Issuu on Google+


Président Jacques de la Chaise jacques@lebonbon.fr Rédacteurs en chef Denys Beaumatin denys@lebonbon.fr Michael Pécot-Kleiner mika_aka_rosco@yahoo.fr Assistante de direction Tina Hoyau tina@lebonbon.fr Secrétaire de rédaction Ivan Caullychurn Rédaction Victoire Boizard, Béatrice Lafragette; Quentin Philibert, Céline Chacun, Briac Barthelemy,Yann-Édouard, Amandine Thireau, Rémy Grand, Céline Kastornova, Bruno Hausler Photographes Romain Cabon, Céline Barrelet, Fabrice Lacroix, Arnaud Chaillou Sacha K Maquette Emmanuelle Labouré Illustrateurs Guillaume Ponsin, Paulina Leonor Styliste Remerciements Sonia Fillaud, Philippe Mollard, Régis Leven, Maxime Cerutti, Anne-Cécile, Nadine, les clochards du canal st martin, Floe, Andreas, Gilbert, Barnabé, Suzanne, François, Claude Sabbah. Annie Touitou, Charly, Emily, Helena, Fanny, Isabelle, Virginie Dif, Zohra Bounoir. Chef de pub Arnaud Chaillou 06 80 46 58 76 arnaud@lebonbon.fr Grands comptes & Agences médias Corinne Timol-Delrieu 06 81 95 58 68 Petites annonces annonce@lebonbon.fr Rejoignez Le Bonbon recrut@lebonbon.fr Contactez-nous hello@lebonbon.fr 01 48 78 15 64 Le Bonbon 31 bis, rue Victor Massé 75009 Paris. SIRET 510 580 301 00016 ISSN : en cours Dépôt légal : à parution OJD : en cours de validation

RÉGIE PUBLICITAIRE 06 80 46 58 76 pub@lebonbon.fr

édito “bon”jour

Le Bonbon fait sa manif ! En octobre, point d’opprobre ! Mes chers compatriotes, Michael et moi-même avons décidé en tant que rédacteurs en chef de contre-attaquer, à la tête d’une armée de glorieux titis pacifistes et parisianistes jusqu’à la lie, enduits de monoï caramélisé, de sous-vêtements flashisés, de manifester pour que vive l’été jusqu’à plus soif ! Point de subterfuge, le froid n’existe plus ! La chaleur est et sera pour toujours le climat digne de ce nom. Non ! À ce froid automnal, hivernal qui fait perdre nos couleurs d’amants, d’amantes musclés et dorés à souhait. Non ! Aux crottins froids de ces chiens déçus par l’émergence inéluctable de ce poil trop fourni ! Non ! Aux pensées négatives pour que le miracle de nos pensées positives s’accomplisse enfin et réalisent la seule unique saison digne de ce nom. Et oui ! Bordel de Dieu ! À la pensée qui désinhibe et révèle la vérité la plus ultime pour atteindre le miracle tant convoité d’un arrondissement enfin nu qui s’accomplit en se prélassant chaudement, chauffé à blanc, au bord du canal St-Martin, la peau hâlée, tonifiée par la crème hydratante de l’un de nos artisans préférés. Oui ! Au monde qui change ! Qui en ce mois historique se soulève grâce à la prière festive de L’Ave Maria, le bon commerçant du mois, à l’hurlement illuminé du DJ Le Loup, la bonne étoile, et à Sabine Cassel, la bonne dame, armée de ses mets gustatifs et dégustatifs célébrant le sens retrouvé de la poésie épicurienne, faite de partage et de chaleur inégalée. Et comment ne pas annoncer la pétition hédoniste de ces autres acteurs indicibles fulgurés par les bons de réduction, autres bons plans, bons contes, prêts et magnifiés pour la victoire climatologique finale. Votre humble serviteur,

Denys Beaumatin

octobre 2010 |

10/11

—3


leS bonbonS mode d’emploi comment profiter Des Bonbons

1 choisissez

2 Détachez

3 profitez

Repérez les Bonbons pré-découpés au milieu du magazine.

Détachez ces Bonbons qui vous feront bénéficier d’offres et d’avantages.

Présentez vos Bonbons au moment de payer et vous bénéficierez immédiatement de l’avantage annoncé !

descriptif d’un Bonbon Enseigne

Le nom du commerçant

resto bar le 3C

Avantage

Définition du type d’offre

-10%

AU bout de 3 carole t'offre pour tout achat le 4e *

Description

Le type de commerce

Coordonnées

Adresse et téléphone

Resto bar cuisine artisanale 24, rue de la Folie-Méricourt 11e Tél. : 01 43 38 58 32 Facebook : Le 3C *valable sur bières, vins, cocktails et softs


sommaire miam miam !

Page 6. l'avE

maria

Page 34. sabine

cassel

Page 5. Le Bon Timing Page 6. Le Bon Commerçant Page 10. La Bonne Étoile Page 12. Les Bons Plans Page 14. Le Bon Art Page 16. Le Bon en Arrière Page 18. Le Bon Look

Page 10. le

loup

Page 38. marie

labarelle

Page 21. Le Casse Bonbon Page 22. La Bonne Recette Page 24. La Bon’Bonne Page 26. Le Bon Astro Page 28. Les Bons Tuyaux Page 30. La Bonne Parisienne Page 33. Le Bon Écolo

Page 14. Dorothy's

Page 44. quartier

gallery

libre

Page 34. La Bonne Dame Page 36. Les Bons Shops Page 38. Le Bon Artisan Page 40. Les Bons P’tits Diables Page 42. Les Bons Snapshots Page 44. Le Conte est Bon Page 46. Le Bon Agenda octobre 2010 |

10/11

—5


le Bon Timing les événements à ne pas manquer festival

© DR

artistes et commerçants du quartier de la Bastille s’unissent dans une démarche commune autour de l’indépendance professionnelle avec le festival des Indépendants. Réunis au sein de l’association Carré Bastille, ils créent aujourd’hui un rendez-vous annuel autour de la création artistique, culturelle et économique. Du 8 octobre 2010 au 10 octobre 2010 2, boulevard Beaumarchais 11e

soirée

APÉRO ELECTRO MIX sur parfum de mojitos et sets de Tone Broker. Cet australien n'est pas un DJ

© DR

ordinaire. C'est un vrai schizophrène de la musique, très dur de savoir où va nous mener son mix, ce n'est pas le genre à tout organiser d'avance, ses sets dépendent de vous. Alors une chose est sûre, il vous donnera le groove ! Samedi 9 octobre 19h – 02h Resto/Bar Le 3C 24, rue de la Folie-Mericourt 11e Tél. : 01 43 38 58 32 - Facebook : LE 3C

© DR

évÉnement

soirée

© DR

Festival Bastille Quartier Libre Pendant trois jours, designers, artisans,

L’HÔTEL DU NORD FAIT SON SHOW ! Défilé de modèles extrêmement séduisantes habillées par les coquetteries, nouvelle enseigne, accompagné d’un show burlesque, de chant, de tour de magie... Pour plus de renseignements il suffit de tapoter avec vos jolis petits doigts tout en restant très digne et très beau, le derrière bien assis sur votre fauteuil et le dos bien droit. Le 5 octobre ! L'Hôtel du Nord 102, quai de Jemmapes 10e Tél. : 01 40 40 78 78 - www.hoteldunord.org

Soirée COCKORICO ! Bal pour garçons & Co... DEuxième édition Minuit à 6h. Line up: AURELIE (Le Pulp/Cancan) + NOX (Cancan) + RAFA NUNES (Raid Bar) Tech House de qualité & House music licencieuse, Fatale minimale & images érotiques, Jolis garçons & petites frappes dociles. Filles souples et rebelles qui vont bien avec. Le 22 octobre. La Scène Bastille 2 bis, rue des Taillandiers 11e octobre 2010 |

10/11

—7


8—

10/11


le Bon commerçant texte bruno hausler / photo fabrice lacroix

L'ave� Maria alleluia ! Lundi 14 septembre, mon rédacteur en chef Denys Beaumatin m’envoie en mission pour le BONBON : « Bruno, ton objectif ? Nous rapporter un article sur l’AVE MARIA ! » Diantre ! Vais-je devoir réciter avec un chapelet en cinq dizaines ? Dois-je évoquer la venue de l’ange Gabriel qui annonce à Marie la naissance de Jésus dans l'Évangile selon Saint Luc ?

O

n me donne une adresse. Sur le chemin, je regrette d’être athée, de ne pas avoir fait mon catéchisme et d’avoir raté Notre Dame de Paris au palais des Sports avec Hélène Ségara. Mais alors que j’arrive au numéro 1 de la rue Jacquard, je constate avec bonheur et soulagement que l’AVE MARIA n’est autre qu’un bar /restaurant… AMEN ! À peine entré dans l’établissement, le décor est posé : ici c’est ambiance latina, chaleur et convivialité. Cela m’étonne peu puisque j’apprends rapidement que les patrons, Valérie et Carlos (deux anciens de la Favela Chic à l’époque où c’était une boîte à chaussures de la

rue Oberkampf ) ont créé ce lieu. Mais rassurez-vous, ici on est loin de l’usine à salséros transpirants et dansants sur les tables ! L’endroit n’est pas très grand mais chaleureux, la déco kitch et décalée me transporte en pleine jungle avec ses plantes vertes envahissant les murs et le plafond, des affiches délavées de pin-up hawaïennes des années 30 côtoient une poupée danseuse de flamenco et des autels dédiés à Shiva, Bouddha et la Vierge Marie (on y vient quand même !) tandis qu’ici et là, des petits mots ont été griffonnés par clients certainement avides de laisser leur trace. Derrière son bar, Frank (un moustachu me rappelant furieusement Emiliano Zapata), me délecte d’un mojito dont il a le secret. Pas le temps de tester les caïpirinhas mangue ou framboise qui me font de l’œil, il faut que je passe à table car la carte m’invite à un nouveau voyage. Dire que l’AVE MARIA propose une cuisine du monde est un euphémisme : plats créoles, brésiliens, africains, thaïs, afghans et même amazoniens… je ne sais plus où donner de la tête ! On m’installe sur une grande table commune – la promiscuité est de rigueur – et me octobre 2010 |

10/11

—9


avE maria voilà assis entre un couple d’expatriés anglais et deux touristes québécois : « Tabernacle ! Calice ! C’est trop bon ça ! » s’écrit mon voisin bûcheron. Si c’est bon pour lui, c’est bon pour moi ! Je commande un « Terrifiant destin d’Amélie poulet » et je déguste un plat copieux et savoureux à base de poulet (comme son nom l’indique), salade, purée de potirons et patates douces le tout agrémenté d’une sauce onctueuse parsemée d’éclats de cacahuètes… j’en bave encore ! Inutile de vous dire que le goinfre qui rédige ces quelques lignes ne s’est pas fait prier pour finir son assiette. Pas la place pour un dessert, je suis repu et la salle se remplit très vite de bobos branchés parisiens bien décidés à festoyer sur des musiques caliente. Je jette un œil à la carte des cocktails, aussi alléchante que celle des plats, mais c’est la douche froide lorsque j’apprends que je ne pourrai pas payer avec ma carte bleue ! Voilà qui est fâcheux, en plein XXIe siècle, on m’informe qu’ici on ne prend pas la CB… Qu’à cela ne tienne, les prix sont abordables et – Dieu merci – j’ai du liquide sur moi. Je rentre chez moi, dépaysé par mille influences du monde et bien décidé à renouveler l’expérience avec une bande de potes !

AVE MARIA

1, rue Jacquard 11e Tél. : 01 47 00 61 73 10 —

10/11


octobre 2010 |

10/11

— 11


lA BonNE ÉTOILE texte yann-édouard

le Loup dj éléctroatypique À 22 ans, Le Loup fait partie de cette génération de DJ’s passionné (et passionnants) qui cherchent à franchir les barrières habituelles de la musique électronique.

son album Paradise que je considère encore aujourd’hui comme un excellent album… À cette époque j'étais au collège. Aujourd'hui j'ai 22 ans, et je suis sur Wolf + Lamb.

P

assionné de soul et de classique, sa musique en est fortement empreinte : on l’écoute aussi bien dans un club que chez soi. Ses liens avec le nouveau label Get The Curse font de lui un artiste 100 % parisien : focus.

Ton premier label a donc été Wolf + Lamb (prononcer Wolf and Lamb), un excellent label de House, deep house new yorkais, tu es aussi le seul français au sein du label, voire le seul qui n'est pas new yorkais, comment as-tu réussi à faire tes preuves ? Mon ex était au lycée franÀ Paris les gens Pour toi, la musique, ça a çais de New York. C'était attendent parfois démarré quand ? une amie d'enfance de Assez tôt : j'ai eu mes une musique qui Nicolas Jaar, DJ lui aussi premières platines à 16 n’est pas forcément sur Wolf + Lamb. J'ai fait ans, des MK2, et j'ai celle que je fais. un remix de son titre The commencé à m'intéresser Student, pour son premier à la production autour de 18-19 ans. J'écou- maxi sur le label. Gadi et Zev (Nb Ils forment tais beaucoup de soul, de hip-hop, J DIlla a ensemble le duo "Wolf + Lamb'" et sont les une grosse influence sur ce que je fais, tout créateurs du label que l'on connaît) l'ont écoucomme le classique et le jazz, qui sont une té et ont vraiment accroché. forme d'héritage familial. J'ai commencé à Par la suite nous sommes entrés en contact, écouter de la musique électronique avec de la avons partagé de la musique… Aujourd'hui on house, la French Touch, les Daft, Bob Sinclar, entretient de très bonnes relations.

12 —

10/11


Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Je travaille sur un certain nombre de projets en même temps. Tout d'abord un maxi solo qui sortira sur Get The Curse (Nb Ex bon blog musical parisien devenu récemment un label de house, deep house). De même, avec Clément Meyer, créateur du label, nous venons de terminer un maxi qui sortira très bientôt, avec un remix de Bodycode. Je produis aussi des morceaux avec Soul Clap. Des morceaux plus old school, e-funk, slow motion avec des rythmiques hip-hop et des synthés électro… Je travaille aussi sur un label qui se monte doucement…J'ai arrêté l'école cette année et je m'y consacre pleinement. Pas évident de jouer ce genre de musique à Paris... À Paris les gens attendent parfois une musique

qui n’est pas forcément celle que je fais. Ce n’est pas comme en Angleterre notamment à Londres où je joue régulièrement : le public est connaisseur et réceptif, où c’est vraiment plaisant de jouer. Tes adresses ? À vrai dire je ne sors plus beaucoup à Paris sauf quand je vais voir des amis jouer. Le Régine a une bonne programmation, la dernière fois j’y étais pour Maayan Nidam, le soir même où Zip jouait au Rex, qui lui aussi garde le cap. Les Dimuschi et les We Love sont aussi de bonnes fêtes, tout comme les Freak’n’Chic au Batofar.

www.myspace.com/leoleloup

octobre 2010 |

10/11

— 13


les Bons plans on a testé pour vous

Parking Day Fort et Vert / Forever ! par Quentin Philibert

U

ne action ponctuelle et citoyenne investit et partage avec tous le parking de nos rues, espace public par excellence qu’il nous appartient de nous réapproprier, j’ai nommé : la PARKING DAY ! ! Certains auront pu constater la bi-

zarre transformation subie, les 17 et 18 septembre derniers, par une place de parking bordant le canal, quai de Jemmapes, et y voir pousser une pelouse éphémère et des ballots de paille devant lesquels le véhicule privé, espèce dominante en milieu urbain, ne pouvait que s’incliner. Lancée à San Francisco en 2004 par le collectif américain REBAR, la PARKING DAY de septembre se déroulait non seulement à Paris, mais aussi à Annecy, New York ou encore Buenos Aires : bref, worldwide ! Le principe est simple : s’inscrire

sur le site, rameuter sa troupe, choper une place de parking à la cool, la PAYER puis rendre à la rue sa vocation première, celle de la vivre ensemble ! Alors lâchez vous : tournoi de ping-pong, pièce de théâtre, troc de plantes, atelier de répartions de vélo ou encore (comme l’autre jour) petit concert improvisé de Cyril Atef du duo Bumcello (yeah baby) et promis, pour la prochaine j’organise un show érotique à fourrure rose bonbon (non non, c’est pas la parking gay on se calme les filles) !! See you then, B-boys & girls… Parking Day www.parkingday.fr

UFO Un bar secret tenu par les martiens par Denys Roswell

P

as de doute, les envahisseurs sont là ! Suite à l’enlèvement des journalistes du bonbon Michaël Pecot-Kleiner et Capucine Jaillon nous avons découvert que les extraterrestres… mais… attendez… haaaaa… non… non… je ne vous permets pas… oups… bip. « Si vous voulez retrouver vos amis lisez bien l’histoire qui suit : In a city. Du haut d’une colline, la ville de Paris de nuit s’étend à perte de vue. A mysterious image representing a face. Sur un vieux mur en briques rouges, le visage d’un monstre souriant sur une affiche en noir et blanc. Which appears and disappears. L’affiche disparaît du mur aux premières lueurs du soleil. Two young journalists are up to discover. Dans une pièce exiguë, éclairée par une petite lampe, Michaël et Capucine, entourés de dossiers, sont attablés, en train de griffonner sur un plan de Paris. 14 —

10/11

Un homme, couvert d’un chapeau, vêtu d’un costume sombre, sort précipitamment d’une usine désaffectée et s’engouffre dans le véhicule qui démarre. La voiture des journalistes démarre à son tour. La berline s’engage dans un chemin de forêt, puis s’arrête devant un manoir. Les deux journalistes se faufilent dans les dédales d’un obscur manoir. Ils empruntent un couloir. Un faible rayon de lumière transperce la pénombre. Les journalistes se rapprochent de la source lumineuse. The terrible secret. Des murmures se distinguent. Les journalistes regardent à travers la cavité. But cannot reveal the truth ! Un passant tient le journal Le Monde. La photo des deux journalistes disparus fait la une. What happens ? You will know the terrible secret. Coming soon in your UFO !!!! “ UFO 49, rue Jean-Pierre-Timbaud 11e Tél. : 06 09 81 93 59 - ufo_club@ hotmail.fr


les bons plans

Le Mois du Millefeuille par Barthelemy Briac

A

ujourd’hui la diversité est l’ennemi visé. La solution ? Le millefeuille.

C’est le paradoxe de notre société. On nous vante l’idéologie du mélange, du métissage, pourtant il reste secrètement l’ennemi intime de la république qui se veut une et indivisible, homogène et définie. La diversité fait peur au politique, à la bureaucratie, à la technocratie parce qu’elle est imprévisible, on ne peut la canaliser. L’individualité doit émerger de la masse, elle doit jaillir envers et contre toutes les stratégies d’uniformisation. Or ce qui définit les individus c’est la relation qu’ils entretiennent avec les autres ; ce qui les unit. Si "je est autre" c est que "je" n’existe que par confrontation avec l’autre, nous nous définissons par nos rencontres, qui nous nourrissent, nous enrichissent et nous définissent en tant qu’individu. Le mélange produit de la spontanéité, il n’a que faire des expertises, il n’accorde qu’une valeur modérée au rationalisme et préfère s’abandonner à la sensibilité. Il offre la possibilité d’une rencontre, c'està-dire une tension vers l’inconnue et l’incontrôlable, l’espoir d’une surprise peut-être ; malgré tout le mélange et la diversité sont subversifs à toutes les époques, alors

cultivons-les. Et s’il y a bien quelque chose que l’on peut partager c’est le plaisir. C’est une des missions du millefeuille. Y a-t-il conditions plus propices au mélange qu’une rencontre autour d’un plaisir à partager ? Un plaisir simple, honnête et délicat. C’est le leitmotiv du mois du millefeuille qui réunit jusqu’au 16 octobre des artisans passionnés, sensibles et généreux. Avec ténacité et finesse, les artisans pâtissiers cultivent la diversité et nous offrent ainsi des occasions mutines et colorées de nous retrouver. Un millefeuille c’est trop gros pour ne pas être partagé, c’est une invitation à la rencontre et plus il y en a de différents plus cela fait de prétextes délicieux pour nous mélanger. Alors n’hésitez plus, profitez de ce bon plan pour vous essayer à l’altérité.

Boulangerie pâtisserie Corbière 17, rue du château-d’eau 10e Pains et Saveurs 219, rue du Faubourg-st-martin 10e www.lemoisdumillefeuille.com octobre 2010 |

10/11

— 15


le Bon art texte michael pécot-kleiner / photo sacha k

DOROTHY’S GALLERY l'art de la rencontre Dans la galerie de Dorothy, les créations ne se juxtaposent pas, elles se rencontrent… Rendez-vous pris avec une dame au délicieux accent américain qui contribue au rayonnement de l’art en France.

À

24 ans j’ai quitté l’Amérique pour venir vivre ici, à Paris. Comme pour beaucoup d’américains, cette ville représentait pour moi une certaine liberté intellectuelle… » Des rêves plein les poches, forte de ses diplômes en art et en Littérature obtenus à New York, Dorothy trace une ligne de fuite et laisse derrière elle ce qui aurait pu être une vie normale. Arrivée dans la ville lumière, c’est très naturellement qu’elle fréquente les caves enfumées germanopratines. Elle y côtoie des artistes, ils s’appellent Don Cherry, Georges Moustaki ou Brigitte Fontaine… Pour vivre, elle enseigne la langue de Shakespeare, et monte avec des amis une petite structure associative nommée Amitié et culture internationale. Quelques années plus tard, à la tête d’une centaine de profes16 —

10/11

seurs, elle réaménage une boulangerie située au 27, rue Keller, et y installe sa famille ainsi que le siège social de ce qui est devenu Executive Language Services. En 2006, Dorothy décide de vendre son entreprise et transforme le 27 en galerie afin de se consacrer entièrement à la passion de sa vie. « J’ai toujours été faite pour vivre dans l’art » me dit-elle doucement, en souriant. Le gai savoir. Et cet espace ne pouvait être qu’à l’image de sa fondatrice : démocratique, pédagogique, cosmopolite. La volonté de départ étant de créer « un lieu à mi-chemin entre galerie et centre culturel », Dorothy n’hésite pas à insuffler de la vie lors de ses expos. Des conférences, des projections, des concerts ou des performances rythment les temps forts de l’année. Avec décontraction et humour, elle reçoit ses visiteurs et les oriente à l’intérieur du dialogue que forment les œuvres d’art. Car ici, rien n’est figé, tout communique, tout se rencontre. Exemple frappant, la belle exposition Art contemporain


et le surréalisme en héritage, qui se tient jusqu’au 11 octobre, croise des approches, des générations et des géographies différentes. Ainsi, des productions d’artistes surréalistes “confirmés”, telles les peintures d’Arturo do Cruzeiro Seixas, les sculptures et les poèmes d’Isabelle Meyrelles, interrogent les déroutants collages de Lou Dubois, qui eux-mêmes questionnent les visions de talents émergents et contemporains (Soon-Young Lee, Valentine Fournier.) Et vice versa. Puis, à son tour, ce réseau de sens se propage jusqu’au verdoyant et lumineux salon américain, où sont exposés les travaux photographiques d’Emmanuelle Fèvre (New York, Obama series…) et les néons artistiques du King of pop d’Alain Louiset… Au final, il ré-

sulte de ces résonances de multiples réflexions possibles sur notre époque, notre inconscient collectif, ou plus intimement, sur notre propre psyché… « L’art vous dit que vous pouvez vous réinventer » me glisse tranquillement Dorothy. C’est sans doute ça, la liberté….

Dorothy’s gallery

27, rue Keller 11e Tél. : 01 43 57 08 51 www.dorothysgallery.com L’exposition l’art contemporain et le surréalisme en héritage aura lieu jusqu’au 11 octobre. octobre 2010 |

10/11

— 17


bon EN ARRIÈRE texte victoire boizard

Du rouge, du jaune, Du cyan ! ! Ya de la couleur au Ba-ta-clan ! !

F

ace à cette ampleur de couleurs chaudes et colorées, on ne peut résister à l’envie d’y entrer !

Cette façade originale et peu banale doit ces mérites au grand architecte français du XIXe siècle, Charles Duval. Inspiré par l’art chinois, cette pagode est aux antipodes de l’architecture parisienne, il a réalisé plusieurs édifices éclectiques dans Paris, classés à ce jour monument historique. C’est depuis ce temps-là, que le Bataclan a été baptisé "Grand Café chinois". À l’origine, le Bataclan était un grand café-concert, on y représentait des spectacles vivants et dansants. Passant du cabaret, à salle de cinéma, puis de nouveau en cabaret, le Bataclan est en quête de sa fidèle clientèle. Au cours des années qui suivent, la salle connaît diverses fortunes, mais à la suite d’un incendie en 1933, le lieu va être partiellement détruit dans les années 50 pour se conformer aux nouvelles normes de sécurité en vigueur. Au fur et à mesure des années, le Bataclan s’est peu à peu transformé et réussit à s’imposer avec rigueur comme une des plus grandes salles de Paris. En effet, 1500 personnes peuvent être réunies autour de ces représentations musicales à base de rock, blues, jazz, et world music, 18 —

10/11

et pas des moindres, vu que de grands noms ont commencé leurs interprétations dans ce lieu audacieux… Comme ces one-man shows de la scène française : Jamel Debbouze, Gad Elmaleh, Élie Semoun… Ainsi que des grandes stars de la musique comme : Jane Birkin, Lou Reed, IAM, NTM, Snoop Dog et tant d’autres… Sans oublier la grande dame de la chanson française, à l’époque inconnue Edith Piaf… Depuis 2004, Jules Frutos fondateur "d’Astérios Spectacles" et producteur, reprend avec Olivier Poubelle ce lieu plein de piquant, le Bataclan… Il se distingue à ce jour par son activité innovante, par sa recherche constante d’artistes variés et décalsés internationale passant du rock, pop à l’éléctro… C’est grâce à ce binôme original, que nous gardons notre âme de mômes toujours à l’affût de soirées estivales, pour en faire swinguer nos pieds. Donc voyez la vie en fête et en délire, suffoquant sous le soleil et sous la joie, pour entendre dans la musique les cris, les rires qui éclatent et rebondissent avec émoi ! Le Bataclan 50, boulevard Voltaire 11e


le bon écolo texte remy grand / photo arnaud chaillou

AU Nouveau Nez L'ivresse au naturel « Enivrez-vous » qu'il disait, OK poète, mais pas n'importe comment… Et surtout, pas n'importe où ! Au Nouveau Nez, on déguste BIO ! Quand me vient l'envie d'étancher ma soif de poésie, je vais rue Saint-Maur, chez Nadine qui cultive amoureusement le vin d'auteur. Chez elle, chaque verre est un poème, chaque goutte est un vers. Cette dame, partisane de l'échange, prend soin de nous faire partager des instants d'authenticité en nous proposant une large sélection de références oenologiques sans artifices. Elle n'hésite par ailleurs jamais à donner leur chance aux premières cuvées, ce qui donne à ce lieu sans prétention toute son originalité. Pas besoin d'être un esthète pour se laisser tenter par les saveurs proposées par la maison qui met un point d'honneur à faire apprécier tous ces arômes à qui prend la peine d'avoir envie de les découvrir. Les appellations illustrent élégamment cette démarche : tu rêves d'exil, déguste “Un Mariage blanc” ; tu veux fuir l'hiver parisien, savoure “C'est le Printemps”, si à l'inverse, la canicule t'oppresse, profite d' “Un Mauvais Temps”. Ici, on prend soin de ton palais,d' avec des saveurs simples et exquises, à des prix abordables : de

cinq à quinze euros pour une belle robe. Les apéros dégustatifs qu'elle organise de 18h à 21h, à base de tapas et de charcuteries, sont touchants de convivialité et de partage, sans alourdir la note car les prix ne changent pas. Assieds-toi, satisfais ta curiosité, tu es ici le bienvenu. Si tu es amateur de bière ou de cidre, tu ne resteras pas sur ta soif, notre hôte a aussi pensé à toi en agrémentant sa carte de breuvages ambrés. La maison de Nadine, dont l'humour et la fantaisie donnent vie au plaisir des sens, s'impose comme une "vitrine des vignerons" incontournable, au sein de laquelle se mêlent respect du bon goût et accessibilité. Pas de théorie soûlante, de longs discours ni de châteaux aux noms pompeux, juste le désir de valoriser de bons nectars. Le Nouveau Nez, ça veut aussi dire redonner vie à un sens oublié. C'est là l'un des meilleurs hommages que l'on puisse faire à la nature. Bref, lecteur, récompense tes papilles en leur offrant des arômes raffinés, sincères et chaleureux. À la tienne.

Au Nouveau Nez

112-114, rue Saint-Maur 11e Tél. : 01 43 55 02 30 octobre 2010 |

10/11

— 19


la bonne femme texte denys beaumatin

Sabine Cassel délice et spiritualité Mère, entre autre, de deux charmants bambins, Vincent Cassel, acteur polymorphe, et Mathias Cassel, leader du groupe de Rap Assassins, alias Rockin'Squat, Sabine Cassel est aussi et surtout une globe trotteuse polyglotte, une femme "luminaire" dont l’énergie sans limite nous conduit aux confins de l’occident, entre Paris et New York.

A

laxation. Je ressens aussi cet équilibre grâce au surf… À côté d’Arcachon ? Je connais bien Arcachon. Mon père était actionnaire du casino d’Arcachon. On y allait régulièrement. J’ai appris récemment que la culture cinématographique de Vincent venait du fait que mes parents avaient un cinéma dans ce casino.

ttachée de presse cinématographique, journaliste gastronomique pour ELLE, Et vous ? Comment avez-vous découvert le consultante éclectique pour de hauts cinéma ? lieux gustatifs, elle nous fait partager au- Je l’ai vraiment découvert avec Jean-Pierre jourd’hui, avec délice (Cassel) que j’ai connu et spiritualité, sans fard à 20 ans en 1966. On Les gens autour ni détour, son sens inné est parti plusieurs fois de la poésie épicurienne, d’un repas ne peuvent aux États-Unis pour définitivement tournée pas mentir. ses films. Et puis on a vers une humanité propassé un été avec les gressiste et éclairée. Son souffle ? Le goût de enfants chez Sidney Lumet, le réalisateur, il l’autre sans aucun doute. nous organisait des projections, des films de Lubitsch que j’adore. Quand il était sur les Pourquoi pratiquez-vous le yoga ? tournages, je le suivais au début et ensuite je suis Le yoga permet de se recentrer par rapport à devenue attachée de presse de films en France. soi-même. Le corps et le mental ne sont pas J’ai dit à Jean-Pierre Rassam, un producteur toujours en harmonie, il faut les rééquilibrer, extraordinaire, le beau-frère de Claude Berri, les recentrer. Il faut être concentré, dans la re- ce que je voulais faire et j’ai commencé comme

20 —

10/11


ça. Ensuite, je suis partie à New York pour y travailler, en 1980 exactement. Après la période française, la période américaine ? Quand ils ont monté l’édition américaine de ELLE, j’y suis rentrée en tant que journaliste, j’ai gravi les échelons et je suis devenu rédactrice en chef. J’étais responsable des 14 pages gastronomiques par mois. J’avais 100 % de liberté, je voyageais non-stop, je m’amusais comme une folle. J’étais rémunérée pour quelque chose que j’adorais. J’ai travaillé une dizaine d’années pour le magazine et ensuite je suis devenue consultante pour des grands restaurants avant de rentrer en France. Et aujourd’hui ? J’ai écrit deux livres de cuisine qui ont été publiés : La cuisine corse de mère en fille et Recettes d'une grand-mère à sa petite-fille. Le troisième est écrit, je recherche un éditeur. Parallèlement

je veux développer une série télévisée pour enfants. En tant que grand-mère, je ressens le besoin de transmettre. Transmettre à travers la cuisine ? Oui. Claude Chabrol que j’ai bien connu disait : « Les gens autour d’un repas ne peuvent pas mentir. » Se nourrir représente pour moi la simplicité, la convivialité, le partage… Le sens de la vie ? L’ouverture aux autres. La transmission grâce au partage. Et après la vie ? Ma petite fille Deva qui a récemment perdu son grand-père me confiait il y a quelques jours au marché : « J’aimerais bien être une étoile ». Je lui ai alors dit : « Quand on meurt, on devient une étoile. » Elle m’a répondu « Ah oui ! T’as raison, parfois je vois Jean-Pierre là-haut. » octobre 2010 |

10/11

— 21


les Bons shops les nouvelles boutiques du quartier

CRYSTAL OPTICAL

Rien que pour vos yeux ! En plein cœur du 10e , rue d’Hauteville, s’ouvre un nouvel écrin de luxe et de confort pour vos yeux : Crystal Optical. Un opticien qui se distingue par la qualité de son service et sa proximité avec la clientèle. Visite de la boutique ouverte le 16 août. Fred, Bulgari, Mont Blanc, Prada, John Galliano… dans le nouveau show-room de la rue d’Hauteville, les grands noms du luxe international se déclinent aussi bien en montures solaires qu’en lunettes de vue. Une "optique de créateurs" détaille Amel, la jeune et dynamique responsable, avec une large place pour les classiques Ray Ban et Persol. Ici les murs blancs sont hauts sous plafond, le sol est en marbre et vous pourrez vous affaler dans les immenses fauteuils de molesquine noirs pour choisir la monture de vos rêves… Crystal Optical offrant deux espaces distincts pour l’optique solaire et l’optique de vue. La déco de l’espace solaire est épurée, minimaliste, mettant en valeur l’impressionnant choix de Ray Ban. « La plupart des marques que l’on fait sont haut de gamme, avec un prix moyen autour de 300 euros » précise Amel, qui après un beau parcours dans l’optique est promue à la tête de ce nouvel espace de vente. La gamme Fred, développée par le célèbre joaillier de la place Vendôme, est particulièrement 22 —

10/11

soignée : montures finement torsadées d’or, élégantes et rares. Avec ses cadres dorés et son atmosphère cosy, l’espace dédié aux lunettes de vue fait penser à un boudoir. Ici aussi de grandes marques, mais également toute une gamme Vera Wang, une designer optique très pointue, avec des montures autour de 200 euros. Le point fort de Crystal Optical étant le service : «Notre objectif premier est de satisfaire au mieux les attentes des clients. » Ainsi la garantie est offerte sur tous les modèles et il est possible de commander d’autres marques que celles présentes en boutique. « Nous nous définissons comme un commerce de proximité » rappelle Amel, et donc à côté des modèles de prestige Crystal Optical développe des offres très compétitives. Ainsi le forfait Crystal est à 59 euros monture + verres. Et le forfait Crystal Progressif offre une belle économie puisque pour 159 euros seulement vous repartez avec une monture et des verres progressifs, alors que ce type de verres revient habituellement autour de 400 euros ! Service de qualité et vaste choix haut de gamme, le tout près de chez vous, Crystal a su créer la bonne formule… rien que pour vos yeux. Lucas Onestas Crystal Optical 42, rue d’Hauteville 10e Du lundi au vendredi 10h/19h30 Tél. : 01 47 70 77 24


les bons shops

À la Boule Magique Bague à l'âme

Une bouffée d'évasion, accompagnée de visions d'ailleurs, traverse quiconque franchit le seuil de la boutique de Christine.

Le Pied de Biche ou comment se cultiver chez les morts-vivants Ouvert depuis quelques mois, Le Pied de Biche s’ est invité avec fracas sur la scène underground parisienne. Nous, on en redemande !

Son esprit indépendant déteint sur ce lieu et sur ses visiteurs, devenus des clients fidèles. Ses bijoux sont élevés au rang de véritables miroirs d'une société oubliée : bagues ciselées d'Inde ou de Thaïlande, colliers d'os et de bacchalite, bracelets et pendentifs sont porteurs d'héritage et reflètent un ailleurs ethnique trop souvent méconnu. On y trouve aussi bien des modèles uniques, que des bijoux de confection tribale et des soieries raffinées. Au gré des envies et des voyages, Christine et son fils Keven rendent leurs trouvailles accessibles. Chaque modèle, souvent unique, est le résultat d'une quête aventurière, et d'une recherche d'un ailleurs trouvé. Chacun peut y dénicher le bijou qui lui ressemble ou qui ravira l'autre. Mexique, Laos, Éthiopie, on parcourt le globe et on achève son périple en trouvant sa parure, pour bien moins cher qu'un billet d'avion. On glane des histoires et des anecdotes à travers les conseils avisés de nos hôtes, qui n'en sont pas avares. La Boule Magique porte bien son nom, chargé de mystère et de spiritualité. Remy Grand

Tiffany Khalil aka Tyranny, ancienne traductrice dans l'audiovisuel, aujourd'hui dessinatrice et superhéroïne de la BD parallèle , est l’heureuse fondatrice d'un véritable écrin à bijoux rue de Charonne, j'ai nommé "Le Pied de Biche". L'endroit est à mi-chemin entre une salle de classe "Zombie Survivors" et lieu de culte à la mouvance "Art, Ink, & rock and roll": couleurs, fanfreluches et tout ce qu'une fille spirituelle de Janis Joplin et George A. Romero réunis pourrait donner d'inventivité et de trouvailles. Non contente de nous dénicher des perles rares en matière de BD, romans graphiques et en littérature alternative, Le Pied de biche fait également office de galerie pour de jeunes artistes, et depuis le 9 septembre, maison d'édition avec le premier ouvrage soutenu "La Femme-ciseaux", premier volet d'une trilogie de Michel Villar, illustré par alex Adieu. Alors empressez-vous d'aller y jeter un œil, mais prenez garde, Tiffany pourrait vite écouler tout le stock ! Amandine Thireau

À la Boule Magique 98, rue Oberkampf 11e Tél. : 01 43 14 25 75

Le Pied de Biche 86, rue de Charonne 11e Tél. : 09 81 71 32 09 - www.lepieddebiche.com octobre 2010 |

10/11

— 23


le bon artisan texte céline chacun / photo Céline Barrelet

Marie Labarelle la fashion fée

Marie Labarelle a des airs de fée. Ces cheveux blonds et vaporeux s'accordent avec la légèreté de ses créations. Elle me reçoit vêtue de l’une d’elles : la robe "Lucille", une toge des temps modernes, noire et plissée… très chic !



D

errière le raffinement qui se dégage de sa boutique, je suis captée par la recherche que l’on ressent derrière chacune de ses créations. On ne parle plus de tissus mais d’espace ou de volume… Le vêtement forme alors avec le corps une sorte de symbiose où l’un n’irait pas sans l’autre. Elle joue avec le vide et le plein, comme le ferait un architecte d’intérieur…
 Les matériaux utilisés sont très étudiés et cherchent à dialoguer au maximum avec la forme. Plus qu’un tissu ; c’est une carapace, un nouvel espace. Elle cherche des sensations ; la caresse d'une matière, la structure d'une pièce qui peuvent susciter un sentiment de protection ou de prolongement de soi.
C’est après quelques voyages et de belles rencontres qu’elle se décide alors à créer sa propre marque de prêt-à-por24 —

10/11

ter en 2005 et d’ouvrir sa boutique (et atelier/ showroom) rue des Petites-Écuries dans le 10e. C’est en courant les différents salons de prêtà-porter qu’elle acquiert de l’assurance. Son art, elle m’en parle avec passion. Je découvre plus que jamais l’intérêt d’entrer dans l’univers d’une créatrice. Ses créations dépassent de loin le monde du paraître. On emporte avec nous son être, comme une œuvre d'art, une pièce presque unique, issue d’un véritable processus de création. Un lien se crée entre l’acheteur et l’artiste, l’impression de porter sur soi une part d’elle-même. Cet amour porté aux formes vient de son parcours atypique. C’est sur les bancs de l’école que cette diplômée d’Architecture se familiarise avec les volumes, les matières et les espaces qui vont l’inspirer. Passionnée de littérature et de voyages, elle se nourrit de ces diverses influences et cultures pour transcender notre imagination. La créatrice a de profondes affinités avec le corps tangible de la danse contemporaine. Nous y trouvons alors une alliance subtile de plissés, de croisés et de transparences.
L'esprit ludique et poétique


qui fait le charme de ses vêtements s'exprime dans les noms qu'elle leur donne : Robe "Pétale", Chemisier "Rivière" ou encore Manteau "Bourgeon".


Enfin, un dernier argument et non des moindres, les prix sont aussi légers que la poésie qui fait vivre sa collection. Comptez de 70 à 135 euros pour un top, 130 à 250 euros pour une robe et de 150 à 260 euros pour une veste. Acheter un vêtement de créateur dépasse le plaisir simple du shopping. Ho ! Et puis mince à la fin, vous n’en avez pas marre de vous ruer dans des magasins bondés de monde où les vendeurs ne vous regardent pas ?? (s'ils le font c'est juste avec agacement

car vous venez de déplier le pull qui a été plié en 27,30min !).

Une cliente entre... Et là, elle, l’accueillle, lui accorde de l’importance, l’écoute et la conseille ! Et non sans surprise la cliente s’exclame "C'est magnifique !" Tout est dit...

Marie Labarelle Du mardi au samedi de 13h00 à 19h30 34, rue des Petites-Écuries 10e Métro Strasbourg St-Denis Tél. : 01 44 83 94 47 www.marie-labarelle.com

octobre 2010 |

10/11

— 25


les bons petits diables texte béatrice lafragette / photo céline barrelet

La petite façon La Bonne Petite Fée des bons petits diables La Petite façon est une boutique-atelier unique où vous découvrirez tout ce qui fait une chambre d’enfant extraordinaire : du doudou au tour de lit en passant par les coussins, couvertures, bavoirs, guirlandes, plaids et gigoteuses.

L

a petite façon et sa bonne fée Fabienne Benisti vous accueillent au 25 de la rue des Vinaigriers pour découvrir des créations en éditions limitées ou même parfois en pièces uniques.

Qui ne craquerait pas pour ces petits lapins en polaire aux longues oreilles et grands yeux ? D’un coup de baguette magique, elle transforme matières naturelles - laine, lin ou cotonen pièces uniques. Fabienne imagine des petits rêves comme vous ne trouverez nulle part ailleurs. Ce n’est pas une surprise quand on apprend que Fabienne, styliste de formation, crée aussi des 26 —

10/11

décors pour le cinéma et la télévision. Si vous voulez une nouvelle chambre d’enfant ou cherchez un cadeau pour l’arrivée d’un bébé, pour un anniversaire ou toute autre occasion marquante, n’hésitez pas à faire un grand tour à La Petite façon. Les tissus aux couleurs douces et acidulées habillent tous ces objets originaux et merveilleux pour vos petits bouts. Des décors parfaits pour des rêves délicieux ! Le petit plus ? Une boutique en ligne où vous retrouvez la collection, avec la possibilité de commander des quatre coins de la planète ! Le monde devient si petit…

La petite façon En ville : 25, rue des Vinaigriers 10e En ligne : www.lapetitefacon.com


texte céline kastornova / photo arnaud chaillou

Antigone et Balthazar Habillés pour l'hiver Les 0-16 ans ont désormais leur magasin à eux : une gigoteuse pour le dernier ou un tee-shirt tendance pour l’aînée, comblez tout votre petit monde chez Antigone et Balthazar.

place du chic enfantin : les plus jeunes pourront endosser les vêtements de jeunes créateurs (Louis Louise, Finger in the nose et beaucoup d’autres !).

S

La cave voûtée du sous-sol fourmille de bonnes affaires, le coin "soldes" proposant à l’année les collections précédentes à prix tout doux.

i un gros chien bleu vous observe, n’ayez pas peur, c’est que vous êtes à l’entrée d’Antigone et Balthazar. Ce kidstore est une joyeuse caverne aux 1001 merveilles : guirlandes de bonnets, étagères de doudous, vêtements de créateurs, linges de lit bariolés. Déco, habits, jouets : tout l’univers des 0-16 ans est réuni dans cette boutique tenue par Charlotte. Son idée ? Ouvrir près de la Bastille un espace shopping dédié aux bambins… tout en faisant plaisir aux parents. « Je suis partie du principe du multimarque : ou comment retrouver dans un même endroit tout ce qu’il faut pour les enfants en respectant le budget de leurs parents.  » Antigone et Balthazar (du nom des deux petits derniers de Charlotte), c’est the

Les jouets, quant à eux, jouent la carte du rétro : voiturettes, jouets en bois et peluches d’une douceur incomparable… « Les parents veulent des jouets authentiques et intelligents », assure Charlotte. Cette maman de trois enfants a vu juste : ouverte en 2004, sa boutique ne désemplit pas, surtout à la sortie de l’école !

Antigone et Balthazar 44, rue Trousseau 11e www.antigone-balthazar.com

octobre 2010 |

10/11

— 27


retrouvez encore plus de bons plans sur

www.leBonbon .fr


retrouvez encore plus de bons plans sur

www.leBonbon .fr

Š Arnaud Chaillou


le conte est bon texte amandine thireau / photo sacha k

Festival Quartier libre Bastille libérons (encore) la bastille Pascale Cohen nous aide à y voir plus clair à Bastille. D'une part depuis 24 ans avec son magasin d'optique rue de la Roquette, mais aussi, grâce au festival Quartier Libre début octobre, organisé pour la première fois avec l'association qu'elle préside : Carré Bastille.

U

Bastille, elle représente cette vie de quartier empreinte de trésors extraordinaires à partager sans fin. À mes yeux, le bouche à oreille d'une bande de pirates d'un autre temps, créateurs et inventeurs, représentants de l'indépendance professionnelle chère à la culture française.

ne véritable femme actuelle comme Nul besoin de scintiller sous des enseignes on les aime : inventive et impliquée mondialement reconnues pour proposer de la dans son quartier. Sans prôner de qualité et de l'originalité, voici le message de revendications agresce festival précurseur sives, depuis pluà Paris. ce qui se passe dans sieurs années, elle est Pendant 3 jours, parl'élément clé d'un tis- mon magasin, j'ai voulu le rainée par Cédric sage de richesses arti- faire déborder dans mon Klapisch - qui avait sanales et créatives à quartier. choisi ces mêmes rues Bastille. pour son film Chacun C'est la convivialité et l'innovation au sein de cherche son chat - Bastille s'illuminera des tacette fourmilière joviale et riche en talents dont lents de ses commerçants, le tout dans une scéelle veut nous faire profiter : « Ce qui se passe nographie interactive proposée par "À Suivre dans mon magasin, j'ai voulu le faire déborder Productions": présentations de créateurs, specdans mon quartier  »dit-elle. En effet, accom- tacles de rue, cours de BD, performances grapagnée des différents commerçants et amis à phiques, rallye et parcours ludiques ainsi qu'un

30 —

10/11


flashmob géant, tout sera fait pour nous émerveiller, les petits comme les grands. Enfin, il nous est proposé un moyen intéressant de favoriser le petit commerce et de mettre à l'honneur l'indépendance professionnelle. Gloire est faite à l'artisan, au créateur, au designer qui transmet son savoir-faire, voire son génie à échelle humaine. Le festival, qui sera proposé annuellement, permet de pérenniser l'âme d'un quartier. Grâce à Pascale Cohen, l'humanité des arrières-boutiques est célébrée, il est possible de découvrir que derrière ces vitrines, se cache un talent particulier, des idées extraordinaires et une force de caractère. À nous de découvrir la diversité de ce quartier, ses lieux de création et

ses extraordinaires trésors cachés. Le rendez-vous est pris, le 8 Octobre 2010, date d'une nouvelle prise de la Bastille (encore) révolutionnaire, menée par une Marianne avant-gardiste, et sans le sein nu.

Festival Quartier Libre à Bastille Du Vendredi 8 Octobre au Dimanche 10 Octobre 2010 rues Roquette - Charonne - Keller - Lappe

Pascale Cohen présidente de l'association Carré Bastille "Bastille Optic" 38 rue de la roquette 11e

octobre 2010 |

10/11

— 31


le Bon agenda agenda des manifestations culturelles Exposition Exposition photo "Rock'N'Roll Vibrations" par Georges Amann

intimiste et joyeuse. Longue silhouette et léger sourire, penchée sur son piano ou son accordéon, Jeanne interprète avec une jubilation gourmande ses textes drôles et graves. Espace Christian Dente 124, avenue de la République 11e ALHAMBRA

Vernissage le 7 octobre 2010 de 18 h à 22 heures. Du Jeudi 7 octobre 2010 au mercredi 24 novembre 2010. De 10h à 19h en semaine de 14h à 19h le samedi Gratuit La galerie le Pictorium en partenariat avec Ouï FM présente Georges Amann « rock‘N’roll Vibrations » 1973-1992 Parcours d’un enfant du rock. Le photographe exposera à la galerie Le Pictorium du 7 octobre au 15 novembre 2010. Une exposition présentée dans le cadre du Mois de la Photo-OFF. Galerie Le Pictorium. 12, rue du Moulin-Jouly 11e

ROMAIN DUDEK le 1 octobre 2010 à 20h30 POP ROCK ELECTRO CHRIS BOTTI le 5 octobre 2010 à 20h00 JAZZ Plus d'info Acheter BILLY OBAM le 12 octobre 2010 à 20h00 SOUL POP TRIO DJANGO ET RIEN D'AUTRE le 16 Octobre 2010 à 20h30 JAZZ MANOUCHE POINT ÉPHÉMÈRE Route du Rock Session : Future Islands + (Please) don’t Blame Mexico + Karaocake
mardi 5 octobre 2010 
Salle de concert à 20h We Have Band
mercredi 6 octobre 2010 
Salle de concert • 20h Villemole de Winshluss (les Requins Marteaux)
jeudi 7 octobre 2010 théâtre

concert Jeanne Plante - les mots cachés Vendredi 22 octobre 2010 à 20h30 TARIF : 3 euros / 9 euros/ 13 euros Prix spécial du jury ‘Matthieu-Côte’ (Festival Sémaphore en Chanson 2009), Le Mans Cité Chanson 2010 : 3e Prix Chanson Francophone et Prix ACP la Manufacture Chanson. Sur scène l’ambiance est simple, 32 —

10/11

Le samedi 2 octobre La Loge fête ses un an ! Dès 16h répétition ouverte de Dysmopolis, pièce écrite et mise en scène par Laurent Bazin (Cie Mesden) créée à La Loge en mars 2010 et qui sera reprise en novembre pour une série de 9 dates. Puis viendront les sets concerts folk, rock et chanson de GiédRé, Albin de la Simone, My Broken frame...


le bon agenda Tarif spécial : 5 euros La Loge 77, rue de Charonne 1e laloge.info@gmail.com / www.lalogeparis.fr Tél. : 01 40 09 70 40 SANCHAL (ONE MAN SHOW) oui je suis con mais je ne suis pas le seul Du samedi 2 octobre 2010 au samedi 27 novembre 2010 à 21h00 Tarif : Participation au chapeau Du sexe, encore du sexe, des cons, beaucoup de cons, pas de tabous, pas de poésie, 0 % de finesse, 100 % de manières grasses Au Théâtre Pandora 30, rue Keller 11e

La Cie Franchement, tu (Nicolas Kerszenbaum) présentera un extrait sonore de Sous la falaise présenté dans la cadre du Summer of Loge 2010 et repris en octobre à La Loge. Nous passerons des extraits vidéos du Bon Chemin et de Sig Sauer Pro des Das plateau. Enfin Le club de la vie inimitable nous proposera un "Dance machine", véritable machine à danser où chacun aura l’occasion de se produire sur scène sur une musique de son choix. La journée s'achèvera par un dj set proposé par Le Random Krew !!

Du 01 au 31/10 La Cage aux Folles avec Didier Bourdon et Christian Clavier au Théâtre de la Porte St-Martin Du 01 au 31/10 Désolé pour la moquette... Une pièce écrite et mise en scène par BERTRAND BLIER au théâtre Antoine Du 01 au 31/10 PATSON au Palais des Glaces Du 01 au 31/10 Jérôme Commandeur au Splendid Du 01 au 31/10 Boire, Fumer et CONDUIRE VITE au théâtre de la Renaissance Du 23/10 au 31/10 Pollux le manège enchanté au théâtre Comédia


les bonnes adresses

RÉGIE PUBLICITAIRE 06 80 46 58 76 arnaud@lebonbon.fr

5/ LES SABOts d e mar i e

1/ag e n c e éto i le 3, bld Magenta 10

25, rue Faidherbe 11e

Tél. : 01 44 52 57 57

Tél. : 01 43 67 06 60

e

6/ b o uq u et d e v i n s

2/ c rystal o pti cal 42, rue d'Hauteville 10

49, rue Amelot 11e

Tél. : 01 47 70 77 24

Tél. : 01 47 00 39 29

3/ le 3C

7/À la b o u le mag iq u e

24, rue de la Folie Méricourt 11e

98, rue Oberkampf 11e

Tél. : 01 43 38 58 32

Tél. : 01 43 14 25 75

4/ italian style café

8/ D e V i su O pti c i e n

93, rue Amelot 11e

69 et 97, rue de Charonne 11e

Tél. : 01 43 57 83 71

Tél. : 01 43 73 02 80

e

Le Bonbon est imprimé sur du papier issu de forêts gérées durablement, sur un site labellisé imprim-vert avec des encres végétales. Ne pas jeter sur la voie publique.

34 —

10/11


mai 2010 |

10/11

— 35


28 A N S D ' E x P E RIENCE 10 AGEN C E S à PA R I S RIVE-DROITE

le l ve u No re u o u vert

le 10/10/10… dès 10h10 Cocktail d’accueil pour fêter l’ouverture de la… 10 e agence DAVId 19, rue Jean Poulmarch… dans le 10 e

A G E N C E D AV I D 19, rue Jean-Poulmarch 75010 Paris tél. : 01 81 80 30 30 / contact@davidimmo.com

w w w . davidi m m o . co m


Paris 10-11eme - le bonbon 10/2010