Issuu on Google+

L’écho des Syndicats mixtes L’écho des Syndicats mixtes

Numéro 9 Juillet 2012

Dossier spécial

Tourisme en Cotentin Que préconise le SCOT - p 3 Le cotentin, une destination touristique - p 5 un territoire qui investit pour le tourisme ! - p 7 Le pays d’accueil touristique : l’exemple du pays Saint-Lois - p 10 Portrait de Cotentin nautisme - p 12 Tourisme et nouvelle technologie - p 14 Camping et développement durable - p 18

Mutualiser et renforcer la cohérence territoriale dans le Cotentin Syndicat mixte du Cotentin, Syndicat mixte Cotentin Traitement, Syndicat mixte du SCOT du Pays du Cotentin


Edito

La mission Tourisme du SMC est précise : « Fédérer les acteurs du Tourisme ». C’est en ces termes que le Conseil Régional de Basse Normandie en accord avec le Conseil Général de la Manche ont demandé au syndicat mixte d’émettre des propositions. D’autres acteurs dans les années passées ont travaillé sur le sujet. Cela a permis une avancée significative du Cotentin. Néanmoins notre territoire souffre de son émiettement et paradoxalement de sa richesse naturelle, patrimoniale et culturelle. L’offre touristique variée mais éclatée ainsi que la gouvernance fragmentée nuisent à la lisibilité de la destination Cotentin. Ceci est le diagnostic sans concession mais réaliste du Cabinet Protourisme (Voir page 5). Le Comité Syndical en s’attachant à retenir les préconisations du cabinet Protourisme, entre dans une phase d’émergence d’un pôle tourisme Cotentin. Beaucoup a déjà été fait par d’autres acteurs, et il reste aujourd’hui à franchir la dernière marche vers davantage d’intégration. Le dernier pas est souvent le plus difficile et j’espère que les équipes du syndicat mixte sauront apporter leur dynamisme pour y parvenir. Durant les 3 années qui viennent, il nous faut relever le défi de la gouvernance, apprendre à travailler ensemble, avec les autres. Je compte sur l’implication des élus, techniciens, professionnels et institutionnels. Je vous souhaite une bonne lecture. Michel CANOVILLE

Nous vous souhaitons une bonne lecture. Jean-Jacques BEAURUEL Directeur

2


Tourisme :

que préconise le SCOT ? Lors de l’élaboration du SCOT du Pays du Cotentin, la question du tourisme a été posée. Emmanuel Lehmann, Ingénieur Urbaniste en charge du SCOT, répond à nos questions.

La question du tourisme a-t-elle été abordée lors de l’élaboration du SCOT ? Le SCOT a considéré que la mise en valeur des façades aquatiques du Cotentin doit permettre de renforcer l’attractivité et la visibilité du territoire. Tout en préservant la qualité du littoral du Cotentin, et donc sa caractéristique naturelle

et sauvage exceptionnelle, il faut permettre de renforcer l’attractivité du littoral et de nos ports. Ils sont attractifs tant sur le plan du tourisme que celui de la plaisance. L’objectif n’est pas seulement de développer le littoral. Le tourisme doit profiter à tout l’arrièrepays, notamment grâce au développement de l’hébergement touristique.

Le SCOT fixe-t-il une stratégie en matière d’hébergement touristique ? il fait le constat que l’offre d’hébergement doit être renforcée sur le territoire. Il faut rechercher

3


plusieurs types d’offres, correspondant à des demandes bien distinctes : - Mieux répondre aux besoins du tourisme de groupe, ou d’affaire, en implantant des hôtels d’au moins 40 chambres ; cette offre connaît un réel déficit, surtout compte tenu de l’image que le Cotentin souhaite donner. - Développer de petits hôtels répondant aux besoins du tourisme individuel de moyenne gamme ou haut de gamme ; il s’agit de l’hôtellerie dite « de charme ». - Et enfin, développer l’offre de villages-vacances « nouvelle génération », destinée à accueillir le tourisme familial ou de groupe.

meilleure gestion des impacts environnementaux (effluents, déchets, plantations). Par ailleurs, le SCOT ne permet pas de s’affranchir des dispositions, parfois contraignantes, de la loi. Ainsi, dans les communes littorales, on peut créer ou étendre un camping à la condition qu’il soit en continuité avec le bourg… c’est une disposition législative, elle s’applique à l’ensemble du littoral francais.

Et pour l’hébergement rural et de plein air ? L’offre d’hébergement rurale, en gîte, doit être encouragée sur tout le territoire. Le camping et les habitations légères de loisirs doivent aussi pouvoir se développer, en privilégiant les projets présentant une qualité écologique.

Cependant les documents d’urbanisme ne suffisent pas pour créer de l’hébergement touristique. Bien entendu, la création d’un hôtel ne se décrète pas dans un document d’urbanisme. Mais dans leurs PLU, les communes peuvent chercher à favoriser le développement hôtelier, par exemple en fixant des règles de création de stationnement qui ne découragent pas l’arrivée d’un investisseur, ou en identifiant certaines localisations préférentielles. Pour encourager la création de gîtes ruraux, les PLU peuvent aussi autoriser le changement de destination des anciens bâtiments agricoles, lorsqu’ils présentent un intérêt architectural.

Un mot sur le tourisme « littoral » ? Le Cotentin connaît un contexte particulier, avec de nombreux mobil-homes implantés sur des parcelles naturelles dans les zones littorales, souvent sans autorisation. Les pouvoirs publics œuvrent depuis longtemps déjà pour endiguer ce phénomène, et résorber les dommages infligés à l’environnement. Dans cette logique, le SCOT préconise la réorganisation du caravaning « sauvage » en regroupant ces implantations à l’intérieur de « parcs résidentiels de loisirs ». Cela permet à la fois une meilleure intégration dans le paysage, et une

Emmanuel Lehmann

Chargé de mission SCOT Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 scot@cotentin.org - www.scot-cotentin.fr

4


Le Cotentin,

une destination touristique ?

Le cabinet PROTOURISME a travaillé plus d’un an pour accompagner le développement touristique du Cotentin. A travers 300 pages de diagnostic et de préconisations leur message est simple ! « Avec environ 97 millions d’euros de retombées économiques, le tourisme est aujourd’hui une activité économique majeure du Cotentin ». Elle pourrait même se développer davantage. Tout dépendra de la capacité du territoire à se mobiliser car la concurrence est rude. Retour sur les principaux constats et préconisations du cabinet PROTOURISME. Explication du Président Canoville.

Certains ont trouvé le diagnostic parfois très dur ! Le Cotentin est-il si en retard que cela ? Je crois au contraire que le diagnostic a été largement partagé ! Beaucoup attendaient que les choses soient dites ! Mais il est vrai que le cabinet a l’habitude d’exprimer les choses avec franchise.

Si le diagnostic est parfois sans concession, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de démarches intéressantes sur le Cotentin ! Le cabinet a simplement voulu orienter le diagnostic pour répondre au mieux à la demande des élus : définir une stratégie de développement touristique. Si le tourisme doit être développé sur le Cotentin, il faut que les

élus soient conscients qu’il y a un potentiel, mais que cela nécessitera des moyens et un gros travail de coordination !

Le manque de lisibilité du Cotentin est un constat récurent. Pouvez-vous nous l’expliquer ? L’enquête réalisée auprès d’une clientèle potentielle a été très parlante. Les personnes interrogées ont beaucoup de difficulté à identifier le territoire, ses sites phares ou encore les activités à y pratiquer ! Pourtant le territoire est très riche avec une diversité de sites, d’activités et d’ événementiels… mais cette offre est atomisée, cela nuit à la lisibilité de la

destination ! La communication réalisée sur le territoire est également très révélatrice de cette dispersion. Le territoire manque de document de promotion Cotentin tel qu’un magazine de destination par exemple. Et la plupart des brochures existantes ne sont pas accrocheuses, elles portent sur des sites très localisés qui ne guident absolument pas le touriste. Bref le territoire doit travailler son identité et la rendre plus lisible !

Vous avez largement abordé les nouvelles attentes touristiques. En quoi l’offre Cotentin estelle en décalage avec

Les tendances Le touriste est « touristonaute » : avec internet il s’informe, réserve, achète des produits touristiques… Les touristes recherchent des séjours moins longs et moins loin, des hébergements thématisé, atypiques Les touristes ont une sensibilité à l’environnement et à la culture Les missions des Offices de Tourisme évoluent et doivent se redéfinir chaque jour vers une politique de conquête, de conseil pour les séjours… Une concurrence exacerbée : un nombre de « destinations » multiplié par 10 en 20 ans (Le concurrent de Cherbourg n’est pas La Hague, Barneville-Carteret , … mais l’Irlande, le Maghreb,…)

5


les nouvelles attentes touristiques?

travailler ensemble s’il n’y a pas de fil conducteur sur la politique touristique du territoire !

Pour être attractif il faut être en phase avec les attentes touristiques. Celles-ci évoluent sans cesse. Nous avons voulu faire passer les grandes tendances actuelles et montrer le décalage du cotentin par rapport à ces attentes mais aussi les atouts du territoire pour y répondre. Le décalage est flagrant sur l’offre d’hébergement. Concernant l’hôtellerie, il y a une sous représentation de l’hôtellerie 3* de caractère, d’hébergement de charme ou thématisés.

Face à ce constat quelles ont été les propositions ? Il est indispensable que les territoires se structurent face à cette mutation touristique. Le cabinet a proposé l’émergence de territoires géotouristiques, territoires qui recouvrent une même destination touristique où les moyens pourraient être mutualisés. Aujourd’hui il faut dépasser les frontières communales et même communautaires qui n’ont pas de sens pour les touristes ! C’est aussi une étape indispensable pour travailler à l’échelle Cotentin. Impossible de travailler à quatorze entités aussi hétérogènes autour de la table. A cinq c’est déjà plus facile !

L’Hôtellerie de plein air manque de services locatifs, d’animation, d’hébergement thématisés ou atypique. De même, les centres d’hébergements nécessitent de gros investissements pour répondre aux attentes de confort et de services. L’autre problème est que les filières sont déconnectées Michel Canoville : les sites et équipements En parallèle de cette touristiques travaillent peu structuration il faut que les ensemble pour la réalisation de acteurs se rassemblent autour « pass » par exemple. Il y a également peu de de la bannière Cotentin. C’est là qu’intervient « package » sur le Cotentin qui proposeraient de la création d’un Pays d’Accueil Touristique l’hébergement, des visites et des activités… Cotentin. C’est en effet un très bon outil pour mettre tous les acteurs touristiques autour La gouvernance touristique est-elle à de la table et mener des actions communes !

l’origine des difficultés du Cotentin ?

Conclusion

Effectivement, une grande partie des difficultés du territoire repose sur son manque de structuration, son « d’égoïsme territorial » ! C’est un terme fort, mais il faut être conscient qu’une organisation avec un office de tourisme pour 15 communes ce n’est pas tenable ! Aujourd’hui les modes de consommations des touristes bouleversent l’organisation touristique. Ils réservent sur internet, veulent du bien être, du package… Très clairement un office de tourisme avec un employé saisonnier ne peut plus répondre à ces attentes ! Les services proposés par beaucoup d’OT du territoire l’illustrent parfaitement : les sites internet, les documents de promotion et même les animations ne sont pas des produits touristiques mais plutôt des animations et informations à destination de la population locale. Au-delà de la dilution des moyens, comment voulez-vous être lisible et amener les filières à

Morgane Jestin

Chargée de mission Plan Climat Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 climat@cotentin.org - www.paysducotentin.fr

PROTOURISME a restitué ses préconisations en septembre dernier. Mais depuis que s’est-il passé ? C’est ce que nous avons voulu montrer à travers ce numéro : sans pouvoir être exhaustifs, nous avons souhaité mettre en lumière des initiatives qui vont dans le sens des préconisations de PROTOURISME : des investissements pour des équipements, des territoires qui se structurent, une nouvelle gouvernance qui voit le jour avec le Pays d’Accueil Touristique du Cotentin… c’est aussi l’occasion de présenter quelques initiatives qui sont autant de pistes de travail pour le Cotentin ! L’étude téléchargeable avec votre smartphone ou sur le site du Pays www. paysducotentin.fr Mot de passe : tourisme Identifiant : tourisme

6


Le Cotentin,

un territoire qui investit pour les équipements touristiques !

7 023 029 d’euros, c’est le

montant de crédits Etat-Région que les élus du Syndicat Mixte du Cotentin ont fléché sur la réalisation d’équipements touristiques. En effet, depuis 2005, les élus peuvent choisir de mettre à disposition, sur les projets structurants de leur choix, des crédits EtatRégion via le contrat de Pays (2005-2007) ou convention territoriale (2007-2013). Sur le Cotentin, une grande partie de ces crédits ont été ciblés sur des projets touristiques. Pourquoi avoir choisi ces projets ? Quelles retombées de ce soutien financier ? Retour sur deux projets pour nous éclairer : Le nouvel espace permanent Titanic avec le Président de la Cité de la mer, Bernard Cauvin, et sur le Musée du Débarquement à Utah Beach avec le Maire, Henri Millet.

La Cité de la Mer : Immersion dans un projet de territoire ! La Cité de la Mer c’est 10 ans d’existence, 2 500 000 visiteurs, soit le 2ème site de visite du département. Alors pourquoi soutenir un équipement qui fonctionne ? Et bien tous les sites vous le diront, pour rester attractif il faut renouveler, innover en permanence. Les investissements nécessaires ne peuvent être portés par une seule collectivité. Les élus du Syndicat Mixte ont donc marqué leur

volonté de soutenir ensemble ce projet de territoire en fléchant 2 millions d’euros de la convention territoriale. Retour sur le dernier projet financé : le Titanic.

Embarquez sur le Titanic ! Dès les premiers pas vous êtes

sur le pont du Titanic et admirez la rade de Cherbourg du 10 avril 1912 au petit matin. La note est donnée, ce ne sera pas une attraction à grande sensation, mais une scénographie très riche orientée sur le Titanic et son lien à l’histoire Cherbourgeoise. Dès la « salle des bagages », film, photos et dispositifs interactifs vous plongent dans l’histoire de

Le projet : Une nouvelle exposition permanente à La Cité de le Mer • • • • •

800 m² dédié au Titanic 1 200 m² dans La salle des bagages dédiée à l’émigration Coût : 3.3 Millions d’euros Communauté Urbaine de Cherbourg : 976 000€ Convention territoriale Cotentin : 640 000 € Etat/ 640 000 € Région • Europe (FEDER) : 800 000 € • Conseil général : 244 000 €

7


Quelque soit la saison estivale, le nouvel espace permanent « Titanic retour à Cherbourg » a rempli ses objectifs ! Non seulement cela permet de relancer l’attractivité de La Cité de la Mer dans son ensemble, mais cela dynamise également l’activité touristique du Cotentin, car aujourd’hui les visiteurs viennent à Cherbourg pour visiter le nouvel espace Titanic !

50 millions d’émigrants qui ont fui l’Europe vers les Amériques. Puis l’espace Titanic vous fait vivre en direct durant une boucle de 30 minutes un scénario en trois étapes : la traversée, la collision et le naufrage. Tout est synchronisé : au moment du naufrage, quand vous déambulez dans l’espace feutré des premières classes, l’évacuation des passagers dans la coursive de 3e classe commence déjà. Revenez 10 minutes plus tard au même endroit les ambiances auront évolué avec l’avancée du naufrage ! Dans un espace dédié à La Capitainerie, en plus des décors et témoignages au plus proche de la réalité, vous pouvez mesurer un cap, taper votre message en morse et surtout comprendre les raisons du naufrage.

Quand tout le territoire se mobilise !

Avec cette exposition le statut de « locomotive » de La Cité de la Mer se voit conforté et c’est tout le territoire qui y gagne. Nous avons multiplié les actions de communication et de commercialisation et mobilisé tous Un bilan très positif nos relais : de plus en plus d’offices après quelques semaines Expo Titanic : de tourisme et hébergeurs sont d’ouverture ! devenus nos revendeurs. C’est aussi le travail de tout un réseau qui paye ! visiteurs en Oui les objectifs sont atteints et La CCI, les commerçants, Cotentin même au delà ! Depuis avril, nous Tourisme, Manche Tourisme, et bien quelques bénéficions d’un bouche à oreille d’autres professionnels que nous semaines et d’une résonnance médiatique avons mobilisés et pour qui Titanic extrêmement positifs. Nous avons devient un véritable produit d’appel connu des chiffres records renouant touristique et un argument de vente ! avec la fréquentation du démarrage de La Cité de Tous ont joué le jeu ! Les relais n’ont jamais aussi la Mer. A ce jour, depuis l’ouverture de Titanic : bien marché et le résultat est là ! Se félicite 117 290 visiteurs sont venus ou revenus à La Cité Bernard Cauvin. de la Mer explique Bernard CAUVIN, Président de La Cité de la Mer. Nous restons prudents car la fréquentation se concentre aussi sur la saison Et la suite ? estivale. Nous savons que nous disposons d’un réservoir : d’une part, avec la nouveauté le Nous devons d’abord procéder à quelques segment groupe se travaille au moins sur deux ajustements mineurs avant l’été sur le nouvel saisons. D’autre part, dans le Cotentin nombreux espace Titanic telle que la signalétique. Mais dès habitants ont préféré attendre pour éviter la foule. la rentrée nous allons nous pencher sur l’après Enfin, les scolaires découvrent tout juste toutes Titanic… et en premier lieu il nous faut poursuivre les richesses pédagogiques du nouvel espace. le grand chantier de restauration du patrimoine L’engouement suscité par Titanic n’a pas fini de et de sauvegarde de la Gare Maritime, superbe s’éteindre ! bâtiment Art déco unique en Europe !

117 290

© Collection Claude Molteni de Villermont

Linde Henker

Chargée de mission Pays du Cotentin Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 pays@cotentin.org - www.paysducotentin.fr

8


Utah Beach : le tourisme de mémoire innove sur le Cotentin ! Après la Cité de la Mer, tout le monde s’accorde à dire que le tourisme de mémoire lié au débarquement est une autre « locomotive » touristique de taille pour le Cotentin ! Oui, mais tous ces sites se retrouvent aujourd’hui face à un enjeu majeur: rester attractifs auprès d’un public qui sera de moins en moins sensibilisé à la seconde guerre mondiale. Sainte-Marie-du-Mont, petite commune propriétaire du musée du débarquement d’Utah Beach, a choisi de relever ce défi. Mais là encore ce projet structurant a un coût que la commune ne pouvait supporter seule. Cet investissement a donc facilement trouvé sa place dans la convention territoriale grâce au soutien de tous. M. Millet maire de Sainte-Marie-du-Mont revient sur ce projet. Vivez le débarquement au cœur des Dunes ! Agrandissement, modernisation, nouvel espace d’exposition… et un hangar abritant une réplique grandeur nature du fameux B-26 Dinah Might ( un avion quoi..) ! Voilà ce que propose le musée du débarquement d’Utah Beach pour maintenir la mémoire du débarquement vivante ! Le musée est passé de 1000m² à 3000m² avec une scénographie totalement renouvelée. Bref un nouveau musée !

Après un an de fonctionnement quel bilan faites-vous ?

Quels moyens avez-vous mobilisé pour faire vivre ce projet ? Ce projet est lourd en termes d’investissement. Nous avons revu notre organisation et pour cela nous avons créé trois emplois : pour la direction, l’entretien et les visites. Ensuite nous avons largement développé et travaillé la communication en multipliant notre budget par 10 ! De plus, grâce à l’office de tourisme de sainteMère, un « Ticket commun 3 visites » a été crée et permet de bénéficier de tarifs avantageux pour la visite de notre site, du musée à Ciel ouvert et du Musée Air Borne.

Quelle suite pour les années à venir ? Il nous reste quelques aspects à finaliser comme le stationnement par exemple, il nous faut également apprendre à être plus économe au niveau énergétique ! Nous savons que l’espace boutique pourrait aussi être plus performant. Mais surtout, il nous faudra être en perpétuelle innovation. Nous pensons déjà à de nouvelles évolutions : certains espaces restent non exploités pour le moment et nous travaillons actuellement à leur mise en valeur. Il est également prévu que la muséographie évolue et pour cela notre travail avec nos partenaires américains se poursuit !

Nous sommes passés de 70 000 visiteurs par an à 120000 pour l’année dernière ! Les retours des visiteurs sont très positifs, la nouvelle muséographie plaît ! Elle est très appréciée des scolaires et c’était l’un des premiers objectifs du projet : être interactif, plus compréhensible et moderne pour mieux transmettre la mémoire liée au débarquement.

Le projet : Extension et redéfinition du musée du débarquement • Coût du projet : • Autofinancement : • Convention territoriale Cotentin : 350 000€ Etat/ 350 000€ Région • Particularité : mécénat Américain

9


Le pays d’accueil touristique : l’exemple du pays Saint-Lois

Le Pays d’Accueil Touristique, PAT, voilà la nouvelle gouvernance touristique du Cotentin ! Oui mais c’est quoi précisément un PAT ? Pour mieux comprendre nous avons posé la question à M. JORET ! Longtemps directeur de la fédération régionale des PAT, il est également Président du Pays d’Accueil Touristique de Saint-Lô. A travers son expérience il nous explique ce qu’est pour lui un Pays d’Accueil Touristique.

Pourquoi la création du PAT sur le Saint-lois ? Nous sommes Pays d’Accueil Touristique depuis 1998. A cette époque les élus du territoire ont choisi de créer le Syndicat Mixte du Val de Vire autour de deux priorités : l’eau et le tourisme.

Tout l’enjeu était de faire prendre conscience des atouts et du potentiel touristique du territoire notamment avec la Vallée de la Vire. La mission Tourisme s’est donc concrétisée par la création d’un Pays d’Accueil Touristique qui est un excellent moyen de fédérer les acteurs touristiques.

Comment s’organise le Pays touristique de Saint-Lô ? Le Pays Touristique de Saint-Lô regroupe 9 communautés de communes. Chacune participe financièrement au Syndicat Mixte en fonction du nombre d’habitant et a de 2 à 4 délégués au sein de la commission Tourisme du Syndicat Mixte. Celleci se réunit deux fois par an pour faire le bilan et définir le plan d’action annuel. Ainsi chaque commune ou communauté de communes garde ses missions tourisme mais nous pouvons travailler ensemble pour valoriser la destination. Pour intégrer les professionnels, offices de tourisme et autres acteurs touristiques nous animons des groupes de travail thématiques ciblés : assiette de Pays, les cafés de pays, famille, itinéraire randonnée cheval…

Quelles sont les actions de promotion menées par le PAT ? Concrètement nous éditons chaque année un guide touristique qui présente les lieux de visites et diverses thématiques que propose le territoire : culture et patrimoine, nature et découverte, loisirs et détente… Ce guide valorise l’offre d’hébergement et de restauration du Pays Touristique du Saint-Lô. Nous avons également un site internet dans lequel on retrouve toutes les informations touristiques dont l’agenda des manifestations. En parallèle, nous faisons cinq salons dans l’année. Cela n’empêche pas certains territoires de mener des actions de communication et promotion spécifiques à leur offre touristique, mais tous participent à l’échelle plus large du PAT.

Linde Henker

Chargée de mission Pays du Cotentin Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 pays@cotentin.org - www.paysducotentin.fr

10


Grâce au PAT vous menez également des actions de développement ?

Un petit conseil pour le Cotentin, tout jeune PAT ?

Le PAT permet de mettre en place des actions collectives thématiques pour améliorer l’offre touristique de notre territoire. Nous l’avons fait sur plusieurs problématiques. Dernièrement, nous avons souhaité développer une offre adaptée aux familles. Le public familial représente une part importante de notre fréquentation touristique mais il y a un travail d’adaptation et de lisibilité de l’offre à réaliser pour ce public. Pour développer l’offre, nous avons sensibilisé les sites volontaires : quelles sont les attentes des familles, leur comportements touristiques, comment être ludique et accessible aux enfants… ? Cela a abouti à l’opération « Amuse-toi avec Lili la Licorne ! » qui regroupe aujourd’hui un réseau de quatorze sites.

Pour lancer la dynamique il faut que les acteurs apprennent à travailler ensemble ! Vous pouvez par exemple développer des filières transversales et fédératrices comme sur la thématique vélo ou randonnées. Pour cela, il est indispensable de s’appuyer sur les réseaux existants et les initiatives déjà en cours sur le territoire !

Amuse-toi avec Lili la Licorne !

Là aussi, les choses avancent : le pays du Cotentin est Pays d’Accueil Touristique depuis mars dernier! Pour le moment le Cotentin est PAT « associé » car il nous faut encore travailler sur quelques conditions avant d’obtenir le label… mais dès l’année prochaine le territoire figurera dans les documents de promotion des Pays d’Accueil touristiques Normands. Cela ne nous empêche pas travailler. A titre d’exemple, dès cette année, la carte touristique Cotentin sera réalisée grâce à la participation de tous les territoires du Cotentin ! Le site internet « en Cotentin » représentera prochainement l’ensemble des territoires du Cotentin. Nous attendons pour cela l’arrivée de notre futur chargé de mission Tourisme qui devrait arriver à l’automne.

Depuis l’année dernière, le PAT de Saint-Lô propose une aventure touristique pour son public familial. Le principe : suivre Lili la Licorne pour découvrir le Pays de Saint-Lô ! Les familles savent que sur les 14 sites qui participent : jardins, parc, abbaye, promenade en bateau, elles seront particulièrement bien accueillies : une aventure ou une énigme les attend et sera récompensée d’un petit cadeau, les services seront adaptés aux enfants…

Après une première année d’essai, de nouveaux sites s’intègrent à la démarche… le bilan est donc positif.

Quelle est l’actualité du PAT ? Aujourd’hui nous finalisons notre Plan Local de Formation. Le constat et que l’offre de formation pour les acteurs touristiques est soit trop éloignée soit pas adaptée à leur demande. Nous avons donc réalisé un travail avec les acteurs touristiques pour connaître leurs besoins en formation. Localement une offre de formation sera donc proposée autour des thèmes suivants : mieux connaître la clientèle du territoire, comment utiliser les outils numériques, mieux communiquer, adapter son offre à la clientèle famille ou de groupe…

Propos recueillis par Linde Henker

Et le Pays d’Accueil Touristique du Cotentin ?

Comment cela va-t-il se passer les mois à venir ? Nous avons passé beaucoup de temps pour réfléchir à la gouvernance et il faut maintenant passer à l’opérationnel! Mais nous devons être vigilants car chacun à ses missions et tout le travail du PAT sera d’être complémentaire et pertinent par rapport aux initiatives cours ! Pour cela nous devons veiller à ce que les offices de tourisme, professionnels et institutionnels trouvent leur place dans cet outil. Concrètement, nous réunirons le « Pôle Tourisme Cotentin » et son comité technique à la rentrée. Nous pourrons ainsi affiner ensemble les propositions de PROTOURISME et travailler à leur mise en œuvre. Plus d’info sur les Pays d’Accueil Touristiques : www.normandie-pays.com

11


Cotentin nautisme

mutualiser pour mieux communiquer !

Kite surf, voile, plongée, planche à voile… l’offre nautique du Cotentin est riche ! Sans compter les promenades fluviales en bateau au cœur des marais ou encore les balades en kayak au départ de Saint-Sauveur-le-Vicomte. Bref la diversité est là, mais peut-être un peu trop aux dires de PROTOURISME* qui s’interroge sur la lisibilité de cette offre ! Au territoire donc de mieux valoriser sa richesse nautique, cela d’autant plus que la Région invite le Cotentin à structurer la promotion et la mise en réseaux de ses équipements avant la sollicitation de nouveaux financements… Les offices de tourisme de Cherbourg et de la Hague ont depuis plusieurs années entrepris un travail de collaboration commun qui aboutit aujourd’hui à « Cotentin Nautisme ». Anne Gaudaire coordinatrice de cette structure nous présente ce bel exemple de promotion nautique.

Pourquoi la création de Cotentin Nautisme ? Dès 1998, La Communauté de Communes de la Hague et la Ville de Cherbourg-Octeville ont travaillé ensemble dans le cadre du label national « station nautique ». La structuration en EPIC de

Linde Henker

Chargée de mission Pays du Cotentin Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 pays@cotentin.org - www.paysducotentin.fr

l’Office de Tourisme de Cherbourg nous a ensuite amené à créer une nouvelle entité. L’idée était de mettre en place un service nautisme mutualisé et commun aux deux offices de tourisme.

Quelles sont ses missions ? Cette entité vise avant tout à communiquer sur l’offre proposée par les équipements de nos territoires. Concrètement cette action de communication se traduit par un site internet qui présente l’ensemble des activités nautiques existantes sur le territoire de la CUC, de la Hague et des Pieux. L’offre nautique y est également déclinée pour des publics cibles tels que les scolaires, les centres de vacances ou encore les entreprises. L’important est de rendre visible la richesse des activités proposés ! Cette année nous avons également lancé des « bon cadeaux nautiques ». Les clients peuvent ainsi offrir des cadeaux allant d’une sortie découverte de 2 heures avec le Cherbourg Club Aviron de Mer à une croisière de 2 jours vers les îles Anglo-Normandes. Cette opération, dont la commercialisation est assurée par Cotentin Tourisme* fonctionne très bien !

12


Nous développons d’autres actions de communication telles qu’une page sur Facebook qui a près de 1000 fans, et aussi un service séjour intégrant des activités nautiques. Nous travaillons également sur un document d’appel qui présente la pluridisciplinarité du nautisme sur le territoire.

Comment fonctionnez vous ? Chaque office de tourisme a une commission nautisme composée de 4 élus du Comité de Direction de l’EPIC et de 2 techniciens des différents sites nautiques. Ils se réunissent ensemble une à deux fois par an pour définir les missions de Cotentin Nautisme. Concernant les moyens, nous avons tout d’abord le personnel qui appartient à l’office de tourisme de Cherbourg. Pour le reste, la répartition des rôles est établie comme suit :

Office de Tourisme Cherbourg Cotentin • • • •

Point d’information et d’accueil Aide administrative Aide à l’évènementiel Commercialisation de séjours et de prestations nautiques sous la forme de packages clés en main ou de bon cadeaux

Les établissements apprennent à se connaître, à échanger des informations et même du matériel.

Office de Tourisme de la Hague

En Conclusion ?

Cotentin nautisme peut-il accueillir tous les équipements nautiques ?

Deux territoires se sont mobilisés pour travailler ensemble sur des outils de promotion de leur offre nautique. L’engagement des établissements de plus en plus nombreux est la démonstration des retombées de ce travail… Une piste intéressante pour le Cotentin qui va devoir s’atteler à ce travail. Avis aux amateurs !

• Promotion Communication (45000€ de budget sur 3 ans)

Chaque établissement des territoires couverts par les OT de la Hague et de Cherbourg peut bénéficier gratuitement des services proposés par Cotentin Nautisme. Pour le moment il n’existe pas de charte spécifique. Cependant les établissements doivent être ouverts au minimum 6 mois dans l’année et vouloir s’orienter vers un public autre que ses adhérents à l’année.

Quelle est votre plus value ? Au-delà de la mutualisation des moyens, cette structure permet d’avoir une force de frappe d’une plus grande dimension en matière de communication. Nous disposons aujourd’hui d’une très belle vitrine ! Le type d’activité y est varié mais reste lisible ! Un autre grand intérêt de Cotentin Nautisme est également l’effet réseau.

Pour en savoir plus : www.cotentin-nautisme.fr Contact : Anne GAUDAIRE

Les équipements nautiques soutenus via le Pays du Cotentin : •

2005-2007 : les bases nautiques d’Omonville la Rogue et de Cherbourg, le club de kayak de Tourlaville.

2007-2013 : à venir une base nautique de à Barneville-Carteret et une cale d’accès pour la base nautique de Portbail.

13


Tourisme et

nouvelles technologies Les Agents Numériques de Territoire, des boosters d’e-tourisme ! Aujourd’hui 70% des réservations touristiques se font par internet et ce chiffre est en plein boom (source ?) ! Si les locomotives touristiques du territoire ont très bien compris l’intérêt d’intégrer ces nouvelles attentes des touristes, il n’en est pas de même pour les prestataires ou offices de tourisme de plus petites tailles. Conscient de cette disparité, le Pays d’Accueil Touristique de Saint-Lô a été le premier territoire de France à créer un

poste entièrement dédié à ce sujet. Lea PINSARD, chargée d’Animation Numérique de Territoire, nous présente ses missions. Concrètement, l’objectif est de sensibiliser et former les prestataires touristiques aux évolutions du tourisme numérique. Cela passe par des actions collectives avec l’organisation et l’animation d’ateliers très concrets. Nous avons commencé en

Annie Perot Chargée de mission tourisme

Linde Henker

Chargée de mission Pays du Cotentin Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 pays@cotentin.org - www.paysducotentin.fr

Léa Pinsard Michel JORET Animatrice numérique du territoire

14

Animatrice numérique du territoire


mai 2012 avec deux séries d’ateliers. Un premier avec les Offices de tourisme sur la création d’un « Google Agenda ». Le second, « Comment créer sa Google Adresse pour être mieux visible sur Internet» était destiné aux prestataires. D’autres thématiques seront abordées cet été : « Créer son site internet », « Gérer son e-réputation », «Savoir utiliser la photo et la vidéo pour se valoriser », « Créer sa page Facebook ».

L’e-tourisme • C’est l’ensemble des activités du secteur du tourisme que l’on trouve sur Internet • pour le « touristonaute », c’est le moyen

En plus de ces ateliers je transmets des fiches tutoriels. Je travaille également à la création et diffusion de contenu : photos, films et autres éléments que les acteurs touristiques peuvent intégrer dans leurs sites Internet et autres profils de réseaux sociaux.

de s’informer sur une destination, de réserver un hébergement, d’acheter un séjour mais aussi d’échanger des avis et informations. • Pour le prestataire touristique, c’est un

L’accompagnement peut être individuel, par un travail de conseil auprès des prestataires qui souhaitent réaliser des projets e-touristique, comme cette année avec le premier festival des Bords de Vire.

moyen de promotion, de réservation et de vente incontournable

Enfin ma mission m’amène à réaliser une veille continue sur les outils et les évolutions des pratiques e-touristiques au niveau national. Il faut savoir que ce type de poste se développe très rapidement au niveau national. Les territoires ont bien compris que la capacité des acteurs à être performant en e-tourisme sera décisive dans leur développement touristique! Propos receuille par Linde Henker

Plus d’info... Un site national dédié aux animateurs numériques de territoire :

Un petit tour sur le site du Pays Touristique de Saint-Lô dans l’espace pro :

www.animateurnumeriquedeterritoire.com

www.tourisme-pays-saintlo.com

15


Tourisme et technologie, tout est possible !!! Le tourisme a profondément changé depuis les années 1970. Les accessoires d’alors étaient les guides et les atlas routier en papier, appareils photo, crayons. Depuis les années 1990, s’ajoutent l’internet (e-tourisme) et le téléphone mobile (m-tourisme). De nos jours, la moitié des français prépare leurs voyages en ligne et un tiers réserve son voyage en ligne. Ce néo-tourisme a représenté la moitié des ventes en ligne pour 2010.

dû prendre en compte cette rapide évolution dans leurs projets touristiques. Sachant que ces possesseurs de mobile consultent d’avantage internet sur leur téléphone que sur le PC, de nouveaux usages sont apparus. Avec le GPS intégré associé avec des applications (app’s) dédiées au tourisme et le partage par le biais des réseaux sociaux, le cyber-touriste peut maintenant avoir des avis d’autres internautes sur un lieu, un restaurant, un monument, un musée...

Pour résumer on peut dire que le m-tourisme concerne le touriste avec son mobile et le e tourisme est le touriste avec internet.

Des évolutions technologiques au service du tourisme local.

De nouveaux outils pour de nouvelles offres. Avec 27 millions d’utilisateurs de smartphone (aussi appelés webphone), soit 46 % de l’ensemble des mobiles dans le monde, le nouveau marché des mobinautes pour le tourisme en général est une nouvelle piste. Avec une progression de 74% des ventes en un an les acteurs du tourisme local ont

Les nouveaux outils : • Les nouveaux codes barres 2D, appelé QR code, flash code… permettent aussi de renvoyer sur des pages web d’office de tourisme en apposant un autocollant sur la présentation d’un monument ou d’une manifestation. • La réalité augmentée, qui permet de virtualiser une église en 3D par exemple, permet aux touristes de se faire une idée et d’avoir une couche d’information en plus du guide. • Les appareils photo intégrés ou la photo, avec les coordonnées GPS copier dans son fichier au même titre que la date et l’heure, permettent de partager les photos et de voir sur une carte ou elle a été prise.

Olivier Paul

Chargée des NTIC Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 ntic@cotentin.org - www.cotentin.org

Les Smartphones sont devenus le « couteau suisse » du voyageur. Les tablettes (avec un plus grand écran) cumulent des applications téléchargeables en ligne qui peuvent permettre de faire un itinéraire à partir du lieu où l’on se trouve par exemple. Il sera aussi possible bientôt de payer avec son portable au même titre qu’une carte bancaire dans les commerces.

Les visites patrimoniales et découverte du territoire. Beaucoup d’offices de tourisme se sont lancés dans des projets d’application ou l’on retrouve un agenda des manifestions, une liste des hébergements et de restaurants, les météos, des listes des activités possibles en fonction de « ma » position GPS… tout ceci en fonction des spécificités locales. En effet on ne retrouvera pas les mêmes choses dans une application pour une station de ski, horaires des remontées mécaniques, pistes ouvertes… que dans une application pour une station balnéaire, horaire des marées, couleur des drapeaux pour la baignade… De plus, il est possible de recevoir des infos lorsque l’on s’inscrit aux notifications par sms de l’office de tourisme, ainsi, le temps de votre séjour, vous pourrez recevoir un message vous indiquant les animations du jour, concerts, spectacles… . Les visites virtuelles de monuments peuvent avoir un côté « gadget ». Cette solution peut être couteuse pour les collectivités du fait de la modélisation 3D des monuments entre autre.

16


Les réseaux sociaux, quels apports pour le tourisme local ? En plus des « infomédiaires » historiques, guides de voyages, sites spécialistes du tourisme et les géants du net comme les moteurs de recherche, les réseaux sociaux donnent des « avis » d’autres internautes sur les attractions, manifestions, musées, hôtels… dont les néo-touristes sont friands. Dans le cotentin, plusieurs sites web spécialisés dans

le

tourisme

local

existent,

exemple

encotentin, quelques offices de tourisme ont leurs propres applications pour smartphone en plus desapplications « généralistes » dans le tourisme. Développer sa propre application coûte cher etdemande un investissement humain important. Il existe des applications en « marque blanche», c’est-à-dire que le socle technique est déjà développé, il s’adapte à la charte graphique qui existe déjà et une personnalisation des logos, photos et pictogrammes est possible. Il reste à fournir les contenus, souvent existant dans les sites web, plaquettes, guides, agendas, des offices de tourisme. Cette solution plus économique a été

Qui sont les touristes avec quels nouveaux besoins ? • Touristes d’agrément indépendant (les touristes entre amis, en famille, en couple, seul) > Optimiser son temps de voyage > Accéder rapidement à l’information > Interagir avec sa destination > Forte sollicitation des réseaux sociaux (partage d’expérience, avis…) • Touristes d’agrément en groupe (agence, bus, tour…) > Usage mobile restreint pour ce type de voyageur dont le déplacement est formaté • Voyageurs d’affaire (élus, vrp…) > En attente d’information pratique et accessible rapidement > Billet électronique • Touristes étrangers > Niveau d’attente important notamment sur la géolocalisation > Accès facilité au wifi > Attention aux coûts de connexion data

retenue par quelques acteurs du tourisme local.

17


Tourisme, camping et dévelopement durable L’attractivité touristique du Cotentin repose en partie sur la qualité de son patrimoine naturel et sa qualité de vie. Mais de plus en plus de touristes sont conscients des enjeux environnementaux et apprécient les initiatives des établissements, visant à réduire l’impact sur l’environnement. C’est donc un critère de choix supplémentaire qui participe à la fidélisation de la clientèle. Cet intérêt croissant se traduit par l’émergence

de nouvelles formes de tourisme conciliant le développement économique et social et la préservation de l’environnement : « le tourisme durable ». C’est ce que nous expliquent quatre gestionnaires de camping et équipements touristiques qui nous font partager leur engagement en faveur d’un « tourisme responsable ».

Labels et certifications Il existe une trentaine de labels et certifications pour faire reconnaitre les démarches responsables et plus respectueuses de l’environnement. Pour autant, cela ne signifie pas que les produits non labellisés ne puissent être qualifiés de responsables mais l’identification de cette qualité environnementale est plus difficile à établir pour le client potentiel. En voici quelques uns : • Ecolabel européen : www.ecolabels.fr • ISO 14001 : http://iso14001.fr - www.iso.org • Clef Verte : www.laclefverte.org • 1.2.3environnement : www.123environnement.fr Le pré-diagnostic environnement « Envie d’Agir » Gratuit et réalisé par le Conseiller Environnement Tourisme du réseau des CCI qui conseille le professionnel volontaire sur les mesures à prendre au sein de son établissement, peut lui permettre de s’engager vers des réalisations concrètes et pourra se traduire, à terme, par l’amélioration de la qualité environnementale des équipements, l’utilisation des énergies renouvelables ou encore l’obtention d’une labellisation environnementale. Pour plus d’information sur les labels et certifications : CCI Cherbourg Cotentin : Carole LE COUTOUR, Conseillère Tourisme 02 33 23 32 00 clecoutour@cherbourg-cotentin.cci.fr CCIR Basse-Normandie : Anne-Gaëlle CARO, Chargée de Projet Environnement Tourisme 02 31 54 40 19 annegaelle.caro@basse-normandie.cci.fr

Morgane Jestin

Chargée de mission Plan Climat Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 climat@cotentin.org - www.paysducotentin.fr

18


M. Barassin, responsable du camping

Le camping « la Blanche Nef » ouvert depuis 1985 situé à Barfleur, s’étend sur 1,8 hectare. Il bénéficie de 92

La Clef Verte, le label environnemental des campings La Clef Verte est un label de gestion environnementale, décerné par la Fondation pour l’Education à l’Environnement, pour les hébergements touristiques. Créé au Danemark en 1994, il vient récompenser les établissements s’inscrivant dans une démarche volontaire de gestion durable. Plusieurs critères sont à respecter pour obtenir ce label : •

Une politique environnementale générale : projet sur deux ans, implication des fournisseurs…

L’éducation à l’environnement : une formation des employés et une sensibilisation des vacanciers par des encouragements à respecter la nature, la faune et la flore, à économiser l’eau et l’énergie, à trier les déchets

La gestion de l’eau : économiser l’eau, pratiquer des arrosages raisonnés…

La gestion de l’énergie :utilisation d’énergies renouvelables, d’ampoules économiques, l’isolation des bâtiments, relever les compteurs…

La gestion des déchets : collecte sélective, vaisselle réutilisable…

L’aménagement du terrain pour les campings : espaces communs, faible densité, circulation automobile réglementée, espaces verts…

emplacements dont 45 mobil-homes de résidents,

6

mobil-homes en location, le reste étant des emplacements nus. Trois étoiles viennent enorgueillir cet établissement depuis le 22 mai 2012. M. Barassin en est le responsable depuis 4 ans et il convoite le label « Clef Verte » :

Pour votre établissement, la « Clef verte » serait un plus ?

« Et

bien, c’est un signe distinctif de qualité.

Les touristes sont de plus en plus réceptifs à l’environnement et il ne faut pas cacher que la clientèle, surtout des pays du nord de l’Europe privilégie ce genre d’établissement. Force est de constater que les touristes sont soucieux de voyager « vert » de nos jours et c’est à nous de nous adapter. De plus, je suis sensible à l’environnement et puis nous avons un beau patrimoine dans le Cotentin qu’il faut préserver, Barfleur étant l’un des plus beaux villages de France ! »

19


Quelles sont les démarches à effectuer pour obtenir ce label ? « Il y a une Charte à respecter, instaurer au sein de son établissement une politique environnementale générale, aménager le terrain en créant des espaces verts en respectant une certaine densité, sensibiliser les clients mais aussi tout le personnel au respect de l’environnement, gérer l’eau, l’énergie et gérer les déchets. C’est un projet qui prend du temps car cela nécessite d’avoir des équipements adapés. »

En matière de gestion des déchets, le tri sélectif est-il bien appréhendé par les vacanciers ? « Dès que les gens arrivent au camping, on leur explique où sont les colonnes de tri. En grande majorité, les touristes sont impliqués dans cette démarche car le tri est devenu un geste quotidien, en général ceux qui trient à la maison le font aussi en vacances. »

Morgane Jestin

Chargée de mission Plan Climat Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 climat@cotentin.org - www.paysducotentin.fr

21


D’autres exemples ... à Saint-Vaast-La-Hougue

Jean-Luc BOBLIN - Camping « La Gallouette » à Saint-Vaast-La-Hougue Le camping La Gallouette est un terrain familial de 183 emplacements. Il est situé dans l’anse du cul de loup où s’élève la tour de la Hougue. Il est titulaire de la charte nationale de qualité de l’hôtellerie de plein air. « Lors de la construction de ma piscine de 160 m3 en 2004, j’ai recherché les dispositifs existants de chauffage de l’eau pour réaliser des économies financières tout en préservant l’environnement. J’ai installé un système simple de chauffage solaire sur mes toits de sanitaires et local technique appelé capteurs souples ou moquettes. Je maintiens ainsi la température de ma piscine à 24°C minimum. Une couverture isotherme permet aussi de limiter les pertes de chaleur la nuit ».

à St-Germain-sur-Ay Mike ALLEN - Hôtel restaurant « La Ferme des Mares » à St-Germain-sur-Ay Ancien corps de ferme en pierre du pays transformé en hôtel de charme, La Ferme des Mares compte dix chambres, un restaurant et une salle de réception. « Pour nous, très attachés au respect de notre environnement, le choix du chauffage au bois s’est imposé tout naturellement […] Pour des raisons pratiques et économiques, nous avons préféré les granulés de bois. Pour donner un ordre idée, deux tonnes de granulés de bois chauffent environ autant que 1 000 L de fioul mais les 2 tonnes me coûtent approximativement 430 € TTC au lieu de 900 ou 1000 € TTC». Chaudière MULTIFIRE USV de 80 kW, Besoins en chauffage (750 m2), Eau chaude sanitaire de l’hôtel restaurant, Ballon tampon de 2 000 L Conso : 24 T de granulés en 2010-2011 3 à 4 approvisionnements/an (capacité du silo de 7 T) 25 000 € d’investissement avec un amortissement sur 5 ans.

22


A Ravenoville, au camping « Le Cormoran » ouvert depuis 1971, fraîchement récompensé par une cinquième étoile, M. Jean Yves Bodin est le propriétaire de cet établissement de 8 hectares comptabilisant 256 emplacements (mobil-homes et emplacements nus). Ce camping posséde un nombre important d’installations (piscines, sauna, salon de coiffure, d’esthétique, salle de jeux, bar…) et est titulaire du label Clef Verte depuis une dizaine d’années.

M. Bodin, avec dix ans d’établissements Clef verte derrière vous, vous êtes un précurseur ? « C’est un collègue de Bretagne qui m’en a parlé il y a dix ans maintenant environ. C’est toute une démarche personnelle de politique environnementale, nous avons des engagements pour respecter la Charte comme par exemple

fait le tri sélectif, les touristes en sont informés dès leur arrivée, nous récupérons également les piles, les gros cartions, la ferraille, les huiles. Nos déchets verts sont recyclés sur place, mélangés à de la terre, l’année suivante nous l’utilisons pour les plantations. Une partie de l’herbe est également utilisée pour l’alimentation de nos chèvres ! »

Est-ce contraignant chaque jour de respecter ces engagements ? « Non, à partir du moment où l’on anticipe, nous sommes sensibilisés au tourisme responsable depuis 15 ans, c’est un travail qui se fait petit à petit. C’est de la gestion en amont, à chaque fois que nous réalisons des travaux, nous réfléchissons à ce qu’il faut prévoir pour s’inscrire dans cette démarche durable. Nous nous sommes engagés tôt, comme ça, nous ajustons au fur et à mesure. »

Comment cette démarche est-elle perçue par les touristes ? « Elle est très bien perçue, notre camping est propre donc il est respecté. »

Pensez-vous que ce label peut-être décisif pour le choix des vacanciers pour votre camping plutôt qu’un autre ?

M. et Mme Bodin, propriétaires

couper certaines haies à la main, utiliser le moins possible de produits phytosanitaires, installer des ampoules basse consommation, des pompes à chaleur pour la piscine, des mousseurs au robinet, faire attention à la consommation électrique et de gaz, sensibiliser les clients, le personnel… c’est toute une démarche qui s’effectue depuis des années. De plus, nous contrôlons les installations d’eau avant et après chaque saison pour détecter toute fuite éventuelle. Une caméra thermique nous permet de surveiller l’isolation. Notre consommation d’eau a diminué tandis que notre clientèle a augmenté, cela est un beau résultat tout de même. Nous utilisons les eaux usées en drains, notre assainissement est autonome. En matière de gestion des déchets, le camping

Hélène Moulinoux

Ambassadrice du tri Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21

contact-smct@cotentin.org - www.cotentin-traitement.org

« L’impact n’est pas forcément immédiat mais le bouche à oreilles après visite fonctionne bien. En ce qui concerne les touristes étrangers, leur sensibilisation au label est plus importante et a donc une visée plus grande. »

Par le biais de quels supports communiquez-vous ? « Nous avons du papier à lettres, un autocollant pour promouvoir notre démarche environnementale ainsi que des panneaux Clef Verte que nous avons refait à notre convenance. Ces derniers étant affichés devant chaque sanitaire et sur le point propreté. » Dans les années à venir, le nombre d’hébergements touristiques détenant le label « Clef verte » est amené à s’étendre dans le Cotentin, en effet de nombreux établissements souhaitent obtenir cette distinction qui montre leur engagement pour un tourisme durable.

22


Les touristes et les résidents ? Qu’en pensent-ils ????

Roseline, résidente Jacques, résident

« Je fais le tri en vacances, ça me paraît logique, il faut préserver la nature. Ce n’est pas contraignant car il y a tout ce qu’il faut au camping avec les colonnes de tri et puis ce sont des habitudes. Pour moi, c’est important un camping qui s’engage écologiquement. »

« Le tri, ce n’est pas compliqué et puis on a moins de déchets dans notre poubelle comme ça. Qu’un camping s’inscrive dans un tourisme durable est un bon projet. »

Sabrina, en séjour de deux jours « Au début, faire attention au tri même en vacances était une contrainte, mais finalement quand les installations sont bien faites pour nous faciliter le geste, je m’aperçois que c’est facile. Dans mon choix de camping, le critère écologique ne rentre pas en compte lors de mon choix d’hébergement. »

Eliane, résidente « Je fais le tri car c’est déjà une habitude à la maison. Par contre ce n’est pas un critère pour moi si le camping s’inscrit dans le tourisme durable ou pas. »

23


Nos partenaires financiers

Conception et réalisation : Olivier PAUL - Syndicat mixte du Cotentin

(Hors adhérents)

Le cotentin a des atouts...

Appellez nous facilement avec votre smartphone

Imprimé en 1000 exemplaires par l’imprimerie Le Révérend, Valognes. ISSN : 2104-0850 Directeurs de la publication : les Présidents des Syndicats mixtes Crédits photo : fotolia, SMC, Cotentin Traitement.

...Valorisons notre territoire.


Echo des Syndicats mixtes