Page 1


Directeur de la publication Jacques de la Chaise jacques@lebonbon.fr Rédacteur en chef Julien Chavanes julien@lebonbon.fr Direction artistique Tom & Léo tometleo@lebonbon.fr Graphisme Ostian Paul Rédaction Benjamin Delsol, Julien Chavanes, Sarah Ertel, Adrien Hardy, Christelle Simonutti, Simon Lacourt, Céline Guionneau, Jennifer Guesdon, Kitty Balt, Olivier Jean, Gabrielle Richard, Camille Dutrieux, Ludivine Boizard, Jennifer Guesdon. Photographes Edouard Silhol, Ros Ribas, Phil B, Stéphane Balmy, Clement Divry, Alice Bomboy, Felix Bourgeau, Shaan, Amélie Chassary, Alice Gazio & Doris Hémar, Luc Braquet, Gabrielle Richard, Antoine Falguerolles, Camille Dutrieux, A. Ida, Ludivine Boizard. Secrétaires de rédaction Frédéric Mura Illustrateur Edouard Baribeaud, Guillaume Ponsin Styliste Antony Lee Watson Remerciements Laurence Caracalla, Poulain & Proust, Human Capital, Pauline Labet, Jean-Paul Lebrun, l’équipe du G20 Abbesses Publicité David Beloeil 06 27 96 75 82 david@lebonbon.fr Petites annonces annonces@lebonbon.fr Imprimeur Centre Impression © Le Bonbon et les auteurs, tous droits de reproduction réservés. Le Bonbon n’est pas responsable des textes, photos et illustrations publiés, qui engagent la seule responsabilité de leurs auteurs. Le magazine décline toute responsabilité quant aux manuscrits et photos qui lui sont envoyés. Rejoignez Le Bonbon recrut@lebonbon.fr Contactez-nous hello@lebonbon.fr Le Bonbon 30, place St Georges, 75009 Paris. SIRET 510 580 301 00016 ISSN : en cours Dépot légal : à parution

édito bon ”jour” Et non, le Bonbon n’a pas fondu durant l’été ! Le voici de retour dans le quartier, gorgé de nouveaux articles et de ses désormais fameux bons de réduction.

Pour cette rentrée, c’est un Bonbon tourné vers la culture que nous vous proposons. Une culture forcément métissée, riches des nombreuses influences qui se croisent dans notre petit morceau de Paris. Le fil des pages se déroule comme une douce déambulation, de lieux en personnages. Première étape avec Olivia Ruiz qui nous ouvre son univers montmartrois, centré sur la rue Durantin où elle vit depuis six ans. Une rue dans laquelle officie également Liberto Planas, maitre luthier reconnu dans le monde entier. La visite de son atelier est un festival pour les sens. Un peu plus haut, la Place Emile Goudeau nous livre ses secrets, suivi par la sorcière du passage du rocher, entre la rue Lepic et l’avenue Junot. En descendant de la Butte, arrêt gourmand à l’Eté en pente douce, le restaurant de Jean-Louis Spapperi, sur la place Utrillo. Le classique des amoureux. Rue Clignancourt, Florence Fontaine, créatrice de vêtements, ancienne costumière de Michel Gondry, dévoile sa dernière collection. Un superbe Numéro. A la Goutte d’Or, rendez-vous avec Hervé Breuil, directeur de l’Olympic Café et du Lavoir Moderne. Puis c’est l’espace Fleury, jardin de notes tout juste éclos, qui nous ouvre ses portes. Et puis, il y a vous. Oui, vous, lecteurs, croisés au cours de nos explorations, parfois immortalisés dans notre précieux pêle-mêle. Ce Bonbon, c’est aussi le vôtre. Nous avons décidé de faire légèrement évoluer notre concept : maintenant il vous suffit de prononcer le mot magique “le Bonbon” pour bénéficier des offres de vos commerçants préférés ! En clair il n’est plus nécessaire de détacher les petits bonbons de réductions, juste de susurrer leur nom ! Nous tenons à remercier du fond du coeur les pigistes, photographes, graphistes et toutes les personnes qui travaillent bénévolement pour le Bonbon, juste pour le plaisir de donner encore plus de couleur à notre quartier.

Nous vous souhaitons une bonne dégustation et une excellente rentrée !

Julien Chavanes

septembre 2009 |

18

—3


leS bonbonS mode d’emploi comment profiter Des Bonbons

1 choisissez

2

Repérez les Bonbons pré-découpés au milieu du magazine.

Détachez ces Bonbons qui vous feront bénéficier d’offres et d’avantages.

descriptif d’un

Détachez

3

profitez

Présentez vos Bonbons au moment de payer et vous bénéficierez immédiatement de l’avantage annoncé !

Bonbon

Enseigne

Le nom du commerçant

Club Montmartrois

Avantage

1

Définition du type d’offre

INVITATION DÉCOUVERTE

Description

Le type de commerce

Coordonnées

Adresse et téléphone 4—

18

Centres de remise en forme 35 activités – 7j/7 50 rue Duhesme et 60 rue Ordener Tél. 01 42 52 50 50


sommaire septembre 2009

Page 6. OLIVIA

RUIZ

Page 20. LIBERTO

PLANAS

Page 5. Le Bon Timing Page 6. La Bonne Étoile Page 8. Le Bon Commerçant Page 12. Les Bons Plans Page 14. Le Bon Art Page 18. Le Bon Fil

Page 8. JEAN-LOUIS

Page 40. eiffel

SPAPPERI

& mao

Page 20. Le Bon Artisan Page 22. Les Bons Shops Page 25. les Bonbons Page 36. Le Bon’homme Page 39. Le Casse Bonbon Page 40. Le Bon Look

Page 14.

FLORENCE FONTAINE

Page 48.

muffins salés

Page 42. Le Bon Écolo Page 44. Le Conte est Bon Page 46. Les Bons P’tits Diables Page 50. Le Bon Agenda Page 52. Les Bons Tuyaux Page 54. Les Bonnes Adresses septembre 2009 |

18

—5


Les enquêtes de l’inspecteur

Bonbec

6—

18


le Bon Timing les évènements de septembre à ne pas manquer CONCERT

© Edouard Silhol

parisien franco-libanais quitte son boulot de prof de droit pour se consacrer à la musique. Depuis, il s’est fait une place sur la scène folk. Ses ballades feutrées envoûteront la Boule Noire les 18 et 19 septembre. Les 18 et 19 septembre 2009 à 20h à La Boule Noire 118, bd Rochechouart www.myspace.com/josephleon

THEÂTRE

La Douleur Patrice Chéreau retrouve son actrice fétiche Dominique Blanc pour une mise en scène aussi

© Ros Ribas

sobre que bouleversante de « La Douleur » de Marguerite Duras, récit autobiographique de l’attente d’un mari déporté. Un spectacle bouleversant sur l’attente et la solitude. Du 17 sept. au 11 oct. 2009 au Théâtre de l’Atelier, du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 17h 1, place Charles Dullin www.theatre-atelier.com

exposition

Jean-Pierre Ceytaire : Cet air coquin Enfant de la butte Montmartre, Jean-Pierre Ceytaire présente sa nouvelle exposition. Cet

© DR

air coquin au musée de l’Érotisme. À travers une série d’œuvres variées allant de la simple ébauche au crayon à la peinture sur bois, il nous livre sa représentation du désir. Un balai érotique qui mérite le détour Jusqu’au 9 octobre au musée de la vie érotique 72, bd de Clichy www.musee-erotisme.com

FESTIVAL

© Phil B

Joseph Leon Qui n’a jamais rêvé de tout plaquer pour vivre ses rêves ? Joseph Leon l’a fait ! À 34 ans, ce

Les Attitudes Indé Cette année encore, les artistes indépendants envahissent les salles de spectacles du 18e et alentours pour le plus grand plaisir de nos oreilles ! À l’affiche : une trentaine d’artistes de la scène indépendante, un grand bal populaire, une scène ouverte de slam, un spectacle de clown, un cabaret-concertrock acoustique et bien d’autres surprises Du 25 sept. au 4 oct. dans le 18è et alentours. www.attitudesinde.fr septembre 2009 |

18

—7


lA BonNE ÉTOILE texte BENJAMIN DELSOL / photo DR

Olivia Ruiz DANS L’UNIVERS DE « MISS MétéORES »

En dehors de la scène, c’est à Montmartre qu’Olivia Ruiz, re baptisée « Miss Météores » dans son nouvel album, passe le plus clair de son temps. Entre deux dates d’une tournée marathon, nous avons saisi la belle au bond. Quand le Bonbon rencontre « la femme chocolat », forcément ça colle…

E

lle disait ne pas aimer l’amour et avoir trop mangé de chocolat. Difficile à croire quand on la voit. Une chose est sûre : Olivia Ruiz aime Le Bonbon ! « J’ai découpé, dans le dernier numéro, un bon de 10% de réduction sur une paire de bottes ». Pas sûr que son compagnon (Mathias Malzieu, leader du groupe Dionysos, qui cosigne également son nouvel album, ndlr) nous remercie, lui. « C’est vrai qu’en plus des CD, bouquins et DVD, les fringues, sacs et chaussures prennent énormément de place dans notre appart. » Et c’est sans compter sur les bouzoukis, youkoulélés, guitares, claviers ou balafon - un instrument à percussion rapporté du Burkina Faso où elle s’est rendue avec son frère pour un projet humanitaire - qui cohabitent dans la maison. Un petit duplex de 60m² dans la rue Durantin, coincé sous les toits, usé par le temps, qui se transforme en étuve l’été, mais qu’elle avoue ne plus vouloir quitter. Cela fait six ans qu’elle a posé ses valises dans le quartier. « En arrivant à Paris, je suis passée par la rue du Caire puis Bastille, mais c’est vrai-

ment à Montmartre que je me sens chez moi. Même si au début il m’a fallu du temps pour tisser des liens car, durant mes tournées, je n’y passais que deux jours par semaine ». Une « Miss Météores » qui passe en coup de vent, ça ne s’invente pas. Surtout qu’après plus de 200 concerts - et un million d’albums vendus -, Olivia remet ça. Son troisième opus va l’entraîner aux quatre coins de l’Hexagone. Si elle vit à Montmartre, elle revit sur scène. « C’est mon seul défouloir », reconnait celle qui ne fait pas de sport. Aucune chance donc de la croiser à la salle de gym ou la piscine municipale. Les salles qu’elle préfère sont de concert : Cigale, Divan du Monde, Trois Baudets. Ou de restaurant : le « délicieux » italien Al Caratello, La Mascotte pour ses fruits de mer, sans oublier le Chinon et le Doudingue où elle a fêté son 25e anniversaire. Vous pouvez y aller de sa part, et s’il n’y a plus de places pour s’asseoir, vous pourrez toujours privilégier les bars. « Je vais souvent au Nazir, rue des Abbesses et, quand il est trop tard pour aller ailleurs, aux Noctambules ». Moquette murale rouge, tables en formica, banquettes en skaï… Comme dans sa musique, Olivia passe d’un univers à un autre. Elle aime le mélange des genres et des gens. « C’est aussi pour ça que je vais souvent à Barbès. Surtout pour acheter tissus et strass avec lesquels je customise mes robes ou tout simplement pour me balader. J’adore l’ambiance méditerranéenne, les gosses qui braillent, qui jouent au milieu des mamans et des mamies. C’est un quartier qui m’attire. Bordélique, métissé et vivant. Une

Une chose est sûre : Olivia Ruiz aime Le Bonbon !

8—

18


culture hyper proche de la mienne. J’ai d’ailleurs acheté récemment des bouquins sur la cuisine des gens de la Goutte d’Or. » Cependant la gourmande Olivia regrette de ne plus avoir le temps de cuisiner pour ses amis. « Elle me semble bien loin l’époque où je me faisais engueuler par mes voisins parce que j’avais dix potes à la maison qui avaient toujours tendance à monter le son ». Désormais, c’est dans les Zéniths qu’Olivia Ruiz reçoit. Prochain rendez-vous à Paris, les 18 et 19 novembre prochain. Ses amis et ses fans seront là. Les voisins aussi.

Miss Météores Nouvel album sorti en avril 2009 (Polydor).

SES ADRESSES « CULTURELLES » DU 18 e Librairie des Abbesses 30, rue Yvonne-Le-Tac La Halle Saint-Pierre 2, rue Ronsard La Cigale 120, Boulevard de Rochechouart septembre 2009 |

18

—9


10 —

18


le Bon commerçant texte JULIEN CHAVANES / photo Stephane Balmy

Jean-Louis Spapperi

patron de L’été en pente douce

20 années d’été Il n’y a qu’une saison sur la place Utrillo. Celle de « L’été en Pente douce ». Depuis 1990, le restaurant de JeanLouis Spapperi diffuse sur ce petit bout de Montmartre une chaleur bienveillante. Mais pour ce natif de Nice, il a fallu supporter quelques hivers avant de faire rayonner son été…

rue Muller, à l’angle de la place Utrillo. Un établissement écrasé par un environnement hostile mais qui fait immédiatement battre son cœur : « Tout m’a plu. Ce cadre exotique, carrefour de tous les devenirs et de toutes les origines. Cette boulangerie incroyable, séculaire, belle et abimée. J’ai ressenti l’appel. Et au final, je ne sais pas lequel des deux a choisi l’autre. » Autour de lui, personne n’y croit. Peu lui importe, son choix est fait. Quelques jours ean-Louis Spapperi a de l’imagination. Il plus tard, il est propriétaire ! L’excitation est en fallait pour voir dans la place Utrillo trop forte pour patienter : il ouvre presque de 1990 un havre de paix et d’hospitalité. dans la foulée. Sa maman l’aide à mettre au A l’époque, ce petit carré de pavés, coincé point et servir une cuisine gorgée de soleil, entre deux escaliers menant au sommet de la légère et accessible. Jean-Louis a eu la bonne Butte, est un espace oublié, livré à l’obscurité. idée de conserver le four et le plafond, magni« C’était la cour des miracles. » raconte-t-il à la fique, de la boulangerie. Le lieu révèle son terrasse de son restaurant. « On y croisait des charme. Dès les premières heures, la clientèle travestis, des toxicos, des SDF… Les trafics s’efafflue: « Les gens du quartier ont tout de suite fectuaient sur les marété attirés par ce ches des escaliers, dans restaurant installé La référence au le parc du Sacré-Cœur, sur un site un peu 7e art attire d’ailleurs derrière des tôles de décalé. Le mélange de nombreux acteurs zinc. Un vrai coupedu Paris populaire gorge ! » Et pourtant avec une cuisine pour Jean-Louis, c’est un vrai coup de foudre. méditerranéenne a plu. » Pour habiller son Il vient tout juste de rejoindre la capitale pour restaurant d’une étoffe romantique, il choisi vivre avec sa compagne, et il cherche depuis un nom emprunté au cinéma. « L’été en pente plusieurs semaines un endroit pour monter douce » est à l’origine un film de Gérard un restaurant. Après avoir visité des dizaines Krawczyk sorti en 1987. L’histoire d’un de locaux, il découvre la boulangerie du 23 amour compliqué vécu sous un soleil torride.

J

 ”

septembre 2009 |

18

— 11


L’ÉTÉ EN PENTE DOUCE « C’était parfaitement adapté à ce lieu chargé d’histoire et de passion, installé sur les pentes de Montmartre. » La référence au 7ème art attire d’ailleurs de nombreux acteurs (Mastroianni, Michel Piccoli, Sandrine Bonnaire...) et construit une clientèle d’artistes et de locaux. En 1993, Jean-Louis installe une grande terrasse sur une Place Utrillo désormais pacifiée. La lumière de son restaurant à chassé les oiseaux de nuit. L’été en pente douce brille sur le quartier. On vient y goutter l’excellent « canard en croûte de sel » ou le célèbre « Saintpierre aux figues ». Les amoureux échangent à ses tables des baisers parfumés : « C’est un restaurant Meetic ! » s’amuse Jean-Louis. « De nombreux couples se sont formés ici. » Au fil du temps, le succès ne fera que se confirmer. Près de 20 ans après son arrivée, Jean-Louis Spapperi est une figure incontournable de Montmartre. Serein, il sait qu’il arrive tranquillement au terme d’une histoire qui a connu bien des rebondissements, mais dont il savoure avec gourmandise les dernières pages : « J’ai vécu des aventures formidables ici. Ma grande fierté, c’est d’avoir conservé des clients qui sont là depuis les débuts. Certains se souviennent encore de ma mère ! C’est émouvant. Ce restaurant, c’est une famille. » Une famille qui continuera à réchauffer la place Utrillo : c’est Romain, le neveu, qui prendra bientôt la succession de Jean-Louis. Histoire de prolonger l’été...

L’Eté en pente douce 23, rue Muller Tél. 01 46 06 37 08 12 —

18


“ Les gens du quartier ont tout de suite été attirés par ce restaurant installé sur un site un peu décalé. Le mélange du Paris populaire avec une cuisine méditerranéenne a plu. ”

septembre 2009 |

18

— 13


les Bons plans on a testé pour vous

Ysasu Select Shop Fashion Designers par Ludivine Boizard

19

rue André del Sarte, sur le palier de la boutique Ysasu, John vous interpelle en anglais mais il n’est ni américain, ni british. Le propriétaire des lieux arbore un total look underground qui reflète parfaitement les pièces qu’il déniche aux quatre

coins de la planète. Dans cette boutique aux allures new yorkaises et grimée de couleurs, les conseils avisés de l’expert en mode s’érigent en slogans : « choisis ton créateur et élabore ton propre style ». Dans l’antre du classique chic et du kitch funky, les murs affichent la griffe de nombreux designers français et étrangers comme la française Lisa Pearl, le danois D. Co ou encore l’anglais Finsk pour ne citer qu’eux. L’échoppe n’est guère spacieuse mais ses 17m2 bien achalandés suffisent amplement à satisfaire la « fashionista » qui y trouve bien souvent l’objet incontournable de ces désirs. À gauche, jupes boules

80’s, trenchs rétros et autres robes à motifs. À droite, bijoux, sacs et accessoires rock. Au pied des portants, on découvre bottines et escarpins à hauts talons. Et enfin, au beau milieu de la boutique, se trouve la spécialité de la marque Ysasu : les fameux tee-shirts perforés de petits trous aux effigies diverses et variées. Les étiquettes, quant à elles, affichent des prix oscillant entre 30 euros pour un pendentif et 400 euros pour un manteau. Mais John ne manque jamais d’accueillir convenablement les nouvelles arrivantes en leur offrant une petite culotte en guise de bienvenue. 19, rue André del Sarte, Paris 18 Tél. 01 42 52 10 44 Du lundi au samedi, de 11h à 19h

Exodisc par Olivier Jean

E

xodisc est un disquaire indépendant. On tombe sur cette petite boutique inclassable en remontant la rue du Mont Cenis, à deux pas de la Mairie du 18eme. Dominique créée l’enseigne en 1983, après avoir fait ses classes aux puces de Saint Ouen dans un stock de disques. De son côté, Larry gravite déjà depuis des années dans le milieu. Tour à tour musicien, manager, producteur, disquaire, il évolue en France et en Angleterre. L’amour les rassemblera au sein de la petite entreprise en 1989. Chez Exodisc, point de place pour l’élitisme. On souhaite avant tout développer un lieu d’échange. Le contenu des bacs est donc éclectique : du Rock au Jazz, en passant par la Soul, le Funk ou le Reggae. La sélection est pointue, mais le but n’est pas de proposer le pressage rarissime d’un disque culte. Afin de partager avec le plus grand nombre, on ne boude pas les rééditions. La boutique se fournit 14 —

18

auprès de distributeurs européens, de labels indépendants tels Born Bad, Pan European ou Pias. Et la clientèle est au rendez-vous. On voit revenir les jeunes de 15 à 25 ans qui, sans doute un brin écœurés par la facilité liée à Internet redécouvrent le plaisir de la découverte, de l’objet, et d’un son non compressé. Pour ma part, j’ai garni mon petit sac « flower power » avec Space Oddityi, de David Bowie, Burning in the inside, de Bauhaus et un single de Zombie Zombie dont on entendra encore parler dans 10 ans : Driving this road until death sets you free. J’ai surtout passé un bon moment, avec deux personnages qui, depuis un demi-siècle, agissent au service de leur passion : la Musique. 70, rue Mont Cenis Tél. 01 42 23 39 40


les bons plans

Lire un livre au Square de la Madone par Gabrielle Richard

I

l paraît que le jardin doit son nom à une statue de la Vierge placée autrefois dans une alcôve, à l’angle de la rue des Roses. Ce joli nom rappelle qu’au 15 ème siècle, des rosiers grimpaient le long de la façade d’un certain hôtel de la Rose. Aujourd’hui je n’ai pas trouvé de roses à cueillir, mais quelques sophoras bordant les grilles du square. L’endroit n’est pas l’espace le plus vert de Paris, mais il s’y passe toujours quelque chose, les habitants vont et viennent tranquillement, échangent les dernières nouvelles, font leurs courses et se reposent sur un banc. Ceux qui vivent à proximité sont bien chanceux ! Et oui, il n’est pas donné à tous les Parisiens de pouvoir profiter pleinement d’une source d’eau gratuite, grâce à un puits artésien forré au 19è  siècle. Les riverains viennent y remplir leurs bouteilles, savourant ainsi une eau de bien

meilleure qualité que celle qui coule dans nos robinets. Le square est divisé en plusieurs espaces, les enfants pouvant se défouler sur un espace de jeu réservé. Bercé par le doux murmure de la ville, je plonge avec délice dans mon livre. La quiétude du square de la Madone préserve les folles histoires qui niassent dans nos imaginaires. Un lieu idéal pour s’adonner à la romance. Je ne l’ai quitté qu’à la tombée de la nuit, alors que glissait sur ses murs et ses arbres les ombres mystérieuses de l’osbcurité. Mon atelier de littérature s’était changé en décor de cinéma. Il m’a semblé que le square de la Madone jouait dans un film d’Almodovar… Square de la Madone 30 Rue Marc Seguin Accès : rue de la Madone Métro : Marx Dormoy (ligne 12) septembre 2009 |

18

— 15


Ancienne costumière de Michel Gondry, Florence Fontaine mélange les influences, du cinéma à la culture japonaise, pour créer des vêtements originaux, tissés de charme et toujours pensés pour être portés. Elle nous invite dans sa maison/atelier.

16 —

18


le Bon art texte Sarah Ertel / PHOTOs Clement Divry

florence fontaine De cinéphile en aiguille…

F

lorence travaille chez elle, au 64 de la rue de Clignancourt, dans un appartement spacieux à la décoration d’inspiration scandinave. De part et d’autre de la grande table en bois qui trône au centre de la pièce à vivre sont disposés les accessoires et le matériel qui servent à ses créations. Il y a d’abord cette armoire ouverte pleine de boîtes classées en fonction des trésors qu’elles renferment. Certaines sont dédiées aux patronages, d’autres sont réservées aux chutes de tissus, d’autres encore aux fils à coudre. Certaines des pièces de sa dernière collection y sont suspendues. C’est de l’autre côté que se trouve l’objet de toutes les attentions : la table de couture. C’est là que sont nées beaucoup de ses créations.

Depuis sa sortie de l’école des arts appliqués Olivier de Serre, Florence a effectivement beaucoup créé. Après des débuts chez le couturier français Guy Laroche, elle passe du côté du costume. Elle collabore avec son compagnon de l’époque, l’illustre réalisateur Michel Gondry, rencontré lors de sa formation. Elle a notamment conçu les costumes

des créatures du cultissime clip du groupe Daft Punk « Around the world ». Elle ne cessera jamais d’alterner, se promenant entres les univers, tantôt créatrice de mode, tantôt styliste dans l’audiovisuel.

De sa série de Kimonos aux costumes du film « La science des rêves », ses créations sont toujours traversés par la même exigence et par une rigueur propre, selon elle, au savoir-faire à la française. Sa dernière collection, baptisée « Numéro », donne l’impression d’avoir entre les mains des objets précieux tant la finition et le souci du détail sont impressionnants de maitrise. Chaque tissu -Vichy, Liberty ou dentelle Anglaise- a été minutieusement choisi, chaque point de couture a été pensé et repensé et toutes les pièces ont soigneusement été vérifiées avant de quitter le 18e arrondissement. Mais faire du beau pour du beau n’est pas la priorité de Florence. Très inspiré par le mouvement japonais Mingei qui prône l’art dans le quotidien et refuse les valeurs de privilège et de luxe, elle conçoit le vêtement comme un objet qui doit d’abord avoir septembre 2009 |

18

— 17


FLORENCE FONTAINE un usage, celui d’être portable et au-delà, confortable. Résolument tournée vers une approche durable, c’est en artisan des temps modernes qu’elle gère son œuvre. Afin de préserver le contact avec ses clientes, Florence a décidé qu’elle ne passerait par aucun réseau de distribution, si petit soit-il. Chaque vêtement est donc une commande unique et sur-mesure qui fait l’objet de toutes les attentions. Une fois le tissu sélectionné à partir des échantillons visibles sur le site, la future cliente devra entrer en contact avec Florence pour lui communiquer tous les détails nécessaire à la confection du vêtement. C’est dans cette logique d’échange que Florence conçoit sa relation au 18e arrondissement. Installée rue Labat avec Michel Gondry il y a 20 ans, elle n’a plus jamais quitté le quartier. Elle privilégie toujours les petits commerçants, discute avec les mamans de l’école d’Oscar, son fils, et adore écouter la voisine lui raconter qu’avant c’était différent. Florence Fontaine est bien une tisseuse de liens…

Ses dernières créations sont visibles sur son site, qui permet également d’effectuer vos commandes : www.florencefontaine.com

Ses adresses favorites Bd spirit 69 rue Labat Enishi (resto japonais) 67 Rue Labat Tissus Reine 3-5 place Saint Pierre

18 —

18


florence est Très inspirée par le mouvement japonais Mingei qui prône l’art dans le quotidien

septembre 2009 |

18

— 19


le Bon fil le fil d’info avec l’aimable collaboration de la mairie Mercredi 2 septembre Ouverture de la nouvelle Cité Traëger La rentrée sera sportive ! La Cité Traëger ouvre ses portes le 2 septembre. Ce nouvel équipement mixte inédit à Paris, qui propose à la fois un espace associatif et un espace sportif, comprend deux salles spécialisées : arts martiaux et danse. La mairie du 18e a travaillé en partenariat avec les associations pour que cet équipement puisse trouver toute sa place dans le quartier Amiraux Simplon et dans l’arrondissement. Cité Traëger Face au 28 rue Boinod Réservation des salles dédiées aux activités associatives auprès de la Maison des Associations 15 passage Ramey 01 42 23 20 20 maison.asso.18@paris.fr Samedi 5 septembre 8e édition du temps libre et des loisirs 120 associations du 18e vous donnent rendez-vous au gymnase Bertrand Dauvin. Outre les centaines d’activités proposées, l’édition 2009 s’enrichit de nouveautés. Notamment des baptêmes de plongée gratuits 20 —

18

dans la piscine ! Sur inscription auprès de : mairie18@paris.fr (dans la limite des places disponibles). Au programme également, des démonstrations sportives et de danse dans le gymnase. Zoom sur deux stands à visiter : De 13h à 18h Gymnase Bertrand Dauvin 12, rue rené Binet M° Porte de Clignancourt (ligne 4), bus 60, 95, 137 vélib’ : 5, rue Binet (n° 18122) Le 9 septembre De 10h à 16h, présentation de l’avancement du projet urbain « Goutte d’Or Château Rouge » Au square de la Goutte d’Or. A partir du 9 septembre Les Veillées du Ramadan Pendant le Ramadan, l’Institut des Cultures d’Islam et la compagnie Graines de Soleil organisent pour la troisième année consécutive des veillées à base de contes, musique, rencontres ou feuilletons. La rupture de jeûne se fait en musique avec des artistes très différents comme Banka Sissoko, Souad Massi, Touré Kunda, Natacha

Atlas, Orchestra Baobab, Tariqa Burhaniya, Mister Toubab ou Fantani Touré. Institut des cultures d’Islam 19 rue Léon Jusqu’au 19 septembre Le Festival Rue Léon fête ses 10 ans ! Du 20 août au 19 septembre, le festival fera vibrer la rue Léon au rythme du continent Africain. Au programme de « Nous sommes tous des Africains », le Lavoir Moderne Parisien ouvre de nouveau ses portes et propose des manifestations au square Léon et Rue Léon. Au programme : Sabar (percussions sénégalaises), présentations de lutte africaine, conteurs, projections sur grand écran…. Square Léon Angle rue Léon et rue Cavé L’Olympic-café 20, rue Léon Lavoir Moderne Parisien 35, rue Léon Jeudi 24 septembre Concertation rue des Poissonniers : n°110-122 Daniel Vaillant vous invite à participer à une réunion de concertation sur le projet d’aména-


le fil d’info de l’arrondissement gement du 110-122 rue des Poissonniers. Rendez-vous le jeudi 24 septembre à 19h dans la salle des mariages de la mairie. Cette réunion publique sera l’occasion de présenter l’état d’avancement du projet, situé sur les terrains rachetés à la SNCF d’une superficie supérieure à 2 ha. L’opération comprend plusieurs équipements qui seront livrés entre 2011 et 2013 : un espace vert (6 000m²), 90 logements sociaux, une crèche de 60 berceaux, des commerces de proximité, une pépinière d’entreprises innovantes, un établissement pour personnes âgées incluant un centre d’accueil pour adultes handicapés. La Direction de l’Urbanisme de la Ville vous informera également sur les aménagements de voirie envisagés. Les riverains seront d’ailleurs invités à s’exprimer sur ces projets dans l’enquête publique qui devrait être lancée en novembre prochain. A 19h00 Salle des mariages Mairie du 18e Prochains conseils d’arrondissement Daniel Vaillant réunit le conseil tous les mois à 18h30 dans la salle des mariages. N’oubliez

pas que vous pouvez aussi assister à la retransmission vidéo en direct du conseil depuis le site de la mairie. Les dates des prochains conseils : lundi 21 septembre - 18h30 lundi 12 octobre - 18h30 lundi 16 novembre - 18h30 lundi 7 décembre - 18h30 Samedi 26 et dimanche 27 septembre Fête des jardins de Paris Porte de Clignancourt à Paris, dans ce quartier populaire à deux pas des puces, une oasis verdoyante apparait comme un mirage. Les jardins du Ruisseau - du nom de la rue qui enjambe la voie ferrée - se déroulent sur le quai et et s’aggripent aux talus abrupts de l’ancienne petite ceinture ferroviaire. Aincienne décharge, ce jardin associatif et participatif est devenu en quelques années une superbe composition colorée au milieu de la ville. L’association « Les Amis des Jardins du Ruisseau » organise, dans le cadre de la fête des jardins de Paris, deux journées portes ouvertes ainsi qu’une conférence et un grand banquet. Jardins du Ruisseau situés sur

la petite ceinture ferroviaire, Porte de Clignancourt, à côté de la gare Ornano. Accès sur le Pont de la rue du Ruisseau. http://www.myspace.com/ jardinsduruisseau Dimanche 27 Septembre 13è Foire aux Associations du 18e La 13ème foire aux associations du 18ème arrondissement présentera sur la place des Abbesses, à partir de 14h, de nombreuses animations et performances des groupes et artistes adhérents des associations de l’arrondissement. Une réunion de coordination aura lieu le mardi 15 septembre à 18h30 à la Maison des Associations. Les compagnons de montmartre 10 rue André Barsacq Par téléphone : 06 15 43 26 97 Par courriel : contact@compagnons-demontmartre.fr

septembre 2009 |

18

— 21


le bon artisan texte Adrien hardy / photo Alice Bomboy

Liberto Planas

Le maître de la Butte Dans son petit atelier de la rue Durantin, Liberto Planas façonne guitares, luths et ukulélés pour les plus grands musiciens du monde Certaines rencontres bouleversent les sens. A peine poussée la porte du 22 rue Durantin, une forte odeur d’essences de bois et de vernis me met une claque aux narines. Mes oreilles s’attardent sur le son du pinceau glissant sur les courbes du bois. Et mon regard batifole, attiré par un bric et broc de planches, de gabarits et de tables d’harmonies suspendues au plafond, sur les murs ou soigneusement rangés sur des étagères. Bienvenue chez Liberto Planas, « Luthier de Arte », comme le précise sa carte. L’un des plus grands au monde. Il fabrique guitares, luths, ukulélés et d’autres instruments à cordes que seuls les connaisseurs reconnaitront. « Quand on commande un instrument chez moi, il ne faut pas être pressé » explique-t-il. « C’est 8 ans d’attente ». Au-dessus de son établi encombré, des fonds de guitare et des éclisses (les faces courbées) patientent effectivement depuis... 2002. Ici, l’Acajou d’Afrique, le Wengué du Zaïre et le Palisandre du Brésil prennent le temps de sécher naturellement une fois que leurs formes ont été découpées : un secret parmi d’autres pour façonner des instruments qui finiront entre les mains des plus grands interprètes de la planète. 22 —

18

Alors que le maître se concentre sur le vernissage d’une éclisse, je prends le temps d’observer le personnage. Car j’ai bien en face de moi un « personnage ». « Pas né de la dernière pluie », précise-t-il. Son visage a les rides rieuses de celui qui accompli ses rêves. Ses mains l’ont sans aucun doute aidé, fortes et marquées comme celles des artisans, agiles et aux ongles soignés comme celles des musiciens. Il porte un tablier et un bandana vert agrémenté de motifs japonais. Un détonnant mélange des genres et des origines, dans lequel se lit le parcours du maître. Né en Espagne, la patrie de la lutherie, le jeune Liberto est un autodidacte acharné qui a étudié la guitare seul, jusqu’à 17 ans, avant qu’un grand maître le prenne sous son aile. Une carrière éclatante a suivi : de nombreux prix internationaux, des récitals donnés sur les cinq continents, des cours dispensés dans les plus grandes écoles de musique... Son métier de luthier, il l’a appris aux quatre coins du monde, auprès de maîtres espagnols, italiens, allemands... Du Cameroun à Tahiti, il a voyagé partout, apprenant ici et là les techniques de fabrication et de restauration de la plupart des instruments à cordes pincées et frottées. Les musées du monde entier se disputent aussi ses talents de vernisseur. En 1968, Paris devient son port d’attache. «Je me suis installé dans ce quartier parce que j’aimais beaucoup l’atmosphère populaire qui régnait au village


Montmartre à l’époque, explique-t-il. Je voyage très souvent dans le monde entier et être à Paris, près de l’aéroport de Roissy, est tellement pratique ! ». Dans quelques jours, il s’envolera d’ailleurs pour une nouvelle tournée de concerts qui durera jusqu’à mi septembre et l’emmènera d’Asie en Australie, aux États-Unis et en Amérique du Sud. A ceux qui voudraient lui rendre visite, choisissez donc bien votre jour, prenez rendez-vous et ne forcez pas sur

la porte, toujours bien fermée à clé pour garder les trésors de l’atelier aux seuls yeux des invités…

Liberto Planas Maître luthier 22, rue Durantin Tél. 01 53 28 22 36

septembre 2009 |

18

— 23


les Bons shops les nouvelles boutiques du quartier

le gabin

ANOUCHik

Avec sa terrasse, le Gabin, bar-restaurant situé au 25 de la rue Lambert, attire déjà tous les regards.

Si vous prenez la peine de quitter la place des Abbesses, vous découvrirez à deux pas une rue qui serpente sur la colline de Montmartre : la rue Durantin cache Anouchik, un charmant magasin qui vaut le détour.

Nouvelle star du quartier

Une nouvelle terrasse dans le quartier c’est toujours un évènement. Surtout que celle-ci est installée sur la petite place Jean Gabin. Elle a été inaugurée en mai 2008 par le maire, en hommage aux jeunes années de l’acteur qui a passé son enfance au 17, rue Custine. Un lieu chargé d’histoire qui a séduit Mohand Haddag, jeune restaurateur plein de motivation. En début d’année, il a repris une ancienne boulangerie pour en faire un bar convivial. La formule est simple : offrir un service bar et restaurant de qualité mais accessible. Mohand n’a pas attendu la baisse de la TVA pour pratiquer dès l’ouverture des tarifs attractifs : le café est à 1.50 € en salle et 1 € au bar ! Le demi est à 2,50 €. Mais Mohand ne s’est pas arrêté là. Déjà propriétaire de trois autres établissements dans Paris, il propose au Gabin quelques uns des plats phares d’un de ses restaurants : L’Adresse. Une cuisine semi-gastronomique mise au point par Atman Kacher, ancien de la prestigieuse maison Flandrin. Un chef exigeant, aussi bien en termes de qualité que de prix. Le midi, la formule est à 15 € et le soir à 18 €. Ajoutons le cadre tout en sobriété de l’établissement, agrémenté des photographies de Jean Gabin et d’un large bar en bois et en zinc. Momo songe déjà pour octobre à proposer une formule qui devrait faire grand bruit : des plats à 1€ pour les couples avec l’achat d’une bouteille de vin. Le Gabin joue déjà les premiers rôles… Julien Chavanes Le Gabin - 25 rue Lambert Tél. 01 53 28 27 93 24 —

18

LE chic s’offre à nous

Au numéro 30, Ingrid et son frère Jérémy vous accueillent dans une boutique toute neuve, parée de ses plus beaux atours et dédiée au cuir. Ici, la maroquinerie est une affaire de famille : ils sont tombés dans la marmite quand ils étaient petits car le virus leur a été transmis par leurs parents. On y choisit d’abord son sac parmi le florilège choisi avec goût par nos deux jeunes passionnés : du fourre-tout au sac à dos, en passant par d’adorables pochettes pour les Elégantes, il y en a pour tous les goûts. Mais aussi des ceintures raffinées, des portemonnaie fantaisistes ou coquets… Reste alors à faire son choix dans les vêtements estampillés Calvin Klein pour trouver la tenue qui mettra en valeur ces accessoires : jeans, tops, chemises… Tout y est. Enfin, pourquoi ne pas parfaire l’ensemble avec l’un des magnifiques sautoirs imaginés et créés spécialement pour vous par Ingrid ? Bientôt, des modèles inédits de jeunes créateurs inconnus viendront côtoyer ces merveilles. Joli coup de pouce entre jeunes talents qui démarrent. Homme, femmes, nul doute que chacun y trouvera son bonheur car, ici, qualité et raffinement sont les mots d’ordre. Sachez que Jérémy et Ingrid se feront un plaisir de réparer tous vos articles de cuir. Camille Dutrieux Anouchik by Rémy-Styl - 30, rue Durantin 01 42 58 44 83


les bons shops

Le Terrass Hôtel invente le Summer Lounge Communiqué La nouvelle adresse pour un après-midi sous le ciel de Paris… Depuis le 6 mai, la plus spectaculaire des terrasses panoramiques de Paris – celle du Terrass Hôtel – est désormais acces- sible tous les jours de 14h30 à 18h30 (entre les services du déjeuner et du dîner de son restaurant Le Diapason) pour un vrai moment de détente autour d’une nouvelle carte « snacks et boissons », pleine de fraîcheur… Il est donc possible de savourer dans un cadre estival et raffiné, un rafraîchissement, un cocktail maison ou une coupe de champagne, agrémenté d’un snacking maison salé ou sucré selon l’heure et l’envie, en profitant de la vue panoramique sur Paris et ses monuments. Une carte très Summer Lounge : Offrant aux côtés des classiques consommations avec ou sans alcool (de 6 à 15 euros), de délicats smoothies, douze parfums de milk-shakes dont l’étonnante cerise ou encore la pomme verte, des crèmes glacées… des cocktails création de Jérôme Barthélémy, barman du 12 Cosy Bar - à découvrir (14 euros) tel Le Terrass Cosmopolitan, Le Summer Time ou encore Le Royal Azur. Pour des instants salés, sucrés, « sur le pouce », une carte Snackings Maison orchestrée par Julien Lamarani, le chef du Diapason et son chef-

pâtissier Guillaume Gil. Vous pourrez déguster, melon-jambon cru, gaspacho, pissaladière maison ou encore gambas croustillantes sauce satey. Et à l’heure du thé ou du goûter : verrine mangue et perles du Japon, macarons framboise-rose ou encore, cake citron-chocolat au lait, financier pistache-framboises. Pour l’apéritif, tranquillement installé dans de superbes canapés, de surprenants cocktails Martini, ou la cuvée Diapason en blanc, rouge, rosé, sauront vous délasser après une journée de travail. Ce Summer Lounge a été assurément l’une des expériences parisiennes incontournables de l’été. Un air de vacances à Paris, un pur moment de bonheur garanti sur le toit de l’unique 4 étoiles de Montmartre, qui cultive depuis quatre générations l’art de recevoir

et les arts de vivre à Paris.

Tous les beaux jours jusqu’à octobre de 14h30 à 18h30 7e étage du Terrass Hôtel 12-14, rue Joseph de Maistre Tél. 01 44 92 34 00 www.restaurantlediapason.com www.terrass-hotel.com septembre 2009 |

18

— 25


© Stéphane Balmy 26 —

18


Club Montmartrois

ANOUCHIK

1

-20%

INVITATION DÉCOUVERTE

sur TOUTE LA BOUTIQUE

Maroquinerie, Bagagerie, Prêt-à-porter Homme/Femme, Atelier du Cuir (Service / réparation) Ouvert du mardi au samedi 10h30/19h30 et le dimanche 14h/19h 30, rue Durantin - Tél. 01 42 58 44 83

Centres de remise en forme 35 activités – 7j/7 50 rue Duhesme et 60 rue Ordener Tél. 01 42 52 50 50

COURS DE YOGA

LA PISCINE

1

COURS OFFERT D’1H30* Cours de Yoga Selon la méthode BKS IYENGAR 11, rue Labat - Tél. 06 12 90 58 03 Métro Marcadet Poissonniers eh@elkehesser.com

-15% sur la nouvelle collection

Stock de marque, vêtements, chaussures Lundi de 13h à 19h30 Du mardi au dimanche de 10h30 à 19h30 29, rue des Abbesses - Tél. 01 42 55 94 45


Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

bénéficierez de l’offre annoncée !

bénéficierez de l’offre annoncée !

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

bénéficierez de l’offre annoncée !

bénéficierez de l’offre annoncée !

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009 *Lundi 12h30-14h et 19h30-21H / Mercredi 12h15-14h et 17h-18h30 et 19h30-21h Jeudi 20h-21h30 / Vendredi 17h-18h30 et 19h30-21h / Dimanche 10h-12h


HOLIDAY INN - GC Paris Montmartre

espace épilation

pour fêter l’ouverture

1 petitdéjeuner offert

-30%

par personne Pour toute réservation d’une chambre double

pour tout nouvel abonnement

Hôtel de charme 23, rue Damrémont - Tél. 01 44 92 33 40 www.holiday-inn.com/paris-montmart

Epilations, soins, massages Du lundi au samedi de 10h à 20h Avec ou sans rendez-vous 8, rue Sainte Isaure - Tél. 01 42 52 40 91 www.espace-epilation.com

RROSE SÉLAVY

Le sanglier en Botte de Cuir

30%

de réduction sur le forfait trimestriel*

Atelier d’arts Cours et stages pour adultes et enfants 5, rue Fromentin - Tél. 01 40 23 06 96 www.rroseselavy.net

-10% SUR LES VINS NATURES*

Cave à Vin et Dégustation. Déjeuner, Apéro Gourmand, Club de Dégustation, Planches et vin au verre 7, rue Letort - Tél. 01 73 73 38 84 www.cavedusanglier.com


Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

bénéficierez de l’offre annoncée !

bénéficierez de l’offre annoncée !

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

bénéficierez de l’offre annoncée !

bénéficierez de l’offre annoncée !

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009 *Vins Bios Sans Sulfites

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009 * Offfre non cumulable


COMPTOIR JOFFRIN

Immopolis

-15%

1 an de garantie supplémentaire Réparations Bijouterie et Horlogerie

La Référence sur LES de vos projets immobiliers

+ Nous achetons votre vieil or paiement immédiat ou création bijou

HONORAIRES

Immopolis Ravignan

Immopolis Caulaincourt

01 42 51 22 00la référence 01 53 41 33 00 Immopolis, de vos projets immobiliers www.immopolis.fr Caulaincourt - Tél. 01 53 41 33 00 Ramay - Tél. 01 42 23 84 05 Ravignan - Tél. 01 42 51 22 00 www.immopolis.fr Annonce bonbon.indd 1

Immopolis Ramay

01 42 23 84 05

17/04/09 11:59:39

Réparations montres et bijoux, création et transformation de bijoux, rachat de vieil or 28, rue Hermel - Tél. 01 46 06 40 25

Institut Evasion For Men

ECLAIRS & VOUS

ANNE-MARIE VOUS ACCUEILLE POUR TOUS VOS PROJETS DE DÉCO LUMINAIRE

Artisan, fabriquant de luminaires 48, rue Lepic - Tél. 01 42 57 19 19

-20% SPÉCIAL

OUVERTURE

Institut de Beauté Pour Hommes. KLAPP Cosmétiques. Soins du visage, Corps, Epilation, Relaxation. 4, rue Audran - Tél. 01 42 62 30 42


Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

bénéficierez de l’offre annoncée !

bénéficierez de l’offre annoncée !

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

bénéficierez de l’offre annoncée !

bénéficierez de l’offre annoncée !

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009


Restaurant “Le diapason”

NATASHA FARINA

Le Diapason

-10%

1 coupe de champagne offerte *

sur toute la collection Natasha Farina

Restaurant «Le Diapason» 12-14, rue Joseph de Maistre - Tél. 01 44 92 34 00 Résa on line : www.restaurantlediapason.com

Accéssoires féminins, objets du quotidien, gourmandises aux goûts insolites 33, rue Véron - Tél. 09 50 99 33 30 www.natasha-farina.com Du mardi au samedi de 13h à 20h

1001 Fenêtres

IL GUSTO

-15%

sur l’ensemble de notre gamme

Fenêtres, portes, volets, stores Spécialisé fenêtres bois à l’ancienne Jusqu’à -40% de crédit impôt 71, rue Condorcet 75009 - Tél. 01 45 33 03 86

Pour Fêter l’ouverture

-10%

sur votre diner Thé/café offert le midi

Restaurant Traditionnel Italien Formule Midi 10€/12€ 195, rue Championnet - Tél. 01 53 31 00 12 Ouvert du lundi au samedi


Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

bénéficierez de l’offre annoncée !

bénéficierez de l’offre annoncée !

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009 * Pour tout menu ou déjeuner/diner à la carte (entrée+plat+dessert)

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

Pour profiter de ce bon,

il vous suffit de prononcer le mot magique :

au moment de payer et vous

bénéficierez de l’offre annoncée !

bénéficierez de l’offre annoncée !

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009

Offre valable du 1er septembre au 5 octobre 2009


— 35 © Stéphane Balmy

septembre 2009 |

18


les bonnes questions Vous êtes ?

Un homme Une femme Quel âge avez-vous ? . . . . . . . Quelle est votre catégorie socio-professionnelle ? ....................................................... ....................................................... Chez quel commerçant avez vous trouvé Le Bonbon ? ....................................................... .......................................................

A propos des Bonbons de réductions Utilisez-vous les Bonbons ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Si oui, combien par mois ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quels Bonbons avez-vous utilisé ? ....................................................... Quel type de Bonbons de réductions aimeriez-vous trouver dans le magazine ? (ex. pressing, fromager, etc.) ....................................................... .......................................................

Travaillez-vous dans le 18e ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vos coordonnées (pas obligatoire) Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Téléphone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Quelles rubriques du magazine vous intéresse ? ....................................................... .......................................................

Complétez, découpez et renvoyez ce questionnaire à l’adresse suivante : Le Bonbon 18e - 30, place St Georges - 75009 Paris

Etes-vous résident du 18e ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

a“bon”nement le bonbon est gratuit, mais vous pouvez aussi le recevoir chez vous ou au bureau Pour 45€ par an, recevez Le Bonbon directement chez vous chaque mois. Complétez, découpez et renvoyez ce formulaire accompagné de votre règlement par chèque à l’adresse suivante :

Le Bonbon 18 e - Service abonnement 30, place St Georges 75009 Paris

Pour tout abonnement, recevez en cadeau la parution gratuite de 3 petites annonces d’une valeur de 90€ 36 —

18

Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


bon EN ARRIÈRE texte Simon Lacourt / photo Felix Bourgeau

La Place Emile Goudeau Beauté cachée

Marronniers touffus, bancs tagués, pavés usés. C’est la place Emile Goudeau. Rien d’exceptionnel ? Si, son histoire.

I

l est 5 heures, la place Emile Goudeau s’éveille. Assise sur le flanc de la butte, juste au dessus de la rue Ravignan, la plus ancienne de Montmartre, elle contemple Paris. Quelques toutous promènent des mémés matinales autour de la fontaine Wallace, offerte par le philanthrope Richard Wallace à Paris à la fin du 19ème. La place est calme, sereine, anonyme. Elle cache bien son jeu… Elle a porté d’autres noms, et d’autres arbres. Sous l’empire, c’est un poirier qui lui vaut l’appellation de « Place du poirier sans pareil ». Pourquoi « sans pareil » ? Parce que l’arbre est tellement grand qu’on a installé une guinguette dans ses branches ! Elle sera fermée en 1830 pour risque d’effondrements du sous-sol. En 1893, le peintre Maxime Maufra devient le premier locataire d’une ancienne manufacture de pianos située sur la place. Le bâtiment, tout en bois, est un enchevêtrement de cabines et de couloirs étroits. Particularité : on y entre par le dernier étage ! Il devient rapidement le refuge des artistes sans le sou.

Un certain Picasso s’y installe en 1904. Il y restera 5 ans. Il y côtoie le peintre et poète Max Jacob, qui appelle leur étrange demeure « le bateau-lavoir », en référence aux navires que l’on croise à cette époque sur la Seine. Le nom restera. Picasso et Jacob ont pour voisins Modigliani, Braque, Mac Orlan, Apollinaire ! La période est à la fête et l’art. Sur la place, on boit, on aime, on célèbre, on créé. C’est l’une des plus belles pages de la culture française qui s’écrit sur ses pavés. En 1907, Picasso y signe Les demoiselles d’Avignon, œuvre fondatrice du cubisme. L’absinthe coule à flot. Certains s’y noient, comme le fameux Emile Goudeau, fondateur du cercle des Hydropathes (ceux que l’eau rend malades), groupe de poètes imbibés et farfelus. Il donnera à la place son dernier nom. La guerre fait fuir les rêveurs de la butte. En 1970, le bateau lavoir brûle. Il est reconstruit en béton et abrite aujourd’hui des artistes étrangers. Les années ont passé. Mais la place Emile Goudeau garde un supplément d’âme, la douce aura des géants qui l’ont habitée. Beauté cachée, c’est son histoire qui la rend belle. Allez la surprendre à la levée du jour. Vous entendrez peut être les grands peintres trinquer… septembre 2009 |

18

— 37


le Bon’homme texte & photo Gabrielle Richard

Herve Breuil Tant qu’il y aura des militants

Hervé Breuil et la Goutte d’Or, c’est l’histoire d’un coup de foudre. Une passion qui dure depuis 25 ans et fait les beaux jours de la rue Léon, où Hervé dirige le Lavoir Moderne et l’Olympic Café. Rencontre dans le second, haut lieu de vie et de culture du quartier. Au programme : bonne humeur, mojito et militantisme…

Entrer dans la rue Léon, c’est un peu s’évader de Paris. Quand la capitale est parfois terriblement refermée sur elle-même, on trouve à la Goutte d’Or une vie de quartier à nulle autre pareille, riche, métissée, chaleureuse, mouvementée. On dit le secteur dangereux ? En déambulant dans ses rues, je me sens enfin protégée dans cette atmosphère d’ouverture au monde. Sans doute qu’Hervé Breuil a eu les mêmes sensations lorsqu’il a découvert la Goutte d’Or à 19  ans. Petit Auvergnat montant à la capitale, il a instantanément compris que c’était là qu’il voulait s’installer. Il me reçoit à l’Olympic Café, où je me suis installée devant un petit mojito. Le verbe coloré, il parle avec passion de cet endroit qu’il a fait sien et dont la richesse le nourrit depuis tant d’années. Il évoque un « quartier monde », une « classe populaire venue de tous horizons », un univers fascinant à mettre en valeur. Une mission qu’il débute en 1986 : en pleine période socialiste, il monte l’association Procréart et reprend un ancien lavoir construit en 1850 qu’il transforme en salle de Théâtre. Du lieu cher à Zola dans « L’assommoir » 38 —

18

il fait un site culturel unique, bourré de charme. 100 places assises, une charpente d’origine, des murs en briques rouges et un bar accueillent les spectateurs. Les tarifs sont toujours accessibles et Hervé Breuil et son équipe ne manquent jamais l’occasion de célébrer le métissage du quartier. Ici, des jeunes du coin s’initient au théâtre, des mères de famille s’y retrouvent, et même les bobos font le déplacement pour le traditionnel festival d’été, « Nous sommes tous des Africains » (du 22 août au 19 septembre), un voyage entre les racines de l’humanité et les questions existentielles de notre temps, entre la voix d’un poète et les paroles d’un griot. Le mot d’ordre d’Hervé Breuil : convivialité ! L’ingrédient de base des grands repas de quartier qu’il organise régulièrement dans la rue Léon et se terminent souvent tard dans la nuit. On y déguste le couscous du Maghreb, le maffé d’Afrique de l’Ouest ou le Wot éthiopien et sa galette de teff, le Bissap, le jus de Gingembre. On échange les dernières nouvelles d’ici et de là bas, et souvent on danse à grands coups d’improvisations de rythmes afros. Du partage. Et de la fraternité. Fort de son expérience au Lavoir Moderne, Hervé Breuil a repris en 1996 le local de l’Olympic Café, situé au 35 de la rue Léon. En quelques années, il en fait un haut lieu de la culture populaire à Paris. Au sous sol, une petite salle de concert accueille les jeunes groupes et les initiatives alternatives. Du mercredi


au samedi c’est jazz, world et chanson. Le lundi et mardi c’est slam, poésie, lecture, spectacles en tous genres. Une oasis de bonnes vibrations. Une variété que l’on retrouve en cuisine, avec des plats aux multiples saveurs. Le « sage » de la rue Léon soutient bien évidemment les sans-papiers et met ses lieux à disposition des luttes qui le touchent. Ecologiste engagé, il abrite aussi de nombreuses réunions politiques. Un activisme qui ne plait pas à la préfecture qui depuis 2006 tente de fermer les lieux pour « tapage nocturne ». Comme si les prises de position pouvaient se faire en silence… Après vingt ans d’existence, Procréart emploie 17 salariés et accueille 100 000 visiteurs par an. Une superbe réussite. Mais dont l’avenir n’est pas assuré. Les subventions stagnent, les charges montent : « En 10 ans, le montant des subventions est resté le même, alors que nos charges ont augmenté de 45%, et que nos tarifs de billetterie ont baissé face à la concurrence institutionnelle. » s’alarme-t-il. Conséquence : le Lavoir Moderne est en danger. Pour le sauver, Hervé Breuil a du alerter clients, voisins et médias et organiser une grande collecte de fonds. Si le théâtre est pour l’instant sauf, l’époque n’incite

pas à l’optimisme. Pourtant, Hervé Breuil, sorte de « moine zen » de la culture, garde espoir. Son crédo : « Notre passé est aussi incertain que notre avenir, alors soyons présents. » Guide éclairé parmi les égarements de ce monde, il tient la barre malgré la tempête. La rue Léon peut dormir tranquille. Tant qu’il y aura des militants…

Lavoir Moderne Parisien

35 rue Léon

Tél. 01 42 52 09 14

Olympic Café 20 rue Léon Tél. 01 42 52 29 93 son livre préféré « Manifeste des produits de haute nécessité » par Ernest Breleur, Patrick Chamoiseau, Serge Domi, Gérard Delver, Edouard Glissant, Guillaume Pigeard de Gurbert, Olivier Portecop, Olivier Pulvar, Jean-Claude William. Réflexion sur l’avenir des DOM.

Le disque qu’il écoute Fela Kuti

septembre 2009 |

18

— 39


artwork by Tom & Léo

DoubletCD eà en ven d u ir t r pa e r b o t 5 oc


LE CASSE bonbon texte Julien Chavanes / photo Alice Bomboy

la SORcière prise en otage

Le passage du Rocher de la sorcière est au centre d’un conflit opposant copropriétaires, riverains et mairie. En attendant un éventuel arbitrage, le passage a été fermé au public. I l y a une sorcière à Montmartre. Elle vit cachée, entre la rue Lepic et de l’avenue Junot. Une grille noire anonyme, des marches abimées, des arbres fournis.... Vous voici dans le « maquis » montmartrois. Sur les pavés, trône un énorme rocher aux formes étranges, creusé de mille cavités. Comme tombé du ciel. En réalité, c’est une ancienne fontaine installée au début du 19ème siècle. La voie était alors appelée « passage de la sourcière ». Mais la silhouette inquiétante du rocher, évoquant un visage morbide, lui valu de passer de « sourcière » à « sorcière »... Malgré les années, le site a gardé une étonnante aura, drapé d’obscurité et ... d’une solide odeur d’urine. Ce qui lui vaut sans doute la bataille qui se joue aujourd’hui.

Normalement privé, le passage du Rocher de la Sorcière n’a jamais réellement été fermé au public. Problème : il est usé et nécessite des travaux. C’est là que les choses se corsent. La ville de Paris étant propriétaire à hauteur de 16%, elle a son mot à dire. Les copropriétaires, de leur côté, veulent en profiter pour fermer définitivement le passage au public. Inenvisageable pour la municipalité. « Nous sommes prêt à consentir un effort financier sur les travaux pour garantir l’ouverture de la voie » explique Felix Beppo, adjoint au maire en charge de l’espace public. « Nous avons proposé plus de 100 000 euros pour une ouverture de 30 ans. Mais la proposition a été refusée. » Pour les copropriétaires ce délais ne doit pas dépasser les 5 ans. Déterminés, ils entendent se passer de la mairie pour protéger le rocher : le passage a été fermé et les travaux ont débuté côté Lepic. Pendant ce temps, les riverains font circuler une pétition déjà signée par 2000 personnes. En attendant un consensus, le passage du rocher de la sorcière a des allures d’impasse… septembre 2009 |

18

— 41


le bon look

Eiffel & Mao

photos AMELIE CHASSARY ameliechassary.com / style ANTHONY LEE WATSON / Lieu rue Berthe

ASLAK MUSICIEN, PRODUCTEUR, REALISATEUR www.myspace.com/aslakprod Veste Martin Margiela La Piscine : 29, rue des Abbesses Chemise Alexander Mc Queen La Piscine : 29, rue des Abbesses Broche Tour Eiffel / rue de Steinkerque

42 —

18


DOROTHEE MUSICIENNE www.myspace.com/iamtherodeo Blouson Martin Margiela ligne blanche La Piscine : 29, rue des Abbesses Bijoux www.geraldinevalluet.com 5, rue Houdon Bibi Tour Eiffel / rue de Steinkerque

septembre 2009 |

18

— 43


le Bon écolo texte Céline Guionneau / photos Shaan

Nicolas Beaufils L’homme des saisons

Nous en parlions déjà en juin dernier : la Coopérative, le bar associatif de la rue Lagille, accueille chaque semaine une AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) qui fonctionne selon un système d’abonnement. Pour en savoir plus, nous avons rencontré Nicolas Beaufils, maraicher de l’Aisne qui fournit ce marché d’un genre nouveau où « frais » et « proximité » sont les maitres mots. Discussion un jour de livraison. Comment a débuté votre partenariat avec l’Amap ? J’ai été contacté par les fondateurs de cette association alors que j’étais encore chez mon ancien employeur. Lorsque j’ai démarré mon exploitation, je suis devenu leur fournisseur. Pouvez définir en quelques mots votre activité ? Je suis maraîcher, je cultive des fruits et des légumes bios, à savoir 40 variétés sur une exploitation de 2 hectares. Certains agriculteurs fonctionnent au rendement. Ce n’est pas mon cas. Je préfère avoir peu de terres, plus de choix, et rester naturel, la démarche n’est pas la même. 44 —

18

Vous livrez l’Amap chaque semaine ? Oui, chaque mardi de 19h à 21h. Parlez-nous des paniers que vous venez de livrer. Il y en a 46, comme chaque semaine, ensuite le contenu change en fonction des saisons, en ce moment les adhérents de l’Amap repartent avec des choux, navets, courgettes, groseilles et mélisses… Entre autres. Quel est le tarif d’un panier ? Un panier moyen est à 18 euros, mais il y en a de toute taille et de tout prix, tout dépend de ce dont vous avez besoin. Quel est le style de personnes qui viennent ici pour profiter de ce service ? Des personnes soucieuses de manger mieux, de manière plus saine et qui préfèrent l’artisanal et le local. Pour rentrer en contact avec l’Amap : www.haricotbiomagique.com Pour découvrir les produits de Nicolas : La Coopérative 7 rue Lagille Tél. 01 42 29 26 65 - www.parisbio.com Ouvert du mardi au samedi de 9h à 20h, le lundi de 16h à 20h et le dimanche


le bon écolo

Bio Neige So Fresh !

Nouveaux dans le quartier des Abbesses, Marine et Sébastian proposent dans leur boutique Bio Neige, des produits frais provenant de l’agriculture biologique. Particularité : pour les amateurs de longue conservation, ils vendent également du surgelé. C’ est à quelques pas de la place des Abbesses que se situe cette petite épicerie Bio ouverte en novembre dernier. Elle est tenue par Marine et Sébastien, jeune couple plein de charme et d’enthousiasme qui propose des produits de qualités pas nécessairement couteux. On y trouve de tout, pourvu que ce soit éthique et biologique : fruits, légumes, pâtes, riz, biscottes, confiture… Prochaine étape ? Un rayon crémerie ! Et ce dans la ligne voulue par le duo, à savoir en direct de chez le producteur ou en privilégiant les petits artisans et les labels exigeants. Le couple ne se contente pas d’approvisionner et de tenir la boutique : chaleureux, ils sont à disposition pour vous donner des conseils de cuisine ou de diététique. Pour répondre aux questions les plus souvent posées : « non, les citrons ne sont pas traités et oui les tomates sont aussi bonnes que belles ». Vous aimez le bio et le

beau ? Cette épicerie est faite pour vous ! Avant de partir vous prendrez bien un pot de confiture ? Coing ou Framboise ? Personnellement j’ai choisi « Orange amère au gingembre ».

Bio neige

94 rue des martyrs Tél. 01 77 32 65 18 Ouvert du mardi au samedi de 11h à 13h30 et de 15h30 à 20h dimanche de 11h à 13h

septembre 2009 |

18

— 45


le conte est bon texte Julien Chavanes / photo Antoine Falguerolles

Centre musical Fleury-Barbara Que fleurisse la musique

Le centre musical Fleury Barbara a poussé entre les murs de la Goutte d’Or en janvier 2008. Ce lieu unique à Paris offre aux jeunes musiciens un terreau idéal pour faire grandir leurs notes. Entre deux mélodies, il permet également à la Goutte d’Or de célébrer son histoire et sa culture.

L

a graine a bien failli rester sous terre. Pendant des années, les habitants de la Goutte d’Or ont vu le 1er de la rue Fleury déserté, perpétuellement en friche. A l’origine, le centre était couplé au projet de bibliothèque lancé de l’autre côté de la rue. En 96, la bibliothèque voit effectivement le jour. Mais son jumeau est encore en gestation. Les hésitations de la municipalité bloquent toute initiative. Il faudra attendre 5 longues années pour voir le projet relancé. « L’arrivée de Bertrand Delanoé et de

son équipe a tout changé » explique Gilles Christophe, directeur du centre. Un appel d’offres est alors lancé par la ville, tandis que les habitants du quartier sont consultés. C’est l’opérateur ATLA, spécialisé dans l’accompagnement des musiciens et à laquelle appartient Gilles Christophe, qui remporte l’appel d’offre. Les travaux sont enfin finalisés en 2007. Pour le baptiser, on convoque la mémoire d’une géante de la chanson Française connue pour son militantisme : Barbara. En janvier 2008, l’espace Fleury - Barbara ouvre enfin ses pétales… Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est une belle plante : 1500 mètres carrés de locaux, 7 studios d’enregistrement, 2  salles de pratiques collectives (danse, théâtre, cirque...), un lieu ressource agrémenté d’un bar, un kiosque et une salle de concert de 300 places ! Un superbe écrin animé par une équipe de passionnés, pour certains natifs de la Goutte d’Or. La mission de l’Espace Fleury, Gilles Christophe la résume en deux mots :

Nous sommes là “  pour épauler les

artistes amateurs 

46 —

18


« Accompagnement et intégration. Nous sommes là pour épauler les artistes amateurs, débuter avec eux leur cheminement vers la professionnalisation. Et cela doit se faire en osmose avec ce quartier qui a une identité forte. » Dans le lieu ressource, les jeunes artistes peuvent s’informer sur les démarches à suivre pour entrer dans le monde de la musique. Si leur projet tient la route et qu’ils sont âgés de 13 à 28 ans (au moins la moitié des membres pour les groupes), le centre peut leur proposer une formation qui durera 12 semaines pour 60 euros par musiciens. Au programme: répétitions, enregistrements et concert ! De quoi ressortir de l’espace Fleury gonflé à bloc et prêt à remplir les plus grandes salles de Paris. Des groupes comme You And You, les locales Enigmatik ou La Tactique du Toast ont déjà suivi ce parcours. Mais ce qui fait la grande richesse du lieu, ce sont les multiples échanges qu’il génère. « Les jeunes pousses croisent des artistes confirmés, qui viennent eux puiser de la fraicheur et de la spontanéité » explique Gilles Christophe. Les studios sont aussi occupés par des professionnels à la renommée déjà bien établie comme le rappeur / slameur D de

Kabal ou le génial bassiste Fantozio. La programmation de la salle de concert de l’établissement est d’ors et déjà l’une des plus excitantes de Paris à des prix défiant toute concurrence. Tumi And The Volume, Oxmo Puccino ou Filastine s’y sont déjà produits. La classe. Mais la mission du centre ne se limite pas à la musique. Il accompagne également les associations du quartier dans leurs initiatives, offrant espace, logistique et exposition. Dernier exemple en date: le téma consacré à l’Algérie qui a eu lieu en mai en partenariat avec quatre organismes locaux. « Une superbe fête » raconte Gilles. « Des familles entières sont venues au centre pour échanger leurs souvenirs, raconter une histoire qui a terriblement besoin d’être racontée. Ca s’est terminé par un repas et un grand concert. Un grand moment. La synthèse parfaite de ce que nous devons apporter. » A peine éclos, le centre Fleury donne déjà de beaux fruits.

Centre musical Fleury Goutte d’Or – Barbara 1 rue Fleury - 01 53 09 30 70 Ouvert tous les jours de 17h à 2h septembre 2009 |

18

— 47


les bons petits diables textes Camille Dutrieu / photos Camille Dutrieux

Petit Ney

et A. Ida

Atelier Bébé

Le petit Ney Dans ce café associatif littéraire, un atelier de lecture emmène les enfants en voyage chaque semaine. Des mots, des sourires, du bonheur.

I

ls sont huit, ébahis, fascinés. La voix d’Audrey, l’animatrice, les interpelle : ils écoutent, les yeux pleins d’étoiles, heureux. L’atelier lecture pour enfants vient de débuter dans le café littéraire du Petit Ney, au 10 de l’avenue de la Porte de Montmartre. Aux côtés d’Audrey, Emilie fait chanter ses jeunes auditeurs. L’atelier existe depuis 2003 à l’initiative de Raymonde Henri, une enseignante passionnée par les enfants. Le plus jeune des auditeurs, âgé de quelques mois tout au plus, est aussi attentif que ses congénères. Audrey explique : « Les premières fois, les enfants sont un peu dissipés. C’est normal : ils découvrent un nouvel endroit. Mais très vite, ils prennent l’habitude du Livre. On leur laisse une grande liberté. » Le premier atelier est gratuit. Puis, l’adhésion est de 18 euros pour l’année. Les animatrices, toujours au nombre de deux, font découvrir comptines, jeux et livres avec passion et patience. L’atelier est un rituel : le bâton de pluie ouvre et clôt la rencontre. Puis, c’est l’apparition du sac à malice qui cache la mascotte de cette jolie équipe, la Marmotte : elle annonce le temps des chants. Les 48 —

18

mamans et nourrices n’hésitent pas à accompagner les enfants. Viennent les histoires. Lovés sur des coussins, transformés en « bateaux » qui les emmènent en voyage, les enfants s’évadent, guidés par nos conteuses. Rassasiés, ils se précipitent alors sur les caisses de livres qu’Audrey et Emilie mettent à leur disposition. Elles sont totalement disponibles : elles racontent à qui veut le livre de son choix. Certains réclament leur livre favori. « Nous avons un fonds qui ne change pas. C’est important pour les enfants : ils ont des repères. On se rend compte qu’ils connaissent exactement les titres des livres qu’ils apprécient. » Quelques rondes et jeux clôturent ce moment de bonheur. Les visages sont réjouis et unanimes : « Dis, on revient la semaine prochaine? » D’autant qu’il fera beau et que l’atelier se déroulera dans le parc avoisinant. Comment refuser ? Atelier lecture : le mardi, mercredi et jeudi matin et mardi après-midi. Premier atelier gratuit. Abonnement : 18 e l’année.

Le Petit Ney

10 avenue de la Porte de Montmartre Tél. 01 42 62 00 00


les bons petits diables

Atelier bébé La fée Alexandra Essid propose des massages apaisants pour les tous petits. Et apprend ces gestes enchantés aux parents.

A

lexandra Essid a la douceur pour regard. Et de la magie dans les mains. C’est à Bangkok, en Thaïlande, qu’elle a appris son art. Diplômée de la fameuse école de Wat Po, elle partage sa passion avec enthousiasme. Si elle masse les adultes avec bonheur, elle s’est fait une spécialité des massages pour les bébés et les enfants enseignés aux parents, au cours d’ateliers qu’elle organise à domicile. Elle explique : « Ce ne sont pas des massages thérapeutiques. Je me situe dans le bien-être et la détente. Je prends le temps d’expliquer aux parents les bienfaits de ces gestes. Cette phase théorique est importante car cela permet de comprendre que les massages peuvent contribuer à alléger certains maux que connaissent les tout petits, tout en leur apportant une sécurité émotive, à travers le toucher. » L’idée est de créer une relation particulière : « Je donne les clés d’un moment d’exception. Le massage est un instant de partage.» Il doit durer entre 15 et 20 minutes pour un bébé et une

dizaine de minutes supplémentaires pour un enfant à partir de 2 ans. Pas plus. Une fois la théorie achevée, place à la pratique ! Armée de son bébé mannequin, Alexandra montre les gestes, les effectue et les répète à l’envi. Aux parents de s’exercer ensuite sous l’œil bienveillant de notre maîtresse d’œuvre. À la fin de ces deux heures d’échange, l’enfant entre en scène. Le papa ou la maman met en pratique le savoir qu’il a reçu. Alexandra, une fois de plus, reste totalement à disposition. Elle se tient à côté, discrète et rassurante. Emue, elle conclut : « De plus en plus de pères s’intéressent à ce mode de communication. Les mères ont le temps de la grossesse et celui de l’allaitement pour créer une relation avec leur enfant. Pour les pères, c’est évidemment plus distant. Le massage leur permet d’établir un contact approfondi, fort, intense. » De la magie on vous dit…

Alexandra Essid

Massage pour bébé et enfant 50 euros la séance - Tél. 06 09 12 41 87 alexessid@noos.fr - www.atelierbebe.fr

septembre 2009 |

18

— 49


Pour les saveurs tout est possible mais voilà ce que nous vous suggérons: • Basilic/chèvre/amandes effilées • Olives noires et vertes/pignons • Courgette/feta/feuilles de menthe • Mimolette/noix/cumin

50 —

18


LA BONNE RECETTE Texte & photo / Alice Gazio & Doris Hémar

8

Pour

Muffins Salés mu ffin s

Préparation 10 minutes Cuisson 25 minutes

125 g de farine 125 g de Maïzena 1/4 de sachet de levure chimique 1 oeuf 300 ml de lait 2 cuillères à soupe d’huile d’olive 50 g de tomate séchées 50 g de gruyère rapé 1 poignée de basilic 1 poignée de pignons de pin

Dans un saladier mélanger la farine, la Maïzena, une pincée de sel et la levure. Dans un bol battre l’oeuf avec le lait et l’huile d’olive, verser ce mélange dans le saladier, mélanger. S’il y a des grumeaux ne vous inquiétez pas. Ajouter les ingrédients choisis pour la garniture, mélanger. Diviser le mélange dans 8 moules Faites cuire 25 minutes au four à 180°C, jusqu’à ce que mes muffins soient dorés Attendez 5 minutes avant de démouler.

septembre 2009 |

18

— 51


le Bon atelier texte Kitty Balt / photo DR

RROSE SELAVY

jeudi 1

verniss 7 Sep atelier age d’ouve tembre s , a u to rt u r e d u r d’ u n e s verre

ATELIERS D’ARTS

Cet espace de 300 m2 est dédié aux arts, depuis l’initiation jusqu’à la pratique quotidienne d’artistes confirmés qui y préparent leurs expositions. Il est avant tout un lieu de vie et d’échanges, au passé habité et au futur bien prometteur…

S

Surtout lors de la visite du “café des Arts“ : superbe salle en mezzanine, à la fois librairie-salon avec ses canapés invitants et salon de thé où résonnent encore les échos des discussions artistiques passées. Une petite faim ? (les artistes ont toujours faim !), il y a tout ce qu’il faut pour se restaurer et, chouette ! le lieu peut même être réservé pour des évènements privés.

itué au beau milieu du 9e et pourtant hors des sentiers battus, ce lieu exceptionnel et Au rez-de-chaussée, une grande entrée et quatre ateinsolite surprend puis charme instantané- liers spécifiques dédiés à chaque activité. ment par le contraste entre son histoire passée et Un atelier « bleu » pour l’enseignement de la cérala modernité de sa “mise“ actuelle. L’histoire, elle mique et de la mosaïque, où les élèves apprennent à se résume en un nom, un nom monstre  : Marcel façonner, et à utiliser les techniques du travail de la Duchamp. On est dans son atelier du début du terre et de la décoration . Cet atelier est équipé d’un siècle. Il y tramait ses forfaits surréalistes anti - four d’essai pour tester les couleurs des émaux, et d’une cabine à eau pour l’émaillage des pièces. “politiquement correct“ et posait L’atelier « orange » est destiné aux ainsi les bases de la “wildness“ arLa transfusion cours de peinture et de dessin. Il tistique globale. d’antiquités dans est équipé de 12 chevalets en hêDésormais maîtresse des lieux, la fonctionnalité tre et de tables de dessins. L’atelier «  rouge  », très spacieux, Marie-Lorraine Benzacar a ébran- des espaces en lé par sa passion et son énergie font un lieu non- est situé sous une grande verrière. délicate les murs vétustes à la peau chalamment arty. Il est consacré exclusivement à la sculpture : modèle vivant, anad’âne pour en faire une création moderne, chic et multicolore, couleur du temps ! La tomie, techniques diverses, sculpture libre. Il est transfusion d’antiquités dans la fonctionnalité des équipé de plateaux en hêtre, de sellettes , d’outils et espaces en font un lieu nonchalamment “arty“ et de terre dédiés à la sculpture. inspirent à tel point que, passée l’allée verdoyante, L’atelier « vert », en “open space“ dédié lui aussi à la l’envie vous prend d’y passer le reste de la journée. sculpture, est équipé de sellettes en hêtre de grandes 52 —

18


tailles permettant de sculpter ainsi des pièces allant jusqu’à 1,20m.

est issue Marie-Lorraine, qui a déjà ouvert une galerie d’art et d’antiquités près de la place des Vosges.

Enfin, un cinquième atelier situé sur la mezzanine accueille des cours de bande-dessinée, manga, et de papier mâché.

Il est temps maintenant pour elle de vivre l’instant précieux et surréaliste où l’espace se décompose en milliers d’images et de formes, crées par les élèves qui vont s’y former et par les artistes qu’elle abrite si généreusement.

La formidable prouesse de cette école est de proposer, au-delà des disciplines classiques : des cours de création de bijoux, de peinture contemporaine ou encore de street art… ainsi que des stages spécifiques à chaque activité pendant les week-end et les vacances scolaires. Mais aussi des conférences, des débats à thème et des voyages culturels organisés tout au long de l’année. Les enfants et les ados, présents en nombre dans le 9e, ont tout naturellement investis cet espace où est dispensé un enseignement pédagogique axé sur la créativité. La barre est placée haut, très haut, et tout va très vite, comme dans le milieu de la mode, d’où

RROSE SéLAVY

5 rue Fromentin - Paris 9e ouvert du lundi au vendredi de 10h00 à 22h00, samedi de 10h00 à 17h00 portes ouvertes tous les samedis de septembre de 10 h a 17 h. Tél. 01 40 23 05 95 - 06 84 18 91 03 www.rroseselavy.net

septembre 2009 |

18

— 53


le Bon agenda agenda des manifestations culturelles concert

théatre / spectacle

Tous les mardis Ruptures au théatre Galabru

15/09 Miro, Anaïs Kael à La Boule Noire

Jusqu’au 02/09 Troisième rêve à gauche

16/09 Orlando au Théatre de la Reine Blanche

à la Manufacture des Abbesses

16/09 Metronomy à La Cigale

Jusqu’au 18/09 Négritudes

Du 16/09 au 14/10 Nuit d’été loin des

au Lavoir Moderne

Andes au Théâtre L’Atalante

Jusqu’au 26/09 Qui aime bien trahit bien

Du 17/09 au 11/10 La Douleur de Patrice

à l’Alambic Comédie

Chéreau au Théâtre de l’Atelier

Jusqu’au 4/10 J’me sens pas belle

18/09 Charlotte etc aux Trois Baudets

à la Manufacture des Abbesses

18-19/09 Joseph Leon à La Boule Noire

Jusqu’au 31/12 Isabeau de R

Du 18/09 au 21/11 Tismée

au théâtre de Dix Heures

au Théatre de la Reine Blanche

01/09 Mam Sika

19/09 Megarave à l’Elysée Montmatre

à l’Olympic (Voir le Bon’Homme)

19/09 Nuit Gnawa au Lavoir Moderne

02/09 Pascal Sangla / Thierry Chazelle

19/09 Ray Lamontagne à La Cigale

et Lili Cros aux Trois Baudets

20/09 Flamenco Vivo

02/09 Pakare à L’Olympic

au théatre de la Reine Blanche

03/09 Tiwitin à L’Olympic

Du 20/09 au 11/11 Thérapie anti-douleur

04/09 Dademba à L’Olympic

à la Manufacture des Abesses

Du 4 au 11/09 Festival Ile de France

Du 21/09 au 17/10 Pierre Lapointe

au Trianon

à La Boule Noire

5/09 Metal rock Symphonia Level II

A partir du 22/09/09 Toutes les chansons

à la Locomotive

ont une histoire au Trianon

5/09 Les Cheikhat du Maroc au Trianon

22/09 Grand Slam de Paname

5/09 Nuit ethiopienne au Lavoir Moderne

aux Trois Baudets

6/09 Dinosaur Jr. à l’Elysée Montmartre

22/09 Cock Robin à La Cigale

Du 7 au 10/09 Les Vendeurs d’enclumes

23/09 Klaus Schulz et Lisa Gerrard

au théâtre de la Reine Blanche

à La Cigale

Du 10 au 13/09 Festival « Rencontres

24/09 Kaliocha et Ludo Pin

seul en scène » au Trianon

aux Trois Baudets

11/09 Club NME Paris à l’Elysée Montmartre

24/09 AP du 113 à L’Elysée Montmartre

11-12/09 Incarnation

Du 25/09 au 4/10 Festival des Attitudes

au théatre de la Reine Blanche 12/09 Black Pyramide à L’Olympic

Indés (Voir le Bon Timing) 25/09 The Mammynovas, La Psykotroop

Du 12/09 au 31/10 Les Effracteurs

au Stock

au théâtre Pixel

26/09 Jimmy Buffet à la Cigale

Du 13/09 au 31/10 Barbe-Bleue, espoir

27/09 Keith Sweat à l’Elysée Montmartre

des femmes au théâtre Pixel

30/09 Starsailor à L’Elysée Montmartre

54 —

18


© Edouard Baribeaud septembre 2009 |

18

— 55


Cours particuliers à domicile Suivi scolaire, mise à niveau, ths et aides aux devoirs en maème à la 6 physique-chimie, de la terminale 06 50 58 83 05

A DEMAIN POUR UN P'TIT CAF SUR LA BUTTE

,

moi ce soir

06 84 24 50 63

DÉCORATION D’INTÉRIEUR

Cours de basse et de batterie Tous niveaux Pédagogie pour étudiants

Particuliers, professionnels, acteurs d’événementiel, je vous guide et vous accompagne dans l’univers de la décoration, du conseil à la réalisation finale de vos projets. Je vous invite à aller sur mon site pour plus d’informations :

06 10 14 00 31

Le masque qui rit

AU

01 42 55 19 50

06 56 —

LE AU

Pour les jeunes, des atelier s-théâtre animés par une comédienn e Inventer des histoires, se déguiser, raconter avec son corps, avec les mots, se maquiller, imaginer, jouer un spectavcle Acte Neuf, 11 rue Lepic,

18

COC

www.decoration-frenay.com RE MB UR TE NCΠP A SE FR UGE . . 17 UE RO R ON DRA. 3 L 2 BA TEN E S T UN S A RPRI Z U SU NE O V VE

uplesse Gym douce, so ulaire. sc mu ité nic to et , oli ric Patricia Pe professeur de la nse fédération de da contemporaine , Positionnement s, correction du do , ien int ma t, en étirem ibre respiration, équil 01 42 55 97 62

90

Jeune étudiante sérieuse, quartier Abbesses, propose babysitting, garde d’enfants, soutien scolaire Expérience de fille au pair et titulaire du BAFA Disponible en fin d’après-midi, le soir et le week-end

06 33 65 08 21

69

&

Résidente du quar Abbesses, référenc sérieuses, non fum Recherche location studio ou F1 Loyer 600€/mois C


«A ven dre »

rtier ces meuse n

CC maxi

CO

je Chatz t’ y, ten embra dre sse m ton ent cha tz

Sèche-linge ARISTON, modèle ALE70C, Catégorie énergétique C A venir chercher à Paris Abbesses, 4ème étage sans ascenseur Bon état fiable, prix : 50 € 06 09 49 64 74

Femmeexpérimentée etsérieusecherchedes heuresderepassage,ménage,cuisineets’occupe desenfantsaprèsl’école 06 47 11 50 02

Plombier chauffagis

te Professionnel hautem ent qualifié Réalise toutes install atio taires et thermiques, ns sanidépannage et réparation Tarifs modérés 06 34 21 92 82

Femme s éri cherche à euse a des perso ssister nnes âgé es Préparatio n de repas , réalisation d repassage es courses, , sorties 06 1

7 46 25 44

Vous aussi passez votre annonce ! annonce@lebonbon.fr 15 euros les 60 caractères

Cours de guitare, initiation ou perfectionnement, par musicien expérimenté tél. 06 10 14 00 31 01 42 53 54 94

recrute !

•fond d’investissement •stagiaires •chef de pub •commerciaux •graphistes •etudiantes pour distribution

27

Merci d’adresser vos candidatures par mail : recrut@lebonbon.fr

Cours de dessin, techniques classiques et mixtes. Adultes, enfants à partir de 12 ans, individuel ou petites groupes. A l’atelier, à domicile. 06 89 17 54 28

Jeune fille, 26 ans, emme, étudiante sage-f habitant Montmartre, vos enfants souhaite garder ek-end le soir ou le we septembre 2009 |

06 75 80 73 75

18

— 57


les bonnes adresses

58 —

1001 fenêtres

I l Gusto

71, rue Condorcet 75009

195, rue Championnet

☞ 01 45 33 03 86

☞ 01 53 31 00 12

es pace ép ilation

I M m O P O LI S

8, rue Sainte Isaure

105, rue Caulaincourt

☞ 01 42 52 40 91

☞ 01 53 41 33 00

Anouchik

I nstitut E vasion For M en

30, rue Durantin

4, rue Audran

☞ 01 42 58 44 83

☞ 01 42 62 30 42

C lub M ontmartrois

La Piscine

50 rue Duhesme et 60 rue Ordener

29, rue des Abbesses

☞ 01 42 52 50 50

☞ 01 42 55 94 45

C O M PTO I R JO FFR I N

Le diapason

28, rue Hermel

12-14, rue Joseph de Maistre

☞ 01 46 06 40 25

☞ 01 44 92 34 00

C ours de Yo ga

Le san g lier en B otte de Cuir

11, rue Labat

7, rue Letort

☞ 06 12 90 58 03

☞ 01 73 73 38 84

ÉC LAI R s ET V O US

Natasha Farina

48, rue Lepic

33, rue Véron

☞ 01 42 57 19 19

☞ 09 50 99 33 30

H oliday I nn

R R O S E SéLAVY

23, rue Damrémont

5 rue Fromentin 75009

☞ 01 44 92 33 40

☞ 01 40 23 05 95 - 06 84 18 91 03

18

Le Bonbon est imprimé sur du papier issu de forêts gérées durablement, sur un site labellisé imprim-vert avec des encres végétales.


9

14

2 5 4

4

6 10

8

13

7

3

15 11

12

16

1


Paris 18eme - le bonbon 09/2009  

Découvrez le magazine Le Bonbon Paris 18eme du mois de septembre 2009.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you