__MAIN_TEXT__

Page 1

2020

n °1 1 6

BIM E ST RI EL GR ATUIT

Édition Internationale

Tournée des Grêlons Auvers

Salon des Etalons de sport St-Lô

Salon du Trot en Normndie St-Lô Championnat des Etalons 3 ans Saint-lô

Les Quintés à CAEN

Deauville et les courses

MAGAZINE DES SPORTS EQUESTRES ET DES COURSES


S

Sommaire AUVERS Tournées des Grêlons 6 Stéphane MEUNIER 16 Les Quintés CAEN 18 Assemblée Générale Cheval Normandie 26 Courses Deauville la Touques 34 Saint Lô Salon des Etalons Championnat des 3 ans 43 Saint Lô Le Salon du Trot en Normandie 52 Saint Lô Epreuve SHF 58


EDITORIAL ​ En ces moments difficiles, Equin normand assure tous les acteurs de la filière équine normande de son soutien. Que vous soyez cavaliers, jockeys, drivers entraineurs, vétérinaires, responsables de centres équestres et toutes les professions attachées de près ou de loin au monde du cheval, nous pensons à vous. Nous pensons aussi aux organisateurs de concours, aux société de courses, à toutes les institutions professionnelles, sans oublier les entreprises, qui dès la fin de cette épidémie mettront toutes leurs forces en mouvement pour faire du cheval en Normandie l’un des fers de lance de la reconquête de notre cadre de vie. Une nouvelle page de l’existence humaine s’ouvrira. Souhaitons-le. Le monde d’après devra, comme l’écrit la philosophe Claire Marin : « Engager une prise de conscience collective de la nécessité de repenser notre lecture du monde social. La valeur des métiers, le sens d’une vie en commun, le rapport à la nature. Une réflexion sur la précipitation effrénée de nos vies, la démesure de nos déplacements, de notre consommation ». En ajoutant avec un optimisme mesuré que « Face à la catastrophe, on préfère toujours se rassurer en la considérant comme une parenthèse plutôt qu’un avertissement ». Michel Gallet​​​​​​ - Jean Bougie

est un magazine édité par la Société EDAS Chemin du Poirier - 14220 Hamars SARL EDAS - RCS de Caen 497 704 460 N° de gestion 2007 B 343 Capital de 5 000 € Directeur de la publication Rédacteur en chef : Michel GALLET mgallet.edas@gmail.com Auteur - Photographe : Jean, Eugène BOUGIE Mobile 06 27 22 96 25 j.bougie@wanadoo.fr Charlotte MEURY - BOUGIE

Réalisation graphique : Agence EDAS 14000 CAEN Mobile 06 2012 03 60

ISSN > 221-E Dépôt légal à parution. Ne pas jeter sur la voie publique.

Equin Normand est une marque déposée auprès de l’INPI sous le N° national N° 4362095 Toute reproduction, même partielle, des textes, photos et illustrations est interdite. La revue Equin Normand n’est pas responsable des textes, dessins, photos, cartes de situation et illustrations, qui lui sont envoyés sous la seule responsabilité de leur auteur.

Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com


AUVERS - Tournée des Grêlons 1ère

Thomas Rousseau frappe « fort » avec son Exocet

6 EQUIN NORMAND n°116 2020


Près de 70 partants, 17 barragistes l'équation était réussie pour une première épreuve à 140. Après Thomas Rousseau et Udson de Jauzif en selle sur qui il avait remporté le GP du 2ème week-end en 2019, Aymeric de Ponnat prenait l'avantage associé à Hoover. Le natif de Saint-Lô semblait pouvoir conserver le leadership assez longtemps dans la mesure où les couples suivants ne parvenaient pas à descendre en dessous des 40 secondes pour le détrôner. David Jobertie dont on connait la dextérité surtout lorsqu'il chevauche Un Diamant d'Azif, affichait alors à peine plus de 38 secondes. Ses poursuivants, très appliqués tels Rudy Cock et Jonathan Chabrol échouèrent respectivement associés à Vanhouten Courcelle et Huxx de Muze. Thomas Rousseau que seuls Axelle Lagoubie avec Urane rapide mais fautive comme Nicolas Delmotte allaient suivre pour conclure l'épreuve, mit tout en sa faveur pour réaliser la bonne performance du jour. En selle sur l'étalon du GFE Exocet du Houssoit qu'il connait à merveille, il profitait de son ample galop, lui donnait toute latitude pour se mettre en condition afin d'entamer une dernière ligne droite très tonique et sauter le dernier obstacle avec vigueur. C'était gagné et en dessous des 38 secondes. A la remise des prix Thomas se disait très satisfait de sa performance " Le cheval est très respectueux. L'an dernier il faisait du spectacle en montant un peu en l'air. Aujourd'hui, je pense qu'il a atteint un bon niveau de maturité sachant qu'il est régulier puisque l'an dernier il totalise 73% de parcours sans faute". • Exocet du Houssoit est un cheval de sport belge par Ugano Sitte (Clinton) et une mère par Ogano Sitte (Darco). Agé de 9 ans, il fut débuté par l’Italien Gianmarco Ferretti puis le Brésilien Cassio Rivetti. Acquis par le GFE, il est monté par Thomas Rousseau. Prometteur avec de bons classements au début de 2019, il confirmait à Dinard, Notre-Dame d’Estrées et Deauville en montant sur le podium d’épreuves à 140. Enfin, il remportait une belle 145 lors du CSI *** de St-Lô en octobre. CLASSEMENT 1- Thomas Rousseau- Exocet du Houssoit 0 et 37.87 2- David Jobertie- Un diamant d’Azif 0 et 38.31 3- Jonathan Chabrol – Huxx de Muze 0 et 39.03 4- Rudy Cock – Vanhouten Courcelle 0 et 39.66 5- Aymeric de Ponnat- Hoover 0 et 40.64 6- Arnaud Bourdois – Angie du pachis 0 et 41.15 7- Cédric Hurel -Bugatti d’Hammer 0 et 41.55 8- François-Xavier Boudant – Cicave du Talus 0 et 42.21 9- Vanessa Martinez- Torero du Lozon 0 et 44.67 10- Axelle Lagoubie – Urane 4 et 38.60 11- BenjaminDevulder-VertdeGris4et38.91 12- Thomas Rousseau – Udson de Jauzif 4 et 39.73


AUVERS – Tournée des Grêlons 2ème

» r i o v e R u A « n u ’ u q t s e ’ n e C 8 EQUIN NORMAND n°116 2020


Vous reviendrez en août pour un «TRES» Grand national Touché comme peuvent l'être tous les organisateurs de concours et tous ceux à qui ce satané virus va entamer la situation financière, Alain Hinard ne s'est pas départi de son optimisme naturel. Avant l'épreuve finale, il a tenu à rassembler tous les cavaliers pour une photo de groupe symbole de l'esprit qui règne à Auvers. Ensuite, avant de fermer boutique, tous les cavaliers, pour que de ce triste épisode, il reste malgré tout un bon souvenir, ont donné le meilleur dans une épreuve remportée par Cédric Angot et Talent des Moitiers.

EQUIN NORMAND n°116 2020

9


C

édric Angot et Talent des Moitiers tirent le rideau Alain Hinard ne manqua pas de le préciser à la remise des prix. C'est en effet, l'un des actionnaires des ventes Nash qui montait le fils de Joyau de Bloye et Plein d'Espoir IV né chez Jean Debreuilly à St Symphorien le Valois dans la Manche et vendu lors des ventes NASH à une sympathique propriétaire américaine. Fidèle d'entre les fidèles de la Tournée des Grêlons, Alexandra Francart lançait les hostilités en prenant position en dessous des 34 secondes avec la grise Betty du Prieuré (Doremi x Chellano Z). Corentin Derouet en selle sur Chesca de Kergana (L'Arc de Triomphe) ôtait 2 centièmes, Marie Demonte et Seltique, une vingtaine. Pas un seul moment on imagina que, compte tenu du plateau en présence quelqu'un pourrait venir faire un coup de force, voire de trafalgar. Et pourtant ! C'est à Cédric Angot qu'on le dut. On savait que le couple qu'il forme depuis maintenant quelques saisons avec Talent des Moitiers est très fusionnel après des débuts compliqués. Le fils de Joyau de Bloye nous avait, à Equin normand, contre l'avis de certains de nos collègues, plu depuis son année des 4 ans avec Stéphane Dufour. Après la performance d'Auvers, nous sommes d'autant plus convaincus de notre appréciation. Car, c'est sans en donner l'impression avec une certaine audace sur le dernier que Cédric ramenait ses petits copains à la raison. La sanction était forte : plus d'une seconde et demi. L'affaire n'était pas pour autant conclue. Les suivants dont il suffit d'évoquer le nom ne manquèrent pas de panache. Un panache qui se sublimait comme pour vaincre le mauvais sort jeté sur la Tournée. Tour à tour, Julien Gonin, Patrice Delaveau, hélas, échouèrent.

Julien Gonin première ! Julien Gonin n’était jamais venu à Auvers. « Un jour je viendrai» avait-il dit à Alain. Au soir de ce maudit vendredi 13 et avec beaucoup d’humour le Rhône-Alpin lançait : « Un jour ! Je ne savais vraiment pas que ce n’était que pour un jour. Je n’ai jamais fait autant de kilomètres pour 1 jour de concours». Ceci étant, cette journée n’a pas été trop mauvaise en termes de résultats pour le cavalier de St Martin du Mont dans l’Ain, puisque, outre une 4ème place dans les 7 ans avec Dalou du Forezan, il remporte la 135 avec Ality du Phael (Norman Pré Noir x Trophée du Rozel) et prend de nouveau une 4ème place avec Valou du Lys (Calvaro x Galoubet A) dans la 145. *Dalou est un mâle, fils de Balou du Rouet et d’une mère par Nidor Platière. Il est le frère utérin de l’étalon Von Chacco Ixe de la célèbre souche de Jean Lefebvre à Signy l’Abbaye dans les Ardennes.

10 EQUIN NORMAND n°116 2020

Margaux Rocuet qui avait précédemment réussi un parcours sans faute avec Best of Iscla, se présenta avec Trafalgar Kerve. Et là aussi sans précisément le montrer, la Bretonne n'échoua que de 4 centièmes. A la remise des prix elle déclara avec beaucoup d'humilité : " J'ai perdu un étrier après le 2. Après une longue j'en avais une courte qui m'enterrait. Enfin ! J'ai monté comme une patate" Patate, Patate ........pas tant que ça !


A

lice Vancrayelinghe

A suivre de près ! Il convient, pour lui faire honneur, d'évoquer la prestation de cette jeune cavalière. Elle se classe 15ème à cause d'une faute sur l'ultime obstacle mais dans un temps de 33.04 qui lui aurait valu une 4ème place tant méritée. Son nom est compliqué à écrire. Elle n'en mérite pas moins que l'on porte sur elle une attention toute particulière. Remarquée à Paris puis récemment à Royan, la jeune picarde âgée de 20 ans a semble-t-il bien assimilé les enseignements prodigués par son père Franck et retenus les conseils des formateurs de l'équipe de France dans laquelle elle évolue pour un an encore avec les Jeunes cavaliers. Associée à Ipsy, Alice Vancrayelinghe ....-ouf ! c’est fait!- a fait preuve d’une dextérité aboutie tant l’une et l’autre sont dans une musique terriblement bien rythmée qui s’exprime avec toute son énergie dans le déroulement des longues foulées de la fille de Landor auxquelles Alice laisse libre cours avant de l’accompagner avec subtilité dans ses sauts . Ipsy est une jument belge de 12 ans par Landor et Ipsy de la Lande par Arpège Pierreville appartenant à Emmanuelle Mille qui l’avait acquise à l’âge de 6 ans.

Résultats : 1- Cédric Angot/Talent des Moitiers 0 et 32.15, 2- Margaux Rocuet/Trafalgar Kervec 0 32.19, 3- Marie Demonte/Vega de la Roche 0 et 33.03, 4- Julien Gonin/Valou du Lys 0 et 33.30, 5- Jérôme Hurel/ Fair Play d'Esquelmes 0 et 33.57 Grand Prix des 7 ans 1-Thomas Rousseau/Diego Tame, 2- Audrey Paris/Daarjeling de Pehou, 3- Lysa Doerr/Do it Chance EQUIN NORMAND n°116 2020

11


AUVERS VINTAGE Grand Prix « Elite Manche » 2008

Thomas Rousseau déjà !!

Bien arrosé le début de la saison à Auvers. Dans des conditions météo difficiles, le Grand Prix permettait de dégager un trio frappé du sceau de la jeunesse. Thomas Rousseau, Simon Delestre et Benjamin Devulder tiraient leur épingle d’un jeu où les anciens ne déméritaient pour autant pas. La pluie avait cessé pour l’entrée en piste de Laurent Goffinet et Flipper d’Elle, mais le ciel était si gris que Jacques Brel n’aurait pas trouvé les mots pour le chanter. Malgré cette absence de lumière, il devint vite très clair que pour accéder au barrage il allait falloir trouver le bon filon. Il fallut en effet attendre le N°16, porté par Romain Bourdoncle qui montait Idéal Brécéen au pied levé. Comme toujours, la série venait de commencer, et à la suite, David Jobertie, Christian Hermon, Benjamin Devulder et Simon Delestre montèrent dans le train. Sylvain Montigny ne pouvait pas laisser passer l’occasion d’y ajouter son « Gaby » (Gabyscion HN). Enfin, Thomas Rousseau, avant dernier à partir, sut, avec brio, déjouer les pièges du triple et de la dernière ligne. La justesse de son parcours associé à Miss d’Helby en fit immédiatement un vainqueur.

12 EQUIN NORMAND n°116 2020

Christian Hermon non partant, ils se retrouvèrent à six. Pour faire simple, seul Thomas Rousseau sortit sans faute. Il avait la partie facile puisque les cinq autres étant fautifs, il pouvait prendre son temps. Certes c’était risqué mais au vu du premier tour, il ne s’engageait pas trop. En 50 secondes contre 42 au deuxième, Thomas fit sienne la fable de La Fontaine. Bien vu. Les autres épreuves : Laurent Goffinet s’imposa dans une épreuve de vitesse avec Igor des Fontenis Robert Breul remporta un prix à 140 avec Instinct du Reverdy Emmanuel Vincent fit sien le GP pro2 avec Djalisco du Guet tout comme Eric Navet avec Re Cacique Lassergut.


Classement du « Elite Manche »

Grand

Prix

1- Thomas Rousseau/Miss d’Helby 0 et 50.34 2- SimonDelestreOda1, 4et 42.39 3- BenjaminDevulder/Jungle de Larrue 4 et 45.77 4- David Jobertie/Image du Reverdy 4 et 46.67 5- Sylvain Montigny/Gabyscion HN 4 et 48.24

EQUIN NORMAND n°116 2020

13


14 EQUIN NORMAND n°116 2020


Falco de Tatihou

EQUIN NORMAND n°116 2020

15


Stéphane MEUNIER Le nouveau venu dans le Team « AGRIAL »

C’est sous le label des écuries AURMATH, dans les environs de Gacé, que Stéphane Meunier conduit un centre d’entraînement de trotteurs fort d’une soixantaine de sujets. A 46 ans, Stéphane est titulaire de 282 comme driver et 568 comme entraineur dont 3 Groupes III et plus particulièrement le prix de Roubaix à Vincennes en 2019 avec Daytona Jet que montait son élève Mathilde Collet. Outre son activité propre, Stéphane est très engagé dans le milieu socioprofessionnel. Vice- Président du syndicat des Entraineurs, Drivers et Jockeys de trot, il est aussi membre du Bureau du Conseil des Chevaux de Normandie et administrateur de l’AFASEC. Il participe à la formation régulière d’apprentis, aujourd’hui renommées, telles, Audrey Laroche, Adèle Doyère et Mathilde Collet.

16 EQUIN NORMAND n°116 2020


EQUIN NORMAND n°116 2020

17


CAEN

Mars et ça repart Le transfert de deux quintés de décembre habituellement disputés à Cabourg vers Caen a donné à l’Hippodrome de la Prairie qui cette année en accueillera cinq. Une dynamique qui a manifestement produit son effet. En outre la course à conditions avec des chevaux de notoriété, le 5 mars a renforcé le dispositif. Vraiment un bon départ pour l’hippodrome caennais.

Le 2 mars - Bloomer à la côte de 132 contre 1 Comme pourrait le déclamer Fabrice Luccini : « C’est Enorme » ! Nul doute que l’histoire du trot retiendra de l’année 2020 ce premier quinté disputé en ouverture de la saison. Seize trotteurs équitablement répartis sur la distance de 2450 m avec un recul de 25 mètres pour les plus riches. Dom Jenilou mené par Anthony Barrier avait la faveur des parieurs. Il méritait largement cette confiance en dirigeant les opérations jusqu’à porter une forte accélération en abordant la ligne droite finale. Une ligne droite toujours très sélective et qui là encore assurait sa réputation. Bloomer, un hongre de 9 ans, spécialiste du trot monté, entraîné par le jeune Pierre-Louis Desaunette depuis seulement la fin de l’année, à la cote astronomique de 132 contre 1, drivé par Benjamin Rochard, se voyait pousser des ailes pour en découdre. Avec une régularité de métronome, à chaque foulée le fils de Nilky grignotait du terrain sur celui de Rancho Gédé de deux ans son cadet. Le pensionnaire de G. Thorel, installé à Maheru dans l’Orne, devait finalement s’avouer vaincu et donner à une infime poignée de parieurs le plaisir de glaner une -très- belle somme.

18 EQUIN NORMAND n°116 2020

Pierre-Louis Desaunette, ancien élève de l’école de Graignes est installé depuis 2017 à l’Etang Bertrand près de Valognes où il loue des boxes aux écuries Eustache où il conduit un effectif d’une trentaine de chevaux. Le lauréat est né chez Christophe Pype à Bourguébus dans le Calvados. Il est la propriété de Frank Koskas pour la casaque duquel le couple Desaunette- Rochard avait décroché, successivement, deux belles places avec Eragonne Maybe sur la piste de Vincennes. Pour Benjamin Rochard, ancien élève du lycée agricole de Laval, il s’agissait là de son premier succès dans un quinté. Une victoire qui vient compléter un palmarès particulièrement étoffé ces derniers mois avec, à Vincennes, sous la selle, avec le Prix Holly du Locton (GRIII) et Harley Rock, le Prix Raoul Ballière (GRII) et le Prix de Vincennes (GRI) avec Ganster du Wallon. A 23 ans, le jeune jockey dont le père est entraîneur près d’Angers a fait ses gammes chez les Sionneau, Abrivard, Bigeon et Marmion avant d’être aujourd’hui plutôt un cash driver qui nous dit par ailleurs aider son père le matin.


Fakir du Château impressionne Le Prix d’Odefontaine était après la course du quinté, l’épreuve attractive du jour. Disputée sur la distance de 2200 mètres avec départ à l’autostart, elle réunissait 16 partants dont Fakir du Château était le grand favori. Le fils de Quickly Paris, lauréat de 3 succès en fin de saison 2019, passait, fin janvier sous la férule de Jean-Michel Baudouin. D’emblée avec Eric Raffin au sulky, Fakir gagnait à Vincennes. A Caen, l’entraineur fougerais ne cachait pas sa joie après la victoire de son protégé. Sur la photo des balances, le vainqueur est entouré de JM Baudouin, de son épouse, de Laurie Regnault, la discrète autant qu’efficace groom à qui ses parents avaient rendu visite, François Brohier, père de Mme Baudouin et Eric Raffin.

Laurie Regnault Groom de stars Vingt ans tout juste et déjà des responsabilités d’envergure. Originaire de Haute Normandie (Aubevoye près de Gaillon) où ses parents dirigent une boucherie, Laurie a plutôt vécu à Cabourg. C’est la passion de son père pour les courses qui l’a conduite d’abord vers l’équitation à poney dès l’âge de 4 ans puis vers l’école de Graignes où elle obtenait un BEPA. Son maître de stage fut Tony Le Beller pour qui elle driva deux courses avec à la clé, une 2ème place à Vire avec Cobalt Chato. Entrée au service de Jean- Michel Baudouin en automne 2017, Laurie a d’emblée acquis la confiance du très exigeant entraineur fougerais :« Je m’occupe des bons chevaux : Elvis Madrik, Eugenito du Noyer et Calou Renardière. C’est vraiment ce que j’adore » nous déclare Laurie avec enthousiasme mais aussi un peu d’amertume dans un contexte très particulier : « Nous sommes rentrés de Grosbois avec 17 chevaux qui, en attendant la reprise des courses vont subir un programme allégé ». Nul doute qu’à l’image de Julie Grenet, elle aussi Normande, fidèle groom du malheureux Aubrion du Gers, Laurie est sur la voie royale de la reconnaissance de compétences d’exception. EQUIN NORMAND n°116 2020

19


Caen 2ème

Gaby Gelormini et Pierre Houel L’un avec Garance de Hoerdt, l’autre avec

Le premier des trois quintés de la reprise des activités sur l'hippodrome de la Prairie avait donné lieu à la victoire d'un outsider à la cote faramineuse de 132 contre 1. Une cote qui sans doute restera comme l'une des plus élevées de la saison 2020. Aujourd'hui, ce sont les conditions météo qui demeureront gravées dans la mémoire des turfistes mais aussi des professionnels. Que d'eau ! L’histoire se répète pour Donuts Deladou On retiendra malgré tout l'effort consenti par l'écurie espagnole CAFE 1990 propriétaire et Gabriele Gelormini la pétulant driver transalpin pour apporter une note ensoleillée à une journée bien grise. Le Prix de Biéville qui servait de support au Quinté réunissait 16 juments de 4 et 5 ans sur la distance unique de 2450m. Golden Girl, la fille de Ready Cash propriété de JP Barjon, le nouveau boss du trot, drivée par Leo Abrivard avait les faveurs des pronostics. Au passage sur la ligne, cela après les premières centaines de mètres de course, la photo le montre, on trouve précisément les trois de l’arrivée. Garance de Hoerdt devançait Golden Girl et Fazenda de Mortrée. A l’entrée de la ligne droite, Golden Girl bien en main avec le vainqueur du GNT la veille à Amiens semblait s’acheminer vers la victoire. C’est là que Gaby Gelormini ordonnait à Garance qui, on l’a lu chez nos confrères courrait pour la première fois à droite, de mener une contre-offensive qui se révèlait payante. Au final, Golden Girl devait céder le 1er accessit à Faenza de Mortrée et pour la seconde fois en 4 jours à Anthony Barrier.

20 EQUIN NORMAND n°116 2020


Donuts Deladou

L’histoire se répète pour Donuts Deladou Ironie de l’histoire c’est voilà 1 an, à une journée près, que le fils de Baccara du Pont drivé par le même Pierre Houel s’imposait dans le Prix de St Etienne support du quinté de lundi dernier. Le Prix de Parigny était de ces courses à conditions qui ça et là au cours de la saison, rassemblent des trotteurs de haut niveau qui n’ont pas gagné de somme importante (là 30.000€) depuis plusieurs mois. C’est ainsi que le millionnaire Bel avis, côtoyait le splendide étalon de la maison Levesque Dexter Fromento et le lauréat du trophée Vert, Blues des Landiers. Il s’agit en général pour ces cracks, de courses de préparation, les honneurs se partageant entre les partants du premier échelon. Et c’est effectivement ce qui s’est passé. Donuts Deladou, entraîné par Virginie Moquet installée à Escoville dans le Calvados, avec Pierre Houel au sulky, s’est sous des trombes d’eau, détaché irrrésistiblement pour l’emporter devant Chilkoot Trial drivé par Benjamin Rochard à qui Caen semble réussir et l’outsider à 60 contre 1 Be Cool d’Eb. EQUIN NORMAND n°116 2020

21


CAEN 3ème

Forza NIVARD Cette réunion du 12 mars était la dernière qui allait se dérouler dans des conditions normales. Dès le lendemain, on annonçait la fermeture des hippodromes au public. Les courses allaient se dérouler à huis clos avec le strict minimum de personnel requis et en l’absence des propriétaires et des éleveurs. Le 3ème quinté disputé sur la piste de la Prairie est revenu à l'Italien Zerozerosette drivé par Franck Nivard. Le Normand s'est imposé avec une très grande facilité faisant preuve d'une supériorité dans la ligne droite. Le lauréat est entraîné par Vitale Ciotola qui entretient une dizaine de chevaux au domaine de Grosbois. Le fait marquant de cette course aura été outre la déception qu'il a engendré chez certains parieurs, la disqualification des deux chevaux arrivés 2ème et 3ème. First de Montfort drivé par L. Abrivard pour empiètement et Zecchinodoro FKS avec G. Gelormini au sulky. La 2ème place revenait dans ces conditions à Inspector Bros drivé par Dominique Locqueneux. Jérôme Compas associé à Fiorentina Somolli se classait 3ème. La Norvégienne Rebella Matters, entrainée par JM Bazire et drivée par le jeune R. Congard est 4ème alors que le quinté est complété par la représentante de la casaque Dubois Flower Ball. Franck Nivard double la mise Dans la 2ème course pour chevaux de 3 ans, Frankie s’imposait très facilement au sulky de l’inédit Herik d’Heripré (Love You). Herik est la sœur utérine de Gu d’Héripré, 2ème du Critérium des 3 ans et lauréat récemment des Prix Hephrem Houel (GrII) et RMC (GrII).

22 EQUIN NORMAND n°116 2020


EQUIN NORMAND n°116 2020

23


CAEN 3ème

Bugsy & Yoyo

Le pensionnaire de Ph. Allaire a montré une fois de plus que la piste de Caen lui appartient. En effet, hier, dans le Prix de Cauvicourt, réservée aux chevaux n'ayant pas gagné 35.000€ depuis le 30 octobre et où figuraient des pointures telles Dexter Fromento, Bel Avis ou encore Eridan, le fils de Ready Cash, après avoir laissé ses adversaires faire la course s'est mis aux ordres de Y. Lebourgeois pour l'emporter très aisément. Ainsi, après le Prix de la Ville de Caen, le Prix d'Automne et une 3ème place dans les Ducs 2019 derrière Aubrion du Gers et Bold Eagle, Bugsy Malone confirme qu'il " Like Caen".

24 EQUIN NORMAND n°116 2020


Finger de Rodrey : Les doigts dans le nez ! Confié à Mathieu Mottier, le fils de Radjah de l’Abbaye né chez Patrick Congard à Saint Sylvain dans le Calvados s’est imposé avec plusieurs longueurs d’avance étant même ralenti par son jockey. Entrainé par A. Garandeau, Finger renoue depuis deux mois avec le succès, cela après une saison 2019 assez terne.Dans la course suivante, le Mayennais, il entraine à Lassay les Châteaux, faisait du copier-coller cette fois au sulky avec Guiness Griff. Agé de 28 ans, Mathieu issu d’une grande famille du trot a sinon brûlé les étapes, du moins franchi quatre à quatre les marches de l’escalier vers la notoriété. Vainqueur de 7 Groupes 1 dont un doublé dans le Prix des Centaures avec Evangelina Blue. Alexandre Abrivard au panache avec Eminent d’Orgères Une semaine plus tôt, le pensionnaire de Ch. Blin s’imposait sur la piste caennaise avec David Thomain. Là, Alexandre Abrivard a dû mettre tout son talent en œuvre pour griller, sur le fil et à l’extérieur, la politesse à Thomas Levesque au sulky d’Esta bien, un fils d’Orlando Vici qu’il entraine. A l’intérieur, c’est Cédric Terry qui menait Etienos de Chenou pour la 3ème place. Pour rappel, Alexandre Abrivard qui fêtera ses 27 ans en juillet, est installé à Bouloire dans la Sarthe. A ce jour, il totalise 15 victoires en Groupe1 dont 3 Prix du Cornulier avec Scarlet Turgot en 2013 et deux avec le mythique Bilibili : 2019 et 2020. EQUIN NORMAND n°116 2020

25


Election du président Jean-Baptiste Thiébot et Michel Mesnil se partagent le fauteuil Comme suite à l’Assemblée générale qui s’est tenue le 29 février, les administrateurs élus à cette occasion ont procédé le lundi 9 mars à l’élection du Président et du bureau, cela pour une durée de 4 ans. Trente et un des 37 administrateurs étaient présents, 36 étaient représentés. Une liste était présentée par le Président sortant Jean-Baptiste Thiébot, une autre l’était par Michel Mesnil. L’un et l’autre ont déroulé leur programme, des discussions se sont engagées. Le vote a eu lieu. Les deux candidats ont obtenu chacun 17 voix. Deux bulletins étaient blancs. Les statuts ne prévoient pas de nouveau vote ou de condition particulière pour les départager. Dans ces conditions, de manière consensuelle, dans la mesure où les programmes sans être identiques, se rapprochaient, les administrateurs ont unanimement convenus que les deux candidats se partageraient le mandat : les deux premières années pour Jean-Baptiste Thiébot, les deux autres pour Michel Mesnil. L’un et l’autre assurant inversement la fonction de Vice-président. Tous, ont insisté sur le fait que l’objectif commun était bien la promotion du cheval de sport. Cela, par le biais d’organisation de concours et, comme l’Assemblée Générale avait pu le dégager en particulier avec la refonte du site internet, le renforcement de la communication pour atteindre l’objectif principal : la commercialisation.

La constitution du Bureau Président jusqu’à l’AG 2022 : Jean-Baptiste Thiébot Président jusqu’à l’AG 2024 : Michel Mesnil Vice-présidents : Thomas De Cornière, Hubert Esnault, Julie Notteau, Luc Van Colen, Michel Mesnil/Jean-Baptiste Thiébot Membres du bureau : Julien Bellet, Olivier Brohier, Jean-Claude Daguet, Jean-François Noël, Michel Palau Trésorier : Hubert Avenel Secrétaire : Denis Hubert


Assemblée Générale CHEVAL NORMANDIE Samedi 29 Février 2020 - Pôle Hippique de Saint-Lô

Les éleveurs normands de chevaux de sport N°1 en France Avant l’élection du Président et des membres du bureau qui s’est tenue le 9 mars, l’Association régionale des Eleveurs de Chevaux de Sport de Normandie a tenu le 29 février, au Pôle Hippique de Saint-Lô, l’assemblée générale du mandat de 4 ans qui s’achève. Outre la présentation du bilan de l’année 2019 et des actions pour l’année 2020, il a été procédé à l’élection de l’ensemble des administrateurs. Après différentes interventions, un repas normand a rassemblé tous les éleveurs dont certains d’entre eux ont été honorés pour les prestations de leurs chevaux tant dans les concours d’élevage que dans les épreuves sportives nationales et internationales.

Le Président Jean-Baptiste Thiébot, entouré de quelques membres du bureau ouvre l’assemblée générale

EQUIN NORMAND n°116 2020

27


La mémoire des disparus Après avoir mentionné le décès de Daniel Degrenne (élevage de Celland), Jean Pottier (élevage de Thurin), Georges Brohier (élevage Pierreville) et des frères Savary, Jean et Georges (élevage de Rampan), Jean-Baptiste Thiébot Président de Cheval Normandie, évoquait la disparation récente de Guy Bideault qui fut de 1987 à 1999, Directeur du Haras national de Saint-Lô. Il abondait au sentiment général en notant le tempérament novateur, provocateur mais ô combien humaniste de cet homme qui, bousculant parfois sa hiérarchie, parvint à faire entrer les socio- professionnels au sein de la SHF (Société Hippique Française). Il ajoutait qu’en précurseur, Guy Bideault entama l’exploitation des étalons nationaux en compétition avec les gardes Jean-Paul Lepetit et Vincent Férey, la poursuivit avec l’embauche de Jacques Moulin pour l’élargir avec les jeunes cavaliers prometteurs qu’étaient Julien Epaillard, Reynald Angot et plus récemment Laurent Goffinet. Jean-Baptiste Thiébot terminait cet éloge en disant qu’un hommage spécial sera rendu à Guy Bideault au cours de la saison. Le rapport moral En présentant le rapport moral de 2019, JB Thiébot tout en se déclarant satisfait des actions entreprises dans le département du Calvados avec des concours de foals et de 3 ans à Deauville, a marqué sa déception à l’égard du peu de participation des éleveurs de l’Orne qui par ailleurs engagent peu de chevaux. Par ailleurs, sans pour autant regretter les actions internationales, il les qualifie de « demi-réussites ». En 2019, Cheval Normandie recensait 571 adhérents qui possédaient 1587 poulinières, soit une moyenne de 2.78 poulinières par éleveur, une situation similaire à 2018. -76% des adhérents ont 2 poulinières et moins, 30 élevages en comptent plus de 8 -77% des adhérents engagent 1 ou 2 chevaux de 2 et 3 ans en concours A propos des concours d’élevage et de la production normande, on note que depuis 10 ans, la Normandie compte pour 30% des naissances de chevaux Selle Français et reste la première région d’élevage. Il est utile de rappeler que les concours ont pour rôle de qualifier la production des étalons issus notamment du PGA (Programme Génétique d’Avenir), d’être des outils de paiement des primes, d’assurer la promotion de la race, la formation des chevaux et d’être, enfin, le support pour la commercialisation. Dans ce domaine, la foire du NHS, la foire de Lessay, le Happy Jump de Canteleu et la foire du Meeting d’Automne ont permis la vente de 15 foals. L’activité commerciale réalisée à l’occasion des Critériums et concours régionaux devra être chiffrée plus précisément. Le marché organisé en collaboration avec le COREN (*Comité Régional d’Equitation) à l’occasion du séminaire des enseignants a suscité un vif intérêt auprès des éleveurs. Six chevaux ont changé de main. Des finances saines Sans entrer dans le détail, il convient simplement de noter que le résultat est positif à hauteur de 42.000€, sachant que 40% des recettes sont constituées de subventions émanant de la Région Normandie pour 100.000€, des départements de la Manche, 25.000€, de l’Orne 5000€ et du Calvados 3000€. Luc van Colen, moteur de l’élevage dans le département de Seine Maritime entend bien mener des actions propres à mettre le travail des éleveurs de ce département en lumière.

28 EQUIN NORMAND n°116 2020


Le calendrier et les perspectives pour 2020 A l’exception du championnat de Normandie des foals, tous les concours sont maintenus. L’effort a été porté sur le jumelage des concours et des ventes de foals avec des événements sportifs. Ainsi les épreuves qualificatives des Espoirs du Complet auront lieu pendant le Grand national au Haras du Pin. Début avril, plusieurs rassemblements de chevaux seront organisés pour la Garde Républicaine. La représentante du Coren a mis l’accent sur la montée en puissance du marché pour les enseignants. Outre la signature d’un contrat d’objectifs 2020-2022 avec la Région Normandie, l’association Cheval Normandie poursuivra les actions menées en Angleterre. Elle accueillera, à la suite d’une mission menée par la Région en 2019, une délégation marocaine. Tout comme la mise en place d’un suivi des ventes sur les principaux concours, l’objectif est d’améliorer le championnat régional des chevaux de 3 ans qui, rappelons-le rassemble près de 300 sujets, en ce qui concerne l’accueil, le streaming etc... La refonte du site internet sera une priorité. Avant de procéder aux élections des administrateurs et aux diverses récompenses, le Président Jean-Baptiste Thiébot concluait l’Assemblée Générale 2019. Après avoir remercié les partenaires publics et privés pour leur soutien, il a souhaité que l’équipe dirigeante élue dans quelques semaines, poursuive le travail mené jusque-là et plus particulièrement depuis la fusion des différentes associations voilà 3 ans, cela pour le rayonnement de l’élevage du cheval de sport en Normandie. Les Récompenses 1-Liliane Dugué pour Jasmin du Luot, Champion de France des Foals 2-Charles Gauquelin pour Jonquille de Brion, Championne des Femelles jeunes 3- Haras de l’Etre pour Hypnose de l’Etre, Championne de France des femelles de 2 ans 4-Philippe Chan pour Gonflée à Bloc 2ème des Espoirs du Complet 5- Renaud Limayrac pour Garogorilleelmy , vainqueur des Hongres et mâles aux internationaux des Anglo-Arabes 6- Philippe Noël pour Falco de Tatihou, Champion des 4 ans indoor et Vice-Champion des 4 ans à Fontainebleau 7- JeanLuc Lebiourgeois pour Dalhouse du Mesnil, Championne des 6 ans indoor. 8- Laurent Vincent pour Venard de Cerisy, international 5* avec Steve Guerdat EQUIN NORMAND n°116 2020

29


30 EQUIN NORMAND n°116 2020


OUT & ABOUT CAEN – GRAIGNES – DEAUVILLE Même la pluie des 6 derniers mois n’avait pas entamé leur plaisir de retrouver les pistes normandes. Le Covid 19 bouleverse tout

François LAGADEUC Marion ASSELINE Stéphane PASQUIER – Maxime GUYON Yoann

LEBOURGEOIS

Sébastien

ERNAULT Gabriele GELORMINI – Maik ESPER

EQUIN NORMAND n°116 2020

31


32 EQUIN NORMAND n°116 2020


EQUIN NORMAND n°116 2020

33


DEAUVILLE LA TOUQUES

L’Hippodrome et le

Symboles

Voilà encore peu de temps, les plus pessimistes prédisaient le déclin inexorable des courses dans notre pays, d’une part à cause d’un immobilisme lié à leur histoire, amplifié par une stratégie du PMU déplorable. En France, il faut être le dos au mur pour réagir. Les courses n’y échappant pas, alors sous l’impulsion des autorités de tutelle, les dirigeants du PMU, ceux des sociétés mères, trot et galop, à la faveur du renouvellement de leur représentants, ont entamé, à la fois une reconquête des parieurs et une rationalisation de leur organisation. En même temps, paradoxe, le Centre d’entraînement de Deauville voyait son attractivité croître avec l’arrivée d’entraîneurs. Nous les avons rencontrés en même temps que Frank Le Mestre, Directeur de l’hippodrome et du Centre d’entraînement qui nous a fait part des nouveautés pour le meeting d’été et de l’intérêt que suscite l’établissement deauvillais. Un signe encourageant qui s’ajoute au frémissement du PMU en ce début d’année ainsi qu’à des initiatives innovantes comme l’est, en particulier celle de la création d’écuries de territoires initiées par l’enthousiaste Véronique Vigouroux. Il va de soi que l’épidémie du Covid 19, a mis un coup d’arrêt brutal à l’optimisme du début d’année. Mais, déjà, alors que le feu n’est pas encore circonscrit, l’ensemble des acteurs de la filière imaginent et mettent sur pied les actions de rebond.

34 EQUIN NORMAND n°116 2020


Centre d’Entraînement

du renouveau des courses

Lors de sa création, l’hippodrome de La Touques n’avait d’autre vocation que de divertir les bourgeois parisiens au mois d’août. Depuis, l’avènement des congés payés, passés par ailleurs à 5 semaines, les RTT, associés au comportement au comportement sociologique , le passage de l’autoroute à ses portes ont radicalement modifié la physionomie des courses : « Aujourd’hui, on court 10 mois sur 12 » précise Frank Le Mestre en se félicitant du bilan de la saison 2019 au cours de laquelle, l’hippodrome a compté 120.000 visiteurs, un chiffre d’affaires de 420 M d’Euros ce qui en fait le 2ème hippodrome de galop français après Longchamp. Frank Le Mestre poursuit : « Nous sommes satisfaits de ce résultat atteint grâce en particulier à nos offres familles qui ont été saluées. Pour 2020, nous bénéficions de courses supplémentaires en en récupérant 3 de Maisons-Laffite. Outre les courses de Groupe, nous accueillerons 28 quintés. Le Meeting d’été se déroulera du 30 juillet au 30 août. Nous courrons à jour fixe : samedi, dimanche, mardi et jeudi en semi- nocturne ». A propos du Centre d’entraînement le Directeur ne manque pas de souligner son attractivité croissante. Attractivité renforcée par l’arrivée de Jean-Luc Rouget. Le numéro 1 français a ouvert, fin 2018, un établissement complément de celui qu’il dirige à Pau. Dans la foulée, des jeunes l’ont suivi : « En 18 mois, nous sommes passés de 300 à 430 chevaux » déclare Frank Le Mestre qui ne manque de signaler qu’une dizaine d’emplois sont actuellement disponibles sur le site.

EQUIN NORMAND n°116 2020

35


Stephan Cerulis Trente cinq ans, originaire de Braine le Comte en Belgique. Après une première étape de sa carrière à Mons a posé ses valises à Deauville début 2013 « J’ai commencé avec 10 chevaux, aujourd’hui j’ai un effectif entre 50 et 60 chevaux ». Stephan emploie 16 salariés « La moitié garçons, la moitié filles et un apprenti ». Le recrutement est-il pour vous un souci particulier ? « Absolument ! Le recrutement de l’Afasec est de moins en moins performant et la formation insuffisante. Même si cela est valorisant, nous avons de plus en plus de filles qui arrêtent dès qu’elles ont un enfant. Nous sommes toujours à la recherche de personnel qualifié et passionné ». Et pourtant les salaires sont attractifs ? « Bien sûr ! Pour une durée hebdomadaire de 39 heures, pour du personnel sans qualification particulière nous sommes sur 1400/1500€ net. Un cavalier du matin qui perçoit des pourcentages sur les gains on dépasse 2000€ et pour un garçon de voyage on atteint aisément 4000€ » martèle Stephan, lauréat de 34 courses en 2019 et dont l’exigence et la rigueur transparaissent à chaque instant mais au contact de qui l’expérience acquise sera une référence.

Stéphanie Nigge La trentaine, Stéphanie a, depuis 2014, travaillé en association avec son père. Depuis le1er janvier 2020, elle vole de ses propres ailes « Je loue des boxes en colocation avec d’autres entraineurs. J’ai un effectif de 35 chevaux. Ce sont les clients que j’avais quand je travaillais avec mon père. Ils m’ont suivi. J’aurais pu débuter avec moins mais c’est ainsi et je suis contente. Ceci dit, ça me met la pression. J’ai une obligation de résultats » confie la jeune femme. Pour faire tourner son affaire, Stéphanie Nigge emploie 7 personnes : « Quatre filles et 3 garçons mais ça change. Ce sont des gens de mon âge, ça se passe très bien. Ils viennent d’un peu partout, Allemagne, Angleterre. Vous savez dans ce métier si on est doué à cheval et passionné c’est facile de trouver du travail. Le problème est précisément de trouver des gens qualifiés avec une vrai base d’équitation, pas seulement de mettre une jambe de chaque côté. Il faut qu’ils sentent le cheval. Le bien être des chevaux c’est primordial. Une simple boiterie peut entrainer des problèmes sérieux. Chez moi l’ostéopathe vient chaque semaine. Il voit chaque cheval une fois par mois » ajoute-t-elle. Si cette période l’affecte quant à l’annulation des courses, Stéphanie est heureuse de voir que ses clients la suivent : « Pour le moment nous demeurons à effectif complet et l’entrainement se poursuit à un rythme élevé. L’hiver nous sommes un peu au ralenti mais là malgré ce problème il n’y a pas de baisse de régime ».

36 EQUIN NORMAND n°116 2020


Nuri Ozdoban Allemand d’origine turque, ce fier gaillard au physique de rugbyman vient de s’installer à Tourgéville : « Mon entraineur Dieter Fechner entrainait à Baden-Baden. Depuis le 15 janvier nous avons loué 13 boxes. Pour le moment nous avons 5 chevaux, un 6ème pour le compte d’un propriétaire français arrive bientôt » déclare Nuri. Il ajoute : « Ici à Deauville nous avons les meilleures conditions possibles pour travailler. Moi-même si j’ai encore des affaires commerciales en Allemagne, je compte malgré tout venir vivre définitivement à Deauville ». Nuri, qui parle déjà un peu notre langue souhaite être bilingue le plus rapidement possible. Nuri Ozdoban et l’entraineur Dieter Fechner se sont fait remarquer lors du meeting deauvillais 2019 avec Joplin. Cette jument remportait d’abord le Prix de la Calonne (L) montée par F. Dettori avant de terminer 4ème du Prix Rothschild (GR1) avec F. Rispoli en selle. Depuis, assez peu en vue dans le Prix Quincey Barrière Gr3, elle a été vendue au Japon pour l’élevage.

Marine Siron Wouah ! Elle est pour le moins enthousiaste, la jeune entraineure « Je le suis officiellement depuis le 21 février » clame cette jeune femme de 28 ans qui habitait en face de l’hippodrome d’Auteuil : « J’ai toujours été fascinée par les courses. Après un stage chez Freddy Head, j’ai intégré l’école de Gouvieux. Je voulais être jockey. J’ai été formée à Deauville par Yves de Nicolai. Après un grave accident de voiture avec mon compagnon d’alors Romain Ledern-Doleuze j’ai dû renoncer. J’ai ensuite travaillé avec lui » précise Marine qui aujourd’hui a créé une société d’entraînement avec Xavier Le Fort ancien jockey de la maison Chérel. Elle poursuit : « Axelle Maître, la directrice de l’hippodrome de Clairefontaine nous loue aimablement une dizaine de boxes. Nous avons actuellement 7 chevaux et bientôt 10. Nous aurons notre premier partant vers la mi-avril. Nous partons le 1er juin pour Dragey-Ronthon où nous avons acquis une propriété de 11 hectares où nous allons construire un barn de 50 boxes. Nous serons tout près des pistes » ajoute-t-elle sans oublier de mentionner son attachement au bien être de ses chevaux tant dans leur santé mentale que physique. Slotus, propriété de la Maison Lorette et Petrus qui lui appartient sont les deux fers de lance de sa jeune écurie. EQUIN NORMAND n°115 n°116 2020

37


38 EQUIN NORMAND n°116 2020


EQUIN NORMAND n°116 2020

39


40 EQUIN NORMAND n°116 2020


EQUIN NORMAND n°116 2020

41


42 EQUIN NORMAND n°116 2020


SAINT-LÔ

Salon des Etalons de sport et Championnat des Etalons SF de 3 ans

E

ncore mieux ! Est-ce possible ?

Xavier Libbrecht, référence du journalisme équestre qui aujourd’hui préside aux destinées du magazine international Breeding News n’était pas venu à Saint-Lô depuis plusieurs années. Au soir de l’évènement et après avoir, comme il sait le faire approfondi le sujet, il se déclarait impressionné par ce qu’il avait vécu. Parce que comme nous également, il a vu des dizaines de professionnels belges, néerlandais et autres s’imprégner de cette manifestation qui n’a pas d’égal en Europe. Eux-aussi n’ont pas ménagé leurs compliments à notre égard. Il est heureux, de ne plus entendre plaintes et frustrations de tous ordres de la part de nos indigènes, manifestation du syndrome des salons organisés par nos voisins d’Outre quelque chose qu’il soit du Quiévrain ou du Rhin. Il est heureux enfin de ne plus voir placardé ce slogan galvaudé de « Capitale du cheval de sport » qui à une époque ne servait qu’à cacher l’immobilisme d’une filière orpheline de la tutelle des Haras nationaux et qui peinait à se prendre en charge. Aujourd’hui, la question qui taraude les uns et les autres est l’orientation de la race. Il faut d’abord s’interroger sur ce que souhaite le marché. On veut de beaux chevaux bourrés d’énergie avec du galop en un mot capables de s’adapter rapidement aux exigences du sport de haut niveau. Un éleveur de renom remarquait que ses chevaux qui voilà 15 ans répondaient parfaitement aux besoins du moment, sont aujourd’hui dépassés. L’absence de SF Originel dans le lot des 25 étalons approuvés peut effrayer mais le métissage qui fait la notoriété du stud- book flamand BWP est bien une réalité. Dans ce domaine, si les voies de la raison et de l’équilibre doivent prévaloir, il n’en reste pas moins que comme l’écrivait le philosophe italien Pietro Ubaldi : « Nous savons que la nature se régénère dans la fusion de types variés tandis que le principe isolationniste est anti-vital ». EQUIN NORMAND n°116 2020

43


LE GRAND MATCH

Une œuvre cinématographique et musicale avec

Bond JamesBond de Hay - Bernard Briand- Chevalie

Seconde soirée de ce Salon des Etalons, le Grand Match est devenu une épreuve œcuménique tant elle rassemble l’essence de la profession et cette fois encore davantage, des éleveurs et des cavaliers amateurs sans compter ceux, amoureux du cheval, devenus fidèles des grandes manifestations saint-loises. Les images le prouvent, le hall du CPE accueillait ce samedi soir une foule identique à ce qu’elle est le jour du Grand Prix du Meeting d’Automne. Elément d’autant plus encourageant et flatteur pour les cavaliers comme pour les organisateurs, ils ne quittèrent leur banc qu’à l’issue du passage du dernier barragiste. Même les belles étrangères, végétariennes ou pas ne le firent pas au milieu du combat (pour les férus de Jean Ferrat). Il est là patent que le travail entrepris voilà quelques années pour associer le public manchois à ce salon éminemment professionnel a atteint son objectif. Et ceux qui voilà encore peu de temps vantaient, à juste titre d’ailleurs, l’ampleur des événements néerlandais ou allemands constataient que celui de SaintLô est parvenu à se hisser à leur niveau tout en y mettant le « Normandie Touch » qui fait, pour un moment de partage, du béotien un membre de la communauté équine.

44 EQUIN NORMAND n°116 2020

Un film en cinémascope et un concert en stéréo Le scénario d’abord ! Douze équipes de 3 cavaliers associés à des étalons jeunes et moins jeunes. Celle, formée et engagée de dernière heure, vaincra au terme d’un barrage opposant l’un des couples des 10 équipes sans faute au premier tour. Quoi de mieux ! Les acteurs ! Des grands, des seconds rôles des débutants mais pas de figurants. Tous avaient l’envie. Dylan plus encore que les autres sans doute. Il fut le premier à partir pour le Team Semilly. A 17 ans tout juste, le « gamin » Levallois en terminale S, sut, imprégné du vers de Rimbaud, mettre en application tant les conseils de son père Richard que ceux que lui prodigue, chaque semaine Alexis Gautier. En selle sur Rock’n Roll Semilly, Dylan exécuta un Allegro que nous tous imaginions plus « vivace » de la part des suivants, car plus expérimentés. Que non ! Sans entrer dans le détail, les 8 autres manquèrent ça et là un accord pour que leur prestation fût supérieure. On rêva, soyons honnête, un moment, que Dylan l’emporte. On avait oublié BBC – Bernard Briand- Chevalier. Il entra, juché sur son puissant Bond JamesBond de Hay. D’emblée on devina que le Breton serait meilleur. Il le confirma à mi-parcours pour conclure, en faisant parler la poudre, avec 34 centièmes de moins que son jeune rival.


en scène

er et Rock’n Roll Semilly – Dylan Levallois

L’équipe gagnante Haras d’Elle- Ecurie d’Outre-Mer- Elevage du Pont,était composée de Bertrand Pignolet et Eldorado d’Elle, Evelyn Bussmann et Virtuoso de Semilly, Bernard Briand-Chevalier et Bond JamesBond de Hay La 2ème place revient à l’équipe Haras de Semilly avec Alexis Gourdin qui montait Ekano DKS et El Star Semilly ainsi que le « Teenager » Dylan Levallois associé à Rock’n Roll Semilly C’est enfin l’équipe France Etalons qui s’empare de la 3ème place avec Alexandre Cauquot et Esope, Arthur Le Vot et Crystal de B’neville, Manon Geismar-Bonnemains et Raimondo de l’Abbaye. EQUIN NORMAND n°116 2020

45


C

hampionnat de France des Etalons de 3 ans En passant par la Lorraine avec Hors Norme du Lavoir

Le Stud Book SF avait bien fait les choses pour maintenir le suspense jusqu'à la clôture de cette édition qui inaugurait le nouveau calendrier du cursus d'approbation des étalons de 3 ans. Le vendredi, à l'issue de la batterie des épreuves de sélection, on présentait 25 sujets approuvés dont 8 parmi lesquels se trouvait le podium. Le lendemain, les chevaux classés de la 4ème à la 8ème place étaient désignés en même temps qu'un trio qui allait prendre les premières places. Il fallait encore attendre le début de cette après-midi du dimanche pour, enfin, assister au dénouement de l'événement. Entre-temps, les pronostics fusaient de toutes parts. Fussent-ils de professionnels ou d'amateurs éclairés, tous convergeaient vers le même résultat. Etayés par des observations sérieuses ou de bruits de couloirs, tous, ou la plupart du moins, se révélaient faux. La victoire revient à Hors Norme du Lavoir. Il s'agit d'un fils de Balou du Rouet (Old) et d'une mère par le Hollandais Mermus R. Il est né chez Jean-Philippe et Michèle Porte à Haute Vigneulles une petite commune de Moselle au coeur du bassin houiller de Lorraine. Eleveurs depuis plus de 20 ans, le couple lorrain s'enorgueillit d'avoir produit avec cette souche germanique démarrée après la vente à Fences de Lapsus du Lavoir ( Animo) et une mère AA par Vol d'Amour, entre-autres deux chevaux de qualité: Rolex du Lavoir ( Quaprice Boimargot ) ISO 144 formé par Julien Gonin puis exploité au niveau CSI2* par la Française Jessica Arene Denon et Quapitale du Lavoir (Heartbraker) ISO 159 formé et monté par Julien Gonin jusqu'en CSI4*. Lapsus a évolué essentiellement aux USA sous la selle du Russe Kochetova au niveau 160, puis, pour terminer sa carrière avec l'Américaine Francie Steinwedel Carvin. Le premier accessit est pour Hold Up Riverland, un fils de l'Arc de Triomphe et d'une mère par Kannan issue de la souche mythique de Baugy : Ondine de Baugy puis Dirka mère de Quidam de Revel. Il est à la SCEA de Riverland à Alloué dans la Charente, aux portes de Confolens. Cet affixe présentait Les meilleures notes 5 produits.

Aux allures, c’est le champio La 3 place est pour Hollister du Plantey à qui Dominator 2000 Z a donné sa robe noire. Sa mère Fabrice Paris de Couvains (5 Soriana de Bray (Gio Granno -Old) trouve ses racines dans le ventre de Gerbe d’Or (Starter) à l’origine vice-champion qui s’impose d’une myriade de grands nom : Ideo du Thot et Sixrine de Vains, Kingly du Reverdy, Nagir, Requiem Loire mais propriété de Jéré ème

de Talma, Osyris etc etc.. Hollister est né chez Blandine Prévoteaux à Castres-Gironde au coeur du vignoble bordelais. Mentionnons que Dominator 2000 Z (Diamant de Semilly) piloté par Christian Au modèle, Halessio du Lino Ahlmann terminait en 2019, 2ème du Saut Hermès, 2ème de la Coupe du Monde de Madrid et voilà 1 mois VDL (Kwpn) et d’une mère premier artisan avec Cor de de celle de Leipzig.

46 EQUIN NORMAND n°116 2020


on qui l’emporte avec 16.75. Il devance le 3ème du championnat Hollister du Plantey et Hangover des Forêts (Contendro) à 50) avec 16.62. L’éleveur manchois réussit l’exploit d’avoir 4 produits approuvés sur les 5 présentés. Au saut en liberté c’est le e avec 18.62. Le champion Hors norme du lavoir est 2ème avec 17.62 devant Happy Day d’Iscla (Toulon) 17.5, né en Indre et émie Rolland de Pirou dans la Manche.

on domine largement ce championnat dont chacun s’est accordé à dire qu’il était d’une haute tenue globale. Le fils de Carrera par Casall (Holst) est le produit même du métissage des sangs européens dont le Français fut, voilà plus d’un demi-siècle le e la Bryère et autres. Halessio est né chez Virginie Blanquin à Ludres en Lorraine, près de Nancy. EQUIN NORMAND n°116 2020

47


Balou Star

Ortenbeg-Eckartsborn C’est dans ce village de 700 habitants, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Francfort sur le Main dans la province allemande du Hesse que Hans-Otto Nos élève des chevaux de sport depuis 30 ans. Balou Star, né en 2005, est un étalon d’1.60m inscrit au stud-book Oldenburg. C’est un fils de Balou du Rouet (Baloubet du Rouet) et d’une mère par le Français Quick Star. Outre d’être, en 2019, le père de la championne des 6 ans du Oldenburg, il était, en 2017, Champion d’Europe par équipes jeunes cavaliers avec la Britannique Millie Allen. Avant cela, il avait accompli une carrière internationale. Distribué par Equitecnhnic- 14340 Notre Dame d’Estrées- marc.spalart@evolution-xy.fr

48 EQUIN NORMAND n°116 2020


Deuxcatsixd’Eglefin

Fumichon Une petite commune d’à peine 300 habitants, à une dizaine de kilomètres à l’est de Lisieux, aux confins du Calvados et de l’Eure. Claudine Digard y fait naître les Eglefin. Agé de 8 ans, l’étalon bai d’1.69m est un fils de Vigo Cécé et d’une mère par Bamako de Muze. Monté à 4, 5 et 6 ans, par Jérémie Rolland, il est la propriété de Marie Pellegrin, au sein de l’écurie Galoubet. Cavalière internationale, Marie a été de nombreuses fois sélectionnée en équipe de France pour les Coupes des Nations. Distribué par Equitechnic – 14340 Notre Dame d’Estrées – marc.spalart@evolution-xy.fr

EQUIN NORMAND n°116 2020

49


50 EQUIN NORMAND n°116 2020


On fête le retour d’Old Chap Tame

Né chez Denis Brohier à St Come du Mont, le fils de Carthago et J’Ecoute par Quidam de Revel était aussi la copropriété du regretté Patrick Bizot. Sa 1ère victoire internationale remonte au 25 août 2010 sur ses terres à Auvers. Monté par E. Angot il devance en particulier London à qui Gerco Schröder avait fait faire un petit tour en Normandie. Sa vraie grande performance, le couple l’accomplit deux ans plus tard en remportant la Coupe des Nations d’Aix la Chapelle. En 2013, juste avant d’être vendu à Jan Tops, il se classe 3ème de la Coupe des Nations de Calgary. Deuxième du GCT de Shangai en 2014 et l’épreuve Coupe du Monde de Doha en 2015 avec Edwina Tops-Alexander, l’étalon normand est vendu aux Saoudiens qui en feront un usage limité. Retiré de la compétition au printemps 2019, il se consacre désormais uniquement à la reproduction sachant qu’il a déjà plus de 150 produits enregistrés.

AMBIANCE

Comme tous les étalonniers Marc Spalart fut aux fourneaux pendant 3 jours. Michel Guiot, pour France Etalons eut la délicatesse de citer Alexis Gautier en présentant Dairzel Duverie désormais confié à Valentin Besnard après l’accident du double Champion de France. A l’issue du Championnat des étalons de 3 ans, une photo de la famille SF, mit en exergue le travail des juges du staff et des jeunes breeders.

EQUIN NORMAND n°116 2020

51


S

alon du Trot en Normandie

Carré dans ses allures Cinquième édition pour cet événement organisé conjointement par les associations socio-professionnelles de la filière équine en Normandie regroupées au sein du CCN, l'école de courses hippiques Afasec de Graignes et le Pôle Hippique de Saint-Lô où il se tenait. Le soutien logistique du Pôle dirigé par Yann Adam et le dynamisme détonant des élèves de l'école de Graignes sous la houlette de leur directeur Pascal Launey, lui ont assuré la réussite et la notoriété qu'il avait acquis l'an dernier. Les professionnels les plus renommés ne s'y sont pas trompés en s'y investissant et en le fréquentant massivement. La Région Normandie, le Conseil départemental de la Manche, Saint- Lô Agglo et la ville de Saint-Lô en assuraient un partenariat soutenu.

52 EQUIN NORMAND n°116 2020


EQUIN NORMAND n°116 2020

53


Ecurie Ostheimer- Jean Michel Baudouin : Gagnants ! Quadruple lauréate du Prix d’Amérique avec Ourasi, la casaque Ostheimer dont le quartier général est situé à St Etienne l’Allier dans l’Eure n’avait pas brillé depuis 1995 avec Vourasie et le prix de Paris. Le 31 août 2019, sous la mène du futur driver N°1 de l’année Eric Raffin, le fils de Saxo de Vandel remportait le Critérium des 5 ans. Entraîné depuis le printemps par Jean-Michel Baudouin, il donnait au professionnel fougerais la consécration d’une carrière. Après Timoko et autres, Eugenito était l’invité d’honneur de ce 5ème salon normand. L’occasion pour Thierry Logre, le propriétaire de poser pour la postérité avec madame Baudouin qui n’est autre que la fille de François Brohier, entre autres quatre fois lauréat du Prix du Cornulier. Pour rappel, Eugenito est né chez Josiane et Michel Dubief à Bure dans l’Orne. Cette mise à l’honneur était l’occasion de faire la connaissance de Thierry Lardillier de Sainte-Marguerite d’Elle qui avait débourré Eugénito . C’est HHHH, élève en seconde GGEA à l’Ecole Afasec de Graigfnes qui avait la lourde charge et aussi sans aucun doute le plaisir de plaisir ce splendide étalon.

Guest Star : Eugenito du Noyer

54 EQUIN NORMAND n°116 2020


EQUIN NORMAND n°116 2020

55


RECOMPENSES Le salon est toujours l’occasion pour la profession du trot, comme le sont les César et les différentes Victoires qu’elles soient de la chanson ou de la musique classique, de récompenser ceux, éleveurs, drivers, apprentis qui, au cours de la saison passée ont brillé. Ainsi, Dominique Cheradame, propriétaire-entraineur installé au Cercueil dans l’Orne était honoré pour son cheval Blues des Landiers grand vainqueur de l’édition 2019 du Trophée Vert. Philippe Daugeard, de Grand-Camp dans l’Eure se voyait fêté comme meilleur entraîneur. Madelon Bouges, major de la promotion CGEH de l’Ecole de Graignes tout autant que ggggg recevaient les félicitations des professionnels emmenés par Jacques Frappat Président de la Fédération des courses de Normandie. En ce qui nous concerne, à Equin normand, en rappelant que nous sommes, en Normandie, comme en France d’ailleurs le seul organe de presse dédié à l’ensemble de la filière équine et par conséquent socio-professionnels à part entière de ladite filière, nous nous sentons en droit de faire part de notre appréciation à l’occasion de ce salon. Pour les stands des étalonniers, notre faveur est allée au Haras de la Meslerie, conduit par Sébastien Guarato. Nous avons, par ailleurs été séduits par la présentation théâtrale de Guillermo Sport par l’équipe du Haras de l’Etoile à Port Filiolet à Picauville. Port Filiolet où vécut longtemps René Haize, naisseur d’Ibrahim, chef de race du cheval de sport.

56 EQUIN NORMAND n°116 2020


Au stand Yearly toujours particulièrement bien achalandé, Benoît Bigot et son collègue reçoivent avec attention, Thiphaine et Alain Thébault du Haras de l’Etre dans l’Orne. Le Haras de l’Etre est spécialisé dans la préparation de yearlings trotteurs de Deauville où ils décrochent régulièrement les top prices.

PEOPLE

Moments de partage pour Sébastien Ernault et Sébastien Baude entourés de leurs compagnes avec m et Mme Patrick Martin et Sébastien Hardy avec sa compagne. Pour la postérité : Patrick Marti, Jean-Pierre Thomain et Pierre Levesque. Sur le stand d’Equicer avec xxx et le directeur de l’agence du CA normand d’Alençon en charge aussi de la filière équine en Normandie. Un plaisir de revoir la bannière Groupama tenue ici par Sébastien Poignant. Avec Jean-Pierre Vilault la bonne humeur est de rigueur tout autant qu’avec le chef de piste de CSO Alain Lhopital. Pierre Levesque l’un des fidèles de ce salon en compagnie de Stéphane Deminguet la cheville ouvrière.

EQUIN NORMAND n°116 2020

57


SAINT-LÔ Epreuves SHF

Tout commençait si bien ! Même si les conditions météo n’étaient pas celles de 2019, les premières épreuves organisées par la SHF pour la nouvelle saison se présentaient sous les meilleurs auspices. En effet, si les abords de la carrière Uriel n’étaient pas particulièrement garnis, ils l’étaient essentiellement de marchands et courtiers venus de France mais de toute l’Europe : Belges, Néerlandais, Portugais, Turques. Une raison de plus, s’il en fallait, pour mettre en lumière le dynamisme du site saint-lois pôle majeur dédié à l’élevage. Une situation qui corroborait la fréquentation du salon des étalons de sport tenus deux semaines plus tôt. Par ailleurs, sur la piste les prestations des lots de 4, 5 et 6 ans se montraient prometteuses pour l’objectif final de la saison qui reste la Grande Semaine de Fontainebleau. Car, le vent du boulet passé, la vie va reprendre, la SHF ne manque pas avec le Stud Book SF et les associations d’éleveurs de cogiter pour que l’essentiel soit fait pour préserver la situation des professionnels, cavaliers en particulier, et maintenir l’attractivité commerciale.

58 EQUIN NORMAND n°116 2020


Ils étaient 700 Répartis entre 4 et 6 ans et selon le niveau de formation choisi. En nous bornant aux formations supérieures, l’on note que pour 22 partants dans la génération des 4 ans, 11 sont sans faute. Il convient là de mettre en évidence la forte présence de David Aissa. Avec 6 représentants, Gallant, Glamour, Guess, Gala, Gold et Grand Prix, l’affixe Ouistreham obtient 50% de sans faute ceci avec les trois premiers nommés. Dans la génération des 5 ans, ils étaient 95 le premier jour, 96 le 2ème avec respectivement 51 et 50 parcours sans faute. Là Clément Fortin, installé depuis quelques mois au Haras des Forêts après un séjour d’un an en Bavière se pointe en force avec Fleur du Galetay, Feeling au Heup, Faveur au Heup et Fury Nok. Chez les plus âgés, même proportion de réussite. Avec 52 et 50 partants on retient 29 et 28 sans faute. La victoire revient à Eldorado de Semilly (Photo) monté par Alexis Gourdin. Eldorado est un fils de Numero Uno et d’une mère par Diamant de Semilly.

Clément Fortin, en grande forme prend la 2ème place avec Etna au Heup, une femelle par Urano de Cartigny et Val de Saire. Le jeune cavalier se classe également 9ème avec Espoir des Forêts (photo) (L’Arc de Triomphe et Concorde). Jean-François Filatriau, très en verve est 3ème et 4 ème. Etoile du Landey (Quickly de Kreisker et Allegretto) dont il est con-naisseur et Etincelle de Loilivier (Quebracho Semilly et Brandy de la Cour) à Francis Mauger de la Barre de Semilly. Avec le gris Edelweiss de Beaufour (Photo) (Utrillo vd Heffinck et Diamant de Semilly), à Eric Levallois, Valentin Besnard est 5ème. Romain Kugel est 6ème associé à Espoir des Vaux (Nippon d’Elle et Diamant) de la souche d’Ascott des Vaux à Georges Lepetit. Benjamin Devulder ne manque pas d’atout avec le très suivi Eskimo Platière (Photo) (Kannan et Quick Star) à Gilbert Leforestier. On portera une attention particulière au jeune Hugo Delsarte, récemment entré au service d’Alexis Gautier qui se montre d’emblée performant en particulier en selle sur Elite d’Aure (Con Air) sœur utérine de Régate et Timon d’Aure. Epreuve des 6 ans au chronomètre Eldorado Semilly - Alexis Gourdin 0,00 / 64,1 Etna au Heup- Clement Fortin 0,00 / 66,5 Etoile Du Landey- Jean Francois Filatriau 0,00 / 67,1 Etincelle de Lolivier - Jean Francois Filatriau 0,00 / 67,2 Edelweiss de Beaufour- Valentin Besnard 0,00 / 68,7 Eyepop Semilly- Alexis Gourdin 0,00 / 69,3 Espoir Des Vaux - Romain Kugel 0,00 / 69,6 Eskimo Platiere- Benjamin Devulder 0,00 / 70,1 Espoir Des Forets- Clement Fortin 0,00 / 71,0 Eldorado D’Elle - Bertrand Pignolet 0,00 / 71,3 EQUIN NORMAND n°116 2020

59


60 EQUIN NORMAND n°116 2020


EQUIN NORMAND n°116 2020

61


62 EQUIN NORMAND n°116 2020


EQUIN NORMAND n°116 2020

63


Retrouvez toutes les actualités sur notre site :

www.equin-normand.com

64 EQUIN NORMAND n°116 2020

Profile for equinnormand14

EQUIN NORMAND 116  

EQUIN NORMAND 116