Page 1

tuit a r g e n i z a Mag tagne e r B e r t n e 2016 du C écembre bre/d m e v o n N°15

vy i t n o P e ac et d é d u o L Pays de

Votre bien-être EN CENTRE BRETAGNE

Davilaine

La Prénessaye

Gastronomie

Le confort de vos nuits

Un écrin de verdure

Cuisinez avec un chef

S oc i ét é - Cul ture - Économie - Loisirs - Tou r is m e


Venez découvrir en magasin nos NETTOYANTS PROTECTEURS NATURELS pour votre maison

EAU NOL’EFUFIV CACITÉ AU NATUREL

Ne laissent aucune trace - Dégraissent en profondeur - Assurent la brillance de vos vitres/miroirs et de votre mobilier de cuisine LIQUIDE VAISSELLE LESSIVE LIQUIDE Aux algues aux ar m ines et ine ig or actifs d’ végétale

DÉTARTRANT SURPUISSANT NETTOYANT SALLE DE BAINS NETTOYANT VITRES ET MIROIRS NETTOYANT MULTI-USAGES NETTOYANT SOLS ET TERRASSES DÉGRAISSANT SURPUISSANT

NETTOYANT PROTECTEUR ANTI-TÂCHES - BOIS BRUT

14, rue Lavergne - 22600 Loudéac - Tél. 02 96 28 09 05 Ouvert du lundi au jeudi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h 30. Le vendredi, fermeture à 17 h.

FABRIQUÉ À LOUDÉAC

Ou commandez sur le site www.osmobio.com

Z.I. DE TRÉHONIN 56300 LE SOURN

DE

10€ E SUR REMIS

chat, euros d’a azine, pour 70 du mag ntation e s ré p r su lable, n cumu 6. offre no 30/11/1 jusqu’au valable IN AGAS S DU M E L IC S ART LE DE

EMB

L’ENS

PONTIVY

38, avenue des citées-unies

@Decathlon.Pondi 2


Édito

N°15 - novembre/décembre 2016

Jolie tempête de bien-être...

Sommaire

On a hésité pratiquement jusqu'au dernier moment. La veille du bouclage une violente tempête de cerveaux décoiffait encore l'ensemble des jolis crânes des belles personnes (quand elles sont coiffées) de l'équipe d'Ici et Là. Une tempête qui n'en finissait pas. Elle s'était levée quelques semaines plus tôt. Précisément, quand la rédaction a choisi de consacrer le dossier de ce numéro de fin d'année au « bien-être ». Depuis, on n'en finissait pas de supporter le souffle violent du vent de l'indécision... Et puis, on vous a entendus, vous, ceux pour qui on a imaginé Ici et Là avant de lui donner vie. Ceux pour qui on a concocté le joli dossier « bien-être ». À côté de celle, violente et criarde, du vent, votre douce voix murmurait : « A priori, le bien-être ne prête pas à controverse. Enfin, il nous semble. Pour nous, il a même l'effet inverse. Il ne divise pas, il rassemble. Il donne la frite à celui ou celle qui les aime (les frites). Et il file la banane à ceux qui préfèrent les fruits. Et pas que. Il est en effet fréquent que Jean Bien-Être donne la patate aux deux : aux friteux et aux fruiteux. Surtout quand ils font table commune pour partager leurs recettes de contentement. « Le bien-être, c'est bien connu, c'est encore mieux à plusieurs. Alors, on comprend mal votre hésitation. Dites, votre tempête diviseuse, elle concernait quoi ? » Vous entend-on piaffer gentiment. Tout ça, c'est bien vrai. Tous vos arguments sont frappés au coin du bon sens. On les approuve d'autant plus volontiers que ce sont aussi, les nôtres. Oui, notre tempête, en vrai, fut très légère. Notre longue hésitation ne concernait que la manière d'illustrer notre joli dossier. Et au bout du bout, la photo retenue a fait l'unanimité. On n'est pas bien, Ici ? Et Là ?.. La Rédaction

• Dossier : Votre bien-être en Centre Bretagne (p. 5 à 12) • Entreprise : Davilaine (p. 14-15) • Commune : La Prénessaye (p. 18-19) • Dossier : Noël (p. 21 à 29) • Cuisine : cours avec un chef (p. 30-31) • Sorties : L'agenda (p. 33 à 36) • Festival : Mois du documentaire (p. 39) • Cinéma : Le Celtic à Baud (p. 40-41)) • Enseignement : Campus Bretagne Centre (p. 42) • Sport : Club nautique du pays de Loudéac (p. 44-45) • Nature : Le pic vert (p. 48) • Gastronomie : Yvonnick Le Maux (p. 49)

Ici et Là est une publication bimestrielle - Tirage : 8 000 exemplaires Directeur de la publication : Dominique Perrot Rédaction : Stéphanie Biju, Dominique Perrot, Daniel Thépaut Secrétariat d’édition : Daniel Thépaut Photographe : Michel Langle Conception et réalisation : Ronan Le Duff et Idest Communication Iconographie : Fotolia. Régie publicitaire : 07 87 36 05 64 - idest.pontivy@orange.fr N° ISSN : 2276-1934 Impression : Iris Imprim

www.icietla-magazine.com @icietlamagazine


4


D O SS I E

R

Un peu de bien-être dans un monde de stress ! Zen, restons zen ! Plus facile à dire qu’à faire ? Non, il suffit de s’en donner la peine. Et en Centre Bretagne, les opportunités de manquent pas pour répondre à un besoin de plus en plus pressant de « bien être ». Suivez le guide. Il n’y a pas de mal à se faire du bien, selon la formule consacrée. Encore faut-il savoir prendre le temps de s’accorder une pause, pour se sentir mieux, se recentrer sur soi, ne plus céder au stress et à la pression ambiante… Pas facile, direz-vous, dans cette société qui rythme notre quotidien à une cadence infernale. De fait, plus que jamais, le « bien être » est devenu une quête de tous les jours. Une quête pour laquelle nous avons voulu jouer les guides, à la faveur de ce nouveau numéro d’Ici et Là. Nous vous invitons à un tour d’horizon des différentes disciplines proposées en Centre Bretagne et qui répondent à cette volonté, certes parfois un peu obsessionnelle, de se faire du bien. Bien sûr, il y a d’abord le sport pour secréter les endorphines, ces fameuses hormones du bonheur. On vous entend déjà rechigner, c’est l’hiver, il fait froid… Pas dans les clubs comme Wake Up Form à Pontivy (page 8). Ouverte depuis septembre 2015, la salle compte déjà un millier d’inscrits. C’est dire si son concept séduit. Yoga et qi gong, aussi, ont leurs adeptes en pays de Loudéac. Ils sont même de plus en plus nombreux au sein de l’Association loudéacienne de yoga (page 10) et du Do In Qi gong (page 12).

Originaires d’Inde et de Chine, ces disciplines font partie des « approches corps-esprit » qui favorisent l’interaction entre le physique, les émotions et le psychique. Qu’on se le dise, oui on baille pendant les cours de yoga ou de qi gong. Pas parce qu’on s’y ennuie, loin de là, mais bel et bien parce qu’on s’y détend ! Technique de développement personnel en vogue, la sophrologie, elle, aide grâce à des exercices de respiration et à la visualisation d’images apaisantes à optimiser le positif présent en chacun de nous. Une science de la conscience que l’on a voulu mieux découvrir en suivant l’un des cours collectifs dispensés à Le Sourn par Eddy Lepan, sophrologue (pages 6 et 7). Enfin, on a aussi plus que hâte de tester pour vous une Fish pédicure. Un concept tendance qui consiste à se faire « nettoyer » les pieds par de tout-petits poissons. Les salons fleurissent un peu partout en France. Le premier « Fish spa » de Centre Bretagne ouvrira fin novembre à Pontivy, dans le cadre de l’opération « Ma boutique à l’essai » (page 11). Parce que le bien être, ce n’est pas seulement dans la tête mais aussi sur ses pieds, on le recommande à tous, y compris aux plus chatouilleux. 5


D O SS I E

R

Cours collectif de sophrologie à Le Sourn Pour harmoniser corps et esprit Science de la conscience, la sophrologie aide à lâcher prise, à mieux gérer son stress et à prendre confiance en soi. Pour Eddy Lepan, sophrologue diplômé exerçant en pays de Pontivy, cette discipline est une technique à part entière de développement personnel. Il dispense chaque mercredi soir des cours collectifs à Le Sourn. Si vous êtes stressé, que vous ne parvenez pas à gérer vos angoisses, que vous manquez de confiance en vous, que vous n’arrivez pas à lâcher prise ou encore que vous souffrez d’insomnie, la sophrologie est faite pour vous ! Présentée comme une science de la conscience, cette discipline « aide à harmoniser le corps et l’esprit », décrit Eddy Lepan, sophrologue diplômé basé au sein de l’espace bien-être de Le Sourn. « La sophrologie, ce n’est pas que de la relaxation, c’est aussi une technique de développement personnel », insiste celui qui dispense notamment des cours collectifs, chaque mercredi.

Respiration et lecture des régions corporelles

Dans le local communal, situé près de la mairie, les chaises sont disposées en cercle. « Cela me permet de voir chacun des participants. Ce qui est important en sophrologie, c’est l’empathie que je vais avoir pour chacun », indique Eddy Lepan. Avant de commencer la séance, le sophrologue prend le temps d’échanger avec les participants afin de connaître leur état mental et physique du moment, d’instaurer un climat de confiance et de partage. « Dans le monde dans lequel on vit, surtout dans le milieu professionnel, nous sommes soumis à un fort stress. La sophrologie m’aide 6

à mieux gérer ce stress », indique Jean-Marie, pratiquant depuis deux ans. Avec seulement trois séances à son actif, Béatrice, elle, est encore en phase de découverte. « J’essaie d’appliquer les exercices que l’on fait en séance chez moi, je ne maîtrise pas bien encore mais je commence à ressentir une certaine détente. » Eddy Lepan l’encourage à persister : « il faut se laisser le temps de l’apprentissage », précise-t-il avant de réellement commencer la séance. Pas de musique, ni parfum ou lumière particulière, la sophrologie se pratique sans artifice. La séance s’articule autour de plusieurs exercices de respiration. Debout d’abord, une main sur la région abdominale, l’autre sur les lombaires, les yeux ouverts. « Prenez des respirations profondes, retenez l’air et relâchez tout en vous centrant sur les sensations que cela vous apporte », guide Eddy Lepan. Les exercices s’enchaînent, les yeux se ferment comme pour mieux entrer dans un état semi-éveillé, aidé par la voix douce et posée du sophrologue. La séance se poursuit par la lecture progressive des cinq régions corporelles : la tête, le cou et la nuque, puis les membres supérieurs (des épaules jusqu’aux mains), le thorax, la région abdominale et enfin tout le bas du corps. L’objectif est, ici et toujours par le biais d’une respiration profonde, d’activer, stimuler chacune de ses régions corporelles.


D O SS I E

R

EDDY LEPAN "Le sophrologue est un passeur" Découvrir son potentiel positif

Le corps détendu, les participants sont prêts à travailler sur leur concentration, à la relaxation de leur esprit. Eddy Le Pan les invite alors à s’asseoir et accueillir les sensations telles qu’elles se présentent à eux : « Mesurez la réalité de votre corps, prenez conscience, afin de libérer les tensions inutiles. » Le but ultime d’un cours de sophrologie est bien là : aider, sans pour autant gommer le négatif, à optimiser le positif présent en chacun de soi. La séance se termine comme elle a commencé, par un temps de discussion. Le sophrologue recueille les impressions de chacun. « J’ai vraiment la sensation de faire le vide à chaque séance. Je me sens prête à repartir pour de nouvelles aventures », se satisfait Aline. Venue à la sophrologie après plusieurs années à accumuler le stress, « cette discipline m’aide à me recentrer, à me restabiliser et à avancer », assure de son côté Nathalie.

« Ce que j’aime dans la sophrologie, c’est le respect des différences de l’autre, dans son individualité, dans son fonctionnement. Le but est à l’aide d’exercices de stimulation corporelle, de techniques spécifiques de visualisation et autres qui sont les mêmes pour tous, d’aider l’individu à aller mieux dans sa problématique. Lui transmettre une méthode, qui permet avec un entraînement au quotidien de mobiliser ses potentiels positifs, de les renforcer, les dynamiser…, dans le but de se l’approprier et d’exister librement. En cela, le sophrologue est un "passeur" », indique Eddy Lepan. Diplômé de d’Institut de sophrologie de Rennes, il exerce depuis 2012, et depuis 2015 en pays de Pontivy. Eddy Lepan propose au sein de l’espace bien-être de Le Sourn, situé près de la mairie, des séances individuelles et collectives. Il intervient également chez les particuliers à domicile, dans les écoles, auprès des associations ou comités d’entreprise. Ayant suivi une formation qualifiante en « sophrologie douleurs et cancers », Eddy Lepan propose également, en partenariat avec la Ligue contre le cancer, des séances en service oncologie au CHCB. « L’objectif est d’aider les patients à accepter leur maladie pour un mieux vivre, un mieux-être et à être davantage en relation avec eux-mêmes et avec le monde extérieur. Le témoignage de Michelle que je vous livre : "j'ai l'impression de réintégrer mon corps sain" », indique-t-il. Renseignements et tarifs sur : www.eddysophrologue.com 06 24 18 50 29 Mail : sos@eddysophrologue.com 7


D O SS I E

R

Au club Wake Up Form Coaching personnalisé et ambiance familiale Ouverte depuis un an, la salle Wake Up Form, marque de club de remise en forme, compte déjà un millier d’adhérents. À leur disposition : divers équipements de cardio-training ou de musculation et une quarantaine de cours collectifs, pour s’entretenir et se vider la tête. Les coachs sportifs assurent aussi un accompagnement personnalisé. Catherine en est convaincue : « le sport est indispensable à mon bien-être. Il m’aide à décompresser de la journée, en plus de m’entretenir », explique cette Pontivyenne de 62 ans, qui profite trois fois par semaine des équipements et cours collectifs du club Wake Up Form, à Pontivy. Catherine s’y est inscrite en septembre dernier. Un an après son ouverture en 2015, le club, qui fait partie d’un réseau comptant 30 salles en France, dont trois dans le Morbihan, est passé de 400 à près d’un millier d’adhérents. « De 16 à 83 ans », précise Vincent Calmet, cogérant avec Yoann Le Guénnec. Au sein du club, installé sur 600 m², les sportifs peuvent évoluer en autonomie aussi bien sur les équipements du plateau cardiotraining (vélos elliptiques ou classiques, rameurs, steppers, tapis de course…) que sur les appareils de musculation ou participer aux multiples cours collectifs (step, aéro-fight, cuisses-abdos-fessiers, street-dance, stretching…) dispensés par Stéphane et Rémy. Une troisième salle est également dédiée au « biking », une discipline qui a le vent en poupe.

Perte de poids, musculation, rééducation…

L’équipe du club propose également à la demande un coaching personnalisé. « Nous établissons un programme individuel en fonction des antécédents médicaux, de la sédentarité de nos adhérents et des objectifs qu’ils visent : perdre du poids, gagner en musculation, rééduquer une partie du corps, se vider la tête… », détaille Vincent. Preuve s’il en faut de l’expertise des professionnels de la salle, « nous n’hésitons pas à réorienter nos adhérents sur les bons 8

objectifs à atteindre », insiste le cogérant. Joueur du Rugby Club Pontivyen, Benjamin, 25 ans, a ainsi pu profiter d’un programme adapté pour une rééducation de l’épaule suite à un choc en match. « Nous avons travaillé surtout les pectoraux et les bras pour fortifier les ligaments », explique-t-il. Un an après son inscription, son épaule est quasi-réparée et c’est un nouvel objectif que vise désormais le jeune homme. Plus physique celui-là, « en vue d’une préparation pour intégrer l’équipe de Bretagne de rugby », confie Benjamin. Au-delà du sport, Benjamin comme Catherine mettent aussi en avant la bonne ambiance qui règne au sein du club pontivyen Wake Up Form. « Ici, on sort vraiment du train-train boulot-dodo. Tout le monde se parle et on noue facilement de nouveaux liens en dehors du travail et de la famille. Ce qui aide aussi à bien s’aérer l’esprit », se satisfait Catherine.

Infos pratiques Ouvert de 6 h à 23 h, sept jours sur sept et 365 jours sur 365. 36, avenue des Cités Unies à Pontivy (près du Décathlon) Renseignements sur www.wakeupform.com ou sur la page facebook « Wake Up Form Pontivy ».

Tél : 02 97 79 18 24


ANIMATIONS E FIN D'ANNÉ 2016 19

SAMEDI NOVEMBRE

APRÈS MIDI DUO

VENDREDIS 25 NOVEMBRE ET 9 DÉCEMBRE

SOIRÉES DUO

PLOUF PARTY* DE NOËL

LE PÈRE NOËL SERA PRÉSENT !

MARDI 27 DÉCEMBRE

SOIRÉE ZUMBA

Horaires d’ouverture

Période scolaire : Lun : 17 h - 19 h Mar : 12 h - 13 h 30 et 17 h - 22 h Mer : 14 h 30 - 20 h Jeu : 17 h - 19 h Ven : 12 h 13 h 30 et 17 h - 22 h. Sam : 14 h 30 - 18 h Dim : 9 h 30 - 13 h et 14 h 30 - 18 h 30 Périodes vacances : Lun : 12 h - 20 h Mar : 12 h - 22 h Mer : 12 h - 20 h Jeu : 12 h - 20 h Ven : 12 h - 22 h Sam : 14 h - 18 h Dim : 10 h - 18 h

DU 19 AU 30 DÉCEMBRE

STRUCTURES FLOTTANTES

Retrouvez-nous sur Facebook : www.facebook.com/spadiumPontivy

spadium Pontivy

Réservations au : 02.97.28.97.97 ou à l’accueil du centre.

Idest Communication - Pontivy - 07 87 36 05 64

SAMEDI 24 DÉCEMBRE


D O SS I E

R

Hatha-yoga avec Alody « Une invitation au bien-être et à la connaissance de soi » L’association loudéaciennne de yoga (Alody) dispense des cours de hatha-yoga, le plus pratiqué en Occident. Une discipline bénéfique pour la gestion des émotions, la respiration ou encore la tonicité du corps. Entretien avec Béatrice Le Guen, présidente d’Alody. Alody propose la pratique du hatha-yoga. Quelles en sont les particularités ? Le yoga, discipline millénaire originaire d’Inde, agit à la fois sur le corps, le mental et l’esprit. Le hatha-yoga en est l’une des voies les plus répandues en Occident. Elle vise à harmoniser les énergies positives et négatives présentes en chacun de nous. En effet, en sanskrit, « ha » signifie soleil et « tha » veut dire lune. Le soleil est une énergie positive, tonique qui correspond aux fonctions physiques et vitales ; la lune, elle, est une énergie plus calme qui correspond aux fonctions mentales. L’objectif du hathayoga est d’unir ces deux énergies pour rééquilibrer corps et esprit. Vous pratiquez vous-même depuis 30 ans, quels bienfaits en retirez-vous ? Le hatha-yoga aide à se calmer, à mieux gérer ses émotions et à prendre de la distance par rapport à ses réactions dans la vie de tous les jours. Notre professeur dit que c’est une invitation au bien-être et à la connaissance de soi sans jugement, à la découverte du silence intérieur et c’est bien ainsi que je le ressens. Sur un plan physique, le hatha-yoga, qui reste un sport, permet de se tonifier et d’assouplir son corps. Il améliore aussi la qualité de notre respiration et du sommeil. Il favorise la concentration et l’attention. Et surtout, il laisse du temps pour se poser. Comment se déroule une séance type, au sein de l’association Alody ? Les cours sont dispensés par Marie-Thérèse Lorant, professeur de hatha-yoga, affiliée à la Fédération nationale des enseignants du 10

yoga. Ils durent 1 h 30. Chaque cours commence par un temps de détente. Allongés, nous travaillons la respiration sur trois étages : abdominale, intercostale et claviculaire. Puis nous enchaînons avec des postures. Certaines contribuent au renforcement musculaire, comme la « salutation au soleil » par exemple, d’autres travaillent l’équilibre ou la souplesse. Puis, nous terminons par une relaxation de 20 minutes : allongés, on se laisse guider par la voix de la professeur qui nous entraîne dans un état semi-éveillé et nous invite à visualiser des scènes positives pour nous aider à évacuer les tensions. Ce temps de relaxation est extrêmement réparateur ! 20 minutes de relaxation, quand elle est bien pratiquée, valent trois heures de sommeil. À qui s’adressent les cours de hatha yoga proposés par Alody ? À tout le monde. Nous avons parmi nos adhérents des personnes de plus de 80 ans, des retraités mais aussi de plus en plus de jeunes femmes actives. C’est flagrant cette année et peut s’expliquer par une vie quotidienne toujours plus stressante. Depuis la création de l’association en 1975, le nombre d’adhérents n’a cessé d’augmenter tous les ans ; cette année, nous avons dépassé la centaine.

Infos pratiques Renseignements sur le hatha-yoga, jours et horaires des cours : - Sur la page Facebook de l’association : « Association loudéacienne de yoga – Alody » - Auprès de Béatrice Le Guen au 02 96 28 68 91 ou par email : leguenbea@neuf.fr - Auprès de Marie-Thérèse Lorant, professeur, au 02 97 27 94 48


Pédicure et manucure Un Fish Spa à Pontivy Originaire du Morbihan, c'est en Corse que Gwénola Rodet a découvert une activité encore peu connue dans notre région : le Fish Spa. « C'était lors d'un stage d'aquariophilie », se souvient-elle. Séduite, elle suit une formation et obtient son diplôme l'été dernier. Dès la fin du mois de novembre, elle proposera des soins d'esthétique et de détente, des pieds et des mains, grâce au concours de petits poissons appelés garra rufa. « C'est un moment que l'on peut apprécier seul ou partager en couple, entre amis ou en famille, à partir de 6 ans, explique Gwénola Rodet. Vous plongez vos pieds ou vos mains dans une eau à 28° et des petits poissons travaillent pendant que vous vous relaxez. Ces petits poissons viennent délicatement vous débarrasser de vos peaux mortes pour laisser vos pieds et vos mains tout doux. » Domiciliée dans le Centre Bretagne, elle souhaitait s'installer à Pontivy. La toute nouvelle opération mise en place par la ville de Pontivy et baptisée " Ma boutique à l'essai ", lui a permis de réaliser son rêve. Sélectionnée parmi plusieurs candidatures elle va à la fois inaugurer ce nouveau concept et proposer un service tout aussi nouveau à Pontivy.

Fish Spa Gwen beauté, tel est le nom du nouvel établissement qui va ouvrir ses portes, dans la rue du Fil, à Pontivy, à la fin du mois de novembre. Ici, ce sont les poissons qui assureront les pédicures et les manucures.

Infos pratiques Fish Spas Gwen beauté 21, rue du Fil - Pontivy 07 86 88 39 36 gwenbeaute.wixsite.com/monsite-1

Votre Institut-Parfumerie UNE HEURE POUR SOI vous accueille du lundi au samedi de 9 h à 20 h pour une parenthèse de bien-être absolu. Dans un cadre qui aspire à la détente, une équipe de professionnelles vous propose des soins experts :

• Soins du visage

• Soins du corps • Amincissement : LPG Cellu M6

• Remise en forme : Aquabiking en cabine Spabike • Maquillage  • Beauté du regard, Endermolift • Épilations traditionnelles ou définitives • Manucure Marques travaillées en Institut :

OF FR E EX CE PT IO NN EL LE Sur présentation du magazine Ici et Là, bénéficiez d’un maquillage flash offert et de 10% de remise sur votre article préféré jusqu’au 13 décembre 2016. Offre non cumulable avec les opér ations en cours, ni échangeable, ni remboursable.

Au sein de l’espace Parfumerie vous retrouverez l’ensemble des produits de grandes marques de parfumerie sélective ; parfums, soins, maquillage. Nos conseillères sauront vous guider dans votre choix au plus près de vos aspirations. Tout pour être vous, en mieux !

Suivez-nous sur facebook : Leclerc Pontivy

11


D O SS I E

R

Cours de qi gong à Loudéac Des effets ressentis dès la première pratique Hélène Le Borgne transmet le do in qi gong depuis trente ans en Centre Bretagne. Une gymnastique ancestrale chinoise qui procure du bien-être à travers des exercices de mouvements lents, des pressions et étirements simples, à la portée de tous. Observez un arbre. Bien enraciné, le feuillage souple. Il puise à la fois l’énergie de la terre et celle du ciel pour les ramener au cœur. Pour Hélène Le Borgne, l’image symbolise bien le do in qi gong (prononcez tchi kong), une gymnastique chinoise ancestrale au service de la santé qu’elle enseigne depuis 30 ans en Centre Bretagne. À Loudéac mais aussi à Uzel, à Collinée, Plémet et Lamballe. Bâtonnet d’encens se consumant, musique traditionnelle douce accompagnent les cours dispensés par Hélène Le Borgne. Pour mieux mettre dans l’ambiance. « Par le biais d’exercices, de mouvements lents, de série de pressions sur notre corps et d’étirements simples, l’art du do in qi gong procure à celles et ceux qui le pratiquent de la détente en régénérant les systèmes musculaires, nerveux, énergétiques. » À Loudéac, ils sont 115 adhérents, de tous âges, à en ressentir les bienfaits.

Des organes reliés à des émotions

Selon les saisons, Hélène Le Borgne concentre les exercices sur des organes spécifiques, eux-mêmes reliés à des émotions particulières. « À l’automne, on fortifie les poumons et le gros intestin reliés à la tristesse, la nostalgie du passé qui entraînent la dépression saisonnière », indique par exemple Hélène Le Borgne. L’hiver, lui, est propice au travail des reins et de la vessie, associés à la peur ; le printemps à celui du foie et de la vésicule, en lien avec la colère ; enfin l’été se concentre sur le cœur et l’intestin grêle, reliés au feu et à la joie. Quelle que soit la saison, « ces exercices assouplissent le 12

corps et renforcent les articulations, accroissent la résistance à l’effort, ralentissent le vieillissement du corps et de l’esprit. La confiance en soi s’améliore, le stress est apaisé en calmant la respiration », détaille Hélène Le Borgne. Le do in qi gong est une discipline à la portée de tous, sans contreindication. « La sensation de bien-être physique et psychique se fait ressentir dès la première pratique », promet Hélène Le Borgne. Catherine, Loudéacienne de 48 ans et nouvelle adhérente, acquiesce : « On me l’a conseillé car je suis une grande nerveuse. C’est vrai que cela aide à canaliser l’énergie et à évacuer les tensions. » Martine, 60 ans, elle, pratique depuis 10 ans et ne s’en passerait plus. « J’avais commencé quand j’étais encore active. Aujourd’hui, je suis à la retraite et je continue même si je suis moins soumise au stress. J’attends avec impatience les cours et le pratique aussi chez moi entre deux. »

Infos pratiques À Loudéac, les cours de qi gong dispensés par Hélène Le Borgne se déroulent dans le bâtiment Vercel (7, rue Pasteur) ou salle Yann Sohier : le lundi de 20 h à 21 h 30, le mardi et le jeudi de 18 h 30 à 20 h, le vendredi de 10 h à 11 h 30 et de 14 h 30 à 16 h. Les inscriptions sont possibles à tout moment de l’année (une séance d’essai offerte). Des journées thématiques sont également organisées dans l’année. Renseignements auprès d’Hélène Le Borgne par téléphone, au 02 96 26 82 62 ou 06 30 13 00 17 ou par e-mail : helene.leborgne8@gmail.com


ENVIRO

NNEME

NT

Biocoop Callune se mobilise pour la réduction des déchets Le bien être passe aussi par moins de déchets. C’est une démarche globale initiée depuis 25 ans (refus des OGM, lutte contre le suremballage, commerce équitable Nord-Nord, priorité au local), petit à petit les prises de conscience se font et les choses évoluent. Nous sommes bien conscients que nos magasins Biocoop ne sont pas « zéro déchet ». Nous devons répondre à des exigences d’hygiène et de sécurité alimentaire ainsi qu’à une réglementation stricte sur la vente de produits en vrac. Mais cela ne nous empêche cependant pas d’aller plus loin dans notre démarche.

Réduire ses déchets en 3 étapes : 1/ Le vrac

Le vrac est la clé d’une cuisine zéro déchet, on évite ainsi de s’encombrer d’un tas d’emballages superflus, souvent non-recyclables et en plastique. À savoir que l’emballage d’un produit représente en moyenne 15 % de son prix : 15 % qui finissent à la poubelle ! Chez Biocoop Callune le vrac c’est : 200 références en épicerie, des lessiviels rechargeables et des fruits et légumes sans emballages plastique.

2/ Utiliser des contenants

Ramener ses bocaux et ses sacs en tissu pour faire ses courses… Depuis le début octobre nous acceptons au service à la coupe boucherie, traiteur et fromagerie de vous servir dans vos propres contenants ! • Nous proposons à la vente des sacs en coton bio, disponibles au rayon « écoproduits » des magasins. Vous pouvez les utiliser pour vous servir aux rayons vrac et fruits et légumes. Deux tailles disponibles : 20x28 et 30x33 cm • Concernant l’utilisation de vos bocaux personnels, ils ne sont malheureusement pas utilisables pour le vrac en épicerie, mais vous pouvez les amener pour la boucherie, le traiteur et la fromagerie. • Vous pouvez également acheter vos produits d’entretien en vrac (lessive, adoucissant et liquide vaisselle), dans des flacons identifiant le produit préalablement acheté une fois, ceci pour des raisons de sécurité.

3/ Réutiliser, composter ou recycler

Les sacs kraft Biocoop : vous pouvez revenir avec pour vous servir. Ces sachets sont composés de 100 % de papier recyclé et les encres sont à l’eau. Pour les sachets à fenêtre, le film est à base de cellophane contenant 90 % de cellulose issue de forêts gérées durablement. Les deux types de sachets sont fabriqués en France et sont entièrement compostables ! Pour les produits à l’unité (chou, melon, concombre, ananas…) il n’est pas nécessaire de prendre un sachet. • Les boîtes d’œufs (vrac) Il est interdit de les remettre à la disposition des clients. Nouveauté à partir du 21 novembre : une boîte à œufs en plastique réutilisable à l'infini. • Les sachets de thé en vrac Vous pouvez également revenir avec. • Les barquettes en plastique Elles sont en PET* recyclé multicouches. Elles sont entièrement recyclables et fabriquées avec 80 % minimum de matière recyclée. Concernant la réutilisation de ces boîtes, le personnel est en droit de refuser de mettre un produit dans votre boîte si celle-ci ne répond pas aux exigences d’hygiène et de sécurité alimentaire (la boîte doit être parfaitement propre). *PET: Polytéréphtalate d'éthylène

13


ENTREP

RISE

Le confort de vos nuits... Fabricant de literie, de sommiers et de matelas, la société Davilaine s'est spécialisée dans le moyen et haut de gamme. Depuis plus de 60 ans, cette entreprise installée à Pontivy, œuvre pour le confort de nos nuits. 14 février 1999 ! Cette date demeure gravée dans la mémoire des salariés de la société Davilaine. Pendant la nuit, un incendie d'origine criminelle détruit entièrement les bâtiments d'une entreprise alors installée en bordure de la route de Baud. Au cœur de l'hiver, le sinistre aurait pu entraîner la mort d'une affaire familiale, née quatre décennies plus tôt sur les bords du Blavet... C'est en effet dans les années 50, que les frères David, Henri et Joachim, développent leur activité dans le domaine du matelas et du sommier. Tapissiers et mêmes brocanteurs, ils se spécialisent dans la réfection des matelas de laine. Naturellement, le patronyme des créateurs, associé au nom de cette fibre douce, va générer celui de la société : Davilaine. Entre production et réparation, l'entreprise se développe régulièrement avant que les frères David ne décident de la céder, en 1988. 14

Lorsqu'il prend possession de son bureau, le nouveau patron, Jean-Louis Carré, accueille également un jeune commercial, Jean-Pierre Guégan. Originaire de Pontivy, celui-ci connaît déjà l'entreprise. Étudiant, il a même travaillé à la production pendant plusieurs étés. Entre les deux hommes, le courant passe immédiatement. C'est le début d'une histoire commune qui va durer 15 ans. Jusqu'à ce que le second prenne la succession du premier, après son départ à la retraite, en 2003.

Nouvelle usine à Kergoustard

Une histoire marquée par le développement de ce fabricant de matelas, de sommiers et de têtes de lits. Mais une histoire parfois aussi douloureuse qui a toutefois permis de resserrer des liens déjà forts. Ce fût le cas lors du funeste incendie de 1999. Dès le lendemain, la décision de poursuivre s'impose immédiatement. « Une

solidarité extraordinaire s'est manifestée de la part de fournisseurs, de confrères et de clients, se souvient encore Jean-Pierre Guégan. Nous avons même été hébergés dans plusieurs sites à Pontivy et à NoyalPontivy. » Résultat, deux mois seulement après le sinistre, une production partielle peut redémarrer. « L'implication de tous les salariés a permis à l'entreprise de se relever rapidement, précise le P-dg. Le chiffre d'affaires de cette année très particulière n'a baissé que de 10 %, par rapport à celui de l'année précédente. » Parallèlement, les dirigeants travaillent à la construction d'un nouvel outil de production. En janvier 2000, soit dix mois seulement après l'incendie, Davilaine s'installe dans sa toute nouvelle usine, désormais située dans la zone d'activité de Kergoustard. Un équipement d'une superficie de 5 800 m2, auquel est venu s'ajouter un second bâtiment de stockage de 1 200 m2, il y a quelques années.


Face aux géants du marché, l'entreprise a su s'imposer dans le créneau d'une literie moyen et haut de gamme. Le savoir-faire s'est transmis au fil des décennies et l'entreprise a pu obtenir des labélisations et des certifications et peut même se prévaloir du sésame « belle literie excellence ».

Rapidité et flexibilité

À partir de matières premières achetées principalement en France et en Europe, mais jamais en Chine, l'entreprise travaille en flux tendu. Les commandes d'une semaine sont livrées dès la semaine suivante et si le stock de produits finis n'est jamais très important, celui des matières premières est en revanche particulièrement impressionnant. Qu'il s'agisse des matelas, des sommiers, des têtes de lits ou encore des équipements de relaxation électrique, Davilaine propose un catalogue riche de plusieurs centaines de références. Si la gamme classique est particulièrement variée, la soixantaine de salariés que compte l'entreprise, « avec une parité parfaite entre les hommes et les femmes », tient à préciser le P-dg, peut s'adapter aux commandes spécifiques et réaliser du sur-mesure. Une rapidité et une flexibilité particulièrement appréciées par les clients. Chaque année, la société pontivyenne produit et distribue dans les magasins de meubles traditionnels et les spécialistes de la literie, plus de 150 000 pièces. 40 % sont estampillés du logo Davilaine, et 60 % sont fabriqués pour des marques de distributeurs. « Aujourd'hui, l'essentiel de notre chiffre d'affaires est réalisé à l'ouest d'une ligne reliant Lille à Perpignan, explique Jean-Pierre Guégan. Nous souhaitons désormais nous développer vers l'est pour bénéficier d'une couverture nationale. » Une perspective riche d'avenir pour l'entreprise pontivyenne.

www.davilaine.com

contact@davilaine.com / 02 97 25 06 35

15


UE P R AT I Q

Centre E. Leclerc Bœuf, veau, cochon... un étal de choix à la Boucherie À la Boucherie du centre E. Leclerc de Pontivy, l’excellence est visée à travers la qualité et la fraîcheur de la viande mais aussi l’écoute du client. Dirigée par Gilles Martin, une équipe soudée de cinq bouchers travaillent, sur place, porc, bœuf, agneau et veau d’origine française. Une viande vendue à la coupe au rayon traditionnel ou en libre-service. Boucher, c’est un métier ! Derrière l’étal du rayon traditionnel de la boucherie du Centre E. Leclerc de Pontivy qu’il a luimême mis en place, Maxime n’hésite pas à conseiller sa clientèle : sur le choix des meilleures pièces, les techniques et les temps de cuisson adéquats. Au même moment, dans le laboratoire, chacun est à sa place, avec une table exclusivement dédiée à chaque viande. Tandis que Jacky découpe un train de côtes de bœuf, Stéphane prélève dans l’échine des morceaux de sauté de porc. Ce jour-là, l’équipe de bouchers est renforcée par Laurent, intérimaire, qui prépare des caissettes familiales de bourguignon. Sabrina, elle, assure l’emballage. 16

Chaque semaine, au sein de la Boucherie du centre E. Leclerc de Pontivy, c’est l’équivalent de trois vaches et d’une centaine de longes de porc qui sont désossées, découpées et conditionnées sur place. Cette viande proposée en vente à la coupe traditionnelle ou en libre-service, présente une qualité et une fraîcheur irréprochables.

Des bêtes de concours

Bœuf, porc, agneau, veau, « toute la viande que nous achetons est d’origine française », précise Gilles Martin, responsable du rayon depuis douze ans. « Le porc, le veau, l’agneau viennent de l’abattoir de Kerméné, filiale bretonne du groupe E. Leclerc, dont tous les produits bénéficient d’un certificat

de conformité. Pour le bœuf, nous nous fournissons auprès du groupe Bigard, notamment pour la viande de Charolaise et la Blonde d’Aquitaine ». Régulièrement, le responsable de la Boucherie du centre E. Leclerc de Pontivy achète également une ou deux bêtes figurant parmi les trois premières d’un concours d’animaux de boucherie, organisé dans le cadre de salon tel que « Oh la vache » en octobre à Pontivy. « Ces animaux produisent une viande extra-tendre et d’une qualité exceptionnelle », motive Gilles Martin. Filets, côtes ou rôtis de bœuf de « concours » complètent notamment les étals de vente à la coupe et libre-service de la Boucherie à l’occasion des fêtes de fin d’année.


Publi-reportage

« Pour cette période, le rayon traditionnel s’enrichit aussi de volailles : dindes, chapons, pintades, cailles, magrets de canard et différents produits élaborés », précise Gilles Martin, qui se charge d’ailleurs lui-même des élaborés tels que porc aux pruneaux, veau Orloff, cailles farcies...

MAXIME ROYER Filets, côtes ou rôtis de bœuf de « concours » trouveront une place de choix dans les étals de vente à la coupe et libre-service pour les fêtes de fin d’année.

Une nouvelle cave de maturation

Les amateurs de viande ne s’y tromperont pas. La toute récente acquisition d’une cave de maturation est un nouvel atout pour la Boucherie du centre E. Leclerc dans sa quête d’excellence. Un peu comme on affine un fromage ou un vin, « plus une viande vieillit, plus elle s’attendrit, assure en effet, Gilles Martin. Dans une cave de maturation, la viande perd de son eau, le gras s’imprègne dans le muscle, ce qui lui donne un goût plus fort, reconnu des gourmets. » À la Boucherie E.Leclerc de Pontivy, c’est à la vue de tous les consommateurs que, déhanchés, aloyaux ou carrés de côtes de bœuf vont ainsi se bonifier. Un must !

le visage du rayon traditionnel Casquette noire vissée sur la tête, tablier blanc bien ceinturé, Maxime fait preuve d’une belle assurance. Le jeune homme de 22 ans est chargé de la mise en place et de la vente au rayon traditionnel. Une tâche que celui qui a fait ses armes comme apprenti au centre E. Leclerc de Pontivy, sous la direction de Gilles Martin, prend très à cœur. « J’aime autant le travail de préparation de la viande que le contact avec la clientèle ou encore gérer les commandes. » Sous l’impulsion de son chef, Maxime a participé en mars dernier aux épreuves régionales du concours de meilleur boucher des centres E. Leclerc bretons. Neuf concurrents, plus de quatre heures d’épreuve dont 3 h 30 de pratique (coupe, fente, désossage, épluchage, ficelage, parage, bardage, pesée, présentation… sur pièces d’agneau et de bœuf) et 45 minutes de théorie. Maxime était le plus jeune du concours. « J’ai fini 2e, derrière un chef de rayon expérimenté de 55 ans », se félicite-t-il. Une expérience qui a donné envie à ce compétiteur dans l’âme de retenter sa chance à un prochain concours.

INFORMATION PRATIQUE

Dans le laboratoire, chacun est à sa place, avec une table exclusivement dédiée à chaque viande.

Possibilité de passer commande, 48 h à l’avance, par téléphone au 02 97 25 42 66 ou directement au rayon Boucherie.

17


COMMU

NE

L A P R É N E S S AY E Un bourg dans un écrin de verdure Dotée d'une position centrale dans la nouvelle communauté de communes de Loudéac Centre Bretagne, la commune de La Prénessaye peut revendiquer un cadre de vie particulièrement agréable entre le Lié et la forêt de Loudéac. Affichant clairement son caractère rural, La Prénessaye apparaît comme un trait d'union entre les deux pôles urbains de la communauté de communes. Située à 10 km à l'Est de Loudéac et à proximité immédiate de Plémet, elle peut également bénéficier de la RN 164 en quatre voies, qui traverse la commune d'Est en Ouest. D'ici quelques semaines, l'agrandissement de la communauté de communes avec l'arrivée de la Hardouinais et du Mené, devrait même conforter la position centrale de La Prénessaye au sein de la nouvelle intercommunalité.

Une population en augmentation

Au-delà de sa position, c'est surtout l'environnement même de cette commune, dont le bourg est situé à flanc de coteaux, qui lui confère sa spécificité. Adossée à la forêt de Loudéac au Nord, longée par le Lié sur son flan Est et bordée par la voie verte au Sud, La Prénessaye bénéficie d'un cadre protégé et aménagé qui offre de multiples possibilités pour les balades familiales ou les pratiques sportives les plus diverses. Un écrin de verdure qui ne manque pas d'atouts pour attirer les résidents et les visiteurs ! Après avoir affiché plus de 1300 habitants au milieu du XIXe siècle, la commune en comptait moins de 800, à l'aube des années 2000... En un siècle et demi, La Prénessaye a enregistré une baisse constante et régulière de sa population. Depuis une vingtaine d’année pourtant, la spirale du déclin a été stoppée. Mieux, la commune enre18

gistre désormais une hausse constante et affiche aujourd'hui une population de 880 habitants. Le dynamisme de la commune se concrétise notamment par la construction de lotissements. Lancée en 2006, la première tranche du Clos Laurent comptait sept lots. Avant même que l'ensemble des parcelles ne soit acquis, une seconde tranche de sept autres lots, puis une nouvelle extension de 13 lots a été lancée. Vendus à un prix oscillant entre 12,5 € et 15 € le m2, le programme a connu un réel succès. Sur un total de 27 lots, il n'en reste plus que six à vendre. L'embellissement du bourg a également été au centre des préoccupations de l'équipe municipale. Celui-ci a en effet été entièrement aménagé et joliment fleuri autour de l'espace multifonctions, de l'ancienne école privée devenue l'espace Philomène, de l'école publique des Marnotiers* (qui accueille 65 enfants), et de l'unique commerce du bourg alliant supérette et bar-tabac que la commune vient de racheter.

Deux pardons en août et en septembre

À côté d'une vingtaine d'exploitations agricoles (polyculture et vaches laitières), La Prénessaye dispose également d'un tissu artisanal comprenant menuisier, couvreur, maçon, plombier, charpentier, bûcheron et même un luthier ainsi qu’une ferme pédagogique avec un centre d’accueil. Sur les hauteurs de Malabry, elle accueille également une entreprise agroalimentaire, Cité Marine, qui compte près d'une centaine de salariés.


Enfin, le bourg est l’agglomération la plus proche de la zone industrielle des Parpareux située sur la commune de Loudéac. L'une des particularités de la commune et qui a contribué à sa renommée, demeure le site de Querrien. Il s'agit en effet du seul lieu en Bretagne où la Vierge serait apparue et aurait réalisée quelques guérisons miraculeuses, en 1652. Harmonieusement aménagé par le diocèse de Saint-Brieuc, le site composé de plusieurs salles, accueille chaque année de nombreux groupes. Au total, une centaine de milliers de visiteurs viennent pour s'y ressourcer ou assister aux deux pardons, organisés le 15 août et le deuxième dimanche de septembre. Ces rendez-vous ne sont pas les seuls à égayer la vie de la commune. Une douzaine d’associations, sportives, culturelles, solidaires ou de loisirs, participent à l’animation de la cité. Pour la première fois cette année, la commune a également accueilli le festival des Assemblées galèses, au début du mois de juillet. Un rendez-vous autour de la culture bretonne que l’on retrouvera à la mijuillet en 2017.

I N T E R V I E W

/

En Bref

Population : 880 habitants. Superficie : 1 700 ha. Gentilé : Prénessayaise et Prénessayais.

Vous avez une bonne expérience de la gestion communale. Comment appréhendez-vous votre mandat de maire ? J'ai le sentiment qu'on nous en demande de plus en plus en matière de responsabilité. Le respect des normes dans les domaines de l'urbanisme, de la sécurité ou encore de l'accessibilité, entrave les possibilités de développement des petites communes, d’autant qu’il s’accompagne d’une baisse des dotations. Il faut donc jongler avec les ressources que nous avons à notre disposition. Quels sont vos dossiers prioritaires pour ce mandat ? Nous avons la chance de bénéficier d'un environnement favorable et notre mission est de le préserver et même de l'améliorer. C'est ce que nous nous attachons à faire, même si les possibilités de construire de nouveaux équipements sont limitées. Il nous faut mutualiser avec les communes voisines et l’intercommunalité afin d’offrir à nos habitants les mêmes services. Nous poursuivons notre développement en aménageant de nouveaux lotissements, veillons au maintien de l'école publique, du commerce et à la préservation du cadre de vie.

Daniel Thomas,

Maire de La Prénessaye Conseiller municipal entre 1989 et 2001, Daniel Thomas a été élu pour la première fois maire de la commune, en 2008. Réélu en 2014, il a également été conseiller général du canton de La Chèze, entre 2011 et 2015.

Comment voyez-vous l'évolution de l'intercommunalité en Centre Bretagne ? Je suis vice-président de la Cidéral, en charge de la mutualisation. L'organisation administrative héritée de la Révolution, basée sur la commune et le département, est en pleine mutation. Les intercommunalités dotées de nouvelles compétences, deviennent de grosses communes ou de petits départements. Leurs présidents vont devenir les premiers interlocuteurs de l’État et c'est désormais à cet échelon que se décideront les grandes orientations de développement du territoire. Faut-il en avoir peur ? Non, sous réserve que l’on maintienne une représentation de proximité. 19


COMME

RCE

Un

à votre service !

20 ans ! Cela fait deux décennies que les experts du magasin du même nom vous conseillent dans les domaines de la télévision, de l'électroménager, de la téléphonie ou de la maison connectée et sécurisée. Une expérience et une proximité qu'ils entendent continuer à partager. Le magasin Expert de Pontivy va fêter son 20e anniversaire... Serge Le Breton. C'est un secteur d'activité en constante évolution et qui est marqué par une très forte innovation. Nous devons en permanence nous adapter aux nouveautés et aux nouvelles tendances. C'est ce que nous avons fait au cours de ces deux décennies et c'est ce que nous allons continuer à faire pour proposer une vitrine de l'innovation et de la technologie, dans la région. L'esprit du magasin est toutefois resté inchangé ? Oui. Le magasin a changé et a évolué. Pas notre philosophie du métier. Notre équipe, est composée de sept experts impliqués et qui disposent de compétences techniques très pointues sur tous les produits que nous proposons. C'est une force quand elles se

conjuguent avec des valeurs humaines, essentielles pour les commerces de proximité. Le conseil et le service après-vente demeurent en effet toujours au cœur de notre métier. C'est ce qui marque notre différence et c'est ce qui est apprécié par notre fidèle clientèle. Quels conseils pourriez-vous donner pour guider le client dans ses achats ? L'essentiel demeure de bien cerner ses réels besoins. Quel que soit le produit, il doit correspondre totalement à l'utilisation qu'il souhaite en faire et s'intégrer parfaitement dans son mode et son cadre de vie. Autant que le prix, c'est cet élément qui conditionne la satisfaction du client... Et la nôtre.

Ambiance & styles - Pontivy

Zone commerciale de Saint-Niel Ouvert du mardi au samedi, de 10 h à 12 h et de 14 h à 19 h. Tél. 02 97 07 12 87

www.ambianceetstyles.com 20


déco, inspiration, conseils...

notre dossier spécial

SALON

TOUS AU JARDIN Pontivy - Parc St-Joseph 12-13 novembre 2016 10 h - 18 h Entrée gratuite

Pépiniéristes, paysagistes, matériel de jardin 21


LES TENDANCES DÉCO

Les vacances de la Toussaint à peine digérées, nous voici déjà en train de penser à Noël ! Quelle table dresser ? Sur quelle déco miser ? Voici quelques orientations pour vous aiguiller ! Déco tradi-chic

Pour ce Noël comme pour les précédents, les traditionnelles couleurs rouge-blanc-vert restent la référence. On les adore car elles permettent de totalement changer la décoration du salon le temps de quelques semaines, le temps de fêter Noël et la nouvelle année. En 2016, le duo blanc-rouge, à la fois chic, traditionnel et sobre, est apprécié, comme le montrent les ambiances signées Jardiland, sur le thème " la maison du Père Noël ". L’alliance du doré et du vert reste aussi toujours en vogue, mais agrémentée de décorations complémentaires et plus trendy : les plumes de paon par exemple, qui apportent une touche luxueuse ! Dans ce même esprit, c’est aussi le moment idéal pour ajouter, au choix, des touches de couleur or ou cuivre.

Noël design-trendy

Si vous avez envie de contemporain même à Noël, alors misez à la fois sur le blanc et sur les couleurs sombres très tendances comme la plume de paon (vert-bleu-or). La lumière joue aussi un rôle important. Imaginez surtout un sapin insolite, en métal ou en DIY !

TRADY Breizh - Pontivy -

Plaisirs

&

traditions

en whisky 4ème maison française nces Près de 1 900 référe

>>>

en rhum 1ère maison française es Plus de 1 600 référenc

>>>

>>>

é

600 références de th

>>>

onnelles locales :... Spécialités traditires ers , disques, gadgets div

Textiles, faïenceries,

bijoux, liv

Ouvert tous les jours, sauf le lundi matin et le dimanche. RETROUVEZ-NOUS SUR FACEBOOK : Trady Breizh plaisirs &traditions - Pontivy

6, rue du Fil - 56300 Pontivy - 02 22

97 27 39 43


MONBANA à Pontivy

Une chocolaterie pour petits et grands Venez découvrir à la boutique MONBANA de Pontivy, plus de 250 spécialités qui explorent le chocolat sous toutes ses formes : à boire, à croquer, à déguster, à cuisiner, à offrir ou à s'offrir... Spécialiste historique du chocolat en poudre, MONBANA a su se diversifier avec succès ! Pour Noël, les amateurs de grands chocolats retrouveront dans le magasin de Pontivy toute la finesse et l'excellence des chocolats fins MONBANA 100 % pur beurre de cacao et "made in France". Ils sont sans huile de palme de la coque au fourrage. Nous parlons de fleur de sel de Guérande (IGP), de piment d'Espelette (AOC), d'une mangue variété alphonso cultivée uniquement en Inde, et reconnue pour la supériorité de sa saveur. Tous ces ingrédients nobles ont une histoire et une origine. Issus d'un terroir, ils sont cultivés et récoltés par la main de l'homme. Notre savoir faire artisanal nous permet de les sublimer, de les associer et de vous surprendre avec des mariages étonnants. Avec la gamme de chocolats en poudre la plus large du marché, MONBANA répond à toutes les occasions et aux différentes habitudes de consommation. La diversité de textures et d'arômes permet de multiplier les plaisirs. Votre magasin MONBANA de Pontivy vous propose également des idées cadeaux pour varier les plaisirs d’offrir. Pour les entreprises, c’est fidéliser vos clients en leur accordant une attention raffinée et gourmande. Le cube à chocolats est un distributeur design et tendance créé par MONBANA. Il offre 90 carrés de chocolats. Le bâton gourmand est une création originale et délicieuse qui allie un praliné 100 % noisette délicatement caramélisé et une sélection de fruits secs haute en saveur. MONBANA Pontivy c'est aussi une très large palette de corbeilles adaptées au goût et au budget de chacun. Mais vous avez également la possibilité de composer l'assortiment de votre choix. C’est enfin toute une gamme de dragées chocolat, amande ou encore caramel fondant.

Le magasin sera ouvert les dimanches 11 et 18 décembre.

À OFFRIR OU À S’OFFRIR, MONBANA EST VOTRE COMPLICE GOURMAND 2, rue colonnel Félix-Robo. ZA Saint-Niel - Face au Centre Leclerc 56000 Pontivy Ouvert le lundi de 10 h à 19 h, et du mardi au samedi, de 9 h 30 à 19 h. www.monbana.com

23


THÊME NATURE : LA FORÊT ENCHANTÉE La seconde forte tendance cette année, dans la lignée de l’an dernier, c’est l’inspiration " nature ". Plus que jamais, le sapin et sa bonne odeur des montagnes sont mis en avant et la table se pare de branches, de verdure, et même de mousse et de petits fruits de saison. Il s’agit de créer une ambiance " forêt enchantée ", comme si on investissait le territoire des elfes et des lutins du Père Noël. Les représentations et figurines d’animaux sont d’ailleurs les bienvenues : cerf, renard, hibou, écureuil, chouette… En imprimé sur des coussins, ou en figurines de différentes matières, bois ou métal. Pour une atmosphère encore plus " conte d’enfance ", il est même possible d’ajouter des papillons, des petites souris ou de petites créatures de la forêt !

Déco personnalisée et fait main

Et bien sûr, à Noël comme au fil de l’année, quelques réalisations " do-it-yourself ", sont indispensables. C’est vraiment l’occasion de préparer sa décoration et ses cadeaux faits main, leur ajoutant un supplément d’âme bienvenu en cette période de fêtes ! Vous pourrez par exemple trouver des idées dans Le livre de Noël de Marie Suarez, aux éditions de Saxe, nouvelle édition 2016. Ou relooker votre vaisselle et votre mobilier avec du masking tape spécial Noël. Ou encore proposer à vos invités de colorier leur set de table OMY Design & Play spécial Christmas. Ou enfin commander quelques décorations personnalisées.

24


25


LES MARCHÉS DE NOËL EN CENTRE BRETAGNE Dimanche 27 novembre Saint-Gilles-Vieux-Marché De 10 h à 18 h, salle polyvalente. Samedi 3 et dimanche 4 décembre Locminé De 10 h à 20 h, le samedi ; de 10 h à 18 h, le dimanche. Salle des fêtes. Samedi 3 décembre Bieuzy-les-Eaux De 10 h à 18 h, salle polyvalente. Dimanche 4 décembre Uzel De 10 h à 18 h, salle Kastell d'Ô. Restauration sur place. Samedi 10 et dimanche 11 décembre Guehenno De 16 h à 20 h, le samedi ; de 10 h à 18 h le dimanche. Dans le bourg.

Dimanche 11 décembre Loudéac Toute la journée, gymnase du Champ de Foire et place de l'Église. Restauration sur place. Melrand De 10 h à 18 h, salle des sports. Vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 décembre Pontivy De 10 h à 19 h sur les places et les rues du centre ville. Animations gratuites tout au long du week-end. Samedi 17 décembre Moréac De 13 h 30 à 20 h 30, dans le bourg. Dimanche 18 décembre Baud De 9 h à 18 h, dans le centre ville. 18 h 30, feu d'artifice à la coulée verte. Liste non exhaustive.

N o e ë d l é h c r a M

À PONTIVY

Vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 décembre 2016 Animations gratuites en centre ville Arrivée du Père Noël et sa caravane à 14h30 le samedi et dimanche

• 70 exposants : artisanat et gastronomie • 22 chalets • Un grand chapiteau

26


Pour vos Fêtes de Fin d’Année, la Chocolaterie Pâtisserie LE MAUX vous propose leurs délicieux Desserts de Fêtes.

A R T I S A N C H O C O L AT I E R

Du chocolat aux fruits, nous allons faire frétiller vos papilles de douceur et de bonheur.

Champion de France - Vice Champion du monde chocolatier

Bûche de 6 personnes. La Prise des commandes se fait exclusivement en boutique du 1er décembre au 20 décembre inclus. N’hésitez pas à commander vos coffrets de chocolat et de macarons pour plus de satisfaction et un Noël réussi. Toute l’Equipe se prépare pour vous offrir un merveilleux Noël 2016.

CHOCOLATERIE- PATISSERIE LE MAUX

12 RUE NATIONALE 563000 PONTIVY 02.97.25.19.02 11 RUE DE CADELAC 22600 LOUDEAC 02.96.26.01.52 12 Rue Nationale

11 Rue de Cadélac

56300 PONTIVY

22600 LOUDEAC

02 97 25 19 02

02 96 26 01 52

COFFRETS CADEAUX Nombreuses idées de séjours à la carte ! De nombreuses idées de cadeaux pour les fêtes de fin d’année :

- paniers gourmands avec produits locaux - livres de randonnées, d’histoire, de cuisine… - Passeport Gourmand (1 menu acheté = 1 menu offert au restaurant) - verrerie et bustes napoléoniens… 21, quai Presbourg à PONTIVY (face à la péniche) - 02 97 25 32 07

Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h

-10%

sur une sélection d’arti cles sur présentation de ce coupon ! Offre promotionnelle Ici et là magazine - Valable jusqu’au 30/12/2016

27


UTILE

Comment bien choisir son sapin ? Bientôt, il faudra penser à acheter le traditionnel sapin de Noël sous lequel le Père Noël déposera les cadeaux par milliers. Coupé, en conteneur ou en motte ; épicéa, nordmann ou picea, faites votre choix ! L’épicea commun (picea abies) est une variété aux aiguilles très fines et piquantes qui parfument la pièce d’une odeur de résine. Il perd très vite ses aiguilles avec la chaleur intérieure donc achetez-le au dernier moment. Son prix est moins élevé car sa croissance est assez rapide en pépinières. Le nordmann (abies nordmanniana) est un sapin de plus haute gamme, qui présente des aiguilles souples, de couleur verte, sans odeur et qui ne tombent pas. Il supporte très bien la chaleur des intérieurs de maison. Son prix d’achat est plus élevé car sa croissance est très lente dans la nature. Le sapin noble (abies procera) aux aiguilles de couleur bleue, brillantes et souples, résiste à la chaleur ambiante, conserve ses aiguilles et dégage une bonne odeur de sapin.

28


ΠN O LO

GIE

Les Chais Saint-François Profitez des conseils d’un professionnel Que vous recherchiez une idée cadeau, des conseils avisés pour un repas ou que vous vouliez découvrir de nouveaux vins, Mickaël Adelis, caviste des Chais Saint-François, à Pontivy, saura faire pour vous, les meilleurs choix. De maître d’hôtel à sommelier, il y a un pas que Mickaël Adelis a rapidement franchi. C’était il y a maintenant près de 25 ans... Lorsqu’il est embauché aux Chais Saint-François, à Vannes. Dans cette petite entreprise familiale qui compte alors deux caves dans la préfecture du Morbihan et une à Guérande, il va faire ses gammes et découvrir toutes les facettes de l’univers viticole. Lorsqu’au milieu des années 2000, le caviste vannetais décide d’ouvrir un nouvel espace de vente à Pontivy, il propose à Mickaël d’en devenir le responsable. Quelques années plus tard, tout en restant dans le groupe, il va racheter le fonds et devenir le patron, en 2010.

Des paniers gourmands à composer

Pour les fêtes, le magasin recèle également une multitude d’idées cadeaux, pour les particuliers comme pour les entreprises. Outre tous les accessoires nécessaires au caviste éclairé (carafe, tire-bouchon...), il propose en effet des paniers gourmands mêlant des produits du terroir et des vins. Des paniers ou des coffrets qui peuvent être composés en fonction de vos désirs et de votre budget.

Un large choix de vins et de whiskys

Dans un cadre chaleureux, situé au 3 bis, avenue des Cités-Unies (face à Intermarché), Les Chais Saint-François proposent une vaste gamme de vins rouge, blanc et rosé, allant du vin de pays aux grands crus. De l’Alsace au Languedoc et du Bordelais à la Bourgogne, le client n’a que l’embarras du choix parmi les appellations de toutes les régions viticoles de l’Hexagone. Des vins choisis pour leurs qualités, lors des visites régulières chez les viticulteurs. En « bag in box », de 5 ou 10 litres, il propose également un large choix composé d’une vingtaine de références. Il dispose aussi d’un rayon pour les amoureux des vins du monde. Pour les amateurs de whisky, de rhum, d’eau de vie, d’alcool anisé ou encore de porto, la cave des Chais Saint-François est également particulièrement bien achalandée. Enfin pour les grandes occasions, il peut aussi fournir les fûts de bière et la tireuse.

3 bis, avenue des Cités Unies. 56300 Pontivy. 02 97 28 33 38 leschais-pontivy@wanadoo.fr www.leschaissaintfrancois.com Ouvert du mardi au samedi, de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h. Ouvert le lundi en décembre.

29


GASTRO

NOMIE

À l’Atelier Cuis’in de Mûr-de-Bretagne Apprenez à cuisiner comme un chef

Chef de l’Auberge Grand Maison à Mûr-de-Bretagne, Christophe Le Fur fait partager son savoir-faire à la faveur d’ateliers de cuisine dispensés chaque jeudi et samedi matin. Au menu : trois recettes dévoilées le jour J pour mieux donner la part belle aux produits de saison. Une belle idée cadeau pour les gourmets du Centre Bretagne. Chacun prend place autour du plan de travail… et d’un petit café. Au sein de son Atelier Cuis’In, attenant à son restaurant L’Auberge Grand Maison, Christophe Le Fur reçoit « comme à la maison ». L’ambiance est détendue, fidèle à l’image du chef de Mûr-deBretagne. Plus qu’un métier, la cuisine est pour lui une passion dévorante qu’il aime partager. Notamment à la faveur de cours de cuisine, qu’il dispense depuis douze ans déjà, chaque jeudi et samedi matin. En ce jeudi d’octobre, huit membres de l’Atelier culinaire de SaintThuriau sont venus assister à la leçon. « Tous les ans, on s’offre un chef », sourit la présidente, Geneviève. À leurs côtés, Jack, de SaintCaradec, lui, met à profit le bon cadeau que lui ont offert ses filles à Noël dernier. « J’adore cuisiner. À la maison, c’est moi qui fait à manger », dit-il. « Assister à ce cours me permet de découvrir de nouveaux plats et de me perfectionner. »

Une entrée, un plat, un dessert

L’atelier va durer près de quatre heures pendant lesquelles Christophe Le Fur va travailler trois recettes : une entrée, un plat et un dessert. Le chef ne donne jamais le menu à l’avance. Par effet de 30

surprise mais aussi pour privilégier les produits de saison à sa disponibilité. « J’aurais aimé vous faire des coquilles Saint-Jacques mais je n’ai pas pu en avoir », regrette-t-il. À défaut, façon de parler évidemment, il sort du frigo un panier de cèpes fraichement ramassés en forêt de Quénécan. Au menu du jour, ce sera donc : cappuccino de cèpes et encornets au chorizo, dos de cabillaud au bouillon de fleur, épinards et haddock, macarons à la framboise. On en salive d’avance ! Christophe Le Fur détaille d’abord, pour chaque plat, les ingrédients pour quatre personnes. Ses élèves du jour notant à la virgule près le moindre grammage sur un calepin. Puis, dans sa veste noire et rouge, en accord avec la décoration très design de son Atelier Cuis’In, le chef s’exécute. Le sucré d’abord. Afin de laisser le temps aux coques de macarons de bien croûter avant d’être enfournées. Ah les macarons… pas du gâteau pour la grande majorité des cuisiniers amateurs. « Je n’ai jamais réussi à en faire », confie ainsi Isabelle qui ne perd pas une miette des explications du chef. Ses secrets : « Ne pas hésiter à bousculer les blanc d’œufs, ils ne doivent pas forcément être trop frais », dévoile Christophe Le Fur. Quand au mélange de la meringue italienne et du tant-pour-tant (à base de


poudre d’amande, sucre glace et blanc d’œuf), « il faut bien le travailler c’est ce qui donnera de la brillance aux coques ». En l’occurrence, c’est Jean-René qui s’y colle. Si le cours se veut magistral, Christophe Le Fur n’hésite pas à solliciter ses élèves pour un petit coup de main…

La cuisine, une question de feeling

À la faveur de la préparation de chacun des plats, le chef de l’Auberge Grand Maison distille ainsi quelques astuces, facilement applicables pour d’autres recettes. Les champignons ? « Il ne faut jamais les saler au départ de la cuisson ! ». Les échalotes ? « Plus on les émince finement, plus elles dégageront du parfum »… Christophe Le Fur incite aussi à trouver des alternatives, en fonction des produits dont on dispose. Ainsi, pour l’entrée, des noix de Saint-Jacques peuvent très bien remplacer les encornets. « Combien de Saint-Jacques ? », demande Monique. Mais, le chef n’a pas réponse à tout : « Cela dépend de vos goûts et de celui de vos invités. La cuisine n’est pas une science exacte, il faut aussi savoir se démarquer des recettes, faire preuve de feeling. » À le voir œuvrer derrière son piano, on comprend aussi que la cuisine requiert une certaine organisation. Tandis que sur le feu, le fumet du plat principal libère ses effluves, Christophe Le Fur coupe le chorizo en petits dés, fait « tomber au beurre » les épinards… « C’est ce qu’on appelle la mise en place, tout sera ainsi prêt pour une cuisson de dernière minute. »

« Oui chef ! »

12 h 30, chacun des trois plats est prêt. Les odeurs qui émanent des « russes », comme on appelle les casseroles dans le jargon des chefs, « parce qu’elles s’empilent comme des poupées russes », explique Christophe Le Fur, réveillent sérieusement les papilles. Le sommelier vient servir un apéritif apprécié des élèves qui prennent ensuite place à table. Non sans être sollicités pour le dressage. Christophe Le Fur les met dans les conditions d’une vraie cuisine de restaurant. « Allez les filles ! Il faut envoyer là maintenant, le client aime manger chaud ! », assène-t-il à Isabelle, Colette et Monique chargées de servir l’entrée. « Ok », lui répond Colette. « Non : "Oui chef !" », la corrige-t-il, taquin. Place à la dégustation, dans un silence quasi-religieux, chacun appréciant les sensations sur ses papilles. Promis, on essaiera de refaire la recette chez soi. Jack, lui, sait déjà ce qu’il veut pour un prochain Noël. « Je demanderai à mes filles de m’offrir une nouvelle carte cadeau ! »

Informations pratiques • Les cours se déroulent les jeudis et samedis (sur réservation) à partir de 9 h 15. Pour des groupes de douze personnes maximum. • La dégustation est ensuite prévue de 13 h à 15 h 30. • Tarifs : 70 € tout compris (cours, dégustation des plats, boissons, café et les bouchées du chef) ; les bons cadeaux sont valables un an. • Réservations au 02 96 28 51 10 • Site internet : www.auberge-grand-maison.com 31


Ménage à domicile Vitrerie

Repassage à domicile

Petit entretien des extérieurs (taille de haies, tonte de pelouse)

PROP & NET - Le Pont Hervé - 22460 GRACE UZEL Tél : 09 64 20 91 71 - courriel : contact@propetnet.com 32


Novembre/décembre 2016 Samedi 19 novembre

Sophia Aram

Le fond de l’air effraie

Après cinq années passées à croquer l'actualité au sein de la matinale de France Inter, Sophia Aram s’interroge librement sur notre époque. À l'heure où une marque d'eau minérale a plus d'abonnés sur twitter que n'importe quel prix Nobel, où " intello " est devenu une insulte, où le jihad commence sur Facebook, où les bobos traquent les traces de gluten dans le chou frisé et où Zemmour réhabilite Pétain... Sophia Aram s’interroge sur l’état d’un débat public traversé par des idéologies et une actualité parfois dramatique. Elle dépeint avec tendresse des personnages se débattant dans l'air du temps. 20 h 45, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Tarif A : 20 € / 24 € / 27 €. Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc.loudeac@orange.fr

Samedi 19 novembre

Arcadian

Demi-finaliste de The Voice 5, le trio Arcadian avait fait sensation lors de la sélection à l’aveugle avec leur interprétation de « Carmen », de Stromae. Mika les avaient alors pris sous son aile pour les emmener jusqu’en demi-finale, avec le soutien du public. Avec ses voix en harmonie, son style et sa présence qui crève l’écran, le trio interprète de formidables reprises sans oublier de chanter ses propres compositions. Arcadian pourrait-il détrôner le duo « Fréro de la Véga » issu, lui aussi, de The Voice ? 20 h 45, salle culturelle Kastell d’Ô, à Uzel. Tarifs : plein, 15 € ; réduit, 12 €. Réservations au 09 62 08 39 53 Courriel : kastelldo@orange.fr

Jeudi 24 novembre

Mon pote est une femme comme les autres

Maxime et Julien sont amis depuis toujours et partagent tout : le foot, les filles, les fêtes… Mais voilà que débarque chez Maxime une jolie inconnue qui prétend être Julien… Il se serait transformé en femme dans la nuit… Commence une aventure extraordinaire : comment convaincre son pote que cette fille, c'est lui ? Comment garder son travail ? Comment fonctionne ce nouveau corps ? Comment devenir femme quand on est un homme ? La situation devient explosive lorsque Maxime doit héberger Julia… Une comédie avec Charlotte Valandrey et Sacha Judaszko. 20 h 30, palais des congrès de Pontivy. Tarifs : plein, 22 € ; réduit, 15 €. Réservations au 02 97 25 06 16 Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

Vendredi 25 novembre

Compagnie Arenthan Transhumans

Transhumans, c'est l'histoire d'un voyage, d'un passage, d'une marche dans un univers post-apocalyptique à la temporalité indéfinie. Un monde inspiré des écrits de Georges Orwell, des bandes dessinées d’Enki Bilal ou encore des films de Georges Miller. Sur une batterie électro-métallique, un batteur, tel un prophète futuriste, ordonne la procession des danseurs. Les corps voyagent comme des spectres anonymes. Au long de leur chemin, ils essaient de se reconstruire, de coloniser de nouveaux lieux de vie, de retrouver une humanité perdue, en un seul mot : de vivre. C’est une grande migration qui se prépare, une transhumance. Cette création du chorégraphe Franck Guiblin a été coproduite par le palais des congrès et de la culture de Loudéac, qui a accueilli la compagnie Arenthan, à deux reprises en 2016. 20 h 45, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Tarif B : 7 € / 11 € / 14 €. Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc.loudeac@orange.fr 33


Vendredi 2 décembre

Mon cirque Automne 2016

Dimanche 27 novembre

Concert lyrique de Zi-Yan Yang

La mezzo soprano Zi Yan Yang qui subjugua le public lors du concours “ Georges Liccioni ”, à Uzel, au mois d'avril dernier, revient en concert accompagnée par l’ensemble Guillaume Boni, de Nantes, sous la direction d’Etienne Roullet. Au programme, un concert autour des motets de la semaine Sainte et plus particulièrement du Miserere d'Allegri. Enfin, Noël approchant, la soliste soutenue par le chœur, interprètera aussi des œuvres savantes et populaires sur le thème de Noël comme le célèbre " Minuit chrétiens ". 15 h, salle culturelle Kastell d’Ô, à Uzel. Tarif unique : 6 €. Réservations au 09 62 08 39 53 Courriel : kastelldo@orange.fr

Bienvenue dans l'univers de ce cirque où monsieur Loyal mène son petit monde d'une main ferme, à la recherche de performance et d'inédit dans les numéros qui s'enchaînent. Derrière la féerie des numéros du fakir, de l'écuyère, du clown ou du magicien, transparaissent aussi les relations et le quotidien de ces travailleurs du rêve. Ce bel hommage au cirque traditionnel du marionnettiste Philippe Saumont est aussi une réflexion sur la manipulation donnant aux enfants et aux adultes des lectures complémentaires. 14 h 30 et 20 h 30, centre culturel Mosaïque de Collinée - Le Méné Tarifs : plein, 13 € ; réduit, 11 € ; jeunes, 5 €. Réservations au 02 96 31 40 02 Courriel : mosaique@mene.fr

Rue Pavée

Rue Pavée développe son univers et son identité à travers des titres évocateurs de son style musette de comptoir qui mélange sonorités bretonnes, tziganes ou françaises populaires. 20 h 30, théâtre des Halles de Pontivy. Tarifs : plein, 9 € ; réduit, 5 €. Réservations au 02 97 25 06 16 Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr 34

La merveilleuse invention

La Compagnie des Enfants Perdus présente sa nouvelle création : " La Merveilleuse invention ". Quand sommes nous ? On ne le sait pas. Où sommes nous ? Encore moins... Mais quelle est cette merveilleuse invention qui a fait que les hommes ne vieillissent plus ? Que les corps ne passent plus le stade de l'enfance ? Ce spectacle est articulé comme un conte. Les personnages sont enfermés dans un impossible et avancent par les chemins escarpés de la vie, jonchés d'obstacles incontournables... 9 h 30 et 14 h 30, palais des congrès de Pontivy. Tarif unique : 3 €. Spectacle réservé aux scolaires. Réservations au 02 97 25 06 16 Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

Jeudi 15 décembre

Vendredi 16 décembre

Qu’y a-t-il de commun entre la Corse, un castor inculpé pour trafic de sciure, une chasse à courre, un régime détox, un entraîneur de foot en tongs, un américain de Brooklyn, une association lucrative sans but et une chèvre ?
 Rien ?
 Si !
 Le tout nouveau spectacle de François-Xavier Demaison ! 
Il y a dix ans, il montait sur scène pour la première fois... Dix années de rires qu’il va nous raconter, ses dix ans à lui.

BPM 2.1

François-Xavier Demaison

20 h 30, palais des congrès de Pontivy. Tarifs : plein, 28 € ; réduit, 22 €. Réservations au 02 97 25 06 16 Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

Jeudi 1er décembre

Lundi 12 décembre

Compagnie POC

Entre théâtre musical, chorégraphie sonore et laboratoire rythmique, BPM 2.1 nous emporte, le temps d’une partition de musique jonglée, dans une quête musicale et humaine où la musique se regarde et le mouvement s’écoute… Les musiciens transforment leurs objets et leurs corps en instruments de musique, les balles et les rebonds en notes, les vibrations en rythmes, les trajectoires en roulements de tambours et les chutes en silences... Ici, les jongleurs ne jonglent pas sur la musique, ils jouent cette musique, et les balles, leurs instruments, deviennent des notes visuelles et sonnantes. BPM 2.1 est un concert hors du temps pour deux body-percussionnistes-jongleurs et un flûtiste-saxophoniste-tabliste. Un voyage visuel et sonore, à vivre en famille. 20 h 45, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Séance scolaire à 14 h. Tarif B : 7 € / 11 € / 14 €. Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc.loudeac@orange.fr


Stéphane Cariou - artiste peintre

La peinture de Stéphane Cariou reste « cosa mentale » : une chose mentale de l'esprit qui prend corps sur la toile. Si des influences impressionnistes sont toujours présentes il se nourrit des créations humaines de tout temps et toutes civilisations, avec un attrait tout particulier pour la représentation du spirituel dans l'art. Du 4 au 27 novembre, Bains douches, à Pontivy. Ouvert le mardi et vendredi de 14 h 30 à 19h ; le samedi de 10 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 19h ; le dimanche de 16 h à 19 h.

Tous mes droits d’enfants

Parcours d’images et de questions, d’informations et de paroles d’enfants, l’exposition mène le visiteur, quel que soit son âge, à s'interroger sur les droits des enfants partout dans le monde. Du 8 au 23 novembre, médiathèque de Loudéac.

T’es toi et parle...

Exposition de photos-citations en vue de sensibiliser le public à la cause des enfants réalisée par l’association Glenn Hoël-Enfance maltraitrée, association de défense des enfants maltraités. Du 8 au 26 novembre, médiathèque de Loudéac.

Résistance

Lors d'un voyage à Verdun et au camp du Struthof en mars 2016, les élèves de première ES ont participé à un concours photographique. Ils devaient faire une photo sur le thème du lieu de mémoire et la légender. Par leurs choix de photos et de textes, les élèves nous envoient des messages chargés d'humanité : l'importance du poids de l'histoire et du devoir de mémoire envers les poilus et les détenus. Du 8 au 19 novembre, espace Kenere, à Pontivy.

Les toiles d'Hervé Lasnier

Jeanne Guilloux céramiste

Du 1er décembre au 31 janvier. Pizzeria Il Carpaccio, à Pontivy.

Du 3 au 18 décembre, Bains douches, à Pontivy. Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h.

Un festival de couleurs inspirées du pop-art au service de portraits de stars du jazz, de la chanson et du cinéma. L'artiste se présente comme un portraitiste confirmé, travaillant particulièrement le chromatisme qui donne à ses portraits une humanité stupéfiante et qui dégage des émotions étonnantes.

Particulièrement sensible à la cause animale, Jeanne Guilloux met en lumière des œuvres colorées et vivantes représentant des hippopotames, des animaux appartenant au monde marin ou encore des habitants emblématiques de nos forêts bretonnes comme les chouettes ou les hermines.

35


E C U LT U R

le mois du film documentaire Toutes le s séance s sont à 4 € et se te rminent par un m oment convivial.

Dimanche 13 novembre

« Dom Alexis, le chant des pierres » de François Gorin et Bruno Vienne. Projection suivie d'un échange avec le réalisateur. 15 h, cinéma Le Cithéa, à Plouguenast.

NOVEMBRE 2016 | 17e ÉDITION 3300 séances en France et dans le monde | www.moisdudoc.com

Du 31 octobre au 29 novembre, le Centre Bretagne va célébrer le mois du film documentaire. Cette 17e édition permettra une nouvelle fois de découvrir une diversité d'œuvres à travers une programmation originale et éclectique. Elle favorisera également les échanges et le dialogue avec et autour des réalisateurs.

Mercredi 16 novembre

« Tournez la page » de Éric Morschhauser et Marie Serve. Projection suivie d'un échange avec les réalisateurs et Martine Lebeau, la gérante de la librairie clermontoise Les Volcans. 20 h 30, cinéma Le Cithéa, à Plouguenast. Entrée libre.

Vendredi 18 novembre

« Toto et ses sœurs » d’Alexander Nanau. Projection suivie d'un échange avec Alina Marin, coauteure de « Mémoire d’orphelin » qui témoignera de son parcours dans de nombreux orphelinats communistes en Roumanie. 20 h 30, salle Athena, à La Motte.

Samedi 19 novembre Vendredi 4 novembre

« Quand j’avais 6 ans, j’ai tué un dragon » de Bruno Romy. 14 h 30, maison de retraite « Le Cosquer », à Le Quillio. « La Forêt sacrée » de Camille Sarret. Projection suivie d'un échange avec la réalisatrice. 20 h 30, salle polyvalente Kergohy, à Trévé.

Samedi 5 novembre

« No land’s Song » d’Ayat Najafi. Projection suivie d'un échange avec une intervenante sur les droits de la femme. 20 h 30, salle des fêtes à Saint-Hervé.

Dimanche 6 novembre

« Etre et devenir » de Clara Bellar. Projection suivie d'un échange avec un intervenant d’une association de parents qui instruisent en famille. 15 h, salle des réceptions de la mairie, à Plémet-Les Moulins.

Vendredi 11 novembre

« Toto et ses sœurs » d’Alexander Nanau. Projection suivie d’un échange avec une éducatrice du film. 17 h, « FeST-BAR », à Saint-Connec.

36

« Une femme effacée » de Sylvia Guillet. Projection suivie d'un échange en présence de la réalisatrice et exposition photos issues du fonds photos du CAC Sud 22. 20 h 30, espace Philomène, à La Prenessaye.

Vendredi 25 novembre

« Les Boches du Nord » d’Olivier Sarrazin. Projection suivie d'un échange avec Ronan Richard, historien. 20 h 30, salle polyvalente, à Saint-Barnabé.

Samedi 26 novembre

« D’ar gêr, les Bretons et la Grande Guerre » de Philippe Guillou. Projection suivie d'un échange avec le réalisateur et exposition sur la Grande Guerre. 20 h 30, salle des fêtes, à Plumieux.

Dimanche 27 novembre

« La dame de Saint-Lunaire » d’Agathe Oléron. Projection suivie d'un échange avec la réalisatrice. 15 h, salle Jeanne d’Arc, à Mûr-de-Bretagne.


Quai des images, Six films, six rencontres

à Loudéac

" Fuoccoammare, par-delà Lampedusa ", de Gianfranco Rosi et Carla Cattani. En présence de membres de l’association S.O.S Mediterranée. Lundi 31 octobre à 20 h 30. Tarif : 4,5 €. " La mécanique des flux ", de Nathalie Loubeyre. En présence de la réalisatrice. Jeudi 17 novembre à 20 h 30. Tarif : 4,5 €. "Quand j’avais 6 ans, j’ai tué un dragon ", de Bruno Romy. En présence du réalisateur. Lundi 21 novembre à 14 h 30. Tarif : 4,5 €. " La leucémie de Mika ", de Bruno Romy. À partir de 7 ans. Mercredi 23 novembre à 14 h 30. Tarif : 3,5 €. " Qu’est-ce qu’on attend ? ", de Marie-Monique Robin. Dans le cadre de l’anniversaire de Biocoop Callune de Loudéac. Mercredi 23 novembre à 20 h 30. Tarif : 4,5 €. " N’importe qui ", de François Bégaudeau. En présence du réalisateur. Mardi 29 novembre à 20 h 30. Tarif : 4,5 €.

Médiathèque Deux films à l'affiche

de Pontivy

" Edmond, un portrait de Baudoin", de Laëtitia Carton. Débat avec le réalisateur à l'issue du film. " Sea is my country : la mer est mon royaume ", de Marc Picavez. Débat avec le réalisateur à l'issue du film.

37


LIRE

Les coups de cœur de votre espace culturel à Pontivy « La grande encyclopédie visuelle » collection les yeux de la découverte éditions Gallimard Jeunesse

« Jean-Jacques Goldman, Sur ses traces » Alexandre Fievée éditions Gründ

« Sur ses traces » est un véritable bond en arrière empreint d’une certaine nostalgie pour qui a grandi avec Jean-Jacques Goldman. À travers des citations et des photos pour beaucoup inédites, le côté fan qu’on a pu avoir quand on est né(e) dans les années 70, laisse place à l’intérêt pour l’homme et sa carrière, ses rencontres, ses engagements. Un livre anniversaire (Jean-Jacques Goldman a 65 ans cette année) qui nous fait (re)découvrir ce grand artiste. Stéphanie (née en 1976 )

« Aventures Australes »

Valentin Nivet-Mazerolles, Elie Gaget, Florian Orgeret, Romain Bazire, Pierre Blévin éditions Omniscience

Ce livre regroupe des centaines de merveilleuses photographies. Il s’agit de l’aventure de cinq ornithologues partis observer ces espèces de manchots, otaries, albatros, pétrel géant et bien d’autres dans les terres australes et antarctiques françaises. Des photos époustouflantes d’un monde fascinant et méconnu, où l’homme n’est pas maître des lieux. On a l’impression d’être aux côtés de ces animaux, de les observer silencieusement. Bienvenue au pays blanc, ce livre vous emmène en voyage… Déborah 38

Une encyclopédie familiale qui s’adresse aussi bien aux petits qu’aux grands, offre une mine incroyable d’informations. Chaque thématique est soutenue par une iconographie très riche qui nous aide à retenir l’essentiel. Un livre qui renouvelle le genre. Bénédicte

« Les plus beaux sites du patrimoine mondial de l’UNESCO » Marco Cattaneo et Jasmina Trifoni

Offrez-vous une envie de voyage avec ce superbe livre regroupant les plus beaux sites et monuments de la planète. Des statues de l’île de Pâques, en passant par les ruines de Palmyre, jusqu’au parc national des Everglades, ce livre vous emmènera à travers les plus beaux paysages grâce à de jolies photos et un texte de présentation bien fourni. Pour un moment d’évasion ! Justine « Les aménagements extérieurs du Bricoleur » Mango Système D

Enfin un livre de bricolage avec des plans de réalisation. Avant de vous lancer, vous saurez quel est le niveau de difficulté, le coût, le temps estimé pour la réalisation et les outils dont vous aurez besoin. C’est du pas à pas. Quel plaisir de profiter de votre salon de jardin en regardant vos enfants jouer dans la cabane aire de jeux ! Et tout cela grâce à vos talents. Stéphanie


MODE

Pour elle, pour lui... Le manteau, star de la saison Un manteau, c’est beau ! C’est confortable, élégant et protecteur. Justement, cet hiver, les créateurs s’en donnent à cœur joie et nous en proposent de toutes sortes. Et, surtout, pas besoin d’attendre les grands froids : les modèles mi-saison abondent. Début de saison

Tous les styles profitent de cet engouement pour cette pièce qu’on a trop tendance à imaginer hivernale. Femme et homme ne vont pas hésiter à jeter leur dévolu sur les manteaux légers à s’enfiler au premier courant d’air et qui se portent ouverts. En fin matelassé, en maille à peine doublée, en tissu peu épais, ainsi qu’en gabardine, ils jouent des matières et des volumes. Courts et droits, plutôt structurés, ils sont à leur aise avec des jupes courtes et des pantalons fittés, cintrés avec des robes au genou et des costumes, et plus longs avec robes fluides, des pantalons larges et des baggys décontractés. Bottes, boots, escarpins et mocassins, en grande forme, leur vont bien. La besace, sac de référence de ce début d’automne se porte avec tous, plus ou moins colorée, souple et volumineuse.

Plein hiver

Lorsque les températures vont baisser, la pluie tomber et le vent souffler, le manteau restera de mise, pièce phare de l’hiver. Incontournablement long, souvent ceinturé, esprit peignoir, il paradera en cuir matelassé, lainage douillettement doublé, peau lainée, mais aussi drap épais notamment pour les pardessus d’officier d’inspiration militaire, avec brandebourgs et pattes, ou les cache-poussière façon western, avec grand col et rabats, adoucis pour les femmes par des cols et poignets en fourrure, sans oublier les versions doudoune, ou totalement fourrure, plus particulièrement fausse et fantaisie ! Côté couleur, si les kaki, marine et noir sont majoritaires, joyeusement rehaussés de broderies et d’écussons, le beige est très présent ainsi que les pastels, suivis par les imprimés, fausse fourrure et tartan. 39


CINÉMA

Cinémas du Centre Bretagne

Le Celtic à Baud

Cinéma associatif, Le Celtic programme un millier de séances et enregistre une fréquentation de près de 30 000 entrées par an. Son président, François-Yves Burban a toujours su tenir cette salle à la pointe du progrès. Il peut compter sur l’implication d’une quinzaine de bénévoles pour faire perdurer une longue histoire du cinéma à Baud. Avec sa façade framboise écrasée sur laquelle se détache son nom sur un bandeau jaune, Le Celtic fait figure de petite institution à Baud. Avec quelque 30 000 entrées enregistrées par an, ce cinéma associatif, situé au même emplacement depuis près de 50 ans et issu de l’association Les Enfants de la Clarté, est un atout majeur dans le dynamisme de la vie culturelle baldivienne. « La fréquentation est stable depuis quatre, cinq ans », note François-Yves Burban, président du Celtic depuis 1993 et qui, en vrai passionné, a su tenir cette petite salle de cinéma du Centre Bretagne à la pointe du progrès.

Première salle bretonne équipée du numérique

Il y a 25 ans, Le Celtic vivotait. La fréquentation annuelle atteignait tout juste les 5 000 entrées. Quant à la structure en elle-même, « elle vieillissait sérieusement », se souvient François-Yves Burban. En 1998, décision est donc prise d’une complète réfection pour un investissement de 3 millions de francs à l’époque (590 000 €). « Tout l’intérieur a été cassé, le rez-de-chaussée entièrement rasé. 40

La salle a été mise en gradins. Le nombre de places a été réduit de 300 à 255, pour augmenter le confort des spectateurs », raconte François-Yves Burban. Les efforts ont payé, depuis, la fréquentation du Celtic n’a cessé d’augmenter. Portée aussi par un autre fait marquant dans l’histoire récente du cinéma balidvien : le passage au numérique. « La première projection en numérique a eu lieu le 23 novembre 2007 », se souvient avec précision François-Yves Burban. « Nous avons été l’une des premières salles à se doter du système en Bretagne. Le matériel était très innovant, il a fallu s’adapter et se former ». Aujourd’hui, l’équipe du Celtic s’apprête de nouveau à investir. Dans un nouvel écran et un système de son pour un coût de 40 000€. « On espère avoir procédé au remplacement d’ici la fin de l’année », souhaite François-Yves Burban, dans l’attente d’une subvention du Centre national du cinéma et de l’image animée. Pour faire fonctionner le cinéma, François-Yves Burban peut s’appuyer sur une quinzaine de bénévoles, « des retraités en majorité ». La plus jeune, 24 ans, n’est autre que sa fille Mathilde, aussi mordue que lui. Des bénévoles qui endossent, selon un planning hebdomadaire, les rôles de projectionniste ou de caissier.


240 à 260 films par an

Leur implication permet de proposer en moyenne une vingtaine de séances par semaine. « D’une année sur l’autre, nous assurons entre 1 000 et 1 100 séances et entre 240 et 260 films », compte François-Yves Burban. À l’affiche chaque semaine : un film grand public, un film pour enfant et un film classé art et essai, en accord aves ses labels. Le jeune public est d’ailleurs particulièrement chouchouté. Dans le cadre de l’opération Cinécole, Le Celtic accueille un millier d’enfants par trimestre. Les « Ciné-goûter », organisés pendant les vacances scolaires remportent également un franc succès. « Cet été, on a même dû refuser du monde … », fait remarquer François-Yves Burban. Les soirées-débats proposées régulièrement pour les plus grands, trouvent, elles aussi, leur public. « Elles sont animées par nos bénévoles ou par des personnalités de la commune. En octobre, nous avons programmé deux ou trois séances avec débat », explique François-Yves Burban. À ce titre, à ne pas rater en novembre, dans le cadre du Mois du documentaire, la projection de « Les migrants ne savent pas nager » (de Jean-Paul Mari), suivi d’un temps d’échange avec les membres de l’association Avec les grecs 56.

Ouvert sept jours sur sept. Tarif plein : 6,50 € ; réduit (jeunes de 14 à 20 ans, Pratique étudiants, demandeurs d'emploi, titulaires de la carte CEZAM) : 5,50 € ; jeunes de moins de 14 ans : 4 € ; majoration de 2 € pour les films en 3D. Abonnement : 47 € dont 2 € d’achat de la carte (rechargeable) et 45 € d’achat de 10 entrées (valables 1 an). Programmes au 02 97 51 00 26 / Site internet : www.cinemaleceltic.fr

Une histoire du cinéma à Baud C’est à l’Auberge du Cheval-Blanc que sont projetées les premières séances de cinéma à Baud, en 1920. À l’initiative d’un projectionniste lorientais, réfugié dans cette commune du Centre Bretagne après les bombardements de sa ville, des projections débutent en 1943 le samedi et le dimanche dans la salle Le Gallo-Dantec, rue de Pontivy. En 1946, le patronage exploite le cinéma en construisant une salle en bois, sur un terrain située à l’arrière de la salle actuelle. Ce local sert alors également pour les représentations théâtrales, les répétitions de la fanfare, les réunions des différentes sections des « Enfants de la Clarté »… Ce fonctionnement dure ainsi une bonne vingtaine d’années. C’est sous l’impulsion de l’abbé Juloux qu’un nouveau bâtiment est construit en 1963. Vaste, à l’acoustique parfaite, muni de projecteurs ultra-modernes, le cinéma Le Celtic devient une référence dans la région dès son ouverture en 1964.

� questions à...

FRANÇOIS-YVES BURBAN TIC PRÉSIDENT DU CINÉMA LE CEL

En tant que passionné, vous avez la réelle volonté de faire partager votre savoir-faire ? Tous les ans, en effet, j’accompagne des jeunes qui souhaitent se former au métier d’opérateur-technique. En dix ans, j’ai ainsi formé une douzaine de jeunes qui ont tous obtenu leur CAP et trouvé du travail à l’issue de la formation. Deux d’entre eux ont même pris la direction de multiplexe dans le Grand Ouest. En quoi consiste cette formation ? Les jeunes suivent les cours théoriques avec le CNED (centre national d’enseignement à distance) et j’assure la pratique. Le stage dure dix mois au sein du cinéma Le Celtic qui dispose du même matériel qu’un multiplexe. L’avantage de notre petite structure, c’est que le stagiaire est amené à tourner sur tous les postes : projection, caisse, programmation. À cela s’ajoutent des journées de découverte chez plusieurs de mes collègues (Pontivy, Redon, Vannes, Auray, Ploermel…). Nous assurons le financement de la formation, en contrepartie nous demandons à nos stagiaires de s’impliquer bénévolement. Ce qui nécessite aussi de savoir se plier aux contraintes de notre métier : travailler le week-end, les dimanches et jours de fêtes, les soirs… Comment doit-on procéder si l’on souhaite profiter de cette formation ? Il suffit de prendre contact avec moi. Je suis aussi en relation avec la mission locale du Centre Bretagne. Si la personne est vraiment motivée, la formation peut démarrer immédiatement.

41


NEM ENSEIG

ENT

Étudiants ! Bienvenue en Centre Bretagne Faut-il le rappeler ? Le Campus Bretagne Centre s’étend de Pontivy à Merdrignac en passant par Loudéac. Il regroupe dix établissements qui proposent des filières post-bac : licences professionnelles, diplômes d’État, DUT, BTS, BTSA. Ses missions sont diverses mais ses priorités sont certainement la promotion de la qualité de la vie étudiante, et la valorisation des ressources existantes sur le territoire en matière de formation. Pour ce faire, les établissements du réseau CBC entendent choyer les quelque 1 500 étudiants en leur proposant diverses activités et avantages, mais aussi en apportant des solutions à leurs problématiques afin de sécuriser et d’agrémenter leurs parcours d’études. Il était de bon ton de leur exprimer dès leur arrivée, cette conception des choses et c’est dans cette optique que le Campus Bretagne Centre et les municipalités du territoire ont tenu à organiser des cérémonies d’accueil en l’honneur des nouveaux étudiants. Une visite en bus, au cours de laquelle les étudiants se sont laissé guider par l’office de tourisme à travers la ville, a été l’occa-

42

sion pour eux de noter quelques adresses utiles et d’avoir un petit rappel historique notamment sur le château. Présidée par Christine Le Strat, maire de Pontivy et présidente de Pontivy Communauté, en présence d'Élisabeth Jouneaux-Pedrono, conseillère régionale, et de Pascal Morancais, directeur de l’IUT et représentant les chefs d’établissements du réseau, cette cérémonie a eu lieu le 28 septembre dans l’enceinte de l’école JulesFerry. Ils ont tour à tour pris la parole pour réitérer aux 150 étudiants présents, tout l’intérêt qu’ils leur portent, et leur ont rappelé que bien qu’étudiant dans une petite ville, ils devaient prendre conscience de la qualité de vie qui leur est offerte, mais aussi des avantages d’un accompagnement académique dans des structures à taille humaine. Des pochettes cadeaux leur ont été remises et ils ont pu ensuite profiter

d’un grand cocktail sans alcool. La mairie de Loudéac a pour sa part souhaité la bienvenue aux étudiants loudéaciens le 6 octobre. Dans la prestigieuse salle des mariages, une centaine d’étudiants ont écouté les mots de bienvenue d'Évelyne Boscher, adjointe en charge de la vie scolaire, de la formation et des transports. Élisabeth Jouneaux-Pedrono était également présente ainsi qu'Éric Jaffrot, représentant les chefs d’établissement du CBC. Un diaporama leur présentant les différentes prestations à leur disposition dans la ville a été déroulé, des kits de bienvenue ont été remis, et un verre de l’amitié a clôturé cette rencontre. De Loudéac à Pontivy, les nouveaux étudiants se sont dits sensibles à ces marques d’attention et beaucoup assurent entamer cette rentrée avec sérénité. C’est vrai qu’en Centre Bretagne, les étudiants sont choyés...


PAPETERIE FOURNITURES SERVICES

CARTOUCHES HIGH TECH MOBILIER

Tout pour le bureau ! Réservez en ligne, récupérez en magasin!

1€

teaue d le châ Pouré pour l'achatitbles revers hes compa uc carto

5, avenue des Cités Unies - 56 - PONTIVY - Tél. 02.97.27.84.07 ZAC de Ker Hervé - 22 - LOUDÉAC - Tél. 02.96.26.85.26

Vincent Nicolas (à gauche) et Philippe Mercier.

43


SPORT

Club nautique du pays de Loudéac Sur une bonne vague... De bons résultats sportifs, des effectifs en hausse... Le Club nautique du pays de Loudéac semble surfer sur une bonne vague. Après s’être largement ouvert à la pratique loisir, le CNPL souhaite aujourd’hui développer une section « sport-santé handisport ». Un second entraîneur vient d’être recruté. Dans le grand bassin des Aquatides à Loudéac, les compétiteurs du Club nautique du pays de Loudéac (CNPL) enchaînent les longueurs. Huit fois 25 m en quatre nages, puis 50 m souple avant plusieurs séries composées de 25 m avec les jambes, 50 avec les bras, 100 m à vitesse maximale, 75 m de nage en amplitude… et finir sur un sprint de 25 m. Sur le bord, chrono en main, Sébastien Duault donne le top départ ! « En début de saison, nous axons sur le travail du foncier. L’objectif est que nos nageurs retrouvent la forme et une bonne condition physique après les deux mois d’arrêt estival », explique l’entraîneur du CNPL. Au total, en 1 h 30 d’entraînement, les jeunes nageurs loudéaciens auront parcouru 4 750 m, en crawl, dos ou papillon, avec ou sans matériel. « Ce n’est pas tant que ça pour leur niveau », taquine Sébastien Duault. Les 54 nageurs de la section compétition du CNPL nagent au minimum trois et 44

jusqu’à six fois par semaine dans les lignes d’eau des Aquatides. Benjamins à juniors, ils sont classés du niveau départemental au niveau national. « Tous les ans, le club présente au moins deux, si ce n’est trois nageurs en championnat de France, élite ou par catégorie (minimes et cadets). Chez les plus jeunes, ce sont entre six et neuf nageurs qui vont aussi régulièrement sur des compétitions interrégionales, ce qui est aussi un bon niveau », se réjouit Élisabeth Guiffant, présidente du CNPL.

8e club breton

Pour la saison 2015-2016, neuf nageurs se sont, par exemple, qualifiés sur des championnats interégionaux, qui ont remporté 17 podiums. À l’issue de cette dernière saison, le club loudéacien s’est positionné à la 163è place des clubs français sur 1 076 classés, 8è de Bretagne (sur 51 clubs) et 3è des Côtes d’Armor. Si, à sa création en 1973, il avait surtout

une vocation de compétition, le CNPL s’est aussi petit à petit largement ouvert à la pratique loisir. Aujourd’hui, il est ainsi composé de quatre sections : école de natation, ados, compétition et adultes loisir.

Retour aux effectifs antérieurs

Toutes sections confondues, le CNPL compte 252 adhérents. Des effectifs de nouveau en hausse, après une baisse catastrophique subie il y a trois ans. « Avec la mise en place des TAP (temps d’activités périscolaires), nous avions perdu près de 30 % de nos effectifs de l’école de natation, sachant que cette section est le vivier qui alimente toutes les autres. La saison dernière, nous avons réussi à stabiliser le nombre de licenciés et, cette année, nous retrouvons nos effectifs antérieurs, autour de 75 à 80 nageurs chez les petits », observe Élisabeth Guiffant, pas complètement soulagée pour autant. « Cette baisse va encore impacter


mécaniquement, durant encore deux ans, le recrutement dans les sections ados et compétition. » Qu’à cela ne tienne, le CNPL qui ressort ainsi la tête de l’eau, veut aller de l’avant. Cette nouvelle saison s’accompagne du développement d’une cinquième section : sport-santé-handisport. Un projet qui mûrit depuis longtemps… « Cette section doit nous permettre d’accueillir des nageurs avec des handicaps physiques ou souffrant de problèmes de santé particuliers, tels que le diabète, l’obésité, les troubles musculo-squelettiques… Il y a une vraie demande », indique la présidente du CNPL. Un second entraîneur a été recruté, pour encadrer cette nouvelle section. Olivier Caen a ainsi pris ses fonctions à la rentrée. Olivier encadre également la section adultes-loisir. Au bord du grand bassin des Aquatides, c’est d’ailleurs l’heure du passage de relais. Tandis que les jeunes compétiteurs avalent leur dernière longueur, les adultes sortent au fur et à mesure des vestiaires, dans une ambiance plutôt bon enfant. Répartis par groupe de niveaux, ils enchaîneront, eux, entre 1 400 et 2 500 m, pour les meilleurs. « Lors des séances, on travaille les bons gestes pour améliorer la glisse, perfectionner les techniques. Mais, ma philosophie, c’est surtout qu’ils prennent du plaisir à nager », insiste le nouvel entraîneur, avant d’inviter chacun à se mettre à l’eau.

Pratique :

Club nautique du pays de Loudéac Chemin des Livaudières, à Loudéac (au sein des locaux des Aquatides) Tel : 02 96 66 12 55 ou 06 02 62 39 11 E-mail : aa.clubnautiquedeloudeac@sfr.fr Site internet : www.clubnautiquedupaysdeloudeac.com

INFOS PRATIQUES INFOS PRATIQUES

Sport-santé-handicap : « retrouver de bonnes sensations » Recruté pour encadrer la nouvelle section « sport-santé-handisport », Olivier Caen, 53 ans, n’est pas un novice en la matière. Au cours des deux dernières années, à Lamballe, il s’est notamment occupé d’une section « sport adapté » au sein du Cercle des nageurs de Lamballe ainsi que de cinq nageurs, en qualité d’entraîneur indépendant, de la section Penthièvre Handisport. Les séances proposées par Olivier sont préparées de façon à ce que les personnes qui les suivent « retrouvent de bonnes sensations par rapport à leur handicap », indique-t-il. D’ailleurs, plutôt que d’handicap, Olivier préfère parler de « contraintes du corps », auxquelles il s’adapte. « Mon travail consiste à personnaliser les séances pour des nageurs qui ne peuvent pas aborder la discipline dans des conditions optimales ; on trouve toujours des solutions », précise celui qui se réjouit de participer au développement de cette section « sport-santé-handisport » à Loudéac. Pour lui, en tant que sport porté, la natation est idéale pour des personnes souffrant de problèmes articulaires, osseux, musculaires… Deux créneaux ont d’ores et déjà été mis en place pour cette section : le lundi de 16 h 45 à 17 h 30 et de 17 h 30 à 18 h 15.

Tous les ans, le Club nautique du pays de Loudéac présente des nageurs en championnat de France, élite ou par catégorie. Alice Mounier et Mathias Even ont ainsi représenté les couleurs noir et rose du club loudéacien, aux championnats de France, qui se sont déroulés cet été 2016, respectivement dans les catégories minimes et cadets. Alice s’est classée 69e du 100 m Papillon, 66e du 50 m Papillon et 39e du 200 m Papillon ; Mathias, lui, a fini 78e du 200 m Nage libre, 65e du 50 m Nage libre, 63e du 50 m Dos et 58e du 100 m Nage libre.

45


46


«Les Terrasses de la Chouette Chevêche» Réalisation : Commune de Saint Caradec avec le concours de la Cideral

27 lots de 413 m2 à 1324 m2

Les premiers lots du lotissement «Les Terrasses de la Chouette Chevêche» ont déjà trouvé acquéreurs. Ses terrains viabilisés et terrassés de 413 m2 à 1324 m2, sont bien exposés, en bordure de la Rigole d’Hilvern et proche de la 4 voies. La vie associative offre de multiples possibilités de pratique d’activités culturelles et sportives.

Pour rendre les lots plus attractifs, une surprise est réservée à tous les premiers acquéreurs.

À SAISIR !

Taxe d’habitation et taxe sur le foncier bâti, part communale, remboursées pendant 5 ans, pour toute construction achevée avant le 31 décembre 2019.

Exposition Plein Sud Commerces et services de santé Écoles maternelles et primaires Complexe sportif

26,50 € TTC

La rigole d’Hilvern avec sa double rangée de hêtres présente un intérêt faunistique élevé. La chouette Chevêche, rare en Bretagne, s’est installée ici et nos aménagements protègent son habitat.

le m2

Contact : Mairie de Saint Caradec - Tél : 02 96 25 00 49 Mail : mairie.st-caradec@wanadoo.fr - www.saint-caradec.fr SAINT-CARADEC, commune de 1200 habitants, proche du Lac de Guerlédan est située au centre géographique de la Bretagne (source IGN), à 5 mn de Loudéac, 10 mn de Mûr-de-Bretagne et à 15 mn de Pontivy.

47


IS N O S ANMI M A U X A LES

À côté du pic vert,

Rambo, c'est un Mickey ! Pic-vert ou pivert... On dit comme on veut. Le bel oiseau n'a pas de préférence. Il aime bien les deux. Il adore toquer sur le bois aussi. Comme un dératé. Une vraie mitrailleuse piqueuse. Sans pour autant devenir marteau. Et ça, c'est fou ! Il a un joli béret rouge vissé sur le crâne, Jean Pivert. Oui, comme on est à moitié potes, on lui a cherché un prénom. Et Jean, ça lui va bien, on trouve. Joli et rouge, donc, son béret, mais bien trop large pour couvrir son cerveau qu'il a tout petit. Et ne vous risquez surtout pas à vous gausser de cette petite particularité. Dame Évolution a en effet passé des millions d'années à la mettre au point, à la peaufiner. Oui, des millions ! Alors camembert. Gardez vos remarques désobligeantes. Parce que le petit cerveau sous le gand béret, figurez-vous, c'est étudié pour. C'est fait exprès, si vous préférez. Exprès pour permettre à Jean Pivert de cogner du bec comme un dingo. Quand et autant de fois qu'il le veut. Et c'est souvent que ça lui prend : toc-toc pour appeler un copain, toc-toc pour déclarer sa flamme à une jolie femelle, toc-toc pour rechercher un insecte à déguster, toc-toc pour mettre sa tournée au comptoir... Tout lui est bon pour cogner du bec et si ça se trouve, il lui arrive même de toquer à l'insu de son plein gré. Par habitude et peut-être aussi juste par plaisir, parce que ça ne lui fait jamais bobo à la tête. Sauf quand il remet plusieurs tournées, mais là ça compte pas. Faut dire qu'en plus d'être minuscule son cerveau sait nager. On ne sait pas vraiment s'il crawle ou s'il brasse, mais on est sûr qu'il apprécie le joli confort que lui offre son bain de liquide cérébral.

Sa piscine crânienne en contient suffisamment pour amortir la plus grande partie de l'onde de choc. Et là aussi, c'est la gentille fée Évolution qu'a tout prévu. Et c'est encore elle qui eut la bonne idée de placer un coussinet de cartilage amortisseur à la base de la langue.

12 000 coups par jour

Et c'est pas tout. Elle doit faire les trois huit toute seule depuis la nuit des temps l'ingénieure spécialisée Évolution. Quand elle ne bricole pas, elle conçoit, elle imagine, elle ajoute une idée à une autre. Elle pense à tout et ne brasse jamais d'air comme certain (au singulier) de notre connaissance : quand elle imagine, quand elle dit, elle fait ! Et le bec ? lui demanda un jour son assistante. Elle ne répondit pas « allouette ». Elle n'aime pas les vannes foireuses. Non, elle lui imagina une structure spongieuse, toujours pour amortir les chocs tout en assurant sa solidité. Il cogne fort le bec, il perce, mais il recule dans la ouatte. Ou presque. Parce que Jean Pivert ne frappe pas du bec comme une brute. Il veille à cogner d'abord avec sa moitié inférieure, la plus exposée, celle qui a la capacité de se déformer pour mieux résister à l'impact. Et c'est tant mieux pour lui. Parce que quand il pique, notre pote Jean, il ne fait pas semblant. Les spécialistes (auxquels on ne rend jamais assez hommage) ont calculé qu'il secoue son crâne de manière violente plus de 12 000 fois dans la journée. Il frappe par rafales, à raison de 15 à 20 coups par seconde. À côté, Rambo, c'est un Mickey. Même pas foutu, comme nous tous, d'encaisser plus de 100 G de décélération quand Jean Pivert en subit 1 000 à chaque coup. Et que son petit cerveau continue à barboter tranquillement dans sa piscine en se frisant les moustaches qu'il n'a pas.

Retrouvez tous nos portraits d’an

48

imaux sur icietla-magazine.com

!


GASTRO

NOMIE

RECETTE DE CHEF

Yvonnick Le Maux Artisan chocolatier

Forêt noire à la framboise La bûche qui va vous faire fondre...

Ingrédients pour 4 personnes : Chantilly au kirsch • Crème 300 g soit 30 cl • Mascarpone 150 g • Sucre 50 g • Kirsch 30 g soit 3 cl

Biscuit cuillère :

• Farine 90 g • Cacao en poudre 30 g • Blanc d’œufs frais 180 g soit 6 œufs • Sucre 125 g • Jaunes d’œufs frais 100 g soit 5 œufs

Décor :

• Une tablette de chocolat noir (achetée chez votre chocolatier) • Cacao en poudre 50 g • Sucre glace 50 g • Framboises fraîches 150 g • Confiture de framboises 150 g

Préparation • Chantilly au kirsch : - À l'aide d'un batteur, monter tous les ingrédients ensemble et conserver le mélange au réfrigérateur. • Biscuit Cuillère : - Tamiser la farine et le cacao en poudre afin d'éviter les grumeaux. - À l'aide d'un batteur, monter les blancs d’œufs qui sont à température ambiante avec le sucre. - Une fois les blancs d’œufs montés, incorporer délicatement les jaunes d’œufs ainsi que la farine mélangée au cacao. - Mélanger afin d'obtenir un biscuit homogène. - Étaler sur une plaque de cuisson recouverte d'une feuille sulfurisé. (Maximum 1 cm de hauteur). - Placer le biscuit au four pendant 12 minutes à 180°C.

• Les petits plus :

- Attention de bien séparer les jaunes des blancs pour bien respecter la recette car il faut 6 blancs d’œufs pour 5 jaunes. - Pour vérifier la cuisson du biscuit, appuyer légèrement dessus pour vérifier sa consistance.

Montage : - Mélanger les 150 g de framboises fraîches et de confiture à l'aide d'une fourchette afin de bien écraser les framboises. - Étaler la compotée sur le biscuit de façon régulière. - Rouler délicatement le biscuit comme une bûche. - Répartir la chantilly au kirsch sur le biscuit roulé à l'aide d'une palette. - À l'aide d'un couteau, faire de beaux copeaux de chocolat avec la tablette de chocolat et les disposer sur la chantilly. - Saupoudrer de poudre de cacao et de sucre glace pour le décor.

• Le petit plus :

S'il reste quelques framboises fraîches, les disposer sur le dessus pour plus de volume.

Merci à Yvonnick Le Maux, Vice-champion du monde chocolatier


HOROS

l POISSON

COPE

(19/02-20/03)

Novembre. Vous allez vivre des situations qui vont vous donner l'opportunité de gagner l'estime de votre entourage et la vôtre à vos propres yeux, par une combativité et une éloquence accrues. Si vous négligez l'occasion, vous aurez tendance à vous auto saborder et vous enfermer dans la victimisation. Décembre. Ce mois sera synonyme d'évasion par rapport à votre quotidien. En effet, le transit du Soleil va entraîner votre esprit vers des terrains qui vous permettront de prendre de la distance avec les aspects pratiques de votre existence. Ce qui vous expose à des moments de distraction et à des oublis en tous genres.

a BELIER

(21/03-20/04)

Novembre. Renvoyer l'ascenseur à ceux qui vous ont aidé vous ouvre à des liens plus profonds que vous ne l'aviez supposé. Les aspects les plus spirituels de la vie auront tendance à prendre davantage d'importance et vous faire gagner en profondeur de raisonnement. Décembre. Ce mois s'annonce intense dans votre vie professionnelle. En effet, vous pourriez vivre des situations qui vont faciliter votre ascension, par le combat, l'audace, et l'efficacité de vos actions. À vous de trouver la bonne frontière entre courage et témérité !

b TAUREAU

(21/04-20/05)

d CANCER

(22/06-22/07)

Novembre. Vos émotions gagnent en densité et vous sembleront à la fois plus facilement contrôlables. Vous bénéficierez d'un sens de la diplomatie qui fera merveille avec les personnes les plus susceptibles que vous pouvez connaître. C'est le moment de chercher à nouer des accords. La chance est avec vous sur le plan relationnel. Décembre. Ce mois s'annonce actif et va mettre en relief vos besoins de sécurité. Vous n'hésiterez pas pour cela à réorganiser votre mode de vie pour consacrer plus de temps à votre vie relationnelle. Votre vie sentimentale sera vécue avec davantage de légèreté et d'aspects ludiques.

(23/10-21/11)

Novembre. Vous êtes prêt à faire de grands efforts pour aller de l'avant. Vous aurez le courage moral d'épurer les choses et de simplifier l'évolution de votre carrière. Il sera bon de tenir compte des conseils venant de personnes plus âgées que vous dans cette période, cela vous permettra d'affiner vos stratégies. Décembre. Ce mois va vous pousser à faire un grand bilan de fond dans votre vie financière et matérielle. En effet, le transit du Soleil dans votre maison vous pousse à envisager des changements dans vos projets. Vous ressentez un fort besoin de laisser une trace, d'imprimer votre marque, de concrétiser quelque chose de durable.

i SAGITTAIRE

f VIERGE

j CAPRICORNE

(23/08-22/09)

Novembre. Ne vous laissez pas décourager maintenant, c'est le moment d'aller au-delà de votre pudeur naturelle et de vos doutes pour forcer les choses. Il y a des détails juridiques ou administratifs à régler pour mener à bien vos projets, ce que vous parviendrez à faire grâce à des aides extérieures. Décembre. Du travail supplémentaire, un entourage qui vous réclame de l'aide, le climat n'est pas propice aux grandes méditations. Vos relations les plus intimes vous sembleront plus autonomes par rapport à vous, ce qui vous laisse davantage de marge de manœuvre pour vos affaires personnelles.

c GEMEAUX

g BALANCE (23/09-22/10)

(21/05-21/06)

h SCORPION

e LION (23/07-22/08)

Novembre. Votre autorité n'est pas systématiquement contestée, mais vous risquez fort d'en avoir l'impression malgré tout. Vous pourrez toutefois relativiser les humeurs des uns et des autres pour mener à bien vos projets. Cela vous laissera plus de disponibilité morale pour vous pencher sur les préoccupations de votre entourage. Décembre. Vos valeurs, vos vertus et vos passions sont au-devant de la scène. Vous ne manquerez pas d'occasion d'échanger, ce qui va enrichir votre quotidien et vous aider à aller au-dessus des aspects purement matérialistes de l'existence.

Novembre. Ce mois s'annonce fécond pour clôturer des situations une bonne fois pour toutes, notamment celles qui, depuis mars dernier, étaient trop nébuleuses, imprécises, sans buts. Vous ne mâcherez pas vos mots pour enfin dire ce que vous attendez de l'autre, au sens large. Décembre. C'est le moment idéal pour faire un grand bilan de fond par rapport à tous les événements qui se sont déroulés cette année. Vous avez beaucoup semé, il reste encore à tendre la main à certaines personnes de votre entourage. Entre le trop et le pas assez de rapprochements, il ne sera pas évident de trouver la bonne mesure.

Novembre. Des impulsions d'indépendance sont susceptibles de vous mener à des débordements qui peuvent remettre en question bon nombre de vos relations, et de les transformer en profondeur. Attendez-vous à devoir vous interroger vousmême sur des questions cruciales. Décembre. Ce mois sera principalement axé sur votre vie relationnelle. Celle-ci sera marquée par des changements de fond qui vont bousculer vos habitudes, mais qui auront pour intérêt d'apporter davantage d'optimisme, de combativité et de légèreté dans votre vie.

50

NOVEMBRE - DECEMBRE 20 16

Novembre. Ce mois va favoriser l'émergence d'un nouvel équilibre financier dans votre vie. Sur le plan affectif, le même processus va se mettre en route. Votre vie sociale va vous pousser à vous structurer davantage, à gagner en profondeur de vue, à sécuriser votre position. Décembre. Ce mois sera porteur d'un excellent courant de chance au plan des échanges, tout particulièrement dans votre vie sociale et amicale. Le transit du Soleil en sextile à votre signe va vous apporter davantage d'aplomb, de charisme dans votre environnement.

(22/11-20/12)

Novembre. Vous allez vivre des fins de situations et des nouveaux départs à la fois. Il est à prévoir des changements de fond qui vous incitent à changer certains pans de votre vie. Vous saurez tirer votre épingle du jeu, notamment dans le domaine professionnel. Décembre. Le temps risque de vous manquer jusqu'aux fêtes de Noël. Les relations se clarifient en duo, la compréhension est plus facile à obtenir, sans forcer les choses, sans chercher à les contrôler. Votre expression gagne en pertinence, ce qui fera la force de votre pouvoir de persuasion.

(21/12-19/01)

Novembre. Des réunions sont en vue et vous rapprochent de vos véritables buts. L'affirmation de vous-même passe par des échanges. Vous éprouverez un besoin de retrait par rapport à l'agitation du monde extérieur, un besoin d'évasion qui sera le bienvenu pour prendre des distances par rapport à votre quotidien. Décembre. Ce mois va vous inciter à vous pencher sur tout ce qui doit être dorénavant achevé. Le transit su Soleil dans votre maison vous confère une ténacité toute particulière pour boucler tout ce qui encombre votre route. Vous ne manquerez pas de possibilités d'échanges constructifs pour mener à bien ces actions.

k VERSEAU

(20/01-18/02)

Novembre. Ce mois s'annonce remuant. Votre réalisme sera confronté à des situations tendues qui vont réclamer beaucoup de sang-froid pour être résolues. Votre entourage revendique des changements rapides, tandis que vous aurez besoin de temps pour les mener à bien dans les meilleures conditions. Décembre. Vous êtes en position souveraine pour prendre la main sur votre destin. En effet, le sextile du Soleil à votre signe va éveiller en vous un puissant besoin d'action. Des prises de décisions et de conscience vous permettront de faire des pas de géant en direction de vos objectifs les plus essentiels.


un projet,

une création,

une impression… imprim

la solution

votre imprimeur conseil en numérique, offset et rotative Catalogue, plaquette d’entreprise, flyer, fiche, affiche, papier à lettre, chemise, enveloppe, cartes commerciales, calendrier, set de table, carnet autocopiant, liasse informatique, autocollant, étiquette, bulletin, livre…

1 rue de l’Embellie - 56100 LORIENT Tél. 09 67 21 29 50 - Port. 06 81 97 95 18 mail : irisimprim@orange.fr - www.irisimprim.fr

51


RS O I N É S S E C I SERV E C N E D I S É R

IDER

S Venez y RÉ

Prése de l’habit nt au salon at durab le à les 26 et 27 novem Pontivy bre 2016

Ici et là magazine - Numéro 15  

Magazine gratuit du Centre Bretagne - novembre/décembre 2016