Page 1

Les 12 Rendez-Vous

QU’IL NE FALLAIT PAS RATER !

N°185 – Mai 2018

Nicolas Guillermin, créateur du Buddha Bar Lyon

GÉNÉRAL PIERRE CHAVANCY L’adieu aux armes

FRANCIS THOMINE

Groupama Premium

DOSSIER SPÉCIAL FORME

Les conseils des coachs des clubs professionnels

BUDDHA BAR Nouveau temple

des festivités lyonnaises


N°185 – Mai 2018

Nouvelle Classe A avec

Just like you.

LYON 9/VAISE - VILLEFRANCHE - VIENNE - SAINT-FONS 04 72 18 08 94 Mercedes-Benz Etoile 69

www.groupechopard.mercedes.fr

Consommations mixtes hors AMG : 4,1-5,6 l/100 km - CO2 : 108-128 g/km.


Nouvelle Classe A avec

A partir de

349 €

1 loyer de 3 300 € er

ttc /mois

ttc*

en LLD 37 mois/60 000 km

*En Location Longue Durée. Exemple : Nouvelle Classe A 180 d BA Style Line avec un ttc ttc 1er loyer de 3 300 € suivi de 36 loyers mensuels de 349 € **. Modèle présenté : Classe A 180 d BA AMG Line avec Multibeam LED, toit ouvrant panoramique, Pack Sport Black, peinture ttc métallisée et jantes alliage AMG 19’’ multibranches avec un 1er loyer de 3 300 € suivi de ttc 36 loyers mensuels de 500 € **. **Au prix tarif remisé du 05/03/2018. Offre valable dans la limite des stocks disponibles pour toute commande du 17/04/2018 au 30/06/2018 et livraison au 30/09/2018 chez les Distributeurs participants, sous réserve d’acceptation du dossier par MercedesBenz Financement - RCS Versailles 304 974 249, N° ORIAS 07009177, N° ICS FR77ZZZ149071. Consommations mixtes de la Classe A hors AMG : 4,1-5,6 l/100 km - CO2 : 108-128 g/km.


PARTEZ EN VACANCES EN MONOSPACES BMW !

Opération spéciale ALTITUDE 69 LYON sur 20 BMW SÉRIE 2 ACTIVE TOURER ET GRAN TOURER Bénéficiez d’une remise exceptionnelle allant jusqu’à -22 % !*

DÉCOUVREZ LE PLAISIR DE CONDUIRE AU VOLANT DES NOUVELLES BMW SÉRIE 2 ACTIVE TOURER ET GRAN TOURER RESTYLÉES LORS D’UN ESSAI DE 24H à réserver au 04 72 53 88 88 ou à barbaratixier@groupe-altitude.com *Offre réservée aux particuliers sur véhicules en stock disponible. Photos non contractuelles.

BMW MINI ALTITUDE 69 LYON 6, RUE JOANNÈS CARRET 69009 LYON Tél. 04 72 53 88 88 w w w. g ro u p e - a l t i t u d e . c o m


lp

EDITO

AVEUX TARDIFS

S

i en mai 1968, les reporters de RTL et Europe 1 s’indignaient lorsqu’on les accusait d’être les complices des étudiants maoïstes, trotskystes et néo marxistes qui rêvaient d’en finir avec « la dictature » du général De Gaulle pour instaurer une « démocratie » à la chinoise ou à la cubaine, aujourd’hui, les mêmes vieillis sous le harnois, à l’occasion des émissions commémorant les événements de mai 68, avouent sans vergogne que sans leur complicité, tout se serait arrêté très vite et plus personne ne nie l’importance du rôle joué par les radios périphériques dans ce qui n’aurait dû être qu’un grand monôme. Faudra-t-il attendre 50 ans pour qu’on reconnaisse la duplicité et la connivence des Joffrin, Toussaint, Plenel (promoteur du prédicateur islamiste Tariq Ramadan, accusé de viol) et autres abuseurs publics qui expriment leur inculture et leur inconséquence sur les chaînes d’info continue ou même dans des émissions comme « C à vous » sur la 5 où l’improbable et ricanante Anne-Elisabeth Lemoine se pâme sottement devant l’outrecuidant Mélenchon, le non-moins sinistre Besancenot, ou encore des étudiants contestataires ou des cheminots vociférants.

Justin Calixte Lyonpeople.com n°185 - Mai 2018

Sur une idée originale de Marc Engelhard et Nicolas Winckler Couverture : Saby Maviel Directeur de la publication Nicolas Winckler - nicolas@lyonpeople.com Rédacteur en chef Marc Polisson - marco@lyonpeople.com Journaliste Morgan Couturier - morgan@lyonpeople.com Journaliste stagiaire Laurha Krakovinsky Conseillère éditoriale Françoise Petit - francoise.petit@lyonpeople.com Graphiste Ghislain Laîné - ghislain@lyonpeople.com Photographe maison Fabrice Schiff - fab@lyonpeople.com Ont collaboré à ce numéro  Jean-Marc Requien, Yves Espaignet, Nadine Fageol, Christophe Magnette, Christian Mure et Laurette. Photographes Jean-Luc Mège, Saby Maviel, Fanny Bourg, Smart Angel Média Chef de publicité Maïwenn Ducrocq - maiwenn@lyonpeople.com - 06 11 19 04 43 Coordinatrice TOP 500 Natalia - natalia@lyonpeople.com Assistante commerciale Marie Bugnet - marie@lyonpeople.com Agence Coyote Diffusion Bruce Mathieu Supplément gratuit du www.lyonpeople.com. Impression Chirat. Ne peut être vendu. Ne pas jeter sur la voie publique. La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro sont la propriété exclusive de Lyonpeople, une marque de Jetpeople.com SARL au capital de 178 030€. RCS Lyon 493 132 252 Elle se réserve tous droits de reproduction dans le monde entier. Dépôt légal à parution. ISSN : 1952-7772. Abonnement pour 1 an = 49€.

100 000 lecteurs tous les mois Etude Médiamétrie 05/2005

Lyon People est certifié par l’OJD BP 6171 - 69469 Lyon Cedex 06 Tél. : 04.72.82.97.78 Fax : 04.72.43.92.05


Aventurez-vous loin de la routine. Pour un sentiment intense de liberté. Audi A5 Cabriolet. Créée avec une âme.

Audi Vorsprung durch Technik. Volkswagen Group France S.A. - 11 avenue de Boursonne Villers-Cotterêts - RCS Soissons 832 277 370. Audi recommande Castrol EDGE Professional. Vorsprung durch Technik = L’avance par la technologie. Gamme Audi A5 : consommation en cycle mixte (l/100km) : 4,0 - 8,7. Rejets de CO2 (g/km) : 105 - 197.

185 avenue Paul Santy - Lyon 8ème - Tél. 04 72 78 88 00 - www.audi-lyon8.fr


SOMMAIRE

Mai 2018

10 PAGE 12 PAGE 14 PAGE 18

PAGE

PAGE

La vie lyonnaise La vie hôtelière La vie économique La vie gastronomique

32 EN COUVERTURE

BUDDHA BAR

PAGE

28 People news

Général Pierre Chavancy

PAGE

LE

À LIMONEST

du

Château

32 People at home

FRANCIS THOMINE PAGE

38 DOSSIER FORME

avec les préparateurs physiques des grands clubs lyonnais

56 PEOPLE SPORT PAGE 64 Style voyages OMAN PAGE 66 Style gastro PAGE 68 PEOPLE EVENTS PAGE

LES ÉVÈNEMENTS

QU’IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le mois PROCHAIN O UV

C

LE

du

Château

Château de Sans Souci 260, allée des cyprès 69600 Limonest T 04 37 59 80 65 www.legrill.chateausanssouci.fr

Photos : ©Cherrystone

O R Un large choix de viandes d’exception grillées, crues ou mitonnées. Des vins à prix cavistes...

MIDI, du lundi au samedi inclus SOIR, les jeudi, vendredi et samedi

Contact : Maiwenn 06 11 19 04 43

EAU

D É

PLACE DES JACOBINS

*N

DOSSIER SPéCIAL 216 PAGES

*

lp


lp

LA VIE LYONNAISE

LE PODIUM DES RÉSEAUX SOCIAUX Sportifs professionnels

Souvent pointés du doigt, les réseaux sociaux n’en restent pas moins un formidable outil, à même de rapprocher les supporters de leurs idoles. Entre Rhône et Saône, les vedettes lyonnaises sont encore loin des références mondiales. Mais certains y trouvent leur compte.

I

ls s’en plaignent comme du froid, et pourtant, ils ne sauraient s’en départir, tant les réseaux sociaux font aujourd’hui partie intégrante du paysage sportif. On en convient, ces derniers ont encouragé la naissance de centaines et de milliers de coachs en herbe, plus virtuels que réels,

KARIM BENZEMA, NUMBER ONE Avec en tête de liste, le natif de Bron et attaquant du Real Madrid, Karim Benzema, lequel affiche au compteur plus de 23 millions d’abonnés sur Facebook et presque autant (22,1M) sur le réseau social du moment, Instagram. Très orienté famille, le buteur tricolore y étale sa vie sans complexe, ses grosses berlines et les premiers pas de ses enfants. Jusqu’à titiller parfois, l’appétit vorace de ses détracteurs, comme pour cette pose avec un bébé tigre, objet de toutes les polémiques. Il n’empêche, Karim Benzema domine de la tête et des épaules ses homologues lyonnais. Derrière lui, Tony Parker ne culmine « qu’à » 3,2 millions d’abonnés sur Facebook et un peu plus de 2 millions sur Twitter.

TOP 5 INSTAGRAM 1 Karim Benzema 2 Memphis Depay 3 Mariano Diaz 4 Rafael 5 Nabil Fekir

prêts à commenter tous les faits et gestes de ces stars du sport. Mais les vedettes du ballon rond, de l’ovalie et autres disciplines sportives en conviennent, il devient difficile de passer outre. Parce que le public en raffole, et qu’ils deviennent de parfaits indicateurs de popularité et

MEMPHIS SUR LE PODIUM Le président de l’Asvel ne devance ainsi que de quelques milliers d’abonnés, un autre utilisateur averti des réseaux sociaux : Memphis Depay, et ses 513 publications sur Instagram. Quand il ne se met pas en scène, à nourrir les sans-abris en amont de la rencontre face au PSG, le Néerlandais maîtrise aussi parfaitement les codes de la promotion, pour les besoins de son équipementier, Under Armour, qu’il met joliment en avant auprès de ses 4 millions d’abonnés. Une manne financière indéniable pour la firme américaine et pour le joueur. Pas toujours titulaire sous les ordres de Bruno Genesio, l’ancienMancunien jouit pourtant d’une notoriété certaine, sa personnalité extravertie et ses tatouages étant de bons arguments de communication.

TOP 5 FACEBOOK 22,1M abonnés 4M abonnés 932 000 abonnés 688 000 abonnés 528 000 abonnés

lyon people • mai 2018 • 10 •

1 Karim Benzema 2 Tony Parker 3 Memphis Depay 4 Rafael 5 Mariano Diaz

pour les marques, un terreau fertile pour leur business. Bien loin des références en la matière que sont Ronaldo, Neymar ou Messi, les Lyonnais tentent d’en profiter à leur manière. Texte : Morgan Couturier - Photos © Instagram et DR

LES AUTRES À LA TRAINE Ce que ne possèdent pas encore Mariano Diaz (932k abonnés Instagram et 269k abonnés Facebook) ou Rafael (688k abonnés Instagram et 900k abonnés Facebook). Quant au capitaine, Nabil Fekir, habile technicien ballon au pied, il préfère suivre les diktats du proverbe « vivons heureux vivons caché ». Le numéro 18 ne compte ainsi que 528 000 abonnés Instagram et 155 000 abonnés Facebook. Priorité au terrain. Comme ses confrères du rugby, Frédéric Michalak (110k abonnés Twitter) et Alexis Palisson (52k abonnés Twitter) ou du tennis, à l’image de la numéro une française, Caroline Garcia, cantonnée à 108 000 abonnés Instagram et 92 000 abonnés Facebook. Sans parler du basket. À chacun son terrain de jeu...

TOP 5 TWITTER 23M abonnés 3,2M abonnés 3M abonnés 900 000 abonnés 269 000 abonnés

1 Karim Benzema 2 Tony Parker 3 Memphis Depay 4 Jean-Michel Aulas 5 Rafael

8,3M de followers 2,2M de followers 1,2M de followers 479 000 followers 280 000 followers


SEVENTIES BEAUTY* AM2

Grall

Automatique

*Beauté des années 70

MARCH-LAB.COM


lp

LA VIE LYONNAISE

LES MÉMOIRES ROGER MONNAMI

éclairent son parcours d’entrepreneur humaniste

S

e plonger dans les mémoires de Roger Monnami, c’est entreprendre un voyage dans le monde de la lumière. L’ancien patron régional du groupe Sonepar a confié à la journaliste Maité Decol ses souvenirs et ses projets. Lumineux, of course ! Son œuvre, que vous croisez tous les jours sans même vous en rendre compte, est passée dans le domaine public. Les façades éclairées de nos immeubles, les premières installations lumineuses du 8 décembre (qui se transformeront en Fête des Lumières), c’est à lui que nous les devons. À sa manière, humble et discrète, Roger raconte sa vie professionnelle hors norme démarrée par hasard au Comptoir Lyonnais

d’Électricité, et conclue en tant que directeur régional de Sonepar, le groupe créé par Henri Coisne. Au cours de ses 40 années passées à développer le groupe, Roger ne se contenta pas d’en faire une machine à cash, il en fit un vecteur pour la mise en lumière de Lyon sous les mandats de Michel Noir et Raymond Barre avec son ami Henry Chabert, allant jusqu’à investir le domaine de la formation professionnelle en créant de nouveaux métiers comme celui d’architecte lumière. De la mise en lumière du musée de l’Ermitage à Saint Pétersbourg jusqu’au Castillo del Morro à Cuba, le savoir-faire lyonnais s’est ensuite — grâce à lui et aux directeurs successifs d’EDF Jacques Lion,

Robert Durdilly et François Corteel — exporté aux quatre coins du globe. Moins dans la lumière qu’autrefois, l’entrepreneur humaniste est aujourd’hui investi auprès de jeunes startupers qu’il finance et conseille, Vincent Sonnery, Bérengère Wolf et Marion Derouvroy (Trafalfgar), Albane Dubernard (Maison Luce). Au bras de son épouse Mijo, sa « colonne vertébrale », Roger a fait de l’Amitié sa marque de fabrique. Son nom de famille est loin d’être usurpé. « Voyage au cœur de la lumière » RDM Editions - 19 euros

Textes : Marc Polisson - Photo © Jean-Luc Mège et DR

CHÂTEAU DE PROMETHOUX

Latouche (beauf) de Christian Suite de l’épisode précédent*. Vous avez été nombreux à jouer à la devinette du château de Promenthoux et à tenter de découvrir son nouveau et mystérieux propriétaire. Deux noms sont arrivés en tête des pronostics : Olivier Ginon et Christian Latouche. Le premier qui possède de belles résidences a Val d’Isère et Sainte Maxime est déjà châtelain en Haute Loire. Exit le patron de GL events. Bravo à Amaury Rossero qui, sur notre page Facebook, a donné la bonne réponse : Christian Latouche a signé en effet la promesse d’achat mais l’a conditionnée au fait de pouvoir le transformer en immeuble de bureaux !!! Une demande inacceptable pour les autorités suisses connues pour leur attachement au patrimoine. Avec ses milliards, le patron de Fiducial devrait se payer... des cours de bon goût et de respect...

ROTHSCHILD LIQUIDE LES CLIENTS DE LA BMM La banque marseillaise Martin Maurel qui avait pignon sur rue du Bât d’Argent est passée en 2017 dans le giron de la banque Rothschild. Et les banquiers parisiens n’y sont pas allés par quatre chemins pour réorganiser leur portefeuille. Ils ont tout simplement éjecté tous les clients BMM dont les avoirs se situaient en dessous de 500 000 euros. Ces derniers ont du faire leur valise bancaire illico presto et ont trouvé refuge dans les services banque privée d’autres établissements lyonnais qui ont fait de la proximité leur marque de fabrique... Dans la banque comme ailleurs, les malheurs des uns font le bonheur des autres...

*Lyon People – avril 2018 lyon people • mai 2018 • 12 •

Réfugiés bancaires


Minute Ré trogr ade

I

Heure Sautante

I

Réserve de Marche

1930-1960, à l’horizon de la campagne anglaise se dessine l’élégance d’un gentleman au volant d’un cabriolet de légende. Nos experts horlogers sont à votre écoute au 01 47 48 80 77 ou via contact@reservoir-watch.com*

r e s e r v o i r - w at c h . c o m

RESERVOIR Watch SAS - RCS Paris 821 693 520 - Année 2018 - Création ArtFeelsGood - * Service client ouvert du lundi-vendredi de 10h00 à 19h00 & du samedi de 10h00 à 17h00

Su pe rc h a rge d


lp

LA VIE ÉCONOMIQUE

L’art de travailler façon

WORKING DAY

Alors que le concept d’appartement événementiel s’inscrit de plus en plus dans les stratégies managériales, Working Day mise sur le prestige de son écrin pour booster les réunions d’entreprises. Une toute autre vision du travail. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

T

«

ravailler dans la joie délivre de la servitude ». L’idée est un peu forte, mais à y regarder de plus près, Reine Malouin n’était pas loin de la vérité, tant le concept d’appartement événementiel dénature cette image besogneuse du travail. « Se sentir bien libère la parole », ose même Gaëlle Mourier, créatrice de Working day, cet espace fonctionnel lancé voilà quelques semaines dans ce cosy appartement haussmannien, aux dimensions démesurées. Au même titre qu’un homme averti en vaut deux, la Lyonnaise parle en connaisseuse, elle qui a fréquenté pendant de nombreuses années des salles de réunion insipides. Le modernisme gagne du terrain, et s’il se dévoile dans la décoration soignée de ce bien de 230 m2, il se dénote surtout au travers de la démocratisation de ces réunions d’un genre nouveau. « Ça dédramatise le côté formel », soutient la directrice, conquise par cet appartement aux charmes multiples, érigé à deux pas de la place Maréchal Lyautey et des berges du Rhône. « Cet appartement s’inscrit dans un cadre singulier et atypique, décrit-elle. Le message passe plus facilement dans un lieu comme celui-ci. Le but est vraiment d’offrir une parenthèse aux salariés ». L’environnement lyon people • mai 2018 • 14 •

s’y porte à merveille, car si l’on occulte la vue sur Fourvière, le parquet Versailles et les moulures, l’appartement Working Day tient surtout d’un espace fonctionnel, élaboré autour de quatre salons — dont un de 50 m2 — équipés des « moyens dernier cri en matière de technologies ».

DES SALONS ENTIÈREMENT MODULABLES, AGENCÉS ET DÉCORÉS AU GRÉ DE CHAQUE CLIENT Entièrement modulables, ces derniers se plient ainsi aux souhaits de chaque entreprise, ces dernières étant même invitées à agencer les lieux selon leurs besoins. « On définit le cahier des charges de nos clients, tout en cherchant les animations susceptibles de les contenter », ajoute Gaëlle Mourier, véritable maîtresse de maison pour ses hôtes d’un jour ou plus. Car dans ce nouvel art de vivre, les réunions sont multiformes et les prospects de tous horizons. « De plus en plus de clients sont lassés par ces salles

de réunion sans personnalisation. Ici, par exemple, nous fonctionnons beaucoup en showroom, en particulier avec les marques parisiennes », témoigne-t-elle. L’idée fait son chemin en bordure du Rhône, les entreprises succombant aux joies de cette vue unique et de ce côté familial, cher à la propriétaire des lieux, mère de trois enfants, et particulièrement attachée à cette valeur parfois occultée. À plus forte raison, en entreprise. Alors en guise de conclusion, Gaëlle Mourier se permet cette phrase pleine d’à-propos : « le but est d’associer performance et bien-être ». Celuici a un prix, échelonné selon les demandes, la durée, l’affluence et les prestations demandées. « L’intelligence, c’est la faculté d’adaptation », écrivait André Gide. Confortablement installé dans ses canapés en velours, Working Day en apporte une énième démonstration. Working Day contact@working-day.fr www.working-day.fr Tél : 04 37 72 79 53 Facebook Working Day et Instagram, via lappartementworkingday


lp

LA VIE HÔTELIÈRE

LAC D’ANNECY

L’Auberge de Letraz passe sous pavillon

LAVOREL HÔTELS

E

xclusivité de notre site lyonpeople. com. Son parc arboré de 5000 m2 au bord du lac, sa piscine et son ponton privé sont les principaux atouts de ce petit hôtel de charme implanté à Sévrier (74). Il s’agit de la dernière acquisition de Jean-Claude Lavorel qui vient compléter sa collection d’hôtels qui comprend déjà le Mariott Cité internationale (Lyon), le château de Bagnols (Beaujolais), les Suites de la Potinière (Courchevel) et bientôt le

Kopster (Groupama Stadium à Décines). Auxquels il faut désormais rajouter la flotte de la compagnie « Les Bateaux lyonnais » (ex Lyon City Boat) et ses navires de croisière qui accueillent depuis début mars le petit frère de « L’Hermès », baptisé « L’Hermès 2 ». Ouverte toute l’année, l’Auberge de Letraz est le fief de la famille Collon depuis 32 ans, avec pour figures Bernard et son fils Brice qui règnent sur les cuisines des deux restaurants (1 gastronomique et

1 bistrot). La bâtisse, typique des années 80, dispose de 23 chambres et d’une piscine et s’apprête à passer dans une autre dimension sous l’ère Lavorel. Après la saison d’été, l’hôtelier lyonnais va engager dès novembre 2018 des travaux d’envergure afin de lui faire changer de statut. Objectif : jouer dans la cour des 5 étoiles qui bordent l’un des plus beaux lacs de France (après le lac du Bourget, of course) ! Belle mise en bouche...

Textes : Marc Polisson - Photo DR

GUY BARDEL Sa vie, son œuvre en vidéo

Q

ui ne connait pas Guy Bardel ? Nos fidèles lecteurs identifient parfaitement cette personnalité iconoclaste dont le visage souriant s’affiche régulièrement dans les pages de notre magazine. Et désormais en vidéo. Après ses débuts au casino de Charbonnières, il a dirigé la brasserie « Au Tonneau d’or » puis fait des extras à l’abbaye de Collonges, avant de créer le premier cabinet lyonnais de recrutement de personnels en hôtellerie-

restauration. Depuis 30 ans, dénicher la perle rare pour les hôteliers, les chefs et les restaurateurs, est le leitmotiv de ce recruteur au grand cœur, malgré ses soucis de santé et ses AVC. Ses clients lui rendent hommage dans un film auquel le comédien Benoit Allemane a prêté sa voix, accompagné en musique par David Bardel, le fils de Guy. Un film « nature » et réjouissant à découvrir dès à présent sur youtube. En voici un florilège.

« Ses yeux pétillent quand il parle de son métier ! » Marc Veyrat « L’un des meilleurs dans sa spécialité » Thierry Lahon « Le plus grand spécialiste du recrutement de Lyon » Williams Jacquier « Il répond à nos attentes à 100 % » Roger Jaloux « Il a beaucoup de flair » Jean-Yves Carpentier « Il a su créer un réseau important de jeunes chefs, serveurs... » Christophe Marguin « Il sait de quoi il parle » Jean-Claude Lavorel « Sa principale force est sa disponibilité » Frédéric Berthod « Je l’estime énormément » Marie-Claude Bernard lyon people • mai 2018 • 16 •

Guy bardel à la découverte de La Commune

https://youtu.be/We8yIeE046g


NOUVEAU LEXUS NX 300h HYBRIDE

L’ ALTERNATIVE HYBRIDE PREMIUM À PARTIR DE 369€/MOIS

(1)

SANS CONDITION DE REPRISE LOA** 49 MOIS, 1er loyer de 4 100 € suivi de 48 loyers de 369 €. Montant total dû en cas d’acquisition : 40 682 €.

UN CRÉDIT VOUS ENGAGE ET DOIT ÊTRE REMBOURSÉ. VÉRIFIEZ VOS CAPACITÉS DE REMBOURSEMENT AVANT DE VOUS ENGAGER. Consommations (L/100 km) émissions de CO2 (g/km) en cycle mixte de 5,0 à 5,3 et de 116 à 123 (C).

Données homologuées CE. ** LOA : Location avec Option d’Achat. (1) Exemple pour un NX 300h 2WD avec option minorante Suppression Lexus Safety System + neuf au prix exceptionnel de 35 590 €, remise de 5 000 € déduite. LOA* 49 mois, 1 er loyer de 4 100 € suivi de 48 loyers de 369 €/mois hors assurances facultatives. Option d'achat : 18 870 € dans la limite de 49 mois & 40 000 km. Montant total dû en cas d'acquisition : 40 682 €. Assurance de personnes facultative à partir de 39,15 €/mois en sus de votre loyer, soit 1 918,35 € sur la durée totale du prêt.Modèle présenté : NX 300h 4WD F SPORT Executive neuf au prix exceptionnel de 60 190 €, remise de 5 000 € déduite. LOA* 49 mois, 1 er loyer de 4 100 € suivi de 48 loyers de 729 € /mois hors assurances facultatives. Option d'achat : 30 400 € dans la limite de 49 mois & 40 000 km. Montant total dû en cas d'acquisition : 69 492 €. Assurance de personnes facultative à partir de 66,21 €/mois en sus de votre loyer, soit 3244,29 € sur la durée totale du prêt. Offre réservée aux particuliers, valable jusqu’au 30/06/2018 chez les distributeurs Lexus participants, portant sur le tarif en vigueur au jour de la souscription du contrat. En fin de contrat, restitution du véhicule dans votre concession avec paiement des frais de remise en état standard et des éventuels kilomètres excédentaires. Sous réserve d’acceptation par TOYOTA FRANCE FINANCEMENT, 36 bd de la République 92423 Vaucresson, RCS 412 653 180 - n° ORIAS 07 005 419 consultable sur www.orias.fr. * Vivez l’exceptionnel.

LEXUS SIVAM LYON NORD

LEXUS SIVAM LYON SUD

6 Chemin des Anciennes Vignes 69410 CHAMPAGNE-AU-MONT-D’OR Tél. : 04 72 52 91 91 – www.lexus-lyon.fr

12A rue des Frères Louis et Emile Bertrand 69200 VÉNISSIEUX Tél. : 04 72 78 50 32 – www.lexus-lyonsud.fr


lp

LA VIE HÔTELIÈRE

SPA DU CHÂTEAU DE BAGNOLS Le rituel bien-être

Nouvelle équipe, nouveau programme de soins gourmands, le spa du château de Bagnols se démarque autrement que par sa situation hors du commun pour atteindre le pré carré des meilleures installations du genre. Exception. Texte : Nadine Fageol - Photos DR

D

u changement depuis mars dernier au spa installé dans l’ancien cuvage. Tout d’abord l’arrivée de Sophie Robert qui prend la tête de l’équipe. Ce qui surprend, probablement le plus, est son enthousiasme à la manœuvre d’autant qu’elle affiche le meilleur des références. Elle complète son bachelor à Bora Bora ! D’abord au spa de l’Intercontinental puis elle participe à la grande aventure de l’ouverture du Brando, hôtel de 35 villas 100 % écolo sur l’île adorée de l’acteur des « Révoltés du Bounty ». Avec spa polynésien aux cabines perchées dans les arbres. Autant dire qu’elle aguerrit son expérience qualitative dans l’ultra luxe. Deux ans plus tard, repérée par le groupe Lavorel, elle opère à la Potinière de Courchevel puis au Marriott de la Cité Internationale avant de prendre les commandes du spa de Bagnols. Table étoilée, chambres actualisées, l’adresse incontournable dans le bucolique chic au jardin remarquable à la floraison des cerisiers présente désormais un spa à l’unisson tutoyant le meilleur du genre. Il faut dire que l’endroit respire de ce caractère propre à Bagnols. Piscine intérieure, hammam, cabines ; l’agencement se distingue par le juste choix d’un agencement contemporain magnifiant une enveloppe de pierres dorées cultivant encore intimité propice au bien-être. lyon people • mai 2018 • 18 •

Une volonté d’exception corroborée en matière de soins par le choix d’une marque forte d’un savoir-faire de 70 ans. « Ce qui est intéressant avec Sothys est que l’on procède dans un univers avant-gardiste en termes de modelage du visage comme du corps grâce à des soins sur mesure » explique Sophie Robert. Des protocoles élaborés dans une savoureuse approche gourmande, « Frangipanier, citron petit grain, thé vert et figuier pour les hommes ... la force de Sothys réside dans sa connaissance historique des principes actifs des ingrédients naturels permettant d’élaborer des soins uniques à l’indéniable efficacité dépassant l’approche sensorielle initiale ». Grande est l’idée dès lors de s’échapper en escapade intimiste. Notre idée en ce printemps, démarrer à deux par le « Soin Excellence ultra complet », soit 2h30 de pur bonheur. La peau évidemment préparée ; en prélude, démaquillage et gommage sous forme de frais granité, s’ensuit ce modelage nourrissant dans une détente absolue alimentée de différents masques odorants. Gorgée à souhait, un final en beauté lissant la peau comme peau neuve. Une tisane à la menthe du jardin, surtout prendre le temps de la détente avant de goûter au menu concocté par Jean-Alexandre Ouattara. Belle escapade revitalisante !

Le spa s’est installé dans l’ancien cuvage - Tél. 04 74 71 40 00


lp

LA VIE GASTRONOMIQUE

CUISINE ET DÉPENDANCES Fabrice Bonnot sur les chapeaux de roue

L

e fabuleux destin de Fabrice Bonnot (47 ans) s’est joué chez le célèbre « Prunier » à Paris où il a rencontré son associé Cédric Le Gouill qui s’occupe de la salle et des vins, décidant ensuite tous deux de revenir sur Lyon pour lancer leur premier « Cuisine et Dépendances » de 37 couverts au 46, rue Ferrandière le 2 février 2004... Le succès étant au rendez-vous, ils ont ensuite ouvert en 2007 leur deuxième restaurant de poissons au 68 rue de la Charité où ils disposent dorénavant de 90 couverts ! Fabrice Bonnot vit depuis sur les chapeaux de roue entre L’Appart’ 68 où il fait de la cuisine live pour des groupes de six à douze convives avec accord mets-vins ; ses cours de cuisine du vendredi soir ; ses voyages à Hong Kong et Macao lors des Congrès des Maîtres Cuisiniers de France (200 chefs dont Joël Robuchon) ; sa participation aux Toques Blanches lyonnaises, et enfin sa nouvelle bande dessinée « La bande à Bonnot ». Sa notoriété a vraiment décollé quand il a imaginé l’évènement « Soupe en Scène ». Chaque année, en plein hiver, 150 bénévoles et 25 artistes (Michael Jones, Laurent Argelier) réchauffent la place de la République où sont servies des milliers de soupes au profit du Foyer Notre Dame des Sans Abri. 20 000 euros ont été récoltés lors de la dernière édition... La première de « On bûche pour eux » au profit des enfants malades a eu pour marraine Geneviève de Fontenay. Voilà pour le Bonnot Show. Pris dans ce véritable tourbillon, Fabrice trouve heureusement le temps de se ressourcer chaque week-end dans sa maison familiale à Saint Léger sur Roanne avec son épouse lyon people • mai 2018 • 20 •

Christine et ses trois filles Manon (22 ans), Lou (21 ans) et Solis (13 ans).

LE POISSON DANS TOUS SES ÉTATS En cuisine, c’est tout aussi imaginatif. Fabrice et son chef Sylvain Malland supervisent chaque matin les arrivages des petits ports bretons Carentec, Erquy, Loctudy, Saint Guénolé... C’est le secret de leur réussite ! La bouillabaisse à sa façon (rascasse, rouget grondin, dorade royale, langoustine, lotte) avec un assortiment de petits légumes n’a rien à envier à celles du Vieux Port. La poêlée de chipirons à la catalane (fèves et tomates confites, bouquet d’herbes fraîches) et le blanc de turbot à la plancha, risotto crémeux aux cèpes, émulsion au champagne vous

emmèneront au paradis des gourmets... L’émulsion de brouillade d’œufs confit de canard au jus lait de noisette, la poêlée de grenouilles tarte fine et légumes croquants (coup de cœur de Marco), le filet de rouget barbet saisi mélimélo de fenouil émulsion vin chaud, l’émincé de lotte à la plancha embeurré de chou vert coulis carotte citronnelle-langoustine et la minute de ris de veau bâtonnets de carotte et navets glacés jus court à la moutarde violette sont également à recommander. Au dessert : le maxi finger et dépendances gelée de passion glace cacahuète qui a inspiré sa dernière bande dessinée terminera en beauté votre repas. C’est lors d’un repas avec ses parents chez Pierre et Michel Troisgros à Roanne lorsqu’il avait seize ans que Fabrice Bonnot a eu le déclic demandant au directeur Gérard Joubert de l’embaucher... Un repas qui allait changer sa vie ! Texte : Christian Mure (guide Lyon Gourmand) - Photos © Fabrice Schiff

Cuisine et Dépendances 68, rue de la Charité - Lyon 2 - Tél. 04 78 37 45 02 Fermé samedi et dimanche. Service jusqu’à 21h30 Ouvert le samedi soir d’octobre à décembre. Formule déjeuner à 21 euros (entrée + plat + fromage ou dessert). Menus à 39,90 et 54,90 euros. Menu Saveurs avec accord mets-vins à 59,90 euros. Menu Prestige Mille et une Saveurs à 95 euros (six plats) et 115 euros (sept plats).


139 €/mois, garantie et entretien inclus.

139 €ien /minoisclus TTC

>> smart fortwo. Vos distributeurs agréés Etoile 69

A partir de

Garantie et enttctret 1er loyer de

>> Ecully - Saint-Fons - Villefranche-sur-Saône - Vienne 04 72 18 00 18 smart Lyon (1) En Location Longue Durée.

955 €

(1)

(2)

en LLD 37 mois/45 000 km

smart – une marque de Daimler

Exemple : smart fortwo 52 kW BM5 pure avec un 1er loyer de 955 €ttc suivi de 36 loyers mensuels de 139 €ttc*. Modèle présenté : smart fortwo 52 kW BM5 passion avec Pack vision, Pack sleek style, Pack style extérieur BRABUS tailor made, peinture mate gris titania grey mat, calandre noire et tridion gris graphite grey mat avec un 1er loyer de 955 €ttc suivi de 36 loyers mensuels de 236 €ttc*. *Au prix tarif remisé du 17/07/2017. Offre valable dans la limite des stocks disponibles pour toute commande du 17/04/2018 au 30/06/2018 et livraison jusqu’au 30/09/2018 sous réserve d’acceptation du dossier par Mercedes-Benz Financial Services France S.A. RCS Versailles 304 974 249, N° ORIAS 07009177, N° ICS FR77ZZZ149071. (2) ContratService Complete de 37 mois/45 000 km, au 1er terme échu, pour tout achat d’une smart fortwo thermique neuve valable en France métropolitaine et Monaco, hors véhicules de secours ou de compétition, auto-écoles et loueurs courte durée pour toute commande du 01/03/2018 au 30/06/2018 et livraison jusqu’au 30/09/2018. Mercedes-Benz France 622 044 287 RCS Versailles. Consommation de la smart fortwo : véhicule en cours d’homologation.


lp

LA VIE GASTRONOMIQUE

GERLAND AU NOM DU CHANGEMENT Texte : Morgan Couturier et Laurha Krakovinsky - Photos Fabrice Schiff

À la croisée des chemins, Gerland se reconstruit autour de ses espaces verts et de ses commerces. Un bouleversement, que le quartier entend poursuivre, alors que ce bassin de 30 000 habitants jouit aujourd’hui de nouveaux atouts, tant technologiques, culturels que sportifs.

A

ncien quartier industriel, théâtre des marchés anciens, Gerland a su faire de son passé un atout pour entrer de plain-pied dans le XXIe siècle. Son futur s’annonce rayonnant, dans le sillage de ces espaces verts que la Ville s’efforce de valoriser. Le parc de Gerland, le parc des Berges, ou bien même les Berges elles-mêmes, le quartier se métamorphose autour de ses atouts. Arguments de poids, Gerland retrouve aujourd’hui son attractivité, en témoigne l’implantation de 2000 entreprises et un bassin de 25 000 emplois, concentré en partie autour de Lyonbiopôle (Gerland centralise 150 laboratoires académiques, ndlr). La locomotive est lancée, embarquant dans son sillage commerces, restaurants et lieux de vie, de plus en plus nombreux dans ce quartier dynamique, où gravitent plus de 3 000 étudiants, en attendant l’installation prochaine de l’EM Lyon, attendue pour 2022. Pôle économique important, relié à Confluence, Gerland n’en a pas oublié ses racines sportives. Si les 7 titres nationaux de l’Olympique Lyonnais ont longuement embrasé les soirs de matchs, le quartier vit désormais au rythme des exploits du LOU et de leurs voisins de l’Asul. Sans oublier la future Tony Parker Adéquat Academy, l’école de basket initiée par le meneur des Spurs ni les nombreux équipements sportifs répartis çà et là. L’idéal pour se défouler, avant de s’épancher sur la culture. Lieu emblématique de la capitale des Gaules, la Halle Tony Garnier entretient ainsi une relation particulière avec les stars de la chanson, de la comédie ou du 7e art. Preuve qu’autour de ces nouveautés et de l’implantation de nouveaux logements, Gerland tient à ses ouvrages historiques. Ceux qui participent à son développement et son rayonnement.

lyon people • mai 2018 • 22 •

Georgy Sfez (Zappo) et Arnaud Lebrun (Au Bureau)


ZAPPO

AU BUREAU

Une part d’Italie

Le sport coule à flot

Mélange des sens que cette traversée de Gerland, quand viennent se greffer aux parfums des rencontres sportives, les doux effluves de la pizzeria Zappo, campée depuis un an, au 6 de la rue Challemel Lacour. Fort heureusement, ces délices olfactifs ne s’estompent qu’en de très rares occasions, que même la mise en sommeil des exploits des clubs voisins ne vient endiguer. Le four en perpétuelle activité, Zappo distille ainsi ses recettes, exclusivement préparées à partir de produits italiens, que le Champion du Monde de la pizza 2012, Alex Monterosso s’amuse à sublimer, au gré des facéties de son esprit créatif. La dolce vita au four et au moulin, le tout chapeauté par le gérant des lieux, Georgy Sfez, esthète de la cuisine et restaurateur de père en fils. C’est là, la promesse de cette adresse gastronomique, réputée comme la meilleure pizzeria de Gerland, où se déguste une trentaine de spécialités transalpines, appuyées de bières du monde, — l’autre spécialité maison —, parmi une sélection des plus exhaustives. Déclinaisons de charcuteries italiennes, de mozzarella, pizzas « inventives et originales », Zappo suit les tendances, conséquence certaine d’un personnel au dynamisme et à la jeunesse assumée. « C’est un restaurant chaleureux, familial, où l’on peut boire un verre, grignoter et partager », glisse ainsi la cogérante Eve Sfez. D’autant que l’enseigne s’est récemment acquittée d’une terrasse de 40 couverts. Un must à l’approche de l’été.

La pression des grands rendez-vous, le souffle des tribunes attisent souvent la nostalgie, mais une fois sifflé le rush du service, Arnaud Lebrun retrouve ses pulsions oubliées, laissées pour compte au bord des terrains. Voilà deux ans que l’ancien footballeur professionnel a chaussé d’autres crampons : ceux de gérant. Rodé à l’exercice du côté de Villefranche, le Nordiste fait lever les foules, depuis sa brasserie pub, où ses soirées à thème accélèrent la digestion de ses burgers, salades et préparations alcoolisées. Une nouvelle discipline que l’ex-footballeur entretient avec passion, rythmée il est vrai, par tous les événements sportifs dont l’intéressé, au même titre que ses clients, ne saurait se départir. À commencer par les anciennes vedettes du stade avoisinant, que sont Bernard Lacombe et son comparse Fleury Di Nallo. « La franchise entretient une ligne de conduite sportive », admet d’ailleurs Arnaud Lebrun. À midi, il n’est pas rare de voir ses 123 couverts trouver preneurs, alors qu’en terrasse, les 70 places fondent comme glaçons au soleil à l’heure de l’happy hour. Mojitos, pintes et cocktails à petits prix, Au Bureau soigne sa troisième mi-temps. Paroles d’experts.

Zappo 6, rue Challemel Lacour - Lyon 7e T. 04 72 71 79 88 Ouvert 7 jours/7

Au Bureau 243, rue Marcel Mérieux - Lyon 7e T. 04 72 94 49 73 Happy Hour du lundi au vendredi, de 17h à 19h •

23 • mai 2018 • lyon people


lp

LA VIE GASTRONOMIQUE

O CAFÉ DU MARCHÉ

Les Bétoule jouent en double

U

Texte : Marc Polisson - Photos © Fabrice Schiff

ne nouvelle affaire et un nouveau départ. Fin avril, au milieu des cartons et des artisans qui s’affolent à quelques jours de l’ouverture, on perçoit l’excitation et la flamme dans les yeux verts de Régis Bétoule. L’ancien tennisman qui n’a jamais perdu l’esprit de compétition s’affaire, sous le doux regard de son épouse Sophie. Huit mois après avoir vendu O Capot, le rachat du Café du Marché à Brice et Emmanuelle Riou, et sa relance sont d’abord une victoire contre la maladie, un combat quotidien qui le contraint à se mettre en retrait mais dans lequel il ne lâche rien. « Ce qui me tient à cœur, c’est de rassembler mes proches et mes plus fidèles collaborateurs dans cette nouvelle aventure. » À savoir Sophie et de sa fille Paula, ses associés Bénédicte Scattolon (en salle) et Jérôme Cuenca (en cuisine) dont on a déjà dégusté les spécialités au Jardin Gourmand et au Gabion.

Ce bar est indissociable du patrimoine vivant du quai Saint Antoine et a connu ses heures de gloire sous la houlette d’Anne Grandvuinet. Et le mythe va perdurer. Car comme toujours en matière de rénovation, le couple Bétoule n’a pas fait les choses à moitié. On sent sa patte et son sens du détail dans cette déco chaleureuse à forte empreinte patrimoniale (avec le concours de Jean-Claude Caro) qui va faire passer 0 Café du Marché dans la catégorie des établissements cosy. L’établissement est méconnaissable. Sobrement belles les boiseries qui ceinturent l’ensemble, sans l’étouffer ! Les murs de pierre et les belles arcades de l’entrée ont été dégagés de leur carquois de placoplâtre. On respire au bar, gainé de chêne, ou sur l’estrade, refuge des amateurs de thé Ladurée et de pâtisseries maison l’après-midi mais aussi des afficionados des apéros salés de Béné, le soir venu.

25, quai Saint Antoine - Lyon 2 - Tel 04 26 28 12 46 Ouvert du mardi au dimanche. Fermé le lundi. Déjeuner de 12h à 14h30 (entrée et plat du marché 18€ - escalope à la crème 21€) Apéros salés de Béné (mercredi, jeudi, vendredi dès 18h) lyon people • mai 2018 • 24 •

Thé Ladurée en exclusivité au Café du Marché

LA PASSE DE 6

pour Régis Bétoule 1993 - Les Lyonnais 2004 - L’Horloge 2007 - Cousins Cousines 2011 - O Capot 2015 - O Platanes 2018 - O Café du Marché


lp

EN COUVERTURE

BUDDHA BAR

Nouveau temple des festivités lyonnaises Joyau gastronomique et festif de l’Hôtel-Dieu, le Buddha Bar s’est découvert. Au milieu des boutiques de l’hospice réhabilité, la franchise parisienne ne passe pas inaperçue. À peine inaugurée, la voilà déjà consacrée. Texte : Morgan Couturier - Photos © Saby Maviel

L

yon tient son temple, vingt-deux après la création de cette enseigne née sur les bords de Seine, maintenant ce fameux précepte selon lequel, le sacré s’immisce dans chacun de ces colosses de pierre sous le regard de Buddha. Érigée à 2,70 m de haut, en contrebas des plafonds à la française, l’iconique statue est un formidable phare, à tel point qu’il faut s’armer de patience pour trouver place dans ce temple de 683 m2, auxquels vient s’ajouter la même superficie, à peu de choses près, sur la terrasse attenante. « C’est lyon people • mai 2018 • 26 •

une réelle atmosphère », décrit d’ailleurs le propriétaire, Nicolas Guillermin, (cidessus) lequel perçoit dans cet écrin, une opportunité unique de « créer quelque chose de nouveau dans de l’ancien ». Le cadre suffit à lui-même. Chaque visite suscite alors cet inaltérable sentiment de surprise, typique de la franchise à l’ambiance si singulière. À la différence près, que celle de Lyon a su se couler dans l’écrin de l’HôtelDieu, magnifiquement rénové par Eiffage. Teintes claires, au rez-de-chaussée, avec ces paravents en trompe-l’œil, peints à même le

mur et « teintes plus sombres en mezzanine, pour une ambiance plus cosy et intimiste », que l’enseigne a su entrelacer, au travers de miroirs marbrés. Le décor est planté. Reste à passer à table. Ouvert le midi – un cas unique – le Buddha Bar fait frétiller les sens, attablé dans la partie restauration ou sur l’une 120 places érigées au pied du bar, sur les hauteurs de l’établissement. Aux fourneaux, « cuisine fusion » sous l’œil avisé du chef Cyril Romero, cocktails divins, le Buddha Bar rayonne entre Rhône et Saône. Lyon s’incline. Namasté ! 4, cour Saint-Martin - Lyon 2 Tél. 04 28 29 83 17


Ludovic Steiner et Antonio Oliveira

À chacun sa spécialité, pour cet ancien duo du Radisson, réuni sous le temple du Buddha Bar. Promu directeur de salle, Ludovic Steiner se dresse en maître de maison, séduit par « l’opportunité d’ouvrir un lieu unique dans un lieu mythique », quand, au bar, celui qui porte ses cocktails jusque sur la peau, multiplie les créations. « Chaque jour, je veux faire vivre une nouvelle expérience. On est là pour vendre un rêve », promet celui qui a élaboré seize pages de cocktails.

Salon du haut : Bar lounge imaginé dans

une ambiance cosy, il héberge plus de 120 places, réparties autour de tables à mi-hauteur, idéales pour se restaurer ou se désaltérer aux sons du DJ.

Salle du bas : Fauteuils ocres et bordeaux, teintes claires, l’espace restauration comporte une quarantaine de couverts, auxquels s’ajoutent ceux dressés en terrasse.

Le chef Cyril Romero

Poli sous le commandement de son « père spirituel », Roger Jaloux, Cyril Romero a écumé les grandes maisons, des Châteaux & Hôtels Collection d’Alain Ducasse aux Demeures du Ranquet. « Je veux apporter ma touche perso », prévient-il, alors qu’à la carte, l’incontournable salade de poulet, les cannellonis d’avocat et le Black Cod font déjà saliver. Sans oublier les créations de son chef pâtissier, Nabil Barina, 4e aux Championnats du Monde par équipes avec l’Équipe de France.

Cave à vins et à cigares.

Au sous-sol, en vitrine : cave à vins d’une dizaine de places où s’entremêlent les grands crus, les cognacs et les cigares.

Salon VIP : Le Buddha Bar regorge

de pièces cachées, à commencer par ce salon VIP, privatisable, et susceptible d’accueillir jusqu’à dix personnes en cocktails dînatoire. Cerise sur le gâteau, fumoir privé et musique personnalisable.

27 • mai 2018 • lyon people


lp

PEOPLE NEWS

GÉNÉRAL PIERRE CHAVANCY L’adieu aux armes

Le 31 mai prochain, le gouverneur militaire de Lyon fera très officiellement ses adieux à l’Armée française qu’il aura servie pendant 40 ans. L’occasion de faire le point sur les grandes étapes de sa carrière et ses projets. Propos recueillis par Marc Polisson et Laurha Krakovinsky - Photo © Fabrice Schiff

Lyon People : À l’heure de quitter l’institution militaire, que ressentezvous ? Général Pierre Chavancy : Pour l’instant, je crois que je ne me rends pas encore bien compte, d’abord parce que jusqu’à la dernière seconde j’ai des responsabilités qui m’occupent beaucoup et c’est vrai aussi que mes futures responsabilités ont commencé à me rattraper. Je pense donc que je ne vivrai pas de période de spleen immédiatement. Que va-t-il vous manquer ? Ce sont des visages plus que des situations, encore plus que des lieux. C’est vrai qu’il y a des visages qui m’ont accompagné pendant 40 ans, des gens qui m’ont fait, des gens que j’ai aussi aidé à grandir. Ces soldats-là qui ont été mes chefs, mes pairs ou mes subordonnés, vont me manquer. On vit dans un petit monde dans lequel « au revoir » lyon people • mai 2018 • 28 •

ne veut pas dire grand-chose mais ne plus les voir au quotidien immanquablement me pèsera.

de responsabilité en état-major. Ce sont les temps passés en opération avec les soldats que j’ai eu le grand honneur de commander, qui évidemment vont me rester et en particulier les moments passés au combat. J’ai eu la chance ou la malchance en fonction du point de vue où l’on se place, de vivre une carrière opérationnelle pleine et quasiment à tous les grades. Je me souviendrai d’assauts conduits en Irak en 1990, avec ma compagnie de légionnaires. Je me souviendrai de combats à la tête des forces françaises en Afghanistan, en particulier, qui m’ont évidemment beaucoup marqué.

Quels ont été les moments les plus importants de votre carrière ? Nos carrières militaires sont des alternances équilibrées dans la durée, entre temps de commandement avec la troupe et temps

Afghanistan, Centrafrique, Kosovo, Tchad, Irak... vous avez combattu sur tous les théâtres d’opération. Avez-vous le sentiment d’avoir toujours été utile, à votre place ?


PEOPLE NEWS

C’est une question que les soldats ne se posent même pas, car le sens de leur engagement est très clair dès lors qu’ils sont sur place, puisqu’on se rend vite compte que les hasards de la naissance nous ont bien servis. Quand on voit le bien que font les soldats français partout où ils se trouvent, avec des sourires d’enfants, des remerciements... Il y a des situations de combats qui sont dures, mais en même temps, ces situations-là, nous en connaissons tous le sens. Et donc ce sont des moments de fraternité partagés mais qui ne sont pas hors du temps car ils sont encore une fois pleins de sens. Quand on voit tout le travail qui a été fait par les soldats français en Afghanistan, quand on voit la situation au moment où nous sommes arrivés et où nous en sommes aujourd’hui, nous ne pouvons qu’être fiers de ce que nous avons fait. Avec du recul, on sait aujourd’hui que certaines de ces guerres n’ont fait qu’empirer la situation, notamment dans le Golfe. Avez-vous parfois songé que la France s’était fourvoyée ? Jamais, parce que nous savons quels sont les objectifs. Et parfois la retranscription de l’action des Français se fait en méconnaissance complète des objectifs. Pour ceux qui imaginent que l’idée de la première guerre du golfe était d’établir un régime démocratique à Bagdad, c’est non ! L’idée était simplement de faire en sorte que l’armée irakienne, qui avait envahi un pays tiers qui s’appelle le Koweït, rentre chez elle. C’est tout. Les objectifs étaient clairs et remplis. Après, ça ne veut pas dire que les choses se résolvent d’un claquement de doigts. On peut parler de l’intervention en Centrafrique, qui est une illustration de plus, une évidence connue depuis les antiques, que l’action des soldats ne suffit jamais. Elle est indispensable mais elle n’est jamais suffisante.

Quel enseignement retirez-vous de son expérience ? La force de grands anciens comme Hélie de Saint Marc est d’avoir permis à de jeunes officiers de réfléchir. En ce qui me concerne, non je n’ai jamais été mis dans ce genre de situation. Je vous l’ai dit, j’ai réfléchi à tous ces sujets et je m’étais forgé une conviction, non pas une certitude mais cette conviction : « si jamais tu es un jour face à des situations compliquées, ne fais rien que tu ne veuilles pas raconter à tes petits-enfants quand le temps viendra ».

« JE SAIS CE QUE JE DOIS AU GÉNÉRAL DE VILLIERS » Comment avez-vous vécu la démission du chef d’état-major des Armées, l’été dernier ? Je l’ai vécu avec tristesse, parce que je sais ce que je dois au général de Villiers, et je trouve que son comportement tout à fait équilibré est tout à son honneur. Je connais bien son successeur et je sais que les armées sont entre de bonnes mains. Avez-vous secrètement apprécié sa liberté de parole ? Je crois que le vrai sujet n’est pas le devoir de réserve, mais la légitimité pour parler. Je fais partie de ceux qui ont toujours estimé qu’à partir du moment où on était légitime pour dire les choses, il fallait les dire, parfois avec le langage un peu rugueux des soldats. Et en même temps le fait que nous ne soyons d’aucun camp, permet — dans la mesure où on reste légitime pour parler, surtout dans la période actuelle — de dire les choses.

Les attentats islamistes ont mobilisé les forces armées et les ont rendues visibles par le biais de l’opération Sentinelle. Le lien avec la population est-il renforcé ? Les Français qui ne voyaient l’action de leurs soldats qu’au travers de reportages télévisuels, ont pu concrètement — je dirais presque charnellement — voir leurs actions au quotidien avec ce que cela signifie d’engagement physique, intellectuel, moral. C’est bien pour la population française comme pour les soldats dont ils sont issus. Il est important que nos concitoyens voient ce que font leurs soldats même si ce n’est pas toujours une bonne nouvelle. Les soldats constatent aujourd’hui, du fait d’un sourire, d’un remerciement, d’une poignée de main, d’un regard complice qu’ils ne sont pas des mercenaires armés mais les soldats de la France, et d’abord et avant tout les soldats des Français. De tous les Français. Petit quizz. La jeunesse a toujours été l’une de vos priorités. Diriez-vous qu’elle est : - définitivement perdue ? - trop connectée ? - pleine d’avenir ? Pleine d’avenir, sans aucune hésitation. Je ne dis pas ça par élimination, mais par conviction. Trop connectée ? Non, on ne peut pas refuser le XXIe siècle. Et en particulier depuis les attentats, et surtout depuis l’attentat du Bataclan. Nos ennemis ont fait une erreur stratégique avec le Bataclan. Parce qu’aujourd’hui, nos jeunes ouvrent de grands yeux sur le monde réel, ils posent des questions et se rendent compte qu’il faut se forger des convictions et que si on n’a pas de culture générale, on se fait promener par le bout du nez par le premier prêchi-prêcheur qui passe. Et ça, ça a été un réveil très net, et je le dis

De grands officiers comme Hélie de Saint Marc ont vécu au cours de leur carrière des dilemmes insurmontables (comme l’abandon à une mort atroce de nos partisans en Indochine ou des harkis en Algérie). Avez-vous vécu ce type de situations ? Non, je n’ai jamais eu à vivre des situations aussi dramatiques que celles d’Hélie de Saint Marc. Pour autant, il est de notre responsabilité de réfléchir à ce genre de choses et de savoir qu’on peut être un jour confronté à ça. Il faut dans ces cas-là, se garder d’une réponse un peu trop définitive, parce qu’il n’y a guère que dans l’action qu’on peut juger les gens. Mais, en même temps, on peut se perdre dans l’action si on n’a pas réfléchi à son sens avant.

Aux côtés de nos alliés américains en 2010, lorsqu’il commandait les forces françaises en Afghanistan (Task Force Lafayette). Il était alors général de brigade.

29 • mai 2018 • lyon people

lp


lp

PEOPLE NEWS

avec mes mots à moi, mais à toute chose, catastrophe étant bonne, tous les sujets qui étaient consciencieusement cachés sous la table font irruption. Et ce que je note avec encore plus de satisfaction, c’est que ça permet — comme disent les jeunes — de faire bouger les lignes. Tous ceux qui ont un rôle dans l’éducation à la citoyenneté ont fait ce constat-là. Nous sommes dans la dernière année du centenaire de la première guerre mondiale, quel est l’enseignement de ce conflit ? L’enseignement de cette guerre c’est qu’il y en a eu une deuxième. Et pourquoi ? Parce qu’on a oublié sitôt la liberté conquise qu’il fallait sacrément se défendre pour la maintenir. C’est ça l’enjeu d’aujourd’hui. Nous vivons depuis 70 ans en paix en Europe et en particulier en France. C’est une anomalie historique majeure. Nous en avons hérité, nous essayons vaille que vaille de la consolider, mais il appartiendra aux générations futures de prolonger cet héritage-là. Encore faut-il qu’ils comprennent cette anomalie !

Le gouvernement planche sur la mise en place d’un nouveau service militaire. Etait-ce une erreur de le supprimer en 1996 ? Je ne m’exprimerai pas sur ce sujet, parce que personne n’en sait rien, à commencer par moi. Je suis soldat depuis 1980 et avant de partir à la Légion étrangère, j’étais dans les régiments d’appelés. J’en connais toutes les qualités, mais simplement, déjà en 1980 vous aviez la moitié d’une classe d’âge qui y échappait. Le système n’était donc pas si intégrateur, si égalitaire que ça. Je me souviens que les soldats appelés que j’avais avec moi, étaient quand même des ruraux, et que la population qui aurait le plus eu besoin de venir, à savoir les étudiants urbains, à quelques exceptions près, ne venait pas. Pour quelles raisons ? Pour tout un tas de raisons, dont la poursuite de leurs études. En 1996, j’étais à la DRH de l’Armée de terre quand le président du moment a suspendu la conscription : il n’a signé que l’arrêt de quelque chose qui était déjà mort. La problématique d’aujourd’hui est celle-ci : là où il y a une volonté politique, il y a un chemin ! Il s’agira de la mesurer à l’aune des moyens mis à disposition du Ministère des armées.

« LA VRAIE CAPITALE DE NOTRE PAYS EST ICI, À LYON ! »

Visite de commandement au 1er Régiment de train parachutiste en décembre 2016 lyon people • mai 2018 • 30 •

Votre séjour à Lyon n’aura duré que 4 ans mais vous avez marqué notre territoire de votre empreinte. Quels souvenirs garderez-vous de notre capitale ? D’abord, si je puis me permettre, même si je sais qu’il est compliqué de se dire lyonnais, c’est quand même quelque part un séjour chez moi. Puisque ma famille paternelle est d’ici et que le nom Chavancy est inscrit sur les monuments aux morts. À Loyasse, sont enterrés des membres de ma famille, et mon père a suivi ses études au Lycée du Parc... Donc quelque part je me sens chez moi et à un point tel que j’ai la ferme intention, après cette première vie militaire et sûrement pendant ma deuxième vie professionnelle de vivre à Lyon, puisque ce n’est pas à vous, et ce n’est pas à vos lecteurs que je vais apprendre que la vraie capitale de notre pays est ici. Dans 3 semaines, vous allez retirer votre uniforme. Quels sont vos projets pour les années à venir ? Je vais travailler à la Direction des Affaires publiques de Michelin. Laquelle direction est à Boulogne-Billancourt à côté de Paris. Pour éviter de vivre dans le train, je vais avec mon épouse m’installer à nouveau dans la banlieue parisienne parce qu’il nous faut des arbres et des oiseaux. Lyon restera pour nous la ville dans laquelle nous avons décidé, quand le moment viendra, de planter notre tente et d’y poser le sac.


3, Cours de la LibertĂŠ - 69003 LYON T. 04 81 11 96 35 infinimentmeubles@yahoo.fr www.imlyon.com


lp

PEOPLE AT HOME

lyon people • mai 2018 • 32 •


PEOPLE AT HOME

lp

FRANCIS THOMINE

Groupama premium ! Texte : Christophe Magnette – Photos © Saby Maviel

Avec “son” Groupama stadium, l’assureur mutualiste a frappé fort. Le fruit d’une stratégie ambitieuse portée par Francis Thomine, son directeur général. Portrait.

33 • mai 2018 • lyon people


lp

PEOPLE AT HOME

“ Je suis Catalan”

L

’affirmation est assénée comme une antienne. C’est sa signature, ses racines, ses valeurs. Celles qui l’animent depuis toujours et qu’il a amenées avec lui, en bord de Saône, depuis sa nomination en janvier 2013, en qualité de directeur général de Groupama RhôneAlpes Auvergne. Nous y reviendrons. Car l’histoire de cet homme à la carrure massive mérite d’être contée au fil de l’eau, avec l’accent de l’autre côté de la Méditerranée, en Algérie. “Je suis né à Alger : mes parents étaient instituteurs, d’abord dans le bled puis à Alger quand la situation a commencé à se compliquer.” Son enfance est algérienne, baignée par le soleil, la douceur de vivre, une once de plénitude. “J’allais à l’école à pied, je jouais aux billes, avec des boîtes de conserves, des noyaux d’abricots, un ballon.” Francis Thomine est marqué au fer rouge : ça se voit, ça s’entend : “Je me rappelle ces voyages en caravelle que nous effectuions pour rentrer voir la famille à Perpignan. À Toulouse, ma grand-mère nous attendait au pied de l’avion, sur le tarmac.” Mais le bonheur a un prix, celui de l’exode. “Nous avons quitté l’Algérie en 1971, nous avons fait partie des 20 000 Français à être restés jusqu’au bout.” Au bout de la route ? La région parisienne. Rude. L’ado est perdu. Déstabilisé : “Je découvre le racisme pursouche [sic] : je dis à mes camarades que je suis catalan et que je viens d’Algérie, c’est comme une double-peine à leurs yeux (il sourit). Heureusement, il y avait le sport.”

ENFANCE ALGÉRIENNE, ADOLESCENCE PARISIENNE De son enfance à Alger le jeune Francis a adopté la religion locale : le football. Et les valeurs du sport en général : “Le sport c’est l’école de la vie. Il m’a permis de m’y épanouir, à chaque fois à travers le prisme du collectif.” D’abord avant-centre, Francis Thomine finit sa carrière comme libéro. Carrière ? Oui, carrière. Sport-études à Versailles, passages en semi-pro par le Paris FC et le Red Star puis en Corpo dans

lyon people • mai 2018 • 34 •

l’équipe première d’IBM, le grand patron d’aujourd’hui a été un bon p’tit joueur hier. Entre-temps, il bosse. Plutôt bien : maths sup, maths spé, école d’ingénieur d’IBM, ce féru de sports mécaniques (son bureau est truffé de modèles réduits de Formule 1) est informaticien de formation. En préambule, comme pour rendre hommage à l’atavisme familial, il reste trois ans dans l’Éducation nationale comme professeur auxiliaire. Ses affectations ? Sarcelles puis Argenteuil. Il a adoré : “J’avais des 4e et des 3e techno et franchement je me suis régalé. À Sarcelles, les cadets nationaux du club local étaient

avec moi, un bonheur, jamais le moindre problème, nous parlions le même langage, le respect était mutuel, aucun souci !” Rien d’indigeste pour un jeune homme qui avance à l’adrénaline (ski, moto etc.). “Je jouais en corpo donc, dans l’équipe d’IBM : c’est par ce biais que je suis entré chez eux.” Il est l’un des derniers à être passé par l’école des ventes du géant américain chez qui il reste onze ans avant de basculer en 1995 dans le monde de l’assurance, chez Athéna. Le temps de mettre en place le premier GIE pour Generali France chargé de fournir des prestations informatiques


PEOPLE AT HOME

pour toutes les entreprises du groupe, avant de rejoindre Groupama en 2001 et de veiller notamment, au passage à l’euro en 2002.

UN DÉVELOPPEUR ! Développeur dans l’âme, il crée “son” second GIE informatique destiné (y compris pour l’international) à couvrir, outre l’informatique, la logistique et les achats. En 2006, le voilà DG de Groupama Système d’information puis intègre dans son périmètre de responsabilité, la direction logistique et achats trois ans plus tard. Jusqu’au 11 janvier 2013, date de son arrivée à Lyon, en qualité de DG de Groupama Rhône-Alpes Auvergne. Un hasard ? Non, une opportunité. Francis Thomine : “J’ai en moi ce goût pour l’entrepreneuriat, le terrain, les hommes. J’ai su que le groupe cherchait quelqu’un en Rhône-Alpes Auvergne (Il s’interrompt.) Il y a un tel potentiel et une histoire¹ : j’ai donc fait acte de candidature et j’ai mené campagne pour présenter mon projet auprès des présidents de fédération (douze). Mon programme ? Apporter une vision aux salariés (2 000) et aux élus qui repose sur un redressement du développement rentable et une prise de conscience de ce que nous sommes : nous avons une force de frappe exceptionnelle dans le monde de l’assurance. Mais peu de monde le savait. Savez-vous que le secteur agricole représente 25 % de notre chiffre d’affaires et que nous sommes leaders ? Que notre taux de pénétration auprès des collectivités s’élève à 68% ? Qu’il est de 12% chez les particuliers ? 60 millions d’€ ont été investis pour refaire notre siège et certains acteurs locaux ignoraient encore son existence à Vaise. Il fallait communiquer, montrer que nous existions. D’où le sport ! Un vecteur fédérateur très important, un facteur de lien social, un fédérateur autant qu’un modérateur, un équilibre quelque part. C’est ainsi que j’ai fait le tour de tous les départements couverts* par Groupama Rhône-Alpes Auvergne avec pour chaque secteur visité la même interrogation : où ça se passe ? Résultat, le budget partenariats est passé de zéro (en 2014) à plus de 5 millions d’€ aujourd’hui. Nous avons noué des centaines de partenariats (sportifs, culturels, institutionnels, actions de mécénat etc.) et initié une réelle dynamique. Ce qu’il en ressort ? Que le sport est un formidable levier pour participer à l’écosystème des territoires, qu’il renvoie des images différentes et surtout qu’il génère du business, surtout le football et le rugby, l’Olympique Lyonnais et l’ASM ont un rayonnement régional incontournable.”

LA MARQUE GROUPAMA A CHANGÉ Une tactique qui fonctionne : un chiffre d’affaires proche du milliard d’€ en 2016 (en croissance de 3,5% sur un marché en progression de 1,2%), 51 millions d’€ de résultat net, 580 000 sociétaires et un point fort : un réseau de distribution unique de 320 agences et quatre agences mobiles entièrement connectées. Là encore le discours de Francis Thomine fait mouche : “Les gens recherchent de l’humain [sic], du contact. À l’heure où beaucoup ferment leurs agences, moi, je dis non ! Bien au contraire : nous allons en ouvrir davantage, en déplacer ou en rénover d’autres. La notion de territoire n’est pas une chimère : ce sont les hommes qui les investissent, pas les machines. Comment entretienton la convivialité ? Comment obtient-on un climat de confiance ? Par quel spectre connaissons-nous le mieux nos territoires  ? Par et à travers les hommes.” Tant et si bien que le DG de Groupama Rhône-Alpes Auvergne se pose même la question de son positionnement : “Notre constat ? 60% de

notre territoire est rural et abrite quatre métropoles : Lyon, Saint-Étienne, Grenoble et Clermont-Ferrand. Que devons-nous faire ? Capitaliser sur un modèle urbain pur et dur ? On ne sait pas, nous nous cherchons encore. Nous réalisons des tests et remarquons avec intérêt la reconstruction de vie de quartier ici-et-là, la généralisation d’écosystèmes. Nous devons nous adapter.” Groupama Rhône-Alpes Auvergne change, évolue au point de vouloir s’imposer comme un investisseur local incontournable, “participer à des tours de tables (intéressants) pour mener à bien de grands projets.” Des projets Francis Thomine en partagera d’autres, avec ses enfants notamment, Marie (30 ans), Marianne (22 ans) et Christophe (19 ans)... rugbyman en espoir au LOU ! Si tous les trois ont adopté, comme leur père, la capitale des Gaules, c’est en pays catalan, dans la maison familiale à Perpignan qu’ils aiment à se ressourcer. Ils sont catalans. Le château de Pizay, en Beaujolais

200

le chiffre

c’est en millions d’euros le montant des actifs immobiliers de Groupama Rhône-Alpes Auvergne qui possède notamment, outre l’hôtel de l’Europe (à proximité de la place Bellecour), le château de Pizay, acquis en 1982. Un écrin unique avec son spa et ses 80 hectares de vignes (sur quatre crus) que Francis Thomine a souhaité valoriser en construisant une œnothèque (investissement : plus de 1,5 million d’€). “Nous souhaitions créer dans les anciennes écuries, un lieu à la fois ludique, pédagogique et ouvert à la découverte comme à la dégustation des vins du domaine”, souligne notre hôte, tout en annonçant un projet de rénovation (douches, sanitaires etc.) pour le château.

L’œnothèque nouvellement créée

*L’Ain, l’Allier, le Cher, l’Isère, la Haute-Loire, la HauteSavoie, la Loire, la Nièvre, le Puy-de-Dôme, le Rhône, la Saône-et-Loire et la Savoie. ¹L’histoire de Groupama remonte à la fin du XIXe siècle : les agriculteurs recherchent alors des solutions d’assurance adaptées à leurs besoins spécifiques. Le 22 décembre 1840, la première mutuelle agricole locale Incendie est créée par des agriculteurs à Mions, dans le Rhône. En 1908, la première caisse régionale est créée à Paris.

35 • mai 2018 • lyon people

lp


lp

PEOPLE AT HOME

Groupama Stadium. Inauguration du naming, le 11 octobre 2017 - Photo Damien LG Thierry Sauvage, DG Olympique Lyonnais, Jean-louis Pivard, Président de Groupama Rhône-Alpes Auvergne, Jean-Michel Aulas, président de l’OL et Francis Thomine, DG Groupama Rhône-Alpes Auvergne

GROUPAMA STADIUM why your name ?

J

On a tout dit, tout donné, surtout des chiffres. Mais sont-ils vrais ? Comment l’Olympique lyonnais et Groupama sont-ils arrivés à cette signature ? Flash-back.

ean-Michel Aulas et Francis Thomine se connaissaient déjà. Le DG de Groupama Rhône-Alpes Auvergne nous raconte : “Cegid et Groupama s’étaient retrouvés autour d’un projet industriel commun, un joint-venture dont on m’avait confié la présidence. J’étais souvent en relation avec son directeur général, Patrick Bertrand. En juin 2013, Jean-Michel a demandé à me voir, il avait du mal à boucler son tour de table pour son grand stade : nous avons pris un ticket dans le pôle bancaire et le projet a pu être lancé dès le 31 juillet. Nous sommes ensuite devenus partenaire maillot (une mise de l’ordre de 700 à 800 000 € par saison) avant que la question du naming ne se pose. Nous savions que nous n’étions pas les seuls [ndlr : Orange, Fiducial et des groupes chinois] d’où des discussions pied à pied. Nous avions vu grand dès le début mais avions décidé de commencer petit [sourire] : le centre de formation, le lyon people • mai 2018 • 36 •

centre d’entraînement et pourquoi pas le stade ? Dès le départ, Jean-Michel Aulas a accepté une contrainte : il était hors de question que j’engage Groupama sur dix ans puisque ce n’est pas mon entreprise. Il a accepté. Aujourd’hui, je peux le dire : au départ, le budget du naming devait être un budget « groupe » mais c’est finalement ma délégation régionale qui le porte. Nous avons proposé à l’OL qui a accepté l’idée de créer une structure de courtage commune, OL Assurance qui prévoit de générer un courant d’affaires significatif pour nous, tant auprès des partenaires du club que du grand public. Le club de JeanMichel Aulas se positionne ainsi comme un apporteur d’affaires. D’ores et déjà, c’est un succès incroyable : nous avons du mal à répondre dans les temps aux entreprises qui nous sollicitent. Ça dépasse toutes nos attentes. Les chiffres du naming dans la presse ? Ce n’est ni faux, ni vrai. Quoi

qu’il en soit, on ne peut pas présenter les choses en l’état car cela n’a aucune réalité sur un plan économique [ndlr : le chiffre de 5,5 millions d’€ par an sur trois ans est couramment cité]. En outre, compte tenu de notre budget de partenariat annuel (voir page précédentes), d’aucuns peut constater par lui-même que les montants annoncés ne sont pas possibles. D’ici à 3 ans nous aurons un vrai recul sur ce projet et peut-être que le seuil des dix millions d’€ par saison sera atteint.” CM

Francis Thomine, DG Groupama RAA et son épouse Lydie, lors du derby contre Saint-Etienne, le 25 février dernier


lp

DOSSIER FORME

OLYMPIQUE LYONNAIS

lyon people • mai 2018 • 38 •

lou rugby

asvel basket

asul volley


DOSSIER FORME

lp

DOSSIER FORME LES PRÉPARATEURS PHYSIQUES DES PLUS GRANDS CLUBS NOUS ONT OUVERT LEURS PORTES

Le sport

commence ici

C lyon hockey club

lyon asvel féminin

haque année en janvier, la balance frémit sous le poids des excès, affichant dans un implacable verdict, la note de nos repas festifs. Alors surviennent ces lancinantes pensées, appelées « bonnes résolutions » que l’on s’efforce de tenir des mois durant, dans l’espoir d’afficher une svelte silhouette une fois arrivées les chaleurs estivales. Les sportifs de haut niveau sont bien loin de ces tracas, affichant sur commande tablettes de chocolat et muscles saillants, fruits d’une préparation de tous les instants, où chaque gramme influe sur leurs performances. Il en va ainsi, la forme déteint irrémédiablement sur la productivité. Sur un terrain comme derrière son bureau. Et puisque le sport lyonnais truste les sommets dans toutes les disciplines, l’idée de puiser quelques secrets auprès des clubs nous parut fort appropriée. Là, plus souvent dans l’ombre que dans la lumière, si ce n’est dans la défaite, règnent les préparateurs physiques veillant à huiler ces machines à succès, gérant par dizaine(s), des athlètes à la diététique irréprochable, quand le commun des mortels peine à surveiller sa propre ligne. Chacun à leur manière, avec les impératifs inhérents à chaque sport, ils font de la forme une rythmique bien huilée. Ils ont accepté de nous en jouer quelques notes en exclusivité. Un dossier préparé par Morgan Couturier Photos © Fabrice Schiff, Sébastien Vella, Arthur Viguier, Bellenger-Lecocq/IS/FFBB, Sébastien Clavel et DR •

39 • mai 2018 • lyon people


lp

DOSSIER FORME

OLYMPIQUE LYONNAIS

ANTONIN DA FONSECA

Le physique repris de volée Préparateur physique de l’OL depuis 8 ans, Antonin Da Fonseca a touché du doigt le monde professionnel. Faute d’avoir percé balle au pied, son expertise contribue aujourd’hui aux bons résultats des septuples champions de France. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

«

L

e génie, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration ». Là, apposée sur le mur, surplombant les barres de musculation, la citation de Thomas Edison trouve écho, quelques mètres en contrebas, dans les consignes d’Antonin Da Fonseca, préparateur physique de la jeune garde lyonnaise. Une génération de talents bruts, qu’il aurait aimé intégrer autrement. Par le talent de ses pieds. Las, le monde professionnel se montre parfois cruel. Et d’un rêve à portée de main, il arrive que celui-ci s’éloigne brusquement. « Je n’ai pas réussi à devenir pro », regrette l’ancien pensionnaire des Chamois Niortais. « Mais ce rêve, j’avais la volonté de le toucher d’une autre manière, via l’encadrement ». Glissé sous l’aile bienveillante de Patrice Lair — bien connu des équipes féminines — Antonin Da Fonseca parvient au but, laissant d’abord un peu de distance avec les hommes, pour mieux se concentrer sur les championnes d’Europe. Passé depuis sur le rectangle vert voisin, celui de l’équipe fanion, l’incarnation du pôle performance se complaît à quelques comparaisons. « Ils ne sont pas formés pareil. Avec les filles, on a un outil de travail qui est prêt. Alors qu’il y a une pédagogie à avoir avec ces jeunes joueurs. Mais dire qu’elles sont plus sérieuses, ce serait stigmatiser ». Reste qu’avec des groupes de 30 joueurs, la problématique demeure la même, porter ces vedettes à une parfaite condition, en chassant les esprits réfractaires. « Avoir un œil sur 30 joueurs, ce n’est pas possible, soutient-il. Il faut arriver à leur faire comprendre pourquoi ils travaillent et à les rendre autonomes. Ils doivent ressentir l’intérêt. Dans le cas contraire, on a mal fait notre travail ». lyon people • mai 2018 • 40 •

« LA PRÉPARATION EST UN TRAVAIL QUE L’ON N’AIME PAS. MAIS ILS DOIVENT EN RESSENTIR L’INTÉRÊT » Entre Rhône et Saône, où cet hiver sur la côte espagnole, l’OL s’entête alors à guetter ce pic de forme primordial dans la quête de résultats. Bien que le sport, avec sa dose d’impondérables, se plaise à briser les certitudes, et renvoyer la science à ses chères études. « La préparation est complexe en raison des paramètres qu’on ne maîtrise pas. Parmi ceux-là, il y a la notion tactique. Si le joueur court mal, ou au mauvais moment, il a beau être en forme, ça ne fait jamais fonctionner une équipe. L’an dernier, il nous est arrivé de perdre des matches où on avait 7-8km de plus parcourus ». D’un naturel fainéant, le footballeur

Leçon DE COACH

demeure un joyau à polir. Continuellement. En veillant à ce que le talent ne soit pas emporté par les tentations extérieures. « On comprend qu’ils aient besoin de s’amuser. Ça reste des jeunes. Mais on a beau faire la meilleure séance du monde, si un joueur mange mal ou se couche tard... ». Propices aux relâchements, les dix jours de repos alloués aux joueurs pendant les fêtes ont été surveillés comme le lait sur le feu. S’il est important de régénérer les organismes et de rétablir un cycle normal de récupération, l’OL s’est montré ferme. « On n’a pas voulu les prendre en traître. On leur a dit deux choses : s’il y avait une prise de poids, on la tolérait jusqu’à 1kg. Au dessus, ce serait 100€ par 100g. Et on les a prévenus qu’il y aurait un test athlétique le jour de la reprise ». Alors les excès ont été effacés. Y compris par l’intéressé. « Au quotidien, j’essaye 3, 4 fois dans la semaine, de courir, de faire un peu de musculation. Il faut s’entraîner. On a plus d’énergie, et l’énergie entraîne l’énergie ».

1 Il faut arriver à se convaincre de sortir pour courir, faire du sport. Par moments, on se bat contre soi-même. On n’a pas tous un tapis chez soi pour courir. ILS MES 3 CONSE 2 Manger sainement. C’est le plus important. Même dans le foot, où la dépense énergétique est importante, des joueurs prennent du poids. L’alcool ou la bière, ce n’est pas compatible. De la même manière, un excès de fruits, c’est du sucre en trop. 3 Le sommeil est régulé par l’activité sportive et la nourriture. Ces 3 piliers s’imbriquent. Sans activité, le sommeil est plus difficile à trouver, alors que la synthèse des protéines, et donc la récupération, se fait à 80% pendant le sommeil. On conseille la prise de protéines, 1h avant le coucher.


* Le me i l l eu r jean du m o n de, l e seu l avec vo s i n i ti al es

“ T H E BE ST J E A N S I N T HE W ORL D, THE ONLY ONE W ITH YOUR INIT I A L S ” *

Information points de vente COLOR MY DREAM contact@colormydream.fr


lp

RUBRIQUE

LOU RUGBY

BENJAMIN DEL MORAL façonne la meute

Auteur d’un ouvrage intitulé Préparation physique, prophylaxie et performance des qualités athlétiques, l’ancien rugbyman en connait un rayon en matière de préparation physique. Installé à Lyon depuis 2011, son expertise fait aujourd’hui les beaux jours des Rouge et Noir. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

Leçon DE COACH MES 3 CONSEILS

Réaliser des séances de cardio à un niveau d’aérobie modéré, deux fois par semaine. « ça entretient le capital santé » 2 Faire du renforcement musculaire, du gainage (statique, dynamique et en lien avec la motricité) pour entretenir le corps d’un point de vue postural 3 Conserver un minimum d’hygiène de vie. Un écart doit être rattrapé, soit par plus de sport soit en étant beaucoup plus vigilant sur le reste de la semaine. « C’est le nombre d’écarts qui fait que le capital santé se détériore ». 1

B

«

oxing days, boxing days, du rugby à Noël ». La douce mélodie instaurée par la Ligue Nationale de Rugby est dans toutes les têtes. Si bien que dans les coursives du centre d’entraînement, il n’est pas rare d’entendre fredonner ces quelques lyrics. Un moyen comme un autre d’appréhender avec gaieté, les obligations professionnelles de fin d’année. Un match le 23 décembre, un autre le 31, le calendrier n’accorde en effet que peu de place au champagne et amuse-bouches. L’heure est au travail et le repos attendra. Car Benjamin Del Moral veille. Et sous un décompte infernal, les joueurs se plient à de pénibles longueurs. « On est un peu dans le dur », concède le préparateur, conscient que la belle machine lyonnaise a besoin d’une légère révision. « Tout le monde est lucide sur le fait qu’on a besoin de travailler, mieux pour certains et plus pour d’autres. Il faut que tout le monde soit à un niveau de condition physique pour être bien sur le terrain. Et aujourd’hui, ce n’est pas le cas ». Du haut de ses vingt années d’expérience, l’ancien rugbyman en sait quelque chose. Passé tout près de l’élite, l’ex-pensionnaire du Paris lyon people • mai 2018 • 42 •

Université Club s’est « très vite réorienté dans la préparation physique », chassant alors les habituels excès de la troisième mitemps. « Les joueurs font beaucoup plus attention à leur corps, assure-t-il. Ils sont un peu plus fliqués et ont bien compris que leur corps est leur outil de travail. La surveillance du poids est hebdomadaire. La bringue, ils ont besoin d’en faire, c’est une soupape pour évacuer le stress et la pression qu’ils ont sur leurs épaules, mais je vous rassure, ils ne la font pas toutes les semaines ».

« LES JOUEURS ONT COMPRIS QUE LEUR CORPS EST LEUR OUTIL DE TRAVAIL » Encore moins pendant les fêtes donc, où le répit se révèle rare et précieux. Poids, puissance et capacité de déplacement, le triptyque est inscrit noir sur blanc sur un tableau, jusqu’à s’accompagner de cinglants commentaires sur les performances de chacun. Logique, alors que le sport évolue

vers plus de force et de percussions. Quitte à brider un peu les cannes. « Sur certains postes, sur les 10 dernières années on a pris entre 7 et 10kg même si la tendance est plutôt à la stagnation, constate-til. « Aujourd’hui au club, nous sommes 3 préparateurs physiques : Sylvain Vauraz intervient avec le groupe mais aussi sur la réathlétisation des blessés. Brice Puthod gère lui, la quantification de la charge d’entraînement dans une logique de performance. Ensemble nous travaillons sur les composantes de la préparation physique : force, vitesse, coordination, endurance sous la forme d’efforts intenses répétées — sans isoler une composante — auxquelles il faut associer la prophylaxie c’est à dire la prévention des risques de blessures », ajoute-t-il. » Avant de se livrer au mot de la fin : « c’est une chose de faire progresser les joueurs physiquement, c’en en est une autre de les faire progresser dans leur pratique. On est vraiment dans cette logique-là, que ce soit de meilleurs rugbymen et que la préparation physique soit au service du rugby ». Au vu des résultats, l’essai est manifestement transformé.


NOUVELLE OUVERTURE LYON GRAND HOTEL DIEU COUR DU MIDI

FLAGSHIP STORE 42, RUE ETIENNE MARCEL PARIS


lp

DOSSIER FORME

ASVEL BASKET

MANU LACROIX

La main au panier Préparateur physique de l’Asvel depuis 3 ans, Manu Lacroix a fait du culte du corps son métier. Propulsé sous les paniers de l’Astroballe, l’ancien footballeur veille sur chaque gramme et pulsation de la Green Team.

Leçon DE COACH

Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

L

es yeux rivés sur une tablette, Manu Lacroix a changé de masque. Les sourcils froncés, le préparateur physique scrute chaque battement cardiaque, en quête de la moindre anomalie. Alors que les crissements du parquet rejouent leur symphonie à bord d’une Astroballe déserte pour cause de trêve internationale, l’homme en gris se livre à une rapide analyse. Une ultime révision pour ses machines à scorer, avant de se plier aux exercices concoctés par ce gardien de la forme. Le rituel est tenace, mais dans un monde où chaque détail entraîne de grandes conséquences, Manu Lacroix veille à garder cette accoutumance. « Pour maintenir la forme, il faut s’entraîner tous les jours. Il n’y a pas de secret. Lendemain de match, travailler, veille de match, travailler. C’est une routine de travail. Nous sommes là pour mettre en place cette routine », affirme-t-il avec la plus grande des simplicités. Il faut dire qu’à 36 ans, l’ancien athlète connaît ses classiques. Voilà une demi-vie que son quotidien se plie aux impératifs du culte du corps. Un mode de vie engagé sitôt l’adolescence. À l’âge où les corps se dessinent et se tonifient, Manu Lacroix tombe sous le charme de cette profession, croisée au détour d’un terrain de foot. « À l’âge de 15 ans, j’ai rencontré un préparateur physique. C’était nouveau dans le milieu. Il m’a donné goût au travail, à l’extra work, au travail hors du terrain et à ce culte du corps », concède-t-il. Sa vocation trouvée, Manu Lacroix va droit au but. Sitôt la licence de Staps en poche, le sportif rejoint la Côte d’Or et sa préfecture, Dijon.

a eu cet appel, qui était particulièrement intéressant par rapport au projet à long terme et cette bivalence entre la responsabilité de la structure professionnelle et le développement des plus jeunes ». Propulsé au côté de Tony Parker et son frère TJ, Manu Lacroix se sait attendu au sein de l’institution villeurbannaise. Et s’il se dédouane de toute responsabilité concernant les résultats, son rôle reste majeur. Encore plus au moment des fêtes, où même les athlètes de haut niveau ont vite fait de s’égarer. « On n’a pas vraiment de pause, mais les joueurs, je les pèse très régulièrement, confie-t-il. Soit pour évaluer la prise de poids positive chez les plus jeunes soit pour voir les écarts de conduite ». Et lui dans l’histoire ? Contraint et forcé de jongler avec les déplacements et un agenda chargé, Manu Lacroix tient une recette bien à lui. Simple, mais efficace : « J’essaie de trouver, entre ma vie professionnelle et ma vie de famille, 40 minutes par jour où je m’entraîne, je cours, je vais en salle. C’est essentiel pour moi ». Un précepte motivé par les exigences professionnelles. Qui forcément, fait réfléchir…

UNE CARRIÈRE À REBONDISSEMENT

Pensionnaire du Centre d’Expertise de la Performance, le jeune homme ne perd pas de temps, et multiplie les contrats (la Jeanne d’Arc de Dijon, Dijon Handball), avant de flancher, en 2014, devant les avances prononcées de l’entité la plus titrée de France. « Ce qui m’a amené à l’Asvel ? Un coup de téléphone de Pierre Vincent (le coach à l’époque, ndlr), dévoile-t-il. Dans le même été, j’ai eu des contacts avec des clubs professionnels de foot. Puis il y lyon people • mai 2018 • 44 •

« J’ESSAIE DE TROUVER, ENTRE MA VIE PROFESSIONNELLE ET MA VIE DE FAMILLE, 40 MINUTES PAR JOUR POUR M’ENTRAINER »

MES 3 CONSEILS

Choisir une activité sportive adaptée tant sur plan des possibilités physiques que sur le plan du plaisir 2 Avoir une activité sportive régulière. « Je préfère 3x 30’ à 1x 1h30 dans une semaine ». La régularité amènera la progression et le sentiment de bien-être. 3 Trouver un équilibre de vie, le sommeil est un élément fondamental de l’état de forme. Il faut veiller à une quantité suffisante et à une bonne qualité d’endormissement. Il faut y ajouter l’aspect nutritif, pas la peine de manger comme un sportif de haut niveau, juste éviter les exagérations trop fréquentes. 1


Quatre magasins spécialisés en région Lyonnaise LYON CENTRE - LIMONEST - CRAPONNE - DECINES

RUNNING - TRAIL - MARCHE NORDIQUE

Analyse de foulée par vidéo

Ecoute et Conseils personnalisés Tout l’équipement : chaussures, accessoires, textile, électronique, diététique...

www.terrederunning.com Suivez-nous sur

Terre de Running


lp

DOSSIER FORME

Leçon DE COACH

ASUL VOLLEY

ANTHONY REDON

La forme monte au filet Tiraillé entre le poste d’entraîneur et de préparateur physique, Anthony Redon a opté pour la discrétion du second. Rompu à de nombreux sports, le Lyonnais fait le bonheur de l’ASUL Volley. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

L

e Palais des Sports de Gerland, théâtre habituel des smashs de l’Asul Volley n’est qu’à quelques kilomètres. Pourtant le rendez-vous est donné loin des filets et des parquets, au Fitness Park, point culminant du centre commercial Confluence. Les volleyeurs y ont pris leurs quartiers, là, au milieu des particuliers sculptant leur silhouette. Alors forcément, les profils longilignes, campés sur les machines, ne passent pas inaperçus. L’axe de travail non plus, n’est pas bien dur à dénicher. Toujours plus haut, toujours plus fort. « Le travail d’endurance n’est pas dominant dans ce sport. Le plus important, c’est de gagner de la hauteur de saut », relate Anthony Redon, 25 ans, initié à la performance sportive par la pratique des sports de combat. « Le saut est déterminant, poursuit-il. Plus le joueur saute haut, plus il est performant et plus il a d’angles pour frapper. C’est un mélange de force et de lyon people • mai 2018 • 46 •

vitesse ». La vitesse, si primordiale dans un sport qui en demande tant, trouve souvent refuge sur le terrain. Alors l’ancien stagiaire du CSBJ et des franchises américaines de NHL et de football américain se concentre en pareil lieu vers le décollage de ces athlètes élancés.

SON AXE DE TRAVAIL, FAIRE DÉCOLLER LES JOUEURS Oublié le cardio, « les volleyeurs ne savent pas courir », s’esclaffe-t-il. L’extension et la réception, traumatisantes pour les organismes, ont la primeur de son attention. « En musculation, la grosse dominante, c’est la force max, dépeint-il. Les joueurs ont un déficit dans la force max. Ils sont très forts dans les mouvements de vitesse, parce qu’ils sautent un poids de corps toute la

ILS

MES 3 CONSE Avoir un conseil médical 2 L’entrainement cardio-vasculaire est important, afin de prévenir certaines maladies. 3 Prendre du plaisir. « Quand tu ne cherches pas la performance, il faut se sentir bien. Le sport doit permettre de se relâcher. Tu te sens mieux après ». 1

journée. Mais si l’équilibre n’est pas bon, le niveau de puissance n’est pas optimal ». À s’y méprendre, Anthony Redon réfléchirait comme un parfait entraîneur. Une réflexion coriace, symptomatique d’un sportif de haut niveau, longtemps tiraillé entre le métier de préparateur et de manager. « Je n’aime pas la mise en lumière, je préfère le poste de préparateur physique, qui est un peu plus dans l’ombre, qui fait son travail, avec ses responsabilités, mais qui n’est pas mis en lumière, dans la victoire comme dans la défaite », avoue pourtant ce diplômé en licence Staps, spécialité entraîneur. Reste qu’en cette nouvelle année, Anthony Redon est surtout attendu en tant que… coach sportif. Si la trêve a été courte (10 jours) et que l’adepte de jiu-jitsu brésilien « n’a pas les moyens de les surveiller », les Lyonnais ont manifestement laissé les excès aux vestiaires. Car l’objectif reste de bondir sans cesse plus haut. Vers la Ligue A ?


VOTRE TERRAIN DE JEU RANDONNÉE

VTT

MARCHE NORDIQUE

TRAIL

ÉQUITATION

www.rhone.fr

© Direction de la communication – Photo " Alentours de Beaujeu, canton de BELLEVILLE" : Julien Bourreau – Illustration : Shutterstock – Mai 2018

Les sentiers du Rhône


lp

DOSSIER FORME

LYON HOCKEY CLUB

JULIEN KRABA

Leçon DE COACH MES 3 CONSEILS

brise la glace

Il est arrivé l’an passé dans le cadre d’un stage, consécutif à son diplôme universitaire. Depuis, par la force des choses, Julien Kraba s’est retrouvé aux manettes de la préparation physique du Lyon Hockey Club. Un nouveau défi pour l’ancien judoka. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

U

ne consigne en anglais. L’autre dans la langue de Molière. Débarqué l’an passé dans un vestiaire au langage pluriel, Julien Kraba s’est mis au pli. Comme les Lions qui se sont adaptés à son cahier des charges. La glace n’a pas mis longtemps à se briser, alors que le sol glissant de la patinoire Charlemagne n’avait pas vocation à héberger la silhouette svelte de l’ancien judoka. Pensionnaire du Pôle France à Marseille, le Rhodanien s’imaginait plutôt drapé d’un kimono. Jusqu’à ce que le sport joue l’un de ces tours dont il a le secret. « Je me suis fait une entorse du genou et je n’avais personne pour m’épauler, se souvient-il. Mécaniquement, quand tu as du temps libre, tu prends du poids. J’ai dû monter de catégorie. Si j’avais pu avoir quelqu’un pour m’épauler, me conseiller, j’aurais peut-être été plus performant dans ma catégorie. C’est là où j’ai compris l’utilité de la préparation physique ». De la théorie à la pratique, l’histoire divague parfois. Passé tout près d’une carrière dans le commerce, Julien Kraba s’est résolu à passer

lyon people • mai 2018 • 48 •

un diplôme universitaire en préparation physique. Echappant à la mise en échec, le jeune sportif s’est faufilé jusqu’au but. Avant de mettre le palet au fond des filets. « Le LHC cherchait un stagiaire, témoigne-t-il. Et en fin d’année dernière, le préparateur physique Pierre Audin est parti. Le club m’a proposé le poste. Tu le prends volontiers (rires) ».

« QUAND LES JOUEURS PRENNENT DU REPOS — LEUR CORPS EN A TELLEMENT BESOIN — LEUR RETOUR EST DIFFICILE » Propriétaire d’une salle de sport, Semperfi, à Soucieu-en-Jarrest, Julien Kraba n’a pas hésité. Et tant pis si le maniement de la crosse lui était inconnu. L’important est ailleurs : préparer l’équipe. « Je m’entraîne dans ma salle, et je teste mes méthodes d’entraînement. Je les fais moi-même, de façon à savoir comment les joueurs vont réagir », souligne-t-il. Avec des corps meurtris par des rencontres tous les trois jours, y compris pendant les fêtes, la prévention des blessures tient lieu de

1 Un plan d’entrainement adapté a ses objectifs. 2 L’alimentation qui joue un rôle important dans l’amélioration de la performance mais aussi dans la récupération. 3 Le sommeil à un rôle primordial dans le processus de récupération physiologique et psychologique.

mission première pour le préparateur. Le gros œuvre se faisant à l’été, ce dernier axe son travail sur l’explosivité. « Un joueur joue entre 45 secondes et une minute en moyenne par rentrée. On est sur un effort qui est dit de résistance, très intense. Quand tu joues 3 fois par semaine, tu essayes de faire de l’entretien. Tout se fait automatiquement ». Alors les coupures sont épiées. Car contrairement aux idées reçues, le repos n’est pas forcément mère de sûreté. « L’absence de trêve, permet de garder tes joueurs en alerte, convient-il. Quand les joueurs prennent du repos — leur corps en a tellement besoin — leur retour est difficile. Le fait de les garder en pression permet de conserver cette notion de vigilance et d’éviter au corps de se relâcher. C’est par le relâchement qu’intervient la blessure ». Comme le théorisait Pierre de Coubertin, le « sport va chercher la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre ».


lp

DOSSIER FORME

LYON ASVEL FÉMININ

GURVAN MORVAN

La préparation au féminin Préparateur physique attitré de l’ex Lyon Basket Féminin, Gurvan Morvan endosse des responsabilités encore singulières dans l’univers féminin du basket-ball. Alors forcément, le Breton doit s’adapter, avec en premier lieu, les coachs personnels de chaque joueuse. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

L

es mois passent et les casquettes, comme les costumes, changent. Invité l’an passé à récupérer le management de l’équipe du Lyon ASVEL Féminin au pied levé, Gurvan Morvan a retrouvé ses premiers amours. Celui d’un coach à proprement parler. Signe que ses responsabilités de préparateur physique sont encore mouvantes, et pas totalement intégrées à un univers longtemps étranger à un tel métier. Pionnier de la toute première formation instaurée par la Fédération (en 2003), Gurvan Morvan incarne une certaine forme d’exception, car rares sont les clubs à s’accorder pareils services. Ainsi soit-il, les joueuses se sont adaptées, gérant leur forme au gré des programmes imposés par leur coach personnel. « On travaille ensemble, révèle-t-il. J’ai aussi des filles qui ont des préprogrammes avec l’Equipe de France. On s’adapte. Nous sommes dans un club de remise en forme, Keep Cool, où l’on ne peut pas toujours réaliser ce que l’on a envie de faire. Du coup, les filles vont aussi à l’Astroballe, où elles suivent un programme avec Manu (Lacroix, préparateur physique de l’équipe masculine) ». Le Breton se concentre sur l’élément central, le terrain. Pour le plus grand plaisir des joueuses passées l’an dernier sous la bannière de l’ASVEL, forcément plus attirées par les circuits training orientés autour du jeu. « Il faut aller vers plus de ludique. Elles adorent ça, soutient-il. A contrario, pour tout ce qui lyon people • mai 2018 • 50 •

est gainage, proprioception, on a beaucoup de travail à faire. Chez les filles, ce n’est pas quelque chose d’inné. Elles ne vont pas aller dans une salle de musculation pour le plaisir. Pour du fitness à la rigueur ».

« CE QUI LES INTÉRESSE, C’EST DE L’ENTRETIEN » Loin du jeu physique pratiqué par les hommes, Paoline Salagnac et ses coéquipières n’ont que faire de la prise de masse, abandonnée volontiers à leurs homologues masculins. Place à la vitesse, élément central de leurs combinaisons. « Je pense qu’on fait un peu moins d’explosivité. Moins de charges, c’est certain, comparet-il. Les filles ne prennent pas toutes de la masse. Pour la plupart, ce qui les intéresse, c’est de l’entretien. Elles ne veulent pas être formées ». Il n’empêche, à l’heure de compter les excès opérés pendant les fêtes, maigres sont les kilos superflus. « Je crois qu’elles sont plus sérieuses que les garçons », évoque Gurvan Morvan, bien que celuici ait volontairement pris soin de réduire la trêve à une semaine. « Le plus simple, c’est de reprendre tôt, parce qu’on sait que pendant les fêtes, très peu vont suivre les programmes qu’on leur a donnés », poursuitil. Se régénérer sans trop perdre, voilà la subtile balance concoctée par l’ancien

entraineur du Creusot. Une philosophie appliquée à sa propre personne. Profitant d’un peu temps libre, Gurvan Morvan veille aux fluctuations de sa balance. Squash et de quelques triathlons. Sans occulter sa vie de famille. Un sacré programme !

L’hygiène de vie, se coucher tôt. La diététique. Si on ne fait rien, il faut éviter les sucres, les excès. 3 S’entretenir avec un peu de sport. La marche par exemple. « On peut ne pas toujours prendre les transports en commun. On a l’avantage d’être dans une belle ville, avec de nombreuses activités à faire. Ce n’est pas forcément s’inscrire dans une salle. On a des beaux parcs, il y a des choses à faire, entre marcher et courir ». 1 2

Leçon DE COACH MES 3 CONSEILS


lp

DOSSIER FORME

VINCENT BELLAT

Aux grands maux, les grands remèdes Séduit par l’étude de la conscience et l’interaction que l’on peut en faire avec le corps, Vincent Bellat s’est installé à Caluire depuis 5 ans, où il met fin, via la sophrologie, aux maux des Lyonnais. Texte : Morgan Couturier - Photo © Fabrice Schiff

I

l en va ainsi de la nature humaine, se laisser aller par moment à des périodes de doutes et de remise en question. « Par le biais du mental, nous sommes souvent amenés à être malheureux. Il y a d’autres moyens d’être heureux », dixit le sophrologue Vincent Bellat. À chacun sa méthode, alors, pour remonter la pente. Mais quand celle-ci se révèle trop abrupte, la question du recours à un thérapeute effleure souvent l’esprit. En qualité de sophrologue et hypnothérapeute reconnu par l’Etat, Vincent Bellat en connaît un rayon, lui ce curieux par nature, qui voilà dix ans, s’est épris pour cette connexion entre le corps et l’esprit. « Les deux ont besoin d’être réunis pour être bien, assure-t-il. Je me suis donc intéressé aux approches thérapeutiques, en prenant des cours en institut privé ». Installé à Caluire depuis 5 ans, les inquiétudes les plus diverses ont été formulées entre ses murs, sur ses canapés bleus, encouragées par la perspective de déceler le nœud du problème, et d’en apporter les « solutions les mieux adaptées à chacun ». « La combinaison lyon people • mai 2018 • 52 •

de la sophrologie et de l’hypnose apporte souvent d’excellents résultats pour toutes sortes de problèmes. J’utilise mes différentes approches pour tout ce qui concerne le stress, le poids, le tabac, le sommeil ou les difficultés scolaires ».

« LES PERSONNES ME PARLENT, JE CHERCHE LES SOLUTIONS » Tout est question d’écoute dans l’échange et c’est souvent là, aux détours des mots, que se formulent sans le savoir, le malaise et le remède. L’étude de la conscience est un procédé complexe, qu’il convient de maîtriser. « Lors de l’hypnose, j’utilise ce qui pourrait vraiment l’inquiéter. Dès lors, pour l’arrêt du tabac par exemple, en une ou deux séances, ça peut être terminé, soutientil. Mais il ne faut rien imposer. J’utilise dans mon protocole, les informations que la personne va me formuler ». Ces plaies, Vincent Bellat a appris à les gérer au fil du

JO ET LE MESSAGER Auteur en 2014 de “Jo et le messager”, Vincent Bellat utilise l’imaginaire pour aider ses lecteurs à appréhender la vie autrement, en particulier ceux épuisés par les contraintes de la vie active. Un « voyage vers soi vivant et authentique » à découvrir aux éditions Plénitude. 12€ temps, appuyé par ses activités externes et une formation dans la gestion du stress en condition extrême, initiée sur les tatamis du Systema (un art martial russe, ndlr). Et puisqu’il est souvent complexe de passer le pas, le psycho praticien a entrepris la démarque inverse, celle d’aller à l’encontre des patients. Car si rien ne remplace le contact humain, Vincent Bellat se plie aux exigences du XXIe siècle, via son site therapie-enligne.fr, où l’intéressé fait bon usage de Skype, pour venir en aide à « ceux qui ne peuvent se déplacer ». « Il y a des personnes réservées qui peuvent être tentées », évoque-t-il, mettant fin à ce poncif instauré par Thomas Hobbes. En sophrologie, l’homme n’est plus un loup pour l’homme. Vincent Bellat 98, grande rue de Saint Clair - Caluire vbellatsophrologie@gmail.com Tél. 06 63 56 48 41 www.therapie-enligne.fr 50€ la séance


lp

DOSSIER FORME

MYO DOJO

La fibre musculaire Pionnier en la matière dans l’Hexagone, Myo Dojo (marque déposée de la sté Oken) a lancé avec l’électrostimulation globale et son concept Miha Bodytech, l’une des dernières tendances en matière de musculation. Une pratique rapide, riche en résultats et validée par les professionnels du sport. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

L

e torse bombé, les muscles saillants, Marc Barisano ne peut s’empêcher de feindre le sourire, quand vient à s’immiscer dans la conversation, ce terme de révolution, cher à toute pratique novatrice et inconnue du grand public. Le mot nouveauté non plus, d’ailleurs, n’exprime pas assez l’environnement de cette salle sur-mesure, visant à être dupliquée, équipée de façon à propager les bonnes ondes, ces ondes électriques que l’ancien karatéka cultive depuis… 2011. Représentant officiel de la marque sur la région Rhône Alpes, formateur et coach lui même, ayant à l’époque déniché sur la toile ce concept allemand à la douce sonorité : Miha Bodytech, l’un des projets phares de Miha Maschinen, société spécialisée dans le matériel médical et sportif. « J’ai essayé et ça m’a convaincu, prêche-t-il en utilisateur averti. C’est une vraie pratique, il ne suffit pas de se brancher à la machine ». Car là réside l’argument décisif de cette pratique, cataloguée comme féminine à ses débuts, par une gente masculine qui n’y voyait qu’une musculation passive. La réalité est toute autre, depuis que les sportifs de haut niveau s’équipent de cette combinaison high-tech chargée d’électrodes. Michel Bastos, Jean Baptiste Grange et de lyon people • mai 2018 • 54 •

nombreux gaillards du LOU se sont ainsi pliés à cette musculation d’un autre genre, alimentée au gré de l’électrostimulation.

HUIT GROUPES MUSCULAIRES TRAVAILLÉS EN 20 MINUTES « En termes de recrutement musculaire (contraction, ndlr), une séance de 20 minutes équivaut à 4 heures d’entraînement en salle, soutient-il. Avec ou sans accessoire, tous les muscles sont sollicités ». Quant aux résultats, ces derniers ne tardent pas à livrer leur verdict implacable, l’intensité dégagée permettant de stimuler jusqu’à huit groupes musculaires, sans contrainte articulaire. Reste que ces effets se font rapidement ressentir, discernables par ces quelques courbatures ressenties çà et là, en guise de témoins irréfutables d’une bonne séance de travail. « C’est très épuisant. Le rôle du coach est d’adapter le travail et l’intensité. C’est du personnel training », décrit Marc Barisano. Entouré de ses trois comparses, l’ancien professeur de karaté se plie ainsi aux exigences de ses clients, accueillis sur rendez-vous, dans cet espace dédié et intimiste de la rue Denuzière. « C’est ouvert

à tout le monde », précise-t-il. À condition de se donner les moyens, d’être régulier et capable d’y consacrer un budget de 2 à 3 mojitos (entre 25 et 30€ la séance). « Pour que le corps s’habitue, on débute avec une séance par semaine. Le temps de récupération est relativement important. On peut ensuite basculer sur deux séances par semaine, espacées de 48 à 72h ». Une récupération imprescriptible au regard des efforts consentis. Mais comme le dit le proverbe, travail bien réparti ne tue pas… Myo Dojo by Oken 54, rue Denuzière - Lyon 2e Tél 04 78 62 22 13 www.myodojo.com


OUR ELLEC B N O EL LY SOFIT

live

/7 rt 7J Ouve h30 0 - 14 30 12h0 h 2 0 - 2 19h0

Jazz BAR redis c r e les m - 21h00 0 0 h 19 ILLET i à JU De ma

LIGHT

el t i f o S u a s t n e Sunn y mo m

LES BEAUX JOURS ARRIVENT rendez-vous au SofItel Lyon Bellecour pour déguster nos poke bowls dans le jardin caché du silk (JARDIN ÉGALEMENT PRIVATISABLE) ou pour proFIter des so apéros dans une ambiance jazz et estivale AVEC TONY KAZIMA, PIANISTE ET CHANTEUR EN LIVE.

www.sofItel.com


lp

PEOPLE SPORT

OPEN PARC. TSONGA-ASCIONE

« Pour durer, il faut faire mieux chaque année » À quelques jours des premiers échanges sur le central du vélodrome de la Tête d’or, Jo-Wilfried Tsonga et son entraîneur, Thierry Ascione, également directeur du tournoi, font le point sur cette deuxième édition de l’Open Parc. Un défi de taille, alors que le duo avait empoché la mise en finale, l’an passé. Propos recueillis le 16/04/2018 par Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

Nous voilà quasiment un an jour pour jour de votre victoire sur le central. Quels souvenirs gardez-vous, l’un comme l’autre, de cette première édition de l’Open Parc ? Jo-Wilfried Tsonga : J’en garde des souvenirs assez extraordinaires. Quand on est investi dans un tournoi comme celuilà, qu’on a la chance de jouer et qu’en plus on gagne, c’est top ! Avec Thierry, on en gardera quoi qu’il arrive, de très bons souvenirs. Thierry Ascione : C’est évident, dans le sens où ça fait très longtemps qu’on parle de ce tournoi, qu’on le prépare. C’était un projet que l’on avait en commun depuis très longtemps avec Jo’ et que ça finisse comme ça, c’est un peu l’histoire rêvée. On peut difficilement faire mieux. Le cadre, les gens qui nous entourent, la famille qui nous regarde, le titre, à un moment donné, lorsque le scénario se passe comme ça, c’est formidable. lyon people • mai 2018 • 56 •

Vous l’avez dit, vous pouviez difficilement faire mieux. C’est aussi le scénario idéal pour enraciner ce tournoi, non ? T.A : C’est évident. Il y a une prise de risques avec ce tournoi, quand on connait les budgets, ce n’est jamais évident. Il fallait assumer ce risque, cette prise de décision. Mais quand on voit que Jo’ gagne le tournoi, pour nous, proches et organisateurs, c’est exceptionnel. Quand on voit également l’engouement qu’il y a eu pendant le tournoi, ou même actuellement auprès de la billetterie, c’est formidable.

je l’aurais voulu. C’était déjà une très grosse surprise que de jouer et de gagner mon premier tournoi sur terre battue. Je n’avais pas forcément dans les jambes plus de deux tournois. Mais je vous avoue que si j’étais allé directement à Roland-Garros, je ne suis pas sûr que j’aurais fait beaucoup mieux. J’aurais peut-être passé le premier tour, mais je n’aurais peut-être pas réussi à atteindre la deuxième semaine au vu des qualités physiques que j’avais à ce moment-là. C’était déjà une aubaine de gagner à Lyon avec une telle atmosphère. Je jouais tous mes matchs à guichets fermés donc c’était chouette.

Malheureusement, l’an passé, cette victoire à Lyon n’avait pas été suivie d’effets à Roland-Garros. Faut-il y trouver un lien de cause à effet ? J-W.T : Je pense que pour moi, ça a été plutôt exceptionnel de gagner à Lyon, puisque les semaines qui ont précédé, j’avais eu mon fils, je n’avais pas pu me préparer comme

Vous qui faites partie intégrante de ce tournoi, que reste-t-il à faire pour le perfectionner ? J-W.T : Il y a vraiment la place pour faire quelque chose d’encore mieux. Il y a toujours des choses à faire évoluer. C’est ce qu’on s’est dit avec toute l’équipe : faire évoluer le tournoi de façon à ce que ce soit


PEOPLE SPORT

encore mieux pour les spectateurs, plus agréable pour les joueurs et que chaque année, ce soit une belle fête. T.A : Même si ce fut une très belle première année, on se doit vis-à-vis de nos partenaires, des joueurs qui reviennent, de faire mieux. On est obligé de faire un état des lieux après la première édition. Le rapport ATP est très positif, mais pour durer, il faut faire mieux chaque année. On n’a pas le choix. Si nous faisons exactement comme l’an passé, les gens vont se demander où est l’évolution. Justement, quelles sont les évolutions ? T.A : On en a plein. Nous avons deux courts supplémentaires, ce qui apporte plus de confort aux joueurs, plus de places. Nous avions de nombreux spectateurs frustrés de ne pas avoir plus de places, des partenaires qui voulaient un peu plus d’espaces dans le village. Tout est un peu plus grand. Grâce à notre partenariat avec la fédération, nous avons la vraie terre battue de Roland-Garros. Le central est un peu plus grand. On n’a pas le choix. Il y a un tel engouement que l’on est obligé de rendre la pareille. Les comparaisons avec le GPTL, que l’on entend encore aujourd’hui, ajoutent-t-elles de la pression ? T.A : Non, parce que la date est différente, l’atmosphère est différente. Le tennis et la stratégie business du tennis n’est plus la même. Les choses ont évolué. Evidemment, c’est parce qu’on a joué avec Jo’ au GPTL qu’on a voulu créer un gros tournoi de tennis dans cette ville. Mais on ne compare pas. On s’en sert, parce qu’on essaye de prendre les choses qui nous plaisaient à l’époque. Nous étions un peu attendus sur la faisabilité du tournoi et les gens ont vu que nous avions mis les moyens pour faire une belle édition. L’objectif, désormais, c’est de tenir bon et d’être là le plus longtemps possible.

J-W.T : Thierry l’a bien résumé. On a tous les deux joué au GPTL. C’est un tournoi qui a marqué les esprits en France. Nous étions très tristes quand ça s’est arrêté. J’y ai gagné mon premier tournoi et c’était un petit clin d’œil que de pouvoir, à nouveau, refouler des terrains à Lyon. C’est une terre de tennis.

« COMMENCER LE TOURNOI AVEC DES JOUEURS DE CE NIVEAU-LÀ, ÇA NOUS A POUSSÉ À FAIRE UNE DEUXIÈME ÉDITION AU MOINS AUSSI BONNE. »

La réussite de cette première édition a-t-elle facilité les démarches pour recruter de nouveaux joueurs cette année ? T.A : Les joueurs parlent entre eux, si les conditions étaient bonnes, pas bonnes. Aujourd’hui, le bouche à oreille est attractif. Ça nous met surtout une grosse pression pour le plateau sportif. Commencer le tournoi avec des joueurs de ce niveau-là, ça nous a poussé à faire une deuxième édition au moins aussi bonne. On est assez fier du plateau sportif. Ça reste un tournoi de tennis, même si tout est formidable, ce qui se passe sur le court reste très important.

lp

Que manque-t-il encore à ce tournoi pour attirer les vedettes du circuit, les Djokovic, Murray voire Nadal ? T.A : C’est compliqué parce qu’aujourd’hui, ils ne jouent pas de 250. Ce n’est pas spécialement nous dans l’absolu. Après tout est possible. C’est un risque économique de mettre tout le budget sur un seul joueur. Quand on prend des joueurs comme ça, on ne peut pas se permettre d’en avoir dix. Ce sont de vrais risques, économiquement et stratégiquement. Mais on va avoir 2 ou 3 Top10, pour un 250, c’est assez rare, plus 3 des 4 meilleurs joueurs français des 20 dernières années. Nous sommes super fiers. De fait, le plateau s’annonce encore très qualitatif. La course au titre s’annonce plus relevée que l’an passé ? T.A : Il va y avoir dix vainqueurs potentiels sur le terrain. L’année dernière, il n’y en avait que six ou sept. Ça permettra d’avoir des beaux matchs toute la journée. Il ne faut pas oublier que l’an dernier, le mercredi, on avait Gilles Simon sur le court numéro 2. Ça risque d’arriver encore cette année. J-W.T : Il ne faut pas banaliser. Ce n’est pas dans tous les tournois que l’on joue devant du public avec de l’ambiance sur tous les courts. J’ai joué pas mal de tournois où jusqu’en demi-finale, il n’y avait personne dans les tribunes. Votre participation est en sursis du fait de votre opération. Le public lyonnais doit-il s’inquiéter pour votre présence ? J-W.T : Je vous avoue que je ne sais pas trop moi-même. Je me suis fait opérer d’un ménisque. C’est une arthroscopie, une opération qui n’est pas très grave, mais qu’il faut prendre au sérieux. Je travaille pour revenir et être présent le plus vite possible sur les terrains. Je suis assez optimiste et j’espère que ça va le faire. Entre ce qui va se passer et ce que je me fixe comme objectif, il y a toujours un petit gap, alors on verra.

La fête à ne pas manquer : Soirée OPEN BOAT - Mardi 22 mai à 21h

OPEN PARC AUVERGNE-RHÔNE-ALPES Tournoi ATP 250, du samedi 19 au samedi 26 mai 2018, au vélodrome du Parc de la Tête d’or - Lyon 6e Billetterie en ligne sur www.openparc.com/billetterie/

CALENDRIER

Programme non définitif fourni à titre indicatif

Samedi 19 mai Qualifications simple Dimanche 20 mai Qualifications simple + 1er tour simple Garden party en blanc

Lundi 21 mai 1er tour simple Lancement du bar Mardi 22 mai 1er tour simple Soirée Open Boat Mercredi 23 mai 1/8e de finales simple Animation musicale

Jeudi 24 mai 1/4 de finale simple Animation musicale Vendredi 25 mai Demi-finales simple Demi-finales double Samedi 26 mai Finale simple Finale double

57 • mai 2018 • lyon people


lp

PEOPLE SPORT

Catherine Arbaud (LOU Rugby) et Sabina Cristova (BPI France)

Le president du Département Christophe Guilloteau a enfilé son tablier pour participer au grand machon du LOU

Comme l’an dernier la réception du stade français dans le cadre de la 24e journée du top 14 a été l’occasion de mettre la gente féminine à l’honneur avec l’opération « le LOU aime les femmes » organisée par Catherine Arbaud.

LOU RUGBY - STADE FRANÇAIS Les femmes en première ligne

Coumba Diallo, Jessy Trémoulière et Julie Anery, joueuses de l’équipe de France de rugby

P Evelyne Haguenauer, Laurence Renaudin, Inès Bourit et Nathalie Albrègue

our le plus grand plaisir des 14 900 spectatrices et spectateurs présents, et pour la première fois depuis son accession à la présidence de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte était dans les tribunes pour apprécier cette démonstration lyonnaise. Les hommes de Pierre Mignoni n’ont laissé aucune marge de manœuvre aux Parisiens qui, dès le début de la rencontre ont subi les assauts du LOU. Le tout sous la baguette de Baptiste Couilloud notre demi de mêlée international, véritable chef d’orchestre qui malheureusement a dû quitter le stade sur blessure, mais l’essentiel était assuré : Le LOU conclut son match sur le score sans appel de 44 à 3. S’ils maintiennent ce rythme, les Lyonnais finiront la saison dans les 6 premiers du Top 14 et joueront l’Europe l’an prochain ! Forza !

Pascale Mathiolon (Serfim) et Françoise Lirola (Swixim)

Texte : Jean-Marie Nauleau - Photos © Saby Maviel Laurence Renaudin, Christelle Champion (EDF), Nathalie Albrègue (Galerie Lafayette), Marianne Sébastien (Prix International des Droits Humains) et Evelyne Haguenauer

lyon people • mai 2018 • 58 •

Diane Roubert et Caroline Ginon (Fazenda Architecture)


Pascale Dubois (Pitch Promotion), Nathalie Howard (CAF du Rhône) et Isabelle Bretin (Prisme Consulting)

Sophie Defforey Crepet, sa fille Alice (Aquasourca), Nicolas Gagneux (6ème Sens Immobilier), Anne Caudard-Breille (DCB)

Jean-Pierre Garioud (TGL Group) et Corentine Holdsworth (Vicat)

Morgane Renou et Julie Gaudy (La Sita)

Virginie Thollon Bayeul (Perl) et l’hypnothérapeute Jacques Marcout (Prisme Consulting)

Sabine Pernette (Mérieux NutriScience) et Jessica Lacoste (SNCF)

BPI FRANCE, PARTENAIRE DU LOU RUGBY

Anne-Claire Contin (Contin), Myriam Bencharaa, vice-présidente de la CCI et Delphine Jacquemier (Eleven’t)

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Patrice Bégay (directeur exécutif BPI) et Yann Roubert (président du LOU) ont annoncé la reconduction du partenariat liant BPI France et le club de rugby lyonnais. Partenaire de 42 clubs sportifs professionnels au niveau national, la banque publique d’investissement est très active dans notre région où elle accompagne plus de 13 000 entreprises dans leurs projets, soit un apport de 3,35 milliards d’euros dans l’économie régionale en 2017.

Valérie Metailler (Nestlé), Nadège Vignier (Vignier) et Maryline Jacquin (Menuiserie de Saint Priest)

Anne-Sophie Panseri (Maviflex), Cécilia Tejedor (Agence Auvergne Rhône-Alpes Entreprise) et Annabel André-Laurent, vice-présidente du Conseil régional

Patrice Bégay, directeur exécutif de BPI France, Olivier Ginon, président de GL Events et Laurent Bouquerel, directeur régional de BPI France •

59 • mai 2018 • lyon people


PEOPLE SPORT

Le Barth’ologue de Cécile Simeone

Photo © Alain Rico

lp

« Mon mari m’appelle Jean-Pierre Bacri » Lemoine et moi pourrions Que deviens-tu ? être amies ! J’ai beaucoup Je suis revenue à ma Chaque mois, un illustre représentant du monde sportif s’allonge sur le divan d’admiration pour elle ! première passion : la de l’infirmier Barth, ancien interné des hôpitaux de Lyon qui délaisse caméras déco ! Je me suis rendu et micros pour enfiler blouse blanche et stéthoscope. L’ex consultante d’OL TV À l’époque où nous compte que c’est un se prête pour la seconde fois au jeu ce mois-ci au V.O.Y.O.U. travaillions à OL TV, truc naturel chez moi. quel joueur trouvais-tu J’ai même ouvert une le plus sexy ? boutique au 34, quai John Carew ! (Là c’est Saint Antoine (Lyon 2), à foutre des fringues, il est le zéro look de la moi qui éclate de rire et je lui raconte que Simone Sisters, il y a 2 ans maintenant. mode ! Je me bats au quotidien pour lui faire John Carew venait tous les jours à la rédaction À côté, je fais du consulting décoration pour les acheter de vraies sapes ! Dans l’intimité, il et passait la tête à la porte en demandant particuliers comme pour les entreprises. m’appelle Jean-Pierre Bacri car je passe mon « Where is Cécile ? » Nous nous marrons tous temps à être grognon, je suis beaucoup plus les deux.) L’ex Miss Météo de Canal +, ça te colle chiante que j’en ai l’air. Ça te va, là ? (Et elle toujours à la peau ? se marre) Que détestes-tu chez toi ? Oh la oui ! On m’en parle toujours. Pourtant il Mon pessimisme, ça me pourrit la vie... faut avoir plus de 30 ans pour m’avoir vue en En fin d’année dernière, tu as laissé un personne n’imagine. direct. (Elle sourit) message très touchant sur tes réseaux sociaux concernant la disparition de Et ce que tu préfères ? Les grandes fêtes Canal, sexe, drogue Philippe Vecchi. Tu peux nous en dire un (Elle réfléchit). J’espère être quelqu’un de et rock’n’roll, c’est un fantasme ou une peu plus ? gentil. réalité ? J’avais senti toute sa détresse avant son départ, Comme toi, j’en ai entendu parler mais je n’en il était très mal et en même temps plein de Tes enfants ont-ils déjà piqué dans le ai jamais rien vu… à part fumer quelques pudeur. La TV l’a complètement abandonné, il porte-monnaie de leur maman ? pétards avec ma petite équipe, jamais rien de a fini seul. Il ne demandait qu’une seule chose, Je ne les ai jamais pris la main dans le sac, c’est plus. travailler ! Personne ne lui a tendu la main, le cas de le dire. Mais je suis sûre que oui. (Elle c’est dégueulasse. C’est une fin tragique. rigole) Comment fais-tu à 47 ans pour être toujours aussi jeune et jolie ? Le monde des médias est une machine à Que vont dire tes proches en lisant le D’abord, merci... pour le reste je te jure que je broyer selon toi ? Barthologue du V.O.Y.O.U? n’ai aucun secret. Je travaille énormément et Il faut être très solide. Après ce sont les règles Mon mec va me traiter de saloperie. bouge beaucoup. Tout ça doit être génétique, du jeu... et c’est bien plus terrible aujourd’hui. Je dans ma famille et ma maman en particulier, ne comprends pas, par exemple, que des gens Maintenant, on change. C’est toi qui me on n’a pas de problème de poids. plutôt brillants se rabaissent lamentablement poses une question ? pour participer à des émissions comme As-tu trouvé la femme de ta vie ? De l’extérieur, tu renvoies un truc parfait : « Touche Pas à Mon Poste ! » maman épanouie, deux sublimes petites Propos recueillis le 29 mars 2018 au V.O.Y.O.U filles, un mari aimant... Peux-tu s’il te plait, Y a-t-il une émission TV que tu ne rates pour le Barthologue, casser un peu cette jamais ? image ? (Elle me coupe) C à Vous ! Je suis totalement Avec plaisir (Elle rigole). Mon mari n’en a rien fan. Je pense même qu’Anne-Elisabeth lyon people • mai 2018 • 60 •


lp

PEOPLE SPORT

Geneviève Watine, Marco Chopin (Le Théodore), Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, son épouse Caroline et Michaël Peters (Euronews)

Les tribunes VIP d’OL – Nantes

LYON PLUME LES CANARIS Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

Thierry Bourgeron (Formasup) et son fils Robin (Gl Events)

V

ainqueurs de pâles Nantais sur le score de 2-0, les Lyonnais enchaînent une sixième victoire consécutive et se mettent à rêver ouvertement de la 2e place, de moins en moins hypothétique. Memphis Depay marche sur l’eau en cette fin de saison, à tel point qu’il faudra bientôt réviser l’Evangile selon Saint-Jean, tant le Néerlandais porte son équipe, à l’amorce du sprint final. Apprêté en Robin des Bois au sortir de l’entraînement, ou enveloppé de sa tenue blanche, le virtuose hollandais n’en finit plus de revêtir le costume de héros. Face à de tristes Nantais, à la dérive

en 2018, Memphis Depay a écrit un peu plus son histoire, celle d’un surdoué, autant détesté pour son ego, qu’admiré pour ses prouesses balle au pied. Alors quand les astres s’alignent, rien ne résiste au natif de Moordrecht, pas même l’exceptionnel portier nantais, longtemps salutaire sur sa ligne de but, à l’image de son retourné (12e) repoussé d’une main ferme. Mais embarqué dans une bataille à trois, où il semble le mieux armé, l’OL n’est pas du genre à lâcher prise. Portés par leur attaque, les Rouge et Bleu ont logiquement plié l’affaire, à force de persévérance et de dextérité.

Robin Drunet (RCP Immobilier), le docteur Ségolène LainezDentressangle et son époux Amaury Dentressangle (Mazars)

L’avocat Thierry Braillard et Vincent Ponsot (OL)

lyon people • mai 2018 • 62 •

Aurélien Liveneau (Café du Pond), Alain Potiron (Champagne Mumm) et Dominique Casagrande (1838)

Laurent Petit (Manitowoc), Virginie Chartier (Welcome by Virginie) et Refik Ozkan (Manitowoc)


DANS LES LOGES...

Henri Guillet (BNP Paribas) et Jean-Michel Faverjon (Botanic)

Jean-Michel Aulas, président de l’OL, Caroline Collomb et Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur

Thierry Fremaux, président du Festival Lumière, Alain Bideau et Alexandre Mérieux, président de Bio Mérieux

Haiet et Nordine (Le comptoir de la Confluence)

La loge Parcs & Sports

La loge Sodexo

Roland Tchenio, Olivier Bernardeau (OL) et Maurice Sabah

François-Noël Buffet, sénateur-maire d’Oullins, son fils Clément (EMLyon) et Yvan Patet, président d’EM2C

Renaud Pfeffer, maire de Mornant, l’ancien député Marc Fraysse (Parlement & Territoires) et Nicolas Saccinto (SAS Saccinto)

Giliane Khelloufi, Laurha Krakovinsky et Sihem Sellami (Profil)

Etienne Ginon (My Gladys) et Victor Carteron

Aurélien Varvarande (Sodexo) et le chef Grégory Cuilleron

ts

La loge GL Even

La loge Plombelec - BC Rénovation

63 • mai 2018 • lyon people


lp

STYLE VOYAGES

KAPPA CLUB OMAN Le Phare de Salalah De notre envoyé spécial Morgan Couturier - Photo DR

Établi dans l’immensité du Fanar Hôtel (le phare en arabe) de Salalah, Kappa Club invite, depuis maintenant deux ans, à la découverte de ce pays du sud du Golfe Persique, considéré malgré ses voisins encombrants, comme le quatrième État le plus sûr au monde.

I

l y a des matins qui chantent dans ce décor de carte postale, où les dauphins viennent saluer l’aurore, les nageoires battantes au pied de la marina. À cette heure-ci, les mirages du désert sont bien plus fictifs que nos rêves, et l’on comprend sans mal, au détour d’un jus siroté en bord de mer, que les ambitions de ce pays et de cette contrée du sud se sont tournées, sous les ordres de son sultan, vers les rives d’un tourisme qualitatif. Le changement est implacable. Sitôt avalées les neuf heures de vol cumulées, l’escale par la capitale Mascate et les plateaux repas de la compagnie Oman Air, il faut avoir le cerveau encore assoupi, pour ne pas admirer ces innombrables villas en construction, au design calligraphié, faites de colonnes et d’arcades. Il va sans dire, le gouvernement est généreux. Une fois atteint les 21 printemps, chaque Omanais se voit attribuer un lopin de terre de 600 m2. Alors inexorablement, le sable recule et Salalah poursuit sa mue, en veillant toutefois à ne pas dénaturer son histoire et ses charmes naturels, arguments touristiques originaux lyon people • mai 2018 • 64 •

que vante Kappa Club au gré de ses sorties. La saison des pluies approche, emportant avec elle, un ballet de touristes du Golfe. L’heure sera au rafraîchissement. Mais jusqu’à mai, le mercure est au beau fixe,

flirtant avec les 30°C sous les palmiers. À ce stade, la tentation est toute trouvée de glisser un pied au bord de la piscine, ou de se laisser aller aux méandres de la mer d’Arabie.

Le désert de Rub-Al-Khali et les mythiques chameaux d’Oman


Les dauphins, compagnons matinaux de vos baignades

4 OOO arbres à encens sur Salalah, Oman assurant 70 % de la production mondiale

FARNIENTE ET DÉCOUVERTES L’idée est de se reposer, on l’accorde, mais dans la valise du retour, les « Instants Kappa » pèsent bien plus lourd dans la balance des souvenirs. Et s’il est complexe de résister aux sirènes du Fanar Hôtel, de ses 25 chambres réservées pour les clients de la compagnie et son spa, comme Ulysse face aux chants de ces divinités, le jeu en vaut la chandelle. Pas celui des jeux apéros, laissés aux clubs de vacances, mais bien à ces découvertes du pays, de la ville perdue d’Wubar, Atlantide du désert au fort de Taqah – ancienne demeure du gouverneur – en passant par les dépaysantes et non moins sublimes dunes du désert de Rub-Al-Khali. « Les clients n’ont plus envie de rester enfermés, souligne

Virginie Florin, attachée commerciale de Kappa Club. Seulement, pour une famille, une sortie nécessite un vrai budget. Avec nos Instants Kappa, ils osent le faire ». À raison de deux, trois sorties organisées par semaine, l’air du pays ne résume plus à des séances de farniente, fidèles compagnons de toutes vacances. Oman regorge de richesses, au propre comme au figuré, et ce serait négliger cet État, que de ne pas s’aventurer dans le désert au plus près des chameaux et de ces étendues d’arbres à encens tout en de dégustant des dattes, considérées à raison, comme les deuxièmes meilleures du monde. Tout est question de goût, comme partout ailleurs. « Les passions s’étiolent quand on les dépayse », écrivait Gustave Flaubert. Au bord de la mer d’Arabie, Salalah en apporte les garanties.

Office du tourisme du Sultanat d’Oman www.omantourisme.com 6 jours/ 5 nuits, à partir de 1 279 €, vols au départ de Paris, transferts et formule tout inclus Plus d’informations sur www.kappaclub.fr •

Le Fanar Hôtel

65 • mai 2018 • lyon people


lp

STYLE GASTRO

TOP 20 des adresses

gourmandes lyonnaises bistrot chic

Restaurant

LE SPLENDID

LE RIVE GAUCHE

Restaurant

MARGUERITE

Georges Blanc

Famille Guillermin

Olivier Bourrat (Chef Exécutif)

Les meilleurEs grenouilles fraîches de Lyon

Banc d’écailler & Bistrot Chic !

l’œuf «Cocotte Marguerite» aux asperges

3, place Jules Ferry - Lyon 6e T 04 37 24 85 85 Ouvert 7/7 midi et soir Le Splendid Lyon www.lespritblanc.com

31, cours Franklin Roosevelt - Lyon 6e T 04 78 89 51 21 Lun-dim : midi et soir (sauf lundi et dimanche soir) www.le-rivegauche.fr Le Rive Gauche

57, avenue des Frères Lumière - Lyon 8e T 04 37 90 03 00 Ouvert tous les jours, midi et soir www.brasseries-bocuse.fr Restaurant Marguerite - Bocuse

Restaurant

LE THÉODORE

Brasserie

Restaurant

BRASSERIE DES BROTTEAUX

NORD

Marco Chopin

Emmanuel Faucon

Franck Barrouilhet (Chef)

brasserie traditionnelle

Tartare de boeuf dans la baVette d’aloyau

Cuisine de Tradition

34, cours Franklin Roosevelt - Lyon 6e T 04 78 24 08 52 Lun-sam : midi et soir 12h-14h30 et 19h30-22h45 Le Théodore

1, place Jules Ferry - Lyon 6e T 04 72 74 03 98 Lun-ven : 8h-22h30 et sam : 12h-15h et 19h30-22h30 www.brasseriedesbrotteaux.com Brasserie des Brotteaux

18, rue Neuve - Lyon 2e T 04 72 10 69 69 Ouvert tous les jours, midi et soir www.brasseries-bocuse.fr Brasserie Le NORD - Bocuse

brasserie

BRASSERIE JULLIEN

brasserie

CHEZ MOSS

Restaurant

FOND ROSE

Mathieu Jullien

Laurent Bouvier

Luc Abadie (Chef)

Filet Jullien (pavé de bœuf limousin mariné)

SPÉCIALITÉ POISSONS et fruits de mer

Cuisine des Bords de Saône

44, boulevard des Brotteaux - Lyon 6e T 04 78 52 30 11 Mar-sam : midi et soir et dimanche midi www.brasseriejullien.com brasserie jullien

2, rue Ferrandière (angle Mercière) - Lyon 2e T 04 78 42 04 09 Ouvert tous les jours midi et soir (sauf dimanche soir) www.restaurant-chezmoss.fr Chez Moss

25, chemin de Fond Rose - Caluire et Cuire T 04 78 29 34 61 Ouvert tous les jours, midi et soir Restaurant Fond Rose - Bocuse www.brasseries-bocuse.fr

lyon people • mai 2018 • 66 •


Restaurant

nt

Brasserie

apéro festif - Restaura

SELCIUS

LE PRÉSIDENT

SUD

Christophe Marguin

Sylvain Larose

Eric Pansu (Chef MOF)

Volaille de Bresse Mieral à la crème d’Etrez

brunch le dimanche

cuisine du soleil

11, avenue de Grande Bretagne - Lyon 6e T 04 78 94 51 17 Lun-ven : 12h-14h et 19h-22h @restaurantlepresident www.restaurantlepresident.com

43, quai Rambaud - Lyon 2e T 04 78 92 87 87 Lun-sam midi et soir - Dimanche 11h-17h www.selcius.fr @selciusrestaurant

11, place Antonin Poncet - Lyon 2e T 04 72 77 80 00 Ouvert tous les jours, midi et soir www.brasseries-bocuse.fr Brasserie Le SUD - Bocuse

Restaurant

Restaurant

DADDY POULE

bar - café - Restaurant

PAUL’O

LE F2

Philippe Gauvreau

Benoît Toussaint

Frédéric Fass

Lieu Atypique, Parking de 70 places en sous-sol

Filet de bœuf, sauce morilles, pommes purée maison

Burger avec viande françaisE de 180g

173, avenue Charles De Gaulle - Tassin T 04 74 70 07 07 Ouvert tous les jours 10h30-1h daddy poule

551, chemin de la Traille, île de la Table Ronde - Solaize T 04 78 46 O6 47 Ouvert tous les jours (fermé dimanche soir en hiver) www.paulorestaurant.fr Chez Paulo

2, place de l’Hôpital - Lyon 2e T 04 78 82 22 22 Mar-sam : midi-14h et de 19h30-22h00 www.lef2.com leF2 café Comptoir

café - bar - Restaurant

CAFÉ DU POND

Restaurant

CAFÉ DE LA GARE

Restaurant

LA MAISON

Aurélien Liveneau

Claude Barbet

Benjamin et Sylvain

Cuisine maison et produits frais

SPÉCIALITÉs lyonnaises et viande

Cuisine Traditionnelle

11, place Maréchal Lyautey - Lyon 6e T 04 78 52 39 99 Ouvert tous les jours - restauration continue www.ilovedupond.com Café du Pond/Terrasse du Pond

11, rue Général De Gaulle - 69530 Brignais T 04 78 05 17 53 Ouvert du lundi au samedi midi et jeudi et vendredi soir Le Café 2 La Gare

4, rue Jonas Salk - Lyon 7e T 04 72 72 96 96 Lun-sam 12h-14h - 20h-23h30 : midi et soir www.lamaisonrestaurant.fr La Maison

ristorante

Restaurant

ZAPPO

Restaurant

33 CITÉ

BIANCA

Georgy Sfez

Frédéric Berthod

Emmanuel Faucon

BISTROT ITALIEN

cuisine de saison / produits du marché

linguine al cartoccio

6, rue Challemel Lacour - Lyon 7e T 04 72 71 79 88 Ouvert tous les jours de 12h à 14h et de 19h à 22h30 www.zappo.fr Zappo

33, quai Charles De Gaulle - Lyon 6e T 04 37 45 45 45 Ouvert tous les jours midi et soir (sauf le dimanche soir) www.33cite.com 33 cité

1, place Jules Ferry - Lyon 6e T 04 78 41 68 10 Lun-sam : midi et soir 12h-15h et 19h30-22h Bianca

67 • mai 2018 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

LES JOLIES SORTIES & BELLES RENCONTRES

de

Françoise Petit

MOIS par moi

francoise.petit@lyonpeople.com

Photos : FP

GASTRONOMIE

L

orsque sur des chemins de terre Julien Allano s’ancre en Drôme provençale c’est pour une virée en petit foulée ou en VTT. Se ressourcer, se surpasser pour conforter son corps lesté de 26 kilos est aussi une façon de renouveler son pacte d’amour avec la nature quand il rêvait d’être garde forestier. Au menu de ses balades sportives, le bonheur d’être accompagné d’arômes de truffes, de lavande et de garrigue mêlées. À Grignan, au pied de l’insolente beauté du château et des serpentins de pierres qui dessinent les ruelles, Julien Allano fait correspondre le patrimoine et « sa » cuisine. Dans le village aux lettres de comtesse, le chef de « Clair de la Plume » écrit chaque jour des pages gourmandes pimentées de magie. Signant des recettes aux produits de terroir chinés à quelques jets d’encre, l’étoilé Michelin, conforte la construction de son joli parcours de cuisinier. À 25 ans, il est déjà sur la piste aux étoiles à l’Amirande magnifique joyau gastronomique et hôtelier à flanc de Palais des Papes. Avignon lui donne l’envie d’avoir envie. Sa grand-mère, véritable cordon bleu, lui raconte des histoires qui commencent par « il était une fois le goût des choses ». À table, tout semble évident pour que l’avenir du petit Julien se dessine harmonieusement. Et d’harmonie est au rendez-vous aujourd’hui avec Jean-Luc Valadeau, homme de l’ombre, visionnaire et gestionnaire qui a

Les petits déjeuners de « Clair de la Plume » : foison de confitures maison, divin pain et douceurs lyon people • mai 2018 • 68 •

donné le ton de l’entité « Clair de la Plume ». L’adresse est une principauté dotée de tout ce qui flatte le palais et inspire le bien-être : jardins, piscines, bistro, (ferme Chapouton à 400 mètres du restaurant gastronomique), chambres et suites, salon de thé, boutique etc... Dans cet univers, Julien Allano traduit les saisons sur une carte haute en saveurs. Cela commence toujours par une déclinaison d’huile(s) et olives de Nyons présentée sur un bois d’olivier. La suite est une succession

de morceaux d’anthologie éveillant nos sens de plats en plats avec de subtils cépages choisis par le sommelier. En cuisine comme en salle, une cohérence atteste de la volonté de Julien Allano d’attirer les talents. Qu’ils soient du lycée hôtelier de l’Argentière, de l’Institut Paul Bocuse ou d’ailleurs, ces talents représentent toute l’Europe. La diversité fait partie d’un processus de formation innovante dans cette maison drômoise. La signature culinaire du sacré chef de Grignan, entre précision et zeste de folie, peut prétendre briller désormais en mode deux étoiles !

Julien Allano, bouquet d’asperges, c’est encore la saison

Romantisme et excellence de table en table


lp

BARS CHICS

BARS de Lyon

VILLA MAÏA Service voiturier, garage offert 2h 8, rue du Professeur Pierre Marion - Lyon 5e T 04 78 16 01 01 Ouvert tous les jours de 17h à 23h / minuit vendredi et samedi www.villa-maia.com Villa Maïa

CELEST BAR

L’HORLOGE

Bar à cocktails avec vue panoramique sur Lyon

Table de Tapas

Au 32e étage de la Tour Part-Dieu - 129 rue Servient - Lyon 3e T 04 78 63 55 46 Ouvert tous les jours de 9h à 00h30 www.celest-bar-restaurant.com/bar Celest Bar & Restaurant

34 bis, boulevard des Brotteaux - Lyon 6e T 04 37 24 30 15 Ouvert du lundi au dimanche : 15h-1h L’Horloge

LE PARLOIR

JULIETTE

Restaurant festif

Restaurant – Bar à cocktail

23, quai Général Sarrail - Lyon 6e T 04 78 52 13 59 Lun : 10h-15h - Mar-ven : 10h-15h et 17h-1h - Sam : 17h-1h Restaurant Le Parloir

41, rue Juliette Récamier - Lyon 6e T 04 78 52 83 80 Lun-ven : 8h-1h et Samedi : 8h30-1h www.cafejuliette.com Juliette Bar & Cocktails Lyon

lyon people • mai janvier 2018 2017 • 70 • 70 • •


PEOPLE EVENTS

Les 12 Rendez-Vous

QU’IL NE FALLAIT PAS RATER ! Textes : Marc Polisson et Laurha Krakovinsky Photos © Michel Peres - Henri Durand

1

HÔTEL DE RÉGION Nos athlètes olympiques à l’honneur Une trentaine d’athlètes olympiques et paralympiques d’Auvergne-Rhône-Alpes dont Marie Bochet, quadruple médaillée d’or (ski paralympique), Benjamin Daviet, triple médaillé d’or (ski paralympique), Marie Herbert-Dorin, médaillée d’or (biathlon relais mixte) ou encore Alexis Pinturault, médaillé d’argent et de bronze (ski alpin) ont été reçus le jeudi 12 avril 2018, au Conseil Régional Rhône-Alpes le temps d’une soirée festive par Laurent Wauquiez, président de la Région, Marie-Camille Rey, vice-présidente déléguée à la Jeunesse, au Sport et à la Vie associative et Sandrine Chaix, conseillère spéciale au Handicap. « Le but de cette soirée est de leur dire bravo. Bravo et merci ! Durant plus de deux mois, entre février et mars, nos sportifs ont fait la fierté d’une région qui a vécu au rythme de leurs exploits et de leurs prouesses. Vous incarnez l’excellence d’Auvergne-Rhône-Alpes » a déclaré le président du Conseil régional. MP

2

3

HIPPODROME DU CARRÉ DE SOIE

MORETEAU

Grand National du Trot de Lyon

Présentation de la nouvelle boutique

Autour des huit courses proposées par l’hippodrome Lyon-Carré de Soie, ce sont plus de 2500 spectateurs, dont 1000 enfants, qui se sont retrouvés sur la piste lyonnaise, un record. Sur l’ovale rhodanien, les courses ont ainsi mis à l’honneur Alexandre Abrivard, jeune jockey sarthois, lauréat de trois des huit courses, au même titre que Pierre Vercruysse, champion de Monde des drivers en 2013, vainqueur de la course du Quinté+. Hors des pistes, le programme arborait également plusieurs animations gratuites pour séduire les familles et jeunes adeptes d’équidés. Des balades à poney, un casque de réalité́ virtuelle, sous la surveillance exceptionnelle de Spiderman, le Grand National du Trot a su conquérir son public. Le prochain rendez-vous est déjà pris, le jeudi 10 mai sur l’hippodrome de Parilly pour une Garden Party. De quoi donner raison à cette fameuse phrase de la FFE, « le cheval, c’est trop génial » ? LK

Après trois semaines de travaux, la célèbre marque de sur-mesure et de prêt-àporter pour homme, change de costume pour plus de modernité et d’élégance. Maison lyonnaise fondée depuis 1872, Moreteau met un point d’honneur à toujours suivre le fil de la mode. Ancrée dans la tradition, la boutique témoigne de cette philosophie avec son nouvel écrin inspiré des bibliothèques d’antan. Mis à part le plafond, tout à fait peau neuve, des meubles en passant par le sol, le cabinet d’architecture Insight Design a transformé le magasin en espace convivial et chaleureux, fait « de bois, de pierres apparentes et de tons clairs ». Fidèles à leurs principes, Sébastien Le Guillou, PDG de Moreteau et Philippe Billon, axent leurs collections sur le made in France (Slip Français, Rossignol). Moreteau met l’accent sur les performances de chaque marque, avec le tissu signé Scabal, ou encore le bar à jean Tramarossa. LK Moreteau - 15, rue du Président Édouard Herriot - Lyon 1er - Tél. 04 78 29 32 32 •

71 • mai 2018 • lyon people

lp


lp

PEOPLE EVENTS

4

Patrick Martin Pierre Gattaz et Laurent Fiard

David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, Nora Berra, Samuel Minot (BTP Rhône & Métropole), Georges Képénékian, maire de Lyon et Laurent Fiard, président du MEDEF Lyon-Rhône

Odyssée des Entrepreneurs

LE MEDEF LYON-RHÔNE

met le cap sur

Sylphide Martinet-Vierthelin (Simon Avocats) et Jean-Michel Bassal, fondation Cgenial

l’innovation

Jérôme Consti (Fbi) et Philippe Hassel (Apicil) Brunot Rousset, président d’April, Anabel André-Laurent, vice-présidente de la région Auvergne Rhône-Alpes et Philippe Guerrand, président de la CCIR Auvergne Rhône-Alpes

Christine Llamas-Crapiz et Frédéric Soriano (Le Papier fait de la résistance)

Elisabeth Ayrault, présidente de CNR et Thomas San Marco (CNR)

Marie-Sophie Obama (ASVEL Féminin) et Franck Morize (CPME) lyon people • mai 2018 • 72 •

Guillaume Leroy (Sanofi), Jakè (artiste)


Marie-Claude Foucré (Orange), Christophe Guilloteau, président du Département du Rhône et Valérie Therond (Orange)

Gérard Cormorèche, président du Crédit Mutuel Sud-Est, Benoit Soury et Jean-Luc Robischung, DG du Crédit Mutuel Sud-Est

Jean-Louis Joly, Directeur Général du MEDEF Lyon-Rhône et Martine Andrieu-Puyfages (Orange)

Karine Dognin-Sauze, vice-présidente de la Métropole de Lyon et le député Bruno Bonnell

Valérie Escot (Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes), Jérôme Consti (Fbi) et Géraldine Filippi (Adecco)

Franck, son oncle Alain Boucaud-Maître et son fils Romain (Chocolats Voisin) Yves Nicolin, maire de Roanne, Emmanuel Imberton, président de la CCI Lyon Métropole et Benoit Licour (Sphère Publique)

Fabrice Roman (Clear Channel France), Stéphane Morot-Sir (ASVEL Basket) et Michel Le Ray (Le Progrès)

R

endez-vous incontournable des dirigeants d’entreprise, le Printemps des entrepreneurs a embarqué cette année pour une odyssée qui doit apporter confiance et optimisme. « Entreprendre est une formidable odyssée dont les dirigeants sont les héros », avait glissé le MEDEF LyonRhône en préambule de son événement phare du mois d’avril, le Printemps des entrepreneurs. Une fois à quai, l’escouade de Laurent Fiard ne s’est pas laissé déborder par son rôle de marin de l’entreprenariat, Patrick Martin invitant « tout le monde à embarquer dans une aventure humaine ». Le progrès et l’innovation sont au bout de celle-ci, alors au moment d’embarquer, Pierre Gattaz a témoigné son « optimisme » pour les mois à venir, apaisé par le « bon programme économique et les quelques réformes mises en place ». Satisfait des mesures prises par un « président pragmatique », le président du MEDEF a profité de ce voyage pour rassurer ses interlocuteurs, en particulier sur la question de l’attractivité. « Elle est perçue de façon positive par les investisseurs étrangers », assure-t-il. De quoi conclure sur ces sages paroles, pleines d’à-propos de l’animateur Philippe Montanay : « Le rendez-vous est pris pour la transformation ».

Photo de famille

Texte : Morgan Couturier - Photos © Fanny Bourg et Fabrice Schiff Elodie Babkine, Christian Missirian et Pascale Savey (EDF) Cécile Hyvernat-Guillaume (Fusion RH), Virginie Lacroix-Altuna, directrice IDRAC Lyon et Raphaëlle Bureau (Fusion RH)

73 • mai 2018 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

5

FINALES COUPE DU MONDE

Longines FEI de saut d’obstacles & FEI de dressage organisées par GL events Equestrian Sport

LE GRAND GAGNANT DE LA SEMAINE ... LE SPORT !

paris 2018

DEUX CHAMPIONNES AU SOMMET !

L’Allemande Isabell Werth et Weihegold sont vainqueurs de la Finale Coupe du monde FEI de dressage. L’Américaine Beezie Madden et Breitling remportent la Finale Longines FEI de saut d’obstacles. Standing ovations pour ces deux grandes cavalières.

PARIS EN FÊTE ! En piste, les écuyers du Cadre Noir de

Saumur, la cavalière de dressage Alizée Froment ou encore le voltigeur Nicolas Andréani accompagnés par l’orchestre symphonique de la Garde républicaine et le chœur de l’Armée française présentaient Prestige, le spectacle équestre des Finales. Clin d’œil aux années folles parisiennes, entre les deux manches de la Finale de la Coupe du monde Longines FEI de saut d’obstacles, l’AccorHotels Arena de Paris prend des airs de cabaret en accueillant les danseuses du Paradis Latin et la Fanfare de Cavalerie de la Garde Républicaine.

AUTOUR DES FINALES, un CSI W annexe, un CSI2*

et un Poney Club éphémère inauguré par Madame la ministre Laura Flessel.

Photos © PSV JMOREL

SOIRÉE D’OUVERTURE DES FINALES COUPE DU MONDE FEI lyon people • mai 2018 • 74 •

à la Mairie de Paris et Awards Longines du meilleur cavalier et du meilleur cheval.


Lady2 • DYLA • Dylabag CC Ecully Grand-Ouest

LIQUIDATION TOTALE DU STOCK avant fermeture définitive

Lady2

DYLA

ag b a l y D

Liu Jo Indies Zapa Patricia Pépé Essentiel Hana San Kocca Luisa Cerano Pacini Colmar

Barbara Bui Michael Kors Aéronautica Military Mason’s Transit Majestic Paul and Joe G Star Parajumpers

Longchamp Mac Douglas Michael Kors Liu Jo Samsonite

CHAUSSURES : Free Lance, PH. Model, Premiata, Michael Kors

à partir du 20 mai 2018 n°autorisation 2018 - 002


lp

PEOPLE EVENTS

6

Bernard Basse, vice-président Crédit Mutuel Centre-Est

Maitre Thierry Jullien, Isabelle Maréchal (Dyomedea) et Gérard Carrez (C4S Conseil)

AG CRÉDIT MUTUEL MARÉCHAL LYAUTEY Hôtel du Département du Rhône Photos © Fabrice Schiff

Les sociétaires

René Di Rollo et son épouse Cécile

Geneviève Marguin et Bruno Miotti (Koguis)

L

’Assemblée Générale annuelle du Crédit Mutuel Lyon Maréchal Lyautey, tenue cette année dans les salons de l’Hôtel du Département, a permis la présentation de résultats satisfaisants dans le cadre d’un développement soutenu et aux sociétaires présents de découvrir les lieux. Les interventions diverses, ont apporté des éclairages variés sur les domaines d’intervention de la caisse locale de Crédit Mutuel. Le Président du Conseil d’administration, Jacques Leval a présenté les résultats de l’année 2017, les grandes orientations stratégiques 2018 et remercié les élus bénévoles pour leur implication, aux côtés du directeur Philippe Maisonneuve,

des salariés, dans le bon fonctionnement de la Caisse, sous le regard de son hôte du jour, Christophe Guilloteau, président du Département. Avant de dresser les priorités du Crédit Mutuel, pour les années à venir : une banque relationnelle dans un monde digital, une entreprise agile et adaptée au nouveau monde qui se présente devant elle et un Groupe aux services innovants pour tous ses sociétaires. Pour ce faire, le Crédit Mutuel a « des atouts et des valeurs qu’il a toujours développés et mis au service de ses sociétaires-clients » a pour sa part rappelé Bernard Basse, vice-président du Crédit Mutuel du Sud Est avant le traditionnel cocktail.

Laurent Gamet (Serge Magner Traiteur), Philippe Vorburger, vice-président du Crédit Mutuel Maréchal Lyautey et Nicolas Winckler (Lyon People)

Jacques Leval et Philippe Maisonneuve (Crédit Mutuel)

Gérard Maarek et Annie Anav (Sidep)

Anne-Sophie et Céline Bret-Morel

lyon people • mai 2018 • 76 •

Thierry Mouillac (Bouygues Télécom entreprise), Maitre Monique Tronel-Ducher et Cyrille Bouvat (Ville de Lyon)


Les élus de la caisse du Crédit Mutuel Maréchal Lyautey

Viviane Haro, infirmière sapeur-pompier, René Sorenson, le sapeur-pompier Philippe Beaupoil et Jacques Magat

Jean-Louis Vial (Tim l’immobilier) et Bernard Anav

Yves Petit (Y2P consulting) et son épouse Marie-Frédérique

Maitre Franck Maitre (Incepto) et son épouse Nathalie

Céline Andéol (Le Conservateur) et Christian Wagner (Artis Moda) Christiane Eyraud et Christiane de Breyne (Art Photo)

Françoise et Patrice Fougairolle (France Vin passion) Patrick Barge et son épouse Thérèse Bernard Cœur (Arnodam) et son épouse Gabrielle

77 • mai 2018 • lyon people


lp

PEOPLE EVENTS

7

Raphaël Gas (Serfim Recyclage), Thomas Ducray (Serfim Eau) et Didier Déal (Serfim T.I.C.) Frédéric Duval, intervenant, Paméla Sabatier (Serfim Groupe) et Guy Mathiolon

SERFIM GROUPE Retour vers le Alain Dumestre (Serfim Dépollution)

futur

Fidèle à une tradition bien ancrée, Serfim Groupe (Travaux Publics, Environnement, T.I.C, Industrie, Real Estate) organisait sa journée des cadres, en vue des échéances futures. Séminaire des cadres de Serfim Groupe

Guy Mathiolon, président de Serfim Groupe, ses filles Alexandra Mathiolon (Serfim Energie) et Virginie Decia-Mathiolon (Prisme Consulting)

Frédéric Foschia (Serfim Route), Patrick Carle (Serfim Energie), Amélie Marc (Serfim Dépullution) et Philippe Molin (Serfim Route)

Sébastien Bonnet et Marc Benkirane (Serfim Energie) lyon people • mai 2018 • 78 •

Emmanuel Imberton, président de la CCI métropolitaine et Guy Mathiolon, président de Serfim Groupe et ancien président de la CCI de Lyon

Jean-Christophe Vincent (Serfim Groupe), Alexandra Mathiolon (Serfim Energie), Bruno Caratelli (Serfim Groupe) et Maher Laraoui (Serfim Tunisie)

L

’heure n’était donc pas à la décompression, mais bien à la réflexion pour les cadres de Serfim Groupe, réunis dans l’enceinte du Palais de la Bourse. D’autant que Guy Mathiolon leur avait, comme à son habitude, concocté un menu copieux dans le but de dresser les perspectives et les axes de développement du Groupe. L’année 2017 a été exceptionnelle avec un chiffre d’affaires de 334 millions d’euros (+ 37%), une implantation forte en Ile-de-France, un développement international dans le secteur de l’industrie et plus de 2000 salariés. Audelà de la croissance, terme omniprésent dans l’enceinte de la CCI, Guy Mathiolon en a profité pour remettre les Serfim d’Or aux entreprises les plus méritantes sur le plan de la sécurité au travail, et pour présenter sa fille, Alexandra, qui rejoindra la branche Energie au mois de mai 2018. Serfim Groupe, précurseur et ouvert sur l’avenir, a également mis à l’honneur plusieurs start-up spécialisées dans le monde des TP. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

Démonstration pour une zone de sécurité avec à droite Jacques Poncet (Serfim Ouvrages d’Art), Thierry Lirola et Sébastien Bonnet (Serfim Energie)

Marie-Laurence Cabrol (Serfim Groupe) et Lilian Bataillé (Serlink)

Jean-Marc Gamet (Serfim Groupe)

Stéphane Londiche (Serfim Energie), Guy Mathiolon et Patrick Carle (Serfim Energie)

Guy Mathiolon et les lauréats des Serfim d’Or


A R T E F L A M E La parfaite maîtrise de L’Art, des Flammes et de la Cuisine en Plein Air !

Posé à même le sol, la pelouse, sur une terrasse, à côté de la piscine, l’ARTEFLAME séduit d’emblée par ses lignes, ses matières naturelles. Allumé, l’ARTEFLAME vous embrase de ses plus belles flammes en une superbe cheminée d’Extérieur… Et que dire de cuisiner sur l’ARTEFLAME. Que ce soit pour une simple tablée de copains et jusqu’à plusieurs dizaines de convives où toutes les audaces culinaires vous seront permises… ARTEFLAME, élevons la cuisine en extérieur au sommet de son ART !

Professionnels & Particuliers, pour en savoir + : contact.arteflame@gmail.com


lp

PEOPLE EVENTS

8

Serge Masson et Maryline Poulet (Vinci Immobilier), Gilbert Giorgi (Olympique Lyonnais)

POLE MÉDICAL DU GRAND LARGE OL City soigne son image

Christophe Novotny (Directeur de cabinet de Christophe Quinioux), Gilbert Giorgi (Olympique Lyonnais), Christophe Quinioux (Maire de Meyzieu), Bastien Joint (Chef de cabinet de Christophe Quinioux), Jean-Michel Aulas et Roland Crimier (VicePrésident Métropole)

Auteur du proclamé plus beau stade d’Europe lors des British International Awards 2018, VINCI Immobilier poursuit la réalisation de son œuvre avec la construction du Pôle Médical du Grand Large, dont l’ouverture est annoncée au printemps 2019.

D

ans le monde du sport, l’entente est un principe fondateur, que les partenaires de longue date, l’OL et VINCI Immobilier s’évertuent à entretenir au gré des constructions. Dernier exemple en date, l’édification de ce pôle médical unique, dernier fleuron de l’OL City. Après le Groupama Stadium couronné plus beau stade d’Europe, et en attendant le Centre des Loisirs, le géant français nourrit ainsi les fantasmes autour ce projet pluriactivité, cher à Jean-Michel Aulas. « Cette construction est une étape importante pour l’OL et la cité », s’est réjoui le maître des lieux. Véritable projet surmesure, ce pôle médical perpétue la relation de proximité entamée depuis 50 ans, entre les médecins et les Décinois, rue Léon Blum. Fait assez rare, le centre s’élabore même autour d’une copropriété. « Chaque médecin a pu investir dans son outil de travail », a dévoilé le docteur Frédéric Herlemont, président de l’Association Centre de Consultation Spécialisé de Décines Pôle Médical du Grand Large - OL City. Transféré à compter du printemps 2019 sur l’avenue Simone Veil – tout un symbole –, le Pôle Médical du Grand Large s’érige sur 5300 m2, autour de deux bâtiments distincts, l’un de 6 étages bâti sur 3000 m2 où se concentreront une trentaine de praticiens et dix-sept spécialités, l’autre, échafaudé sur 5 étages, acquis en totalité par le laboratoire de biologie Unilians. « Ce projet marque une étape dans le développement d’Unilians, puisque nous allons y installer le siège social, a expliqué son président Hervé Jouve. Il s’agit là d’un centre médical pour les analyses très pointues ». Reste que l’OL City ne veut pas dénaturer l’histoire. Bien que « complète et cohérente », dixit Serge Masson, directeur régional adjoint de VINCI Immobilier, l’offre de soins entend ainsi rester fidèle à cette « médecine de proximité et d’excellence ». lyon people • mai 2018 • 80 •

Frédéric Billier (Vinci Construction) et Bruno Dumetier (architecte du projet)

Frédéric Herlemont (Président de l’Association centre de Consultation Spécialisé de DECINES Pôle Médical du Grand Large – OL City), Bernard Tete, Philippe Mostras, Bertrand Ede, Guillaume Bonne, Olivier Ganne (Président de CME de la Clinique du Grand Large) et Pierre-Edouard Pellissier (médecins du futur Pôle Médical)

Xavier Ferret (Unilians), Geneviève Ferret (DG Unilians) et Nicolas Gonzales (Cabinet VEAM A)

Frédéric Herlemont, Olivier Ganne et Philippe Mostras

Didier Lafay, Patric Delisle, Philippe Dufour, Geneviève Ferret, Hervé Jouve (Président Unilians), Véronique Jouve et Régis Goutaland (Laboratoire d’Analyses Médicales Unilians)


Pour nous situer... Villefranche-sur-Saône 6 minutes Lyon 18 minutes Mâcon 25 minutes Roanne 55 minutes Genève 1h30 Paris by TGV 2h20 Saint-Tropez 3h50 New-York 8H25

AU COLOMBIER Restaurant en bord de Saône

Ouvert du mardi au dimanche midi Plat du jour à 16,50 euros 126, allée du Colombier Pont de Saint-Bernard 69480 ANSE Réservation : 04 74 67 04 68 ou par mail info@aucolombier.com Menu en ligne sur www.aucolombier.com

photos © Jean-Luc Mège, Saby Maviel, Le Fotographe

PRIVATISATION PARTIELLE OU TOTALE POUR VOS ÉVÉNEMENTS


lp

9

PEOPLE EVENTS

Camille Albane Monplaisir-Neuville Dessange Jarente

Les élèves du Centre de Formation

Dessange Croix Rousse

DESSANGE & CAMILLE ALBANE Une soirée « Camille Albane Sala-Guichard

Camille Albane Tassin Dessange Grenette

Texte : Laurha Krakovinsky - Photos © Saby Maviel

qui décoiffe »

Patrick Serole (Camille Albane Craponne), Géraldine Serrière, formatrice et Jean Régis Rabérin (Dessange Croix-Rousse)

Cette soirée, tirée à quatre épingles propose les nouvelles tendances printemps/été, où les thèmes Variations et New Sunrise annoncent la couleur.

A

vec une présentation haute en coiffes des collections printemps/ été, le groupe lyonnais fait de nouveau tourner les têtes. Sur des thèmes ensoleillés, entre attaches, boucles et tresses, les nouvelles tendances capillaires s’éveillent sous les ciseaux aguerris des coiffeurs Camille Albane et Dessange. Une belle démonstration inspirée de la côte ouest des États-Unis, où « coiffage naturel, couleur pastel et luminosité se mêlent dans l’air du temps. » Dessange Lyautey Christian Molinari (Kérastase), Marc Girard (Dessange), François Decorps (Dessange) et François Navaro Challer (Kérastase)

lyon people • mai 2018 • 82 •

Camille Albane Kléber

Camille Albane Point du Jour-Ecullly


lp

PEOPLE EVENTS

10

Damien Lefebvre (Robinetterie Fantini), les architectes Laurent Guillaud-Lozanne et Michel Guillot autour d’Anne-France Mayne (DomoDéco)

L’équipe de l’atelier Remi Giffon

Inauguration

J

ordan et Meggie Renner ont déroulé le tapis rouge pour leurs invités. Partenaires, clients ou amis ont ainsi pu profiter d’une belle soirée d’été pour inaugurer leur deuxième showroom de Champagne au Mont d’Or. Ambiance haut de gamme pour découvrir les nouvelles gammes de carrelages, de sanitaires et de salles de bain dans un cadre chic et moderne à l’image de la maison CeraGrandé. Une adresse qui mise beaucoup sur le conseil et le suivi du client sur le long terme.

CERAGRANDÉ

Gaétan Acito (Ganova Construction) en compagnie de son épouse

Champagne au Mont d’Or Photos © Smart Angel Media dé

L’équipe CeraGran

Grégory Renner (CréaStill), Christophe Salerno (ByMyCar) et Pierre-Jacques Lacombe (In Extenso)

8, chemin du Tronchon 69410 Champagne au Mont d’Or Tél. 04 72 48 01 01 Julien Smati, 1er adjoint au Maire de Rillieux-la-Pape, Claude Bovet et Jordan Renner (CeraGrandé)

Laurent Chabbat et Charles Couty (Tonic Radio) en compagnie de Claude Bovet (CeraGrandé)

Emile Renner (Eletys), Jordan Renner (CeraGrandé) et Jérôme Clugnet (In Extenso) Remi Prat (CRP) et Sébastien Prospero (Prospero Bâtiment) en compagnie de l’architecte d’intérieur Jérémy Rochet

lyon people • mai 2018 • 84 •

Grégory Renner (CréaStill), Jordan Renner (CeraGrandé) et Philippe Valentin, Président CCI de la délégation de Lyon

Cyril Meaudre et Anne-France Mayne (DomoDéco), les architectes Damien et Margot Carreres


C’est le moment idéal pour réserver vos plus belles vacances d’été

jusqu’à

-400€ par personne

Informations & réservations dans nos agences de Lyon

1, place des Jacobins

04.72.41.07.07 - agence.lyonjacobin@clubmed.com

5, avenue de Saxe

04.72.14.67.00 - agence.lyonsaxe@clubmed.com

*Détails de l’offre (destinations, villes et dates de départ concernées) en agence Club Med Voyages, agences de voyages agréées ou sur www.clubmed.fr. Club Med SAS : 11, rue de Cambrai 75957 Paris Cedex 19, France - 01.53.35.35.53 - www.clubmed.com - 572 185 684 RCS Paris - Licence IM075100307.N° TVA intracom : FR56 572185684. RCP n° AA.992.497 GENERALI ASSURANCES IARD 7 boulevard Haussmann - F-75456 Paris Cedex 9. Garantie Financière APS, 15 avenue Carnot - F-75017 Paris. Crédit Photo : François Peyranne. Date d’édition : 12 avril 2018

Sans titre-2.indd 1

25/04/2018 15:47

LE

RÉSEAU DES

LYONNAIS Q UI COMP T EN T

G UIDE ANNUEL A PPLICATION SMARTPHONE GRANDS R ENDEZ-VOUS LANCEMENT 6 FÉVRIER 2019

Les compositions florales à l’Auberge du Pont de Collonges Paul Bocuse Livraison hebdomadaire

Plus d’information : top500@lyonpeople.com

FRANCK HERNANDEZ FLEURISTE LYON

120, rue de Saint Cyr - Lyon 9e Tél. 04 72 53 93 21


lp

PEOPLE EVENTS

11 Nicolas Robin (Guarani) et Maxime Anglad (Macara)

L’équipe Audi

Adrien Cauchard (Arval) et Stéphane Monot (Central Autos)

AUDI CENTRAL AUTOS Révolution en vue, avec la nouvelle A7 Texte : Morgan Couturier - Photos © Saby Maviel

Maïté et Claude Delotre (Gemacard) et Katherine Bruny (Immobilier Patrimoine)

Patrice Naizain, directeur Audi Central Autos, Sylvie et Pierre Voinot (Amocis) Mickael Venditelli (GL Events) et Serge Venditelli (Aléo Ascenseurs)

C

entral Autos prépare sa révolution alors que son déménagement est imminent. En attendant, l’enseigne a dévoilé les fleurons de la nouvelle philosophie allemande. Le futur, c’est maintenant, à en croire les lignes dynamiques et agressives de la nouvelle Audi A7 Sportback et de sa consœur, l’Audi A8. Avec ces deux modèles étendards, héritiers du conceptcar Prologue, la firme aux anneaux dévoile les contours de son futur. Design intérieur sophistiqué autour de touches sensorielles, écrans tactiles, la 2e génération de l’Audi A7 embarque un condensé de technologies, en témoignent ses 39 systèmes d’aide à la conduite.

Delphine Eysseric (Central Autos), Florence Michel (Education Nationale) et Katherine Bruny (Immobilier Patrimoine)

Valou et Nathalie

Adrien Moine-Coquillat (Audi Central Autos) et sa sœur Céline Moine (Galerie Céline Moine)

lyon people • mai 2018 • 86 •

Céline Moine (Galerie Céline Moine), Mathilde Helies (Adecco Pme), son époux Philippe (Natixis) et Delphine Eysseric (Central Autos)


lp

RUBRIQUE PEOPLE EVENTS

12

Denis de Bénazé, fondateur IDRAC Lyon et président de Supdemod, le parrain Philippe Genoulaz, directeur général exécutif de la Maison Stéphane Gerbe, Pierre-Jacques Brivet, président du comité du perfectionnement de Supdemod et Jamal Hammouche, directeur de Supdemod

U

SUPDEMOD Un

ne thématique énigmatique, de sublimes créations, fidèle à ses habitudes, SupdeMod a su intriguer ses invités à l’occasion de son traditionnel défilé. « Le monde est un interminable défilé de symboles », rédigeait l’écrivain américain John Gardner. À mesure que les années passent, SupdeMod et ses élèves en apportent une implacable démonstration, au gré de ces défilés hauts en couleur, à la thématique minutieusement élaborée. L’année 2018 ne dérogera pas à la règle, avec ce ballet de créations, conçues autour ce thème ambigu : « 3 millions/jour ». Il ne s’agit pas encore de parler argent pour ses apprentis modélistes, étudiants de deuxième et troisième année du Bachelor StylisteModeliste, mais bien d’évoquer ce rapport actuel entre nos modes de vie et leur impact sur les écosystèmes et la condition animale. Un choix audacieux, validé par l’hôte de ce millésime, les Galeries Lafayette Lyon-Bron De quoi alimenter et gargariser l’esprit créatif des jeunes pensionnaires de SupdeMod.

défilé à 3 millions/jour Texte : Morgan Couturier - Photos © Saby Maviel

Véronique Romo (Galeries Lafayette Lyon Bron) et Jamal Hammouche, directeur de Supdemod

lyon people • mai 2018 • 88 •

Eva-Lou, Romaric, Andréa et Andréa (Supdemod)


Marie, Maxim, Louise (Supdemod), Baptiste, Margaux et Manon (Supdemod) Denis de Bénazé, président de Supdemod, Ian-Sheng Lin (Institut Franco-Chinois) et Ali Hannas (IDRAC)

Isabelle Hourtoule, Guillaume Clerc, Muriel Rondeu et Nicolas Orlando (Supdemod)

Véronique Romo (Galeries Lafayette Lyon Bron), Jamal Hammouche, directeur de Supdemod et Valerie Duclos (Galeries Lafayette Lyon Bron) Maxim Secallot, Henri Fabre et Romaric Lerousseau (Supdemod)

Philippe Genoulaz, directeur général exécutif de la Maison Stéphane Gerbe, et parrain de cette édition.

Jamal Hammouche, directeur de Supdemod, Philippe Genoulaz, directeur général exécutif de la Maison Stéphane Gerbe et Denis de Bénazé, fondateur Idrac et Président de Supdemod •

89 • mai 2018 • lyon people


lp

CARNET

Carnet mondain MARIAGE 21/04/2018 - Stéphanie Seveyrac et Philippe Lecoq

DISPARITIONS Dans nos intentions de prière, Monsieur André Lerond, ancien capitaine de l’OL ; les peintres Hubert Munier et Jean Paul Pichon-Martin

Philippe Lafaye est passé sur l’autre rive Navigateur émérite, le colonel de réserve Philippe Lafaye est décédé vendredi 27 avril à l’âge de 83 ans. Passionné de voyages et de nautisme, ce fidusien avait fait toute sa carrière au board de l’entreprise Sopad Nestlé. Nous assurons son épouse Thérèse et ses fils Christian, François et Brice (Sainte Foy Immobilier) de toute notre affectation.

Audience papale MARIN CHEZ FRANÇOIS Le Lyonnais, sauvagement agressé à la Part-Dieu, a été reçu en audience privée par le souverain pontife au Vatican. « Une rencontre incroyable avec un homme exceptionnel... J’ai une pensée pour vous tous en ce jour si particulier pour moi. Je repars plein de force, de courage et d’espoir » a posté le jeune homme qui poursuit sa rééducation après trois opérations.

L’ACADÉMIE BELLECOUR

couronne l’épopée Bugatti et Delage

C

réée en 1984 par Maurice Sauzay, carrossier de son état et érudit en matière automobile, l’Académie Bellecour réunit chaque année ses membres pour décerner un prix littéraire qui, depuis 34 ans, récompense le meilleur livre ayant pour sujet l’automobile. Présidée par Franck Levôtre, elle compte aujourd’hui une quinzaine de membres dont Albert Uderzo, le scénariste d’Astérix, le commissaire-priseur

Hervé Poulain, ou encore Baudouin Saint Olive, président du Cercle de l’Union. Le jury, accueilli par Mathieu Viannay chez la Mère Brazier — siège de l’association — a décerné le 34e Prix Bellecour à l’ouvrage « Bugatti et Delage à la conquête de l’Europe ». Son auteur Eric Favre s’est vu remettre son trophée dans les salons de l’Automobile Club, place de la Concorde, à Paris.

Baudouin Saint Olive, président du Cercle de l’Union

Franck Levotre, président du Groupe Levotre

Le docteur Didier Moreau

Maurice Sauzay, fondateur de l’Académie Bellecour

Texte : Marc Polisson - Photos © Saby Maviel

Page Facebook : Je soutiens Marin

DISTINCTION Laurence Cornara, veuve d’Hervé Cornara, le chef d’entreprise décapité par un terroriste islamiste le 26 juin 2015 a reçu les insignes de chevalier de l’ordre national du mérite

Eric Favre s’est vu remettre sa récompense dans les salons de l’Automobile Club lyon people • mai 2018 • 90 •

L’ouvrage d’Eric Favre retrace l’historique des marques Bugatti et Delage en compétition


Brunch € 52 hors boissons

Tous les dimanches et jours fériés, de 12h15 à 14h30

Brunchs servis sous forme de buffet

Brunch à thèmes Dimanche 20 mai : Brunch de la Pentecôte

Dimanche 17 juin : Brunch spécial Fête des Pères

Réalisé par

Jean François Malle Chef étoilé du Restaurant La Rotonde

3, AVENUE GEORGES BASSINET - 69 260 CHARBONNIÈRES-LES-BAINS 04 78 87 79 79 - WWW.PAVILLON-ROTONDE.COM SATHEL, 322 560€, 200 avenue du casino 69890 La Tour de Salvagny, RCS 775 643 356 LYON. Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière.


Š Photographe : Laurent Ballesta/ Projet Gombessa

C O LLE C T I O N

Fifty Fathoms

Lyon people mai 2018  

Lyon People, leader de la presse magazine lyonnaise

Lyon people mai 2018  

Lyon People, leader de la presse magazine lyonnaise