Page 1

Canard à Hélice

6 2 ° N

LE "CAHNARD" DE TER AELIS

TRIMESTRIEL • ÉTÉ 2014

L'univers du steampunk“


Voici venir le numéro d'été ! Malgré un peu de retard, le numéro estival est arrivé et avec lui, la plongée dans un univers différent, à la mode et pourtant méconnu : le steampunk. Venez visiter ces cités où les dirigeables flottent dans le ciel du Londres victorien, où les ordinateurs fonctionnent encore à la vapeur et où la science a évolué différemment. Etes-vous sûr que le steampunk se limite à ça ? N'avez-vous pas envie de découvrir les autres aspects de ce genre qui a encore beaucoup de choses à dévoiler ? Toute l'équipe embarque pour n'aura jamais qu'aujourd'hui thématique !).

du Canard à Hélice vous un numéro où notre journal aussi bien porté son nom (en accord avec notre

Montez. Embarquez. Découvrez !

Sharah’In

N°26

S O M M A I R E

Édito

3

5

Bref, soyons brèves !

4

Lay’Beau

L’information au jour d’hier

6 7

Un Aélissien nous fait découvrir une œuvre

Qu’est-ce que le steampunk ?

10 12

Les frères punks L’univers steampunk sur Ter Aelis

13 14

La petite idée culinaire à déguster sans complexe

À ne pas manquer sur le blog

15

La surprise de Vlynn

CANARD À HÉLICE N°26 - JUILLET 2014 Rédacteur en chef : Sharah’In ; Rédaction des articles : Cassiopée, Chikoun, dvb, Exodus (...), Melaka, Sharah’In ; Corrections : Melaka ; Illustrations : Laylay, Melaka, Smirt, Vlynn ; Couverture : Don Urban, Rudi Salzer, Kristina Vardazary ; Mise en page : Melaka.


Dopo la battaglia Après la bataille vient la sérénité, comme elle peut venir après le spectacle de Pippo Delbono ; fascinante et dérangeante. Mêlant musique, cinéma, danse, poésie, littérature et théâtre, il nous parle d'Italie, de folie, des grandeurs de l'âme qui, au cœur d'un esprit humain façonné par les oppressants murs gris du décor, viennent repousser nos carcans. Ainsi enfermé l'Homme ne parle plus, les comédiens se taisent. Renaissent.

Chikoun

Brèves

Association Ter Aelis Vous avez peut-être laissé passer cette information : l'Association Ter Aelis a été créée récemment et commence déjà à lancer des projets ! Mais pour que l'association existe vraiment, pour que les projets tels que le recueil – dont la version pdf est déjà prête – ou que les rencontres avec d'autres associations se concrétisent, il est nécessaire que vous adhériez. L'asso c'est pour et par vous. Et c'est une place de cinéma.

Chikoun

© photos Ter Aelis, zoomy boy & Matthew Paulson

3

Festival Subito Si vous êtes breton et que dvb ne vous a pas déjà parlé du festival de théâtre d'improvisation Subito, c'est que vous étiez trop occupés à cueillir du gui pour vos menhirs. C'était franchement génial, beaucoup de rires, des formats inventifs et des situations parfois absurdes mêlant mimes, chants, jeux et sketchs décalés. Tout ça dans l'improvisation la plus totale, sur tout un mois. Rendez-vous en mars 2015 pour le prochain ! Chikoun


Illus’

Lay’Beau

© illustration Laylay

4


Économie Nous apprenons avec regrets la faillite de la société d’assurance Gob’, Gob’ & Nains, fameuse entreprise du nord spécialisée dans la couverture d’événements culturels et scientifiques. Cette faillite serait principalement due à l'assurance de la première édition du Congrès des Sciences de la Vapeur de Belthil, dont l’invité exceptionnel était le Professeur Teclis, spécialiste dans la conversion de matériaux variés en énergie pure.

L’information au jour d’hier

Sécurité Les forces de police d’Echoriath ont révélé à la presse le nouveau modèle de sentinelles vapeur automatique à destination des patrouilles dans les quartiers chauds. Munis d'un pistolet à gaz et d'un revêtement en cuivre pare-balle, ils devraient réduire significativement la criminalité de la Cité. Quelques esprits chagrins ont toutefois souligné l'inconvénient des tuyaux reliant constamment les sentinelles à la centrale d’énergie.

© photos Outland Armour, Bryan Burke & puuikibeach

5

Fait divers en altitude C'est hier dans la matinée qu'un carambolage aérien impliquant un zeppelin, la cité de Wilwarin et un organisme volant non identifié a eu lieu, rasant au passage l'aile "zoologie amusante" de la Bibliothèque. Le pilote du zeppelin, M. R, s'est défendu en déclarant à la presse qu'il « volait tranquillement dans son couloir lorsqu'un putain de vol de dragons migrateurs lui a grillé la priorité à droite, l’obligeant à braquer violemment. » Exodus (...)


Chronique

Effet de mode ou guide indispensable ? À l’heure où le steampunk envahit la littérature (non que ce soit un nouveau phénomène) et où chacun y va de sa propre définition, Étienne Barillier et Arthur Morgan décident de mettre les points sur les i et de définir ce genre hybride et finalement encore nébuleux pour certains. Force est de constater que le guide est détaillé : interviews d’auteurs, guides de lectures, mais aussi de films, de bandes dessinées, de jeux vidéos et même de musique. Le Guide Steampunk se veut exhaustif et documenté, ce qu’il est indéniablement. Les interviews ne se limitent pas à des auteurs français,

Un

1

Aélissien

nous fait

découvrir une œuvre.

puisqu’on peut y découvrir celles de James Blaylock (Homunculus en 1986), ancien disciple de Philip K. Dick, ou encore de Greg Broadmore, auteur de Dr Grordbort présente Victoire et conceptual designer sur des films comme le Tintin de Spielberg ou District 9. Des grands noms donc, mais qui ne suffiront pas forcément à faire acheter ce recueil. En effet, malgré la documentation très riche et l’intérêt indéniable de cet ouvrage, les répétitions sont nombreuses, trop nombreuses. Des redites, mais aussi des sections dont on aurait pu se passer : les « pour aller plus loin » ne mènent pas vraiment plus avant dans le propos et piétine plus qu’autre chose. De même, mais cela est inhérent au format choisi, il aurait été bienvenu d’illustrer ce guide, notamment pour les sections esthétiques, qui manquent cruellement de visuel pour prendre la pleine mesure de ce genre.

En somme, Le Guide Steampunk est un ouvrage intéressant malgré ses défauts présentant un genre mal connu et pourtant riche de découvertes et de surprises.

Jarwill : La prochaine fois que j'ai trois livres qui se suivent empilés sur ma table de nuit, penser à vérifier que celui que je lis est bien le premier de la série et non le troisième.

© photos Telstar Logistics & E. Barillier et A. Morgan

6

Sharah’In


Un

2

Aélissien

nous fait

découvrir une œuvre.

plus d'un passage à voix haute. De papa Steampunk, il hérite d'une science omniprésente et omnipotente – à la fois salvatrice et menaçante – à laquelle se rajoute un esthétisme à la fois rétro et coloré, et bien souvent dérangé. S'engager avec Agatha et ses nombreux compagnons de voyage, c'est ainsi signer pour de nombreuses heures de lecture passionnantes, pour anglophone confirmé comme en formation.

Chronique

Plus d’informations sur leur site : http://www.girlgeniusonline.com

Que se passe-t-il lorsque le Steampunk et la

Exodus (...)

Fantasy passent une folle nuit d’amour ? Phil et Kaja Foglio, couple d’artistes américain, connaissent la réponse puisqu’ils sont les heureux parents d’un Webcomic « gazlamp Fantasy », amoureusement nommé Girl Genius. « Adventure, Romance and Mad Science ! » Girl Genius nous raconte les incroyables aventures d’Agatha Clay, jeune fille maladroit et étourdie dans un monde régis par les “sparks”, c’est à dire ceux disposant de l’étincelle de génie permettant de comprendre instinctivement le fonctionnement de toute technologie, depuis l’ampoule jusqu’au zeppelin en passant par le rayon de la mort format familial. Or le plus grand spark actuel, le baron Wulfenbach, a réussi à plus ou moins réunir les différents sparks d’Europe Centrale en un gigantesque empire Transylvanien, empire qu’il compte bien léguer à son fils, Gilgamaesh. Les choses vont toutefois se compliquer lorsque Agatha et Gilgamesh vont se rencontrer, l'un s'éprenant pour cette mignonne pas si maladroite que ça, et l'une découvrant un héritage familial dont elle se serait bien passé. Servis par un dessin dynamique et un scénario retord à souhait, Girl Genius est un Webcomic surprenant et très souvent hilarant, sachant réunir le meilleur de ses deux parents. De maman Fantasy, il tient à la fois le schéma narratif initiatique mais aussi la diversité de sa galerie de personnages et le côté merveilleux d'un monde dans lequel on croise dragons, amazones, trolls et surtout Jägermonster, véritable comic-relief de la saga dont l'accent vous demandera de lire

aikoh : Je préfère être noob à vie, c'est moins prisé comme boulot et ça demande moins d'efforts.

© illustrations Phil & Kaja Foglio

7


Dossier

En

plongeant dans l'uchronie, le steampunk est devenu un mouvement d'Art purement contemporain vivant et en perpétuelle évolution. Par là même il est difficile à définir et à délimiter. Peut-on placer derrière le mot « steampunk » des règles et des codes qui nous permettraient de mieux l'identifier ? A première vue c'est avant tout un concept aux formes protubérantes qui touchent à d'autres genres comme la fantasy, le fantastique ou l'horreur. Il a pourtant ce petit quelque chose qui fait que partout on le reconnaît. Ces clichés hérités d'antan comme la montre à gousset, les engrenages à profusion ou les lunettes d'aviateur, ne sont que des

1

Qu’est-ce

que le

steampunk ?

indices, rien de plus. Il est certain que le courant peut être considéré comme un sous-genre de la science-fiction si l'on envisage sa façon décalée et exagérée d'utiliser la vapeur et la révolution industrielle. La science choisie n'est pas moderne mais elle dérive vers l'imagination au point de créer un monde qui modifie l'Histoire et surtout le XIXème siècle.

Cependant je reste la seule à avoir le droit de faire des fautes d'orthographe, faut pas pousser.

Mirwane :

© illustrations lorigami & Sandra Strait

8

Le steampunk est un mouvement artistique dont le démarrage se situe dans les années 80, quand des écrivains tels que Jeter, Blaylock et Powers libèrent leur regard vis à vis d'une révolution autant mécanique qu'idéologique. Jules Verne fait figure de précurseur et sert d'inspiration au coté de H. G Wells, M. Twain ou M.Shelley. Si à l'origine le steampunk n'était qu'un clin d’œil d'écrivains au cyberpunk, l'idée a pris de l'ampleur tant en littérature qu'en arts créatifs de tous genres. En France, des auteurs comme René Reouven (« Bouvard, Pécuchet et les savants fous », Serge Brussolo (« Les Inhumains »), Michel Pagel (« L'Equilibre des paradoxes »), Hervé Jubert(« L'opéra du diable »), Thomas Day (« Du sel sous les paupières ») ou Xavier Mauméjean (« La Ligue des héros ») font partie des français dont les œuvres se sont tournées irrémédiablement vers les ombres mordorées du steampunk.


2

Qu’est-ce

que le

steampunk ?

Aujourd'hui, le visuel a pris une grande part au mouvement. Il existe un esthétisme « steampunk » qui marque l'iconographie où des illustrateurs tel Didier Graffet ont su donner tout leur talent pour nous plonger dans l'univers noir et cuivre de la machine. Il s'est étendu au cinéma des vingt dernières années avec d'excellents films comme « A la croisée des mondes : La boussole d'or par Chris Weitz », « Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Brad Silberling » ou « La Cité des enfants perdus par Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro » inspirés des machineries ou de l'industrialisation sans indulgence. Des groupes de musiciens aussi reconnus que Enigma avec « A posteriori » se sont emparés du style en adaptant une tenue vestimentaire en conformité aux stéréotypes mais surtout en développant des sonorités mécaniques et des paroles en relation avec l'uchronie. Le jeu de rôle grandeur nature prend une part considérable dans l'ampleur du mouvement en coopérant à la création d'objets surprenants, de costumes qui s'inspirent des œuvres littéraires. Il crée ses propres récits et invente un décorum où le cosplay et les découvertes viennent étayer le concept lui-même. Par ce biais, le steampunk se concrétise. A cette profusion d'images et de sons s'ajoutent l'habillement, la bijouterie, les jouets, le design en général qui participent à la création. Accoler le mot « punk » à la vapeur place le genre dans une rébellion. Sous le terme, il y a une volonté de transformer la société et l'image qu'elle donne. Entrer dans le steampunk, c'est créer une alternative à notre société directement issue de cette révolution industrielle qui nous a tant marqués. Par ce suffixe, il s'associe au cyberpunk et

dieselpunk. Entre rétrofuturisme et post-apocalyptique, il apporte une touche humoristique où l'outrage du temps et de la mécanique fait office d'invention. Pourtant à l'heure où le monde mercantile commence à utiliser le steampunk comme pure valeur commerciale, on peut se demander si l'esprit rebelle survivra au phénomène de mode qui en eux-mêmes sont antinomiques.

Dossier

Cassiopée

Lumeï : Qui d'autre, prêt à valser avec quelques lumières ? Lancez-vous, ça va être amusant. Et si on maintient le rythme, ça va même être entraînant !

© photos Stf.O & Daniel Proulx

9


Dossier

Le

steampunk, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, tire son nom du cyberpunk, sous-genre de la science fiction né dans les années 80 et qui s'est vite démarqué sous les plumes de William Gibson et de Bruce Sterling, ses précurseurs. La mode est vite lancée, grâce à des adaptations cinématographiques de qualité durant les années 80 et 90. Le cyberpunk se reconnaît par certains éléments récurrents et bien définissables. Il évolue ainsi dans des sociétés futuristes dystopiques où les corporations abusent de leurs avancées technologiques pour asseoir leur pouvoir. Les héros, confrontés à des machinations, doivent souvent déjouer les complots des sbires de

Les

1

frères

punks. multinationales prêtes à tout pour les éliminer et protéger leurs plans audacieux. Plus tard, le genre connaîtra une évolution et s'adaptera aux avancées scientifiques de notre réalité : le post-cyberpunk fait la part belle aux dérives de la génétiques, de la nanotechnologie et du transhumanisme, et ses héros désabusés se perdent dans les méandres d'univers encore plus sombres et pessimistes. La différence d'esthétique entre cyber et steampunk est dès lors évidente, puisque l'un se déroule dans un futur immédiat, tandis que l'autre est ancré dans une période passée et se référant à l'ère victorienne (le règne de Victoria allant de 1837 – 1901). Toutefois les mécanismes qui régissent ces deux mondes ne sont pas si éloignés. Ainsi les empires coloniaux remplacent les corporations privées, et l'informatique laisse la place à des technologies plus rudimentaires, mais néanmoins efficaces. Quant aux héros, ils se retrouvent souvent dans les mêmes situations : déjouer des complots et faire éclater la vérité pour rééquilibrer les forces en présence.

Et quand enfin tu n'as plus de soucis avec une voiture... eh ben c'est l'autre qui tombe en panne bien sûr.

Laylay :

© illustrations Warner Bros & TriStar Pictures

10

Le steampunk, tout comme son prédécesseur, a connu lui aussi son évolution au fil du temps. Depuis quelques années ses principes ont été adaptés à d'autres périodes. On parle aujourd'hui de dieselpunk pour désigner les uchronies se déroulant dans la première moitié du XXème siècle. Les uniformes des vieux empires européens y sont remplacés par ceux des puissances belligérantes des deux guerres mondiales, et les belles machines à vapeur, cuivrées et rivetées, ressemblent désormais à des monstres blindés et surarmés beaucoup plus imposants et fonctionnant au pétrole.


2

Les

Dossier

frères

punks. Une dernière évolution voit peu à peu le jour : le formicapunk. Sous forme de clin d'œil décalé, l'illustrateur Boulet avait présenté il y a quelques temps une vision rétrofuturiste mettant en scène son alter ego perdu dans un univers 8 bits, peuplé de téléchargement de VHS sur minitel et de smartphones à cadran en bakélite. L'idée a refait surface lors de conférences aux Utopiales et le formica des années 70 et 80 pourrait bien devenir le prochain support punk.

Quelques références : Cyberpunk : Johnny Mnémonic, Nirvana, Strange Days. Post cyberpunk : Transmetropolitan, Deus Ex, Babylon Babies et son adaptation au cinéma Babylon AD. Dieselpunk : Alerte Rouge, Crimson Skies, Sucker Punch. Formicapunk : Bouletcorp (et aussi accessoirement ma nouvelle « La Voix de Debbie Harry » in Enchantement n°5).

dvb

Erlidann : Plus j'ai de temps, moi j'en prends.

© photos Dantec, Microsoft & Lightstorm Entertainment

11


Chronique

Vapeur, Charbon et Uchronie sur Ter Aelis 2.0 Depuis déjà quelques années, un espace dédié au jeu de rôle steampunk attirait certains de nos habitants désireux de faire vivre leur personnage ailleurs qu'en medieval fantastique. Comme la Science-fiction, le steampunk revenait au cours des conversations animées des rôlistes. Lorsque une bonne douzaine d'auteurs se regroupa au sein d'un groupe de travail afin de préparer l'organisation de Ter Aelis 2.0, ces deux genres furent tout de suite à l'ordre du jour. En mai 2013, il y a donc un an, les premières discussions allaient bon train pour savoir s'il serait circonscrit à une ville ou s'il ferait l'objet d'un

L’univers

steampunk sur Ter Aelis.

contexte narratif à part. Le groupe de travail opta pour qu'un univers propre lui soit offert sur TA 2.0, la communauté fut alors conviée à choisir quel steampunk serait le nôtre. Le courant steampunk est si vaste, qu'en inventant le monde, il nous fallait forcément sélectionner certaines caractéristiques. Sur Ter Aelis, il était primordial de bien le différencier des deux autres genres. C'est ainsi que nous avons décidé de laisser la magie au medieval fantasy et l'informatique à la science-fiction. Aujourd'hui, à la veille d'ouvrir les portes de notre nouvelle plateforme, l'univers steampunk est fin prêt à entrer dans le jeu. Un continent entier s'offre à nous. Les couleurs et la diversité des Cités-Etats qui l'étoffent planteront le décor de nos écrits. « Vapeur, Charbon et Uchronies » feront le reste pour que les inventions les plus folles, les aventures les plus périlleuses soient le fruit des idéalistes ou des magouilleurs. La mécanique alliée à la vapeur nourriront nos trames narratives par une ambiance industrielle aux allures dévoyées de révolution industrielle et de costumes victoriens. Nous avons fait le choix de concevoir l'univers comme une ruée vers les métaux précieux, les transports, les conquêtes de pouvoirs ou les facultés à moduler la science. Les découvreurs seront rois et les images décrites ou peintes auront les couleurs chaudes de la folle invention.

J'ai pas trop trop d'arguments pour vous appâter mais je suis sûr qu'on pourra faire plein de trucs cool.

overdead

© photos François Philipp & Daniel Proulx

12

:

Cassiopée


La petite idée

culinaire

Mettre au four 35 à 40 minutes.

Recette

Verser le coulis de framboise frais sur le dessert encore chaud. Il ne vous reste plus qu'à vous régaler !

à déguster sans

complexe. Melaka

Cake

aux pommes et au chocolat, accompagné de son coulis de framboise.

Recette pour 6 personnes.

Ingrédients : -

120g de beurre 110g de sucre 1 sachet de sucre vanillé 3 œufs 125g de farine 1 sachet de levure chimique 125 ml de lait 2 pommes 50 g de chocolat pâtissier

Étapes de préparation : Préchauffer le four à 210°C (thermostat 7). Mélanger le beurre fondu avec le sucre. Travailler les 2 ingrédients au fouet jusqu'à obtenir une mousse blanche. Ajouter les œufs battus en omelette, la farine et la levure puis mélanger le tout. Terminer en délayant le lait. Faire fondre le chocolat au bain-marie ou tout simplement dans une casserole à feu doux. Éplucher les pommes, les râper avec un moulin à fromage. Incorporer ces deux derniers ingrédients dans la pâte et la verser dans un moule à cake.

Aubane : Les critiques, ça peut se détourner parfois. On peut dire : "Oui mais..." D'autres fois, on ne peut pas. C'est officiel, c'est important, ça fait mal et il faut dire : "Oui monsieur."

© photos Melaka

13


À ne pas

Chronique

manquer sur le blog.

N'hésitez surtout pas à laisser vos impression sur les articles eux-mêmes, ainsi que sur les concepts de formats proposés ! C'est comme ça que le Blog et le Canard sauront vous proposer le contenu qui vous intéresse. D'autant plus que l'un comme l'autre ont besoin de vos contributions, pensez à leur donner un peu du plaisir que vous avez à les lire.

*RP est l’abréviation de rôleplay.

Chikoun

Feuilletons rôlistes, et mâchoires Le Blog a fêté il y a peu sa première année d'existence. C'est en avril 2013 qu'on a finalement ouvert cette plate forme, qui malgré les sceptiques des premières heures a su se développer sagement aux côtés de notre cher Canard à Hélice, trouvant sa place dans une périodicité presque quotidienne et un contenu rapide d'accès ; là où on aime prendre notre temps pour lire les articles et les dossiers coordonnés autour de thèmes spécifiques que propose le Canard à Hélice, le Blog propose un format différent de son camarade en développant les rendez-vous réguliers autour des trois pôles de Ter Aelis. Récemment, j'ai ainsi pu vous proposer, grâce au concours créatif de Drystan et de Nzaun, un récit rôliste à l'ambiance post-apocalyptique sous la forme d'un feuilleton bihebdomadaire sur tout le mois d'avril. Vous rêviez d'un RP* avec une fin et hors du champ de notre Ter Aelis med'fan' ? C'est l'occasion d'essayer ! Par ailleurs, vous aurez le plaisir de retrouver ce format de récit rôliste avec les quatre mains envolées de Cassiopée et de Lumeï pendant le mois de juin. Je ne vous en dis pas plus, mais je vous promets quelques surprises de ce côté là ! Je ne doute pas que cette seconde version sera encore mieux que la première, pour ma part. Côté graphisme, outre les artistes dont Ramrod nous fait découvrir le travail, ce qui vous intéressera le plus si vous l'avez loupé est peut-être l'astuce graphique du mois de mars, proposée par Smirt. Elle nous apprend dans cette astuce à dessiner sourire et mâchoire de sorte que nos personnages n'aient pas l'air de psychopathes Jokers.

Ramrod : Il n'y a jamais de création pure, absolue. On s'inspire, plus ou moins mais toujours.

© photos Smirt

14


Cah26  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you