{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

annuelles de la MAE

des chercheurs et enseignants chercheurs 2016-2017


La Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE), sous la triple tutelle du CNRS et des Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris Nanterre, est un lieu de recherche et de formation à la recherche, qui réunit plusieurs disciplines des sciences de l’homme et de la société : archéologie, préhistoire et protohistoire, ethnologie et sociologie comparative, ethnomusicologie, histoire ancienne et médiévale, lettres classiques. Elle est dirigée par Isabelle Sidéra, directrice de recherche au CNRS et préhistorienne, et en qualité de directrice scientifique adjointe, Isabelle Rivoal, chargée de recherche au CNRS et ethnologue. La MAE réunit 300 chercheurs et enseignants-chercheurs, 90 ingénieurs et techniciens ainsi que 500 doctorants, au sein de cinq laboratoires et d’une unité de service et de recherche. Le livret des publications de l’année est représentatif du travail qu’ils mènent sur tous les terrains du monde. Les laboratoires de recherche Archam, Archéologie des Amériques (UMR 8096) ArScAn, Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR 7041) Lesc, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (UMR 7186) PréTech, Préhistoire & technologie (UMR 7055) Trajectoires (UMR 8215) L’unité de service et de recherche (USR 3225) L’USR a la charge des services communs de la MAE et du Pôle éditorial qui comprend le service des éditions de la MAE et les secrétariats de rédaction de 13 revues. Les revues scientifiques Les 13 revues scientifiques présentes au sein de la MAE sont : AdlFI, Bulletin de la Société Préhistorique Française, Espaces & Sociétés, Ethnologie française, European Journal of Sociology, Gallia, Gallia Préhistoire, Journal de la Société des Américanistes, Paléorient, Revue archéologique, Syria, Terrain et Tracès. Ce livret rassemble les livres parus d’octobre 2016 à octobre 2017 produits par les chercheurs et enseignants chercheurs de la MAE (liste non-exhaustive).


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Khao Sam Kaeo

An Early Port-City between the Indian Ocean and the South China Sea

Edited by Bellina Bérénice (PréTech)

Two thousand years ago, the Wu Emperor of China sent south a naval expedition to seek opportunities to increase trade. The leaders encountered a Southeast Asian kingdom, with an established government, laws, cities and flourishing trade with India and Rome. The expedition report survives in the Chinese dynastic archives, and poses a fascinating challenge to archaeologists: what was the nature of this maritime Silk Road, when did it begin, what manner of people ran it, and how did it affect their lives? Answers to these key questions are now emerging from five years of excavations and a decade of intense analyses that centre on the Kra Isthmus, the narrow neck of land that provides the easiest passage between the Indian Ocean and the South China Sea. Here, the trade route is dominated by the urban centre of Khao Sam Kaeo, a sprawling settlement atop four hills, next to the Tha Tapao River. For the first time in Southeast Asia, a multidisciplinary project involving geoarchaeology, botany and metallurgy, combined with geographical information systems, has been deployed to unravel the timing of the emergence of the maritime Silk Road and its social impact. We have found that its origins are far earlier than suspected, stretching back into the 4th century BC. Over the centuries, Khao Sam Kaeo became a cosmopolitan hub that drew merchants and artisans from India and other Asian horizons. Gold and silver, carnelian and glass jewellery came from new workshops. In the fields beyond the city walls, new crops of Indian origin were grown alongside the traditional rice fields. Chinese ceramics, Vietnamese bronzes, even Roman tradewares made their way to the markets of Southeast Asia. The vital importance of Khao Sam Kaeo in documenting and illuminating the early maritime trade is seen in the later rise of states like Pasai, Banten, Melaka and Ayutthaya. Here again, on a magnified scale, there were highly specialised manufacturing industries controlled by powerful kings. Revealing the deep seated cultural changes that took place at Khao Sam Kaeo thus illuminates for the first time a critical stage in the history of Southeast Asia. Édition EFEO, collection « Mémoires archéologiques », 2017 675 p., ISBN : 9782855394275


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Du Précolombien à 1830

Sous la direction de Bertrand Michel, Blanquer Jean-Michel, Coppolani Antoine et Vagnoux Isabelle Avec des articles des membres d’ArchAm : Acosta Nieva Rosario, Alix Claire, Arnauld MarieCharlotte, Bérard Benoît, Bouchard Jean-François, Darras Véronique, Elliott Michelle, Faugère Brigitte, Goepfert Nicolas, Lecoq Patrice, Legoupil Dominique, Lodeho Laure, Michelet Dominique, Nondédéo Philippe, Patrois Julie, Pereira Grégory, Rostain Stéphen, Sergheraert Maëlle & Taladoire Éric

Pour la première fois, un dictionnaire raconte et explore l’intégralité des Amériques – du Sud, centrale et du Nord – en montrant ce qui fait à la fois leur unité et leur grande diversité. Du Labrador à la Patagonie, de Valparaiso à Montréal, du Machu Picchu à Hollywood, des Mayas et des Amérindiens aux Noirs et aux Latinos, de George Washington à Martin Luther King et Barack Obama, de Juan Perón à Fidel Castro… Conçu en deux tomes (de l’époque précolombienne à 1830 et de 1830 à nos jours) par une équipe de 140 chercheurs français et étrangers, cet ouvrage d’une ampleur sans équivalent parcourt l’ensemble de ce continent séparé par la géographie mais uni par une même expérience d’adaptation à un environnement inconnu et souvent hostile, les luttes pour l’indépendance, des institutions semblables et un socle de valeurs communes. Il traite aussi bien des questions archéologiques et politiques que des sujets économiques et culturels. Il aborde ainsi tous les grands thèmes qui permettent de saisir l’évolution de ces civilisations successives rattachées à un même espace : empire aztèque, conquêtes coloniales, Eldorado, esclavage, Jésuites, Mayflower, guerre de Sécession, rêve américain, mouvements révolutionnaires, prohibition, ségrégation, favelas… On voit ici comment le Nouveau Monde a engendré un monde nouveau : Amérique rouge, blanche, noire et jaune ; Amérique riche et Amérique pauvre ; Amérique de tous les possibles et de tous les mélanges ou se dessine, d’un bout à l’autre, du Chili au Canada, le visage d’une mondialisation à vocation réellement universelle. Éditions Robert Laffont, 2016 1024 p., ISBN : 9782221116579

ARCHEOLOGIE

LES AMÉRIQUES – TOME 1


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

L’industrie osseuse des chasseurs-cueilleurs : le cas des nomades marins de Patagonie et Terre de Feu Christensen Marianne (ArScAn) L‘équipement en matières dures animales des chasseurscueilleurs de Patagonie et de Terre de Feu est d’une exceptionnelle richesse, à la fois parce qu’il a perduré sans grandes modifications durant des millénaires jusqu’à l’aube du XXe siècle, et parce qu’il a bénéficié de matériaux variés issus à la fois des domaines terrestre, marin et aérien. Pour différentes raisons, les témoins archéologiques et ethnologiques de cette industrie sont plus riches chez les nomades marins des mers intérieures, fjords et canaux du versant pacifique, que chez les chasseurs terrestres des steppes atlantiques. C’est donc l’industrie de ces Indiens canoeros (en canot) qui est au centre de cet ouvrage. Celuici est fondé sur les dernières avancées méthodologiques et pratiques en technologie osseuse, approche très développée en Europe, notamment grâce à l’enseignement de Préhistoire de l’université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Au delà d’une révision typologique de l’équipement des indiens canoeros, une approche technologique est proposée. Cinq schémas opératoires faisant appel à différents principes de production sont identifiés à partir des restes d’industrie en os de mammifères : quatre de débitage (partition, segmentation, fracture, extraction) et un de façonnage. Les spécificités et contraintes de l’exploitation de l’os de mammifères marins sont discutées, tout comme l’utilisation préférentielle des métapodes de guanaco pour l’industrie, choix commun à tous les chasseurs d’artiodactyles. Plus qu’un aboutissement, ce travail ouvre de nombreuses perspectives sur le potentiel cognitif offert par l’étude de l’industrie en matières dures animales des chasseurs– cueilleurs de l’extrémité australe de l’Amérique du sud. Outre une édition en français, une édition espagnole est disponible : « La industria ósea de los cazadores-recolectores: el caso de los nómades marinos de Patagonia y Tierra de Fuego » Ediciones universidad de Magallanes, 2016 306 p., ISBN : 9789567189700


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Histoire et archéologie d’une cité caravanière à la croisée des cultures

Delplace Christiane (ArScAn)

La tragique actualité syrienne a ravivé le mythe de Palmyre. Il est devenu urgent de redécouvrir les grandeurs de cette cité gréco-romaine d’Orient aux confins des mondes romain et parthe, puis perse. Dans cette synthèse historique et archéologique inédite, Christiane Delplace, l’une des meilleures spécialistes du site, met des images sur les mots, fait resurgir les monuments, nous donne à voir l’histoire politique et culturelle. En réunissant une iconographie rare, l’auteur nous guide dans la suite des histoires palmyréniennes et nous livre les différentes facettes de ce trésor antique. Les grandes étapes historiques de la ville y sont contées de la manière la plus précise : Palmyre avant les Romains et le raid d’Antoine, la montée en puissance de la ville au Ier siècle, son apogée au IIe jusqu’à la percée des périls au IIIe siècle, et son déclin. À chacune de ces étapes, l’auteur nous fait sentir la personnalité de la ville, à travers la place des cultes, du commerce, de la guerre ou des morts. Les monuments sont expliqués, commentés, datés et replacés dans leur contexte. Le sanctuaire de Bêl, les temples, la grande colonnade, les monuments de spectacles, l’habitat ou les tombeaux de Palmyre se relèvent. Les caravanes et les tribus palmyréniennes renaissent. Palmyre scintille à nouveau. CNRS Éditions, 2017 244 p., ISBN : 9782271066282

ARCHEOLOGIE

Palmyre


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

HAURAN IV SAHR AL-LEJA Volume I Le sanctuaire et l'agglomration à l'époque romaine Dentzer-Feydy Jacqueline (ArScAn) Depuis le début des explorations archéologiques au début du XXe siècle, Sahr, situé dans la partie nord du désert basaltique du Leja (Syrie du Sud), a paru énigmatique : isolé et peu accessible, ce site n’a pas la structure habituelle d’un village. Un sanctuaire, constitué d’un temple au fond d’une cour à portiques et flanqué d’un petit théâtre, occupe la partie centrale de l’agglomération. Celle-ci comporte une cinquantaine d’unités d’habitation composées de pièces couvertes à l’intérieur d’enclos fermés. Ces pièces, souvent organisées en ensembles mitoyens, ne sont pas fermées, dans leur majorité, mais ouvertes sur l’enclos par une large baie ou par un portique. Ces unités d’habitation ne paraissent pas avoir été construites suivant un plan d’organisation du site. Le sanctuaire, en revanche, de même que le théâtre, semblent bien avoir été conçus suivant un même programme. Contrairement aux restitutions de Butler, cette étude prouve qu’un large adyton voûté s’ouvrait au fond de la cella du temple, suivant un schéma bien attesté dans le domaine cultuel syrien, et qu’un autel maçonné était situé à l’intérieur de la cella. Dans la cour à portiques du sanctuaire était construit un podium qui portait un important groupe sculpté à symbolique religieuse et politique dont Th. M. Weber-Karyotakis a fait l’étude (Hauran IV, vol. 2, 2009). Cet état du sanctuaire date de l’époque d’Agrippa II. Il succède à un premier état partiellement conservé datable du milieu du Ier s. av. J.-C. Ce site ne semble pas avoir bénéficié d’une occupation permanente, mais plutôt d’une occupation saisonnière, sans doute liée aux activités pastorales de populations qui se déplaçaient en fonction des ressources. À ces cycles étaient associées des fêtes religieuses qui donnaient lieu à des rassemblements et des célébrations dans le sanctuaire, le théâtre et les constructions de l’agglomération. L’occupation principale de Sahr al-Leja s’est prolongée du milieu du Ier s. av. J.-C. jusqu’à son abandon presque complet dans la deuxième moitié du IIIe siècle, qui fut suivi d’installations limitées jusqu’à l’époque médiévale. Presses de l’IFPO, 2017 473 p., ISBN : 9782351597293


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Recueil d’études de Miltiade B. Hatzopoulos Collection Travaux de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, no 24

Sous la direction de Guimier-Sorbets Anne-Marie (ArScAn) avec la collaboration de FromageotLanièpce Virginie (ArScAn) Miltiade B. Hatzopoulos, membre de l’Académie d’Athènes, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres de l’Institut de France et membre correspondant de la British Academy, est l’un des meilleurs historiens grecs contemporains, spécialiste de l’Antiquité. Il a poursuivi, à partir des témoignages épigraphiques, l’exploration des différents aspects de la Macédoine antique et de la Grèce du Nord durant l’Antiquité. Dans l’introduction, il retrace son parcours intellectuel et définit ses centres d’intérêt principaux : l’intérêt pour la langue et l’intérêt pour les institutions dans le sens le plus large du terme, autrement dit pour les structures mentales et sociales à travers lesquelles les Grecs anciens percevaient et au moyen desquelles ils ordonnaient leur kosmos. Son œuvre se compose de nombreux ouvrages et articles parmi lesquels il a choisi 31 textes, principalement en français, regroupés en huit thèmes : histoire et historiographie, géographie historique, langue, institutions, identités, épigraphie, Épire et Illyrie (les voisins de la Macédoine en Grèce du Nord), érudition. Les articles sont reproduits en fac-similé, à partir d’une numérisation dont la qualité a été vérifiée. La réunion de ces textes, dont certains sont difficiles à trouver aujourd’hui en raison de la variété des supports initiaux (revues mais surtout actes de colloque), est complétée par une liste d’errata et de mises au point rédigées par l’auteur, ainsi que par un index renvoyant aux pages de ce volume. Ces textes toujours importants, parfois fondateurs, sont ainsi plus facilement accessibles à la communauté des chercheurs et des étudiants. Éditions De Boccard, 2017 635 p., ISBN : 9782701804132

ARCHEOLOGIE

Découvrir la Macédoine antique : le terrain, les stèles, l’histoire.


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

L'archéologie

Théorie, méthodes et reconstitutions

Djindjian François (ArScAn) Qu’est-ce que l’archéologie ?

L’archéologie est la discipline scientifique qui permet de reconstituer les sociétés du passé, aujourd’hui disparues, détruites par les catastrophes naturelles ou par l’acharnement des hommes, dont les vestiges abandonnés sont enfouis sous la sédimentation des ans. Certes nous possédons de nombreux textes historiques, philosophiques, scientifiques que les civilisations à écriture nous ont légués hélas partiellement, mais nous en savons bien la part importante du mythe, de l’hagiographie, de la réécriture du passé voire de la manipulation qu’ils contiennent (et dont nous sommes encore plus conscients de nos jours avec la révolution de l’Internet). La culture matérielle ne nous ment pas, si nous savons l’interroger avec les techniques et les méthodes de la Science moderne. L’archéologie est Une, et s’applique uniformément à toutes les périodes, de la préhistoire aux périodes modernes, à tous les continents, à toutes les sociétés du passé, quelles que soient les nationalités, les religions, les opinions politiques des archéologues qui la pratiquent. Elle est à la fois Science exacte, Science sociale et Science humaine car elle fait appel à toutes leurs disciplines scientifiques : mathématiques, physique, chimie, géologie, zoologie, botanique, économie, sociologie, ethnologie, philologie, histoire, géographie, informatique, à qui elle emprunte les techniques et méthodes pour aider à la reconstitution dans le temps, dans l’espace et dans ses acteurs, des systèmes techniques, économiques et politiques des sociétés du passé. Armand Colin, 2017 624 p., ISBN : 9782200618155


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Traduit de B. Lion et C. Michel (dir.), Les écritures cunéiformes et leur déchiffrement, Paris : Khéops, 2016 (première édition Travaux de la Maison René-Ginouvès 4, Paris : De Boccard, 2008) Autres traductions Néerlandais par K. R. Veenhof : Het spijkerschrift en zijn ontcijfering (Leyde, 2009) Russe par I. Arkhipof : Клинопись: история дешифровки (Moscou, 2010) Polonais par M. Kapelus : Odczytanie pisma klinowego (Varsovie, 2011) Arabe par O. al-Tounsi : (Bagdad, 2011) Portugais (Brésil) par M. Rede : Escritas Cuneiformes. História, Usos e Deciframento (Sao Paolo, 2011) Italien par M. F. Fales : Scritture cuneiformi : storia, usi, decifrazione (Udine, 2012) Japonais par Y. Watai : (Tokyo, 2012) Hébreu par Ph. Abrahami : (sous presse) En 1857, la Royal Asiatic Society de Londres confia sous scellés une copie d’inscription cunéiforme, tout juste découverte à Aššur, aux anglais E. Hincks, H. Rawlinson et F. Talbot ainsi qu’au français J. Oppert. Les traductions de ces savants, lues le 25 mai, concordaient suffisamment pour que l’écriture cunéiforme syllabique fût déclarée déchiffrée. En 2007, l’équipe Histoire et Archéologie de l’Orient Cunéiforme (laboratoire ArScAn, UMR 7041 du CNRS) a organisé une exposition pour célébrer cet anniversaire. L’ouvrage, qui reproduit les panneaux élaborés à cette occasion, présente les différentes étapes de la redécouverte du Proche-Orient ancien et des déchiffrements des écritures cunéiformes. Celles-ci furent utilisées pendant plus de trois millénaires dans une vaste zone du ProcheOrient, englobant non seulement la Mésopotamie, mais aussi les régions voisines, jusqu’à l’Égypte, la Turquie et l’Iran. Les signes en « forme de clous » ont été utilisés pour noter diverses langues (sumérien, akkadien, ugaritique, vieux-perse...) selon trois systèmes différents : idéographique, syllabique et alphabétique. BUSKE, 2017 48 p., 9783875487848

ARCHEOLOGIE

Die Keilschrift und ihre Entzifferung Lion Brigitte, Michel Cécile (ArScAn) (Hg.)


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

European Archaeology: Identities & Migrations Archéologie européenne: Identités & Migrations Hommages à Jean-Paul Demoule

Edited by Manolakakis Laurence (Trajectoires), Schlanger Nathan, Coudart Anick (Trajectoires) Le passé sous diverses formes – et notamment celle d’un récit fondateur – est au cœur du fonctionnement de toute société humaine. L’idée que le passé puisse être connaissable par une recherche scientifique est un enjeu essentiel, particulièrement abordé par les sociétés occidentales et notamment par des chercheurs européens, toutes disciplines confondues. Par sa pratique de l’archéologie et son érudition, le chercheur et le professeur Jean-Paul Demoule a su élaborer un tableau global des cultures européennes et de leurs transformations, incluant autant les origines néolithiques des inégalités sociales que l’émergence du mythe indo-européen ou encore les rapports entre patrimoine et politique. Dans cet ouvrage, ses collègues allemands, britanniques, bulgares, danois, espagnols, français, néerlandais, nord-américains, russes, suisses et tchèques prolongent et enrichissent – en anglais ou en français – sa vision. Ils y apportent leurs réflexions et leurs données concernant les perspectives de l’archéologie du XXIe siècle, les processus de la construction identitaire à différentes échelles, les mouvements migratoires de l’Europe, le statut du genre, le rôle des objets de prestige et des monuments mégalithiques dans l’émergence de la hiérarchisation sociale et de la sémiologie du pouvoir… sans oublier la mythologie et les réalités du phénomène indo-européen. Sidestone Press, 2017 520 p., ISBN 9789088905209


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Proceedings of the 22nd EAA Meeting in Vilnius, 2016

Edited by Novakovic Predrag, Hornák Milan, Pia Guermandi Maria, Stäuble Harald, Depaepe  Pascal and Demoule Jean-Paul (Trajectoires) The texts collected in the monograph are refined versions of the papers presented at the 22nd Annual Meeting of the European Association of Archaeologists in Vilnius, 31st of August – 4th of September, 2016, in three sessions focused on various aspects of preventive archaeology: (TH2-07) 25 years later: Changes and conjunctures in preventive (development-led) archaeology in former ‘Eastern’ Europe; (TH2-10) After 1990: a turning point in the guiding principles of rescue excavations and its impact on scientific research; (TH2-19) Preventive Archaeology, Scientific Research and Economic Development. The very fact that the EAA’s Scientific Committee accepted three sessions focused on preventive archaeology and that 44 papers and 3 posters were presented by authors from 22 countries, clearly speaks for the paramount importance of the preventive archaeology not only in heritage protection sector, but for the archaeological discipline in general. Ljubljana University Press, 2016 313 p., ISBN 9789612378875

ARCHEOLOGIE

Recent Developments in Preventive Archaeology in Europe


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Parcours d’Orient

Recueil de textes offert à Christine Kepinski

Sous la direction de Perello, B. Tenu, A. (ArScAn) Ce volume regroupe 23 articles écrits par 26 auteurs qui ont ainsi souhaité exprimer leur amitié et leur estime à Christine Kepinski. Les thèmes qu’ils ont choisi d’aborder reflètent le parcours de Christine Kepinski qui a toujours cherché à promouvoir les approches interdisciplinaires et à multiplier les échelles d’étude depuis l’objet jusqu’à l’analyse régionale. Plusieurs contributions sont directement associées au terrain sur lesquels elle a travaillé : Haradum et le moyen Euphrate et Kunara en Iraq, Tilbeshar en Turquie. D’autres sont consacrées à des études de matériel et notamment à la glyptique et à la pratique du scellement. Plusieurs articles évoquent la Syrie car même si elle n’y a jamais dirigé de programme de fouilles, elle l’a toujours intégrée dans ses études. D’autres enfin sont directement inspirés de l’intérêt de Christine Kepinski pour la vie urbaine. Le champ chronologique couvert par cet ouvrage et la diversité des spécialités de ses auteurs montrent bien la richesse de son parcours scientifique, guidé par son goût profond pour l’Orient. Archeopress, 2016 256 p., ISBN : 9781784914585


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

The Dissemination of Neolithic Innovations between the Bosporus and the Carpathians

Reingruber Agathe, Tsirtsoni Zoï (ArScAn), Nedelcheva P. (éds.)

Going West? uses the latest data to question how the Neolithic way of life was diffused from the Near East to Europe via Anatolia. The transformations of the 7th millennium BC in western Anatolia undoubtedly had a significant impact on the neighbouring regions of southeast Europe. Yet the nature, pace and trajectory of this impact needs still to be clarified. Archaeologists previously searched for similarities in prehistoric, especially Early Neolithic material cultures on both sides of the Sea of Marmara. Recent research shows that although the isthmi of the Dardanelles and the Bosporus connect Asia Minor and the eastern Balkans, they apparently did not serve as passageways for the dissemination of Neolithic innovations. Instead, the first permanent settlements are situated near the Aegean coast of Thrace and Macedonia, often occurring close to the mouths of big rivers in secluded bays. The courses and the valleys of rivers such as the Maritsa, Strymon and Axios were perfect corridors for contact and exchange not only in a south-north direction but also the other way round. Using previous studies as a basis for fresh research, this volume presents exciting new viewpoints by analyzing recently discovered materials and by applying modern research methods of interdisciplinary investigations. The seventeen authors of this book have dedicated their research to a renewed evaluation of an old problem: namely, the question of how the complex transformations at the transition from the Mesolithic to the Neolithic can be explained. They have focused their studies on the vast area of the eastern Balkans and the Pontic region between the Bosporus and the rivers Strymon, Danube and Dniester. Going West? thus offers an overview of the current state of research concerning the Neolithisation of these areas, considering varied viewpoints and also providing useful starting points for future investigations. Routledge, 2017 704 p. , ISBN : 9781138714830

ARCHEOLOGIE

Going West?


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Amazonie

Un jardin sauvage ou une forêt domestiquée Essai d’écologie historique

Rostain Stéphen (Archam)

L’Amazonie fascine, tant par ses dimensions gigantesques que sa supposée nature indomptée. Pourtant, c’est bien plus l’impact millénaire de l’homme sur cette forêt qui émerveille. Il a en effet notamment transformé le couvert végétal en favorisant des associations de plantes, créé des sols fertiles appelés terra preta et construit des terrassements qui ont modifié le modelé de la superficie. C’est une vision totalement renouvelée de l’interaction ancienne homme-milieu dans la plus grande forêt tropicale du monde qu’offre l’auteur, chercheur qui travaille depuis 30 ans en Amazonie, en convoquant des disciplines aussi diverses que l’archéologie, l’ethnohistoire, l’anthropologie, l’écologie, la botanique ou la pédologie. Actes Sud / Errance, 2016 280 p. , ISBN 9782877726023


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Les 12 travaux des civilisations précolombiennes

Rostain Stéphen (Archam)

À quoi ressemblaient les sociétés d’Amazonie avant l’arrivée des Européens ? Ce que nous croyons en savoir tient plus souvent du mythe que de la réalité… Peuplement, domestication, innovations, échanges à longue distance, rituels funéraires, parures, cannibalisme… sont autant de pans d’une histoire humaine encore méconnue. Ils sont ici abordés en prenant comme fil conducteur les célèbres douze travaux d’Hercule, car, dans la démesure de la grande forêt de pluie, les peuples du passé ont bel et bien accompli une œuvre de géant digne du demi-dieu ! Les écuries d’Augias nous renvoient ainsi aux terrassements colossaux qu’ont mis en évidence les archéologues, la biche de Cyrénée aux innombrables innovations technologiques que l’on pensait autrefois être l’apanage des Andes, ou les pommes d’or des Hespérides à l’extraordinaire fertilité de la fameuse « terra preta » qui intrigue tant les agronomes. Quant aux oiseaux de Stymphale, ils sont un symbole, hélas terrifiant, du chaos que provoqua la conquête européenne… Ce véritable voyage scientifique, nourri des connaissances les plus récentes en archéologie, mais aussi en ethnologie, géographie, écologie ou botanique, invite à en finir avec les idées reçues sur des cultures indigènes puissamment originales et livre un magnifique plaidoyer pour la plus grande forêt tropicale du monde, aujourd’hui en danger. Belin, 2017 334 p., ISBN : 9782701197975

ARCHEOLOGIE

Amazonie :


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Vista Hermosa

Nobles, artesanos y mercaderes en los confines del mundo huasteco

Stresser-Péan Guy †, Stresser-Péan Claude et Pereira Grégory (Archam) (éditeurs)

Vista Hermosa. Nobles, artisans et marchants aux confins du monde huastèque, volume 1 est Le premier tome de la monographie d’un site emblématique de la culture huastèque (nord de la côte du Golfe du Mexique) à la veille de la conquête espagnole. La fouille a été conduite de 1965 à 1967 par la Mission Archéologique et Ethnologique Française au Mexique dirigée par Guy Stresser-Péan et faisait partie d’un vaste programme de recherche alors conduit par ce chercheur dans le nord-ouest de la Mésoamérique. Même 50 ans après la fouille, les recherches effectuées à Vista Hermosa, restées largement inédites jusqu’alors, sont essentielles pour la connaissance de la culture huastèque de par l’ampleur des fouilles conduites et la richesse des vestiges rencontrés. Le premier volume présente les diverses opérations effectuées, les caractéristiques architecturales des monuments dégagés ainsi qu’une étude approfondie des nombreux vestiges funéraires mis au jour. Les deux volumes qui suivront en 2018 concernent l’étude du riche mobilier céramique, lithique, métallique et de la faune. Le site offre une image inédite de la société huastèque et, plus particulièrement des activités domestiques, artisanales et rituelles/funéraires développées en contexte d’habitat. Ediciones del Museo de Antropología, INAH, 2017 464 p., ISBN : 9786074849578


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Les grandes découvertes de l’archéologie

Villeneuve Estelle (ArScAn)

L'aventure archéologique dans les pays de la Bible est une des plus passionnantes qui soient. Pas seulement parce que l'archéologie est un métier extraordinaire, qui fait rêver depuis toujours, mais d'abord en raison de l'impact des recherches sur la connaissance de la Bible, cet immense récit qui constitue le fondement spirituel de notre monde occidental. Cet ouvrage raconte 150 ans de recherches à travers les découvertes les plus remarquables. De formidables récits d'aventures où le lecteur comprend, au fil des rebondissements, que les résultats de l'archéologie au pays de la Bible n'ont cessé de remettre en cause les idées reçues sur l'histoire ancienne, politique et religieuse, de la région. Bayard, 2017 264 p., ISBN 9782227491304

ARCHEOLOGIE

Sous les pierres, la Bible


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Revue

Gallia, 64e Supplément Les ensembles funéraires du Bronze final et de La Tène ancienne des Martres-d’Artière (Puy-deDôme) Sous la direction de Blaizot Frédérique, Dousteyssier Bertrand et Milcent Pierre-Yves Dans la plaine alluviale de l’Allier, sur la commune des Martres-d’Artière (Puy-de-Dôme), deux aires funéraires distinctes ont été fouillées : l’une avec des sépultures et des enclos circulaires du Bronze final 1 et 2 ancien ; l’autre avec 25 tombes de La Tène ancienne dans un enclos trapézoïdal. Elles offrent l’image d’un ensemble de très grande taille composé de petits groupes de tombes et de monuments probablement établis le long d’un axe majeur de communication. Par l’étude exhaustive des monuments, des dispositifs funéraires et de l’ensemble du matériel, le présent ouvrage décrit des pratiques funéraires encore mal connues en Basse-Auvergne pour la période. Une parure de perles en ambre et en or du Bronze final dans une inhumation, un ceinturon militaire de La Tène ancienne dans deux autres tombes, la pratique conjointe de l’inhumation et de la crémation pour la même période, une structure énigmatique, vide, qui jouxte un dépôt de crémation à l’intérieur d’un enclos du Bronze final : autant d’éléments notables que cet ensemble a livrés. L’analyse de l’enclos de La Tène ancienne, utilisé entre le deuxième quart du Ve s. et le début du IIIe s. av. J.-C., permet par ailleurs d’établir des dynamiques diachroniques d’implantation des sépultures, de proposer des hypothèses sur son aspect originel et son évolution, et aussi de discuter son recrutement et son organisation interne. Cette monographie offre une synthèse inédite ainsi qu’un catalogue analytique d’un site fondamental livrant de nouvelles connaissances sur les dispositifs et les pratiques funéraires, et plus largement sur les sociétés de l’âge du Bronze final et de La Tène ancienne dans le Centre-Est de la France. CNRS Éditions, 2017 176 p., ISBN : 9782271115898


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Les Nouvelles de l’archéologie

Dossier « Archives de l’archéologie française à l’étranger »

Dirigé par Bellon Elisabeth (service des archives de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès) et Rohfritsch Anne Presque dix ans après le numéro consacré aux « Archives de l’archéologie européenne (AREA) », professionnels des archives et chercheurs se penchent, dans ce nouveau numéro des Nouvelles de l’archéologie, sur la question des archives de l’archéologie française à l’étranger. De l’implantation de la fonction « archives » dans des établissements publics produisant des archives de l’archéologie, jusqu’à l’utilisation des documents à des fins archéologiques et historiques et à leur valorisation, les différents articles de ce numéro étudient l’apport de la gestion archivistique tout au long du cycle de vie des documents. Ils soulignent également l’intérêt, en constant développement, des institutions et des chercheurs pour leurs archives. Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016 64 p., ISBN : 9782735123377

ARCHEOLOGIE

Revue


ARCHEOLOGIE

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Revue

Paléorient 42.2

Volume thématique Connections and Disconnections between the Northern and Southern Levant in the Late Prehistory and Protohistory (12th – mid-2nd mill. BC)

Coordonné par /coordinated by Milevski Ianir Bocquentin Fanny (ArScAn) et Molist Miquel

This volume of Paléorient gathers several of the contributions presented to the session A25f, “North-south Connections and Disconnections in the Prehistory and Protohistory of the Levant”, in the XVIIth Congress of the International Union for Prehistoric and Protohistoric Sciences (Burgos, 2014). It aims to contribute to a better understanding of the cultural dynamics that prevailed in the Levantine region during Late Prehistory and Protohistory on connections and disconnections in the archaeological record. New data provided by recent works on lithic and ceramic assemblages, burial customs and iconographic themes highlight the interplay between the Northern and Southern Levant through time. CNRS Éditions, 2017 218 p., ISBN : 9782271094957


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Édité par Baptandier Brigitte (LESC)

Y aurait-il, en Chine, une idée de la personne qui ne permettrait pas d’isoler le « corps »? Pourquoi donc a-t-on ce sentiment que l’on ne parle jamais vraiment du corps humain, qu’il apparaît plutôt comme le support d’entités plus vastes, qui le dépassent? Comme si le corps ne pouvait être envisagé que d’un point de vue énergétique, son fonctionnement assurant la vie en exacte correspondance avec le monde extérieur. Comme s’il n’avait pas acquis un statut d’objet. Or, dans les différentes conceptions du corps en Chine présentées ici, issues pour la plupart de l’ethnographie ou de l’histoire, un point est apparu comme récurrent: ce va-et-vient entre les deux pôles de la représentation et du naturel, du symbolique et du réel, non pas l’un ou l’autre mais l’un et l’autre, indissociables en leur « battement » qui est celui même de la vie. C’est dans cette faille que nous avons voulu nous introduire pour traiter du corps, y cherchant la vie qu’elle recelait. Deux pratiques, mises en œuvre chaque fois par deux personnes agissant en miroir (Taiji quan et acupuncture), tracent le fil directeur de l’ouvrage, ce « battement de la vie ». Il se retrouve exploré à travers la relation au lignage et au traitement du corps des ancêtres. Le corps des femmes, quant à lui, apparaît comme traversé par les générations, vécu comme un support capable de porter le signe d’un temps, la marque d’un passage, l’assignation d’un destin. Le corps de certains héros (d’épopée ou de cinéma) met en scène le battement entre le corps naturel et sa représentation: à travers mutation, mutilation, et mutabilisme universel, tout peut se faire et se défaire à l’infini. Enfin, les enfants uniques, « petits empereurs » de la Chine actuelle, tout comme les taoïstes qui « nourrissent leur vie », donnent à voir la construction du sujet, corps et personne confondus, indissociables. Publications de la Société d’ethnologie, 2017 408 p., ISBN : 9782365190220

E T H N O L O G I E

Le corps naturel et ses représentations en Chine

E T H N O L O G I E

Le battement de la vie.


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Puissance et impuissance de la valeur

L’anthropologie comparative de Louis Dumont

Sous la direction de Barraud Cécile, Iteanu André et Moya  Ismaël (LESC) L’anthropologue Louis Dumont (1911-1998) est l’auteur d’une oeuvre importante à présent plus souvent discutée à l’étranger qu’en France. Cet ouvrage interroge sa postérité selon quatre principes que Dumont avait explorés : la mise en perspective de la centralité du pouvoir, la comparaison de configurations sociales globales, une conception peu réifiée des structures sociales et la prise en compte de l’interaction entre les sociétés. Pour les contributeurs, comme pour Dumont, en son temps, l’intensification des rapports entre les sociétés résultant de la mondialisation ne réduit pas les différences sociales, mais les renouvelle en changeant leur nature. Preuve en est, l’incompréhension grandissante entre les peuples, des plus proches aux plus éloignés. Parce qu’elle fait droit à la diversité du monde contemporain et aux contradictions dynamiques qui l’animent, la comparaison radicale entre les sociétés telle que la propose Louis Dumont a conservé une surprenante fraîcheur. CNRS ÉDITIONS, 2016 368 p., ISBN : 9782271086594


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Berghahn Books, 2017 296 p., ISBN : 9781785336089

E T H N O L O G I E

In what ways did Europeans interact with the diversity of people they encountered on other continents in the context of colonial expansion, and with the peasant or ethnic 'Other' at home? How did anthropologists and ethnologists make sense of the mosaic of people and societies during the nineteenth and twentieth centuries, when their disciplines were progressively being established in academia? By assessing the diversity of European intellectual histories within sociocultural anthropology, this volume aims to sketch its intellectual and institutional portrait. It will be a useful reading for the students of anthropology, ethnology, history and philosophy of science, research and science policy makers

E T H N O L O G I E

European Anthropologies Sous la direction de Barrera-González Andrés, Heintz Monica (LESC), Horolets Anna


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Masques en parade

Ethnicité et enjeux de pouvoir dans le sud-ouest de la Chine

Beaud Sylvie (LESC)

Prix de thèse de la MAE 2014 Les habitants de Yangzong, dans la province multiethnique du Yunnan, se donnent à voir comme une minorité ethnique tout en se revendiquant de la majorité Han. C’est du constat de ce paradoxe qu’est née la présente recherche fondée sur un théâtre de masques qualifié en Chine de nuo (exorcisme) et jusqu’alors méconnu en France. Cette étude, à la jonction du politique et du rituel, relève d’un pari ambitieux. L’auteure entreprend de démêler les fils du paradoxe de départ – qui n’est en définitive qu’apparent –, autant que de rendre compte de la société locale contemporaine et de son patrimoine culturel. Sylvie Beaud a à cœur de décloisonner les études sur la Chine, trop souvent jugées hors du champ de l’ethnologie du fait de leur héritage orientaliste. L’ouvrage dépasse cette fausse dichotomie, en alliant une ethnologie « classique », érudite et strictement située, aux problématiques anthropologiques de l’identité, du rapport à l’État, du rituel et de la manière de se définir dans un monde changeant. Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017 520 p., ISBN : 9782840162568


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Boltanski Luc, Esquerre Arnaud (LESC) Luc Boltanski et Arnaud Esquerre restituent le mouvement historique qui, depuis le dernier quart du XXe siècle, a profondément modifié la façon dont sont créées les richesses dans les pays d’Europe de l’ouest, marqués d’un côté par la désindustrialisation et, de l’autre, par l’exploitation accrue de ressources qui, sans être absolument nouvelles, ont pris une importance sans précédent. L’ampleur de ce changement du capitalisme ne se révèle qu’à la condition de rapprocher des domaines qui sont généralement considérés séparément – notamment les arts, particulièrement les arts plastiques, la culture, le commerce d’objets anciens, la création de fondations et de musées, l’industrie du luxe, la patrimonialisation et le tourisme. Les interactions constantes entre ces différents domaines permettent de comprendre la façon dont ils génèrent un profit : ils ont en commun de reposer sur l’exploitation du passé. Ce type d’économie, Boltanski et Esquerre l’appellent économie de l’enrichissement. Parce que cette économie repose moins sur la production de choses nouvelles qu’elle n’entreprend d’enrichir des choses déjà là ; parce que l’une des spécificités de cette économie est de tirer parti du commerce de choses qui sont, en priorité, destinées aux riches et qui constituent aussi pour les riches qui en font commerce une source d’enrichissement. Alors l’analyse historique revêt, sous la plume des auteurs, une deuxième dimension : l’importance, l’extension et l’hétérogénéité des choses qui relèvent désormais de l’échange ouvrent sur une critique résolument nouvelle de la marchandise, c’est-à-dire toute chose à laquelle échoit un prix quand elle change de propriétaire, et de ses structures. La transformation, particulièrement sensible dans les États qui ont été le berceau de la puissance industrielle européenne, et singulièrement en France, devient indissociable de l’analyse de la distribution de la marchandise entre différentes formes de mise en valeur. On comprend d’entrée que cet ouvrage est appelé à faire date. Gallimard, 2017 672 p., ISBN : 9782070147878

E T H N O L O G I E

Une critique de la marchandise

E T H N O L O G I E

Enrichissement


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Peindre pour agir

Muralisme et politique en Sardaigne

Cozzolino Francesca (LESC)

Cet ouvrage retrace l’émergence d’une pratique de peinture murale à Orgosolo en Sardaigne et son évolution, à partir de la fin des années 1960 jusqu’à ses usages patrimoniaux et touristiques contemporains. Situé au centre de l’île, près du massif du Supramonte, archétype d’une Sardaigne traditionnelle, ce village affiche aujourd’hui trois cents peintures murales, réalisées au départ par un enseignant de dessin et ses élèves puis lors de manifestations contestataires, à l’aide des villageois. Cette « tradition récente » de peinture murale s’est désormais propagée à toute la Sardaigne, avec des usages divergents : tantôt moteur des politiques de développement patrimonial et touristique, tantôt manifestation d’un faire politique alternatif, témoignant de l’existence d’espaces de socialisation et de formes de résistance dans la continuité des pratiques graphiques militantes des années 1970. L’auteure examine, sur quarante ans, les relations multiples et parfois intimes qui se sont nouées entre les habitants et ces peintures murales, et étudie comment s’est reconfiguré le monde social d’Orgosolo à partir de ces peintures murales qui construisent une ambiance graphique singulière. Ces murs affichent le portrait d’une société en changement. Ils peuvent apparaître tout autant comme le lieu d’une résistance acharnée des identités et des traditions, mais aussi l’endroit où s’exprime le débat relatif aux actualités et aux problèmes sociaux. Véritables dispositifs de maintien d’une société souvent qualifiée d’archaïque, mais aussi espaces hyperactifs d’expérimentation sociale, ces murs ne cessent de murmurer – et parfois de décrier – la fabrique du champ social. Plus largement, le cas d’Orgosolo interroge l’impact des objets graphiques exposés dans un espace public. Dans quelle mesure interviennent-ils dans la construction des relations sociales ? Comment l’anthropologie peut-elle ouvrir de nouvelles perspectives sur le pouvoir d’action des images et de l’écriture ? C’est à ces questions que cette passionnante enquête ethnographique sur la peinture murale à Orgosolo apporte également des réponses. Karthala, 2017 304 p., ISBN : 9782811117191


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

El Colegio de San Luis, 2016 246 p., ISBN : 9786078500079

E T H N O L O G I E

Le livre part d’une constatation : on connaît très peu la façon dont les sociétés indiennes du Mexique construisent leurs conceptions du mal, ainsi que les mécanismes sociaux et rituels qu’elles ont instaurés pour faire face aux menaces. En outre, l’impact de la « société du risque » sur les systèmes traditionnels de lutte contre le danger a soulevé peu d’intérêt jusqu’à aujourd’hui. L’auteure se propose de jeter les bases d’une anthropologie du néfaste, en débutant par un panorama historique de la place accordée à la négativité par les différentes écoles anthropologiques, et en poursuivant par l’analyse des conceptions et des mécanismes relatifs au mal dans les régions indiennes de l’État de Guerrero, pour terminer par les modalités de l’irruption de la société du risque dans les zones rurales.

E T H N O L O G I E

Antropología de lo nefasto en comunidades indígenas Dehouve Danièle (LESC)


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

La realeza sagrada en México (siglos XVI-XXI) Dehouve Danièle (LESC) La royauté sacrée est une forme de pouvoir et de société très commune dans le temps et l’espace. Le Mexique a connu ce système à l’époque des Aztèques et des Mayas, mais on considère généralement que les sociétés autochtones sont entrées à partir de la période coloniale dans un processus accéléré de sécularisation. Ce livre soutient, à l’inverse, que le système de royauté sacrée n’a pas disparu avec la Conquête espagnole. L’enquête parcourt les siècles, en commençant par une description du pouvoir sacré chez les Aztèques et en poursuivant par l’étude des mécanismes de survivance de ce système à l’époque coloniale et dans les communautés indiennes contemporaines. Le pouvoir sacré, que l’on aurait pu penser vulnérable aux attaques de l’État moderne, manifeste une capacité d’adaptation dont il faut démonter les mécanismes. Il représente un mode de liaison du politique et du religieux particulièrement efficace et durable, parce qu’il ne se situe pas uniquement au sein du gouvernement, mais dans l’ensemble du groupe social. Le cas mexicain offre donc un modèle de sécularisation alternatif au modèle classique fondé sur la division des pouvoirs entre l’État et l’Église. Centro de Estudios Mexicanos y Centro-americanos, 2016 354 p., ISBN : 9786079470432


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Routledge, 2017 240 p., ISBN : 9781138801271

E T H N O L O G I E

This volume approaches the issue of ambient sound through the ethnographic exploration of different cultural contexts including Italy, India, Egypt, France, Ethiopia, Scotland, Spain, Portugal, and Japan. It examines social, religious, and aesthetic conceptions of sound environments, what types of action or agency are attributed to them, and what bodies of knowledge exist concerning them. Contributors shed new light on these sensory environments by focusing not only on their form and internal dynamics, but also on their wider social and cultural environment.

E T H N O L O G I E

Toward an Anthropology of Ambient Sound Guillebaud Christine (LESC)


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Le sultan des frontières

Essai d’ethnologie historique du Maroc

Jamous Raymond (LESC)

Raymond Jamous étudie en ethnologue l’histoire longue du Maroc à partir d’une hypothèse élaborée lors de sa recherche dans le Rif : constatant que les mythes et les rites tribaux reproduisent les modèles historiques du pouvoir sultanien, il déploie une analyse en miroir de l’autorité politico-religieuse du sultan et des institutions sociales locales. Invitant à une relecture utile des théories d’Ibn Khaldoun et de Tocqueville, l’auteur use de nombreux matériaux ethnographiques et historiographiques, dans une perspective qui englobe le rapport politique à l’espace, et s’attache au rôle des intermédiaires religieux. La démonstration suit la construction du pouvoir au Maroc depuis le XIe siècle, dans et au-delà des frontières, vers le Maghreb et l’Espagne musulmane. Elle montre que l’autorité du sultan alawite se fonde sur son itinérance, à l’intérieur du pays, dans un espace frontière entre les entités tribales. Descendant du Prophète, il fait reconnaître la puissance de sa baraka en interdépendance avec celle des saints et des confréries. Les relations entre le souverain et les tribus, marquées par l’action violente, la négociation et le rituel sacrificiel pour instaurer la paix, restaurent par le même mouvement les groupes locaux dans leur identité. C’est en ce sens que le souverain alawite est à la fois sultan en relation et sultan des frontières. Société d’ethnologie, 2017 150 p., ISBN : 9782365190190


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Presses universitaires de Rennes, 2016 218 p., ISBN : 9782753550896

E T H N O L O G I E

Cet ouvrage interroge le dégoût dans les interactions entre les corps soignés et les pompiers, les travailleurs sociaux, les employés des pompes funèbres, les aides-soignantes, les infirmières et les médecins. On y découvre l’opposition radicale entre coulisses et scène, régie par l’autocensure professionnelle, et les mille stratagèmes permettant d’affronter ce qui révulse. Révélatrices d’une souffrance spécifique au travail, ces stratégies professionnelles avouent une ambivalence d’autant plus menaçante qu’elle semble de plus en plus indicible.

E T H N O L O G I E

Le social à l’épreuve du dégoût Sous la direction de Memmi Dominique, Raveneau Gilles (LESC) et Taïeb Emmanuel


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

De l’argent aux valeurs

Femmes, économie et société à Dakar

Moya Ismaël (LESC)

Ce livre parle de Dakar. Et de l’argent. À Dakar, l’argent est roi. Il est le revers de toutes les relations, des plus commerciales aux plus intimes. Ce livre parle des femmes. Et de l’argent. À Dakar, les femmes dépensent avec faste des sommes démesurées pour honorer des relations de parenté, en particulier à l’occasion des cérémonies de mariage et de naissance — ce que, paradoxalement, hommes et femmes dénoncent comme un gaspillage contraire à la rationalité économique et aux valeurs de l’islam. Ce livre parle d’anthropologie. Et d’argent. À Dakar, si la finance est reine, la vie sociale n’est pas pour autant soumise à la seule loi du marché : le système cérémoniel, qui associe étroitement échanges féminins et rituels religieux, y joue un rôle de premier plan. Nourri d’enquêtes de terrain menées dans un quartier populaire de l’agglomération dakaroise, l’ouvrage d’Ismaël Moya, en suivant la piste de l’argent, éclaire d’un jour nouveau la place de l’économie, les hiérarchies statutaires, la parenté et les rapports complexes entre hommes et femmes dans cette société musulmane. S’y dévoilent, au sein de la finance, les valeurs qui structurent la vie sociale d’une métropole africaine contemporaine. Société d’ethnologie, 2017 352 p., ISBN : 9782365190213


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Piette Albert (LESC)

Ce livre est le fruit d’une expérience unique : l’auteur a été filmé par Catherine Beaugrand et Samuel Dématraz, sans interruption, pendant 12 heures. Il présente la description aussi précise que possible de tous les instants privés et publics, sans aucune coupure, du petit déjeuner au dîner, en passant par les trajets en RER, les conversations avec des collègues, les heures d’enseignements et les moments vides. Ces descriptions sont suivies par des commentaires sur le volume humain, ses modes de présence, ses actes, son style, ses détails, ses changements et sa continuité au fil de la journée. L’auteur propose des concepts et des réflexions sur ce qui pourrait constituer l’anthropologie comme science de l’homme. C’est comme s’il y avait deux disponibilités, constate Albert Piette, l’unité humaine sans discipline, et l’anthropologie, sans objet qui lui soit propre, une sorte de mot fourre-tout ou synonyme de sociologie. En postambule du livre, l’auteur s’interroge sur ce que serait les fondements de l’anthropologie. Il convoque alors, non plus Hérodote, mais Aristote et, au fondement métaphysique, il ajoute un fondement artistique, en commentant Rilke sous forme de conseils à un jeune anthropologue. Ainsi au fil des pages se précisent les principes d’une telle science de l’homme que l’auteur ne veut pas séparer d’une éthique, une « éthique du volume » selon ses mots, dans laquelle il s’interroge sur ce qui existe et sur ce qui n’existe pas : ce qui lui permet d’attribuer une valeur centrale à l’être humain et à chaque singulier. Éditions Le Bord de l’Eau, 2017 324 p., ISBN : 9782356875075

E T H N O L O G I E

Esquisse d’une science de l’homme

E T H N O L O G I E

Le volume humain


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Revue

Ateliers d’anthropologie n° 43 L’habillage des choses de l’art

Des marchés aux collections en Himalaya et au delà

Sous la direction de Krauskopff Gisèle (LESC) De l’objet offert aux touristes sur les marchés de Katmandou ou du Ladakh à celui trônant dans les collections d’art asiatique ou primitif, qu’est-ce qui fait l’« objet d’art » ? Les contributions de ce recueil montrent le poids des fictions qui habillent les « choses de l’art » et leurs liens étroits aux dispositifs de valorisation marchande et esthétique. Elles nous conduisent aux deux pôles du périple qui a transporté masques, coiffes, bouddha ou mandala de l’Himalaya et des périphéries de la Chine jusqu’en Occident : sur les lieux d’échanges, marchés et ateliers locaux ou sites de vente en ligne, et dans les musées et expositions, en Asie et en Occident. Articulant biographie économique et ethnographies des mises en scène artistiques, ce recueil décode les schèmes à l’œuvre dans les fictions enveloppant ces objets : valorisation d’un passé immémorial, authenticité et sacralisation d’un paysage transcendant. Edité par le Laboratoire d’Ethnologie et de sociologie comparative, 2016 ISSN électronique : 2117-3869


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Cette livraison d’Ethnologie française éclaire les dimensions historiques, sociales, spatiales du commerce de détail, un thème longtemps resté parent pauvre de la recherche. Certes, son dynamisme au XIXe siècle est bien connu car il a su anticiper ou s’adapter à de nombreux bouleversements, mais l’on aurait pu penser que l’apparition des grands magasins à la fin du XIXe siècle, l’avancée de la grande distribution, et plus récemment le commerce en ligne, l’effaceraient progressivement du paysage urbain. Or, si le nombre de commerces de proximité est en baisse en milieu rural, il est en hausse en milieu urbain. Et c’est justement dans leurs rapports à l’urbain que ces commerçants sont ici principalement saisis. Installés dans les quartiers parisiens en voie de gentrification, ils contribuent au renforcement du processus : en témoigne par exemple l’inattendu renouveau des crémiers qui ont su s’ajuster au renouvellement des goûts et des attentes d’une clientèle aisée. La revue s’intéresse également aux installations précaires : les surprenantes commerçantes « à la valise » qui traversent la frontière sino-mongole, les terrassiers, kiosquiers et bouquinistes offrant leurs marchandises sur les trottoirs de Rabat et Casablanca, les commerçants des marchés de plein vent entre nomadisme et sédentarité. L’examen des manières d’exercer leur activité, comme les profils sociaux de ces gens de commerce révèle, au sens photographique du terme, les changements d’un quartier ou d’une ville, dans la mesure où ils en sont à la fois l’un des signes et l’un des effets. P.U.F, 2017 192 p., ISBN : 9782130788096

E T H N O L O G I E

Ethnologie française Tome XLVII – n° 1 Gens de commerce Éditeur invité : Leblanc Frédérique

E T H N O L O G I E

Revue


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Revue

Ethnologie française Tome XLVII – n°2 Albanie Renaissance d’une discipline Editeur invité : De Rapper Gilles À partir de la fin du XVIIIe siècle, le recul progressif de l’Empire ottoman notamment dans les territoires habités par les Albanais dans les Balkans et la création d’États nationaux (Grèce, Serbie, Roumanie, Bulgarie) ont deux conséquences majeures pour le développement de l’ethnologie albanaise : d’une part, l’idéologie nationale se diffuse dans les milieux intellectuels et incite certains écrivains et érudits à se lancer dans la collecte de « folklore » ; d’autre part les grandes lignes du mythe d’origine de la nation (autochtonie, descendance pélasgique ou illyrienne, résistance à l’envahisseur ottoman, etc.) se mettent en place. Au lendemain de la prise de pouvoir par les communistes, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la discipline devient un instrument au service du parti : les ethnologues sont sollicités à la fois pour légitimer scientifiquement la vision de l’histoire de la nation portée par le parti et pour modeler la « culture populaire ». Il faut attendre le début des années 2000 pour assister à une renaissance significative grâce au recrutement de jeunes chercheurs. C’est aux travaux de ceux-ci que cette livraison est consacrée. Développant un discours critique sur les pratiques et les résultats de la discipline au cours de la période communiste (enquêtes, archives photographiques), les auteurs analysent les phénomènes sociaux et économiques propres à l’Albanie comme les effets de la migration ou les conséquences de l’effondrement des systèmes d’épargne pyramidale. Ils s’emparent aussi de thèmes classiques : vendetta, pèlerinage, rites de la mort et du deuil, pratiques alimentaires, ou encore musiques urbaines, moins en tant qu’expressions d’une tradition intemporelle ou d’une culture nationale que comme révélateurs de processus contemporains qui affectent les institutions, la mémoire et l’existence quotidienne. P.U.F, 2017 192 p., ISBN : 9782130788102


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Du fait de la globalisation des nouvelles technologies de reproduction, les politiques du vivant ne peuvent être interrogées qu’au niveau international. Aussi ce numéro rassemble-t-il des contributions concernant la France mais aussi d’autres pays européens, Inde, Israël, Iran, Etats-Unis. Les cadres légaux, politiques, sociaux, religieux constituent la toile de fond à partir de laquelle sont ici interrogés les dons de gamètes ou d’embryons, les pratiques de fécondation in vitro comme de grossesse pour autrui. Les recherches font apparaître l’importance des circuits internationaux, marquant fortement les horizons reproductifs contemporains des familles en mal d’enfant, qu’elles soient hétérosexuelles, gays ou lesbiennes. Si les premières études ont eu tendance à se focaliser essentiellement sur le projet parental, les articles de cette livraison insistent sur la place centrale du corps d’où se déclinent des liens : ressemblances, partage de substances comme le sang, le lait, ou même la nourriture, etc. Tant pour les donneurs que les receveurs, tant pour les parents que les enfants, surgit alors la question des origines qui interroge la construction généalogique comme la question de l’inceste.

P.U.F, 2017 200 p., ISBN : 9782130788119

E T H N O L O G I E

Revue Ethnologie française Tome XLVII - n°3 Le corps reproductif Editeur invité : Porquérés i Gené Enric

E T H N O L O G I E

Revue


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Revue

Journal de la Société des américanistes Tome 102-2

Alfred Métraux : relectures transatlantiques Philippe Erikson Présentation [Texte intégral] Daniel Métraux, Fernande Schulmann, Monique Lévi-Strauss et Simone Dreyfus-Gamelon Témoignages [Texte intégral] Federico Bossert Alfred Métraux y la utopía del Gran Chaco [Texte intégral] Alfred Métraux et l’utopie du Gran Chaco Alfred Métraux and the Gran Chaco utopia Lorena I. Córdoba Mission en temps de guerre : Alfred Métraux dans le Pilcomayo [Texte intégral] Misión en tiempos de guerra: Alfred Métraux en el Pilcomayo War-time Mission: Alfred Métraux in the Pilcomayo Rodrigo Montani Lengua y artefactos en la etnografía wichí de Alfred Métraux [Texte intégral] Langues et artefacts dans l’ethnographie wichí d’Alfred Métraux Language and artefacts in Alfred Métraux’s Wichí ethnography Diego Villar Culture matérielle et changement : Alfred Métraux chez les Chiriguano [Texte intégral] Cultura material y cambio: Alfred Métraux entre los chiriguanos Change and material culture: Alfred Métraux among the Chiriguano Pablo F. Sendón Vestiges du passé. Alfred Métraux et les Čipaya de Carangas (1930-1931) [Texte intégral] Vestigios del pasado. Alfred Métraux y los čipaya de Carangas (1930-1931) Remains of the Past. Alfred Métraux and the Čipaya of Carangas (1930-1931) Fernando Giobellina Brumana El Métraux haitiano. La construcción de una etnología religiosa [Texte intégral] The Haitian Métraux. The construction of a religious anthropology Le Métraux haïtien. La construction d’une ethnologie religieuse Note Chronique

Comptes rendus

Édité par la Société des américaniste ISSN électronique 1957-7842


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Tome 103-1

Les concours de beauté en Amérique latine Philippe Descola Dimitri Karadimas (1966-2017) [Texte intégral] Grégory Deshoullière et Magda Helena Dziubinska Des Miss à part. Les concours de beauté au prisme des différences en Amérique latine [Texte intégral] Gemma Celigueta ¿Unas elecciones de verdad? Autenticidad, representación y conflicto en los concursos de Reinas Indígenas de Guatemala [Texte intégral] True elections? Authenticity, Representation and Conflict at the Indigenous Queens Pageants in Guatemala De vraies élections? Authenticité, représentation et conflit dans les concours de reines indigènes au Guatemala Magda Helena Dziubinska Devenir reine kakataibo. Performance, séduction et genre en Amazonie péruvienne [Texte intégral] Becoming a Kakataibo Queen. Performance, seduction and gender in Peruvian Amazonia Convertirse en reina kakataibo. Performance, seducción y género en la Amazonia peruana André Demarchi A Miss Kayapó: ritual, espetáculo e beleza [Texte intégral] The Miss Kayapó: ritual, spectacle and beauty Miss Kayapó : rituel, spectacle et beauté Pascale Absi Depuis les podiums des reines de beauté : se produire comme femme trans en Bolivie [Texte intégral] Desde las pasarelas de los concursos de belleza: producirse como mujer transgenero en Bolivia Production of identity as a transgender woman in Bolivia, from the beauty pageant catwalk Varia Note de recherche Chronique Compte rendu Édité par la Société des américaniste ISSN électronique 1957-7842

E T H N O L O G I E

Journal de la Société des américanistes

E T H N O L O G I E

Revue


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Revue

Terrain n° 66 Renaître Coordonné par Manceron Vanessa (LESC), Moya Ismaël (LESC) & De Vienne Emmanuel (LESC) Il semble désormais que naître ne suffise plus, qu’il faille renaître de manière répétée, comme si à la vieille quête de l’immortalité avait succédé celle d’un sentiment perpétuel de nouveau départ. Cette obsession se traduit par un marché du rebirth, des différentes chapelles de la ritualité New Age, de la thérapie ou du développement personnel à l’extraordinaire succès des églises évangéliques proposant, aux quatre coins du globe, de devenir born again. Ce dossier éclaire le désir contemporain de renaître à la lumière de ses avatars passés et présents, de l’initiation à la réincarnation, en passant par le spiritisme ou la résurrection. Éditions Terrain, 2016 2016 p., ISBN : 9782955596401


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

L’orgasme explose aujourd’hui en courbes, rythmes, spasmes, paliers, intensité d’afflux sanguin et seuils hormonaux. Examiné sous tous les angles, il se voit évalué et prescrit comme un facteur structurant du psychisme. Jouir aurait-il pour autant perdu tout mystère ? Quelles émotions et quelles relations fonde-t-il ou déstabilise-t-il ? Sommes-nous les seuls à nous poser autant de questions à son sujet ? Ce numéro de Terrain enquête sur le plaisir des sens pour le décliner à l’interrogative, en observant les manières variées de le penser, le simuler, le susciter ou de s’en détourner dans différentes sociétés. Éditions Terrain, 2017 224 p., ISBN : 9782955596418

E T H N O L O G I E

Terrain n° 67 Jouir

E T H N O L O G I E

Revue


E T H N O L O G I E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Revue

Revue Tracés n° 32 Déplacer les frontières du travail Coordonné par Albert Anaïs, Plumauzille Clyde et Ville Sylvain Les reconfigurations récentes du capitalisme industriel dans les sociétés occidentales ont jeté le trouble sur la définition même du travail et sa fonction dans la société. À partir des années 1970, ces métamorphoses ont suscité, dans le champ des sciences humaines et sociales, un mouvement d’extension consistant à qualifier de travail un nombre croissant d’activités considérées jusqu’alors comme relevant de la générosité, du partage, de la solidarité, du don, du plaisir, de la création ou de l’engagement. À un moment historique de remise en cause du travail salarié et de sa capacité intégrative dans la société, de montée du chômage et de marchandisation générale de l’activité humaine, ce numéro de la revue Tracés souhaite poursuivre cette entreprise de dénaturalisation du travail en appréciant les luttes de qualification qui viennent régulièrement renégocier ses frontières. Le terme de frontières a son importance. Envisagé comme zones de contact mouvantes, il permet de sortir d’une réification des activités et de porter l’attention sur la plasticité du travail et de ses délimitations. Si chacune des contributions du numéro apporte un éclairage particulier à notre problématique, toutes défendent une même optique : restituer de façon positive les frontières mouvantes de l’activité laborieuse au plus près des pratiques sociales, saisir en quelque sorte la catégorie travail en action, dans un souci de reconnaissance des individus et de leur engagement dans la société. ENS Éditions, 2017 276 p., ISBN : 9782847889024


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

De Narmer à Dioclétien (3150 av. J.C. – 284 apr. J.C.)

Agut Damien (ArScAn), Moreno-Garcia Juan Carlos Depuis une trentaine d’années, les découvertes archéologiques mais aussi le réexamen des données anciennes ont profondément renouvelé notre connaissance de l’Égypte ancienne. Ces avancées permettent aujourd’hui de proposer un récit neuf, dégagé de la routine de l’histoire cyclique où, entre les « empires » forcément fastueux, viennent s’intercaler de sombres « périodes intermédiaires » marquées du sceau de la décadence. Les seize chapitres qui composent ce volume évoquent autant de moments de cette longue histoire qui commence à la fin du IVe millénaire av. J.-C. et s’achève avec la conversion des empereurs romains au christianisme. Malgré les transformations écologiques, géostratégiques, sociales et économiques que connut l’Égypte durant ces trois millénaires, ses rois, même ceux qui venaient de Perse, de Macédoine ou de la lointaine Rome, se glissèrent dans un costume politique taillé à la fin du IVe millénaire av. J.-C. Le pouvoir pharaonique en fut-il, pour autant, immuable ? Il faut, pour répondre, ne pas se laisser aveugler par les textes et les monuments suscités par les pharaons euxmêmes : pyramides écrasantes, temples gigantesques, somptueux masques d’or donnent en effet une image pour le moins erronée d’omnipotence. Illusion qui vole en éclats si l’on abandonne le mythe de l’exception égyptienne et que l’on envisage l’histoire politique des monarchies comme participant à celle, plus générale, des mondes anciens. Près de trois cents documents iconographiques, une trentaine de cartes illustrent cette histoire de l’Égypte des Pharaons. Éditions Belin, 2016 848 p., ISBN 9782701164915

H I S T O I R E

L’Égypte des pharaons


H I S T O I R E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

La Macédoine du VIe siècle avant J. C. à la conquête romaine

Formation et rayonnement culturels d’une monarchie grecque

Sous la direction de Chryssanthaki-Nagle Katerina (ArScAn), Descamps-Lequime Sophie et GuimierSorbets Anne-Marie (ArScAn)

Collection Travaux de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, no 23 L’ascension de la Macédoine comme puissance hégémonique du monde grec grâce à un instrument militaire incomparable forgé par ses rois est connue depuis longtemps. Les découvertes archéologiques de ces dernières décennies ont révélé des aspects inconnus de la Macédoine : elle n’était pas seulement une puissance militaire, mais aussi un État doté d’une organisation politique originale, ainsi qu’un centre de création très actif dans divers domaines de la culture grecque. Organisé en marge de l’exposition «  Au royaume d’Alexandre le Grand. La Macédoine antique » du musée du Louvre, le colloque dont les actes constituent ce volume a eu lieu à l’Institut national d’histoire de l’art et au musée du Louvre les 2 et 3 décembre 2011. Il a mis en lumière les origines et le développement de ce centre de production artistique original : comment s’est-il constitué ? Quel fut le processus de son développement ? De quelles influences venant des contrées du pourtour méditerranéen a-t-il tiré parti ? On sait qu’après Alexandre, une partie importante du monde antique devint politiquement et militairement « macédonienne ». Mais, dans le monde hellénistique, quelle fut la part du rayonnement culturel et artistique de la Macédoine ? Pour répondre à ces questions, les relations culturelles que la Macédoine entretenait avec la Grèce des cités, l’Asie Mineure et l’Égypte sont envisagées et un intérêt particulier est porté à la partie occidentale du bassin méditerranéen. Éditions De Boccard, 2016, ISBN : 9782701804576


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Quand on inventa l’agriculture, la guerre et les chefs

Demoule Jean-Paul (Trajectoires)

Pendant 99 % de l’histoire de l’humanité, l’homme a été chasseur, pêcheur et cueilleur. Il y a douze mille ans seulement, les humains, au nombre de quelques centaines de milliers, nomadisaient par petits groupes. Aujourd’hui, sept et bientôt neuf milliards d’humains, presque tous sédentaires, peuplent la terre. Leurs sociétés sont très inégalitaires, puisque environ 1 % d’entre eux possèdent la moitié de la richesse mondiale. Comment en est-on arrivé là ? Que s’est-il passé pendant ces dix millénaires trop souvent absents de notre culture générale et médiatique ? Une invention décisive, en plusieurs endroits du globe : celle de l’agriculture et de l’élevage. Grâce à elle, la population humaine va s’accroître rapidement, prendre le contrôle de la planète et éliminer un grand nombre d’espèces biologiques. L’expansion démographique continue débouche sur la création des premières villes, des premiers États et, finalement, de l’écriture et de l’histoire… Cette « révolution néolithique » a vu se mettre en place des pratiques qui ont toujours cours aujourd’hui : le travail, la guerre ou encore la religion. Jean-Paul Demoule les explore avec la hauteur de vue de l’archéologue et la passion de transmettre. Il bouscule notre vision de la préhistoire et notre rapport au monde tel qu’il est, ou tel qu’il pourrait être. Fayard, 2017 320 p., ISBN : 9782213677576

H I S T O I R E

Les dix millénaires oubliés qui ont fait l'Histoire


H I S T O I R E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Le néolithique à l’origine du monde contemporain Demoule Jean-Paul (Trajectoires) En quoi la révolution du Néolithique a-t-elle été déterminante ? Il y a quelque 12 000 ans, sur tous les continents – sauf, dans un premier temps, en Europe – divers groupes d’Homo Sapiens – se sont progressivement sédentarisés – passant d’une culture de cueilleurs-chasseurs à celle d’agriculteurs – même si ces termes doivent être contextualisés. Cette sédentarisation a été propice à différentes autres découvertes techniques, culturelles avec vraisemblablement aussi un rapport au surnaturel assez élaboré. L’archéologie, la paléontologie – parmi d'autres disciplines – ont largement contribué à ces découvertes qui constituent les fondements de l’humanité moderne. Ce dossier, largement illustré - présente les avancées déterminantes advenues au cours du Néolithique avec des mises en perspective éclairantes. Documentation photographique n°8117, 64 p., La documentation française, 2017


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Le mythe d’origine de l’Occident

Demoule Jean-Paul (Trajectoires)

Seconde édition de l’édition de 2014 (éditions du Seuil) Mais où sont passés les Indo-Européens ? On les a vus passer par ici, depuis les steppes de Russie, ou par là, depuis celles de Turquie. Certains les ont même vus venir du Grand Nord. Mais qui sont les Indo-Européens ? Nos ancêtres, en principe, à nous les Européens, un petit peuple conquérant qui, il y a des millénaires, aurait pris le contrôle de l’Europe et d’une partie de l’Asie jusqu’à l’Iran et l’Inde, partout où, aujourd’hui, on parle des langues indo-européennes (langues romanes comme le français, slaves comme le russe, germaniques comme l’allemand, et aussi indiennes, iraniennes, celtiques, baltes, sans compter l’arménien, l’albanais ou le grec). Et depuis que les Européens ont pris possession d’une grande partie du globe, c’est presque partout que l’on parle des langues indo-européennes – sauf là où règne l’arabe ou le chinois. Mais les Indo-Européens ont-ils vraiment existé ? Est-ce une vérité scientifique, ou au contraire un mythe d’origine, celui des Européens, qui les dispenserait de devoir emprunter le leur aux Juifs, la Bible ? Jean-Paul Demoule prétend dans ce livre iconoclaste s’attaquer à la racine du mythe, à sa construction obligée, à ses détournements aussi, comme la sinistre idéologie aryenne du nazisme, qui vit encore. Il montre que l’archéologie la plus moderne ne valide aucune des hypothèses proposées sur les routes de ces invasions présumées, pas plus que les données les plus récentes de la linguistique, de la biologie ou de la mythologie. Pour expliquer les ressemblances entre ces langues, d’autres modèles restent à construire, bien plus complexes, mais infiniment plus intéressants. Editions du Seuil, Points Histoire, 2017 848 p., ISBN : 9782757865910

H I S T O I R E

Mais où sont passés les Indo-Européens ?


H I S T O I R E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Naissance de la figure

L'art du Paléolithique à l'âge du Fer

Demoule Jean-Paul (Trajectoires) Nouvelle édition revue

L’homme s’est représenté lui-même à partir du moment où il est apparu sous sa forme moderne – celle d’Homo sapiens sapiens – même si l’on discute aussi sur la possibilité et l’interprétation d’éventuelles figurations plus anciennes. Et, pour l’essentiel, l’homme a d’abord représenté la femme. Mais ces images sont longtemps restées minoritaires : ce sont surtout les animaux qui ont été figurés, dans une grande variété de formes et de styles, comme si la représentation humaine devait rester exceptionnelle, ou périphérique. Puis la révolution néolithique, qui voit l’agriculture et l’élevage remplacer la chasse et la pêche, s’accompagne d’une révolution des images au sein de laquelle la figure humaine se libère en Orient des canons inexpressifs et codés du Paléolithique à travers des figurines d’argile cuite, mais aussi de pierre et de chaux. Ces premières figurations humaines, étudiées par JeanPaul Demoule, apparaissent dans un espace cohérent et homogène, celui du Proche-Orient, de la Méditerranée et de l’Europe, qui évoluent de conserve tout au long de ces trente millénaires. C’est l’histoire globale de la figure que raconte cet ouvrage : il retrace la naissance et l’évolution de la figure humaine aux périodes préhistoriques et protohistoriques, jusqu’à l’apparition de l’esthétique propre aux organisations étatiques. Gallimard, 2017 320 p., ISBN : 9782072696756


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

En 324, la fondation de Constantinople sur les rives du Bosphore modifie les voyages impériaux qui s’organisent désormais autour de la nouvelle capitale. D’abord considérée comme un point de départ ou de passage, Constantinople se transforme en lieu de pouvoir. La reconstitution des itinéraires permet de saisir l’évolution de l’Empire romain dans sa moitié orientale du IVe au Ve siècle, l’État et la cour avançant d’un même pas. Suivi de sa famille et de ses familiers, escorté par les hauts fonctionnaires et les officiers supérieurs, l’empereur se déplace sans cesse. La présence de parents et de courtisans, d’officiels et de soldats, montre que les voyages impériaux possèdent une dimension privée et publique autant que civile et militaire. L’ampleur de la suite et de l’escorte exige de vastes réquisitions pour fournir gîte et couvert, véhicules et attelages. Le système de cour, porté à sa perfection sous la dynastie théodosienne (379-450), circonscrit ensuite les voyages aux environs de Constantinople, devenue le cadre unique du faste impérial. Éditions de Boccard, 2016 482 p., ISBN : 9782701804965

H I S T O I R E

Le voyage impérial dans l'Antiquité tardive Destephen Sylvain (ArScAn)


H I S T O I R E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

L’évêque de cour

Figure politique, figure polémique

Sous la direction de Destephen Sylvain (ArScAn) De l’Antiquité jusqu’à sa disparition à l’époque contemporaine, l’évêque de cour constitue une figure essentielle des cours princières. Personnage décrié dès l’époque de l’empereur Constantin, et plus tard par l’historiographie rationaliste des Lumières, il représente une figure polémique, voire péjorative. L'évêque de cour est souvent réduit à une éminence grisâtre qui conseille mal et manipule un souverain faible ou un despote influençable. Les auteurs ici réunis, dont les études couvrent une longue période historique, ont jugé nécessaire de critiquer l’image traditionnelle du prélat courtisan et de dépasser la séparation entre religion et politique pour replacer l’évêque de cour dans une réalité historique globale. Hermann Histoire, 2017 464 p., ISBN 9782705694500


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Quelle importance les sociétés anciennes et actuelles attribuent-elles à la couleur? Dans les productions artistiques du continent africain, le blanc, le jaune, le rouge, le bleu et le noir sont parmi les couleurs qui reviennent le plus souvent. Pourtant, chacune d’entre elles recèle une histoire dont certains épisodes peuvent encore se lire à travers les matières et les substances qui ont servi à les faire naître. Les différents articles qui composent cet ouvrage se présentent comme des expériences méthodologiques ouvertes à de nombreux champs disciplinaires. Se côtoient ainsi des exemples aussi divers que des peintures rupestres, des statuettes et des masques traditionnels, des perles en pâte de verre, des feux de signalisation urbaine, des tissus teints à l’indigo. Le résultat : une invitation à regarder la couleur autrement, avec sa richesse culturelle. Éditions des archives contemporaines, 2016 110 p., ISBN : 9782813002396

H I S T O I R E

Les couleurs dans les arts d’Afrique. De la Préhistoire à nos jours Sous la direction de Gutierrez Manuel (ArScAn), Buratti Mathilde (ArScAn), Valentin Manuel et Ballinger Michèle (ArScAn)


H I S T O I R E

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Des sociétés en mouvement

Évolution des sociétés magdaléniennes et aziliennes des Alpes du nord françaises

Mevel Ludovic (ArScAn)

Les civilisations émergent, disparaissent et d’autres leur succèdent : il en est de même pour les grandes cultures européennes de la fin du Paléolithique. Dans un contexte de bouleversement global des écosystèmes, l’apparition et le développement de l’Azilien marquent une rupture progressive mais importante, voire irréversible, avec l’ensemble des traditions qui précèdent. Dans certaines régions, ce sont des pans entiers du bagage technique qui disparaissent pour ne plus réapparaître. C’est une véritable révolution qui balaye l’Europe magdalénienne et ses épigones septentrionaux. À travers l’analyse technologique des productions lithiques, cet ouvrage s’interroge sur la façon dont les phénomènes culturels s’ajustent à des contextes géographiques et environnementaux contrastés. Il s’intéresse plus particulièrement à l’évolution des sociétés magdaléniennes et aziliennes et aux transformations des industries lithiques, ainsi qu’à la signification paléohistorique de ces changements. Les séquences tardiglaciaires de l’abri de La Fru (Saint-Christophela-Grotte, Savoie) constituent un corpus de choix pour mener une réflexion de cet ordre. Cette étude, qui intègre les aspects technologiques, typologiques et économiques des industries lithiques, confronte les résultats obtenus sur une douzaine d’ensembles archéologiques à ceux des ensembles actuellement les mieux documentés des régions limitrophes. Cela permet, notamment, de mettre en évidence une phase pionnière dans la reconquête magdalénienne des Alpes du nord, qui a été suivie d’une seconde vague de peuplement aboutissant à une stabilisation de l’occupation. C’est l’un des rares modèles publiés de recolonisation de territoire pour le Paléolithique, hormis quelques études américaines et britanniques. Nous proposons aussi un scénario relatant l’apparition de l’Azilien dans les Alpes. Cette azilianisation est ainsi perçue comme un phénomène d’adoption allochtone, et non comme l’adaptation locale des groupes magdaléniens régionaux aux changements environnementaux. En sus de renouveler considérablement nos connaissances sur les sociétés tardiglaciaires des Alpes du nord françaises, secteur encore méconnu malgré son indéniable potentiel documentaire, cette étude permet de s’interroger sur les conditions d’apparition des innovations qui marquent les sociétés magdaléniennes, puis aziliennes, entre 14 000 et 11 000 ans avant le présent, et, plus généralement, de leur périodisation dans une perspective diachronique. Éditions CTHS, 2017 336 p., ISBN : 9782735508419


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Des forces spéciales au XIXe siècle

Taladoire Éric (Archam)

Des forces spéciales au XIXe siècle La guerre d’Intervention au Mexique, entre 1862 et 1867, n’a pas été, comme on le pense trop souvent, une promenade militaire, ni un échec total du Second Empire. Elle a donné lieu à son concert inévitable de victoires et de défaites, dont la célèbre bataille de Camerone ou la victoire mexicaine de Puebla, fête nationale commémorée le 5 mai au Mexique. Dans les récits et dans ces célébrations, on oublie souvent, d’un côté comme de l’autre, le rôle de forces spéciales, les Contre-Guérillas, une unité dont beaucoup préfèrent passer l’action sous silence. Des romanciers lui ont consacré plusieurs ouvrages, les historiens préfèrent jeter un voile pudique sur ses agissements, même si ses premiers succès lui ont valu quelque attention. Cette unité a pourtant joué un rôle clef dans les événements, remporté des victoires indéniables et même mérité une certaine estime de la part de ses adversaires pourtant acharnés à sa destruction. La longue recherche que lui a consacrée l’auteur du présent ouvrage, Éric Taladoire, lui a permis d’en retracer l’histoire et d’établir les bases de son action qui représente, pour l’époque, une innovation exceptionnelle. L’Harmattan, 2016 308 p., ISBN : 9782343100845

H I S T O I R E

Les contre-guérillas françaises dans les terres chaudes du Mexique (1862-1867)


PLURIDISCIPLINES PLURIDISCIPLINES

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Interaction in the Himalayas and Central Asia

Processes of Transfer, Translation and Transformation in Art, Archaeology, Religion and Polity

Allinger Eva, Grenet Frantz, Jahoda Christian, Lang Maria-Katharina, Vergati Anne (LESC) (Eds.)

The proceedings of the Third International SEECHAC Colloquium, held in Vienna in 2013, are devoted to the topic “Interaction in the Himalayas and Central Asia”. Divided into three parts – I. Transfer and Interaction in Central Asia and Tibet; II. Translation and Adoption of Art and Architecture in the Western Himalayas; III. Patterns of Transformation in Tibet, Nepal, Mongolia and Central Asia – and preceded by an introduction by Christian Jahoda, past and current transformation processes of social, religious and material culture are addressed in 19 original contributions by experts from various fields of knowledge and disciplines including archaeology, architecture, art history and social anthropology as well as Central Asian, Mongolian and Tibetan Studies. Austrian Academy of Sciences Press, 2017 423 p., ISBN : 9783700180739


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Collection Colloques de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, no 13 Le terme prestige est régulièrement utilisé pour caractériser la recherche d’honneurs et de distinctions qui est l’un des traits majeurs d’une société romaine fortement concurrentielle. Il ne va toutefois pas de soi, car les sources anciennes, grecques et latines, parlent plutôt de « dignité », d’« autorité », de « renommée » ou encore de « réputation » pour exprimer l’idée de hiérarchie et de différenciation sociale quelle que soit l’époque considérée. Il demeure que le procédé consistant à recourir à une notion moderne pour éclairer le fonctionnement des sociétés anciennes est heuristiquement fécond s’il réussit à maîtriser la part d’anachronisme nécessairement présent dans le vocabulaire contemporain. Ce sont de telles interrogations qui sont à l’origine de cet ouvrage collectif sur le prestige à Rome. Elles prolongent la réflexion interdisciplinaire menée précédemment lors du 10e colloque annuel de la MAE en choisissant de porter l’accent sur une société spécifique, la Rome antique, et une chronologie resserrée (fin de la République – début du Haut-Empire). La notion protéiforme de prestige articule trois significations qui se complètent plus qu’elles ne s’excluent et font chacune l’objet d’une analyse dans les trois parties de ce volume : il est tout d’abord attaché au statut d’un individu ou d’un groupe d’individus qui se distingue d’une manière ou d’une autre ; il désigne ensuite les performances qui permettent d’afficher sa distinction sociale et de la rendre visible ; il renvoie enfin aux stratégies à mener pour maintenir son rang et éviter ainsi toute forme de déclassement social. Editions de Boccard, 2016 328 p., ISBN : 9782701804354

PLURIDISCIPLINES

Le Prestige à Rome à la fin de la République et au début du Principat Sous la direction de Baudry Robinson (ArScAn) et Hurlet Frédéric (ArScAn)


PLURIDISCIPLINES PLURIDISCIPLINES

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Textile Terminologies from the Orient to the Mediterranean and Europe, 1000 BC to 1000 AD Gaspa Salvatore, Michel Cécile (ArScAn), Nosch Marie-Louise The papers in this volume derive from the conference on textile terminology held in June 2014 at the University of Copenhagen. Around 50 experts from the fields of Ancient History, Indo-European Studies, Semitic Philology, Assyriology, Classical Archaeology, and Terminology from twelve different countries came together at the Centre for Textile Research, to discuss textile terminology, semantic fields of clothing and technology, loan words, and developments of textile terms in Antiquity. They exchanged ideas, research results, and presented various views and methods. This volume contains 35 chapters, divided into five sections: • Textile terminologies across the ancient Near East and the Southern Levant • Textile terminologies in Europe and Egypt • Textile terminologies in metaphorical language and poetry • Textile terminologies: examples from China and Japan • Technical terms of textiles and textile tools and methodologies of classifications Zea Books, 2017 ISBN : 9781609621124


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Collection Colloques de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, no 14

La réflexion sur la notion de fondation est indissociable de la nécessité, observée dans les sociétés humaines, d’actualiser à intervalles plus ou moins espacés la séquence des actes fondateurs ou ressentis comme tels. C’est cette idée qu’exprime le terme aujourd’hui en vogue de « refondation », symptomatique du besoin des individus, des groupes d’individus et des sociétés d’inscrire la fondation dans la durée. S’interroger sur la manière dont les hommes fondent et refondent aujourd’hui, dans les temps passés et sur le temps long revient foncièrement à se demander comment ils s’attachent à donner à toute chose, tangible et intangible, son existence et sa forme. La (re)fondation évoque ainsi tout aussi bien les découpages temporels marquant un avant et un après l’existence d’une entité de nature sociale (fondation d’un royaume, d’une communauté singulière, établissement d’une constitution, de la mémoire à attacher à un événement) que le découpage spatial et l’ancrage dans le sol d’une réalisation matérielle (fondation d’un édifice que l’on veut pérenne, bornage des limites d’une ville, d’un quartier, d’une maison ou de tout espace transformé en territoire quand on distingue un intérieur et un extérieur). L’ouvrage met en avant plusieurs des modalités du (re)commencement : le rapport complexe au thème des origines ; la fondation ou refondation des colonies (grecques et romaines) ; la production de nouvelles échelles par la fusion ou l’extension d’espaces, la mobilité et la conquête ; la mise en récit(s). Ce sont autant de modes de mise en ordre du monde, du temps et de l’espace qui instituent pour l’avenir et légitiment par rapport au passé. Editions De Boccard, 2017 296 p., ISBN : 9782701805375

PLURIDISCIPLINES

(Re) Fonder Les modalités du (re)commencement dans le temps et dans l’espace Sous la direction de Gervais-Lambony Philippe, Hurlet Frédéric (ArScAn), Rivoal Isabelle (LESC)


PLURIDISCIPLINES PLURIDISCIPLINES

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

L'Homme-animal dans les arts visuels

Image et créatures hybrides dans le temps et dans l'espace

Sous la direction de Linant De Bellefonds Pascale (ArScAn), Rouveret Agnès (ArScAn)

Cet ouvrage s’est en quelque sorte modelé sur son objet en se présentant comme une hybridation aussi parfaite que possible des regards, des savoirs et des discours : de manière expérimentale et inédite, il propose une réflexion interdisciplinaire sur les mécanismes et les enjeux de l’hybridité homme-animal dans la création artistique, depuis les premiers témoignages laissés par les auteurs anonymes de l’époque paléolithique jusqu’aux réalisations des artistes les plus contemporains. Les vingt contributions ici réunies sont dues à des chercheurs, enseignants-chercheurs et conservateurs du patrimoine relevant de plusieurs domaines de spécialité – anthropologie, archéologie, histoire, histoire de l’art, histoire des sciences, littérature comparée. Après un premier chapitre consacré aux principes de création des êtres composites dans plusieurs aires géographiques (Proche Orient, Égypte et Méditerranée antiques, mondes amérindiens) et aux formes de réception de ces images hybrides aux époques médiévale (Centaures et Sirènes) et moderne (monstres imaginaires et rationalité des sciences naissantes), un deuxième chapitre permet de parcourir les enjeux de telles créations en Mésopotamie, en Égypte et en Grèce, jusqu’aux « hybrides utopiques » de Grandville. Le troisième chapitre interroge le geste créateur depuis l’homme-lion aurignacien jusqu’aux créations des artistes contemporains (« Sphynge » en sucre de Kara Walker, masques d’Ensor, portrait de Rosa Bonheur) pour arriver à la collaboration homme-animal-machine. Un quatrième et dernier chapitre permet d’approfondir la sémantique des hybrides ailés dans leur dimension spatiale et symbolique, de l’antiquité classique à l’Asie centrale et à la Chine anciennes, ainsi qu’à l’Orient médiéval. Au fil des contributions se tissent ainsi d’étranges correspondances entre les images, d’un continent à l’autre, d’une aire culturelle à une autre, du passé le plus lointain à nos jours. Les Belles Lettres / Presses Universitaires de Paris Nanterre, 2017 272 p., ISBN : 9782251446172


RENTRÉE LITTÉRAIRE Dans le cadre de la fête de la science 2017

La MAE vous invite à ses :

« Apéros Littéraires »

Du 10 au 12 octobre 2017 // 17h > 18h30 // Bâtiment Max Weber Salle des conférences

OUVERT À TOUS


Programme de la rentrée littéraire 2017 Mardi 10 octobre « Nouvelles perspectives sur le capitalisme : entre exploitation du passé et avenirs alternatifs » Animation : Olivier Renaut, université Paris Nanterre, IUF Luc Boltanski, école des Hautes études en sciences sociales et Arnaud Esquerre, CNRS, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, auteurs de Enrichissement. Une critique de la marchandise (Gallimard, NRF essai) Alexis Cukier, université Paris Nanterre, laboratoire de sociologie, philosophie et anthropologie politiques et Flora d’Ambrosio-Boudet, université Paris Nanterre, contributeurs du livre dirigé par Stéphane Haber, université Paris Nanterre, laboratoire de sociologie, philosophie et anthropologie politiques, Le Capitalisme des philosophes (Presses Universitaires de Paris Nanterre) Séance en partenariat avec les Presses Universitaires de Paris Nanterre Mercredi 11 octobre « Des sons et des couleurs » Animation : Philippe Jockey, Université Paris Nanterre, Archéologies et Sciences de l’Antiquité, équipe Archéologie du Monde grec et systèmes d’information Mathilde Buratti, archéologies et sciences de l’antiquité, équipe ethnologie préhistorique, co-auteur avec Manuel Gutierrez, Manuel Valentin et Michèle Ballinger de Les Couleurs dans les arts d’Afrique. De la Préhistoire à nos jours (Archives contemporaines) Christine Guillebaud, CNRS, laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, centre de recherche en ethnomusicologie, directrice de Toward an Anthropology of Ambient Sound (Routledge) Jeudi 12 octobre « L’itinérance du pouvoir » Animation : Frédéric Hurlet, université Paris Nanterre, archéologies et sciences de l’antiquité, équipe Espaces, Pratiques sociales et Images dans les mondes grec et romain Sylvain Destephen, université Paris Nanterre, archéologies et sciences de l’antiquité, équipe Textes, histoire et monuments de l’Antiquité au Moyen Âge, auteur de Le voyage impérial dans l’Antiquité tardive. Des Balkans au Proche-Orient (De Boccard) Raymond Jamous, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, auteur de Le Sultan des frontières. Essai d’ethnologie historique du Maroc (Société d’Ethnologie)


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès 21, allée de l’Université, F-92023, Nanterre Cedex www.mae.u-paris10.fr

Profile for MAE Nanterre

Publications 2017  

Publications 2017  

Advertisement