Page 1

04

DoSSIeR

Le sens de l’accueil À l’orée d’une nouvelle saison touristique, le Mensuel dresse le bilan de l’exercice 2011 et donne la parole à des professionnels qui chacun dans leur domaine font part de leur expérience. Il s’agira également de découvrir la nouvelle directrice de l’office de tourisme et d’évoquer le retour de l’opération « Ambassadeurs du patrimoine ». Cette dernière est un bel exemple de partenariat entre les acteurs privés et les collectivités, qui ont cet intérêt commun à privilégier un accueil de qualité sur un territoire hautement touristique.

Lise Trincaretto, nouvelle directrice de l’office de tourisme Ventoux. En s’appuyant sur son équipe et sur le travail effectué par son prédécesseur, elle entend bien obtenir avant la fin de l’année, le fameux label « Qualité Tourisme ». Mais avant cela, elle veut « aller à la rencontre des professionnels pour prendre la mesure de la richesse, de la variété et de la qualité de l’offre que nous pouvons soumettre à nos visiteurs. À la lumière de ces éléments je pourrai définir et mettre en place des stratégies, afin que ceux qui séjournent sur notre territoire aient envie de rester encore plus longtemps et surtout de revenir pour profiter pleinement de tous les atouts de la région : le climat, la tranquillité, le patrimoine, la culture, la cuisine et les vins, la beauté des paysages, etc. La combinaison de tous ces éléments, qu’on ne trouve qu’ici et nulle part ailleurs.»

Lise Trincaretto est la nouvelle En Vaucluse, le chiffre d’affaires directrice de l’office intercommunal de généré par le tourisme – plus d’un tourisme. Elle succède ainsi à Michael milliard d’euros* – place ce secteur Shellard, après avoir été à la tête de d’activité économique en quatrième l’office de Maubeuge pendant une position, derrière ceux de l’agriculture, décennie. Aujourd’hui, elle prend les de l’agro-alimentaire et du transport- rênes du deuxième office de tourisme logistique. À Vaison-la-Romaine, le du Vaucluse en ce qui concerne tourisme génère 46 millions d’euros, l’affluence, celui du Pays Vaison ce qui correspond au troisième rang ························································································································ vauclusien, derrière le grand Avignon Ambassadeurs du patrimoine et hôtes privilégiés et Orange. le musée archéologique, à un tarif Considérant que les hébergeurs En revanche, Vaison se classe en tête préférentiel. Cette année, ce tarif du territoire de la Copavo, sont des communes de plus de 1000 habi«hôte privilégié» donnera également les premiers promoteurs des sites tants, pour le pourcentage d’emplois accès à la nouvelle salle audiovisuelle antiques, le service patrimoine de directement liés au tourisme, soit du musée, qui diffusera un film la Ville de Vaison-la-Romaine, en 25,3 %. Mais derrière l’appellation d’animation en images de synthèse, partenariat avec l’Office de tourisme «professionnel du tourisme» se cache reconstituant la Maison au Dauphin de Vaison-la-Romaine, reconduit une immense diversité de métiers, de l’opération «Ambassadeurs du patri- grâce aux nouvelles technologies et compétences, d’histoires… à tel point évoquant la vie quotidienne de ses moine», qui permet à leurs hôtes de que l’on peut difficilement parler de riches propriétaires. visiter les vestiges gallo-romains et «mono-activité». Il existe malgré tout ···································································································································· une préoccupation commune chez LES ChIFFRES CLéS De l’HÉBeRgeMeNT à VAISoN-lA-RoMAINe tous ces acteurs quels qu’ils soient : la qualité de l’accueil. Et les visiteurs ne s’y trompent pas, car ils sont de meublés chambres hôtels campings résidences plus en plus nombreux chaque année et gîtes d’hôtes de vacances à séjourner sur notre territoire.

138

* Source : JlIeCo-CRT Paca-observatoire ADT Vaucluse, novembre 2010.

34

6

4

2

Source : office de tourisme intercommunal, année 2011.


LE SAvIEZ-vOUS ? Une famille qui passe ses vacances en Vaucluse finance son séjour à hauteur de 1065 € en moyenne (soit une dépense de 70 € par jour et par personne). il est à noter qu’une famille étrangère dépense quasiment le double d’une famille française (1 353 € contre 828). Le budget qu’un touriste consacre à son séjour en Vaucluse, a augmenté de 87 % depuis 2003 : soit 495 € de plus. Source : ADT Vaucluse, pour l’année 2011.

05 05

Paroles d’hébergeurs Les Tilleuls d’élisée, Ambassadeur du patrimoine

Finalement, il n’y a que le théâtre antique qui échappe à leur regard. Car de chez eux, Anne et Laurent viau aperçoivent quasiment tous les « incontournables » de vaison-la-Romaine : Notre-Dame de Nazareth, le site antique et le château de la villasse, la haute-ville… C’est après avoir achevé la restauration du mas familial en 2006, que ce jeune couple a ouvert cinq chambres d’hôtes dans le quartier de la Cathédrale. Six ans plus tard, leur travail est récompensé par leurs hôtes eux-mêmes, puisque le site mondialement connu tripadvisor.com (dont les évaluations se basent uniquement sur le retour des clients) vient de classer « Les Tilleuls d’Élisée » des époux Viau, dans leur top 25 des établissements de l’hexagone. Et ce au 13e rang ! Notons que dans ce classement figure en 22e position une autre maison d’hôtes vaisonnaise, la Bastide la Combe, sise chemin de Sainte-Croix. Anne et Laurent Viau sont également les derniers gagnants de l’opération «Ambassadeurs du patrimoine », qui incite les hébergeurs à devenir

eux-mêmes, acteurs de la promotion des sites antiques (lire par ailleurs). Ils sont très nombreux à jouer le jeu, comme Sabrina et Pierre Antoine, de la chambre d’hôtes Jade en Provence qui lors de sa participation à une émission télévisée, avait choisi d’emmener ses hôtes/concurrents dans le site de la Villasse. «Avant que ce dispositif n’existe, nous incitions déjà nos hôtes à découvrir les vestiges gallo-romains, explique Laurent. Mais désormais, on se sent vraiment partie prenante d’une action qui valorise le territoire, aux côtés du service du patrimoine de la Ville et de l’office de tourisme, en remettant ce tarif préférentiel à nos clients. Ces derniers se sentent vraiment pris en charge à travers ce partenariat, mêlant des acteurs privés et institutionnels. Beaucoup de choses passent à travers ce coupon.» Le mois dernier, les Tilleuls d’Élisée ont accueilli des amateurs de peinture en provenance des Flandres (voir couverture). «Voilà le genre d’opérations que l’on cherche à développer, en marge de la haute saison, qui court de mi-avril à mi-novembre. Étant ouverts toute l’année, nous cherchons à toucher d’autres clientèles qui ne seraient pas exclusivement issues du tourisme, analyse Laurent. Par exemple, nous accueillons de plus en plus de personnes qui viennent à Vaison pour des raisons professionnelles (séminaires, formations, stages…). Ce public est intéressant pour nous, car il permet d’atténuer les variations de notre taux de remplissage, sur l’année », conclut-il.

Un camping à la ville Comme pour les autres hébergeurs dont il est question dans ce dossier, le camping du Théâtre romain est également une histoire de famille. Dans la famille Pruvot, je voudrais le père : Jean. Alors qu’en 1994 il dirige l’agence aptésienne de la banque Chaix, il « plaque » la finance, pour créer un camping à quelques encablures du théâtre antique. « Étant moi-même un campeur, le fait que je disposais d’un foncier suffisant, conjugué avec l’absence de camping à Vaison-la-Romaine après la tragique crue de l’Ouvèze, je me suis lancé dans l’aventure, explique Jean Pruvot. J’ai créé un établissement à l’image de ceux que j’appréciais moi-même en tant que client, c’est-à-dire : calme, confortable et sûr.» Situé à proximité du centre-ville, le camping du théâtre romain, accueille essentiellement des couples et des retraités. « Comme nous privilégions la quiétude, nous n’avons pas d’animations. En cela, nous nous complétons avec les autres campings de la région, qui peuvent accueillir une clientèle plus familiale, complète Jean.» Dans la famille Pruvot, je voudrais le fils : Jérôme. Voilà 6 ans que ce dernier dirige la structure créée par son père, aujourd’hui à la retraite, mais toujours prêt à l’épauler. C’est Jérôme qui, il y a quelques années a fait prendre une nouvelle orientation au camping du Théâtre, en intégrant un contingent de mobile homes, afin de répondre à l’engouement pour ces structures, qui offrent un type d’hébergement assez éloigné de celui recherché par les puristes de la toile de tente, comme l’était Jean. Mais dans le tourisme, comme ailleurs, il en faut pour tous les goûts !


ChAMBRES D’hôTES, hôTELS, quelleS DIFFÉReNCeS ?

06

au regard de la législation en vigueur, les chambres d’hôtes sont des chambres meublées situées chez l’habitant en vue d’accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées, assorties de prestations. La différence avec un hôtel traditionnel, est que leur capacité d’hébergement est limitée à cinq chambres, pouvant accueillir quinze personnes au maximum. Et quand dans les hôtels, l’accueil est assuré par du personnel salarié, dans les chambres d’hôtes cette tâche incombe exclusivement à l’habitant lui-même.

DoSSIeR Carpe Diem: entre vaison-la-Romaine et le mont ventoux Selon Isabelle Imbratta la directrice, le camping Carpe Diem jouit d’une situation idéale, avec des vues sur la Haute-Ville, le village perché de Crestet et bien entendu le mont Ventoux. « C’est lui la vraie star, affirme-t-elle. Quand j’ai pris la direction il y a trois ans, je croyais avoir une petite idée de son prestige. Mais j’étais loin du compte. Il y a vraiment un engouement incroyable autour de cette montagne. En tout cas, il nous permet de maintenir un taux de remplissage très correct, en basse saison, grâce notamment à la présence de clubs cyclistes, qui viennent en séjour chez nous pour

se frotter au géant de Provence. Car de juin à septembre et pour les ponts du mois de mai, nous sommes déjà quasiment pleins », annonce la directrice. Ce camping, qui se situe sur la route de Saint-Marcellin, bénéficie d’un complexe aquatique, d’un espace de restauration, propose des animations… A priori, on imagine que les clients ont tout « sous la main » et par conséquent n’éprouve pas le besoin de gagner l’extérieur du site. « Pourtant, explique Isabelle, nos hôtes sont souvent dehors. Ceci est dû à la proximité du centre-ville, qui ne se trouve qu’à 1,5 km d’ici et au fait qu’il se passe

énormément de choses à Vaison. Par exemple le mardi, jour de marché, on ne croise pas grand monde dans le camping ! C’est un phénomène qu’on ne retrouve pas forcément ailleurs dans le réseau de campings Franceloc, auquel nous appartenons.» Sur les 9 hectares que couvre le Carpe Diem, sont disposés 300 emplacements, dont les deux tiers de mobile homes. Au plus fort de la saison, ce site qui emploie alors 20 personnes, peut abriter 1300 âmes. S’il était un village, au sens administratif du terme, il se hisserait au deuxième rang des communes de la Copavo, ex æquo avec Sablet…

······································································································································································································

Cinq cents ans d’histoire à l’hostellerie du Beffroi Au commencement était la construction de la ligne ferroviaire Orange - Buis-les-Baronnies. C’est grâce à ce chantier, mené à l’aube du XXe siècle, qu’aujourd’hui yann Christiansen se trouve à la tête de l’hôtel du Beffroi, niché dans la haute-ville. En effet, un de ses aïeux, ingénieur marseillais au sein de la compagnie PLM, s’est établi il y a plus de 100 ans à Vaison-la-Romaine, pour superviser la construction des ouvrages d’art de ce chemin de fer. C’est dans une belle bâtisse construite en 1554 et appartenant initialement au comte de Saint-Véran, qu’un nom fameux de l’histoire contemporaine de ce quartier, s’enracinait dans la Haute-Ville : celui de la famille Mouillefarine, dont Yann Christiansen est un descendant. « C’est ma grande tante, à la retraite après avoir été receveur du bureau de poste de Vaison, qui a démarré une pension de famille, rapidement devenue une activité

hôtelière dans la maison familiale, dont j’ai la responsabilité aujourd’hui. Comme elle avait l’habitude d’accueillir régulièrement des amis, explique-t-il, cela s’est fait naturellement. De quelques chambres au sortir de la deuxième guerre mondiale, nous en proposons aujourd’hui 22, réparties dans les quatre bâtisses accolées que la famille a acquises au fil du temps, constituant la maison principale, complétées par un second bâtiment : l’hôtel particulier du marquis de Taulignan. Chambres auxquelles il faut ajouter une salle de restaurant de 30 couverts.» Ainsi se construit et se poursuit l’histoire de cet établissement où travaille une vingtaine de personnes lors de la belle saison et qui n’a pas besoin d’artifices architecturaux ou décoratifs pour « faire » méridional. Si du haut de l’Hostellerie du Beffroi, cinq siècles contemplent ses hôtes, Yann Christiansen secondé par son

épouse Christine, tient à les faire davantage remonter dans le temps, en proposant à ses clients, des séjours à thème « clé en main » sur la découverte de 2000 ans d’histoire à Vaison. « En partenariat avec le service patrimoine de la Ville, nos hôtes disposent d’un accès aux sites antiques, au musée archéologique et d’un audioguide. Cela fait deux ans, que nous avons mis en place cette opération, explique Yann, et nous obtenons d’excellents retours.»

Dossier Mensuel mai 2012  

Dossier Mensuel mai 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you