Page 1

FRANCK SADRIN

CERISIERS DU JAPON et autres Prunus d’ornement

LES ESSENTIELS


Quelques Exemples Les cerisiers de petite taille (2 à 4 m)

Les cerisiers de grande taille (8 m et plus)

Ce sont surtout les cerisiers sauvages de l’espèce incisa et leurs hybrides. Ils sont tout à fait adaptés pour les petits jardins, certains tolèrent (exemple ‘Kojô-no-mai’) la culture dans un grand pot à défaut d’être plantés en pleine terre. Quelques variétés : - Prunus ‘Kojô-no-mai’ - Prunus ‘Mikinori’ - Prunus ‘Praecox’ - Prunus ‘Oshidori’ - Prunus ‘Yamadei’.

Pour les fleurs blanches :

Les cerisiers de taille moyenne (4 à 6 m) Pour les fleurs blanches : - Prunus ‘The Bride’ - Prunus ‘Matsumae Fuki’ - Prunus nipponica var. kurilensis ‘Brillant’ - Prunus x ‘Hally jolivette’.

Pour les fleurs roses : - Prunus ‘Accolade’ - Prunus ‘Collingwood Ingram’ - Prunus ‘Kursar’ - Prunus ‘Matsumae Benimurasaki’ - Prunus ‘Matsumae Hanagasa’ - Prunus nipponica var. kurilensis ‘Ruby’ - Prunus ‘Pandora’ - Prunus ‘Pink Perfection’ - Prunus ‘Shosar’.

buissonnant 38 |

arrondi

évasé

- Prunus avium ‘Plena’ - Prunus ‘Tai Haku’

Pour les fleurs roses : - Prunus sargentii - Prunus x hillieri ‘Spire’ - Prunus ‘Fugenzô’.

Les cerisiers parfumés - Prunus ‘Amanogawa’ - Prunus ‘Jo-nioi’ - Prunus ‘Matsumae Shizuka’ - Prunus serrulata var. speciosa - Prunus ‘Shirotae’.

Les cerisiers à écorce décorative - Prunus maackii - Prunus rufa - Prunus serrula - Prunus serrula x serrulata - Prunus x schmittii.

Chaque cerisier ornemental est différent par : sa taille, sa floraison, son port, son feuillage, son écorce, etc. Des icônes placées à côté des noms des espèces ou des variétés donnent les indications les plus importantes sur leur aspect : le port des arbres.

colonnaire

en parapluie

pleureur

pyramidal


Les cerisiers à fleurs sauvages On retrouve sous cette dénomination sept espèces de cerisiers qui se trouvent à l’état naturel dans l’archipel japonais : Prunus apetala, P. campanulata, P. incisa, P. nipponica, P. pendula f. ascendens (ou P. subhirtella var. ascendens), P. sargentii et certains P. serrulata. Il existe aussi à l’état naturel d’autres Prunus comme les abricotiers, les pruniers et les pêchers, ainsi que d’autres formes de cerisiers sauvages. On notera d’ailleurs que dans un nombre croissant de publications, on commence à distinguer du point de vue botanique les cerisiers des pruniers en utilisant le terme générique Cerasus, ce que les chercheurs japonais sont aussi susceptibles de faire prochainement…

L’abricotier et les pêchers ornementaux Tous les pruniers et abricotiers que l’on rencontre au Japon sont originaires de Chine. Leurs fleurs sont dites sessiles car elles sont presque directement portées par les branches, seules ou bien groupées par 2, rarement 3.

RRSur la page double précédente, de superbes cerisiers sauvages se distinguent par leur floraison qui intervient avant l’apparition du feuillage. Ils sont souvent plantés en bordure d’un lac pour que leur image se reflète et renforce l’aspect sensationnel qu’ils revêtent au printemps.

Prunus mume Petit arbre dont la croissance est rapide les premières années, à la cime arrondie, atteignant 3 à 7 m de haut. Longévité pouvant dépasser 100 ans ! Feuilles caduques, alternes, ovales, apparaissent peu de temps après la chute des fleurs. Quelques cultivars, par exemple ‘Beni-chidori’ (rose-rouge, dont le nom japonais signifie « pluvier rose »), offrent un feuillage d’automne cramoisi intéressant. Blanches, roses ou rouges, simples ou doubles les fleurs parfumées d’une fragrance épicée apparaissent durant l’hiver sur le bois nu, parfois dès le mois de décembre, plus souvent entre janvier et mars. L’abricotier du Japon est cultivé depuis des siècles. Ses fruits de petite taille (environ 3 cm de diamètre) sont marqués, comme les abricots, d’un sillon allant du pédoncule à la pointe et arrivent à maturité entre fin mai et

Les cerisiers à fleurs sauvages

| 39


rrPrunus mume Siebold & Zuccarini. Ci-dessus la variété ‘Omoi-no-mama’. Son nom japonais signifie qu’il fleurit « comme il pense » ; en effet, les fleurs sur cette variété sont dites Rin chigai, c’est-à-dire différentes les unes des autres : blanches, blanches teintées de rose ou inversement roses teintées de blanc, ou encore rose pur (1er mars 2010, Domancy).

fin juillet. Alors verdâtres panachés de jaune, ils restent acides et très peu sucrés mais exhalent un parfum exquis, caractéristique de l’espèce. On les mange sous forme de conserves au vinaigre nommées umeboshi ou bien transformés en une délicieuse liqueur sucrée umeshu (ume étant le nom japonais du Prunus mume). De nombreuses variétés à fleurs simples ou doubles, blanches (yabai), roses ou rouges (hibai), parfois même à la forme pleureuse, sont en culture au Japon pour leurs fruits ou simplement pour le parfum délicat que procurent leurs fleurs.

40 |


rrPêcher à fleurs ou « hanamomo ». La couleur des fleurs de cette variété, P. persica versicolor, est très originale. Sur le même arbre coexistent le blanc, le blanc rayé de rose et le rose pur (7 avril 2010, Angleterre).

L’écorce de ce Prunus est gris verdâtre, devenant épaisse et craquelée avec le temps. Le contraste entre cette écorce rustique et les fleurs lumineuses et colorées offre un spectacle féerique, en plein hiver… Prunus armeniaca var. ansu est le véritable abricotier ou anzu, au fruit plus sucré. Il est en fait originaire de Chine comme tous les abricotiers dans le monde, les naturalistes et botanistes occidentaux l’ayant classé à tort sous le nom armeniaca. Prunus salicina, le « prunier japonais » désigne le sumomo (la pêche vinaigrée,

acide…). C’est un arbre fruitier natif de Chine proche parent du prunier européen (Prunus domestica), qui fleurit environ 1 mois après le Prunus mume. Prunus persica, le pêcher, produit au Japon de délicieux fruits juteux ou momo (la pêche). On en cultive aussi certaines variétés à fleurs ou hanamomo, très populaires dans les jardins privés.

Les cerisiers à fleurs sauvages

| 41


Les pruniers « cerise » Les trois espèces que l’on rencontre au Japon sont elles aussi originaires de Chine. On les distingue des véritables pruniers par leur fruit en forme de cerise dont le noyau ne porte aucune trace de sillon et par leurs feuilles portées par de courts pétioles. Parmi ces espèces deux sont couramment cultivées hors du Japon : le Prunus tomentosa et le Prunus glandulosa.

rrCe Prunus tomentosa montre de délicates fleurs blanches aux pétales arrondis, au cœur rose, et un feuillage vert duveteux, légèrement gaufré (6 avril 2010, Angleterre).

rrLe fruit du Prunus tomentosa, une petite cerise portée directement sur les rameaux et légèrement duveteuse, est inhabituel pour un cerisier. Il est utilisé pour confectionner jus de fruit, confiture, vin et vinaigre au Canada (28 juin 2010, Domancy).

42 |

Prunus tomentosa Appelé aussi Jununa-mume au Japon, cerisier tomenteux (duveteux), ragouminier, cerisier de Nankin ou cerisier du Canada, il est extrêmement rustique et survit à -40/-45 °C ! Petit arbre buissonnant qui mesure au plus 3 m de haut pour 2 m de large. Les feuilles velues apparaissent au moment de la floraison. Les fleurs simples, accolées aux branches, blanches ou rose pâle, sont délicatement parfumées. Elles donnent des petites cerises rouges brillantes, comestibles, légèrement sucrées que l’on récolte en juillet. ‘Orient’ est un cultivar aux fleurs plus petites et aux fruits plus nombreux ; ‘Leucocarpa’, originaire de Mandchourie produit des cerises d’un blanc pur.


rrAu printemps, les courts rameaux de ce Prunus glandulosa sont couverts de fleurs doubles d’un blanc éclatant (30 avril 2010, Domancy).

Prunus japonica

Prunus glandulosa

Prunus japonica Thunberg qui est un buisson assez dense en brindilles, montrant de jolies fleurs blanches ou roses d’environ 1,6 cm de diamètre. C’est malheureusement un arbre très sensible à la maladie de la « pourriture brune » auquel il faudra fournir une exposition très ensoleillée, contre un mur au sud.

Prunus glandulosa, l’amandier à fleurs du Japon est le troisième membre de ce groupe. Apparu dans les jardins européens à partir de 1774, principalement les variétés à fleurs doubles blanches (var. albiplena ou ‘Alba Plena’) et roses (var. sinensis ou ‘Rosa Plena’). C’est un petit buisson de 1,2 à 1,5 m de haut, aux rameaux érigés sur lesquels apparaissent les fleurs avant les feuilles vert brillant sur le bois d’un an. Pour favoriser une profusion de fleurs au printemps suivant, il faut rabattre les rameaux près de leur base juste après la floraison. Sensible à la pourriture brune (Monilia fructicola). Il nécessite un sol drainé. Résiste au froid jusqu’à -28 °C.

Les cerisiers à fleurs sauvages

| 43


Les cerisiers « à grappes » On rencontre aussi dans la campagne japonaise quatre espèces principales de « cerisiers aux oiseaux » ou « cerisiers à grappes », plus quelques autres : Ils se distinguent par leurs panicules qui portent de nombreuses petites fleurs simples puis des petites baies noires très prisées des oiseaux. On trouve le Prunus buergerania, le Prunus grayana (cultivé dans les parcs et les villes du nord du Japon pour ses teintes automnales), le Prunus padus (le merisier à grappes ou bois puant), et enfin le Prunus ssiori.

Le Prunus maximowiczii présente aussi de courtes panicules avec 4 à 7 fleurs, ses feuilles caduques ressemblent à celles des cerisiers alpins japonais. Cet arbre se cache dans les régions montagneuses du nord du Japon, puis jusque vers l’île de Sakhaline et la région du fleuve Amour en Russie. Au Japon, on trouve aussi des « cerisiers lauriers » dont les feuilles sont persistantes, comme le Prunus zippeliana Miquel et le Prunus spinulosa Siebold & Zuccarini, qui possèdent eux aussi des fleurs en panicules.

Prunus padus Arbre atteignant 9 à 10 m de haut, parfois plus dans la nature. Grandes feuilles, lancéolées, lisses apparaissant pendant la floraison. Fleurs parfumées en racèmes de 6 à 15-20 cm de long selon les variétés. Petites baies pourpres à noires à maturité en juillet. Résiste à - 40 °C.

Le Prunus padus est réparti du nord de l’Europe jusqu’à l’extrémité de l’Asie et cultivé depuis très longtemps. D’anciennes variétés comme ‘Plena’ à fleurs doubles ou ‘Pendula’ à port pleureur sont désormais très rares en pépinière. ‘Watereri’ et ‘Albertii’ (distribuée à l’origine par le pépiniériste Victor Lemoine à Nancy) comme le cultivar plus récent ‘Le Thoureil’ sont plus attrayantes pour leur port pyramidal et leur floraison plus compacte. À noter ‘Merlot’ et ‘Coloratus’ au feuillage pourpre et ‘Commutata’ le premier à fleurir au printemps.

rrPrunus padus ‘Le Thoureil’ sélectionné à Angers,

montrant ses délicates grappes de petites fleurs blanches en racèmes au printemps avant ses baies noires en été (14 avril 2009, Domancy).

44 |

rrLe Prunus padus se couvre de grappes de fleurs

blanches ou roses au printemps. Il fleurit en même temps que les spirées, comme ici Spirea thunbergii, qui accentuent son effet spectaculaire dans les massifs ou en isolé (9 mai 2013, Domancy).


DES ARBRES D’ORNEMENT SPECTACULAIRES, AVEC LEURS FLORAISONS ÉBLOUISSANTES ET LEURS FEUILLAGES D’AUTOMNE SOMPTUEUX. Dans ce livre, le premier en langue française, Franck Sadrin dresse un inventaire très complet des cerisiers du Japon cultivés chez nous. Il nous dévoile ce qu’il faut savoir pour bien les choisir et réussir leur culture, ainsi que leur histoire et les anecdotes passionnantes qui leur sont liées. Richement documenté, le texte est le fruit de nombreux voyages au Japon et dans toutes les grandes collections européennes. Plus de 200 photos permettent de bien visualiser toutes les variétés et d’appréhender leur singularité.

ISBN : 978-2-84138-646-8

,!7IC8E1-digegi! PRIX TTC :

24 €


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.