saint Jean des Baisants en particulier. » Elle poursuit : « Pour l’équitation western qui je le rappelle est un style d’équitation répartit entre le reining, le cutting, le trail etc... ma clientèle adulte est assez large et se déplace depuis Caen, Vire, Coutances. Certains pratiquent l’équitation classique et ont trouvé là le moyen de résoudre des problèmes et de débloquer leurs chevaux. » Pour la pratique de son enseignement, Willo dispose d’une carrière en sable et d’un rond de longe. Une sellerie qui sent bon l’Ouest américain contigüe à un mini club house, cela associé à la zénitude de l’écurie active sans compter un environnement où le calme règne en maître, contribue à faire de Willo Horse un endroit ô combien dans la tendance de ce que doit être aujourd’hui le lien entre l’homme et le cheval.

L’Ecurie Active Un concept qui se développe depuis le début des années 2000 Le cheval est grégaire. L’isolement au box qui lui est imposé depuis des décennies, le prive de son équilibre social. Il engendre par ailleurs pour le propriétaire des contraintes importantes pour son alimentation et son entretien. L’écurie active y pallie. Pour découvrir cette écurie active nous étions accompagnés d’Erick Bossard directeur d’Equicer France qui en association avec la Société Ecovegetal et Horse Development a créé, fin 2019, BE2A, un bureau d’études spécialisé dans les écuries actives. Alors que Willo nous précise avoir été en 2016, la 4ème écurie active en France, Erick Bossard ajoute que désormais il étudie entre 70 et 80 projets par an. Chez Willo Horse, l’espace dédié à l’écurie active couvre environ 4000 m2 auquel s’ajoute l’espace repos, l’ancienne stabulation à bovins où est par ailleurs installé le box d’acclimatation pour les nouveaux arrivants et la prairie d’environ 5 hectares. Elle accueille une vingtaine de chevaux pour une structure prévue pour 30. Le coût de cette installation a été d’environ 100.000Euros. Sur une base comptable le directeur d’Equicer indique qu’il faut compter environ 12.000 € HT par cheval. L’amortissement étant prévu sur 7 à 8 ans. Cet article n’ayant pas pour ambition d’être un document technique approfondi mais plutôt un document de découverte, les deux pages suivantes donnent par l’image l’ambiance de l’écurie active. WILLO HORSE La Crevonnière MONTRABOT Tel 0679 49 79 77 - Email : contact @willohorse.fr WWW.WILLOHORSE.FR EQUIN NORMAND n°120 2020

29


4

L’Ecurie ACTIVE – Willo5

6 Le distributeur automatique de concentrés (DAC) SCHAUER (5 et 6) est le cœur de l’écurie active. Lorsqu’un cheval est entré dans l’automate, les portes se referment. Le système d’identification le reconnait et distribue une ration déterminée. Le DAC Schauer peut recevoir jusqu’à 6 aliments concentrés et distribue également des minéraux en farine ou liquide. Lorsque le cheval a terminé sa ration, il est invité à sortir par un signal sonore. Le système de porte de sortie sélective permet aux chevaux d’êtres triés dans plusieurs espaces de l’écurie (porte 2 voies ou 3 voies).

30 EQUIN NORMAND n°120 2020

Le distributeur automatique de fourrage individuel SCHAUER. Certains chevaux ou poneys peuvent avoir des besoins très spécifiques. Comme le montre la photo 7, le cheval entre dans le distributeur par le biais d’une porte à deux vantaux sans possibilité de sortie avec une longueur suffisante pour ne pas être gêné. Selon une durée programmée par l’ordinateur central le râtelier s’ouvre et se ferme à volonté. La zone de repos est couverte de chanvre défibré qui outre d’être produit à la ferme est 12 fois plus absorbant que la paille. Avec l’ensemencement de bactéries, il se composte et ne nécessite pas d’être remplacé très souvent. Schauer est une entreprise familiale autrichienne basée en Haute Autriche sur les bords du Danube près de Wels. Elle est le fournisseur exclusif d’Ecovégetal dont le siège est à Broue en Eure et Loire.


1 Photo 1 à 3 : Dans la partie basse de la structure, une large zone est dédiée à l’implantation des distributeurs à fourrage collectifs. Les râteliers s’ouvrent et se ferment selon un programme établi à partir de l’ordinateur central. Le sol, dans les meilleures conditions est constitué de dalles de stabilisation ECOVEGETAL. Chez Willo, il s’agit de gazon synthétique posé sur un fond drainant de cailloux. Photo 4 : Au fond, en surplomb, à gauche, se situe un distributeur de fourrage collectif en libre-service mais accessible sur programmation à volonté pour certains, pendant certaines plages pour d’autres. Par ailleurs, les chevaux ont accès au pré chaque jour à 19 heures pour un retour à 7h30 le matin.

2

3

7

8

EQUIN NORMAND n°120 2020

31


34 EQUIN NORMAND n°120 2020


FLIPPER D’ELLE AIX LA CHAPELLE

20 Mai 2006 Il survole le Prix d’Europe sous des trombes d’eau Avant lui, pour la France, seul PJ d'Oriola associé à Pomone l'avait remporté. C'était en 1967 !

Cette année-là, le CHIO avait été avancé en mai en prévision des Jeux Equestres Mondiaux programmés là en août. Les 3 victoires du couple dans le CSI3* de Saint-Lô demeurent comme d’autres grands succès des performances qui ont forgé leur légende. Le Prix d’Europe d’Aix la Chapelle constitue à mes yeux la plus belle. D’une part gagner en individuel à Aix n’est pas donné à tout le monde, d’autre part les conditions météo extrêmes dans lesquelles elle fut acquise la sublime. Laurent Goffinet était sélectionné dans l’équipe de France en compagnie d’Eric Levallois/Diamant de Semilly, Hervé Godignon/ Obélix et Michel Robert/Galet d’Auzay. Dans la Coupe des Nations de la Super League, disputée le vendredi, les Français terminaient 6ème sur 8 équipes. Flipper avait été victime de 8 points en 1ère manche et de 4 dans la seconde. Seul Michel Robert avait réussi un parcours sans faute mais il avait totalisé 14 points en seconde manche. Sans entrer dans le détail, Laurent n’était pas parvenu à qualifier son Flipper pour le Grand Prix. Il n’allait pas quitter la Soers sans que la Marseillaise ne résonnât entre les murs de la cité carolingienne. Le Prix d’Europe, épreuve majeure s’il en est du rendezvous aixois, avait lieu le samedi. La 1ère manche débuta à 11h30 sous le soleil. Ils étaient 55. Jean-Marc Nicolas essuie les plâtres C’est en effet celui qui illustre le mieux le « Français » en Allemagne qui partit en ouvreur avec Modesto. Avant Laurent Goffinet qui s’élança en 21, un Suédois et trois Allemands s’étaient qualifiés pour le barrage : Eriksson/Lanz, Weishaupt et Canturo, Wulschner et Cool-Man, Eva Bitter et Stakkato. Ahlmann/Lorenzo, Ehning/Gitania, G. Schröder/Acaplco et Bengtsson/Chianti la Silla les rejoignirent. Le P’tit cheval dans le mauvais temps Souvent dans cette région des 3 frontières, l’orage monte comme la marée au Mont Saint Michel. C’est sous un ciel de novembre et la pluie que débuta le barrage. Schröder n’y prit pas part. Le premier Suédois sortit avec 16 points, Weishaupt avec 8, Wulschner fut sans faute comme Bitter. Alors que la pluie redoublait d’intensité Flipper entra. A la réception de l’oxer naturel (photo) l’eau inondait la piste. En 50.47, les Normands prirent la main. Ehning et Ahlmann furent plus rapides mais fautifs. Dernier à partir Rolf Goran Bengtsson ne manqua pas d’entrain avec le fils de Caretino. Peine perdue ! Il manqua 14 centièmes. La Marseillaise retentit. Sous un pâle soleil, mais pour nous brillant comme celui d’Austerlitz, Laurent trempa ses lèvres dans une bonne bière Warsteiner, partenaire de l’épreuve, avant un tour d’honneur.


Harmony Thienette Une passion sans fausse note

H

armony Thiennette est devenue une actrice appréciée et reconnue de la filière du cheval de sport manchoise. On sait moins que le trotteur, à part égale, lui a aussi donné des lettres de noblesse. Il fallait qu’elle en parle. Enfant, sa maman, aujourd’hui disparue, lui avait proposé deux options : le moto-cross ou le cheval. Le cheval l’a emporté dès le contact avec un poney. La jeune native de Barneville fait ses premières armes au club bien connu de la famille Lypka. Puis à Saint Maurice en Cotentin où son homonyme et cousin éloigné Claude Thiennette conduit des écuries de valorisation de chevaux de sport : « Il n’avait pas de centre équestre, j’y allais comme ça pour me faire plaisir » confie Harmony qui continue à monter chez Claude lorsqu’il acquiert les Buzards à Saint-Germain sur Ay.

36 EQUIN NORMAND n°120 2020

Et les études dans tout ça : « J’ai obtenu le brevet des collèges et après deux années de seconde j’ai tout arrêté » avoue-t-elle sans le moindre regret. Jeune fille au pair Sa décision est prise. Ce sera le cheval : « J’ai été engagée comme fille au pair chez Fabrice Paris à Couvains. Je m’occupais des enfants, des vaches et je montais les jeunes chevaux, ceux de Fabrice et les miens. J’y suis restée 3 ans ». Elle intègre ensuite les écuries de Philippe Epaillard où elle travaille avec Julien « Deux ans plus tard, j’y suis restée une saison mais en me mettant à mon compte » précise-t- elle. Nous sommes dans le courant de 2004.


2005 : Une nouvelle étape C’est au « Manoir », enfin juste à côté, qu’Harmony plante son drapeau au début de l’année 2005 : « Nous avons acheté ce terrain qui était en friche. Avec ma maman, nous avons tout construit très rapidement. Avant qu’elle ne décède en 2012, c’est elle qui gérait une bonne partie de l’entreprise. Je m’occupais de la formation des jeunes chevaux et de l’élevage ». Aujourd’hui, Harmony monte encore un peu ses chevaux où ceux qu’on lui a confiés tels Tibet Tame et Coucou d’Eole. Sur une surface d’environ 25 hectares dont une partie en location, elle fait produire 8 chevaux : 5 Selle Français de sport et 4 trotteuses. Parmi les chevaux de sport personne n’a oublié Querelle d’Anges ou encore la Mioche de Moyon. Dans le domaine du trot, Harmony dispose de Pony Girl, Ugamine des Douits « Pour les trotteurs, je travaille avec Jean-Michel Lorin (NDLR : JM Lorin qui fut longtemps l’un des meilleurs préparateurs d’étalons de sport de 3 ans est aujourd’hui installé avec son fils Yann driver dans l’Orne) qui s’occupe de les préparer, les faire courir éventuellement et lesvendre ». Laréussite de ses produits est convaincante : Boris des Douits (Flambeau des Pins) (200.000€) lauréat à Vincennes et Enghein sous la selle d’Adrien Lamy triple vainqueur du Prix de Normandie (Gr1) à Vincennes et du Saint Léger des Trotteurs (Gr1) en 2020 à Caen, Chance des Douits, une fille de Pony Girl affiche presque 200.000 € de gains, Farelle des Douits, fille d’Ugamine, près de 70.000. Harmony poursuit : « Pour les chevaux de sport, je les vends essentiellement par le biais des ventes NASH pour qui je travaille par ailleurs ». Dans ce domaine, Harmony ne cache pas sa satisfaction d’avoir commercialisé à NASH à l’âge de 2 ans Talent des Moitiers : « Je l’avais acheté poulain. J’avais monté la mère en championnat cadet et junior ». Talent des Moitiers, monté par Cédric Angot effectue une carrière internationale. Harmony a également fait naître P’tit bout des Douits (Elan de la Cour) Champion de France amateur avec Alice Muzard. Footloze des Douits (Quadrio Tame), Ugo des Douits (Pezetas du Rouet). Guybz des Douits (Urano de Cartigny) sont passés sous le marteau de Nash comme Hachdezo des Douits (Cicave du Talus) en 2020.

Querelle d’Anges qui remporta le Championnat Interrégional des chevaux de 6 ans avec Benjamin Devulder, suitée de Kaina des Douits une femelle par Eskimo Platière. • C’est Harmony, passionnée de photos qui a fourni ce cliché de Querelles d’Anges et Kaina Un marcheur complète des installations fonctionnelles

Aujourd’hui Harmony, outre son écurie de propriétaires, conduit seule un effectif d’environ 40 chevaux. EQUIN NORMAND n°120 2020

37


Le conseil départemental de la Manche soutient les structures équestres Harmony Thiennette et La SCEA des Douits à Barneville

C’est sur un terrain nu, qu’en 2005, Harmony a construit sa structure professionnelle. Elle se compose d’un bâtiment qui contient 15 boxes, un bureau et une sellerie. Un hangar à proximité abrite 6 stabulations, conçues pour héberger les poulains et les yearlings. Un rond d’Avrincourt, installation indispensable pour entraîner les jeunes chevaux de sport au saut en liberté, est venue consolider son outil, en même temps qu’un marcheur. Une carrière en sable, longue de 40 mètres et large de 25, est utilisée pour travailler les jeunes chevaux sous la selle. La subvention attribuée par le conseil départemental est prévue pour le remplacement des lices en bois qui entourent la carrière et certains paddocks.

38 EQUIN NORMAND n°120 2020

Avec le plan Manche Cheval 2019-2021, le conseil départemental s’est doté d’un outil pour accompagner le développement de la filière équine. Dans ce cadre, le Département a mis en place une politique d’aide en faveur des petits investissements des exploitations de la filière équine. Le taux de la subvention est de 40%. Il peut être porté à 60% dans certains cas (jeunes agriculteurs, installés depuis moins de 3 ans et investissements collectifs). Un plafond au montant de la subvention versée est appliqué : 3 000€ pour les projets soutenus au taux de 40% et 5 000€ pour les projets soutenus à 60%.


EQUIN NORMAND n°120 2020

39


MONDIAL DU LION

40 EQUIN NORMAND n°120 2020


DGIN DU PESTEL né dans la Manche

Vice- Champion du Monde des 7 ans

A

lors que dans le concours des Espoirs du Complet de 3 ans, deux chevaux nés dans la Manche intégraient le Top 5, Dgin du Pestel né à Rémilly les Marais monté par Sébastien Schauly décrochait la médaille d’argent mondiale dans la génération des 7 ans. Une belle constance pour l’élevage manchois qui avec l’olympique Piaf de B’néville et bien d’autres, sait briller ailleurs que dans le saut d’obstacles, discipline qu’il domine.

EQUIN NORMAND n°120 2020

41


Le Haras du Pestel Voilà une quinzaine d’années, après avoir passé 30 ans de leur vie professionnelle à Aix en Provence, Chantal et Daniel Puertolas acquièrent le Haras du Pestel sur la commune de Rémilly les Marais, à quelques lieues de la Granderie chère aux Angot, aujourd’hui le Haras d’Austral. Sur une propriété de 40 hectares, ils investissent tout ce qui est nécessaire pour développer un élevage et une écurie de concours de haut niveau. Simon Duquesne en sera le cavalier de pointe. Très vite, en 2010, ils obtiennent un retour sur investissement avec une plaque Elite à Fontainebleau pour le hongre Saphir du Pestel (Centus) et à Lyon, un titre de Championne de France des femelles de 3 ans pour Tzarine du Pestel (Diamant de Semilly).

Saphir sera valorisé sur les barres par Simon Duquesne puis Florian Angot. Quant à Tzarine débuté par Simon puis confiée à Franck Hérivaux, elle est aujourd’hui, à 13 ans, sous la selle d’une jeune cavalière du Cotentin. Jusqu’en 2017, la vie semblait devoir se dérouler sans soucis au Pestel. C’était sans compter sur le décès brutal de Chantal au milieu du mois d’août. Et quand le sort s’acharne, il ne démord pas. C’est fin novembre 2019 que Daniel, malade, disparait à son tour. Depuis, les chevaux ont été, avec le concours de Laurent Vignaud, cédés à l’infortuné Eric Giraud lui aussi victime récemment d’un terrible accident. Quant au domaine du Pestel , il a été récemment vendu.

DGIN DU PESTEL Fils de Nartago et Inascott du Lozon par Verdi né chez Chantal Puertolas à Rémilly les Marais (50) Inascott, sa mère, avait vu le jour chez Laurent Vignaud (Elevage du Lozon) de Tamise de la Cavée (Pot d’Or) née chez Albert Launay à La Lande d’Airou, une souche que l’ancien directeur du Haras de Saint-Lô avoue ne pas avoir perpétuée. Avant d’être vendue aux Puertolas, Inascott avait eu 6 produits dont Utawa du Lozon (Balou du Rouet) encore active sous la selle de Lucas Mourier. Au Pestel, Inascott a eu 3 produits, Dgin est le dernier. Acquis à 3 ans par le Ministère de la Défense, Dgin est confié à l’Adjudant Sébastien Schauly. Vice- Champion des 4 ans à Pompadour, il ne figure pas dans les palmarès des générations de 5 et 6 ans. Vainqueur du Top 7 du CCI 3* du Haras du Pin en août, Dgin est Vice-champion des 7 ans un mois plus tard sur ce même « théâtre d’opérations ». Au Lion d’Angers, 5ème après le dressage, le couple Dgin/Schauly remonte à la 3ème à l’issue du cross pour finalement conclure à la 2ème à la faveur d’un jumping et sans faute alors que Diabolo Menthe monté par Nicolas Touzaint qui le précédait est victime de 4 points. Propriété du Ministère de la Défense, il n’est pas usurpé ni inconvenant de dire que Dgin du Pestel nous appartient à nous tous Français et un peu plus aux Normands.

42 EQUIN NORMAND n°120 2020


EQUIN NORMAND n°120 2020

43


44 EQUIN NORMAND n°120 2020


BAZIRE

prénom

Marie 

Elle est de la famille Qu’ils soient de la Manche, près de Villedieu les Poêles, et leurs affixes attachées au cheval de sport, de la Sarthe avec leur Empereur JMB, où d’ailleurs, ils ont tous un lien de parenté. Tout autant d’ailleurs qu’un lien fusionnel avec le cheval. Marie en est. Fille de Sébastien, cousin de Jean-Michel, elle est la petite fille de Christian Bazire l’un des chefs de file du trot dans le département de la Sarthe. Aujourd’hui au service de Stéphane Meunier, nous l’avons rencontrée en pleine action sur l’hippodrome de Graignes.

EQUIN NORMAND n°120 2020

45


U

ne énergie débordante

Ce jour-là, elle montait Fée de Cristal, une jument de 5 ans qui débutait sous les couleurs de son patron Stéphane Meunier. C’est en l’observant affairée, c’est le mot à déferrer, la fille de Memphis du Rib, qui ayant voyagé chaussée, était annoncée courir pieds nus. Interrogée, la jeune femme jockey ne cachait pas réserve quant aux performances attendues de la jument. Effectivement, elle se classera 8ème. Marie, aujourd’hui âgée de 21 ans, a débuté au trot à poney. En 2015, sur l’hippodrome de Vincennes, elle devient Championne de France de la discipline avec Born Fighter devant sa cousine Pauline, fille de JeanMichel. Ancienne élève de l’école AFASEC de Graignes, Marie, effectue son apprentissage chez Yves Dreux avant d’intégrer, après une étape familiale, les écuries de Laurent- Caude Abrivard. Marie débute en adultes le 24 avril 2016 à Méral. Elle décroche sa première victoire le 5 juin de la même année à Saint-Brieuc pour le compte de son grand- père Christian. Dans le Prix Bolde Eagle, elle drivait A belle Lady. Depuis, la roue a tourné. Pour terminer l’année 2020, la jeune femme ô combien dynamique lorgne vers les 30 victoires.

46 EQUIN NORMAND n°120 2020


EQUIN NORMAND n°120 2020

47


48 EQUIN NORMAND n°120 2020


Au Golf Centre Manche

Porsche se met au vert 

EQUIN NORMAND n°120 2020

49


Le Porsche TAYCAN Une Porsche c’est l’émotion à l’état brut et le plaisir de conduite maximal. Le TAYCAN n’y déroge pas. De 0 à 100 km/heure en 2.8s avec un moteur d’une puissance de 761 ch sans émission de CO2. La clé pour la conception d’un moteur exceptionnel, réside dans l’interaction parfaite des composants d’entraînements. Un moteur synchrone à excitation permanente est installé à deux reprises sur le Taycan 4S, le Taycan Turbo et le Taycan Turbo S, un sur chaque essieu, la batterie Performance basée sur une technologie 800 volts est, elle, intégrée dans le dessous de caisse. Une boîte de vitesses automatique à 2 rapports dernière génération, sur l’essieu arrière, offre nettement plus de dynamisme. Le Porsche Recuperation Management (PRM) a un fonctionnement innovant et peut régénérer jusqu’à 90 % de l’énergie de freinage. Ainsi, lors d’un freinage, la récupération est activée en premier. Le frein mécanique intervient uniquement en cas de freinage plus important. Toutes ces innovations techniques sont sublimées par un design où les Air Curtains (prises d’air latérales), l’envient aux phares matriciels à LED 4 points sans oublier le Porsche Active Aerodynamics (PAA) sous la forme d’un aileron arrière à 3 niveaux et bien d’autres systèmes d’avant-garde qui donnent au Taycan sa personnalité d’exception.

La voiture électrique est moins chère à produire, moins chère à entretenir. Elle est recyclable à 90%

Le Sdem 50 Créé en 1993 par le regroupement des divers syndicats existants depuis les années 30, le Syndicat Départemental d’Energies de la Manche est un acteur public de l’énergie dans le département. Il regroupe près de 450 communes et est divisé en 12 secteurs d’énergies. Outre le contrôle et le développement du réseau électrique, le SDEM50 propose à ses adhérents d’exercer de nouvelles compétences : La maintenance et les travaux d’éclairage public, la distribution de gaz, le conseil en économie partagé, le groupement d’achat d’énergie, la production et distribution publique de chaleur, mais aussi pour ce qui concernait le partenariat ponctuel avec le Centre Porsche de Caen : L’implantation et la gestion des infrastructures de recharge de véhicules électriques (e- charge50). Actuellement, 131 bornes sont installées sur 78 communes et permettent ainsi de proposer une solution de recharge supplémentaire aux actuels et futurs utilisateurs de véhicules électriques. Ce projet est financé par le département de la Manche, la région Normandie, les communes et également l’État. Sur les routes autour de Saint Martin d’Aubigny, le véhicule a parcouru 1200 kilomètres, soit 3 fois son autonomie annoncée en WLTP (Norme d’homologation de consommation).

50 EQUIN NORMAND n°120 2020


EQUIN NORMAND n°120 2020

51


CHAMPIONNAT d’Allemagne de Saut d’Obstacles

Philipp WEISHAUPT et Asathir, une jument normande

V

oilà quelques semaines, le Bavarois participait avec le reste de l'élite mondiale au premier CSI4* de Saint-Lô. Dans le Grand Prix, il y montait en particulier Asathir, une jument noire de 13 ans. Cette jument débaptisée est née Tecla d'Auge au Haras de la Bosquetterie, chez Suzanna et Julien Epaillard, dans le Calvados. C'est une fille de Diamant de Semilly et Obsession d'Auge par Papillon Rouge, Trophée du Rozel et une jument pur-sang vendue à 3 ans dans un lot car, semblet-il, elle manquait un peu d'énergie. Pour l'histoire c'est après Dinard en 2013, qu'à Saint-Lô, eh oui, Asathir montée par le cavalier de Emirats Arabes Unis, Al Mari entama sa carrière internationale. Il s'agissait d'une épreuve à 120 dans le CSI 1 étoile. Passée sous la selle de Phlipp Weishaupt fin 2017, Asathir remportait le GP Coupe du Monde d'Helsinki 1 an plus tard avant de reprendre pendant quelques mois les couleurs de son propriétaire des Emirats. Weishaupt la reprenait définitivement à la Baule en mai 2019. Blessée à Calgary, la jument ne retrouvait les pistes qu'en juillet de cette année sur des hauteurs minimes. Avant de remporter ce week-end le titre national, Asathir terminait avec 5 points dans le GP de Saint-Lô.

52 EQUIN NORMAND n°120 2020

Le Championnat avait lieu à Riesenbeck, chez Ludger Beerbaum, l’employeur de Phlipp Weishaupt. En tête avant la finale, celui qui fut déjà champion en 2009, réalisait un sans-faute signe de victoire. Le jeune Maurice Tebbel prend la 2ème place avec Don Diarado et Mario Stevens la 3ème avec Landano. Il est à noter que l’élite teutonne avec Marcus Ehning, Christian Ahlmann, Daniel Deusser, Hansi Dreher et autres prenait part à la compétition. PHILIPP WEISHAUPT est né le 25 juillet 1985 à Augsbourg en Bavière.Son père Josef est éleveur à Jettingen- Scheppach, une petite ville distante de 30km. Pour l’histoire, c’est là qu’est né et qu’au château, résidait la famille du Comte Claus Schenk von Staufenberg qui fomenta l’attentat contre Hitler en 1944. Depuis l’automne 2019, Philipp est marié avec la cavalière nationale de dressage et bavaroise aussi Domenika Issing. Outre son titre national en 2009 avec Souvenir, on retient du palmarès de Philipp Weishaupt, son succès mémorable dans la Coupe du Monde de Bordeaux en 2011, au prix d’une option dans un goulet étroit avec le phénomène Catoki. Depuis, outre de nombreuses victoires de haut niveau on retient son succès dans le Grand Prix Rolex d’Aix la Chapelle en 2016 avec Convall. C'est là, à Riesenbeck, près de Münster, qu'auront lieu du 30 août au 4 septembre 2021, les Championnats d'Europe.


54 EQUIN NORMAND n°120 2020


SAINT-LÔ

TESTAGE DES ETALONS DE 3 ANS Selle Français

A

vant de boucler ce numéro de fin d’année, comment passer à côté de cette première journée de testage des étalons selle-français de 3 ans. Dès l'aube, en ce lundi 7 décembre, le branle-bas de combat a sonné dans l'enceinte du hall du Pôle Hippique. Ils sont une soixantaine : qualifiés en février, 25, le reste voilà quelques semaines lors d'un circuit dans les différentes régions. La journée s'articulait autour du saut en liberté, de l'examen au modèle et du saut monté. Pas de note. Il s'agissait d'une revue d'effectif avant d'entamer 10 jours d'expertise. Expertise qui se terminera les 16 et 17 décembre par un parcours monté et une cérémonie d'approbation. De cette troupe, quelques éléments ont confirmé leurs qualités. Ainsi Horzain de Blondel (Candy de Nantuel) vendu lors des ventes Nash pour la somme de 42.000€ s'est montré à son avantage au saut en liberté. Hemerald d'Emeraude (Emerald Van't Ruytershof) au sympathique Fabrice Georgelin, lauréat de la qualif de Lamballe et ancien Champion de France des foals n'a pas laissé les juges indifférents. Highland de Riverland (Candy de Nantuel) couple belge Paul Mais et Edith de Reys en Février a acquis pas le séduit par son modèle agréable. EQUIN NORMAND n°120 2020

55


SAINT-LÔ

Qualifications des Etalons de 2 ans Selle Français

Le Club des 5

Tous du « Normand » dans le sang

The Winner : IGELO DE RIVERLAND

L

a réorganisation de la sélection a amené la stud-book Selle Français à faire de la génération des chevaux mâles de 2 ans son cœur d’approbation à produire dans la race. Ainsi, pour l’ultime étape de la tournée nationale qui avait débuté en septembre à Saumur, pour se poursuivre à Rosières aux Salines, Strazeele, Lamballe, 122 chevaux de 2 ans avaient fait le déplacement dont 18 depuis l’élevage de Riverland en Charente. Parmi les postulants, l’on notait que parmi les géniteurs, Mylord Carthago était le plus représenté devant Untouchable. On ne manquait pas aussi de remarquer que ces 5 premiers ont tous peu ou prou du Normand dans le sang. Au résultat on note que Casall est le mieux représenté avec 3 produits, Untouchable, Vagabond de la Pomme, Balou Star 2 et que les étalons tels Cher Epoux, Catoki, Herald moins « tendance » y figurent et en bonne place. Pour le championnat qui se tiendra lors du Salon des étalons de Saint-Lô en février, ils seront 97 dont, au hasard 3 fils de Dream de Baussy Champion des étalons de 3 ans particulièrement apprécié en 2016 et qui déroule sagement sa carrière sportive avec Jérôme Navet.

56 EQUIN NORMAND n°120 2020

IGELO DE RIVERLAND Fils de Tangelo van de Zuuthoeve et d’une mère par Nabab de Rêve. Tangelo est un fils de Narcos II et d’une mère par Laudanum de souche normande aussi. Il fut monté en compétition par le Néerlandais Roelof Bril. Si l’extraction normande de Narcos II est patente, celle de Laudanum (PS) peut également l’être tant il avait ses quartiers dans notre région. La 3ème mère de Tabago Z, Orchidée (FuriosoZ par Furioso II (Furioso et Dame de Ranville (SF). India vd Padenbore, la mère d’Orchidée est née de l’étalon SF Fantastique lui-même issu d’Ibrahim. Sa mère Draisienne avait pour mère Romance (SF) par Laurier Thym (Ultimate et Amie d’Enfance par Nonante). A Saint-Lô, Igelo qui est pour moitié la propriété de l’Elevage de Riverland, pour l’autre du GFE a obtenu la moyenne de 17.06 répartie ainsi : Modèle 17 (la meilleure note), Allures en liberté 16, Saut en liberté 17.75


2-INDIANA JONES Contendro et Carlita par l’Arc de Triomphe Né chez Henriette Evain à Falaise, propriété du GFE Moyenne 16.89 Modèle 16.2, Allures en liberté 16.5, Saut en liberté 18 Baby Boom IV, la 2ème mère d’Indiana est la mère entre autres de Kraque Boom (Olisco), Champion d’Europe en 2009 avec Kevin Staut et de Lady en Blue (Mister Blue)internationale avec Doda de Miranda et Daniel Deusser 3-INDIANA DE RIVERLAND Untouchable et Secrète des Chayottes par Quaprice Boimargot Né à l’élevage de Riverland aux Essarts en Charente Moyenne 16.64 Modèle 16.9, Allures en liberté 16.75, Saut en liberté 16.25 Il est bon de préciser qu’Untouchable a pour père Hors la Loi II (Papillon Rouge) est né chez Patrice Bourreau au Haras de la Gisloterie et qu’il fut monté au haut niveau par Hugo Simon. Dans cette souche on trouve en particulier la divine Flèche Rouge internationale avec Leopold Van Asten 4-IRON MAN DE FAVRAY Cher Epoux et Arrow de Banuel par Orlando Né chez Laurène Blin Delamare à Deux Jumeaux dans le Calvados Moyenne 16.59 Modèle 15.8, Allures en liberté 15, Saut en liberté 18.5 (La meilleure note) Cher Epoux qui fut double champion des étalons de 2 et 3 ans est un fils du mythique pur sang Network. De par sa souche maternelle, Harponne, il est l’essence même de ce creuset qu’est le Corlaisien dans les Côtes d’Armor. 5-ILARIUS DU BARY Quabri de l’Isle et Cachemire Belmanière par Salto de l’Isle Né chez Franco Bissaco à Novara en Italie, Marina Storgato et Christian Gonsolin à Montgardon dans la Manche Moyenne 16.57 Modèle 16.5, Allures en liberté 16, Saut en liberté 17 Plus Normand et même Manchois tu meurs ! Quabri de l’Isle on ne présente plus et Belmanière c’est l’élevage Blandamour à Néhou avec Hyades Belmanière et Julien Epaillard, Ulane Belmaniere avec Simon Delestre et Ondine Belmanière avec Mélanie Cloarec


SAINT-LÔ

Championnat de Normandie

des Femelles et Hongres SF de 3 ans

C

haque année, Cheval Normandie réussit une prouesse dans l’organisation du Championnat régional des femelles et hongres de 3 ans. Le millésime 2020 n’y a pas dérogé en y ajoutant les contraintes santaires liées au Covid 19. Ils étaient 291 à se présenter aux ateliers du saut en liberté, du modèle et du saut monté. Les jurys composés de 3 juges pour chacun d’eux, se sont relayés par demi- journées. Sans entrer dans une analyse exhaustive autant fastidieuse qu’inutile, un focus sur les 30 premiers suffit. Ainsi, on compte 22 femelles pour 8 hongres. A propos des géniteurs, Vigo Cécé qui comptait 5 représentants sur l’ensemble des concurrents, en place deux parmi les 5 premiers, Candy de Nantuel en a 5 parmi ces 30 meilleurs, Lauterbach, Andiamo de Semilly et Cicave du Talus 2 chacun. En ce qui concerne les éleveurs, Emmanuel Vincent (la Cense et Noron) présentait 18 chevaux, 16 sont classés dont la lauréate et 4 autres dans le top 30. Les élevages de Christian Morel (Longane) et Jean-François Noël (Le Thot) avaient une douzaine de représentants. Jérôme Coulombier (Vesquerie) figure à 4 reprises dont 2 parmi les 10 premiers. Tout cela pour affirmer une fois de plus que l’élevage du cheval de sport, dans un marché pour le moment très bien orienté, est toujour aussi dynamique en Normandie. L’émergence des nouvelles générations d’éleveurs-cavaliers rassure quant à l’avenir. La crainte de la mainmise et de la réussite tant annoncée de néoéleveurs « industriels » fortunés s’éloigne. Elever demeure un métier ! EQUIN NORMAND n°120 2020

59


HAVANA DE L’ABBAYE

HIMALAYA DU TREFLE 60 EQUIN NORMAND n°120 2020

HISTOIRE D’EOLE

HARRY DU BARY


LE PALMARES 1 - HAVANA DE L’ABBAYE

Femelle – Adzaro de l’Abbaye – Veloukia de l’Abbaye (Mylord Carthago) Née au Gaec Leconte – Cerisy La Forêt (50) - Propriété d’Emmanuel Vincent SCEA du Noron Saint-Clair sur l’Elle 50 Notes : Moyenne 17.64 – Allures au monté 17.75 – Modèle 17.4 – Saut en Liberté 17.5 – Saut Monté 17.75

2- HARMONY DE BRION

Femelle – Emeral Van’t Ruytershof – Vanille de Brion (Opium de Talma) Née chez Charles Gauquelin, EARL de Brion à Dragey-Ronthon (50) à qui elle appartient Notes : Moyenne 17.54 Allures au Monté 16.5 – Modèle 17.6 – Saut en Liberté 18.5 – Saut au Monté 15.5

3- HOUSTON DU THOT

Hongre – Vigo Cécé – Luronne du Thot (Fidélio du Thot) Né chez Jean-François Noël, EARL Elevage du Thot à Réville (50) à qui il appartient Notes : 17.13, Allures au Monté 15.75 – Modèle 18.4, Saut en Liberté 16.75 – Saut au Monté 16

4- HYPOTHESE MANCIAISE

Femelle – Vigo Cécé – Amandine Ardente (Orlando) Née chez Denis Hubert à Saint-Lô à qui elle appartient Notes : Moyenne 16.95 - Allures au Monté 15.5 - Modèle 18.2 – Saut en Liberté 16.5 – Saut au Monté 16.25

5- HOUNA DE VESQUERIE

Femelle – Lauterbach – Qualma de Vesquerie (Papillon Rouge) Née chez Jérôme Coulombier, GAEC de Vesquerie à Sartilly (50) Notes : Moyenne 16.79 – Allures au Monté 17.5 – Modèle 17.1 – Saut en Liberté 15.75 – Saut Monté 17.25

EQUIN NORMAND n°120 2020

61


GRAIGNES

LA FARANDOLE DES DEUX ANS « Allaire » Souvent qualifiés avec brio les trotteurs de 2 ans entraînés par Philippe Allaire sont attendus sur les pistes. Lors des réunions de novembre, l’hippodrome de Graignes a été le théâtre de démonstrations de la part de 3 sujets dont on peut imaginer et surtout souhaiter qu’ils évoluent vers les sommets.

ITALIANO VERO

L

e 9 novembre on commençait avec le Prix Roger Massue qui sur la piste manchoise est une référence pour les débutants. ITALIANO VERANO, drivé par David Thomain en était à sa 4ème tentative. Qualifié à Caen avec le meilleur temps de sa génération, il était deux fois distancé à Reims et Laval. Victorieux à Enghein en battant le record de la piste pour les chevaux de son âge, il s’impose facilement à Graignes. Depuis il remporte la course de sa première participation à Vincennes. Fils de Ready Cash et Baraka d’Henlou (Diamant Gédé), il est né chez G. Carnesecca à Bayeux et P. Allaire à Victot Ponfol.

62 EQUIN NORMAND n°120 2020

Le 11 novembre, c’était au tour d’un autre mâle de fouler la piste du Vieux Château. Il s’agissait là de l’inédit IZOARD VEDAQUAIS, drivé par Yoann Lebourgeois. Né dans la famille Guay à Vas dans la Sarthe, c’est un fils de Bird Parker et Dokha Védaquaise (Prodigious). Lauréate de 4 courses, Dokha avait en particulier remporté le Prix Holly du Locton (GrII). Le 15 novembre, dans le cadre d’une course au trot monté, ICI C’EST PARIS, un mâle, inédit également, monté par Christopher Corbineau s’imposait. Il s’agit d’un pur produit Allaire, fils de Dollar Macker (Saxo de Vandel) vainqueur du Prix des Centaures et des Elites (GrI) et de Blue Valentine (Ready Cash). (Photo Freddy Grippeau)


IZOARD VEDAQUAIS

ICI C’EST PARIS EQUIN NORMAND n°120 2020

63


Sébastien ERNAULT -


- L’Homme de Graignes


66 EQUIN NORMAND n°120 2020


L

UMIERE

EQUIN NORMAND n°120 2020

67


68 EQUIN NORMAND n°120 2020


François LAGADEUC Ciel Boréal

EQUIN NORMAND n°120 2020

69


70 EQUIN NORMAND n°120 2020


L’AEC Normandie Un Acteur majeur Créée voilà une bonne dizaine d’années à l’initiative des cavaliers du Saint-Lois, L’Association des Ecuries de Concours de Normandie ne ménage pas ses efforts pour mettre sur pied des épreuves de notoriété. Qu’il s’agisse du Meeting de printemps articulé sur deux concours avec entre deux des épreuves pour jeunes chevaux ainsi que des concours de chevaux de 3 ans ou du Jump AEC automnal qui se décline de façon identique, l’Association présidée par Charles Hubert Blin mérite d’être considérée comme un acteur majeur du paysage équestre normand. On s’est réjoui d’avoir accueilli un mois plus tôt l’élite mondiale pour le CSI4* et de son retentissement. Il ne faut alors pas manquer de manifester le même élan pour saluer le succès des deux concours nationaux organisés par l’AEC fin novembre Voir Kevin Staut,Pénélope Leprévost et Julien Epaillard avec Queeletta, la jument même de son exploit international, emmener une armada de plus de 1000 cavaliers, mérite d’être souligné. Tout cela à huis clos, dans des conditions sanitaires qui privaient les manifestations d’ambiance populaire. Cette volonté désintéressée d’agir au seul profit de la filière fait droit à de la considération. Tenue par une poignée de bénévoles encore résolus, l’AEC doit, pour perdurer, convaincre la ressource professionnelle conséquente dont elle dispose localement pour renforcer sa crédibilité et peser de toutes ses forces au profit d’un univers économique qui lui appartient de développer. EQUIN NORMAND n°120 2020

71


SAINT-LÔ JUMP AEC - Episode 1

Jérôme Hurel et Farouk :

O

n s’en souviendra de ce premier concours pro de la saison disputé à huis clos car, aussi surprenant que cela puisse paraître, à l’exception du Grand national d’Auvers arrêté brutalement le 15 mars pour cause de premier confinement, tous les évènements majeurs programmés dans la Manche sont passés entre les gouttes et plus particulièrement le Meeting d’Automne. Contrainte de faire respecter des règles sanitaires strictes, l’AEC a pu mettre sur pied deux concours de qualité et fréquenté par l’élite nationale.

72 EQUIN NORMAND n°120 2020

Jérôme Hurel et Farouk de Hus Z aiment Saint-Lô Farouk de Hus Z est un hongre de 10 ans inscrit au stud book Z, par For Hero (Hanovre) et Banda (Oldenburg) par Argentinus (Hanovre). Dans les écuries de Jérôme Hurel depuis deux ans après quelques saisons confidentielles, il cumule, cette année, les succès et les places d’honneur dans les épreuves à 140. Onze au total dont 3 à Saint-Lô. A commencer par une 145 lors du Grand Indoor, une 140 dans le CSI2* et le Grand Prix de Saint-Lô Agglo de ce premier rendez-vous de l’AEC. Non content de ce succès, Jérôme remporte une autre épreuve avec Fair Play d’Esquelmes. Les autres lauréats du week-end sont en particulier Jérôme Coulombier et Chipie Charbonnière, Nicolas Delmotte et Baladin des Matis.


Les Rois !

CLASSEMENT DU GP CHEVAL LIBERTE - SAINT-LÔ AGGLO 1-Jérôme Hurel/Farouk de Hus Z 32.71 2- Julien Anquetin/Blood Diamond du Pont 32.92 3-Geffroy de Coligny/Raimondo du Plessis 33.39 4- François-Xavier Boudant/Brazil du Mezel 34.20 5- Thomas Rousseau/Baboun des Flagues 35.80 EQUIN NORMAND n°120 2020

73


SAINT- LÔ JUMP AEC - Episode 2

Axelle Lagoubie - Urane : Solaires !

C

'est sous des lumières vespérales qui inondaient un moment le Hall du Pôle Hippique que le gratin du saut d'obstacles français arpentait le parcours dressé par Cédric Longis, un chef de piste qui découvrait les lieux. Jugez plutôt : Kevin Staut, Pénélope Leprévost, Julien Epaillard, Edward Lévy, Nicolas Delmotte, Patrice Delaveau et toute l'armada de haut niveau national qui alimente le palmarès du Grand national en particulier. Partie en ouvreuse, Axelle Lagoubie réalisait le premier sans faute avec Urane, une jument de 12 ans par Miami de Semilly et d'une souche maternelle Brohier par la mythique Gemini. Elle est née chez Vincent Leroyer à Anctoville sur Boscq (50). Avant la pause la majorité des barragistes s'était fait connaître. En effet, seuls FX Boudant, Nicolas Delmotte chacun avec leur 2ème cheval, l'étonnant Thierry Dupont et Cédric Angot, vinrent en compléter le nombre à 13.

74 EQUIN NORMAND n°120 2020

Si les deux premières épreuves à 140 n'avaient pas été d'une exigence excessive, le Grand Prix s'avéra très sélectif et totalement en adéquation avec la cavalerie présente. Avec 74 partants, outre 13 barragistes, on compta 5 cavaliers avec 1 point de temps dépassé, 6 à 5 points, une dizaine de scores fleuves et presque autant d'abandons, tout cela avec des fautes un peu partout. En mettant d'emblée la barre très haut, Axelle Lagoubie qui bien entendu entamait le barrage, on était assuré que la lutte allait être âpre et ravir les très rares personnes encore présentes dans les gradins. Certains fautèrent ça et là comme au premier tour. Mathieu Billot était plus rapide qu'Axelle, le seul. Il sera 8ème car 6 autres seront doubles sans faute. A commencer par le local Alexis Gourdin et Bodega Semilly (Quapric Boimargot). Jusqu'au dernier trio, le cavalier du Haras de Couvain occupera la 2ème place. Puis vinrent Thierry Dupont et son époustouflant Gravity LCH, un hongre KWPN de 9 ans. Le Lexovie complètera le top 5. Il partait avant François-Xavier Boudant et Nicolas Delmotte et leur seconde monture. Le premier prendra la 2ème place avec Brazyl du Mezel un hongre de 9 ans par Haloubet de Gorze (Galoubet A) arrivé dans ses écuries en septembre. Le second associé à Byzance de Vains (Ogano Sitte) sera 3ème.


EQUIN NORMAND n°120 2020

75


L

a journée de clôture commençait par la 6ème victoire de Benjamin Devulder au cours de ce Jump AEC. Succès rempli d'émotion puisqu'il marquait en même temps la retraite de la fameuse "Sosso" Soraya de Saint Martin avec laquelle "Benji" totalise 78 victoires. Le cavalier de l’écurie « Saint-Lô Agglo-Equin normand » remportait la 140 du vendredi avec Vert de Gris. L'épreuve suivante, une 135 qui comptait 93 partants était remportée par Kevin Renaudier et la fusée Timbalande Ar Milin, une jument de 13 ans par Jarnac et Hand in Glove. Le cavalier des Ecuries de la Riffaudière à Bréal sous Montfort (35) devance Julie Brault et Prado de Gravelote (Escuro) de 7 centièmes. Les journées précédentes avaient été marquées par le succès de Jérôme Hurel et Farouk de Hus Z dans une 140. Olivier Martin avait remporté une 135 à barrage avec Ever or Never. L’Euroise Manin Ravenel avait mis main basse sur une 125 avec la victoire en selle sur Brise du Puits et la 3ème place avec Delta Blue. Enfin, on, ne manquera pas de noter l’omniprésence de François-Xavier Boudant associé à Brazyl du Mezel et Ciento en particulier ainsi que celle de Nicolas Delmotte avec Baladin des Maris et Byzance de Vains.

76 EQUIN NORMAND n°120 2020


CLASSEMENT du Grand Prix CHEVAL LIBERTE- SAINT-LÔ AGGLO 1- Axelle Lagoubie/Urane 36.02 2- François-Xavier Boudant/Brazyl du Mezel 37.09 3- Nicolas Delmotte/Byzance de Vains 37.31 4- Alexis Gourdin/Bodega Semilly 37.94 5- Thierry Dupont/Gravity LCH 38.04 6- Maximilien Lemercier/C’est un Prince 38.57 7- Nicolas Delmotte/ Baladin des Matis 39.87 8- Mathieu Billot/Lord de Muze 4 et 35.19 9- Timothée Anciaume/ Isabeau van Dorperheide 4 et 36.21 10- Romain Bourdoncle/Vaillant de Tivoli 4 et 36.31

EQUIN NORMAND n°120 2020

77


EQUIN NORMAND n°120 2020

79


Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

80 EQUIN NORMAND n°120 2020

Profile for equinnormand14

EQUIN NORMAND 120  

EQUIN NORMAND 120