ST-ART 2021 / Hors-série Or Norme

Page 1

L E M AG A Z I N E D ’ U N AU T R E R EG A R D S U R ST R AS BO U RG

2021

LE H O RS -S É R I E D E L A FO I R E E U RO P É E N N E D E L’A RT C O N T E M P O R A I N & D E D ES I G N




a OR NORM E – ST-ART 2 02 1

ST-ART 21 Par Patrick Adler, directeur de publication

« On ne peut vaincre la nature qu’en lui obéissant. » S BACON CI F R A N 9 9 2) -1 (1 9 0 9

our fêter ses 25 ans d’existence, ST-ART a choisi d’aborder avec Futurae et Il n’y a pas de planète B, les sujets les plus brûlants de notre époque. Mais que peut faire l’Art face au changement climatique ? À l’instar de l’artiste dano-islandais Olafur Eliasson au travers de ses installations artistiques, comme Ice Watch, qui met en lumière la fonte des glaces au Groenland, les œuvres exposées dans le cadre de ces deux expositions vont probablement contribuer à nos réflexions sur le sujet. À nos actions futures ? Espérons-le.

P

L’intelligence et le talent des artistes doivent nous y aider. Mais leur véritable pouvoir réside dans leur capacité à rendre visible, tangible ou audible l’idée, parfois encore abstraite, d’un changement graduel et des points de basculement du changement climatique. Véhiculer l’urgence climatique à travers les arts peut être un moyen efficace d’en faire comprendre les enjeux, et ce 4

fut notamment l’objectif d’événements comme ArtCOP21, exemple emblématique d’« artivisme » environnemental organisé en marge de la COP21 de 2015. Certains pensent même que l’art pourrait contribuer à favoriser une « citoyenneté écologique mondiale », tout comme les arts et la culture ont contribué à cultiver les identités nationales lors de l’émergence de l’État-nation moderne au xixe siècle. C’est la fierté de Strasbourg et de sa foire d’art contemporain de prendre sa part sur cet enjeu majeur, et ce n’est sans doute pas un hasard si la ville qui abrite tant d’institutions liées à l’art contemporain (le MAMCS, la HEAR, le CEACC etc.) a su inspirer cette belle idée à la direction artistique de la foire. Tous les galeristes présents, et les artistes qu’ils représentent, sont bien sûr à l’unisson et présenteront bon nombre d’œuvres autour de cet « air du temps », et de cet éternel rapport entre l’Art et la Nature, à laquelle Francis Bacon nous somme d’obéir... HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Le Dragon

Evgueni Schwartz | Thomas Jolly * 31 janv | 8 fév

Après Jean-Luc Godard CRÉATION AU TNS

Eddy D’aranjo * 22 fév | 2 mars

Berlin mon garçon

Marie NDiaye * | Stanislas Nordey 24 fév | 5 mars

Je vous écoute CRÉATION AU TNS

Mathilde Delahaye * 3 | 10 mars

Les Frères Karamazov

Fédor Dostoïevski | Sylvain Creuzevault 11 | 19 mars

mauvaise

debbie tucker green | Sébastien Derrey 23 | 31 mars

La Seconde Surprise de l’amour Marivaux | Alain Françon 24 mars | 1er avril

Nicolas Bouchaud, acteur associé au TNS © Jean-Louis Fernandez

Bajazet, en considérant Le Théâtre et la peste Jean Racine, Antonin Artaud | Frank Castorf 6 | 10 avril

Julie de Lespinasse CRÉATION AU TNS

Christine Letailleur * 25 avril | 5 mai

Les Serpents

Marie NDiaye * | Jacques Vincey 27 avril | 5 mai

Mont Vérité

Pascal Rambert * 17 | 25 mai

Fév | Juin 22 TNS Théâtre National de Strasbourg 03 88 24 88 24 | tns.fr | #tns2122

Ils nous ont oubliés (La Plâtrière)

Thomas Bernhard | Séverine Chavrier 3 | 11 juin

Superstructure

Sonia Chiambretto | Hubert Colas 8 | 15 juin * Artistes associé·e·s au TNS


a OR NORM E – ST-ART 202 1

L’ÉDITO DE ALEXANDRA ROUSIER PRÉSIDENTE DU DIRECTOIRE DE STRASBOURG ÉVÈNEMENTS

Manifestation produite par Strasbourg Événements, ST-ART 2021, est la 25e édition de cet événement qui propose un anniversaire particulier, sous le signe du partage, de la rencontre et de la découverte encore plus affirmés.

a présentation d’œuvres d’art étant un exercice exigeant, celui-ci devait se doter d’un bel écrin. Depuis 2015, nous avons, sans cesse, mis nos savoir-faire techniques et scénographiques au service des galeries et des artistes, et des visiteurs de ST-ART. Depuis 2015, nous avons donné à ST-ART une spécificité en accueillant une grande institution et en produisant une exposition thématique. Ce choix s’est imposé dans un souci de démontrer si nécessaire, à quel point le métier de galeriste est un métier primordial pour la diffusion des artistes que le public peut découvrir dans nos musées. Ils sont la plupart du temps les premiers à découvrir, à investir et à présenter les artistes qui marqueront notre temps de leurs œuvres. Dans un contexte complexe, et après seulement quelques mois d’une reprise tant attendue autant par les artistes que les galeristes, ST-ART 2021 réunit un plateau international d’artistes, démontrant encore une fois son ancrage au sein des rendez-vous importants du marché de l’art. Cette année, de nouveaux exposants et galeristes de Strasbourg, et sa région, font confiance à ST-ART pour permettre aux collectionneurs, acheteurs et visiteurs de ST-ART de découvrir la création artistique contemporaine et historique récente. Un grand collectionneur ayant ouvert récemment une institution à Paris, a déclaré qu’« une bonne foire est une foire où l’on acquiert une œuvre ». Lors de la dernière édition de ST-ART, 900 œuvres ont trouvé acquéreurs… Merci aux visiteurs de ST-ART qui font confiance aux galeries présentes. Toutes les équipes de ST-ART sont ravies de vous accueillir à nouveau et je souhaite à tous, galeristes, acheteurs, visiteurs, institutions présentes ou parteAlexandra Rousier naires, un très bon ST-ART 2021.

6

L

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


ISG. Make the world yours.*

International Business School • Programmes de Bac à Bac+5 Campus de Strasbourg : 5 rue Gustave Adolphe Hirn • 03 90 22 14 55

Établissement d’enseignement supérieur privé. Cette école est membre de

*ISG. Osez le monde.

isg.fr


a OR NORM E – ST-ART 202 1

UNE TELLE FOIRE EST IMPORTANTE ET NÉCESSAIRE Jean-Luc Fournier

Marc Swierkowski

Anne Mistler, adjointe aux arts et aux cultures de la Ville de Strasbourg revient sur les 25 ans de ST-ART et essaie de se projeter dans les années à venir en souhaitant notamment « une implication plus forte des galeries de notre territoire »…

ST-ART fête cette année sa 25 e édition et possède le titre de plus ancienne foire d’art contemporain en province. Est-ce une chance pour Strasbourg de pouvoir proposer aujourd’hui ce type d’événement ? Strasbourg a su, il y a 25 ans, saisir le sens et l’intérêt d’un événement centré sur l’art contemporain permettant aux artistes d’être portés et promus par des galeristes. On était dans un moment où la question de la création contemporaine était aussi d’actualité avec le projet de construction du musée d’art moderne et contemporain. C’est toujours une fierté aujourd’hui d’avoir été pionnière en France pour accueillir une telle foire, d’autant que Strasbourg est dans un espace transfrontalier riche en foires pour certaines fortement concurrentielles, comme ART Karlsruhe, ou inégalables comme ART Basel. Compte tenu de l’environnement général de notre ville, de la richesse de ses musées, 8

de l’importance et de la qualité de ses artistes, de l’énergie de ses galeristes, et de ses ambitions artistiques, culturelles et responsabilités européennes, il m’apparaît qu’une telle foire est non seulement importante, mais nécessaire. La crise sanitaire a bouleversé considérablement le fonctionnement des arts et de la culture. De toutes parts dans le pays, on souligne que les territoires ont su être au rendez-vous pour relever le défi des aides aux artistes. Ce fut aussi le cas à Strasbourg ? Oui évidemment. Strasbourg, comme bien d’autres collectivités, a réagi très rapidement. Outre des moments d’échanges et d’écoute, la Ville a mis en place différents fonds de soutien en complément du fonds d’acquisition porté par l’Eurométropole de Strasbourg, lequel a permis, avec l’implication des équipes scientifiques des musées, des médiathèques, d’acquérir HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


un certain nombre d’œuvres d’artistes travaillant dans notre territoire. Ces œuvres ont rejoint les collections des musées. Tout au long de cette année particulière et difficile, différentes initiatives ont permis de présenter des œuvres graphiques dans l’espace public, en mettant notamment en lumière la création d’artistes femmes, portées par la Haute école des arts du Rhin, Central Vapeur ou encore Urban Colors, et bien d’autres… et en particulier la gratuité des musées pendant toute la période estivale. Ces moments de rencontres ont permis de soutenir près de 500 artistes dans leur présentation au public, tous domaines artistiques confondus. Et spécifiquement pour ST-ART 2021, la Ville présentera sur son espace dédié, 33 artistes plasticiennes et plasticiens en résidence d’ateliers au Bastion 14, dont certains auraient dû figurer dans l’édition de 2020. HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

« C’est toujours une fierté aujourd’hui d’avoir été ville pionnière en France pour accueillir une telle foire… » TLER ANNE MIS 9


SOMMAIRE ST-ART 2021

12-19

24-27

a Retour ST-ART 2019

a Futuræ Les exposants et les artistes de ST-ART vivent avec leur temps. 28 Il n’y a pas de planète B

20 Patricia Houg Direction artistique 38 Henri-François Debailleux Critique d’art 40 Comité de sélection Une perpétuelle exigence de qualité

44-49

a Prix Art de la Ville de Strasbourg

50 Gabrielle Kwiatkowski Carte blanche à la Ville de Strasbourg

30-37 a Portfolio R.E. Waydelich

52 Politiques culturelles Le caractère « essentiel » du monde de la culture 58 Galeristes L’optimisme est de mise 64 L’histoire des salons d’art Une véritable saga ! 68 Expositions à Strasbourg Et si vous profitiez d’une exposition en ville ? 72 Catalogue des galeries 88 Catalogue des associations 94 Infos pratiques

10

HORS-SÉRIE – 2021 – ST-ART


ENVIE DE SAVOURER UN INSTANT HORS-DU-TEMPS ? En plein cœur de Strasbourg, découvrez le bar-restaurant « le 1387 », son atmosphère chic et feutrée, sa cuisine haute-couture, ainsi que ses cocktails et vins d’exception…

Bar-restaurant « le 1387 » 4 rue des Francs Bourgeois 67000 Strasbourg @1387_barrestaurant @maisonrougehotelspa

@1387barrestaurant @maisonrougestrasbourg

www.maison-rouge.com


a A RCH I V E S Edouard Muller & Bartosch Salmanski

RETOUR SUR ST-ART 2019 EN IMAGES 12

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

13


14

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

15


16

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART



18

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

19


a R E TROU VA I L LES Jean-Luc Fournier

Nicolas Roses

PATRICIA HOUG ST-ART A 25 ANS ! Dans cet entretien, Patricia Houg, la directrice artistique de ST-ART 2021, revient sur les circonstances particulières dans lesquelles se place cette 25e édition de la plus ancienne des foires régionales d’art contemporain. Si la crise sanitaire a eu raison de l’organisation de l’édition 2020, ce grand week-end de novembre 2021 devrait sceller les retrouvailles entre les collectionneurs, le grand public, les galeries et les artistes, après cette aussi longue attente…

20

a ENTRETIEN

Le monde de l’art contemporain estil d’ores et déjà capable de mesurer les conséquences sur son activité de la crise sanitaire qui a débuté au printemps 2020 ? À l’instar de la quasi-totalité des activités humaines et économiques, et ce à l’échelle planétaire, non, je ne crois pas. Pas encore. L’impact a été si considérable… Les artistes, les galeristes et tous les autres professionnels du secteur se sont brutalement retrouvés isolés les uns des autres, dans l’incapacité totale d’exprimer leurs raisons d’être essentielles : le partage avec l’Autre, la rencontre, les échanges artistiques dans leur acceptation la plus humaine. Je pense plus particulièrement aux galeristes qui, hormis la mise en œuvre la plus rapide et pertinente possible des échanges via internet, la vidéo et les réseaux sociaux, se sont retrouvés dans l’impossibilité frustrante de ne plus pouvoir présenter le travail de leurs artistes. Une autre conséquence a été moins pointée : HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Patricia Houg

leurs structures n’ont pas toutes été éligibles, et de loin, aux aides mises en place par l’État. Malgré tout ça, les galeristes ont relevé les défis de cette situation de crise et ont su manifester envers et contre tout leur passion et la vitalité de leur engagement pour permettre aux artistes d’être vus par le plus grand nombre. La profession de galeriste subit traditionnellement de multiples clichés très durs et défavorables à tort, ceci par le manque de connaissance du public des véritables fonctions et rôles de ce métier particulier. En effet, le galeriste est découvreur, producteur, soutien, diffuseur, et souvent mécène, car s’il est convaincu par ses choix et la pertinence de collaborations avec tels ou tels jeunes artistes, il lui faut de nombreuses années de soutien et d’investissement pour faire émerger un nouveau talent… L’annulation de ST-ART 2020 digérée, cette édition 2021 est particulière, c’est celle du 25e anniversaire de la manifestation… HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

Il faut quand même se souvenir qu’en 1995, la création de cette foire d’art contemporain « en province » paraissait comme un pari audacieux et improbable, en tout cas quasi impossible à tenir dans la durée. Vingt-cinq ans plus tard, ST-ART, animé par la même passion que je relevais pour les galeristes, a su à l’évidence et malgré les a priori, s’ancrer dans le calendrier des rendez-vous nationaux de l’art contemporain… Cette année encore, la manifestation poursuit son chemin et son engagement pour la création contemporaine et les galeries d’art. Elle réunit soixante exposants, un bon chiffre dans le contexte de la reprise des activités des galeristes, offrant au public de collectionneurs, institutionnels, professionnels et amateurs, un panorama complet de la création artistique contemporaine. Cette édition anniversaire proposera aux visiteurs un programme différent et renouvelé avec une grande exposition et un cycle de conférence permettant d’aborder les questions liées à l’art, à la collection,

« IL FAUT DE NOMBREUSES ANNÉES DE SOUTIEN ET D’INVESTISSEMENT AU GALERISTE POUR FAIRE ÉMERGER UN NOUVEAU TALENT… »

a ENTRETI E N

21


Sur le plateau Facebook Live, de gauche à droite : Henri-François Debailleux, journaliste et critique d’art, Jean-Luc Fournier (Or Norme), Patricia Houg & Serge Hartmann (DNA)

22

a ENTRETIEN

à la conservation, toutes animées par des professionnels. Avec 33% de nouveaux exposants et 21% de galeries internationales pour huit pays représentés – Allemagne, Belgique, Corée du Sud, Espagne, France, Italie, Pays-Bas – ST-ART 2021 sera à la hauteur de son quart de siècle d’existence. Il y a une preuve indubitable de son dynamisme et de son esprit d’initiative en cette année particulière : ST-ART a su œuvrer aux côtés de ses exposants en renforçant la communication digitale de l’événement, permettant aux galeristes déjà engagés de bénéficier d’une visibilité maximale. Entre mars et octobre derniers, trois émissions en direct via Facebook live ont permis de maintenir le contact. Elles ont été énormément suivies… Lors du premier plateau en direct le 11 mai dernier, j’ai eu l’occasion de rappeler qu’en 25 ans, ST-ART avait présenté, découvert et promu plus de 600 artistes par an. La Foire a en outre proposé des expositions d’exception, de la Maison

Européenne de la Photographie au Museo Picasso Barcelona, elle s’est récemment ouverte au design avec une exposition autour de l’assise. Henri-François Debailleux a également rappelé lors de cette même émission ce qu’il écrivait en 2017 : « Et de même qu’en football il y a toujours eu des clubs formateurs, il y a en art des galeries découvreuses, des galeries laboratoires, des galeries tremplins, des galeries qui proposent et promeuvent des artistes jeunes ou émergents. Des galeries qui, elles aussi ont besoin de foires, qui font un travail essentiel, un travail de fond (…) L’art et le marché sont deux choses bien distinctes qui de temps en temps peuvent se croiser. Encore faut-il un point de rencontre. ST-ART en est devenu un. » Personnellement, je ne connais pas de meilleure description de ce qu’est fondamentalement ST-ART dans le paysage des événements d’art contemporain en France. HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


« LE MONDE CHANGE ! LES PRÉOCCUPATIONS CLIMATIQUES, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, L’ÉCOLOGIE SONT AU CŒUR DU DÉBAT PUBLIC. » Déjà prévue au programme de l’édition de l’an passé malheureusement annulée, l’exposition centrale nommée Futuræ place délibérément l’événement sous le signe de l’écologie… Oui, cette exposition réunit six artistes, Vaughn Bell, Jérémy Gobé, Ha Cha Youn, Clay Apenouvon, Luc Lapayre et Ryo Tomo dont le travail questionne résolument les enjeux écologiques. Le monde change ! Les préoccupations climatiques, le développement durable, l’écologie, sont au cœur du débat public. Ce débat, les artistes s’en emparent déjà depuis plusieurs années. Le réchauffement climatique est au cœur de leur travail. L’espace dédié à cette exposition, composée d’installations, d’œuvres de grandes dimensions, questionnera la définition même de l’artiste et le rôle social de l’œuvre d’art comme engagement esthétique, culturel, éthique… Futuræ sera complétée par l’exposition Il n’y a pas de planète B présentée sur son stand par la Région Grand Est, qui HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

a accordé son soutien au titre de l’aide à la création pour les artistes qu’elle présente… Et puis, à l’occasion de cette nouvelle édition du salon ST-ART, la galerie l’Estampe, en collaboration avec les éditions Rémy Bucciali, présentera, au sein d’un espace qui lui sera dédié, un hommage à Raymond Waydelich. Ce sera un événement dans l’événement, non ? Absolument. Cet artiste singulier, dont le travail revêt une multitude de langages, est aujourd’hui l’artiste alsacien vivant le plus populaire en France, et sa renommée dépasse largement nos frontières. Son œuvre est une méticuleuse et fantaisiste méditation plastique, à la fois mélancolique et pleine d’humour, sur le temps et la mémoire… Je suis certaine que tous nos publics, les collectionneurs comme les visiteurs plus traditionnels vont apprécier la mise en valeur de l’œuvre de Raymond Waydelich par la vingt-cinquième édition de ST-ART… » a a ENTRETI E N

23


a E XP OS I T IONS Jean-Luc Fournier

Saad Alami, Jérémy Gobé, Luc Lapraye, Ryo Tomo & DR

FUTURÆ : LES EXPOSANTS ET LES ARTISTES DE ST-ART VIVENT AVEC LEUR TEMPS…

ST-ART 2021 souligne les efforts de ses exposants et de leurs artistes pour comprendre les grandes thématiques d’aujourd’hui. Après une édition 2019 tournée vers le design, les questions environnementales sont au cœur de l’événement Futuræ et parsèment les œuvres présentées par l’exposition Il n’y a pas de planète B sur le stand de la Région Grand Est.

i l’environnement s’est imposé comme un sujet crucial, et encore plus après la récente période de confinement et le constat alarmant de l’état de notre planète à l’ère de la mondialisation, il est devenu également une priorité pour les artistes. « Dans notre espace baptisé Futuræ et dédié aux installations ou œuvres de grandes dimensions, nous avons décidé pour 2021 de montrer les propositions de six artistes internationaux sur le thème « Le monde change », rappelle Patricia Houg. La directrice artistique de ST-ART a donc invité des artistes pour lesquels le réchauffement climatique est au cœur de

S

24

a CU LT U R E

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Ryo Tomo, La constellation de la daurade

leur travail. L’espace dédié à cette exposition, composée d’installations, d’œuvres de grandes dimensions, questionnera la définition même de l’artiste et le rôle social de l’œuvre d’art comme engagement esthétique, culturel, éthique. Il s’agit bel et bien de voir comment les artistes s’emparent des questions liées aux changements climatiques et abordent l’écologie et le développement durable. « La situation, liée à l’épidémie de Covid-19, a renforcé nos pensées sur la catastrophe climatique et écologique que la planète est en train de vivre », expliquent Heather Ackroyd et Dan Harvey, deux artistes qui traHORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

« NOUS SOMMES SÛRS QUE NOS STYLES ACTUELS DE VIE NE PEUVENT PLUS CONTINUER ET QUE, SI NOUS VOULONS SURVIVRE, IL FAUT LES CHANGER. » Heather Ackroyd et Dan Harvey, artistes

vaillent depuis longtemps déjà sur ce sujet. « Nous sommes sûrs que nos styles actuels de vie ne peuvent plus continuer et que, si nous voulons survivre, il faut les changer. Ces modifications semblaient quasiment impossibles dans la courte fenêtre de temps dont nous disposions pour lutter contre le changement climatique. Pourtant, lors du confinement, beaucoup de changements sont devenus réalité. La question est de savoir comment éduquer les populations et les politiciens, qui doivent prendre conscience de cette extrême urgence et la considérer avec autant de sérieux que les crises liées au Covid-19. a CULT U R E

25


Le monde est différent maintenant ». Après avoir participé à la Cop 26 de Glasgow début novembre, le duo d’artistes britanniques pense présenter à ST-ART un portrait en herbes basé sur la photosynthèse végétale ainsi que deux images en noir et blanc, réalisées suivant la même méthode puis photographiées.

« OUH LÀ LÀ, IL VA FAIRE TRÈS CHAUD ! »

Au dessus : Jérémy Cobé, Corail Artefact

26

a CU LT U R E

En dessous : Luc Lapraye, Ouh là là, il va faire très chaud !

Dans ses sculptures comme Ouh là là, il va faire très chaud, où onze chaises s’enfoncent peu à peu dans la mer, Luc Lapraye parle, lui aussi, du réchauffement de la planète et de l’augmentation menaçante du niveau de l’eau. Ses œuvres, réalisées à partir de matériaux de récupération, passionnent le public car celui-ci s’intéresse de plus en plus au recyclage et donc à la diminution de l’impact carbone. Le Togolais Clay Apenouvon, de son côté, va exposer une installation de sa série Film Noir, où le plastique joue un rôle important. « Le plastique est intrinsèquement lié à notre monde

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


consumériste actuel, où l’artificiel vient envahir le naturel jusqu’à l’étouffement de celui-ci », explique l’artiste qui a commencé dès 2010 ses recherches sur les questions de l’environnement et de sa pollution par le tout plastique. Ce travail a inspiré des mouvements citoyens tels que Plastic Attack (anti-plastique), qui continuent à se développer aux quatre coins du monde. « L’une des missions de l’art est de donner à voir certains points de vue des réalités dans lesquelles nous vivons sans forcément en être conscients » résume Patricia Houg. Au cœur de ST-ART 2021, Futuræ présente les œuvres de Vaughn Bell, Jérémy Gobé, Clay Apenouvon, Ha Cha Youn, Luc Lapayre et du strasbourgeois Ryo Tomo, fondateur de Strasbourg Art Photography. a

À gauche : Julie Faure-Brac, Chasse à l’envers (extrait de l’installation), 2017

Ci-dessous : Clay Apenouvon, Material insanity au Macaal


François Génot, We are all Lichens, 2020

IL N’Y A PAS DE PLANÈTE B

28

a CU LT U R E

as en reste, la Région Grand Est a confié à Vincent Verlé le soin de réunir sur son stand les œuvres de Guillaume Barth, Stefania Crisan, Julie Faure-Brac, Vanessa Gandar, Delphine Gatinois, François Génot et Émilie Vialet, sept artistes qui ont tous reçu le soutien de la Région au titre de l’aide à la création.

P

Il n’y pas de planète B affirme avec force le titre de cette expo que quelques mots extraits de La Vie des plantes du philosophe Emanuele Coccia résument bien : « L’espace dans lequel nous vivons n’est pas un simple contenant auquel nous devrions nous adapter. Sa forme et son existence sont inséparables des formes de vie qu’il héberge et qu’il rend possibles. L’air que nous respirons, la nature du sol, les lignes de la surface terrestre, les formes qui se dessinent dans le ciel, la couleur de tout ce qui nous entoure sont les effets immédiats de la vie, dans le même sens et avec la même intensité qu’ils en sont les principes ». Les œuvres de ces sept artistes sont à découvrir sur le stand de la Région Grand Est. a HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Studio TV LIVE Streaming Restez en lien avec votre audience Organisez vos événements digitaux en direct du Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg !

Contact : Service Commercial Tél. 03 88 37 67 52

strasbourg-events.com


R.E. Waydelich La truculence et l’humour en cinquante ans de carrière

a P ORTFOLIO

30

a P ORT FOLIO

À l’occasion de la 25e édition de ST-ART, la galerie l’Estampe, en collaboration avec les Éditions Rémy Bucciali, présente, au sein d’un espace qui lui sera dédié, un hommage à R.E. Waydelich. Cet artiste singulier, dont le travail revêt une multitude de langages, est aujourd’hui l’artiste alsacien vivant le plus populaire en France, et dont la renommée dépasse largement nos frontières. Son œuvre, peuplée de créatures fantasmagoriques, est d’une truculence, d’un humour et d’une poésie insolites. Passionné d’archéologie, il s’en est inspiré pour développer son « archéologie du futur » : il assemble, peint et conserve les choses, telles que le monde et l’environnement apparaissent à différentes époques. Collectionneur infatigable d’objets et de photos, R.E. Waydelich s’est construit une œuvre protéiforme, qui mêle collages, assemblages, installations. C’est une méticuleuse et fantaisiste méditation plastique, à la fois mélancolique et pleine d’humour, sur le temps et la mémoire. Les œuvres présentées dans l’exposition proviennent de la collection particulière de l’artiste, ainsi que des Éditions de l’Estampe et de Rémy Bucciali.


a P ORTFOLIO

31


32

a P ORT FOLIO


À gauche : Sans titre – sculpture Ci-dessus : Le chien – bronze – installation – Avec l’aimable autorisation de la galerie L’Estampe – 2020 a P ORTFOLIO

33


Ci-dessus : La nuit du crocodile – aquagravure originale – 2012 – Avec l’aimable autorisation de la galerie L’Estampe – 2020 À droite : Composition – techniques mixtes

34

a P ORT FOLIO


a P ORTFOLIO

35


36

a P ORT FOLIO


À gauche : Kreta – aquarelle Ci-dessus : Le Rheims – aquagravure sur papier fait main – 54 x 73 cm a P ORTFOLIO

37


a CR I TIQUE D’ART

x u e l l i a b e D s i o ç n a r F i r n e H

Véronique Leblanc

DR

e r i o f a l e d e c n a i « L’amb n i a r o p m e t n o c t  » é d’ar u q n a m i s s u a nous a Fidèle de ST-ART depuis longtemps, il est toujours instructif d’écouter l’opinion de cet authentique amoureux et très fin connaisseur de l’art contemporain. D’autant plus après ce long sevrage, dû à la crise sanitaire… «

e n’était pas Byzance, mais les galeries ont réussi à travailler durant la crise sanitaire », constate le journaliste, critique d’art et commissaire d’expositions Henri-François Debailleux. Hors des périodes de confinement très strict, il était encore possible de s’y rendre et les ventes ont pu se poursuivre, parfois par téléphone. Un bémol cependant, l’absence de foires et de salons a « beaucoup pénalisé » celles dont une partie importante du chiffre d’affaires se fait dans ce cadre. Leur réouverture et celle pleine et entière des galeries est donc un soulagement. « C’est en tout cas ce que je ressens à titre personnel », confie notre interlocuteur qui avoue « avoir eu des fourmis dans les jambes et dans les yeux » à la perspective de revoir enfin « des œuvres accrochées aux murs », de « retrouver les ambiances, les amis et les relations professionnelles dans un lieu fait pour ça ».

C

par les collectionneurs. Nous sommes tous des malades au meilleur sens du terme, des biens atteints, de vrais addicts qui avons traversé une longue et douloureuse frustration ». Usant malicieusement de la métaphore, HenriFrançois Debailleux dit se sentir « comme quelqu’un que l’on aurait affamé, qui voit un buffet ouvert et qui se précipite ». Pour lui, cette nouvelle édition de ST-ART est une joyeuse perspective. « Je crois en cette foire, dit-il. Comme bien d’autres, sa place est fragile, mais si elle reste scrupuleuse sur son identité, elle pourra s’affirmer comme un vrai rendez-vous de l’art contemporain. Qui plus est, un rendez-vous à taille humaine ». a

« JE CROIS EN ST-ART » « Une galerie, une foire ou un salon ce sont des atmosphères », dit-il, « des œuvres, des lieux et des gens. Des gens qui créent les œuvres, d’autres qui les montrent, d’autres encore qui les regardent et qui parfois les achètent ». « Tout cela nous a manqué et je dis “nous” parce que je pense que le sentiment est largement partagé

38

a CR I T IQU E

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Le LÉONOR se dévoile… OUVERTURE DE L’HÔTEL LE 25 NOVEMBRE DU BAR, PÂTISSERIE, RESTAURANT LE 3 DÉCEMBRE

Découvrez un univers inspirant, semi urbain, ouvert sur la ville ; un hôtel et lieu de vie au cœur de Strasbourg designé par l’architecte Jean-Philippe NUEL où dialoguent patrimoine et modernité. Le LÉONOR devient le lieu de rendez-vous incontournable avec sa magnifique cour terrasse pour vos moments épicuriens, vos réunions de travail… autour de la table strasbourgeoise de Nicolas Stamm et Serge Schaal notamment.

11 rue de la nuée bleue, F-67000 Strasbourg accueil@leonor-hotel.com - +33 3 90 41 75 41 www.leonor-hotel.com


a S É L E CTION Véronique Leblanc

Alban Hefti – DR

COMITÉ DE SÉLECTION UNE PERPÉTUELLE EXIGENCE DE QUALITÉ, DE COHÉRENCE ET D’OUVERTURE DU REGARD Comme toute foire d’art contemporain, ST-ART se prépare bien en amont et s’appuie tant sur la direction artistique assurée par Patricia Houg que sur les compétences d’un comité de sélection chargé d’examiner les candidatures des galeries pour confronter leurs points de vue et s’entendre sur le choix final…

40

a C OM I T É DE SÉ LE CT ION

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Rémy Bucciali

our cette édition 2021, ce comité se compose de trois experts en art contemporain : les galeristes Georges-Michel Kahn et Steven Riff ainsi que l’éditeur d’art colmarien Rémy Bucciali.

P

« Notre très bonne connaissance du milieu, du métier et des artistes est un atout », confie Rémy Bucciali. Ce que confirme Georges-Michel Kahn qui insiste pour sa part sur l’importance de « croiser les opinions ». « Chacun d’entre nous réagit par un “oui”, un “non” ou un “peutêtre” aux dossiers que nous recevons et c’est sur les “peut-être” que porte essentiellement la réunion finale. On sait ce qu’il faut éviter et ce vers quoi on veut aller. »

« NOTRE TRÈS BONNE CONNAISSANCE DU MILIEU, DU MÉTIER ET DES ARTISTES EST UN ATOUT. » Rémy Bucciali

Constitués des programmes des galeries à l’année et sur la Foire, ces dossiers leur ont été envoyés en deux temps. Le principal critère qui a été pris en compte est bien sûr que ST-ART est une Foire HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

a COMI TÉ DE SÉLECT ION

41


« DANS NOTRE SÉLECTION, NOUS AVONS VOULU TANT UNE COHÉRENCE QUE LA POSSIBILITÉ D’ÉLARGIR LE REGARD. » Georges-Michel Kahn (ci-contre)

importante qui affiche une volonté de renouvellement qualitatif auquel ils voulaient participer en toute transparence.

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE COLLECTIONNEURS De retour de Dijon et Bruxelles, Rémy Bucciali confirme « une grande attente du public, une envie de revoir des œuvres, de retrouver une ambiance, d’échanger avec des artistes ». Ce public se renouvelle, note Steven Riff en se référant à ST-ART 2019 « où l’on a rencontré une nouvelle génération de collectionneurs âgés entre 35 et 50 ans. Le Street-Art leur a peut-être servi de porte d’entrée, ils ont un rapport plus direct à l’art et ST-ART peut leur correspondre en leur permettant d’aller vers des œuvres plus pointues ». « Dans notre sélection, nous avons voulu tant une cohérence que la possibilité

42

a C OM I T É DE SÉ LE CT ION

d’élargir le regard » résume GeorgesMichel Kahn qui note le retour de galeries ayant participé aux éditions précédentes « auxquelles on a pu demander de présenter autre chose que des artistes déjà montrés, ainsi que l’attention portée au positionnement de chaque galerie candidate sur le marché français et international ». Un axe confirmé par Rémy Bucciali qui relève une volonté de « plutôt privilégier les artistes vivants, quel que soit leur âge ». Tous trois évoquent « une expérience exigeante, mais enrichissante » qu’ils compléteront, une fois la foire ouverte, par un tour des stands où ils vérifieront que les artistes sélectionnés sont bien là et que les galeries ont respecté leurs engagements. « Une étape indispensable qui nourrira nos réflexions pour les prochaines éditions », signale Georges-Michel Kahn. HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Steven Riff et Marie Munhoven

« Une foire ce n’est pas qu’une succession d’espaces délimités par trois murs auxquels on accroche des œuvres », dit Steven Riff. « C’est le lieu de propositions artistiques qui mettent en avant un artiste ou un groupe d’artistes avec à chaque fois, un vrai sujet. Les galeristes y rencontrent cent fois plus de visiteurs qu’en une année. Il faut voir les stands comme des manifestes, des espaces qui méritent d’être pensés. Pour les collectionneurs, les foires sont des respirations ».

« STRASBOURG EST TELLEMENT BIEN PLACÉE AU NIVEAU EUROPÉEN QUE SA FOIRE PEUT FAIRE BOUGER LES LIGNES. » Steven Riff

ST-ART PEUT FAIRE BOUGER LES LIGNES Tous trois croient en l’importance de ST-ART « qui compte parmi les plus anciennes foires de Province » rappelle Rémy Bucciali. « Strasbourg est tellement bien placée au niveau européen que sa foire peut faire bouger les lignes », conclut Steven Riff. « Et ce, d’autant plus, que la place de la France sur le marché de l’art se renforce au niveau international. » HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

Fruit d’une sélection aussi experte qu’exigeante supervisée par la directrice artistique qui détient la décision finale, l’édition 2021 de ST-ART se veut qualitative et aussi large que possible. Peintures, sculptures, mais aussi photographies et édition d’objets d’artistes n’attendent plus que votre visite. a a COMI TÉ DE SÉLECT ION

43


a PR IX D ’A RT V I L L E DE STRA S B OURG Jean-LuC Fournier

DR

LE PRIX ART DE LA VILLE DE STRASBOURG Depuis 2016, la Ville de Strasbourg décerne son prix artistique parmi l’ensemble des artistes présentés par les galeristes. Une belle distinction pour les artistes, obtenue après une première étape qui désigne les nominés avant la sélection finale par le jury…

ON Z I R O ’H ATS D É R R U U A L TO PETIT ÉCÉDENTS R DES P haque année, le Prix Art de la Ville de Strasbourg fait émerger entre six et dix artistes nominés parmi tous ceux présentés par les galeristes de ST-ART. Mais seul l’un d’entre eux se verra attribuer le prix artistique final. a

C

44

a CU LT U R E

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


2016 Laurent Impeduglia

Né en 1974 à Liège, Belgique. Culture pop, alchimie, comics, Laurent Impeduglia porte bien son nom : Impeduglia signifie s’emmêler les pinceaux en sicilien ! Rétif à toutes les écuries, le peintre, le dessinateur, le bédéiste de Mycose s’aventure sur un début de carrière internationale. Il expose à Berlin, San Francisco, Paris, New York, Tokyo…

Master of the dunjeon, 2016, huile sur toile, 140x200 cm Galerie Kaiser HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

a CULT U R E

45


2017 Jean-Marc Lacaze Gilet Première Classe, 2017, Technique mixte Galerie Aedaen

46

a CU LT U R E

Né en 1977 à Perpignan, il vit et travaille à La Réunion. Artiste « protéiforme », il ne donne pas de limites stylistiques et formelles à ses expériences et rencontres. Il utilise différents médias en fonction de son désir de langage et de sensation plastique. D’un esprit expressionniste, ironique et coloré, il prend soin d’enrichir son regard critique et enjoué sur ce qui l’entoure, quotidiennement, au jour le jour. Dans un doute récurrent et nécessaire, il œuvre pour trouver une simplicité vitale. L’humour via la dérision confrontée à la gravité est un des moteurs bigarrés de son travail…

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


2018 Joris Tissot Les épaules de ma mère, 2018 Galerie Christophe Tailleur

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

Né en 1991 dans le Jura, il se forme en histoire de l’art et d’archéologie à l’Université de Strasbourg. Initié dès le plus jeune âge au dessin, Joris a toujours eu un attrait pour l’histoire de la Renaissance et un fort intérêt pour les techniques utilisées durant cette époque. Fasciné par le trait, il a beaucoup travaillé la gravure, mais la technique qui s’est révélé être son médium premier est le dessin au stylo bille. C’est dans une réappropriation de l’art classique que l’artiste livre une vision simple, basique, de ce que le dessin est à l’art. Dessin comme miroir à idées, l’artiste se livre sur ses

pensées, ses visions, sans filtres, avec humilité, naturel et authenticité : dénoncer l’hypocrisie et les tabous autour de certaines actualités, l’intimité, notamment à travers la sexualité des jeunes, la maltraitance, la religion, etc. C’est avec une grande liberté et audace qu’il nous interpelle sur le fond, au travers de ses dessins sur les thèmes majeurs de notre société contemporaine. Le paradoxe est que sur la forme il nous les représente d’une manière très sobre, douce, calme et classique, avec une maîtrise du dessin exceptionnelle, qui nous interpelle, et provoque une émotion immédiate…

a CULT U R E

47


2019 Bonoure & Genevaux Cut Folding, Spline, 2019. Galerie Decorde

Guillaume Bounoure est né à Lyon en 1978 et Chloé Genevaux à Strasbourg en 1984. Ils se rencontrent en 2005 sur le site d’architecture expérimentale de Cantercel. Ils commencent à plier la matière en 2006, réalisant des sculptures et petites constructions, pratique qu’ils continuent jusqu’à ce jour et qui a transformé radicalement leur perception du monde. Ils ont étudié l’architecture à Montpellier et Lünd pour Guillaume, Strasbourg et Innsbruck pour Chloé, qui a terminé

48

a CU LT U R E

par un doctorat sur le thème de la géométrie du pli à Paris-Malaquais. Après leurs études, le pli leur fournit les moyens de combiner leur travail d’architecte avec des voyages et expositions en Europe (notamment sous le nom du collectif Archiwaste). Dans leur travail, on note clairement le contraste entre la technique, le contrôle et la discipline propre à l’architecture et l’immédiateté, l’expérience, l’intuition induite par le pli. Explorateurs infatigables,

Guillaume Bounoure et Chloé Genevaux ont fondé l’atelier BOU-GE en 2015, spécialisé dans le pli. Ils ont travaillé trois années dans le monde de la R&D et du Design, collaborant notamment avec Airbus et écrit des livres parus aux éditions Gallimard Alternatives, dont Un nouvel Art du pli. En 2018, après leur première exposition solo à Perpignan, ils ont décidé de se consacrer exclusivement à leur carrière d’artistes : sculptures, et installations sont le fruit d’un travail systématique sur le pli. HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


lieu de vie et de rencontres un bar, une brasserie, une pizzeria, une galerie d’art, & plus encore ...

à vous de découvrir tous les secrets de l’aedaen place 1 — 4 — 6 rue des Aveugles, 67000, Strasbourg

contact@aedaen-place.com www.aedaen-place.com

AEDAEN Brasserie

03 9000 9001

AEDAEN Pizzeria

03 8825 0200

Spuntino by AEDAEN

03 8815 0032

Art every day and every night


a CA RT E B L A NCHE À L A VIL L E DE STRAB OU RG Véronique Leblanc

Alban Hefti et Geneviève Engel (Ville de Strasbourg)

GABRIELLE KWIATKOWSKI « UN ARRÊT SUR IMAGE » DE LA CRÉATIVITÉ AU BASTION 14  « Pour sa carte blanche ST-ART 2021 la Ville de Strasbourg a choisi de mettre au défi ce drôle de temps que nous avons traversé », dit Gabrielle Kwiatkowki, responsable du département des arts visuels, de l’illustration et du livre, « cette “folie devenue ordinaire” des confinements, déconfinements et reconfinements ». Un temps « très spécial » qui a frappé de plein fouet les artistes du « Bastion 14 – Ateliers ouverts » avec lesquels elle échange régulièrement.

Ci-dessus: Le Bastion 14 À droite : Gabrielle Kwiatkowski

50

a CA RT E B LA NCH E

nstallé derrière la gare, dans une ancienne construction militaire faisant partie des fortifications de 1870, le Bastion 14 accueille, depuis sa réouverture en 2003, 21 ateliers de travail réservés aux artistes professionnels des arts visuels. En presque vingt ans, plus de 220 plasticiens s’y sont succédé, une quarantaine y est actuellement accueillie. « Dès le premier confinement, au printemps 2020, les artistes m’ont confié leurs difficultés à travailler, à diffuser leur travail et surtout à exercer des activités telles que médiation ou atelier qui leur permettent de s’assurer un minimum de revenus. La période a été difficile pour eux y compris dans leurs relations avec un public tout autant confiné ». Afin de rompre cette spirale d’enfermement, la Ville de Strasbourg a voulu « leur donner la possibilité de profiter de la visibilité offerte par la foire » tout en proposant sur son stand « un arrêt sur image » de la créativité du Bastion 14.

I

UN PANORAMA D’ARTISTES ÉMERGENTS Trente-trois artistes y présenteront chacun une œuvre réalisée pendant cette période du confinement. Trente-trois proposi-

tions – « pas mal de peinture, alors que certains avaient redouté la disparition de ce médium » – du dessin, des installations, de la sculpture, des vidéos… Tous ces univers, accompagnés de très beaux portraits des artistes signés par le photographe Christophe Urbain, sont présentés par ailleurs sur le site de la Ville de Strasbourg. « L’exposition mettra en lumière l’éventail incroyable des pratiques mises en œuvre par ces artistes émergents vivant, pour la plupart, à Strasbourg », souligne Gabrielle Kwiatkowski. « Seuls les scénographes n’ont pas été sollicités, car la diffusion de leur travail privilégie d’autres formes que celles d’un espace d’exposition, une autre temporalité aussi ». À l’une ou l’autre exception près, tous les autres artistes ont répondu présents et restituent, dans le kaléidoscope de leurs propositions, l’esprit du Bastion 14. Un esprit pétri de l’énergie de la création, envers et contre les affres du temps si particulier que nous traversons. a 14 s du Bastion rir les artiste Pour découv -ART, rendez-vous ST présents sur ville de Strasbourg : la sur le site de n 14 rg.eu / bastio www.strasbou HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

a CARTE BLANCH E

51



a P OL I T IQUES CULTUREL L ES Véronique Leblanc

Nicolas Roses

CULTURE NIER LE CARACTÈRE « ESSENTIEL » DU MONDE DE LA CULTURE A ÉTÉ UN TRAUMATISME… Que ce soit par le maintien des aides aux artistes et aux structures ou la mise en place de fonds spéciaux, les collectivités municipale et régionale n’ont pas abandonné le monde de la culture aux affres de la crise sanitaire. Dans le cadre de leurs prérogatives respectives, elles ont aussi mis en œuvre des actions spécifiques détaillées ici par Arnaud Robinet, vice-président de la Région Grand Est et responsable de l’attractivité, du tourisme et de la culture et Anne Mistler, adjointe à la maire de Strasbourg en charge des arts et des cultures.

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

ous deux évoquent une vraie souffrance des artistes et autres acteurs du secteur confrontés à la pandémie et aux mesures qu’elle a déclenchées. Ceux-ci ont affronté la situation de manière personnelle – avec les vertiges que nous avons tous éprouvés – et professionnelle. Dans un contexte mouvant de confinements à géométrie variable en déconfinements, rimant avec masque et ensuite pass sanitaire, le lien avec le public a été lourdement éprouvé, mais jamais totalement rompu. Les collectivités se sont employées à contribuer à le maintenir tout comme elles ont tenu à soutenir la création. La crise n’est cependant pas encore derrière nous, rappellent les élus. Il faut rester vigilants tant d’un point de vue sanitaire qu’au regard de l’évolution des comportements d’un public encore frileux. Plus que jamais le monde de la culture a besoin que l’on reconnaisse son caractère « essentiel ». Le nier a été un vrai traumatisme pour tous les acteurs du secteur, insistent-ils. a

T

a CULT U R E

53


a P OL I T IQUE S CULTUREL L ES Véronique Leblanc

Dossmann / Région Grand Est

ARNAUD ROBINET « UNE REPRISE RÉELLE, MAIS ENCORE INCERTAINE SUR L’ENSEMBLE DE LA RÉGION GRAND EST » Arnaud Robinet

«

rès touché par la crise sanitaire, mais de manière hétérogène en fonction de la taille des structures, le secteur de la culture concerne 35 000 emplois sur l’ensemble de la Région Grand Est » tient à préciser d’emblée Arnaud Robinet, vice-président de Région en charge de l’attractivité, du tourisme et de la culture. « Au niveau national, il a été le deuxième secteur le plus impacté avec une baisse de 25% en 2020 par rapport à 2019, mais il a comme atout sa capacité d’innovation aux bouleversements du numérique et aux nouvelles pratiques ». Dans le domaine du Livre, la Région a soutenu les librairies avec une aide d’urgence de 150 000 euros accompagnés d’un porte-monnaie Jeun’est offrant des réductions aux 15-29 ans inscrits sur la plate-forme. « Pour les auteurs et les éditeurs qui ont beaucoup souffert de l’absence de festivals et de salons, ajoute l’élu, nous avons soutenu la publication de Livres invisibles dont l’édition avait été empêchée par la crise ». En ce qui concerne le secteur de l’Image, « la montée en puissance des plateformes s’est accompagnée d’une perte de fréquentation dramatique (-65%) des cinémas jointe à un embouteillage des sorties de films. Pour y faire face, la Région a

T

54

a CU LT U R E

instauré plusieurs dispositifs de soutien tels que Ma place à un euro, des séances en plein air… et elle met actuellement en place une Foncière de cinéma soutenue par la Banque des territoires. Le but est d’accompagner les salles qui doivent investir et d’accompagner la réalisation et la diffusion de films ».

APPÉTENCE DU PUBLIC POUR LES MANIFESTATIONS BIEN IDENTIFIÉES Deux autres innovations en matière de modèle économique sont également pointées par Arnaud Robinet. D’abord, la création d’une SEM-IMAGE (société d’économie mixte) inscrite dans le Business Act, vaste plan de relance de la Région. « Il s’agira d’un fonds régional de coproduction visuelle ou cinématographique qui prolongera l’action déjà mise en place dans les studios de tournage professionnels installés sur l’ancienne base aérienne 112 à Reims ». Ensuite, la perspective de CINEURO, structure destinée à « fédérer les forces vives sur l’ensemble des territoires frontaliers du Grand Est en s’inscrivant dans une perspective transfrontalière ».

Le secteur du Patrimoine acte quant à lui une reprise de la fréquentation des musées, excellente en ce qui concerne le Centre Pompidou de Metz par exemple, mais ce retour des visiteurs n’empêche pas « certains d’entre eux – essentiellement privés – de souffrir d’une situation financière inquiétante ». « De manière générale, les comportements ont changé », note Arnaud Robinet. « Le public privilégie les expositions temporaires et les spectacles bien identifiés. Le pass sanitaire ou la crainte des espaces clos peuvent être un frein, l’engagement par abonnement se restreint et l’ensemble du monde de la culture souffre d’un effet ciseau lié à l’embouteillage des spectacles et expositions reportés ». Pour Arnaud Robinet, l’édition 2021 de ST-ART est un « signal fort » dont il se réjouit dans le contexte d’une reprise des activités culturelles « réelle, mais encore incertaine ». La Région Grand Est s’y est activement impliquée tant par un soutien à la création lié à l’exposition Futuræ l’artiste questionne le monde que par la présentation d’une exposition sur son stand. Intitulée Il n’y a pas de planète B, elle rassemble des œuvres qui, toutes, questionnent la surexploitation de la terre par l’homme. a HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


GRIP

MODÈLE

RANNA

2.0

R-ONE

// R - O N E G R I P 2 . 0

MODÈLE

RANNA

// R - O N E G R I P 2 . 0

2.0

R-ONE

GRIP

ranna.fr


a P OL I T IQUE S CULTUREL L ES Véronique Leblanc

Marc Swierkowski

ANNE MISTLER «CONTINUER À DONNER UN SENS À LA VIE » a crise sanitaire traversée depuis le printemps 2020 a fortement déstabilisé le monde de la culture. « Pour les artistes, elle a été très difficile, confirme Anne Mistler, adjointe à la maire de Strasbourg en charge des arts et des cultures, elle a même été très dure pour ceux qui ne disposaient pas d’un statut au sein d’institutions ». La Ville a réagi dès le début avec la mise en place d’un Fonds exceptionnel à destination de ce secteur complété d’un Fonds de soutien à la reprise décidé à l’automne dernier. « Nous nous sommes aussi mobilisés pour permettre des actions culturelles dans l’espace public. Trois cents événements gratuits se sont tenus cet été pour soutenir les artistes et ne pas perdre le contact avec le public. » La « notion de retrouvailles » était essentielle à ses yeux. Il fallait raviver le lien, tant au niveau du spectacle vivant que pour les musées pour lesquels réouverture a rimé avec gratuité. Qu’en a-t-il été pour les plasticiens ? « Là encore la Ville a répondu présente. Nous avons maintenu l’aide aux artistes du Bastion 14 (lire la Carte blanche de la Ville de Strasbourg sur ST-ART, page 50) et nous avons soutenu les activités de La Virgule, nouveau lieu de création coopérative et artistique installé sur le site de la COOP dans le quartier des Deux Rives. » Face à l’impossibilité de manifestations en lieu clos, la Ville a accompagné le collectif Central Vapeur pour l’organisation des Rencontres de l’illustration dans l’espace public, « ce qui a donné un nouvel impact à l’événement », relève Anne Mistler.

L

Anne Mistler

LA CULTURE EST « ESSENTIELLE » Espace public qui a également été proposé à la Haute École des Arts du Rhin

56

a CU LT U R E

pour la présentation des réalisations des étudiants en fin de cursus. « Nous avons aussi voulu donner une plus grande visibilité aux artistes femmes » souligne-t-elle, « par le biais de commandes artistiques déployées sur le réseau de communication de la Ville et, au tournant de l’été et de l’automne, en confiant à certaines la mise en images de plusieurs bus ». Pour garder le lien avec les acteurs du secteur, des rencontres, parfois en visio, ont été organisées – « y compris avec quelques galeristes pour savoir comment ces premiers promoteurs d’artistes traversaient cette période » – et avec les libraires pour lesquels l’ensemble des collectivités se sont mobilisées en faveur de la réouverture de leurs enseignes. « À la reprise, nous avons pu observer un enthousiasme manifeste dès Les Bibliothèques idéales et le festival Musica » constate, ravie, Anne Mistler. La fréquentation des salles de spectacles et des musées est bonne, voire très bonne, mais il faut noter des variables. Les expositions sont prisées alors que les collections permanentes connaissent une baisse de fréquentation, par exemple… » La pandémie n’étant pas encore derrière nous, « il faut cependant rester attentifs et prudents », précise-t-elle en insistant sur les gestes barrière et le pass sanitaire. Tout doit être fait pour que les acteurs de la culture puissent continuer à donner sens à la vie. Ils sont « essentiels », il faut le dire et le redire, conclut-elle après avoir constaté combien ils « avaient pris de plein fouet » un discours qui niait cette évidence. Le retour de ST-ART est une « belle nouvelle », précise l’élue. « Tout ce qui peut contribuer au retour de la culture est fondamental. » a HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART



a P ORT R A I T S

GALERISTES L’OPTIMISME EST DE MISE… Trois questions à quelques-uns des plus de soixante galeristes présents à la 25e édition de ST-ART.

Pol Lemétais Galerie Lemétais Quelles sont les principales raisons qui vous ont motivé pour que votre galerie soit présente à ST-ART 2021 ? J’ai un attachement particulier à ST-ART, c’est une des premières foires à laquelle j’ai participé à la création de ma galerie il y a huit ans, c’est devenu un rendez-vous incontournable pour moi. Quels artistes et œuvres avez-vous décidé de présenter sur votre espace ? Un dialogue entre des classiques de l’Art brut comme Carlo Zinelli ou Michel Nedjar, et des artistes singuliers contemporains comme Mina Mond ou Anaïs Eychenne. L’enthousiasme autour de l’art contemporain est-il intact après les conséquences de la pandémie Covid qui a considérablement bouleversé les rendez-vous habituels des professionnels et des collectionneurs ? Il est évident que des choses ont changé, certains collectionneurs ont pris l’habitude d’acheter à distance ou sur rendez-vous particulier. L’avenir nous dira s’ils seront au rendez-vous, et cette édition de ST-ART en particulier… a

Pol Lemétais (à droite)

58

a ENTRETIEN

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Audrey Clerc Galerie Murmure Quelles sont les principales raisons qui vous ont motivé pour que votre galerie soit présente à ST-ART 2021 ? En 1995, alors que j’étais étudiante à Strasbourg, j’étais là pour la première édition de SIAC, le nom des débuts du salon d’art contemporain de Strasbourg. Et j’avais alors des étoiles dans les yeux… Quand j’ai rencontré Patricia Houg et Henri Tchen et que nous avons évoqué la participation de la galerie Murmure au prochain salon ST-ART, j’ai eu un flashback et ces étoiles dans mes yeux étaient toujours aussi scintillantes… L’idée de pouvoir revenir à ST-ART, mais cette fois en tant qu’exposante, m’a grisée… Quels artistes et œuvres avez-vous décidé de présenter sur votre espace ? J’ai voulu présenter neuf artistes : RoseMarie Crespin, Antoni Tàpies, Frédéric Klein, David Daoud, Yolaine Wuest, Louis Stettner, Pierre Muckensturm, Sophie Patry et Rainer Gross. Leurs œuvres sont étonnantes, surprenantes, provocantes, déstabilisantes… et bien plus. Je voulais pouvoir les présenter en dehors des murs de ma galerie, les promouvoir, les proposer à un nouveau public. Une œuvre d’art est aussi l’histoire d’une rencontre, celle d’un artiste avec un amateur d’art et ST-ART permet ces rencontres ! L’enthousiasme autour de l’art contemporain est-il intact après les conséquences de la pandémie Covid qui a considérablement bouleversé les rendez-vous habituels des professionnels et des collectionneurs ? Je n’en doute pas. L’art transcende les tumultes de la vie, transgresse les barrières événementielles, et passe les frontières du temps. Une œuvre d’art fait du bien. Elle apaise, ouvre des horizons, offre parfois des échappées imaginatives. Je rejoins la pensée d’Antoni Tàpies pour qui une œuvre d’art engendre des émotions personnelles et subjectives capables de toucher le spectateur, avec des vertus d’éveil. a

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

Audrey Clerc

a ENTRETI E N

59


a P ORT R A I T S

André Girard Galerie André Girard Quelles sont les principales raisons qui vous ont motivé pour que votre galerie soit présente à ST-ART 2021 ? Les visites de ST-ART en tant que galeriste, m’ont fait prendre conscience en 2019 que je pouvais exposer des artistes. Sa directrice artistique, Patricia Houg, a répondu à mes souhaits de contribuer modestement à la vocation d’un salon d’art. Je suis collectionneur, galeriste et marchand d’art, et cette passion pour l’art, j’aime la partager, c’est une motivation forte et, réaliser une exposition dans un salon, pour moi, c’est une première ! La ligne artistique de la galerie correspond à des œuvres avec lesquelles je peux vivre. Je me sens bien en leur présence. Je peux en parler et partager avis, ressentis et émotions. Quels artistes et œuvres avez-vous décidé de présenter sur votre espace ? Je présente les œuvres de Marie-France Chevalier, avec ses peintures à l’épreuve de la lumière, et ses effets… Jacques Clerc, la sculpture parmi les mots, Georges Ferrato avec l’équilibre et l’harmonie abstraite de ses peintures, Dolet Malalu, la figuration narrative par l’expression picturale de la sapologie et Jean Patrice Rozand avec ses sculptures dans la cohérence de la forme à l’assaut de la lumière.

André Girard

60

a ENTRETIEN

L’enthousiasme autour de l’art contemporain est-il intact après les conséquences de la pandémie Covid qui a considérablement bouleversé les rendez-vous habituels des professionnels et des collectionneurs ? L’art, c’est l’évasion et le voyage dans l’émotion. Je pense qu’il y a maintenant une prise de conscience que l’on peut vivre sans art, mais… tellement moins bien ! Sans artistes il n’y a pas d’art. Il est donc essentiel d’aider les artistes à faire découvrir l’art, le rendre accessible car il est indispensable à la vie heureuse pour beaucoup de gens et ST-ART participe activement à cette découverte. a HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


197.Design, votre intérieur pensé sans limites...


a P ORT R A I T S

Jérémy Martinato Bear Galerie Quelles sont les principales raisons qui vous ont motivé pour que votre galerie soit présente à ST-ART 2021 ? Nous participons à ST-ART depuis 2010. C’est un rendez-vous incontournable pour notre galerie. ST-ART a contribué à notre expansion et notre notoriété depuis le début. Il est donc inconcevable pour nous de rater une édition. Quels artistes et œuvres avez-vous décidé de présenter sur votre espace ? Nous avons cette année deux univers sur notre espace : un univers Street et Pop avec RNST, Hersk, Toctoc, Julien Soone, Graffmatt, Nanan et Keymi et un univers plus « sweet » avec le magnifique travail de Kiko (qui rencontre actuellement un énorme succès) et Marie Palazzo. L’enthousiasme autour de l’art contemporain est-il intact après les conséquences de la pandémie Covid qui a considérablement bouleversé les rendez-vous habituels des professionnels et des collectionneurs ? Il s’est même renforcé ! Beaucoup de primo collectionneurs ont franchi le pas lors du premier déconfinement. Le plaisir est le maître mot actuellement pour l’achat d’une œuvre d’art. On se pose moins de questions. On veut se faire du bien, et l’art y contribue fortement. a

Jérémy Martinato

62

a ENTRETIEN

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Sungwon Lee Galerie H.A.N. Sungwon Lee

Quelles sont les principales raisons qui vous ont motivé pour que votre galerie soit présente à ST-ART 2021 ? Strasbourg est une ville très charmante. Il semble que de plus en plus de personnes visitent ST-ART au fil du temps. J’aime tellement la France que je m’y intéresse constamment. Nous avons participé à de nombreuses foires d’art partout dans le monde, mais les Français semblent avoir le plus haut niveau. Quels artistes et œuvres avez-vous décidé de présenter sur votre espace ? La Galerie H.A.N prévoit d’exposer Myungil Lee et Ryung Kal, un duo d’artistes coréens. Myungil Lee est né, a grandi et travaille en Corée et suit toujours son instinct et ses émotions. Ryung Kal est née en Allemagne, mais a étudié en Corée HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

de l’école primaire à ses études universitaires, suivies d’études supérieures aux États-Unis. Sa peinture met activement l’accent sur ses sensations tactiles très sensibles. Bien que les deux artistes soient nés en 1960, les visiteurs pourront apprécier les peintures abstraites émotionnelles multiculturelles qu’ils expriment. L’enthousiasme autour de l’art contemporain est-il intact après les conséquences de la pandémie Covid qui a considérablement bouleversé les rendez-vous habituels des professionnels et des collectionneurs ? Je pense que la passion des collectionneurs professionnels est toujours là. La taille du marché de l’art va devenir de plus en plus grande à l’avenir, je suis confiante… a a ENTRETI E N

63


a A RT & H I STOI RE Jean-Luc Fournier

DR

L’HISTOIRE DES SALONS D’ART UNE VÉRITABLE SAGA ! Si l’édition 2021 de ST-ART permet à la foire strasbourgeoise d’art contemporain de fêter son quart de siècle, l’histoire des salons d’art en France remonte au xviie siècle, à une époque où L’Académie royale de peinture et de sculpture vivait, sans le savoir, ses dernières décennies avant d’être bannie par les révolutionnaires en 1793… institution des salons est intimement liée à la création de l’Académie royale de peinture et de sculpture, la plus ancienne institution d’État chargée en France, de 1648 à 1793, de réguler et d’enseigner la peinture et la sculpture durant l’Ancien Régime. En 1663, c’est l’article 25 des statuts de l’Académie qui prévoyait une « fête de l’Académie au premier samedi de juillet de chaque année » où chacun des « officiers et académiciens était tenu d’apporter quelque morceau de son ouvrage pour servir à décorer le lieu de l’Académie quelques jours seulement ». Après quelques piètres tentatives, le premier « salon » digne de ce nom se tint donc en avril 1667 dans la grande salle et la cour du Palais Brion et fut inauguré par Colbert, en personne.

L’

64

a CU LT U R E

Le salon du Louvre en 1787, gravure de Pietro Antonio Martini.

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Malgré cette première ramure, les académiciens restèrent plutôt circonspects devant l’obligation qui leur était faite d’exposer leurs œuvres. On ne compta que dix expositions jusqu’en 1706. Après un long silence durant l’époque de la Régence, le salon redémarra en 1725 et vit alterner les événements annuels ou bisannuels. En 1733, il connut une innovation notable avec l’apparition du premier catalogue digne de ce nom qui permit de satisfaire une vieille revendication : connaître le nom des participants et pouvoir bénéficier d’une nomenclature précise des œuvres exposées. Cette seconde vague d’expositions eut lieu dans le salon Carré du Louvre et pour partie dans la galerie Apollon. La moyenne des expoHORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

sants oscilla autour de la cinquantaine et celle des œuvres accrochées autour de 250. Une statistique précise fut initiée pour l’année 1773 : 60 exposants (38 peintres, 12 sculpteurs et 10 graveurs) ont présenté cette année-là 479 œuvres (331 peintures, 65 sculptures, 80 gravures et 3 tapisseries). Dès 1746, une commission veillait déjà « à la qualité des ouvrages présentés » : l’ancêtre des actuels jurys ou comités de sélection. En 1672, une concurrence s’installa devant l’académisme royal. On créa cette année-là l’Académie de Saint-Luc issue de l’ancienne Communauté des maîtres peintres et sculpteurs de Paris. La concurrence ne dura que le temps de sept expositions consécutives…

Neuf expositions bisannuelles de l’Académie « royale » se succédèrent sans interruption sous le règne de Louis XVI, de 1775 à 1791. Mais évidemment et entre-temps s’était ouverte la période révolutionnaire. Elle devait tout changer…

LIBERTÉ OU SÉLECTION, L’ÉTERNELLE ALTERNATIVE Le principe des salons ne fut en aucune manière remis en cause par les révolutionnaires de 1789. Mais ils tentèrent un radical changement d’esprit en mettant sur pied dès le 21 août 1791 la première exposition publique et internationale des a CULT U R E

65


« DURANT TOUTES CES ÉPOQUES, LES HISTORIENS D’ART ONT SU Y CAPTER LES DIVERSES ÉMERGENCES DES TENDANCES DE L’ART. »

66

a CU LT U R E

artistes vivants et non plus des seuls membres des corporations d’antan. C’est l’Assemblée nationale fraîchement élue qui en définit les contours « considérant qu’il n’y avait plus pour aucune partie de la Nation ni pour aucun individu aucun privilège, qu’il n’y avait plus ni jurandes ni corporations (…) » décréta que « tous les artistes français ou étrangers, membres ou non de l’Académie de peinture et de sculpture, seraient également admis à exposer leurs œuvres… » Le chaos fut quasi immédiat : 247 artistes, 767 œuvres (dont près de 600 peintures). Dès 1798, on en revint à un choix déterminé par l’examen d’un jury (et 15 membres nommés par le gouvernement). Sous l’Empire, les expositions devinrent bisannuelles et redevinrent annuelles dès 1833, conséquence directe de l’instauration du nouveau régime. L’exposition de 1873 fut ainsi la 100e, celle de 1937 la 150e et tout s’enchaîna pour fabriquer ce qu’on espérait être une longue histoire presque continue…

L’acmé de l’alternance entre période de liberté de participation et plus rigoureux système de sélections fut sans doute atteint en 1824 où 2000 œuvres furent « présentées ». Un jury une nouvelle fois plus sélectif fut institué. On alla même jusqu’à organiser en 1863, sous le règne de Napoléon III, un « Salon des refusés » qui ne fut à l’évidence pas la panacée universelle, Manet et Courbet y voisinant avec une impressionnante kyrielle de « médiocres ». Dans la foulée, on réforma radicalement l’Académie des beaux-arts et ce fut la fin du Salon en tant qu’institution nationale unique. On revint à la tradition des salons corporatifs… Ce que le Salon des refusés de 1863 ne put pérenniser, les impressionnistes le réalisèrent dès 1867 avec leurs propres expositions. Cette même année, après l’exclusion des Femmes au jardin de Monet, Émile Zola écrivait à Valabègue : « Paul (Cézanne) est refusé, (…) tout le monde est refusé, (…) le jury ferme la porte à tous ceux qui prennent la route HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Le salon d’Automne 1912 à Paris. Sur ce cliché d’époque, on distingue des œuvres de Kupka, Modigliani, Picabia…

y furent accueillis. On y vit pour la première fois « les bizarreries cubistes » de Braque. En 1911, il fut le lieu de la première expo d’ensemble du groupe cubiste. Entre-temps, en 1903, on créa le « Salon d’Automne ». Le Salon de mai, puis celui d’Hiver suivirent… On a peut-être du mal aujourd’hui à imaginer le véritable engouement autour de ces événements (en 1876, l’ensemble des salons enregistrèrent 500 000 entrées payantes, certains dimanche voyant 50 000 visiteurs pousser leurs portes). Renoir écrivait en 1881 : « Il y a dans Paris à peine quinze amateurs capables d’aimer un peintre sans le Salon. Il y en a quatre-vingt mille qui n’achèteront même pas un nez si un peintre n’est pas au Salon. Voilà pourquoi j’y envoie tous les ans deux portraits, si peu que ce soit. Mon envoi est tout commercial… »

L’INCONTOURNABILITÉ DE LA CRITIQUE… nouvelle… » Manet décida alors d’imiter Courbet qui l’avait déjà tenté en 1855 : présenter tout seul ses propres tableaux. En 1874 fut organisée ce qu’on considère aujourd’hui comme la première exposition des impressionnistes en tant que tels : 165 toiles furent présentées à l’atelier du photographe Nadar, boulevard des Capucines, Degas le proclamant ainsi : « Le mouvement réaliste n’a plus besoin de lutter avec d’autres. Il est, il existe, il doit se montrer à part. Il doit y avoir un Salon réaliste… » Huit expos se tinrent jusqu’à 1886, cette dernière se tenant sans Monet, Renoir et Sisley qui n’acceptèrent pas la présence de Signac et Seurat, illustration évidente de la difficulté de maintenir l’homogénéité d’un mouvement artistique tant les égos s’y démultiplient immanquablement. Reste qu’une véritable éclosion de salons se développa en ces années-là. Le plus notable fut donc le salon dit des « Artistes indépendants » qui innova en excluant jury et récompenses. Les Nabis HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

L’instrument majeur de cette popularité des salons d’art fut bien sûr l’émergence de la critique. Le coup d’envoi dut donné dès 1746 par La Font de Saint-Yenne qui réclamait alors pour « le spectateur désintéressé et éclairé », le droit de critiquer. Diderot enfonça le clou avec ses « Salons » véhéments, Baudelaire défendant « la critique partiale, passionnée, politique c’est à dire à un point de vue exclusif celui d’un point de vue qui ouvre le plus d’horizons possibles ». À l’inverse, Delécluze défendit jusqu’au bout la tradition la plus établie dans le Journal des Débats, Théophile Gautier quant à lui analysant avec passion la modernité dans Le Moniteur universel… Sans les salons, rien de tel n’aurait pu exister. Durant toutes ces époques, les historiens d’art ont su y capter les diverses émergences des tendances de l’art, y perfectionnant sans cesse leurs connaissances en privilégiant toujours l’esthétisme aux manifestations plus ou moins commerciales… a a CULT U R E

67


a E XP OS I T IONS Véronique Leblanc

RMN-GP/Gérard Blot – M. Bertola/Musées de Strasbourg – Jean-Marc Caimi – Valentina Piccinni/Güle Güle

EXPOSITIONS À STRASBOURG ET SI VOUS PROFITIEZ D’UNE EXPOSITION EN VILLE ? Petit tour d’horizon des expositions en cours dans la capitale européenne où l’art et la culture semblent comme revivre après les affres de la crise sanitaire de 2020…

68

a CU LT U R E

Dyptich, série Güle Güle, 2020. Jean-Marc Caimi et Valentina Piccini

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


asard des dates, l’exposition consacrée par l’espace Apollonia à Vera Molnar sera inaugurée en même temps que ST-ART, le 26 novembre. S’y déclineront des « Promenades aléatoires » consacrées à certaines des thématiques de cette artiste hongroise considérée comme une précurseure de l’art numérique et algorithmique. Fascinée par les sciences exactes, son travail à partir de l’ordinateur lui a permis d’introduire un soupçon de hasard dans ses œuvres.

H

Côté photo, La Chambre présente les œuvres de Jean-Marc Caimi et Valentina Piccini, artistes basés à Rome et passionnés par les cités en mutation. « Güle Güle » raconte Istanbul à travers une multitude de visages où se reflètent l’histoire de la ville, les heurts politiques qui la traversent, les discriminations qui s’y aiguisent, les communautés qui y cohabitent. L’humain vibre au cœur du projet. Chez Stimultaniana – Pôle de photographie, une expo collective rassemblant les vingt membres de l’Agence MYOP explore la pratique du noir et blanc. Au fil d’une série de photos hétéHORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

roclites, « Black to Black » propose une manière de voir le monde différemment, plus intime et introspective, au plus près de la personnalité du photographe et de ses pratiques parfois expérimentales.

Mise en musique des meubles-caisses de Gerrit Rietveld (Bureau et chaise), 1934-2017

Au Musée Ungerer se tient une exposition intitulée « Rire à pleine dents, six siècles de satire graphique » qui – pour la première fois en France – explore cette thématique sur le temps long, des pamphlets de l’époque de la Réforme jusqu’à nos jours. Dessins originaux et estampes issus de diverses institutions publiques françaises et étrangères y rivalisent d’impertinence. Objet d’art à part entière l’Aubette 1928, conçue par Hans Arp et Sophie ArpTauber rejoints par Théo Van Doesburg, accueille une exposition audacieuse consacrée à Michel Aubry. « Der grosse Spieler : ein Bild der Zeit » explore la thématique du jeu au cœur du travail de l’artiste, du jeu musical, au jeu d’acteur jusqu’aux salles de jeu. Un voyage à la fois plastique, historique, cinématographique et musical hanté par la figure du docteur Mabuse. a CULT U R E

69


Sans oublier les deux expositions phares de cet automne strasbourgeois. « La Marseillaise » au Musée d’art moderne et contemporain et « Jean-Jacques Henner. La chair et l’idéal » au Musée des beaux-arts. La première explore notre hymne national dans une dimension élargie, croisant les registres de l’histoire, de la musicologie et des arts visuels, depuis la fin du xviiie siècle jusqu’à nos jours. La seconde rend justice au talent singulier d’un artiste alsacien illustre de son vivant mais négligé par la postérité. Rétif à l’impressionnisme, injustement relégué à l’académisme, Henner développa un art qui n’appartient qu’à lui. Une énigme sensuelle et onirique à découvrir absolument. a

LES LIEUX Apollonia – Échanges artistiques européens 23 Rue Boecklin « Vera Molnar. Promenades aléatoires » Jusqu’au 23 janvier 2022 Du mercredi au vendredi de 11h à 18h et le samedi et dimanche de 14h à 18h www.apollonia-art-exchanges.com La Chambre Espace d’exposition et de formation à l’image 4 Place d’Austerlitz « Jean-Marc Caimi et Valentina Piccini. Güle Güle », jusqu’au 30 janvier 2022 Du mercredi au dimanche de 14h à 19h www.la-chambre.org Stimultania Pôle de photographie 33 rue Kageneck « Black to Black. Une exposition de l’agence MYOP », jusqu’au 9 janvier 2022 Du mercredi au samedi de 14h à 18h30 www.stimultania.org La Source, Jean-Jacques Henner

Musée Tomi Ungerer Centre international de l’illustration 2 Avenue de la Marseillaise « Rire à pleines dents. Six siècles de satire graphique », jusqu’au 13 mars 2022. Du mercredi au dimanche de 10h à 18h L’Aubette 1928, 31 place Kléber « Michel Aubry. Der grosse Spieler : ein bild der Zeit » jusqu’au 4 décembre 2021 Du mercredi au samedi de 14h à 18h Musée d’art moderne et contemporain 1 place Hans Arp « La Marseillaise » jusqu’au 20 février 2022 Ouvert de 14h à 18h, fermé le lundi Musée des beaux-arts, 2 place du Château « Jean-Jacques Henner. La chair et l’idéal », jusqu’au 24 janvier 2022 Ouvert de 14h à 18h, fermé le mardi www.musees.strasbourg.eu

70

a CU LT U R E

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


ACHETER

|

LOUER

|

VENDRE

VOTRE RÉFÉRENCE Promotion, Transactions, Locations Gestion et Syndic à Strasbourg DEPUIS PLUS DE 50 ANS

VOUS AVEZ UN PROJET IMMOBILIER ? Contactez-nous

03 88 52 88 88 | dromson-immobilier.com


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES GALERI ES

LE CATALOGUE

ST-ART 2021

72

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


a LE CATALO GU E ST-ART 2 02 1 – LES GALERI ES

Le montage © Bartosch Salmanski

LES GALERIES HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

73


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES GALERI ES

AEDAEN GALLERY

ART ABSOLUMENT

ART TROPE GALLERY

GALERIE ARTIMA

© Roger Ballen & Hans Lemmen, Unleashed, 2016, dessin sur tirage photographique, 55x55 cm

© Degann, Unmade Bed, 2021, encre de Chine sur papier, 70x90 cm

© Isabelle Vougny, Goutte d’eau dans les arbres, 2021, peinture acrylique et collage sur toile, 120X120 cm

© Charles Fazzino, The sun shines bright over the big apple, 2021, sérigraphie 3D, 103x84 cm

Patrick Adler Raphaël Charpentié

11 Rue Louise Weiss 75013 Paris France

Virginie Tison

Nicolas Waltman

À Paris & 3 Rue Élie Giraud 13200 Arles France

4 Rue du pas de la mule 75003 Paris FRANCE

1a Rue des Aveugles 67000 Strasbourg France

(+33) 01 45 70 88 17 www.artabsolument.com

(+33) 03 88 16 96 60 (+33) 06 10 76 10 76 www.aedaen.com contact@aedaen.com SUR LE STAND : Roger Ballen & Hans Lemmen Peter Bond Robert Cahen Jean-Damien Charmoille David Lefebvre Theresa Möller Zad Moultaka Andrej Pirrwitz Petr Stanicky

74

(+33) 01 48 04 39 70 (+33) 01 82 83 78 50

SUR LE STAND : Barbara Navy Degann Tom Sam Vladimir Skoda

www.art-tropegallery.com contact@art-trope.com SUR LE STAND : Alain Le Chapelier Antoine Buttafoghi Aurélie Bauer Bertrand Gruyer Bruno Palisson Charles Hamonnais Charles Weber Éric Dabancourt Florence Sartori Gilles Durfort Harry Ergott Hélène Hubert Mireille Lopez Nathan Soulez-Larivière Rosario Galatioto

www.galerie-artima.com vosges@galerie-artima.com SUR LE STAND : Charles Fazzino Bruno Helgen Daniel Raynott Joan Longas Marcus Egli Claire Fanjul Stevens Dossou Yovo

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


a LE CATALO GU E ST-ART 2 02 1 – LES GALERI ES

ARTNEW GALLERY

ASIART GALLERY

GALERIE AT DOWN

© Aboudia, Sans titre, 2021, acrylique sur toile, 150x120 cm

© Somsak Hanumas, Let It Be, 2021, peinture sur toile mixte, 180x120 cm

© Franck Noto, 150EU, 2021, technique mixte, 150x150 cm

Jose Diaz

Dominique Sibade

Nicolas Pinelli

359 Avenue des frères Buhler 34080 Montpellier France

7 Rue Mireport 33310 Lormont France

20 Rue du plan de l’olivier 34000 Montpellier France

(+33) 06 30 20 01 94

(+33) 06 33 83 10 34 (+33) 06 82 74 54 03

(+33) 04 67 54 26 32 (+33) 06 87 03 64 26

www.asiart.fr dominique.sibade@hotmail.fr sibade.j@icloud.com

www.galerie-atdown.com m.nicolaspinelli@gmail.com

artnewsarl@free.fr SUR LE STAND : Aboudia Karel Appel Pierre Alechinsky Bram Van Velde Jean-Paul Riopelle Ousmane Sow Alfred Manessier Henry Moore Arman Erro Jean Messagier Jacques Doucet Armand Boua Yeanzi Lucio Fontana

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

SUR LE STAND : Somsak Hanumas

SUR LE STAND : Franck Noto Mist L’atlas Jace Crash

75


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES GALERI ES

AU-DELÀ DES APPARENCES

GALERIE AUDET

BEAR GALERIE

GALERIE SANDRA BLUM

© Daniel Airam, Nymphéa, 2021, acrylique sur bois et vernis, 130x100 cm

© Bengt Lindstrom, Composition aux visages, années 90, huile sur toile, 194x176 cm

© Rnst, Kid of the dark night, 2021, sérigraphie, 50x70 cm

© Thomas Henriot, Une nuit à La Havane : Adjustments-Diptyque, 2019/2020, encre de Chine et pinceau sur papier de bambou coréen, 137x97 cm

Christian Guex

Pierre Audet Valerie Delplanque

Jeremy Martinato

Sandra Blum

12 Rue Paul Foussat 30700 Uzes France

6 Rue des charpentiers 67000 Strasbourg France

15 Rue filaterie 74000 Annecy France (+33) 04 50 52 94 34 (+33) 06 80 07 87 29 www.galerie-audelades apparences.com contact@galerie-audelades apparences.com SUR LE STAND : Daniel Airam Pierre-Marie Brisson Didier Hagege

76

32 Rue Berthe Molly 68000 Colmar France (+33) 03 89 20 83 17 (+33) 06 08 26 05 51 www.galerie-audet.fr galerie.art.audet@live.fr SUR LE STAND : Bengt Lindstrom François Benoit-Lison Richard Orlinski Joan Miro Pablo Picasso Cesar Theo Tobiasse Charles Walch

(+33) 09 81 00 60 00 (+33) 06 49 75 99 87 www.beargalerie.com beargalerie@gmail.com SUR LE STAND : Hersk Rnst Nanan Keymi Julien Soone Dominique Capocci Kiko Marie Palazzo Toctoc

(+33) 03 92 01 15 39 (+33) 06 12 50 78 51 www.galeriesandrablum.fr sb@galeriesandrablum.fr SUR LE STAND : Thomas Henriot Solmaz Tayefeh-Cornet Antoine Halbwachs Jerome Pergolesi Delphine Grandvaux Valerie Graftieaux Corinne Albrecht Laurent Brunel Klaus Kandel

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


a LE CATALO GU E ST-ART 2 02 1 – LES GALERI ES

EDITIONS RÉMY BUCCIALI

GALERIE CALDERONE

GALERIE CALDERONE

© Robert Schad, aquatinte, 56x76 3e Ex, Éditions Bucciali 2021

© Renaud Bihi, Goutte II, 2021, bois et marqueterie de plume, 47x26x27 cm

© César Orrico, Bifronte II, 2021, bronze, 176x30x30 cm

Remy Bucciali

Delphine Lindier

Mirko Maria Calderone

31 Rue des jardins 68000 Colmar France

20 Rue Levavasseur 35800 Dinard France

20 Rue Levavasseur 35800 Dinard France

(+33) 06 14 23 59 45

(+33) 02 90 16 84 18 (+33) 06 22 81 90 32

(+33) 02 90 16 84 18 (+33) 06 22 81 90 32

www.galeriecalderone.com delphine@galeriecalderone.com

www.galeriecalderone.com info@galeriecalderone.com

SUR LE STAND : Renaud Bihi

SUR LE STAND : Françoise De Felice César Orrico Edouard Fabre Christophe Charbonnel Bruno Mallart Patrick Villas

www.editionsbucciali.com event.bucciali@gmail.com SUR LE STAND : Alma Bucciali Alain Clement Christine Colin Michel Cornu Marie-Jo Daloz Luc Demissy Marie-Pascale Engelmann Baptiste Filippi Marie-Amelie Germain Didier Guth Mitsuo Shriraishi Edmundo Solari Raymond Waydelich

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

77


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES GALERI ES

LUISA CATUCCI GALLERY

GALERIE JEAN-FRANÇOIS CAZEAU

GALERIE CHELOUDIAKOFF

GALERIE PHILIPPE DECORDE

© Olaf Hajek, The Marks On My Face, 2018, acryliques sur bois, 80x60 cm

© Nicolas Lefeuvre, Landscape P95, 2021, encre de chine et poudre d’or sur papier marouflé sur toile, 76x50 cm

© Jacques Verdier, Sans titre, 2021, acrylique, encre et collage sur toile, 160x114 cm

© Francis Barat, Juxtapop, 2021, laque satinée sur toile, 150x150 cm

Luisa Catucci

Jean-François Cazeau

Patrick Cheloudiakoff

Philippe Decorde

Allerstr. 38 12049 Berlin Allemagne

8 Rue Sainte-Anastase 75003 Paris France

1 Bis Rue des Capucins 90000 Belfort France

5 Rue de Molsheim 67000 Strasbourg France

(+49) 1762 040 46 36

(+33) 01 48 04 06 92 (+33) 06 03 79 76 26

(+33) 03 84 22 64 16 (+33) 06 60 22 71 07

(+33) 03 88 10 00 66 (+33) 06 78 11 71 98

www.galeriejfcazeau.com jfc@galeriejfcazeau.com

www.cheloudiakoff.com cheloudiakoff@gmail.com

www.galeriedecorde.com galeriedecorde@gmail.com

SUR LE STAND : Nicolas Lefeuvre Gérard Schneider King Houndekpinkou Sudaporn Teja Pablo Picasso Franç​ois Rouan Ladislas Kijno

SUR LE STAND : Jacques Verdier Anne Bothuon Sabine Maitre-Fahrlaender Emmanuelle Renard Poes Jober Saype

SUR LE STAND : Francis Barat Cecile Duchene Jacques Wetterer Gerard Laux Kurt Mair Patrick Strajnic Alice Naegel Michel Rauscher Petra Werle

www.luisacatucci.com info@luisacatucci.com SUR LE STAND : Olaf Hajek Mathilde Nardone Manuela Toselli Kenneth Blom Mario Ferretti

78

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


a LE CATALO GU E ST-ART 2 02 1 – LES GALERI ES

GALERIE EAST

GALERIE ANDRE GIRARD

GRAPHICS CORNER

© François-Xavier Lalanne, Rhinoceros, 1971, sérigraphie sur bois laqué + rehauts manuels de l’artiste, 220x225 cm

© Jean Fusaro, Paysage de l’Hérault, 1956, huile sur toile, 80x100 cm

© Philippe Mohlitz, La poursuite continue, 1972, graure-burin, 23,4x32 cm

Steven Riff

Andre Girard

Fabrice Cambou

12 Rue du faubourg de pierre 67000 Strasbourg France

28 Avenue du Vercors 26120 Montelier France

59 Rue de la Madeleine 1000 Brussels Belgique

(+33) 06 30 52 27 19

(+33) 06 08 33 06 85

(+32) 781 536 228

www.galerieeast.com contact@galerieeast.com

www.galerieandregirard.com contact@galerieandregirard.com

fabricecambou@gmail.com

SUR LE STAND : Hans Jean Arp Jean-Marc Bustamante Maurizio Cattelan Markus Hansen Jean-Olivier Hucleux François-Xavier Lalanne Daniel Schlier Nicolas Schneider Daniel Spoerri Frank Stella

SUR LE STAND : Marie-France Chevalier Jacques Clerc Georges Ferrato Dolet Malalu Jean-Patrice Rozand

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

SUR LE STAND : Philippe Mohlitz Sabine Delahaut J-M Mathieux-Marie Nathalie Grall Albert Woda François Houtin Yves Doaré Mikio Watanabé Thomas Fouque

79


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES GALERI ES

GALERIE GRATADOU

GALERIE JEAN GRESET

GALLERY H.A.N.

ESTELLE HOFFERT

© Lucas Pfeiffer. Sur la plage, huile sur toile, 130 x 97 cm. 2021

© Jean-François Lacalmontie, Haricot, maison, 2021, 130x162 cm

© Myungil Lee, from me, 2021, acrylic on canvas, 116.7x80.3 cm

© Estelle Hoffert, court metrage fausse note 6, 12 mn

Christophe Gratadou

Jean Greset

Sungwon Lee

Estelle Hoffert

12 Rue de Thorigny 75003 Paris France

3 Rue du Clos 70150 Etuz France

Dongilro 152-Gil 17 02039 Seoul Republic Of Korea

213 Impasse du moulin 67150 Hindisheim France

(+33)06 82 83 26 29

(+33) 03 81 57 62 00 (+33) 06 80 21 33 03

(+82) 2 737 6825 (+82) 10 9108 5529

(+33) 06 63 94 98 40

www.jeangreset.com zerolinfini@wanadoo.fr

www.gallery-han.com hangallery55@naver.com

SUR LE STAND : Jean-François Lacalmontie Patrick Lang Robert Schad Ernst Günter Herrmann

SUR LE STAND : Myungil Lee Ryung Kal

www.galerie-intuiti.com christophe@galeriegratadou.com SUR LE STAND : Francky Boy Tristam Philippe Waty Lucas Pfeiffer Julian Semiao Marie-Amelie Germain

80

avec le soutien de EQIOM

www.estellehoffert.com contact@estellehoffert.com SUR LE STAND : Estelle Hoffert

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


a LE CATALO GU E ST-ART 2 02 1 – LES GALERI ES

HOMAAR

GALERIE HOUG

INVER GALERIE

© Joël Andrianomearisoa, J’embrasse l’air du soir, 2020, fil de coton brodé sur toile de coton, édition de 69, 50x40 cm

© Marie Bourget, Choses dites, 2021, vue exposition Galerie Houg Paris

© Grems, Réflexe7 sérigraphie 70x50cm

Jeremy Planchon

Olivier Houg & Romain Houg

Hugo Invernizzi

(+33) 06 12 3935 97

22 Rue Saint-Claude 75003 Paris

44b Quai des bateliers 67000 Strasbourg France

www.homaar.com homaar@homaar.com SUR LE STAND : Joël Andrianomearisoa Mohamed Bourouissa Samy San Marlène Mocquet

46 Rue Auguste Comte 69002 Lyon France (+33) 04 72 77 61 05 Olivier Houg : (+33) 06 07 38 28 35 Romain Houg : (+33) 06 61 38 11 89 www.olivierhoug.com contact@galeriehoug.com

(+33)6 43 20 12 66 www.invergalerie.com invergalerie@gmail.com SUR LE STAND : NICOLAS BARROME-FORGUES GREMS STOM500 TABAS MISSY

SUR LE STAND : Jeanne Révay Chu Teh-Chun Leopold Survage Serge Charchoune

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

81


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES GALERI ES

JUSTBEE GALLERY

GALERIE KAHN

L’ANGLE PHOTOGRAPHIES

L’ESTAMPE

© Paul Brunner, Traces XV, 2019, encre de chine, acrylique sur toile, 50x50 cm

© Alain Snyers, Pots de peinture verte, 2017, pots métalliques

© David Tatin, Cosmos, 2020, photographie, 60x90 cm

© Christophe Hohler, Le Lecteur, 2021, technique mixte sur toile, 90x130 cm

Kathrine Schürch

Georges-Michel Kahn

Didier Mandart

Thierry Lacan

Domaine de L’abbaye 7 Place Des Alliés 68290 Masevaux France

13 Rue mouillebarbe 17590 Ars en Ré France

6 Rue des citronniers 64700 Hendaye France

31 Quai des bateliers 67000 Strasbourg France

(+33) 06 74 49 91 70

(33) 06 80 06 28 57

(+33) 03 88 36 84 11

www.galeriekahn.com galerie.kahn@gmail.com

www.langlephotos.fr contact@langlephotos.fr

www.estampe.fr info@estampe.fr

SUR LE STAND : Ben Jacques Bosser Rodolphe Coré Joël Ducorroy Gregos Jérôme Mesnager Mosko Raba Fiona Valentine Thomann

SUR LE STAND : Patrick Bogner Abel Bourgeois Aurélien David Fabrice Domenet Corentin Fohlen Guillaume Pépy David Tatin Toshio Shimamura

SUR LE STAND : Christophe Hohler Marie-Jo Daloz Pierre Muckensturm Vinça Monadé Speedy Graphito Erró Jacques Villeglé Hervé Di Rosa Robert Combas

(+33) 06 47 11 24 39 www.justbee.art hello@justbee.art SUR LE STAND : Karima Duchamp Paul Brunner Nikolaus Von Der Assen Franz Betz Petr Beránek

82

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


a LE CATALO GU E ST-ART 2 02 1 – LES GALERI ES

GALERIE LE CONTAINER

GALERIE POL LEMETAIS

LILL’ART GALLERY

© Golif, Sans titre, 2021, mixte sur toile, 100x70 cm

© Alain Lacoste, Le baptême, 1996, peinture sur bois de récupération, 80x120 cm

© Marcel Timmers, Seagulls Torsion, 2021, sculpture corten+inox, 220 cm

Clément Dorance Déborah Bosseaux

Pol Lemetais

Bernard Kowalczuk

Moulin de Boudene 12370 Saint Sever du Moustier France

15 Rue des vieux murs 59000 Lille France

(+33) 06 72 95 60 18

(+33) 06 23 89 16 06

www.lemetais.com galerie@lemetais.com

www.lillartgallery.com gallery.lillart@gmail.com

SUR LE STAND : Aarbenz Daredo Olivir Daunat Paul Duhem Anaïs Eychenne Daniel Gonçalves Jean-Yves Gosti Alain Kieffer Alain Lacoste Mina Mond Michel Nedjar Carlo Zinelli

SUR LE STAND : Sarah Tassier Étienne Mottez Bernard Kowalczuk Marcel Timmers Philippe Timmermans Antoine Dufilho Vincent Gachaga Monika Riethmuller Thierry Clamens

16 Rue Emmanuel Philibert 06300 Nice France (+33) 06 16 95 93 31 www.galerielecontainer.com contact@galerielecontainer.com SUR LE STAND : François Bel Jean-Christophe Belaud Daniel Castan Golig+F L’insecte Lise Gonthier Zeklo

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

83


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES GALERI ES

MALAGACHA GALLERY

GALERIE MANCEAU

MOMENTUM ART GALLERY

GALERIE MURMURE

© Sven, In night we trust, 2021, techniques mixtes, 120 x160 cm

© Olivier Vincent, Enso bleu azur, peinture polyuréthane sur aluminium, 150x150 cm

© Andrea Roggi, Un bacio d’amore un nuovo mondo, 2021, pièce unique en bronze sur une base en marbre, 70 cm

© David Daoud, Portrait, 2021, encre noire sur papier, 140x80 cm

Damien Seliciato

Stéphane Manceau

Lea Marciano

Audrey Clerc

Rue du Parchemin 67000 Strasbourg France

88 Rue Alfred de Vigny 72000 Le Mans France

641 Zeedijk 8300 Knokke Belgique

5 Place de l’ancienne douane 68000 Colmar France

(+33) 07 66 23 14 12

(+33) 06 51 92 91 65

(+33) 03 89 41 49 25 (+33) 06 88 45 29 99

dseliciato@Gmail.com

www.galeriemanceau.com steph.manceau@hotmail.fr

(+ 33) 09 54 92 21 50 (+33) 06 61 06 39 10 www.momentumartgallery.com nice@momentumartgallery.com

www.galerie-murmure.fr contact@galerie-murmure.fr

SUR LE STAND : Andrea Roggi Patrick Rubinstein David Gerstein Antonio Segui Falcone Claire et Siri

SUR LE STAND : Antoni Tapies Rose-Marie Crespin Frederic Klein Rainer Gross Yolaine Wuest David Daoud Louis Stettner Sophie Patry Pierre Muckensturm

SUR LE STAND : Sven Fernand Kayser Fenx

84

SUR LE STAND : S Kristol Simon Raffy Jean-Pierre Dupin Christian Della Giustina

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


a LE CATALO GU E ST-ART 2 02 1 – LES GALERI ES

GALERIE NICOLET

OPENART EXCHANGE

ORLINDA GALLERY

© Marc Petit, L’alouette à la tresse, 2012, bronze, H 195 cm

© Casa, The gypsie, 2020, acrylic, ink on canvas, 105x85 cm

© FAUX DEPART #2, 2021 huile sur toile, 120x160 cm

Richard Nicolet

Joke Bakker-Jansen

Orlinda Lavergne

70 Route de Cavaillon 84660 Coustellet — Maubec France

Hoogstraat 85 3111hc Scheidam Pays-Bas

33 Rue des trois rois 68100 Mulhouse France

(+33) 6 66 52 62 72

(+31) 10 737 0351 (+31) 6 1352 8118

(+33) 09 50 89 59 93 (+33) 06 58 64 93 92

www.openartexchange.com info@openartexchange.com

www.orlinda.gallery contact@orlinda.gallery

SUR LE STAND : Kingsley Ogwara Casa Bouvy Enkobo Benjamin Deguenon Sanda Amadou Jonathan Vatunga Laurence Causse-Parsley

SUR LE STAND : Aurel Rubbish Shaka Sliks Gilbert1

www.galerienicolet.com galerienicolet@gmail.com SUR LE STAND : Marc Petit

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

85


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES GALERI ES

PALMA ARTE

GALERIE PI 314

GALERIE SALTIEL-KMG

GALERIE LUZIA SASSEN

© Toni Alfano, Sonatine 33, 2021, descialbo (mixed technique on cardboard and concrete), 160x174 cm

© Patrice Tabouret, De Cap d’Antibles à Gozo, 2021, technique mixte (huile, acrylique, aquarelle, encre) sous époxy, sur un support de dibon (aluminium)

© Robert Combas, Le Coq, 1987, acrylique sur toile, 177x145 cm

© Frederic Paul, Afterglow II, 2019, Öl, acryl, reispapier auf Holz, Diameter 60 cm

Alice Palma

Patrice Tabouret

Luzia Sassen

Via Parizzi 258 29010 Saliceto Di Alseno Italie

1 Rond point des arènes 13200 Arles France

Victor Fitoussi Maxime Fitoussi

(+39) 345 905 65 81

(+33) 06 22 69 40 75 (+33) 06 82 41 07 77

www.galleriapalmaarte.it info@galleriapalmaarte.it SUR LE STAND : Je Shen Paolo Da San Lorenzo Max Gasparini Lamberto Melina Pier Toffoletti Toni Alfano Alessandro Casetti Sabina Ferrari Giorgio Laveri

86

www.galeriepi314.com patricetabouret67@gmail.com SUR LE STAND : Patrice Tabouret

10 Rue Laurent Fauchier 13100 Aix-En-Provence 67 Rue du Faubourg St-Honoré 75008 Paris France (+33) 04 42 39 23 37 (+33) 06 14 02 16 86 www. galeriesaltiel.com galeriesaltielaix@gmail.com SUR LE STAND : Valerio Adami Blo Robert Combas Cesar Ugo Li Kan Jean-Pierre Pincemin Johanna Tordjman Gris1 France Trudel Antonio Segui Keith Haring Taher Jaoui Hiquily Jaw

Am Burghart 8 53773 Hennef/Sieg Allemagne (+49) 224 844 5345 (+49) 172 253 2720 www. galerie-luzia-sassen.de luzia.sassen@galerieluzia sassen.de SUR LE STAND : Gaby Kutz Gabriele Musebrink Frederic Paul Saxa Tim David Trillsam Monika Riethmueller

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


a LE CATALO GU E ST-ART 2 02 1 – LES GALERI ES

STREAM ART GALLERY

UNIQUE CONTEMPORARY

WERK KUNST GALERIE

WITHOUTART GALERIE

© Angela Glajcar, Terforation, 2021, écorché de papier, 47x32,5x22 cm

© Maxim Wakultschik, Frida, red lips 2019,  optical portrait wooden sticks, 57x43 cm

© Alwin Seel, huile sur toile, 120x120

© Hans Hartung, G 1970-21, 1970, eau forte sur vélin d’Arches, 75x105 cm

Fabrice Vignand

Caputo Patrick

Alwin Seel

Marc Sun

Rue Faider 28a 1060 Bruxelles Belgique

Via Vanchiglia 16 10156 Turin Italie

Im Zinkig 67069 Ludwigshafen Allemagne

21 Rue Brûlée 67000 Strasbourg France

(+33) 06 14 491 377

(+39) 334 801 73 14

(+49) 621 665 238

(+33) 06 70 51 24 29

www.streamart.net hello@streamart.net

www.uniquecontemporary.it info@uniquecontemporary.it

www.werkkunstgalerie.eu alwin.seel@gmx.de

www.withoutartgalerie.com contact@withoutartgalerie.com

SUR LE STAND : Angela Glajcar Milan Houser Nathalie Cohen Johannes Nielsen Go Segawa Yoshiyuk Miura Daniella Van Hemelrick

SUR LE STAND : Maxim Wakultschik Juergen Norbert Fux Yvonne Michiels Reinhard Gupfinger Beata Obst Ekaterina Gasmi Nando Kallweit

SUR LE STAND : Alwin Seel J. G. Schimmelpenninck

SUR LE STAND : André Kneib Claire Illouz Hans Hartung Anna-Eva Bergman Martin Salazar Nathalie Savey Stephane Spach Dominique Kippelen

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

87


LE CATALOGUE

ST-ART 2021


Le montage © Bartosch Salmanski

LES ASSOCIATIONS


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES AS S O CI AT IONS

BASEL TOURISMUS

LA CHAMBRE

RÉGION GRAND EST

© Bild Fondation Beyeler für Katalog

© Jérémie Lenoir, #6561077, Salt Lake, 2017, tirage direct sur Dibond, 120x120 cm

© Émilie Vialet, LAC (Limits of Acceptable Change), 2018, photographie, 90x60 cm

Daniel Egloff Directeur

Catherine Mueller & Catherine Merckling

Aeschenvorstadt 26 4001 Basel Suisse

4 Place d’Austerlitz 67000 Strasbourg France

Lucille Steinhilber, Directrice déléguée Culture, Patrimoine et Mémoire de la Région Grand Est

(+41) 61 268 68 68

(+33) 03 88 36 65 38

www.basel.com info@basel.com

www.la-chambre.org coordination@la-chambre.org SUR LE STAND : Jérémie Lenoir

1 Place Adrien Zeller 67000 Strasbourg France (+33) 06 74 78 38 31 www.grandest.fr lucille.steinhilber@grandest.fr SUR LE STAND : Guillaume Barth Julie Faure-Brac Stefania Crisan Vanessa Gandar Delphine Gatinois François Génot Émilie Vialet

90

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


a L E CATALO GU E ST-ART 2 02 1 – LE S AS S O CI ATION S

SAAMS

VILLE DE STRASBOURG

ART INTERNATIONAL ASSOCIATION

© Lucas Pfeiffer, lauréat du Prix Théophile Schuler, décerné à ST-ART en novembre 2019 par la SAAMS

© Geneviève Engel, pour Strasbourg Eurométropole

© Marie-Jeanne Bagnasco collages, 60 X 80 cm

Marie-Christine Weyl Société des Amis des Arts et des Musées de Strasbourg

Gabrielle Kwiatkowski Responsable du département Art Visuel, Illustration, Livre

Myriam Booghs

20 Rue des Serruriers 67000 Strasbourg France

Strasbourg France

(+33) 03 88 32 15 48 (+33) 06 11 03 05 45

(+33) 03 81 57 62 00 (+33) 06 80 21 33 03 www.strasbourg.eu

www.amisartsetmuseesstrasbourg.fr saams@orange.fr

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART

154 Rue Boecklin 67000 Strasbourg France SUR LE STAND : Marie - Jeanne Bagnasco Fabio Secco Jean Hurstel Eric Alvarez Gunduz Aghayev

SUR LE STAND : Les artistes du Bastion 14, les ateliers d’artistes de la Ville de Strasbourg

91


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – L ES AS S O CI AT IONS

KTG KARLSRUHE TOURISMUS

L’ART AU-DELÀ DU REGARD

SACER D’ART

Stephan Theysohn

Jean-Marie Lang

Samuel Lusseau

Kaiserstraße 72-74 76131 Karlsruhe Allemagne

Maison des Associations 1 Place des orphelins 67000 Strasbourg France

La petite boule 86600 Sanxay France

(+49) 721 602 997 580

(+33) 06 34 99 17 41 (+33) 03 88 41 17 77

www.karlsruhe-tourismus.de touristinfo@karlsruhetourismus.de

92

www.sacerdart.fr www.artaudeladuregard.org contact@sacerdart.fr webmaster.aaddr@numericable.fr

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Zad Moultaka / Apocalypse 6:08

18/11 - 30/12/2021 / AEDAEN Gallery, 1A rue des Aveugles, 67000 Strasbourg aedaen.com

Zad Moultaka / «Revelation 18» / Techniques mixtes sur papier, 104x74cm / Crédit photo Mansour Dib


2021

25e ÉDITION DU 26 AU 28 NOVEMBRE 2021

LIEU Parc des Expositions Hall 1 - Rue Fritz Kieffer 67000 Strasbourg

DATE ET HORAIRES Du 26 au 28 novembre 2021

ACCÈS Tramway : lignes B et E, station Wacken

Ouverture au public : du 26 au 28 novembre de 11h à 20h

Bus : Bus H, arrêt Palais de la Musique et des Congrès

TARIFS Plein tarif : 18€ Tarif duo : 27 € pour deux personnes Tarif « culture » : 9 € Tarif internet : 12 € Tarif professionnel/réduit : 9 € (galeries d’art, amis musées, étudiants…) Gratuit pour les moins de 16 ans.

Voiture : autoroute A350, sortie 1, direction Wacken Parc des Expositions Co-voiturage Profitez du co-voiturage pour vous rendre à ST-ART www.covoiturage.fr Taxis, navettes www.taxi13.fr www.taxistrass67.fr www.navette67.com

Vernissage : jeudi 25 novembre de 15h à 22h (sur invitation)

EMBALLAGE ET EXPÉDITION L’entreprise I-Freight assure l’emballage, à titre gracieux, des œuvres achetées pendant la foire et propose des livraisons sur devis, en France et à l’international. Contact : p.tordoir@i-freight-world.fr

RENSEIGNEMENTS 03 88 37 67 67 www.st-art.com

94

A_Légende_Info xxx xx xxx xx xxx A_Légende_info italic xx xxxxxx xx xxx xx xxx xx xxxxxx


high-everydaycouture.com STRASBOURG - 22 Rue de la Mésange - T 03 88 23 08 08


a LE CATA L O GU E ST-A RT 2021 – MERCI

MERCI F Aux membres du Comité de Sélection : Georges-Michel Kahn, Remy Bucciali, Steven Riff F Aux artistes de l’exposition Futuræ : Vaughn Bell – USA, Jérémy Gobé – France, Ha Cha Youn – Corée du Sud, Clay Apenouvon – Togo, Luc Lapayre – France, Ryo Tomo – France.

F Aux équipes de Strasbourg Events : La Présidence du Directoire : Alexandra Rousier La Direction Générale : Thierry Breunel L’équipe ST-ART : Patricia Houg, Directrice Artistique, Henri Tchen, Directeur du Développement Commercial, Vanessa Loth Martino, Responsable Communication et Marketing. L’équipe Technique : Emmanuel Aberth, Directeur des Opérations et ses chefs de service : Xavier Sudret, Responsable du service exposants, Marco Di Viesti, Responsable de l’installation générale, Jean-Michel Natzinger, Responsable Service Audiovisuel, Gaël Euzenot, Responsable Informatique, David Desmoulin, Responsable électricité et leurs collaborateurs. L’équipe Sécurité et Prévention des Risques : Pierre Durand et son équipe

F À nos partenaires : Ville de Strasbourg, Région Grand-Est Art Absolument Beaux Arts Magazine Connaissance des Arts Coze Deloitte DNA France 3 France Bleu L’Alsace Le Journal des Arts Le Quotidien de l’Art Libération L’Œil Maxi Flash Musées de Strasbourg Novo Opéra du Rhin OPS Or Norme Poly Roche Bobois Spectacles The Art Newspaper TNS Top Music Zut

L’équipe Hospitalité : Souhire Ehresmann, Directrice Hospitalité, Steve Ribeiro-Rego, Responsable F&B et leurs équipes.

96

HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART



OUR S

20

22

15 19

6

4 8

17

14 18 12 7 9

10

5 21

23

13

11

24

16

1

3

2

ST-ART HORS-SÉRIE 2021 Directeur de la publication  Patrick Adler 1 patrick@adler.fr Directeur de la rédaction Jean-Luc Fournier 2 jlf@ornorme.fr Rédaction Alain Ancian 3 Eleina Angelowski 4 Isabelle Baladine Howald Erika Chelly 6 Amélie Deymier 7 Jean-Luc Fournier 2 Thierry Jobard 8 Véronique Leblanc 9 Aurélien Montinari 10 Charles Nouar 11 Jessica Ouellet 12 Barbara Romero 13 Benjamin Thomas 14 redaction@ornorme.fr

98

5

Photographie Franck Disegni 15 Sophie Dupressoir 16 Alban Hefti 17 Abdesslam Mirdass 18 Vincent Muller 19 Caroline Paulus 20 Nicolas Rosès 21 Marc Swierkowski 22 Direction artistique et mise en page Cercle Studio Typographie GT America par Grilli Type Freight Pro par Joshua Darden Impression Imprimé en CE

Couverture  Photographie par Bartosch Salmanski Portraits de l'équipe Illustrations par Paul Lannes www.paul-lannes.com Publicité Valentin Iselin 23 07 67 46 00 90 publicité@ornorme.fr Directrice Projet Lisa Haller 24

Or Norme Strasbourg est une publication éditée par Ornormedias 2 rue de la Nuée Bleue 67000 Strasbourg Contact : contact@ornorme.fr Ce numéro de OR NORME a été tiré à 5 000 exemplaires Dépôt légal : à parution N°ISSN : 2272-9461 Site web : www.ornorme.fr HORS-SÉRIE — 2021 — ST-ART


Illustrations : Emilie Angebault – Photo : Gettyimages

Allumons les étoiles du 26 novembre au 26 décembre noel.strasbourg.eu


SUPER CHRONOMAT BOUTIQUE BREITLING 1, RUE DU DÔME

STRASBOURG