Page 1

Bulletin bois 90/2009 Bâtiments administratifs Immeuble Sagérime SA, Bulle Bureaux de l’entreprise Schöb AG, Gams Immeuble de bureaux Lonza SA, Viège Immeuble administratif Hug AG, Malters Siège de Swissgenetics, Zollikofen Support Office Marché International, Kemptthal ‹Green Offices›, Givisiez ‹Supertanker›, Zurich

La composition de la façade avec les allèges revêtues de tôle d’aluminium et les fenêtres en bande donnent à l’immeuble de Lonza à Viège son caractère industriel. Architecte: Hornberger Architekten AG, Zurich Entreprise totale: Erne AG Holzbau, Laufenburg


Le bois: culture d’entreprise Vous souvenez-vous de l’immeuble de bureaux à Sursee présenté dans le numéro 67/2003 du Bulletin bois? Un volume important à la forte expressivité comprenant quatre étages, une illustration des possibilités offertes par le bois, une carte de visite tridimensionnelle pour le maître d’ouvrage. Cependant il constituait à l’époque plutôt une exception. Aujourd’hui, six ans plus tard, nous avons dû selectionner parmi de nombreuses réalisations pour vous présenter huit projets possédant chacun un caractère exemplaire. Ces ouvrages n’abritent pas seulement des acteurs de la branche, à l’image des bureaux de l’entreprise Schöb ou de Sagérime, non, ils représentent aussi des fleurons de notre industrie chimique ou biotechnologique, à l’image des bâtiments de Lonza et Swissgenetics, ou encore de notre gastronomie avec Marché international ou les Biscuits HUG. Les surfaces disponibles trouvent facilement preneur que la conception soit orientée vers le développement durable, comme c’est le cas des Green Offices à Givisiez, ou vers l’attractivité et le rendement comme pour ‹Supertanker› dans un quartier industriel de Zurich. Les raisons d’un tel nombre de projets emblématiques doivent être recherchées dans la large acceptation de la construction en bois en général, et dans la compétence des concepteurs et des entreprises du secteur en particulier. Certains maîtres d’ouvrage éprouvent par ailleurs une affinité particulière pour le bois: ils le voient comme le matériau idéal des constructions efficaces énergétiquement, ou sont conquis par un matériau local disponible en quantité. De plus les innovations technologiques soutiennent ce processus comme les bois panneautés adaptés à la construction massive, ou l’alliance profitable du bois à l’acier ou au béton. Quoiqu’il en soit ce numéro, en présentant des constructions rationnelles à l’écobilan favorable, semble démontrer l’engouement du marché pour les immeubles administratifs en bois.

Roland Brunner Communication technique Lignum

Début 2003, Renggli AG et diverses entreprises partenaires s’installaient dans leurs nouveaux bureaux à Sursee. Un centre de compétence fut ainsi créé, qui aujourd’hui encore propose des bâtiments conformes aux derniers standards technologiques et énergétiques. Architectes Scheitlin & Syfrig Architekten, Lucerne Construction Renggli AG, Schötz Photo Renggli AG, Sursee

1794


Immeuble Sagérime SA, Bulle En parcourant la route d’accès à la zone industrielle de Bulle, qui se douterait en contemplant le nouveau bâtiment, que sa façade d’acier cache un cœur de bois? Et pourtant il était naturel pour le maître de l’ouvrage propriétaire de l’une des grandes scieries suisses, de mettre en avant sous les dehors d’un bâtiment contemporain, les possibilités d’utilisation du bois massif. Le bâtiment de quatre étages qui se dresse en bordure de ville est destiné à accueillir les activités de plusieurs firmes apparentées, jusque-là dispersées aux quatre coins de la ville. Il est ainsi possible de créer un effet de synergie, et rapprocher les entités administratives de l’outil de production. Fondé sur un sous-sol en béton, l’ouvrage abrite des bureaux sur trois niveaux tandis que le quatrième est réservé à l’habitation. Hormis le noyau en béton armé disposé en pignon nord, qui intègre les cages d’escaliers, l’ascenseur et les sanitaires, l’ouvrage est entièrement en bois. La structure verticale comprend quatre axes porteurs parallèles constitués chacun de voiles en lamellé-collé reliés en tête par un sommier du même matériau. Le transport et le montage de ces éléments sont ainsi facilités. Entre les étages, les charges sont transmises par des tiges métalliques scellées à la résine. Les techniques de façonnage actuelles assistées par les machines de taille numérique conduisent parfois paradoxalement à un renouveau des assemblages traditionnels. C’est le cas ici puisque les planchers, faits d’éléments massifs en lamellé-collé de 40 cm de large, sont reliés aux sommiers par un système d’empochements en queue d’aronde circulaire qui offre une liaison parfaite sans recourir à des pièces métalliques.

La stabilité de l’ouvrage est assurée par la partie en béton armé au nord, et par des croix de Saint-André en bois dans le pignon sud. Des panneaux d’OSB disposés en pleine surface assurent la fonction diaphragme des planchers. Recouvrant ces derniers, une chape flottante comprenant le réseau de chauffage au sol est posée sur une couche d’isolation dense de 60 mm. Afin de respecter les prescriptions de protection incendie qu’impose le bois apparent pour un ouvrage de cette taille, un système Sprinkler se fait discret, dissimulé dans les dalles. A l’intérieur des bureaux, le bois donne à la lumière des reflets dorés qui tranchent avec la couleur anthracite du revêtement de sol textile, tandis que dans les logements, un parquet flottant apporte une touche raffinée aux espaces. Entre les deux premiers étages, le rouge de la balustrade de l’escalier intérieur crée une dynamique supplémentaire. La façade comprend de larges baies vitrées dont le rythme est constant à l’exception du dernier étage où l’ordonnancement est modifié pour permettre la création de deux loggias au sud destinées aux appartements. Son revêtement ventilé est composé d’un lambris à joint droit que surmontent des plaques en acier inox de 0,8 mm d’épaisseur. Outre le fait que cette solution protège le bois sous-jacent de manière optimale, elle reflète les conditions atmosphériques au gré des saisons, et procure à l’ouvrage, vision d’avenir, un aspect de gratte-ciel urbain.

Situation

1795


Lieu Route de la Pâla 11C, 1630 Bulle Maître de l'ouvrage Sagérime SA, Bulle Architecte Pasquier Glasson SA, Bulle Ingénieurs civils et bois Chabloz & Partenaires SA, Lausanne Entreprise bois JPF SA, Bulle Bois mis en œuvre Bois de structure: dalles massives 194 m3, BLC 84 m3; Panneaux OSB 1120 m2; Acier 1.5 to Volume SIA 116 7700 m3 Coûts (CFC 2) CHF 4,1 millions dont CFC 214 CHF 0,62 million Prix/m3 SIA 116 (CFC 2) CHF 532.– Durée de construction Février – décembre 2007 Photographe Corinne Cuendet, Clarens

1796


Rez-de-chaussée

1er étage

2e étage

3e étage

Coupe

Coupe longitudinale

10 m

1797


1798


Composition toiture: Gravier 50 mm Etanchéité Isolation 140 mm OSB 22 mm, cloué joint étanches Eléments de dalle BLC 180 mm, traitement anti UV Composition plancher: Moquette Chape ciment 70 mm, chauffage au sol Isolation phonique 60 mm, distribution Sprinkler OSB 22 mm, cloué Eléments de dalle BLC 180 mm, traitement anti UV Composition façade: Eléments BLC 160 mm, traitement anti UV Barrière vapeur Isolation laine minérale 120 mm Coupe vent Lattage 50 mm Lambris brut 27 mm Placage tôles inox 0.8 mm

Coupe façade

1799


Bureaux de l’entreprise Schöb AG, Gams L'évolution positive sur le marché suisse de la construction en bois, s’est répercutée sur la firme Schöb AG. Dans un délai de cinq ans, la capacité de production et l'effectif ont doublé. Le besoin d'espace pour les sections architecture, construction et pour l'administration ont suivi la même évolution. Fin 2005, le conseil d'administration a opté pour la construction d'un nouvel immeuble de bureaux. L'objectif était de créer un bâtiment à l’architecture attrayante, fonctionnel et économique où les clients, comme les collaborateurs, puissent se sentir à l’aise. ‹Less is More› a été le leitmotiv tout au long du processus de conception. Outre la structure porteuse au concept statique simple, les matériaux sont laissés bruts à l’image du noyau en béton contenant la cage d’escalier, des étagères fixes ou de la façade. Le bâtiment avec sa forme parallélépipédique s’aligne sur la rue principale. Avec la scierie au nord, il forme comme une porte monumentale pour les installations qui traduit l'importance de l'industrie du bois dans la région. Revêtu d’un lambris en épicéa traité thermiquement, et avec les larges baies marquant sa façade, l’ouvrage redéfinit l’aspect de la zone industrielle de Gams. La façade principale s’ouvre vers une large zone de vergers dont les arbres fruitiers donnent au paysage un caractère bucolique. Les collaborateurs apprécient cette orientation à l’est car à partir de midi, elle ne nécessite plus d'ombrage. Un cadre rouge en saillie marque l’entrée principale du bâtiment, tandis qu’un large portique permet l’accès au site de production situé à l’arrière du bâtiment. Le plan avec des dimensions de 8,50 x 52 m résulte de la disponibilité du terrain, des règlements de construction, ainsi que de la volonté de permettre, dans une seconde phase, de créer d’autres unités de production et de stockage – toutes deux projetées l'année suivante. L'accès aux bureaux, que ce soit par les esca-

1800

liers ou par l’ascenseur, a lieu par un noyau en béton armé brut, indépendant du reste du bâtiment. Parallèlement au mur arrière, qui pour des raisons de protection incendie est entièrement en béton, se développent les circulations, séparées des bureaux par des armoires anthracite. Les volées d’escalier ouvertes, ainsi que les espaces aérés favorisent les rencontres et permettent ainsi une communication efficace et spontanée. La répartition des départements correspond au processus au sein de la compagnie. Réception, secrétariat, direction et locaux de réunion se trouvent au dernier étage, les services d'architecture et de construction sont un étage plus bas, tandis que les tâches de conception, de calcul et de planification se situent au rez-de-chaussée. Dans l'élaboration de la répartition des espaces, on a veillé à la mixité des salles et des bureaux pour les différentes tâches. Chaque étage dispose également d’une cellule de réunion. La cafétéria au deuxième étage est la zone commune, utilisée pour partager les repas mais également pour des réunions, des conférences ou d’autres événements. Les sanitaires, les locaux techniques et d’archives sont regroupés au sein du noyau en béton. La structure visible est composée de poteaux et de sommiers en lamellé-collé, ainsi que de planchers en bois massif apparent, tout comme les éléments en béton armé ce qui souligne l’aspect de sobriété souhaité. Le sol en pavés de bois de bout reprend les mêmes tons que le mobilier. Les buses de la ventilation contrôlée se trouvent dans le fond des armoires qui ont été produites, selon les indications des collaborateurs, dans la propre menuiserie de l’entreprise. Des éléments acoustiques ponctuels permettent de limiter la réverbération et participent ainsi à une ambiance de travail agréable. Le choix des matériaux tant pour la construction, le revêtement de façade que pour l’aménagement intérieur laisse chacun exprimer

sa nature. De la même manière, la structure est clairement lisible, tout comme les installations techniques. Les rares cloisons sont conçues de manière à être modulables ou démontables en tout temps. Labellisé Minergie, le bâtiment s’inscrit donc parfaitement dans la tendance actuelle de bâtiments administratifs flexibles et économiques.

Situation


Coupe longitudinale

20 m

Rez-de-chaussée

1er étage

2e étage

1801


Composition toiture: Végétation extensive 80 mm Couche de protection Etanchéité Isolation laine minérale 220 mm Barrière vapeur Structure bois massif 110 mm Sommier BLC Composition façade: Bois panneauté 19 mm Lattage 40 mm/Isolation Panneau dérivé du bois 16 mm Montants 120 mm/Isolation Panneau de fibres mi-dur, diffusant 60 mm Lattage/Isolation Lé en non-tissé Lambris en sapin traité thermiquement 20 mm Composition plancher: Revêtement de sol 10 mm Chape 70 mm Couche de séparation Isolation au bruit de choc 20 mm Isolation 20 mm Structure en bois massif 125 mm Sommier BLC Composition plancher du rez: Revêtement de sol 10 mm Chape 70 mm Barrière vapeur Isolation 80 mm Isolation 20 mm Etanchéité Structure béton 200 mm

Coupe façade

1802


Lieu Haagerstrasse 80, 9473 Gams Maître d’ouvrage Schöb AG, Gams Architecte Schöb AG, Gams; Hannes Königshofer Ingénieur civil Ingenieurbüro Düsel Gottfried AG, Grabs Ingénieur bois Ingenieurbüro für Holzbau Diethelm Ivo, Gommiswald Entreprise bois Schöb AG, Gams Bois mis en oeuvre Bois de structure: carrelets d’ossature 15 m3, BLC 34 m3, planchers bois massif 103 m3, lamibois 6 m3; Panneaux dérivés du bois 6 m3; Revêtement de façade: sapin traité thermiquement 953 m2 Coûts CFC 2 CHF 2,1 millions dont CFC 214 CHF 0,56 million Surface de plancher SIA 416 1193 m2 Volume bâti SIA 416 4130 m3 Volume SIA 116 4721 m3 Prix/m3 SIA 116 (CFC 2) CHF 445.– Durée de construction Mars – novembre 2006 Photographe Stefan Lenherr, Gams

1803


Immeuble de bureau Lonza SA, Viège Niché dans le paysage idyllique du HautValais, le site de Viège, qui s’étend sur plus de 900 000 m2, est le plus important centre de recherche, de développement et de production du groupe Lonza. Sur ce site, plus de 2700 collaborateurs mènent des activités de recherche, de développement et de production pour l'industrie mondiale. C’est dans ce contexte de haute technologie qu’un immeuble administratif de six niveaux en bois, béton et acier a vu le jour. Depuis quelques années, la compagnie Erne AG propose son système de plancher mixte bois-béton. Il réunit les avantages de ces deux matériaux exceptionnels, combinés avec les possibilités de préfabrication connues de la construction en bois. Sur cette base technologique est née l'idée de développer un bâtiment qui profite pleinement des avantages du système. La tâche a été confiée aux architectes de l’entreprise, qui ont conçu un bâtiment clairement structuré, capable de répondre aux désirs du maître d'ouvrage. Cette solution devait être en outre économique et présenter une grande flexibilité. Il en résulte un cube compact, à l’apparence neutre. Le bâtiment de six niveaux se développe autour du noyau en béton armé qui comprend les circulations et les installations sanitaires. Une gaine verticale en position centrale assure la distribution de la technique. Cette solution flexible permet de répondre aux exigences les plus variées. Le noyau en béton préfabriqué autorise la reprise des charges de stabilisation. Liés à celui-ci, les porteurs en bois-béton du plancher forment des diaphragmes à chaque étage. En périphérie, les planchers prennent appui sur des poteaux disposés selon une trame régulière, tandis que les parois extérieures rideau sont en ossature bois. Ce choix constructif autorise toutes les variantes architectoniques dans les matériaux de revêtement et dans l’expression de la façade, limitées uniquement par les coûts. La trame de 1,45 m, égale à la moitié de la largeur des éléments en bois-béton, apporte une grande liberté dans l’aménagement. Ainsi les bureaux de 2.9 m de large comprennent deux trames, tandis que les groupes de bureau ou des salles plus étendues permettent de

satisfaire toutes les demandes. La conception des espaces combinée à la distribution centrale permettent de réduire les surfaces de circulation au minimum, et de profiter au mieux de l’éclairage naturel. Dans le nouveau bâtiment de Lonza, c’est ce concept qui a été concrétisé. L’immeuble de bureau au centre du complexe permet de regrouper divers départements hébergés jusqu’ici dans des constructions provisoires. Outre sa flexibilité, ce sont les délais de réalisation courts et les coûts réduits qui ont convaincu le maître d’ouvrage. L’aspect du bâtiment est en adéquation avec son environnement. L’expression de la façade avec les allèges revêtues de tôles d’aluminium et les bandeaux de fenêtre donnent au bâtiment son caractère industriel, et seul l’accès protégé par un large avant-toit rompt l’uniformité du cube. Quatre des cinq étages sont occupés par des bureaux, qui peuvent être aménagés et répartis au gré des besoins. Le 6e niveau sert actuellement de réserve, tandis que le rez accueille désormais un poste sanitaire. Deux caractéristiques du lieu étaient importantes pour la structure porteuse: le sol sédimentaire à faible portance, et la zone sismique Z3b correspondant à la plus forte accélération horizontale. Des pieux forés ont permis de répondre à la première contrainte, tandis que le séisme ayant été intégré dès les premières étapes de la conception, le respect des exigences relatives ne fut pas un problème. Un bâtiment moderne répondant à toutes les exigences contemporaines relatives aux immeubles de bureaux a donc vu le jour, dont la conception, la planification et l’exécution n’auront nécessité en tout que dix mois.

Situation

Coupe

10 m


Rez-de-chaussée

1er étage

5e étage

1805


Composition toiture: Gravier Peau de toiture Isolation avec forme de pente Etanchéité Toiture mixte bois-béton: béton 70 mm OSB 10 mm solives BLC 320 mm/Isolation 120 mm Lattage Plaque de plâtre fibrée Système de refroidissement suspendu avec fonction acoustique Composition plancher: Revêtement de sol Chape avec chauffage au sol Isolation au bruit de choc Couche de séparation Plancher mixte bois-béton: béton 70 mm OSB 10 mm solives BLC 320 mm/Isolation 120 mm Lattage Plaque de plâtre fibrée Système de refroidissement suspendu avec fonction acoustique Composition façade: Plaque de plâtre fibrée Etanchéité à l’air Montants 200 mm/Isolation Plaque de plâtre fibrée Lé coupe-vent Lattage Tôle d’aluminium ondulée Composition sol sur radier: Revêtement de sol Chape avec chauffage au sol Isolation au bruit de choc Couche de séparation Isolation Etanchéité Radier sur pieux

Coupe façade

1806


Lieu Lonzastrasse, 3930 Viège Maître d’ouvrage Lonza SA Viège Entreprise totale Erne AG Holzbau, Laufenburg Architecte Hornberger Architekten AG, Zurich Bois mis en œuvre BLC 220 m3; Panneaux: OSB 3200 m2, plaques de plâtre fibrées 900 m2; Eléments mixte bois béton pour toiture et planchers 182 pièces Coûts CFC 2 CHF 4,97 millions dont CFC 214 CHF 1,73 million Surface de plancher SIA 416 3180 m2 Volume bâti SIA 416 12 500 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 400.– Durée de construction Avril 2008 – février 2009; mandat février 2008 Photographe Zeljko Gataric, Zürich; Copyright: Erne, Laufenburg

1807


Immeuble administratif Hug AG, Malters Le nouvel immeuble administratif, situé à l’est de la halle de production existante, se détache clairement de son voisin. Il souligne son affectation différente par une volumétrie claire et par sa façade en bois sombre aux reflets bleus. Pour l’entreprise attachée au tissu local, le bâtiment incarne sa constante recherche de qualité et de modernité. L’entrée est située du côté de la rue principale. Un hall ouvert accueille le visiteur. Celui-ci comprend une zone de rencontre, une aula destinée à la formation et aux conférences ainsi qu’un espace de vente. La réception se situe au milieu et permet d’orienter efficacement le visiteur, tandis que le reste des espaces comprend des bureaux et des salles de conférences permettant d’abriter 80 collaborateurs. Le modèle de la firme Hug est marqué par une communication ouverte et transparente. L’architecture de cet immeuble de bureau favorise donc un climat de travail agréable par des bureaux paysagés combinés à de vastes espaces de circulation. La structure porteuse du bâtiment, et les cloisons fixes réduites au minimum, permettent un aménagement flexible. Au milieu de l’édifice le puits de lumière en correspondance de l’escalier permet un apport optimal de lumière naturelle. Dans la même zone on trouve également la cafétéria et les vestiaires. Un noyau comprenant les sanitaires sépare ces espaces des bureaux qui sont situés en périphérie, proches des ouvertures. D’entente avec le maître d’ouvrage, l’agencement devait rendre compte de la proximité des employés travaillant à la production et dans les bureaux. Le bâtiment se réfère donc aux constructions industrielles par la simplicité qui a prévalu lors de sa conception et dans son aménagement intérieur qui, sobre, est naturellement accueillant et convivial. Les différen-

1808

tes installations techniques sont visibles au plafond, ainsi que les panneaux de laine de bois liée au ciment qui améliorent l’absorption phonique. La couleur neutre des aménagements permet en outre de refléter de manière optimale la lumière dans les locaux. Au sol le parquet et les ardoises disposés dans la zone d’entrée donnent néanmoins une touche raffinée. L’enveloppe ainsi que les concepts énergétique et de technique du bâtiment sont conformes au standard Minergie et s’appuient sur les ressources disponibles localement. Ainsi le chauffage est assuré par l’unité de refroidissement des tartelettes de l’usine de production. L’énergie ainsi récupérée est stockée au soussol du bâtiment, où elle reste disponible même pendant les pauses de production. Lors de la saison estivale, le refroidissement des locaux est assuré par l’eau pompée dans le terrain et distribuée par les conduites du chauffage au sol et par des éléments en correspondance des plafonds phoniques. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une climatisation à proprement parler, ce dispositif permet d’obtenir un climat agréable dans les locaux en période de canicule. Pour la ventilation des bureaux, l’air est amené en façade. L’installation comporte des récupérateurs de chaleur décentralisés permettant un taux de retour de près de 90 %. L’air frais est distribué par le biais de buses visibles qui permettent une gestion individualisée des bureaux. Les façades rideaux en ossature de 220 mm assurent au bâtiment une enveloppe exempte de ponts thermique, ce qui a permis au bâtiment d’atteindre le standard Minergie et de limiter son besoin en énergie de chauffage à seulement 40 kWh/m2a. Situation


Coupe longitudinale

20 m

Rez-de-chaussĂŠe

Etage

1809


Lieu Neumühlestrasse 4, 6102 Malters Maître d’ouvrage Hug AG Entreprise générale Renggli AG, Sursee Ingénieur civil Berchtold + Eicher, Zoug Ingénieur bois Makiol + Wiederkehr, Beinwil am See Construction en bois Holzbau Renggli AG, Schötz Aménagements Christian Kohler AG front office design, Basel: Christian Kohler, Architecte d’intérieur; Hug AG, Malters: Edi Renggli, artiste et conseil couleur; Renato Lampugnani, Payagiste, Malters; Renggli AG, Sursee: Simone Pretelli, Architekt HTL Bois mis en oeuvre Carrelets d’ossature 47 m3; Panneaux: panneaux de particules 1540 m2, trois plis 144 m2, plâtre cartonné 682 m2, panneaux acoustiques 1744 m2; Revêtement de façade: lambris de sapin 780 m2 Coûts CFC 1–9 CHF 6,5 millions dont CFC 214 CHF 0,58 million Surface de plancher SIA 416 3276 m2 Volume bâti SIA 116 12 688 m3 Prix/m3 SIA 116 (CFC 2) CHF 512.– Durée de construction Mars – décembre 2006 Photographe Renggli AG, Sursee

1810


Composition toiture: Végétation extensive 80 mm Lé de drainage Couche de protection Isolation 220 mm Lé d’étanchéité Dalle béton armé 360 mm Lattage 30 mm/isolation acoustique Panneau acoustique 25 mm Composition plancher: Revêtement de sol 10 mm Chape anhydrite 70 mm Couche de séparation Isolation au bruit de choc 20 mm Isolation thermique 40 mm Dalle béton armé 360 mm Lattage 30 mm/isolation acoustique Panneau acoustique 25 mm Composition façade: Plaque de plâtre fibrée 12,5 mm Frein vapeur Panneau de particules 15 mm Montants 220 mm/Isolation Panneau de particules 15 mm Lattage 50 mm Lambris 22 mm

Coupe façade

1811


Siège administratif Swissgenetics, Zollikofen

1812

E

Les locaux de l'administration prennent place dans les trois niveaux du bâtiment principal. Le stock avec les réservoirs d'azote et l’entrée du garage sont conçus comme des bâtiments d’un étage, avec un éclairage zénithal. L’ensemble des bâtiments forme une vaste esplanade orientée vers l’ouest avec en son centre, l’accès au siège principal. A la place de l’organisation traditionnelle des bureaux comprenant des unités individuelles et de groupe, Swissgenetics a souhaité disposer d’espaces ouverts, permettant aux collaborateurs de développer l'interaction, la communication et le sentiment d'équipe. La séparation entre les différentes zones de bureaux est assurée par les deux noyaux de la cage d'escalier et le puits de lumière ouvert sur les trois étages. La cafétéria, la salle de réunion et les locaux d’archives se trouvent au rez-dechaussée, tandis que les deux étages supérieurs sont dévolus aux bureaux. Les baies vitrées qui courent le long des façades principales sont constituées de vitrages triples, dont des stores à lamelles permettent l’ombrage. Le long de ces baies vitrées, les canaux

intégrés dans le sol comprennent les collecteurs pour le chauffage et les buses de ventilation. L’énergie de chauffage est fournie par une pompe à chaleur reliée à huit sondes terrestres. Le bâtiment dispose d’une aération contrôlée, et les paramètres thermique et de ventilation sont gérés par une installation automatique. L'utilisation la plus large possible de bois local comme matériau de construction faisait partie des préoccupations centrales du maître de l'ouvrage, afin de refléter la proximité de l'entreprise avec la nature et l'agriculture. Ainsi le bâtiment est entièrement en bois à l’exception du sous-sol et des noyaux en béton armé des cages d’escalier. Les baies vitrées, s’étendant du sol au plafond, ainsi que l’absence de cloisons de séparation permettent une utilisation parfaitement flexible de la surface. Les planchers sont constitués de dalles mixtes bois-béton de 6.6 m de portée, prenant appui sur quatre rangées de poteaux métalliques. La partie bois de celles-ci est en planches juxtaposées, régulièrement interrompues par des éléments acoustiques. Un faux-plancher est disposé sur les dalles brutes afin de créer les zone d’installations nécessaires. Les planchers en bois efficaces d’un point de vue acoustique, le vaste puits de lumière en position centrale, ainsi que les installations techniques assurent un climat de travail agréable. En outre les excellentes caractéristiques énergétiques du bâtiment lui ont permis de recevoir la certification Minergie.

L

Swissgenetics offre un service international de génétique bovine destinée aux éleveurs de bétail. La compagnie allie innovation et tradition dans l'agriculture, et garantit des produits et des prestations de premier ordre. Pour son nouveau siège à Zollikofen, elle souhaitait un bâtiment qui tout en accueillant 60 postes de travail et des locaux pour le stockage et la distribution de la semence, puisse refléter l’image d’excellence de son activité.

Situation


H

H

H

H

H

20 m Coupe

1er et 2e étage

Rez-de-chaussée

1813


Composition toiture: Tapis végétal 30 mm Substrat 30 mm Couche de protection et drainage 20 mm Etanchéité 10 mm Isolation 200 mm Barrière vapeur Eléments mixtes bois-béton: béton 120 mm planches juxtaposées 160 mm ou vide / isolation 40 mm / lattage acoustique Composition plancher: Revêtement de sol en feutre aiguilleté 6 mm Chape sulfite de calcium 55 mm Couche de séparation Panneau trois plis 30 mm Vide de faux plancher 250 mm Eléments mixtes bois-béton: béton 120 mm planches juxtaposées 160 mm ou vide / isolation 40 mm / lattage acoustique Composition façade: Plaque de plâtre armé de fibres 2 x 12,5 mm Lattage 35 mm OSB 15 mm Frein vapeur Montants 240 mm/Isolation Plaque de plâtre armé de fibres 15 mm Lattage 2 x 40 mm, croisé Lambris douglas 25 mm, vertical

Coupe façade

1814


Lieu Meielenfeldweg 12, 3052 Zollikofen Maître d’ouvrage Swissgenetics Architecte Lüscher Egli AG, Langenthal Ingénieur civil Berger + Wenger, Zollikofen Ingénieur bois Pirmin Jung Ingenieure für Holzbau GmbH, Rain Acousticien MBJ Bauphysik + Akustik AG, Kirchberg Technique du bâtiment Enerconom AG, Berne Construction métallique Fuhrimann Metallbauplanung, Wangen an der Aare Construction en bois Boss Holzbau AG, Thoune Bois mis en œuvre Bois de structure: bois massif 30 m3, BLC 90 m3, éléments en planches juxtaposées 165 m3; Panneaux: trois plis 1500 m2, OSB 800 m2, plaques de plâtre fibrées 2500 m2; lattes pour éléments acoustiques 18 100 m; Revêtement de façade: lambris douglas 800 m2 Coûts CFC 2 CHF 6,5 millions dont CFC 214 CHF 1,39 million Surface de plancher SIA 116 1842 m2 Volume bâti SIA 116 11 594 m3 Prix/m3 SIA 116 (CFC 2) CHF 566.– Durée de construction Novembre 2006, avril 2007 (construction en bois) – octobre 2007 (total) Photographe Pascal Hegner, Soleure

1815


Support Office Marché International, Kemptthal Le site de la nouvelle administration a été choisi à proximité du Marché-Restaurant de l'aire d'autoroute de Kemptthal. Ainsi, les collaborateurs de l’administration sont toujours directement en relation avec l’activité quotidienne des restaurants. Le résultat est un bâtiment qui reflète les valeurs stratégiques de Marché International: ‹qualité› et ‹respect de l’environnement› L’immeuble possède une volumétrie simple dont l’accès est matérialisé par un cube en panneaux dérivés du bois noir, qui plus tard sera surmonté de lierre et de vigne vierge. Proche de celui-ci, un étang sert de bassin de rétention pour l’eau de pluie. A l'entrée du bâtiment se trouvent le café, une station de recyclage et trois studios permettant d’accueillir des visiteurs pour la nuit. La répartition spatiale des bureaux est flexible à chaque étage. Les divisions ouvertes et transparentes assurent une ambiance de travail communicative. Plus de la moitié des cinquante places de travail jouit d’un accès direct au balcon en façade sud. La face nord est réservée quant à elle aux salles de réunion, à quelques bureaux individuels, et au stockage des archives. A l’exception des noyaux comprenant les cages d’escalier et les sanitaires, l’ensemble de la structure est réalisée en ossature préfabriquée.

1816

Outre la précision de l’exécution, ce choix a permis une nette réduction des temps d’exécution, puisque l’ensemble a été érigé en douze mois de la première esquisse à l’inauguration. Pour limiter les mouvements de terre, le bâtiment ne comprend pas de sous-sol. Les deux cages d’escaliers en béton sont autoporteuses et ne sont pas en contact avec la structure en bois, qui repose sur des fondations linéaires. La façade nord et les façades pignons stabilisent le bâtiment, tandis que des poteaux de 450 x 450 mm, disposés selon une trame de 4 m, assurent la reprise des charges verticales, issues des planchers formés d’éléments en caisson. La centrale technique est située dans les combles, au-dessus de la cage d'escalier. La distribution horizontale de la ventilation, du chauffage, de l'électricité et des réseaux de données a lieu au même endroit. La répartition verticale se fait par des gaines dans la façade nord et à l'intérieur de la section des piliers. Le projet repose sur un concept de bâtiment solaire passif. La façade sud vitrée permet d’exploiter au maximum les apports solaires, tandis que les coursives et les stores limitent la surchauffe. La moitié de la façade sud comprend des vitrages translucides remplis de sel d’hydrate à changement de phase, ce qui permet d’absorber la pointe des apports et de

les répartir de manière optimale dans la journée. Les autres façades présentent une épaisse couche d'isolation sans pont thermique constructif, minimisant ainsi les pertes de chaleur de l’ouvrage. Une technique du bâtiment innovante comprenant une pompe à chaleur avec sonde terrestre, et une ventilation contrôlée avec récupération de chaleur, complètent le concept de régulation thermique. La consommation d'énergie de chauffage, de ventilation et d'eau chaude est ainsi d'environ 18 000 kWh/a La toiture à pan unique orientée au sud est entièrement recouverte de cellules photovoltaïques, qui forment ainsi la peau de toiture. La puissance installée permet une production annuelle de 40 000 kWh, suffisante pour couvrir les besoin de la technique et des bureaux. Afin d’exploiter pleinement le potentiel de l’installation, celle-ci est raccordée au réseau du canton de Zurich. L'intérieur est sobre et sans revêtement. Ainsi, les panneaux trois plis des parties d’ouvrage porteuses sont laissés visibles. A chaque étage une hydroculture de 12 m2 permet de réguler l'humidité et constitue par ailleurs un élément de l’aménagement au caractère calmant et naturel. Les meubles de bureau simples, en contreplaqué de hêtre, ont été conçus spécialement pour cet ouvrage par des menuiseries suisses.


Les faces arrières des armoires et des bibliothèques sont munies de panneaux phoniques absorbants comme certaines cloisons. La lumière du sud non aveuglante, grâce aux éléments translucides, permet aux collaborateurs de disposer d’une ambiance de travail agréable. Les fondations et les escaliers sont en béton recyclé, et la structure composée exclusivement de bois résineux indigènes sans protection chimique. L'isolation thermique comprend 80% de verre recyclé. L'analyse du cycle de vie selon la méthode des éco-indicateurs montre que ce bâtiment nécessite environ un tiers de l'énergie d’une construction conventionnelle. Pour arriver à cette conclusion, le cycle de vie complet et le flux de substances ont été pris en compte, de la production des matériaux à la mise en service du bâtiment, de la consommation d'énergie au cours d'une durée de vie de 50 ans (durée du droit de superficie) à la démolition de l'immeuble, y compris l'élimination des déchets. Le premier immeuble de bureaux de Suisse avec un bilan énergétique nul est certifié Minergie-P-Eco. Il montre que des exemples phares peuvent être économiques, si les paramètres de durabilité, d’écobilan et de consommation d’énergie sont pris en compte dès le début du projet, parallèlement à ceux de fonctionnalité, de qualité des places de travail et d’organisation spatiale.

1817


Rez-de-chaussée

1er étage

2e étage

Toiture

1818

10 m


Coupe

Lieu Alte Poststrasse 2, 8310 Kemptthal Maître d’ouvrage Marché Restaurants Schweiz AG Architecte Beat Kämpfen, Büro für Architektur, Zurich; collaborateur: Rico Ruder Ingénieur civil Gerd Groier, Wetzikon Ingénieur bois AG für Holzbauplanung, Rothenthurm; collaborateur: Stefan Heinzer Physique du bâtiment et acoustique Amstein & Walthert AG, Zurich Ingénieur énergie Naef Energietechnik, Zurich Construction en bois Bächi Holzbau AG, Embrach Bois mis en oeuvre Bois de structure: nervures en BLC refendu 75 m3, BLC 44 m3, mélèze massif 10 m3; Panneaux: bois panneautés à trois couches 260 m2; trois plis 4080 m2, contreplaqués lattés 180 m2, plaques de plâtre fibrées 380 m2, panneaux de particules liées au ciment 85 m2, panneaux de fibres durs 810 m2, OSB 490 m2; Terrasse en mélèze 260 m2; lattes 10 m3; Revêtement de façade: lambris de mélèze 510 m2, panneaux de façade 560 m2 Surface de plancher SIA 416 1454 m2 Volume bâti SIA 416 5757 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 507.– Durée de construction Octobre 2006 – mars 2007 Photographe Willi Kracher, Zurich

1819


Composition plancher sous toiture, valeur U 0,084 W/m2K: Isolation en cellulose 280 mm Eléments en caisson: panneau trois plis 30 mm nervures 160 mm/Isolation panneau trois plis 30 mm, visible Composition façade, valeur U 0,104 W/m2K: Panneau trois plis 35 mm, visible Montants 260 mm/Isolation Lattage 80 mm/Isolation Panneau de fibre haute densité 15 mm Etanchéité à l’air, noire Lattage 30 mm Lambris en mélèze 25 mm Fenêtre: Fenêtre bois Ug = 0,5 W/m2K, g = 54 % GlassX Ug = 0,46 W/m2K, vitrage avec capacité de stockage thermique Composition plancher: Panneau de particules liées au ciment 15 mm Chape ciment et chauffage au sol 80 mm Isolation au bruit de choc 30 mm Eléments en caisson: panneau trois plis 30 mm nervures 260 mm/Isolation 100 mm panneau trois plis 30 mm Composition plancher sur vide sanitaire, valeur U 0,095 W/m2K: Panneau de particules liées au ciment 15 mm Chape ciment et chauffage au sol 80 mm Isolation au bruit de choc 30 mm Eléments en caisson: panneau trois plis 30 mm nervures 380 mm/Isolation panneau trois plis 30 mm Plaque de plâtre fibrée 15 mm

Coupe façade

1820


1821


Green Offices, Givisiez La commune de Givisiez, à quelques encablures de Fribourg, accueille le premier bâtiment administratif certifié Minergie-P-Eco de Suisse. Rien d’étonnant à cela, si l’on songe que le maître d’ouvrage dans le même temps architecte, souhaitait pour la réalisation de ses propres bureaux, mettre en œuvre les principes qui guident son activité quotidienne. C’est ainsi que sous une robe au gris sobre, se cache un bâtiment convivial et lumineux, dont tant la conception, la construction que l’exploitation renvoient aux concepts du développement durable. Bien évidement lorsque l’on s’oriente vers un tel projet, le choix du bois est naturel. Les façades porteuses sont en ossature, alors qu’à l’intérieur la structure s’oriente vers un type poteaux-poutres, le sens de portée des planchers étant alterné entre les champs afin d’uniformiser les dimensions des sommiers. Cette disposition permet d’obtenir de vastes espaces non cloisonnés qui favorisent la convivialité. Les éléments de plancher du rez, de la toiture et les parois extérieures ont été préfabriqués en atelier, tandis que les solivages ont été posés sur place. En tout seuls cinq jours ont été nécessaires au montage de l’entier de la structure. L’accent écologique, outre le choix du bois, a également guidé la sélection des autres matériaux. Ainsi la toiture et les planchers sont isolés à l’aide de laine de cellulose issue du recyclage du papier, et la façade par le biais de panneaux à base de fibres de bois. A l’intérieur les crépis à l’argile combinés aux plafonds peints en blanc offrent une atmosphère agréable. Des murs en briques crues, qui structurent l’espace, augmentent l’inertie thermique afin de profiter au maximum des gains solaires.

1822

Le bâtiment comprend un sous-sol en béton armé surmonté de trois étages entièrement en bois. Le rez accueille la cafétéria qui se transforme à volonté en salle de conférence. Aux étages les bureaux se regroupent autour de la cage d’escalier centrale surmontée d’une verrière qui fait office de puits de lumière et permet ainsi d’optimiser l’éclairage naturel. La façade s’anime d’un jeu de pleins et de vides qui rompt son uniformité et lui donne un caractère dynamique. Dans ce cas également une solution novatrice a été mise en œuvre, puisque le revêtement de façade est constitué de lames en sapin prépatinées. Celles-ci ont été soumises préalablement aux intempéries de manière à ce qu’elles acquièrent la teinte grisaillée typique des bardages non traités en face ouest. Des tentures extérieures en correspondance de chaque fenêtre permettent de limiter les apports solaires en cas de besoin. Hormis la construction du bâtiment et son exploitation, les services ont également été étudiés avec soin d’un point de vue écologique. Ainsi l’eau de pluie est recyclée et alimente les lave-mains et l’évier de la cuisine. Les toilettes sèches ont quant à elles remplacé la chasse d’eau par des copeaux de bois. La part belle est faite aux énergies renouvelables par des capteurs solaires qui assurent la production d’eau chaude sanitaire ainsi que le chauffage au sol, tandis qu’un puits canadien permet de préchauffer l’air de la ventilation en hiver et tempérer le bâtiment en été. Lors de conditions extrêmes, l’ouvrage peut compter en outre sur une chaudière à pellets comme complément de chauffage. Bien qu’aucune publicité n’ait été faite, l’entier de la surface disponible a rapidement été loué à des entreprises sensibles aux critères qui ont sous-tendus cette réalisation. Ce

succès démontre d’une part le dynamisme du secteur, et d’autre part la demande réelle pour des bâtiments de ce type, alliant de manière intelligente les exigences de l’écologie à celles de l’économie.

Situation


Lieu Rue Jean Prouvé 14, 1762 Givisiez Maître de l'ouvrage Conrad Lutz Architectes Sàrl, Givisiez Architecte Conrad Lutz Architectes Sàrl, Givisiez Ingénieurs bois ING Holz AG, Fribourg Ingénieur civil Gecibat Sàrl, Montmagny, Lausanne Entreprise bois Vonlanthen Holzbau AG, Schmitten Bois mis en œuvre Bois massif 78 m3, BLC 43 m3; Panneaux: OSB 950 m3, trois plis 420 m2, bois panneautés 60 mm 220 m2, panneaux de fibres mi-durs 1000 m2, panneaux de particules liées au ciment 400 m2 Volume SIA 116 5291 m3 Coûts (CFC 2) CHF 3,09 millions dont CFC 214 CHF 1,08 million Prix/m3 SIA 116 (CFC 2) CHF 584.– Durée de construction Octobre 2006 – juillet 2007 Photographe Corinne Cuendet, Clarens

1823


Coupe

20 m

Ikea

90 x 270

Ikea

Ikea

Ikea

Ikea

90 x 360

90 x 270

Rez-de-chaussée

1824

1er étage

2e étage


1825


1826


Composition toiture: Gravier 50 mm Natte de protection Etanchéité bicouche Panneau de particule 19 mm Ventilation 140–200 mm avec pente 1 % Panneau de fibres mi-dur diffusant 15 mm Montants 460 mm/Isolation fibres de cellulose Panneau trois plis 27 mm Composition façade: Crépi argile Plaques de plâtre armé de fibre 15 mm Isolation fibre de bois 100 mm OSB 15 mm Montant 300/Isolation fibre de bois Panneau de fibres mi-dur, diffusant 15 mm Lattage, contre-lattage 2 x 40 mm Lambris vertical sapin prépatiné Composition plancher 1er et 2e étage: Huile minérale Chape teintée dans la masse 55 mm, chauffage au sol Couche de séparation Isolation phonique 2 x 10 mm Béton léger 110 mm Couche de séparation Dallettes ciment 45 mm Solives BLC 120 x 400 mm Composition dalle sur sous-sol: Huile minérale Chape teintée dans la masse 55 mm, chauffage au sol Couche de séparation Isolation phonique 10 mm Lé d’étanchéité bitumineux avec toile de jute Panneau OSB 22 mm Nervures BLC 80 x 460 mm/Isolation fibres de cellulose Coupe façade

Panneau de particules liées au ciment 28 mm

1827


‹Supertanker›, Zurich Cette surélévation de deux niveaux devait posséder sa propre image, en harmonie avec son socle, afin d’offrir au bâtiment une nouvelle identité suite à son changement d’affectation. Un large porte-à-faux du côté de la route et une mise en retrait de la façade sud afin de créer une vaste terrasse le long du bâtiment ont fourni un contexte favorable à une intervention flexible sur l'ancienne structure. Cette opération consistait à transformer dans un premier temps, puis à surélever un immeuble des années 1920, situé dans le quartier de Zurich Binz. Si à l’origine ce quartier était dédié à l’industrie, celle-ci est de plus en plus remplacée par les entreprises de services. Ces changements structurels importants ont conduit au développement d’une offre attrayante de locaux à louer. Le bâtiment d’origine est un imposant édifice en briques rouges de quatre étages et 100 m de longueur. Il est marqué par ses fenêtres en bande, ses allèges de béton blanc et par quatre tours contenant les circulations verticales. L'omniprésence du motif de la vapeur, et la force d’expression des détails ont conduits les utilisateurs à le baptiser ‹Supertanker›. A l’intérieur, les espaces de stockage ont été transformés de manière pragmatique et peu coûteuse, en une grande diversité de surfaces de bureaux selon un module de faible taille. Les circulations existantes ont été conservées telles quelles et uniquement adaptées en fonction des exigences de protection incendie. L’entrée principale a par exemple été reportée sur l’arrière, la façade sur la rue étant occupée sur sa longueur par un quai de chargement couvert. Le système porteur de la façade côté rue a été renforcé en vue d’une surélévation, dont le projet n’était pas encore arrêté à ce stade des travaux. La technique du bâtiment

1828

et les ascenseurs ont été modernisés, et un de ceux-ci prolongé dans la perspective de la surélévation. Ce n'est qu'après la location complète des surfaces disponibles dans la transformation, que la planification de la surélévation a débuté. Pour ce faire, le maître d'ouvrage a souhaité une valorisation maximale de l’espace afin de rentabiliser l’investissement, avec des loyers qui ne devaient pas être de beaucoup supérieurs à ceux de la transformation. En outre, le renforcement statique déjà exécuté et le corset étroit des règlements de construction (dernier étage) fixait la marge de manœuvre pour l’étude de la surélévation. Les locataires souhaitaient quant à eux une utilisation flexible et des unités dont la plus petite ne dépasse pas 50 m2. Les locaux devaient pouvoir être utilisés déjà au stade du gros œuvre, les finitions étant laissées à l’appréciation des locataires. Un simple ajout de deux niveaux en conservant le contour de l’ouvrage n’était pas possible compte tenu des règlements de construction qui limitent la hauteur des façades. Ainsi la face de l’extension côté route avec son inclinaison de l'ordre de 48 °, est un véritable toit en pente, ce qui permet d’exploiter au maximum les conditions légales. La surélévation de 100 m de long pour 23 m de large prend appui sur le socle selon la trame des porteurs d’origine espacés de 6,36 m. Les parois de la nouvelle construction en bois panneautés multicouches fonctionnent comme des voiles qui transmettent les charges aux éléments de renforts préexistants. Les planchers et la toiture sont constitués d’éléments en caisson qui portent entre ces cloisons. Dans la partie inférieure de l’intervention se trouve un couloir qui relie les deux cages d’escalier principales. Tous les deux axes, un escalier interne permet de rejoindre le niveau

supérieur. Pour des raisons de protection incendie, la structure porteuse de la surélévation est habillée de plâtre à l’étage inférieur, tandis que dans sa partie supérieure, le bois brut est laissé visible. La façade sud est complètement vitrée: le premier étage de la surélévation comprend une vaste plate-forme qui accueille un espace de détente et offre une vue imprenable sur la ville. Elle est maintenue par un système de haubans métalliques, la toiture existante n’étant pas à même de supporter des charges supplémentaires. On accède à cette terrasse par des fenêtres coulissantes, tandis qu’à l’étage un balcon court le long de la même façade. Au nord la paroi extérieure est marquée par son inclinaison et le porte-à-faux de 3,7 m. Celle-ci comprend six larges ouvertures par axe, deux à l’étage inférieur et quatre à l’étage supérieur. Cette disposition permet, en combinaison avec les baies au sud, de profiter d’un éclairage naturel optimum, sur toute la largeur du bâtiment. La peau de façade est constituée d’une tôle d’aluminium brute qui, réminiscence du passé industriel, permet à la nouvelle construction de dialoguer avec son socle.


4e étage

5e étage

6e étage

20 m

1829


Coupe

20 m

Lieu Binzstrasse 23, 8045 Zurich Maître d’ouvrage Swiss Life Property Managment, Zurich Architecte Stücheli Architekten, Zurich; Chef de projet: Jean-Marc Fischer Ingénieur civil Gruner AG, Zurich Physique du bâtiment, acoustique Weber Energie und Bauphysik, Berne Chauffage/ventilation Todt Gmür + Partner AG, Zurich (projet), Pfiffner AG, Zurich (exécution) Sanitaire Neukom engineering ag, Adliswil Façade Mebatech AG, Baden Ingénieur bois AG für Holzbauplanung, Rothenthurm; Stefan Heinzer Entreprise bois Estermann Holzbau AG, Sursee; Hubert Hecht Bois mis en oeuvre Carrelets d’ossature 248 m3, BLC 87 m3, bois panneautés multicouches 327 m3, panneaux de bois contrecollés 538 m3; Plaque de plâtre fibrées 12 348 m2 Coûts CFC 2 CHF 10,96 millions (surélévation) dont CFC 214 CHF 2,52 millions (surélévation) Surface de plancher SIA 416 4360 m2 (surélévation) Volume bâti SIA 416 17 150 m3 (surélévation) Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 639.– (surélévation) Durée de construction Février – octobre 2007 (surélévation) Photographe Reinhard Zimmermann, Adliswil

1830


Composition toiture: Couverture en tôle et sous-construction Lattage 60 mm Lé de sous-toiture Eléments en caisson: panneau trois plis 30 mm nervures 40 x 300 mm/Isolation laine minérale panneau trois plis 35 mm Composition paroi inclinée: Plaque de plâtre fibrée 15 mm (seul. 4. étage) Eléments nervurés: panneau trois plis 35 mm nervures 40 x 300 mm/Isolation laine minérale Plaque de plâtre fibrée 15 mm Coupe vent Lattage 60 mm Revêtement en tôle et sous-construction Composition plancher: Revêtement de sol Chape ciment Couche de séparation Isolation au bruit de choc, bicouche Couche de séparation Eléments en caisson: panneau trois plis 40 mm nervures 40 x 240 mm/Isolation laine minérale 80 mm panneau trois plis 40 mm Étriers souples 60 mm/Isolation laine minérale Plaque de plâtre fibrée 15 mm Coupe détails

Composition plancher sur existant: Revêtement de sol Chape ciment Couche de séparation Isolation au bruit de choc, bicouche Couche de séparation Eléments en caisson: panneau trois plis 35 mm nervures 40 x 220 mm/Isolation laine minérale 80 mm panneau trois plis 35 mm Vide d’installation 270 – 370 mm


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno

Rédaction Roland Brunner, Lignum, Mélanie Pittet-Baschung et Denis Pflug, Lignum-Cedotec

Falkenstrasse 26 CH-8008 Zurich

En Budron H6, CP 113 CH-1052 Le Montsur-Lausanne

Conception graphique BN Graphics, Zurich

Tél. 021 652 62 22 Fax 021 652 93 41 info@cedotec.ch www.cedotec.ch

Impression Kalt-Zehnder-Druck AG, Zoug

Tél. 044 267 47 77 Fax 044 267 47 87 info@lignum.ch www.lignum.ch

Administration, abonnements, expédition Andreas Hartmann, Lignum Bulletin bois, mars 2009 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur

ISSN 1420-0252

Le Bulletin bois paraît quatre fois par année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 20.– Classeur (10 numéros) CHF 100.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications. Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des différents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.

Profile for Lignum

Bulletin bois 90/2009  

Bâtiments administratifs

Bulletin bois 90/2009  

Bâtiments administratifs

Profile for lignum