__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

F


8F

8 mars = 8 femmes photographes à Genève INTRO Je venais de rentrer d’Italie après les vacances de février 2020. J’avais les photos en tête, mais je n’avais pas les livres avec moi. Je suis donc allée à la Bibliothèque de la Cité à Genève. Je n’ai pas trouvé tous les livres que je cherchais mais j’en ai trouvé d’autres tout aussi intéressants: des livres de photographies réalisées par femmes photographes. Le projet consistait à photographier 8 livres de 8 femmes photographes célèbres dans 8 lieux symboliques de Genève, symboliques au moins pour moi. Evidemment j’ai commencé avec 8 femmes photographes parmi les plus chères pour moi. J’ai pris les photos en deux jours. Une exposition instantanée en plein air. Une balade touristique. Un conte historique. Un tour du monde. Un voyage intime. Puis le virus est arrivé et le monde s’est arrêté. Projet gelé. Pendant le confinement, j’ai commencé un autre projet... les yeux fermés. Mais c’est une autre histoire.

www.dames-ph.net


F


8F

1 Dorothea Lange (1895-1965) - États-Unis Dorothea Lange a pris la photo «La mère migrante» en mars 1936. L’histoire de ce cliché est fascinante. Je vous conseille de la chercher. Cette femme est fascinante avec ses 32 ans brûlés par le soleil dans les champs et marqués par la naissance de ses 7 enfants. La souffrance de l’existence s’est répandue sur le visage. J’ai placé aux Bastions le livre avec la photo, non loin du Mur de la Réforme. Il m’a semblé y voir un lien.

www.dames-ph.net


8F

2 Sarah Moon (1941) - France Je crois qu’à cet endroit de la Vieille Ville, où il y a cette fontaine et cette rampe qui descend vers les rues basses, une scène du film Rouge de Kieślowski a été tournée. Mon compagnon me le dit à chaque fois que nous y passons. La femme photographiée par Sarah Moon, qui avec son style incomparable et délicat mêle esthétique et mystère, me rappelle la Valentine de ce film.

www.dames-ph.net


8F

3 Eve Arnold (1912-2012) - États-Unis Je me suis toujours demandé pourquoi les portraits de femmes voilées d’Eve Arnold pris dans les années 70 et 80 en Afghanistan ne sont jamais devenus aussi célèbres que ceux de Steve McCurry pris dans les mêmes années. Pourtant, Eve Arnold a rejoint Magnum en 1957, bien avant lui et en tant que première femme reporter de l’Agence. Mais vous savez, les femmes ont des chemins plus difficiles à parcourir, des obstacles plus élevés à surmonter, des escaliers plus raides à gravir.

www.dames-ph.net


8F 4 Diane Arbus (1923-1971) - États-Unis Grande source de réflexion pour moi, Diane Arbus a voyagé dans des univers parallèles et inséparables comme les rails des voies ferrées. Elle est passée de la fiction des photos de mode à la fiction de la classe bourgeoise américaine puis à la non-fiction des «freaks» (monstres), des individus réels mais invisibles. Elle les a trouvés, les a photographiés, les a rendus visibles au monde. Avez-vous déjà vu la planche contact des photos de cet enfant? Connaissez-vous son nom? Il jouait simplement dans la rue, et elle aussi, avec son appareil photo. Mais de toutes les photos, Diane a choisi la plus piquante et la plus puissante. Puissante comme le Jet d’eau, qui vous coupe le souffle lorsque vous passez à côté.

www.dames-ph.net


8F 5 Tina Modotti (1896-1942) - Italie-Mexique Du Jet d’eau j’ai pris la petite mouette jaune pour rejoindre l’autre rive du lac, la rive droite. Aux Bains des Pâquis, le grand panneau sur le trampoline dit «Terre», et nous rappelle d’être librement écologistes et non des «fantoches technologiques». La marionnette photographiée par Tina Modotti est une femme-marionnette, commandée par des mains qui se dilatent en de longues ombres noires. Cette poupée ne représente pas Tina, qui au contraire a choisi la dangereuse liberté d’expression au lieu de rester liée aux fils rassurants du marionnettiste.

www.dames-ph.net


8F 6 Flor Garduño (1957) - Mexique Je marche le long du lac et après la Perle du lac je commence à grimper, je m’éloigne de l’eau et je retourne vers la terre. Le Jardin Botanique est toujours un peu mélancolique, même lorsqu’il est tout en fleur. Chaque plante a sa place, tout est bien organisé. Dans les serres, les plantes tropicales s’appuient sur les fenêtres, on les voit de l’extérieur, comme si elles voulaient s’échapper de cette vapeur artificielle. Elle s’appelle Flor, fleur, et sur ses photos les fleurs, même ici bien agencées, deviennent un symbole de lumière et de vie. La grâce de ces corps féminins est intemporelle, délicatement liée au mysticisme populaire.

www.dames-ph.net


8F

7 Shirin Neshat (1957) - Iran - Etats-Unis Du Jardin botanique je monte pour arriver à la Place des Nations où le regard se partage entre la rangée de drapeaux des 192 Etats membres des Nations Unies et la grande chaise en bois de 12 mètres de haut, “malgré son quatrième pied brisé, elle reste debout et garde sa dignité.” Il n’y avait pas d’autre endroit dans lequel emmener les mystérieuses “Femmes d’Allah” de Shirin Neshat. Elles enveloppent les armes avec leurs voiles, sans renoncer à l’érotisme d’une bouche silencieuse qui parle à travers les lignes censurées des poétesses iraniennes imprimés sur la peau.

www.dames-ph.net


8F 8 Letizia Battaglia (1935) - Italie Sur le Viaduc de la Jonction, les piétons et les trains circulent à des vitesses très différentes. De là, vous pouvez voir le Rhône et l’Arve qui se rencontrent et qui vont également à des vitesses très différentes. Le premier vert, clair et lent, le second rapide, de couleur café au lait, dense de sable et de débris de montagne. Ils sont différents, en contradiction, les eaux se mélangent dans un tourbillon puis ils deviennent un. L’endroit est magique. De même, les photos de Letizia vont de la lourdeur à la légèreté, de la mafia, aux filles de Palerme, aux photographies exposées dans l’eau. Battaglia, bataille, un nom de famille, un destin. Une guerrière dans sa vie comme dans son métier de photojournaliste en Italie puisqu’elle a documenté avec ses photos les crimes mafieux des années de plomb, les années 70. Aujourd’hui Letizia a 85 ans, ses cheveux sont tantôt rouges, tantôt roses, tantôt verts mais sa vitalité et sa passion ne changent pas de couleur, elles restent intactes.

www.dames-ph.net


8F

Un jour, un bon photographe m’a dit qu’il ne fallait pas parler de photographie. Les images sont seulement à regarder. Je l’ai cru. Mais ensuite, en étudiant la photographie du 20ème siècle, les biographies de photographes célèbres et les histoires derrière chaque cliché, je me suis rendue compte que la mission d’un photographe n’est pas seulement de prendre et de regarder des photographies, mais de diffuser la culture photographique en parlant de la photographie et de l’histoire de la photographie, qui coïncide avec l’histoire de la société, au moins à partir de la fin du XIXe siècle. J’espère que ce projet vous donnera envie d’approfondir les histoires de ces 8 femmes photographes et bien d’autres moins célèbres et plus célèbres.

Ramona Vada

www.dames-ph.net


8F

Je suis une visual designer et photographe italienne, basée à Genève depuis 2018. Je travaille avec les images, les enfants e l’histoire de la photographie. “Cartacce” (Papier laid) est mon premier livre photographique.

Ramona Vada

www.dames-ph.net


8F www.dames-ph.net

Profile for ramona.vada

8 mars = 8 femmes photographes  

Un projet photographique de Ramona Vada

8 mars = 8 femmes photographes  

Un projet photographique de Ramona Vada

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded