Page 1

ART’O Mag # 15

ÉDITORIAL VOYAGE EXPOSITIONS MUSIQUE LITTÉRATURE AGENDA

HIVER 2018 - 2019

Le magazine 2 des ART’Ochtones - Monaco


#ĂŠditorial


La création artistique est parfois solitaire mais, assurément, ell e ne peut être égoïste . Il y a toujours une rencontre qui impulse un proje t, un tournant dans notre manière d’aborder l’a rt, le regard critique mais bienveillant d’un artis te où d’ un co lle ct io nn eu r qu i dé ch iff re pa rfo is si aisément ce que l’on tente d’exprimer,…

En ce qui me concerne , il y a de nombreuses rencontres, avec des artistes généreux, qu e je partage souvent ici et des moments de com pl icité avec les ART’O qui m ’accompagnent sur ce "bout de chemin" là : la créa tion artistique, la rech er che d’un "je ne sais quoi" qui, l’espace de quelq ues jours, quelques sem aines nous fait nous se ntir tellement vivants !

Etre artiste c’est vivre "à fleur de peau", et avoir la capacité de se laisser envahir pa r les émotions devant les courbes d’une oeuv re de Rodin que l’on pensait connaitre du bout des cils, par les notes d’ une mélodie qui n o us accompagnera à l’ate lier et influencera le ge ste du pinceau sur la toile…

Je vous souhaite une m agnifique année 2019.

Murielle VELAY-MICHE L alias MiraBelle

Peintre - Sculpteur

Rédactrice en chef - AR T’O Mag

Présidente - Associatio n Les ART’Ochtones


ART’O Mag

#15

P. 2 L’ÉDITORIAL

DE

M IRABELLE

P. 3 - 4

#sommaire

SOMMAIRE

P. 5 - 10 BALLADE PARISIENNE : LE M USÉE RODIN

PARIS

PAR

D ANIEL BOERI

P. 11 - 14 LA BOUTIQUE DE NOËL

P. 15 - 18 MUSIQUE

RENCONTRE : FAUSTO MACCARIO - FLORENT GARCIA

E N C O U V E RT U R E Création numérique Mirabelle-Art&Design© 3


Hiver 2018

P. 19 - 22 U N EXPÉRIENCE DE L ’ÊTRE

M ARC D’A NGELO

P. 23 - 24 EXPOSITION À LA F ONDATION MAEGHT

SAINT-P AUL -DE-V ENCE

1ER DÉCEMBRE 2018 - 16 JUIN 2019

"L’ESPRIT D ’UNE COLLECTION : LES DONATIONS"

P. 25 - 26 D ES NOUVELLES DE L ’ARTELIER

P. 27 - 28 O PEN DES A RTISTES 2019

G ALERIE L ’E NTREPÔT

M ONACO

P. 29 - 30 L’AGENDA DES ART’O

4


Ballade parisienne

La balade commence par une surprise. Bien que les salles du musée aient été rouvertes en 2015, ce sont le grand jardin et la grande façade de la porte Sud, qui éblouissent au premier coup d’œil.

Ensuite évidemment, il s’agit d’un parcours inédit et largement illustré des œuvres majeures d’Auguste Rodin. On y rencontre, entre autres, des sculptures en marbre, en bronze et en plâtre.

L’espace lui-même est un grand pas dans l’histoire. Sa construction date de 1732. Elle est à l’époque située "à la campagne", en marge du faubourg Saint-Germain. Elle reprend d’ailleurs la typologie des bâtiments aristocratiques et des hôtels particuliers d’alors. Sauf qu’aujourd’hui elle se trouve quasiment au centre de Paris entre l’Hôtel des Invalides et le Palais-Bourbon.

Mais laissons cela pour en venir aux œuvres de la collection. Attention, impossible en quelques lignes de ne point en sacrifier. Alors je me livre au risque de la sélection, à tort et à travers.

Ugolin et ses enfants - 1881

Rodin dessina plusieurs fois ce thème dantesque. C’est un rappel de la Divine Comédie de Dante. Ugolin, fait prisonnier et rendu fou par la faim, dévore ses enfants morts, ce qui lui vaut une damnation !

5 Ugolin et ses enfants (grand modèle) - Fonte en bronze, par Alexis Rudier en 1927


L’Hôtel Biron - Le Musée Rodin par Daniel Boeri

Les jardins de l’Hôtel Biron Au premier plan, "Ugolin et ses enfants"

6


Ai Weiwei au Mucem - Marseille

La Porte de l’Enfer Réalisation entre 1880 et 1917 (presque achevé en 1888 et retouché par l'artiste jusqu'à sa mort)

9


Le Seul Homme - roman par Daniel Boeri

La Porte de l’Enfer - 1890

Rodin travaillant avec la fièvre durant plusieurs années crée un véritable vivier dans lequel il puisa durant le reste de sa carrière. La porte à une histoire, Rodin voulut la présenter durant plusieurs années ; il ne le fit pas. Ce n’est qu’en 1917 qu’il reconstitua son œuvre pour la faire réaliser en fonte.

"La Porte de l’Enfer" est un groupe de sculpture monumentale de plus de six mètres de hauteur et quatre mètres de large qui constitua tout au long de la vie de Rodin son plus important travail et d'où furent extraites pendant plus de 30 ans ses plus fameuses sculptures individuelles dont le célèbre "Penseur".

10


Ai Weiwei au Mucem - Marseille

Comment ne pas s’arrêter devant Le Penseur…

Connu de presque tous, en bronze et fonte de 180 cm, il était d’abord intitulé le Poète c’est tout dire !

I l re p r é s e n t a i t D a n t e , penché en avant pour observer les cercles de l’enfer et méditant sur son œuvre.

Sa taille d’origine était de 70 cm et son agrandissement en 1904 accrut sa popularité. C’est un penseur certes mais son corps puissant suggère une grande capacité d’action !

Les Bourgeois de Calais Les "fameux" Bourgeois de Calais ornent tous les livres d’histoire ; six personnages individuels sont réunis sur une même base mais indépendants. Seuls face à leur destin et à la mort ils ne se regardent pas, il ne se touchent pas,… une simple corde au cou…

Oublié le fameux Baiser ! Ce sera l’occasion pour vous d’une visite magique à travers le grand jardin et son bassin, en plein centre de Paris.

Le Penseur - 1903

7


 

Le Seul Homme - roman par Daniel Boeri

Les bourgeois de Calais - 1895

8


La boutique

Les fêtes de fin d’année sont de précieux moments où l’on prend soin de ceux que l’on aime et où l’on éprouve un désir profond d’harmonie, de partage... "L’art lave notre âme de la poussière du quotidien." affirmait Pablo Picasso. L’art accompagne l’Homme depuis qu’il traçait ses rêves et ses croyances divines sur les murs des cavernes. L’art nous transporte dans les sphères souvent délaissées de l’imagination, une fenêtre ouverte vers un espace imaginaire en communion avec l’artiste… Alors cette année, offrez de l’art !

11


Peinture & Sculpture

OrganiK #1 Diptyque de 160 cm L - 80 cm H

Acrylique, spray paint, encres sur toile.

3 400 eur

Attitude

MIRABELLE

47 cm x 20 cm x 15 cm

Patine vert de gris 2/8

3 200 eur

Florence DUET

Gemella Rossa

Maternité

70 cm H

Pierre du Luberon

1400 eur

12

56 cm H - 16 cm L - 10 cm P

Marbre rouge

2000 eur


C ré a t i o n n u m é r i q u e Techniques mixtes imprimées

sur toile.

70 cm x 80 cm : 850 eur

70 cm x 100 cm : 950 eur

TCHOBA

Littérature "Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j'ai laissé là ce qui était de l'enfant."

Paul, I. Corinthiens 13, 9–11

Marc D’ANGELO 10,80 eur

En vente sur www.lulu.com

Après la 3ème guerre mondiale, il ne reste que des femmes sur terre.

Les hommes qui ne sont pas morts au combat ont succombé à Wolbachia, une bactérie tueuse de mâles.

Thierry DE MASSIA

24 eur

Editions Gunten

En vente sur Amazone 11


Les Art’O chtones vous souhaitent une

Heureuse Année 2019

12


#rencontre @FaustoMaccario #compositeur #arrangeur #producteur #DJ

@FlorentGarcia #guitariste #bassiste #vidĂŠaste

15


MUSIQUE M. Je connais un peu ton parcours, et nous avons eu le plaisir de mieux t’apprécier lors d’une collaboration à l’occasion de l’Exposition ADN organisée à la Galerie l’Entrepôt en 2016. En surfant sur le web je suis tombée sur un des derniers titre de Tofaus, Ace Frehley, que j’écoute depuis quasiment en boucle à l’atelier ! Pe u x - t u m ’ e n d i r e plus, notamment sur ta collaboration avec Florent Garcia ? FM. Eh bien Mirabelle la collaboration entre Florent et moi débute en 2004 lorsque Edmond Eisenberg - un jeune musicien de Monaco nous contacte pour rejoindre son groupe de reprises Pop-Rock en tant que bassiste (Florent) et pour ma part, en tant que batteur. Nous sommes alors seulement âgés de 12 ans et nous commençons une série de concerts dans des salles locales AJM, Centre de la Jeunesse, Le Volume, Tapas,..- en rejoignant diverses formations de reprises Rock, Metal et Punk Rock. Lors de mon retour à Monaco, après mes études à B e r k l e e e n 2 013 , n o u s reprenons contact dans le but de travailler ensemble. Nous sommes alors tous les deux assez nouveaux au travail de production musicale et continuons à collaborer dans le cadre de réalisations de titres pour les projets de chacun. En découle une relation de travail assez naturelle dans

laquelle Florent intervient régulièrement, en tant que guitariste et bassiste, sur les commandes de productions que je réalise pour un label pop danois ainsi que sur mes productions instrumentales hip hop. En 2017-2018, je participe en tant que batteur à son projet Brume avec Nowhere

deviendra le titre Ace Frehley. Florent rajoute immédiatement une mélodie de guitare qu’il harmonise en tierces. De là, on alterne chacun à notre tour sur les programmations de batteries, basses, synthés, etc… En découle, dès le premier

Boy et Charlene. E n O c t o b r e 2 018 , o n décide de se retrouver durant trois jours en studio à La Turbie, afin de composer et produire des titres ensembles sans trop se poser de questions. En installant le matériel on s’amuse avec le légendaire synthé Moog Voy a ge r , ave c l e qu e l j e commence à enregistrer la suite d’accords de ce qui

j o u r, l a b a s e d e c e qu i deviendra le titre Ace Frehley. Le titre est maintenant disponible sur le Soundcloud de Tofaus (Fausto Maccario), mais aussi sur toutes les plateformes de streaming légal : Apple Music, Spotify, Deezer, Tidal,.… Il fait partie d’une série de titres que Tofaus publie entre fin 2018 et début 2019.

16


BIO EXPRESS @FlorentGarcia Florent Garcia est un musicien et un vidéaste formé à l’Académie Rainier III de Monaco ainsi qu’au Conservatoire à rayonnement régional de Nice.

Florent trouve son inspiration dans l’éclectisme de ses influences.

Bercé par le rock 70’s et les films de genre autant que par la scène hip hop américaine et le nouvel Hollywood, l’artiste s’imprègne de cette diversité qui lui permet à la fois de jouer le rôle de musicien de session, ainsi que de réaliser des publicités pour diverses enseignes.

#contact

charleneandtheboys@gmail.com

www.soundcloud.com/tofaus/tofaus-ace-frehley

17


MUSIQUE

BIO EXPRESS @FaustoMaccario Depuis notre dernier "coup de projecteur" sur son travail, Fausto poursuit son chemin dans l’univers musical…

Fin 2017, Fausto collabore à la réalisation du titre "Même Si" du groupe Incantesimu, semi finaliste de la 6ème édition de "The Voice".

Le titre sera diffusé en première au JT de TF1 en décembre 2017.

En 2018, il collabore notamment avec des pointures régionales comme Medi (Dime On Records, Lisandro Cuxi…) dans le cadre de productions de chansons pour ces derniers.

Fausto continue toujours ses activités d’ingénieur son en studio pour la scène rap du 06 en collaborant avec des artistes comme Battling D Siki, WestKawd, Jama, Mvjin, Lil KB, VIN etc.

En Novembre 2018, le EP de 5 titres Gold de l’artiste Nowhere Boy voit le jour sur toutes les plateformes, projet pour lequel Fausto produit les 5 chansons de l’auteur Nowhere Boy.

#contact

fmaccariomusic@gmail.com

www.soundcloud.com/tofaus

18


Une expérience de l’Être Il y a quinze ans, dans mon Carnet de l'hiver 2003, j'écrivais : "... Tout, dans une joie presque intolérable, me devient intelligible. Et je constate (sur le plan corporel) un redressement spontané de l'échine à partir du bassin, comme si une douce énergie remontait le long de ma colonne vertébrale." La même chose se produit aujourd'hui, à cette différence près que je ne suis pas traversé par "une joie presque intolérable"… L'afflux d'énergie dans le dos et la nuque rend impossible de se tenir courbé ou d'avoir la nuque "cassée"  : il faut que l'énergie circule.

En même temps que le redressement vertébral, une sensation de calme, de force et de maîtrise. Non pas une sensation de calme, une sensation de force et une sensation de maîtrise, s'ajoutant les unes aux autres, mais une sensation unique faite à la fois de calme, de force et de maîtrise. Plus précisément encore, la "sensation de maîtrise" (peutêtre la plus importante des trois) semble procéder du calme et de la force, ou du moins elle en est indissociable : je me sens maître de moi-même comme si les défauts, les gênes et les freins intérieurs, s'étant effacés et n'entravant plus l'exercice de la maîtrise, produisaient un effet d'apaisement; et, d'autre part, il y a cette force intérieure qui me permet de disposer de moi-même et qui ne s'accommode d'aucune faiblesse pour empêcher l'action, à commencer par l'"action première" de l'esprit sur le corps.

En examinant cette sensation de maîtrise, comme je viens de le faire tout en écrivant ceci, je me rends compte que l'expérience que je suis en train de vivre m'a éclairé sur cette notion de façon déterminante être maître de soimême, c'est fondamentalement et

précisément savoir se situer et pouvoir se diriger.

Il y a lieu de remarquer aussi, à propos de cet état de force, de calme et de maîtrise, qu'il exclut toute violence, toute précipitation et toute distraction. Posons devant les yeux de notre esprit cette sinistre trinité, violence-précipitationdistraction : n'est-elle pas tout ce qui peut nuire à l'efficacité de nos actions, tout ce qui peut causer des accidents, tout ce qui peut fausser le rythme et la mélodie du cours de notre vie ? En songeant à ces personnages que l'on appelle des "Grands Maîtres", je me dis qu'en eux (lorsqu'ils méritent effectivement d'être nommés ainsi), cet état se maintient (ils se maintiennent eux-mêmes dans cet état) de façon constante ou quasi constante (avec quelques variations que l'on doit supposer inévitables du fait de leur "condition terrestre", donc d'un certain degré d'imperfection et d'instabilité qui s'attache à cette condition).

Dans l'après-midi, après le déjeuner, j'écoute quelques chansons du groupe Dulcimer dont je m'étais tenu à l'écart au cours des derniers mois parce qu'elles étaient trop intimement associées à l'état de mon cœur au cours de la fin de l'hiver et du printemps précédents. Mais quelque chose fait maintenant que je me sens "d'attaque" pour les revisiter. D'une façon qui m'apparaît presque "miraculeuse," la tension dévastatrice qui avait habité mon cœur durant plus d'une année, se relâche remarquablement. Hormis le fait que l'écoute de ces chansons me permet d'établir la mesure de mon rapport avec une époque qui entre maintenant de plain-pied dans le passé, je suis assez frappé de constater qu'il m'est loisible de comprendre les paroles anglaises

19


Le Seul Homme - roman par Marc D’Angelo

mieux que je ne l'avais jamais fait jusqu'à présent.

Je me livre ensuite à quelques exercices d'assouplissements dérivés du yoga (ou si l'on préfère une sorte de séance de hatha-yoga non acrobatique et simplifiée). Il me semble alors que ma p s y c h é s e t ro u v e o r i e n t é e p l u s spécifiquement dans une direction thérapeutique et que j'entretiens avec mon corps un rapport à la fois plus résolu, plus "participatif" et plus dynamique que d'habitude, et que je puis, de ce fait, donner à cette pratique un meilleur rendement. Je constate également une meilleure concentration sur les gestes, sur les postures ; la perception du corps s'accompagne, en quelque sorte, d'une participation de l'esprit, et de la possibilité et la volonté de visiter chaque partie de ce corps. Et, avec tout ceci, le sentiment de disposer de tout le temps nécessaire pour faire les choses à mon propre rythme.

Par ailleurs, ma perception de la réalité environnante et générale devient à la fois plus analytique et plus synthétique, autrement dit, elle devient plus claire : les "choses" sont à la fois plus distinctes (ou plus exactement elles peuvent être considérées plus distinctement les unes des autres) et perçues comme faisant partie d'un ensemble, et, dans le contexte de cette perception à la fois globale et ponctuelle, elles se présentent avec un degré accru de réalité.

Tous les aspects de l'expérience, ses conditions, ses effets ou ses résultats – concentration, vertu, lâcher-prise, etc – se ramènent, somme toute, à une connexion avec soi-même – avec le "vrai" Soi, s'entend ; l'expérience nous montre, entre autres choses, que ce que nous identifions, en temps ordinaire, comme réel, n'est qu'une forme

secondaire, illusoire et trompeuse, du Réel.

Il est exclu, partant de là, de se nuire à soi-même. Non pas par une forme d'égoïsme, mais parce que ce "Soimême" est reconnu et ressenti comme sacré. Il n'est pas plus sacré que quoi que ce soit d'autre, c'est-à-dire pas plus que tout autre "soi-même", puisqu'en réalité tout est être, doté donc d'un soi, mais il ne l'est pas moins non plus. Nous nous voyons ainsi placés sur la voie du self respect le plus légitime et de la préservation de ce Soi-même que l'on peut définir comme le Soi unique, uni à l'Unique et à l'Univers. Cette voie se trouve intimement en rapport avec le triptyque calme-force-maîtrise. On tient ce calme, en effet, comme quelque chose qui mérite et nécessite d'être entretenu ; on a le sentiment fort et profond que rien ni personne n'a le droit de l'altérer et que l'on a le devoir – et le pouvoir – de le protéger. La maîtrise de nous-même implique également celle de tout agent ou facteur extérieur susceptible de constituer une intrusion : tout étant être, tout est donc "intérieur à nous-mêmes", et, si nous nous maîtrisons nous-mêmes, nous maîtrisons tout le reste (au moins potentiellement ou par voie de conséquence), d'où il découle aussi que pour se maîtriser soi-même, il faut être en rapport avec le Tout et en harmonie avec lui.

Quel serait le visage d'une société dont les citoyens seraient en contact avec eux-mêmes et avec le Tout ? où chacun se respecterait et respecterait l'autre pour ce qu'il est ? dans laquelle les travailleurs disposeraient librement de leur volonté ? où l'employé saurait, par expérience intérieure, que son Moi est sacré, que nul ne peut le bafouer, et

20


qu'il a le droit, le pouvoir et le devoir de le défendre, n'ayant lui-même ni le droit ni le désir de bafouer le Moi sacré d'autrui ?

Nous voici, en vérité, dans un état de conscience où l'on ne conçoit guère d ' a u t re v o i e q u e d e t r a v a i l l e r : "Pourquoi, me dis-je, faire autre chose que travailler ?" Il y a en moi quelque chose comme une gravité – un sérieux profond qui ne m'empêche pas de sourire, de rire, de plaisanter, mais par lequel je me sens enraciné aux sources de la vie et que rien ne paraît pouvoir ébranler. Je repense aux deux essais consacrés à l'œuvre de Castaneda par Bernard Dubant et Michel Marguerie, et plus particulièrement au premier, La voie du guerrier, insistant sur la notion et l'exigence d'impeccabilité. Il me paraît évident que cette notion et cette exigence découlent directement d'une expérience de la réalité vécue sur ce plan-là.

Cette "sensation de gravité" et cette exigence d'impeccabilité procèdent elles-mêmes du contact avec l'Être. Dans cet "état de l'être", on se sent irrésistiblement porté à protéger l'Être avec lequel on est en contact, l'Être que l'on est (ce qui revient au même), et assez fort pour le faire. Dubant et Marguerie se sont faits aussi l'écho de Castaneda à propos de certains "sorciers noirs", innombrables, et qui, dans l'immense majorité des cas, endossent ce rôle sans en avoir conscience et sans le vouloir intentionnellement. Lorsque nous entrons dans l'état de conscience dont il est ici question, nous érigeons spontanément une protection contre les " m a n œ u v re s d e p o u v o i r " e t l e s mauvaises influences psychiques. Il est même, semble-t-il, impossible de faire

autrement que de se protéger, comme si l'Être, devenant prédominant, empêchait automatiquement l'intrusion d'une substance ou d'une entité étrangère qui menacerait son intégrité. En fait, cette "intégrité de l'Être" est à l'abri de toute menace, et c'est ellemême qui, sans agir, se protège ; sans a g i r, c ' e s t - à - d i re s a n s " f a i re " à proprement quelque chose, par le seul fait de l'êtreté, si je puis dire, donc avec une parfaite non-violence. C'est assurément à une telle position que tendent les adeptes des arts martiaux. On sera donc inaccessible, entre autres intrusions nuisibles, à toutes les peines du cœur, depuis la colère jusqu'à la peur en passant par le phénomène circonstanciel mais prégnant que l'on appelle communément le "chagrin d'amour" ; inaccessible à tout cela, mais pas à la compassion, laquelle se manifestera de la manière la plus souhaitable et salutaire : d'un cœur égal.

La bonne disposition au travail qui procède de cet état de l'être dans l'Être m'encourage à nettoyer un coin de mon appartement, nettoyage dont j'avais, au cours des derniers jours, repoussé l'idée... Ce faisant, je réalise que cette disposition provient de ce que la voix qui énonce les arguments anti-travail devient muette. Cette voix pro-paresse ou pro-inertie émane elle-même, pourrait-on dire, des bas-côtés de la Voie (le chemin de la jonction de l'être avec l'Être et de l'Être dans le monde). Dans l'état présent de ma conscience, il se passe ceci que cette Voie est comme protégée des interventions de la voix anti-travail. La voix de la "nature inférieure", qui énonce, même si c'est en termes seulement implicites, nonformulés, des arguments anti-travail,

21


Le Seul Homme - roman par Marc D’Angelo

cette voix qui nous fait croire, de même qu'elle nous fait croire que nos émotions douloureuses et éphémères et nos pensées agitées sont des réalités primordiales, voire exclusives, et qu'il y a des entraves à l'exercice de notre volonté, ou que nous avons des raisons de ne pas travailler, cette voix s'est tue. Rien ne m'empêche plus de m'en tenir à l'essentiel et au nécessaire.

Et pourrait-on dire, le reste suit. La dignité, par exemple. Elle est évidemment le corollaire de l'imperméabilité à la voix de la nature inférieure : cette "basse voix" ne mérite pas que lui prête attention l'être qui est en contact avec l'Être. Cette dignité est une qualité intrinsèque de l'Être luimême ; il est digne parce qu'il est, tout simplement. Naturellement, elle va de pair avec le respect, étendu à une dimension universelle. Je suis – et le courant de la vie me traverse ; tous les autres sont, eux aussi, et le courant de la vie les traverse pareillement.

Dans le contexte particulier du travail littéraire, le Verbe est envisagé et contrôlé de manière moins analytique et plus synthétique que d'ordinaire. Il n'y a pas, pour autant, de manque à gagner du côté de la précision et de la créativité ; ce qui devient un peu moins maîtrisé et plus déficient (mais à peine), ce serait plutôt la capacité de vérification.

Peut-être convient-il de dire, pour conclure, que la rédaction des présentes lignes, en guise de témoignage, ne ressort pas véritablement du désir ou du besoin d'en confier indifféremment, à "n'importe qui", le contenu : le lecteur, même s'il est, par définition, "n'importe qui" dans un sens neutre, non-

péjoratif, puisque tout le monde est appelé à lire (ou susceptible de lire) un texte publié sans restrictions, se présente potentiellement aussi comme un "lecteur choisi", appelé par la Providence ou la nécessité à lire le texte, et comme un "lecteur choisissant", puisqu'il aura pris l'initiative de la lecture et l'aura, de luimême, espérons-le, poursuivie. S'agissant de l'Être, les lettres sont, au contraire des paroles prononcées dans un dialogue, des vecteurs légitimes et opportuns, par le fait même qu'elles ne sélectionnent pas la personne à qui elles s'adressent. La rencontre du lecteur avec le texte – qui est donc aussi, en l'occurrence, celle de l'être avec l'Être – se fait en fonction de l'Être lui-même qui déjà se trouve en lui.

———

22


L’esprit d’une collection à la Fondation Maeght Saint-Paul-de-Vence

par Mirabelle

La Fondation Maeght est un lieu magique s’il en est…Dans les années 1950, Josep Lluís Sert réalise l’atelier de son ami Joan Miró, à Palma de M a j o rq u e . A i m é M a e g h t , galeriste et éditeur de Miró depuis 1947, décide de lui confier son grand projet : la réalisation de la première fondation privée, dédiée aux arts visuels, en Europe.

Un jardin de sculptures à l’ombre de pins parasols centenaires, des bâtiments agencés autour de patios, un campanile pour la chapelle, une "salle de la Mairie", une maison-atelier… Sert conçoit, dans un dialogue constant et

étroit avec Aimé Maeght, une architecture intégrée à la nature autant dédiée aux artistes qu’ouverte et accueillante pour les amateurs d’art.

Sous le commissariat du critique d’art Henri-François Debailleux, la Fondation Maeght présente, du 1er décembre 2018 au 16 juin 2019, L’esprit d’une collection : les donations. Cette exposition temporaire met à l’honneur les fondateurs et marchands d’art, Marguerite et Aimé Maeght, les amis du couple, les artistes et les collectionneurs qui ont contribué au succès du lieu grâce à leurs dons.

La Fondation Maeght possède l’une des plus importantes collections en Europe de peintures, sculptures, dessins et gravures du XXème siècle.

L’esprit d’une collection : les donations raconte comment la famille Maeght, les proches, les amoureux de la Fondation font vivre une collection depuis plus de 50 ans. De Miro à Chagall en passant par Braque, Soulages, Tapies… plus de 80 artistes sont exposés.  

Mon coup de coeur : les immenses tableaux de Soulages, Tapies et Hantaï qui se côtoient dans un même espace sans pour autant se nuire.

23


Les 80 artistes exposés :

Jean-Michel Alberola, Pierre Alechinsky, Pat Andrea, Arman, Eduardo Arroyo, Francis Bacon, Balthus, Miguel Barceló, Ronan Barrot, Jean Bazaine, Anna-Eva Bergman, Georges Braque, Alexander Calder, Pier

623, chemin des Gardettes 06570 Saint-Paul-de-Vence +33 (0)4 93 32 81 63 info@fondation-maeght.com

Paolo Calzolari, Louis Cane, Denis Castellas, Marc Chagall, Eduardo Chillida, Christo, Daniel Clarke, Vincent Corpet, Henri Cueco, Nicolas De Staël, Marco Del Re, Pierre Dmitrienko, Eugène Dodeigne, Burhan Dogançay, Alain Domingo,

Max Ernst, Erró, Sylvie Fajfrowska, Alekos Fassianos, Pierre Faucher, Julie Faure-Brac, François Fiedler, Jean-Michel Folon, Lars Fredrikson, Gérard F r o m a n g e r, Wo l f g a n g Gäfgen, Gérard Garouste, Gérard Gasiorowski, Alberto Giacometti, Simone Gori, Juan Gris, Hans Hartung, Jörg Immendorff, Ellsworth Kelly, Joël Kermarrec, Ladislas Kijno, Peter Klasen, Jean Le Gac, Lee Bae, Fernand Léger, R a ’ a n a n L e v y, Anne Madden, Brice Marden, Henri Matisse, Jean-Michel Meurice, Henri Michaux, Joan M i r ó , B e r n a rd M o n i n o t , Jacques Monory, Oh Sufan, Denis Oppenheim, Axel Pahlavi, Pablo Palazuelo, Gina Pane, Stéphane Pencréac’h, Philippe Perrin, Ernest PignonErnest, Paul Rebeyrolle, A n t o n i o Recalcati, Assan Smati, Pierre Soulages, Peter Stämpfli, Saül Steinberg, Sui Jianguo, Sam Szafran, Pierre Tal-Coat, Antoni Tàpies, D j a m e l Ta t a h , H e r v é Télémaque, Anne TréalB re s s o n , R a o u l U b a c , Claude Viallat, Jan Voss.

w w w . f o n d a t i o n - m a e g h t . c o m 24


Les ateliers d’initiation - peinture & sculpture

Notre amie sculpteur sur pierre, Florence Duet, travaille désormais à demeure à l’ARTelier. Elle expose une grande partie de ses créations dans notre showroom. Florence dispense également ses cours (individuels et collectifs ) d’initiation à la sculpture sur pierre tendre au sein même de l’ARTelier le mardi et le mercredi, sur réservation. Contact : 06 15 91 16 92 Nombre de participants limités.

Florence Duet

25


2018 - 2019 avec Florence Duet et Mirabelle

Mirabelle poursuit ses activités au sein de l’ARTelier avec notamment des stages d’initiation à la peinture aquarelle et à l’acrylique. Les cours ont commencé depuis le 1er septembre et affichent quasiment complet. L’artiste prévoit également l’organisation d’ateliers en plein air qui seront mis en place au printemps 2019 dans un nouvel espace de travail. Des ateliers de peinture sur galets, pour adultes et enfants, sont proposés durant les vacances de d’hiver. Contact : 06 07 93 27 16 Nombre de participants limités. *** De plus amples informations et les dates des stages seront développées sur notre page Facebook.

26

Mirabelle


Paradoxe du

Ô Le Ô n’est jamais silencieux Dans le cadre du prochain Open des Artistes de la Galerie l’Entrepôt, Daniel Boeri propose une réflexion autour de l’usage du Ô.

Graphème de l’alphabet latin et vietnamien, nous nous intéresserons à sa portée vocale.

Le Ô, loue, interpelle, apostrophe, acclame, invite à l’action par le corps. Il exprime une réaction spontanée et attise l’attention.

Paradoxalement, par sa simplicité, ce graphème invite à la multiplication des gestes.

Appel vocatif, action, geste d ’ i n t e r p e l l e r, a p o s t r o p h e , l e Ô exprime la surprise, l’admiration, la crainte ou l’effroi.

Quelque soit le sentiment il exprime une ré-action à travers un geste.

Il élimine la passivité, il passe à l’action, spontanée ou réfléchie…

27


EXPOSITION

Open des Artistes 2019

Galerie l’Entrepôt

Monaco

9 au 23 janvier 2019 :

Ouverture de la galerie interactive et vote sur Internet afin de sélectionner les trois primés qui intégreront l’exposition collective des œuvres sélectionnées par le jury durant cette même période.

24 janvier 2019 au matin :

Annonce de la sélection.

29 janvier - 20 février 2019 :

Exposition collective des œuvres sélectionnées.

Durant l’exposition, le public est invité à venir voter pour le Prix du Public à la Galerie pour l’œuvre de son choix, Prix du Public.

www.lentrepot-monaco.com 28


Florence DUET Sculpteur Showroom, L’ARTelier - Monaco

Galerie JP Art - Cannes

5ème Anniversaire de l’Association Les ART’Ochtones

Exposition : décembre 2017 - hiver 2018

Open des Artistes - Galerie L’Entrepôt - Monaco

#agenda

www.florenceduet.com

MARILOU - Marie-Lys MICHEL Dessinateur Showroom, L’ARTelier - Monaco

5ème Anniversaire de l’Association Les ART’Ochtones

Exposition : décembre 2017 - hiver 2018

www.facebook.com/Marilou

Charles FRANCH-GUERRA Photographe Showroom, L’ARTelier - Monaco

5ème Anniversaire de l’Association Les ART’Ochtones

Exposition : décembre 2017 - hiver 2018

29


MIRABELLE - Murielle VELAY-MICHEL Peintre - Sculpteur Galerie - La Quincaillerie d’Art - Nice

Showroom - L’ARTelier - Monaco

Showroom - Mov’In Décoration d’Intérieur - Monaco

Showroom - L’Atelier de Mirabelle - La Turbie

5ème Anniversaire des ART’Ochtones

Exposition : décembre 2017 - hiver 2018

www.mirabelleart.com

TOM - Thierry DE MASSIA Peintre - Sculpteur - Compositeur - Ecrivain Showroom - L’ARTelier - Monaco

5ème Anniversaire de l’Association Les ART’Ochtones

Exposition : décembre 2017 - hiver 2018

www.jamendo.com-thierry-de-massia

TCHOBA - Joël TCHOBANIAN Concepteur visuel Showroom - L’ARTelier - Monaco

Exposition - Restaurant Le Sensais - Monaco

5ème Anniversaire de l’Association Les ART’Ochtones

Exposition : décembre 2017 - automne 2018

www.tchoba.com

30


31


Où trouver votre Mag ? POINTS DE DISTRIBUTION L’ARTelier - 5 Allée Guillaume Apollinaire - Monaco

Galerie l’Entrepôt - 22, rue de Millo - Monaco

Forum Grimaldi - 10, Avenue Princesse Grâce - Monaco

La Quincaillerie d’Art - 41, Rue Verdi, Nice

INFORMATIONS PRATIQUES CONTACT : MURIELLE VELAY-MICHEL

mirabelleart@hotmail.fr

(+ 33) 06 07 93 27 16

BULLETIN D’ABONNEMENT L’ART’O Mag est exclusivement réalisé par des créateurs et des journalistes bénévoles. Vous souhaitez les soutenir et nous aider à faire connaitre les artistes de notre région ? Renvoyez ce bulletin accompagné de votre règlement, par chèque, à : Association Les ART’Ochtones, 5 allée Guillaume Apollinaire, Les Jacarandas, MC 98000 Monaco.

OUI ,

je m’abonne à ART’O Mag.

Pour 1 an (4 numéros) 19,50 € (frais d’expédition inclus) NOM-PRENOM………………………………………………… ADRESSE………………………………………………………. …………………………………………………………………… CODE POSTAL……………………….VILLE………………… E-MAIL………………………………………………………….. T ELEPHONE… ……… ……… … ……… … ……… … … … … …

32


Qui sommes-nous ?

" L e s A RT ' o c h t o n e s " e s t u n e a s s o c i a t i o n d ' a r t i s t e s d e Monaco et des communes limitrophes née de la passion des arts visuels.

L'association regroupe des artistes créateurs, élabore des événements artistiques et des expositions. Elle sensibilise et apporte une médiation par les arts visuels.

Sa structure associe les artistes membres et membres d'honneur, les artistes collaborateurs, les médias, galeries, curateurs, collectionneurs, éditeurs, critiques d’arts, établissements scolaires et de soin, mécènes et le public non adhérent.

LE BUREAU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Présidente :

Murielle Velay-Michel alias MIRABELLE, peintre - sculpteur

Contact : 06 07 93 27 16

Secrétaire Général :

Joël Tchobanian alias TCHOBA, créateur visuel

Contact : 06 40 62 45 86

MEMBRES ACTIFS

Florence Duet, sculpteur

Thierry de Massia alias TOM, peintre, sculpteur, compositeur, musicien, concepteur visuel

Marie-Lys Michel alias MARILOU, dessinatrice

Charles Franch-Guerra, photographe

MEMBRES D’HONNEUR & ARTISTES COLLABORATEURS

Daniel Boéri, Conseiller national, membre d’honneur

Mateo Mor nar, sculpteur, membre d’honneur

Lothar Guderian, plasticien, membre d’honneur

Marc D’Angelo, écrivain, poète, essayiste, membre d’honneur

Jean-Marie Fondacaro, sculpteur, membre d’honneur

Blaise Devissi, peintre - sculpteur

Christian Longinotti, peintre, dessinateur

Florence Dabezies-Fraisse, écrivain

Isabelle De Toytot, céramiste


L’ A R T E L I E R

RÉDACTRICE EN CHEF Murielle VELAY-MICHEL ont collaboré à ce numéro :

Association Les ART’O chtones

OUVERT DU LUNDI AU VENDREDI de 10 h à 19 h

PHOTOGRAPHIE

sur rendez-vous

5,

ALLÉE

Daniel BOERI Marc D’ANGELO Fausto MACCARIO

GUILLAUME APOLLINAIRE - LES JACARANDAS - MONACO

BLOC B4 - 3ÈME ÉTAGE

CONTACT : 06 07 93 27 16

EMAIL : ARTOCHTONES@GMAIL.COM

www.artochtones-monaco.com MiraBelleArt&Design@

Daniel BOERI Murielle VELAY-MICHEL Archives - ART’Ochtones COUVERTURE GRAPHISME Mirabelle-Art&Design© IMPRESSION Graphic Service Monaco

33

Profile for MiraBelle - peintre-sculpteur - Monaco

ART'O Mag #15 - Hiver 2018-2019  

Advertisement