Issuu on Google+

GRAND PARIS MÉTRPOLE DOUCE PRESS REVIEW LIN Architects Urbanists June 2012

2


GRAND PARIS MÉTROPOLE DOUCE Consultation internationale de recherche et de développement sur le grand pari de l’agglomération parisienne 06/2008 -

LIN Finn Geipel + Giulia Andi Architecture Urbanisme Finn Geipel Giulia Andi Ali Saad, CdP, PA Heiko Walth, CdP, PA Andrea Alessio Marie-Elsa Batteux Nathanaëlle Baës-Cantillon Agnès Billemont Julien Brunet Alice Crumeyrolle Laura Delaney Steffen Hägele John Klepel Jan-Oliver Kunze Amir Matallaoui Florian Mathon Elena Pavlidou-Reisig Alicia Peris Judith Stichtenoth Joseph Hanimann Society Initial Design InD Wilhelm Klauser Urban Strategy Kaye Geipel Theory of architecture and urbanism Liliana Albertazzi + François Jullien Philosophy

Carl von Ossietzky Universität Oldenburg Department of Biology and Environmental Sciences Michael Kleyer Urban ecology

Integral Ruedi Baur Ruedi Baur Sébastian Thierry Alexander Stephenson Urban communication

Systematica Fabio Casiroli Francesco Sechi Mobility

Jean Michel Place Publisher

Institute for Information Design Japan IIDj Itoko Ishihara Andreas Schneider Information Design Technische Universität Berlin Unité Histoire de la Ville Johannes Cramer Unité Histoire de l'Art Bénédicte Savoy History of urbanism Harvard University Graduate School of Design Matthias Schuler Environmental technologies for buildings and cities Massachusetts Institute of Technology MIT School of Architecture and Planning MIT Design Laboratory William J. Mitchell Federico Casalegno Ryan Chin Mobility and communication technology

Davide Abbonacci Grand perspective Massachusetts Institute of Technology MIT School of Architecture and Planning MIT Design Studio Finn Geipel Mark Watabe Lara Davis Najiyah Edun Rafael Luna Joe Michael Michelle Petersen John Pugh Alice Rosenberg Laura Rushfeldt Technische Universität Berlin Institue for Architecture LIA Master class Finn Geipel Vesta Nele Zareh Richard Woditsch Giulia Beretta Yoann Fiévet Sönke Hartmann Iris Lacourde David Malaud Tristan Zelic

4


Media

Country

Date

Title

Author

Daily Press, News Magazines L‘Express

23.04.2009

Les paris du Grand Paris

Michèle Leloup Jaques Trentesaux

12.03.2009

Visions d‘un Grand Paris

Michèle Leloup

France

2009

Grand Paris: Les scénarios des dix architectes

Gilles Davoine

France

12.05.2009

Dix facons de voir Paris en grand

Frédèric Edelmann

30.04.2009

Nicolas Sarkozy esquisse son projet de Grand Paris

Frédèric Edelmann Béatrice Jérôme

France

Le Moniteur Süddeutsche Zeitung Le Monde Der Tagesspiegel

Germany

26.04.2009

Paris 2030

Maxi Leinkauf

Deutsche Hochschulzeitung

Germany

19.09.2008

Finn Geipel entwirft für Nicolas Sarkozy das „Grand Paris“ der Zukunft

Benjamin Härdle

Ksta.de

Germany

29.04.2009

Grüne Visionen für Paris

Maxi Leinkauf

Neue Züricher Zeitung

Suisse

06.05.2009

Visionen für die Hauptstadt

Marc Zitzmann

Berliner Zeitung

Germany

29.04.2009

Nicolas Sarkozy plant ein „Grand Paris“

Architectural, Art and Design Magazines D‘A

France

04/2009

Grand Pari(s)

Francoise Moisroux Richard Scoffier

archiSTORM

France

02/2009

Un Grand Pari(s) audacieux

Marion Bertone

Deutsche Bauzeitung

Germany

05.20.2009

Le Grand Pari

Wilhelm Klauser

A‘A‘

France

02/03 2010

Métropole Douce

-

Urbanisme

France

03 2010

Le Grand Paris, Métropole Exportable?

Pa. D

Zeno

Germany

01 2010

Metropol - Modelle

Sophie Body-Gendrot

Germany

07.04.2009

Germany

01.05.2009

Germany

29.05.2009

Germany

04.05.2009

Grand Paris: Ideen und Pläne zur Entwicklung des urbanen Großraums Die neue Metropole Stadt der Zukunft Dezentral und multifunktional

Kathrin Hondl Björn Stüben

Gabi Schlag Benno Wenz


Daily Press, News Magazines


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

le nouvel Obs - Paris Ile-de-France

11.12.2008

France

magazine, supplement

various

French

weekly

408PIF_001 1

8/12/08 11:55:11


DOSSIER

Grand Paris dans l’ombre de Sarko Le

C’était une belle idée, qui doit beaucoup à la gauche parisienne : une agglomération plus cohérente, plus égalitaire, où tous auraient droit à une même qualité de services. C’était sans compter avec l’activisme d’un Président pressé d’accoucher d’une réforme capitale.

C

’est un peu l’histoire d’un hold-up. Un hold-up singulier, avec ses victimes, qui, sans être consentantes, portent leur part de responsabilité. Et son commanditaire masqué, omnipuissant derrière la pléthore des hommes liges. C’est aussi l’histoire d’une injustice. La construction du Grand Paris doit beaucoup à la gauche parisienne, et tout particulièrement à la volonté d’un homme, Pierre Mansat, petit élu communiste du 20e, ancien postier, devenu un acteur majeur de la scène francilienne. A partir de juillet 2006, Delanoë et son « adjoint chargé des relations avec les collectivités territoriales d’Ile-de-France » (ça ne s’invente pas) se sont mis en tête d’inventer une nouvelle forme de gouvernance, réunissant une

soixantaine d’élus de petite et grande couronne au sein d’une instance de concertation informelle appelée Conférence métropolitaine. Ils ont rêvé d’une agglomération plus cohérente, plus égalitaire. Où les habitants du petit et du grand Paris pourraient prétendre à une même qualité de services, d’aménités urbaines, et d’accessibilité. Lignes de métro et Vélib’ y compris… Le Grand Paris de Delanoë était une belle idée. On peut se demander s’il n’est pas en passe de péricliter. A peine porté sur les fonts baptismaux, le syndicat mixte d’études Paris Métropole, pre-

mier embryon d’une gouvernance métropolitaine, est déjà en crise (lire page 14). Gauche contre droite, et gauche contre gauche, la mairie de Paris et la Région, menée par JeanPaul Huchon, s’affrontant brutalement en coulisse. Dans ce contexte troublé, des élus peu suspects de sarkophilie comme Stéphane Gatignon, jeune maire communiste de Sevran (93), en viennent à « remercier tonton Sarkozy » d’impulser le tempo. « Il faut être honnête, Sarko a un temps d’avance. Il réfléchit à quelle société on construit demain. Alors qu’à gauche, une fois de plus, on

est infoutu de produire la moindre vision de la métropole. » Etrange situation. Sur le Grand Paris, jusqu’à présent, Nicolas Sarkozy est loin d’avoir fait ses preuves. Il a certes multiplié les déclarations, mais souvent sibyllines, parfois contradictoires. Se focalisant un jour sur les grands projets d’urbanisme, contributions majeures à sa « politique civilisationnelle ». Se passionnant ensuite pour la question de la gouvernance (quel pilote pour l’agglomération ?), alors que début 2008 il renvoyait ce chantier à un horizon de moyen terme. Privilège de la fonction, le Président n’a pas à se soumettre au jeu des questions-réponses. Et, vertu du décideur avisé, il a su multiplier les pistes, pour garder une marge de manœuvre maximale. Blanc,

10 PARISOBS

408PIF_010.indd 10

8/12/08 20:19:18


Witt/Sipa - Pierre Verdy/AFP

DOSSIER

 Dix architectes, un secrétaire d’État, un ancien Premier ministre : Nicolas Sarkozy a mis plusieurs cerveaux à contribution pour inventer sa vision de la métropole. Karoutchi, Jego, Pécresse, Copé, Ollier, Balladur, Dallier… Sarko n’a pas un mais une bonne dizaine de barons Haussmann. Il laisse chacun s’exprimer. Et quand la splendeur volontariste d’une initiative commence à se faner, s’applique immédiatement à en lancer une nouvelle. Au menu : le lancement de la consultation internationale sur le Grand Paris, en janvier dernier, avec dix des plus grands architectes mondiaux chargés d’imaginer la métropole de l’après-Kyoto (rendu : février 2009). Puis la nomination de Christian Blanc, en mars, au poste de secrétaire d’Etat chargé du développement de la région capitale. Et, enfin, l’installation du comité Balladur pour la réforme des collectivités locales fin octobre, à qui le Président a de-

mandé de traiter spécifiquement le cas francilien. Désordonnée, la méthode Sarkozy ? Oui, mais finalement assez efficace. Cet activisme a permis de mettre la pression sur la gauche francilienne. Prévu pour être un processus lent et consensuel, un peu à l’image de la construction européenne, le Grand Paris de Delanoë se projetait à un horizon de cinq à dix ans. Pas dans la quasiinstantanéité de la réformite sarkozyenne. Contraints d’avancer à marche forcée, les élus de la Conférence métropolitaine ont ainsi accouché d’une structure molle et bancale – un syndicat mixte d’études qui, dans sa propension à générer du psychodrame, pourrait bien légitimer par l’absurde la nécessité de l’intervention étatique.

Question tactique, c’est excellent. Reste la stratégie. La crise ouvre une fenêtre d’opportunité pour faire passer des idées révolutionnaires. L’heure H, celle du big bang, semble donc approcher. En sachant qu’il n’est pas possible de tout financer. Et que trancher entre les priorités revient ni plus ni moins à faire des choix de société. Si Sarkozy suit le plan de son secrétaire d’Etat, dont nous vous présentons les grandes lignes en exclusivité (lire page 1213), il devrait orienter les investissements en fonction d’une vision très économique de la métropole. Qui revient à privilégier les grands pôles existants (Défense, Saclay, Plaine de France), en exacerbant leur potentiel, tout en les reliant par un système de métros rapides, aussi structu-

rants que le furent en 1965 les RER de Paul Delouvrier. La question est de savoir si le Président se contentera d’adapter la ville à la mondialisation ou s’il se préoccupera aussi de panser les plaies que celle-ci génère, en abordant les questions qui fâchent : les sous et le logement, notamment social, qu’il serait bon de redistribuer plus solidairement sur l’ensemble de l’agglomération. La gauche, mais aussi les architectes du Grand Paris, dans leur vision finalement assez peu bling-bling de l’aménagement (lire page 16), pourraient l’y inciter. Reste à savoir si l’ancien président du 92 acceptera de se convertir à la saine logique de la social-démocratie urbaine. C’est tout l’enjeu des six prochains  Gurvan Le Guellec mois. DU 11 AU 17 DÉCEMBRE 2008 11

408PIF_010.indd 11

8/12/08 20:19:23


DOSSIER

Blanc et ses secrets Depuis huit mois, le secrétaire d’Etat chargé du Développement de la région capitale se tait. Mais petit à petit son projet se dessine en creux. En voilà les premières lignes.

L

e « schéma indicatif » est « prêt, bouclé ». N’attendant plus que « le feu vert présidentiel » pour être présenté. Sortira, sortira pas… « ParisObs », en tout cas, a rassemblé

suffisamment d’éléments pour dessiner à grands traits le « plan transports » de Christian Blanc. Et préciser la stratégie métropolitaine que celui-ci sous-tend. Commençons par la stratégie. A

quoi ressemble-t-elle ? A de la chirurgie. L’Etat-stratège se concentrant sur les organes vitaux de la métropole. Le cerveau, c’est le plateau de Saclay, censé alimenter le territoire en brevets et

activités innovantes à même de remplacer à terme les secteurs industriels déclinants. Le cœur : la Défense, pompe à finances de la métropole. Et les poumons : la grande zone de Plaine de France,

Infographie : Mehdi/Le Nouvel Observateur

Le métro relierait les pôles économiques.

12 PARISOBS

408PIF_012.indd 12

8/12/08 20:17:54


DOSSIER entre le nord-est de Paris et l’aéroport Charles-de-Gaulle. Le secrétaire d’Etat chargé du Développement de la région capitale souhaite y développer une sorte d’aéroville, mêlant Musée de l’Air new-look et entreprises aéronautiques de pointe, entre le parc de Villepinte et l’aéroport d’affaires du Bourget.

Infographie : Mehdi/Le Nouvel Observateur

Le plan d’action n’étonnera guère les connaisseurs. Depuis « le Lièvre et la tortue » (Plon), coécrit avec son ami Thierry Breton, en 1994, l’ancien patron d’Air France et de la RATP n’a pas varié d’un iota dans ses positions : pour échapper au déclin, la France, et plus encore la région parisienne, moteur de l’économie nationale, doivent concentrer leurs efforts sur « l’économie de la connaissance ». Très logiquement, le plateau de Saclay, avec ses grandes écoles (X, Supélec) et ses centres de recherche répartis dans les champs, a donc été son premier chantier. Christian Blanc souhaitait y concentrer chercheurs et entrepreneurs dans une vaste écocité, à l’image de la silicon valley californienne. Ni simple parc à activités ni ville nouvelle, le projet présenté début novembre consiste à rapatrier plusieurs institutions sur le plateau (la fac d’Orsay, l’ENS Cachan, Centrale Paris) et à construire un « centre de vie » mettant du liant entre les différentes enclaves universitaires. Trente-cinq mille habitants supplémentaires à l’horizon 2020, pas plus. Un « entre-deux problématique », constate le géoéconomiste Frédéric Gilli, pour qui l’effet de cluster (transfert d’idées innovantes de la recherche à l’économie) visé par le secrétaire d’Etat passe d’abord par des réformes structurelles (rapprochement entre l’entreprise et les chercheurs), puis éventuellement par la construction d’un grand campus urbain ouvert au chaos de la Cité, à l’image de ce qu’a pu être jadis le Quartier latin.

HAMILTON/REA

Une vaste écocité

Privilégier les organes de la métropole

Contesté sur son approche très spatiale de l’économie, Blanc l’a aussi été sur son projet de métro souterrain reliant Saclay à Versailles et Massy-TGV. Les spécialistes des transports se sont largement gaussés de ce projet pharaonique mais non chiffré qui « permettr a aux Parisiens de venir acheter leurs légumes frais ». Christian Blanc a laissé dire. Le petit métro de Saclay n’est en effet qu’un chaînon isolé, au sein d’un « schéma de transport beaucoup plus ambitieux ». Un métro ou plutôt un réseau de métros (voir carte) faisant le tour de l’agglomération en moyenne couronne. Utilisant les projets déjà lancés comme la tangentielle nord. En activant d’autres comme la rocade sud de la SNCF. Pour les habitants de l’agglo, c’est un renversement. Jusqu’à présent, le consensus poussait à la construction d’une rocade RATP reliant les terminus des lignes de métro en petite couronne (appelée Métrophérique par les uns et Arc Express par les autres). « Logique d’opérateur », rétorque Christian Blanc.

 Christian Blanc, une personnalité secrète, dont les collaborateurs « doivent gérer les silences ».

Le secrétaire pense, lui, « aménagement ». Il ne s’agit pas seulement de résoudre les problèmes d’engorgement présents. Il faut se projeter dans l’avenir, et privilégier les « organes » de la métropole. Quitte à enterrer d’autres projets passant dans des zones plus peuplées. Métrophérique donc. Voire CDG express, cette ligne Roissy-Paris pour businessmen pressés, qui ne serait plus viable dans l’hypothèse d’une liaison directe entre l’aéroport et la Défense. Crédible ? Certains en doutent. La crise est venue brouiller les cartes. Et puis il y a le mystère Christian Blanc. Personnalité secrète et égotiste, dont les collaborateurs doivent « gérer les silences », le secrétaire d’Etat ne cache pas son admiration pour Paul Delouvrier. Chargé par le Général de « remettre de l’ordre dans ce merdier », le « délégué général au district de la région de Paris » a redessiné la carte de l’Ile-de-

France en mettant en place villes nouvelles et réseau RER. C’était aussi un grand taiseux. Son principe d’action consistant à ne jamais présenter un projet, avant qu’il ne soit finalisé. Transposé dans la république sarkozyenne, le modèle delouvriériste a du mal à passer. Blanc agace tous ceux qu’il ne consulte pas. Ces derniers décrivant un ministre de plus en plus isolé, qui « rame pour exister », comme le souligne un hiérarque de l’UMP. Bon négociateur à la tête d’une entreprise, moins habile dans les relations horizontales, Blanc serait ainsi menacé du syndrome Francis Mer, éphémère ministre de l’Economie trahi par son dédain des politiques. Le secrétaire d’Etat n’en a cure. « On est dans un monde où le problème n’est pas de faire, mais d’annoncer. C’est comme ça qu’on coule un pays. » Il faudrait savoir ce qu’en pense Nicolas Sarkozy. Le président devait venir à Saclay en novembre annoncer le plan de Christian Blanc. Il ne l’a pas fait. Ses détracteurs y ont vu un signe. A moins qu’ils ne prennent leurs désirs pour des réa Gurvan Le Guellec lités. DU 11 AU 17 DÉCEMBRE 2008 13

408PIF_012.indd 13

8/12/08 20:18:03


DOSSIER

Tremblez, départements ! Les élus franciliens sont inquiets : le scénario d’une suppression des collectivités locales reprend du poil de la bête. Un moyen d’afficher un Grand Paris lisible et clair.

Fabrice Elsner / KR Images Presse

C

’est un geste de la main au statut indéterminé, entre le tic et la mimique, comme Nicolas Sarkozy en est coutumier. Une sorte de battement horizontal, paume ouverte vers l’assemblée. Qui semble signifier « allez ouste, dégage ». C’est en tout cas ainsi, à la 36e minute de son discours devant l’Association des maires de France, jeudi 27 novembre, que le président de la République a illustré son propos sur les départements « de la région parisienne ». Des départements auxquels « on est très attaché », certes, mais qui, contrairement à leurs homologues provinciaux, ne « remontent qu’à 1967 ». Les départements franciliens menacés ? Il y a encore six mois, la perspective aurait paru complètement ahurissante. Il y a six mois, le comble de l’audace, en matière de réforme des institutions franciliennes, s’appelait en effet « Syndicat mixte d’études » (SME). Une structure molle, sans pouvoirs opérationnels ni budget. Une sorte de page blanche sur laquelle chacun pouvait projeter ses propres fantasmes. Pour la droite, une sympathique instance de concertation servant de faire-valoir à l’Etat dans ses projets d’aménagements. Ou, selon le vœu de la mairie de Paris, la première étape vers une gouvernance complexe du Grand Paris, traitant les questions clés (logement, transports…) sur des périmètres variés. Un peu à la manière des Europes de la défense, de l’agriculture ou de la monnaie. Bref, gauche et droite s’étaient mises d’accord sur un plus petit

 En février, on devrait savoir si le comité présidé par l’ancien Premier ministre Edouard Balladur préconise un big bang institutionnel. dénominateur commun. Cela permettait au moins de discuter du seul sujet consensuel – les transports – puisque des projets comme Vélib ou le métro de banlieue à banlieue semblaient faire consensus. Même JeanPaul Huchon, le patron de la Région, jusque-là plus que froid à l’idée de voir débouler le moloch grand-parisien dans le paysage institutionnel, faisait acte de présence à la Conférence métropolitaine. Et puis voilà que patatras, le fragile édifice patiemment édifié s’écroule brutalement. La première secousse intervint le 5 novembre à la sortie de la Confé-

rence métropolitaine censée avaliser les statuts du SME. La fête devait être belle. Elle fut rapidement gâchée. Et qui est venu mettre le feu ? La Région, subitement devenue plus grandparisienne que les élus du Grand Paris. Mireille Ferri, la vice-présidente Verte de l’exécutif régional, affirmant tout haut devant la presse que le SME, sous-majorité de gauche, ferait office de « contre-pouvoir » face aux initiatives présidentielles. Place de l’Hôtel-de-Ville, à Paris, la sortie régionale était diversement appréciée. Le plan parisien consistant – à l’instar de la méthode Monnet – à compter sur les pe-

tits pas pour aboutir à des situations de non-retour, s’annonçait bien mal engagé. A droite, la réaction, en effet, ne tardait pas à venir. Le 25 novembre au soir, Roger Karoutchi, le patron du groupe UMP à la Région, rameutait les troupes dans les salons de la préfecture d’Île-de-France. Trente-cinq élus, essentiellement venus des Hauts-de-Seine. Jacques JP Martin, le maire de Nogent-surMarne (94), l’un des rares élus de droite impliqués dans la Conférence métropolitaine, tentait bien de convaincre ses amis que l’adhésion au SME n’engageait en rien. En vain. « Métho-

14 PARISOBS

408PIF_014.indd 14

8/12/08 19:49:13


Valérie Pécresse : Eric Piermont/AFP - Jean-Paul Huchon : Jean-Loup Gautreau/AFP

Quel périmètre pour quel Grand Paris ?

Infographie Mehdi/Le Nouvel Observateur

des de flibustier », « machine de guerre contre l’Elysée », les noms d’oiseaux volaient. Si la bataille gauche-droite a beaucoup focalisé l’attention, l’enjeu, pourtant, se trouve peutêtre ailleurs. Au sein même de la majorité. Un échec du SME laisserait en effet la porte grande ouverte à tous ceux qui militent pour une remise à plat radicale du système. Des élus de communes populaires comme Philippe Dallier, sénateur-maire des Pavillons-sous-Bois (93), auteur d’un rapport choc préconisant la fusion des départements de petite couronne pour mieux partager la manne financière. Ou encore les « technocrates et experts » qui depuis des lustres veulent simplifier le mille-feuille institutionnel, en faisant la chasse aux dépenses superflues. Dans la droite ligne du rapport Attali préconisant la suppression des départements, le comité Balladur, mis en place par le Président fin octobre, ferait ainsi preuve d’une « audace redoutable » selon un cador de l’UMP. Mené par l’ancien Premier ministre, ledit comité, qui doit rendre sa copie en février, ne s’interdit aucune piste de réflexion. De la transformation des arrondissements en collectivités de plein droit à la fusion Région-département (voir encadré). Que fera Sarkozy de tout ça ? Dans son discours du 27, le président s’en est pris à la « maladie française de l’uniformité », se demandant si n’était pas venu le temps de « créer un statut des grandes agglomérations ». Certains, à gauche notamment, font le pari qu’il n’osera pas rebattre les cartes. Qu’il se contentera de renforcer les capacités d’intervention de l’Etat. D’autres comme Philippe Dallier veulent se persuader que la « nuit du 4 août est pour demain ». Que le « président de la rupture » ne résistera pas à la tentation de la simplicité. Quitte à simplifi er à l’excès ? C’est ce qui peut inquiéter. � Gurvan Le Guellec

Philippe Dallier : Xavier Mouthon/Globepix - Bertrand Delanoë : Jean-Pierre Muller/AFP

Fabrice Elsner / KR Images Presse

DOSSIER

UN SUSPENSE INSOUTENABLE… CE QUI POURRAIT SE FAIRE

ment, similaire au district des années 60, et qui se substituerait aux collectivités locales pour � La fusion Paris-petite couronne. C’est piloter les grandes opérations d’aménagement. la solution de Philippe Dallier, la plus redistri- Ce schéma pourrait s’accorder avec un syndibutrice, puisque la nouvelle collectivité rem- cat mixte affaibli, se contentant de porter la place les 4 départements existants. Problème : parole des élus. elle marginalise la grande couronne. � La communauté urbaine. C’est la solution CE QUI NE SE FERA PAS mini-Grand Paris, la capitale et les 29 villes limitrophes, avec élévation des arrondissements au � Le Grand Paris des cathédrales, jusqu’à rang de commune, pour casser la toute-puis- Reims et Rouen, proposé par des élus déparsance parisienne. Problème : ça n’est pas à la tementaux cherchant surtout à noyer le poishauteur des enjeux métropolitains. son, ne se fera pas. Le Président l’a répété. Si � L’absorption Région-département. Vos redécoupage des Régions il y a, ce sera sur la conseillers généraux deviennent également base du volontariat. conseillers régionaux. On peut s’arrêter là, ce � Le vieux credo fédéraliste semblait requi ne mange pas de pain, mais assure une plus venir en grâce, Valérie Pécresse affirmant que grande collaboration entre institutions. Ou bien, le Grand Paris devait être piloté par la Région. donner des compétences exclusives à chacun. Renseignement pris auprès de la ministre, la � Le retour du District. Si la commission Région, dans son esprit, se chargerait surtout échouait, l’Etat pourrait reprendre la main, en de l’intendance. Les grandes décisions d’amémontant un établissement public d’aménage- nagement relevant de l’Etat. � G. L. G. DU 11 AU 17 DÉCEMBRE 2008 15

408PIF_014.indd 15

8/12/08 19:49:18


DOSSIER

Ils s’occupent de vous Quand dix architectes phosphorent autour d’un Grand Paris écolo et esthétique, ça donne des concepts abstraits mais aussi quelques idées concrètes. Revue de détail à mi-parcours.

C

PARIS, ZONE HUMIDE

BORIS HORVAT/AFP

 Bernardo Secchi. Il professore n’enseigne pas

à Venise pour rien. Sa grande idée : libérer la Seine pour augmenter la « biodiversité écologique et sociale de la métropole ». Son équipe imagine ainsi une longue bande de zones humides le long du fleuve en lieu et place de terrains en friches ou sous-exploités. Elle permettrait de traiter les eaux usées, de prévenir les crues centennales, de réintroduire des espèces animales… tout en offrant de vastes zones récréatives, justifiant une forte densification du bâti aux alentours. Plusieurs lieux d’étude sont pressentis : Montesson (78) en aval, Villeneuve-le-Roi (94) en amont.

CHIRURGIE SENSIBLE  Jean Nouvel. La superstar n’en fait qu’à sa tête

JACQUES DEMARTHON/AFP

et a refusé de répondre à la première partie de la consultation sur la métropole post-Kyoto. Souhaitant respecter la poétique des lieux, il mène son travail de manière empirique. A noter que Nouvel, soucieux que la grandeur parisienne ne soit pas éclipsée par la densification de la petite couronne, est l’un des seuls à parler « tours » et à s’intéresser à Paris intra-muros.

JEAN-PIERRE MULLER/AFP

DES TOURS EIFFEL POUR TOUS  Roland Castro. Le patron de Banlieues 89 veut mettre en place un droit à l’urbanité pour tous, « 4e étape dans l’histoire de l’émancipation humaine ». Du logement, des transports, mais aussi de l’esthétique. Dont deux « lieux incandescents » : un opéra au port de Gennevilliers (92) et une île-centre d’affaires à Vitry (94).

DU PÉRIPHÉRIQUE À LA CEINTURE VERTE Andrew Zuckeman

’est ça, être une star. Passé un certain degré de notoriété, personne n’ose vous contredire de peur de passer pour un imbécile. Voyez les dix maestros de l’équerre recrutés par le ministère de la Culture pour imaginer la métropole durable de demain, et présenter leurs grandes idées début avril 2009 à la Cité de Chaillot. On pouvait s’attendre à ce que leur travail génère des clivages. Non, tout le monde est content. Mireille Ferri, d’abord. La vice-présidente Verte de la Région a l’impression de « retrouver [son] Sdrif à toutes les pages ». Le Sdrif, c’est ce schéma directeur proposant un développement écolo, « rééquilibrant » (plus d’emplois à l’est, plus de logements à l’ouest) et pépère (2% d’objectif de croissance) de l’Ilede-France à l’horizon 2030. Un schéma, dont le gouvernement, en la personne de Christian Blanc, n’a cessé de dénoncer le « manque d’ambition ». Et Christian Blanc, justement, qu’est-ce qu’il en pense du travail des architectes ? Eh, bien, lui aussi, à première vue, il trouve ça formidable. Les hommes de l’art auraient-ils trouvé la pierre philosophale ? Le moyen de réconcilier un secrétaire d’Etat obnubilé par le déclin industriel français. Et sa principale opposante. Non, ils sont juste malins. Les élus de droite leur demandaient de grands gestes architecturaux. Qui sur le plateau de Saclay, qui sur l’île Seguin. Conscients du risque de manipulation, ils s’en sont tenus à la commande, se centrant sur des questions d’urbanisme. Les rendus finaux de-

 Richard Rogers. Comme il l’avait annoncé, Rogers recycle son modèle de ville compacte et écolo. Appliqué à l’Ile-de-France, cela donne une vision très centrée sur la petite couronne, avec soutien au métrophérique et renforcement de la ceinture verte pour obliger l’agglomération à se reconstruire sur elle-même.

16 PARISOBS

408PIF_016NEW.indd 16

8/12/08 20:28:34


Steve Murez

DES « RHIZOMES » ET UNE GARE  Christian de Portzamparc. Son intérêt pour la moyenne couronne et sa focalisation sur les « rhizomes » sud (Saclay), nord (Plaine de France) et ouest (la Défense) rappellent le plan du secrétaire d’Etat ChristianBlanc. Le secteur de la Plaine-Saint-Denis héritant même d’une supergare (remplaçant les gares du Nord et de l’Est), pour renforcer son rôle d’interface. Portzamparc avalise la logique du marché. Mais n’oublie pas les habitants de l’Est et de la petite couronne. Proposant de prendre de la hauteur près des nœuds intermodaux, pour que le quidam puisse mieux se repérer. Entre ces nouvelles villes-gares, du vert pour respirer.

PARIS - LE HAVRE  Antoine Grumbach. Considérant que l’expansion démogra-

Muller/AFP/presse

phique ne permettra pas à l’agglomération de se reconstruire perpétuellement sur son un territoire contraint, Grumbach propose d’aménager une ville linéaire le long du fleuve, jusqu’au Havre, d’ici 2050. Paris s’ouvrira ainsi sur l’océan. Tout en offrant une qualité de vie renouvelée, au contact de l’eau et de la nature, à ses habitants.

BARBECUE À CENTRAL PARK BORIS HORVAT/AFP

 Yves Lion. La température augmentera de 2° C d’ici à 2030.

Aménagez des grands parcs urbains en petite couronne. Ils feront office de pièges à carbone, fixeront sur place les adeptes du barbecue, et permettront de construire dense aux alentours. Une logique à appliquer pourquoi pas sur les pourtours du bois de Vincennes.

L’ANTI-MONUMENT  Finn Geipel. Il faut créer de l’identité urbaine en banlieue, mais

D. R.

ne pas chercher à copier Bilbao (transformée par l’arrivée du musée Guggenheim). Plutôt mettre en valeur l’existant. Penser à de petites choses comme la démocratisation des flux de savoir (bureaux éphémères, bornes d’infos) et le retour des campus dans la ville.

LE JEU DES SEPT PÉTALES  Winy Maas. Là encore, le choix du polycentrisme, avec une attention portée sur « 6 à 7 pôles en grande couronne tangents à la zone dense » (Massy-Saclay, Evry, Marne-la-Vallée…). Des pôles « fonctionnant en réseau », mais auxquels il manque encore « centralité » et « identité ». L’architecte compte y remédier...

Thomas Kirchner

vraient bien comprendre quelques beaux visuels, mais jusqu’à présent, d’après les travaux intermédiaires, que « ParisObs » a pu consulter, les agences s’intéressent moins à ce qui brille qu’à ce qui va mal. Aux effets destructurants de la globalisation, plus qu’aux centres d’affaires. Dans ce schéma, Paris intramuros, mais aussi Saclay, la Défense sont assez peu traités. Les archis regardent ailleurs : du côté des friches industrielles, des grands ensembles, des gares RER jamais rénovées, des bords de Seine, des abords des forêts. La question centrale n’est pas celle de la hauteur, mais de la densité. Ou comment construire une ville compacte sans trajets polluants, tout en proposant un cadre de vie amélioré. Aux habitants des banlieues, les archis proposent une sorte de donnantdonnant : je construis plus (et éventuellement en hauteur), notamment autour des grands nœuds de transports, mais j’offre des « Central Park », des monuments, des boulevards urbains, au lieu des nationales cracras. Cette approche très « cadre de vie » ne semble guère cadrer a priori avec l’orientation du gouvernement. « Elle n’est pas divergente, elle est complémentaire », rectifie Christian Blanc. Et c’est vrai qu’en passant à l’échelle macro – celle de l’organisation territoriale – les archis se gardent bien d’être dérangeants. Globalement, à l’exception de l’atypique Grumbach, les équipes proposent toutes de développer plus ou moins les pôles urbains en banlieue pour faire contrepoids à Paris intra-muros. Reste à savoir où. Certains suivent la méthode Blanc et s’appuient sur les pôles économiques existants. La majorité adopte une vision plus diluée. Est-ce bien grave ? Pas forcément. « De toute façon, la conclusion, on la connaît », note, désabusé, un membre du conseil scientifique de la consultation. « A la fin, Sarko pêchera les idées qui lui plaisent, et en fera un joli dis Gurvan Le Guellec cours. »

LE DIFFUS A DU BON  Djamel Klouche, le jeune loup de la consultation, assume son sta-

D. R.

JACQUES DEMARTHON/AFP

DOSSIER

tut en prenant la défense de la ville diffuse, celle de l’automobile et du pavillonnaire, « modèle de libertés et de choix individuels ». Ce postulat et celui d’une apparition éventuelle de la voiture électrique l’amènent à s’intéresser entre autres aux franges de l’agglomération. DU 11 AU 17 DÉCEMBRE 2008 17

408PIF_016NEW.indd 17

8/12/08 20:28:38


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

04.08.2008

Germany

Newspaper

Joseph Hanimann

German

daily


John Lichfield: Our Man In Paris - John Lichfield, Commentators - Th... LIN John Lichfield: Our Man In Paris - John Lichfield, Commentators - Th...

Media

http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/john-lichfield/jo...

http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/john-lichfield/jo...

PAM - GRAND pARIS  Press review

Date

Country

Type

Author

Language

09.06.2008

United Kingdom

Newspaper

John Lichfeld

English

daily

Still relevant? Female contenders rule out 'archaic' post of Poet Laureate

Still relevant? Female contenders rule out 'archaic' post of Poet Laureate

John Lichfield: Our Man In Paris

John Lichfield: Our Man In Paris

Threat to suburban pleasures of a petite Parisienne Monday, 9 June 2008

Threat to suburban pleasures of a petite Parisienne

My 14-year-old daughter goes every Friday evening to an

Monday, 9 at June 2008just outside the Paris city boundary. athletics class a stadium To her fellow runners – black, brown and white, big and small – she is known as la petite Parisienne (the little Parisian girl).

My 14-year-old daughter goes every Friday evening to an

athletics class at big a stadium justa Parisian. outsideAll the Clare is actually quite and not really theParis same, city

boundary. big and small – she is known as la petite Parisienne (the little Parisian girl).

to children in her running–club, agedbrown 10 to 15, she white, speaks Tothe her fellow runners black, and with an impossibly posh French accent and she comes from a strange and alien place, the city of Paris.

Claretoo, is can actually quite big andwhen notthey really a to. Parisian. All the same, They, speak received French want They prefer to speak – deliberately exaggerating to tease her – the to the children in her running club, aged 10 to 15, she speaks REMON HAAZEN/ALAMY rich, complex, clipped slang of the Paris suburbs, a mixture of The Périphérique divides the city from its with an impossibly posh French accent and she comes from a Arabic, English and African languages with French grammar and suburbs strange and alienbackwards place, the city of Paris. French words spoken or clipped in half. The athletics stadium where her running class is held is 100 metres from the Boulévard Périphérique and the They, too, can speak received French when they want to. They boundary of the city of Paris proper. It is, nonetheless, in the banlieues and – although not in a troubled or prefer tosuburb speak – deliberately exaggerating to tease her – the dangerous – part of a very different world.

REMON HAAZEN/ALAMY

rich, complex, clipped slang of the Paris suburbs, a mixture of The city Périphérique divides the city from its The urban motorway which hugs the boundary of Paris proper is a sort of 10-lane medieval wall. Inside the Arabic, English and African languages with French grammar and Périphérique is the beautiful city beloved of tourists and the home, for the most part, ofsuburbs the white and the well-off. Frenchthe words spoken clipped half.wealthy and white; some of them poor and Outside Périphérique are backwards the banlieues,or a few of theminleafy, abandoned and dangerous; most of them a dynamic, incoherent, multiracial jumble.

The athletics stadium where her running class is held is 100 metres from the Boulévard Périphérique and the not in a troubled or dangerous suburb – part of a very different world.

President Nicolas Sarkozy took a bold, and somewhat puzzling, initiative last week. He selected 10 teams to think boundary of the city of Paris proper. It is, nonetheless, in the banlieues and – although up visions for a "Greater Paris". They will report back next year.

The idea is sensible and long overdue. But President Sarkozy's initiative has, nonetheless, puzzled and alarmed many people. The Elysée Palace has jumped straight to the building stage. The Socialist leadership of the Paris The urban motorway which hugs the boundary of Paris proper is a sort of 10-lane medieval town hall and the greater Paris area have been kept at arm's length.

city wall. Inside the Périphérique is the beautiful city beloved of tourists and the home, for the most part, of the white and the well-off. Critics fear the that M. Sarkozy has no realthe interest in breaking thethem invisible wall between Paris andwhite; its Outside Périphérique are banlieues, a down few of leafy, wealthy and some of them poor and banlieues. Instead, they say, his plan is a smokescreen behind which property developers will be encouraged to abandoned and dangerous; most of them a dynamic, incoherent, multiracial jumble. create vast, new satellite cities of offices. Already, plans are going ahead for three new tower blocks.

This ambitious project was launched four a years agoand by the former headpuzzling, of the council in the wealthy Hauts deHe President Nicolas Sarkozy took bold, somewhat initiative last week. Seine department. His name? Nicolas Sarkozy.

selected 10 teams to think

up visions for a "Greater Paris". They will report back next year. Interesting? Click here to explore further

The idea is sensible and long overdue. But President Sarkozy's initiative has, nonetheless, puzzled and alarmed many people.LINKS The Elysée Palace has jumped straight to the building stage. The Socialist leadership of the Paris ADVERTISER town hall and the greater Paris area have been kept at arm's length. Critics fear that M. Sarkozy has no real interest in breaking down the invisible wall between Paris and its

1 of 2

banlieues. Instead, they say, his plan is a smokescreen behind which property developers will be encouraged to create vast, new satellite cities of offices. Already, plans are going ahead for three new tower blocks. 10.06.2008 18:27

This ambitious project was launched four years ago by the former head of the council in the wealthy Hauts de Seine department. His name? Nicolas Sarkozy. Interesting? Click here to explore further

ADVERTISER LINKS

1 of 2

10.06.2008 18:27


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

06.06.2008

Germany

Newspaper

Johannes Willms

German

Feuilleton p. 14

Freitag, 6. Juni 2008

LLETON

Nun macht mal einen Plan Nicolas Sarkozy will das ganz große Paris

Peter Kilchmann /Peter Blum / Smith Stewart

stverein Hannover

l t , e

o e t e r -

i , n f f

daily

die kein Flugzeug wartet. Isoliert auf dem Rollfeld ergibt diese Menschenskulptur ein immens starkes Zeichen getäuschter Hoffnung. Mit solchen Arbeiten über periphere Schicksale, die Parallelen zu Santiago Sierras politischen Provokationen ebenso besitzen wie zu Aernout Miks absurden Video-Inszenierungen von Konfliktsituationen, sucht Paci nach einer Form politischer Kunst, die ihre Inhalte diffizil und offen, dabei aber energisch vertritt. Dazu verwendet er auch Installation, Fotografie und Malerei. Standbilder aus den Filmen „Decamerone“ und „1001 Nacht“ von Pasolini, der wie Paci mit politischem Impetus die Peripherie der Gesellschaft in Augenschein nahm, hat er in den pastellförmigen Farben vergilbter Dokumente abgemalt und zu sehr sinnlichen Serien zusammengestellt. So schleicht sich in seine Arbeit das Märchen von Glück und Verheißung ein, das Hunderte Millionen Emigranten in den letzten Jahren dazu bewegt hat, ihre Heimat zu verlassen. Doch in Pacis Bildern sind diese Versprechungen nicht nur falsch. Sie formulieren das Recht auf Sehnsucht. TILL BRIEGLEB Adrian Paci, Kunstverein Hannover, bis 15. Juni; Katalog (Modo) 25 Euro. Info: Tel. 0511 / 324594

Seit dem Umbau von Paris, den der allmächtige Präfekt des Seine-Départements George Eugène Haussmann zwischen 1853 und 1869 mit Rückendeckung Napoleons III. realisierte, dem die Metropole ganz wesentlich ihr heutiges Aussehen verdankt, ist, von einigen isolierten urbanistischen Bausünden abgesehen, an der Stadt keine nennenswerte Veränderung mehr vorgenommen worden. Da Veränderung im Idealfall auch Modernisierung bedeutet, läuft Paris deshalb seit langem Gefahr, zum Museum zu werden. Das sehen nicht nur Städtebaukritiker so, sondern auch die Chefs weltweit operierender Firmen, die ihre Europa-Zentralen nicht mehr in Paris und Umgebung ansiedeln. Das vor allem ist ein Menetekel, das zum Handeln nötigt. Gestern hat Staatspräsident Sarkozy aus 43 Bewerbern zehn Architekten ausgewählt, die Vorschläge ausarbeiten sollen, um Paris den Erfordernissen des 21. Jahrhunderts anzupassen. Dabei geht es um nichts weniger, wie von Sarkozy im September 2007 bei der Einweihung des Pariser Architekturmuseums verkündet, als um das „neue Projekt einer umfassenden Neugestaltung von Groß-Paris“, bei der städtebauliche und architektonische Belange allererste politische Priorität besäßen. Zu den Auserwählten gehören neben den französischen Stararchitekten Jean Nouvel, Christian de Portzampac, Yves Lion, Antoine Grumbach, Roland Castro und Djamel Klouche auch Richard Rogers, der Deutsche Finn Geipel, Bernardo Secchi aus Italien sowie der Niederländer Winy Maas. In Zusammenarbeit mit einer Gruppe von jeweils rund 20 Urbanisten, Soziologen, Geographen, Klima- und Verkehrsspezialisten sowie in Frankreich unverzichtbaren Philosophen sollen diese Architekten binnen sieben Monaten konkrete Pläne für die zukünftige Entwicklung der Metropole vorlegen. Dabei erfreuen sie sich einer umso größeren Narrenfreiheit, als es sich dabei lediglich um einen bloßen Ideenwettbewerb handelt. Dementsprechend groß sind die sich schon jetzt abzeichnenden Unterschiede in den Planungsansätzen. Antoine Grumbach beispielsweise vertritt seit Jahren die Ansicht, dass Paris sich bis nach Le Havre ausdehnen müsse und dass der Lauf der Seine dafür die Entwicklungsachse vorgebe. Ähnliche, weniger ausschweifende Vorstellungen hegt auch Roland Castro, der an einem Groß-Paris vor allem die Chance schätzt, die soziale Topographie der Stadt völlig neu ordnen zu können. Demgegenüber treten andere Projektanten wie beispielsweise Finn Geipel, dem eine multipolare Raumordnung für das Pariser Becken vorschwebt oder auch Jean Nouvel dem Vernehmen nach für einen dezentralen Planungsansatz ein. Wenn Anfang 2009 alle Vorschläge im Pariser Architekturmuseum vorgestellt werden, wird ein großes, die Phantasie vieler erhitzendes Palaver anheben. Dabei dürfte es dann auch für eine ganze Weile bleiben, denn für Paris gilt uneingeschränkt, was bekanntlich von Rom gesagt wurde: Es wird weder in einem Tag gebaut, geschweige umgebaut. Christian Blanc, der seit März als Staatssekretär für die Entwicklung der

dchen des Bösen

Hauptstadtregion zuständig ist, hat jedenfalls schon einmal diplomatisch versichert, dass er sich von den Vorschlägen der Architekten anregen lassen werde, während der Sonderberater des Präsidenten, Henri Guaino von „Le Monde“ mit den Worten zitiert wurde, es ginge darum, wie zu Zeiten des Barons Haussmann, eine neue Stadt zu erschaffen. Der Vergleich hinkt, denn weder ist Sarkozy ein Napoleon III., noch hat ein Christian Blanc die Handlungsfreiheit und Kompetenz eines Haussmann. Störend wirkt sich zudem aus, dass der Präsident des Conseil régional der Ilede-France, der Sozialist Jean-Paul Huchon, allergisch auf alle Reden von GroßParis reagiert. Das ist verständlich, denn eine solche Schöpfung würde ihn sofort das Amt kosten, weshalb nicht nur Huchon der Verdacht beschleicht, dass es sich bei dem Architekten-Wettbewerb nur um ein politisches Manöver mit dem Ziel handelt, bei den 2010 anstehenden Regionalwahlen die lästige Mehrheit der Sozialisten in der Ile-de-France wie auch in Paris selbst zu kippen.

Wahnsinn mit Methode Dass die Träume einer umfassenden Modernisierung von Paris vermutlich Schäume bleiben werden, dafür gibt es einen weiteren guten Grund: Die Zerschlagung des einstigen Département de la Seine, das 1964 in acht unterschiedliche Départements aufgeteilt wurde. Die Folge ist, dass seither jede der 1280 Gemeinden, die in diesen acht Départements liegen, vor sich hinwurstelt, obwohl sie viele Probleme gemeinsam haben. Zwar gibt es eine Art von Finanzausgleich zwischen den ärmeren und reicheren Gemeinden, den Fonds de solidarité de la région Ile-de-France, aber der hat nur 180 Millionen Euro zum Umverteilen. Jene widersinnige „Verwaltungsreform“ vereitelte vor allem aber auch, was längst notwendig wäre: Eine Raumordnungsplanung für Paris und die rund 75 Gemeinden der „banlieue intérieure“. Dieser Wahnsinn hat gleichwohl Methode, denn den Ausschlag für die Aufteilung des Seine-Départements gab ein politischer Kuhhandel: Den damals noch mächtigen Kommunisten sollte derart die Macht in den beiden am östlichen Rand von Paris gelegenen Départements Seine-Saint-Denis und Val-de-Marne garantiert werden, während sich die Gaullisten am westlichen Rand das schwerreiche Département Hauts-de-Seine mit der Hochburg Neuilly sicherten. Die Kommunisten spielen längst keine Rolle mehr, aber deshalb ist in Neuilly noch lange nicht die Bereitschaft gewachsen, den armen Brüdern und Schwestern in der Nachbarschaft etwas vom eigenen Reichtum abzugeben, geschweige sich zusammen mit ihnen von einer gemeinsamen Obrigkeit verwalten zu lassen. Daran wird also niemand rühren. Das hat lange Tradition, denn seit den Anfängen der III. Republik, also seit Ende der Ära Haussmann, verweigert sich der Staat hartnäckig der Verantwortung, die ihm mit einer umfassenden Raumordnungsplanung für den Einzugsbereich von Paris zufiele. JOHANNES WILLMS

NACHRICHTEN Im Streit um den Bau der Waldschlöss-


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Nicolas Sarkozy plans for 'Grand Paris' - Telegraph Media

Date 05.06.2008

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/2080999/... Country Type Author United Kingdom

Newspaper

Henry Samuel

daily

Nicolas Sarkozy plans for 'Grand Paris' By Henry Samuel in Paris Last updated: 11:45 PM BST 05/06/2008

President Nicolas Sarkozy of France has tasked a group of top architects, including Britain’s Richard Rogers, to dream up a Grand Paris to rival Greater London that could stretch as far as the Channel. The plan was dubbed by Mr Sarkozy’s special advisor the most ambitious since Baron Haussman changed the face of the French capital with his grand, rectilinear avenues. It has been described as the President’s bid to go one better than his predecessors who have all sought to make their mark on the capital. Socialist Francois Mitterrand commissioned the glass pyramid at the Louvre, Georges Pompidou backed the famous modern art centre that takes his name, while Jacques Chirac ordered a new museum on the bank of the Seine. But Sarkozy advisor Henri Guaino told Le Monde that the President wanted to go much further than simply building “monuments to the glory of the regime.” He has given ten architects - backed by teams of planners, engineers, sociologists and even philosophers - six months to come up with novel ideas of expanding the city, which at present is roughly 15 times smaller than Greater London. Paris has two million inhabitants compared to Greater London’s 7.5 million, and the transport and economic links between the walled city and the suburbs of the Ile de France area are poor. Public transport officials say that some suburban rail links are well beyond saturation limits. Richard Rogers, who co-designed the Pompidou centre, was among those Mr Sarkozy invited to the Elysee palace on Wednesday. He asked them to redesign the capital’s boundaries, transport, the way it is governed, its environmental impact and its aesthetics. “I don’t want a virtual city: I want projects. You have the absolute freedom to dream, and the means to go with it,” Mr Sarkozy reportedly told them. One draft plan by architect Antoine Grumbach suggests turning Grand Paris into a vast metropolis built along the Seine river, encompassing the city of Rouen to the West and the Channel port of Le Havre. “Le Havre must become Paris’ port,” he told Le Parisien newspaper. “All big metropolises of the future must have access to a port. Along the Seine, besides the river there are roads and railways. It’s here that the greater metropolitan Paris can develop and become a model sustainable city,” he said. “It would allow one, why not, to leave Paris thanks to an ultra fast link and take one’s breakfast by the sea.” Also on the list is Roland Castro, a prominent May 1968 leftist who hit the headlines last year by running for President and proposing to relocate the Elysee palace to the rough suburb of Seine-Saint-Denis — the epicentre of nationwide riots in 2005. His Greater Paris project would create a new Champs-Elysees in the run-down 93 departement north of the capital. Nicolas Sarkozy plans for 'Grand Paris' - Telegraph http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/2080999/... Opposition Socialists described Mr Sarkozy’s plan as a “Trojan horse” to reclaim power in Paris and the surrounding areas - mostly run by the Left - and perhaps as a first step in redefining the boundaries of France’s regions, the vast majority governed by Socialists.

1 of 2

Paris mayor Betrand Delanoe, widely tipped to run against Mr Sarkozy when his mandate expires in 10.06.2008 18:31 2012, has been working for three years with the head of the Ile de France region on how to improve links between Paris and its surroundings. Their results are to be announced in 10 days. Mr Sarkozy’s grand plan came as a poll showed that he has gained popularity after months in the doldrums. The poll in Le Figaro gave him a 37 per cent approval rating for May — a jump of five points on the previous month. The number of people who disapprove of him dropped to 61 percent from 66 percent. In another boost, France’s unemployment rate fell to 7.2 percent in the first quarter - its lowest point in 25 years. Story from Telegraph News: http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/2080999/Nicolas-Sarkozy-plans-for-%27Grand-Paris%27.html Information appearing on telegraph.co.uk is the copyright of Telegraph Media Group Limited and must not be reproduced in any medium without licence.

Language English


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

05.06.2008

France

Newspaper

Jannick Alimi, Marc Lomazzi, Frédéric Mouchon

French

le fait du jour p. 2-3

daily


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

04.06.2008

France

Architecktural magazine

Milena Chessa et Nathalie Moutarde

French

weekly

Grand Paris : les architectes reçus à l’Elysée et rue de Valois Le président de la République et la ministre de la Culture ont accueilli mercredi dans leurs palais parisiens respectifs les dix équipes d’architectes et d’urbanistes retenus pour la consultation internationale du “Grand pari de l’agglomération parisienne”. Nous vous en donnons la composition complète. Comme l’indiquaient “Le Moniteur-expert.com” au soir du 22 mai dernier et “Libération” à l’aube du 23 mai, les dix architectesurbanistes sélectionnés pour la consultation internationale de recherche et développement “Le grand pari de l’agglomération parisienne” sont : Christian de Portzamparc (France), Jean Nouvel (France), Yves Lion (France), Roland Castro (France), Antoine Grumbach (France), Djamel Klouche (France), Richard Rogers (Royaume-Uni), MVRDV (Pays-Bas), Finn Geipel (Allemagne/ France) et Bernardo Secchi (Italie). Nicolas Sarkozy a officialisé cette liste le 4 juin au matin à Paris, depuis le palais de l’Elysée où il accueillait les dix lauréats ou leurs collaborateurs, car les équipes sont pluridisciplinaires (voir encadré ci-dessous, avec citations des intéressés). Un communiqué émanent de l’Elysée indique que le Président a évoqué devant les architectes “sa volonté que soit réalisé rapidement un projet d’exception pour l’aménagement de la capitale française ; un projet fort, original, réaliste, sachant que le réalisme est de fixer une haute ambition et d’entreprendre de grandes œuvres”. Le communiqué précise également que “les dix projets devront être suffisamment différenciés et prendre en compte les besoins de la population à long terme, en développant une stratégie de développement durable qui tienne compte des caractéristiques propres à chaque territoire”. Nouveau projet d’aménagement global Lors de l’inauguration de la Cité de l’architecture et du patrimoine le 17 septembre 2007 à Paris, le président de la République Nicolas Sarkozy avait exprimé le souhait “qu’un nouveau projet d’aménagement global du Grand Paris” puisse faire l’objet d’une consultation internationale et mobiliser les compétences professionnelles d’une dizaine d’agences d’architecture et d’urbanisme. Plus qu’un concours d’idées ou un marché de définition, cette consultation a pour but de “produire un ensemble de réflexions et d’orientations stratégiques d’aménagement de l’espace à l’échelle de l’agglomération parisienne”. Au-delà de Paris, il s’agit également de réfléchir à “La métropole du XXIe siècle de l’après-Kyoto”. Les architectes lauréats, qui devraient chacun décliner un thème particulier pour le Grand Paris (transport, logement, etc.), ont également été reçus rue de Valois par leur ministre de tutelle Christine Albanel, chargée de la Culture et du cadre de vie. Elle a estimé brièvement que le fait de “créer une réalité nouvelle à partir d’un rêve collectif” était “passionnant”. Lors du déjeuner qui a suivi la rencontre, étaient présents, outre les lauréats : des membres du jury, des représentants de la Ville de Paris (dont Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris, chargée de l’architecture et de l’urbanisme ; Pierre Mansat, adjoint au maire de Paris, chargé de “Paris métropole” et des relations avec les collectivités territoriales d’Ile-de-France), mais pas de représentants de la région Ile-de-France, ni même la ministre de la Culture qui s’était étrangement éclipser juste avant de s’attabler…

Milena Chessa et Nathalie Moutarde

Architectes à l’Elysée : “une opération de communication”, selon Bertrand Delanoë

Le maire de Paris a indiqué qu’il n’avait pas été “convié” mercredi à la réunion à l’Elysée des dix architectes-urbanistes retenus pour la consultation internationale sur le Grand Paris. “Une opération de communication” du chef de l’Etat, selon lui. M. Delanoë a en revanche souligné sur France Inter qu’il avait participé au “choix de ces équipes”, même si on avait “cherché à l’en écarter”. “La ville de Paris a voté à l’unanimité pour le choix de ces dix équipes, dont beaucoup, je vous signale, ont déjà travaillé à Paris”, a-t-il dit, citant les architectes Jean Nouvel ou Antoine Grumbach. “Je ne suis pas invité” à cette réunion “parce que, là, il (M. Sarkozy) fait une opération de communication” mais “quand il fait des réunions de travail, la ville de Paris est là et prend toute sa part”, a souligné M. Delanoë. Il a fait valoir que l’opération lancée par Nicolas Sarkozy “concerne peu Paris intra-muros”. Il a souligné qu’en sept ans la mairie de Paris avait “mis en chantier 10% du territoire parisien”. “Nous n’avons pas attendu Nicolas Sarkozy”. AFP


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review

Les dix équipes au complet “Atelier Christian de Portzamparc” (France) Laboratoire Creteil, Institut d’urbanisme de Paris, université Paris-XII : Jean-Claude Driant, directeur ; Daniel Behar, professeur Jean-François Langumier, chef de la mission prospective et développement durable, Autoroutes Paris-Rhin-Rhône Jean-Pierre Orfeuil, professeur à l’université Paris-XII, expert en transports et mobilité Entreprises en développement, Claire Tutenuit, déléguée générale, expert en développement durable Bruno Queysanne, sociologue et philosophe “On fait le pari d’une croissance qui peut être le moyen de mieux vivre, et non pas l’un ou l’autre. Ce n’est pas évident, mais c’est cela l’enjeu.” (Christian de Portzamparc, Paris, 4 juin 2008) “Ateliers Jean Nouvel : Michel Pélissié, Irène Djao-Rakitine, paysagiste” (France) Cnam : Michel Cantal-Dupart, architecte et urbaniste, professeur ; consultants au sein de l’atelier de recherche du Cnam Arep Ville : Jean-Marie Duthilleul, directeur, Louis Moutard, architectesurbanistes Sarl Michel Desvignes paysagiste Fabrice Lextrait, ancien administrateur de la friche de la Belle de Mai Hubert Tonka, urbaniste, éditeur “Se servir des villes telles qu’elles sont pour un projet populaire.” (Michel Cantal-Dupart, Paris, 4 juin 2008) “Ateliers Lion, architectes, urbanistes” (France) François Leclercq, architecte-urbaniste Elex architectes : Eric Lapierre, architecte Marc Mimram, architecte ingénieur Ateliers Alfred Peter, paysagistes Laboratoire OCS, Ensa de Marne-la-Vallée TVK architectes-urbanistes : Pierre-Alain Trevelo et Antoine Viger-Koehler Seura : David Mangin, architecte-urbaniste “Roland Castro” (France) Ensa de Paris-la-Villette : Bertrand Lemoine, directeur ; Sandrine Sartori, directrice adjointe Nexity, promotion immobilière, filiale « Villes et projets » : Jean Luc Poidevin, directeur général délégué au logement Berim : Michel Bleir, PDG ; Jean-Luc Orand, responsable de centre Comité scientifique pluridisciplinaire dont Augustin Berque, directeur d’études à l’EHESS, Guy Sorman, économiste, Alain Bourdin, professeur à l’université Paris VIII “Agence Grumbach et associés” (France) Agence Space : Jean Robert Mazaud Laboratoire Ipraus, Ensa de Paris-Belleville : Pierre Clément, Sabine Guth, Béatrice Mariolle Groupe Systra Arte Charpentier Joan Busquets, architecte urbaniste Bruno Fortier, architecte, urbaniste “Imaginer une métropole parisienne qui va jusqu’au Havre, avec des noyaux urbains le long de la Seine qui devient l’élément fédérateur.” (Antoine Grumbach, Paris, 4 juin 2008) “AUC Djamel Klouche” (France) Pascal Cribier, architecte, paysagiste Ohno Laboratory, Université de Tokyo : Professeur Ohno Hidetoshi Avant Associates, Koji Matsushita, Japon Laboratoire Ladrhaus, Ensa de Versailles : Catherine Bruant MSC : Michel Suire, expert en planification territoriale et programmation urbaine H5 Graphistes : Nicolas Rozier “C’est une chance unique. On nous a dit de partir d’un projet pour arriver ensuite à sa gestion politique et administrative, c’est une véritable révolution, d’habitude c’est l’inverse.” (Djamel Klouche, Paris, 4 juin 2008) “Rogers Stirck Harbour & Partners” (Royaume-Uni) Richard Rogers, Lennart Grut, architectes London School of Economics : Ricky Burdett, architecte et professeur ; Philip Rode, chercheur et consultant, Tony Travers, directeur ; Sophie Body Gendrot, professeur Ove Arup and Partners : Rick Wheal, consultant en énergie ; Nigel Tonks, directeur d’un groupe d’ingénierie multidisciplinaire “MVRDV – Winy Maas, Jacob van Rijs, Nathalie de Vries” (Pays-Bas)


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review

Laboratoire ACS, Ensa de Paris-Malaquais : Monique Eleb Andrei Feraru, AA Feraru sarl Michèle Attar, géographe Dominique Lefrançois, urbaniste BVR, Conseil en urbanisme et planification urbaine, Rotterdam Atelier d’écologie urbaine, Paris Wieland and Gouvens, vidéo, modélisation 3D “Finn Geipel, Giulia Andi” (Allemagne/France) Labor fur Integrative Architektur, Technische Universitat, Berlin Media Lab, MIT, Cambridge, USA : William Mitchell Équipe de recherche GSD, Harvard University : Mathias Schuller Joseph Hanimann, philosophe, journaliste Intégral Ruedi Baur, designer “Trouver comment réduire les transports.” (Finn Geipel, Paris, 4 juin 2008) “Studio 08 : Bernardo Secchi et Paola Vigano” (Italie) Alain Berger, professeur associé, Urban and landscape architecture, MIT Gerhard Hausladen, Ingénieur buro Hausladen, Gmbh, Munich PVT France, Frédéric Reutenauer : directeur Laboratoire de modélisation et calcul scientifique (Mox), polytecnicum de Milan : Alfio Quarteroni, directeur scientifique Institut universitaire d’urbanisme et d’architecture de Venise : Lorenzo Fabian, Paola Pellegrini, docteur en urbanisme Un “regard nouveau, sans idées préconçues de départ”. (Bernardo Secchi, Paris, 4 juin 2008)

Calendrier prévisionnel de la consultation - 05 juin 2008 : réunion du comité de pilotage (Etat, collectivités locales) avec les équipes sélectionnées pour lancer la première phase des travaux de recherche - 08 septembre 2008 : premiers rendus intermédiaires des travaux pour les deux chantiers de recherche - 15 septembre 2008 : premier séminaire de coordination scientifique - 16 septembre 2008 : début de la deuxième phase des travaux de recherche - 07 novembre 2008 : rendus définitifs (maquettes, livrets, plans, croquis, schémas, cartes, vidéos…) du volet conceptuel de la consultation (“La métropole du XXIe siècle de l’après-Kyoto”) et rendus intermédiaires du volet opérationnel de la consultation (“Le diagnostic prospectif de l’agglomération parisienne”) - 14 novembre 2008 : deuxième séminaire de coordination scientifique - 17 novembre 2008 : début de la troisième phase des travaux de recherche - 09 janvier 2009 : rendus définitifs (maquettes, livrets, plans, croquis, schémas, cartes, vidéos…) du volet opérationnel de la consultation (“Le diagnostic prospectif de l’agglomération parisienne”) - 16 janvier 2009 : troisième séminaire de coordination scientifique - 19 janvier 2009 : pour information : début de réalisation de l’exposition de la Cité de l’architecture et du patrimoine

Contexte de la consultation La consultation s’inscrit dans le cadre d’une politique scientifique existante, au sein du Programme interdisciplinaire de recherche sur “L’architecture de la grande échelle” (AGE) conçu et mis en œuvre depuis 2006 par le ministère de la Culture et de la Communication, en partenariat avec le ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement Durables (Medad). Egalement partenaire : la Délégation interministérielle à l’Aménagement et à la Compétitivité des territoires (Diact).


LEXPRESS.fr Abonnement Boutique Ventes privées Mobile Newsletter

LIN

LEXPRESS.fr Abonnement Boutique Ventes privées Mobile Newsletter

Media

Culture

Photos

EMPLOI

RSS

EMPLOI

EXPERT-MAG

EXPERT-MAG

BOURSE

BOURSE

VOYAGES

Country

Type

Author

Language

04.06.2007

France

Newspaper

Michèle Leloup

French

Perspectives Palmarès Vidéos

RENCONTRES

PAM - GRAND pARIS  Press review VOYAGES RENCONTRES

Date

Mardi 10 juin 2008

TOUS LES JOURS, TOUTE L’INFO

Actualité

RSS

RÉGIO

daily

Opinions

TOUS LES JOURS, TOUTE L’INFO 10 juin 2008 A la une Cinéma Musique Scènes Mardi Architecture et patrimoine Arts plastiques Livres

Actualité

Culture

Photos

Vidéos

Palmarès

Opinions

Perspectives

A la une Cinéma Musique Scènes Architecture et patrimoine Arts plastiques Livres

Les Plus des internautes

Sarkozy lance le Grand Paris

Par Michèle Leloup, mis à jour le 04/06/2008 à 19:20 - publié le 04/06/2008

+ lus

Perspectives

Sarkozy lance le Grand Paris Imprimer

Envoyer par e-mail

Commenter

Voter

9

0

Par Michèle Leloup, mis à jour le 04/06/2008 à 19:20 - publié le 04/06/2008

associations jugent insuffisant + lus2.+Les commentés

Sophie ne reculerai p Les 3. réflexions deBoegner: Kouchner"Je énervent les Irlan

Qu'est-ce qu'une grande métropole du XXIe siècle? Jusqu'où va le Grand 1. Envoyer par e-mail Imprimer Voter 0 Commenter 9 Paris? Comment concilier écologie et croissance ? Nicolas Sarkozy a 2. chargé dix équipes internationales d'architectes de réfléchir à un "projet Les dernières infos trafic sur le d'exception" pour l'avenir de Paris.du XXIe siècle? Jusqu'où va le Grand Qu'est-ce qu'une grande métropole 3. Paris? Comment concilier écologie et croissance ? Nicolas Sarkozy a chargé dix équipes internationales d'architectes de réfléchir à un "projet Lors du conseil ministres du mercredi 4 juin, Nicolas Sarkozy a d'exception" pourdes l'avenir de Paris.

reçu les dix équipes d'architectes chargées de donner leur vision d'une métropole duministres XXIe siècle de l'après Kyoto, puis d'appliquer Lors du conseil des du mercredi 4 juin, Nicolas Sarkozy a le résultat à l'agglomération parisienne. Le travail est considérable pour reçu les dix équipes d'architectes chargées de donner leur vision imaginer Paris à du l'horizon 2040. en décembre 2008. le d'une métropole XXIe siècle deRéponse l'après Kyoto, puis d'appliquer

+ commentés

Les Plus internautes 1. des Les réflexions de Kouchner énerve

site de la SNCF

Enquêtejugent sur lesinsuffisant caprices le deplan Rachid Les 4. associations pré

5. Boegner: Daniel Fava: charte pas" 'Confiance Sophie "Je ne"La reculerai

4.

Enquête sur les caprices de Rachida Dati > Tous les plus lus

Les dernières infos trafic sur le 5. Daniel Fava: "La charte 'Confiance en ligne' n site de la SNCF Restez informé

résultat à l'agglomération parisienne. Le travail est considérable pour

Inscrivez-vous aux newsletters

>

Tous les plus lus

Restez informé Inscrivez-vous aux newsletters

Le projet. Le président de la République a fait part de sa "volonté que soit réalisé rapidement un projet imaginer Paris à l'horizon 2040. Réponse en décembre 2008. d'exception pour l'aménagement de la capitale française. Il a demandé un projet fort, original, réaliste..." Lec'est projet. Lelàprésident de la Que République faitsix part de sa "volonté soit réalisé rapidement un ouvertures projet et bien le problème. fourniraen mois ? Sinon desque perspectives, au mieux des d'exception pour l'aménagement demettre la capitale française. Il a demandé un projet fort, original, réaliste..." que les politiques sauront ou pas en musique. et c'est bien là le problème. Que fournir en six mois ? Sinon des perspectives, au mieux des ouvertures

Christian Blanc, lesauront nouveau à la Région capitale a tenu un discours direct et simple que les politiques ou secrétaire pas mettre d'Etat en musique. devant les équipes (architectes, urbanistes, paysagistes, des bureaux d'études, des labos scientifique Christian aux Blanc, le nouveau secrétaire d'Etat à la Région capitale a tenu un(indispensables discours direct et attachés Ecole d'architecture, des sociologues et des géographes !) simple : "Nous devons devant les équipes (architectes, urbanistes, paysagistes, des bureaux d'études, des labos scientifique inventer un art de vivre dans le Grand Paris, il faut que l'on puisse dire qu'il y a quelque chose de attachés aux Ecole d'architecture, des sociologues et des géographes (indispensables !) : "Nous devons particulier à Paris, soit dans la façon de se loger, soit dans la façon de se déplacer, tout simplement qu'il y inventer un art de vivre dans le Grand Paris, il faut que l'on puisse dire qu'il y a quelque chose de existe un art de vivre ensemble, et c'est à nous d'en jeter les bases". particulier à Paris, soit dans la façon de se loger, soit dans la façon de se déplacer, tout simplement qu'il y

existeilun art de vivre ensemble, et c'estville à nous d'en en jeter lestemps bases". Bref, s'agit d'enfanter une nouvelle comme son le baron Haussmann, sauf que l'échelle à changé. Pour l'architecte et urbaniste Jean Marie Duthilleul qui fait équipe avec Jean (ensemble ils Bref, il s'agit d'enfanter une nouvelle ville comme en son temps le baron Haussmann, saufNouvel que l'échelle à GOUVERNEMENT Les capric planchent sur la refonte de la Gare d'Austerlitz) tout le travail de réflexion devra se faire sur l'idée de la changé. Pour l'architecte et urbaniste Jean Marie Duthilleul qui fait équipe avec Jean Nouvel (ensemble ils ville en mouvement et des : "ce quitout créé ville de c'est la rencontre". GOUVERNEMENT Les caprices de R planchent sur la refonte de latransports Gare d'Austerlitz) le la travail réflexion devra se faire sur l'idée de la HOMMAGE YSL forever

ville en mouvement et des transports : "ce qui créé la ville c'est la rencontre".

Adjointe à l'urbanisme, l'élue Anne Hidalgo (PS) ne cachait les enjeux politiques de ce Grand Paris : "La HOMMAGE YSL forever PSYCHOLOGIE Sexe: les no mairie deà Paris veut prendre part Hidalgo à la stratégie. les élus sont politiques pas respectés, alors qu'ils Adjointe l'urbanisme, l'élue Anne (PS) neSi cachait les ne enjeux de ce Grand Paris :sont "La une PSYCHOLOGIE Sexe: les nouvelles émanation du suffrage universel, réagirons" Christian de Portzamparc pour mairie de Paris veut prendre part à nous la stratégie. Si lesa-t-elle élus neprévenu, sont pas saluant respectés, alors qu'ils sont une SPORT Football: la guerre d émanation duson suffrage universel, réagirons" prévenu, Christian Portzamparc pour la qualité de travail sur l'Ilotnous Massena dans a-t-elle le quartier Paris saluant Rive Gauche (le de nouveau quatier étudiant SPORT Football: la guerre des droit la qualité de son travail sur l'Ilot Massena dans le quartier Paris Rive Gauche (le nouveau quatier étudiant de la capitale). Diaporamas photo de la capitale).

Diaporamas photo

Les équipes. La génération poids lourds (55/70 ans), de rares jeunots, une expérience et des visions du Les équipes. La génération lourds (55/70 ans), Djamel de raresKlouche jeunots, (le uneplus expérience desLion, visions du monde très différentes: les poids Français Roland Castro, jeune), et Yves Jean monde très différentes: les Français Roland Castro, Djamel Klouche (le plus jeune), Yves Lion, Jean Nouvel, Christian de Portzamparc et Antoine Grumbach, l'Allemand Fin Geipel, le groupement néerlandais Nouvel, Christian de Portzamparc et Antoine Grumbach, l'Allemand Fin Geipel, le groupement néerlandais MVRDV, l'Italien Bernardo Secchi et le Britannique Richard Rogers. MVRDV, l'Italien Bernardo Secchi et le Britannique Richard Rogers.

Toutes les équipes semblaient à la fois contentes "d'en être", selon les propros de l'architecte Patrick Toutes les équipes semblaient à la fois contentes "d'en être", selon les propros de l'architecte Patrick Celeste de l'équipe MDRDV, mais certains semblaient déjà absorbés par le poids de leur tâche tel Yves Celeste de l'équipe MDRDV, mais certains semblaient déjà absorbés par le poids de leur tâche tel Yves Lion : "Je rentre des Emirats, le libéralisme forcené n'accouche pas forcément de projet de ville équilibré, Lion : "Je rentre des Emirats, le libéralisme forcené n'accouche pas forcément de projet de ville équilibré, franchement, jesuis suiscontent contentdedevoir voir l'Etat s'impliquer dans le développement du Grand franchement, je l'Etat s'impliquer dans le développement du Grand Paris,Paris, une une occasion pour échanger échangeretetseseprojeter". projeter". occasion pour Un Le manque manqued'ingénieurs, d'ingénieurs, d'informaticiens la Drif capables de fournir des données très utiles Un regret. regret. Le d'informaticiens de de la Drif capables de fournir des données très utiles sur mouvementsde delalaFrance Francefrancilienne. francilienne. sur les mouvements Les propositions. propositions. Pour n'a vraiment transpiré. L'équipe Grumbach, Jean Jean MarieMarie Charpentier Les Pourl'heure, l'heure,rien rien n'a vraiment transpiré. L'équipe Grumbach, Charpentier sur unun axe Paris/Le Havre. L'idée peutpeut paraître effarante, encore qu'il qu'il àà fait savoir savoir qu'elle qu'elleallait allaittravailler travailler sur axe Paris/Le Havre. L'idée paraître effarante, encore n'est pas sur 200 kilomètres il va maismais de bâtir un territoire dont dont n'est pas question questionde defaire faireune uneville ville sur 200 kilomètres il de va soi, de soi, de bâtir un territoire l'identité première LaLa trame : renforcer le port du Havre, véritable forceforce l'identité premièreserait seraitlalaSeine. Seine. trame : renforcer le port du Havre, véritable économique (comme Rotterdam quiqui draine toute la Hollande, ou encore Shanghai et Nankin économique (commeNew NewYork, York,ouou Rotterdam draine toute la Hollande, ou encore Shanghai et Nankin avec le sese trouverait un un territoire fort fort et verdoyant. L'idéeL'idée est surtout de avec le fleuve fleuve Wang WangPu) Pu)derrière derrièrelequel lequel trouverait territoire et verdoyant. est surtout de mettre des forces en commun, des réseaux de communication, un fleuve, et de la matière grise à chaque mettre des forces en commun, des réseaux de communication, un fleuve, et de la matière grise à chaque bout (Paris/le Havre). bout (Paris/le Havre). L'équipe table sur le fait qu'il existe dans des cartons un projet de Canal entre le Nord et Paris (mais L'équipe table sur le fait qu'il existe dans des cartons un projet de Canal entre le Nord et Paris (mais d'argent pour le payer) un axe qui accélèrerait les échanges avec l'Europe du Nord.

d'argent pour le payer) un axe qui accélèrerait les échanges avec l'Europe du Nord. COMMENTAIRES - (9)

COMMENTAIRES - (9) au secours, ils insistent! - 09/06/2008 15:37:07

au secours, ilstoujours insistent! - 09/06/2008 C'est encore et les mêmes équipes 15:37:07 de soi-disant "stars" des agences d'architecture qui s'y collent pour

Médias -Médias PPDA: 34 ans de 34 téléa - PPDA:

Politique

Les chouchous dePolitique Sarkozy

Méd

La belle traject

Les chouchous de Sarkozy

La b


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

04.06.2008

France

Newspaper

Bétrice Jérôme

French

daily


http://www.liberation.fr/actualite/politiques/327746.FR.php

plaisir...

• En direct de l'Euro 2008 • Question qui tue du jour : quelles équipes ont réalisé le plus grand nombre de passes Media Date Country durant leur match de premier tour?

PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

23.05.2008

a pas de

du jour : bre de passes

URE

INTERACTIF

dix équipes

ACTUALITÉ

i Sur Libération.fr j k l m n LIBÉVILLES j Recherche sur le k l m n

Quodition CULTURE

France

Type

Author

Language

Newspaper

Sibylle Vincendon

French

INTERACTIFdaily

LIBÉLABO

REBONDS

LIBÉMAG

web avec Google

LIBÉLABO

REBONDS

LIBÉMAG

VOYAGES

VOUS

Le «diagnostic» est confié à dix équipes Luc Chatel justifie la hausse du budget de l'Elysée en 2007

Contre la surpopulation carcérale, Dati veut développer le bracelet électronique

18:08 Lancement du téles gamma 17:51 Boîtier suspect retr Thibault: enquête ouvert

SIBYLLE VINCENDON s dont le Président s’occupe QUOTIDIEN : vendredi 23 mai 2008 est lui qui a souhaité, l’an dernier, Offre raisonnable d’emploi: «Je n’ai pas voulu aller dans le flicage», assure Wauquiez

r sur un diagnostic», fifty-fifty

Votre e‑mail :

Fillon, premier sinistre: le clip L’UMP vole au secours de Total

te-trois ont été retenues mardi par ltats devraient être proclamés le dures, la confidentialité est de mise ent. Mais la petite ruche de la liste suivante : seraient retenus, and Castro, Antoine Grumbach, t Christian de Portzamparc; et côté ne), du groupement MVRDV de Richard Rogers (Royaume-Uni). n de l’équipe et des intentions.

Publicité

4 réactions

Hidalgo veut que Paris prenne de la hauteur

Delanoë voit au-delà du Grand Paris

Consultez nos articles depuis 1994

Fillon, premier sinistre: le

La céréale grignote la nouille L’île Seguin replonge

personnellement, il y a le Grand Paris. C’est lui qui a souhaité, l’an dernier, t pas d’un concours d’architecture. «que huit à dix agences puissent travailler sur un diagnostic», fifty-fifty éveloppement». Que vont faire ces ur organiser la «métropole du XXI françaises et étrangères. ord la définir dans une première

t de leur réflexion à l’agglomération de leur choix (transports ou «quantifier, qualifier, situer et nostic. En clair, pas question de ne aura pas non plus des dessins

Contre la surpopulation carcérale, Dati veut dével le bracelet électronique

Offre raisonnable d’emplo n’ai pas voulu aller dans le flicage», assure Wauquiez

Vue du chariot

Souvenez-vous : parmi les 20 000 dossiers dont le Président s’occupe e

Luc Chatel justifie la haus budget de l'Elysée en 2007

Real Töne Down über 28000 Kling Musik Gespenst-SMS.co

Eh bien, c’est fait. Dix équipes sur quarante-trois ont été retenues mardi par une ctes pour la plupart, souvent connus commission d’appel d’offres. Les résultats devraient être proclamés le des urbanistes, des chercheurs, des sociatifs. Des participants 4 étrangers juin par Nicolas Sarkozy. Dans ces procédures, la confidentialité est de mise eu s’est mobilisé sérieusement et le qu’on pouvait craindre vu le eta évité les membres des commissions s’y tiennent. Mais la petite ruche de dossier. Autrement dit ? On tecture mondiale». l’architecture bourdonnait hier autour de la liste suivante : seraient retenus, séminaires, les 15 septembre, mps-là, le tout nouveau secrétaire côté français, les équipes menées par Roland Castro, Antoine Grumbach, c, commandera des missions sur la es rocades de métro et de train. Assises de la conférence Djamel Klouche, Yves Lion, Jean Nouvel et Christian de Portzamparc; et côté evenir début 2009 à la politique (qui énagement. étrangers, celles de Finn Geipel (Allemagne), du groupement MVRDV Les articles le (Pays-Bas), de Bernardo Secchi (Italie) et de Richard Rogers (Royaume-Uni). Leurs dossiers comprenaient la composition de l’équipe et des intentions. Leurs travaux commencent maintenant. Lean Manageme Conseil en Lean Sigma, VSM www.productivit

kly and easily!

L’UMP vole au secours de

Hidalgo veut que Paris pre la hauteur Vue du chariot

La céréale grignote la nou L’île Seguin replonge

Delanoë voit au-delà du G Paris

11.06.2008 18:10

Contrairement aux apparences, il ne s’agit pas d’un concours d’architecture. C’est une consultation «de recherche et développement». Que vont faire ces gens ? Phosphorer. Proposer des pistes pour organiser la «métropole du XXIe siècle de l’après-Kyoto». Ils doivent d’abord la définir dans une première partie conceptuelle. Puis appliquer le fruit de leur réflexion à l’agglomération parisienne. Ils creuseront aussi un thème de leur choix (transports ou logement par exemple). Et devront enfin «quantifier, qualifier, situer et représenter les orientations» de leur diagnostic. En clair, pas question de ne produire que de grands textes. Mais on n’aura pas non plus des dessins détaillés de bâtiments. Car les chefs de file ont beau être architectes pour la plupart, souvent connus et assez prévus, les équipes comprennent des urbanistes, des chercheurs, des intellectuels, des bureaux d’étude, des associatifs. Des participants étrangers ont rejoint des équipes françaises. Le milieu s’est mobilisé sérieusement et le «résultat attendu est bien supérieur à ce qu’on pouvait craindre vu le lancement», commente un connaisseur du dossier. Autrement dit ? On a évité la«tentation d’aligner dix stars de l’architecture mondiale». Les dix rendront des travaux lors de trois séminaires, les 15 septembre, 14 novembre et 14 janvier. Pendant ce temps-là, le tout nouveau secr��taire d’Etat à la région capitale, Christian Blanc, commandera des missions sur la Plaine-Saint-Denis, le plateau de Saclay, les rocades de métro et de train. Paris et d’autres communes tiendront les Assises de la conférence métropolitaine en juin. En attendant de revenir début 2009 à la politique (qui gouvernera, qui paiera), on va penser aménagement.

Information Architecture

Consultez nos articles dep 1994


Architectural, Design and Art Magazines


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

04.2009

France

Architectural Magazine

Francoise Moiroux Richard Scoffier

French

p. 22 - 41

bimonthly


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

LEXPRESS.fr Abonnement Boutique Ventes privées Mobile Newsletter

Media

RSS

EMPLOI

PAM - GRAND pARIS  Press review VOYAGES RENCONTRES

Country

Type

Author

Language

23.04.2009

France

News Magazine

Michèle Leloup Jaques Trentesaux

french

weekly

RÉGIO

Mardi 10 juin 2008

TOUS LES JOURS, TOUTE L’INFO

Culture

BOURSE

Date p. 63 - 64

Actualité

EXPERT-MAG

Photos

Vidéos

Palmarès

Opinions

A la une Cinéma Musique Scènes Architecture et patrimoine Arts plastiques Livres

Perspectives Les Plus des internautes

Sarkozy lance le Grand Paris Par Michèle Leloup, mis à jour le 04/06/2008 à 19:20 - publié le 04/06/2008 Envoyer par e-mail

Imprimer

Commenter

9

Qu'est-ce qu'une grande métropole du XXIe siècle? Jusqu'où va le Grand Paris? Comment concilier écologie et croissance ? Nicolas Sarkozy a chargé dix équipes internationales d'architectes de réfléchir à un "projet d'exception" pour l'avenir de Paris. Lors du conseil des ministres du mercredi 4 juin, Nicolas Sarkozy a reçu les dix équipes d'architectes chargées de donner leur vision d'une métropole du XXIe siècle de l'après Kyoto, puis d'appliquer le résultat à l'agglomération parisienne. Le travail est considérable pour imaginer Paris à l'horizon 2040. Réponse en décembre 2008.

+ lus

Voter

0

Les dernières infos trafic sur le site de la SNCF

+ commentés

1.

Les réflexions de Kouchner énervent les Irlan

2.

Les associations jugent insuffisant le plan pré

3.

Sophie Boegner: "Je ne reculerai pas"

4.

Enquête sur les caprices de Rachida Dati

5.

Daniel Fava: "La charte 'Confiance en ligne' n >

Tous les plus lus

Restez informé Inscrivez-vous aux newsletters

Le projet. Le président de la République a fait part de sa "volonté que soit réalisé rapidement un projet d'exception pour l'aménagement de la capitale française. Il a demandé un projet fort, original, réaliste..." et c'est bien là le problème. Que fournir en six mois ? Sinon des perspectives, au mieux des ouvertures que les politiques sauront ou pas mettre en musique. Christian Blanc, le nouveau secrétaire d'Etat à la Région capitale a tenu un discours direct et simple devant les équipes (architectes, urbanistes, paysagistes, des bureaux d'études, des labos scientifique attachés aux Ecole d'architecture, des sociologues et des géographes (indispensables !) : "Nous devons inventer un art de vivre dans le Grand Paris, il faut que l'on puisse dire qu'il y a quelque chose de particulier à Paris, soit dans la façon de se loger, soit dans la façon de se déplacer, tout simplement qu'il y existe un art de vivre ensemble, et c'est à nous d'en jeter les bases". Bref, il s'agit d'enfanter une nouvelle ville comme en son temps le baron Haussmann, sauf que l'échelle à changé. Pour l'architecte et urbaniste Jean Marie Duthilleul qui fait équipe avec Jean Nouvel (ensemble ils planchent sur la refonte de la Gare d'Austerlitz) tout le travail de réflexion devra se faire sur l'idée de la ville en mouvement et des transports : "ce qui créé la ville c'est la rencontre". Adjointe à l'urbanisme, l'élue Anne Hidalgo (PS) ne cachait les enjeux politiques de ce Grand Paris : "La mairie de Paris veut prendre part à la stratégie. Si les élus ne sont pas respectés, alors qu'ils sont une émanation du suffrage universel, nous réagirons" a-t-elle prévenu, saluant Christian de Portzamparc pour la qualité de son travail sur l'Ilot Massena dans le quartier Paris Rive Gauche (le nouveau quatier étudiant de la capitale).

GOUVERNEMENT Les caprices de R HOMMAGE YSL forever PSYCHOLOGIE Sexe: les nouvelles

SPORT Football: la guerre des droit

Diaporamas photo

Les équipes. La génération poids lourds (55/70 ans), de rares jeunots, une expérience et des visions du monde très différentes: les Français Roland Castro, Djamel Klouche (le plus jeune), Yves Lion, Jean Nouvel, Christian de Portzamparc et Antoine Grumbach, l'Allemand Fin Geipel, le groupement néerlandais MVRDV, l'Italien Bernardo Secchi et le Britannique Richard Rogers. Toutes les équipes semblaient à la fois contentes "d'en être", selon les propros de l'architecte Patrick Celeste de l'équipe MDRDV, mais certains semblaient déjà absorbés par le poids de leur tâche tel Yves Lion : "Je rentre des Emirats, le libéralisme forcené n'accouche pas forcément de projet de ville équilibré, franchement, je suis content de voir l'Etat s'impliquer dans le développement du Grand Paris, une occasion pour échanger et se projeter". Un regret. Le manque d'ingénieurs, d'informaticiens de la Drif capables de fournir des données très utiles sur les mouvements de la France francilienne. Les propositions. Pour l'heure, rien n'a vraiment transpiré. L'équipe Grumbach, Jean Marie Charpentier à fait savoir qu'elle allait travailler sur un axe Paris/Le Havre. L'idée peut paraître effarante, encore qu'il n'est pas question de faire une ville sur 200 kilomètres il va de soi, mais de bâtir un territoire dont l'identité première serait la Seine. La trame : renforcer le port du Havre, véritable force économique (comme New York, ou Rotterdam qui draine toute la Hollande, ou encore Shanghai et Nankin avec le fleuve Wang Pu) derrière lequel se trouverait un territoire fort et verdoyant. L'idée est surtout de mettre des forces en commun, des réseaux de communication, un fleuve, et de la matière grise à chaque bout (Paris/le Havre). L'équipe table sur le fait qu'il existe dans des cartons un projet de Canal entre le Nord et Paris (mais d'argent pour le payer) un axe qui accélèrerait les échanges avec l'Europe du Nord.

COMMENTAIRES - (9) au secours, ils insistent! - 09/06/2008 15:37:07 C'est encore et toujours les mêmes équipes de soi-disant "stars" des agences d'architecture qui s'y collent pour

Médias - PPDA: 34 ans de télé

Politique Les chouchous de Sarkozy

Méd

La belle traject


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

db

Date

Country

Type

Author

Language

05.20.2009

Germany

Architectural Magazine

Wilhelm Klauser

german

p. 6

monthly


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

2009

France

News Magazine

Gilles Davoine

french

p. 4-5, 24-25

occasionnaly


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

archiSTORM

Date

Country

Type

Author

Language

02/2009

France

Architectural Magazine

Marion Bertone

french

p. 51 - 57

bimonthly


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

26.04.2009

Germany

Newspaper

Maxi Leinkauf

german

p. 5

daily


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

LEXPRESS.fr Abonnement Boutique Ventes privées Mobile Newsletter

Media

RSS

EMPLOI

PAM - GRAND pARIS  Press review VOYAGES RENCONTRES

Country

Type

Author

Language

12.03.2009

France

News Magazine

Michèle Leloup

French

RÉGIO

daily

Mardi 10 juin 2008

TOUS LES JOURS, TOUTE L’INFO

Culture

BOURSE

Date p. 64 - 67

Actualité

EXPERT-MAG

Photos

Vidéos

Palmarès

Opinions

A la une Cinéma Musique Scènes Architecture et patrimoine Arts plastiques Livres

Perspectives Les Plus des internautes

Sarkozy lance le Grand Paris Par Michèle Leloup, mis à jour le 04/06/2008 à 19:20 - publié le 04/06/2008 Envoyer par e-mail

Imprimer

Commenter

9

Qu'est-ce qu'une grande métropole du XXIe siècle? Jusqu'où va le Grand Paris? Comment concilier écologie et croissance ? Nicolas Sarkozy a chargé dix équipes internationales d'architectes de réfléchir à un "projet d'exception" pour l'avenir de Paris. Lors du conseil des ministres du mercredi 4 juin, Nicolas Sarkozy a reçu les dix équipes d'architectes chargées de donner leur vision d'une métropole du XXIe siècle de l'après Kyoto, puis d'appliquer le résultat à l'agglomération parisienne. Le travail est considérable pour imaginer Paris à l'horizon 2040. Réponse en décembre 2008.

+ lus

Voter

0

Les dernières infos trafic sur le site de la SNCF

+ commentés

1.

Les réflexions de Kouchner énervent les Irlan

2.

Les associations jugent insuffisant le plan pré

3.

Sophie Boegner: "Je ne reculerai pas"

4.

Enquête sur les caprices de Rachida Dati

5.

Daniel Fava: "La charte 'Confiance en ligne' n >

Tous les plus lus

Restez informé Inscrivez-vous aux newsletters

Le projet. Le président de la République a fait part de sa "volonté que soit réalisé rapidement un projet d'exception pour l'aménagement de la capitale française. Il a demandé un projet fort, original, réaliste..." et c'est bien là le problème. Que fournir en six mois ? Sinon des perspectives, au mieux des ouvertures que les politiques sauront ou pas mettre en musique. Christian Blanc, le nouveau secrétaire d'Etat à la Région capitale a tenu un discours direct et simple devant les équipes (architectes, urbanistes, paysagistes, des bureaux d'études, des labos scientifique attachés aux Ecole d'architecture, des sociologues et des géographes (indispensables !) : "Nous devons inventer un art de vivre dans le Grand Paris, il faut que l'on puisse dire qu'il y a quelque chose de particulier à Paris, soit dans la façon de se loger, soit dans la façon de se déplacer, tout simplement qu'il y existe un art de vivre ensemble, et c'est à nous d'en jeter les bases". Bref, il s'agit d'enfanter une nouvelle ville comme en son temps le baron Haussmann, sauf que l'échelle à changé. Pour l'architecte et urbaniste Jean Marie Duthilleul qui fait équipe avec Jean Nouvel (ensemble ils planchent sur la refonte de la Gare d'Austerlitz) tout le travail de réflexion devra se faire sur l'idée de la ville en mouvement et des transports : "ce qui créé la ville c'est la rencontre". Adjointe à l'urbanisme, l'élue Anne Hidalgo (PS) ne cachait les enjeux politiques de ce Grand Paris : "La mairie de Paris veut prendre part à la stratégie. Si les élus ne sont pas respectés, alors qu'ils sont une émanation du suffrage universel, nous réagirons" a-t-elle prévenu, saluant Christian de Portzamparc pour la qualité de son travail sur l'Ilot Massena dans le quartier Paris Rive Gauche (le nouveau quatier étudiant de la capitale).

GOUVERNEMENT Les caprices de R HOMMAGE YSL forever PSYCHOLOGIE Sexe: les nouvelles

SPORT Football: la guerre des droit

Diaporamas photo

Les équipes. La génération poids lourds (55/70 ans), de rares jeunots, une expérience et des visions du monde très différentes: les Français Roland Castro, Djamel Klouche (le plus jeune), Yves Lion, Jean Nouvel, Christian de Portzamparc et Antoine Grumbach, l'Allemand Fin Geipel, le groupement néerlandais MVRDV, l'Italien Bernardo Secchi et le Britannique Richard Rogers. Toutes les équipes semblaient à la fois contentes "d'en être", selon les propros de l'architecte Patrick Celeste de l'équipe MDRDV, mais certains semblaient déjà absorbés par le poids de leur tâche tel Yves Lion : "Je rentre des Emirats, le libéralisme forcené n'accouche pas forcément de projet de ville équilibré, franchement, je suis content de voir l'Etat s'impliquer dans le développement du Grand Paris, une occasion pour échanger et se projeter". Un regret. Le manque d'ingénieurs, d'informaticiens de la Drif capables de fournir des données très utiles sur les mouvements de la France francilienne. Les propositions. Pour l'heure, rien n'a vraiment transpiré. L'équipe Grumbach, Jean Marie Charpentier à fait savoir qu'elle allait travailler sur un axe Paris/Le Havre. L'idée peut paraître effarante, encore qu'il n'est pas question de faire une ville sur 200 kilomètres il va de soi, mais de bâtir un territoire dont l'identité première serait la Seine. La trame : renforcer le port du Havre, véritable force économique (comme New York, ou Rotterdam qui draine toute la Hollande, ou encore Shanghai et Nankin avec le fleuve Wang Pu) derrière lequel se trouverait un territoire fort et verdoyant. L'idée est surtout de mettre des forces en commun, des réseaux de communication, un fleuve, et de la matière grise à chaque bout (Paris/le Havre). L'équipe table sur le fait qu'il existe dans des cartons un projet de Canal entre le Nord et Paris (mais d'argent pour le payer) un axe qui accélèrerait les échanges avec l'Europe du Nord.

COMMENTAIRES - (9) au secours, ils insistent! - 09/06/2008 15:37:07 C'est encore et toujours les mêmes équipes de soi-disant "stars" des agences d'architecture qui s'y collent pour

Médias - PPDA: 34 ans de télé

Politique Les chouchous de Sarkozy

Méd

La belle traject


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Deutsche Hochschulzeitung

Date

Country

Type

Author

Language

19.09.2008

Germany

School Magazine

Benjamin Haerdle

german

p. 30 - 31

Month

ly


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

12.05.2009

France

Newspaper

Frédéric Edelmann

French

daily


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

30.04.2009

France

Newspaper

Frédéric Edelmann Béatrice Jérôme

French

daily


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


LIN

PXX - GRAND pARIS Press review


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Neue Zürcher Zeitung

Date

Country

Type

Author

Language

06.05.2009

Suisse

Newspaper

Marc Zitzmann

german

daily


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

07.04.09

Germany

Newspaper

Maxi Leinkauf

german

daily


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

29.04.2009

Germany

Newspaper daily

Author

Language german


PAM - GRAND PARIS  PRESS REVIEW

LIN 02/03 2010

France

Architectural Review

-

english french


PAM - GRAND PARIS  PRESS REVIEW

LIN 03 2010

France

Architectural Review

-Pa. D

english french


PAM - GRAND PARIS  PRESS REVIEW

LIN ZENO

03 2010

Germany

Architectural Review

Sophie Body-Gendrot

german


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

29.04.2009

Germany

Radio Station

Kathrin Hondl

german


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

01.05.2009

Germany

Radio Station

Björn Stüben

german


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

29.05.2009

Germany

Television

Author

Language german


PAM - GRAND pARIS  Press review

LIN

Media

Date

Country

Type

Author

Language

04.05.2009

Germany

Television

Gabi Schlag Benno Wenz

german


LIN

Architectes Urbanistes Helmholtzstrasse 2-9 D-10587 BERLIN Tel +493039800900 Fax +493039800909 61, rue du Vertbois 75003 PARIS Tel. +33146946157 Fax +33146946767 office@lin-a.com www.lin-a.com


Grand Paris press review