Page 1

Bulletin bois 123/2017 Bureaux Espaces modulaires blueFactory, Fribourg Restructuration ‹Launchlabs›, Bâle Transformation d’un espace industriel ‹Drahtesel›, Liebefeld Nouveau bâtiment administratif Kaiserhof, Malters ‹deliveryLAB›, Villigen Logements et surfaces d’activités Papiermühle, Ittigen Immeuble administratif Laur-Park, Brugg ‹Stabile amministrativo 3›, Bellinzone

Sur le site de l’ancienne brasserie Cardinal, un dépôt de 3500 m2 est restructuré grâce à des modules en bois et accueille des laboratoires, des ateliers et des bureaux. Architecture: Atelier d’architecture Lutz Associés Sàrl, Givisiez


Un cadre de travail sain Qu’est devenu le bureau d’antan, avec son épaisse moquette, ses verres fumés et ses couloirs éclairés aux néons blafards? Telle était la remarque formulée au sein de notre rédaction en concoctant ce dernier numéro. L’impression qui transparaît aujourd’hui en parcourant les pages du cahier nous a tout simplement surprise. Les illustrations mon­ trent des intérieurs conviviaux et lumineux. Leur effet crée comme un appel d’air dans la tête, insufflé peut-être par l’esprit qui anime les sociétés à l’origine des projets. Ils captent notre regard et l’orientent vers un monde neuf. En écho au désir d’innover qui règne à Villigen ou Dübendorf, porté par une structure d’entreprises ouverte et dynamique, l’immeuble offre un environnement favorisant la pensée d’échanges dans des domaines liés à la recherche. À Fribourg, Bâle et Liebefeld, d’anciennes halles industrielles offrent des lieux peu conventionnels, cherchant à favoriser les discussions informelles et l’émergence d’idées neuves. Au-delà de simples espaces de bureaux, ils constituent des plateformes d’échanges. Le ‹Stabile amministrativo 3› à Bellinzone privilégie un rez-de-chaussée transparent et ouvert, face à un parc public. Il instaure un dialogue fin avec son environnement tout en donnant à voir une expression de puissance. Kaiserhof est comparable par l’équilibre entre force et grâce qui en émane, quoiqu’à une échelle plus réduite. L’immeuble incarne la philosophie de l’entreprise, démontrant l’amour et le respect qu’elle porte à la nature. À Brugg et Ittigen enfin, le bois répond efficacement à un cahier des charges exigeant, offrant des surfaces flexibles pour des programmes complexes. Un travail intellectuel exige plus d’espace qu’il y paraît, surtout quand il s’agit de prendre du recul et faire naître des concepts. Concevoir des lieux où l’échange est primordial, générer un cadre de travail agréable peut devenir un formidable bras de levier pour mener au succès.

Roland Brunner et Audanne Comment Communication technique Lignum

Lieu Empa, 8600 Dübendorf Maître d’ouvrage Empa – Materials Science & Technology, Dübendorf Durée de construction Août 2014 – mai 2016 Photographe Roman Keller, Zurich

NEST, Dübendorf L’illustration montre la façade sud-ouest du projet ‹Vision Wood› du NEST, une infrastructure dé­ diée aux expérimentations techniques dans le do­ maine de la construction. Son originalité réside dans le fait qu’il permet aux chercheurs ou aux visiteurs d’y séjourner et de tester en situation réelle les sujets à l’étude. NEST est un empile­ ment vertical de ‹terrains à bâtir›, desservis par un atrium et une distribution verticale. Des unités allant jusqu’à deux étages peuvent y être aména­ gées indépendamment les uns des autres. Ces surfaces de bureaux ou de logements sont orga­ nisées autour d’un atrium servant de point de référence pour les personnes présentes. L’atrium et le rez-de-chaussée constituent des éléments

2882

fixes du projet (Backbone). Ils accueillent un foyer, un espace de détente, une surface d’expo­ sition, des salles de réunion et de conférence. Au sous-sol, de grands locaux techniques alimentent l’édifice. Des appareils utiles à différentes expé­ riences technologiques et des collecteurs solaires sont installés en toiture. L’unité de recherche et d’innovation intitulée ‹Vision Wood› met en va­ leur le bois, une ressource naturelle et indigène. Elle développe des applications futuristes pour la construction, avec pour objectif de tester des so­ lutions dont le design exprime le caractère écolo­ gique. Les objets de la recherche appliquée sont installés dans une collocation d’étudiants qui les manipulent quotidiennement pour les tester.

Backbone NEST Architecte Gramazio Kohler Architects, Zurich Conseil Prof. Mario Fontana (protection incen­ die) et Prof. Urs Rieder (domotique), ETH Zurich Intervenants Schwartz Consulting AG, Zoug (ingénieur civil), Raumanzug GmbH, Zurich (CVCS, physique du bâtiment), Mosimann + Partner, Zurich (ELT), ffbk Architekten AG, Zurich (management de projet et coûts), Makiol Wiederkehr AG, Beinwil am See (développement concept protection incendie), Sommerlatte + Sommerlatte, Zurich (éclairage), Mebatech AG, Baden (façade), et Jobst Willers Engineering AG, Rheinfelden (MCRG) Vision Wood Entreprise générale Renggli AG, Sursee Architecte ruum gmbh, Soleure/Langendorf Ingénieur bois Pirmin Jung AG, Rain autres intervenants ID Gebäudetechnik AG, Oftringen (CVCS), Frey + Cie Elektro AG, Luzerne (électricité), Weber Energie und Bauphysik, Berne (physique du bâtiment), Balzer Ingenieure, Winterthour (protection incendie), Glaeser Wogg AG, Baden (mobilier, cuisine), et Jomos Feuerschutz AG, Balsthal (sprinkler)


Espaces modulaires blueFactory, Fribourg A Fribourg, un entrepôt de 3500 m2 est réaffecté en atelier, bureaux et laboratoires en seulement sept mois. Pour ce faire, des modules empilés sur trois niveaux, conçus en épicéa fribourgeois, s’organisent tel un village, autour de rues et de places. Le système offre une bonne flexibilité aux start-ups qui s’y sont installées. La brasserie Cardinal qui a fermé ses portes en 2011, laissait derrière elle une friche industrielle de 53 000 m2 en plein cœur de la ville. Jouissant de très bonnes connexions, sa situation privilé­ giée retient l’attention de l’Etat et de la Ville qui décident de s’en porter acquéreurs à parts égales. Souhaitant réaffecter le site en parc tech­ nologique, ils mettent sur pied, en collaboration avec l’EPFL, un concours pour arrêter une solu­ tion urbanistique de qualité. Le nouveau quartier se composera non seulement de jeunes pousses locales et d’entreprises tournées vers l’innova­ tion, mais également de lieux d’enseignement et de recherche liés aux hautes écoles. Animé de commerces, de restaurants, d’espaces culturels et de logements, le quartier devra s’intégrer dans le tissu urbain. Investi toutefois du statut de nouveau pôle, il renverra à tous l’image d’une ville attrayante et dynamique. Ce projet ambi­ tieux vise l’exemplarité sous diverses formes. Pionnier en matière environnementale, le quar­ tier répondra aux objectifs ‹zéro carbone›. En attendant que les procédures aboutissent et avant que le quartier n’émerge, un mandat est donné à l’atelier d’architecture Lutz Associés

pour réaffecter provisoirement la halle bleue datant de 1984, afin d’accueillir au plus tôt les premiers locataires. L’ancien entrepôt est au­ jourd’hui organisé en deux zones, dont l’une est équipée d’un pont roulant et sert d’atelier pour divers travaux pratiques liés à la recherche et à l’enseignement. Dans la seconde zone, les neuf mètres sous plafond offrent l’opportunité d’agencer trois étages de bureaux et de labora­ toires, afin de créer 2500 m2 de surface utile. L’ambiance industrielle du lieu influence l’expres­ sion du projet, conçu et réalisé en seulement sept mois. Les architectes proposent d’y empiler des containers, en fait des constructions modu­ laires en bois, réunies par deux, trois ou quatre pour répondre aux besoins des locataires. Les espaces sont principalement organisés autour de deux cours, traversées par une circulation qui aboutit vers des distributions verticales situées à chacune des extrémités. Le cheminement, souli­ gné par une généreuse lumière zénithale, est matérialisé au sol par un platelage bordé d’une pelouse verte plantée de véritables mélèzes. Ce jardin intérieur, sur lequel s’ouvrent la plupart des bureaux ainsi que les espaces communs, salles de conférence et cafétéria, offre un lieu de convivialité. Aux étages, des coursives longent les cours, qui deviennent ainsi plus vivantes. Cette solution a en effet l’avantage d’offrir des vues croisées entre locataires et de favoriser les rencontres. La halle n’est pas chauffée mais sim­ plement tempérée grâce aux rejets de chaleur provenant de l’activité des occupants. Elle de­ vient lumineuse grâce au remplacement de pans

entiers de tôles métalliques par des parois trans­ lucides en polycarbonate, sur son pourtour mais également ponctuellement en toiture. Cent-vingt-six modules sont nécessaires pour répondre aux données du programme. Ces élé­ ments de 3 par 7 mètres sont réalisés en bois massif. Parfois assemblés en plusieurs unités pour fournir des espaces plus grands, ils offrent une réponse programmatique flexible et effi­ cace. Empilés sur trois niveaux, des débords existent en certaines zones qui doivent être pris en compte dans les calculs statiques. Les mo­ dules en épicéa indigène sont isolés vers l’exté­ rieur par des panneaux en fibres de bois, puis peints dans des couleurs vives qui se répondent les unes aux autres, des tons verts, des bleus et des violets, des rouges et des orangés. L’en­ semble donne une identité forte à la nouvelle halle. L’aménagement de l’entrepôt est prévu pour une durée de vingt ans. Ce projet répond aux critères de la société à 2000 Watts et atteint l’objectif ‹zéro carbone›. Pour ce faire, les déper­ ditions thermiques sont limitées grâce à une enveloppe performante des modules et la pré­ sence de triples vitrages. De plus, 1800 m2 de panneaux photovoltaïques ont été disposés en toiture de la halle. Ils couvrent les besoins en électricité des locataires et alimentent la pompe à chaleur hydraulique. Celle-ci est équipée d’un système qui lui permet d’anticiper l’impact des changements météorologiques sur le climat inté­ rieur. Les bases d’un très beau projet sont main­ tenant posées. Les prochaines étapes devraient prochainement suivre.

2883


Lieu Passage du Cardinal 1, 1700 Fribourg Maître d’ouvrage Blue Factory Fribourg - Freiburg SA Architecte Atelier d’architecture Lutz Associés Sàrl, Givisiez Direction des travaux Atelier d’architecture Lutz Associés Sàrl, Givisiez Ingénieur civil DMA Ingénieurs SA, Fribourg Ingénieur bois Charpente Concept, Morges Ingénieur CVSE Energie Concept SA, Bulle Entreprises bois JPF-Ducret SA, Bulle; Charpentes Vial SA, Le Mouret Bois mis en œuvre 800 m3 BLC Pour la structure, distinction par le ‹Certificat d’origine bois Suisse› (100% de bois indigène, min. 80% exigé) Surface chauffée 4550 m2 Surface de terrain SIA 416 52 922 m2 Surface de plancher SIA 416 7550 m2 Volume bâti SIA 416 38 500 m3 Coûts (CFC 2) CHF 13,0 millions TTC Durée de construction mai–décembre 2015 Photographe Corinne Cuendet, Clarens

2884


Situation

2885


Niveau +2

Niveau +1

Niveau 0

2886

40 m


Coupe transversale

2887


2888


Composition toiture: Isolation en fibres de bois 160 mm Panneaux trois plis 27 mm Poutraison 180 mm Composition planchers: Poutraison 180 mm Dalle béton préfabriquée 100 mm Revêtement en linoléum 10 mm Composition radier: Isolation en polystyrène extrudée 60 mm Radier béton 250 mm Revêtement en linoléum 10 mm Composition parois extérieures: Panneau massif en épicéa collé 100 mm Isolation en fibres de bois 160 mm Composition parois phoniques: Plaque de plâtre 40 mm Isolation en laine minérale 50 mm Panneau trois plis 27 mm Ossature bois 80 mm Panneau trois plis 27 mm Isolation en laine minérale 50 mm Plaque de plâtre 40 mm

Coupe constructive

2889


Restructuration Launchlabs, Bâle La ‹Halle 8, Mitte›, sur le site Gundeldingerfeld, au sud de la gare de Bâle, produisait autrefois les machines Burckhardt. Après avoir servi durant quelques années comme espace événementiel, elle allait finalement être transformée. Son nouvel exploitant voulait en effet créer un cadre flexible pour y organiser des ateliers permettant d’y travailler de manière décontractée ou des événements culturels, sans pour autant avoir à se limiter à ces deux seuls types d’occupation. En plus de travaux de rénovation de l’enve­ loppe, un élément est construit au-dessus de la nouvelle entrée à l’une des extrémités de la halle. Autonome statiquement, il reprend le caractère industriel du lieu, se différenciant toutefois de la structure existante par sa maté­ rialité. Construit en bois, il devient un élément

2890

indépendant et facile à identifier. Le rez-dechaussée reste aussi ouvert et dégagé que pos­ sible, de sorte que la halle conserve une grande flexibilité, utilisable sur toute sa lon­ gueur et perceptible comme telle. Au niveau inférieur se trouvent une réception, une garderobe et un petit local pour s’y retirer. Le niveau supérieur forme l’espace principal, avec ses deux salles de réunion de tailles différentes. Tout en haut, une pelouse artificielle recouvre le toit et offre un lieu de détente informel. Etant donné que l’accès principal à la halle n’est pas plus large qu’une porte standard et comme les éléments de construction allaient être manipulées à la main, ce sont de petits éléments à assembler qui sont privilégiés. Constructivement et formellement, l’ensemble est composé de cadres disposés de manière répétitive, à partir de traverses et de poteaux.

Les creux entre les nervures servent d’espace de rangement. Les parois et les dalles sont en lamibois de différentes épaisseurs, car il est plus léger que du bois massif et cependant performant. L’occasion inhabituelle de construire une maison dans la maison, sans isolation ni étanchéité offrait des conditions assez libres, y compris dans le traitement des détails constructifs. Les assemblages visibles sont très simples et les matériaux sont brutes. Comme la halle est considérée dans son ensemble, aucune mesure n’était à respecter concernant les prescriptions de protection in­ cendie. Cependant, les escaliers et les espaces qu’ils desservent sont disposés de sorte à répondre aux longueurs maximales acceptées pour atteindre des voies de fuite.


Lieu Halle 8, Gundeldingerfeld, Dornacherstrasse 192, 4053 Bâle Maître d’ouvrage launchlabs (Schweiz) GmbH, Bâle Architecte Stereo Architektur GmbH, Zurich Ingénieur civil Frei Ingenieure, Bâle Ingénieur bois Hürzeler Holzbau AG, Magden Bois mis en œuvre Lamibois 20 m3 Coûts (CFC 2) CHF 732 000.– (y compris la rénovation de la halle) dont CFC 214 CHF 423 000.– Surface de plancher SIA 416 636 m2 (la halle), 172 m2 (aménagement en bois) Volume bâti SIA 416 3700 m3 (la halle), 287 m3 (aménagement en bois) Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 1470.– (aménagement en bois) Durée de construction Août–Octobre 2014 Photographe Lukas Schaffhuser, Zurich

2891


Niveau 0, Halle 8

2892


Coupe longitudinale, Halle 8

Coupe transversale, Halle 8

20 m

2893


Coupe longitudinale

2894

10 m


Coupe transversale

Niveau +1

2895


Transformation d’un espace industriel ‹Drahtesel›, Liebefeld Disponible rapidement et à prix plancher, tel était le cahier des charges pour l’aménagement d’une halle industrielle en faveur de l’institution ‹Drahtesel›, une entreprise active dans la réinsertion professionnelle. Ces critères contraignants impliquaient une adaptation à la baisse des attentes et des exigences, l’acceptation d’un confort rudimentaire, mais surtout, ils nécessitaient une période de discussion et de négociation pour que chacun adhère à cette solution simple. L’institution ‹Drahtesel› connaissait une période de forte croissance et avait impérativement besoin de bureaux et d’îlots de travail pour l’encadrement des ateliers manuels. À Liebe­ feld, un complexe industriel des années cin­ quante offrait la possibilité d’aménager un étage dans une partie de bâtiment en activité. Comme l’attribution de moyens financiers pour ce projet était limitée en temps et comme la somme à disposition était modeste, le maître d’ouvrage souhaitait une transformation extrê­ mement rapide et bon marché. L’adjudication

2896

se fit en novembre 2015, alors que la fin des travaux fixée à fin mars 2016 ne pouvait être dépassée. Afin de tenir ces coûts et ces délais impos­ sibles, les architectes appliquèrent l’idée d’une location à l’état brut. Ils procédèrent à la dé­ molition et à l’évacuation de tous les éléments inutiles de l’étage précédemment occupé par un fitness. La substance brute ayant réapparu, elle fut adaptée pour offrir un peu de confort supplémentaire et répondre aux besoins ba­ siques du maître de l’ouvrage: des bureaux et des zones d’activités artisanales cloisonnés. Le nouvel aménagement s’inséra entre la structure en béton du bâtiment, des colonnes de section carrée supportant des voûtes. Il était flexible et réversible puisque facilement démontable et s’inscrivait dans l’espace comme un élément indépendant. Afin de réduire les coûts au strict minimum, des matériaux bon marché furent employés tels des carrelets de 40/80 mm et 60/100 mm, des panneaux OSB de 21 mm et des plaques de polycarbonate de 20 mm. La taille des éléments dessinés en

plan fut adaptée afin de correspondre aux dimensions d’usine des panneaux. Ceci per­ mettait d’optimiser la quantité de matériaux employés, de réduire les déchets et les dé­ coupes sur le chantier. L’acoustique et le confort au sein des bureaux furent définis selon des exigences minimales, afin de correspondre aux règles particulières du maître d’ouvrage. Les installations tech­ niques et les sanitaires furent réutilisés et cer­ taines furent complétées. Les parois et les plafonds furent juste nettoyés et les parquets en bon état conservés. Suite aux travaux de démolition, des zones étaient abîmées ou cer­ taines parties étaient manquantes. Des restes de stocks invendus furent acquis afin de com­ pléter ou réparer les carrelets du parquet.


Coupe transversale

Coupe longitudinale

Plan

10 m

2897


Lieu Waldeggstrasse 27, 3097 Liebefeld Maître d’ouvrage Fondation sinnovativ, Berne, et ‹Drahtesel› Arbeit mit Perspektiven, Liebefeld Architecte Holzhausen Zweifel Architekten GmbH, Zurich/Berne Ingénieur civil Emch Berger Partner AG, Berne Physique du bâtiment Weber Energie + Bauphysik AG, Berne Entreprise bois Verein ritec, Düdingen Coûts CFC 1–9 CHF 194 000.– Coûts (CFC 2) CHF 133 500.– Surface de plancher SIA 416 540 m2 (niveau +1) Volume bâti SIA 416 2000 m3 (niveau +1) Prix/m2 SIA 416 (CFC 1–9) CHF 359.– Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 67.– Durée de construction Janvier–mars 2016 Photographe Marco Frauchiger, Berne

2898


Parois avec doublages intérieur et extérieur, position haute: Plaque alvéolaire en polycarbonate 20 mm Montants 40 x 80 mm Plaque alvéolaire en polycarbonate 20 mm Parois avec doublages intérieur et extérieur, position basse: Panneau OSB 21 mm Montants 40 x 80 mm/Isolation Panneau OSB 21 mm Parois avec doublage intérieur, position haute: Plaque alvéolaire en polycarbonate 20 mm Montants 60 x 100 mm Parois avec doublage intérieur, position basse: Panneau OSB 21 mm Montants 60 x 100 mm

Détail

2899


Nouveau bâtiment administratif Kaiserhof, Malters Une entreprise horticole de Suisse centrale souhaitait regrouper en un seul lieu ses bureaux, son magasin, son atelier et sa pépinière, jusqu’alors disséminés sur plusieurs sites. Une parcelle de 40 500 m2 à Malters est devenue une zone d’horticulture par le biais d’un plan d’aménagement. Sur place, une grange est d’abord transformée en atelier d’entretien, puis un bâtiment administratif voit le jour. Le maître de l’ouvrage, une société horticole proposant des aménagements paysagers, soigne et entretient quotidiennement des jardins et des plantations, développant de ce fait des liens étroits avec la nature. Dès le début du projet, une architecture harmo­ nieuse, ainsi que la mise en œuvre de maté­ riaux naturels font partie des critères énon­ cés. Dès lors, c’est une construction presque entièrement en bois qui s’impose, écologique et efficace énergétiquement, elle donne à voir les matériaux employés. Le bâtiment administratif développe avec le parc qui l’environne un langage commun qui

2900

les lie visuellement. Ensemble, ils témoignent des valeurs défendues par l’entreprise, enga­ gée pour un développement durable et res­ pectueuse envers la nature. Mais l’immeuble de bureaux est également lié à son parc d’une manière plus fonctionnelle. En effet, c’est ici qu’elle développe les concepts paysa­ gers et décide quelles plantes seront cultivées dans la pépinière, afin d’orner plus tard les jardins. L’aménagement du vaste parc est d’ailleurs prévu pour offrir différentes am­ biances, aider les clients à concevoir leurs extérieurs et ainsi mieux les guider dans leurs choix. Le bâtiment administratif prend la forme d’un pavillon et ressemble à un temple. Lowtech, il est prévu sans gaines de ventilation. Une toiture s’avance en débord sur la façade sud et dispense une ombre généreuse. De grands vitrages permettent de porter l’atten­ tion vers le parc qui est de ce fait très pré­ sent. À l’extérieur, la couleur des façades in­ tègre la nouvelle construction à son environnement naturel. Selon l’angle de vue ou le moment de la journée, l’impression qui

s’en dégage change et évolue, d’autant plus qu’un lé orangé apparaît derrière les lattes posées verticalement. Après avoir flâné dans l’exposition, les clients peuvent se rendre dans l’une des salles de réunion afin de discuter plus en profondeur de leur projet. Les bureaux prévus pour deux postes de travail sont spacieux. Les matériaux employés, des planches juxtaposées visibles en plafond et des revêtements en panneaux OSB posés contre les parois, ont été laissés délibérément dans leur état brut, recouverts d’une simple lasure. Ainsi, le bois reste ap­ parent et diffuse une douce ambiance à l’intérieur, pour les employés comme pour les visiteurs.


Situation

2901


Niveau +1

Niveau 0

Coupe transversale

2902

10 m


2903


Lieu Kaiserhof 1, 6102 Malters Maître d’ouvrage Hodel & Partner AG, Malters Architecte am-architektur gmbh, Lenzburg, et Berrel Berrel Kräutler AG, Zurich Entreprise générale Renggli AG, Sursee Architecte paysagiste Hodel & Partner AG, Malters Ingénieur civil Schärli Oettli Bauingenieure SIA, Zurich Entreprise bois Renggli AG, Schötz Bois mis en œuvre Bois de structure 60 m3, planches juxtaposées 100 m3, lames rainées-crêtées 300 m2, bardage à joints ouverts 160 m2 Coûts (CFC 2) CHF 1,66 million dont CFC 214 CHF 0,724 million Surface de terrain SIA 416 34 000 m2 Surface de plancher SIA 416 445 m2 Volume bâti SIA 416 1580 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 1050.– Durée de construction Octobre 2014 – mai 2015 Photographe Bruno Meier, Sursee

2904


Composition toiture: Végétalisation extensive Drainage 20 mm Étanchéité Isolation avec pente 20–80 mm Isolation 180 mm Frein-vapeur Panneau OSB/3 15 mm Planches juxtaposées avec profilés acoustiques 200 mm Composition planchers: Chape 60 mm Étanchéité Isolation aux bruits d’impact 60 mm Panneau OSB/3 15 mm Planches juxtaposées avec profilés acoustiques 240 mm Composition parois extérieures: Panneau OSB 15 mm Panneau OSB 25 mm, étanche à l’air Montants 240 mm/Isolation Panneau de fibres de moyenne densité, ouvert à la diffusion 15 mm Lé de façade Sous-construction 55 mm Lattage horizontal Bardage 21 mm

Coupes constructives

2905


deliveryLAB, Villigen Non loin de l’Institut Paul-Scherrer, une construction provisoire devient le premier élément visible marquant le début d’un grand projet entièrement dédié à l’innovation. L’immeuble deliveryLAB est livré à ses utilisateurs en à peine quatre mois. Fonctionnel, il a pour mission d’informer, devient un point de rencontres et d’échanges entre chercheurs, et incarne l’innovation. Le parc innovAARE sis à Villigen dans le canton d’Argovie est l’un des cinq lieux en Suisse dédié entièrement à l’innovation. D’un rayonnement régional, national et international, il offre de bonnes opportunités aux entreprises intéres­ sées dans les quatre domaines de recherche, que sont la technologie des accélérateurs, les processus et les matériaux avancés, les hu­ mains et la santé, et l’énergie. Vu le caractère provisoire de la construction et vu la nécessité de disposer très rapidement de locaux, une construction modulaire semblait la mieux à même de remplir cette mission.

2906

D’autant plus que les éléments pourraient en­ suite être déplacés en surélévation d’une autre construction modulaire, de manière définitive cette fois, dans l’enceinte de l’Institut. Dans un environnement où la recherche est centrale, collaborer avec une entreprise tournée vers le développement de nouveaux systèmes constructifs, travaillant avec une matière innovante telle que le bois paraissait relever de l’évidence. Avec un contrat en entreprise totale, Erne Holzbau AG a développé les plans d’exécution, assuré la direction des travaux et supervisé sa réalisation. Les architectes ont privilégié des éléments de grande surface, avec un haut degré de préfa­ brication. Le réemploi des modules grâce à un démontage et un remontage simple, le choix pour une construction à sec, l’utilisation de fondations ponctuelles sous forme de vis, les options d’ouvrants, tous ces critères énoncés ont été décidés en faveur d’un développement durable. Les modules ont été optimisés, au­ tant statiquement que spatialement, afin de


Lieu Park innovAARE, 5234 Villigen Maître d’ouvrage innovAARE AG, Switzerland Innovation Park innovAARE Architecte swissmade AG, Léone-Sophie Kündig et Joos Kündig, Zurich Entreprise générale Erne AG Holzbau, Laufenburg Bois mis en œuvre BLC 21 m3, bois massif 58 m3; Panneaux: OSB 1920 m2, trois plis 27 mm 232 m2, panneaux de fibres de moyenne densité 15 mm 206 m2, contreplaqué 15 mm 110 m2; Lattage 960 m, lambrissage de façade en Douglas 5240 m, parquet en Douglas 84 m2 Surface de plancher SIA 416 462 m2 Durée de construction Mars–juillet 2015 Photographe swissmade AG, Zürich

créer des espaces de qualité, plus proches fi­ nalement du pavillon que du container. Le programme prévoyait une construction de deux niveaux, avec au rez-de-chaussée les bureaux de la firme innovaare SA, une salle de réunion, une surface d’exposition et une pièce dédiée à des ateliers de travail. Un escalier en chêne mène à travers une galerie aux espaces situés à l’étage. Organisés en quatre à huit unités, ils se regroupent autour d’une salle de conférence et accueillent les premières entre­ prises. Le rez-de-chaussée très ouvert adopte un caractère public. Il offre de multiples vues vers les aménagements paysagers et se pro­ longe vers l’extérieur par une grande terrasse. À l’intérieur du bâtiment, le sol composé de dallettes en ardoise contraste avec la blondeur du bois qui habille les espaces. Les architectes imaginent un rez-de-chaussée fonctionnant comme une cuisine, permettant des rencontres informelles et créatives entre scientifiques du monde académique et chercheurs de l’indus­ trie, tandis que l’étage offre la possibilité de

se retirer et d’approfondir la qualité des pro­ positions ayant émergé. Le bois très présent dans cette construction présente différents visages suivant l’emploi qui en est fait. Le bâtiment est revêtu à l’exté­ rieur par un bardage en Douglas prégrisaillé et ventilé. Contre la véranda, le long des esca­ liers extérieurs et de la rampe, les lames sont brutes de sciage et contrastent avec le gris de la façade, puisqu’elles apparaissent ici dans leur couleur naturelle. Dans l’espace d’exposi­ tion, les porteurs verticaux en bois apparaissent dans des tons naturels, tout comme les poteaux traverses autour des bandeaux d’éclairage. Les parois intérieures ayant un rôle statique sont stabilisées par des panneaux OSB peints directement dans une couleur grise ou argen­ tée. Pour une construction provisoire réalisée en quatre mois seulement, l’adéquation aux besoins et la qualité spatiale proposée pa­ raissent admirables.

2907


Coupe transversale

2908


Niveau +1

10 m

Niveau 0

2909


2910


Composition toiture: Tuiles concassées 80 mm Lé de séparation Étanchéité en caoutchouc Isolation 80–130 mm Étanchéité Élément en caisson: panneau OSB/4 25 mm nervures 240 mm/isolation panneau OSB/4 25 mm, poncé Composition plancher niveau +1: Parquet avec isolation aux bruits d’impact 20 mm, flottant Plaques de sol 2 x 10 mm Isolation aux bruits d’impact 2 x 20 mm Alourdissement avec granules pour nids d’abeille 30 mm Élément en caisson: panneau OSB/4 25 mm nervures 280 mm/isolation 100 mm panneau OSB/4 25 mm, poncé Composition parois extérieures: Panneau OSB 15 mm Pare-vapeur Montants 240 mm/Isolation Panneau de fibres de densité moyenne, ouvert à la diffusion 15 mm Lé de façade Montants 140 mm Lattage 25 mm Lames rhomboïdes 45 x 45 mm

Coupe constructive

2911


Logements et surfaces d’activités Papiermühle, Ittigen La construction vise à densifier la zone qui s’étend autour de Papiermühle, du nom de l’arrêt desservi par la ligne régionale qui passe au pied de l’immeuble. Le bâtiment au main de la fondation CoOpera se dresse devant une petite place nouvellement aménagée, amenant plus aisément le voyageur à son quai. L’ensemble formera, avec le nouvel immeuble voisin, un tout nouveau visage pour ce lieu de passage. L’immeuble est constitué de deux volumes po­ sés l’un sur l’autre de manière décalée. Le pre­ mier, de deux niveaux, forme l’assise, tandis que l’autre qui le surmonte, placé en retrait de la voie ferroviaire, s’avance sur la petite place et protège son entrée. Le bâtiment pré­ sente deux étages côté quai qui s’alignent à la marquise, tandis qu’à l’arrière, côté rue, il s’élève jusqu’à quatre niveaux et s’exprime pleinement comme élément de densification,

Situation

2912

reprenant le gabarit des volumes existants ou en devenir. À l’ouest, les deux étages visibles forment une continuité avec le tissu bâti. Le socle est dévolu à des surfaces d’activités dont des magasins et des bureaux au rez-de-chaus­ sée. Au premier étage, un cabinet médical et des espaces thérapeutiques sont planifiés. Dans les deux niveaux supérieurs, six appar­ tements s’organisent autour d’une distribution verticale qui débouche au rez-de-chaussée sur la nouvelle place. Les façades sont habillées d’un crépi minéral qui s’harmonise avec celui des bâtiments présents à la rue du Jardin. Son expression est marquée par la présence de bandeaux vitrés continus, soulignés par des parties pleines qui s’intercalent régulièrement. Les deux corps de bâtiment son traités dans un esprit de continuité qui les rend semblables, malgré des programmes qui diffèrent. Le re­ cours à une allège pleine est une réponse à la présence de flux de voyageurs et à une situa­

tion exposée. Ainsi donc, l’allège protège l’inti­ mité des occupants et leur donne en même temps un sentiment de sécurité. La façade nord sur rue est plus fermée pour des raisons énergétiques. Depuis les angles cependant, des bandeaux s’étirent vers l’intérieur et en assouplis­sent l’expression. Le sous-sol, tout comme la cage d’escaliers sont en béton. Ils sont nécessaires à la stabilisation du bâtiment et répondent aux exigences d’incombustibilité pour les voies de fuite. De plus, deux portiques métalliques multiples posés longitudinalement renforcent l’effet sta­ tique de la cage d’escaliers, très excentrée. De ce fait, ils sont habillés d’une protection feu. Dès le rez-de-chaussée, le bâtiment est conçu selon un système poteaux-poutres, sans cloi­ sons porteuses. Cette solution structurelle permet de superposer des programmes hétéro­ gènes, avec un cloisonnement qui diffère d’un étage à l’autre. Les poteaux sont en bois lamel­


lé-collé et varient dans leur section en fonction des forces exercées. Visibles, ils répondent aux prescriptions de protection incendie (R60) et soutiennent les sommiers disposés dans la longueur du bâtiment, dans les parois exté­ rieures. Ces sommiers en lamellé-collé font place à des profilés métalliques sur lesquels s’appuie un plancher nervuré en bois. Le re­ cours à des éléments métalliques a également permis de minimiser l’encombrement des dalles, organisant les porteurs primaires et se­ condaires dans le même plan. Cet aspect avait son importance, puisque les hauteurs d’étage et l’altitude à la corniche devaient être respec­ tées. Ainsi, c’est un plafond lisse et sans poutres apparentes qui est réalisé. Les parois préfabriquées non porteuses sont dimension­ nées pour correspondre à la fois aux exigences phoniques et aux prescriptions de protection incendie. Les allèges non porteuses sont réali­ sées en ossature, accrochées au système po­

teaux-poutres. La production de chaleur dé­ coule de la combinaison d’une pompe à chaleur et d’une installation solaire, stockée provisoirement dans un réservoir d’eau sous le radier. La géothermie, le surplus de chaleur dispensé par les collecteurs d’eau chaude, et la chaleur générée par la climatisation dans les surfaces d’activité et les logements servent également de source de chaleur. En été, l’éner­ gie non utilisée est stockée jusqu’à la pro­ chaine saison, pour les besoins hivernaux. La climatisation en cas de chaleur estivale est transmise par le chauffage au sol et par un air froid diffusé à travers la ventilation mécanique. Le bois se manifeste à l’intérieur grâce à une structure apparente, des châssis de fenêtres et de vitrages intérieurs en bois huilé et des parquets massifs. Un équilibre apparaît entre le bois, le béton apparent des escaliers, les parois et les plafonds peints. Il est à souligner que le projet était prévu à l’origine en cons-

truction traditionnelle. Quand la CoOpera a repris le projet en cours, elle a souhaité lui faire intégrer le standard Minergie-P pour corres­ pondre à un bâtiment durable, avec un bon climat d’habitation. C’est donc tout naturelle­ ment qu’elle s’est acheminée vers une construction en bois. L’entreprise générale et le bureau d’ingénieurs bois ont ainsi retravaillé et adapté le projet pour qu’il soit adapté dans le langage propre au bois. La flexibilité voulue pour les surfaces d’activités a porté les concepteurs vers un système structurel à poteauxpoutres.

2913


Niveau 0

Coupe longitudinale

2914

Niveau +1

20 m

Coupe transversale


Niveau +2

Niveau +3

2915


Lieu Gartenstrasse 1, 3063 Ittigen Maître d’ouvrage CoOpera Fondation collective PUK, Ittigen Architecte Communauté de travail Rausser + Zulauf, Berne, et Werkgruppe AGW, Berne Ingénieur bois Lauber Ingenieure AG, Lucerne Entreprise générale Schaerholzbau AG, Altbüron, et Werkgruppe AGW, Berne Entreprise bois Schaerholzbau AG, Altbüron Bois mis en œuvre Bois massif recollé 118 m3, BLC 27 m3, panneaux trois plis 70 m3, isolation 21 m3, lattage 10 m3, parquets en bois massif 1400 m2 Coûts (CFC 2) CHF 7,148 millions dont CFC 214 CHF 1,038 million Surface de terrain SIA 416 1100 m2 Surface de plancher SIA 416 2380 m2 Volume bâti SIA 416 7960 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 898.– Durée de construction Juillet 2013 – octobre 2014 Photographes Alexander Jaquemet, Erlach (extérieurs), Daniel Sutter, Zurich (intérieur)

2916


Composition toiture: Toiture végétale 80 mm Drainage et anti-racine 20 mm Étanchéité Isolation 180 mm Isolation avec pente 0–240 mm Étanchéité Elément nervuré: panneau trois plis 27 mm nervures 280 mm/isolation Lattage 40 mm avec suspension Panneaux de plâtre 2 x 12,5 mm Composition planchers: Parquet massif 15 mm Chape ciment 70 mm Isolation 20 + 60 mm Elément en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 280 mm/isolation panneau trois plis 27 mm Etrier souple 54 mm Plaques de plâtre fibrée 2 x 12,5 mm

Coupe constructive

Composition parois extérieures: Plaque de plâtre fibrée 15 mm Lattage 60 mm/Isolation Étanchéité à l’air Lambris posé en diagonal 22 mm Montants 240 mm/Isolation Lambris posé en diagonal 22 mm Support pour crépi 40 mm Crépi 10 mm

2917


Immeuble administratif Laur-Park, Brugg Au siège de l’Union suisse des paysans à Brugg, plusieurs nouveaux immeubles valorisent une situation centrale et augmentent la densité du site. Le bâtiment qui vient se greffer, deux étages de bureaux et un dernier niveau réservé à des logements, forme un ensemble avec les édifices déjà présents, la ‹Maison des Paysans suisses›, la maison Schiplin et le musée Vindonissa. Anciens et nouveaux s’insèrent en une mo­ saïque de maisons, jardins et cours. Face à la vieille ville, entre un complexe scolaire et un quartier résidentiel, ils s’organisent de manière autonome, créant une identité propre. L’im­ meuble de bureaux, long volume de trois ni­ veaux légèrement plié, s’ajuste à son environ­ nement bâti, au sud de la parcelle. Le choix structurel et la matérialité sont à chercher du côté du mandant, l’Union suisse des Paysans, dont le bois incarne depuis toujours l’élément constructif de référence. Afin de privilégier une matérialité durable et écologique, le choix s’est donc porté sur une matière première indigène. La part de bois local s’élèvera d’ail­ leurs à plus de 80 % dans la construction. Les pièces, baignées de lumière, sont marquées par l’omniprésence du bois, avec une structure poteaux-poutres qui reste apparente. Une trame définie à 1,35 m ordonne l’entier de la construction, précise l’espacement des po­ teaux, la taille des vitrages, la dimension des bureaux et l’écartement des dalles. Les étages sont facilement divisibles, en respectant toute­ fois l’écartement des solives, et offrent des espaces de travail variés, de grandes pièces, des salles de réunions et des bureaux indivi­ duels. Des vitrages traités tels des membranes délimitent le couloir central. Un hall d’entrée généreux fait également office de cafétéria et de point de rencontre au sein de l’association. Le second et dernier étage accueille quatre grands appartements. Protégée par une loggia

Situation

2918

qui court sur la longueur du bâtiment au sud, celle-ci crée un espace extérieur protégé et intime. En façade un lambris en sapin prégri­ saillé est ventilé. Avec son grand avant-toit, il ne nécessite que peu d’entretien et offre une solution durable. La construction de trois niveaux s’appuie sur une charpente en bois assemblée autour de noyaux en béton, stabilisée horizontalement par des dalles mixtes. Les solives visibles à l’intérieur des espaces administratifs expriment la trame constructive de 1,35 m et fran­ chissent une portée de 6 m. Elles sont ap­ puyées sur des poteaux posés en périphérie du bâtiment, et sur un sommier central porté par des piliers dimensionnés selon les charges. Sur la zone d’entrée, là où l’édifice s’élargit, la portée passe à 9 m. Des poutres rainurées en lamellé-collé d’une hauteur statique de 60 mm sont posées entre les solives et composent un plafond acoustique. Entaillées et liées solidai­ rement au béton de 130-150 mm qui est coulé par dessus, elles constituent un coffrage per­ du. Les éléments en béton stabilisent l’en­ semble de la construction en bois. La structure doit présenter une résistance au feu de 30 mi­ nutes (R30). Pour ce faire, les parties structu­ relles en bois sont dimensionnées en tenant compte de leur durée de combustion. Les fenêtres et les allèges sont posées en biais, dessinant un redent à chaque étage. Ce dispo­ sitif permet l’installation de stores à toiles sur l’extérieur, et la pose de convecteurs à l’inté­ rieur, sans que la paroi devienne trop épaisse. Des fenêtres pivotantes permettent l’aération naturelle des pièces. Chauffage et refroidisse­ ment des bureaux sont fournis par des convecteurs posés dans les allèges. Le bâtiment est relié à une installation thermique voisine, alimentée par des copeaux. Enfin, des pan­ neaux solaires posés en toiture fournissent l’eau chaude sanitaire.


2919


Niveau socle

Niveau 0

Niveau +1

Niveau +2

2920

20 m


Coupe longitudinale

Coupe transversale

2921


Composition toiture: Couverture Lattage 30 mm Contre-lattage 60 mm Sous-couverture 22 mm Chevrons 280 mm Composition planchers: Parquet 15 mm Chape 85 mm Isolation aux bruits d’impact 20 mm Isolation 20 mm Béton polystyrène 60 mm Béton armé 150 mm BLC 60 mm Solives 300 mm Coupe constructive

2922

Composition parois extérieures: Eléments de façade préfabriqués Isolation 80 mm Espace ventilé 30 mm Parement en bois 25 mm


Lieu Laurstrasse 10, 5200 Brugg Maître d’ouvrage Consortium pour la construction de Laur-Park Brugg: Union suisse des Paysans USP, la fondation de la caisse de pnsion de l’agriculture suisse et la caisse maladie Agrisano Architecte pool Architekten, Zurich; partenaires responsables: Andreas Sonderegger, Matthias Stocker; chef de projet: Thomas Friberg Management de projet Perolini Baumanagement AG, Zurich Direction de travaux LBA, Landwirtschaftliches Bau- und Architekturbüro, Brugg Architecte paysagiste Berchtold.Lenzin Landschaftsarchitekten, Liestal Ingénieur civil MWV Bauingenieure AG, Baden Ingénieur CVCS Hobler Engineering GmbH, Zurich Ingénieur électricité Schäfer Partner AG, Lenzburg Physique du bâtiment Kopitsis Bauphysik AG, Wohlen Conception lumière Reflexion AG, Zurich Géologie, géotechnique, hydrologie Dr. Heinrich Jäckli AG, Baden Ingénieur bois Makiol Wiederkehr AG, Beinwil am See Entreprise bois Schäfer Holzbautechnik AG, Dottikon Bois mis en œuvre Pour la structure, distinction par le ‹Certificat d’origine bois Suisse› (83 % bois indigène, min. 80 % exigé) Coûts CFC 1–9 CHF 8,58 millions dont CFC 214 CHF 1,5 million Surface de terrain SIA 416 3349 m2 (y compris logements), 1941 m2 (bureaux) Surface de plancher SIA 416 1983 m2 (bureaux) Volume bâti SIA 416 7522 m3 (bureaux sans sous-sol) Prix/m3 SIA 416 (BKP 2) CHF 754.– (bureaux), CHF 487.– (logements) Durée de construction Décembre 2010 – août 2012 Photographe Arazebra, Andrea Helbling, Zurich

2923


‹Stabile Amministrativo 3›, Bellinzone ‹Stabile Amministrativo 3› forme l’élément vertical d’une composition qui comprend également un parc public, un grand espace vert s’étendant jusqu’aux immeubles administratifs voisins. Le projet se trouve à la jonction entre un quartier d’affaires implanté au pied du château, une zone d’habitation développée en périphérie de la ville et l’arrivée d’une future bretelle autoroutière. Pour ce projet, il importait de réunir sous un seul toit une grande partie des services rattachés au Département du Territoire, éparpillés jusqu’alors en différents lieux de la ville et autour de Bellinzone. Les contours du projet sont esquissés en 1993 déjà, lors d’un concours lancé par la caisse de pension des fonctionnaires de l’Etat. Resté dans un tiroir de nombreuses années, le projet est à nouveau relancé en 2004 par le Département des Finances et de l’Economie. L’immeuble admi­ nistratif est composé de deux corps. Le volume principal offre des bureaux aux 350 employés que compte le Département du Territoire, tandis que le second, plus petit, héberge des salles de réunion. Afin de ne pas interrompre la continuité avec le parc, la barre de bureaux est posée sur vingt piliers. Son rez-de-chaussée devient dès lors un espace d’accueil, soulignant le caractère public de l’édifice et comprenant une zone d’en­ trée, un guichet d’information et une cafétéria. Entièrement vitré et de plain pied, il entretient un lien étroit avec le parc qui le borde. Les cinq niveaux supérieurs accueillent des bureaux disposés autour d’un couloir double. Des cellules

2924

organisées sur une trame répétitive de 1,25 m offrent des espaces de travail bien proportionnés et permettent une grande flexibilité et modula­ rité. Les bureaux orientés au nord-est regardent le parc tandis que ceux orientés vers le sud-ouest jouissent d’une vue vers des horizons montag­ neux. En toiture, la centrale thermique et une installa­ tion photovoltaïque sont intégrées à l’architec­ ture, comme c’est d’ailleurs le cas pour tout ce qui est propre à la technique dans ce bâtiment. Enfin, au sous-sol se trouvent des archives, un laboratoire, un local d’impression, quelques lo­ caux techniques et des dépôts. Les salles de réunion, situées dans un plus petit volume clairement détaché des bureaux, adoptent des configurations qui varient selon les étages. Les deux corps sont reliés entre eux par de hauts couloirs. La géométrie et le caractère du petit volume contrastent avec la grande barre de bureaux, faisant référence à la monumentalité clairement perceptible à Bellinzone. Les grands vitrages des salles de conférence agissent comme des cadrages sur le château, celui-ci devenant une sorte de tableau vivant qui évite tout effet d’anonymat aux salles. Au rez-de-chaussée, un espace plus grand, directement relié au foyer est destiné à accueillir une septantaine de personnes lors d’événements particuliers. La majeure partie de l’ouvrage est en béton, les piliers du rez-de-chaussée qui supportent une dalle en caisson, les deux cages d’escaliers, tout comme les dalles d’étages et les parois de sépa­ ration. Seules les parois extérieures non por­ teuses des bureaux sont composées d’ossatures

en bois renforcées par des profilés métalliques. Les cinq niveaux de bureaux se caractérisent par une double peau, formée d’une couche en bé­ ton utilisée comme brise-soleil ombrant une seconde, celle-ci servant de couche protectrice et isolante. Côté extérieur, cette dernière est habillée de lames en Douglas. Cette même essence est également choisie pour revétir les parois sur leurs faces intérieures, grâce à des panneaux trois plis, de même que toutes les portes des bureaux. Le second volume plus petit, présente des parois en béton apparent contrastant avec des fenêtre en Douglas. Le bâtiment dispose d’une système automatisé pour le chauffage, la ventilation et le refroidisse­ ment. Les installations techniques sont position­ nées en toiture. Une pompe à chaleur air-eau diffuse la chaleur à basse température dans cha­ cune des pièces et alimente des panneaux rayon­ nants alternativement du froid ou du chaud depuis le plafond. Les luminaires, des plaques d’absorption phonique, des capteurs de pré­ sence et des sprinklers sont également intégrés dans ces panneaux. Une ventilation mécanique débite l’air neuf nécessaire à chaque bureau à travers des plaques perforées, après avoir traver­ sé d’imposants monoblocs placés en toiture. Enfin, une installation photovoltaïque placée en toiture produit annuellement 37 000 kwh. Le ‹Stabile Amministrativo 3› est certifié par le label Minergie grâce au développement de concepts énergétiques innovants respectant les grandes lignes d’un développement durable. Le respect de mesures simples devraient assurer au bâti­ ment une pérennité à travers le temps.


Situation

Implantation

2925


Lieu Via Zorzi 13, 6500 Bellinzone Maître d’ouvrage Dipartimento delle finanze e dell’economia, divisione delle risorse, sezione della logistica, e departimento del territorio, Bellinzone Architectes Communauté de travail Luigi Snozzi, Sabina Snozzi Groisman et Gustavo Groisman, Locarno Direction des travaux Consorzio Tec 3, Giubiasco Ingénieur civil Project Partners Ltd, Grancia-Lugano Ingénieur CVSE Lombardi SA, Minusio Ingénieur électricité Scherler SA, Lugano-Breganzona Ingénieur sécurité feu Swissi SA, Lugano-Massagno Physique du bâtiment Ifec consulenze SA, Rivera Conseil aménagement intérieur Studio architetto Leonardo Modena, Bellinzone Géologue Jean-Claude Bestenheider, Bellinzone Conseil pour la façade en bois Federlegno, Rivera Entreprise bois Holzbau Kayser AG, Stans-Oberdorf (bardage), Veragouth SA, Bedano (lambrissage), et Binda SA, Taverne (autres menniseries) Bois mis en œuvre BLC 38 m3, bois massif recollé 70 m3, bois massif en Douglas 34,9 m3, panneaux troi plis en Douglas 27 mm 3852 m2, lattage 3392 m et en Douglas 4084 m Coûts CFC 1–9 CHF 37,64 millions Coûts (CFC 2) CHF 29,26 millions dont CFC 214 CHF 1,35 million Surface de plancher SIA 416 11 515 m2 (total), 10 202 m2 (bureaux), 1313 m2 (salles de réunion) Volume bâti SIA 416 47 028 m3 Prix/m3 SIA 416 (BKP 2) CHF 620.– Durée de construction Juillet 2009 – mars 2014 Photographe Filippo Simonetti, Brunate (It)

2926


Coupe longitudinale

Niveau +1

40 m

Composition parois extérieures: Panneau trois plis en Douglas 19 mm Lattage 90 mm Panneau OSB/3 15 mm, joints étanches à l’air Nervures 255 mm/Isolation minérale 155 mm/Isolation en fibres de bois 100 mm Panneau de fibres de moyenne densité, ouvert à la diffusion 15 mm Lattage 90 mm/Isolation 60 mm Panneau trois plis en Douglas 27 mm Coupe constructive

2927


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno Mühlebachstrasse 8 En Budron H6, CP 113 CH-8008 Zurich CH-1052 Le Mont sur-Lausanne Tél. 044 267 47 77 Tél. 021 652 62 22 Fax 044 267 47 87 Fax 021 652 93 41 info@lignum.ch cedotec@lignum.ch www.lignum.ch www.lignum.ch Bulletin bois, juin 2017 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur

Rédaction Roland Brunner, Lignum, et Audanne Comment, Lignum-Cedotec Conception graphique BN Graphics, Zurich

Le Bulletin bois paraît quatre fois par ­année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 20.– Classeur (10 numéros) CHF 140.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications.

Administration, abonnements, expédition Lignum, Zurich

Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des diffé­rents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.

ISSN 1420-0252

Hotline – Service technique: 021 652 62 22 Nos spécialistes répondent gratuitement à vos questions tous les jours de la semaine entre 9 h et 17 h.

Impression Kalt Medien AG, Zoug

Profile for Lignum

Bulletin bois 123/2017  

Bureaux

Bulletin bois 123/2017  

Bureaux

Profile for lignum