__MAIN_TEXT__

Page 1

Bulletin bois 128/2018 En mouvement ‹Arena Crap Gries›, Schluein ‹Base Camp›, Les Houches (F) ‹Nordic House›, stade de biathlon Lenzerheide, Lantsch/Lenz Pavillon et restaurant du golf, Holzhäusern Maison des Compagnies, Meyrin Hangar à bateaux du club d’aviron, Soleure

Le pavillon instaure un dialogue avec son environnement grâce aux portiques qui structurent les espaces extérieurs et identifient différentes aires d’activités protégées du mauvais temps. Architecte: Fahrni Partner Architekten GmbH, Lucerne


Le pouvoir du moment présent Le geste, qu’il soit déliement ou contraction, offre une manière d’expérimenter l’espace et notre environnement. Au sein de bâtisses en bois à l’architecture contemporaine ou d’ouvrages rénovés avec soin, le bois est aujourd’hui comme hier une matière vivante qui nous accompagne vers la prise de conscience de notre corporalité. Sa nodosité, sa rugosité ou au contraire sa douceur forment un cadre privilégié à toutes les activités que nous aimons mener, la danse, l’aviron, le football, l’alpinisme, le golf ou le biathlon. Par le mouvement et durant l’effort, nos perceptions s’aiguisent et nos sens s’éveillent. Motion et émotion se mêlent alors, nous projetant avec bonheur et intensité dans le moment présent. A travers les exemples que vous découvrirez dans ces pages, le bois apparaît comme le fidèle compagnon de ces moments de grâce.

Audanne Comment et Roland Brunner Communication technique Lignum

‹Arena Crap Gries›, Schluein La tribune bordant le terrain de football à Schluein illustre parfaitement le potentiel du bois pour réaliser des ouvrages simples et fonctionnels. Sa conception qui intègre une grande part d’auto-construction valorise l’implication d’une communauté pour bénéficier d’une magnifique infrastructure à un prix plancher. L’Union sportive Schluein-Ilanz est devenue la plus grande équipe de football de la région Surselva, après la fusion des deux clubs issus des communes de Schluein et Ilanz. Cependant, l’infrastructure sportive décatie n’était plus à la hauteur des nouveaux enjeux. L’architecte en charge du projet, par ailleurs gardien de l’équipe, a mis l’accent sur une installation sportive fonctionnelle, favorisant les liens sociaux noués autour du terrain. Son objectif était d’offrir une construction qui remplît de fierté les joueurs et leurs supporters, et fût favorablement accueillie par la population de la région. Des ressources financières limitées allaient impliquer une contribution directe des membres pour réaliser l’ouvrage rêvé par l’Union sportive Schluein-Ilanz. Ainsi, l’architecte développe une organisation simple du plan et évite toute complexité constructive. L’assemblage des éléments composant la tribune favorise par ailleurs une grande part d’auto-construction. L’ouvrage borde le long côté du terrain et forme un écran protecteur face à la route qui mène à la gravière voisine, en bordure du Rhin. Positionnée dans l’axe central du terrain, la tribune définit clairement deux zones fonctionnelles. Le terrain de jeux est ainsi protégé des nuisances sonores et de la poussière, et les spectateurs sont entièrement concentrés sur le jeu, accompagnés par les commentaires des uns et des autres. La matérialité des façades renforce cette idée de séparation – un grossier crépi est apposé du côté de la route, du fleuve et de la gravière, tandis que les tons blonds et

3074

chaleureux du bois se révèlent face au terrain de sport. Les vestiaires, des sanitaires, les douches des joueurs et des arbitres sont placés de plain-pied avec le terrain, un garage mène vers un local qui sert à stocker les équipements sportifs et les sièges. Le niveau supérieur accueille le foyer du club équipé d’un bar et d’une cuisine, prolongé par une terrasse couverte avec accès à la tribune. Au plafond du salon, des carrelets fixés à un panneau trois plis sont entourés de laine de mouton. Ils forment une surface irrégulière expressive tout en modulant le niveau sonore. Dès la phase initiale du projet, le choix est porté sur des matériaux durables issus de la région et s’appuie sur les compétences des membres, de leurs familles et des entreprises locales. Ainsi, sur le socle en béton et en briques monolithiques prend appui une construction réalisée en épicéa et sapin massif. Le béton et le crépi à la chaux fabriqué sur place utilisent les graviers de l’exploitation voisine. Le bois quant à lui provient des forêts grisonnes. Il a été abattu et séché l’année précédant le début du chantier. La pierre habillant le salon et le bar, les douches et les toilettes sont en quartzite de Vals. Le recours à du bois massif permet de maintenir l’activité dans la région tout en conservant localement la valeur ajoutée. La structure est solide, adoptant une épaisseur qui invite au toucher. En toiture, la portée limitée à 13 m découle de la dimension des grumes fournies par les scieries grisonnes. Des entailles de décharge sont pratiquées dans les troncs afin d’éviter une fissuration aléatoire lors du séchage qui pourrait altérer leur fonction statique. Les poutres sont reliées entre elles par des vis entièrement filetées, résistantes au cisaillement. Les poteaux en bois sont réalisés en quatre parties réassemblées, afin d’obtenir une section transversale suffisante, en partant de dimensions limitées.

La tribune est en activité du printemps jusqu’à la fin de l’automne. Avec une bonne isolation et une casquette suffisante qui ombre les grandes surfaces vitrées, la demande en énergie est minimale. Dès lors, une pompe à chaleur air-eau combinée à un chauffage au sol suffit à couvrir les besoins durant les quelques jours froids de l’entre-saison. Durant l’hiver, le volume est simplement tempéré. La tribune de l’‹Arena Crap Gries› respecte les préceptes d’un développement durable à bien des égards: par l’utilisation de matériaux régionaux; par l’attribution des travaux à des entreprises locales; et par une architecture qui reflète et assume ces postulats. De plus, le soutien des gens de la région et leur identification au projet en fait une œuvre collective. D’ailleurs, ce sont plus de 6000 heures de travail qui ont été effectuées en bénévolat par les membres du club et leurs familles. L’appui de plusieurs communes voisines et les nombreux sponsors qui se sont manifestés reflètent également ce sens de la communauté. La qualité de l’équipement sportif en main de l’Union sportive Schluein-Ilanz est si exceptionnelle qu’elle a même séduit le SV Hamburg et l’équipe nationale d’Autriche qui s’y sont entraînés, impliquant de belles retombées publicitaires pour la région.


Situation

3075


3076


Coupe transversale

20 m

Niveau 0

Niveau +1

3077


Lieu Via Isla, 7151 Schluein Maître d’ouvrage Union sportive Schluein-Ilanz Architectes Jan Berni, architecte dipl. ETH, Ilanz, et Georg Krähenbühl, architecte dipl. ETH/SIA, Davos Ingénieur bois Walter Bieler AG, Bonaduz Construction bois Coray Holzbau AG, Ilanz Bois mis en oeuvre environ 110 m3 épicéa/sapin Coûts CHF 1,35 million, excluant les prestations en auto-construction d’environ 6000 heures et les coûts du matériel offert par les entreprises Surface de plancher SIA 416 950 m2 Volume bâti SIA 416 4020 m3 Durée de construction 2014–2015, dont deux mois pour la préfabrication de la structure par Coray Holzbau AG, trois mois de montage sur place, en partie en bénévolat, et quatre mois de travaux complémentaires, également réalisés en bénévolat Photographe Ralph Feiner, Malans Coupe constructive

3078


3079


‹Base Camp›, Les Houches (F) Au sein d’une nature d’exception, l’entreprise Blue Ice se dote d’un écrin à la mesure de ses produits haut de gamme. La société qui conçoit et fabrique depuis 2008 des équipements de montagne dispose désormais d’espaces représentatifs et généreux. Chamonix, enserrée entre les massifs du MontBlanc et des Aiguilles Rouges, est une station de villégiature prisée des amateurs d’alpinisme. Cependant, la ville est aujourd’hui rattrapée par une vaste aire urbaine qui se déroule le long de l’Arve et de l’autoroute A40. Au sein de l’univers montagneux, chalets et lotissements disséminés tapissent aujourd’hui le fond de la vallée. Les Houches, village situé à huit kilomètres de la célèbre station, se nichent au pied de pistes enneigées, théâtre de la coupe du monde de ski. Ces dernières années, le village s’est développé en hameaux jusqu’à être aspiré dans l’aire urbaine de Chamonix, comportant dès lors 13 000 habitants. Stockages, bureaux, espace d’exposition, atelier de prototypage et salle de conférence constituent le programme, avec en sous-sol un parking. Le volume s’implante sur une aire qui longe la voie rapide. Au croisement de la tradition et de la modernité, la halle livrée par l’agence parisienne Kengo Kuma & Associates privilégie une approche minimaliste. Les architectes agissent avec simplicité et efficacité, adoptant une philosophie en harmonie avec la vision de l’entreprise. Dans ce projet, le bois est un matériau fondateur. Pérenne et noble, le chêne obtient tout naturellement une place d’honneur. A l’extérieur, il est débité en planches brutes de sciage atteignant plus de huit mètres de hauteur. Il forme alors un filtre visuel unificateur, protégeant des rayons solaires directs les façades et la toiture largement vitrées. Après sciage, les larges planches en chêne conservent leur écorce qui est agrafée à l’aubier par souci de durabilité. Sous cette forme, les planches racontent plus étroitement l’arbre dont elles sont issues et rapprochent le bâtiment de son environnement naturel. Le tremblement de leurs contours irréguliers contraste avec la façade capotée de panneaux sombres en aluminium qui forment l’arrière-plan. A l’intérieur au contraire, la surface du chêne est menuisée. Elle devient lisse et cérusée et habille des

3080

espaces aérés et lumineux. Au centre, un espace vertical traversé de volées d’escaliers accueille le visiteur. Ici, la douceur du chêne se déploie pleinement, avec une présence sur les parois et au sol. La déambulation s’achève avec une percée pratiquée dans la toiture qui offre un spectacle sur les neiges éternelles. La terrasse aménagée pour les pauses-déjeuner forme ainsi un belvédère d’où se contemple un panorama sur les sommets alpins. Les bureaux de la société accueillent également startups et indépendants. Disposées en ‹open space› sur deux niveaux communicants, les surfaces de travail s’organisent sous un toit pentu. Elles sont généreusement baignées de lumière naturelle provenant des verrières zénithales. La toiture présente une surface structurée qui se démarque de l’ambiance épurée, vêtue de panneaux naturels de fibres de bois. A l’extérieur l’objet dessine une ligne d’horizon semblable à celle des montagnes environnantes, l’intégrant d’autant mieux au paysage. Cependant, les cassures appliquées dans la géométrie du toit sollicitent les longues poutres en lamellé-collé. Les liaisons en flexion sont réalisées grâce à un système de tiges métalliques en­collées, entièrement noyées et invisibles. Sur ces poutres de grandes portées, des pannes transversales soutiennent des caissons isolés, en bois préfabriqué. De fines croix de Saint-André métalliques achèvent de stabiliser le plan horizontal. Au niveau de l’avant-toit, des chevrons se substituent aux caissons. Les sous-sols, les parois latérales extérieures et les deux parois intérieures délimitant la distribution centrale sont en béton armé. Les deux parois longitudinales qui ferment le volume chauffé sont en ossature bois. Des poteaux en lamellé-collé moisés soutiennent ponctuellement la structure, remplacés sous l’avant-toit par de fines colonnes métalliques. Les planchers en béton intègrent un système de chauffage et de rafraîchissement. Le bâtiment ménage l’environnement, par son emploi de ressources locales et le recours à des sources de chaleur renouvelables. Mentionnons enfin la qualité du travail accompli, puisque la halle a été distinguée en 2016 en France par le premier ‹Prix National de la Construction bois› dans sa catégorie.


Situation


Coupe longitudinale

Coupe transversale

20 m


Niveau 0

Niveau +1

Niveau +2

3083


Composition d’une paroi extérieure: Panneau de plâtre fibrée 15 mm Lattage Pare-vapeur Montants 160 mm/Isolation Panneau OSB 15 mm Lattage 60 mm/Isolation Pare-pluie Calage bois Revêtement en tôle d’aluminium Supports en acier inox pour planches Planches en chêne non délignées 30 mm

Détail en façade nord

Lieu 336 route du Nant Jorland, 74310 Les Houches (F) Maître d’ouvrage Blue Ice, Les Houches Architecte Kengo Kuma & Associates, Paris (F) Direction des travaux Société T.O.P., Servoz (F) Ingénieur civil EGIS-10, Schiltigheim (F) Ingénieur bois BARTHES Bureau d’Etudes Bois, Maidières (F) Ingénieur thermicien EGIS-10, Schiltigheim (F) Economiste LTA, Paris (F) Scierie Eurochêne, St-Lothain (F) Entreprises bois Dasta Charpentes Bois SA, Plan-les-Ouates (charpente et ossatures); Suscillon, La Tour-du-Pin (F) (menuiserie intérieure); JPF-Ducret SA, Bulle (livraison charpente lamellé-collé) Bois mis en œuvre Charpente 95 m3; Ossatures 26 m3; Planches de chêne non délignées ép. 30 mm, 52 m3 Surface de plancher 2500 m2 Surface de terrain 1000 m2 Coûts Euro 5 millions HT Durée de construction octobre 2012 – février 2015 Photographe Michel Denancé, Paris


Composition de la toiture: Planches en chêne non délignées 30 mm Posées sur supports en acier inox Couverture en acier thermolaqué Panneau 5 plis 50 mm Lattage 2 x 40 mm Lé d’étanchéité Elément à nervures: panneau trois plis 27 mm nervures 180 mm/isolation 100 mm Isolation 100 mm Pare-vapeur Panneau naturel en fibres de bois 60 mm Pannes BLC 400 mm

Détail en toiture


‹Nordic House›, stade de biathlon Lenzerheide, Lantsch/Lenz La ‹Nordic House› est inaugurée deux ans après l’ouverture de la piste de biathlon. Ce bâtiment multifonctionnel accueille les événements de l’Union Internationale de Biathlon (IBU) et devient, pour les sportifs amateurs ou professionnels, un hébergement et un point de rendez-vous, autant qu’un espace de remise en forme. Longeant la route cantonale reliant Lenzerheide à Lenz, les ondoiements de la piste de biathlon se devinent entre les arbres bien avant que n’apparaisse la ‹Nordic House›, implantée en retrait du trafic. Nichée à l’orée d‘une clairière, non loin du pas de tir, le nouveau centre du

‹Biathlon Arena Lenzerheide› est conçu comme une interface entre le public et l’installation sportive. Devenue une adresse de référence nationale pour le biathlon, elle acquiert une portée symbolique. Le volume imposant orienté vers le visiteur et vers la piste de biathlon, est composé d’un corps étiré butant sur une tête conçue comme une couronne posée sur la toiture, offrant une vue large et privilégiée. La façade longitudinale orientée au sud est percée de bandeaux vitrés qui s’ouvrent en direction de l’activité et du public. Vers le nord, le regard est plus contemplatif et rencontre la sombre forêt de conifères qui s’élève au loin. Pour ce projet, la distinction architecturale entre

corps et tête s’exprime aussi bien en élévation qu’en plan. Des espaces publics tels un café, une salle de séminaire et une salle de fitness sont logés dans la terminaison saillante expressive, tandis que des cellules de taille réduite telles des chambres, des salles d’eau et des vestiaires, ainsi que des bureaux prennent place dans le corps allongé. Une distribution verticale placée dans la tête et intégrée à un noyau en béton stabilise l’édifice. Ce dispositif est complété par un escalier extérieur qui court en cascade le long de la façade. Par ce double cheminement, plusieurs manifestations peuvent ainsi se dérouler conjointement, se répartissant sur les quatre niveaux de l’édifice.


Les allées et venues des spectateurs, des athlètes et des journalistes sont dès lors parfaitement distinctes, conduisant à une flexibilité d’usage optimale. Afin d’atteindre une fonctionnalité qui varie selon les périodes et les activités, l’architecte a privilégié des espaces flexibles, faciles à transformer. Dans le corps principal, deux surfaces de 80 m2 et une surface de 120 m2 sont multifonctionnelles. Ainsi, le café au rez-de-chaussée devient à l’occasion un club familial; la salle de séminaire au premier étage augmente au besoin la capacité du restaurant, et la salle de fitness au deuxième étage se transforme en espace de chronométrage. Grâce à des lits pliants intégrés aux

parois, les chambres se muent rapidement en salles de réunion conformes aux exigences IBU. Le bâtiment se prolonge vers l’extérieur par des espaces de qualité différente: au rezde-chaussée, un espace couvert est accessible de plain-pied tandis qu’au premier niveau, une grande terrasse se dresse face aux pistes; au dernier niveau enfin, une plateforme partiellement ombragée permet de contempler à la fois la nature et les athlètes à l’entraînement. L’horizontalité du volume est exprimée par la présence de bandeaux vitrés continus, la mise en scène d’escaliers en cascade, et par le positionnement de couvertines métalliques qui protègent les tranches des lames posées verti-

calement. L’expression recherchée est celle d’un corps dynamique, en analogie à celui du sportif. Le bardage sombre en épicéa autoclavé contraste avec la blancheur de la neige. La construction en bois préfabriquée est posée au-dessus d’un niveau souterrain en béton. A l’intérieur, le bois omniprésent génère une douce atmosphère. Ainsi, des grandes salles aux chambres, les espaces sont habillés de panneaux en bois qui s’harmonisent au décor naturel du site.

Situation

3087


20 m

Coupe longitudinale

6 3

1

4

1 Café 2 Office de tourisme/Bureau de l’administration 3 IBU/Vestiaire dames 4 IBU/Médecin, vestiaire hommes 5 Salle d’attente/Magasin 6 Dépôt/Dépôt chronométrage

5

2

Niveau 0

1

3

4

5

6

7

8

2

1 Restaurant/Séminaire 2 Salle du jury/Contrôle du matériel 3 Bureau délégué technique/ arbitre international 4 Bureau directeur de course 5 Bureau gestion de la compétition 6 Bureau des compétitions 7 Salle de réunion 8 Bureau

Niveau +1

1

2

2

2

2

2

2

1 Salle de fitness 2 Chambre

2

Niveau +2

1

Niveau +3

3088

2

3

1 Terrasse couverte 2 Préau 3 Réduit/Technique


Coupe tranversale


Coupes constructives

3090

Toiture: Gravier 60 mm Drainage 30 mm Etanchéité continue Isolation avec pente Etanchéité de chantier Elément en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 220 mm/sable en vrac 140 mm panneau trois plis 27 mm, face visible

Composition de la toiture: Gravier 60 mm Drainage 30 mm Etanchéité continue Isolation avec pente Etanchéité de chantier Elément en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 220 mm/isolation panneau trois plis 27 mm, face visible

Composition de la dalle: Revêtement de sol Chape ciment 80 mm Isolation aux bruits d’impact 20 mm Isolation thermique 40 mm Elément en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 220 mm/sable en vrac 140 mm panneau trois plis 27 mm, face visible

Composition de la dalle: Revêtement de sol Chape en ciment 80 mm Isolation aux bruits d’impact 20 mm Isolation 40 mm Elément en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 220 mm/sable en vrac 100 mm panneau trois plis 27 mm, face visible

Composition d’une paroi intérieure: Panneau trois plis 19 mm, avec face visible Plaques de plâtre fibrées 2 x 15 mm Montants 160 mm/Isolation avec point de fusion > 1000°C Plaques de plâtre fibrées 2 x 15 mm Panneau trois plis 19 mm, face visible

Composition de la paroi intérieure: Plaque de plâtre cartonné 15 mm Plaque de plâtre fibrée 15 mm Panneau lamellé-croisé 120 mm Lattage 40 mm sur étriers souples/ Isolation avec point de fusion > 1000°C Plaque de plâtre fibrée 15 mm Plaque de plâtre cartonné 15 mm


Lieu Voia da Bual 1, 7083 Lantsch/Lenz Maître d’ouvrage Biathlon Arena Lenzerheide AG, Lantsch/Lenz Architecte Pablo Horváth, Coire; collaborateur: Ferruccio Badolato Aménagement intérieur Thomas Sontheimer, Hamburg (DE) Entreprise générale Uffer AG, Savognin Ingénieur bois Pirmin Jung Ingenieure AG, Sargans Bois mis en œuvre Bois massif recollé et BLC 210 m3, Panneaux: lamellé-croisé 76 m3, trois plis 27 mm 3800 m2, OSB 15 mm 3500 m2, Plaques de plâtre fibrées 15 mm 3500 m2; Façade: lambris en sapin 1400 m2 Coûts CHF 5,34 millions Volume bâti SIA 416 9000 m3 Durée de construction Mai–novembre 2016 Photographe Ralph Feiner, Malans

3091


Pavillon et restaurant du golf, Holzhäusern Ouvert depuis 1995, le terrain de golf ‹Migros Holzhäusern› situé sur les bords du lac de Zoug, connaît un engouement sans précédent. Une modernisation de ses infrastructures s’avère nécessaire et le hisse au rang de centre national d’excellence. Réalisée au cours d’une première phase de travaux, la transformation du restaurant résulte d’un mandat direct. La construction minérale se métamorphose en une solution hybride grâce notamment à des éléments de façades en bois. Parallèlement, la configuration du plan devient à la fois plus flexible et plus compacte, ce qui offre une réelle optimisation des espaces et permet une diversification des activités. Aujourd’hui en effet, des salles accueillent des cours de formation, des événements d’entreprise ou des mariages. En outre, un volume ouvert à l’orientation décalée du premier lui est ajouté. Il comprend de grandes terrasses répétées sur trois niveaux, ombragées et abritées. Celles-ci s’orientent sur le terrain de golf et bénéficient d’un panorama qui embrasse également le lac de Zoug et le Rigi. Des troncs de 14 m à 16 m de hauteur issus de sapins blancs forment les colonnes porteuses. Ils magnifient à la fois

l’espace et donnent au client le sentiment d’être dans un arbre. Les deux volumes imbriqués, le restaurant et les terrasses, proposent un langage commun symbolisé par de grandes verticales répétées sur les pourtours. La seconde phase s’enchaîne presque immédiatement avec la réalisation d’un pavillon de golf qui jouxte une vaste aire de stationnement arborée. Le volume légèrement arqué comprenant deux niveaux accueille les golfeurs par un grand avant-toit soutenu par des poteaux élancés, générant un dégradé d’ombre qui anime la façade en arrière-plan. La zone d’entrée, bien visible et généreuse, accueille les visiteurs, les habitués comme les amateurs d’un jour. Grâce à ce second projet, l’intendance et l’administration disposent désormais de bureaux et de salles de réunion lumineux. En outre, les vestiaires, des salles de formation et d’autres prévues pour l’entraînement sont enfin réunis sous un toit. Quant aux sacs de golf et aux véhicules électriques, ils prennent place dans une partie reculée du volume réalisée en béton. Le pavillon instaure un dialogue permanent avec son environnement grâce aux portiques en lamellé-collé qui structurent les espaces

extérieurs, identifiant les différentes pratiques qui s’y déroulent, à l’abri du mauvais temps. Les cheminements sont simples et fonctionnels et empruntent de larges escaliers, avec une séparation entre les flux principaux que constituent les golfeurs se rendant au départ du parcours et ceux préférant un court moment d’entraînement. Par son implantation, le pavillon domine légèrement le parcours de golf tout en marquant une claire séparation entre le practice et l’aire de départ. La figure filigrane dessine une ligne horizontale au milieu du paysage, perceptible depuis la route d’accès et visible de loin. Par une disposition de part et d’autre du croisement routier, le pavillon et le restaurant créent une continuité entre deux zones faiblement bâties composées de maisons et de locaux industriels, les réunissant en un seul hameau. Les deux interventions privilégient avec justesse le bois comme matériau de construction, donnant une image en harmonie avec un environnement paysagé jardiné. Elles dotent le golf d’infrastructures qui répondent à l’engouement d’un public toujours plus large pour un sport qui n’est plus réservé à une élite sociale.

Situation

Lieu Katharinenhof 3, 6343 Holzhäusern Maître d’ouvrage Coopérative Migros Lucerne Architecte Fahrni Partner Architekten GmbH, Lucerne Ingénieur bois Pirmin Jung Ingenieure AG, Rain Construction bois Strüby Holzbau AG, Root (restaurant), et Kost Holzbau AG, Küssnacht am Rigi (pavillon) Bois mis en œuvre Tronc d’arbre en sapin 90 m3, bois massif recollé et BLC 402 m3 (restaurant); bois massif recollé et BLC 330 m3, Panneau: lamellé-croisé 13 m3, OSB 1280 m2, trois plis 27 mm 5000 m2 et 19 mm 450 m2, lambris 770 m2 (pavillon) Coûrs CFC 1–9 CHF 8,2 millions (restaurant), CHF 5,5 millions (pavillon) Coûts CFC 2 CHF 5,3 Mio. (restaurant), CHF 4,6 Mio. (pavillon), TTC dont CFC 214 CHF 1,2 Mio. (restaurant), CHF 1,6 Mio. (pavillon), TTC Surface de plancher SIA 416 800 m2 (restaurant), 1700 m2 (pavillon) Volume bâti SIA 416 6780 m3 (restaurant), 12 900 m3 (pavillon) Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 1209.– (restaurant), CHF 427.– (pavillon) Durée de construction Septembre 2015 – avril 2016 (restaurant), octobre 2016 – juillet 2017 (pavillon) Photographes Marco Sieber, Lucerne, Fahrni Partner Architekten GmbH, Lucerne, et Strüby Holzbau AG, Root

3092


Restaurant: coupe longitudinale

Restaurant: niveau +1

3094

20 m


Restaurant: coupe transversale


Pavillon: coupe transversale


Pavillon: coupe longitudinale

20 m

Pavillon: niveau 0

Pavillon: niveau +1

3097


Composition de la toiture: Végétalisation extensive 70–150 mm Natte de drainage 3 mm Etanchéité Isolation avec pente 40–120 mm Etanchéité de chantier Panneau en lamellé-collé 100 mm Porteurs 440 mm Composition de la dalle: Parquet en bois 27 mm Lattage 40 mm Supports réglables Lé de protection RF1 Etanchéité/Caoutchouc concassé Isolation avec pente 30–150 mm Etanchéité de chantier Panneau en lamellé-collé 140 mm Porteurs 520 mm Composition des parois extérieures: Elément massif de type Blockholz 19 mm Vide technique 60 mm Panneau trois plis 42 mm Panneau trois plis 27 mm Porteurs 220 mm/Isolation Panneau MDF, ouvert à la diffusion 15 mm Lattage 2 x 30 mm Bardage 21 mm Listes verticales 60 mm Restaurant: coupe constructive sur terrasse


Composition de la toiture: Végétalisation extensive 100 mm Natte de drainage 20 mm Etanchéité Isolation 60 mm Elément en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 180 mm/isolation panneau trois plis 27 mm Composition des parois extérieures: Plaque de plâtre fibrée 15 mm ou panneau trois plis 19 mm Lattage 45 mm Panneau OSB/3 15 mm Porteurs 220 mm/Isolation Panneau de fibres de bois 16 mm Lattage vertical 27 mm Lattage horizontal 27 mm Bardage vertical avec couvre joints 25 + 20 mm Composition de la dalle, à l’extérieur: Revêtement sportif 15 mm Sous-couche en caoutchouc 55–130 mm Béton de remplissage 50 mm Natte de drainage 16 mm Etanchéité Isolation 20–100 mm Etanchéité de chantier Elément en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 180 mm/isolation panneau trois plis 27 mm Pavillon: coupe constructive


Maison des Compagnies, Meyrin Les artistes genevois, comédiens ou danseurs, peinaient à louer à prix raisonnable des locaux de répétition adéquats. Désormais, un équipement de qualité conçu en bois a été développé pour eux à Meyrin. Sa réalisation est une transposition sans fards des exigences propres aux arts de la scène. En 2017, la Fondation Meyrinoise du Casino mandate l’architecte Christian Dupraz pour concevoir une structure dédiée aux artistes scéniques. Le volume de 6500 m3 doit être totalement démontable, car le terrain qui l’accueille est mis à disposition gratuitement pour une durée limitée à dix ans. Le choix du bois s’impose alors sous la forme d’une construction modulaire, la solution ayant été éprouvée depuis longtemps. Le nouveau volume se place à côté d’une ancienne église apostolique convertie en espace de répétition en 2015, sans que jamais cette solution ne satisfasse. Octogonale et mal isolée, elle abrite désormais un dépôt de matériel. La Maison des Compagnies accueille deux salles de répétition calquées sur les dimensions d’une scène. Celles-ci offrent un cadre mimétique à une salle de spectacle, plaçant les artistes en conditions réelles. Un premier grand espace au rez-de-chaussée est accessible depuis un large couloir par des doubles portes. La distribution dessert également des surfaces annexes nécessaires au fonctionnement de l’infrastructure, rejoint à l’ouest l’accès principal, tandis qu’à l’est, elle mène vers un quai de déchargement. Elle est capotée au sol, au plafond et aux murs par des panneaux métal-

Situation

3100

liques incombustibles. Au-delà d’une réponse purement fonctionnelle, le métal donne au couloir une touche impersonnelle, évoquant un lieu de passage comme un aéroport ou une gare, en lien peut-être avec ses usagers, gens du spectacle et voyageurs infatigables. La grande salle de répétition se développe sur une surface presque carrée de 17 x 15 m et comporte une hauteur libre de 7,5 m, tandis que le gril est fixé à 6,3 m et s’insère entre les porteurs principaux, de grandes poutres en lamellé-collé. La salle est entourée à mi-hauteur par des passerelles métalliques qui longent ses quatre faces. Des panneaux perforés sont placés en partie supérieure des parois, tandis qu’une structure en lattes de sapin calfeutrée par de la laine de bois couvre le plafond, améliorant ainsi l’acoustique de la salle. Au niveau inférieur, certains panneaux découpés de fentes verticales génèrent une douce chaleur tout en masquant la présence de radiateurs. Baignée de lumière naturelle provenant de larges ouvertures ponctuelles, la grande salle peut être facilement assombrie grâce à d’épais rideaux qui se déploient sur les pourtours. Au troisième niveau, des gradins servant de lieu d’échange informel prolongent latéralement le couloir pour donner accès à une seconde salle de répétition qui chapeaute la première. Les deux espaces se ressemblent comme des sœurs. Avec 1  5 x 14 m au sol, la salle de répétition dispose d’une hauteur réduite à 3,5 m. Reposant sur des éléments de dalles mixtes bois-béton entièrement préfabriqués, la salle est également éclairée par des fenêtres qui proposent des échappées vi-

suelles. Outre les deux salles équipées de matériels techniques de pointe, des salles d’eau sont mises à disposition, ainsi qu’une buanderie, des vestiaires, un bureau et une grande cuisine, celle-ci pouvant servir de lieu de réunion. En dehors du couloir revêtu d’inox au sol et traversé d’escaliers métalliques, le bois est très présent dans l’aménagement intérieur et dispense une atmosphère douce et accueillante. Il se retrouve comme revêtement intérieur pour les parois (panneaux trois plis) et sert également de matériau brut (panneau massif ou trois plis) pour le mobilier fixe. En façade, la jointure de cadres métalliques exprime l’idée d’assemblage. Ce thème central guide chaque phase d’avancement du projet. Les panneaux extérieurs sont habillés de lattes de sapin peintes, traversés par de grandes lignes horizontales qui marquent les niveaux. A l’intérieur, deux plinthes sont systématiquement prévues en parties basse et haute des parois. Elles permettent de contrôler la précision de la jointure entre les éléments préfabriqués et facilitent leur montage et démontage. Les assemblages sont sans colle, réalisés grâce à des vis apparentes ou des garnitures accessibles. Même si la construction éphémère devait un jour être déplacée, ses qualités essentielles devraient perdurer, grâce à une architecture particulièrement précise et soignée.


3101


Lieu Rue du Cardinal-Journet 22,1217 Meyrin Maître d’ouvrage Fondation Meyrinoise du Casino, Meyrin Architecte Christian Dupraz Architectes, Genève; chef de projet Javier Gonzalez Conseil scénique Gilles Lambert, Troinex Ingénieur civil Thomas Jundt Ingénieurs Civils, Carouge Ingénieur CVSE Energestion SA – Ingénieurs Conseils SIA, Carouge Ingénieurs bois ERNE AG Holzbau, Laufenburg et JPF-Ducret SA, Bulle Acousticien Architecture & Acoustique SA, Genève Entreprise générale JPF Construction SA, Bulle Direction des travaux Baud & Früh, Genève Bois mis en œuvre 240 m3 de bois lamellé-collé épicéa COBS Coûts CFC 1–9 CHF 8,2 millions TTC Coûts CFC 2 CHF 6,6 millions TTC Surface de terrain SIA 416 2420 m2 Surface de plancher SIA 416 568 m2 Volume bâti SIA 416 6552 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC2) CHF 1000.– Durée de construction Septembre 2016 – décembre 2017 Photographes Laura Keller Sanna, Genève, et Corinne Cuendet, Clarens

3102


Coupe longitudinale

20 m

Niveau 0

Niveau +2

3103


Vue intérieure

3104

Composition de la toiture: Gravier 50 mm Lé de séparation Etanchéité bicouche 5 mm Isolation 220 mm Barrière vapeur Panneau trois plis 25 mm

Poutres BLC 240 x 1160 mm Vide, hauteur variable Panneau OSB 15 mm Vide 140 mm Laine de bois 60 mm Lattage sapin 60 mm

Composition de la dalle: Panneau massif multiplis 19 mm Plaques de plâtre fibrées 2 x 12,5 mm Isolation 20 mm Dalle mixte: béton armé 100 mm nervures en BLC 250 mm

Poutres BLC 300 x 1160 mm Vide 125 mm Panneau OSB 25 mm Vide 120 mm Laine de bois 60 mm Lattage 60 m


3105


Hangar à bateaux du club d’aviron, Soleure Le hangar à bateaux conçu dans les années vingt était devenu vétuste. Sans toutefois être classé monument historique, son style et son grand âge attiraient le respect. Sa rénovation menée avec sensibilité préserve son aspect originel tout en améliorant sa fonctionnalité. Fondé en 1910, le club d’aviron soleurois bâtissait son premier hangar à bateaux en 1911. Cependant en 1919 déjà, cette construction cédait la place à un plus grand volume, une bâtisse en bois de type Heimatstil. Celle-ci se caractérisait par une toiture en croupe, un corps s’avançant en surplomb de l’Aar et rejoignant un hangar aménagé le long de la rive. Au fil du temps, les transformations successives ont dénaturé la forme d’origine. Alors que le club d’aviron souhaitait s’offrir un cadre plus adapté, il charge en 2015 le bureau phalt Architekten AG de sa rénovation. Situé hors zone bâtie dans une aire naturelle protégée, le volume existant ne peut être agrandi et l’espace supplémentaire doit être gagné à l’intérieur du gabarit. Ainsi, le plancher du hangar à bateaux est abaissé de 60 cm, ceci afin de parvenir à une hauteur constructible qui permette l’aménagement des combles. Cinq lucarnes sont ajoutées au versant nord de la toiture et amènent de la lumière ainsi qu’une aération naturelle dans les nouveaux locaux. L’intervention est entièrement conçue en bois,

3106

privilégiant une préfabrication en atelier qui permet une réduction du temps d’intervention sur place. Seules exceptions, les fondations sont en béton armé et une structure en acier émerge de l’Aar. Les quelques transformations exercées sur le volume sont traitées avec mesure. La halle aux bateaux est percée de baies sur ses faces longitudinales, favorisant les vues croisées entre l’intérieur et l’extérieur. Traitées à la manière de claustras grâce à l’emploi de tôles perforées, les baies rendent les façades plus vivantes. Ces dernières sont par ailleurs structurées par des couvre-joints qui impriment un rythme sur l’entier de leurs longueurs et confèrent un effet de profondeur. Les couleurs du bâtiment issues de l’époque Heimatstil ont été adaptées et réinterprétées. Les fins couvre-joints d’origine, peints de couleurs claires, sont complétés par de plus larges couvre-joints exprimant en façade l’écartement des poteaux en bois ponctuant l’espace intérieur. Leur rythme inégal entre en contraste avec le revêtement sombre des façades en bois et caractérisent l’aspect extérieur du bâtiment. A l’intérieur en revanche, afin de répondre aux attentes du client, une matérialisation sobre et robuste est privilégiée. L’aménagement est réalisé avec des panneaux trois plis (sauf dans les salles d’eau et au sol du vestiaire) qui façonnent l’atmosphère et rendent hommage au projet initial.


Situation


Coupe longitudinale

Coupe transversale

Niveau -1

Niveau 0

Niveau +1

3108

20 m


Composition de la toiture: Couverture en tuiles Lattage 24 mm Contre-lattage 60 mm Lé de sous-toiture Panneau de fibres isolants 35 mm Chevrons 200 mm/Isolation Frein-vapeur Lattage 30 mm Panneau trois plis épicéa 19 mm Composition de la dalle, vestiaire: Sol coulé PU Plaques de plâtre fibrées 2 x 12,5 mm Isolation au bruit d’impact 10 mm Elément en caisson: panneau trois plis 45 mm nervures 260 mm/isolation panneau trois plis 19 mm, vis visibles Composition de la paroi extérieure: Colombage 200 mm Lattage horizontal 60 mm Lambris vertical 16 mm, brut de sciage Couvre-joints 24 mm, brut de sciage Coupe constructive

Lieu Römerstrasse 29, 4500 Soleure Maître d’ouvrage Club d’aviron de Soleure Architecte phalt Architekten AG, Soleure/Zurich Direction des travaux Anderegg Partner AG, Bellach Ingénieur civil H. Katzenstein AG, Soleure Ingénieur bois Makiol Wiederkehr AG, Beinwil am See Physique du bâtiment BAKUS Bauphysik & Akustik GmbH, Zurich Ingénieur CVS Gurtner AG, Soleure Ingénieur électricité Henzi Elektro AG, Bellach Entreprises bois Späti Holzbau AG, Bellach (construction), von Allmen Innenausbau AG, Zuchwil (aménagement intérieurs et portes), Gawo Gasser AG, Wolhusen (fenêtres), et Bord GmbH – Design Furniture, Zurich (mobilier) Coûts CFC 1–9 CHF 1,96 million (TTC) Coûts CFC 2 CHF 1,82 million (TTC) dont CFC 214 CHF 690 000.– (TTC) Surface de terrain SIA 416 874 m2 Surface bâtie SIA 416 400 m2 Surface de plancher SIA 416 735 m2 Volume bâti SIA 416 2104 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 865.– (TTC) Durée de construction Août 2016 – avril 2017 Photographe Roger Frei, Zurich

3110


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno Mühlebachstrasse 8 En Budron H6, CP 113 CH-8008 Zurich CH-1052 Le Mont sur-Lausanne Tél. 044 267 47 77 Tél. 021 652 62 22 Fax 044 267 47 87 Fax 021 652 93 41 info@lignum.ch cedotec@lignum.ch www.lignum.ch www.lignum.ch Bulletin bois, septembre 2018 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur

Rédaction Roland Brunner, Lignum, et Audanne Comment, Lignum-Cedotec Conception graphique BN Graphics, Zurich

Le Bulletin bois paraît quatre fois par ­année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 20.– Classeur (10 numéros) CHF 140.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications.

Administration, abonnements, expédition Lignum, Zurich

Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des diffé­rents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.

ISSN 1420-0252

Hotline – Service technique: 021 652 62 22 Nos spécialistes répondent gratuitement à vos questions tous les jours de la semaine entre 9 h et 17 h.

Impression Kalt Medien AG, Zoug

Profile for Lignum

Bulletin bois 128/2018  

En mouvement

Bulletin bois 128/2018  

En mouvement

Profile for lignum