Issuu on Google+

Bulletin bois 72/2004 Espaces de vie pour les aînés Immeubles pour personnes âgées au Römerweg, Härkingen Logements contemporains au foyer de Bärau Foyer pour aînés Steinfeld, Suhr Maison de retraite de Wartau, Azmoos Centre pour retraités s'Vreneli, Glaris

Foyer pour aînés Steinfeld à Suhr: neuf chambres et une nouvelle salle polyvalente en surélévation. Architectes: Hertig Noetzli Wagner Architekten, Aarau Photographe: Jiri Vurma, Aarau


Du confort à tout âge

En Suisse, l'acte de construire est lié à l'idée de long terme: nous construisons pour nos enfants et nos petits-enfants. Cependant, si nous considérons l'évolution de la courbe démographique en Suisse, nous devrions plutôt songer à construire pour nos aînés. En effet, les prévisions des statisticiens sont sans appel: d'ici à 2030, un quart de la population de notre pays sera constitué de personnes de plus de 65 ans, et beaucoup d'entre nous en ferons partie. L'espérance de vie de l'humain est en constante augmentation, grâce notamment aux progrès de la médecine. Arrivés à la fin de leur période d’activité professionnelle, les seniors commencent une ‹deuxième vie›. Ils réorganisent leur quotidien et leur espace domestique. Peu à peu, avec les années, leurs goûts, leurs habitudes et leur environnement social se modifient. Souvent, les logements sont devenus trop vastes et ne répondent plus aux besoins d’utilisateurs aux capacités physiques limités et à la mobilité réduite. Les marches d'escalier, les seuils de portes et autres obstacles sont autant d’entraves à leur indépendance. Et n'est-ce pas précisément cette indépendance qu’il est souhaitable de conserver le plus longtemps possible? Aujourd'hui, les lieux de vie répondant aux besoins spécifiques des seniors en matière de logement et de vie sociale sont en nombre insuffisant. De nouveaux logements appropriés à des personnes à mobilité réduite doivent être réalisés. Dans l’idéal, ces nouvelles constructions devraient respecter l’échelle humaine, être intégrées dans un tissu social favorable et abolir les barrières architecturales. Les structures d’hébergement existantes doivent, quant à elles, être adaptées aux tendances de plus en plus individualistes de notre société, ainsi, une proportion toujours plus importante de pensionnaires souhaite disposer d'une chambre particulière pour jouir d’une certaine intimité. Lorsqu'une personne prend de l’âge, elle a tendance à se retirer davantage dans sa bulle domestique. Ce refuge, rempli d'objets familiers et surtout de souvenirs, correspond à l'espace du logement, dont les parois, les fenêtres et la porte figurent la frontière entre ce lieu de quiétude et l’agitation extérieure. Plus que tout autre, la personne âgée a besoin de se sentir à l'aise entre ses quatre murs. Il se crée un rapport privilégié entre celle-ci et son environnement matériel quotidien: le choix des matériaux de construction et d'aménagement qui définissent cet espace de vie n'est donc pas anodin. La construction en bois possède de nombreux atouts pour la réalisation de logements pour personnes âgées. Matériau naturel et vivant, le bois, de même que les produits dérivés du bois, sont à même d'apporter ce sentiment de sécurité, de confort et de chaleur que les aînés recherchent dans leur espace de vie. Dans un autre domaine, les propriétés statiques

1274

du bois liées à son faible poids propre désignent favorablement ce matériau pour les travaux de surélévation de structures existantes. Les possibilités de préfabrication permettent par ailleurs de réduire notablement la durée du chantier et par conséquent les nuisances subies par les usagers des bâtiments rénovés. Du point de vue du développement durable, construire en bois est positif à bien des égards: utiliser du bois, c’est contribuer au bien-être des futurs habitants des maisons de retraite, c’est soutenir l’économie régionale et locale et enfin permettre le rajeunissement nécessaire de nos forêts. Ce numéro du Bulletin bois présente cinq réalisations contemporaines destinées à des personnes âgées ou à mobilité réduite. Le bois y a été utilisé selon différentes approches. Le choix d'utiliser un maximum de bois pour les deux immeubles d'habitation réalisés par la commune de Härkingen était d'ordre politico-économique. En effet, le maître d'ouvrage, propriétaire de nombreuses forêts, est également un important producteur de bois. Il était donc logique que, dans ce cas, il fasse largement appel à ce matériau renouvelable. Le vaste complexe de Bärau est composé de bâtiments aux affectations diverses. Les travaux de réaménagement prévoient la réalisation de sept bâtiments en ossature bois consacrés au logement de personnes âgées ou mentalement handicapées. Le système constructif choisi permet de réaliser les nouveaux immeubles étape par étape, assurant ainsi une rotation des locaux disponibles. Cette solution a permis de réduire la durée du chantier de deux ans par rapport à de la construction lourde. A Suhr, c’est en premier lieu pour des raisons de contraintes statiques au niveau des fondations que l’option d’une structure légère en bois a été retenue pour les travaux de surélévation du foyer Steinfeld. Cette solution a nécessité une approche spécifique du concept de protection incendie. Elle a également permis aux architectes d’exprimer lisiblement la différence entre ancien et nouveau grâce à un traitement particulier des façades. Bien que la structure porteuse de la maison de retraite de Wartau, dans le canton de Saint-Gall, soit en béton armé, une quantité importante de bois indigène a été utilisée dans l'aménagement intérieur. Ce choix a eu une influence décisive sur l’atmosphère qui se dégage des espaces de vie commune et des chambres. Les résidents peuvent ainsi développer une relation tactile, visuelle et olfactive avec le matériau bois. Enfin à Glaris, c'est avant tout pour des raisons liées au développement durable que les chambres de l'agrandissement de la maison de retraite s'Vreneli ont été réalisées en construction bois. Dans ce cas un concept particulier de protection incendie a également dû être développé. Joëlle Cornuz, Rédaction Bulletin bois


Immeubles pour personnes agées au Römerweg, Härkingen

Au cours des années 90, la municipalité de Härkingen a acquis une parcelle de 9800 m2 située au sud du village, le long du Römerweg. Elle souhaitait y construire des logements pour personnes âgées avec des loyers abordables afin de répondre à une demande récurrente de la population. A la fin 2002, un concours sur invitation réunissant quatre bureaux d'architecture a été lancé pour étudier un projet de construction sur une partie de ce terrain. La commune, propriétaire de forêts et productrice de bois, a manifesté son désir de voir des projets faisant la part belle au matériau bois. Le projet retenu a convaincu le jury tant par ses qualités architecturales que par ses réponses pertinentes aux exigences du maître de l'ouvrage. Sur la partie est du terrain, quatorze parcelles, destinées à des maisons individuelles ou mitoyennes, sont implantées le long d'une nouvelle voie de circulation perpendiculaire au Römerweg. Deux villas individuelles y ont déjà été construites. Sur la partie ouest, deux immeubles d'habitation sont implantés face à face, parallèlement au Römerweg. Une place engazonnée, située au-dessus du parking souterrain, sépare les deux blocs d’habitation. Le rez-de-chaussée et l'étage de chaque immeuble abritent dix logements de 2 1/2 et de 3 1/2 pièces, destinés aux personnes âgées ou à mobilité réduite et spécialement adaptés à leurs besoins. L’attique est occupé par deux appartements familiaux de 4 1/2 et 5 1/2 pièces; chacun dispose d'une vaste terrasse. Le sous-sol d’un des bâtiments comprend, en plus des caves et locaux techniques, une salle de rencontre, éclairée naturellement par une courette semi-enterrée. Ce local est mis à la disposition de la commune et des habitants du quartier. Ce premier immeuble

locatif a été achevé en septembre 2003. Le second pourra accueillir ses locataires à la fin mars 2005. Les deux bâtiments de couleurs vives, rouge et gris clair pour l’attique, et aux toitures plates s'intègrent avec simplicité dans l’environnement existant. Les logements, modernes et pratiques, sont orientés nord-sud. Chaque appartement du rez-de-chaussée et de l'étage dispose d'une loggia donnant sur la façade sud. Côté nord, les logements du rez-de-chaussée sont directement accessibles par l’extérieur, via un espace couvert privatif donnant dans un vestibule attenant à la cuisine. A l'étage, une coursive extérieure accessible par une cage d'escalier en béton avec ascenseur dessert les appartements. Les cuisines sont entièrement équipées et disposent d’un agencement pratique et rationnel. Des portes coulissantes sans seuils séparent les différentes pièces afin de faciliter les déplacements en chaise roulante. Tous les appartements sont équipés de placards. Le système constructif est composé d’une ossature bois de 60/160 mm isolée entre montants et, sur la face extérieure, d’un lattage horizontal de 60 mm également isolé offrant une enveloppe thermique homogène, efficace et performante. Les montants de l’ossature sont revêtus, sur chaque face, de panneaux à copeaux orientés de 15 mm d’épaisseur qui assurent le contreventement. Le revêtement des façades est constitué de panneaux de ciment armé aux fibres peints en rouge vif. Les parties en retrait – entrées, loggias et attique – sont peints en gris clair. Les fenêtres en bois métal sont peintes en noir ou en blanc à l'extérieur et enduites d'un vernis transparent à l'intérieur. Les parois et cloisons intérieures sont revêtues de panneaux de plâtre cartonné peints de couleur claire. Les planchers entre

étages ont également été préfabriqués et dotés d’une isolation intégrée posée entre solives. Une chape flottante avec chauffage au sol et revêtu d’un parquet en chêne vitrifié assure une bonne isolation phonique entre appartements. Les salles d'eau sont habillées d'un carrelage bleu et blanc non glissant. Les coursives extérieures ainsi que la terrasse de l’attique reçoivent un revêtement de sol en dalles de ciment. La forme concave de la toiture est donnée par une sous-construction de hauteur variable (100-320 mm) ventilée fixée sur la structure horizontale isolée de 280 mm d'épaisseur. Un lé bitumineux assure l’étanchéité de la couverture. Les eaux pluviales sont récoltées au centre de la toiture. La production de chaleur est assurée par un chauffage central avec chaudière au gaz alors que la production d’eau chaude provient de dix panneaux solaires disposés en toiture. Les deux immeubles sont pourvus du label Minergie. Une aération contrôlée permet de garantir la qualité de l'air intérieur, assurant ainsi un confort accru pour les habitants.

1275


Situation

Lieu Römerweg, 4624 Härkingen (SO) Maître de l'ouvrage Commune de Härkingen Architectes H & O Oegerli Brunner, dipl. Architekten SIA, Olten et Härkingen; collaborateurs: Markus Oegerli, David Brunner Ingénieur civil Rolf Grimbichler, Bauingenieurbüro HTL/STV, Rothrist et Olten Ingénieurs bois Pirmin Jung, Ingenieure für Holzbau GmbH, Rain; collaborateur: Martin Graf Entreprise bois Renggli AG, Schötz; collaborateur: Martin Jordi Paysagistes Scheider Landschaftsarchitekten BSLA, Olten Bois mis en œuvre (pour les deux étapes) Bois de structure: massif 39 m3, ossature 220 m3, bois lamellé-collé (BLC) 17 m3, lamellé chevillé 30 m3; Panneaux: trois plis 26 m3, à copeaux orientés (OSB) 72 m3, aggloméré 48 m3, de fibres diffusant 10 m3, contreplaqué 4 m3, plâtre cartonné 40 m3, de plâtre armé aux fibres 14 m3; Façade: panneau de ciment armé aux fibres 18 mm 1400 m2; Revêtement de sol: parquet chêne collé 8 cm 1'500 m2 Volume SIA 7860 m3 (1ère étape), 5433 m3 (2ème étape), 13 293 m3 (total) Prix/m3 SIA (CFC 2) CHF 536.– (1ère étape), CHF 612.– (2ème étape), CHF 567.– (total) Durée de construction Octobre 2002–octobre 2003 (1ère étape), juin 2004–mars 2005 (2ème étape)

Coupe longitudinale

Rez-de-chaussée

Etage

Attique

1276


Coupe transversale

1277


Composition cloison entre appartements: Panneau de plâtre cartonné 12,5 mm Panneau à copeaux orientés (OSB-3) 15 mm, avec joints étanches Ossature 80 x 80 mm/Isolation fibre minérale Panneaux carton plâtre 2 x 12,5 mm Isolation fibre minérale 50mm Ossature 60 x 100 mm/Isolation fibre minérale Panneau à copeaux orientés (OSB-3) 15 mm, avec joints étanches Panneau de plâtre cartonné 12,5 mm

Détail Coupe sur cloison intérieure

1278


Composition toiture: Lé bitumineux Lé d’étanchéité Lambrissage 27 mm Espace ventilé/Lattage 60 x 100-320 mm Frein-vapeur Panneau de fibres diffusant 15 mm Solivage 60 x 280 mm/Isolation fibre minérale Frein-vapeur Panneau trois plis 27 mm Composition façade attique (de l’int.): Panneau de plâtre cartonné 12,5 mm Frein-vapeur Panneau à copeaux orientés (OSB-3) 15 mm Ossature 60 x 200 mm/Isolation Panneau à copeaux orientés (OSB-3) 15 mm Isolation fibre minérale 60 mm Crépi

Composition terrasse attique: Plaque ciment 30 mm Gravier 30 mm Couche drainante/Lé d’étanchéité Isolation phonique 10 mm Isolation fibre minérale 120 mm Planches lamellée chevillée 160 mm Rails sur ressorts 27 mm/Isolation 25 mm Frein-vapeur Panneaux de plâtre cartonné 2 x 12,5 mm

Composition plancher: Parquet collé chêne 8 mm Chape ciment 65 mm Isolation phonique 30 mm Panneau aggloméré 25 mm Ossature 100 x 220 mm/ Isolation entre montants 60 mm Rails sur ressorts 27 mm Panneaux de plâtre cartonné 2 x 12,5 mm

Composition façade (de l’int.): Panneau de plâtre cartonné 12,5 mm Frein-vapeur Panneau à copeaux orientés (OSB-3) 15 mm Ossature 60 x 160 mm/Isolation Lattage horizontal 60 x 60 mm/Isolation Panneau à copeaux orientés (OSB-3) 15 mm Lattage vertical 30 mm Panneau de ciment armé aux fibres 18 mm

Détail Coupe sur façade sud

1279


Logements contemporains au foyer de Bärau

Depuis plus de 200 ans, le village de Bärau, situé au cœur du paysage rural et vallonné de l'Emmental, a pour vocation d’accueillir les handicapés et des personnes âgées. Organisé depuis 1963 sous la forme d'un village dans le village, le foyer de Bärau offre un hébergement et un encadrement à près de 350 résidents, essentiellement des personnes âgées ou mentalement diminuées. Dans cet ensemble de bâtiments, un groupe de cinq habitations en maçonnerie nécessitait des travaux de rénovation importants. De plus, l’organisation de leurs espaces intérieurs ne correspondait plus à la philosophie actuelle de soins et d'encadrement du foyer. La coopérative qui gère l’établissement a donc décidé de démolir ces bâtiments pour les remplacer par des constructions en ossature bois répondant aux exigences du standard Minergie. Le foyer de Bärau a comme objectif de permettre à ses résidents de bénéficier d’une vie la plus normale possible, en dépit de leur handicap. Des mesures déterminantes sur le plan de l’architecture soutiennent ce dessein. Le projet d'assainissement comprend sept nouveaux bâtiments, tous du même type, soit deux habitations de plus qu’auparavant. Ces nouvelles constructions abritent au total 140 chambres, elles font référence par leurs dimensions et leur expression architecturale, à de l'habitat ‹ordinaire›. Le concept spatial des logements se base sur une progression allant du plus public au plus privé. Ainsi, les chambres (22,8 m2) dotées chacune d'une salle de bain individuelle et d’un balcon représentent la sphère privée de chaque résident du

foyer. Elles sont disposées par paire autour d’un espace de séjour commun semi-privé. Chaque niveau est une entité au centre duquel se trouve une salle à manger et une pièce communautaire. Les équipements, les pièces de service ainsi qu’une terrasse en toiture sont à la disposition de tous les résidents. Les espaces entre les maisons sont semi-publics alors que le bâtiment principal où se situe l'accueil et la cafétéria est librement accessible aux visiteurs. Afin de ne pas perturber exagérément l'exploitation du foyer, les travaux se déroulent en quatre étapes sur une période de trois ans et demi (2003–2006). Les travaux ont été organisés de façon à ce qu'aucun résidant ne soit contrait de loger hors du foyer et que chacun n’ait à déménager qu'une seule fois. La planification des travaux a permis de disposer à chaque étape d’une maison d’avance pour reloger les pensionnaires. Le maître de l'ouvrage a opté pour le matériau bois en raison de l’influence favorable de ce type de construction sur la durée des travaux et à cause de la réduction des nuisances sur le chantier que permet la préfabrication. L'établissement a ainsi pu minimaliser l’impact des travaux sur le fonctionnement de la communauté. En comparaison, le même projet réalisé en construction lourde, avec les mêmes conditions cadres sur le plan logistique, aurait duré deux ans de plus. Le fait que la construction en bois soit une tradition vivante dans l’Emmental et qu’une construction moderne en bois, dotée d’un excellent rendement énergétique permettant au maître de l’ouvrage de matérialiser l'image de

précurseur qu’il cherche à donner au foyer, ont également influencé ce choix. Lorsque cela s’est avéré possible, les soussols des maisons existantes ont été conservés pour servir de soubassement aux nouvelles habitations en bois. La structure porteuse des nouvelles maisons est constituée d’une ossature en sapin de 60 x 220 mm avec isolation en laine minérale intégrée pour les murs porteurs et de 60 x 120 mm pour les cloisons intérieures. Cette ossature est revêtue sur une face d’un panneau de plâtre armé aux fibres et, côté intérieur, d'un panneau de plâtre cartonné. Pour améliorer l’isolation phonique entre les chambres et les espaces communs, les cloisons sont composées de façon asymétrique. Une des faces comporte une couche isolante supplémentaire de 30 mm et une double couche de panneaux de plâtre cartonné. Les plafonds suspendus des espaces communautaires sont constitués de panneaux acoustiques perforés. Les façades sont ventilées et revêtues d’un bardage horizontal à clin de 24 mm d'épaisseur avec feuillure ; elles sont enduites d'une lasure à pigmentation claire. Un concept de protection incendie spécifique a été exigé de la part de l'établissement cantonal d'assurance incendie. Des systèmes de sprinklers et de détection de fumée ont été installés dans toutes les pièces. Par ailleurs, chaque maison est divisée en plusieurs compartiments coupe-feu dont les éléments de cloisons et de planchers possèdent une résistance au feu de 60 minutes. Toutes les maisons répondent aux exigences du standard Minergie.

Situation Tannenhaus et Ulmenhaus, réalisé Ahornhaus et Arvenhaus, en cours Eschenhaus et Vorderboden, en projet (réalisation 2005) Hinterboden, en projet (réalisation 2006)

1280

Coupe transversale

Coupe longitudinale


Attique

Etage

Rez-de-chaussĂŠe

1281


Lieu Bäraustrasse 71, 3552 Bärau (BE) Maître de l’ouvrage Coopérative du foyer de Bärau Entreprise générale Renggli AG Generalunternehmung, Sursee Ingénieurs bois Makiol + Wiederkehr, Beinwil am See Entreprise bois Renggli AG Holzbau, Schötz Bois mis en œuvre Bois de structure: ossature 1085 m3; Panneaux: à copeaux orientés (OSB) 15 mm 2450 m2, trois plis 16 100 m2, de ciment armé aux fibres de bois 15 mm 27 650 m2, de plâtre cartonné 12,5 mm 19600 m2 et 18 mm (protection incendie) 8400 m2, aggloméré 25 mm 2100 m2 et 15 mm 2800 m2; Façade: lambrissage 24 mm 4450 m2; Isolation thermique 2660 m3 Volume SIA 49 900 m3 Surface d'étage brute 11 000 m2 Coûts de construction (CFC 2) CHF 35 millions (sans sous-sol) Durée de construction 6,5 mois par unité de bâtiment Années de construction 2003–2006 en quatre étapes Foyer de Bärau Etat existant

1282


Composition toiture (sans terrasse): Végétation extensive 70 mm Feuille de protection et lé d’étanchéité Panneau aggloméré 22 mm, hydrofuge Espace ventilé/Lattage 60 x 160–200 mm Panneau de fibres diffusant 15 mm Nervure épicéa 60 x 280 mm/Isolation laine minérale Panneau trois plis 27 mm Frein-vapeur Panneau de plâtre armé aux fibres 18 mm Vide d'installation/Isolation laine minérale 40 mm Panneaux de plâtre cartonné 2 x 12,5 mm Composition façade (de l’int.): Panneau de plâtre armé aux fibres 12,5 mm Frein-vapeur Panneau de plâtre armé aux fibres 15 mm Ossature 60 x 220 mm/Isolation laine minérale Panneau de plâtre armé aux fibres 15 mm Espace de ventilation 27 mm Bardage à clin avec feuillure 24 mm, peinture couvrante Composition plancher: Revêtement de sol 10 mm Chape anhydrite 50 mm Isolation phonique 20 mm Mousse de polystyrène expansé 50 mm Elément à caissons: Panneau trois plis 27 mm Nervure épicéa 80 x 260 mm/Isolation laine minérale 60 mm Panneau trois plis 27 mm Panneau de plâtre armé aux fibres 18 mm Vide d’installation/Isolation laine minérale 40 mm Panneaux de plâtre cartonné 2 x 12,5 mm

Détail Coupe verticale sur façade

1283


Foyer pour aînés Steinfeld, Suhr

Les premiers bâtiments du foyer pour personnes âgées Steinfeld, situé dans la localité de Suhr, ont été construits en 1961 et ont connu, par la suite, plusieurs étapes d'agrandissement et d'adaptation. La dernière en date, achevée en 2003, a consisté, d'une part, à surélever le bâtiment principal d'un étage afin de réaliser quinze chambres individuelles supplémentaires, d'autre part, à édifier une salle polyvalente au-dessus de la salle à manger existante. A l’occasion de ces travaux, un réaménagement des jardins entourant l'établissement a pu être réalisé. Partant du constat qu’un nombre toujours croissant de pensionnaires souhaitaient disposer d'une chambre individuelle, la fondation chargée de la gestion du foyer Steinfeld a converti presque toutes les chambres doubles en chambres individuelles. Pour compenser le déficit en lits que représentait cette modification, elle a décidé de surélever ce même bâtiment d'un étage afin de créer quinze nouvelles chambres et retrouver son entière capacité, mais dans de meilleures conditions de confort. Une chambre double destinée aux couples a néanmoins été conservée à chaque étage. Les pensionnaires peuvent désormais aménager leur chambre à leur convenance, avec leur propre mobilier. Chaque chambre est pourvue d'un local sanitaire avec douche et WC. Afin de réduire les déplacements et d'améliorer le confort des locataires qui souhaitent prendre l'air sans devoir sortir du bâtiment, à chaque étage, des balcons-terrasses couverts, accessibles depuis les espaces de circulation, ont été créés dans le prolongement de la façade sud. La partie est de l’aile administrative a été rehaussée d’un étage pour accueillir une salle polyvalente. Le foyer, des locaux techniques ainsi qu’une salle de conférence et un bureau trouvent également place à ce

niveau. Une rampe, destinée au personnel, relie le foyer à un palier intermédiaire de la cage d'escaliers existante. La création de ce nouvel étage a eu des répercussions positives sur le rez-de-chaussée. La salle à manger est devenue plus spacieuse, de même que la cafétéria, lieu privilégié pour les contacts entre les pensionnaires et leurs proches. La cuisine professionnelle a été modernisée et mise aux normes d’hygiène en vigueur. Sous la cafétéria, une partie nouvellement excavée a permis d'aménager un espace de thérapie, un dépôt pour les lits et une chambre funéraire. Le bois, matériau léger, a été choisi pour les travaux de surélévation en raison des importantes contraintes statiques que ce type d’intervention exerce au niveau des fondations. Par ailleurs, les travaux devant se dérouler sans interrompre l'exploitation de l'établissement, la préfabrication en atelier des éléments de construction en bois et leur montage rapide sur le chantier ont constitué des avantages non négligeables pour garantir le bien-être des pensionnaires et du personnel. L'ensemble des transformations a nécessité l'élaboration d'un concept de protection incendie spécifique. La surélévation des chambres du quatrième étage a été réalisée en construction bois. Cette partie du projet héberge en permanence des personnes à mobilité réduite. Chaque chambre est dès lors conçue comme un compartiment coupe-feu avec les éléments de construction F60 et les portes T30. La composition des cloisons entre les chambres est une ossature en bois avec de la laine minérale intégrée entre montants, revêtue sur chaque face d'une double couche de panneaux de plâtre armés aux fibres. Un solivage, posé sur la toiture plate existante, contient les installations techniques et les réseaux. La structure porteuse de la toiture plate, couverte d'une végétation extensive, est constituée d'un panneau à nervures

isolé. Au plafond, la texture du panneau trois plis, enduit d'une lasure blanche, est visible. Les éléments de façades sont composés d'une ossature isolée, contreventée sur chaque face par un panneau trois plis. Les faces intérieures, enduits de la même lasure que le plafond, sont également apparentes. Des portes-fenêtres en bois métal, avec balcons à la française, permettent aux personnes alitées de bénéficier pleinement de la vue. Les sols des chambres et du corridor sont revêtus de linoléum gris, respectivement vert. Un système constructif identique a été retenu pour la surélévation de l'aile administrative. Les fondations ont du être renforcées. La toiture existante ne pouvant supporter de surcharge, une structure horizontale composée d'éléments à caissons d'une portée de 10,5 m a été posée pardessus. La composition de la façade est identique à celle de l'étage des chambres. Les faces intérieures sont claires alors que le linoléum du sol est rouge, le plafond, de type acoustique, est revêtu de plaques de plâtre perforées. La surface supérieure du toit, visible depuis les étages des chambres, est constituée d'une couche de végétation extensive. Du point de vue de l’expression du bâtiment, les architectes voulaient exprimer la lisibilité des différentes interventions, distinguant ces dernières du bâti existant par des façades légères ventilées en panneaux de couleur. L'étage des chambres ainsi que la liaison entre le bâtiment principal et la salle polyvalente sont revêtus de plaques de fibrociment de couleur anthracite. Le volume comprenant la salle à manger et la salle polyvalente est revêtu du même matériau mais de couleur rouge vif. Avec sa façade sud entièrement vitrée, il représente un lieu d'attraction pour les usagers du parc qui, par beau temps, viennent se délasser sous le généreux auvent de la terrasse.


Situation

Lieu Buchserstrasse 20, 5034 Suhr (AG) Maître de l’ouvrage Fondation Foyer pour personnes âgées Steinfeld, Suhr Architectes Hertig Noetzli Wagner Architekten, Aarau Ingénieurs civils Bodmer Matter Healy, Aarau Ingénieurs bois Makiol + Wiederkehr, Beinwil am See; collaborateur: Beat Bart Ingénieurs CVSE Bösch AG, Aarau Entreprise bois Schäfer Holzbautechnik AG, Aarau Bois mis en œuvre (pour les deux transformations) Bois de structure: massif encollé 106 m3, bois lamellé-collé (BLC) 17 m3; Panneaux: contreplaqué 33 mm 943 m2, trois plis 27 mm 620 m2, trois plis (visible) 27 mm 1074 m2, aggloméré 30 mm 426 m2, de ciment armé aux fibres 15 mm 1991 m2, de fibres diffusant 16 mm 388 m2, lambrissage toiture 16 mm et 27 mm 1333 m2 Volume SIA 5900 m3 Prix/m3 SIA (CFC 2) CHF 597.– Durée du projet Mars 2001–mai 2002 Durée du chantier Mai 2002–mars 2003


Coupe transversale

1er étage

4ème étage


Composition toiture: Végétation extensive 80 mm Feuille de protection et lé d’étanchéité Lambrissage 27 mm Panneau à nervures: Nervures 60 x 400 – 500 mm/Panneau de fibres isolant 35 mm avec rainures en v/Isolation flocons de cellulose entre nervures 200 mm Panneau contreplaqué 33 mm, étanche à l’air Plafond suspendu Composition cloison: Panneau trois plis 27 mm, visible Panneau de plâtre armé aux fibres 15 mm Ossature 60 x 145 mm/Isolation fibre minérale entre montants 80 mm Panneau de plâtre armé aux fibres 15 mm Isolation fibre minérale 20 mm Panneau de plâtre armé aux fibres 15 mm Ossature 60 x 160 mm/Isolation fibre minérale entre montants 80 mm Panneau de plâtre armé aux fibres 15 mm Composition plancher: Revêtement de sol Panneau aggloméré 25 mm Isolation phonique 30 mm Elément à caissons: Panneau contreplaqué 33 mm Nervures 60 x 500 mm/Isolation flocons de cellulose entre nervures 200 mm Panneau contreplaqué 33 mm

Détail Coupe sur cloison entre chambres 1ème étage

Composition toiture: Végétation extensive 100 mm Feuille de protection et lé d’étanchéité Lambrissage 27 mm Espace ventilé/Lattage 60 x 80 –140 mm Frein-vapeur Sous-toiture 16 mm Panneau à nervures: Solivage 80 x 180 mm/Isolation flocons de cellulose Panneau trois plis 27 mm, visible et étanche à l’air Composition façade (de l’int.): Panneau trois plis 27 mm, visible et étanche à l’air Ossature 60 x 160 mm/Isolation flocons de cellulose Panneau de fibres diffusant 16 mm Lattage vertical 40 mm Panneau de façade 8 mm Composition plancher: Elément de plancher en panneaux de plâtre armé aux fibres 2 x 12,5 mm Isolation phonique 30 mm Panneau aggloméré 30 mm Solivage 80 x 160 mm Latte transversale de nivellement 50 x 160 mm Joint 60 –160 mm Dalle béton existante

Détail Coupe sur façade 4

ème

étage

1287


Maison de retraite de Wartau, Azmoos

En 1999, la commune saint-galloise de Wartau organisait un concours d'architecture pour la réalisation d'une maison de retraite. Le programme du concours demandait une proposition économique, tant sur le plan de la réalisation que sur celui de l’entretien et de l’exploitation, pour le futur établissement. Si le processus de production se devait d’être rationnel et efficace, la nouvelle maison de retraite devait toutefois offrir aux futurs pensionnaires des conditions propres à leur procurer un cadre de vie chaleureux et faisant référence à un environnement connu. En avril 2000, le jury délibérait et, au mois de novembre, la commune donnait son feu vert à un projet moderne et novateur, entièrement réalisé en béton mais qui, cependant, faisait aussi la part belle au bois. Le projet lauréat interprète avec grande finesse la structure historique et architecturale du village. Autour de la parcelle sur laquelle s'implante le nouveau bâtiment, le tissu existant est composé de nombreuses maisons de village à la fois simples et sobres mais également parfois richement ornementées. La nouvelle construction s'insère entre la zone dense du centre et la partie située au nordouest du village. L’infléchissement de la route communale crée un décrochement qui définit une nouvelle place délimitée par les bâtiments existants et la maison de retraite. Le bâtiment apparaît comme une seule entité,

1288

composée de l’emboîtement de différents volumes faisant écho aux gabarits des constructions voisines. Des différences de hauteur, des avancées ou des retraits définissent les façades en fonction de leurs vis-à-vis. Ainsi, la façade sud-ouest, donnant sur la place du village, comporte trois niveaux, alors qu’à l'est, celle orientée vers les champs atteint cinq niveaux. Les parties en saillie ou en retrait reprennent par leurs proportions et leurs dimensions des éléments architecturaux marquants des bâtiments environnants. Quant au choix des matériaux, la structure et l’enveloppe du nouveau bâtiment ont été réalisés en béton apparent de couleur gris clair, par analogie à la teinte des bâtiments existants cernant la place du village. Les encadrements des grandes baies vitrées ainsi que les portes sont en bois naturel. Le rez-de-chaussée accueille les parties accessibles au public et les espaces communs comme la cafétéria, la grande salle polyvalente, une cuisine professionnelle, une partie de l'administration communale et un petit magasin d'alimentation. A chaque étage, les chambres des résidents, réparties en trois groupes, sont disposées autour de l’espace de distribution central, qui rappelle à sa manière une place de village. Les pièces orientées au sud sont de proportion étroite et allongée. Elles disposent d'un ensoleillement optimal, alors que celles regardant vers le nord-ouest sont plus larges, de proportion carrée et jouissent de la vue sur le verger et les champs.

Les espaces de distribution et de circulation, à l’image des façades, sont traitées de façon minérale et sévère alors qu’il se dégage des chambres et des pièces communes une impression de confort douillet découlant du fait que ces pièces sont entièrement revêtues de bois du sol au plafond. Ce contraste volontaire entre les surfaces en bois et celles en béton apparent renforce le caractère privé et intime des chambres par rapport à celui plus public des espaces du rez-de-chaussée et de circulation. Près de 175 m3 de sapin blanc indigène ont été récoltés et transformés dans la région de Wartau. Le revêtement des parois et des plafonds est constitué d'un lambrissage rainécrêté de 70 x 20 mm posés sur un lambourdage de 40 x 40 mm. Le revêtement de sol est constitué d’un parquet en frêne naturel raboté de 23 mm d’épaisseur, posé sur un lattage croisé de 50 x 50 mm. Le vide entre les lattes a été comblé par de l'isolation en flocons de cellulose. Les fenêtres ont été réalisées en épicéa naturel et les portes des chambres en contreplaqué de frêne offrant une résistance au feu de 30 minutes (T30). L'atmosphère qui se dégage des chambres rappelle la ‹Stube›, cette pièce de séjour et de réception typique des anciennes maisons paysannes de la région. Cette volonté de faire un lien avec la tradition se retrouve dans les images sérigraphiées figurant sur les grandes portes métalliques qui dissimulent les gaines techniques, le long du couloir de distribution.


Post / Ba nk

Situation

Lieu Poststrasse 52, 9478 Azmoos (SG) Maître de l'ouvrage Commune politique de Wartau, 9478 Azmoos; Président du conseil: Beat Tinner Architecte Hubert Bischoff, Architekt BSA, Wolfhalden; collaborateur: Jvo Walt Ingénieur civil Gabathuler AG, Buchs Entreprises bois sous la direction de Schmidt Holzbau AG, Trübbach; Otto Bärtsch, Trübbach; Peter Höhener, Oberschan; Willi Leuzinger, Weite; Franz Marty, Azmoos; Walter Schlegel, Trübbach Fournisseurs de bois Service des forêts de Wartau, Azmoos (grumes); Peter Lippuner & Co, Gams (scierie); Lüchinger AG, Mels (raboterie) Bois mis en œuvre 175 m3 de sapin blanc récolté et transformé dans la région; Lambrissage sapin blanc 20 mm: plafond 3000 m2, paroi 1800 m2; Revêtement sol: parquet raboté frêne naturel 23 mm 1800 m2 Volume SIA 18300 m3 Prix/m3 (CFC 2) CHF 620.– Durée de construction Août 2001– décembre 2003

1289


Rez-de-chaussée

1er et 2ème étage

Attique

1290


Centre pour retraités s’Vreneli, Glaris A l’origine, la maison de retraite s’Vreneli était destinée à des personnes âgées de niveau aisé. Elle a été construite il y a près de quatre-vingts ans sur un terrain en pente dans les hauts de la ville de Glaris non loin d’un second foyer nommé ‹Höhe›. A la fin des années '90, la décision a été prise de transférer le second foyer sur le terrain de la maison s’Vreneli afin de rationaliser l’exploitation des deux établissements. Un nouveau bâtiment comprenant 36 chambres entièrement équipées a donc été réalisé et les chambres du foyer existant transformées afin de répondre aux normes actuellement en vigueur. Pour des raisons liées à la sauvegarde du patrimoine régional et historique, l’agrandissement a pris la forme d’un volume indépendant, implanté au sud de l’édifice datant du début du XXe siècle. Celui-ci, classé monument historique, conserve ainsi son unicité et son caractère représentatif. Le nouveau hall d’entrée commun a été aménagé dans l’agrandissement, de plein pied avec la place extérieure, facilitant ainsi l’accès aux personnes à mobilité réduite. La liaison entre les deux corps de bâtiment se fait au niveau du sous-sol, dans le prolongement d’une partie enterrée située le long de la façade nord-ouest. La différence de niveau entre les deux constructions, est compensée par une volée d’escalier et par un ascenseur à double entrée qui distribue les trois niveaux de l’ancien bâtiment. Par déférence envers l’édifice existant et pour des raisons d’économies d’énergie, le nouveau bâtiment présente un aspect sobre et compact. Les façades, bien que largement vitrées, font la part belle au bois.

Chacun des trois étages comporte une série de douze chambres, orientées au sud-est et au sud-ouest, bénéficiant de l’ensoleillement et de la vue. Les équipements de soins et de services donnent au nord. Au centre, l’espace de distribution est traversé par un puits de lumière. Le rez-de-chaussée abrite une cuisine professionnelle ainsi que des espaces communautaires. Afin de minimiser l’usage des énergies non renouvelable tant pour la construction que lors de l’exploitation, un maximum de bois a été mis en œuvre. Cette volonté du maître de l’ouvrage est le résultat d’une réflexion globale sur la notion de développement durable mais également parce que, selon l’architecte: ‹Dans ce pays, les acteurs de la filière du bois sont compétents, créatifs et innovateurs›. Pour cette construction à quatre niveaux affectée aux soins de personnes, la réalisation d’une structure porteuse et d’une enveloppe extérieure en bois présentait une certaine complexité sur le plan de la protection incendie. Une coopération étroite entre les planificateurs et les autorités concernées a été essentielle pour réussir à élaborer un concept de protection incendie adéquat. Diverses mesures préventives ont dû être appliquées: des systèmes de sprinklers et de détection de fumée ont été installés dans toutes les pièces, le puits de lumière a été entièrement et hermétiquement clos par un vitrage, la partie accessible des gaines techniques a reçu un revêtement F60 et les espaces de circulation répondent aux prescriptions pour chemins de fuite. Les cloisons entre les pièces ainsi que les planchers d'étage présentent une résistance au feu de 60 minutes. Les revêtements de façade, réalisés sur les quatre ni-

veaux avec un lambrissage en bois horizontal ajouré, comportent à chaque étage une interruption coupe-feu dans le vide de ventilation. Afin de répondre aux exigences en matière de protection incendie et d’isolation phonique, les cloisons entre les chambres ont une composition asymétrique. L’ossature en bois d'une épaisseur de 140 mm comprend une isolation intégrée de 80 mm. Elle est revêtue sur une face de deux couches de panneau de plâtre armé aux fibres et, sur l’autre face d’une simple couche de ces panneaux sur lequel vient se greffer un parement composé d’une couche de laine minérale revêtue de deux couches de panneaux de plâtre cartonné. Les façades sont composées d'une ossature en bois (180 mm) avec isolation intégrée. Chaque face est revêtue d’un panneau de plâtre armé aux fibres, protégé à l'extérieur par un lambrissage ventilé en épicéa brut de sciage peint en rouge. Les planchers entre étages sont constitués de solives en bois lamellé-collé lestées de dalles de ciment et d’une isolation de 80 mm. Au sol, une couche d'isolation phonique et une chape de ciment avec chauffage au sol repose sur le solivage. Le revêtement de sol est constitué d'un parquet collé en érable dans les chambres, en chêne dans les couloirs. Toutes les portes (T30) et les embrasures (F60) sont également réalisées en chêne. La structure porteuse de la toiture plate est constituée d'un solivage en bois lamellé-collé, revêtu d’un panneau trois plis. Une première couche d'isolation de 80 mm est posée directement sur le panneau trois plis. Une deuxième couche d'une épaisseur de 120 mm est, quant à elle, placée au-dessus du lé d'étanchéité. Une couche de végétation extensive de 70 mm sert de lest et empêche la condensation en cas d'eau de pluie froide.

1291


Lieu Oberdorfstrasse 42, 8750 Glaris (GL) Maître de l’ouvrage Communes de Glaris et de Riedern Architectes Herbert Oberholzer, Architekt BSA/SIA, Rapperswil; Responsable: Daniela Oberholzer, Architektin FH Direction des travaux Aschmann Ruegge Architekten AG, Glaris Concept protection incendie Makiol + Wiederkehr, Beinwil am See Entreprise bois ARGE Bernold AG, Riedern und Noser Holzbau AG, Mitlödi Bois mis en œuvre Bois de structure: massif 42 m3, BLC 47 m3; Panneau trois plis 27 mm 390 m2; Parquet collé: érable 8 mm 815 m2, chêne 8 mm 1260 m2; Façade: épicéa 22 mm brut de sciage peint 935 m2 Volume SIA 14530 m3 Prix/m3 SIA (CFC 2) CHF 675.– Durée de construction Décembre 2001– octobre 2003

Situation

1292


Coupe transversale

Rez-de-chaussée

1er – 3ème étage

1293


Composition toiture:

Composition cloisons:

Végétation extensive 70 mm

Panneaux de plâtre armé de fibres 2 x 12,5 mm

Couche de protection

Ossature 60 x 140 mm/

Isolation en mousse de polystyrène (XPS) 120 mm

Isolation entre montants 80 mm

Lé d'étanchéité PBD double couche

Panneau de plâtre armé de fibres 12,5 mm

Isolation en mousse de polystyrène (EPS) 80 mm

Panneau laine minérale 35 mm, fixé sur ressorts

Pare-vapeur

Panneaux plâtre cartonné 2 x 12,5 mm

Panneau trois plis 27 mm Joint Solivage 140 x 200 mm

Composition façade (de l’int.):

Lattage 24 mm

Panneau de plâtre armé de fibres 15 mm

Panneau de plâtre cartonné 15 mm

Ossature 60 x 180 mm/Isolation Panneau de plâtre armé de fibres 15 mm, imprégné

Composition plancher:

Vide de ventilation 24 mm (coupe-feu

Parquet érable (ou chêne)

en laine de roche 30 mm à chaque étage)

Chape ciment 80 mm, avec chauffage au sol

Lambrissage ajouré horizontal 22 mm,

Isolation phonique 20 mm

peinture couvrante

Solivage BLC 160 x 220 mm/Dalles Détail

de ciment 500 x 500 x 50 mm/

Détail

Coupe verticale sur façade

Isolation entre poutres 80 mm

Coupe horizontale sur façade

Lattage suspendu sur ressorts Panneau plâtre cartonné 18 mm

1294


IsomĂŠtrie

1295


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno

Responsable Roland Brunner Rédaction Roland Brunner, Lignum, André Carlen et Joëlle Cornuz, Lignum-Cedotec

Falkenstrasse 26 CH-8008 Zurich Tél. 044 267 47 77 Fax 044 267 47 87 info@lignum.ch www.lignum.ch

Conception graphique BN Graphics, Zurich

En Budron H6, CP 113 CH-1052 Le Montsur-Lausanne Tél. 021 652 62 22 Fax 021 652 93 41 info@cedotec.ch

Bulletin bois, septembre 2004 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur

1296

Photographies Dominique Marc Wehrli, Zurich (Immeubles Römerweg); Bruno Meier, Sursee (Logements Bärau); Jiri Vurma, Aarau (Foyer Steinfeld); Ralph Feiner, Malans (Maison Wartau); Hannes Henz, Zurich (Centre s'Vreneli)

Administration, abonnements, expédition Andreas Hartmann, Lignum Impression Kalt-Zehnder-Druck, Zug

ISSN 1420-0252 Le Bulletin bois paraît quatre fois par année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 15.– Classeur (10 Exemples) CHF 80.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications. Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement.

Les droits pour la publication des différents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.


Bulletin bois 72/2004