Page 1

annuelles de la MAE

des chercheurs et enseignants chercheurs 2017-2018


La Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE) est un lieu de recherche et de formation à la recherche, qui réunit plusieurs disciplines des sciences de l’homme et de la société : archéologie, préhistoire et protohistoire, ethnologie et sociologie comparative, ethnomusicologie, histoire ancienne et médiévale, lettres classiques. Elle est dirigée par Isabelle Sidéra, directrice de recherche au CNRS et préhistorienne, et Philippe Gervais Lambony, directeur adjoint, professeur des universités à l’université Paris Nanterre, géographe. La MAE réunit 300 chercheurs et enseignants-chercheurs, 90 ingénieurs et techniciens ainsi que 500 doctorants, au sein de cinq laboratoires et d’une unité de service et de recherche. Le livret des publications de l’année est représentatif du travail qu’ils mènent sur tous les terrains du monde. Les laboratoires de recherche Archam, Archéologie des Amériques (UMR 8096) ArScAn, Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR 7041) Lesc, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (UMR 7186) PréTech, Préhistoire & technologie (UMR 7055) Trajectoires (UMR 8215) L’unité de service et de recherche (USR 3225) L’USR a la charge des services communs de la MAE. Les revues scientifiques Les 17 revues scientifiques présentes au sein de la MAE sont : AdlFI, Americae, Arche@, Bulletin de la Société Préhistorique Française, Espaces & Sociétés, Ethnologie française, European Journal of Sociology, Gallia, Gallia Préhistoire, Journal de la Société des Américanistes, Justice spatiale/Spatial justice, Paléorient, Revue archéologique, Revue d’histoire moderne & contemporaine, Syria, Terrain et Tracès. Ce livret rassemble les livres ou numéros de revues parus d’octobre 2017 à octobre 2018 produits ou coordonnés par les chercheurs et enseignants chercheurs de la MAE (liste non-exhaustive).


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARCHAM

Alexandra Biar Navigation et installations lacustres dans les hautes terres du Mexique : les cas mexica et tarasque Dans une aire culturelle où la géographie conspire contre la fluidité des échanges, les sociétés mésoaméricaines ont su trouver des réponses techniques adaptées à leurs besoins. À une époque où l’acheminement de marchandises et de biens s’effectue principalement à dos d’homme, certaines civilisations vont se tourner vers un milieu aquatique mythique : les lacs. Ce travail de recherche s’intéresse donc à la pratique de la navigation lacustre et aux installations spécifiques qui lui sont associées. De par la nécessité d’une approche transversale, ce sujet se positionne dans un cadre pluridisciplinaire, entremêlant archéologie, ethnohistoire et ethnologie. Son objectif premier est de délimiter le cadre d’un nouveau champ de recherche à partir d’une étude analytique et systématique d’un corpus de données éclectiques, autour de l’exploitation d’un mode de transport aquatique. En Mésoamérique, c’est dans les hautes terres mexicaines que seuls les lacs des Bassins de Mexico et de Pátzcuaro ont été convertis en de véritables centres politiques, économiques et culturels à l’origine de l’émergence de l’Empire mexica et du Royaume tarasque à la période Postclassique (1350-1521). Pourquoi archéologues, historiens et ethnologues continuent donc d’ignorer la véritable importance de la navigation dans l’étude de la formation et de l’organisation de ces deux civilisations ? Dans quelle mesure les données que nous pourrons extraire de l’étude des embarcations et des installations lacustres peuvent-elles ouvrir de nouvelles perspectives de recherches ? Monographs in American Archaeology 50, 2018 292 p.; ISBN 9781784919092

Page 4


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARCHAM

Geoffroy de Saulieu, Stéphen Rostain (eds) Écologie historique Ce dossier sur l’écologie historique arrive au moment où la transition écologique se pose dans un véritable contexte d’urgence environnementale. Que ce soit en Europe ou dans la région intertropicale, l’étude des sociétés forestières passées a pris une ampleur sans précédent depuis quelques années. Mais, à la différence des approches archéologiques classiques, l’écologie historique ne se fait plus au travers du seul prisme de l’analyse des vestiges matériels humains, mais prend en compte le paysage, héritage présent construit dans la longue durée. Les hommes interagissent avec la forêt, en utilisent les produits et mettent en œuvre des formes de gestion des espèces utiles. Ces pratiques ont en retour un impact sur la composition spécifique des forêts dont elles modifient la biodiversité. La perspective diachronique de l’écologie historique permet alors d’étudier comment évoluent à moyen et long terme les socio-écosystèmes forestiers qui résultent des interactions entre des groupes humains et des milieux écologiques spécifiques. Des études de cas sont présentées ici en un tour d’horizon planétaire, en Europe et sur la ceinture tropicale, de l’écologie historique. Les Nouvelles de l’Archéologie 152 Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018 72 p., ISBN 9782735124268

Page 5


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARCHAM

Dimitri Karadimas, Valérie Lécrivain et Stéphen Rostain (dir) De l’ethnologie à la préhistoire De l’ethnologie à la préhistoire, ce titre évoque à bien des égards les recherches de l’anthropologue Alain Testart. Porteur d’un projet général sur les sociétés, Alain Testart a jeté de nombreuses passerelles entre l’anthropologie, l’archéologie et l’histoire. Décédé en 2013, il a laissé une œuvre considérable : partant d’un travail anthropologique relativement classique, basé sur l’ethnographie australienne, il a abordé au fur et à mesure de ses publications des thématiques ayant trait à un grand nombre de sociétés tout en renouvelant la réflexion anthropologique dans les domaines de l’économie, du politique, du juridique et du religieux. Ce livre est un hommage à l’auteur et fait suite à un colloque organisé les 24 et 25 novembre 2016 au siège du CNRS. Cet ouvrage reflète son dialogue interdisciplinaire et témoigne des pistes inédites qu’il a contribué à lancer telles que l’apparition de l’agriculture et du stockage avant le Néolithique, la question des chasseurs-cueilleurs d’hier et d’aujourd’hui, ainsi que la pratique funéraire des « morts d’accompagnement » attestée de la préhistoire jusqu’à la fin du XIXe. Des contributions traitent de l’interprétation du culte des déesses-mères au Néolithique, de l’art pariétal du Paléolithique ou encore du statut des dépôts rencontrés dans les cours d’eau à l’âge du Bronze. Ce livre illustre également la longue expérience méthodologique d’Alain Testart en anthropologie sur plusieurs questions  : l’esclavage, la genèse des inégalités et la naissance de l’Etat, la violence, et plus largement la classification des sociétés. L’Herne, 2018 192 p., ISBN 9782851973863

Page 6


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARCHAM

Elodie Mas La parure en coquille à Sayula, Occident du Mexique

Approche techno-stylistique et rôle dans la dynamique socioculturelle entre 450 et 1000 apr. J.-C. Entre 450 et 1000 apr. J.-C., les coquilles jouent un rôle fondamental dans les dynamiques socioéconomiques et culturelles des populations installées dans le bassin de Sayula. La présence d’un grand nombre d’indices de manufacture ofre des données inédites sur l’exploitation des ressources marines pour la fabrication de parures. Une analyse systématique du matériel est menée, prenant en compte trois aspects: taxonomique, typologique et technologique. Les traces techniques, macro et microscopiques, sont observées ; le travail est complété par l’analyse de micrographies (Microscope Electronique à Balayage) et par la mise en place d’un protocole expérimental. Un modèle de classification des pièces en fonction de leur degré de transformation est établi (matière première, ébauche, préforme, déchet, objet fni, etc.), ce qui permet de déterminer leur place au sein de la chaîne opératoire (préparation, débitage, façonnage, finition). Cette recherche contribue à une meilleure compréhension des comportements techniques des artisans préhispaniques, ainsi que des mécanismes de production des économies passées. British Archaeological Reports Limited, Bar International Series 2900, 2018 422 p., ISBN 9781407316239

Page 7


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARCHAM

Eliseo F. Padilla Gutierrez, Grégory Pereira (eds) La Ciudad Perdida. Raíces de los soberanos tarascos Este libro y la exposición a la cual acompaña y complementa: La Ciudad Perdida. Raíces de los soberanos tarascos, recogen parte de los beneficios de un proyecto académico con cerca de cuarenta años de vigencia. Aquí se presentan por primera vez objetos arqueológicos excavados durante las temporadas de trabajo en Malpaís Prieto, al tiempo que se integran a su discurso algunas piezas cuidadosamente seleccionadas de la colección del Museo Nacional de Antropología, procedentes de la misma región y nunca antes exhibidas. Gracias a la estrecha colaboración entre el Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos y el Instituto Nacional de Antropología e Historia, en este caso desde el Museo Nacional de Antropología, salen a la luz los resultados de esta amplia investigación con los aportes de dieciséis especialistas en el tema - estudiosos para quienes las voces y términos para nombrar y referir los asentamientos y culturas prehispánicas en Mechuacan son parte de su quehacer humanístico y el aliento vital de su existencia cotidiana. Museo Nacional de Antropología, INAH/CEMCA, 2018 122 p., ISBN 9786075391175

Page 8


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Pudeur, respect, morale quotidienne

« La mort plutôt que la honte » est un dicton répandu au Sahel. Mais qu’est-ce donc que cette « honte », sentiment si redouté qu’on puisse lui préférer la mort ? C’est à la fois une émotion intense et une réalité sociale complexe très éloignée du sens étroit de ce terme dans le monde occidental. La crainte de la honte et les efforts pour ne pas s’y exposer guident les moindres moments de la vie quotidienne des habitants du Sahel. La pudeur en est une expression, de même que toutes les marques du respect. De quelle façon ce registre moral essentiel est-il lié à l’histoire de cette région ? à l’esclavage ? à l’islam ? à l’évolution du milieu ? aux hiérarchies sociales en présence ? Comment influe-t-il sur les conduites personnelles, les obligations de solidarité, les relations conjugales et les rapports de genre en général ? Quel est son lien avec la richesse, la fécondité des épouses, la scolarité des filles et le rejet de la contraception ? Toutes ces questions sont abordées dans ce livre, au travers de situations particulières observées du Sénégal et de la Mauritanie jusqu’au Tchad. SEPIA, 2018 232 p., ISBN 9791033401452

Page 9

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Catherine Barouin, Barbara Cooper (dir.) La honte au Sahel


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Texte établi par Marion Bellissime Traduit et commenté par Marion Bellissime et Frédéric Hurlet DION CASSIUS Histoire romaine. Livre 53

Le livre 53 de l’Histoire romaine de Dion Cassius retrace les événements des années 28 à 23 à Rome et hors de Rome, et s’attarde en particulier sur l’année 27 et la confirmation au pouvoir d’Octave après la bataille d’Actium. Dion Cassius imagine un discours de prétendu renoncement au pouvoir du futur empereur, qui assure en réalité à ce dernier le Principat puis le titre d’Auguste. L’historien se livre ensuite à une analyse très fine et extrêmement renseignée des institutions au moment du passage de la République au Principat. Cette étude se conclut notamment avec le récit de l’année 23, dont l’importance pour la mise en place du nouveau régime est bien mise en évidence par Dion. Le présent volume est issu de la thèse de Doctorat de Marion Bellissime - codirigée par Valérie Fromentin et Paul Demont et soutenue à l’Université Bordeaux Montaigne en 2013 - qui portait sur les livres 52 et 53 de l’Histoire romaine de Dion Cassius. Il est le fruit de la collaboration entre Frédéric Hurlet et Marion Bellissime. Dion Cassius (il faudrait en réalité dire Cassius Dion) est un historien romain de langue grecque, actif sous les Sévères (IIe et IIIe siècles de notre ère). Il est notamment l’auteur de l’Histoire romaine, une oeuvre en 80 livres (en partie fragmentaire aujourd’hui) retraçant l’histoire de Rome de sa fondation aux années 220 ap. J.-C. Sénateur, Dion a exercé plusieurs magistratures de haut rang, dont le consulat ordinaire de 229, comme collègue de l’empereur Sévère Alexandre. Son témoignage sur l’histoire de Rome, et en particulier sur l’évolution de ses institutions, est le plus souvent détaillé et précis, ce qui en fait une source d’importance pour l’histoire ancienne. Les Belles Lettres, 2018 151 p., ISBN 9782251006215

Page 10


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Comment Léonard a-t-il inventé ses machines de vol ? Comment des méthodes de tissage ont-elles été transposées dans des techniques de guerre, des instruments de meunerie ou dans la fabrication de cosmétiques ? Comment comprendre les rapports entre des artefacts préhistoriques sans source textuelle ? Comment a-t-on pu mécaniser le génie, des réductions en art au « raisonnement par cas » ? Le point de départ de ce livre est que l’analogie joue un rôle crucial dans l’invention, la circulation et l’appropriation des techniques. C’est aussi un puissant motif de rationalisation et compréhension des techniques selon des logiques opératoires, aux côtés de l’analogie génétique, ou structurelle, ou encore fonctionnelle. Ces résonances justifient cet ouvrage pluridisciplinaire réunissant historiens des techniques, archéologues, psychologues cognitivistes, historiens de l’art, muséographes, philosophes des techniques, informaticiens et théoriciens de l’analogie. CNRS Editions, 2017 302 p., ISBN : 9782271082411

Page 11

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez et Koen Vermeir (dir.) L’analogie dans les techniques


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux (eds) Inventaire après déchets S'il est une discipline scientifique réputée porter une attention soutenue aux déchets et aux contextes détritiques, et notamment à ceux des sociétés passées, c'est bien l’archéologie. De source d’information primaire : que produit l’homme, de quelle manière, que consommet-il, les déchets sont devenus l’objet de nouveaux questionnements : que jette l’homme, où, comment et pourquoi ? L’archéologue étant amené à opérer un tri sur le terrain et après étude, il crée ainsi un nouveau type de déchet, archéologique. L’objectif de ce dossier des Nouvelles de l’archéologie est de réfléchir, en tant que professionnels et selon un point de vue méthodologique, à la gestion de ces déchets par nos prédécesseurs ; et d’analyser la responsabilité que nous endossons, en tant que producteurs de « nouveaux déchets », vis-à-vis de nos contemporains et de nos successeurs. Quelle est la spécificité du regard de notre discipline sur le rebut et sur son lieu de stockage, tant dans la rédaction d’un cahier des charges scientifique que sur le terrain ? Habituée à traiter ceux des autres, l’archéologie en tant que productrice de déchets doit désormais proposer des solutions pour les gérer.

Les Nouvelles de l’archéologie 151 Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2018 72 p., ISBN 9782735124251

Page 12


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Les bâtisseurs de mémoire en Mésopotamie

Dans le contexte actuel de destruction et pillage des sites archéologiques du Proche-Orient, il est plus que jamais nécessaire de publier les découvertes qui se sont multipliées en Syrie, en Iran ou en Turquie, pour proposer une nouvelle lecture de la naissance de l’urbanisme et de la civilisation en Mésopotamie. Grand connaisseur des fouilles menées ces dernières décennies au Proche- Orient, Pascal Butterlin centre son propos sur la manière dont les sociétés villageoises du Proche-Orient ancien ont entamé, dès le Ve millénaire, un processus de transformations socio-économiques qui ont abouti à différentes formes d’étatisation ou pour certaines d’entre elles à des formes variées de tribalité. Ce livre se conçoit comme une microécologie de la naissance d’États marqués d’abord par leur diversité avant des tentatives politiques éphémères d’unification. Il s’agit donc, dans cet ouvrage novateur, de dessiner les contours du premier décollage mésopotamien, produit d’interactions culturelles de grande ampleur dès la fin du Ve millénaire. L’auteur insiste sur les dynamiques à l’œuvre entre l’homme et des milieux très divers, puis sur l’évolution des mécanismes de redistribution propres au système palatial, enfin sur la manière dont ces sociétés ont connu de véritables révolutions de l’image et du bâti, depuis les céramiques peintes jusqu’aux programmes de grande ampleur coordonnés dans le système palatial. 2018, Éditions Picard 512 p., ISBN 9782708410381

Page 13

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Pascal Butterlin Architecture et société au Proche-Orient ancien


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Louis Cagin, Romana Harfouche et al. Pierre sèche, théorie et pratique d’un système traditionnel de construction "Le succès rencontré par Construire en pierre sèche - le premier livre dans lequel Louis Cagin présentait, à la manière d'un manuel pédagogique, la technique et les méthodes du murailleur - révèle le regain d'intérêt que suscite le patrimoine de la pierre sèche. Professionnels, membres d'associations, agents au sein des institutions : nombreux sont ceux qui, aujourd'hui, promeuvent et développent cette technique ancestrale de construction qui répond pertinemment aux enjeux environnementaux et économiques de notre époque. Dans ce contexte, Louis Cagin a réuni des spécialistes issus de différentes disciplines pour proposer un livre de référence. Archéologie, ethnographie, géographie et sciences physiques ont été notamment convoquées en même temps qu'il a été fait appel à des paysagistes et à des praticiens - tous les membres de cette équipe partageant une même passion pour la pierre sèche. Le geste du murailleur est le principal personnage de ce livre ; il s'exprime sur le terrain, à travers un savoir-faire. Il s'agit d'une technique dont la difficulté réside dans son obligatoire adaptation au matériau qui, par nature, diffère selon les territoires. Complémentaires autant qu'indépendants, les six chapitres dont ce livre est composé offrent ainsi autant d'entrées possibles par lesquelles les auteurs se sont appliqués à nous transmettre leurs connaissances en s'appuyant autant sur leur expérience professionnelle que sur leur sensibilité." Éditions Eyrolles, 2017 224 p., ISBN 9782212673517

Page 14


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

• De l’Atlantique à l’Oural : l’exploitation des matières osseuses au Paléolithique, Nejma Goutas, Marianne Christensen, Aline Averbough • L’évolution des industries en matières dures animales de l’âge du Bronze en Italie du Nord, à partir de l’étude des sites de Isera La Torretta, Molina di Ledro et Fiavé Carera en Trentin, Marta Bazzanella • La transformation des matières dures d’origine animale à la période romaine : ateliers urbains et artisans itinérants, Isabelle Rodet-Belarbi • Le silence des anneaux : une tentative de reconstitution d’une chaîne opératoire de fabrication d’anneaux en os, Bénédicte Khan, Christophe Picod • De la campagne à la ville : évolution de l’artisanat des matières dures animales au Moyen Âge d’après les données archéologiques, Dorothée Chaoui-Derieux, Jean-François Goret • Knife handle making – the subsidiary trades in the Sheffield cutlery industry, Joan Unwin VARIA • Paris-London: empirical philosophy, invention and the Hartlib Circle, Anthony Turner • La dynastie Langlois – Lordelle – Canivet – Lennel, « fabricateurs » d’instruments de mathématiques à Paris au XVIIIe siècle, Patrick Rocca, Françoise Launay COLLECTIONS ET PATRIMOINE TECHNIQUES ENQUÊTES • William Bailey et Alexander Mabyn Bailey, registers de la Society of Arts de Londres au XVIIIe siècle, Théo Mayne • Une collection de modèles réduits d’artillerie au musée de l’Armée et le monde de l’invention en France au XVIIIe siècle, Ygor Brahami ACTUALITÉS DES COLLECTIONS • Le musée des Plans-reliefs. Diversité des collections (16681940) et enjeux contemporains, Isabelle Warmoes • Les documents cartographiques dans le fonds ancien de l’École des mines de Paris, Amélie Dessens • La bibliothèque de l’École des mines de Paris : deux siècles d’histoire, Amélie Dessens • Le musée de Minéralogie – Mines Paris Tech, Didier Nectoux • Trésors de la Terre. L’exposition minéralogique du Muséum national d’histoire naturelle (Paris), Cristiano Ferraris, Catherine Cardinal

Revue Artefact, 2018 332 p., ISBN 9782753574946

Page 15

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Marianne Christensen, Nejma Goutas, FrançoisXavier Chauvière (dossier coord. par) Os, bois, ivoire et corne : l’exploitation des matières dures d’origine animale


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Cyrille Chaidron Étude de la céramique du site de Manéhouville « Le Calnon » (Seine-Maritime). Mise à 2x2 voies de la RN 27 Cette publication est la première des éditions Arkéocéra. Ces éditions, exclusivement numériques, ont été créées pour diffuser au plus grand nombre des données inédites de céramologie comprenant notamment les données brutes provenant d’études réalisées par nos soins. L’objectif est de proposer aux lecteurs des données nouvelles et notamment des données factuelles qui pourront ensuite être exploitées dans le cadre de travaux de synthèse ou universitaires. Arkéocéra -2018 publication en ligne : http://www.arkeocera.fr/publications/

Page 16


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

La souveraine de l'Empire romain au Moyen Âge

Les femmes de la famille impériale ou royale, impératrices, reines ou « princesses », de la basse Antiquité au Moyen Âge, jouissent d’une position protocolaire souvent assortie de prérogatives et de privilèges. Cette position est le fruit d’un héritage complexe, entre traditions gréco-romaines lentement sédimentées et pratiques germaniques variées. Sensible aux développements au fil des siècles, allant de la basse Antiquité au Haut Moyen Âge, l’ouvrage accorde une attention particulière aux titres, prérogatives, positions protocolaires et honorifiques, capacités juridiques et patrimoniales, de ces femmes situées dans l’immédiate proximité du sommet du pouvoir. Editions de Boccard, 2018 298 p., ISBN 9782701805542

Page 17

ARSCAN

ETHNOLOGIE

François Chausson, Sylvain Destephen (eds) Augusta, Regina, Basilissa


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Béatrice Dansette et Marie-Adélaïde Nielen (eds) Le récit des voyages et pèlerinages de Jean de Tournai 1488-1489 Après les années 1450, de nombreux voyageurs occidentaux naviguent depuis Venise vers Jérusalem pour gagner leur salut, malgré les plus grands périls. Leurs récits de pèlerinage, constituant un important corpus, sont de précieux témoins des liens existant depuis le IVe siècle entre l’Europe et la Terre sainte. Un marchand de Valenciennes, Jean de Tournai, en pèlerinage de 1488 à 1489 vers Rome, Jérusalem et SaintJacques de Compostelle, nous a laissé une relation de ses voyages mouvementés, riche de renseignements sur les régions qu’il traverse et la montée de l’individualisme qui caractérise cette époque pré-humaniste. En cette fin du XVe siècle, son texte, très vivant et précis, traduit également les bouleversements que connaissent l’Occident et le Proche-Orient et les rapports très conflictuels entre les Turcs ottomans, récents maîtres de Constantinople, et les puissances européennes, qui redoutent de ne pouvoir endiguer le flot turc. CNRS, 2017 386 p., ISBN 9782271116246

Page 18


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Pragmatics forms nowadays an integral part of the description not only of modern languages but also of ancient languages such as Latin and Ancient Greek. This book explores various pragmatic phenomena in these two languages, which are accessible through corpora consisting of a broad range of text types. It comprises empirical synchronic studies that deal with three main topics: (i) speech acts and pragmatic markers, (ii) word order, and (iii) discourse markers and particles. The specificity of this book consists in the discussion and application of various methodological approaches. It provides new insights into the pragmatic phenomena encountered, compares, where possible, the results of the investigation of the two languages, and draws conclusions of a more general nature. The volume will be of interest to linguists working on pragmatics in general and to scholars of Latin and Ancient Greek in particular. John Benjamins Publishing Company, Series 190, 2017 309 p., ISBN 9789027259554

Page 19

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Camille Denizot, Olga Spevak (eds) Pragmatic Approaches to Latin and Ancient Greek


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Guillaume Gernez Les armes du Proche-Orient ancien - Des origines à 2 000 avant J-C (Broché) Ces armes, découvertes dans les tombes, les dépôts votifs des temples, les ateliers, les maisons ou les palais, ne sont pas de simples artefacts destinés à être inventoriés et analysés technologiquement ou typologiquement. Elles sont les vestiges de modes et de traditions, d'innovations et de conservatismes, de conditions économiques et de choix artisanaux. Dans ce présent ouvrage, le parti pris archéologique, matériel, culturel est exposé avec un souci de précision, d'analyse et de synthèse, sur le long terme et par grande aire chrono-culturelle. Nées de l'union des progrès techniques et des conditions sociopolitiques propres à une région qui a vu naître la sédentarité, l'urbanisation, la hiérarchisation, la civilisation et la guerre, les armes invitent le lecteur à un parcours original au Proche-Orient ancien. Errance, 2017 176 p., ISBN 9782877726160

Page 20


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Paléoenvironnement, techno-économie, approche fonctionnelle et spatiale du gisement d’Havrincourt Le site d’Havrincourt se localise dans le nord de la France, en position de versant, à proximité d’un vallon sec appartenant au réseau hydrographique de l’Escaut. Découvert en 2009 dans le cadre des travaux préalables à la construction du canal Seine-Nord Europe, le gisement a fait l’objet de deux fouilles préventives, réalisés par l’Inrap, en 2010 et 2011. Plus de 6 000 m² ont été fouillés permettant la découverte de près de 6 500 artefacts lithiques et 500 restes de faune et éléments de micro-faune. Le relevé systématique de quatorze profils stratigraphiques permet la caractérisation de dix-sept unités sédimentaires principales, dont l’épaisseur cumulée totale atteint 7,50 mètres. Les études multidisciplinaires engagées aboutissent à la mise en évidence d’une nouvelle séquence pédostratigraphique de référence pour le nord de la France, notamment pour le Pléniglaciaire inférieur et moyen. Ainsi complété, le schéma pédostratigraphique et chronoclimatique régional a permis d’établir des corrélations avec les séquences du Dernier Glaciaire en Europe du Nord-Ouest. Trois niveaux d’occupation humaine corrélés au Paléolithique moyen et un niveau corrélé au Paléolithique supérieur ancien ont été découverts lors de la fouille du site d’Havrincourt. Leur localisation sur un versant en pente douce favorisant le piégeage des loess et l’enfouissement rapide des artefacts a favorisé la bonne conservation des assemblages lithiques et fauniques. L’analyse des assemblages lithiques permet d’attribuer l’un des niveau d’occupation à une brève halte de débitage à la saison estivale, pour l’autre à une halte de chasse. L’occupation la plus récente est corrélée au début du Gravettien où un important travail de remontage a permis l’identification d’activités de débitage in situ. L’étude du cadre chronostratigraphique particulièrement cohérent et la découverte dans les mêmes lieux à des millénaires de distance d’occupations humaines néandertaliennes et gravettiennes comprenant des industries lithiques et des vestiges mammaliens font d’Havrincourt une nouvelle référence régionale pour suivre la dynamique de l’occupation des territoires au cours du Paléolithique. Presses universitaires de Liège, 2018, 210 p., ISBN 9782930495279

Page 21

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Émilie Goval et David Hérisson (dir.) Les chasseurs des steppes durant le dernier Glaciaire en France septentrionale


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Hervé Inglebert Histoire universelle ou histoire globale ? L’histoire universelle serait obsolète, eurocentrique et dépassée ; l’avenir serait à l’histoire globale. Hervé Inglebert s’attaque à cette thèse, qu’il estime trop réductrice : l’histoire globale ne concerne qu’une période limitée et une thématique particulière de l’histoire de l’humanité. Elle représente certes un apport original en termes de perspectives, de méthodes et de connaissances, mais elle ne constitue pas véritablement un stade nouveau de la pensée de l’histoire du monde. À chaque génération, le poids du présent est particulièrement sensible, et il en est de même aujourd’hui dans le champ de l’histoire globale. Ces travaux, fussent-ils « à la pointe de la recherche », sont par essence datés ; il faut donc historiciser les historiens d’aujourd’hui. PUF, 2018 144 p., ISBN 9782130788782

Page 22


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Nérac (Lot-et-Garonne) et le pays d'Albret, terre traditionnelle de vignoble, ont connu, au XIXe siècle, une véritable révolution industrielle avec l'implantation, en 1828, de la brasserie Laubenheimer. Une entreprise qui allait devenir, au fil des années, le principal employeur de la cité et un des moteurs de son développement. C'est l'histoire de cette aventure humaine, technique, économique, qui est ici restituée pour la première fois, éclairée et illustrée par de nombreux documents inédits. On suivra pas à pas l'ancêtre qui, après avoir traversé la France, a installé son activité, d'abord très modeste, aux bords de la Baïse. On accompagnera la lignée d'entrepreneurs qui ont donné à la brasserie toute son ampleur, lui assurant une forte implantation régionale et même une reconnaissance nationale. Cette aventure a duré 130 ans, de 1828 à 1958. Les développements successifs de la brasserie dirigée de père en fils, les modifications dans les habitudes de consommation, les progrès continus des techniques, le contexte historique et familial, nous emmènent dans une vaste saga étroitement imbriquée à la vie de Nérac, mais dont les retombées dépassent largement la capitale de l'Albret. Une histoire de famille qui se mêle intimement à la grande Histoire.

Editions d'Albret, 2018 157 p., ISBN 9782913055650

Page 23

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Fanette Laubenheimer La brasserie Laubenheimer à Nérac (Lot-etGaronne) : une histoire de famille 1799-1958


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Pascale Linant de Bellefonds et Évelyne Prioux Voir les Mythes Poésie hellénistique et arts figurés

À partir d’un corpus de poèmes et d’images mythologiques, cet ouvrage explore les liens qui unissent l’invention littéraire et les arts visuels à une époque de foisonnement et de renouvellement des formes dans les deux domaines. La démarche choisie prend appui sur un ensemble de textes de l’époque hellénistique et de l’époque augustéenne : le recueil d’épigrammes de Posidippe de Pella, l’Élégie du tatouage, l’Hymne pour le bain de Pallas et l’Hécalè de Callimaque, l’Alexandra de Lycophron, l’Idylle 24 de Théocrite, ainsi que des épigrammes grecques de la Couronne de Philippe et différents passages des chants II à IV des Métamorphoses d’Ovide. À la lumière du commentaire de ces œuvres poétiques sont explorées différentes modalités du rapport entre textes et images sur toutes sortes de supports (sculpture, peinture, mosaïque, arts précieux). Les auteurs envisagent notamment la manière dont les poètes anciens sollicitaient la culture iconographique de leurs lecteurs pour leur permettre de visualiser les mythes qu’ils décrivaient ou, au contraire, pour les inciter à se figurer des scènes impossibles ou aberrantes, en rupture avec le répertoire diffusé par les arts visuels. Dans d’autres cas, la confrontation entre poésie et documentation iconographique permet de reconstituer le contexte de création d’une œuvre ou d’identifier des scènes conçues comme l’illustration d’un texte poétique précis. Telles sont les pistes de réflexion ouvertes dans cet ouvrage qui propose une véritable plongée dans la fabrique des images à l’époque hellénistique. Éditions Picard, 2018 382 p., ISBN 9782708410367

Page 24


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Lucius Domitius Alexander, Vicar of Africa rebelled against Maxentius, and proclaimed Emperor by his troops, ruled between 308 and 310 A.D. His reign, poorly documented, has never been deeply studied, and his coins, extremely rare and widely forged suffered the same shortage. This study has therefore the double purpose to re-examine in detail all historical aspects of the reign (dates, extent and context) as well as numismatic questions (types, political meaning of reverses, chronology and volumes of strikes). It is highlighting, for instance, the originality and rich diversity of Domitius Alexander's production. It also shows the very special links between Carthage's mint and the first issues of solidi in Trier, which chronology should probably be reviewed and placed a few months before the generally accepted dates. The study then provide a new catalog of types in replacement of the outdated RIC, a corpus of the 205 known coins (genuine coins as well as forgeries), a corpus of identified dies and their links, and finally a detailed inventory of inscriptions in Domitius Alexander's name. Ausonius, 2018 172 p., ISBN 9782356132314

Page 25

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Guillaume Malingue The coinage of Domitius Alexander, 308-310 AD


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Claudia Moatti et Christel Müller (dir.) Statuts personnels et espaces sociaux : questions grecques et romaines Depuis quelques années, on assiste, dans le domaine de l’histoire sociale, au renouveau d’une réflexion sur les formes de catégorisation dans l’Antiquité. À la différence d’autres projets , toutefois, nous ne proposons pas ici une pure description des différents statuts ou sous-statuts légaux et sociaux, ni même une enquête consacrée à l’origine des statuts, des ordres et des classes. Nous nous donnons pour objectif de comprendre quels statuts personnels étaient opératoires dans les différents types d’espace. Utiliser comme point de départ le cadre spatial permet en effet de rendre visibles des clivages ou agrégats sociaux, parfois éphémères et instables, mais toujours signifiants. Cet ouvrage collectif s’ouvre sur une réflexion historiographique comparée qui présente des recherches en cours concernant les processus de formalisation des sociétés dans les mondes grec et romain. Les articles de la deuxième partie analysent la pertinence des statuts dans des espaces précis (nécropole, théâtre, gymnase, banquet), où groupes et associations se font et se défont, parfois indépendamment du statut légal ou social des personnes. La dernière partie est consacrée à la dimension spatiale des pertes et changements de statuts, question qui permet de déplacer le regard sur les procédures et leurs effets concrets : avec quelle précision s’opèrent le déclassement ou l’exclusion des individus ? Quels espaces leur sont interdits et avec quel contrôle ? Enfin, quelle est l’influence de la mobilité, c’est-à-dire du changement spatial, sur les identités ?

Editions de Boccard, 2018, Collection Travaux de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, n° 25, 304  p., ISBN  9782701805412

Page 26


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Une architecture d’exception de l’époque des premiers palais minoens : le Quartier Mu à Malia nous offre les vestiges d’un ensemble de bâtiments, indépendants tout en étant juxtaposés, qui ont été découverts dans un état de conservation remarquable, dû au violent incendie qui les a détruits. Les informations précieuses qu’ils révèlent et qui suscitent l’admiration apportent de nouvelles connaissances non seulement sur les matériaux employés et leur mise en œuvre, sur la structure des éléments architecturaux les composant – murs, ouvertures, planchers, escaliers, colonnes et piliers, corniches, puits de lumière – mais encore sur la circulation, l’articulation et la fonction des pièces à l’intérieur de ces unités de construction. Les installations encore en place comme les plates-formes et banquettes ainsi que le mobilier recueilli participent à l’identification de la fonction de certains espaces, mais les pièces les plus importantes se distinguent moins par leur grande taille que par leur décoration – panneaux en creux, dispositif tripartite de colonnettes, décor de plinthes – qui témoigne du souci esthétique des constructeurs minoens et par là des habitants du quartier. L’étude architecturale nous a conduits à proposer une restitution relativement bien assurée des volumes des bâtiments à partir des plans, du sous-sol, du rez-dechaussée et du 1er étage. En revanche la restitution des niveaux supérieurs, 2ème étage ou terrasses, reste plus hypothétique. Ce sixième et dernier volume de la publication du Quartier Mu, consacré à l’architecture, souligne l’importance de cet ensemble exceptionnel dans l’histoire de l’architecture minoenne, dans l’évolution de la ville de Malia et dans l’histoire minoenne dans son ensemble. École française d’Athènes, 2018 320 p., ISBN 9782869582897

Page 27

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Martin Schmid et René Treuil Fouilles exécutées à Malia : le Quartier Mu VI Architecture minoenne à Malia


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Étienne Wolff (dir. éditorial) Martial Épigrammes choisies Illustré par Fredde Rotbart Préface de Etienne Wolff Postface de Agnès Adda Traduit par Etienne Wolff Le poète latin Martial a écrit à la fin du Ier siècle de notre ère un vaste corpus d’épigrammes. On propose ici un choix significatif de ses épigrammes les plus représentatives. Ce choix n’exclut aucun domaine. Les épigrammes retenues le sont pour leur contenu autant que pour leur structure. On a voulu mettre en évidence les thèmes favoris de Martial, mais aussi les procédés d’écriture, et montrer les variations et les séries. On a retenu également plusieurs des nombreuses pièces programmatiques où Martial s’explique sur son art et sur son rapport au public. La traduction, en français d’aujourd’hui, se veut actuelle sans chercher pour autant une modernité artificielle. L’ensemble est précédé d’une préface qui situe Martial dans son temps et présente ses épigrammes. Il y a de nombreuses façons de lire Martial, et on ne le lit pas aujourd’hui comme au XVIIIe siècle par exemple. En tout cas, il nous a paru intéressant de demander à une poétesse contemporaine, Agnès Adda, ses réactions à la lecture de Martial. On les trouvera en postface.

Presses universitaires de Paris Nanterre 147 p., ISBN 9782840163091

Page 28


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Ce volume Ausone en 2015 : bilan et nouvelles perspectives contient les communications prononcées au colloque international qui s’est tenu, sous le même intitulé, à l’Université Paris Nanterre les 8 et 9 octobre 2015. Elles émanent toutes de spécialistes reconnus du sujet et sont présentées ici selon un ordre thématique. Si Ausone a longtemps souffert d’une image défavorable, un renversement s’est à juste titre opéré et on reconnaît désormais en lui un auteur majeur du IVe siècle. Ces dernières années, une abondance de publications a renouvelé l’approche de son œuvre. Cette situation invitait à dresser un bilan des études ausoniennes tout en ouvrant à des perspectives nouvelles. C’est à quoi a tendu ce colloque, où de nombreux aspects de la vie et de la production d’Ausone ont été abordés. Cet ouvrage offre donc une synthèse sur Ausone, mais il propose aussi des interprétations, des pistes, des idées nouvelles. À ce double titre, il nourrira la réflexion des spécialistes de l’Antiquité tardive, quel que soit leur domaine.

Institut des Études augustiniennes, 2018 404 p., ISBN 9782851212948

Page 29

ARSCAN

ETHNOLOGIE

Étienne Wolff (ed.) Ausone en 2015 Bilan et nouvelles perspectives


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

ARSCAN

Paul A. Yule, Guillaume Gernez (eds) Early Iron Age Metal-Working Workshop in the Empty Quarter, al-Zahira Province, Sultanate of Oman On April 1st, 2012, in the desert sand three tourists stumbled onto what they interpreted as the remains of an ancient battlefield. In reality they discovered the remains of an ancient metal melting site - an ancient crime scene. Most of the finds consisted of weapons fashioned from copper-alloy, especially daggers. They were mostly grave-goods. Everything about this find was unusual. How and when did it get there, just inside the Empty Quarter. Why should it be here, distant for markets and roads? The editors combined an international team which consisted of the original archaeologists at the site and experts on metal-finds. The text begins with an introduction from Sultan al-Bakri in which he explains the discovery from the point of view of the Ministry of Heritage and Culture, which sponsored the field-work. Clearly the true site toponym is ‘Uqdat al-Bakrah, although the first archaeologists on the site called it by other names. In the first chapter Gösta Hoffmann explains the geology of the area, in order to get an idea of the pre-requisites for placing the site here. Important is water and fuel availability. Roman Garba tells the story of the discovery from first-hand experience. He also worked in the area prior to the find. Francesco Genchi and Claudio Giardino present the documentation of the excavations and find recovery made a few weeks after the finds were first sited. They establish the site dating and character. Paul Yule updates the chronology for metal-finds in south-eastern Arabia for the time from 3000 to 300 BCE. A main hurdle is to identify heirloom pieces and update the find chronology. Claudio Giardino and Giovanni Paternoster examined the metallic finds by means of energy dispersive X-Ray fluorescence (EDXRF) and therewith characterise the chemical composition and technology available to the ancient metallurgists. Their results correlate nicely with the inductively coupled plasma atomic emission spectroscopy of Julie Goy. Guillaume Gernez synthesises the results of the different studies based on his expertise in metallic weaponry. His independent opinion is designed as a final representation of the find and its cultural importance. It was deemed essential to make an exhaustive catalogue study of the find with the intention that it would not be necessary to document any of the finds again. That is why they are drawn and described. A the end concordances order the finds first by catalogue and then by find number. Except for arrow-heads, the finds are drawn 1:3 in scale.

Verlag Rudolf Habelt GmbH, 2018 245 p., ISBN 9783774941120

Page 30


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

LESC

Laure Assaf et Sylvaine Camelin (dir.) Shopping malls : l'avènement de la modernité ? Si le concept des shopping malls émerge aux États-Unis dans les années d’après-guerre, il rencontre un essor qui ne semble pas se démentir, sous une organisation générale toujours identique mais dont la forme est déclinée selon les époques et les emplacements. Dans un premier temps adossé à la notion de modernité telle qu’elle est conçue en Occident dans l’entre-deux guerres, le shopping mall va peu à peu s’affranchir de ce contexte. Pensés de manière concomitante au développement urbain, ces espaces commerciaux constituent un objet d’étude particulièrement pertinent pour comprendre les évolutions des villes et les modes de fréquentation et de ségrégation de l’espace urbain dans le monde. Les huit contributions de ce recueil interrogent donc ces lieux particuliers que sont les shopping malls, tant du point de vue de leur conception et de leurs évolutions, que des usages qui en sont faits, et des pratiques de consommation ou des formes de sociabilité qu’ils génèrent. Ateliers d’anthropologie n° 44 – 2017

Page 31


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

LESC

Jean-Michel Beaudet Jouer, danser, boire

Carnets d’ethnographie musicale Ce livre est constitué d’un ensemble de brefs récits donnant un éclairage sur la relation ethnographique. Les musiciens, chanteuses, danseurs d’Amazonie et d’Océanie offrent leur propre musicologie, mais tressent aussi avec l’ethnologue des anthropologies renouvelées. On peut donc percevoir dans l’esquisse d’une anthropologie sensuelle et engagée, sonore et mouvementée, des propositions pour une anthropologie du plaisir. Si le ton est libre, le propos s’inscrit dans une anthropologie de facture classique. Dans la lignée d’un Pierre Clastres, l’auteur observe et analyse la diversité des cultures. Cette ethnologie s’ancre par ailleurs dans l’actualité perturbée des communautés autochtones (infiltration du capitalisme ; intrusion missionnaire). L’ouvrage montre alors qu’il est possible d’étudier, d’une part, des schèmes culturels anciens, d’autre part, des luttes ou revendications liées aux transformations du présent. Éditions EHESS, 2017 195 p., ISBN 9782713227189

Page 32


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

LESC

Laurence Caillet Démons et Merveilles Nuits japonaises

Tout nous parle de nuit, car nous sommes au Japon. Que l’on consulte les astrologues ; que l’on s’endorme dans le métro ; que s’entrouvre la terre qui laisse passer démons, esprits en colère, ou fantômes délicieux ; que s’allument les lanternes ou que brillent les lucioles, les frontières entre la nuit et le jour s’estompent et le monde des morts n’est séparé de celui des vivants que par un seul pont. Les illusions effacent un réel resurgissant dans des rituels qui, grâce à des pratiques du corps, des psalmodies, des théâtres, solidifient le monde pour un moment. Une explication surgit, aussitôt bousculée par une autre. Les ruses pour tromper les êtres dangereux ou s’approcher des dieux s’épanouissent, juridiques, rituelles ou ludiques. Jaillit, toujours recommencé, un mélange saisissant de religions et de concepts, de la Pénitence aux trois mille prosternations jusqu’aux humbles offrandes, bateaux de papier ou de paille. Cet auteur au savoir étourdissant conte en un style inventif et charnel le chant des crapauds, l’œil de Baku, le palais des rêves ou les calendriers subtils. Depuis des millénaires, empereurs, poètes, et tout un peuple, inventent ensemble les ombres et la lumière dans la nuit. Publications de la Société d’ethnologie 208 p. ISBN 9782365190251

Page 33


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

LESC

Grégory Delaplace (dir.) Fantômes « Il y a des morts dans les maisons comme il y a des plateaux avec des fruits ! » Pour cette Islandaise (citée par Christophe Pons), la présence des morts parmi les vivants est une évidence. Et elle n’est pas seule à le penser. C’est ainsi que ce volume 69 de la revue Terrain s’attache à comprendre la présence des fantômes, en se consacrant aux apparitions, aux fauteurs de troubles évanescents, bref, à tous ces morts qui se manifestent dans le monde des vivants. Des soldats de la seconde guerre mondiale errant dans les bunkers, aux outils savants et rituels de possession permettant de communiquer avec les défunts, Terrain se plonge dans ce quotidien parfois presque routinier que l’humain entretient avec ceux qui semblent invisibles. Parfois nous partageons un repas avec eux ; dans d’autres situations, les morts prennent corps à travers l’iconographie qu’elle soit bouddhique, européenne et médiévale ou encore musicale, artistique et contemporaine. Tout l’intérêt de la recherche anthropologique est aussi d’observer comment ces êtres invisibles font à leur tour apparaître des choses qui, jusqu’alors, n’étaient pas tout à fait perceptibles ou dicibles pour les témoins et leurs contemporains. Ces apparitions peuvent ainsi rendre visible un passé traumatique. Heonik Kwon raconte comment, au Vietnam, les fantômes de jeunes soldats n’ayant pas reçu de sépulture durant la guerre trouvent enfin un foyer chez les villageois. Ailleurs, il faut les éloigner, comme sur les rives de la Hooghly, au Bengale Occidental, explique Laura Bear dans un article que l’on retrouvera sur le site en ligne de la revue. Dans l’enfer des chantiers navals, les accidents tragiques dont sont victimes les ouvriers rappellent que « les fantômes sont ce qui arrive quand on croit pouvoir se passer de la mort ». Richement illustrée grâce au travail des étudiants de 4e année de l’école d’art graphique Penninghen et forte de sa tradition interdisciplinaire, la revue Terrain a ainsi mis à contribution pour ce numéro non seulement des ethnologues aux terrains très divers mais aussi un philosophe, une archéologue, un historien de l’art, des médiévistes, des artistes et un romancier inuit… Leurs contributions variées donnent à voir la matière dont l’invisible est fait. Ainsi, conclut Grégory Delaplace, « les morts n’ont pas attendu que les vivants, anthropologues ou non, veuillent bien les prendre au sérieux pour exister – ce sont plutôt les vivants qui espèrent un peu partout être pris au sérieux par leurs morts ».

Revue Terrain n° 69 ISBN : 9782955596432192

Page 34


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

LESC

Adeline Herrou (dir.) Une journée dans une vie, une vie dans une journée Des ascètes et des moines aujourd’hui

Des ethnologues nous emmènent à la rencontre de moines et d’ascètes de différentes traditions religieuses et culturelles : des chrétiens, des bouddhistes, un lama tibétain, un yogi hindou, un jain, un fakir, un taoïste. À travers la description de leurs pratiques et de leurs préoccupations, ils explorent la condition de ces femmes et de ces hommes qui ont en commun de mener des expériences extrêmes afin d’atteindre les sphères les plus élevées de la connaissance et du sacré. Marcher dans les pas de ces ascètes habituellement peu accessibles, voire secrets, nous permet d’accéder à une part de leur intimité et de leur histoire personnelle. En les suivant dans leurs activités journalières, cet ouvrage donne à comprendre les efforts faits pour percer les mystères de l’existence et devenir des êtres bons, tout en composant avec la trivialité du quotidien. Par là même, il nous interroge sur ce qu’est une journée dans nos existences : une juxtaposition de situations qui s’enchaînent souvent sans transition et qui procurent parfois ce sentiment d’avoir plusieurs vies, tout en restant une même personne. De ce fait, le tableau d’une journée dans une vie est aussi celui d’une vie dans une journée. PUF, 2018 440 p., ISBN 9782130733256

Page 35


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

LESC

Christine Langlois, Vanessa Manceron, Victor Alexandre Stoichita (dir.) L'emprise des sons La musique jouit en apparence de toutes les vertus. Sociologues, musicologues et neuroscientifiques ont montré ses bienfaits pour calmer les douleurs, apaiser les âmes et les rapports sociaux. On oublie de dire que les remèdes les plus puissants sont souvent aussi les plus dangereux… Sans délaisser l'étude des good vibes, ce numéro entend donc les mettre en regard avec les mauvaises ondes, celles qui tuent ou torturent : chants qui font brûler de rage le futur homicide en Ethiopie, souffrances du heavy metal… En jeu, saisir l’efficacité de structures musicales qui méritent parfois peut-être, car elles échappent à leur auteur, le nom d’êtres sonores. Revue Terrain n° 68 , 2017 200 p., ISBN 9782955596425

Page 36


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

LESC

Albert Piette et Jean-Michel Salankis (dir. eds) Anne Raulin et Isabelle Rivoal (coord. eds) Dictionnaire de l'humain Un dictionnaire pour réveiller le thème de l'humain, pour lui faire tenir ses promesses scientifiques, pour faire jaillir sa richesse philosophique. Ce dictionnaire aurait-il vu le jour sans le constat implicite d'une absence paradoxale de l'humain, dans un espace disciplinaire des sciences humaines et sociales, langues, littératures et humanités dont il est pourtant l’élément commun ? Un dictionnaire, c’est aussi une bonne occasion de faire dialoguer des idées Art, divin, guerre, hominidé, langage, sédentarisation, singe, volonté… : des philosophes, des psychologues, des sociologues, des spécialistes de littérature ou des textes anciens, des anthropologues, des géographes, des historiens, des préhistoriens, des éthologues ont ainsi saisi plus de soixante-dix entrées, cherchant ce qu’il en est de la différence anthropologique, ce qui ou ce que fait l’humain, quelles significations s’attachent à la dimension de l’humain. Puisse la traversée des perspectives proposées faire bouger les lecteurs, inviter à la vigilance et à la curiosité, communiquer l’envie de l’enquête et du débat. Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018 618 p. ISBN 9782840163107

Page 37


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

LESC

Valentina Vapnarsky, Fabienne de Pierrebourg, Dominique Michelet (ArchAm) Maya Times

Sommaire Tiempos mayas. Compases y texturas del tiempo entre los mayas: lo dicho, lo escrito, lo vivido Maya times. Measures and textures of time among the Maya: the said, the written, and the lived In memoriam Claude François Baudez. Maîtriser le temps In memoriam Claude François Baudez. Dominar el tiempo In memoriam Claude François Baudez. Mastering time Los tiempos vividos The lived times Las texturas del cambio: yuxtaposiciones, manipulaciones y transformaciones The textures of change: juxtapositions, manipulations and transformations Construcción de las memorias: imágenes y palabras Construction of the memories: images and words Señas de los tiempos Signs of the times Revue Journal de la Société des américanistes, 2017

Page 38


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

PRETECH

Solène Denis L’industrie lithique des populations blicquiennes (Néolithique ancien, Belgique) : organisation des productions et réseaux de diffusion Petits échanges en famille

La culture Blicquy/Villeneuve-Saint-Germain marque la fin des traditions danubiennes (Néolithique ancien) dans le nord de la France et en Belgique. Les onze sites étudiés sont localisés en Belgique. Deux aires d’implantation, distantes d’une centaine de km sont distinguées (en Hainaut et en Hesbaye). La mise en œuvre d’une analyse techno-économique de l’industrie lithique blicquienne visait à répondre à un double objectif : restituer l’organisation socio-économique de la production lithique et les relations entretenues entre les différentes zones de peuplement de cette culture. Cette étude souligne la structure duale de la production lithique et suggère une spécialisation intra- voire intercommunautaire de cette production laminaire. L’étude de la diffusion des matières premières illustre l’intensité des relations entre les villages, impliquant fréquemment le déplacement de tailleurs. Ce travail souligne à nouveau l’importance des échanges dans la vie socio-économique de ces premières communautés agro-pastorales. BAR Publishing, 2017 283 p., ISBN 9781407316246

Page 39


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

PRETECH

Katherine A. Herrera La industria lítica bifacial del sitio en cantera Chipana-1 Conocimiento y técnica de los grupos humanos del Desierto de Atacama, norte de Chile al final del Pleistoceno

The site of Chipana-1 is located in the middle of the Atacama Desert, in the Pampa del Tamarugal (PdT), 1200 m asl. The site is a good example of past societies adaptation to hyper-arid environments, and provides new insights into the early human occupations of South America. The well-preserved stratigraphic record, together with 13 radiocarbon dates, show that the site was occupied around 11,480 cal BP. Chipana-1 is a lithic raw-material extraction and workshop site, of a silicified rock of good quality, mainly related to the production of bifacial tools (façonnage), and to a lesser extent, of flakes (débitage) on surface. This is the first site in northern Chile that provides information on the first stages of lithic production, such as raw-material selection and reduction (dégrossissage). In addition, flakes resulting from façonnage (shaping method) suggest the local elaboration of large bifacial pieces that have not been recovered on site, indicating that part of the production was probably exported elsewhere, within and outside the borders of the PdT. Some smaller flakes also suggest a local production of “Tuina” type projectile points, a morphotype well-known in the regions south of the Atacama Desert. One can highlight the presence of flakes of allochthonous raw-materials, imported from other areas, which have been flaked at Chipana-1 in order to produce bifacial tools. Chipana-1 was an important location for Late Pleistocene hunter-gatherer groups, poorly known until now, for the gathering of raw-materials and lithic production in the Atacama Desert. The site was integrated within a broader network of mobility that we are just starting to discover. Archaeopress, 2018 106 p., ISBN 9781784919115

Page 40


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

PRETECH

Catherine Perlès Ornaments and Other Ambiguous Artifacts from Franchthi Volume 1, The Palaeolithic and the Mesolithic

The famous Franchthi Cave excavations in Greece brought to light an exceptionally long sequence of ornaments, spanning from the earliest Upper Palaeolithic to the end of the Neolithic. This volume focuses on the Palaeolithic and Mesolithic ornaments and ornamental species, which constitute one of the largest collections in Europe for these periods combined. Franchthi is one of the few identified production centers for ornaments, which are overwhelmingly dominated by marine molluscs. The detailed publication of these collections (Cyclope neritea, Antalis sp. and Columbella rustica) will be useful to all malacologists and specialists in ornaments working around the Mediterranean. These reference collections, coupled with the examination of manufacturing and wear traces on the archaeological specimens, allow a detailed reconstruction of the whole production cycle from procurement to discard. The systematic association of unworked, freshly worked and very worn shells suggests that the ornaments mostly served for the production or rejuvenation of embroidered garments. Despite the richness of the assemblages and varied local resources, the range of ornament types is surprisingly narrow and fundamentally stable through time. The ornaments from Franchthi Cave therefore paint a different portrait of the European Upper Palaeolithic and Mesolithic, one based on regional cultural continuity.

Indiana University Press, 2018 326 p., ISBN : 978-0-253-03184-6

Page 41


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

TRAJECTOIRES

Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp Une histoire des civilisations

Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances Depuis les années 1980, une révolution silencieuse a bouleversé nos connaissances sur l’histoire de l’humanité : celle suscitée par les extraordinaires progrès techniques et méthodologiques de l’archéologie, particulièrement grâce au développement de l’archéologie préventive. Nombre des représentations d’hier ont été nuancées, des pans entiers de cette histoire, jusque-là ignorés, ont été mis au jour. Mais si cette révolution a donné lieu à un foisonnement de publications scientifiques, il manquait une vision globale, accessible aux non-spécialistes. C’est ce défi qu’ont voulu relever ici trois des plus éminents archéologues français. Réunissant les contributions de soixante et onze spécialistes mondiaux, associées à une riche iconographie et à une cartographie originale, cet ouvrage propose une histoire renouvelée des civilisations. Il couvre l’ensemble des périodes et des continents, en mettant l’accent sur les avancées les plus significatives : la localisation du berceau de l’hominisation, les origines et l’extension des civilisations sédentaires, les stratégies économiques et politiques qui ont mené à la fondation des grands empires et les conditions de leurs dislocations, les modalités de la mondialisation des époques moderne et contemporaine, sans oublier les migrations qui se sont succédé de la préhistoire jusqu’à nos jours. Grâce à cette vision globale de l’aventure humaine, on découvrira comment l’archéologie apporte sa contribution à la connaissance des sociétés sans écriture comme à celle des civilisations de l’écrit. Et comment elle rend possible un nouveau dialogue entre sources textuelles et sources matérielles, qui bouleverse plusieurs domaines de l’histoire ancienne, médiévale et moderne. La Découverte, Inrap, 2018 700 p., ISBN 978-2707188786

Page 42


Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès 21, allée de l’Université, F-92023, Nanterre Cedex www.mae.parisnanterre.fr

Profile for MAE Nanterre

Publications MAE 2018  

Publications MAE 2018  

Advertisement