Page 1


29 38

18 25




08 24


ATTRACTIONS 2019 Mercedes-Benz G-Class Botswana, the No.1 African destination to put in your 08WHEELS 29 bucket list COVERSTORY Saki ZAMXAKA, the unstoppable CEO of GGDA 10 making Gauteng shine as Africa’s richest province Painless ways to cut sugar out of your diet 31NUTRITION TROPICS POWER-LIST Which skills do you need to be a CEO in 2018? Meet the Most Influential People in Business 12BUSINESS 32 according to TROPICS MAGAZINE EVENTS Experience the inaugural edition of the TROPICS 14 BUSINESS SUMMIT (South Africa) 5 secrets to stay motivated at work 34MOTIVATION FASHION SPOT Herieth Paul debuts Cushnie et Ochs (Pre-Fall) 18 Collection


& RESORTS Coconut Bay Beach resort & Spa 20SPAS RED CARPET Why Americans are dreaming for a Winfrey 23 President? Meet the Tanzanian Catwalk Queen 24MODELS WEEK Jason Wu RTW Spring 2018 25FASHION TRENDS Brooks brothers – Men’s fall 2018 26MALE TRENDS Haute Africa presenting another side of Africa 27FEMALE CURVES GABIFRESH swimsuit for all 2018 28TROPICS

FEATURE Eduardo Kobra, the Brazilian street artist 35ARTS TROPICS WOMAN How 12-year old Marley Dias is changing the face of 38 children’s literature MAN Why Camilo Jimenez is simply extraordinary 39TROPICS BEAUTY DIVA Rihanna models Fenty beauty ‘Mattemoiselle’ lipstick 40 in Spanked SHOPPING Meet celebrities with awesome beauty lines 43BEAUTY TRENDS Style dreads, same way Ledisi does it! 45HAIR OUT Dining culture in Brazil 48EATING LIFESTYLE The Orbit Jazz Club and Bistro in Braamfontein, 50 South Africa


2019 Mercedes-Benz G-class We barrel down a mountain in Benz’s all-new Geländewagen. Schöckl is a scenic, 4741-foot mountain peak that stands proud of the landscape surrounding Graz, Austria, not far from the Magna Steyr assembly plant where the Mercedes-Benz G-class SUV is still largely hand-built under contract for the three-pointed star. That will remain the case after the first all-new G-class in almost 40 years debuts at the 2018 Detroit auto show. A hotspot for hikers and mountain bikers, the Schöckl’s significance to the auto world lies in the 3.5 miles of steep, rock-strewn goat paths that cut down its flanks and across the switchback tarmac road that leads to its summit. This is the spiritual home of the Geländewagen, which, despite its advanced age and ritzy price tag, remains one of the world’s foremost production offroaders. And to assuage any concerns that its engineers have grown soft from decades of upgrading the same old military rig for use by well-heeled civilians, Mercedes invited us to strap in for a preview ride down the Schöckl in the first G-wagen designed for the 21st century.


Written by Mike Sutton



outh Africa has the largest economy in Africa and is the most developed in Sub-Saharan Africa with the most advanced transport infrastructure. As a member of the BRICS countries, South Africa is recognised as a key emerging market along with other members of the group Brazil, Russia, India and China. The need to move goods to inland centres of commerce within the Gauteng region has created a transport-intensive domestic economy. The air and rail networks are the largest on the continent, and the major roads are in good condition. South African port efficiency has improved considerably as a result on investment in new assets such as ship to shore cranes and other supporting handling equipment.

10 | TROPICS MAG #62

It’s a fact, “The Gauteng region remains an economic and dynamic leader on the African continent, showcasing capabilities in innovation, transformation and sustainable investment.” Throughout the year under review the Gauteng Growth and Development Agency has continued to uphold its mandate in prioritising and enhancing trade and investment. This focus has seen Gauteng benefit in terms of reputation, growth and strategic value, continuing in its move to becoming a vital part of the South African economy and the African continent as a whole. Gauteng remains an economic and dynamic leader on the African continent, showcasing capabilities in innovation, transformation and sustainable investment. The projects that the GGDA has undertaken over the past year, and those that have continued their successful run throughout the year, have excelled in achievement and scope.

Heading these operations is a “Disruptor per excellence” better known as Saki Zamxaka who joined GGDA as the Group CEO in March 2016. Prior to joining the GGDA; Saki was the Chief Executive Officer of a Division of the Passenger Rail Agency of South Africa - PRASA Technical; a position he held from April 2012. Before that, he served as Chief Executive Officer for Autopax, also a subsidiary of PRASA, trading as Translux and City to City, where he held the helm for three years since April 2009.

Saki has extensive experience in project management, development economics, and also has a keen interest in venture capital as well as promoting new industries for development. Saki started off his career in 1999 as a project assistant at the Levy Economics Institute; Bard College, in New York, where he served as a research assistant while completing his studies at the College after being awarded a scholarship. He then went on to lecture Economics in Public Policy Partnership at the University of the Western Cape (UWC) in 2002.

During his tenure at the UWC he held prestigious University Council Memberships where he was firstly a Senate Member, University Council and Executive Council member. Saki proceeded to join Government in 2003 as a senior economic analyst, 2005 as a Director responsible for Stakeholder Management and Parliamentary Services in the Ministry of Transport.

Still remaining in government he moved to the Ministry of Agricultural Affairs and became Economic Advisor to the then Minister in 2006. Leaving Government Saki went on to join the Land Bank in 2007 where he was appointed as General Manager responsible for Operations and was later appointed as Acting Chief Executive Officer in 2008. In the same year he then left Land Bank to start his tenure at PRASA.

Saki’s educational journey started in Butterworth where he did his schooling and later proceeded to the University of the Western Cape, and New York on a Scholarship to pursue a Diploma in a Program of International Education at Bard College. He obtain both a B. Admin degree as well as a B. Econ Honours at UWC.

Giving a keynote speech at the TROPICS BUSINESS SUMMIT 2017 at the Parktonian Hotel in Johannesburg, Saki shared why Africa’s richest province Gauteng continues to look to drive investment into West Africa and to the rest of the continent. Acquiring new markets and nurturing the desire to attract expertise from West Africa into Gauteng will further help improve growth prospects. South Africa’s Gauteng province seeks to expand on its trade and investment ties beyond the southern and western region by partnering with fast moving economies like Ghana and Nigeria to successfully explore economic opportunities across various sectors. One thing’s for certain, this passionate of fine arts is just getting started. Needless to add that the time has come to build businesses in Africa, using entrepreneurship to change the world while reminding us all that the time has come to redefine the notion of success. Written by Vénicia Guinot.

11 | TROPICS MAG #62

It’s important to remind that the Gauteng Growth & Development Agency (GGDA) came into existence on the 1st June 2012, as part of the reconfiguration of Gauteng provincial agencies. The Gauteng Economic Development Agency (GEDA) and Blue IQ Investment Holdings have merged to form the Gauteng Growth & Development Agency. The GGDA’s key purpose is to maximise the effect of developing the economy of Gauteng, through support growth of the cooperatives economy, facilitation of trade and investment and increased strategic economic infrastructure.


“The Unstoppable CEO of GGDA making Gauteng shine as Africa’s richest province”


Which skills do you need to be a CEO in 2018?

12 | TROPICS MAG #62


ny individual who aspires to become a CEO, rising from the working ranks to a lower executive position into the highest levels, must have certain key attributes that distinguishes them from other employees. Individuals might sometimes be born with these skills, and be termed as natural leaders that motivate others and lead a team towards success. However, others might be required to develop these skills over a period of time. The CEO is the head of the company and therefore the responsibility for the entire company rests upon their shoulders. The following skills are necessary and need to be learned if you have dreams of becoming a CEO, or want to ensure that your term in that position is profitable for you and your company alike. The Ability to Be Innovative Globalization, a competitive business environment, escalating inflation and rapid technological advancement all mean that organizations are faced with a rapidly changing business environment. The key to success for any organization is to be able to innovate on a continuous basis and deliver a range of features in their products and services that are not yet marketed by their competitors. A CEO must ideally be able to anticipate the future and design a set of strategies that effectively combat change and result in profitability in the long term. A Risk Taker A CEO must ideally be able to take calculated risks after conducting an in-depth evaluation of the probabilities associated with the profit and loss outcomes of the decision.

Any individual that is risk-averse is not generally suitable as a CEO candidate, as an executive that has an inability to take risk is likely to force the company to lag behind other competitors. A CEO should be able to take risks, although the risks must not jeopardize the survival or the profitability of the company. An Optimistic Nature A CEO should have an optimistic nature in general, and able to identify opportunities even within difficult situations. The individual must be able to think outside the box and design strategies that can effectively combat the threats faced by the organization, while inspiring others to keep a positive attitude and work hard to get through bad times. The Ability to Take Action A CEO must be able to take timely action based on the environmental factors at work. However, a CEO must not be impulsive, and any course of action must be constructed after careful thought and analysis. A CEO must not only be able to design strategies that effectively combat change but also execute them in a manner such that they enhance the profitability of the organization. Coordination and Communication with Team Members A CEO must be able to effectively communicate with fellow team members and explore ideas and suggestions put forward by the team. A CEO must be open-minded to the ideas or strategies put forward by staff members rather than focusing on strategies that are designed by him or herself. The communication skills of a CEO are largely based on their vocabulary, and therefore a CEO that has

extraordinary vocabulary skills is likely to be able to communicate with fellow team members and subordinates with ease. This particularly holds true for the CEO of a multinational company that is communicating with employees that uphold different cultural values. Controlled Emotion A CEO must be able to maintain control over his or her emotions. However, this does not suggest that a CEO must be rigid in behavior and fail to applaud successes or point out failures. Rather the intensity of emotion must be maintained in a manner such that the fellow colleagues and subordinates understand the underlying meaning of the emotion. A CEO must ideally not display excessive levels of anger at small mistakes or become overjoyed at small wins. Rather, he or she must know how to appreciate employees and push them in the right direction that allows the team to achieve the corporate aim of the organization. Inclusion in Decision Making A CEO must be able to involve others in the decision-making process and promote a culture in which all the employees work as a team in order to achieve a common goal or objective.


The CEO must communicate to fellow colleagues and subordinates that their input into the decision-making process is considered to be highly valuable. The final decision must only be taken after conducting a complete financial and non-financial analysis of the decision and considering how the decision can allow the team to achieve the corporate objective of the organization. However, the CEO must also be an independent decision maker and should be able to make such decisions during pressure periods when time constraints hinder the ability to involve others in the decisionmaking process. The Ability to Trust Others A culture of mutual trust must be developed by the CEO whereby the CEO is able to trust fellow colleagues and subordinates. This indicates that a CEO must be willing to delegate authority while overseeing various functions within the organization. However, the CEO must be comfortable in sharing authority with a wide range of people, but must also not turn a blind eye towards them. This indicates that although the CEO must delegate authority to perform tasks, the ultimate power is vested within the CEO and therefore she or he must oversee and take responsibility for all corporate decisions undertaken by the staff.

13 | TROPICS MAG #62

Source: Skills You Need




ore than 150 African and Global CEOs descended in the cosmopolitan city of Johannesburg to host the 1st edition of the TROPICS BUSINESS SUMMIT & Gala Dinner which kicked off on the 18th until the 21st October 2017 in South Africa.

14 | TROPICS MAG #62

First time in history, the TROPICS BUSINESS SUMMIT became the grand first multilingual business gathering for Global Leaders who seek to build synergies with Africa. Various CEOs, VCs, young leaders, managers, administrators, nonprofit partners, government agencies, and other professionals from three different continents joined a rich mix of conversation, networking opportunities, handson workshops, and engagement among aspiring entrepreneurs

and professionals in the fields of mentoring, coaching, and leadership. Mission accomplished, the vision of the Summit was “Finding interenterprise synergies and building bridges with Africa” by encouraging South-South collaboration and opening up to the world’s is our leitmotiv. One of the outcomes of the inaugural edition is the creation of a business network that will soon serve as a bridge between the African entrepreneurial elite and the global power-players and stakeholders getting together to facilitate the development of small and new businesses. Through its multi-platform Conferences, its “B2B Networking

Sessions,” the “Tropics StartUp Sessions”, its Strategic Partnerships between regional and international enterprises are created to facilitate the sharing of ideas, to build new synergies and to bridge the gap between entrepreneurs in Africa and their peers abroad. The first edition of the TROPICS BUSINESS SUMMIT was proudly brought to you by TROPICS MEDIA GROUP in partnership with CREB MULTIMEDIA and MERiTS SERVICES with the support of various international partners who joined hands to make this dream come alive. For more information, please visit the official website:  http:// or email hello@tropicsbusinesssummit. com

15 | TROPICS MAG #62


16 | TROPICS MAG #62


17 | TROPICS MAG #62


t: Kate Young |

Photography: H ugh Lippe | Styl is

18 | TROPICS MAG #62

upeth | Makeup:

Hair: Bobbie Ya no Michael Anthon y



19 | TROPICS MAG #62



Coconut Bay


Beach Resort & Spa

20 | TROPICS MAG #62

ituated on 85 acres, Coconut Bay Beach Resort & Spa offers two worlds in one along Saint Lucia’s exotic south coast. Located only five minutes from the international airport, this awardwinning resort features: 250 airconditioned rooms, 9 restaurants, 7 bars, 5 pools, complete fitness center, tennis and basketball courts, full service salon and oceanfront spa, the island’s largest waterpark and more! Designed to please all ages,

this casually Caribbean, incredibly all-inclusive retreat is St. Lucia’s best value for singles, families or couples.  Take a five-minute stroll along our mile-long beach and you’ll discover Coconut Bay’s newest amenity, the Paradise Beach Bar on a stunning location we’ve christened Paradise Beach. Bartender Ché will keep you refreshed and entertained serving up your favorite tropical cocktails and

thirst quenching beverages. Whether you’re just ready to curl your toes in the sand or you’re heading out on an adventure to learn how to kitesurf -or just look at the colorful kites already in the air at Coconut Bay’s Surf Shack - stop at Paradise Beach. It’s the perfect place to catch the Coconut Bay vibes, take a dip and indulge in the captivating beauty of our island. For more information, please visit

88 Avenue des ternes - 75017 PARIS TÊl : +331 42 43 62 25 • +33 6 50 13 45 35


Why Americans are dreaming

for a Winfrey President? ageless struggles of anonymous, hardworking women, and the celebritystudded #MeToo movement, for which almost the entire room showed solidarity with by dressing in black threads in protest. And she singled out the story of Recy Taylor, the recently deceased AfricanAmerican woman who, in Alabama in 1944, was kidnapped while leaving church and brutally gang-raped by six white men, none of whom was ever prosecuted. “For too long, women have not been heard or believed if they dare speak the truth to the power of those men. But their time is up,” Winfrey asserted. “Their time is up.”

The moment she stepped off stage, there was a sense of a seismic shift not just in entertainment, but broader political discourse. The speech was transcribed and published in its entirety by outlets such as the New York Times, CNN and As the camera panned around the room, how many of the rapturously applauding members of the American entertainment industry – forever seen as a stronghold of liberal thinking, currently wounded by the Harvey Weinstein scandal – had the same thought: “Yeah, she’s running.” Source: Irish Times

23 | TROPICS MAG #62


t the 75th Golden Globe Awards in Beverly Hills, Oprah Winfrey soaked up the kind of adoration that would make a political leader weak at the knees. In a room packed with Hollywood’s aristocracy, Winfrey – becoming the first black woman to win the Cecil B DeMille Award for outstanding contributions to the world of entertainment – commanded the crowd like Demosthenes when he delivered the Third Philippic. In a rousing, heartfelt acceptance speech, Winfrey thanked the Hollywood Press Association with the addendum, “We all know that the press is under siege these days.” She paid tribute to her mother, connecting the dots between the


Meet the Tanzanian

Catwalk Queen

Herieth Paul (born December 14, 1995) is a Tanzanian  fashion model  who has walked for  Diane von Fürstenberg, Lacoste,  Tom Ford, Calvin Klein, Armani, Cavalli and 3.1 Phillip Lim.  She moved to  Ottawa, Ontario, Canada at the age of 14 due to her mother being a diplomat. She was discovered when she went to an open call at Angie’s AMTI, a model agency based in Ottawa, Ontario, Canada. She signed with  Women Management  New York in June 2010. Paul has appeared in editorials for  Vogue Italia magazine, i-D, wonderland and Teen Vogue.  Paul appeared on a Vogue Italia cover with Arizona Muse  and Freja Beha.  In July 2011 she was the cover model of Canadian Elle. The caption on the cover read: “Naomi Move Over. Why We’re Hot For Herieth. 

24 | TROPICS MAG #62

Paul was one of three models in the Tom Ford Fall/Winter 2013 campaign, photographed by Tom Ford.[7] This campaign was named one of the top ten campaigns of Fall 2013 by The Business of Fashion and by Herieth has appeared in beauty campaigns for cKone and Tom Ford.


Jason Wu RTW Spring 2018

Jason Wu’s venue at the Fulton Market Building was set with an arresting display of huge, square concrete urns filled with flowers designed by the Brooklynbased Putnam & Putnam. The glorious arrangements foreshadowed the fanciful floral component of Wu’s show, while serving another purpose as well. Designed in casual explosions of color and texture, they made indirect reference to Wu’s primary vision for spring. “It’s going to be all-American sportswear,” he said before his show. “There’s quite a lot of sensuality and sexiness — very feminine — but a bit more casual for sure.” The notion of going casual is relative. For some, it means trying to impose street attitude on a luxury lineup, a path not open to Wu. “That has never really been my thing,” he said. “I can’t try to be something I’m not.”

What is his thing: chic, polished, pretty, delivered in an attractive lineup for spring, focusing on some essential elements of sportswear, primarily separates and shirtings. He dolled them up by rendering snappy pieces in pastel colors, or adding body-con elements, whether via the curvaceous silhouette of a gray jacket and side-slit skirt or a polite show of skin, as in a trapeze tunic, gently gathered at the neck in front and open in back, worn over lean pants. Yet Wu is an ardent champion of glamour, and he still loves a dress. Here he showed plenty of gems, relaxing the line without lessening the steam. He did so by cutting, twisting and draping, mixing fabrics here, baring a sliver — or more — of skin there. Along the way, he discovered a new passion — jersey. As for the floral motif, the hothouse pattern featured blooms and fruits from the notes of Wu’s fragrance. “It’s been my world for the last year,” he said of his immersion in the world of fragrance that led to the launch of his namesake first scent in August. “The print is a tribute to that journey.” Written by Bridget Foley

25 | TROPICS MAG #62

The designer presented his vision of all-American sportswear, which he infused with femininity, sexiness and glamour.


Men’s Fall 2018

Brooks Brothers The show, which featured 51 looks, was a nod to founder Henry Sands Brooks’ roots as a disruptor.

Brooks Brothers presented an impressive array of its greatest hits during its first runway show that celebrated the roots of American men’s wear. The company, which turns 200 years old in 2018, kicked off the party with a special event at the Pitti Uomo show in Florence. The brand borrowed the spectacular Palazzo Vecchio for a multipronged event that opened with the runway show and transitioned to a retrospective and private dinner hosted by Brooks’ owner Claudio Del Vecchio. The show, which featured 51 looks — 43 men’s and eight women’s — was a nod to founder Henry Sands Brooks’ roots as a disruptor. With a live performance by the Orchestra Filarmonica Italiana as the backdrop — playing “Empire State of Mind” as a nod to its New York history — the company presented modern interpretations of the button-down shirt, repp tie and other innovations that have since become men’s wear classics. Suit jackets tucked into pants so they doubled as shirts, trench coats worn inside out and seersucker suits worn under tweed blazers were all featured during the show. Among the standouts were head-turning topcoats, madras shirts and shorts and lush shearling in the season-less collection. There were also subtle references to some of the company’s most famous customers — a repp tie worn as a belt à la Fred Astaire and watches showcased on the outside of shirt cuffs as pioneered by Gianni Agnelli.

26 | TROPICS MAG #62

The women’s wear, designed by Zac Posen, included a tuxedo, a silk pajama set and a chunky graphic sweater over a tweed jacket. The eveningwear finale, which included classic tuxedos and Black Watch smoking jackets, provided an elegant touch. All in all, it was a refreshing take on the classics and respectful embrace of a two century-old heritage. Written by Jean E. Palmieri

This is a collection of some of the most exciting, innovative designs that are inspired by the land and its people, the colourful diversity of its cultural traditions, its beautiful landscape and sense of rooted identity.

27 | TROPICS MAG #62

Haute Africa presents a different side of a continent, where fashion and design crucially generate wealth. This flourishing creativity is expressed within a vibrant and growing fashion industry. African artists, designers, fashion designers, entrepreneurs and photographers are increasingly visible within the fashion scene with their inspired take on African identity.


Haute Africa



At Swimsuits For All, they believe that fashion shouldn’t have a size limit. Every body is beautiful and every woman should be able to find plus size swimwear that allows them to express themselves, feel confident and look sexy. Unfortunately, we also know how rare it is to find swimsuits that fit a plus size fashionista’s sense of style, not just her body. That’s why they created sexy swimwear designed for women sizes 4 to 34, to show off their curves while making a chic fashion statement.

28 | TROPICS MAG #62

The designs in the Resort 2018 GabiFresh swimsuit collection include many different silhouettes and styles, but they all have one thing in common – they’re powerful, sexy and will have you looking as hot as the summer sun. Bikinis have flattering features like high waists and underwire cups. Coordinating cover ups and

new bra-sized swimwear in cup sizes D/DD, E/F and up to a G/H cup are some of the most popular swimsuits in this GabiFresh swimwear line, which is why Gabi is nicknamed “The Queen of the Bikini.” You’ll also find GabiFresh swimsuits in one piece styles with bold animal prints, lattice and lacing details, gold studs, mesh and dramatic plunging necklines. Whether you prefer jewel-tone solids or cheetah print, there are one pieces and two pieces you’ll adore in the collection. If you’re looking for plus size swimwear that is sexy yet still supportive and a perfect fit, the cruise 2018 GabiFresh for Swimsuits For All exclusive collection is ideal for you, go online at



the No.1 African destination to put in your bucket list from only $960 per person per night and the Chobe Game Lodge at the Chobe National Park. For more information on accommodation, visit the Botswana Tourism website. Visa requirements should be checked with Botswana embassies, consulates travel agents before departure. A Yellow Fever vaccination certificate is required from visitors from areas infected with yellow fever. A drive to Gaborone from Johannesburg covers 374km should you opt to travel by road, and a flight from Windhoek to Gaborone can be booked via Air Namibia. Flights from Harare, Zimbabwe to Gaborone can be booked via Air Botswana from $431. Source: & Timbuktu

29 | TROPICS MAG #62

Botswana is one of the best destinations to go to for an awesome safari holiday. The country, which is bordered by South Africa, Namibia and Zimbabwe, has one of the most sought after wilderness destinations in the world, the Okavango Delta which is situated deep within the Kalahari Basin, where you can experience big game, lush vegetation and natural beauty at its best. Learn more about the inhabitants of Southern Africa with the exploration of rock painting and villages of the San people as well as the Hambukushu at the the Tsodilo Hills. Botswana offers an array of accommodation for tourists, ranging from luxury lodges to budget guesthouses and camping grounds. Stay at the &Beyond Xaranna Okavango Delta Camp

It’s no surprise that refined white sugar is pretty bad for your health. But how do you cut sugar out of your diet for good? Those who have been Paleo for a while know how great they feel when they limit sugar, and everyone knows that it’s a big no-no for diabetics. But what about for everyone else? Should they try to cut sugar out completely, or just limit their intake? Is sugar really that bad? Sugar comes in numerous forms, and it’s almost impossible to avoid if you eat any type of processed or already-prepared foods. So what’s one to do? Are some sugars worse than others? And how do you avoid it? Why You Should Avoid Sugar There are many reasons why you should avoid the sweet stuff:

• • • • • • •

It provides fuel for cancer cells It impairs the function of white blood cells It promotes weight gain It makes the body produce less leptin (needed for appetite regulation) It disrupts how amino acids transfer to muscles It spurs insulin resistance, which can lead to Type II diabetes It induces oxidative stress

Not all sugar is terrible for you. Natural sources like that from fruit, honey, and maple syrup aren’t as bad as from processed sugars and HFCS (high fructose corn syrup) but it’s still possible to overdo it. There’s no reason to cut all fruit out of your diet in an attempt to remove all sugar; you’d be giving up all those antioxidants, photochemical, fiber, minerals, and vitamins at the same time. How To Cut Sugar Out Of Your Diet


Stop Buying Processed Foods

This is probably the hugest change you can make in your diet when it comes to cutting out sugar. Practically everything you buy that comes in a box, bag, or can has added sugars. Sometimes one food item has four or five different types of sugar added!


Make Your Own Spaghetti/Tomato Sauce

If you can’t quite take the step to cut out all processed or ready-made foods, at least cut out store-bought tomato sauce. These often have really high amount of sugar and you just don’t need it. It’s easy to make your own: simmer some canned or fresh tomatoes in a pot with some fresh herbs. Even if you add a bit of sugar to taste, it will still be way less than what is in the store-bought stuff.


Painless ways to cut sugar out of your diet 6

Give Yourself A Quota

If you are weaning yourself back off of sugar, one of the easiest ways to do it is to give yourself a “quota” when it comes to sugar, and use it on dessert. If you normally eat dessert every day, then cut sugar by avoiding all sweets except at dessert. Over the next few weeks, cut back the amount of desserts you have per week. Another way to help is to replace half of your desserts with fresh fruit.


Give Yourself Rules About Dessert

Leading in from the last point, once you’ve cut sugar intake back to just desserts, you should then start weaning yourself off of desserts. Give yourself certain days of the week to eat desserts (and no, don’t say “every day that ends in ‘day.”) Say, for example, you only eat them on even days, or on weekends, or on special occasions.


. Don’t Keep Treats In The House

This one should be a no-brainer. If you have a huge bucket of ice cream in the freezer, you’re going to eat it. Just don’t buy the sweet stuff. If you really want something really badly, you’ll have to go to get a single portion, and half of the time you might decide it’s not worth it.


Try Xylitol or Stevia

Not everyone can tolerate xylitol, and not everyone likes the taste of stevia. But if you can, and do, then they make acceptable substitutes for sugar. Just don’t overdo it with them. You’re better off just lowering your sweetener intake entirely rather than trying to find an acceptable substitute.


Try Dark Chocolate

If your sugar addiction comes in the form of a chocolate habit, then switch to dark chocolate. It’s better for you, has great health benefits, and you probably won’t be able to eat an entire bar of dark chocolate like you can milk chocolate.

11 12

Avoid Mixed Alcohol Drinks

Do you know how much sugar is in a rye and coke? A cosmo? A gin and tonic? A lot! If you must drink, choose wine, straight spirits, or mix with soda water. Cut Out Soda

Trade soda for water with lime or lemon in it and you’ll cut your sugar intake in a huge way. If you still need something bubbly, drink soda water, either plain or with lime or lemon.


Choose Whole, Fresh Fruit Over Juice, Dehydrated, or Other Fruit Products

Juice, fruit roll-ups, and dehydrated fruit taste great, of course: they’re almost pure sugar! Added to this is the fact that all or most of the fiber is gone. Treat your body to the natural benefits of fruit and eat it fresh and whole. Choose berries, cherries, grapefruit, lemon, and limes over apples, bananas, and other fruit; the former are higher in glucose and lower in fructose and tend to have a lower overall content.


Avoid Flavored Yogurt

News flash: most commercial yogurt has just as much sugar in most of a candy bar (or more!) Don’t eat it! Instead, buy or make your own plain yogurt and add fresh fruit and maybe some honey if you still need some sweetness.


One of the most common places sugar will hide is in your storebought salad dressings. Make your own (like a Paleo Caesar Salad dressing); this way you control the amount of sugar (as well as the salt and soybean/canola oil). It’s easy to make your own! Remember: for most vinaigrette, the ratio is three parts oil to one part vinegar. Great oils to use are extra virgin olive oil, walnut oil, and avocado oil. You can use Balsamic vinegar or other flavored vinegars. Plain white vinegar or cider vinegar works as well in a pinch. You can also add a bit of lemon juice, a pinch of salt and pepper, maybe some dried herbs, and a dab of honey if you want a bit more sweetness. Start with all ingredients at room temperature for the best emulsion.

31 | TROPICS MAG #62

Make Your Own Salad Dressing


TROPICS Power-List 2018

The Most Influential People In Business TROPICS INTERNATIONAL Inc / TROPICS MEDIA GROUP – Johannesburg, South Africa – On 20th December 2017, TROPICS Magazine announced its 1st annual  «  TROPICS Power-List 2018 : The Most Influential People In Business » list, which honours the heroes and leaders of the international business community whose work inspires, empowers, influences and impacts the next generation of leaders.

32 | TROPICS MAG #62

The «  TROPICS Power-List 2018 : The Most Influential People In Business«    recognizes  170 influential and inspiring global leaders  in a variety of categories. The  annual  list has been curated by  TROPICS Magazine  editors and editorial staff on the basis of each honouree’s work, impact, engagement, accomplishments and reach.

“The ‘TROPICS Power-List 2018 : The Most Influential People In Business’ list highlights the greatest leaders who exemplify excellence and brilliance in the fields of fashion, business, entertainment, arts, business and others,” says Venicia Guinot, 4x Awards-Winning Publisher, Editor-in-Chief and Founder. Honourees will therefore be recognised each year and unveiled at the next TROPICS GALA DINNER during the 2nd edition of the TROPICS BUSINESS SUMMIT scheduled to take place on  16 – 20 October 2018  in  Johannesburg, South Africa.

TROPICS POWER LIST TROPICS is the No. 1 source for the most relevant perspective on its diverse readership. Entered the interactive scene since March 10th 2010, the primary mission of TROPICS Magazine –  – is to give visibility to the emerging talents because development strives through globalization. With that said, we are not limited in our writings because we strongly believe that the world needs all cultures today to advance the social machine and meet the needs of people at all levels. TROPICS Magazine is a monthly published issue and meets the needs of a diverse audience around the world, joining us from Africa, Europe, America, Southeast Asia and now Australia. TROPICS

Magazine ignites conversation, promotes empowerment and celebrates global talents in such a tremendous way because the publication is the heart, soul and pulse of today’s reader, and a catalyst for reflection and innovation. Follow and engage: @TropicsMagazine  on Twitter,  @ TropicsMagazine  on Instagram,  TropicsMagazine  on Facebook, and on the web. Don’t forget to subscribe to TROPICS and/or order our print issue #62 coming out in January 2018 to read more about these world-class business leaders. Come say  hello@ or and check the full list on

33 | TROPICS MAG #62

About TROPICS Magazine


5 secrets to stay motivated at work F

or Sarah Robb O’hagan, it’s exercising. “I know – how surprising for the president of a fitness company, right? But even if I weren’t President of Equinox I would have the same answer. I believe motivation comes from living a balanced life, both in and out of the office.” And exercising can definitely help, both physically and mentally. However, “I also realize exercising alone won’t have you jumping out of bed every morning. That’s why it’s so important for employees to find ways to remain interested in their jobs on a daily basis.” Here are a few ways I stay motivated every day: Exercise early in the morning Staying motivated at work actually starts before you walk into the office. It’s extremely important to work out — whether that’s going for a run or meditating — it’s about finding a balance. Finishing a work out before you enter the office helps you start your day on the right foot and gives you the energy necessary to accomplish other tasks throughout the day.

34 | TROPICS MAG #62

Spend time with co-workers I believe it’s important to get to know all of my employees outside of the office — grab coffee, lunch, or even work out together! We spend so many hours of our life in the workplace, why shouldn’t we use the relationships we make to stay energized? For instance, I recently learned that one of our IT employees is a huge movie buff — he gave me a ton of great recommendations that I never would have thought of myself. When you take the extra time to get to know your colleagues on a personal level, you might be surprised by how much they can inspire you or spark a new interest.

Create moments for inspiration I mean this on an individual and team level. On an individual level, I spend a lot of time reading and catching up on what’s going on trend wise. I apply the same approach to my team. For example, I will frequently take my team to visit other companies that are outside of the fitness industry. These trips help us widen our perspective and acknowledge how other companies are tackling new trends, ultimately helping us to reinvent ourselves and Equinox. Push yourself If you always do work that your comfortable with that’s fine, but eventually you will start to lose your motivation. Sometimes actually pushing yourself outside of your comfort zone can be inspiring — similar to the feeling you get when accomplishing a workout goal. So I always encourage people to push their professional limits –jump into a new project or attend a brainstorm meeting. Be sure to regenerate Get enough sleep! I cannot reiterate this enough. It is so important for employees to reenergize each night, and best way to do this is by getting enough sleep. In addition to a good sleep routine, it’s also important to take daily breaks from your work. If you’re stressed out over a project or client – just walk away. Getting up and removing yourself from your desk is the only way to reframe your perspective, allowing you to come back to the office feeling energized and ready to take on the challenge.

the Brazilian street artist

Brazilian artist Eduardo Kobra utilizes bright colors and bold lines while staying true to a kaleidoscope theme throughout his art. The technique of repeating squares and triangles allows him to bring to life the famous people he depicts in his images. This checkered pattern, filled with different textures, lines, and shading, builds up to Eduardo Kobra’s final masterpiece, a larger than life mural for all to see and marvel at. Eduardo Kobra’s ability to achieve photorealism while maintaining his playful, color theme is fantastic, making for a striking contrast against the setting it is placed in. Specifically, his cunning use of brushes, airbrush, and spray cans serve as a means of bringing to life notable figures from the past, emphasizing their true dignified nature and beauty. Eduardo Kobra has also utilized a darker color palette in some of his


works while maintaining that stunning air of beauty in throughout his work. You can’t help but feel a sense of nostalgia while looking at his creations, taking you back to a time when those individuals existed. The ability to recreate art that taps into individuals and eras past is a truly gift given to Kobra that is purely remarkable.

Deviating from notable figures, Eduardo Kobra has also stayed true to the everyday human subject, maintaining his bold color use to bring these individuals to light in his works. Within the same vein, his use of black and white images are breathtaking when placed against his colorful checkered backgrounds. Eduardo Kobra’s works are truly a labor of love, using methodical grid planning and masterful shading and swirling effects to complete massively-scaled portraits that are typically done on buldings, walls, and murals. Nevertheless, historical figures are Eduardo Kobra’s strong suit, evoking memories of moments past that still resonate with audiences today. 

35 | TROPICS MAG #62

Eduardo Kobra

The continuously evolving kaleidoscope that is Eduardo Kobra’s art is certainly something to take note of.


How 12-Year-Old Marley Dias Is Changing The Face Of Children’s Literature When Marley Dias was 11 years old, she was a voracious reader. But she was sick of the books she was being given in school because, as she’ll tell you, they were all about white boys and their dogs. And so, she set about changing that. In November 2015, Dias launched a campaign called #1000BlackGirlBooks. Her goal was simple: collect and donate 1,000 books that feature black girls as the main character. Today, Dias has accumulated more than 9,000 books and has landed a book deal of her own.

Dias’ book, “Marley Dias Gets It Done -- And So Can You,” will come out in January 2018. In the meantime, Dias will keep working to fill the gaps in children’s books and taking inspiration from the stories she loves. Though, if the audience’s enthusiastic response to her remarks Tuesday morning were any indication, the best inspiration comes from Dias herself.

At the annual Forbes’ Women Summit in New York City Tuesday, Dias reflected on how she was able to turn her frustration by the books she was seeing in school -- stuff more along the lines of Shiloh than I Love My Hair -- into a genuine movement.

“Innovation comes from, one, acknowledging yourself; two, studying and understanding the problem and three, finding a solution,” she said. “It’s a typical adventure in a hero story, which I now live today.”

«Frustration is fuel that can lead to the development of an innovative and useful idea,» she said, noting that only after she conducted some research did she realize just how few books had black girls or girls of color as their lead character, and how she might not be the only person frustrated by the lack of representation in children›s books.

Written by Maggie McGrath

“I had a lot of choices about how I was going to address this problem. Option 1: focus on me, get myself more books; have my dad take me to Barnes and Noble and just be done, live my perfect life in suburban New Jersey. Option 2: find some authors, beg them to write more black girl books so I’d have some of my own, special editions, treat myself a bit,” she said. “Or, option 3: start a campaign that collect books with black girls as the main characters, donate them to communities, develop a resource guide to find those books, talk to educators and legislators about how to increase the pipeline of diverse books, and lastly, write my own book, so that I can see black girl books collected and I can see my story reflected in the books I have to read.” Dias, of course, went with option 3, and her effort is much needed in the world of children’s literature. According to an analysis from the Cooperative Children’s Book Center at the University of Wisconsin-Madison, just 8.4% of 3,400 trade books published in the U.S. in 2016 had an African American main character. The numbers got even smaller when they looked for protagonists of Latino, American Indian or Asian/Pacific descent: just 55 books, or 1.6%, featured a Native American character in a starring role; 169, or roughly 5%, had a Latino protagonist; and 239, or 7%, were about a character of Asian/Pacific descent. “This gaps hurts all of us,” Dias said Tuesday. “I’m working to create a space where it feels easy to include and imagine black girls and make black girls like me the main characters of our lives.” Educators, advocates, and even Hollywood auteurs agree with Dias› assessment. 38 | TROPICS MAG #62

adults have of finding outstanding books for young readers and listeners that reflect dimensions of their lives, and give a broader understanding of who we are as a nation.”

“In the history of storytelling, you always want that main character to be you,” Wonder Woman director Patty Jenkins said in a conversation earlier in the day on Tuesday. Or, as the CCBC put it in its analysis: “The more books there are, especially books created by authors and illustrators of color, the more opportunities librarians, teachers, and parents and other

This idea, which is speedily growing in Latin America, was conceived by a young man who had a dream and a vision, and pursued it in the midst of all the obstacles. This young man is Camilo Jimenez.

“What better way of taking care of the environment is there than to recycle trash and get something good in exchange for it?” Ecopuntos Recycles 20,000 Materials Camilo Jimenez is a young social entrepreneur and environmental activist most famous for establishing the Ecopuntos program, a method of preserving and caring for the environment by encouraging people to recycle trash. Through the Ecopuntos program, Camilo invites people to trade in recyclable materials for rewards, such as mobile charges and movie tickets at Ecopuntos machines. Since its inception, Ecopuntos has reached over 10,000 people in the city of Bogota, and has gathered over 20,000 recycled materials—a great help in the care and protection of the environment. But it is not just the environment that is benefited by the Ecopuntos program established by Camilo. Since its founding, Ecopuntos has partnered with 16 organizations that would resell the recycled materials they gather. From the time they first joined, each of the 16 organizations have financially benefited from the work being done through Ecopuntos. Camilo’s personality and philanthropic work can be summarized into these four words: “Genius with a heart.” Who would have thought that exchanging movie tickets for recycled stuff would encourage people to recycle trash and turn it into something useful? This is what makes Camilo extraordinary. He possesses this uncanny ability to see something good even in something as bad as trash, and turn it into something that would benefit not just the environment, but the community in general as well. Receiving Youth Service Award and Being Named Climate Champion of Latin America and the Caribbean Due to Camilo’s amazing efforts in promoting environmental care and protection through Ecopuntos, he has become a recipient of a number of honors and awards, the most notable


Camilo Jimenez is Extraordinary

“Today, more than ever, I am completely sure that service power is enclosed in sharing your most prominent passions with others. When you share what you love the most, your heart immediately fills. When you share your passion you are filling everyone’s heart, who will then broadcast your ambition. Service is a chain that connects the world around your joyful moments.” was being included in the list of the 25 Most Powerful and Influential Young People in the World by Youth Service America. Camilo is also a recipient of the British Council Award and was named as a Climate Champion of Latin America and the Caribbean—a true testament on just how much of an inspiration Camilo has been for his philanthropic work. A Young but Wise Philanthropist Probably one of the greatest traits that enabled Camilo to succeed in his philanthropic endeavor is his firm belief in sharing his passion with other people. Like many of us, Camilo had some apprehensions when he first started Ecopuntos, but he did not let these concerns get the better of him and make him quit. Camilo pushed forward, knowing and believing that deep down, every person has a desire to be able to serve his community; he just needs someone to lead him to do it. In a blog Camilo wrote, he said: As a well-known speaker, Camilo travels around the world, encouraging his audiences by telling them about the power they have in their hands to change the world. Camilo often uses the five fingers in our hands as a powerful reminder that we, no matter how small or insignificant we may look at ourselves, have the potential of becoming a world-changer if we take the time and find out the things that we love to do, the goals we want to reach, and the things that we should avoid. Camilo describes in his blog how each of our fingers represent something in our life that would help us focus:

“Your thumb is the finger that reminds you your preferences. The index finger represents your main purpose in life. The middle finger reminds you of what makes you unhappy and what you should eliminate from your life. The ring finger points out what you love the most in life, in terms of both doing and being. Last but not least, the pinky finger—which seems small and insignificant compared to the rest—makes you realize those tiny but noteworthy first steps you need in order to accomplish what you want to do, what you would enjoy doing for the rest of your life and what you love unconditionally.”

39 | TROPICS MAG #62



Rihanna models Fenty Beauty Mattemoiselle lipstick in Spanked Rihanna’s fenty Beautylaunched earlier this year with massive success. And the cosmetics brand’s new lipstick line called Mattemoiselle offers new lipsticks in 14 different shades. From dark green to deep blues and vibrant pinks, these lipsticks are worn by Rihanna herself in these campaign images. Priced at $18 each, the line features playful names such as ‘Clapback’, ‘Spanked’ and ‘One of the Boyz’. Rocking hoop earrings and a denim jacket, Rihanna stuns in each shot.

41 | TROPICS MAG #62




42 | TROPICS MAG #62

Globalization has begun to dismantle the barriers that traditionally segregated local business opportunities and local firms from their international counterparts. The added value of TROPICS MAGAZINE’s first business gala dinner which took place on the 21st of October 2017 at the Hyatt Regency Hotel in Rosebank paved the way for the 2nd edition which promises to be another unforgettable experience for all delegate. In the same light, TROPICS MAGAZINE is working on making South Africa a go-todestination for entrepreneurship and Africa, a land of endless innovations.

Parts of the proceeds of which will go towards two important causes: 1/ The FOREVER CHANGED Global Breast Cancer Awareness Campaign launched by Addi Lang, and 2/ The MAKEBA CENTRE FOR GIRLS, founded by Dr. Miriam Makeba, providing a home for destitute and/or abused girls between the ages 11-18 years. For more information, please visit www.


Celebrities with awesome beauty lines

Salma Hayek


Eva Mendes

“The Honest Company”

“Nuance Salma Hayek”

“Iman Cosmetics”


Since its launch in 2012, the Honest Company has become a game changer in the world of nontoxic, eco-friendly products (its Healing Balm, with sunflowerseed oil and shea butter, even won an Allure Best of Beauty award). This year Alba introduced Honest Beauty, a skin-care and makeup line that’s completely free of potentially harmful ingredients, like parabens and phthalates. And unlike some natural beauty products that have zero pigment and as much staying power as a puff of air, these actually hold their own against nonorganic counterparts. The Honest Beauty Everything Primer, for example, is an editor favorite. Says one tester, “The gold-flecked formula feels more like a moisturizer than a heavy primer, so my skin looks naturally glow-y and pretty.”

There are some celebrities who slap their name on any ol’ product, and then there are others who truly love and believe in what they created. Hayek, with her CVS-based line of hair and makeup products, belongs to the latter camp—so much so, Hayek pulled out a bottle of the Mamey Fruit Texture Enhancing Finishing Spray and demonstrated its volumizing abilities on her publicist. “I hate products that are too sticky or heavy, but this spray feels light on my roots and gives me tons of volume that lasts all day,” she says.

After spending 16 years mixing and matching her own batches of foundation to bring to shoots because makeup artists never had shades in her skin tone, Iman created Iman Cosmetics, a skin-care and makeup line targeted to all women with skin of color. The line’s biggest draw is, arguably, its creamy foundations, which come in up to 14 shades, but we’re also major fans of the Luxury Moisturizing Lipstick in Scandalous. The rich, ruby-red color won a Best of Beauty award in 2014 for its full, opaque formula and its touch of blue undertones, which make it flattering on women of any skin tone.

Sure, the chances of attaining Eva Mendes’s level of holy-wow beauty is close to none, but you can at least fake her smoldering gaze and higher-thanhigh cheekbones with the help of her new cosmetics line, Circa. It’s sold exclusively at Walgreens, but don’t let the single-digits pricing deter you—this isn’t your typical drugstore product. Circa’s Color Focus Eye Shadow Palette is richly pigmented and feels silky on lids, while the Dual Focus Volumizing Mascara & Top Coat is enriched with avocado oil and a hint of shimmer, so lashes stay clump-free and shiny, all day long.

43 | TROPICS MAG #62

Jessica Alba


Barbara Palvin

stars in Pilgrim Jewellery’s spring-summer 2018 campaign


44 | TROPICS MAG #62

arbara Palvin turns up the shine factor in the springsummer 2018 campaign from Pilgrim Jewellery. The Danish jeweler taps the brunette stunner for its latest collection. Photographed by Rasmus

Skousen, Barbara impresses in glittering designs ranging from pendant necklaces to hoop earrings and chic timepieces. Stephanie Gundelach styled the shoot with Trine Skjøth on makeup.


Style dreads Ledisi’s way Ledisi says it wasn’t anything deep that made her grow out her dreads ” I had it in bantu knots and twists and it would naturally start locing,” she said. But it wasn’t easy locing it up “when I wanted it to loc it wouldn’t loc because I have really soft, wavy hair,” Ledisi shared. “It’s not as coarse as I would like it to be so it took me a little while to get there.” Ledisi keeps her locs moisturized with Carol’s Daughter Tui Moisturizing Oil. The New Orleans native recently offered advice to anyone thinking of growing locs.

Check out our gallery of how creative and beautiful Ledisi styles her locs when you click continue.

Credits: Madame Noire

45 | TROPICS MAG #62

With natural hair you have to let it do what it wants to do. Be patient and think of new styles. Add accessories or fun things. And don’t be afraid. Don’t worry about what other people think about your hair. I get a lot of that. Wear it up. Wear it down. No, I wear it how I want to wear it and it has to be what I’m comfortable with. When I want to wear it down, I will wear it down. When I want to wear it up, I will wear it up. Walk in your own walk. Don’t worry about what other people think about your hair.


Just Chillin’ Funky Kidswear

46 | TROPICS MAG #62

After being in the manufacturing business for eighteen years supplying to well known and established children’s brands I felt like it was time for a new challenge. Inspired by beautiful fabrics and the ideal to start my own creative label with a focus on new funky and fresh designs, Just Chillin’ kidswear was born. A new season has dawned and still being passionate about kiddies clothing I am living my dream now. Being creative and enjoying every minute of it.

I am proud to be able to say all our products are manufactured locally. It is such a privilege to be able to be part of job creation in South Africa. I work with a great team from our little factory based in Melkbosstrand, Cape Town. We also try and source local fabrics where possible (mostly 100% cotton) otherwise we make use of high quality imported fabrics from reputable countries. Please visit our online shop where you can view and purchase our products from, or visit us at

our shop at the Root44 Market just outside Stellenbosch on the Audacia wine farm. The market runs throughout the year and is open from 10h00 to 16h00 every Saturday and Sunday come rain or shine. We offer comfortable, exclusive, affordable garments for funky little boys and cute little girls from sizes 0 – 6 years. Designed and made in Cape Town to support local job creation. Shop online at www.


Orbit Jazz Club and Bistro

The in Braamfontein in Johannesburg, South Africa The grub:Â Whether you fancy a bigger meal, or prefer ordering a selection of snacks, the bistro and bar menu has something for everybody. The selection of smaller plates includes dishes like rum-and-lime glazed prawns with melon and avocado salad (R75) and stir-fried calamari with ginger and noodles (R55), while mains feature highlights like linguini tossed with prawns, chorizo, chilli and

sundried tomato salsa (R110), and a signature Orbit burger with caramelised onions, rocket, cocktail tomatoes, mozzarella cheese and a serving of chips or salad (R95). They offer a good selection of wines and spirits as well as beers and cognacs.

47 | TROPICS MAG #62

The grooves:Â This trendy music venue and bistro features a live jazz act every evening from 8.30pm. You can expect a host of talented local musicians like Steve Dyer, Tu Nokwe, Ayanda Sikade Jam Session, Bheki Khoza, Abigail Kubeka, Cameron Ward and more. The entrance fee varies on different nights, so be sure to enquire before arriving.


Dining culture in Brazil


outh America enjoys a rich culture and with this inevitably comes a fabulous array of delectable foods and beverages. Tourists to Brazil are urged to take advantage of this abundance and to sample as many different flavours and dishes as possible. Of course, the country of Brazil is, in itself, incredibly diverse. It is made up of an impressive number of different cultures, languages and religious groups. This means that, even within its own borders, the food and eateries of Brazil are varied and exciting. The national dish of Brazil is feijoada, and this can be found in almost any style of restaurant, as well as at stalls on the streets. Feijoada is a stew made from pork and black beans, often with dried beef added to it for flavour.

The restaurants, particularly those in the north-east of Brazil, will boast several seafood dishes using different type of fish as well as mussels, prawns, calamari / squid and so on. Churrasco is a barbecue, Brazilian style, and is very popular amongst locals and visitors alike. In most establishments, it is served on an allyou-can-eat basis, allowing tourists plenty of time and opportunity to taste this local fare. Usually, waitrons carry steel spits around the restaurant with large pieces of meat on them. As diners make room for more meat, it is cut and served to them at the table. The restaurants of Brazil are usually quite cost-effective. This is great news as the food really is something special, not to be missed. Therefore, visitors are assured of being able to taste-test without spending all of their holiday savings in eateries. In addition, Brazilian restaurants are generally known to be clean and neat. Another major advantage is that Brazil is known for its excellent service, making the eating out experience extra enjoyable.

48 | TROPICS MAG #62

It is then served with white rice, collard greens and slices of orange. Although widely available, the stew is traditionally eaten on a Sunday and may, as a result, only be available on this day of the week. This is a heavy stew and should be eaten in smaller portions than usual to avoid feeling There are quite a few self-service bloated and cramped afterwards. eateries throughout Brazil. Usually, these offer two types of eating options The coastal towns take advantage – an all-you-can-eat deal (called of their positioning and serve a Rodízio) and a system that allows the generous variety of seafood dishes. diner to dish up for themselves and

then weigh their plates, paying per unit (por quilo). As you meander through and along the streets of Brazil, you will notice a number of stalls selling food. This is a great way to sample the local cuisine without having to visit too many restaurants. Ham and cheese sandwiches and an array of different pastries are all common favourites at such street vendors. Lachonetes (also known as a snack bar) and paradise (another name for a bakery) are popular, as Brazilians seem to favour the idea of visiting an eatery entirely dedicated to sweet treats. Brazil is recognised as being the world’s best source of good coffee. It is part of their culture never to refuse a cup of coffee when one is offered to you. So, take it in your stride and simply enjoy the rich roasted flavours of the humble coffee bean.

49 | TROPICS MAG #62



Karine “Des projets plein la tête”

56 | TROPICS MAG #62

L’arrivée de Karine Mousseau en tant que présidente du CMT, annonce l’entrée dans une nouvelle ère du tourisme martiniquais. Dès lors, elle trace son sillon avec des initiatives, et des projets, dont les plus notables proposées sont le maintien de la pérennité et de la compétitivité de notre destination à travers la création d’emplois, de devises, et de produits touristiques nouveaux. Des stratégies marketing pointues sont également au programme pour concurrencer davantage les autres destinations. Le tourisme reste pour elle, le moteur déterminant du progrès socio-économique de notre île. En l’espace de deux ans, elle a mis en place une stratégie interne de motivation et a su remobiliser les équipes du CMT en exploitant au maximum les compétences de chacun. Femme de dialogue et de convictions nous l’avons rencontré pour vous.

La production et la rentabilité inhérentes au tourisme intérieur (Partez en vacances en Martinique notamment) se portent-elles bien? Aujourd’hui, les martiniquais “partent en vacances en Martinique” mais pas assez pour soutenir l’activité touristique pendant la basse saison. C’est entre autres l’effet ‘croisières à bas prix ’! Chaque Martiniquais doit comprendre qu’il est aussi acteur du tourisme pas seulement par sa capacité d’accueil mais aussi parce qu’il peut être ‘touriste dans son pays’! Nous poursuivons la campagne “partez en vacances en Martinique” avec encore plus de moyens ! Nous amplifions! Nous y croyons ! Les pays anglophones ont tous misés sur le tourisme dès le départ, avons-nous en Martinique des secteurs innovants, un renouvellement des services et des produits capables de nous faire rattraper le retard face à cette concurrence toujours plus agressive ? Je suis pleine d’espoir ! Je me rends compte depuis 7 mois à quel point les choses sont en train de bouger à vitesse grand V ! Nous avons aujourd’hui toute une génération de jeunes qualifiés qui ont compris que le tourisme est l’un des seuls secteurs d’activité pourvoyeur d’emplois et locomotive de notre économie. Il y a de nombreux projets innovants. Les jeunes n’ont pas froid aux yeux. Je suis confiante ! On est dans la course !

Faut il mettre en avant dans l’image de la Martinique plus le côté ‘French Touch’ ou le côté tradition Pays’nou? Les 2 aspects sont à exploiter. Sachant qu’en exploitant le côté ‘French touch’ qui séduira par exemple notre clientèle nord-américaine, nous ne nous adressons pas au même public qu’en exploitant le côté « tradition Péyi nou » qui séduira plus ceux et celles qui cherchent à retrouver leurs racines, leur culture, leur ‘fondok’ ou à ceux et celles qui veulent aller à la découverte d’une autre culture. Les 2 aspects sont à exploiter. Et je crois que c’est ce qui fait que nous avons un véritable potentiel ! Nous devons exploiter les 2 aspects pour séduire 2 types de voyageurs différents. Notre niveau de vie, nos infrastructures performantes, notre niveau sanitaire et de santé, sont-ils des attraits supplémentaires à mettre en avant pour vendre notre destination? (Quand on sait que d’autres l’utilisent pour eux) Tout à fait ! Et je crois que jusqu’à maintenant nous ne le faisions pas assez. Je ferai tout pour y remédier. Dans un contexte d’insécurité mondiale, nous offrons la sécurité ! Nous avons des infrastructures sanitaires et de santé de qualité que nous devons mettre en avant. Aujourd’hui Sainte-Lucie se vend en se vantant d’être à un quart-d’heure du meilleur hôpital de la Caraïbe ! Nous devons mettre ces atouts en avant !Nous nous tournons aussi de plus en plus vers l’écotourisme, celui qui respecte l’environnement et les préceptes du développement durable ! Nous avons tous ces atouts ! Il faut les vendre! Y a-t-il selon vous suffisamment d’animations, d’événements et d’attractions touristiques en Martinique. Sinon, que manque-t-il aujourd’hui ? Les richesses sont énormes et l’existant indiscutable : nos paysages, la faune, la flore, nos plages paradisiaques, nos richesses sousmarines, notre culture : nos danses, notre musique, notre goût de la fête, nos artistes, la richesse de notre population qui sait et aime accueillir... mais nous pouvons encore mieux faire ! D’abord en mettant tout ce que nous avons en valeur. Et en créant de grands évènements de dimension internationale : par exemple un grand festival de musique de renommée mondiale. On en a les capacités! A quand un bureau d’accueil de tournage de films en Martinique? Nous avons dès les premiers mois travaillés à la mise en place de ce BAT. Le processus est aujourd’hui enclenché. Nous y travaillons d’arrache-pied avec Christiane Emmanuel, présidente de la Commission culture, identité et patrimoine dont je suis membre et Marie-Hélène

Léotin, Conseillère exécutive Culture. Nous avons reçu de nombreux producteurs, réalisateurs, acteurs.... Le Bureau des tournages devra enfin voir le jour d’ici quelques mois. Nous avons là encore des richesses inexploitées ! Nous avons TOUT pour être compétitifs dans ce domaine : les lieux de tournage tout simplement magiques et les compétences ! Selon vous qu’est-ce qui caractérise le plus la destination Martinique? Au-delà d’un cadre naturel exceptionnel ce qui fait notre richesse c’est nous ! Notre population ! La Martinique est un lieu de rencontres inoubliables et exceptionnelles ! Notre joie de vivre, notre accueil, nos sourires, notre authenticité et notre richesse culturelle sont nos atouts ! J’ai confiance en nous ! Quels sont les projets à venir du CMT? Nous avons un projet à la seconde !!!!! Continuer à promouvoir et vendre notre destination en mettant en avant nos spécificités: nous voulons faire une grande campagne sur la France en 2017 (80% de nos touristes) ! Nous mettrons les moyens pour que chacun ait envie de découvrir ou de redécouvrir la Martinique. Nous voulons intensifier notre présence sur le net et les réseaux sociaux. Nous accompagnons les projets en particulier hôteliers en favorisant les petites structures haut de gamme qui selon nous sont les plus porteuses. Nous voulons permettre au parc hôtelier existant de se restructurer et de rénover. Nous mettons aussi l’accent sur la formation dans les métiers du tourisme et en particulier sur l’apprentissage des langues. Nous voulons continuer à travailler sur le secteur de la plaisance sur lequel nous avons un potentiel énorme. Nous continuons à travailler sur la structuration des filières et sur le développement de niches de tourisme : médical, tourisme d’affaires... Nous continuons le travail auprès des compagnies de croisière et sur l’accueil des croisiéristes car là encore le potentiel est énorme ! Nous voulons aussi qu’il y ait de plus en plus des meublés classés et répertoriés. Notre maître mot: la QUALITE ! à tous les niveaux! Il ne faut rien lâcher ! Le but est que nous n’ayons plus de basse saison. Ensemble, nous allons y arriver ! Bwa pou nou alé !

Entretien de Karine Linord.

57 | TROPICS MAG #62

Les questions de prix et de coûts de séjour sont en Martinique toujours très chers, quels sont les moyens mis en oeuvre dans les hôtels et de façon générale pour changer la donne? Les coûts de production et donc les prix dans l’hôtellerie sont effectivement importants en particulier en raison de la masse salariale (salaires + cotisations sociales) qui sont effectivement beaucoup plus élevées que dans les îles voisines et concurrentes. Notre seul moyen de retrouver de la compétitivité est de nous spécialiser dans un produit haut de gamme à forte valeur ajoutée. Nous devons faire dans la qualité à tous les niveaux! Au niveau des infrastructures et aussi des services . C’est notre seule façon de nous en sortir. Nous pourrons ainsi pratiquer des prix qui nous permettront d’être compétitifs. Il est bien évident donc que dans cette optique de restructuration, l’hôtellerie doit pouvoir compter sur un soutien de la Collectivité et de l’Etat. Aujourd’hui, l’AFD propose de s’engager pour aider les établissements hôteliers endettés. La Collectivité Territoriale de Martinique s’engage aussi auprès d’eux. Le but est l’amélioration des structures existantes et la construction de nouveaux établissements.








58 | TROPICS MAG #62





STORY HOMMES Karine Mousseau, des projets plein la tête Un sud-africain à la tête du ‘Daily Show’ aux Etats-Unis 56COVER 82TROPICS ARTS TROPICS FEMMES Zineb Sedira, Artiste Plasticienne et Ambassadrice Angela Merkel, figure de proue d’une Europe en crise 60 83 Algérienne à Londres CULTURE THAIS, la nouvelle voix française de la pop, RnB… SOCIETE 84 63Le coton africain à la conquête du marché chinois BIEN-ETRE Journée Internationale du Yoga en Martinique AFRICAN DOERS 86 Malamine Koné, créateur de la célèbre marque de 64 vêtements ‘Airness’ NUTRITION La diététique pour les nuls – A la découverte des 87 atouts santé des épinards AFRICAN DOERS Folorunsho Alakija, la femme noire la plus riche au 65 monde BEAUTE La marque de beauté BULY, l’antidote de l’oubli 88 TROPICS VOICES Défilé ‘Mr handsome’ au Zéphyr par la Créatrice 66 DIARIES Laetitia LAW “Iyami”, la nouvelle collection de Grace Wallace 90STYLE DÉCOR IZAE ou la mode de l’accessoire revisité Quelques idées astucieuses pour planter vos fleurs à la 68ACCESSOIRES 92 maison VOGUE 3e édition de la Fashion Hair Show by O’Natty 70EN TROPICS FOOD Selon Chef Grégory Cohen, la pâtisserie, c’est 94 d’abord transmettre une émotion BEAUTE Plein phare sur une ‘Hair Designer’ qui sculpte le 72 cheveu LIFESTYLE Bienvenue en Amazonie française 96 DOSSIER SPECIAL Qui est Cyril Ramaphosa, nouveau Président 76 TECHNOLOGIE d’Afrique du Sud L’économie numérique évolue rapidement en Afrique 98 selon la Cnuce TROPICS BUSINESS SUMMIT Rencontre avec Dina MENDES, Businesswoman 78 franco-capverdienne et Directrice de HD Consulting


Zineb Sedira Née en France en 1963 de parents algériens, élevée dans l’après-guerre d’Algérie, Zineb Sedira vit à présent à Londres, avec sa fille. Elle y a forgé son œil et son art. En Angleterre, loin de la communauté nord-africaine, elle pourrait s’offrir le loisir d’explorer le corps en toute liberté. Pourtant, elle navigue entre deux registres visuels, celui de l’Occident et de l’Orient, ce qui lui impose certaines limites. Elle représente à elle seule l’internationalisation et le brassage des cultures. Son œuvre se lit comme une autobiographie qui met en lumière les paradoxes de sa double identité algérienne et française, auquel s’ajoute son statut de résidente en Angleterre.

artiste plasticienne et ambassadrice Algérienne à Londres

Le triptyque vidéo Langue Maternelle (Mother Tongue 2002) -Mère et moi, ille et moi, grand-mère et petite-fille- utilise des matériaux de la vie de l’artiste afin d’examiner le sentiment des lieux et d’explorer la traduction à l’intérieur de l’identité culturelle.

Trois générations de femmes se parlent. Dans la première vidéo, Zineb Sedira pose des questions en français à sa mère sur sa vie quotidienne pendant son enfance. Sa mère répond en arabe, mais elles se comprennent parfaitement. Dans la deuxième vidéo, la fille de l’artiste pose des questions sur le même thème en anglais et Sedira répond en français, mais la conversation continue toujours sans difficulté. Dans la dernière, la grandElle utilise la vidéo, la photographie, mère et sa petite-fille se regardent dans l’écriture, l’espace d’installation et la un silence gêné. De temps en temps, technologie d’ordinateurs pour examiner l’une parle en anglais ou l’autre en arabe, les différentes thématiques que sont la mais sans interprète français, le fil de sexualité, la représentation, la famille, la communication est coupé. C’est une le langage et la mémoire. Elle aime œuvre assez simple mais très touchante questionner et réinterpréter la dichotomie qui montre comment la migration entre les images familières occidentales et – volontaire ou non – peut arracher les icônes et rituels arabes islamiques. La des liens verbaux même entre deux relation mère-fille est l’un de ses thèmes générations de la même famille.  favoris. 

60 | TROPICS MAG #62

Son exposition au Centre Culturel Français de Constantine sera composée d’un volet vidéo avec Langue Maternelle ainsi qu’une installation photographique regroupant  Quatre thèmes : La maison de ma mère,Traces d’un passé récent et présent, La terre  de mon père & Points de départ. 

Le polyptyque “la maison de ma mère” 2002 montre de façon kaléidoscopique un univers féminin feutré et autobiographique. Les détails sont choisis comme des éléments ponctués de blancheur et de fraîcheur. Ils décrivent avec pudeur et retenue l’environnement quotidien de la mère de l’artiste. Un univers dans lequel Zineb Sedira a grandi. Chaque image représente sa vie de tous

les jours. Une vie remplie d’objets et de tissus qui ne peuvent être facilement placés dans le temps. Dans “Trace d’un passé récent et présent “2003, l’artiste explore les thèmes de la mémoire et du déplacement dans le contexte Algérie-France. Les photographies ont été prises à Alger lors d’un séjour consacré aux recherches sur les vestiges d’habitations romaines et de leurs mosaïques, patrimoine antique légué par une civilisation « coloniale » lointaine.  Durant ce voyage, l’artiste s’est intéressée à certaines formes de ruines, encore plus proéminentes et imposantes : les vestiges des maisons coloniales françaises, restes d’un passé récent et encore très présent. Ici, dans ces décombres d’habitations et remplaçant les mosaïques trouvées sur les sites antiques, Zineb Sedira a découvert des résidus céramiques et carreaux, traces de maisons, de murs, de façades ou de terrasses qui laissaient imaginer une vie domestique et familiale.  Dans “La terre de mon père “2006, l’artiste utilise des images représentant des paysages de la région de Sétif, terres de ses ancêtres.  Dans la série de photos “Points de départ «2006, Zineb Sedira a photographié son  départ de Marseille en bateau vers Alger... Traversée que ses parents ont pratiquée  lorsqu’ils ont émigré en France.



e coton africain fait une percée sur le marché chinois. Spécialement le coton togolais qui est très demandé. Les chiffres de l’importation rapportent que la Chine a reçu près de 639 057 tonnes sur les six premiers mois. Soit une hausse de 48% sur le premier semestre.

du travail des cultivateurs, le coton représente 30% à 40 % de la recette agricole togolaise. Avec la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT), le pays ambitionne d’atteindre 160 000 tonnes pendant la campagne 20172018. Des campagnes et séminaires sont organisés pour former les principaux acteurs du secteur. Les producteurs œuvrent à se conformer aux exigences du marché. Les exportations de coton ont généré 46,1 M en 2016.



L’Afrique s’inscrit comme l’un des fournisseurs privilégiés de la Chine avec 50 292 tonnes exportés pendant ce temps. Cependant l’Afrique doit faire face aux premiers fournisseurs de la Chine comme l’Inde, l’Australie Il s’agit à présent de tenir le taux ou les États-Unis. d’exportation avec toute la production à venir. Les autorités togolaises sont Les pays de l’Afrique de l’Ouest donc mobilisées à dénicher des fournissent de grands efforts pour partenariats avec la Chine et se faire le marché de l’exportation du coton. un nom sur le marché. Le Bénin se place ainsi au 5ème rang des fournisseurs de la Chine avec une Résumé  : La production de coton production de 16  837 tonnes. Sur le africain fait de bonnes exportations classement de la région de l’Afrique vers la Chine. Les pays de l’Afrique de de l’Ouest, la Côte d’Ivoire vient en l’Ouest fournissent plusieurs tonnes deuxième position après le Bénin de coton. avec 5 525 tonnes, suivi du BurkinaSource: Faso avec 4  755 tonnes, du Mali avec 1  805 tonnes et enfin le Togo avec 1 100 tonnes.

63 | TROPICS MAG #62

Le gouvernement fournit plusieurs efforts pour booster le secteur de production du coton, l’industrialisation entre autre du secteur. En effet, le coton est une culture stratégique pour l’économie du pays. En fonction des saisons et


Malamine Koné Malamine Koné est un jeune  entrepreneur Français  d’origine  Malienne,  il naît le  21 Décembre 1971  à Niéna, village situé dans le sud-est  de Bamako, capitale du Mali. De son passé de boxeur, il a gardé une carrure impressionnante. Et un surnom, « Panthère », désormais associé à une success story économique tout aussi impressionnante. Malamine Koné a créé une célèbre marque de vêtements de sport, au logo de félin, qui fait fureur depuis quelques années dans la jeunesse. Airness talonne aujourd’hui, toutes griffes dehors, les géants mondiaux en la matière avec plus se  100 millions d’euros de chiffre d’affaires. Il reçoit  en 2007, le prix du jeune entrepreneur le plus remarquable de 2007 de la Jeune chambre internationale. « Quelle que soit son origine, il faut garder à l’esprit que tout est possible  ». Ceci résume bien la philosophie de vie de Malamine Koné, jeune entrepreneur français d’origine malienne. Malgré une enfance extrêmement pauvre, cet ancien boxeur, qui a failli être amputé de la jambe après un grave accident de la route, trouve la force de combattre la fatalité en se lançant corps et âme dans la création de sa propre marque de vêtements sportifs. En cinq ans, la marque Airness, du même nom de son entreprise, est propulsée au sommet. Avec ses 150 millions d’euros de chiffre d’affaires, la panthère Airness est devenue un symbole emblématique de la réussite d’un jeune noir sorti des banlieues françaises.

créateur de la célèbre marque de vêtements de sport, Airness Issu d’une famille pauvre, Malamine gardait les moutons pieds nus dans la brousse au Mali quand il était jeune garçon. Il quitte son pays natal à l’âge de 10 ans pour rejoindre ses parents partis émigrer en France. Dès lors, il sait qu’il doit travailler 3 fois plus que les autres pour s’intégrer. Il ne parle pas un mot de français. Il n’est jamais allé à l’école. Le défi est de taille. Malamine Koné a cependant cette rage de vivre qui donne des ailes à quiconque souhaite prendre sa vie en main. Il fait d’ailleurs de ce credo, « la volonté doit être toujours plus forte que la fatalité », son mode de vie. « C’est le besoin de communiquer qui m’a fait brûler les étapes », raconte cet entrepreneur. Parcours scolaire sans faute, il obtient un DEUG (diplôme d’études universitaires générales) de droit et rêve de pouvoir concrétiser son souhait de l’heure, devenir commissaire de police. C’est vers la boxe cependant qu’il finit par se tourner. Avec détermination, il devient deux fois champion de France, catégorie poids moyen. Un grave accident de la route l’oblige toutefois à raccrocher ses gants. Son rêve part en fumée. « J’ai subi 12 opérations au genou gauche en cinq ans. Sur mon lit d’hôpital, il m’a fallu penser à faire autre chose!  ». S’accrocher à un autre rêve. « Je ne voulais surtout pas tomber dans la fatalité. La volonté doit toujours être plus forte que la fatalité. C’est important. À ce moment, j›ai réalisé que la mode, c›est nous, les jeunes des cités, qui la faisions Si je n’avais pas eu l’audace et le culot de créer ma propre ligne de vêtement, d’en faire une marque de sport et d’avoir osé essayer de concurrencer Nike et Adidas, eh bien jamais je n’aurais pu accéder à la place à laquelle je suis aujourd’hui », confie Malamine Koné. Comme quoi, lorsque l’on a des idées et de la volonté, tout finit par arriver. La preuve! Parti de rien, Malamine Koné a fait de son entreprise un modèle de réussite. Ascension d’Airness Lors de sa carrière de boxeur, Malamine Koné a été surnommé « la panthère ». II crée donc une marque qui symbolise cet animal et la baptise, Airness. Une fois son projet scellé, il cherche un moyen de le faire connaître. Toutes les idées sont explorées même la possibilité d’habiller les athlètes en dehors de leur activité sportive. « C’est une bonne idée… je n’y avais pas pensé, je vais vite me procurer un contrat et je vais voir si cela est possible. Je vais pouvoir créer et proposer un contrat extra-sportif à tous les athlètes qui souhaitent porter mes vêtements », explique t-il. Grâce à l’originalité de ses produits et surtout grâce à ce nouveau contrat, la marque Airness a pu séduire de nombreux ambassadeurs de prestige, surtout des joueurs de football reconnus. Malamine Koné ne s’arrête pas là. Il cherche à équiper entièrement une équipe de football. C’est le Stade Rennais Football Club qui sera le premier à être séduit par le projet à faire confiance à la jeune marque, ensuite suivront Nantes, Lille, Valenciennes, Auxerre. Aujourd’hui AIRNESS est la première marque française de sport présente dans le football en France et à l’international, dans le basket, le rugby et dans le tennis.

64 | TROPICS MAG #62

Pour Malamine Koné, la réussite se mérite à force de travail. Selon lui, il ne faut pas avoir peur de l’endroit où l’on vient et se battre pour ce que l’on veut. «  Il faut que tous les jeunes soient conscients de leurs chances et de leur potentialité. Il faut qu’ils prennent conscience qu’on peut arriver à beaucoup de choses avec du travail. Certes, la volonté n’est pas tout, il y a d’autres paramètres qui jouent dans la réussite. Pour réussir, il faut d’abord avoir envie de réussir. Cela demande beaucoup de concessions et de sacrifices », indique t-il. De quoi inspirer les générations futures.

la femme noire la plus riche au monde

Avec une fortune personnelle estimée par le magazine panafricain “Ventures Africa” à 2,1 milliards de dollars, la femme d’affaires nigériane Folorunsho Alakija détrône depuis deux ans l’animatrice américaine Oprah Winfrey de son titre de femme noire la plus riche du monde. Elle vient vient d’une famille très nombreuse, où son père musulman polygame a eu 52 enfants de 8 femmes …À 7 ans, elle est envoyée en pension dans le Pays de Galles où elle étudie pendant 4 ans. Elle a   commencé sa carrière en tant que secrétaire dans une banque au début des années 1970.  Après avoir été secrétaire exécutive du directeur général de la First National Bank de Chicago, elle est devenue directrice des affaires corporatives de l’International Merchant Bank of Nigeria Limited (IMB). Ne voyant pas sa carrière décoller dans le secteur bancaire, elle décide alors de se lancer dans la mode. Elle se rend à Londres pour étudier la mode et le design et à son retour au Nigéria décide de fonder sa propre marque de vêtements.  ont les créations étaient portées par la haute-société africaine, à tel point qu’elle est rapidement devenue la créatrice de vêtements numéro un dans les pays d’Afrique de l’Ouest, parfois appelée “l’une des pionnières de la mode nigériane”. Si la femme d’affaires n’est plus aussi impliquée dans l’industrie de la mode qu’elle a pu l’être auparavant, elle y reste néanmoins attachée comme le montre son rôle dans l’Association des Créateurs de mode du Nigéria (Fashion Designers Association of Nigeria). En tant que présidente du FDAN, Folorunsho Alakija a laissé une marque indélébile sur la culture nigériane en promouvant et exportant la mode de son pays.

Selon le magazine nigérian, elle aurait commencé au secteur pétrolier après avoir rencontré Maryam Babangida,alors première dame du Nigeria, pour qui elle créait des robes. Elle aurait alors acquis un premier bloc pétrolier à bas coût, en 1993.cence de prospection pétrolière. A l’époque, proche du Président Babangida, elle réussit à obtenir en 1993 le droit d’exploiter un gisement en mer de 620.000 hectares. Néanmoins, dépourvue de toute expérience dans l’exploration pétrolière et dotée d’un gisement extrêmement éloigné, beaucoup se sont empressés de dire qu’elle ne tirerait jamais rien de ce gisement. Folorunsho était pourtant bien déterminée. Elle engage en 1996, le géant Texaco afin de réaliser une étude du potentiel en pétrole de son gisement. Texaco finira par mettre en évidence que le potentiel du gisement n’est autre qu’1 milliard de barils de pétrole. Sa ténacité a donc payé. Elle créé suite à cela la société Famfa Oil. Bien évidemment, sa soudaine apparition sur la scène nationale des acteurs pétroliers en a intéressé plus d’un. Le successeur du Président Babandiga, Olusegun Obasango n’a pas longtemps hésité à prendre possession de 50% des intérêts de Famfa. Ignorant tous les commentaires lui disant qu’elle n’obtiendrait jamais gain de cause contre le gouvernement, Folorunsho a entamé une dure bataille judiciaire qui a duré plusieurs années. En 2012, la cour suprême lui restitue l’intégralité de Famfa. Sa société exploite plus de 200.000 barils/jour. En 1993, sa société Famfa Oil décroche le gros lot en remportant le permis d’exploitation d’un des gisements les plus prolifique du Nigeria. Détenu à 60% par Famfa Oil, ce gisement, baptisé OML 127, a une valeur marchande estimée à 7,3 milliards de dollars. Née au sein d’une famille musulmane, elle décide à l’âge de 40 ans de se convertir au christianianisme et devient évangéliste. Elle est mariée à Modupe Alakidja (avocat) et ont quatre garçons. Elle a un appartement à Londres d’une valeur de 100 millions d’euros et possède  un jet privé d’une valeur de 46 millions de dollars. En 2003, elle crée la fondation “Rose of Sharon”, qui vient en aide aux veuves et orphelins.

65 | TROPICS MAG #62

Folorunsho Alakija née le 15 Juillet 1951,  est une philanthrope, richissime femme d’affaires  Nigériane.  Elle est classée par le magazine Forbes deuxième plus riche femme d’Afrique, avec une fortune estimée à 2,1 milliards de dollars. En 2015, elle est classée seconde femme la plus puissante d’Afrique, juste derrière Ngozi Okonjo-Iweala ( économiste et femme politique Nigériane).


Folorunsho Alakija




La créatrice Joyce Blancoco a invitée l’équipe JCL Production de Paris composée de Chester Jean Luma (Cameraman & Réalisateur), de Patrick Peter Photographe et la belle et talentueuse Journaliste Wanda Nicot (Fashion & Culture Editor de Tropics Magazine) en Guyane du 6 au 15 Novembre 2017 pour présenter ave Steve (Animateur de Guyane 1ere), son dernier défilé ‘Il était une fois le Jean’ sous toutes ses coutures au Zéphyr à Cayenne.

66 | TROPICS MAG #62

Nous avons été à la rencontre de la jeune Laetitia Law… un parcours scolaire en alternance. Elle obtient son Bac STTG à Félix Eboué, un DUT GEA à l’IUT Paris 5, et ensuite une licence Banque. Trois années en CDI dans le milieu bancaire; elle reprend ses études en visant le MAI (Master Achats Internationaux ) de BEM qui est un Kedge Business School et un Master en alternance dans une société de restauration collective pendant trois ans. Revenue en Guyane après des études à Paris et ses expériences professionnelles, elle se lance dans le prêt-à-porter et ouvre son magasin « Mr Handsome » situé en centre ville à Cayenne, un concept chic et épuré, des produits de qualité en quantité limité et de la nouveauté régulièrement. Les nouvelles marques en vogue et aussi l’accent sur la création locale, comme la marque VXLC, crée par un design guyanais. Il s’agit d’un lieu chic et épuré qui puisse s’adapter à un environnement d’atelier et d’accompagnement pour les jeunes designers qui souhaitent s’exprimer librement. Après trois ans d’existence, c’est dans l’optique de présenter son savoir-faire que «  Mr Handsome  » a présenté son premier défilé hommes au Zéphyr à Cayenne. Pour faire un tour chez «  Mr HANDSOME  », rendez-vous au Clothing, 54 rue Lallouette 97300 Cayenne, Guyane. Article de Wanda NICOT

Credit :Photographe : Patrick PETER

au Zéphyr par la Créatrice Laetitia LAW

67 | TROPICS MAG #62



IZAE OU LA MODE DE L’ACCESSOIRE REVISITÉ Quelles sont les difficultés que rencontrent les créateurs indépendants? En tant que Créateur indépendant en Martinique, nous rencontrons les mêmes difficultés qu’un créateur établi en France. Les débuts sont difficiles, car il faut se faire connaître, asseoir sa réputation sur la compétence. À cela s’ajoute l’insularité qui ne facilite pas l’approvisionnement de matières premières. Je tiens à travailler un maximum avec des fournisseurs locaux mais, pour le cuir, par exemple, je suis obligé de passer par la France.


zae promeut l’histoire des sacs customisés. Passionnée de design, elle porte en elle la force de la tradition et celle d’un savoir immuable. Isabelle Etifier, de son vrai nom, aime concevoir des pièces inédites qui ne manquent pas de retenir l’attention.

68 | TROPICS MAG #62

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et nous évoquer votre parcours professionnel? Je suis Izae et je me ressens avant tout comme un électron libre en quête de mouvement et avec un minimum d’attaches. À 24 ans, je quitte Paris, où je suis née, pour adopter un style de vie nomade avec ce besoin d’aller voir ce qui se passe ailleurs et m’en nourrir. J’ai pu ainsi vivre en Guyane, au Sénégal, au Costa Rica, en Espagne, en Guadeloupe... J’ai été tour à tour commerciale dans le tourisme, restauratrice, apprentie en ébénisterie. Depuis mon installation en Martinique il y a 8 ans, j’ai choisi d’explorer la création picturale que j’avais initiée en Espagne.

Pourquoi avoir choisi de vous spécialiser dans la création de sacs? Il y a deux ans, j’ai réalisé une peinture sur un sac que ma mère venait d’acquérir. Ce nouveau sac a non seulement plu à ma mère, mais également à d’autres femmes qui m’ont demandé de leur customiser les leurs. De là a commencé à mûrir l’idée de créer « IZAE nomad art » en faisant fusionner l’accessoire et la peinture, en proposant une diversité infinie de motifs. Les femmes d’aujourd’hui sont en quête de rareté et d’originalité sans tomber dans l’extravagance et je pense que c’est ce qui leur plaît dans mon travail. Cela donne des sacs, des pochettes, des boucles d’oreilles aux lignes volontairement épurées, car ce qui est mis en avant est le motif.

Vous aimez les formes géométriques et architecturales, où puisez-vous votre inspiration, vos influences? Tout peut m’inspirer: un paysage, un détail sur un mur décrépi, une luminosité à un moment de la journée... Certains peintres m’inspirent également. Je ne viens pas du milieu de la mode ce qui, je crois, me permet de garder une grande liberté dans mes créations. Par exemple, actuellement, le wax est un tissu très prisé par les stylistes. On le voit partout. Eh bien, mon coup de coeur s’est porté sur le bogolan (bogo : « terre », lan : « issu de ». Ce tissu originaire de l’ouest de l’Afrique est teint puis l’artiste y applique des motifs à main levée. Lorsque je crée un motif, je ne me contente pas juste d’emprunter ce que je vois pour des raisons esthétiques mais j’ai surtout l’envie de raconter quelque chose, de faire passer des vibrations.

ACCESSOIRES Où fabriquez-vous vos sacs et quels sont les matériaux utilisés pour les créations de vos sacs? Je fabrique mes sacs en Martinique, à Schoelcher, dans mon atelier. Mes sacs ainsi que mes pochettes sont en toile de polyester imperméable. La toile est peinte puis cousue et les anses sont en cuir. Comment s’organisent vos productions et votre commercialisation? Je réalise tous les accessoires dans mon atelier. J’alterne entre les nouveaux visuels que je propose régulièrement et les commandes spécifiques. Je reçois régulièrement dans mon atelier/show room et on peut également trouver mes créations dans deux boutiques : ‘Tematik’ à Fort de France et ‘Fashion K’ au Carbet.

Depuis un mois, je me suis lancé dans la customization de baskets, il faut dire que la basket s’est démocratisée et est devenu au fil des années un basique à avoir dans sa garde de robe. Il est le produit-phare de ma dernière collection et touche aussi bien les femmes que les hommes et ce, toutes générations confondues. Pour ce qui est du motif, l’inspiration Bogolan plaît beaucoup en ce moment.

Entretien de Karine Linord.

69 | TROPICS MAG #62

Quelle est la pièce phare de votre dernière collection?


3 Edition de la Fashion Hair Show By e

O’Natty Au programme, plusieurs créateurs de mode prévus. Nous avons repérés deux designers couture tels que Anggy HAÏF et Nefer Couture (Daniel Tohou), deux passionnés de mode et fondateurs de leur propre marque ou encore de leur propre maison de couture classe et élégante. L’évènement s’adressait à tous les hommes amateurs de mode, exigeant toutefois la qualité et l’excellence. Deux marques qui offrent à chaque homme l’opportunité de se sentir

unique et exceptionnel. Des mannequins hommes avec des coiffures locksées qu’elles soient tressées, tortillées ou en vanilles, en fonction des tendances et sa culture, chaque coiffure demeure le symbole d’une identité. Les accessoires (bijoux et sacs) KEME, Lydie Calebasse, Be Roots, et Ebène & Chic ont bien rehaussés chaque look. Eve Guillaume, originaire de la Guadeloupe et passionnée de cheveux naturels et plus précisément des Locks propose en exclusivité un coffret «  Locks Box By O’Natty », un magazine pour les cheveux locksés et des master-classes sont prévues au salon O’Natty, Retour en image sur le défilé ‘Hommes’ de L’institut O’Natty sis au 136 rue de Charonne 75011 Paris Propos recueillis NICOT


Credits : Photographe : Patrick PETER

70 | TROPICS MAG #62

Eve Guillaume By O’NATTY a clôturé la Fashion Week de Paris en beauté au LOFT de la Bellevilloise à Paris. 3e Edtion de la Fashion Hair Show By O’Natty. Un défilé –locks présenté par la talentueuse et dynamique journaliste Wanda Nicot, Fashion & Culture Editor du magazine Tropics Magazine, en robe rouge Bazin de la créatrice Takine CAMARA (Mali) et invitée d’honneur de la chanteuse Lycinaïs Jean d’origine guadeloupéenne.

71 | TROPICS MAG #62



Plein phare sur une «Designer Hair Couture» qui sculpte le cheveu


lors que la mode Afro des années 70 revient aujourd’hui sous l’appellation ‘Nappy’ toute empreinte de revendications, Murielle Kabile fomente sa révolution.

très cosmopolite résonnent dans le cercle très fermé, des ‘fashion weeks’ et des galeristes.

Murielle Kabile, c’est cette jeune martiniquaise riche en arts et en culture. Les réminiscences de son

Chantre du détail, elle tisse, natte, noue, tresse, colore et décolore le cheveu. Des chefs d’oeuvres faits à partir de cheveux naturels ou synthétiques oscillant entre maîtrise technique et fustigeant par la même

elle-même, dès son plus jeune âge, puis ses copines. Elle adorait changer de tête, ce qui a toujours symbolisé son appartenance pour la création. Murielle baigne dans l’anticonformisme et, pour elle, la sont un manifeste. Alors Murielle étudie et ressort diplômée en couture spécialisée dans le cuir puis un brevet professionnel styliste-visagiste. De là elle commence à s’épanouir, ses créations sculpturales hissent la Mieux encore, elle imagine, à la surprise de tous, un style couture en habillant le corps de cheveux. Un art sculptural en tout point qui ne tardera pas à attirer l’attention sur ce nouveau luxe vestimentaire empreint de sensualité. Lentement mais sûrement, elle créations adoubées par une clientèle

La hair sculpture émeut et fascine chez Murielle Kabile

une source intarissable d’inspiration pour la ‘hair designer’ qui crée des Hair Styliste conceptualise, brode, découpe, ennoblit, coud parfois à même le corps, ses créations sur les mannequins pour donner la touche d’être chic lui ouvre les marches du festival de Cannes. Ce mélange détonant de genres, tantôt lisse, tantôt afro ou tressé habillant le corps est une vraie audace créative et esthétique. Sa vie cosmopolite est une source d’inspiration Artiste avant-garde au répertoire varié et reconnu outre-Atlantique, Murielle Kabile fait une incursion remarquée à la Fashion Week de cette

année. Chaque création témoigne d’une extraordinaire vitalité, d’un travail méticuleux, garant d’un tissage artisanal qui confère à ses sculptures une qualité unique. Exquisément féminine Aujourd’hui Murielle peut s’enorgueillir car ses collections à fort caractère et parfaitement abouties ont été exposée à la prestigieuse galerie d’art Bernard Dulon où ses créations ont, une fois de plus, tenu autant de la performance artistique que de la sculpture. Gageons que Murielle Kabile continue à bousculer les frontières de l’audace et à briller sur le panthéon des arts. Pourfendeuse avérée de tous ceux qui diplôme, elle monte au créneau en encourageant tous ces gens, comme les jeunes d’ailleurs, de faire des études, de ne pas chercher la facilité en se lançant dans la vie active rien que pour gagner de l’argent et sans technique. Elle soulève le problème récurrent du plagiat dont elle est victime et insiste là-dessus: le talent doit s’accompagner d’une certaine technicité et demande beaucoup Article de Karine Linord.

72 | TROPICS MAG #62

Photographe: Xavier Dollin Model: Sheila Shanel Makeup: Akossiwoa


Photographe: Xavier Model: Caidy Léna Makeup: Akossiwoa

Photographe: Vanida Hoang Hair Couture: Murielle Kabile


Photographe: Xavier Model: Caidy Léna Makeup: Akossiwoa


Qui est Cyril Ramaphosa

nouveau Président d’Afrique du Sud Matemela Cyril Ramaphosa (né le 17 nov 1952) est un avocat, un leader syndical un politicien et un chef d’entreprise Sud Africain. L’histoire de Ramaphosa n’est pas ordinaire. Avant d’entrer dans le club très fermé des PDG, cet homme imposant mais toujours souriant était déjà un héros. Forcément : quand on a largement participé à la lutte contre l’apartheid, qu’on est le favori des militants de l’African National Congress (ANC) et le « poulain » de Nelson Mandela, il est difficile de passer inaperçu dans un pays dont la conscience collective souffre encore des blessures infligées par le régime raciste. “Après avoir largement contribué à rendre les droits politiques aux Noirs, il est temps d’agir sur le terrain et de leur donner le pouvoir économique”, estime Ramaphosa. “La discrimination n’est plus, passons à la discrimination positive”. Son charisme légendaire lui réussit aussi bien en affaires qu’en politique.

76 | TROPICS MAG #62

un réel mouvement, avec une main-d’oeuvre pourtant instable, saisonnière et majoritairement étrangère. Jusqu’à cette époque, les syndicats étaient peu influents en Afrique du Sud. En 1984, le NUM a grandi et est officiellement reconnue par les patrons, Ramaphosa devenant leur interlocuteur privilégié. « Il a travaillé comme un fou pendant cette période, se souvient Adrien Duplessis, le directeur de la Chambre patronale des mines à cette époque et donc son principal adversaire. Il traversait le pays, allait de mine en mine pour convaincre les ouvriers, se confrontait aux managers. Il dormait même dans sa voiture ! Qui d’autre aurait pu faire ça à ce moment-là ? » Aujourd’hui encore, Ramaphosa repense à cette période comme la plus importante de sa vie, celle où il a eu l’impression de véritablement changer le quotidien des gens. Son but était de faire tomber le régime raciste, mais aussi de réussir sa vie. « À cette époque, les syndicats étaient la seule manière de s’affirmer en Car Cyril Ramaphosa, le « syndicaliste-patron tant que leader pour des gens de couleur », », a toujours été emblématique de l’Afrique du reconnaît Jay Naidoo, compagnon de lutte Sud en transition. Il naît le 17 novembre 1952 de Ramaphosa, ancien ministre des - jour du soixante-sixième anniversaire de la Communications de Mandela, aujourd›hui création de Johannesburg -, dans le township directeur de la Banque de développement de Soweto, qui deviendra le symbole du d›Afrique australe et autre figure phare combat contre l’apartheid : le bidonville est le de l›empowerment à la sud-africaine. théâtre d’une violente répression policière « Nous aurions voulu accéder aux pendant les années soixante-dix et quatredirections d›entreprises ou à des postes vingt. Mais il sort rapidement du ghetto pour de responsabilités au gouvernement. aller étudier à l’Université - réservée aux Noirs Mais c›était impossible. » - de Turfloop, à Pietersburg dans le Transvaal, en plein bastion afrikaner. Ses parents se sont C’est donc en qualité de leader battus pour que leur fils puisse quitter le syndical que Cyril Ramaphosa se bidonville où son père, lui, est resté comme fait connaître dans tout le pays. En sergent de police. Dès son arrivée à la fac, 1987, il lance la plus grande grève Ramaphosa milite à la tête d’organisations de l’histoire sud-africaine et étudiantes. Ses qualités de leader ne font déjà parvient à faire trembler le aucun doute. À deux reprises, il est arrêté pour pouvoir blanc. Il se forge une avoir mené des manifestations, en tant que réputation de négociateur hors pair secrétaire général de la South African Students qui ne l’a toujours pas quitté. « Dans Organisation (Saso) : il fera onze mois de les négociations, il est passionné, prison en 1974 et six mois en 1976, tombant argumente avec force, parfois même chaque fois sous le coup du Terrorist Act, la loi avec agressivité, raconte Adrien punissant les opposants au régime de Duplessis. Il donne tout ce qu’il a en lui, l’apartheid. Ramaphosa n’a jamais caché sa il puise au fond de ses ressources. C’est un sympathie pour le Black Consciousness homme puissant. » l’Organisation de la conscience noire, célèbre mouvement de Steve Biko -, et le marxisme, Le chemin est alors tracé pour celui même s’il n’a jamais voulu dire s’il a un jour qui fera partie du comité possédé la carte du Parti communiste. Mais d’accueil très sélect c’est lors de son séjour en prison en 1976, qu’il de Nelson Mandela, à se rend compte que « l’idéologie de la sa sortie de conscience noire tourne en rond ». Il faut prison trouver un autre moyen de combattre le régime de l’apartheid. En 1981, le jeune Ramaphosa décroche son diplôme d’avocat. Convaincu que le métier qu’il a choisi est trop individualiste dans un pays où seule l’action collective pourra vaincre le pouvoir en place, il engage immédiatement ses compétences juridiques dans la lutte syndicale. En 1982, il se fait élire à la tête du tout nouveau syndicat des mineurs, le National Union of Mineworkers (NUM), fort de six mille membres. Il  révolutionne le secteur des mines, en remportant le défi de former

en février 1990. L’année suivante, il démissionne de son poste au NUM pour être élu secrétaire général de l›ANC. Malgré les rivalités entre les combattants de l›intérieur et les « exilés » du parti, qui se font sentir dès leur retour au pays, Ramaphosa est le numéro deux, après Mandela. Et son élection en 1991 montre que la désorganisation du parti, depuis son retour à la légalité en février 1990, déplaît aux militants. Un vrai négociateur doit prendre les choses en main, même s’il ne fait pas partie du groupe des exilés, alors majoritaires au sein du comité exécutif de l’ANC. Aucun doute : seul un homme de la stature de Ramaphosa peut assumer les lourdes tractations qui vont durer trois ans avec le Parti national (National Party, NP). Non seulement il maîtrise les ficelles de la négociation, mais en plus il a su se faire accepter par les

Mot après mot, ligne par ligne, Ramaphosa rédige la future Constitution. Pour, quelques jours avant son adoption finale, le 12 avril 1996, claquer la porte au nez des responsables de l›ANC, au premier rang desquels Thabo Mbeki, devenu, depuis 1994, vice-président du parti et depuis 1999 président de la République d›Afrique du Sud. Cyril Ramaphosa quitte la politique pour se lancer dans le business et garantit à ses compatriotes noirs l’égalité économique. L’adoption de la Constitution, qui signe la fin du régime de l’apartheid, restera toujours pour lui la date anniversaire de la création de la « nation Arc-en-Ciel », dont il est, selon Mandela, « l’un des principaux architectes ». Et il décide de la laisser vivre sans prendre part à sa concrétisation. La mission de président de l’Assemblée constituante qu’il assume depuis 1994 est remplie, il est temps de passer à autre chose. Aujourd’hui encore, on s’interroge sur le revirement soudain de Ramaphosa en 1996. Quitter l’ANC alors qu’il semblait promis à un brillant avenir politique à la tête d’une Afrique du Sud juste et démocratique dont il avait toujours rêvé semble étrange. Pourquoi Thabo Mbeki est-t-il devenu très rapidement le candidat de l’ANC à l’élection présidentielle de 1999 pour succéder à Mandela, alors que la place semblait destinée à Ramaphosa ? Certains avancent le jeune âge de Cyril : il n’avait que 47 ans en 1999. D’autres, son origine ethnique venda, une ethnie minoritaire - qui n’est ni celle de Mandela ni celle de Mbeki, qui étaient d’autant plus liés que Govan Mbeki, le père de Thabo, avait, comme Mandela, été condamné, en 1964 à la prison à vie et passé une vingtaine d’années à Robben Island. D’autres évoquent encore la trop grande importance symbolique qu’avaient prise les exilés de l’ANC et leurs contacts avec le reste du monde, et, surtout, la dévotion de Thabo Mbeki au parti depuis de longues années, alors que Ramaphosa était un nouveau venu, un transfuge des syndicats. Peut-être même y aurait-il eu une

que de deux cents voix par l’actuel ministre des Finances Trevor Manuel, et garde la deuxième place. La fibre politique de Ramaphosa reste vivace. En 1999, au moment de l’élection présidentielle, il sermonne le rédacteur en chef du Financial Mail, journal appartenant à son groupe. Peter Bruce s’était clairement exprimé, dans ses colonnes, en faveur du United Democratic Movement (UDM), parti démocratique blanc de Roelf Jusque-là, le parcours de Cyril Ramaphosa est Meyer. Les remontrances sont sévères, un sans-faute. Le début de sa carrière dans les Ramaphosa arguant qu’un journal n’a pas à affaires relance un cycle de succès. Le gamin prendre parti, quel qu’il soit, au moment d’une de Soweto habite dorénavant le riche quartier élection. de Sandton. Sa vie privée prend également un nouveau tour lorsqu’il divorce de sa première Ramaphosa garde son âme de combattant. S’il femme et épouse Tsepho Motsepe, médecin et n’a plus de lourdes responsabilités au sein de belle-soeur du ministre des Entreprises l’ANC et si on ne le voit plus haranguer les publiques Jeff Radebe. Regard perçant et foules, il dirige quand même la commission sourire inamovible, l’homme n’a pourtant pas sur le Black Economic Empowerment, dont le changé depuis qu’il portait le survêtement gouvernement s›inspire largement pour rouge et noir du syndicat des mineurs. Si la établir sa politique d›équité entre Noirs et cravate est aujourd’hui de mise, la chaleur qui Blancs. se dégage de sa poignée de main n’a pas disparu, et la détermination avec laquelle il En 2000, c’est la communauté internationale mène ses affaires ne s’est pas estompée. Même qui fait appel au brillant négociateur, les s’il est souvent absent de sa ville natale, à Nations unies le nommant inspecteur du Johannesburg, tout le monde semble connaître désarmement de l’Armée républicaine « Cyril » personnellement, tant son carnet irlandaise (IRA) en Irlande du Nord. d’adresses est épais. « La réussite de vos affaires Ramaphosa évite de s’exprimer publiquement dépend essentiellement de la manière avec sur la politique sud-africaine. Mais, de temps à laquelle vous gérez vos relations », se plaît-il à autre, il ne peut s’empêcher de donner son répéter. On le croit sans peine. avis sur les faits et gestes de son ancien frère ennemi, aujourd’hui président de la La réputation et les nombreux contacts de République. « Oui, le VIH provoque le sida, Ramaphosa au sein de l’ANC lui permettent de affirme-t-il haut et fort, alors que Thabo trouver rapidement un poste dans le privé. Mbeki soutient le contraire et commet la plus Dès août 1996, à la tête du New Africa grosse erreur de son mandat. Je ne sais pas quel Investment Limited (Nail), le premier groupe impact les déclarations de Mbeki ont eu à d’affaires noir, créé par Nthato Motlana, l›étranger, mais je pense qu›il est temps que ce l’ancien médecin personnel débat touche à sa fin. » de Mandela, Ramaphosa parvient à racheter Johnnic, une filiale d’Anglo American, l’un des Ses relations avec Mbeki sont tendues, plus grands groupes miniers du pays. d’autant que Mandela n’apprécie guère son L’opération est délicate, mais lui permet de se successeur. Selon un de ses proches, le père de propulser à la tête des entrepreneurs noirs, la nation Arc-en-Ciel a déjà donné beaucoup comme emblème du Black Economic d’indices qui montrent qu’il aurait préféré Empowerment, une nouvelle stratégie Ramaphosa à Mbeki pour lui succéder. Le de Mandela pour faire accéder les Noirs aux choix de Mbeki pour la présidence ne serait postes de responsabilité dans les entreprises. pas celui de Mandela, mais celui du parti. Qui Encore une fois, Cyril est « au bon endroit, au est aux côtés de Mandela à sa sortie de prison bon moment ». Il est nommé PDG de Johnnic en février 1990 ? Qui est encore assis à la droite et ses affaires fleurissent, même si certains du père, en 1996, sur la photo de famille, après doutent de ses réelles capacités et l’estiment l’adoption de la Constitution ? C’est bien plus efficace en politique. La compagnie de Ramaphosa. Récemment, Mandela lui a bien télécommunications MTN, contrôlée par rendu ce soutien. En avril 2001, alors que Johnnic et dont Ramaphosa est aussi directeur, certains membres du gouvernement est devenue, en quelques années, l’une des accusaient Ramaphosa et deux autres hommes plus compétitives sur le continent africain. d’affaires (anciens politiques) de comploter Présente au Cameroun et en Afrique de l’Est, contre Thabo Mbeki, Nelson Mandela est venu MTN s’est installée il y a un an au Nigeria et à la rescousse. Au moment où la rivalité entre compte aujourd’hui plus d’un million Thabo et Cyril était à son sommet, le premier d’utilisateurs dans ce pays. Autre actif de taille écrasant l’autre de son pouvoir politique, : le puissant groupe de presse Times Media Mandela a dit ce qu’il pensait tout bas depuis des Limited. années. « Cyril Ramaphosa est un homme que je tiens en haute estime. » Sous-entendu : « N’y Les railleries ont commencé à se faire touchez pas. » entendre dès les premiers succès dans le monde des affaires. Un ancien Cyril a toujours affirmé qu’il quittait la syndicaliste devenu patron : la politique volontairement et que son combat, métamorphose est suffisamment dorénavant, serait mené pour l’égalité rare pour que l’on soupçonne économique des Blancs et des Noirs en Afrique Ramaphosa de n’avoir plus rien à du Sud. D’ailleurs, depuis quelques mois, c’est faire du bien-être de ses devenu aussi le leitmotiv du gouvernement de concitoyens et de se préoccuper Thabo Mbeki. Le sens du « momentum » : voilà uniquement de sa richesse bien ce qui pourrait caractériser l’homme. personnelle. Pourtant, Quitter l’arène politique en pleine gloire a valu Ramaphosa reste populaire, à Ramaphosa la popularité qu’il conserve notamment au sein de son encore aujourd’hui, tandis que d’autres s’usent ancien parti. En 1997, il arrive en au pouvoir. tête des élections au Comité exécutif de l’ANC. En décembre 2002, au dernier congrès du parti, il n’est battu


entente secrète entre Mbeki et Ramaphosa : « À vous la politique, à moi le business »... La rivalité entre les deux hommes a toujours été farouche. Et l’un comme l’autre n’ont jamais voulu se partager le pouvoir. En 1994, Ramaphosa avait déjà refusé le poste de ministre des Affaires étrangères que Mandela lui proposait. Mbeki, lui, avait été propulsé vice-président...

77 | TROPICS MAG #62

leaders blancs qui méprisent la majorité des cadres de l’ANC. « Je me souviens d’un homme chaleureux, dont j’ai toujours respecté l’intégrité, explique Roelf Meyer, qui dirigeait l’équipe de négociation du NP en face de Ramaphosa, de 1992 à 1994. Nos idées et nos styles étaient différents, mais nous avons réussi à nous entendre. Il donnait toujours la préférence au travail en équipe, respectait son organisation et, surtout, son leader, Nelson Mandela. C’est un homme intelligent, et je savais que je pouvais lui faire confiance dans les négociations. »


Rencontre avec Dina MENDES Businesswoman franco-capverdienne, Directrice de HD Consulting et participante au Tropics Business Summit


a ville cosmopolite de Johannesburg accueillait du 18 au 21 Octobre la ‘crème de la crème’ de l’élite entrepreneuriale internationale à l’occasion de la toute 1ère édition du TROPICS BUSINESS SUMMIT en Afrique du Sud. Cet évènement soutenu par le gouvernement sud-africain et les agences d’investissement panafricaines, s’est inscrit dans le cadre de la promotion du commerce intra-africain ainsi que de la construction des synergies entre les entrepreneurs africains et leurs pairs internationaux. Avec un total de plus de 150 participants, répartis entre étudiants, entrepreneurs, diplomates, membres de gouvernements, partenaires et intervenants, les trois journées consécutives ont favorisé les rencontres et les échanges, grâce notamment aux sessions ‘Meet & Greet’ des entrepreneurs, à des sessions plénières suivis des workshops et enfin, d’un diner de gala au cours desquels une quarantaine de Speakers ont, tour à tour, présenté avec brio leurs différentes entreprises. Parmi ces chefs d’entreprises participant au sommet, on comptait Mme Dina MENDES, originaire des îles du Cap Vert, Présidente et Fondatrice de l’agence  l’agence HD Consulting qui est basé à Paris et qui offre une gamme de service de conciergerie privée et apporte son savoir-faire en Europe mais aussi en Afrique francophone, anglophone et lusophone dans les moindres détails. Nous l’avions rencontré pour en savoir plus sur son action dans les secteurs clefs du tourisme et du luxe. Qui se cache derrière “HD Consulting” et quel est son parcours? Je m’appelle Dina MENDES. Je suis une maman de trois (3) enfants qui réside en région parisienne. J’ai une expérience professionnelle dans la Gestion et Création d’Entreprise depuis 2009. Ma passion pour les voyages comme pour servir les clients m’a emmené à créer la société “HD Consulting” qui, depuis sa création, a fait pas mal ses preuves. Quelle est la philosophie/l’esprit de “HD Consulting” et que préférez-vous dans le fait d’être leader?

78 | TROPICS MAG #62

HDC met tout son savoir-faire au profit de sa clientèle entreprise et particulier. Notre vocation est d’être disponible et de répondre à tout type de demandes et ce, 7 jours sur 7 et bien sûre 24H /24. Mon aventure entrepreneuriale au sein de mon groupe est enthousiasmante ! Ce qui me plait c’est la liberté qui rime avec la responsabilité. C’est enthousiasmant (et parfois stressant) mais la mission de chef d’entreprise qui m’incombe demeure noble. En plus, notre champs d’action va de requêtes très simples à des requêtes plus complexes, afin de simplifier le quotidien de nos clients qui recherchent surtout des services a la

Vous rentrez d’Afrique du Sud où vous vous êtes rendu pour participer à une rencontre d’affaires. Dites-nous en Comme toute conciergerie, nous sommes amenés à gérer plus… des demandes de dernière minute de nos clients et c’est dans ces moments là que nous apprécions effectivement Lors de notre séjour à Johannesburg, nous avons notre mission: “La satisfaction clients est notre devoir.” découvert un pays fort en émotion ainsi que des personnes intéressantes. Derrière TBS, nous avons Il doit être dit que le service de conciergerie n’est pas rencontré une jeune femme simple, entreprenante, et un service comme les autres car il s’agit d’un métier professionnelle, rempli de talents. Son avenir est tout chargé d’histoire. Et la conciergerie privee est le service tracé. d’une nouvelle génération de consommateurs qui ne jure que par l’excellence et l’exclusivité. Aujourd’hui, avec Nous serions ravis de participer à la seconde édition car la promesse de réaliser toute demande et d’exaucer les au-delà de soutenir les initiatives panafricaines, nous rêves et la moindre envie, HDC commence à dépasser les souhaitons saisir une fois de plus l’opportunité de vendre frontières pour se placer au service d’une clientèle aisée, nos services au monde. capable de satisfaire toute demande. Nos consultants saisiront l’opportunité pour rendre encore plus visibles des destinations telles que le Cap Vert pour qu’elles soient également intégrées dans le calendrier des affaires au même titre que les autres pays tels que la France, l’Afrique du Sud ou les Maldives qui sont très prisées pour ce genre de rencontres d’affaires. La promotion des investissements intra-africains était l’une des questions au coeur des discussions de cette édition inaugurale… En quoi votre action favorise-t-elle au développement du continent? En effet, pour cette première édition, le cahier des charges était bien rempli, nous avons remarqué qu’il y a pleins de choses à faire. Etant originaire du Cap Vert, j’ai promu la destination Cap Vert et j’ai également présenté des projets d’investissement car tout est à faire dans mon pays. Vous voyez donc combien la promotion des investissements intra-africains nous tiennent a coeur et nous osons espérer, comme je l disais plus haut, que les africains se lèveront les premiers pour se donner la main et construire ensemble des projets d’avenir que nous léguons ensuite a nos enfants. Cela va sans dire, le développement économique du continent africain passe forcément par le tourisme et ce dernier représente un vrai facteur de croissance et d’amélioration des moyens de subsistance pour les populations autochtones. L’action de HDC va dans ce sens en ce sens que nous devenons des agents de la montée de l’Afrique dans ce secteur qui nous est cher. J’ajouterais que l’Afrique subsaharienne a un énorme potentiel d’expansion de produits connaissant actuellement une forte demande, tels que l’écotourisme, le tourisme d’aventure, le tourisme culturel et le tourisme axé sur la santé et le bien-être. HDC est donc présente sur le terrain pour promotionner ces opportunités d’affaires qui pourront changer la donne sur place. Sur ce, nous restons ouvert à des demandes de partenariat afin d’étoffer notre gamme de services.


D’un point de vue plus global, quels sont les freins auxquels vous êtes confrontés dans l’exercice de votre fonction et comment les surmontez-vous?

L’un des enjeux majeurs de notre service est de mesurer la satisfaction de nos clients et le taux d’utilisation du service. Au-delà de la réalisation des services d’excellence et du respect de la tradition de notre profession, c’est là précisément que se mesure la performance de cette nouvelle innovation que nous proposons. Tout compte fait, nous réussissons malgré les challenges de l’entrepreneuriat à fidéliser notre clientèle et nous en sommes fiers. En guise de conclusion, avez-vous un dernier mot à passer aux dirigeants des pays africains? En guise de conclusion, je dirais que nous sommes, mon associé et moi, des “Leaders Sans Frontières”. Originaires du continent, nous sommes, tous les deux, convaincus que l’avenir est en Afrique. Nous devons, de ce fait, avoir plus confiance en nous et nous unir pour assurer au continent une stabilité et un développement durable tout en restant attentifs aux doléances et besoins des chefs d’entreprise car une élite politique ne peut prospérer qu’en communion avec son élite des affaires. Mon conseil a tous serait le suivant: « La simplicité est le chemin de la réussite ».

Pour en savoir plus sur HD Consulting: Email: Website: Interview réalisée par Vénicia Guinot.

79 | TROPICS MAG #62

carte concus specialement pour répondre à leurs besoins personnels et respectifs.


Un sud-africain à la tête du “Daily Show” aux Etats-Unis

82 | TROPICS MAG #62


’humoriste sud-africain Trevor Noah est bel et bien le nouveau présentateur de l’émission satirique américaine “The Daily Show” en remplacement de Jon Stewart, qui a raccroché les gants après 16 ans de bons offices, a indiqué l’émission lundi. Agé de 31 ans, ce comédien de “standup”, méconnu aux Etats-Unis, a pris les rênes de cette émission quotidienne mêlant satire politique et humour potache et qui a fait de nombreux émules sur le globe, depuis Septembre 2015. “Personne ne peut remplacer Jon Stewart. Mais, grâce à la fantastique équipe du +Daily Show+, nous continuerons à faire le meilleur des shows”, a-t-il lancé sur Twitter. Mi-février l’an dernier, Jon Stewart, 52 ans, avait annoncé son départ de l’émission-vedette de la chaîne Comedy Central, après 16 années passées à fustiger les travers des politiques et railler sans relâche la chaîne conservatrice Fox News. Mais qui est cet enfant terrible sudafricain qui fascine desormais le public américain? Trevor Noah puisse son inspiration dans son passé métis et de son enfance dans le township de Soweto. Né d’une mère est noire sud-africaine (Xhosa) mais juive par son père, et d’un père blanc (d’origine suisse-allemande). La relation de ses parents est illégale au moment de sa naissance (sous le régime de l’Apartheid). Sa mère sera emprisonnée et condamnée à une amende par le gouvernement sud-africain. Son père finit par repartir en Suisse. Trevor fut élevé par sa mère et sa grandmère maternelle, Nomalizo Frances Noah. En 1992, la mère de Trevor se marie avec Ngisaveni Abel Shingange. Ils ont deux fils, Andrew et Isaac. En 1996, alors que Trevor avait 12 ans, Patricia, victime de violence conjugale, divorce. En 2009 (Noah a 25 ans), elle se fiance avec Sfiso Khoza et son ex-mari lui tire une balle dans la jambe, puis une dans la tête, avant de s’arrêter quand son arme s’enraille. Elle y survit, la balle à la tête évitant les organes vitaux et ressortant par la narine. Quand Trevor a confronté Shingange au téléphone, son ex-beau-père a menacé sa vie, forçant Trevor à quitter Johannesburg pour emménager à Los Angeles. C’est seulement en 2012 que Shingange a finalement été arrêté pour

tentative de meurtre. Il a été condamné à trois ans de probation, l’année d’après. Trevor a réagi en encourageant les médias à attirer l’attention du public sur le problème des violences domestiques en Afrique-du-Sud : « Pendant des années, ma mère a demandé de l’aide à la police, mais rien n’a jamais été fait. C’est une histoire trop commune en Afrique-du-Sud. Ils n’arrêtaient pas de perdre des sellés et l’affaire n’était jamais jugée. » Noah parle Anglais, Xhosa, Zulu, Sotho, Tswana, Tsonga, Afrikaans, Allemand et Espagnol. Le jeune homme prend part à une soirée scène libre  organisée par un comedy club et décide de se lancer dans le stand-up. À l’âge de 18 ans, Trevor Noah obtient un petit rôle dans le feuilleton télévisé sud-africain Isidingo. Par la suite, il anime Noah’s Ark sur la station de radio de Johannesburg YFM. En 2007, le comédien est recruté par la SABC pour présenter les émissions de télévision Real Goboza, consacrée aux peoples, Siyadlala, traitant de sports, ainsi que la téléréalité The Amazing Date. Il anime également les galas des South African Film and Television Awards et des South African Music Awards. En 2008, Noah fait partie des candidats de la version sudafricaine de l’émission Strictly Come Dancing. En 2010, il présente le talk show de fin de soirée Tonight with Trevor Noah. Noah se fait connaître en tant qu’humoriste de stand-up et présente son premier oneman show  en 2009 à Johannesburg. En 2012, sa prestation à l’Edinburgh Festival est remarquée. Il retourne ensuite au Royaume-Uni pour présenter son spectacle de standup intitulé The Racist. Il donne également son spectacle aux États-Unis. La même année, Noah est le premier comédien africain à se produire dans le Tonight Show. À son retour en Afrique du Sud, il effectue une tournée à guichets fermés.

Fin 2014, Noah rejoint l’équipe de l’émission humoristique de The Daily Show, diffusée aux États-Unis par Comedy Central. Trevor Noah aborde le thème de l’identité raciale dans ses spectacles. Il est connu pour ses imitations, notamment celle du président sud-africain Jacob Zuma. Credit : Richard Simonnet & Tropics Media Group


Angela Merkel figure de proue d’une Europe en crise


’attentat qui a frappé le cœur de Berlin lundi 19 décembre 2016 pourrait affaiblir la chancelière allemande qui, depuis dix ans, est perçue comme « la femme la plus puissante du monde ».

largement positive, la dette en diminution et la croissance d’un tiers plus élevée que celle de son voisin d’outre-Rhin. Qui peut en dire autant au sein de l’UE ?

Forte de ce bilan insolent, Angela Merkel s’est imposée en toute légitimité comme le bateau amiral, la figure de proue d’une Europe en crise. « Mon foutu devoir et mon obligation sont que cette Europe trouve un chemin ensemble », rappelait-elle en février 2016, alors que se profilait le vote du Brexit. Et ce n’est pas un hasard si, Barack Obama, président américain en fin de mandat, a choisi la capitale Fascination anglo-saxonne ? allemande – et non Paris – Pas seulement. Angela comme étape de son voyage Merkel, née à l’est dans d’adieu en Europe. une Allemagne divisée et devenue chancelière de Prise de risques sur la première puissance l’accueil des migrants économique européenne, Mais en acceptant d’ouvrir reste un symbole. les portes de l’Allemagne « Les Allemands et Angela à plus d’un million de Merkel se sont habitués migrants, jetés sur les l’un à l’autre » routes de l’Europe, Angela Merkel a pris des Celui de la longévité risques. Les agressions politique : élue le contre 1 200 femmes à 22 novembre 2005, pour Cologne la nuit de la Saint la première fois par Sylvestre, puis les attaques le Bundestag, elle est perpétrées en Bavière et reconduite dans ses dans le Bade-Wurtemberg fonctions en 2009, puis en juillet dernier, sont 2013 et briguera, en 2017, autant d’événements qui un quatrième mandat. instillent le doute dans « Les Allemands et Angela l’esprit des Allemands sur Merkel se sont habitués l’un à les choix politiques de leur l’autre », explique Herfried chancelière. Münkler, professeur de sciences politiques à Ils ne sont plus très sûrs l’université Humboldt de aujourd’hui de partager Berlin. avec elle sa célèbre formule : « Wir schaffen das » (« Nous Et de la réussite y arriverons ») qu’elle avait économique : son bilan fait prononcée le 31 août 2015. pâlir d’envie ses voisins, Elle-même, un an plus au premier desquels, la tard, se disait également France : en Allemagne, le soucieuse qu’on ne l’utilise taux de chômage tourne plus. autour de 5 %, le budget est excédentaire de plus de 4 milliards d’euros, Article de Agnès Rotivel la balance commerciale

83 | TROPICS MAG #62

Time Magazine en avait fait sa « personnalité de l’année ». C’était en 2015, en couverture de l’hebdomadaire américain, un portrait d’Angela Merkel avec ce titre « la Chancelière du monde libre. » Avec une belle constance, depuis 2006, le magazine américain Forbes la décrit comme « la femme la plus puissante du monde ».



ée à l’île de la Réunion, d’origine franco-malgache, Thaïs a grandi dans le sud ouest de la France et fait une partie de sa scolarité sur son île natale.

Depuis toute jeune, Thaïs est passionnée par le chant, elle fait ses premiers pas sur scène à l’occasion des spectacles de son lycée. En 2015, Thaïs forme le groupe No-Vice, un trio composé de deux jeunes rappeurs qu’elle connaît depuis le lycée. Ensemble ils se produisent sur plusieurs grandes scènes de l’île de la Réunion notamment en avant première des concerts d’artistes tels que Maître Gims et Lefa. Ils sortent également plusieurs singles qui seront joués sur les radios locales de la Réunion tels que NRJ ainsi que quelques radios nationales. Leur clip, « La Vida Loca  », est diffusé sur les chaînes nationales en juillet 2016. Thaïs interprète les refrains sur les différents titres et confirme son aisance vocale. Son talent pour la chanson la pousse alors à entamer une carrière solo en 2017 sous le label Heyls Industry. Juin 2017, après différents covers d’artistes connus sur la toile qui font le buzz avec 30k vues à chaque publication, Thaïs sort enfin son 1er single « J’ai du mal » ou l’on peut écouter sa douce voix sur un morceau solo. « J’ai du mal » se place dans les meilleures ventes de single iTunes dans la catégorie RnB durant quelques semaines et le clip culmine à plus de 500k vues.

84 | TROPICS MAG #62

Aujourd’hui Thaïs nous dévoile son second single « Esmeralda  », un titre aux sonorités caribéennes et pop qui ne vous laissera pas indifférent ! Thaïs, un talent à suivre !

la nouvelle voix française de la pop, RnB...




a première journée internationale du Yoga à New Delhi a connu un succès retentissant, des représentants et des personnalités venus de nombreuses nations et une marée noire d’adeptes se sont adonnés à cette pratique, à la fois physique et mentale. Pas moins de 21 postures ont été effectuées par tous et observées par le monde entier, notamment à Paris et New York pour ne citer que ceux-là. C’est fort de ce succès qu’elle a été reconduite et ce pour deux années consécutive en Martinique pour notre plus grand bonheur.

86 | TROPICS MAG #62

Le yoga est un sport qui est gorgé de bienfaits dont les vibrations résonnent en phase avec tous les adeptes qui aspirent à un renouveau, à se détendre. Bon nombre d’érudits le vivent et le décrivent comme l’élixir qui ouvre les portes du possible. Toutes ses valeurs portées par le yoga ont séduites le maire de la ville de Saint-Pierre Christian Rapha qui est l’organisateur de cette deuxième journée

internationale en Martinique sous le haut patronage de l’ambassadeur de l’Inde Vinod Gaikwad. L’association Gopio Martinique partenaire de l’évènement était aussi au rendez-vous. Hormis son aspect positif sur l’état général, le yoga forge la fibre cognitive de chaque personnalité, nous pousse à aller à l’essentiel pour que l’on puisse s’accomplir et atteindre le meilleur de soi. Ne soyons pas nombriliste, ni épicurien à tout va, sachons-nous remette en question, le yoga bien plus qu’un sport, est un art de vivre philosophique qui permet de mieux gérer nos émotions et de s’enquérir d’une sérénité à toute épreuve. Le public ne s’y est pas trompé et a répondu en masse à cette invitation qui s’est déroulé à l’habitation la Montagne, plus exactement au château Depaz situé sous les flancs de la Montagne Pelée pour vivre ce moment d’harmonie et d’exception. Notons que le yoga est un processus évolutif qui s’est produit le long des 5000 dernières années. Les premières traces de cette discipline ont été trouvée dans la civilisation d’harappa, qui est vieille de plus de 5000 ans , nous en déduisons donc, que le yoga était déjà pratiqué mais sous une forme

plus simplifiée. Ce qui nous permet de comprendre qu’il n’y a pas qu’une forme homogène ou monolithique du yoga. Rappellons que le yoga a déjà fait ses preuves dans deux de nombreux domaines, et surtout celui de la santé. On peut constater qu’il diminue la pression sanguine, augmente l’efficacité cardiovasculaire, renforce l’efficacité du système respiratoire, augmente l’endurance, soulage bien des maux tels que les migraines et autres douleurs menstruelles. A bien des égards le yoga est essentiel dans un monde où les tensions, les dissensions et les incompréhensions sont encore bien vivaces. Article de Karine Linord.



A la découverte des atouts santé des épinards

Popularisé par Popeye comme la meilleure source de fer, l’épinard a aujourd’hui réussi à s’imposer comme un véritable légume santé. Mais connaissez-vous vraiment lesbienfaits des épinards ? L’HISTOIRE DE L’ÉPINARD L’épinard est une légume originaire de Perse. Selon les dires, son importation en France est dûe à Catherine de Médicis qui raffolait tellement des épinards qu’elle décida de les ramener en France. Mais il a fallu attendre le 20ème siècle avec le célèbre dessin animé Popeye pour réconcilier les Français avec les épinards! Les feuilles d’épinards peuvent être consommées crues ou cuites. Si elles sont connues pour leur richesse en fer, elles présentent également de hautes teneurs en provitamines A, vitamine B9, vitamine K, vitamine C et autres composés antioxydants, dotés de véritables vertus pour la santé. L’épinard est connu pour être un légume facilitant la digestion, c’est pourquoi il est surnommé « le balai de l’estomac ». L’ÉPINARD, LE LÉGUME MINCEUR PAR EXCELLENCE L’épinard est l’un des légumes les plus légers – et cela dans les deux sens du terme. Outre le fait que sa digestion est très facile, l’épinard est également un des légumes les moins caloriques avec 17 calories pour 100 grammes, soit le même niveau que le classique haricot vert. Très pauvre en glucides (0,8 gr pour 100 gr) ainsi qu’en protéines et en lipides,l’épinard est également très riche en eau (92%). De plus, sa forte teneur en fibres en fait un aliment dense et rassasiant ce qui confirme son intérêt en alimentation minceur. APPORTS NUTRITIONNELS DES ÉPINARDS


1 2


3 4

BON POUR LES YEUX La consommation d’épinards aurait une action bénéfique sur la santé des yeux. Elle réduirait le risque de dégénérescence maculaire, de rétinite ou de cataracte et améliorerait la vision nocturne grâce aux caroténoïdes contenus dans la plante. UN ALLIÉ JEUNESSE L’épinard est aussi un allié jeunesse car il contient divers antioxydants, dont la zéaxanthine, l’acide férulique et la lutéine. Ils permettent de freiner les radicaux libres et donc la dégénérescence du corps humain. BON POUR LE COEUR De même, de part sa richesse en  folate, potassium et sodium, les épinards peuvent contribuer à  abaisser l’hypertension artérielle en favorisant ainsi le flux de sanguin. Enfin, grâce à sa teneur en choline  et  inositol  qui aident à prévenir le durcissement des artères, les épinards auraient également un  effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires. UN ALIMENT ANTI-CANCER L’épinard a réussi à s’imposer aux côtés du chou comme un des meilleurs végétaux anticancer en raison de sa richesse en antioxydants, en vitamines A, C et E, ainsi que de son apport massif et protecteur en fibres. En effet, sa richesse en carotène (4 mg/100gr), l’une des plus hautes parmi les légumes frais puisque 100 g d’épinards fournit la totalité de l’apport quotidien conseillé – et sa richesse en  vitamine C,  en  vitamine E, associées à un taux de  séléniumrelativement élevé pour ce type de légume en font, avec le chou, l’un des légumes les plus impliqués dans la prévention du cancer.  D’autant plus que cette action est renforcée par une  forte teneur en fibres (3g/100gr)  dont l’action protectrice sur le cancer du côlon est tout aussi reconnue. De nombreuses études ont, en effet, montré que les épinards peuvent réduire le risque de cancer de 34%, principalement sur le cancer du sein, le cancer de la prostate, le cancer de l’utérus, le cancer de la peau ou encore le cancer de l’estomac.

2 3


87 | TROPICS MAG #62

UNE MINE D’ANTIOXYDANTS L’épinard est un des aliments les plus riches en antioxydants protecteurs(vitamines C et E, provitamine A et lutéine) qui aident notre organisme à lutter contre les radicaux libres en excès. UNE SOURCE IMPORTANTE DE NUTRIMENTS ET DE FIBRES Peu chargé en calories (34,5 kcal pour 100 grammes) et bien pourvu en minéraux, l’épinard a une bonne densité minérale avec 69,2 mg de magnésium pour 100 grammes d’épinards. Il renferme une bonne quantité de vitamine B9 (acide folique) : 100 grammes d’épinards cuits fournissent déjà environ40% de l’apport quotidien recommandé.  DES FIBRES L’épinard contient également des fibres en abondance, qui stimulent le fonctionnement intestinal. UNE SOURCE DE FER ? Longtemps considéré comme la  principale source de fer (avec moins de 4 mg/100 gr), on sait aujourd’hui que le fer issu des épinards est très mal absorbé par l’organisme qui n’en retient que 0,2 mg. Compte tenu de cette déperdition, il faudrait 2 kg d’épinards pour égaler la quantité de fer fournie par un steak de boeuf de 100 g. Néanmoins, l’absorption de fer peut augmenter  si l’épinard est consommé associé à de la viande.


BULY L’antidote de l’oubli

sur le désir de pouvoir utiliser des cosmétiques innovants, issus du monde entier et qui plus est sans alcool, sans glycérine, sans parabens, sans phénoxy-éthanol, et sans silicone, sur les cultures et les merveilles d’autres pays.


uly 1803, cette officine universelle est un écrin niché au 6 rue Bonaparte à Paris et une pause incontournable. Les produits Buly s’enracinent depuis plus de quatre ans dans le patrimoine artisanal français des cosmétiques. Comme un marqueur de notre mémoire collective. Victoire de Taillac et Ramdane Touhami ont fait renaitre de ses cendres la marque Buly, parfumerie fondée en 1803 par Jean-Vincent Bully, célèbre vinaigrier, cosméticien et parfumeur.

On peut saisir l’importance que revêt d’avoir de bons produits, efficaces, tels que les pommades virginale et concrète, ces fabuleux parfums à l’eau, des savons si beaux qu’on peine à les utiliser, ces eaux rectifiées de même que d’excellents accessoires tant pour les

cheveux, le visage et le corps. Des rituels de beauté séculaire, des raretés et des curiosités comme les huiles d’émeu, de mimi senketsu, Dans l’officine Buly, qui perd au qui peuplent ce lieu, et portent aux passage une consonne, le couple y nues cette période d’un XIX ème distille l’esprit d’antan et le bois noyer siècle renaissant. Tout a été repensé qui s’impose comme la beauté du si élégamment, les packagings temps qui passe. Le marbre présent surannés, les noms désuets (entre sur les deux comptoirs redore autres “Pommades” encore présent davantage l’apparence de cet écrin et dans le monde des pharmacies), mais donne ce cachet luxe. condamnés à l’oubli par la loi de l’usage, du moins en cosmétique. Une magnifique officine qui se fonde Ces nombreuses jarres et ces étales chargées de poudre, de pot-pourri, des feuilles et de graines bref, une profusion de matières brutes ancre le lieu d’une nostalgie sans pareil.

88 | TROPICS MAG #62

À cela s’ajoute une équipe de professionnels très accueillants, avec une connaissance parfaite des produits qu’ils vendent à la clientèle. Une attention toute particulière est faite sur l’emballage lors de vos achats, c’est d’écrire à la plume votre prénom ou toutes autres demandes avec une calligraphie anglaise du 19ème siècle. Comme pour tous produits cosmétiques, nous mettons un point d’honneur à tester les produits. Bien que nous soyons visiblement pas le type de magazine pour cette marquee, nous en parlerons quand même n’en déplaise à la maison

Buly. Notre travail est d’informer et seul nous, choisissons le contenu de notre magazine, comme dit ibid « Pour gagner du bien, le savoir faire vaut mieux que le savoir ». Nous nous octroyons le droit d’écrire, en professionnel que nous sommes, et de faire connaitre à tous, j’insiste à tous, sans discrimination, de tenir informés nos lecteurs et lectrices coûte que coûte. Après cette parenthèse, nous vous divulguons nos impressions sur les produits Buly en toute honnêteté. L’Eau TRIPLE: Au-delà de leurs parfums à l’eau que toutes femmes plébiscitent déjà grâce à ses fragrances délicates qui ne s’imposent jamais. Règle numéro un sur lequel nous ne

transigerons pas, un parfum doit rester soft, en témoigne cette eau tubéreuse du Mexique que je porte au poignet depuis ce matin et qui donne cette illusion d’intimité. Et comme le disait si bien Robert Ricci, « Si le parfum est un art, l’objet qui le contient doit être un chefd’oeuvre, le chef-d’oeuvre d’un artisan ». Tous ces atouts tant dans la forme du contenant et toutes ces essences sont réunies, donc c’est un bon point pour les parfums à l’eau. LE SAVON SUPERFIN: Aucun additif chimique n’est présent, comme dans tous les produits Buly. Sa formule végétale

bon point pour ce produit. POMMADE VIRGINALE: Soin adoucissant à l’eau de tilleul et l’huile d’amande douce aux vertus hydratantes, là aussi pas de fausses notes car la peau est d’un confort et très bien hydratée. Le parfum de cette crème est à tomber, et je préfère l’utiliser le soir, le côté apaisant me sied bien. La texture est fondante

pourris universels, divers encens, des huiles végétales, des poudres et des allumettes pour ne citer que ceux là.


agréablement parfumée, laisse sur son passage un sillage velouté et reste doux sur la peau. Petits et grands

L’officine Buly est une antidote de l’oubli, un gardien de tradition à découvrir ou à redécouvrir. Article de Karine Linord. Crédit photos Karine Linord et officine Buly.

y trouveront leur bonheur. Nous saluons l’attention toute particulière faite aux client(es), gravé de grandes lettrines alphabétiques de feu Charles Mavelot, vous permettront de faire de beaux présents à vos proches en y inscrivant leurs initiales ou leurs noms. C’est un bon pain dermatologique que l’on recommande. EAU RECTIFIEE: C’est une eau micellaire qui tient toutes ses promesses. Au bout de trois semaines d’utilisation, les résultats escomptés sont plus que visibles. Elle nettoie parfaitement la peau, nul besoin d’en mettre des tonnes, le teint est unifié et votre peau retrouve toute sa douceur. Petit bémol, je ne suis pas

et facile d’application à utiliser sans modération. En conclusion, Les formules extrêmement sensorielles et la qualité des ‘cosmeto’ Buly ne sont pas de vaines promesses. Les audaces olfactives sont de réelles découvertes, nichées aux quatre coins du monde et pour la plupart très agréables. C’est un lieu époustouflant où vous pourrez découvrir d’autres trésors comme les parfums d’atmosphère, les pots-

fan du tout de cette fragrance extraite de millepertuis et d’eau de fleur d’oranger. Mis à part cela, je valide.

bleuet, de fleur d’oranger, et d’huile d’argan. L’avantage de ce lait, c’est qu’il est excellent pour les peaux qui tiraillent. La texture riche et crémeuse facilite énormément le démaquillage, retire parfaitement tout make-up et cela sans agresser la peau. C’est encore un

89 | TROPICS MAG #62

LAIT NETTOYANT: Les audaces olfactives de ce lait reste très agréables: eau florale de



« Iyami »

eut dire en langue yorouba, « Ma mère ». Comme vous l’aurez compris, cette collection ode à ma mère, mais aussi à toutes ces femmes qui ont donné la vie et qui ont vu grandir un être qu’elles ont gardées des mois dabs leurs entrailles. Telle une fleur elle éclot et couvre d’amour et élève sa progéniture avec amour. Dans cette collection, la créatrice Grace Wallace

réinvente son style à travers une collection éclectique, colorée, joyeuse et élégante. On y retrouve du cristal, du velours, de la mousseline de soie, de la crêpe, de la dentelle. Mais l’élément emblématique reste le « Wax-work », une technique propre à la maison qui consiste à mixer différents tissus afin de créer des motifs nouveaux et innovants.

91 | TROPICS MAG #62



Quelques idées astucieuses pour planter vos fleurs à la maison V

oici quelques façons do-ityourself  de planter vos fleurs ailleurs que dans des pots ordinaries. Vous n’avez aucune place dans votre appartement, votre maison ou votre petit jardin à consacrer à des pots de fleurs classiques ? Vous avez la fibre bricoleuse et la main verte ? Alors ces idées de pots de fleurs originaux sont faites pour vous. En mettant un peu de votre touche personnelle dans la décoration intérieure (et extérieure) de chez vous, vous vous démarquerez des designs et décorations ordinaries que l’on retrouve chez tout le monde.

92 | TROPICS MAG #62

Credit: Vivre Demain

93 | TROPICS MAG #62



GREGORY COHEN La pâtisserie, c’est d’abord transmettre une émotion

Richement ornés, les éclairs de Grégory Cohen tiennent aujourd’hui le rang de haute pâtisserie. Il revisite à sa guise, dans les règles de l’art, des éclairs à la demande qu’il adapte au goût des saisons, réalisés avec des produits d’exception et c’est d’ailleurs sa signature. Une expérience véritablement enrichissante, surprenante même et très accessible; un atout grandiose à consommer sans modération.

Présentez-vous aux lecteurs de “Tropics Magazine” et évoquez-nous votre parcours professionnel ? J’ai un parcours atypique: Je démarre jeune dans les cuisines du restaurant étoilé de mes parents. J’ai 13 ans et je fais mes classes en cuisine et en pâtisserie. À 23 ans, je pars faire mon service militaire et ne reviendrais pas faire le compagnonnage auquel mes parents me destinaient. Je vais découvrir le monde et pose mes valises, un temps, aux Etats-unis, pays dans lequel je découvre l’univers de la publicité et les prémices du net. Je ne reviendrai à la cuisine et la pâtisserie qu’à mes 40 ans.

C’est par un blog “Un Homme aux Fourneaux alias”, que je reviens à mes premiers amours en partageant mes recettes. Dans la foulée, j’ouvre mon premier restaurant, « Le Bar à Burger » dans le Xème arrondissement de Paris (un croisement de ‘street food’ et de cuisine gastronomique), puis un ‘food truck’ «Le Camion à Burger». Plus tard, avec un collectif de jeunes chefs, je lance une chaine de cuisine sur You-Tube, « Cook In The Tube ». Et comme il manquait une touche sucrée à cet éventail, je donne naissance à « Mon Eclair » en septembre 2015 avec une première boutique au 52, rue des Acacias à Paris.

94 | TROPICS MAG #62

Vous avez créé un concept très original qui vise à réaliser des éclairs personnalisés à la minute. Parlez-nous plus amplement de cette aventure ? Tout a démarré d’un constat simple. Lorsque l’on va au restaurant, on trouve normal que les plats soient réalisés à la demande or, dans une patisserie, tout est déjà produit prêt à emporter. Je voulais donner la possibilité à tous de laisser parler leur créativité et proposer des pâtisseries sur mesure, alliées à la qualité du ‘fait minute’, que l’on ne trouve aujourd’hui que dans les restaurants gastronomiques et que l’on appelle dessert à l’assiette. La fraîcheur est essentielle particulièrement en ce qui concerne la pâte à choux, car elle a tendance à absorber l’humidité des crèmes et perdre sa tenue et sa texture. L’éclair fait partie des pâtisseries traditionnelles françaises, plutôt classique, pourquoi ce choix ? L’éclair est, en effet, un grand classique mais qui offre de multiples possibilités et que j’ai voulu réinterpréter en changeant la façon de le garnir, de le presenter, mais aussi de le déguster. Mon Éclair se realize en 3 étapes: un insert, une ganache, et des toppings. Chacun de ces 3 éléments peut être choisi et associé au gré des envies. En boutique, ils seront montés à la demande devant


nos clients par nos ‘Dresseurs d’éclairs’. Pâtissier ? Je suis convaincu que la passion Vous proposez diverses alliances de donne ce petit supplément d’âme à saveurs inédites, est-ce pour mieux surprendre. Le changement de saisons y est-il pour beaucoup? Je suis, en effet, très attaché à

Vous injectez dans vos éclairs beaucoup de créativité, quelles sont celles qui font le plus recette ? Monsieur Paul Bocuse a été le Nous proposons 6 associations précurseur de ce que l’on a appelé la qui sont aujourd’hui un peu nos cuisine nouvelle, il a été le premier Chef médiatisé et qui a fait émerger dans son sillage des grands noms de la cuisine moderne. Cela a ainsi permis également de démocratiser cet art et de donner envie à un plus grand nombre de s’y essayer. Je trouve que ces programmes mettent en lumière davantage de talents et encouragent de nouvelles vocations. Ces talents sont décomplexés, cherchent et innovent, il en ressortira forcément du très bon. Un petit clin d’oeil ici aussi à Cyril Lignac qui a beaucoup contribué à cet élan. Au-delà d’être une personne de qualité, c’est un grand Monsieur de la pâtisserie et de la cuisine qui aime «bestseller»: Praliné chocolat Tonka, partager sa passion simplement. Poire caramel fleur de sel, Tatin La pâtisserie française est jugée vanille, Passion coco (le préféré de ma de très haut niveau et ce, dans le femme), Citron meringué et Dulce de monde entier. Que diriez-vous leche café. à un jeune qui souhaite se lancer Mais ensuite, libre à vous de composer dans la pâtisserie? le vôtre. La pâtisserie c’est transmettre une Quelles sont les qualités essentielles émotion, c’est offrir aux autres et c’est à avoir pour être un grand chef un des plus beaux métiers du monde.

Dans un monde qui va de plus en plus vite, c’est un métier qui demande de la patience, de la rigueur et beaucoup d’exigence, qu’il faut appréhender avec beaucoup d’humilité. Ecouter et s’enrichir de l’expérience de ses pairs, et acquérir une palette de techniques et de gouts qui permettront aux jeunes qui deviendront chefs plus tard, de s’exprimer sans limites. Pour contacter Grégory Éclair, veuillez envoyer un email à gregory@ Article de Karine Linord.

95 | TROPICS MAG #62

la création. Je dirais qu’il faut être curieux, sensible et à la fois exigeant, ne pas avoir peur de se remettre sans cesse en question. Vous étiez invité dans l’émission d’ M6 où vos conseils et le talent de cette nouvelle génération de pâtissiers médiatisés font évoluer la profession respecter le calendrier de la nature et ces codes, dites nous en plus. et j’aime donc imaginer de nouvelles recettes, en fonction des produits de saison. Nous avons quelques intemporels mais tous nos produits sont naturels, transformés dans nos cuisines, à partir de matières brutes, sans arômes, ni colorants artificiels. Et enfin, sans gluten, à base de farine de riz et de mais.


Bienvenue en Amazonie française Une terre française en Amérique du Sud, l’Amazonie française ! La Guyane n’en est pas à un paradoxe près. Ici, les vestiges historiques du bagne sont voisins d’un centre spatial ultramoderne d’où décolle la fusée Ariane, fleuron de l’industrie européenne. Amérindiens, Noirs Marrons et Hmongs se côtoient en Guyane au beau milieu d’un formidable patchwork ethnique, tissé par les vagues d’immigration successives qui ont forgé la richesse humaine du département. La Guyane, celle que l’on surnommait « l’enfer vert », abrite dans l’écrin de sa forêt équatoriale des trésors naturels relativement faciles d’accès, pour peu qu’on loue les services d’un guide initié à ses secrets. La diversité de la faune et la flore guyanaises font d’ailleurs de cette terre une destination « nature » privilégiée. La légende situait l’Eldorado quelque part en Guyane. Si cela n’a pas été vérifié, les voyageurs, eux, trouveront sans doute un peu là-bas leur version du mythe : une terre d’aventure, de nature, de culture et de modernité. Cap sur Cayenne Il s’agit du chef-lieu de la Guyane ; c’est également de la plus grande ville de ce département d’outre-mer, regroupant notamment environ un tiers de la population totale de ce département. La commune de Cayenne est officiellement créée le 15 octobre 1879, mais le “terrain” appartient depuis 1643 à la France, depuis que Poncet de Brétigny, lieutenant-général du roi Louis XIII, en a fait l’acquisition auprès du chef indien Cépérou. Le plan de la ville est créé en 1821. La ville, comme Saint-Laurent du Maroni, est lié à l’histoire pénitentiaire du département : Les bagnards ont Aidés à la construction et l’assainissement de la ville.

Le Marché de Cayenne Trois fois par semaine, le mercredi, vendredi et samedi, la Place du Coq accueille le marché de Cayenne. Pastèques, chayotes, chadèques (énorme et délicieux pamplemousse), épices ou liqueurs, on est tenté par tous les produits locaux qui colorent et parfument l’atmosphère. Le marché couvert, construit en 1907, regorge également de toutes ces bonnes spécialités. Tout autour, on peut s’installer pour prendre une soupe bien consistante, spécialité des Hmong (peuple originaire du Viêt Nam très présent en Guyane), jusque 14h environ.

97 | TROPICS MAG #62



L’économie numérique évolue rapidement en Afrique selon la Cnuced


a Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced), a publié lundi 2 octobre un rapport sur l’économie de l’information 2017 sous le titre « Numérisation, commerce et développement ». Sur le continent africain, l’économie numérique évolue rapidement. C’est le constat que dresse le rapport de la Cnuced, qui reconnaît d’emblée d’importantes inégalités en Afrique : les rythmes d’évolution diffèrent selon les pays. Malgré un internet haut débit moins répandu, le continent enregistre le taux de croissance le plus élevé dans le numérique. Les dépenses en achat de matériel de communication suivent la même évolution. Par exemple en 2015, la Zambie a consacré 120 millions de dollars contre moins de 20 millions de dollars en 2000 à l’achat du matériel de communication en tout genre. Le Rwanda a aussi connu le même rythme en 15 ans, avec 100 millions de dollars dépensés en 2015.

98 | TROPICS MAG #62

L’Afrique se met également à d’autres aspects de l’économie numérique : le Big data ou traitement de grands volumes de données, l’intelligence artificielle et l’impression 3D notamment.

Le boom du commerce électronique Mais le secteur qui connaît une croissance rapide en Afrique, c’est le commerce électronique. Avec un marché d’approvisionnement couvrant 14 pays et des ventes au détail dans seulement sept nations africaines, dont le Nigeria et l’Egypte, les deux pays les plus peuplés du continent, le groupe Jumia a vendu pour 289 millions d’euros en 2015, contre seulement 35 millions d’euros deux ans plus tôt. A noter quelques bémols relevés dans le rapport. Celuici montre que l’Afrique est en retard sur les principaux aspects de la préparation au commerce électronique et en plus, moins de 40% des pays africains ont adopté une législation sur la protection des données. L’économie numérique ne va pas non plus faire reculer la pauvreté : le rapport souligne que les gains de productivité qui découlent de la numérisation peuvent ne profiter qu’à quelques individus, déjà riches et compétents. Credit: RFI/CNUCED

100 | TROPICS MAG #62


Mr. Saki ZAMXAKA (CEO of GGDA - Gauteng Growth and Development Agency) and Ms. Murielle KABILE, Hair Couture Designer grace TROPICS MAGAZINE...