Proverbes pour toi • Kathleen Nielson

Page 1


Ils recommandent la collection Peu de commentaires sont à la fois respectueux du texte et adaptés au grand public : les commentaires de cette collection sont parmi les meilleurs. Je recommande la lecture de cet ouvrage à tout un chacun.

Donald A. Carson Auteur et professeur émérite à la Trinity Evangelical Divinity School

Les commentaires de la collection La parole de Dieu pour toi vous aident à lire et comprendre une portion des Écritures. Ils vous aident à vous nourrir de la parole de Dieu et à vous équiper pour l’enseigner au sein de votre Église ou groupe d’étude biblique. Qu’importe le contexte dans lequel vous les utilisez, je prie qu’ils stimulent votre réflexion et enflamment votre cœur.

Timothy Keller Pasteur et auteur de nombreux best-sellers

Je recommande cette série de commentaires tout public des livres de la Bible, verset par verset, ayant pour cible première les membres laïcs de l’Église, car elle est pratique, encourageante et stimulante. À la fois accessibles et riches, ces guides peuvent être utilisés pour nourrir vos dévotions personnelles quotidiennes ou comme appui pour des études bibliques en groupe.

Faly Ravoahangy Pasteur et fondateur de Madagascar 3M

Je me réjouis de pouvoir parcourir ce genre de super commentaires méditatifs, pleins d’observations pertinentes, autour d’un bon café avec ma chère épouse Flavie.

Franck Godin Pasteur à l’Église des Deux Rives à Toulouse


Voici une collection qui allie une exégèse et une théologie biblique bien menées à un désir de les rendre accessibles et pertinentes en vue de l’édification de l’Église. Elle contribuera sans nul doute à donner davantage de profondeur et de passion à notre lecture des Écritures.

Cédric Eugène Professeur de Nouveau Testament et de Grec à la FLTE de Vaux-sur-Seine

C’est une grande joie pour moi de découvrir la série La parole de Dieu pour toi. À la fois profonde et accessible, je crois que ces commentaires seront au bénéfice du prédicateur, de l’animateur d’étude biblique et du simple lecteur de la Bible (c’est-à-dire pour chaque chrétien). J’apprécie particulièrement l’approche visant à montrer comment chaque partie de la Bible parle de Jésus.

Jonathan Meyer Disciple de Jésus, pasteur de l’Église évangélique Action Biblique de la Servette à Genève

J’ai découvert la collection La parole de Dieu pour toi alors que j’étais jeune missionnaire en Angleterre. Je peux témoigner que le Seigneur s’en est servi comme d’un instrument puisqu’elle a richement nourri ma foi et profondément irrigué mes temps de prière. Depuis mon retour en France, je rêvais que cette collection de commentaires soit un jour traduite. C’est désormais chose faite, merci Seigneur ! Alors n’hésitez plus, c’est de l’or en barre !

Matt Moury Missionnaire de Christ Church Cambridge et youtubeur (Théologie pour tous, Le Café Théo)


Ils recommandent Proverbes pour toi « Que celui qui a besoin de sagesse la demande à Dieu ! » Telle est l’invitation généreuse lue dans la lettre de Jacques. Nous avons tellement besoin de sagesse. Le livre des Proverbes est pour cela un extraordinaire cadeau de Dieu. Il est rempli de phrases simples, percutantes et quelques fois bien déroutantes ! Merci à Proverbes pour toi de si bien nous aider à les méditer en discernant la sagesse personnifiée : Jésus-Christ lui-même !

Étienne Grosrenaud Pasteur de l’AEEBLF à Mulhouse, président du Réseau FEF et professeur à l’Institut biblique de Genève

Il peut être tentant de lire le livre des Proverbes comme une série d’adages pratiques, sans savoir comment l’étudier en profondeur. Ce livre, excellent pour notre méditation personnelle comme pour nos groupes d’étude biblique, nous sort de cette approche et nous permet de contempler la beauté de la sagesse divine !

Rachel Yates Missionnaire, coordinatrice de Femmes de la Parole à Évangile21

Plus nous cherchons à ressembler à Jésus, plus nous comprenons combien la sagesse biblique nous est précieuse. Le livre des Proverbes est un trésor pour notre marche chrétienne. Kathleen Nielson nous aide, avec simplicité et précision, à apprécier les richesses théologiques et pratiques de ce livre. Un ouvrage approfondi et accessible à tous chrétiens. Rodolphe Chouteau Pasteur de la FEEBF à Saint-Etienne


Préface de Mike Evans

KATHLEEN NIELSON SI TU VEUX T’ÉMERVEILLER ET TROUVER TON PLAISIR DANS

LA PAROLE DE DIEU

SI TU VEUX APPRENDRE À VIVRE ET APPLIQUER

LA PAROLE DE DIEU

SI TU VEUX T’ÉQUIPER POUR

ENSEIGNER ET PARTAGER

LA PAROLE DE DIEU

C E L I V R E ES T P O U R TO I

PROVERBES

POUR TOI


Les éditeurs remercient chaleureusement tous les relecteurs et relectrices pour leur précieuse collaboration à cet ouvrage : Philip, Claudine, François, Jacques, Viviane, Myriam, Ludvine, Vincent et Sandrine.

Édition originale publiée en langue anglaise sous le titre : Proverbs for you • Kathleen Nielson © 2020 Kathleen Nielson The Good Book Company Limited Blenheim House, 1 Blenheim Road Epsom, Surrey, KT19 9AP, Royaume-Uni Traduit et publié avec permission. Tous droits réservés. Édition publiée en langue française : Proverbes pour toi • Kathleen Nielson © 2022 • BLF Éditions Rue de Maubeuge, 59164 Marpent, France Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés. Traduction : BLF Éditions Couverture : NouvelleCreation Mise en page : BLF Éditions Sauf mentions contraires, les citations bibliques sont tirées de la Bible version Segond 21. Texte copyright © 2007 Société biblique de Genève. Avec permission. Les caractères italiques ou gras sont ajoutés par l’auteure de cet ouvrage. Les autres versions employées sont indiquées en lettres abrégées et concernent la Bible du Semeur 2015 (BDS), la Nouvelle version Segond révisée (COL), la Bible en français courant (BFC), la Bible « Nouvelle édition de Genève » (NEG) et la Bible Darby (DRB). Reproduit avec aimable autorisation. Tous droits réservés. Une coédition BLF Éditions et Évangile21 ISBN 978-2-36249-678-3 ISBN 978-2-36249-679-0

relié numérique

Imprimé en République tchèque par Finidr Dépôt légal 2e trimestre 2022


Table des matières Présentation de la collection........................................................................... 9 Préface.............................................................................................................. 11 Introduction..................................................................................................... 13 CHAPITRE 1 – Proverbes 1.1-7

Rencontre avec la sagesse................................................................................................................................... 19 CHAPITRE 2 – Proverbes 1.8 à 3.35

Les voix de la sagesse............................................................................................................................................... 39 CHAPITRE 3 – Proverbes 4.1 à 6.35

Les deux chemins..........................................................................................................................................................61 CHAPITRE 4 – Proverbes 7.1 à 9.18

L’appel d’une femme................................................................................................................................................. 83 CHAPITRE 5 – Proverbes 10

Prêt pour les proverbes ?.................................................................................................................................. 105 CHAPITRE 6 – Proverbes 11.1 à 13.25

Par ici et par là.............................................................................................................................................................. 127 CHAPITRE 7 – Proverbes 14.1 à 16.9

L’Éternel au centre.................................................................................................................................................... 149 CHAPITRE 8 – Proverbes 16.10 à 19.29

Vivre dans les contrastes................................................................................................................................. 171


CHAPITRE 9 – Proverbes 20.1 à 22.16

Fin du premier recueil de Salomon.................................................................................................... 191 CHAPITRE 10 – Proverbes 22.17 à 24.34

Les paroles des sages............................................................................................................................................. 213 CHAPITRE 11 – Proverbes 25.1 à 29.27

Reprise de Salomon................................................................................................................................................ 235 CHAPITRE 12 – Proverbes 30

La crainte de l’Éternel : un regard personnel......................................................................... 255 CHAPITRE 13 – Proverbes 31

La sagesse vécue.......................................................................................................................................................... 275 Notes.........................................................................................................................................................................................297


Présentation de la collection

O

uvrir la Bible et la lire marquera inévitablement nos vies. Ce n’est pas un livre ordinaire. Nous nous mettons à l’écoute de Dieu. Nous lisons les paroles du Créateur de l’univers. Il nous parle à travers un livre, à travers son livre : la Bible.

Afin que nos moments à l’écoute de Dieu soient le plus profitables et nourrissants possible, nous vous présentons la nouvelle collection La parole de Dieu pour toi. L’objectif de chaque commentaire de la série est d’être : ▶ ▶ ▶ ▶

profondément biblique ; centré sur Christ ; très pratique ; accessible à tous !

D’ailleurs, c’est dans cet esprit que la couverture de ce livre tutoie le lecteur. N’en soyez pas étonnés, mais voyez plutôt dans le « toi » du titre un rappel constant que ces livres ne sont pas des ouvrages techniques. Sans rien enlever à leur grande qualité et à leur précision théologique, ces commentaires n’exigent aucune compréhension des langues bibliques originales, ni un haut niveau de connaissances.

9


Vous pouvez lire cet ouvrage de trois manières : 1. Comme un livre normal que vous lirez passionnément et rapidement, pour vous émerveiller devant le panorama de l’enseignement d’un livre biblique. 2. Comme un livre de méditation, pour accompagner votre culte personnel. Nous avons divisé chaque chapitre en deux ou trois parties plus courtes, d’une taille idéale pour être lues rapidement après avoir étudié par soi-même le texte biblique. En fin de chaque partie, les questions « Réfléchir pour agir » vous aideront à vivre et appliquer la parole de Dieu. 3. Comme un outil pour vous équiper pour enseigner la parole de Dieu dans les divers contextes dans lesquels le Seigneur vous place. Les références aux versets bibliques du passage étudié sont indiquées en gras afin que vous puissiez vous y référer facilement. Nous prions que cette lecture vous aide dans la découverte des richesses de la parole de Dieu pour nos vies et à trouver toujours plus plaisir en lui. Jérémie Déglon Directeur des conférences Évangile21

Stéphane Kapitaniuk Directeur de BLF Éditions

10


Préface

Q

uelqu’un a dit qu’un proverbe est un court dicton tiré d’une longue expérience.

Dieu a inspiré le roi Salomon à composer la majeure partie de ces proverbes pleins de bon sens pour permettre à chacun de prospérer dans tous les domaines de la vie. Or, les deux mots qui dominent le livre sont connaissance et sagesse. La connaissance s’acquiert en amassant des informations et des faits. La sagesse est la capacité d’appliquer correctement ces connaissances et d’en tirer profit. Bien que le livre des Proverbes soit un ouvrage pratique traitant de l’art de vivre, il fonde solidement la sagesse sur la crainte de Dieu : « La connaissance commence par la crainte de l’Éternel. Il faut être fou pour mépriser la sagesse et l’instruction » (1.7). Tout au long du livre, la révérence envers Dieu et la confiance en lui sont présentées comme le chemin de la vie, de la prospérité et de la sécurité. Selon le prologue (1.1-7), les Proverbes ont été écrits pour donner « du discernement à ceux qui manquent d’expérience, de la connaissance et de la réflexion aux jeunes » (1.4), et pour que « le sage écoute, et il augmentera son savoir » (1.5). Dans ce commentaire, Kathleen Nielson nous fait entrer dans les merveilles de la pensée du Sage ultime, Dieu lui-même. Avec une érudition empreinte de pragmatisme, elle rend accessible un livre qui, de prime abord, ressemble à un patchwork de pensées disparates. 11


Beaucoup de sujets sont abordés dans ce livre extraordinaire de la Bible : vie du couple, relations entre parents et enfants, travail, économie et monde du commerce, rapports humains et vie en société. Kathleen évite le moralisme paralysant tout en nous rappelant que Dieu ne s’intéresse pas seulement aux événements inoubliables de la vie, mais aussi aux moments ordinaires, qui passent parfois inaperçus. Selon elle, toute la vie devrait être vécue en étant persuadé de l’attention indéfectible du Seigneur de la création et en faisait pleinement confiance à sa généreuse providence. Le livre des Proverbes est pratique, percutant, actuel et spirituel. Il n’y en a pas de meilleur ! Mais attention, il ne doit pas être réduit à un simple regroupement de thèmes ou à une étude systématique de tous les domaines de la vie. Cela nous ferait passer à côté de sa structure littéraire poétique. Et là, Kathleen Nielson nous fait découvrir les richesses et l’art du poète humain inspiré par le poète suprême. Mon épouse et moi-même avons la chance de compter Kathleen et Niel Nielson parmi nos très chers amis. Kathleen était responsable du ministère auprès des femmes de The Gospel Coalition (TGC) aux États-Unis et c’est dans ce contexte que nous nous sommes connus et avons collaboré. Lors des différentes conférences et cours qu’elle a donnés en pays francophones, nous avons pu observer la capacité exceptionnelle de Kathleen à enseigner la Parole en la rendant accessible et en motivant des centaines de femmes à l’étudier plus en profondeur. Pour celui ou celle qui évite de lire ou a du mal à lire les Proverbes, mais aussi pour tous ceux qui apprécient déjà ce livre de la Bible, je recommande vivement cette étude textuelle suivie. Mike Evans Président d’Évangile21

12


Introduction

À la recherche de la sagesse

L

es êtres humains ont toujours eu besoin de sagesse, hier comme aujourd’hui. La sagesse nous aide à décider ce que nous devons faire, ce qu’il faut dire (ou ne pas dire), qui nous devrions épouser (ou ne pas épouser), etc. La sagesse nous oriente vers les bonnes habitudes qui tendent à rendre la vie plus douce et plus heureuse. La sagesse donne forme et sens à nos cris de souffrance et de joie. En règle générale, la sagesse nous permet de mieux comprendre notre vécu d’êtres humains.

C’est le sens habituellement donné à la sagesse. Qui n’en aurait pas besoin ? Tout au long de l’histoire, les cultures du monde entier ont prêté l’oreille à divers sages qui transmettaient leur sagesse par leurs paroles. Aujourd’hui, on se tourne plutôt vers des blogueurs populaires, des coachs de vie, des auteurs de best-sellers sur les thèmes de la réussite, de la santé et du bonheur. Bien des gens recherchent la sagesse auprès de personnalités médiatiques comme l’américaine Oprah Winfrey, dont les conseils sur la confiance en soi ont été recueillis et répertoriés sur des dizaines de pages Web ; on pourrait parler des « proverbes d’Oprah » !

13


La Bible présente une sagesse inspirée de Dieu*. D’un côté, cette sagesse nous est tout à fait familière dans la mesure où, comme la sagesse populaire, elle nous permet de mieux comprendre notre vécu d’êtres humains. Mais, d’un autre côté, elle est totalement différente. La sagesse de la Bible apporte un éclairage divin sur notre vécu d’êtres humains dans un monde créé et dirigé par l’Éternel, le Dieu des Écritures. Des textes de sagesse apparaissent à travers toutes les Écritures, mais trois « livres de sagesse » se distinguent en particulier : Job, les Proverbes et l’Ecclésiaste (le Cantique des cantiques est aussi souvent inclus dans ce groupe). Ces livres offrent une sagesse inspirée par Dieu dans différents registres, comme différents genres musicaux. Job et l’Ecclésiaste sont comme des symphonies sombres qui abordent les questions les plus profondes et les plus obscures de la vie. Le Cantique des cantiques ressemble davantage à un opéra lyrique, célébrant l’amour entre un mari et sa femme. Le livre des Proverbes s’apparente plutôt à une leçon de piano, couvrant les gammes et les accords qui constituent les bases de toute la musique. Toutefois, il en jaillit régulièrement des mélodies d’un style différent. Le livre de sagesse des Proverbes aborde l’ensemble des activités et préoccupations humaines du quotidien : le manger et le boire, la façon dont nous nous parlons les uns aux autres, les relations familiales et sociales, les relations sexuelles, les affaires, etc. Plus nous lisons le livre des Proverbes, plus nous percevons notre besoin de sagesse et plus nous ressentons le besoin de voir cette sagesse influer sur notre quotidien si souvent chaotique. La sagesse des Proverbes nous appelle à voir toutes les expériences de notre vie en rapport avec l’Éternel, qui a créé le monde et qui le gouverne. L’Éternel nous appelle avant tout à le craindre, et nous indique luimême comment faire.

* 2 Timothée 3.16 dit que la Bible a été « inspirée de Dieu », littéralement « soufflée » par Dieu. Cela signifie qu’elle vient directement de Dieu. 14


Attention à la forme ! Les Proverbes reconnaissent et reproduisent parfois le côté désordonné et arbitraire qui caractérise les activités et préoccupations de nos journées. Cependant, ce livre a été soigneusement mis en forme par plusieurs auteurs et éditeurs conduits par Dieu dans leur travail d’assemblage et d’organisation de cette partie des saintes Écritures. Le plan de base des Proverbes est donc clair : 1. 2. 3. 4. 5. 6.

Prologue (1.1-7) Le fondement de la sagesse (1.8 à 9.18) Les proverbes de Salomon (10.1 à 22.16) Les paroles des sages (22.17 à 24.22) Autres paroles des sages (24.23-34) Les proverbes de Salomon copiés par l’entourage du roi Ézéchias (25.1 à 29.27) 7. Les paroles d’Agur (30.1-33) 8. Les paroles du roi Lemuel (31.1-9) 9. Épilogue (31.10-31)

Pendant des années, j’ai lu les Proverbes sans prêter attention à la manière dont ce livre de sagesse était globalement construit. On peut bien sûr isoler telle ou telle thématique des Proverbes et en tirer quelques bons enseignements. J’ai souvent organisé des études autour de certaines instructions du livre sur des sujets tels que les paroles, le travail, la famille, les amitiés, la générosité, le cœur et, bien entendu, la crainte de l’Éternel*. Mais nous devons être vigilants lorsque nous tentons de réorganiser ce livre en lui donnant notre propre logique. Le risque est de ne pas recevoir pleinement le livre, du début à la fin, tel qu’il nous a été donné dans le plan souverain de Dieu. Dans un souci de clarté et d’efficacité, nous pourrions passer à côté, non pas de la beauté des thématiques individuelles, mais plutôt de la relation vitale * Crainte de l’Éternel : profonds respect et révérence envers Dieu. 15


existant entre les différentes composantes. Nous risquons de ne pas prendre en compte la façon dont les proverbes individuels se font écho les uns aux autres. Nous risquons de ne pas voir de quelle manière les grandes sections du livre, prises dans leur globalité, nous aident à comprendre de quelle manière nous devons rechercher et assimiler la sagesse divine. Une approche principalement thématique pourrait également nous empêcher d’accorder une attention particulière à la forme de la poésie écrite à l’origine en hébreu mais qui nous est étonnamment accessible dans la traduction. Ce que nous devons remarquer et savourer, c’est la manière dont la forme poétique est liée au contenu thématique et théologique. Par exemple, ce qui nous aide à comprendre les deux voies de la sagesse, la sagesse et la folie, c’est la combinaison de deux vers poétiques qui, très souvent, expriment un contraste de ces deux voies. Nous n’aborderons le sujet de la poésie en détail que lorsque nous atteindrons le chapitre 10 des Proverbes. Cependant, tout au long du chemin, nous observerons de quelle manière la poésie fonctionne : par le biais de parallélismes et d’images saisissantes qui, sous une forme précise et condensée, appellent à la sagesse. Cet exposé relativement court des Proverbes ne constitue qu’un point de départ pour saisir l’ensemble du livre dans toute sa richesse. Mais allons-y. Commençons par observer de quelle manière les neuf premiers chapitres établissent un socle pour tout ce qui suit, socle qui ne cesse de réapparaître, voire de s’approfondir à des moments essentiels du livre. Savourons les parfums qui émanent des différents recueils de proverbes construits sur ce socle, et écoutons attentivement les thématiques qui se développent et s’entrelacent, un peu comme elles le font dans la vraie vie ! J’espère que ce voyage à travers le livre des Proverbes contribuera à renforcer l’éclat de cet ouvrage à vos yeux, tel un brillant appel à écouter et à suivre la sagesse de l’Éternel. J’espère que cette perspective vous inspirera à puiser dans la sagesse des Proverbes toute votre vie. Nous avons besoin de cette sagesse. Et elle vient à nous sous la forme d’un recueil exceptionnel de littérature de 16


sagesse, que nous faisons bien de commencer à lire et à étudier dans la forme littéraire voulue par Dieu.

À l’horizon : l’éclat de Jésus Le livre des Proverbes a parfois été déconsidéré par certains parce qu’il ne semble pas contenir le message de l’Évangile. Ce message est bien présent dans le Pentateuque*, qui raconte l’histoire de la rédemption, ou dans les écrits prophétiques qui présentent le Roi-serviteur. Par contre, les Proverbes ne parlent pas beaucoup de quand et comment adorer Dieu. Cet ouvrage nous semble presque un peu… terre à terre. Les Proverbes sont effectivement « terre à terre » dans la mesure où ils déclarent que la sagesse divine imprègne tout l’espace du monde créé par Dieu. Et c’est cela l’essentiel. Rien dans ce monde n’a de sens en dehors du Créateur de toutes choses. Inversement, tout a un sens au regard de celui qui a créé, au commencement, les cieux et la terre et tout ce qu’ils contiennent. Les Proverbes n’établissent pas comme fondement une vérité abstraite au sujet de Dieu, le souverain Créateur et Régisseur de l’univers. Non, les Proverbes établissent une relation fondamentale avec ce Seigneur Dieu : une relation qui implique de le craindre. C’est là que se situe la différence fondamentale entre la sagesse telle qu’on la comprend habituellement et la sagesse de la Bible : la sagesse de la Bible appelle à une relation avec l’Éternel, une relation qui transforme chaque partie de notre vie à tout jamais. Les Écritures dévoilent le plan de salut qui rend possible une relation entre l’homme déchu** et pécheur et son saint créateur. Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique (Jean 3.16). Ce Fils s’est fait chair et il a habité dans le monde qu’il a créé ; Jésus a incarné la sagesse pratique dont parlent les Proverbes. En réalité, Jésus est la sagesse dont parlent les Proverbes. Le Nouveau Testament affirme * Pentateuque : les cinq premiers livres de la Bible. ** Déchu : marqué par le jugement de Dieu qui est une conséquence de la chute. 17


que le Christ est notre « sagesse de Dieu » (1 Corinthiens 1.24). En lui « sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance » (Colossiens 2.3). C’est ce Christ qui a porté notre péché et qui est mort en endossant la colère de Dieu à notre place. C’est ce Christ qui est revenu à la vie, il est notre Sauveur ressuscité ! Les trésors de sagesse cachés en Christ sont des trésors éternels : de toute éternité, Jésus-Christ est la deuxième personne au sein de la Trinité. Depuis toujours, la sagesse n’a existé qu’en lui. Les diverses représentations poétiques de la sagesse dans les Proverbes pointent dans une seule et même direction : vers la source. Mais creusons un peu. Plutôt que de parler des illustrations des Proverbes, observons-les. Plutôt que de défendre une certaine construction du livre, recherchons-la nous-mêmes dans le texte. Et plutôt que d’élaborer des théories à propos de la sagesse, il est préférable d’écouter la sagesse lorsque Dieu lui-même s’exprime dans sa parole inspirée. En regardant et en écoutant, nous entendrons effectivement la voix de Dieu et nous serons éblouis par l’éclat de son Fils à travers tout le livre des Proverbes.

18


Chapitre un

Rencontre avec la sagesse Proverbes 1.1-7


Proverbes 1.1-7

C

e premier chapitre nous présente la sagesse des Proverbes. Dans une première partie, nous replacerons cette sagesse dans son contexte et commencerons à étudier le prologue du livre (Proverbes 1.1-7). La deuxième partie explore plus en profondeur le prologue et résume ce que nous pouvons apprendre sur la sagesse dès le départ. Les premiers vers des Proverbes nous invitent à découvrir les trésors et les énigmes de ce livre.

20


Rencontre avec la sagesse

Première partie La sagesse : le contexte général Tous les êtres humains ont besoin de sagesse. Aucun d’entre nous n’est le seul à essayer de comprendre comment gérer au mieux son quotidien : bien s’entendre avec ses voisins, bien gérer son argent, décider si l’on va se marier ou pas, et avec qui. En discutant avec un ami ce matin, j’ai eu besoin de sagesse pour savoir si je devais ou non relancer une conversation qui, à mon avis, ne s’était pas bien terminée entre nous. Je ne sais toujours pas si j’ai bien fait d’aborder le sujet à nouveau, mais je l’ai fait ! En tout cas, je suis certaine de ne pas être la seule à devoir lutter pour savoir quand je dois parler et quand je devrais plutôt me taire. Le besoin de sagesse est universel. J’écris ces mots depuis Jakarta, en Indonésie. Cet après-midi, alors que j’attendais qu’on me serve un café dans un petit café-librairie local, j’ai jeté un coup d’œil à l’étagère des livres de poche proposés en anglais. Le premier qui a attiré mon attention était celui d’un écrivain japonais livrant le secret d’une vie longue et heureuse. J’ai vu aussi un livre sur l’art de vivre à la danoise, et un autre d’un auteur français expliquant comment vivre mieux et plus longtemps. Un petit livre-cadeau américain traitait du sujet du bonheur et de la façon de le savourer. J’avais là, sous la main, tout un monde d’auteurs de sagesse en herbe, au fond d’un petit café indonésien ! Partout dans le monde, les humains recherchent désespérément la sagesse. Il y a des siècles, le peuple de Dieu vivant dans le royaume d’Israël connaissait également ce besoin universel de sagesse. En fait, dans le monde antique, beaucoup de nations voisines avaient une catégorie spéciale d’orateurs et d’auteurs de sagesse, qui servaient souvent de conseillers aux rois de l’époque. La Bible en donne quelques indices : le livre d’Esther, par exemple, parle des conseillers du roi de Perse comme étant des « sages astrologues » (Esther 1.13) – bien que ces sages aient été tout sauf sages ! La sagesse de Salomon, que nous trouvons dans les Proverbes, n’était pas seulement connue en 21


Proverbes 1.1-7

Israël : « La sagesse de Salomon dépassait celle de tous les nomades de l’est et toute la sagesse des Égyptiens. […] De tous les peuples on venait pour écouter la sagesse de Salomon, de la part de tous les rois de la terre qui en avaient entendu parler » (1 Rois 5.10, 14). L’Égypte était réputée pour sa littérature de sagesse, dont il reste un bon nombre de textes anciens. De nombreux commentateurs notent des similitudes entre certains de ces textes et divers aspects du livre des Proverbes. Les Égyptiens utilisaient également la forme d’instructions père-fils observée dans les Proverbes. Des parallèles encore plus spécifiques peuvent être établis entre des sections des Proverbes 22 à 24 et les instructions égyptiennes d’Aménémopé1. Mon expérience dans le café indonésien n’était pas exceptionnelle ! Déjà à l’époque de l’Ancien Testament, des voix s’élevaient de toutes parts (Égypte, Arabie, Babylone, Phénicie, …) pour offrir des conseils pratiques pour la vie de tous les jours.

La sagesse de Salomon : à la fois semblable et différente Pourquoi la sagesse de Salomon s’est-elle distinguée des autres sources de sagesse ? Bien des nations environnantes n’auraient probablement pas su répondre à cette question. La plupart des habitants de ces pays n’ont pas reconnu le Dieu des Écritures, le Dieu créateur unique. Et pourtant c’est par sa grâce commune* qu’ils ont pu comprendre un peu du fonctionnement de son monde et de la manière d’y vivre au mieux. Salomon a eu le privilège de faire partie du peuple à qui Dieu s’est directement révélé. Au travers de ce peuple, cette révélation a été présentée au monde entier, de manière parfaite par le Seigneur Jésus lui-même. Les textes des Proverbes n’ont pas tous été écrits par Salomon ; certaines sections du livre sont attribuées à d’autres sages. Mais la grande majorité des proverbes lui sont attribués, et l’introduction du livre le désigne clairement en tant qu’auteur, comme nous allons le voir. * Grâce commune : toutes les bonnes choses que Dieu donne indépendamment du fait que quelqu’un soit chrétien ou non (par exemple, la pluie, l’oxygène). 22


Rencontre avec la sagesse

L’Écriture elle-même souligne et explique la sagesse singulière de Salomon : « Dieu donna à Salomon de la sagesse, une très grande intelligence et des connaissances aussi nombreuses que le sable qui est au bord de la mer » (1 Rois 5.9). Dieu s’était adressé au roi Salomon dans un rêve et l’avait invité à lui faire une requête. Salomon a humblement demandé la sagesse, « un cœur apte à écouter pour juger ton peuple, pour distinguer le bien du mal ! » (1 Rois 3.9). Sa demande a été exaucée : « Je vais te donner un cœur si sage et si intelligent qu’il n’y a eu avant toi et qu’on ne verra jamais personne de pareil à toi » (1 Rois 3.12). La sagesse de Salomon était donc une connaissance semblable à celle des peuples environnants, mais elle en était aussi différente : c’était un discernement donné par Dieu afin de savoir comment vivre dans le monde de Dieu. Nous reconnaissons aujourd’hui cette spécificité du livre des Proverbes : il fait pleinement partie de la révélation inspirée de Dieu transmise jusqu’à nous dans les Écritures, de l’Ancien et du Nouveau Testament. Les livres de sagesse de la Bible apportent un discernement inspiré au sujet du quotidien de la vie humaine dans un monde créé et dirigé par le Dieu des Écritures. Le monde a été créé parfait, mais a chuté par la rébellion de l’homme contre son créateur. Le Créateur ne s’est pas détourné de sa création pour la laisser dans ses ténèbres, séparée de lui. Non, le Créateur avait un plan éternel de rédemption : par l’intermédiaire du Seigneur Jésus-Christ qui viendrait dans ce monde, Dieu se rachèterait un peuple de toutes les nations de la terre. Quelle grâce ! Dans les Proverbes, nous entrons dans l’histoire de la rédemption révélée par Dieu dans sa parole. Le contexte biblique est clairement posé dans le prologue et nous sert d’introduction à la sagesse proposée dans ce livre. Le tout premier verset présente ce que nous devons savoir pour commencer.

23


Proverbes 1.1-7

Le contexte explicite des Proverbes Parfois appelé le « titre », Proverbes 1.1* introduit non seulement le prologue mais aussi le livre tout entier : « Proverbes de Salomon, fils de David, roi d’Israël ». Ces mots indiquent la première chose importante à savoir : la sagesse des Proverbes s’inscrit dans le contexte de la parole de Dieu et du peuple de Dieu. Ces trois noms propres (Salomon, David et Israël) évoquent à eux seuls toute l’histoire de l’Ancien Testament au cours de laquelle Dieu s’est choisi un peuple qui lui appartiendrait. Salomon n’était pas seulement un roi sage qui a écrit beaucoup de ces proverbes. Salomon est issu de la lignée de David, de la tribu de Juda : une tribu du peuple d’Israël qui, à partir d’Abraham, est devenue une grande nation conformément aux promesses de l’Éternel. Ces noms donnent vie à l’histoire et situent le livre des Proverbes dans le contexte le plus important qui soit : au milieu des livres de l’Ancien Testament. Il est certes difficile d’intégrer les livres de sagesse dans le modèle des Écritures de l’Ancien Testament. Nous parlons souvent du grand récit de la Bible, de sa grande histoire : l’histoire de la rédemption d’un peuple par Dieu au travers de son Fils. Et nous appréhendons les différents types de livres en fonction de cette histoire. Les livres historiques racontent l’histoire en grande partie sous forme de récits. Les livres prophétiques nous font entendre la voix de Dieu qui s’exprime dans l’histoire par l’intermédiaire des prophètes qu’il a appelés. La poésie des Psaumes nous fait entendre la voix de personnes vivant cette histoire et criant à Dieu de l’intérieur de celle-ci. Alors, comment la littérature de sagesse se rattache-t-elle à cette grande histoire ? Selon le commentateur Derek Kidner, les livres de sagesse sont, dans l’Ancien Testament, « l’instant où le pèlerin est libre de s’arrêter et de regarder longuement autour de lui, d’observer et de poser des questions au sujet de tout ce qu’il voit2 ». En d’autres termes, les auteurs des écrits de sagesse agissent comme des commentateurs * Tous les versets de Proverbes étudiés dans chaque chapitre sont indiqués en gras dans le texte. 24


Rencontre avec la sagesse

de l’histoire. Ils n’ont pas écrit pour faire progresser l’histoire, ni pour parler comme des prophètes dans le contexte de cette histoire, ni pour crier du sein de l’histoire. Ils se sont mis à l’écart pendant quelques instants afin de faire quelques observations au sujet de la grande histoire. Même si leur position de commentateurs de l’histoire sépare quelque peu les auteurs de sagesse du grand récit de la Bible, tout ce qu’ils disent s’y rapporte directement. Cette « sagesse » n’était pas un concept nouveau ou étranger pour les Israélites. En effet, la sagesse avait toujours été perçue en lien avec Dieu et avec sa parole révélée. Dans Deutéronome 4.6, par exemple, alors que Moïse ordonne l’obéissance à la loi que Dieu leur a donnée, il dit au peuple : Vous les respecterez et vous les mettrez en pratique, car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des autres peuples. Lorsqu’ils entendront parler de toutes ces prescriptions, ils diront : « Cette grande nation est un peuple vraiment sage et intelligent ! »

Moïse le savait bien : la sagesse doit être replacée dans le contexte de la parole de Dieu et de son peuple. La révélation de Dieu à son peuple est la pierre angulaire de la sagesse biblique. Aucune nation aujourd’hui n’est organisée sur cette base ; seul le peuple de Dieu, aujourd’hui l’Église, possède un tel fondement. Ce fondement, c’est ultimement le Christ lui-même, la sagesse de Dieu pleinement révélée et parfaitement vécue. Les livres de sagesse aident à poser ce fondement. Ils suivent la trajectoire de l’enseignement de l’Ancien Testament, ce qui rend la sagesse divine et la parole révélée de Dieu totalement indissociables pour le peuple de Dieu. Depuis toujours, la parole de Dieu touche tous les aspects de la vie humaine. Si vous avez déjà lu l’Exode et le Lévitique, vous vous êtes probablement posé des questions au sujet de toutes les lois détaillées qui s’y trouvent. En effet, elles concernent non seulement les rituels du culte, mais aussi de nombreux autres sujets comme les nids d’oiseaux, les règles alimentaires, la construction des balcons sur les toits, les tissus pour les vêtements, et ainsi de suite. Pour 25


Proverbes 1.1-7

ceux qui, en Israël, connaissaient la loi révélée par Dieu et la sagesse de Dieu dans sa globalité, un livre comme les Proverbes n’était pas différent des autres. Il faisait partie intégrante du grand récit du salut qu’ils étaient en train de vivre au jour le jour. Nous pouvons donc lire les Proverbes en toute confiance, en situant ce livre de sagesse dans le contexte global des Écritures. Nous les appréhenderons comme faisant partie de la révélation de l’œuvre rédemptrice accomplie par Dieu au travers de la nation d’Israël et dont le point culminant est le Seigneur Jésus-Christ. Il est celui qui a apporté la bénédiction à toutes les nations par sa mort et sa résurrection. Nous ne ferons pas l’impasse sur ces livres de sagesse, mais nous allons les parcourir et célébrer la lumière dont ils éclairent l’ensemble de l’histoire. Si nous lisions l’autobiographie d’un riche propriétaire terrien, nous pourrions être tentés de sauter les chapitres décrivant en détail les contours de son domaine et son fonctionnement. Ces chapitres ne nous paraîtraient pas essentiels à l’histoire de cet homme. D’un autre côté, ces détails pourraient nous en apprendre davantage sur ce propriétaire et nous faire découvrir qui il est et comment il travaille. Et si, d’une manière ou d’une autre, nous devions vivre sur son domaine, ces détails pourraient s’avérer extrêmement précieux…

Une sagesse pleine de couleurs et de motifs Au fur et à mesure que nous avançons dans les premiers versets, nous voyons comment les Proverbes nous amènent à réfléchir à la sagesse qu’ils proposent. En regardant Proverbes 1.1, nous avons déjà fait la première de cinq observations : la sagesse des Proverbes s’inscrit dans le contexte de la parole de Dieu et du peuple de Dieu. Dans la suite de ce chapitre, les cinq observations vont se décliner dans cet ordre : 26


Rencontre avec la sagesse

1. La sagesse des Proverbes s’inscrit dans le contexte de la parole de Dieu et du peuple de Dieu. 2. La sagesse des Proverbes a une signification pleine de couleurs et de motifs. 3. La sagesse des Proverbes se découvre au sein d’une relation avec l’Éternel. 4. La sagesse des Proverbes est l’alternative à la folie. 5. La sagesse des Proverbes est présente à travers toute la révélation de Dieu, mais elle est pleinement révélée en Christ. Pour introduire la deuxième observation, lisons le prologue dans son intégralité : Proverbes de Salomon, fils de David, roi d’Israël, pour connaître la sagesse et l’instruction, pour comprendre les paroles de l’intelligence, 3 pour recevoir des leçons de bon sens, de justice, d’équité et de droiture, 4 pour donner du discernement à ceux qui manquent d’expérience, de la connaissance et de la réflexion aux jeunes. 5 Que le sage écoute, et il augmentera son savoir ! Celui qui est intelligent gagnera en habileté 6 pour comprendre les proverbes et les paraboles, les paroles des sages et leurs énigmes. 7 La connaissance commence par la crainte de l’Éternel. Il faut être fou pour mépriser la sagesse et l’instruction. Proverbes 1.1-7 1

2

La deuxième observation est la suivante : la sagesse des Proverbes a une signification pleine de couleurs et de motifs, comme l’intérieur d’un kaléidoscope ! Bien des auteurs ont essayé d’organiser et de classer tous les mots relatifs à la sagesse dans le prologue des Proverbes. Cette démarche peut être source de nombreuses frustrations ! Je les appelle les mots lourds de sagesse, et nous en avons ici une belle collection. Le mot « sagesse » apparaît en premier (v. 2) et se retrouve à plusieurs reprises dans le texte. Mais cette sagesse est associée à un ensemble de mots qui s’entrecroisent et 27


Proverbes 1.1-7

se rejoignent : « instruction », « compréhension », « intelligence », « bon sens », « justice », « équité », « droiture », « discernement », « connaissance », « réflexion », « savoir », « habileté ». Chaque mot suggère une perspective légèrement différente sur le processus d’acquisition de cette sagesse. Ensemble, les mots évoquent la complexité de ce processus. On pourrait penser qu’au début d’un livre sur la sagesse, on en trouverait une définition claire et précise. Ce n’est pas le cas ici. Nous constatons dès le départ que ce livre échappe à toute forme de classement systématique et soigné. Je propose de prendre acte de cet état de fait et même de l’apprécier. Le prologue fournit un ensemble de termes que le livre s’attachera à développer par la suite. Mais ces mots ne se présentent pas sous la forme d’une liste bien ordonnée : ils s’enchaînent, parfois même se répètent, au rythme de la poésie des vers. Grâce à ces premiers versets, nous commençons à examiner les nombreuses facettes de la sagesse et à faire tourner ces mots dans notre esprit, comme nous ferions avec un kaléidoscope. De même qu’un kaléidoscope laisse voir des motifs changeant de formes et de couleurs, nous apercevons dans les Proverbes les multiples facettes de la sagesse vécue au quotidien. La sagesse touche toutes les facettes de la vie. Elle ne se réduit pas à des catégories soigneusement organisées, mais afflue dans la complexité toujours changeante de l’expérience humaine. En nous demandant de réfléchir à la sagesse, le livre des Proverbes ne nous propose pas un ensemble de vérités à apprendre par cœur et à proclamer. Il nous présente plutôt une sagesse qui transforme toute la vie. C’est pourquoi nous trouverons la sagesse (ou la personnification de la sagesse, nous en reparlerons bientôt) dans ce livre, criant depuis les coins de rue et les marchés, s’invitant non seulement dans les cérémonies religieuses, mais aussi dans les cuisines et les chambres à coucher, les lieux d’affaires, les granges et les pâturages. Dans ce livre, la sagesse met son nez dans tous les petits détails de la vie. D’un côté, cela peut représenter pour nous un réel défi, mais d’un autre, c’est une source de grand réconfort. Quel que soit l’angle sous lequel nous regardons 28


Rencontre avec la sagesse

la vie, nous avons besoin de sagesse, et nous pouvons la trouver ! Kidner proclame brillamment cette vérité dans un commentaire qui est probablement le plus cité sur les Proverbes : C’est un livre qui ne conduit que rarement à l’Église. Comme le personnage de la sagesse, il interpelle celui qui passe dans la rue à propos de quelque affaire de la vie quotidienne, ou attire l’attention sur ce qui se passe à la maison. Sa fonction dans l’Écriture consiste à mettre la piété en bleus de travail3 .

Réfléchir pour agir

1. Quelles sources de sagesse entendez-vous autour de vous aujourd’hui ? Quels types de sagesse offrent-elles ? 2. Si quelqu’un vous demandait quelle est la place des Proverbes dans la Bible, que répondriez-vous ? 3. En lisant le prologue (versets 1 à 7), quels mots ou phrases se détachent, et pourquoi ? Comment réagissez-vous dans un premier temps à l’appel qu’il contient ?

29


Proverbes 1.1-7

Deuxième partie Regarder le kaléidoscope tourner

A

près avoir constaté et même célébré la complexité des premiers vers du livre, nous devons reconnaître qu’ils sont néanmoins bien structurés. Les versets 2 à 4 fonctionnent comme un ensemble, avec une succession de verbes à l’infinitif (« pour connaître », « pour comprendre », « pour recevoir » et « pour donner »). Les enseignants considèrent souvent que ces versets résument l’objectif du livre, à savoir orienter le lecteur vers la sagesse sous ses différents aspects : intellectuel au verset 2 (connaître et comprendre), éthique au verset 3 (recevoir les leçons de bon sens, justice, équité et droiture) et pratique au verset 4 (discernement, connaissance, réflexion). Ces multiples catégories indiquent que, lorsque nous visons la sagesse, nous visons bien plus qu’un processus intellectuel. Il y a des « instructions » au verset 2 et au verset 3, tant pour la connaissance que pour l’action. Au fur et à mesure que ces vers s’enchaînent et que le kaléidoscope tourne, nous voyons que le type de connaissance présenté ici est une connaissance profonde : celle qui ne peut être séparée de la vie. La sagesse divine imprègne toute la personne, son caractère et sa vie. Si les versets 2 à 4 résument l’objectif du livre en ce qui concerne la sagesse, les versets 5 et 6 renforcent cet objectif : il faut la rechercher et découvrir ses récompenses. La première partie de cet appel est cruciale : il s’agit d’écouter (v. 5). Les Proverbes ne cesseront d’insister sur le fait qu’entendre (c’est-à-dire écouter humblement les paroles de la sagesse) est le moyen incontournable pour rechercher et trouver la sagesse. Les récompenses sont multiples, incluant non seulement une augmentation du savoir mais aussi des conseils plus pratiques, pour celui qui écoute et comprend ces proverbes. Le public auquel s’adresse cet appel à la sagesse s’élargit clairement et régulièrement au fil des vers. Au verset 4, les destinataires sont « ceux qui manquent d’expérience » et « les jeunes », confirmant

30


Rencontre avec la sagesse

l’idée selon laquelle ce livre était à l’origine destiné aux jeunes dirigeants israélites en formation. « Ceux qui manquent d’expérience » est traduit parfois aussi par « ignorants » ou « simples », comme le sont beaucoup de jeunes gens ; ces mots sont complémentaires. L’appel s’élargit cependant, peut-être pour interpeller ceux qui pourraient lire les premiers versets et estimer qu’ils sont déjà sages et n’ont pas besoin de cette sagesse. Les destinataires de ces proverbes se révèlent aussi multicolores que la sagesse elle-même. Au verset 5, l’appel s’étend au « sage » et à « celui qui est intelligent », communiquant ainsi le besoin permanent de rechercher et d’appliquer la sagesse, et le besoin d’humilité afin de continuer à écouter. Ce livre n’est pas seulement destiné aux jeunes, cette sagesse est indispensable à tous, jeunes et vieux, hommes et femmes. Je fais partie, et vous aussi, de ceux qui ont besoin de s’arrêter et d’écouter. Le verset 6 revient sur la compréhension introduite au verset 2 et réitérée au verset 5. La diversité des termes utilisés pourrait faire sourire mais elle semble souligner à quel point ce n’est pas chose facile d’interpréter correctement un « proverbe », une « parabole », des « paroles de sages » et des « énigmes ». Cela semble être une tâche ardue. Même si nous essayons d’organiser et de catégoriser ces paroles empreintes de sagesse, nous sentons qu’elles constituent des « énigmes » – des mystères qui seront parfois difficiles à résoudre. De nombreux versets vont nous laisser perplexes ! Ils touchent à des connaissances étendues qui nous dépassent. Regarder dans un kaléidoscope peut nous couper le souffle. Nous pourrions penser à la sagesse et à la « très grande intelligence » de Salomon. Il a prononcé 3 000 proverbes et écrit 1 005 cantiques (1 Rois 5.12). Il a étudié les arbres, « depuis le cèdre du Liban jusqu’à l’hysope qui sort de la muraille », et les bêtes, les oiseaux, les reptiles et les poissons (1 Rois 5.13). Le monde de Dieu, tant dans la nature que dans la nature humaine, renferme des strates et des profondeurs que les plus sages d’entre nous trouveront impossibles à appréhender. 31


Proverbes 1.1-7

Le verset de conclusion du prologue indique la direction à suivre pour faire face à cette tâche ardue.

La sagesse au sein d’une relation avec l’Éternel Nous avons dit que la sagesse des Proverbes ne s’apprend pas seulement intellectuellement, mais qu’elle se vit au quotidien. Elle n’est pas expérimentée de manière isolée. Nous sommes désormais prêts pour la troisième observation : la sagesse des Proverbes se découvre au sein d’une relation avec l’Éternel. Dans toute l’Écriture, la relation avec l’Éternel Dieu est centrale : nous ne devrions donc pas être surpris qu’il en soit de même dans les Proverbes. Il est important de le constater et de le dire pour éviter de tomber dans le piège de ne voir dans les Proverbes qu’une collection de dictons, plutôt qu’un livre au sujet de notre relation avec Dieu. Plus nous lisons attentivement ce livre, plus nous voyons que la sagesse consiste à vivre dans une relation active avec Dieu : écouter, suivre, se repentir et, avant toute chose, craindre Dieu. Le verset culminant du prologue affirme : « La connaissance commence par la crainte de l’Éternel » (Proverbes 1.7a). Craindre Dieu (un appel que l’on retrouve tout au long de l’Ancien Testament) c’est autre chose que d’avoir simplement peur, comme nous aurions peur d’un orage ou d’un cambrioleur. Ces peurs sont conditionnées par des objets ou des événements qui nous font souffrir. Une juste crainte de Dieu est également conditionnée par son objet : le Dieu de l’univers, qui s’est révélé dans les Écritures. Craindre l’Éternel signifie le révérer pour ce qu’il est, conformément à sa parole. Le craindre c’est le commencement, le point de départ de toutes ces paroles de sagesse. C’est ce qui fait tourner le kaléidoscope. Le texte ne parle pas de la « crainte de Dieu » mais de la « crainte de l’Éternel », Yahweh. Il s’agit du nom révélé de Dieu comme celui qui, dans un amour inébranlable, rachète un peuple pour luimême. Oui, l’Éternel est le Créateur souverain de toutes choses. 32


Rencontre avec la sagesse

Oui, l’Éternel est le Juge saint de tous les peuples. L’Éternel Dieu est un Dieu unique. Et pourtant, Yahweh est un nom particulier pour désigner Dieu. C’est le nom que Dieu lui-même a donné à Moïse afin d’expliquer au peuple d’Israël qui est celui qui l’a envoyé pour les sauver d’Égypte : « Voici ce que tu diras aux Israélites : “L’Éternel, le Dieu de vos ancêtres, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’envoie vers vous.” Tel est mon nom pour toujours, tel est le nom sous lequel on fera appel à moi de génération en génération » (Exode 3.15). L’Éternel est celui qui sauve un peuple pécheur, dans sa miséricorde, conformément à ses promesses. Ce salut a été évoqué pour la première fois dans le jardin d’Éden, après la chute, lorsque Dieu a promis que la descendance de la femme écraserait la tête du serpent (Genèse 3.15). Dieu a fait venir le salut par Abraham et sa descendance, en promettant de les bénir, de faire d’eux une grande nation dans le pays qu’il avait promis de leur donner et, par leur intermédiaire, d’apporter la bénédiction à toutes les nations de la terre (Genèse 12.1-7). À l’époque du roi Salomon, la postérité d’Abraham que Yahweh avait sauvée d’Égypte était effectivement devenue une grande nation prospère, bénissant toutes les nations alentour grâce à la sagesse de son roi. Le peuple d’Israël recevait le fruit des promesses de Yahweh. Et pourtant, ce n’était pas le fruit ultime. Nous lisons aujourd’hui le livre des Proverbes en connaissant l’histoire du royaume d’Israël, qui a prospéré un temps puis qui est tombé, car le peuple de Dieu s’est détourné de l’Éternel. Mais le nom de l’Éternel dure à jamais. Sa parole s’accomplit toujours. Nous savons également que, conformément à son alliance, l’Éternel a conduit la descendance promise dans ce monde. Elle est venue par la lignée de David, de Salomon et de leurs descendants, par la lignée de Juda, jusqu’à Jésus. Lorsque nous lisons le nom de « l’Éternel » aujourd’hui, nous ressentons la profondeur de ce nom tel qu’il a été révélé dans l’histoire, ainsi que la profondeur de l’amour avec lequel ce nom résonne. C’est le nom du Dieu miséricordieux qui rachète son peuple pour lui-même, ultimement au travers de son Fils. 33


Proverbes 1.1-7

Le point de départ de la sagesse dans les Proverbes, c’est le point de départ pour le peuple de Dieu de tous les temps : nous devons craindre l’Éternel. Nous devons le révérer pour qui il est selon sa parole. Cette relation avec l’Éternel conditionne tout dans nos vies. Les Proverbes sont remplis de relations humaines, tout comme nos vies : entre parents et enfants, maris et femmes, hommes et femmes qui ne sont pas mariés, dirigeants et citoyens, entre voisins, etc. Mais cette relation avec l’Éternel que nous sommes appelés à craindre est le seul fondement valable. Quelle grâce qu’il se soit révélé à nous ! Quelle grâce qu’il nous ait lui-même rachetés afin de nous rendre capables de le craindre comme son peuple racheté bien-aimé. La crainte de l’Éternel sera présentée à maintes reprises, à des moments cruciaux du livre. Elle est l’unique point de départ pour une vie de sagesse et sera indispensable tout au long du chemin de la sagesse.

La sagesse ou la folie Proverbes 1.7 présente cependant une deuxième idée. Ce n’est pas avec une simple déclaration positive concernant la crainte de l’Éternel que le prologue atteint son point culminant, mais avec deux vers poétiques parallèles qui établissent un contraste. Ceci nous conduit à la quatrième observation : la sagesse des Proverbes est l’alternative à la folie. La connaissance commence par la crainte de l’Éternel. Il faut être fou pour mépriser la sagesse et l’instruction.

Résumons le contenu du prologue jusqu’ici : une succession de mots lourds de sagesse, un appel irrésistible et kaléidoscopique à la sagesse, la mention du nom même de l’Éternel et l’appel à le craindre. Après tout cela, le deuxième vers du verset 7 fait l’effet d’une douche froide ! Ici, au tout début du livre des Proverbes, nous sommes évidemment censés ressentir le contraste dramatique et mortel qui existe 34


Rencontre avec la sagesse

entre la sagesse et la folie. Ces deux chemins sont présents à travers toute la littérature de sagesse, décrivant deux façons de vivre et deux destinations bien différentes. Ce verset est clair : il existe une voie de la sagesse, qui commence par la crainte de l’Éternel, mais il existe aussi une voie de la folie, dans laquelle la sagesse est méprisée et rejetée. Ce n’est pas que les fous ne trouvent pas ou ne choisissent pas la sagesse, mais plutôt qu’ils la méprisent. Ils la détestent ! Ces deux vers établissent un intéressant parallélisme antithétique. Nous entrerons dans les détails de la poésie plus tard, mais pour l’instant, nous remarquons deux vers associés qui disent des choses tout à fait à l’opposé l’une de l’autre ; c’est ce que j’appelle le « parallélisme antithétique ». On pourrait s’attendre à ce que le « fou » du deuxième vers contraste directement avec un « sage » dans la première partie du verset. Mais ce n’est pas le cas : il n’y a pas de « sage » mentionné dans le premier vers. Il n’y a que la crainte de l’Éternel. C’est à l’Éternel lui-même, et à la crainte qu’il inspire, que ces insensés s’opposent. Les fous rejettent cette relation et en fin de compte, c’est l’Éternel lui-même qu’ils méprisent. C’est une vérité importante à retenir : les personnes qui choisissent le chemin de la folie n’ont pas seulement besoin d’une argumentation raisonnée, elles ont besoin de rencontrer une personne. Les Proverbes invitent à cette rencontre. Après avoir énuméré tous les avantages de la sagesse, le prologue ne révèle pas les conséquences de la folie. Les Proverbes aborderont cette question au fur et à mesure des différentes instructions. Nous serons alors confrontés de manière saisissante aux fins diamétralement opposées de la sagesse et de la folie. C’est une question de vie ou de mort ! Le prologue est un appel à la sagesse et à la vie. Il ne nous amène pas sur l’autre chemin ; le contraste dramatique suggère simplement le pire avec une remarque finale sinistre qui vient conclure l’appel extrêmement positif du prologue. La tension créée par le dernier vers nous pousse à aller de l’avant pour saisir la force des mots qui suivent au verset 8 : « Mon fils, écoute l’instruction de ton père ». Les fous 35


Proverbes 1.1-7

méprisent cette instruction (v. 7), celle-là même que les Proverbes nous appellent avec insistance à suivre (v. 2-3).

Christ, notre sagesse Nous l’avons déjà dit à plusieurs reprises, mais réaffirmons-le comme notre cinquième et dernière observation : la sagesse des Proverbes est présente à travers toute la révélation de Dieu, mais elle est pleinement révélée en Christ. Nous observerons des allusions et des répercussions de cette vérité tout au long du livre. Le prologue lui-même évoque implicitement cette vérité. La forme du prologue nous oriente dans deux directions : vers l’extérieur puis vers les hauteurs. Dans son introduction, il est question de l’histoire du royaume d’Israël et, à la fin du prologue, de la crainte de Yahweh, l’Éternel, qui a conclu avec Israël une alliance qui se projette loin dans l’avenir. Dès le début, nous découvrons le peuple à travers lequel Dieu a déclaré vouloir manifester sa sagesse, comme nous l’avons vu en Deutéronome 4.6. C’est ce peuple qui, tout au long de la grande histoire de l’Écriture, a reçu maintes fois le commandement de craindre l’Éternel : « C’est l’Éternel, ton Dieu, que tu craindras » (Deutéronome 6.13). Si nous suivons les traces de ce peuple tout au long de l’histoire, nous constatons qu’il a beaucoup de mal à craindre l’Éternel et à suivre ses lois. Les Israélites n’ont pas fait preuve de sagesse aux yeux du monde comme ils étaient appelés à le faire. Les promesses de Dieu à leur égard se sont néanmoins accomplies au travers du libérateur qui est venu dans leur descendance. C’est dans le Seigneur Jésus que sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance (Colossiens 2.3), c’est lui que l’apôtre Paul appelle « la sagesse de Dieu » (1 Corinthiens 1.24). S’il est vrai que notre relation avec l’Éternel est au cœur des Proverbes, alors les lecteurs de la Bible n’auront aucun mal à faire le lien entre les Proverbes et Jésus-Christ, le Messie promis ! En effet, en venant à nous, Jésus a rendu possible une telle relation, au travers de sa mort à notre place et de sa résurrection. Nous ne 36


Rencontre avec la sagesse

pourrons probablement pas faire abstraction de ce que Paul dit des saintes Écritures : elles « peuvent te rendre sage en vue du salut par la foi en Jésus-Christ » (2 Timothée 3.15). En parcourant les Proverbes, nous souhaitons garder cette vérité à l’esprit de manière claire mais prudente. Nous voulons, dans un premier temps, nous pencher sur le texte inspiré qui nous est présenté en l’écoutant avec des oreilles ouvertes, comme l’auraient fait les premiers lecteurs. Avec prudence et humilité, nous serons alors prêts à comprendre comment ces paroles témoignent de notre Sauveur, comme il a lui-même dit au sujet des Écritures (Jean 5.39). Jésus est venu pour nous enseigner et nous montrer la sagesse dans toute sa plénitude. Au plus fort moment du sermon sur la montagne en Matthieu 7, nous ne sommes pas surpris d’entendre Jésus raconter l’histoire d’un homme sage et d’un homme insensé ! Et que nous apprend cette histoire ? Jésus explique : « C’est pourquoi, toute personne qui entend ces paroles que je dis et les met en pratique, je la comparerai à un homme prudent qui a construit sa maison sur le rocher » (Matthieu 7.24). Les Proverbes nous appellent à entendre et à suivre les paroles de la sagesse : « Que le sage écoute » (Proverbes 1.5). Mettons-nous à l’écoute de la sagesse des Proverbes, dont nous avons tous si désespérément besoin, et puisse cette sagesse nous conduire à Jésus ! Jésus est le cadre définitif et parfait de la sagesse des Proverbes. En Jésus se trouve la révélation la plus éblouissante et la plus kaléidoscopique de la sagesse en action. Jésus est le chemin vers une relation avec Dieu. Jésus révèle la folie mortelle de l’autre chemin. La sagesse des Proverbes se déploie entièrement et s’illumine en la personne de Jésus.

37


Proverbes 1.1-7

Réfléchir pour agir

1. Les Proverbes interpellent de multiples publics. Lesquels vous semblent particulièrement importants ? 2. « Les personnes qui choisissent le chemin de la folie n’ont pas seulement besoin d’une argumentation raisonnée, elles ont besoin de rencontrer une personne. » De quelles manières les Proverbes démontrent-ils cette vérité, et comment en avez-vous été témoin vous-même ? 3. Lisez 1 Corinthiens 1.18-25, et commentez ce que vous découvrez sur la sagesse en relation avec Jésus-Christ.

38


Chapitre deux

Les voix de la sagesse Proverbes 1.8 à 3.35


Proverbes 1.8 à 3.35

L

e prologue nous a invités à la sagesse et à ses fruits. Maintenant, les Proverbes vont développer cet appel. La première partie de ce chapitre nous fera découvrir la suite de Proverbes 1, avec une instruction paternelle et une interpellation personnelle de la part de la sagesse. Nous, lecteurs, allons donc rejoindre les auditeurs. La deuxième partie de ce chapitre regarde en avant pour découvrir comment le modèle d’enseignement de la sagesse est maintenant établi pour la première grande section du livre.

40


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.