Page 1


Holistik magazine - 2


" " " " " " " numéro 9 Juin - Été 2017 Rédactrice en Chef Coordination Editoriale Graphisme et Maquette Sofia Barão

"

Correctrices-Bénévoles Odile F Béatrice Gallas Anne Lambert Chloé Mason Et les autres bénévoles anonymes (grand merci à tous)

"

Partenariats-Annonceurs holistikmagazine@gmail.com

"

Suggestions - Retour des lecteurs holistikmagazine@gmail.com

"

Abonnement gratuit - Newsletter http://eepurl.com/bamFIH

"

Chaque texte est l’expression d’une voix ; celle de l’auteur qui l’a écrit. Holistik Magazine vous propose de les découvrir, mais c’est à vous, ensuite, de vous questionner par rapport à ce que vous allez lire et de vous faire, vous-même, votre propre idée indépendante et libre. Nous devons être curieux de tout et de tous, nous devons aussi exercer le discernement personnel et le librearbitre, le tout dans le respect de l’opinion de l’autre. Pour soi-même, l’expression d’un autre que soi ne doit jamais, être pris comme la seule et unique vérité possible. Se questionner est le travail le plus fascinant et le plus important que nous avons à entreprendre dans cette vie.

"

" "

Chemins de Vie

En regardant en arrière, je me rends bien compte que mon chemin de vie a été, jusqu’ici, multiple et continue de l’être - et si je ne devais garder qu’un seul mot pour le définir ce serait celui-là.

"

Car pour moi, la multiplicité des expériences est ce qui fait la richesse de notre vie. Pour la société (et même si cela commence peu à peu à changer), la multiplicité de chemins est parfois regardée comme un échec ou une incapacité à se stabiliser, alors que pour moi, cela évoque l’ouverture, la tolérance, la flexibilité et la curiosité.

"

Même si beaucoup se sentent encore « perdus », soit par la multiplicité de chemins parcourus soit par la croyance qu’il faut à un moment créer « racine », il serait intéressant de s’arrêter et de se demander si cela n’est pas plutôt une injonction extérieure à soi. Se demander aussi pourquoi nous souhaitons tant entrer dans un parcours linéaire, mais surtout si ce désir-là est véritablement le nôtre ou s’il ne nous appartient pas.

"

Chaque personne est unique et différente, elle exprimera sa singularité et aura un ou plusieurs chemins de vie à vivre propres à soi. Se questionner sur sa différence de parcours et sur la réelle acceptation ou pas de ces mêmes cheminements ne pourra qu’aider dans la libération de la voie la plus importante à suivre  ; celle de l’âme !

"

Je vous souhaite une belle lecture et je vous invite également, à partager ce magazine avec tous ceux qui pourraient bénéficier de cette graine d’inspiration.

" Immense gratitude " "" "" "" "" "" ""

Sofia Holistik magazine - 3

Erratum dans le précédent numéro page 8: il fallait lire Dattée avec 2 T.


                                   

        

                 

        

              ! !" # $% ! &!'!      !(%

!    !"  # $  

 

      

      

   

      

   

  



     




Christine Régnier

Nirinaralanto

Fanny Dattée

Reliance-Coeur

Les petits bonheurs partagés

Charlotte Saintonge

Holistik magazine - 5


Sophie Cadorel

Ecoute Ton Corps

Soak up the Wild

GaĂŤlys Art

Les Neuf Souffles

Ma Pause Sophro

Holistik magazine - 6


" "

Facebook: Aromatheka

BeatriceGallas

Les Petits Bonheurs PartagĂŠs!

"

Facebook: Les-petits-bonheurs-partagĂŠs

Holistik magazine - 7


Holistik magazine - 8


Qu’entends-je quand je parle de « chemin de vie » ? D’où est-ce que j’entends ? Quel sens cela a-t-il pour moi – et pour vous ?
 
 L’idée du chemin pourrait être un parcours qui se déroule derrière soi et devant soi, avec un point de départ et un point d’arrivée, un début et une fin. De la naissance à la mort, par exemple ? Si j’envisage « ma vie » de ce point de vue, quels sont les critères par le biais desquels je vais percevoir mon parcours ? Sont-ils extérieurs, en fonction des filtres mis en place par le conditionnement de tout être humain, familial, culturel, social, voire religieux, sur les plans psychologiques, affectifs, spirituels ? Le « chemin » n’a de sens sans le fait de marcher, d’avancer. Il parle de ce fait d’espace et de temps, donc du monde de la forme. Ou bien ces critères sont-ils intérieurs ? Considèrent-ils mon cheminement intérieur, l’évolution des différents aspects de ma vie à l’aune

de mes aspirations profondes, de ma conscience ?
 Les pèlerins du Chemin de St Jacques de Compostelle parlent de transformation, donc de chemin intérieur, parallèle à celui qui s’est déroulé sous leurs pas, fait de terre et de pierre, de soleil et de vent, de sueur et de douleur, de rencontres et de paroles.

"

Pour la plupart d’entre nous, si nous prenons en considération notre chemin en tant que « parcours », il en résulte une évaluation, une mesure, un jugement, le plus souvent sévère ou amer, bien souvent dans une comparaison-réflexe inconsciente avec le parcours d’autres que soi, avec des conclusions. Nous entrons presqu’à coup sûr dans un mode d’identification, et de plus à quelque chose qui de toute façon est subjectif, donc n’a pas une réalité unique et fixe. Cela nous pousse à agir, réagir, attendre, résister, à vouloir contrôler donc à nous


attacher. C’est le fruit du conditionnement du mental qui automatiquement glisse à notre insu des grilles de lectures dans les rouages du mental. C’est aussi la source de toute souffrance.

"

tout cela à la fois. Libération du temps, ce maître qui peut nous rendre esclave.
 Je deviens capable de lâcher mon « histoire », ou de la revisiter à loisir et la relire autrement. Plus rien n’est fixe, figé, inscrit. Je peux laisser la Vie déborder du chemin de mon mental et s’exprimer pleinement et à sa guise dans un espace dont j’ignore s’il a des limites. Laisser la Vie se manifester en moi et métamorphoser ma Réalité.
 La Vie ne me demande rien, ne me doit rien et je ne lui dois rien. Elle n’attend pas que je suive un certain chemin - j’ai le libre-arbitre et je suis pleinement responsable. 
 Ma conscience ne suit pas davantage un « chemin ». Elle ne cherche rien, ne va nulle part, n’attend rien, ne me demande rien. La Conscience en moi EST. Et de ce fait, JE SUIS.

Pour ma part, au fil du temps et des expériences intérieures, j’ai fait un autre choix. C’est celui qui place ma conscience au cœur de l’instant, dans le souffle qui se manifeste dans mon corps. Mon souffle suit-il un chemin ? Cela aurait-il un sens de le situer et de l’évaluer dans le temps et l’espace ? Ou bien puis-je simplement reconnaître qu’il est là, LE Souffle à chaque inspir et expir renouvelé ? Dans le microcosme, si je considère la vie des centaines de milliards de micro-organismes qui constituent ce que je nomme mon corps, en perpétuel mouvement, en constante transformation, puis-je être le ou la même d’une seconde à l’autre ? Si j’élargis mon champ de perception au macrocosme, s’ajoute le mouvement de la planète en rotation sur elle-même et autour du soleil, dont nous savons maintenant que la trajectoire, à une vitesse qui défie la raison, est sinusoïdale dans notre galaxie, elle-même en mouvement au sein d’un univers de centaines de milliards de galaxies… 
 Qu’ai-je donc d’autre à portée de pleine conscience que ce fugitif et éternel instant présent ?
 De ce positionnement-là, que peut être mon « chemin de vie » ?
 Est-ce le flux de la Vie en moi ? Est-ce cette vibration captée par mes cellules, qui informe l’eau de mon corps comme de tout organisme vivant, cette fréquence non localisée maintenant reconnue par la recherche quantique ? Cela a-t-il un commencement et une fin ? Qu’en sais-je et de quoi puis-je être certain-e ?
 De ce point de vue, l’idée de chemin se dissout d’elle-même, n’est-ce pas ? 
 Puis-je accueillir cette dissolution ? 
 Surviendrait alors peut-être un état miraculeux et extatique : libération.
 Libération des projections, interprétations, jugements, peurs, attentes et crispations de tous ordres. Libération des liens, des attaches, des limites, des représentations, des croyances qui sont 


" " " " " " " " " " " " " " " " " " " "

Je suis le Contenant.
 Tout ce que je perçois est le contenu. 
 Mon « chemin de vie » n’est plus alors que le regard que je porte sur ce qui est mémoire subjective de moments, chronologie de sensations, d’émotions, d’images. Le temps souvent constitue un facteur générant du stress, or, les scientifiques nous disent maintenant que le temps n’existe pas. Holistik magazine - 10


Si je fais le choix d’élargir mon champ de perception, de créer une distance entre la situation et le contenant qui la perçoit, de donner l’espace à la Conscience, de me défaire de mon attachement au temps, je peux quitter les notions mentales liées au monde de la forme et m’ouvrir à l’Essence même de qui je suis, à la Nature de la Vie que je suis. Je peux regarder ce que par convention on appelle « mon chemin de vie » avec douceur et tendresse, avec gratitude, une fois toute pression non réelle enlevée. Je peux à la fois m’en détacher et l’aimer, ce qui peut sembler paradoxal. 


"

Mais l’Amour, le détachement, la fin de l’illusion sont intimement mêlés et se donnent mutuellement vie. Dans un mouvement infini que le mental ne peut appréhender. 
 C’est en laissant disparaître les cloisons de verre des représentations mentales que nous pouvons renoncer à comprendre (prendre avec), pour nous placer dans l’ouvert, entrer dans l’expérience et accueillir ce flux mystérieux et puissant que nous sommes. Lui rendre sa liberté et nous laisser porter par ce courant en toute confiance. Là, notre « chemin » sort de toute tentative d’analyse pour se fluidifier et faire Un avec la Vie, avec l’énorme bénéfice de libérer de ce fait l’Autre, TOUS les Autres, en même temps que soi.

" "

Grâce à une démarche d’éveil de la conscience commencé voici plus de 30 ans, je prends la responsabilité de « l’Être unique que je suis » et le manifeste dans un rayonnement croissant. Convaincue que la Paix du Monde tient à la nôtre individuellement, je transmets un retour à la Réalité, au service de l’Être, du respect et de l’Amour de soi comme de l’Autre, de l’évolution intérieure et globale, dans l’écoute douce et bienveillante. Texte et portrait: Christine Régnier https://christineregnier.com (séances via Skype) Facebook: Christine Regnier Accompagnement Holistik magazine - 11


N’avez-vous jamais eu la sensation d’être coincés, bloqués, dans votre chrysalide ? N'avez-vous jamais eu envie de voir ce qu'il y a de l'autre côté du voile, une fois que vous avez enlevé votre carapace, votre cuirasse ? Envie d’ouvrir vos ailes, votre cœur, et vivre ? Enfermés dans nos conditionnements, nos schémas de peurs, nos habitudes, nous avons oublié qui nous sommes. Nous avons oublié la graine de lumière qui est en nous. Souvent, nous sommes empêtrés dans nos fonctionnements en boucle. Une boucle que nous ne cessons d’alimenter, alors qu’elle ne nous mène nulle part, et qu’il suffirait d’ouvrir les yeux, de nous réveiller et de nous déployer, de construire autre chose, quelque chose dont nous avons envie. Construire. Créer. Agir. Maintenant, pas plus tard. Et si nous cessions d'attendre, d'espérer quoique ce soit

de l'extérieur, de critiquer ? Attitude qui n'a rien de constructif et ne fait que nous maintenir dans l'endormissement. Sortir de notre état léthargique et bâtir ce dont nous avons envie. Ne plus attendre que cela vienne de qui que ce soit. Personne ne va nous sauver, nous aider. Il n'y a rien à attendre de quiconque. Ne sommes-nous pas la seule personne qui peut quelque chose pour nous ? Oui, la seule. Agir depuis le cœur et non la haine ou la colère. Cherchons l'unité plutôt que la division. Cherchons à réunir, à rassembler, à unifier. Pourquoi continuer à alimenter les énergies de la division ? Elles sont là pour nous maintenir dans notre cocon et nous empêcher de déployer notre être. Ne les nourrissons pas de nos émotions. Les émotions sont de la nourriture énergétique. Soyons conscients de ce que nous émettons. Holistik magazine - 12 N'alimentons que ce qui nous permet de nous


déployer. Observons dans notre journée à quoi nous consacrons notre énergie, notre attention, notre temps. Combien consacrons-nous à déployer notre être ? Combien consacrons-nous à nourrir le piège de l'enfermement ? Devenons observateurs de notre fonctionnement. C'est ainsi que nous pourrons progressivement sortir du conditionnement dans lequel nous sommes. A la fin de la journée, demandons-nous en quoi nous avons contribué à déployer notre être aujourd'hui ? Et en quelle proportion ? Cela nous donnera à voir où nous en sommes par rapport à là où nous avons envie d'être. Chaque jour doit nous rapprocher un peu plus de notre être, notre essence. Cela doit être notre seul objectif, notre unique intention quotidienne. Car, comprenons que plus nous nous en rapprochons, jusqu'à fusionner avec notre essence, et plus notre vie est fluide et facile. Plus ce que nous avons à faire nous apparaîtra évident, clair et précis. Plus nous aurons envie de nous y consacrer. Plus nous y consacrer nous portera, nous guidera, et moins nous aurons envie de consacrer du temps, de l'énergie, nos pensées et nos émotions, à des choses qui nous éloignent de notre être. C'est juste de cela dont il s'agit et c'est à la portée de chacun. N'avez-vous pas envie d'essayer de vous y consacrer ? N’est-ce point notre chemin à tous ?

"

" Marie-Christine Delhaye est énergéticienne, sophrorelaxologue et coach à Paris. Spécialiste de la lecture des Archives Akashiques – la mémoire de l’âme, elle accompagne les personnes désireuses de se relier à leur part sacrée et intuitive. Texte et portrait: Marie-Christine Delhaye Photo: Geralt www.reliance-coeur.com Facebook: Le Cercle Reliance Holistik magazine - 13


Holistik magazine - 14


Instagram: nirinaralanto Facebook: Nirina Ralantoaritsimba

Holistik magazine - 15


Avant, je tombais souvent sur la même carte (comme par hasard!) que je ne comprenais pas à l’époque : « Ton trésor se trouve derrière ta plus grande peur ». Ma plus grande peur ? M’exprimer. Que va-t-on penser de moi ? Et si je blessais quelqu’un par mes paroles? Et si on me trouvait nulle ? Se taire et sourire, ça c’est ok, ça passe. Au mieux, on dira : Ah, qu’elle est souriante la Chloé ! Et puis pourquoi m’exprimer ? Donner mon avis ? Dire ma vérité ? Quel intérêt d’être entendue, écoutée ou lue ? Et pourtant me voilà, entrain de me reconnecter depuis quelques années avec mon potentiel de création à travers l’expression. Enfant, j’aimais écrire des poèmes et dessiner. C’étaient mes petits subterfuges pour laisser s’exprimer l’émotion, la vivre et la déposer sur le papier. Si on m’avait dit un jour : « Chloé tu seras auteure », je ne l’aurais pas cru, ou pire, j’aurais dit : « je sais … mais j’en suis terrifiée rien qu’à l’idée » …

Pourquoi pendant tellement d’années je me suis forcée à faire des choses qui me rendaient malheureuse ? Pourquoi est-ce si difficile de s’autoriser le bonheur et d’oser faire ce qu’on aime ? Je crois que j’ai pendant longtemps minimisé l’impact du trans-générationnel, de l’empreinte culturelle, de l’héritage familial et des modèles véhiculés par la société. Tout ce beau mélange nous donne la potion parfaite pour douter de soi, se taire, rentrer dans le moule et faire la carrière qui mène forcément au CDI, au mariage, à la maison de propriété (avec jardin of course !) et à minimum 2 enfants. Dans tout ce brouhaha, l’écriture avait de moins en moins de place. Au lycée, les poèmes, c’était fini, j’allais passer pour une looseuse ! À l’université, je me réfugiais dans les écrits d’Emily Brontë plutôt qu’aller replonger dans les miens. Lors de mon master en cinéma, le cours d’écriture de scénario me permis de renouer avec mon amie que j’avais laissée dans un placard avec mes vieillesHolistik chaussettes. magazine - 16 Et ça, ça faisait tellement de bien.


Mais après l’université, j’entamai une carrière on ne peut plus bureaucratique où les chiffres avaient vite remplacé les mots. Et comme mon amie l’écriture dépérissait de plus en plus, je commençai, moi aussi, à dépérir. Je m’éloignais de plus en plus de mon chemin, jusqu’à me perdre complètement. Il y a 2 ans, en plein burn-out, je participai à un atelier du merveilleux J o n a t h a n Lehmann où on parla entre autres de bonheur et de reconversion professionnelle. Je me souviens, j’avais tiré la carte « Je refuse de croire aux mensonges ». Ce soir là, je fus prise d’une idée folle. Créer mon blog où j’allais m’exprimer et partager tout ce que j’avais sur le cœur. Ce soir là, je dis stop aux mensonges que je me racontais et je commençai à dire oui à ma vérité. Quelques articles et quelques mois plus tard, ma vie changea complètement. Depuis lors, je continue mon chemin d’évolution. La communauté des « petits bonheurs partagés » ne cesse de croître et d’apporter de la magie au quotidien. Alors que j’écris ces quelques lignes, j’ai encore du mal à y croire mais oui, mon premier livre sort en ce mois de mai! Un rêve qui devient réalité.

Je n’incite personne à devenir écrivain ou peintre plutôt que médecin ou enseignant. Loin de là ! Je voudrais simplement vous dire que votre vocation et votre potentiel de création sont déjà en vous depuis que vous êtes petit. Ils ne doivent pas « forcément » devenir votre job. Incluez-les dans votre quotidien que ce soit à travers des activités ou un métier, ça, c’est à vous de décider et de voir ce qui vous convient le mieux. Notre potentiel de création ne demande qu’à être mis en lumière. Écoutez-le, n’essayez pas de l’éteindre car ce serait vous éteindre vous aussi ! Reconnectez-vous à votre essence, allez retrouver votre étincelle qui est là depuis toujours et honorezla, sublimez-la. Allez-y, créez ! Créez !

" " "

Chloe Mason est auteure, blogueuse et fondatrice de Les Petits Bonheurs Partagés.

"

https://lespetitsbonheurspartages.wordpress.com Facebook: les petits bonheurs partagés

"

Vous trouverez son livre, page 42 de ce numéro.

Ce que j’ai envie de vous dire c’est que ce ne sont pas tellement de carrières dont le monde a besoin mais plutôt de vocations. Soyez vrai envers vous-même, faites ce qui vous anime, ce qui vous fait vibrer, de tout votre être. C’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire et faire au monde. Qu’est ce que vous aimez ? Qu’est ce qui vous passionne ? Qu’est ce qui vous rend heureux ? Qu’est ce qui vous procure de la joie ? Car c’est là que se trouve votre trésor ! Holistik magazine - 17


18


Chemins de vie qui se croisent, S’emmêlent et s’entremêlent au détour d’une rencontre, Chemins de vie qui se confondent, L’un et l’autre dans le dessein d’une Vie, Chemins de vie sur le même sentier, Chantier d’une vie à fabriquer, Chemin de vie à peaufiner, construire, explorer. Et puis un jour, A un carrefour, S’interroger, Se demander, Quelle route prendre, Quelle direction. Chemins de vie qui se séparent, Se défont, se décroisent, Holistik magazine - 19


Dans l’impasse, la tourmente. A la croisée des chemins, Faire demi-tour, Reculer ? Tournant de vie, Avoir le courage de trouver sa propre route, Chemin de vie, Le sien. Dépasser les obstacles, Prendre son chemin en main, Chemins de traverse, Raccourcis, sinueux chemins Pour apercevoir la lumière, Chemin divin, Le sien, Chemin de vie.

" " " " " " "

Passionnée par la relation d’aide, cela se matérialise par mes fonctions de juriste en développement local, d’artiste photographe et poétesse, maman et sophrologue.

" Texte, portrait, logo: Fanny Dattée "

https://fannydatteesophrologue.jimdo.com Facebook: Fanny Dattee Sophrologue

Holistik magazine - 20


Toute vie est un voyage dont nous traçons le chemin pas après pas. Si je vous demandai à brûle-pourpoint : que préférez-vous, le voyage ou la destination ? Certains d’entre vous me diront que le chemin crée la destination, d’autres penseront qu’il faut avoir un objectif pour tracer le chemin.

"

Il n'existe pas de vie exemplaire, notre vie étant unique et particulière pour chacun d'entre nous. Nous improvisons quotidiennement pour trouver notre chemin parmi tous les chemins...seule notre boussole intérieure, notre état de conscience nous renseigne au milieu du tumulte ambiant des apparences et du factice. Chercher son chemin de vie répond à une quête de soi : un besoin de bienêtre intérieur, d’épanouissement personnel, de spiritualité, de développement. Ouvrir notre cœur afin de nous entendre intérieurement n'est pas facile, tant nous portons en nous les héritages de nos peurs ancestrales. Nous

nous protégions alors de remparts, de murailles et les hommes de cuirasses ; il en reste encore aujourd'hui une survivance latente. L’inconnu fait peur et l’affronter fait partie du voyage initiatique.

"

Nous pensons en termes d'objectifs donc de destination. Cependant, n'est-ce pas tout ce que nous apprenons au cours de notre voyage qui nourrit notre apprenti-sage ? Le chemin est semé d'embûches, de petits cailloux dans la chaussure, de barrages qu'il nous faut contourner ; nous avons même parfois l'impression que nous tournons en rond à l'image du hamster dans sa roue. Il nous faut parfois du temps pour intégrer le pouvoir et la force que nous avons en nous, que nous méconnaissons : les épreuves que nous traversons nous les révèlent. N'est-ce pas ainsi que nous dépassons nos repères et que l'on repousse nos limites ? N'est-ce pas ainsi que notre route s'agrandit au tout possible ? Holistik magazine - 21


Gratitude Les chemins de traverse offrent des ressources insoupçonnées …celles qui nous correspondent si bien dès lors que l’on ne choisit pas la conformité à la norme ou la facilité.

"

Chaque matin levant, une nouvelle page de notre livre de vie s’inscrit. Qu'il soit choisi selon des directions établies ou au gré du vent, nous avons la responsabilité de le mener et de poursuivre son tracé selon notre libre arbitre. Lorsque nous prenons conscience de cet état de fait, nous avons à cœur de lui donner un sens, une direction en congruence avec qui nous sommes. Cette cohérence repose sur une bonne connaissance de soi, de ses valeurs, de ses potentiels, de ce qui nous respire large de joie, et de notre façon d'Être. Passer à côté de ces critères, c'est étouffer peu à peu et marcher à l'ombre de ses pas. L'ennui, l'agressivité sont les indices que ce chemin ne nous correspond pas. Quelles que soient les raisons invoquées, le plus souvent sécuritaires, nous nous éteignons à petit feu si nous ne réagissons pas. Notre âme sait ce dont nous avons besoin, que notre mental réfute avec des arguments imparables et logiques. Cependant notre cœur sait ce que notre raison ignore...notre vie d'âme est tissée de tous ces chemins qui ont jalonné nos vies au fil du temps. Prendre conscience de l'impact de nos pensées, de nos choix de vie est donc une responsabilité à très long terme !

Une vie extraordinaire est le fruit de choix engagés, un déploiement de tous ses potentiels. Qu’il est bon de pèleriner en conscience, pas après pas, chaque pas traçant le chemin de tous nos potentiels.

"

Au soir de notre vie, lorsque nous contemplerons la rétrospective de notre cheminement, nous aimerons nous dire combien il a été précieux, riche de tant d’émotions, plein de sens en correspondance avec notre âme. Nous nous dirons merci de l’avoir vécu en congruence avec qui nous sommes fondamentalement. Nous bénirons la vie …

" " "

Charlotte Saintonge, auteur de treize livres d'épanouissement personnel, animatrice en expressions créatrices.

" Texte et portrait: Charlotte Saintonge " charlottesaintonge.e-monsite.com Facebook: Charlotte-Saintonge

" " " " " "

"

Quelle histoire aimeriez-vous raconter à vos petits-enfants ? Celle qui parle de votre vie ? Celle qui parle de vos rêves ? Celle qui parle de vos rêves vécus ? Celle qui parle de vos choix de vie ? Celle qui correspond à vos valeurs ? Celle qui a valeur de message ?

"

Une vie a tant et tant à raconter…surtout lorsqu’elle est vécue en accord avec soi-même. Surtout si nous sommes créateurs-réalisateurs de notre vie. Le chemin du bonheur est d’oser être qui l’on est, de s’affirmer dans ses essentiels, ses cent ciels… Holistik magazine - 22


Le chemin de la vie est un chemin de guérison des parties de soi blessées, pour aller vers l’amour de soi. Quelle que soit sa forme, ses pentes, ses cols à gravir, le chemin de vie nous amène à soi et à l’amour de soi. La vie est un retour vers soi, à l’essentiel. La vie prend parfois des chemins de traverse pour nous emmener vers la guérison et l’amour de soi. Il y a encore quelques semaines, je n’avais jamais vraiment fait de peinture et me sentais totalement éloignée de cela. J’ai participé récemment à un atelier dans lequel j’ai découvert la peinture avec les mains, les yeux fermés. Le fait de ne pas utiliser de pinceau a été une révélation et m’a désinhibée de la peur de ne pas bien faire. Quelques jours après l’atelier, je me suis retrouvée dans un état émotionnel agité. J’utilise d’habitude l’écriture ou la danse comme pratique de libération

des émotions, mais cette fois-ci j’ai eu envie de peindre pour transformer une colère puissante et sourde que je sentais en moi. J’ai donc peint avec les mains, les yeux fermés, de façon complètement intuitive. Avant de commencer, j’ai posé comme intention que cette peinture m’aide à transformer ma colère. J’ai invoqué mes guides, je me suis reliée à plus grand que moi. Puis j’ai essayé de lâcher le contrôle pour pouvoir faire émerger ce qui était là. Mes mains se sont mises à danser sur le papier. J’ai laissé le mouvement de mon corps guider mes mains et me suis mise à danser tout en peignant. Des mots, des chants dans une langue inconnue sont sortis. Quelque chose était en train de se passer. Je me suis sentie inspirée, traversée par un flux d’énergie dont l’intensité m’a surprise.

Holistik magazine - 23


Cette peinture a surgi, avec le titre « Guérison de la petite fille de souffrance ». Lorsque j’ai ouvert les yeux et découvert la peinture finie, j’ai été bouleversée. J’ai eu un ressenti très fort au niveau du plexus solaire, comme si un étau se desserrait. Le lendemain matin, je me suis réveillée avec une sensation de plénitude et de bien-être comme cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps. J’ai eu l’impression que mon état émotionnel avait « switché ». Je me suis sentie plus joyeuse, en paix.

ateliers de développement personnel, en lien avec la créativité et la spiritualité. Texte, portrait et peinture : Sophie Cadorel www.therapiedeletre.info Facebook: sophiecadorelpsy

Ce processus évoque pour moi une peinture de guérison. Cela a permis d’apaiser mon enfant intérieur blessé, à qui je n’avais pas vraiment donné la parole jusque-là. Symboliquement faire cette peinture lui a permis de s’exprimer. Donner une forme à une souffrance inconsciente permet de la transformer et de la guérir pour que cette partie non reconnue, qui agit dans l’ombre, soit vue et enfin reconnue. Thérapeute Gestalt, j’ai à cœur de proposer aux personnes que j’accompagne des pratiques complémentaires à la psychothérapie, que j’ai moimême expérimentées. Aussi, dans ma pratique thérapeutique la peinture spontanée vient désormais naturellement en appui au processus de transformation. En effet, je suis convaincue par le pouvoir d’invocation d’une création. Créer en se reliant à plus grand que soi recèle un puissant potentiel de transformation. La créativité et la spiritualité me semblent intimement liées et représentent selon moi un véritable accélérateur au processus thérapeutique. Jamais je n’aurais imaginé aimer peindre, encore moins utiliser la peinture dans ma pratique professionnelle. Découvrir cette ressource, tel un trésor, au détour d’un chemin de traverse est une magnifique surprise de la Vie.

" Sophie Cadorel propose la thérapie de l’être pour accompagner les personnes vers la rencontre de leur Être, leur essentiel. Elle s’appuie sur la Gestalt-thérapie, la créativité et la spiritualité pour permettre le changement et aller vers le mieux-être. Elle reçoit à Paris et elle propose également des

www.astrologieETcreativite-holistique.com Holistik magazine - 24


J’entends souvent cette question de la part des participants de nos ateliers. Beaucoup de personnes attirées par la spiritualité veulent se sentir chargées d’une mission. Pour ma part, je n’aime pas trop ce mot qui dénote souvent la présence de l’ego. Pourquoi ? Parce que les gens croient en général que leur mission est d’aider les autres. J’ai appris au fil du temps que nous sommes tous sur cette planète pour notre propre évolution et non celle des autres. J’ai souvent entendu des phrases telles que les suivantes: •

Ma mission est d’aider ma famille. En tant qu’aîné, je dois remplacer mon père qui est décédé quand j’avais 15 ans.

Ma mission est d’aider les gens âgés à faire face à la mort.

Ma mission est de m’occuper des sansabri.

Ma mission est de répandre plein d’amour autour de moi.

Ma mission est d’être la meilleure maman au monde.

Ma mission est de guérir les gens, car j’ai découvert que j’avais un don de guérison.

Et vous, quelle est votre mission ? Le danger à croire que nous sommes sur cette planète pour les autres, c’est que lorsqu’ils vont bien, on est porté à s’en attribuer le mérite. Si les résultats ne sont pas tels qu’escomptés, nous sommes portés à nous croire fautifs, à nous culpabiliser et même à nous promettre de ne pas recommencer. Holistik magazine - 25


Vous pouvez donc constater que de se croire chargé d’une mission ne peut que nourrir votre ego. À la lecture de ces lignes, vous pensez peut-être : Mais n’avons-nous pas une raison majeure de nous incarner ? Vous avez raison. Tous les humains ont en réalité la même raison d’être, la même mission. Le dictionnaire dit qu’une mission est «une charge donnée à quelqu’un d’accomplir une tâche définie». Notre mission/tâche définie est de vivre toutes nos expériences dans l’acceptation, dans l’amour véritable. Nous avons donc à nous réincarner tant et aussi longtemps que nous n’avons pas atteint ce but. Vous saurez que vous agissez selon cette grande mission quand vous ne vous sentirez plus coupable et que vous ne culpabiliserez plus les autres. Même si vous n’êtes pas d’accord avec une situation ou une personne ou que vous ne comprenez pas, vous serez dans l’acceptation. Pour arriver au but, chaque personne a un plan de vie différent à chaque incarnation. Il est impossible de connaître le plan de vie d’une autre personne. Tout dépend des besoins de son âme et où cette dernière est rendue dans son évolution vers l’amour véritable. Ce plan est décidé dans l’au-delà avec l’aide de notre guide spirituel. Nous faisons ensuite des choix en fonction de ce plan. Par exemple, nous devrons être un homme ou une femme, naître dans tel pays, évoluer dans un environnement précis, choisir notre prénom, notre date de naissance, nos parents, les personnes qui partageront notre vie, avoir un ou plusieurs enfants ou ne pas en avoir, avoir un handicap ou non, etc. Dans un même plan de vie, il y a également des incidents majeurs qui seront impossibles à contourner, c’est ce qu’on peut appeler le DESTIN. Cependant, souvenons-nous qu’un plan de vie, même bien défini, n’est pas toujours suivi à la lettre, comparable à un plan de carrière par exemple. Nous attirons toutes sortes de situations et de personnes tout au long de notre vie pour nous aider, mais on ne peut savoir d’avance comment nous réagirons face aux événements et aux différentes personnes.

Un excellent moyen pour découvrir votre plan de vie consiste à regarder ce qui s’avère pour vous très facile et très difficile à vivre. Ce qui est facile fait partie de ce qui vous aide à avancer et ce qui se révèle difficile fait partie de ce que vous avez choisi de venir régler dans cette vie. On peut conclure que ce qui est facile pour vous devrait être utilisé pour gérer ce qui s’avère plus difficile. Je vous suggère fortement de demeurer en contact avec votre raison d’être principale et d’accepter que chacun de nous est sur cette planète pour l’atteindre. Personne au monde n’a le pouvoir «d’arranger» le plan de vie des autres. Vous ne pouvez que les encourager, les aider du mieux que vous pouvez en respectant vos limites et ce, sans aucune attente. Leur plan de vie n’est pas sous votre responsabilité. Si vous avez une nature serviable et voulez sans cesse aider les autres, n’oubliez pas que vous le faites POUR VOUS. Demandez-vous ce que vous apprenez en rendant service, ce que cela vous apporte. Par exemple, l’aînée d’une famille de cinq enfants, dont la mère était toujours malade, croyait que sa mission était de remplir les fonctions de celle-ci. Elle a découvert que son plan de vie était d’apprendre à être bien même quand ceux qu’elle aime ne le sont pas et de ne pas se sentir coupable lorsqu’elle décide de répondre à ses propres besoins ainsi que d’accepter que certains ne soient pas reconnaissants. Sa vie a changé lorsqu’elle a enfin compris que tout ce qu’elle faisait pour sa famille et sa façon d’être avec eux lui servait à s’aimer et aimer les autres d’une façon inconditionnelle. Avec amour, Lise Bourbeau

"

Lise Bourbeau est fondatrice de l’école Écoute Ton Corps et auteure de 25 livres dont son tout nouveau « Écoute ton corps - Version homme » . Découvrez son site We b à www.lisebourbeau.com et consultez le site w w w. e c o u t e t o n c o r p s . c o m p o u r p l u s d’information sur les ateliers de l’école qu’elle a fondée. Holistik magazine - 26


L’été est là. On l’aime, et il nous aime. Il nous enveloppe de son amour chaud, bienveillant, charmeur et généreux. Il nous écarte de notre routine. Il aime nos rêves, nos longues soirées sous les étoiles, nos discussions joyeuses et nos matinées au ralenti. Nous fêtons son arrivée, comme celle d’un ami qui vient poser ses valises pour les vacances, et nos cœurs se serrent à son départ, comme lorsque cet ami reprend la route vers sa vie, nous laissant à la nôtre.

"

Mais profitons de lui tant qu’il est là ! Il est coquet, et revêt ses plus belles feuilles, ses plus belles fleurs, ses plus beaux fruits et sa plus belle lumière, pour nous donner l’envie de balades, nous inciter à aller à sa rencontre. À toute heure, seul ou à plusieurs, à pied, à vélo, avec son chien, sa musique préférée, sortons des sentiers battus, lançons-nous sur les chemins de campagne. Notre ami l’été n’arrive jamais les mains vides, alors commençons la cueillette : ramassons de l’immortelle commune afin de parfumer les légumes du dîner de son odeur de curry. Ramassons des graines d’amarante réfléchie ; soufflées, elles seront le « pop-corn » de notre soirée cinéma. Ramassons des marguerites et de l’armoise sauvage, pour les beignets du goûter.

"

Cueillons de la matricaire odorante, pour apporter une pointe d’arôme d’ananas à nos salades de fruits. Ramassons des racines de guimauve, pour calmer ce petit enfant qui a mal aux dents. Décorons nos salades d’été avec des fleurs de mauve sylvestre. Remplissons nos paniers de fraises des bois et de framboises qui nous rafraîchiront en sorbets.

"

Mais laissons-y un peu de place pour y mettre des myrtilles et des airelles rouges pour les délicieuses Holistik magazine - 27


compotes du petit-déjeuner. Un pesto pour les spaghettis du déjeuner ? Il nous faudra trouver de la moutarde des champs et de la roquette. Un coup de soleil ? Décoctions d’orpins à la rescousse !

"

Des groseilles pour accompagner le fromage de chèvre. Des fleurs de pensée sauvage pour se délecter d’un sirop bien frais au bord de la piscine. Des cerises en guise de boucles-d‘oreilles pour rire avec Maman. De la menthe, des calaments des bois et de la mélisse pour de délicieuses infusions de fins de soirées. Un peu d’origan pour les grillades. De l’épiaire des bois pour un velouté forestier. Du fenouil pour aromatiser la dorade ramenée du marché. Ne pas oublier le carvi, utile en tisane après des repas conviviaux un peu…excessifs.

"

Et nous ne rentrerons pas sans les deux plus beaux cadeaux de notre ami l’été : le thym et la lavande. Leurs saveurs et leurs vertus sont infinies : on pourrait presque dire qu’ils renferment l’essence de l’été, pour toujours, où que l’on soit. Il suffit de fermer les yeux, de sentir leur parfum, et c’est le soleil sur notre peau, le chant des grillons dans nos oreilles, la sieste à l’ombre du figuier, le pique-nique sur l’herbe, les pieds nus sur la terre sèche, le ciel bleu au milieu des oliviers, assis sur les pierres chaudes d’un muret.

"

C’est l’été, dans toute sa splendeur, qui nous murmure : « Au plaisir de vous croiser, sur les chemins de la vie ».

Pauline Maton-Weston est naturopathe en Provence ainsi qu'à Bristol, en Angleterre. Passionnée de plantes médicinales et de nutrition, elle accompagne ses clients du monde entier vers une vie plus saine, plus simple et plus nature.

"

Texte, portrait et photo: Pauline WestonMaton www.soakupthewild.com

"

Holistik magazine - 28


Holistik magazine - 29

www.holistikmagazine.com


Chemin de Vie, chemin de Vouivre, chemin de Vivre… Dire Oui à la Vie que je suis. Chemin de Vouivre. C’est l’histoire d’une E m e r g e n c e , celle du Oui à la M a t i è r e d e V i e que je suis. C’est le chemin de la Matière, du Vivant, de mon Corps de Vie. Ce sont ces canaux de vie qui serpentent en moi, ces chemins sacrés, que je parcours, lascive, souple et ondulante. Et je laisse peu à peu libre cours à l’ O n d e d e V i e , multicellulaire, dans l’espace entre les lignes, de ma Matière, aérée et souple, emplie de vie, emplie de vide, la danse du vide et du plein se déploie ainsi et danse en moi… Onde de Vie par laquelle résonne le Chant du Vivant en moi et par-delà de moi. Holistik magazine - 30


Onde, je suis onde et je me déploie, autour de moi, de mon Centre-Source, Circulaire et Spiralaire. CircuSpiralaire. Mon chemin de Vie est un Présent qui se déploie depuis le Centre du Soi en moi, Spirale Quantique je suis, mon Corps de Vie est coquillage sacré nacré d’où naît le Chant de l’Onde en moi. Ondine Sacrée, Originelle, renouvelée et déployée à chaque instant. Il n’est nul pas en ce chemin pour moi en vérité. Simplement me révéler, vivante, inaltérable, pure et vulnérable, dans le déploiement de mon E s s e n c e profonde, Source de Vie, écho unifié de tous les Temps et de tous les Espaces unis dans ce Présent Vivant que je suis… Non pas que je marche de façon linéaire, mais que je danse ! Circulaire et Spiralaire, CircuSpiralaire. Respirer entre les lignes, entre les lignes de vie circuspiralaires, l’Espace et la Matière, Onde de Vivant, qui dansent ensemble, unis, dans le chemin de l’éternel présent. Je ne marche pas ma Vie… Je la danse. Je suis Emission et Réception unies dans cet Instant Présent. Il n’y a plus de chemin pour moi maintenant, simplement la Danse du Vivant Présent. Et j’ondule, et j’émets et je me reçois… Unique et Originale… O r i g i n e l l e … Essentielle et sans cesse Renouvelée… O r y G y ne… E l l e . Je suis l’Onde de Vie qui danse à travers ma Matière de Vie et s’y déploie, mon C o r p s S a g e , mon C o r p s S a i t , mon seul chemin de Vie en vérité, mon seul Présent… Mon Corps-Onde de Vie Un Car Né.

Je ne parcours plus de chemin, ni celui que j’ai cru mien, ni celui des autres et des autres moi-même des Temps Passés et Futurs dans lesquels je remettais, sans le voir, inlassablement mes pas… La Boucle de l’Infini est bouclée, en moi, aujourd’hui, enfin je le vois, je le sais. Elle l’a toujours été. Je la sens, je la vis, je la sais, Onde de Vie, Énergie de Vouivre Divine Incarnée qui circule et danse en moi, et m’anime, vivante et emplie de qui je suis. Elle est mon seule chemin en vérité, la Danse du Vivant Présent sans cesse renouvelé. Je ne suis plus pèlerine, j’ai lâché mon bâton. Je suis Danseuse de Vie du Vivant Présent. Je ne chemine plus, et peut-être, au fond, ne l’ai-je jamais réellement fait… Je vis mon Corps de Vie-Vérité, mon C o r p s d e Vouivre Divine Incarnée. Je ne parcours plus la Terre, ni extérieure, ni intérieure, la mienne. Je vis et je respire avec elle. Je ne suis plus le chemin, je ne suis plus un chemin. Je suis O n d e de V i e . Je ne chemine plus, je vis.

" Plume nomade libre, j’ose l’expression de mon essence de Multipotentialiste Multidimensionnelle Créative et j’explore et je partage les Inspirations de mon Cœur en parcourant les chemins universels de la Vie.

"

Texte et art : Magali Peyroux - G a ë l y s A r t (peinture: M u l t i d i m e n s i o n ’ E l l e) Portrait: Faustine Peyroux - © ShootingStar

Je me reçois et j’émets.

"

Je reçois, j’aime et je vis.

https://gaelysart.wordpress.com Facebook: Gaelysart Holistik magazine - 31


La seule chose concrète que nous ayons sur Terre est notre corps. Cela semble une banalité de le dire, et pourtant il semble nécessaire de se rappeler cette évidence : être vivant c'est avoir un corps. Nous savons une chose certaine : lorsque notre corps meurt, nous mourrons. Ce qu'il y a après ou avant ? Nous avons des évidences que ce n'est pas le néant, mais appréhender ce que c'est vraiment est extrêmement hasardeux car cela se situe soit dans le domaine de l'idée (nos croyances, nos déductions, nos informations variées, nos intuitions, nos « messages ») ou de la mémoire (mémoires de vies passées, d'expériences de mort approchées....). Tout ce que nous pouvons « savoir » sur l'avant-vie ou l'après-vie est forcément teinté de ce que nous sommes capables de ressentir et de nous représenter dans notre présent.

Or notre présent, c'est notre corps !

"

Pour le corps il n'y a pas de passé ou de futur. Il y a un présent. C'est ce moment que nous cherchons à fuir et pourtant il est la seule chose vraie. Toutes les traditions se rejoignent là-dessus. La méditation Bouddhique invite à revenir à ce présent, instant après instant, en se basant dans le corps... dans la chrétienté, il est dit que le corps est le temple de l'Homme... et dans les traditions chamaniques, le corps est célébré, sa vitalité est stimulée pour être porteuse d'esprit, il est le champ d'expériences directes et d'apprentissage au sein de la nature… Et pourtant, honorer pleinement ce corps n'est pas si évident. Notre culture occidentale semble porter des stigmates profonds qui impriment notre pensée et rendent le rapport au corps douloureux, honteux, décalé.


les animaux adhèrent plus facilement à leur existence que nous ... La question du chemin de vie est une question prégnante, essentielle, que l'on entend souvent : « qu'estce que je fais sur Terre ? », « quel sens a mon incarnation ? », « est-ce que j'ai une mission ? ». Les humains sont rarement tranquilles. Il semblerait que les animaux adhèrent plus facilement à leur existence que nous. Ils semblent faire un avec ce qu'ils sont, ne cherchent pas à devenir autre chose que ce qu'ils sont... il en résulte plus de puissance, plus de grâce, plus d'instantanéité que chez nous. L'humain, semble avoir besoin de bonnes raisons pour accepter de vivre : il se questionne, espère qu'une entité bienveillante lui révèle le but de sa vie, qu'un éclair solutionne ses doutes et se maintient à distance de sa nature, de sa vitalité, de son corps durant tout ce temps.

"

Or nous le savons tous... le manque d'engagement dans notre vie est source de stress, de malaise, de baisse de vitalité, de maladie. Le corps est triste lorsque nous ne faisons pas un avec nous mêmes, et il crie pour qu'on l'écoute. Les symptômes sont des appels que lance le corps pour que nous rétablissions le lien avec lui. Le Bouddha disait : la souffrance ne vient pas des expériences, mais de la résistance que nous avons à les vivre. Nous ne pouvons pas expérimenter notre vie hors de notre corps, c'est un non-sens. Alors toutes ces tensions que nous mettons à nous « extraire » de nous-mêmes sont source de souffrance. Même lorsque nous le faisons justement pour fuir nos souffrances corporelles.

"

La priorité devient d'être enseigné par le corps... Et si ce corps était notre meilleur allié ? Et si la clef de nos questions existentielles se trouvaient justement dans ce corps que nous rechignions à investir ? Nous pensons que même dans les cas de maladie grave, nous ne manquons jamais d'énergie. Nous pouvons par contre nous tenir à l'écart de ces sources d'énergie, et dans ces cas-là le corps hurle de plus en plus, montre sa limite et attend que l'on

se réunifie à lui.

"

Pourquoi ? Le corps est un espace sacré vivant. C'est notre conviction. Dans notre pratique, nous avons fait un choix radical, comme un pari dont nous explorons les conséquences et qui nous émerveille des possibilités qu'il révèle : nous avons fait le pari de penser que le corps est le gardien de nos trésors les plus précieux, qu'il connait notre chemin de vie et qu'il possède en lui les ressources pour l'accomplir. Le corps, un creuset parfaitement adapté à notre être essentiel pour le faire grandir au travers de notre expérience terrestre.

"

Cette pensée change tout. Il n'est plus question dès lors de chercher à l'équilibrer, l'harmoniser, l'énergétiser, et encore moins de le guérir : la priorité devient d'être enseigné par lui. Et il n'y a pas de temps à perdre, car ce corps n'est pas immortel.

"

Tout l'art devient de savoir comment faire pour écouter notre corps. « Écoute ton corps ! »... oui mais comment ? Au premier abord, le corps, c'est : agréable, désagréable, chaud, froid, douloureux... rien de très net. Faut-il se résigner à lire le sens de nos symptômes dans un livre ? C'est un peu triste et un peu pauvre : cela reviendrait à avoir un ami et à ne jamais parler directement avec lui.

"

Cette question nous a accompagné dans nos pratiques de thérapeutes manuels, dansethérapeutes, psycho-thérapeutes, et enseignants du corps et du mouvement. Nous voulions un moyen à la fois précis et ouvert pour entrer en lien direct avec le corps, pour établir un dialogue qui soit à la fois intelligible, émotionnel et sensoriel. Et qui s'adresse à chacun de nous.

"

La cartographie d'un paysage interne inconnu et illimité... Un jour nous avons eu une vision : nous avons « vu » que le corps avait la structure anatomique précise de processus de transformation alchimiques universel. Dans la description de ces processus figuraient une succession de forces et de qualités toutes présentes dans notre corps. Il est né une Holistik magazine - 33


universel. Dans la description de ces processus figuraient une succession de forces et de qualités toutes présentes dans notre corps. Il est né une description originale du corps comme une communauté de personnages, constitué de neuf familles principales, qui interagissent entre elles et avec les forces du monde dans le but essentiel de nous faire grandir, et de permettre à tout notre potentiel de se déployer.

"

Cette vision, nous l'avons nommé « les Neuf Souffles » car elle explique non seulement comment le corps est structuré de 9 zones mais aussi comment il se nourrit en permanence de 9 courants d'énergie universels : 3 en lien avec la Terre, 3 avec la matrice de l'air qui nous enveloppe et 3 en lien avec le cosmos.

"

En établissant le corps comme une communauté cela permet de dialoguer avec elle. Ses personnages peuvent se présenter à nous pour répondre à nos questions, pour nous montrer dans quel état, de force ou de faiblesse, ils se trouvent, pour nous enseigner sur leurs besoins, et sur l'organisation de cette communauté, sur ses fonctionnements ou dysfonctionnements.

"

Dans nos sens, dans notre danse, dans notre imaginaire, le corps ne se contente pas de nous montrer le chemin de vie, il le trace ! Dès que l'on accepte d'aller au-delà de notre rationalité habituelle, et de dialoguer en utilisant tous nos sens, toute notre émotion, toute notre imagination alors cette description du corps devient qu'une carte pour focaliser notre attention, et nous rendre capable d'entrer dans un monde réellement fabuleux et illimité... notre propre monde, aussi vaste, varié, ordonné et créatif que l'univers ! Nous aimons nous rappeler souvent que si nous devions nous mettre aux commandes de notre corps, nous mourrions en quelques secondes. Alors imaginez si nous devions gérer le fonctionnement de tout l'univers. Pourtant l'intelligence de vie qui habite notre corps et celle de l'univers est là en permanence en nous. Le corps aime qu'on le voit comme ça ! Il semble n'attendre que ça ! Lorsqu'on l'écoute

attentivement, sans jugement, avec émerveillement, que l'on sait reconnaître tout ce qu'il fait pour nous, avec tout notre cœur, tout notre mouvement, alors ce qui semblait figé se remet en mouvement, l'énergie se redéploie, la guérison qui est de dedans est en marche !

"

Pour rendre accessible au plus grand nombre cette vision, nous avons créé un jeu de développement personnel : « Les Cartes du Corps » (éditions le Souffle d'Or) qui nous permet de rencontrer, et de dialoguer avec tous les personnages de cette communauté de qualités (d'alchimistes) intérieures. Ce sont des cartes dans tous les sens du terme : elles montrent un territoire, elles rendent plus facile d'y aller. Lorsque l'on tire une carte en lien avec une question, elle dit : « regarde là !, exactement là dans ton corps, c'est ce personnage en toi, cette part de ton corps qui a la réponse à ta question. Pose ton attention là et fais confiance. Tout ce que tu ressens, imagine, entends, fait partie de la réponse ! ». Peu à peu, ça marche, les réponses deviennent plus claires. Nous nous rééduquons à être en lien avec nousmême.

"

Dans nos sens, dans notre danse, dans notre imaginaire, le corps ne se contente pas de nous montrer le chemin de vie, il le trace ! Nous sommes convaincus qu'il n'y a pas d'autre éducation à rétablir pour que notre société redevienne paisible, naturellement respectueuse, puissante, et créative !

" "

Nicolas BERNARD est un ancien chercheur en sciences cognitives de l'ENS Ulm, ostéopathe, naturopathe. Anne-Ena BERNARD est héritière de la danse d'Isadora Duncan et de la Danse Médecine, danse-thérapeute et psychopraticienne. Ensemble ils ont pratiqué le chamanisme et fondé les Neuf Souffles.

"Texte et portrait: Anne Ena et Nicolas BERNARD " www.lesneufsouffles.fr

Facebook: Les Neuf Souffles

"Vous trouverez le jeu de cartes/livre, page 42 de ce numéro.

Holistik magazine - 34


« Qui suis-je ? » « Pourquoi suis-je ici ? » « Que suis-je censé faire de ma vie ? » Telles sont les questions que beaucoup d'entre vous se posent et auxquelles il n'est pas toujours évident de trouver une réponse, car ces questions vous renvoient à votre essence. Chacun de vous est unique et possède sa propre essence, sa « vibration », ce je-ne-saisquoi qui fait qu'il n'y ait pas deux personnes comme vous dans le monde entier.

"

Le problème est que souvent vous n'avez pas le temps de découvrir cette essence et la révéler, car à peine né, vous êtes emporté par les idées et les avis de vos parents sur ce que vous devriez ou non faire, sur les vêtements et les couleurs que vous devriez porter, sur les activités que vous devriez apprendre, sur les études que vous devriez faire, sur les comportements que vous devriez adopter. Il y a peu de place pour l'expression personnelle d'un enfant dans l'éducation moderne. On projette sur lui tout un

tas d'attentes et de choix sans jamais lui laisser l'occasion de découvrir son être, ses propres talents, goûts et aspirations. C'est ainsi que beaucoup d'entre vous ont grandi en étant coupé de votre essence.

"

Votre essence véritable est pure confiance, joie et créativité. Elle est bien souvent enfouie au plus profond de votre être, masquée sous des couches de mémoires traumatisantes et douloureuses de l'enfant, adolescent et même adulte que vous avez été, ensevelie sous des amas de bon sens et d'attentes que votre entourage a projetés sur vous. Ces mémoires sont comme un brouillard qui cache votre lumière intérieure, mais il est toujours possible de dissiper le brouillard en y ajoutant de la chaleur et de l'amour pour ces facettes de soi blessées.

"

Votre essence est toujours là, chaque jour et à chaque instant de votre vie. Holistik magazine - 35


Vous pouvez en retrouver la trace dans vos rêves d'enfant et dans les activités du quotidien qui font battre votre cœur, qui vous donnent des ailes et font naître en vous l'impression que la vie vaut la peine d'être vécue. Vous la retrouvez chaque fois que vous vous sentez à votre place, utile et épanouie. Elle est un phare qui vous rappelle à votre bon port dans la vie, et si vous vous cherchez vraiment, vous ne pourrez que vous retrouver.

"

C'est l'enfant intérieur, toujours présent en chacun de vous, qui est la porte d'accès royale à cette essence. En effet, il en est le gardien, car il se rappelle la complétude et la perfection qu'il incarnait avant que l'entourage n'ait cherché à le remodeler à sa guise, et il ne demande qu'à l'exprimer.

"

Votre essence s'exprime dans les talents uniques avec lesquels vous êtes né. Rappelez-vous, lorsque vous étiez petit et que vous n'étiez pas encore impacté par toutes les limitations psychologiques qui caractérisent le monde des adultes, que rêviezvous de faire ? Qui rêviez-vous devenir ? Il y a toujours une part de vérité dans ces rêves. Souvent, enfant, vous choisissez un modèle ou un archétype qui représente le mieux ce à quoi vous aspirez. Adulte, il vous est possible de revisiter ces modèles et de les affiner.

"

Par exemple, d'aussi loin que je me souvienne, mon essence a toujours été d'accompagner et d'inspirer les autres. Dans mes rêves d'enfant, je me voyais professeur, mais en grandissant j'ai réalisé qu'il n'y avait pas de matière scolaire qui me correspondait – il n'existe pas de professeurs de bien-être. Adolescente, je me suis donc passionnée pour la psychologie et le développement personnel. J'ai eu envie de devenir psychologue, et cette fois c'est ma mère qui m'en a dissuadée : « Et qu'en est-il de ton don pour les langues ? Tu serais tellement mieux en tant que traductrice ! » J'ai cédé pour lui faire plaisir, et après tout les langues étaient ma deuxième passion. Mais ce n'était pas mon

essence ! Et c'est ainsi qu'après plusieurs années j'en suis revenue à ce qui m'appelait du plus profond de mon cœur - aider l'autre.

"

Peut-être qu'avec le temps vous aussi, vous vous êtes laissé détourner de vos aspirations par les attentes de vos parents ou par un raisonnement mental de ce qui serait le « mieux » pour vous. Si tel était le cas, vous le sauriez rapidement, car vous auriez alors le sentiment que vous êtes en train de gaspiller votre précieuse vie et que vous pourriez accomplir tellement plus pour vous et pour les autres. Quoi qu'il en soit, sachez une chose : il n'est jamais trop tard pour revenir à votre essence, pour la revendiquer et la rayonner à travers mille et une activités qui vous inspirent.

"

Alors, pour en revenir aux questions éternelles que nous nous posons - « Qui suis-je ? » « Pourquoi suis-je ici ? » « Que suis-je censé faire de ma vie ? » - peut-être que la meilleure réponse serait être celui que nous avons plaisir à être, être ici pour nous sentir bien avec nous-mêmes et avec les autres et enfin, faire de notre vie une source de joie et d'épanouissement.

" " "

Anastasiya AKHADOVA est sophrologue à Lyon et en ligne. Elle aide ses clients à traverser sereinement les crises existentielles et à se libérer des émotions difficiles en guérissant leurs blessures intérieures.

" Texte et portrait: Anastasiya Akhadova " www.mapausesophro.com/ Youtube: Ma pause sophro

Holistik magazine - 36


Holistik magazine - 37


Agenda juin du 30 juin au 6 juillet - Summer Long Dance avec la School of Movement Medicine - Devon (Angleterre) - Les Neuf Souffles

" Toute l’année - Atelier de Prose par internet - CharlotteSaintonge " Toute l’année - Atelier Expressions Créatives par internet CharlotteSaintonge

"

juillet le 1er à 11h (Paris) - Atelier en ligne: « Le Mandala et la confiance en soi » - Anastasiya Akhadova

"

du 8 au 13 - Lumière d'Océan pour l'âme : stage d'été de Danse des Neuf Souffles - Ciboure (pays Basque) - Les Neuf Souffles

"

du 21 au 23 - Weekend J’ai rendez-vous avec moi, Sophrologie Dynamique - Gaussan (Hautes Pyrénées - 65) - Fanny Dattée

"

(se renseigner pour les dates) - Cercles de parole et de partage/ Ateliers de co-création pour enfants et adultes - L’Espace-Temps à Bordeaux - Nirina Ralantoaritsimba

" Toute l’année - Atelier de Prose par internet - CharlotteSaintonge " Toute l’année - Atelier Expressions Créatives par internet CharlotteSaintonge

"

Holistik magazine - 38


Agenda août le 11 à 18h - Atelier de présentation des « Cartes du Corps » - Les Vans (Ardèche) - Les Neuf Souffles

"

(se renseigner pour les dates) - Cercles de parole et de partage/ Ateliers de co-création pour enfants et adultes - L’Espace-Temps à Bordeaux - Nirina Ralantoaritsimba

"

du 18 au 20 - Weekend J’ai rendez-vous avec moi, Sophrologie Dynamique - Villarzel du Raze (Aude - 11) - Fanny Dattée

" Toute l’année - Atelier de Prose par internet - CharlotteSaintonge " Toute l’année - Atelier Expressions Créatives par internet CharlotteSaintonge

" "

septembre du 9 au 17 - Parcours personnel initiatique des Neuf Souffles - Hélette (pays Basque) - Les Neuf Souffles

"

(se renseigner pour les dates) - Cercles de parole et de partage/ Ateliers de co-création pour enfants et adultes - L’Espace-Temps à Bordeaux - Nirina Ralantoaritsimba

" Toute l’année - Atelier de Prose par internet - CharlotteSaintonge " Toute l’année - Atelier Expressions Créatives par internet CharlotteSaintonge

Holistik magazine - 39


Holistik magazine - 40


Trouvez votre chemin

Êtes-vous prêt à explorer votre univers intérieur ? Entre psychologie et spiritualité, ce jeu de connaissance de soi

25 € – 23 cartes couleur et un livret ISBN : 978 2 84058 542 8

32,45 € – 55 cartes couleur et un livre de 250 pages ISBN : 978 2 84058 243 4

25 € ISBN : 978 284058 546 6

13 € ISBN : 3660341250563

73 € ISBN : 3 660341 238967

23 € ISBN : 366 0 341 23894 3 14,50 € ISBN : 3660341547885

29 € ISBN : 978 2 84058 517 6


La bibliothèque de Holistik Magazine est maintenant en ligne (cliquez ici)

« Votre cerveau tourne toujours à plein régime, vous vous imaginez des scénarios catastrophes, vous vous « prenez la tête »... STOP ! Il est temps de lâcher prise, de vous libérer du flux incessant de vos pensées, de ce trop-plein d'émotions, de doutes et de peurs qui vous mine ! … Ce livre est une invitation au changement, il vous propose de vivre une expérience unique qui va vous faire évoluer et vous guider vers une vie plus harmonieuse et authentique : chaque jour, réfléchissez sur un thème, découvrez une citation, un mantra et deux exercices ludiques. Cessez d'être dans la résistance et le contrôle, apprenez à vous libérer, à vous ouvrir à la vie, à lui faire confiance et à la vivre pleinement. Vous rêvez de ne plus vous « prendre la tête » et de vivre léger ? C'est parti ! »

"

21 jours pour lâcher prise, c'est parti!» - Chloe Mason Éditions Jouvence- 144 pages

« Ce jeu invite à une exploration personnelle intérieure. Il permet de clarifier la relation au corps, au fonctionnement interne et d’éclairer nos choix de vie. Il met en lumière notre besoin de lien avec les forces de la Nature et le sens de notre place dans le monde. Il apporte des réponses d’une grande précision et célèbre l'être humain dans toutes ses dimensions : physique, émotionnelle, relationnelle, psychologique, alchimique, spirituelle…

"

Nous pensons que notre fraternité réside dans un corps habité, inspiré et relié. Alors à vous de jouer pour faire votre part ! »

"

Les cartes du Corps - Nicolas et Anne-Ena Bernard - Éditions Le Souffle d’Or - 49 cartes - 160 pages

« Ce livre retrace les pérégrinations d’une femme sur les chemins de l’éveil. Un témoignage sincère, d’une grande authenticité et intimité, qui invite à oser se recréer une vie en cohérence avec ses aspirations profondes et à contribuer ainsi à l’évolution des consciences…

"

Ce livre est une danse entre le récit de vie et l’apport de connaissances, il s’inscrit dans une lignée initiatique et met en avant l’importance des rites de passage et la manière dont les épreuves contribuent à la maturation de l’âme dans son processus d’évolution.  »

"

Soulever le toit pour voir le ciel Kenza Belghiti - Éditions Le Souffle d’Or - 288 pages Holistik magazine - 42


Stage: L’autoportrait de mon âme…

"

« Aller à la rencontre de son visage intérieur, grâce au dessin, à la créativité, à la relaxation. Ce stage s’articule autour de deux mouvements : l’observation et l’intériorisation… »

"Stage qui relie création, visualisation, Yoga Nidra,

expérimentation… parfait pour faire un pas de plus vers la découverte de son intériorité…

"Du 7 au 11 août 2017 - www.laurier-rouge.com 10210 COUSSEGREY

Tistrya

"

De superbes reportages, interviews et documentaires qui élèvent la conscience. À découvrir sur Youtube. https://www.youtube.com/user/Tistryaprod/

""Renaissance" est un documentaire sur la gestion de nos peurs, de nos blocages, et de nos conditionnements familiaux. L'idée est d'aller interroger des coachs, des éducateurs spécialisés, des psychologues, et des personnes du quotidien : Comment réapprendre à mobiliser ses ressources intérieures et extérieures ? Quel est l’impact de notre entourage sur nos choix ?
 Comment dépasser nos peurs et se reconnecter à nos intuitions et à nos rêves ?

"Pour le recevoir en avant-première et participer au projet : http://www.ulule.com/renaissance-documentaire

Farfalla: Sérénité

"

« L’huile de massage aux pierre précieuses Sérénité procure une détente profonde et aide à trouver une tranquillité intérieure. C'est une huile merveilleuse après une dure journée. Les produits Farfalla sont des produits à base d'huile de Jojoba Bio, ici avec macération de pierres précieuses: quartz bleu, dumortiérite et magnésite. »

"www.deva-lesemotions.com

Holistik magazine - 43


Holistik magazine - 44

www.holistikmagazine.com


Holistik magazine - 45


Holistik magazine - 46

www.holistikmagazine.com

Profile for Holistik Magazine

Holistik magazine n°9 - Chemins de Vie  

Holistik magazine n°9 - Chemins de Vie  

Advertisement