Page 1


Holistik magazine - 2


"

"

" " " " "

numéro 8 Mars - Printemps 2017 Rédactrice en Chef Coordination Editoriale Graphisme et Maquette Sofia Barão

"

Correctrices-Bénévoles Odile F Béatrice Gallas Anne Lambert Chloé Mason Et les autres bénévoles anonymes (grand merci à tous)

"

Partenariats-Annonceurs holistikmagazine@gmail.com

"

Suggestions - Retour des lecteurs holistikmagazine@gmail.com

"

Abonnement gratuit - Newsletter http://eepurl.com/bamFIH

" " " "

Chaque texte est l’expression d’une voix  ; celle de l’auteur qui l’a écrit. Holistik Magazine vous propose de les découvrir, mais c’est à vous, ensuite, de vous questionner par rapport à ce que vous allez lire et de vous faire, vous-même, votre propre idée indépendante et libre. Nous devons être curieux de tout et de tous, nous devons aussi exercer le discernement personnel et le librearbitre, le tout dans le respect de l’opinion de l’autre. Pour soi-même, l’expression d’un autre que soi ne doit jamais, être pris comme la seule et unique vérité possible. Se questionner est le travail le plus fascinant et le plus important que nous avons à entreprendre dans cette vie.

"

Re(Naître) "

Nous sommes amenés à nous réinventer au cours de toute notre vie, quand nous croyons avoir trouvé un port de salut, la vie nous fait inlassablement comprendre que tout doit continuer, et nous aussi ! Renaître à nous-mêmes est notre plus grand œuvre. Nous sommes venus au monde, mais parfois il nous faut y avoir passé plusieurs années pour nous rendre compte que nous ne sommes pas encore véritablement, « nés ».

"

Naître et renaître ce n’est pas uniquement un mécanisme physique, c’est un mécanisme spirituel, intellectuel, émotionnel, etc. On nous donne la possibilité de naître physiquement, ensuite toutes les autres naissances sont de notre propre gré (peut-être que même notre première naissance l’est aussi, mais ça c’est un autre sujet), de notre propre volonté de vouloir accoucher d’elles ou non.

"

Nous avons les moyens de Renaître après chaque épreuve ou joie. Chacun de nous peut initier cette déferlante si on prend rendez-vous avec notre âme. Si on l’écoute, si on ne se laisse pas contaminer par les désirs et projections des autres, mais aussi et surtout si on arrête le drame intérieur (que nous vivons à partir de notre vision extérieure), auquel il nous a été convenable de nous identifier à un moment.

"

Renaître est souvent, pour beaucoup de personnes, un ultimatum que l’on repousse jusqu’à ne plus pouvoir. Alors, qu’il serait tellement moins douloureux d’accepter la demande que la vie nous a posés, à nous engendre, depuis le premier jour où nous avons vu la lumière du Soleil.

" Renaître ce n’est pas un choix, c’est la vie elle-même ! " Je vous souhaite une belle lecture et je vous invite également, à partager ce magazine avec tous ceux qui pourraient bénéficier de cette graine d’inspiration.

" Immense gratitude " "

Holistik magazine - 3


                                   

        

                 

        

              ! !" # $% ! &!'!      !(%

!    !"  # $  

 

      

      

   

      

   

  



     



Holistik magazine - 4


Tendres Racines

Reliance-Coeur

Nectar d'Amour

Le Petit Lexique des Nouveaux Paradigmes

Laure Collages

Magali Peyroux

Holistik magazine - 5


Ma Pause Sophro

Ar'Pero

Hélène Giroux

Ecoute Ton Corps

Christine Régnier

Charlotte Saintonge

Holistik magazine - 6


" "

Facebook: Aromatheka

BeatriceGallas

LesPetitsBonheursPartagĂŠs!

"

Facebook: Les-petits-bonheurs-partagĂŠs

Holistik magazine - 7


Holistik magazine - 8


Il y a une trentaine d’années de cela, mon corps s’est gelé. Blessé, endormi, éteint. Ou du moins, c’est moi qui suis devenue sourde à lui, car si blessé et endolori. Le seul (sur)vivant de ce corps était ma tête. Une tête bien faite. J’aurais pu continuer longtemps comme cela, en disharmonie, coupée de moi-même. J’avais tout construit autour de ma tête et évincé le reste. Quand ce n’était pas de l’indifférence à mon corps, c’était du « désamour ». Ne penser mon corps qu’en termes de trop ou de pas assez. De la brutalité parfois.

"

Et puis un jour, ma (re)naissance. Sur le chemin de ma vie, une rencontre. La sophrologie dynamique. Termes inconnus à mon vocabulaire de cérébrale invétérée et profane en pratiques méditatives. Et puis, une intuition. Et l’expérimentation.

"

Le cœur de la sophrologie dynamique est d’explorer notre conscience humaine à travers nos différentes intelligences. Intelligence sensorielle-corporelle, émotionnelle, intuitive et transcendante. Une rencontre singulière. Surprenante, ahurissante, mais douce et bienveillante.

"

Le jour où j’ai rencontré la sophrologie dynamique, où elle s’est emparée de moi, ce fut pour me réconcilier, me reconnecter à moi-même, mais surtout à mon intelligence sensorielle, clé de voûte de ma conscience libérée. Prendre conscience à quel point je m’étais déconnectée de mon corps, à quel point je m’étais fourvoyée et qu’il n’y a pas de distinguo entre le corps et l’esprit comme je l’avais toujours imaginé et comme on me l’avait inculqué.

"

La sophrologie, de son étymologie, harmonise l’esprit et le corps. Mon intelligence sensorielle réactivée m’a permis d’entendre et d’écouter mon corps, de voir et de regarder mon corps, de le sentir et le ressentir, de le considérer et de bien le considérer. De le vivre en des termes positifs et agréables. De le toucher, d’en prendre soin. D’être présent à lui, avec tendresse et bienveillance. Nous nous sommes remerciés, retrouvés. Être à l’écoute de ces sensations de chaleur, de picotements, de frissons, me recentrer. À l’écoute de certaines zones contractées, apprendre à les détendre, m’apprivoiser. Et puis à force de pratiques, la mémoire sensorielle et corporelle qui s’installe, qui s’ancre. Percevoir la subtilité de cette intelligence sensorielle. Celle qui ouvre sur nos autres intelligences, la porte ouverte sur notre conscience, conscience de nous-mêmes, conscience de l’Autre, du monde, de notre place dans ce monde, conscience du Sens.

"

Toutes ces pratiques et prises de conscience m’ont permis de renaître à moi-même. Accepter et comprendre le passé, vivre le présent et créer l’avenir.

Naître une nouvelle fois. Une renaissance, un pardon à soi-même, une confiance retrouvée et puis cette nouvelle vie, aujourd’hui.

"

Aujourd’hui mon corps comme un allié, mon corps réchauffé, mon corps comme un ami, précieux ami, aujourd’hui libéré, je suis libre. À l’écoute de mon être (mon naître), sereine, déployée. Intégrale, intégrité.

"

Tant que cette dimension corporelle et sensorielle sera occultée, dans notre nature, dans notre culture, nous ne pourrons être complets et entiers. Notre rapport à notre sensorialité définit notre rapport à la nourriture, notre rapport à la sexualité, notre rapport à la Nature, à nousmêmes et donc aux autres.

"

Aujourd’hui mon corps comme un allié, mon corps réchauffé, mon corps comme un ami, précieux ami, aujourd’hui libéré, je suis libre. À l’écoute de mon être (mon naître), sereine, déployée. Intégrale, intégrité.

"

Tant que cette dimension corporelle et sensorielle sera occultée, dans notre nature, dans notre culture, nous ne pourrons être complets et entiers. Notre rapport à notre sensorialité définit notre rapport à la nourriture, notre rapport à la sexualité, notre rapport à la Nature, à nousmêmes et donc aux autres.

"

Aujourd’hui, j’enseigne et je transmets cette dynamique. Dynamique et force de vie. Accéder à un état de conscience modifié tout en étant en mouvement. Détendu, recentré et énergisé. Puiser dans nos différentes intelligences. La conscience affinée. Le mental en retrait. Renouer avec Soi, avec amour. Calmer les voix du stress, pacifier les émotions pour mieux entendre notre voix bienveillante et profonde. Aujourd’hui, j’enseigne ce chemin pour que chacun puisse avoir accès de façon autonome à sa voix intérieure, plus consciemment. Pour s’aimer, se reconnecter, s’explorer, se pardonner, se déployer et (re)naître.

"

Passionnée par la relation d’aide, cela se matérialise par mes fonctions de juriste en développement local, d’artiste photographe et poétesse, maman et sophrologue.

"

Texte et portrait: Fanny Datée

www.tendresracines.com

"

Facebook: Fanny Datee Sophrologue Holistik magazine - 9


Holistik magazine - 10


Un jour, on naît, tout petit et fragile, voire minuscule, et cependant conscient – oui, car qui n’a pas été saisi par le regard profond, « averti » et intensément puissant d’un enfant nouvellement débarqué dans le monde  ? – avant que de passer, jour après jour, par glissements progressifs de cette conscience absolue à un oubli tout aussi absolu. Un trou béant. Une omission totale de ce que nous sommes. De notre grandeur et de notre pouvoir. Un jour on naît, donc, avant que de grandir avec cette amnésie, cette lacune. Et de se construire avec. Et de la faire sienne, jusqu’à n’être plus que cet oubli. Cette béance. Et de s’imaginer n’être rien d’autre qu’un petit homme sans envergure, une femme effacée ou souffrante, tout aussi égarés l’un que l’autre sur une planète trop grande dans un univers inconcevable par sa démesure ; à la fois gigantesque et insensé. Ainsi suis-je née, un jour de début d’automne. Et ainsi me suis je perdue. Et ainsi ai-je pu laisser croître en moi le désir puissant de retrouver ma mémoire d’origine et ma vérité. Car plus je me perdais et plus grandissait ce désir jusqu’à ce qu’il devienne ma priorité, tant il est vrai que c’est là, la seule véritable raison qui peut nous amener à choisir l’exil. Oui, nous naissons, puis nous cédons la place. Et nous revenons encore. Et nous repartons avant que de renaître encore en un cycle qui peut être ininterrompu. Mais c’est pourtant, aussi et surtout, au cœur même de cette vie qui n’est rien d’autre que passage, que nous sommes amenés à faire pour de bon l’expérience de cette mort qu’est l’oubli et de cette naissance qui est reconnexion à Soi.

vouloir faire, nous humains, vagabonds des étoiles… Ainsi peut-on renaître au cours d’une même vie. Une fois. Deux fois. Dix fois. Cent fois. Et cela aussi longtemps que cela s’avère nécessaire pour que revienne s’installer en nous cette conscience-là et que la vie puisse venir nous investir vraiment. Quelquefois, un accident précipitera la renaissance. Un évènement douloureux. Un deuil, qui dira que nous mourrons à l’oubli. D’autres fois la mort sera juste symbolique. Mais il n’existe pas de règles susceptibles de nous aider à l’expérimenter, le seul désir de Joie pouvant suffire à nous y pousser. Pourtant, de plus en plus nombreux sont ceux qui s’incarnent en se livrant sans délai à ce désir-là. De plus en plus nombreux sont ceux qui ne font pas le choix préalable de s’oublier et qui conséquemment ne connaitront pas la nécessité de se retrouver. Pour eux, la beauté ne passera pas par cet effacement de ce qui fait notre nature et tels sont nos chemins de vie : aussi différents que magnifiques.

" " Artiste dans l'ancien monde devenue actrice du nouveau. Texte et portrait: Hélaine Charbonnier Teljesseg

" http://helaine-faiseuse-de-fees.com "

Facebook: Le Petit Lexique des Nouveaux Paradigmes

Or, c’est une vraie beauté que cette « négligence », car elle anticipe la Joie à revenir et le bonheur plénier que l’on peut éprouver à passer de n’être à re-naître. Et de quel courage formidable témoigne ce choix d’oubli de notre vastitude que l’on peut Holistik magazine - 11


Holistik magazine - 12


Etymologiquement, une renaissance est une nouvelle naissance. Elle est une opportunité d’accoucher d’une nouvelle version de nous-mêmes, une version encore plus proche de notre essence, de qui nous sommes véritablement, sans masque, sans artifice. D’une certaine manière, nos renaissances correspondent à des phases de dépouillement d’un ancien soi pour aller vers un nouveau soi. Elles sont assimilées à un passage d’un état à un autre. C’est un petit peu comme si on quittait un vêtement trop étroit pour un autre plus à sa taille. Comme tout passage, il peut être inconfortable. L’important est de ne pas se crisper sur la sensation d’inconfort, mais au contraire de l’accepter. En effet, plus vite on est dans l’acceptation et moins longtemps la sensation de souffrance perdurera. Dit autrement, plus on s’accroche, plus on résiste, plus c’est douloureux et long. En quelque sorte, la renaissance prend place lorsque le deuil d’une situation ou d’une relation qui ne correspond plus à la version actuelle de soi est fait. Il s’agit d’accueillir les énergies de transformation et de les laisser nous accoucher. Grâce au nouveau regard que nous allons porter sur nous, une relation ou une situation, nous allons envisager de nouvelles solutions qui nous avaient jusqu’alors échappé. C’est ainsi qu’un chemin semé d’opportunités s’ouvre à nous, soutenu par une énergie constructive. Faisons un petit exercice ensemble, voulez-vous ? Pensez à une situation ou à une relation qui vous est désagréable, qui vous pèse, vous pollue. Vous y êtes ? Est-ce que vous ressentez bien dans votre corps à quel point c’est désagréable ? À quel endroit de votre corps ressentezvous le poids de cette situation/relation ? Si cela peut vous aider, vous pouvez fermer les yeux jusqu’à ce que vous la ressentiez dans votre corps. Bien. Essayez de décrire avec des mots, des métaphores, votre ressenti. Vous pouvez toucher la zone concernée pour être encore plus en contact avec la sensation. Pensez aussi à respirer.

Ce serait comment pour que cela soit super pour vous ? À quoi ça ressemblerait ? Listez les ingrédients comme dans une recette. Choisissez une chose parmi toutes celles que vous avez listées et déterminez une action à mettre en place pour faire un pas vers elle. Vous pourrez ensuite employer la même démarche pour le reste. L’important est de vous mettre en mouvement. Plus vous serez en mouvement, plus la vie vous répondra et vous soutiendra. Tout est question de point de vue. C’est la manière dont nous répondons à une situation par nos pensées et nos émotions qui détermine la couleur du ressenti et l’impact sur nous. Ce n’est pas la situation en elle-même, mais la réponse que nous y apportons qui va déterminer notre état. La pluie n’est pas un problème. Pour la terre elle est même une bénédiction. Et pourtant, combien râlent lorsqu’il pleut ! Et si votre renaissance passait par un changement de regard sur les événements de votre vie, que deviendrait-il possible ? Que risquez-vous à tenter l’expérience ?

" Marie-Christine Delhaye est énergéticienne, sophrorelaxologue et coach sur Paris. Spécialiste de la lecture des Archives Akashiques – la mémoire de l’âme, elle est convaincue de la puissance de l’énergie de guérison d’un chemin de vie centrée sur le cœur. Texte et portrait: Marie-Christine Delhaye www.reliance-coeur.com Facebook: Le Cercle Reliance

"

Imaginez à présent que vous avez une baguette magique. Celle-ci vous permet de sortir de l’état dans lequel vous êtes et d’avancer dans une direction qui est bonne pour vous. Comme un serpent qui mue, vous allez donc laisser quelque chose derrière vous. C’est un passage obligé pour sortir de l’état d’inconfort dans lequel vous êtes. Vous savez que vous avez la capacité de changer votre regard sur ce que vous vivez. Vous savez aussi qu’en changeant votre regard, vous allez changer d’état et rétablir un équilibre en vous. Vous allez vous sentir mieux.

Holistik magazine - 13


Holistik magazine - 14


reNaître Encore

"

Quel thème inspirant que la renaissance ! Si nous ne naissons qu'une fois, combien de renaissances nous sont offertes ? Sans aucun doute plusieurs...

"

Il en est de spectaculaires et bouleversantes survenant à la suite d'un choc, un accident de la vie, une maladie. Elles sont parfois douloureuses, joyeuses, voire les deux tout ensemble. Il en est de plus discrètes, moins soudaines, ayant fait leur chemin jusqu'au jour où tout à coup l'on s'aperçoit d'un changement notable et nous voici avec un regard neuf, un cœur plus ouvert.

"

Ces renaissances sont autant de petites révolutions pour nos âmes, nos esprits, nos cœurs et nos corps.

"

Toutes les mythologies ont leur symbole de renaissance, le plus parlant étant le Phoenix. Nous sommes tous de petits phoenix en puissance.

"

Comme chaque jour nous redécouvrons le Soleil, chaque jour de nos vies est une renaissance. Chaque jour est un cadeau, un renouveau, une opportunité de nous émerveiller.

"

La Vie est changement, nous sommes en vie alors nous changeons avec elle, par elle, en elle.

"

Si la création de l'Univers reste un mystère, nos créations sont les manifestations de ce bouillonnement de vie qui nous anime. Nos créations sont des moyens de reNaître encore... encore... et encore !

" " " " " " "Laure Mitrani est collagiste autodidacte depuis plus de vingt ans.

Un mode d’expression qui lui permet dans un même temps de créer un univers onirique, de mettre en images sa vision du monde et parfois se raconter. Tout en souhaitant laisser la place au spectateur d’imaginer sa propre histoire, son propre rêve.

"

http://laure-collages.blogspot.fr/ Facebook: Laure Collages

15


Holistik magazine - 16


Holistik magazine - 17


Naître ou re-naître ? Naissance ou re-naissance ? Qui naît ? Qui re-naît ? Nous venons nous incarner sur cette terre pour vivre des expériences : expériences qui nous obligent à nous dépasser, à évoluer, à pardonner et surtout à nous pardonner. Chaque expérience vécue dans notre vie est une naissance, naissance de quelque chose : un dépassement de soi, une compréhension, une prise de conscience… Tout est naissance et re-naissance. Chaque instant que nous expérimentons est une occasion unique de nous transformer, d’évoluer. Les étapes, les épreuves que la vie nous envoie, nous obligent en permanence à mourir d’un état pour re-naître à un autre état. Et la vie se déroule jonglant d’un état à un autre. Observons la nature et ses cycles. En permanence, la nature se meurt et se renouvelle, au rythme des saisons : le cycle parfait de la Vie. Alors pourquoi pas nous ? Prenons maintenant l’exemple de notre quotidien. À chaque instant nous re-naissons, ce que nous avons vécu, dit ou fait appartient déjà au passé ; c’est fini, terminé. C’est déjà mort et vous êtes tout de suite, à cet INSTANT, dans un moment NEUF. Nous naissons à chaque instant, le passé est derrière, le futur est une fausse projection puisqu’il n’existe pas. Seul l’Instant présent est là ! Maintenant, tout de suite, ouvert, offert à notre attention, le moment est là : tout est à notre disposition.

Décidons de mourir au passé, le passé immédiat, de quelques secondes seulement et accueillons l’instant. L’instant, tout de suite, ici et maintenant, espace qui accueille tout.

" " " " " " "

" " " " Marielle Bouilhac, énergéticienne, soigne les personnes souffrantes ou en difficultés. Grâce à l'ouverture de son cœur et au magnétisme de son être, elle travaille en direct ou à distance accompagnant l'individu dans sa globalité.

"

Texte et portrait: Marielle Bouilhac www.nectardamour.fr Facebook: Marielle-Bouilhac

Holistik magazine - 18


Holistik magazine - 19


Nue… Je suis née au Monde, à la Vie, à mon Humanité… Nue. Naître, renaître et naître encore dans la perpétuelle naissance de chaque instant, de chaque souffle, de chaque inspire qu’est ma vie, c’est encore et toujours me dénuder, inlassablement, continuellement, et revenir à l’état premier de ma naissance à la Vie… Nue. Nue de Corps, de Cœur et d’Esprit… Revenir à cette nudité essentielle, simple, naturelle, cette nudité du Vivant qui m’a vue naître et dont je porte toujours l’empreinte originelle, vivante, primordiale au Cœur de mon Corps, de ma toile de vie cellulaire. Et pourtant, si souvent, je l’oublie la mélodie de ce Chant du Vivant inscrit dans ma chaire bénie : VIE. Je nais et renais à chaque instant dans un mouvement perpétuel d’éveil au Vivant voilà ce que me souffle le chant cellulaire du Vivant alors que je recouvre peu à peu ma propre voie d’éveil à la Vie, mon chemin d’éveil à la Vie, si récemment emprunté, me semble-t-il. À chaque instant, je suis invitée à redevenir telle une nouvelle-née. « Vide ta coupe… » m’est-t-il soufflé. Inlassablement me dénuder de mes voiles, de mes artifices, de mes idées, de mes pensées, de mes croyances à propos de Moi, de l’Autre, du Monde… et du Vivant même  ! Me dénuder inlassablement, continuellement, perpétuellement… et revenir à l’état premier… Nue.

" Nue et Vivante.

" Et comme toujours dans ces moments où mon Esprit questionne mon Âme, dans ces moments de profond dénuement, mon Instinct me ramène inlassablement vers la Sagesse Naturelle Première, celle du Corps Originel, celle du Corps Originel de la Terre, celle de mes Ancêtres Spirituels Vivants en cette Terre, mon Héritage de Lumière et de Vie, la Sagesse Vivante des Grands Êtres de Pierre. Holistik magazine - 20


J’ai oublié, j’ai si longtemps oublié ce qu’était la

J’ai la sensation de me mouvoir si légère, dans

caresse du Chant du Vivant sur et en ma peau

un libre fluide de Vie et de Lumière, légère et

d’étoiles et de terre mêlées... Humilité. Invitation

pourtant tellement ancrée, ancrée à la Vie, au

à plonger à nouveau amoureusement dans la

Vivant, cette onde si riche et si légère, ce

Symphonie du Vivant qui résonne en moi et

merveilleux et si doux pétillement de Vie…

autour de moi de toute éternité.

Et surtout, je respire… Je respire, vraiment. Par

Alors, comme toujours, en un mouvement de vie

toutes les Portes de ma peau, je respire… Je

originel, je me tourne vers la roche, la pierre

respire, enfin. Et alors, je me dis que c’est peut-

douce aux couleurs chaudes, dans un écrin

être cela, oui, que l’on nomme Reliance...

d’onde végétale et de lumière.

La plante de mes pieds, la paume de mes mains,

La roche, la pierre… la grotte, qui s’ouvre et se

et bientôt tout mon corps, tout mon être sont en

laisse baigner de Soleil, m’invite, m’accueille,

contact tendre avec la pierre, douce et ronde, je

me bénie.

respire… Je respire avec elle. Et je ressens. Je

J’oublie si souvent que je suis, ici, d’abord et

ressens, si simplement, si naturellement,

avant tout, une Enfant de la Vie.

combien je suis unie au Vivant, et combien je l’ai

Je m’effeuille alors tout doucement et, peu à peu,

toujours été. C’est mon Présent Premier. Le

j’éclos. J’éclos au monde, au Vivant, à moi-

Premier Cadeau de la Vie à mon Humanité. Le

même, dans cet écrin intime de nature, de roche

Souffle de Vie.

et de soleil, à mesure que j’ôte un à un mes vêtements comme une délicate danse, une évidence naturelle… Nue. Nue… Sensation originelle que je croyais enfouie, perdue même, au fond de mon être… Simplement nue… et par là-même incroyablement reliée, unie… à la Vie, au Vivant, à Moi-même. Évidence primordiale… Cellule Souche de Vie… Nue et Vivante. Je suis chez moi, en moi, dans mon Corps de Vie, ici, sur le sein vivant de la Terre. Plus je me dénude, plus je me sens unie. Les voiles alors se soulèvent, je redeviens Vie, je redeviens Humaine, Originelle. Je redeviens qui je suis.

" Ici tout est nu… Je suis nue, évidence naturelle.

Holistik magazine - 21


Et je ressens combien j’ai toujours eu ma place, émouvante évidence, dans cette grande Symphonie du Vivant, bénie par le Souffle de Vie à ma perpétuelle naissance, car je suis moi aussi le Fruit Sacré de la Vie. Nue, je respire avec la Roche douce, je respire avec le Soleil, je respire avec la Terre, je respire avec l’Onde Végétale, je respire avec la Vie... Je renais perpétuellement au Vivant par cette originelle respiration de Vie, par ce Souffle du Vivant en moi qui m’unit et me relie au Tout et à qui je suis.

" Perpétuelle éclosion à la Vie, perpétuelle naissance au Vivant, je vis mes premiers pas sur mon chemin d’éveil à la Vie. Alors à chaque instant premier naissant, je me dénude à nouveau, je me remets à nu, je vide ma coupe et je nais à la Vie sans cesse nue de qui je suis et dénudée de qui je croyais être. Et je respire. Originelle, nue et vivante.

" " " Plume nomade libre, j’ose l’expression de mon essence de Multipotentialiste Multidimensionnelle Créative et j’explore et je partage les Inspirations de mon Cœur en parcourant les chemins universels de la Vie.

"

Texte: Magali Peyroux Photo: Vincent Fillon Portrait: Faustine Peyroux - © ShootingStar magalipeyroux.wix.com/originelle

"

Holistik magazine - 22


Holistik magazine - 23


Nous n’avons qu’une vie, disons-nous. Nous nous la représentons comme le temps qui nous est imparti du moment de notre naissance à celui de notre mort. Mais à y regarder de plus près, cette vie est elle-même ponctuée par de petites morts suivies de renaissances.

"

Notre vie n’est pas un long fleuve tranquille : elle est fluctuante, changeante, éprouvante, et elle nous demande de nous adapter en permanence. L’idéal d’une vie bien rangée n’a jamais été au programme de l’Univers. Les minéraux, les plantes, les animaux et les astres passent par des cycles de petites morts et renaissances, alors pourquoi devrait-il en être autrement pour nous, les êtres humains ?

"

La chrysalide doit « mourir » pour revivre en tant que papillon. Le serpent doit muer et abandonner son ancienne peau pour pouvoir grandir. De même, nous devons systématiquement renoncer à ce qui a été, à notre ancien « moi », afin d’accueillir un « moi » nouveau, plus fort, plus aimant, plus tolérant et plus sage, plus créatif, plus serein, plus en contact avec l’Univers et avec les cycles qui le régissent – qui nous régissent.

"

Même notre corps change. Sur une période de sept ans, toutes les cellules de notre corps se renouvellent, ce qui signifie qu’aujourd’hui il ne subsiste dans notre corps plus une seule cellule de celles qui le composaient à la naissance !

"

Aussi difficiles que soient nos épreuves, rappelons-nous que chaque petite mort appelle à une renaissance et qu’en acceptant de nous détacher de ce qui a été, nous avons la merveilleuse possibilité d’embrasser une nouvelle vie. Puisque ces changements sont inscrits dans la toile universelle, pourquoi ne pas apprendre à mourir et renaître avec grâce, tels des phénix qui renaissent de leurs cendres ?

les roues, nous figer dans cet instant de petite mort tout en refusant de renaître. Ce qui doit s’en aller s’en ira de toute manière, mais n’oublions pas que c’est toujours pour laisser la place à quelque chose de nouveau, de plus grand et de plus beau.

"

Pensez aux difficultés auxquelles vous faites face actuellement. Quelles qualités et capacités vous êtes-vous découvert grâce à ces difficultés  ? En quoi vous sentez-vous grandi ? Les réponses à ces questions vous aideront à prendre conscience de la vraie valeur de votre existence, car vous vous rendrez compte que c’est dans la difficulté que vous vous découvrez de nouveaux talents et de nouvelles ressources.

"

Personnellement, je ne regrette jamais les choses du passé. Tous les changements que j’ai traversés m’ont conduit à laisser derrière moi des pays, des possessions matérielles, des professions, des relations importantes. Et pourtant lorsque je pense à ces changements, je n’éprouve aucun regret ni attachement, car j’ai conscience qu’ils ont fait de moi la personne que je suis aujourd’hui. Et pourquoi un papillon regretterait-il ne plus être chenille ?

" "

Anastasiya AKHADOVA est sophrologue à Lyon et en ligne. Elle aide ses clients à traverser sereinement les crises existentielles et à se libérer des émotions difficiles en guérissant leurs blessures intérieures.

" Texte et portrait: Anastasiya Akhadova " www.mapausesophro.com/ Youtube: Ma pause sophro

"

Si des relations, des situations, des contrats, des possessions matérielles semblent nous échapper, c’est le bon signe que l’Univers nous encourage à muer, et il serait peu raisonnable de notre part de nous agripper à notre ancienne vie. En résistant, nous ne ferions que nous mettre des bâtons dans Holistik magazine - 24


www.holistikmagazine.com

Holistik magazine - 25


Holistik magazine - 26


Les gens à qui je demande la raison pour laquelle ils font de la croissance personnelle me répondent fréquemment qu'ils se cherchent. Malgré leur succès en affaires, l'acquisition de plusieurs biens matériels, une vie familiale et amoureuse satisfaisante, la grande majorité de ces gens sont de plus en plus conscients qu'il leur manque quelque chose. Ils cherchent ce quelque chose.

"

Parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils cherchent, ils cherchent parfois très longtemps. Pourtant, ce qu'ils cherchent est tout près, à l'intérieur d'eux: Dieu.

"

La raison d'être de chacun d'entre nous sur la planète Terre est de redevenir conscients de qui nous sommes véritablement. Nous sommes Dieu, c'est-à-dire cette énergie créatrice qui a décidé de vivre l'expérience de Dieu incarné dans la matière.

"

Malheureusement, durant les milliers d'années qui ont été nécessaires pour que cette descente dans la matière soit complète, une grande partie des êtres ont oublié qu'ils étaient Dieu manifesté dans la matière. Ils ont fini par croire que Dieu était incompatible avec leur nature humaine. Ils ont ainsi fait de Dieu quelque chose ou quelqu'un situé à l'extérieur d'eux-mêmes. La plupart ont commencé à croire qu'ils étaient soit leur corps mental, leur corps émotionnel ou leur corps physique. Ils se sont identifiés à ce qui leur semblait le plus rapproché d'eux.

" Et toi, qui crois-tu être ? "

Nous avons tous choisi un certain plan de vie avant de naître. Quel que soit le tien, tu l'as choisi en fonction du besoin, ressenti profondément en toi, de redécouvrir ta véritable raison d'être, donc ta nature véritable.

"

Quelle que soit la route choisie, tu ne peux être heureux si tu oublies ta raison d'être. Voilà pourquoi si peu de personnes sont véritablement heureuses sur cette planète. Elles se font accroire qu'elles le sont, mais ce bonheur est éphémère et illusoire parce que c'est un bonheur matériel. Cela n'a rien à voir avec le bonheur spirituel que tous et chacun désirent au plus profond d'eux.

Et toi, te considères-tu une personne heureuse ? Ton bonheur est-il réel ou illusoire ? Tout dépend de la source de ce bonheur !

"

Voici quelques exemples de bonheur illusoire, parce que d'ordre matériel:

"

-Avoir un beau corps à son goût. Perdre les kilos en trop. -Acheter un vêtement neuf. -Manger un bon repas ou un bon dessert. -Être en présence de l'être aimé. -Se faire dire par quelqu'un d'autre: "Je t'aime" -Recevoir un compliment. -Savoir que ceux que l'on aime sont heureux. -Obtenir un diplôme. -Avoir raison. -Gagner de l'argent ou en faire beaucoup. -Faire un travail parfait, sans erreurs. -Faire un voyage ou partir en vacances. -Se marier. -Acheter une nouvelle maison

"

Ces exemples, qui touchent les plans physique, émotionnel et mental, sont d'ordre matériel. Comme tout ce qui est matériel a un début et une fin, ce genre de bonheur est donc toujours à renouveler puisqu'il ne dure pas longtemps.

"

Prenons comme exemple, faire de l'argent. Celui qui n'obtient du bonheur qu'en faisant de l'argent devra toujours en faire plus pour être heureux. Tout comme une drogue, ça lui en prend toujours plus pour arriver au même niveau de satisfaction. Ceci amène l'humain à s'enliser dans un cercle vicieux difficile à briser. Par contre, celui qui veut utiliser l'argent pour atteindre le bonheur spirituel voit l'argent comme une énergie divine. Comme ce qui est spirituel est éternel, il sait que l'argent sera toujours présent dans sa vie pour se procurer ce dont il a besoin. Il est conscient que l'argent est un moyen d'échange parmi d'autres existants sur cette planète. L'argent n'est pas une fin en soi, mais bien un moyen pour que l'humain se reconnaisse comme Dieu incarné dans la matière.

"

Un autre exemple de bonheur éphémère : se croire heureux quand quelqu'un nous dit: "Je t'aime".

"

Holistik magazine - 27


Une personne qui a besoin de cela pour se croire aimable ou pour se sentir spéciale ne peut être véritablement heureuse, car elle devient dépendante des autres pour combler son besoin. Elle donne ainsi tout son pouvoir aux autres, elle est à la merci des humeurs des autres. C'est aussi toujours à recommencer. La personne qui voit, entend et ressent Dieu quand elle se fait dire: "Je t'aime", entend ces mots d'une façon différente de celle qui n'est pas consciente de sa nature divine. Elle sait que l'autre vient de dire: "J'aime ce que je perçois de toi, car cela me rappelle la beauté divine en moi." Au lieu d'être heureuse temporairement, cette personne est heureuse pour l'autre qui vient de dire inconsciemment: "Je m'aime pour ce que je suis".

"

Dieu se manifeste sans cesse autour de toi et en toi! Voilà ta seule raison d'être !

" Lise Bourbeau " " " "

Lise Bourbeau est fondatrice de l’école Écoute Ton Corps et auteure de 25 livres dont ses plus récents : Écoute ton corps - Version homme et La guérison des 5 blessures. Découvrez son site Web à www.lisebourbeau.com et consultez le site w w w. e c o u t e t o n c o r p s . c o m p o u r p l u s d’information sur les ateliers de l’école qu’elle a fondée.

Ces deux exemples ainsi que les exemples de bonheur matériel mentionnés plus haut doivent être utilisés pour reprendre contact avec Dieu. Voir Dieu partout dans le monde matériel, et utiliser le plan matériel pour s'identifier au plan spirituel: voilà le vrai bonheur !

"

Nous voulons tous arriver un jour à être bien dans notre peau, donc à nous sentir bien dans la matière. Ce bien-être est possible quand, après avoir reconnu qui nous sommes véritablement, nous continuons à vouloir ces choses matérielles, tout en ne dépendant pas d'elles pour notre bonheur. Elles ne doivent être présentes que pour nous aider à voir Dieu partout, c'est-à-dire à reconnaître la présence de cette grande force créatrice qui ne peut créer que paix, harmonie, amour, abondance et santé.

"

Quand tu ne ressens pas d'harmonie dans un certain domaine, peu importe lequel, c'est tout simplement parce que tu as oublié Dieu. En oubliant Dieu, tu te sens donc séparé de l'ensemble de la création. Tu as des peurs. Tu te sens seul face aux problèmes extérieurs. L'harmonie ne veut pas nécessairement dire ne jamais rencontrer d'obstacle d'ordre matériel. Plutôt, c'est de savoir que quelque soit l'obstacle matériel rencontré, il existe toujours une solution en soi et que l'on peut dépasser cet obstacle dans la facilité et la paix d'esprit, en se souvenant du grand pouvoir créateur de Dieu en soi. Voilà ce que je veux dire par réapprendre à être Dieu en utilisant la matière. Holistik magazine - 28


Je ne saurais pas vous dire pourquoi, mais une petite envie de tester la peinture me titillait depuis quelque temps. Cela m’effleurait l’esprit à mes heures perdues, envie d’explorer une partie de moimême que je n’avais jamais eu l’occasion de creuser, envie de tenter une nouvelle expérience, quelque chose de différent. Mais quand on a déjà du mal à être habile de ses mains, ce n’est pas facile de se lancer corps et âme dans une activité artistique.

lorsque notre professeur demande qui a déjà fait de la peinture, une seule personne lève la main. Le stress retombe instantanément. On se sent toujours mieux parmi les siens, n’est-ce pas ?

C’est finalement départ à me suis ses journées à un nouvel inévitable, a u s s i

Elle nous propose alors une série d’exercices pour commencer à explorer la peinture acrylique et sort des bandeaux à placer sur nos yeux. Euh… p a r d o n  ? C e r t a i n e s c o m m e n c e n t à r i r e nerveusement. Il faut dire que l’on pense toutes la même chose : pas la peine de nous bander les yeux pour nous faire peindre des horreurs !

"

"

après un nouveau l’étranger que je décidée. Passer chercher encore emploi c’était mais j’avais besoin de penser à autre chose. Or, le grand avantage d’un nouveau pays est que personne ne vous connait. Alors quitte à me ridiculiser, autant le faire en terre inconnue ! Ma peur du jugement étant atténuée, je pouvais me lancer.

Après quelques recherches sur Internet, une offre de cours pour adulte « avec ou sans base » m’attire l’œil. Une formule sur 10 semaines – pas besoin d’abandonner si mon niveau équivaut à celui d’un enfant de 2 ans – qui met avant tout l’accent sur le développement de sa créativité, plus que sur la technique. Ça tombe bien, l’abstrait – ou le très abstrait – c’est dans mes cordes, reproduire un corps nu… beaucoup moins !

"

Me voilà donc partie pour mes premiers cours. Un petit groupe de femmes se retrouve dans la salle polyvalente d’une église – y a-t-il un voile pour se cacher si besoin  ? – et se regarde en chiens de faïence. La tension monte, on ne sait pas à quoi s’attendre et chacune pense foncièrement être la plus incapable de toute l’assemblée ! Mais surprise,

"

Dans le discours d’introduction de notre hôte, plusieurs points m’interpellent. Elle ne parle pas de pinceaux, de peinture et de châssis, mais de potentiel créatif, de lâcher-prise, d’épanouissement, de connexion à soi-même et de non-jugement. Je me retourne discrètement, pensant m’être télétransportée dans un cours de développement personnel ou de méditation. Je suis pourtant toujours dans la même pièce.

"

"

On s’exécute tout de même. Il faut peinturlurer notre feuille en se laissant complètement guider par la musique qui flotte dans l’air. Vous vous demandez sûrement dans quel genre de secte j’étais tombée. La vérité est que cet exercice nous a obligés à complètement lâcher-prise. Personne ne voyait ce qu’elle était en train de faire et on s’en est donné à cœur joie ! Tout simplement parce que l’on savait que dans ces conditions, le résultat ne compterait pas.

"

Au fil des semaines, nous avons fait d’autres exercices, seules ou en groupe, qui nous ont poussés à expérimenter plus qu’à aboutir à un résultat. Il fallait laisser parler sa créativité, mélanger, tester, faire et refaire. Notre professeur nous demandait de tourner notre toile en permanence pour explorer les courbes sous toutes leurs formes, elle nous forçait à toujours trouver quelque chose que l’on aimait dans ce que l’on faisait, une petite tache de couleur, une texture. Elle nous a appris que rien n’était jamais perdu, que quelque chose de laid pouvait devenir le meilleur atout de notre création. Dans une société où on ne doit pas sortir du cadre, elle nous a appris à voir tout ce qui pouvait se trouver autour. Holistik magazine - 30


Ça n’a pas toujours été facile, car on finit par se heurter à soi-même. On se rend compte que ce qui nous empêche d’avancer ce n’est pas la soi-disant complexité d’une nouvelle activité ou notre manque de savoir-faire, mais notre peur du jugement. Peur de ne pas obtenir un beau résultat, peur de ne pas y arriver. Pourtant, s’il y a une leçon que la peinture nous apprend, c’est que le processus de création est bien plus important que le résultat final. En effet, durant toute cette étape, on vit la peinture. On se laisse porter par elle et ça fait du bien.

"

Je me suis laissée porter à tel point que ces cours ont été le déclencheur d’une v é r i t a b l e renaissance. Quelque mois plus tard, je plaquais tout, y compris une carrière dans l’humanitaire que j’adorais, pour rentrer en France et lancer ma société Ar’péro, qui propose un nouveau concept de soirées ludiques autour de la peinture, afin de permettre à chacun de ressentir tous les bienfaits de cette activité comme cela a été – et est toujours – le cas pour moi.

"

Comme la peinture, renaître est avant tout la volonté d’expérimenter, de se lancer dans de nouvelles aventures, des aventures qui nous font vibrer, sans se soucier d’où cela nous mènera, sans se soucier du résultat final.

"

C’est parfois aussi simple – ou difficile – que de se laisser guider par son intuition, d’écouter cette petite voix au fond de vous. Vous ne savez pas pourquoi elle vous parle jusqu’à ce que vous réalisiez à quel point elle vous a amené loin sur le chemin de l’exploration et de la réalisation de

vous-même. La simple décision de prendre des cours de peinture m’a mené là où je suis aujourd’hui : une jeune femme qui découvre sa chaque jour un peu plus sa vraie personnalité, qui déborde de créativité et qui relève tous les jours les défis de l’entrepreneuriat. Cette aventure, comme toutes les autres, a ses bons et ses mauvais côtés. Malgré tout, je sais que je suis sur le meilleur chemin qui soit pour mon évolution personnelle.

"

2016 a été pour moi l’année de la renaissance et quel chamboulement  ! Mais je poursuis ma nouvelle vie en espérant vivre encore autant de renaissances que nécessaire pour toujours devenir la meilleure version de moi-même. Je ne peux que vous inviter à oser et à en faire autant !

" " " " " " "

Après avoir parcouru le monde en s’ouvrant aux autres et à de nouvelles cultures, c’est finalement sur elle-même qu’Emilie a fini par s’ouvrir. En 2016, elle crée sa société Ar’péro en espérant rendre l’art accessible à tous, de façon ludique et pratique.

" Texte, portrait et photo: Aurélie Compignie " http://ar-pero.com " Facebook: apero.artenafterwork " "

*Tableau: Poésie d’Automne, ma toute première création dont je suis fière Holistik magazine - 31


Holistik magazine - 32


Holistik magazine - 33


L’instant où j’accepte d’être là, pleinement, où je m’incarne consciemment.

"

[Début 2003, j’ai traversé une période de quelques semaines durant laquelle j’ai vu disparaître de ma vie quotidienne ma famille créée – divorce en parfait accord, ma famille d’origine – conflit avec ma fratrie, mon lieu de travail — vendu, mon activité – centre de stages, et le grand amour de ma vie. Cette perte générale a généré à l’époque tant de douleur que j’ai cru mourir de chagrin. Il ne me restait que du temps et des moyens financiers. Je suis partie au Népal, découvrir le pays de notre « fiston » de l’Himalaya, un enfant que nous avions parrainé sur une dizaine d’années. Après plusieurs séjours au pays des neiges, je suis partie en 2008 m’installer, seule, à Katmandou, pour ouvrir mon restaurant français de qualité.]

"

Avec intégrité, transparence, opiniâtreté, j’avais relevé tous les défis, passé toutes les épreuves (y compris une attaque des Maoïstes), tout essayé, tout tenté pour faire décoller l’activité, en vain. Certes le contexte – politique et économique — était peu porteur, c’est le moins que l’on puisse dire, et j’avais fait une erreur initiale stratégique : le choix de l’emplacement. Si les trois premières années avaient été riches de promesses, à partir de la 5ème année, j’ai dû me rendre à l’évidence : en dépit des récompenses et labels, la « réussite » n’était pas au rendez-vous. Je ne vais pas m’attarder ici sur les multiples causes du résultat, ce n’est pas notre sujet, mais penchons-nous plutôt sur ses effets.

"

Plusieurs amis proches, en prenant connaissance de mon projet, avaient contribué sans hésitation à son financement. Connaissant bien la qualité de mon travail et de mon état d’esprit, ils avaient décidé de me faire confiance, sans s’impliquer au niveau opérationnel cependant. J’étais seule aux commandes et pleinement responsable de chacun de mes choix et décisions. J’avais pu constater, au fil des 6 ans écoulés, un constant travail de sape de toutes mes croyances :

tout ce sur quoi mes actions étaient fondées se révélait inefficace, se perdait dans le vide, rien ne produisait les résultats espérés. Le contexte culturel était fort différent, certes, mais je pouvais voir que mes amis demeurés en France faisaient le même constat : les leviers économiques qui fonctionnaient auparavant ne fonctionnaient plus.

"

Face à la débâcle qui me pendait au nez, je ne pouvais qu’être le témoin impuissant de l’effondrement de « mon monde ». Je savais qu’il n’y avait plus grand’ chose à espérer, j’étais seule dans le naufrage, loin de tout, et mon seul objectif, quelque peu obsessionnel, était de récupérer au moins les investissements de mes associés. C’est cet attachement acharné qui a scellé le résultat désastreux : ayant renoncé à céder l’affaire pour un montant qui ne me semblait pas acceptable, le marché étant défavorable à l’époque de la transaction, je l’ai finalement pratiquement donné, perdant tout matériellement.

"

En parallèle de cette fin peu glorieuse et sur quelques semaines, j’ai eu plusieurs opportunités inattendues de démarche de transformation avec des personnes remarquables. Je dois préciser ici que j’ai commencé un chemin assidu d’éveil de la Conscience en 1984, conscient, déterminé et incarné, qui m’avait déjà apporté une considérable libération et surtout des outils pour œuvrer au quotidien. Mon inaptitude à la souffrance m’a toujours poussée à l’évolution de mes modes de fonctionnement. Un shaman vivant à Katmandou, internationalement réputé, m’a accompagnée au fil des années précédentes. Il me répétait « tu n’as pas besoin d’aide », ce qui m’a été souvent dit au cours de ma vie – et qui avait généralement le don de m’agacer prodigieusement – preuve irréfutable que je cherchais des « solutions » à l’extérieur de moi.

"

Tout cela peut vous sembler bien prosaïque, néanmoins, cette expérience que l’on pourrait qualifier de matérielle s’est révélée initiatique et a généré une authentique métamorphose. Holistik magazine - 34


Alors que je suivais assidûment des enseignements spirituels sur Internet et que je méditais très régulièrement, une question d’Isabelle Padovani dans une de ses vidéos m’avait percutée : « quelle partie de toi n’a pas envie d’être ici [par ¨ici¨, entendre ¨incarnée dans cette vie terrestre¨] » ? J’ai réalisé qu’en effet, une partie de moi ne pensait pas que ses besoins pouvaient être satisfaits, et c’était sans aucun doute la partie la plus élevée de mon Être, qui aspirait à la Paix, à l’Amour, à l’harmonie, etc. Il en résultait une résistance inconsciente à la Vie et des modes de fonctionnements délétères. Une séance à distance de Bioanalogie m’a apporté une autre révélation tout à fait centrale : est-ce que je peux « prendre la responsabilité de l’Être unique que je suis » ? Si j’ai compris les mots, je n’en ai pas saisi le sens sur le moment et trois ans plus tard, ce sens continue à se révéler et à s’approfondir encore en moi. Je suivais alors quotidiennement les enseignements d’Eckhart Tolle et cultivais la présence à ce qui Est, en grande partie grâce à la pratique méditative régulière. Parmi les événements notoires de cette période singulière, le fait le plus marquant est que j’ai été percutée par une vérité qui m’a littéralement explosé à la conscience en regardant une courte vidéo de Byron Katie : la source de mes souffrances tenait au fait que je croyais mes pensées, que je m’identifiais à l’histoire qu’elles me racontaient.

"

Cette évidence, telle la goutte d’eau de plus, a fait basculer ma réalité en une fraction de seconde et mis en place toutes les pièces du puzzle de mon vécu d’alors et de trois décennies de travail sur moi.

"

Tout m’apparaissait clairement désormais. L’absurde prenait sens dans la transmutation intérieure de mon état de lutte constante contre la réalité (l’ego nous fait croire que nous avons le contrôle) en une disposition d’accueil serein. De guerrière de la Vie je devenais témoin de ce qui se produit (et non plus de ce qui M’arrive). Mon discours mental négatif, fait d’interprétations, de peurs, de jugements, n’avait tout simplement plus de contrôle sur mon état intérieur. Je devenais capable de laisser les situations être, et je me laissais enfin tranquille, je pouvais moi aussi Être, naturellement, sans lutte et sans effort. Ce qui se produisait autour de moi ne pouvait pas altérer ma Paix intérieure.

"

J’ai réalisé que cette partie de moi qui n’avait pas envie d’être là pouvait voir ses besoins de Paix, d’Amour et d’harmonie satisfaits parce que je n’allais plus chercher à l’extérieur. J’ai vu que j’étais à la barre de mes états intérieurs, de mes positionnements face au réel, que je pouvais abandonner toutes formes de résistances et qu’au lieu de prendre le risque d’en mourir, je sortais de la survie. La transformation issue de cette période initiatique était que j’avais enfin, et pour la première fois de ma vie, accepté de m’incarner, dans un choix conscient et assumé. Et il ne fait pas de doute pour moi que c’est la seconde naissance à laquelle nous pouvons aspirer. C’est naître enfin consciemment et entièrement. C’est vivre depuis notre véritable Nature : être capable d’accueillir ce qui est, sans résistance, en aimant même ce que la Vie nous présente. Si j’avais tout perdu matériellement, l’accès s’était ouvert à ma Nature profonde, je pouvais à tout moment contacter l’espace de Paix, de silence, de bienveillance en moi. J’étais devenue un vide qui pouvait embrasser tout ce qui se manifestait, embrasser l’Autre tel qu’il est, sans attente, jugement, peur ni projection. Je pouvais voir que le détachement est le résultat naturel de la fin de l’illusion.

"

Holistik magazine - 35


Si nous pouvons VOIR nos attachements, nos identifications, nos conditionnements, laisser de l’espace entre notre conscience et ce que nous percevons, sentir que nous sommes le « contenant » de tout ce qui nous parvient – notre représentation égotique du monde, alors nous devenons capables de faire la Paix avec le Réel, l’accueillir inconditionnellement. Nous sortons alors de cette auto-maltraitance qui conduit à la maltraitance manifestée extérieurement à l’échelle de notre entourage comme de l’humanité et de la planète. Nous sommes connectés à notre véritable nature et dimension, nous devenons pleinement le Créateur aimant de notre rapport au monde et notre réalité s’adoucit, devient aimante elle aussi. « Devenez le changement que vous voulez voir dans le monde » a dit Gandhi. Devenir « qui je suis » — l’Être merveilleux que je suis, que chacun est. Le monde a besoin de voir se manifester l’Être unique qu’est chacun de nous, parfaitement à sa place, complet, illimité et intemporel (selon la science quantique, nous sommes de l’information non localisée), bienveillant et doux, et surtout incarné, donc pleinement responsable de qui il ou elle est.

"

Et si le bonheur c’était cette incarnation pleine et entière, simple, choisie et assumée, aimée, reconnue et pleine de gratitude ?

" "

Grâce à une démarche d’éveil de la conscience commencé voici plus de 30 ans, je prends la responsabilité de « l’Être unique que je suis » et le manifeste dans un rayonnement croissant. Convaincue que la Paix du Monde tient à la nôtre individuellement, je transmets un retour à la Réalité, au service de l’Être, du respect et de l’Amour de soi comme de l’Autre, de l’évolution intérieure et globale, dans l’écoute douce et bienveillante. Texte et portrait: Christine Régnier https://christineregnier.com (séances via Skype) Facebook: Christine Regnier Accompagnement Holistik magazine - 36


Holistik magazine - 37


La vie nous offre à chacun, chacune, mille et une occasions de renaître tous les jours, de dire oui une nouvelle fois à un recommencement, à quelque chose de nouveau…. mais encore est-il nécessaire de prendre conscience de cette opportunité qu’elle dépose sur notre route.

"

"

Lors d’une séparation par exemple où l’on croit voir tous nos rêves tomber à l’eau, où l’on voit notre vie anéantie… Regarder autrement, cet événement, nous amène davantage à ouvrir notre cœur pour découvrir qui on est vraiment et ce que l’on souhaite faire de notre propre parcours, ce qui nous anime personnellement, ce que sont nos aspirations profondes pour la suite des choses.

"

Dans un autre exemple, après un déménagement, où l’on perd tous nos repères, où l’on doit créer de nouvelles habitudes, développer de nouveaux liens, faire preuve de débrouillardise et d’audace… et où l’on découvre en bout de ligne après un temps d’insécurité, que cette nouvelle aventure nous amène à nous dépasser encore un peu plus, que c’était en bout de ligne une très bonne chose pour sortir de notre zone de confort et se dépasser.

"

Et que dire d’une perte d’emploi. Expérience où l’on se sent bien souvent dévasté, déprimé, inutile, rejeté, où l’on perd pour un temps, confiance en notre propre potentiel. Mais combien de fois nous arrive-t-il aussi de réaliser après coup, que loin d’être une malédiction, cet accident de parcours était en fait une bénédiction, nous permettant, même à contre-courant, de réaliser des rêves de vie, de changer parfois complètement de direction pour un mieux-être inespéré. Oui, tous les jours, nous avons ces opportunités de croissance qui nous invitent à aller plus loin.

"

Peut-on toutefois regarder les choses de cette manière lorsqu’il est question par exemple d’une fin de vie  ? Événement du parcours qui est la plupart du temps vu comme négatif, inutile, déstabilisant et même injuste. Je le crois, parce qu’il m’a été donné au cours de ma vocation d’accompagnatrice, de constater combien cette expérience cache des leçons de vie, des cadeaux mal emballés comme on dit.

C’est pourtant une étape inscrite sur chacun de nos parcours et qui fait intrinsèquement partie de notre expérience terrestre, qui que nous soyons. La regarder de l’extérieur permet d’observer des apprentissages qu’on était loin de croire possibles en ces circonstances exigeantes, mais qui apportent tout de même un éclairage nouveau sur une situation jusqu’à maintenant inconnue.

"

Par exemple, de se trouver dans cette situation demande à changer complètement son rythme. C’est le corps qui peu à peu amène le malade à se centrer davantage sur ses besoins immédiats. Ces moments, quoique difficiles, l’amènent toutefois à se trouver davantage dans un espace d’intériorité. Et dans cet espace, le malade est appelé à faire son bilan.

"

Pas nécessaire toutefois d’attendre d’être en fin de vie pour le faire, car cela apporte des libérations et des choix plus appropriés à nos désirs, de reconnecter avec nos valeurs profondes. Cette étape permet donc au malade de donner un sens à son existence… et éventuellement à sa mort, même si cela semble improbable.

"

Elle lui permet de mieux définir qui il est, de prendre conscience de ce qu’il a accompli, de faire du ménage pour préparer son départ afin de se sentir plus léger, dégagé de choses qu’il traîne derrière lui et qui peuvent être ressenties comme des boulets. Voilà pourquoi il lui arrive fréquemment à cette étape, d’exprimer ses regrets ou de demander pardon, de faire des réconciliations. Holistik magazine - 38


Cela lui permet de se sentir le cœur plus en paix et de laisser le moins possible de choses en suspens avant son départ.

"

Nous sommes dans une société où tout va très vite et où tout le monde court constamment, manquant de temps pour faire ce qui est noté à l’agenda. Lorsqu’un proche se trouve en fin de vie, le rythme ralentit aussi nécessairement pour les proches autour du malade. Cela donne lieu à une présence plus fréquente et de meilleure qualité, car tous savent que le temps est compté et désirent profiter au maximum de la présence de l’être aimé. Il y a tout à coup une urgence et l’on souhaite profiter de tout ce qui passe.

"

Et quand le temps est ainsi compté, les gens n’ont pas vraiment le goût de parler de choses superficielles et sans importance. Ils ont des échanges plus authentiques, car c’est aussi là que se trouve le mourant. Ils peuvent en gestes, en paroles ou même parfois dans le silence d’une présence chaleureuse, exprimer au malade l’affection qu’ils ont à son égard et qui n’a pas vraiment été dit avant, parfois par pudeur. Comme personne ne souhaite vivre avec des regrets après, cela permet d’avoir une meilleure écoute.

"

Je pourrais continuer ainsi à vous démontrer que même dans ces moments très exigeants de notre parcours qu’est la fin de vie, il y a aussi d’importantes renaissances qui se font, la perspective sur la vie terrestre se transformant littéralement.

débarrasser d’un fardeau qui le pèse, de régler ses conflits intérieurs et d’atteindre la lumière ?…

"

Cela ferait assurément une grande différence pour ceux et celles qui restent, mais nous amènerait aussi à changer notre regard sur la mort, qui est davantage une expérience de grande transformation à tous les niveaux.

" " " " " "

Hélène Giroux accompagne les mourants depuis 10 ans et se passionne pour cette vocation où l’humain a la première place. Ses 3 livres publiés en font foi

"

Texte: Hélène Giroux - Accompagnatrice, auteure, conférencière, officiante funéraire

" Portrait: Diane Poulin "https://helenegiroux.com

Facebook: Accompagnements et Soins

" " "

"

J’ai déjà lu une histoire où une petite fille exprimait à sa maman son désarroi et son incompréhension face à notre réaction émotive lors du décès d’un proche. Elle voyait plutôt la naissance comme une mort pour le bébé et disait que c’était ça qui était triste; de sortir le bébé d’un espace où il se trouvait au chaud, en sécurité et où tous ses besoins étaient rapidement comblés.

"

Et si nous aussi on changeait de lunettes pour faire différent ?… Si on changeait de perspective ?... Si on pouvait voir la mort comme la possibilité pour le malade dont le corps est détérioré, de renaître à une nouvelle vie, de pouvoir se

Holistik magazine - 39


Holistik magazine - 40


Gratitude Chaque être humain abrite en lui, telle une poupée russe, des facettes de son histoire, certaines étant plus lumineuses que d’autres.

"

Nous avons appris dès le plus jeune âge, à devenir adulte en étouffant notre part de magie pour devenir conforme à la réalité, aux normes sociales et culturelles, assumer des responsabilités. Nous avons façonné une personnalité répondant aux demandes des adultes, en refoulant notre « Je suis. ». Nous avons cru être aimés davantage, si nous agissions comme il fallait. Nous avons muselé notre nature profonde afin de répondre à des conventions sociales. Lorsque nous désobéissons, dérogeant à l’usage, nous culpabilisons. Plus nous nous jugeons, plus nous mourons à nous-mêmes. Nos rêves s’éteignent, n’étant que des utopies de gamin rêveur  ! Notre créativité vacille, nos œuvres étant jugées imparfaites. Notre mental prend le dessus, décidant de ce qui est bon pour nous. Commencent alors les peurs en nous : les peurs de désamour, d’insécurité, entre autres. Nous faisons confiance en nos parents en nous désavouant, reproduisant les croyances familiales et culturelles.

"

Nous apprenons à surmonter des épreuves  ; en donnant le meilleur de nous-mêmes pour réussir dans ces épreuves. Cela ne se fait pas sans mal, et sans rebondissements ! Pour autant, notre ego est heureux de notre brillance ranimée à chaque expérience surmontée, à chaque succès remporté.

"

Il arrive au cours de notre existence qu’un choc bouleverse le plan initial. Que ce soit un deuil, un divorce, la perte d’un emploi, une maladie, il impose une révision de nos choix de vie. Ces moments charnières, tel un déclic salvateur ranime en nous notre authenticité, notre soif d’accomplissement.

"

Le changement naît d’abord en soi, dans l’impétueux désir d’oser être, d’affirmer qui l’on est et de s’affirmer dans ses valeurs profondes. Il devient alors impératif de nous prendre en mains, conscients qu’en étouffant l’enfant en nous, nous avons perdu la clé de notre bonheur. Nous l’avons fait souffrir dans notre déni. Dès lors, pour se libérer du passé, et trouver notre équilibre, il faut

le rechercher, l’écouter et l’entendre, l’accueillir en bienveillance. Lorsque nous faisons la paix avec lui, nous le guérissons et retrouvons l’harmonie.

"

Nous nous interrogeons sur le sens de notre vie, nous reliant à l’intime de nous-mêmes pour retrouver notre étoile du berger, nous guidant vers notre réalisation de soi.

"

Nous sommes nés, passant de l’obscurité utérine à la lumière de ce monde, bouleversement brutal où nous quittons nos repères confortables pour vivre l’épopée humaine. Nous la vivons, tel un jeu de piste, où chaque prise de conscience, chaque remise en question nous faisant grandir.

"

De chrysalide en chrysalide, nous vivons des transformations nous faisant renaître à nousmêmes, faisant renaître la société tout entière dans un principe de syntropie, allant vers la croissance. De petite mort en petite mort, tout renaît dans la voie de l’épanouissance.

" " " " "

Charlotte Saintonge, auteur de treize livres d'épanouissement personnel, animatrice en expressions créatrices.

" Texte et portrait: Charlotte Saintonge " charlottesaintonge.e-monsite.com Facebook: Charlotte-Saintonge

" " " " " " " " " " " " "

Holistik magazine - 41


Agenda mars le 25 à 14h30 - Atelier Gestion du Stress par la Sophrologie Dynamique - Gujan Mestras (Gironde 33) - Fanny Datée

"

le 30 à 19h - Soirée Golden Pines - Anticafé Louvre à Paris Ar’Pero

" Toute l’année - Atelier de Prose par internet - CharlotteSaintonge " Toute l’année - Atelier Expressions Créatives par internet CharlotteSaintonge

"

avril " le 20 à 19h30 - Soirée Adverse Blue - Gourmet Gourmand à Paris - Ar’Pero " le 27 à 19h - Soirée Mount Fuji - Anticafé Louvre à Paris - Ar’Pero "

le 29 à 14h30 - Atelier Gestion du Stress par la Sophrologie Dynamique - Gujan Mestras (Gironde 33) - Fanny Datée

" Toute l’année - Atelier de Prose par internet - CharlotteSaintonge " Toute l’année - Atelier Expressions Créatives par internet CharlotteSaintonge

"

Sortie dans le courant du mois d’avril le livre « Le Petit Lexique des Nouveaux Paradigmes » aux Éditions Seepia (plus d’informations page 47)

Holistik magazine - 42


Agenda mai le 6 mai à 11h (heure Paris) - Atelier en ligne « Le Mandala et la confiance en soi » - par internet Anastasiya Akhadova

"

Tous les samedis du mois de mai - Atelier « Gère ton stress avant l’exam » Gujan Mestras (Gironde 33) - Fanny Datée

" Toute l’année - Atelier de Prose par internet - CharlotteSaintonge " Toute l’année - Atelier Expressions Créatives par internet CharlotteSaintonge

" " "

Holistik magazine - 43


Holistik magazine - 44


Trouvez votre chemin

Êtes-vous prêt à explorer votre univers intérieur ? Entre psychologie et spiritualité, ce jeu de connaissance de soi

25 € – 23 cartes couleur et un livret ISBN : 978 2 84058 542 8

32,45 € – 55 cartes couleur et un livre de 250 pages ISBN : 978 2 84058 243 4

25 € ISBN : 978 284058 546 6

13 € ISBN : 3660341250563

73 € ISBN : 3 660341 238967

23 € ISBN : 366 0 341 23894 3 14,50 € ISBN : 3660341547885

29 € ISBN : 978 2 84058 517 6

Holistik magazine - 45


La bibliothèque de Holistik Magazine est maintenant en ligne (cliquez ici)

« Les soufis racontent des histoires magnifiques. Sous l'apparence d'anecdotes ordinaires se cache un des enseignements le plus profond. A travers ces contes, c'est à la découverte de l'esprit soufi que vous invite ce livre, Mourir et Renaître. Un titre étrange pour une expérience particulière. Il ne s'agit pas ici de réincarnation mais de mourir à l'ego, à la fausse identité, aux attachements. Tant que les concepts, les opinions, les croyances ne sont pas tombés, l'homme ne peut appréhender la réalité telle qu'elle est… »

« Le Petit Lexique des Nouveaux Paradigmes est un ouvrage qui a rassemblé plus de 230 contributeurs venus de tous les horizons et dont Hélaine Charbonnier Teljesseg est l'une des initiatrices. Il va paraitre aux éditions Seepia en avril 2017 mais votre soutien reste encore très précieux. »

"

Pour découvrir, soutenir ou commander... une seule adresse :

"

« Philippe Lenaif vous invite à le suivre dans sa quête de lumière : il raconte son périple dans les tréfonds de son ombre, à la découverte de conflits inconscients qu'il est amené à mettre en lumière et forcé de résoudre jour après j o u r, j u s q u ' à u n d é n o u e m e n t heureux… »

"

" J'ai dansé avec mon ombre " Philippe Lenaif - Éditions Le Souffle d’Or - 293 pages

http://www.seepia.net/soutiens

"

"Mourir et renaître» - Osho Éditions Almasta - 224 pages

Holistik magazine - 46


Méditation Vipassana

"

Avez-vous déjà essayé cette méditation ? C’est peut-être celle qui vous convient si vous cherchez à maitriser votre mental et à donner un « cadre » à votre vie. La méditation Vipassana se fait dans l’immobilité et dans le silence, mais fait de la place à tout ce qui vous entoure et à tout ce qui se passe en vous. Être présent à ce qui vient à vous, mais sans vous identifier à ce qui vient…

"

Méditation France

Laurent Gounelle - TED Talks

"

L'écrivain Laurent Gounelle nous plonge dans le monde de la spiritualité et nous parle un peu de son parcours personnel lors son talk au TEDxMarseille. Inspirant.

"

Laurent Gounelle - Youtube

"

Des Fraises ! - La petite philosophie de la Fraise :)

"

Eh oui, des fraises !!!! C’est si bon les fraises. Mais ce que beaucoup ne savent pas c’est que ces petits fruits et autres baies rouges ne sont pas disponibles toute l’année… et même si on les croise en décembre sur l’étale d’un supermarché parce que la société essaye de nous faire croire que nous pouvons tout avoir. Or, c’est faux, puisqu’il y a un rythme pour chaque chose ! Maintenant que sa pleine saison arrive, faites-vous du bien, c’est le moment ! Holistik magazine - 47


www.holistikmagazine.com

Holistik magazine - 48


Holistik magazine - 49


www.holistikmagazine.com

"

facebook: holistikmagazine Holistik magazine - 50

Profile for Holistik Magazine

Holistik magazine n°8 - (Re)Naître  

www.holistikmagazine.com

Holistik magazine n°8 - (Re)Naître  

www.holistikmagazine.com

Advertisement