Page 1

n째78 / octobre 2012 / GRATUIT

nord & belgique Cultures et tendances urbaines


Sommaire

08 news Jouons avec David Bowie,

14

Biennale du Design de Courtrai, 48H Maisons de Mode, Edward Hopper, Dessine-moi la French Touch...

portfolio

Jean Lecointre

24 événement Fantastic et ses métamorphoses urbaines 36 Festival, musique Tourcoing Jazz Tindersticks, Dominique A, Chains of Love, Mina Tindle, Noel Gallagher, Les Nuits Electriques, C2C, Suzanne Vega, Sparks, Secret Chiefs 3, Mathieu Boogaerts, Monogrenade, Godspeed You ! Black Emperor, Here We Go Magic, Grizzly Bear, Festival Ground Zero...

© Jean-François Fourtou, Courtesy JGM. Galerie, Paris

Let’smotiv - octobre 2012 - #78

Laura Henno, Charlotte Rampling, Chagall, Fenêtres sur Jardins, Cyril Bitton… Agenda

92 théâtre & danse François Verret (interview), L'Art du Divertissement, La Marionnette Dans Tous Ses états, Don Juan Addiction, Mamma Medea, Robyn Orlin, Red Brick A, Le Sacre du Printemps, Radical Wrong… Agenda

114 littérature

Rencontre avec Moïra Sauvage : Aux armes citoyennes ?

118 livres Benoit Duteurtre,

Philippe Djian, Sam Shepard, Aurélien Bellanger, Emmanuelle Pireyre

64 cinéma Dans la Maison

120 disques Taken By Trees,

70 Exposition Pascal Bernier,

122 agenda concerts

(F. Ozon), Amour (M. Haneke), Vous n'avez encore rien vu (A. Resnais), Chris Marker…

Fables du Paysage flamand, Constant Permeke, Jimmie Durham, Cobra,

Electric Electric, School is Cool, Teen, Animal Collective

130 Le mot de la fin Nicolas Jaoul


Let’smotiv Nord & Belgique 114 rue Barthélémy Delespaul - F-59000 Lille Tél : +33 362 64 80 09 - Fax : +33 362 64 80 07 redaction.nord@letsmotiv.com redaction.bruxelles@letsmotiv.com

www.letsmotiv.com Let’smotiv Nord & Belgique est édité par la Sarl L'astrolab* - info@lastrolab.com

Membre du réseau Let’smotiv Magazines L'astrolab* Sarl au capital de 5 000 euros - RCS Lille 538 422 973 Dépôt légal à parution - ISSN : en cours Ont collaboré à ce n° : François Annycke, François-Xavier Béague, Madeleine Bourgois, Pascal Cebulski, Mathieu Dauchy, Florent Delval, Marine Durand, Grégory Escouflaire, Tiphaine Gagne, Audrey Jeamart, Jean Lecointre, Hakima Lounas, Maxime Olivier, Olivia Volpi Couverture : L'amour, Jean Lecointre - www.jeanlecointre.com

Direction de l’édition / Rédaction en chef : Nicolas Pattou nicolas.pattou@lastrolab.com

administration : Laurent Desplat laurent.desplat@lastrolab.com

Rédaction : Thibaut Allemand - Florian Koldyka redaction.nord@letsmotiv.com

Impression : Imprimerie Ménard 31682 Labège

Direction Artistique / graphisme : Cécile Fauré cecile.faure@lastrolab.com

diffusion : C*RED (France/Belgique) ; Zoom On Art (Bruxelles)

Publicité : pub.nord@letsmotiv.com

Let’smotiv est une publication d’Urban Press www.urban-press.com

L’éditeur décline toute responsabilité quant aux visuels, photos, libellé des annonces, fournis par ses annonceurs, omissions ou erreurs figurant dans cette publication. Tous droits d’auteur réservés pour tous pays. Toute reproduction, même partielle, par quelque procédé que ce soit, ainsi que l’enregistrement d’informations par système de traitement de données à des fins professionnelles, sont interdites et donnent lieu à des sanctions pénales. ı Let'smotiv est imprimé sur du papier certifié PEFC. Cette certification assure la chaîne de traçabilité de l’origine du papier et garantit qu'il provient de forêts gérées durablement. Ne pas jeter sur la voie publique.

Papier issu de forêts gérées durablement


en Bref

Pictopop © Victor Hertz

Le graphiste Victor Hertz crée des blind-tests visuels (des deaf-tests ?). Les chansons des Beatles, Elvis, Stones et autres Johnny Cash sont représentées en pictogramme. Ici, on a reconnu China Girl, Young Americans et Diamond Dogs. Et vous ? www.flickr.com/ photos/hertzen

© donkey

-products.

com

i-Aïe aïe...

Telex

Comment cela ? Les moins de trois ans ne se servent que rarement d'un ordinateur  ? Mais il faut agir ! Ils ont droit, comme chacun, à leur dose quotidienne de Lolcats ! Comment ça ils sont trop jeunes ? Mais il faut les habituer ! Créons leur des ardoises lookées comme un PC Portable. Oui, ou mieux, un i-Mac. Et appelons-ça i-Wood tant qu'à faire...  Ça bosse dur, chez les créatifs. On les laisse, et on va se faire un bon vieux Télécran ? www.vorstellungskraft.com Le Kiosk ? On s'est cassé le nez devant l'entrée, le 8 septembre dernier. Deux-trois paperasses à régler, a expliqué Fabrice et cette fois, juré craché, le célèbre club lillois rouvre ses portes le 5 octobre ! www.kiosk-club.fr


9 news

In & Out

Kishu © Maya Selway

Depuis 1968, Courtrai accueille une Biennale du Design qui s'adresse autant aux professionnels qu'aux particuliers. Cette 23e édition rassemble 300 exposants internationaux, mais aussi sept invités d'honneur (le collectif Troika, David Bowen, Ross Lovegrove, le bureau Makkink&Bey, le duo Muller/Van Severen, le studio Nendo et l'architecte Greg Lynn). Elle sort aussi du Parc des Expositions et investit le centre-ville pour la première fois : plusieurs édifices, dont certains historiques sont revus par des designers. De quoi dresser un vaste panorama de la création actuelle. Intérieur 2012 : 20>28.10,

Accords et désaccords On a tous joué à Guitar Hero. Le temps d'une soirée, avec une guitare en plastique et cinq touches de couleur, on se prenait pour Dave Davies ou Slash. Dix ans plus tard, on est pas plus doué avec une six-cordes. Sauf que Rocksmith, lancé par Ubisoft, pourrait vraiment nous faire progresser : le principe est le même, sauf qu'on branche une vraie gratte. Avec des vraies cordes. Et de vraies difficultés... Didactique, d'accord, mais vraiment fun ? Pas si sûr. Pour PC, Xbox 360 et PS3, 89,99€

© DR

Courtrai, www.interieur.be

Weekend cintré

Le label Maisons de mode rejoint la Gare Saint Sauveur de Lille pour un weekend placé sous le signe de la mode ET du grand public. L'occasion de découvrir les jeunes créateurs locaux : la Métropole abrite tout de même une trentaine de jeunes marques ! Dans les rayons ? Des défilés ouvert à tous, un bar à tatouages et piercings, un marché de l'accessoire et même une... course en talons aiguilles  ! On ne peut citer ici les très nombreuses activités – on espère que les organisateurs ne vont pas se froisser. 48h de la Mode, 12>14.10, Lille, Gare SaintSauveur, www.maisonsdemode.com

Le prix Ig Nobel est un prix parodique décerné à des « découvertes » bizarres, drôles ou absurdes. Cette année, cet anti-Prix Nobel, catégorie « psychologie », a été décerné à Anita Eerland, Rolf Zwaan et Tulio Guadalupe pour leur étude montrant que se pencher vers la gauche fait apparaître la tour Eiffel plus petite. L'Humanité reconnaissante, comme disait l'autre.


Tour à tout romantique, réaliste, symboliste, formaliste, l'œuvre d'Edward Hopper (1882- 1967) est apparemment moins portée sur l'introspection que sur une description objective de son temps. On a bien dit « apparemment  ». Chronologique, divisée entre les années de formation et celles dites de la maturité, l'exposition que lui consacre Le Grand Palais, à Paris, avec une large sélection de peintures, aquarelles, gravures et illustrations, honore un artiste majeur mais finalement méconnu. 10.10>28.01.13, Paris, Le Grand Palais, tlj sf mar, 10h>20h (et mer>sam>22h), 12/8€, www.grandpalais.fr

Edward Hopper, Nighthawks, 1942, Friends of American Art Collection © Art Institute of Chicago

Un américain à Paris

On ne va pas vous refaire la genèse de la French Touch, ni évoquer encore et toujours Daft Punk, Air, Étienne de Crécy, Motorbass, Alex Gopher ou Bob Sinclar (et oui!). Mais près de vingt ans après, qu'en reste-t-il, au-delà des notes ? Des visuels, pochettes, clips.... Signés par les agences H5, Restez Vivants !, M/M, ou encore Michel Gondry. Ces graphistes partageaient avec les musiciens un âge, une culture et un goût pour l'électronique et le détournement. Leur esthétique a marqué l'époque et influence toujours les arts visuels. Vertigineuse, cette exposition permet d'en prendre toute la mesure. 10 octobre 2012 au 31 mars 2013, Paris, Les Arts Décoratifs, mar>dim, 11h>18h, 9,5/8€, www.lesartsdecoratifs.fr

Telex

© DR

© H5

Exception culturelle

Régime sec Bart de Wever, le leader du NVA, parti flamand d'extrême-droite « soft  » (si ça existe...), vient de publier un livre. Son combat ? Maigrir. Et voici donc sa recette miracle pour perdre 65 kilos en neuf mois. L'agence alimentaire enquête, car les produits qu'aurait ingurgités Bart seraient interdits en Belgique, car jugés dangereux. D'ailleurs, le régime que propose le NVA l'est aussi. Mais lui n'a toujours pas perdu de poids dans les sondages...

Croiser lecture et théâtre, théâtre et musique, illustrateurs et auteurs... Un mois exceptionnel pour partager le plaisir de lire ! C'est en tous cas le pari (toujours tenu) du Bateau-Feu de Dunkerque pour la deuxième édition de Rêves de Lecture, du 15.10 au 17.11. www.lebateaufeu.com


Jean Lecointre

portfolio

15


D'après Turkish Delights, une série réalisée par Jean Lecointre, Frank Secka et Fabien Caux-Lahalle.


des heures de colle S

on nom vous est peut-être inconnu, mais vous avez forcément déjà croisé ses œuvres, au détour d'une page de Libération ou des Inrockuptibles. Né voici 48 ans dans un village au sud de Lyon, Jean Lecointre se cache derrière des collages volontiers surréalistes et absurdes. Un patchwork ludique et intrigant d'images tirées de vieux magazines, datant souvent des Trente

Glorieuses. « Je chine parfois dans les brocantes, mais aussi dans les poubelles. Je cherche surtout des images libres de droit car, même retravaillées, on peut les reconnaître... ». On croirait entendre un adepte du sampling. Et il y a de cela chez cet ancien élève de l'affichiste Roman Cieslewicz, qui a débuté avec des ciseaux, un cutter et de la colle avant l'avènement de Photoshop. « Ce logiciel est évidemment pratique,


Illustration France www.jeanlecointre.com

mais on gagne en perfection ce qu'on perd en accidents ». Ces accidents font justement la sève de son œuvre, tout en rapprochements étonnants – de taille, de nature, de forme... En dépit d'une imagination débordante, ce complice de Pierre La Police aime travailler sous contrainte, pour une commande. « De toute façon, je m'impose toujours un thème. Mais le sens ne se révèle souvent qu'après-coup », précise-t-il. Un

sous-texte qui le gêne parfois, au point de ne pas dévoiler certaines pièces... Le collage, une psychothérapie ? Allongeons-nous, et feuilletons la psyché de Jean Lecointre... Thibaut Allemand

À lire / Greenwich, éd. Cornélius, 120p., 39,50€ et Bazar Bizarre, Éd Thierry Magnier, 64p., 15€, sortie le 03.10


événement

24

FANTASTIC La grande évasion


événement

25

© Nick Cave

Fantastic, adj. et n.m. Qui est créé par l'imagination, qui n'existe pas. Voilà pour la définition du Petit Robert. Et en pratique, ça donne quoi ? Un concept suffisamment évocateur pour permettre, durant trois mois, d'inviter une myriade d'artistes dans l'Eurométropole lilloise. Arts visuels, musiciens, cinéma, théâtre... Fantastic propose plus d'une centaine d'évènements se rapportant à l'étrange, à l'extraordinaire et au pas banal. Cette édition à la fois déroutante et exigeante risque, une fois encore, de faire date dans la vie culturelle régionale. Etat des lieux.


© Electronic Shadow

événement

26

Eternal Sunset Déjà présent à Lille 2004, le duo Electronic Shadow invente un coucher de soleil éternel. Sur la façade du Suite Novotel, des lumières colorées s'allument peu à peu. Et lorsque la nuit tombe – soit vers 17 heures en hiver – l'installation maintient cette impression de fin de journée... Etonnant, non ?

D

écidément, depuis 2004 et le choix de Lille comme Capitale Européenne de la Culture, l'association organisatrice ne chôme pas. Souvenez-vous de l'effervescence entourant Bombaysers de Lille ou de l'avalanche d'évènements à l'occasion d'Europe XXL. Ces derniers

champs étaient très vastes mais géographiquement encadrés. D'où notre surprise face à un thème aussi ouvert que Fantastic. Faut-il s'attendre à de la science-fiction ? À du surréalisme  ? À tout autre chose encore ? Didier Fusillier, capitaine de lille3000, nous éclaire (un peu)   : «  Pour moi, le fantastique,

Le Principe Une biennale ? Une triennale ? Rien de tout cela. lille3000 est un programme culturel conçu par la ville de Lille et le comité d'organisation de Lille 2004 Capitale Européenne de la Culture. Désireuse de prolonger le dynamisme qui avait animé la métropole, cette association rassemble les forces créatives locales (artistes, lieux, associations, etc) et le monde institutionnel (politique, financier). Après Bombaysers de Lille, en 2006, Europe XXL en 2009 ou encore La Route de La Soie en 2010, lille3000 propose une grande fête sur le thème du fantastique qui comprend des expositions, des performances, des spectacles de théâtre et de cirque, des concerts, du cinéma, des rencontres littéraires et des ateliers pendant plus de trois mois.


© Maxime Dufour photographies Seacloud - Cette installation de la Nippone Fujiko Nakaya, crée un nuage de brume à l'aide de minuscules gouttes d'eau sur la fontaine de la Gare LilleEurope. Ce brouillard change en fonction de l'heure, de la lumière, des passants qui la traversent… De quoi ralentir la course des voyageurs !

c'est une conception du temps qui oublierait le présent ». Présenté ainsi, tout paraît effectivement possible... Cela étant, quelques points de repères sont conservés  : l'Hospice Comtesse, les gares Lille-Flandres et Lille-Europe, La Gare Saint-Sauveur ou le TriPostal (autant de lieux qui accueillent des œuvres commandées à des artistes). Et puis, le label «  Fantastic  » redouble l'intérêt du public pour des expositions prestigieuses telles que Chagall, l'épaisseur des rêves à la Piscine de Roubaix ou Les fables du paysage flamand au Palais des Beaux-Arts. Mieux, il crée une synergie, donne un coup de projecteur sur des manifestations qui méritent un renfort de visibilité. Ainsi, on attend de pied ferme le parcours Science Et Fiction à la maison Folie de Wazemmes, ou l'accrochage de Robert et Shana Parkeharrison au Colysée de ▲

EN APARTE

Didier Fusillier, directeur de lille3000

Fantastic est un thème très ouvert. Cela facilite-t-il la programmation ? Pas forcément. Ce thème offre presque trop de possibilités : le merveilleux, la science-fiction... Le risque était de se disperser. On a tous une définition du fantastique. Quelle est la vôtre ? Une conception du temps qui oublierait le présent. Nous souhaitons introduire le futur dans des lieux normaux grâce à des phénomènes qui relèvent presque de l'attraction. D'ailleurs, ces propositions possèdent toutes un aspect ludique… Oui, on est comme ça, on ne se prend pas trop au sérieux, on aime bien rigoler. C'est un gros mot aujourd'hui, avec la crise, mais on ne veut pas donner de leçons ou commenter la marche du monde. Il n'y a donc pas d'éditorial, à chacun de se laisser embarquer.


28 événement

En chiffres

© Jean-François Fourtou, Courtesy JGM. Galerie, Paris

2 ans de préparation 12,5 millions d'euros de budget (dont 40% de mécénat) 25 métamorphoses urbaines plus d'un million de visiteurs attendus 72 communes impliquées 80 lieux investis dans l'Eurométropole 600 évènements

La Maison tombée du ciel de Jean-François Fourtou C'est bête comme chou, tout le monde y avait pensé, encore fallait-il le concrétiser ! Se promener dans cette maison à l'envers, c'est réaliser un rêve d'enfant, se prendre pour une mouche qui marche au plafond, ou un super-héros capable de tout. Réjouissant.

Lambersart (à partir de novembre). Fantastic est un grand pot de miel dans lequel on butinera à notre guise. Monumental Fantastic métamorphose la ville, comme en témoignent les Transformations Urbaines. Seront-elles pérennes ? On l'espère, pour certaines. Quelquesunes ne manquent pas de surprendre. Poétiques ou totalement saugrenues, comme ce terrain de football à bosses imaginé par Priscilla Monge, qui a irrité quelques riverains, cherchant en vain l'utilité d'une telle « œuvre»... À ceux-là, on répondra que l'art n'a pas vocation à être utile ou à «  servir à quelque

chose ». Cependant, au vu des installations-phares, comme la pieuvre géante de l'Hospice Comtesse, la soucoupe volante de la Gare Lille-Flandres ou le parcours Phantasia du TriPostal (des bestiaires, une licorne, un vrai-faux ascenseur, une vidéo onirique...), on peut regretter une certaine propension au monumental, au ludique ou au déjanté. Comme si chaque œuvre, détachée de la réalité, devait répondre à certains formats, à une obligation de divertissement. Pour permettre à tout le monde de participer à la fête, la structure ne pêche-t-elle pas par prudence  ? Au risque de sous-estimer la capacité de réflexion du public ? Oui et non. à sa décharge, lille3000 a aussi souvent accueilli des artistes contestés et iconoclastes (les vidéos et sculptures d'AES+F mettant en scène des enfants ou les dessins politiques réalisés à la craie par Dan Perjovschi). Il est peutêtre question de réunir d'abord le plus grand nombre. à chacun, ensuite, de se frayer un chemin, de composer son programme parmi les multiples propositions de cette édition. D'ailleurs, le Petit Robert donne d'autres définitions au mot Fantastique. Et parmi elles, on trouve celle-ci  : «  qui étonne par son importance, par sa grandeur  ». Nous sommes d'accord. Thibaut Allemand


La parade d'Ouverture

Evidemment, c'est la surprise. Mais deux ou trois indices nous mettent la puce à l'oreille. Citons tout d'abord la présence du Groupe F : la crème hexagonale du feu d'artifice a déjà ravi la Villette, le Pont du Gard ou Versailles de leur théâtre de sons et de flammes. Plus loin, le couturier Jean-Charles de Castlbajac propose une déambulation fantasmagorique, tandis qu'un géant échevelé, imaginé par le plasticien Nick Cave, survole la foule. Et l'on n'a pas évoqué les effets spéciaux, le dancefloor... Quelques indices, donc, mais à mille lieues de la folie qui nous attend !

Jean-Charles de Castelbajac, © Samuel Kirzenbaum


Paul McCarthy, Red Rabbit © André Morin

événement

30

Les Pop-Ups C'est LE coup de génie de cette manifestation : plutôt que de tout servir sur un plateau, les organisateurs proposent d'investir des lieux insolites, méconnus, jamais ou rarement ouverts au public. Des endroits devant lesquels vous passez sans doute quotidiennement  : le Buffet de la Gare de Tourcoing, le Tri Postal de Fives, on en passe... lille3000 s'occupe de tout, ou presque : artistes, associations transforment ces friches en lieu d'exposition, de show case, de lectures et ce, durant trois jours ou deux semaines. Pop ! L'un ouvre. Pop ! l'un ferme. Pop ! L'un ouvre. Et ainsi de suite... Le mystère est conservé, et leur localisation sera connu par le bouche-à-oreille et les sacro-saints réseaux sociaux...


Dîner au Domaine des Hautes-Roches,Rochecorbon © Stéphane Chevillon et Sandra Daveau

Le Dîner de Gulliver

Vous souvenez-vous de vos cinq ans ? Lorsque, haut comme les proverbiales trois pommes, vous arriviez à peine à poser votre menton sur le bord de la table ? C'est l'expérience que vous propose de revivre Lilian Bourgeat Histoire de bousculer nos repères, une bonne fois pour toutes !

Programmation ◆ Expositions ◆ La Ville Magique, jusqu'au 13.01.2013, Villeneuve D'Ascq, LaM Phantasia, 06.10 > 13.01.2013, Lille, Le Tri Postal Fantastic Attractions, 06.10 > 13.01.2013, Lille, Gare Saint-Sauveur Pavillon Energy Lab, 06.10 > 13.01.2013, Lille, Esplanade de la Gare Saint Sauveur Futurotextiles, 13.10 > 30.12, Roubaix, CETI

www.fantastic2012.com +33 (0)3 28 52 30 00

Arche, de Huang Yon Ping, 06.10 > 13.01.2013, Lille, L’Hospice Comtesse Science et Fiction, 06.10 > 13.01.2013, Lille, maison Folie Wazemmes Across Charles Burns, 24.11 > 02.02.2013, Lille, … La Sécu ◆ Théâtre ◆ Fantastik Peplum, Peplum pour baignoire, 09 > 31.10 Lille, Le Grand Bleu Le Parcours des esprits frappeurs par La Vache ▲

Bleue, 12.10, Villeneuve d'Ascq, maison Folie La Ferme d'en Haut Le Chant du Bouc, 13 & 14.10, Lille, maison Folie de Moulins, Voyage animé de Nathalie Caux, 15.10, Lesquin, Salle paroissiale, Gratuit Miniatures poétiques d'un monde gigantesque, 16 & 17.10, Lomme, maison Folie Beaulieu, Merlin par la Compagnie Apsara 17.10, Ronchin, Auditorium


© Thierry Fournier,

événement

32

A+

De loin, rien que de très ordinaire. Un panneau comme les autres, façon JC Decaux. Mais regardez-y à deux fois : cette rue, ces gens... Mais oui ! Vous êtes filmés ! Enfin, vous êtes filmés, mais votre image ne sera projetée que dans 24 heures. Et ce que vous voyez correspond à ce qu'il se passait la veille, au même endroit, à la même heure. Signée Thierry Fournier, cette installation joue sur le décalage temporel. On peut également y voir une critique de la vidéo-surveillance, pourquoi pas ? Octopoulpe Le Vilain, Compagnie Pseudonymo, 17.10 Lille, Salle Courmont Salva's Snoshow, 14>18.11, Roubaix, … Colisée ◆ Musique, concert ◆ Parade d’ouverture : Le Boléro de Ravel, 06.10, Lille, parc Matisse Mai Lan +June Bug & The Storytellers, 10.10, Lille, L'Aéronef Kanka + Wedding Dub, 11.10, Lille, L'Aéronef Fantastic et ses nuits électriques, 18>20.10, Lille, L'Aéronef (voir p. 46) Secret Chiefs 3, 27.10, Lille, L'Aéronef (voir p. 50) Plan9 from outer space, 27.10, Villeneuve d'Ascq, Maison Folie La Ferme

d'en Haut Métropolis, 01.11, Lille, … Grand Palais ◆ CIRQUE ◆ Cirque Triskel par le Cirque Fusion, 02.11, Halluin, Salle Faidherbe Cirque ici (Johan Le Guillerm), 12.12, Lille, Le Prato Les encombrants font leur cirque, 21 > 23 & 27 > 29.12, Lille, Théâtre du … Nord ◆ DANSE ◆ No Focus, Création de François Verret 09 > 11.10, Opéra de Lille (voir p. 92) Hidden de Carolyn Carlson / CCN, 09.10, Roubaix, CCN The Cradle of Humankind, 10 & 11.10, Villeneuve

d’Ascq, La rose des vents FaunA Après-Midi On The Rocks, 13.11, Roubaix, La … Condition Publique ◆ CONFÉRENCES ◆ Les Fables du paysage flamand : Bosch, Brueghel, Bles, Bril, 27.10, par Céline Doutriaux, guide-conférencière, Marcq-en-Barœul, Médiathèque La Corderie … (voir p. 74) ◆ SALONS DU LIVRE ◆ Les Halliennales, 13.10,Hallennes-Lez-Haubourdin, Complexe sportif Pierre de Coubertin, Waering - Le Sanctuaire : Salon du livre et de la BD fantastiques et du graphisme, 13 & 14.10, Wavrin, Salle des Fêtes


musique

36

TOURCOING

JAZZ FESTIVAL Changement -

p a r

T h i b a u t

de

A l l e m a n d

ton -

« Nous souhaitons débarrasser le jazz de sa réputation d'élitisme » confie Yann Subts, directeur du Festival. Vaste programme... Entre les maoïstes seventies vibrant au son du free et les snobinards enfoncés dans leur canapé écoutant « du jâââzz », la note bleue est habillée pour l'hiver. Du moins, pour ceux qui ne veulent pas entendre. Car le TJF n'a rien à voir avec cette image compassée : ouvert sur le monde, gratuit dès qu'il le peut, mêlant monstres sacrés (Marcus Miller, Magma...) et leurs dignes successeurs (Sarak Lenka, Vincent Peirani...), l'évènement tourquennois, qui fête ses vingt-six automnes, balaye les clichés poussiéreux. Pas un hasard si Herbie Hancock est de retour !


Gregory Porter Š Vincent Soyez


Magma © Marco Tchamp

Roberto Fonseca © DR

musique

38


Roberto Fonseca Carmen Souza

Accompagnateur du regretté Ibrahim Ferrer, nourri au swing afro des cabarets de La Havane, Roberto Fonseca ne s'est jamais contenté de l'héritage cubain, se distinguant par le biais d'une écriture souvent cérébrale et conceptuelle. Pourtant, l'année 2012 l'a vu se métamorphoser en intégrant un orgue Hammond, des instruments électro-analogiques et un luth n'goni africain. Le résultat, YO, est un album à part dans la précieuse discographie du musicien. Inspiré par la Santeria (un culte carribéen), le pianiste au jeu physique dresse des ponts entre Cuba et l'Afrique. Il injecte du sang neuf dans ses compositions, sans rien perdre de sa maestria. Comme un signe, c'est la Capverdienne Carmen Souza qui partage l'affiche avec Fonseca. Mêlant soul, jazz et traditions africaines, la chanteuse redonne des couleurs aux musiques noires. 23.10, 20h30, Tourcoing, Th. Municipal Raymond Devos, 20/18/15€, pass 13€

Magma Ici, nous allons vous parler d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, et que les non kobaïophones ne peuvent pas comprendre. Et pourtant... Fouillez-bien, demandez à votre vieux tonton baba ou votre marraine un peu ésotérique : ils possèdent forcément des vinyles de Magma. Cette formation cosmique possède son propre langage (le kobaïen) et sa propre musique (le zeuhl) qui conjugue jazz, chant choral et rythmes martiaux, joués de main de maître par Christian Vander. Certes, l'approche n'est pas facile. Mais ce monument de l'avant-garde hexagonale ne se visite pas tous les jours. Allez donc y faire un tour !

Blitz The

Ambassador Si le hip-hop est né aux USA, il n'a jamais oublié ses racines africaines – une nouvelle preuve avec Blitz The Ambassador, immigré ghanéen reconnecté à ses origines. Sur scène, la puissance des cuivres de son groupe (The Embassy) conforte un flow à l'élégance hargneuse. Alors hip-hop, certes, mais largement à sa place dans un festival jazz. De toute façon, des Last Poets à Oxmo Puccino en passant par les hybridations de Ninja Tune, ces deux musiques fricotent ensemble depuis longtemps. 24.10, 21h, Tourcoing, Magic Mirrors, 15/11/7€

24.10, 20h, Tourcoing, Th.Municipal Raymond Devos, 22/20/18/15€

t o u r c o i n g

f e s t i v a l


40 musique

Herbie Hancock

Herbie Hancock © X/DR

Il existe différentes manières d'aborder Herbie Hancock. En citant la myriade d'artistes qui l'ont samplé – mais on manque de place. En rappelant les légendes avec lesquelles il a composé, de Miles Davis à Wayne Shorter en passant par Donald Byrd. On peut aussi insister sur cette modernité jamais démentie, de l'electro (Future Shock, 1983, bien sûr) jusqu'aux musiques des quatre coins du globe (The Imagine Project, 2010). Mais le meilleur moyen de comprendre Herbie, c'est d'aller voir Hancock, non ? D'autant que, chose rare, le génie de la note bleue se produit ici, en solo. 25.10, 20h, Tourcoing, Th. Municipal Raymond Devos, 34/32/30/28€

informations pratiques Tourcoing, Théâtre Municipal Raymond Devos Mélodie Gardot (20.10) • Marcus Miller (21.10) • Carmen Souza + Roberto Fonseca (23.10) • Magma (24.10) • Gregory Porter + Herbie Hancock (25.10) • Michel Portal...(26.10) • China Moses & Raphael Lemonnier... (27.10) Tourcoing, Maison Folie Hospice D’havré Renaud Garcia-Fons Solo (22.10) • Jerôme Sabbagh Quartet (22.10) • Vincent Peirani (23.10) • Misja Fitzgerald Michel(24.10) • Franck Agulhon (25.10) • Pierre De Bethmann (26.10)... Tourcoing, Magic Mirrors Yom & The Wonder Rabbis (23.10) • 3/4 Peace (24.10) • Blitz The Ambassador (24.10) • David Laisné Trio (25.10) • Bernard Allison (25.10) • L’quartet (26.10) • Bernhoft (26.10) • Journal Intime (27.10) • Sandra Nkaké (27.10) • Electro Deluxe (27.10) Roubaix, Le Théâtre Colisée John Mclaughlin & The 4Th Dimension (29.10) Lille, L’aéronef  Raul Midon (29.10) 20.10 au 30.10, Tourcoing jazz festival, +33 (0)3 59 63 43 63, www.tourcoing-jazz-festival.com t o u r c o i n g

f e s t i v a l


Tindersticks + Domnique A

Chains of Love

Voici une rencontre au sommet, catégorie élégance hors-classe et flamboyance feutrée. D'un côté, Tindersticks, formation pas vraiment rare dans nos contrées, mais qui aurait signé, avec The Something Rain (2012) son ultime disque. Du moins, c'est ce que laisse entendre le baryton Stuart A. Staples. Quant à Dominique A, 2012 fut son année : réédition classieuse de tous ses travaux et un nouvel album, Vers Les Lueurs, chef-d'œuvre pop qui a élargi son audience.

Difficile de ne pas... s'attacher à ce quintette canadien qui réinvente la figure du girls band. Ici, pas d'homme qui manipulerait de jolies donzelles. Chacun y met du sien, Nathalia Pizzaro qui a un joli brin de voix ET une plume est soutenue par les choeurs de Rebecca Marie Law Gray. Chains Of Love évoque tour à tour The Ronettes et The Jesus And Mary Chain. Soit deux formations marquées à jamais par les visions soniques de ce bon vieux Phil Spector. Soit un rock aux larmes sèches, des échos de ballades 60's, des larsens 80's et, surtout, une énergie débordante.

06.10, Liège, Caserne Fonck, 20h, 25€ Tindersticks - 08.10, Lille, le Splendid, 20h, 30€ Dominique A 24.11, Arras, Théâtre d'Arras, 30/25/20/16€ 11.12, Tourcoing, Le Grand Mix, 26/23€

Mina Tindle © Claude Gassian

© DR

© DR

musique

42

03.10, Tourcoing, Le Grand Mix, 20h, 13/10€ 12.10, Béthune, Th. Le Poche, 20h45, 10/4/3e 18.10 Feignies, Esp. Gérard Philippe, 20h, 11,8€ 27.10, Calais, C. C.Gérard Philippe, 20h30, 5€

06.10, Diskmuide, 4AD, 20h, 10/8/6€, +32 (0)5 150 48 94

De loin, une énième chanteuse ayant choisi l'option menuiserie, histoire de se confectionner une jolie guitare en bois pour gazouiller dans les chemins bucoliques d'une pop folk mutine et malicieuse, où les arpèges boisés traduisent une sensibilité à fleur de peau. Mais de près, une vraie songwriter, membre de Toy Fight et complice de The National, JP Nataf ou Beirut, capable de torcher des merveilles telles que Too Loud avec un naturel à faire pâlir Feist. Alors, on remballe nos critiques faciles, et on admire.


musique

44

« Mon frère est mal élevé, arrogant et prétentieux. C'est aussi le type le plus énervé que vous pourriez rencontrer. Il est comme un type avec une fourchette dans un monde de soupe. »

noel Gallagher

Discographie (très) sélective 1994 - Definitely Maybe - Cobain se tire une balle, les frangins Gallagher boivent du Gin tonic, sauvent leur label (Creation) et ramènent le rock'n'roll dans le giron britannique. 1995 - (What's the Story) Morning Glory ? - Ce deuxième essai un chouïa moins bon contient son lot de tubes (She's Electric, Champagne Supernova...) et la scie Wonderwall. 1998 - The Masterplan - Une compil' de faces B, certes, mais qui tient la dragée haute aux « vrais » albums. Pourquoi ? Grâce à la déflagration punk rock Headshrinker et Half The World Away, dont Burt Bacharach ne s'est jamais remis. 2011 - Noel Gallagher's High Flying Birds - Honorable premier LP solo. Et même si Noel ne connaît toujours pas le sens du mot « concision », reste au moins le cuivré The Death Of You And Me ou le kinksien Dream On.


« Je ne suis pas comme John Lennon, qui se prenait pour le Tout-Puissant. Moi, je me prends simplement pour John Lennon. »

« Je ne déteste pas Robbie Williams, je hais sa putain de musique ! »

le petit Noël illustré Il fut longtemps de bon ton de se gausser d'Oasis. Pourtant, les Mancuniens ont signé, tête baissée et sourcils froncés, quelques-unes des plus belles pages du rock des 90's. Aujourd'hui, Noel Gallagher revient seul. Une remise en question ? Peutêtre. Plutôt qu'un long discours, le voici présenté en quelques citations et un choix de disques subjectif. « Sur Be Here Now, toutes les chansons sont trop longues, toutes les paroles sont nases et chaque silence est couvert par un putain de riff de guitare qu'on dirait tout droit sorti de Wayne's World. »

Si Radiohead jouait des morceaux d'Oasis, tout le monde passerait une meilleure soirée. » « Je ne reformerai pas Oasis, même si tous les enfants qui meurent de faim dans le monde en dépendaient.

Noel Gallagher’s High Flying Birds + Jake Bugg 9.10, 20h30, Lille, L'Aéronef, 35e, www.aeronef-spectacles.com


Courant Alternatif Depuis Lille 2004, c'est un fait établi : pas d’événement culturel majeur à Lille sans des soirées clubbing, de préférence au Tripostal, lieu emblématique de la capitale européenne de la culture et des musiques électroniques - le festival NAME y est né. « Fantastic » sera donc branché ou ne sera pas. Le pendant nocturne et festif de l’art contemporain serait donc la musique électronique. Après s’être penché sur des centaines de cartels et avoir fait le tour des transformations urbaines, le public est invité à s'extraire de ses réflexions sur l’état du monde en piétinant un dancefloor qui voit double : au Tripostal et à l’Aéronef ! Les deux salles voisines s’acoquinent pour multiplier, via une passerelle hautement symbolique, les possibilités de vivre une nuit électrisante. Si ces nuits sont dites « électriques », c’est qu’elles ne sont pas totalement électroniques. Et l'on se demande un peu ce que vient faire notre cher Sébastien Tellier sur cette affiche très dancefloor, grouillant de Dj's internationaux. On aime le songwriter français pour ses éjaculations électroniques, et encore plus pour sa tendresse acoustique. Lorsqu’il achève ses sets avec La Ritournelle et L’Amour Et La Violence, il atteint des sommets. La violence, il faudra d'ailleurs s’en faire pour reprendre le rythme de la soirée après cette parenthèse bleue. Pour cela, le public peut compter sur les artisans d’un dubstep bouillonnant (Rustie) et d’une techno puissante (Boys Noize), mais surtout sur les pointures que sont Erol Alkan ou Agoria. Mathieu Dauchy fantastic et ses nuits électriques 18>20.10, Lille, Tripostal , l’Aéronef, 28€ 1j., 66€ pass 3 jours, www.fantasticetsesnuitselectriques.fr Prog : Dj Sets : Lone, Doctor P, Kid Koala, Brown & Gammon, Tiga & Martyn, Peo Watson. Live : Hudson Mohawke, The Subs (18.10) // DJ sets : Maya jane Coles, Rustie, Maelstrom. Live : Boys Noize, Para One, Logo, Spank Rock, Joris Delacroix (19.10) // DJ sets : Aeroplane, Erol Alkan, Riton, Daniel Avery, Get A Room... Live : Agoria presents « Forms », Sébastien Tellier, Breakbot (20.10)

Sebastien Tellier © Mathieu Tonetti

musique

46


© DR

© Mary Rozzi

musique

48

C2C

Multiple vainqueur par équipe aux Disco Mix Club, les championnats du monde de turntablism, C2C est la réunion incomplète de 20Syl, Beat Torrent et Hocus Pocus. Le collectif nantais opère sans œillère. Hip-hop, électro, house... Tout y passe, recyclé à coup de mash-up inédits. Et les traditions ? Elles sont foulées au pied ! Zappeurs invétérés, le carré de platinistes exécute des live majuscules, résolument plus dansants que ceux de ses néanmoins compères Birdy Nam Nam. 10.10, 19h, Anzin, Théâtre Municipal, 17€, +33 (0)3 27 38 01 10

© DR

Sparks

19.10, 22h, Gand, Vooruit, 31/28,75€, +32 (0) 92 67 28 28

Suzanne Vega Vingt-sept ans déjà que cette figure folk discrète enchaîne les albums introspectifs. Arpèges en pagaille, tubes inusables (Lukas, Tom's Diner), collaborations avec John Cale, résumer le parcours de cette songwriter relève de la gageure. D'ailleurs, la New-Yorkaise s'y est attaquée elle-même, ré-enregistrant une partie de son répertoire en plusieurs volumes. À ceux à qui ce nom ne dit rien, songez à Elizabeth Morris : même souffle brisé, même timbre évocateur. L'occasion de redécouvrir des chansons hautement personnelles, comme les pages déchirées d'un journal intime jamais refermé. 18.10, Lille, Hotel Casino Barriere, 20h, 27/24/21€ 27.10, Lens, Le Colisée, 20h30, 25,40€

Sonnez hautbois, résonnez musette ! Quarante-quatre ans après leurs débuts, l'emphase des Sparks n'a pas pris une ride et, mieux, elle demeure un gage de qualité. Opiniâtres, les frères Ron et Russell Mael creusent encore et toujours le sillon d'un rock symphonique où le surjeu le dispute aux paroles sarcastiques. Voix de fausset et fièvre théâtrale habillent une production léchée quand l’exécution live nous ramène plutôt à une prouesse technique, aussi vocale qu'orchestrale.


musique

50

rock a un avenir, il est là. » « Si le


interview

SECRET CHIEFS 3 par pacôme thiellement Propos recueillis par ¬ François-Xavier Béague Photos ¬ Pacôme Thiellement © Thomas Bertay / Secret Chiefs © DR

érudit, féru de philosophies alternatives et adepte de la collision des genres (metal, musiques savantes orientales, B.O., surf…), Secret Chiefs 3 distille un philtre musical résolument ésotérique. Et c’est sous l'appellation FORMS, l’une de leur six incarnations connues (la formation change suivant le genre pratiqué) que les Américains investissent l’Aéronef, une semaine durant, pour y échafauder un énigmatique « Mausolée mécanique ». Cette création musicale qui rend hommage aux musiques de films fantastiques et de science-fiction, croise des compositions originales et des adaptations de thèmes célèbres. Histoire de tomber complètement sous le charme de ces étranges résidents, Pacôme Thiellement, romancier, critique et cartographe de la face occulte du rock, prépare une conférence. Décryptage avant l'heure.

Aviez-vous atteint un degré de sagesse particulier pour apprécier la musique de Secret Chiefs 3 ? Non, j'étais simplement fan de Mr. Bungle, formation dans laquelle officiait Trey Spruance, le leader charismatique de Secret Chiefs 3. Depuis dix ans, Spruance draine un imaginaire conjuguant Morricone, la musique afghane, le surf, l'electro, le death metal, les musiques klezmer… ▲

Ces ingrédients sont-ils capables de communiquer une vérité plus profonde ? à travers Spruance, je suis passé d’une sorte d’occultisme low-budget, m'intéressant à Aleister Crowley ou des sociétés secrètes comme la Golden Dawn, à des choses plus rigoureuses  : le métaphysicien René Guénon, le philosophe et orientaliste Henry Corbin… Cela dit, il n'y a pas réellement de rupture entre mes premières spéculations, vraiment

musique

51


musique

52

comiques, et ces lectures. Cela correspond simplement à différents degrés d’approfondissement. Entendu. Mais le rock et les musiques de genre ont vraiment enrichi votre savoir spirituel ? Mais ces musiques sont notre transe, elles sont notre folklore  ! Nous leur devons tous nos affects fondamentaux : c’est à travers elles qu’on s’est mis en colère, battus ou aimés pour la première fois. Ces genres permettent d'approfondir de véritables sujets métaphysiques. Une connaissance qui n'atteint pas le cœur n'est qu'une information. Là, par le timbre, la sonorité, le goût de ce qui nous est le plus cher, on entre dans l’expérience véritable ! Comment pratiquer la fusion des genres sans les trahir ? Secret Chiefs 3 ne fusionne pas les genres. Ce n'est pas du syncrétisme : chaque style est abordé avec beaucoup

de prudence et de respect. Les reprises sont très fidèles. Jacky, par exemple, westernise à peine les versions de Brel et Scott Walker. Un vrombissement souterrain prolonge et intensifie le morceau, mais ne s'en écarte pas. Quoi de neuf, alors ? Si le rock a un avenir, il est là. Secret Chiefs 3 offre la première tentative d’élaboration d’une musique traditionnelle pour notre époque et notre univers globalisé. Cela dépasse la question du rock ! Un conseil, pour se mettre en condition ? Avoir les oreilles grandes ouvertes et le sourire aux lèvres. En se focalisant sur les musiques de films fantastiques et d’horreur, le concert s’adresse à tous ceux qui y ont été sensibles durant leur adolescence. Ca fait du monde ! Le tout, c’est de comprendre qu’il s’agit d’une musique d’anamnèse, à travers laquelle on retrouve quelque chose qui a toujours été là. Après ça, Inch’ Allah !

24>28.10, Lille, L'Aéronef : Rencontre sur le thème « Musiques actuelles et occultisme » avec P. Thiellement (24.10, 19h, gratuit) / Rencontre avec Secret Chiefs 3 (25.10, 19h, gratuit) / Secret Chiefs 3 – Forms play « Mausolée mécanique » (27.10, 20h, 11€/gratuit abonnés) / Goûter-concert de Secret Chiefs 3 – Forms (28.10, 16h, 5/3/1€), +33 (0)3 20 13 50 00 Et aussi / 28.11, Anvers, Trix, 19h30, 13/10€ / 30.11, Dunkerque, 4 Ecluses, 20h30, 10/7€


© Christophe Colette

© Thibaut Montamat

musique

54

Mathieu Boogaerts

Monogrenade

Ça fait plus de vingt ans que Mathieu Boogaerts en a dix-sept. Et comme dirait l'autre, on n'est pas très sérieux à cet âge-là. Alors, c'est vrai, cette fragilité (trop) revendiquée, cette petite voix fluette et sa complicité passée avec l'abominable -M- peuvent irriter. Mais ce folk de peu, cette pop de rien et cette bossa légère séduisent insidieusement. Sous ses airs de Bartleby, Boogaerts a tout de même signé une palanquée d'albums à la croisée de Souchon et de Dick Annegarn, et quelques morceaux à tomber (Las Vegas, au hasard).

Malajube avait ouvert la voie aux formations pop canadiennes francophones. Monogrenade poursuit dans cette veine où le chant voilé, mixé au loin, s'efface au profit d'une production anglo-saxonne. Ainsi, l'instrument principal mène le bal, qu'il soit violoncelle, clavier ou guitare. Auteur de Tantale (2012), le quatuor propose, à la manière des Londoniens Tunng ou Diagrams, une folktronica animée par la répétition de motifs vocaux et instrumentaux. Qui que vous soyez, entrez dans la danse !

31.10, Lomme, maison Folie Beaulieu, 20h30, 9/5€ /1 Crédit Loisirs, + 33 (0)3 20 22 93 66 16.11 Amiens, La Comédie de Picardie, 20h30, 10/5€, +33 (0)3 22 22 20 28

© Yannick Grandmont

godspeed you ! black emperor

03.11, 20h, Roubaix, la Condition Publique, 24/21€ 07.11, 20h, Bruxelles, Cirque Royal, 26€

31.10, Bruxelles, Le Botanique (La Rotonde), 19h30, 14/11/8€, +32 (0)2 / 218 37 32 07.11, Roubaix, La Cave aux Poètes, 20h30, 10/8/6€, +33 (0)3 20 27 70 10

Attention, vaches sacrées ! Il y a une quinzaine d'années, la planète indé se trouvait bouleversée par ces Canadiens. Ne donnant aucune interview, ne lâchant aucune photo, ce collectif communiquait uniquement via des pochettes codés aux intitulés cryptiques. Et leurs longues symphonies post-rock, à faire passer Radiohead pour les Ramones, de devenir le mètre-étalon d'une certaine branchitude. Bref, GY!BE n'a rien publié depuis 2002, mais vient fêter les quinze ans du Grand Mix... à la Condition Publique. Peuvent rien faire comme tout le monde, ceux-là.


comme par magie « Luke Temple possède une des plus belles voix de la musique pop. » Quand Sufjan Stevens flatte un alter-ego, on lui fait confiance. En signant trois albums en moins d'une décennie, Here We Go Magic s'est effectivement hissé au rang de ses illustres homologues indie rock – Grizzly Bear, entre autres. Méticuleux, Luke Temple dessine ses pochettes de disques et peint, entre deux sessions studios. Ex-étudiant en arts visuels, ce natif du Massachusetts compose ainsi depuis 2004 une musique pleine de perspectives, ponctuée de vocalises hauts-perchées. Donnez-lui un canevas et une aiguille, il vous coud un haut-deforme, moulé et mis en volume avec des plis réguliers. Mêlant krautrock ludique et synthpop-funk, ce pygmalion s'inscrit dans la veine féconde de l'avant-gardiste Arthur Russel. D'abord seul dans un registre pop-folk, puis avec Here We Go Magic, Luke Temple enquille les pochettes-surprises musicales, prenant régulièrement le contre-pied de l'album précédent. Un goût naturel pour le risque qu'il développe avec la volonté de désorienter ses auditeurs. Et sur scène ? C'est précisément au sein du collectif Here We Go Magic que la voix féminine de ce fils de danseuse s'exposa à un large public. Complétée d'un batteur, d'un guitariste et d'une bassisteclaviériste, la formation signée sur le label Secretly Canadian divertit et emmène son audience jusqu'à un semblant d'hypnose. Les promesses magiques que présage ce nom ne sont pas un serment d'ivrogne ! Florian Koldyka Here We Go Magic + Rich aucoin 01.11, Tourcoing, Le Grand Mix, 20h, 13/10€, +33 (0)3 20 70 10 00 15.11, Anvers, Arenberg Schouwburg, 20h30, 12e, +32 (0)3 202 46 46

© Christiaan Felber

musique

56


un

Ours en plus

Voyons voir. Sur une échelle de 1 à Radiohead, le parrain anglais, premier fan et compagnon de tournée, à combien se situe aujourd'hui Grizzly Bear ? Leur dernier album Shields (2012) est l'œuvre d'un véritable groupe, altruiste, où chacun compose mais joue collectif. Les récents succès critiques permettent de prophétiser : Grizzly Bear, c'est l'Histoire en marche. Comment le projet intimiste d'Edward Droste (Horn of Plenty, 2004) est devenu, en quelques années, une formation majeure de la pop moderne ? Un premier album de folk hésitant, une voix aigrelette, des moyens déployés avec parcimonie, les débuts en solo de Droste sous le nom de scène Grizzly Bear sont tout juste prometteurs. Son principal talent est donc ailleurs : le natif du Massachussets sait s'entourer. Christopher Bear aux percussions, et surtout le guitariste Daniel Rossen et le bassiste-producteur Chris Taylor, tous issus du jazz, sont venus compléter la bande. Au sein du label britannique Warp, le quatuor a connu une ascension indéniable. Désormais, la pop sophistiquée de Department Of Eagles, l'autre projet de Rossen, côtoie l'apparente simplicité du duo jazz-rock Steely Dan. Les sonorités ont gagné en rondeur depuis Yellow House (2006), sans tomber dans le piège d'une musique de nouveau riche exhibant sa profusion de moyens. Quoi qu'il advienne, le collectif de Brooklyn transmet une fraîcheur poignante. Pour vous en convaincre, jetez un œil à la fin du documentaire de Jonathan Caouette All Tomorrow's Parties (2009) évoquant le festival anglais du même nom. Florian Koldyka Grizzly Bear 04.11, 20h, Bruxelles, Ancienne Belgique, 27€, +32 (0)2 548 24 24

© Barbara Anastacio

musique

58


musique

60

Dossi er reali se par Olivia Volpi, Thibau t Allema nd et Floria n Koldyk a


Hot chip © Steve Gullickhires

Groundzero

Tout le monde descend ! Avouons-le, lorsqu'on nous dit « festival », on imagine huit scènes, de la boue, des tentes et 228 concerts – dont on manque les trois-quarts. Or, Ground Zero, dont c'est la cinquième édition, se présente comme un festival. Alors, un peu cuistre, on avance que l'évènement interroge le concept, questionne le format et repousse les limites du genre. En attendant, il vous sera difficile de ne pas vous réjouir face à la tripotée de formations présentes : des prometteurs Aline aux imposants Gossip en passant par le mythe De la Soul, pas un genre ou presque (toujours pas de turbo-zouk !) n'est oublié et ce, dans une dizaine de lieux éparpillés dans la métropole. Tant pis pour la boue, tant mieux pour nos tympans !


musique

62

Hot chip Lescop

© DR

Joie, chaleur, danse : Hot Chip. Garanti sans fausse note depuis 2004, le groupe anglais souffle une pop légère, pétillante et enivrante comme du champagne, sans aucun risque de gueule de bois. Leur dernier album, In Our Heads est un festival de titres pétris d’émotions, de rythmes chaloupés et robotiques. Le quatuor ramène toute l’allégresse et la magie du studio sur scène. De son côté, Lescop voyage léger et s'avère capable de remplir les salles sur la foi d’un seul single, l’incroyable La Forêt, une ritournelle entêtante où l’on se bousille sous les sapins, au clair de lune. Et vu la qualité de son très attendu premier album, il y a des chances que ce concert soit sold-out... Le Rochelais pense faire de la variété bi-polaire, nous on entend surtout de la cold wave d’aujourd’hui, sombre, dansante, et en français dans le texte, s’il vous plaît. O.V.

rizzlekicks

Samples soul, rocksteady, flow de virtuose vieille école et respect du patrimoine anglais, ces deux loulous, c'est un peu De La Soul qui roule à gauche. Avec des productions signées Fat Boy Slim et des collaborateurs comme Jamie T, Lily Allen ou M.I.A., les Fab Two de Brighton content leurs petites histoires avec un humour et un sens de la punchline typically british. La perfide Albion n'a pas inventé le hip-hop mais, une fois de plus, elle affirme sa supériorité écrasante sur le reste du monde. À l'inverse du foot, quoi. T.A. 27.10 (avec Orelsan, De La Soul, La Rumeur, Foreign Beggars), Lille, Zénith, 20h, 35€

Lescop © Antoine Carlier

06.11 (avec Juveniles), 20h, Lille, Aéronef, 26.40€


Elzo durt

© DR

Patrick Wolf

Tel un archange bionique, Patrick Denis Apps, dit Wolf, évoque pêle-mêle les fantaisies cosmétiques du glam rock et la maîtrise d'Owen Palett, arrangeur de cordes d'Arcade Fire. Incontrôlable, l'Anglais s'autoproclame « ménestrel du laptop néo-dickensien  ». Rien que ça. Violoniste hors-pair, Wolf occupe la scène comme il défile à l'occasion sur le podium de la Fashion Week, entre démarche fatale et poses suggestives. Quelques semaines après la sortie de sa compilation Sundark and Riverlight sur son label Bloody Chamber Music, ce multi instrumentiste se produit en acoustique dans un écrin à sa mesure : le décorum baroque de l'Eglise SaintAndré (Lille). F.K.

Elzo Durt réalise l'habillage de Ground Zero et les fameuses cartes à jouer d'À Gauche De La Lune, ses organisateurs. Dans ses œuvres, on retrouve, en vrac, l'Art nouveau, les enluminures de Gustave Doré, les gravures de William Hogarth ou les planches anatomiques d'André Vésale, mais aussi le psychédélisme US et les collages DIY punk rock. Et le jeune graphiste bruxellois s'y connaît, question punk rock : il est le fondateur du bouillonnant label Teenage Menopause, dont il signe tous les visuels (JC Satàn, Catholic Spray, etc.). Des groupes à inviter l'an prochain à Ground Zero ! T.A. 23.10>12.11, Roubaix, la Condition Publique, mar>ven, 14h>18h, et en soirée durant les concerts, gratuit, +33 (0)3 28 33 48 33

• Zénith • Parov Stelar + Caravan Palace + Little Barrie... (23.10) // Orelsan + La Rumeur + De La Soul + Foreign Beggars + Rizzle Kicks... (27.10) // Gossip (08.11) • l'aéronef • Hot Chip + Lescop + Juveniles (06.11) • Le Splendid • W.A.S.P. (04.11) // Boulevard Des Airs + Barcella (08.11) • Le Grand Mix • Carmen Maria Vega + Buridane (24.10)

• La Cave Aux Poètes • Great Mountain Fire + Caandides (25.10) // Singtank + Week End Affair (02.11) • La Condition Publique • Woodkid + Thomas Azier (10.11) • La Péniche • Success (23.10) // Odezenne (24.10) // Brns (25.10) // Le Corps Mince De Françoise (26.10) // Mr Magnetix Vs Jif (26.10) // School Is Cool (27.10) // Hugh Coltman (28.10) // Baden Baden (31.10) // Total Warr (02.11) // Ok Bonnie (03.11) // Aline (07.11)

© Elzo

12.11, 20h, Lille, Eglise Saint-André, 15.90€ Et aussi / 31.10, 20h, Bruxelles, Ancienne Belgique, 21€, www.abconcerts.be // Meta & The Cornerstones (08.11) // Ewert And The Two Dragons + Rozi Plain (11.11) • L'hermitage Gantois • Maïa Vidal (29.10) • Gare Saint Sauveur • Offf On Tour (09.11 + 10.11) • Eglise Saint André • Patrick Wolf (12.11) • Maison Folie Beaulieu • Mathieu Boogaerts (31.10) • ferme d'en haut • Missil + Niveau Zéro + Le Catcheur, la Pute et le Dealer (27.10) www.groundzerofestival.fr


cinéma

64

Mille et une

pages

© DR

François Ozon a toujours oscillé entre la comédie caustique (Huit Femmes, Potiche) et le drame (Le Temps qui reste, Le Refuge). Il réunit ici ces deux penchants. Dans la Maison est un film à la fois drôle, mais aussi délicieusement malsain qui s’amuse avec une question cruciale, « Que va-t-il se passer ? ». Professeur de français, Germain est intrigué par la copie d'un élève : le jeune Claude y fait le récit quelque peu cynique et ambigu des moments passés chez l’un de ses camarades. D’abord méfiant, Germain va se laisser prendre au jeu et l’inciter à continuer. Simple encouragement du professeur, ou curiosité malsaine ? Là réside tout l’intérêt du film, délicieuse mise en abyme de la création artistique : comment mener un récit, faire exister des personnages, créer de la tension et tenir en haleine le lecteur/spectateur ? Tel Shéhérazade cherchant à obtenir la grâce du sultan, Claude tisse une histoire destinée à captiver son professeur, comme le fait Ozon avec nous.


Sous la surface Le réalisateur nous rappelle notre première demande en tant que spectateur de cinéma : qu’on nous raconte des histoires. Soutenu par une irrésistible drôlerie et une interprétation irréprochable (Luchini et Kristin Scott Thomas sont excellents et Ernst Umhauer, une vraie révélation en adolescent mystérieux et manipulateur), Ozon parvient à nous procurer autant de plaisir à suivre le film que Germain à lire, jour après jour, le récit de Claude dans l’intimité de cette famille. En interrogeant les fantasmes du gamin, puis par extension ceux de Germain, Ozon nous place face à notre propre pulsion voyeuriste. Et il faudrait être de très mauvaise foi pour dire que l’on n’aime pas cela. Audrey Jeamart

Dans la Maison, de François Ozon Avec Fabrice Luchini, Kristin Scott Thomas, Ernst Umhauer, Emmanuelle Seigner… Sortie le 10.10


© Les Films du Losange

cinéma

66

nous nous sommes tant aimés Comment faire pour être sélectionné à Cannes et remporter la Palme d’Or (alors qu’on l’a déjà reçue il y a trois ans) ? Il suffit de s’appeler Michael Haneke et de réaliser Amour ! Dur et éprouvant, bouleversant et marquant, voici un film universel sur la vieillesse et l’amour, rien de moins. Anne et Georges, deux octogénaires, anciens professeurs de musique, mènent une vie tranquille dans leur appartement, Madame lisant Elle, Monsieur Le Monde. Un jour, Anne est victime d’une attaque cérébrale qui la laisse paralysée du côté droit. Et tout n’ira qu’en empirant. Avec un huis-clos en appartement, Haneke renforce la tension de ce récit et, malgré une certaine pudeur, ne nous épargne rien de la lente et inéluctable déchéance d’Anne. On sait comment tout cela va finir... On souhaiterait fuir mais on reste, laissant Haneke nous mettre face à notre propre finitude. Comme l’écrivit Musset, « les plus désespérés sont les chants les plus beaux », et les scènes les plus dures sont aussi les plus poignantes. Comme ces étreintes, autant soutien physique que marque de tendresse. Comme la dignité avec laquelle Anne se comporte, avant d’oublier ce que ce mot signifie. Ou encore Georges imaginant sa femme au piano, moment troublant puis déchirant. Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva sont prodigieux, tandis que le réalisateur autrichien fait montre d’une maitrise absolue. On ne ressort pas indemne d'Amour, mais c'est le prix à payer pour avoir le sentiment d’accéder à une œuvre exceptionnelle. Audrey Jeamart Amour, de Michael Haneke Avec Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva, Isabelle Huppert… Sortie le 24 .10


cinéma

68

© StudioCanal

Hommage à chris marker Vous n’avez encore rien vu D’anciens comédiens d'Eurydice sont réunis dans la dernière demeure du metteur en scène, Antoine d'Anthac. Ils assistent à une nouvelle version de la pièce par une jeune troupe de théâtre. Dans leur propre rôle, S. Azéma, P. Arditi et les autres rejouent ainsi le drame qui les a marqué. Le théâtre fait irruption dans le cinéma et inversement, tandis que la peinture s’invite à la fête. Éclairages poétiques et décors surréalistes donnent en effet l’impression de se promener dans un tableau. Une poignante mise en abyme du créateur conviant tous ses acteurs pour une dernière représentation. Un film d’Alain Resnais, avec Sabine Azéma, Pierre Arditi, Michel Piccoli, Anne Consigny, Lambert Wilson, Mathieu Amalric…

C'est peu dire que Chris Marker a marqué son époque et une certaine idée du cinéma engagé. Sa disparition, cet été, en a surpris plus d'un – comme si l'homme, dont on connaissait à peine le visage, était immanent et faisait partie du fond de l'air. Rouge, le fond de l'air. Comme le titre de ce film, réalisé en 1977 mais remonté en 2008, qui retrace, de façon tragique et ironique, les épopées et les utopies révolutionnaires des années 60 et 70. Une semaine plus tard, est donné à voir Le Tombeau d'Alexandre (1993), mêlant archives et fiction pour conter l'histoire de l'URSS et celle du cinéaste Alexandre Medvekine. À voir en groupe, forcément. Le Fond de l'air est rouge 01.10, 19h30 Projection + débat avec Louisette Faréniaux, enseignante en cinéma à Lille 3 Le Tombeau d'Alexandre 08.10, 20h, Projection + débat avec Florent Le Demazel, rédacteur à la revue Débordements et doctorant en cinéma

L'Amante du RIF © Narjiss Nejjar

Daba Maroc

Jusqu'en février 2013, programmation complète sur www.dabamaroc.com

Cette initiative pluridisciplinaire accueille près de 150 artistes et son volet grand écran s'avère d'une richesse assez exceptionnelle. à l'affiche : une cinquantaine de longs et courts-métrages, de fictions (voir L'Amante du RIF de Narjiss Nejjar) et autres documentaires, aux préoccupations multiples (portraits de femmes, tradition et modernité...) projetés à Bruxelles, Namur, Liège et ailleurs. Ça le Fez !


exposition

70

Bipolar Perversion, 2000. Ours polaire naturalisé et ours en peluche géant Steiff. Grandeur nature.

Pascal Bernier Photos ¬ Pascal Bernier et Sabam

vous êtes des animaux


Bad Brain, 2008. Crâne médical, yeux de verre, plâtre, confettis, grandeur nature.

« Je suis un désespéré progressiste » : adepte de l’oxymore et de la « purge par le rire », le plasticien belge Pascal Bernier s’installe au Museum du Botanique. Cette exposition en forme de rétrospective tragi-comique rassemble ses fameux « accidents de chasse » et des œuvres inédites réalisées pour l’occasion. Baptisée A Pop Nightmare en référence à notre société «  caractérisée par la surenchère du simulacre  » (Umberto Eco), le parcours embrasse une vision « hédoniste » et globale du travail de Bernier. On suit le peintre, le dessinateur et surtout le sculpteur à travers les époques et des séries d’œuvres « qui s’appellent les unes les autres ». Ce joyeux bestiaire « se prête bien au côté Museum des Sciences

Naturelles de la salle d’exposition », insiste Marie Papazoglou du Botanique : des escadrilles de papillons affublés de cocardes militaires aux biches et félins pansés de Velpeau, ces productions tournent autour de l’animal. « C’est devenu le logo de mon travail ! », plaisante l’artiste, même si ses leitmotive s’avèrent, avant tout, « la violence, le sexe, la mort et le jeu ». ▲


exposition

72

WWF Luftwaffe, 1996. Papillon naturalisé , cocardes militaires et acrylique.

« J’aime les sujets graves apparemment traités de façon légère » L’art du paradoxe Si Pascal Bernier revendique autant le Pop Art (« J’aime les sujets graves apparemment traités de façon légère ») que de la BD franco-belge (« Elle a façonné mon imaginaire  »), le corpus de son œuvre, entre vanités contemporaines

et natures mortes, s’intéresse donc surtout à cette « sphère symbolique qui a fait de l’homme un animal culturel condamné à être prisonnier des images qu’il met lui-même en scène ». Notre monde est absurde, voire cauchemardesque, nous suggère cette expo… Mais elle nous donne envie d’en rire, aussi - et c’est cet équilibre entre ironie et tragi-comédie qui la rend, au final, passionnante. Grégory Escouflaire

Pascal Bernier - A Pop Nightmare Jusqu’au 18.11, Bruxelles, Le Botanique (Museum), mer>dim, 12>20h, 5,5/4,5/3,5/2€/ gratuit, + 32 (0)2 218 37 32, www.botanique.be


exposition

74

Jérôme Bosch, Méditation de saint JeanBaptiste, Madrid, Museo Lázaro Galdiano © Madrid, Museo Lázaro Galdiano


exposition

75

Exercices spirituels Ouvrir le tableau comme un grimoire, où le paysage -dans ses plus infimes détails, parfois- se donne à lire. Et manifeste la visée philosophique, morale, spirituelle, que les maîtres flamands du XVIe siècle assignaient à leurs œuvres. Fables du paysage flamand : une promenade initiatique au Palais des beaux-Arts. Nous suivons Bosch, Brueghel, Bles et d'autres guides illustres pour entreprendre l'exploration de microcosmes où la foi, les merveilles, percutent les superstitions et les monstres. Les Flamands proposent un véritable renversement  : «  Le sens ne surgit plus à travers la figure, mais dans le paysage. Le regard invente son propre lieu, pour y méditer…  ». De l’Homme paysage, en 2006, à ces Fables du paysage flamand, le commissaire Alain Tapié continue d’interroger les fonctions de la peinture. Et pour l’heure, les représentations d’une nature qui raconte toujours quelque chose à qui veut bien l’entendre : «  Bosch, par exemple, dans sa manière d’utiliser les formes de la nature – hommes, objets, plantes… - comme des hiéroglyphes, produit une peinture résolument énigmatique ». De quoi défier nos capacités d’interprétation. Mais le spectateur du xxie siècle y trouvera nécessairement son compte : « Ces œuvres sont ouvertes, et inépuisables. Aucune « convenance » canonique n’y est observée. On y fait ce qu’on veut ! ». Et elles témoignent, à coup sûr, d’aspirations, de frayeurs et d’un sens du jeu qui ne sont d’aucune époque. Cessera-t-on jamais d’interroger son miroir ? François-Xavier Béague Fables du paysage flamand 06.10>14.01.2013, Lille, Palais des Beaux-Arts, lun, 14h>18h, mer>dim, 10h18h, 6,5/5€, +33(0)3 20 06 78 00


Il voyage en solitaire à la lisière des grands courants de son temps, Constant Permeke a peint la Flandre profonde avec une palette couleur terre. Moins célèbre que James Ensor, avec qui il contemplait la mer, le peintre flamand retrouve la place qui lui est due grâce à cette rétrospective très complète. Soixante ans après la disparition de Constant Permeke (1886-1952), BOZAR présente une rétrospective de 130 œuvres de celui qui fut considéré comme un maître de son vivant, mais dont l'aura s’est peu à peu estompée. La faute à son indépendance, sans doute... Il parlait d’égal à égal avec Picasso, mais en observant une distance raisonnable. Il effaça d'ailleurs les angles de certaines toiles qui lui semblaient trop cubistes dix ans après les avoir peintes. « Permeke a aussi adhéré à l’expressionnisme, mais ne voulait pas s’y réduire » souligne le commissaire Willy Van den Bussche. Enfin, il a rompu avec son père, peintre académique. Mais cette fois par amour pour une femme du peuple. L'accrochage accentue l'importance de ce choix : un portrait de l’épouse accueille le visiteur, qui la quittera sur son lit de mort dans La Séparation (1948). Entre les deux, les corps écrasés des paysans et des pêcheurs côtoient les nus féminins. Ce dialogue est ponctué par le silence des paysages de la Mer du Nord. Sans oublier les œuvres de Marlène Dumas et de Thierry de Cordier présentées dans des salles périphériques, comme témoins de l’actualité du style du maître. Florent Delval Constant Permeke, Retrospective in conversation with Marlene Dumas and Thierry De Cordier 11.10.2012 > 20.01.2013, Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 11/9/6/4€, +32 (0)2 507 82 00

Constant Permeke tijdens de zomermaanden in Astene // Constant Permeke, De Sjees © Collection MuZEE, Oostende, Fotograaf : AD-ART Sint-Amandsberg © SABAM 2012 // Constant Permeke, Leonie, Privéverzameling © Fotograaf: Hugo Maertens, Brugge © SABAM 2012

exposition

76


© DR

jimmie Durham Né en 1940 en Arkansas, le Cherokee Jimmy Durham est une tête brûlée engagée aux Nations Unies pour le Mouvement des Indiens d'Amérique et une tête chercheuse pour un art honnête. Le Mukha parcourt son œuvre, éminemment politique, des années 70 à nos jours, exposant sculptures, peintures, installations et écrits divers. Ce pourfendeur de l'Impérialisme incarne l'autre Amérique, celle des grands espaces, celle d'avant le Puritanisme qui persécuta les territoires d'influence britannique aux xvie et xviie siècles. Manufacturier, Durham revendique un processus de création accessible à tous, via « le contact physique avec tous types de matériaux  », tels que « nos os et nos détritus ». Pour preuve, ses bricolages sont autant de chimères fustigeant l'art branché «  anglo-saxon, cynique et naïf ». Florian Koldyka Jimmie Durham, une question de vie et de mort et de chanter, jusqu'au 18.11, Anvers, Mukha, mar>dim, 11h>18h (sf jeu, 11h>21h), 6/4€, +32 (0)3 260 99 99, www.muhka.be

CoBrA,

sous le regard d'un passionné CoBrA, acronyme de Copenhague, Bruxelles et Amsterdam, est un groupe séditieux qui de 1948 à 1951 tenta de déplacer le Surréalisme loin de Paris, vouant aux gémonies les appétences politiques de leurs glorieux aînés. Regroupant des artistes de toutes origines autour d'Asger Jorn, Christian Dotremont, Pierre Alechinsky et de la Sainte Trinité néerlandaise, Appel, Constant, Corneille ; CoBrA chercha la liberté formelle pure, sans aucun dogme, en encourageant les échanges et collaborations, s'inspirant du folklore, des arts premiers, des fous et des enfants. Gilbert Delaine (fondateur du LAAC) présente une quasi-rétrospective de plus de 200 œuvres, réunissant autour de sa riche collection une centaine de pièces prêtées - dont certaines inédites – essayant de faire reconnaître ici un mouvement fondateur de l'art moderne à sa juste valeur. Maxime Olivier 20.10>03.03.2013, Dunkerque, LAAC, tlj sf lun, 10h>12h15, 14h>18h, 4,5/3/1€, +33 (0)3 28 29 56 00

Corneille, Fable Païenne, 1949, Collection CoBrA Museum, Amstelveen © Henni Van Beek Fotogratie © ADAGP, Paris 2012

exposition

78


On hold, 2010, Laura Henno, courtesy galerie Les Filles du Calvaire, production Frac Nord – Pas-de-Calais / Epsm des Flandres

exposition

80

Contes cruels de la jeunesse Comment raconter des histoires en quelques images fixes ? Et comment relater le parcours sinueux et semé d'embûches d'adolescents sans-papiers en errance dans nos contrées, en quelques images seulement ? Comment, enfin, fictionnaliser l'ensemble en immortalisant les véritables protagonistes de ces histoires  ? Voici quelques-unes des questions soulevées par Missing Stories, l'exposition de Laura Henno. Au Centre Régional de la Photographie, le visiteur est surpris, et confronté à deux facettes du même geste. Une première salle est tout entière dédiée au projet Summer Crossing, fruits des diverses résidences de la photographe à travers l'Europe. Des adolescents, les yeux dans le vague ou fixant le spectateur, posent au cœur de paysages atemporels. Irradiant d'une insolente étrangeté, l'ensemble étonne et hypnotise. Dès lors, les quatre dernières photographies, présentes dans la seconde salle, détonnent et renforcent le contraste. Elles immortalisent de jeunes migrants rencontrés dans un foyer d'accueil. Ces déracinés débarquaient de pays souvent dévastés. La relation entre ces adolescents forcément méfiants et l'artiste ne fut pas aisée. Cependant, la confiance s'est peu à peu installée, et Laura Henno a mis en scène des épisodes que lui contaient les gamins. Ces images, au format 80x100 cm, nous renvoient les regards des protagonistes en pleine poire. C'est au spectateur d'imaginer l'instant avant et après la prise de vue. D'imaginer, en somme, les fameuses missing stories. Thibaut Allemand Missing Stories, Laura Henno 13.10>23.12, Douchy Les Mines, Centre Régional de la Photographie, lun>ven, 13h>17h, week-end et jours fériés, 14h>18h, gratuit, +33 (0)3 27 43 56 50


82

© Bettina Rheims

l'épaisseur des rêves

Charlotte Rampling, Albums secrets Charlotte Rampling, son regard délavé et sa présence magnétique ont été immortalisés par Helmut Newton, Bettina Rheims, David Lynch, Larry Clark ou Robert Mapplethorpe, parmis les... 31 photographes présents ici. En outre, l'actrice dévoile ses propres pellicules, centrées sur son enfance ou ses voyages en Extrême-Orient. jusqu'au 16.11, Lille, Maison de la Photographie, lun>ven, 10h>18h, sam sur rendez-vous, gratuit, +33 (0)3 20 05 29 29

Cinq ans après l'exposition Chagall et la céramique, la Piscine enfonce le clou et présente L’Épaisseur des rêves. Peintures, dessins, costumes, céramiques, toiles et autres sculptures retracent de manière complète le parcours du peintre né en Biélorussie. L'accent est mis, entre autres, sur la question du volume et sur son amour du trait déstructuré (songez aux toiles Le Nu Rouge Relevé ou le plus célèbre Double portrait au verre de vin). Une belle introduction pour les néophytes, un délice pour les connaisseurs. 13.10>13.01.13, Roubaix, La Piscine, mar>jeu, 11h>18h, ven, 11h>20h, sam>dim, 13h>18h, 4,50/3,50€, +33 (0)3 20 69 23 60, www.roubaixlapiscine.com

Le jardin de Herphelin, Houdeng-Goegnies

Fenêtres sur jardins

Jusqu'au 04.11, La Louvière, Maison du tourisme, Château Gilson et les commerces du centre-ville, +32 (0)6 421 51 21

Lucien Brongniart a photographié en 3D près de 80 jardins de sa ville natale, La Louvière. Entre nains de jardins, vergers et potagers, ces clichés témoignent de l'aménagement des sols terreux, ces espaces nommés « jardins ». Stéréoscopiques et disposées à différents endroits de la ville, ces photos en 3D révèlent une puissante force d'attraction. Pour voir la nature revenir ainsi au galop des lunettes anaglyphes (un verre bleu, l’autre rouge) sont nécessaires !

Clown jouant au violon © Archives Marc et Ida Chagall © ADAGP Paris 2012

exposition

Chagall,


On the road again Cette exposition tire son nom de l'album de Bob Dylan, où le barde américain chantait « Just take everything down to Highway 61  ». Conformément à l'injonction, Cyril Bitton a rejoint la célèbre route, sur les traces des légendes musicales du passé tout en immortalisant les hommes et femmes du présent. Photographe de presse, Cyril Bitton a parcouru cette route mythique qui traverse les Etats-Unis de la Nouvelle-Orléans à Chicago. Sur la bien nommée « Blues Highway », il a croisé les fantômes de l'âme damnée Robert Johnson, de John Lee Hooker ou encore Muddy Waters, autant de musiciens voyageurs qui se produisaient dans les « juke joints », sortes de clubs du début du xxe siècle. Cet itinéraire fut aussi celui de la mutation du blues : d’acoustique, il est passé à l’électrique. Pour entrer en contact avec les bluesmen d’aujourd’hui, célèbres ou non, Cyril Bitton avait sa propre méthode  : «  J’ai acheté une guitare à la Nouvelle-Orléans pour faire des bœufs avec les musiciens. Je rentrais dans un bar, discutais avec les personnes présentes et on jouait ensemble. Le bouche-à-oreille a fait le reste ». Une chaleur humaine et une simplicité que les clichés exposés traduisent avec une belle nostalgie. À les contempler, les photos dégagent aussi un sentiment d’intemporalité. « Au Mississipi, état très pauvre des Etats-Unis, il suffit de rouler un peu hors des grandes villes et on a l’impression de se retrouver dans les années 50 ». Où, avec un peu de chance, vous pourriez prendre B.B. King en stop. Madeleine Bourgois Higway 61 Revisited 27.10>25.11, Lomme, maison Folie Beaulieu, mar>ven 10h>12h et 14h>18h30, sam 10h >12h et 15h >18h, dim 15h >18h, gratuit, +33 (0)3 20 22 93 66

Highway61Revisited © Cyril Bitton

exposition

84


Romy Schneider © Gundlach 1961

exposition

86

agenda

Madame Grès : Mode sculpturale Cette rétrospective rend hommage à la couturière minimaliste parisienne, dont le fameux pli très serré devint sa marque de fabrique jusqu’à prendre son nom  : le pli Grès. Bannissant le fil et les aiguilles, c’est directement sur ses modèles que l'artiste façonne l’étoffe et construit ses volumes. Drapés virtuoses d’inspiration hellénistique, découpes sensuelles et teintes monochromes, ces 80 vêtements emblématiques (robes fourreaux, tailleurs...) étonnent par leur modernité. ANVERS, jusqu'au 10.02.2013, MoMu, mar>dim, 10h>18h, 8/6€ (-26 ans : 1€), +32 (0)3 470 27 70

Dave Anderson. Charleroi Quelques semaines après le projet Inside Out/Smile, Charleroi est une fois de plus l'objet du désir d'un photographe. Avec Rough Beauty, Dave Anderson rendait déjà son humanité à Vidor, ville paumée au fin fond du Texas. Aujourd'hui, l'Américain saisit la mutation urbaine de la métropole sambrienne, par le biais de ses habitants, posant ou captés sur le vif. Avec une délicatesse rare et humanité. CHARLEROI, jusqu'au 20.01.2013, Musée de la Photographie, mar>dim, 10h>18h, 6/4/3€, +32 (0)7 136 46 45

Romy Schneider Organisée par la Deutsche Kinemathek – Museum für Film und Fernsehen de Berlin, en collaboration avec le Festival du Film de Gand, cette exposition archicomplète révèle des photographies, des affiches originales, des témoignages, des bijoux, des souvenirs personnels de réalisateurs et partenaires, des lettres inédites, des scénarii et des costumes, entre mille autres choses. Ces précieuses reliques permettent d'aborder la vie et l'œuvre de l'icône. Cela suffira-t-il à percer son insondable mystère ? GAND, 12.10>13.01, Centre provincial d’Art et de Culture - Le Couvent des Carmélites, 8/6€, +32 (0)9 269 29 10

Claude Aïello et les designers C'est à Vallauris, cité nichée dans le sud de la France et Mecque de la céramique, que travaille Claude Aïello. Ce créateur mêle les traditions ancestrales et les techniques contemporaines de la céramique, collaborant avec d'illustres designers (Branzi, Bovesse, les frères Bouroullec, on en passe...). Cette riche exposition, sans être exhaustive, offre un large panorama de l'artiste, lauréat 2010 du Prix Liliane Bettencourt pour l'Intelligence de la Main. GRAND-HORNU, jusq. 16.12, MAC'S, mar>dim, 10h>18h, 6/4/2€, +32 (0)6 565 21 21


Antoine Mortier, Credo © Photo Luc Schrobiltgen - Mortier Sabam 2012

exposition

88

agenda

Science et fiction De Jules Verne aux récentes découvertes (Boson de Higgs, projet de terraformer Mars), la fiction s'est inspirée de la science, cette dernière dépassant souvent les plus folles extrapolations. Ce parcours aborde cette vaste question selon 3 formes d'exploration : spatiale, anthropologique et via un univers Transmédia (le Krosmoz), développé par Ankama. Ludique, l'exposition dévoile les reliques de grands films SF (maquettes de vaisseaux, robots et combinaisons spatiales...). LILLE, 06.10>13.01.13, Maison folie Wazemmes, mer>sam, 14h>19h et dim 10h>19h, gratuit, +33 (0)3 20 78 20 23

Antoine Mortier, la transfiguration du réel Figure majeure de l'abstraction lyrique en Belgique, Antoine Mortier (19081999) a suivi une formation de sculpteur avant de se consacrer tout entier à la peinture, à partir des années 40. De ses années de jeunesse, l'artiste a conservé l'amour du toucher et de la matière. Aux cimaises des Anciens Abattoirs, dessins, peintures et encres reflètent cette énergie proprement physique, Mortier analysant souvent des formes d'objets concrets pour mieux les... transfigurer. MONS, Jusqu'au 06.01.2013, BAM, mar>dim, 12h>18h, 4/2€, +32 (0)65 56 20 34

Histoire de fantômes pour grandes personnes Avec Mnémosyne, l'historien de l'art Aby Warburg (1866-1929) s'était penché sur la question d'un passé persistant  : un ouvrage se présentant sous la forme d'un atlas réunissant des milliers d'images. Arno Gisinger (Atlas) et Georges Didi-Huberman (Mnémosyne 42) « complètent » ce matériau en proposant de nouvelles cartographies, composées d'images fixes ou mouvantes, et concrétisent le concept de « mémoire collective ». TOURCOING, 05.10>30.12, Le Fresnoy, Mer, jeu & dim, 14h>19h, ven>sam, 14h>21h,4/2€, +33 (0)3 20 28 38 00

Otherworldly Lorsqu'on dit réalité virtuelle, on pense à Tron, Matrix ou K. Dick. Mais cette réalité recréée ne passe pas nécessairement par l'informatique. En témoignent cette quarantaine d'artistes qui mêlent hyperréalisme et bricolage de hautniveau. Minutieux, les dioramas de Gregory Euclide, la bibliothèque fourmillant de détails de Charles Matton ou le magasin de violons de Lori Nix sont autant de maquettes et d'installations faites à la main qu'on admire avec des yeux d'enfant. TOURCOING, 04.10>07.01.13, Muba Eugène Leroy, tlj sf mar, 13h>18h, 5/2€, +33 (0)3 20 28 91 60


thÊâtre

& danse

92


interview

FRANCOIS VERRET No focus Propos recueillis par ¬ Madeleine Bourgois Photos ¬ No Focus © Myr Muratet

Joli défi pour l’Opéra de Lille que d’ouvrir sa saison avec une création de danse contemporaine, commande qui plus est. Sur le thème « Fantastique  », le chorégraphe François Verret a conçu une création sensorielle, explorant la suburbia, cet espace urbain indéterminé qui constitue notre environnement quotidien. Le fondateur des Laboratoires d’Aubervilliers livre quelques clés sur sa conception de la danse, qui n’a pas vocation à expliquer, mais à éveiller les sens.

Comment interpréter le titre de votre spectacle ? No Focus est une interrogation : se concentrer soit, mais sur quoi ? Où fixer son regard, et pourquoi  ? Il introduit une vision critique et plus ou moins délirante de notre monde. Il pointe la logique du très court terme, du brouillard dans lequel on vit, sans horizon, sans utopie. Notre façon d'avancer, souvent dérisoire, nous éloigne de l'espace de beauté, de poésie, de gratuité auquel on peut légitimement aspirer. ▲

Et comment cela se traduit-il sur scène ? On explore cet espace à notre manière. Notre chantier a rassemblé des talents incroyables dans de nombreux domaines : danse et théâtre, bien sûr, mais aussi sur le plan musical, plastique, la scénographie et la lumière. Ce spectacle qui soulève des questions répond à une exigence esthétique et porte une dramaturgie solide. Pour autant, le sens ne doit pas être trop explicite. Je laisse le public deviner, ressentir... Le spectacle vivant n'a pas pour vocation d'expliquer.

théâtre

&

danse

93


théâtre

&

danse

94

Comment vos danseurs se comportent-ils sur le plateau ? C'est la première fois que je travaille avec quatre danseurs. D'ailleurs, ils ne se contentent pas de danser. Je les considère comme des acteursdanseurs assumant une dimension dramaturgique. Leur investissement physique porte aussi un enjeu plastique. Car comme disait Heiner Muller  : «  la beauté est peut être la plus grande provocation contemporaine. Faisons en sorte qu'elle apparaisse sur un plateau, puisque que le monde n'est pas beau  ». Pourquoi avez-vous choisi d'évoquer ce flou à travers la ville et sa périphérie ? Les villes sont certes différentes les unes des autres en apparence, mais les règles qui les sous-tendent sont à peu près les mêmes. Comme sur la Toile,

« Le spectacle vivant

n'a pas pour vocation d'expliquer »

ce fameux réseau universel... Evoluer sur la Toile comme dans la Suburbia influence inévitablement nos relations. Vos spectacles sont-ils influencés par la littérature ? Je lis énormément et j'écris sans cesse, ça ne s'arrête jamais. Mais No Focus ne revendique pas d'influence littéraire particulière. J'ai pu être inspiré autant par les livres de Ballard que par les photographies de Meatyard.

No Focus Du 9 au 11/10 à 20h, Lille, Opéra, 5>22e et tarif réduit Pass lille3000, +33 820 48 90 00 Les soirs de représentation à l’Opéra : Suburbia, performances et installations du collectif Tangram et de l’école d’art de Cambrai.


thÊâtre

& danse

96


L’art du divertissement Photos © Anna Stöcher Burgtheater


théâtre

&

danse

98

Suicide cathodique Un acteur vieillissant qui ne supporte pas de perdre la mémoire décide de finir sa carrière dans la lumière et de mourir sur scène, littéralement, lors d’un reality-show culinaire. Voici le pitch – alléchant – de L’art du divertissement, objet théâtral mordant de Jan Lauwers et ses complices de Needcompany. Sur le plateau d’une émission de télé-réalité au succès planétaire, l’animatrice, une comédienne sur le retour, boudinée et décolorée, accueille Dirk Roofthooft (ici dans son propre rôle), invité à... se faire tuer en direct. Le futur suicidé passe ses derniers instants à discuter art, politique ou sexe, tandis qu’un chef s’affaire à cuisiner son dernier repas. Créé en 2011, L’art du divertissement reprend les codes qui ont fait la renommée de Jan Lauwers et Needcompany : une performance inventive mixant vidéo, théâtre et danse, s’attaquant pour la première fois à la comédie noire et cynique. La critique est évidente : dans une société où tout est mis en scène, où « Loft Story est qualifié d’avant-gardiste, et la photographie de guerre est élevée au rang d’art » quelle place reste-t-il pour le théâtre ? « Faut-il le considérer comme un divertissement ou de l’art ? » s’interroge l'auteur flamand. Libre à chacun de trouver une réponse, ou de se contenter de la conclusion de l’animatrice devant un dénouement qui vire au burlesque : « Tant que les mensonges et l’imposture nous divertissent, il n’y a aucun problème ». Marine Durand L’art du divertissement, Needcompany joue la mort de Dirk Roofthooft, texte et mise en scène de Jan Lauwers, 16.10>19.10, 20h sauf jeudi (19h), Villeneuve d’Ascq, La Rose des Vents, 20/15/12/7/5€, +33 (0)3 20 61 96 96.


CIAO PANTIN Depuis sa création en 2004, la maison Folie de Moulins a toujours mis un point d'honneur à défendre la marionnette. Ce foyer culturel est devenu un pôle eurorégional en matière d'automates, de théâtre d'ombre et d'objet, accueillant nombre d'artistes internationaux. Cette édition de La marionnette dans tous ses états confirme ce tropisme artistique, engagé il y a 8 ans. Initiée par l'ancien directeur Jean Baptiste Haquette, la passion de la marionnette ne s'est jamais démentie à Moulins. « L'émerveillement est décuplé, on se laisse embarquer par un objet de prime abord inanimé », s'enthousiasme Manuela Loué, chargée de communication du lieu. « Ce n'est plus seulement un pantin manipulé par des fils. Elle est aujourd'hui plus moderne, charrie des compétences transversales. Le marionnettiste est davantage présent et communique maintes émotions ». Ce festival explore ainsi les thèmes du monstrueux et du fantastique, cultive la poésie, l'illusion et l'humour. Les Parcours de spectacles de petites formes sont aussi l'occasion d'impliquer les Moulinois qui assistent à des spectacles en appartement ou se transforment en guides bénévoles. Avec eux, on (re)visite des lieux emblématiques du quartier accueillant des divertissements pour enfants. Mais, les adultes ne sont pas oubliés. Bastard !, adaptée de la chanson de Boris Vian J'suis snob, met en scène trois personnages hirsutes, le lendemain d'une soirée de débauche. Et puis, entre les automates délurés d’Ety Fefer, la vieille danseuse de Duda Paiva ou les braqueurs de la compagnie Bakélite, la marionnette nous donne bien du fil à retordre ! Florian Koldyka La marionnette dans tous ses états Du 04.10 au 04.11, Lille, maison Folie de Moulins, +33 (0)3 20 95 08 82, www.mfmoulins-lille.fr

Bastards © Jaka Ivanc

théâtre

&

danse

100


délicat l’art de la séduction

Il n’existe pas un Don Juan, mais des dizaines de versions du personnage à travers la littérature, le cinéma ou la peinture, qui ont abouti au mythe que l’on connaît. Il faudra désormais compter avec l’adaptation de Sylvie Landuyt, premier volet d’un diptyque créé pour le Manège de Mons, dans lequel la femme, jusqu’alors accessoire, retrouve une place centrale. Sylvie Landuyt s’est plongée dans ses classiques. A relu Tirso de Molina (El Burlador de Sevilla, 1630) et Molière (Dom Juan, 1665), redécouvert Mozart et Da Ponte (Don Giovanni, 1787), convoqué les romantiques Hoffmann (Don Juan, 1812) et Barbey d’Aurevilly (Le plus bel amour de Don Juan, 1874). Elle s’est pris en pleine figure l’image de la femme que lui renvoyait cette histoire de séducteur égoïste et destructeur. « Dans la plupart des œuvres, les femmes n’existent qu’à travers leur soumission au désir masculin » explique la metteure en scène belge. Plus qu’une énième réflexion sur la place du beau sexe dans la société, Sylvie Landuyt, avec ses sept interprètes, a conçu Don Juan Addiction comme une réhabilitation de la sensualité, un éveil à la jouissance féminine. Elle a pioché dans les textes des différents auteurs, mixant les époques, alignant les bouts de scène les uns à la suite des autres, liant le tout avec ses propres mots. Au final, que reste-t-il de Don Juan ? L’essentiel. Les thèmes  : la mort, la féminité, la religion. Et la figure masculine, un poil plus rock’n’roll, « à la Gainsbourg ». Une façon de renverser le mythe sans totalement le déconstruire. Marine Durand Don Juan Addiction, adaptation et mise en scène de Sylvie Landuyt 23.10>28.10, Mons, Le Manège, 20h, mar>sam, dimanche 16h, 11/8€, +32 (0)6 539 59 39

© Sylvie Landuyt

théâtre

&

danse

102


Mamma Medea Médée, ou l'image de la mère indigne assassinant ses enfants pour se venger de son mari. Ce mythe a inspiré, entre autres, Corneille et Anouilh. Ici, c'est le Flamand Tom Lanoye (Sang et Roses, 2011, ou Forteresse Europe, 2012) qui s'empare de cette figure et se penche sur la Médée « d'avant ». Celle qui, encore jeune et vierge de tout crime, rencontre Jason et en tombe éperdument amoureuse. Mais dix ans plus tard, l'amour a cédé la place au désastre. Cette tragédie grecque est réactualisée par Lanoye, mêlant vers et prose, mots délicats et verbes crus. Quant à Christophe Sermet, il offre une mise en scène spartiate – décor nu, quelques bruitages et extraits de chansons populaires – à une pièce abordant la condition féminine, le choc des cultures, l'usure du désir... Cette œuvre dessine d'étranges parallèles entre le couple et la guerre. Thibaut Allemand 10>12.10, Béthune, La Comédie, 20h, 18/14/8/7€, +33 (0)3 21 63 29 19 16>18.10, Namur, Théâtre, 20h30, 18>9e, +32 (0)8 122 60 26

Beauty

remained for just a moment… Enfant terrible de la danse contemporaine, la Sud-Africaine Robyn Orlin fustige la lenteur d’adaptation des humains face à l’évolution du monde. Sa dernière création met joyeusement en scène la beauté et l’inventivité de l’Afrique et de ses tribus nomades (ici, Surma et Mursi) dont les incroyables parures sont faites de trois fois rien. Cette performance drôle et engagée prend les atours d'un défilé de mode excentrique et burlesque. La chorégraphe s’est entourée de six danseurs du Moving Into Dance Mophatong, compagnie née en 1978 dans les townships de Johannesburg pour lutter contre l’apartheid via la danse. Avec sa surenchère de costumes excentriques et ses harangues aux spectateurs, cette création démonte joyeusement les codes de la représentation. Elle est un grand cri d’amour à « un continent plein d’humour, de grâce, et d’imagination ! ». Pascal Cebulski 16.10, 20h, Valenciennes, Le Phénix, 22/20/17/13€, +33 (0)3 27 32 32 32, www.lephenix.fr

© John Hogg

© Marc Debelle

théâtre

&

danse

104


Red Brick #A Mis en place par le CCN, le dispositif Red Brick soutient les jeunes compagnies de danse, de l'accueil en résidence jusqu'à la représentation. Cet automne, il accueille quatre propositions du Néerlandais Sagi Gross (le 17), qui porte un regard contemporain sur des danses traditionnelles (fictives). Dans son sillage, la jeune compagnie galicienne La Macana (le 19), présente No Title Yet, une réflexion sur le mouvement imaginée durant cette résidence, avant de reprendre Ven, réputé pour sa violence tendre, ses portés, ses enlacements, ses heurts et ses fuites.

© Guy Delahaye

Ven © Victor Rivera

théâtre

&

danse

106

le Sacre du printemps Chorégraphié par Maurice Béjart, revu en mode combattant chez Pina Bausch, salsa chez Emanuel Gaut et même... en cartoon pour Disney (Fantasia), on pensait avoir fait le tour du Sacre du Printemps. Sauf que l'œuvre de Stravinsky continue d'inspirer les plus grands, comme en témoigne cette réappropriation par Jean-Claude Gallotta. Dans cette version pour douze danseurs, chaque interprète féminine est tour à tour l'élue. Cette relecture plurielle est présentée en compagnie du CCN de Grenoble. 12.10, Dunkerque, Le Kursaal, 20h30, 15/12/9€, +33 (0)3 28 51 40 30

16 & 19.10, Roubaix, Grand studio du CCN 33, 20h30, 10/8/5€, +33 (0)3 20 24 66 66

© Pieter Jan De Pue

Radical wrong

23.10>26.10, Bruxelles, Théâtre 140, 20h30, 18/16/15/8€, +32 (0)2 733 97 08

La nouvelle création de Wim Vandekeybus rend hommage à la jeunesse. Le chorégraphe belge vibre avec un groupe d'adolescents lors d'un festival d'été. Là où les tentations de franchir la ligne jaune sont nombreuses... Jeux de regards farouches, gestes euphoriques et mouvements vigoureux reflètent un environnement festif à tout prix. Ce ballet illustre les conduites à risque d'adolescents repoussant leurs limites, au risque de choquer.


Continent Kafka © Froodmat

théâtre

&

danse

108

agenda

Ghost Road Jusqu'au 6.10

F. Murgia/Artara

Quid des derniers riverains de la mythique route 66, désertée depuis 30 ans ? Ghost Road est le monologue imaginé d'un de ces survivants perdant pied, mêlant son histoire personnelle au fantasme d'une autre vie. En sourdine, des vidéos illustrent un récit mis en musique par D. Pauwels. Cet opéra parlé est le premier volet d'une trilogie qui nous emmènera à Fukushima, puis dans une mine chilienne... À suivre. Bruxelles, Th. Nat. De la Communauté Française, 20h15, mer 19h30, 19/15/10€, + 32 (0)2 203 53 03 // et 23 & 24.10, Douai, L'Hippodrome, 20h, 21/17/13/10/9€, +33 (0)3 27 99 66 66

Les Invisibles Jusqu'au 13.10 F. Aubenas/I. Pousseur

Fidèle à ses engagements, Isabelle Pousseur s'inspire librement du Quai de Ouistreham, de Florence Aubenas. Dans ce récit, la journaliste relatait son expérience « en immersion » parmi les chômeurs et précaires. La metteur en scène plonge deux comédiennes dans les files des agences d'interim, dans ces formations absconses, dans des quotidiens incertains... Ces invisibleslà ont enfin un visage. Bruxelles, Th. Océan Nord, mar>sam, 20h30, sf mer, 19h30, 10/7,5/5€, +32 (0)2 216 75 55

Mille Francs De Récompense Jusqu'au 27.10

V. Hugo/D. Scahaise

Dire qu'il aura fallu attendre 150 ans pour que ce texte de V. Hugo voit le jour. Drame social traversé par la fantaisie et le souffle hugolien, Mille Francs De Récompense conte l'histoire de Glapieu, un vagabond redresseur de torts – vous avez dit Valjean ? On n'en est pas loin. Cette pièce annonce également le cinéma expressionniste allemand. Une œuvre épique, drôle, émouvante et rehaussée de chansons réalistes. Bruxelles, Th. de la Place des Martyrs, 20h, sf 20.10, 19h et 7 & 21.10, 16h, de 9 à 16,50€, +32 (0)2 223 32 08

Continent Kafka 9>27.10

Franz Kafka / Pascal Crochet

Kafka, on le sait, était plutôt torturé. Du genre à vouloir brûler ses œuvres. Mais quid des derniers jours du génie reclus ? C'est ce qu'imagine Pascal Crochet : en proie à des hallucinations, l'auteur voit surgir les personnages étranges qui peuplent ses écrits. Fantastique et burlesque, tragique et drôle à la fois, un vibrant hommage à la langue de Kafka qui, à travers des bribes de textes, reprend vie. Bruxelles, Le Rideau, mar>sam, 20h30, sf mer, 19h30 & dim 21, 15h, 21/16/11€, +32 (0)2 737 16 01


Face Nord © Milan Szypura

théâtre

&

danse

110

agenda

Face Nord 11 & 12.10 Cie Un Loup Pour L'homme

Cette compagnie nous avait impressionné avec Appris Par Corps. Leur deuxième pièce acrobatique met en scène un quatuor placé au centre de l'arène. Des physiques très différents, mais animés de la même énergie guerrière – pour de faux. Car il y a une part d'enfance dans ces combats de gladiateurs exécutés en tenue de hockey. Millimétré, mais partiellement improvisé, Face Nord jongle avec les codes du cirque pour explorer la relation porteur/voltigeur.

Yo Gee Ti 16.10 M. Merzouki/ Cie Käfig, CCN de Créteil & du Val-de-Marne

Imaginez des danseurs transformés en aiguilles tricotants des fils invisibles... Pour ce faire, Mourad Merzouki a collaboré avec le styliste taïwanais Johan Ku. Et le chorégraphe d'imaginer des danses incongrues, mais révélant toute leur beauté dans le mouvement d'ensemble. Rideaux de fils pour derviches tourneurs, lumières projetées sur des corps ondulants, Yo Gee Ti joue avec l'illusion d'optique, créant un formidable objet organique (Yo Gee Ti, en chinois).

Lille, Maison folie Wazemmes, 20h, 13/10/8.5/5€, +33 (0)3 20 78 86 86

Douai, L'Hippodrome, 20h, 21/17/13/10/9€ +33 (0)3 27 99 66 66

Soyez belges envers les animaux

À chaque grincement de ton cœur

Cie Le Grain De Sable

19 & 20.10 Fées Railleuses/ Cie 3.6/3.4

Qu'appelle-t-on être Belge ? Et d'abord, pourquoi l'être ? À travers un patchwork humoristique de textes de 22 auteurs (parmi lesquels Jan Bucquoy, Paul Emond ou Henri Michaux), Philippe Müller et Vincent Vernillat évoquent ce qu'être Belge signifie – plutôt un état d'esprit qu'une véritable patrie. à cette heure, des enfants naissent en Belgique... Seront-ils belges ? Nul ne le sait. On peut l'espérer.

Que peuvent avoir en commun une échassière et un acrobate en BMX ? Sur le papier, pas grand chose. Mais C. Valette et V. Warin prouvent le contraire, en étudiant les possibilités de chaque discipline pour les marier. Les chutes furent nombreuses, mais les deux circassiens ont mis au point un système de cordes et d'accroches, introduisant un monde poétique et (forcément) aérien.

La Louvière, le Palace, 20h, 15/10€, +32 (0) 64 21 51 21

Roubaix, La Condition Publique, 20h30, sf le 20, 14h30, 12/8€, +33 (0)3 28 33 28 33

13.10


agenda Mysteric © DR

théâtre

&

danse

112

Mystéric 20.10

Antigone Eric Antoine

24.10>18.11

J. Anouilh/F. Gardin

Roubaix, le Colisée, 20h30, 39/32/35/30€, +33 (0)3 20 24 07 07

L'Antigone d'Anouilh est l'une des plus illustres réappropriations du mythe. L'une des plus symboliques, aussi. Écrite et crée durant l'Occupation, cette adaptation est nimbée de la tragédie d'alors. À la figure désabusée du roi Créon, s'oppose celle, idéaliste et désespérée, d'Antigone, qui se dresse contre lui au nom du devoir moral. Fabrice Gardin, à qui l'on doit, entre autres, L’Assassin habite au 21, s'attaque à un monument. Épaulé par Wendy Piette et Bernard Sens, cette Antigone-là fera date.

Please Kill Me

Bruxelles, Th. Des Galeries, mar>dim, 20h15, sf 05.10 et 11,13,19 & 25.11, 15h, 10 à 24€, +32 (0)2 512 04 07

« Qu’est-ce que la magie ?  » Oubliez Copperfield et vos préjugés sur la magie. Éric Antoine ne vous fera pas le coup de la femme coupée en deux. Dans ce second spectacle, le trentenaire azimuté mêle la magie au rire, à la philosophie et à la psychanalyse (on cite Lacan, s'il vous plaît !), à travers des sketches désopilants et des tours ahurissants – ou l'inverse. Mais une chose est sûre : ça fait flipper !

23>26.10 D'après L. McNeil & G. McCain/M. Bauer

Le slogan de Richard Hell est aussi le titre de l'ouvrage sur le punk US signé Legs McNeil et Gillian McCain. Fruit de centaines d’heures d’entretiens, ce pavé constitue le terreau du spectacle de Mathieu Bauer. Retenant les meilleurs témoignages, et – comme à son habitude – les associant à l’audiovisuel, le metteur en scène livre sa propre vision du mouvement. Un spectacle à voir, que l'on ait lu ou non le fameux livre. Villeneuve d'Ascq, La Rose des Vents, 20h, sf jeu, 19h, 20/15/12/7/5€, 03 20 61 96 96

La Grande et Fabuleuse Histoire du Commerce 26.10

J. Pommerat

Ici, l’auteur-metteur en scène s'est appuyé sur des entretiens réalisés notamment auprès de VRP. Cinq d'entre eux conversent après une dure journée de labeur. Et nourrissent une réflexion sur la relation aux clients et les conflits entre employés. Pommerat s'intéresse au quotidien des travailleurs et les rapports de force en entreprise. Du social, en somme, avec l’art et la manière. Valenciennes, Le Phénix, 22/20/17/13€, +33 (0)3 27 32 32 32


littérature

114

interview

MOÏRA SAUVAGE Aux armes citoyennes ? propos recueillis par ¬ Olivia Volpi photo ¬ Warner Bros France / DR - Actes Sud

Avant même la première question, Moira Sauvage tient à préciser qu'elle ne cautionne pas la violence. Responsable, durant six ans, de la Commission Femmes d’Amnesty International, cette fille d'un révolutionnaire irlandais s'est longtemps intéressée aux femmes qui souffrent. Avant de se pencher sur celles qui cognent, rendent les coups ou font régner la loi. dans la police, l’armée, les guerillas et les gangs, Moira Sauvage a rencontré des combattantes. Elle leur a donné la parole dans Guerrières !, un essai qui interroge leur rapport à la force physique. Entretien.

Pourquoi ce titre, « Guerrières ! » ? Pour trois raisons. Lorsque j’ai étudié les violences faites aux femmes, les victimes que j’avais en face de moi étaient fortes et combatives. Elles s’engageaient dans la lutte contre contre les injustices ou pour le droit des femmes. Ensuite, pour écrire Les aventures de ce fabuleux Vagin (ndlr. 2008), à propos des fameux Monologues, j'ai rencontré son auteure, Eve Ensler et des actrices qui se présentaient elles-mêmes comme des « Vagina Warriors  », des Guerrières du Vagin… Enfin, j’habite à côté d’un commissariat où je vois de plus en plus de policières. Leur façon de rouler des mécaniques

m'a interpellée : pourquoi doivent-elles être aussi viriles ?   Quelle est votre définition de la violence ? Il y a la violence physique, la brutalité, mais aussi la violence verbale, psychologique. Ce sont, en fait, toutes ces émotions négatives, la colère… Mais elle peut être sublimée et canalisée par le sport, par exemple.   La violence féminine est-elle un phénomène nouveau ? On a toujours su que cette violence existait, mais on a essayé de la cacher par ▲


« pourquoi doivent-elles être aussi

viriles


littérature

116

le biais de mythes utilisés comme des repoussoirs. Toutes les cultures possèdent des mythes de femmes fortes, autonomes, brutales. Comme Dourga en Inde, la déesse de la guerre ou Kâlî, celle de la Mort et de la délivrance, à la fois destructrice et créatrice. On peut également citer les Amazones, cette peuplade légendaire de femmes libres et combattantes, utilisant les hommes pour leur bon plaisir. Sans oublier les sorcières, plus près de nous. Comment les femmes sont-elles accueillies dans les gangs, les clubs de sports de combat ou les forces de l'ordre ? Les femmes ne sont pas admises à égalité dans ces milieux masculins. Dans les gangs, leur rite d’initiation est souvent le viol collectif… Et les guerilleras qui reviennent à la vie civile rencontrent d’énormes difficultés  : on attend d’elles qu’elles retournent sans broncher au foyer, redeviennent de bonnes épouses, de bonnes mères, mais elles ne veulent plus jouer ce rôle. 

Qu'arrive-t-il quand elles dénoncent les agressions qu’elles subissent ? On répond que certains milieux ne sont effectivement pas faits pour les femmes. D'après une GI, l’endroit le plus dangereux pour les soldates américaines en Irak n’est pas le champ de bataille mais le chemin des latrines. La plupart des femmes que j’ai rencontrées, sportives, policières, politiques ou militaires évoquent ce traitement sexiste  : les surnoms méprisants, les blagues graveleuses… Selon elles, il suffit d'en rire ou de l'ignorer. Elles ont tort. Certes, elles sont très courageuses. Mais tant qu’on laissera passer ce genre de propos, et notre Assemblée Nationale est édifiante en la matière, on n’avancera pas.   Au final, qu’en pensez-vous ? Eh bien, je le répète, je ne cautionne pas la violence. Mais le fait que les femmes puissent accéder à ces milieux masculins, même violents, même horsla-loi, cela élargit leurs horizons : elles ont aussi ce choix-là. Et ça, c’est un pas de plus vers l’égalité. 

à lire / Guerrières ! A la rencontre du sexe fort, Éd. Actes Sud, 320p., 22,50€


livres

118

à NOUS DEUX, PARIS ! Benoît Duteurtre - éd. Fayard Loin des souvenirs en lamé or ou du sombre romantisme qu’inspirent à ses mémorialistes l’ère des Palace et Bains-Douches, c’est avec la mesure d’un vieil enfant sage que Benoît Duteurtre s’empare de ses années 80. Prolongeant la chronique familiale et sociale entamée avec Les pieds dans l’eau (2008) et l’été 76 (2011), l'auteur enrichit sa fresque d’une séquence parisienne où son alter-ego, Jérôme, aspirant musicien et fêtard new-wave, découvre les joies de l’émancipation, de la bohème et du tumulte mondain. Et bientôt, l’impossibilité d’en être vraiment quand la nature vous a affligé d’une once de retenue : le titre du livre, c’est le défi d’un Rastignac qui n’aurait pas le cynisme de ses ambitions. Duteurtre ne sombre pas pour autant dans le repli élégiaque. Paradoxale, sa nostalgie est celle d’un être en quête de nouveauté, de rupture, mais incapable d’ignorer la vérité d’une époque où la modernité tendait déjà à devenir une pauvre caricature d’elle-même : saturée de cocaïne et de mythes moribonds (le Paris refuge ou berceau des avant-gardes…) et son imposture ne résiste pas à l’examen le plus bienveillant. Ce qui s’appelle un roman d’initiation. 333p., 19€. F-X Béague

Oh… Philippe Djian - éd. Gallimard Passant une nouvelle fois à la loupe le microcosme familial, Philippe Djian se glisse dans la peau d’une mère de famille divorcée. Fille de meurtrier, Michèle entretient une liaison avec le mari de sa meilleure amie avant d’entamer une aventure fortuite avec son violeur (dont elle ne découvre que tardivement l’identité). Une surenchère d’événements irréalistes que Djian parvient étonnamment à rendre banals, voire anodins. Loin du récit pathétique, l’auteur de 37°2 le matin dresse plutôt le portrait d’une femme libertaire, indomptable et hermétique aux coups que la vie lui assène. Djian questionne avec adresse le paradigme de la moralité traditionnelle et dévoile un féminisme insoupçonné. Le tout, dans un style brut alternant concision et exploration poétique. 237 p., 18,50€. Hakima Lounas


chroniques Chroniques des jours enfuis

La Théorie de l'information

Sam Shepard éd. 13° Note

Aurélien Bellanger éd. Gallimard

Sam Shepard, le héros des Moissons du ciel (1978), scénariste de plusieurs films de Wim Wenders, est aussi écrivain et grand portraitiste des Etats-Unis. Dans ce recueil de nouvelles, poèmes, dialogues, pensées qui tiennent parfois en une phrase, l’auteur renoue avec l’Amérique qu’il a toujours décrite : celle des autoroutes, des motels sous la neige et des villes fantômes sans âge. Tennessee, Texas, Mexique… Des histoires qu’on imagine racontées le soir une fois les enfants couchés, ou à la station-service en faisant le plein : on a retrouvé les têtes de huit soldats dans un terrain vague à Tucson, Arizona ; plus énigmatique encore, l’apparition de Shania Twain un soir dans les toilettes d’un restaurant fermé… 381p., 20€. Madeleine Bourgois

Aurélien Bellanger s'est engagé dans une entreprise téméraire : conter une histoire des communications, du minitel au web. Prodige du code html, Pascal Ertanger, librement inspiré du PDG de Free Mobile Xavier Niel, s'invite à la table des puissants et devient un nabab des réseaux en tous genres. L'ombre de Michel Houellebecq plane sur ce premier roman à l'écriture volontairement aseptisée et factuelle. Et l'on regrette justement le manque de distance, voire l'ironie, de l'auteur de La Carte Et Le Territoire (2010). À chaque rentrée, le milieu médiatico-littéraire, pétri de certitudes, monte quelques ouvrages en épingle. Celui-ci est à l'image de son auteur, ambitieux mais débordé par ses influences. L'impossibilité d'un Niel, en quelque sorte. 496 p., 22,50€. F. Koldyka

FÉERIE GÉNÉRALE Emmanuelle Pireyre - éd. L'Olivier Féerie générale est hors-norme. Ni complètement narratif, ni exclusivement poétique, ce n'est pas un essai, ni un recueil de nouvelles, mais un peu tout ceci à la fois. à l'instar de ses performances, l'auteure a réalisé une forme hybride qui pose un regard subtil sur notre société contemporaine, prise entre un flagrant besoin d'amour – des collections de baisers rythment le livre – et la réalité des mondes de la finance et de la consommation. Les années 80 sont réhabilitées en tant que « grande période d'amour », alors que les années 2000-2010 semblent enterrer toute idée du bonheur. Un vague espoir subsiste tout de même : parfois « [les traders] visualisent les peuples du monde entier pénétrant dans les salles de marchés, (…) 7 millards de personnes avec des fourches ». Poétiquement révolutionnaire. 256p., 19€. François Annycke


disques

120

TAKEN BY TREES Other Worlds - Secretly Canadian / Differ-Ant Ce nom ne vous dit peutêtre rien – il devrait, pourtant. Vous souvenez-vous de The Concretes ? Victoria Bergsman, chanteuse et parolière de ce chouette groupe pop suédois a mis les bouts en 2006 pour enregistrer un album pop folk sympathique mais banal. RAS. Mais il y a trois ans, un deuxième essai en forme de chef-d'œuvre (East Of Eden) l'a placée sur la carte des songwriters à suivre. La globe-trotteuse avait enregistré ce deuxième essai au Pakistan et mêlait ses inspirations pop folk aux savoir-faire de musiciens locaux. Cette fois-ci, c'est à Hawaii qu'on retrouve la Suédoise aux mélodieux chuchotements. À Hawaii, ou presque : l'ex-Concretes a capté des field recordings (vagues, oiseaux...) sur place et en parsème un album enregistré en partie aux USA. On y croise, entre autres, un Beachwood Spark à la pedal-steel et Henning Fürst (ex-The Tough Alliance) se charge de mettre une touche finale synthétique à cette rencontre entre reggae, dub, pop et folk. Sur le papier, ça peut paraître indigeste. Pourtant, voici bien l'un des grands disques de 2012. Thibaut Allemand

ELECTRIC ELECTRIC Discipline - Africantape, Herzfeld, Kythibong & Murailles Music/La Baleine Après un premier essai très dense (Sad Cities Handclappers, 2008) Electric Electric revient tout aussi puissant avec Discipline, publié grâce à la collaboration de quatre excellents labels indépendants hexagonaux. Récemment, le projet La Colonie De Vacances (concerts quadriphoniques avec ses camarades Pneu, Marvin et Papier Tigre) démontrait à quel point Electric Electric maîtrisait les expérimentations sonores polyrythmiques. Ici, le trio strasbourgeois revisite la « dance music» en superposant des structures complexes. Dansants du début à la fin, ces morceaux mêlent subtilement math rock et noise tribale, produisant un déchaînement physique et psychique constant, tempéré par une certaine discipline. Tiphaine Gagne


chroniques School Is Cool

TEEN

Entropology - PIAS

In Limbo - Carpark Records/ La Baleine

Enclenchée par les Courtraisiens Balthazar, la dernière mode belge semble être aux troupes bigarrées, comptant dans leurs rangs une jolie violoniste, et trimballant une pop enjouée. School Is Cool est le second avatar de cette tendance. Ces Anversois ont passé l’été à écumer tout ce que le plat pays compte de festivals de rock, de folk, mettant l’eau à la bouche de milliers de spectateurs. Entropology renferme la folie douce et l'énergie quasi-immature de ces musiciens qu’on entend littéralement s’amuser ensemble. Une grosse poignée de tubes donne à cet album un caractère incontournable. Caractère qu’on remettra en cause dans plusieurs mois, quand on s’apercevra que le reste est un peu faible. Mais pour l’instant, on ne boude pas notre plaisir. Mathieu Dauchy

TEEN, c'est une affaire de famille. Parce que le groupe compte en son sein trois membres de la fratrie Lieberson (Lizze, Katherine et Kristina, ex-claviériste d’Here We Go Magic), et parce que tout y est – étrangement - familier : In Limbo fusionne les sonorités synthétiques et la grande variété des années 60, avec la grâce et l’évidence qui firent le succès d’Au Revoir Simone. Mais si leurs consoeurs jouent aux sylphides évaporées, ces frangines-là affichent un tempérament bien plus affranchi dès qu’il s’agit de malmener les structures pop, avec cette touche tribale dans la pulsation héritée en droite ligne des Raincoats (Come Back, ou l’étrange et imparable Electric). Le tout nappé de guitares tortueusement flangées. Adolescentes, mon œil. F-X Béague

ANIMAL COLLECTIVE Centipede Hz - Domino/PIAS Reçu le jour du bouclage, on n'a pas pu aborder dignement le très attendu neuvième album du collectif de Baltimore – via Brooklyn. Alors ? Alors, on ne va pas être original, et s'enflammer à notre tour devant un disque nettement plus accessible et inventif que le précédent, l'aquatique Merryweather Post-Pavillion (2009), véritablement noyé sous les effets. Voici des titres ouvertement pop, voire soul, gavés de mélodies à chanter à tue-tête et de cris du cœur qui prennent au corps. Mais traités à la manière d'Animal Collective, c'est-à-dire dans un foutoir parfaitement agencé de couches superposées, de boucles étranges et de coups de génie de production (la chorale d'enfants découpée). Bref, un disque aussi bon que Strawberry Jam (2007). Ce n'est pas rien. Thibaut Allemand


agenda

122

concerts Lun 01.10 Cave + Betunizer + Maria Goretti Quartet Bruxelles, Magasin 4, 19h, 8e Israel Vibration & Roots Radics + Heartbeat Movement Gand, Le Vooruit, 19h, 26/23,75e

Mar 02.10 Van She Bruxelles, Le Botanique/Witloof Bar, 19h, 12/9/6e Rival Sons Anvers, Trix, 19h, 20/17e Françoiz Breut + Tony Melvil Trio Lille, L'Aéronef, 20h, gratuit Black Dice Courtrai, De Kreun, 20h, 10/7/0e Les Belles Sorties de L'Aéronef : Françoiz Breut + Tony Melvil Trio Lys-Lez-Lannois, Le Théâtre L’EDEN , 20h, gratuit TLP + Black Franck + Duub Gand, Decadance, 22h, gratuit

Mer 03.10 Mina Tindle Tourcoing, Le Grand Mix, 20h, 13/10e Noa Bruxelles, L'Ancienne Belgique/ Flex, 20h, 30e No Means No Diksmuide, Muziekclub 4AD, 20h, 13/11/9e Lynda Lemay Roubaix, Le Colisée, 20h, 45/41/37/34/8e

Jeu 04.10 Skip The Use + The Popopopops

Bruxelles, Le Botanique/ Orangerie, 19h, 19/16/13e

Dj Prinz Lille, Magazine Club, 23h, 5e

Foreign Beggars + Stig Of The Dump Bruxelles, VK* Concerts, 19h, 16/13e

Radio Slave + Audio Werner + Joachim + Arne... Anvers, Le Café d'Anvers, 23h, 12/10e

Squarepusher Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, 25/22e

IT BECOMES INFECTIOUS present KARL M (TRAPEZ/ TRAUM) : Karl M + Snooba Bruxelles, The Wax Club, 23h, nc

Arthur H + La Mordue Beauvais, L'Ouvre-Boîte, 20h, 18/16/13e Apéro Indus : Ced & Jim + Globul + Ralph Storm Marchienne-au-Pont, Rockerill, 20h, gratuit Brigitte Mons, Le Manège de Mons, 20h, 20/15e Caravan Palace Esch-sur-Alzette, Rockhal, 20h, 30,2/27,5e School Is Cool + The Void Amiens, La Lune des Pirates, 20h, 5e/gratuit abonné Festival Jazz en Nord : Randy Weston Roubaix, Le Colisée, 20h, 30/26e The Bony King Of Nowhere Louvain-la-Neuve, La Ferme du Biéreau, 21h, 12/10/7e Dj Pone Lille, Magazine Club, 23h, 7e

Ven 05.10 Kiosk Re-Openning : Atmosoul + CricketSpiele + Czeski + Gym X + missNoa + Mixjagger + Mth + Ote Rama + PSLKTR + Renart Lille, Kiosk, 18h, nc Foreign Beggars + Orelsan + Joy Wellboy... Liège, La Caserne Fonck, 18h, (pass 3j : 35e ) 28/23e Dallas Bruxelles, L'Ancienne Belgique/ AB Club, 20h, 15/12e

Sam 06.10 Les Heures IND : Dominique A + Tindersticks + Lescop... Liège, La Caserne Fonck, 17h, (pass 3j : 35e ) 33/28e Kiosk Re-Openning / Freaky party : Surfing Leons + Ralph + David Asko + Deiva & Djos + Playmobeats Lille, Kiosk, 18h, nc Assassin Lille, Splendid, 19h, 25e Tommy Gun + Float Fall Bruxelles, Le Botanique/ Rotonde, 19h, 16/13/10e Barricada Bruxelles, VK* Concerts, 19h, 14/11e Kid Koala... Bruxelles, Le Botanique/ Orangerie, 19h, 19/16/13e Jérémie Ternoy Trio Lille, La Malterie, 20h, 7/5e La Grande Sophie Saint Amand Les Eaux, Théâtre Municipal, 20h, 20/10e festival Roubaix l'Accordéon : Art Mengo Roubaix, Chapiteau Magic Mirrors, 20h, 13,80e Belleruche... Anvers, Arenbergschouwburg, 20h, 10/8e Left Lane Cruiser + Chains Of Love Diksmuide, Muziekclub 4AD, 20h, 10/8/6e


Retrouvez l’intégralité des concerts sur

Safi & Spreej + Tiewai... Anvers, Trix, 21h, nc parade d'ouverture Lille3000 Fantastic : ONL Lille, Place François Mitterand, 22h, gratuit Prinz + Bartholomeo... Anvers, Café d'Anvers, 23h, 7e Redshape Live + Pablo Bolivar + Nathan Oye + Pierre... Bruxelles, Fuse, 23h, 12/8e 70's Disco Funk & Soul : Doctor Disco + Louis Katorz + Boogie Business Anvers, Petrol Club, 23h, 8e Cassius Lille, Magazine Club, 23h, 10e

Dim 07.10 L'Homme de la Mancha for Kids La Louvière, Le Splendide (chapiteau) , 16h, 10/9/5e Cold Specks + Bertrand Burgalat... Liège, La Caserne Fonck, 18h, 16/12e Killer Ethyl + Shiko Shiko + Crise de nerfs Lille, L'Aéronef, 18h, 11e/gratuit Kiosk Re-Openning : Atmosoul + Deeper Impakt + Ed Hawkins Lille, Kiosk, 18h, nc

Lun 08.10 Hidden Orchestra Bruxelles, Le Botanique/ Rotonde, 19h, 16/13/10e A Place To Bury Strangers Bruxelles, Le Botanique/ Orangerie, 19h, 21/17/14e Scissor Sisters Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, complet ! Tindersticks... Lille, Splendid, 20h, 30e Duub Gand, Decadance, 22h, nc

Mar 09.10 Noel Gallagher's High Flying Birds Lille, L'Aéronef, 20h, 35e Mory Kanté Douai, L'Hippodrome, 20h, 20/16e Moriarty Arras, Théâtre d'Arras, 20h, 30/25/20e Clock opera Bruxelles, L'Ancienne Belgique/ AB Club, 20h, 12e Hidden Orchestra... Courtrai, De Kreun, 20h, 15/12/9e Duub + TLP Gand, Decadance, 22h, nc

Polaroid Fiction Bruxelles, L'Ancienne Belgique/ AB Club, 20h, 12e Black Dice Courtrai, De Kreun, 20h, 13/10/7e Mai Lan + June Bug & The Storytellers Lille, L'Aéronef, 20h, 16/11e

Jeu 11.10 Le tour d'Yvette - festival d'accordéon - Cinéconcert : Benjamin Mack Soignies, Espace Culturel Victor Jara, 11h, nc Mein Sohn William Amiens, La Lune des Pirates, 14h, 6.50/4.30e Breton Bruxelles, Le Botanique/ Orangerie, 19h, 17/14/11e Monophonics Anvers, Trix, 19h, 16/13e The Crookes Bruxelles, Le Botanique/Witloof Bar, 19h, 14/11/8e Ultravox Anvers, Trix, 19h, 38/35e ONL Lille, Palais Rameau, 20h, gratuit Kanka + Wedding Dub Lille, L'Aéronef, 20h, 16/11e Random Record + Tatsura Korekyojinn Lille, La Malterie, 20h, 7/5e

Karma To Burn + Peter Pan Speedrock + Honky Bruxelles, VK* Concerts, 19h, 18/15e

Mer 10.10

Islands + The Magic Bruxelles, Le Botanique/Witloof Bar, 19h, 14/11/8e

C2C Anzin, Théâtre, 19h, 15e

Festival Jazz en Nord : Gueorgui Kornazov 5tet Dunkerque, Jazz Club, 20h, 15/10e

Between The Burried And Me... Anvers, Trix, 19h, 18/15e

Partyharders... Bruges, Cactus Muziekcentrum, 21h, nc

The Hundred in the Hands + Swearing At Motorists Bruxelles, Le Botanique/Witloof Bar, 19h, 14/11/8e

Brussels Mania Party #8 : Attar! + Lady Jane + Pierre Bruxelles, Fuse, 22h, 8e

Kid Koala... Gand, Vooruit, 19h, 16e Bullet + '77 + Screamer Anvers, Trix, 19h, 16/13e Professor Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, 24/21e

Dragonforce... Anvers, Trix, 19h, 26/24e

Hong Kong Dong +

Ciné-concert : Dead Of Night : 7weeks


agenda

124

concerts Dunkerque, 4 Ecluses, 22h, gratuit

Cypérus Comines, Le Nautilys, 20h, 3/2e

Marc Ribot + Film noir Gand, Culturell Centrum Vooruit/ Theatre, 20h, 21/18/16e

Ven 12.10

Les yeux d'la tête + Slivo Electric Klub + Dj Pushit Roubaix, La Cave aux Poètes, 20h, 8e

Captain Beefheart's Magic Band + Honkeyfinger Diksmuide, Muziekclub 4AD, 20h, 17/15/13e

Laurent Voulzy Roubaix, Le Colisée, 20h, 50/45/39/35/8e

Le tour d'Yvette - festival d'accordéon : Cave Canem Braine-le-Comte, Salle du Club 7491 de Steenkerque, 20h, nc

Remain + PSLKTR + Czeski… Lille, Kiosk, 18h, 9/6/0e Dernière volonté + Solstorm + Mongolito + Néon Noir Bruxelles, Magasin 4, 19h, 20/15e Angus Stone Bruxelles, Le Botanique/ Rotonde, 19h, 20/17/14e Lucy Rose + C.A. Smith Bruxelles, Le Botanique/Witloof Bar, 19h, 14/11/8e

Mina Tindle Béthune, Théâtre Le Poche, 20h, 10/7/4/3e In Dubstep We TruST Bruxelles, Fuse, 23h, 13/10e Monika Kruse... Gand, Decadance, 23h, nc

Les Stentors Lille, Théâtre de l'Hotel Casino Barrière, 20h, 42/39/36/33e Electric Electric... Amiens, La Lune des Pirates, 20h, gratuit Laurent Voulzy Béthune, Théâtre de Béthune, 20h, Complet!

Fu Manchu + The Shrine Anvers, Trix, 20h, 18/15e

Infinity Ink + Duke Dumont + Blond:ish + Christoph Lefrog + Mickey + Rick Shiver + A.N.D.Y. Bruxelles, Libertine Supersport, 23h, 13/8e

Get Well Soon... Bruxelles, L'Ancienne Belgique/ AB Club, 20h, complet !

Nic Fanciulli + &ME + Tofke Anvers, Le Café d'Anvers, 23h, 12e

Petit Robert et le Mystère du Frigidaire : Marc Jeanneret + Simon Aeschimann Douai, L'Hippodrome, 20h, 8e

Ce N'est Pas De La Couille, Voici La New Wave : Dirk Davo + Fernando Wax + Yvan + Sensurround Bruxelles, Wax Club, 23h, nc

ONL Lille, Palais Rameau, 20h, gratuit

Sam 13.10

Sagat + Handless + Kid Strike + Pierre + Deg... Bruxelles, Fuse, 23h, 12/8e

Get Well Soon... Gand, Handelsbeurs Concertzaal, 19h, 13e

Dim 14.10

Talibam! + Lyenn & Shelley Hirsch + Going Bruxelles, Recyclart, 20h, nc

Marcel et son Orchestre Lens, Colisée, 20h, 13e Le Peuple de l'Herbe + Unno Calais, Centre Culturel Gérard Philipe, 20h, 5e Cypérus Comines, Le Nautilys, 20h, 3/2e Loïc Lantoine Calais, Le Channel, 20h, 6e Blaudzun + Mad About Mountains Diksmuide, Muziekclub 4AD, 20h, 12/10/8e Anthony Joseph... Anvers, Arenbergschouwburg, 20h, 10/8e

Le Klub des Loosers + Roger Molls Lille, L'Aéronef, 20h, 16/11e Blaudzun + The Flying Horseman Bruges, Cactus Muziekcentrum, 20h, 13/10/8/5e

Dirtyphonics + DJ Hazard... Anvers, Trix, 21h, 17e Skreamizm : Skream Pokes + Youandewan + Dismantle + Gullfisk + goldFFinch Anvers, Petrol Club, 22h, 16/12e Studio Bruxelles présente Jan Van Biesen + Ed & Kim... Anvers, Café d'Anvers, 23h, 13e

A Place To Bury Strangers Lille, La Péniche, 18h, 15e Laurent Voulzy Béthune, Théâtre de Béthune, 18h, Complet ! Yowie + Poino + Djevara Bruxelles, Magasin 4, 19h, 8e

Les Ogres de Barback Esch-sur-Alzette, Rockhal, 20h, 28,6/26e

de portables + Fence... Bruges, Cactus Muziekcentrum, 19h, 8/5/3/2,5/2e

Joshua Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, 22/19e

Chris Isaak Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, 49/46e


Retrouvez l’intégralité des concerts sur

Get Well Soon... Esch-sur-Alzette, Rockhal, 20h, 22/20e Jarboe + Mongolito Bruxelles, Beursschouwburg, 20h, 10e

Lun 15.10 Bertrand Cervera Boulogne-sur-Mer, Les Pipots, 15h, 10/8e Sabaton + Eluveitie... Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 19h, complet !

Jeu 18.10

Ven 19.10

Johnny Hallyday Esch-sur-Alzette, Rockhal, 19h, 75/70e

Gotthard Lille, Splendid, 20h, 26,80e

Teengirl Fantasy Bruxelles, Le Botanique, 19h, 16/13/10e

Julia Stone + Paul Thomas Saunders Tourcoing, Le Grand Mix, 20h, 20/17e

Overkill Anvers, Trix, 19h, 25/23e

Camille Lille, Th. Sébastopol, 20h, 40e

Fence + Bed Rugs Bruxelles, L'Ancienne Belgique/ AB Club, 20h, 15/12e

The Vaccines + Zulu Winter Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, complet !

How To Dress Well Gand, Le Charlatan, 20h, 12,5e

Arthur H + Baba Love Douai, L'Hippodrome, 20h, 20/16e

Canned Heat Marcq-en-Baroeul, Théâtre Charcot, 20h, 20/15e

Nicki Minaj + Tyga Bruxelles, Forest National, 20h, 50e

Mar 16.10

Suzanne VEga Lille, Théâtre de l'Hotel Casino Barrière, 20h, 27/24/21e

Plugs Lille, La Péniche, 20h, 10e Tame Impala + The Amazing Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, 24e Mugstar + Margaret Catcher Lille, La Malterie, 20h, 7/5e Rat Records Label Night : Dans Dans + Shahzad Ismaïli Trio... Courtrai, De Kreun, 21h, 10/7/0e

Mina Tindle Feignies, Espace Gérard Philipe, 20h, 11/8e Camille Amiens, Maison de la Culture d'Amiens, 20h, 15 à 36e Arnotto + Laure Chailloux + A. Méthivier + O. Lechner Roubaix, La Condition Publique, 20h, 12/8e Art Mengo + Tom Arthus... Liévin, Centre Culturel, 20h, 15/13/10e

Tryo Lille, Zénith Arena, 20h, 37e

Wouter Deprez: 'Hier Is Wat Ik Denk' Diksmuide, Muziekclub 4AD, 20h, 12/10/8e

David Krakauer Huy, Centre culturel de Huy, 20h, 15e

Ufomammut + Incoming Cerebral Overdrive Courtrai, De Kreun, 21h, 12e

Roubaix l'Accordéon : The Summer Rebellion + Flas$$h Roubaix, La Cave aux Poètes, 20h, 8/6/4e

Fantastic et ses Nuits électriques : Peo Watson + The Subs + Brown & Gammon + Kid Koala + Tiga & Martyn + Rustie + Doctor p. + Hudson Mohawke + Lone Lille, L'Aéronef, 21h, Pass 66e / soirée 25e

Mer 17.10

Shonen Knife Bruxelles, Beursschouwburg, 22h, 5e

Roots Workers... Dunkerque, L'Entrepôt, 20h, 5e China Moses + Raphaël Lemonnier Valenciennes, Le Phénix, 20h, 22/17/13e How To Dress Well + Title Bruxelles, L'Ancienne Belgique/ AB Club, 20h, 15/12e Demented Are Go + Lucky Devils Roubaix, La Condition Publique, 20h, 5e Maia Vidal + Mai Lan + Rebecca Mayes Dunkerque, 4 Ecluses, 20h30, 10/7e Les Mauvaises Langues + Charles-Baptiste + Mémo Liévin, Centre Culturel, 20h, 15/13/10e Dorian Gray Comines, Le Nautilys, 20h, 3/2e HK et Les Saltimbanks Roubaix, Salle Watremez, 20h, 13,80e Didier Lockwood + Lionel Cordew + Mike Stern Calais, Grand Théâtre, 20h, 22/17e Eiffel + Julien Pras Calais, Centre Culturel Gérard Philipe, 20h, 5e


agenda

126

concerts Léa Solex + Zora Béthune, Théâtre Le Poche, 20h, 7/5/4/3e

Johnny Hallyday Lille, Zénith Arena, 20h, 130/50e

Assassin Boulogne-sur-Mer, Espace Faiencerie, 21h, 8/6e

David Krakauer Bruxelles, Recyclart, 20h, nc

Fantastic et ses Nuits électriques : Boys Noize + Maya Jane Coles + Para One + Spank Rock + Rustie + Maelstrom + Joris Delacroix + Logo... Lille, L'Aéronef, 21h, Pass 66e / soirée 25e Sparks Gand, Culturell Centrum Vooruit, 22h, 31/27e QUAKE II Crackin' Basslines! : Vodex + P0gman + The Strangers... Anvers, Petrol Club, 22h, 12e Sheep Shaggers + South Central + Snooba... Bruxelles, Fuse, 23h, 15e 3-in-one Bday Party : Jems + Dr Know + Mr guYes Bruxelles, The Wax Club, 23h, nc Technasia + Prinz... Anvers, Le Café d'Anvers, 23h, 12e

Sam 20.10 Liz Cherhal + Handcrafted Soul + Dimitri Liévin, Centre Culturel, 16h, 13/11/8e Animals As Leaders... Anvers, Trix, 19h, 18/15e Dirty Projectors... Bruxelles, L'Ancienne Belgique/ AB Box, 20h, 19e Bat Point G + Horla Patrie Wattrelos, La Boîte à Musique, 20h, 10/8/6e Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp... Courtrai, De Kreun, 20h, 10/8/ gratuit abonnés

Lee Fields Bruges, Cactus Muziekcentrum, 20h, 18/15/13/10/5e Guitar Masters Lille, Splendid, 20h, 27,50e City Life, de Steve Reich : Ars Nova Ensemble Instrumental Arras, Th. d'Arras, 20h, 10 à 21e Camille Béthune, Théâtre de Béthune, 20h, 36/30e Amandine Bourgeois Lille, Théâtre de l'Hotel Casino Barrière, 20h, 27/24/21e Tourcoing Jazz Festival : Melody Gardot Tourcoing, Théâtre Municipal Raymond Devos, 20h, 32/30/26/23e Hacride + Klone + Trepalium Dunkerque, Les 4 Ecluses, 20h, 10/7e

Gigolos in Retirement + Louis Katorz + Way... Anvers, Petrol Club, 22h, 15/10e Magda + Pierre + Deg... Bruxelles, Fuse, 23h, 13/9e 17 Years Kozzmozz : Marcel Dettmann + Space DJz + Kr!z + Spacid... Gand, Culturell Centrum Vooruit, 23h, 17/14e

Dim 21.10 The Lamourettes Calais, Le Channel, 17h, gratuit Richard Gotainer... Liévin, Centre Culturel, 17h, 20/18/15e Du Classique Au Jazz : Trio Casadeus Enhco Armentières, Le Vivat, 17h, 23/18/11e Tourcoing Jazz Festival : Marcus Miller Tourcoing, Théâtre Municipal Raymond Devos, 17h, 27/25/23/20e

Katie Melua + BOY Bruxelles, Forest National, 20h, 50,5/46,5/42,5e

Le tour d'Yvette - festival d'accordéon : Didier Laloy + Tuur Florizone duo La Louvière, Centre Culturel Régional du Centre, 18h, nc

Maia Vidal... Amiens, La Lune des Pirates, 20h, 10/07e

Brigitte Fontaine Roubaix, Salle Watremez, 18h, 21,80e

Aldebert... Liévin, Centre Culturel, 20h, 20/18/15e

Tuur Florizoone + Didier Laloy La Louvière, Le Palace, 18h, 12/9e

Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp Diksmuide, Muziekclub 4AD, 20h, 10/8/0e Fantastic et ses nuits électriques : Sébastien Tellier + Agoria + Breakbot + Erol Alkan + Riton + Daniel Avery + Aeroplane + Get A Room Lille, L'Aéronef, 21h, pass 3j : 66e/soirée25e

John Cale Esch-sur-Alzette, Rockhal, 20h, 35,2/32e Johnny Hallyday Lille, Zénith Arena, 20h, 130/50e

Lun 22.10 Azuki : Aurélien Maisonneuve + Léonard


Retrouvez l’intégralité des concerts sur

Mischler Armentières, Le Vivat, 15h, 6e Trivium + As I Lay Dying... Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 18h, 28e Tourcoing Jazz Festival : Renaud Garcia-Fons Tourcoing, Hospice d'Havré, 18h, 7/5e Gianluca Grignani Bruxelles, VK* Concerts, 19h, 25/22e The Souljazz Orchestra... Anvers, Trix, 19h, 17/14e Crybaby + Li-Lo* Bruxelles, Le Botanique/Witloof Bar, 19h, 12/9/6e Tourcoing Jazz Festival : Jérôme Sabbagh + Jozef Dumoulin Tourcoing, Hospice d'Havré, 20h, 7/5e

Mar 23.10 Azuki : Aurélien Maisonneuve + Léonard Mischler Armentières, Le Vivat, 10h, 6e Tourcoing Jazz Festival : Vincent Peirani Tourcoing, Hospice d'Havré, 18h, 7/5e Françoiz Breut Bruxelles, Le Botanique/ Rotonde, 19h, 16/13/10e

Fonseca Tourcoing, Théâtre Municipal Raymond Devos, 20h, 20/18/15/13e

Festival Ground Zero : Odezenne Lille, La Péniche, 20h, 11e

Festival Ground Zero : Success Lille, La Péniche, 20h, 10e

Carmen Maria Vega + Buridane Tourcoing, Le Grand Mix, 20h, 18e

Karl Jannuska Quartet Valenciennes, Le Phénix, 20h, 16/14/13/9e

Michael Gregorio Anzin, Théâtre Municipal, 20h, 38/35e

Tourcoing Jazz Festival : Yom & The Wonder Rabbis Tourcoing, Magic Mirrors, 21h, 17/15/11e

Wazemmes Release Party : Roger Molls Lille, maison Folie de Wazemmes, 20h, 3e

Mer 24.10 Azuki : Aurélien Maisonneuve + Léonard Mischler Armentières, Le Vivat, 10h, 6e Tourcoing Jazz Festival : 3/4 Peace + Christian Mendoza Tourcoing, Magic Mirrors, 12h, gratuit Tourcoing Jazz Festival - Hommage à Nick Drake : Misja Fitzegerald Michel Tourcoing, Hospice d'Havré, 18h, 7/5e Glenn Hansard... Bruxelles, Cirque Royal, 19h, 25/22e

L'Orchestre National de Lille présente : Katia & Marielle Labèque Lille, Th. Sébastopol, 20h, nc The Bewitched Hands... Amiens, La Lune des Pirates, 20h, 14/11e Tourcoing Jazz Festival : Blitz the Ambassador Tourcoing, Magic Mirrors, 21h, 17/15/11e La Femme Gand, Vooruit, 22h, gratuit

Jeu 25.10 Tourcoing Jazz Festival : David Laisné Trio Tourcoing, Magic Mirrors, 12h, gratuit

Down + Warbeast Anvers, Trix, 19h, 26/24e

Résidence Secret Cheifs 3 : Musiques actuelles et occultisme, avec Pacôme Thiellement Lille, L'Aéronef, 19h, gratuit

Steve Miller Band Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, 45e

Oxbow Orchestra Bruxelles, VK* Concerts, 19h, 14/11e

Rencontre avec Secret Chiefs 3 Lille, L'Aéronef, 19h, gratuit

Festival Ground Zero : Parov Stelar + Caravan Palace Lille, Zénith Arena, 20h, 29,60e

Tourcoing Jazz Festival : Magma Mëtalïk Orkestra Tourcoing, Théâtre Municipal Raymond Devos, 20h, 22/20/18/15e

DJ Shadow + DJ Biaz Bruges, Cactus Muziekcentrum, 20h, 23/20/18/15/5e

ONL : Katia & Marielle Labèque Lille, Th. Sébastopol, 20h, nc Tourcoing Jazz Festival : Carmen Souza + Roberto

Denis Simándy + Antoine Mortier Mons, Les Abattoirs, 20h, 11/8e

Tourcoing Jazz Festival : Franck Agulhon Tourcoing, Hospice d'Havré, 18h, 7/5e

ONL Liège, Salle Philarmonique, 20h, gratuit Danko Jones + Bombus Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, 25e


agenda

128

concerts Rover + Lippie Arras, Théâtre d'Arras, 20h, 8e Patrick Watson + Guest Tourcoing, Le Grand Mix, 20h, 17/14e Kevin Drumm + Thomas Ankersmit... Courtrai, De Kreun, 20h, 13/10/7e Tourcoing Jazz Festival : Gregory Porter + Herbie Hancock Tourcoing, Théâtre Municipal Raymond Devos, 20h, 34/32/30/28e Festival Ground Zero : BRNS Lille, La Péniche, 20h, 11e Festival Ground Zero : Great Mountain Fire + Caandides Roubaix, La Cave aux Poètes, 20h, 11,80/10/6e

Lofofora... Bruxelles, Magasin 4, 19h, 15/12e David Bartholomé Braine l'Alleud, Live Act, 19h, 20/16e Tourcoing Jazz Festival : Michel Portal + Bojan Z + Nicolas Folmer & Daniel Humair Project + Aldo Romano Quartet Tourcoing, Théâtre Municipal Raymond Devos, 20h, 22/20/18/15e Festival Ground Zero : LCMDF Lille, La Péniche, 20h, 11e Festival Jazz en Nord : The Herzhaft Brothers Lomme, maison Folie de Beaulieu, 20h, 9/5e Emett Tinley & Band Bruges, Cactus Muziekcentrum, 20h, 11/8/6/5,5/5e

Tourcoing Jazz Festival : Bernard Allison Tourcoing, Magic Mirrors, 21h, 17/15/11e

ONL Longuenesse, Salle de sports des Chartreux, 20h, nc

Ven 26.10

Soap&Skin + Guest Tourcoing, Le Grand Mix, 20h, 16/13e

Tourcoing Jazz Festival - Hommage à Miles Davis : Jean-Robert Lay + Olivier Lovergne + Sébastien Dochy + Ludovic Hennequin Roubaix, Chapiteau Magic Mirrors, 12h, gratuit Tourcoing Jazz Festival : L'Quartet Tourcoing, Magic Mirrors, 12h, gratuit Tourcoing Jazz Festival : Pierre de Bethmann Tourcoing, Hospice d'Havré, 18h, 7/5e

Patrick Watson Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, 25e Zytoum Comines, Le Nautilys, 20h, 3/2e Dr Feelgood + Twin Twisters Dunkerque, Les 4 Ecluses, 20h30, 15/12e Zytoum Comines, Le Nautilys, 20h, 3/2e

Roscoe + Rover Bruxelles, Le Botanique/ Orangerie, 19h, 17/14/11e

Tourcoing Jazz Festival Nuit de l'Accordéon : Tuur Florizoone + Didier Laloy + Quarteto Gardel Mouscron, Centre culturel, 20h, 14/12/10e

So Fresh & So Hip hop Lille, maison Folie de Wazemmes, 19h, 9,80e

Dope Body Diksmuide, Muziekclub 4AD, 20h, 10/8/6e

Airelle Besson + Didier Laloy + Lionel Suarez + Minino Garay + Tuur Florizoone + Vincent Ségal Mouscron, Centre Culturel Marius Staquet, 20h, 14/12e Tourcoing Jazz Festival : Bernhoft Tourcoing, Magic Mirrors, 21h, 17/15/11e Little Bob Blues Bastards Lillers, L'Abattoir, 22h, nc Festival Ground Zero / After LCMDF : Mr Magnetix + Jif Lille, La Péniche, 22h, 5e Luna City Express + KiNK + So Tasty... Anvers, Café d'Anvers, 23h, 12e

Sam 27.10 Tourcoing Jazz Festival : Journal Intime Tourcoing, Magic Mirrors, 12h, gratuit Tourcoing Jazz Festival - JAZZ PLAYS EUROPE Laboratory #4 Tourcoing, Hospice d'Havré, 15h, gratuit Festival Wolfest Lille, Splendid, 17h, 13e Tourcoing Jazz Festival : Sandra Nkaké Tourcoing, Magic Mirror, 18h, (pass 15€ avec Electro Deluxe) 11/9/6e Festival Ground Zero : De La Soul + La Rumeur + Orelsan + Rizzle Kicks + Foreign Beggars + Benga & Youngman Lille, Zénith Arena, 18h, 35/32e Tourcoing Jazz Festival : Jacques Schwarz-Bart + China Moses + Raphaël Lemonnier Tourcoing, Théâtre Municipal Raymond Devos, 20h, 17/15/13/11e


Retrouvez l’intégralité des concerts sur

Festival Ground Zero : School Is Cool Lille, La Péniche, 20h, 11e

Lille, L'Aéronef, 16h, 5/3/1e

Suzanne Vega Lens, Colisée, 20h, 21,40e

Festival Ground Zero : Hugh Coltman Lille, La Péniche, 18h, 14e

Balam Acab + oOoOO Courtrai, De Kreun, 20h, 13/10/7e Hybris #1 : Secret Chiefs 3 plays « Mausolée mécanique Lille, L'Aéronef, 20h, gratuit abonné/11e Michael Chapman + Zwerm Diksmuide, Muziekclub 4AD, 20h, 10/8/6e Absynthe Minded + Julien Ribot Dunkerque, Les 4 Ecluses, 20h30, 10/7 e Fest. Jazz en Nord : El Gusto Roubaix, Le Colisée, 20h, 39/35e Mina Tindle + Rover + Greenshape Calais, Centre Culturel Gérard Philipe, 20h, 5e Festival Ground Zero : Missill + Niveau Zero + Le Catcheur, la Pute, et le Dealer Villeneuve d'Ascq, La Ferme d'en Haut, 21h, 6.10/4.10/1,50e Tourcoing Jazz Festival : Electro Deluxe Tourcoing, Magic Mirror, 21h, (pass 15e avec Sandra Nkaké) 12/10/8e Ricardo Villalobos Bruxelles, Fuse, 23h, 12/8e Luke Slater + Surgeon... Anvers, Petrol Club, 23h, 16/13e Butch + Nick Curly + Tofke Anvers, Café d'Anvers, 23h, 7e

Dim 28.10 Goûter-concert : Secret Chiefs 3 - Forms

Festival Wolfest Lille, Splendid, 17h, 13e

Anthony B & Blazin' Fire Sound + Freedom Fighter Gand, Le Vooruit, 19h, 27/24,75e

Lun 29.10 Festival Ground Zero : Maia Vidal Lille, L'Hermitage Gantois, 19h, 16,90e Jeff loomis + Vildhjarta... Anvers, Trix, 19h, 18/15e Maxïmo Park + Animal Kingdom Bruxelles, Le Botanique/ Orangerie, 19h, 23/20/17e Julia Stone... Bruxelles, L'Ancienne Belgique/Flex, 20h, 26e Tourcoing Jazz Festival : Raul Midon Lille, L'Aéronef, 20h, 16/11e

Mar 30.10 Monogrenade Esch-sur-Alzette, Rockhal, 20h, gratuit The Tallest Man On Earth... Bruxelles, L'Ancienne Belgique, 20h, 23e Tourcoing Jazz Festival : John McLaughlin & The 4th Dimension Roubaix, Le Colisée, 20h, 30/26/21e

Mer 31.10 Kids Tempo Club #1 : Les Frères Casquette Roubaix, La Cave aux Poètes, 14h, 5e

Six Organs Of Admittance Anvers, Trix, 19h, 14/11e Monogrenade Bruxelles, Le Botanique/ Rotonde, 19h, 14/11/8e Patrick Wolf + Abi Wade Bruxelles, L'Ancienne Belgique/AB Théâtre, 20h, 21e Mika Roubaix, Le Colisée, 20h, 55/49,50/44e Sexion d'Assaut Lille, Zénith Arena, 20h, 40/32e Anathema Lille, Splendid, 20h, 26,40e Festival Ground Zero : Baden Baden Lille, La Péniche, 20h, 11e Demented Are Go + Lucky Devils Roubaix, La Condition Publique, 20h, 5e Mathieu Boogaerts Lomme, maison Folie de Beaulieu, 20h, 9/5e Lefto presents : Chris Dave and friends + Pino Palladino Gand, Vooruit, 21h, 10e La Fanfare du Belgistan + DJ Sofa Bruxelles, Recyclart, 21h, gratuit Millow Courtrai, De Kortrijkse Schouwburg, 21h, 28/26/25/23/20e L’association Electro libre présente : Arnaud Rebotini + CHRYSALIDE + Stéveun + D-Zine + Fatherless Dunkerque, L'Entrepôt, 22h, 10/8e Joris Voorn + Pierre... Anvers, Café d'Anvers, 23h, 15e


le mot de la fin

130

Nicolas Jaoul s'est lancé un défi : réaliser un dessin par jour. Visibles sur son site web, ses œuvres astucieuses, entre détournements absurdes et jeux de mots potaches s'inscrivent dans la grande tradition des caricaturistes. Voici notre sélection du mois ! À visiter / www.facebook.com/nicolasjaoul - nicolasjaoul.tumblr.com


Let'smotiv Nord & Belgique 78 - octobre 2012  

Let'smotiv Nord & Belgique 78 - octobre 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you