Ici et Là Magazine - Numéro 53 - Pays de Loudéac et de Pontivy

Page 1

VENTS CONTRAIRES POUR L’ÉOLIEN N°53 SOCIÉTÉ • CULTURE • ÉCONOMIE • LOISIRS • TOURISME AUTOMOBILE Les bolides à Saint-Gouëno TRIATHLON La course des « diables » CENTRE BRETAGNE L’œil des photographes Mai / Juin 2023 Magazine gratuit du Centre Bretagne - Pays de Loudéac et de Pontivy

Enregistré à l’ORIAS sous le numéro 07001901 (www.orias.fr) en qualité de courtier en assurance, courtier en opérations de banque et en services de paiement, conseiller en investissement financiers adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, association agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Activité de démarchage bancaire et financier

NOUS ACHETONS EN CASH LES PRODUITS DONT VOUS NE VOUS SERVEZ PLUS NOUS RÉPARONS SUR PLACE VOS PRODUITS (SMARTPHONES,
ET INFORMATIQUE) Pinel - LMNP Dé cit foncier Malraux Bilan patrimonial Optimisation scale Stratégie successorale Placements A2g Patrimoine Bruno LE DORZE Tél. 02 97 28 33 33 Mail : accueil@a2gpatrimoine.fr Complémentaire santé Prévoyance • Retraite Assurance emprunteur A2g Prévoyance Eric LE DORZE Tél. 02 97 28 32 22 Mail : accueil@a2gprevoyance.fr Société de courtage d’assurance enregistrée sous le numéro 08041221 www.orias.fr A2g Immobilier Jacky BRAJEUL Tél. 02 97 28 33 33 Mail : accueil@a2gimmobilier.fr n° CPI 5602 2021 000 000 020 Gérons à deux votre patrimoine L’immobilier de rendement Auprès des professionnels, des entreprises et des particuliers www.a2gimmobilier.fr www.a2gpatrimoine.fr www.a2gprevoyance.fr 20, rue Albert de Mun - PONTIVY Espace Océane, 26 rue du Danemark - AURAY
TABLETTE, CONSOLES

• CIRCUIT COURT p. 18

• ARTISAN P. 20

• AGENDA p. 24-25

• RANDONNÉE Circuit de St-Rivalain à St-Adrien p. 32

• PATRIMOINE Eglise St-André p. 33

• LIVRES p. 34

• VOYAGE p. 36

• PHOTOGRAPHIE Clin d’œil p. 38-39

• SANTÉ Les bons plans de Katia p. 40

• GASTRONOMIE Les recettes de Julie p. 41

• HOROSCOPE p. 42

Ici et Là est une publication bimestrielle.

Directeur de la publication : Dominique Perrot

Photographes : Michel Langle, Grains d’image, Louvafilm

Conception et réalisation : MCI Communication/Iris Imprim

Impression : Rotimpres

Rédaction et régie publicitaire : 07 87 36 05 64 - idest.pontivy@gmail.com

N° ISSN : 2276-1934

AU VIN DU SOLEIL AU VIN DU SOLEIL C AVE - TOR RÉFACTIO N VINS DE PROPRIÉTÉ • VRAC • FONTAINES À VINS SPIRITUEUX • BIÈRES PRESSION • JUS DE FRUITS CHAMPAGNE • COFFRETS CADEAUX PANIERS GOURMANDS • CAFÉ Pour toutes vos manifestations associatives / particuliers - PRÊTS DE TIREUSES - BARNUMS ROUTE DE NOYAL-PONTIVY SAINT-NIEL - 56300 PONTIVY 02 97 25 21 25 (Fermé le mercredi après-midi)
N°53 SOMMAIRE DOSSIER : LA FILIÈRE ÉOLIENNE en Centre bretagne p. 5 à 16
Pays de Loudéac et de Pontivy

TOUR DU GOLFE DU MORBIHAN

Croisières avec ou sans escale sur l’Île aux Moines, l’Île d’Arz ou les deux îles dans la journée

DÉPART de Baden

www.izenah-croisieres.com

Pour l’Île aux Moines, de Baden embarquez directement à bord avec l’application Witick

de réduction sur présentation de ce coupon papier ou en photo soit 18,6% de réduction par adulte selon la formule choisie en billetterie

jusqu’à 4€ 90x138-PUB IZENAH.indd 1 06/04/2023 12:01
DÉC O TABLEAU
M
BILIE
DÉC
TABLEAU
M
BILIE
nstallatio
13,
l
e
w
5 6 3 0 0 P O NTIVY – 0 2 9 7 27 8 9 59 OUVE R T du l undi ap rès-midi au s am e di, d e 9 h 3 0 à 1 2 h e t d e 1 4 h à 1 8 h 30
2 )
X
O
R
O
X
O
R I
n et pose à domicile
rue C o
b
r t – Zo n e du S ignan ( sho
ro om de 700 m2)
-15%surtoutlemagasinpendanttoutlemoisdejuin
PROMOD’ÉTÉ

LA FILIÈRE ÉOLIENNE EN CENTRE BRETAGNE

Initiée il y a un peu plus de 20 ans, la production d’énergie éolienne connaît un nouveau développement dans le Centre Bretagne. Déjà doté d’un parc conséquent, le territoire voit fleurir de nouveaux, et nombreux, projets. Si la nécessité d’adopter de nouveaux schémas énergétiques est largement partagée, certains entendent s’opposer à la multiplication des éoliennes sur le territoire.

Grâce à la vitesse et à la constance du vent, la Bretagne dispose du deuxième gisement de vent en France. Pour autant, le parc éolien breton se positionne aujourd’hui à la cinquième place des régions françaises après les Hauts-de-France, le Grand Est, l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine. La région avait pourtant fait figure de pionnière dans le développement de l’exploitation à terre de cette énergie renouvelable. Après le boom des années 2000, la création de nouveaux parcs éoliens s’est tassée depuis 2010. En 2020, 76 % des aérogénérateurs avaient plus de 10 ans. Un renouvellement du parc a commencé sur certains sites, contribuant à augmenter la puissance installée.

Aujourd’hui, avec une centaine de parcs et plus de 600 éoliennes, la Bretagne assure aujourd’hui 20 % de sa production d’énergie. Les sites de production éoliens se répartissent sur l’ensemble de la région puisque les deux-tiers des communautés de communes en Bretagne disposent de parcs éoliens terrestres. Mais il existe de fortes disparités territoriales : le Morbihan et les Côtes-d’Armor représentent chacun un tiers de la puissance éolienne raccordée. Des disparités encore plus accentuées entre la côte et l’intérieur. C’est notamment le cas

en Centre Bretagne qui affiche une forte densité de mâts.

Un sujet qui divise

Sur le territoire de Pontivy Communauté, l’éolien apparaît comme la première source de production d’énergies renouvelables. La collectivité souhaite aujourd’hui s’y investir davantage par une participation financière et technique aux nouveaux projets (page 6).

Du côté de Loudéac Communauté, le parc s’est notablement développé depuis l’installation des premières éoliennes, au début des années 2000. Et il devrait encore s’étendre dans les années à venir (page 7).

La forte densité d’éoliennes en Centre Bretagne est d’ailleurs à l’origine de la création d’une formation. Depuis 2015, le lycée Fulgence-Bienvenüe de Loudéac forme en effet chaque année une quinzaine de techniciens en maintenance des systèmes éoliens. Une formation d’avenir dans un domaine d’activité en plein développement (page 8).

Les promoteurs de l’éolien ne manquent pas d’arguments pour légitimer son développement. « Les éoliennes contribuent activement à produire une énergie propre, respectueuse de l’environnement et à un coût maîtrisé. Elles sont plus que nécessaires

en Bretagne où environ 85 % de l’électricité consommée est importée des régions voisines », avancent-ils. Pour autant, s’ils ne s’opposent pas à la production d’une énergie propre, certains riverains et élus estiment que la densité de mâts est déjà trop forte dans certains secteurs. C’est notamment le cas à Plumieux, où on comptabilise tout de même près de 80 éoliennes dans un rayon de 10 km autour de la commune. Ici c’est l’association Plum’ au vent mène le combat (page 10). C’est également le cas à Guern. 15 ans après sa mise en service, un parc éolien devrait finalement être démantelé. Pour autant, un nouveau projet inquiète les riverains et est déjà contesté par une association (page 12).

Dans Le Mené en revanche, la participation financière des habitants aux projets éoliens a facilité la création d’un premier parc. Original et novateur, ce projet lancé il y a maintenant dix ans est même aujourd’hui appelé à se développer (page 14). À Merdrignac enfin, l’éolien c’est aussi l’affaire des riverains. Ici, ils ont été intégrés au projet et n’ont pas hésité à en devenir actionnaires (page 15).

• 5
DOSSIER

Pontivy Communauté

LA COLLECTIVITÉ S’IMPLIQUE DANS L’ÉOLIEN

Sur le territoire de Pontivy Communauté, l’éolien apparaît comme la première source de production d’énergies renouvelables. La collectivité souhaite aujourd’hui s’y investir davantage par une participation financière et techniques aux nouveaux projets.

Devenir un territoire à énergie positive, c’est-à-dire produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme, à l’horizon 2050, tel est l’objectif affiché par Pontivy Communauté. Aujourd’hui, alors que la consommation annuelle d’énergie atteint près de 1 300 GWh sur le territoire, la production d’énergies renouvelables s’établit à un peu moins de 400 GWh, soit environ 30 %. Pour y parvenir, la collectivité entend développer une stratégie double portant à la fois sur une politique volontariste pour maîtriser la consommation d’énergie et sur un programme d’actions concrètes pour développer la production d’énergies renouvelables.

Dans ce domaine, près de la moitié l’est par les éoliennes. Pontivy Communauté comptabilise aujourd’hui 11 parcs, pour un total de 50 éoliennes en fonctionnement. Deux nouvelles installations sont autorisées mais non construites à ce jour : six éoliennes à Séglien et une à Saint-Connec. Deux parcs sont par ailleurs identifiés à des stades avancés de développement : trois éoliennes à Bréhan et quatre à Silfiac. Enfin, d’autres projets sont à un stade moins avancés.

« La production annuelle est d’environ 170 GWh et notre ambition est d’atteindre 350 GWh, à l’horizon 2030, mais cela ne veut pas dire qu’il faudra doubler le nombre de parcs éoliens », explique Véronique Delmouly, vice-présidente de Pontivy Communauté, chargée de l’environnement et de la transition énergétique. Le repowering ou « renouvellement » d’un parc éolien, apparaît comme une solution pour accroître la production sans agrandir l’emprise au sol des parcs.

Cette opération déjà menée à Kergrist, consiste à remplacer d’anciennes machines par des éoliennes plus performantes pour un gain de productivité évalué à 20 %. Intéressant mais assurément pas suffisant !

« Défendre nos intérêts »

La construction de nouveaux parcs éolien est une option possible mais le sujet est devenu particulièrement miné pour les élus locaux qui y sont confrontés. Chaque projet est immédiatement contesté par les riverains qui n’hésitent pas à créer une association pour défendre leurs intérêts. Une situation qui a amené Pontivy Communauté à proposer aux communes, un accompagnement technique et financier. « Les communes ne sont plus seules. Avec l’intercommunalité, nous sommes plus forts pour négocier avec l’opérateur, voire empêcher les projets qui n’apparaissent pas pertinents », assure l’élue.

Dans ce domaine, le projet éolien du Houarn, à Séglien, qui prévoit l’installation de six éoliennes, apparaît comme une première pour la

collectivité. L’initiative en revient à la commune de Silfiac. Le parc étant situé sur la commune voisine mais en limite de son territoire, cette dernière a souhaité entrer dans le capital de la société à l’origine du projet. Elle va d’ailleurs y entrer à hauteur de 5 %. Pontivy Communauté aussi !

Regroupés au sein de la SAS Pondi Énergies, la communauté de communes et la SEM 56 Energies, détiendront en effet 40 % des parts. « Cela va nous permettre de conserver un maximum de ressources sur le territoire pour lancer une spirale vertueuse de la production d’énergies renouvelables, par forcément éolienne », assure Véronique Delmouly. En plus des futures dividendes, Pontivy Communauté et ses communes bénéficient de retombées fiscales via l’IFER (Imposition Forfaitaire sur les Entreprises de Réseaux). En 2022, cette taxe représentait tout de même 710 000 €

« Le fait que la collectivité investisse dans ces projets et profite des retombées économiques devrait aussi susciter une meilleure acceptabilité par la population voire un mécanisme de participation citoyenne », espère-t-elle. Ici pourtant, les opposants au parc éolien du Houarn ont formé deux nouveaux recours.

Sans pousser à l’installation d’éoliennes, la communauté de communes semble disposer à continuer d’investir dans ce genre de projets. Mais compte tenu des nombreuses servitudes liées à l’installation d’éoliennes, ce territoire apparaît déjà aujourd’hui, à la limite de la saturation.

6 •
DOSSIER

Loudéac Communauté

UN DÉVELOPPEMENT

QUI DIVISE

Depuis l’installation des premières éoliennes, au début des années 2000, le parc s’est notablement développé sur le territoire de Loudéac Communauté. Et il devrait encore s’étendre dans les années à venir… ce qui n’est pas sans susciter des oppositions, chez certains élus comme chez les riverains.

une moindre densité d’habitations et il est plus simple d’y trouver des zones respectant la limite des 500 mètres par rapport aux habitations. » Aujourd’hui, de Plumieux au Haut-Corlay, en passant par le Mené ou Saint-Caradec, on comptabilise 12 parcs pour un total de près de 70 éoliennes.

Définir une stratégie à l’échelle du territoire pour s’adapter au changement climatique et à la transition énergétique et écologique… Tel est l’objectif du projet de Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET), actuellement en cours d’élaboration au sein de Loudéac Communauté. Sa finalité est d’abord d’identifier les enjeux et secteurs prioritaires ainsi que les potentialités du territoire, avant d’engager les acteurs pour atteindre ces objectifs et faire vivre une dynamique d’action sur le territoire.

Avec un total d’un peu plus de 400 GWh produits annuellement, la part des énergies renouvelables ne cesse de progresser. Pour autant, le territoire qui consomme en moyenne un peu plus de

1 700 GWh par an, semble encore bien loin de l’autonomie. Affichant une production annuelle avoisinant 190 GWh, l’éolien apparaît aujourd’hui comme la première source d’énergies renouvelables. De fait,

Loudéac Communauté fait partie des secteurs où la densité d’éoliennes est la plus forte en Bretagne. Il faut remonter au début des années 2000 pour voir se dresser les premières éoliennes. En 2005, le parc de Caurel-SaintMayeux, apparaît comme un pionnier. Les cinq éoliennes, de 75 mètres de hauteur pour une puissance nominale de 0,85 MWh, sont alors plus petites et beaucoup moins puissantes que celles construites aujourd’hui. À titre d’exemple, les trois éoliennes actuellement en projet à Guerlédan mesurent 200 m et ont une puissance nominale de 4,5 MWh.

Douze parcs et près de 70 éoliennes

Au fil des années, les parcs vont se multiplier. « Cela n’est pas lié au gisement de vent, qui est de qualité sur l’ensemble des territoires bretons, assure un spécialiste. Les secteurs du Centre Bretagne présentent

Et il devrait encore notablement s’étendre dans les années à venir. « Dans ce domaine, la politique de Loudéac Communauté est à la fois claire et simple, nous suivons systématiquement les décisions prises par les communes », assure Michel Ulmer, vice-président de la communauté de communes, chargé du développement durable et du PCAET. Entre les projets autorisés, ceux qui ne sont pas soumis à autorisation ou encore ceux qui en sont encore au stade de l’instruction, une douzaine de nouveaux parcs pour un total de près de 60 éoliennes pourraient être construits sur le territoire.

Ces nouveaux projets éoliens, qui viennent s’ajouter aux parcs déjà existants, ne remportent pas forcément l’adhésion, de certains élus locaux et de leurs administrés. Plusieurs maires, notamment à Saint-Barnabé, Loudéac ou encore Plumieux, ont clairement affiché leur opposition aux projets. Parallèlement, des associations comme « Vent debout », à Plémet, « La Plum‘ au Vent », à Plumieux, ou encore « Non aux éoliennes mûroises », à Guerlédan, se sont constitués pour défendre les intérêts des riverains. Sans forcément afficher une hostilité à l’énergie éolienne, ils estiment simplement que « trop, c’est trop. » Confrontés à une forte densité d’éoliennes dans des secteurs du territoire, certains affirment même ressentir « une sorte d’oppression ».

DOSSIER
• 7

BTS Maintenance des systèmes éoliens

À LOUDÉAC, ON FORME DES TECHNICIENS

Depuis 2015, le lycée Fulgence-Bienvenüe de Loudéac forme chaque année une quinzaine de techniciens en maintenance des systèmes éoliens. Une formation d’avenir dans un domaine d’activité en plein développement.

filière est enfin créée, l’établissement loudéacien fait tout naturellement acte de candidature. Elle est retenue par la région, et le lycée peut accueillir la première promotion des étudiants en maintenance des systèmes éoliens, à la rentrée de septembre 2015.

L’établissement accueillant déjà une formation en maintenance industrielle, il est nécessaire d’optimiser l’espace dans les ateliers, pour accueillir les équipements nécessaires à l’enseignement de cette nouvelle option. Mais ce n’est pas suffisant ! Pour accueillir pales et nacelles, il faut de l’espace… beaucoup d’espace. La communauté de communes de Loudéac va y pourvoir en mettant à disposition un bâtiment de son pôle environnement, d’une surface de 400 m2

Une forte demande de techniciens

D’entrée, la première promotion limitée à 14 étudiants fait le plein. « Depuis c’est à chaque fois le cas, se réjouit Hubert Bouquet. Il n’y a que dix formations de ce type en France et la demande est de plus en plus importante. Pour la rentrée prochaine nous avons déjà plus de 180 candidatures. »

« Je suis né près du Mont Saint-Michel et il y avait des éoliennes dans mon environnement quotidien, explique Mathias. Au fil des années, je m’y suis intéressé et j’ai finalement décidé d’en faire mon métier. » Pour Dorian, c’est une suite logique de son cursus. « Après un Bac en Sciences et technologies de l’industrie du développement durable, j’ai choisi de poursuivre dans cette filière d’avenir ». Tous deux âgés de 19 ans, les étudiants achèvent leur seconde année de BTS Maintenance des systèmes éoliens, au lycée Fulgence-Bienvenüe de Loudéac.

L’idée d’ouvrir une formation dans ce domaine est née, il y a un peu plus d’une dizaine d’années. « C’était lors de l’inauguration d’un parc éolien, à Saint-Barnabé, en 2010, se souvient Hubert Bouquet, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques au lycée de Loudéac. Compte tenu du développement de l’éolien dans la région, pourquoi ne pas initier une formation de techniciens en Bretagne, suggère alors le propriétaire du parc ? »

L’idée ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd. Seul petit problème, elle n’existe pas encore dans le catalogue des formations proposées par l’Éducation nationale. « À l’époque, elle n’était dispensée qu’en formation continue », précise Hubert Bouquet. Lorsqu’en 2014, la

Durant deux années, ils vont apprendre leur métier en travaillant sur des maquettes qui reconstituent le fonctionnement complet d’une éolienne mais également sur une nacelle ou sur une plateforme de quatre mètres afin de s’initier aux mesures de sécurité et au travail en hauteur. En première année, les étudiants effectueront par ailleurs un stage de deux mois en entreprise. Lors de la seconde année, ils devront mener un projet tutoré et présenter des pistes d’amélioration de l’existant. « Nous avons également noué des partenariats avec d’importantes entreprises du secteur (Emercon, EDF, Nordex…), ce qui nous permet de proposer une formation essentiellement basée sur la pratique professionnelle », insiste Hubert Bouquet.

Une fois titulaires de leur diplôme, les étudiants pourront poursuivre leur formation par une licence professionnelle dispensée à Saint-Nazaire. Ceux qui souhaitent entrer dans la vie active n’auront guère de mal pour trouver immédiatement un employeur. « C’est un domaine en fort développement il y a une forte demande de techniciens en maintenance », assure Hubert Bouquet avant de préciser tout de même : « Il faut avoir une bonne condition physique pour monter les 70 mètres d’échelle dans le mât de l’éolienne et bien évidemment ne pas avoir le vertige. »

8 • DOSSIER

Pontivy

12, rue Charles de Gaulle Consultez notre NOUVEAU site : www.blmcentrebretagne.fr

97 28 99 66 lyceekerlebost.fr

Collège 4ème et 3ème

Lycée général et techno

Lycée professionnel

Apprentissage

Projet professionnel Post BAC

BTSa Technico-Commercial Biens et Services pour l’Agriculture

BTSa Technico-Commercial Alimentation et Boissons

Apprentissage

Passeur d’âme - Énergéticien - Guérisseur

Travail à distance, aussi efficace qu’en cabinet

sation de f fa i tiggue h chr

cien - Gué Gu

• Sensation de fatigue chronique

g onique ?

• Sensation de mal-être ?

• Vous avez des ennuis continuels ou autres Grâce aux dons, je vous équilibre les énergies, en enlevant les mauvaises et vous envoyan les bonnes, que ce soit sur vous ou dans votre habitat ou même sur votre animal. Je vous équilibre les chakras... Je diminue très fortement les effets du COVID.

ntinuels ou aut , s, gi uilibre les énergi t ant n an et vous envoyan

06 09 58 70 86

www.michel-medium.fr

Mercredi 10 mai 14h-17h

Samedi 10 juin 9h-12h

Anne de Bretagne

56500 Locminé 02 97 60 01 54 lyceeannedebretagne.fr

Collège 4ème et 3ème

Lycée professionnel

Apprentissage

BAC
Bac PRO
Vente
BAC PRO Services
Territoires Projet professionnel
BAC
CAPa Services aux Personnes et Vente en Espace Rural
PRO Gestion des Milieux Naturels et de la Faune
Technicien Conseil
en Alimentation
aux Personnes et Animation des
CAP Equipier Polyvalent du Commerce Seconde générale et technologique
Sciences et Technologies de l’Agronomie et du Vivant CAPa Métiers de l’Agriculture BAC PRO Conduite et Gestion d’une Entreprise Agricole
BP
CS
@GRIPILOTE
d’atelier -
BTSa
02
CAPa Métiers de l’Agriculture
REA Responsable d’Entreprise Agricole
Avicole et CS Bovins-Lait
Responsable
chef d’entreprise agricole
Technico-Commercial PORTES OUVERTES Kerlebost 56300 St-Thuriau
ichel edium M

DOSSIER

Association Plum’au vent

À PLUMIEUX, « TROP C’EST TROP ! »

Avec près de 80 éoliennes dans un rayon de 10 km autour de la commune, Plumieux affiche aujourd’hui son opposition à tout nouveau projet d’installation. Créée il y a cinq ans, l’association Plum’ au vent mène le combat avec des fortunes diverses.

« Nous ne sommes pas contre l’énergie éolienne mais autant de projets sur une même commune, ça ne va pas, trop c’est trop ». Depuis sa création, en juillet 2018, l’association Plum’au vent, présidée par Jean-Pierre Clément, s’est donnée pour mission de combattre les projets d’installation de nouveaux parc éoliens sur la commune. Il est vrai que le ciel plumetais est déjà bien saturé en pâles. « Dans un rayon de dix kilomètres autour de Plumieux on comptabilise 78 éoliennes, que l’on peut d’ailleurs apercevoir de la commune », assure-t-il. Au-delà de l’association, cette prolifération d’éoliennes exaspère une large majorité des habitants de la commune. Lors d’une pétition initiée en 2017, 82 % des Plumétais(es), avait ainsi affiché son opposition à l’implantation de nouvelles turbines sur le territoire de leur commune. Initialement plutôt favorable à des projets pouvant générer des ressources financières, les élus se sont finalement ravisés. Au mois de juillet 2020, le conseil municipal a en effet refusé la réalisation d’études en vue de l’implantation de nouveaux parcs éoliens sur le territoire communal.

Reste que le territoire intéresse toujours autant les promoteurs éoliens. « Notre secteur n’est pas traversé par un couloir aérien, indique Fernand Le Roy, membre de l’association. De plus, nous sommes dans une zone où les habitations sont très diffuses et où il y a une faible population. » Selon la législation, l’implantation d’une éolienne n’est possible que si elle se trouve à plus de 500 m d’une habitation. Résultat, il y a eu jusqu’à cinq projets en même temps sur la commune. Deux sont toujours en cours !

Pour le projet de Keranna, composé de cinq éoliennes, l’association semblait plutôt confiante après l’avis défavorable émis par le préfet. Le vent a finalement tourné

lorsque la cour administrative d’appel de Nantes a préconisé sa validation. Le préfet a dû revoir sa copie pour finalement donner son autorisation. L’association a bien essayée de faire appel… Elle a été déboutée et le parc va se faire.

Le combat continue

Pour le parc de Péhart, le projet initial portait sur la construction de sept éoliennes. « Dans le village qui compte une quarantaine d’habitants, les avis étaient partagés, rappelle Jean-Pierre Clément. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une poignée à y être favorable. » Le conseil municipal s’y est naturellement opposé et le commissaire enquêteur a émis un avis défavorable. Le préfet n’a pas suivi mais a assorti sa décision d’un compromis en autorisant la construction de deux éoliennes. Validée en janvier dernier, par la cour administrative d’appel de Nantes, la décision fait

aujourd’hui l’objet d’un recours porté par le conseil municipal devant le Conseil d’État. Si l’association doit composer avec ces revers, elle peut aussi s’enorgueillir de belles victoires. Ainsi, le projet des Landiers a été abrogé par le préfet sans même passer par une enquête publique. De même, à l’issue d’un combat aussi long qu’indécis, Plum’au vent a réussi à stopper le projet de Quillien, qui portait sur la construction de quatre éoliennes.

Loin de se reposer sur ses lauriers, l’association entend continuer à rester vigilante. « Il faut savoir que plus il y aura de projets éoliens acceptés, plus le risque d’extensions des champs éoliens existants sera réel », explique Fernand Le Roy. Persuadés que leur territoire a « assez donné », ils vont poursuivre leur combat et s’opposer à l’installation de nouveaux mâts sur la commune.

10 •
Vos spécialistes de la rénovation depuis plus de 20 ans MENUISERIE MÉCO La qualité au plus juste prix 7, quai des Récollets - 56308 Pontivy 02 97 25 38 68 - meco56@wanado o.fr www.meco.fr MENUISERIE JOSSÉ La qualité est notre priorit Rue Glais Bizoin - 22600 Loudéac 02 96 28 92 12 - eurljosse@orange.fr www.eurljosse.com FENÊTRES PORTES D’ENTRÉE VOLETS PORTES DE GARAGE PORTAIL / CLÔTURES GARDE CORPS STORE BANNE PERGOLA STORE BANNE PERGOLA BIOCLIMATIQUE

Guern

VENTS CONTRAIRES POUR L ‘ÉOLIEN

Le combat aura été long et les décisions régulièrement remises en question ! 15 ans après sa mise en service, le parc éolien du Niziau, à Guern, devrait finalement être démantelé. En attendant la décision du Conseil d’État et l’épilogue de ce très long feuilleton, un nouveau projet de parc éolien sur la commune, inquiète les riverains et est déjà contesté par une association.

2008. Trois ans après l’obtention d’un permis de construire, un parc géré par une société allemande et composé de trois éoliennes installées au Niziau, dans la commune de Guern, entre en activité. Son existence est pourtant rapidement contestée par les riverains regroupés au sein de l’Association contre le projet éolien de Guern (ACPEG). Celle-ci obtient d’ailleurs une première victoire, dès l’année suivante. En février 2009, le tribunal administratif de Rennes annule le permis de construire arguant du fait que « les éoliennes sont installées dans l’écosystème de la vallée de la Sarre et sont, de plus, situées à moins de 500 mètres d’un hameau. » Son jugement est confirmé, en 2010, par la cour administrative d’appel de Nantes, puis par le Conseil d’État, en 2012.

On aurait naïvement pu croire que le dossier était plié et que l’exploitant allait démonter ses pâles. Pas vraiment puisque ce dernier obtient en même temps l’autorisation de poursuivre l’exploitation du parc ! Entre temps, il a changé de main et est désormais géré par la société Parc éolien de Guern, dont le siège est basé en Floride. Et ce nouveau propriétaire n’entend pas déposer les armes aussi facilement. Les appels et les recours se multiplient. À chaque fois ils sont suspensifs et les éoliennes continuent de tourner et de produire de l’électricité !

En janvier 2022 pourtant, la cour administrative d’appel de Nantes semble enfin siffler la fin de la partie. Les éoliennes doivent cesser de tourner. Mieux, elles doivent être démontées. L’exploitation est effectivement stoppée, mais le dossier n’est pas pour autant définitivement bouclé. Reste en effet à attendre une nouvelle, et dernière

décision, du Conseil d’État. Lors d’une audience qui s’est tenue au mois de février dernier, celui-ci a pu entendre les arguments de chacune des parties et notamment celle du rapporteur public de la haute justice administrative qui plaide pour « mettre fin à cette incroyable procédure qui dure depuis 15 ans. » La décision pourrait être rendue dans les prochaines semaines mais si elle est confirmée, le combat ne sera pas pour autant terminé. Il faudra alors ouvrir l’épineux dossier du démantèlement et de la remise en état du site… et donc du financement de ces travaux !

En attendant l’épilogue du parc éolien du Niziau, les riverains se sont déjà mobilisés contre un nouveau projet de parc éolien, à Kerhiec, et approuvé par le conseil municipal de Guern, en 2021. Porté par la société Locogen, il prévoit la construction de deux éoliennes de 170 m de haut, et de 4,5 mégawatts de puissance unitaire. Cette fois, la contestation est portée par l’association La Pierre du diable et présidée par David le Goff. Elle s’appuie sur l’inquiétude des riverains mais aussi et surtout sur la défense de l’environnement. « Le site est en zone sensible, à proximité immédiate d’une zone Natura 2000, et du ruisseau de Bonne-Chère qui abrite une moule d’eau douce protégée et menacée d’extinction », insiste le président de l’association.

De son côté, le maire Joseph Le Bouëdec rappelle que « le projet a reçu un vote favorable du conseil et il ne semble pas susciter de nuisances pour les riverains ». Il attend désormais les résultats des études pour statuer sur la suite de ce dossier. Reste à espérer que ce nouveau feuilleton ne s’éternise pas autant que le précédent !

12 • DOSSIER

Commerçants, artisans, industriels... REJOIGNEZNOUS !

Depuis près d’un an, Loudéac Commerce est devenu Loudéac Entreprendre. Un changement de nom en adéquation avec la volonté d’accueillir au sein de l’association tous ceux qui œuvrent au développement de Loudéac. Elle s’étend donc désormais aussi aux industriels et artisans de la ville.

82 adhérents ont rejoint le mouvement. Désireux de faire vivre le tissu local, l’association invite les commerçants, artisans et industriels qui ne ferait pas encore partie de Loudéac Entreprendre, à les rejoindre.

Rejoindre Loudéac Entreprendre a été pour moi une évidence. Cela crée une dynamique positive entre le centre-ville et les industries en périphérie ». Depuis juin 2022, Sébastien Quenderf a ouvert Cœur de rose, au 6, rue de Pontivy. Il propose des fleurs coupées de saison, diverses plantes et réalise des compositions.

« Loudéac Entreprendre représente un attrait positif pour les commerçants grâce notamment aux chèques cadeaux très appréciés par les CE. À plusieurs on est plus forts ! » Depuis novembre 2022, Myriam Mainguenau a repris Le Petit Poucet, pour devenir Carpe Diem toujours spécialisé dans la décoration, maroquinerie et idées cadeaux.

« En tant que Loudéacien, il était important pour nous d’aider à dynamiser de façon pérenne le centre-ville et ses commerces ». Dirigée par Jean-Marc Chevalier, l’entreprise Chevalier SA, basée dans la zone de Kersuguet, est spécialisée dans la charpente métallique depuis plus de 50 ans.

Loudéac Entreprendre

36, rue de Moncontour - Loudéac loudeac.entreprendre@gmail.com 06 56 69 87 06

Depuis janvier, la gestion administrative est assurée par Anne Cheny. Elle tient une permanence chaque vendredi.

DOSSIER

Landes du Mené

LES CIGALES CHANTENT

Dans Le Mené, les cigales n’ont pas fait que chanter ! Le nom de cet insecte ailé est aussi celui des groupes d’investisseurs qui ont participé au financement du parc éolien des Landes du Mené. Original et novateur, ce projet, lancé il y a maintenant dix ans, devrait être encore développé par la création du parc de « Lormen Eole », sur les communes de Laurenan et Saint-Gilles-du-Mené.

Dans Le Mené, on n’a pas attendu la COP 21 pour innover et développer les énergies renouvelables ! Dès le début des années 2000, bien avant la 21e conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, qui s’était déroulée à Paris en 2014, la communauté de communes(1) a mené une politique volontariste dans ce domaine. Qu’il s’agisse de la méthanisation, des biocarburants, du photovoltaïque ou encore de l’éolien… elle a su développer un bouquet énergétique de production de chaleur et d’électricité par la valorisation des ressources locales. Initialement prévue pour 2025, l’autonomie énergétique devrait être atteinte à l’horizon 2030.

Dans le domaine de l’éolien, le premier projet est né au milieu des années 2000. La construction de l’un des premiers parcs éoliens de Bretagne en 2005, dans la commune voisine de Tréby, sur les hauteurs du mont Bel-Air, ne manque pas d’interpeller les élus locaux. Alors que les nuisances générées par ce parc de la première génération sont subies par les habitants, les profits générés le sont au seul profit d’un fonds de pension américain ! Ici, pas question de procéder de la même façon. La participation des citoyens à un projet éolien s’impose d’entrée comme une évidence.

Bien avant que les premiers coups de pioches ne soient donnés, le montage financier du projet se distingue par son originalité. Dès les premières études d’impact du projet éolien sur le site des Landes du Mené, plusieurs personnes se regroupent en effet au sein d’un Club d’Investisseurs, pour une Gestion Alternative et Locale de l’Épargne Solidaire (CIGALES). Baptisé « Cimes 1 », il regroupe une vingtaine de locaux qui ont investi une somme pouvant osciller entre 2 000 € et 10 000 €

Discussions, explications, réunions d’information… le projet ne tarde pas à séduire de plus en plus d’habitants. Les « Cimes » se multiplient et on compte aujourd’hui huit clubs d’investisseurs regroupant au total plus de 140 ménages. Ceux-ci détiennent 30 % du capital de la société d’investissement industriel « Citéol Mené ». Le reste, soit 70 %, est aujourd’hui détenu par la Sicap. Cette société coopérative de la région de Pithiviers, qui gère, comme régie locale, la distribution électrique d’une centaine de communes du Loiret, s’est aussi lancée dans l’éolien.

Situé à cheval sur la crête qui sépare Saint-Gouëno et Saint-Jacut-du-Mené, le parc éolien comprend sept éoliennes d’une hauteur de 90 mètres a été mis en service en juillet 2013. Aujourd’hui, elles produisent annuellement 13 000 MWh et

rapportent aux investisseurs un rendement d’environ 7 % par an.

Dix ans après son inauguration, le parc a fait l’éclatante démonstration que la participation des habitants peut efficacement agir pour un développement économique et durable du territoire. Un second projet, baptisé « Lormen Éole » portant sur la construction d’un parc de cinq éoliennes est d’ailleurs à l’étude. Situé à cheval sur les communes de Laurenan et Saint-Gillesdu-Mené, il devrait de nouveau associer la Sicap et les cigales. Cette fois, l’insecte ailé devrait même détenir 40 % des parts.

(1) Depuis 2016, elle est devenue commune nouvelle par la fusion de sept communes : Collinée, Le Gouray, Langourla, Plessala, Saint-Gilles-duMené, Saint-Gouéno, Saint-Jacut-du-Mené.

14 •

DOSSIER

Le Clos Neuf à

UN PARC ÉOLIEN PARTICIPATIF

Mis en service en septembre dernier, le parc éolien du Clos Neuf, à Merdrignac, est aussi l’affaire des riverains. Ici, ils ont été intégrés au projet et n’ont pas hésité à en devenir actionnaires. Initiateur du projet participatif et président des actionnaires citoyens, Dominique Daunay explique la démarche.

Comment est né ce projet de parc éolien participatif ?

La commune de Merdrignac a été sollicitée en 2013 par une société privée pour l’installation d’un parc éolien. Quand j’ai eu connaissance de ce projet, j’ai proposé à la mairie de créer une société de participation citoyenne pour que les gens du territoire puissent être partie prenante du projet.

Comment avez-vous réussi à mobiliser des citoyens-actionnaires ?

Nous ne voulions surtout pas que la gestion soit assurée uniquement par une société privée. Nous avons beaucoup travaillé en amont et nous sommes allés à la rencontre de la population pour discuter et expliquer. Ça a plutôt très bien marché. Il n’y a pas eu un seul recours et l’association a rapidement pu mobiliser 60 actionnaires qui ont investi 5 000 E ou 10 000 E, pour un montant total de 500 000 E. Parallèlement une campagne de financement participatif est venue compléter l’ouverture aux habitants du territoire. Plus de 250 prêteurs ont apporté 500 000 E sous forme d’obligations via la plateforme Lendosphère. Ces obligations seront rémunérées à un taux de 5 % annuel.

Quel est votre poids et votre rôle dans la gouvernance du parc éolien ?

Le groupe allemand BayWa r.e, présent en France depuis 2005, est l’actionnaire majoritaire avec 51 %. La Banque des territoires détient 40 % et la société Quénéa, 1 %. L’association des citoyens et riverains détient quant-à-elle 8 % du capital. Au-delà des retombées financières pour chacun des actionnaires (6,5 % de dividendes par an), nous intervenons pour que la population ne soit pas impactée par de possibles nuissances. Nous avons des réunions régulières avec les actionnaires majoritaires qui prennent en compte nos demandes.

Quelles sont les retombées pour la collectivité ?

Installé sur les communes de Merdrignac et d’Illifaut, le parc compte quatre éoliennes de 150 mètres de hauteur. La puissance totale du parc est de 12 MWh, c’est-à-dire la consommation annuelle de 5 600 foyers, soit plus de 12 000 personnes. Le parc est soumis à l’imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau (Ifer), soit environ 140 000 E par an. Cette somme est répartie entre la communauté de communes (65 %) et les communes (35 %).

Ce projet est-il appelé à se développer ? Un projet de second parc sur les communes d’Illifaut et de Trémorel est actuellement à l’étude. Baptisé « Les Roches blanches », il devrait lui aussi compter quatre éoliennes. L’opérateur souhaite également un financement par les citoyens qui est, pour eux, comme pour nous, un gage de réussite pour un projet accepté par les citoyens et les collectivités.

Il y a de nombreux projets de parcs en Centre Bretagne. Inciteriez-vous les habitants à investir dans un parc éolien ? Il ne faut pas hésiter. Il suffit de voir l’évolution climatique pour considérer qu’il est indispensable d’aller vers un mix énergétique. Cela peut être l’éolien, mais également la méthanisation ou les panneaux photovoltaïques. Il faut vraiment y aller pour ne plus être tributaire des énergies fossiles et récupérer la maîtrise de l’énergie.

Ça devrait appartenir aux habitants et je pense que les collectivités locales pourraient aller encore plus loin dans ce sens en construisant elles-mêmes leurs parcs. Certaines s’y sont déjà engagées et c’est rentable.

16 •
Dominique DAUNAY
Merdrignac

TARI FS E T ABONN E M E NTS

À l’u nit é (v a la b le le jo u r m ê m e)

A b onneme n t 10 e n t r é e s

a la b le 18 mo i s à p arti r d e la d a te d ’ac h a t )

A b onneme n t trim e st r i e l (v a la b le 3 mo i s à p a r tir de la d a te d ’ach a t )

A b onneme n t s em e s t r iel (v a la b le 6 mo i s à p a r ti r de la d a te d ’ach a t )

A b onneme n t an n uel (v a la b le 1 an à p arti r de la d a t e d ’ach a t )

• En fa n t de moin s de 3 an s : G r a t ui t

t e n tion : les ca r t es t r im es t r i e lles, sem es t r i e lles e t an n u e lles so n t nomin a ti v es

R etro u v e z- n o u s s u r Fa c e boo k

Spadium Pontivy Avenue De Lattre De Tassigny 56300 PONTIVY 02 97 28 97 97
accueil.pontivy@spadium.fr
tipostes
Spadium Pontivy
@ Cross Boxing Douce Training bike Training Bike M
E N F A NT AD U LTE D É TE NTE 4 € 5 € 1 0 €
AD U LTE D É TE NTE 4 5
8
(v
0 €
AD U LTE D É TE NTE 1
3
9 1 €
00 €
AD U LTE D É TE NTE 3
4
13 €
00 €
AD U LTE D É TE NTE 1 1 4
2 00 €
At

Les ateliers d’Émilie Carré

UNE CUISINE VÉGÉTALE, CRUE ET THÉRAPEUTIQUE

Depuis quelques mois, Émilie Carré propose de faire découvrir la cuisine végétale et crue ainsi que la cuisine thérapie©. Dans sa maison de Noyal-Pontivy ou au domicile des particuliers, elle propose des expérimentations culinaires permettant de se nourrir différemment, mais également de se découvrir.

personnes qui ont envie de s’approprier simplement, de façon ludique et créative, une cuisine innovante, pleine de goûts, de couleurs et très bénéfique pour la santé, explique-t-elle. L’idée est de pouvoir en profiter pleinement au quotidien en ajoutant plus de cru dans son assiette, à son rythme, avec plaisir et motivation. » Individuels ou collectifs, les ateliers peuvent se décliner autour de la création de plats, de goûters ou de soupes et utiliser différentes techniques telles que la déshydratation ou la lacto-fermentation.

Thérapie en cuisine

« Entre découpage et mixage, les recettes sont volontairement simples à élaborer mais tout aussi savoureuses que des recettes traditionnelles », assure Émilie.

En cette matinée des vacances, Malo et Flore ont enfilé leur tablier de cuisinier. Autour de l’îlot de la cuisine d’Émilie, ils s’affairent à la préparation d’une tarte aux fruits. « Je cuisine déjà régulièrement avec eux mais je voulais leur permettre de découvrir une autre façon de cuisiner, explique Sandra, la maman des jeunes marmitons, respectivement âgés de 6 et 3 ans. Et puis, c’était une opportunité pour partager un atelier avec eux. »

Depuis quelques mois, dans la cuisine de sa maison de Noyal-Pontivy ou directement chez les particuliers, Émilie Carré propose en effet des ateliers pour permettre aux adultes, comme aux enfants, de découvrir les richesses de la cuisine végétale et crue. Atteinte d’une maladie du colon, la jeune femme comprend très vite que l’alimentation joue un rôle essentiel pour ce type de pathologie. Elle va ainsi progressivement

modifier ses habitudes alimentaires pour devenir d’abord végétarienne, puis végétalienne, une pratique alimentaire qui exclut la consommation de tous produits d’origine animale. « Je consommais peu de viande donc la transition a été assez facile, reconnaît-elle. Mais pour varier et équilibrer mon alimentation j’ai dû me mettre à la cuisine ». Une nécessité qui devient rapidement une véritable passion. C’est d’ailleurs au fil de ses recherches qu’elle découvre une autre forme de cuisine : la cuisine végétale et crue. « Je m’y suis tout de suite intéressée », admet-elle. À tel point que celle qui a exercé comme employée de banque puis courtière indépendante, décide de donner une nouvelle direction à sa vie professionnelle.

Après une formation à Nantes et Bordeaux, la jeune femme crée sa propre entreprise baptisée MicaCRU. « J’accompagne les

À côté des ateliers de cuisine végétale et crue, elle propose également des ateliers de cuisine thérapie© « Elle est inspirée de l’art thérapie. C’est une méthode d’accompagnement et de développement personnel basée sur l’improvisation culinaire, précise Émilie. Inédite et accessible à tous, elle permet d’aller à la rencontre de soi, de dépasser ses blocages et d’oser faire différemment. » Elle se pratique autant en séance individuelle que collective.

La tarte terminée, la cheffe et ses deux apprentis du jour vont s’atteler à la confection d’un hérisson avec une poire, des tomates, des radis, du raisin et des carottes. « Ils ont bien participé et ils ont adoré déguster leurs préparations », sourit Sandra, satisfaite par ailleurs d’avoir découvert « des idées pour proposer ponctuellement, une alternative à la cuisine traditionnelle. »

MicaCRU Émilie Carré 13, résidence du Bel-Air Noyal-Pontivy 07 88 87 75 15 www.micacru.com
18 •
CIRCUIT COURT
Culinaire. Cad Une offre multiple, un lieu unique ! Parc d'activités Saint-Niel (entre Leclerc et Weldom) Avenue de la Libération, Pontivy M ma maison - 02 97 25 79 84 Milome - 02 97 25 79 84 Connexion - 02 97 25 43 44

Rémouleur itinérant

XAVIER PIGNALET REDONNE VIE AUX LAMES

Récemment installé comme rémouleur itinérant, Xavier Pignalet sillone les routes du Centre Bretagne pour proposer ses services aux particuliers comme aux professionnels. Dans son camion aménagé, toutes les lames retrouvent une seconde vie.

de la reconversion se pose. Mais que faire ? « J’ai d’abord souhaité devenir charcutier mais le médecin du travail m’en a rapidement dissuadé », explique-t-il. C’est du journal télévisé de Jean-Pierre Pernaut que va jaillir la révélation. En regardant un reportage sur un rémouleur, sa femme lui lâche aussitôt : « C’est un métier pour toi. » Pourtant amateur de couteaux, il n’avait jamais pensé à en faire son métier. Il prend très vite la direction du Gers pour suivre une formation à l’École nationale d’affûtage itinérant. De retour, il transforme lui-même le camion dans lequel il va travailler en totale autonomie. « Ce métier n’est plus viable si on demeure sédentaire, insiste-t-il. Il faut aller à la rencontre du client. » C’est d’ailleurs ce qu’il fait, à partir de l’automne 2019, sur les routes de l’Aube. Enfin pas très longtemps ! Le confinement lui interdit la présence sur les marchés et il doit laisser son camion au garage. Lorsque la situation redevient normale, Xavier reprend la route. « Mais j’ai dû repartir de zéro », déplore-t-il.

Un couteau breton

Présent depuis quelques mois seulement sur les marchés du Centre Bretagne, Xavier Pignalet a déjà pris ses marques. Chaque semaine, de Loudéac à Locminé, en passant par Rohan ou Ploërmel, le rémouleur ambulant propose de redonner une seconde vie aux couteaux, aux ciseaux ou encore aux outils de jardin. Une reconversion professionnelle réussie qu’il mène dans une région qu’il découvre. Bourguignon d’origine, il a travaillé pendant plus de vingt ans dans une usine de pneumatique. Il aurait pu y poursuivre sa carrière, mais en 2016, un dramatique accident va pourtant y mettre fin. Une lourde machine lui tombe sur la jambe. « Mon pied a été totalement fracassé, il était en mille morceaux », se souvient-il. D’opérations en période de convales-cence, il va mettre plus de deux ans pour retrouver son intégrité physique. Enfin pas totalement, puisque dans l’impossibilité de reprendre son poste à l’usine, il sera finalement licencié pour inaptitude. Alors forcément, la question

Pour le couple qui a pris l’habitude de passer ses vacances dans le sud du Morbihan, l’idée de s’installer en Bretagne fait néanmoins son chemin. Elle devient réalité en 2022 lorsqu’ils emménagent à Naizin-Evellys. Dès le mois de septembre, Xavier reprend la route pour proposer ses services sur les marchés d’Auray et de Carnac, mais également sur ceux du Centre Bretagne, à Locminé, Loudéac, Rohan ou encore Plumieux. À bord de son camion logoté Mobil’affûtage, qui lui sert d’atelier, il peut quasiment tout affûter : couteaux simples ou de cuisines, ciseaux de couture, à bois ou de coiffure, serpes, lames de scie circulaire, scies à bûches, chaînes de tronçonneuses, lames de robots, faucilles… « Des clients viennent me voir avec de vieux ciseaux de couture appartenant à leur grand-mère, ou un ancien couteau de leur père, et je redonne une seconde vie à ces objets sentimentaux », sourit-il.

Parallèlement, il a su développer son activité auprès des professionnels du secteur : bouchers, charcutiers, coiffeurs, restaurateurs. En plus de la réparation et de la vente d’outils, le rémouleur entend aujourd’hui développer sa propre gamme de produits. « J’ensivage de suivre une formation de forgeron, explique-t-il. L’idée est de fabriquer un couteau breton pour les chasseurs et les pêcheurs. »

Mobil’affutage

Présent sur les marchés de Locminé, le jeudi ; Plumieux et Rohan, en alternance, le vendredi ; Loudéac, le

samedi - 06 71 44 35 67
20 •
ARTISAN
personne CONTRAT PONCTUEL OU ANNUEL DEVIS GRATUIT CHÈQUESACCEPTÉSCESU BRETAGNE JARDIN ENTRETIEN 48 AVENUE DE LA LIBÉRATION 56920 NOYAL-PONTIVY 02 97 38 28 49

NATURE

Loïc Marteil, apiculteur

EN CROISADE CONTRE LE FRELON ASIATIQUE

Apiculteur amateur à Noyal-Pontivy, depuis une dizaine d’année, Loïc Marteil est aussi un infatigable chasseur de frelons asiatiques. Président de l’Association Centre Bretagne pour la sauvegarde des abeilles bretonnes (ACBSAB), il détruit les nids et forme des bénévoles à la lutte contre ce redoutable prédateur.

« C’est comme si j’avais reçu un coup de marteau sur le nez ». Des piqures de frelons, Loïc Marteil en avait déjà été la victime. À plusieurs reprises même, sur les bras ou les jambes ! Mais celle-là demeure assurément la plus douloureuse. Et il n’est pas près de l’oublier. Mais pas de quoi le faire renoncer à la véritable croisade qu’il mène depuis des années pour combattre la prolifération des frelons asiatiques. Un combat en fait aussi ancien que sa passion pour l’apiculture. À l’heure de la retraite, celui qui a effectué une grande partie de sa carrière professionnelle dans

une usine de production de film plastique, solde son compte personnel de formation.

« Je suis proche de la nature et j’avais d’abord opté pour l’élevage d’escargot », se souvient-il. Il n’est toutefois pas convaincu par ce qu’il a vu. Il suit finalement un stage chez un apiculteur professionnel, au Faouët, et en repart avec un essaim offert par son formateur.

C’était il y a un peu plus de dix ans. Depuis, il a notablement développé son activité et possède aujourd’hui une cinquantaine de ruches. Miel de printemps, d’été ou encore de sarrasin… il en produit annuellement près de 500 kg, commercialisés à son domicile et dans différents commerces de la région pontivyenne.

Dès son installation, l’apiculteur amateur a dû composer avec un redoutable prédateur : le frelon asiatique. Ce frelon invasif dont la présence a été signalée pour la première fois en 2004, aurait été introduit en France dans des poteries importées de Chine par un horticulteur du Lot-et-Garonne. Depuis, il s’est répandu sur l’ensemble du territoire. Avec les pesticides et la monoculture, il est même considéré comme l’une des causes majeures de la

surmortalité des abeilles. Et pour cause !

L’insecte asiatique ne fait pas dans le détail… Il décapite sa proie avant d’en dévorer le thorax, riche en protéines. « Quand il y a un nid à proximité d’une ruche, ça peut être un véritable carnage », assure Loïc Marteil.

Destruction et piégage

Pas question de rester les bras croisés ! Il décide de se former à la destruction des nids de frelons avant de monter l’Association Centre Bretagne pour la sauvegarde des abeilles bretonnes (ACBSAB). « Aujourd’hui, elle compte une soixantaine de membres et nous en accueillons régulièrement de nouveaux », se félicite-t-il. Il est vrai que le travail ne manque pas !

« En 2021 nous avions détruit 700 nids, l’an dernier nous avons comptabilisé plus de 2 000 interventions, dont près de 400 pour la seule ville de Pontivy », précise Loïc Marteil. Des interventions facturées 40 E aux particuliers, qui peuvent néanmoins bénéficier d’un remboursement par la commune et la communauté de communes.

Si l’activité principale de l’association demeure la destruction des nids, les bénévoles ne ménagent pas leur peine pour intervenir en amont. L’apiculteur amateur a en effet confectionné un piège sélectif, agréé par l’Institut de l’abeille, permettant d’attirer et de tuer les frelons asiatiques mais pas les autres insectes. Un piège réalisé à partir de deux bouteilles d’eau imbriquées et facile à fabriquer(1), que chacun peut ensuite accrocher à la branche d’un arbre de son jardin. « J’invite tous ceux qui le peuvent à le faire ou à venir en retirer un auprès de l’association, insiste-t-il. C’est essentiel pour la survie des abeilles. »

(1) Les instructions pour construire un piège à frelons asiatiques sont disponibles sur le site de la mairie de Noyal-Pontivy.

22 •
L’Abeille Clémence Boclemence, Noyal-Pontivy 06 87 03 31 30

DIMANCHE SPORTS NATURE

au cœur de la convivialité sports ludiques • jeux • lecture • environnement • biodiversité

Entrée libre et gratuite

DIM. 2 JUILLET 2023 • 10 h - 18 h

LE MENÉ/Saint-Jacut-du-Mené

Plan d’eau des écureuils

un site d’exception pour pratiquer en famille ou entre amis des activités sportives et ludiques* sur une journée !

Repas : 10 € • Possibilité de restauration rapide sur place

* La liste des activités sera dévoilée au courant du printemps sur le site bretagnecentre.bzh

www.bretagnecentre.bzh

:

Br et ag ne C en tr e
Conception
Loudéac communautéMars 2023 • Crédits visuels : ShutterstockFreepik • Visuel non contractuel

MERCREDI 10/05 LES 10 TRAVAUX DU COLIBRI

Fable écologique et humaniste. Dix histoires et chansons qui relatent les rencontres et l’épopée du héros : colibri. La forêt brûle… Petit colibri s’en va, muni de sa bonne volonté, chercher de l’eau à la rivière. Les autres animaux s’enfuient et se moquent de lui, mais petit colibri courageux et infatigable continue sa tâche laborieuse, affrontant les épreuves. Par la compagnie Mouton Major.

15 h 30, Pôle culturel le Quatro de Baud. Entrée libre sur réservation : www.lequatro.fr

VENDREDI 05/05 ÉMOI & MOI

Deux musiciens complices se prêtent au jeu de la composition sur image. Sur scène, ils se livrent à un exercice de jonglage sonore : composition captivante, rythmique réinventée, détournement des instruments et des objets... Au programme, six courts-métrages d’animation sur le thème de la différence. On y suit « Le petit bonhomme de poche », qui se lie d’amitié avec un vieil aveugle grâce à la musique ; les péripéties extraites des fables en délire de « La poule, l’éléphant et le serpent » ; Anatole qui (fatigué d’être ralenti par la casserole qu’il traîne derrière lui), décide de vivre caché « La petite casserole d’Anatole » ; l’histoire d’une petite montagne bravant les moqueries de ses comparses plus grandes dans « Something », et enfin les aventures d’un jeune mouton singulier dans « Lamb », et celles d’un zèbre aux rayures emmêlées dans « Zebra ».

9 h 30 et 10 h 45, palais des congrès et de la culture de Loudéac

Tarif : 4 € / 6 €. Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc@ville-loudeac.fr

VENDREDI 12/05 ARNAUD DEMANCHE FAUT QU’ON PARLE !

Dans un monde où l’on s’écharpe pour un oui ou pour un non sur les réseaux sociaux et ailleurs... Où l’on ne peut (soi-disant) « plus rien dire », mais où tout le monde dit tout et n’importe quoi. Où la couleur d’un pull ou le nombre d’œufs dans un gâteau peut devenir un sujet d’engueulade sur Facebook. Où tout le monde a 50 filtres sur ses photos, mais plus aucun dans ses propos. Où la nuance n’existe plus que dans les nuanciers à peinture de chez Castorama. Où l’humour est coincé entre la censure et le politiquement correct. Il est vraiment temps de se parler !

Fort de ses 18 ans d’écriture pour la télévision, la radio et le web, Arnaud Demanche livre ici une ode cynique mais savoureuse à l’humour, au dialogue et à la liberté d’expression.

20 h 30, palais des congrès et de la culture de Loudéac.

Tarif : 13 € / 17 € / 20 €

Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc@ville-loudeac.fr

Mai / Juin
L’AGENDA
24 • CULTURE

SAMEDI 13/05

LES NUITS DES MUSÉES

• Exposition : pour la Nuit des Musées, venez découvrir le musée de la carte postale gratuitement de 18 h à 23 h. L’occasion de venir ou revenir admirer les créations de Pascal Jaouen dans l’exposition « Le Beau de Pascal Jaouen ».

• Projection « Gilles Servat, la voix libre » : pour la Nuit des Musées, le Carton Voyageur projette un documentaire de Laurent Jézéquel : « Gilles Servat, la voix libre ». Un roadtrip, la guitare dans le coffre dont les étapes sont autant des concerts intimistes que des rencontres entre amis. L’autre destination, sa carrière, ses cinquante ans d’engagements artistiques, politiques et culturels. Le chanteur, musicien, poète, écrivain, druide, nous embarque pour une balade sensible, en toute intimité.

18 h, Pôle culturel le Quatro de Baud. Entrée libre sur réservation : www.lequatro.fr

SAMEDI 27/05

TERRE DE PAROLES

Restitution de la résidence artistique de territoire accueillie par La Maison des Arts de Baud Communauté. Dans le spectacle « Mon Père avait 3 vaches », Yves-Marie Le Texier questionne le monde agricole d’aujourd’hui. Dans la continuité de ce propos, l’équipe de Mouton Major, Tatiana Le Petitcorps et Yves-Marie Le Texier sont allés à la rencontre des agriculteurs du pays du Baud. Présentation théâtralisée de l’exposition sonore, issue du collectage.

18 h et 20 h, Pôle culturel le Quatro de Baud. Entrée libre sur réservation : www.lequatro.fr

SAMEDI 10/06

QUAND VIENDRA LA VAGUE !

Ils en sont sûrs, la vague arrive. Perchés sur le plus haut sommet de leur île natale, Mateo et Letizia l’attendent. Face à l’inévitable montée des eaux, les deux amants s’amusent à un jeu de rôle sur la sélection des réfugiés. Sur l’île, le doute s’installe : leur bout de rocher pourra-t-il accueillir tout le monde ? Par le collectif La Fugue.

17 h 30, à la base de pont Augan à Baud. Entrée libre sur réservation : www.lequatro.fr

JEUDI 15/06

GAETANO DONIZETTI L’ÉLIXIR D’AMOUR

Depuis 2009, l’opéra de Rennes propose en juin « Opéra sur écran(s) », un événement populaire et festif qui permet de découvrir les chefs d’œuvre du répertoire lyrique. « L’Élixir d’amour », de Donizetti, sera capté en direct depuis la scène du théâtre Graslin de Nantes et diffusé sur grands écrans dans divers lieux de Bretagne et Pays de Loire, dont Loudéac. Le naïf Nemorino, amoureux de la paysanne Adina qui le méprise, achète au charlatan Dulcamara, un philtre d’amour pour séduire celle qu’il aime et éviter ainsi qu’elle épouse le sergent Belcore. Le metteur en scène David Lescot se saisit de la simplicité de cette intrigue pour en révéler les contrastes, abordant avec justesse l’ironie douce et cruelle de ce chefd’œuvre. Pour en partager l’émotion, l’Orchestre National de Bretagne et le Chœur de chambre Mélisme(s) seront dirigés par la cheffe française Chloé Dufresne. Opéra chanté en italien, surtitré en français. 20 h, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Gratuit. Réservations au 02 96 28 65 50 - Courriel : pcc@ville-loudeac.fr

9, 10 et 11 juin

TOURNOI INTERNATIONAL DE GUERLÉDAN

Du 9 au 11 juin, de Pontivy à Merdrignac, en passant par Loudéac, Baud, Mûr-de-Bretagne ou encore Pluméliau, le Centre Bretagne va vivre au rythme du Tournoi International de Guerlédan (TIG). Avec plus de 200 équipes de football (128 masculines et 80 féminines), l’affiche s’annonce, une nouvelle fois, exceptionnelle.

« Développer une identité forte du Centre Bretagne et ancrer nos « Pays » et nos « Territoires » vers une volonté de développement local par la pratique du sport… » Tel était au début des années 2000, l’objectif de deux dirigeants du club de football de Mûr-de-Bretagne, en créant un tournoi réservé uniquement aux benjamins (aujourd’hui, les U12/U13). Deux décennies plus tard, l’objectif n’a pas varié. Simplement, il s’est notablement développé grâce à un rapprochement avec les institutionnels du Morbihan et des Côtes d’Armor et des partenaires privés, afin de proposer un événement incontournable en France. « Le tournoi international de Guerlédan est aujourd’hui un outil formidable de développement sportif, culturel, touristique mais aussi économique… un atout majeur pour nos territoires », peuvent affirmer les organisateurs, sans craindre d’être contredits. Cette édition 2023 ne devrait d’ailleurs pas pâlir de la comparaison avec les précédentes. Elle s’annonce, une fois encore, exceptionnelle ! De nombreuses équipes de l’Hexagone vont ainsi défendre leurs couleurs. Et pas des moindres : Paris Saint-Germain, Olympique de Marseille, Olympique Lyonnais, Toulouse FC, Lille OSC, Stade brestois, FC Nantes, Stade rennais, FC Lorient, EA

Guingamp... Bref, que des cadors ! Face à elle, hors de question pour les équipes étrangères de se contenter d’un rôle de figurant. Venues d’Italie, de Belgique, d’Espagne, du Portugal, d’Angleterre ou encore des États-Unis, elles défendront avec la plus farouche détermination la couleur de leur drapeau.

Vivant, le tournoi a su évoluer au fil du temps. « Pour rester l’événement footballistique majeur du cœur de Bretagne, il faut sans cesse innover », assure le directeur de l’organisation du tournoi, Thierry Talhouët. La formule pourrait paraître convenue. Elle ne doit pourtant rien au hasard. Ainsi, pour la première fois cette année, le grand tournoi international du mois de juin est précédé par deux nouveaux événements. Au début du mois d’avril un tournoi qualificatif pour les U12-13 masculin, s’adressant à des équipes en provenance de la Bretagne historique a ainsi rassemblé 24 équipes, à Loudéac. Quatre d’entre-elles y ont décroché leur billet pour le TIG. Par ailleurs, les 2, 3 et 4 juin, un tournoi U14, masculin & féminin, se déroulera à Baud et rassemblera 56 équipes (40 masculines, 16 féminines). Une mise en bouche avant le grand rendez-vous des 9, 10 et 11 juin !

Le programme

Vendredi 9 juin

Cérémonie d’ouverture du tournoi avec la parade des équipes qui défilent dans le centre-ville de Pontivy et qui sont présentées au public. Défilé, 18 h - 19 h 30.

Samedi 10 juin

8 h 30, accueil du plateau des équipes sur huit sites (Pontivy, Noyal-Pontivy, Saint-Thuriau, Cléguérec, Pluméliau, Guerlédan, Loudéac et Merdrignac). Chaque équipe est dans un groupe de huit.

Dimanche 11 juin

• 8 h 30, premier match sur le site d’affectation après classement du samedi. Une poule de 4 équipes. Match de 15 minutes sans mi-temps. Le vainqueur de chaque groupe du dimanche matin rejoint la phase finale du tournoi.

• 11 h 30 - 18 h, phase finale à Pontivy, au stade du faubourg de Verdun.

26 • SPORT

SPORT

Les 27 et 28 mai, à Pontivy

1ère ÉDITION DU DIAOULMAN

« Diaoulman », tel est le nom de baptême du triathlon longue distance, organisé à la fin du mois de mai, à Pontivy. Une première où les « diables » du club local devraient une nouvelle fois s’illustrer.

Depuis 2017 et l’organisation d’un championnat de France militaire, la ville de Pontivy s’est inscrite chaque année (sauf en 2020 pour cause de crise sanitaire), sur le calendrier des compétitions nationale de triathlon. L’an passé, l’organisation des championnats de France de triathlon, regroupant les meilleurs athlètes de la discipline (adultes et jeunes), avait été couronnée de succès.

Cette année, les bénévoles reprennent du service pour proposer des triathlons Kids, XS et S ainsi qu’un Challenge entreprises. Mais la grande nouveauté de cette édition 2023 sera assurément l’organisation d’un triathlon longue distance, baptisé « Diaoulman ». Un nom de baptême qui interpelle ! « Nous avons repris la dénomination de nos licenciés. Nos rouge et noir se battent comme

de vrais diables et défendent fièrement nos couleurs à chaque course, explique le président. De plus, « Diable » se dit « Diaoul » en breton, et nous avons donc logiquement décidé d’utiliser le nom de Diaoulman pour cet événement, en référence à nos licenciés. »

Un club qui rayonne

Né à la fin des anwnées 1990, Pontivy Triathlon est passé d’une dizaine de licenciés il y a plus de 20 ans, à plus de 130 licenciés.

« Des plus jeunes aux vétérans confirmés ou compétiteurs pour le plaisir de se surpasser, le club permet à chacun de progresser dans la convivialité », assure le président du club, Yann Le Brestec.

Au fil des années, le club a franchi les étapes pour rejoindre le haut niveau. En triathlon, les hommes et les femmes évoluent aujourd’hui en D2. En duathlon, les deux équipes évoluent en D1. Grâce aux performances des licenciés, Pontivy Triathlon s’est fait une place dans la hiérarchie nationale. Tout au long de la saison, les équipes représentent fièrement le club et permettent de faire rayonner dans le monde du triathlon, la ville de Pontivy mais également la Bretagne. Ce sera une nouvelle fois le cas, à la fin du mois de mai.

Le Triathlon, c’est quoi ?

Il s’agit d’un sport découpé en trois disciplines qui s’enchaînent dans l’ordre suivant : la natation, le vélo et la course à pied. Cette discipline compte de nombreux formats, du plus court (XS : 400 m de natation, 10 km à vélo et 2,5 km de course à pied), au plus long (Ironman : 3,8 km de natation, 180 km à vélo et un marathon en course à pied).

Chacun peut se tester et pratiquer ce sport selon ses envies. Le triathlon est une discipline olympique en distance M. Cela correspond à 1500 m de natation, 40 km de vélo, avant de finir par 10 km de course à pied.

Programme DIAOUL KIDS DIAOUL XS DIAOUL S DIAOUL L DIAOUL L DUO ENTREPRISES DIAOUL FEST SAMEDI 27 MAI - 18H SOIRÉE FESTIVE AVEC CONCERT ET RESTAURATION SUR PLACE 400 M 750 M 2 KM 400 M 10 KM 20 KM 90 KM 2 ACTIVITÉS 2,5 KM 5 KM 21 KM 2,5 KM DÉPART SAMEDI SAMEDI SAMEDI DIMANCHE DIMANCHE 27 MAI 27 MAI 27 MAI 28 MAI 28 MAI

7 - 8 JUILLET 2023

KERGALLIC - SAINT-BARTHÉLEMY

La toute première édition du Festival

CULTURE BRETONNE CULTURE DURABLE

!

DÉCOUVREZ LA PROGRAMMATION ETENRÉSERVEZ LIGNE !

www.baud-communaute.bzh

VOUS AIMEZ LE CONTACT HUMAIN ET VOUS AVEZ ENVIE D'EXERCER UN MÉTIER D'AIDE ?

LE SERVICE D'AIDE ET D'ACCOMPAGNEMENT À DOMICILE

RECHERCHE

DES AIDES À DOMICILE

Le SAAD recherche régulièrement des remplaçants à temps non complet pour les périodes de vacances scolaires et/ou pour les remplacements des agents absents temporairement

Vous souhaitez nous rejoindre ?

Scannez le QR-code pour plus d'informations !

w w w . b a u d - c o m m u n a u t e . f r Vous pouvez envoyer cv et lettre de motivation par mail : rh@baudcom.bzh

SPORT 2, 3 et 4 juin

COURSE DE CÔTE DE SAINT-GOUËNO

Les 2, 3 et 4 juin, la petite bourgade du Mené va à nouveau accueillir l’élite des « Montagnards » de France mais aussi ceux d’Angleterre et d’Irlande, pour écrire une nouvelle page de son histoire sportive. Plus de 150 bolides sont attendus pour en découdre sur un parcours de 3,2 km, au pied du mont Bel-Air, point culminant des Côtes d’Armor.

2003. Après des années d’interruption, la mythique course de côte de Saint-Gouëno, initiée en 1969, renaît. À l’initiative de cette renaissance, Hervé Hardel, un passionné de voitures historiques de compétition. Le maire, Jacky Aignel et le président du Clap Gouénovais, Olivier Henry, répondent favorablement et mobilisent leurs équipes pour organiser la première montée historique. Malgré le caractère « non sportif » de cette manifestation, le public se déplace en nombre. Un succès populaire qui se confirme et s’amplifie même, l’année suivante. Pas de doute, une étincelle s’est rallumée et le public plébiscite une relance de la course de côte de Saint-Gouëno. C’est donc tout naturellement que la compétition redémarre en 2005 au niveau régional, avec le soutien appuyé des collec-

tivités locales. Le succès est une nouvelle fois au rendez-vous et l’équipe organisatrice s’étoffe. Dynamique et motivée, l’Écurie du Mené va rapidement passer à l’échelon supérieur.

En 2007, la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) lui confie en effet l’organisation de la finale de la Coupe de France de la Montagne. C’est un succès populaire et sportif. Sur trois jours, la manifestation attire 15 000 spectateurs et les amateurs peuvent apprécier un magnifique plateau digne des plus belles éditions des années 70.

L’Écurie du Mené a fait des preuves et l’avenir s’inscrit désormais au niveau national. Ce sera définitivement le cas en 2010. Cette année-là, Saint-Gouëno retrouve l’élite en accueillant une manche du championnat

Le programme

Vendredi 2 juin

Toute la journée : montée historique avec des véhicules d’époque

Samedi 3 juin

• À partir de 9 h : essais chronométrés

• 16 h - 18 h 30 : 1ère montée officielle

Dimanche 4 juin

• 9 h - 17 h : 2e, 3e et 4e montées officielles

• 18 h - 19 h : remise des prix

de France de la Montagne. « Aujourd’hui, son parcours technique et de qualité en fait l’une des plus belles épreuves de France, classée par les spécialistes dans le Top 5 », se félicitent les organisateurs. Cette année, pour sa 38e édition, Saint-Gouëno sera donc le théâtre de la 6e manche du championnat de France de la Montagne, avec les meilleurs pilotes nationaux de la discipline. « Le suspense est total, le plateau s’est fortement renouvelé et les jeux sont ouverts en ce début de championnat totalement indécis avec de très faibles écarts sur chaque épreuve et les leaders ont déjà confirmé leur présence », assurent les organisateurs. Deux autres épreuves seront également au programme de ce week-end. Le Masters proposera un plateau spectaculaire de pilotes britanniques et irlandais avec les plus belles voitures de la catégorie GT (Ferrari, Aston Martin, Porsche…). De son côté, le championnat de France VHC (Véhicules Historiques de Compétition) permettra à chacun de découvrir ou redécouvrir quelques très belles autos encore compétitives. Cette année encore, les 650 bénévoles mobilisés pour l’évènement (pour une commune de 680 habitants !), auront à cœur d’accueillir les spectateurs dans les meilleures conditions. Ce sera notamment le cas au Fer à Cheval, où un écran géant permettra de suivre en continu l’évolution des bolides sur le dernier kilomètre.

30 •

Festival déjanté

CULTURE ÇA ROCK’N ROULE DANS LE MENÉ

Créé en 2007, le festival déjanté (Le Mené) propose une formule improbable qui a fait ses preuves en 14 éditions : trois soirées de concerts au cœur d’une course automobile de renommée européenne (la course de côte de Saint-Gouëno) en plein Centre Bretagne, le tout dans une ambiance rock’n roule ! Le festival permet à son public éclectique (de 3 à 90 ans, habitants du territoire, amateurs de rock, amateurs de courses automobiles), de découvrir des groupes venus des quatre coins de la France et parfois même d’Europe, proposant un show d’une qualité remarquable.

Les 1er, 2 et 3 juin prochains, l’objectif est clair : conserver l’esprit de cet événement avec une multitude de surprises tout au long du week-end, une équipe de bénévoles au sommet de leur motivation, un site encore plus beau et des artistes toujours aussi talentueux…

Jeudi 1er juin

Monty Picon

Un combo rythmique résolument rock, une lourde section cuivre aux allures de péplum, et un banjo aux arômes de western. Tel est l’arsenal qui, depuis 17 ans vadrouille sans relâche de Brest à Berlin, en passant par Bayonne et Bruxelles...

Fat to the flax

Amoureux de musiques afro, disco, house, Fat To The Flax transmet cette passion au travers de DJ set généreux et groovy.

Vendredi 2 juin

Batucada Sandoba

Laisse-toi embarquer par la good vibe du Brésil avec la Batucada Sandoba ! Le joyeux groupe déambulera dans le festival avec tout leur attirail percussif. Un véritable florilège rythmique ensoleillé et dynamisant ponctué de danse, chants et chorégraphies !

Ebel Elektrik

Une énergie débordante, un son brut et puissant : comme son nom l’indique, Ebel Elektrik est un power trio à haut voltage dont les textes sont en breton. Lors des concerts, le trio déchaîne un rock explosif et organique dans lequel l’improvisation est reine.

Excellento

Un son résolument rock au service de chansons sauvages, c’est ça Excellento. Quelque part entre cartoon et polar, porté par une présence scénique fougueuse et singulière. Excellento c’est comme savourer un cornet dont les frites ne tiédiront pas avant de les avoir finies.

Bafang

Du Cameroun originel, la ville de leurs grands-parents donnant son nom à leur duo, les deux frères, nous embarquent à bord de leur pirogue afro rock, sur les flots tumultueux d’un fleuve exubérant avec une batterie, une guitare, quelques effets et deux voix.

Tom G

Tom Gasser, également cameraman pour la course de côte, proposera un mix énergique et électrisant pour clôturer cette deuxième soirée de festival en beaaaaaaauté !

Samedi 3 juin

Volkanik

Créé à Rennes en 2010, le collectif Volkanik rassemble ses salariés, fraîchement sortis de leur comité d’entreprise, autour d’un show endiablé. Ce collectif propose un mélange détonnant de thèmes originaux inspirés par le répertoire des fanfares tziganes de Macédoine, de

Serbie et de Roumanie et collectés lors de nombreux voyages d’affaires.

Eighty

Avec une énergie brute, incandescente et communicative, Eighty poursuit irrésistiblement sa conquête des dancefloors de la planète, pour un public venu se déhancher sur leur set disco punk ! À l’aise dans leurs baskets, ils marchent dans les pas de danse de Sister Sledge et Kool & The Gang.

Imparfait

À chaque rencontre, Imparfait impose un metal alternatif explosif et moderne qui fait voler en éclat toutes les étiquettes qu’on voudrait lui coller ! Depuis 2015, plus de 200 concerts se sont enchaînés comme une évidence, car c’est

en live que le groupe prend son envol.

Club Z1Z1

Duo de cheminots aux grands cœurs, et amoureux de la fête avec un grand F, le Club Z1Z1, inspiré par l’esthétique des années 80, délivre dans ses sets sa vision de la musique club, teintée d’italo disco, d’EBM ou d’électro.

• 31

RANDONNÉE

Saint-Barthélemy

CIRCUIT DE SAINT-RIVALAIN À SAINT-ADRIEN

Ancien port et gare ferroviaire de la vallée du Blavet, Saint-Rivalain était au milieu du XXe siècle un lieu d’échange et de vie très animé. Ce circuit vous mène au cœur de la vallée du Blavet et de son histoire.

 LE BLAVET

Longez le Blavet, la voie d’eau la plus méconnue de Bretagne, mais au charme fou ! Le Blavet, Ar Blavezh en breton, signifie « eau jaillissante », c’est un fleuve plein de surprises ! En 1800, le Blavet s’écoulait librement formant des îles, des méandres et des rives encaissées. Le fleuve était jalonné de moulins et de pêcheries en pierres sèches. Sa faible profondeur ne permettait pas la navigation, alors Napoléon Ier initia un grand projet de canalisation. En 1825, des péniches hâlées (tirées) par des hommes font leur apparition sur le fleuve et transportent des marchandises vers Lorient. Le développement de la Vallée commence…

 CHAPELLE SAINT-ADRIEN

Érigée par les Rohan à la fin du XVe siècle, on y trouve à l’intérieur des sablières finement sculptées ainsi qu’un jubé représentant les douze apôtres. Cette chapelle peut être visitée lors du festival de l’art dans les chapelles en juillet-août. Sur le site vous pourrez également admirer deux fontaines, dont l’une, au sud, est surmontée d’un calvaire.

 LE NAPOLÉON EXPRESS

Depuis l’arrivée du Napoléon Express dans la Vallée, la gare de Saint-Rivalain revit durant l’été. En montant à bord de cet authentique train des années 50, vous sillonnerez les superbes paysages entre Pontivy, Saint-Nicolas-des-Eaux, Saint-Rivalain, Quistinic et Lambel-Camors tout en longeant le fleuve. Profitez de votre balade à Saint-Rivalain pour faire une petite pause gourmande à Laouen Blavezh’Ti.

Le train circule le mercredi et le dimanche, du 5 juillet au 17 septembre 2023. Réservation possible à l’office de tourisme et en ligne.

Informations complémentaires et fiches de randonnées téléchargeables : www.valleedublavet.bzh. Pour aller plus loin dans la découverte, téléchargez gratuitement l’Application « BarvAR[t] » pour découvrir des cartes postales en réalité augmentée cachées sur le parcours !

Pratique

Départ : Ancienne gare de Saint-Rivalain Coordonnées GPS du départ : Lat.47°45’45.22’’N / Long. 03°04’33.22’O

Distance : 13 km

Temps : 3 h 30

Niveau : moyen

32 •

PATRIMOINE

ÉGLISE SAINT-ANDRÉ La Chèze

La commune de La Chèze est mentionnée entre 1150 et 1200 et appartenait au Comté de Porhoët. Son nom viendrait du latin « casa » (maison, forteresse). Connue pour son château, la petite cité abrite également une église à l’histoire particulière.

Une chapelle devenue église…

Au Xe siècle, dans le centre de La Chèze, deux édifices cultuels cohabitaient, l’église Sainte-Madeleine et la chapelle de la Croix. Petit à petit, la chapelle est délaissée et sombre. En 1418, saint Vincent Ferrier appelé par le vicomte de Rohan, Alain VIII, la découvre toute en ruine. Le saint homme annonce avec ferveur qu’un missionnaire relèvera cette chapelle aux remarquables arcades du carré du transept. Ce fut le cas, et, en 1707, saint Louis-Marie Grignion de Montfort entreprend de restaurer et d’agrandir le sanctuaire. Il y installe la confrérie de la Croix. Durant la Révolution, l’église Sainte-Madeleine du centre-ville est détruite. La chapelle de la Croix assure la relève et devient en 1806, une église, dédiée à saint André.

Une pierre octogonale singulière

Récupérée du dallage originel de la première chapelle de la Croix, une pierre octogonale en schiste est scellée à la croisée du transept. Elle date du XIe siècle et aurait des propriétés magnétiques. Nombreuses églises et chapelles sont construites sur des champs de forces magnétiques afin, dit-on, d’aider les défunts à monter vers l’au-delà pendant la cérémonie des obsèques.

Un bénitier du XVe siècle

Taillé dans un imposant et unique bloc de granit, le bénitier porte les armes des familles de Clisson, de Rohan et de Navarre. Il s’agit des fonts baptismaux de l’ancienne chapelle du château des Rohan, propriété et villégiature des ducs de Rohan. À la fin du Moyen Âge, le château constitue un des hauts lieux du pouvoir politique breton. Aujourd’hui, ne subsistent qu’une partie des remparts et une tour octogonale impressionnante avec sa vingtaine de mètres de hauteur.

Un mobilier notoire

L’église abrite une pietà appelée NotreDame de la Croix ou Notre-Dame de la Pitié. Cette statue de bois polychrome date du XVIIe siècle et elle a été mise en place par saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Son installation a donné lieu à une cérémonie solennelle d’une durée inhabituelle de neuf jours pour la rapporter en procession depuis la commune de Plumieux, située seulement à dix kilomètres de La Chèze ! L’édifice possède également un aigle-lutrin du XVIIIe siècle provenant de l’ancienne abbaye de Lanthénac, fondée en 1149 par Eudon II, ainsi qu’un tableau de « La Vierge Protectrice ». Cette œuvre date du XVIIIe siècle et représente saint Louis-Marie Grignion de Montfort au milieu de ses fidèles.

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673 - 1716)

Natif de Montfort-sur-Meu (35), il est ordonné prêtre en 1700. Issu d’une famille bourgeoise aisée, Louis-Marie fait vœu de pauvreté et ne s’occupera que des pauvres. Il vint régulièrement à La Chèze pour se recueillir dans sa chapelle devenue ensuite église Saint-André. C’est la raison pour laquelle ce sanctuaire chézien reste encore aujourd’hui un lieu de pèlerinage reconnu par les Montfortains. Louis-Marie Grignion de Montfort a été canonisé en 1947.

À découvrir à proximité :

• La tour octogonale du château de La Chèze.

• Pierre gothique en granit (1541) posée place de la mairie, site d’emplacement de l’ancienne église Sainte-Madeleine.

• Conservatoire des anciens métiers de Bretagne : exposition d’outils retraçant la mémoire du savoir-faire artisanal local.

Office de Tourisme Bretagne centre 02 96 28 51 41 tourisme@bretagnecentre.bzh

Crédits photos : Bretagne centre tourisme –

• 33
A. LE PRIELLEC

LIBRAIRIE

« Rendez-vous N’importe où »

Réouverture le 9 mai

Comme annoncé dans le précédent numéro, la Librairie « Rendez-vous n’importe où » a trouvé un local de substitution en attendant que le magasin sinistré par un incendie, au mois de janvier dernier, fasse peau neuve. L’ouverture aura lieu le 9 mai, au 29, rue du Fil. On vous y attend nombreux !

« Remparts - Le livre de Koli »

M.R. Carey

L’Atalante

Le monde est dévasté. Dans un monde où la nature est devenue extrêmement dangereuse à force de modifications génétiques, seules subsistent de petites communautés éparses, sans lien (ou presque) entre elles. Dans son petit village, Koli, 15 ans, narrateur, est bien décidé à devenir Rempart en s’appropriant un « tech », qui est pourtant le privilège d’une unique famille depuis des générations. Ainsi il pourra se marier avec celle qu’il aime et protéger sa famille. Pourtant rien ne va se passer comme prévu… Ce roman de science-fiction post-apocalyptique est particulièrement réussi grâce à de savoureux personnages, dont le narrateur, une intrigue haletante et un monde imaginaire très cohérent. Toute technologie (ou presque !) ayant disparu, le langage s’est considérablement modifié et appauvri. C’est tout le talent de l’auteur que de retranscrire cette langue enfantine, puisque nous sommes en focalisation interne, pour nous décrire un monde complexe et une quête époustouflante.

« Lonesome Dove »

Gallmeister

En 1880, Augustus McCrae et Woodrow Call, deux cow-boys se croyant à la retraite (ce n’est pourtant pas un livre d’actualité !) décident de voler du bétail au Mexique et de le convoyer jusque dans le Montana pour y établir un ranch. C’est un immense périple à travers l’Ouest, au cours duquel le convoi affrontera de nombreuses aventures, fatales à de nombreux protagonistes. Pourtant, nous sommes loin du western trépidant et spectaculaire. C’est au contraire l’introspection de chacun des personnages qui est mise en avant tout au long de cette fresque épique, permettant d’explorer les mythes fondateurs de l’Amérique et nous fait vivre la quête désespérée de deux hommes qui, sans le savoir, tournent les pages du dernier western. Mythique !

Tripode

C’est ce roman qui a obtenu le Prix Emile Souvestre, c’est-à-dire le meilleur roman de la Biennale du livre d’Histoire de Pontivy dans la catégorie romans. C’est peu dire que ce prix est amplement mérité. Dans une langue magistrale, complexe, riche, rappelant le Moyen-âge, faisant la part belle à la nature, Graciano nous entraîne dans le sillage de Jeanne d’Arc, du départ de son village natal jusqu’à Chinon, pour aller retrouver le Dauphin. Le point de vue d’un de ses compagnons de périple, un adolescent comme elle, apporte au roman magie et grâce. Chef d’œuvre !

« Révolution - 1. Liberté »

Florent Grouazel et Younn Locard

Actes Sud - L’an 2

Alors que le tome 2 est sorti cette année, c’est l’occasion de nous replonger dans cette épopée graphique qui avait remporté le Fauve d’or du meilleur album au Festival d’Angoulême 2020.Tantôt saturés de tons ocres ou rougeoyants, tantôt sombres, les dessins de cet album nous plongent dans l’exaltation de cette période trouble. Nous revivons les événements qui ont agité la France à travers toutes les classes de la société. Une petite fille qui fuit comme le vent nous guide sous les ors de Versailles, dans le Palais royal ou dans la fange sous les ponts de Paris, une avalanche de détails nous relatant courses poursuite, débats enflammés, rixes ou échauffourées, pendant que les barricades se dressent et que retentit le son du canon... Tout s’enchaîne à la vitesse des Lumières ! Superbes planches à l’allure de tableaux et mise en scène maîtrisée, on sort hébété par cette fureur de la Liberté qui compte plus de 1000 personnages !

« Johanne » Marc Graciano Le
34 • LIRE
professionnels Bacs CAP • Animation et Gestion de l’Espace Commercial • Prospection Clientèle et Valorisation de l’Offre Commerciale • Métiers de l’Accueil • Cuisine • Commercialisation et Services en Restauration • Technicien en réalisation de produits mécaniques • Métiers de l’Électricité et de ses Environnement connectés • Cuisine • Service en Café Hôtel Restaurant • Production et Service en Restaurations • Barman • Art de la Cuisine Allégée • Accueil Réception complémentaires Mentions ULIS (Unité Localisée d’Inclusion Scolaire) 3ème Prépa-Métiers www.lyceejasi .fr Informations sur : Site Saint Ivy - PONTIVY (enseignement professionnel et supérieur) 29, rue Abbé Martin - 02 97 25 01 69 Réussir ensemble !
OUVERTES 2023 Spéciales Enseignement professionnel Vendredi 12 mai (17 h - 20 h) #Emploi Pour trouver un emploi j’ai choisi d’être bien formé au GRETA-CFA ‘‘ + 220 formations dans 10 secteurs qui recrutent Formations financées par la Région Bretagne pour les demandeurs d’emploi, sous réserve d’attribution du marché QUALIF Emploi. P O R T E S O U V E R T E S J O U R N É E V e n d r e d i 9 J u i n 2 0 2 3 1 6 h 0 0 2 0 h 0 0 mfr loudeac@mfr asso fr www mfr-loudeac asso fr 02 96 28 02 27 31 rue Anatole Le Braz - 22600 LOUDÉAC MFR de LOUDÉAC D é c o u v r e z n o s f o r m a t i o n s S c a n n e z - m o i ! S a m e d i 1 0 J u i n 2 0 2 3 8 h 3 0 1 3 h 0 0
PORTES

ENVIE DE VOYAGE !

LISBONNE ET LE PORTUGAL

Grimper dans le mythique tram n°28 et remonter le temps en même temps que les ruelles en pente. Manger un poisson grillé dans une tasca, au fin fond de l’Alfama, en attendant l’heure du fado. Survoler par beau temps le parc des Nations à bord de la télécabine. Faire une balade à vélo près du Tage. S’offrir des pastéis de nata encore tièdes et saupoudrées de cannelle à la célèbre pâtisserie de Belem. Savourer Lisbonne côté plage et pousser jusqu’à Estoril ou Cascais…

À la découverte des quartiers

Alfama et bairro do castelo São Jorge

L’un des plus vieux quartiers de Lisbonne et l’âme de la ville, sur les pentes de la colline médiévale.

Bairro Alto, Chiado et Cais do Sodré

Le Bairro Alto offre une ambiance de village paisible. Le quartier historique du Chiado regorge de découvertes culturelles et de boutiques branchées.

Belem et Ajuda

Une concentration impressionnante de monuments, héritage de l’effervescence des découvertes.

Castelo São Jorge (château Saint-Georges)

Dominant le vieux quartier de l’Alfama, vestiges de la période wisigothique et éléments arabes.

Convento-museu do Carmo - Museu arqueológico do Carmo L’une des plus grandes églises de Lisbonne, avec sa nef restée à ciel ouvert depuis le tremblement de terre de 1755.

Ici & Là Pontivy

Des lieux à ne pas rater dans les alentours

Sintra est une superbe ville portugaise, célèbre pour son style architectural du romantisme, dont de nombreux exemples de ce style de construction à la fois élaboré et décoratif peuvent être trouvés au milieu des collines verdoyantes du parc national de la Serra de Sintra.

Cascais est une ville de pêche portugaise traditionnelle et de grand charme qui se situe sur le somptueux littoral de la région de Lisbonne. C’est un lieu incroyablement plaisant à visiter car les rues pavées de son centre historique renferment des demeures extravagantes, un fort imposant et des musées absolument fascinants.

Elevador de Santa Justa

C’est l’un des « monuments » les plus intéressants (et les plus visités) de la Baixa.

Praça do Comércio (place du Commerce)

Considérée comme l’une des plus belles places d’Europe, avec son arc de triomphe et ses galeries à arcades.

Torre de Belem

C’est le plus beau symbole de l’épopée portugaise sur les mers du monde, qui servit de tour de contrôle maritime.

Week-end de 4 jours / 3 nuits à partir de 499 €

Le prix comprend : vol aller / retour + transferts + hébergement en hôtel 4* et petits-déjeuners

36 •

RENAULT CLIO Authentic SCe 65

(1) Exemple pour Renault CLIO Authentic SCe 65 à partir de 139€ TTC / mois en Location avec Option d’Achat NewDeal 2 sur 36 mois / 30.000 km (au 1er des deux termes atteints), hors assurances facultatives. Premier loyer majoré de 1.500€ versé sous forme d’un apport personnel ou d’une reprise d’un ancien véhicule roulant, immatriculé et assuré à votre nom. Offre ne comprenant pas le forfait de mise à la route (Carburant et Démarches Immatriculation), hors assurances ou extension de garantie complémentaires. Offres sous réserve d’acceptation par DIAC, SA au capital de 409 355 560 € - Siège social : 14 avenue du Pavé Neuf 93160 Noisy-le-Grand - SIREN 702 002 221 RCS Bobigny. Offres non cumulables, réservées aux particuliers et valables dans la concession Renault BodemerAuto Pontivy et son réseau d’agents participant sur un stock limité de Renault CLIO Authentic SCe65 sous condition d’immatriculation avant le 30/04/2023. Photo non contractuelle.

au quotidien, prenez les transports en commun #SeDéplacerMoinsPolluer

Coups d’oeil des PHOTOGRAPHES !

Depuis plus de deux ans, les photographes des clubs de Loudéac et de Pontivy, Louvafilm et Grains d’Images, nous ont fait découvrir les richesses du territoire, paysages, monuments ou événements du Centre Bretagne. Afin de mettre encore davantage en valeur la culture artistique locale, le magazine Ici et Là a choisi de présenter, tous les deux mois, le travail de ces photographes sur des thèmes divers et variés.

Pour ce nouveau voyage dans l’œil des photographes, nous vous proposons une série de clichés réalisés par les photographes de Grains d’Images sur le thème du cercle et de l’ellipse.

« Rien n’est excellent au monde s’il n’est rond », disait Ronsard. Du point de vue symbolique, le cercle représente une certaine forme de perfection dans le monde de l’art. Pour les photographes le cercle ou la courbe est un élément constitutif dans la composition en opposition aux lignes brisées ou angulaires.

19, rue Lamennais - Pontivy 02 97 27 94 55

Romuald FAIRIER

Les anneaux de Buren à Nantes

Guy PERRON Découpe d’un tuyau au chalumeau
38 •

PHOTOS

Thomas DEMAILLY Jeu d’ombres elliptiques
• 39
Francis THIERRY Sphère armillaire Bernard REGNAULT Phare de l’ile Vierge Anne RIOU Médiathèque de Pontivy

LES CHRONIQUES SANTÉ de Katia Dubois

Prendre soin de sa peau : plantes et algues de Bretagne

Quel plaisir de voir les journées se rallonger, de partir le nez au vent en vadrouille avec mon panier pour une cueillette de plantes solaires dans les semaines à venir ou crapahuter sur la côte pour glaner quelques algues.

Je prépare souvent mes propres huiles de soin pour l’année en cours. Il n’est pas difficile de préparer des macérations ou quelques onguents. Je vous livre donc quelques-unes de mes recettes pour soulager le corps des hématomes, piqures, brûlures, morsures. Tout d’abord, se procurer des bocaux en verre de couleur foncée, quelques bidons d’huile d’olive de qualité, un flacon d’huile essentielle de lavande aspic ; de l’alcool à 70 % si vous ne stérilisez pas vos bocaux à l’eau bouillante.

Souci officinal ou calendula

Les fesses irritées de bébé, l’eczéma, le psoriasis, les dartres, le prurit, les kératoses… Le calendula hydrate et répare. Ne pas exposer la peau au soleil après l’application.

Millepertuis, plante antiseptique,

antalgique, adoucissante, anti-inflammatoire

Cueillir les sommités fleuries (feuilles, fleurs) et les faire sécher une nuit au sec à l’abri de la lumière, tête vers le bas si vous les suspendez ou bien les étaler sur une clayette afin d’évacuer une partie de l’humidité présente dans la plante qui pourrait laisser un peu de moisissure dans votre bocal. Le lendemain, coupez le haut des tiges avec les feuilles, fleurs, tiges en petits morceaux et remplissez bien vos bocaux stérilisés au préalable. Remplissez-les d’huile d’olive, fermez-les, recouvrez-les d’un papier kraft ou d’un tissu et laissez-les en exposition sur le bord de vos fenêtres le jour en les tournant de temps en temps. Le temps d’exposition est fonction de la chaleur ambiante. S’il fait très chaud, trois à quatre semaines peuvent suffire. S’il fait moins chaud on attendra six semaines environ. Si la météo n’est pas favorable à l’exposition, on prendra un grand fait-tout pour provoquer une macération accélérée au bain-marie durant une heure. L’huile doit passer au brun rouge car elle libère ses propriétés.

Une fois que vos macérations sont prêtes, utilisez des filtres en tissus afin de bien écraser les plantes et de récupérer un maximum d’huile dans des récipients en verre de couleur foncée. Rajoutez quelques gouttes d’huile essentielle de lavande aspic (50 gouttes pour un litre de macérât).

Elle soulage la peau lors des zonas, érysipèle, brûlures solaires, hématomes, douleurs articulaires, névralgiques, rhumatismales mais aussi les piqûres et les morsures.

Les plantes solaires sont photosensibles. Une fois posées sur la peau, évitez de vous exposer au soleil ou couvrez votre peau.

Faire sécher les fleurs une bonne semaine avant de procéder de la même façon que pour le millepertuis. Le temps de macération sur vos fenêtres sera de six semaines à deux mois en fonction de la chaleur. Sinon trois bonnes heures au bain-marie à feu moyen. Gardez toujours vos bouteilles ou bocaux, une fois filtrés, à l’abri de la lumière. La durée de conservation peut être d’une année.

Les algues bretonnes

Pour adoucir la peau mais aussi pour la repulper, la tonifier. Porphyre, fucus vesiculeux, dulse, laitue de mer, laminaria digitata… Je glisse l’équivalent d’une poignée de ce mélange dans un bocal que je vais recouvrir d’huile d’olive. Mettre le bocal ouvert au bain-marie, pendant 1 h 30 sur un feu moyen, et remuer de temps en temps. Filtrez le tout dans un récipient en verre foncé. Pour une contenance de 300 ml de macérât, rajoutez 15 gouttes d’huile essentielle de rose musquée ou de lavande officinale. Vous pouvez en passer sur le visage avec du coton avant de vous coucher ou sur des zones de peau sèches, irritées. Ne pas conserver plus d’une année. Jetez vos algues dans le compost ou au pied de vos plantes.

Praticienne en médecine traditionnelle chinoise et naturopathie

1, place du Marché - MELRAND

06 76 87 36 34

duboiskastell@gmail.com

La consultation d’un praticien en médecine traditionnelle chinoise/naturopathe ne saurait remplacer le suivi médical habituel ou en cours, ni se substituer aux traitements en cours. Seul votre médecin peut décider de l’arrêt ou de la modification d’un traitement médical.

40 •
SANTÉ

LES RECETTES de Julie

Rougail saucisses

Ingrédients pour 6 personnes :

• 8-10 saucisses fumées

• 1 boîte de maïs

• 2 boîtes de tomates pelées

• 1 grosse boîte de coulis de tomates

• 3 oignons

• 2 gousses d’ail

• Huile d’olive

• Sel, poivre, piment de Cayenne

Préparation :

Couper les saucisses en 4 tronçons.

Faire bouillir 2 litres d’eau dans une casserole et y déposer les tronçons de saucisses.

Laisser cuire pendant 30 minutes avant d’égoutter.

Eplucher et émincer les oignons et les gousses d’ail.

Faire revenir les oignons dans une sauteuse avec de l’huile d’olive.

Ajouter les boîtes de tomates, le maïs égoutté, les gousses d’ail émincées, les

Crumble à la rhubarbe

Ingrédients pour 6-8 personnes :

• 10 tiges de rhubarbe du jardin

• 120 gr de beurre mou

• 150 gr de farine

• 170 gr de sucre complet

Préparation :

Préchauffer le four à 180°.

Laver et couper la rhubarbe en tronçons de 1 à 2 cm.

Déposer les morceaux au fond d’un plat allant au four.

Dans un cul de poule, mélanger à la main le beurre pommade avec la farine et le sucre.

Déposer ce mélange sur le dessus de la rhubarbe et enfourner pour 30 minutes.

Servir tiède ou froid.

morceaux de saucisses, sel, poivre et une pointe de piment de Cayenne. Laisser mijoter à couvert pendant 30 minutes.

Servir bien chaud avec du riz.

Astuce : Ce plat peut se préparer la veille. Le maïs n’est pas dans la recette d’origine.

Astuce : Vous pouvez le servir tiède avec une boule de glace à la vanille. Varier la recette en remplaçant la rhubarbe par des pommes, des poires, des abricots, des fruits rouges…

• 41 GASTRONOMIE

Poisson

(19 fév - 20 mars)

HOROSCOPE l

Mai Ce mois va mettre en relief les aspects les plus plaisants de votre vie et adoucir les angles de vos échanges avec l’entourage. L’influx de Vénus va dominer dans votre vie financière en vous poussant à faire preuve d’audace pour renforcer vos acquis. C’est le moment idéal pour lancer un projet.

Juin Il y a de nouvelles connaissances en vue, qui auront surtout pour effet de vous plonger davantage dans votre univers mental. Vous allez vivre des échanges qui vont vous aider à progresser vers votre propre accomplissement. Des vocations peuvent naître en cette période !

Bélier

(21 mars - 20 avril)

Mai Les instances de Mercure vont vous confronter à des réalités pratiques qui influeront sur votre vie financière. Il est à prévoir des frais nécessaires au maintien du confort de votre foyer. Investir pour l’avenir sera incontournable, quitte à faire quelques coupes budgétaires sur des domaines moins fondamentaux.

Cancer

(22 juin - 22 juil)

Taureau

(21 avril - 20 mai)

Mai Votre vie relationnelle est en exergue et guide vos pas vers de nouvelles alliances. Ceux qui sont déjà en couple vont connaître des houles émotionnelles qui peuvent vous pousser à de grandes remises en question ou à faire une pause dans votre relation. À vous d’éviter d’agir sous le coup des émotions.

Juin Ce mois va vous permettre de relativiser certains de vos soucis grâce à un éclairage mental qui va vous faire gagner en objectivité. Les facteurs émotionnels ne seront plus un obstacle mais restent à leur juste place sans vous brouiller les pistes.

Gémeaux

(21 mai - 20 juin)

Mai Ce mois annonce une route régulière en direction de vos ambitions. Les influx du soleil et de Vénus vous inciteront à faire preuve de patience et de ténacité, d’application et de concentration dans vos affaires. Tout ce qui touche à votre vie au quotidien sera passé au peigne fin pour vous faciliter la vie.

Juin Cette période sera intense dans vos contacts extérieurs au quotidien et sera un excellent filon pour peaufiner vos projets et surtout trouver des alliés qui vous complètent. Les influx de Mercure mettent l’accent sur le fait d’apprendre de nouvelles méthodes de travail ou d’acquérir de nouvelles connaissances.

42 •

Scorpion

(23 oct - 21 nov)

d h

Mai Vous allez vivre des situations dans lesquelles vous serez davantage entendus et compris. Les messages passent sans ambiguïtés, vous aurez des facilités à croiser des personnes qui sont en harmonie avec vous et avec vos projets les plus immédiats. La tendance est plutôt passionnelle en amour.

Juin Ce mois va vous inciter à prendre du recul sur tout ce qui peut être impacté par vos propres émotions. En effet, vous aurez davantage besoin de pouvoir raisonner, analyser, réfléchir en toute sérénité, sans perturbations intérieures.

Lion

(23 juil - 22 août)

Mai Ce mois sera intense, notamment sur le plan de votre vie sociale. Le soleil trône dans votre maison ce qui vous donne de sérieux atouts pour prendre du galon, entreprendre avec succès un projet de grande envergure, changer d’entreprise ou de poste de travail.

Juin Ce mois va vous installer dans une belle harmonie de fond, qui sera idéale pour stabiliser certaines de vos relations et surtout, celles qui sont les plus courantes et les plus proches. Attendez-vous à des invitations et sollicitations plus nombreuses durant les trois premières semaines de ce mois.

Vierge

(23 août - 22 sept)

Mai Vos idées larges vont prendre de l’ampleur et certaines considérations pratiques vous sembleront trop étriquées. Mais ne faites pas l’impasse sur les aspects légaux de vos projets, cet aspect met l’accent sur le fait que vous risquez des ennuis si vous négligez ce côté incontournable des choses.

Juin Ce mois va favoriser votre ouverture mentale vers d’autres horizons et vous pousser à faire preuve d’audace pour les explorer. En effet, Mars va favoriser l’approfondissement de vos désirs les plus essentiels et cela va passer par des découvertes.

Ba l ance

(23 sept - 22 oct)

Mai Les circonstances extérieures vont vous obliger à donner suite à des engagements que vous avez amorcés le mois dernier. Parmi ceux-ci, il y a ce que vous considérez comme des obligations pesantes mais qui pourraient bien, une fois résolues, vous faciliter grandement la vie et vous libérer pour aller plus loin encore.

Juin Vous êtes dans une excellente période pour donner le meilleur de vous-même et de vos talents. Vous ne manquerez pas d’idées neuves et de créativité. C’est le moment de vous atteler à des questions complexes pour les voir aboutir positivement. Et vous ne le devrez qu’à vous-même.

Mai Nombre d’entre vous entament un nouveau départ sentimental au travers d’une rencontre marquante ou d’une relation de couple qui s’allège de certaines tensions. Votre vie relationnelle va connaître un coup de fouet dynamisant qui va vous aider à étendre votre réseau amical, mais aussi professionnel.

Juin Vous allez spontanément mettre la gomme pour renforcer votre vie matérielle, chercher des moyens d’accroître vos revenus, gérer votre argent avec davantage de sagacité et de bon sens. Vos échanges seront le meilleur facteur de chance en ce qui concerne vos finances.

Sagittaire

(22 nov- 20 déc)

Mai Il devrait y avoir de nouvelles connaissances et relations en perspective. Des déplacements et des échanges pourraient être très prometteurs, surtout pour tout ce qui se rapporte au commerce et à la création. C’est le moment de déplier vos voiles pour que vos projets prennent de la vitesse.

Juin Ce mois vous place sur le devant de la scène, notamment dans votre vie relationnelle qui sera plus que jamais dominante. Les transits du soleil et de Vénus vont faire crépiter vos envies de changements et vous offrir une densité de dialogues plus importante que d’ordinaire.

Capricorne

(21 déc - 19 janv)

Mai Ce mois sera fécond et va vous faciliter la vie, tout particulièrement dans le domaine affectif. En effet, le sextile de Vénus annonce des échanges plus limpides, plus clairs et à la fois plus facilement porteurs de satisfactions immédiates. La sensualité est pleinement au rendez-vous, alliée à la tendresse.

Juin Les circonstances extérieures vont vous inciter à vous confier à quelqu’un, ce qui vous aidera considérablement à mettre de l’ordre dans vos idées et surtout à mettre en place une stratégie d’action efficace. Cela devrait vous permettre de faire un bilan de fond sur les domaines qui vous préoccupent le plus.

Verseau

(20 janv - 18 fév)

Mai Ce mois va vous confronter à des situations qui vont mobiliser votre ténacité. En effet, vous serez pleinement lancé dans le feu de l’action, surtout dans votre vie sociale et relationnelle. Vous allez spontanément mettre les bouchées doubles pour concrétiser vos objectifs.

Juin Les situations en cours prennent davantage de vitesse et ce nouveau tempo correspond bien mieux à votre façon naturelle d’agir. Attendez-vous à avoir des échanges très prometteurs dans votre vie sociale, notamment à partir de la mi-juin.

a e i b f j c g k Mai / Juin 2023
Juin Ce mois va s’avérer très positif pour faire avancer vos projets et surtout pour trouver les meilleures alliances pour les concrétiser. Vos échanges sont sur le devant de la scène. Ce qui va vous mener à découvrir bien des choses sur vous-même et surtout à mieux comprendre les raisons de vos indécisions.
Des recettes justes, authentiques, et c’est tout !

Quand Art, Nature & Patrimoine se rencontrent

CONCERTS VISITES

ATELIERS

Création  : Conseil départemental du Morbihan. Photos : Emmanuel Berthier et abdrone. Avril 2023
(MORBIHAN) WWW.KERGUEHENNEC.FR / KERGUEHENNEC
gratuite
Soutenu par BIGNAN
Entrée
CHÂTEAU
DE SCULPTURES
PARC
EXPOSITIONS
PARC
CAFÉ DU
Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.