8 mars 2022 = 8 Femmes photographes et artistes

Page 1


8F 8 mars 2022 = 8 femmes photographes et artistes

INTRO C’est le sentiment que j’ai quand j’écoute une de mes chansons préférées. Quand la musique, dès les premières notes, entre dans le corps et libère l’adrénaline qui se met à couler au rythme du son. La sensation est fluide comme l’eau qui est parfois froide, puis chaude, puis glacée, puis vapeur, puis amie de la vie, puis ennemie rebelle. Quand je vois certaines photographies, j’ai le même sentiment. Quand une photographie me frappe, pour les raisons les plus diverses, “wow”, mes épaules se contractent et en même temps mes bras deviennent mous. Cette image m’appartient, elle fait partie de mon imaginaire iconographique, de mon vécu, elle répond à mes questions, elle m’en pose de nouvelles. Tous les canons esthétiques étudiés ou subtilement inculqués restent en surface car le choix d’une photographie est intime. Tout cela, mais plus encore, explique le choix des 8 femmes photographes et artistes que je partage avec vous. Cherchez-les, regardez longuement leurs photos, approfondissez leur poétique. Cette exploration ne vous laissera pas indifférent. J’ai choisi 8 photographes et artistes contemporaines, au sens large.

www.dames-ph.net


8F

J’abandonne la photographie pure et mélange photos, objets et livres pour raconter ces grandes et talentueuses femmes photographes et artistes. Mes photos en noir et blanc parlent de l’eau, celle qu’on ne remarque pas, celle qui coule silencieusement sous nos vies: ponts qui la traversent, petites écluses, cloisons et couloirs souterrains qui la contrôlent, architectures qui l’épousent. L’eau est amie et ennemie, elle est fondamentale, elle est au centre du débat écologique, mais pour nous il est évident de la traverser, de l’acheter, de la gaspiller. De temps en temps, nous pensons à elle de manière durable, mais ensuite nous l’oublions. Pensons à l’eau.

Les livres, pas toujours faciles à trouver, sont ceux de 8 photographes. Le livre est l’expression maximale de la photographie, du projet d’images, et il se joue de la volatilité des sites web et des réseaux sociaux. Le livre reste là et est toujours prêt à être feuilleté pour donner de l’inspiration. J’aime beaucoup ces petits livres photographiques aux éditions bon marché mais bien imprimées avec soin. Vous les mettez dans votre sac et les lisez dans le bus, sur la plage… et les photographies deviennent quelque chose à lire, regarder, contempler un nombre infini de fois, au contraire des tristement célèbres 8 secondes d’attention active sur une story-Instagram.

Ces derniers jours, avec la précipitation des événements en Ukraine, j’ai pensé dédier la deuxième partie de ce livret à 2 photographes, une ukrainienne et une russe, et à une brodeuse russe. Ensuite, afin de ne mettre personne en danger dans ce moment dramatique, j’ai choisi de ne pas présenter la photographe russe malgré ses projets intéressants. Je la présenterai plus tard. Par hasard, il y a quelques jours, j’ai découvert et trouvé intéressante une jeune et célèbre brodeuse et entrepreneuse russe qui travaille dans la Haute Couture entre Paris et l’Ukraine. Leurs profils Instagram nous font immédiatement entrevoir leur travail, leur humanité et leur action. De nos jours, chacune, à sa manière, réagit et agit.


8F

1 Sabine Weiss (1924, Saint-Gingolph - Suisse – 2021, Paris - France) Elle nous a quittés en décembre dernier. J’ai cherché l’Atelier de Paul Boissonnas à Genève où elle a commencé sa formation en photographie avant de s’installer à Paris. Si la figure du photographe Boissonnas est toujours vivante à Genève, cet atelier n’existe plus aujourd’hui dans la petite galerie “Passage des Lions” où, sous l’élégante longue arche Art Nouveau en verre et métal, subsistent cependant boutiques et bars, la vie continuant, dynamique comme alors. Avec ses photos délicates elle raconte le beau côté de la vie, même lorsque son objectif s’ouvre sur des enfants jouant dans les rues avec des vêtements déchirés ou sur un homme qui dort sur un banc à côté de sa bouteille dans la photo intitulée “Repos”. Je trouve la légèreté et la douceur de son regard rassurantes et apaisantes. Son style ressemble celui d’autres photographes humanistes de l’époque, comme ses amis Robert Doisneau et Willy Ronis, tous imprégnés de l’optimisme typique de l’après-guerre.

www.dames-ph.net



8F

2 Vivian Maier (1926, New York – 2009, Chicago - USA) Vivian Maier est plus contemporaine que jamais depuis que John Maloof a découvert ses nombreuses archives photographiques en 2007. Beaucoup de questions sur cette mystérieuse et fascinante photographe qui, je pense, a dit tout ce qu’elle avait à dire sur la société et son monde, à travers ses clichés empreints d’une conscience désarmante, obsessionnellement géométrique, élégamment contextualisés dans son époque. Ses portraits sont parfois doux, parfois impitoyables. Elle ne se retient pas, elle documente sereinement sans se soucier d’avoir du succès, mais sa frustration est palpable et ses autoportraits sont brillants.

www.dames-ph.net



8F

3 Jeong Mee Yoon (1969, Séoul - Corée du Sud) Les couleurs deviennent stéréotypes de genre et cage dorée. Avec son très pointu “The Pink and Blue Project” elle représente depuis de nombreuses années des enfants dans leurs chambres, “prisonniers” de leurs jeux et des robes roses et bleues. La question qui me hante devant ces photographies sérielles et si vraies sous toutes les latitudes consuméristes est: qui a mis ces enfants en prison? Grande source de réflexion.

www.dames-ph.net



8F 4 Zanele Muholi (1972, Umlazi - Afrique du Sud) Ses images sont puissantes. Le noir de ses images est si profond qu’il couvre les incertitudes et le blanc fait son chemin timidement. Les regards fiers de ces portraits attirent et repoussent à la fois, tandis que la beauté des formes est immédiate, notamment dans les brillants autoportraits où des objets insolites se coincent dans les cheveux et la peau, comme pour construire un humain-robot qui semble prêt à se battre pour la visibilité et l’affirmation de l’identité lesbienne dans son pays. Elle est photographe et artiste-militante sud-africaine engagée dans la cause LGBTQI.

www.dames-ph.net



8F 5 Martha Rosler (1943, Brooklyn-New York - USA) Je me demande pourquoi ses photomontages continuent d’être si actuels, où scènes de guerre et images d’un quotidien tranquille coexistent dans le même rectangle. Son premier projet remonte à 1967, il y avait le Vietnam et les États-Unis. Aujourd’hui dans ces collages on pourrait mettre l’Afghanistan, la Syrie, un état africain, on n’a que l’embarras du choix... sans compter l’Ukraine. L’indifférence des mieux nantis s’effondre aujourd’hui grâce au réseau globalisé et il y a plus de participation, mais je voudrais que ces collages deviennent des œuvres d’art loin du présent.

www.dames-ph.net



8F 6 Sally Gall (1956, New York) “Je photographie avec une appréciation toujours plus profonde de la façon dont cet endroit nous façonne, même si nous le façonnons avec notre passage” elle a écrit. Au début ce sont les portraits, le noir et blanc, la nature, puis la couleur et l’abstraction. L’attention du regard se déplace vers le haut, sur un plan parallèle au sol, et ici le charme s’accomplit, l’air se dessine dans les tissus colorés et de nouvelles créatures célestes prennent vie. Un projet original, aussi simple que brillant, où un jeu insouciant devient art et communication et design qui inspire et raconte des histoires fantastiques.

www.dames-ph.net



8F

7 Alina Smutko (1992, Ukraine) Elle est une photographe documentaire ukrainienne qui connaît bien la dynamique politique et sociale de son pays. Ses photo-reportages sur la Crimée, sur les territoires post-soviétiques, mais aussi sur la problématique de la maternité et sur les soins palliatifs refusés aux handicapés, donnent un coup de projecteur sur des situations oubliées, comme seuls peuvent le faire le courage et la persévérance de professionnels d’une grande humanité. Ces jours-ci, elle documente les blessures de sa terre. Les photos sont nettes, elles racontent l’évolution des événements, sans piétisme, avec une perspective frontale et un esprit objectif.

www.dames-ph.net



8F 8 Anastasia V. Vist (Russie) Ses broderies artistiques délicates et ambitieuses, fièrement affichées jusqu’à il y a quelques jours, ont laissé place à la lutte sur le terrain, où les fils précieux ont été remplacés par des cocktails Molotov. Les tutoriels sur la façon d’attacher des perles au tissu sont remplacés par des tutoriels sur la fabrication de filets de camouflage. Une artiste qui devient une guerrière, qui ne se laisse pas surprendre par un enfer inattendu, mais qui demande de l’aide pour arrêter la folie, exhibant son passeport de femme russe citoyenne du monde. Nous devons juste suivre et apprécier ce courage.

www.dames-ph.net



8F

1 - Sabine Weiss • www. sabineweissphotographe.com • Je vous recommande une de ses dernières interviews: https://www.youtube.com/watch?v=8sN1Z8Ijk0Y • “La Casa dei Tre Oci” à Venise présente l’exposition “Sabine Weiss. La poésie de l’instant” du 11 mars au 23 octobre 2022 2 - Vivian Maier • www.vivianmaier.com • A voir absolument! Après Paris l’exposition est maintenant à Turin jusqu’en juin 2022: “Vivian Maier Inédite” – Musei Reali Torino 3 - Jeong Mee Yoon • www.jeongmeeyoon.com 4 - Zanele Muholi • www.awarewomenartists.com/artiste/zanele-muholi/ 5 - Martha Rosler • www.martharosler.net 6 - Sally Gall • www.sallygall.com • Instagram @sally.gall 7 - Alina Smutko • www.alinasmutkoph.com • Instagram @alina_smutko 8 - Anastasia V. Vist • www.ave.school • Instagram @anastasia.vist.embroidery

www.dames-ph.net


8F

Je suis une visual designer et photographe italienne, basée à Genève depuis 2018. Je travaille avec les images, les enfants et l’histoire de la photographie. “Cartacce” (Papier laid) est mon premier livre photographique.

Ramona Vada

Ramona Vada : textes, collages et photographies Amélie Poirier : révision des textes en français


8 lieux de femmes photographes et artistes

8F 2022

www.dames-ph.net