Page 1

L’écho des Syndicats mixtes L’écho des Syndicats mixtes L’écho des Syndicats mixtes

Et aussi...

 Les maires ruraux se mobilisent pour la nouvelle programmation européenne !  Les Rencontres du Cotentin : L’attractivité du territoire, un défi pour le Cotentin.

 Plan Climat : La sensibilisation des scolaires  Le compostage : une évidence pour la restauration collective  De quoi se composent nos poubelles ?  SCOT : Un observatoire pour suivre la consommation de foncier  Bois-énergie : la filière se structure dans le Cotentin  LEADER soutient la filière bois-énergie

Cotentin : Le Pays d’Accueil Touristique en marche

Numéro 11 Avril 2013

Mutualiser et renforcer la cohérence territoriale dans le Cotentin Syndicat mixte du Cotentin, Syndicat mixte Cotentin Traitement, Syndicat mixte du SCOT du Pays du Cotentin


Edito

L

e Pays d’Accueil Touristique « Cotentin » est en marche. Ce label n’est pas une fin en soi mais bien davantage un levier pour les acteurs du tourisme pour se fédérer autour d’un mode de gouvernance. D’ailleurs, les préconisations du cabinet Protourisme que nous avons suivies au plus près sont claires : « Le territoire dispose d’atouts touristiques incontestables mais le Cotentin manque cruellement de visibilité, de notoriété. L’urgence consiste à l’organiser, le structurer. » La rhétorique est simple, les faits sont plus tenaces. Même si globalement tout le monde est d’accord sur le constat depuis fort longtemps, il a fallu faire œuvre de persuasion et de patience. Protourisme n’a pas caché les enjeux : « certes, vous gagnez en mutualisant, en vous regroupant, mais la mise en œuvre d’un plan d’action touristique est nécessairement coûteuse. » De plus, s’il est facile de connaître les dépenses supplémentaires, les retours sur investissement sont difficiles à mesurer d’où les interrogations légitimes sur l’efficacité de la mission. Celle-ci est prévue pour durer trois ans avec un budget de 300 000 € sur la période, frais de personnel inclus. Les premiers mois du Pays d’Accueil Touristique sont prometteurs ; les techniciens et élus des Offices de Tourisme, de Manche Tourisme, de la CCI, de Cotentin Tourisme, de l’Udotsi sont au travail avec la ferme ambition de réussir. La mission Tourisme prend tout son sens à la lecture de l’article consacré à l’attractivité du territoire - pages 6 et 7- lors d’un colloque organisé par la CCI et le SMC en février. C’est bien de marketting territorial dont il s’agit et comme le disait Jean Yves Pineau, Directeur du Collectif Ville-Campagne en introduction du colloque : « vouloir être attractif, ça ne se décrète pas, ça s’organise, ça se travaille… » Les autres missions des syndicats mixtes ne sont pas en reste dans ce numéro. Il nous paraît intéressant de faire valoir que la mission « Climat » vient en appui d’animations scolaires et que Cotentin Traitement encourage et apporte des conseils aux restaurants scolaires qui veulent réduire leurs quantités d’ordures ménagères. Le compostage est une technique éprouvée qui demande peu de moyens comme en témoigne l’agent de restauration de Fermanville en page 10. Un point également sur la filière bois en Cotentin, sa structuration et les soutiens apportés à cette filière par le programme européen Leader - pages 14/15 - et enfin, un éclairage sur la mise en place imminente par le SCOT d’un observatoire foncier, outil précieux au service des communes en contribuant à la réalisation d’études urbaines et de documents d’urbanisme de qualité en page 13.

Geneviève Gosselin, Michel Canoville et Edouard Mabire.

Jean-Jacques Beauruel

Directeur Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 direction@cotentin.org - www.cotentin.org

2


Le

Pays d’Accueil Touristique En marche

Le début d’année a été très dense pour notre nouvelle chargée de mission Tourisme et pour ses partenaires du territoire. Claire LEGRAND a parcouru le Cotentin pour présenter le fonctionnement du Pays d’Accueil Touristique Cotentin (PAT), définir le plan d’actions 2013-2014 et lancer les premières opérations. En attendant une présentation détaillé auprès du Pôle Tourisme Cotentin en mai prochain, voici un aperçu du travail réalisé et des actions engagées ! Afin de définir le plan d’actions du PAT, Claire Legrand a pu s’appuyer sur un réseau d’acteurs volontaires et dynamiques. La rencontre des responsables des Offices de Tourisme (OT) et des autres partenaires tels que la CCI, Cotentin Tourisme, Manche Tourisme et le PNR lui a donné un aperçu du fonctionnement des différentes structures et d’entendre les attentes de chacun vis-à-vis du PAT Cotentin. Les habitudes de travail avec ce réseau sont aujourd’hui en place. Le Comité technique du PAT, qui réunit l’ensemble de ces acteurs, s’est

rencontré plusieurs fois pour travailler au plan d’actions 2013-2014.

Un réseau déjà actif Des groupes de travail sont également actifs pour approfondir certains projets : notamment la charte graphique, la photothèque, le site internet www.encotentin.fr, les brochures, l’organisation des salons du tourisme… Autant d’actions, qui avant validation, seront proposées en mai au Pôle Tourisme où seront présents élus et techniciens des professionnels du tourisme sur le Cotentin.

Plus de 5 000 contacts sur notre stand !

Stand du Pays d’Accueil Touristique, Salon International du Tourisme de Nantes 2013

3


Le groupe de travail pour la préparation du salon le vendredi 11 janvier au SMC avec les représentants des Offices de Tourisme en charge de la promotion.

Des actions de promotion engagées L’année 2013 est amorcée par la présence de la destination « Cotentin » aux Salons Internationaux du Tourisme de Rennes du 24 au 27 janvier et celui de Nantes du 15 au 17 février. L’objectif est d’inciter les futurs vacanciers à venir sur notre territoire. Plus de 70 000 visiteurs sont venus sur ces salons. Le stand animé par 4 responsables des offices de tourisme, du Pays d’Accueil Touristique (PAT) et de l’association Cotentin Tourisme, était attractif avec l’aide d’un jeu concours qui permettait à nos voisins bretons et nantais de gagner des week-ends sur notre territoire avec la contribution des partenaires des Offices du tourisme. Plus de 1 000 visiteurs ont participé aux jeux. Ces premiers contacts seront réutilisés avec la mise en place de newsletters vantant les coups de cœur et les événements du territoire.

Le PAT acteur du territoire Le PAT s’est mobilisé avec l’Office de tourisme de Cherbourg pour la tenue d’un stand au forum des métiers du tourisme organisé par la Maison de l’Emploi et de la Formation (MEF), le 6 février dernier. L’objectif était de sensibiliser les publics aux métiers des Offices de Tourisme.

Claire Legrand

Chargée de mission Tourisme Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 tourisme@cotentin.org - www.encotentin.fr

4

Tourisme et numérique, où en est-on sur le Cotentin ? La professionnalisation des acteurs du tourisme est l’une des missions des PAT. Sur le Cotentin, il a été choisi de cibler cette action sur le développement numérique. Le projet vise à sensibiliser les professionnels du tourisme aux outils d’internet, à les accompagner pour accroître leur performance et optimiser à moindre coût leur communication. Ce travail commencera dès le mois de mai avec le lancement d’une enquête permettant d’identifier les besoins des acteurs sur ce sujet. Concrétement un questionnaire sera transmis, via les offices de tourisme, auprès de l’ensemble de leurs prestataires. Suite à ce diagnostic, l’objectif est de définir un programme d’actions opérationnel pour 2014 autour d’ateliers de sensibilisation ou de programme de formations. Claire Legrand aura alors terminé sa formation d’Animateur Numérique de Territoire (ANT) et sera opérationnelle pour l’animation de ce programme. Plus d’info sur : www.etourisme.info


Les maires ruraux se mobilisent pour la nouvelle programmation européenne !

Quelle sera notre future programmation européenne ? Sur ce sujet, l’association des maires ruraux de la Manche a choisi de faire entendre sa voix jusqu’à Bruxelles. Témoignage de Hubert LEFEVRE, président de l’association.

Les 5 priorités de l’association des maires ruraux

ESM : Pourquoi l’association a-t-elle choisi de se mobiliser ? HL : Les financements européens sont aujourd‘hui indispensables pour nos territoires ruraux. Or si nous voulons rentrer dans les dispositifs finançables après 2014 il faut faire remonter nos priorités et Hubert LEFEVRE Président de l’association nos besoins. Cela fait donc des maires ruraux de la Manche plusieurs années que nous sommes en veille sur la politique européenne. Plus récemment, après une table ronde que l’association a organisée sur l’Europe et les territoires ruraux nous avons choisi de faire des propositions concrètes !

ESM : Comment avez-vous procédé ? HL : Nous avons fait des groupes de travail qui ont planché sur les 11 objectifs déjà définis au niveau européen (cf. numéro 10 de l’écho des syndicats mixtes). Nous avons échangé sur chacun de ces objectifs en essayant d’en extraire le type de projets qui pourrait concrètement nous concerner. Nous avons ensuite hiérarchisé les objectifs qui nous semblaient essentiels pour nos territoires (cf. encadré).

ESM : Quelle est la suite de ce travail ? HL : Nos priorités, enjeux et exemples d’actions qui en découlent ont été retranscrits dans un document de synthèse. Celui-ci a été remis aux

Priorité 1 : Améliorer l’accès aux technologies de l’information et de la communication, leur utilisation et leur qualité Priorité 2 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l’innovation Priorité 3 : Renforcer la compétitivité des PME et du secteur agricole Priorité 4 : Protéger l’environnement et promouvoir l’utilisation durable des ressources Priorité 5 : Promouvoir l’emploi et soutenir la mobilité du travail

autres départements de Basse-Normandie pour porter une démarche commune. Notre travail sera ensuite diffusé au niveau national dans le cadre de la « consultation grand public » lancée en février. Nous avons transmis notre proposition aux Pays de la Manche car il me parait indispensable qu’ils se mobilisent également pour remonter les besoins des territoires.

ESM : Quel bilan portez-vous sur votre travail ? HL : Je suis très satisfait que les élus aient joué le jeu. Car cela n’est pas simple de s’approprier le langage, les mécanismes et les subtilités européennes. D’ailleurs je comprends que beaucoup se sentent éloignés de ces problématiques et c’est dommage car c’est aujourd’hui que tout se joue ! Pour avancer, il faut s’appuyer sur des structures telles que le centre d’information sur l’union européennes, basé à Vire (CREAN Europe DIRECTE) qui savent rendre accessible les enjeux européens.

5

Linde Henker

Chargée de mission Pays Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 pays@cotentin.org - www.paysducotentin.fr


Les Rencontres du Cotentin

L’attractivité du territoire, un défi pour le Cotentin

Le 14 février, les acteurs économiques du territoire et les élus avaient rendez-vous à la Cité de la Mer à l’invitation de la Chambre de Commerce et du Syndicat Mixte du Cotentin sur le thème de l’attractivité au service du développement économique. Organisé autour de témoignages, ce colloque qui a réuni plus de cent personnes proposait de répondre à deux questions : Pourquoi un territoire doit-il réfléchir à son attractivité et quels leviers peut-il mettre en œuvre ? La table ronde réunissait des témoins extérieurs au territoire : Jean Yves Pineau, directeur du collectif « Ville-Campagne » a donné sa définition de l’offre globale territoriale, tandis que Marc Knoll de l’Agence de développement Paris Ile de France évoquait le marketing territorial. De son côté, Jean Philippe Briand, statisticien et directeur adjoint de l’agence d’urbanisme de Caen-Métropole a dressé un portrait très remarqué des atouts et faiblesses de notre territoire.

L’attractivité d’un territoire, c’est sa capacité à attirer et retenir durablement les ressources financières et humaines. C’est savoir capter et accompagner les énergies. Le territoire n’est pas qu’une simple terre d’accueil pour les habitants ou les entreprises. Audelà de ses fonctions résidentielles et productives, il doit savoir rester ouvert et également proposer des prestations complémentaires (loisirs, culture, services éducatifs et médicaux, patrimoine, cadre de vie, accompagnement à l’installation…) afin de rester attractif. Le territoire doit proposer une offre globale correspondant aux projets de vies de ses habitants et aux projets de développement ou d’investissement des entrepreneurs. Il doit être un « territoire à vivre et à travailler ». Pour ce

Jean-Jacques Beauruel

Directeur Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 direction@cotentin.org - www.cotentin.org

6

Morceaux choisis... « Ici, il y a des vrais trésors. »

Jean-Claude Camus, CCI Cherbourg-Cotentin

Le Cotentin : « une belle endormie qui n’attend plus qu’à se réveiller. »

Jean-Philippe Briand, agence d’urbanisme de Caen-Métropole

« Vouloir être attractif, ça ne se décrète pas. Ça s’organise, ça se travaille. »

Jean-Yves Pineau, Collectif ville campagne

« Il n’y a pas d’attractivité et de marketing territorial sans actions coordonnées de l’ensemble des acteurs. »

Jean-Michel Houllegatte, ville de Cherbourg-Octeville

« L’enjeu, c’est bien évidemment la question de l’articulation. »

Marc Knoll, Agence régionale de développement Paris Ile-de-France

« Il faut rassembler les acteurs pour fiabiliser la cohérence du message. »

Michel Canoville, Syndicat Mixte du Cotentin


faire, les collectivités doivent être proactives, devenir stratèges et mettre en place des actions d’ingénierie, puis déterminer leurs caractères d’attractivité et de répulsion, avant d’élaborer un plan d’actions et de communication transversal.

Le Cotentin : « un diamant brut à travailler », qui doit apprendre à mieux exploiter et valoriser ses atouts pour surmonter ses handicaps. Habitants et visiteurs sont unanimes : le Cotentin offre des conditions de vie de qualité, de beaux paysages variés et préservés, un riche patrimoine. Les chefs d’entreprises quant à eux y trouvent des compétences qualifiées, des savoir-faire reconnus et de nombreuses opportunités économiques. Sa situation géographique, au cœur de la mer de la Manche, lui confère une position stratégique, mais est aussi un facteur d’isolement, renforcé par le manque de dessertes ferroviaires et aériennes. De même, il semble que le climat, le caractère rural affirmé, les carences médicales, ou encore le déficit d’image soient des handicaps notables en matière d’attractivité. La mer est sans nul doute l’un des atouts majeurs du territoire. Fil rouge de nombreuses activités, l’essentiel de l’économie locale s’est structuré autour de cette filière porteuse : nucléaire, énergies marines renouvelables, tourisme, agroalimentaire, etc. Le Cotentin concentre à lui seul des compétences uniques à l’échelle d’un territoire. Mais à trop se tourner vers la mer, le Cotentin s’est aussi enfermé et n’a pas suffisamment su s’ouvrir à d’autres types d’activités.

La clé de la réussite : savoir saisir les opportunités et utiliser la force de l’action collective. Depuis plusieurs décennies, le Cotentin a su attirer des entreprises de grande envergure sur son territoire, générant ainsi un tissu de soustraitants performants et extrêmement qualifiés. Ces installations ont toutes été le fruit d’un travail collectif et partenarial entre les collectivités et administrations territoriales, établissements publics et institutions consulaires. Aujourd’hui, le développement des énergies marines renouvelables, mais aussi le nautisme et le tourisme, représentent des espoirs en termes de développement. Ces filières porteuses devraient générer de nombreux investissements sur le territoire, à condition de savoir les accompagner et fédérer les énergies autour des projets en cours et à venir.

De nombreux acteurs peuvent agir et contribuer à l’attractivité du territoire, il s’agit maintenant de les fédérer. Conseil Régional, Conseil Général, Syndicat Mixte, Chambre de Commerce, Maison de l’Emploi et de la Formation, villes et communautés de communes… chacun des organismes présents sur le territoire est acteur de sa promotion et de son attractivité, tout comme les entreprises privées. Mais la réussite de ce challenge, dépendra de leur capacité à avoir un projet de territoire commun et à mutualiser leurs forces et leurs moyens pour atteindre les objectifs. En effet, comme évoqué dans la première partie du colloque, le développement du territoire doit s’appuyer sur une démarche rationnelle et il apparaît essentiel d’adopter un discours partagé et de mettre en place un plan d’action collectif.

Colloque du Cotentin à la Cité de la mer Tourisme«: attractivité Une des fillières porteuse»,pour le Cotentin

7


Plan Climat

La sensibilisation des scolaires

A l’école primaire de Fermanville, une animation pédagogique « énergie-climat » a été réalisée, en partenariat avec le Syndicat mixte du Cotentin et le CPIE du Cotentin (Centre Permanent d’initiatives pour l’Environnement). Laurette, institutrice de la classe de CM1/CM2 de Fermanville, témoigne.

Echo SMC : Qu’est-ce qui vous a motivé à inscrire votre classe ? Laurette : Les problématiques de consommation et d’économies d’énergie sont au programme de l’école primaire mais elles ne sont pas toujours évidentes à aborder en classe. Avoir recours à des personnes compétentes sur le sujet et utilisant une pédagogie adaptée pour l’école primaire me paraissait intéressant.

Comment se déroule l’animation ? Laurette : L’animation s’est déroulée en deux temps. Le premier après-midi, les élèves se sont exprimés sur leurs connaissances concernant les questions climatiques à partir de documents variés. Ils ont ensuite réalisé des expériences sur les notions de gaz, d’air, de combustion et étudié un document sur la variation des températures en France au cours du XXème siècle. En confrontant les données recueillies et grâce à des schémas adaptés, ils ont pu comprendre la relation qui peut exister entre l’augmentation de l’effet

Séance 1 : le principe de l’effet de serre expliqué aux enfants.

de serre et l’augmentation de la température sur Terre. En parallèle à ce travail en classe, une enquête menée par chaque enfant, dans leur famille, leur a permis de se rendre compte que les déplacements en voiture et ceux liés aux aliments que nous consommons ont, d’une manière générale, augmenté au cours du dernier siècle.

L’effet de serre c’est... ... un phénomène naturel par lequel une partie de l’énergie solaire qui est émise par la terre est absorbée et retenue sous forme de chaleur dans la basse atmosphère. L’effet de serre est causé par des gaz contenus dans l’atmosphère, comme la vapeur d’eau ou le dioxyde de carbone.

Morgane Jestin

Chargée de mission Plan Climat Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 climat@cotentin.org - www.paysducotentin.fr

Séance 2 : L’expérience des glaçons simule la fonte des glaciers et son impact sur le niveau de la mer.

Le deuxième après-midi a permis aux enfants d’aborder quelques conséquences de l’augmentation de la température sur Terre : la montée des eaux, le déplacement ou la disparition de certaines espèces animales…

8


Enfin, les élèves ont évoqué des actions pour limiter les émissions de gaz à effet de serre dans leur habitation, lorsqu’ils se déplacent ou lorsqu’ils font des achats.

L’animation correspondait-elle à vos attentes ? Laurette : Elle rentrait dans la démarche de questionnement des élèves à partir de documents et d’expériences en plus d’un apport théorique.

Pensez-vous utiliser l’animation pour reparler du changement climatique avec vos élèves ? Laurette : Oui. Je pense reprendre certains points abordés notamment les conséquences du changement climatique sur les espèces animales. Par la suite, concernant les questions d’énergie et d’environnement, nous allons travailler sur le tri des déchets, d’autant plus que nous avons un composteur à la cantine (cf. article page suivante).

Ce qu’il faut retenir de cette animation Elle est construite en 4 parties :

 comprendre le mécanisme de l’effet de serre  découvrir l’impact des activités humaines sur l’effet de serre  repérer quelques conséquences du changement climatique sur la vie des hommes et la biodiversité  réfléchir à des gestes permettant à chacun de réduire son emprunt écologique Basée sur des expérimentations concrètes et l’échange, elle facilite la participation et la compréhension des élèves. Les enfants ont particulièrement apprécié les activités proposées et l’enquête sur leurs déplacements et consommations d’aujourd’hui et ceux d’autrefois (questions auprès des parents, grands-parents ou des voisins). Les établissement scolaires de Brix, St Germain le Gaillard, Tamerville, Montaigu la Brisette, Urville Nacqueville, Yvetot Bocage et Quettehou ont aussi bénéficié de l’animation. D’après les premiers retours elle correspond à une attente des enseignants. De nombreuses pistes d’exploitation peuvent être réalisées par eux après l’intervention du CPIE du Cotentin.

L’animation « énergie-climat » est reconduite pour l’année scolaire 2013-2014 Un appel à candidature auprès des écoles primaires sera réalisé en septembre prochain. Le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin a intégré cette animation dans son programme pédagogique. Vous pouvez d’ores et déjà relayer l’information sur vos territoires.

Plus d’information : Morgane Jestin, 02 33 53 57 12 - climat@cotentin.org

9


Le compostage !

Une évidence pour la restauration collective

Depuis plusieurs années, le compostage domestique s’impose comme étant le mode de gestion optimal de nos déchets putrescibles, lesquels représentent 22% de nos ordures ménagères. Cette pratique s’étend à la restauration collective. La tendance va s’accentuer avec l’application progressive de l’obligation de tri et de collecte séparée des bio-déchets pour les gros producteurs. (voir encadré « Que dit la réglementation ») Mais gare aux idées reçues, pour éviter toutes mauvaises surprises, le compostage demande un peu de savoir-faire et d’organisation : résumé d’une expérience réussie à Fermanville. La cantine centrale de Fermanville s’est dotée depuis deux mois d’un composteur. La démarche, initiée par la mairie et le personnel municipal, a pour objectif de détourner entre 10 et 15 Kg par semaine de déchets organiques vers le composteur, ce qui représente environ 520 Kg en une année. Pour mener à bien ce projet, la commune s’est associée à la communauté de communes du canton de Saint-Pierre-Eglise, pour la fourniture du composteur, et à Cotentin Traitement pour son rôle de conseil.

Les représentants de la mairie de Fermanville, de la Communauté de Communes et de Cotentin Traitement lors de l’inauguration du composteur

Hélène Moulinoux

Ambassadrice de tri Tél. : 02 33 40 27 61 - Fax : 02 33 53 13 21 hmoulinoux@cotentin.org - www.cotentin-traitement.org

10

Isabelle Rotrou, agent de restauration collective, est satisfaite de l’expérience : « c’est positif de se dire que nous créons de l’engrais naturel qui servira pour les plantations de la commune ! »

Les avantages du compostage Nombreux sont les avantages du compostage sur site. Avant tout, il permet d’obtenir gratuitement un amendement organique riche en éléments fertilisants. Mais également, en réduisant la quantité d’ordures ménagères, il limite le transport de déchets, donc participe à la réduction des gaz à effet de serre, et réduit ainsi les coûts de traitement.

Quelques règles à respecter Isabelle Rotrou recommande la mise en place d’un composteur aux autres collectivités, mais pour réussir un tel projet, quelques règles doivent être respectées. « L’emplacement du composteur doit être pratique et des bio-seaux, les récipients destinés à recueillir les déchets organiques, doivent être mis à disposition à des endroits pertinents dans la cuisine car ils nécessitent d’être vidés une fois par jour » conseille-t-elle. La cuisine de Fermanville est une cuisine où les repas sont préparés sur place à partir de produits bruts par conséquent les épluchures sont nombreuses. La capacité de production est d’environ 90 repas par jour pour la cantine scolaire et les repas à domicile des personnes âgées, ce qui réduit le nombre de repas à 20 environ pendant les vacances. « Concrètement, nous stockons les épluchures dans un plat dans la légumerie lors de la préparation des repas puis nous les vidons dans le bio-seau. » « Ensuite, nous avons l’aide des agents de la commune qui nous vident les bio-seaux, apportent de la matière sèche, riche en carbone comme les feuilles mortes et remuent le compost environ une


Les clés de la réussite

 Implication et motivation du personnel.  Lieu pratique pour l’installation du composteur.  En cuisine, emplacements pertinents pour les bio-seaux.  Référent cuisine qui vide les seaux et

Le composteur avec son brass’compost (en rouge)

fois par semaine. Nous travaillons ensemble et nous nous entraidons sinon le projet ne pourrait pas fonctionner et serait voué à l’échec. Chacun a son rôle à jouer. »

assure le retournement du compost (1 fois/semaine).

 Accord

avec la municipalité pour qu’un agent apporte régulièrement de la matière sèche.

Une forte implication

 Mise

en place d’un à deux composteurs pour faire une rotation de l’un à l’autre dès que le premier est plein.

Cette méthode novatrice de traitement des biodéchets à la cantine peut sembler contraignante de prime abord, mais avec une bonne organisation et de la motivation le projet est une réussite. « Si j’ai un conseil à donner, pour un résultat concluant et un projet péren, tous les agents impliqués doivent être partants. Et puis, cela n’a rien de bien compliqué, il suffit de savoir ce que l’on doit y mettre ou non et de respecter quelques règles comme l’apport de matières sèches ainsi qu’une aération régulière » conclut Isabelle.

 Respecter les consignes en mettant dans le composteur uniquement les épluchures de préparation sans y introduire de sauces, viandes, poissons et produits laitiers afin d’éviter les nuisibles.

 Trouver

un exutoire (parterres de l’école, de la commune…).

Cotentin traitement accompagne dans cette démarche les restaurations collectives, contactez nous au 02.33.40.27.61 contactsmct@cotentin.org

Que dit la réglementation ? Le décret 2011-828 du 11 juillet 2011 (précisé par l’arrêté du 12 juillet 2011 et la circulaire du 10 janvier 2012) définit les modalités de tri et de collecte séparée pour les producteurs de biodéchets qui produisent plus de 60 litres d’huile usagée ou 10 tonnes de bio-déchets par an. Cette obligation entrera progressivement en vigueur entre 2012 et 2016 : elle concerne, en 2013, les producteurs de 80 tonnes par an de bio-déchets (soit environ 2 200 repas/jour) et 600 litres d’huile usagée ; 40t et 300L en 2014 ; 20t et 150L en 2015 ; 10t et 60L en 2016.

Le compost, cet engrais naturel améliorant la fertilité du sol, permet aux légumes et plantes de mieux pousser.

11


De quoi se composent nos poubelles ? Après avoir trié les emballages, les papiers et déposer en déchèterie les déchets électriques, les déchets dangereux,… que reste-t-il dans la poubelle ordinaire des habitants du Cotentin ? Pour y répondre, un échantillon de 2,6 tonnes d’ordures ménagères résiduelles (omr) a été passé au peigne fin. Ce travail fastidieux, mais nécessaire, a été mandaté par les collectivités du Cotentin dans le cadre de l’étude des solutions de traitements des omr (cf. encadré). En moyenne, un habitant du Cotentin produit 279 kg/an d’omr. C’est équivalent à la moyenne régionale, mais bien moins que la moyenne nationale (320 kg/an/habitant). Sa poubelle se compose à plus de 29% d’erreurs ou refus de tri et 22% de déchets compostables.

Mieux connaître ses déchets pour mieux les gérer Ce diagnostic va permettre d’identifier des solutions de traitement les plus adaptées à nos ordures ménagères résiduelles, c’est-à-dire celles qui valorisent au mieux leurs diverses composantes : recyclage pour les plastiques, les métaux,… ; valorisation organique pour les déchets putrescibles ; … A noter qu’aujourd’hui 75% des omr du territoire sont enfouies sans valorisation préalable.

L’étude en bref

Déchets recyclables (erreurs de tri)

Maître d’ouvrage : le Syndicat Mixte Cotentin Traitement en tant que coordonnateur d’un groupement de commande avec la Communauté Urbaine de Cherbourg, la Communauté de Communes du Bocage Valognais, la CC de Bricquebec, la CC de Montebourg.

Déchets compostables

Territoire : celui des 5 partenaires. 195 000 habitants. 54 700 tonnes d’ordures ménagères résiduelles (omr). Objectif : Faire émerger des solutions communes de traitement.

Autres déchets

2 phases : 1) Définition de la composition du gisement d’omr. 2) Analyse comparative multicritère de 5 solutions de traitement adaptées au gisement. Cabinets d’étude : Anteagroup et verdicité. Durée : janvier 2012-avril 2013. Coût : 45 000 €, financée à hauteur de 15% par l’Ademe.

Carine Fouchard

Ingénieure Tél. : 02 33 40 27 61 - Fax : 02 33 53 13 21 ingenieure@cotentin.org - www.cotentin-traitement.fr

12


SCOT

Un observatoire pour suivre la consommation de foncier

Pour permettre l’évaluation du schéma de cohérence territoriale, et apporter une plusvalue aux documents d’urbanisme locaux, le Syndicat Mixte du SCOT met en place un Observatoire foncier à l’échelle du Cotentin, avec le concours de la Région Basse-Normandie et de l’Etablissement Public Foncier de Normandie. Depuis l’approbation du schéma de cohérence territoriale, le Syndicat Mixte du SCOT se dote d’outils pour permettre la mise en œuvre de ce document. Après la création de fiches de synthèse et de grilles d’analyse, c’est un observatoire foncier qui sera déployé pour affiner la connaissance de l’étalement urbain à l’échelle du Cotentin.

Un observatoire pour suivre la consommation de foncier L’observatoire se compose d’une base de données, permettant notamment de connaître, pour chaque parcelle, l’année d’artificialisation (aménagment), la nature de l’occupation du sol (habitat, voirie, activités, etc…), le caractère public ou privé… Ces informations pourront être croisées avec les documents d’urbanisme des communes, qui ont été numérisés à cet effet ; elles permettront de connaître l’évolution de l’extension du tissu bâti, sur tout le territoire ou sur une commune donnée. Enfin, une analyse quantitative et qualitative sera dressée par l’EPFN sur la base de ces données, et appuyée par des entretiens avec des élus, techniciens, et professionnels du marché du foncier dans le Cotentin. Afin d’exploiter les données de cet observatoire, le SCOT s’équipera d’un logiciel de Système d’Information Géographique (S.I.G).

Pour le Syndicat Mixte : un outil pour tirer le bilan du SCOT Tous les six ans, il faut tirer le bilan de la réalisation

des SCOT. En particulier, il faudra s’assurer que les objectifs de consommation de foncier à l’échelle des EPCI, ainsi que la répartition des objectifs au sein de chaque EPCI, correspond aux objectifs du SCOT. La maîtrise de l’étalement urbain constitue, rappelons-le un objectif essentiel des SCOT… Un suivi est donc nécessaire pour permettre de réaliser un bilan de manière satisfaisante. Avec des mises à jour périodiques, cet observatoire se révèlera être un outil précieux pour le suivi de la mise en œuvre des orientations prises dans le SCOT.

Pour les communes : une valeur ajoutée pour des documents d’urbanisme de qualité Les données issues de l’observatoire pourront être mises à la disposition des communes ou des EPCI lors de l’élaboration de leurs de documents d’urbanisme, afin de contribuer à la qualité des études mises en œuvre.

Les communes auront ainsi la possibilité de tirer le bilan de la mise en œuvre de son PLU précédent, et d’appréhender de façon chiffrée la relation entre la surface ouverte à l’urbanisation et les retombées réelles en terme de démographie et de logements. Elles seront ainsi plus à même de réaliser des projets urbains moins consommateurs d’espace. Du point de vue du Syndicat Mixte, mettre cet observatoire au service des communes permet de leur apporter une réelle plus-value en contribuant à la réalisation d’études urbaines et de documents d’urbanisme de qualité.

13

Emmanuel Lehmann

Ingénieur Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 scot@cotentin.org - www.scot-cotentin.fr


Bois-énergie

La filière se structure dans le Cotentin

Dans un contexte économique et énergétique difficile, la filière bois énergie se structure. Mais quand on évoque la filière bois, de quoi parle-t-on ? Comment est-elle organisée ? Quelles sont les ressources ? Valérie LETELLIER, animatrice à l’association Haiecobois, témoigne.

ESM : Qu’est-ce que la filière bois énergie ? Valérie Letellier : L’entretien des haies bocagères permet la production de bois déchiqueté. Il s’agit d’une source d’énergie locale et renouvelable que les collectivités, particuliers, et professionnel peuvent choisir de valoriser grâce à leur mode de chauffage. Carte des chaufferies collectives approvisionnées par Haiecobois en 2012/2013

ESM : Comment est organisé l’approvisionnement ?

Chaudières collectives en fonctionnement 2012/2013 Chaudières particuliers

VL : Depuis 2006, les producteurs de bois déchiqueté se sont regroupés au sein de l’association « Haiecobois ». Cette structure assure la commercialisation de la production de ses adhérents. Un cahier des charges permet de garantir que le bois est issu d’une gestion durable des haies et qu’il respecte certains critères de qualité. Pour ce qui est de la logistique, là aussi les choses se structurent. Dans le Cotentin, deux plateformes, ont été mises en place l’hiver dernier. Elles permettent de stocker du bois produit dans un rayon de 20 km et d’approvisionner deux chaufferies à proximité (Sideville et Ravenoville). Une plateforme de stockage vient d’être créée à Catteville. (cf. article ci-contre)

ESM : La ressource disponible permet-elle de nouveaux projets ? VL : Oui, à titre d’exemple, dans le secteur de la Haye du Puits, le linéaire de haie valorisable

Guillaume Serve

Chargé de mission LEADER Tél. : 02 33 53 57 12 - Fax : 02 33 53 13 21 leader@cotentin.org - www.paysducotentin.fr

14

Plateformes en fonctionnement (HAIECOBOIS + partenaires) Plateformes en projet (2012/2013)

est estimé à 700 km. Or sur ce secteur, seuls 3.8 Km (240T) seront cette année valorisés par les producteurs adhérents d’Haiecobois pour l’approvisionnement des chaudières des collèges de Portbail et de La Haye du Puits. On peut également rappeler que le linéaire total de haies dans la Manche est de 53 000 km ! Cela laisse de la place pour de nombreux autres projets !

ESM : Quelles sont les perspectives de développement ? Le développement de cette filière nécessite avant tout l’émergence de projets collectifs (écoles, piscines ou maisons de retraite) permettant de pérenniser les débouchés. Aujourd’hui, l’approvisionnement de plusieurs collèges permet de dynamiser la filière.


LEADER

soutient la filière bois-énergie

Le programme LEADER est une source de financement opérationnel de la filière bois énergie bocagère. Illustration par deux projets soutenus en 2012 : la construction d’une plateforme de stockage et l’installation d’une chaudière à bois déchiqueté. A Catteville (Communauté de communes de SaintSauveur), la « CUMA de Beaumont » porte un projet construction de plate-forme. Cet équipement permet le stockage du bois issu des chantiers de déchiquetage de haies bocagères des agriculteurs adhérents à la CUMA (Coopératives d’Utilisation du Matériel Agricole) Le bois ainsi stocké permettra d’alimenter, les collèges de Bricquebec, Portbail et de La Haye-duPuits, équipés d’une chaufferie adaptée. Le projet est cofinancé par l’ADEME-Région : 16 688 € (25%).

LEADER 10 012.79 € (15 % du projet)

Le Président de l’association Haiecobois, Jean-Louis JULIEN et le Président de la CUMA de Beaumont, Thierry LEGENDRE sur le chantier de la plateforme de stockage de Catteville

A Appeville (Communauté de communes de Carentan), Mr et Mme Jacques Marion, exploitants, éleveurs laitiers de l’EARL du Bastillon, ont choisi d’installer une chaudière bois déchiqueté pour leurs bâtiments agricoles. Ils ont d’abord réalisé un diagnostic et un plan de gestion de leurs haies avec le Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin. Cela a permis de démontrer qu’ils avaient assez de ressources en bois pour l’approvisionnement de leur chaudière et pour des débouchés extérieurs.

LEADER 5 856.80 € (18 % du projet)

Le projet est cofinancé par l’ADEME-Région : 7 000 € (15%).

Contactez-nous Le programme LEADER intervient pour vous aider à financer ce type d’équipement. Agriculteurs, CUMA, collectivités, association … leader@cotentin.org

Travaux d’installation de la chaudière, 40 KW, 80 m3/an de bois

 Si vous avez un projet d’investissement

lié à la substitution d’énergie fossile en renouvelable : chaudières à valorisation de biomasse/ chaufferie bois,

 unité de méthanisation,  solaire thermique, photovoltaïque, éolien,

15


Les 15 et 16 juin 2013 venez faire la fête avec les agriculteurs biologiques de la Manche !

Nos partenaires financiers

Conception et réalisation : Olivier PAUL - Syndicat mixte du Cotentin

(Hors adhérents)

Imprimé en 1000 exemplaires par l’imprimerie Le Révérend, Valognes. ISSN : 2104-0850 Directeurs de la publication : les Présidents des Syndicats mixtes Crédits photo : fotolia, SMC, Cotentin Traitement, Yves Métivier, Salon International du Tourisme de Nantes.

Echo des Syndicats mixtes, numéro 11  

Syndicat mixte du Cotentin, Syndicat mixte Cotentin Traitement, Syndicat mixte du SCOT du Pays du Cotentin, Mutualiser et renforcer la cohér...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you