Page 1

N°9 / JUIN 2018

TÊTES D’AFFICHE Les artistes français investissent la scène londonienne en juin

VISITES Camden et Brighton, les bonnes adresses de la rédaction

INTERVIEW Sylvaine Carta-Le Vert, Consule générale de France

GASTRONOMIE Roux at the Landau, notre restaurant coup de cœur du mois

MINUTE VIN Notre sélection de six crus d’été pour voir la vie en rosé !

DO YOU SPEAK ENGLISH? N

os bons pla ns pour perfe ctionner vo tre anglais à L ondres


PARIS

LISBONNE

LONDRES

BRUXELLES

ACHAT-VENTE | LOCATION-RELOCATION | GESTION D’APPARTEMENTS Garant de la réussite de votre projet immobilier à Londres ou à l’international, BARNES met tout en œuvre pour vous offrir le meilleur service.

BARNES LONDON 7 Grosvenor Gardens, Belgravia LONDON SW1W 0BD +44 (0)20 7935 5797 london@barnes-international.com

www.barnes-international.com


ÉDITO IL EST DES RENCONTRES QUI PEUVENT CHANGER UNE VIE Le hasard fait bien les choses. Des personnes débarquent parfois comme cela dans votre vie. Un rien extraterrestres, elles semblent « tombées du ciel » et bouleversent totalement votre quotidien. Julie et Caroline, deux auteures que j’ai eu la chance de croiser très récemment, décrivent très bien cette intrusion dans leur dernier ouvrage. Leurs récits - qui n’ont rien d’autobiographique assurent-elles - font voyager les lecteurs entre Londres et Paris et amènent à beaucoup de questionnements. Julie Harrisson adresse un mail à la rédaction un mardi matin alors qu’elle s’installe dans son Eurostar. Et, fait assez rare, c’est moi qui épluche les messages du jour. De passage à Londres, elle souhaite nous présenter son roman Londres à tout prix. Curieux, je lui donne rendez-vous le soir même et nous avons plaisir à converser autour d’un verre au Mercato Metropolitano d’Elephant & Castle. Elle vient de Franche-Comté - une compatriote ! - et l’histoire de sa jeune héroïne, Océane, qui s’installe à Londres, transporte le lecteur. Elle va vivre une belle histoire d’amour, émaillée de hauts et de bas et sa vie d’étudiante va être profondément bouleversée. Un ouvrage agréable à lire pour l’intensité des sentiments et les multiples rebondissements. Quant à Caroline Damiani-Simeoni, elle vit à Ajaccio. Un ami me la présente alors que je visite le siège d’Air Corsica, compagnie aérienne qui s’affiche désormais dans notre magazine. Elle fait la Une des quotidiens régionaux car son roman En apparence est très bien accueilli par les critiques sur l’île. Le personnage central, Elsa, la quarantaine, est amené à s’interroger sur sa vie de couple. La situation enviable de son mari, restaurateur à Paris, et son enfant Hugo qu’elle aime par dessus tout, ne l’empêchent pas de se jeter au cou d’un bel avocat, Sacha, qu’elle désire de tout son être dès leur première rencontre. Petit à petit s’installe un mélange de doute, de culpabilité, mais aussi de passion dévorante que rien ne peut refréner. Un ouvrage où beaucoup se reconnaîtront certainement. Laurent Colin

PS : Désolé Isabelle Lemarchand, je n’ai pas l’intention de te voler la primeur des critiques littéraires que tu développes habilement avec ton équipe chaque mois dans la rubrique La Page de Londres Mag (voir page 48 ce mois-ci). Mais les rencontres inspirantes de Julie et Caroline méritaient bien que je me frotte à mon tour à l’exercice de style. Rassure-toi, cela ne deviendra pas une habitude ! 3


SOMMAIRE

4

06 | Architecture

08 | Stats

12 | Têtes d’affiche

Les trésors cachés des parcs londoniens

Les parcs londoniens : l’échappée belle dans la ville

Les artistes français investissent la scène londonienne en juin

18 | Les indispensables

24 | Éducation

26 | Langues

Coup d’œil sur les lunettes de soleil en bois

Rencontre de Charlotte Beyazian de La Petite Ecole Bilingue

Où perfectionner son anglais à Londres ?

30 | On a testé pour vous

40 | École du parc

42 | Visite

Les cours d’anglais en « mode conversation »

Apprendre une deuxième langue dès la maternelle

À la découverte de Camden et de ses meilleures adresses

48 | Lecture

50 | Santé

52 | Restaurants

Les grands rendez-vous de la librairie La Page

L’ophtalmologie au LIMC : de l’urgence au suivi régulier

Les trois bonnes adresses de la rédaction

56 | London Faces

58 | Société

60 | Société

Russell : du violet, du velours et des vibrations londoniennes

Grenfell Tower : un an après la tragédie, où en est-on ?

Borough Market, l’autre événement tragique du printemps 2017

62 | Interview

66 | Décryptage

68 | Escapade

10 questions à Sylvaine Carta-Le Vert, Consule générale de France

Blockchain, ICO et cryptomonnaies... Mode d’emploi

Un week-end à Brighton, l’incontournable de l’été anglais !

72 | La minute vin

74 | Poésie

76 | Agenda

Notre sélection de six crus d’été pour voir la vie en rosé !

Good Bye Miss Azerty

Les dates à retenir et événements à ne pas rater


ARCHITECTURE

Les trésors cachés des parcs londoniens Quel Londonien s’est jamais promené à Hyde Park, Regent’s Park ou encore Primrose Hill ? Entre arbres épanouis, fleurs embaumantes et points d’eau, le décor est souvent bien agréable. Mais les parcs londoniens ont plus à offrir que de la verdure et des écureuils et recèlent quelques trésors d’architecture. 6


© City of London

Il n’est pas difficile de se perdre dans Regent’s Park et ses 160 hectares. Outre ses larges étendues verdoyantes, le parc est également connu pour sa roseraie, Queen Mary’s Gardens, qui en fait une destination de choix pour les romantiques et amoureux de la nature. Mais une autre partie du jardin attire également les foules : l’Open Air Theatre. Ce théâtre à ciel ouvert, d’une capacité de 1 240 places, est le plus grand de GrandeBretagne. C’est en 1932 que le critique Sydney Carroll et le producteur Robert Atkins y ont organisé la première pièce, dans ce qui était alors un théâtre improvisé en plein cœur du parc. Pendant la guerre, l’Open Air Theatre faisait partie des deux seuls théâtres encore ouverts à Londres. Ce n’est qu’en 1974 qu’une véritable structure est bâtie, accompagnée d’un atelier, d’une cuisine et d’une billetterie. Au fil des ans, de nombreux acteurs britanniques renommés ont foulé les planches de ce théâtre particulier, dont Dame Judi Dench, Ralph Fiennes ou encore Michael Gambon PRATIQUE Retrouvez l’Open (Dumbledore à partir du Air Theatre dans troisième volet de la saga l’Inner Circle de Harry Potter). Entre 2010 Regent’s Park, à deux minutes et 2012, l’auditorium et ses des Queen Mary’s alentours ont été entièrement Rose Gardens. La Pergola, elle, se situe au nord-ouest de Hampstead Heath, dans la partie West Heath du parc.

rénovés, pour la somme de £3,3 millions. Un guichet, des loges et des bureaux flambant neufs s’ajoutent alors à l’ensemble architectural. Depuis, l’Open Air Theatre continue de séduire les amateurs de théâtre, avec un record de 188 000 visiteurs en 2013. LA PERGOLA, VESTIGE DE L’ÉPOQUE ÉDOUARDIENNE Un peu plus au nord, c’est à Hampstead Heath que se cache une autre construction qui vaut le détour, la Pergola. On la doit à l’architecte paysagiste Thomas Mawson. En 1904, Lord Leverhulme, philanthrope, acheta une maison à Hampstead Heath. Il décida rapidement d’acquérir les terrains environnants et d’y laisser sa trace à travers l’architecture, avec cette désormais fameuse Pergola, qui devait servir de décor à ses garden parties. Les travaux commencèrent en 1905 et furent achevés un an plus tard. Cette première version de la Pergola fût étendue à plusieurs reprises, notamment en 1911 et 1925. La construction, d’inspiration édouardienne, est quelque peu tombée en désuétude après la disparition du Lord, malgré plusieurs travaux de rénovation entrepris par la City of London Corporation, aujourd’hui en charge de son entretien. Elle conserve toutefois une certaine atmosphère, comme si la mémoire des nombreuses fêtes qui s’y sont déroulées y était encore prégnante. ♦ Morgane Carlier 7


STATS

Les parcs londoniens : l’échappée belle dans la ville Pris d’assaut par les Londoniens dès les premiers rayons de soleil printaniers, les parcs de la capitale anglaise sont également très populaires auprès des touristes. Retour en chiffres sur les poumons verts de Londres qui donnent à la ville un charme à part.

1845

C’est à cette date que les parcs londoniens ont ouvert leurs portes au public pour la première fois. Regent’s Park et Victoria Park ont inauguré cette tendance, ensuite étendue à tous les grands espaces verts de la capitale. 8

21

Les parcs royaux regroupent 21 lacs et étangs et 24 km de rivières. Autant de points rafraîchissants où passer les chaudes après-midis d’été les pieds dans l’eau, ou pour observer les canards faire leur show.

2,2

C’est, en millions, le nombre de promenades de chiens effectuées chaque année dans les parcs royaux. Les fidèles compagnons de l’Homme sont nombreux à profiter de ces grands espaces verts pour se dépenser et parfois même piquer une tête dans un point d’eau.

35

C’est le coût annuel, en millions de livres, de l’entretien des huit parcs royaux, dont Hyde Park, Green Park et Regent’s Park. Et avec 500 000 fleurs et 170 000 arbres plantés sur une superficie de près de 2 000 hectares, il y en a du boulot !


63

12 000

40

La colline de Primrose Hill culmine à une hauteur de 63 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce qui en fait un des points de vue privilégiés des Londoniens pour admirer un large panorama de la ville.

Autant de roses garnissent le jardin des Queen Mary’s Gardens, ce qui en fait la plus grande roseraie de Londres. 85 variétés différentes y sont plantées au total.

Depuis que l’Ambassadeur russe en a fait cadeau en 1664, 40 pélicans ont élu domicile au fil du temps à Saint James’s Park. Les trois locataires actuels sont baptisés Louis, Vaclav et Gargi.

1 500

1 000 000 Plus d’un million de visiteurs se pressent chaque année au Diana Memorial Playground, l’aire de jeux de Kensington Gardens connue notamment pour son grand bateau pirate échoué sur une « plage » de sable et ses tipis.

28 000

C’est, environ, le nombre de tulipes plantées dans les Memorial Gardens de Buckingham Palace, à la lisière de Saint James’s Park, un parterre créé en 1901 en hommage à la défunte reine Victoria, dont la statue trône à quelques mètres.

955

47

65 000

La serre tropicale de Kew Gardens - ou Temperate House - qui a rouvert ses portes en mai 2018 après presque cinq ans de travaux de rénovation, recèle pas moins de 1 500 espèces de plantes différentes, en provenance de cinq continents.

C’est la surface, en hectares, de Richmond Park. Situé au sudouest de Londres, c’est de loin le plus grand parc de la capitale. En comparaison, Hyde Park ne fait « que » 140 hectares.

47 % de la surface du Grand Londres est occupée par des espaces verts, publics (à 33 %) et de nombreux jardins privés (14 %).

Chaque année, 65 000 promenades à cheval ont lieu dans les parcs royaux. L’histoire ne dit pas si la reine Elizabeth II, cavalière régulière, en fait partie. 9


N°3 / DÉCEMBRE

N°2 / NOVEMBRE

2017

2017

Londres LE MAG

N°1 / OCTOBRE

2017

Londres LE MAG

WITH LEPETITJO

OUS ABONNEZ-V S MAG À LONDRE / £12 12 numéros

PORTRAITS Trois marques

françaises royale à la destinée

TRANSPORTS La modernisation du métro ! va bon train

ÉDUCATION Plein feu sur les Petites Écoles FLAM

us Appelez-no 8 1213 au 0203 48 ous : ou écrivez-n m dresmag.co contact@lon

URNAL.CO

GASTRONOMIE quatre À table ! Les bonnes adresses de la rédaction

WITH LEPETITJO

M

PORTRAITS artisans Quand trois du goût viennent titiller nos papilles

DÉCOUVERTE Quand Shoreditch nous livre tous ses secrets…

INTERVIEW Jouyet, Jean-Pierre et Ambassadeur européiste convaincu

KIDS ACTIVITÉS Huit idées originales vos pour occuper enfants à Londres

URNAL.CO

M

GASTRONOMIE : Belle trouvaille courez au restaurant Bandol à Chelsea

PORTRAITS Deux Français le vin se lancent dans haute couture

DÉCOUVERTE : Visite guidée nous livre King’s Cross tous ses secrets

SHOPPING La rédaction vous livre ses en or idées cadeaux

GASTRONOMIE Nos trois restaurants coup de cœur du moment

TRADITION : Séance photo de Noël les Jumpers plus ! ne se cachent

INTERVIEW Entretien exclusif avec le député Alexandre Holroyd

20 pages

SPÉCIAL NOËL

SPÉCIAL SANTÉ

WHO’S WHO ?

Toute la magie des fêtes à Londres !

Que choisir :

médecine publique ou médecine privée ?

32 Frenchies à la conquête de Londres

N°6 / MARS

N°5 / FÉVRIER

N°4 / JANVIER

2018

2018

2018

PORTRAITS

PORTRAITS trois Rencontre de entrepreneuses à la mode !

INTERVIEW Olivier Cadic, Français sénateur des de l’étranger

GASTRONOMIE des chefs Reçus comme de à l’Atelier Joël Robuchon

VISITE À la découverte du quartier d’Islington secrets et de tous ses

RENDEZ-VOUS pas Ne manquez la Nuit des idées français de l’Institut

Trois entrepreneuses quotidien simplifient le des parents

INTERVIEW Brexit : Marianne le Cercle Magnin lance Europe Cordiale

GASTRONOMIE deux Découvrez nos restaurants coup moment de cœur du

DÉCOUVERTE : Visite guidée vous livre Marylebone tous ses secrets

BREXIT Vague d’incertitudes. changer Ce qui pourrait dans notre quotidien

CONCOURS Un cadeau St-Valentin jour à gagner chaque sociaux sur nos réseaux

PORTRAITS À la découverte de trois réseaux plus que sociaux

GASTRONOMIE trois À table ! Les du mois bonnes adresses de la rédaction

VISITE

South Kensington livrer n’a pas fini de tous ses secrets…

ÉVÉNEMENT Bateau Quand Petit ans fête les 100 de la culotte

INDISPENSABLE

20 PAGES ÉDUCATION Les écoles françaises de Londres de A à Z

20 pages

SPÉCIAL IMMO

Neuf ou ancien, les bons conseils avant de vous engager !

BREXIT

Les régions françaises à la pêche aux entrepreneurs londoniens

N°9 / JUIN

2018

N°8 / MAI 2018

N°7 / AVRIL

2018

PORTRAITS français Trois pâtissiers de à la conquête monde Londres et du

GASTRONOMIE nos trois Foncez dans de restaurants coup cœur du moment

DÉCOUVERTE

Le quartier livre de Soho nous tous ses secrets

INTERVIEW Mounir Mahjoubi, en Secrétaire d’Etat charge du Numérique

MUSIQUE pour Embarquez les grands festivals ! anglais de l’été

IMMOBILIER Location, comment trouver le logement ? à Londres de ses rêves

GASTRONOMIE nos trois Foncez dans de restaurants coup cœur du moment

INTERVIEW de Business Les missions Patrick Manon France avec Carbon et Sébastien

VISITE de À la découverte ses et de Notting Hill meilleures adresses

WHO’S WHO 24 Le portrait de la conquête Frenchies à ! de la capitale

C’EST ROYAL !

On vous dit tout sur le mariage de Meghan Markle et du prince Harry

JUST M

AR

TÊTES D’AFFICHE Les artistes français la scène investissent en juin londonienne

VISITES Camden et Brighton, les bonnes adresses de la rédaction

INTERVIEW Vert, Sylvaine Carta-Le Consule générale de France

GASTRONOMIE Landau, Roux at the coup notre restaurant mois de cœur du

MINUTE VIN Notre sélection pour de six crus d’été ! rosé voir la vie en

DO YOU SPEAK

ENGLISH?

Nos bons plans pour perfectionner votre anglais à Londres

RIE D

Retrouvez maintenant Londres Mag sur notre tout nouveau site

www.londresmag.com

+ DE NEWS S + DE VIDÉO O E S RTIE + D’IDÉES D NOUVEAU : FEUILLETEZ TOUS NOS MAGAZINES EN LIGNE ! Suivez-nous aussi sur nos réseaux sociaux et participez à tous nos concours

Directeur Jean Viry-Babel jean@londresmag.com

N°9 / JUIN 2018

TÊTES D’AFFICHE Les artistes français investissent la scène londonienne en juin

VISITES Camden et Brighton, les bonnes adresses de la rédaction

INTERVIEW Sylvaine Carta-Le Vert, Consule générale de France

GASTRONOMIE Roux at the Landau, notre restaurant coup de cœur du mois

MINUTE VIN Notre sélection de six crus d’été pour voir la vie en rosé !

DO YOU SPEAK ENGLISH? Nos

bons plans pour perfect ionner anglais à Londrevotre s

LONDRES MAG United House, North Road, London N7 9DP 0203 488 1213 londresmag londresmag

10

Rédacteur en chef Laurent Colin laurent@londresmag.com Rédactrice food, shopping, culture Solène Lanza solene@londresmag.com Journalistes Morgane Carlier morgane@londresmag.com Cypriane El-Chami redac@londresmag.com

Alice Bouleau alice@londresmag.com Léa Tournadre redac@londresmag.com

Directrice administrative et financière Anne-Sophie Alitch anne@londresmag.com

Responsable des ventes Paul Petras paul@londresmag.com assisté de Théo Gilly, Soïzic Savouré, Maxence Boubée et Louis Petras sales@londresmag.com

Responsable événementiel Noémie Chaigne event@londresmag.com

Assistante communication Laetitia Anselmo laetitia@londresmag.com

Design graphique et illustrations (dont couverture) Annabelle Bard www.greenfamily.fr studio@londresmag.com Imprimeur Wyndeham Grange Ltd


Que signifie Hedios ? Vous ne savez pas ? Nous non plus.

Retenez seulement que Hedios est le créateur des solutions de placement Gammes H qui visent

Document non contractuel

un objectif de 8 % par an de moyenne de rémunération nette de tous frais, sous conditions et en contrepartie d’un risque de perte en capital en cours de vie et à l’échéance. Depuis la création des Gammes H en 2009, 41 supports ont déjà été remboursés au 30 avril 2018, avec une moyenne de rémunération nette de tous frais de 8,26 % par an (avant prélèvements sociaux et fiscalité de l’assurance-vie, source Hedios). Les supports Gammes H non encore remboursés conservent un risque de perte en capital en cours de vie et à leur échéance (valorisations quotidiennes sur hedios.com). Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Hedios - 76 New Bond Street - London W1S 1RX - Tel : 02034 455 094 - londres@hedios.com

www.hedios.com Société Anonyme au capital de 1.011.724 € - Société de courtage en assurances immatriculée au registre des intermédiaires en assurance N°07 005 142 (www.orias.fr). Numéro d’enregistrement Financial Conduct Authority : 615361 - www.fca.org.uk

11


TÊTES D’AFFICHE

Les artistes français investissent la scène londonienne en juin La culture française prend ses quartiers à Londres au mois de juin. Trois artistes tricolores investissent la capitale pour trois spectacles uniques, entre texte, chanson et rire. Isabelle Huppert, grande figure du cinéma français, vient poser sa voix sur les textes de Sade le temps d’une soirée. Le duo Brigitte s’apprête à enflammer, pour la première fois, la scène londonienne avec ses textes bohèmes et ses mises en scène glamour. Quant à l’humoriste Manu Payet, il fait son grand retour sur les planches avec son nouveau one-man show, Emmanuel. Londres Mag a rencontré l’actrice, le comédien et les musiciennes avant leur passage outre-Manche.

12


Isabelle Huppert, les dessous chocs d’une affaire de deux femmes Isabelle Huppert se produit sur scène dans un exercice assez particulier. En juin, l’actrice internationalement célébrée lira Sade dans une prestation aussi forte que profonde. oilà un nouveau couple de la scène londonienne qui fait beaucoup parler de lui. Isabelle Huppert et le Marquis de Sade s’allient dans une lecture unique. À ce duo détonnant s’ajoute la patte de Raphaël Enthoven. Le philosophe médiatisé s’est chargé de compiler pour ce spectacle deux textes de l’écrivain du xviiie siècle pour l’entrevue inattendue entre Justine et Juliette. Les deux héroïnes mises sur le papier par l’homme de lettres permettent ainsi de prendre de la liberté avec l’auteur libertin. LE DIALOGUE ULTIME DES SŒURS FÂCHÉES La confrontation avec les deux femmes ressemble pourtant davantage à un face-à-face qu’à une conversation tant les deux personnages sont opposés. «  Juliette est la grande théoricienne du mal et elle devient presque drôle dans son cynisme effrayant. Justine est moins théoricienne. C’est, d’une certaine manière, une sainte avec une once de candeur, une certaine naïveté. Elles sont convaincues l'une et l'autre par ce qu’elles proclament. D’un point de vue littéraire, elles se complètent bien.  » La rencontre des deux protagonistes antagonistes dans la forme et dans le fond fait parfois sensation, surtout quand la scène jouxte le Palais des Papes. « C’était une soirée un peu intense, il y avait beaucoup de vent, cela donnait de l’intensité au côté dramatique du spectacle. Je crois que Sade aurait été content de cette prestation », se souvient l’interprète. « LE MONDE ENTIER FAIT L’ACTEUR » L’artiste a déjà incarné Phèdre ou Madame Bovary et son nouveau challenge littéraire se jouera au Southbank Centre, non loin du Globe de

Shakespeare, pour présenter un texte « qui résonne de manière actuelle, notamment le discours de Juliette sur la religion comme opium du peuple ». Un discours doublé d’un exercice particulier pour la comédienne : « Il est possible de lire de façon appliquée, assis à une table. J’envisage les lectures différemment, j’essaie de les rendre les plus incarnées possible. Et quand il s’agit de figures telles que Juliette et Justine, ce mouvement est naturel. Il y beaucoup de liberté à la lecture, la soumission au mot n’est pas si grande. L’acteur amène son propre rythme et un jeu propre avec le public même Isabelle Huppert avec la brochure à la main. » lit Sade : Juliette Ce texte à portée de main et Justine, le Vice s’accompagne d’un sous-tiet la Vertu. Textes trage parfois fort utile pour un combinés par Raphaël Enthoven. public anglophone. Une gymnastique que l’artiste connaît Le 09/06 à 19h30 bien, notamment quand elle au Southbank Centre’s Queen jouait Mary Stuart au NatioElizabeth Hall, nal Theatre dans la langue… SE1 8XX de Shakespeare. « L’exercice Prix : £48-£88. est encore plus périlleux car on est dans une autre version de soi. Mais j’aime jouer sur toutes les scènes du monde de New-York au Brésil », avoue la meilleure actrice 2017 dans un film dramatique aux Golden Globes. Rentrée de Cannes, « moment privilégié pour parler du cinéma du monde entier », cette amoureuse des Acteurs est prête, comme d’habitude, à incarner à la fois l’ordinaire et l’extraordinaire de ces deux destins. ♦ © Peter Lindbergh

V

Solène Lanza southbankcentre.co.uk 13


Brigitte, deux voix pour un même nom Quelques mois après la sortie de son troisième album, Nues, le groupe Brigitte est de retour sur scène. Après l’Olympia, Sylvie Hoarau et Aurélie Saada s’apprêtent à envoûter Londres pour la première fois dans la capitale anglaise, le 19 juin.

© Sophie Ebrard

opus du groupe. D’abord parce qu’il s’est écrit entre Paris et Los Angeles, où Aurélie Saada a donc posé ses valises pendant un an. Une relation à distance que les deux complices ont vécu comme un moyen de se renouveler : « Ce n’est pas écrit de la même manière que si ça l’avait été à deux. » Elles ont également profité de cette expérience aux États-Unis pour travailler avec des musiciens américains, dont un pianiste, un percussionniste et un trompettiste. Le piano fait d’ailleurs une apparition remarquée dans cet album et pour cause : « Aurélie avait un vieux piano désaccordé avec elle à Los Angeles. Elle l’a fait réaccorder, puis il est devenu une part importante de l’album. » C’est cet instrument qui donne aux chansons des airs de Michel Berger. Parmi les autres inspirations du duo, Sylvie Hoarau cite également Paul Simon et Elton John, que les deux chanteuses écoutaient au même moment sans le savoir.

«E

nfin ! » C’est le cri du cœur de Sylvie Hoarau, l’un des visages du duo Brigitte, à l’évocation de leur venue à Londres. « Nous étions assez frustrées de ne pas y arriver, raconte-t-elle. Nous avons fait beaucoup de concerts à l’étranger, au Japon, en Australie, aux États-Unis, donc nous étions bien occupées, mais Londres est une ville qu’on adore. » C’est au Garage, à Highbury, que les deux chanteuses vont chanter le 19 juin. L’occasion de rencontrer leurs fans expatriés outreManche et de présenter leur dernier album, Nues.

UN ALBUM PLUS INTIME Derrière ce titre énigmatique se cachent 11 titres plus personnels que jamais, à l’instar de Mon intime étranger, qui aborde l’absence d’un père. « Cette chanson est très personnelle. Aurélie l’a écrite seule, comme plusieurs autres, lorsqu’elle était à Los Angeles et y aborde la relation qu’elle entretient avec son père. De manière générale, ces textes sont le reflet de nos vies, de nos discussions », explique Sylvie Hoarau. À plusieurs égards, cet album se distingue des précédents 14

L’EFFET L.A. À l’origine, l’idée était de n’enregistrer qu’un seul titre de l’album à Los Angeles et de terminer le reste à Paris. « On s’était dit “on va passer deuxtrois jours en studio”, puis on a fini par réaliser tout l’album à Los Angeles  », s’amuse Sylvie Hoarau. « Il y avait une ambiance dynamique, une certaine excitation à faire cet album. On l’a conçu dans des conditions live car il y avait comme un sentiment Brigitte, le 19 juin à 19h, d’urgence pour enregistrer The Garage, le plus de chansons possible. 20-22 Highbury On avait conscience que cet Corner, album serait différent, en London N5 1RD raison de l’éloignement.  » Même lorsqu’elles ont décidé de partir en roadtrip avec leurs enfants, les Brigitte ne pouvaient s’empêcher de travailler. « Je nous revois face à des paysages incroyables, à écouter ce qu’on avait enregistré en mai, puis réfléchir à de nouveaux arrangements, à des chœurs », se souvient Sylvie Hoarau en riant. Hier encore, Brigitte rêvait de se produire à Londres. Le 19 juin, ce rêve deviendra réalité. ♦ Morgane Carlier


Manu Payet dans toute sa splendeur Après dix ans d’absence, l’humoriste et réalisateur Manu Payet retrouve la scène avec son spectacle Emmanuel et pour l’occasion, il nous raconte tout.

© Benni Valsson

tendance, grâce à la dernière élection présidentielle. À 42 ans, sous ses airs «  d’adulescent  », il puise dans son histoire et ses expériences pour décrire et partager son vécu, en toute intimité. Il évoque les querelles avec ses parents, ses premiers émois, les mésaventures de sa vie de couple et les verres de trop à l’anniversaire d’un copain. Un spectacle qui parle à tous grâce à un humour convivial et bon enfant. « C’est le public qui m’a donné envie de revenir sur les planches. À force d’entendre les gens me parler de mon premier spectacle et qu’ils connaissent par cœur mes propres blagues, je me suis dit qu’il était temps de leur proposer autre chose », confie Manu Payet.

S

ur son île natale de La Réunion, c’est en tant qu’animateur radio que Manu Payet débute sa carrière. Très vite, la radio NRJ Paris le repère et le fait venir pour travailler en métropole. Durant quatre années, il va faire rire les Français au micro du « 6/9 », la matinale la plus écoutée du pays. En 2007, son ascension fulgurante se traduit par un premier one man show, Manu Payet au Splendid  . L’année suivante, il se découvre un nouveau terrain de jeu, le cinéma. Après de multiples rôles, du plus comique au plus tragique, il revient maintenant à son premier amour, la scène, dans un second one man show intitulé Emmanuel. Avec ce nouveau spectacle, Manu Payet s’est dévoilé pendant plusieurs mois au Théâtre de l’Œuvre à Paris et a décidé de jouer les prolongations à Londres, le 15 juin prochain.

GILBERT COULLIER PRODUCTIONS ET BBL PRÉSENTENT

MISE EN SCÈNE: BENJAMIN GUEDJ

MANU, SANS STRASS NI PAYET Avec son spectacle Emmanuel, Manu Payet propose un show très inspiré de sa vie personnelle. Pour célébrer son retour sur scène, le comédien se réapproprie son prénom entier, Emmanuel, redevenu d’après lui

Shaw Theatre, 100-110 Euston Road, London NW1 www.shaw-theatre.com Bookings: 0844 844 0444 www.ticketmaster.co.uk

Emmanuel, le 15 juin à 20h, Shaw Theatre, 100-110 Euston Rd, London NW1

MANU SE MET À NU Avec l’affiche de son spectacle, pastiche de son homonyme érotique féminin Emmanuelle, Manu Payet ose tout ! À moitié dénudé dans un fauteuil d’osier, il apparaît en toute simplicité. Une manière de se dévoiler davantage pour ce spectacle quasi autobiographique. « C’est mon histoire, explique-t-il, mais je la raconte pour qu’on se rende compte qu’on partage tous un peu la même histoire.  » Ce show, c’est également l’occasion pour lui de réaliser un rêve, monter sur scène à Londres, ville qu’il affectionne particulièrement. En effet, Manu Payet est un grand fan de la capitale britannique, notamment de Shoreditch, « [son]  quartier d’adoption », où il pose ses valises très régulièrement. Il ne manque ainsi jamais une occasion de venir visionner un film à l’Electric Cinema ou d’aller siroter un cocktail au rooftop Soho House. Avec Emmanuel, Manu Payet foulera les planches du Shaw Theatre, lieu culturel d’exception au cœur de Londres. ♦ Léa Tournadre 15


Ne laissez plus dormir votre épargne !

Créateur des Gammes H, une offre d’épargne exclusive devenue la référence sur le marché, Hedios conçoit chaque mois une nouvelle offre optimisée en fonction des conditions de marché. Les Gammes H sont déjà plébiscitées par plus de 10.000 clients et fréquemment saluées par la presse spécialisée. Depuis leur création en 2009, 41 supports ont déjà été remboursés au 30 avril 2018, avec une moyenne de rémunération nette de tous frais de 8,26 % par an (avant prélèvements sociaux et fiscalité de l’assurance-vie, source Hedios). Les supports Gammes H non encore remboursés conservent un risque de perte en capital en cours de vie et à leur échéance. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

www.hedios.com Hedios - 76 New Bond Street - London W1S 1R X - Tel : 02034 455 094 - londres@hedios.com

16

Société Anonyme au capital de 1.011.724 € - Société de courtage en assurances immatriculée au registre des intermédiaires en assurance N°07 005 142 (www.orias.fr). Numéro d’enregistrement Financial Conduct Authority : 615361 - www.fca.org.uk


LES RENDEZ-VOUS

GAMMES H

Atelier de Joël Robuchon Covent Garden • mardi 3 juillet 2018 à partir de 18h30

INVITATION Ne laissez plus dormir votre épargne ! Venez découvrir les Gammes H, le mardi 3 juillet 2018 à partir de 18h30 à l’Atelier de Joël Robuchon, niché au coeur de Covent Garden (13-15 West Street - WC2H 9NE). RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTION

02034 455 094

londres@hedios.com

17


LES INDISPENSABLES DE L’ÉTÉ

Coup d’œil sur les lunettes de soleil... en bois I

ls n’avaient d’yeux que pour elles au moment du mariage royal entre le prince Harry et Meghan Markle. Non, il ne s’agit pas des tenues d’Amal Clooney et d’Oprah Winfrey dont les magazines anglais ont fait les choux gras mais des lunettes de soleil futuristes de la princesse Anne. Un indice (solaire) royal pour annoncer que la saison des sunglasses est désormais ouverte. Londres Mag vous prépare pour votre futur coup de soleil, coup de « je t’aime » avec la paire de votre été. Un bain de soleil un brin éloigné de la tendance très bling bling et colorée, mais l’équipe, toujours soucieuse d’une démarche écoresponsable, est tout feu, tout flamme pour les lunettes en bois. COMMENT BIEN CHOISIR SES LUNETTES ? Choisir ses lunettes, voilà une autre paire de manches. Julie Louas, directrice et fondatrice de l’agence de styling FashionMoodz nous éclaire à ce sujet : « Les lunettes sont devenues un accessoire trendy ces dernières années, choisir une monture est aussi important qu’une bonne coupe de cheveux. L’adoption dépend de la forme du visage. On en répertorie huit : ovale, triangle (haut et bas), rond, rectangle, ovale allongé, hexagonal et carré. Pour créer un équilibre parfait, sublimer et

18

mettre en valeur le visage, on choisira la monture en adéquation avec ces dernières. Par exemple : on conseillera des montures papillons pour un visage allongé et des montures plutôt rectangulaires pour un visage rond. Le choix des couleurs mais aussi du style est tout aussi essentiel pour peaufiner son look. Les wayfarers ou les pilotes ont su traverser les tendances pour devenir des modèles intemporels. » Au sujet du choix du bois, l’experte style est formelle : « Oui, nous sommes tous responsables de nos choix de consommation. Il est devenu capital que les acteurs de la mode se responsabilisent et soient tournés vers l’avenir. Les jeunes talents donnent vraiment la tendance et se tournent vers des modes de fabrication respectueux de l’environnement mais aussi du capital humain et des conditions de travail. Le consommateur tourne petit à petit le dos aux enseignes de fast fashion, pour revenir aux fondamentaux, acheter des produits certes plus chers mais de bien meilleure qualité et plus durables. » ♦

Julie Louas, directrice et fondatrice de l’agence de styling FashionMoodz.

Solène Lanza


Vous avez un projet d’achat immobilier à Paris ou en région parisienne ? Notre équipe de 18 chasseurs a déjà accompagné plus de 500 clients dont de nombreux expatriés. Pourquoi pas vous ?

Je Rêve d’une Maison est le 1er service de chasse immobilière 100% côté acheteur : Le - cher du marché

Analyse de marché et conseil personnalisé

(commission au succès de 2%)

Recherche sur 100% du marché Activation de réseaux privilégiés Le + efficace

Sélections quotidiennes dans votre espace personnel

(~35 jours)

Pré-vérification des biens pour des visites efficaces Négociation et défense exclusive de vos intérêts Le + recommandé

Accompagnement jusqu’à l’achat final

(+100 avis 5/5)

Contactez-nous +33 (0)1 40 13 79 87 hello@jerevedunemaison.com 52 rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris

www.jerevedunemaison.com


In’Bô fait feu de tout bois En voilà un qui fait des étincelles. Depuis 2013, In’Bô fait vibrer le cœur des Vosges, son milieu naturel boisé, en créations exacerbées. Son équipe dynamique cristallise le savoir-faire local dans des objets tendance : skateboards, vélos et lunettes de soleil.

C

e n’est pas un langage du futur mais pourtant un renouveau dans la tradition. Car « In’Bô » signifie en patois lorrain «  la forêt  ». Antoine, Quentin, Robin, Aurèle et PierreThomas se sont réunis sous cette marque pour faire grandir leur philosophie d’entreprenariat. Une volonté de créer qui ne les a pas quittés depuis leur rencontre à l’Ecole Nationale Supérieure des Technologies et Industries du Bois d’Epinal. Antoine Cochennec se souvient : « Je préparais un diplôme en génie civil orienté béton, mais l’idée d’utiliser une ressource naturelle me plaisait bien.  » Cette formation leur permet d’explorer le matériau sans réaliser qu’un jour il sera leur principal outil… de création. Car très rapidement, les cinq compères se retrouvent autour de planches de surf et skis faits maison. La glisse cédera le pas au sport avec planches de skate et vélos, une économie assez différente de la construction de maison : « Ces industries n’ont rien à voir, mais c’est un moyen de sortir le bois de ses applications traditionnelles comme la menuiserie ou le mobilier. » Désormais à trois, ils continuent d’évoluer avec des produits moins conformes et surprenants comme les lunettes de soleil.

LUNETTES AVEC UNE NOUVELLE VISION L’union fait la force surtout quand il s’agit d’infiltrer un nouveau milieu. « À la base, nous ne sommes pas lunetiers, nous avons appris sur le tard. Nous nous sommes entourés des opticiens de la région qui nous ont prodigué leurs conseils, » avoue un des créateurs. Désormais, les couches de feuilles de bois (chêne, érable…) s’emboîtent avec classe autour des verres solaires de Christian Dalloz, dans les étuis en cuir de Christophe Jacquemin ou dans les devantures de 350 opticiens. « Cela nous semble plus logique de travailler en circuit court et d’éviter d’aller chercher des produits à l’autre bout du monde », confie l’entrepreneur. Une fabrication made in France et même made in Vosges qui lui a valu la visite du président Hollande en 2017. « C’est une belle reconnaissance. Le projet sert, ainsi, de vitrine pour montrer qu’il est possible d’entreprendre quand on est jeune et issu du milieu rural. Créer sa boîte avec des produits originaux peut marcher », reconnaît l’innovateur. Pour l’heure, l’équipe s’échauffe en prévision du SILMO Paris, le salon international de l’optique en septembre prochain. « Nos gammes évoluent chaque année avec nos techniques, nos produits. C’est vraiment de l’amélioration continue, » explique le concepteur. Quels seront les prochains modèles best-sellers de la marque  ? Des nouvelles Harfaing, sortes de Wayfarer maison ? La Cleurie avec sa forme pantos si branchée  ? Peu de détails pour l’instant mais une chose est sûre, ils conserveront la même attirance pour le côté naturel des matériaux et l’envie d’inscrire dans le marbre l’artisanat des Vosges. ♦ Solène Lanza V

Plus d’informations : inbo.fr 21


REZIN a le style qui lui colle à la peau L’entreprise parisienne réussit l’habile mélange du style, d’un retour vers la nature, de gestes de solidarité et au milieu coule la sève d’un nouveau genre d’entreprise innovante et séduisante.

«L

es voyages forment la jeunesse. » Clément Daniel, Etienne Malec et Paul Bienstman ont fait de cet adage leur signature de style. Depuis 2014, le trio renouvelle son projet fondé lors de son année d’Erasmus. L’idée un peu loufoque du début est devenue bien plus professionnelle, aidée notamment par une tendance déjà prenante pour le bois comme pour les lunettes de soleil. «  L’idée originale était de faire des lunettes avec des matières naturelles comme le bois au début, puis la pierre et l’acétate. À l’origine, il s’agissait uniquement de productions de lunettes de soleil et dès la deuxième année, du fait de la demande, une ligne d’optique a été créée », explique Mimosa Gravier, chef de projets chez REZIN. POUR LES BEAUX YEUX DE LA SOLIDARITÉ Des collections distinctes qui sont pourtant tournées vers une même idée : la nature. « Les accessoires sont inspirés de paysages découverts lors des voyages de chacun », ajoute la membre de l’équipe. Ce désir d’exploration n’annule jamais la volonté de design épuré so Frenchie et le souhait d’être toujours au plus près de la tendance. Pourtant l’équipe plonge volontiers dans les modèles des années 1930

22

pour créer ses modèles de saison. « Nous faisons part de nos inspirations de design rétro et vintage et c’est un travail de remastérisation avec notre propre identité  : une innovation au niveau des matériaux  », commente la chef de projets. Les modèles ne sont pas les seuls à s’offrir un voyage dans le temps et l’espace puisque la fabrication comprend des verres venus d’Allemagne avec du bois de Chine. Mais là encore, REZIN impose sa propre patte car ses réalisations sont éco-gérées, trait qui fait partie de l’ADN de l’entreprise. « Depuis le début, l’entreprise est ancrée dans la solidarité. À l’origine, un arbre était replanté pour chaque paire vendue. Maintenant, nous nous orientons aussi vers l’accès à l’eau à Madagascar et la mise en place de ruches en Bolivie », rappelle Mimosa Gravier. Avec une philosophie foncièrement philanthrope et un intérêt pour la matière qui ne tarit pas, l’entreprise se diversifie sur le titanium et les montres. Une collection qui est lancée le 19 juin sur Kick Starter et qui a tout pour plaire à une clientèle réceptive à ce revirement de modèle de consommation. À la bonne heure ! ♦ Solène Lanza V

Plus d’informations : rezinwood.com


PUBLI-RÉDACTIONNEL ÉDUCATION

Rencontre de Charlotte Beyazian, directrice de La Petite Ecole Bilingue Kentish Town à l’occasion des cinq ans de l’école

Où vont les élèves de l’école après le CM2 : Highgate School, Lycée International Winston Churchill, Devonshire House, Ecole Jeanine Manuel Paris et Londres, CFBL, Lycée international de Saint-Germain en Laye…

Vous dirigez un établissement d’enseignement bilingue à Londres. Comment se profile la rentrée 2018 ? Septembre 2018 est pour nous un cap que nous sommes fiers de franchir : nous célébrons en effet cette année notre cinquième anniversaire. De la petite section maternelle au CM2, nos effectifs sont stables. Notre travail et notre projet sont reconnus par la communauté parentale qui est notre meilleure ambassadrice. En quoi votre école se démarque-telle des différentes écoles bilingues de Londres ? Notre originalité est notre curriculum couvrant dans leur intégralité le programme de l’Éducation Nationale et l’English National curriculum. Dans chacune des quatre écoles de notre groupe, nos élèves sont ainsi autant exposés à l’anglais qu’au français (50/50 parité horaire d’enseignement). Pour finir, nous privilégions les petits effectifs afin de fournir un enseignement sur mesure et de qualité au quotidien.

QUI DIT ANNIVERSAIRE DIT « CADEAU », NON ? Eh oui ! Pour célébrer les cinq ans de l’école de Kentish Town, nous proposons à toutes nos familles une offre exceptionnelle : des frais de scolarité annuels réduits à £8500 par enfant sous réserve d’atteindre un effectif constant de 85 élèves.

24

Quelles sont les atouts permettant à vos élèves de progresser dans chacune des langues ? Nous utilisons une pédagogie de projets forte et dynamique, permettant de stimuler et de maintenir d’une manière constante la curiosité et la motivation de chacun. Le résultat est très parlant en matière de vitesse de progression. Nous organisons aussi de nombreuses sorties, possibles grâce à nos petits effectifs  : Hastings, opéra, kayak, Tower of London, Big Bang Fair à Birmingham, musées… Le haut niveau de différenciation nous permet de « nourrir » chaque enfant selon ses besoins. La poursuite de la scolarité de nos élèves dans de très bons établissements est le gage de notre excellence.

La Petite Ecole Bilingue Kentish Town 22 Vicar’s road London NW5 4NL www.sis-lpeblkt.com


Bilingual School Dual French & English Curriculum

Nursery & Primary School

2-11 Years After School Clubs everyday 4pm-6.30 pm

PARIS

LONDON

8 Place de la Porte de Champerret 75017 Paris contact@stewartintschool.com petiteecolebilingue.free.fr

22 Vicars Road, NW5 4NL, London office@lpebl-kt.com www.sis-lpeblkt.com

Kentish Town

Oxford Gardens

90 Oxford Gardens, W10 5UW, London lpebl.admissions@stewartintschool.co.uk www.petiteecolebilingue-og.com 25


DOSSIER

Où perfectionner son anglais à Londres ? Do you speak English? Pour les Français désireux d’améliorer leur niveau d’anglais, une destination s’impose souvent : Londres. Par sa proximité avec l’Hexagone et sa facilité d’accès, la capitale anglaise est prisée pour des séjours linguistiques, ou des expériences plus longues en totale immersion. Mais une fois sur place, notamment pour les expatriés, quelles solutions privilégier pour une progression rapide et efficace en anglais ? Londres Mag a exploré le sujet et vous présente aujourd’hui une sélection des meilleures solutions.

26


Les cours intensifs Les cours de langue intensifs constituent la solution idéale pour toutes les personnes qui souhaitent améliorer leur anglais rapidement. Ils varient selon les écoles de 25h à 30h par semaine et sont souvent proposés pour une durée de deux semaines. Les cours se déroulent en petit groupe du lundi au vendredi, matin et après-midi et permettent de renforcer instantanément l’expression orale et écrite, mais surtout le vocabulaire nécessaire au monde du travail. Les cours intensifs s’adressent à tous ceux qui veulent maximiser leur progression sur une période de courte durée. Parce que le choix des écoles est souvent difficile à faire face à l’offre immense, nous avons sélectionné trois écoles qui ont la cote auprès de nos lecteurs.

The English Studio À Holborn, au cœur de Londres, cette école dynamique permet de prendre confiance rapidement et d’apprendre à échanger en anglais en quelques semaines. Les cours sont très interactifs et sont adaptés à chaque élève. En effet, un point est régulièrement fait avec les professeurs afin de suivre son avancée et sa progression. Pour deux semaines de 30h de cours, il faudra débourser £400. V

englishstudio.com

Kaplan International English Situé dans des immeubles modernes à Covent Garden et Leicester Square, ce groupe d’écoles est l’endroit idéal pour apprendre l’anglais dans une ambiance studieuse. Les programmes de cours sont personnalisables en fonction des objectifs et besoins de chacun, grâce à des modules complémentaires tels que « L’Anglais Business » ou la préparation aux examens de langue. Comptez £745 pour deux semaines de 30h de cours. V

kaplaninternational.com 27


Avalon London School Installée au cœur de Londres, cette école permet d’étudier l’anglais vite et bien. Elle propose essentiellement une formation autour de l’anglais professionnel, en tant qu’outil de communication. Les cours se concentrent sur l’oral, domaine souvent négligé lors des cours plus scolaires, pourtant essentiel pour la réalisation d’un entretien ou pour échanger avec des collaborateurs au sein d’une entreprise. L’un de nos lecteurs, Thomas, a tenu à partager son expérience très positive avec Avalon London School. Il raconte : « Tout d’abord, le prix était très avantageux : pour deux semaines de 25h de cours, j’ai déboursé £560. Une fois inscrit, j’ai été classé en fonction de mon niveau à la suite d’une évaluation. Il y avait entre huit et dix personnes par classe. L’ensemble des professeurs étaient soit des native speakers, soit complètement bilingues. Il y avait tout le temps de l’interaction : les règles et les notions étaient expliquées à l’oral et les professeurs n’hésitaient pas à reprendre plusieurs fois leurs explications. Ils prenaient du temps pour apprendre à nous connaître, pour savoir d’où l’on venait, quelles étaient nos attentes. Au final, je suis passé d’un niveau vraiment médiocre, de moins de 300 points au TOEIC (Ndlr : certificat international qui permet de mesurer le niveau d’anglais professionnel), à un très bon niveau (650680), et cela en deux semaines. Je recommande cette école à 400 %. » V

avalonschool.co.uk Alice Bouleau et Léa Tournadre

28


L’ÉDUCATION DE TOUS LES POSSIBLES

L’Autre École, une école innovante et bilingue pour les 3-11 ans, ouvre ses portes à Boulogne-Billancourt à la rentrée prochaine.

En suivant les programmes de l’Éducation nationale, nous mettons en place une pédagogie innovante et unique :

Active

Positive, bienveillante & exigeante

Bilingue

Tournée vers un système de valeurs audacieux

Valorisant toutes les formes d’intelligences

Engagée vers l’excellence

Directrice Laurence Lascar, (ancienne directrice de l’École Active Bilingue Jeannine Manuel)

Inclusive et ouverte à tous

L’Autre École propose une after-school (yoga, coding, cours de théâtre, cuisine...)

L’Autre École

Les inscrip tions sont ouvert es. Il reste enco re quelques p laces disponible s!

175 rue d’Aguesseau, 92100 Boulogne-Billancourt contact@lautreecole.fr - (+33) 6 09 53 17 92

www.lautreecole.fr 29


ON A TESTÉ POUR VOUS...

Les cours d’anglais en « mode conversation » Prendre des cours de langue en face-à-face ou en petits groupes, voilà peut-être la meilleure façon de prendre confiance en soi et de soigner son accent. Zoom sur deux écoles qui font progresser les Français et les autres, à grands pas.

Q

uand on change de travail, qu’on élargit son cercle d’amis avec des connaissances internationales ou qu’on décide de franchir un palier pour être encore plus à l’aise en «  société  »… toutes les raisons sont bonnes de vouloir progresser en anglais. Si l’on n’est pas fan des amphithéâtres et des cours intensifs, on s’orientera alors volontiers sur des cours en face-à-face ou en tous petits comités (moins chers que des cours particuliers). Aussi, nous avons décidé de vivre l’expérience afin de mieux pouvoir vous la raconter, avec le Conversation Club et Eclectic Minds. Les deux formules sont très proches en matière de philosophie puisque les professeurs sont là pour

30

vous faire pratiquer l’anglais, corriger vos fautes, vous encourager et vous mettre à l’aise. Lors de chaque séance, différents sujets sont abordés, souvent liés au quotidien : ses projets pour le week-end, ses problèmes pour trouver un appartement, ses bonnes adresses dans la capitale… La différence majeure réside dans les lieux choisis pour échanger. Le Conversation Club a opté pour des salles de classes classiques avec un grand tableau blanc où sont systématiquement reprises les grandes règles de grammaire, de conjugaison ou affichés des nouveaux mots de vocabulaire. Eclectic Minds dispense ses cours majoritairement dans des pubs (les pièces les plus calmes), ce qui permet aussi d’apprendre à soutenir une conversation dans un lieu public et non confiné. Une « aventure » collective qui permet de rencontrer d’autres Français, mais aussi des Japonais et des Espagnols par exemple, avec qui parler anglais même après les cours. Cela invite aussi les « élèves » à se corriger mutuellement - en plus du professeur - et à se rassurer quant à ses erreurs ou difficultés de prononciation. Pour mieux comprendre l’intérêt de ces cours, nous avons interviewé les fondatrices de deux écoles qui nous livrent leur parcours et leur philosophie.


Le principal objectif est-il de délier les langues ? Oui, tout à fait. Notre salle de classe de King’s Cross est comme la salle de répétitions avant le soir de la grande première. Faites des erreurs, essayez, recommencez, comme ça le jour de votre entretien d’embauche ou quand vous rencontrerez la belle-famille, l’anglais sera déjà un stress en moins. C’est dans une salle de cours avec d’autres étudiants qui ont autant de difficultés de prononciation que vous que l’on ose expérimenter avec des mots comme enthusiasm, thorough ou through. Nos objectifs sont de pratiquer, de s’améliorer, de prendre confiance tout en passant un bon moment ! Vous lancez la conversation et corrigez les erreurs au fur et à mesure ? La correction des erreurs est absolument essentielle. Par exemple, les étudiants ont toujours des difficultés avec les prépositions. À force de vous faire corriger par le professeur, vous allez finir par retenir qu’on dit « in the morning », pas « at » ou « on ». À vrai dire, ce qu’on propose est plutôt à contre-courant de ce que les grands pontes de la recherche en ELT (English Language Teaching) défendent, mais notre

V V

V

www.leconversation.com Tarifs en semaine : 10 cours à partir de £169 / £199 à partir de 17h, le week-end et jours fériés. Cours en individuel sur demande  uverture 7j/7. De 10h à O 22h en semaine et de midi à 20h le week-end et les jours fériés.

Ans La eti tia

Pourquoi un apprentissage basé sur la conversation ? Durant mes 15 ans d’expérience à enseigner sur différents continents, je me suis rendue compte que tout le monde a le même problème : l’oral. J’ai donc choisi un apprentissage basé sur la conversation avec des mini-groupes, qui permet en plus d’élargir son réseau de connaissances. Par ailleurs, le concept d’acheter un certain nombre de leçons individuelles à l’avance puis de les réserver quand cela vous convient le mieux n’existait pas à Londres.

elmo

Sophie Schieber - Le Conversation Club

©

méthode marche ! Les manuels et les polycopiés sont bannis de notre salle de classe. Par contre, on peut toujours demander à avoir des devoirs !

Pourquoi trouvez-vous que c’est la meilleure formule pour apprendre l’anglais ? Cela dépend de votre niveau. Pour prétendre à un niveau avancé, vous devez élargir la variété des thèmes dans lesquels vous êtes à l’aise pour parler, être tout aussi capable de comprendre un exposé scientifique sur l’intelligence artificielle que de suivre une conversation au pub. Pour le business English, nous sommes en train de mettre en place des ateliers type « negotiate in English », « pitch your start-up - be concise! » sur des demi-journées le weekend. Ces ateliers vous apporteront le vocabulaire qui vous manque et amélioreront votre prononciation pour gagner en crédibilité et clarté. Enfin, nous travaillons actuellement sur une formule destinée au soutien scolaire. Comment sont formés les groupes ? Par niveau ? On utilise le CEFR (Common European Framework for languages) pour nos groupes de niveau. Dans la pratique, la plupart de nos étudiants ont un niveau B1 ou B2. Vous faites une « trial lesson » et suivant la récurrence des fautes de grammaire, l’étendue des sujets abordés et l’intelligibilité de votre accent, vous êtes placés dans un groupe. 31


Al ex an dre Ro

Pourquoi une méthode basée sur la « conversation » ? Parce qu’il ne suffit pas de compter sur ses collègues, ses amis ou autres pour corriger nos erreurs et que l’amélioration de son anglais parlé vient aussi d’une action volontaire ! À l’origine d’Eclectic Minds, je trouvais que l’offre du marché restait assez scolaire, alors que selon moi, l’apprentissage des langues va bien au-delà de la maîtrise du « present perfect ».

che

Noémie Jean-Clarke - Eclectic Minds

© Quels sont les objectifs de votre école ? Il faut pouvoir se détendre et être dans un environnement agréable et bienveillant pour gagner en confiance en soi. Pour un expatrié, tout peut vite devenir difficile. Faire ses courses, voir un docteur, dire bonjour à ses voisins. Les cours sont un bon moyen d’échanger sur tous ces obstacles et de partager frustrations et belles histoires  ! Les trois grandes problématiques sont le vocabulaire, la grammaire et la prononciation. Pour développer le vocabulaire, nous apportons pour chaque heure de cours un thème à discuter. Cela permet de se concentrer sur un sujet Pourquoi trouvez-vous que c’est la meilleure formule et d’approfondir son vocabulaire. La pour apprendre l’anglais ? grammaire va permettre de mettre Mon expérience d’expatriée (Royaume-Uni et Mexique) son discours en forme. Pour bien et ma carrière de professeure ont nourri mes convictions : saisir les « should, would, could » par quand on est adulte, on n’a pas de temps à perdre, il faut exemple, rien de tel que de la mise allier l’utile à l’agréable, le « challenging au cosy » et passer un en pratique. La prononciation est à bon moment. Pour rejoindre nos cours, il suffit de savoir faire mon avis le plus délicat ! L’idée est trois phrases. Je préfère m’intéresser au niveau de motivation de ne pas nécessairement chercher qu’au niveau de langue. à perdre son accent frenchie, mais plutôt à être sûr que le message est Comment sont formés les groupes ? passé. Pour les cours d’anglais, pas de groupes de niveaux. Nous habitons dans un environnement qui nous sollicite constamment et inconsciemment. Il est possible de prendre des cours particuliers pour un résultat plus rapide. Tout le monde n’a pas le budget pour ces cours particuliers, d’où l’idée des petits groupes. Comme il ne suffit que de deux V www.eclecticminds.co.uk personnes pour que le cours ait lieu, il est possible d’utiliser ses crédits pour des cours, seul avec un professeur. V Une heure pour tester le système : £15. Il est possible Où pratiquez-vous ? Pourquoi ce choix ? d’acheter des packs de Les cours ont lieu dans des cafés ou pubs de Londres, en 5, 10 ou 20 heures, ou privilégiant les petites adresses aux grosses chaînes. Cela même de mixer des heures permet de découvrir de nouveaux quartiers, de nouvelles de cours particuliers avec adresses, mais aussi de ne pas être dans un contexte scolaire. les cours de groupes. Pouvoir boire et manger quelque chose si on le désire et bénéficier d’un peu de bruit de fond rend l’expérience de V Cours du lundi au communication plus naturelle. ♦ vendredi, horaires variables en fonction des jours, Laurent Colin entre 9h30 et 20h.

32


Vous avez trouvé votre dentiste français à Londres !

Installé depuis plus de 15 ans dans la capitale, notre cabinet ultra-moderne est le seul où toute l’équipe est entièrement française, depuis la réponse téléphonique ou email jusqu’aux soins. Nous utilisons tous les équipements les plus récents, les dernières technologies et les standards de stérilisation les plus élevés pour vous fournir les soins dentaires de haute qualité en toute sécurité.

Dentisterie générale adultes et enfants Dentisterie cosmétique (blanchiment, Hollywood smile, facettes) ◗ Couronnes et inlays céramique en une seule séance ◗ Implants dentaires ◗ Médecine esthétique (Botox et dermal Fillers, peels) ◗ Orthodontie sans bague (Invisalign) ◗ Pédodontie ◗ Parodontie ◗ Ostéopathie ◗ ◗

Cabinet ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 19h30.

www.dentistefrancais.com 100 Harley Street, W1G 7JA, London 020 7935 7815 (+442079357815 depuis l’étranger). frenchdentalpractice@gmail.com

33


Apprendre l’anglais en version 2.0 Quand il s’agit d’apprendre une langue étrangère, les nouvelles technologies s’avèrent bien utiles. Ordinateur, téléphone, tablette : ces trois supports offrent une myriade de possibilités pour progresser. En voici deux exemples, pour apprendre l’anglais en toute mobilité. UN INCONTOURNABLE VIVEMENT RECOMMANDÉ : LE PODCAST « 6 MINUTE ENGLISH » DE LA BBC Si vous cherchez la quintessence de la culture British, vous êtes au bon endroit. La vénérable BBC propose un podcast aux épisodes courts (six minutes, très précisément) à destination des curieux parlant déjà un anglais plutôt quite good. Chaque jeudi, deux présentateurs au parfait accent anglais vous embarquent sur un thème unique : l’utilité d’Internet, l’origine des chants des supporters de foot, le parfum… Chaque épisode fait intervenir un invité, spécialiste en la matière du jour. Les présentateurs se chargent ensuite de décortiquer les mots et expressions employés pour vous faire progresser. On aime ce format court, aussi intelligent que léger, qui nous permet de progresser et d’en apprendre plus sur le monde autour de nous. Pour ceux qui ont une mémoire plus visuelle qu’auditive, la « Beeb » a pensé à tout et met à disposition la retranscription de chaque épisode, avec les définitions des mots et expressions utilisés pendant l’épisode. V

 bc.co.uk/learningenglish/english/ b features/6-minute-english

UNE SOLUTION QUI FAIT LE TOUR DU MONDE : L’APPLICATION BABBEL Avec 14 langues proposées, Babbel fait partie des leaders dans l’univers des applications d’apprentissage linguistique. Depuis 2007, la plateforme permet à ses usagers d’apprendre rapidement à avoir des conversations dans une langue étrangère. Outre des leçons sur les situations de la vie quotidienne, Babbel offre également des cours plus avancés, notamment pour le business et la culture. Le contenu se divise entre une partie progressive (qui va du niveau A1 à B2 en anglais) et une partie thématique. Cette dualité permet d’acquérir les bases de vocabulaire et de grammaire tout en élargissant ses connaissances sur un thème spécifique. La plateforme utilise la reconnaissance vocale pour déceler les défauts de prononciation et corriger instantanément l’utilisateur. Pour ceux qui veulent pousser encore plus loin leur apprentissage de la langue, Babbel a récemment passé un accord avec Cambridge qui lui permet de délivrer le Cambridge Certificate. V

Disponible sur Android et IOS Alice Bouleau et Morgane Carlier

34


Les séjours linguistiques Londres est l’une des villes les plus dynamiques et attractives du monde. Chaque année, des dizaines de milliers de jeunes se pressent pour profiter d’un séjour linguistique dans la capitale britannique et vivre un moment inoubliable. Pour y voir plus clair, Londres Mag vous a sélectionné deux des meilleurs établissements disponibles.

Séjour CES London

Séjour EF London L’un des avantages du programme est qu’il est entièrement modulable en termes de contenu et de durée. De deux semaines à un an, EF propose une formule avec 26 cours par semaine dont des cours de langue générale, des sessions de projets culturels et des enseignements magistraux. Pour maximiser les échanges culturels, le groupe EF offre un hébergement dans une famille d’accueil locale. L’occasion de découvrir des expressions typiquement londoniennes et d’acquérir l’accent so British. Il est également possible de vivre au cœur de la ville, dans une résidence, afin de partager son quotidien avec des étudiants de plus de 100 nationalités différentes. V

ef.co.uk

L’école de langue Centre of English Studies se situe à Wimbledon, l’un des quartiers les plus agréables de Londres. CES London propose des séjours linguistiques pour améliorer son anglais tout en rencontrant des jeunes venus du monde entier. Un programme d’activités particulièrement fourni et diversifié permet également de découvrir les principaux sites culturels de la capitale anglaise. Le logement se fait chez des familles d’accueil, soigneusement sélectionnées, qui offrent le petit-déjeuner et le dîner. Que ce soit pour apprendre la langue dans un objectif universitaire ou professionnel, les séjours linguistiques CES s’adaptent à tous les profils et tous les niveaux. V

ces-schools.com

Léa Tournadre 35


Apprendre l’anglais autrement Prendre des cours intensifs d’anglais n’est pas la solution pour tous. Pour des raisons financières ou d’organisation, certains peuvent préférer d’autres options plus flexibles. Des meet-ups dédiés à l’apprentissage d’une langue ou des espaces d’échange au format speed-dating réinventent la manière d’apprendre l’anglais.

L

es cours d’anglais traditionnels ne sont pas nécessairement faits pour tous. Retourner dans une salle de classe, ne serait-ce que pour un cours du soir, peut en rebuter plus d’un(e). Pourquoi pas alors un speed-dating linguistique ? C’est de cette formule que s’est inspiré Franglish, qui propose des événements linguistiques hebdomadaires. Le concept est simple : pendant environ deux heures, les participants dialoguent en anglais pendant sept minutes, puis en français pendant encore sept minutes, avant de changer d’interlocuteur. Ce format court et dynamique permet de pratiquer la langue de manière spontanée et d’échanger sur des sujets très variés, selon les affinités. L’idée est de favoriser les échanges linguistiques dans une ambiance plus détendue et amicale qu’un cours classique, dans une mise en situation qui se rapproche davantage d’une scène du quotidien. DES MEET-UPS POUR DISCUTER EN ANGLAIS Dans le même esprit, il existe des meet-ups dédiés à la pratique de l’anglais, organisés sur la plateforme de réseautage social Meetup. Gratuits ou avec un

36

prix d’entrée minime (moins de £5), ces rendezvous visent à rassembler des personnes d’un niveau équivalent et qui souhaitent progresser en anglais. À l’instar de Franglish, certains meet-ups proposent de converser dans une langue pendant une heure, puis dans l’autre l’heure suivante. C’est le cas de Conversando UK (dont les échanges se font en français, mais aussi en espagnol, portugais et italien). La Monty English Language School organise également des «  cafés linguistiques  » qui se concentrent davantage sur l’expression orale et la correction des erreurs, sur plusieurs sujets. Pouvoir dialoguer avec des personnes dont l’anglais est la langue maternelle garantit des interlocuteurs qui maîtrisent la langue et donc, par exemple, la possibilité d’élargir son vocabulaire et de mieux s’imprégner de la prononciation. V

 eetup.com/ConversandoUK/ m montyenglish.co.uk/en/

Morgane Carlier


Les conseils d’une recruteuse pour intégrer une entreprise internationale Emmanuelle Thomas, membre de la cellule de recrutement de la French Chamber of Great Britain, l’affirme : « Il faut déjà avoir un bon niveau pour aller en entretien, puis pour décrocher un poste dans une entreprise internationale. » Elle conseille de privilégier le vocabulaire et la grammaire plutôt que l’accent, car «  en entretien, le recruteur arrête de vous écouter rapidement si les phrases ne sont pas bien construites, mais il est poli, donc vous ne sortez pas tout de suite ». Elle recommande également de ne pas s’attacher à traduire mot pour mot chaque phrase. Lors de la phase de recrutement, Emmanuelle Thomas explique ne pas tenir compte du niveau d’anglais dont peuvent se prévaloir les candidats, généralement issus de la classification européenne (voir page 39) : « Ce sont souvent des résultats basés sur des écrits, mais qui ne préjugent pas du niveau de la personne pour défendre un projet ou négocier un contrat. » Pour une progression rapide et efficace en anglais, elle préconise de s’immerger dans la culture locale, notamment en lisant les journaux anglais et en écoutant la BBC, mais aussi de « ne pas faire l’économie de cours d’anglais : parfois il vaut mieux commencer de zéro pour construire des bases solides ». V

ccfgb.co.uk

eOffice provides design-led fully furnished shared office space and meeting environments for startups, entrepreneurs, and growing businesses.

Co-working Space Meeting Rooms Virtual Office

www.eoffice.net Holden House, 57 Rathbone PI, London W1T 1JU 37


Des cours d’anglais à petit prix Pour ceux qui souhaitent prendre des cours d’anglais mais n’en ont pas les moyens, il y a des cours gratuits (ou presque), donnés par des professeurs en devenir ou débutants, dans des établissements qui ouvrent leurs portes à des tarifs intéressants.

C

ertaines écoles proposent des cours d’anglais gratuits, pour peu que vous payiez de modiques frais d’inscription.

Au Tropics Global College, une fois payés les £40 de départ, vous avez accès à des cours gratuits pendant un, trois ou six mois en fonction de la formule que vous choisissez. Zoé, ancienne journalistestagiaire à Londres Mag, témoigne : « Les cours ont lieu du lundi au vendredi, à raison de deux heures par jour, se souvient-elle. C’était vraiment un bon moment pendant lequel on progressait. Notre enseignante était géniale, elle nous emmenait visiter le quartier – et on n’était pas nombreux dans mon cours, environ une dizaine. Je vivais et travaillais à l’époque dans un environnement totalement francophone - ces cours m’ont permis de me lancer, m’ont aidée à me débrider et à oser parler anglais sans avoir peur de faire des fautes. Nous mettions vraiment l’accent sur la communication dans la vie de tous les jours. Nous avons même refait nos CV et lettres de motivation… Et puis nous n’avions pas l’impression de travailler de manière très scolaire. Nous avions des livres à lire – je me souviens de La ferme des animaux – mais c’était sans la lourdeur de l’apprentissage de la grammaire et des règles strictes. J’ai dû arrêter à cause du manque de temps et je le regrette car je progressais bien. » V

tropicsglobalcollege.co.uk

DES LEÇONS POUR PAS CHER AVEC DES APPRENTIS PROFESSEURS À l’International House London, des apprentis professeurs donnent des leçons d’anglais pour des prix dérisoires. Le contenu des classes est similaire à celui dispensé par des professeurs diplômés (grammaire, vocabulaire, compréhension écrite et orale). Deux créneaux sont disponibles, l’aprèsmidi et le soir. La formule « après-midi » comprend deux heures de cours par jour, cinq jours par semaine pendant quatre semaines pour £65, quand la formule « soir » ne coûte que £40 pour deux heures, deux fois par semaine pendant quatre semaines. Les niveaux acceptés vont de A2 à C1 (voir page suivante). Le seul prérequis est de passer un test de niveau en ligne et d’avoir plus de 16 ans. V

ihlondon.com

Les jeunes adultes (entre 19 et 23 ans) peuvent également se tourner vers la City of London. La ville propose en effet des cours gratuits pour les jeunes de cette tranche d’âge qui n’ont pas encore atteint le Level 2 dans le cursus scolaire britannique, sans conditions de ressources. V

cityoflondon.gov.uk Morgane Carlier

38


Les niveaux de langue à la loupe Si vous avez appris une langue vivante depuis 2001, vous avez dû entendre parler des niveaux A, B et C. Trois lettres, qui se déclinent en six niveaux de maîtrise d’une langue et qui constituent une référence pour les enseignants, les étudiants et les professionnels. Mais à quoi ces lettres font-elles vraiment allusion ?

C

’est la bible des enseignants de langue : le CECRL, ou « Cadre européen commun de référence pour les langues - Apprendre, Enseigner, Évaluer  ». Produit en 2001 par le Conseil de l’Europe, ce document de 184 pages est l’aboutissement de près de 10   ans de recherche et réflexions entre enseignants venant des quatre coins de l’Europe… voire d’au-delà. Ce rapport porte deux objectifs : amener les professeurs de langue vivante à interroger leur pratique professionnelle en se posant des questions fondamentales sur l’apprentissage et les compétences que cela peut requérir, mais aussi constituer une grille d’évaluation pour les étudiants, qui comprendront les compétences qu’il leur faut acquérir pour valider un niveau de langue. Un modèle d’évaluation novateur reconnu et appliqué au sein de l’Union européenne, mais dans d’autres pays du monde également.

3 LETTRES, 6 NIVEAUX, 5 SAVOIR-FAIRE Suivant le guide du CECRL, il y a trois niveaux de langue : « élémentaire » (niveau A), « indépendant » (niveau B) et « expérimenté » (niveau C). Chaque niveau se décline ensuite en deux sous-niveaux, correspondant à des compétences validées. Un étudiant a ainsi un niveau A1, A2, B1, B2, C1 ou C2 dans une langue. Pour le déterminer, ce dernier est évalué sur sa maîtrise de cinq savoir-faire linguistiques  : écouter, lire, prendre part à une conversation, s’exprimer oralement en continu et écrire. Cinq savoir-faire avec des exigences progressives et échelonnées selon les niveaux visés.

A1

B1 A2 B 2 C1

C2

Prenons l’exemple de l’écriture  : au niveau A1, un étudiant peut écrire une carte postale simple ; au niveau A2, une lettre personnelle simple, de remerciement par exemple ; au niveau B1, une lettre plus complexe, décrivant des expériences ou des émotions ; au niveau B2, des essais, rapports et lettres mettant en valeur «  le sens attribué personnellement à des événements et expériences » ; au niveau C1, des textes nuancés suivant les points importants à souligner et en adaptant le style d’écriture au destinataire ; au niveau C2, des rapports ou articles complexes ou des résumés d’ouvrage. Chaque compétence peut être évaluée indépendamment - un étudiant peut ainsi avoir un niveau C1 en écriture mais B1 en expression orale, par exemple. Une grille détaillée des niveaux de compétence permet également aux étudiants de s’auto-évaluer, mais il reste préférable de passer des tests de niveau, qui donne un résultat général et détaillé dans une langue. ♦ Cypriane El-Chami 39


PUBLI-RÉDACTIONNEL

Apprendre une deuxième langue dès la maternelle Doublement jugée « exceptionnelle » en 2017 et 2018 par OFSTED, l’École du Parc est une référence en matière d’écoles bilingues à Londres. Claire Richard, enseignante dans cet établissement basé à Clapham, l’un des quartiers français de la capitale, nous fait découvrir l’histoire et les objectifs de l’École du Parc… et nous livre quelques perles entendues dans ses classes !

L

’École du Parc a ouvert ses portes en septembre 2002 lorsque les enfants des fondatrices, francophones, étaient en âge d’aller à l’école maternelle. Elles souhaitaient que leurs petits grandissent dans un environnement français pour débuter leur scolarité et leur offrir la possibilité de renforcer le français avant l’entrée à l’école primaire anglaise. Depuis, de nombreux enfants ont franchi le pas de la porte de l’école (ils entrent maintenant à l’université) et la forte demande des familles parlant (au moins) français et anglais a permis l’ouverture d’une autre école, avec une spécificité bilingue apportée par la présence de deux enseignantes de langue maternelle française et anglaise. PLONGER DANS UN « BAIN DE FRANÇAIS » Du côté de la structure française, les familles anglophones ont continué à y inscrire leurs enfants, et nous avons alors réalisé l’importance pour eux de l’apprentissage du français par immersion. Un très jeune enfant peut apprendre une seconde langue sans perturber l’acquisition de la première ! Les parents d’enfants non francophones, comme ceux des familles mixtes, nous questionnent souvent sur la vitesse de cet apprentissage  ; à quel moment leur enfant va-t-il parler français  ? Cette question est une véritable énigme car les réponses

40

L’École du Parc accueille les enfants de 2 à 5 dans deux écoles (française et bilingue) à proximité de Clapham Common (SW11)

varient selon le contexte familial et surtout comment l’enfant est exposé au français en dehors de l’école. En tant qu’enseignantes à l’École du Parc, nous sommes convaincues que l’immersion est un des meilleurs moyens. Nous créons un environnement riche pour susciter le désir de communiquer. L’enfant y développe un réseau social, qui constituera ses premières amitiés. En plongeant nos petits élèves dans un bain de français, ils ouvrent souvent de grands yeux interrogatifs. Mais, rapidement, ils se constituent une base de vocabulaire liée aux consignes de la vie quotidienne, nécessaire pour leur survie !


« JE SUIS FINI !  Il faut avouer que nous avons matière à sourire de leurs petites fautes de langue, comme leurs traductions plaquées de l’anglais au français. Ils réfléchissent avec une logique très pertinente en appliquant les principes linguistiques de leur langue maternelle. Il faut dire qu’ils n’ont pas la tâche facile avec le français et ses nombreuses exceptions. Certaines traductions littérales sont bien connues, comme : je suis 3 ans, je suis froid, je suis faim et le meilleur, je suis fini ! Une mention spéciale pour « je ne le cherche pas » à la place de « je ne le trouve pas » ou celui qui dit « je regarde pour elle » pour « je la cherche ». Au moment de la visite du Père Noël dans nos classes, vient l’explication du déroulement de la matinée, avec un goûter spécial et la décoration de la classe, et la découverte d’une nappe de Noël. Immédiatement, une petite fille américaine demande (un peu estomaquée), « are we going to have a NAP today ? ». Les enfants plus âgés de moyenne section (pre-reception) ont souvent la plus longue expérience à L’EDP et nous avons la chance de récolter les fruits du travail des deux années précédentes. Un jour, en

Nouveau à partir de 18 : septembre 20 garderie jusqu’à 18h

demandant à une petite fille trilingue de la classe de donner quelque chose à sa voisine « donne-lui, s’il te plaît », elle corrige et dit à l’enseignante « non, tu LA donnes ! », laissant l’adulte un peu sans voix devant cet intérêt pour la grammaire française  ! PETITS PROGRÈS, GRANDE FIERTÉ Si nous offrons un maximum d’opportunités pour enrichir les échanges verbaux au travers de situations de jeux, ou d’activités utilisant toutes sortes de médias, comme la lecture d’histoires, les chansons, la poésie ou même la pâtisserie, nos enfants non-francophones ont tendance à s’exprimer en anglais entre eux, lors des temps de jeux. Comme on le dit en français, chassez le naturel, il revient au galop ! Heureusement que nous ne sommes jamais loin, pour reformuler au passage quelques phrases et renforcer le vocabulaire, avec discrétion bien sûr. C’est aussi le cas des petites erreurs grammaticales, nous essayons de ne pas les laisser passer sans en avoir l’air, en répétant la phrase dans le bon ordre ou en corrigeant la petite imprécision, quitte à demander à l’enfant si c’est bien cela qu’il voulait dire. Pour aider à la bonne compréhension des consignes ou pour donner des repères dans la journée, nous utilisons des cartes symbolisant les moments clefs. Au besoin, nous reprenons une histoire lue au groupe en individuel ou prêtons le livre à la maison. La partie la plus gratifiante de notre travail est celle où l’enfant dit ses premiers mots, puis des phrases parfois sans accent - une victoire de constater qu’on leur a donné le goût de communiquer  ! Pour les familles unilingues, qui ont fait le choix d’une deuxième langue qu’ils ne connaissent pas, ils constatent avec un mélange de fierté et d’inquiétude que ce qui sort de la bouche de leur enfant leur est entièrement incompréhensible. Un nouveau défi commence, apprendre une langue étrangère à l’âge adulte... Claire Richard, enseignante de petite et moyenne section Plus de renseignements sur ecoleduparc.co.uk 41


UNE JOURNÉE À... par Solène Lanza

Camden Town 8 WALDEN BOOKS

Chalk Farm

11 ROUNDHOUSE

12

Castlehaven Open Space

THE CAMDEN ASSEMBLY PUB

7 CAMDEN GUITARS

KALIMERA

5 4

Camden Gardens

3

OLI Si Camden draine BABA’S les foules, il fut un temps où le quartier n’était que sur la paroisse de King’s Cross, faubourg du manoir de Kentish Town. Le maître des lieux se nommait Charles Pratt. Comte de Camden et premier agent immobilier du coin, ses maisons étaient déjà proposées en location en 1791. Le xxe siècle offrit un renouveau au quartier avec les artistes du Camden Town Group, mais aussi Charles Dickens, le poète Dylan Thomas ou plus récemment la chanteuse Amy Winehouse.

42

KERB CAMDEN

2 1

ROKIT CAMDEN

THE GOOD MIXER

Camden Town St Martin’s Gardens

13 JAZZ CAFÉ

6 JEWISH MUSEUM LONDON

10 BREWDOG CAMDEN

9 THE BLUES KITCHEN


1 Dans les années 1950, The Good Mixer devint le QG des travailleurs locaux. Mais si l’endroit est connu des amateurs de musique, c’est qu’il fut le berceau de la guerre entre Blur et Oasis, lutte aussi marketing que physique d’après la légende. L’adresse reprise récemment par les managers du Magic Roundabout de Shoreditch est toujours le temple des amoureux du jukebox mais aussi des punks… à chiens. V The

Good Mixer 30 Inverness St, Camden Town, London NW1 7HJ thegoodmixer.co.uk

2 Aimer l’ambiance rock est une chose, l’épouser par le tissu en est une autre. Rokit est la solution pour se parer d’un nouveau costume indépendant mais assurément rock’n’roll. Pièces Levi’s des années 1960, T-Shirt hawaïen qui ravira les hipsters ou bottines en cuir boyfriend, rien n’est trop vintage dans la boutique ouverte en 1986. L’adresse qui a fait depuis des émules à Brick Lane et Covent Garden accueille même certaines célébrités en recherche de beaux accessoires d’époque. Gardez l’œil ouvert ! V Rokit

225 Camden High St, Camden Town, London NW1 7BU rokit.co.uk

3 Est-ce le choc des cultures ? La foule ? Ou l’appel des odeurs qui conduisent tout simplement le promeneur à se fondre dans la masse humaine à Camden Market ? Si le touriste est roi, l’autochtone se plaira à dénicher ici et là les bonnes adresses. Le label KERB a réaménagé le marché emblématique en août 2016. Ses 34 stands servent, 365 jours par an, le best-of de la nourriture made in UK. Pas toujours facile de s’y retrouver au milieu de toutes ces saveurs, mais Londres Mag a ses deux adresses fétiches jalousement gardées… jusqu’à aujourd’hui ! (à découvrir ci-après) V Camden

Market Camden Lock Pl, Camden Town, London NW1 8AF camdenmarket.com 43


4 Camden Market n’est pas que renommé pour ses mets de bouche, mais aussi pour ses posts sur les réseaux sociaux. Les foodies et les végétariens ont déjà élu Oli Baba’s le prince des expériences gourmandes croustillantes. Ses frites de halloumi font crépiter les midis depuis 2014. La spécialité du Moyen-Orient a trouvé son royaume dans cet espace de saveurs goûteux et insolite qui brasse tant de cultures.

5 La Méditerranée est décidément la reine de Camden Market. Kalimera vous fait voguer des eaux de Regent’s Canal vers les Cyclades. Avec son food truck qui sent bon la Grèce, Télémaque Argyriou emmène en voyage tous les curieux en manque de soleil. Ses wraps de halloumi, de poulet au tzatziki et bœuf/olives sentent aussi les vacances grâce à l’huile biologique maison que le créateur ramène lui-même de sa propriété familiale.

V Oli

Baba’s 15, KERB Camden Market, West Yard, Camden Lock Pl, Camden Town, London NW1 8AF olibabas.com

V Kalimera

Camden Lock Pl, Camden Town, London NW1 8AF kalimera-streetfood.co.uk

6 Gorgé de plaisirs de bouche, le promeneur ira sans doute errer sur Parkway à l’ombre des maisons bucoliques, rappelant quelque peu le Primrose Hill voisin. Sur Albert Street, une façade cache toute l’histoire d’une communauté. Cecil Roth, Alfred Rubens et Wilfred Samuel avaient conservé l’image et le patrimoine juif à Woburn House en 1932. Le musée de Bloomsbury a établi depuis sa collection dans une élégante demeure victorienne. Depuis 1994, le Jewish Museum London innove avec notamment des expositions temporaires sur des pontes de la communauté. Après l’hommage très remarqué à Amy Winehouse, c’est Astérix qui a droit aux honneurs de la Maison (voir Agenda page 77). V Jewish

Museum London Raymond Burton House, 129-131 Albert St, Camden Town, London NW1 7NB jewishmuseum.org.uk

44


free for friends Camden Town Jewish Museum London Raymond Burton House 129 – 131 Albert Street London NW1 7NB

jewishmuseum.org.uk/asterix #AsterixInBritain

Generously supported by: The Adlard Family Charitable Trust Jacaranda Trust Astérix in Britain is based on an original exhibition by The Museum of Jewish Art and History in Paris (MAHJ)

Archive film footage courtesy of INA France

45


7 La chanteuse à l’imposant chignon fait dorénavant partie du décor avec sa statue dans Camden Market. Mais l’ambiance rock se savoure aussi dans les échoppes de Chalk Farm Road. Le musicien Deicola Nevis enchante d’ailleurs toujours de ses riffs bien sentis à Camden Guitars. À l’intérieur du magasin, c’est pour les amateurs de musique un vrai rêve qui peut se savourer au café, dans l’open mic ou dans le studio d’enregistrement. Et avec un peu de chance, à la recherche d’une Gibson des années 1950, vous tomberez peut-être sur des visiteurs VIP comme les musiciens américains Daryl Hannah, EdHarris ou l’enfant terrible du rock anglais Pete Doherty. V Camden

Guitars 23 Chalk Farm Rd, Camden Town, London NW1 8AG camdenguitars.co.uk

8 Emporté par la folie de la foule, le visiteur peut parfois rebrousser chemin pour se perdre hors des sentiers battus. Harmood Street héberge une de ces adresses à ne pas partager ! Au 38, la glycine en fleur donne un aspect rustique à Walden Books. La librairie, ouverte en 1979, offre tout ce dont un passionné de littérature peut rêver : vieux polars à 50 pences ou grosses encyclopédies en cuir à 50 livres. Sur les rayons architecture ou histoire, les francophones pourront même trouver leur bonheur en VF avec une sélection étonnante d’ouvrages français recherchés. Walden Books 38 Harmood St, London NW1 8DP waldenbooks.co.uk

9 La nuit, tout Camden est auréolé d’une étrange lumière. Le quartier se métamorphose pour les noctambules à la recherche d’autres attraits. À chaque personnalité, son bar, son pub ou sa salle de concert. Les connaisseurs en cocktails fonceront au Blues Kitchen. Au coin de Camden High Street, c’est toute l’Amérique qui s’invite à table comme dans les longs drinks. Sous les reliures, le bourbon se lie bien d’amitié avec les Spicy Buffalo Wings ou donuts à l’Oreo. Une étape incontournable avant d’affronter la longue soirée à venir. V The

Blues Kitchen 111-113 Camden High St, London NW1 7JN theblueskitchen.com/camden/

46


10 Les plus traditionnels savent que le houblon coule dans les veines de Camden. La Camden Town Brewery inonde beaucoup de pubs mais la hype s’est aussi installée dans les lieux. La brasserie écossaise indépendante BrewDog Camden a pris d’assaut le quartier en 2011. À son comptoir de Bayham Street, la créativité est, depuis, à portée de papilles avec notamment la Dead Pony Club ou la Punk IPA, créées spécialement pour le mouvement. V BrewDog

Camden 113 Bayham St, Camden Town, London NW1 0AG brewdog.com

11 En matière de fêtes, Camden n’a plus rien à prouver. Si les rois des rave parties se ravitaillent en habits en néon au légendaire Cyberdog, les alentours mélangent encore avec goût architecture et gros sons. À deux pas des Stables, anciennes écuries royales devenues marché vintage, l’ancienne plaque tournante des voies ferrées fait depuis les années 1960 résonner d’autres sirènes. Théâtre, musique, cirque ou lecture se succèdent au Roundhouse. The Doors, The Rolling Stones, les Ramones ou plus récemment Peter Hook, ancien bassiste de Joy Division, ont fait vibrer ce grand amphithéâtre qui est une des plus impressionnantes salles de concerts de la ville. V Roundhouse

Chalk Farm Rd, Camden Town, London NW1 8EH roundhouse.org.uk

12 La nouvelle scène alternative a aussi investi le quartier à des adresses tout aussi étonnantes. The Camden Assembly Pub est l’antre de l’indie pop. La salle de 400 personnes a déjà fait les belles heures des Killers, Kasabian, The Horrors, Coldplay ou Foals. Restauré en 2016, l’espiègle ange sur la porte fait de l’œil à tous les passants pour les inviter à découvrir le 7e ciel à l’intérieur. V The

Camden Assembly Pub 49 Chalk Farm Rd, London NW1 8AN camdenassembly.com

13 La soirée s’intensifie au rythme des mélodies de piano et de batterie. Le Jazz Café fait le grand écart du jazz au piano au groove débridé. Et si les concerts hommages à Stevie Wonder ou fantaisies au saxophone sont trop diurnes, les oiseaux de nuit peuvent se consoler jusqu’à 3h du matin sur les mix world des DJ aux longues dreads. Et quand la dernière note de beat résonne au cœur de la nuit, les noctambules filent rejoindre les rues ténébreuses de Camden animées, ravivées par la nouba. V Jazz

Café 5 Parkway, Camden Town, London NW1 7PG thejazzcafelondon.com 47


LIBRAIRIE LA PAGE

En juin, tout le monde se retrouve à La Page !

Production Iconoclast Image © Jean-Baptiste Mondino

La Librairie La Page a préparé ce mois-ci un programme des plus éclectiques avec des rencontres, des lectures, de la poésie ou la préparation de la prochaine rentrée scolaire. La grande Amélie Nothomb vient rencontrer son public londonien, Robert Muchamore signe une BD avec Baptiste Payen, Elisabeth Jacquet vient parler de son mari et Juliette Boudre sera à Londres pour témoigner de son histoire personnelle, celle de la perte de son fils des suites d’une overdose médicamenteuse. DES MOMENTS FORTS EN PERSPECTIVE Auteure belge prolifique (dix millions de livres vendus), Amélie Nothomb est de passage à Londres le 11 juin à 19h à l’Institut français. En partenariat avec The B&C Club, la librairie propose une rencontre avec l’auteure de Stupeur et Tremblements, roman lauréat du Grand prix du roman de l’Académie française en 1999. Amélie Nothomb, également commandeur de l’ordre de la Couronne belge, a publié Frappe-toi le cœur chez Albin-Michel en 2017, un roman qui aborde les relations sociales entre plusieurs femmes où se mêlent rivalité, jalousie et manipulations. La soirée sera l’occasion d’interroger l’auteure sur son œuvre. Sur inscription seulement  : www.thebc-club.com ou www.librairielapage.com LECTURE À DOUBLE-VOIX Mardi 5 juin à 18h30, la librairie garde ses portes ouvertes pour une rencontre avec Elisabeth Jacquet, auteur de Mon mari et moi, chez Serge Safran Editeur. À cette occasion, elle fera une lecture à double voix de son livre, accompagnée par la talentueuse comédienne londonienne Edith Vernes. Venez découvrir cet essai décalé où l’auteur explore le concept de mari, avec humour, sérieux et tendresse. À offrir à toutes les femmes. Et à leur mari. 48

MAMAN NE ME LAISSE PAS M’ENDORMIR Le jeudi 21 juin, la librairie accueille dans ses murs Juliette Boudre pour un petit-déjeuner autour de son récent ouvrage, Maman, ne me laisse pas m’endormir aux Éditions de l’Observatoire. Dans ce livre poignant, elle revient sur la disparition de son fils Joseph, victime d’une overdose d’anxiolytiques et d’opiacés. Une souffrance inimaginable qui l’a poussée à prendre la plume pour alerter sur les dégâts causés par la consommation d’opioïdes, qui cause de plus en plus de décès chez les jeunes. Réservation obligatoire sur www.librairielapage. com (£5, incluant une remise de £5 sur l’achat du livre le jour même). RENCONTRE POUR LES FANS DE BD Robert Muchamore, l’auteur aux 9 millions d’exemplaires vendus, père de la série Cherub, viendra avec l’illustrateur Baptiste Payen présenter leur dernière BD, Arizona Max (Casterman). Samedi 16 juin après-midi à la librairie. UN CLUB PETIT PIERROT SPÉCIAL ! Mois de juin oblige, la session du samedi 23 juin adopte cette fois une thématique propre à la saison : la fête de la musique ! À partir de 15h, les petits de un à cinq ans pourront s’en donner à cœur joie et pousser la chansonnette, toujours de manière ludique et en apprenant la langue de Molière en rythme. N’oubliez pas de réserver si vous souhaitez faire participer votre enfant à l’atelier ! ♦ Morgane Carlier Renseignements et réservation en boutique ou sur le site www.librairielapage.com


LA SÉLECTION DU MOIS Une famille Pascale Kramer, Flammarion

Vers la Beauté David Foenkinos, Gallimard

Chaque membre d’une famille Un enseignant aux Beaux-Arts vit à sa manière le drame d’un quitte sa ville et sa vie sans laisser fils ou d’un frère alcoolique. de traces. Il se fait engager comme Entre le désir de voir ce gardien de musée où il rencontre dernier s’en sortir et leur une femme qui lui donnera la force impuissance face à cette d’affronter ce qui l’a mené à ce changement maladie, les personnages tentent de trouver un radical d’existence. L’art, au pouvoir réparateur, équilibre pour vivre leur propre vie et construire est au centre de l’intrigue et lie les quelques des relations les uns avec les autres. Un récit personnages du roman. Avec un suspense extrêmement touchant et réaliste qui maintenu jusqu’au bout, l’auteur soulève des questions sur les nous partage un récit limites de l’aide que l’on peut extrêmement bien apporter aux personnes en construit et haletant, réelle difficulté. d’une justesse Les explorateurs du temps : incroyable. Sur la piste du pharaon Alain Surget, ABC melody Nanie, Yann et Loup réalisent leur rêve le plus fou : voyager dans le temps ! Propulsés dans l’Egypte antique, ce qui devait être une simple visite se transforme en un véritable périple. Bloqués au temps des pharaons, les trois adolescents doivent déjouer un complot mortel visant la famille royale qui pourrait changer le destin de l’Egypte tout entière… Des pharaons aux dieux égyptiens, Les explorateurs du temps plaira à tous les passionnés d’histoire !

Valse hésitation Angela Huth, Table Ronde

Millenium blues Faïza Guène, Fayard

Alors que son second mariage bat de l’aile, Clare rencontre Joshua. Va-t-elle suivre le conseil de la délicieuse Mrs Fox qui proclame que « mieux vaut avoir un amant quand on est jeune qu’une névrose quand on est vieille » ? Dans ce premier roman enfin traduit en français, on trouve déjà tout ce qui fait le charme de l’écrivain britannique : la délicatesse de l’écriture, la finesse des portraits et la modernité de la pensée pour une valse-hésitation rondement menée !

Zouzou et Carmen se connaissent depuis l’enfance. A travers l’histoire de ces deux amies chahutées par ce début de millénaire, l’auteur promène un regard tour à tour candide et assuré sur notre époque. Par petits épisodes espacés dans le temps, au gré d’événements touchants, drôles ou mordants, elle dresse le portrait attachant d’une génération tourmentée. Et cela compose une chronique douce-amère, une petite musique moderne et acidulée qu’on fredonne volontiers avec elle.

Testez la boutique en ligne de la librairie : www.librairielapage.com

49


PUBLI-RÉDACTIONNEL

Le département d’ophtalmologie au LIMC : de l’urgence au suivi régulier L’ophtalmologie en Grande-Bretagne est très différente du système auquel nous sommes habitués en France.

les enfants, incluant le contrôle de la vision et la prescription des lunettes, le contrôle de l’œil (tension, fond d’œil...), à des consultations hyper-spécialisées (paupières, glaucome, pathologies rétiniennes, laser pour la myopie, strabisme...).

E

n Angleterre, les optométristes se voient confier la prescription des lunettes et la réalisation de certains examens complémentaires, laissant aux ophtalmologistes la prise en charge des pathologies et de la chirurgie. En France, nous restons convaincus qu’un examen ophtalmologique est un tout, et qu’il n’est pas limité à la seule prescription de lunettes. Le contrôle annuel de la vue est en effet le prétexte à un examen complet de l’œil et permet de dépister de nombreuses maladies, à la fois oculaires (glaucome, déchirure rétinienne, tumeur...), mais également générales, qui ont un impact sur l’œil et sont alors repérées par l’examen du fond d’œil que seul l’ophtalmologiste peut réaliser (hypertension artérielle, diabète, etc...). 

Au LIMC, nous offrons à nos patients des soins ophtalmologiques «  à la française », qui vont de la consultation annuelle de suivi pour les adultes et 50

Notre équipe est composée d’ophtalmologistes français reconnus, tous chirurgiens, choisis parmi les meilleurs dans leur domaine spécifique, permettant d’offrir des soins adaptés à chaque pathologie. Quelle que soit votre demande, prescription de lunettes, suivi régulier ou pathologie spécifique, vous trouverez au LIMC un accueil privilégié et un praticien spécialisé. Au LIMC, nous possédons un plateau technique complet, avec des appareils de mesure et des lasers les plus modernes, combiné à un bloc opératoire ambulatoire adapté à l’ophtalmologie. Notre centre est ouvert 7 jours sur 7, permettant des consultations adaptées à tout emploi du temps.

Retrouvez notre équipe et regardez nos vidéos d’information sur www.limc.co.uk Prise de rendez-vous au 020 7034 3326 ou sur www.findoc.co.uk


Un nouveau centre médical français d’excellence ouvre dans le quartier de Harley Street. Il est destiné à une patientèle française et internationale désireuse d’obtenir un niveau de soins « à la française ». Les médecins généralistes et spécialistes français (ophtalmologie, gynécologie, pédiatrie, dermatologie, orthopédie, cardiologie, psychiatrie...) sont sélectionnés pour leurs compétences. En cas de pathologies spécifiques ou rares, des spécialistes du domaine se déplacent à Londres.

Un bloc opératoire ambulatoire et court séjour multi-spécialités, ouvert 7j/7. Un accueil attentif et du personnel à votre écoute afin de vous obtenir un rendez-vous dans les plus brefs délais.

Une communication dynamique et permanente entre les praticiens du centre pour une prise en charge coordonnée. Un partenariat avec , le service de médecins généralistes à domicile 24h/24.

Ouvert 7 jours sur 7 Prise de rendez-vous au 020 7034 3326 London International Medical Centre, 18-22 Queen Anne Street, London W1G 8HU

www.limc.co.uk Retrouvez-nous également sur


LE COUP DE CŒUR DU MOIS

Roux at the Landau, quand le landau de la gastronomie française se redécouvre à Oxford Circus Ce n’est pas qu’un chef français, il fait aussi partie du symbole de la cuisine française outre-Manche. Michel Roux, issu de l’illustre famille du même nom, distille sur le petit écran comme au cœur de Londres la tradition familiale au public anglophone. Si Le Gavroche, fondé par Michel Roux senior et son frère Albert, et Roux at Parliament Square continuent d’enchanter les palais et les mirettes des curieux, l’adresse de Michel Roux Jr. à deux pas d’Oxford Circus était depuis quelques temps bien plus discrète. Et pour cause, Roux at the Landau s’est refait une beauté début avril. Une expérience moderne, inoubliable avec ce « je-nesais-quoi » d’élégance à la française. SAVOUREZ LE DÉCOR AVANT MÊME DE PASSER À TABLE Il a fallu trois mois pour rénover Roux at the Landau. Un travail tenu d’une main de maître par le David Collins Studio, spécialiste du genre. Ces designers ont déjà transformé le Colbert de Sloane Square en brasserie haut de gamme à l’image de celle du Châtelet et donné des airs assurément vintage à Zedel de Piccadilly Circus. La tâche, dans ce restaurant du Langham Hotel, était de conserver l’originalité du lieu, fief de la gastronomie francophone en face du bijou architectural britannique qu’est la maison-mère de la BBC. L’arrivée à bon port est une véritable odyssée tant il faut passer d’étapes tout aussi charmantes les unes que les autres avant de pouvoir toucher au Graal : la table. La salle blanche contraste d’entrée avec le mystérieux tunnel d’accès. Moment suspendu entre briques noirâtres vernies aux reflets verts et grande cave 52


signées Androuet, mais aussi italiennes à l’image de la burrata de la Latteria. Cette fabrique sublime l’artisanat rital au cœur de Londres avec Scarmoza, étonnant fromage filant à l’habile goût fumé en arrière bouche ou Rollatina, bluffant roulé à la bresaola et à la salade roquette. Le chef Michel Roux tient beaucoup à cette alliance de saveurs gastronomiques qui représente le multiculturalisme de la ville de Londres. Cette image est chère au cœur du Franco-Britannique comme à celui du chef Nicolas Pasquier qui a imaginé le menu des lieux. Ce natif de Vendée a tout d’abord rejoint l’Atelier de Joël Robuchon dans son aventure londonienne. Un autre parcours qui représente bien la philosophie de l’établissement : la classe et les techniques à la française qui se mêlent au meilleur de la cuisine britannique. Car les produits made in UK sont aussi prestigieux. Le saumon écossais de Campbell’s & Co semble fondre dans la bouche entre oscietra caviar et blinis mœlleux. Et il n’est pas impossible qu’entre deux grains de sel, un bouquet fumé, tourbé de whisky, remonte aux papilles comme pour continuer un voyage déjà bien débuté. La route se perd à St Selver, où le canard se nourrit de l’acidité du kumquat et navigue à merveille sur le Margaux Château Soussans 2014. Les courants sucrés ne font pas perdre le nord dans l’ascension vers le nirvana. Le chef pâtissier Andrew Gravett garde les esprits en apesanteur avec le mœlleux au chocolat manjari sur un nuage de caramel. Une douceur purement extatique qui fera dire que dorénavant le berceau de la gastronomie sublime est à Oxford Circus. ♦

à vins vitrée où sont exposés pas moins de 500 crus. Mais le visiteur à l’appétit aiguisé se pâmera tout autant devant le cabinet… à fromages. De fines plaques de marbre blanc servent d’étuis de luxe à la dernière sélection de saison - française de surcroît ! Roux at the Landau aime jouer avec le spectacle, à l’image du nouveau comptoir central, objet de tant de convoitises, surtout quand la machine à jambon rubis et vintage se met en action.

Solène Lanza @soleneelle

DÉGUSTEZ LA FINE FLEUR DES TERROIRS EUROPÉENS Si les fromages et la charcuterie ont la gloire des projecteurs, c’est qu’ici la vraie star est le produit : des compositions fromagères françaises

V 1C

Portland PLace, London, W1B 1JA rouxatthelandau.com 53


ON A TESTÉ POUR VOUS...

Deux bonnes adresses pour le régal des pupilles et des papilles ! Simmons Bar

devient le Temple des cocktails récréatifs À force de faire des yoyos de température, la belle Angleterre en arrive à perturber tous les expatriés, même ceux à long terme. Pour ne pas perdre le nord, il est question de rester au centre à la recherche de plaisirs à l’anglo-saxonne, nommés communément : bar à cocktails. Simmons Bar a étendu son univers tentaculaire de Fulham à Liverpool Street. À Temple, une devanture bien sombre semble l’eldorado de nombreux travailleurs en manque d’afterwork. Les lettres dessinées sont pourtant bien formelles : il s’agit d’un bar. Le doute est toutefois encore permis, mais dès le seuil franchi, le visiteur le sait : le voilà dans une caverne d’Ali Baba d’un genre tout nouveau. Pas de montagne de deniers mais un retour vers l’enfance certain. Les T-Rex, Barbie et VHS d’Aladdin conduisent à jamais dans cet univers doux, sucré et enfantin. À l’étage, la décoration fait appel à un vrai retour à la cour de récré avec des bancs d’écoliers bien marqués. Pour l’heure, le temps est joyeux, en version originale « Happy Hours », et il dure assez longtemps. De 16h à 21h, le convive épanoui ne sait plus où donner de la tête entre le Disco Fizz au gin et le Sex With a Lady à la vodka. Peut-être plus ému par les mini bustes en plâtre et les abats-jour pagode, il lui conviendra de partager une théière de cocktails. Long Island Iced Tea, pour ne pas trop perturber les traditions du « 4 o’clock » avec vodka, rhum, tequila et une bonne dose de coca qui le fait 54

boire… comme du petit lait. Une fois « l’apérothé » terminé, l’ambiance devient plus conviviale en deuxième partie de soirée, avec reprises live d’Oasis, Bob Marley et Britney Spears. Dodelinant sous la boule à facette en forme de crâne, et se frayant un passage pour demander un rafraîchissement concocté par les bartenders, il pourra alors s’écrier : « Il n’y a pas à dire, cette atmosphère régressive et savoureuse est “Toxic !” » ♦ Solène Lanza V 1

Milford Lane, London, WC2R 3LL simmonsbar.co.uk


@soleneelle

Chez Antoinette, c’est du pain bénit

Juin conduit parfois les premiers rayons du soleil à taper sur les verrières de Covent Garden et sur les Français installés à Londres accompagnant leur famille en voyage dans la capitale. Sous les voûtes, à l’abri des hourras et du brouhaha, les briquettes appellent au refuge goûteux et moelleux Chez Antoinette. L’adresse est le refuge des nostalgiques du sweet home français et mélange les plaisirs de la bouche : brie ou canard confit avec l’inimitable pain sourdough bio. Ces « open sandwich », comme les nomment les Anglophones,

@soleneelle

Vagabonder dans le grand Londres n’est qu’une petite expérience comparée à celle de se frayer un chemin douillet dans le Central London. Heureusement, Chez Antoinette, la gourmandise et le réconfort attendent les expatriés comme sa famille francophone.

ou tartines comme les désignaient les anciens, se refont une beauté avec l’arrivée des beaux jours avec les Smörgåsbords, comprenez planche de bois... à la suédoise. Ces apéritifs estivaux bien rustiques se fondent parfaitement sur les tables boisées mais réveillent une certaine nostalgie en bouche. Le cochon se fait sentir dans les rillettes joufflues qui étaient faites pour rencontrer le pain bio. Dès lors, c’est toutes les alliances des tartines qui se délient sous la langue : le fromage de chèvre au mariage magique avec le miel d’acacia et la fourme d’ambert douce et énergique à la fois épouse à merveille les poires. Un tel cocktail détonnant ne peut que s’accompagner de Spritz, accent méditerranéen de cette pause londonienne. Pourtant en bouche, c’est Wimbledon qui s’invite dans le saucisson délicatement salé. La nostalgie revient sur le palais à l’heure du dessert avec la tarte au citron luisante et gourmande en bouche ou la panna cotta aux fruits rouges, madeleine de Proust des longs dîners en famille. Chez Antoinette, de quoi en faire tout une tartine ! ♦ Solène Lanza

V 30,

The Market, London, WC2E 8RE www.chezantoinette.co.uk 55


LONDON FACES Photos Alexandra Roche - www.alexaroche.com

Russell : du violet, du velours et des vibrations londoniennes

Avec Alexandra Roche, photographe installée à Londres depuis 3 ans, nous inaugurons une nouvelle rubrique dans Londres Mag. Au gré de ses balades dans la capitale, elle a plaisir à capturer des looks, des gueules, des personnalités qui se démarquent et que nous vous dévoilerons chaque mois. Et c’est Russell qui ouvre le bal.

R

ussell par Russell, c’est le chanteur Boy George mêlé à un clochard bohême, d’après ses propres termes. Un étrange mélange, qu’il se tisse lui-même au fil de son imagination, de ses émotions. Il n’a pas de modèle, mais beaucoup d’instinct dans le choix de son style. Un dandy d’aujourd’hui, l’engagement créatif en plus. Pour Russell en effet, une tenue, ce n’est pas uniquement du tissu, mais c’est une vie, une philosophie. La nature, la rue, l’art, la religion, mais aussi des rencontres émouvantes l’inspirent. Il adore le violet : « C’est exotique et hédoniste, ce sont les tenues des princes et les rideaux en velours des bordels, c’est le mystère et la sensualité. C’est la couleur des histoires et de l’Histoire. » Son expérience de l’apparence, il la partage autour de lui comme une énergie. En véritable mentor, il apprend à des leaders, des célébrités voire des politiques l’art de la présentation sur scène et du récit sur soi. Il prolonge son style et son goût pour le beau en concevant des dinner parties allant de la soirée intime à celle à 250 invités. « I ADORE LONDON ! » Ne vous méprenez pas, Russell n’est pas un naufragé des temps perdus, il est ancré dans le présent vibrant et éclectique de Londres, ville « la plus excitante et la plus enivrante au monde ». L’énergie, la mixité de la ville en font le paradis de ceux qui ont entrepris une vie « créative et expérimentale ». Pour sa part, Russell a choisi son élément : l’eau. Une péniche ou plutôt « une installation artistique sur l’eau » en guise de chezsoi. Comme une oasis de spiritualité au cœur de la métropole. ♦

Compte instagram de Russell : pearlsandpoisonlondon

Cypriane El-Chami 57


SOCIÉTÉ

Grenfell Tower : un an après la tragédie, où en est-on ? Le 14 juin 2017, la Grenfell Tower s’embrasait dans l’un des incendies les plus spectaculaires de Londres. Un incident qui a marqué les esprits et qui, aujourd’hui encore, laisse de nombreuses questions en suspens. Alors que l’événement approche de son premier anniversaire, que sait-on vraiment du drame ? Quel avenir pour le site ?

C

’est sous un épais nuage de fumée que les Londoniens se sont réveillés, le mercredi 14 juin 2017. A l’aube, une longue traînée noire s’étend déjà au-dessus de la ville, provoquée par l’incendie qui ravage la Grenfell Tower depuis les premières heures de la nuit. C’est peu avant une heure du matin que le feu s’est déclaré, dans l’un des appartements du quatrième étage de la tour qui en compte 24. Rapidement, l’ensemble du bâtiment s’est embrasé. De nombreux habitants ont réussi à s’échapper, mais d’autres sont alors pris au piège. Une dizaine de minutes après le premier appel aux urgences, pas moins de 200 pompiers et 40 camions sont arrivés sur les lieux. Il leur a fallu toute la nuit et encore quelques heures dans la matinée pour parvenir à éteindre le feu. Ce n’est qu’en novembre 2017, presque six mois après le drame, que les autorités ont annoncé le bilan définitif des personnes décédées dans l’incendie, qui s’établit à 71. LE BARDAGE DE LA TOUR POINTÉ DU DOIGT La colère gronde toujours parmi les survivants de l’incendie. Ce qui irrite le plus les habitants de la tour (et des logements environnants, dont certains ont dû être évacués à cause du danger de chute de débris), c’est le fait que l’incendie aurait pu être évité. En 2013, l’association de résidents Grenfell Action Group avait alerté les propriétaires de l’immeuble sur les risques d’incendie. À cette

58

époque, un pic de surtension électrique avait déjà failli provoquer un incident majeur. Face au manque de réaction, les membres de l’association avaient alors déclaré sur leur site : « C’est une pensée terrifiante, mais le Grenfell Action Group croit fermement que seul un événement catastrophique pourra révéler l’inaptitude et l’incompétence de notre propriétaire, le Kensington and Chelsea Tenant Management Organisation (KCTMO).  » Autre élément accablant : l’absence de système d’alarme incendie généralisé au bâtiment. Mais le sentiment d’injustice et la colère des habitants ne se limitent pas qu’à cela. Il y a quelques années, la Grenfell Tower, construite en 1974, a été rénovée. Les travaux, qui se sont achevés en 2016, ont notamment consisté en l’installation d’un nouveau bardage. C’est ce revêtement extérieur qui est aujourd’hui pointé du doigt par de nombreux experts qui se sont saisis du sujet. À leurs yeux, l’enveloppe du bâtiment a considérablement influencé la rapide propagation du feu du quatrième étage à l’ensemble de la tour haute de 70 mètres. Quelques mois avant l’incendie, le groupe d’experts The Building Research Establishment (BRE), qui travaille entre autres sur les risques d’incendie, a rendu un rapport au gouvernement. Dans ce rapport, le BRE estime que les techniques innovantes en matière d’isolation augmentent le volume de


© Laurent Colin

matériel inflammable dans les bâtiments. D’autres spécialistes ont également soulevé que le matériel utilisé pour le bardage était le moins cher et le plus inflammable des matériaux proposés. Dans un rapport postérieur à l’événement, le BRE abonde dans le même sens et affirme que l’incendie aurait pu être évité. Il souligne l’impact du nouveau bardage, composé en partie de polyéthylène, très inflammable, ainsi que l’absence de portes coupefeu dans l’ensemble du bâtiment, qui auraient pu ralentir la propagation des flammes. Pour le groupe d’experts, au regard des matériaux utilisés pour construire la tour à l’origine, « il n’y avait [alors] que peu de risques qu’un incendie dans l’un des appartements de la Grenfell Tower se propage aux appartements voisins ». Il insiste d’ailleurs en expliquant que si le bâtiment n’avait pas bénéficié d’une solide structure avant sa rénovation, la tour se serait «  partiellement voire totalement effondrée » après l’incendie. BIENTÔT UN MÉMORIAL ? Une enquête publique a été officiellement ouverte le 21 mai 2018 pour faire la lumière sur l’incendie. Les proches des victimes seront les premiers à être entendus, suivis par les pompiers, les autorités concernées puis les survivants. L’ensemble de la procédure pourrait durer jusqu’en 2020. De son côté, le gouvernement a émis une note sur la postérité du lieu. Ce document stipule que la

voix des survivants et des proches des victimes sera le premier critère pris en compte dans le processus de décision. Il fait part également du projet de construire un mémorial pour les victimes à la place de la tour, qui devrait être définitivement détruite d’ici la fin de l’année 2018. La station de métro Latimer Road voisine pourrait aussi être renommée en hommage au drame, pour que celui-ci ne soit pas oublié. En parallèle, peu de temps après l’incendie, le gouvernement a demandé à ce que des bâtiments similaires à la Grenfell Tower soient examinés sur le plan des procédures de sécurité en cas de feu. Près de 600 tours d’habitation utilisant le même bardage en panneaux composite ont ainsi été passées au crible. Afin d’éviter tout risque, le revêtement extérieur a même été retiré de certains immeubles ailleurs dans le RoyaumeUni… aux frais du contribuable. Le quartier de West Lancaster, dont dépend la Grenfell Tower, devrait, lui, bientôt changer de visage. Six cabinets d’architectes planchent actuellement sur des projets de rénovation de l’espace. La tour n’entrera toutefois pas en compte dans les plans, en raison de l’enquête toujours en cours et de la décision du gouvernement de suivre la volonté des proches des victimes et des survivants. ♦ Morgane Carlier 59


Borough Market, l’autre événement tragique du printemps 2017 L’incendie de la Grenfell Tower n’a pas été le seul drame à toucher Londres au mois de juin 2017. Quelques jours auparavant, une attaque terroriste avait aussi endeuillé la ville, à Borough Market.

© Borough Market

minutes, la police londonienne est intervenue et a abattu les terroristes. Le bilan final fait état de huit morts (dont trois Français) et 48 blessés.

Q

uartier prisé des Londoniens, Borough Market est un lieu toujours en mouvement. Son marché réputé est couru des locaux comme des touristes, qui s’y pressent du mercredi au samedi en quête de nouvelles saveurs ou de street-food. L’ambiance y était conviviale le 3 juin 2017 et les pubs environnants bondés en cette douce soirée de printemps. Vers 22h, pourtant, la soirée a basculé. Trois assaillants, à bord d’une camionnette blanche, ont traversé le London Bridge et ont percuté des piétons. Après avoir abandonné leur véhicule au sud du pont, ils ont continué à pied pour rejoindre le quartier de Borough Market, où ils s’en sont pris aux passants, dont certains ont été poignardés. En quelques

60

« TOUT LE MONDE S’EST SENTI TRÈS IMPLIQUÉ » L’attaque a profondément affecté les Londoniens, notamment les Français, qui sont nombreux dans le quartier. Les élans de solidarité n’ont pas tardé : beaucoup de fleurs et de messages ont été déposés sur les lieux dans les jours qui ont suivi le drame. Un moment de rassemblement que la Consule générale de France au Royaume-Uni, Sylvaine Carta-Le Vert, ne manque pas de souligner : « Je pense qu’il y a eu, suite aux attentats, beaucoup de manifestations de solidarité. Nous avons reçu beaucoup de messages. Si nous avions eu à lancer un appel pour demander aux Français d’héberger les familles des victimes par exemple, je suis sûre que nous aurions eu une grande manifestation de soutien et de solidarité. Tout le monde s’est senti très impliqué, comme lors des attentats de Paris, et ici les Français de Londres l’ont été à deux titres. D’abord, parce qu’il y a eu beaucoup de victimes physiques, dans un quartier où il y a beaucoup de Français et puis oui, cela a fait prendre conscience qu’il est important de se montrer solidaire. » De nombreuses personnalités se sont rendues sur place pour témoigner leur soutien, à l’instar du maire de Londres Sadiq Khan, du prince Harry ou encore du prince Charles. Un hommage est prévu le 3 juin 2018, dans le cadre d’une série de commémorations de tous les attentats londoniens de 2017. La première a eu lieu le 22 mars 2018, en hommage aux victimes de l’attaque de Westminster. La phrase «  London United  » sera projetée sur le London Bridge un an exactement après l’attaque. ♦ Morgane Carlier


Q M S Inte

rna

tio

n

IS

bH Gm

.Q

M

al

bH Gm

al

EU -

W

W

S I.

W

W

M

01 Registered 270 Fir

ISO 27001 W

W .Q

O

m

IS

01 Registered 270 Fir

m

O

ISO 27001

S I.

EU -

Q M S Inte

rna

tio

n


INTERVIEW

Le consulat, l’adresse repère des Français de l’étranger 10 questions à Sylvaine Carta-Le Vert, Consule générale de France au Royaume-Uni

Vous avez été affectée dans plusieurs villes à l’étranger, peut-on les citer ? Oui, tout à fait. Genève, Beyrouth, Bruxelles, Londres, Zurich sur des missions de diplomatie tantôt bilatérale [Ndlr : relations entre deux pays], tantôt multilatérale [dimension plus internationale]. J’ai notamment occupé la fonction de Consule générale à Zurich de 2011 à 2015. J’ai effectué un premier séjour à Londres il y a une quinzaine d’années en poste à l’ambassade de France (Ndlr : l’ambassadeur était alors S.E.M. Gérard Errera).

E

n septembre 2015, elle a pris en main la destinée du consulat de France au RoyaumeUni. Diplomate depuis les années 1980, Sylvaine Carta-Le Vert connaît très bien la capitale britannique pour avoir déjà officié à l’ambassade de France il y a une quinzaine d’années. Elle nous livre aujourd’hui son parcours et nous éclaire sur les grandes missions du consulat au service des citoyens français. Quelles sont les grandes étapes de votre parcours ? C’est un parcours de diplomate assez classique. Je suis entrée au ministère des Affaires étrangères en 1980 puis j’ai alterné entre postes à l’étranger et séjours plus ou moins longs à Paris sur des fonctions différentes. J’ai suivi les questions humanitaires et des Droits de l’Homme dans le cadre des Nations-Unies, mais également stratégiques dans un contexte multilatéral et traité de questions culturelles et de coopération, de gestion administrative aussi.

62

Justement, comment différencier les rôles de l’ambassade et du consulat ? L’ambassadeur défend et promeut les intérêts de la France et est en charge de toutes les relations bilatérales auprès du Royaume-Uni dans tous les domaines : politique, économique, défense, culture etc. Le consul est le protecteur légal des Français et le relais de l’ambassadeur. Si nous travaillons sur deux sites distincts à Londres, nous sommes évidemment en relation permanente. Pouvez-vous nous préciser les principales missions du consulat ? Nous avons plusieurs domaines de responsabilité et d’interventions dans ce consulat qui remplit ici toutes les missions consulaires : l’administration et la protection de la communauté française - quand je dis « administration », je désigne les services publics administratifs, à l’image de ce que peuvent proposer à la fois une mairie et une préfecture en France : délivrance de cartes d’identité, de passeports, d’actes d’état civil… aussi bien pour


les expatriés français résidant ici que pour les quatre millions de touristes français qui viennent chaque année. Notre rôle est aussi de protéger nos concitoyens lorsque la communauté française est en difficulté en l’accompagnant (assistance dans le domaine social, bourses scolaires par exemple). Le consulat remplit aussi une mission de rayonnement au service de l’attractivité. Nous délivrons ainsi plus de 110 000 visas par an aux étrangers qui souhaitent se rendre en France. Il y a une très forte demande car nous sommes un point d’entrée sur le territoire Schengen, dont ne fait pas partie le Royaume-Uni. Pour finir, il ne faut pas oublier nos missions liées à la citoyenneté : organisation des élections, recensement des jeunes Français dans le cadre de leurs obligations vis-à-vis du service national, dialogue avec tous les élus. C’est à nous qu’incombe la charge de tenir les listes électorales. Cela représente en ce moment environ 99 000 électeurs inscrits, dont 60 % résident dans le Grand Londres. Pourquoi les résidents français doivent-ils s’inscrire au registre consulaire ? Il y a plusieurs raisons à cela. La première étant qu’elle nous permet de mieux les connaître pour mieux les servir. L’inscription au registre permet d’évaluer plus précisément le nombre de Français vivant au Royaume-Uni soit 141 000 inscrits dans la circonscription de Londres. Les « non-inscrits » sont certainement aussi nombreux même s’ils ne se sont pas signalés au consulat. Par exemple, lorsqu’un jeune Français arrive ici, son réflexe naturel n’est pas de s’inscrire au consulat et c’est dommage. L’inscription nous permet également d’avoir un contact personnalisé avec la communauté française, de transmettre toutes les informations en matière électorale par exemple ou de mieux réagir lors d’une situation exceptionnelle. Lors du tragique incendie de la tour Grenfell, nous avons tout de suite regardé combien de Français habitaient dans ce périmètre et nous les avons appelés un à un pour être certains de les savoir en sécurité, voire leur porter assistance en cas de besoin. Enfin, pour certaines démarches administratives, comme la demande d’une bourse scolaire, il faut être inscrit ! Quel est le profil des Français qui habitent Londres ? Londres est une ville qui exerce une forte attractivité auprès des jeunes y compris pour l’apprentissage de la langue anglaise qui entre dans leurs motivations. Alors, je vous dirais que le mot qui correspond le mieux aux Français de ma circonscription, c’est la diversité. Sur environ 300 000 Français estimés vivant au Royaume-Uni,

nous avons un échantillon tout à fait représentatif de la population française. Avec des hommes et des femmes de tous âges, des couples, des familles, des étudiants, des financiers, des chercheurs, des employés ou entrepreneurs dans le secteur des services, de la médecine, de la restauration, de la vente, de l’enseignement… En plus des expatriés, quatre millions de Français viennent à Londres chaque année… Oui, et ce n’est pas sans incidences sur l’activité consulaire. Nos lundis matin sont occupés à résoudre les difficultés du week-end. La plupart du temps des compatriotes qui ont perdu leurs papiers d’identité et qui ne peuvent plus rentrer en France. Ils s’ajoutent au flux habituel des visiteurs, de l’ordre de 300 personnes par jour, avec des pointes à 500 juste avant les élections par exemple. Nous devons alors délivrer des laissez-passer pour rentrer en France, parfois des passeports d’urgence pour ceux qui doivent gagner une autre destination. Le Brexit a-t-il une incidence sur les arrivées et les départs des Français ? Si je me réfère au nombre de Français inscrits, nous aurions aujourd’hui le même nombre d’électeurs cette année que l’année dernière. Une grande stabilité dans les chiffres que nous pouvons mesurer grâce au registre consulaire. L’autre caractéristique de la communauté française à Londres, c’est sa mobilité. Aussi bien avec des changements d’adresses fréquents dans cette capitale, qu’avec des départs vers d’autres pays. Mais vous voyez, ce qui me frappe, dans votre magazine avec tous les portraits que vous faites des jeunes, des Français qui entreprennent, c’est 63


qu’ils se plaisent beaucoup à Londres. C’est l’état d’esprit que l’on connaît depuis maintenant pas mal d’années, puisque la population française a augmenté ici de 35 % en 10 ans. Avez-vous ressenti que la communauté française s’est ressoudée à la suite du référendum sur le Brexit ou des attentats l’année dernière ? Les Français réagissent selon leur degré d’attachement au Royaume-Uni et selon qu’ils sont installés et y ont leurs activités professionnelles depuis longtemps, qu’ils sont mariés avec des Britanniques, ont ici des enfants, une maison, etc. Certains avouent être extrêmement déçus, d’autres sont mécontents, mais acceptent « de faire avec ». Ce n’est pas qu’une réaction française, mais bien celle de tous les Européens à Londres. N’oublions pas que nous ne sommes pas la seule communauté expatriée ici  : Polonais, Italiens, Portugais, Grecs sont aussi ou plus nombreux que nous. Vous parlez toujours de Londres avec passion, qu’appréciez-vous le plus dans la ville ? C’est une ville où vous êtes comblés par la nature et la culture. Pouvoir se promener dans les parcs en ville est un privilège que peu de capitales permettent. En même temps, vous ne parvenez pas à absorber toute 64

la richesse culturelle de Londres : à commencer par ce quartier des musées où nous avons la chance de travailler. Les musées de Londres, ses opéras, ses concerts…c’est extraordinaire ! Et puis, Londres est une ville de contrastes. A l’heure du déjeuner, il n’est pas rare de voir une « punkette » avec des cheveux verts et habillée de façon très excentrique en train de pique-niquer à deux mètres d’un monsieur en costume cravate. J’aime aussi Piccadilly, très londonien, même s’il est devenu très touristique, Chelsea ses rues et ses places, mais j’aime également partir à la découverte de différents quartiers. Côté restaurants, je reste fidèle à la cuisine française. La sole grillée est mon plat préféré (le restaurant se reconnaîtra) mais j’apprécie aussi un bon steak frites, une fois de temps en temp. Ou, soyons fair play, le rosbeef, yorskshire pudding ! ♦ Laurent Colin

LE CONSULAT FRANÇAIS DE LONDRES EN CHIFFRES • Une équipe de 70 personnes • 141 000 inscrits sur le registre consulaire • Plus de 100 000 visiteurs chaque année • 99 000 électeurs inscrits sur la liste électorale • 110 000 visas délivrés par an • 26 000 passeports • 10 000 cartes nationales d’identité • 7 200 actes d’état civil • Plus de 300 demandes de bourses scolaires traitées Consulat de France, 21 Cromwell Rd, Kensington, London SW7 2EN


Besoin de paiements internationaux ? Peur du risque de change ?

> Excellents taux de change pour tous vos transferts de devise, pour vous ou votre entreprise > Aucun frais de transfert ou d’abonnement > Gestion personnalisée de votre compte, pour une stratégie adaptée à vos exigences, en français et anglais > Paiements internationaux rapides > Autorisé par la FCA, l’autorité des marchés financiers au Royaume-Uni Un simple appel ne vous engage en rien et vous connaîtrez exactement les économies réalisables

Audensa Financial Ltd, 63 St Mary Axe, London EC3A 8AA

+44(0) 20 3582 3957 | france@audensa.com | www.audensa.com

Audensa Financial Ltd is a company registered in England & Wales no. 09618078, authorised by the Financial Conduct Authority under the Payment Service Regulations 2009, for the provision of payment services FRN 757010


DÉCRYPTAGE

Blockchain, ICO et cryptos… La Blockchain vous bloque ? Le Bitcoin vous intrigue ? Depuis quelques mois, les cryptomonnaies sont sur toutes les lèvres. Mais peu d’entre nous savent vraiment de quoi il s’agit. Gaétan Di Martino, avocat d’affaires, nous propose de décrypter la tendance. Plongée dans le monde des algorithmes et des coins révolutionnaires…

Qu’est ce que la Blockchain ? La Blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée et fonctionnant sans organe central de contrôle. Les créateurs ont voulu révolutionner les technologies de stockage et de contrôle de l’information classiques et centralisées. L’information était conservée et protégée par un tiers de confiance : par exemple une banque pour une transaction, un registre officiel d’État pour attester de la propriété, un notaire pour enregistrer un contrat, un hébergeur pour vos données, etc. Ces intermédiaires sont des personnes de confiance. Mais leurs propres systèmes ne sont pas à l’abri de failles technologiques et humaines. Dans la Blockchain, aucun intermédiaire ne contrôle seul la donnée. Et d’ailleurs, il n’y a pas d’intermédiaire  : les blocs d’information sont fragmentés et hébergés par plusieurs milliers d’utilisateurs à la fois.

Gaétan DI MARTINO est avocat d’affaires, managing partner de Jurisglobal French law London et fondateur de Jurisglobal International. www.juris.global

66

Pour que cette information ne soit pas modifiable, un algorithme vérifie que les blocs contiennent tous la même information. Si l’un des blocs est différent, une anomalie est détectée et l’algorithme l’écarte au profit de la majorité des autres. En d’autres termes, pour pouvoir accéder ou altérer une donnée dans la Blockchain, une faille unique ne suffit pas. Il faut un événement d’envergure, qu’une faille se produise sur des milliers de serveurs simultanément. Et puisque les probabilités sont très faibles, ce système, « décentralisé », est dit inviolable. La Blockchain, à quoi ça sert ? Les crypto-monnaies comme le Bitcoin sont une des nombreuses applications de la Blockchain. Aujourd’hui, l’engouement pour ce genre de technologie est total. Il existe des milliers de crypto-monnaies différentes, qui sont échangées chaque jour sur des places de marché comme sur un vrai marché boursier. Les entreprises ont rejoint le mouvement en tentant de lever des fonds non plus en échange de parts de capital comme avant, mais en échange de coins (littéralement : pièces) qu’elles créent. L’investisseur n’est plus votre associé au capital : il est simplement détenteur d’un coin émis par votre société. Et ces coins eux-mêmes peuvent s’acheter en monnaies étatiques... ou en crypto-monnaies. Ce sont les Initial Coin Offerings (ICO). En 2017, les ICO représentaient déjà des financements pour les start-ups à hauteur de 3,5 milliards de dollars. Et en janvier


dernier, Kodak a annoncé une ICO à venir et la création d’un coin spécialisé sur la photo. Le cours de bourse de la société a augmenté le même jour de plus de 300 %. Et demain ? Quelle utilité pour la Blockchain ? La technologie va bouleverser de nombreux usages. Certains la comparent à l’Internet  : ils en parlent comme d’une révolution. En effet, le «  coin  » ou jeton peut techniquement contenir lui-même des actifs mobiliers ou immobiliers. Il suffit d’échanger le jeton pour que la propriété d’un immeuble soit transférée instantanément. La Blockchain peut aussi être utilisée pour stocker des conversations de façon sécurisée. Elle peut également inscrire dans le futur des événements ou des informations que personne ne pourra faire disparaître. On peut par exemple faire prendre un engagement irrévocable de verser des fonds sous un certain délai alors qu’aujourd’hui, le signataire peut ne pas honorer sa promesse et risquer un contentieux... La Blockchain permettra aussi d’authentifier des produits, notamment dans le luxe ou l’art. Les entreprises pourront avoir leurs propres jetons qui donneront accès soit à leurs services, soit même à des dividendes ou à des droits de vote. Et tous ces services seront payables en monnaie étatique ou… en crypto-monnaie. Existe-t-il une réglementation ? Les législateurs nationaux n’ont pas encore tous encadré les crypto-monnaies ou les ICO. En France, le gouvernement a annoncé préparer une ordonnance suffisamment libérale pour ne pas se priver de ces sources de financement. D’autres

pays ont plus d’avance. C’est le cas de Malte, de la Suisse ou des États-Unis. Pour l’heure, ce qui n’est pas interdit est autorisé. Quelle fiscalité pour ces opérations ? Pour les particuliers, acheter et revendre des crypto-monnaies n’est pas anodin. Le Conseil d’État français a jugé le 26 avril dernier que les gains réalisés constituaient des plus-values sur biens meubles. Ces derniers sont taxés à 19 % (+17,2 % de prélèvements sociaux). Avant, l’administration fiscale estimait que ces gains constituaient des bénéfices non commerciaux, donc soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Cela pouvait conduire à un prélèvement global de plus de 65 %. Pour les entreprises qui lèvent des fonds au moyen d’une ICO, la fiscalité des fonds reçus en contrepartie de l’émission des coins est à regarder de près, d’autant plus qu’elle est différente selon le pays où elle a lieu. Que viennent faire les avocats dans cette histoire ? Hormis l’accompagnement fiscal lors de ces opérations, les avocats auront un double rôle :  - la protection de l’investisseur pour l’aider à analyser les engagements qu’il prend ou les droits qu’il reçoit en participant à la levée de fonds ; - l’assistance des porteurs de projets qui devront proposer à leurs partenaires ou investisseurs des contrats définissant le régime du coin acheté. Ce contrat devra ensuite être implanté dans la Blockchain en langage informatique. C’est l’avènement des smart contracts ou des contrats à exécution automatique. ♦ 67


© Royal Pavilion & Museums, Brighton & Hove

ESCAPADE

Un week-end à Brighton, l’incontournable de l’été anglais ! Station balnéaire située à moins de 100 kilomètres de Londres, Brighton est la destination idéale pour une escapade le temps d’un week-end estival. Un repaire apprécié des Londoniens, qui viennent y respirer l’air iodé et partager un fameux fish’n’chips avec vue sur la Manche. 68


A

LES IMMANQUABLES DE BRIGHTON Une fois arrivé sur place, vous avez l’embarras du choix pour occuper votre séjour. Si se prélasser sur la plage (de galets) fait évidemment partie des options, il y a tant d’autres choses à découvrir dans la ville. Pour rester en bord de mer, direction le Brighton Pier. Cette jetée, qui s’étend sur 525 mètres, est l’un des lieux emblématiques de la ville. Jeux d’arcade, manèges et restaurants s’y alignent pour en faire une promenade des plus agréables. Les férus d’histoire et d’architecture seront comblés avec le Royal Pavilion. Ce bâtiment d’inspiration indienne à l’extérieur et chinoise à l’intérieur a été réalisé par l’architecte John Nash, sur demande du prince régent George (futur George IV) en 1815. L’entrée pour visiter le Pavilion, où Oscar Wilde a notamment donné des conférences, coûte £13,50 pour les adultes et £8 pour les enfants (pensez à réserver en ligne pour bénéficier de 10 % de réduction). Après avoir découvert cette impressionnante bâtisse, vous pouvez poursuivre votre exploration en vous promenant dans The Lanes, un autre quartier historique de Brighton à deux pas du Royal Pavilion. Paradis des amateurs de shopping, The Lanes regroupe de nombreuses boutiques indépendantes, dont des bijouteries,

© Noémie Chaigne

vec l’arrivée de l’été et la hausse des températures, la ruée vers les côtes anglaises va vite devenir inévitable. Au sud de Londres, Brighton est l’une des destinations balnéaires phares du pays. Facilement accessible et pourvue d’un cadre agréable, la ville fait office de lieu de villégiature privilégié pour une escapade de quelques jours. Au départ de Londres, il est possible d’y aller en train depuis Victoria ou Clapham Junction. Le trajet dure environ 56 minutes et l’aller-retour commence à £24. Si vous avez davantage de temps, vous pouvez emprunter un bus à la gare routière de Victoria et vous serez à Brighton en 2h15, pour un aller-retour à environ £18. En voiture, il vous faudra près de deux heures pour arriver à bon port.

chocolateries, disquaires et même une galerie d’art. Dans le même esprit, North Laine, décrit comme le « Camden Market » de Brighton, est le lieu d’un marché de créateurs où pas moins de 400 artisans présentent leurs travaux. Mais plus qu’un simple marché, North Laine rassemble de nombreux services, entre restaurants, santé et beauté. Pour une autre vision de la ville, pourquoi pas une visite au gré du street art ? Avec une population jeune et étudiante, Brighton possède une scène artistique dynamique. Ses graffitis colorés rappellent Shoreditch. Banksy y a notamment réalisé le dessin de deux policiers qui s’embrassent. La plupart de ces œuvres de street art se situent dans deux rues, Trafalgar Street et Kensington Road. Si vous souhaitez une vue d’ensemble de la ville et que vous n’avez pas le vertige, vous pouvez vous « envoler » avec la tour British Airways. Du haut de ses 137 mètres de haut, cette tour offre une vue à 360° sur la ville et la mer. Profitez-en pour vous reposer et peut-être prendre un verre au Nyetimber Sky Bar, dont la carte affiche des vins pétillants et boissons du Sussex. 69


© Laurent Colin

© Noémie Chaigne

FISH’N’CHIPS ET PRODUITS DE LA MER AU MENU ? Toutes ces déambulations ne manqueront pas de vous ouvrir l’appétit. Si l’offre est abondante à Brighton, nous vous conseillons de miser sur le local pour une expérience réussie. Et qui dit bord de mer dit fruits de mer et fish’n’chips ? Chez Riddle & Finns, les crustacés et poissons se présentent sous toutes leurs formes, entre risotto encornet-coquillages, bouillabaisse, curry de poisson ou encore homard. Également bar à huîtres, le restaurant propose différentes variétés de ce fruit de mer à déguster, pourquoi pas, avec un verre de champagne ? Ses deux adresses (à The Lanes ou en bord de mer) offrent chacune un cadre différent selon l’ambiance recherchée. Si la perspective d’un fish’n’chips vous met davantage l’eau à la bouche, arrêtez-vous chez The Lucky Beach. Le classique de la cuisine britannique y est préparé avec du poisson local et du jour, servi avec des frites et l’indispensable sauce tartare, faite maison. Sandwiches, burgers, salades et frites au homard figurent également sur la carte. Pour terminer le repas en beauté, optez pour une glace à déguster les pieds dans l’eau. À proximité du Royal Pavilion, Gelato Gusto ravira les papilles des traditionnels aux plus audacieux, avec une gamme de parfums qui va de vanille à fleur de sureau en passant par wasabi, gingembre-mascarpone et

grenade-buttermilk. Plus proche du bord de mer, Boho Gelato propose aussi des saveurs originales et rafraîchissantes, à l’instar de la glace « mojito », mais aussi des parfums plus British, comme le marmalade on toast. Et que serait une virée anglaise sans détour par le pub ? The Hope & Ruin, proche de la gare, saura animer vos soirées avec des concerts, une belle gamme de vins et des bières locales. Pour l’anecdote, c’est le bar où la chanteuse Adele s’est produite pour la première fois. UN HÔTEL DE CHARME AVEC VUE SUR MER Pour prolonger votre escapade sur la côte, de nombreux hôtels proposent des chambres abordables dans la ville. Parmi ceux-ci, l’Artist Residence se distingue par son décor atypique. Cet hôtel de charme n’a pas deux chambres identiques. Chacune est décorée de façon créative et unique, dans un esprit bohème et artistique. De deux à six personnes, ces chambres ont pour certaines vue sur mer ou sur le mythique West Pier, aujourd’hui bâtiment classé. Comptez de £145 à £290 pour une nuit. Pour les plus petits budgets, des locations en Airbnb sont disponibles à partir de £85, pour des logements familiaux proches de la mer. ♦ Morgane Carlier et Noémie Chaigne

70


ENJOY THE ST~GERMAIN SPRITZ

40ML

ST~GERMAIN®

ELDERFLOWER LIQUEUR

60ML

DRY SPARKLING WINE

60ML

SPARKLING WATER

METHOD: Fill a tall collins glass with ice. Add sparkling wine first, then St~Germain, then sparkling water. Stir to mix ingredients and garnish with a lemon twist. @STGERMAINDRINKS.UK

ENJOY RESPONSIBLY © 2018. ST. GERMAIN AND ITS TRADE DRESS ARE TRADEMARKS


LA MINUTE VIN

Spécial Rosé Les beaux jours arrivent. Voici une sélection de six vins à déguster bien frais dans la chaleur de l’été… Une belle manière de voir la vie en rosé !

Rosé Les Coquelicots 2016 Côtes de Gascogne Domaine Saint-Lannes

Château Bélingard Rosé 2016 AOC Bergerac

Elaboré à partir de cépages typiquement bordelais (Merlot et Cabernet Franc), ce Côtes de Gascogne rosé est corsé, frais et estival. Il se distingue par sa robe rose vif et brillante, son nez de fruits rouges croquants et ses arômes intenses.

Bergerac n’est pas (encore) connue pour ses vins rosés. Mais qu’à cela ne tienne. Certains Châteaux se sont récemment lancés dans l’aventure et produisent des rosés très intéressants et faciles à boire. C’est le cas avec ce vin sec, légèrement acidulé et rafraîchissant qui offre des arômes de fruits rouges - cassis, cerise - rehaussés d’un soupçon de pamplemousse.

£9,60 80 % Merlot 20 % Cabernet franc Apéritif, pique-nique, barbecue, salades d’été

Voilà un rosé insolite, mais très intéressant. Elaboré à partir d’un mélange de Gamay, Malbec et Cabernet Franc, il développe des arômes de fleurs blanches et d’agrumes. La bouche est assez riche et se termine sur un long goût de bonbon. Un très bon rosé pour l’apéritif, mais qui accompagne aussi très bien poissons grillés et crustacés. £8,95

£10,20

50 % Gamay 25 % Malbec 25 % Cabernet franc

70 % Cabernet Sauvignon 30 % Merlot

Apéritif, crustacés, poissons grillés, salades

Apéritif, pique-nique, barbecue, plats épicés et cuisine asiatique 72

Touraine Rosé 2015 Domaine A Deux


Terres de l’Engarran Rosé 2015 IGP d’Oc Château de l’Engarran

Le Caprice de Clémentine Rosé 2016 Côtes de Provence

Garrigue Rosé 2016 Languedoc Château de Lascaux

C’est un rosé étonnant qui détonne avec les autres vins du Languedoc. Il est léger et frais comme un Côtes de Provence, et c’est un joli compliment. Idéal pour un après-midi au soleil ou encore mieux, pour un barbecue. N’hésitez pas à mettre quelques bouteilles au frais pour être prêt lorsque la température va monter !

C’est une nouvelle cuvée élaborée par le domaine, simple et agréable à boire. Ce vin très rafraîchissant, léger et fruité en fait un Côtes de Provence idéal pour l’été. Une valeur sûre qui ravira tous les palais avec ses notes de fraises sauvages, de framboises de pêches blanches et de cerises.

Les producteurs du Languedoc peuvent élaborer les vins les plus brillants et en voilà l’exemple parfait avec ce rosé corsé parfait pour l’été. Elégant, sa bouche révèle des saveurs de cerise mûre, de fruits rouges, de pomme et une belle complexité épicée.

£9,70 56 % Grenache 44 % Cinsault

£12,20

£12,50 50 % Grenache 50 % Cinsault

40 % Cinsault 30 % Grenache 30 % Syrah

Apéritif, pique-nique, barbecue

Apéritif, pique-nique, barbecue

Apéritif, pique-nique, barbecue

Wine & Win

À GAGNER 12 bouteilles de rosé

yoursommelier.co.uk

1

 ikez notre page L facebook.com/londresmag

2

 urveillez nos jeux-concours S en juin

3

 aguez le nom des personnes T avec qui vous souhaitez déguster votre rosé

73


74


Goodbye Miss Azerty Arthur Ribaud

Une parenthèse enchantée Une rencontre en majuscules au crépuscule Une aventure entre guillemets et mes idées se bousculent Tu me quittes, sans vraiment te justifier Tu me renvoies à la ligne Tu restes sourde à toutes mes exclamations Tu ignores mes interrogations Déboussolé, mon navigateur ne répond plus Je n’embrasserai plus tes lèvres délicatement surlignées Halte, je perds totalement le contrôle Malheureux, que répondre quand mes amis m’apostrophent ? Fini nos sorties ponctuées d’éclats de rire Tu n’as fait qu’entrer et sortir de ma vie, au gré de tes envies Que j’ai aimé cette relation palpitante, en pointillés Tu me laisses choir, là, en marge de ton cœur Faut-il que je sauvegarde ces images dans ma tête ? Le souvenir de ton accent aigu me rend soudain plus grave Je fais défiler les photos de toi à l’aide des flèches du clavier Encore plus belle en mode plein écran Ton sourire est maintenant figé Notre histoire s’arrête là. Point final à notre liaison Je vais à regret te glisser dans ma corbeille Tu ne seras plus jamais dans mes petits papiers Toi ma star de ciné, mon étoile… filante Trois points de suspension, trois petits tours et puis s’en vont Tu es partie comme cela, sur la pointe des pieds Pas un regard, ni même une accolade Sans rien m’expliquer. Sans rien exprimer, je ne peux plus t’imprimer Mes larmes roulent et l’encre virtuelle ne fait que couler C’est mieux comme cela car je ne pouvais plus te partager Tu as disparu. Que fait la police ? Nous n’avons plus d’Avenir, il n’y aura plus de Courier, tu m’as fait Trébuchet Que j’ai aimé ton corps et ton caractère Je raye ton prénom poétique de mon dictionnaire Je ne retrouverai jamais le chemin de ta langue et j’en perds mon latin Laisse-moi encore t’embrasser, te copier, te coller… au mur, et t’oublier. 75


AGENDA 5 juin

Nouvelle Vague vient submerger Londres Le projet musical s’invite à Londres pour un concert évènement. Fondé en 2003, Nouvelle Vague s’est fait un nom en reprenant des titres punk ou new wave (d’où son nom) de groupes comme The Clash ou Joy Division, en version bossa nova. Le groupe formé de Marc Collin et d’Olivier Libaux accompagné parfois par Mélanie Pain, Elodie Frégé et Liset Alea a sorti son dernier album I Could Be Happy en 2016. Vous savez maintenant où aller pour écouter London Calling avec des sonorités brésiliennes ! £32,50. 19h. Compton Terrace, Islington N1 2UN, London www.unionchapel.org.uk

9 et 11 juin

Du 12 au 16 juin

Le Jazz Café fête son anniversaire Pour fêter son anniversaire, le Jazz Café a prévu une programmation de sept concerts avec des artistes venus d’horizons différents : Yasmine Hamdan envoûte avec son jazz imprégné de sonorités du Moyen-Orient, Laura Misch représente le meilleur de la scène jazz britannique, tout comme Vels Trio et Orchestre Poly Rythmo. DJ Maseo du groupe De La Soul sera également aux platines pour une soirée exceptionnelle. À partir de £5. 5 Parkway, Camden, London NW1 7PG. Programme complet à retrouver sur le site du Jazz Café. thejazzcafelondon.com

Les Fauristes chantent Mozart Le Chœur français de Londres, plus connu sous le nom des Fauristes, se produit pour son traditionnel concert d’été. Cette année, Mozart est mis à l’honneur, avec ses œuvres Vêpres solennelles d’un Confesseur en Do majeur, La Messe du couronnement en Do majeur et Ave Verum Corpus. Le chœur sera accompagné de quatre solistes, Judith Charron (soprano), Lucilla Graham (mezzo-soprano), Ross Scanlon (ténor) et John Holland Avery (baryton), le tout sous la direction de Blandine de Raulin. £16,50 en ligne, £20 sur place. 19h30. Eglise St Paul’s Knightsbridge, 32a Wilton Place, London SW1X 8SH www.ticketsource.co.uk/lesfauristes

76

Du 16 au 26 juin

Venez soutenir les Bleus avec le Cercle des Français à Londres 2018 est une grande année pour les supporters de l’équipe de France de football. 20 ans après avoir remporté leur première Coupe du monde, les Bleus vont tenter de renouveler l’exploit en Russie. Le Cercle des Français à Londres organise trois soirées pour suivre au plus près les performances de l’équipe tricolore face à l’Australie, le Pérou et le Danemark. Ecrans géants, boissons à prix réduits et musique live sont à prévoir, pour trois soirées d’exception. £5. 16 juin à 11h (France-Australie), 21 juin à 16h (France-Pérou) et 26 juin à 15h (France-Danemark). Studio 88, 47 Whitcomb St, London WC2H 7DH Plus d’informations sur la page Facebook du Cercle des Français à Londres

11 juin

Odah et Dako prennent d’assaut le Comedy Store Le rendez-vous mensuel de la comédie française à Londres accueille en juin le duo Odah et Dako. Avec leur débit rapide et leur cadence rythmée même en impro, les deux humoristes sauront apposer leur patte sur la scène du French Comedy Club. Habitués des spectacles, ils ont même fait la première partie de Nawell Madani et se sont déjà produits au Gymnase à Paris pour leur propre show. £12 en pré-vente, £15 sur place. 20h. The Comedy Store, 1a Oxendon St, London SW1Y 4EE thecomedystore.co.uk


16 juin

Dernière de la saison pour la FBI La French British Improvisation va faire rire les foules pour la dernière fois de la saison face à la Lolita Théâtre d’improvisation Strasbourg. L’occasion de profiter de l’énergie et de l’imagination de la troupe encore une fois avant les vacances d’été ! En plein cœur de Shoreditch, le spectacle sera une très bonne idée pour occuper votre première partie de soirée, avant, pourquoi pas, de rejoindre l’un des rooftops environnants. £12 en ligne, £13 sur place. 19h30 (ouverture des portes à 19h). Courtyard Theatre, 40 Pitfield St, London N1 6EU fbi-improvisation.com

21 juin

Faites entendre votre voix avec le Barcarolle Choir Le duo derrière Barcarolle Choir vous propose deux ateliers pour célébrer la fête de la musique. Making Music Day s’adresse aux chanteuses expérimentées comme à celles qui ne poussent la chansonnette que sous la douche. Un premier atelier organisé autour de chansons pop et jazzy accueillera les novices en la matière et les habituées se retrouveront pour un second atelier avec un répertoire entre contemporain et classique, le tout sous la houlette de Sam Evans. Les jeunes filles, jeunes garçons n’ayant pas encore mué ou les hommes qui chantent en alto sont également les bienvenus ! Making Music Day, £15 pour l’atelier « tous niveaux », de 11h à 12h30 ; £20 pour l’atelier « niveau confirmé », de 13h à 15h. Église protestante française, 8-9 Soho Square, London W1D 3QD www.barcharollechoir.com

Du 19 juin au 1er juillet

Alain du Pontavice s’expose à Clerkenwell Avec A Journey, Here and Beyond, le peintre français Alain du Pontavice investit les lieux de la Clerkenwell Gallery. Ses toiles, inspirées de ses longs voyages en Chine et en Amérique du Sud, invitent à la contemplation des couleurs. L’artiste utilise la peinture à l’huile pour ses œuvres abstraites, une technique que lui a présenté le Chilien Felix Lazo et qui l’a beaucoup inspiré. Entrée libre. De 10h à 19h. Clerkenwell Gallery, 20 Clerkenwell Green, London EC1R 0DP www.alaindupontavice.com

23 juin

Act’in Show sort le grand jeu La compagnie Act’in Theatre a vu les choses en grand pour sa troisième soirée. Tout commence avec une représentation de la pièce Le pépin de la discorde, qui voit les dieux de l’Olympe jouer les divas, non sans conséquence sur leurs voisins mortels. Puis la soirée se poursuit avec une séance d’improvisation qui ne laissera pas le public indifférent. Un cocktail qui promet un spectacle sous le signe du rire. £8,45. 19h. Chelsea Theatre, 7, World’s End Place, Chelsea, London SW10 0DR actintheatre.com/fr/accueil

Jusqu’au 30 septembre

Hommage au plus célèbre des Gaulois Dans une rétrospective inédite au Royaume-Uni, le Jewish Museum met à l’honneur l’un des auteurs français les plus connus, René Goscinny et son personnage phare, Astérix. Astérix in Britain: Life and Work of René Goscinny présente des œuvres originales et des scripts soulignant le travail de Goscinny, et des images de famille qui évoquent sa vie privée, notamment son enfance en Argentine. Aux côtés de planches tirées des aventures d’Astérix se trouvent également d’autres dessins de l’auteur, dont un portrait de Winston Churchill. £8,50 l’entrée adulte, £4 l’entrée enfant. De 10 h à 17 h tous les jours sauf le vendredi, de 10h à 14h. Jewish Museum London, Raymond Burton House, 129 – 131 Albert Street, London NW1 7NB jewishmuseum.org.uk 77


© Tate, 2018

AGENDA

In Bed With Picasso L’exposition The EY Exhibition : Picasso 1932 - Love, Fame, Tragedy de la Tate Modern présente un artiste plus vibrant que jamais. En 1932, l’artiste espagnol est à la croisée des chemins entre deux styles mais aussi deux femmes. Londres Mag a pu infiltrer cette mutation artistique en compagnie du B&C Club.

L

a conférencière Janee Haythornthwaite est formelle  : « 1932 est l’année dans la vie de Picasso qu’on pourrait nommer extraordinaire. » Le peintre achève La Jeune Fille devant le miroir, chef-d’œuvre d’une modernité absolue qui montre également sa fascination pour le corps féminin, notamment celui de sa maîtresse Marie-Thérèse Walter. Quelques années auparavant, l’artiste, alors marié à la danseuse ukrainienne Olga Khokhlova, tombe sous le charme de la jeune MarieThérèse. La relation devient également artistique avec les premiers bustes de son amante. Cette sculpture sera même sujet principal de son tableau Nu, Feuilles vertes et buste aux courbes arrondies et généreuses. Car depuis, son art est habité par la sensualité de la jeune fille, avec des réalisations colorées comme Le Rêve ou dans Le Sauvetage où elle est représentée comme Ophélia de Shakespeare après sa noyade. Une exposition poignante qui ressuscite ainsi la première rétrospective de l’artiste à la galerie Georges Petit car ici, comme en 1932, la sensibilité du peintre est omniprésente lui qui, pourtant, le soir de l’ouverture, a préféré aller au cinéma ! Solène Lanza

78

Jusqu’au 9 septembre 2018 £22. De 10h à 18h (22h les vendredis et samedis). Tate Modern, Bankside, London SE1 9TG. www.tate.org.uk


Restaurant familial indépendant fondé dans les années 40. La famille Lhermitte et son équipe vous y accueillent depuis 1972.

LES BEAUX JOURS DE LA CUISINE FRANÇAISE À LONDRES

www.greenfamily.fr

Plus ancien restaurant français de la capitale, Mon Plaisir est l’adresse favorite des Frenchies expatriés et des locaux. Niché dans une des ruelles de Neal’s Yard, entre Soho et Covent Garden, le restaurant accueille les gastronomes dans un cadre chaleureux et convivial. Au menu : des classiques de la cuisine française (tartare de bœuf, moules marinières, coq au vin) travaillés avec une touche de modernité. Ses quatre  salles  aux  ambiances  différentes,  décorées  de  trésors  d’antiquaires,  constituent le lieu idéal pour renouer avec la culture tricolore sans quitter Londres. Chaque deuxième mercredi du mois, Serge l’accordéoniste vient égayer les soirées avec sa musique typiquement française.

19-21 Monmouth St. London WC2H 9DD 020 7836 7243 www.monplaisir.co.uk Mon Plaisir Restaurant Métro Covent Garden

Le 14 juillet, la Marseillaise retentira dans les murs du restaurant et le staff arborera la panoplie du parfait Français, avec moustache, béret et marinière. L’occasion idéale de célébrer la fête nationale outreManche comme il se doit ! Pensez à réserver. 79


AGENDA L’Institut français fait la part belle au cinéma Le festival de Cannes à peine terminé, l’Institut français propose une sélection cinématographique des plus variées. Série spéciale Quinzaine des Réalisateurs et hommage à Simone Veil font partie des temps forts, tout comme le retour en musique du célèbre piano Pleyel dans les Salons fraîchement rénovés.

Découvrez en avant-première le film La Fête des mères en présence d’Audrey Fleurot À l’affiche de la pièce de théâtre Tartuffe, jouée cet été à Londres au Theatre Royal Haymarket, Audrey Fleurot sera au Ciné Lumière pour présenter l’avant-première de son dernier film, La fête des mères de Marie-Castille Mention-Schaar, une ode à la maternité. 24 juin, 20h30, Ciné Lumière

GAGNEZ VOS ENTRÉES

Le Pride Month en images L’Institut français célèbre le Pride Month en juin avec une saison cinéma LGBT. Ne manquez pas Tomboy de Céline Sciamma, Je, tu, il, elle de Chantal Akerman, Call me by your name de Luca Guadagnino, L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, Les invisibles de Sébastien Lifshitz et La cage aux folles d’Edouard Molinaro. Du 12 juin au 5 juillet, Ciné Lumière

Le festival de Cannes s’invite à Londres À l’occasion du 50e anniversaire de la Quinzaine des Réalisateurs, l’Institut français diffuse une sélection de films distingués au cours de ce rendez-vous cannois. Au programme : No de Pablo Larrain, J’ai tué ma mère de Xavier Dolan, Mustang de Deniz Gamze Erguven, Mala Noche de Gus Van Sant et Les combattants de Thomas Cailley. Du 15 au 17 juin, Ciné Lumière

partenariat avec L’Institut français, en gagner une paire Londres Mag, vous fait de L’amant double nce séa une de tickets pour juin et une autre pour de François Ozon le 12 rnaud Desplechin. d’A Les fantômes d’Ismaël Pour  participer :

1

ook.com/londresmag Likez notre page faceb jeux-concours 2 Surveillez nos posts rsonne Taguez le nom de la pe venir tez hai sou s vou i avec qu s au sort Les gagnants seront tiré nts. ipa parmi tous les partic

3

80

Les Salons en Musique Pour célébrer la restauration de son piano Pleyel, l’Institut français lance une nouvelle série de concerts de musique de chambre dans ses nouveaux Salons rénovés : l’occasion jusqu’en novembre de réinventer Debussy avec le Nash Ensemble, de fêter le 14 juillet en compagnie du talentueux Trio Métral, de découvrir le baroque au féminin avec Le Concert de l’HostelDieu et de vous laisser bercer par les douces mélodies de la pianiste Célimène Daudet. 1 concert : £5-15 4 concerts : £16-52

Hommage à Simone Veil Près d’un an après sa disparition, l’Institut français rend hommage à Simone Veil, à l’occasion de son entrée au Panthéon le 1er juillet, avec une séance spéciale du documentaire Simone Veil, une histoire française, suivie d’un débat. 26 juin, 20h30, Ciné Lumière


Le Misanthrope revient sur les planches avec Exchange Theatre Pour la deuxième année consécutive, l’Exchange Theatre présente sa version du Misanthrope de Molière. Dirigée par David Furlong, la pièce a été applaudie par la critique et nominée dans la catégorie « Meilleur metteur en scène » aux Off West End Awards.

T

ransposer un classique de Molière dans une salle de rédaction au xxie siècle est un pari audacieux, mais qui a payé pour l’Exchange Theatre. Avec sa version du Misanthrope, la compagnie a frappé un grand coup et séduit à la fois le public et la critique. L’année précédente déjà, sa représentation du Médecin malgré lui avait valu à son metteur en scène et co-fondateur David Furlong une nomination dans la catégorie « Meilleur metteur en scène » aux Off West End Awards 2017. Ce qui fait la force de cette pièce, c’est son histoire intemporelle  : « Le Misanthrope, c’est un homme, Alceste, qui cherche de l’authenticité et qui se retrouve confronté à un monde hypocrite en permanence, qui semble tout accepter sans rien questionner », racontent David Furlong et Fanny Dulin, les deux fondateurs. « Un an après le Brexit et l’élection de Trump, il y a des fils évidents à tirer de cette histoire. Pour nous, c’est un autre prisme sur les fake news dont on parle tant, sur le fait que les gens sont désinformés. C’est ce qui faisait la pertinence du spectacle au moment où on s’est mis à le travailler. » Malgré une mise en scène entièrement contemporaine, le texte, lui, reste l’original. La compagnie représente ses pièces en deux langues, anglais et français. Pour parvenir à une traduction la plus fidèle possible de l’œuvre de Molière, le duo s’est inspiré de « trois ou quatre traductions existantes ». Un multilinguisme qui fait partie intégrante de l’identité de la compagnie, dont le mot d’ordre est l’échange : « Notre logo est un pont, notre nom est “exchange”, nous créons des ponts à plusieurs niveaux : entre les gens, entre les professionnels et les amateurs, entre les cultures française et anglaise », détaillent David Furlong et Fanny Dulin. Morgane Carlier

Misanthrope, à partir de £14 Du 19 juin au 7 juillet au Camden People’s Theatre, 58-60 Hampstead Road, London NW1 2PY (représentations en anglais et en français) www.exchangetheatre.com 81


Androuet

Sable d’or

10A Lamb St, London E1 6EA

30 England's Ln, London NW3 4

L’Est devient plus crémeux chez Androuet. La fromagerie donne des envies de lactose aux travailleurs de la City en pause déjeuner ou aux habitués du quartier. Sur place ou à emporter, le chef de cave Matthieu ou la fromagère Gwenilie, seront les meilleurs conseillers pour vous aiguiller entre le fromage de brebis corse, le bleu basque ou le crottin de chèvre.

Une petite faim pour le petit-déjeuner ou l’heure du thé ? Sable d’or est la destination idéale avec sandwich aux tomates séchées, poulet mariné ou brioche au sucre. Si le choix est encore trop délicat, Mourad saura vous conseiller au mieux pour faire de votre encas un moment inoubliable.

www.androuet.com

www.sabledorpatisserie.com

Ils distribuent Londres Mag tous les mois. Merci à eux !

Mamie’s

Cheezelo

19 Catherine St, London WC2B 5JS

46 Chalton St, Kings Cross, London NW1 1JB

Les promeneurs du centre le savent : Mamie’s est le lieu où les crêpes sautent de la cuisine dans le ventre des gourmands. Entre la Bonaparte au St Nectaire, la Baudelaire au saumon ou la Henri Dès, régressive entre Nutella et chamallows, le choix n’est pas aisé. L’équipe souriante de Mamie’s avec notamment Philippine savent mieux que quiconque guider les gourmands sur la carte Made In France.

La Normandie n’est pas qu’à portée de train à King’s Cross. Eleonore Deneuve, la fondatrice de Cheezelo, épaulée par Pauline, a amené de son terroir natal l’amour des fromages à l’état pur. Chèvres, bleus mais aussi créations végétariennes font le bonheur des gourmets qui viennent en nombre pour les soirées d’association vin-fromage.

www.mamies.co.uk 82

www.cheezelo.com


RA SSU RE R - SOIGNER - PRESCRIRE

VISITES MÉDICALES D’URGENCE À DOMICILE PAR DES M ÉDECINS GÉNÉRAL I STE S F RANÇAI S

24

24H/

POUR ADULTES & ENFANTS

SERVICE ENFIN OUVERT À LONDRES !

ALL FREE C

0800-43 7-0000 L’EXCELLENCE DE LA MÉDECINE FRANÇAISE CHEZ VOUS

ww w. p r i va teg pchezvo u s .co m Retrouvez-nous également sur www.

.co.uk


Profile for londresmag

Londres Mag #9 Juin 2018  

Londres Mag #9 Juin 2018  

Advertisement