POMPON n°5

Page 1

05

POMPON variant de

M A G A Z I N E

BIMESTRIEL

JUILLET 2022

Le journal d'ici qui a souvent la tête ailleurs

Un été sans moutarde qui ne manque pas de piquant Échange pot de miel contre pot de moutarde

FESTIV’ÉTÉ POUR TOUS LES GOÛTS

POMPON

Le journal qui sent bon Dijon


ROUTE DE LANGRES 21000 DIJON OUVERT DU MARDI AU SAMEDI DE 10H À 19H

UNE COLLECTION ANNIVERSAIRE D’EXCEPTION


EDITO

05

POMPON JUILLET 2022

M A G A Z I N E

BIMESTRIEL

variant de

Le journal d'ici qui a souvent la tête ailleurs

Un été sans moutarde qui ne manque pas de piquant Échange pot de miel contre pot de moutarde

FESTIV’ÉTÉ POUR TOUS LES GOÛTS

POMPON

Le journal qui sent bon Dijon

POMPON n°05 Directeur de publication : Richard Patouillet richard.patouillet@bing-bang-mag.com Direction Artistique : pH2 Responsable rédaction : Gérard Bouchu. gerard@bing-bang.fr Auteurs : Gérard Bouchu, Olivier Mouchiquel, Cynthia Benziane, Loubaska, Edouard Roussel, ... Dépôt légal : Juillet 2022 Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros 7 bis rue du Chapeau Rouge 21000 DIJON Tél. 03 80 73 01 15 ou 06 83 86 48 28 Régie publicitaire : Edibang Impression : Indugraf Offset

PUBLICITÉ - RÉDACTION

03 80 73 01 15 06 83 86 48 28 contact@bing-bang-mag.com

édito

CETTE SACRÉE MOUTARDE…

Par Gérard Bouchu

Qui monte au nez des Dijonnais, même quand il n’y en a plus ! Bonne fin d’été à vous tous qui le passerez en grande partie à Dijon. Une ville classée 20/20 à plusieurs égards. Sur le plan touristique, d’abord, par un média américain qui l’avait inscrite, dès cet hiver, au rang des vingt capitales à visiter cet été dans le monde. À cause de sa Cité de la Gastronomie et du vin, bien sûr, à qui on a ajouté le qualificatif international, tant qu’à faire, ce qui a fait dire au président Hollande, lors de l’inauguration le 6 mai, que Dijon était devenue « capitale du monde » ce jour-là. Humour présidentiel. Un autre classement citait Dijon parmi les 20 villes les plus pluvieuses de France, ce qui était moins vendeur. Et d’autant plus tragique qu’on peut penser que certains élus et grands entrepreneurs, ignorant apparemment le réchauffement climatique, avaient décidé de concert que Dijon aurait une Cité du futur, à ses portes, où le verre et le béton seraient rois, à l’image d’une grande métropole internationale. Ce qui n’empêchait pas d’autres voix de se faire entendre et de défendre, par ailleurs, le classement de Dijon en tant que capitale verte. Humour dijonnais. Quoique… Plus que de l’humour, c’était marquer la volonté de prendre en compte un environnement naturel encore sauvegardé, entre vignes et campagne proche, ce qu’apprécieront ceux et celles qui partiront à pied ou à bicyclette jouer les trekkeurs urbains entre friches et lac, combes et forêt. En vert… et contre tout. Ainsi va la vie dans ce coin de France que les étrangers nous envient, car ils peuvent faire des comparaisons avec ce qui se passe chez eux. Vous les reconnaîtrez aisément car ce sont les seuls qui se promènent avec un petit sac contenant un pot de moutarde, signe de reconnaissance fort, de résistance aussi. Cette sacrée moutarde… Après avoir, pendant des décennies, répondu tant bien que mal aux humoristes et à tous ceux qui, croyant m’amuser, m’envoyaient des baisers à la moutarde de partout, je me rends compte que je suis passé à côté de l’ADN de cette ville. J’aurais dû soutenir l’action de ceux et celles qui réclamaient un vrai musée de la moutarde et des champs à perte de vue, dans les hauteurs, pour faire de Dijon la capitale d’un « Mustardland » unique au monde. On peut encore sauver la face en créant, à la place du parc de 5 hectares promis et toujours repoussé plus loin de la Cité, un champ où l’on viendrait de loin assister à la récolte retransmise en direct sur les écrans de cette belle Cité de la Gastro qui a besoin d’évènements pour survivre. Plus de béton, mais de la moutarde ! Et des abeilles, des jardins potagers, de la vigne aussi, bien sûr. De la terre à l’assiette, on y revient, à ce vieux slogan, et des liens festifs entre les deux, car on en a besoin. Profitez de l’été pour jouer les touristes en imaginant la ville où vous aurez envie de vivre demain. On en reparle à la rentrée, qui se profile déjà à l’horizon.

3


POMPON LE BLOG

Dijon

on the Beach

Il n’y a (pas) que des touristes à Dijon ! Qui a dit ?« En Bourgogne, on n’a pas de touristes... » Et l’a affiché en grand dans le métro, avec en plus petit au bas de l’affiche : « on a seulement des amis ! » Un ancien élu au tourisme de la ville, passé à la région avant d’être aujourd’hui au service de la France, en tant que député. Et bien, reprenons à notre compte son slogan, qui a fait grincer des dents à l’époque, et prouvons qu’on sait accueillir, à Dijon, les touristes d’un jour ou ceux qui vont changer de casquette, à savoir : passer du statut d’habitant, de sédentaire donc, à celui de touriste, plus fun. On part moins loin, paraît-il, on profite donc plus de la ville, de ses musées pour se mettre au frais, des terrasses pour se faire voir, d’une visite insolite ou gourmande en ville ou d’une rando dans les vignes, aux portes de Dijon. C’est un trek « inter-cités » qu’on vous propose dans ce numéro d’été. De la cité des ducs que vous croyez bien connaître à la Cité de la gastro que vous ne connaissez pas encore, qui sait ? Comme l’été qui va jouer les prolongations jusqu’en septembre, vous avez du temps, organisez-vous pour ne rien faire d’autre mais pour le faire bien. GB

4


CARNET DE NOTES En collaboration avec l’Office de tourisme et le service communication de Dijon métropole

Les incontournables sans qui l’été dijonnais ne serait pas ce qu’il est ● Brunch des Halles, 7ème édition, jusqu’au 11 septembre. Ouvertes

de 10h à 14h, les Halles remettent le couvert. À ne pas manquer : l’Apéro des copains le 24 juillet et le 7 août, Soul brunch le 31 juillet, Brunch vintage le 14 août et ça continue jusqu’à la fin, en apothéose, avec un Arty brunch par Kook’in et la Charme.

● Dijon Plage 19ème édition – jusqu’au 28 août. Parasols et transats

pour les uns, spritz et baignades pour les autres. Séances de stand up paddle les mardis et jeudis. Samedi 27 août, un temps fort autour de la protection de la flore et de la faune, et le lendemain grand nettoyage citoyen, faut bien ça.

● Jeudi’jonnais 2ème édition – jusqu’au 15 septembre. Live painting et descentes de bières autour des Halles, animations musicales un peu partout, et notamment sur les places de la Lib et du Théâtre.

● Garçon La Note 13ème édition – jusqu’au 31 août. 35 concerts gratuits aux terrasses des cafés et restos, n’allez pas vous plaindre, on ne vous demande même pas de laisser un pourboire.

● Dijon vu par Julien Lesne – jusqu’au 18 septembre. Entre bande dessinée et art contemporain, une errance dans Dijon, sur les pas d’un personnage dont vous pourrez suivre les pensées, grâce à des tableaux et des collages. Salon Apollon, entrée gratuite.

Et aussi... Jeudi 28 juillet

● Criterium d’après Tour de France de Dijon – 15h à 23h Allées du Parc, Dijon

Vendredi 5, 12 et 19 août

● D’jazz à la plage – 19h-20h30 Plage du lac Kir, Dijon

● Inauguration de la donation Boisecq-Longuet Place de la libération / Parvis de l’église Saint-Michel

Dimanche 11 septembre

● Cérémonie de la commémoration de la Libération de Dijon – 10h30 Square Darcy, Dijon

● LALALIB, Concert de rentrée – 18h-1h Place de la libération / Parvis de l’église Saint-Michel, Dijon

● Le Grand Dej des associations – 11h-18h - Parc de la Toison d’Or, Dijon, sur les thèmes du développement durable et de la transition écologique

Samedi 27 août

Sam. 17 et dim. 18 septembre

Vendredi 26 août

Dijon Plage © François Weckerle

Vendredi 9 septembre

● Dijon Plage Grandeur Nature : village d’animations autour de la préservation des ressources, de la sensibilisation à l’environnement et de la protection de la faune et de la flore – 14h-17h – Plage du lac Kir, Dijon

Dimanche 28 août

● Nettoyage citoyen – 9h-13h Plage du lac Kir, Dijon

Du vendredi 2 au dimanche 4 septembre

● Dijon Jazz et saveurs 18h30 – Cour Eudes III - Cité internationale de la gastronomie et du vin, Dijon

● Journées Européennes du Patrimoine - Dijon

Jeudi 22 septembre

● Soirée de lancement de la Saison culturelle des musées de Dijon – 18h - Musée de la Vie Bourguignonne - 17 rue SaintAnne, Dijon

Jeudi 29 septembre

● Village des recruteurs 9h-17h Place de la République, Dijon

Vendredi 30 septembre au dimanche 2 octobre

● Art Fair Dijon, salon d’art contemporain – Parc des Expositions et Congrès, Dijon

Dijon Plage © François Weckerle

5


LE BLOG

Cité de la gastro

chaud devant !

Dijon capitale mondiale du bien manger et du bien boire ! 18 000 personnes étaient réunies le 6 mai pour l’ouverture des portes de la CIGV. Et chacun alors de trinquer à la santé de Dijon, tout comme on le faisait au Clos Vougeot à la santé de la Bourgogne et de ses vins. En plus démocratique, et sans ban bourguignon. Et puis, l’été est arrivé… Le chiffre des visiteurs a chuté alors que la température n’a cessé de monter dans les semaines qui ont suivi. Au point qu’un vent de panique a soufflé dans les allées surchauffées. Il fallait rectifier le tir, et vite. En attendant la rentrée et la reprise des cours à l’école Ferrandi, les restos comme les boutiques ont fait un maximum pour que tout soit prêt le 14 juillet, date symbolique et festive incontournable. Plus personne ne veut aujourd’hui prendre la responsabilité d’avoir avancé l’inauguration officielle à une date où personne n’était prêt. On croise juste les doigts pour que les protections attendues contre le soleil, qui tape dur sur le verre et le béton, arrivent avant la saison des pluies. Et pour que les touristes prennent le temps de découvrir cet espace destiné à la célébration du repas à la française.

À période mouvante, Cité mutante ! Une célébration qui va évoluer au-delà de l’image figée qu’en avaient ses concepteurs, et on ne va pas le regretter : tant mieux si le snacking, le festif, le côté cantine prennent le dessus. Si les prix s’adoucissent, au fur et à mesure que les boutiques se remplissent… Il va falloir revoir cette Cité, ouverte dans l’urgence, d’un œil neuf pour imaginer ce qu’elle pourrait devenir, entre l’image de centre commercial que certains lui attribuent et d’espace dédié au culte d’une gastronomie et d’une viticulture inadaptées aux portefeuilles du commun des visiteurs.

6

Une cuisine évènementielle pour les curieux Tant mieux si le bel ordonnancement initial est bousculé, si l’on revoit l’image d’une Cité qui a du mal à viser juste, voulant tout à la fois attirer les groupes, les visiteurs jeunes et moins jeunes passés au moule télévisuel et les nostalgiques d’une table réunissant toutes les générations… Que des jeunes chefs viennent ici s’affronter au piano ne pourra qu’être bénéfique s’ils n’imaginent pas tous qu’on viendra ensuite déjeuner chez eux pour 40 euros et dîner pour 100 € minimum ! Une vraie cantine au cœur du village, pour découvrir à prix doux une cuisine d’aujourd’hui, éthique, ethnique, ou simplement poétique, on en rêve. Les produits sont là, les équipes aussi, reste à s’adapter au quartier, et à la ville qui, à côté, fait le plein de touristes, qui n’attendent qu’une main tendue pour passer le pont. Sans craintes pour leur portefeuille, évidemment.

Un gastro festival estival ! Pas cher ou gratuit, la Cité internationale de la gastronomie et du vin fait son « gastro festival estival » jusqu’au 18 septembre. Avec des concerts le week-end, l’expo patrimoniale du 1204 à ne pas manquer, la balade gourmande sur la pâtisserie conçue pour les familles, la découverte de la Chapelle des climats… Et bien sûr l’expo A la table des Français, pour se dire qu’on a quand même de la chance de vivre dans un pays où l’on passe plus de dix minutes en famille par jour, pour déjeuner ou dîner. Pour les enfants des ateliers art plastique, pour les parents des conférences-ateliers flash cocktails et sucré-salé, la Cuisine expérientielle qui va se mettre au diapason et les vignerons qui vous font goûter au meilleur dans la Cave. Avis aux pirates : deux jours de chasse au trésor gratuite les 24 juillet et 21 août ! GB CIGV : www.citedelagastronomie-dijon.fr

Dijon Jazz & Saveurs Le Goût du Jazz à la CIGV

●Les 2, 3 et 4 septembre 2022 de 18 h à 22 h Régalez-vous ce grand week-end organisé par l’équipe du Dijonnais sur l’herbe, un nom d’autant plus savoureux qu’il s’agit ici de faire la fête au jazz et à la vie dans le lieu où l’herbe est la plus rare, à savoir la Cité de la gastro. Au programme de chaque soirée : un show culinaire en direct par un chef, un vigneron qui propose un accord mets-vins et un concert haut de gamme ● Le 2 septembre, une soirée « Blues de Cuba » avec La Trova Projet ● Le 3 septembre, une soirée « Nouvelles générations » (de chefs, de vignerons et de musiciens) avec Le Collectif Zoot et le Chef Dijonnais Chern Hwei Gan ● Le 4 septembre, , soirée avec Le Jean-Pierre Bertrand Boogie System Renseignements sur le site du Dijonnais sur l’herbe : www.ledijonnais.com


EXPOSITION ÉVÉNEMENT

DU 6 MAI 2022 AU 30 AVRIL 2023 Sous le parrainage de Pierre Hermé

> Visites de l'exposition : de 9h30 à 19h00, du mardi au dimanche.

citedelagastronomie-dijon.fr


LE BLOG

MONSIEUR

POMPON Balade "Intercités"

pour trekkeurs urbains C’est mal connaître Dijon pour penser qu’elle allait se prendre la grosse tête en se voyant sacrée « capitale du monde » par un François Hollande venu inaugurer le 6 mai un jouet que ce gros gourmand avait lancé sur le marché. Dijon, en 2000 ans d’histoire, a su résister à tout, éviter le pire. Que ceux qui n’ont jamais mis un pied à la Cité profitent des heures les moins chaudes pour la visiter avant d’aller se mettre au vert le long du canal ou dans les combes voisines. Et revenir à la fraîche profiter des terrasses, des animations, de la vie d’une ville où il fait bon vivre, justement.

Laissez votre cheval à l’hôtel. Dijon n’est pas si grand qu’on ne peut tout voir à pied ou à vélo. Prenez sinon la navette gratuite qui vous fera découvrir quelques facettes du paysage urbain. Elle vous dépose devant la Cité, si vous craignez d’attraper un coup de soleil en traversant une ville qui se flatte d’être minérale.

Cocktail street art de bienvenue !

Rafraichissement offert. Faites des pauses régulières dans les parcs et jardins, pour vous, vos enfants et vos animaux. Brumisateurs et ombre bienvenus. Et jetez un œil sur les programmations annoncées à la fraiche en ces lieux : jazz, concerts, lectures, etc Avec un peu de chance vous pourrez même tomber sur une manifestation non prévue au programme officiel.

En arrivant à la gare, certains sont tellement pressés de prendre le tram pour aller en ville ou de traverser le Jardin de l’Arquebuse pour voir la nouvelle Cité voulue par le dernier Duc de la ville qu’ils ne pensent pas à se retourner. Ils n’ont pas pu voir arriver ce train de marchandise entièrement tagué qui pourrait donner des idées à la SNCF. Laisser des graffeurs peindres les poutres des ponts rendrait le passage entre ville et faubourg plus ludique, plus glamour.

Dijon sacrée capitale du monde par Hollande. L’humour de l’ex-président a rendu supportable une suite de discours mettant tous l’accent sur l’intérêt d’une Cité de la Gastronomie et du Vin pour Dijon, pour la France et bien sûr pour le monde invité à venir ici goûter à un certain art de vivre. L’homme à la casquette n’est pas un intrus, mais le PDG de Pathé, venu promettre lui aussi des jours heureux aux Dijonnais, l’implantation de salles de cinéma devant booster la fréquentation de 40 % ! Un discours qui envoyait le pâté un peu loin, à moins de compter les quelques dizaines de spectateurs qui profitent du confort des lieux, les jours de chaleur où personne ne se risque dans les allées désertées…

8

Coquillages et crustacés. Plantes rares. Contrairement à ce que certains prétendent, les plantes et les arbres ne sont pas absents de la Cité. Disons qu’ils sont rares. On aurait pu au moins mettre des cactus et des plantes n’exigeant pas trop d’eau si c’est un souci d’épargner celle-ci qui a poussé édiles et concepteurs à favoriser le verre et le béton.

Mise en bouche marine au Village. Vous n’êtes pas obligé de vous offrir un plateau de fruits de mer à L’Ecaille, une des huit boutiques du Village. L’équipe de la poissonnerie propose aux visiteurs n’ayant pas de glacière avec eux de déguster sur place ses produits. Plancha savoureuse pour 20 €, avec un verre de vin.


Le temps de la réflexion. Sur ce cliché pris à quelques jours de l’inauguration, dans le salon VIP de la Table des Climats, François Rebsamen imaginait-il déjà qu’il aurait, plus tard, à réfléchir sur la nouvelle impulsion à donner à une Cité promise alors à un avenir radieux ? François Deseille, son adjoint responsable du projet, et toute l’équipe municipale vont devoir, à la rentrée, plancher sur le sujet. Nouvelles têtes ? Gratuité des expos ? Cantine ouverte à tous ?

Jardin secret. Ce n’est pas dans la Cité, où le brin d’herbe est plutôt rare, que vous pourrez vous mettre au vert. En sortant rue du Faubourg Raines, plutôt que de prendre la coulée verte pour rejoindre le lac, continuez jusqu’à l’entrée de la Chartreuse, ouverte en journée. Tout en respectant le calme des lieux, et avant d’arriver au Puits de Moïse, arrêtez-vous à l’Hostellerie, qui abrite une exposition d’art singulier qui devrait vous remuer les tripes.

La Cuisine ou La Cantine ? Ouverture enfin début juillet de ce qui devrait être le lieu populaire et gourmand du Village. Plutôt que de parler « cuisine expérientielle », terme difficile à mémoriser, si l’on employait le terme de « cantine » ? C’est ainsi que l’appellent certains vendeurs des boutiques voisines dont on pourra ici goûter les produits vendus par eux. Ce pourrait être surtout l’occasion de découvrir les recettes de Romain Tischenko, chef parisien venu se mettre au vert à Bouilland, qui pourra inviter au piano d’autres chefs. De la cuisine inventive, évolutive, à prix doux ? Deux mois qu’on en rêvait.

La Cité du vin. Le mois des Climats a permis aux Dijonnais de déguster le meilleur du terroir lors d’une fin d’après-midi ensoleillée dans les rues du Village. Clin d’œil ici à Madame Moutarde, une instagrameuse bien connue, dont vous pouvez suivre les mésaventures sur votre portable.

Le musée à la mode. Il fait chaud ? Allez-vous rafraichir les idées au Musée des Beaux-Arts, plus que jamais à la mode, puisque c’est le thème de l’expo visible jusqu’à fin août.

Des papillons plein la tête.

Pas un chat dans les rues ? Faux, ils se mettent à l’ombre, comme cet habitué du quartier du Palais, qui a trouvé un moyen d’échapper aux chiens que leurs maîtres laissent divaguer sans laisse en allant se réfugier devant les grilles de la police municipale, rue Victor Dumay.

Bars à vins ou à cocktails archipleins ? Jouez des coudes ou réservez.

Spectacles de rue à la fraîche. Il a suffi d’un spectacle proposé par l’association CirqOnflex pour transformer une fin d’après-midi dominicale en rêverie partagée. Jetez un œil sur les affiches placardées un peu partout pour découvrir le spectacle ou le mini-concert qui adoucira vos débuts de soirée de la fin d’été qui s’annonce déjà. On se retrouve en septembre pour d’autres instants volés au fil du temps.

25 ans de passion pour Terre de Lune, la boutique insolite et voyageuse d’Isabelle Laraque, rue Amiral Roussin, port d’attache de cette humaniste qui a photographié le travail des femmes en Inde, Bolivie, Ethiopie, Iran, pour témoigner. Une boutique où l’on vient changer d’air, humer des parfums d’ailleurs, s’offrir des cadeaux ethniques ou juste se poser dans une chaise longue. Thé spécial 25 ans d’aventures !


LE BLOG

La Bodega © RP

Quand on arrive

en ville…

… et qu’on veut faire la fête,où que c’est qu’on va ? Pour rencontrer des gens cool dans des endroits exotiques, traquez les bars à cocktails. Accueil toujours sympa au tiki bar l’Archipel qui fait désormais terrasse en angle et frichtis salés (mention +++ au guacamole épicé). Vous regarderez le soleil décliner sur la place Grangier et votre Porn Star Martini en mode « Eat, drink and Chili ». Parce qu’ils ont lancé le mouvement cocktail, qu’il se transforme sans cesse, que le lieu est aussi somptueux qu’isolé de la fureur du monde, et qu’on navigue de salles en salles et d’étage en patio, Monsieur Moutarde et sa terrasse intérieure broc chic où l’on boit un verre sous les étoiles et un vélo suspendu est une retraite moins austère qu’un monastère. Pour danser, l’incontournable resto bar La Bodega se transforme régulièrement en piste de danse. Ambiance Bodegachella ou DJ set latino party avec Prodij.fr, bar à tattoos éphémères, happy hours en tous genres ou concert, cette église de l’éclate interdite aux relous est l’un des emblèmes d’une capitale qui se met (enfin) à vibrer 7 jours sur 7. Tout nouveau, la Gobeleterie rue Bannelier, le bistrot décontracté de Tristan Simon et sa carte de cocktails techniques compréhensible pourtant par tout le monde. Des études de biologie, la restauration depuis ses 17 ans, directeur de bar à Paname, ce Breton fut ambassadeur international du liquoriste Védrenne. « Dijon a une grosse population 25-45 qui cherche des endroits sympas où passer une bonne soirée avec ses potes en buvant de bons trucs. J’aime bien La Cave se rebiffe et l’Archipel. » A ses côtés, Sébastien Roze et Laura Placier. « Un bar, c’est avant tout une équipe. » L’astuce géniale pour mélanger les noctambules, le bar aménagé en plan de travail sans estrade. « Une grande table qui n’isole pas l’équipe des clients, nous ne sommes pas en surélévation avec des gens en bas. » Quand on transhume à travers Dijon, tous les chemins mènent au rhum et aux Halles, du coup la Gobeleterie a conçu des cocktails légers au prix d’un verre de vin pour les chalands du samedi matin. « Si tu veux t’acheter à manger sur le marché et venir casser la croûte ici, tu es le bienvenu. » OM

10

Je, tu, ils, elles…Tous Touristes ! L’office de tourisme de Dijon-Métropole vous attend désormais pour vous guider à l’entrée de la Cité de la Gastronomie, en plus de son accueil historique, rue des Forges, ou de celui réservé aux visiteurs arrivant à la gare, côté esplanade. Balades pour trekkeurs urbains adorant grignoter en chemin ou ateliers en famille, histoire de se mettre en appétit : l’OT joue la carte « gastronomie et balades gourmandes ». Profitez-en.

Des ateliers pour petits et grands

● Atelier Moutarde : avec un guide ne manquant pas de piquant, dans un lieu historique à (re)découvrir. Pilez, écrasez, ajoutez, aromatisez, mélangez et le tour est joué. Les enfants adorent. ● Atelier Bières : les ducs aimaient aussi la bière, ils y ont pris goût dans le nord de leurs états. Une expérience stimulante dans une microbrasserie à deux pas de la Cité de la Gastronomie. ● Atelier Vins au sommet : retour chez les ducs, au-dessus de leurs anciens appartements, pour un atelier qui décoiffe les jours de grand vent. Apprentissage de la dégustation, découverte des climats, vous allez en apprendre de belles. ● Atelier Street Art : original, ludique et coloré. Une vision cachée de la ville.

Des balades gourmandes pour goûter la ville autrement.

● Apéritifs de la Tour : jusqu’à fin octobre, un des musts dijonnais. Avant de descendre un canon, faut monter. Une fois arrivé au sommet, on a tout Dijon à ses pieds, et c’est un vrai bonheur. ● Halles Gourmandes : rencontrer des producteurs, déguster sous les Halles, c’est vraiment à faire, un jour de marché. Pour partager la vraie vie des Dijonnais de 7 à 77 ans et même plus. ● Parcours Gourmand : les vendredis de 11h à 13h, au départ de la Cité. Pauses pour se réconforter autour d’un « pain bourguignon », d’un jambon persillé accompagné de sa gougère, de produits à base de truffes noires de Bourgogne et petite dégustation de vin de Bourgogne blanc et rouge !

Pour en savoir plus : destinationdijon.com


L’Office de Tourisme de Dijon Métropole vous propose

Parcours du Goût

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Consommer avec modération.

Visites ? Expériences ? Dégustations ?

ses activités gourmandes !

Dijon Œno Tour

d’a nties gara

destinationdijon.com

Saveurs de la Bière

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Consommer avec modération.

% 0 0 1 ctivités

Les Randos du Chef


LE BLOG

◄ Le MBA joue l’effet mode

▲ Jusqu’au 28 août. Resistance.

Vous avez jusqu’au 22 août pour vous offrir au musée des Beaux -Arts une balade dans un 18ème siècle qui revit ici avec beaucoup d’intelligence et de tendresse. Ce n’est rien d’autre que la naissance de la mode qui nous est contée, grâce aux portraitistes qui ont ouvert la voie aux photographes actuels, avec la complicité de modèles que la vie semble encore habiter, sur fond des paysages qui nous parlent d’un monde que la Révolution allait mettre à mal avant qu’il ne ressuscite, autrement.

Zutique vous invite ‘’ Au Maquis’’, un tiers lieu consacré aux imaginaires dans une ancienne maison éclusière au bord du canal, à dix minutes à pied du lac Kir. Au programme de l’été concerts, conférences, résidences d’artistes et rencontres. En voilà un aperçu pour vous donner envie de découvrir le spot : du Ciné plein-air le 15 juillet. Des ateliers : cynaotype, vannerie et même de chant polyphonique au mois d’août. Pour les concerts, on note The Gremmie le 12 août, le 27 août Grimr et Cromorne et le lendemain le groupe Albertville. On vous conseille de surveiller tout ça sur les ‘rézosocio’. DIJON. Plus d’infos sur zutique.com et sur facebook @aumaquisdijon

Du 13 au 16 octobre. Les Ecrans de l’aventure ► Plongée sous-marine, highline, base jump, escalade… un max de sensations extrêmes, d’exploration et de nature pour booster votre moral d’automne ! Films, débats et dédicaces non stop pour rencontrer, dans la vraie vie, vos aventuriers préférés ! Cinéma Olympia Dijon www.lesecransdelaventure.com

◄ Volcan de Nuits Festival alien, Volcan de Nuits se pose à Nuits Saint Georges pour trois jours de bons vins, de gastronomie et de concerts champêtres dans les vignes. Le jazz des Camerounais Richard Bona et l’Afro-Cubain Alfredo Rodriguez, nommés au Grammy Awards, la dream pop de la franco-suédoise Fredrika Stahl, compositrice de la BO du film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent, et l’électro de Grand Soleil pour danser jusqu’au bout de la Nuits. Kid friendly, art, balançoire et crêpes à gogo régaleront les petits, et les grands profiteront du 100% circuit court dans le pré. Du jeu. 08 au sam. 10 sept. www.volcandenuits.com

12

▲ Un des derniers évènements gratuits de l’été SHOWCASE au vert le jeudi 25 août et CINEMA PLEIN AIR le samedi 27 août, à partir de 18h30, dans les jardins du Département. Pour cette 7è édition, le Conseil Départemental vous offre deux soirées sous les étoiles avec la présence de foodtrucks pour un dernier encas sur l’herbe. En collaboration avec K6 FM, Showcase en 2 parties avec des groupes locaux en ouverture. A l’affiche : MALO’, STEPHANE, DIVA FAUNE et ELEPHANZ. Sage et poétique, une programmation tous publics. Ciné plein air familial pour le dernier week end avant la rentrée des classes avec LÀ HAUT, �ilm mythique produit par WALT DISNEY. Animations jeunesse et petite restauration avant la projection prévue à 21h. Infos : www.cotedor.fr/agenda/showcase-k6fm-dans-les-jardins Infos : www.cotedor.fr/agenda/une-soiree-la-belle-etoile-avec-la-haut Les Jardins du Département - 53 bis rue de la Préfecture – DIJON


La Galerie du Marché

Venez découvrir des bijoux à la fois anciens, fabriqués parfois selon des méthodes aujourd’hui disparues, et des bijoux contemporains de belle qualité et d’une grande originalité.

Showca

18h30

Bijoux Hommes, Femmes et Enfants

Bague Tank 2 ors 18K 750ML ornée de diamants

Pièce de bourse 20F or 22K 900ML

Collier maille jaseron en or jaune 18K 750ML orné d’un saphir cabochon

Montre Femme Cartier à quartz, boîte en vermeil

Diva Faune Malo’ Stephane elephanz GroupeS locaux en preMière partie

Bijouterie La Galerie du Marché 11 rue Musette - Dijon - 03 80 30 77 30

mardi et vendredi : 9h-12h30 et 14h-19h, mercredi 15h-19h, jeudi 10h-12h et 14h-19h, samedi 9h30-13h et 14h-19h.

bmpdijon.fr

La Banque

23 Boulevard de la Trémouille 26 53 bis Rue de la Préfecture Showcase août gratuit Dijon

des Métaux Précieux

18h30

va

Achat-vente, expertise-estimation de bijoux anciens et contemporains, Partage et succession, Pièces, Lingots or et argent, Pierres précieuses de qualité.

‘‘L’achat ne se fait pas uniquement au poids, mais à la valeur réelle du marché d’occasion. Nous tenons compte de la qualité et de la période de fabrication (Art nouveau, Napoléon III...)’’

23 Boulevard de la Trémouille 53 bis Rue de la Préfecture Dijon

La Banque des Métaux Précieux 2 rue de la Préfecture – Dijon 03 80 30 00 06 - www.bmpdijon.fr

lundi au vendredi 9h-12h et 14h-18h le samedi 9h30-12h et l’après midi sur rdv.

13


MIAM

POMPON ACTUS GOURMANDES

Des tables

la Causerie des Mondes

qui ne manquent pas d’air ! Les prix flambent ? Le soleil tape ? Cet été, protégez-vous, évitez de faire chauffer votre CB, sortez en ville à la fraîche ou faites un tour dans les vignes, allez-vous mettre au vert côté golf ou jouez les lézards en terrasse. Si vous n’avez pas réussi à piquer en boutique un exemplaire du Bing Bang 84, magazine magnifique et entièrement gratuit, tant pis pour vous, on ne va pas vous ressortir les quelques 40 nouvelles enseignes gourmandes apparues ces derniers mois. On va juste vous glisser ici, parce qu’on vous aime bien, quelques petites perles dénichées ces dernières semaines.

Au Tennis

Prenez de la hauteur… À la brasserie Au Tennis, que de gros vilains comptaient garder pour eux, car il faut réserver pour espérer trouver une table ou un bout de banc le midi sur cette grande terrasse cachée dans l’enceinte du Tennis Club, au parc des Sports. Cuisine du marché inventive, de saison. Ethique, exotique et locale tout à la fois, pour reprendre les mots de Romuald, qui s’est associé à François, cuistot des temps nouveaux que les habitués de la Péniche Cancale ou de la Menuiserie connaissent bien. Si vous devez organiser un séjour à l’hosto, en face, passez-y pour vous refaire une santé, à la sortie. Clientèle de sportifs, cultureux et médecins, ça change.

Envie de campagne ? L’endroit est vanté, venté aussi, c’est bien, moins quand même que la Table du Golf, à Norges, où l’équipe de la Charme a pris ses quartiers d’été. Clientèle qui n’a rien à voir avec la précédente, quoique. On vient ici en famille, entre copains ou copines, on parle amants et botox, on s’offre un déjeuner de soleil, autour du grill. À quelques kilomètres de là, l’heureuse surprise de l’été. Fabrice et Séréna, après avoir vendu L'O Bareuzai, ont choisi de se mettre au vert à 10 km de Dijon. Ils ont racheté Le Lion d’Or, hôtel témoin de la France d’avant, pour le transformer en un lieu décalé à leur image, côté cour comme côté salle. Cuisine au feu de bois, pour redécouvrir le goût du poisson, de la viande mais aussi des légumes. Une flammeküche à l’apéro, pour s’ouvrir l’appétit, ça vous dirait ?

L'ÉCaille

Les petites tables de la Cité Le Comptoir de la Cité, difficile de le manquer. Ce ne sont pas les arbres qui risquent de le masquer, quand vous arrivez depuis la rue Monge. Un lieu avec vue sur un quartier en devenir, au pied du canon de lumière abritant l’école Ferrandi (on y aurait bien vu un resto à la place !!!). Cuisine de brasserie bien pensée mise en place par l’équipe qui gère les différents restaurants et caves, dont La Cave à Manger, l’adresse discrète où l’on peut éponger après avoir dégusté quelques-uns des 250 vins au verre proposés. Courte carte de plats à grignoter en terrasse. Notre coup de cœur : L’Écaille ! Ou du moins la formule mise en place par David Gomes, MOF ayant les pieds sur terre, pour retenir le passant autour d’un snacking de qualité à prix doux (plancha à 20 €). Avec un verre de vin, c’est une bonne affaire, si vous trouvez une table à l’ombre, évidemment, car depuis mai ça tape dur sous les verrières.

14

Le Comptoir de la CIté


Carnet d’adresses ● Au Tennis : 1 bd Maréchal de Lattre de Tassigny, à Dijon. Ouv midi mardi au samedi. 06 28 26 79 58

Chambouletous

● Le Bistrot de Norges : allée Jacques Laffite, à Norges-la-Ville. Ouv tous les midis et le soir du mercredi au samedi jusqu’à fin août. 06 70 10 53 70.

Le Lion d'Or

● Le Lion d’Or : 6 Grande Rue à Messigny-etVantoux. En rodage à partir de mi-juillet. On en reparle en septembre. ● Le Comptoir ● La Cave de la Cité ● L’Écaille : Cité internationale de la Gastronomie et du Vin. ● Le Chambouletous : 30, rue Berbisey, à Dijon. Ouvert le midi du mardi au samedi et le soir les jeudi et vendredi. 06 46 65 25 87 ● La Causerie des mondes : rue Amiral Roussin, à Dijon. Formule 16 € le midi. ● Café des Forges : 30 rue des Forges, à Dijon. Fermé dimanche et lundi. 09 83 07 75 25. Ouvert 8h-22h. ● Le Bouillon Notre-Dame : rue Musette, à Dijon. Service non-stop midi - 23 h. Fermé dimanche et lundi.

Bouillon

Café des Forges

Quand on revient en ville En traversant le quartier Monge-Berbisey pour revenir dans le centre, arrêtez-vous au Chambouletous. Œufs « Maillot » en entrée, rostbeef-frites-mayonnaise et autres classiques à la carte de ce resto où le service est réalisé par des jeunes en état de handicap, dans une ambiance familiale qui fait vite oublier les différences. Rue Amiral Roussin, réouverture de La Causerie des Mondes. Après la cuisine voyageuse de Vanessa, découvrez celle de Natacha, qui réalise son rêve en reprenant ce salon où l’on cause, déjeune et goûte au soleil, à prix doux. L’ancien Mayence est devenu le Café des Forges. Du plafond remis en état au choix du mobilier de terrasse, on applaudit. Clémence Carminati a du tonus à revendre, sa carte est bien pensée : gnocchis maison, œufs parfaits façon meurette, salades, croques et plat du jour réalisé par un jeune chef débrouillard. Le Bouillon Notre-Dame, difficile de le manquer, face aux gargouilles de la plus célèbre église de Dijon. Pas de résa, tentez votre chance en terrasse ou essayez d’obtenir une table au premier, pour profiter de la vue sur le Jacquemart. Dans l’assiette, œufs mayo, harengs pomme à l’huile en entrée. Saucisse purée, coquillettes au jambon, petit salé aux lentilles... Du régressif gentiment proposé et sagement tarifé. GB

▲Prenez

l’air du golf !

Tant de vert, d’un coup, c’est trop ! Aucun bâtiment pour gâcher le paysage, des golfeurs pour mettre une touche de couleur rouge, et en terrasse des familles, des groupes de copains-copines, des habitués qui n’attendent même pas la carte pour commander côte de bœuf ou pluma ibérico. Après un cocktail maison ou un verre de rosé pour se mettre en appétit, optez sinon pour la salade César, le wok de gambas, le burger bœuf thaï : du goût et de la fraîcheur avec une pointe d’exotisme, vous allez aimer. Nicolas Isnard et David Le Comte ont eu la main heureuse en reprenant la table du golf, ils nous réservent d’autres surprises à La Charme à la rentrée, en attendant, c’est à vous de réserver pour une table avec vue.

● Le Bistrot de Norges

ouvert tous les midis en juillet-août, ainsi que le soir du mercredi au samedi (soirées barbecue). 06 70 13 53 70. www.lebistrotdenorges.fr

15


Pour l’amour du rouge, du verre et d’un terroir retrouvé, revisité avec brio par un drôle de trio Un resto qui a la pêche, la cerise, la banane, tous les goûts que vous voudrez, si vous êtes de ceux qui pensez les reconnaître au nez : n’en rajoutez pas trop, pourtant, car les arômes de l’appellation Griotte-Chambertin suggèrent plus la framboise, le cassis, la groseille, et d’autres que le sommelier se fera un plaisir de vous décrire. Cette appellation mythique a été choisie pour donner le nom et la couleur ambiante de ce resto emblématique du village, repris par un trio inattendu (que certains attendaient au tournant !). José et Gérald, les deux beaux-frères à qui l’on doit d’avoir passé de douces heures à table face aux vignes du Clos Napoléon, à Fixin, ont choisi un atout de poids pour le lancement de ce resto idéalement placé au cœur du village. Guillaume Royer, chef Meilleur Ouvrier de France retourné dans son Auxois natal, adepte d’une cuisine généreuse et authentique ayant comme lui du caractère, a mitonné une carte typique qui va faire plaisir aux visiteurs venus d’ailleurs et aux locaux nostalgiques : l’incontournable pâté en croûte, trompettes, cognac, pickles, le coq cuisiné façon Chambertin, la traditionnelle gaufre au lait de vache de Côte d’Or (et oui !) … La suite à découvrir sur place, en salle ou en terrasse, selon l’humeur du temps.

3 place de la mairie, à Gevrey-Chambertin. 03 80 58 51 51. Menu 35 €. restaurant-lesgriottes.fr

16


PUBLIREPORTAGES

▲Le beL été

du Château de GiLLy Depuis qu’en septembre 1988 l’ancienne demeure de plaisance des abbés de Citeaux s’est métamorphosée en hôtel-restaurant de charme, le château de Gilly n’a cessé d’accueillir des visiteurs de toutes nationalités et de tous âges, le temps d’un repas, d’un week-end en amoureux ou d’un séjour festif dans les vignes. Sans parler du pavillon près de la rivière, à deux pas de la piscine, qui en a fait rêver plus d’un et plus d’une, au cours de ces 33 années de bons et loyaux services. Ce que l’on sait moins, c’est que Gilly est aussi un lieu où l’on peut venir passer un moment tranquille en profitant de la vue sur le parc, un verre à la main, en écoutant le chant des oiseaux ou du jazz, quand le jazz est là.

▲Le bistrot de L’o à GiLLy-Les-Citeaux : La nouveLLe adresse Gourmande de La Côte Une ancienne ferme métamorphosée aux couleurs d’aujourd’hui, et qui pratique des prix sages côté cuisine comme côté hôtel. Ici les vignes poussent sur la terrasse où l’on prend l’apéro, le café ou la totale si l’envie de déjeuner ou de dîner sous un ciel étoilé vous prend. Au déjeuner, côté bistrot, formule impeccable le midi à 15,50 € ou 19,50 €, qui devrait vous inciter à revenir goûter un soir la cuisine saveurs de Jean-Alain Poitevin, un chef amoureux des produits du pays : tartare de truite de l’Aube frais et fumé, servi avec une petite sauce au fromage frais, ballotine de volaille à la moutarde Fallot, crème aux œufs de la ferme du Pontot… Des plats qui donnent le ton, simples et bons, au menu proposé le soir à 29,90 €. Et si la déco vous plait, vous pouvez repartir avec, ils sont comme ça, à l’O. Belle carte des vins, pour vous inciter à prolonger l’instant, quitte à prendre une chambre sur place (une trentaine en tout).

En 13 ans, Rémy Besozzi a fait de ce château un lieu de rendez-vous au bon sens du terme, où les plaisirs du palais et de la table en général n’ont jamais été oubliés. Le chef Julien Guichard ne cherche pas à vous en mettre plein la vue, le cadre suffit pour ça, mais vous devriez passer un bon moment, sous la tonnelle ou dans la belle salle voûtée à croisées d’ogives du Clos Prieur. À l’honneur, les produits locaux et du terroir, mais rien ne vous empêche de pousser le voyage un peu plus loin.

● Château de Gilly 2, place du Château à Gilly-lès-Cîteaux 03 80 62 89 98 Ouvert 7j/7.

Formule déjeuner du lundi au samedi 32-38€ (entrée, plat, dessert) dîner et déjeuner le dimanche : 66-78 €.

www.chateau-gilly.fr

● L’Orée des Vignes

6 route d’epernay à gilly-les-Citeaux. 03 80 62 49 77.

17


LIVING IN THE CITY - LOUBASKA

Loubaska les carnets de

Instagrameuse à ses heures perdues, cette Dijonnaise d’adoption a partagé les adresses où elle aimait se rendre. Découvrez ses coups de cœur du moment.

Ateliers du parfumeur Nathalie a repris la boutique en décembre et lui redonne un bon coup de jeune. S’il y a bien une marque tendance en ce moment, c’est Diptyque et ses bougies. Ce n’est pas tout : produits de beauté, parfums, parfums solides à glisser dans le sac à main, je suis fan de cette marque ! J’y ai découvert de nouvelles marques : Trudon, Petite Madeleine, Carrières Frères, les bijoux Gas. Cette boutique est à ne pas rater. Une mine d’or de senteurs. Nathalie vous trouvera forcément le parfum de vos rêves ou une bougie qui embaumera votre intérieur. Pour l’été, elle a fait une jolie sélection de parfums ensoleillés et de bougies à la citronnelle pour passer un été sans moustique. @lesateliersduparfumeur 11 rue Mably

Au panier Eiffel Quand je vois un panier de légumes comme celui-ci, je laisse volontiers le saucisson de côté. C’est vrai, c’est bon, c’est estival ! La sauce qui l’accompagne est également excellente. Possibilité de commander des corbeilles de fruits ou des paniers de légumes. Cette épicerie dispose également d’une large gamme de produits (fromages, vins, épicerie fine) Livraison quartier Eiffel gratuite et ailleurs sur demande. Au panier Eiffel 131 Avenue Gustave Eiffel

18

Le Charreton et son bar à jus. A force d’aller à la cité, j’ai sympathisé avec Néville et ses jus de fruits magiques. De base, le jus d’oranges pressées est très bon mais le petit plus : on peut y rajouter du gingembre ou du citron. Vous pouvez également composer votre jus de fruits : carotte, pomme, pamplemousse, gingembre, citron. Ils proposent également des smoothies. En ce moment : fraise, banane, kiwi, pomme, melon, pastèque. Vous pouvez le déguster dans les allées du Village gastronomique ou vous asseoir sur une des nombreuses tables ou bancs mis à disposition. Le Charreton - Cité de la gastronomie

Pedro

Cook n crouts

C’est pile ce qu’il nous fallait pour cet été : une vague de fraîcheur fruitée et vitaminée (et plus si affinités). Un délicieux frozen yogurt au fromage 0% ou plus sucré à la vanille, qu’on agrémente de fruits, bonbons et autres gourmandises. On peut également y déguster des jus de fruits frais, des smoothies, des milkshakes, des lassis ou encore des gaufres. Sur place ou à emporter.

Un plat entier dans un pain fait maison, digeste et non bourratif ? C’est possible et c’est Chantal, petit bout de femme ultra dynamique qui l’a créé. Le pain n’est pas lourd, pétri à base de farine bio d’épautre (moins d’allergène, moins de gluten), des légumineuses. Ainsi, il évite les intolérances au gluten et les indigestions. Je suis fan du "bolognaise" accompagné de potatoes et mayo maison mais vous pourrez y retrouver bœuf bourguignon ou poulet Gaston Gérard. Tous les mois, Chantal rend hommage à un pays en créant un crouts du mois (Portugal en juin)

@pedro.dijon 10 rue Jules Mercier

@cookncrouts 104 Rue monge


Bk Concept Je suis tombée amoureuse du Sénégal il y a quelques années déjà et y ai voyagé plusieurs fois. Quand je suis en manque : je commande chez Bk Concept afin de retrouver les saveurs de l’Afrique. C’est le meilleur resto africain de la ville : mafé, yassa poulet, alloco (bananes plantains), on y retrouve toutes les meilleures spécialités africaines. Ma préférence : le chiken bens (en photo), de bonnes brochettes de poulet pané. 13 bis rue d’Assas @bkconceptdijon

Atelier saveurs de la bière Cet atelier, organisé par l’office du tourisme, se déroule dans un lieu désormais culte aux yeux des amateurs. Un Singe en hiver, c’est d’abord un duo géant de 1962 avec Gabin et Belmondo, mais aussi l'histoire de deux frères qui produisent leurs propres bières, sur place, à deux pas de la Cité de la gastronomie. Le temps d’un atelier, ils vous transmettent leur passion. Le malt et le houblon n’auront bientôt plus aucun secret pour vous. Vous allez déguster du fromage, de la charcuterie, mais aussi du chocolat. La bière s’accorde avec tout. Un atelier passionnant, dans un lieu étonnant, avec de chouettes gens. A réserver sur le site www.destinationdijon.com 20€ par personne

My Rolls

Unique le soin La jet Technology débarque à Dijon : une technique 100% naturelle qui va propulser de l’air à une vitesse importante sous la forme d’un jet, ouvrir vos pores et de faire pénétrer en profondeur les actifs dont votre peau a besoin. Ce soin visage apporte un coup d’éclat immédiat. Il traite les rides, l’acné, les tâches pigmentaires, la couperose, la déshydratation et booste la confiance en soi. C’est indolore et c’est une bonne alternative aux injections. Pendant le soin, Chloé nous met des écouteurs afin de nous détendre avec de la musique douce, puis des audios stimulants et pour finir de la musique énergique, afin qu’on reparte motivés comme jamais, avec une peau éclatante. Le mantra de Chloé : « Bien dans sa peau, bien dans sa tête ». @uniquelesoin 34 rue de l’Égalité www.unique le soin.com

Vous cherchez de la fraîcheur pour cet été ? C’est l’adresse parfaite pour vous : des rouleaux de printemps revisités délicieux ! J’adore composer mon rolls. Souvent je mets du poulet croustillant, haricots rouges, oignons rouges, avocat, concombre, feta, de la menthe et je prends la sauce yaourt citron ciboulette qui est vraiment trop bonne. Vous pouvez également prendre des rolls ou bowl déjà prêts. Une mention spéciale pour le rolls dessert choco bananes qui est à tomber ! C’est sain, c’est frais, c’est bon et c’est fait maison. Centre commercial Clémenceau 12 boulevard Clemenceau @myrolls_21000

Brut et végétal L’heure est à la végétalisation de nos intérieurs, que ce soit au bureau ou à la maison. Brut et Végétal dispose d’un système d’entretien très simple, permettant de maintenir en vie notre mur végétal sans trop d’effort. Charlène et Cédric regorgent d’idées et travaillent également le bois pour en faire, du mobilier, des planches apéro, des lampes, des cache-pots. Alors on se met au vert chez soi ? @brut.et.vegetal www.brutetvegetal.fr

Atelier de la crêpe Manger une crêpe tard dans la nuit, c’est possible et ça change des kebabs ! Idéal lorsque l’on trouve nulle part où manger après un ciné tardif. En plus, les crêpes sont vraiment très bonnes… Mardi : 11h-14h /18h-22h | Mercredi : 11h-00h Jeudi, vendredi, samedi 11h00-14h00 18h00-03h00 Dimanche 17h00-22h00 Sur place ou à emporter. @atelier_de_la_crepe_ 34 rue Jean Jacques Rousseau


LIVING IN THE CITY - MA PETITE ENTREPRISE

Ma petite

Entreprise

▲ Les perles de Zabou : un dialogue avec le passé ! Pour accompagner la magnifique exposition sur la mode au 18ème siècle, visible jusqu’à fin août au MBA, la boutique du Musée s’est adressée à Zabou, une créatrice qui a ouvert son atelier à Dijon en 2019, pour une collection de bijoux en miroir de cet évènement qui décoiffe. Zabou est une routarde dans l’âme. Elle a passé son enfance en Afrique de l’Ouest et en Asie, dans une famille baroudeuse, toujours en vadrouille hors des sentiers battus. De l’Antarctique au Zimbabwe, de géologue à créatrice de bijoux, sa vie est une aventure qu’elle nous contera peut-être un jour. Ses pérégrinations et les rencontres de cultures et paysages qui se sont télescopées se retrouvent dans les milliers de perles de sa collection : des perles de quartz néolithiques du Sahara aux agates médiévales indiennes, du verre de Murano aux lapis lazuli d’Afghanistan… Ces perles en poterie, corail, ambre, pierre, plastique aussi, témoignent de l’histoire, de traditions et de savoir-faire souvent disparus. D’échanges et du goût immémorial pour la parure aussi. Zabou crée dans son atelier des pièces uniques pour accompagner des expositions,

des thèmes, des évènements. La collection « Mode à Dijon » revisite et réinterprète les éléments les plus emblématiques de la Mode au 18eme : plumes d’autruche, dentelles, perles, broderies en 3D, passementeries, rubans. Les associations de couleurs les plus étonnantes sont reprises avec des perles de Murano ; les costumes d’Arlequin sont évoqués à travers émaux colorés et passementeries de soie ; un collier de perles rouges et fourrure noire fait écho au tableau de l’affiche - Portrait de la Reine Marie Leszczynska, d’après Nappier. Les dentelles anciennes sont teintes aux couleurs orange de l’été 2022 et montées avec des perles, des plumes et broderies. Pour cette collection, Zabou a demandé à la céramiste dijonnaise Odile Besuchet d’imaginer des pendentifs en porcelaine avec des impressions de dentelles anciennes, qu’elle a ensuite associé à des perles, des fleurs, des éléments de passementeries, des plumes. Le résultat : des pièces uniques spectaculaires ou faciles à porter, une évocation contemporaine de cette société du paraitre.

Pour en savoir plus : /www.instagram.com/zaboubijou & www.zaboubijou.fr

▲ NAIAKITSU

Ils réinventent le dressing familial Entreprendre c’est sérieux mais ça doit aussi être amusant ; faire du made in France c’est tendance, mais ça doit surtout avoir du sens ; créer des vêtements ça peut être frivole mais s’habiller c’est aussi s’exprimer ; les basiques c’est pratique mais ça n’a pas besoin d’être moche… C’est autour de ces ingrédients que personne ne réfutera que Bénédicte et Alexandre ont lancé Naiakitsu. Un vestiaire familial Made In France malin et 100% personnalisable. Des coupes et des matières aussi belles que confortables Les basiques sont pensés pour être réinventés pour toute la famille : chaque client se les approprie et les transforme au gré de ses besoins et de ses envies pour explorer et exprimer sa singularité. Bénédicte et Alexandre ont changé de vie pour lancer leur marque et ils ont la volonté de faire bouger les codes de la mode ! Leur production est pensée pour être la plus locale possible (circuit court) et pour valoriser le savoir-faire français, le beau et le bien fait. Vous allez pouvoir créer cet été une garde-robe minimaliste et cool sans faire de compromis avec le style ou l’originalité. Configurez le vêtement dont vous avez envie sur leur site www.naiakitsu.fr Naiakitsu est une marque B&A donnent le ton 11 boulevard de Sevigné à Dijon

20

◄ L’atelier 41, la couture

à portée de main !

Recycler un drap en lin en sac de plage stylé, faire durer ses fringues, dupliquer son vêtement préféré ou simplement recoudre un bouton, c’est pas toujours simple. Stéphanie, qui s’est mis en tête de conjuguer son expérience de formatrice avec son goût pour la couture, vous aide à faire tout ça. A l’atelier 41, on apprend à utiliser la machine pas encore sortie de son carton, on voit ou on revoit les bases, on coud et on découd, on progresse, surtout, on fait soimême, et ça fait du bien. Pour celles et ceux qui cherchent des idées, il y a des activités couture à thème et pour ceux qui ont des tas d’idées, on propose des activités couture libre. Après un agréable moment passé dans l'atelier de Stéphanie, vous repartirez fier de vous, plus à l’aise en couture, et qui sait, de fil en aiguille… www.atelier41dijon.fr Instagram : @atelier41.dijon


PROCHAIN NUMÉRO Fin septembre PUBLICITÉ - RÉDACTION

03 80 73 01 15 06 83 86 48 28 contact@bing-bang-mag.com

▲Maison

ViViane dresse la table !

● Maison ViViane

72, rue J.J. Rousseau. 06 86 89 96 06. Du mardi au samedi. Fermé entre midi et deux et mercredi après-midi.

Dans son concept store consacré aux arts de la table, Virginie expose ses trésors chinés ici et là : de la vaisselle ancienne dépareillée à assembler selon ses envies. Pour les demandes particulières, Maison Viviane chine également sur mesure. Assiettes, couverts, carafes, verres… des pièces vintage pour dresser une table unique en son genre. On peut faire le choix d’acheter ou de louer ! De 2 à 300 convives, Virginie met à disposition des collections qu’elle a créées elle-même. Sur demande, elle met en place la scénographie de vos tables de fêtes et de vos diners en tête à tête. Du recyclé donc, mais aussi à la vente quelques références de la Faïencerie de Gien, de la Manufacture de Longchamp et de céramistes contemporains.

21


ET + SI AFFINITÉS - PORTRAITS

Projet Bobby Combi 1975 modèle T2b ► Alison Robert et Maxence retapent à l’huile de coude leur van Bobby avant d’embrayer un tour d’Europe. « Nous avons la nostalgie de ce van mythique et faisons confiance à la vieille mécanique, que nous pouvons réparer nous-mêmes, pour voyager à vitesse lente. De toute façon, on ne peut rouler que sur des départementales.» Ils divulgueront en chemin leurs tips de voyage, rencontres au bar et bonne bouffe en mode digital nomads. La pression est dans les pneus, pas dans la tête. « La peur ne fait pas le poids face au rêve et tout le monde donne un coup de main. Rassembler les générations, c’est ça, l’effet Combi Volkswagen. » Insta : @mavisionweb

La chronique du

Bisounours Par Olivier Mouchiquel

Déguster Dijon avec Anastasia, prendre un verre à Vougeot avec Alicia, tendre l'oreille avec Pauline, partir en combi avec Alison… on les aime, ces Bourguignonnes qui flanquent un violent coup de jeune à l’art et au tourisme.

© DR

Alicia Prenot © Bénédicte Manière

© DR

▲ Quand Montchapet murmure

▲ « Ma passion ? Les vins. »

Cet été, laissez les habitants du quartier Montchapet vous entraîner dans les coins secrets de leur quartier. Une soixantaine de volontaires ont confié à Pauline Lasson et ses amis du collectif Les Murmures l’histoire intime de 21 spots de leur paysage quotidien. Chaussez un casque, scannez les QR codes sur les panneaux et c’est parti pour « un câlin d’oreille, entre musique et voix", sur cet original sentier pédestre et sonore. Infos : lesmurmures.montchapet@gmail.com

Alicia Prenot, qui a vu ses grand-père et arrière-grand-père, Cadets de Bourgogne, chanter au château du Clos de Vougeot, est sortie de son premier Chapitre de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin en se disant « C’est là que je veux travailler. » Aujourd’hui chargée de la com’ de la Confrérie, du Château du Clos de Vougeot et du Tastevinage, elle fait trinquer avec son équipe le monde entier à la santé de la Bourgogne. Calendrivin 2022 - Ciné-dégustations Drive-Vignes : juillet Restaurant éphémère Un soir d’été au Clos de Vougeot : apéro cuverie et dîner par étapes dans les salles et la cour : juilletseptembre. www.closdevougeot.fr

◄▼ So chic, so wine

Catherine Grataroli © DR

22

Catherine Grataroli et Irmine Carterot : inséparables, vous les croiserez à vélos ou planchant dans un café pour envoyer leurs étudiants du Groupe Les Arcades en stage dans le monde entier. Prof en BTS communication, Catherine a repris ses études. Un Master 2 communication numérique à Lyon, tout en rejoignant la Cité internationale de la gastronomie et du vin à Dijon. Avec une idée derrière la tête, ouvrir avec sa copine Irmine une Licence Communication digitale vin et gastronomie, rentrée 2023. Aux manettes à leur côté, Marielle Adrian, directrice de l’Institut universitaire de la vigne et du vin et Françoise Bensa, responsable de la Licence commerce des vins à l’Université de Bourgogne. Photo, vidéo, rédaction, création de site, réseaux sociaux, data stratégie, ça va déménager ! Irmine Carterot © DR grataroli.c@lyceelesarcades.fr

◄ Ice cream, cocktail

et macarons

Anastasia Preatca au JSB Coffee © Olivier M

Poser son sac dans un salon de thé un jour de pluie, faire coucou à la jeune femme qui vous fait une petite place à ses côtés en rejetant ses cheveux en arrière : Moldave, Anastasia Preatca vient de terminer ses études à Dijon. Illustratrice passionnée par l’esthétique des cocktails, cup cakes, donuts, candy apples et fruits gorgés de soleil, elle a lancé un compte Instagram où elle publie ses aquarelles gastronomiques. Autre palette, autre talent : Anastasia parle russe, roumain, anglais, allemand et français. Son rêve ultime : illustrer un livre pour enfant. Insta : @_annastasia_art



CULTURE + AGENDA

Profite (c’est un ordre)

Par Edouard Roussel

Cet été la bamboche fait son retour ! Il y a des évènements partout. Prenez de tout, c’est comme un buffet culturel à volonté, vous ferez le tri après : des brocantes, des concerts, des festivals, des expos, des bal pop, des guinguettes. Tu veux danser la bachata, pas de problème, on ne juge pas. Ça ne peut pas vous faire de mal un peu de culture. C’est comme le ketchup dans les frites ce n’est pas essentiel mais quand y en a pas, il manque un truc. Voilà, la culture c’est du bienêtre ! Allez voir une expo, dandinez-vous à un concert, vous allez vous détoxifier de l’intérieur, tuer les miasmes : ça vous envoie de la dopamine, de la sérotonine et de l’adrénaline.... Et vous n’aurez plus qu’à prendre un peu d’aspirine le lendemain. Alors n’en jetez plus. Faites chauffer la twingo et allez-vous amuser.

▲ Du 15 au 17 juillet. Bal Pop.

Le Balabar revient cet été et c’est tant mieux. Cette fête des possibles promet d’être imaginative et festive : fanfare zinzin, chorale no limit, tournois de pétanque, liberté-égalité-karaoké, théâtre, concert, comédie musicale, et ciné en plein air. Tu crois que tu es prêt, que ça va être tranquille comme la kermesse de ton neveu en CM2, non t’y es pas du tout, c’est beaucoup mieux. Même si le lieu annoncé est celui d’une école. Pas n’importe laquelle, faut dire : l’école Joséphine Baker, 6 rue Turgot à Dijon. DIJON. Plus d’infos sur le fb : @lebalabar

24

▲ 26 août. Concert de rentrée

Pour adoucir le blues de la rentée, deux scènes avec un line up à la fois de dingue et familial. Le rappeur dijonnais O?ni pour les jeunes streetlife, Kerenn Ann pour les familles éprises de chanson française, La Femme pour les parents qui creusent la pop alternative à texte, et pour faire danser tout ce petit monde, un DJ trip hop électro ex-dijonnais : Etienne de Crécy ! En tête d’affiche, Pete Doherty, le plus franchie des rock stars anglaises, qui quitte ses falaises d’Etretat où il s’est installé pour un set magique avec son compère Frédéric Lo. Bref, comme un festoche d’été en bas de chez toi. Lala belle rentrée ! Place de la Libération et place du théâtre de 18h à 1h. Plein air et gratuit.

▲ Tout l’été. World Tour au Port du Canal.

Profitez de la Peniche Cancale tant qu’il est temps. Le Hot Spot festif de l’été à Dijon vous offre un tour du monde de sons et de saveurs sans quitter le Port du Canal. Pour les concerts on a repéré du Reggae Roots avec Kongô Blue, du Balkan Boogie ou du Groove Kréol avec les bien nommés Pitons de la Fournaise). Tous les samedi c’est la flamboyante Boum Love Boat, et il y a toujours les bons petits plats de la Cuisine Flottante. À noter en gras dans ton carnet de bal : les 29 et 30 juillet festival open air du collectif dijonnais CHKT. Infos sur le fb @PenicheCancaleDijon

▲ Du 19 au 23 juillet. Arty.

▲ Art estival.

Le Consortium va vous en mettre plein les yeux. The Drawing Centre Show d’abord, une expo qui va rassembler 180 dessins de 62 artistes. Sorti des pléthoriques réserves, cet accrochage plonge dans la créativité décomplexée et foisonnante d’artistes tout à fait recommandables : Carroll Dunham, Franz West, Sylvie Auvray ou Martin Kippenberger. Bref, cette expo brasse toutes les générations et toutes les esthétiques. Ce sera aussi l’occasion de découvrir des œuvres de l’inclassable Roland Topor, qui fut un brillant touche-à-tout, peintre, écrivain, réalisateur (il est même le créateur du télé-achat !) costumier, et même dessinateur pour Hara-Kiri. Le Consortium expose aussi (et surtout) l’artiste afro-américaine Tshabalala Self. 8 salles vous donneront une idée de son approche brute et hypergraphique. DIJON. Plus d’infos sur leconsortium.fr

Déjà la 4ème édition de ce festival audacieux. Cette fois la prog’ s’étale langoureusement sur cinq jours avec toujours des concerts de musique classique et de l’électro de grande classe. On est plus sur le meilleur de la playlist de Tsugi que sur celle d’NRJ. Au programme du bon, voire du très très bon : Rone, Nathan Fake, Thylacine et bien d’autres. En plus ça se passe dans l’Auxois. Imaginez, le MuséoParc d’Alésia, le château de Bussy Rabutin ou le théâtre des roches à AliseSainte-Reine, transformé en dance-floor et mappé de light multicolore. Ça va être bien. AUXOIS. Image Sonore. Tarifs et détails de la programmation : imagesonore.net et le facebook de l’évènement.


◄ Jusqu’au 15 septembre. Le jeudi est le nouveau samedi.

Chouette initiative, tout l’été sur 5 places dijonnaises (la Lib’, François Rude, Émile Zola, places du Marché et du Théâtre) c’est foison de concerts, buvettes et farniente. Y en aura pour tous les goûts dans toutes les styles : de la pop, du funk, un magicien, du jazz, des jeux vidéo, du live painting, un marché des créateurs. Si avec ça tu ne trouves pas ton bonheur, on peut plus rien faire pour toi. DIJON. Plus d’infos sur : dijon.fr/Agenda/ Les-Jeudi-jonnais

▲ Les 23 et 24 juillet. Thunder Dome.

Quand le collectif F-18 va à la Toison d’Or c’est pour aller acheter des chaussettes Harry Potter à Primark. Eux, leurs trucs c’est la Techno à 120 bpm et des caissons de basse capables de déclencher un tsunami sur le lac Kir. A l’affiche de ces deux jours de folie electronique : The Reactivitiz, D’jamency Trbl, P’tit Luc et Konik. DIJON au Parc de la Toison d’Or. Plus d’infos sur facebook : @F18Events

Dijoncyclette ◄ Du 25 au 28 août. Faire carrière.

Dans un site assez dingue, la (bien-nommée) Karriere de Villars-Fontaine (c’est à côté de Nuits-Saint-Georges) organise tout l’été une floppée d’événements et ça brasse large. On note dans l’agenda les évents de la fin août qui sentent bon le cool d’une fin d’été : concerts (Bilbao Kung Fu, Sol y Cuba), arts du cirque, initiation à la capoeira, danse cubaine, battle hip hop, et j’en passe. Allez-y tranquille, ça sera aussi l’occasion de jeter un œil curieux aux œuvres monumentales réalisées par les graffers qui y passent en résidence. VILLARS-FONTAINE. Tarifs et détails de la programmation : villart.fr/actu/

Avant Bordeaux le 25, le Vélotour né à Dijon il y a 16 ans revient en force en Bourgogne le 04 septembre. Sortez grand bi, draisienne, vélocipède et bicyclette ! Plongée dans le fosse, zigzag dans les coulisse ou dérapage contrôlé sur la scène du Zénith de Dijon, montéedescente de parkings ou petit tour chez Apidis (en pédalant tout doux pour ne pas réveiller les abeilles), ce grand raid urbain et familial aligne 5 000 cyclistes et pas un plus. On n’attend pas le dernier moment pour s’inscrire ! velotour.fr/dijon

◄ Du 26 septembre au 2 octobre. La Musique et le Monde.

Très beau festival à la prog’ éclectique et emballante, le Tribu revient cette automne pour une 23éme édition de toute beauté : BCUC (!!!), Electric Vocuhila, Piers Faccini et Abdullah Miniawy... Du bon voire du très bon à la Vapeur, à l’Audito et même au Maquis, dans la nouvelle maison éclusière de Zutique. DIJON. Plus d’infos sur : zutique.com et les resociaux.

■ 19 septembre. Cirque et graphique.

▲ 11 septembre. Déjeunons sur l’herbe.

Avec une mise en scène virtuose de Mathurin Bolze et des images d’une beauté hypnotique, le spectacle de cirque Les hauts Plateaux évoque la fragilité de l’homme et de son rapport au monde. Trampolines, plateaux inclinés, sols mouvants et échelles vont dessiner un espace scénique assez fascinant. À voir à l’Auditorium ! DIJON. Plus d’infos sur : opera-dijon.fr et cirqonflex.fr

Rendez-vous immanquables des associations dijonnaises, cette journée est l’occasion de mettre en valeur leur rôle citoyen, militant, sportif, social ou culturel. Disons-le franchement, sans toutes ces associations la vie serait un long tunnel d’ennui. Alors venez découvrir toutes ces initiatives associatives locales, ça pourrait même vous donner envie de vous y impliquer selon vos valeurs. C’est cool. DIJON. Plus d’infos sur : legranddej.org

◄ 24 septembre. Tiersen.

Sorti l’an dernier son dernier album Kerber est une petite merveille d’electro immersive, admirablement structuré, quelque part entre Arvo Part et Nine Inch Nails. On a hâte d’écouter ces sons en live à la Vapeur. En plus Quinquis (ex. Tiny Feet) joue en premiere partie. DIJON. Plus d’infos sur : lavapeur.com

▲ Du 27 sept. au 2 octobre. Humour.

Vous avez besoin de vous dégourdir les zygomatiques et de rafraichir le gosier pas de problème revoilà le Festival Francophone Rires et Vins au féminin. Pour cette troisième édition, une quinzaine de spectacles (de la comédie au one-woman-show) et des dégustations de vins. Citons les pétillantes Karine Dbernet et MarieHélène Lentini (Embrasse ta mère) et Sofia Syko (Libérée, délivrée, divorcée). 6 lieux différents : Darcy Comédie, Bistrot de la Scène et théâtre des Feuillants à Dijon, mais aussi à Ahuy, Bligny-sur-Ouche et Barbirey sur Ouche ! À déguster sans modération.

■ Les 15 ans de Livres en Vignes

« LIVRES EN VIGNES » va fêter ses quinze ans ! Les 24 et 25 septembre, la plus grande fête du livre dédiée à la littérature générale et à celle du vin, de la gastronomie et de l’art de vivre, rassemblera une centaine d’auteurs et d’éditeurs au château du Clos de Vougeot, une des plus belles « vitrines » de la Bourgogne. Dédicaces, animations, dictée, conférences, dégustations et expositions inédites feront de cette fête un grand moment de culture, de plaisir et de convivialité. Venez à la rencontre de romanciers (Daniel Picouly), d’auteurs de polars (Maud Tabachnik), d’écrivains pour la jeunesse ( Jérôme Attal), d’essayistes (Nicolas d’Estienne d’Orves), de dessinateurs de BD (Laurent Battistini) !

25


L’été haut en couleurs

© Rozenn Krebel

de la Côte-d’Or J’Adore

© Rozenn Krebel

Oh la belle bleue ! En cette saison où les nuits sont festives et colorées, où les journées s’allongent et les lumières s’intensifient… la Côted’Or dévoile ses plus beaux atouts. Voici quelques idées originales suggérées par #lacotedorjadore, en mode chromothérapie, pour un été en mode arc-en-ciel !

Violet/Rouge - Sur la Route… des grands crus ! Top départ depuis Dijon à vélo, grâce à la Voie des vignes qui longe cet itinéraire mythique jusqu’à Beaune (puis Santenay et Nolay, pour les plus motivés). Le long de cet itinéraire épicurien, labellisé Vélo & Fromages, quelques arrêts sont à prévoir cet été comme à La Karrière dans les hauteurs de Nuits-Saint-Georges pour une visite de la galerie de fresques urbaines à ciel ouvert ou lors du Festi’Arts, qui se tiendra cette année du 25 au 28 août. Un peu moins loin, pensez également à faire une halte à Gevrey-Chambertin où il est possible de déguster (au moins) l’un des neuf Grands Crus produits ici à la Halle Chambertin ou les 9 et 10 septembre, de participer à la prochaine édition du Gevrey Wine Food & Music festival. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Orange/Jaune - L’heure de l’apéro Envie d’épater vos amis lors d’un prochain BBQ ? Pensez à faire vos emplettes avec des produits locaux, via l’appli mobile de la marque Savoir-Faire 100% Côte-d’Or et laissez votre créativité faire le reste : gougères ultra légères, feuilletés ou gaufres à la moutarde, tartinade aux escargots… Côté softs et cocktails aussi, vous pourrez facilement adapter vos recettes fétiches avec de nombreux jus de fruits et liqueurs produits dans le département. Tentez un spritz bourguignon inspiré par la maison Védrenne, un Gin du Secret de l’Herbier ou prévoyez le stock de bières locales pour rafraichir vos bons moments en terrasse : Mandubienne, Belenium, Elixkir, Bière de Vitteaux, Bièze, Kanopée, Loro, 90BPM Brewing Co., Luxoise, Bois des Mousses… Elles sont de plus en plus nombreuses et ont toutes leur personnalité. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

© Distillerie l'Herbier

Vert - En quête de fraicheur Que ce soit à pied ou à vélo, les idées d’escapades ne manquent pas au départ de Dijon. Le long du Canal de Bourgogne ou aux abords de l’Ouche, les coins cachés où se tremper les jambes après quelques coups de pédales ne manquent pas, les bonnes tables et les soirées guinguette non plus. Près de Longvic ou dans l’autre direction, à Fleurey ou Sainte-Marie-sur-Ouche par exemple, les plaisanciers, les navigateurs ou les adeptes de canoë échangent avec convivialité sur leurs spots préférés. Dans le Val Suzon ou dans le secteur de la Tille, tout comme dans le joli village de Bèze, c’est à pied qu’on peut prendre une bonne bouffée d’air frais et déconnecter en se baladant ou en randonnant. Plus de 190 idées de balades à pied, à vélo et en canoë sont gratuitement téléchargeables via l’appli mobile Balades en Bourgogne : il faut en profiter !

26

© La Moutarderie Fallot


EN CÔTE-D’OR

© Michel Baudoin

l’histoire est dans notre nature !

La

d’Oer Cô’ated-O r J

www.lacotedorjadore.com #lacotedorjadore

AVEC L’APPLI BALADES EN BOURGOGNE + DE 190 BALADES À PIED, À VÉLO, EN CANOË ET EN VOITURE Téléchargeables gratuitement sur l’Appstore et Google play insertion Pompon Juin 2022.indd 1

ATTRACTIVITÉ 20/06/2022 10:32:49

© Rozenn Krebel

© Estelle Alexandre

Bleu - Mode plage activé

© Estelle Alexandre

La plage vous fait rêver mais vous avez envie de changer d’Arc-sur-Tille ou de Grosbois-en-Montagne (d’ailleurs le site est en travaux cet été) ? Qu’à cela ne tienne, à moins d’1h de Dijon, les spots de baignade sont nombreux ! Troquez les piscines contre un site naturel et mettez à jour votre GPS… en prenant la direction de la Saône, où le long de la Voie bleue se trouve par exemple la plage de Pontailler-sur-Saône. D’ici, on peut aussi prendre le vélo ou louer un bateau à la journée et se diriger vers Auxonne, SaintJean-de-Losne, Seurre où les rencontres avec des suisses ou des luxembourgeois rappellent qu’il n’y a pas que Monaco dans la vie ! En direction de l’Ouest et du Morvan, le lac de Panthier ou l’Etang Fouché (à la sortie d’Arnay-le-Duc) sont aussi de formidables endroits où se rafraichir en pleine campagne.

Indigo - La Côte-d’Or by night Avec les températures estivales, vous préférez généralement les sorties nocturnes ? Ça tombe bien, ici la vie continue même en soirée. Dans la vallée de l’Ouche, les Soirs de marchés permettront de faire des emplettes à la fraîche, à Sombernon le 1er juillet, Prâlon le 2 août et Saint-Victor-sur-Ouche le 5 septembre. Envie de visions oniriques en mode aurore boréale ? Ne manquez pas le feu d’artifice du 14 juillet avec soirée dansante et Mapping à 360° jusqu’au 16 juillet au MuséoParc Alésia. Sans oublier que les 19 et 20 juillet, des navettes sont prévues pour emmener les plus clubbers d’entre vous de Dijon à AliseSainte-Reine ou Bussy-le-Grand, pour le festival Image Sonore. D’autres idées sur les réseaux sociaux #lacotedorjadore ou le site www.lacotedorjadore.com © Sébastien Pitoizet

27


CULTURE + LIVRES

Les livres

aussi, ça se

dévore ! C’est fou, tous ces gens qui écrivent ! Alors pour l’été, voici des livres aussi sympas que leurs auteurs. Des bouquins en bras d’honneur au monde d’après, encore pire que celui d’avant, mais avec le sourire. OM

Trajet Surprise ©Sabrina Dolidze

▲ Ellen

Emmanuelle Derossi © Edouard Barra

▲ Emmanuelle

Derossi

L’inconnue des archives, éd. Ex Aequo

▲ Bisame

Les Tributaires

Corvin

Claire et Anne sont un peu les Daft Punk de l’édition. Derrière le pseudo Bisame Corvin se cachent deux soeurs nées à Strasbourg, l’une prof de français à Budapest, l’autre secrétaire à Dijon. 7 personnages et 6 cours d’eau : Hongroise fuyant la dictature communiste ou Bourguignon exécuté par les nazis, les héros de leur roman issu d’une véritable histoire familiale traversent, du Danube au Suzon, le XXème siècle des guerres. En 2022, on repart pour le même ? www.bisame-corvin.com

◄ Alain

Des romans historiques, on en a lu tellement qui nous sont tombés des mains ! Mais là… chapeau ! Face à une étrange oeuvre d’art représentant une enlumineuse du XIVème siècle, le directeur de collection du Musée des Beaux-Arts et un généalogiste mènent l’enquête. Qui est donc cette copine du sculpteur Claude Sluter, qui réseauta avec un certain Jean avant qu’il ne devienne sans Peur ? C’est peut-être sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle qu’Emmanuelle Derossi, totale fan du Moyen Age et des Ducs, a imaginé cette balade temporelle dans un Dijon peuplé des fantômes de l’histoire. www.editions-exaequo.com

Donnat

Une haie d’honneur pour un prof, éd. Maïa Un buzz planétaire, la presse internationale qui l’appelle, Alain Donnat, professeur d’EPS à Is sur Tille, ne pensait pas que la vidéo de son départ en retraite, — la haie d’honneur surprise de ses élèves —, soit visionnée des millions de fois ! Plantage en primaire, au bac littéraire et en prépa EPS, ce n’était pas gagné d’avance : Alain, qui à 18 ans ne savait pas nager, fut sauvé par le sport. Cette magnifique biographie refait le match d’un gamin malmené par la vie devenu champion de France triple saut, et le genre de prof qu’on adore. Pas le vieux con qui matraque, mais celui qui encourage. www.editions-maia.com

28

Lemesle - Trajet surprise

Le voyage, Ellen connaît. Poète, « docteure en droit public et directrice d’établissement sanitaire, social et médico-social », cette bourlingueuse normande expatriée en Chine vient de quitter Dijon. Pour contrer le matraquage anxiogène à mort des confinements, Ellen a rédigé le récit humoristique d’un covoiturage délirant. Avec Marianne et ses aventures en cascade, cette comédie fait le job : un gros shoot de vitamines et de rigolade. Signe des temps : Ellen a compris, grâce au théâtre, qu’il ne fallait pas reporter ses passions à demain. Certifiée plongée 40 mètres, elle a plaqué son job pour vivre à fond ce qui la fait vibrer, « l’écriture et la plongée sous-marine ». En route ! ellenlemesle.fr

Richard Fussner © Bénédicte Manière

▲ Richard

Fussner - Le petit Fussner illustré

C’est un prof qui ouvrit les portes des bibliothèques au petit Richard Fussner. Quelle chance, lire les classiques juste pour le fun ! « Quand mes camarades voulaient devenir Dominique Rocheteau ou Michel Platini, je rêvais devenir Romain Gary. » Chef sommelier à Genève, il tint une chronique oenologique durant trois ans pour le plaisir d’écrire. Aujourd’hui directeur du Château du Clos de Vougeot, Richard publie un dictionnaire amoureux des mots. "Une forme courte qui saisit au vol une idée, abordant de façon légère et futile des sujets sérieux. Une sorte de myopie bienvenue qui rend moins malheureux, quand bien même je ne suis pas d’un optimisme excessif. Une seule règle, rire et sourire ! » A lire donc en grappillant ses définitions comme des grains de raisin gorgés de soleil !



CULTURE +

Un art bien

singulier !

Du Consortium à l’Arquebuse, de la Porcherie, dans l’Auxois, à la Grande Orangerie, à Dijon, l’art et la manière de passer un été autrement.

L’étrange Monsieur Tamain Dieudonné Wambeti Sana

Jusqu’au 28 août se déroule à Dijon la 7ème biennale régionale d’art singulier placée sous le signe de l’inattendu. Une invitation à « ouvrir pleinement nos mains et nos yeux pour que le vent de la création nous ébranle, nous déstabilise, soulève nos vieilles branches, emporte nos feuilles mortes. C’est aussi une incitation à rester gourmand, curieux et attentif, à ceux qui nous entourent ici ou ailleurs ». Direction le Jardin de l’Arquebuse pour une première approche. Posez-vous autour d’une table, à côté du kiosque, et regardez ce qui se cache au milieu des arbres, avant d’entrer dans la Grande Orangerie. Un lieu qui pourrait devenir un bel espace d’exposition d’art singulier permanent. « Une rencontre ne se décrète pas, elle s’invente. Prêter l’oreille à ce qui est, ce qui vient, voir et entendre ce qui vit, ce qui

30

bruit en chacun de nous, c’est offrir une terre d’asile à notre créativité. C’est aussi se mettre tout simplement en lien avec la part réelle et incommunicable de nous-même... avec l’autre ». Cet autre, vous êtes invité à le rencontrer tout l’été au jardin de l'Arquebuse en découvrant des créations inattendues réalisées par les publics des structures de la région. L’exposition « Congo Paintings, une autre vision du monde » nous offre, jusqu’au 28 août, à converser avec un courant majeur de l’art vivant africain populaire contemporain issu de la décolonisation. L’immersion dans cet univers pictural riche, coloré, souvent joyeux et tout à fait singulier, nous emmène dans les méandres de l’histoire du Congo autour de thèmes universels représentant une société en mutation. Prêts à poursuivre l’aventure ? Rejoignez ensuite le parc de l’hopital de la Chartreuse et faites une pause dans les jardins de l’Hostellerie, avant de découvrir l’exposition consacrée à Wambeti. Laissons parler, là encore, les membres d’Itinéraires singuliers, à qui on doit cette biennale estivale « Ce n’est pas banal qu’un peintre africain lors de sa vie active, puisse exposer une rétrospective de son œuvre accomplie ! Si Dieudonné Sana Wambeti peut aujourd’hui présenter cet ensemble d’œuvres, c’est qu’il a depuis le début de sa production mémorisé leur trace, mais surtout qu’il a su établir des relations avec ses collectionneurs, faisant preuve d’une haute conception du statut d’artiste qui vertèbre toute sa production depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui. » Visite gratuite de l’expo tous les samedis à 15h. www.itinerairessinguliers.com

Il nous manquait mais heureusement Rémi Tamain nous revient, porteur d’une touche de folie douce. Et même plus. Sur la tête il porte un très rare escargomouth, animal hermaphrodite comme les escargots contemporains que nous connaissons mais surtout nyctalope pour vivre dans les grottes... Il a quitté l’univers parisien des boîtes et hôtels où il sévit d’ordinaire, quand il n’est pas dans sa galerie à Monaco, pour revenir animer sa Porcherie, lieu d’art contemporain dans l’Auxois, le temps d’un bref été. On lui laisse la parole d’autant qu’on a du mal à en placer une, quand il est là. Même sa mère n’y arrive pas. - Rémi : Et si j’ouvrais une boîte de nuit arty à La Porcherie ?! - Rémi mother : Encore une idée à la noix ! - Rémi : Bon alors une expo by night ... - Rémi mother : Bon d’accord. Mais pas trop tard... - Rémi : Oui oui...

Et hop, NYCTALOPE est née ! Les cinq artistes plasticiens proposeront pour cette exposition, plongée dans l’obscurité, des œuvres clins d’oeil au monde de la nuit et ses oiseaux se repérant aisément grâce à quelques lumineux artifices... En effet, sans être un jeu de piste mais plutôt un parcours ludique avec des pièces en interaction aux sons et la voix des visiteurs, mais aussi en proposant à nos yeux de s’habituer aux lumières artificielles des lieux festifs... Entre éléments signatures des lieux nocturnes et humour propre à La Porcherie cette exposition fera danser le visiteur de toute son âme... Nourrissant cela, une nappe musicale créé par un Dj scandera l’espace. Proposant ainsi des ambiances musicales en corrélation avec les œuvres exposées. NB. Pour les journées européennes du patrimoine, en septembre, d’autres de ses coreligionnaires viendront mettre eux aussi leurs couleurs dans ces strates sonores et visuelles qui font partie de l’ADN de beaucoup d’entre nous... LA PORCHERIE. Lieu d’art contemporain 22 route de Montbard - 21150 Ménétreux-le-Pitois 03 80 96 92 23 - 06 34 33 69 91 - site: www.laporcherie.com


01/06/2022 19/03/2023 — CONCERTS EXPOSITIONS VISITES ANIMATIONS ATELIERS CONFÉRENCES

Toute la programmation sur

sortir.besancon.fr


L’ AVENIR SE DÉVOILE ENFIN. À PARTIR DE 38 950 € (1) Avec le nouveau Volvo C40 Recharge, le meilleur de l’électrique s’offre à vous. Profitez de son design audacieux et de son intérieur sans cuir.

RCS XXXXXX XXX XXX XXX

3 ANS D’ASSURANCE OFFERTS | 3 ANS D’ENTRETIEN & GARANTIE INCLUS (2) (1) Tarif conseillé au 10/01/2022 pour un C40 Recharge Start, intégrant une remise de 4% et le bonus écologique de 6 000 €. Offre valable pour toute commande avant le 31/03. (2) Garantie constructeur 3 ans sans limite de kilométrage et entretien 3 ans / 100 000 km inclus*. Cotisation d’assurance offerte sur 3 ans en formule « Tous Risques » souscrite auprès d’Allianz, sous réserve d’éligibilité*. Offre sur 3 ans maximum à compter de la livraison du véhicule, sauf résiliation du contrat d’assurance* ou vente du véhicule / changement de locataire avant la fin des 3 ans. Volvo ne prendra pas en charge ni ne remboursera les cotisations auprès d’un autre assureur. Le souscripteur bénéficie d’un droit de renonciation de 14 jours à compter de la souscription du contrat d’assurance. Contrat non cessible. Allianz IARD, SA au capital de 991 967 200 €, 1 cours Michelet - CS 30051 - 92076 Paris La Défense Cedex - 542 110 291 RCS. *Conditions sur volvocars.fr. TTC ** Modèle présenté : C40 Recharge Start avec options peinture métallisée et jantes optionnelles 20’’ au prix de (après remise et bonus de 2 000 € déduit).

44 520 €

Cycle mixte WLTP : Consommation électrique (kWh/100 km) : 20.8 - 22.3. Autonomie électrique (km) : 439 - 441. Données en cours d’homologation.

VO LVO C A R S . F R

Pe n se z à C ovo i t u r e r. # S e D é p l a ce r M o i n s Pollu er

1Ter rue Antoine Becquerel 21300 CHENÔVE - 03.80.515.001