Page 116

LE PARTI-PRIS DE THIERRY JOBARD

“ La vérité ? C’est pas ici ! ”

Texte : Thierry Jobard

Photo : DR

Jésus a dit: « Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage de la vérité ». Pilate lui a demandé « Qu’est-ce que la vérité? ». Nous n’avons pas la réponse du Crucifié. C’est con, ça nous aurait peut-être évité bien des embrouilles… Depuis qu’il a fait son entrée dans le prestigieux Oxford Dictionary, et surtout depuis l’élection d’un certain Donald T. et le Brexit, le terme de post-vérité s’est imposé dans le vocabulaire, usuel et intellectuel. Accompagné de cet autre du même tonneau : les fake news. On pourrait croire qu’il s’agit là d’un nouveau hochet pour journalistes ou communicants, une nouvelle lubie sans conséquences. Après tout, les États-Unis, c’est loin, l’Angleterre encore plus. En fait il n’en est rien, et il est à craindre que cette fâcheuse tendance ait des répercussions bien plus dommageables qu’on ne le supputerait a priori. Pour le dire en un mot, plutôt que d’une nouvelle façon de faire de la politique, la post-vérité conduit à une nouvelle façon de défaire la politique.

0116

0117

OR NORME N°33 Passages

OR BORD

ON NE FAIT PAS DE BONNE POLITIQUE AVEC DES BONS SENTIMENTS Une définition liminale de la post-vérité s’impose. Il ne s’agit pas, comme le préfixe le laisserait supposer, de passer à une ère d’après la vérité, à son dépassement. Tout simplement, elle n’importe plus. La vérité est dévaluée. Ce n’est plus la réalité ni la véracité qui compte mais l’émotion et l’adhésion que suscitent les énoncés (1). Certes, on pourrait objecter que la chose n’est pas nouvelle. Une longue tradition de mensonge a accompagné la politique. « Il y a des exemples plein les manuels » comme dirait Léonard Michalon. Pensons à la raison d’État, qui permet d’occulter certaines réalités gênantes pour le pouvoir. Et avant cela aux préceptes machiavéliens adressés au Prince : « ll est sans doute très louable aux princes d’être fidèles à leurs engagements ; mais parmi ceux de notre temps qu’on a vus faire de grandes choses,

il en est peu qui se soient piqués de cette fidélité, et qui se soient fait un scrupule de tromper ceux qui reposaient en leur loyauté » (2). Pour le dire autrement : on ne fait pas de bonne politique avec des bons sentiments et les pleurnicheries des bonnes âmes n’y changeront rien. Vous me direz, tout ça c’est loin et à l’époque ils étaient moins avancés que nous, tout ça… Mais il me semble qu’en matière de saloperies, le XXème siècle, qui n’est pas si loin, a fait exploser tous les quotas. Quant au XXIème, il ne me semble pas très sexy pour le moment. On n’est jamais aussi évolué qu’on le croit. Hormis les mensonges et manipulations, on pourrait avancer les trucages de chiffres, d’images et de vérités historiques dont furent friands les régimes staliniens. Mais là comme pour les exemples précédents, contrairement à ce qui se passe aujourd’hui avec la post-vérité, la vérité reste une norme reconnue. On la connaît, on la contourne, on l’arrange mais on veut qu’elle soit reconnue comme telle, qu’elle devienne LA vérité. Désormais c’est tout à fait différent. Trump énonce des énormités, tout le monde le sait mais rien ne se passe à part les protestations habituelles qui d’ailleurs ne changent rien. Comme le dit le proverbe: « Le mensonge peut faire trois fois le tour du monde avant que la vérité se mette en route ». Mais le pire c’est bien de constater que malgré ces énormités, la popularité de Trump ne faiblit pas. Autrement dit, qu’il s’agisse de vérités ou de mensonges, l’effet est le même, la frontière entre les deux n’existe plus. Enfin non seulement les discours construits en réponse n’altèrent pas le pouvoir corrosif des fake news mais ils l’entretiennent. UN FOSSÉ SE CREUSE ENTRE LA RÉALITÉ ET LE DISCOURS POST-VÉRITÉ C’est un peu problématique. Car sur quoi repose une société, mis à part ses institutions, ses lois, ses usages et ses valeurs? Sur la confiance. Cela se mesure très simplement avec un exemple trivial. Si vous traversez une route quand le feu piéton est vert c’est que vous faites confiance aux automobilistes. Si la confiance n’est plus là, vous avez intérêt à courir vite. De même si votre médecin vous annonce que vos maux de ventre sont dus à une mauvaise alimentation alors que vous avez un cancer des intestins, vous regretterez vite de ne pas

Profile for Or Norme

Passages | Or Norme #33  

Passages | Or Norme #33  

Advertisement