Page 1

JEAN GENET CE QUI EST RESTÉ D’UN REMBRANDT DÉCHIRÉ EN PETITS CARRÉS BIEN RÉGULIERS, ET FOUTU AUX CHIOTTES


Les seuls moments de ma vie que je pouvais tenir pour vrais, déchirant mon apparence et laissant à découvert… quoi ? un vide solide qui ne cessait de me perpétuer ? — je les aurai connus lors de quelques colères vraiment saintes, dans des trouilles également bénies, et dans le rayon — le premier — qui allait de l’œil d’un jeune homme au mien, dans notre regard échangé. Enfin dans ce regard passant du voyageur, en moi. Le reste, tout le reste, me paraissait l’effet d’une erreur d’optique provoquée par mon apparence elle-même nécessairement truquée. Rembrandt le premier me dénonça. Rembrandt ! Ce doigt sévère qui écarte les oripeaux et montre… quoi ? Une infinie, une infernale transparence.


Ce qui est resté d’un Rembrandt…

3


CE QUI EST RESTÉ D’UN REMBRANDT DÉCHIRÉ EN PETITS CARRÉS BIEN RÉGULIERS, ET FOUTU AUX CHIOTTES


Cette édition de Ce qui est resté d’un rembrandt déchiré en petits carrés bien réguliers, et foutu aux chiottes a été tirée à mille deux cents exemplaires et imprimée sur Sirio Celeste 115 g. Le texte est composé en Garamond. L’édition originale de cet ouvrage est constituée de cent exemplaires numérotés de 1 à 100, réservés aux membres de l’association Les éditions du Chemin de fer.

© éditions Gallimard, 1968 © Les éditions du Chemin de fer, 2013, pour la présente édition www.chemindefer.org ISBN : 978-2-916130-54-5


JEAN GENET

CE QUI EST RESTÉ D’UN REMBRANDT DÉCHIRÉ EN PETITS CARRÉS BIEN RÉGULIERS, ET FOUTU AUX CHIOTTES


13

C’est seulement ces sortes de vérités, celles qui ne sont pas démontrables et même qui sont “fausses”, celles que l’on ne peut conduire sans absurdité jusqu’à leur extrémité sans aller à la négation d’elles et de soi, c’est celles-là qui doivent être exaltées par l’œuvre d’art. Elles n’auront jamais la chance ni la malchance d’être un jour appliquées. Qu’elles vivent par le chant qu’elles sont devenues et qu’elles suscitent.

Notre regard peut être vif ou lent, cela dépend de la chose regardée autant, ou plus, que de nous. C’est pourquoi je parle de cette vélocité par exemple, qui précipite l’objet au-devant de nous, ou d’une lenteur qui le rend pesant.

Quelque chose qui me paraissait ressembler à une pourriture était en train de gangrener toute mon ancienne vision du monde. Quand un jour, dans un wagon, en regardant le voyageur assis en face de moi j’eus la révélation que tout homme en vaut un autre, je ne

Quand il se pose sur un tableau de Rembrandt (sur ceux de la fin de sa vie) notre regard se fait lourd, un peu bovin. Quelque chose le retient, une force grave. Pourquoi reste-t-on à regarder puisqu’on n’est pas d’abord enchanté par l’allégresse intellectuelle qui sait tout et tout de suite — de l’arabesque de Guardi par exemple ?


14

soupçonnais pas — ou plutôt si, obscurément je le sus, car soudain une nappe de tristesse s’abattit sur moi, et plus ou moins supportable, mais sensible, elle ne me quitta plus — que cette connaissance entraînerait une si méthodique désintégration. Derrière ce qui était visible de cet homme, ou plus loin — plus loin et en même temps miraculeusement et désolamment proche — en cet homme — corps et visage sans grâce, laids, selon certains détails, ignobles même : moustaches sales, ce qui serait peu, mais dures, rigides, les crins plantés presque horizontalement au-dessus de la bouche minuscule, bouche gâtée, mollards qu’il envoyait entre ses genoux sur le plancher du wagon déjà sali par des mégots, du papier, des bouts de pain, enfin ce qui faisait en ces temps-là la saleté d’un compartiment de troisième classe, par le regard qui buta contre le mien, je

Jean Genet

Comme une odeur d’étable : quand, des personnages, je ne vois que le buste (Hendrijke à Berlin) ou seulement la tête, je ne peux m’empêcher de les imaginer debout sur du fumier. Les poitrines respirent. Les mains sont chaudes. Osseuses, noueuses, mais chaudes. La table du Syndic des Drapiers est posée sur de la paille, les cinq hommes sentent le purin et la bouse. Sous les jupes d’Hendrijke, sous les manteaux bordés de fourrure, sous les lévites, sous l’extravagante robe du peintre les corps remplissent bien leurs fonctions : ils digèrent, ils sont chauds, ils sont lourds, ils sentent, ils chient. — Aussi délicat que soit son visage et grave son regard, la Fiancée


Ce qui est resté d’un Rembrandt…

découvris, en l’éprouvant comme un choc, une sorte d’identité universelle à tous les hommes. Mais non ! Cela ne se passa pas aussi vite, et pas dans cet ordre : c’est d’abord que mon regard buta (non se croisa, buta…) contre celui du voyageur, ou plutôt se fondit en ce regard. Cet homme venait de lever les yeux d’un journal, et tout simplement il les avait posés, sans y prendre garde sans doute, sur les miens qui, de la même manière accidentelle, le regardaient. Connut-il sur-le-champ la même émotion — et déjà le désarroi — que les miens ? Son regard n’était pas d’un autre : c’était le mien que je rencontrais dans une glace, par inadvertance et dans la solitude et l’oubli de moi. Ce que j’éprouvais je ne pus le traduire que sous cette forme : je m’écoulais de mon corps, et par les yeux, dans celui du voyageur en même temps que le voyageur s’écoulait dans le mien. Ou plutôt :

15

juive a un cul. Ça se sent. Elle peut d’un moment à l’autre relever ses jupes. Elle peut s’asseoir, elle a de quoi. Madame Trip aussi. Quant à Rembrandt luimême, n’en parlons pas : dès son premier portrait sa masse charnelle ne cessera de s’accélérer d’un tableau à l’autre jusqu’au dernier, où il arrive, définitif, mais non vidé de substance. Après qu’il a perdu ce qu’il avait de plus cher — sa mère et sa femme — on dirait que ce costaud va chercher à se perdre, sans politesse envers les gens d’Amsterdam, à disparaître socialement. Vouloir n’être rien c’est une phrase qu’on entend souvent. Elle est chrétienne : Faut-il comprendre que l’homme cherche à


16

je m’étais écoulé, car le regard fut si bref que je ne peux me le rappeler qu’avec l’aide de ce temps verbal. Le voyageur s’était remis à sa lecture. Stupéfié par ce que je venais de découvrir, c’est alors seulement que je songeai à examiner l’inconnu et j’en retirai l’impression de dégoût décrite plus haut : sous ses vêtements froissés, râpés, ternes, son corps devait être sale et fripé. La bouche était molle et protégée par une moustache mal taillée, je me dis que cet homme était probablement veule, peut-être lâche. Il avait passé la cinquantaine. Le train continuait à traverser avec indifférence des villages français. Le soir allait venir. L’idée de passer les minutes crépusculaires, celles de la complicité, avec ce partenaire, me gênait beaucoup. Qu’est-ce donc qui s’était écoulé de mon corps — je m’éc… — et qu’est-ce

Jean Genet

perdre, à laisser se dissoudre ce qui, de quelque manière, le singularise banalement, ce qui lui donne son opacité, afin, le jour de sa mort, de présenter à Dieu une pure transparence, même pas irisée ? Je ne sais pas et je m’en fous. Pour Rembrandt, toute son œuvre me fait penser qu’il ne lui suffisait pas de se débarrasser de ce qui l’encombrait pour réussir cette transparence dite plus haut, mais de le transformer, de le modifier, de lui faire servir l’œuvre. Défaire le sujet de ce qu’il a d’anecdotique et le placer sous une lumière d’éternité. Reconnu par aujourd’hui, par demain, mais aussi par les morts. Une œuvre offerte aux vivants d’aujourd’hui et de


Ce qui est resté d’un Rembrandt…

qui de ce voyageur s’écoulait de son corps ? Cette désagréable expérience ne se renouvela plus, ni dans sa fraîche soudaineté ni dans son intensité, mais ses prolongements en moi ne cessèrent jamais d’être perçus. Ce que j’avais connu dans le wagon me parut ressembler à une révélation : passé les accidents — ici répugnants — de son apparence, cet homme recélait puis me laissait déceler ce qui le faisait identique à moi. (J’écrivais d’abord cette phrase mais je la corrigeai par celle-ci, plus exacte et plus désolante : je connaissais que j’étais identique à cet homme.) Était-ce parce que tout homme est identique à un autre ? Sans cesser de méditer durant le voyage, et dans une sorte de dégoût de moi-même, j’en vins très vite à croire que c’était cette identité qui permettait

17

demain mais pas aux morts de tous les âges, serait quoi ? Un tableau de Rembrandt non seulement arrête le temps qui faisait le sujet s’écouler dans le futur, mais il le fait remonter aux plus hautes époques. Par cette opération, Rembrandt fait appel à la solennité. Il découvre donc pourquoi, à chaque instant, chaque événement est solennel : pour cela sa propre solitude le renseigne. Mais il faut aussi restituer ce solennel sur la toile et c’est alors que son goût de la théâtralité — si vif quand il a vingt-cinq ans — va le servir. Il est possible que son immense chagrin — la mort de Saskia — ait détourné Rembrandt de toutes les joies


•••

ce qui est reste d'un rembrandt dechiré  

a paraitre en juin