Page 1

Bulletin bois 91/2009 Centres d’entretien Centre forestier, Safien Complexe communal de Manloud, Le Mont-sur-Lausanne Centre forestier de la bourgesoisie, Bienne Centre d’entretien, Winterthour-Töss Extension du centre d’entretien, Pfäffikon

Le bois sous toutes ses formes est omniprésent dans le nouveau centre forestier de la bourgeoisie de Bienne. Architectes: Bauzeit Architekten GmbH, Bienne


Rationnels et innovants

Est-il surprenant qu’un centre forestier ou de voirie soit réalisé en bois? Pas vraiment, car la construction en bois a su de tout temps offrir des solutions rationnelles pour créer des espaces. Pour les communes c’est aussi souvent l’occasion d’utiliser le bois de leurs forêts et ainsi conserver la valeur ajoutée dans leur région. Mais ces bâtiments, pour simples qu’ils soient, abritent des éléments essentiels à la bonne marche de la communauté. Le public y est donc particulièrement sensible. Pour le bois, c’est une occasion unique de mettre ainsi en valeur ses nombreuses qualités, et pour les autorités de répondre de manière concrète aux préoccupations écologiques de la population. Des solutions sont donc recherchées afin d’exploiter la matière première de manière optimale en limitant les dépenses d'énergie, notamment celles liées au transport, pour obtenir les matériaux de construction: le bois rond est juste écorcé sur place, coupé dans la longueur et préparé pour les assemblages, le bois massif ne nécessite qu’un façonnage minimal des grumes, des planches de dosse non délignées sont mises en oeuvre comme revêtement de façade ou des tavillons recouvrent l’édifice comme autant d’écailles protectrices. Ainsi les exemples présentés permettent de se rendre compte que ces approches d’optimisation ont permis de stimuler la créativité des concepteurs. Ils ont su élaborer des solutions simples et novatrices qui exploitent la diversité de forme et d’apparence du bois, et jouent sur le contraste entre les matériaux. Des centres d’entretien, purement fonctionnels, parfois rustiques dans leur utilisation du bois, mais qui proposent des images étonnamment élégantes.

Roland Brunner Communication technique Lignum

1834


Centre forestier, Safien Les villages de Safien et de Tenna sont situés dans la vallée grisonne de Safien, à l’écart des grands centres économiques du canton. L’exploitation forestière, avec une dizaine de places de travail, représente une des principales activités économiques de la vallée. La construction d’un centre forestier moderne à même de répondre aux besoins présents et futurs s’inscrit dans la volonté d’assurer le maintien de ces emplois dans la vallée. Une partie de ce nouveau centre permet également de couvrir les besoins des deux communes en locaux de service afin d’abriter les véhicules et les machines d’entretien des routes, ainsi que les camions des pompiers. Ce bâtiment exemplaire a été conçu pour permettre une réalisation uniquement avec du bois indigène. La topographie accidentée du terrain a impliqué la construction d’un bâtiment se développant sur deux niveaux. Il est composé d’un rez-dechaussée inférieur en béton armé accueillant les locaux communaux destinés aux pompiers, sur lequel repose une construction en bois abritant le centre forestier. Le socle et le silo pour le stockage des copeaux de bois de chauffage ont été réalisés en béton pour des raisons de protection incendie. Le rez-dechaussée supérieur, accessible depuis une place latérale, contient un grand atelier, des sanitaires et divers locaux de travail. Un escalier conduit à une mezzanine servant d’espace de stockage. L’exploitation du bois et de la forêt représentant une activité économique primordiale pour la région, le maître d’ouvrage a imposé le bois pour la construction du centre forestier

dès le concours d’architecture. Grâce à une collaboration intensive entre architectes et ingénieurs, une solution utilisant 100 % de bois indigène a été développée. La structure porteuse, constituée de poteaux en forme de V jouant un rôle à la fois statique et esthétique, a donc été réalisée en bois équarri issu des forêts communales. Le bâtiment étant situé en zone de danger II pour les avalanches, il a été conçu et dimensionné pour résister au souffle possible d’une avalanche. Pour assurer la stabilité de l’ensemble, ce système structurel a été combiné avec une toiture travaillant en plaque et composée de poutres triangulées sur lesquelles est fixé un lambrissage en sapin. Ce système permet de transmettre les charges horizontales et verticales aux façades. Il génère également un volume principal libre de poteaux, offrant une flexibilité maximale. A l’extérieur, le revêtement en lames d’épicéa ajouré laisse transparaître la structure. L’aménagement intérieur, comprenant les sanitaires, vestaires et locaux pour le personnel, a été préfabriqué en atelier et intégré dans la structure, à la manière d’une ‹maison dans la maison›. Les parois de ces cubes sont en ossature bois alors que les planchers sont composés d’éléments en planches juxtaposées brutes de sciage. Le centre d’entretien est pourvu d’une chaudière au bois qui approvisionne une partie de la commune par un système de chauffage à distance.

Situation

1835


Composition toiture: Gravier Couche de séparation Etanchéité Lambris bois 21 mm Poutre triangulée Composition plancher: Sous-couverture Solivage 100 mm/Isolation Frein-vapeur Lambris 21 mm Composition paroi extérieure: Lambris 20 mm Frein-vapeur Montants 120 mm/Isolation Coupe-vent Lambris 20 mm Vide de séparation 20 mm Poteaux en V 280 mm Lattes ajourées en épicéa, brutes de sciage 100 x 100 mm Composition plancher: Elément en planches juxtaposées, brutes de sciage 160 mm Composition dalle: Plancher 27 mm Pare-vapeur Lattes 60 mm/Isolation Couche de séparation Elément en planches juxtaposées, brutes de sciage 180 mm Profil métallique 20 mm Revêtement bois 20 mm

Coupe façade

Lieu 7107 Safien Platz Maître d’ouvrage Commune de Safien et Tenna Architecte Robert Albertin, dipl. Arch. FH/SIA /SWB, Haldenstein/Coire Direction des travaux Alexander Zoanni, Coire, et Andreas Hunger, Safien Ingénieur Hunger Engineering, Coire Construction bois Hunger Felix Holzbau, Safien Bois mis en oeuvre Bois massif de la région 120 m3 Coûts CFC 2 CHF 1,54 millions dont CFC 214 CHF 271 000.– Surface de terrain SIA 416 1800 m2 Surface de plancher SIA 416 387 m2 Volume SIA 416 2060 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 645.– Durée de construction Août 2004 – Juin 2005 Photographe Ralph Feiner, Malans, et Anna Lenz, Mastrils

1836


Coupe transversale

Socle

Coupe longitudinale

Etage

10 m

Rez-de-chaussĂŠe

1837


Complexe communal de Manloud, Le Mont-sur-Lausanne Fruit d’un concours d’architecture, le complexe communal de Manloud permet de regrouper sous un seul toit les services de la voirie et des forêts de la commune du Mont-sur-Lausanne. Tout le programme est concentré dans un seul volume, implanté à l’extérieur du village, en lisière de forêt. Sa situation en léger contrebas assure la discrétion du bâtiment et la permanence des vues depuis l’amont. Des façades simples revêtues d’un lambris vertical habillent le centre d’entretien et protègent sa structure porteuse en bois rond indigène. L’ampleur de la réalisation avec cette technique particulière en fait un projet hors du commun. La halle, accueillant les véhicules et leurs accessoires techniques, est composée de deux travées d’une portée suffisante (13,50 m) pour accueillir des ponts roulants, une travée de 11 m pour le garage et un avant-toit de 4 m. En contiguïté avec la halle, des locaux chauffés sur deux niveaux et un sous-sol abritent des vestiaires, des bureaux et locaux de réunion, ainsi que deux grands logements de service. Ce bâtiment élancé recèle une structure particulière, entièrement en bois rond. Très simple et robuste, cette technique est optimale du point de vue financier et environnemental. Elle limite les déchets et ‹l’énergie grise›, le bois étant récolté dans les forêts environnantes ; elle nécessite aussi un minimum de façonnage, puisque le bois est simplement écorcé et entaillé sur le chantier avant sa mise en œuvre. Les chevrons, d’un diamètre moyen de 65 cm, sont posés sur des rangées de poteaux sup-

1838

portant une filière. Avec des portées de 13,50 m, les limites de ce système sont atteintes. En effet, des arbres très imposants ont été nécessaires, choisis sur pied en accord avec le forestier. Le succès de la réalisation a reposé sur le savoir-faire et l’expérience du constructeur de bois-rond. L’ampleur du projet était cependant inédite et représentait un véritable défi, avec développement de détails d’assemblage spécifiques. La mise en œuvre de bois vert provoque des déformations au fil du temps, mais celles-ci restent maîtrisables. Pour cela, des entailles de décharge ont été prévues sur les filières seulement; pour les chevrons et les colonnes, soit la majeure partie du volume de bois, l’ingénieur a renoncé aux entailles et l’observation montre que la fissuration s’opère de manière suffisamment uniforme. A l’est, la partie chauffée possède une structure en bois équarri de type poteaux, filières et planchers. Pour garantir la protection incendie et renforcer l’inertie thermique, les parois ont été remplies avec des briques (type colombage) ou revêtues de plâtre. Pour favoriser une utilisation flexible des locaux, les dalles mixtes bois-béton ne comportent pas d’appuis intermédiaires. Dans cette partie, une importante isolation et le renouvellement d’air contrôlé permettent d’atteindre les performances Minergie. Contreventée par des entretoises diagonales en bois rond, la façade de la halle est réalisée en panneaux isolants de fibres de bois, visibles à l’intérieur et protégés à l’extérieur par un lambris à claire-voie en pin douglas. En toiture, le contreventement est assuré par un platelage de panneaux trois plis, assemblés par col-

lage et vissés sur les chevrons pour assurer une parfaite solidarité structurelle; ces panneaux sont recouverts d’une isolation en fibres de bois, d’une étanchéité et d’une toiture végétalisée de 10 cm. Les eaux de pluie sont récupérées pour le lavage des véhicules.

Situation


Coupe

20 m

Rez-de-chaussĂŠe

Etage

1839


Composition toiture: Végétation extensive Substrat 60 mm Fentre de séparation Couche de protection Etanchéité Panneau trois plis 30 mm Bois rond 450 mm Lattage suspendu/Isolation fibres de cellulose Plaque de plâtre cartonné 30 mm Composition plancher: Parquet chêne massif 30 mm Chape anhydrite 50 mm Isolation au bruit de choc 20 mm Dalle mixte bois béton: béton 100 mm couche de séparation panneau trois plis 30 mm nervures 280 mm Lattage suspendu/Isolation laine minérale 50 mm Plaques de plâtre cartonné 2 x 15 mm Composition façade: Plaque de plâtre cartonné 12,5 mm Plaque de plâtre fibrée 15 mm Montants 120 mm/Isolation fibres de bois Panneau de fibres isolant 60 mm Lattage vertical 130 mm Panneau trois plis 30 mm Composition dalle du rez: Revêtement asphalte Chape 70 mm Isolation 130 mm Dalle béton 250 mm Coupe façade est

1840


Lieu Rte de Manloud 2, 1052 Le Mont-sur-Lausanne Maître de l'ouvrage Commune du Mont-sur-Lausanne Architecte Pont12 architectes SA, François Jolliet, Guy Nicollier, Antoine Hahne, Lausanne; Collaborateur responsable: Cyril Michod Ingénieurs civils et bois Chabloz & Partenaires SA, Lausanne Entreprises bois André Page & Daniel Francey, Posat (construction bois rond); association d’entreprises: Graz SA Construction bois, Le Mont-sur-Lausanne et Charpente Kurth SA, Orbe (charpente); Triage intercommunal Mèbre-Talent (fourniture bois rond); Werly & Cie, Lignerolle (sciage); Daniel Rochat, Orbe (transport) Bois mis en œuvre Bois rond sapin 700 m3, bois équarri sapin 50 m3; Panneaux: trois plis sapin 27 mm 2800 m2, isolation fibres de bois 3000 m2; Revêtement extérieur: claires-voies en douglas 1300 m2 Volume SIA 116 19584 m3 Coûts CFC 1– 9 CHF 10,9 millions (bâtiment et déchetterie) Prix/m3 SIA 116 (CFC 2) CHF 379.– Durée de construction Mars 2006 – avril 2008 Photographe Fred Hatt, Lausanne, et Corinne Cuendet, Clarens

1841


Centre forestier de la bourgeoisie, Bienne La répartition spatiale et fonctionnelle du dépôt des forestiers de la bourgeoisie de Bienne ne correspondait plus aux standards contemporains. Un concours d’architecture fut donc initié par le maître d’ouvrage. Bien que le terrain de la commune s’étende sur les deux côtés de la route, les concepteurs ont choisi de regrouper l’ensemble du programme du côté amont, afin de permettre une meilleure fonctionnalité. Témoignant de son affectation, l’ensemble est construit en bois issu des propres forêts de la bourgeoisie. Les constructions compactes, situées de part et d’autre d’une vaste cour, s’insèrent dans la topographie. Le bâtiment qui s’étend le long de la route marque sa présence par son aspect qui le distingue clairement de son environnement urbain. D’une forme presque organique bien que polygonale, sa peau de façade est formée de planches de dosses brutes de sciage non délignées. Il en résulte une texture particulière, qui entre en dialogue avec la forêt. Elle offre de l’intérieur une vue filtrée sur les alentours et laisse pénétrer la lumière. Cette construction fonctionne principalement comme abri, avec des espaces supplémentaires pour le stockage et la maintenance. Elle peut être divisée et utilisée de manière flexible. Le pignon vitré à l’est marque l’entrée des installations et donne accès à un local de vente où le public peut acquérir différents produits issus des ateliers. La structure porteuse du couvert est constituée d’un système poteaux-

1842

poutres simple, dont les poutres de toiture sont doublées afin de soutenir les vastes porte-à-faux à l’extrémité ouest du bâtiment. La stabilisation est assurée en toiture par des diagonales en bois tandis que verticalement, des croix de Saint-André métalliques reprennent les efforts de contreventement. Le scénario est tout autre pour le bâtiment administratif adossé à la pente. La construction de deux niveaux est revêtue d’un lambris vertical. Celle-ci accueille à l’étage l’administration avec les vestiaires, et au rez-de-chaussée, les infrastructures telles qu’une menuiserie, un atelier pour les forestiers, un stock et des locaux techniques. La structure est constituée, en ce qui concerne la partie hors-sol, de planches juxtaposées à profils acoustiques pour les parois, la dalle et la toiture. La combinaison du bois et de panneaux dérivés du bois de couleurs vives pour les aménagements intérieurs, permet au bâtiment d’acquérir une atmosphère dynamique qui contraste avec l’aspect brut du dépôt qui lui fait face. Ainsi, convaincant aussi bien d’un point de vue fonctionnel qu’architectural, l’ensemble est une véritable vitrine pour le bois, ressource naturelle durable.

Situation


Lieu Reuchenettestrasse 129, 2504 Bienne Maître d’ouvrage Burgergemeinde Bienne Architectes Bauzeit Architekten GmbH, Bienne Ingénieur Mantegani & Wysseier, Bienne Ingénieur bois Timbatec GmbH, Thoune Construction bois Hector Egger AG, Langenthal Bois mis en œuvre Bois de structure: BLC 52 m3, carrelets d’ossature 29 m3, bois massif 57 m3, planches juxtaposées 75 m3, lattes 1250 m; Panneaux: trois plis 1040 m2, OSB 2020 m2, panneaux de particules liées au ciment 210 m2, plaques de plâtre fibrées 460 m2, MDF diffusant 305 m2; Revêtement de façade par le maître d’ouvrage Coûts de construction CFC 2 CHF 3,07 millions dont CFC 214 CHF 668 000.– Surface de terrain SIA 416 11 958 m2 Surface de plancher SIA 416 1400 m2 Volume bâti SIA 416 6182 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 495.– Volume SIA 116 7600 m3 (total), 3360 m3 (ateliers), 4240 m3 (bâtiment administratif) Prix/m3 SIA 116 (CFC 2) CHF 404.– Durée de construction Février 2006 – février 2007 Photographe Yves André, St-Aubin

1843


Coupe

20 m


Etage

Rez-de-chaussĂŠe


Composition toiture: Gravier 50 mm Couche de séparation Etanchéité Couche de séparation Isolation avec forme de pente 180–220 mm Pare-vapeur OSB 15 mm Planches juxtaposées avec profils acoustiques 170 mm Composition façade: Planches juxtaposées avec profils acoustiques 70 mm OSB joints étanches 15 mm Lattage horizontal 80 mm/Isolation Lattage vertical 100 mm/Isolation Papier coupe vent Lattage vertical 30 mm Lattage horizontal 30 mm Lambris vertical ajouré 20 mm Coupe vestiaires


Composition toiture: Gravier 50 mm Couche de séparation Etanchéité Couche de séparation Panneau trois plis 27 mm Poutre 800 mm/Pannes chevrons longitudinales 320 mm/ Sous-construction 160 mm/Isolation Frein vapeur OSB 15 mm Composition façade: OSB 15 mm Feuille d’étanchéité à l’air Montants 160 mm/Isolation Panneau de moyenne densité, ouvert à la diffusion 15 mm Coupe vent Lattage vertical 15 mm Lattage horizontal, parallélogramme 100 mm Lambris vertical sapin, dosses non délignées brutes ajourées 24 mm Coupe garage


Centre d’entretien, Winterthour-Töss Le nouveau centre d’entretien du quartier de Winterthour-Töss apparaît comme un paquebot échoué au bord de l’autoroute A1. Les silos cylindriques en bois se dressent tels des cheminées au-dessus du bâtiment de près de 50 mètres de long et déterminent sa largeur. Une vaste place asphaltée, où différents matériaux sont stockés, s’étend devant la construction qui s’appuie sur une rangée d'arbres délimitant le terrain. Les vastes halles s’étendent de part et d’autre des silos. Closes par des portes coulissantes de couleur grises, elles abritent les véhicules d’entretien. Au nord, la halle s’étend sur toute la hauteur du bâtiment tandis qu’au sud, elle comprend deux niveaux. L’étage, auquel on accède par un escalier métallique extérieur, intègre le bureau, les vestiaires, les sanitaires ainsi qu’un petit réfectoire. Il est l’unique espace chauffé grâce à une chaudière à pellets. L’aménagement intérieur, réduit au minimum, dégage un sentiment de robustesse par sa simplicité et sa cohérence. Les panneaux trois plis non traités ainsi que le sol en granulats rouges, qui remplit les exigences de résistance à l’usure, marquent l’ambiance des pièces. Un lattage ajouré en mélèze brut revêt l’ensemble de la construction et court également devant les fenêtres. Il en résulte à l’intérieur un jeu entre les matériaux, l’ombre et la lumière. Cette façade réunit les différentes parties du bâtiment dans un volume unique. Les portes coulissantes lasurées en gris s’harmoniseront avec la teinte définitive du revêtement de façade et se fondront ainsi à terme dans l’ensemble. Les deux silos en bois ont une capacité totale

1848

de 800 m3, ce qui suffit à assurer le salage saisonnier de l’ensemble de la ville de Winterthour. Les véhicules sont conduits pour le remplissage directement sous les silos. La logistique du centre d’entretien permet un fonctionnement rationnel, et sa situation contribue à un engagement efficace des moyens à disposition lorsque la situation l’exige. Les systèmes porteurs des silos et des halles sont autonomes. Chacun des silos est soutenu par un système de portiques en lamellé collé qui reporte les charges, également horizontales, directement au sol, tandis que le système porteur primaire de chaque halle est constitué de sommiers lamellés collés transversaux reposant sur des poteaux. Des éléments en caisson, composés de panneaux trois plis pour les membrures supérieure et inférieure liés à des nervures par vissage et collage, forment la structure porteuse du plancher de la halle sud. La toiture plate ventilée est quant à elle constituée d’éléments nervurés intégrant un panneau trois plis visible en couche inférieure. Les parois extérieures sont en ossatures et assurent la stabilisation de l’ensemble. Dans la halle sud, des panneaux trois plis ferment l’espace vers l’intérieur, alors que dans la halle nord, les panneaux assurant le contreventement se trouvent à l’extérieur de l’ossature, celle-ci n’étant pas isolée.

Situation


Etage

Rez-de-chaussĂŠe

20 m

1849


Composition toiture: Papier bitumineux Non tissé Lambris 27 mm Lattage forme de pente 80 –220 mm 68 /7 4

Panneau de fibres de moyenne densité, ouvert

24 /2 0

à la diffusion 16 mm Eléments nervurés: 0 24 /2

68 /7 4

nervures 280 mm / Isolation fibres de cellulose panneau trois plis 27 mm Composition plancher: Revêtement praticable 7 mm Eléments en caisson:

6*80

6*80

panneau trois plis 27 mm nervures 320 mm / Isolation fibres de cellulose panneau trois plis 27 mm

6*80

6*80

Composition façade zone chauffée: 68 /7 4

Panneau trois plis 27 mm

24 /2 0

Montants 200 mm/Isolation fibres de cellulose Lambris 27 mm Etanchéité à l’air 24 /2 0

68 /7 4

Lattage mélèze 60 mm Lattes ajourées mélèze, brutes de sciage 60 x 60 mm

Coupe façade

1850


Lieu Auwiesenstrasse, 8406 Winterthour Maître d’ouvrage Ville de Winterthour, Departement Bau, Tiefbauamt Direction de projet Ville de Winterthour, Departement Bau, Amt für Städtebau (Hochbauten) Architecte om marcel odermatt, Winterthour Direction générale Holzbaubüro Reusser GmbH, Winterthour Ingénieur Perolini + Renz AG, Winterthour Ingénieur bois Holzbaubüro Reusser GmbH, Winterthour Construction bois Lerch AG, Winterthour (centre d’entretien), et Blumer-Lehmann AG, Gossau (silos) Bois mis en oeuvre Bois de structure: bois massif 25 m3, BLC 166 m3, BLC mélèze 17 m3; Panneaux: trois plis 2163 m2, trois plis mélèze 34 m2; lambris sapin 1093 m2, revêtement de façade mélèze 23 m3 Coûts CFC 2 CHF 1,06 million (sans silos) dont CFC 214 CHF 475 000.– (sans silos) Surface de terrain SIA 416 2870 m2 Surface de plancher SIA 416 390 m2 Volume bâti SIA 416 2195 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 482.– (sans silos) Durée de construction Juillet 2007– février 2008, mise en service avril 2008 Photographe Christian Schwager, Winterthour

1851


Extension du centre d’entretien, Pfäffikon Le regroupement de deux centres d’entretien à Pfäffikon a nécessité l’agrandissement des infrastructures existantes pour répondre aux besoins accrus en locaux. Ainsi le site, composé de différents bâtiments hétérogènes avec des halles-atelier d’un côté et les silos à sel de l’autre, a été complété par une extension en forme de Z, abritant un garage pour les véhicules d’entretien et une aile administrative. Le nouvel ensemble ainsi créé forme une unité plastique. Cette hiérarchie, autant spatiale que fonctionnelle, génère deux cours: un espace d’accueil avec suffisamment d’espace pour manoeuvrer, directement en relation avec la réception et les différents bureaux, ainsi qu’une place à l’arrière destinée au fonctionnement interne du centre, attenante aux halles d’entretien et aux garages. Le centre d’entretien Irgenhusen se situe en périphérie de Pfäffikon, à la limite de la zone urbaine, entre la ligne ferroviaire et la route principale, proche d’une place fortifiée romaine. Le nouvel édifice marque ainsi l’entrée dans la cité. Afin de faciliter son accès, il borde la route principale Pfäffikon–Wetzikon. Les véhicules atteignant le site sont dirigés vers la place d’entrée puis traversent le passage couvert qui lie les deux espaces extérieurs. Celui-ci, surmonté des silos, permet le chargement direct des saleuses. Le revêtement extérieur en tavillons de mélèze se déploie sur le bâtiment en bois comme une peau textile, conférant à l’ensemble une

1852

expression architecturale qui crée le lien entre les bâtiments agricoles et les immeubles et bâtiments industriels. La forme de l’ensemble résulte de la volonté de hiérarchiser fonctionnellement l’espace extérieur, aux dimensions restreintes, selon des critères circulatoires et de réunir le programme spatial hétérogène aux différentes échelles dans une forme unifiante. Ainsi le centre d’entretien Irgenhusen, avec sa situation particulière proche du lac de Pfäffikon, apparaît comme un ensemble précisément inséré dans le paysage, faisant tout autant référence aux constructions agricoles qu’à la fortification. Cette intégration est renforcée par le revêtement en tavillons, qui, avec le temps et son grisaillement, acquiert une parenté avec la texture des murs en moellons de la ruine romaine. Contrairement au caractère unitaire conféré par le revêtement de façade, la répartition des ouvertures et leurs dimensions permettent de différencier les affectations. Les bandeaux vitrés de la halle matérialisent la façade rideau alors que les fenêtres en série du bâtiment administratif laissent transparaître la structure porteuse des bureaux composée d’éléments surfaciques. Les espaces de travail bordant les cours sont revêtus de panneaux en fibres de verre translucides qui, la nuit, illuminent de manière diffuse comme de grandes lanternes les deux cours. La forme plastique, la combinaison des tavillons et de la fibre de verre génèrent un langage architectural contemporain entrant en dialogue avec les constructions alentours, tant urbaines que rurales.

Dans les deux parties, la construction en bois est apparente. La halle est composée d’une structure poteaux-poutres, sur laquelle reposent les éléments en ossature isolés de la façade et de la toiture. Dans l’aile administrative, les mêmes éléments en bois sont utilisés pour former la structure porteuse des cellules de bureaux. La cage d’escalier est revêtue de plaques de plâtre fibrées pour des questions de protection incendie. Dans la partie administrative, le revêtement de sols foncé et les plafonds peints de couleur argentée accentuent la générosité des espaces, alors que des parois colorées animent le noyau de distribution. Il se crée ainsi un contraste avec l’atmosphère calme se dégageant des cellules de bureaux où le bois reste apparent.

Situation


Lieu Hochstrasse 190, 8330 Pfäffikon Maître d’ouvrage Baudirektion Kanton Zürich, Hochbauamt im Auftrag des Tiefbauamts, Betrieb Unterhaltsregion IV Architecte Hopf & Wirth Architekten, Winterthour; collaborateurs: Hans-Claus Frei-Kuster, Patrik Bischof Ingénieur civil Perolini + Renz AG, Winterthour Ingénieur bois Holzbaubüro Reusser GmbH, Winterthour Construction bois Hector Egger Holzbau AG, Langenthal Bois mis en oeuvre Carrelets d’ossature 100 m3, BLC 30 m3, panneaux trois plis 3000 m2 Coûts CFC 2 CHF 4,87 millions dont CFC 214 CHF 593 500.– dont CFC 214.4 CHF 116 000.– (façade tavillons) Surface de terrain SIA 416 8725 m2 Surface bâtie SIA 416 820 m2 Surface de plancher SIA 416 1573 m2 Volume SIA 416 8749 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 556.– Durée de construction Octobre 2005 – novembre 2006, mise en service novembre 2006 Photographe Hochbauamt Kanton Zürich, Mark Röthlisberger

1853


Coupe transversale halles

Coupe transversale aile administrative

Coupe longitudinale

Etage

Rez-de-chaussĂŠe

1854

30 m


Composition toiture: Tôle ondulée 78/18 mm Lattage 50 mm Contre-lattage 80 mm Sous-couverture Panneau de fibres de bois isolant 24 mm Eléments nervurés: nervures 320 mm/Isolation fibres de cellulose panneau trois plis 27 mm Composition plancher: Linoléum 4 mm Plaques de plâtre fibrées 2 x 12,5 mm Eléments en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 240 mm/Isolation laine minérale 120 mm panneau trois plis 27 mm Composition paroi extérieure: Panneau trois plis 27 mm Montants 200 mm/Isolation fibres de cellulose Lambris horizontal 27 mm Tavillons non traités mélèze, recouvrement triple 30 mm Composition plancher: Linoléum 4 mm Chape 80 mm Isolation 100 mm Frein vapeur Dalle béton 200 mm

Coupe façade aile administrative

1855


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno

Rédaction Roland Brunner, Lignum, Mélanie Pittet-Baschung et Denis Pflug, Lignum-Cedotec

Falkenstrasse 26 CH-8008 Zurich

En Budron H6, CP 113 CH-1052 Le Montsur-Lausanne

Conception graphique BN Graphics, Zurich

Tél. 021 652 62 22 Fax 021 652 93 41 info@cedotec.ch www.cedotec.ch

Impression Kalt-Zehnder-Druck AG, Zoug

Tél. 044 267 47 77 Fax 044 267 47 87 info@lignum.ch www.lignum.ch

Administration, abonnements, expédition Andreas Hartmann, Lignum Bulletin bois, juin 2009 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur

ISSN 1420-0252

Le Bulletin bois paraît quatre fois par année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 20.– Classeur (10 numéros) CHF 100.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications. Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des différents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.

Profile for Lignum

Bulletin bois 91/2009  

Centres d'entretien

Bulletin bois 91/2009  

Centres d'entretien

Profile for lignum