Page 1

N°6 Avril 2018

Prix libre

Haute-Savoie

Mensuel nomade

12 Pages


2 Sommaire On a retrouve

Cuissot de Dahu en croute

la dame de

3

8

verte a Lettre ou

uquiez Laurent Wa

4-5

La Yaute

Generation Y 9

un pays qu 'on y est bien

6-7

Haute-Savoie

Sans toit 11

ni loi

Rousseau, choc au Lac directeur de la pub lication : Léo Devillers directeur de la réd action Damien la Droitte : ont participé à ce numéro : Jean Mermillod, Jul ie Oss Estoma, Copeau bén eau-Bucal, i All' kids in my hea!, d le logo et la Une

sont de : Ludion Depojo

maquette : DodZ Lino'Mad est un mag cratif créé dans azine à but non lule Pays d'Othe en octobre 2017. participation vol Il repose sur la ontaire de ses aut eurs nous n'avons mal temps de vérifier heureusement pas eu le toutes les inform ations édité par l'associa tio n Lin o'M ad éternellement en cours de création contact@linomad.fr ou retrouvez-nous sur notre page Facebo ok

Le mois dernier, nous avons appris qu’ un vieil Annécien a raconté au frère de l’ ami d’ un bon pote que la fontaine de Rousseau n’ était pas l’ originale ! Oui la fontaine de Rousseau, celle où il aurait rencontré Françoise-Louise de Warens à Annecy en 1728, celle qui est dans la cour du conservatoire régional, entourée par une balustrade dorée et dont le buste de J.J. Rousseau trône dans le renfoncement de pierre. Eh bien, chers lecteurs, cette fontaine, si connue des anneciens et des hauts-savoyards, aurait été soustraite puis remplacée au début du siècle dernier par le maire de l’ époque  ! Elle se trouverait maintenant au fond du jardin du pavillon des descendants de l’ élu, protégée, j’ imagine, par un arbre, un cyprès ou un frêne, et encerclée de ronces. Apprenant cela, vous vous en doutez, nous devions nous rendre au plus vite dans ce département où de nombreuses vérités doivent encore être rétablies, et ce en respectant la transparence, l’ impartialité et la qualité des enquêtes qui font le prestige de Lino’ Mad depuis 6 numéros déjà…

Damien la Droitte


3

Annonces

Recette

Terrain à vendre – Plateau des Glières – Comprend zone herbeuse, minéraux, Théodose Morel et petites mouilles. Gros vis-à-vis. Rare. Non constructible

Cuissot de Dahu en croute

Cède divers appareils à raclette (4p., 10p. et 3 bre-

Ingrédients :

zières en fonte) À récupérer sur place, Taninges. Demander Pior Pour cause de déménagement,

vends authentique accent suisse

pour briller en soirée ou pour vos rendez-vous chez le banquier. 300 CHF, prix ferme Athée militante, 24 ans, ayant rencontré la puissance de Dieu, cherche à sauver des vies grâce à la parole de Jésus. Contacter Félicie R. (uniquement le dimanche)

Guide de préparation Pour 8 personnes

2, 5 kg de cuissot de Dahu 500 g de beurre 4 échalotes 3 reblochons fermiers 4 gousses d'ail 1 branche de thym 1 feuille de laurier 1 carotte 1 verre de vin blanc sec de Savoie 15 cl de gnôle d’ arquebuse (à défaut, utiliser de la prune) 2 verres d'huile de pépins de raisin 1 c. à soupe d'huile d'olive sel, poivre (en bonne quantité)

Restaurant le Diot d’ Hanoï à Seyssel cherche saucier pour mets transgenres, du Rhône au Mékong. Préférence JF. BAFA exigé Cherche H/F pour traite. Payement en Liquide. Bobets acceptés. Rien qu’ en y voyant j’ y vois. Mandine Saint-Jean

Préchauffez le four th.7 (210 °C) Préparez le cuissot en le dépouillant et nettoyez-le de tous Débutant en ski depuis 12 les excès de filaments et restes de peau. Attention choisissez ans, cherche partenaire (H/F) bien la patte arrière gauche pour un maximum de chair. pour descentes et plus si af- Dans une cocotte en fonte émaillée, faire fondre les 3 reblochons. finités et bon enneigement. Placez le cuissot dans un plat à part et enduisez-le de beurre. Recouvrez-le intégralement de reblochon, il faut que ça fasse Contacter Fanfoué une bonne croûte. Annecy : JH très bien sous Beurrez largement le plat à gratin, déposez le cuissot et tous rapports cherche femme enfournez. mûre possédant maison au bord Après 10 min de cuisson, réduisez la température th.6 (180 °C) . du lac pour fin août début Épluchez la carotte, l' ail et les échalotes. Hachez finement ces dernières, écrasez l'ail et découpez en tranches la septembre. Envoyer photos carotte. Portez à ébullition dans une casserole un verre Professeur J. Lacombine. d'huile de pépin de raisin, l' huile d'olive, le verre de vin Thônes. Patois savoisien, val- blanc de Savoie et la gnôle. lée des Aravis. Cours particu- Ajoutez une branche de thym, la feuille de laurier, les lier. Pour maitrise parfaite de échalotes hachées, l'ail écrasé et les tranches de carottes. la langue. « Tot blèt j’y ai mé Puis laissez bouillir pendant 10 min. Arrosez régulièrement la cupesser dens la patioque, viande avec ce mélange pendant 1 h de cuisson. j’suis to coffe. Vinzou, t’va Une fois la croûte bien dure et roussie, sortez du four et tranchez immédiatement le cuissot. Servez chaud en nappant le mé fâre des gôgnes… » cuissot de la sauce restante. Se déguste avec un morceau de tomme de Savoie. S'adresser à contact@linomad.fr Jean Mermillod


4 politique

Lettre ouverte à M. Laurent Wauquiez*

Monsieur Wauquiez, permettez que je me serve de cette tribune, généreusement accordée par ce respectable périodique Lino’Mad, pour me faire le porte-parole de cette voix qui fait trembler les pierres de Seythenex jusqu’à l’eau de la Fontaine des Éléphants, cette voix qui réclame justice et indépendance : la voix du peuple savoisien. Ces derniers temps, j’ avais commencé à analyser et à juger votre caractère, mais votre petite allure de cavalier conquérant ne s’ en était pas ressentie négativement  : elle était encore si naïve et vigoureuse, qu’ il m’ était impossible, sous quelque aspect que j’ envisageasse de vous étudier, de parvenir à vous détester. Pourtant, apprenant inexplicablement tard vos origines, je ne vis en vous plus qu’ un colon descendu bien bas pour prétendre présider, d’ une manière ou d’ une autre, notre État souverain de Savoie. Il va sans dire que je demande votre démission ainsi que celle de tous les représentants français, comme votre retrait, celui de votre administration, de votre police et votre gendarmerie, suite à votre incapacité à gérer la complexité économique de notre pays, soumis à la tutelle française depuis le 19ème siècle. En tant que membre fondateur du MNSL* (devenu l’ affligeant MACSL** après la scission libératrice impulsée par Jean-François de Vigery-du-Lac, créant le GIESDS*** pour lequel, vous vous en doutez, en tant que ministre de l’ Intérieur et de la Culture savoisienne, je m’ engage corps et âme, faisant du maintien de l’ ordre souverain et du déboutement des vils représentants de la culture française, aussi nombreux soient-ils, une priorité absolue et semi-impérieuse) , je vois d’ un œil vif et averti vos vulgaires techniques d’ assimilations.

J’ hésite, par respect pour nos lecteurs, à énumérer les horreurs infligées sournoisement depuis votre soi-disant présidence. Quelles infamies ! Quelles insultes à nos valeurs les plus chères  ! Il n’ y a qu’ à voir déjà ces équilibristes bouffons qui caracolent dans nos rues, grotesque milice de l’ occupant, leurs lourdes cylindrées entre les jambes, fiers de dresser des procès-verbaux dans un grincements de cuir collant, un œil simulant l’intelligence pendant que l’autre surveille le seul objet à l’origine de leur trique quotidienne, la représentation mécanique de notre soumission à un état qui nous dépouille en hors-la-loi  : le radar de vitesse. Et c’est sans parler des automatiques  ! L’idée même me provoque d’horribles brûlures d’estomacs et je préfère ne pas aborder le sujet en public et ainsi respecter la promesse faite à mes médecins. Prenons le radar de Saint-Julien en genevois par exemple  ! qui, lâchement placé avant la frontière de nos chers voisins suisses, n’est que l’emblème exotique de votre mépris des états riches et prospères des Alpes, dont la Savoie pourrait être, si seulement cette verrue qu’est la France pouvait s’en détacher et la laisser accéder aux sublimités qu’elle mérite.


Lino'Mad n°6 - haute-savoie

Pas plus tard que l’ hiver dernier, sur la route de Lathuile, en compagnie de mon beaufrère (français ! Je mets d’ ailleurs un point d’ honneur à faire connaître la relation cordiale que j’ entretiens toujours, malgré tout, avec ma sœur de sang qui décida, il y a peu, de convoler à un nouveau mariage avec cet enfant de l’ État colonisateur qui, bien qu’ ayant l’ air gnangnan et semblant passivement de gauche, m’ accompagne sans vomir dans mon SUV sur les routes sinueuses du pays de mon cœur) , je disais donc, sur la route de la fête de la Savoie en février dernier, ne voilà-t-il pas qu’ un vulgaire et pâle policier, sous prétexte que je roulais trop vite, me demande mon permis de conduire. Je lui tends donc fièrement mon permis de conduire savoisien*****, 38 euros d’ amende  ! Je n’entends pas en rester là de cet espiègle camouflet, et que la présente en témoigne, je vous demande, M. Wauquiez, de me rembourser sans attente et sans cabriole juridique dont votre état est spécialiste, la somme de 38€ que j’ai dû, sous la contrainte de l’occupant, verser en sanglotant sous le regard victorieux de mon demeuré de beau-frère. Luc Dumolard, 93 rue du Métral Rétif 74130 Bonneville

* Président du conseil régional d’ AuvergneRhône-Alpes depuis 2016 (ndlr) ** Mouvement des Notables pour la Savoie Libre (ndt) *** Mouvement Anarcho-Communiste pour la Savoie Libre (ndt) **** Gouvernement Installé de l’ État SemiDémocratique de Savoie (ndt) ***** Réservé aux personnes détentrices d’ une carte d’ identité savoisienne et à condition d’ avoir un permis de conduire français valide (ndlr) Traduit du semi-arpitan par Julie Osseau-Bucal

5


6


7


8 Alpinisme

On a retrouvé la dame de Haute-Savoie

des temps et des temps z par les sommets depnuis met bas Imaginez que vous marche ville, près d'u dahu femelle qui et qu'au détour d'un coudefacene àchel'impensable banquet, en Yaute, sur le Gros en équerre, vous tombez du Géant et la Vallée Blanche.! Rognon, entre le glacier

Là, les bâtons interdits contre les rossignols, timide, honteux comme une gerçure sur le priape, songez que devant vous se lève un groupe encagoulé qui vous fixe. Vous décidez de reprendre la marche, de contourner cette masse, fier dans votre allure achetée venant d'un autre monde. Vous n'êtes, de toute évidence, pas le bienvenu. Un enfant quasi nu sur la neige fait sonner ses huit cordes comme une question. La fête s'est tue, un grand homme s'est approché de vous, s'est glissé contre vous, rituellement ; votre parka s'est mise à couiner sous le frottement de son buste intrigant. Pensez que vous n'avez ni bâton ni langage, que la qualité de vos mailles pourrait trahir le nom de votre race et soudain, une voix  : «  Monchu  ! Monchu  ! Monchu  !  ». Et soudain, leurs voix  : «  Monchu  ! Monchu  ! Monchu  !  ». Oui, lecteur, c'est bien d'Elle dont je parle. Eux, ces cris, la rioule, c'était pour Elle. Cet égarement sans pommade vous a mené, m'avait mené jusqu'à Elle  ! Tous les regards me fixaient, guettant le premier signe de faiblesse pour m'aplanir, m'invectivant – «  Surmoulé  ! Tempéré  ! Remugle d'impôts  ! Paragraphe  !  » –, traçant dans l'air du bout de leurs seins meules des motifs affinés. Mais, parmi les bustes brillant de givre et la fumée des bouches, au creux du mouvement d'épaules d'ours blancs, une impossible présence, un accueil, un brûlant foyer forait son chemin jusqu'à moi  : c'était Elle. Son pis sonna contre le calice qu'elle m'offrit, je vis ses yeux d'aubergiste cosmique, puis sa voix  : «  Quand tu seras fatigué de sourire à ces gens qui t'écrasent, seras fatigué de dire toujours les mêmes phrases  ; quand les mots voleront en éclats et tous les murs en face de toi, viens dormir chez moi  ». Je compris que je devais boire et je bus la liqueur qui noyait le bois de cette coupe à becs. Et les hommes à cagoules de chanter en canon : «  La Grolle a reconnu l'ami, l'ami doit nous connaître par la Grolle  !  », et chacun de se passer de bouche en bouche ce qui portait le nom d'un vieux soulier d'oignons. Et elle dit  : «  Quand tu seras fatigué d'avancer dans les brumes d'un rêve, sera fatigué d'un métier où tu marches où tu crèves  ; quand demain

sonnera comme les cris inhumains d'un caniche aux abois, viens dormir chez moi ». Je levai les yeux et vis courir les étoiles vers le nord  ; j'aperçus des mains claquer, des guirlandes et la décroissance du jour couvrir des sapins blancs  ; des mains passèrent autour de moi, les niôlles filaient  ; quand je baissai de nouveau la tête, j'étais devant la balme. Et Elle dit  : «  Tu as senti la grande inclinaison, la première épure du langage, la mollesse de ta foi véhiculée, la précarité de tes abonnements. Retire ta peau de mort  ». Je la suivis qui s'enfonçait dans la caverne, laissant sur mon chemin mes vêtements de froid et la croix que me donna mon père. Plus je marchais sous la voute, plus les yeux voyaient clairs, plus mes gôgnes de monchu s'émoussaient. J'heurtai le corps d'un homme qui sentait la poudreuse  ; il s'inclina vers moi, m'ouvrit les deux mains, y dit : «  Tu vas contempler la vérité pour la première fois, protège ton visage, prends-y le passemontagne  ». J'y pris des deux mains la calotte et j'y mis tout entière. Sitôt mise, la clarté d'un jour neuf fit rougir ma belle coule, l'air compacté m'épinglait, mes larmes giclaient comme dans un bas de laine  : j'étais dehors, je voyais pour la toute première fois. «  Ça y fait au débout, confia-t-elle. Au départ, t'es bobet, rectiligne, t'as le sabot qui patine, les gobilles en terrine. Mais tantôt t'auras la stabilité et tu mangeras les bognettes avec tes frères  ». Et de sa main nivelée, lecteur, elle me montra l'horizon vrai dégoulinant sur le téflon de Dieu. Copeau béni !


linguistique

Génération Y

9

Lino'Mad n°6 - haute-savoie

Après une enquête en immersion dans les contrées de Haute-Savoie, Julie OsseauBucal nous rapporte la solution aux problèmes de genres dans la langue française. On connaît tous le vieil adage, dans la langue française,   «  le masculin l’emporte sur le féminin  ». Eh bien,   plus maintenant  ! Cette hégémonie, déjà mise à mal grâce à l’ écriture  inclusive, n’ a  plus besoin que du «  Y  » savoyard pour disparaître définitivement.  Originellement une marque du neutre (comme dans «  ça, je vais y faire demain  » ou «  ça,  je vais y manger  ») , disparue au fil  des générations,   le «  Y  »  a tendance à revenir en force  dans les villages du  département et, surtout, à dépasser son ancien usage pour marquer le neutre en toutes situations.   «  Dans la plupart des cas, les personnes du troisième âge, voire du quatrième, ont peu à peu remplacé les  déterminants  «  le  »  et  «  la  »  par «  l’y  » et  les pronoms personnels «  Il  » et «  Elle  » par «  Y  »  » nous explique Philippe  Moënne-Loccoz  de l’institut de recherche sur les langues et dialectes des Savoie  ;   «  Maintenant nous espérons que les plus jeunes s’y attachent et que l’utilisation, essentielle, du Y soit officiellement considérée comme d’intérêt général ».

Quelques exemples entendus  ces derniers mois  dans les rues de nos villages  et  sur les places des  marchés  :     

- «  Bennes-y là-dedans on verra bien c’qu’y veulent y faire.  » -  «  Faut y voir pour y croire parce qu’y a que l’y  Fouéqui y a vu  » -  «  C’est simple, t’y prends par ici, t’y tire de l’autre côté pour y faire ressortir par là  » -  «  Mets-y dans l’y toupine, faut y laisser décanter  » -  «  L’y voisine, y n’a pas voulu  m’amener à l’y col de l’y Forclaz  en voiture  »   Pour approfondir le sujet, la rédaction vous conseille la lecture de Philippe  MoënneLoccoz  «  Montessori, oui, mais avec un Y  », Les Trois Cimes, 2018. Julie Osseau-Bucal


"p à f arce air qu e q ’on ma ue c a a iso om utr np m ec ar enc hos le t er e oit la "

10

All' kids in my head


habitat

Lino'Mad n°6 - avril 2018

Sans toit ni loi

article sponsorisé

Depuis près de 10 ans, la décision prise par le Conseil Général de valoriser le patrimoine bâti implique l’utilisation de tuiles en bois dites « tavaillons » pour les restaurations de chalets et bâtisses situées sur les communes d’Abondance, Chamonix, La Clusaz, Les Gets, Le Grand Bornand, Morzine, Saint-Gervais Les Bains et Thonon les Bains. la couverture des toits es et financières en faveuretdepren Malgré les aides techniqutava d beaucoup de temps. cher très e ns coût en bois, l’ installation dela receillo et temps réduits, coût au tion d’ une installa La rédaction vous donne e à fairtte toit. le par e que commencer la maison parce qu’ on a autre chos

Vous voulez vous installer au chaud avant et profiter des descentes en ski sans plus de budget que l’ achat l’dehiver votre chalet  ? Vincent Pépin-Bardot vous propose des tôles de tavaillons en acierancien  zingué imitation bois  ! Les atouts de la tôle de tavaillon en acier zingué imitation bois : nnel. Économique : Prix défiant toute concurrence par rapport au bois traditio tavillons Esthétique  : La version 3D permet un visuel et un toucher très proche des . toucher) au bois du nervures des traditionnels (notion Rapidité : Pose de la tôle extra-rapide et garantie 45 ans  ! aucun Entretien facile  : Très gros avantage par rapport au bois car vous n’ avez . matériel ce sur prévoir à annuel n entretie

Pour plus d’informations, contactez la rédaction de Lino’Mad à l’adresse contact@linomad.fr

NB. : La rédaction se dégage entièrement de toutes responsabilités, réclamations, poursuites, actions ou bases d’ action pouvant découler de l’ installation de tavaillons en acier zingué de M. Pépin-Bardot.

11


Lino'Mad n°6 - avril 2018 - Haute-Savoie  

Nous devions nous rendre au plus vite dans ce département où de nombreuses vérités doivent encore être rétablies, et ce en respectant la tra...

Lino'Mad n°6 - avril 2018 - Haute-Savoie  

Nous devions nous rendre au plus vite dans ce département où de nombreuses vérités doivent encore être rétablies, et ce en respectant la tra...

Advertisement